Vous êtes sur la page 1sur 593

par J. 13UEBEW (Ialr.

BEWGHAT)
1 n ...........................1
i du t o n
. sî. ... .............
12 Formes usuelles des elemen *
..... 3
13 Evolution des méthodes de calcul du béîon armk .,. ...... ..,..,
130 Considérations générales....................................................................................... 4
3
131Méthodes aux coniraintes admkibles .................................................................. 5
1311 M W e "classique" ........................................................................................ 5
1312 Méthode classique "aménagée" ....................................................................... 6
1313 Critique de la méthode aux contraintes admissibles ......................................6
132Méthode de calcul à la mptarre ...............................................................................9
..
133 Méthode de calcul semi-pmbabiliste avec coefficients @
k de sécurité
(Etats-Lmts) .............................................................................................................10
1331 Difdtion des Etats-Limites......................................................................... 10
1332Origine des méthodes de calail aux états-limites.........................................11
1333 Idée de base du p d a b i i c ...........................................................>..............12
. . au s e m i - p m b a b ' i c......................................................................13
1334Recours
1335 Verifcations .................................................................................................
14

14 Réglementation Française ........................ 1 9


141Portées juridiques des diaérents textes réglementa+es .......................................19
1411 Cahim des Clauses Tedmiques Générales ...................................................19
1412Documents Techniques Unifiés ....................................................................
19
1413 Nonnes AFNOR .; ............ .............................................................................21
1414Règles professionneiles, Gu& ................................................................... 21
142Règles Appücables au M o n Aané .....................................................................21
15 E'Eurocode L, .... .. .. .. . . .. . . . . . . .. . . ...... . ..-. .. .. .
151Historique............................................................................................................
22'
2.4
152%tion de 1 ' E d e 2 @a) .................................................................... 22'
1521Contenu de l m ....................................................................................... 22'
1522Doamentr, d'ammpgncment ................................................................... 222
. . .
1523 Distmction entre principes ei règles d'application .......................................2z'
153 detane de I'EC2 ............................................................................ 22'
1SConceptde~sbuchinileCie1'EC2............................................................ 22'
Q

155 Nonnes et textes dc réf&me. ...........................................................................22'


(56 Notations et Unités.............................................................................................22

19 Bibiiographie sélectiom& du chapitre L ...............


191 Traités g é n bW.................................................................................................. Z6
2$5
192Fomnilaires et Guides d'emploi .........................................................................226
.
193 Méthodes de d m k Régimient et sxamnwmdations .......................................226 . ,

1931 Méthode aux conmintes admissibles .......................................................... 22'


1932Méthode de calcul d la m p ..................................................................... 22'
1933Méttiode de calcul aux états-limites ............................................................22'

\
!

.,. .,
./ i
.
i
II Matériaux
..
20 Rappels preliminaires ., ................................ .............................24
201 Diagramme contraintes-Déformations d'un matériau..........................................24
202 Diagramme élastoplastique parfait........................................................................25

21 Béton .................. ................................ ....-............... .


........

211 Brefs rappels sur les constituants du béton ......................................................... 25


212Les résistances du M o n ................
...................................................................... 26
2121 Ruphire par compression .............................................................................. 26
2122Rupture par iradion ..................................................................................... 36
.
213 Diagramme contmintes-déformations du béton ...................................................
39
2131 Diagramme e x p e.n infal .............................................................................
39
2132 Relation entn k diapume u - E et la dk&'bution des ~nûnintes
dans le béton cornpriai&.........................................................................................44
2133 Valeur expérimentale des principaux pouamèhes.........................................47
2134 loi de comportement "exade" ........................................................................
48

2142R é s i c e à la traction ..........................................................................


5 0
2143 Valeurs à introduire dans les prujets; classes de résitancw ........................
51
2 144Déf~pnationsdu béton .................................................................................
52
214.41 c ~ e s - & f o d o n ........ s .- .......................................... 52
21442 Module de défounation longitudinale instantanée. ...............................
53'
21443 Coefficientde P o h ........................................................................
53'
21444 Coefficientde diiatation &ennique .......................................................
53'
21445 nuage et retrait..................................................................................... 53'

22 Aciers pour béton am&. ... ...................................................................


...............................
.. ............................................................................................
220 Bre& rappels air la fabrication de l'acier 54
2201 Types d'aaeùes
2202Coulée de 1acier . . ............................................................................................
54
55
2203 Tnmmage à chaud .........................................................................................
55
2204TréfiLige eqou laminage à b i d du W. m a c k ...........................................
55
2205 Traitements damigues ou thenniqua .......................................................
56
221 CMfication des pmduiis ..................................................................................
57
222 Désignations offi&Iles d.nppeihtiollsp t i q u e s ...............................................
58
223 Desaiptions deç diff- types dc produits .....................................................
59
2231 Barres lamslécç à h d :ronds lisses, baues à hautes adhacnce 59 ..............
2232Füs tréflés eqou laminés à h i d ..................................................................
60
2233 Treillis soudés ou p r é d l k ..................................................................
62
224 D-ents namalik ..........................................................................................
62
2241 N- ..........................................................................................................
62
2242Homologation avec die .Autorisation de foudure .
h & t i o n d'emploi .....................................................................................
6 3
2243 I d d i G d o n dcs a c i m ...............................................................................
64
225 b d é n s g h é h i ques. .....................................................................................
64
2251 Banes et Fi .................................................................................................
64
2252 Treillis soudés...............................................................................................
68
226 b a è r e s mécaniques ........................................................................................
68
2261 Frescriptions des nomes NF et des tégles BAEL ........................................ 70
2262 Prescription de la norme ENV10080 et de l'EC2.......................................... 72
227 Caradères technologiques.................................................................................. 72'
2271 Aptitude au façoiinagc ..............................................................................
72=
2272 Caractères d'adhérence. ................................................................................
72'
2272 1 Barres ou Fils .........................................................................................
73
' 22722 Treillis soudès ........................................................................................
76
2273 Aptitude au soudage...................................................................................... 76
22731 Principes généraux .................................................................................
76
22732 Conditions auxquels sont soumis les aciers dit "soudables".................. 77
228 Redressage des aciers Livrés en couronnes..........................................................78
229 Bibliognphie sélectionnée du &pitre IL ............................................................ 79
229 1 Béton .......................................................................................................... 79
2292 Acier ............................................................................................................. 79

III Action e t S o l l i c i t a t i ~ n ~
Première Page :Notations du chapitre III

.."..".."..".."..
"..-..
"..".."..".."..".."..".."..~.."..&..".."..~.."..".."..".8 1.
3 11 Adions permanentes ..........................................................................................
81
3 12 Adiws vraiables .................................................................................................
82
3 121 Valeurs "représentatives" .............................................................................
83
3 122 Charges d'exploitations et charges climatiques ............................................
83
3123 Charges appliquées en cours d'exéaition ....................................................
84
3 124 Temphîure ciimatique ................................................................................
85
3 125 Auires adions variables................................................................................85
3 13 Actions accidentelles ...........................................................................................
85

33 Combinaisons d'actions,
330 Généraiirés
-............-..-......-.-..........
...........................................................................................................
86
86
3301 Combinaisons d'&ions ................................................................................86
3302 Cas de charge .................................................................................................86
33 1 Sollicitationsde &CUL ........................................................................................87
33 11 C o m b i i n s d'sbions à prendre en compte dans les ELUR ..................... 88
3312 C o m b ' i d'actions à prendre en compte pour les vérifications
aux ELS .............................................................................................................91
3313 Modalités oratiaues d'a~olicationdes rédes BAEL ....................................92'
33131 C o r n b k k k s d'ac&ts à considé& dans le cas des Ponts-Routes .......93
.
33132 Combinaisons d'actions à considirrr daos le cas des shudures
de h. e n t s ......................................................................................................94
33 133 C o m b i i n s d'actions à considérer dans le cas des osaiures
et éliments coiwnts des stnichires en béton acmé. ...........................................95
33 1331 Cas des planchers et des poutres ..........................................................
%
331332 Cas des poteaux soumis à une "compression centrée" .........................98
33 1333 Autres poteam. i .................................................................................... 99
3314 Vérication de l'état-Vite de stabilité de forme .......................................... 99
3315 VériFication de l'équilibre statique ................................................................W!
34 Calcul des soüicitatiom.- ................................. ..... ..............
341 Prescription des règles BAEL .......................................................................... LOO
100

.
341 1 Simplifications.admises dans I'npplication des méthodes de In
résistance des materiaux................................................................................ LOI
3412 Redistribution d'effoits ............................................................................101
342 Prescriptions de l m 2.....................................................................................102
3421 Types d'analyses.......................................................................................... 102
3422 Idéalisation de la stnicture.......................................................................... 102
3423 Méthodes de calculs.................................................................................... 103
smiciurnle des poutres et des portiques ....................................... 10.5'
3424 -se
39 Bibiiographie sélectionnée du chapitre IiL ...............-........... 1052

IIV Assosiatiain Acier Betora .


..
40 Dispositions des armatures.. ................... ....,. ...............1054
401 Disposition générale......................................................................................... 105'
402Enn>bages minimaux et distances entre barres ................................................ 105'

41 Adhérence des barres droiites isolées .........-......


, . . , ................ 1057
41 1 Défdtion ..........................................................................................................
105'
412Phénomènes expérimentaux .Théorie de ~ . ~ a ~.......................................
u o t 105'
413 Mesure des d é r e s d'adhérence d'une barre. ...............................................105"
4131 Essais d'a%chement .................................................................................105"
4132ESssis de fisuration .................................................................................... 108
4133 Cas des treillis sou& ................................................................................. 109
414 Facteurs dont dépend i'adhéren ce.......................................................................109
415 Contraintes d'adhérence ......................
. ;..............;...............................................
. ............................................................................ 109
4151 Remarques préliminaires 109
4152Définition de ia conhainte moyame d'adhérence ......................................110
42 Ancrage. .des barres droites isolées
421 Défmh01ls
............ .,.,.......
110
110
......................................................................................................
422 Valeurs limites de ia contrainte d'adhérence à I'ELU.........................................111
423 Longueur de scellement droit (BAEL)et d'anmge (EC2)................................112
43 A d h é m e des barres courbes ..............
...........
431 Variation de l'effort le long d'une barre courbe................................................
112'
1W
432Resuiitions des règles BAEL pour Les mcrages courbes...............................114
4321 Rayons de courbure6 minimaux. .................................................................
114
4322Modes d'ancrage usuels ..............................................................................
Il4
4323 Méthode de calcul d'un ancrage CO& ......................................................115
4324 Application aux aochcts noummx. .............................................................
116
433 Resuiitions des *es EC2 pour les ancrages courbes....................................118
4331 Diamitres minimniix des mandrins de pliage ..............................................
118
4332Types d'ancrage ...........................................................................................IL8
4333 Longueurs d'ancrage requises .....................................................................
119
434 Règles BAEL .....................................................................................................
119
44 Eiïorts.exercéspar une barre courbe sur le bétom., ............ 12û
441 Poussée au vide.................................................................................................. 120
442 Condition de non-éassniient du béton ............................................................ 121'
45 Jonction par muvrement.- ............................. , ......124
451 Recouvmnent des barres fendues................................................................... 124
m .
...
...
.

4511 Transmission des efforts........................................................................... 124


4512 longueur de recouvrement L ....................................................................... 125
4513 Annatures de coutux............................................................................... 126
4514 Banes couvre-joiots - cha^îges................................................................ 128
452Recouvrement des barres comprimées en permanence......................................129
4521 Longueur de recouvrement 1:..................................................................... 129
4522 Armahnes de coutures à disposer sur la longueur rp.................................. 129
453 Presaipîions de I'EC2 c o n c e r d les recouvrements...................................... 129
44 Ancrages et moumments des treiüis soudés.. ..........
461 TreiUis soudés formés de fi lisses................................................................131
,.,.
. 1311
.. ................................................................................................
4611 DCfinitio~~~ .. 131'
4612 Ancragesrectiligncs.................................................................................. 131'
4613 Anaages par courbure............................................................................... 131'
4614Recowrements.......................................................................................... 132'
462Treillis soudés forniés de Pià haute adhérence............................................... 133
463 F'resuiition de l'HZ2 concemant les breiiüs soudés........................................... 133
4631 Diamètres miohaux des mandcii de pliage..............................................133
4632Longueur d'ancrage ..................................................................................... 133
4633 Longueur de recouvranent ........................................................................133
,...........i
49 Bibliopphie&Ieetionnée d~ chapitre IV ... ........ 134

V Hypothèses m t dorin6es
pour les calculs sous
seIlicitations normales

52 Calculs vis-à-visdes E.L.U.R sous sollidtations normales.. ...... 135


521 Hypoii~èsesF - 6 .................................................................................... 135
5211 Hypothèsesadoptées par les règles I3.ILE.L (A432) ........................................
135
5211 Hypothèsesadoptées par 1ZC2 (A432). ............................................................
136'
522Ditagrammes Confmhtes-Déformations de CalaL .................................................
136'
5221 Acier ..........................................................................................................
136'
5222Béton ....................................................................................................... .
137

53 Calcuis vis-à-visdes E.L.S. sous soilicitations normales.. .. . . ... .. 1392


53 1 Hypothéses Fondementales..................................................................................
139'
l

532 Conséquencesde ces hypothèses -Coefficient d'équivalence .................................


139
533 Hypothèses supplémentaires................................................................................... 139' !

534 k i p t i o n s des Règles B.kE.L............................................................................ 140 i


1
73 1i Différents aspects de la distribution des contraintes de compression du béton 156 .
.
7312 Moments fimtières ;DéFinition du pivot ;..................................................... 157
732DOM& Générales concernant les ELS................................................................ 157
7321 D S k n t s aspect de la distribution des contraintes................ 157
7322 Moment frontière (moment résistant béton) ;Défition des pivots ................158
733 Equations génkales de la Fiexion pour une section à deux nappes d'amntures ..... 158
733 1 Les équations de compatibiitL.................................................................... 159
7331 1 Cas de 1EL.U.. ......................................................................................... 159
73312 Cas de 1'EL.S............................................................................................. 159
7332 Les équations d'équilibre ................................................................................. 161
734Cala1 des contraintes nonnales en service pour une section quelconque en flexion
simple ....................................................................................................... 167
74 Section rectangulaire en flexion simple- ......... 170 .,. .
741 Section ~ c i n n g u h ksans aciers comprimés :Cas de la Fissuration Peu Préjudiciable
.............................................................................................................
1 IV
7411 Sections d'-hues tendues nécessaires pour que 1'ELU.R ne soit pas atteint
........................................................................................................... 170
74111 Coefiient de rempliçsage iy ;Coefficient de centre de gravité & , ..........170
741 12 Moment boxiém M*s ................................................................................178
741 13 Contrainte de I'aciex.............................................................................. 179'
74114 Section d'armatures k................................................................................ 180

(CALCUL DES ARMATURES D ~ J N SECTION


E RECTANGULAIRE EN
FLEXION SIMPLE .ORGANIGRAMMES .)

74115 Section A. d ..
e................................................................................. 18Z2
.
7412 Sections d'acmatures né<zssaires pour que les ELS ne soient pas atteintS.... 182'
74121 Généralisation de la notion de coeffïcieht de remplissage et de coeff~cientde
centre de gravité ................................................. .................182'
.......................................
74122Section d'armatures nécessaires pour que l'état-limite de compression du béton
en service ne soit pas atteint........................................................................................... 184
7413 Discussion :Notion de moment-limite ultime h L............................................184
.
(CALCUL DU MOMENT L I M m ULTIME 24 . .ORGANIGRAMME -)
7414 Calcul pnitiquc..................................................................................................189'
74141 Calai exad ............................................................................................. 189'
74142Formules ap&ées .................................................................................189'
742 Section recîaugulake avec aciers comprimés .Cas de la nsniration peu préjudiciable
............................................................................................................
190
7421 Principe général de calcul................................................................................. 1%
7422 Cas où la -ion A'n'est pas imposée .............................................................
191
74221 Diensionnement par 1TX.S. ...................................................................
191
74222 Diensiorniement par 1'EL.U................................................................. 193
7423 Cas où la sedion A' esl impoçéc......................................................................197
7424 Cas où i'on désire A=A.' ................................................................................... 197
743 Sertion rectangulaire avec ou sans aciers comprimés .Cas de la f~ssuration
Mjudiciable ou T A Pkjudiciable................................................................................ 198
743 1 Moment résistant béton..................................................................................... 198
7432 Calcul des armatures daos le os W la section A' n'est pas imposée ................201
7433 Calcul d a amatmes dans le cas ou A' est imposée 204 .......................................
744 Dimemiornement d'une section rectangulak .........................................................
204
.
745 Vérification à I E L U d'une section rectangulaire avec ou sans aciers comprimés205
745 1 CESde la section sans aciqs comprimés ..........................................................
205
7452 Cos de la section avec aciers comprimés ..........................................................
206
74521 Calcul de la position de l'axe neutre,
.
..........................................................
206
74522 Calcul de it& ............................................................................................... 207
746 Calcul des conîcaintes d'une section rectangulaire avec ou saos aciers comprimés
(E.L.S.) ............................................................................................................
207

75 Section en T (à tablede compression).


75 1 Dimemionnement à I'ELU
., ...... ......,.. ...........................
"
................................................................................ 210
2W
75 11 Dimensiornement à l'aide du diagramme rectangulaire............................... 2 1
75 12 Dimensionnement à J'aide du diagramme Pmbole-Rectangle (A'-0).........214
752 Dimeosionnement par 1 E L S..............................................................................217
752 1 Calail de MT, ............................................................................................. 218
7522 Calcul de k, losqus M, > MT, ................................................................ 219
75221 h i e r mode de calcul, avec une valeur approchée de z (A1=O)..........219
75222 Deuxième mode de calcul..................................................................... 220
753 Calcul des contxaintes nonnales en senrice.........................................................222

76 Section simplement fléchi


....,..e ............. -........... 224a
761 C a b 1 à 1'E.L.U .....................................................................................................
224a
762 Calcul de la seaion d'aciers nécessaires pour respecta l'état limite de compression
du béton en service ...........................................................................................
; 225
763 Discussion :Moment Limite Ultime ....................................................................
226
.
77 Sections trapezo~dales . ... "....... .. -..
Petite base & &té comprimée..............................................................................229
771
772 Petite base chi cote tendu .. .....................................................................................231
79 Bibliographie sélectionnée du chapitre 7 ...,....- .,. ....... 232

.
V l l l Flexion composée
80 Définition .Centre de pression .Excentnei
.,........ét ,.,..... 233
81 Sollicitations à considérer..-.. ................ ....... 235
8 11 Flexion composée avec traction...........................................................................
235
8 12 Flexion composée avec compression. ..................................................................235
82 Sections paxtiellement comprimées.. ...................
237
....Méthode
821 . .. u . c.........................
eénérale de calail mr assimilation à la flexion simpl 237
82 11 Détermination des sectionç d ' m e
m

...........................................................237
8212 Section minimale ..............................................................................................238b
822 Application au dimensionnement par 1'EL.S .......................................................2 4
823 Applicntion au dimensionnement par 1'E.L.U. .....................................................241
823 1 S e i o n Rctangulaii ........................................................................................241
8232 Section à table de mnipression ........................................................................ 243
83 Sections entièrement comprimées.. ....... .................
2A4
831 Dimensiornement par I'ELU. (Pivot C.Fégion 3) ...............................................
244
.
8311 Sedion recbu~guiaiid deux nappes d'armatures .............................................244
8312 Section à table de compression ........................................................................25ûc
832 Dimensiornement par I E L S ................................................................................
84 Sections entièrement tendus..
84 1 Dimensionnement par 1'E.L.U
..
...............................................................................
251
842 Dimensiornement par 1"ELS.................................................................................252

85 Abaque et diagramme d'interaetioil.. ........................ 2 5 3


851 Abaque iype Caquot (ELS). .................................................................................253
852 Diagrammes d'interaction @LU.) .......................................................................257
8521 Courbe d'iiteradion .........................................................................................257
8522 Diagiamme d'interadio n. ..................................................................................260

86 Calcul des contraintes normales


861 Sedion entiérement comprimées.
.............. i.............. 2 a
..........................................................................2@
862 Section entiérement tendue ...................................................................................
. . .......................................................................... 265
863 Sedion partiellement comprunee 265

87 Condition pour qu'une section rectangulaire soit e n t l é r e n t


comprimée sous les solOcitations agissantes ultimes..., ......... 269
88 Section carrée néchie dans un pian diagonaL ............ 272

83 Bibliographie sélectionnée du chapitre 8.......... 272

2 . IX Flexion deviee

91 SolOdtations. à considérer......~-..................IIS.-IIS..........IIS.....-.....274
.
9 11 Flexion déviee siumle ...........................................................................................274
................................................................
~ -~ .
-7- ~ ~~

912 Flexion déviée annpmée avec traction 274


913 Flexion déviée wmposCe avec compression ........................................................ 275

92 Méthodes de cakul à I'ELS.


921 Flexion déviée simple : Abaque de J.Riidmger
..................................................................
....... 276
277
922 . Fkxion déviéc composée : VénGcation des conkaintes ......................................280
9221 Saction entikemkt comprimk .......................................................................280
9222 Abaques de Amussopoulos pour les sections pactiellqent comprimées .......281
93 Méthodes de calcul a L'ELU ................
931 Section rectangulairessans aciers comprimés en flexion déviée simple.
. . ...............
.2 82843
9311 Dimensionnement des armatures. .....................................................................
293
93 12 VCrication des sections
932 Sedion redanguleirc avec aciers mniprimés .
.
..................................................................................
............................
933 Sedons rectatigulnires en flexion déviée mniposée............................................297
933 1 Méthodes ramenant la flexion déviée à deux sections droites......................
9332 Méthodes de rédudion à une flexion droite unique..........................................307
295

297
9333 Méthode "Montoya"..........................................................................................309

94
941
Abaques "enrosette" ..-..-..,.. - ..-..".........-... . ........... . .3 1 1
Surfacesd'intmactio n............................................................................................. 311
942 Application aux &ions rectangulaires ............................................................. 314
9421 Equations gén&d es.......................................................................................... 314
9422 Utiliisûtioni. des akaques en rosette.................................................................... 316

95 Méthodes de eakul par itéractiou ................................. 3 1 9


99 Bibliographie sélectionnée du cbapitre 9...................................... 322

10.1 Comportement expérimental des poteaux soumis à ia compression


n
centréen-..-.-...
10.11 Essais à mmctère +tif
.
...
...
...
...
...
...
...
...
...
. 3m
et démonshati£........................................................
324
10.12Essais de recherche ...............................................................................................
326
10.13 Conclusions à tirer des essais de poteaux............................................................. 942

10.2
.
Elancementd'unpoteau..
. . .. ........-..-.... ..-.. . . - ......... 327
10.21 Définitions ............................................................................................................
327
10.211 Eianament dcaniqu . . .
e ................................................................................
327
10.212 ~ h c e m e ngéomekiqu
t .e .
...........................................................................329
10.22Cas @culiers .....................................................................................................329
103 Armatures de peauK."
10.31 Amui-
.,.. " -..... .... ........................
"
...................................
1ongitudmales...................................................
329
329
10.32Amiatures transversales. ........................................................................................ 330

10A Méthodes de ealeuL ..-.."....-....-...............................................................


10.40E d a t i o n de certaines données de base
.. ........-. ....... 3 3 1 331
10.41Effolf normal résistant ttiéorique ..........................................................................
332
.........................................................
332
10.42EfFoanomial limite selon les règles BAEL-
10.43Détenuination des ................................................................................
334
10.431 k m t w e s longitudmaler ............................................................................
334
10.432 Armatures transversales .............................................................................
334
IO.44Dimensiomement.................................................................................................
335
10.45 Abaque pour le calcul des poteaux. .......................................................................
338a
XI E t a t Limite d e Stabilite .
de forme [flambement)
. 11.û n c ..t............................................. ..................339
r
e
11.01 Le phénomène de Flambement ............................................................................ 339
11.02 D i a l t é de l'étude du phénoméne de flambement............................................. 340
11.03 objet du présent chapiXre...................................................................................... 34t

11.1 Rappel des résultats de la théorie élastique ............... 341


11.1 1 Le flambement "Eulérien" ....................................................................................
341
11.11.1 Poteau bidiculé soumis à une charge centrée Charge aitique d'Euler 341 ....
11.11.2 Poteau soumis à une charge excentrée .........................................................
342
11.11.3 Amplifkatkmdumoment .............................................................................343
11.12 Méthode de vérification des anciens règlements ..................................................344
11.12.1 Circulaire miaistérielle de 1934 .Fomiule de Rankine ............................... 344
11.12.2Règles BA 1960 ....................................................................................
.;......345
11.12.3.Règies CCBA 68 ..........................................................................................
345
11.13 Critique des méthodes élastiques .......................................................................
345

113 Comportement expérimental des poteaux en béton anné


11.21 Comportement çous M e de a m t e durée
.,.,... 346
........................................................
346
11.22 Comportement s w s charge de longue durée .......................................................
347
11.23 Contrôle expérimental de la validité des hypothèses de calail ............................348

113 Paramètm Muant sur l'état-limite ultime atteint par le


.
m e n t ...................................................
11.31 Longueau de flambement -élancaneut-
348
...............................................................
348
11.32 Ecentricité de ia force extérieure ........................................................................350
1133 DurCe d'application des actions (fluage) ...............................................................352
11A Méthode p ~ n a n en
t compte un moment "complémentairew ...........352
11.41 Considérations Oe rs- ...... ............................................................................
1 1.42 ~ é t h o d approximative
e de d ~ du moment
1 mmplémenta&
~ ~ 352
..........................354
11.43 Méthode simplifiée d a règles BAEL (A4.35.) ...................................................355
115 Justifications vis-à-vis de i'état-limite u b e de stabilité de forme selon
les règles BAEL (A4.4 et annexe E7)
11.51 Principe des justifications BAEL
356 ................
.........................................................................356
11.52 Soliichtions et hypothèses de calcul ...................................................................
356
11.52.1 Soiiicitations agissanîes de cala11 .................................................................356
11.53 M d é s de calail ...............................................................................................
358

11.6 Justifications sebn L'EC2 .............. ..-.. . ..-....... .......... ....-.......... 359a
i .....35%
11.61 Généraiités ......................................................................................................
11.62 Classification des ossatures et des éléments d'ossature ........................................ 35%
11.62.1 Eliments de antreventement ....................................................................... 35%
11.62.2 Stnichues contreventées et stn~cturesà noeuds fmes ................................... 35%
11.62.3Poteaux isolés ...............................................................................................359b
11.63 Imperfections géométriques .................................................................................35%
1 1.64 Hypothèses de d a i l ............................................................................................359f
1 1.65 Méthode générale de calcul .................................................................................. 359g
1 1.66Méthode simplifiée pour les éléments isoléç ........................................................359g

11.7 Méthodes simpüfiées des vérifications de i'état-ümite de stabiüté d'un


.
poteau isolé Application des règles BAEL
11.70 Casde base
360: ............................ ....
......................................................................................................... 360a
1 1.71 Hypothèses générales ..................................................................................... 3 6 0 b
11.72 Hypothèses simplificatrices pour le calcul des moments du seoond ordre ..........36ûb
. 11.73 Equationç du problème .........................................................................................
... 361
11.73.1 Excentricite exteme"
.... ...................................................................................
362
1 1.73.2 Ezcentricite mteme" ................................................................................. 362
11.73.3Critère d'instab'dité ........................................................................................364
1 1.73.4 &de de l'équiliire par la représentation graphique de P.Faesse1 ................ 365
11.74 Méthodes pratiques ..............................................................................................
367
11.74.1 Utilisation des rables ..................................................................................... 368
1 1.74.1.1Tables numériques d'état-limite ultime ................................................368
11.74.1.2 Table du manuel "flambement" du CEB (modèle p372) ......................371
1 1.74.2Abaques .........................................................................................................
371
11.74.2.1 Abaques de Capra .................................................................................371
11.74.2.2Abaques tirés du manuel "flnmbement" du CF33 ................................. 374
1 1.75 corredions diveses ............................................................................................
; 376
11.75.1Prise en compte d'une variation de i'effort narmal le long du poteau 376 ..........
11.75.2 Prise en compte de la variation du moment du prwier ordre le long du
poteau .....................................................................................................
380
11.75.3Poteaux bi-articulés soumis à des moments différents à leurs deux
exWtés ....................................................................................................
381
1 1.76 Application des ~ssaturesconîreventées ..............................................................
381
11.76.1 Calcul du contreventement ...........................................................................382
1 1.76.2 Calcul des poteaux de l'ceahme ...................................................................
382
11.77Méthodes dites "de l'équilibre" ............................................................................
382
11.77.1 Méfhode basée sur les déformations intemes ............................................... 382
1 1.78 Méthode basée sur in rigidité ..........
i................................................................... 386
11.78.1 Priiipe .........................................................................................................
386
11.78.2Application au dimensionnanent d'une ossature non contreventée ............. - 387

11%Méthodes de véiification proposées par l'JE2


1 1.8 1 Méthodes simvlif~éesDOW les poteaux isolés
..................................
388
......................................................
. 388
11.81.1 ~énéralités....................................................................................................
388
1 1.8 1.2 Méthode de la "colonne-modèle" .................................................................
390

11.9 Flambement biaxial des poteaux à seetion rectangulaire


11.91 Méthode générale
.. ..-......,. 3911
"
.................................................................................................
391b
11.92 Méthodes simplifiées ............................................................................................
391d
1 1.92.1 Vérif~cationsséparées au flambement "monoaxial" .....................................
39ld
11.92.2Méthode simpliiée basée sur la méthode de l'équilibre 391 ..............................
11.10 Bibtiographie séiectionnée du chapitre XI ....................... ".............393
12.0 Définitions
. . et notations . .,... ..... ...... ...................
12.01 Définition............................................................................................................. 395
395
12.02Notations ............................................................................................................... 395

12.1 .
Effott de giissement Contraintes tangentes ...........
12.1 1Expressions générales déduites des calculs élastiques ......................................... 395
k.395
12.12 Application :Contrainies tangentes sur un plau normal à la sedion droite parallèle à
l'axe neutre .....................................................................................................................
397
12.13Effets des conh-ahtes tangentes ............................................................................ 398

12.2 Comportement expérimental de poutres fléchies. sous l'effet de


l'effort tranchant
12.21 Dispositiorts particuliéres aux es& de poutres à l'effort tranchant .................... 400
12.22Poutres saos ~nnaimes k e ............................................................................... 401
12.23 Poutres comportant des amaimes d'âme "droites" ..............................................
401
12.24 C s de poutres w m m t des ~rmaturesd'âme sous forme de cadres ou d'étriers
inclinés ...........................................................................................................................
403
12.25Cas de poutre. comportant des barres relevées à 45" au v o k i i g e des appuis 403 ....
123 Principes généraux des vériiications à l'effort tranchant
1231Règles BAEL
.... M a
........................................ :...............................................................#a
12.32EC2 .......................................................................................................................W b

12A Elémenîs dépourvus d'armatures d'effort tranchant . ..


,. 404b
12.41 Règles BAl3, ........................................................................................................
404b
12.42 EC2 .......................................................................................................................
a b
i
,

125 Eléments munis d'armatures d'effort tranchant. .... . ..


, 40rle
12.51 Conduiie des calcuk par référence à un modèle de hiliii ..................................404e
12.52Equatiom du problème ..........................................................................................
40%
12.52.1 Limite imposée par la compression des bielles de béton 4û5c .........................
12.52.2 Limite imposée par les annatures d'âme ................................................
4û5c
,

12.53 Prescrptiiom des régies BAEL ..........................................................................


A09
12.53.0 Rigkpréhidre ...................................................................................
409
12.53.1 Charges appliquées au voisiige d'un appui ;phénomène de t *on .
direde ...................................................................................................................
409
12.53.2 Vérincation de la tésitance du béton de l'âme .......................................
411 I

12.53.3 Vérincation de la réçistance des annatitees d'âme ...................................


412
12.53.4 Cas patticulier des amrahiresd'âmes &tes ...........................................
414 1
12.535 Bases relevées à 45O ..............................................................................
418
12.53.6 Cas des scctioos circulaires ou a n n u l a i ...............................................
420
12.54 Prescription de l'EX2 pour les éléments de hauteur constante nécessitant des
armatures d'effd lmwbnt ............................................................................................
421b
12.54.1 Méthode standard ....................................................................................
42Lb
1254.2 Méthode de 15~1cüuaisonvariable des bielles ..........................................
42Le
12.54.3 Elémeut de hauteur variable ....................................................................
422a
12.54.4 Dispositions mnstnictives .......................................................................
422b
i
12.54.5 Marche à suivre pour une"inclmaisoovariable ........................................
422d
12.54.6 Comparriison avec les régles BAEL ........................................................ 422e
12.55 Dalles et poutres-dalles sous sollicitations d'effoa branchant ..............................423b
!
12.55.1 Difllut~ons
. . ...............................................................................................
423b
12.55.2 Armatures d'effort t r a n h t .................................................................
4Bb
12.55.3 Fonxs localisées .Armatures de poinçonnement ................................... 423c
12.6 Couture des plans internes soumis à des actions tangentes .... 424t
12.61 Règles des ooutures généralisées (BAEL A.5.3.1) .............................................. 424d
12.61. 1Enon& de la règle des mutmes ...............................................................424d
12.61.2 Détermination des armatures de couture doos le cas le plus général .......424d
12.61.3 L i n des menibnires d'une poutre avec i'âme .....................................
426
12.61.4 Surfaces de reprise ...................................................................................
428

E.7 Zones d'npplicaîiom des efforts ......... -.....................................................


................ .423
428
12.71 &~@~ ..........
.$~&fl~6.,,. ... j'(BAFL
...,..t ~M.tlkA.5.1.31)
12.72 A;@pui&t@Ïm&,@ @AEL A.5.132) ....................................................... 430b
_, ,,..,3 .,.?,

12.73 Resuiption de I'EC2 ..................................................................................


43 la
12.74 J3forts entra-hant la mise en traction transversale de i'âme d'une poutre (BAEL
A-5.1,33) ., w ï s d ................................................................
431b

12% Entrainement des armatures ...... ..........


12.81 Le phénomène d'entraînement des amiatures .............................................
........
433
433
12.82 Calcul des contdntes d'adhérence ............................ :................................434
12.83 Conhainte d'adhérence limite .....................................................................434
12.84 Cas particulier des treillis soudés ...............................................................
435

12.9 Bibliographie séiectionnée du chapitre 12;.. ............... 435

13.0
. . . . .,..-..l......-..-..U..,..-..Y....
Generahtes 436
U.1 Comportement expérimental des éléments en béton armé soumis à hi
torsion .................................. 437
132 Torsion d'équilibre et torsion de compatibilité ........... 441
133 Méthodes de calcul. .....................................................................................
............... 442
442
13.3 1 Théorie de la flexion b i i
13.32 Méthode du treillis spatial ....................................................................................443
13.4 Résisîance à la torsion cireuiaire d'une poutre. caisson (BAEL A-
5.441) ., ................................. 444
13.41 Exp~sçionduflux de la contrainte tangente de torsion (rappel RdM)................
444
13.42 Contramte tangente de torsion ..............................................................................
446
..
13.43 Hypothèses simplificatricesde base du treillis spatial .........................................
447
13.44 Equations d'équhbre .........: ..................................................................................
448
13.45 Vérification de la sécurité ................................................................................... 451
13.46 Remarque sur la condition reiative à la compression des bielles de béton ..........452
13.5 Résistance d'une pwtre à seetion plaine à ia torsion circulaire 452 .
13.6 Prescriptions des règles BAEL pour la torsion ............
13.61 Contrainte tangente ultime de torsion (BAELA.5.4.2 1) .................................... 453
,453
13.62 Vérification du béton (BAEL A.5.4.3) ............................................................... 4%
13.63 Vécification des annatures (BAEL A.5.4.4) ........................................................455
13.64 Disposition des armatures de torsion ................................................................... 457

13.7 Prescription de I'EC2 pour la torsion ..................


13.71 Rmcipe général de la justification ....................................................................... 458
458
13.72 Epaisseur des parois ............................................................................................. 459
13.73 Couple de torsion résistant Tm. ......................................................................... 459,
13.74 Couple de torsion résidant Tm2 ........................................................................... 46û
13.75 Sollicitations combinées ....................................................................................... M
13.75.1 Torsion combinée à une flexion simple ou composée .................................. 460
13.75.2T o ~ i o net effort tranchant w n i b i ........................................................... 4 1
..
13.76 Dispositions constructives .................................................................................... a 2

î3.9 Bibiiographie sélectionnée du chapitre 13 .................... ,. .... 462

XIV Sommaire Géneral


I

DONNEES DE BASE

1 - GENERALITES

2 - MATERIAUX

3 - ACTIONS ET SOLLICITATIONS

4 - ADHERENCE
1

GENERALITES

/ 1.1 - PRINCIPE DU BETON ARME

Le béton e s t un matériau obtenuenmélangeanten proportions convenables


'-1 1
e t de manière homogène :

- du ciment,
1 - un "granulat" composé de sable e t de matériaux pierreux ( g r a v i l l o n s , c a i l l o u x ) ,
,J
- de l'eau.
(51
i
I
Le mélange f a i t p r i s e puis "durcit", ce q u i se t r a d u i t par un accrois-
sement de ses r é s i s t a n c e s à l a compression e t à l a t r a c t i o n . La première a t t e i n t
des valeurs élevées (couramment, en moyenne, 25 à 35 m a ) , mais l a seconde r e s t e
-7 relativement f a i b l e (de l ' o r d r e du douzième de l a r é s i s t a n c e à l a compression
1 c'est-à-dire de 2 à 3 m a ) e t i n c e r t a i n e . Le béton e s t doncunmatériau f r a g i l e .
Pour p a l l i e r l e s inconvénients r é s u l t a n t de c e t t e f r a g i l i t é , on associe au béton
(-1 des armatures en a c i e r : l e matériau a i n s i obtenu e s t l e béton armé.
i
La présence d'armatures dans l e béton ne s u f f i t pas à faire de celui-
c i un béton armé.
i
J
Il f a u t en plus une organisation s t r i i c t u r a l e spécifique portant sur ler
formes des pièces, a i n s i que sur l a q u a n t i t é e t l'agencement des armatures.
- l
l Principe nO1

Tout élément d o i t être armé suivant t r o i s directions non coplanaires,


généralement orthogonales.

Toutefois, l e s éléments de f a i b l e épaisseur ( d a l l e s ) ne sont générale-


!1
.-~
ment armées que dans deux d i r e c t i o n s , p a r a l l è l e s à l e u r feuillet'moyen ( v o i r
exemples de f e r r a i l l a g e , f i g . 1 ..1, e t 1 . 2 ci-après). .
!
1

i
'~~ Principe n02 . .
~.I 1

' i
~.~. Seuls peuvent ê t r e considérés corne "éléments en béton armé" c e m
qui sont encore aptes à jouer leur rôle dans l a structure dont i l s font partie
, I
'
, lorsque, Za résistance à l a t r a c t i o n par flexion de leur béton c o n s t i t u t i f e s t
... nulle.
supposée
'i- -1
('1 Co~trairemdà ce qm I Ln &d souvenk, le bébr na #sèdre'' pas, k du=issemC
-,
i n r a F pas dû à u n e perte d ' w , mais à une &ckon chimi9oe dfhydrakafion du chen;. Si k be'.
devait sd&er, cornmenb &vrai{-en pu lbkili~rddns des 0uvrLyz.s manfimes, où il os&souue&
Ï] cerlb' sous Ilmu 73
Poutre encastrée 4 une extrémité, reposant librement sur un àppui
intermédiaire, avec porte-à-faux.

Schéma de la Résistance des Matériaux:

T
C
' C
-C -
4 1 . r r - r ~
C 7-
4 - 3

+
T
---
-+ __.
0 T T C C

&dm ou if

Rolc des armaha d 2 ~ :

Figure 1.1

---- ---
Exemple 2 (fig. 1.2)

Dalle encastrée 3up SOU contoul:


L'application de ce second principe conduit :

1 - à toujours mener les calculs comme si le béton avait effectivement une


résistance nulle à la traction, donc à déterminer les armatures des zones
tendues pour qu'elles soient capables d'équilibrer la totalité des efforts
de traction développés par le fonctionnemint mécanique de.la structure.

2 - à toujours prévoir une quantité d'armatures tendues au moins égale à celle


nécessaire pour équilibrer la force de rupture par traction du béton tendu,
supposé non armé (condition de non-fragilité, définissant le pourcentage
minimal d'armatures tendues).

1.2 - FORMES USUELLES DES ELEMENTS

En béton armé, on retrouve constamment :

- le poteau, élément vertical porteur,


- la dalle ou hourdis, plaque plane horizontale de faible épaisseur par rapport
à ses dimensions en plan,
- la nervure, élément prismatique, à section généralement rectangulaire.
L'association hourdis-nervure constitue une poutre en T ou à table de
compression (fig. 1.3).

La combinaison poteau-hourdis-nervure donne la solution classique pour


réaliser des planchers.

- le voile plan ou courbe délimité par deux surfaces planes ou courbes, l'épaisse
é t a a i b l e vis-à-vis des dimensions de surface.

La combinaison voiles plans-hourdis aboutit aux poutres-caissons


(fig. 1.4).

4-

Figure 1.3 Figure 1 .&


l i
i
Avec des voiles à simple ou double c o u r b u r e , o n r é a l i s e d e s c o u v e r t u r e s , .
des réservoirs, des réfrigérants, etc..
-1 l
' 1.3 - EVOLUTION DES METHODES DE CALCUL DU BETON ARME

Après une période de rela.tive stabilité, jusqu'aux environs de 1945,


les méthodes de calcul des constructions en béton armé ont subi une évolution
continue qui a abouti, à la suite de concepts qui se sont développés au cours
des dernières années, à une modification profonde des principes mêmes sur lesque
reposaient ces méthodes.
Les changements successifs ont résulté :

- d'une part, d'une connaissance plus précise du comportement du matériau bé


armé, acquise à la suite de nombreux essais effectués dans différents pays ;
- d'autre part, d'une évolution dans la notion même de la sécuritédesconstruct
où l'on est passé d'une conception de caractère déterministe à une conceptio
caractère probabiliste ou plutôt semi-probabiliste,ainsi que nous leverrons
en 1,33.

Un rappel de cette évolution est nécessaire pour en mieux comprendre


les raisons et la portée. Auparavant nous devons nous livrer à un certain nombr,
de considérations à caractère général.

1.30 - CONSIDERATIONS GENERALES

Un ouvrage doit être conçu et calculé de manière à présenter durant


toute sa durée d'exploitation des sécurités appropriées vis-à-vis :

- de sa ruine ou de celle de l'un quelconque de ses éléments ;


- d'un comportement en service susceptible d'affecter gravement sa durabilité,
son aspect ou encore le confort de ses usagers.

Or un certain nombre de facteurs sont susceptibles, par leur interven


tion isolée ou combinée, d'influer sur la sécurité d'une structure et éventuel1
ment de la compromettre. Parmi ces facteurs on peut citer :

- la définition des actions appliquées à l'ouvrage,


- les propriétés des matériaux constitutifs,
- la détermination des sollicitations .CM, N V ,T)
- les méthodes de calcul des sections,
- les règles de détail (disposition des armatures, enrobages, recouvrements,et,
- la qualité de l'exécution qui dépend elle-même :

. des règles de contrôle,


. de la qualification du personnel,
. etc..
Etant donné les incertitudes qui entachent ces différents facteurs, '
est nécessaire de prendre des marges de sécurité, sous la forme de "coefficien
de pondération" à introduire dans les calculs.
1") Selon le mode d'introduction des coefficients relatifs à la
sécurité on distingue :

a) les méthodes de calcul aux "contraintes admissibles" (coefficients "de


sécurité" appliqués uniquement aux "résistances" des matériaux, voir 1.31)

b) les méthodes de calcul à la rupture f coefficients "de sécurité" appliqués


uniquement aux "actions" qui, le plus souvent,sont des charges, voir 1,32)

C) les méthodes de calcul avec coefficients "de sécurité" partiels (appliqués


d'une part aux résistances, d'autre part aux actions et éventuellement, au1
sollicitations, voir 1,33).
2") Selon la conception même de la sécurité, suivant la manière dont i
on considère les paramètres de base, onidistingue :
1
!
a) les méthodes déterministes (paramètres de base considérés comme non-aléatoire

b) les méthodes probabilistes (paramètres de base considérés comme aléatoires).

Toute méthode de calcul devrait donc normalement apparaître comme une


combinaison des méthodes 1 a , ou 1 b , ou Tc, avec l'une des deux méthodes
2 a ou 2 b ci-dessus. En fait, il arrive souvent que ces différentes méthodes
s'interpénètrent plus ou moins (ce qui est très apparent dans la Normeallemande
DIN 1045 ou le Code am'ricain de I'ACI, mais est également vrai dans les Règles
BAEL).
Dans ces dernières, les lettres "EL" signifient "états-limites". Il
faut bien voir que ce mot, à la mode depuis une trentaine d'années, ne recouvre
en fait que des concepts connus et appliqués depuis fort longtemps.

En effet par le terme "état-limite", on distingue tout état au-delà


duquel une structure ou une partie de cette structure d e v i e n d r a i t i n a p t e à r e m p l i r
les fonctions pour lesquelles elle a été conçue.

Lorsqu'un état-limite est atteint, l'une des conditions requises de la


structure ou de l'un de ses éléments, pour remplir son objet etquiontétéfixées'
lors du projet, est donc strictement s a t i s f a i t e , m a i s c e s s e r a i t de l'être une foi:
franchi cet état.
Envisagées sous cet aspect, les méthodes "aux contraintes admissibles"
(1.3l)parexemple,. sous la forme où elles étaient utilisées autrefois, étaient
elles-mêmes des méthodes d'états-limites. On les retrouve d'ailleurs maintenant,
avec leurs hypothèses propres, pour justifier lesl'états-limitesde service".

!j..
1 Toutefois l'habitude s'est prise (et nous ferons donc de même) de
réserver le nom de "méthode de calcul aux états-limites" à la méthode de calcul
semi-probabiliste avec coefficients de sécurité partiels (combinaison 1 c: 2 b
selon la classification précédente).
..

' 11
1.31 - FETHODES AUX CONTRAINTES ADMISSIBLES

i-1 1.311 - Méthode "classique"


Cette méthode de calcul, que l'on a longtemps considérée comme la
seule scientifiquement valable, était la base des prescriptions des premiers
règlements : Circulaires Ministérielles de 1906 et de 1934 et dans une large
mesure, Règles BA 1945.
I
1
l
,'I. l Dans cette méthode, le modèle de calcul est le modèle élastique. En
particulier, les matériaux acier et béton sont supposés obéir à la loi ~ o o k e
:~1
1 -2
l
(u = E E ) . Pour chacun d'eux, la contrainte maximale u sous sollicitatians de
service,.~leu.l~ëe..~r les méthodes de la Résistance des Matériaux classique,
étendue aux pièces hétérogènes
- parintroduction d'un "coefficient d'équivalence"
.- .
!
I
.i1
i
et en négligeant le béton tendu, est bornée à une fraction -1
Y
jugée convenable
de la contrainte au-delà de laquelle 1e.matériau se rompt (béton) ou subit des
déformations importantes (acier). Cette contrainte - ou "résistance" f - peut
être évaluée en tenant compte (probabilisme) ou non (déterminisme) de la
, . dispersion des résultats d'essais.
-
La contrainte maximale admissible u est ainsi définie par U = -fY
et la condition à vérifier est donc:

où y ( > 1) est un coefficient global tenant compte de toutes les causes


d'incertitude.
1
Si la fraction ;est fixee une fois pour toutes indépendamment du
1
mode de sollicitation des pièces (méthode "classique") onaboutitàdescoefficit
de sécurité non homogènes, car variant selon ce mode de sollicitation, et p :
voie de conséquence, à un dimensionnement parfois surabondant (Circulaires
Ministérielles de 1906 et 1934 , Règles BA 1945).

1.312 - Méthode classique "aménagée"

L'un des moyens de pallier l'inconvénient qui vient d'être mentionnh


consiste à apporter des correctifs à la méthode, en adoptant une fraction
1 variable en fonction de la nature de la sollicitation (par exemple, en tenar
-
.,
compte des phénomènes d'adaptation plastique qui se manifestent dans les pout
fléchies) de manière à obtenir, sans complications excessives, des coefficien
de sécurité homogènes (Règles BA 1960, Circulaire Ministérielle de 1964, Règle:
CCBA 68).

Un premier pas dans cette voie avait été fait dans les Règles BA 19
qui admettaient une légère augmentation des contraintes sur appuis des poutres
continues. Mais les Règles BA 1960 allaient beaucoup plus loin : c'est ainsi
dans une poutre fléchie de section rectangulaire, la contrainte admissible du
béton était double de celle d'un poteau soumis à la compression simple.

De même, les valeurs des contraintes admissibles des armatures d'âmi


sous l'effet de l'effort tranchant variaient en fonction de la valeur de la
contrainte tangente, afin de tenir compte des résultats de nombreux essais.

Les Règles CCBA 1968 reprenaient pour l'essentiel les prescriptions


fixées par les Règles BA 1960. La méthode de vérification des sections par
application de ces différents textes avait constitué un progrès notable par
rapport à la méthode classique.

1.313 - Critique de la méthode aux contraintes admissibles

Toute méthode de vérification en phase élastique, en limitant les


contraintes à des valeurs fixées d'avance, risque de présenter des inconvénient
graves dans tous les cas où les contraintes ne sont plus porportionnelles aux
sollicitations (M,N,V ou T) et donc aux forces appliquées, ce qui est
notamment le cas de la flexion composée. (1)

La relation 13.11revient à s'assurer que la sollicltation S / c'es


dire M , N , V ou T,abtenue pour une combinaison EQi d'actions de service (p,
exemple, de - charges), demeure inférieure à celle qui amènerait le dépassement '
contrainte u .Le principe de superposition étant ici applicable, S (CQ~) = C
et l'inégalité à vérifier peut donc s'écrire, sous forme symbolique :

(1) Attention aux notations : V désigne l'effort tranchant, T le moment de torsion


i
a) Considérons d'abord le cas où l'élément que l'on calcule n'est soumis qu'à
une seule action Q et où les sollicitations sont proportionnelles aux
actions appliquées. Sc conformément à la méthode des coefficients partiels,
on met en évidence les différentes causes d'incertitude (voir chapitre 3 ) ,
chacun des termes S , Q et f doit être affecté d'un coefficient de pondé-
ration et la condition à vérifier est :

avec
Y~ coefficient de pondération applicable à l'action Q considérée
S sollicitation ( M , N , V ou T) due à l'action Q .
u contrainte du matériau calculée élastiquement sous la sollici-
tation S fonction elle-même de Y Q . Q .

' ~ 3,m'
coefficients tenant compte des écarts possibles des sollicita-
tions et résistances par rapport à leurs valeurs moyennes.

Les sollicitations étant proportionnelles aux actions (forces) appli-


quées, dans l'hypothèse d'un modèle de'calcul élastique, on a :

avec Y; = YF3 YQ

Les relations 1 et 12.33 sont donc équivalentes, car 13.g


peut s'écrire, compte tenu de 12 . g :

c'est-à-dire

b) Considérons maintenant le cas où les sollicitations ne sont plus proportion-


nelles aux actions appliquées. Ce cas est par exemple celui d'une cheminée
en béton.armé (1) (fig. 1.5). Une section droite quelconque 2 est en effet
soumise :

, , (1) NOUS citons cet exemple car il est caractéristique. Vers la fin des années "kingt1l
',
i 1 en effet, un certain nombre de cheminées en béton armé, qui avaient été calculées
1
~

uniquement en vue de résister à un vent conventionnellement considéré comme "normal


se sont rompues à mi-hauteur sous l'effet de bourrasques. 1

i1
- à un effort normal N (dû au poids propre G
de la partie sttùée au-dessus de la section -
considérée),

- à un moment M dû à l'action Q (ici,le vent

Les contraintes extrêmes o et o *LI


max min
cette section droite se calculent par les forr:
classiques de la Résistance des Matériaux :

= N Mv
max + Ï

= -N- - MV
min S 1
N
Figure 1.5 qui comportent une partie fixe oG (N) = -
S
due au
poids propre et une partie variable o (Ml du
au moment de flexion(&alva
I
au wnFrede 9ravih'G de 5 ) . Q

Le poids propre et le vent constituant deux actions ne donnant pas 1'%


aux mêmes incertitudes, il faudrait écrire, au lieu de L 1 . 3 ,en appliquan
toujours la méthode des coefficients partiels de sécurité :

Cette dernière formule n'est plus équivalente à . En effet la 13.O


méthode des contraintes admissibles reviendrait à écrire (voir : .a)
f
oG [N (G)f -
+ OQ [M CQ)] 5 -Y avecy = yl
F y,

OU encore

c'est-à-dire à affecter d'un même coefficient de pondération les contrain


ü
G et oQ dont les dispersions sont nécessairement très différentes,puisquc
les causes d'incertitude sur le poids propre et sur le vent ne sont pas du
tout les mêmes.

Ainsi, pour ne parler que du béton, la limitation de la contrainte '


une valeur admissible -f ne permet pas d'assurer que la construction ne s,
Y
rompra pas tant que Q ne sera pas multiplié par y . On est au contraire
certain que le coefficient de sécurité est inférieur à y :

Si donc les actions extérieures viennent pour une cause quelconque à


dépasser la valeur maximale théorique Q prise en compte dans le calcul (e
en particulier pour le vent comme pour toute autre action "naturelle", cett
éventualité ne peut être écartée a priori), la contrainte maximale du béton
risque de croître beaucoup plus vite que Q et même d'atteindre la valeur '
la résistance à la compression. Ou bien encore, comme le montre la relation
13.g , dans le cas où omin est positif mais voisin de zéro, ce dépassemen
de la valeur maximale théorrque Q peut rendre unin négatif, et donc
entraîner un renversement d'effort puisque des tractions apparaîtront là où
l'on avait auparavant des compressions.
Pour se préserver contre un risque de rupture prématurée, il faut
vérifier que la section présente une sécurité suffisante vis-à-vis de la
rupture. On trouve là l'origine de la "vérification complémentaire de la
sécurité à l'égard des charges variables" (charges d'exploitation ou charges
climatiques), prescrik;e par les règlements français depuis 1945, et dans
laquelle les contraintes étaient déterminées après majoration des actions.

- METHODES DE CALCUL A LA RUPTURE

Le but idéal de toute analyse de résistance est la prévision, par le


calcul, du danger de rupture. Dans le cours qu'il professait à 1'Ecole Polytech-
nique Fédérale de ZÜrich,MORSCH disaiten 1912 : "Le but de tout calcul statique
est moins de déterminer exactement les fatigues causées dans un ouvrage par des
forces extérieures quelconques que de prouver que la sécurité de cet ouvrage
contre la rupture est suffisante. On devrait donc évaluer la résistance à la
flexion des constructions en béton armé en se basant sur la phase de rupture".
De même CONSIDERE, dans les cornentaires à l'article 3 de la Circulaire
Ministérielle du 20 octobre 1906, avait examiné l'idée d'un calcul à la rupture
où le coefficient de sécurité serait défini corne le coefficient d'amplification
par lequel il faudrait multiplier les charges pour provoquer-la rupture.

L'idée de déterminer les sollicitations probables de rupture d'une


pièce (par exemple, le moment fléchissant probable de rupture d'une poutre) en
fonction des caractères géométriques de la pièce (dimensions du béton, position
et section des armatures) et des caractères mécaniques du béton et de l'acier,
puis, par comparaison de la sollicitation de service et de la sollicitation
probable de rupture, d'apprécier si le coefficient de sécurité estsuff;isant,n'est
donc pas nouvelle.

A l'inverse dlailleurs,àpartir d'une sollicitation de service donnée


et d'uri coefficient' de sécurité fixé, on peut déterminer une sollicitation de
rupture et en déduire le dimensionnement des sections.

De telles méthodes sont ditestméthodes de calcul à la rupture!

Dans ces méthodes, le modèle de calcul est élastique pour les


sollicitations. Pour les matériaux, on adopte les lois o - E réelles.

La vérification consiste à s'assurer que la sollicitation S CM, N , V ,


obtenue pour une combinaison Z y Qi d'actions de calcul Q. majoré&par y
Qi I. Qi
f > 1 ) demeure inférieure àcelle qui amènerait le dépassement de la résistance f .
Sous forme symbolique, l'inégalité à vérifier est :

Les fonctions S (Q), R (f) n'étant pas linéaires, les inégalités. 17.21et 1-1.1g
ne sont pas identiques, et il ne revient donc nullement au même de mEnorer C s
résistances ou de majorer les actions.

Dans les "années cinquante" .il a existé en France une méthode de calcul
à la rupture, qui avait été mise au point par R. CHAMBAUD à la suite d'essais
sur des poutres en béton armé, qu'il avait conduits en 1 9 4 8 , avec l'aide de la
Chambre Syndicale des Constructeurs en Ciment Armé.

L'application de cette méthode était, dans certains cas, plutôt


a
laborieuse, mais elle permis de conserver, sans renforcement, certains éléments
d'ouvrages non conformes aux prescriptions des règlements alors en vigueur.
Toutefois, la méthode de R. CHAMBAUD. n'a jamais été officialisée et 1
Règles de Calcul du béton armé (Règles BA 1945', Règles BA 1960, Circulaire
Ministérielle de 1934 et Règles CCBA 1968),en imposant la vérification complért
taire de la sécurité, dont il a déjà été question ci-dessus, sous des charges
variables majorées (sollicitations du 2' genre) tout en co.:servant les princip
généraux et les hypothèses de base du calcul élastique, se bornaient donc à ne
demander qu'un "pseudo-calcul à la rupture".

1.33 - METHODE DE CALCUL SEMI-PROBABILISTE AVEC COEFFICIENTS PARTIELS DE SECURITE


(ETATS-LIMITES)
-
Les méthodes de calcul à la rupture permettent d'estimer d'une façon
assez précise la sécurité des pièces en béton armé et, par conséquent, d'avoir
des coefficients de sécurité sensiblement homogènes.

Toutefois, comme les méthodes élastiques le sont elles-mêmes vis-à-v


de la rupture, ces méthodes s'avèrent incomplètes car elles ne dispensent pas d
procéder à d'autres vérifications, dont on avait tout d'abord cru que l'on
pourrait se dispenser, suivant les méthodes élastiques sous les charges de ser

En effet, une structure qui une sécurité suffisante vis-à-vi


la rupture n'a pas nécessairement un comportement convenable en service (notam
en ce qui concerne les déformations et la fissuration) car les critères sont
absolument indépendants. Et, ainsi qu'on l'a vu, la réciproque peut aussi être
vraie dans certains cas.

Il convenaitdoncd'imaginer et: de mettre au poInt une extension et un


généralisation des méthodes de calcul : les méthodes dites"aux états-limites"
répondent à cet objet.

1.331 - Définition des états-limites


Les Règles BAEL g i à l'article A-1.2, donnent d'un état-limite la
définition suivante, plus précise que celleque nous avons donnée en 1,3 0::

Un "état-limite" e s t un é t a t particulier dans lequel une condition


requise d'une construction (ou d'un de ses éléments) e s t strictement s a t i s f a i t e
e t c e s s e r a i t de l ' ê t r e en cas de modification défavorable d'une action.
- 11 -
1

Les divers états-limites que l'on peut envisager peuvent être classés
11 en deux catégories selon le tableau ci-dessous (dG àR. FAVRE, EPFL, Lausanne) .

l. ETATS-LIMITES ULTIMES

'mettent en jeu la sécurité des


I
ETATS-LIMITES DE SERVICE

. sont liés aux conditions norma-


biens et des personnes (droit les d'exploitation et de durabili-
pénal). té (droit civil).

. correspondent au maximum de la . ouvertureexcessivedesfissures


capacité portante de l'ouvrage
ou d'un de ses éléments par : . compressionexcessive dubéton
1 - perte d'équilibre statique 1 . déformations excessives des . 1
- rupture de sections non éléments porteurs
ductiles ou déformations
plastiques excessives
. vibrations inconfortables pour
les usagers,ourendant lastruc-
- instabilité de forme tureimpropre àremplir safonctio
(flambement)
- transformationde lastructure
. étanchéité, isolation,
etc..
en un mécanisme

. critères de calcul : 1. critères de calcul :


- déformations relatives limites - contraintes admissibles (ou
(OU courbure limite) déformations admissibles)
- calculs de type "rupture" : - calculs de type "élastique" :
lois réelles (idéalisées) o - E loi de Hooke,coefficient
d'équivalence ...
L -1
1.332 - Origine des méthodes de calcul aux états-limites
, -1
Il
Les méthodes de calcul aux états-limites ont leur origine :

- d'une part, dans les recherches théoriques dans le domaine du probabilisme


concernant. la sécurité des constructions,

- d'autre part, dans le développement continu des recherches théoriques et I


1 '
l I
expérimentales sur le comportement des matériaux et des structures. I

i!
C'est à Marcel PROT et Robert LEVI que revient, en France, le mérite
d'avoir montré dès 1936 qu'il ne peut exister de sécurité totale en matière de
0 construction et d'avoir proposé des méthodes d'analyse statistique tenant compte
de la variabilité des divers paramètres influant sur la sécurité. Une telle
approche repose principalement sur la probabilité de ruine ou de dommages,
définissant un risque "calculé" qui puisse être accepté a priori.

ri

..i
Ces idées se sont développées sur le plan international; et ont donné
naissance à des principes de sécurité qui ont été exposés pour la première fois
en 1957 dans un rapport du Conseil International du Bâtiment, et adoptés par la
l
suite par le Comité Européen du Béton (1964), la Fédération Internationale de 1
Précontrainte (1966), l'organisation Internationale de Normalisation (norme
\Il11 internationale ISO 2394, 1972) et par la Convention Européenne de la Constructio
Métallique. ~ ~~ ~~ - ~
Ces principes de sécurité ont également constitué la base de la deuxii
édition des Recommandations Internationales CEB-FIP pour le calcul et l'exécut:
des ouvrages en béton (armé ou précontraint) publiées en 1970.

Depuis 1970, le Comité Euro-Internatipnal du Béton (CEB) a décidé q?..


les éditions futures de ses Recommandations Internationales devraient s'insére;
dans un vaste "Système International de réglementation technique unifiée des
structures", à établir par l'ensemble des associations techniques internationale
agissant en étroite collaboration.
Ir:
Les travaux, commencés en 1974, ont abouti à la publication en 1978 de
deux premiers volumes de ce grand ensemble, à savoir :

- le volume 1 : "Règles unifiées communes aux différents types d'ouvrages et


de matériaux" issu des travaux du Comité Mixte Interassociations sur la sécur-
des structures (J.C.S.S.)

- le volume II : "Code-Modèle CEB-FIP pour les structures en béton", issu des


travaux du Comité Euro-International du Béton.

Ces deux documents tiennent: compte de l'évolution scientifique et


technique qui a profondément modifié, au cours des dernières décennies, les
concepts relatifs à la sécurité des structures, et à l'analyse de leur
comportement.

Ils constituent une synthèse des idées les plus récentes en matière
de sécurité, conception et exécution des structures. Les règles des volumes I
et II sont souvent le résultat de compromis entre plusieurs tendances nationales
mais un accord international a néanmoins pu être obtenu (pour le volume 1 à Par
en novembre 1976 et pour le volume II à Grenade en septembre 1977).

Ces deux textes ont déjà eu un retentissement considérable sur les


différents Codes nationaux. En France, les "Directives Communes de 1979" et les
Règles BAEL 91 s'en sont, respectivement, largement inspirées; ilone&dem&e
tn ,
qui wncërne 1' Eurocode 2 qui sera en vigveur dans bus les pays de la CEE.
1.333 - Idée de base du probabilisme

Un état-limite pourrait être atteint par intervention combinée de


multiples facteurs aléatoires d'insécurité. L'idée de base du probabilisme est
de limiter la probabilité d'atteindre l'un quelconque des états-limites à une
valeur acceptable, en tenant compte du caractère aléatoire :

- des propriétés (en particulier la résistance) des matériaux constitutifs de 1


structure (incertitudes dues.à la dispersion des mesures en laboratoire
sur éprouvettes, ou dues aux défauts locaux, conditions climatiques, etc.,
affectant la résistance effective du matériau en oeuvre) ;
- des actions (c'est-à-dire les charges d'exploitation, les charges climatiques.
sedutitre).cte sur les valeurs normalement prévisibles, les valeurs anc
les ou imprévues), et des combinaisons entre elles des différentes actions ;
- des hypothèses de calcul faites pour déduire des actions les sollicitations
c'est-à-dire les efforts(normaux ou tranchants) ou les moments (de flexion ou
de torsion),delaconvenance desmodèles de calcul utilisés pour représenter le
comportement de la structure, des conditions d'exécution et de contrôle sur
le chantier (incertitudes dues aux approximations inévitables adoptées dans
les modèles de calcul utilisés et aux imperfections de l'exécution).

0) ie CE^ v i a ; de p r o d à~me quah5mc édikon des ~ecomrnôndakcnsinkrnakoriales,sr


le nom de
t/
Code. ~odde44goq Ce k d tompbrhr
~ de n o n r k v s e s innovakons, mais *on US
. .. < 1 _ r , ,.
. .. .
1.334 - Recours au "semi-probabiliSme"
Malheureusement, si le problème exposé ci-dessus est théoriquement
résolu, il est loin de l'être pratiquement car toutes les données statistiques
ne sont pas disponibles. En effet, certains facteurs d'insécurité ne sont pas
"probabilisables" ; pour ceux qui le sont, les lois de probabilité à prendre
en compte ne sont pas toujours connues.

E n pratique, on est obligé de s'en tenir au '!semi-pr~babilisme", qui


permet une approche suffisamment correcte des problèmes, sans complication
excessive des calculs.

Dans le procédé de calcul semi-probabiliste dit "de niveau 1"


tel qu'il a été préconisé par le
Comité Euro-International du Béton e c la Fédération Internationale de.la
Précontrainte et adopté par de.nombreux pays dont la France, l'établissement du
projet passe par deux séries d'opérations :

a) processus destiné à couvrir la divergence statistique, ou variabilité, .des


résultats d'essais des matériaux et des observations.d'actions au cours du
temps :

- la variabilité de la résistance et autres propriétés du béton et de l'acier


est prise en compte en définissant sur une base statistique, à.partir.des
mesures effectuées en laboratoire sur éprouvettes, des résistances caracté-
ristiques associées à des propriétés caractéristiques ;
- la variabilité des actions sur la.structure est.prise.encompte en
définissant pour celles-ci des valeurscaractéristiques, déterminées s0it.p:
l'exploitation statistique des données nécessaires, lorsqu'elles existent,
soit par une estimation basée sur l'expérience dans le cas contraire ;
b) processus destiné à couvrir les incertitudes résultant de-la connaissance im-
parfaite des données de:base, de l'imprécision des calculs e-~ides:impex.EEctions
l'exécution au moyen de "coefficients partiels'' de pondération (1) y transfor
mant les valeurs caractéristiques en valeurs de calcul.
3 >
Les valeurs numériques de ces coefficients (coefficients ym diviseui
pour les résistances ; coefficients'yQ ( o u ~ ~ ) multiplicateurs
a v ~ ~ pour les
actions ou les sallicltat~ons), ainsi que d'autres coefficients ( ) qui intervii
nent dans les combinaisons d'actions, ont été fixées, en fonction de l'état-
. limite considéré, sur la base de considérations probabilistes. Ces valeurs
numériques sont évidemment plus élevées pour les états-limites ultimes (qui
mettent en jeu de façon immédiate l a sécurité des personnes) que pour les
états-limites 'de service.

Remarques : 1 - Du fait de l'introduction des coefficients partiels de


pondération, un état-limite ultime est un état de ruine conventio.
-ne1 normalement très éloigné de l'état physique de ruine telqu'o
peut l'observer au cours d'un essai en laboratoire.

Il doit être bien compris que la charge de rupture observée au


cours d'un essai en lab~ratoire,~uirésulte d'une constatation sa
intervention de la statistique et sans priseencomptede coefficie
de sécurité, diffère de la charge ultime, laquelleneseraitatteii
que si un certain nombre de circonstances défavorables se
trouvaient réalisées en même temps, et n'a qu'une faible probabilit
c'est ainsi qu'elle est définie-d'être atteinte.

(1) Le terme "coefficient de ipondérationW est plus correct que coefficient de sécurité
globalement ce dernier n'a aucun sens physique-
- -- . sécuritévis-à-visde quoi? des char
. 1 1 1 1 1.
2 - Il est possible, comme le font les Règles BAEL, d'eyvisager des
simplifications. Il est aussi possible, comme cela okaik prévi
dans le %olume 1 du Code-Modèle~lld'utiliser un procédé dit"^
niveau 2, dans lequel les résistances et les actions sont repré
sentées par leurs distributions connues ou supposées, et dans
lequel une certaine probabilité de ruine est acceptée. Il s'a€
alors d'un procédé de calcul vraiment probabiliste, dont l'app,
cation pratique ne peut guère être actuellement envisagée, mais
par l'étude théorique duquel on espère parvenir à fixer mieux
qu'elles ne le.sont actuellement, les frontières du niveau. 1
mieux définir les valeurs numériques des coefficients y .

1.335 - Vérifications

La vérification d'une structure ou de l'un de ses éléments doit se f


en deux étapes :

- La première étape consiste en général à déterminer les effets des actions de


calcul correspondant au cas étudié (par exemple, dans le cas des
Y ~ Qi
i
états-limites de résistance à déterminer des "sollicitations agissantes" de
calcul %,les actions 'Q. i' ayant leurs positions et configurations les
-
plus défavorables et étant prises dans leurs combinaisons appropriées.

- La seconde étape diffère selon la nature de l'état-limite à vérifier.

1.335-1 - Cas des états-limites ultimes de résistance [parex. v&.à.~is de iafltxics ou de IiF~ort
tranchank) a

Pour chaque état-limite et pour différentes sections de la structure


our le cas de charge le plus défavorable sous la
étudiée, il faut montrer que*,p,
combinaison d'actions consideree, la sollicitation agissante de calcul
correspondante ne dépasse pas la sollicitation résistante de calcul R .
d
- - - - - - - - -agissante
a) Sollicitation - - - - - de
- -calcul
---
Une structure est soumise à des combinaisons d'actions complexes et
variées. La sollicitation de calcul (effort normal N , moment de flexion M
effort tranchant V,moment de torsion T), correspondant à une combinaison
et à un état-limite donnés est dite "sollicitation agissante de calcul" et
désignée symboliquement par la lettre
3.
Pour déterminer on est amené à faire un choix parmi toutes les
Sd)
combinaisons d'actions qul peuvent agir simultanément et à ne retenir que
celles qui sont physiquement possibles et hautement probables.
On définit ainsi, à partir de certaines combinaisons d'actions de
calcul. (L'y Q~)* et par une méthode de calcul appropriée, des sollicitation?
Qi
agissantes de calcul y53 S (L'yQi Qi),que les Règles BAEL simplifient en

S (L' ysi Qi) avec 'si = .


'~3 Y ~ i Selon l'état-limite considéré et .
les valeurs de ysi prises en compte, ces sollicitations peuvent être des
sollicitations agissantes ultimes SU ou des sollicitations agissantes de
service S
ser
.
Lorsque plusieurs actions individuelles interviennent dans une même
combinaison, la valeur du produit y Qi peut d'ailleurs pour certaines
Qi
s r t i n n c Ptre r 6 r l i i i t ~ (nxr rannort à l a valeiir urise en comute ~ o u r1;i
même action supposée isolée) pour tenir compte du fait que la probabilité que
toutes les actions de la combinaison atteignent simultanément leur valeur
caractéristique est faible. Ce résultat est obtenu en introduisant selon le
cas,pour une même action, des "valeurs représentatives" différentes:

- valeur de combinaison q O Q à l'état-limite ultime


- valeurs fréquentes ou quasi-permanentes $ 1 Q , $ 2 Q à l'état-limite de
service (voir cbpitm3). :

b) - - - - - - - - -résistante
Sollicitation - ----------
de calcul

Pour chaque état-limite ultime de résistance, il existe une "sollici-


tation résistante de calcul" de la structure, qui est celle pour laquelle
l'un des matériaux constitutifs a atteint soit une certaine déformation -limite
soit une certaine contrainte limite.

Cette sollicitation résistante de calcul, désignée symboliquement par


Rd est normalement déterminée dans l'hypothèse d'un comportement plastique de
matkriaux en prenant en compte leurs résistances de calcul (c'est-à-dire leur:
résistances raracté.ristiquesdivisées par les coefficients .
),Y
C) _Eguation
------ ------------
de vérification
. ..
de la sécurité

L'équation de vérification de la sécurité est de la forme symbolique et


vectorielle :

Jd(5)h fd)
(11
fd'
L
Elle doit être satisfaite pour un certain nombre de sections et d'éléments.

On se.borne. donc à uérlfier que la probabilité pour qu'un état-limite


ultimede résistance soit atteint dans les différentes sections étudléesn'excèc
pas celle quel'ona acceptée a prIorl,sans pouvoir -conclureen-cequi concerne
la pro6&ilité d'atteinare ce même état-llmite ultime pour -l'ensemble de la
structure.
De façon plus précise, on peut écrire l'équation de vérification de la
sécurité :

- sous forme générale :

- ou, sous la forme simplifiée des Règles BAEL :

limite d'élasticité (considérée comme "résistance caractéristique'


fe
de l'acier,
résistances caractéristiques dubétonà'lacompressionet à la
fcj 'tj traction, respectivement, à j jours d'âge,
coefficients partiels au moins égaux à l'unité relatifs respecti-
y, ,yb vement à l'acier et au béton.

Il)L'indice '2'' (de l'sn91ais des*) doSigne une valeur "de calwl", c/eç~,Z-diredans laqdk
la L rw(T.,:a-k An sn>.un'kl v nnl- 8G I n h d ~ i k .
Remarque : L'équation de vérification écrite sous la forme :
~
est très générale. On peut en dériver toutes les méthodes de calcul 1
possibles :

1" - Contraintes admissibles :

Pour retrouver la méthode aux contraintes admissibles, il suffit


de faire :

Qi et f étant évalués de façon déterministe.


2" - Calcul à la rupture :

Le calcul à la rupture correspond à :

,Y = 1 , Y, = 1

Qi et f étant toujours évalués de façon déterministe.


3" - Calcul auxétats-limites :

Dans ce cas, lu sieurs voies sont possibles :

A - --
Méthode
.- - des - - - - -de- -sécurité
- -coefficients
-, - - - - partiels
- --- (CEB, BAEL 91, Code
britannique 8s 8 l l 0 , E u r o d e 2).
La formule complète est applicable, mais :
!
F' 3 est éventuellement pris égal à 1
Qi et f sont évalués (en principe) de façon probabiliste, et plusieurs
valeurs représentatives sont à considérer pour
Qi -
B - Méthode
- - -"load - -resistance
- - -and - - -------
factor" (Code américain AC1 318 ) .
L'équation de la sécurité peut aussi s'écrire :

['yQi Qi] 'ipi


Le Code AC1 adopte :
Ym = 1

et pose

0 étant différent pour chaque type de sollicitation


f est évalué de façon probabiliste.

C - .-
Méthode
- - - du
- -"coefficient
- - --- - - -global"
- -- (Norme allemande DIN 1045).

Dans l'équation ci-dessus, la DIN adopte


La valeur du coefficient yF3 (= y) n'intervient que dans les calculs t
flexion. Elle dépend du type de rupture, soit par l'acier (y = 1,75) :
par le béton (y = 2,l).

Dans ce cas, il faut montrer qu'il existe dans l'ensemble de la struct


une distribution de contraintes qui équilibre dans chaque section les sollicitz
de calcul à considérer, y compris celles du second ordre.

Il n'y a pas toujours en ce cas de sollicitation rssistante, et


l'équation de vérification peut ne s'appliquer qu'aux actions, c'est-à-di.re pre
la forme :

'1.355-3 - Cas des états-limites de service


Dans ce cas, il faut montrer que les sollicitations de calcul agissant
ne provoquent pas le dépassement des limites qui résultent des exigences fonctin
nelles en ce qui concerne une contrainte oou T , une flèche â , une ouvertur
de fissure w , etc..

équation de vérification prend alors une des formes :

Ces comparaisons ne sont pas toujours nécessaires si l'on a pris soin


de respecter certaines dispositions constructives. ?ar@x,il~'e&pasuh'le
vdrifiw la condikor,
--
d _< atm
. ~ . ..- . , . . .. . A

~i~6ri-~'pFï~soin de choisir judicieusement "liélancement" L/h dlune


poutre de portée II et. de hauteur h (voir par exemple BAEL, art. B-6.5,1 ,
B-6.8,424 , B-7.5).
Remarque importante : Dans un ouvrage réel, on ne peut mesurer que des déformat
-
et non des contraintes. Il n'est donc généralement -
pas possible de s'assi
directement par voie expérimentale .que a 5 o . ou T 5 T
1lm lim '
Pour les fissures,l'expérience montre que leur "ouverture" est en fait
une notion indéterminée. D'une part le choix de la direction de mesure n't
pas évident (parallèle à la ligne moyenne, perpendiculaire à la fissure,
perpendiculaire à la direction principale des armatures par lesquelles el
est traversée ...
) . D'autre part, cette ouverture varie considérablement
aussi bien en parement,le long d'une même fissure et d'une fissureà l'au
qu'en profondeur. Il en résulte que la mesure d'une ouverture de fissure
très mal définie. Aucun projeteur ne doit tomber dans le piège qui consi.
rait à garantir par contrat (1) que les ouvertures des fissures resteront
inférieures à une valeur donnée. Pour éviter ce piège,il est d'usage dep?
des ouvertures calculées, comme le fait L'~urocoda2 - , ou mieux
comme le font les Règles BAEL à 1'art.A-4.5,dempas mentionner de va le^
pour les ouvertures-de fissures et de remplacer la condition w6; iim Pa
une condition a 5 CI
lim '

-
(1) Ce que voudkaient obtenir les posaurs d'étanchéité par exemple, qui
. - . - -. ait1 eux-mêmes
De même, pour les bâtiments courants, il n'est généralement pas possibl
de mesurer les flèches à long terme.

Aussi bien les ouvertures des fissures que les flèches dépendent
d'ailleurs d'un grand nombre de paramètres, dont certains sont totalement
inconnus lors de l'élaboration du projet (conditions thermohygrométriques,
durée de l'étaiement, etc..).

Pour toutes ces raisons il serait vain, ainsi que le signalent les
Règles BAEL dans les Commentaires de l'article B-6.5,2, de rechercher une
identité entre la valeur calcalée (ouverture de fissure ou flèche) et la
valeur constat6.e en oeuvre.
Aussi, plus que pour tout autre calcul, les vérifications vis-à-vis des
états-limites de service doivent-elles'être considérées rsPmme.desvér.i;fic,a.tio
conventionnelles permettant seulement d'assurer que la structure devrait
avoir, avec une forte probabilité, un comportement satisfaisant en service.
1
1 -------------
1.335-4 - Cas des états-limites ultimes d'équilibre --
statique

Pour les états-limites ultimes d'équilibre statique, il faut montrer que


'TIl
.
las combinaisons d'actions de calcul à considérer n'entraînent pas la perte
d'équilibre- .de. la construction
- . . .... ou de l'élément étudié. --
Dans ce cas, on compare donc les sollicitations dues aux actions
'

déstabilisantes (dsk .) et stabilisantes (56h ) sous la forme :


C.
(equa boa 2.6 (a) do 1 2 ~ 2 )
1 .4- REGLEFENTATION FRANCAISE
!L
1.41 - PORTEE JURIDIQUE DES DIFFERENTS TEXTES REGLEMENTAIRES

Les textes réglementaires français se composent de :


C
- CCTG : Cahiers des clauses techniques générales
;1 - DTU : Documents techniques unifiés
1 1
- Normes AFNOR
1 -1 - Règles professionnelles, Guides, etc.,
!~..!
Tous ont des portées juridiques différentes. Cependant certains DTU constituent
aussi des fascicules CCTG (voir 1.412 - 2" b ) a~desmarma.Cvbin;~emarque:en1 .;413).
,-!
1.411 - Cahiers des Clauses Techniques Générales
Les fascicules des CCTG sont des documents d'application obligatoire po
,-l
tous les marchés de 1'Etat (marchés de travaux publics et marchés de bâtiment).
Ils sont publiés dans les "Bulletins Officiels du Ministère de
l'Urbanisme et du Logement"

La liste à jour de tous les CCTG est publiée chaque année au "Journal
Officiel".

;- 1
1.412 - Documents Techniques Unifiés
1-.
1
1") Les DTU sont des.documents applicables aux marchés de travaux de bâtiment. 11
sont établis par le Groupe de Coordination des Textes Technique~~encore appel
.,~~., .
:J i
"Groupe DTU"
Les DTU sont ~rincipalement

- des Cahiers des Clauses Techniques qui indiquent les conditions techniqui
que doivent respecter les entrepreneurs pour le choix et la mise en oeuvre
des matériaux dans l'exécution-des travaux des différents corps d'état ;

- des Règles de calcul qui permettent de dimensionner les ouvrages en'foncl


des conditions d'exploitation ;

- des Règles et Clauses Spéciales qui accompagnent les Cahiers des Clauses
Techniques et qui précisent la nature -des travaux du corps d'état
considéré et les obligations de l'entrepreneur par rapport aux corps d'étc
voisins.
On trouve aussi des Prescriptions ayant valeur de Cahiers des Clauses
Techniques, qui se rapportent à des techniques particulières, et des Mément

La publication des DTU est faite régulièrement dans les Cahiers du


Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB).

2 " ) L'application des DTU aux marchés de bâtiment n'est obligatoire que dans
certains cas. :

-
a) Marchés -
- - - -privés
- - - -de
- -travaux
- ---
En principe les DTU ne peuvent être imposés que par voie contractuel1
c'est-à-dire seulement s'ils sont visés par les documents du marché, ce
en pratique, est toujours le cas pour les marchés publics, très souvent 1
cas pour les marchés des collectivités locales, entreprises nationalisée-
et sociétés d'économies mixtes, ainsi que pour les marchés privés.

Cependant, la norme NF P 03-001 à laquelle se réfère la quasi-totalité


marchés privés de bâtiment précise que "sauf dérogation portée par les
documents particuliers du marché, l'exécution des travaux traditionnels
soumise aux dispositions des Cahiers des Clauses Techniques, Règles de Ca
et prescriptions provisoires ou techniques isolées ayant valeur de cnhie
clauses - techniques DTU existants".

--------------
b) Marchés --
publics de travaux

Les DTU y sont imposés par voie réglementaire.

- - -Techniques
Cahiers des Clauses - - ---------------- -
et Bègles de Calcul

Depuis le ler août 1977 les Cahiers des Clauses Techniques DTU et les
Règles de Calcul DTU ainsi que leurs annexes, modificatifs, additifs (-

errata , ont été rendus obligatoires en tant que fascicules des CCTG
La liste à jour des Cahiers des Clauses Techniques DTU et des Règles D
rendus obligatoires est publiée chaque année au Journal Officiel.

Cahiers -
----------
----- des ---
Clauses Spéciales

Deux circulaires du Ministère de 1'Economie et des Finances du 30 jui


1977 et du 15 septembre 1978 recommandent de faire référence dans les
Cahiers des Clauses Administratives Particulières (CCAP) aux Cahiers
des Clauses spéciales DTU assortis aux Cahiers des Charges DTU visés
dans le contrat.

La liste à jour des Cahiers des clauses spéciales DTU, ainsi que les
modifications à apporter à leur texte pour les rendre applicables aux
marchés publics de travaux est publiée chque année au Journal Officie'
! 7
! I
1.413 - Normes AFNOR
En France (comme daus la plupart des grands pays industrialisés occiden
taux) les normes, qui sont établies par voie de consensus, ne sont généralement p
-1 d'application obligatoire, à l'exception d'environ 300 d'entre elles qui sont
rendues obligatoircsparles pouvoirs publics essentiellement parce qu'elles
touchent à la sécurité des produits ou qui sont citées dans les textes imposés pa
71 voie réglementaire ou contractuelle.
i
Remarque : Certains DTU figurent sur le catalogue des normes avec un numéro de
(1 norme (exemple : le DTU "Règles NV 65" constitue également la norme NF P 06-00
1
1.414 - Règles professionnelles, Guides, ...
-7
1
I Ces textes, dont le domaine d'application n'est couvert ni par des
i
CCTG, ni par des DTU, ni par desnormes (exemples : Cheminées, Tours, Silos,
i-l
Coffrages et étaiements etc.) ne peuvent être éventuellement imposés que par voie 1
1 contractuelle. Ils'sont généralement publiés dans les Annales de 1'InstitutTechniq
duBâtiment et des Travaux Publics.
I 1 1.42 - REGLES APPLICABLES AU BETON ARME

Actvel[menC . .; , les seules Règles du béton armé applica-


I 1 ..

bles en France les "Règles techniques de conception et de calcul des ouvra;


1
.-
et constructions en béton armé suivant la méthode des états-limites", en abrégé
" ~ è ~ l eBAEL
s 9t" .
Elles constituent à la fois un fascicule du CCTG (fascicule 6:
titre 1 'section 1 ) et un DTU.
i
,
. ~

Ces Règles ont été adoptées comme base du présent cours;


b5 2,,
p r ~ s ~ p k ~der iI'E~irowde
s Senk dgalmenk an+(ysds dm.5 daèr.
Remarques importantes :

1") Un texte réglementaire formant toujours un tout, il doit seul être appliq.
pour l'étude d'un même ouvrage. Il est absolument interdit, sous peine de
s'exposer à mécomptes graves, d'appliquer successivement des prescription
de textes différents, par exemple de calculer les moments dans des poutre
de plancher avec un texte puis d'effectuer 'le dimensionnement avec un aut.
'
texte (de manière à combiner les solutions les plus favorables dans chaqu.
cas).

2") Pour lei calculs 'mnuels, il suffit en général de conserver trois chiffre
significatifs (mais il faut les avoir, et exacts ! qu'il s'agisse de
forces,dëmoments,de contraintes,etc., exprimés respectivement enMN,MNm,
MPa .
3")Dans ce qui suit, le calcul automatique n'apparaît qu'en filigrane. Ceci
est volontaire : il s'agit en effet d'un cours de béton armé et non d'un
cours d'informatique ! De nos jours, on a trop tendance à faire aveuglé-
-
ment confiance à l'informatique, qui n'est et ne demeurera jamais qu'un
outil (au même titre que la simple table de multiplication). Avant toute
chose, il est important de bien comprendre les phénomènes physiques. Le
processus logique de leur mise en équations, lorsqu'il est possible et
qu'il ne comporte pas de lacunes, est suffisamment explicité dans ce cour
pour que "la mise sur ordinateur" ne présente pas de difficultés
particulières.
*
1,s - L'EVROCODE.~ (ÉNVi992 - 1 - 1 :{994 ) //

4'51 - HISTORIQUE

Les travaux sur 1'Eurocode 2 (désigné en abrégé par EC2 dans ce qui
suit) ont commencé le 14 février 1980.

Le document de base était le Code-Modèle CEB/FIP pour les structures


en béton, qui avait été approuvé par l'Assemblée Générale du Comité
Euro-International du Béton (CEB) à Grenade en septembre 1977 et
présenté au 8' Congrès de la Fédération Internationale de la
Précontrainte (FIP) à Londres en 1978.

Après une enquête restreinte au cours de l'année 1981, le texte


initial a été révisé en 1982-1983 pour aboutir au printemps 1984 à la
publication officielle par la Commission des Communautés Européennes,
dans les trois langues (DE, hT, FR), du

Rapport EUR 8848


"EUROCODE n02 : Règles unifiées communes
pour les constructions en béton"
..'
Bruxelles .a mis officiellement ce texte- à llenquCte dans les
différents Etats-membres à l'automne 1984. Cette enquête a donné lieu à
un nombre très volumineux d'observations (1200 :pages dont près du tiers
pour les seules observations anglaises).
'... < .
Le texte a donc été à nouveau révisé, par un Groupe de rédaction
étendu, comportant un représentant de ch&ue .-_.
Etat-membre (sauf le
Luxembourg, 'représenté par la Belgiq~e)~.

f52- PRESENTATION DE L'EUROCODE 2 (EC2)

Quand il sera totalement achevé, llEurocode 2 comprendra plusieurs


parties. A l'heure actuelle ( fin 4994) seule la partie 1 qui contient
les règles pour le calcul des bâtiments et constructions du Génie Civil
exécutés en béton non armé, armé ou précontraint est terminée.

Ces règles sont principalement applicables aux bâtiments courants.


0,
Le sommaire de c e t t e première p a r t i e e s t l e s u i v a n t :

- Chapitre 1 - Introduction
- Chapitre 2 -
Bases du c a l c u l
- Chapitre 3 - P r o p r i é t é s des matériaux
- Chapitre 4 - Dirneqsionnemenk e4 c a l ~ des l sed'ons
- Chapitre 5 - ~ i s ~ o s i h ' o nconskoch'ves
s
- Chapitre 6 - Exécution de5 travaux'
- Chapitre 7 - C o n t r ô l e de q u a l i t é
- Annexe 1 - E f f e t s d e s déformations d i f f é r é e s du b é t o n
- Annexe 2 - Analyse n o n - l i n é a i r e
- Annexe 3 - Procédures d e c a l c u l complémentaires pour l e flambement doso~sah'r
- Annexe 4 - VeriFcakon db6 {&ch5 F r le calcd1

Les c h a p i t r e s 1 e t 2 s o n t communs à t o u s l e s ECn, 2 l ' e x c e p t i o n de


c e r t a i n s a r t i c l e s a j o u t é s spécifiquement pour l e b é t o n .

N e s o n t pas c o u v e r t s p a r c e t t e première p a r t i e , l a r é s i s t a n c e au
feu, l e s I G H , l e s v i a d u c s , l e s ponts, l e s b a r r a g e s , les e n c e i n t e s , l e s
plates-formes off-shore ou les r é s e r v o i r s , n i les éléments e n béton
caverneux ou en béton de g r a n u l a t s l o u r d s .

sorrk dejà pbli&,en cours do: publicakooh, OU encore à [L'UC


:
a ) d e s compléments à c e t t e première p a r t i e :

- partie 1A - S t r u c t u r e s en béton non armé ou f a i b l e m e n t armé


- partie 1B - S t r u c t u r e s préfabriquées
- partie 1C - U t i l i s a t i o n de bétons de granulats l é g e r s
- partie 1D - U t i l i s a t i o n de c â b l e s non a d h é r e n t s ou e x t e r n e s
- partie 1~ - C 6 n y k a h des o u u ~ a g e ~ bàfon v,k.à-visda la fatiyua.

b) d e s a d a p t a t i o n s à d ' a u t r e s t y p e s d e c o n s t r u c t i o n s :

2" partie : Ponts e n béton armé ou p r é c o n t r a i n t


3' partie : Fondations s u p e r f i c i e l l e s et s e m e l l e s s u r p i e u x
4" partie : Réservoirs
5" partie : C o n s t r u c t i o n s p r o v i s o i r e s ou à c o u r t e d u r é e d e v i e
6" partie : S t r u c t u r e s massives de Génie C i v i l
.-...-
~ r i :Pa& : Rés;sla-anco. au eu des ouvrages en LLn.
f
4,522 - DOCUMENTS D'ACCOMPAGNEMENT

L'EC2 s e r é f è r e aux normes i n t e r n a t i o n a l e s l o r s q u ' e l l e s e x i s t e n t e t


à d e s normes en c o u r s d e p r é p a r a t i o n par le Comité Européen de
~
Normalisation (CEN) . I

6) LZ t e x k d e référence d e l'Et2 ("ma* apy4) esk le t e x k anglais. La pre'senk


analyse ayatak ék'faik avan\- la p a w b n de la kradockon oficielk on y dis-
n&~aimment. d a di@knces dans la termieologie uhli~éeCparcfi: "calcu//" au [;eu I

da epmjdfi) sans quo fibit de rel.llec r+rcussions sur le sans g&&I ou ~ ' l ; i k $ ~ ~ -
l
Des commentaires ultérieurs donneront des explications ou des
informations sur l'origine de certaines clauses, ainsi que des exemples,
éventuellement.

L'EW doil, dans c k a q u e ,bays,,èhe normalement oh'k's& avec un ~ o c u m e n k


d'~~lieh'on4ahohale (onhi) przusank la$ ccrnd;(ions dhppli.4on de c ~ r b i n sarhcle~
CnrIaineS va)wr5 nurnsh'quas .
4,523-DISTINCTION ENTRE PRINCIPES ET REGLES D'APPLICATION
L'EC2 établit une distinction entre Principes et Règles
d'application :

- les Principes (repérables au fait qu'ils occupent toute la largeur de


la page) contiennent :

. soit des définitions,


.. soit des prescriptions générales
soit des exigences
pour lesquels aucune
alternative n'est
. soit des modèles analytiques possible

- les Règles d'application sont constituées par des règles généralement


admises, qui suivent les Principes et en satisfont les exigences.
Elles sont imprimées sur une largeur moindre que celle des Principes.

Il est possible d'utiliser d'autres Règles que celles de 1'Eurocode


pourvu qu'elles soient en accord avec les Principes et conduisent au
minimum à la même fiabilité que celle de l'EC2.

1,53 - SOMMAIRE DETAILLE DE L'EC2

L'EC2 est subdivisé en sept grands chapitres. Un certain nombre


d'annexes sont prévues.

Le sommaire détaillé est le suivant :

1. INTRODUCTION
1. i- ~ornaimd Iapplicakoion.
1.2 - Distinction entre Principes et Règles d'application
1.3 - Hypothèses
1.4 - Définitions
1.5 - Unités SI
1.6 - Symboles communs à tous les Eurocodes
1.7 - Symboles spéciaux utilisés dans cette partie de 1'Eurocode.

2. BASESDU CALCUL
2.0
2.1
--
Nokakions
Exigences fondamentales
2.2 - Définitions et classifications (Etats-Limites, actions,
matériaux, etc.)
2.3 -
Exigences de calcul (y compris coefficients partiels de
sécurité)
-
2.4 Durabilité
2.5 - Analyse (idéalisation de la structure, méthodes de calcul,
détermination des effets de la précontrainte et de ceux des
déformations différées du béton).
3 . PROPRIETES DES MATERIAUX

3.1 - Béton (béton normal]


3.2 - Aciers pour béton armé
3.3 - Aciers de précontrainte
3.4 - Accessoires pour la précontrainte (ancrages et coupleurs,
gaines, ...1.
4 . D ~ M E N S ~ D N N E M E ~Er
~ T CALCUL DES SECRONG

4.1 - Durabilité
- Actions
Calcul
environnement. attaques chimique, physique ...,
:
:
critères, enrobage des armatures,
-- Matériaux,
Ocewhbn.
4.2 - Données pour le calcul
- Béton
- Aciers pour béton armé
- Aciers de précontrainte (propriétés physiques, mécaniques et
technologiques ; calcul : précontrainte initiale, pertes,
transfert, zones d'ancrage)

4.3 - Etats-limites ultimes


4.3.1 - Flexion simple ou composée
4.3.2 - Effort tranchant
4.3.3 - Torsion
4.3.4 - Poinçonnement
4.3.5 - Etat-limites induits par 'les déformations de la
structure (flambement)

4.4 - Etats-limites de service


4.4.1 - Limitation des contraintes en service
4.4.2 - Etats-limites de fissuration
4.4.3 - Etats-limites de déformation

5.1 - Généralités
5.2 - Aciers pour béton armé :
- Adhérence - Ancrages - Recouvrements
- Ancrage des armatures d'âme
- Règles complémentaires pour les barres de gros diamètre
(> 32 mm) et pour les paquets de barres

5.3 - Unités de précontrainte


- Enrobage ; espacements ; ancrages et coupleurs
5.4 - Règles particulières à certains éléments
- Poteaux
- Poutres
- Dalles pleines coulées en place
- Consoles courtes
- Poutres-cloisons
- Ancrage des câbles de précontrainte
- Murs en béton armé
- Problèmes particuliers

5.5 - Limitation des dommages dus à des actions accidentelles

6. EXECUTION DES 7RAVAVX

6.1 - Objectifs
6.2 - Tolérances
6.3 - Règles de construction
- Béton
- Coffrages et étaiements
- Aciers pour béton armé
- Aciers de précontrainte

7. CONTROLE DE QUALTTE

7.1 - Objet et objectifs


7.2 - Classification des de contrôle
7.3 - P r o d u r e 5 de vérification
7.4 - Contrôle des différents stades du processus de construction
7.5 - Contrôle des calculs
7.6 - Contrôle de la production et de l'exécution
7.7 - Contrôle et maintenance de l'ouvrage terminé

Annexes 1 à 4, voir t,52f ci-avant.

Le concept de sécurité structurale est développé dans le "chapitre-


modèle" (2.1 à 2.4) commun à tous les ECn, à quelques détails près dus
aux particularités du matériau considgré à chaque fois. CemrrcepCne d!'f..
fùrc pas de ozlui expose' eci 4,335 (rn&ode semi-pmbbilt& aux e s . Lim-les).

4,55 - NORMES ET TEXTES DE REFERENCE


Une liste précise de ces documents doit figurer dans la version
finale. Le texte renvoie généralement :
- aux Normes ISO (International Organization for Standardization),
- aux Normes CEN (Comité Européen de Normalisation),

- aux Recommandations de la RILEM (Réunion Internationale des


Laboratoires d'Essais des Matériaux).

1,56 - NOTATIONS ET UNITES


Les notation& sont conformes à la norme ISO 3898 (dont ont également
été dérivées la é lu part des notations des Règles BAEL et BPEL ).
l
1 1.9 - BIBLIOGRAPHIE SELECTIONNEE DU CHAPITRE 1 (les titres sont, en principe classés dans
l'ordre chronologique de leur pimution)
J
1.91 - TRAITES
----------
GENERAUX
1
1 - ROBINSON (J.R.) - Béton armé, Cours CHEBAP (non édité en librairie).
- - FAUCHART (J.) - I n i t i a t i o n au calcul des structures, béton e t a c i e r . 1981 Eyrolles
1 -ALBIGES (M.) et MINGASSON (M.) - Théorie e t pratique du béton armé aux é t a t s - l i m i t
1981 Eyrolles.
'11 -FUENTES (A.), LACROIX (R.) et THONIER (H.) - T r a i t é de béton armé. 1982 Eyrolles.
J - MONTOYA (P.J .) , MESEGUER (A.G.) et MORAN CABRE (F) - HoMnigon armado. 1982 Gustavo
Gili, Barcelone.
-1
j 1.92 - ---------------....---
FORMULAIRES ET GUIDES D'EMPLOI

II - CHAMBAUD (R.) et LEBELLE (P.) - FomZaire


du béton armé. Tome 1, 1967 Eyrolles.
1 - COURTAND (M.) et LEBELLE (P.) - FomZaire
du béton armé. Tome II :Application de
l a Résistance des Matériam au calcul des structures en béton armé (2" édition
1 complétée et refondue par W. JALIL). 1976 Eyrolles.
.-8 I - DARPAS (G.) -
Béton armé. Application du nouveau règlement. Bulletin Technique SET1
(F) no 2, mars 1971 (il s'agit des Règles CCBA 68).
-1- l
-Beton Kalender. Edition annuelle, Verlag W. ERNST und SOHN.
- PERCHAT (J.) - Mémento Eyrolles - Calcul du béton armé selon l e s Règles BAEL :

- CAPRA (E.) et DAVIDOCI (V.) - Guide pratique d ' u t i l i s a t i o n des Règles BAEL 80.
F 1981 Eyrolles.
1-1
- ARTOPOEUS (J.) , FOURE (B.), HUEBER (J.) et PERCHAT (J.) - &nuel d'application des
Règles BAEL. 1981 Syndicat National du Béton Armé et des Techniques Industrialisée!
ri
I 1.93 - METHODES ------REGLEMENTS
-- -DE- -CALCUL. - - - - - - -------- ----- -
ET RECOMMANDATIONS

1.931 - Méthode aux contraintes admissibles


~-1
&J
- I n s t r u c t i o n s r e l a t i v e s à L'empZoi du béton armé. Circulaire du 20 octobre 1906.
rl Imprimerie Centrale Administrative.
. i -Règlement sur l e s constructions en béton armé,établi par la Commission d'Etudes
Techniques de la Chambre Syndicale des Constructeurs en Ciment Armé de France.
1 1931 Gauthier-Villars.
LI' l - I n s t r u c t i o n s r e l a t i v e s à l'emploi du béton armé dans l e s ouvrages dépendant du
Ministère des Travaux Publics e t cornentaires e x p l i c a t i f s . Circulaire du 19 juille
:1 1934 Imprimerie Centrale Administrative.
-
! ! -Règles d ' u t i l i s a t i o n du béton armé applicables au?: travaux dépendant du Ministère
de l a Reconstruction e t de L'Urbanisme e t au?: travaux privés.RègZes BA 2945,
Ïl modifiées en mars 19.48. Documentation Tec+iqve du Bâtiment.
1
81-
- R è g l e s d ' u t i l i s a t i o n des ronds crénelés e t l i s s e s pour béton armé de lzmite
é l a s t i q u e supérieure ou égale à 40 kg/mm2. Règles 1948 ronds né;'.40-60.'Institut
3 Technique du Bâtiment et des Travaux Publics.
-
-Règles pour l e caZcuZ e t l'exécution des constructions en béton armé (Document
_1 Technique Unifié) Règles BA 1960. Documentation Technique du Bâtiment, mars 1961.
LRègles techniques de conception e t de calcul des ouvrages e t constructions en
;-I ?.'A-.. .....< 11:1.. n' ..?... nnnn ."PO , 1 ro7C nr.-nll^"
: l
- Règles Techniques de conception e t de caZcuZ des ouvrages e t constructions en
béton armé. Circulaire M E L no 70-115 du 27 octobre 1970. Fascicule 61 t i t r e
VI modifié du CPC (Le texte de ce document est le même que celui des Règles
CCBA 68, il tient compte des modifications de juillet 1970).B:OUL fascicule
spécial no 70-93 bis.

1.932 - Méthodes de calcul à la rupture

Ces méthodes n'ont jamais fait, en France, l'objet de textes réglerne.


taires.
- CHAMBAUD (R.) - Le calcuZ du béton armé d Za rupture. 1965 Eyrolles.

1.933 - Méthodes de calcul aux états-limites

- Reconnnandations internationazes pour Ze caZcuZ e t Zrexécut*on des ouvrages er


béton.- Congrès de Za Fi?. Prague 1970,par Ze Comité Européen du Béton e t Za
Fédération InternationaZe de l a Précontrainte. Tome 1 : Principes e t
Recommandations. 1970. Tome II : FascicuZes annexes, Propositions. 1970 Eyroll

- UNESCO - Code e t &nue2 dlappZication pour Ze caZcuZ e t Z'exécution du béton a


1968 Dunod.
- Système internationaZ de réglementation technique u n i f i é e des structures.
Volume 1. RègZes u n i f i é e s cornunes aux d i f f é r e n t s types d'ouvrages e t de
matériaux. Volume II. Code-ModèZe CEB-FIPpour Zes structures en béton. Bullet
d'information CEB no 124/125 - F, avril 1978.
- Règles techniques de conception e t de caZcuZ des ouvrages en béton armé suiva
Za méthode dés états-limites (Règles BAEL 9f e t Annexes) CCTG fascicule 62 titi
section -1..::.,. ..:: y:-..: --
i
. ..-.

- BLEVOT (J.) - Les annexes F des RègZes BAEL 80. Annales ITBTP, mars 1981. ( 1 )
- THONIER (H.) - Comparaison pratique du Code-Modèle CEB 7& e t des R è g z e s ~ A E8~
Annales ITBTP, mai 1982.
- PERCEUT (J.) - RègZements étrangers du béton armé. Etude comparative des Codes
CEB, BSI, DIIlr, ACI. 1982 Eyrolles.
- Règles techniques de conception e t de caZcuZ des ouvrages en béton précontrain
Suivant l a méthode des é- t a-. l i m i t e s (RègZes BPEL -3 4 ) . CCTG fascicule 62,
t sY-,.:.~.
titre 1 , section II.
,
.. . .. ,:
. - ...
- N 9 4 i f
..~.. ...
.A

f Euioeode 2 . Design of an& ,&~ch~res- palsi - ~eneiairule:


3 ~

+,-
bvild++ ( C & a l . & c m
. .. .. ..... .. . -.
t 8 4050 - mxelrcs)" ...
de S b s ~ a r 36
. -...
- - -
~~

.
~

CE&-& MODEL @.ODE 90 8vllohn d'iiiformah'on du C E S no Z r 3 -2i4 4992

(1) Les Règles


. . . BAEL 9i constituent
-
une. version
. révisée des Règles BAEL 80&83.
-1: ~ r a d u d o nf;ancaka de I ' E C ~eh v c n k 2 I ~ F ~ O. R
7
2.0 - RAPPELS TRELIXIYAIXES
1 2.0 1 - D I A G W D l E COSTIUI:<TES-DEFOK4ATIOXS D'UN bIATER1P.G

La courbe contraintes-déformations d'un matériau quelconque,


!
sollicité dans le sens de sa plus grande résistance, fait en général i
apparaître deux phases (fig. 2.1). 1

Figure 2.1 - Diagrarme o c réel d'un matériau

1 " - Une phase élastique O F , dans laquelle pour toute


contrainte o telle que o 5 5 la déformation E est réversible
F'
et s'annule lorsque la contrainte (ou la charge) cesse d'être appli-
quée.

Il est souvent possible d'assimiler le comportement du


matériau à un comportement linéaire sur une partie O E de la phase
O F , c'est-à-dire tant que la contrainte demeure modérée.

La déformat'ion E varie alors proportionnellement à la


contrainte o - ou charge - appliquée, ce que traduit la loi de
-
Hooke :

E , pente de la droite O E , est le module de déformation


longitudinale du matériau considéré.

(Bien noter que l'élasticité n'implique nullement la


linéarité).

2" - Une phase plastique F R où la déformation croît


beaucoup plus vite que la contrainte - ou charge - appliquée
(celle-ci pouvant d'ailleurs passer par une valeur maximale avant
de décroître).

11 est possible de trouver des expressions mathématiques


plus ou moins complexes représentant avec une bonne approximation le
comportement du matériau, aussi bien dans la phase O F que dans la
phase F R .
2.02 - D I A G W P E ELASTOPLASTI@UE PARFAIT

Dans certains calculs, en particulier dans lecalculplastiqu


des structures hyperstatiques en acier, on remplace le diagramme
réel O E F R par un diagramme "élastoplastique" bilinéaire O E R
comportant (fig. 2.2) :

- une zone où le matériau est parEaitement élastique (droite OE)


- une zone où le matériau est ~arfaitementplastique (palier horizont;
E R) .
0-

Figure 2.2 - Diagramme élastoplastique

Ce diagramme est également celui adopté comme diagramme


idéalisé pour les aciers de béton armé.

Dans le calcul des dalles par la théorie des lignes de


rupture, on considère que les déformations élastiques sont négli-
geables vis-à-vis des déformations plastiques, ce qui conduit au
diagramme "rigide-plastiquel' (Fig. 2.3).

Figure 2.3 - Diagrarmne rigide-plastique


2.1 - (voir aussi le cours CHEBAP spécialisé sur ce sujet)
2.11 - BREFS RAPPELS SUR LES CONSTITLTAtES DU BETON
a) Ciment
-- [-voir norme NF-P 15.301 , dh~nrbm1981 ]

Le ciment le plus utilisé est le ciment Portland artificiel


avec (CPJ) ou sans (CPA) ajouts.
' 1
' 1
- 26 -
1
l
' 1
ë n France
I
1 La classe courantesest la classe 45.
' J Le dosage (poids de ciment par m3 de béton mis en oeuvre)
varie de 300 à LOO kg/m3 ; le dosage le plus fréquent est de

i 330 kglm'.

b) Granulat
7

La dimension maximale du granulat varie de 15 à ?5mm,cette


dernière valeur étant la plus fréquente.

c) -
Eau

Le dosage en eau est déterminé par une étude de composition


du béton. La nécessité d'avoir un béton "maniable" entraîne toujours
un excédent d'eau par rapport à la quantité nécessaire à l'hydrata-
tion du ciment (1). Il faut se garder de transformer cet "excédent"
en "excès".
1
: 1 2.12 - LES RESISTP.NCES DU BETON

Pour les prescriptions réglementaires, voir 2.14.

Dans la pratique, les essais de rupture du béton ont pour


objet la vérification de ses résistances maximales en compression ou
en traction, qui font partie des critères de qualité et sur lesquelles
sont.basés les calculs des ouvrages'courants. Ces essais, définis
par les normes, sont conventionnels en raison du fait que 'es valeurs
des charges de rupture ne sont pas indépendantes du type d'éprouvette
choisi et de la définition du processus d'essai.

Suivant les pays, l'essai de compression est effectué sur


des éprouvettes de différentes formes : cubes, prismes, ou cylindres.

2.121 - Rupture par compression

2.121-1 - Essais de mpgtre par co~pressionsous charge "inst$;g$;$~~

Plaçons une éprouvette de béton cylindrique ou prismatique


entre les plateaux d'une presse hydraulique etparmi les deux
méthodes d'essai décrites en 2.131-1, choisissons d'exercer un effort
axial constanunent croissant. Lorsque celui-ci atteint une certaine
valeur, l'éprouvette finit par se rompre.

L'aspect que présente la rupture et la valeur même de la


charge de rupture sont influencés par la présence d'efforts parasites
qui naissent au contact de l'éprouvette et des plateaux de la presse.

Pour obtenir un contact aussi parfait que possible, on peut,


soit rectifier à la meule les faces du prisme à essayer, soit plus
couramment les surfacer à l'aide d'un mortier de ciment à prise rapide'.
Quelle que soit la nature du surfaçage, il se produit malgré tout des
frottements dirigés vers le centre des surfaces de contact et la
rupture prend l'aspect que présente la figure 2.3 a.

(1) Cette quantité correspond au quart du dosage en ciment soit E = 0 , 2 5 C .


Elle est normalement au moins doublée; ht+is L'eqlo; de suporplas hjCank Fr.
m& de rgd lr'ser d a b & n ~ avec u n tr3 faible dosa9 en eau.
Figure 2.3 - Differents aspects de la rupture
par compression d'une éprouvette
de béton.

Eti rmn&, si l'on interpose une feuille de néoprène


qui, en se déformant, exerce des poussées dirigées vers le contour
extérieur de l'éprouvette, la rupture se produit comme l'indique la
figure c , pour une charge très inférieure à celle que donne le
dispositif précédent. Si l'on interpose des multicouches appropriées
de façon à supprimer frottements et poussées parasites, la rupture
se manifeste par séparation du prisme en colonnettes (figure 2.3 b)
La charge de rupture est comprise entre les valeurs que donnent les
deux cas a et c précédents. Le critère de rupture semble être lié
à l'effet POISSON, c'est-à-dire au gonflement Latéral qui accompagne
toujours le raccourcissement d'une éprouvette comprimée.

De nombreuses théories ont été proposées pour tenter


d'expliquer la rupture du béton pour différents types de sollicitations
(uniaxiale comme ci-dessus , bi-ou tri-axiale, etc.). Des expériences
sont toujours en cours à ce sujet.

----------f Cr
2.121-2 - Mesure de la résistance à la compression

Pendant longtemps - jusque dans les "années 60" - la mesure


de la résistance à la compression a été effectuée sur des éprouvettes
cubiques.(de14 ou de 20 cm de côté en général), mais les résultats
ainsi obtenus étaient éloignés des résistances réelles par suite
notamment des effets de frettage dus au frottement mentionnés ci-
dessus en 2.121-1. Bien qu'encore en usage dans certains pays
européens (Grande-Bretagne, ALl~magna,af-c. ),
cette méthode a été progressivement abandonnée en France dès la
parution des Règles BA 1960. Celles-ci,tout en laissant la liberté
d'utiliser à titre transitoire des éprouvettes cubiques,préconisaient
l'emploi d'éprouvettes cylindriques ayant une hauteur double de leur
diamètre et donnaient comme valeur du rapport "résistance sur
éprouvettes cylindriques/résistance sur éprouvettes cubiques " le
chiffre de 0,83, qui ne représentait malgré son apparente précision
qu'une moyenne assez approximative (entre 0,70 et 0,90 pour des
cubes de 14 ou 20 cm de côté).
Bien qu'il soit plus satisfaisant que l'essai sur éprouvette"
cubiques, l'essai sur éprouvettes cylindriques de hauteur double de leu.
diamètre ne donne pas la résistance réelle à la compression du béton.
Pour mesurer celle-ci, il conviendrait de procéder. à un essai sur des
éprouvettes cylindriques de plus grande hauteur par rapport au diamètre
et comportant.des embases ; de telles éprouvettes ont bien été
utilisées en laboratoire (éprouvette de R. L'HERMITE, fig. 2.3 d)
de. rupture

Figure 1.3 d

mais les faiblis dimensions que l'on était fatalement conduit


à leur donner leur conféraient une grande fragilité et,par suite des
difficultés de confection et de transport,il n'a pas été possible
d'en généraliser l'emploi sur les chantiers. Dans ces éprouvettes,
les ruptures se produisaient suivant des plans inclinés faisant un
angle d'environ 30' avec l'axe de l'éprouvette, c'est-à-dire avec
la direction de l'effort de compression, ce qui était en accord
avec la théorie et avec les résultats expérimentaux ayant conduit
à la "courbe de résistance intrinsèque du béton" telle que définie
en 1932 par le Règlement sur les constructions en béton armé de la
Chambre Syndicale des Constructeurs en Ciment Armé.

Actuellement, en France, la résistance à la compression


est mesurée par écrasement à la presse hydraulique de cylindres droits
de révolution de 16 cm de diamètre et de 32 cm de hauteur, dont
l'aire de la section droite est donc B = 200 cm2 = 0,02 m2 (dimensions
valablés pour une grosseur de granulat au plus égale à 31,s mm). Le
CEE préconise des éprouvettes cylindriques de 15 x 30 cm qui donnent
des résultats très voisins de l'éprouvette 16 x 32cm.

Si P est la charge de rupture de l'éprouvette, on a pour


une éprouvette âgée de j jours :

La résistance à la compression varie avec l'âge j du béton.


Dans les calculs, on se réfère habituellement à la résistance à 28jours
d'âge.

2.121-3 - Interprétation statist~g~g-~~g-ez~;i~

Les résistances à la compression mesurées sur éprouvettes


sont affectées d'une certaine dispersion mise en évidence par leur
étude statistique. Le béton idéal est celui quiprésenterait la plus
faible dispersion autour de la valeur moyenne désirée.

Sur le diagramme des fréquences observées pour chaque valeur


de la résistance, ce béton idéal peut être par exemple représenté par
une courbe telle que la courbe A(fig.2.4).
Nombre
so d8pcoY~~Has 1
40..

30.

20-

40 -
1
Moyenn~ Qekistance (MPa)
30 par m .

Figure 2.4 - Distributions possibles des résistances d'un béton

Si, en laboratoire, il est possible de réaliser un tel béton


à faible dispersion, il n'en va pas de même sur les chantiers où les
conditions de fabrication et de mise en oeuvre sont moins favorables.

Les bétons mal composés ou mal mis en oeuvre peuvent donner


lieu à une dispersion importante. Par exemple, un béton relativement
sec permet d'obtenir des résistances élevées, mais son ouvrabilité est
médiocre. Si la mise en place est défectueuse^, la dispersion peut être
très grande (courbe B).

Pour éviter de tels écarts, préjudiciables à la sécurité


d'un ouvrage, il est nécessaire de fabriquer un béton dont la plasticitL
ait été étudiée pour que la courbe statistique C se rapproche le
plus possible de la courbe idéale.

On constate ainsi que la prise en compte dans les calculs


de la valeur moyenne de la résistance (qui est la même, dans l'exemple
choisi, pour les trois courbes A, B et C) ne tient aucun compte de la
dispersion et correspond à un risque inacceptable : elle a en effet
une chance sur deux de ne pas être atteinte. D'où l'introduction de
la notion de "résistance caractéristique".

2.121-31 - -------
Résistance ----------
caractéristique

1' - - -----
Aspects ----
théoriques

Soit un échantillon de taille n (n éprouvettes de béton)


faisant partie d'un ensemble indéfini de résultats de mesure de la
résistance à la compression (f cl sfc2, fc3 > --.
fci ,fcn)-

En admettant que la dispersion aléatoire de ces résultats


suive la O normale de LAPLACE-GAUSS, la moyenne arithmétique Üi
n
et l'écart-type s sont définis par :
n
Si n augmente indéfiniment,
et s
-m
tendent respective-
-m
ment vers la moyenne vraie
- n n
et l'écart-type VA s qui définissent
la loi normale de dispersion que l'on obtiendrait en poursuivant
i

indéfiniment les mesures.

Les quantités connues


-met s diffèrent des quantités
inconnues
-m et s
n n
et cela d'autant plus que n est plus petit.
-
Le problème est aLors le suivant : "Connaissant m et s
n n ' I

quelle-probabilité a-t-on qu'une mesure quelconque vérifie la relation :


fci 2 m - k s ?"
n n n
Le repère
-
fck = m n - ks sn est appelé "résistance
caractéristique".

De façon plus précise, on définit pour un caractère quelconque


d'un matériau la valeur caractéristique requise d'ordre p de la
manière suivante :

Etant donné une d i s t r i b u t i o n s t a t i s t i q u e des valeurs d'un


caractère s o i t p o t e n t i e l l e (avant toute fabrication du matériau) s o i t
r é e l l e (correspondant à une fabrication) o n q p e l l e "valeur caractéris- 1
tique requise d'ordre p " l a valeur t e l l e aue Zn proportion de Za
population qui l u i e s t i n f é r i e u r e e s t égale à p (O < p < I l .

Cette quantité (abscisse du point d'ordonnée p de la


fonction de répartition) s'identifie au fractile d'ordre p de la
distribution (fig, 2.5).

Figure 2.5 - Définition de la valeur caractéristique requised'ordre p.


1
Dans le cas d'une distribution statistique réelle :
l
a) Si n est très grand, par exemple supérieur à 100 (pour l'acier,
ce serait - - du contrôle continu en usine) on peut admettre dans
le cas
c e c a s : m = m et s = s .
n n 1
La résistance caractéristique est alors définie par (fig.2.t

k, fonction de la seule variable p ,est donné par les tables de


GALTON. Pour n = :
TABLEAU 2.1

k O 0,8 1,28 1,64 1,96 % 2

f 9
ru vmce

CI
fck
-m fw

Figure 2.6 - Relation entre la résistance moyenne


et la résistance caractéristique.

L'aire hachurée représente la probabilité p ' % , c'est-


à-dire le pourcentage admis de valeurs individuelles inférieures à
la résistance caractéristique.

b) Si n est faible (de l'ordre de 6 à 30 par exemple)

kn augmente d'autant plus que n est plus petit. Il est à


la fois fonction de p et de n.

L'inégalité
f c i > fck = m - k s
- a ( 1 - p ) chances sur]'
n n n
d'être satisfaite lorsque kn prend les valeurs du tableau 2.2 :
TABLEAU 2.2
I n 1 rn 1 O0 35 3O 20 12 6

Les Recommandations Internatio~alesCEB-FIP de 1970 avaient


adopté

sans préciser la valeur n du nombre des essais. On voit donc


qu'avec cette formule, la probabilité d'avoir fci 2 fck est de :
i
-95Zsi n = -
- 90 X seulement si n = 35 environ.

Il faut bien voir que l'idée des rédacteurs des premiers


projets des.Recomandationsdu CEB avait surtout été de pénaliser,
par l'introduction de la valeur caractéristique, les bétons à forte
dispersion (courbe B , fig. 2.4) et qu'ils
- se bornaient alors à
seul écart-type soit fck = m - s (sans préciser non pli
retirer un -
le nombre d'essais effectués pour connaître ÏÜ et s)

La figure 2.7 montre cette pénalisation pour deux bétons de


même résistance moyenne, mais de dispersions différentes.

Figure 2.7 - Résistances caractéristiques de deux bétons


de même résistance moyenne, présentant des
dispersions différentes.

Les études qui se sont poursuivies par la suite, ont permis


de définir de façon plus précise des "règles de contrôle" de la
qualité, et l'interprétation des essais est devenue beaucoup plus
délicate, come indiqué ci-après.

2" - --- -------


Aspect pratique

Au stade de la conception d'un projet, la résistance carac-


téristique de l'acier que l'on utilisera est généralement bien connue,
car il s'agit d'un produit souvent déjà fabriqué et contrôlé dont on
connaît en tout cas la loi de distribution des résistances.

Il n'en est pas de même du béton qui ne sera fabriqué et


contrôlé qu'au moment de l'exécution. Seule donc l'exécution donnera
une existence à la distribution et le projeteur ne peut choisir dans
la plupart des cas qu'une valeur conventionnelle de la résistance. Ce
choix est fonction des résultats d'essais antérieurs d'éprouvettes
fabriquées en laboratoire ou sur chantier sur des bétons ayant la
composition retenue pour l'exécution (voir 2 , 1 4 1 ) .

La distribution statistique ne peut être connue pour une 1


opération donnée qu'une fois essayées toutes les éprouvettes de contrô
prélevées lors de cette opération. Le nombre des éprouvettes ne pouvan 1l
etre infini, cette connaissance demeure imparfaite.
1
Il en résulte que les condit5ons auxquelles le béton réelle- /
ment exPr11té nent Stre considéré c o m e avant la résistance exieée (c'e
à-dire au moins celle prise en compte dans les calculs- imposent des
règles assez complexes relatives à l'interprétation des essais effe
au cours de l'exécution. Ces règles prennent en compte des quantité
facteurs : probabilité acceptée, nombre de gâchées, nombre de prélèv
ments sur l'ensemble des gâchées, nombre d'éprouvettes dans chaque
prélèvement etc..
Ir
V&I- La f a ~ ~ i . c ~
65l e du CCTG : EXicution des ouvrages de GÙmb
,
mil eh &Ln armé 00 pra'corrhirr/-" annexe kechnlqua T24.4, e '
f a6cr'c.de 65A ,arkkJes 75 e.t 77,
La conformité aux spécifications est vérifiée au moyen de
"règles de contrôle de la qualité'' ; ces règles comportent deux sérLc
d'épreuves :

- la première (étude ; convenance) est effectuée et sanctionnée ava


l'ordre de service de bétonnage,
- la seconde (contrôle ; information) est effectuée pendant le
bétonnage et sanctionnéeaprès celui-ci.
L'interprétation doit assurer un juste équilibre entre le
risque du fournisseur (sevoir refuser corne mauvais un lot bon) et
celui du client (accepter comme bon un lot mauvais).
. A titre indicatif on indique ci-après l'une des rènles
ar Ie fascicule 6 5 4 les essais de conkôlë de conkrrndd
prLvuas
r
P
le [cl- de Efon a d & ' R ; a u x d(~fws$ons du mar&&;
ie nombre de bdlCvern<in& par /O/ es\ akjal à 3 ( 3 j W S d;Rërei
x
r le nombra d 'éprouveks par pril&vgne& es1 de 3 , aF la re'srkl~nce
a r;csbfe au fd/&ernerrk à la rnoyQkna a i i t h m o ' k i q v e des 3
tzk~zl~
Pl
leors r n e ~ o r d .
on d,r ose donc de trois voleurs de /a re's;sCsnce. ar ( ~ b a s î a ~ e
l'
[&ois moyennes ar;h~dh.~uas
P,
porf-&f.svr !es t r o i s ~ d / e \ / e r n c n k )
i e 101e ~ dpuk'eonkrme
k 2 12 résiktance carzcfrlnsk~uerequi'

7 fL18
fct -
aac f twyrnnr m./AIi+m des rekulkk ddlsair e j k b ~ ksur le
$,, P,vs pekC rn'svl kt observe'

4 _ bè&s &rd- dens


1 1
la fèbr;cah'om delemrzk
1

pre br; mi;,~ Y L Ccerh',Ct~


+ .r
bbn ou &/-on J36k& l/ernplo; be'nelfit~nFde 1s ma ue NF
2. bèions de dianker oo b&h p~$àlkhpioi
'9,
na bé"efcianC PSdO /a mai
3, ne nnlrïab nt dens 4 n; dans 2. NF.
2.121-32 - -------------------------
La résistance nominale des Règles CCBA 68

Les "Règles de conception et de calcul des ouvrages et


constructions en béton armé" (Règles CCBA 68) définissaient à leur
article 9,3 une résistance dite nominale par la formule :

avec O' résistance moyenne à la compression à 28 jours déduite


. m28 des essais de n éprouvettes (nombre n non précisé ;
il était seulement question de résultats d'essais "en I
nombre suffisant")
s' écart-type.

Pour un nombre d'essais infini, cette résistance aurait été


une résistance caractéristique au sens défini en 2.121-31 et aurait I

correspondu à un risque que 20 % des valeurs individuelles n'atteignent


pas la résistance nominale ainsi fixée (voir tableau 2.1). I

Pour un nombre d'essais limité à 12, (valeur mentionnée dans


les Règles BA 1960) le risque devenait 50 % (voir tableau 2.2). En
I
d'autres termes, la résistance nominale calculée sur 12 éprouvettes -
s'identifiait à la résistance moyenne vraie que l'on aurait obtenue en
opérant sur un grand nombre d'éprouvettes. l
C'est pour cette raison que les Règles BAEL 83 précisa<eh(;on
commentaire de l'article A-2.1,13 (et répètaionkau chapitre B 1) que les 1
valeurs caractéristiques sont inférieures de 10 à 15 % aux valeurs
nominales de la réglementation antérieure, pour des bétons identiques . I
l
2.121-4 - ......................... .........................
Influence de la durée d'a~lication de la contrainte

D'après la norme NF P 18-406, la mise en charge d'une l


éprouvette de béton dont on désire connaître la résistance à la compres-
sion doit s'effec'tuer avec une vitesse de montée en contrainte de
(0,5 4'0,2) MPa par seconde. l

L'essai dure donc environ une minute par éprouvette, et les


résistances mesurées, sur lesquelles est basée toute l'interprétation i
statistique (voir 2.121-3), sont des résistances "instantanées" sous
chargement rapidement croissant.

Du point de vue de la sécurité, il est plus intéressant de


connaître la résistance du béton sous contrainte soutenue. Les essais
effectués dès 1960 par le Professeur RUSCH de Munich, et repris e p
298.2 par B. FOURE à Saint-Rémy-les-Chevreuse, ont montré que
la résistance du béton, compte tenu de la durée d'application de la
contrainte, résulte de deux phénomènes dont les effets sont antagonistes 1
I
)'1 le durcissement progressif du béton en l'absence de toute contrainte
dû aux phénomènes physico-chimiques liés à l'hydratation du
ciment ;
2") l'endommagement interne progressif sous ireffe8 de la contrainte
appliquée,correspondant au développement de micro-f issures .
Si la contrainte est variable dans le temps, l'étude du probli
meest ,très complexe. Dans les essais, on se borne à étudier le cas part:
culierde la rupture sous contrainte maintenue constante, censé représen
ter la condition de chargement la plus sévère.
Des essais d'éprouvettes du même béton à des âges j diffé-
rents permettent de déterminer la résistance instantanée fc ( j ) et dt
tracer la courbe représentative de la loi de durcissement en fonction
du temps (fig. 2.8 a) :

Contrainte G

=a
constante

h' +-,---
kupture différée

.------
(béton jeune)
4
1
Ir I
-
-M
j +du
M' 11durha
Temps t
O
j 'devie d,

Figure 2.8 a - Rupture différée (d'après B. FOURE)

Si à l'âge j du béton on applique à une éprouvette une


contrainte o légèrement inférieure à f ( j ) et qu'on la maintienne
O C
ensuite constante, on obtient généralement une rupture différée à l'âg
j + dU correspondant à une durée de vie du (kraj& MNP; 2.83). kg
Contrainte soutenue
. .=. .'
., ."

>
I)SÉTUN JEUNE

I l i m i t e conventionnelle
d* fizéc
I I /
Nc Contrainte
de rupture
minimole

Figure 2.8 b

a) Cas où l'âge j est faible I k92.5b):

Il existe une contrainte critique ocr (à laquelle corres-


pond une durée de vie critique dcr faible) telle que :
- si a
Cr'
<ao, < fc(j ) , on a O, 6 d
Y
=
<
- si o < o
O cr '
on n'observe pas de rupture ; autrement dit, dans ce
cas, l'effet du durcissement l'emporte sur celui de la contrainte
soutenue.
b) Cas où l'âge j est grand (durcissement du béton presque terminé).

Dans ce cas, on observe une décroissance continue de la


contrainte soutenue de rupture O,, quand la durée de vie d croît.
- -
Autrement dit, l'effet de l'endommagement dû à la contrainte soutenue
l'emporte toujours sur celui du durcissement.

En pratique, on peut définir une contrainte de rupture limite


conventionnelle pour une durée de vie fixée assez grande.
Le professeur RÜSCH a proposé de prendre comme contrainte de 1
rupture limite la valeur cr = 0,85 fc (j ; c'est cette valeur qui
u
a ~ p ~ r a z k dans les vérifications vis-à-vis des états-limites ultin
de résistance sous sollicitations -normales (voir 5.222). 1
1

Selon les conclusions de B. FOURE, il semble que le coefficien


0,85 serait valable en moyenne pour les bétons à durcissement normal, mi
en charge à un âge j compris entre quelques jours et deux ou trois I

mois. Pour un âge de mise en charge très élevé, le rapport ou/£ ( J )


C '
serait susceptible de s'abaisser jusqu'à 0,75 environ.
Los Ggfos BAEL 9.j modyie& la valeur 0,85 par urr. ~qaîf;eiml6 lvoir5.:
Il doit être souligné que l'article B-8.4,1 dés Règles BAEL
relatif au calcul de l'effort normal résistant des poteaux soumis à une
compression centrée, de même que son commentaire, ne tiennent aucun comp
des phénomènes décrits dans le présent paragraphe 2.121-4 ni des conclu-
sions qui en découlent. Bien au contraire, l'effet du durcissement (pris
en compte par l'introduction d'un terme -
c28 >
0-9
fcZ8) et celui d'un i
1
chargement tardif ne sont considérées que par leur côté favorable !
I
2.122 - Rupture par traction
1
Les Règles BAEL, suivant en cela les Règles CCBA 68/ne 'fixent
pas de méthode de mesure directe de la résistance à la traction du béton
la valeur "caractéristique" (Règles BAEL).de celle-ci est définie conven
tionnellement à partir de la résistance z l a compression. On peut l e
regretter dans la mesure où le rapport des deux résistances n'est pas
constant et où un béton qui a une bonne résistance à la traction possède
également une bonne résistance a la compression alors que l'inverse n'es
pas toujours vrai. Mais c'est de toute évidence une simplification.

2.122-1 - Essais
------------ -----par
de rupure -----------
traction

La mesure directe de la résistance à la traction par un essai


de traction axiale est délicate, car il faut assurer la transmission de
l'effort et son centrage ; un tel essai ne peut donc être réalisé qu'en
laboratoire. Il s'effectue sur des éprouvettes cylindriques sur lesquell
après sciage des deux extrémités, on a collé des têtes de traction méta:
ques parfaitement centrées. Il ne doit y avoir aucun effort de flexion
parasite.

Lorsque cette condition est remplie, la rupture survient par


formation d'une fissure perpendiculaire à l'axe de l'éprouvette.

En pratique, on tourne la difficulté du mode opératoire en


opérant comme indiqué ci-après en 2.122-2.
2.122-2 - Résistance à la traction f
tr
Dans le cas.où:..elle doit être contrôlée, la résistance
à la traction est déduite d'essais effectués selon deux modes
opératoires différents :
- flexion d'éprouvettes prismatiques non armées
- fendage diamétral d'une éprouvette cylindrique (essai dit "brésilL
à cause de ,son "inventeur" F.L.L.:.CARNEIRO (1949) alors que le méi
sembledevo~renrevenif au japonals AKAZAWA (Journal of the Jap.
Civil Engineering Institute, novembre. 1943) ) .
1" - ________________ - _ non armées.
Flexion d'éprouvettes prismatiques - - - _ _ ----
Cet essai a été pendant longtemps souvent pratiqué, sur lt
chantiers mêmes, avec un appareil "Simrup" (fig. 2.9 a) ,en opérant sr

Figure 2.9 a -Appareil SIMRUP

des éprouvettes à section carrée de 50 cm2 d'aire et de longueur ég=


à quatre fois initialement (Règles BA 1945) puis cinq fois (Règles
BA 1960), leur dimension transversale. Les éprouvettes étaient soumis
à un système de deux charges égales et symétriques entre lesquelles e
étaient sollicitées en flexion circulaire (M constant et V nul)
(fig.2.9b);elles se rompaient par traction du béton dans leur partie
centrale. En effet, la limite de résistance est atteinte sur la face
tendue bien avant que les possibilités de résistance de la partie
comprimée ne soient épuisées.

Figure 2.9b -Essai par flexion d'une éprouvette


prismatique non armée.

En appelant a le côté de l'éprouvette


et MU le moment de rupture,

la Résistance des Matériaux (diagranmie linéaire des contraintes)


c o n d u i r a i t Z ~ l a f o ~ u ~ l e q u i é t a i t d o n n é e p a r l a ~ i r c u l a i r e ~ i n i s t éd.
riell

'tr(flexion)
- -
Mu (MVY avec v = -a , I = -a4
2
).
12 17.4)
-
La comparaison avec des essais de traction directe,
effectués au même âge sur des bétons provenant de la même gâchée,
montre que l'on a sensiblement :

f t ~(traction)
, 2 ftr (flexion)
d'où

Cette formule due à A. CAQUOT est celle que l'on trouvait


dans les Règles BA 1945 et ,dans les Règles BA 1960.
La formule qui admet un comportement élastiqué .
p.43
jusqu'à,la rupture, ne correspond pas à la résistance réelle à la.
traction et ne définit qu'une valeur purement conventionnelle. La
formule @.57
, par.contre, tient compte du fzit que le diagramme des
contraintes ne demeure pas linéaire jusqu'à la rupture (fig. 2.10).

Figure 2.10 - Diagramme des contraintes dans une


éprouvette prismatique non armée
soumise à la flexion circulaire.

u 3 u
-
Compte tenu de ce que M = 2 p a (pour une charge totale P )
- u
et a = 0,0707m (valeur fréquente),la formule de A. CAQUOT conduit à

fir = 480 PU (MN, MPa)

Les essais effectués sur des éprouvettes de 50 cmZ de sectior


(a = 7,07 cm) conduisaient à des résultats présentant fréquemment des
dispersions notables, mais ils avaient l'avantage de nécessiter un
matériel simple facilement transportable sur les chantiers et, si l'on
disposait d'une presse de faible puissance, de permettre de les
compléter par des essais de compression sur les deux parties des
éprouvettes rompues en appliquant l'effort sur une surface de 50 cm2.
A défaut d'essais par des procédés plus élaborés, on avait ainsi des
possibiiités, sinon de mesure exacte des résistances, tout au moins
de oontrôle de la régularité des bétons.

On a quelquefois utilisé,mais plus rarement en raison des


difficultés de manutention et de transport ,des éprouvettes :de,dimensior
plus importantes, a = 10 cm et a - 1 4 , 1 4 cm.
/hiha
2" - diamétral d'une-----------
Fendage----------- ----
éprouvette cylindrique --
Actuellemext, on tend à mesurer la résistance à la
traction en pratiquant sur des éprouvettes
. . cylindriques identiques à
I
celles servant pour la détermination de la résistance à la compressic
un essai.de fendage consistant à appliquer Les efforts sur deux géni
trices diamétralement opposées (fig. 2.11).

Figure 2.11 - Essai ,. .


de fendage ("essai bmsibarr
<

La rupture se produit par apparition d'une fissure suivant


le plan diamétral correspondant.

En appelant PU la charge de rupture par fendage

d le diamètre
et .? la longueur de l'éprouvette

la 'Théorie de 1'Elasticité conduirait à :


=- Pu
'tr (fendage) pd?. (MN,m,MPa) fi.4
La comparaison avec des essais de traction direcee, effectu
au même âge sur des bétons provenant de la même gâchée, montre que 1~
a sensiblement :

'tr (traction) 2 ftr (fefidage)


On arrive ainsi à :
P Pu
2 u
ftr = 0985 --
Il dll
= 0,55 d~ (MN,m , m a )

ou, compte tenu de ce que d = 0,16m et ll= 0,32m

2.13 - DIAGRAMME CONTRAINTES-DEFORMATIONS DU BETON

2.131 - Diagrarmne expérimental

----------------
2.131-1 - Méthodes d'essai

Pour obtenir le diagramme o - E d'un béton,on place entre


plateaux d'une presse hydraulique une éprouvette cylindrique ou priç
matique de béton. Sur cette éprouvette, on peut exercer :

- soit un accroissement constant des contraintes dans le temps,


- soit un accroissement constant des déformations dans le temps.
Accroissement constant des contraintes dans le temps : -
a) ................................................... do = Cte
dt
L'essai donne une relation entre la déformation et la
contrainte moyenne. A la fin de l'essai, l'accroissement de
dc
déformation est très rapide. Pour suivre cette phase de li'ess
le débit d'huile de la machine d'essai devrait s'accroître également i
ce que ne permettent pas la plupart des machines d'essai car elles l
ne possèdent pas de pompes d'un débit suffisant.
du
Quand l'accroissement - est maintenu constant jusqu'à la
dt
rupture de l'éprouvette, on observe une rupture explosive due à la 1
libération brutale de l'énergie accumulée. En pratique toutefois ce '
type de rupture s'observe rarement car on préfère diminuer -
do
d- t
-
ver: i
la fin de l'essai pour protéger l'appareillage. De ce fait, les
résultats sont influencés par la machine d'essai et par l'exécutant 1

L'essai de contrôle normalisé du béton est exécuté de cette


manière avec -du = 0 , 5 7 0,2) MPa/s . '
dt 1

d~ = Cte
b) Accroissement constant des déformations dans le temps : -
dt
1l
Le comportement du béton est totalement différent de celui
observé en a).

Dans la première phase de l'essai, les différences entre les 1


diagrammes obtenus par les deux méthodes sont négligeables car,dans
cette phase,la relation u - E est sensiblement linéaire. i
!

Quand on atteint les contraintes qui amènent un comportement


plastique, l'accroissement constant des déformations entraîne un
ralentissement de l'accroissement de contrainte : le béton se
déforme "plus vite'' que dans la zone élastique (fig. 2.13).
F i g u r e 2.13

Pour une c e r t a i n e v a l e u r de U b c l e s déformations imposées


par l a machine d ' e s s a i s o n t en é q u i l i b r e avec c e l l e s du béton. On
do = C t e : l a charge maximale e s t a t t e i n t e .
a alors -=O,
dt bc
La m i c r a f i s s u r a t i o r i du béton e s t t r è s importante, mais l e
béton n ' e s t pas é c r a s é .

En poursuivant l ' e s s a i , on c o n s t a t e que l a charge exercée s


l e prisme d é c r o î t : l a déformation du b é t o n e s t a l o r s p l u s f o r t e c.
l a déformation imposée p a r l a machine d ' e s s a i .

Quand on a r r ê t e l ' e s s a i a p r è s ê t r e r e s t é longtemps dans l a


p a r t i e d é c r o i s s a n t e du diagramme, l ' é p r o u v e t t e e s t i n t a c t e . Il e s t
p o s s i b l e d e l a r e c h a r g e r dans un e s s a i avec do - d t = ct e ~a.
r é s i s t a n c e observée d i f f è r e peu de c e l l e d'une é p r o u v e t t e q u i n'au.
pas s u b i c e t y p e de chargement.

do te
Les diagrammes trouvés. p a r l e s deux méthodes -
dt
= C ,
-d~= c te
sont totalement d i f f é r e n t s ( f i g . 2.14).
dt
Figure 2.14

2.131-2 - Phases de comportement

Sur une courbe contraintes-déformations obtenue à vitesse


d~ = Cte), on peut distinguer, à déformatioi
constante de déformation ( -
dt
croissante, quatre phases de comportement (fig. 2.15).

comportement iwmcgéne élastique

développement de la microfissurofion

p
3
lm
() pog
m
a
it de la rupture

Figure 2.15

Phase 1 (u 5 0,4 fcrenviron): comportement analogue à celui


d'un matériau homogène et élastique.

Dans cette phase, le béton suit sensiblement la loi de


HOOKE ; la pente à l'origine de la courbe est le module de déformation
tangent à l'origine E
bo'
Phase 2 ; développement de la microfissuration,'d'où
incurvation progressive de la courbe jusqu'à la résistance à la
compression f (contrainte maximale) atteinte pour une certaine
Cr
valeur E de la résistance à la compression.
bcl
du te
'(~ansi'essai à -dt = C , la rupture survient alors plus
ou moins brutalement, et la phase suivante est incontrôlable).

Phase 3 : le fait d'imposer des accroissements de déformatio


et non de contrainte permet d'obtenir une branche descendante
("failing branch") qui correspond à la propagation de la rupture c'est
à-dire au développement des surfaces de fracture et à une fissuratio.
plus ou moins généralisée.

La pente générale de cette branche renseigne sur le


caractère fragile plus oumoinsaccentué du béton étudié (si elle es
presque horizontale, le béton est très ductile, si elle est quasi-
verticale, le béton est très fragile).

Phase 4 : cette phase est sans intérêt pratique ; le béto


désagrégé se comporte comme un sol "tout-venant" qui aurait été plat
entre les plateaux de la presse hydraulique.

Pour les vitesses d'accroissement de la contrainte ou de


déformation habituellement utilisées dans les essais "de courte durer
on peut admettre que, dans la phase 1, la relation entre o et E ne
dépend pas du mode opératoire. En particulier, comme déjà dit, les
valeurs du module Ebo obtenues dans les essais normalisés à vites^
..
constante d'accroissement de la contrainte ( -dU
= 0,5 MPa/s environ)
dt
ne diffèrent pas de celles obtenues à vitesse constante d'accroissei
d~ = 0,002/mn par exemple)
de la déformation ( -
dt
~ % r ~ & ala. phase 2, surtout au voisinage du sommet de
la courbeydépend,comme déjà dit,du mode opératoire et de la vitesse
choisie. L'essai à vitesse constante d'accroissement de la déformate
est celui qui permet de fixer de la manière la plus fiable la valeui
E
bcl '
La phase 3 de propagation de la rupture est fortement
influencée par le mode opératoire (vitesse choisie, ''raideur'' de la
machine, temps de réponse de l'asservissement, et même opérateur).
Il existe une déformation limite ~ ~ qui,
, ~ b
conventionnellement, correspond à la frontière entre les phases 3 et
mais qui, pratiquement correspond au point à partir duquel on n'est T
en mesure de maîtriser la déformation et donc d'enregistrer la court

2.131-3 - Effets
------------- ..............................................
de la présence d'armatures transversales dans la zone
--- -----
comprimée

Les essais sur éprouvettes en béton non armé ne permettent


de représenter le phénomène de raccourcissement des fibres comprimée
d'éprouvettes comportant des armatures transversales. Celles-ci
rendent possible une concentration des contraintes de compression da1
un noyau réduit où le raccourcissement et la contrainte du béton
peuvent atteindre des valeurs élevées par suite d'un effet det'confin
ment'!

La figure 2.16 montre les courbes obtenues sur des


éprouvettes cylindriques 16 x 32 cm munies ou non d'armatures
transversales (deux pourcentages différents).
Figure 2.16

On constate que la branche descendante de la courbe d'une


éprouvette armée transversalement (même Faiblement) est beaucoup plus
étendue que celle de l'éprouvette non armée.

2.132 - Relation entre le diagramme o - E et la distribution des contraintes i


1
dans le béton comprimé
'
I
1

La valeur E dont il vient d'être question ne doit pas


b.lim
être confondue avec la valeur limite du raccourcissement E à prent
"CU
en compte dans $es calculsen flexion (simple ou composée, droite ou
déviée).Cvoir Si21-4). En'effet, les phénomènes physiques intervenant d
le comportement, d'une part, du béton de lazone comprimée d'une
poutre jusqu'à rupture sous moment fléchissant croissant et, d'autre
part, du béton d'une éprouvette soumise à un essai de compression
simple à déformation contrôlée, ne sont pas exactement assimilables
l'un à l'autre. Il en résulte que l'assimilation du diagramme de
calcul utilisable pour le calcul des sections soumises à des sollici-
tations normales (diagramme parabole-rectangle, voir 5.222-1).à la loi
de c~mportementdéterminée par un essai de compression simple et
bornée à Eb,lim est purement conventionnelle.

En flexion, il est possible de déterminer expérimentalement


une valeur ultime Eb CU du raccourcissement du béton correspondant à
l'atteinte du moment maximal et au début d'écrasement du béton sur les
fibres les plus comprimées de la section [dans les années ncinquante':
R. CHAMBAUD en France avait ainsi trouvé bu = 3,6.
E valeur
confirmée par E. HOGNESTAD aux USA (3,8.1 ) mais in£irmée par
H. GRANHOLM en Suède (de 4 à 7.10-3T.p Mais.. on peut aussi définir
moment ultime comme le moment maximal à déformation croissante,et 1
calculer en utilisant une loi - a - E du béton ~ossédantune brancI
~ ~ ~ ~~ - -

décroissante, sans qu'il soit indlspensabled'introdfiireunedéform:


limite (voir par exemple la loi de Desayi et-Krfshnan-en 2.134).
.. ..

2.132-1 - Poutres
.................................
soumises à la flexion simple
La déformation d'une fibre dans la zone comprimée est pro
tionnelle à sa distance à l'axe neutre (hypothèse de la conservati'
des sections planes,cvoir 5.21-1).

La vitesse à laquelle chaque fibre se déforme est égalem,


proportionnelle à cette distance. Comme le diagramme a - E dépend
de la vitesse de déformation, pour chaque fibre la relation o - E
est différente. Sur la hauteur de la zone comprimée, il existe donr
un gradient de déformation (fig. 2.17).
b- 2 &c

A .u
Figure 2.17

Par exemple, la vitesse de déformation de la fibre de


béton "c" située à la distance -Y de l'axe neutre est moitié de la
2
vitesse de déformation de la fibre extrême comprimée "b", à la
distance y de ce même axe.

Figure 2.18

l
A des raccourcissements successifs croissants E
c1 > EC2 €CC
de la fibre c correspondent des contraintes o
cl
, uc2, uc3 au nive:
de cette fibre, lues sur la courbe "c" (fig. 2.18).

Aux raccourcissements 2 EC1 > 2 EC2 . 2 EC3 de la fibre b


correspondent des contraintes Ob1 ' Ob2 ' Ob3 au niveau de cette fibr~
lues sur la courbe "b".

Les distributions des contraintes dans la zone comprimée


prennent ainsi l'allure suivante (fig. 2.19).

Le diagramme obtenu avec -dc = cte permet donc d'expliquer


dt
ce qui se passe dans la zone comprimée d'une poutre fléchie : une
redistribution des contraintes dans cette zone est possible, et les
fibres ayant des déformations très importantes (:fibres b) voient leur
contrainte diminuer, alors que la contrainte des autres fibres
augmente (courbe 3).

Dans un essai de longue durée, la distribution des contraint


dans la zone comprimée diffère de celle-observéedans un essai de
courte durée, car l'influence de la "vitesse de mise en déformation"
sur la forme du diagramme o - E est très importante.

Si la charge croît très lentement, la distribution des


contraintes est plus uniforme que dans le cas d'une charge rapidement
croissante et les charges ultimes ne diffèrent pas de façon significa-
tive.

2.132-2 - Poteaux
.......................
soumis à la compression centrée

Toutes les fibres subissent le même raccourcissement et


par conséquent la même contrainte. Dans ce cas "l'adaptation" dans
une section qui se manifeste par une redistribution des contraintes
entre les différentes fibres est impossible. Le diagramme obtenu- avec
do = C te
-
dt permet de comprendre le comportement sous charge croissante
une rupture brusque se manifeste sous la charge ultime.
Si un poteau est chargé longtemps à 9 0 % ( ~ a rexemple) de 1;
charge ultime correspondant à un essai de courte durée, on peut égalen
observer une rupture brusque. La durée du chargement entraîne une
réduction del la résistance (cette remarque est à l'origine du coeffici
0,85 qui intervient dans les calculs en flexion simple, (voir 2.121-4
On en conclut que :

- dans l e s é l é m e n t s f l é c h i s , l a d i s t r i b u t i o n des déformations dans 1;


zone comprimée n ' e s t pas uniforme, une r e d i s t r i b u t i o n des contraint
e s t possible : l e s déformations sont prépondérantes ;

- dans l e s élémentsco-mprimés, l a d i s t r i b u t i o n des déformations e s t


uniforme : l e s c o n t r a i n t e s sont a l o r s prépondérantes.

2.133 - Valeur expérimentale des principaux paramètres

a ) Pour un chaqement de courte durée,la r e l a t i o n e n t r e l e module


tangent de déformation longitudinale e t l a r é s i s t a n c e à l a
compression e s t assez bien représentée par l a formule

Le module sècant, correspondant à une c o n t r a i n t e de l ' o r d r e de


0,5 fcr à 0,6 f c r e s t (voir BAEL, a r t . A-2.1,21) :

Eb 2 Ebo/l,l = 11000 f
cr @.IG]
, adopk une valeur assez di'firenk ( v o i r 2 . l ~2 b~) -
T ~ u h k iI '~EC2
b) Le raccourcissement E~~~ a t t e i n t lorsque u c = f c r e s t fonctiori
de fv.M; KAVYRCHINE a proposé :

Résistonce fCr
O 10 20 30 40 50 (MPa

Figure 2.20 - Raccourcissement Ebcl en fonction de


l a r é s i s t a n c e à l a compression f
C r '

c) Les courbes "moyennes" ont des formes qui euvent 2 t r e c a r a c t é r i s i


B
par une branche croLssante.d'allure parabo Ique, s u i v i e d'une brar:
décroissante.dont l a forme varle. d'une courbe t r è s a p l a t i e e t à
pente t r è s fa?Ele, à une courbe parabalique à peu près symétrique 4
l a Eranche c r o i s s a n t e : dans les cas- intermédiaires, l a b r a n c h e
décroi.ssante. présente une. influence peu marquée.
Le raccourcissement maximal qu'il est possible d'enregistrer
(et qui soit significatif, c'est-à-dire qui ne corresponde pas à la
phase 4 du romportement définie précédemment) est très variable. 11
est très supérieur à la valeur E sauf si l'âge est grand.
bc 1
Dans le cas de zones comprimées rectangulaires, les valeurs
proposées par 1' E C Z " .' ;sont celles du tableau 2 . 4 :

TABLEAU 2 . 4

f 12 16 20 25 30 35 40 45 50 MPa
Cr

E 3,6 3,s 3,4 3 , 3 3,2 3 , 3,O zig


bcu 2,s
(QARS l ' C C ? , CG vdeurs s o d précéA&s du s;yke "moins", Les roecou~cisse.
rnmb &ad- consi'doiok comme nigah~~).
2.134 - Loi de comportement "exacte"
La loi de comportement,dite "exacte" par raccourci de
langage, est l'idéalisation aussi fidèle que possible de la courbe
obtenue dans les essais de compression simple. Diverses idéalisations
peuvent être utilisées qui décrivent bien la branche croissante de la
loi de comportement et, plus ou moins fidèlement, l'allure de la
branche décroissante.

Parmi ces idéalisations, l'expression la plus générale est


celle qui a été proposée par Sargin ( 1 ) :

avec = E ~ ~ / E ~ ~ ~

M. Kavyrchine a montré qu'il était commode de déduire de


l'ensemble des courbes définies par l'équation 112.14 deux sous-
ensembles obtenus en faisant K' = O et K' = K - 1 ce qui conduit
respectivement à :

( 1 ) M. Sargin:"Stress-strain relationships for concrete and the analysis of


c t r i ~ r t l r s s l r n n r r o t o s p r t i n r i a " . SM S t i l d v no&. Snlid Merhnnirs Divisinn.
Ces deux familles sont représentées sur la figure 2.21 pour diverse..
valeurs du paramètre. K .

Il est possible de substituer à la branche descendante uni


droite de pente (- Et) d'équation
0
bc
droite 3 : -= 1 K - 1)
cr

On peut alors retrouver, corne cas particuliers, les


idéalisations le plus couramment utilisées :
- sous-ensemble 1 seul :
diagranmie do 1' ~ e 2 Gvab'on
, r4.27- de I 1 a-r ! x. . i 4.2.4.3.2
- sous-ensemble 2 et droite 3 :
* avec K Y 2 et K" = O (Et= O) : diagramme parabole-rectangle
(voir 5,222 , fig. 5.2)
* avec IC= 2 et K" = 0,15 %cl /(O, 0038 - : diagramme de Hognesr

- sous-ensemble 2 : O
avec K = 2 : diagramme de Desayi et Krishmn :
bc
-:= 7
-'
2.;
f 1 +ri [2.1Q
,
(cf. BAEL 91 art; E 7.1,22) cr

2.14 - PRESCRIPTIONS REGLEMENTAIRE Ç


2.141 - Résistance caractéristique à la compression
a) %glu -jGL.a& A Z.L .1(
Dans les cas courants, pour l'établissement des projets, 1,
béton est défini par une valeur de sa résistance à la compression à
28 jours,appelée valeur caractéristique requise (ou spécifiée), net(
fc28 '
Cette valeur est choisie a priori compte tenu des possibii
locales et des règles de contrôle qui permettront ultérieurement de
vérifier sur le chantier qu'elle a bien été atteinte.

Pour un béton âgé de plus de 28 jours (j 228) .lorsque l'on


doit justifier la résistance des sections, on consérve fcj --fc28.

Pour un béton âgé -demoins de 28 jours (j < 28) non traité


thermiquement, on peut admettre une loi du type :

avec :
- pour fcZ8 <; 40 m a : a = 4,76 et b = 0,83

- pour fcZ8 > 40 MPa : a = 1,40 et b =.0,95


b) --Evrocode
- - - --2 :
La résistance à la compression du béton est déterminée soit sur
éprouvettes cylindriques soit sur éprouvettes cubiques, au moyen
d'essais normalisés effectués conformément au projet de norme EN-V.206.
L'EC 2 est basé sur la résistance caractéristique à la compression
sur cylindres fck , définie comme la valeur de la résistance au-dessous
de laquelle on peut s'attendre à trouver 5 % de la population de toutes
les mesures possibles de résistance du béton spécifi6..
A parhr de là, I ' E C ~dqnrk un. certain nombre de classes da r<rk;skan-
ca [voir 2.443L).

..
2.142 - Résistance à la traction '

La résistance à la traction étant faible et incertaine,


elle est normalement négligée dans les calculs de résistance.
Toutefois, certains calculs (adhérence, pourcentages minimaux, ) . ..
se réfèrent à une valeur de cette résistance.
1
a) - - -PAEL
P.idt5 --~ fa&. Zr
-A- -(2)
1 (voir
- f , page 53.7)
note ~om~h'rnenkaira l

La résistance caractéristique à la traction du béton iI


à 28 jours, notée ftZ8, est conventionnellement définie par la rela-
1
tion suivante, valable pour fCz8( 60 MPa :

ftZ8 = 0,6 + 0,06 fcZ8 (unités : m a ) D.18a-j

traction axiale (fct


,ax
. .
La résistance à la traction prise en compte est la résistance à la

Elle peut être déduite d'essais effectués selon le pra;ct de norme

~
1
EN-V 206 par les formules suivantes :
- pour des essais de fendage (''~litting'') :

f = 0,9 fct
ct,ax 9 SP

- pour des essais de traction par sexion :

A défaut de données plus précises, on peut admettre que la


résistance moyenne à la traction axiale est donnée en fonction de f
par la relation : ck

fctm = 0,3 fck'13 (en m a )

qui donne des valeurs un peu plus élevées que la formule des Règles
i 2 . i b]
~
l
BAEL g4ivoir bb[acl 2 . 5 ) .
Les résistances caractéristiques à la traction minimale fctk,0,05
(fractile 5 % inférieur) ou maximale
fctk 0,95 (fractile 5 % supérieur)
correspondent respectivement à 0,7 f
ctm et à 1,3 fctm '
La valeur à introduire dans les calculs dépend du type de problème.
Par exemple, il convient de considérer:

- f
ctm
pour calculer les déformations de la structure (par exemple
une contreflèche)
- pour calculer les effets des actions indirectes, avant
fctk'0'95 fissuration du béton (exemple : pourcentage minimal
d'armatures, art. 4.4.2.2)
- ctk,0,05
pour calculer le moment de fissuration.

2,443 Valeurs 2 &roduire dans les prqi& ; ~ [ a s ç e sda &i'sta~.e


ai-
&$es - -BAEL,
-- - -art..
- A-2.1
2-
13. (voir note & m ~ l ~ i n c n t ~ i m :page
2, 537)
Les $/es BAEL ne se rq-ienk pas ex~ii&rnen/ à des classes de
, n o h n de cfasse. apparaît Lors ve:
rdsiçjance (en. braC;qve C D ~ y , t s la
L'oh uh'\~'s=des b&ns p a s a L emploi). S
Les valeurs de résistance à introduire dans les projets
peuvent être déterminées :

- soit à partir de résultats statistiques obtenus sur des chantiers


comparables,
- soit à partir d'études préalables des bétons,
- soit encpre en s'inspirant des d 0 m é e ~des circulaires d'agrément
des bétons prêts à l'emploi.

A défaut de telles données, études ou précédents, on pevk


dans le cas de chantiers courants de bâtiments, a v a c des bilons & base
&a ~4 45 ou de CPJ 45 , do& à 3.50 k9/m3 d nu% omvm dans de
bonnes ccndih'ons,~dopbrrsans kok de. riSquG :

.... .
Il est rappelé que les valeurs caractéristiques sont
inférieures aux résistances déterminées comme moyennes arithmétigues
de résultats d'essais, ce qui veut dire que pour obtenir la résistance
caractéristique requise, le chantier doit viser en moyenne une
valeur supérieure à la valeur prise en compte dans les calculs (de
l'ordre de 15 à 30 % supérieure, la valeur étant d'autant plus grande
$igure 2.22) . -
aue le chantier est moins bien contrôlé et le béton moins rémilier.
.. .. ~. .~ . . ..- . .
chanbér bien comhZle' ; b à L r+olrèr

li &enhkr peu u>nh+lar; béton ;rm+liei


1.
1.

-
,492.22 \.-.
1.

3 3 ~ %( W 43
,),f

f-1
V A i E U R DE PPOJET VALEUR5 MOYENNES À V;~R PAR LE CC~ANT~ER
1
Un projet donné doit se référer à une classe de béton correspondant
à une valeur spécifiée de la résistance caractéristique à la compression
(à 28 jours d'âge).

Neuf classes dé béton (résistance fPlc en MPa) sont définies.


---
Conformément au projet de norme FNV-206, chaque classe est représentée
par deux nombres : le premier correspond à la résistance sur cylindres
et le second à la résistance sur cubes.

Tableau 2.5-Classesde bétons définies par l'EC2 - Résistances à la compression et à


la traction

En l'absence de justifications spéciales, les règles de 1'EC 2 ne


sont pas applicables à des bétons de classes inférieures à C12/15 ou
supérieures à C50160.

A l'arlicie 3.t.2.J de I ' E C ~ L


,es p r & ~ i d~~0n-k
p qwz les dejfcrma-
&ns insbnbanaés ou di[Pre'Ps (da mime que le. module de &femiab'on longibd;nale à
prendreen compte dans les calculs) dépendent non seulement de la classe de
résistance, mais également des propriétés des granulats ainsi que
d'autres paramètres liés à la composition du béton et à l'environnement.
Il en résulte une grande variabilité et le choix des valeurs appropriées
(maximale, moyenne ou minimale) dépend donc de 1' objet du calcul.

Cependant 11EC2 reconnaït que, pour de nombreux calculs, on peut


généralement utiliser des valeurs approchées.

2, -( - ----------- -- ---
Diagramme contraintes-$éform~tions

Dans le chapitre 3.1, l'EC2 se borne à donner l'allure schématique


du diagramme pour le béton soumis à une compression axiale (figure 2.23
page 53: et à indiquer que des diagrammes convenablement idéalisés
peuvent être utilisés pour les calculs~voirorta 3 . f . 2 . 5 . 1 & 4.2.1.3.3 de
I'EC 21
-52-
1-23: Diagramme c o t k r a i k . d+rnakoas schimabqva pur
1' analyse structurale

L ' a r t i c l e 4.2.1.3.3 p r é c i s e q u ' i l convient de f a i r e une d i s t i n c t i o n


e n t r e l e s diagrammes u t i l i s é s dans l ' a n a l y s e s t r u c t u r a l e e t ceux
u t i l i s é s pour l e c a l c u l des s e c t i o n s :

Io- pour les méthodes d ' a n a l y s e non-linéaire ou p l a s t i q u e (voir annexe 2


de lrEC2) e t l e c a l c u l des e f f e t s du second o r d r e ( v o i r annexe 3) on
peut u t i l i s e r pour l e s charges de c o u r t e durée des diagrammes t e l
que c e l u i r e p r é s e n t é f i g u r e 2.24 e t c a r a c t é r i s é s par l e s t r o i s
paramètres E f e t E d é f i n i s ci-après :
cm' cm c1

a ) module de déformation moyen (quand on applique l ' a r t i c l e


Ecm
'cm.
2.5.3) ou v a l e u r d e c a l c u l Ecd = - (quand on applique l'article
Y,-
4.3.5) où yc r e p r é s e n t e l e c o e f f i c i e n t de s é c u r i t é p a r t i e l du
béton ( a r t . 2.3.3.2 e t annexe 3)

b) r é s i s t a n c e moyenne f (quand on applique l ' a r t i c l e 2.5.3) ou


cm
fcd
v a l e u r de c a l c u l fcd = - (quand on a p p l i q u e l ' a r t i c l e 4.3.5)
Yc

C) raccourcissement du béton correspondant à l a contrainte


maximale fcmax.
Ce diagramme peut être représenté par la relation suivante,
valable pour (la comyression étant affectée du 'signe moins)
O > E > ECU & ; A d ' ue- a la r<tlakon [2.13] da la page 49 :
C 7
u
kn - n2
l
C
-= 12.18c J
1 +(k-2)n 1
fc
avec : E 1
, = -E C 0Ù E
c1
= - 0,0022
cl E
c1
k = ( 1 , 1 Ec) -
£c
(selon le cas, Ec = Ecm ou Ec = Ecd)
Le raccourcissement ultime E varie en fonction :
- CU
- de la résistance moyenne f
cm
du béton, prise égale à :

fcm = fck
+8 (MPa)

- de la forme de la zone comprimée .


Pour une zone comprimée de section rectangulaire,
E
CU
= - 3 , 5 %, pour la classe C16/20 (fcm = 24 ma). Pour trouver
les autres valeurs, on retranche 0,l %y à la valeur absolue de E",,
--
en passant d'une classe de béton à la classe supérieure dans la
série donnée dans la b L l d u 2.5 paye 52.

Par exemple on a :

E
CU
= - 3,4 pour la classe C 20125 (fcm = 28 MPa)
et ainsi de suite jusqu'à :

E
CU
= - 2,8 %, pour la classe C 50/60 (f
cm
= 58 ma).
~
Ce $pe de d i a g a m m c aussi -lui a d o F p a r los &?$es BA!%gf , au corn.
. ~e,-J.aie de ~ ' a r b ~ d4r 4.4,32. en p a n a d Ec,.o,,, = ( v o i r k u k 2. ,g 1, E9!yL
~ ~ l a c a nfcl . par ? 1 ~ ~ f ~ 2&8 en adoptai+ uniformemenk &,.c 0,002.
e. Tb
2"- pour le calcul des sections à l'état-limite ultime de résistance
sous sollicitations normales (M + N), on peut substituer au
diagramme expérimental d~ diaqrammes ;ciok.li'sds ( votr 5 . 2 2 2 )

. ... . -
.. ..- -... . . ...... . . . .
Sauf en ce qui concerne les vérifications au flambement (voir
'chapit~é 11) à ,l"âge de. j jours, pour une contrainte .de courte durée
. .. .. de déformation longitudinale
d'application ( t < 24 heures), le module
instantanée peut..'êtrepris .égal :à., : .. . . . . .
.. ~
A défaut de données plus précises, lorsqu'une grande précision n'est
pas requise, on peut, pour estimer le module sécant moyen Ecm, utiliser'
les valeurs données (en k~/mm' ou GPa = 103 MPa) par le tableau 2.6.

Ces valeurs correspondent sensiblement à :

= 9,5 Cfck i- 8) 1/3 avec fck en m a .


Ecm
Elles sont applicables pour du béton non étuvé.
Lorsque les flsches ont une grande importance, ou lorsqu'il s'agit
de granulats particuliers, la fourchette dans laquelle se situent les
valeurs de E doit être déterminée au moyen d'essais.
cm

Tableau 2.6-Module de déformation longitudinale du béton (IcN/mm2)

Classe de 12/15 16/20 20125 25/30 30/37 35/45 40/50 45/58 50/60
résistance C

E (GPa) 26 27,5 29 30,5 32 33,5 35 36 37


cm
(BAEL 91 ) (25,2) (27,7) (29,9) (32,2) (34,z) (361 (37,6) (39,j) (40,s)

Les valeurs indiquées concernent


Ecm à l'âge de 28 jours (puisque
les classes se réfèrent à f
ck à ce même âge). Pour des âges différents
on peut encore utiliser le même tableau en prenant la colonne
correspondant à la résistance fck du béton sur cylindres à l'âge
considéré (exemple : pour un béton C25/30 âgé de 14 jours
% 20 ma) : Ecm
(fck14 .r, = 29 k~/mm').

Lorsque l'on soumet à la compression axiale une éprouvette


cylindrique de longueur 11 et de diamètre a , elle subit un raccou~
cissement longitudinal AI? et une dilatation transversale qui porte
le diamètre de a à a + A a .
b
On appelle "coefficient de Poisson" le rapport defdéformat
transversale relative à la déformation longitudinale relative :

En béton armé, ce coefficient intervient dans le calcul de:


éléments soumis à des flexions simultanées dans deux directions
orthogonales (dalles, parois de réservoirs, etc..).
1,
~a&cle A 2.f.3 d a 726311~~ BAEL 94 ?hdi7ve qw,sauf cas parClCulier
le weft'w'ehf- da Poissorl 9.4 pn'S ebal à O pour le calcul des ~ c I ( i ' c i b A b ~ ~
4 à 0,2 pwr le calcul des ddforrnakons,II
-53. -
Remarque

Il faut prendre garde que les tableaux que l'on peut trouver
dans certains ouvrages ou formulaires de Résistance des Matériaux
et qui donnent les moments de flexion dans les plaques, ont parfoi
été établis pour des valeurs "quelconques" du coefficient de Poiss
(0,15 ; 0,20 ; 0,30 ou autre).

Les valeurs numériques figurant dans ces tableaux doivent do:


le cas échéant, être corrigées.

Soient les valeurs des moments de flexion correspondan


Mx ' M y à la prise en cpmpte d'une valeur v du coeffi,
cient de Poisson

;M , M' les valeurs correspondant à v'


Y # " O

On a, en signe :

3.144-4 -Coefficient
- - - - - -de-dilatatio~
--- -thepique

Pour les calculs où la dilatation thermique n'a pas une grande


-6
influence, ce coefficient peut être pris égal à 10.10 I o c ( B A E L , C ~ m m Q n -
kaira de 1'arh.cIa A3.1,33 ; E C 2 ) art. 3 . 4 . 2 . S . 4 )
1

2.144. S - -
FLuage - -d-nztraik
--
O
I Rappds sur /ks
.. .. ... .
Y4JS du ffuage :
On rappelle que lorsqu'une contrainte de compression o
bc
uniforme et constante est appliquée pendant une longue durée à un
élément en béton, on observe :

a) un accroissement de la déformation au cours du temps :


~
l

I
Si E.. est la déformation instantanée du béton à l'â:
11 (
'b
c
)
j où l'on applique la contrainte o CE.. = ci /E..), on admet, l
bc -
11 bc 1 1-
en première approximation, qu'il s'y ajoute au cours du temps une 1
déformation complémentaire due au fluage et que celle-ci est elle-
même proportionnelle à E.. (o ) .
1
J bc i
La déformation totale au bout du temps t > j est ainsi : l

E..
11
(abc) [1 + b (j,t) ]
avec $, (j,t) coefficient de fluage, indépendant de la contrainte l
o si celle-ci demeure modérée.
bc 1
b] la rupture au bout d'ün temps plue ou hoin$ Ipng, sous toute 1:
contrainte maintenue constante et supérieure.en
9 principe,à
(0,7 à 1) fcj en pratique, dans les calculs de flexion, à
0,85 f
cj
.
Ces deux effets doivent être considéré comme indépendan!'
l'un de l'autre, c'est-à-dire que le fait de prendre en compte i
les calculs les effets du fluage n'autorise pas à faire abstraci,
du coefficient 0,85 qui frappe f . (voir par exemple au chapiti
la figure 11.14). CJ

Sauf s'il s'agit d'ouvrages exceptionnels


(voir Règles BAEL, art. A-4.4,32 et ses commentaires) il est d'u
de considérer qu'au-delà d'un temps de chargement suffisamment 10
le coefficient de fluage ne varie plus et reste égal à 2 ; on ad-
donc couramment que la déformation due au fluage est le double d
la déformation instantanée. Il en résulte que la déformation tata
du béton-.sousune charge de..longue:du+e. appliquée.au jour j est
triple ae la défg*atiph. Instantanée sous lamême contrainte
appliquée au même âge. Il y correspond un module de déformation
défini par (1) : 4.

Pour une analyse plus finedes effets du fluage, il conyien


se reporter ,i";annexe.I.'!Béfoqt+~ipns du Béton" des Règles BPEL
....:..- .- .-...
-..-'au
Manue%
.-. . du -CEB Bulletin,142/142-bis& -re 'au$ Bu
do C E 6 199 215.
.... .-. ..
b) Retrait hydraulique (BAEL;art. A-2.1.,22)
.,
COn-rvé dans un milieu non saturé d'humidité en permanence
le béton perd unepartie de son eau libre et ses dimensions diminuent
(retrait hydraulique).
Pour des pièces en béton armé non massives, à l'air libre,
s Règles BAEL indique
comportant un pourcentage moyen d'armatures, '
:
e
queleraccourcissement unitaire final dû auretrei.t.peut être pris égal
. . ..
-; 5 0
dans les climats-tiès hu6iiles
- 2 IO-^ . en ..climat
. humide (cas de.la.France.,à l'exception.
de son. quart Sud-Est)
- 3 la-' . en climat tempéré (quart sud-~st de la France)
-4 . en climat ~ c h k det -;Sec
- 5 . 1 O-" en -.climat très sec ou désertique.
,
Dans l a plilpart des cas, il est suffisant de s'en tenir à c
valeurs. Au cas où une analyse plus fine des effets du retrait s'avèr
rait nécessaire, il conviendrait de se reporter aux documents déjà
mentionnés a a . d w i e r alinéa du paragraphe a prLddenk.

(1.) L'indice-"v" ~ i e n tde ce qug E. Freyssinet qui a été.le premier à décou\..


e r à étudier lé'.phérioui&Üé de fiUige, coisidérai'. -quece module est le mor
"vrai" du bbeton; . . '
L'EC 2 conunence par r a p p e l e r l'ensemble des paramètres dont
dépendent l e f l u a g e e t l e r e t r a i t (humidité ambiante, dimensions des
p i è c e s , composition du béton a i n s i que. pour l e f l u a g e , l e degré de
m a t u r i t é du béton e t l a c o n t r a i n t e appliquée).

L ' a r t i c l e 3.1.2.5-5 de l'EC2 propose, pour les c a s courants où une


é v a l u a t i o n approchée e s t s u f f i s a n t e des v a l e u r s moyennes f i n a l e s du
c o e f f i c i e n t de f l u a g e + t e t des v a l e u r s de b a s e du r e t r a i t col en
. -- l
f o n c t i o n de l ' â g e à l a mise en charge, de l ' h u m i d i t é r e l a t i v e du m i l i e u
ambiant e t des dimensions des éléments ( v o i r tableaux 3 et 4 ci-après).

Ces valeurs s ' a p p l i q u e n t :


i
1") pour des températures moyennes du béton comprises e n t r e 10°C et 2 0 ' ~

2") pour des v a r i a t i o n s s a i s o n n i è r e s de température d e - 20°C à + 40'~


e t des v a r i a t i o n s d'humidité r e l a t i v e s e s i t u a n t e n t r e 40 % e t
100 %.

, ,
1
3") à des bétons de consistance p l a s t i q u e à l ' é t a t f r a i s .

Les v a l e u r s indiquées dans l e s deux t a b l e a u x q u i s u i v e n t doivent


ê t r e m u l t i p l i é e s par :

- 0,75 pour les bétons à c o n s i s t a n c e ferme


1

l - 1,25 pour des bétons mous. 1


En c a s d'emploi d e s u p e r p l a s t i f i a n t s , il convient de se r é f é r e r à l a
consiçtance
.. avant l ' a -
j.o u t des s u p e r p l a.s t i f i a n t s .
Tableau2,'f- C o e f f i c i e n t de f l u a..ge f i n a l (béton de g r a n u l a t s mrrnaux)
+t -
(Les v a l e u r s données dans c e t a b l e a u supposent que l a
c o n t r a i n t e du béton n'excède pas 0,45 fck à l ' â g e to de
l a mise en charge).

Epaisseur f i c t i v e

90 2,6 2,l 1-6 1,6 1,4 1,2

365 290 196 1,2 192 190 190

* A
C
, aire de l a s e c t i o n d r o i t e ; u , périm8tre de c e t t e s e c t i o n .

I
Tableau 2.8-Retrait f i n a l (béton de granulats normaux) en %.

Exposition Humidité Epaisse.ur .f i.ctive 2


2A *
de l'élément relative u
(%) 50 150 600

à l'intérieur 50 0,61 0,130 0,50


à l'extitrieur 80 0,34 0,33 0.28

* Ac , aire de l a section droite ; u , périmètre de c e t t e section

4 .. .'LE
- .fait
- .aue les
7-- ~~ " BAEL
- - Réales - ~donnent
- ~
de la résistance caractéristioue
~ ~

d la traction une valeur convent:onne le en fonction de fcZs ne doi: pas


inciter à négliger de faire. en cours de travaux. un contrôle des résis-
tances à la traction soit par essais de fendage d'éprouvettes cyiindri-
ques. soit par essais de flexion d'éprouvettes prismatiques. '.
.. .. .. .
La résistance à la traction du béton a une influence notable sur le
comportement des ouvrages (fissuration, déformations), et des bé-
tons ayant des résistances élevées à la compression peuvent avoir
des résistances assez faibles à la traction, tandis que ïinverse ne se
produit pas. . . .. . .

2, Les Règles BAEL stipulent (art. A. 2. 1.1) que les projets doivent être
établis en fonction d'une résistance caractéristique spécifiée, qu'il y a
lieu d'obtenir lors de l'exécuiion. Les compositions des bétons ne
sont donc normalement définies au niveau du projet qu'à titre indica-
tif. à moins qu'on ne dispose soit de références précises. soit de
garanties comme c'est le cas pour la résistance caractéristique des
bétons prêts à l'emploi. à caractéristiques normalisées (B.C. N.).
Le commentaire de l'article A. 2.1.13 donne pour le choix des
valeurs de fczs les indications suivantes:
- une résistance de 2 0 MPa est facilement atteinte sur les chan-
tiers convenablement outillés;
- on obtient facilement 25 MPa sur les chantiers faisant I'objet
d'un contrôle régulier;
- on peut obtenir 3 0 MPa dans toutes les régions, à condition. en
outre. de choisir convenablement les matériaux et d'étudier la compo-
sition du béton;
- des résistances supérieures peuvent &tre atteintes. moyennant
une sélection rigoureuse des matériaux utilisés. Ainsi. depuis I'appari-
tion des adjuvants fluidifiants (superplastifiants) qui permettent de
réduire ie dosage en eau et, plus récemment. des fumées de silice. il
est 3 présent possible de fabriquer à peu près partout en France des
.bétons à hautes performances correspondant à des résistances
pouvant atteindre 60, voire 80 MPa et même davantage. Le domaine
d'application des Règles BAEL a donc été étendu, mais en le limitant
toutefois à 60 MPa (au lieu de 40 MPa antérieurement).
Ces .noications sont p l ~ t 8applicables
t a oes travaux poJr lesquels
on dispose de références au départ et qui font l'objet d'dn contrôe
suivi en cours d'exécution.
Sur les chantiers courants de biitiments, il est souvent difficile de
disooser d'informations ~réaiabiesnrécises sur les bétons réalisables
au lieu oe I'exécution Par ailleurs, on met fréquemment en œuvre des
oetons ayant. au slump resr, un affa~ssementd'environ 10 cm
Les règles applicables aux ouvrages et éléments courants de stnic-
tures en béton armé fournissent les indications complémentaires
dans m $bi&u [art. 3.l.i)qui donne, pour les ciments des clas-
ses 45 (ou 45 R) et 5 5 (ou 55 R). les dosages en ciment (en kglm31
permettant Vobtention des valeurs caractéristiques normalisées de
fCz8 (en MPal.

II est évidemment possible d'adopter pour les mêmes composl-


lions des résistances supérieures à celles du tableau lorsque les
cond~tionsrequises sont rempiles
1. 1! 2.2 - ACIERS POUR BETON ARME

i
I L'association acier-béton, de même que la mise en oeuvre des armatures,
1-j imposent, pour les aciers de béton armé, de strictes exigences qui ne peuvent se
trouver représentées par un caractère unique. Compte tenu de leurs conditions
r;
I l
d'emploi et de leurs caractères mécaniques, ces aciers doivent présenter une
, i adhérence convenable, une ductilité et une aptitude au façonnage satisfaisantes et
le cas échéant, présenter l'aptitude au soudage requise pour l'exécution des
jonctions, surtout en croix.

L'acier "idéal" devrait aussi avoir un prix à la tonne rapporté à la


limite d'élasticité le plus bas possible. ~
Après avoir assisté pendant près de trente ans entre les différents 1
producteurs à . une "'c6urB.e"d'abord à la limite d'élasticité, puis aux caractères 1
technologiques - en particulier l'aptitude au soudage - on assiste maintenant à
une recherche de fiabilité dans la qualité,dont l'utilisateur ne peut que bénéfici
i
;

-- 2.20 - BREFS W P E L S SUR LA FABRICATION DE L'ACIER

-1 2.201 - Types d'aciéries


L- 1 Il existe deux grandes catégories d'aciéries :

---
----------------
1") les aciéries "de conversion" qui élaborent l'acier par décarburation de la
fonte en fusion, sans apport de chaleur extérieur :

- soit par soufflage, à travers la charge de fonte liquide, d'air sous pressio
enrichi ou non à l'oxygène (procédé Thomas, quelque peu tombé en désuétude)
- soit par insufflation d'oxygène pur au-dessus de la surface de la charge de
fonte liquide, au moyen d'une lance refroidie, les procédés pouvant être
séparés en deux catégories :

. pression d'oxygène élevée et four fixe (procédés L.D, LD Pompex, O L P ...)


. pression d'oxygène relativement faible et four rotatif.'(procédé Kaido) ;
-----------------
2") les aciéries "sur sole" qui opèrent dans des fours sur la sole desquels sont
fondues, puis affinées ferrailles et/ou fontes. 11
Dans le procédé Martin (long et coûteux) la fusion est obtenue en brûlan
du gaz ou un combustible pulvérisé, et les impuretés sont éliminées essentiellemen
par oxydation.
l
1
1

Dans le four électrique, couramment utilisé dans les "mini-aciéries"


fabriquant des aciers pour béton armé{ on part essentiellement de ferrailles dont
la fusion est obtenue par un arc électrique produit par d'énormes électrodes en
graphite qui pénètrent dans la masse métallique. L'affinage s'opère essentiellemer
par réactions entre le métal et un laitier liquide obtenu par fusion de matériaux
calcaires.
2.202 - Coulée de l'acier

Pendant longtemps l'acier élaboré au convertisseur ou au four électr:


a été coulé d'abord dans une poche puis de la poche dans une lingotière placée
position verticale.

Cette façon de procéder,encore en usage de &os jours,entraîne deux


inconvénients :

1 " ) une ségrégation dans la hauteur de la lingotière, d'où un manque d'homogén~


du métal et la nécessité de ''chuter'' la tête et le pied du lingot,ce qui CI
pond à une perte d'environ 20 à 25 % sur le volume du métal fabriqué, les
parties chutées devant être refondues (opération dite de "mise au mille") .

2 " ) l'obligation de laisser refroidir le lingot avant démoulage, pour le réchau.


ensuite en vue du laminage d'une ébauche (ou "demi-produit"),elle-même util.
par la suite pour fabriquer le "rond à béton", d'où une consommation élevéi
d'énergie.

Actuellement, plus de 50 % de l'acier est produit par le procédé de '

"coulée continue" qui s'est développé au cours des ~ingdernièresannées et se


développe de plus en plus en raison des économies d'énergie qu'il permet de
réaliser.

Ce procédé consiste à solidifier le plus rapidement possible l'acier


liquide. Celui-ci est d'abord coulé à sa sortie du convertisseur ou du four
électrique dans une poche, puis de celle-ci dans un répartiteur alimentant à gi
ou à droite,sur deux lignes sensiblement horizontales, un moule en cuivre à car
de section rectangulaire, refroidi à l'eau.

Dès que le métal touche la paroi il se solidifie en surface et se


rétracte ; on obtient ainsi une veine de métal qui glisse le long du moule. A 1
sortie de celui-ci,quinze mètres plus loin environ, on obtient directement un "c
produit" solide, ayant une grande homogénéité interne, la ségrégation ayant été
empêchée par un brassage magnétique.

Il n'y a plus ni chutage, ni "mise au mille".

Après coupe et réchauffage, le demi-produit obtenu est prêt à être


laminé.

2.203 - Laminage à chaud

Par passages successifs à chaud dans du demi-produit dans des


cannelures appropriées on peut obtenir :

- soit des barres droites lisses ou "à haute adhérence" (de 6 à 50 mm de diamèt~
- soit un fil machine (de 5 à 13 mm de diamètre) enroulé en couronnes à spires
non rangées, directement après le laminage à chaud.

C'est du laminage que dépendent les caractères géométriques du produi


fini ; en conséquence, l'usure des cylindres est soigneusement contrôlée.

2.204 - Tréfilage et/ou laminage à froid du fil niachine


Le tréfilage consiste, après avoir-débarrasséde sa "calamine" le fil
machine reçu en couronnes, à le faire passer à travers une ou plusieurs "filièri
successives constituées par des blocs de métal dur comportant en leur centre un
orifice conique ; l'effort de traction nécessaire est exercé par des bobines
circulaires en rotation, sur lesquelles le fil tréfilé vient s'enrouler. Les
filières,aux orifices parfaitement calibres, réduisent la section tout en amélit
l'état de surface. De ce fait,immédiatement après les filières,le fil est rigo
reusement cylindrique. Si l'on veut améliorer ses qualités d'adhérence au béton,
faut le faire passer entre des galets crantés avant son enroulage. Le même résult
peut être obtenu par un laminage à froid effectué seul ou en combinaison avec le
tréfilage.

Si la réduction de section obtenue dans l'opération de tréfilage et/ou


laminage à froid est élevée (> 25 %) le fil machine acquiert une texture allongée
est écroui : sa limite d'élasticité a fortement augmenté , sa résistance à la
traction également mais beaucoup moins. En contrepartie son allongement sous
charge maximale (voir 2,263) a fortement diminué.

Le produit ainsi obtenu, appelé couramment "fil" par les utilisateurs,


ne doit pas être confondu avec le "fil machine" de départ.

2.205 - Traitements mécaniques ou thermiques

Actuellement, les utilisateurs demandent de plus en plus, en France com


à l'étranger, des "ronds à béton" à limite d'élasticité élevée, ductiles, facilem
soudables, de composition chimique et de fabrication économiques.

Ces exigences sont en fait contradictoires.

Par exemple, si on veut obtenir un acier "naturellement dur" à l'état-


brut de laminage, c'est-à-dire possédant,à la sortie du laminoir et sans qu'un
traitement particulier soit nécessaire,une limite d'élasticité relativement élevé,
on peut agir sur sa composition chimique et, par référence à un acier à bas carboi
(C.i0,2%) :

- soit augmentef les teneurs en carbone (C.*0,3 %) et en manganèse, mais le gain


d-limite d'élasticité est alors obtenu au détriment de la ductilité et de
l'aptitude au soudage :
- soit simultanément ou sans toucher à la teneur en carbone, avoir recours à des
additions importantes de niobium ( ~ b ) ,de vanadium (V ) ou de titane (~i)
- aciers '.'micr6alliés" - ce qui augmente sensiblement le coût de la
fabrication.

Pour conférer à des aciers à bas carbone (ductiles et aisément soudable:


des caractères mécaniques élevés sans grèver exagérément leur prix de revient,
on peut avoir recours soit à un traitement mécanique soit à un traitement thermiqi

1" - Traitement
- - - - - - - -mécanique ------- -
- - - - - - - -d'écrouissage
Ce traitement consiste à imposer à un acier à bas carbone ( C ~ 0 , 2%) UI
déformation permanente : I

- soit par traction etfou torsion à froid, sans réduction sensible de section,
- soit par tréfilage etfou laminage à froid, avec forte réduction de section.

Cet "écrouissage" a pour effet d'élever la limite d'élasticité dans le


sens de la déformation sans que cela ait une incidence sur l'aptitude au soudage.
Cependant l'allongement de rupture est généralement diminué, dans des proportions
variables. Toutefois, les valeurs finales des caractères mécaniques ne sont pas
acquises instantanément, mais seulement après un certain temps ( 2 à 3 semaines en
été, 2 à 3 mois en hiver). Ce phénomène, appelé "vieillissement", est général (1)

(1) Pour les aciers naturellement durs, on observe au cours des deux premières semaines c
suivent le laminage une perte de limite d'élasticité d'environ 10 à 20 MPa accompagn
d'un gain de quelques % en allongement de rupture. C'est le contraire pour un acier
écroui à froid (et non revenu ensuite! qui voit sa limite d'élasticité augmenter et
son allongement de rupture diminuer.
- 56' -
L~ peut être accéléré par un chauffage ne dépassant Pa-
250°C .Les conditions économiques actuelles et les recherches récentes en
matière de traitements thermiques (moins coûteux que l'opération complémentairt
d'écrouissage) ont progressivement amené le déclin du procédé TOR consistant
à écrouir l'acier par torsadage à froid.

Le tréfilage et/ou le laminage à froid de barres ou filsde faiblediamg


continuent par contre d'être assez répandus (il existe d'ailleurs un acier TORFI
fabriqué par laminage à froid).

2" - -Traitement
- - - - - - - -thermique
- -- ---
V- 1 9 0 0 , le Centre de Recherches Métallurgiques (C.R.M.) en Belgiqi
et l'Institut de Recherches de la Sidérurgie (IRSID) en France ont mis au point,
chacun de leur côté, un procédé de traitement thermique des ronds à béton armé ni
repose sur un principe très simple.

A la sortie du laminoir, la barre subit rapidement une trempe superfic:


le à l'eau, de manière à faire apparaître un anneau de martensite (fig. 2.25) t
résistante mais peu ductile, tandis que le coeur de la barre conserve une grar
~artiede sa chaleur.

-
Figure 2.25

Lors du séjour de la barre sur le "refroidissoir", les températures


s'homogénéisent de façon naturelle dans la section : la martensite reçoit un
apport de chaleur par conduction à partir du coeur resté chaud et subit donc un
"auto-revenu" qui restaure la ductilité .

Les barres ainsi traitées ont une limite d'élasticité supérieure de


100 à plus de 200 MPa à celle de barres qui auraient été laissées à l'état brut
de laminage. Ce résultat est acquis sans qu'il ait été besoin d'augmenter la
teneur en carbone, ce qui laisse intacte l'aptitude au soudage,ni d'ajouter des
éléments 1, d~spersoîdes" (Nb, V , Ti) coûteux. Ce résultat est également acquis
sans altération de la ductilité, c'est-à-dire que le produit obtenu a une bonne
aptitude au façonnage.
Enfin, avantage non négligeable, le coût du traitement thermique compti
peu dans le prix global de la fabrication.
En France, la Société Nouvelle TORSID et,au Bénélux,l'Association
TEMPCORE,sont chargées de la promotion de l'acier (TORSID ou TEMPCORE) ainsi
fabriqué.

2.21 - CLASSIFICATION DES PRODUITS


Compte tenu des rappels qui viennent d'être faits, les produits utili.
pour constituer les armatures du béton armé peuvent être classés :
1" - Du p o i n t de vue de l e u r mode de production. en :
l
l'
a ) a c i e r s laminés à chaud sans t r a i t e m e n t thermique ou mécanique u l t é r i e u r ( a c i e r .
" n a t u r e l s " ) , dont l e s c a r a c t è r e s mécaniques dépendent principalement de l a coml
s i t i o n chimique ;

b) a c i e r s doux laminés à chaud, p u i s soumis à un t r a i t e m e n t thermique approprié


( v o i r 2.205 - 2') ;

C) a c i e r s doux laminés à chaud, puis soumis à un t r a i t e m e n t mécanique "d'écrouiss;


( v o i r 2.205 - I o ) .
i
2" - Du p o i n t de vue de l a forme de l e u r s u r f a c e , e n : 1

- barres l i s s e s e t f i l s t r é f i l é s l i s s e s , à section d r o i t e c i r c u l a i r e ;
l
- barres e t f i l s à haute adhérence dont l a surface l a t é r a l e présente des a s p é r i t é z
judicieusement disposées (nervures, v e r r o u s ) , d e s t i n é e s à r é d u i r e l a p o s s i b i l i t È
de glissement du p r o d u i t dans l a gaine de béton où il s e r a placé.
S i l e u r a p t i t u d e au soudage l e permet,.ces barres e t f i l s à haute adhérence
peuvent ê t r e u t i l i s é s pour c o n s t i t u e r des t r e i l l i s soudés ou des "panneaux-
pré-assemblés".

3" - Du p o i n t de vue de l e u r a p t i t u d e au soudage, en :

- a c i e r s non soudables,
- a c i e r s soudables.

2.22 - ïYESIGNATIONS OFFICIELLES ET APPELLATIONS PRATIQUES

I o - A l a commande , l a terminologie q u ' i l convient d ' u t i l i s e r pour


désigner l e s armatures concerne, à l a f o i s , l e processus de f a b r i c a t i o n e t l e
conditionnement. On d o i t d i s t i n g u e r a i n s i :

- l e s ronds l i s s e s en b a r r e s d r o i t e s (0 6 à 50 mm) q u i peuvent ~ r o v e n i r:


I
. s o i t de ronds laminés à chaud eux-mêmes d r o i t s
. s o i t de -
f i l . machine ( v o i r 2.203) r e d r e s s é e t i i v r é d r o i t .

- l e s b a r r e s à haute adhérence ( b a r r e s HA) laminées à chaud, e t l i v r é e s en b a r r e s


droites en couronnes pour l e s p e t i t s diamètres) ;

- l e s fils-machine à haute adhérence (0 3 à 0 16mrn), laminés à chaud e t l i v r é s en


couronnes (1) ou, a p r è s redressage à f r o i d , en b a r r e s d r o i t e s ;

- l e s f i l s à haute adhérence ( 0 3 à 0 l 6 m ) , . t r é f i l é s e t j o u l a m i n é s à f r o i d à
p a r t i r de f i l machine e t l i v r é s en couronnes ou, a p r è s redressage à f r o i d ,
en barres droites ;

- l e s f i l s l i s s e s , t r é f i l é s à p a r t i r de f i l machine,et u t i l i s é s uniquement sous l a


forme de t r e i l l i s soudés.

(1) Le redressage des p r o d u i t s l i v r é s en couronne pose des problèmes p a r t i c u l i e r s e t


délicats.
2" - Dans la langage courant des bureaux d'études etdes chan tiers.,^^
terminologie n'est pas toujours respectée. On y désigne en effet le plus souve
sous les noms de :

. II
aciers à béton", "fers à béton (l)", "ronds à béton", l'ensemble des produi
utilisés pour constituer les armatures du béton ;

. "barres", les produits laminés à chaud en barres droites ;


. "fils", les produits tréfilés et/ou lamines à froid,qutils soient livrés en
barres droites (2) ou en couronnes ;

. TI
armatures", .un ensemble ou un sous-ensemble de ferraillage (1).

Ces différents produits sont couramment utilisés :


a) soit sous forme de ferraillages traditionnels, composés de barres droites oi
façonnées selon les formes prévues aux dessins d'exécution ; les opérations
11 façonnage" comprennent la coupe à longueur, le pliage, l'assemblage, le

ligaturage ou le soudage s'il est autorisé, opérations exécutées soit en a


soit sur le chantier de construction ;

b) soit sous forme de treillis soudés fabriqués en usine (voir 2.233-1) et li.
au chantier sous forme de panneaux plans ou ~répliés,ou sous forme de roule
lorsque Le diamètre des fils constitutifs n'excède pas 5,5 mm. Il existe des
panneaux (P) ou des r o u l a w ~(R) standard sur stock intéressants sur le p:
économique. Les panneaux standard peuvent être utilisés soit individuellemt..
soit combinés. Il existe également des pankaauX .Standard 2 18 demanda QC
d b S bradui
- u -
.
1s sur devis 13)
b-,

C) soit SOUS forme d'armatures préfabriquées pré-assemblées, réalisées en usine


dans un atelier forain, et livrées prêtes à l'emploi, c'est-à-dire en princi.
sans nécessité de façonnages complémentaires sur le chantier.

2.23 - DESCRIPTION DES DIFFERENTS TYPES DE PRODUITS ( 4 )

2.231 - Barres laminées à chaud : Ronds lisses, Barres à haute adhérence

Si la section transversale d'une barre est constante et approximativem


circulaire, on a un rond lisse, qui est toujours brut de laminage.

Si la surface latérale est munie de nervures, celles-ci améliorent la


liaison avec le béton et la barre est dite "à haute adhérence" (barre HA).

(1) éviter l'appellation "fers" pour "aciers" ou, ce qui est pire,"ferraillest' pour
T Lerraillage"
TC !

(2) "Éil" est une erreur d'appellation : un produit livré droit est toujours appelé "ba
même s'il s'agit d'un fil redressé. .
(3) voir "Le treillis soudé, Calcul et utilisation conformément aux Règles BAEL 9f"
c h a p i h 1 - Généralités - (Association technique pour le développement de l'emploi
treillis soudé : A D E T S ) .
( 4 ) Consommation annuelle en France : 1 800 000 tonnes réparties approximativemen? en :
- ronds lisses : 20 %
- barres à haute adhérence : 60 %
- treillis soudés formés de ronds lisses et panneaux pré-assemblés à haute adhérence
20 % .
Les barres à haute adhérence se présentent le plus souvent sous Pa forme
de ronds munis en saillie de nervures droites, obliques ou hélicoïdales. Il en
.
existe de nombreux types (voir pages 6 1 , 64 d ',64 e ,'64f) ~'augmentat,ion
de
l'adhérencedépend beaucoup de l'importance et des dispositions des nervures. Le
dessinde celles-ci est souvent étudié (nervures obliques) pour que la section du
rond reste constante sur toute la longueur.

Le profil d'une telle barre peut être obtenu :

- soit directement, à la passe finisseuse du laminage à chaud : l'acier qui est


alors "brut de laminage" provient soit de coulées d'acier élaborées spécialement
soit parfois d'aciers de récupération (acier à rails) relaminés :

- soit,plus rarement maintenant,par écrouissage par torsion à froid d'une barre à


section non circulaire laminée à chaud'(cas de l'acier TOR). Le torsadage, au
pas de 8 à 12 diamètres, constitue une épreuve sévère de la qualité car il
permet de mettre en évidence certains défauts et d'éliminer les barres défectueu
ses.

Au cours dela torsion, les arêtes ou nervures prennent une forme


hélicoïdale. Pour les diamètres supérieurs à 1.0mm, il est indispensable de prévoi
des nervures transversales ou ''verrous'' dont le rôle est de s'opposer à un
dévissage éventuel de la barre dans le béton.

En Europe, à la haute adhérence (HA) est toujours associée une haute


limite d'élasticité (ME) obtenue soit par la nature même de l'acier, soit par un
écrouissage. Selon les pays, cette Limite d'élasticité varie entre 400 et 500 MPa,
la valeur de 500 MPa étant mainkanenani--h piys f r d q ~ ~fh
~ Aukri&e,err
h. vd juçqu'a. 600 HE
EhSuède, on a été jusqu'à 900 MPa (acier KAM 90).

2.232 - Fils tréfilés et/ou laminés à froid

Un fil tréfilé lisse est un fil machine lisse qui a subi une réduction
de section par passage à froid dans une ou plusieurs filières (voir 2.204).

En raison de la régularité parfaite de la section et de l'état de


surface résultant de leur mode de fabrication, les fils tréfilés lisses ont une
adhérence très faible, bien inférieure à celle des ronds laminés lisses de même
diamètre.

Ils ne peuvent donc être utilisés que sous la forme de treillis soudés oi
ce sont les noeuds soudés,et non l'adhérence longitudinale,qui s'opposent à tout
déplacement à l'intérieur du béton (voir 2.233).

Un fil tréfilé nervuré ou à empreintes est un fil machine lisse qui a


été laminé ultérieurement à froid entre galets, cette opération pouvant ou non
être précédée d'un tréfilage ou d'un laminage à froid : sa surface latérale présen
des aspérités qui, par rapport à la surface moyenne peuvent être :

- soit en relief (fil nervuré)


- soit en creux (fil à empreintes).

Les fils à haute adhérence peuvent être utilisés :

- ûoit tels quels,


- soit sous forme de treillis soudés ou depanneaux pré-assemblés.
T ~ ~ I 2W
.9 - BARRES HA
. FABRIQUÉES EN YRANCE
Nom du produit
Nature Formes de la section transversale et de la surface laterale
Diamëtres nominaux~four.~~
r'
ALPAS (1)
Acier naturellement dur
$8-10-12-14
16-20-25-32
Aigries e t laminoirs de Paris
Z.I. de Limay-Porcheville
B.P. 39 78440 Gargenville.

Acier naturellement dur

T m
Acier doux &roui
$4 5 - 6 - 8 - 1 0 - 1 2
Acier Tor
1 1 4 rue de Ponthieu 75008 Paris ( ,<
BRETEUIL DN
Acier naturellement dur
- $8-10-12-14
ui '16-20-25

a
a Forges de Breteuil
251 Boulevard Pereire
- I
(IJ 75017 Paris
"0
3 CREFOB (23
0 Acier naturellement dur
V) @ 8.10-12-14
16.20- 2 5 - 3 2 - 4 0
C
0
C
Forges e t Laminoirs
de Bretagne
Z.I. des Chatelets 1
I
V)
-
B.P. 46 22440 Ploufragan

.-k NERVEX
Acier naturellement dur
3 $4 6 - 8 - 1 0 - 1 2 -
14-16-20-25
Aciéries e t Laminoirs
- m
-.-.-
de Paris i
BP 9,38140 Rives sur Fure

(1) ALPA et NERSAM existent également en acier non soudable


(2) CREPOB existe également en acier soudable : 0 12-14- 16-20 -25
32 - 4 0 .
2.233 - Treillis soudés ou pré-assemblés

De manière générale, on appelle "treillis" des armatures préfabriquées


qui se présentent sous la forme de réseaux plans constitués de fils et/ou de barre
lisses et/ou à haute adhérence, de diamètres inférieurs ou égaux à 16 mm, qui sont
assemblés rigidement entre eux en mailles généralement rectangulaires.

La résistance de l'assemblage au point de croisement peut, ou non, être


prise en compte dans les calculs, ce qui amène à différencier très nettement :
- d'une part les treillis (ou panneaux) soudés,
- d'autre part les treillis (ou panneaux) pré-assemblés
2.233-1 - Treillis
---------------
soudés

L'appellation "treillis soudés" est réservée à tout treillis dans lequel


- l'assemblage des éléments constitutifs est obtenu par soudage de chaque point
de croisement, effectué par résistance, en usine,sur machines automatiques ;
- la résistance au cisaillement des soudures est garantie car elle est mise en jeu
dans la liaison de l'armature avec le béton, du fait de l'ancragemécaniquecréé
par la soudure d'un élément sur un élément perpendiculaire.
L'écartement entre éléments constitutifs'parallèles peut être constant O
varier, d'une façon discontinue,,dlunendroit du treillis à l'autre.
Les éléments constitutifs dans une même direction sont de même nature
(lisse ou à haute adhérence) et présentent les mêmes caractères mécaniques garanti
Ils sont parfois groupés par paquets de deux ronds, fils ou barres accolés.
2.233-2 - Treillis (ou panneaux)-pré-assemblés

Dans ce cas, les assemblages des barres sont réalisés :


- soit par des ligatures,
- soit par des soudures dont la résistance au cisaillement n'est pas garantie (et
qui n'intéressent pas nécessairement tous les points de croisement), l'assemblag
soudé devant toutefois résister aux sollicitations et aux chocs pouvant résulte
des manutentions lors du stockage, du transport, du déchargement et de la mise
en place ;'
- soit par tout autre procédé : noeud plastique, collage, etc..
La résistance des assemblages des treillis pré-assemblés est trop
aléatoire pour pouvoir être prise en compte dans les calculs : la liaison des
armatures avec le béton n'est donc .considérée corme assurée que par l'adhérence
propre des barres constitutives.
2.24 - DOCUMENTS NORMATIFS
--
Normes
La qualité des armatures pour béton armé est définie par des caractère
géométriques, mécaniques et technologiques (adhérence, façonnage, soudage)
spécifiés dans la norme relative à chaque nature d'armature.
'

a) Norrnas frafranpi$eS
Les normes auxquelles renvoie le titre 1 "Armatures pour béton a@" du
fa.sci.cule4. du Cahier .&S. olauees ~echn?.~ues:.
GGnGraleê.-(CGTG) applic-les au March
de 1'Etat sont a u .nombre8.e cinq. Elles ,définissentrespectivement dans leur éditi
"juillet 1984" :
- les ronds lisses (NF A 35-015), les barres et fils machine à haute adhérence
(NF A 35-016) ou les fils à haute adhérence (NF A 35-019) :
' l'aptitude
,.
au soudage (NF A 35-018) .-- - -
-:les treillis soudés (NF A 35-022) ., .,
- ('essai de cisaillame& des asçeotblages soudek en croix N F A ~ ~ - 0 2 3 ) 7
Les norm'es portant le même numéro, de juillet 1978 ou avril 1980 de
même que les normes A'35-017, A 35-020 eb A 35-021 ont été annulées.
b) Norme evrop&ma
X u b w normes sodappel&s à èke rem laches dans o h pmche avenir P
bar la mrme ~ r o p é m n e ENV 10080.
&&a norme comprmd frais parka :
- bs ex;-es g&érales

Elle couvre aussi b i e n las pmduik lamine5 à deud que [osprodoik km?,
&/ou Laminés à +id.
JPS p o i n k ~G s M ~ . de
~s norme. ~ o r r kla ~ u i v a n k ~ :
-olbz na mked qué Iaaciers &A soudabfes
-5 n'y d plus qu'une nuanez ~ru'cp,cormspnclanCà une fimifz d
k ~ i F , garanb'e
i (voir 2,262 ) da 500 MPa .
-d w x classe de duch'[;& sonC proGues :
B [ h a u k dock'lik')

k s ecies ~ o n C a i n dtkignek
~i à [ L v ~ n i rpar B ~ o o Aou B500 B (
{i'w E aJ;cie(femenC) .
d e F ~ 500

4utrefots soumis en à la procédure d'Lomologakon. avec conhôle , par la 6mm;ss;on In

arma sottk mainhiiank "corhp& :' La ~ h ' p z k o no our ob'el- d dkaiaskr de la c+&tc'
P J
das arma.

Lm$ a<ii< normes (eh surtod, à la nome europhnhe)

'I
usais e l Ia ~ h ' f i b k o n )kmva; lbnk en Agreemenk ~ r o o p " ~ r n p s éde reprLsenlank des organt's*
mps hah'onaux de cerb'pca!io;orc d da rejni'entants des ~raducFeursek des ~h'ksakvrg.Fbur Is Frzr

prpnd la suite de la Cotm&s;cn ~nkm~n;~&tzlh,


P 1
L Agreement Grou A p's le horn de " CONÇCERT ", &lfe ~trvcbre,qui mJroup depuis
P"
le f9 mars 499f les organismes nah'onaux de douze a ç, travzille à L' &de des +ivdlericcs
PY
cab" en +pranC le slade des tecoilnriss~cesmolb'laGrales.
- dm con+rmes AUX normeg A F N O R en vil3eur d à d a s p i f h h o n s complimenbires Ln -
d; 9uds au Reglement parhWI;&- da I'AFCAB ;
- P r o v e d r d'une fabricakon don1 12 q~lik'QSt
conkoIeL suivank les d l os;hens
b~ ~m'vucs

la-m r&jlemen/

- avoir una. ony'n<r idenh'b'able .


2243 rdm h;Ct'cakon
~'id~nk.fcahrondùn ac;w exige de corinsi k nr:
-
;
- le(s) prqducteur(s) et le nom du produit,
- la nuance de l'acier,
- le type de l'acier (mode d'obtention. des caractères mécaniques) (famille),,
- les marques spécifiques de laminage,
- les caractères géométriques avec leurs tolérances,
- les caractères d'adhérence,
- les aptitudes-.,~.."
au façonnage et au soudage.
.- .-.-,
i!
Pour les barres et fils lisses, aucun marquage particulier n'est possible i
(sauf à la peinture, mais ce procédé n'est pas généralisé et il est peu fiable). 1
!

Les barres et fils à haute adhérence agréés comportent des marques j


réalisées lors de la fabrication, qui permettent d'identifier (en principe sans
équivoque) la nuance, le pays producteur, l'usine productrice. j
Ces marques consistent le plus souvent en séquences de nervures trans-
versales normales séParées par des nervures renforcées ou des points (qui se
répètent évidement à chaque tour de cylindre ou de galet).

Lorsqu'un acier est soudable, il présente en oitre une disposition


particulière des verrous qui permet de le reconnaître par s i m p l e i n s ~ e c r i o n v i s u e l l e
(voir figure 2.3lf en 2.273-2) .
....
, . .. . . . . . . ..
.
2.25 - CARACTERES GEOMETRIQUES
2.251 - Barres et fils
Les caractères géométriques font l'objet de valeurs nominales affectées
de tolérances qui définissent des bornes inférieure etfou supérieure dont le
respect est garanti par le producteur.
Les caractères géométriques comportent toujours la section nominale. Pou
les armatures à haute adhérence (voir ci-après) ils comportent en outre des
paramètres définissant la forme de la section transversale spécifiéSi.respective-
ment dans les normes NF A.35-016 et NF 6 15-019.
2.251-1 - Caractères nominaux

Le diamètre nominal d'une b a r r e ( l i s s e ou HA) ou d'un f i l ( l i s s e ou I


e s t l e diamètre théorique à prendre en compte dans Zes c a l c u l s de r é s i s t a n c e . Il
e s t désigné par l e symbole 0 (CI b a r r é , mais prononcer "phi"). C ' e s t ce diamètr
q u i d o i t ê t r e s p é c i f i é s u r l e s plans e t à l a couonande.
Le diamètre nominal e s t d é f i n i comme l e diamètre d'un c y l i n d r e de
r é v o l u t i o n du même métal, ayant l a même masse l i n é i q u e .

An diamètre nominal correspondent :

- une s e c t i o n nominale : a i r e du c e r c l e ayant pour d i a m è t r e l e d i a m è t r e nominal.


- un périmètrenominal : longueur de l a circonférence ayant pour diamètre l e
diamètre nominal.

Pour l e s d i f f é r e n t s types de p r o d u i t s , l a gamme des diamètres nominal


(en mm) e t l e s c a r a c t è r e s q u i y s o n t a s s o c i é s s o n t donnés dans l e s tableaux
2.fO Ot- 2.41.

a) Gamme des diamâh-ds nominaux encore en usage en F i a n a :


TABLEAU 2.10 a
Gamme des diamètres nominaux (mm) an France

( 1 ) diamètres 7 e t 9 pour armatures préfabriquées seulement.

b) Gamme des diam~tresrro~ninat)~


de la norme EN\/40080 :
TABLEAU 2.41
Diamètres, sections, périmètres nominaux, masses linéiques
des produits sidérurgiques utilisés en béton armé

Diamètre
nominal
' Section
nominal*
' Périmètre
nominal
' i~asse
linéique
1

0
(mm) ( cmZ) (cm) (kg)

4 0,126 f1257
4,
5
" b, 459
01'96
4,w4
0,Ogg
O, 125
0, rs4
{,57{
515 O, 238 41 728 O, '87
6 0,283 1,885 0,222
45 0,332 2,0'F2 0,26f
7 0,385 2,199 0,302
Tts O , 442 2,356 0,347
8 O, 503 2,5(3 O1395
a,s 0,567 2t6T0 0,445
9 0,636 21B27 0,499
9l 5 01'Jo9 2,984 O, 556
10 O,Y85 3, (42 O, 646
fors 0,866 3,299 O, 680
4I 0, 9 50 3,455 0,746
11,s 4,034 3,643 0,815
42 f, (31 31770 0,888
49 4,539 4139~ 4,208
46 2,Oti 5 027 q15?f9
20 3, t42 6,283 2,466
25 4,909 1,854 3,854
28 6,158 8,796 4,834
32 8,042 {O,053 6,343
40 42,566 !2,S66 9,8G4

-2 - Forme de la surface latérale des barres et fils HA

La surface latérale des barres HA et des fils ,KA est pourvue de


nervures ou "verrous" destinés à s'opposer au glissement de l'armature dans sa
gaine de béton.

Les nervures transversales et les nervures continues hélicoïdales


remplissent une fonction semblable pour les barres et les fils machine. Il en est
de même des nervures transversales pour les fils nerourés ou à empreintes.

a) Nervures transversales ou "verrous"

Les nervures transversales sont discontinues, de hauteur variable (en


- forme de croissant), et inclinées sur l'axe longitudinal de la barre ou du
fil ('fig.2,26 ). ElLes ne sontnormalement pas en contact avec les nervures
continues éventuelles. Elles peuvent s'enrouler hélicoïdalement ou être dispose
"en arête de poisson", cas de la figure 2.26 a .
-66-
1 Nervure transversale.
2 Nervure continue paral-
lèle à l'axe de la barre.
Figure 2.26a Figure 2.26266

b) Nervures continues

Les nervures continues sont des saillies prismatiques :.

- parallèles à l'axe de la barre ou du fi1,lorsque l'acier est simplement la.


à chaud (nervures longitudinales, fig. 2.26a) :elles contribuent à éviter le
"dévissage" de la barre ou du fil dans le béton lorsque toutes les nervure-
transversales sont orientées dans le même sens ;
- hélicoîdales,lorsque la barre est écrouie par torsion (fig. 2.27) :

1 Nervure transversale
2 Nervure continue hélicoïdale

Figure 2 . q

C) Empreintes

Cette disposition ne se rencontre que pour les fils. Par rapport à la


surface moyenne de ceux-ci, les aspérités se présentent en creux (fig. 2.28).

Figure 2.28

2.251-3 - Caractères normalisés des barres (HA) ou fils (HA)

Les normes NF A 35-017 et NF A 35-020 définissent les différents


critères géométriques de forme relatifs :
- aux verrous : hauteur minimale, écartement moyen ou maximal, longueur et incli-
son sur l'axe de la barre ou du fil (ainsi que le pas de torsadage e,t la hautt
minimale des nervures dans le cas des barres torsadées) ;
- aux nervures continues éventuelles (hauteur minimale, pas) ; l
- aux empreintes : profondeur minimale, écartement maximal, inclinaison minimale 1
sur l'axe longitudinal du fil, ainsi quela-largeurminimale du relief entre dei
empreintes successives d'une même série et longueur minimale de celles-ci.

l 2.252 - ~reillissoudés
, j
Les caractères géométriques, qui concernent les dimensions des mailles
avec des tolérances diverses sur les distances entre éléments constitutifs, sur
la longueur de ceux-ci, l'équerrage des mailles, etc., sont donnés dans la norme
NF A 35-022.
1:) \,, Les valeurs nominales des dimensions des mailles, mesurées par les
4 ..-. .
,--, espacements entre axes des éléments constitutifs parallèles, et exprimées en mm,
' appartiennent normalement à la série suivante :
I, i,

La valeur de 75 mm entre éléments constitutifs parallèles ne se:-rencon-


tre que dafis le cas où le diamètre nominal de: ces.éléments est au plus égal àL12mn
CARACTERXS MECANIQUES
Les caractères mécaniques auxquels les normes font référence sont :
- la limite d'élasticité en traction (apparente dans le cas des aciers naturéls,
conventionnelle dans le cas des aciers écrouis) ;
..
- la contrainte de rupture par traction ;
- l'allongement sous charge maximale ;
- l'allongement de rupture par traction (base de la mesure : 5 0).
a) La limite d'élasticité et la contrainte de rupture par fraction sont
conventionnellement rapportées à la section nominale d'une barre et nonàsa sectir.
réelle. Pour les treillis soudés, ces caractères (et l'allongement de rupture)
-sont mesurés sur des constituants comportant, en leur milieu, un élémenttransver!
soudé. Les modes opératoires sont ceux décrits dans les normes psrticulières
relatives aux éléments constitutifs.
b) Affongemed sous charge maximale
&-hvies rne~hodesde C$f+tl .+tù sysbomak7vmmC app" à f$ddpCdbbn pbS
des makkavx [ v o i r Anne- ) '9e mé me, dans
le cas de structures soumises à des sollicitations accidentelles
telles que séismes, chocs, etc., ou exposées à des situations accidentelles,
telles qu'un incendie, il peut se produire, localement, des redistributions d'ef-
forts : la sécurité de la structure dépend alors de la capacité de déformation qu
présentent les matériaux dans leur domaine plastique.

Pour l'acier, cette capacité de déformation est caractérisée par l'allc


gement total pour cent sous charge maximale dont la détermination est définie pal
la norme expérimentale A 03-162 de février 1983.
..-.. .
$etallongement, désigné dans ce qui suit par A . (notation de la norm
gt;
est l'allon~emen~ maximal pris par une éprouvette au cours d un essai de tractior
avant que n'apparaisse l'amorce d'un phénomène de striction en une section quelcc
que de celle-ci.
.-- ....
L'es méthodologies de nesure de Yallongement total sous charge.maxim+le ne I
sont pas encore &éfiniti~ement'arrêtées.
En France, la norme A 03-162 retient comme principe de "mesurer, sur
fragment le plus long d'une éprouvette lryant été soumise à un essai de tractior
l'allongement non proportionnel sous charge maximale, à partir duquel est calci
l'allongement total pour cent sous charge maximalet'(ce dornikr noH A
9t )
.
En adoptant les notations de cette norme, l'allongement total sous c
maximale, exprimé en % , est constitué par la somme (fig. 2.29):

- de l'allongement pour cent non proportionnel (allongement plastique rémanent'


déterminé comme indiqué ci-dessous ;
m
- d'un allongement élastique égal à 100 E (retour élastique).
s
On a donc, en exprimant R en MPa et,compte tenu de ce que E = 2.10' MPa :
m S

La méthode de détermination de l'allongement total sous charge maximal


consiste à mesurer l'accroissement de longueur entre des repères délimitant une
zone concernée ni par la striction, ni par l'effet des mors de la machine de
traction.
Conventionnellement, la base de mesure doit être située à 5 0 au mo:
de la striction et 2,5 0 de l'extrémité des .mors (fig.Z,SO) :
Limite de la mâchoire

Figure 2.30
La valeur initiale Lo de la longueur entre repères, fonction de la
valeur escomptée par A est normalement prise égale à (cf. norme NF A 03-162.
tableau 2) : gt
100 mm pour les barres (A-_ > 5 )
L
50 m pour les fils (2 5 A 65)
gt
Deux séries de marques équidistantes sont faites sur l'éprouvette, ce
.
deux séries étant décalées d'environ L0/2 La longueur minimale de $a base de'
mesure est au moins égale à Lo .Pour les aciers nervurés, les marquages se fou
en fonction du pas des verrous.
I
IIu - IIo
La longueur ultime entre repères étant IIU, on a A = x 100
d'où l'on déduit A par la formule [2'.223
gt
. g Lo
Une autre méthode couramment employée au Bénélux consiste à déterminer
l'allongement sous charge maximale à partir des allongements de rupture mesurés
respectivement sur des bases de 10 0 et de 5 0 (Cr9 2.31) Ce
qui revient à considérer les allongements hors-striction (II
uhs) 1 et (Luhs)2 de
part et d'autre de la section de rupture. De cette manière l'allongement uniforme
caractérise la ductilité de l'acier dans sa zone a priori la moins résistante.
Cette deuxième méthode nécessite un tracé fin et précis des repères-on a :
I
1
Avant striction: AA' = 100 BB' = 5 0 AB +A'B1 = 5 0
Après striction : - -
'UIO 'u5 - ('?uhs)l + (%hs)2
A1O A5
ou 100 (1 + -100
)- 5 0 (1 + 1 O0 ) = 5 0

\1 hs asais crim~orakfsqui on.k&'effeoCve'~ m o d r d que celte rn4#7.0&don


na des valeurs d a r&~ltakd'c~saisplos & f e v & ~ ,dono plus fsvorable5 que l
a
i--i p.&&. 1
!
ri 2,261 - 'Pre5cri$ions des n b r m a Nf d a . %les BAEL (a&. A 2,2)

Dans les calculs, l'acier est défini par la valeur garantie, notée f
de sa limite d'élasticité. Cette valeur correspond sensiblement à une valeur e
caractéristique requise d'ordre p = 0,025 (voir 2.121-31, .)'1 I

pour les aciers uuii(t& , un contrôle extér$eur effectué en usine i


1
(Y CU), déjà mentionné en 2.242, vient se superposer aucontrô1e.d~producteur i
et.vérifier.la fiabilité de ce dernier contrôle. Ceci permet de donner. une' -.: !
définitionrstatistiqueprécise de la notion de garantle (c'est-à-dire de la frang
lhitëe de-:%& production qui peut.tomber.hors des limi-tes spécifiées) . i
Les désignations conventionnelles, les nuances et les limites d'élastic 1
correspondantes des produits actuellement sur le marché s o d dohrre'& dans le t a b l e u
2 .tz.
-7f-
TABLEAU 2.12

Limite
d'élasticité
TYP~ ~isiqnah'on garantie fe Emploi
Q) (ma)

Ronds lisses Fe E 215 215 emploi courant


Fe E 235 235 épingles de levage
des pièces préfa-
briquées.

Barres HA Fe E 400 400 emploi courant aukmfaS


Fe E 500 500 emploi [CGuen C
dg p~vsan PIUS
Fils tréfilés Fe T E 400 400 emploi sous forme
de barres droites
HA
Fe T E 500 500 ou de treillis.

Treilli4 SOU&;
- Ltsses 7sL 580
~ m p l o icoorank a u h p s

- HA TSHA
1
emploi fraquenk 1

(1) Fe = Acier -"fern - E = élasticité - T = tréfilé -TsL= treillis soudé li5

b) Diagramme contraintes-déformations (BAEL, art. A-2.2,2)

Pour les calculs sous sollicitations normales (voir Deuxième partie,


chapitres 6à11), on substitue aux diagrammes expérimentaux le diagramme idéalis
suivant qui se compose conventionnellement :

- de la droite d e Hooke, de pente ES = 200 000 m a , indépendante de la nuance


de l'acier,

- d'un palier horizontal d'ordonnée fe (fig. 2.321 :


jUS

Figure 2.32

Remarque : Il est toutefois loisible d'utiliser une forme de courbe se rapprochani


diagranme réel de l'acieremployé, à condition de se référer à la valt
garantie de la limite d'élasticité et de contrôler la contrainte
fe
prise- en- - compte pour l'allongement de IO%..

e) Taleur sarar&ie de l~l(ongemenkS O U ~charqe. maximale (BAEL, ~ F a d 2 . 2 ,

W e valeor ait de : 5% pourHA, ies bar-


dc : 2,% pour les kreilks soude's.

- 71 - I
Remarsu~: Tl c o w i i d a nobu les Règles BAEL ne se .e(.e'd plus nulle part e n -
que. I
goiï-e à des cond;hons de dvch~h'be'minr'male pour los AC(-.

a) Limita d 'dash'&ke' qgaranke


Comma de/a' manhenna' (vo~r2.2416)~ la valeur retenue par L'EN\/ TooBo es/-
.",,,[que & Tigair à 500 ~ p a . l
la lihi e d'e'fash'ci'ke' en cornt' ressiorr est norrnalernenk prise +le à la ltmi-
kt dre'faskciht' en. tracho-

En désignant par E la valeur caractéristique de l'allongement


uk
sous charge maximale (voir figure2.29) d'une barre (ou d'un fil), lrEC2
définit deux classes de ductilité, casactérisées comme suit :
rab\* 2.13
classa
.
de duch'li'te' )a
({&/{Y
B 5% ,,4,o5
A 45 % ?,fi.
~'jdenk$'=Cion d'une barre ,du point de vue de sa classe de duch'lik'>
al-imrntz'diak, grâce dc la disf' osl.kon- de seç nervures qui, pour ia classeQ
(haub ducskliG) sont d'inclinai'son c o n k r a r ~ hsur lu deux Gkak de la bar-
rtz ( d i s ~ o s i h O '~'en. a1ak de PO~SSO~'', voir F;g 2.26a) alors que, pour la
C I J S A~ ( duch-Iik' norma\e) , L ' h c l i n a i s o n aF.toujours d e m i m e sens.
Seules les barres HA d'un diamètre au moins égal à 6 mm sont
réputées avoir une haute ductilité. Au-dessous de 6 mm en effet, la
capacité d'allongement peut se trouver réduite du fait de l'adhérence.

Les fils tréfilés ou laminés à froid et donc les treillis


sont considérés comme ayant une ductilité normale(dasçe A).

Cette différence de comportement du point de vue de la ductilité est


prise en compte dans l'analyse structurale (voir art. 2.5.3.4 de I'Ec~).
. .
c/) Diagramme contraintes-déformations (art. 4.2.2.3.2 da L ' E c ~ )
Pour l'analyse globale, les vérifications locales ou le calcul des
sections il est permis de substituer aux diagrammes expérimentaux des.
diagrammes idéalisés (Es = 200 GPa) choisis de manière à donner des
approximations dans le sens de la sécurité. On peut ainsi adopter des
diagrammes bilinéaires comportant un palier horizontal ou une partie
rectiligne de faible pente.

Povr Lranaiyso I ' ~ c . 2propose le diagramme bi-linéaire de la


pgura 2.33:

".t- e
1 ftk
1

f - &+w ' 1
un diagramme à brdnche SU rieore k ~ n ' ~ o n k a(comme.
Y' fe
dans les q [ e ç BAEL) sans k m i k p w la deformah'orr de l$ci&r;
2 . adopkr une brancha su+iaum Lkclih&, mais avec u n e d q o r m a .
bbrr da ('acier e;,;teL a o,oi (40%~) ,

Rernamues: 4-Les ~ondib'onsd u paragraphe ci-dassos corres


Pn d e n ~à u n e
wfe m;kmaie de la branche i n c ~ i n e é+le
d a s d et dc 7,s. 10~kt.j/,+
à 8 kt$/mm2 pour les ~
pour les scia de classe .
C I ~ C

2 . b nonne ENV 10050 CnFroduiC dgalernenk un ch& de mkrS/


ce à la fa kgue . JUS qu'a' ~reked,ca. carackre n'etait pas pns e n b n s r
d&li;cn eh Francct p u r L a armabr~ssda Ghmarmd.
2.27 - CARACTERES TECHNOLOGIQUES

Les caractères technologiques sont :

- l'absence de défauts préjudiciables à l'emploi,


- l'aptitude au façonnage,définie par référence à des essais de pliage et de
pliage suivi de dépliagej et garantie par le producteur,
- l'aptitude d'une barre à assurer les liaisons mécaniques entre élle et,lebéton qi
1'entoure (caractères d'adhérence) ,
- l'aptitude au soudage.

Pour les treillis soudés,vient s'ajouter à ces caractères une résistanct


minimale au cisaillement des assemblages soudés, garantie par le Producteur.

2.271 - Aptitude au façonnage

Il faut distinguer les conditions de laboratoire et les conditions de


chantier:

2.271-1 - Conditions de laboratoire

En laboratoire, l'aptitude au façonnage s'apprécie par des essais de


pliage ou de pliage suivi de dépliage. Ce dernier, qui constitue un test de "non-
fragilité'; peut servir à déterminer le diamètre du plus petit mandrin qui donne ur
essai bon pour une une barre donnée. On appelle ce mandrin "mandrin critique". Le
diamètre de mandrin garanti doit évidement être supérieur à celui du mandrin
critique.

Les angles de pliage et de dépliage choisis (50 grades et 30 grades)


sont conventionnels. Après pliage et avant dépliage, l'acier est "vieilli" par
immersion durant plusieurs minutes (?. 30 mn) dans l'eau bouillante. Le choix de 1;
température de vieillissement est purement conventionnel. Il est donc difficile dr
considérer le résultat de l'essai comme une mesure certaine de l'aptitude au
façonnage. Ce résultat permet cependant de signaler les aciers dont le vieillisse-
ment après déformation augmente sensiblement la raideur et sans doute la fragilit~

2.271-2 - gomgitions de chantier

Des aciers satisfaisant aux conditions de pliage indiquées dans les


spécifications (plus ou moins basées sur les diamètres minimaux garantis des
mandrins de pliage) ont autrefois donné lieu à des ruptures au façonnage sur le
chantier. La raison tenait à ce que trop souvent, aussi bien sur les chantiers que
dans les ateliers, le façonnage 'des armatures à haute adhérence de nuance F e E 4 w
voire FeE500, était conduitde la même manièreque celuides aciersdenuanceFeE21!
Par ailleurs, le producteur d'acier ne peut prévoir les traitements malencontreux
auxquels les barres sont exposées sur le chantier. Parmi les traitements qui ont
le plus attiré l'attention on a noté le pliage par temps froid ( l ) , le dépliage
intempestif de barres au cours du façonnage et l'emp1oi.de cintreuses mal adaptée:
à leur fonction.
Le façonnage à la machine est maintenant toujours conseillé. Il est plu!
progressif que le façonnage à la main pour les barres de diamètre supérieur; 14m

(1) Des essais effectués par le Centre de Recherches ~étallurgiquesdu Bénélux ont montré
que moyennant certaines précautions, 1.e pliage d'aciers. tremphs auto-geirenus (TORSID,
T$MPCORE)- était p6ssibïe sans 'aléas,même pour des températures nettement inférieures
à 0°C: -. 23. 3
Les plieuses sont du type "à mandrin" ou du type "à trois galets". D,
les premières, la barre est engagée sur le mandrin et pliée sur celui-ci sous
l'action d'un effort exercé par un taquet agissant suivant un cercle concentrir-
au mandrin. Si la distance du taquet au mandrin n'est pas judicieusement déterm.
la régularité de courbure en souffre et les nervures s'écrasent facilement sous
taquet(et sur le mandrin également si l'on n'a pas pris la précaution d'augmenl
la surface d'appui en prévoyant un mandrin à gorge); il arrive aussi que certa
machines n'aient pas de mandrins de rechange ou que le personnel d'exécution
néglige de changer de mandrin lorsque le diamètre des barres varie ; enfin on nc
trouve généralement pas dans le commerce de mandrin de diamètre suffisant pour .
très grosses barres (ou bien c'est le chantier qui n'en dispose pas).

Les cintreuses à trois galets, dans lesquelles la courbure est obtenu6


par pression du galet central, ont le grave inconvénient de nécessiter plusieu.
passes, de donner des pliures avec des courbures non continues et de provoquer
des détériorations des nervures. Le résultat satisfaisant à l'oeil est obtenu
par pliages successifs et parfois par des dépliages susceptibles de provoquer i.
amorces de rupture.

Pour éviter les incidents graves et pour obtenir sur les chantiers
courants des pliages corrects, les recommandations d'emploi conseillent d'adopt
des diamètres de pliage nettement supérieurs aux valeurs minimales garanties.

Une distinction doit être faite entre le cas des armatures "transverr
(étriers ou cadres) pour lesquelles certaines déficiences ne sont pas trop grax
celui des ancrages aux extrémités des barres, et celui des coudes (barres relev~
à 4 S 0 , armatures principales de poutres ou de consoles parallèles à un parement
présentant un changement de direction) où les risques de dépliage au façonnage
les plus grands.

En effet d'une part, plus le diamètre augmente, plus le façonnage del'


difficile, d'autre part, si dans les ancrages il n'y a pas normalement nécessit
de revenir sur un façonnage initial de la barre, avec les barres coudées, la
correction nécessaire ne peut parfois être obtenue que par un dépliage intempest
Ce dépliage comportant de gros risques, le cintrage des barres doit toujours êt
conduit de telle façon que la correction éventuelle du coude soit réalisée par -
accentuation du pliage et non par dépliage.

Un problème qui se rattache à celui-ci est celui des épingles de leva


pour la manutention des éléments préfabriqués, pour la confection desquelles
convient de n'utiliser exclusivement que des ronds lisses de nuance Fe E235.,t4PP
raison des contraintes et déformations-auxquellesces épingles sont exposées.
En effet pour la nuance F e E 235, des fourchettes d'élaboration plus
serrées.au niveau de l'analyse chimique
.. permettent de garantir 'des performances
plus élevées,en ce qui concerne l'aptitude au façonnage (pliage, pliage suiv
de dépliage) et l'apfitude au soudage,que pour la nuance.Fe E 215 qui est celle
la plu& utilisée en ronds ïi.ss&s, mais aussi celle pour laquelle les tolérances
la production sont les plus larges.

Des dgpôts régionaux d'acier FeE235 existenttchez un nombre limité de


marchands de fer (la liste des dépôts est d2sponible au Secrétariat de la
Commission d'homologation et de contrôle (LCPC) ; voir aussi le fascicule OTUA
II
Aciers pour béton armé").
2.272 - Caractères d'adhérence
L'adhérence d'une barre au béton qui l'enrobe constitue l'un des
phénomènes les plus complexes des constructions en béton armé.
Elle a fait i'objet de nombreuses théories parmi lesquelies il est
encore difficile de dégager une position qui ne soZt pas susceptible d'être
I
If)
Na j a m a i s ulili'sv p v r cas ipin3!g!es deç barras HA EE@O ou f % ~ 5 0 0 .
3/87
- -72'!- 1
1 1

1. controversée. Il est en effet difficile de représenter cette notion par des


;. . ,[ modèles fiables. Les divers essais que l'on peut faire pour contrôler les
qualités d'adhérence d'une barre ou d'un fil, ainsi que les prescriptions
1 règlementaires concernant l'adhérence sont étudiés en détail au chapitre 4.
1

! iJ 2.272-1 - Barres
---------
ou-----
fils
i .>

8 l
a) - - - - -relative
Surface - - - -des
- -nervures
----
,.
..-. . .. Ccnvëhkrr~ellernenk,la %rn?e EMV if080 caractérise 1'adhérence
par un coefficient appelé "surface relative des nervures" dont la définition,
due au Professeur REHM en Allemagne fédérale, est purement géométrique : il
s'agit en effet de la surface des nervures,projetée sur la sectien droite de
la barre et rapportée 5 une gurfacsz late'rale egah au pxodua du p ' r i m e k e nomini+[
p a r \adistsncû inoyme entre 1- rr-es barrsw=salQs.

S.~lon. 1' ENV 10080 , pour les barres n'ayant pas subi un traitement
dlécrouissage par torsion, cette surface relative fR peut être déterminée
au moyen de la relation (notations de ~'EMv ioOB0):
k FR sin B
=
R ir.d.c

avec, pour le premier terme :

k nombre de files de nervures obliques ou transversales,

aire de la section longitudinale d'une nervure selon son axe,


FR
B angle formé par les nervures transversales avec l'axe de la barre,

d diamètre nominal de la barre,

c distance entre les sections droites passant par les points homologue$
de deux nervures transversales consécutives de la même fila.

Concernant cette surface relative, L5c. condikoolrs pour


que les barres puissent être considérées comme à haute adhérence s o & i

fR1'0,03g pour 5 ~ 0 mm
~ 6
f >0,045 pour 6 , 5 ~ 0 2 8 , 5 m m
R =
fg ) 0,052 pour 9 c; 0 5145 mm.

Fe => 0 , ~ s b u r if 1 6 40 m m , 9
Cette notion de surface relative et les critères qui y sont associés ont
amené les Allemands à pousser à un très haut degré le contrôle des formes
géométriques qui exige pour une seule éprouvette la mesure dix fois répétée de
5 ou 6 paramètres. Ceci est réellement excessif car les dispersions observées
sur les différents paramatres sont tout à fait négligeables devant les disper:
des mesure* d'adhérence elles-mêmes.

Bien que figurant dans l':WV'10080, cette notion de surface relativt


d a narvui-es, dernavre discutabla. II a ei<iskl'de.sactm donk
l'adhérence eka[kexpérimentale)ent cofrecte bien que leur surface relative nt
satisfasse pas aux exigences ~~di'quoeç pre'oédemmd.

b) ----------------------
5%efficient - - -d,e- -scellement
de fissuration et coefficient ----- -
L'aptitude d'une barre à rester solidaire de la gaine de béton qui
l'enrobe en dépit des forces qui tendent à la faire glisser suivant son axe
définie par deux coefficients sans dimensions :
Franc=
- llun q i. appe1b:çoefficient de.fissuration, qui est pris en compte dans 1
calculs relatifs à la fissuration,
- l'autre $s,,appelécoefficient de seellement, qui intervient dans le cal
de's ancrages.

Les caractères géométriques liés à l'adhérence (hauteur, écartement,


longueur, inclinaison des nervures ou des empreintes) sont ceux définis pour
différents profils-types dans les normes NF A 35-016 ou NF A 35-019. Après
avoir longtemps estimé en France que les caractères d'adhérence ne pouvaient
être fixés qu'après essais (voir 4.13) on considère maintenant que sont réput
"à haute adhérence" les barres ou fils qui respectent les critères géométrin
(assortis de tolérances) fixés par les normes précitées. Lorsqu'il en est ai
les coefficients d'adhérence sont'pris alors égaux :

- en ce qui concerne le coefficient de fissuration à :

. ri = 1 par définition, pour les ronds lisses bruts de laminage


. = 1 pour les barres HA courantes quel que soit 0 et pour les
fils HA 0 2 6 mm
ri = 1,3 pour les fils HA 0 < 6 m
- en ce qui concerne le coefficient de scellement, à :

. Jis=l par définition,pour les ronds lisses bruts de laminage


. Ji s = 1,5 qu'il s'agisse de barres HA ou de fils HA et quel que soit
diamètre.

4' Esquisse de la signification physique de ces deux coefficients


Pour l'origoe expérimentale des valeurs numériques de ri et $
S
indiquées ci-dessus, se reporter à 4.131-2 et 4.132.

1" - ------------
Coefficient - - - -ri
de fissuration

Considérons deux prismes en béton à section carrée, de longueur au mo:


égale à 10 fois le côté du carré et traversés chacun suivant leur axe par
barre lisse de nuance douce dans un cas, à haute adhérence et à haute limi
d'élasticité dans l'autre, de même diamètre. Soumettons les deux barres à
même effort de traction (assez élevé, mais nettement inférieur 'à la limitt
d'élasticité la plus faible).

Soit nL et nHA le nombre total de fissures transversales qui sont


apparues dans le béton qui enrobe les barres.
On constate que grossièrement ( c a r l e s choses ne sont pas a u s s i simple
v o i r f i g . 4.9) .:

~-

O r un nombre élevé d e f i s s u r e s e n t r a î n e , à c o n t r a i n t e égale de l ' a c i e


une réduction de l e u r ouverture moyenne
wm .
Par exemple,si wm = 0,16 mm pour l a b a r r e l i s s e , on c o n s t a t e que
w, 5 0 , l mm p o u r . l a b a r r e HA. Donc,à c o n t r a i n t e é g a l e , l a fissuration étant
p l u s f i n e , l e r i s q u e de corrosion e s t moindre avec une b a r r e HA qu'avec
une barre l i s s e .

S i l'on accepte maintenant l a même ouverture moyenne dans l e s deux c a s


on pourra t o l é r e r e n p r i n c i p e pour l e s b a r r e s HA des c o n t r a i n t e s 1,6 f o :
(ou s i l ' o n p r é f è r e 'II- f o i s " ) plus élevées que pour l e s ronds l i s s e s .

Là r é s i d e l e succes rencontré par l e s b a r r e s à haute adhérence:la haut,


l i m i t e d ' é l a s t i c i t é a u t o r i s e e n s e r v i c e des c o n t r a i n t e s plus élevées que
pour l e s a c i e r s doux e t donc une économie s u r l a s e c t i o n d ' a c i e r , sans
que c e t avantage ne s o i t acquis au détriment d'une f i s s u r a t i o n excessive.
C'est bien en e f f e t grâce aux r e l i e f s e n s a i l l i e s u r l e u r s u r f a c e l a t é r a l e
que l e s barres.HA n e peuvent g l i s s e r dans l e béton e t que l a f i s s u r a t i o n
p e u t s e d i s t r i b u e r iiout a u l o n g de l a p i è c e .

- - - -- - - - -- -
2" C o e f f-
i c i e n t de --iLS
- scellement
-
Cherchons maintenant à e x t r a i r e de deux blocs de béton ( v o i r " e s s a i s de
pull-out", 4.13-Irl) , . deux b a r r e s d r o i t e s , l ' u n e l i s s e , l ' a u t r e à h a u t e
adhérence, de même diamètre e t enrobées s u r l a même longueur.

S o i t FL e t Fm l e s f o r c e s de t r a c t i o n n é c e s s a i r e s pour e x t r a i r e res:
tivement l a b a r r e l ~ s s e(F ) et l a b a r r e à haute adhérence (F ) .
L HA
Grossièrement ( c a r l e s choses ne sont pas a u s s i simples, v o i r c h a p i t r e
il f a u t exercer une f o r c e supérieure pour e x t r a i r e l a b a r r e à h a u t e a d h é r e r
que pour e x t r a i r e l a b a r r e l i s s e , é e s f o r c e s é t a n t t e l l e s que :

Si $2 = (1,5)2 = 2,25, c e c i s i g n i f i e que l ' o n peut :


S

- s o i t "ancrer" l a même f o r c e s u r une longueur 2,25 f o i s p l u s c o u r t e pour


une b a r r e HA que pour une b a r r e l i s s e d e même diamètre (mais ce n ' e s t
pas a i n s i que s e pose généralement l e problème) :
- s o i t , pour une même "longueur d'ancrage" a u t o r i s e r une f o r c e 2,25 f o i s
p l u s élevée dans l a b a r r e HA que dans l a b a r r e l i s s e ( c ' e s t par exemple
l e cas d'une b a r r e HA FeE500 e t d'un rond l i s s e Fe E 2 1 5 , 500/215 :2,2
pour lesquels on a b o u t i t à l a même longueur d'ancrage, v o i r formule r 4 . 4
-
e t tableau 4.4)..

Remarque : Dans l e c a s exceptionnel de b a r r e s ou de f i l s q u i ne respecte-


r a i e n t pas l e S . c r i t è r e s géométriques d é f i n i s p a r l e s normes, il
conviendrait de procéder à des e s s a i s d'adhérence ( v o i r 4.13). de
manière à j u s t i f i e r expérimentalement que l e s c a r a c t è r e s d'adhérence
de ces b a r r e s ou f i l s s o n t b i e n au moins égaux à ri = 1,6 (ou 1,3)
e t $ = 1,5 respectivement.
s
2.272-2 - ---------------
Treillis soudés

Les Règles BAEL 91 indiquent que :

- pour les treillis soudés constitués par des fils tréfilés lisses,le coefficie
de fissuration n doit être pris égal à 1 . r

-
pour les treillis soudés formés de constituants autres que les fils
tréfilés lisses, le coefficient n doit être pris égal au coefficient de
fissuration des éléments constitutifs.

En ce qui concerne le coefficient de scellement $s :

- lorsque les règlements prévoient que l'ancrage des éléments constitutifs est
assuré par les soudures (cas des treillis soudés formés de fils lisses) il
n'y a pas lieu de fixer une valeur à ce coefficient J v o i r n o k 1 au bas de la
Page ?3 1,
- dans le cas contraire, la valeur de ce coefficient est prise égale à celle du
coefficient des éléments constitutifs.

2.273 - Aptitude au soudage

On appelle soudage l'opération de micro-métallurgie consistantàexéci.


la fusion d'une zone de métal, avec ou sans métal d'apport, liant intimement 1,
deux bords de deux pièces à assembler. Le résultat de l'opération de soudage es
appelé soudure.

2.273-1 - Principes généra25


Le soudage des armatures concerne à la fois divers types d'assembla[,
et différents procédés.

Au niveau de l'assemblage unitaire de deux barres, les conditions déf:


par la norme visent :

- le soudage en croix effectué par résistance,


- le soudage bout à bout ou par recouvrement effectué avec électrode enrobée
(manuel à l1arc,ou semi-automatique sous gaz protecteur).

Le soudage par résistance n'est normalement admis qu'en atelier c'est


dire dans un local abrité des intempéries, disposant du personnel qualifié et c
matériel nécessaire pour la réalisation de soudures correctes.

Pour cette raison, le soudage en croix (0 S 20 mm) est un mode de SOL


fréquent dans les ateliers de préfabrication d'armatures, où il est utilisé pot
réaliser des éléments bi ou tri-dimensionnels (treillis soudés ou pré-assemblés
ou cages d'armatures).
En rivan&, les soudages bout à bout (0 >
- 20 mm) ou par recouvrement
(0 < 20 mm),qui n'exigent pas nécessairement un site totalement abrité des
intempéries,constituent deux modes de soudage qui peuvent être utilisés sur le
chantier, même si ce n'est pas très courant. On les emploie surtout dans des cc
particuliers pourassurer ou rétablir la continuité mécanique des armatures .
(exemples : cas où les longueurs commerciales sont trop courtes, manque de placc
chantier urbain, reprise de barres en attente, réparation d'une erreur de conce
tion ou d'exécution, ouvrages très particuliers : galeries, caissons, grands
ouvrages d'art).

On peut souder de cette manière soit deux barres individuelles isolé&


soit des armatures préalablement soudées en croix lorsque la longueur des éléme
doit être limitée pour des raisons d'encombrement lors de leur transport ou de
mise en place.
Les chantiers de centrales nucléaires provoquent actuellement le dévelc
pement des techniques de "raboutage", car les densités de ferraillage de certain1
parties d'ouvrages sont-siimportantes (de l'ordre de 700 à 1000 kg d'acier par r
au lieu de 80 à 150 kglm3 couramment), qu'elles rendent impossibles les jonction:
par recouvrement traditionnelles (voir 4.5 ) .
A titre d'exemple, pour la centr:
de CREYS MALVILLE, les C.P.S. de l'appel d'offre prévoyaient l'exécution de plus
de 10 000 soudures bout-à-bout..oupar recouvrement;

2.27.3-2 - condi!-ions auxq"els s ~ & ~ o " m iles


s aciers d i k "soudables'!

En principe, quelle que soit sa composition chimique, n'importe


quel acier pourrait être soudé à condition d'y mettre le temps, les moyens et le
prix.
L'aptitude au soudage des aciers pour béton armé ne concerne donc en
fait que l'aspect ~ratiqueet économique de cette opération.
L'idée de base est que le soudage des aciers à béton doit pouvoir être
effectué au moyen de procédures applicables de manière simple sur chantier et nr
nécessitant pas un soudeur hautement qualifié.

La qualité des opérations de soudage est en effet fonction de deux type


de paramètres :

- ceux inhérents à l'acier


- ceux inhérents au matériel de soudage et au niveau de qualification de l'opérat
Dans la pratique couran-ka 'Franw :
- tous les aciers conformes aux normes NF A 35-015 et 35-016 sont aptes au
soudage par étincelage ;
- les ronds lisses Fe E235 sont aptes au soudage à l'arc et en croix par
résistance,
. . . de même, généralement, que les barres H4 obtenues par traitement
thermique, oupar écrouissage à froid, d'un acler doux.
. .
La norme NF A 35-018 définit les conditions auxquelles doit satisfaire
un acier à béton pour avoir droit à la mention "soudable" au sens précédenment
donné à ceterme.Dans cette norme,llaptitude au soudage est définie par l'analyse
de la composition chimique de l'acier, qui,faite sur le produit livré, doit
respecter simultanément les conditions :

C = C+- Mn S 0,48 2 (carbone "équivalent")


éq 6
Cette aptitude est en outre contrôlée par des essais de cisaillement, c
traction, de pliage sur joint soudé pour le soudage par résistance, de traction r
de pliage sur joint soudé pour le soudage à l'électrode. l
1
Pour les barres HA,une simple inspection visuelle permet de distinguf
une barre soudable d'une barre non soudable : en effet, l'espacement des "verrous
transversaux n'est pas le même sur chacun des deux chants de la barre (fig. 2.34:
Seul l'acier TOR, acier soudable, créé antérieurement à cette convention de
marquage, ne l a respecte pas. Cet acier constitue donc une exceptionpourlesaciei
soudables, mais on peut facilement 1% reconnaître grâce à ses nervures continue
hélicoidales.
1
(i) Dans ur, b t l r ' s sarde', hyue s c u d o ~d o~& 6ke capble de résishzr à UR. e r t d~
- Ro
ciséillemenC au moins e3al 2- 30% du prodoiC Ac la b m i k d '8bsAtik' jgaranke pw
1 l
1 la se.ck~nnominale du $1 ancre'.
Barre HA soudable Barre HA non soudable
Figure 2.34

'1 2.28 - REDRESSAGE DES ACIERS LIVRES EN COURONNES


Une large part des ronds lisses est constituée par du fil machine vt
en couronnes et redressé chez les "marchands de fer", les "armaturiers" ou les
"préfabricants". Les barras YA do. pekk d;arn& son(; ellos W S S ~souvcmk fivm'5 en
couronneS.
Le redressage peut être effectué sur deux types de machines :

a) les redresseuses à cadres tournants


b) les redresseuses à galets.

Pour les ronds lisses Fe E 215 et Fe E 235, cette opération ne pré


en principe aucune difficulté.

Pour les barres HA tn rcvanche,les difficultés sont de deux ordres

- pour les aciers "naturellement durs", il existe des dresseuses modernes qui
permettent moyennant certaines précautions de redresser jusqu'à 0 12 mm. AU-
delà, ou bien le prix de revient du redressage devient prohibitif, ou bien
l'acier est "matraquéT': les verrous sont écrasés, ce qui est non seulement
préjudiciable à l'adhérence mais peut aussi amener de sérieux risques de
fragilisation locale des barres ;
- pour les aciers écrouis et en particulier pour les fils tréfilés HA, le
redressage provoque une détension partielle des contraintes internes, ce qui
réduit la limite d'élasticité de quelque pour-cent. Pour les aciers écrouis
livrés en barres,ce problème est l'affaire du producteur. En ce qui concerne
les aciers livrés en couronnnes et redressés par l'utilisateur, une enquête
récente faite sur un certain nombre de chantiers a montré que, trop souvent.
il était fait usage d'un matériel inadapté, et que de plus le personnel
exécutant l'opération de redressage n'était pas qualifié. En conséquence, le
réglages nécessaires et les adaptations indispensables en fonction de la
nature de l'acier et de son diamètre,ou bien n'étaient pas faits ou bien
l'étaient incorrectement (on a pu par exemple constater dans certains cas qu
des barres HA livrées en couronnes avaient, après redressage, perdu leurs
aspérités de surface et avaient même subi une réduction de diamètre !).

A la suite de ces constatations, la publication de recommandations e-


de cqseils pour la pratique des opérations de redressage a été envisagée.
Elle n'est toujours, pour le moment ((990, qu'à l'état de projet, car des
investigations sont encore nécessaires.
l
1 2.29 - BIBLIOGRAPHIE SELECTIONNEE DU CHAPITRE 2
2.291 - -
Béton
1

/
f,
Se reporter d'abord au cours spécialisé du CHEBZ2 sur ce sujet, et
en outre à :

- RILEM CPC 6 - Essai en traction par fendage - Paris 1975


- RILEM CPC7 - Essai en traction directe - Paris 1975
- Recherches sur Zes structures en béton - Annales de l1ITBTP, avril 1978
(chapitre III).
- RÜSCH (H.) , GRASSER (E.) et R40 (P. S.) - Principes de caZcuZ du béton armé sou.
les deux é t a t s de contraintes monoaxiaux. Bulletin d'Information CEB no 36
juin 1982.
- FOURE (B.) - Résistance du béton sous contrainte soutenue (Recherches récentes
effectuées par les organismes de 1'UTI). Annales de l'ITBTP,juin 1982.
- LAMBOTTE (H.) et MOTTEU (H.) Contrôle de la qualité du béton sur chantier e t
en usine. Note d'information technique du CSTC, Bruxelles
-
Juin 1979.
- C.C. T.û fa fascicule 65 " f i e k u h h des OLJVL+S de Ga& C;vr7 en LC%O arn
ou âolfahii ~ffr.crèl ck, Ml'ri13km de I1Eqrripemcnk, @sci'wh S+
PmfCOnCrriitF
no 85-30bis.

,N o r m e ENV 40080
i
I
- Aciers pour béton &é. 1981 , O T UA
- ~ocmerttktion'techniquede la société TORSZD (1983).
- Le T r e i l l i s Soudés. C a l a 2 e t utZZisation confornément a m RÈgZes BAELYf.
APETS, 1992.
- PERCüAT (J) - Compte-rendu des e s s a i s e f f e c t u é s en vue de f h e r l e s condZtZons
d'emploi des aciers HA des t r e - f l l i s soudés e t des t ô l e s déployées -
(Annales de I'ITBTP, mai 1960 et mars-avril 1962).

biF A35-025, O&. (992 Armahims F r be'kri arme' (galvan;seCs â chaud)


?r. NF A35-026, jvilld- 4993 - TleiLlr'S - &pnn&
O D U ~

?r N F A 35-030,mai i992 - % a r a uéneids HA p r s u k ' & de 1 1 ' ~ n&=,-,nes


e~ .
NFA35-024, vv.4993 . T r e i l k de peau
c,
G min
max

Achon acYde&lle

sur les chargm vandbla LI


'4
(~:

- ,~.,
11I

1
.
3 .f
'

- TERMINOLOGIE
Actions
ACTIONS ET SOLLICITATIONS

Les actions sont les forces et/ou les couples appliqués à . une
construction :

- soit directement :
. charges permanentes,
. charges d'exploitation,
. charges climatiques, etc.,
- soit indirectement (résultant de déformations imposées à la construction) :
effets thermohygrométriques (retrait, fluage, variations de température),
déplacements (tassements) d'appuis, etc..
. ~.
Il arrive que l'on utilise le mot actionpourdésigner l'origine ; on di
par exemple "le vent est une action".
II
! 1 Combinaisons d'actions

! Les combinaisons d'actions sont les ensembles constitués parles actions


à considérer simulta&ment. Celles-ci sont introduites dans les combinaisons av
! J
différentes "valeurs représentatives'! correspondant à'différents niveaux d'inte
sité.
:1
@ Sollicitations

Les sollicitations sont les efforts (effort normal N , effort tranchant


V ) et les moments (moments de flexion I f , moment de torsion T). Les sollicita-
tions sont en général déduites des actions par des meihodes appropriées, mais
peuvent parfoiS'être déduites de résultats d'essais sur modèles.
iJ
3.2 - ACTIONS
-
(3
L J
Les Règles BAEL [ ~ 3 . i , l )eC EC2 distingvenC (rrotahons BAEL)
(2-2.2.1)
- les actions permanentes G,dont l'intensité est constante ou très peu variable
dans le temps (par exemple, charge d'eau d'un pont-canal très rarement mis à se
ou varie toujours dans le même sens en tendant vers une limite (comme les actio
différées du béton : retrait, fluage) ;

-1 J - les actions variables Qi,dont l'intensité varie fréquemment et de façon impor


tante dans le temps,&Ion une ID; buFà fait qwlconqve;
- les actions accidentelles FA,provenant de phénonrÈnes se produisant très rare-
ment (par exemple séismes, chocs).
l
3.21 - ACTIONS PERMANENTES (BAEL, art. A-3.1,2)
1
l . 1 Les actions permanentes comprennent :

y - le poids propre Go des éléments de la structure,


i
1
- le poids des équipements fixes de toute nature (dans les bâtiments par exemplé
revêtements de sols et de plafonds ; cloisons) ;
- les efforts (poids,poussées, pressions) exercés par des terres, par des soli:
ou par des liquides dont les niveaux varient peu (valeurs pratiquement const&n
dans le temps) ;
- les déplacements différentielsdes appuis ;
- les forces dues aux déformations (retrait, fluage, ...) imposées en permanence
à la construction.

a) Lorsque l'on peut valablement admettre qu'une action permanente n'est pas sus
ceptible de subir des écarts sensibles par rapport à sa valeur moyenne, on
peut considérer cette valeur moyenne comme la plus probable, et c'est elle 2
l'on introduit alors dans les calculs.

Ainsi, dans la plupart des cas, le poids propre est représenté par un
valeur nominale unique, Go , calculée à partir des dessins du projet et des
masses volumiques moyennes des matériaux.

Pour le béton armé, on a :

avec V volume théorique, évalué d'après les dimensions prévues aux dessins
d'exécution et le nombre 25 représentant le poids volumique moyen du béton
armé en kN/m3 .
b) Lorsqu'une action permanente est susceptible de subir des écarts sensibles
par rapport à sa valeur moyenne, il convient d'en tenir compte. On introduit
alors dans les calculs la valeur escomptée la plus défavorable (soit maximalt
soit minimale) vis-à-vis de la combinaison et du cas de charge considérés.
1

Cette circonstance se rencontre par exemple dans les cas suivants :

- masse volumique mal connue à l'avance ou variable dans le temps,


- imprécisions d'exécution élevées en valeur relative (éléments très minces
où une variation d'épaisseur de k 1 cm par exemple n'est pas impensable),
- renforcements ultérieurs rév visibles (revêtements de chaussée),
- etc.
3.22 - ACTIONS VARIABLES
Les actions variables comprennent :

- les charges d'exploitation (poids et effets annexes tels que forces de freina€
forces centrifuges, effets dynamiques, etc.) ;
- les esforts (poids, poussées, pressions) exercés par des solides ou par des
liquides dont le niveau est variable ;
- les charges non permanentes appliquées en cours d'exécution (équipements de
chantier, engins, dépôts de matériaux, etc.) ;
- les actions naturelles : neige, vent, température climatique, etc..

(1) - (kN/mZ) = 25 h
Exemples:-poids propre d'une dalle d'épaisseur h (m) : go
-poids propre d'une poutre à section rectangulaire bh(m2) :
go (IcN/m) = 25 bh .
P
3,,22i ~aleucsre&scn}akvesn
d/ ff
pour bien comprendra cotfe d o n . de valu~~rs
yre'senhh'ves ainsi' que la mani& dont o h

conslibe les 'combinaison~ dàckons " [cf. 3.31) nous allons nous Ù c ~ s s e L
r t d'abord au ~1
1

dQb;!- dcs cours d'eau , m i m a si, da pime. abord, PL sarnble nrZ\lo;r qu'un loinkain eppd l
,
avec la bèbll armé.

3.221 - 1 Les d&bik des cours cfbar,


Les de'bik d'un cours d'mu sont meçurek pardes "slakons cle. joogeageo j d r ~ e o s e -

m e n t d l ' ç ~ 0 5 d s/c'Ioq de celui- u'.


a) 6 u d . z dzs debik i n s L n Lsnek

&e sbh-on de jaugeage p e r m d de. connaÎhe le Aa'biC ih~kdttbhd,à o n i n ~ t a n k


k,
au point où elle trouve (& 3,oa)

I
O 16 ,temps
qg3.0a. Courbe des ddik instanbn&

6) 0urbe des de&& j o u r n a l i e s


~h nolant chaque jour, &ans une stakorr da jaogeage, le dc'bi4 moyen j o o r n a l i é r du
cours d'au, on obkànt au hou!-d'une anne& une s&e de 365 valeurs nomLngva, Jassee'~
dans l'ordre &ronolojique O; lffi de'bik rnojans j w r n a l i m ont ihr' relevds.

c) 6wbe d a d~'L;kJJSS&
Maik om a0s.s; rax9~rce5 365 d&ik inoyens j o u r n ~ l i e r u bar ordre dècrrissank, I

en c o m r n a n p m k r débik qw la PIUS 9 4
p>ala de lr.ann& (jour da la pius g m s z ema) & e n
b m ; n d par le débit. qm la pius faible (éhàge IQ PIUS bas). b murbe rcpdsehtat(va de ces
365 WIWS dicroissa& e ~ la
k murbo des dèbik classa's. mie se de2uJ- facilement de. 12
courbe des ddik journal;ers.
En +,une honiontale c ~ r r a s ~ n d aàdon &L;C journalizr q u d m n q a q (qm< q<qh
Pt a p p a r a h un c a r h m nombre de segments ab, cd, .... de lohguwis 4 , k2, ... erprimu& en i
b longueur cumul& f t; = t,+$+.... T&erik le nombre d e j o v r s j pehdanf- l ~ o e l sla

b;k journaliers ~ité/z'& J P ~ A Q O ~ Sà 9 . On abKent ainsi UB pint M de Ir! courbe des d-'
b;k dasse'ç, dfabscissa 5k; Q.J- dfordonn& q.
d) Probahi&ter d 5" dezikjburnai/~r
Au lim d'op& sur les 365 ddbik journalier^ d'une ann&, or^ pu/- cl- les debi
reJatl'fs a ~ I u s i w r sannies d'observakons : la courùe cl& débik dase? parmetalors c

u m n & b la pmbzbilite-' pur quc le d é b i t du cours d'eau s o i t ~ u ~ i i àwun


r dB&+ q don,
Mais, en &li+ef, on conhkua d f e r i r e g i s b les courbes annualles d a dkbikclzssa
Sur N a n n e k d ' o b s m a h n , on d i s ~ s ade N coorbes. f o u r chaque v a l a r de q ,on
pour &a
C1ue courka la valeor d a jours curnulek sk; el- orr -/-a;f la moyenna. Si ;1
graduc alors les absci'sses en p w r c e n t ~ ?( ~
le ~k m t s d106servab~ kr :365J'ours
pris pour urzt'bl, si [zk;) =36,5)urs Fr example, la. povrcen~age est d e 3&={0%
365
on obh'ent 'la probabili% )mur qu'au W U ~ S d'une p i n e d e donne&, le $bit du cours d h v
nevr
SO~~SU
P. à 3.
e] &%;k~ r 2 &r
eis h.90cs
Si l'on considère des ktwalles d e 3 mois et si I'ûl rnden év;derica aux exh-&;Ws
des sogrnenk de / o n g v w r coh~enhbrrhdleme&&9ah à $ ~ & r s , on obkent 5 pihk qui' deYnÏ3

sen! ms Pech'uement +.

. LI
-i d;b;C~racL'ri~h'~uo:de crue

2 - // de 3 mois

3 - II de 6 mois
4 - II de 9 mois

s- /I d'Qt;aga
3 6 9 meis
b d ; t f e h k s valeurs p m e W de i-rAOj

le débit maxi ha\ d& vabla par une usine hydmélechique pj& sur le cou& d bucon.
sdid, le volurna d ' a u hrrbinablc dans une anneé moyenne et ~ ' o k e a~si ~~k b l e dl&
. P
duikc pbr la f;lyw usine en k n c k o h de la havhr d e chu&.
- 83c- 1

FpT
EXEMPLES DF QUELQUES VASIATIONS DE CHARGES EN FONCTION

;I_
DU TEMPS (di+& 6.k4TIfi~v). 1l
1
1
F
1

- , )*, 1
i
1

I
/

O de
YIC
.
t
con~tr~~tim
O as I

Choig~ p n r n a m l e klim d'm vehrule en marcne 1

Action de piélonz sur I é w ~ l i r rdune


salle de spestocle

Eou dons un rkervoir Adion dr la lemgrature

k 6 o n du veni Action de h neige


Gcs courbes n e sod p2s S a s rappkr celle. Jes d e k k i n s h n k h d ç d'un cours déau [

Pour les étudier on a recours à des modèles de représentation.


En découpant le temps en intervalles de base arbitraires mais raisonnables
en fonction de l'action considérée, (ex. : pour le vent : 10 mn, pour l'eau darc
un réservoir 24 h., etc ...), onpeut rechercher :
- soit la distribution des maxima périodiques,
- soit le nombre de fois et le temps durant lequel un niveau don+
a étédé~~issé(cf.3.22ic )

4 Ic inbvalk de hase
La distribution des maxima périodiques est ramenée à :
- une valeur moyenne 8, fonction de l'intervalle de base.
- un coefficient de variation s

On peut ainsi définir la valeur caractéristique d'une action Qk = Qm - kç


comme celle qui a une probabilité p acceptée a priori (par exemple 5 X ) de ne
pas être atteinte ou dépassée, dans un sens défavorable, au cours d'une certaine
"durée de ré£érence".

b. &imz le cumul des temps A ti pendant lesquels un niveau


plassi
quelconque Q' a été atteint ou dépasséeendsnl un kmp de r e p r c n ~ ekr [cf.fi' 3 . 0 ~
pvr
i'ana~o~ie)

En fixant alors certains niveaux de manière conventionnelle, on


définit pour une même action variable. plusieurs valeurs représentatives,
à considérer en fonction de la combinaison dans laquelle elle intervient;

Ainsi, une même action variable n'est généralement pas définie par
une valeur unique, mais par plusieurs "valeurs représentatives", qui sont fixées
en fonction de sa fréquence, de sa durée d'application et de la nature des combi-
naisons dans laquelle elle intervient.

Ces valeurs représentatives sont conventionnellement classées de la


manière suivante :

- valeur nominale (tenant lieu de valeur caractéristique) Qi ;


- valeur de combinaison $ . Q.
O1 1
: cette valeur intervient dans les combinaisons
fondamentales (ELU) et dans les combinaisons rares (ELS) ;
- valeur fréquente *ii Qi
: cette valeur n'intervient que dans les combinaisons
' accidentelles ;
- valeur quasi-permanente $ 1 ~ ;~cette
9 ~valeur intervient dans les combinaisons
accidentelles et pour la vérification de l'état-limite u:Sme de stabilité de
forme(voir n o k page 85)..
Les coefficients , $ J ne
~ sont pas des coefficients "de sécurité'
Ils sont liés uniquement à la probabilité d'occur~encede la combinaison de
plusieurs actions variables simultanées qui ne peuvent atteindre toutes ensemble
leur intensité maximale.

Les valeurs numériques de ces coefficients sont données tant pour les
ponts-routes que pour les bâtiments à l'Annexe D des Règles BAEL..(voir,dans ce
qui suit,tableaux 3.1 à 3.4) ainsi que dans r 1 Eurocode 1 Sur ~ Q Sach'ons.
3.222 - Charges d'exploitation et charges climatiques (BAEL, art. A-3.1,31)

Les valeurs nominales des charges d'exploitation et des charges climati-


ques sont en principe définies par les textes réglementaires ou normatifs en
, fie V ~ S C que les krks a-t vigvwr eii. France, !'&cl e l
vigueur. 'Dans w qui ~ i kon
kank encom en phase d'elaborab'o~.
3.222-1 - ---- -------
Charges ---------
d'ex~loitation

a) Bâtiments

Les charges d'exploitation des bâtiments sont définies par la norme


NF P 06-001. Toutefois, pour les bâtiments industriels, la norme NF P 06-001
nedo~nantquelepr.inciped'évalu~ationdes charges, les charges à. prendre en comptc
sont .n~rmaleme%tfïxées par l e maître d'oeuvre (voir 1,43).

Les charges permanentes et les charges d'exploitation dues aux forces


de pesanteur sont définies par la norme NF P 06-004.

Les charges d'exploitation des ponts routiers ou ferroviaires sont


définies par les titres 1, II et III du fascicule 61 du CCTG;

Les valeurs représentatives s'obtiennent en multipliant les valeurs


données dans ces textes par les coefficients suivants :

- pour les vérifications aux états-limites ultimes;:1,07 pour les charges de.
chaussé,&, de.froc-ir., etj célles sur les passërelles pour piétons et 1 ;:O0 '
pour-les chargea.exceptiionnel~es.et .les.convoismilitaires ;
- pour les vérifications aux états-limites de service: 1,2 pour les charges de
chaussée et 1,O dans les autres cas.

3.222-2 - Charges climgztiqugs

-21 - -
Vent

Les actions du vent sont en principe définies parlestextesréglementair


en vigueur :

- pour les ponts,par les titres 1, II et III du fascicule 61 du CCTG


(art. 14 du titre II pour les ponts-routes) ;
- pour les autres ouvrages, en attendant laparution du titre IV du.fascicule 61
-- convient de se référer aux Règles NV 65 révisées (NF P 06-002 et DTU) mais
les valeurs représentatives à prendre en compte pour l'action du vent à
l'état-limite ultime sont 1,2 fois les valeurs correspondant au vent E r n
des Règles NV (voir art. III 1.232 de ces Règles). lui rwancbz, dans les
vérifications aux états-limites de service, les valeurs à prendre en compt
sont celles correspondant au vent normal des Règles NV, sans majoration ;
est même possible de réduire ces dernières valeurs dans certalns cas ne ..
mettant pas en cause la durabilité de la construction,^^ en phase d'exécu

1
1 -22 --
Neige

1i - pour les ponts-routes, il n'y a pas lieu d'appliquer des charges de neige

- pour 9 n 9 e . es1 fireé


les b â h b e n h , la vdwr csra&rI<shqoe da la ~ 4 1 de
,
par les Règles N 84 [ CCrG, fasa~lile 61 ktre IV, seclion il ) de mëme q u e
les sitvakons da cornpahgilitd des achons de 1s nage du veril.
3.223 - Charges appliquées en cours d'exécution (BAEL, art. A-3.1.,32)

L'annexe D aux Règles BAEL distingue :

- les charges connues en grandeur et en position qui, si elles sont peu variablt
(car présentant un caractère permanent durant la phase d'exécution considérée;
7
sont assimilées dans les calculs à des charges permanentes ;

- les charges de caractère aléatoire (pouvant varier ou se déplacer au cours


d'une même phase d'exécution) qui sont assimilées à des charges d'exploitation.

3.224 - Température climatique (BAEL,art. A-3.1,33)

Pour un ouvrage situé à l'air libre en zone de climat tempéré, les


actions dues à la température sont déterminées en supposant que les variations d
température peuvent être comprises entre - 40°C et + 30°C. Ces variations concer
nent la température ambiante initiale, dont la valeur est supposée comprise (en
général) entre+5'C etil5'C environ. Il convient d'évaluer les valeurs réellement
subies par l'ouvrage en tenant compte de l'inertie thermique des pièces qui le
constituent et de leur isolation éventuelle.

Les sollicitations correspondantes, qui ne sont pratiquement prises en


compte que pour les structures particulièrement sensibles aux effets thermiques,
sont évaluées :

a) en admettant, forfaitairement, un coefficient de dilatation thermique du béto:


armé égal à IO-' par degré centigrade ;
b) en introduisant pour le béton un module de déformation longitudinale dépendan'
de la durée d'application de l'action climatique : on admet généralement que
l'action de la température climatique comprend une partie rapidement variable
correspondant à une variation de ? 10°C qui est prise en compte avec le
module de dêformation instantanée Ejj , le reste, considéré comme lentement
variable, étant pris en compte avec le module E .
VJ
.

a,. 4~
O e
1 1

--'L
--v
-
Module Eqj hed* l~ ELJ' ~ o d u l c sEvj
(&OZ-asc) (~.g=iio"9 ( ~ 0 = + 2 0 ~ ~ )
i Dans certains cas (cheminées parexemple) il est nécessaire de tenir
1 compte des effets d'un gradient thermique. Les valeurs représentatives de cett
action sont introduites conformément aux textes spécifiques en vigueur ou, à
;j défaut,,aux stipulations du marché.

3.125 - Autres actions variables (BAEL, art. A-3.1.,34)

Lorsque des actions variables autres que celles visées ci-dessus sont
susceptibles d'être appliquées à la construction, elles doivent normalement être
définies par le maître d'oeuvre (volr 1 , 4 3 ) , qui doit en préciser dans :le C.C.T.:
(Cahier des Clauses Techniques Particulières) les modalités de prise en compte.
1
7lI 3.13 - ACTIONS ACCIDENTELLES (BAEL, art. A-3.1,4) 1
l
Les actions accidentelles comprennent par exemple :
- les chocs de véhicules contre les dispositifs de retenue ou les appuis des
ponts,
- les chocs de bateaux contre les appuis des ponts,
- les séismes,
- les cyclones tropicaux,
- les effets de la destruction d'un remblai pzr une crue exceptionnelle,
- les glissements de terrain,
- les explosions, etc..
La valeur représentative d'une action accidentelle est toujours une vale
nominale(un8vaïeur "caractéristique" suppose en effet une interprétation statis
tique, pour laquelle, étant donné le caractère peu fréquent des actions acciden- ,
telles, il est impossible dans ce cas de disposer des données nécessaires)

sur /US vvdevrs repreSenf;ibves dÙne mâme dd'on vrriable:


1 P
corn leLarif2ire

l b W.iskzrice d a ~dkt!riauxkadih'onnelfe ne se ~ & c c c p ni de Is oatvm, N de


d u r i d'appl;cah'on dbne ach'ott quelconqve , 11faut dwc SQ garder Je voire que irerfek Ie
rl

&/art1 bujours z& ....a f k n ksk pas /à ).


Ahsi : 4
Qk
- j
l
- YM +m OOVDTL SOUS /la véleur ) dbno debn <a-
maxitnalQ/(caraekin&~3Lw2 !
;
2
r;abk > don1 la do& d h p f ; ~ h . ~ nes1 h-rt^ç COUT&, Q S ~moms dangel-eusa vis -2-gr's de tcor-
:1 to&n de ldier &.sure moins ovvorilr, ma;s ouverte blus longkmfs, sous une a c h b n

YQ, Qk.
7 - de memoI
une charge de Crès ~

de de'f.rrnakon~ d i f & d ~ par f l u q e ,


u r du&
k Mie que Qk hlindUi& h2.5 dans U ~ LF
alors qvbne charge YQk Qk de pius longva dom
~ U

d 'ak$iicako= ~ dengandnrr
t de blk hpnoehbns CF se re'viler, en dé&n;&ve, pfvs dan
Normalement le C.C.T.P. doit préciser les actions accidentelles à CO
dérer et fixer les valeurs à prendre en compte lorsque celles-ci ne sont pas fil
par des textes réglementaires.

Pour les chocs accidentels de véhicules ou de bateaux sur les appuis"^


ouvrages dtart,ily a lieu de se reporter à l'annexe D des Règles BAEL qui défit
les valeurs représentatives des actions (chocs frontaux ou latéraux).

j Pour les séismes, il convient de se référer aux Règles parasismiques


!
(Règles PS ou NF P 06-003, ou DTU).

Un incendie correspond à une situation accidentelle. La résistance au


fait l'objet du DTU "Règles FB", octobre 1987.

3.3 - COMBINAISONS D'ACTIONS


3.30 - GENERALITES

3.301 - Combinaisons d'actions

Vouloir construire des ouvrages capables de résister à toutes les


actions possibles, quelle que soit la probabilité de leur apparition, ne serait
pas économique (par exemple, il est couramment admis d'édifier des ponts ou de:
bâtiments qui ne sont pas capables de résister à la chuCe d'un avion même si la
probabilité d'une telle chute n'est pas nulle).

Pour la vérification d'un état-limite quelconque, la question se pose


de savoir quelle combinaison d'actions il y a lieu de prendre en compte, puisque
peuvent agir simultanément des actions permanentes, des actions variant d'une
manière connue et des actions aléatoires. Il s'agit donc de trouver la
combinaison la plus agressive qu'il convient de retenir relativement à telle ou
telle inégalité d'état-limite.

Comme la probabilité d'apparition simultanée de l'intensité maximale


d'actions d'origines diverses (charges d'exploitation, vent, variations thermiqut
etc.) est faible, les coefficients de pondération vis-à-vis des différentes act:
doivent être différents selon que l'on considère une seule action s'exerçant i s ~
ment ou une combinaison de plusieurs actions s'exerçant simultanément (d'où la
notion déjà évoquée en 3.12 de "valeur représentative").

Etant donné le grand choix de combinaisons d'actions complexes et


variées auxquelles peut être soumise une construction, on est nécessairement amer
à faire un choix en cherchant à couvrir avec une forte probabilité les circonstz
les plus défavorables susceptibles de se présenter au cours de la vie de la
construction.

11 est donc admis de n'étudier qu'un nombre limité de combinaisons en


ne considérant que celles qui apparaissent comme.les plus dangereuses,et qui
doivent être physiquement possibles et avoir une probabilité d'occurrence non
négligeable, en ne considérant pas celles qui sont manifestement couvertes par
une combinaison plus défavorable.

3.302 - Cas de charge

Les actions "libres", c'est-à-dire celles qui peuvent avoir une


distribution arbitraire quelconque dans la construction, à l'intérieur de limites
données (comme les charges d'exploitation en général) conduisent à l'étude de
différents cas de charge.
Un cas de charge se définit par la fixation de la configuration formée
par les actions. On recherche, pour chaque combinaison, le cas de charge le plus
défavorable vis-à-vis de l'état-limite étudié et de sollicitation étudiée, soit
pourl'ensemble de l'élément soit pour la section considérée.

Les "cas de charge" ne doivent pas ê t r e confondus avec l e s


"combinaisons d'actions".
Ainsi, il faut se garder de combiner vectoriellement les composantes
maximales d'une sollicitation si, prise individuellement, chaque composante
maximale correspond à un cas de charge différent, corne illustré par la
figure ci-dessous :

(N correspond à Gx (M correspond à-NLnax FAüX ! puisque les cas de


dans ce casde charge) dans cecasdecharge) charge sont différents, NWx
ne peut coexister avec
Cas de charge A Cas de charge B Mmax
Y
Même combinaison dlactiqns
Figure 3.1

La distinction de lu sieurs cas de charge pour les acrions libres conduii


1 en cas d'analyse linéaire, à l'usage de lignes ou de surfaces d'influence. Les
_1 valeurs caractéristiques ou nominales des actions libres peuvent dépendre du cas dt
charge (par exemple, charges routières, direction du vent, ). ... 1
1 .j
En résumé, avant d'entamer le calcul d'une structure quelconque (dont
i.- i par ailleurs on a défini toutes les dispositions et dimensions par des .dessins
appropriés) on doit :
r~;
L.J 1 - établir, dans les différentes situations, les diffërentes combinaisons d'actioi
à considérer dans le calcul, en attribuant à chacune des actions la valeur
c représentativequïconvient ;

.J 2 - pour chaque combinaison, rechercher le cas de charge le plus défavorable (ce qi


conduit généralement au tracé des "courbes-envelopped' du moment de flexion et
de l'effort tranchant, voir fig. 3.3).
11-1 3.31 - SOLLICITATIONS DE CALCUI, (BAEL, art. A-3.3,11)

i 1- Les justifications doivent montrer, pour les divers éléments d'une struc.
ture et pour l'ensemble de celle-ci, que les sollicitations de calcul définies ci-
après ne provoquent pas le phénomène que l'on veut éviter.
- 87b -
Grossièrement une loi action variable-temps peut être schématisée corne suit :

GZ s&&a sim 1 1 s monCra


P. ~ que I~rsqvcrplusieurs êckbns ~arisblefis k x d s u r une
eoo~lnichon ,à L' ;isCanC O; L ' v a qrralconquct (a&& v a r i a b l ~"de bace" ) des & d o n s 'aktaL
s a valeor rnaximal~,les aub-es C a c h o n s "ddccornpa9nemantn~son!- à orr 'iueau ~1.9,
&,Ci.
L c.

rieur les d c k o i ~~ermahenksson1 C o u j o u ~p~r & ç e n / z ~ ,d e s o h qu'une cornbina;san


'.
9
Corn rend tou&s :
P
,les actions /xrmane& CG)
- una a c b qualconqve
~ Q, , consid&& comme a d i o n vsriable. de base.
- buhr IQSs v i w achoni susrqkbles de s i a m @ M mGmo h p s qua Q, (ackol
d'accompagnemd ) à un niveau réduit 9;Q; .
Chaqus ackon variable doiC succes~ivarnenk. C h ~onside'reé c o m m e a ~ h e nvar;able

da base, d- venir en o r c u p r IE rang .


ach'ons variabhç atfeihdrai'ent a u
Le cas 05 ~ W Y mëme momen& leur valeur rnaxirn~

( ~ h k às b rnLine abscisse dans b .f;g. c i - d e s s u s ) ii'est pas à enviszjer, car la t>robak


fé d à v d r , p o u r deux ackoions Q; at Q~ , Ia s;millhn~ik' Q , + Q ~CS!- t& ùlkteum;-
d'avoir Qt+y2Q2 OU Q2t%4,.
BQ MS m a q v a s dabule ce qu; suif-:
I 3I 3di Combinaisons dàobbns 2 brendm en. l dans les ~ h - CkS r r u ' h v & -
mas de r e ' s i s ~ n o z .
1 Fbur IQ, Ltak.L+w'hs ultiriies, on drsCiiigve :

1 - des combinaisons fondamentales,


I l
- des combinaisons accidentelles.

3.311-1 - Combinaisons fondamentales (à considérer lors des situations &rables ou b-ans;ko;re


-1 B & E L L ~ ~ . A ~ , ~)Z ~
1 comprennent :
'1 - soit les actions,permanentes seules ;
1
1 - soit les actions permanentes, une action variable dite "de base" avec sa valeur
caractéristique (ou nominale) et, s'il y a lieu, une ou plusieurs actions dites
1 "d'accompagnement" avec leurs valeurs de combinaison.
.~ .1 Les actions de base prennent soit la valeur zéro, soit leur valeur
représentative, c'est-à-dire qu'on ne recherche pas si des valeurs intermédiaires
11 pourraient être éventuellement plus défavorables. 1

Gmax
ensemble des actions permanentes défavorables (par rapport à l'action i
de base)
G ensemble des actions permanentes favorables (par rapport à l'action
min
de base)
action variable de base
Q1

Qi
actions variables "d'accompagnement" (i > 1)
l
'1 Une combinaison fondamentale prend la formëSynio8Iique et vectorielle suivante : 1
Li

(où Ic s+o. + ke dchigne pas une addikon ,mai* S Ie S&N de "on mef-
semble !')
= 1,5 en général et
avec y ~ l
i Y~1
= 1,35 pour la température, les charges d'exploitation étroitement
bornées de caractère particulier (convois militaires, convois
exceptionnels par exemple) et les bâtiments agricoles à faible
r7 densité d'occupation humaine.
I
,.1
L'application pratique à la détermination des sollicitations de calcul
,:1 pour les ponts-routes ..oudans les structures de bâtiments est donnée en 3.314.
1
2
La combinaison symbolique ci-avant appelle les commentaires suivants :

:
,
l1
Io en compte des chargeçqermanentes
Li Dans cette combinaison symbolique 'E'correspond
au cas où Gmax et m i n
sont des actions d'origines et de natures différentes donc indépendantes les une
des autres, les effets des actions G étant en sens inverse de ceux de
min
l'action variable de base QI ( il s'agit du sens des composantes principales
*
vis-à-vis de l'effet considéré, certaines autres composantes de Gmin et Q 1
_1 pouvant être dirigées dans le même sens).
C'est donc seulement lorsqu'il existe des actions permanentes, les unes
favorables, les autres défavorabl~s,qu'on introduit à la fois Gmax min
dans la même formule. Si les actions permanentes sont toutes défavorables, c
toutes favorables, on n'introduit dans.la formule.que. G ou G
max - min (par.,
exemple, cas d'une tour ou d'une cheminée où l'on étudie successivement les
combinaisons de G puis de Gmin avec les actions du vent).
max
Dans une poutre à travées continues, on peut se demander s'il y aurait
lieu de calculer la sollicitation de flexion due.à la charge permanente en
considérant alternativement G sur les différentes travées, selon
max et Gmin
que la charge permanente agit danS.le sens favorable ou défavorable, et donc
aussi s'il y aurait lieu d'utiliser les coefficients 1,35 ou 1 selon les tra
dans les mêmes conditions.
Considérant que l'alternance de telles,valeurs dans la construction ré6
peut être estimée conme ayant une probabilité négligeable, les Règles BAEL!
ont tranché et on admis que lorsqu'une même action permanente a des effets
partiellement défavorables et partiellement favorables, on lui attribue
.
globalement ou la valeur Gmax,-ou la valeur Gmin En conséquence, une même
action permanente n'a pas à être partagée en deux parties.
Il en résulte qu'en particulier, le poids propre d'une poutre continue
ou Gmin ) , d'autre
doit être introduit d'une part avec la même valeur (Gmax -
part avec le même coefficient (1,35 -
ou 1) sur toute la longueurdonc amc i035Gh;-
Comme ce poids pro r est représenté en général par une valeur unique
(valeur moyenne probable),&cfsignifie qu'il faut "dédoubler" la combinaison
symbolique ci-avant et considérer successivement le cas où la valeur 1,35 G
est appliquée simultanément sur toutes les travées puis celui où la valeur G
est appliquée simultanément sur toutes les travées (voir tableaux 3.5 et 3.6)
UL ravanche, s'il s'agit d'un remblai dont le poids G a normalement un
effet favorable et la poussée P un effet défavorable, le problème est plus
complexe, car l'incertitude sur G est due à celle sur la masse volumique y
du remblai, tandis que l'incertitude sur P est due à la fois à celle sur y
et à celle sur le coefficient de poussée ka qui dépend lui-même de l'angle
de frottement interne du terrain, c'est-à-di're que les incertitudes sur P et
ont partiellement la même origine physique.
En prLn&pe, il eonvimdraik da cons;de;er :
- d'une p a i une valeur m;nimale d-una valeur maximale du poids du rembl;
- c~'.mprk,
k quaka \laleurs possibles d a t ,bousseé- corros~ondankaux
ùomb;naisons clau%à deux h
d a quatre paramêtres khi&, > Ln, rma;
. .

Mais pat;q~e,p o u r z h p / r ' f i n w ,on se bwno g dSSOC<&r le pol'ds nuhima


2 la /ms%k maxirnaia ( kamgX , ?
m a. i ) m i r n a s i , riekes~airement,le oids vol,
mique y k ~ n dla ~ Q m voo l ~ o r( rnar o u min) dans le ~ l c du~ ~l i d dsu rmbi

Les actions variables doivent être considérées les unes après les
autres comme action "de base" pour former les différentes combinaisons, les
autres actions variables étant ajoutées s'il y a lieu comme actions d'accompz-
gnement. Elles sont toujours introduites de la manière la plus défavorable,
soit avec la valeur de combinaison indiquée, soit avec leur valeur minimale,
qui est toujours nulle (absence d'action).
Les combinaisons fondamenbles SO& d q i u ù ~SOUS b ,6m g&eiale
~ y bolrkjm
m :

' " ~ j Gkj. + YQ Qkl


1
+ '
i>l
YQ. *oïQki
i.
. 2:Ya de I ' E c , ~ ]
i'eq.
avec :

G valeurs caract6ristiques des actions permanentes


kj
valeur caractéristique de l'une des actions variables
Okl
valeurs caractéristiques des autres actions variables.
Qki
Les coefficients de sécurité partiels yF prennent les valeurs du
tableau 3.f ci-après.

Tableau 3.1 - Coefficients de sécurité à l'état-limite ultime(EC2


)
Actions en cas d'effet en cas d'effet
Y~
défavorable favorable

G * 1,35* 1,o
kj '~j

Qki 195
Y~1
Qki ( i ~ 2 ) 1,5 actions non
Y ~ i prises en
(BAEL:
compte
4,3%)

* excepté pour les vérifications d'équilibre statique, où il faut


prendre pour la partie stabilisante G associé à y = 0,9 et
inf G,inf
pour la partie déstabilisante G associé à y = 1,l.
SUP G,~up
Les coefficients JOi
traduisent le fait qu'il est très improbable
que plusieurs actions variables atteignent toutes ensemble et au même
moment leurs valeurs caractéristiques ; pour les valeurs à adopter pour
ces coefficients, l'EC2 renvoie à 1'ECI. ou aux Codes Nationaux.

Lorsque celle des actions variables qui doit jouer le rôle d'action
de base n'est pas évidente, chacune d'entre elles doit venir
successivement en occuper le rang. D'où une succession de combinaisons à
considérer, qui viendrait alourdir le calcul. Pour les,bâtiments, les
simplifications suivantes de la combinaison C2.7 a] sont donc
proposées par l'EC2 :

- dans le cas où l'on ne considère que l'action variable (Qkl) la plus


défavorable :

- dans le cas où l'on considère toutes les actions variables :


- 9r -
3.311-2 - ..........................
Combinaisons accidentelles (à considérer lors des situations accidentelles)
2) ~ r r z ~ ~ ~ p t ; o n ç d ~[ a'r t; . ~
~
3.3,221:
& ~ ~ ~ ~ ~ ~
Les combinaisons accidentelles comprennent les actions permanentes,
une action accidentelle et s'il y a lieu une ou plusieurs actions d'accompagne-
ment avec leurs valeurs fréquentes ou quasi-permanentes.

Symboliquement et vectoriellement, une combinaison accidentelle, si 4.

n'est pas définie par des textes spécifiques, est de la forme :

..,
avec valeur représentative de l'action accidentelle
. ., F~
Jlll Q, valeur fréquente de l'action variable de base
. valeur quasi-permanente d'une autre action variable d'accompagne
+2i Qi . . .. .

Pour les modalités d'application, il convient de se reporter :

- pour les ponts-routes, à l'annexe D qui donne les valeurs des coefficients
applicables aux différentes actions en fonction notamment de la classe de
l'ouvrage ;
- dans les structures de bâtiment, aux textes spécifiques (Règles PS pour les
séismes, DTU Cuvelages pour l'action des crues, etc.).

Remarque : En cas d'actions accidentelles, la sollicitation résistante est éval


en appliquant à la limite d'élasticité de l'acier et à la résistance cara-
ristique spécifiée du béton des coefficients ys et y réduits respective
b
à 1 (au lieu de 1,151 et 1,15 (au lieu de 1,5)<voir BAEL A-4.3,2etA-4.3,4

La corn binaisons a ~ ~ . d e n t asoli&[ ~ dé4îrri.a la


~ b u s &rn,a g&ie.Ic. symbL

avec :

valeur spécifiée de l'action accidentelle


Ad

GA^ = 1 sauf spécification contraire.


Dans le cas d'une combinaison accidentelle autre qu'un séisme,
l'article 2.3.3.2 indique que les coefficients appliqués aux matériaux
sont pris respectivement égaux à Yc = 1,3 pour le béton (au lieu de
1,15 dans les Règles françaises) et Ys = 1 , O pour l'acier.

Elles résultent des combinaisons d'actions dites "combinaisons rares"


dont on retient les plus défavorables.
Dans une com$inaison rare, interviennent les actions permanentes,'une
action variable de base avec sa valeur caractéristique (nominale) et s'il y a lieL
une ou plusieurs actions d'accompagnement avec leurs valeurs de combinaison, c'est
à-dire symboliquement et vectoriellement :

L'application de cette formule symbolique à la détermination des


sollicitations de calcul pour les ponts-routes ou dans les structures de bâtiments
est donnée en 3.313.

b)~e2 I
art 2.3.4 :
-
'L
~ e 2d+C des ~ m b i ~ a , i o n 5 d'adions rares, f ~ q u e r r k s ef-quasi-
~wmanenCos,.SOUS ILS f o r m a symboliqv4s donner& U-+-& :
- combinaisons rares :

- combinaisons fréquentes :

- combinaisons quasi-permanentes :

Qki représente l'action variable de base dans la combinaison


étudiée. Les coefficients iil et q2 (de même que 8 )
O
devraient être fixés par 1'ECI.

(En ce qui concerne les matériaux, pour les vérifications relatives


aux états-limites de service, on prend en général Yc - Ys = 1 comme
dans nos Règles) .
Pour les bâtiments, l'EC2 propose de simplifier c o m e suit la
combinaison rare (équation C2.9 (a)] ) :

- dans le cas où l'on ne considère que l'action variable la plus


défavorable :

- dans le cas où l'on considère toutes les actions variables :

Ces combinaisons simplifiées peuvent aussi être prises en compte à


la place des combinaisons fréquentes.
3.313 - Modalités pratiques d'application d a RQgles BAEL
On désigne encore par :
1
G l'ensemble des actions permanentes (définies en 3.11)
les charges d'exécution connues (en grandeur et position)
Qprc
les charges d'exécution de caractère aléatoire
Qora
les charges d'exploitation des ponts-routes sans caractère particulier
Q
;
(systèmes A et B et charges sur trottoirs)
les charges d'exploitation des ponts-routes de caractère particulier (conv
Qrp militaires ou exceptionnels)

QB les charges d'exploitation des bâtiments


W l'action du vent évaluée comme indiqué en 3.122-21
Sn la charge de neige évaluée comme indiqué en 3.122-22
T les variations uniformes de la température suivant 3.124
A9 le gradient thermique (éventuel).
-
O fi

O L no e V
3 zo?aea?oxdxa ,F
dl
O b
-vr 9'0 no
5'0 no
8 O Ib
eld
b no O ev no L

sxd
eld b + 3 uo?lna?xa,p
b no O fi

exd
fi "0 O b

zb
zo4
auamauâadmoss8,p 'b a s e q ap sa?~.ijssa uo?aena:s
no
s a a u a u m a d suo?asv
saTqejxan suo-friav

nm?wL

aarnxas ap saq?m?~-saoa? sap uo,?aes?JTx?n eT xnoa (,z

.sam-fIiTn saa?m?~-s'laq? sa1 suep aadmos ua axpuaxd


? auama.~.ex?u?Z sed a s a , u aTTa l e s ' n e a ~ q e q , a asuap sad a.zn8:J.a~ alnaex?dmail e?

fi 5'1

dl 3 no 3 Ç E ' ~ uo?aa'1?0~dxa,p
O SE' L

1
b ç-:1
eld sld ald
~ E ' L "0 O fi Ç ' L bno ~ S E ' L
+ uo?znJ?xa, p
exd
ME'^ no O b S'L 3 no 3 <E'L

Z~ zO* E ' L Lb 'A u?m mm


~uamau~admosse,p aseq ap 3 3 SE'L
+
uo?aenl?ç
sa?I?m?ssa no
saluaumuad SuOT1sy
saTqe?xen suo?lsg~
-- -

Z'E fiV318VL

ar,ue2sTs?x ap sam-gTn s a a ? q ~ - s ~ e a sap


? u o ~ a a s ~ j ~ xe~? nxnod(,l
-----------
saanox-sauoa sap ser, a 1 suep laxaprsuos -
I-&LE-E
suo?ase,p s u o s ~ e u ~ q m o ~

1
- E6 -

1-
- -
TABLEAU 3.5

l Actions
permanentes

de base QI
Actions variables

d'accompagnement
m a + Gmin
$02 92

00u0,77W0u 0,77Sn
QB

G W O ou
Y0 QB
O ou
n
' % QB
Pour , voir au- dessoos do b b l e w 3.9 eC nole 4 au bas de la paga 94.
Remarques

a) en général, les actions de base interviennent seules pour les états-


limites de déformation ;
b) il est rappelé que l'action W n'estpasévaluée sur les mêmesbases
:: ,...
dans les vérifications aux états-lietes ultimes et dans celles aux
,

états-limites de service (voir 3.122-21).


,.. I'
3.313-3 - Combinaisons
.........................................................................
d'actions à considérer dans lecas des ossatures et éléments
ço~rants-bes-sfr~ct~re?-en-b5ton-azm5
;i ii Dans la partie B des Règles BAEL, des indications sont données sur
les différentes combinaisons d'actions à prendre en compte dans les cas les plus
,,-~ 1 .usuels (y compris ceux de l'équilibre statique), afin de simplifier la tâche des
'. 1 projeteurs.
1 Les Règles BAEL distinguent (art. B-2.1 et B-2.2) :
i
- les constructions courantes'définies comme celles dans lesquelles les charges
variables représentent à la fois :

. moins de deux fois les charges permanentes et


. moins de 5 kN/m2,
et où les charges localisées, s'il en existe,appliquées à un élément quelconque
de plancher sont au plus égales à :

1 ' 2 m
. le quart de la charge d'exploitatlon totale susceptible d'être appliquée
L~ -i à cet élément ;

~:, - les coastructions industrielles définies comme celles dans lesquelles l'une
.,!. . . quelconque des conditions ci-dessus n'est pas remplie.
, ~,
i
- ILS mnshucbins' s,kid& qui m/èvvii parh~/kmen.k de l j n
&/
ou I ' . hdes &LI%
l
L .1 bjpes ci- dessus.
..

'., - 96 -
Les Règles BAEL (art. B-3.1) désignent par :

G l'action des charges permanentes évaluée à partir des volumes définis par
les dessins d'exécution (G inclut généralement le poids des cloisons), -
l'action des cffarges d'exploitation qui est à prendre ou non dans les
QB
différentes travées par travées entières,
W l'action du vent (voir 3.122-21),
1 Sn l'action de la neige.
Dans ce qui suit, on n'indique que les combinaisons vis-à-vis des éta,.
limites ultimes. Les combinaisons à.considérer uis-àyLs des états-limites de.
service peuvent aisément s'en déduire au moyen du tableau 3.5 (en se servant
pour l'analogie, du tableau 3 .q) .
3.313-31 - Cas des planchers et des poutres (BAEL, art. B-6.1,2)

a) Combinaisons faisant intervenir G et Qg @ç-

TABLEAU 3.6

Combinaisons Travées chargées Travées déchargées

(1) 1,35 G + 1,5 QB 1,35 G

(2) G + 1,5 QB G

La combinaison (2) n'est généralement pas déterminante pour les pou


continues si une partie des aciers inférieurs est prolon~ée.jusqu'aux appuis
(décalage de la courbe enveloppe par adaptation).

Exemple : poutre-console. Dans ce cas, il y a -


deux combinaisons dlactions,àsav

mais il y a -
cinq cas de charge à considérer, qui sont les suivants (fig. 3.2)

Figure 3.2
Ces cinq cas de charge servent à tracer les lignes-enveloppes du moment
de flexion d'une part et de l'effort tranchant d'autre part.

Ils donnent respectivement :

- cas 1 ou 3 : momentsur appui maximal en valeur absolue et effort tranchant


maximal à gauche de l'appui (côtéconsole) ;
- cas 3 : effort tranchant maximal à droite de l'appui (côté travée) ;
- cas 4 : moment minimal en valeur absolue en trairée et longueur des
chapeaux côté travée (éventuellement associé au cas 1) ;
- cas 5 : (ou cas 2 selon la valeur du rapport G/Q) : moment maximal
positif en travée ;
- cas 2 : (OU cas 5 %elon la valeur du rapport G / Q ) : effort tranchant
maximal (en valeur absolue) sur l'appui de droite.

Figure 3 . 3
b) ----
C ~ ~ ~ ~ G S ~ ~ C E ~ - ~ S ~ ~ S Z ~ - ~ Z ~ E Cet
X ~W G ~ L - - E J - - Q ~
Aux combinaisons (1) et (2) ci-avant, il faut ajouter :

TABLEAU 3.7

Combinaisons Travées chargées Travées déchargées

(3) 1,35 G + 1,s QB + W 1,35 G + W

(4) G + 1,s QB + W G + W

(5) 1,35 G+1,5 W+1,3 ,


J
( QB 1,35 G + 1,s W

(6) G + 1,s w + 1,3 QB


G + 1,s w

c) E ~ ~ ~ ~ ~ % ~ ? ? ~ ? - ~ E ~ E ? ~ ~ ~ G L ~ Z X--- GS ~ -------
etS a - - GW~ - - Q ~
Esans
Dans (31, ( 4 ) , (5) et (6) remplacer W par ~ ~ appliquer b
c l ~uen~eilemenk
nok -I du bas cb la page 9+.
Les cas de charge à considérer sont ceux définis dans les Règles NB+.

Sur les planchers-terrasses des bâtiments d'habitation ou analogues,


il est d'usage courant de prendre en compte, soit la charge d'exploitation
seule (sans SL), soit la charge de neige Sn seule (sans QB) c'est-à-dire
que l'on n'envisage pas pour le calcul une application simultanée de Q el
B
de Sn, même avec une réduction éventuelle.

Remarque : Il convient d'envisager également des cas où le vent est accompa:


de la neige, dans les conditions précisées par 105 Ragles N Bri.

3.313-32 - Cas des poteaux soumis à une "compression centrée" (BAEL, art. B-8.2,l)

1
........................................
a) Combinaisons faisant intervenir G et QB -s~g&?

Dans les cas les plus courants, une seule combinaison est à
considérer :

(Q tenant éventuellement compte de la dégression des charges d'exploitatio


définie par la norme NF P 06-001).
1 i
I' b) Combinaisons faisant intervenir UB ,
W et éventuellement, Sn
a\
Dans les cas les plus courants, quatre combinaisons sont à considérer :
1,35 G + 1,5 QB
1,35 G + 1,5 QB + W
1,35 G + 1,5 w + 1,3 $O QB Ifo, v o i r au bas du kablca 3.4)
G + 1,5 W
S'il est tenu compte de la loi de dégression des charges d'exploitation,
le coefficient (1,3 Ji O ) s'applique aux charges après prise en compte de la
dégression.
\ 1
3.313-33 - Autres poteaux (BAEL, art. B-8,22)
11 s'agit en particulier des poteaux d'ossatures calculées en portiques
'1 sous l'action des charges de pesanteur et du vent.
1

Les combinaisons sont les mêmes que pour les poutres (mais en tenant
compte pour Q dela loi de dégression des charges d'exploitation).
~!
B 1
;

i,
3.314 - Vérification de l'état-limite de stabilité de forme
I I
! 1
Se reporter au chapitre 11 du présent document.
<

, %
3.315 - Vérification de l'équilibre statique
' 8

i Il s'agit d'un sujet très complexe, car les équilibres statiques sont
largement indépendants du matériau constitutif et les formules correspondantes
doivent donc être communes à tous les modes de construction.
r'
i. 1 La manière de traiter ce problème ne peut être que semi-probabiliste,
et son point de départ doit être commun avec la manière de traiter les problèmes
:-\ de résistance.0n se réfère ici aux indications données par l'Ingénieur Général
; 1 H. MATMEU dans le Manuel du CEB "Sécurité des structures".
1. .)

-~. Un état-limite d'équilibre statique résultant d'une différence d'effets


:T !
1
des actions et notamment des actions permanentes, la sécurité vis-à-vis d'un tel
L.
état dépend avant tout de la finesse de l'analyse (prise en compte ou non des
, - i
actions,des effortsoudes paramètres parasites) et de la variabilité des actions
permanentes.
; l
\ ~.,
Les dépassements d'équilibre statique peuvent être de diverses natures
et de gravité très inégal.es.Parexemple, si dans un pont à plusieurs travées
continues, l'extrémité du tablier peut se soulever dans certainscasde charge :

- un soulèvement de 1 à 2 cm ne présente qu'un danger minime et cet état est


I
,
I/
8
assimilable à un état-limite de service ;
i ~?
- un soulèvement croissant peut, au-delà de 5 cm par exemple, présenter un
, . danger de plus en plus grave pour les usagers de la route. A partir d'une
certaine valeur, il n'est pas plus acceptable qu'un état-limite ultime.
i
1
L , \ L'appréciation de cette valeur est d'autant plus délicate que le soulèvement
peut se faire à un angle de l'about et non sur toute la largeur de celui-ci.
- ~.
1 l
,J Les états-limites d'équilibre statique étant donc très divers par leur
nature et par leurs conséquences, il est très difficile de fixer des coefficients
y couvrant la totalité des cas possibles.
'i 1
A l'article A-3.3,4,les Règles BAEL renvoient aux Directives Commune
qui distinguent :
a) l'ensemble G1 des actions permanentes y compris les parties du poids propr
qui ont un effet stabilisateur ;
b) l'ensemble G2 des actions permanentes et quasi-permanentes, ainsi qu'évent
lement les charges non permanentes appliquées en cours d'exécution, qui ont
l'effet inverse ;
C) la valeur caractéristique Q de l'action de base qui a un effet déstabili
1k
d) l'ensemble E $oi Qik des valeurs de combinaison des actions d'accompagne
i>l
ment éventuelles.
Pour les raisons exposées ci-dessus, le choix des coefficients à appl
quer à chacun de ces termes est une affaire d'appréciation.
Pour fixer les idées, les Directives Communes indiquent qu'assez
généralement la combinaison fondamentale prendra la forme :

A l'article B-3.3 les Règles BAEL distinguent :

- les cas d'"équilibre statique pur", par exemple celui de la poutre-console de


la figure 3.2 supposée posée sur des appuis en néoprène (à réaction unilatéra
où l'équilibre statique doit être vérifié pour le quatrième cas de charge de
figure mais en plaçant 0,9G au lieu de G sur la travée adjacente au porte
à-faux ;
- les "autres cas", pour lesquels le problème peut être relativement complexe
fait alors l'objet de prescriptions, soit de documents. spécifiques, soit du
C C T P (Cahier des Clauses Techniques Particulières). Pour certains ouvrages
de génie civil (cheminées, réservoirs, cuvelages) il existe des textes
règlementaires particuliers auxquels il convient de se reporter.

3.4 CALCUL DES SOLLI'C~TATI'OUS


Les sollicitations dues à des actions données sont normalement
déterminées par une analyse basée sur une idéalisation de la structure,
en recherchant dans chaque combinaison le ou les cas de charge les plus
défavorables pour l'état-limite et la section étudiés.

Les sollicitations doivent théoriquement être calculées en tenant con


du comportement réel de la structure dans l'état-limite correspondant, tel qu'i.
ressort des essais d'éléments ou de structures soumis aux mêmes types d'actions,
ce qui conduit à modes d'analyse différents :

- l'analyse linéaire, basée sur l'hypothèse que les sollicitations sont des
fonctions linéaires des actions,
- l'analyse linéaire avec "redistribution" arbitraire (voir 3,442)
- l'analyse non linéaire (qui n'est en fait qu'une analyse des structures ayant
comportement local non linéaire),
- l'analyse plastique (pour les dalles), gui constitue une simplification schéril
tique des analyses non linéaires, obtenue en supposant que le béton armé se
comporte comme un matériau rigide-plastique parfait (voir 2.02, fig. 2.3) .
- lot-
- i ' a n a i p b ~ &S u r v p r n d è f ~+ma' de bielles et d c '.rad.. .
En pratique on se contente le plus souvent d'une analyse linéaire en
utilisant pour la structure un modèle élastique et linéaire et en appliquant les
procédés de la Résistance des Matériaux classique; dans la mesure où la forme des
pièces le permet. Cette analyse'est faite en principe en attribuant directement à
chaque action sa "valeur de calcul",c'est-à-dire la valeur obtenue en multipliant
sa valeur représentative par le coefficient de pondération partiel approprié.

Lorsque la forme des pièces.nepermetpas une application directe de la


Résistance des Matériaux classique, on peut :

- soit adopter des schémas se rapprochant de structures connues ;


- soit avoir recours à des modèles de calcul plus élaborés (méthode des éléments
finis, application du principe des équivalences, etc.) ;
- soit procéder à une expérimentation sur modèle réduit ou en vraie grandeur.

3.4(t SIMPLIFICATIONS ADMISES DANS L'APPLICATION DES METHODES DE LA RESISTANCE DES


MATERIAUX

Dans l'application des méthodes de la Résistance des Matériaux, les


simplifications suivantes sont admises:

- Lorsque les inconnues hyperstatiques ne dépendent pas de la valeur du module de


déformation longitudinale, il est loisible d'introduire, dans les équations
servant à leur détermination, les constantes mécaniques-aires et moments
d'inertie, calculées sur les sections du béton seul des pièces supposées non
fissurées et en négligeant leurs armatures.

Cette approximation n'est toutefois valable que dans la mesure où les


rapports des déformabilités des différentes pièces ne sont pas, de ce fait,
fondamentalement chang8s (ce qui serait,par exemple, le cas d'un arc sous-tendu
. par,un tirant.de saction'.rela~ivemeatréduite,-dontla.déformabilité peut être
voïsine de celle des aciers nus).
- Dans le cas très fréquent d'une poutre en T formée d'une nervure associée à
un hourdis, on attribue une largeur constante au hourdis associé à la nervure,
cette largeur étant égale à celle susceptible d'être prise en compte en travée
dans les calculs de résistance (voir 7.5 ).
- L e s sollicitations du second ordre sont, le plus souvent, négligées sauf dans
les vérifications d'état-limite ultime de stabilité de forme (voir chapitre 1 1 ) .
- Pour les éléments dont les conditions d'encastrement aux appuis ne peuvent être
définies avec précision,.on peut évaluer les moments d'encastrement à'des .
fractions, choisies forfaitairement, des moments positifs maximaux qui seraient
supportés par la pièce reposant sùr appuis simples..C'est notamment le cas des
dalles et des poutres courantes d e structures de bâtiments.

3.41 2 REDISTRIBUTION D'EFFORTS


Dans certains cas, il convient de tenir compte des redistributions
d'efforts dues à la non-concordance du comportement des matériaux avec le modèle
théorique adopté. Cette non-concordance a le plus souvent pour origine les
phénomènes.de fissuration et de plasticité du béton.

Pour la prise en compte de ces redistributions, il convient de s'appuyez


dans la mesure du possible, sur des bases expérimentales probantes.

Vis-à-vis de l'état-limite ultime, ces phénomènes se traduisent généralt


ment par une atténuation des efforts en certaines sections, mais les Règles BAEL
insistent sur les deux points suivants :

- il est déconseillé de prendre en compte des redistributions théoriques non


vérifiées par l'expérience ;
- les déformations résultant de ces redistributions doivent être compatibles
avec l'état-limite considéré.

3.42t - TYPES D'ANALYSE


L'analyse peut être basée sur un modèle de comportement :

- linéaire élastique (sollicitations proportionnelles aux actions),


- linéaire avec redistribution limitée,
- plastique
- non-linéaire,
- formé de bielles et de tirants.
3.422 - IDEALISATION DE LA STRUCTURE (article 2.5.2)

Les éléments constitutifs d'une structure sont normalement classés


d'après leur nature et leur fonction en poutres, poteaux, dalles, murs,
etc..
Un élément est considéré cornme une poutre ou un poteau lorsque le
rapport de sa portée ou de sa hauteur I? à la hauteur totale h de sa
section droite est au moins égal à 2 : Il/h -2. Une poutre dans laquelle
cette condition n'est pas vérifiée est considérée comme une poutre-
cloison.

Un élément est considéré comme une dalle si sa . portée


minimale est au moins égale à quatre fois son épaisseur. Une dalle
soumise en majeure partie à des charges uniformes est considérée comme
portant dans un seul sens si le rapport fxlly (notations françaises)
est au plus égal à 0,5.

3.422-1 Largeur efficace des poutres en T (pour tous les états-limites)


Lorsqu'une grande précision des calculs n'est pas exigée (par
exemple, poutres continues des bâtiments) l'analyse peut être faite en
admettant une largeur constante sur toute la portée.

Pour une poutre en T symétrique (figure 3.4) :


1
beff = bw + 5 Lo 4 b
Pour une poutre en T de rive (table d'un côté seulement) :

beff
= bw +-101 I?
O
b.

Dans ces formules, i o représente la portée entre points de moment


nul, évaluée forfaitairement selon la figure 3.5.
Figure 3/f-Largeur e f f i c a c e de l a t a b l e d'une poutre en T .

Figure 3.5- Distances conventionnelles e n t r e p o i n t s d e moment nul

' 2
3.422.2 -' Portées

La p o r t é e g, considérée dans les calculs est la portée


"effective", p r i s e é g a l e à :

2 p o r t é e l i b r e e n t r e nus d'appuis.
n
Les v a l e u r s de a l ou a2 , aux e x t r é m i t é s de chaque t r a v é e , sont
à déduire dans chaque c a s de l a f i g u r e 3.6.

3.423 . -ODES DE CALCUL


Toutes l e s méthodes d ' a n a l y s e doivent s a t i s f a i r e les conditions
d ' é q u i l i b r e (ce q u i , normalement, est à v é r i f i e r pour l a s t r u c t u r e non
déformée (premier o r d r e ) ) . S i l e s c o n d i t i o n s de c o m p a t i b i l i t é n e sont
pas v é r i f i é e s directement pour l e s é t a t s - l i m i t e s considérés, il convient
de prendre des mesures pour que :

- i l'état-limite ultime, l'ouvrage a i t une .capacité d e déformation


suffisante ;

- dans l e s conditions de s e r v i c e , l e comportemenr s o i t s a t i s f a i s a n t .

3.423-1Types d'analyse s t r u c t u r a l e
1' - + ~ a i p ex+<-*-d - --I'ékt.
- -(imiFe
- - -da-- --
swvrce.

I
-
E l l e e s t normalement f a i t e s u r l a base de l ' é l a s t i c i t é l i n é a i r e , en
403 -
Figure 3.6- Portées "effectives" à prendre en compte dans l e s calculs

a) Poutres sur appuis simples


b) Poutres continues
C) Appuis considérés cormne parfaitement encastrés
d) Console i s o l é e
e ) Porte-à-faux prolongeant une travée de r i v e
prenant en compte la rigidité initiale, correspondant à la section non
fissurée. Si la fissuration a un effet défavorable, elle doit être prise
en compte.

'2 - -Etat-limite
- - - - - -ultime
---
Dans ce cas, l'analyse peut être linéaire avec ou sans redistri-
bution, non-linéaire ou plastique.
Pour l'application de la théorie élastique et linéaire, aucune
mesure spécifique n'est à prendre pour assurer une ductilité convenable,
sauf celle d'éviter les pourcentages élevés. Bien entendu, si l'on
effectue une redistribution des moments. il convient de s'assurer que
les sections critiques ont une capacité de rotation suffisante pour
permettre la redistribution.
Dans l'analyse non-linéaire, on tient compte du comportement
non-linéaire des sections en béton armé ou en béton précontraint (ne pas
confondre avec l'analyse au second ordre qui tient compte du compor-
tement non-linéaire dû à la déformation des éléments eux-mêmes).
On ne peut recourir à l'analyse plastique que pour des éléments très
ductiles, armés d'aciers eux-mêmes de haute ductilité.

3' Simplifications (article 2.5.3.3)

.3) - - - -sur
- -Ecrêtage - -appuis
- - de-la- -des
co~rke - -moments
--
Une poutre (ou une dalle) continue peut généralement être
considérée comme simplement posée sur ses appuis. Dans ce cas, on peut
"écrêter" la courbe des moments sur appuis tracée en considérant la
portée entre axes des éléments (figure 3.7)de la quantité :
- -
b
A"~d - F ~sup
, 8 L-
EE==3 .
avec EZf3
réaction d'appui
Fs,sup
b largeur de l'appui

U ~
w,
(7 me ahde admeka&
I la
uw
F&&on
disk;bub'cn-
sur la lar-
I ' I
5, %p
jaur
dans
b da lappi l
,
caHR disicibvb'~n-'
r à x ~de lappvi u n momenCdjai à

S. consok dr. prkd urjfarme'menk

Figure 3.7- ~crêtagede la courbe des moments sur appui. i


Dans le cas où la poutre (ou la dalle) est solidaire des poteaux
(ou murs) qui la supportent, le moment critique de calcul peut être pris
égal au moment du nu d'appui sans que la valeur retenue puisse être
inférieure à 65 Z du moment d'encastrement parfait c'e la même poutre{mo,y.3[
b ) -Efforts -----
- - - -tranchants
Les efforts tranchants sur appui des dalles continues portant dansi
un seul sens ou ceux des poutres peuvent être calculés en faisant:
abstraction de la continuité, en supposant les éléments articulés sur
les appuis et simplement posés sur ces derniers. .

Cependant, dans le cas où les portées de part et d'autre d'un appui


intermédiaire diffcrent de plus 30 % et dans le cas du premier appui
voisin de l'appui de rive, les effets de la continuité sont à prendre en
compte.

3,424. ANALYSE STRUCTURALE DES POUTRES ET DES PORTIQUES


Toutes les méthodes énumérées en3.42{ peuvent être utilisées.

3,424-(-
Analyse linéaire avec ou sans redistribution (article 2.5.3.4.2)

Pour les calculs à l'état-limite ultime, les moments de flexion


déterminés par une analyse linéaire élastique peuvent être redistribués,
c'est-à-dire que les moments dans la section les plus sollicitées sont
alors multipliés par un coefficient réducteur 6 , les moments dans les
autres sections étant augmentés en conséquence pour maintenir
l'équilibre.

Le coefficient 6 est limité en fonction de la classe du béton et


de la hauteur de l'axe neutre 2 l'état limite ultime.

Pour les poutres continues dans lesquelles le rapport des portées


dei deux travées adjacentes est au plus égal à 2 et pour les ossatures à
noeuds fixes, un contrôle de la capacité de rotation des sections
critiques n'est pas nécessaire si le coefficient 6 est tel que :

- pour les bétons de classe au plus égale à C35 :

( 4 0.7 pour les aciers de classe de ductilité A


-6 L-0 , 4 4
L + 1'25 0 , 8 5 pour les aciers de classe B.
- pour les bétons des classes supérieures à C35 :

1- 0256+1,25 x
z 6 z- d \+ 0,7 pour les aciers de classe de ductilité A
0 , 8 5 pour les aciers de classe de ductilité B

la hauteur de l'axe neutre étant calculée à l'état-limite ultime


après redistribution et le terme x/d se rapportant à la section dans
laquelle on réduit le moment (en flexion simple, x/d # 0 , 4 dans la
section critique).
Toutes les conséquences de la redistribution supposée et de la
dispersion possible doivent être prises en compte dans le calcul, à
toutes les étapes de la vérification.
Il s'agit des conséquences sur l'effort tranchant, les ancrages et
les arrêts de barres ainsi que sur la fissuration. En particulier les
longueurs des armatures doivent être suffisantes pour qu'aucune autre
section ne devienne critique.
Aux nus d'appuis, le moment pris en compte doit être au moins égal
à 65 % du moment d'encastrement ~arfait[~ub,43~,)
.
- 4053-
3 -424-2Analyse n o n Iin&inz
Des irtd~fakoiohsc o n w ~ a n k m&odes dana$= Il.w2iies o d doma& a-
1 5 ~ 2 9de l1iSc2
~ ~ 2iirs; qa dans v=''clccume& d'accompagnem@&k "(u* p -
pothg docurnenf. )
Ces ÿrd1Cah'ons s o d r&un?& d L'annexe 3 du preisenf.cours, a4 la-
quelle il t o n v i ~ de
t .se.re o h r e+lemenl- pour LCinaIyse plaskquc des
'l
p W b , a.nsL. qva p u r L'analyse ghcbt-ale das dalles ei- dos v~i'leschar
dans lwr propra plan.

3,9 - -BIBLIOGRAPHIE SELECTIONNEE DU CHAPITRE 3

- Instructions techniques sur l e s d i r e c t i v e s conununes de 1979 r e l a t i v e s au calcul


des constructions. C i r c u l a i r e n o 79-25 du 13 m a r s 1979. BOUL F a s c i c ~ l e s ~ é c i ~;
79-12 b i s .
- Conception, calcul e t épreuves des ouvrages d'art, t i t r e 1 e t III du f a s c i c u l e
61 du CPC. C i r c u l a i r e n o 65 du 19 a o û t 1960. T i t r e 1 : F~ogramme.de surcharges
e t épreuves des ponts-raels. t i t r e III : P r o g r m e de c h g e e t épreuve des
(
ponts-canm. B O U L F a s c i c u l e s p é c 3 a l no 60-17 bis
- Conception, calcul e t épreuves des ouvrbges d ' a r t . T i t r e II d u f a s c i c u l e 61 du
~
CPC ( P r o g r m e de charges e t épreuves des ponts-routiersl ~ i r ¢ ~ l a i r e s : ~ ? ~ 7 1 ~ j 5 5
du 29 décembre 1971 e t n o 75-156 du 3 O décembre 1971. BO U L F a s c i c u l e s p é c i a l
n o 72-21 b i s .
- Baie$ de calcul des c o n s t - t i m s . ' ~ h a r g e s dreccploitation des bâtirner.1~~.
NF P 06-001, juin 4986, AFNOR.
- Règles définissant l e s e f f e t s de l a neige e t du vent sur Les c o n s t m c t i o n s .
Règles NV 65 r é v i s é e s 1967, 1970, 1974, 1975 e t 1976, e t a n n e x e s ; 1 9 8 3 E y r o l l e s 1

- Règles parasismiques 1969, cornple'kdes eh 49 8 2 (Eyrolles) 1


- ISO - Rapport technique 61 16 - '(1 981) ActCons sur l e s structures. l
- Manuel "b'écuritd des structures", B u l l e t i n s d ' i n f o r m a t i o n du CEB n D S 127 e t 128
décembre 1979, j a n v i e r 1980 ( r é d i g é s p a r B. MATEEU).
I
- Re3/e$ 0 8 Y - drz (a wiga sur \es con&ruckons , Dru P O L - 0 0 6 Cs=
RC~OPS , 498f I
ou ~;trarv, sech'on Ti du Fasciwle 61 du cc% , BOUc Tasàwb 5pei21 5 5 - 3 7 b;~.
- 4
405. -
4

ASSOCIATION ACIER-BETON

:!
4.0 - DISPOSITION DES ATMATUReS
.j

i 4.01 - DISPOSITION GENERALE


i
1 Pour s i m p l i f i e r , on considère l e cas d'une p o u t r e h o r i z o n t a l e à plan
moyen v e r t i c a l .

Les armatures d i t e s "longitudinales" sont t o u j o u r s disposées e n napp,


:i h o r i z o n t a l e s (on d i t a u s s i : l i t s horizontaux) e t en f i l e s v e r t i c a l e s .

{
i
.$ Les f i l e s des l i t s i n f é
.i
! e t s u p é r i e u r s doivent s e correspondre
, , de façon à r é s e r v e r des p a s s a g e s v e r t i -
Caux pour l e coulage du béton e t à sim- fil
p l i f i e r l e t r a c é des armatures d'âme.

nat
4.02 - ENROBAGES MINIMAUX ET DISTANCES ENTRF BARRES

appdlc "en rcbôgc/'


on C (0
"covcr "> en anglsis ) la distance qu;sLpare
gén&ratriwex%-~c;.iaurede tout= armature a le paroi de b6bn La plus vo;si,

On n ' é t u d i e pas dans ce q u i s u i t l e cas où l e s b a r r e s sont groupées


paquets de p l u s de deux.

Figure 4.2

Pour -&s g r a n u l a t s r o u l é s de dimension maximale c = 25 mm (notatioi


v o i r f i g . 4.2) : g

[f) le anglaiç "couer" est pa r-ks.; bdduiL


par "recouvrem~n
;nccrrecben\
par d u kraAuctours non ~~'cialîsks.
Lz terme "recouvromenC" pr&k $ Ct+us;en, U r
d&igne en fiF. un hode da jonckon antre barres (voir 4,s ]
- 465.5 -
.. .
. ayec a 5 cm. :-,q&yxages.,à,La mer ou exposés aux embruns ,' aux bray?illards s a l i n s
.''-:&.à '.dirS 'atmosphères a g r e s s i v e s . . .
- ..._
-3.

a 3 cm : p a r o i s non c o f f r.é e.s s o ~ m, .i- s-e .?. ' ~ à . d easc' t l..o n s a g r e s s i v e s 4 les
~ ~

' p a r o i s exposëe's aux intempéries, aux condensations ou au


c o n t a c t - d!un . l i q u i d e . ...
a = 1 cm : parois.situées&ans des locaux c l o s e t c o u v e r t s e t non exposées
aux condensations.
.
v~leursde scm & 3 cm
peuvenl- êtrp. respech'vornd rzmanegm a :
-
3 cm si,~oiCles a r m a b r e ç , S O ~ C Ic béton s o n & pro&9& Far u r ~~ ~ c L z & '
donC i l e ~ c a c ; Ga ~'k' cléionkd,
, 2 u ~b5bn L?S/
s i la r&is[-anca c - 3 r a c ~ i ~ k qdu d 40 MPa
(1' éac;Ca' de la krobcCion a)?borl& p a r l'enrobage es!- fenckot de /aCornPa.
f
c;b do ,
qui aogrnenk avec sa r&istanca).

- e
v
: e n t r e deux b a r r e s i s o l é e s (ou e n t r e un paquet de deux b a r r e s superposées
e t un a u t r e paquet identique ou une b a r r e i s o l é e ) :

2 Max
- ;
LP) c 3
ev g
s o i t , en général :
1
\
-
1 e
v
b Max L0 ; 2,5 cm]

- - e '
h '
II e h 2 Max [O ; 1,s cg] l
1

s o i t , en g é n é r a l :

eh > ~ a xC0 ; 4 cm]

I/
& owobs~.i rn;nirnaux s o i Px& W. . f o n d o n d a cinq CL- d kxpo-
s;i<on" ddwsà i<B&.cie 4. f . 3 . 3 . ( p o u r plus de déta;ls) voir dapikm 15)
,. .
\ ! 4- Environn~mrzn+Sec : par exemple, irrCe'ri'eurs des bâh'rnenk à usage
j. 1
dfhdbikdh'on ou da bureaux,
. '
aungel (en 5éne'rz~,
; '

i l 2. E n r i r ~ Cu&d. ~ ~ou dSans e ~ ~ o s i h


~ ~ ~arec
'LI cXI-dri~ur) ,
3 . ouvrages exPo& a' ifadion d a & an&- v.rglas) !
i
1-1
! ~

4. marin
~nvironnernonk

I (1) Il e s t permis de superposer l e s b a r r e s deux par deux (BAEL, a r t . A-7.2,3) auquel cas
' 1 l a d i s t a n c e eT, e s t à r e s p e c t e r e n t r e deux paquets s u c c e s s i f s ou e n t r e un paquet et
une b a r r e i s o l é e (cas de l a f i g u r e 4 . 2 ) .
X ENROBAGES MINIMAUX (article 4.1.3.3)

1") Pour assurer une transmission correcte des forces d'adhérence et un


serrage correct du béton, l'enrobage minimal ne doit jamais
descendre au-dessous de
-.
- 0 ou Gn ( # 40 m) (On diamètre équivalent d'un paquet = 0Jn:
de IL barras
- ou (0+ 5 mm) ou (0n + 5 mm) si la dimension maximale des
granulats excède 32 mm.

2") Pour toute ,armature de béton armé, l'enrobage minimal ne doit pas
non plus être inférieur aux valeurs du tableau +.i
4.4
T.&SLCA~J
I

Classe d'exposition 1 2 3 4 5

2a 2b 4a 4b 5a 5b 5c* j
Dalles,
15 15 20 35 35 35 20 25 35
voiles
Enrobage minimal
(m) Autres 15 20 25 40 40 40 25 30 40

* Enduit de protection à prévoir éviter un contact direct avec le milieu


agressif.

3") Tolérances t :

O -
<t 5
- 5 mm pour les éléments préfabriqués, si le contrôle de
production permet de garantir ces valeurs et si elles
sont vérifiées lors du contrôle de qualité

- mm
5 < t5lO pour les éléments coulés en place.

L'enrobage minimal ne doit pas être inférieur à :

- 75 mm pour un béton coulé directement contre la terre.

- 40 mm pour un béton coulé contre un terrain préparé.

Pour des enrobages importants (comme ceux requis pour la protection


incendie) il peut être nécessaire de prévoir une armature de peau avec
un enrobage minimal de 15 mm.

ESPACES LIBRES EORIZONTAüX ET VERTICAUX ENTRE BARRES


(article 5.2.1)

Entre barres isolées ou entre lits horizontaux de barres


oarallèles :
Dans le cas de groupements de n barres de même diamètre $ , la règle
précédente s'applique en prenant en compte le diamêtre équivalent'+, yj\r,'
n
(X-C~).
[ ,J;amitm da la lus barre
~~OIJL du liL horizonkaal conside'm']

i
4.1 - NHERENCE DES BARRES DROITES ISOLEES

- 1l 4.11 - DEFLNITION
Dans un élément en béton armé, les forces extérieures étant appliquées a
béton, latransmission aux armatures desefforts auxquelles celles-ci doiventrésiste
supposequ'ellesne peuventpasglisserdans la gaine de béton qui les enrobe, ou qut
1 l les glissements éventuels demeurent dans des limites tolérables.

On appelle "adhérence" l'action des forces de liaison qui s'opposent au


glissement des armatures dans leur gaine.de béton. Lradhérence,qui est le phénomèr
fondamental sans lequel le matériau "béton armé'', n'aurait pu exister, joue trois
rôles :

1." - elle assure le scellement ou l'ancrage des barres arrêtées ;


2" - elle assure l'entraînement des armatures sous l'effort de glissement longitu-
dinal provoqué par l'effort tranchant (en permettant le développement de
contraintes tangentes qui équilibrent les variations des contraintes longitu-
dinales) ;
3" - avant fissuration, elle permet aux armatures de travailler en collaboration
avec le béton tendu ; après fissuration, elle assure une répartition des
fissures et l'équilibre des efforts de traction par les armatures,en mainten:
une liaison entre le béton et L'acier dans les zones comprises entre les
fissures.

La transmission des efforts aux armatures peut également résulter des


formes courbes données à leurs lignes moyennes (ancrages courbes) ou de la présenc
de fils transversaux soudés (treillis soudés).

. .. .
4.12 - PIENOMENES EWERIMENTAUX - THEORIE DE M.' CAQUOT
Considérons une barre rectiligne lisse ou HA noyée dans un prisme de
béton. Cherchons à l'extraire de ce prisme par traction (fig. 4.3).
Les forces de liaison qui s'opposent
au glissement de la barre suivant son axe par
rapport au béton sont :

- d'une part des forces capillaires et molé-


culaires, donc de nature physique, qui assu-
rent le "collage" du béton et de l'acier ;
- d'autre part, des forces de frottement etde
butée.

Ces dernières assurent en majeure partie la liaison au béton des ron


lisses ou des barres HA. En effet :

- d'une part la résistance au décollement est extrêmement faible, comme on pe


mettre en évidence expérimentalement, et peut être considérée comme néglige
- d'autre part l'effort qu'il faut exercer pour extraire la barre par tracti~
demeure important, même après un glissement de plusieurs millimètres, ce qui
confirme l'existence d'un frottement (ronds lisses) accompagné de butées
(barres HA).

D'après M. CAQUOT, sous l'action de l'effort de traction, des contrr


de cisaillement se développent sur des surfaces cylindriques coaxiales à la b;
Si l'effort de traction croît, ces contraintes entraînent la rupture du béton
suivant des surfaces coniques de révolution formant un angle de 45' avec l'axe
de la barre.

Les troncs de cône emboîtés ainsi formés tendent à se coincer sur la


barre et à fonctionner comme des "en~1i~ueta~es.à frottement".

1
Ce phénomène,décrit de longue date par M. CAQUOT dans le cours de Bé
Armé qu'il professait à 1'Ecole Supérieure d'Aéronautique ( 1 ) vers 1930,a été
confirmé expérimentalement en 1971'par GOTO (fig. 4.4 ,extraite de l'article
GOTO) au moyen d'un ingénieux système d'injection d'encre rouge au voisinage d
barre et sur toute sa longueur ( 2 ) .

4% k & - ~ u ede la
Essuration interne
des tirants.(GoTO)

(1) Dans ce cours, M. CAQUOT qui était avant tout un hydraulicien (on lui doifentreau
l'étude des mécanismes de remplissage et vidange rapides des écluses de Donzère-
Mondragon) et qui s'adressait à des élèves rompus à la Mécanique des Fluides,
expliquait l'adhérence par similitude hydraulique. La formule r-4.0 ] a été dériv
d'une formule établie par M. CAQUOT à partir de ces considérations hydrauliques.
( 2 ) GOT0,Y. : "Cracks formed in concrete around deformed tension bars", AC1 Journal,
Avril 1971.
- 40.5. -
8 I
.. . .
Les spécialistes mondiaux de l'adhérence parlent beaucoup depuis des
"GOTO cracks", qui sont avant tout les "fissures CAQUOT".

Les mêmes spécialistes disent plutôt maintenant qu'il se forme au


voisinage de la barre des "dents" de béton (séparées par les fissures). L'état di
contraintes de ces dents de béton est très complexe, surtout dans le cas des bar]
à haute adhérence (fig. 4.5 a et 4.5 b , d'après le Professeur TASSIOS (Grèce) )
-.
.

0'=2t : sin 28

Figure 4.5a-Etat de contraintes dans le cas d'un rond lisse


Fissure do ruph
far compre5sion [ Atmahira de eoutura dfmrobage
l
ure de tracbrr.
((nika la)

Figure 4.5 b-Etat de contraintes possibleaumoment de la


rupture d'adhérence d'une barre HA; effet
favorable de l'armature d''enrobage(TASSIOS)

1 De façon générale, la rupture d'adhérence peut se produire de deux


1 1 façons différentes :
- .soit par le glissement de la barre dans le béton qui zeste apparemment intact,
si cette barre est au centre d'une section de béton de dimensions transversales
importantes (fig. 4.6 a) (principe de l'essai de @nll-aut) :
- soit par fissuration longitudinale et rupture du béton dlenrobage,si la barre
est trop proche d'un parement (angle ou face) et s'il n'y a pas d'armatures
"d'enrobage" cousant l'intervalle barre-paroi (fig.4.6b). Dans ce cas, la gaine
1
I
qui enserre la barre à la manière d'un étau s'ouvre et l'adhérence disparaît.
Cz mode de rupture ut donc parSuli&emenk dangarevx &il +ut but rn& en oeuvre pour !'&,'ter.
l
- 205.9 -
Figure 4.6

4.13 - MESURE DES CARACTERES D'ADHERENCE D'UNE BARRE


La Commission d'homologation et de contrôle des armatures pour béton
armé a participé à l'élaboration de normes définissant, pour les barres à haut6
adhérence,certainsprofils-types avec fixation de valeurs numériques minimales r
maximales des paramètres géométriquesde forme(voir 2.272-lb). Lesvaleurs règle-
mentairesde 1,5pour l e c o e f f i c i e n t d e ~ c e l l e m e n t,~etde1,6pour
~ lecoefficient?
fissuration il, valentpour 1esacier.s répondant aux spécifications des normes.

Dans le cas contraire, il.faut fournir des justifications.:expériment-

Différents types d'essais ont été développés pour déterminer les


caractères réels d'adhérence d"une barre au béton.

4.131 - Essais d'arrachement

Même lorsqu'ils comportent la mesure des glissements, ces essais ont


l'inconvénient de ne donner que des renseignements globaux. Ils permettent tout<
fois des études comparatives sur différents types de barres.

4.131-1 - Essai
------------------ -------------
d'adhérence p r traction dit "pull-out test" (P.0.T)

C'est l'essai dont l'exécution est la plus simple et en principe la


moins coûteuse.

Dans cet essai, préconisé par la RILEM, une barre.noyée sur une
longueur définie (5 diamètres), suivant l'axe d'un cube de béton armé de dimensi.
définies,est sollicitée à une extrémité par une force de traction jusqu'à ruptur
de l'adhérence et glissement de la barre (fig. 4.7).

Figure 4.7
Au cours de l'essai, on enregistre la courbe force appliquée-glisseme]
qui permet d'avoir la relation entre la contrainte d'adhérence et le déplacement
relatif entre l'acier et le béton. A partir de tous les résultats individuels ail
obtenus, on détermine une courbemoyenne q u i s e r t à p o r t e r u n j u g e m e n t s u r l'adhérencr
Pour une nuance d'acier d'un profil donné,on doit contrôler lTadhéren(
pour trois diamètres différents se situant dans les domaines inférieur, moyen ou
supérieur de la gamme de fabrication (par exemple : 0. 8 , 0 16 et 0 25 mm). La
RILEM demande d'effectuer pour chaque diamètre au moins 25 essais, mais ne défin:
pas la règle d'interprétation de ceux-ci.
4.131-2 - Essai
...........................
d'arrachement modifié

Cet essai a longtemps été utilisé en France.


On utilisait un bloc parallélépipédique suivant l'axe duquel étaient
engagées symétriquementdeux barres de même diamètre dont1 'alignement Stait réalisé
demanière rigoureuseafind'assurer une traction axiale.Ceblocdebétori, desectioi
déterminée,était armé parquatre barres longitudinales et mie frette hélicoïdale.
Comme, par suite des défauts de laminage et de l'oxydation naturelle, l'état de
surface des,ronds lissesn'estpasparfaitementconnu, on effectuait des essais
comparatifs,nonpasavec des ronds lisses, mais avec un acier HA déjà connu.
L'essai consistait à déterminer la charge maximale provoquant le
glissement de l'une des deux barres, d'où la contrainte de rupture d'adhérence
expérimentale T (voir 4.152).
rs
Pour l'interprétation des essais, on utilisait la formule de l'article
2.33 des Règles BA 60 donnant la contrainte de rupture d'adhérence,reproduite ci-
après, en notations BAEL :
7 "2 f

avec résistance moyenne à la traction du béton au jour de l'essai,


ftr
d, distance minimale de l'axe de la barre à la surface libre du béton j

distance de l'axe de la barre à la surface libre du béton, dans la


d2 direction perpendiculaire à celle selon laquelle dl est mesuré,
coefficient de scellement (Règles BA 1960).
"d
En présence d'une srmature d'enrobage (voir fig.4,6 ; c'était le cas
pour la frette hélicoïdale des éprouvettes soumises à essais) dl et d2 devaient
être augmentés en leur ajoutant une épaisseur fictive,exprimée en centimètres par
le même nombre que la section A (cmZ/m) de l'armature d'enrobage.
Pour d = d2 on avait ainsi :

La contrainte expérimentale Trs était rapportée,non pas à la lorigueur


.P réellement engagée de la barre, mais à La longueur 9. - dl ,pour tenir compte
du fait que lorsque la barre commence à glisser, elle entraîne avec elle le
premier cône à 45'.
Les formules de scellement ayant été quelque peu simplifiées dans les
Règles BAEL9-{ par rapport aux Règles BA 60, le coefficient de scellement qs
défini dans les Règles BAEL correspond à :

3/87
La valeur numérique @s = 1,5 ,admise pour les barres HA qui oati&i
aux conditions de forme spacifiées par les normes,comporte en elle-même une
certaine sécurité, les valeurs obtenues expérimentalement étant plus couramei
supérieures à 1,8 ou même à 2.

.4 -------
4.131-3 - Essai de flexion simple ....................
sur poutre ou "beam-test"
.4
'.*
Cet essai, préconise par la RILEM, est censé reproduire les conditioi
normales de sollicitation des armatures et permettre la détermination des
caractères réels d'adhérence. Il consiste à mesurer le glissement d'une barre
formant armature inférieure commune à deux blocs de béton distincts, dans un
essai de flexion au cours duquel les blocs sont astreints à pivoter autour d'i
articulation comune en acier.
' /

! Les dimensions de la poutre ainsi formée varient avec le diamètre de$


..1 barres étudiées (fig. 4.8 ; dimensions valables pour 0 10 à 14).
!
La longueur d'adhérence imposée pour l'essai, égale à dix fois le
diamètre nominal de la barre ou du fil, est localisée dans la zone centrale
des deux blocs de béton. En dehors de ces deux zones, la barre est recouverte
de manchons lisses en matière plastique, empêchant toute adhérence.

Mandons

Figure 4.8

Au cours de la mise en charge, qui est poursuivie jusqu'à la rupture


totale de l'adhérence dans chacune des deux demi-poutres, on mesure le glissem
des deux extrémités de la barre et on obtient ainsideuxcourbes "charge-glisser

Ces courbes permettent d'obtenir, pour toute valeur du glissement, la


contrainte d'adhérence supposée uniformément répartie sur la longueur d'adhére

Soit :

T
R
la contrainte de rupture d'adhérence -
R - Fmax
(T Ir@!. = F
max
lIOn0Z)
T la contrainte moyenne d'adhérence déterminée à partir du diagramme
charges-glissements, en calculant la moyenne arithmétique des
contraintes correspondant à des glissements de 0,01 mm, 0,l mm et 1
à.llextrémitéde la barre ou du fil.

Les Recommandations Internationales de 1970 (fascicules annexes)


indiquent que,pour pouvoir être considérée comme à haute adhérence,une barre dr.
satisfaire aux relations :
T
R '
j 13 - 0,19 0
(mm, MPa)
TM 2 8 - 0,12 0
En outre, La rupture d'adhérence ne doit pas se produire avant que le
glissement n'ait atteint 0,5 m.

4.132 - Essais de fissuration

Il existe des théories de la fissuration qui permettent d'effectuer


pour les cas courants un calcul théorique de l'ouverture maximale des fissures.
En France, on trouve dans la théorie de M. BRICE, exposée à l'annexe C des
Règles CCBA 68, l'origine du coefficient de fissuration qui, dans les Règles
BAEL 91, intervient dans la vérification des états-limites d'ouverture des
fissures.

:[
, ,
Ce coefficient peut s'obtenir par un essai assez simple dans son princ:
qui consiste à mesurer les espacements des fissures qui apparaissent dans un
-4
prisme en béton à section carrée assez long (environ 1,5 m) traversé suivant son
1 l axe par une barre, lorsqu'on exerce directement sur cette dernière un effort de
I j traction correspondant à une contrainte égale aux trois-quarts de la limite
d'élasticité del'acier. Le choix de cette contrainte relativement élevée est
., arbitraire ; ce qu'il faut, c'est que la totalité des fissures susceptibles de st
y 1 produire,se produisent effectivement au cours de l'essai, de manière que l'on
I
puisse mener l'interprétation decelui-ci sur une é~rouvetteen état de fissurari<
II
. .. complète" (voir chapitre 15).. Cette interprétation consiçte à. déduire des
1 espacements constatéq "la" valeur de l'espacement moyen ARm entre les fissures
! ! elle ne.peut être faîte que par des spécialistes.

La présence des fissures multiplesouramifiées (fig.4.9) rendeneffet ce


interprétation délicate (voir Cours de Béton Armé de J.R. ROBINSON, chapitre V ) .

Figure 4.9

Une fois déterminée la valeur de Alm ,on obtient le coefficient de


fissuration expérimental par application de la formule de l'article C54 -iv des
Règles CCBA 68, qui donne :

-
avec uf pourcentage géométrique d'armatures du prisme essayé. Si B est
l'aire de la section droite du prisme :

Les valeurs numériques,n = 1,6 ou ri = 1,3 selon le cas,admises pour


les barres HA ou les fils HA qui satisfont aux conditions de forme spécifiées
par les normes,comportent en elles-mêmes une certaine sécurité, les valeurs
obtenues expérimentalement étant généralement supérieures.
- 109 -
4.133 - Cas des treillis soudés

L'adhérence au béton d'un treillis soudé dépend assez peu de l'adhé;


propre des éléments longitudinaux, mais beaucoup de l'efficacité de l'ac~roch'~
des éléments transversaux, c'est-à-dire de la résistance de la soudure entre d
éléments d'armature. Celle-ci est contrôlée par des essais, mais il est possi-h
d'extrapoler les essais décrits précédemment à des éléments de treillis soudé
par exemple, de réaliser un essai de beam-test sur une "échelle" découpée dans
panneau (échelle classique ou échelle de perroquet).

4.14 - FACTEURS DONT DEPEND L'ADHERENCE

L'adhérence est d'autant plus grande que :


:
1 1") la surface latérale des barres est plus rugueuse :
i

. barres rouillés > barres lisses non oxydées,


. barres K A > ronds lisses bruts de laminage > fils tréfilés cylindriques,
2 " ) la gaine qui enserre la barre à la manière d'un étau est plus épaisse et I
cousue par des armatures transversales.

3") la résistance à la traction du béton est plus élevée,

4O) 1' "étau" constitué par la gaine est plus serré :

une compression transversale augmente l'adhérence,


une traction transversale la diminue.

4.15 - CONTRAINTE D'ADHERENCE (BAEL, art. A-6.1,1)

4.151 - Remarque préliminaire

IZ n ' y a mise en jeu de Z'adhérence que s i , entre deux sections droi


d'une barre quelconque, L ' e f f o r t de t r a c t i o n (gu de compression) e s t variable.
En pratique, il en est presque toujours ainsi. Il y a en effet
variation d'effort par exemple :

- à l'extrémité d'une barre (ancrage) où l'effort qui s'exerce en partie courar


doit nécessairement s'annuler (donc décroît de sa valeur maximale jusqu'à zé
- le long des barres longitudinales d'une pièce fléchie, du fait de la variatic
du moment de flexion dans cette pièce.
Considérons en effet une poutre sur deux appuis simples : dans une
section 1 quelconque on a, dans l'équilibre du couple de flexion :

;2 Il
M = Fcl . Z1 = Ftl . Z,
4n
; r
.
tTzz a

I
.
7 4
1

De même,dans une section 2 plus proc


de l'appui que la section 1 :
-
1 M = F
'MI 2 c2 22 - Ft2 ' 22
1
I I
z varie peu et comme M 1 > M 2
Comme
on a Ftl > Ft2 .
ft2

Figure 4.10
Dans l'armature l o n g i t u d i n a l e i n f é r i e u r e il y a donc mise en jeu de
l'adhérence, par entraînement, e n t r e l e s s e c t i o n s 1 e t 2 .

4.152 - D é f i n i t i o n de l a c o n t r a i n t e moyenne d'adhérence

Par conséquent, s i e n t r e d e u x s e c t i o n s
d r o i t e s , d i s t a ~ t e sde d x , d 1 u n e b a r r e i s o l é e
de diamètre nominal 0 , l ' e f f o r t a x i a l F
v a r i e de d F ou, ce qui r e v i e n t au même, l a
c o n t r a i n t e normale a v a r i e de d os , il y a
- .JI

s
mise en jeu de l'adhérence ( f i g . 4 . 1 1 ) .
Figure 4.11
Par d é f i n i t i o n , l a c o n t r a i n t e moyenne
d'adhérence T e s t l e q u o t i e n t de l a v a r i a t i o n
S
S
d ' e f f o r t par u n i t é de longueur p a r l e périmètre
nominal :
d os/dx
T =- d F l d x = -
I T ~ ~ = -0 - 4
s v0 4 v0 4 dx F
Figure 4.12
Le c a l c u l réglementaire suppose T-
V

constant ( c e qui ne correspond certainement pas à l a r é a l i t é , l a v a r i a t i o n é t a n t


p l u t ô t c e l l e représentée f i g u r e 4 . 1 2 ) . .
-
--
Ta 5.
O - 4

Grâce à c e t t e hypothèse,onpeut é c r i r e : I
+1 E s t iI 5
5 IA

d F = ( ~ r s0) d3:
Figure 4.13
w I
T~

I
e t e n t r e deux s e c t i o n s A et B d'abscisses x
A
et xB , en supposant F
A
> FB .

4.2 - ANCRAGE DES BARRES DROITES ISOLEES


4.21 - DEFINITION
S o i t une b a r r e r e c t i l i g n e
supportant dans une s e c t i o n A un
e f f o r t de t r a c t i o n a x i a l Fs.Ancrer
l a barre. c ' e s t a s s u r e r à o a r t i r du
oint A l a transmission i n t é g r a l e
de c e t e f f o r t a u b é t o n p a r adhérence.
- I I

S i l ' e f f o r t de t r a c t i o n
e s t é g a l à l ' e f f o r t maximal admis-
s i b l e (o = f ) l ' a n c r a g e e s t appe-
e
6" k o b ? 'par Lez Règles BAE L (f'g. 4 24)
Figure 4.14
Pour assurer un ancrage correct (c'est-à-dire empêcher le glissement
des armatures dans leur gaine de béton), la contrainte d'adhérence doit être
limitée. La valeur maximale réglementaire pour le caIcul des ancrages est
ft'r& comme s u i t par Les iëgles BAEL el- l'Et2 :

T = 0,6 $; ft28
SU

avec coefficient de scellement (voir 2.272-1 b)


*s
ft28 résistance à la traction du béton (voir tableau 2.5)
d'où :

- pour les ronds lisses ($s = 1)

- pour les barres HA ($s = 1,5)

ce qui c o n d u i l aux valeurs ~uiubnkesde ER MPa ( t a b l e a u 4.2) :

L'ECS e'tablit une dish'nckon e n k Ies condi'hons dddhe'nznce sahs.


faisarrbs et I~.s mnd;h'ons d'adhérence rne3i'ocros.
mndihens d'adhérence sorrC juge& ~ah>faisa&s si (fig4 . f ~ ) :
a) t ~ v t e sles barres OWC une Lnciinaison. sur I1hcn>on&ale Lors d u be'4mn;
ge, cornprisa entre 4s0d 90'
b) b o t e s les barres dont inclinaison est C o r n p e enbre oOek4.5' S O ~

- soik p b caés dans d u k l i m e n b dmC la h a u b r , dans le sens dv bc


Connagrz ,es1 ao plus eqab à 250 m m ,
r*r~y&~ dans d a LIermonts de haulavr supérieure à 250nm eC 1

aptës bèbnnaga, son.1:


- soit dans moike' i h p r i e u m d a 1 I olernenk,
f 1
- sot/- à 3 5 0 m m av moins de s o n pareme& ~ u p a ; i é u r , .

~ o u t e sles a u t r e s condihbhs sod- juge& médiocnzs .


Sens du bQlonna9a

a ) 45" 5 d < 90' c) : h z 2 5 0 mm


pur b u & IES h
valwrs de
.................................................................
sert~du bLkonna9a - +

a aJ b : condikons sah's/'akades pour h f e s les barros


c et d : barras de la iorca hachu& : cond;hons sakkfa&anks
barres hors d a la zone hachure> : coedihans me21bcreç.

Bans los condihons d'adhbnccz sak~çi'sanks,(2mnkaink ull-irne d'ddher.


ccnte,soké
Sbd
, es!-pnmseegale 5 :
- f c t k 0,05 pour l e s b a r r e s HA
fbd -
0.36
-
ou fbd - pour l e s ronds l i s s e s
Y,
ce qui, avec Y = 1,5, conduit aux v a l e u r s du t a b l e a u 4.3:
C

tabieau 4.3 - EC2. ~ankrainleu\t<.rned[adh<rionca Tbd


12 16 20 25 30 35 40 45 50
f c k (MPJ)

Barres HA
1,6 2,O 2,4 2,8 3,2 3,6 3,9 4,2 4,5
(fi< 32 mm)
Rondslisses 0,9 1,O 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 1,7

Dans l e s conditions d'adhérence médiocre, l e s v a l e u r s du t a b l e a u s o n t à


m u l t i p l i e r par 0,7.

0% W ~ S F ~l'idenkke'
F~ des valeurs de fLd e l de 5,- en ce qui con&--
no les bar- RA [cornparru /es /&b/eaux 4.3 eF 4.2).
EYL ravan&, bout. 1- ,
mnds lissas les udeurs dc i ' E C ~sont la'tj&-umcK/-
inf"riv'qs à calias des Wy les BAEL .
C

4.23 LON C V E U R DE SCELLEMENT' D R O ~ (BA@


~ ET L O M G U E U D'AN-
~
CRAGE (EC~)

On appelle "longueur de scellement droit ts:.(fig. 4.46)


nécessaire pour assurer sous contrainte d'adhérence llmite (rs = T ~lal'ancrage
L longuet
total (soit o = f ) d'une barre droite tendue, c'est-à-dire, en appliquant
s e
formule C4.21 avec :
I I

Cette formule, qui est fondamentale, est valable aussi bien en tract,
qu'en compression (BAEL, art. A-6.1,221).
O, arriva &si au bbleau &,Y , q u i donnc les valeurs de en
j%nchbn de fe28 ( vdlmrs arrop.di.2~ à ~'hb
le. plus ~ o i . ~ ; n )

O h voik quo ~ Q Svvaieurs .,br/aibires p p s e é s ka r les P%\ei RAEL, a-


savoir: j 5 = 50$ f o u r IQSbatms UA E E 500 eC les mmAs ksses,
p, = I+ a $ heur les bar- HA F&E 400,

consC;Cu~nCdes approxirnakom g r o ~ ~ i è m,vsleblas


s uniquemen& pur
de!
bàbns de ks pi ble r&istance(maw qu'elks sodclsn~le sens ck la ~ k v r i h

Remarque: Si, pour des raisons pratiques, on est amené àdisposer des armatures
sorte que l'aire réelle A deleur section droite soit supérieure à. la sec!
A strictement requise par le calcul (section A surabondante), il faut
caE
substituer à as la longueur d'ancrage 1
a (f Tg. 4 . 1 7 définie par (BAEL,
art. A-6.1,222) : A

Ce cas se rencontre notamment lorsque l'on


q<fe , effectue une épure dta;rê.t des barres
longitudinales (voir annexes d u présent textt
Une partie de l'armature inférieure devant être
prolongée jusqu'aux appuis, o h peut être conduit
Figure 4.4'f pour respecter la symétrie, à conserver par
exemple deux barres, alors qu'une seule serait strictement suffisante.

-
4 . 2 32 1 LONGUEUR D'ANCRAGE "DE REFERENCE" (longueur de scellement'droit)
(article 5.2.2.3)

La longueur d'ancrage "de référence" est donnée par : 1

Bien que fa d p m c e 2vQC


k o k %-+ =EL ffik que. tek \ongwr
dancra9e eskde'terrnin& à rhr da la "rekis~ancede calcul de l j c i k " [ f
,' Yd )
eC mon a par& de la h i k d'eLskc;k'[fyk). G m m , F u r ies bar- HA

fba r~~dans las condikons d L d h & n c ~ saksfais2nks, les Lngueurs d a n


,rage da ws barres s o d , avec 1' EC2,
Regles B A E L , comme famontre
f e;r'eures Ae. 23% à celleç
le ta bled" 4.5 : .
deç

~ b h 4u. 5 : EC2 - %leurs d e kb/# [ cas valeurs d o i v a d


ELm. rnulkl' t i ~ par
t' k 4,4 en cas de coirdikons d'.dhdrenee. me'drbcr-2s'

4,232 - 2 LONGüEUR D'ANCRAGE "REQUISE" (article 5.2.3.4)

%"r des. .barres


. .
droi.kes,!a
.,
Longvevr d'am+?&
.
requise e s t : ~
avec :

A section d'acier strictement requise par le calcul


s,cal
section d'acier effectivement prévue :
As,ef

Max [ 0 , 3 ib ; 1 0 0 ; 100 m] pour des barres tendues


'b,min = / Max [ 0 , 6 ib ; 1 0 0 ; 100 m] pour des barres comprimées.

s'LI a pas de corn/'r e s ç i o ~&r~nsverrala


n'y dua à une re'adion d Lppo<
"na armahm do. couhre asi- he'cessaim. ~'at're m;mimêlei de cake co
bro. do;!- teprésentar a u m o n 5 u n que& da l'aire de la b a r n ak-z,
C h e distribu& &g~liararnentsur la Longueur Pb,neC.
( a ) poutre ib) d a l l e

rig 4.fg. Ec2 - ~rrnahresde &uhm dbn ancrage


4 . 3 - ADEERENCE DES BARRGS COURBES
. .
Lorsque l'encombrement' d'un ancrage par scellement droit est
excessif, on a recours aux ancrages par courbure.
Un tel ancrage est défini par :
D + 0 si
- le rayon de courbure r de l'axe de.la barre : r = - 2
D est le
diamètre du mandrin de cintrage (fig. 4.19' ;

- l'angle au centre û de la partie courbe, supposée circulaire.

Figure 4 . 4 9

4.31 - VARIATION DE L'EFFORT LE LONG D'UNE BARRE COURBE

Les hypothèses sont :

a) la liaison d'adhérence subsiste avec la même valeur que pour une barre droit
b) il s'y ajoute un effet de frottement dit "effet de courroie" dû à la courbur
C) le glissement de la barre dans sa gaine développe une contrainte d'adhérence
égale à T
sli
1") Soit un tronçon de b a r r e courbe infiniment p e t i t r e p r é s e n t é p a r s a
l i g n e moyenne a b ( f i g . 4.20).

Ce tronçon e s t soumis :

1
- #
sens+:
F+df
-

-
aux f o r c e s F e n b , F + d F en a , d i r i g é c
s u i v a n t l e s tangentes en ces p o i n t s ;

à-la f o r c e d'adhérence d T s u r l a longueur

F
, glissement
a b = r d ô (diri@ en .%d & v e r s e du glissement

d T = w @r d 8 .r
):
Su

\ - à l a réaction transversale dR du béton.


$0
En p r o j e t a n t l e s f o r c e s s u r l e rayon O a , c
43.4.2~ trouve ( d F infiniment p e t i t du 2' ordre) :

S i J J . e s t c o e f f i c i e n t de frottement e n t r e
a c i e r e t béton ( J J O,&) c e t t e r é a c t i o n d é v e l o ~
pe une f o r c e t a n g e n t i e l l e é g a l e à JJ d R = p F d 9 :
de sens oppose' o' =lui du 91is.s~cd).
Projetons l e s f o r c e s s u r l a tangente en a :

-F + F + dF-pdR -dT = O

c'est-à-dire :

ou encore

2") S o i t maintenant une b a r r e f i n i e comportantune p a r t i e courbe A B


supposée c i r c u l a i r e . S i l ' o n suppose e t s i l ' o n compte positivement l e z
FA > FB
angles dans l e sens du glissement (donc
de B v e r s A), l a r e l a t i o n [&,tg donne :

Figure 4.2f
Le premier terme du second membre r e p r é s e n t e l a p a r t de v a r i a t i o n '
de l ' e f f o r t due à l a courbure de l a b a r r e : il t r a d u i t " l ' e f f e t de courroie".

Le second terme r e p r é s e n t e l a p a r t de v a r i a t i o n de l ' e f f o r t due à .

l'àdliérence. Comme eue - 1 > u8 , c e t e f f o r t e s t supérieur à :

q u i s e r a i t c e l u i correspondant à l a b a r r e d r o i t e de longueur AB .
Posons $ = eu8 , . $ -- (eu - 1) l a formule Is.fi]s ' é c r i t :

Sc
En général 4g~0,$, ce q u i conduit pour d i f f é r e n t e s v a l e u r s de t
aux v a l e u r s de Ji e t $ ' données dans l e t a b l e a u 4.6.

TABLEAU 4.6
Valeurs des c o e f f i c i e n t s Ji et $' de l a formule C4.121 kala&
,"=0,4)..

4.32 - P R E S C R ~ P T ~ O N S DES RÈG'ES BAEL P O U R LES A N C R A G E S COURBES

Des ancrages courbes ne peuvent ê t r e envisagés que pour des barres


tendues.
4,321 R a "q ~ n sde c o v r b u r e rninirnzux r
Dans l e cas d'un ancrage courbe, l e rapport
d e l ' a x e de l a b a r r e à son
p = -
d; du rayon de cour
diamètre nominal d o i t s a t i s f a i r e aux conditions
suivantes :

a ) pour l e s b a r r e s l o n g i t u d i n a l e s :

- p 2 3 s ' i l s ' a g i t de ronds l i s s e s (diamètre du mandrin de c i n t r a g e :


- p 2 5,5 s ' i l s ' a g i t de b a r r e s HA (diamètre du mandrin de c i n t r a g e : IL

b) pour l e s c a d r e s , é t r i e r s , épingles :

- p 2 2 s ' i l s ' a g i t de ronds l i s s e s (diamètre du mandrin de c i n t r a g e : 3


- p 2 3,5 s ' i l s ' a g i t de b a r r e s ( o u f i l s ) HA ( d i a m è t r e d u m a n d r i n d e c i n t r a g e

On u t i l i s e de façon cour-te :

- l e crochet normal : O = 180" ( v o i r f i g . 4 . 2 4 2 )


( l o r s q u e r = 3 @, ce crochet e s t appelé 'krochet CONSIDERE"');
- l e crochet d i t "à 45'" : 0 = 135" ( v o i r f i g . 4.24 k)
(fréquemment u t i l i s é dans l e s semelles de fondation) ;
- l e crochet d i t "à 60'" : 13 = 120" ( v o i r f i g u r e 4 . 2 4 ~ )
(ancrages des armatures l o n g i t u d i n a l e s des poutres de pont) ;
- l e r e t o u r d'équerre : 0 = 90" ; s i l a p a r t i e en r e t o u r e s t au voisinage d'une
p a r o i - . , l a p a r t i e coudée a tendance à s e r e d r e s s e r , e t il f a u t u r é v o i r des
armatures de couture h o r i z o n t a l e s pour é v i t e r l ' é c l a t e m e n t du béton au v o i s i n a
au p o i n t C ( f i g . Ir.22a) ; , .
- l'ancrage à double coude : I3 = 90" ( v o i r f i g . 4. 2 2 b ) :

Figure 4 . 2 2 a Figure 4.22 b

-1 4.323 - Méthode de c a l c u l d'un ancrage courbe


(.~ 1, 1

S o i t un ancrage courbe d'angle au c e n t r e 0 quelconque, de rayon


;q r = p 0 quelconque,et comportant à son extrémité un r e t o u r d r o i t de longueur
I-. 1 quelconque A0 .
Déterminer l a profondeur II,
de c e t ancrage comptBe depuis l e p l a n t a n g e n t e
t é r i e u r e n f o n c t i o n d e l a longueur d e s c e l l e m e n t
i-1 d r o i t as . l
L~
La b a r r e e s t supposée ancrée à p a r t i r du
p o i n t Al s i t u é à une d i s t a n c e X 1 0 de

. .
l'origine A
2
de l a courbure.
i
Méthode : on applique l e s formiiles b.3
av
T = T e t C4.121 aux d i f f é r e n t s tronçons . d r o i
S SU.
,. .
ou courbes à p a r t i r du p o i n t . O où l ' e f f o r t es
1
I I
n u l , et .onÉcri.t-que l ' e f f o r t en A
1
e s t égal à -

- tronçon 0% , formule C4.21 :


(1
id Fa = O + ~ 0 A . OTsU= hir0'T
S U

- troncon A A , formule [4.12] :


'1
LJ
3 2
FA2 = J i F p 3 + $ ' i r 0 r ~ s L L~=0 2 ; ' (AI$ + p q l )
SLL
i1
1
1
- tronçon A2 A, , formule C4.21, :

pA1 = yAZ + n 6 . A, 1.4, i2a 7 1


~-1 !
- 116 - 1.
En d i v i s a n t l e s deux membres par a0 .rsW:
.es = 0 ( A * + ~ i l i ' )+ A t m r
dfoù h l @ = is - 8 +pet) L

1
e t comme aa = A
1
0 + p 0 + - = ~-
2 s
0 [ ~ ~ i +( $p ' - I ) - ~ ]

on trouve finalement : 1 =
a
¶,
s
- k 0
1
avec : k = A J i + ($'- 1) p - ~ c4.13

L'application de c e t t e formule aux ancrages u s u e l s conduit aux r é s u l .


donnés page 1 17.

4,324 Abplicdion aux crocheFs tzorrnauic

1! A = 2 , p = 3 , .8 = 180° d'où $ -
Dans l e c a s de ronds l i s s e s avec un crochet "CONSIDERE" ( d é f i n i par
3,5f e t Ji' = 6,281, on a r r i v e à :

k :22 ' d'Où %: P ~ - ~ ~ $ '


Pour des barres HA munies de c r o c h e t s "normaux" (A= 2 , p = 5 , 5 ,
û = 180' d'où Ji = 3,51 e t $ ' = 6,28), on a r r i v e r a i t à :

ce qui condu;ra;k à dos loTueurs dLncrage h-às f'ible~


d m é n e , daas ceAairtc
cas tt.bph'vaâ !
II perdit donc raisonnable:
- Look etx gardank g=5,5, de c o n s e r v e r cur Ics barres HA \a valeur p
k = 2 krouvda p o u r ie c r o c h e k C O M S ~ ~ È R E ,
!
- de h i k e r à i o $ le l o n g u e u r d'ancrzga nu'nirnab>
ce q u i , cornp.ph lrnv des r l c u r . d. 4, /#
d o n n r é ~en 4,23(,condu;#
CROCHET NORMAL { PP 5 3 ronds l i s s e s (1)
2 5 , s b a r r e s HA
6 = 180" k = 3,57 A + 5,39 p ;0,s
Si A = 2 k = 6,64 + 5,39 p
1 Cas p a r t i c u l i e r : crochet "CONSIDERE"
' 2@
w
I
I (Fe E 215 e t Fe E 235 seulement) : p = 3
k = 2zi4
* Valeurs f o r f a i t a i r e s admises :
- ronds l i s s e s Fe E 215 e t Fe E 2.35 : 2 = 0,6 2
a s
- b a r r e s HA FeE 400 e t F e E 5 0 0 : 2 = 0,4 2
a s
Figure 4.24 Id
a

CROCHET A 135' improprement appelé CROCHET " A 45O 1

8 = 135" k = 2,56 X + 2,90 p - 0 , s


k - = 14,86 + 2,90 p

13 5O
Si A =6

L équivalent au crochet CONSIDERE s i p = 3


~
Figure 4 . 2 4 b CI - l
I

a,: 4-k$
CROCHET A 1 2 0 " improprement appelé CROCHET "A .:60
e = 1200 k = 2,33 A + 2 , 3 0 p - 0,5
Si X =8 k = 18,64 + 2,30 p l

t équivalent au croc+ei CONSIDEPB s i p = :


i

I . 1
Figure 4 . 2 4 C FW

RETOUR D ' E Q U E R R E

armature de couture
n é c e s s a i r e pour 8 = 90' k = j , 8 9 A + 1,20 p - 0,5
é v i t e r l a poussée S i A = 10 k = 18,4 + 1,20 p
au v i d e 1.
équivalent au crochet CONSIDEPB s i p =

paroi
Yuo. de dessus

(1) Le r e s p e c t de ces d i s p o s i t i o n s dispense de v é r i f i e r l a c o n d i t i o n de non-écrasement


du b é t o n ( v o i r 4.42').
I 117 - -
cas dG barres brrnth&s ar &S crockek riormeox, ks W91a,
84~L
. D ~ R Sle
P
prop5ehf- les vd\eurs jkrkikaim svivanhzs ( a d . A'6.1,253) :
-
Pa, O,+[, pour las barres HA k E 5 o o ef- FeE400

- P, = 0,6 $ pour las mads ItSses FeE2fS Q/ FeE235


La valeur 0,6 est /YIu~C p&ali>arrk l o a q ~ oladkkanca do b Q b n esk6fi
mvdn~htzla vs!avr O,+ 4,dans f'ensembk, pluf6k opfim&k ( v i s - à - v ; ~ ~ l r
rodenb~qua. BOUS avons a d o p k s ) .
0). a u bas de (2 ((9
4 t 33 PRESCR~PTCONS D E L ' E C ~ POUR LES A N C R A ~ E SCOURBES

Tableau 4.8-Diamètres minimaux des mandrins de pliage pour é v i t e r


l'écrasement ou l e fendage du béton( € C S )

Crochets, équerres Barres relevées ou autres barres


boucles pliées

Diamètre de l a barre Epaisseur c de béton perpendiculaire


plan de l a courbure

0 < Z o r n 0,zomm > 100 mm


c - 50<c<100 c550 w
et. c 2 7 0 e t 3 0 < c c 7 0 et CL 3 0
-
Ronds l i s s e s
220 2,s 0 5 0 IO 0 10 0 15 0

Barres HA
400, 500 4 0 7 0 10 0 15 0 20 0

crochet

.eZ,$
90" pa < 150"
- r
.
ç~é('0,6 0 d

Ceb,net
-1. coude L-%,net 4 boucle 4
Leb.net
barre transversc
soudée
Fiaure 4.25 L Lonaueur d'ancrace requise sa[on I ' E C ~
T o u r l e s ancrages courbes en t r a c t i o n , à c o n d i t i o n que
l ' é p a i s s e u r de béton p e r p e n d i c u l a i r e au p l a n de l a courbure
s o i t au moins égale à 3 0,

% o r la sign;fi.cakon. des symboles, voù 4,232 2 . -


~a fvrmvle da I ' E c ~ tondu;[ donc, Four HA, à des
des & m ~ Longve.urs
d'ancrage &u's SU 'ieures à ce//^ re!sulIant des %les M a .
P o u r (as ?Y
rmabros de c ~ v ~ (ebligahiras)
r e ,v o i t 4,232-2 .
4,34 ANCRAGES DES CA.DRE.5, ÉTR~ERS ET E&N(;LES
a) BAEL, a r t A-6.4,25t .
rl a!-rappelé faur a v o i r p 3 3 / 5 4 pour las barras ou $ls #A
(voir 4,321).

Pour l e s r e t o u r s d r o i t s de c e s armatures, l e s Règles BAEL (art. A-6.1,21


e t A-6.1,255) admettent l e s v a l e u r s f o r f a i t a i r e s s u i v a n t e s ( f i g . 4 . 2 6 ) :

étrier épingLe cadre cadre

Figure 4..26

Remarque : Les v a l e u r s indiquées supposent que l e s p l a n s des ancrages ne f o n t


pas un angle supérieur à ir/8 avec l e s s e c t i o n s d r o i t e s où sont
disposés l e s a c i e r s en cause.

L'ancrage e s t considéré comme c o r r e c t s i l e s c o n d i t i o n s d é f i n i e s


par l a f i g u r e 4 . s o n t respectées.

- ('1sien que a b ne soik menkohnc'dans Ira 9 A E L i bl3qm (2


S ~ O A~ h;s~ L fi blsce hot '~kvLtanCd u calcul, la longueur d Ln -
craga fa (valeurs du kableav 4.7 ou valevrs +rfaita;r~s)+h~ comme le fa;{ L'R-2,
i / ê/m , - & h ; k ~ e:sns la r a ~ o &A-~/A ,
sans descend= *u-dessous de $5.
- 420 -
-2 2$
4 20mm

$$
,A,

":l
1
ii
:.! ou plus.
..>

. !.

i
!

(possibi1r'Cer de remplzcer les coudes


1%d a bzrms transversçles soude&,

4.4 - EFFORTS EXERCES PAR UNE BARRE COURBE SUR LE BETON

Une b a r r e courbe développe s u r l e béton, du c ô t é de s a concavité, une


pression :

d'autant p l u s élevée que l e rayon de courbure r e s t plus f a i b l e e t que l a


c o n t r a i n t e de l ' a c i e r e s t p l u s élevée, e t d ' a u t a n t p l u s dengereuse que l a d i s t a
du c e n t r e de courbure à l a p a r o i l a p l u s vo?sine est plus f a i b l e .

Le danger e s t double :

- r i s q u e de "poussée au vide",
- r i s q u e d'écrasement du béton sous l a barre ou de fendage dans l e p l a n de l a
courbure.

4.41 - POUSSEES AU VIDE

L'exemple c l a s s i q u e d e s poussées au v i d e e s t c e l u i de b a r r e s q u i s u i v
le contour d'un angle r e n t r a n t a l o r s q u ' e l l e s s o n t tendues ou q u i suivent l e ci
d'un angle s a i l l a n t a l o r s q u ' e l l e s sont comprimées ( f i g . 4 . 2 8 ) .

Figure 4.28

- 420 -
En f a i t , i l s ' a g i t d'un phénomène général, q u i peut e x i s t e r même en
l'absence de barres d'armatures, dès qu'une p i è c e p r é s e n t e une courbure ou une
b r i s u r e de s a ligne moyenne : du f a i t ' de c e t t e d i s p o s i t i o n , il s e produit des
t r a c t i o n s normales au contour, q u i peuvent e n t r a î n e r l a f i s s u r a t i o n du béton par
t r a c t i o n (courbure . des i s o s t a t i q u e s ) ( f i g . 4 . 2 9 d )

I l e x i s t e donc des poussées au v i d e non seulement des armatures

mais a u s s i du béton même non armé. Par

-
exemple, dans l a d i s p o s i t i o n adoptée

s u r l a f i g u r e 4 . 2 9 b l a poussée au

v i d e des compressions du béton dans

l ' a n g l e convexen'est pas é q u i l i b r é e .


Voir également l e cas des angles des &Poussée non équiZi3rée
p i è c e s polygonales
- .- sollicitées entorsion. . .
( 1 3 ? 6 4 , f i g . 13.25).
Figure 4.295

Par un t r a c é judicieux des armatures, on peut l e p l u s souvent é v i t e r


l e s poussées au v i d e ( f i g . 4.29s):

P wurs6o a" vida


Q dispsitions def-eurss @ dispositions correstes

Figure 4.29 C
S'il est impossible d'éviter un tracé courbe donnant lieu à des pod
au vide, il faut équilibrer celles-ci par des armatures transversales convena
ment placées et convenablement ancrées,et de section suffisante.

a) Si la poussée au vide résultante à l'état-limite ultime est une force conc


R , il faut prévoir au voisinage de son point d'application une section t,,.
U
(EAt) d'armatures de couture telle que :
r
Let
(Znt) ~;is2 Ru r4.461
avec fet limite d'élasticité des armatures de couture.

La figure 4 . 2 9 d indique deux dispositions possibles.

-4K 1 ~
.
lÏ' *-
Figure 4 . 2 9 4 LA,

b) Dans le cas où la poussée au vide résultante à l'état-limite ultime est étal


sur une certaine longueur (fig. 4 . 2 9 e ) il faut prévoir des nasps de section
espacées de s, et telles que :

Figure 4.29 e
Remarque : On rencontre des phénomènes qui s'apparentent à la poussée au vide
dans les cas suivants :

a) armatures longitudinales comprimées droites non maintenues par des


armatures transversales, qu'il s'agisse de poutres fléchies ou de
poteaux. Dans ces deux c a s , l e s Règles BAEL demandent de p r é v o i r des
armatures t r a n s v e r s a l e s maintenant l e s armatures l o n g i t u d i n a l e s e t
espacées d'au plus 15 .
b) redressement de l ' e x t r é m i t é d r o i t e des ancrages par r e t o u r d ' é q u e r r e
( f i g . 4 . 2 2 a cd- 4.24d).
4.42 - CONDITION DE NON-ECRASEMENT DU BETON
Pour l e s crochets normaux t e l s q u ' i l s s o n t d é f i n i s page 1 1 7 e t pour l e s
c a d r e s , é t r i e r s e t é p i n g l e s , aucune v é r i f i c a t i o n p a r t i c u l i è r e vis-à-vis de
l'écrasement du béton n ' e s t exigée par l e s Règles BAEL.

.
En dehors de ces deux c a s , il f a u t v é r i f i e r l a condition (BAEL,
a r t . 6.1,252) :

avec r
,
= gr ' O , (1

rayon de courbure de l a l i g n e moyenne ;


+a) &
+
o
v

0 diamètre de l a barre ;
o c o n t r a i n t e de l a barre, sous s o l l i c i t a t i o n ultime, à l ' o r i g i n e
S
delacourbure(a = f
s e
-
4X T
1 S[L
(1) ; *2
e d i s t a n c e du c e n t r e de courbure de l a b a r r e à La p a r o i l a plus v o i s i n e
r ( f i g . 4.30) ;

V u e de profil Vue de face


3

F i g u r e 4.30

v c o e f f i c i e n t numérique f o n c t i o n du nombre n de l i t s (n $ 4 ) :

(v = 1 pour une b a r r e i s o l é e ou appartenant à un lit unique).


l
r l
Les v a l e u r s minimales du rapport
v peuvent ê t r e lues s u r l a f i g u r e 4.3
1
Le c a l c u l d o i t toujours ê t r e conduit avec l a v a l e u r de e l a plus
r
défavorable (plan de l a b a r r e courbe p a r a l l è l e à l a p a r o i ) mais à l ' e x é c u t i o n , j
e s t recommandé,si c e l a e s t p o s s i b l e , d ' i n c l i n e r c e p l a n pour augmenter e c e qi
r- '
v a dans l e sens de l a s é c u r i t é ( f i g . 4.30)

Remarque : Le c a l c u l q u i a conduit à l a formule [4.la] e s t assez s i m p l i s t e . Dar


l e cas d'une c o n t r a i n t e appliquée s u r une zone 1

(1) Ce que l 1 o n r e t r o u v e facilement a u moyen de l a formule [4.12a]en l'écrivant


BARRE D'UN ENSEMBLE DE 3 L I T S .
I -BARRE D'UN ENSEMBLE DE 2 L I T S .
$ $. &BARRE ISOI,EE OU APPARTENANT
A UN LIT UNIQUE.

Figure 4.31 - Condition de non-écrasement du béton

@
restreinte Cl de l a s u r f a c e Co (supposée
p l a n e ) d'un élément de béton, l ' a r t i c l e 3.442
des Règles BA 1960 a u t o r i s a i t à m u l t i p l i e r l a
c o n t r a i n t e admissible par un c o e f f i c i e n t :
A 8'
1 + ( 3 - 2 X) (1 - X$
avec A r a p p o r t l e plus f a i b l e de l'homothétie
e f f e c t u é e à p a r t i r du c e n t r e de g r a v i t é G deC
1 1

(fig. 4.32) :
A = min [v]
e t amenant un p o i n t de Co s u r l e contour C
1 Figure 4.32

- 122 - l
L'article 3.442 des Règles BA 1960 n'avait d'ailleurs fait que reprend1
l'article 2.252 des ~èglesBA 1945 où le coefficient défini ci-avant était donné
par une formule plus générale et légèrement plus complexe, due à M. CAQUOT.

Si l'on extrapole la formule des Règles BA 1960 au cas d'un ancrage


courbe, on trouve (fig. 4.33)

Vue de face
Figure 4.33

et compte tenu de la formule C4.151 la condition de non-écrasement s'écrit alos

z7, 0 OS
7 5 -
fc28
1,5
[l + (3 - 2A) (1 - A)]
Or si e- peut ëtre quasi-infini (crochet "en pleine masse"), il ne peut être
L
inférieur à 1,5 0 puisqu'une barre doit toujours'être enrobéepar,une épaisseur
de béton au moins égale à son diamètre. Il en résulte que :

Dans cet inrervalle,on peut remplacer l'expression 1 + (3 - 2 A ) (1-A)


par l'expression approchée par défaut (fig.4.34).
2h +

Figure 4.34
i
On peut par a i l l e u r s observer que l a c o n t r a i n t e a S n ' e s t pas c o n s t .
l e long de l a courbure. E l l e e s t maximale à l ' o r i g i n e de c e l l e - c i (usmax) et e
OS max
f a i s a n t a b s t r a c t i o n de l ' e f f e t favorable de l'adhérence, <.lie vaudrait - J i .
tout a u t r e point, é t a n t l e c o e f f i c i e n t de l a formule
$
a
101 B. .
s max
En adoptant une valelir moyenne de l ' o r d r e de , l a c o n d i t i o n di
écrasement devient : 135
u
li Os max (1 + 2 A) = - Oii s max
r2-j-0 ( 1 + h)
0
1,5 4fc28 l6 fc28 r
1,5
q u i e s t l a formule des Règles BAEL ( ~71 6 :0,20).

4.5 - JONCTIONS PAR RECOWREMENT ( p a y r lt a 5 .voir 4,53)


Lorsque l e s longueurs de b a r r e s n é c e s s a i r e s dépassent l e s longueurs
commerciales (cas par exemple des poutres de grande p o r t é e , des t i r a n t s de v o s
de grande o w e r t u r e , e t c . . ) l'armature e s t nécessairement formée de différente
tronçons e t il f a u t r é t a b l i r l a c o n t i n u i t é mécanique e n t r e deux tronçons succf
, . Pour o b t e n i r ce r é s u l t a t , on peut avoir r e c o u r s à d i v e r s procédés.

Le procédé l e p l u s courant c o n s i s t e à f a i r e appel à l'adhérence e n


f a i s a n t chevaucher deux tronçons s u c c e s s i f s de b a r r e s u r une c e r t a i n e longueur.
-
o b t i e n t a i n s i une jonction p a r recouvrement e t l a longueur de chevauchement est
appelée longueur de recouvrement e t désrgnée par
'r .
On peut a u s s i a v o i r recours, lorsque l ' a c i e r e s t soudable, au soudagc
bout à bout ou avec recouvrement ou encore, mais pour l e s b a r r e s HA uniqueme
au manchonnage au moyen de manchons s e r t i s ou v i s s é s s u r l e s deux tronçons en
prolongement l ' u n de l ' a u t r d y , Plus rarement, on u t i l i s e d e s coupleurs où l a
l i a i s o n e s t a s s u r é e p a r i n j e c t i o n de métal fondu ( a l m i n o t h e r m i e ) , de r é s i n e ou
mortier.
Dans c e q u i s u i t , on n ' é t u d i e que l e s jonctions par recouvrement.

4.51 - RECOUVREMENT DES BARRES TENDUES


...
4.511 - Transmission des e f f o r t s
?
S o i t deux b a r r e s p a r a l l è l e s de même type e t de même diamètre nominal
dont l e s axes sont d i s t a n t s de c , s e chevauchant s u r une longueur Lr e t
soumises à deux f o r c e s é g a l e s e t opposées ( f i g . 4.35).

Figure 4.35

(f) @S di5psib.{s %ritma"teniank r~orrnali~ek(voir normes NF A 35-028 - 4 ef


On admet :

)'1 que le béton situé entre deux barres se fissure,


2") que les fissures sont inclinées à 45' sur la direction des barres,
1 1 3') que la transmission des efforts d'une barre à l'autre s'effectue par compres:
Y' des "bielles" de béton découpées par les fissures.

Cette transmission n'est donc effective que sur la longueur E.


r
- c .
1
1
1 '4:5 12 -. Longueuy .dp.recouvrement
71
r
Les barres ne doivent pas glisser dans leur gaine : chaque barre doit
donc être totalement ancrée. D'où, compte tenu du fait que l'on peut négliger c
si c <5 @ , les longueurs de recouvrement (BAEL, art. A-6.1,223):

r'
!
1 1
I
+4
t
1
------
I I i
I
"III , 1.
-
éiavat;on

plan
1
L .e, 1
I I I
I! I t

L! Figure 4.36 a Figure 4.36b 1


1
TABLEAU 4.9
i

Barres Barres
i
Entre-axes des barres rectilignes
(fig. 4.36 a)
munies de crochets normaux
(fig. 4.36 b) ~
i

11 1 IIr = .La
c'est-à-dire, forfaitairement:
1 - Ronds lisses :
Fe E 215 ( mais ado*
II = a .
r s et Fe E 235 p l u k t les vaiwrs
- Barres HA : du &/eau 4.7
pa3ase 1 i 6 )
Fe E 400 I

et Fe E 500
......................
-t1 1
+ c c'est-à-dire, forfaitairement :
- Ronds lisses :
!
I

et Fe E 235
- Barres HA : que ci-dessu.
I
Fe E 500
i
Les plans des ancrages doivent être cousus'voir 6.513b.
I
Remarques :

1 ) Si les deux barres ont des diamètres différents, P. doit être évalué
r
partir du Es le plus grand.
2) Le schéma de la figure 4.37 donne le diagramme des contraintes de l'aciei
dans le cas d'une jonction par recouvrement (on a supposé c S 5 0 ) :

Figure 4.37

Tout se passe donc bien comme si on avait une seule barre continue ;
cependant,sur toute la zone de longueur .ty ,l'encombrement latéral corresponi
à deux barres : il faut y penser lors du d~mensionnementdes sections de bétor

4.513 - Armatures de couture

Du fait de la fissuration du béton à 45O et de la mise en compression


des bielles découpées par les fissures,une jonction par recouvrement donne
naissance à un effort transversal Ft égal à l'effort longitudinal FE s'exer~
dans chacune des barres, ainsi que le montrent les conditions d'équilibre
(fig. 4.38).

oblique dans los


bielles

Figure 4.38

F %+Longi(wiinal
E
Pour équilibrer cet effort transversal, c'est-à-dire pour assurer

de la figure 4.35, il faut normalement disposer sur la longueur '


l'équilibre des bielles et empêcher la fissuration longitudinale selon le plan
r des armatu
/-= - -
de c-tuf@', sauf (BAEL, art. A 6 . 1 , 2 3 ) :
- dans les poutres, si la proportion de barres arrêtées ne dépasse pas 114 sur
l'.étendue d'une longueur d'ancrage Ila et si ta P.s ,
- dans les dalles armées de treillis soudés, dans tous les cas,

- dans les dalles non armées de treillis soudés, si la proportion de barres ec


recouvrement dans une même nappe est au plus égale à :
. 113 pour la nappe la plus proche de la paroi voisine
. 112 pour toute nappe séparée d'une paroi par une nappe de direction différ-
En dehorsde ces trois cas, des armatures decouture sont nécessaires ;
elles sont déterminées corne indiqué ci-après.

a) Cas de barres rectilignes

On raisonne sur le cas de m barres rectilignes de même diamètre, en


recouvrement de part et d'autre d'une même plan (fig. 4.39). S'il n'y a que
deux barres en recouvrement : m = 1 .

4~ '% ;
Exemple : m = 3 avec Exemple : m = 4 avec k= +i
At corres- I
At corres-
pondant à pondant à
2 brins. 6 brins.

Figure 4.39

/' Soit :
i
/'
/
.
la section totale pour une nappe d'armatures de couture, des brins
/
i '
At
qui traversent le plan P ;
s
t l'équidistance des nappeçd'armatures de couture ;
fet. la limite d'élasticité de ces armatures.

L'effort total qu'elles peuvent équilibrer est (BAEL, art. A-6.1,23) :

L'effort longitudinal est FL = A. fe .


Il faut avoir F 2 FL c'est-à-dire :
t
- au total :
(CAt) fet 2 A. fe

- ou, par unité de longueur, puisque l'effort longitudinal s'annule sur la


longueur Ls :

c'est-à-dire, compte tenu de ce que l

At
-
s fet 2- m. T O T
SU [4.2g
t
(m = 1 s'il n'y a que deux barres en recouvrement). l

Les armatures de couture doivent a r e disposées sur la longueur


et non sur la longueur ls - '
r
i
- 128 -
De manière générale l e s recouvrements doivent ê t r e décalés (c'est-à
q u ' i l ne convient pas d ' a r r ê t e r l'ensemble des m b a r r e s dans l a même s e c t j
transversale).

--- ........................
b) Cas d e barres munies d'ancrages courbes (BAEL, a r t . A-6.1,254)

Pour p a r e r au r i s q u e de fendage du béton s u i v a n t l e s plans contenan.


ancrages par courbure, ces plans doivent'êCre cousus. Dans l e c a s de recou
ments avec crochets normaux, l a s e c t i o n des armatures de couture d o i t ê t r e E
moins é g a l e à l a m o i t i é de c e l l e r é s u l t a n t de l ' a p p l i c a t i o n de l a formule
:~zl
..'
4.514 - Barres c o w r e - j o i n t s - Chaîilages
.':i
...
Les b a r r e s "couvre-joints" sont u t i l i s é e s pour transmettre l e s e f f o
e n t r e deux barres placées bout à bout dans l e prolongement l ' u n e de l l a u t r e , c
q u i é v i t e l a c r é a t i o n de moments secondaires au d r o i t de l a jonction ; on l e s
dispose d e t e l l e s o r t e que c < 5 0 ( f i g . 4.40). Leur longueur e s t a l o r s au m r '
égale à 2 R
S
.

Figure 4.40

S i l e nombre de b a r r e s e s t é l e v é , l e s b a r r e s couvre-joints deviennen~


continues e t ne s e d i s t i n g u e n t p l u s a l o r s des a u t r e s b a r r e s . On a un "chaînage"

Sur l'exemple simple du c o w r e - j o i n t de l a f i g u r e 4.40, on remarque .


s u r une longueur Rs de p a r t e t d ' a u t r e de l a coupure, on a "physiquement" dei:
-
b a r r e s mais, "mécaniquement", une s e u l e barre. Chaque coupure e n t r a î n e donc 1~
p e r t e mécanique d'une b a r r e dans l e nombre t o t a l des b a r r e s mises en place.

En g é n é r a l i s a n t c e t t e c o n s t a t a t i o n au cas d'un chaînage, on a b o u t i t '


l a r è g l e ci-après :

RègZe : Un chaînage de m barres de même diamètre comportant p colrpures par


tongueur de sceZZement d r o i t e s t mécaniquement équfvaZent d m - p br
conttnues.
Exemple, f i g u r e 4.41 : m = 6 p = 2 nombre de b a r r e s u t i l e s : 4.

1 Figure 4.41
4.52 - RECOUVREMENT DES BARRES COMPRIMEES EN PERMANENCE [ v w i mb 6) Su 6as de la a e 130
P9 )
Dans c e c a s , il f a u t toujours prévoir des ancrages d r o i t s .

4.521 - Longueur de recouvrement


a:
D a n s l e cas où e l l e e s t soumise à un e f f o r t de compression, une
b a r r e . v i e n t - prendre appui s u r l e bét,on par s a face terminale. ; l a d i l a t a
t i o n t r a n s v e r s a l e ( e f f e t Poisson) a par a i l l e u r s pour e f f e t de plaquer l a s u r f a c e
l a t é r a l e de l a b a r r e c o n t r e l a gaine de béton.

Ces deux e f f e t s , q u i sont f a v o r a b l e s , s o n t a n n i h i l é s dans l e c a s de


b a r r e s soumises à des chocs de d i r e c t i o n a x i a l e (armatures l o n g i t u d i n a l e s des p i e
mis en place par b a t t a g e , par exemple) ou à des v i b r a t i o n s . D'où l e s v a l e u r s à
prendre e n compte :

a) Cas général, où il n'y a n i chocs, n i v i b r a t i o n s e t où l a d i s t a n c e e n t r e axes


des barres e s t p l u s égale à 5 0 :

a'r = 0,6 as
Les Règles BAEL admettent l e s v a l e u r s f o r f a i t a i r e s s u i v a n t e s :

- barres HA FeE 400 $;=24@ (0,6x400)


- f i l s t r é f i l é s HA FeTE 400 S i on ukkso le
bbleaau 4.7 page 116'
-. b a r r e s HA Fe E 500 pmdre q u d hème
- f i l s t r é f i l é s HA FeTE 500 300 (0,6x50@) ln>{O$.
- ronds l i s s e s Fe E 215 -
e t FeE 235

b) Cas de barres soumises à des chocs ou à des v i b r a t i o n s :

4.522 - Armatures de couture à disposer s u r l a longueur


9;,
Ces armatures f o n t l ' o b j e t de r è g l e s p a r t i c u l i è r e s ( v o i r 10.432 b) .
~ , S ~ - _ P R E S C R ~ PD~E 'L'EC!~
O ~ ~ SCotdCERMANT LES R E C O U V R E M E h l r S

Pour l e s b a r r e s , l a longueur de recouvrement est :

al dépend du pourcentage de b a r r e s en recouvrement dans une même


s e c t i o n et de l a d i s t a n c e de l a jonction au parement v o i s i n ou à une
a u t r e jonction a d j a c e n t e :

- pour l e s b a r r e s comprimées : a l = 1

- pour. l e s b a r r e s tendues :

a) a = 1 l o r s q u e l a proportion des b a r r e s en recouvrement dans une


1
même s e c t i o n e s t i n f é r i e u r e à 30 % lorsque a & 100 e t
b 2 5 0 ifiqk.42).
b) al = 1 ' 4

c) a
1
= 2
a < 1 0

lorsqu'aucune
0 -
lorsque l'une ou l'autre des trois conditions ci-dessus
n'est pas satisfaite (c'est-à-dire
-
soit

des
b < 5 0 ;

conditions
proportion 1 3 0 %

précédentes
satisfaites (c'est-à-dire à la fois proportion
a < l00et b < 5 0 ) .
>
n'est
30 %,

Les recouvrements doivent être décalés conformément à la figure 4


( m q d i coduik à vn fort ~kalamenkde5 racnovrernenls !) :

-Couture
- - - -du-r- e c ~ u ~ r ~ n ~

S i 0 5 1 6 mm ou si la proportion de barres en recouvrement dans une


même section est inférieur à 2 0 %, il n'est pas nécessaire de prévoir
d'autres armatures de couture que celles prévues pour d'autres raisons
(armatures d'âme ou armatures de répartition).

Sinon, il faut prévoir une section totale d'armatures de couture au


moins égale à l'aire d'une des barres du recouvrement (obligatoirement
sous forme d'étriers si a 2 - 10 0 ) et disposée comme indiqué sur las
figura 4.44a d 4 . 4 4 b.

(1) Pour les barres susceptibles d'être tendues dans certains cas de charge et comprir
dans d'autres, les règles concernant les barres tendues, qui conduisentauxplusgx
longueurs de recouvrement, sont applicables. Sauf impossibilité totale, il faut év
également dans ce cas, de prévoir des ancrages courbes.
- 13n - l
b) barres
. . . &rnprim&s

1':
4.6 - ANCRAGES ET RECOWREMENTS DES TREILLIS SOUDES
-i
I
4.61 - TREILLIS SOUDES FORMES DE FILS LISSES (BAEL, a r t . A-6.2,2)
1
t ' :

4.611 - D é f i n i t i o n
, . ~~,
i
i
, I
quis~i!, proposeh Por I I A D E T S , n'a pas e'grepnsc par les R ~ ~ J I ~ ~ ~ A EI L
La c!df&!;ofi
, i t/
9udqve S O /wr~ diamèho SO& mnsIIdete2 convenhonne//~m@tk:
8
.- -comme [ils p o r t e u s ceux qW cn3endrenb ~ n 4 : sedon par mèke , s u F m ou e$ i
1
-. 1. ah q m d d p- hs +ï;> q u i ' / w csoî-J/d?d/bh~;e~;
',
~~

!
f P
-comme i'l.sda re drb. .on, m6me si kuf d/bmeke ed /eP/OS grand, W,Zrto,'&ga
dm) une s e d a bar in& io &,@u~I:à d i e ayendr~t~par /és $& qui /sur ~ o r & p " p d i1
: !

w & ; ~ s 4.45 .!(fi f I


-~-
I ,,
8
9
A n o k t u'une Mk dYn~'X.ono t ~prBJuge absolimeai-

-
-i pas du rôle mecad va. 'ou& dans l1ouvrays par chaune.
-i Jaç
Y ?
davx direek.ons d arrnabre~.
...l
fi94.4s A2=fisde+
Af bsn .
i
4.612 - Ancrages r e c t i l i g n e s

:. ] ~
L'ancrage d'un f i l e s t supposé a s s u r é n o n p a r adhérence,propre du f i l mi
i
uniquement par appui sur l e béton des f i l s t r a n s v e r s a w . q u i l u i s o n t soudés.
y+
! L'ancrage t o t a l r e c t i l i g n e e s t supposé a s s u r é par ( f i g . 4.46) ':
LI
- au moins t r o i s soudures d ' a c i e r s transversaux (de r é p a r t i t i o n en général) pour
-1
un f i l porteur ;
,
,L!.
1:
- au moins deux soudures d ' a c i e r s transversaux ( p o r t e u r s ) pour un f i l d e répar-
tition.
,- 7
, . .. .:... . .. ,

\ J 1 1 zone d'ancraae .

Ancrage t o t a l d'un f i l p o r t e u r

zone d'ancrage

Ancrage t o t a l d'un f i l de r é p a r t i t i o n - 2 f i l s porteurs .


La p o s s i b i l i t é de r é a l i s e r des ancrages p a r t i e l s conduit en p r a t i q u d
,.
d i s p o s i t i o n s suivantes : 1
a) F i l-------
--- s porteurs 1
Soit A l ' a i r e r é e l l e d'un f i l p o r t e u r du t r e i l l i s
l ' a i r e de l a s e c t i o n s t r i c t e m e n t r e q u i s e p a r l e c a l c u l .
Acai
Au-delà du p o i n t où s ' e x e r c e l ' e f f o r t à a n c r e r on d o i t trouver :

- trois soudures s i
Acai
5A < 2 Acal
- deux soudures s i 2 Acal. S A < 3 Acal
- une soudure si
3 Acal C A

-b)-F-i l-s ---------


de répartition

Au-delà du p o i n t où s ' e x e r c e l ' e f f o r t à a n c r e r o n d o i t trouver en


g é n é r a l deux soudures.

i
I
4.613 - Ancrages p a r courbure

Les Règles BAEL a u t o r i s e n t ( a r t . A-8.1,21) l ' u t i l i s a t i o n de t r e i l l i s


soudés l i s s e s pour c o n s t i t u e r l e s armatures l o n g i t u d i n a l e s , e t donc a u s s i
t r a n s v e r s a l e s , d'une poutre ou d'un poteau.

a ) Diamètres minimaux--
------------ -----
des ---------
mandrins de c i n t r a g e

Ces diamètres s o n t ceux donnés dans l e t a b l e a u 4.10 (qui donne égalemei


l e s diamètres minimaux pour r é a l i s e r éventuellement des ancrages courbes à
l ' e x t r é m i t é des panneaux de t r e i l l i s ) .

TABLEAU 4 .IO

Diamètres minimaux des mandrins de c i n t r a g e des t r e i l l i s soudés (en mm)

Diamètre nominal du f i l (en mm)

C 5,5 6 7 - 8 9-10 12 14

i
Cadres e t é t r i e r s 30 40 50 70 70 1O0 150

Ancrages 70 70 100 1O0 150 150

Divers c a s peuvent s e r e n c o n t r e r en p r a t i q u e :

_1"_ c_a _s _: _l e_s_a_c i_e _r s_t _r a n_s v_e-r s-a u-x- s-o-n_ l----------
t p-a c é s du c ô t é i n-t é-r-i -
e u-r- -( f-i -
g .- -4.421.

Le diamètre D d o i t au moins é g a l à c e l u i i n d i q u é dans l e t a b l e a u


4.f0 Il f a u t a v o i r E 2 0,65 D + 2 Ot , ou sinon, p r é v o i r un mandrin échancré
( f i g . 4.4'3 b) :
Mandrin

Figure 4.47 a Figure 4.47 b

2" cas : les aciers transversaux sont placés à l'extérieur (fig. 4.48,).
----- ----- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - ---------
Le diamètre D doit être au moins égal à celui indiqué dans le
tableau 4.30. Il faut avoir E > 0,5 D + 0 , ou sinon, adopter D > 20 9
(fig. 4.Ltgb) : t

Figure 4.48 a Figure 4.46 b

bj - - - - -des
Longueur - -retours
- - - -droits
---
Il convient de respecter les dispositions de la figure 4.49, plu?
contraignantes que celles données en 4.323.

étrier épingie cadre

Figure 4.49

Les Règles BAEL indiquent que dans le cas d'un angle de 90' (retour
d'équerre), la partie rectiligne prolongeant l'arc de cercle doit obligatoire-
ment comporter un fil soudé perpendiculaire (fig. 4.50a) : une telle disposi-
tion n'est réellement applicable que pour des cadres ouverts (fig. 4.50b).
Figure 4.gO a Figure 4.50 b

4.614 - Recouvrements
La jonction par recouvrement de deux fils rectilignes doit comporte:
sur chaque fil : trois soudures dans le cas de fils porteurs (fig. 4.511, deu:
soudures dans le cas de fils de répartition (fig. 4.52).

Les souduresintéressées sur l'un et l'autre fils sont décalées de 4 cm


dans le sens qui aiigmente &a longueur de recouvi-ement à moins que les fils en
jonction ne soient dans un même plan. Comme indiqué eh 4,513,on ne prévoit pa
d'armatures de couture pour de telles jonctions.

nappes en recouvrement
dans des plans distincts.

nappes en recouvrement
dans le man* plan

Recouvrement des fils porteurs


Figure 4.51
Remarque : Les solutions type a . ont l'inconvénient de conduire à un
encombrement en hauteur des panneaux. De ce pointde vue, les solutions
types b ou c sont préférables.

4.62 - TREILLIS SOUDES FORMES DE FILS A HAUTE ADHERENCE (BAEL, art. A-6.2,1)
Les fils constituant.un treillis soudé à haute adhérence sont
ancrés individuellement ou par les soudures selonle cas le plus favorable.

Pour les ancrages rectilignes, et en particulier pour le calcul de


la longueur de scellement droit, il convient de se reporter au ara graphe 4.23,

Pour les ancrages par courbure, les diamètres minimaux des mandrins
de cintrage étant ceux du tableau 4.10 les dispositions qui ont été indiquées
page 117 et au paragraphe 4.323, figure 4.26, sont applicables.

Pour les jonctions par recouvrement, se reporter au tableau 4.9.


. . ... . .

4-63 P R ~ S C R ~ P T ~ ODE
~ SL'ECZ CohlCERtJANT L E S T R & ; L U ~SOU.D&

4,631 ~ i a r n à k
win;rnaux. des mandrins de pl<zqe -.
Dans le cas des treillis soudés, les diamètres minimaux du mandrin
de pliage sont donnés par le tableau4.ql:
% b l & ~ 4.4! - EC2. Diam& &Nm'ws & blirge des h i l l < ' %ud&
~ .
1 Diamètre minimal du mandrin 1

c < 4 B :zoo
c 1 4 0 : voir tableau
ci-avant

I
La longueur d'ancrage peut également être calculée par la formule
[4,9J,mais s'il existe des barres transversales soudées sur la longueur
d'ancrage, on peut lui appliquer un coefficient de réduction égal à 0,7.

Dans le sens "porteur", la longueur de recouvrement est définie


par :
= c c 9. '
As,cai
2 b As,ef
( O' ,min 14.221
avec

Ab calculée par l'équation[4.~]en prenant la valeur fbd des barresW4 -


s distance entre barres longitudinales

= Max [ 0 , 3 a2Eb ; 200 mm ; s t ]


'o,min
s distance entre barres transversales.
t

-e t r e pLar i proportion
se égale
des b a r r e s en recouvrement dans une même s e c t i o n peut
à :

60 % dans l e cas c o n t r a i r e , et s ' i l s ' a g i t d'un panneau i n f é r i e u r .

Les recouvrements e f f e c t u é s s u r deux nappes superposées doivent


ê t r e d é c a l é s de 1,3 9, dans l e sens h o r i z o n t a l .
O

Dans l e s e n s "non porteur", l a proportion d e s b a r r e s en recouvre-


ment peut ê t r e de 100 % ; l a longueur de recouvrement peut être t i r é e du
t a b l e a u 4. t2:

Diamètre des b a r r e s HA (mm)


0 ~ 6 6<028,5 8,5<0212
du sens non p o r t e u r

-
Longueur de recouvrement fi
O Max { \ a mm
'150 { 250 mm h {" 350 mm

= d i s t a n c e des b a r r e s du s e n s "porteur".

tbleau 4.i2 - ~ c -2 bbgvaur. de recouvmmant hu'~imales des TS.&.A. &hs le sens n- p&,

4.9 - BIBLIOGRAPHIE SELECTIONNEE DU CHAPITRE 4


- .
ROBINSON (J.R), ZSUTTY (T.C .) GUIORGADZE (G.), LIMA (L. J. ) HOANG LONG HüNG e
VILLATOUX (J.P. ) - La couturé des jonctions par adhérence. Annales ITBTP, ju.
.
1974.

- Bond action and bond behaviour of reinforcement - B u l l e t i n d'Information


CEB n o 151, décembre 1981.

- FAUCHART ( J . ) e t HOANG LONG HLmTG - Ancrage des t r e i l l i s soudés formés de f i l


bruts de t r é f i h g e de forme cylindrique. Annales ITBTP, a v r i l 1973.
- Reconunandations RILEM ( a v r i l 1982)
. RC2 - Essai de traction
. RC4 - Essai de pliage - dépliage
. RC5 - Essai d'adhérence :
1 - "Bem-test"
2 - vPuZZ-out t e s t "
- ROBINSON (J.R) - La poutre e n béton armé à talon e t Z'adE~ence.des Eames
groupdes pûr deux nu contuct.Annales ITBTP, décembre 1956.
ETATS-LIMITES ULTIMES DE RESISTANCE
SOUS SOLLICITATIONS NORMALES

5 - HYPOTHESES
6 - TRACTION SIMPLE

7 - FLEXION SIMPLE

B - FLEXION COMPOSEE

9 - FLEXION DEVIEE

10 - COMPRESSION SIMPLE

11 - FLAMBEMENT
HYPOTHESES ET DONNEES POUR LES CALCULS
SOUS SOLLICITATIONS NORMALES i

Les sollicitations normales sont celles qui développent des contraint1


normales sur les sections droites. Elles sont caractérisées par un moment fléch.
sant et/ou un effort normal, rapportés au centre de gravité de la section homogèr
lorsqu'il s'agit de calculs élastiques et que la section des armatures est connu
ou au centre de gravité de la section de béton seul dans tous les autres cas, VI
chapitre 8.
i 5.1 - HYPOTHESES GENERALES
i
Ces hypothèses sont celles utilisées en Résistance des Matériaux dans 1
théorie des poutres, à savoir :

- dimensions transversales faibles par rapport à la longueur ;


- rayon de courbure dela fibremoyenne g r a n d p a r r a p p o r t a u x d i m e n s i o n s t r a n s v e r s a l ~ .
- variations des dimensions de la section droite lentes et progressives.
5.2 - CALCULS VIS-A-VIS DES ETATS-LIMITES ULTIMES DE RESISTANCE SOUS SOLLICITATIONS
NORMALES

5.21 - HYPOTHESES FONDAMENTALES .


5.244 Qjp- - -;-9
us
-Les
*do R à Iffi BAEL
-les-.9
a,- - Lart. - -A--4.3,2)
- -
v~othesesgui. suivent ~ O n tcelles qui sont applicables
.. lorsque le-
effets du second'ordre [influence des déformation; sur les sollicitations) -peuven
être négligés.

Lorsqu'il n'en est pas ainsi, il faut effectuer une vérification d'état
limite ultime de stabilité de forme, selon les hypothèses et méthodes indiquées a
chapitre 11.

Ces hypothèses sont au nombre de six :


*"%
-',1 au cours de la déformation d'une poutre sous l'action d'un système quelconqu
de forces extérieures, les sections droites restent planes et conservent leur
dimensions (principe de Bernoulli) (1) ;
2'
8 - la résistance du béton tendu est considérée corne nulle ;
<4 ,
c$Jj-
,J
par suite de l'adhérence, chaque armature subit la même variation linéaire q.
le béton situé à son niveau (supposé non fissuré si l'armature considérée e*
tendue) :
*<
4'- le raccourcissement relatif E
bc
du béton est limité à :

3,5. IO-= en flexion


2,O. IO-' en compression simple ;
C
@ - l'allongement relatif E~ de l'acier le plus tendu est limité à 10.10-~ (2) ;
(celte. LjpotkEsc n k s i pês sYskkah7vornor4 retenue par L ' E ~ z(vo+ S.2(2 ))

(1) Ce qui implique en corollaire l'absence de glissement entre les armatureslongitudir


et le béton, hypothèse reprise au point 3.
(2) En règle générale, pour des armatures tendues disposées en nappes, on peut les suppo
concentrées en leur centre de gravité.
- 135 - ' 3/87
6 - ("Règle des trois pivots"). Le dimensionnement d'une section à l'état-limite
ultime est conduit en supposant que le diagramne des déformations passe par
l'un des trois ~ivots A , B ou C défini ci-après (BAEL, art. 4.3,3), chacun
d'eux définissant une région.

Figure 5.1
-3
Pivot A Région 1 - L'allongement s de l'.acier tendu est
E à 'f0.40
La section est soumise à la traction simple ou à la flexion simple ou composée.

Pivot B Région 2 - Le raccourcissement


bc du béton est
E à 3,5.<O-.'
La section est soumise à la flexion simple ou composée.

Pivot C Région 3 - Le raccourcissement


bc dubétonauniveaude C est%
E

à 2,0.10-3. La section est soumise à la flexion ~omposéeou à l a compression simple.

Pour la vérification d'une section à l'état-limite ultime, il suffit


d'apporter la preuve qu'aucune des déformations limites n'est dépassée, c'est-à-di

- qu'au niveau de l'acier le plus tendu, E S 5 10 %. ,


- que,sur la fibre extrême la plus comprimée de la section :
E <3,5%,
bc
- que,sur la fibre située à -37 h de la fibre la plus comprimée :
E 52%,
bc

-
5,2i2 H y p o-k -
h &-
~ s- d- o- p&S- - L arL - '&CL
-
L'EC2 =dolie les hypoMèses < à 4 h u m & & ci-dessus. ER revanche il ne.
&+ pas L'hy~oChèse 5, en indiquant s ~ f e m e i J que - "dercs cerkains c=, d wk
stavemr u b ' t ~de t o n d d e k r une v ~ l e v rL;mk pour 1s de$rmaCl'oir des a r m a b m
de b é b armé '!
La valeur Laike de 40%~ evait ék' sdcphta bar k CEB pou, =;ter que
L'à&-lirn;te ~Ltirnene soi{ &aint "?sr dt$omah.on ptskque e x m i e !
Ce& L'mi&, p o v r b d LI& commode p u r le k a c r ~ ' ddik3rarnmes
~~
e u s e var certains pays 7°C
h c k o n (voir
t .8i ) est m a i n h n ~ d4t2&
- 136.- l
- 136? - 1
ronsidèml- qu'clk. n& 1%
?sar~ss&m.Elle n'.est Abilleurs conside'm' nt' ~ d r
la norme britannique aS $((.O, nt par 14. &de AC;. bans I'~urocock2, clle r
I
q
donnee u ' i &-c ùi&cah'f. b nonne allûma& D ~ iNo 4 5 a toujours FnS.
conzpk. uns Lmik de 5.10-3
Quofiu'1'1 on peul- v&ifièr LpJ'LJnQ V J ~ ;prtanb
S O ~ , ~ O ~ JQ la.
leur nuinèn' ue de la I m i t e dàllonyern~nkde lbaèr ela qu'une Pibk in&
SOT
9
L 'ahinakon d a de &i.s tan ce d ;ne -=/-ion . Cependad,
pas p x e r de vdeur num& fie s i 9 d f & kas que fal/ongemenk de I'ciciè
9ue.
a I 'e'lat. Limite ulbme n 'est pas LSfe: e t cela p u r deux taisons :
-Lallo-)ernent sous charge hiaxiinah (voir 2.2sf.3)consb-tue u n e lim<k ph
3tqvc qdo, ne. franchir : au-delà, commence le phknomène de shi'chbn
qu'il +ut, ~ b ; d a Ae;;ter;
pour d~ eisons ~
-
Lddophi7n Ab= /murceaka.age mirùmal dkcier ( v o i r jr411-fi) enhaîne un
hanement euhmahque d e 1 bllovlgernenk marimal de 1 da'w, co-pndan~
LgbI. d hljuilibm da la setkox a r m i au pn>r&e9c n i n i m e l.

' 5.22 - DIAGRAMMES CONTRAINTES-DEFORMATIONS DE CALCUL

5.221 --
Acier (BAEL, art. A-4.3,2)

Le module E n'étant que peu affecté par la dispersion, le diagram


s
de calcul d'un acier se déduit du diagramne idéalisé (voir 2.262) par une affinic
parallèle à la droite de Hooke et de rapport l/ys ,avec yS = 1,15 en général
(ys = l vis-à-vis des sollicitations accidentelles).

Ce diagramme permet, connaissant la déformation relative es d'un aci


occupant une position quelconque dans la section droite, d'en déduire la contra
de.calcu1 o correspondante.
s
--
Béton

En ce qui concerne le diagramme contraintes-déformations de calcul du


béton, on fait l'hypothèse qu'il existe une loi de comportement unique traduite
par une expression analytique dans laquelle la contrainte u est une fonction
bc
univoque de la déformation E ,et qui est valable dans tout le domaine de la
bc
flexion simple ou composée, pour toutes les fibres de la zone comprimée. Cette
hypothèse est communément admise pour les calculs des éléments dans lesquels
l'état-limite ultime est atteint par accroissement monotone de la sollicitation ;
elle implique, en fait, l'hypothèse d'un'comportement univoque non linéaire en
compression et, en conséquence, elle n'est plus suffisante pour les calculs sous
sollicitations alternées par exemple.

--- ------
1") Diagramme --
parabole-rectangle (BAEL, art. A-4.3,41)

Le diagramme de calcul idéalisé du béton est le diagranme dit "parabole-


rectangle" constitué par un arc de parabole du second degré prolongé par une ligne
dr0.ite (.f9 5.3) :

aieh noter que cc diayrarnrne n %ta& inLroduiC que per un &+'ce de ~alol,

b /m.ate. .de la tango& a L'origÿlen'el&- ~ 2k de


sd é ~ n d â n t e le dsisfsnnz
2 fa camp-iomdu Lelton, diagramme. parabole-rectangle "de calulU& &-
duiC du diagramme panbola- re&ngh ''caracCe'r~'sk~ue."Pr one a f h ' k ' @
%,f, ..
Lu.% pirali;lerneak à l i x o 00-d a c o n h i n k s , rap& avec y a"&
3; ( 5 , sauf h5. ach ons 2 ~ ~ i d e n h l pl e r~\esquaIles
pur
bc
~ Tb 4,is ( B A E L ) :
.)

ou Ta: 1'3 ( E C ~ ) .
?~n:in2lcrnent, la diagrsrnine p a b o l c - recla-tglc de calcul 4-depd 1 p9 igS.4):
- par una p r a b o l e du second dqm' don1 le s o m r n & s e koova à I l;ibtc;s -
2.40' 3 1 l.'ord~nn& d
&
k ~n no&ions EC2 ( dg en khan^
BAEL - horrnalemenC
1 .
F
jr 28 j o u r s )
Yb
FigureS.+ Diagramme B- - E du béton à utiliser pour
la vérification des sections.
. - ---

b raison du c o e ~ ' c j c n kd (<I ) eJt que la.resiskavza d ta compmssioc


du b d ~ dr+ ~a d , entre a u h a s p2rarnèkes, de fa dur-& dappli'cah'ot~des
char9es. Ck a Ge' &AI$
bh&ornène en 2,121-4.ri QSC r a p p e l ~ ' ~ r ados cc
traintes soukmues en~ra"rer~k une chuk de 1s re'sc'stance apparente du
bàbn à fa corn mssion. ER contreparhé, la durcis~ernenb~mkraSn&v u
P
wgm~nFahorr de la mkisbnce d- le br,+s. &s. dmx ph&om&es,
qui agiss~nken Sens inverse, -finissahk parsa corn pansu: 8 e x i s k
alors une r&isCance minimalé du ba:k~ sous u n e charge appiiquee' Fend,
un km s &hqucz, q u i ut dé Liodnt de 85% da la r e k k b n c e sous charge.
't
d e Longva dumi [ " e p RÜSC~: voir Bu1Ieh.n d'irikrmahon du CES n!
3ans la &$zs 84EL90, la valeur d e &kz' modulai ci- pnka agala
. d =6 85)
8
avec :
6 Lor~qala dure& d'a Itcafion de la ccmb;nai~on. d ' a c k ~ uconsid
d e . ~ k . ~ urieure aPP245
B:
P'
Lorsqua ah durai est com nSQ e i ~ di,
b et 241,
û,9
P.
8 ;0,85 iorspu'e14 inlérieure à fi!
WQ modulakon n a une grandé c o n ~ c q u e n a~raC;qua lorsqcn 1 'Li.
kmik u l h e serai{ akeint p8r soite & I~ll~n~ernerrC excessif des ê ciers [
n o k suis, elle c o n s k k on "t.fhemen/-' inutile qui ne que ~rnpl+zr
le d c u f !) . nie hfexisk dam I ' E c ~ , q u i i n d i9 ue seulemen/- 9u e d
bwk q & ~ t a ~ c ~;ka & pn3 abaf d 0,8S el qu'il d o i l , re'duit 2-

@ ) Faire akerrh'on que "d " 4.d IQ il'enkà +ira. .& 'Rëjlczî BAE
sign-i;.ftakonsmu1 : rapport de long ileors, de charges
-138.
t
-
*
6,Bo pour la zones comprheas don1 /a brgur deruo7C vers IG+Anzç los
b ~ o m p r i m ~ .&
P rédudion n bst prise err cornpk cfdans hs %la BA=

~ béb
La d;~trr'bob'on m c ~ 8 n 9 u f a i ' r ~AS c o n k r a i n b de c o r n p r c s ~ i odo
qua l'an h-o~vedans \a plupart dos kexhtç r&51smen(-sires ( BAEL, E C 2 ,
8s Brio, D;N 4045, Aci, e k . ) consh'kie une sfhpli'+-caah'orr. qui d ég kreé
de la cnndtheiz que, p u r un. ùjp da sech'orr donne', avec d i ~ i c n fmodes
s
de &argemenk, I)drmabre ~e'atç~gre S O ; ~ sensi'bfeolent la mZme que celle
-

l'on obhéndrail. dYeC un diagramma. plu* exad, Cél qua. IQ diagramme para-
bole redallfjla,
Shn$i'./kakon
I I
a surbuF d e IknkérêC dans le cas O; 12- neutre
est à l'intèr(eur de la chen en , cùsl-à-dira ceux o ù h s e d o n f i ésb pdç Q.
&&mm#corn r ~ h c é ,c ' a l - 2 -di= azcore ceux yu; rorms/ondenkoi d4ç
P
d/à9rammizs de de,&mafioo p - ~ a n k ~C'un r des p i v o h A ou B , d b &XC/U -
S/bn do ,6ivo,f C. Dans ce en e&+, las r&ult& a n k a bon d ~ r d
)

avec a u > donne> par le diagrrmme k r a b o l c - re&rtgb.


~ ' q u i v d e des
n ~ deux d i a g r b r n m ~siz vèripa am observsd que les
*volume des conhainks "qui mesumd- la Frce d e compression du &Lon a n C
~ensiblemrntz'gaur &r que. Leur c e n h de 9rauih' o c c u p ~ensi'blcmenC

Figure 5.5

nulle,
,sur fa dikkance 0,8ya raCank, la c o n t r a i n k vaut awc:

- 138. -
2 2-i
.. . . ... . . . .....,...
L. -.--.. -. -- -.-..'1,
i
- 139. -l
r
a) ?>amle cas de L '- E c-
~:
à &0,80 d ~ n 4
cd. O, 85, c e b valeur &tank r a m e ~ ~ s cas de zones &F
prime& donC la brgeur dc'croîC vers l a fibras les plus comprim& (tri
31e, mrcla, e h . )

A)-Dans- 1-a CS- -des


-- &3lcs
- -B-
AEL:
-
Pour l e s zones comprimées dont l a l a r g e u r e s t , s o i t constante, s o ? t c r o i s s a n t e
v e r s les .f i. b r e s l e s plus comprimées ( v o i r f i g u r e 5.,6a ) ,

Pour l e s zones comprimées dont l a l a r g e u r e s t d é c r o i s s a n t e vers l e s f i b r e s 1,


plus comprimées ( f i g u r e 5 . 6 b ) -
& =O 80
L (pour 8, voir page 4 3 8 1. j
Cette v a l e u r doit. en o a r t i c u l i e r,
- ê t r e adout&e aans l e s c a l c u l s de f l e x i o n
déviée ( c h a p i t r e 9 ) .

Axe neutre
- - .-.

Figure 5.6 a Figure 5.6 2


39 A u k a diagrammes
L EC2 zuL0d.e l'uh'lisakon d'duhes diagr2rnmes ida'zliseh, à condihi
'
7u',.(s s0ihnk "&quiva\ciJs " au diagramme parabole - recCangle, ce yu; esF le caA
du diagramme repdenk'
bil;n&;re Fg 5.7 (mars que nous n'uh'l[~ercns
pas dans la soike du coun).
5.3 - CALCULS VIS-A-VIS DES ETATS-LIMITES DE SERVICE SOUS SOLLICITATIONS NORMALES
(CALCULS ELASTIQUES)

h h-ois hypoth&es q u i s~)ivenksot&las mâmos que les km13brernidw


hypoUèses ,br&as en cornab d&ns (ag ~~lculs vis-i-v;s des ébk- Irrm'&s ul.
I
&mes d e rbS~kkancc ( voir S. 2~ ) :

1 - les sections droites restent planes,


2 - la résistance du béton tendu est considérée comme nulle,
3 - l'armature subit la même variation linéaire que le béton situé à son niveau (1
4 - Le béton et l'acier sont supposés obéir à laloide Hooke, c'est-à-dire qu'
toute déformation relative E d'un élément de fibre compris entre deux sections
droites infiniment voisines correspond une contrainte normale

avec E , module de déformation longitudinale du matériau constitutif de la fibre


considérée.

D'après l'hypothèse 3 faite en 5.31, en un point où béton et acier son


au contact, les deux matériaux subissent, du fait de l'adhérence, la même déformatig

E = E
s b
..
c'est-à-dire que l'on a, d'après L.!hyPothise 4:

OU = -Es u = n u , en posant n =
ES
-
s Eb P b Eb
-

La force dans l'acier (aire de la section droite A) est ainsi :

Il est donc possible d'appliquer au béton armé, matériau hétérogène, les


formules classiques de la Résistance des Matériaux établies pour les corps homogèn
à condition :

1") de remplacer toute aire A d'acier par une aire de béton fictive équivalente
n A ayant même centre de gravité ;

2 " ) de considérer, à la place des aires réelles constituées par une aire totale B
de béton et une aire totale A d'acier, ;des...sections homogènes r;dU;hs bnsk'bh

(1) Toutefois, si on calcule les cléformations d'ensemble d'un tronçon de poutre oudepote
on peut tenir compte de l'influence du béton tendu entre les fissures sur l'allongeme
global de la zone fissurée (voir Ch+. {S e ' t BAEL, art.. A-4.6,12). '
~ ... ..... .. . . .. ..
t
- 439.3 -
une aire de -
béton [(B -
Bt) + n q , où Bt désigne l'aire de la zone de béton
r'ar
éventuellement tendu, qui doit être déduite de l'aire totale B en vertu
l'hypothèse 2.

Les formu1,es de la Résistance des Matériaux sont donc appliquées à :


e
c
sections homogènes r a d u i k .
Le coefficient n , théoriquement égal à ERIEb est le coefficient
d'équivalence. Mais si Es est constant, Eb dépend de la durée d'application'
::
.j charges et varie entre Ei et E (voir 2.144).
j v
Pour simplifier, conventionnellement, on adopte pour les calculs vis-
des états-limites de service,la valeur fixe n = 15.

Ainsi, dans un état-limite de service, la contrainte d'une fibre d'ac.


est égale à quinze fois la contrainte de la fibre de béton qui aurait le même c
de gravité.

a s hypot-hGes, q u i cornpl~kntf a hypoU&es t à 4 ci'-dessus, SC


$7 P
au nombre da 3 . ~ ' ~ . j ~ o t h & e l e Fgum SOUS celte rrne d a n s a u t v a
&Fe rêi$einen/aire, rU daris âumn cours da &ba a r m l ; wfte ~rffientakon
Lnhabitvdle a shplemenk pour but de rnaltre ea évidenca r d a i n analogi~
~
enCm les hypohhèses do calml à L'&a/. ( h i l e ulhnie avec &lhs Ao calcul
aux &&Cs- limib de servicc ( pwsque, dans ce dernier as,L h i b les con
,
Lrainks rizvieni- à l i m i k r les dqrrnah'ons dhp& ka /or' de ~ o o k e:)
5 , la conkraiA maximale de la de blbn. la pius compn'meé e,
l i m i k à une valeur
-
6 1s cohkai~COmaximale des armaiures la tendues, suppose&
c ~ ~ c c en.
~ leur
~ Mcenf-ra
s de 3ravik', esC L'm'Me, normalement, 2 une.
valeor
-
("Règle des deux pivots"). Le dimensionnement d'une section à un état-lin
de service est conduit en supposant que le diagramme des contraintes est
pivoc b

pivot ,
,

Figure 5.8
CI
diagramme linéaire dit "diagramme de Navier" - o pour le béton; s pour
bc -

lVacier,voir5,32 - et qu'il passe par l'un des deux pivots a ou b définis


~

sur la figure 5.8, chacun d'eux définissant une région:

a, Région 1 : le diagramme de Naxier passe par le point a qui


Pivot
correspond à la contrainte limite u
- (en fait -sur
0s
le diagramme) de l'acier
s 15
le plus tendu : la section est soumise à la traction simple ou à la flexion simpl
ou composée.

Pivot b, Région 2 : le diagranune de Navier passe par le point b qui


correspond à la contrainte limite %c de la fibre la plus comprimée : la section
' . est soumise à la flexion simple ou composée.
i
I
~!
;~

Pour la vérification d'une section aux états-limites de service, il


:. ;. suffit d'apporter la preuve qu'aucune des contraintes limites n'est dépassée, c'e
à-dire :
i i -
!
,
:, - qu'au niveau de l'acier le plus tendu : o 2 u
s s -
,-.
- que,sur la fibre extrême la plus comprimée de la section : obc I o
bc '
l :

.
5 . 3 Ekd--<limik
~ da compression d u beton BAE EL,^^^. A 4.5,2)
I

l
W &t- Ltmik est d $ a ~ par 5. 0,6fc?s*
-f - - -s&lr
Chssmmk d a e'lc&e&s a n 9 ~ ~-m-5 e-n h ' ~ a c / o r ~ - s ~ e b ' o
- -h-d-
le cornrnm/aire de i'arbda A 4.5,3i ind;qve qv'ébanb donne' la k
grande. vanëh'du ph&nomLne de q ~ s v r a k o neJ le nombm de paramêke
en cavsct, il irnpossiblo. de $.rw d a rqla
g&éra&ç conccvnank le
degd de nocivi& des f&fures.
Pour les b ~ k m e n ke.4 ouvrages assimilés, 1 krh'cle 8 2 . 4 pre'u'se
bu+;$ que la +>surikion &- cons id^& comma :

..+ , ~
- préjudiciable pour les éléments :
I :
i i . exposés aux intempéries ou à des condensations,
, ,~.
, ,
. ou alternativement noyés et émergés en eau douce.
I l - très préjudiciable pour les éléments :

f
1
. exposés a un milieu agressif (eau de mer, embruns, brouillards salins, eau trè
1 1 pure, gaz ou sols corrosifs) ;
. ou devant assurer une étanchéité.

, - P-au P-Jréudiciable //
dans les s u h s
t
,4 ' t l . ,
ce5
. I'auCreg cas ", o n peoC c;kr par exemple :
les éléments situés dans des locaux couverts et clos, non soumis (sauf
i
exceptionnellement et pour d e courtes durées) à des condensations ;
18
les parements non visibles ou n e faisant pas l'objet de conditions spécifiq,
concernant l'ouverture des fissures.
iI

%or les FOI& doja'


T O U ~ I . ~le~ , c ~ l n m ~ k a t ~ rn ci&' de Ibrh&z A 4,.S,3i1
consid6m que la .f&surah'on est:
-Feu preJudic;abla dans la kfvpa&daç cas 03 les ouvrages SOLC de
{ormes s;rnpIes, en mili'au w a rassi , avec des armaivres tellos qua
fc ,c 400 MPa,
P 9 f
- p m j u d i b i à b l e en m i l i i r u m o d ~ r m ~ n ~ a g r avec
e s s des
~ o u v r z g a mi;,
ces, de n o m b r a u ~ c ss ur[aces de mpn'se ou lorsqut~ls Agi/ d/e'lemcnt3~a
rnk u n e kach'on p u cz~cefitreé,
- t-& pr&judrZôble en. milréu forkamenta~ms~if.

-2 - - -i g o-s e-é s-à-/a -contbi&


---- des a c / h tendus
- - - -

La contrait& en. &rvice d e ,~ a u ' bendus ~ n./est Li'&& qu'en cas de #au
e &ès krejudi'ctible:
h o h ~ m j u d ~ ' c i a b lou

-f
i ~ s u r a h ' o ~w udi'ci~ble:
P j- Y

4= [f fa ; 410
L28
] f~Pa>

.7 b n (=1,6 p u r
ou h k 9 n e le cakeni rk
.F~s sàu rlaa l trclch'on. barns KA cour2ni

* ftzs
la r&;stznce du U

en CsS de $l;suiaAb~ p u PmJ


valeur "va a k i n d r e . des sc>mmek
la conkreink de I%cier en swvi'ce d't
tmuve que 0,5fe< % ,( o,Yf,.
(les valeurs n'omt ~as,volont~irern~nC, 5
db'arrondre~ i'wker le plus vo&a.
'Dans la Prah'que , u n e blh +mCisr'on ne ~'dmpos4.pas . + o m p t k a v ~ i l e r a . v ~ . c
des vabris arrondi'es ( 202 M P ~AU lieu de 201,6 p a r ~ e ~ b l ~ ) . .

Tableau S. i . ~ è ~ 1 .Bm
A R : %\e.urs de

Les vérifications relatives aux conditions de service sont définies


par référence à :

1- une limitation des contraintes en service


2 - des états-limites de fissuration

3 - des états-limites de déformation ( v o i r c h a p i k e 15 du pmsenkcours)


Les exigences vis-à-vis de la fissuration se réfèrent à cinq
classes d'exposition définies dans le chapitre 4.4 Durabilité

1 - Environnement sec : par exemple, intérieurs des bâtiments à usage


d'habitation ou de bureaux

2 - Environnement humide avec ou sans exposition au gel (en général,


extérieur)
- IY!. -
2
3 - Ouvrages exposés à l'action des sels ank-vwg/3S.
4 - Environnement marin
5 - Environnement chimiquement agressif.

5.35{ - LIMITATION DES CONTRAINTES EN SERVICE (article 4.3.1.1)

-1 - LIMITATION DE LA CONTRAINTE DE COMPRESSION DU BETON

1") Pour éviter llapparicionde fissures longitudinales. à moins que des


mesures spéciales telles que augmentation de l'enrobage des aciers
comprimés ou frettape du béton comprimé n'aient été prises. la
contrainte du béton, pour les classes d'exposition 3 ou 4
est limitée, sous les combinaisons rares, à 0,6 fck .
2") Pour éviter que le fluage du béton comprimé n'affecte le
comportement de l'élément considéré, à moins que le rapport ¶.Id
d'un élément soit au plus égal à 85 X des valeurs données à
l'article 4.3.3.2 (volt- chap.{ç ) , la contrainte du béton sous
charges quasi- permanentes e6t limitée à 0,45 fck'

-2 - LIMITATION DE LA CONTRAINTE DE TRACTION DE L'ACIER


Afin de respecter les exigences de durabilité et d'éviter une
ouverture excessive des fissures, la contrainte de l'acier en service
est limitée :

- sous les combinaisons rares, à 0,8 fyk (ce qui' &SI yu& c ~ n h / ~ n a nV/ O; ; ~
reman)ue jzo 6as de 4 ,ôaga 44f!)
- sous l'effet des déformations imposées seules, à fyk'
Ces limites sont réputées non atteintes lorsque :

- le calcul à l'état-limite ultime de résistance sous sollicitations


normales a été conduit conformément aux règles du chapitre 4.1
(voir 5.212);
- le pourcentage minimal d'armatures est respecté ;

- les dispositions constructives du chapitre 5 sont suivies ;


- l'analyse à l'état-limite ultime a été faite en limitant à 30 %
(6 L0,7,vo;r3.424-1) le pourcentage de redistribution des moments de
flexion.

-3 - CALCUL DES CONTRAINTES (article 4.3.1.2)

Ce calcul est fait selon le cas :

- soit en section homogène, si la contrainte maximale du béton en trac-


tion calculée sous les combinaisons rares est inférieure à
fctm,
- soit en section fissurée, dans le cas contraire, en négligeant toute
contribution du béton tendu.
Pour le calcul des contraintes, il faut en outre tenir compte :

- des effets du retrait et du fluage,


- des autres actions indirectes. telles que la température.

Si plus de 50 X des contraintes proviennent d'actions quasi-


permanentes, celles-ci sont prises en compte et l'on prend ae = 15
(ae= coefficient d'équivalence). Sinon, ces actions sont négligées.

6,352 - ETATS-LIMITES DE FISSURATION


La vérification a pour objet de s'assurer que l'ouverture maximale
calculée des fissures n'excède pas une limite fixée en accord avec le
client en fonction de la nature et de la destination de l'ouvrage et du
coût résultant de cette limitation.
11 y a la' una d;f&ce SWQX/~ ame /es &y& ~AEL : cn//as.n' ne demrndent
p s un CA/
de /ouverhue c k f s s u ~ s ,&Xmrnb /ec; hirrl'hhins conhain&
qufel/a propos& s ~ f d p w rmajntaRir !Ouverh,rn & f:ssures drns des hk;nilhs
am#ables (ml> d m ee WUG, /d m a n p z au b a de /a p q e 18 ).
En l'absence d'exigences particulières (telles que l'étanchéité par
exemple), il.peut être admis que :

- pour la classe d'exposition 1, la largeur des fissures n'a pas à être


limitée car elle n'a pas d'effet sur la durabilité ;
- pour les classes d'exposition 2, 3 et.4, l'ouverture maximale calculée
des fissures sous les combinaisons d'actions quasi-permanentes est
limitée, pour les bâtiments, à 0,3 mm environ.

La limitation de l'ouverture des fissures est obtenue :

- en prévoyant un pourcentage minimal d'armatures adhérentes déterminé


de manière que la limite d'élasticité de l'armature ne soit pas
atteinte avant la charge de fissuration ;
- en limitant les distances entre les barres et les diamètres de celles-
ci.
TRACTION SIMPLE
[ce c.h~,bi&rese
1
rqeie sxc/us/vmenfsiux Reyh.s BAEL
6.0 - DEFINITION
Une poutre rectiligne est sollicitée en traction simple
lorsque l'ensemble des forces extérieures agissant à gauche d'unesei
d r e i k Z est réductible au centre de gravité G de I: à une
force unique N (effort normal) perpendiculaire au plan de E et
dirigée vers la gauche (fige 6.1).

Dans 'une poutre rectiligne en béton armé sollicitée en


traction simple ou "tirant", le centre de gravité des armatures est
confondu avec le ce^^ da grdvik' Go du !don 5 ~ 1 .

Figure 6.1

6.1 - COMPORTEMENT EXPERIMENTAL DES ELEMENTS SOUMIS A LA TRACTION SIMPLE

Dans ces éléments, le béton armé ne se comporte élastique-


ment que dans un domaine limité où la contrainte de l'acier reste
faible par rapport aux contraintes correspondant aux états-limites
de service.

Si l'on fait croître l'effort de traction, l'élément,


s'il n'est pas fragile (voir 6,2), peut supporter des efforts
normaux notablement supérieurs à ceux correspondant à l'allongement
de rupture du béton à la traction (allongement unitaire de l'ordre de
80 x IO-=), tout en restant apparemment intact, c'est-à-dire sans quf
l'on décèle à l'oeil nu des fissures.

Dans le cas de bétons possédant une bonne résistance à la


tractionetd'éléments comportant des armatures de faible diamètre tr
bien réparties dans la section, on peut atteindre des allongements de
l'ordre de 1000 p/m soit plus de dix fois l'allongement de rupture dl,
béton, l'élément restant apparemment intact.

Tout se passe comme si le béton s'allongeait sous effort de


traction constant. Ce phénomène a été pendant longtemps désigné sous
le terme d'"étirage du béton". Mais ce comportement est en fait plu
apparent que réel.

En utilisant des moyens d'investigation plus perfectionnés


que le simple examen visuel, l'observation attentive des éléments en
béton armé montre que le béton apparemment non fissuré présente en
réalité de fines fissures.
Dès avant la dernière guerre, de nombreuses études expérimen
tales avaient été entreprises sur les phénomènes de fissuration des
éléments en béton armé,quSil s'agisse de pièces tendues ou des parties
tendues des pièces fléchies. On a pu observer que les fissures n'ont
pas une ouverture constante et que ce n'est que lorsqu'elles atteignen
une certaine ouverture critique en surface qu'elles se propagent
jusqu'à l'armature.

Vers 1960, parmi d'autres auteurs, L.P. Brice a donné une


théorie générale de la fissuration reposant sur des hypothèses simples
il admettait que l'adhérence est un phénomène de frottement et que la
contrainte d'adhérence est constante le long d'une barre. Cette théori
développée en annexe des Règles BA 1960 et reprise en annexe des Règle
CCBA 68 était en accord satisfaisant avec l'expérience, malgré le
caractère très aléatoire du phénomène de fissuration (position,
développement, espacements et ouvertures des fissures). Elle conduisait
à une expressi.on de l'ouverture des fissures et permettait à l'inverse
d'établir des formules limitant la contrainte des armatures en fonctioi
des conditions imposées (du fait du milieu ambiant), du diamètre des
barres et de leur enrobage ( 1 ) .

Cette théorie n'a pas été reprise dans les Règles BAEL, d'un*
part dans un but de simplification, d'autre part pour tenir compte du
fait que les effets de corrosion éventuelle ne présentent pas le même
caractère de gravité avec des armatures de faible diamètre ou avec des
armatures de gros diamètre. L'état-limite de service des éléments
soumis à la traction simple est ainsi défini par une limite imposée à
la contrainte de 1'acier en service (voir tableau 5.1) indépendante de
certains des paramètres autrefois pris en compte - -
(pourcentage d'armatures, par éxempfa).

6.2 - CONDITION DE NON-FRAGILITE


La ruine d'un élément soumis à la traction simple survient
(par déformation excessive) lorsque la contrainte des armatures atteint
la valeur de la limite d'élasticité au droit d'une fissure largement
ouverte.

La sollicitation provoquant la fissuration du béton ne doit


donc pas entraîner dans l'acier le dépassement de la limite d'élasticitz
(BAEL, art. A-4.2).
i
Cette condition se traduit par : 1

avec : A aire totale de 12 s e c k ' o ~des armabrus lon5ihidinai~~


l
B aire de la section droite de béton i
1

fe
limite d'élasticité de l'acier (voir 2.261, tableau 2.8)
i
résistance caractéristique à la traction du b&m
ft28 ( v o i r b b i o u 5.1

(1) Les problèmes relatifs à la fissuration du béton sont repris et développés au


chapitre 15 .
- 144.
k
-
6.3 - DETERMINATION DES ARMATURES LONGITUDINALES
Le béton tendu étant négligé, l'effort de traction doit ê 1'
ûonnées : 1
intégralement équilibré par les armatures longitudinales.

;
e
r = E y . N. (voir 3.311-1 et -2)
= ZNi
1 1
(voir 3.3 12)
-

-
,o (voir tableau 5.1)
B' e' 't28 s
Inconnue : Section A des armatures longitudinales

4: Gs où la .Çi.~surab'cnest considé& comme bw bre'judr'aàbk :


Pans OZ cas, le dimehsionnomenf & u l k uniqvemenC da fé"bC- Ir'mik

* Calcul de AU :

A l'état-limite ultime, la droite des déformations est la


verticale du pivot A (voir 5.21î-6). A l'allongement E = 10 %.
s
des aciers correspond la contrainte fed = fe/l,15 (en général) :

A =-
U
(mZ , MN , ma)
'ed

y &lwl da A*:
La ccnd;h'on de non-fra9iLkL donne A, -
= %a ,

f@
2: cas où la$ssura&on est pr+d;ciable ou très p-ejudr'ci'able:

avec AsCr = - [tn2


)
HM, M P ~ ) a!- AN,,:
,.
3 a l donné p a r loi c o n d i k o n ~ de # k ~ u r & b r r ('cf. hbiw si).

6)-
Tour fe 6 400 MPd, Le dirnunsiomomarrC peul- rOsuitar so;t de I
kaC- kc'mik ulhme, soi& de ['&bC.l i ~ ' k
de Servtce, d dans ce CES:
En ce. u i concerne: les saorS F;z E 4 0 0 , om abouh'b aux conclu~t'ons
9
~ u i u a n b ç:
- Q n a s ds .F.s.s~~rah.on
prjvdlclible,

- fC28 < 3 5 M P a , la. calcvfd~ A, es/-inu&/e (A,,>A,)


- si f c 2 8 = I t ~ MPa O U fc28= 45M%, 1'1 fa~t=Iculu AU Aser
- ,ÇZB > COMPa, Ia calcul Ar A*, es1 inubilr (A,>A=)
- en CES de #~.surah.on ki-& prejudi'ctable, on a b y o u ~Aser)
~ ALL,
sauf s; f 8 = 6 0 MPa, avqvd cas il fa& calcvkr A& ck A*.

La section A une fois déterminée, on en déduit le diamètre @ des


barres et le nombre m de barres nécessaires, en choisissant :

@ + 6 mu en cas de fissuration préjudiciable


et 0 >, 8 m e n cas de fissuration très préjudiciable.

Ne pas oublier de prévoir les recouvrements éventuels ou bien


des barres supplémentaires pour rétablir la continuité au droit
des coupures des barres principales.(voir 4.514).

Pour les armatures transversales, voir 6.6

6.4 - DIMENSIONNEMENT (BETON ET ARMATURES)


-
Données : Nu et Nser , fe , ft28,Us (tableau 5.1)

Inconnues : A et B

1 - Section A :

w Css des 2 c i . a FcE500:


- f i s s u h k o n p<prajudi'ciabla : A =A,
- $ss~~rah.onpré,)udicizblc au &ESprejUdi'~izbla: A = AsCr
Cas des sciacs Fe €400 :
- FUTA~ O~L
)mzjudi~iable: A: A,
- ~ < s ~ u r a !j34udl.ct.able
io~ :
fws 635 MPa : Ar A,
- psurah.vn
> 50 MPa : -
A A,
(nir p$udiciable : : 4 sauf si '

fu8= 60 MPd : A: Max [Ak; A],

En déduire le diamètre 0 des barres et le nombre


m de barres nécessaires, comme ci-dessus en 6.3.

2 - Section B
Bien que n'intervenant pas dans le calcul, la section B
de béton ne peut être choisie quelconque. Elle doit :

- satisfaire à la condition C6.11 de non-fragilité

- assurer l'enrobage des armatures (voir 4 O) CO k (en" des dts.


tances minimalas re~lemonk~itas
à res c k r e n k i e s % r e . ,
F
- permettre de loger l'ensemble de barres nécessaires à l'équil'
en prévoyant éventuellement des barres supplémentaires pour
rétablir la continuité au droit des coupures des barres princi~
(voir 4.514).

Pour les armatures transversales, voir 6.6.

6.5 - VERIFICATION DES'CONTRAINTES EN SERVICE

(Si la fissuration est peu ra udiciable,caite vdrifr'afion e4


sans objet). J P
Données : Ns , B , diamètre 0 desbarres, nombre
total m de barres
Inconnue : o en service
s
(o
s,ser)

S'il s'agit de barres d'une seule longueur ou de cerces


fermées (armatures de parois deréservoirs circulaires par exemple)
dont les extrémités se chevauchent sur la longueur kr ,les m
barres sont utiles et

Si cerkainus barre5 sont coupées et si


l'.on rencontre p coupures sur une longueur de tirant égale à la
longueur 1 ,il n'y a que m - p barres utiles (voir 4.514) et
S
Il faut vérifier : A 5 B f /f Si oui, on a (béton tendu
non pris en compte) : t28 e '

a -- -
Nser
s,ser A

Il faut : o
-
5 a
- fixé par les conditions de fissuration
s,ser s ' s'
(tableau 9.1).

6.6 - ARMATURES TRANSVERSALES DES TIRANTS


a) oiam5tre---0t : si c'es armatures transversales sont :

-des ronds lisses oudes barres HA : 0 2 -


*P.
t- 3
-des fils tréfilés HA : Ot 5 @fi
7
@P.diamètre des armatures longitudinales à maintenir.

- - en zone courante : s < a avec a, petit côté de la section


t
1 I,

- dans une zone de recouvrement : armatures de couture, voir 4.513.

( 1 6.7 - FERRAILLAGE D'UN TIRANT (exemple)

Coupe A A Coupe B B
(Zone courante) (Zone de chaînage)

Figure 6.2

- 496 -
(1)
FLEXION SIMPLE

it
7 .O - DEFINITION

Une poutre à plan moyen, c'est-à-dire "à plan de symétrie", est solli
en flexion plane simple lorsqu'elle est soumise à l'action de forces contenues
des plans normaux à la ligne moyenne et disposées symétriquement par rapportaup
moyen,ou à l'action de couples d'axesperpendiculairesà ce plan.

Il en résulte que lorsqu'une poutre à plan moyen est sollicitée en fle


., plane simple, l'ensemble des forces ou couples
i appliqués à gauche d'une section droik Z est
.! réductible au centre de gravité G de C
.i â (fig. 7.1) : --------- 7
- un couple M d'axe perpendiculaire au
plan moyen (moment fléchissant) de gauche x

- une force V située dans le plan de Z .- I


Figure 7.1
et dans le plan moyen (effort tranchant).

Les effets de M et ceux de V sont étudiés séparément :

- si M est positif, ce qui est en particulier le cas des sections en travée


des poutres,continues ou non,soumises à des charges de pesanteur, la partie
supérieure de la section est comprimée, la partie inférieure est tendue ;
- si M est négatif, ce qui est en particulier le cas des sections sur appuis de:
poutres continues soumises à des charges de pesanteur et de toutes les section
des consoles ou parties en porte-à-faux de poutres, la partie supérieure de la
section est tendue, la partie inférieure est comprimée.
7.1 - COMPORTEMENT EIIPE&DENTALDES ELEMENTS EN BETON ARME SOUMTS A LA FLEXION SlMeLE

Les essais sur éléments fléchis.,sontgénéralement réalisés en appliqua


à des poutres reposant sur deux appuis simples des systèmes de charges concentré
(deux pour les éléments de portée relativement faible) égales et symétriquement
disposées. 11 est en effet assez difficile de réaliser pratiquement des charges
réparties.

Le dispositif de transmission des charges (fig. 7.2) comporte généralen


un linteau de répartition en profilé métallique, de poids G1 ,reposant sur deux
appuis supérieurs,et recevant les efforts appliqués par un vérin hydraulique par
l'intermédiaire d'une rotule sphérique. Les appuis des poutres, comme ceux du
linteau de répartition, sont rendus rigoureusement libres au moyen de rouleaux à
roulement à billes et de plaquettes. Ainsi on est assuré que les réactions des
appuis sont bien verticales. Toutefois, ce système étant très instable par suite
l'absence presque totale de forces de frottement, la course des appuis inférieurs
doit être limitée.

Grne si fa r n & o d ~ e,xpos& A n s CU. diapika consybenk I U ~ Cune aplj&~,


(4)
des , f
BAEL elkS sont aide'mene k r a n ~ p s ~ b l oàs l'EC2 doni-
1
les fypobksa
fdm,-Jpki, de ed145 dQS f&fg)CS EAEL.
l

Figure 7.2

, ..!.i'
'I
Dans la partie comprise entre les deux charges, de longueur (P. - Za),
: ! la poutre est soumise à un moment de flexion sensiblement constant (au moment dû
t'
au poids propre près) et à un effort tranchant nul (à l'effort tranchant dû au
,
-1 .8
,
poids propre près). C'est la sollicitation dite "de flexion circulaire".

( ! Le moment de flexion constant vaut (1 j :

avec g poids propre de la poutre

P charge appliquée par le vérin de la machine d'essais


O

G, poids propre du linteau de répartition et des appareils d'appui


de celui-ci.
. .
a
Pour a = - , on a donc
4
gaz + Qe
M =
8
r-,
I c'est-à-dire que le moment a même valeur que le moment maximal dans une poutre
! l
uniformément chargée de q = g + Q
Q par unité de longueur.
t

;... (. Dans les sections comprises entre les appuis et les points d'application
des charges, l'effort tranchant est sensiblement constant (à l'effort tranchant dû
au poids propre près), et vaut (2) :
, .
i
! j v = + +.-)Q
( - ga
2 2
~ ~. Lorsque l'on veut étudier les conditions de résistance aux moments de
II L ! 1 flexion, on doit prendre toutes dispositions pour que la poutre ne se rompe pas
par effort tranchant entre les charges et les appuis. Dans ces conditions, la
rupture survient pratiquement toujours entre les charges.
/-
l '
i
' 1 Lorsque l'on fait des essais de recherche, il est indispensable de
l i
déterminer exactement les caractères mécaniques :
1
a) des armatures longitudinales et, Le cas échéant, des armatures d'âme (limite
! l d'élasticité, résistance à la traction avec, si possible, enregistrement des
diagrames contraintes-allongements) ;
; 71) en fart, pour a s z 5 .P - a : M = &
;_ i'
(2) enfait, p o u r x z a
1
ou E L $ - a : V=+_
2
[ Fa . (2 3I: ;-+~$ )]
. ,
>
, ,
De plus, les dimensions exactes des poutres et la hauteur utile exact[
de chaque barre sont relevées après chaque.essai.

1 7.12 - ESSAIS DE POUTRES SOUS MOMENT CONSTANT

De très nombreux essais ont été effectués sur des éléments en béton
armé fléchis. Notamment,depuis 1950,des programmes expérimentaux systématiques
été réalisés tant en France - sous l'égide de la Chambre Syndicale des Construct
en Ciment Armé et des autres Organismes Techniques Professionnels - que dans la
plupart des pays étrangers, en particulier dans le cadre des recherches entrepr;
par le C E B .

Au départ, les études expérimentales avaient plus spécialement pour


objet :

1") d'observer le processus du développement des phénomènes de fissuration sous


charges croissantes et de rechercher une théorie susceptible de rendre compte dp.
phénomènes observés (voir 15.4)' ;

2") de mesurer les fièches 'sous charges croissantes et de rechercher des formule!
permettant de prévoir ces flèches (voir 45.2) ;

3') de déduire, des charges de rupture observées, les coefficients de sécurité


r é e l s aiuxquels conduisait l'application des métnodes réglementaires.

Par la suite,on a cherché à' déterminer l'évolution de la répartition al


contraintes dans les sections les plus sollicitées.

7.121 - Cas des poutres comportant un pourcentage "moyen" d'armatures tendues

11 s'agit du pourcentage géométrique (A/b d) supposé,pour fixer les id,


O
inférieur à 2 % et même de l'ordre de 1 % à 1,5.%.

Pour déceler plus facilement l'apparition des fissures,les poutres sont


avant essai, badigeonnées au lait de chaux sur leurs faces latérales. Le film ai
déposé,nlayant pas d'élasticité propre,ne risque pas de masquer le phénomène que
l'on veut observer.

Sauf cas exceptionnels correspondant à des phénomènes de retrait


anormaux, un examen attentif ne revèle pas de fissures tout au début du chargeme1

Après cette phase où la poutre est apparemment intacte, les charges


croissant, on constate l'apparition de fissures à la partie inférieure de la pou
dans sa zone centrale. Ces fissures sont normales à l'axe longitudinal de la pout
elles intéressent la face tendue et les faces latérales jusqu'à une certaine hau'
L'observation de ces premières sissures perceptibles à l'oeil nu dépend notammen

- de l'état de surface des"poutres essayées : surface plus ou moins lisse résult:


du soin apporté à la confection du coffrage et à la mise en oeuvre du béton,
badigeonnage dgs'faces au lait de chaux ou non ;

- des conditions d'éclairement : intensité de la source lumineuse et incidence ;

- de l'acuité visuelle et, il faut bien le dire, d'un certain entraînement des
expérimentateurs. Sur des poutres dont les faces ont été badigeonnées au lait <
chaux et intensément éclairées, des expérimentateurs exercés décèlent des
fissures extrêmement fines ui échapperaient à un examen,même minutieux,dans 1
'4
conditions usualles de service.
L'ouverture des premières fissures perceptibles à l'oeil nu est de
l'ordre de 1/20 et même 1/50m: ce sont donc, au sens propre, des fissures
capillaires. De telles fissures peuvent se produire sous des charges d'essai
nettement inférieures aux charges de service, et correspondant à des contraintes
des armatures (calculées avecles.hypothèses des états-limites de service) inférieu
à 10 m a . Il faut donc admettre qu'il existe normalernent.des fissurescapillaires
dans les ouvrages en service.

Ce fait a été reconnu dès 1960 dans les textes réglementaires, puisque
l'on peut lire à l'article 0,3 des Règles BA 1960 :
ll
Il
Les fissures sont l a conséquence du fonctionnement mécanique n o m 2 de
Z'ouvrage ; e l l e s ne compromettent n i sa r é s i s t a n c e , n i sa d u r a b i z i t é , s i e l l e s
r e s t e n t assez fines pour que, du f a i t de leur existence, Zes armatures ne s o i e n t l
pas exposées à la corrosion dans l e s conditions d1expZoitation de Z'ouvrage. 1
Sous Z'action des charges e t surcharges de s e r v i c e , un ouvrage e n b é t o n
armé peut donc se présenter corne un ensemble de blocs d e béton prenant appui Zes
uns sur Zes autres e t r e l i é s entre eux par l e s armatures. C'est c e t ensemble, dési6
dans ce q u i s u i t sous Ze nom de "système fissuré", qui d o i t ê t r e p r i s en considéra
t i o n dans Zes caZcuZs de résistance".
Quand les charges continuent à augmenter,le nombre de fissures
s'accroît, l'ordre dans lequel elles apparaissent successivement étant quelconque.
Leur ouverture et leur hauteur croissent également aussi bien pour les fissures
déjà existantes que pour les fissures nouvelles. Celles-ci recoupent assez
régulièrement l'intervalle entre les fissures initiales ce qui est conforme aux
prévisions des théories de la fissuration (fig. 7.3).

Figure ' 7.3a


Apparition de f i n e s f i s s u r e s v e r t i c a t e s
dans l a zone d e s M maximaux

1.
Figure 7 . 3 b I
Fornation de nmveZZes f i s s u r e s
Accentuation des premières :

Figure 7.3
l
L'ouverture des fissures ne dépend pas uniquement de la contrainte des
barres mais également de leur diamètre, de leur état de surface et des conditions
d'enrobage. Avec des barres comportant des traces profondes d'oxydation, pourvu
qu'elles soient débarrassées de la rouille non adhérente, les fissures sont plus
nombreuses et moins ouvertes - toutes choses égales par ailleurs - qu'avec des
barres non oxydées.
7.121-1 - -------- .............................
Cas des poutres armées de ronds lisses

Dans ce cas, lorsque la contrainte calculée de l'acier approche la


limite d'élasticité, les fissures s'ouvrent notablement et se propagent vers la
partie supérieure de la poutre. Une fissure, parfois deux ou trois fissures voi.
s'ouvrent nettement plus que les autres et accentuent davantage leur progressi
vers la partie supérieure de la poutre, ce qui a pour effet de réduire de plus
plus la hauteur de la zone comprimée de la section correspondante.

Finalement la ruine de la poutre survient par écrasement progressif


béton comprimé consécutif à l'allongement excessif des armatures, dans une régii
de la zone de moment constant qu'il n'est pas possible de prévoir avant les
dernières phases de l'essai, et dont l'emplacement relève du hasard (fig.7.4).

Figure 7.4

La poutre après rupture accuse une déformation accentuée au droit des


fissures les plus ouvertes et présente après rupture un aspect en V caracté-
ristique, dont les deux branches semblent s'articuler sur le béton comprimé.

Les phénomènes observés au cours de l'essai peuvent s'expliquer ainsi

a) La formation d'une ou de très larges fissures implique de part et d'autre de


celles-ci des glissements locaux importants des barres par rapport au béton.
Or dans une zone de moment constant c'est-à-dire d'effort tranchant nul, les
forces qui tendent à faire glisser l'acier par rapport au béton sont nécessa
rement très petites (voir 12.82) c'est donc que l'adhérence est devenue très
faible : de ce fait, deux parties de poutre séparées par une fissure peuvent
tourner l'une par rapport à l'autre, ce quiamène la rupture du béton par
compression sur leur arête de contact commune.

b) Lorsque l'acier comence à s'allonger plastiquement, il se produit une contra


tion transversale importante (par effet Poisson), ce qui diminue l'adhérence
La contraction latérale qui amène la disparition de l'adhérence est atteinte
un point du diagranme de traction situé sur le palier de plasticité. D'où la
contrainte de l'acier à la rupture de la poutre, égale à la limite d'élastic'

Ainsi, la ruine de la poutre survient lorsque l'acier atteint son


palier de ductilité, par écrasement du béton comprimé au-dessus de la ou des
fissures les plus ouvertes, cet écrasement étant consécutif à l'allongement exc,
sif des armatures. Pour cette raison, bien que l'acier demeure continu et que 1.
rupture survienne par écrasement du béton, on dit que l'on a affaire à une-
par l'acier" (qui, d'après ce qui a été dit ci-dessus,est plutôt une rupture
d 'adhérence).

Il convient de noter qu'avec un pourcentage normal d'armatures. on


n'obtient jamais la ruine de la poutre par rupture de ses armatures. Cette rupt
ne pourrait se produire que dans le cas de pourcentages très faibles tels que 1
résistance à la-tracti0n.de l'acier tendu soit inférieure à celle du bétonde la
poutre en section homogène : pour des poutres ainsi constituées, lorsque la
r é s i s t a n c e à l a t r a c t i o n du béton e s t a t t e i n t e , l e s armatures ne peuvent p l u s
a s s u r e r l a r é s i s t a n c e aux e f f o r t s d e t r a c t i o n , e t l a r u p t u r e s e p r o d u i t brutalement
Il f a u t absolument é v i t e r que l e s c o n s t r u c t i o n s en béton armé ne comportent de t e l s
éléments f r a g i l e s ; c ' e s t pour c e t t e r a i s o n q u e ' l e s Règles imposent t o u j o u r s l e
r e s p e c t d ' u n pourcentage minimal dans l e s éléments t e n d u s . ( . t i r a n t s ) ciu f l é c h i s
e t d a l l e s ) ( c f . a r t .A-4.2. des Règles. BAEL 91').';:

::
7.121-2 - -------- .........................................
Cas des poutres armées de barres à. haute adhérence

\ Dans ce c a s , l e processus d e développement des f i s s u r e s a p p e l l e l e s


remarques s u i v a n t e s :

1! 1j - en premier l i e u , il e s t d i f f i c i l e de n o t e r , à pourcentage d'armatures é g a l , un


avantage marqué r é s u l t a n t de l ' e m p l o i de b a r r e s HA par r a p p o r t aux ronds l i s s e s
quant à l ' a p p a r i t i o n des premières f i s s u r e s , mais ce p o i n t e s t sans grande
importance p r a t i q u e ;
, ,
- l e s f i s s u r e s s o n t , en, revanch~, normalement p l u s nombreuses avec l e s barres, HA,
., mieux r é p a r t i e s e t nettement moins ouvertes, à é g a l i t é de c o n t r a i n t e , e t c ' e s t l à
! ! précisément que r é s i d e l'avantage e s s e n t i e l de L ' u t i l i s a t i o n de c e s b a r r e s .
;!
Approximativement, l a c o n t r a i n t e c a l c u l é e qui provoque une v a l e u r moyenne
wm donnée d'ouverture des f i s s u r e s e s t , avec des b a r r e s HA, s u p é r i e u r e d e près
d e 60 % à c e l l e correspondant à d e s ronds l i s s e s . ( v o i r 2.272-1 b) . -
I c i encore, l e s f i s s u r e s q u i s'ouvrent s e propagent v e r s l a p a r t i e
supérieure de l a poutre, mais l a r u p t u r e d'adhérence ne peut p l u s s e p r o d u i r e s u r
d ' a u s s i grandes longueurs que dans l e cas des ronds l i s s e s . On v o i t a l o r s dans l a
r é g i o n q u i s e r a c e l l e d e l a r u p t u r e , s ' o u v r i r plus largement quelques f i s s u r e s ; l t o u v e r
t u r e d e chacunedeces d e r n i è r e s demeuretoutefoisbeaucoup p l u s f a i b l e que dans l e cas
des ronds l i s s e s .
A i n s i , l a r o t a t i o n mutuelle des d e u x p a r t i e s de l a p o u t r e q u i amène l a
r u p t u r e s e r é p a r t i t s u r p l u s i e u r s f i s s u r e s au l i e u de s e c o n c e n t r e r s u r une s e u l e .

La r u i n e s e ~ r o d u i tencore par écrasement p r o g r e s s i f du b é t o n comprimé,


consécutif à l'allongement excessif d e s armatures,mais c e t t e f o i s l a p o u t r e rompue
p r é s e n t e une courbure continue (sans c a s s u r e accentuée) ; l a r u p t u r e i n t é r e s s e p l u s
une zone qu'une s e c t i o n , e t par s u i t e de phénomènes secondaires dans l a phase f i n a l e
de l ' e s s a i , l a zone rompue e s t bordée de deux s u r f a c e s de f r a c t u r e formant un X
ou un Y s e l o n l e cas ( f i g . 7.5 e t 7.6).

1
Figure 7.5 F i g u r e 7.6 I

7 .'122 - Cas des poutres comportant un pourcentage "élevé" d'armatures tendues

11 Il s ' a g i t d'un pourcentage géométrique s u p é r i e u r à 3 % environ.

1
1
Dans c e c a s , l a f i s s u r a t i o n garde jusqu'à l a f i n une apparence normale, I
lJ
:
!
. .
j
j
l e s f i s s u r e s é t a n t relativement peu ouvertes e t peu développées, e t l a r u p t u r e
s u r v i e n t assez brusquement par écrasement du béton. L o r s q u ' i l n ' y a pas d'armatures
comprimées ou l o r s q u e l e pource-tage d e c e l l e s - c i e s t t r è s f a i b l e , on peut p a r f o i s 1
l
i
avoir des ruptures extrêmement brutales (rupture "en coup de canon"), qui intére:
sent une large zone ; si la poutre ne comporte pas d'armatures d'âme dans cette
zone (où M étant pratiquement constant, V 2 O) il peut y avoir détachement
d'un bloc de béton important (fig. 7.7,).

Figure 7.7

On dit que l'on a affaire à une "rupture par le béton". La contrainte


de l'acier au moment de la rupture est inférieure à sa limite d'élasticité.
L'acier est donc mal utilisé et les poutres de ce type ne sont absolument pas
économiques.

La présence d'armatures comprimées dans la section de rupture a une


influence favorable non seulement sur la valeur du moment de rupture mais sur le
caractère plus progressif de celle-ci, sous réserve que ces armatures comprimées
soient empêchées de flamber par des armatures transversales suffisamment
rapprochées (ce cas est celui normalement rencontré pour les sections sur appuis
des poutres continues, sections généralement rectangulaires soumises à des moment
de flexion négatifs).

nt sur ce qui suit (voir 7.41 11, on peut dire que les
sont celles qui se produisent pour des poutres dont le calci?
-limite ultime soit au pivot A, soit au pivot B avec
(voir 7.413) alors que les ruptuc+s.p,ar Le h 6 t w sont ceiles qui st
poutres dont le calcul à l'état-limite ultime aurait été
ire ultime au pivot B , avec gv:-.bB-yp-:,-sans prévoir
U tu

7.2 - NOTATIONS ET TERMINOLOGIE

Dans ce qui suit on utilisera les notations et la terminologie


suivantes (fig. 7.8) :

Figure 7.8

- 154 -
B' aire du béton comprimé l

A aire des armatures tendues


A' aire des armatures comprimées éventuelles l
d' distance de leur centre de gravité aux fibres les plus comprimées
, h hauteur -
totale de la section 1

On appelle :

- HAUTEUR UTILE d : la distance du centre de gravité des armatures tendues


supposées concentrées en leur centre de gravité, aux
fibres les plus comprimées de la section.

- BRAS DE LEVIER z : la distance entre la résultante Fbsc des efforts de i


compression dans le béton comprimé et dans les armatures
comprimées d'une part et la résultante Fs des efforts
-

de traction dans les armatures tendues d'autre part.


1i
l

En flexion simple ou.composée, la détermination des sectionsd'armatures,


le dimensionnement ou la vérifïcation des sections peuvent découler : -

- soit d'un calcul à l'état-limite ultime de résistance,


- soit d'un calcul aux états-limites de service ; pour ceux-ci, il peut s'agir :

. ou bien de l'état-limite de compression du béton (BAEL, art. A-4.5,2) caracté-


risé par la limitation à 0 , b f de la contrainte de compression du béton
ci
(par exemple, pour 'cj -- 'c28 = 25 m a , Übc = 15 m a ) ;
ou bien des états-limites d'ouverture des fissures (BAEL, art. A-4.5,3)
caractérisés, pour les cas de fissuration préjudiciable ou très préjudiciable
uniquement, par une limitation de la contrainte de traction de l'acier tendu,
aux valeurs indiquées dans le tableau 5.1.

7.31 - DONNEES GENERALES CONCERNANT L'ETAT-LIMITE ULTIME DE RESISTANCE

A l'état-limite ultime de résistance sous sollicitationsnormales (voirS.:

1") les sollicitations agissantes ultimes sont Mu et Nu ;


2") les diagrammes déformations-contraintes du béton et de l'acier sont ceux donnés
en 5.22.
3
'
) pour le dimensionnement, le diagramme des déformations est supposé passer
soit par le pivot A ( E ~= 10 Wo), soit par le pivot B ( E =~ 3,s
~ %"), soit enco
par Le pivot C ( E =~ 2 ~Z0 sur la fibre située aux 317 de la hauteur totale).
Dans le cas de la flexion simple, seuls peuvent intervenir les pivots A etfou
B (1).

(1) La "justification" réglementairement exigée consiste à faire la preuve qu'aucune des


déformations limites n'est dépassée.
7.311 - Différents aspects de la distribution des contraintes de compression du béton

Quand le pivot (A,B ou C ) est connu, la distribution des déformation


et donc des contraintes ne dépend plus que d'un seul paramètre ( ~ a rexemple
a=zou.
d t
= -Y
h'
avec y hauteur de l'axe neutre à l'état-limite ultime).

Du fait de l'hypothèse de Bernoulli, le raccourcissement E d'une


fibre quelconque est proportionnel à sa distance 5 à l'age neutre ; suivant le
pivot, la distribution des contraintes du béton comprimé affecte l'une des form
suivantes (f ig. 7.9) .

béton

c) Pivot C

I I
I I
I I
I I
II
-------------
Axe neutre
Y----- Figure 7.9
béton

Le cas a est celui du pivot A , région 1 : la distribution des


contraintes correspond à un diagramme parabole-rectangle tronqué ("vers le haut",
limité soit à un arc de la parabole, soit à la parabole complète plus une fractil
seulement de la partie rectangulaire.

Le cas b est celui du pivot B , région 2 : la distributiondes contra:


correspond au diagramme parabole-rectangle complet.
Le cas c est celui du pivot C , région 3 : la distributiondes contre
correspond au diagramme parabole-rectangle doublement tronqué ("vers le haut" et
"vers le bas").
- 157 -

7.312 - Moments frontières


-------------------L--------------- . définition du pivot
----
On appelle "moments frontières" les moments Ma et MBC évalués par
rapport au centre de gravité de l'armature la moins comprimée ou la plus tendue
et correspondant aux positions frontières AB ou BC du diagramme des déformations

le moment agissant ultime, rapporté au centre de gravité de


Soit
MUA
l'armature la plus tendue ou la moins comprimée. Le dimensionnement doit être
conduit au moyen des équations correspondant :

- au pivot A, si MUA 4 Ma

- au pivot B, si MM < MuAd 'Cc


- au pivot C, si MUA > MBC

7.32 - DONNEES G E N E W E S CONCERNANT LES ETATS-LIMITES DE SERVICE

Aux états-limites de service sous sollicitations normales (voir 5.3).

1" - les sollicitations agissantes de service sont M


ser
etN
ser
2" - les diagrammes déformations-contraintes sont linéaires :

- pour l'acier : u
S
= Es E~ avec Es = 2.10' MPa
- pour le béton : ubc = Eb . E
bc
Es
OU, puisque conventionnellement n = - = 15
E Eb

3' - pour -
le dimensionnement, le diagramme des contraintes est supposé passer soit
par le pivot "a0(us = o ) soit par le pivot "b"(u
s bc = Übc) (1).

7.321 - Différents
------------- .......................................
asEects de la distribution des contraintes

Quand le pivot (a ou b) est connu, la distribution


. des contraintes ne -7

'1
dépend plus que d'un seul paramètre (par exemple, a l = 7 avec y1 hauteur de
l'axe neutre à l'état-limite de service).

Du fait de l'hypothèse de Navier, la contrainte u i d'une fibre quelconqu


est proportionnelle à sa distance 5 à l'axe neutre ; suivant le pivot on peut
avoir l'un des deux cas suivants (fig. 7.10).

Figure 7.10

(1) La "justification" réglementairement exigée consiste à faire la preuve qu'aucune des


contraintes limites n'est dépassée.
''6
Le cas a est celui du pivot
.
la contrainte de l'acier le plus ten,
est supposée atteindre la valeur limite as La fibre de béton la plus comprim:
-
est soumise à une contrainte abc < abc.
n-
- 1
Le cas b est celui du pivot b la contrainte .
maximale du béton
comprimé est supposée atteindre la valeur -
limite a .L'acier situé dans la zc
bc
tendue est soumis à une contrainte aS 4 as .
7.322 - Moment frontière (moment-résistant bÉton) ; définition du pivot
3
4
On appelle "moment-résistant béton" le moment Mab (1) évalué par rapp
au centre de gravité de l'armature la moins comprimée ou la plus tendue et corr
pondant à la p~si.tion fron(tière ab du diagranme des contraintes.

le moment agissant de service, rapporté au centre de gr.


Soit MserA
de l'armature la plus tendue ou la moins comprimée. Le dimensionnement doit êtr,
conduit au moyen des équations correspondant :
- au pivot a, si 'ser A mab
- au pivot b , si Mser A ' Mab '

Soit une section de forme quelconque, à plan moyen, comportant une na:
d'armatures inférieures et éventuellement, une nappe d'armatures supérieures. LL
résistance à la traction du béton tendu étant négligée, les efforts de traction
doivent être intégralement équilibrés par les armatures.

Soit la résultante des forces de compression dans le béton


Fbsc
comprimé (F j et dans les armatures situées dans la zone
bc
comprimée (Fsc) (voir fig. 7 . 8 )

la force résultante de traction dans les armatures tendues


Fs
Pour résoudre tout problème de flexion simple ou composée soit à l'éta.
limite ultime soit à l'état-limite de service, on dispose et on dispose seulemeni
de trois systèmes d'équations à savoir :

- les équations de "compatibilité" (des déformations dans le cas de l'ELU, des


contraintes dans le cas de 1'ELS) exprimant la conservation des sections plane!
(relations de triangles semblables) ;

- les deux équations de la $tatique :

. équilibre des forces,


. équilibre des moments.
Ces trois équations permettent à elles seules de résoudre le problème,
lorsqu'il n'y a que 3 ikwnnveh (en yénir-l haubaurda I'dlpcqwke,wrltrainle&s&on desarrn,
tendues). S'il y a n inconnues (n >j'),il faut s'en fixer n - 3 a priori et
le problème comporte alors plusieurs solutions ; l'une d'entre elles seulement
constitue la solution la plus économique, mais il n'est pas toujours aisé de la
déterminer.

(1) Dans le calcul des sections rectangulaires, on a conservé la notation traditionnel;


Mrb au lieu de Mab ici.
158 - I
3/8
7.331 - Les équations de compatibilité

7.33 1-1 - ~
-.----------,
, ~ 2?%!<&' :s x,,.r,:r .-.:,. .~ . , ,.-d*&t?,:-
.as~,.:,de:~&~$s&, a ;t@l: *" _ -,-.-.-----
=arq~te
., ;ul.tam,oiq?.

a)-n_éfozptkns de gi&eeafic>'<eceç
Soit E le raccourcissement ultime du béton comprimé
bc
E le raccourcissement des aciers les moins tendus ou les plus
SC
comprimés (s'il y en a)

E l'allongement des aciers les moins comprimés ou les plus tend1


S

y la hauteur de l'axe neutre.

Aux ~ivotsA et B on a, de façon générale (fig. 7.11)

l-xl -
E
bc -
y
- -
E
yE - d ' --d - y
SC S
E

d
-- ou Y = ,
bc
+.
bc
s
d

La position frontière AB correspond à E = 3,5 %.


et E = 10 X. bc
- - d 'où ,y
S

= @&@%9&@d
Es
Figure 7.11

La position frontière BC correspond à y = h

a = -Y, 6' = -d' , a


En posant
d d t h
et 6' = -
t h
=x , les équations de
compatibilité s'écrivent (fig. 7.12a,b et c) :

- .-au-pivot
- - ---
A ( E ~= 10 %.) :

pour a < 6'


pour 6' < a < 0,259

- -au- -pivot
-- - - B- ( ~ %.
E =~ 3,5
h
,0,259 < a 5 -)
d
: :

bl

E =-I -- 6'
SC 1000 a 1 O00
- ---------
au pivot C :a > -h
d
(ou at > 1)

E E E E
-
bc 1 = - bc 2 5
1
SC -- SC 2 - 2
~7.31
a a-1 a t - 6 i 1 at - 1 + 6 k 2 3
t
t t 1000 ( r u r - 7 )
,:r
--d &2 d'où il est facile de tirer les valeurs respectives de E
bc1 ' E
bc2 '
E E
sc1' sc2'
F3 Y-12
- 159 -
Le pivot e t donc a (2 O) é t a n t supposés connus, l e raccourcissemen:
maximal du béton E (OU E ) e s t donné par l e s équations de compatibilitq
bc bc 1
Une f i b r e de béton quelconque, s i t u é e à une d i s t a n c e de 1'axe ne1
s u b i t une déformation r e l a t i v e E t e l l e que y5
5
E E
s=bc
Y

ou encore, en posant
d

La c o n t r a i n t e a5 de l a f i b r e considérée s e d é d u i t de €5 au moyen c
diagrarme parabole-rectangle.

P---
I

7.331-2 - Cas des états-limjtes de service


----------------------A--------

a) .Contraintes
--- - -- - - - -
-de-f-i b-r e s-p-a r t i-c u - - - --
l i è r e-
s

Soit o l a c o n t r a i n t e du béton s u r l a f i b r e l a p l u s comprimée


bc
l a c o n t r a i n t e des a c i e r s l e s moins tendus ou l e s plus
comprimés ( s ' i l y en a)

a l a c o n t r a i n t e des a c i e r s l e s moins comprimés ou l e s p l u s tend


s
l a hauteur de l ' a x e n e u t r e .
y1
On a , de façon générale ( f i g . 7.13) :
% 14s
I
o o a
Figure 7.13 bc
-= SC -- s
15 (y, - d l ) 15 ( d - y l )
y1
- -
La p o s i t i o n f r o n t i è r e ab correspond à 5 = o et o = a d'où :
bc bc s s

- 15 Übc -
ou, e n posant a
I
= -
y1 -
d ' "1
-
15 0bc + os 17.d
d' d'
En posant encore 6' = -
d '"tl
=
h
e t 6 ' =-
t h
3 , l e s équations de compati1
l i t é s'écrivent :
. pour O < al 5 -a l (avec -a l =

<> II - - 1
- au pivot b ("bc = abc ; a, > al) :

La distribution des contraintes est triangulaire. Le pivot et donc a ( > i !


étant supposés connus, la contrainte maximale du béton o est donnée par 1 les 1
bc
équations de compatibilité.
!
Une fibre de béton quelconque, située à une distance y de l'axe neuti I-
subit une contrainte o telle que : 5
f 1

Y abc
ou encore, en posant 2.
d
=5 : a
c
=
.
-al 5 -

- Les équations d'équilibre

Données : Forme et dimensions de la section


~~
Sollicitations agissantes N , M A rapportées au centre de
gravité des aciers les plus tendus ou les moins comprimés
(Nu, Md à l'état-limite ultime ; Nser ' 'ser A aux états-
limites de service).

Inconnue : Section A des aciers les plus tendus ou les moins


comprimés (si la section A' des aciers les moins tendus ou
les plus comprimés est connue) ou réciproquement.
l
Dans ce qui suit, on suppose que A' est connu et A inconnu. Les
équations indiquées sont valables aiissi bien à l'état-limite ultime qu'aux états-
limites de service puisqu'il s'agit des é~uationsrésultant de la Statique ; il
suffit de considérer la distribution convenable des contraintes de compression du
béton : parabole-rectangle tronqué ou non pour l'état-limite ultime, triangle pour
les états-limites de service (fig. 7.14).
E.L.U. E.L.S.
Figure 7.14

-----------------
1") Valeurs de l a r é s u l t a n t e Fbc -des
- - c-o-n-t r-a-i n-t -e s- -de- -compression
------ sui
zone comprimée e t de son bras d e l e v i e r par rapport aux a c i e r s l e s moins
zb
comprimés ou l e s plus tendus.

Si e s t l a l a r g e u r de l a s e c t i o n à l a d i s t a n c e
b de l ' a x e neutr
5
on a , en rappelant (1) que a = 1 e t 5 = Y6 :
d d
-

Le moment de c e t t e , f o r c e par rapport aux a c i e r s Les plus tendus (ou l~


moins comprimés) e s t :

On peut poser zb = d - 6Gy , e n appelant


6 Gy
l a d i s t a n c e du p o i n t d,
passage G de Fbc à l a f i b r e l a plus comprimée de l a s e c t i o n .
b
Dans l e cas de l ' é t a t - l i m i t e ultime, s i on u t i l i s e l e diagramme
r e c t a n g u l a i r e , on a a = f s u r l a hauteur 0 , 8 y e t l e s expressions précéder
5 bu
deviennent :

y1
(1) Aux é t a t s - l i m i t e s d e s e r v i c e , a, = 7 ; l e s i n d i c e s ont é t é supprimés pour pouvoir
t r a i t e r l e cas sous forme générale (mais. yu + yser!).
--------
2') Valeurs -de- -
la- forcede - - ------
- - - - - Fsc dans les aciers-les moins
- 4 - d -

-----
tendus ou les plus comprimés et de son bras de levier zs par rapport aux aciers
les moins comprimés ou les plus tendus.

Le pivot et donc a étant supposés connus, les équations de compatibili


permettent de connaître la contrainte usC de l'acier le moins tendu ou le plus
comprimé :

- aux états-limites de service, oSC est donné par les équations (3.6b] ou 12.7t
- à l'état-limite ultime, les équatioss p.1b] , p.2b] ou (2.31 donnent E
SC
d'où o = g ( E ~fed)
~ , par le diagramme de calcul.
SC
On a alors : .
-
l
- A' OSC
z = d. - d'
s

.- -Equation
3") - - --- - d'équilibre
- - - - - - - -des - - - --
- -moments
a étant supposé connu, le moment que peuvent équilibrer le béton
comprimé et les aciers les plus comprimés ou les moins tendus est (F
SC
(a) < O
si a < 6') :

M (a) = Fbc (a). zb (a) + Fsc (a). zs I

A partir de cette relation, on cherche par itération (manuellement ou en


ayant recours à l'ordinateur) la valeur de a correspondant au moment agissant M
A
(ultime Mu A OU de service ).
Mser A
_4 "_) _Equation
- -________-
d'équilibre-------
tendues (ou les moins compr~mées'r.
-
des forces. Section des armatures les plus ,

La valeur exacte de a ainsi trouvée donne immédiatement :

- la valeur exacte de Fbc


- la valeur exacte de Fsc = A' osc
et on peut connaître, à partir des équations de compatibilité, la valeur de la
contrainte o de l'acier le plus tendu ou le moins comprimé :
s
--
a ~ x - é t ~ t s ~ l i ~ ide
t g service :
- -
. ou o
S
= o
S
si le pivot est le point "a" (a 5 a l )
. ou o
S
est donné par l'équation (3.7a] si le pivot est le point "b"

- -à l'état-limite
- - - - - -ultime
- :

. ou Es 10 X. et os -- fed si le pivot est le point A (a 2- 0,259)


=

. ou la valeur c 4 est donnée par l'équation p.2 4 si le pivot est le point B


(allongement si a 5 1) ou par les équations 13.31 (E = E ) si le pivot
est le point C . s sc2

De E~ on déduit cr par le diagramme de calcul :


S
0S = g (ES , fed)

1 " cas : Si a C O (y 5 O ) il n'existe pas de béton comprimé et les nappes


d'acier sont toutes deux tendues (fig. 7.15).

- - - - -- - - - - - - -
Figure 7.15

La force de traction Fs dans l'armature la plus tendue s'obtient


par l'équation d'équilibre des forces :

et la section de cette armature doit être au moins égale à :

avec :
-
- à l'état-limite de service :N = Nser et os = O
s

- à l'état-limite ultime : N = Nu et ü
s -
- fed '
2' cas : Si O < a 5 1 c'est-à-dire O < y S d , l'armature inférieure est
tendue (fig. 7.16).
N

La force de traction Fs dans l'armature tendue s'obtient par l'équatioi


d'équilibre des forces :

et la section de cette armature doit être au moins égale à :

avec :

- à l'état-limite de service : N = N
ser et
u
-
= u si le pivot est le point
1, 1, -
a (O < a l S a l ou MserA '
s s < Mab
0 tiré -de l'équation de compatibilité 13.7 ]a si le pivot est le point
s
(a1 > a l ou . Mser A > Mab'
- à l'état-limite ultime N = NU et
u =f si le pivot est le point A.(O c a.< 0,259 o u .M < M )
s ed - UA = AB
Os = g (Es ; fed) , Es - ]a
étant donné par l'équation de compatibilité 17.2
h
correspondant au pivot B (0,259 < a 5 - ou MAB < M* 5 MBC).
d
Pour la flexion simple, annuler N (Nser OU N ) dans
U p.g.
i 3 O cas : Si a > 1 les deux nappes d'armatures sont comprimées.deux sous-cas
)
sont à envisager (fig. 7.17 et 7.18).
<I U
d < y < h (pivot b aux états-limites de service, pivot B à l'état
limite ultime)

Figure 7.17

<L 1,
ou y > h (pivot b aux états-limites de service, pivot C à l'état-
limite ultime)

Figure 7.18 A.N. 4


L'effort de compression Fs dans l'armature la moins comprimée s'obti
par l'équation d'équilibre des forces :

F = N - F
s bc
- Fsc
et la section A de cette armature doit au moins égale à :

avec :

- à l'état-limite de service, N = Nser et u s est tiré de l'équation de compat:


lité . C7.7
- ]a- ;
- à l'état-limite ultime , N = Nu et as = g ( E ~ fed),
, E étant tiré soit a ,
l'équation de compatibilité U.2a] s'il s'agit du pivot B ou des équatior
de compatibilité n.4 s'il s'agit du pivot C.
Remarque : Le sens de la force Fs dans l'armature inférieure doit être compatib
avec le sens de la déformation relative E ou avec le signe de la contrainte u
S S
Dans le cas contraire :

- si, lorsque a < 1, on trouve :

E
S
< O avec Fs > O (ou us < O avec F S > 0) c'est-à-dire un allonge,
(OU une contrainte de traction) incompatible avec une force de compression : cei
signifie que le béton seul est surabondant pour résister aux sollicitations
agissantes de calcul. Dans ce cas, il suffit de prévoir l'armature minimale rég:
mentaire.
.
1 -
:
.-~>
si, lorsque a > 1 , o n trouve :
1
4

s
> O avec Fs < O (OU as > O avec FS < 0) c'est-à-dire un raccourc
E

sement (ou une contrainte de compression) incompatible avec une force de tractic
ceci signifie que la résistance de la section aux sollicitations agissantes -
nep
être assurée, compte tenu de ses dimensions, et des valeurs de fc2*, fe (ou os).
Le dimensionnement doit alors être complètement repris.
1
7.34 - CALCUL DES CONTRAINTES NORMALES EN SERVICE POUR UNE SECTION QUELCONQUE EN FLEXION
-1 SIMPLE (1)
Données : - dimensions géométriques de la section
- sections A et A' des armatures
- moment de service Mser
-
- contraintes limites u
bc
et Ü
s
.
Inconnues : - contrainte maximale du béton u
bc
- contrainte uS des armatures tendues eqéventuellement,
contrainte G des armatures comprimées.
SC

l
'ùe fap= g&&ale, oo a û-= K<, en posa& K: !&Y , coeIF'cr'm an u.
fa
l Idire du di'agrarnmo des conlrainks, avec 1,
sechon homogcne rdduik par rappork 2 L'axe nevkre.
moment '4 d ' i n d i a da

1 si <
ddsigne la dlStance .à l'axe neuhp. d'une +X,i-e de béforr queleon-
- 1 qua, eC b [a (argeur de fa s a d o n a nivaeu, la force e'[ash.qve e'lemenbi-
PZ &tu la n au i 5 cri
..- . - . .
..

1 (1) Pour lecas de la flexion composée, voir 8.6 .


i
eC la tekultank des m m p m s i o n s sur la 3one d e bebn eompr;me' est:
bc = / y ~ , . o ; d s
f
O
. K/~s,~J~
O

FSC = A'S .
La Grce de cornbressl.on dans les 2cie.r~ cornbrimek vauk :
b5 K (y,
I
- d')J 4'
eC II force d e tra&on dans les aci'ers tendus :
5 - AS = F s ~ ( d - ~ , ) l A
~ ' e h u a h ' o ndi&uili'bnz dw forces s'e'm-C d o n c :

"
~ ' i n t e ' g i a krcp-&crie b mornenk s k K q u c +capporf-à iLre n e u l m
do. [&ire. da béton corn r i m é
P ,,
{SA' ( y , - d f j c a I u i des aci'ers comprime's
ci-I S A / ~ y,)
- a l o i des aeiàr5 k e n d u s .
II
La ksih'on de ( / a x e nw!=re d d o n c donne& ['&uahbn. d;k mom,

où S, d&i9ne. lp. rnornenl-stah'qve par rappoi+ à l ' a s n e u k e de Ifen.


Çemble d e la z o n e cornprirnd, act'ors ~ r n p n m e kcompn's :

~'e$alike' des marnenk sk&Agues p,


roppork à neutre de 4 zone
rime& ef dos aciers k n d u s krsdui le fait qu'en $iexion sirnble, [ k r e
p s c z bar le ~ n h de u qravik' dde la çediorr ' ( en bèl.eri'arm$, s e c
L'on r é d u i k h o m o g & e ) . On d r e u \ l ~ ~donc
. Ià un rekultat b i b n connu.
1') ------------ - - -du
Contrainte maximale - - béton
--- ----
sur la fibre extrême comprimée:

K = - Mser coefficient angulaire du diagramme des contraintes. On a aussi


1,

2") ------------------
Contrainte du béton en un oint
- ---------
quelconque à la distance 5 de l'axe neutri

1
3') Contrainte des armatures -----
tendues :

On yetrouve les équations de compatibilité


4 " ) @n+~tg-<es-a~~tures compri&ez (si on en a besoin) :
u
sc- s' er
-=
15 (y
1 - dl) 117.16 a
]
Il
0
sc = 15 K (y, - d') 117.1 6 b
]
YI - d7
ou usC -- 15 ubc -
c7.16 cl
Y1
5') Expression
---de -
Yi
d

Fbsc = Ju s (n dBf) avec 1 n

n
=

=
1 si dB, est une fibre de béton

15 si dB
1
est une armature comprimée
5
(pour la définition de Fbsc ,voir 7.33).

Compte tenu de l7.143

D'après le principe dféquivalence,en flexion simple :

On a donc : r
M
z = - =ser
- 1'
Fbsc 1

Ces deux expressions sont fondamentales.


7.4 - SECTION RECTANGULAIRE EN FLEXION SIMPLE
7.41 - SECTION,RECTANGULAIRE SANS ACIERS COMPRIMES : CAS DE LA FISSURATION
PEU PRWUD~C~ÀSLE.

Dans le cas de la fissuration peu f~$~d<ciab!a, (d~ b n h - d f h b


traction de l'acier en service n'est pas l i m i t e e . f n r e v ~ ,la
contrainte maximale en service du béton comprimé est limitée.

7.411 - Section d'armatures tendues nécessaires pour que l'état-limite ultime


de résistance ne soit pas atteint

Données :
- dimensions bo ' d
f
- - e = 085 'c28
fed -m et 'bu
I-
B 1,5
1pour le dimensionnement sous sollicitations
accidentelles, prendre f = f et fbU = fc,,/I, 1 5 1
ed e
- moment agissant de calcul
U

Inconnue : section des armatures tendues


Au
7.411-1 - Coefficient de rsmpIissgg5 $ ; coefficient de centre de gravité 6
G
Soit : la résultante des efforts de compression dans la zone
Fbc de béton comprimé,

y la hauteur de cette zone,


z le bras de levier de la résultante Fbc par rapport au
centre de gravité des aciers tendus ("bras de levier du
béton seul").

L'effort de compression Fbco dans le béton comprimé qui


correspondrait à une contrainte uniforme et égale à fbu sur la totalit
de la hauteur y est (figure 7.20)

Figure 7.20

On appelle :
v
'bc
- coefficient de rempZisçage Ji , le rapport $ = -
Fbco
- coeyfictent de centr2e de gravité 6G : le coefficienr permettant de
définir la distance tGy du point de passage de la résultante F.
bc
fibre la plus comprimee.
- 170 - 3/87
On peut donc écrire :

En flexion simple, sans aciers comprimés, comme il n'y.a pas d'effort


normal extérieur,

et le moment agissant M doit être équilibré par le moment résistant F


u bc .b'
(égal au moment Fs . zb ) d'où :

.
MU = Fbc zb = $ bo Y fbu (d - 6G Y) n.25 a
]

équivalente à M =Fs.Zb = A u z p.25 b


]
u s b
ou en posant :
M
ci = dz e- 'bu - U (moment "réduit", sans dimen-
sions,toujours inférieur à 0,.
bo d2 £bu

Cas du diagramme parabole-rectangle

--------- --- ----


a) Si le pivot est le eoint A (région 1 ) , * et CG dépendent de a

Le raccourcissement maximal du béton, 3,5 n'est pas atteint et %O,

l'équilibre s'obtient avec une contrainte maximale du bétonqui peut être


inférieure.à f .
bii
Ea revanche, l'allongement de l'acier tendu reste constamment égal à 10 %,

L'équation de ~om~abibilitéC7.1 ]a :

i
donne
1000 EbC
ci =
10 + 1000 Ebc

Pour la -valeurparticulière = 2 . 10-3 le diagranmie parabole-


E
bc
rectangle se réduit à un diagramme parabolique ; la valeur correspondante de
2
ci est a = - = 0,1667.
12
PRFMIER CAS : O 4 a 50,1667 ou O Ssbc S 2 %. .
Soit Xy (X>l) la valeur de l'ordonnée correspondant au raccourcissement de
2 %, dans le diagramme des déformations fictivement prolongé (fig.. 7.21.).

D'après les triangles semblables :


d'où, compte tenu de la valeur de E
bc en fonction de a rappelée ci-avant

2.10-3 fbu.
!-----
1 7 T- y------ 1

Figure 7.21

La parabole ayant pour équation u = (1 11 - A )


fbu
l'aire du diagramme est égale à : 5 XY 2 XY

En d'autres termes, son "coefficient de remplissage" est :

Son centre de gravité est situé à une distance yG des fibres


les plus comprimées égale à (moment statique par rapport à ces fibres) :
Y!

c'est-à-dire que le coefficient de centre de gravité est :

Er. remplafant 1 par sa valeur dans les expressions de Ji et 6 on


G Y
trouve :
DEUXIENE CAS : 0,1667 < a , < 0,2593 soit 2 %, < cbc S

Soit X y (1 2 1) la valeur de l'ordonnée du diagramne des déformations pour


laquelle le raccourcissement est égal à 2 %, (fig. 7 . 2 ~ ) : X conserve la
3,5 %, .
~ 1

même valeur que dans le premier cas.

Figure 7.22

2
L'aire du diagramme est égale à : hyfbu + y (1 - A ) fbu
X
ou encore à : Yfbu(l
c'est-à-dire que le "coefficient de remplissage" est :

Le centre de gravité de cette aire est situé à une distance


e s à (moments statiques par rapport à
des fibres les plus c ~ ~ ~ r i m éégale y~
ces fibres) :

ou encore à :
X 2 - 4 h + 6 y
-
YG '- 3 - h - 4
c'est-à-dire que le coefficient de centre de gravité est :

d'où, en remplaçant X par sa valeur en fonction de a :

Pour chacun des deux cas, les valeurs de a , + et 6G peuvent être


lues en fonction de ubii dans le tableau 7.1
--
.
- : Les valeurs de llbu inférieures à 0,030' ( a < 0,0815) ne sont pas
Remarque
cons~dérëes,car il faut toujours prévolr. une sectlon d'armaiures
minimales (voir 7.411,5) qui vient borner inférieurement ubu et donc a .
TABLEAU 7.1

b) S i l e ~ i v o te s t l e ~ i j g t _ - B (région 2 ) , l e diagramme parabole-rectangle est


TT,=o;pyet'~------ -
En conservant l e s proportions de ce diagramme e t e n s e rapportant à
q u a n t i t é s sans dimensions, on trouve aisément l e s - v a l e u r s des c o e f f ~ c ~ e n t 1s
e t 6G.
I

Figure 7.24
Le coefficient de remplissage Ji est donné par :

- aire.agfe + aire e f c d
* =
aire a g f c d
aire a b c d aire a b c d
2 4 3
-3 x -7x 1 + -7 x 1
=
1x1
= _l7 = 0,8095
21 2 0,81

Le coefficient de remplissage s'obtient en prenant les moments statique


par rapport à l'axe XX :
-
(aire a g f e) x G' G + (aire e f c d) x G' G
-
- 1 1 2 2
6~ - aire a g f e + aire e f c d

avec

; 2 4 3 3 4 3 3 1 27'
soit 6 =
(,7,~7~1)(-+-~-)
7 8 7 + (-x
7 1) (-xT)
7 - 3 6 + 7-= 0,416
G 4 - 7 ((8 + 9)

Avec ~ i , = 0,8i et 6 = 0,416, on arrive à :


G

Cas du diagramme rectangulaire simplifié (voir 5 222~2')


>
On peut démontrer quel-orsqueles pivots sont Bou A (ce. qui est le cas
en flexion simple), on peut substituer au diagramme parabole-rectangle considéré
comme le diagramme "exact" de distribution des contraintes dans.le béton comprimé:
un diagramme approché, de forme rectangulaire, défini comme sui: (fig. 7..26 a) :

- sa largeur est égale à


fbu
- il s'étend depuis la fibre la plus comprimée sur une hauteur égale aux 8/10
de la hauteur y de l'axe neutre (axe des déformations nulles).

Figure 7.24 a
!A4 Figure 7.24 b

Ce diagramme rectangulaire est donc caractérisé par les va le^

L'équivalence avec le diagramme parabole-rectangle("PRf') est


évidente en ce qui concerne le pivot B (oùlesvaleurs "exactes" de $ et
sont 0,81 et 0,416). Elle n'est nullement évidente au pivot A : en £ai
en utilisant le diagramme rectangulaire ("R"), on commet une erreur sur
valeur de y (yR < ypR) compenséeparle fait que l'on adopte un coeffici,
.. - ..
de remplissage généralement supérieur et un coefficient de centredegra
également supérieur (du moins tant que
bu
< 0,153;voir le tableau 7.1,
En définitive, on ne se trompe guère ni sur la valeur de la
de compression dans le béton, ni sur celle du bras de levier, c'est-2-d
que les valeurs de Fbc et de z tirées des équations r7.2g
- et 17.23
- -
b
sont sensiblement les mêmes qu'en remplaçant + y et 6 y par les
PR G PR
valeurs 0,8 yR (: $ ypR) et 0,4 yR (: 6G ypR):. (voir fig. 7.24 c).

Dans cequisuit, nous n'utiliserons plus que le diagramme


rectangulaire(')
Les équations p.223 à 117.271 doivent alors être modifiées
comme suit :
La résultante des efforts de compression dans le béton mesurér
le "volume des contraintesf' (parallélépipède de côtés 0,By.b fbu) 9 2
pour valeur :

Le bras de levier est :


z = d - 0,4y= d (1 - 0,4a)
b 12.291
On a toujours E = Es c'est-à-dire :
bc
0,8 b d a fbu =
o A Os C7.301
et Mu = Fb c ' z
b = 0,8 bo yfbu(d-0,4y) 117.31 a
]

OU encore Mu = Es .zb = A . o s Zb p.31 b]


Figure 7.24 c - Equivalence du diagramme parabole-rectangle
et du diagramme rectangulaire (pivots A et
B seulement).
r,
On a donc - u
= 0,8 a (1 - 0,4 a)
'bu - I2.3a
bo dZ 'bu
et a = dX = 1 ,25 (1 - J1 - 2 pbU ) c7.33)
7,411-2 - Moment frontière MAB

Il s'agit du moment évalué par rapport au centre de gravité


de l'armature tendue et correspondant à la position AB du
diagramme des déformations (fig. 7.25 a).

Figure 7.25 a

Mm correspond à E = lO.l~-~
, E = ~3,5.10-3
~ c'est-à-dire
s
(triangles semblables) à :

On a alors, d'après L7.3q :

= 0,8 x 0,259 (1 - 0,4 x 0,259)


"AB

-
Nota : Avec l e diagrame parabole-rectangle,
l'équation L7.261 avec J, = 0,8l e t
on aurait trouvé par
6G = 0,416 : vm = 0,187.

a) Si M 5 MAB c'est-à-dire si 5 0,186 ou cr C 0,259 le pivot


U 'bu
est le point A ;
b) Si M > MAB c'est-à-dire si > 0,186 ou a > 0,259 le pivot
u "bu
est le point B .

Dans les calculs pratiques, compte-tenu de l'adoption pour lel


aciers d'un diagrame de calcul à palier horizontal (voir 2,26fbet 5,221
la référence à Ma n'est pas indispensable (voir 7.4'11-3 ci-après).
'3
a)-- des-Regles
Cas - - BAR.