Vous êtes sur la page 1sur 45

T RÉGLAGES SGCT D

4.1 - Protection de Transformateur


4.1.1 - DESCRIPTION DU TRANSFORMATEUR
Avant de procéder aux réglages du transformateur, il est important de connaître les
caractéristiques suivantes du transformateur :
¾ Puissance nominale exprimé en kVA ou MVA
¾ Tension nominale au primaire et au secondaire
¾ Type de branchement au primaire et au secondaire
« YD1 YD11 DY1 DY11 YY DD »
¾ Présence ou absence d’un tertiaire
¾ Présence ou absence d’un changeur de prise au primaire ou au secondaire
¾ Impédance du transformateur en « % » ou en « pu » à la puissance nominale
Normalement l’enroulement delta est apparenté à la terre avec des inductances shunt de
type zigzag. Il faut aussi tenir compte de ces inductances de mise à la terre ainsi que de
leur position. C’est-à-dire, incluses ou exclues par la protection différentielle.

4.1.1.1 - Puissance nominale

La puissance nominale du transformateur définit le niveau normal d’exploitation du


transformateur. Il est possible d’utiliser un transformateur en surcharge de l’ordre de 1,4
fois sa puissance nominale pour les transformateurs de moins de 700kV, et de l’ordre de
1,5 fois pour les transformateurs de plus de 700kV. Dépassé cela, le niveau thermique
infligé en exploitation continue risque d’endommager sérieusement les enroulements du
transformateur. La puissance nominale peut être associée au mode de refroidissement du
transformateur. Le mode de refroidissement est spécifié par quatre lettres. Le tableau-4.1
définit les quatre lettres classées par la norme IEEE C57.12.00-2000. Par exemple,
ONAN signifie que les enroulements baignent dans un liquide «huile» dont la température
d’allumage est inférieure à 300°C et refroidit par convection naturelle, et que le système
de de refroidissement extérieur est à l’aire et refroidit par convection naturelle. Pour un
transformateur ONAF, le système de refroidissement extérieur est à circulation forcée par
ventilateur. On peut donc voir dans les spécifications d’un transformateur :
 Puissance Nominale 22.5/30 MVA - ONAN/ONAF

Ce qui signifie que la puissance du transformateur est de 22,5MVA lorsque le système


de refroidissement air à convection naturelle et de 30MVA lorsqu’il est à circulation
forcée.

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 96


T RÉGLAGES SGCT D

Première lettre Deuxième lettre Troisième lettre Quatrième lettre


Liquide de refroidissement Mécanisme de circulation Système de refroidissement Mécanisme de circulation
interne en contact avec les du liquide de extérieur du liquide de
enroulements refroidissement interne refroidissement externe

O N A N
Isolation à l’huile dont la Refroidissement par Air Convection naturelle
température d’allumage est convection naturelle du
moins de 300°C noyau et des conducteurs
dans le système de
refroidissement

K F W F
Isolation liquide avec Circulation forcée par le Eau Circulation forcée par
température d’allumage biais du système de ventilation ou pompe au
supérieur à 300°C refroidissement et niveau du liquide
circulation interne par
convection dans les
conducteurs

L D
Isolation liquide avec Circulation forcée du
température d’allumage non système de refroidissement
mesurable

Tableau 4.1 - Code du système de refroidissement des transformateurs

4.1.1.2 - Types de branchement

Il est important de considérer les types de branchement du transformateur.


L’interprétation des grandeurs électriques ainsi que leur orientation vectorielle dépend de
ces branchements. L’enroulement delta bloque ou ne laisse pas passer les courants
homopolaires lors de défaut à la terre. Les figures 4.1, 4.2 et 4.3 illustrent les différents
branchements de transformateur. Certains branchements n’altèrent pas la phase, voir
figure-4.1. D’autres branchements retardent les tensions de 30°, voir la figure-4.2.
Finalement, d’autres branchements avancent la tension de 30°, voir figure-4.3. Lors de
branchements des protections différentielles, il est important de tenir compte des
grandeurs du courant, déphasages du courant, et la génération de courants homopolaires.

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 97


T RÉGLAGES SGCT D

Yy Dd
A A
a a

B B
b b

C C
c c

A a 0° 0°
A a
C c
C B c b B b

YY DD

Figure 4.1 - Transformateur non déphaseur YY et DD

Yd1 Dy1
A A
a a

B B
b b

C C
c c


A 1h00 0° 0°
1 h00

c a A a
B
b c
C B C b

YD1 DY1

Figure 4.2 - Transformateur déphaseur -30° YD1 et DY1

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 98


T RÉGLAGES SGCT D

Yd11 Dy11
A A
a a

B B
b b

C C
c c

11h00 0°
A 0° 0°
11h00
a b A a

C
c b
C B B c

YD11 DY11

Figure 4.3 - Transformateur déphaseur +30° YD11 ou DY11

4.1.1.3 - Changeur de prises

Pour maintenir la tension du client dans un intervalle de tension désiré, on doit faire
usage d’un régulateur de tension agissant sur des changeurs de prises au niveau du
transformateur. Ce changeur de prises peut se situer à l’enroulement primaire ou à
l’enroulement secondaire. Il peut être symétrique ou asymétrique. Un changeur de prises
symétrique agit par exemple de -15% à +15% de la tension nominale. Un changeur de
prises asymétrique peut agir par exemple de -9% à +12%.

Changeur de prise

Figure 4.4 - Changeur de prises


Comme le changeur de prises modifie le rapport de transformation du transformateur,
un déséquilibre de courant est généré au niveau de la protection différentielle entre le
courant d’entrée et de sortie du transformateur. Il faudra donc tenir compte de ce
déséquilibre au niveau de la protection différentielle.

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 99


T RÉGLAGES SGCT D

4.1.1.4 - Courant nominal du transformateur

Le courant nominal du primaire se calcule à partir de la tension nominale de


l’enroulement primaire du transformateur et de la puissance nominale du transformateur.
Il en est de même pour le calcul du courant nominal à l’enroulement secondaire.

Pnom φn Pnom 3φ 3
I nom = =
Enom φn 3 Enom φφ

Pnom 3φ
I nom = É Q - 4.1
3 Enom φφ

4.1.1.5 - Courant de surcharge

On estime la surcharge à 140% du courant nominal. Mais il est préférable de limiter


l’usage en surcharge d’un transformateur afin d’éviter son vieillissement prématuré. Des
protections de surintensité temporisée sont réglées juste sous la courbe de vie du
transformateur afin d’éviter tout vieillissement accéléré du transformateur. Pour les
transformateurs de plus de 700kV, on considère la surcharge jusqu’à 150%.

I Surcharge = 1, 4 I nom É Q - 4.2

4.1.1.6 - Facteur d’asymétrie

Lors de changement radical de régime permanent à un autre régime permanent, un


régime transitoire se produit. Que ce soit lors de la mise sous tension ou d’un court-
circuit. Le moment précis de ce changement de régime peut créer un niveau d’asymétrie
plus ou moins important. L’asymétrie est causée par la valeur du courant initial dans la
charge à caractère inductive et à l’endroit de la sinusoïde où le défaut se produit. Si la
valeur de courant est zéro alors que nous devons être à la crête de la sinusoïde de courant,
l’asymétrie sera maximum. L’annexe I démontre l’équation de l’asymétrie suivante. La
section 2.5 page 40 du chapitre 2 explique en profondeur qu’est-ce que l’asymétrie.

I=
V
Z
{ −t
sin (ωt − θ − α ) + sin (θ + α ) e τ }
L’anexe I démontre aussi que le niveau de courant RMS maximum avec asymétrie est
de 3 fois le courant maximum normal en valeur RMS. Donc, comme l’asymétrie n’est
pas un défaut, il faut tenir compte de ce phénomène lors de calcul des réglages des
protections du transformateur afin d’éviter de déclencher inutilement.

F . A. ≡ Facteur d'asymétrie maximum = 3


É Q - 4.3
[ Imax = 1, 4 × I nom × F .A.]RMS

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 100
T RÉGLAGES SGCT D

4.1.1.7 - Impédance du transformateur

L’impédance nominale du transformateur est généralement exprimée en pourcentage et


évaluée avec la puissance nominale du transformateur. Le calcul de l’impédance sur une
phase se fait comme suit :

(E )
2
nom φφ
ZT = Z pu × où Z pu = % É Q - 4.4
Pnom 3φ 100

L’usage de la tension entre phases et de la puissance triphasée de l’équation précédente


se traduit en réalité par l’impédance d’une phase seulement. Voici la démonstration de
l’équation précédente à partir du calcul avec monophasé.

(E ) 3 ( Enom φφ ) ( Enom φφ )
2 2 2 2
nom φ n 3 ⎛ Enom φφ ⎞ É Q - 4.5
= ⎜ ⎟ = =
Pnom 1φ Pnom 3φ ⎝ 3 ⎠ Pnom 3φ 3 Pnom 3φ

4.1.1.8 - Courant de court-circuit triphasé du transformateur

Le courant de court-circuit maximum traversant un transformateur se produit avec un


défaut triphasé en aval du transformateur. En présumant la source comme étant idéal, le
défaut de court-circuit maximum se calcule comme suit :

Enom φ n Enom φφ
I CC max = =
ZT 3 ZT

On substitue ZT par l’équation 4.4

Enom φφ Pnom 3φ
I CC max =
Z pu ( Enom φφ )
2
3

Pnom 3φ
I CC max = É Q - 4.6
Z pu 3 Enom φφ

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 101
T RÉGLAGES SGCT D

4.1.2 - PROTECTION DE TEMPÉRATURE DU TRANSFORMATEUR «49»


Plusieurs phénomènes élèvent la température du transformateur. Certains phénomènes
sont connus et contrôlables alors que d’autres sont dus à une défaillance quelconque.

4.1.2.1 - Échauffement par courant de Foucault

La fluctuation du flux magnétique dans un milieu conducteur tente d’induire une


tension, qui malheureusement, est court-circuitée par ce même milieu. Cette tension se
traduit donc par un courant de court-circuit appelé courant de Foucault. Comme ce milieu
possède normalement une certaine résistance, l’effet joule RI 2 échauffe le matériau en
cause. Afin de limiter cet échauffement, on lamine en feuilles très minces le noyau
magnétique du transformateur. On positionne les feuilles de métal du noyau magnétique
dans le même sens que le flux magnétique. Chaque feuille doit être isolée électriquement
de la feuille voisine par un verni mécaniquement et thermiquement résistant. Le courant
est ainsi limité à une très faible surface définie par la largeur de la lame. Les boulons
servant à presser les lames en un seul noyau doivent avoir une faible surface d’exposition
et doivent être isolés électriquement du noyau.
Icharge Lamelles électriquement
isolées l'une de l'autre
H H
I I
Icharge
Fmm=nI très faible

Icharge
H

Figure 4.5 - Lamination du transformateur


Les points suivants peuvent endommager l’isolation électrique entre les feuilles de
métal du noyau.
¾ Défaillance ou faiblesse de l’isolation causée lors de sa construction ou suite à un
choc mécanique lors de montage ou réparation antérieure.
¾ Fort échauffement local suite à un défaut électrique causant des dommages à
l’isolation électrique des feuilles du noyau.
L’échauffement par effet joule augmente avec le carré de la fréquence. Si on double la
fréquence, on quadruple la perte thermique causée par les courants de Foucault. Certains
réseaux ont une configuration dont la fréquence de résonnance voisine la 5e ou 7e
harmonique. Une surtension harmonique attaque plus ou moins les boulons par la force
des courants de Foucault induits. Si une faiblesse existe déjà entre l’isolation électrique de
deux feuilles métalliques du transformateur, la surtension harmonique risque d’accentuer
cette faiblesse et même établir un contact permanent entre ces deux feuilles. Donc, toute
anomalie provoquant une perte accrue en courant de Foucault dans une localité du

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 102
T RÉGLAGES SGCT D
transformateur risque d’augmenter la température de cette même localité pouvant se
dégénérer en défaut majeur. On appelle cette localité un point chaud. Généralement, un
défaut thermique très local dégrade l’huile et crée du gaz dans le transformateur.

4.1.2.2 - Échauffement par effet joule

Le courant circulant dans les conducteurs des enroulements est la principale cause de
l’échauffement du transformateur. Normalement, l’échauffement apporté par un courant
d’exploitation nominal est de l’ordre de 55°C à 65°C. Lors de surcharge dont le courant
est de l’ordre de 140% du courant nominal, le transformateur surchauffe et le système de
refroidissement tente de faire son travail tant bien que mal. Si le courant dépasse une
certaine limite où le système de refroidissement n’absorbe plus le surplus d’énergie
calorifique apporté au transformateur, il risque d’y avoir un emballement thermique
pouvant aller jusqu’à la destruction du transformateur. Une protection de haute
température du transformateur «49A» doit avant tout aviser l’exploitant par une alarme
afin qu’il corrige la situation le plus rapidement possible. Ceci laisse à l’exploitant du
réseau l’option de reconfigurer le réseau de manière à ne pas pénaliser les clients. Si par
contre la température monte trop rapidement et que l’exploitant n’a pas le temps d’agir, un
deuxième seuil de température plus élevé de la protection de température «49D»
déclenche le disjoncteur. Cette température peut varier de 125°C à 140°C selon le
transformateur.

4.1.2.3 - Action du relais de température 49D

Le relais de haute température 49D doit déclencher le disjoncteur et initier le


rétablisseur de service. Le rôle du rétablisseur de service est d’isoler le transformateur
défectueux en ouvrant les sectionneurs entourant l’équipement, et ensuite refermer le
disjoncteur afin de réalimenter le poste. Comme le relais de haute température peut rester
Alarme
49A
Verrouillage

Alarme
C
A D
49D
B
94 Init R.S.
t Déclenchement Initiation du
0 du disjoncteur Rétablisseur
1 sec de Service

HAUTE TEMPÉRATURE

A
1 sec
B Minuterie

C
Verrouillage

D Déclenchement du disjoncteur-
Initiation du rétablisseur de service

Figure 4.6 - Opération du relais de température

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 103
T RÉGLAGES SGCT D
actif longtemps, il ne doit pas maintenir le relais 94 sevant à déclencher le disjoncteur plus
d’un certain temps. Sinon, il ne sera pas possible au rétablisseur de service de faire
correctement son travail. Une minuterie de l’ordre de une seconde annule l’ordre de
déclenchement du relais 49D afin que le rétablisseur de service puisse terminer ses
séquences.

4.1.3 - PROTECTION DE GAZ «63»


Un échauffement local très intense dans un transformateur peut ne pas réchauffer
suffisamment l’ensemble du transformateur pour ensuite actionner le relais de haute
température 49D. Cependant, une chaleur ponctuelle intense surchauffe l’huile de sa
localité et la dégrade sous forme de gaz et particules. À la longue, l’accumulation du gaz
augmente la pression du transformateur et peut actionner une protection de haute pression.
En fait, la protection de gaz possède deux contacts : Un contact pour la détection de gaz
«63A», générant une alarme à l’exploitant lorsque le niveau de gaz dépasse un certain
seuil; Un deuxième contact «63D» fonctionnant avec la pression déclenchant le
disjoncteur lorsqu’un niveau de pression est atteint, généralement causé par une forte
accumulation de gaz. On retrouve un relais de gaz «63C» situé à la cuve du
transformateur, et un relais de gaz «63P» situé au changeur de prise s’il y en a un.

4.1.3.1 - Changeur de prises

Un arc électrique est causé par le changement de prises du changeur de prises. Il


dégrade l’huile et génère une faible quantité de gaz. Si la fréquence de changement de
prises est anormalement élevée, ou si il y a une anomalie au niveau des contacts du
changeur de prises, créant une puissance d’arc inhabituelle, une quantité anormale de gaz
peut être générée. Si ce niveau de gaz atteint un certain seuil, le contact de gaz «63PD»
génère une alarme afin d’aviser l’exploitant. Si l’apport de gaz est tel que l’exploitant n’a
pas le temps de réagir, la pression résultante de ces gaz actionne le relais de gaz «63PD»
qui déclenche ensuite le disjoncteur.

4.1.3.2 - Court-circuit inter-spire du transformateur

Il peut arriver que deux spires rapprochées établissent un contact entre eux suite à une
très forte surtension électrique ou à des vibrations mécanique inter-spire continues causées
par le lâche des conducteurs. Lors de fort courant interne, des forces de Laplace se font
sentir entre les spires. Si deux conducteurs voisins d’une même bobine se touchent, on
peut imaginer l’effet amplificateur de courant causé par le rapport du nombre de tours. Il
s’agit du principe d’une soudeuse. Juste à titre d’exemple, supposons que le contact inter-
spire de la figure suivante soit de l’ordre de 0,1Ω. Tenant compte du rapport de
transformation de 450 à 1, le courant perçu par l’enroulement primaire est pratiquement
trop faible pour être traité par une protection de surintensité ou différentielle. Un courant
de 9 ampères ressenti par l’enroulement primaire est faible par rapport au courant nominal
de 80 ampères. L’amplification de ce courant sur un seul tour est de l’ordre de 4000A, ce
qui est énorme. Il est évident que, dans notre exemple, l’échauffement par effet joule est

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 104
T RÉGLAGES SGCT D
extrême. La forte chaleur locale dégrade l’huile sous forme gazeuse et augmente
rapidement la pression du transformateur qui sera détecté par le relais de gaz.

9A 450 tours 100 tours 0A

Primaire
1 tour
4000A

47MVA
315kV à 69 kV

Figure 4.7 - Court-circuit inter-spire


Une forte surtension d’harmoniques peut endommager l’isolation électrique des
conducteurs dans la portion d’enroulement le plus près de la ligne. La composante
fréquentielle élevée de la surtension rend l’impédance de l’enroulement du transformateur
très élevée et permet à cette surtension de bien subsister dans la portion haute tension de
l’enroulement. La surtension d’harmoniques attaque donc de manière particulière les
enroulements le plus près de la haute tension. Ces enroulements doivent donc avoir une
isolation électrique particulière.

4.1.3.3 - Action du relais de gaz et de température

Lorsqu’une haute pression se produit dans le transformateur, un ordre de


déclenchement est lancé au relais 94 qui à son tour déclenche le disjoncteur. Comme la
pression peut osciller de manière transitoire, le relais 94 se verrouille afin d’exécuter son
ordre jusqu’au bout. Un ordre est aussi lancé au rétablisseur de service de faire son
travail. Comme la pression peut subsister un certain temps dans le transformateur, on ne
peut pas maintenir l’ordre de déclenchement du disjoncteur indéfiniment. Une minuterie
d’une durée de une seconde annule donc cet ordre de déclenchement afin que le
rétablisseur de service complète sa séquence.

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 105
T RÉGLAGES SGCT D

GAZ Alarme
63A
Verrouillage

Alarme
PRESSION C
A D
63D
B
94 Init R.S.
t Déclenchement Initiation du
0 du disjoncteur Rétablisseur
1 sec de Service

Variation transitoire de la pression

A
1 sec
B Minuterie

C
Verrouillage

D Déclenchement du disjoncteur-
Initiation du rétablisseur de service

Figure 4.8 - Opération du relais de gaz et de pression

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 106
T RÉGLAGES SGCT D

4.1.4 - PROTECTION DIFFÉRENTIELLE


Une protection différentielle est de type limitrophe. C’est-à-dire qu’il délimite un
périmètre électrique avec des transformateurs de courant et évalue tout le courant qui entre
et qui ressort de ce périmètre. Une protection différentielle s’applique à un équipement
électrique délimitable comme un transformateur, un alternateur et une barre omnibus par
exemple. Toutes les zones de protection doivent se chevaucher au niveau des disjoncteurs.
Un disjoncteur possède un ou des transformateurs de courant de chaque côté afin de
permettre ce chevauchement.

4.1.4.1 - Principe de la protection différentielle

Normalement, toute énergie qui entre dans un équipement électrique, doit aussi en
ressortir. Évidemment, l’équipement électrique en question ne doit pas être un
accumulateur. L’énergie sortante peut prendre diverses formes : thermique, mécanique,
chimique, etc. S’il s’agit d’un équipement de transformation électrique comme le
transformateur, l’énergie sortante est de même forme que l’énergie entrante. L’énergie
entrant au primaire d’un transformateur doit donc ressortir au secondaire. On considère
les pertes thermiques du transformateur négligeable, ou du moins, on englouti ces pertes
dans la gestion des erreurs que nous verrons dans les pages qui suivent.

Pi Composant Po Pi Composant Po
Électrique à Électrique à
Protéger Protéger
Pi = Po Pi <> Po

Fuite

Figure 4.9 - Principe de la protection différentielle


Si un défaut se produit dans l’équipement, la partie de l’énergie utile à alimenter le
défaut ne sort plus au secondaire du transformateur. Il y aura donc déséquilibre entre
l’énergie qui entre au primaire et qui sort au secondaire de l’équipement. Lorsque ce
déséquilibre dépasse un certain seuil, la protection différentielle prend action, concluant
qu’un défaut dérive une partie de l’énergie.

4.1.4.2 - Protection différentielle par surintensité

La grandeur électrique utilisée par la protection différentielle est le courant. La somme


totale des courants électriques entrant et sortant d’une barre omnibus doit normalement
donner zéro. Évidemment, on doit utiliser tous les transformateurs de courant encerclant
la barre à protéger. La figure-4.10 présente un équipement en condition normale du côté
gauche. Le courant entrant I1 égale le courant sortant I2. Aucune résultante de courant ne
passe dans l’élément de surintensité. Cependant, si un défaut se produit dans
l’équipement à protéger, le courant entrant est plus élevé que le courant sortant. En fait, le
courant alimentant le défaut provient du côté primaire de l’équipement et ne ressort pas au
côté secondaire. La différence de courant I1-I2 passe donc dans l’élément de surintensité.

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 107
T RÉGLAGES SGCT D
Ce courant de différentiel doit atteindre un certain seuil afin de permettre au relais de
surintensité de fonctionner. Pour un défaut extérieur à la zone à protéger, l’erreur de
lecture de chaque transformateur de courant crée un courant résiduel passant
obligatoirement dans l’élément de surintensité. Le seuil de réglage du relais de
surintensité doit donc couvrir l’erreur maximum produite avec un facteur de sécurité.
Généralement, on règle le seuil du relais de surintensité entre 20% et 30% du courant de
défaut maximum pouvant traverser la zone. Ce seuil peut varier en fonction de
l’équipement à protéger ainsi que de la qualité ou précision des composants électriques
utilisés dans l’ensemble de la protection.

Composant Composant
Électrique à Électrique à
Protéger Protéger

Défaut

I1 I2 I1 I2

50 87 50 87

Figure 4.10 - Protection différentielle par surintensité

4.1.4.3 - Protection différentielle avec un transformateur, rapport de transfomation et


erreur

Plusieurs problèmes surviennent lorsque nous protégeons un transformateur avec une


protection différentielle avec surintensité. En vrai, nous utilisons ce genre de protection
pour des transformateurs mais seulement afin d’identifier le transformateur en défaut.
Elle ne déclenche pas le disjoncteur. Nous reviendrons sur le sujet plus tard.

Avec changeur de prise ±15% 47MVA


137A à 185A
161A Erreur 10% 169kV 25kV Erreur 10% 1085A

I1 I2

I1-I2 = 0 50 87

Figure 4.11 - Protection différentielle avec surintensité sur un transformateur

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 108
T RÉGLAGES SGCT D
a - Équilibre des courants

Un premier problème du transformateur est son rapport de transformation. Il


abaisse ou élève la tension, et l’inverse se produit avec le courant. Par exemple, le
transformateur de la figure-4.11 abaisse la tension de 6,76 fois, donc augmente le
courant du même rapport. Si on ne règle pas les rapports de transformation des
transformateurs de courant afin d’équilibrer les courants à la protection différentielle,
il existerait en permanence un fort courant différentielle I1-I2 et la protection serait
toujours active. Avant de calculer les rapports de transformation, on doit tenir
compte des connections des transformateurs de courant. S’ils sont branchés en
configuration delta, l’amplitude augmente de 3 et le rapport de transformation doit
être plus faible d’autant. Il n’est pas toujours possible d’obtenir des rapports de
transformation permettant d’obtenir l’équilibre parfait. On peut donc utiliser un
transformateur auxiliaire permettant de raffiner l’équilibre .

Correction de la phase Connection delta ou étoile


Correction de l'amplitude Rapport de transformation

169kV 25kV

I1 I2

Réglage raffiné.
Soit externe ou interne à la I1-I2 = 0 50 87
protection différentielle

Figure 4.12 - Équilibrage des courants

b - Précision des transformateurs de courant

Malgré nos efforts à balancer parfaitement le relais, le transformateur de courant


de type C400 par exemple atteint 10% d’erreur lorsque la tension à ses bornes du
secondaire est 400V et le courant primaire de 100A. Voir chapitre 3, section 3.1.5
page 77 pour explication du circuit magnétique. La tension obtenue aux bornes
secondaires du transformateur de courant dépend de l’impédance globale des
protections qui y sont reliées. On atteint 10% d’erreur lorsque le fardeau du
transformateur de courant, ou en d’autres termes, lorsque la quantité de protections
reliées au TC est telque l’on atteint 400V pour un courant primaire de 100A.

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 109
T RÉGLAGES SGCT D
c - Phasage des courants

Si le transformateur à protéger est de type YD1, YD11, DY1 ou DY11, il y a


déphasage entre le courant du primaire et le courant du secondaire. On doit donc
rephaser ces courants en utilisant le type de branchement étoile ou delta des
transformateurs de courant.

d - Changeur de prises

Malgré le fait que nous ayons réussi à balancer parfaitement les courants en phase
et en amplitude, si le transformateur est doté d’un changeur de prises de ±15% par
exemple, on doit s’attendre qu’un courant différentiel I1-I2 apparaisse au relais
lorsque le changeur de prises se déplace vers le +15% ou -15% afin de réguler la
tension du secondaire.

e - Courant d’envahissement

La mise sous tension d’un transformateur peut créer un courant d’envahissement


«Inrush» causé par la saturation du noyau. Le moment précis de la mise sous tension
est la grande cause de ce problème. Fermer le disjoncteur à la phase 0° de la tension
crée un courant asymétrique qui sature le noyau sur une seule alternance. Voir
section 4.1.4.5 page 114.

Courant d'envahissement
Courant asymétrique sans la saturation

Figure 4.13 - Courant d’envahissement «Inrush»


L’effet du courant d’envahissement ne se fait sentir que du côté primaire du
transformateur, créant ainsi un fort courant de déballance dans la protection différentielle.

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 110
T RÉGLAGES SGCT D

4.1.4.4 - Protection différentielle à pourcentage

La protection différentielle à surintensité de courant peut aisément se faire berner par


l’un des phénomènes mentionnés précédemment. Le courant résultant de l’erreur globale
augmente avec la grandeur du courant de défaut. Il est donc fort probable que le relais de
surintensité soit activé par la somme des erreurs des transformateurs de courant suite à un
très fort courant de défaut en dehors de la zone à protéger. Voir l’exemple du
transformateur T2 de la figure suivante. Malgré cela, nous utiliserons ce type de
protection pour identifier le transformateur en trouble, mais le réglage du seuil du relais de
surintensité doit dépasser 30% du courant de défaut maximum afin de couvrir les erreurs.
Cette protection ne déclenchera pas le disjoncteur. Voir section 4.1.4.10 page 127.

D2

D1

S1 S2

Ierreur

T1 50
87RS T2 50
87RS
Défaut

D3 D4

Régler le relais de surintensité


du 87RS au dessus des erreurs totales

D5
Figure 4.14 - Problème de l’erreur bernant la protection diff. à surintensité
La protection différentielle idéale capable de contrer les diverses erreurs et phénomènes
du transformateur est la protection différentielle à pourcentage. Le seuil de mise au travail
de cette protection peut être assez bas. Sont critère n’est plus la grandeur du courant mais
plutôt un rapport entre la grandeur du courant différentiel et le courant moyen entrant et
sortant. Ce rapport décrit une pente qui est exprimée en pourcentage.
Opération I1 − I 2
Pente = = Pente ⇒ %
Retenue ( I1 + I 2 ) 2
On nomme « Opération » le courant différentiel I1 − I 2 et on nomme « Retenue » le

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 111
T RÉGLAGES SGCT D
courant moyen entrant et sortant de la zone ( I1 + I 2 ) 2 . Si la grandeur de l’opération
incluant la mise au travail dépasse un pourcentage de la retenue, le relais opère. Au
niveau des relais électromécaniques, une bobine de retenue crée un couple d’ouverture au
niveau du contact de déclenchement du relais. La bobine d’opération crée un couple de
fermeture. Un ressort crée un couple d’ouverture permanent représentant le seuil de mise
au travail du relais. Lorsque le couple de la bobine d’opération dépasse le couple de la
bobine de retenue et du ressort, le contact ferme et le déclenchement du disjoncteur a lieu.
Les relais électroniques et numériques émulent le même comportement.
Erreur de TC = 10% max
Erreur du relais = 5%

Opérarion
Changeur de prise = ±15% Pente au delà de 35%

n
169kV 25kV

tio
ec
rot
n%

ap
ée e
xprim

el
te e

nd
Pen

t io
Ac
tenue
Retenue tion re
I1 I2 Protec
mise au travail

Opération Retenue
I1-I2
87
Figure 4.15 - Protection différentielle à pourcentage
Plusieurs fabricants proposent le réglage d’une deuxième pente à une valeur de courant
plus élevée afin de couvrir l’ajout d’erreurs causé par la saturation des transformateurs de
courant. Ceci rend la protection différentielle encore plus fiable. Un très fort courant de
défaut hors de la zone de protection risque de saturer les transformateurs de courant du
côté haute ou basse tension, créant un déséquilibre de courant non négligeable pouvant
entraîner la protection à agir. Si le transformateur est de configuration étoile relié à la
terre, un fort courant CC causé par un orage géomagnétique peut saturer les
transformateurs de courant du côté haute tension lors de fort transit. Une pente
supplémentaire plus abrute couvrant la saturation des transformateurs de courant évite les
déclenchements non désirés du relais lors de phénomènes causant la saturation des TC.

% Retenu < Opération


Opérarion

ut e
abr
lusp
nte

Zone d'opération du relais


Pe

5%
de 3
el à
te au d
P en Saturation
MAT du TC
Zone de retenue du relais

MAT = mise au travail Retenue

Figure 4.16 - Graphique des pentes de la protection différentielle

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 112
T RÉGLAGES SGCT D
Le pourcentage de la pente ne reflète pas parfaitement le pourcentage des erreurs.
Cependant, les valeurs d’erreurs de moins de 30% se rapprochent de la valeur de la pente.
On doit donc tenir compte de l’écart dans le choix de la pente. Voyons l’exemple d’un
transformateur n’ayant pas de défaut et étant traversé par un fort courant dû à une forte
charge. Les courants I1 et I2 sont identifiés dans la figure-4.15. L’erreur globale « ε » est
causée par :
 Rapport de transformation des TC n’équilibrant pas parfaitement les courants I1 et I2
 Erreurs des TC allant jusqu’à 10%
 Erreur du relais allant jusqu’à 5%
 Changeur de prise provoquant un déséquilibre entre I1 et I2 allant jusqu’à 15%

I1 = ( I + ε )
I2 = I
La retenue est le courant moyen entrant et sortant
I1 + I 2 I + ( I + ε ) ε
Retenue = = =I+
2 2 2
L’opération est la différence des courants entrant et sortant
Opération = I1 − I 2 = ( I + ε ) − I = ε
Calcul de la pente
ε
Pente =
ε
I+
2
Supposons une erreur de 15%
ε = 0,15 I
0,15 I 0,15
Pente = = = 14%
0,15I 1,075
I+
2
La différence entre la pente de 14% et l’erreur de 15% peut être couverte par un facteur
de sécurité. Une erreur de 30% produit une pente de 26%. Il est possible de raffiner la
conception du relais de sorte à rapprocher les deux valeurs, mais les réglages de la pente
déjà proposés par les fabricants couvrent déjà largement les erreurs produites. Les pentes
proposées par les fabricants varient en général de 35% à 65%.

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 113
T RÉGLAGES SGCT D

4.1.4.5 - Courant d’envahissement et retenue de 2e harmonique

À la figure de gauche, fermons l’interrupteur au moment


t0 t0. Si nous fermons l’interrupteur sur la crête de la
sinusoïde de la tension, aucune asymétrie n’est créée.
Selon l’équation suivante, la tension est maximum au
∂I
E=L
XL ∂t
moment où la pente du courant est maximum. Or, la
pente maximum du courant se produit normalement au 0°
de sa sinusoïde. Le courant initial de la bobine est zéro
avant la fermeture de l’interrupteur. C’est donc dire que
le courant débute sa course juste au bon moment, lui permettant d’avoir sa valeur
moyenne à zéro sans aucune asymétrie. Le courant dont il est question ici est le courant de
magnétisation du noyau du transformateur. Afin de limiter les coûts de fabrication du
transformateur, on limite le volume du noyau. Ceci oblige donc le flux magnétique à
voisiner la saturation du noyau. Le courant de magnétisation n’est donc pas parfaitement
pur et génère des harmoniques impaires de très faible amplitude. La 3e harmonique est
bloquée par les enroulements delta du réseau

flux
∂I flux
E=L
∂t
t
I
I

t0 I
t

Figure 4.17 - Fermeture du disjoncteur sur la crête de la sinusoïde


Si le moment t0 de fermeture de l’interrupteur correspond au 0° de la sinusoïde de la
tension, l’asymétrie du courant est à son maximum. Selon l’équation suivante, une
∂I
E=L
∂t

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 114
T RÉGLAGES SGCT D
tension de valeur zéro exige une pente du courant à zéro. Or cette pente correspond à la
valeur crête de la sinusoïde du courant. Comme le courant initial de la bobine est zéro, la
valeur crête de la sinusoïde du courant débute donc à la valeur zéro, créant une asymétrie
maximum. La valeur crête maximum du courant double sur une alternance, et se rend
dans la saturation du noyau. Un noyau pleinement saturé est l’équivalent de ne pas avoir
de noyau du tout. La réactance de la bobine baisse énormément lors de la saturation du
noyau et demande beaucoup plus de courant de la part de la source. Comme le flux
magnétique est à l’image de la tension excluant son déphasage, on préserve sa forme
sinusoïdale supposant que la source soit idéale. La figure suivante montre la forme du
courant d’envahissement causée par la saturation du noyau. On utilise une courbe
d’hystérésis comme fonction de transfert.

flux
flux

I t
I

I
E

t0
t

Figure 4.18 - Courant d’envahissement


L’amplitude du courant d’envahissement est
très importante. Le courant d’envahissement I
t

n’est perçu que par l’enroulement primaire du 169kV 25kV


transformateur. La protection différentielle doit
donc posséder un mécanisme lui permettant de
détecter le courant d’envahissement afin
d’éviter de déclencher inutilement le
transformateur lors de sa mise en tension. I1
R R I2=0
87
Dès que l’alternance positive d’une onde est
O
de forme différente à son alternance négative, I1
des harmoniques pairs sont générés. Le courant
d’envahissement est un fort générateur
d’harmoniques paires, particulièrement la deuxième harmonique. La figure-4.19 montre
les harmoniques d’une forme d’onde se rapprochant de celui du courant d’envahissement.

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 115
T RÉGLAGES SGCT D
La deuxième harmonique est l’information pouvant servir à retenir l’opération de la
protection différentielle lors de la mise en tension d’un transformateur.
1.50

1.00

0.50

0.00

-0.50

-1.00
FFT inverse

Signal
-1.50
-180 -150 -120 -90 -60 -30 0 30 60 90 120 150 180

1.2

1.0

0.8

0.6

0.4

0.2

0.0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Figure 4.19 - Harmonique de courant d’envahissement


Il est possible de fixer un pourcentage de l’amplitude de la 2e harmonique par rapport à
l’amplitude de la fréquence fondamentale afin de retenir l’opération du relais. Ce
pourcentage est un réglage qui peut varier de 20% à 40% selon le fabricant du relais. Dès
que la 2e harmonique devient inférieure à 20%, l’amplitude du courant d’envahissement
ne représente plus un problème et n’atteint plus le seuil de mise au travail du relais.

169kV 25kV

I1 Retenue I2
87
60hz Opération
I1-I2
120hz Retenue de 2e harm.

Filtres passe-bande

Figure 4.20 - Retenue de 2e harmonique

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 116
T RÉGLAGES SGCT D

4.1.4.6 - Déphasage des courants par branchement étoile et delta

a - Branchement étoile des TC

Le branchement en étoile des transformateurs de courant ne modifie pas


l’amplitude ni le déphasage.

Ia
Ia A
Ib
B
Ic Ib Ic
C

BRANCHEMENT Ia Ib Ic
ÉTOILE Ia
Ia Ia =
NTC
Déphasage = 0° Ic Ib

Figure 4.21 - Branchement étoile des TC

b - Branchement delta a-c des TC

Ce type de branchement retarde le courant de 30° et augmente l’amplitude du


courant de 3 .

Ia
Ia A
Ib
B
Ic Ib Ic
C
Ic-Ib
Ib-Ia
Ia-Ic

BRANCHEMENT Ia' Ib' Ic'


Delta a-c
-Ic

Déphasage = -30° Ia Ia' Ia' Ib'


Ia Ic'
Ia = 3
NTC

Figure 4.22 - Branchement delta A-C des TC

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 117
T RÉGLAGES SGCT D
c - Branchement delta a-b des TC

Ce type de branchement avance le courant de 30° et augmente l’amplitude du


courant de 3 .

Ia
Ia A
Ib
B
Ic Ib Ic
C

Ia-Ib

Ib-Ic

Ic-Ia
BRANCHEMENT
Delta a-b Ia' Ib' Ic'
-Ib
Déphasage = +30° Ic' Ia'
Ia Ia' Ia
Ia = 3 Ib'
NTC

Figure 4.23 - Branchement delta A-B des TC

4.1.4.7 - Déphasage des tensions par branchement étoile et delta

Tout comme les courants, le branchement des tensions affecte la grandeur et


l’orientation. Dans la figure suivante, le branchement étoile utilise la tension à la terre
alors que les branchements delta utilisent la tension entre phases qui est majoré de 3 .
Le branchement étoile ne déphase pas. Le branchement delta A-C retarde de 30° alors que
le branchement A-B avance de 30°.
H1 H1 H1
A-B
A-C

H2 H2 H2
B-A

B-C

H3 H3 H3
C-A
C-B

0° -30° +30°

Figure 4.24 - Branchement primaire du transformateur

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 118
T RÉGLAGES SGCT D
Pour les enroulements secondaires du transformateur, la règle est inversée. Supposons
que les enroulements primaires soient reliés en étoile afin de ne pas modifier la phase au
primaire afin de mieux observer l’effet des branchements au secondaire. Les
enroulements secondaires reliés en delta n’ont pas de liaison avec le neutre. On utilise
donc des inductances de mise à la terre afin de créer ce neutre qui réside au centre du delta
comme montré en figure suivante. Soit un circuit delta relié A-C. En dressant les vecteurs
étoiles à l’intérieur des vecteurs delta, le vecteur A-Neutre de ce circuit étoile est avancé
de 30°.

H1 A'

A A
A +30°
A'
H2 B' B
C'
A B'
B B
C

H3 C' C'

C C

Figure 4.25 - Branchement secondaire du transformateur

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 119
T RÉGLAGES SGCT D

4.1.4.8 - Équilibrage des phases de la protection différentielle

Supposons un transformateur à protéger de type YD11. C’est-à-dire que le


transformateur avance ses tensions du secondaire à 11 heure ou de +30°. Les courants
seront aussi avancés de 30° du côté secondaire. Au départ, les transformateurs de courant
seront branchés en étoile d’un côté du transformateur et en delta de l’autre côté. Le
branchement étoile ne déphase pas. On doit donc corriger le déphasage avec le
branchement delta en choisissant le branchement A-B afin d’avancer de 30° ou A-C afin
de retarder de 30°.

Yd11 Yd11
A A
a a

B B
b b

C C
c c
Ib
Ia

In

Ia-Ib
Ic

Ib-Ic
Ic-Ia
Ib'-Ia'
Ic'-Ib'
Ia'-Ic'

Ib'
Ia'
Ic'
In
11h00 0° 11h00 0°
A A
-Ib a b -Ib a b
Ia ' Ia Ia ' Ia
c c
C B C B

Figure 4.26
À la figure-4.27, circuit de gauche, le branchement delta des circuits de courant est du
côté secondaire. Comme le courant du côté secondaire est avancé de 30° par rapport au
côté primaire, on doit le retarder de 30° afin de remettre en phase avec le côté primaire.
On choisit donc le branchement A-C.
Le circuit de droit a le branchement delta des circuits de courant du côté primaire. Le
courant du côté primaire est en arrière de 30° sur l’enroulement secondaire. On doit donc
l’avancer afin de les remettre en phase. On branche donc le circuit delta en branchement
A-B.

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 120
T RÉGLAGES SGCT D

Yd11
Yd11
A A
a a

B B
b b

C C
c c

(0°)
Ib
Ia

Ia-Ib
Ic

Ib-Ic
Ic-Ia
Ib'-Ia' (+30°)
Ic'-Ib'
Ia'-Ic'

Ib'
Ia'
(0°)

Ic'

In
(-30°)
0° +30° +30° 0° +30° +30°

Cas #2 Cas #1

Figure 4.27
Comme l’enroulement delta est le seul enroulement qui peut avancer ou retarder le
courant par son type de branchement, on évalue si l’angle du courant du transformateur du
côté où se trouve le branchement delta des TC est en avance ou en arrière. On corrige
ensuite en faisant l’inverse avec le branchement delta. À la figure-4.26 ou figure-4.27, le
meilleur choix de branchement est celui de droite afin d’éliminer les courants homopolaire
que nous voyons dans les prochaines pages.

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 121
T RÉGLAGES SGCT D

4.1.4.9 - Courant homopolaire, filtre et bocage

Dans la figure suivante, un défaut à la terre se produit à l’extérieur de la zone couverte


par la protection différentielle. L’enroulement primaire du transformateur est de type delta
A-C et l’enroulement secondaire est de type étoile relié à la terre. Les tensions au
secondaire sont donc en retard de 30° par rapport aux tensions du primaire. Les
transformateurs de courant TC du primaire sont branchés en configuration delta et ceux du
secondaire sont branchés en configuration étoile. Les branchements en configuration
delta des TC du primaire doivent être du type A-C afin de retarder les courants de 30° pour
les mettre en phase avec les TC du secondaire.
La boucle de courant de neutre existe pour tout défaut à la terre du côté secondaire
puisque le transformateur est branché en étoile au secondaire et relié à la terre, . Comme
les TC sont aussi reliés en étoile au secondaire, ce courant de neutre est recréé dans le
circuit de courant secondaire au TC et circule dans la protection différentielle. Cependant,
l’enroulement primaire du transformateur ne peut créer de courant de neutre dû à son
enroulement delta. Un déséquilibre apparaît donc dans la protection différentielle qui
provoque l’opération de la protection pour un défaut hors zone.
H1

H2

H3

Défaut
extérieur
à la zone

RC RC
RB RB
RA RA

Problème de
OPA OPB OPC déséquilibre

Figure 4.28 - Problème du courant homopolaire


Il faut donc éliminer le courant homopolaire en le bloquant avec un filtre homopolaire
comme montré en figure-4.29. Un enroulement delta fermé au secondaire d’un

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 122
T RÉGLAGES SGCT D
transformateur court-circuite la séquence homopolaire. Les composantes homopolaires ne
se rendent plus à la protection différentielle qui se retrouve en état d’équilibre pour un
défaut hors zone.
H1

H2

H3

Défaut
extérieur
à la zone

RC RC
Filtre
RB RB homopolaire
RA RA

OPA OPB OPC

Figure 4.29 - Filtre bloquant le courant homopolaire


La figure-4.29 est une représentation lourde et chargée du fait qu’elle représente le
schéma trifilaire. La figure suivante montre la simplicité du schéma unifilaire. Dans le
schéma de la figure-4.12 page 109 , on utilise un transformateur afin de raffiner
l’équilibre des courants. Il est aussi possible d’ajouter un tertiaire delta fermé à ce
transformateur afin de bloquer la séquence homopolaire. Voir l’exemple de la figure-4.14
page 111.

Filtre
homopolaire

R R R R

O Filtre
O homopolaire
87 87
Figure 4.30 - Schéma unifilaire avec les filtres homopolaire

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 123
T RÉGLAGES SGCT D
La position du filtre bloquant la séquence homopolaire est toujours du côté où les TC
sont branchés en étoile.
Voyons un exemple utilisant des inductances de mise à la terre. L’enroulement
secondaire du transformateur est de type delta. On apparente l’enroulement delta à la terre
avec des inductances de mises à la terre. L’inductance de mise à la terre permet au défaut
à la terre de créer un fort courant de neutre permettant aux protections de fonctionner
correctement. Sans inductance de mise à la terre, le courant de neutre généré serait trop
faible et les protections concernées par le défaut ne pourraient opérer. De plus, en
supposant que le défaut soit entre la phase A et la terre, les tensions entre la phases B et la
terre ainsi que la phase C et la terre se retrouveraient à 3 fois la tension nominale.
L’isolation électrique des équipements environnants risque de faire défaut. L’inductance
de mise à la terre limite cet écart de tension et oblige la protection concernée par le défaut
«protection de ligne ou de surintensité» à opérer. Si les inductances de mise à la terre sont
incluses dans la zone couverte par la protection différentielle, et qu’un défaut à la terre se
produit à l’extérieur de cette zone, le même problème que la figure-4.28 se répète.

Défaut
extérieur
à la zone

Problème de
déséquilibre
RC RC
RB RB
RA RA

OPA OPB OPC

Figure 4.31 - Problème de séquence homopolaire avec inductances de mise à la


terre incluses dans la zone de protection

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 124
T RÉGLAGES SGCT D
On applique encore la même solution. Voir la figure suivante.

Défaut
extérieur
à la zone

RC RC
RB RB
RA RA

OPA OPB OPC


Filtre
homopolaire

Figure 4.32 - Filtre bloquant le courant homopolaire


Une autre manière extrêmement simple de
filtrer la séquence homopolaire est d’éviter
de brancher les TC en configuration étoile
lorsque le transformateur est aussi branché
en étoile. La figure-4.28 fait cette erreur et
nous oblige à utiliser un filtre homopolaire.
En branchant les TC en configuration delta
R R
du côté où le transformateur est branché en
étoile, le courant de neutre généré par un
O
défaut à la terre ne peut exister dans la
87 configuration delta des TC. De plus, on doit
Figure 4.33 - Fitre homopolaire par brancher les TC du côté delta du
technique de branchement transformateur en configuration étoile pour
le rephasage de la protection différentielle
telque discuté en section 4.1.4.8 page 120.
Quoique le branchement étoile des TC peut capter le courant de neutre, l’enroulement
delta du transformateur ne génère pas de courant de neutre. Cependant, si nous utilisons

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 125
T RÉGLAGES SGCT D
des inductances de mise à la terre incluses dans la zone de protection différentielle comme
en figure-4.32, on devra utiliser le filtre homopolaire.
Il existe encore une autre manière de faire afin de filtrer la séquence homopolaire. À la
figure suivante, les TC sont branchés étoile du même côté que le transformateur est
branché étoile. Si nous devons utiliser un transformateur auxiliaire afin d’équilibrer les
courants, brancher l’enroulement secondaire du transformateur auxiliaire en configuration
delta filtre automatiquement la séquence homopolaire.

R R

O Filtre
homopolaire
87
Figure 4.34
Autres exemples de filtre homopolaire avec des inductances de mise à la terre.

Filtre Inductance de Inductance de Filtre


homopolaire mise à la terre mise à la terre homopolaire

R R R R

O O
87 87
Figure 4.35

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 126
T RÉGLAGES SGCT D

4.1.4.10 - Protection différentielle locale et globale de transformateur

Dans un poste, il peut y avoir plusieurs transformateurs. Si chaque transformateur est


doté de son disjoncteur du côté source, on utilise une protection différentielle à
pourcentage déclenchant directement le disjoncteur en cas de défaut. Mais pour une
raison d’économie, on utilise un disjoncteur pour alimenter le poste ou une partie du poste.
Ce disjoncteur alimente de deux à quatre transformateurs. La manière d’isoler un
transformateur est d’ouvrir son sectionneur en amont lorsque le poste est hors service.
Donc, il est inutile de mettre une protection différentielle à pourcentage pour chacun des
transformateurs. Pour chacun des transformateurs, on utilise une protection différentielle
à surintensité appelée protection différentielle locale 87RS. Pour l’ensemble de deux
transformateurs, on utilise une protection différentielle à pourcentage appelée protection
différentielle globale 87G.

R
Protection O
Globale
R
87

50 50

87RS 87RS

Figure 4.36 - Poste avec protection différentielle locale et globale

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 127
T RÉGLAGES SGCT D
Si un défaut se produit dans un transformateur, la protection différentielle globale
détecte le défaut et ordonne l’ouverture des disjoncteurs alimentant les transformateurs.
Le relais 94 est un relais intermédiaire actionnant les disjoncteurs ciblés. Le relais 94 se
verrouille pendant 100ms afin de s’assurer que la commande passe. Ce temps de maintien
est pour palier au problème de retrait trop prématuré de la protection pouvant ne pas
achever la commande. Il ne faut cependant pas laisser les clients sans électricité. On doit
isoler le transformateur en trouble et réalimenter ensuite le poste. La protection
différentielle locale identifie le transformateur en défaut, et avec l’accord de la protection
différentielle globale, initie et informe le rétablisseur de service «R.S.». Dès que le poste
est hors tension, le rétablisseur de service isole rapidement le transformateur en défaut en
ouvrant les sectionneurs motorisés au primaire du transformateur et en ouvrant les
disjoncteurs ou sectionneurs en aval du transformateur. Une fois le transformateur isolé,
le rétablisseur de service réenclenche les disjoncteurs afin de réalimenter le poste pour
ensuite réalimenter les clients avec les transformateurs restants.
S’il n’y a pas de disjoncteur qui alimente le poste, alors on ferme le sectionneur de mise
à la terre rapide qui forcera la protection de ligne située au poste source éloigné à
déclencher son disjoncteur. La protection initie aussi le rétablisseur de service qui se
chargera d’isoler le transformateur en défaut, et ensuite réalimenter le poste. Si nous
avons utilisé un sectionneur de mise à la terre rapide, le rétablisseur l’ouvre, et le poste
sera réalimenté lors du réenclenchement du disjoncteur du poste source éloigné.
Si pour une défaillance de disjoncteur, l’ordre de déclenchement est maintenu, il
devient impossible d’éliminer le défaut et les risques de dommage peuvent être
importants. Une minuterie de 200ms agit comme protection de secours en actionnant le
94-3. Ce dernier bloque aussitôt le rétablisseur de service. Le 94-3 ordonne aux
disjoncteurs en amont d’ouvrir. Si ce disjoncteur se situe à un poste éloigné, il utilise un
lien de communication pour télédéclencher à distance, ou il force le déclenchement du
poste éloigné en émulant un défaut par la fermeture d’un sectionneur de mise à la terre
rapide.
Temps de maintien
Défaillance de disjoncteur

t t 94-3 / T1,2
Déclenche les disjoncteurs
0 0 des disjoncteurs en amont
100 m sec 200 m sec
Déclenche les disjoncteurs
87G 94-1 / T1,2 D1, D2, D3 et D4
Bloque le RS
87RS-T1 Une fois le défaut éliminé, si le
Init R.S. défaut était sur T1, le rétablisseur
de service ouvre le sectionneur S1,
87RS-T2 Initiation du
et referme ensuite les disjoncteurs
Rétablisseur
de Service D1, D2 et D4

Figure 4.37 - Logique de la protection de transformateur avec Protection


différentielle
Certains circuits utilisent un relais de surintensité 50S dans la protection de secours. Si
on ordonne à un disjoncteur d’ouvrir, et qu’après un certain temps l’ordre est toujours

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 128
T RÉGLAGES SGCT D
maintenue, on actionne la protection de secours 94-3 seulement s’il y a un minimum de
courant dans le disjoncteur.
62-3
Défaillance du
disjoncteur
94-1/T1 Télédéclenchement
94-3
94-2/T2 aux postes sources

50S/disj-1

Figure 4.38 - Protection de secours


Revenons à la protection différentielle locale avec surintensité. Nous avons discuté du
problème appartenant à ce genre de protection à la section 4.1.4.4 page 111. La figure-
4.14 page 111 montre la possibilité d’actionner la protection différentielle locale 87RS du
transformateur T2 par les erreurs de TC alors que le défaut appartenant au transformateur
T1. Afin d’éviter ce genre d’erreur, on doit régler le seuile du relais de surintensité dans la
protection différentielle locale, assez élevé afin de noyer l’erreur maximum.

D2

D1

S1 S2

87RS 87RS 87G


T1 T2
Défaut

D3 D4

Régler le relais de surintensité


du 87RS au dessus des erreurs totales

D5
Figure 4.39 - Problème de différentielle par les erreurs de lectures des TC

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 129
T RÉGLAGES SGCT D

4.1.5 - RELAIS DE SURINTENSITÉ DES TRANSFORMATEURS


Le transformateur est protégé
par une multitude de relais de
surintensités instantanés et
temporisés. Ces relais de
surintensité instantanée sont
utiles à éliminer rapidement tout
défaut dont le courant de court-
circuit est très élevé. Les relais
de surintensité temporisées
agissent comme protection de
relève aux protections en avale et
doivent être coordonnées avec
ces protections afin de ne pas agir
inutilement pour un défaut qui
n’appartient pas au
transformateur. Certain relais de
neutre risque d’être inutilisable si
la contribution en courant
homopolaire du transformateur 50 51 50N 51N
au défaut à la terre sur le réseau
est trop importante.
Ces protections agissent donc
comme complément à la
protection différentielle et
comme relève en cas d’une
défaillance de protection en
amont.
50N 51N

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 130
T RÉGLAGES SGCT D

4.1.5.1 - Protection de surintensité instantanée de phase côté HT - 50φ

La protection de surintensité instantanée ne doit pas percevoir les défauts au secondaire


du transformateur, sinon il serait impossible de coordonner notre protection avec les
protections en aval. On doit donc évaluer le courant de court-circuit maximum pouvant se
produire à la limite de l’enroulement secondaire du transformateur en présumant une
source idéale à l’enroulement primaire. Ainsi, tout défaut franc se produisant à l’intérieur
du transformateur engendre un courant de défaut supérieur, et tout défaut se produisant au-
delà du transformateur génère un courant de défaut trop faible. Si on considère
l’impédance du réseau alimentant le transformateur, le courant de court-circuit au
secondaire du transformateur est d’avantage réduit, empêchant la protection de
surintensité instantanée de phase d’atteindre le secondaire du transformateur. Pour les
calculs, on utilise les équations de la page 100 et page 101. On règle le relais avec le
courant de court-circuit maximum ICC max auquel on ajoute le facteur d’asymétrie
maximum F.A.. On doit aussi tenir compte du rapport de transformation du TC afin de

D1 D2

Temps de maintien
t
0

50 94 / T2

Initiation du
R.S.
Rétablisseur
T1 de Service
T2

I CC max × F . A.
IR =
NTC

D3
Pnom 3φ
I CC max =
Z pu 3 Enom φφ

F . A. ≡ Facteur d'asymétrie maximum = 3

Figure 4.40 - Protection de surintensité instantanée de phase côté HT

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 131
T RÉGLAGES SGCT D
connaître le courant au secondaire du TC. On divise donc le courant de court-circuit
maximum par ce rapport NTC. Le courant d’envahissement du transformateur ne peut
jamais atteindre ce seuil.
Concernant l’action du relais de surintensité instantanée de phase, comme sa sélectivité
se limite au transformateur, il déclenche aussitôt le ou les disjoncteurs alimentant le poste.
S’il n’y a pas de disjoncteur, alors il ferme le sectionneur de mise à la terre rapide qui
forcera la protection de ligne située au poste source éloigné à déclencher son disjoncteur.
La protection initie aussi le rétablisseur de service qui se chargera d’isoler le
transformateur en défaut, et ensuite réalimenter le poste. Si nous avons utilisé un
sectionneur de mise à la terre rapide, le rétablisseur l’ouvre, et le poste sera réalimenté lors
du réenclenchement du disjoncteur du poste source éloigné.

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 132
T RÉGLAGES SGCT D

4.1.5.2 - Protection de surintensité temporisée de phase côté HT - 51φ

Lors de court-circuit en aval au transformateur, le fort courant de défaut échauffe


rapidement le transformateur. Si le défaut réside au niveau de la barre 25kV ou d’une
artère, les protections concernées par le défaut doivent accomplir leur tâche en isolant
rapidement le défaut. Si la protection devant isoler le défaut ne fonctionne pas, le courant
de défaut perdure et la température des conducteurs du transformateur augmente très
rapidement. Il ne faut pas dépasser la courbe de vie du transformateur afin de ne pas
l’endommager sérieusement. La protection de surintensité temporisée du transformateur
agit comme protection de relève lorsqu’une protection en aval faille à sa tâche. Cette
protection doit donc être coordonnée avec les protections en aval ainsi que la courbe de
vie du transformateur comme montré en figure-4.42. Comme le relais de surintensité est
temporisé, l’asymétrie ne représente pas un problème. Le seuil de mise au travail doit être

D1 D2

D3 n'existe pas

Initiation du Rétablisseur de Service R.S.


Temps de maintien
t Bloque la fermeture du sectionneur
0 de barre côté basse tension par le R.S.
" position normalement ouvert"

51 94 / T2
Si D3 existe
Déclenche le disjoncteur D3

t
T1 0
T2 200 msec à
500 msec
Initiation du
R.S.
Rétablisseur
de Service

? 150% × I nom
D3 IR =
NTC

( Pnom 3φ )ONAF
I nom =
3 Enom φφ

NO

Figure 4.41 - Protection de surintensité temporisé de phase côté HT

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 133
T RÉGLAGES SGCT D
réglé au dessus de la charge maximum. Ce seuil peut varier entre 150% et 175% du
courant nominal calculé avec la puissance nominale correspondant au refroidissement à
air forcé ONAF du transformateur.

Courbe de vie du transformateur


Temps en seconde

Courbe de surintensité temporisée du transformateur

Courbe de la protection de surintensité temporisée d'artère


Courbe du fusible

Multiple du courant de mise au travail


Figure 4.42 - Coordination de la protection de surintensité de phase du
transformateur
Voyons la logique de déclenchement à la figure-4.41. Comme le défaut traité par le
relais de surintensité temporisé de phase peut provenir d’une barre ou d’une artère, la
première tentative est de déclencher le disjoncteur du côté aval en premier. Si le défaut
disparaît vu de la protection, on aura pas déclenché le poste inutilement, évitant de
désalimenter tous les transformateurs et pénaliser des clients. Cependant, si le défaut
perdure plus d’un certain temps variant entre 200ms et 500ms, le défaut se situe entre le
disjoncteur basse tension et le transformateur. Possiblement que la protection
différentielle est défectueuse. La protection de surintensité déclenche donc le disjoncteur
ou sectionneur de mise à la terre rapide afin de désalimenter le poste, et amorce le
rétablisseur de sercice qui isolera le transformateur.

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 134
T RÉGLAGES SGCT D

4.1.5.3 - Protection de surintensité instantanée de neutre côté HT - 51N

La protection de surintensité instantanée de I1


neutre est utile à détecter tout défaut à la terre ZS1
dans l’enroulement primaire du transformateur.
Vs I0=I1=I2
L’enroulement secondaire relié en delta ne
permet pas de voir les défauts à la terre du côté
secondaire du transformateur. Un problème
I2
apparaît lorsque l’enroulement primaire est un
enroulement étoile relié à la terre. En modélisant ZS2
le réseau et le transformateur en trois couches de 3Zf
composantes symétriques, et en reliant ces
couches afin de reproduire un défaut à la terre, on
réalise que l’impédance homopolaire du I01
transformateur s’intègre au réseau de court- ZS0
circuit. Elle contribue à fournir un courant ZT
homopolaire au réseau. En figure-4.44, le circuit I02
du haut, le défaut se produit entre le point de
lecture de la protection et le transformateur. La Figure 4.43
protection lit le courant homopolaire INS
provenant de la source. À la figure-4.44, circuit du bas, le défaut est en aval au point de
lecture de la protection. Elle lit le courant homopolaire INT provenant du transformateur.
Il est donc important que le courant homopolaire INS du réseau soit relativement plus
élevé que le courant homopolaire INT du transformateur. Sinon, il devient impossible
d’utiliser la protection de surintensité instantanée de neutre puisque la protection
déclencherait le poste pour tout défaut se produisant quelque part sur le réseau. À la figure
suivante, une équation définit le domaine à l’intérieur duquel il est possible d’utiliser la
protection de surintensité de neutre. La constante « k » est un facteur de sécurité variant
de 110% à 120% selon le contexte.

Zs
INS INT
ES 50N

Z 0T
Z 0S max <
k 3

Zs
INS INT
ES 50N

Figure 4.44 - Condition d’utilisation de la protection 51N HT

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 135
T RÉGLAGES SGCT D
Le réglage de la protection 50N HT doit être légèrement supérieur au courant de neutre
maximum INT. Il peut arriver qu’il soit impossible d’utiliser la protection de surintensité
instantanée de neutre si l’équation de la figure-4.44 n’est pas respecté. D’ailleurs, l’ajout
de transformateurs sur le réseau, ou le changement de topologie du réseau remet en cause
les réglages de la protection 50N HT, ce qui explique qu’elle soit rarement utilisée.

a - Réglage avec enroulement étoile au primaire


On suppose une source idéale. Les impédances de composantes directes et
inverses sont donc nulles. Afin de calculer le courant de neutre maximum du
transformateur, on doit considérer l’impédance homopolaire de la source comme
nulle, donc d’impédance infinie.
Z S1 = Z S 2 = 0
ZS 0 = ∞
La figure-4.43 représente le montage à faire avec les couches de composantes
symétriques afin de calculer le défaut à la terre. Si on observe bien le circuit de la
figure-4.43 et que l’on remplace les impédances par les valeurs ci-dessus, on obtient
l’impédance de court-circuit Zf suivante.
3Z f = ( Z S 0 & ZT 0 ) + Z S1 + Z S 2
= ( ∞ & Z T 0 ) +0 +0
= ZT 0
ZT 0
Zf =
3
Les valeurs des équations précédentes sont toutes exprimées en « pu ». Le calcul
du courant de neutre maximum INT max lors de court-circuit à la terre se calcule en
utilisant l’équation 4.6 à la page 101. On doit utiliser l’impédance du défaut Zf.
3 Pnom 3φ
I CC max =
Z T0 pu 3 Enom φφ

Le réglage de la protection de surintensité instantanée de neutre côté haute tension


doit aussi tenir compte de l’asymétrie maximum. On utilise le rapport du TC afin de
connaître la valeur du courant de défaut au secondaire du TC pour fin de réglage du
relais. Le courant de réglage est donc :

F . A. ≡ Facteur d'asymétrie maximum = 3

I CC max × F . A.
IR =
NTC

b - Réglage avec enroulement delta au primaire

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 136
T RÉGLAGES SGCT D
Contrairement à l’enroulement étoile, l’enroulement delta ne génère pas de courant
de neutre. Il peut donc détecter tout défaut à la terre sans aucun problème.

Zs
INS
ES 50N

Zs
INS
ES 50N

Figure 4.45
Cependant, la discordance de phases et les courants d’envahissements risquent
d’actionner la protection. Régler la protection à quatre fois le courant nominal est un
excellent compromis afin d’exclure le courant d’envahissement et la discordance de
phases lors de la fermeture des disjoncteurs. Comme le relais est au secondaire du
TC, on doit tenir compte du rapport de transformation du TC. Le réglage de la
protection est donc :
Pnom 3φ
I nom =
3 Enom φφ

4 × I nom
IR =
NTC

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 137
T RÉGLAGES SGCT D
Concernant l’action du relais de surintensité instantanée de neutre, comme sa
sélectivité se limite au transformateur, il déclenche aussitôt le ou les disjoncteurs
alimentant le poste. S’il n’y a pas de disjoncteur, alors il ferme le sectionneur de mise à la
terre rapide qui forcera la protection de ligne située au poste source éloigné à déclencher
son disjoncteur. La protection initie aussi le rétablisseur de service qui se chargera
d’isoler le transformateur en défaut, et ensuite réalimenter le poste. Si nous avons utilisé
un sectionneur de mise à la terre rapide, le rétablisseur l’ouvre, et le poste sera réalimenté
lors du réenclenchement du disjoncteur du poste source éloigné.

D1 D2

Temps de maintien
t
0

50N 94 / T2

Initiation du
R.S.
Rétablisseur
T1 de Service
T2

D3

Figure 4.46 - Protection de surintensité instantanée de neutre côté HT

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 138
T RÉGLAGES SGCT D

4.1.5.4 - Protection de surintensité instantanée de neutre côté HT - 51N

Pnom 3φ
I nom =
3 Enom φφ

D1 D2

Protège le transformateur contre l'échauffement dû à une


surcharge prolongée provoqué par une débalance. Doit
être coordonnée avec la courbe de vie du transformateur
et les autres protections dont les protections de ligne.

I nom
I R = 50%
NTC
51N 94 / T2
HT

Initiation du Rétablisseur de Service R.S.


Protège l'inductance de mise à la terre contre
T1 toute surcharge causée par la débalance..
T2
I nom
I R ≈ 120%
NTC
51N Si D3 existe
Déclenche le disjoncteur D3
BT

? 0
t

D3 200 msec à
500 msec
Initiation du
R.S.
Rétablisseur
de Service

NO

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 139
T RÉGLAGES SGCT D

D1 D2

Comme le transformateur ne contribue pas au courant de


neutre, cette protection n'agit que comme relève à
l'élément instantanée de neutre 50N HT. Donc, son action
est le même que la protection 50N HT

51N
HT

T1 T2

51N Protège le transformateur contre l'échauffement dû à une


BT surcharge prolongée provoqué par une débalance ou un
défaut de trop longue durée suite à une défaillance de
disjoncteur ou autre.

?
D3

Par Serge Tremblay ing. ©2003 mars 5, 2006 Chapitre-4 Page 140