Vous êtes sur la page 1sur 250

Acta Romanica Quinqueecclesiensis

I.

La publication du Département d’Études Françaises et


Francophones

Université de Pécs
Faculté des Lettres
Acta Romanica Quinqueecclesiensis

Rencontres et conflits
Nouvelles perspectives en études
romanes

sous la direction de

Adrián Bene et Rafael Ákos Szabó

Pécs

2016
Acta Romanica Quinqueecclesiensis

Rédacteur de la collection :
Adrián Bene

© Rédacteurs
© Auteurs

Éditeur :
Département d’Études Françaises et Francophones
Faculté des Lettres
Université de Pécs

ISBN : 978-963-429-071-1
ISSN : 2498-7301
Table des matières

AVANT-PROPOS ..................................................................................................... 7
INTRODUCTION .................................................................................................... 9

ÉTUDES
ADRIÁN BENE : Le fantastique et la critique sociale dans le 9e art – de
Légendes d'aujourd'hui à Luxley ..................................................................... 11
KRISZTIÁN BENE : Les combats de l’unité française du NSKK en
Hongrie. ....................................................................................................... 21
PÉTER BERECZKI : Gustave Flaubert et le « goût de l’homme » ................. 31
MIKLÓS HORVÁTH : Les grands personnages des partis collaborationnistes
de Paris ......................................................................................................... 47
ANNA MERCZEL : La participation des troupes coloniales françaises dans
la Première Guerre mondiale .................................................................... 67
LINDA NÉMETH : En quête de l’identité du perroquet dans la nouvelle
occitane Las Novas del Papaguay d’Arnaut de Carcassès ........................ 83
KÁROLY SÁNDOR PALLAI : Topoï de contre-exotisme dans l’écriture de
Titaua Peu. ................................................................................................... 97
RAFAEL ÁKOS SZABÓ : La technique de brouillage dans W ou le souvenir
d’enfance........................................................................................................109
JÓZSEF KRISZTIÁN SZALÁNCZI : „Territorio Chileno Antártico”. Los
antecedentes históricos de las reclamaciones territoriales antárticas de
Chile de 1940 ....................................................................................... … 125
ADRIÁN BENE : Fantastic and social criticism in French comics – from
Légendes d'aujourd'hui to Luxley .................................................................139
KRISZTIÁN BENE : The battles of the French NSKK unit in Hunga-
ry……. .......................................................................................................149
ZSOLT MÁTÉ : Charles De Gaulle’s visit in the United States of America
in 1960 ........................................................................................................159
ZSOLT MÁTÉ : Charles de Gaulle 1960-as amerikai látogatása .................167
MELINDA MIKÓ : Franciaország és a Regionális Nyelvek Európai
Chartájának ratifikációja, avagy az európai értékek és a nyelvpolitika ...177
KATINKA PAPP : A dekonstrukció és az Új Héloïse ......................................187

5
RAFAEL ÁKOS SZABÓ : A „ködösítés” technikája a W ou le souvenir
d’enfance-ban ............................................................................................195
JÓZSEF KRISZTIÁN SZALÁNCZI : „Territorio Chileno Antártico”. Chile
1940-es antarktiszi területi követelésének történelmi előzményei ....209

COMPTES RENDUS
Ján Drengubiak : Richard Millet, du personnel vers l’universel (Krisztián
Bene) ........................................................................................................223
Kateřina Drsková (sous la direction de) : Nature(s) (Péter Bereczki) ....227
Aux tournants de l’histoire. Ruptures et reconfigurations des relations
entre la France et l’Europe médiane à l’époque contemporaine
(Nicolas Catin) ..........................................................................................231
Krisztián Bene, Ferenc Dávid (sous la direction de) : Entre coopération et
antagonismes. Les dimensions des relations franco-hongroises, de
l'époque moderne à l'intégration européenne (Melinda Mikó)..........235
Imre Garaczi, Zoltán Kalmár (sous la direction de) : Almanach Pro
Philosophia 2012/2013 (Rafael Ákos Szabó) ......................................245

6
Avant-propos

Après une longue réflexion et une préparation minutieuse durant


des années, on a décidé de lancer notre collection intitulée Acta
Romanica Quinqueecclesiensis dont le premier tome est entre vos mains.
Nous devons absolument mentionner la contribution de M.
Krisztián Bene qui a été d’une part un partenaire enthousiaste dans
ce travail, d’autre part, a eu la gentillesse d’assurer un appui
institutionnel comme le directeur du Département d’Études
Françaises et Francophones de l’Institut d’Études Romanes de
l’Université de Pécs qui prend en charge l’édition de cette
publication. Parmi bien d’autres, l’objectif principal de notre
collection est de constituer un forum approprié pour les recherches
scientifiques menées dans le domaine des études romanes au sein de
l’Université de Pécs pouvant permettre également la présentation
des ces activitiés pour le public international et ainsi leur intégration
au monde scientifique sur une scène bien plus large que celle de la
Hongrie.
Au-delà des travaux des philologues intéressés par les études
romanes, et surtout francophones, nous avons l’intention de
présenter les résultats des recherches des représentants d’autres
disciplines (histoire, philosophie, relations internationales, etc.)
s’occupant de tous éléments de la romanistique. Nous sommes
convaincus que le soutien du travail scientifique des étudiants et des
jeunes chercheurs talentueux doit obligatoirement faire partie de
l’activité d’un forum universitaire, ainsi les contributions de cette
génération ont (et auront) un rôle important dans notre collection.
Nous espérons que ce soutien permettra leur implication dans le
travail commun réalisé ensemble avec nos collègues de la région de
l’Europe médiane (tchèques, slovaques, polonais, etc.) depuis déjà
relativement longtemps. L’élargissement de cette coopération serait
certainement enrichissant et pourrait renforcer ces relations
professionnelles particulières.
Nous voudrions croire que la création de ce nouveau forum
professionnel dans le domaine des études romanes permettra la
publication des actes du colloque, des monographies et d’autres
ouvrages contribuant à la sauvegarde du niveau élevé de la
philologie romane hongroise ayant une grande tradition. Étant

7
donné que le nombre de tels forums en Hongrie est
malheureusement limité de nos jours, nous espérons également que
l’activité de celui-ci donne un nouvel élan aux recherches effectuées
dans le domaine.

Adrián Bene

8
Introduction

Le premier tome de cette nouvelle collection lancée par le


Département d’Études Françaises et Francophones de l’Université
de Pécs est constitué par les actes du colloque scientifique
pluridisciplinaire intitulé Rencontres et conflits – Nouvelles perspectives en
études romanes tenu le 27 novembre 2014 à l’Université de Pécs. Pour
faciliter la compréhension par le public le plus large possible, une
partie des contributions sont publiées en deux langues qui
contribuera certainement à l’élimination des barrières linguistiques
devant les lecteurs intéressés.
Lors du colloque scientifique organisé et dirigé par Adrián Bene
et Krisztián Bene, c’était l’anglais, bien évidemment à côté des
langues néo-latines, qui servit de langue intermédiaire parmi les
intervenants et les membres du public. La condition de participation
à l’événement plurilingue et multidisciplinaire imposée par les
organisateurs était l’activité de recherche liée au monde romane de
la part des contributeurs. Si on veut présenter la nature de cette
première réunion (qui sera éventuellement suivie par plusieurs
d’autres), il faut citer une partie de l’appel des organisateurs :
« L'objectif principal du colloque international est
l'approfondissement des connaissances dans des domaines de
recherche (histoire, littérature, philosophie, linguistique, arts au sens
large) qui sont liés aux champs d'observation des études romanes.
L'interdisciplinarité des sujets mentionnés ci-dessus et la variété des
participants, y compris des étudiants, permettent d'explorer et de
présenter les différents aspects des sciences consacrées à la
découverte du monde roman. Dans le cadre de cet événement, nous
avons l'ambition d'encourager la participation des doctorants et des
jeunes chercheurs qui peuvent contribuer à la relance des recherches
dans ce domaine. » L’entreprise a connu un franc succès car des
littéraires, des linguistes et des historiens, y compris des jeunes
chercheurs, ont partagé les résultats de leurs recherches pendant
cette journée d’études spéciale.
Au-delà des études consacrées à ce domaine relativement peu
représenté en Hongrie, le tome contient également des comptes
rendus traitant d’ouvrages du même champ scientifique, car
l’objectif principal des éditeurs est la présentation du panorama des

9
recherches liées aux études romanes en Hongrie ainsi qu’en Europe
centrale et orientale.

Adrián Bene – Rafael Ákos Szabó

10
Adrián Bene

Le fantastique et la critique sociale dans le 9e art – de


Légendes d'aujourd'hui à Luxley
Introduction
Le fantastique se présente toujours comme un monde ou seulement des
personnages et des événements qui sont différents de notre monde réel.
Cette différence imaginaire est la « rupture de l’ordre reconnu » – comme
Roger Caillois le formule1 –, c’est un mystère inexplicable qui cause une
incertitude angoissante quant à l’universalité des lois naturelles. Les
contes, les fables mystiques, le genre fantasy, l’ésotérisme, la fiction
scientifique sont tous populaires également dans l’univers du neuvième
art. Bien que Tzvetan Todorov exclue les interprétations allégorique et
politique du champ du fantastique2, ici, on aborde la dystopie ou la contre-
utopie également. La société future imaginaire où on est privé de justice,
de liberté, d’autonomie, est évidemment une sorte de dictature. Ainsi, une
telle anticipation peut particulièrement servir la critique du totalitarisme,
de l’exploitation, du militarisme, de la pollution et de la corruption de
notre société réelle à travers la description d’un monde imaginaire,
souvent exotique, ou plutôt réaliste et quotidienne comme dans certaines
parties des fables anarcos-écolos des Légendes d'aujourd'hui.

Légendes d'aujourd'hui
Les cinq tomes des Légendes d'aujourd'hui dont le titre porte l’intention de
l’actualisation et de l’avertissement, commence par La Croisière des oubliés,
où les services secrets internationaux sont à la quête d’une personne,
nommée 50/22B, qui prenait part dans presque tous les mouvements
révolutionnaires dès les années 1960 et ayant en même temps quelque
chose à avoir avec l’irrationnel et le sortilège médiévale. Un jour, dans un
petit village de La Lande, où l’armée fait des expériences, toutes les
maisons gagnent un mètre de hauteur, puis les bâtiments décollent et
volent dans les airs. La bande dessinée satyrique de Pierre Christin et Enki
Bilal est pleine des réflexions politiques. Un bonhomme croit que c’est un
complot gauchiste international, par exemple3.
La rhétorique antimilitariste de cette narrative devient une intention
écologiste et anticapitaliste dans le segond récit, intitulé Vaisseau de pierre.
Un groupe d’investissement immobilier a l’intention de détruire un ancien

1 Caillois 1965 : 61, cité par Todorov 1970 : 28.


2 Todorov : 1970 : 29.
3 Christin 1975 : 42.

11
château sur une falaise pittoresque en Bretagne pour construire un hôtel
de luxe. Néanmoins, on dit que le maître du château a de drôles de
pouvoirs. Il peut rappeler les ancêtres de leurs tombeaux en breton, qui
assistent les habitants dans leur déménagement métaphorique représentant
l’attachement à la tradition.
Dans la troisième partie de la série (La ville qui n'existait pas), l’intrigue
se déroule dans une usine occupée. Pendant la grève, Hannard, le vieux
propriétaire omnipotent et tyrannique, qui est à la fois le maire de la ville
meurt soudainement. L’héritière est sa petite-fille, infirme à cause d’un
accident. L’histoire s’approche d’une utopie quand l’héritière ne permet
pas de licencier les ouvriers, augmente les salaires, même paie les journées
de grève4. Elle décide de construire une cité idéale où tous les habitants de
la ville peuvent mener une vie décente.

Kenya
C’est le surnaturel qui est souligné dans les premiers tomes de Kenya (cinq
tomes de 2001 à 2008) par Leo et Rodolphe, mais les tomes suivants de
Namibie nous présentent également une histoire alternative, thématisant
bien les problèmes de l’inégalité et du racisme. Dans Kenya, l’histoire
commence après la Seconde Guerre mondiale quand Remington, un
écrivain américain, organise un safari au Kenya, dont tous les participants
disparaîtront. Ici, à l’Ouest du Kilimandjaro, un baron italien a construit
un palace où il habite tout seul5.
Aux alentours du palace, on perçoit des animaux préhistoriques, des
soucoupes volantes 6 et des monstres mystérieux. Cependant, la guerre
froide est déjà commencée, des agents secrets sont partout, même entre
nos protagonistes, les trois professeurs de langue, Katherine Austin,
Konrad Fuchs et Jacques Merlin. La rencontre et les conflits des agents
secrets est aussi fatal que les rencontres avec les monstres et les animaux
préhistoriques, mystérieusement en relation avec les extraterrestres. Ils
visitent notre planète pour faire disparaître les animaux préhistoriques 7,
conservés depuis des millions d’années 8 par leurs soins dans des boîtes
mystérieuses. Leur mission est de « s’assurer que l’ordre naturel régnait,
suivant son cours sans nul intervention » 9 . Pendant ce temps, les
gouvernements terrestres seraient « capables du pire » pour les acquérir –

4 Christin 1977 : 36.


5 Leo – Rodolphe 2001 : 29-31.
6 Ibid., 37.
7 Leo – Rodolphe 2004 : 45-48.
8 Leo – Rodolphe 2006 : 19-20.
9 Leo – Rodolphe 2009 : 18-19.

12
comme un visiteur l’explique à Kathy. « Vos semblables ne sont pas
raisonables. » – dit-il en faisant allusion aux guerres des terriens10.
Après cette critique sociale plutôt générale, dans Namibie, la deuxième
saison de Kenya, il y a un thème plus concret à cet égard. L’intrigue se
déroule en 1949 en Namibie, ancienne colonie de l’Allemagne, où un
journaliste photographie un Allemand qui ressemble à Herman Göring, le
Reichmarschall d’Hitler, suicidé en 1945 au moment du procès de
Nurenberg. Son père était le gouverneur de la colonie de 1885 à 1890.
Kathy Austin y est renvoyée pour clarifier cette affaire. Major Browley qui
est ordonné pour assister à l’investigation, représente à la fois la
misogynie, le racisme contre « la saloperie des nègres » et le nationalisme
contre « la racaille de boches ». Comme il le formule, il « aime que les
choses et les gens soient à leur bonne place » 11.
En Namibie, il y a des hôtels réservés aux blancs… Ce n’est pas
surprenant que pendant la Seconde Guerre mondiale, la plupart des
habitants blancs étaient pronazis et n’ont pas changés, ils ont des
associations et des clubs. Hors l’apparition de Göring, il y a d’autres
phénomènes mystérieux comme le vieillissement accéléré des paysans et
des mutants gigantesques et dangereux. Une autre chose étrange, quant à
l’apparition de Göring, est qu’il se désintègre soudainement quand Kathy
et ses compagnons le rencontrent dans un bar et se transforme en
poussière après avoir été touché. Ces mystères sont reliés à une usine
biotechnologique secrète. Le motif évoque le genre biopunk qui est le plus
courant de nos jours au sein de la littérature de fiction scientifique,
constamment avertissant des dangers de la manipulation génétique.
Dans le troisième tome, c’est le phénomène social des sectes religieux
qui est aussi en focus. L’Église des Fils d’Ezéchiel annonce que l’homme
d’aujourd’hui est « exilé de Dieu et exilé de lui-même (…) dans le
maelström de cette modernité qui le dévore » 12 . L’Église donne aux
hommes la paix avec leurs âmes et avec Dieu, au lieu des biens de la
société de consommation.

Berlinoir
Cette bande dessinée de Tobias Meissner et Reinhard Klesit est allemande
à l’origine, mais la traduction française des deux premiers tomes est
devenue très populaire en France13. Dans Berlinoir, le genre courant des
histoires de vampires se confond avec la critique sociale dystopique. Dans

10 Ibid., 45.
11 Leo – Rodolphe 2010a : 12.
12 Leo – Rodolphe 2012 : 9.
13 Berlinoir : Scherbenmund, Éd. EDITIONS 52, 2003. En français : Berlinoir, Paris:

Akileos, 2003; Berlinoir 2: Mord! Éd. EDITION 52, 2004. En français: Berlinoir 2 :
Meurtre! , Paris: Akileos, 2004 (Trad. Anne Lamour).

13
ce monde dystopique, les vampires sont des entrepreneurs capitalistes qui
dirigent l’État, garantissant l’emploi et la retraite pour les ouvriers en
échange de sang frais. Dans cette allégorie du capitalisme dictatorique, il y
a un groupe révolutionnaire dont les membres ne sont pas contents d’être
dominés par les « éternels » et commettent des attentats contre eux, une
sorte de « pogrome ». Ce mot et le nom du chef des vampires,
Szerbenmundt, écrits en partie à la manière polonaise évoquent, de façon
regrettable, la possibilité d’une interprétation antisémite en faisant allusion
à la persécution allemande des Juifs polonais pendant la Seconde Guerre
mondiale. Cependant, les symboles, les slogans et les affiches de
propagande – en langue allemande – font tous venir à l’esprit le régime
nazi : « Neues Blut Neue Kraft ! » (Sang nouveau, force nouvelle !) 14 ;
« Auf ewig verbunden » (Reliés éternellement) 15 . Ce dernier est très
semblable à l’inscription installée au-dessus de la porte d’entrée du camp
de concentration à Auschwitz (« Arbeit macht frei. »). Le système politique
de Szerbenmundt donne au peuple de la sécurité, des biens, la culture et la
formation classique, et même – en devenant vampire – la promesse de la
jeunesse éternelle 16 . Pour ceux qui n’ont pas besoin de la liberté de
l’homme, c’est le meilleur des mondes possibles. Quant à une
interprétation philosophique, ces caractéristiques nous permettent de
construire une lecture concentrée sur la critique de la société de
consommation contemporaine. Les partisans du prêtre Zebaoth luttent
comme des terroristes contre cet être dominé par les vampires qui « se
nourissent de la force de travail » du peuple17.

Uchronie(s)
Les histoires uchroniques d’Éric Corbeyran – certainement inspirées des
romans de Philip K. Dick – présentent des réalités parallèles, peuplées par
des prescients et des voyants. New Byzance (dessin : Chabert) 18 , New
Harlem (dessin : Tibery)19, New York (dessin : Defali)20 et New Moscow
(dessin : Otero)21 , New Beijing (dessin : Morinière)22 et New Delhi23 (le

14 Meissner 2003 : 5.
15 Ibid., 6.
16 Ibid., 34.
17 Ibid., 13.
18 Tome 1 – Ruines, Grenoble : Glénat, 2008, tome 2 – Résistances, Grenoble : Glénat,

2009, tome 3 – Réalités, Grenoble : Glénat, 2010.


19 Tome 1 – Rapt, Grenoble : Glénat, 2008, tome 2 – Rétro-cognition, Grenoble : Glénat,

2009, tome 3 – Révisionnisme, Grenoble : Glénat, 2010.


20 Tome 1 – Renaissance, Grenoble : Glénat, 2008, Tome 2 – Résonances, Grenoble :

Glénat, 2009, tome 3 – Retrouvailles, Grenoble : Glénat, 2010.


21 Tome 1, Grenoble : Glénat, 2012, tome 2 : Grenoble : Glénat, 2013, tome 3 : Grenoble :

Glénat, 2014.

14
premier tome dessiné par Louis Lachance, les suivants par Defali) sont la
même ville, dans différentes réalités.
À New Byzance (l’ancienne New Jersey rebaptisée par le leader
Oman), c’est l’utopie fondamentaliste qui régie les mœurs et les lois, et la
police surveille même les crimes par la pensée, dans un monde islamique
où le capitalisme a été balayé du paysage politique après le 11 septembre
pour construire un État patriarchale et strictement hiérarchique 24 . Les
femmes doivent porter le voile, et leurs maris respectifs ont le droit de les
défigurer à l’acide sulfurique. Toutefois, les prescients rêvent
régulièrement des mondes alternatives. Par exemple, Zack Kosinski voit
une société ultra-libérale qui « déresponsabilise, compatibilise, rentabilise »
tout le monde, et tout se vend – en évoquant la critique marxiste du
capitalisme, de la réification et de l’aliénation25. Mais le remède est pire que
le mal, puisque l’utopie fondamentale, à son tour, ne tolère aucun vice,
perversion, déviance de la pensée d’un point de vue religieuse26. Les deux
sociétés se basent sur l’oppression, la servitude et l’inégalité. À New
Byzance, en face de la bourgeoisie musulmane, il y a des parias de la Zone
Interdite, et des rebelles entre eux, réfugiés dans la clandestinité.
À New York, qu’il s’appelle dans cette réalité New Harlem, le statut
social des afro-américains s’est amélioré, pendant qu’il y a un nouveau
ghetto pour les blancs qui sont en généralement pauvres. Ici, se déroulent
les événements que Zack Kosinski a rêvés comme une réalité alternative à
New Byzance 27 . Les policiers noirs abattent des blancs pour un vol à
l’étalage, en contrepartie de quoi la Fraternité Blanche commet des
attentats contre les flics 28 . Dans ce monde, les blancs sont discriminés,
comme le père de Zack le formule : « On est des pauvres petits culs-pâles !
L’administration noire se moque bien de nos problèmes ! On crève dans
leurs ghettos pourris, mais c’est le cadet de leurs soucis… » 29. Ici, Zack est
également un prescient professionnel, mais de temps en temps, il voit le
passé au lieu du futur, c’est-à-dire, le temps où les noirs étaient dominés
par les blancs – maintenant complètement gommé des livres d’Histoire30.
Or, être le premier retro-cognitif de l’histoire de l’humanité est beaucoup

22 Tome 1, Grenoble : Glénat, 2012, tome 2 : Grenoble : Glénat, 2013, tome 3 : Grenoble :
Glénat, 2014.
23 Tome 1, Grenoble : Glénat, 2012, tome 2 : Grenoble : Glénat, 2013, tome 3 : Grenoble :

Glénat, 2014.
24 Corbeyran 2008a : 26.
25 Ibid., 28.
26 Ibid., 33.
27 Corbeyran 2008b : 3-4.
28 Ibid., 12.
29 Ibid., 33.
30 Ibid., 47-49.

15
plus dangereux que le pouvoir de voir le futur. Il évoque publiquement
l’esclavage des noirs, capturés en Afrique et transportés en Amérique31.
Mais le passé se transforme en une Histoire alternative où Martin Luther
King battit Richard Nixon aux élections de 1960 et devint le 35e président
des États-Unis32. Ainsi, en 1963 à Dallas, c’est lui qui fut assassiné à cause
de sa politique consensualiste par les Black Panthers.
En totalité, les tomes d’Uchronie(s) formulent une amère critique de
la politique intéressée et nationaliste qui s’efforce toujours d’exploiter
l’avancement scientifique. Dès lors, la fusion noire allait révolutionner nos
conceptions de l’homme, de l’environnement et de la société. « Les
notions de frontière, de guerre, de possession et de compétition – qui sont
à la base de l’injustice et de l’inégalité entre les êtres – deviendraient
rapidement obsolètes. »33. Bien que le dixième tome de la série (Épilogue,
2011) finisse étonnamment par une utopie où la fusion noire résoud tous
les problèmes, c’est pour justifier la suprématie de la race noire, dans le
but du gouvernement de New Harlem 34 . Les problèmes économiques,
énergétiques et sociaux se résolvent, ce qui met fin aux guerres et à la
compétition industrielle. C’est ainsi que les Kosinski reçoivent le prix
Nobel de la paix dans cette réalité.
La série suivante nous présente le capitalisme de l’État communiste à
la chinoise dans les trois tomes de New Beijing, l’absolutisme en Russie où
la révolution bolchevik n’a pas eu lieu, et enfin le spiritualisme des yogis
en Inde, infecté par une pauvreté catastrophique.
New Beijing est le leader économique du monde, et, en même temps,
le plus gros pollueur. Pendant ce temps, le centre d’exploration
dimensionnel de New Delhi a pour tâche de s’informer des autres réalités
pour améliorer la sienne, à savoir problèmes de la pollution, de la famine,
de la sécheresse.
Une autre issue critiquée est celle des droits de l’homme, strictement
limités à New Beijing. Entre les protagonistes, il y a un couple lesbien
(Chih-Nii Teng et Lo-Shen Liphoong) contraint de se cacher dans cette
société injuste35. Elles sont mises en danger parce qu’à New Beijing la loi
dit comme suit : « Quelle qu’en soit la nature, aucun rapprochement
amoureux n’est permis entre deux individus de même sexe. » 36. A l’issue
de l’histoire, elles seraient dénoncées et incarcérées recevant une peine de
60 ans de travaux forcé.

31 Corbeyran 2009b : 28.


32 Ibid., 50-51.
33 Corbeyran 2009c : 28.
34 Corbeyran 2011 : 54-55.
35 Corbeyran 2013b : 34.
36 Corbeyran 2014b : 7.

16
L’impératrice Katherine III soutient les recherches concernant le
voyage à travers les réalités, afin que ses prisons se vident des condamnés
politiques 37 . D’ailleurs, l’intrigue est de plus en plus influencé par les
motifs de fiction scientifique, au lieu des éléments narratives réflexives,
avec l’idée de la dimension originelle, outre la multitude des réalités et la
fusion noire38.

Luxley
Comme on a déjà vu dans New Harlem et dans New Moscow, l’uchronie
n’est pas l’unique forme du fantastique encadrant une sorte de critique
sociale. Dans les quatre tomes de la série Luxley (Le Mauvais Œil, Sainte
Inquisition, Le sang de Paris, Le Sultan, Le Nouveau Monde), créée par
Valérie Mangin et Francisco Ruizgé, une histoire alternative se réalise. En
1191, lorsque les rois chrétiens d’Europe partirent en Troisième Croisade
(1189-1192), les troupes alliées des Incas, des Mayas et des Aztèques
débarquèrent en Europe et la soumirent à leur autorité. Ainsi, c’est
l’Amérique qui découvre et conquiert l’Ancien Monde de l’Histoire,
connue des lecteurs. Le premier épisode commence neuf ans après la
défaite, sous la forme de réécriture de l’histoire de Robin de Bois. Après
l’invasion des « atlantes », Robin et Luxley, un noble Saxon s’enfuit en
France pour se joindre à la résistance. Vucub Noh, le gouverneur (« apu »)
de Paris est un magicien cruel installé dans une pyramide qui veut voir
Luxleyen tant que lieutenant des Incas. Ces événements sont mis en
perspective dans le deuxième tome, où on connaît que l’attaque « atlante »
a servi à empêcher la conquête de l’Amérique prévue par l’Inca. Ainsi,
l’histoire porte une certaine critique sur la civilisation européenne, mettant
en scène le colonialisme dans une perspective fictive.

Conclusion
Pour conclure, on peut dire que les sous-genres fantastiques au sein de la
BD sont capables d’exprimer la critique des phénomènes sociaux et
historiques, du militarisme et des idéologies oppressantes. Sur un niveau
philosophique, l’écologie est probablement la perspective la plus courante
de ces œuvres, en lutte contre la manipulation génétique et la pollution.
Plus généralement, le fantastique et les mystères surnaturels ont une
caractéristique quasi romantique tout en critiquant le modernisme.
Puisque la société de consommation et le capitalisme y sont compris,
l’idéologie manifeste de ces textes est plutôt gauchiste, c’est-à-dire qui
proteste contre toutes les formes de l’inégalité, de la domination et de la
discrimination. De ce fait, au sein de la bande dessinée fantastique,

37 Corbeyran 2012a : 45-46.


38 Corbeyran 2013a : 38-40.

17
l’objectif n’est pas seulement le divertissement, mais de plus en plus le fait
de nous faire réfléchir. L’hésitation concernant la possibilité du surnaturel
qui est le plus important pour Todorov, ici, a certainement un rang
secondaire par rapport à notre monde actuel, révélé indirectement.
L’activité du lecteur consiste en le fait de contester la réalité, mais sur un
niveau politique et idéologique au lieu de la question ontologique ou
épistémologique.

Bibliographie
CAILLOIS, Roger (1965), Au cœur du fantastique, Paris, Gallimard.
CHRISTIN, Pierre (1975), Légendes d'aujourd'hui – La Croisière des oubliés,
Paris, Dargaud.
CHRISTIN, Pierre (1976), Légendes d'aujourd'hui – Vaisseau de pierre, Paris,
Dargaud.
CHRISTIN, Pierre (1977), Légendes d'aujourd'hui – La ville qui n’existait pas,
Paris, Dargaud.
CORBEYRAN, Éric (2008a), Uchronie(s) – New Byzance, tome 1 : Ruines,
Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2008b), Uchronie(s) – New Harlem, tome 1 : Rapt, Gre-
noble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2008c), Uchronie(s) – New York, tome 1 : Renaissance,
Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2009a), Uchronie(s) – New Byzance, tome 2 : Résistances,
Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2009b), Uchronie(s) – New Harlem, tome 2 : Rétro-
cognition, Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2009c), Uchronie(s) – New York, tome 2 : Résonances,
Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2010a), Uchronie(s) – New Byzance, tome 3 : Réalités,
Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2010b), Uchronie(s) – New Harlem, tome 3 : Ré-
visionnisme, Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2010c), Uchronie(s) – New York, tome 3 : Retrouvailles,
Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2011), Uchronie(s) – Épilogue, Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2012a), Uchronie(s) – New Moscow, tome 1, Grenoble,
Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2012b), Uchronie(s) – New Beijing, tome 1, Grenoble,
Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2012c), Uchronie(s) – New Delhi, tome 1, Grenoble,
Glénat.

18
CORBEYRAN, Éric (2013a), Uchronie(s) – New Moscow, tome 2, Grenoble,
Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2013b), Uchronie(s) – New Beijing, tome 2, Grenoble,
Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2013c), Uchronie(s) – New Delhi, tome 2, Grenoble,
Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2014a), Uchronie(s) – New Moscow, tome 3, Grenoble,
Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2014b), Uchronie(s) – New Beijing, tome 3, Grenoble,
Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2014c), Uchronie(s) – New Delhi, tome 3, Grenoble,
Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2015), Uchronie(s) – Épilogue, Grenoble, Glénat.
LEO – RODOLPHE (2001), Kenya, tome 1 : Apparitions, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2003), Kenya, tome 2 : Rencontres, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2004), Kenya, tome 3 : Aberrations, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2006), Kenya, tome 4 : Interventions, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2009), Kenya, tome 5 : Illusions, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2010a), Namibia, épisode 1, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2010b), Namibia, épisode 2, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2012), Namibia, épisode 3, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2013), Namibia, épisode 4, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2015), Namibia, épisode 5, Paris, Dargaud.
MANGIN, Valérie (2005), Luxley – Le Mauvais Œil, Toulon, Soleil
Production.
MANGIN, Valérie (2006), Luxley – Sainte Inquisition, Toulon, Soleil
Production.
MANGIN, Valérie (2008), Luxley –Le Sang de Paris, Toulon, Soleil
Production.
MANGIN, Valérie (2009), Luxley – Le Sultan, Toulon, Soleil Production.
MANGIN, Valérie (2011), Luxley – Le Nouveau Monde, Toulon, Soleil
Production.
MEISSNER, Tobias (2003), Berlinoir, Paris, Akileos.
MEISSNER, Tobias (2004), Berlinoir 2 : Meurtre!, Paris, Akileos.
TODOROV, Tzvetan (1970), Introduction à la littérature fantastique, Paris,
Seuil.

19
Krisztián Bene

Les combats de l’unité française du NSKK en


Hongrie1
Introduction
Malgré le fait que la France se soit trouvée parmi les vainqueurs à la fin de
la Seconde Guerre mondiale, il y a un nombre de chapitres concernant sa
participation aux combats qui ne sont pas étudiés en détail par les
historiens. Parmi ceux-ci, on trouve celui des volontaires français ayant
servi au sein des forces armées allemandes. Il y a quelques unités
françaises relativement bien connues comme la division Charlemagne de
la Waffen-SS ou la Légion des volontaires français contre le bolchevisme
qui participent aux luttes menées contre les troupes régulières alliées au
front de l'Est. En revanche, certaines formations sont pratiquement
inconnues en raison du manque de performance combattante remarquable
dans les zones de combat identiques.
La présente étude essaye de combler, au moins partiellement, ce vide
en retraçant l'histoire d'une de ces unités dont l'activité est liée également à
la Hongrie, car, lors de son existence, elle a mené son action militaire la
plus importante contre les troupes soviétiques sur le territoire de ce pays.
On ne peut qu'espérer que la présentation de cet épisode particulier
enrichit l'histoire militaire des deux pays concernés.

La création et l'activité du NSKK


Le NSKK2 est une organisation établie au sein du parti national-socialiste
bien avant la guerre (en avril 1931) avec pour l'objectif de regrouper les
membres du parti nazi ayant des véhicules motorisés qui permet la
participation plus efficace des personnes aux défilés organisés par le
NSDAP34.
Sa mission change après la prise du pouvoir par le parti nazi, il doit
assurer une formation mécanique pour la jeunesse allemande avant leur
engagement dans l'armée. L'organisation motorisée (dotée de voitures et
de motos) placée au début sous l'autorité de la SA 5 et responsable du
transport intègre tous les membres des clubs de voitures et motards civils

1 La présente étude a été subventionnée par la bourse de recherche János Bolyai de


l'Académie hongroise des sciences.
2 Nationalsozialistisches Kraftfahrkorps : Corps national-socialiste de transport motorisé.
3 Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei : Parti national-socialiste des travailleurs

allemands.
4 Mounine 1995 : 5.
5 Sturmabteilung : littéralement section d'assaut, une organisation paramilitaire du parti nazi.

21
ainsi que ceux de la Hitlerjugend6 envoyés en formation technique. Après
la chute de la SA en 1934, elle est sous la direction droite du parti nazi et
devient la responsable de toutes les activités liées aux véhicules motorisés
en Allemagne. Dans le cadre de cette nouvelle mission, une grande variété
d'activités se concentrent dans les mains du NSKK, notamment les
voyages touristiques par autocar à l'intérieur et à l'extérieur, les courses
automobiles et en moto, ainsi que la contribution à la direction du trafic7.
En 1934, l'effectif de l'organisation est de 350 000 mille personnes,
redistribuées entre quatre divisions, dix-neuf brigades et environ quatre-
vingts-dix régiments. Une division (Motogruppe) regroupe cinq brigades
(Motorbrigade), tandis que trois régiments (Motorstandarte) appartiennent
à cette dernière. Ces régiments sont constitués de trois à six bataillons
(Motorstaffel) qui comptent trois à dix compagnies (Motorsturm) formées
par trois à quatre sections (Trupp) composées par trois à quatre groupes
(Schar) de huit à seize hommes. En 1939, le NSKK compte déjà vingt-
huit divisions et une brigade (au total cent régiments) avec plus de 500 000
personnes qui constituent huit corps d'armée territoriaux sur les territoires
allemandes, tchèques et autrichiens récemment occupés8.
Cette force relativement importante et bien instruite est transférée
d'office aux autres unités des forces armées allemandes au début de la
Seconde Guerre mondiale pour pouvoir contribuer aux efforts de guerre
du Troisième Reich. Ce transfert constitue un soutien important de la
Wehrmacht ayant besoin d’hommes techniquement formés, néanmoins il
pose des problèmes considérables pour le NSKK qui doit participer aux
missions de transport de plus en plus nombreuses avec le changement de
la situation internationale. D'une part, il est obligé de tenir des stages pour
les unités motorisées et blindées de l'armée allemande, d'autre part, il doit
établir des bataillons de garde armés (NSKK-Wehrstaffel). A partir de
1940, l'organisation reçoit une nouvelle mission : elle doit assurer une
partie de la capacité de transport de la Luftwaffe9 et, au fil du temps, des
autres grandes unités des forces armées allemandes. Les formations de
transport servant dans le cadre de l'organisation portent plusieurs noms au
cours des années de la guerre (NSKK Transportregiment Luftwaffe,
NSKK Motorgruppe Luftwaffe, puis NSKK Transportgruppe Luftwaffe)

6 Hitlerjugend : Jeunesse hitlérienne, une autre organisation paramilitaire du parti nazi.


7 Thomas–Jurado 1992 : 4.
8 Delatour 1975 : 153.
9 Conformément à ce changement, les volontaires français du NSKK portent l'uniforme de

la Luftwaffe complété sur sa manche gauche par un écusson tricolore orné d'une
francisque noire (qui est le symbole personnel du maréchal Pétain pendant cette époque-
là). Littlejohn 1972 : 265.

22
tandis que le nombre des tâches et ainsi l'effectif attaché à ces unités
augmentent continuellement10.

Les campagnes de recrutement du NSKK en Europe occupée


En même temps, la plupart des membres du NSKK sont dirigés vers les
autres branches des forces armées pour y réaliser leur service militaire
obligatoire, ainsi l'organisation est obligée de tourner vers l'extérieur à
partir de 1941 et de recruter des volontaires dans les pays occupés
d'Europe pour pouvoir accomplir ses missions. Ces engagés étrangers,
après des stages de conducteur et de réparation correspondant aux
objectifs du NSKK participent au transport du ravitaillement, à la
direction du trafic et au maintien des véhicules de transport11. Le premier
tour de la campagne de recrutement allemand a lieu aux Pays-Bas et en
Belgique en mai 1941 12 suivie par plusieurs autres sur l'ensemble du
continent européen13.
Ces actions peuvent être considérées comme réussies, car le nombre
des volontaires flamands, wallons et français s'étant engagés dans l'unité
jusqu'en juillet 1943 dépassent la dizaine de milliers. Ces derniers forment
une division constituée de deux brigades sous les ordres du général Graf
von Bayer-Ehrenberg. Chaque brigade est composée de trois régiments
qui sont formés par deux bataillons. Dans un régiment, l’effectif est
d’environ 1 000 soldats. La première brigade (avec les 1er, 2e et 3e
régiments) est établie en France en été 1941 et son service est effectué
exclusivement dans ce pays jusqu'en 1944 quand la progression des
troupes alliées provoque son repli en Allemagne où ses membres seront
déployés comme des fantassins réguliers contre les armées anglo-saxonnes
pendant les derniers mois du conflit. La deuxième brigade (avec les 4e, 5e
et 6e régiments) est créée dans la partie orientale de la Belgique en mai
1941. Au début, elle n'a que deux régiments qui seront complétés par un
troisième au printemps 1943 comptant majoritairement des Français dans
ses rangs. Cette unité, contrairement à son homologue, est déployée en
Union soviétique, en Italie du Nord, en Yougoslavie et, comme on va le
voir, également en Hongrie14 . En même temps, il faut mentionner que
parallèlement à l'organisation présentée dans cette étude, d'autres unités
ayant des missions similaires sont établies en utilisant le potentiel humain
des pays occupés. Ce sont de telles formations de transport que le NSKK
Transportgruppe Todt ou le NSKK Transportbrigade Speer Legion dont

10 Thomas–Jurado 1992 : 4.
11 Littlejohn 1972 : 265.
12 Ce que explique également le nombre élevé des Flamands servant dans les rangs de

l'organisation (3 000 personnes).


13 Costabrava 2007 : 41.
14 Thomas–Jurado 1992 : 4-5.

23
l'effectif est composé partiellement de citoyens français (plusieurs milliers
de personnes), mais elles sont moins intéressantes pour nous en raison du
manque de leur présence sur le théâtre d'opérations oriental pendant la
guerre15.
En France, le recrutement du NSKK commence le 21 juillet 1942 et
encourage la jeunesse française à rejoindre l'unité de transport allemande16.
Ces appels connaissent un certain succès, car, selon de modestes
estimations, environ deux mille à deux mille cinq cents Français 17
s'engagent dans l'organisation entre 1942 et 194418. Cette performance est
également expliquée par le fait que les autorités allemandes créent déjà en
1941, suivant le conseil de Pierre Costantini, un des fondateur de la LVF19,
la formation appelée Corps Automobile des Volontaires Antibolcheviques qui
regroupe les volontaires français ayant l'intention de servir dans les unités
de transport allemandes. Par conséquent, après le lancement du
recrutement en 1942, avec seulement le changement du nom de
l'organisation, on pouvait tout de suite mobiliser l'ensemble de l'effectif
engagé auparavant, constitué des hommes ayant entre 18 et 50 ans, en
bonne condition physique. Après une visite médicale obligatoire, les
engagés qualifiés aptes au service militaire sont regroupés à Paris pour être
dirigés à Vilvoorde (un faubourg de Bruxelles). Ils sont obligés d’y subir
une nouvelle visite médicale, signent leur contrat d'engagement définitif et
finalement peuvent commencer leur instruction. Cette dernière dure cinq
mois et consiste en des cours de conduite, de réparation et en une
formation militaire de base20.
Selon les mémoires des engagés, la première phase de l'instruction
militaire a été réalisée avec des armes françaises capturées, suivie par
l'enseignement de l'utilisation des armes allemandes. Ce ne sont que des
armes légères d’infanterie (Mauser 98K, MP0, MG34, grenades, etc.),

15 Littlejohn 1987a : 163-164.


16 Les volontaires sont convoqués au 2, rue Godot de Mauroy, Paris où le bureau de
recrutement du NSKK fonctionne sous la direction du capitaine Troupeau, le beau-fils du
secrétaire d’État à la Guerre, Eugène Bridoux. Littlejohn 1987a : 161.
17 En même temps, selon certaines sources allemandes, ce chiffre est autour de cinq mille.

BAMA N 756/201. Die Kameradschaft: Die Europäischen Freiwilligen : 3. Concernant


cette question, il faut remarquer que les engagés francophones sont souvent considérés
comme Français par les autorités germanophones. Néanmoins, un nombre de Wallons (au
moins deux mille personnes) s'engagent également dans l'organisation, ainsi ils peuvent
apparaître dans certaines statistiques comme Français. Littlejohn 1987b : 111. En général,
le chiffre de trois mille est accepté comme un information fiable. Voir Hochstetter 2005.
18 AN 72 AJ 258, 232 14. Soldats français sous uniformes allemands, 1941-1945 : 8.
19 Cependant l'autre proposition de Costantini concernant l'engagement éventuel des

pilotes français dans la Luftwaffe à bord des avions français ou allemands, est fermement
refusée.
20 BAMA RS 3-33/3. Waffen-Grenadier-Division der SS ”Charlemagne” (französiche Nr.

1.) : 57.; Costabrava 2007 : 47-48.

24
celles lourdes ne sont représentées que par quelques petits lance-grenades
antichars sans recul (Panzerfaust, Panzerschreck), étant donné que les
troupes du NSKK ne sont pas destinées pour des missions d'infanterie
régulière. Après cette formation plus traditionnelle dans les armées
modernes réalisée en Belgique (au début à Schafeen/Diest, ensuite à
Grammont/Gerardsbergen) 21 , les volontaires français sont transférés à
Tübinegen pour suivre les cours de conduites organisés à l'école spéciale
de l'organisation (NSKK Motor Schule – Lehrgang)22.
Il faut démentir une hypothèse répandue selon laquelle le NSKK était
une sorte d'antichambre de la Waffen-SS et les membres du premier ont
été transférés régulièrement en masse à la deuxième. Force est de
constater que ce n'était pas le cas, car les membres du corps de transport
étaient appréciés par le haut-commandement allemand en raison de
l’importance de leur activité dans le bon fonctionnement des forces
armées. En même temps, on connaît plusieurs exemples quand les
volontaires français dirigés au camp d'instruction de Vilvoorde désertent
pour pouvoir rejoindre la Waffen-SS dont le prestige est bien plus élevé,
car c'est une unité combattante, ainsi le service réalisé dans ses rangs est
plus attirant que les missions de transport effectué au sein du NSKK23.
Par conséquent, de temps en temps, un certain nombre de Français ayant
contracté un contrat d'engagement avec le corps de transport,
individuellement ou en groupe, se présentent dans les bureaux de
recrutement de la Waffen-SS pour y continuer leur service. Ce choix est
probablement motivé par le fait qu'avant l'été 1943 les citoyens français ne
peuvent pas s'engager officiellement dans cette formation. Le groupe le
plus important des déserteurs optent pour la Waffen-SS en juin 1943
quand trente personnes rejoignent l'unité24. Cette action est certainement
encouragée par la création de l'unité française de la Waffen-SS en France
(au début comme un régiment, puis comme brigade et finalement sous la
forme d'une division à partir du début 1945), car ce changement propose
la possibilité d'effectuer un service militaire dans les rangs d'une troupe «
nationale » au sein de l'organisation allemande.

21 D’après les mémoires des participants, le moral est affaibli par les conditions climatiques
sévères et la nourriture insuffisante.
22 Mounine 1995 : 6-7.
23 Il faut remarquer que la désertion n’entraîne pas de sanctions selon la réglementation de

l'armée allemande, si le déserteur se présente pour service auprès d'une autre unité des
forces armées allemandes. Par conséquent, les volontaires français du NSKK optant pour
la Waffen-SS sont accueillis chaleureusement par l'autre organisation allemande qui mène
également une politique de recrutement intense.
24 Forbes 2005 : 31.

25
Les volontaires français sur les théâtres d'opérations européens
En raison de leur nombre relativement élevé, les volontaires français sont
rattachés à la 2e brigade du NSKK, néanmoins, leur engagement répartie
dans le temps ne permet pas l'établissement d'une grande unité
entièrement française, ainsi les Français se trouvent dans les trois
régiments de la troupe25. Ils sont le plus nombreux dans le 4e régiment
(NSSK Regiment 4). Cette unité est divisée en deux bataillons composés
de deux, trois ou quatre compagnies dépendant du nombre des
volontaires et de la situation guerrière. En générale, dix-douze colonnes se
trouvent au sein d'une compagnie qui contient douze véhicules. Au delà
des camions, des ambulances, des motos, des voitures de dépannage et
d'atelier constituent le parc de véhicules des compagnies. Le personnel
d'un camion est un conducteur et un garde équipé d’armes légères, surtout
de fusils26, qui assure la défense de la charge27.
Les premiers volontaires français de l'unité sont déployés en Union
soviétique en hiver 1942-1943 pour contribuer à l'approvisionnement de
l'armée allemande combattant au front de l'Est. Ces militaires se trouvent
dans la région de Rostov où les membres des premières compagnies
françaises conduisent des véhicules, transportent du ravitaillement et
réparent des machines tombées en panne. Auprès des Allemands, il y a
une opinion généralement favorable concernant leur activité, car on
remarque que les conducteurs français sont adroits, par contre, ils ne font
pas beaucoup attention à leurs véhicules. Bien que leur mission soit
théoriquement réalisée parmi des conditions paisibles, loin du front,
l'activité des partisans de plus en plus forte menace également les Français
obligés à participer dans des accrochages pour se défendre. En raison de
cette situation, cette formation de transport commence à se transformer
progressivement en une troupe combattante. Au total, trois compagnies
françaises du VIe bataillon du NSKK effectuent un service sur le front de
l'Est pendant cette période avant de subir une réorganisation complète au
printemps 1943 quand une partie des volontaires français sont regroupés
au sein du IIe bataillon28. Par conséquent, cette formation conserve son
caractère français jusqu’à la fin de la guerre29.

25 Thomas–Jurado 1992 : 4.
26 Au début, c'est un armement de capture fabriqué en France qui est remplacé plus tard
par celui allemand.
27 BAMA RS 3-33/3. Waffen-Grenadier-Division der SS ”Charlemagne” (französiche Nr.

1.) : 58.
28 Un fait intéressant : on a proposé pour les volontaires étant rentrés de l'Est de travailler

dans des usines allemandes au lieu du service militaire. Il n'y a pas de données officielles
sur le nombre de Francais qui ont opté pour cette possibilité. Forbes 2005 : 30.
29 Mounine 1995 : 6.

26
Le IIe bataillon établi avec les soldats ayant acquis de l’expérience au
combat au front de l'Est, et les recrues récemment terminés leur
instruction, est déclaré apte au service en automne 1943. L'unité ayant
trois compagnies (les 4e, 5e et 6e) est dirigée en Italie du Nord au début du
mois de décembre. Pendant les mois de décembre et de janvier, la troupe
se trouve à Brescia pour commencer son service de transport éparpillé par
compagnie un peu partout dans la région. La 4e compagnie est envoyée
sur Vérone, tandis que les deux autres sont dirigées plus au sud, ainsi
certaines colonnes transportent du ravitaillement même aux défenseurs
allemands de Monte Cassino. Les Français équipés de camions de
fabrication allemande, française et italienne remplissent des missions de
transport pour l'Organisation Todt, la Legion Speer, la Lutfwaffe et la
Wehrmacht en relation avec les besoins de celles-ci. Malgré l'activité
intense de la formation française jusqu'à l’automne, elle ne rencontre pas
de troupes régulières ou irrégulières ennemies, ainsi ses pertes minimes
sont dues exclusivement aux attaques des chasseurs-bombardiers alliés.
Par moment, ce potentiel militaire plus ou moins intact contribue
également au fait que les membres français du NSKK sont considérés
comme soldats combattants et reçoivent un Soldbuch (livre de soldat
allemand)30.
Au cours des mois d'octobre et de novembre, le bataillon avec armes
mais sans véhicules est embarqué pour être dirigé au Danemark après un
long trajet ferroviaire. Suite à son débarquement, il séjourne aux alentours
d'Odense et assure la garde des dépôts militaires. Ce service paisible ne
dure pas pendant longtemps, car la formation est envoyée au front de l'Est
en début de 194531.

Les volontaires français en Hongrie


Le bataillon d'ailleurs de force modeste est scindé en deux groupes et
envoyé en Hongrie pour participer à la dernière grande contre-offensive
allemande. Le premier contingent embarque en février, le deuxième à la
fin du mois de mars vers ce théâtre d'opérations. Etant donné que les
deux unités conservent leurs armes, mais ne possèdent pas de véhicules,
on peut supposer que le haut-commandement allemand avait l'intention
de les déployer comme des groupes de combat improvisé (Kampfgruppe
selon la terminologie allemande) dans la région de la Transdanubie
hongroise. Selon les plans de l'état-major allemand, une concentration de
forces disponibles peut permettre la repoussée de l'Armée rouge et la

30 Ibid., 7-8.
31 Thomas–Jurado 1992 : 9.

27
défense des gisements pétroliers de l'Ouest de la Hongrie ayant une
importance stratégique32.
En même temps, les attaques aériennes des armées de l'air alliées
empêchent le déplacement des soldats français, car leurs actions détruisent
une partie importante de l'infrastructure ferroviaire allemande, causent des
turbulences dans le trafic et tuent quelques membres des formations
françaises. En raison de l'efficacité de ces actions aériennes, le premier
contingent ne peut réaliser son trajet en Hongrie qu’au bout d’un mois,
ainsi il y arrive seulement fin mars, et le deuxième ne peut pas le faire, car
il ne se trouve qu'en Autriche quand la guerre prend sa fin en mai33.
Selon certains mémoires, il y a un officier français (NSKK-
Sturmführer qui est équivalent au grade de lieutenant) d'origine hongroise
dans les rangs du groupe de combat arrivé en Hongrie en mars. Cet
officier portant le nom Györ (éventuellement Győri selon l’orthographe
hongroise) quitte son unité après le passage de la frontière hongroise et
disparaît définitivement. On peut supposer qu'il ait opté pour la désertion
avec l'aide de ses connaissances de langue et de terrain pour éviter la
participation à un combat inégal contre les troupes soviétiques34.
Le groupe (qui est probablement constitué de deux compagnies35) est
doté de camions en Hongrie, mais on le dirige tout de suite en première
ligne pour lutter contre l'Armée rouge. En manquant de carburant, il n'est
pas capable de réaliser de grands trajet, ainsi les membres de l'unité
reçoivent des jerricans et des tuyaux en caoutchouc pour pouvoir en
récupérer des véhicules abandonnés. Dans un premier temps, l'unité est
déployée à l'ouest de la ville de Veszprém, au nord du lac Balaton où une
formation soviétique surprend les Français et leur inflige de lourdes pertes
lors d'un court accrochage acharné. Après cette action mal tournée, le
contingent français est retiré derrière le front pour subir une
réorganisation. Les membres de l'unité doivent servir comme des
chasseurs de chars avec des lance-grenades. La nouvelle formation ne
participe qu'une seule fois à une opération quand elle est obligée de
combattre contre des chars soviétiques fin avril à l'ouest du Balaton lors
du recul général pour ouvrir un chemin 36 . Lors de cette action, les
Français détruisent deux chars, les Soviétiques reculent, ainsi les survivants
de cette campagne peuvent continuer la retraite vers l'ouest pendant la
nuit. Ceux qui restent du groupe de combat arrivent en Autriche au sud de
la ville de Sopron où les nouvelles portant sur la fin de la guerre les

32 Keegan 2008 : 877-878.


33 Mounine 1995 : 10.
34 Forbes 2005 : 233-234.
35 Ory 1976 : 265.
36 Forbes 2005 : 234.

28
attendent 37 . Ensuite, les membres de l'unité essayent de s’ensortir
individuellement, certains se rendent aux troupes alliées occidentales,
d'autres en portant des vêtements civils tentent de regagner la France38.
L'autre groupe de combat, malgré les ordres venant du
commandement allemand, se trouve en Autriche à la fin des combats sans
participation effective aux opérations militaires. Le commandant de
l'unité, NSKK-Haupsturmführer Hans Ströhle, démobilise la formation le
29 avril à cause de la situation militaire désespérée. Les soldats français
forment de petits groupes et partent vers l'ouest. Certains vont en Italie du
Nord, car ce terrain leur est familier après leur service effectué dans cette
région et la progression des troupes soviétiques vers cette direction leur
semble peu probable. Un fait curieux qui illustre bien les différences entre
les diverses unités des forces armées allemandes que même au dernier
moment du conflit (nous sommes au 3 mai 1945) on rencontre des
Waffen-SS français qui ont l'intention de poursuivre le combat et les
encouragent de faire la même chose. Néanmoins, les membres du NSKK
refusent cette proposition et continuent leur voyage vers l'ouest39.

Conclusion
Malgré le fait que le NSKK soit une formation militaire très peu connue
auprès des forces armées allemandes pendant la Seconde Guerre
mondiale, ses membres réalisent une activité importante, surtout en
arrière-pays, en contribuant aux efforts de guerre allemands.
Une particularité de l'unité est le fait que les volontaires étrangers
constituent la majorité de son effectif, parmi lesquels, d'une manière
surprenante, on rencontre un certain nombre de citoyens français. Bien
que ces hommes ne s'engagent pas pour un service militaire en première
ligne, ils sont obligés d'y lutter en raison de l'évolution de la situation de
guerre, même ils combattent en Hongrie pendant les derniers mois du
conflit. Bien évidemment, cet épisode n'influence pas les événements de la
guerre, cependant il constitue un élément très intéressant des relations
militaires franco-hongroises, surtout que les deux pays ne sont ni alliés, ni
ennemis pendant les années de conflit.

Bibliographie
Sources d'archives
Bundesarchiv-Militärarchiv :

37 BAMA RS 3-33/3. Waffen-Grenadier-Division der SS ”Charlemagne” (französiche Nr.


1.) : 58.
38 Forbes 2005 : 234-235.
39 Mounine 1995 : 10-11.

29
BAMA RS 3-33/3. Waffen-Grenadier-Division der SS
”Charlemagne” (französiche Nr. 1.).
BAMA N 756/201. Die Kameradschaft: Die Europäischen
Freiwilligen.

Archives nationales :
AN 72 AJ 258, 232 14. Soldats français sous uniformes allemands,
1941-1945.

Ouvrages
COSTABRAVA, Ferdinand (2007), Le soldat baraka. Le Périple européen de
Fernand Costabrava, Panzergrenadier de la Brigade Frankreich, Nice, s. é.
FORBES, Robert (2005), Pour l’Europe, les volontaires français de la Waffen-SS,
Paris, Éditions de l’Aencre.
HOCHSTETTER, Dorothee (2005), Motorisierung und „Volksgemeinschaft“.
Das Nationalsozialistische Kraftfahrkorps (NSKK) 1931–1945, München,
Oldenbourg.
KEEGAN, John (2008), A második világháború, Budapest, Európa.
LITTLEJOHN, David (1972), The Patriotic Traitors. A History of
Collaboration in Germain-Occupied Europe, 1940-45, London, Heinemann.
LITTLEJOHN, David (1987a), Foreign Legions of the Third Reich. tome 1, San
Jose, James Bender Publishing.
LITTLEJOHN, David (1987b), Foreign Legions of the Third Reich. tome 2, San
Jose, James Bender Publishing.
ORY, Pascal (1976), Les collaborateurs 1940-1945, Paris, Editions du Seuil.
THOMAS, Nigel, JURADO, Caballero Thomas (1992) Wehrmacht auxiliary
forces, Oxford, Osprey.

Articles
DELATOUR, François (1975), « Le combat fou des SS français », Historia,
nº 40, pp. 150-155.
MOUNINE, Henri (1995), « Le bataillon français du N.S.K.K. », 39-45
Magazine, nº 114, pp. 5-11.

30
Péter Bereczki

Gustave Flaubert et le « goût de l’homme »


« Objet de désir et de connaissance, de crainte et même de terreur extasiée,
provoquant des vertiges qui peuvent aller jusqu’à la folie meurtrière, la chair
humaine a toujours été une tentation pour l’homme. L’amour et la crime s’en
nourrissent, sans parler des tueries de l’histoire ; et de la mythologie aux fables,
les figures de la dévoration ont connu de multiples avatars, si l’on veut bien

admettre que l’ogre est un lointain descendant de Saturne. »

Introduction : L’état de « l’anthropologie » à l’époque de Flaubert


Bien que l’anthropologie culturelle en tant que discipline autonome soit le
produit intellectuel du XXe siècle, les sources de la « nouvelle » science
holistique remontent à des époques beaucoup plus lointaines : les
premières traces d’un questionnement anthropologique se retrouvent dans
les récits de voyage des explorateurs de l’époque des grandes découvertes
géographiques1, même si ces travaux (des journaux et des notes de voyage)
appartiennent, faute d’un principe organisateur et explicatif, au domaine
de l’ethnographie plutôt qu’à celui de l’anthropologie culturelle. Cette
lacune étant comblée par la volonté parfois excessive des créateurs des
Lumières de récupérer et systématiser les connaissances humaines, on
s’accorde unanimement sur le fait que les bases de la nouvelle discipline
avait été fondées par les travaux des écrivains-philosophes du XVIIIe
siècle. En France – où le mythe du « bon sauvage » préconisé par
Montaigne bien avant que Rousseau l’ait converti en un véritable dogme
du siècle des Lumières –, l’intérêt ethnographique s’est très vite revêtu
d’une teinte sociologique. Dans l’optique de la fluidité des frontières
séparant d’une part les différents domaines des sciences humaines, et
d’autre part les sciences humaines et la littérature (la perméabilité de ces
limites s’est maintenue tout au long du XIXe siècle 2 , il n’y a rien


Macé 2002 : 11.
1 Újvári 2003 : 13.
2 « Résider en Orient implique jusqu’à un certain point une expérience et un témoignage

personnels. Les contributions à la bibliothèque de l’orientalisme et à sa consolidation


dépendent de la manière dont l’expérience et le témoignage cessent d’être un document
purement personnel pour passer dans les codes fondateurs de la science orientaliste.
Autrement dit, à l’intérieur d’un texte doit prendre place une métamorphose qui
transforme une affirmation personnelle en une affirmation officielle : le récit d’un séjour et
d’une expérience faits en Orient par un Européen doit se débarrasser de ses descriptions
purement autobiographiques et indulgeantes […] en faveur de descriptions qui
permettront à l’orientalisme en général […] de tirer, de construire et de fonder d’autres
observations et descriptions scientifiques. » Saïd 1997 : 183.

31
d’étonnant dans le fait que « les Romantiques ne se priv[ai]ent pas […]
d’utiliser les grands “Voyages” du XVIIe siècle, comme ceux de Tavernier,
Bernier et Chardin, ou les ouvrages plus récents issus de la célèbre
Campagne d’Égypte, ceux de Vivant Denon et de Beauchamp par
exemple, comme le fait Vigny pour son Almeh » 3.
Cette quasi inexistence des limites entre l’orientalisme scientifique et
la littérature est à la parfaite convenance de Flaubert d’après qui « la
littérature prendra de plus en plus les allures de la science ; elle sera
surtout exposante, ce qui ne veut pas dire didactique » 4. De l’autre côté,
l’époque de Flaubert, où les voyages – le fait de voyager aussi bien que le
genre littéraire du carnet, des notes et du journal de voyage – étaient
singulièrement à la mode 5 , s’avère très favorable au développement de
l’anthropologie, et en particulier, à l’épanouissement de l’un de ces sous-
domaines, la science des civilisations orientales. L’orientalisme qui englobe
lui aussi toute une série de disciplines différentes, y compris la théologie,
l’étude comparée des religions, ainsi que l’histoire, se développe et
s’institutionnalise parallèlement à l’anthropologie 6 , avec les travaux de
Silvestre de Sacy et Ernest Renan qui fondent les bases de l’orientalisme
scientifique et professionnel.

L’esthétique flaubertienne et l’anthropologie


Au moment où Flaubert décide de partir pour l’Égypte, (son voyage
commence le 22 octobre 1849, et il se termine le 17 juillet 1851) l’Orient
est particulièrement populaire : les écrivains et les peintres les plus
éminents se mettent en route pour découvrir les pays fabuleux des Mille et
Une Nuits. Nous ne pouvons que tomber d’accord avec Georges Balandier
qui voit dans la mobilité l’un des piliers principaux de notre société actuelle,

3 Bruneau 1973 : 19. Il faut également voir, que la contribution des orientalistes
« professionnels » se réduit, dans la grande majorité des cas, aux renseignements
concernant la couleur locale et le décor oriental.
4 Lettre à Louise Colet, le 6 avril 1853, in Flaubert 1980 : 298. Cette idée de la parenté des

sciences et des arts traverse non seulement toute la correspondance, mais aussi l’œuvre
entière de l’écricvain. « Le roman n’a été que l’exposition de la personnalité de l’auteur et,
je dirais plus, toute la littérature en général, sauf deux ou trois hommes peut-être. Il faut
pourtant que les sciences morales prennent une autre route et qu’elles procèdent comme
les sciences physiques, par l’impartialité. » — lit-on dans une lettre plus tardive adressée à
Mlle Leroyer de Chantepie. Lettre datée du 12 décembre 1857, in Flaubert 1980 : 785-786.
5 „Si les écrivains se renseignent auprès des orientalistes, ils s’aident encore bien plus des

„Voyages”, guides de voyage, descriptions de pays lointains, etc., qui pullulent littéralement
à l’époque, français ou étrangers, originaux ou traduits.” In Bruneau 1973 : 20.
6 Dès le milieu du XIXe siècle, on assiste à la naissance des sociétés orientales (y compris,

entre autres, la Société Orientale de Paris, fondée en 1841, dont Maxime Du Camp, le
compagne de voyage de Flaubert, était également membre), dont la tâche consiste non
seulement à récupérer et organiser, mais aussi à diffuser et populariser les connaissances
acquises sur l’Orient.

32
dont les structures de base remontent au XIXe siècle7. Cela sous-entend,
bien évidemment, qu’une « stabilité contrainte est désormais le signe d’une
existence diminuée; être tenu sur place est synonyme de dénuement social,
d’un amoindrissement mal supportable » 8. Le cas de Flaubert, de ce point
de vue, est encore plus complexe : la mobilité et la découverte de l’Orient
qui en résulte vont de pair avec l’affermissement de la vocation littéraire
de l’artiste qui prend la décision finale d’entrer en littérature précisément
pendant son périple et qui, de l’autre côté, créera son Œuvre dans sa
solitude volontaire à Croisset.
« On connaît les deux lettres très sèches que Flaubert envoie à
Du Camp, au début de l'été 1852, en réponse à l'exhortation de se
dépêcher, de monter à Paris pour y prendre sa place, etc. Flaubert y
fixe, définitivement, son statut social d'écrivain en rupture avec les
stratégies de pouvoir des hommes de lettres. La première de ces
deux lettres est signée « Ton Quarafon », vieux surnom d'Orient
qui a dû rappeler à Du Camp (ses lettres manquent ici) l'ancienne
complicité du voyage » 9.
L’Orient, dans ce contexte, sert de ressort, déclenche la décision de
Flaubert de devenir artiste et il survivra en tant qu’arrière-plan tout au
long de la carrière de l’auteur : il sera une source d’inspiration intarissable,
et son apport sera à partir du retour de l’écrivain, dans le sens strict du
terme purement « imaginaire ». L’imaginaire flaubertien se nourrira dès ce
moment de souvenirs orientaux vus et vécus, incarnant la thèse de
Baudelaire sur le fonctionnement de l’imagination dans la création
artistique :
« Mystérieuse faculté que cette reine des facultés ! Elle touche à
toutes les autres ; elle les excite, elle les envoie au combat. Elle leur
ressemble quelquefois au point de se confondre avec elles, et
cependant elle est toujours bien elle-même, et les hommes qu’elle
n’agite pas sont facilement reconnaissables à je ne sais quelle
malédiction qui dessèche leurs productions comme le figuier de
l’Évangile.
Elle est l’analyse, elle est la synthèse ; et cependant des hommes
habiles dans l’analyse et suffisamment aptes à faire un résumé

7 « Un principe peut la définir: “J’existe parce que je suis mobile, et je donne ainsi forme à
ma liberté. » Balandier 2001 : 68.
8 Ibidem.
9 Leclercd 2010. Cette attitude est analogue à celle dont Lévi-Strauss, dans son article

intitulé Diogène couché, parle dans les termes suivants : « En soumettant à l’épreuve
d’expériences sociales irréductibles à la sienne ses traditions et ses croyances, en autopsiant
sa société, il est véritablement mort à son monde; et s’il parvient à revenir, après avoir
réorganisé les membres disjoints de sa tradition culturelle, il restera tout de même un
ressuscité. Les autres, la foule des pusillanimes et des casaniers, considéreront ce Lazare
avec des sentiments mêlés où l’envie le dispute à l’effroi. » Lévi-Strauss 1955 : 30.

33
peuvent être privés d’imagination. Elle est cela, et elle n’est pas tout
à fait cela. Elle est la sensibilité, et pourtant il y a des personnes très
sensibles, trop sensibles peut-être, qui en sont privées. C’est
l’imagination qui a enseigné à l’homme le sens moral de la couleur,
du contour, du son et du parfum. Elle a créé, au commencement
du monde, l’analogie et la métaphore. Elle décompose toute la
création, et, avec les matériaux amassés et disposés suivant des
règles dont on ne peut trouver l’origine que dans le plus profond
de l’âme, elle crée un monde nouveau, elle produit la sensation du
neuf » 10.

Flaubert et l’Orient
L’Orient est présent dans les écrits de Flaubert dès sa première jeunesse. Il
suffit d’évoquer Smarh, ce „vieux mystère métaphysique”, ou bien
Novembre, où le futur écrivain peint un Orient fabuleux et ténébreux,
parfaitement conforme aux poncifs littéraires inspirés par l’orientalisme
contemporain. Pour le jeune Flaubert, comme pour la plupart des auteurs
européens de l’époque, l’Orient n’entre en jeu qu’en comparaison avec
l’Occident, en plein développement au XIXe siècle : il n’est considéré que
comme l’antécédent de la civilisation européenne.
Par contre, « si le bagage est léger, les rêves orientaux de Flaubert sont
fréquents et somptueux. Deux composants essentiels : le climat et la
couleur locale. » – déclare Jean Bruneau à propos des premiers écrits à
sujet oriental de l’écrivain. Et pourtant, ce « bagage » est plus lourd, les
connaissances de Flaubert sont définitivement plus systématiques et larges
que celles de la plupart de ses contemporains11. Même le texte du Voyage
en Égypte qui – à l’exception du passage portant le titre A bord de la cange –
n’a jamais été destiné à être imprimé, fourmille d’allusions aux travaux des
orientalistes consacrés. En passant par exemple par Bet-Ouali, l’écrivain
s’acquitte de la représentation du petit village nubien en renvoyant le
lecteur à l’un des textes de Champollion le jeune.

10 Baudelaire.
11 « En face de l’égoïsme transcendant et quasi national de Lamartine, nous devons mettre
en contraste Nerval et Flaubert. Leurs écrits orientaux jouent un rôle substantiel dans
l’ensemble de leur œuvre, bien plus grand que le Voyage impérialiste de Lamartine dans la
sienne. L’un et l’autre, pourtant, comme Lamartine, sont venus en Orient après s’y être
préparés par de volumineuses lectures : classiques, littérature moderne, orientalisme savant.
Flaubert a reconnu cette préparation avec beaucoup plus de candeur que Nerval, qui
manquait de franchise lorsqu’il déclarait, dans les Filles du feu, que tout ce qu’il savait de
l’Orient était un souvenir à demi oublié de ce qu’il avait appris à l’école, ce que contredit le
Voyage en Orient, bien que celui-ci montre une connaissance des orientalia bien moins
systématique et appliquée que celle de Flaubert. » Saïd 1997 : 207.

34
« Bet-Ouali
(Voir la description de Champollion le jeune dans ses Lettres sur la
Nubie.) » 12.

L’histoire
En conséquence de ce que nous venons de dire par rapport au statut des
pays orientaux dans la mentalité occidentale, les réflexions sur l’Orient
s’accompagnent presque inévitablement par un questionnement sur le
passé, et sur l’Histoire en général. La manière dont Flaubert envisage la
marche de l’histoire est non seulement étonnamment moderne, mais elle
présente également une étroite parenté avec la conception d’histoire de
Claude Lévi-Strauss : les deux intellectuels conçoivent cette science
comme le point de départ de leur travail (il suffit de penser à l’énorme
travail de documentation que Flaubert effectuait avant de se lancer dans la
rédaction de ses romans, en mettant en marche avec ce geste créateur
l’histoire « personnelle » de ses ouvrages, et en leur prêtant un passé, une
existence et un développement hors de pair). Mais l’histoire est le produit
de l’intellect humain qui est lui-aussi en transformation permanent : elle ne
deviendra donc jamais stable et inchangeable. Flaubert formule cette thèse
dans plusieurs de ses lettres : « […] chacun est libre de regarder l’histoire à
sa façon, puisque l’histoire n’est que la réflexion du présent sur le passé, et
voilà pourquoi elle est toujours à refaire. » — écrit-il à Mme Roger des
Genettes 13 . En parlant de la conception d’histoire de Lévi-Strauass,
Catherine Backès-Clément a recours à une formule très similaire:
« Lévi-Strauss, face à l’histoire, ne cesse de la poser comme
point de départ, ne manque jamais de s’y référer, comme “ une
image parentale, réelle, indéniable ”; et il ne manque jamais non plus de
souligner les limites de l’histoire, la situant comme mythe, comme mot, lui
refusant un statut constituant […] » 14.

Flaubert et la barbarie
L’intérêt que Flaubert manifeste pour l’Orient n’est pas, d’après toute
vraisemblance, sans rapport avec la constitution psychique de l’auteur : de
son propre aveu, l’écrivain ressentait dès sa jeunesse une sorte de
familiarité, de parenté avec les peuples « barbares ». Cette idée ressurgit
régulièrement dans sa correspondance.

12 Flaubert 1991 : 343.


13 Lettre à Mme Roger des Genettes, novembre 1864, in Flaubert 1991 : 414-415.
14 Bakckès-Clément 1970 : 136. (C’est nous qui soulignons.)

35
« Je porte en moi la mélancolie des races barbares, avec ses
instincts de migrations et ses dégoûts innés de la vie qui leur faisait
quitter leur pays comme pour se quitter eux-mêmes » 15.
Flaubert reformule cette idée quelque mois après son retour à Croisset
dans une lettre adressée à Louise Colet :
« Je suis un Barbare, j’en ai l’apathie musculaire, les langueurs
nerveuses, les yeux verts et la haute taille; mais j’en ai aussi l’élan,
l’entêtement, l’irascibilité » 16.
Au cours de son périple, l’écrivain retrouve en quelque sorte sa véritable
patrie : c’est en premier lieu par ce fait que s’explique le ton désinvolte du
récit, ainsi que l’attitude désintéressée et altruiste de l’auteur.

L’imagerie du Voyage en Égypte et le principe de l’observation


Le texte du Voyage en Égypte se rapproche des relevés ethnographiques non
seulement par l’objectif du futur écrivain, mais aussi par l’attitude que
Flaubert manifeste par rapport à tout ce qu’il observe. Pierre-Marc de
Biasi, dans la préface du Voyage en Égypte, regroupe les impressions de
Flaubert dans quatre grandes catégories qui ne sont, bien entendu, pas du
tout exclusives.
« En simplifiant un peu, on trouve quatre grandes catégories
d’images dans le manuscrit du “Voyage”: les figures monumentales
de l’Égypte antique, une foule d’instantanés sur l’Égypte moderne,
des visions de pure nature et d’atmosphères météorologiques, et les
courts métrages confidentiels de la vie érotique. Impossible, bien
entendu, de dissocier ces quatre univers visuels: ils sont
entièrement solidaires et, sous la trame chronologique des
événements, constituent le tissu même du texte » 17.
Du point de vue de notre objectif, ce sont les « instantanés sur l’Égypte
moderne » qu’il s’agit d’examiner de plus près. Nous avons pu observer
que l’esthétique et la méthode de travail de Flaubert entretiennent des
liens indéniables avec l’objectif et la méthode de recherche de
l’ethnographie naissante et des sciences exactes en général. Dans la
conception artistique de Flaubert, l’observation minutieuse et objective
l’emporte de plus en plus sur l’emploi des poncifs littéraires traditionnels.
En parcourant la terre d’Égypte, le jeune Flaubert se retrouve dans une
situation éminemment ethnographique, cependant, pour et avant qu’il
puisse reconnaître l’altérité des autres, il doit lui aussi apprendre à se
connaître. « Dans l’expérience ethnographique […] l’observateur se saisit
comme son propre instrument d’observation; de toute évidence, il lui faut

15 Lettre à Louise Colet, le 13 août 1846, in Flaubert 1973 : 300.


16 Lettre à Louise Colet, le 3 juillet 1852, in Flaubert 1980 : 123.
17 Biasi 1991 : 57.

36
apprendre […] à obtenir d’un soi, qui se révèle comme autre au moi qui
l’utilise, une évaluation qui deviendra partie intégrante de l’observation
d’autres soi.” — affirme Lévi-Strauss dans son texte intitulé Jean-Jacques
Rousseau, fondateur des sciences de l’homme 18 . Flaubert se rapproche de
l’ethnographe non seulement par l’importance qu’il accorde à
l’observation, mais aussi par son fameux principe de l’impersonnalité,
auquel même Flaubert ne pouvait toujours satisfaire19.
Le romancier formule sa thèse sur l’importance de l’observation
impartiale au cours de son voyage (en se trouvant face à face avec les
magnifiques peintures murales de Philae) dans les termes suivants :
« […] dans le coin à droite, femme ployée sur les genoux, avec
des bras désespérés lamentant — l’observation artistique perce ici à
travers le rituel de la forme convenue […] » 20.

Le refus de la conclusion
Le dernier principe esthétique de Flaubert que l’on ne peut pas laisser de
côté en parlant de l’aspect ethnographique des notes de voyage de
l’écrivain, est le refus obstiné de conclure, et par conséquent, de juger.
« La rage de vouloir conclure est une des manies les plus
funestes et les plus stériles qui appartiennent à l’humanité. [...] Je
vois, au contraire, que les plus grands génies et les plus grandes
œuvres n’ont jamais conclu. Homère, Shakespeare, Goethe, tous
les fils aînés de Dieu (comme dit Michelet) se sont bien gardés de
faire autre chose que représenter » 21.
Les notes du Voyage en Égypte contiennent des observations sur presque
tous les aspects de la civilisation égyptienne contemporaine. Flaubert note
avec le même enthousiasme les costumes traditionnels, les gestes, ainsi que
les coutumes sans qu’il soit guidé par une préconception quelconque.
D’autre part, le romancier sait bien que « c’est à partir de son lieu que
l’homme se construit et construit sa vision du monde » 22. Il est conscient
de ce qu’on le considère comme un « cawadja », « qui voyage par toute la
terre pour s’instruire » 23. À l’opposé de Lane, à qui il emprunte certains

18 Lévi-Strauss 1962 cité d’après Bakckès-Clément 1970 : 71.


19 Dans son ouvrage intitulé Claude Lévi-Strauss ou la structure et le malheur Catherine Backès-
Clément considère cette subjectivité comme inévitable : elle la conçoit comme l’attribut
apodictique des véritables hommes de génie. Bakckès-Clément 1970 : 50.
20 Biasi 1991 : 348.
21 Flaubert 1991 : 353.
22 Balandier 2001 : 64.
23 Voir la note de Pierre-Marc de Biasi à la page 234 du Voyage en Égypte. « Cawadja: les

Égyptiens avaient primitivement coutume d’appeler khawadja le commerçant qui voyage,


et notamment celui qui se rend dans le Soudan. Par extension, ce mot a fini par s’appliquer
à tout le voyageur, et particulièrement au voyageur étranger. […]. » In Biasi 1991 : 234.

37
passages de son ouvrage intitulé An Account of the Manners and Customs of the
Modern Egyptians (1836), Flaubert ne quitte pas la position du spectateur
impartial24.

Le bizarre et le bouffon
Pour ce qui est du texte du Voyage en Égypte, nous pouvons constater que
Flaubert est particulièrement sensible aux aspects bizarres et bouffons de
la vie égyptienne. Pour illustrer les deux thèmes prédominants des notes,
nous jugeons utile de reproduire deux passages représentatifs de la
curiosité de Flaubert.
« Saltimbanques de la place de Roumélie
Hier, 1er décembre nous avons vu sur la place de Roumélie [un enf]
un saltimbanque, avec un enfant de 6 à 7 ans et deux fillettes nu-
pieds en blouse bleue, les [chev] cheveux tombant en queue dans
un mouchoir, sur leurs épaules — avec le revers de la main elles
font des pets factices semblables au bruit d’une étoffe que l’on
déchire — le gamin, petit laid, carré, à ne savoir si c’était un enfant
ou un nain, était très comique. Il nous aborda dans la foule: “Si
vous me donnez cinq paras je vous apporterai ma mère à baiser”,
ou encore “Je vous souhaite toutes sortes de prospérités, surtout
d’avoir un très long vit”. On faisait des tours avec un grand vase en
fer blanc, et un bonnet de derviche tourneur pointu en feutre
blanchâtre. Expression du “Allah” du gamin [quand il] en
découvrant le pot et qu’il y a vu des gâteaux à la place des pelotons
de fil. La langue arabe m’a paru charmante en ces choses, elle était
modulée, expressive. […] » 25.
« Bastonnade
Nous causons bastonnade avec le nazir. Quand on veut faire
mourir un homme, quatre ou cinq coups suffisent — on lui casse
les reins et la nuque — Quand on veut seulement punir le
condamné, on frappe sur les fesses — quatre ou cinq cent coup,
c’est l’ordinaire — le patient en a pour cinq ou six mois à être
malade — il faut attendre que les chairs tombent — l’effendi nous dit
cette petite phrase en riant — le plus ordinairement, en Nubie, c’est sur
la plante de pieds que se pratique la bastonnade — les Nubiens
redoutent beaucoup ce supplice parce qu’ils ne peuvent plus
marcher après. […] » 26.

24 « Comme narrateur, Lane est à la fois objet montré et montreur, il gagne de deux côtés
du même coup, faisant preuve de deux sortes d’appétit : un appétit oriental qui le pousse à
nouer des camaraderies (du moins à ce qu’il semble), et un appétit occidental pour acquérir
des connaissances utiles et qui fassent autorité. » Saïd 1997 : 187.
25 Biasi 1991 : 193.
26 Biasi 1991 : 335. (C’est nous qui soulignons.)

38
L’écriture en tant que systématisation des impressions : la
transformation des notes de voyage dans Salammbô
Flaubert, en rédigeant ses notes pour la publication, s’est retrouvé dans
une situation pareille à celle de l’anthropologue, qui — s’efforçant de
systématiser les connaissances acquises — est « voué à sentir sans comprendre
en un premier temps, puis à comprendre sans sentir en un second temps » 27.
Bien que Flaubert ait essayé, après son retour à Croisset, de suivre
l’exemple de son compagne, Maxime du Camp, qui a publié deux
journaux de voyage lui valant une certaine notoriété (Le Nil ; Égypte, Nubie,
Palestine et Syrie, dessins photographiques recueillis pendant les années 1849-1850 et
1851. Accompagnés d’un texte explicatif et précédés d’une introduction), la véritable
systématisation de ses impressions coïncide avec la rédaction de ses
romans. Rien ne pourrait mieux prouver cette théorie que Salammbô, le «
roman carthaginois », dont les tableaux — plus qu’on ne l’aurait cru et
même jusqu’aux plus petits détails — se nourrissent des observations que
l’auteur a eu l’occasion de faire au cours de son voyage 28 . Les motifs
voyage égyptien se trouvant pêle-mêle dans les notes reçoivent leur
expression artistique dans le roman : l’influence des notes de voyage se
montre aussi bien dans les descriptions de paysage que dans l’élaboration
des personnages du roman, tandis que les motifs moins significatifs du
voyage sont destinés à alimenter le côté pittoresque du récit.

Les images de la terreur


Pour ce qui est des personnages, nous pouvons observer que leurs
transformations correspondent à celles du paysage. Ils deviennent eux-
mêmes anthropophages, conformément au désert et aux divinités
carthaginoises. Dans le roman, le cannibalisme est présent tout d’abord
dans son sens symbolique et figuré (songeons par exemple à la mort des
deux divinités), puis il se concrétise dans le chapitre « Le Défilé de la
Hache », où les Mercenaires se dévorent effectivement. La description de
la mort, de l’agonie et des moribonds doit beaucoup aux expériences de
jeunesse de Flaubert qui a passé beaucoup de temps à l’Hôtel-Dieu de
Rouen, où son père était chirurgien en chef. Au cours de son voyage il ne
manque pas de visiter les hôpitaux d’Égypte.
« Hôpital de Caserlaïneh
Bien tenu — œuvre de Clot-Bey, sa trace s’y trouve encore — jolis
cas de véroles — Dans la salle des mamelouks d’Abbas plusieurs

27Bakckès-Clément 1970 : 36.


28« Ce qui me manquait de précis sur Carthage, je l'ai pris dans la Bible (traduction de
Cahen). Quand je n'ai pas eu de textes (anciens), j'ai eu recours aux voyageurs modernes et
à mes souvenirs personnels. » — affirme Flaubert à propos de la rédaction de Salammbô. In
Flaubert 1971 : 489.

39
l’ont dans le cul — sur un signe du médecin, tous se levaient
debout sur leurs lits, dénouaient la ceinture de leur pantalon (c’était
comme une manœuvre militaire) et s’ouvraient l’anus avec leurs
doigts pour montrer leurs chancres. […]
Cabinet d’anatomie : préparation en cire d’Auzoux 29 , dessins
d’écorchés aux murs — fœtus d’Auzoux dans sa boîte ronde — sur
la table de dissection un cadavre d’Arabe avec une belle chevelure
noire — il était tout ouvert. […] » 30.
La lente agonie d’un malade rachitique dont le torse ressemblait à un
squelette et dont « la tête était entourée d’une lèpre blanchâtre » aurait bien
pu servir de modèle non seulement à la description de la mort des
Mercenaires, mais également au lent processus de décomposition que
subit la figure d’Hannon. D’autant plus que les maladies que Flaubert
décrit dans Salammbô, sont des maux typiquement orientaux. Il aurait été
difficile de les observer en Europe, même pour le fils d’un docteur
renommé. Le motif de la décomposition graduelle de l’homme revient
plusieurs fois dans le roman, et il ne concerne pas exclusivement le suffète
Hannon, mais aussi les personnages incontestablement plus positifs,
comme Giscon ou plusieurs chefs Mercenaires, y compris Mâtho même.
L’agonie plus ou moins lente des personnages va de pair avec le
rétrécissement continuel de leurs possibilités, ce qui aboutit à l’immobilité
totale, c’est-à-dire, à la mort inévitable.

Salammbô
C’est justement cette immobilité qui caractérise avant tout le personnage
de Salammbô qui mène le mode de vie typique des femmes orientales. Les
mots-clefs de cette vie sont incontestablement l’ennui et l’impassibilité
propres à toutes les figures féminines chez Flaubert. On sait que
l’autonomie de la femme dans les cultures islamiques est à plusieurs égards
plus restreinte que dans la civilisation européenne : la femme n’est libre
qu’entre les murs de sa maison. Ainsi l’espace même qui lui appartient se
réduit d’une façon remarquable. De ce point de vue il est significatif que
Salammbô apparaîsse presque toujours dans sa demeure : il en est de
même pour toutes les femmes que Flaubert a connues au cours de son
périple, et dont ses notes font souvent mention. Les nombreuses visites de
l’écrivain chez les « danseuses » ont laissé une trace ineffaçable dans sa
mémoire et elles ont inspiré un grand nombre de détails de son roman.

29 « Mannequins d’Auzoux : mannequins anatomiques en cire colorée inventés par Auzoux.


Il en est question dans le chapitre III de Bouvard et Pécuchet. » Note infrapaginale de Pierre-
Marc de Biasi, in Biasi 1991 : 229.
30 Ibidem.

40
« Kuchiouk-Hanem
Kuchiouk-Hanem est une grande et splendide créature — plus
blanche qu’une Arabe — elle est de Damas — sa peau, surtout du
corps, est un peu cafetée — quand elle s’assoit de côté, elle a des
bourrelets de bronze sur les flancs — ses yeux sont noirs et
démesurés, <ses sourcils noirs> — ses narines fendues — larges
épaules solides, seins [<tétons>] abondants, pomme – elle portait
un tarbouche large, [cour] garni au sommet [d’une plaque de
vermeil] [<vermeil>], d’un disque bombé, en or, au milieu duquel
était une petite pierre verte imitant l’émeraude […] » 31.

« Kuchiouk-Hanem et Bambeh se mettent à danser


La danse de Kuchiouk est brutale comme coups de cul. — […]
pour danser, elle met comme ceinture pliée en cravate un châle
brun à raie d’or avec trois glands suspendus à des rubans — elle
s’enlève tantôt sur un pied, tantôt sur un autre, chose merveilleuse :
un pied restant à terre, l’autre <se levant> passe devant le tibia de
celui-ci, le tout dans un saut léger. J’ai vu cette danse sur des vieux
vases grecs.
Bambeh affectionne la danse en ligne droite — elle va — avec un
baisser et un remonter d’un seul côté de hanche, sorte de
claudication rythmique d’un grand caractère. Bambeh a du henné
aux mains (elle a servi de femme de chambre au Caire, dans une
maison italienne, et entend quelques mots d’italien — un peu mal
aux yeux). Leur danse du reste, sauf [le pas] <ce pas> de Kuchiouk
indiqué plus haut, ne vaut pas, de beaucoup, celle de Hassan El
Bilbesi. L’opinion de Joseph est que toutes les belles femmes
dansent mal » 32.
On peut remarquer que les héroïnes des œuvres de Flaubert représentent
presque toujours le même type de femme : Salammbô, tout comme Marie
Arnoux et Emma Bovary, a de longs cheveux foncés, des yeux noirs et des
cils longs et courbés. Mais ces ressemblances ne se limitent pas à
l’extérieur : elles sont toutes hautaines et modestes, ont un penchant pour
le mysticisme et se trouvent dans un dédale de sentiments qui s’excluent
mutuellement. La confusion sentimentale que l’on peut observer chez
Salammbô et qui caractérise également le personnage de Mâtho n’est pas
sans rapport avec le trouble de conscience qu’éprouve Flaubert lors de ses
visites chez les prostituées égyptiennes. Salammbô reste incapable de
définir ses sentiments pour Mâtho tout au long du récit : pour elle, il s’agit
tantôt de l’amour, tantôt d’une attirance sexuelle qui peut facilement se
tourner en haine. C’est justement cette même incapacité de se rendre

31 Ibid., 281-282.
32 Ibid., 283.

41
compte de ses propres sentiments que l’on peut voir chez Flaubert. Bien
qu’il se soit senti attiré par quelques-unes des femmes connues en Égypte,
il n’a jamais eu pour elles cet amour inconditionnel, « romantique » et
ardent. Flaubert garde toujours une certaine distance envers ces
« danseuses », dont il voit non seulement la beauté, mais aussi la
grossièreté et les défauts33. Dans une lettre adressée à Louise Colet il les
considère comme de simples machines, ne faisant aucune distinction entre
un homme et un autre homme que selon la somme d’argent qu’ils leur
versent 34 . Bien qu’il soit nécessaire de tenir compte de la relation
amoureuse qui existait entre Flaubert et Colet au moment de la rédaction
de cette lettre, on peut ici aussi relever la trace d’une ambiguïté constante
en ce qui concerne le sentiment amoureux chez l’écrivain.
Pour le personnage de Salammbô, Flaubert a emprunté beaucoup de
motifs pittoresques que contiennent ses notes. Il suffit de songer à la
coiffure de l’héroïne qui, dans le premier chapitre de l’œuvre, porte les
cheveux réunis « en forme de tour selon la mode des vierges
cananéennes » 35, reproduisant ainsi la coiffure « conique » 36 des mariées
égyptiennes. Salammbô apparaît alors, dès le début de l’histoire comme
une beauté orientale et comme une fiancée (celle de Moloch-Mâtho et, par
conséquent, de la mort), ce qui est d’autant plus probable que ce premier
chapitre recense pratiquement la totalité des motifs principaux du roman.
On pourrait même dire que les noces de Salammbô qui terminent l’œuvre,
commencent ainsi dans ce premier chapitre, notamment au moment où
elle verse à boire à Mâtho, car (comme l’explique l’un des Gaulois) «
lorsqu’une femme fait boire un soldat, c’est qu’elle lui offre sa couche » 37.
La fille d’Hamilcar est habillée à la manière des danseuses égyptiennes
: elle porte des vêtements faits d’étoffes douces, légères et transparentes,
ce qui est en opposition éclatante avec la dureté des pierres précieuses.
C’est ce même contraste que l’on peut observer dans le domaine sensoriel
auditif : au chuchotement des robes se mêlent des sons plus aigus, ceux
des colliers et des chaînettes de la femme.
La figure de Salammbô n’est pas la seule à prendre sa source dans les
notes de Flaubert. Les femmes des Mercenaires évoquent l’image des
prostituées de toutes races et de toutes nations. Leurs tatouages, tout
comme l’effet confus que créent les couleurs variées de leur peau et de
leurs vêtements sont autant de petits motifs pittoresques censés renforcer

33 « Ces dames, surtout le vieux musicien, absorbent considérablement de raki. » In Biasi


1991 : 284. Ou ailleurs : « Elle a une incisive d’en haut, côté droit, qui commence à se
gâter… » in op. cit., p. 282.
34 Lettre à Louise Colet, le 27 mars 1853, in Flaubert 1980 : 282-284.
35 Flaubert 1964 : 28.
36 Biasi 1991 : 226.
37 Flaubert 1964 : 32.

42
la couleur locale et créer l’ambiance convenable au récit. Les descriptions
des lieux publics de Carthage ont la même fonction. Ainsi, les « boutiques
des buissons chaudes » qui, par le spectacle qu’ils offrent au spectateur (la
cavalcade des marchands et des clients, les sonnettes des bêtes, la
confusion des couleurs et des formes), reproduisent l’atmosphère des
bazars orientaux.
En élaborant le côté pittoresque de son récit, l’écrivain utilise
également un certain nombre de gestes qu’il considère typiquement
orientaux, et qu’il évoque dans ses notes de la façon suivante : « l’homme à
terre, allongeant le bras pour donner une poignée de main ou offrir
quelque chose à l’homme monté sur son chameau, est un des plus beaux
gestes orientaux — surtout au départ, il y a là quelque chose de solennel et
de gravement triste » 38 . Cette tristesse solennelle caractérise avant tout
Salammbô, mais aussi son père qui, aux moments désespérés de la guerre,
refuse la communication verbale, et se limite à des gestes. C’est ainsi que
les excuses et les caresses deviennent les moyens de communication les
plus fréquents dans le roman, ce qui permettra de qualifier Salammbô
comme le roman des « non-dits ». C’est justement ce retour à la
communication non-verbale, la seule employée par les animaux, qui
boucle le cercle des glissements entre l’existence animalière, humaine et
divine, aboutissant à la dispersion de la conscience humaine.

Conclusion
Dans notre travail, nous avons essayé de démontrer les relations multiples
qui se tissent entre l’esthétique de Flaubert et les principes fondamentaux
de l’anthropologie culturelle naissante. Pour point de départ de notre
analyse, nous avons choisi le texte du Voyage en Égypte, car c’est dans ce
texte de l’écrivain que les liens entre l’ethnographie et la littérature se
présentent dans leur forme la plus pure. Nous avons vu que le travail de
systématisation, qui est l’une des bases du travail scientifique, correspond,
dans le cas de Flaubert, à la transformation artistique que subissent ses
impressions au cours de leur passage des notes dans les textes ayant une
valeur purement littéraire. Quant à Salammbô, la volonté obsessionnelle
de vérifier sur le terrain ce qu’il a écrit a poussé l’écrivain à visiter les
ruines de la ville antique. Cependant on sait qu’à l’époque de Flaubert,
même l’emplacement de Carthage était une question fortement discutée
par les scientifiques. Ce voyage en Tunisie a laissé plutôt une impression
générale dans la mémoire de l’écrivain. Dans ces notes, on trouve
relativement peu de détails concernant la vie quotidienne et les traditions
orientales qu’il aurait pu utiliser pour l’élaboration de ses tableaux 39 .

38 Biasi 1991 : 406.


39 Flaubert 1948 : 537-587.

43
D’autre part, le voyage en Égypte a précédé, de plus de dix ans, celui qu’il
a entrepris à Carthage, ce qui permet d’insister sur l’importance
primordiale des expériences égyptiennes dans la genèse du roman. Ce n’est
pas par hasard que les notes du Voyage en Égypte contiennent, au moins en
germes, les tendances les plus importantes du roman, à la fois sur le plan
psychologique, structurel ou thématique. Il suffit de penser à la
construction de certaines scènes, à l’aspect psychologique du paysage dont
les modifications suivent les transformations psychiques des personnages
pour qu’on puisse affirmer que Salammbô serait pratiquement inimaginable
sans les expériences égyptiennes de Flaubert.

Bibliographie
Études sur l’anthropologie
BACKÈS-CLÉMENT, Catherine (1970) Claude Lévi-Strauss ou la structure et
le malheur, Paris, Seghers.
BALANDIER, Georges (2001) Le Grand Système, Paris, Fayard.
BAUDELAIRE, Charles, « La reine des facultés », in Salon de 1859, texte
en ligne, http://visualiseur.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k101426n
BOGLÁR, Lajos (2001) A kultúra arcai, Budapest, Napvilág Kiadó.
BOURDIEU, Pierre (2000) Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Seuil.
BRAUN, Peter (2003) « A kultúra és az elbeszélés. A kultúratudományos
narratológiáért », in Antropológia és irodalom, Egy új paradigma keresése,
Debrecen, Csokonai Kiadó, pp. 27-43.
DESCOLA, Philippe, LENCLUD, Gérard, SEVERI, Carlo, TAYLOR,
Anne-Christine (1993) A kulturális antropológia eszméi, traduit par Noémi
Saly, Budapest, Századvég Kiadó.
GRÁFIK, Imre (2003) « Etnográfiai szöveg narratív változatai », in
Antropológia és irodalom, Egy új paradigma keresése, Debrecen, Csokonai
Kiadó, pp. 71-87.
HÁRS, Endre (2003) « Antropológia és irodalom — mi van a között ? », in
Antropológia és irodalom, Egy új paradigma keresése, Debrecen, Csokonai
Kiadó, pp. 11-26.
KOTTHOFF, Helga (2002) Kultur(en) im Gespräch, Tübingen, Gunter Narr
Verlag, « Literatur und Anthropologie » .
MACÉ, Gérard (2002) Le goût de l’homme, Paris, Gallimard.
N. KOVÁCS, Tímea (2003) « Utazás, kultúra, szöveg : történetek és
etnográfiák », in Antropológia és irodalom, Egy új paradigma keresése,
Debrecen, Csokonai Kiadó, pp. 88-100.
ÚJVÁRI, Edit (2003) Bevezetés a kulturális antropológia történetébe, Szeged,
JGYF Kiadó.

44
WILHELM, Gábor (2003) « Egzotikus szövegek értelmezhetősége », in
Antropológia és irodalom, Egy új paradigma keresése, Debrecen, Csokonai
Kiadó pp. 53-70.

Gustave Flaubert
Œuvres de référence
FLAUBERT, Gustave (1973, 1980, 1991, 1998), Correspondance, t. 1-4, éd.
critique établie, présentée et annotée par Jean Bruneau, Paris, Gallimard, «
Pléiade », (Tome 1, janvier 1830 — juin 1851 ; tome 2, juillet 1851 —
décembre 1858 ; tome 3, janvier 1859 — décembre 1868 ; tome 4, janvier
1869 — décembre 1875).
FLAUBERT, Gustave (1964), Salammbô, Paris, Flammarion.
FLAUBERT, Gustave (1991),Voyage en Égypte, édition intégrale du
manuscrit original établie et présentée par Pierre-Marc de BIASI, Paris,
Grasset.

Flaubert et l’Orient
BRUNEAU, Jean (1973), Le « Conte oriental » de Flaubert, Paris, Denoël.
DANGER, P. (1973), Sensations et objets dans le roman de Flaubert, Paris,
Armand Colin.
DAUNAIS, Isabelle (1996), L’Art de la mesure ou l’invention de l’espace dans les
récits d’Orient (XIXe siècle), Presses Universitaires de Vincennes ; Presses de
l’Université de Montréal.
HENDRYCKS, A.-S. (1994), « Flaubert et le paysage oriental », in
R.H.L.F., novembre-décembre 1994, 94e année, n° 6, pp. 996-1010.
LECLERC, Yvan (2010), Les « animalités de l’homme »-plume, in Revue
Flaubert, n° 10, 2010 | Animal et animalité chez Flaubert, [en ligne]
http://flaubert.univ-rouen.fr/revue/article.php?id=70
NEEFS, Jacques (1989), « L’écriture des confins », in Flaubert, l’autre, pour
Jean Bruneau, textes réunis par F. Lecercle et S. Massina, Lyon, Presses
Universitaires de Lyon.
SAÏD, Edward W. (1997), L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, traduit
par Catherine Malamoud, nouvelle édition augmentée, Paris, Seuil.
SCHWAB, Raymond (1956), La renaissance orientale, Paris, Payot ; Sur
Flaubert, voir le chapitre VI, « Un Externe-Orient : L’exotisme », pp. 434-
446 ; « Flaubert », pp. 439-441.

45
Miklós Horváth

Les grands personnages des partis


collaborationnistes de Paris
Introduction
Le sujet de cette étude est la présentation des partis politiques
collaborationnistes français pendant la Seconde Guerre mondiale. Je
voudrais présenter les personnages et les événements principaux qui
jouaient un rôle important au sein de ces partis à cette époque-là. J’essaie
de montrer également dans quelle mesure ces partis ont eu un impact à la
fois social et économique dans les années 1930-1940 à Paris. Bien sûr, je
ne peux pas ignorer des journaux d’extrême-droite qui apparaissent au
cours de cette période et qui ont été financés par l'Allemagne nazie. Une
autre question est leur succès auprès du peuple français à cette époque.

La montée de l’extrême droite française


Deux phénomènes européens ont joué un rôle majeur dans le
renforcement de l’aile droite en France : l’émergence des partis
communistes dans de nombreux pays, suivie par la popularité rapidement
croissante des partis fascistes. Le premier était décourageant et le dernier –
en particulier sa version italienne – a servi de modèle pour certaines
couches de la société française, qui se sont ensuite regroupées sous
différentes organisations dans la première moitié des années 301.
Comme la Troisième République constituée depuis les années 1870 a
été fondée sur l’équilibre relatif des différentes forces politiques en
fonction (l’extrême droite et gauche), le système en général a été
caractérisé par un degré élevé d’instabilité qui se manifestait le plus
spectaculairement par des changements de gouvernement fréquents. Au
début des années 1930, les partis politiques de la coalition majoritaire à
l’Assemblée législative n’ont pas été en mesure d’élaborer une politique
coopérative efficace, de sorte que les crises et les changements de
gouvernement ont été constamment à l'ordre du jour. Cette incertitude a
été aggravée par le renforcement des forces d’extrême-droite2.
Le premier signal d'avertissement était l’affaire Stavisky qui a fait
éclater des révoltes extrêmes. Mais qui était ce fameux Stavisky3 ?

1 Venner 2000 : 27-28., 37-38


2 Baruch 1997 : 21 -33.
3 Littlejohn 1972 : 187-188.

47
L’affaire Stavisky
Né en Ukraine le 20 novembre 1886 et mort à Chamonix le
8 janvier 1934, Serge Alexandre Stavisky est un escroc français issu d’une
famille polonaise-russe. D’origine juive, il est naturalisé français en 1910.
Séducteur et beau parleur (on le surnomme « le beau Sacha »), il devient
rapidement un escroc professionnel. Dès sa jeunesse, il vole les prothèses
en or de son père dentiste, pour les revendre. En 1912, il devient directeur
du Théâtre Marigny, recrutant par petite annonce des salariés et leur
demandant d’avancer la somme nécessaire pour faire démarrer
l’entreprise. Il s’en va avec la caisse dès les premiers spectacles. Impliqué
dans plusieurs affaires de fraudes (falsifications de chèques, ventes de
produits qui n’existent pas), il est arrêté en 1926 à Marly-le-Roi pour vol
d’actions sur deux agents de change. Malgré ses appuis dans les milieux
économiques et parmi les hommes politiques, il se compromet
définitivement avec l’affaire des bons de Bayonne où il réussit à détourner,
sous le nom de Serge Alexandre, plus de 200 millions de francs au
détriment du Crédit municipal de Bayonne avec la complicité du député-
maire de la ville, Joseph Garat.
L’arnaque est découverte à la fin de l’année 1933. Stavisky est alors
recherché et il prend la fuite. La police le traque jusqu’à son chalet près de
Chamonix, dit le Vieux logis. Lorsque les policiers entrent dans la
résidence, le 8 janvier 1934, un coup de feu retentit et Stavisky est trouvé
mort, une balle dans la tête. Il se serait suicidé. Cet événement sera
extrêmement médiatisé. Les milieux de droite exploiteront l’affaire afin de
critiquer le gouvernement de Camille Chautemps, ce qui donnera lieu à
une crise politique désormais connue sous le nom de l’Affaire Stavisky4.
Le 6 février 1934, une des grandes manifestations d’extrême droite a
eu lieu à Paris. Elle est tournée en émeute à un tel point que la police a fini
par tirer dans la foule. Le résultat était de 18 morts. L’événement a eu une
grande valeur de message à la fois pour la droite et pour la gauche. La
droite s’est regroupée en diverses organisations, et les forces de gauche,
reconnaissant le danger représenté par les précédents, s’étaient mises à
discuter de l’union, qui, un an plus tard, s’est réalisée par le Front
populaire.5 Au printemps 1936, les radicaux ont également rejoint le parti
socialiste et communiste, et, par conséquent, le Front populaire a remporté
les élections par une large majorité. Cependant, la victoire de la gauche a
été de courte durée en raison de la situation économique difficile : elle ne
pouvait pas garantir la sécurité à l’échelle sociale attendue par les électeurs,
et, en outre, l’unité de la coalition a volé en éclats à cause du débat sur
l’engagement dans la guerre civile espagnole. Les communistes ont fini par

4 Jackson 2004 : 101-104.


5 Bene 2012b : 17-18.

48
s’abstenir du travail du gouvernement, par conséquent, la gauche est
devenue aussi partagée qu’avant, ce qui a rendu impossible pour la
gouvernance efficace et a laissé son empreinte à la fois sur la politique
intérieure et étrangère6.
L’écrivain Pierre Drieu de la Rochelle 7 était l’un des premiers
représentants de la radicalisation de la pensée de la droite et de sa nouvelle
façon de penser : il a chanté les éloges du fascisme et a exprimé son désir
de l’adopter en France, tout ça dans le cadre général de la réconciliation
franco-allemande.

Pierre Drieu de la Rochelle (1893-1945)


Né le 3 janvier 1893 à Paris et mort dans la même ville le 15 mars 1945,
est un écrivain et journaliste français.
Ses œuvres ont pour thèmes à la fois la décadence française et le
déclin d'une certaine bourgeoisie, l’expérience de la séduction et
l’engagement dans le siècle, tout en alternant l’illusion lyrique avec une
lucidité désespérée. Rêveuse bourgeoisie (1937) et surtout Gilles (1939) sont
généralement considérés comme ses chefs-d’œuvre. Proche des
surréalistes dans les années 1920 (particulièrement d’Aragon, avec qui il se
brouillera en 1925, pour une femme), il s’intéresse aussi à l’Action
française, tout en n’adhérant à aucun de ces courants. Républicain,
volontiers anticlérical, Drieu est également un libertin qui multiplie les
conquêtes féminines.
Dans les semaines qui suivent les manifestations du 6 février 1934, il
collabore à la revue de Bertrand de Jouvenel La Lutte des jeunes et se
déclare à la fois « socialiste » et « fasciste ». En octobre, il publie l’essai
Socialisme fasciste, et se place dans la lignée du premier socialisme français,
celui de Saint-Simon, Proudhon et Charles Fourier. Ce choix intellectuel le
conduit à adhérer en 1936 au Parti populaire français, fondé par Jacques
Doriot, et à devenir, jusqu’à sa rupture avec le PPF au début de 1939,
éditorialiste de la publication du mouvement, L’Émancipation nationale.
Sous l’Occupation, il devient directeur de La Nouvelle Revue française
(NRF) et prend parti pour une politique de collaboration avec
l’Allemagne, qu’il espère voir prendre la tête d’une sorte d’Internationale
fasciste. À la Libération, il refuse l’exil ainsi que les cachettes que certains
de ses amis – dont André Malraux – lui proposent. Après deux tentatives
manquées, il se donne la mort le 15 mars 1945.
La situation politique générale en France a fait également augmenté
l’incertitude à laquelle les différentes forces ont cherché des solutions par
leurs propres outils. Il est intéressant à observer que des personnes

6 Baruch 1997 : 35-40.


7 Randa 1997 : 485-495.

49
d’horizons politiques très différents ont abouti à l’idée de réconciliation
avec l’Allemagne, comme Gaston Bergery (1892-1974), pacifiste de gauche
affirmé, qui a considéré que la clé de l’avènement de la France réside dans
la coopération avec les Allemands8.

Gaston Bergery (1892 – 1974)


Né le 22 novembre 1892 à Paris et mort le 10 octobre 1974 à Paris, est un
homme politique français.
Gaston Bergery est licencié en droit. Il fait la guerre 1914-1918 et est
blessé en 1915. Il reçoit la Military Cross pour ses activités de liaison avec
l’armée britannique. Il est ensuite attaché au secrétariat du traité de paix de
Versailles, puis au secrétaire général adjoint de la Commission des
réparations (1918-1924). Il est ensuite directeur du cabinet d’Édouard
Herriot au ministère des Affaires étrangères (1924-1925) puis député-
maire (radical) de Mantes en 1928. Il est avocat à la cour d’appel de Paris,
spécialiste du droit privé international. Il soutient sans en faire partie les
« Jeunes Turcs ». Il fonde le « front commun contre le fascisme, contre la
guerre et pour la justice sociale » puis, l’année suivante, l’hebdomadaire
frontiste La Flèche, et, en 1936, le Parti frontiste. Député du Front
populaire, il défend les Accords de Munich par pacifisme.
Le 6 juillet 1940, il appelle le parlement à voter une motion instaurant
un « ordre nouveau, autoritaire, national, social, anticommuniste et
antiploutocratique ». Le 10 juillet il vote les pleins pouvoirs au maréchal
Pétain. Il rédige une partie du message aux Français du maréchal (11
octobre 1940) où ce dernier propose aux Français une collaboration avec
les Allemands. Il rédige aussi, avec Emmanuel Berl, l’« appel aux
travailleurs » du maréchal Pétain. Il est ambassadeur du régime de Vichy à
Moscou d’avril à juin 1941 puis à Ankara entre 1942 et 1944. Traduit
devant la justice en 1949, il est acquitté. Il reprend en 1947 une carrière
d’avocat. En 1951, il participe à la fondation de l’Association pour
défendre la mémoire du maréchal Pétain9.

Marcel Déat (1894-1955)


Politicien. Un jeune homme d’une famille bourgeoise, combattant de la
Première Guerre mondiale, ayant réalisé un certain nombre d’honneurs et
obtenu la Légion d’honneur. Après la guerre, il a complété des études de
philosophie en 1926, puis le représentant du Parti socialiste, dont il était
un avocat,il en devint l’un des principaux théoriciens. Hitler arriva au
pouvoir, Déat a donc insisté sur la paix avec l’Allemagne et de la nécessité
d’une révision de la Réconciliation. En 1933, ce point de vue du Parti et

8 Littlejohn 1972 : 201.


9 Bene 2010 : 19-20.

50
de l’orientation marxiste de nombre de ses vues sur la réforme lui et des
députés ont été expulsés de la fête ensemble. En dépit de cette carrière
politique, qui s’est poursuivie jusqu’en 1936, même pour une courte
période, il a été ministre de l’aviation. Il s’éloignait de l’antifascisme, et en
1939, il compose la fameuse question dans un article de journal : « Faut-il
mourir pour Danzig ? » La défaite après avoir tenté – le modèle fasciste –
système de parti-Etat mis en place après une tentative ratée de coopérer
avec les Allemands à Paris, en est devenu l’un des principaux défenseurs10.
En 1941, il fonde le Rassemblement National Populaire
(Rassemblement du peuple), qui a laissé beaucoup de la figure précédente.
Sa participation à la Légion française antibolchevique (LVF) et la mise en
place d’une cérémonie, où il a également été blessé dans une tentative
d’assassinat, ont été d’importance capitale. En mars 1944, les ministres de
Travail et les troupes de l’Axe avec leurs alliés français ont fui l’Allemagne,
où il a été membre du gouvernement en exil. En 1945, il s’enfuit en Italie,
où il a trouvé refuge dans un couvent à Turin. Il mourut en 195511.

Jacques Doriot (1898-1945)


Politicien issu d’une famille d’ouvriers, cheminot ayant combattu à la
Première Guerre mondiale, il a également reçu une médaille. En 1920, il a
adhéré au Parti communiste, grâce à ses compétences innées, il a été
orienté vers l’école des cadres à Moscou. Elu député, il a participéà des
actions politiques au Maroc et en Chine. En 1931, il a été élu maire de
Saint-Denis. Suite aux critiques qu’il avait formulées à l’égard de parti, il en
a été exclu. En 1936, il a créé le Parti Populaire Français qui a réuni les
forces de droite et de gauche désillusionnées par les partis politiques
précédents12 et a acquis une grande popularité auprès des milieux ouvriers
et intellectuels avec son anticommunisme militant. En conséquence, le
parti a compté plus de 100 000 membres au cours des deux années
suivantes, et le nombre des sympathisants a atteint plusieurs centaines de
milliers de personnes13 au total.
En tant que sous-officier, il a participé aux opérations militaires de
1939-40 et a reçu une autre médaille. Après la défaite, il s’est rangé
derrière le maréchal Pétain, il s’est défini comme « l’homme du Maréchal
». Figure de prou dans la création de la légion antibolchevique française
dans laquelle il a été personnellement impliqué, il a été l’un des premiers à
se rendre au front de l'Est. Bien qu'il ait obtenu le grade d'officier, il n’est
pas parvenu à son but principal d’utiliser la force armée comme milice du

10 Randa 1997 : 118-126.


11 Bene 2013 : 245.
12 Lambert–Marec Le 1993 : 7-8.
13 Brunet 1986 : 227-269.

51
parti à cause de l’opposition et des nettoyages répétés des Allemands.
Après le débarquement, il s’est retiré en Allemagne avec ses fidèles où il
n’a pas caché son aspiration au poste de dirigeant dans le gouvernement
français. A défaut, il a formé le comité de libération dont il est devenu le
leader. Il a décédé dans les raids aériens de février 194514.

Marcel Boucard (1895-1946)


Il a été vétéran de la Première Guerre mondiale, titulaire de dix médailles,
qui a obtenu son grade d’officier sur les champs de bataille, le plus jeune
capitaine de l’armée française en 1917. Après la guerre, en tant que
membre du comité de l’armistice il a passé quatre ans en Allemagne, ce qui
a contribué à son changement d’avis sur les Allemands. En 1933, il a créé
son propre parti, suivant le modèle italien fasciste, le Parti Franciste. Le
parti a été dissous en 1936. Malgré ses blessures subies précédemment, il a
participé à la campagne de 1940, ayant gagné une nouvelle distinction,
avant d’être interné en Suisse avec son unité. En 1941, il a réorganisé son
parti et il a participé à la création de la Légion des Volontaires Français
(LVF). En 1944, il s’est retiré avec des Allemands vers l’Est. En 1945, il a
été arrêté en Italie, en 1946, condamné à mort et exécuté.
Fondé en 1933, le Parti Franciste a ouvertement assumé son
orientation fasciste depuis le départ. Le mouvement, organisé selon le
parti fasciste italien, avait des principes anticommunistes, antisémites et
antiparlementaires, et son activité principale était d’organiser des défilés
par des vétérans de guerre en uniforme, mais, contrairement à son modèle
italien, il n’a pas joui d'une popularité particulière en France. Le nombre
des membres avant la guerre n’a pas dépassé les quelques milliers de
personnes. Sa signification n’était pas dans les chiffres, mais dans le fait
que dans la société française des années trente - même si dans une
moindre mesure – il y avait eu de l’intérêt et de la réceptivité envers une
organisation ouvertement fasciste15.

Pierre Clémenti (1910 -1982)


Il a été journaliste, homme politique, venant d’une famille ouvrière
d’origine corse. Il a perdu son père pendant la Première Guerre mondiale.
Il a travaillé comme journaliste de sport pour le journal radicale La
République, et en même temps, en 1934, il fonde le Parti français national
communiste. En 1939, sur des accusations de propagande anti-guerre, il a
été emprisonné pendant trois mois, malgré cela – et sa mauvaise santé – il
est parvenu à se faire mobiliser. Il s’est distingué dans les combats près de
la Loire. Après l’armistice, il a été parmi les premiers à entrer en contact

14 Bene 2012a : 197-198.


15 Lambert–Marec Le 1993 : 91-92.

52
avec les Allemands, il est devenu participant actif de la collaboration, il a
été l’un des membres fondateurs de la LVF. Au cours de 1942-1943 il a
participé dans les luttes de cette organisation. Il a quitté la France avec les
Allemands, en 1948, il a été condamné à mort par contumace. En 1953, il
a capitulé, a reçu une peine plus clémente, et a été libéré un an plus tard
lors d'une amnistie. Il est mort en 198216.
Fondé en 1934 par Pierre Clémenti, le Parti français national
communiste a été un presque parfait « antiparti » dans le sens où il s’est
défini presque exclusivement dans l’opposition à d’autres personnes ou
idéologies. Il a été contre le communisme, le capitalisme, la franc-
maçonnerie, les Juifs et les étrangers. Ce parti adhérant le minimum de
membres a été dissous en 1936, il a vécu sa courte renaissance après
194017.
Bien qu’il n’ait pas existé comme parti politique, la revue Action
française et son dirigeant, Charles Maurras ont joué un rôle non négligeable
dans l’activité de l’extrême-droite dans les années 193018.

Charles Maurras (1868-1952)


Ecrivain, journaliste et théoricien en politique. Originaire d’une famille de
la campagne, germanophobe confirmé, il a vu l’avènement de la France
dans la restitution de la monarchie et dans le système antiparlementaire. Il
a développé ses idées dans la Revue d’Action Française qu’il a dirigée à partir
de 1908. Après la Première Guerre mondiale, il s’est battu contre les
conditions des traités de paix jugées trop clémentes, il a prôné la
mutilation totale de l’Allemagne. Il a sympathisé avec les mouvements
d’extrême droite espagnole et italienne, il s’est retrouvé en prison pour ces
articles sur ce sujet, mais grâce à ces écritures, il a été également élu
membre de l’Académie française. Une fois la guerre éclatée, il a soutenu
les efforts de guerre, après la défaite il s’est installé à Lyon pour publier sa
revue. Il s’est opposé aux gaullistes comme aux collaborationnistes, il a
proposé une troisième voie tellement peu viable, que ses fidèles l’ont
progressivement quitté pour l’un des deux autres camps. Tout de
mêmeayant soutenu l’activité de la Milice pour son anticommunisme, il a
été condamné à perpétuité après la libération. Il est mort en 195219.
L’Action française a souligné la nécessité de renforcer le pays, ce qui a
signifié la restauration de la monarchie et la liquidation de la Troisième
République. Les penseurs de la revue ont soutenu les efforts militaires
pendant les deux guerres mondiales et se sont positionnés pour la guerre

16 Randa 1997 : 89-92.


17 Littlejohn 1972 : 202.
18 Venner 2000 : 625-627.
19 Bene 2013b : 78-80.

53
contre les Allemands. Dans les colonnes de cette revue figuraient les
faiblesses et les incompétences des hommes politiques au pouvoir, ce qui
a fait un écho positif auprès de certains groupes de la société. Par
conséquent, des mouvements politiques liés au journal se sont formés
comme la Ligue d’Action Française et l’Alliance d’Action Française. Plusieurs
branches armées ont été également constituées à l’intérieur des ces
mouvements, prêtes à utiliser la force pour faire valoir leurs idées. Il
s’agissait de la Fédération des Camelots du Roi et de la Fédération des Etudiants de
l’Action Française qui ont réuni près de 30 000 personnes. Toutefois, ces
derniers ont été interdits après les manifestations politiques agressives de
1936, seul le journal a continué son activité, paru jusqu’en 1944 sous la
direction de Maurras20.
Un autre mouvement important de l’époque a été la Croix de Feu créée
en 1927 pour réunir les anciens combattants de la première guerre
mondiale. A partir de 1930, ce mouvement de solidarité a commencé à se
développer dans de nouvelles directions, quand le colonel François de la
Rocque a été élu membre de la direction21.

François de la Rocque (1885-1946)


Officier de l’armée, homme politique. Jeune homme venant d’une famille
militaire qui a aussi choisi une carrière dans l’armée. En 1928, il l’a quittée
, et en 1929 il a rejoint le mouvement Croix-de-Feux. Membre du bureau à
partir de 1930, il a en été le président à partir de 1933. Son mouvement a
respecté les principes républicains, il n’a pas participé à de manifestations
violentes. Après la dissolution de l’organisation en 1936, il a fondé le Parti
social français dont la devise (Travail, Famille, Patrie) a été reprise par le
régime de Vichy. Après la trêve, il a immédiatement entrepris d’organiser
le mouvement de résistance en refusant de coopérer à la fois avec les
Allemands et le régime de Vichy. Fondateur et leader du réseau de
résistance « Clan » du réseau de résistance jusqu’en mars 1943 où il a été
arrêté par les autorités allemandes. Libéré de sa captivité en Autriche en
1945, il a décédé en 1946.
François de la Rocque, anticommuniste et antifasciste à la fois, a
réussi, en quelques années, à mettre en place un mouvement de masse de
2 millions de personnes à partir d’un petit groupe de 30 000 membres qu’il
a voulu mettre au service de la patrie. Cependant, de sérieux désaccords
ont régné au sein du mouvement, le colonel a voulu maintenir le
mouvement dans l’objectif de la défense physique et moral du pays, tandis
que les jeunes avaient l’intention d’agir activement pour les changements
politiques et sociaux. En 1935, cela a abouti à des départs massifs d’un

20 Littlejohn 1972 : 192-194.


21 Venner 2000 : 47-48.

54
mouvement considéré comme trop conformiste. Le mouvement a été
porteur néanmoins d’un potentiel grave, le gouvernement, rempli
d’inquiétude à son égard a ordonné sa dissolution en 193622.

Eugène Deloncle (1890 – 1944)


Eugène Deloncle est un homme politique français, né à Brest (Finistère) le
20 juin 1890 et mort à Paris le 7 janvier 1944, cofondateur de La Cagoule
en 1935. Polytechnicien, ingénieur en Génie maritime, il combat pendant
la Première Guerre mondiale comme officier d'artillerie et est blessé sur le
front de Champagne. Il est fait chevalier de la légion d'honneur. Il adhère
d'abord à l'Action française, puis fonde en 1935, avec Jean Filliol,
l’Organisation secrète d’action révolutionnaire nationale connue de la police sous le
nom de Comité secret d’action révolutionnaire (CSAR) et surnommé La Cagoule
par la presse. Ce surnom est d’ailleurs attribué avec mépris par Maurice
Pujo de l’Action française. L’organisation clandestine a été fondée à la suite
de l’action du gouvernement en 1936, lequel a interdit le fonctionnement
de toute organisation d’extrême droite en France. Deloncle a rassemblé
autour de lui les éléments qui ont déjà participé activement dans un
groupe d’extrême-droite et étaient prêts à utiliser des moyens plus
radicaux pour agir contre les communistes et même contre le
gouvernement. C’est dans cet esprit que la mise en place d’une armée
secrète a été entreprise dont l’approvisionnement a été assuré par des
industriels intéressés. À la fin de 1937, cependant, la normalisation de la
situation politique interne a empêché l’activité de l’organisation
clandestine qui a essayé d’améliorer sa position par des actions directes.
Dans ce but, ils ont commis plusieurs attentats au cours du mois de
novembre de cette année-là, ce qui a déclenché l’effet contraire, la police a
immédiatement liquidé l’organisation23.
Plusieurs membres de la direction se sont réfugiés en Espagne,
Deloncle et d’autres ont été emprisonnés 24 . Ainsi, malgré toutes ses
faiblesses, l’État français a été en mesure de faire face à la menace des
groupes d’extrême-droite qui n’ont heureusement pas pu mobiliser des
millions de personnes.
Fin 1940, Eugène Deloncle crée le Mouvement social révolutionnaire
pour la Révolution nationale (MSR), soutenant le maréchal Pétain, puis, au
travers du Rassemblement national populaire, se rapproche de Marcel
Déat. Les intrigues entre les deux hommes ont raison de cette alliance et
Deloncle est exclu en mai 1942. Il collabore aussi avec l’amiral Wilhelm
Canaris, qui dirige le contre-espionnage militaire allemand. Le

22 Jackson 2004 : 99-101.


23 Paxton 2004 : 37.
24 Jackson 2004 : 105

55
7 janvier 1944, Deloncle est assassiné par la Gestapo en raison de ses
relations avec l’amiral Canaris et d’autres membres de l’Abwehr opposés à
Hitler25.

Les parties collaborationnistes à Paris


Après l’armistice, le nouveau gouvernement français s’est installé dans la
ville de Vichy, et Paris était sous occupation allemande, plusieurs
organisations et mouvements politiques d’extrême droite – existants déjà
dans les années 1930 – ont pris un nouvel essor sous l’autorité et
l’encouragement des autorités allemandes. Il y avait deux formations
politiques d’importance et de popularité considérable qui auraient pu jouer
le rôle de chef de fil de l’extrême-droite : le Parti Populaire Français (PPF)
sous la direction de Jacques Doriot et le Rassemblement National
Populaire (RNP) sous la direction de Marcel Déat26.
Le PPF a été mis en place par Doriot en juin 1936, après son
exclusion du Parti communiste pour régler ses comptes avec ses anciens
camarades. Cet objectif a attiré non seulement des gens de droite, mais
beaucoup d’adhérents antérieurement à la gauche qui n’étaient pas
d’accord avec la direction dogmatique du parti communiste. Le parti a
gagné en popularité, le nombre des membres a augmenté régulièrement
jusqu’en 1938, toutefois, avec le danger de guerre il a attiré de moins en
moins de monde. Après la défaite militaire, il n’a été autorisé à fonctionner
qu’en zone libre sous le pseudonyme de Mouvement Populaire Français. Le
parti l’a particulièrement été autour de Marseille qui était
traditionnellement de droite et avait de nombreux adeptes en Afrique du
Nord. Ce succès a été alimenté par le fait que Doriot s’est présenté
comme le successeur du maréchal, il a également reçu un soutien financier
du gouvernement de Vichy. A partir d’avril 1941, le parti anticommuniste
et antisémite est devenu le porte-parole majeur de la collaboration avec les
Allemands27.
Le PPF a eu la part du lion dans la création de la Légion
antibolchevique française et la plupart des volontaires de l’organisation
armée est venue de cette dernière. Profitant de la notoriété obtenue grâce
à la participation des opérations sur le front de l’Est, Doriot a proposé aux
dirigeants allemands de prendre la direction du gouvernement français et
d’entrer en guerre du côté de l’Allemagne, ce qui a été catégoriquement
refusé par Berlin28. A cette époque, l’effectif du parti a atteint son pic avec

25 Brunet 1986 :388-389.


26 Wolf 1969 : 177-224.
27 Brunet 1986 : 335.
28 Lambert–Marec Le 1993 : 11-12.

56
d’environ 60 000 personnes dans les deux zones29. Le nombre a continué
d’augmenter avec les organismes de jeunesse du parti qui ont fusionné
sous le nom de Jeunesses populaires françaises et comptaient plusieurs milliers
de membres. Le parti a mis en place sa propre organisation armée, les
Gardes françaises se composant de plusieurs milliers de personnes et équipé
avec des armes fournies par les Allemands 30 . Le mouvement a eu son
propre journal Le Cri du peuple, avec une diffusion moyenne de près de 100
00031 exemplaires.
Les organisations locales du parti ont respectivement collaboré avec
les autorités allemandes dans de nombreuses régions de France dans la
recherche des résistants ou des déserteurs du service de travail obligatoire.
Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que le 17 aout 1944, Doriot et
deux mille membres du parti ont quitté Paris et se sont exilés en
Allemagne. Le chef du parti a également continué son activité en désirant
de former un gouvernement révolutionnaire indépendant (Comité de la
libération française), sa mort avant l’heure dans des raids aériens l’a empêché
de réaliser ce projet32.
Marcel Déat a fondé le RNP le 31 juillet 1944 avec plusieurs autres
personnalités de la droite à Paris, avec le soutien des gouvernements
français et allemand33. Déat souhaitait créer un parti central dans lequel les
représentants de toutes les tendances coopèrent avec l’objectif final de
créer un système à un seul parti. Même le maréchal Pétain a trouvé l’idée
vraiment bonne, le gouvernement français a donc soutenu le mouvement.
Le chef du MSR, Deloncle, a également rejoint le parti 34 , mais la
coopération n’a duré que jusqu’en septembre 1941, lorsque lui et ses
partisans ont quitté le parti. La direction de l'organisation, qui se
composait essentiellement des gens de gauche, s’est engagée du côté de la
collaboration avec les Allemands, l’antisémitisme et le système
économique corporatif35. En 1942, l’effectif du parti tournait autour de 20
000 personnes plus les 3 000 membres des Jeunesses Nationales Populaires et
les 1 000 membres de la Légion Nationale Populaire36. En 1943, ils ont fait
fusionner ce dernier avec le Parti Franciste de Bucard pour créer les Milices
révolutionnaires nationales représentant une force armée plus importante 37 .
Bien que son effectif ait été moins important que celui de son principal

29 Jackson 2004 : 239.


30 Burrin 2000b : 47.
31 Muracciole 2002 : 199.
32 Wolf 1969 : 412-416.
33 Burrin 2000a : 390 .
34 Brunet 1986 : 329 .
35 Burrin 2000a : 395 .
36 Jackson 2004 : 239 .
37 Burrin 2000b : 46.

57
rival, le PPF, le parti était connu et influent grâce à ces journaux distribués
en très grand nombre. Ces journaux étaient les suivants : L’Œuvre (120-
140 000 exemplaires), La France socialiste (120 à 140 000 exemplaires),
L’Atelier (20 000 exemplaires)38.
Le Mouvement Social Révolutionnaire a été fondé par Deloncle le 1er
septembre 1940 avec l’objectif de faire renaître la Cagoule antérieurement
dissoute par les autorités. Les ennemis du parti étaient les Juifs, les francs-
maçons, les communistes, les banquiers internationaux, et en général le
monde anglo-saxon. Ses visions ont été popularisées dans son journal, la
Révolution Nationale. Pour cette raison, ses alliés naturels étaient des
Allemands et sa solution dans l’action révolutionnaire radicale. Malgré
cela, la direction du parti a établi une coopération d’avec le RNP dirigé par
Déat, et avec Doriot ils ont joué un rôle important dans l’organisation de
la Légion antibolchévique française, à laquelle de nombreux membres ont
adhéré au cours de 1941-4239. Les deux dirigeants ont été motivés par les
mêmes arrière-pensées : après la victoire des Allemands à l’est – dont ils
étaient sûrs – utiliser la force armée équipée et entraînée dans le but
d’obtenir le pouvoir. Dans la rupture entre Déat et Deloncle a joué un rôle
important le fait que le premier a été convaincu que Deloncle a organisé
l’attentat dans lequel il s’est lui-même retrouvé blessé à côté de Laval en
août 1941. Bien qu’il ne puisse pas être prouvé, la MSR a commis de
nombreux autres actes de violence, ce qui semble confirmer cette
hypothèse. Les actions radicales n’ont fait que faire fuir les partisans
potentiels, de sérieux conflits se sont émergés au sein du parti aboutissant
à l’exclusion de Deloncle, et à la dissolution du parti en 1943. La grande
majorité des membres a continué son activité dans d’autres organisations
collaborationnistes40.
En plus de ces grandes formations, plusieurs petits partis ont
également vu le jour sur la palette politique à Paris pendant les années
d’occupation. La majorité de ces organisations a déjà existé dans la vie
politique française dans les années 30, mais, après leur interdiction en
1936, elles ne pouvaient se reformer et poursuivre une activité politique
qu’avec le soutien des autorités allemandes, même si leur activité n’était
pas aussi importante que celles des plus grands partis.
Parmi ceux-ci, c’est le Parti Franciste qui a eu le plus grand effectif. Ce
parti s’est réorganisé après le retour de Bucard de son internement en
Suisse le 5 mai 1941. Ayant entièrement soutenu le gouvernement de
Vichy, celui-ci, en dehors de l’appui par principe, l’a financièrement aidé

38 Lambauer 2001 : 230.


39 Bene 2011 : 55.
40 Venner 2000 : 685-687.

58
en retour41. Par conséquent, le nombre de son effectif a dépassé les 10 000
personnes en 1943, sa branche de jeunesse, Jeunesse franciste – qui a
fonctionné dans les deux zones – comptait 7 000 adeptes. Le parti a
soutenu avec enthousiasme l’idée d’une collaboration avec l’Allemagne,
c’est pourquoi il a participé à la création de la Légion française antibolchevique.
A partir de 1943, ses membres ont rejoint l’unité française de la Waffen-
SS. Après plusieurs attentats contre plusieurs dirigeants du parti, beaucoup
ont collaboré avec les Allemands en échange d’approvisionnement en
armes dans la lutte contre la résistance. En conséquence, une partie des
membres du parti ont choisi de se retirer en Allemagne en 1944 où
beaucoup d’entre eux ont lutté dans de différentes forces armées jusqu’à la
fin de la guerre42.
Parmi les formations de moindre importance, il faut également
mentionner la Ligue Française d’épuration d’entraide sociale et de collaboration
européenne de Pierre Costantini 43 , organisé d’après le modèle italien.
L’idéologie du mouvement a été fondée sur l’antisémitisme et la nécessité
d’une collaboration avec l’Allemagne. Après l’attaque de l’Union
soviétique, le parti a changé de nom et il est devenu la Ligue française
antibritannique et antibolchévique qui exprime clairement la position
idéologique du mouvement. Costantini a été convaincu que la France
devait déclarer la guerre le plus tôt possible à l’Angleterre. Le chef du parti
a également participé à la formation de la légion antibolchevique, en tant
qu’aviateur, il a même proposé la création d’une formation aérienne
autonome. Le mouvement – qui a été particulièrement populaire parmi les
jeunes – n’a eu que quelques milliers de partisans 44 qui collaboraient
étroitement avec le PPF à partir de 1941 après l’accord entre les deux
parties. Le mouvement a eu son propre journal L'Appel, qui est paru à
partir de 1941. L’activité du parti s’est terminée avec la libération45.

Pierre Costantini (1889 – 1986)


Pierre Dominique Costantini ou commandant Costantini (né le 16 février
1889 – mort le 30 juin 1986), militaire, journaliste, écrivain. Il a servi dans
la Première Guerre mondiale comme pilote où il a reçu plusieurs
décorations et a subi de graves blessures. Dans la Seconde Guerre
mondiale il a été commandant d’un aéroport militaire. Après l’attaque de
Mers-el-Kébir par les Anglais, il est devenu porte-parole de la guerre
contre l’Angleterre. Le 15 septembre 1940, il a créé son propre parti

41 Lambert–Marec Le 1993 : 94-95.


42 Muracciole 2002 : 193.
43 Venner 2000 :570.
44 Neulen 1985 : 98.
45 Brunet 1986 : 379.

59
collaborationniste avec le soutien des Allemands. Il a participé à la
création de la Légion antibolchevique et s’est enfui en Allemagne après la
libération. Après son retour, il purge sa peine en prison, mais il est libéré
en 1952 à cause de son état de santé.
Après la défaite, en 1940, Costantini a été l’un des premiers à
reformer son parti politique interdit avant la guerre qu’il baptise Parti
français national collectiviste. Même s’il a été le premier représentant du
fascisme français, ce parti n’a jamais obtenu une très grande popularité, au
maximum 1 000 à 2 000 personnes ont rejoint le mouvement. Clémenti a
été le premier à utiliser le nom Les Gardes françaises pour les formations
paramilitaires du parti, mais comme le mouvement s’est éparpillé, Doriot a
pris le nom pour la milice de son propre parti46.
En outre, il y avait encore un certain nombre de petits groupes
proches de l’idéologie professée par le fascisme et pour la collaboration
avec les Allemands. Tels étaient le Feu, le Mouvement National Socialiste, le
Parti National Socialiste Français47, le Front Franc48, Energies françaises, mais ils
avaient très peu de partisans, ont existé peu de temps et n’ont pu exercer
aucune influence sur les événements49.
Parallèlement, il existait encore une autre organisation qui n’était pas
un parti politique mais plutôt une sorte d’organisme de propagande
culturelle. C’était le Groupe Collaboration fondé par Alphonse de
Châteaubriant le 24 septembre 1940 ayant bénéficié du soutien des
autorités française et allemande. L’organisation employant des
personnalités publiques allemandes et française était présente dans les
deux zones, elle a mis en œuvre des conférences et des expositions tentant
de montrer aux gens que la collaboration entre les deux pays avait des
avantages. En 1943, l’effectif de l’organisation a dépassé les 40 000
personnes, les événements culturels ont attirés des milliers de personnes,
et l’activité de l'organisme a porté ses fruits50.

Alphonse René Marie de Brédenbec de Châteaubriant (1877-1951)


Alphonse Van Brédenbeck de Châteaubriant est un écrivain français, né à
Rennes le 25 mars 1877 et décédé en exil à Kitzbühel (Autriche), le 2 mai
1951. Après des études au Lycée Clemenceau de Nantes, il fait l’École
spéciale militaire de Saint-Cyr mais ne s'engage pas dans une carrière
militaire. Il est de ceux qui se sont tout de suite rangés du côté de la
collaboration. Sous l’Occupation, il préside le Groupe Collaboration et dirige

46 Lambert–Marec Le 1993 : 112.


47 Littlejohn 1972 : 218.
48 Neulen 1985 : 98.
49 Burrin 2000a : 391.
50 Muracciole 2002 : 193-194.

60
La Gerbe, périodique qui se veut un « hebdomadaire politique et littéraire ».
Le rédacteur en chef en est Marc Augier (connu après-guerre sous le
pseudonyme de Saint-Loup). Le premier exemplaire paraît le 11 juillet
1940. On y trouvera les signatures de Jean Giono, Paul Morand, Jean
Cocteau, Marcel Aymé, Sacha Guitry, etc. L’hebdomadaire défend l’idée
d’une aryanisation débarrassée du bolchévisme, conformément aux rêves
de Jacques Doriot et de Marcel Déat. En 1944, quand les troupes alliées
approchent de Paris, Châteaubriant se réfugie en Allemagne où il se trouve
déjà quand, le 17 août, paraît le dernier numéro de La Gerbe. Le Comité
national des écrivains (CNE) inscrit alors son nom sur la liste des auteurs
qu’il juge indésirables51.

La presse parisienne
En traitant le sujet de la collaboration avec les Allemands, il faut évoquer
plus spécifiquement la presse parisienne, parue pour la plupart avec le
soutien d’un des partis de l’extrême-droite et qui, grâce à ces nombreux
lecteurs, a exercé une influence plus grande sur la population française que
les partis eux-mêmes. En dehors des journaux des partis mentionnés, il
existait une presse plus ou moins indépendante des partis politiques, mais
partageant leurs idées. De manière générale, ces journaux ont bénéficié
directement ou indirectement de l’aide financière allemande52.
Parmi les quotidiens parisiens, l’un des plus importants était
Aujourd’hui, publié à partir de septembre 1940 avec plus de 100 000
exemplaires. Même si le journal a essayé de garder ses distances avec les
mouvements de droite, le rédacteur en chef, Georges Suarez – membre du
PPF depuis 1936 – a laissé apparaître plusieurs fois des articles prônant la
collaboration avec l’Allemagne. En conséquence, après la libération, il a
été le premier journaliste à être condamné à mort et exécuté53.
Je suis partout était un hebdomadaire de droite traditionnel, publié
depuis 1930. Sous la direction de Robert Brasillach, de nombreux
journalistes talentueux y ont travaillé, ce qui a grandement contribué à sa
popularité. Après le cessez-le-feu, le journal, de tendance anticommuniste,
a commencé à annoncer avec un enthousiasme croissant la nécessité d’une
collaboration avec les Allemands. Le journal a été un grand succès parmi
les lecteurs : 300 000 exemplaires publiés pendant les années de la guerre.
Le prix de la popularité a été chèrement payé : Brasillach a été également
exécuté54.

51 Cointet-Cointet 2000, 151.


52 Burrin 2000a : 398
53 Venner 2000 : 650.
54 Muracciole 2002 : 196.

61
La même équipe de journalistes a travaillé pour le quotidien Le Petit
Parisien, en proclamant les mêmes principes et en apportant un soutien
considérable aux partis collaborationnistes, au PPF en premier lieu. La
seule différence entre les deux a été dans la fréquence de publication. Le
tirage moyen était de plus de 500 000 exemplaires55.
Le journal Le Matin avait été publié depuis 1884, il a été le premier à
paraître après le cessez-le-feu, le 17 juin 1940. Le journal a été sous une
forte influence allemande et a ouvertement proclamé l’idéologie nazie
considérée comme supérieure au mode de vie décadent des Français. Le
tirage moyen a dépassé les 200 00056 exemplaires.
Parmi les hebdomadaires prônant la collaboration, La Gerbe fondé par
Alphonse de Châteaubriant a joué un rôle important. Il s’est
soigneusement tenu à l’écart de la proclamation des principes antisémites,
mais il a été un porte-parole convaincu de la collaboration franco-
allemande. Les articles de haute qualité ont attiré un grand nombre de
lecteurs qui a eu un tirage de plus de 140 000 exemplaires57.
Les Nouveaux Temps a été un quotidien fondé par Jean Luchaire en
1940. Les articles du journal ont été définis par les contacts du rédacteur
en chef qui a été membre fondateur du RNP de Déat et ami proche de
l’ambassadeur allemand Otto Abetz. C’est dans cet esprit que le journal a
proclamé les avantages de la collaboration franco-allemande. Le tirage
variant de 40 à 60 000 exemplaires58.
Au Pilori a été un hebdomadaire antisémite publié à partir de 1940, qui
s’attaquait farouchement aux Juifs et aux francs-maçons, le lectorat a été
relativement faible (30 à 40 000 exemplaires par semaine)59.
Il faut mentionner également le représentant le plus connu da la
presse française dans les mains des Allemands, Paris-Soir. Après
l'occupation, le quotidien a été écrit par les officiers allemands et alsaciens
francophones du département de la propagande de la Wehrmacht dans le
seul but de faire de la propagande officielle allemande en français. Le
journal est paru en près de 400 000 exemplaires60. La censure allemande a
frappé tous les journaux publiés dans la zone nord, ce qui a clairement
favorisé la presse d’extrême droite61.
Les bimensuels Le Combattant Européen et le Devenir ont formé une
catégorie distincte. Le précédent a été le journal de la Légion antibolchévique,
le dernier celui de l’unité française de la Waffen-SS. Les deux ont été écrits

55 Lambert–Marec Le 1993 : 9.
56 Littlejohn 1972 : 220.
57 Jackson 2004 : 246.
58 Muracciole 2002 : 196.
59 Jackson 2004 : 245
60 Idem.
61 Lambauer 2001 : 250-261

62
par des journalistes professionnels et des membres des unités dans
l’objectif de promouvoir dans l’armée allemande l’action armée contre le
communisme62.

Conclusion : le bilan des activités des partis collaborationnistes


Malgré l’apparition de nombreux mouvements – nouveaux et anciens –
prônant la collaboration avec les Allemands sous la protection et avec le
soutien des autorités allemandes, ceux-ci n’ont pas pu produire des
résultats significatifs. De nombreuses raisons peuvent être attribuées à ce
manque de succès.
Le fait le plus important est que ces mouvements sont restés divisés
pendant toute la période et leur activité a été constamment marquée par la
rivalité. Cela était particulièrement vrai pour le rapport entre le PPF et le
RNP. Il n’y avait pas de dirigeant rassemblant la droite. Déat a pensé à
créer un parti commun, cependant, après le départ de Deloncle, il s’est
avéré que ce plan avait échoué à cause des visions différentes. Les
initiatives communes se sont limitées à la publication de quelques plans et
de déclarations n'ayant pas eu de suite malgré les idées à grande échelle.
Doriot – le plus charismatique parmi les chefs de parti – a espéré le
soutien des Allemands pour prendre le pouvoir sur l’ensemble de la
France63.
C’est là qu’a résidé la plus grande erreur dans cette vision, car les
Allemands n’ont pas voulu créer pendant les premières années de guerre
un gouvernement trop radical qui aurait pu échapper à leur contrôle, c’est
pourquoi ils n’ont donné le soutien nécessaire à aucun des partis de droite.
Vers la fin de la guerre, bien que certaines personnes de droite (Darnand,
Déat, Henriot) aient pris le pouvoir au sein du gouvernement 64 ,
l'impopularité de ces mouvements a été le plus grand obstacle. En effet,
avec les Allemands ils étaient également conscients qu'aucune de ces
parties n’ont été en mesure de s’évoluer en parti de masse le nombre des
membres et des sympathisants du parti ayant à peine dépassé les 150 à 200
000 personnes, ce qui n’a pas permis de former un gouvernement stable65.
Le seul domaine où ces partis ont parvenu à un consensus et ont agi
ensemble était la collaboration armée avec les Allemands où tous les
mouvements de droite ont participé. Bien que dans de nombreux cas,
cette participation n'a pas été motivée par une conviction idéologique,
mais par le soutien allemand en échange de l’espoir de l’obtention de
postes importants. C’était la seule activité significative de la collaboration

62 Muracciole 2002 : 195


63 Lambert–Marec Le 1993 : 61.
64 Burrin 1986 : 446-448.
65 Muracciole 2002 : 191.

63
armée franco-allemande, même si elle n’a pas exercé d’influence
considérable sur l’ensemble du déroulement de la guerre.

Bibliographie
Ouvrages
AZEMA, Jean-Pierre (1975), La collaboration 1940-1944, Paris, Presses
universitaires de France.
BARUCH, Marc Olivier (1997), Servir l’Etat français. L’administration en
France de 1940 à 1944, Paris, Fayard.
BENE, Krisztián (2010), A francia fegyveres kollaboráció a második
világháborúban, Pécs, Pécsi Tudományegyetem (thèse de doctorat).
BENE, Krisztián (2012), La collaboration militaire dans la Seconde Guerre
mondiale, Talmont-Saint-Hilaire, Codex.
BENE, Krisztián (2013), A Francia Antibolsevik Légió a keleti hadszíntéren,
Budapest-Pécs, Magyar Hadtudományi Társaság.
BRUNET, Jean-Paul (1986), Jacques Doriot : du communisme au fascisme, Paris,
Balland.
BURRIN, Philippe (1986), La Dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery, 1933-
1945, Paris, Éditions du Seuil.
COINTET, Michèle, COINTET, Jean-Paul (2000), Dictionnaire historique de
la France sous l’Occupation, Paris, Tallandier.
DELONCLE, Luc (2004), Trois jeunesses provençales dans la guerre, Paris,
Dualpha.
JACKSON, Julian (2004), La France sous l’Occupation. 1940-1944, Paris,
Flammarion.
LAMBAUER, Barbara (2001), Otto Abetz et les Français ou l’envers de la
collaboration, Paris, Fayard.
LAMBERT, Pierre Philippe–Marec Le, Gérard (1993), Partis et mouvements
de la Collaboration, Paris, Jacques Grancher.
LITTLEJOHN, David (1972), The Patriotic Traitors. A History of
Collaboration in German-Occupied Europe, 1940-45, London, Heinemann.
MURACCIOLE, Jean-François (2002), La France pendant la Seconde Guerre
mondiale, Paris, Librairie Générale Française.
NEULEN, Hans Werner (1985), An deutscher Seite. Internationale Freiwillige
von Wehrmacht und Waffen-SS, München, Universitas.
PAXTON, Robert Owen (2004), L’armée de Vichy. Le corps des officiers
français 1940-1944, Paris, Tallandier.
RANDA, Philippe(1997), Dictionnaire commenté de la collaboration française,
Paris, Jean Picollec.
VENNER, Dominique (2000), Histoire de la collaboration, Paris, Pygmalion.
WOLF, Dieter (1969), Doriot. Du communisme à la collaboration, Paris, Fayard.

64
Chapitres d’ouvrage collectif
BENE, Krisztián (2012), « A Waffen-SS francia önkéntesei az 1944-es
galíciai harcokban » in K. Bene, I. Sarlós, Zs. Vitári (dir.), Kutatási
Füzetek 17., Pécs, Pécsi Tudományegyetem, pp. 53-75.
BENE, Krisztián (2012), « Tévhitek és valóság – A francia kollaboráns
pártok tevékenységének mérlege, 1940-1945 » in P. Strausz, P. K.
Zachar (dir.), Történelmi emlékezet és identitás, Budapest, Heraldika, pp.
192-208.
BENE, Krisztián (2013), « A gazdasági válság és a katolikus rendpártiság
Franciaországban » in P. K. Zachar (dir.), Gazdaság, társadalom,
hivatásrendiség 20. századi Európában, Budapest, L’Harmattan, pp. 73-90.
BURRIN, Philippe (2000), « Le collaborationnisme », in J-P. Azéma, F.
Bédarida (dir.), La France des années noires. De la défaite à Vichy, Paris,
Seuil, pp. 385-405.
BURRIN, Philippe (2000), « La guerre franco-française : vers
Sigmaringen », in J-P. Azéma, F. Bédarida (dir.), La France des années
noires. De l’Occupation à la Libération, Paris, Seuil, pp. 41-56.

65
Anna Merczel

La participation des troupes coloniales françaises


dans la Première Guerre mondiale
Introduction
Dans la présente étude, on essaye de donner une image complexe sur
l’évolution de la relation entre la France et ses colonies. On examine les
premiers pas de la colonisation française et la formation des troupes
militaires issues des colonies pour pouvoir présenter ensuite les théâtres
d’opérations et les batailles importantes du point de vue de ces unités
spéciales.
Mon objectif principal est la présentation des troupes coloniales et de
leurs activités pendant la Première Guerre mondiale, ainsi que de donner
une introduction à l’histoire militaire française par le biais de ce parcours
peu ordinaire à l’occasion du centenaire de la Grande Guerre.

Histoire de la colonisation française1


La France métropolitaine et les colonies françaises ont une relation
militaire particulière. Pour mieux comprendre l’origine de cette relation, il
faut faire un petit parcours dans l’histoire des colonies.
L’expression « colonialisme » a premièrement été mentionnée dans le
dictionnaire Larousse en 1931, mais ce terme est apparu bien avant en
1895 dans la langue française. C’est à l’année de l’Exposition
Coloniale Internationale que Larousse donne le terme : « sous lequel les
socialistes désignent, en la condamnant, l’expansion coloniale, qu’ils considèrent comme
une forme d’impérialisme issue du mécanisme capitaliste » 2 . De nos jours, cette
définition est formulée un peu différemment par Larousse : « Système qui
préconise l’établissement et le développement de pays dépendants considérés comme
sources de richesse et de puissance pour la nation colonisatrice » 3 . En voyant ces
deux explications, nous pouvons facilement sentir les 82 ans qui séparent
ces deux successions d’idées, et la tournure d’esprit des gens et des nations
en relation avec la politique et la société.
Au début du XVIe siècle, Le Havre est né grâce à l’union de Dieppe et
de Rouen. Le Havre devenait le centre des commerçants et des armateurs,
comme par exemple Giovanni da Verrazzano qui part avec ses navires
pour le compte du roi vers l’Amérique du Nord. En 1534, Jacques Cartier
a fondé la première colonie américaine au bord du golfe du Saint-Laurent,

1 Cf. Szemjonov.
2 Bancel, Blanchard, Vergès 2007 : 4.
3 URL : www.larousse.fr/encyclopedie/divers/colonialisme/35273.

67
mais l’acclimatation des colons a échoué. Au milieu du XVIe siècle, l’idée
de la vraie colonisation se représentait avec la fondation d’une colonie
française dans la baie de Rio de Janeiro pour les Huguenots, qui était la
première colonie européenne d’outre-mer. À la fin de ce siècle, comme
Xavier Yanoco mentionne dans son œuvre, « le Canada revient au premier
plan avec Henri IV »4.
Le XVIIe siècle a apporté beaucoup de changements dans le domaine
de la politique coloniale. Marc Lescarbot a déjà rédigé la politique
coloniale de la France du XXe siècle. Il a formulé qu’il faut peupler les
colonies avec de familles nombreuses et honnêtes. Deuxièmement, il faut
mettre plus d’accent sur les colonies d’outre-mer pour affranchir des
impôts de la France. En plus, la commercialisation des produits sur les
territoires coloniaux serait utile pour assurer la survie de l’industrie
française. Avec le soutien de Marie de Médicis, Richelieu a créé un
programme impérialiste dont les idées majeures sont les suivantes : la
politique de force, l’émergence sur la mer, la commercialisation et les
colonies. Les bases de ce programme sont la population, un fonds de
capital sûr et les données géographiques convenables du pays. Pendant les
premières années du XVIIe siècle, les Français ont peuplé le Canada, ils
ont mis le siège de 12 ans devant le Maroc, ils ont reçu le privilège
commercial en Algérie et en Tunisie, ils ont commencé à construire les
colonies au Sénégal et à Madagascar, et en 1612, ils ont fait les premiers
pas vers la Guyane et ils ont fondé la ville de Saint Louis.
En 1613, avec l’intention des Anglais de gagner des territoires et de
faire la colonisation, la lutte pour les colonies canadiennes a débuté. Dès
lors, la rivalité entre ces deux grandes puissances s’est fait sentir, et cela a
duré tout au long de la colonisation. En 1625, la France a conquis l’île de
Saint-Christophe qui était riche en tabac, en épices et en café. Après une
dizaine d’années, la Martinique et la Guadeloupe ont aussi partagé le sort
de Saint-Christophe. En 1674, le Canada et les Antilles sont devenus les
domaines royaux des Français. La même année, la colonisation de
Madagascar a échoué, mais à quelques endroits en Inde, les comptoirs ont
commencé à s’émerger, comme par exemple à Surate, à Chandannagar et à
Pondichéry.
En 1715, la métropolitaine a occupé l’île Maurice, autrefois appelée île
de France, et elle l’a insérée dans la route commerciale. L’opposition
franco-britannique a été manifestée pendant la deuxième moitié du siècle
par la lutte pour les colonies canadiennes et indiennes. La guerre de Sept
Ans a porté un grand coup à la colonisation française puisque la France a
perdu certaines grandes colonies canadiennes comme la Louisiane, le
Québec, Louisbourg, la Guadeloupe, Montréal, la Martinique et toutes ses

4 Yanoco 1969 : 9.

68
colonies indiennes. Avec le Traité de Paris de 1763, la guerre de Sept Ans
a pris fin, et en même temps le Premier empire colonial est tombé en
ruines. Sous l’influence de la Révolution française de 1789,
l’affranchissement des esclaves noires a entamé à Saint-Domingue (Haïti).
Au XIXe siècle, la mentalité des Français face à la colonisation a
changé grâce aux plans ambitieux de Napoléon. Entre autres, il a essayé de
conquérir l’Égypte et de restituer l’esclavage des Noirs à Saint-Domingue,
mais ses projets ont échoué. Napoléon a vendu la Louisiane aux États-
Unis en 1803. Les deux traités de Paris (1814-15) ont rendu à peu près la
moitié des colonies françaises à la métropole. L’occupation d’Alger, en
1830, a apporté un grand succès à la France, mais la saisie d’Algérie s’est
fait encore attendre. Mais pas pour longtemps, car la nouvelle
Constitution française, préparée grâce à la deuxième révolution en 1848, a
déclaré l’Algérie comme une partie intégrante du territoire français.
En 1858, la France a témoigné un grand intérêt pour la Cochinchine
ou autrement dit pour l’Indochine. Mais l’année précédente, elle a reçu le
droit d’établir un réseau des téléscripteurs en Tunisie, qui l’a aidé dans la
saisie de Tunis en 1881. Grâce à la conférence de Berlin sur la division de
l’Afrique, en 1884 une colonisation rapide a débuté en Afrique noire
parmi les puissances européennes. À la fin du siècle, Madagascar est
devenu une colonie française.
Au début du XXe siècle, l’Entente cordiale s’est formée entre la
France et l’Angleterre en 1904, et dans la même année, les annexions
commençaient en Indochine. En 1912, le Maroc est placé sous le
protectorat français.

Naissance et l’histoire des troupes coloniales


La colonisation doit posséder plusieurs piliers fondamentaux pour qu’elle
devienne efficace, les ressources humaines et financières, l’expérience
professionnelle et la force armée bien équipée. Grâce aux conquêtes dans
le monde entier et aux expériences, la France avait certainement ce dernier
pilier. Jusqu’aux années 1830, les soldats coloniaux n’ont jamais participé
aux batailles menées pour les intérêts français, mais avec la monarchie de
Juillet de 1830 et le débarquement en Algérie, cette tendance a changé5.
Dès cette année, l’armée métropolitaine a été complétée et remplacée
dans des affaires coloniales par l’Armée d’Afrique et les Troupes de
Marine, qui avaient pris de l’importance dès la fin du XIXe siècle jusqu’au
milieu du XXe siècle. Ces forces armées ont été composées par plusieurs
différents corps, des européens aux indigènes. L’Armée d’Afrique, qui
était en garnison en Afrique du Nord, comprenait les corps européens –
les zouaves, l’infanterie légère d’Afrique, les chasseurs d’Afrique, la Légion

5 Clayton 1994 : 21.

69
étrangère – et les corps nord-africains à majorité indigène comme les
tirailleurs algériens, tunisiens et marocains, les spahis, les compagnies
sahariennes, les goumiers et les unités d’artillerie, de génie, et de
logistiques. Les Troupes de Marine, appelées la Coloniale ou la Coloniale
blanche entre 1900 et 1958, servant dans le reste de l’Empire avec une
contribution en A.F.N., regroupaient deux unités selon leur composition,
l’une était l’Infanterie et l’Artillerie coloniales en majorité d’engagés
métropolitains, et l’autre était les tirailleurs indigènes, comme les tirailleurs
sénégalais, malgaches et indochinois, provenant des colonies ayant le
statut de sujet français. La Coloniale a été organisée à l’origine pour
défendre les ports et les possessions d’outre-mer autres que l’Afrique du
Nord, mais alors elle a été utilisée en France et au Maghreb6.
Comme Emmanuel Blanchard, maître de conférences au département
de science politique de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-
Yvelines, a indiqué dans son article publié dans Plein Droit en 2003 «
l’utilisation première de ces troupes fut donc bien de mener la politique de conquête et de
pacification de nouvelles régions destinées à intégrer l’empire colonial français » 7 .
L’autre motif pour créer des corps indigènes était l’effet de la maladie sur
les soldats français, comme la malaria, la dysenterie, la typhoïde et le
choléra8.
Grâce à la naissance de la IIIe République, la composition des
bataillons s’élargissait avec les tirailleurs annamites, tonkinois et
malgaches, ainsi que des chasseurs algériens, des spahis marocains, de
goumiers et de méharistes sahariens9.

Leur activité militaire pendant la Première Guerre mondiale


« En août 1914, lorsque la France est entrée en guerre, le haut-commandement
français a multiplié les appels à l'engagement dans tout l'Empire, en particulier en
Afrique occidentale française. Il a été relayé par Blaise DIAGNE, […], qui a
appelé « les populations africaines au loyalisme patriotique, au rassemblement sous les
plis du drapeau de la " Mère Patrie " »10. Comme le général Charles Mangin a
présenté dans son livre La Force noire, les troupes fonctionnaient comme «
une réserve inépuisable de chair à canon susceptible de compenser la faiblesse de la
population métropolitaine en cas de conflit avec l'Allemagne »11. En général, à cause
de leurs qualités guerrières, les forces coloniales participaient aux combats

6 Ibid., 379.
7 Blanchard 2003 : 3.
8 Clayton 1994 : 79.
9 « 1830 à 1962, La France et ses soldats des colonies » ,

URL : http://www.herodote.net/1830_a_1962-synthese-43.php.
10 « L’engagement des troupes noires dans les deux guerres mondiales » ,

URL : http://www.cndp.fr/crdp-reims/index.php?id=1954.
11 « 1830 à 1962, La France et ses soldats des colonies » , op.cit.

70
plus durs sur le front de la France, engagées de manière autonome ou
dans le cadre de l’armée métropolitaine12.
Plusieurs statistiques existent en ce qui concerne l’ampleur des forces
africaines, mais il est difficile à dire le nombre exact des soldats indigènes à
cause de la structure mixte des unités, qui contenaient aussi des européens.
Selon Pascal Blanchard et Sandrine Lemaire « Sur 8 millions de soldats
mobilisés (dont 1,4 million tués ou disparus), la mobilisation des troupes coloniales
aura concerné : 175.000 Algériens (dont 35.000 tués ou disparus), 40.000
Marocains (dont 12.000 tués ou disparus), 80.000 Tunisiens (dont 21.000 tués ou
disparus), 180.000 Africains noirs (dont 25.000 tués ou disparus), 41.000
Malgaches (dont 2.500 tués ou disparus), 49.000 Indochinois (dont 1.600 tués ou
disparus), donc Total : 565.000 (dont 97.100 tués ou disparus) » 13 . Non
seulement les soldats ont été apportés à la métropolitaine pendant la
Grande Guerre, mais encore environ 200 000 travailleurs coloniaux (dont
plus de 50 000 Indochinois) étaient arrivés aux usines français pour
assurer leur fonctionnement. Comme les sources vérifient « Lors de la
bataille des Dardanelles, les tirailleurs sénégalais représentaient, à eux seuls, la moitié
des effectifs engagés » 14 . Ainsi, on peut confirmer qu’à peu près 800 000
hommes ont été incorporés, mais les soldats coloniaux représentaient
moins de 5% de l’ensemble des corps militaires dans les combats15.

Les troupes coloniales en Afrique


Les troupes coloniales ont été utilisées sur des théâtres d’opérations
différents. Sur le front africain, certains conflits se déroulent entre les
Alliés (France, Grande Bretagne et Belge) et les Allemands pour la
domination des territoires coloniaux (Togo, Cameroun), tandis que
d’autres sont liés aux populations locales et menaçaient les intérêts
français tout au long de la Première Guerre mondiale (Maroc, Sahara)16.
En 1885, Bismarck a acquis un territoire significatif de 86.000 km2
entre le Ghana et le Bénin, lequel il a nommé Togoland. Ceci devient un
point stratégique en raison de l’élaboration d’une station
radiotélégraphique permettant la communication directe avec Berlin 17 .
« Lorsque la Première Guerre mondiale commence en Europe, la situation militaire des
différentes colonies allemandes est conforme aux craintes exprimées. En Afrique, les
Alliés ont refusé la neutralisation des territoires coloniaux, comme pouvait le prévoir
l’acte final du congrès de Berlin de 1885, et ont engagé les opérations contre le Togo dès

12 Clayton 1994 : 126.


13 « 1830 à 1962, La France et ses soldats des colonies » , op.cit.
14 Blanchard 2003 : 5.
15 Ibidem.
16 Bene 2009 : 80.
17 Lagneau 2014.

71
le 6 août puis contre le Cameroun le 23 » 18 . Donc, environ 1 500 soldats
allemands se sont trouvés opposés à 4 500 soldats français et
britanniques19, il en découle que les forces françaises et britanniques ont
eu besoin uniquement de vingt jours pour la saisie de cette colonie
allemande.
Au-delà du Togo, les troupes alliées avaient un autre objectif
significatif sur le continent africain. Au début de la Première Guerre
mondiale, le Cameroun actuel et la partie de l’est du Nigéria ont été
nommés le Kamerun et ont été défendus par une garnison allemande
composée par 1 000 soldats allemands et 3 000 soldats africains. A cause
de cette force puissante allemande, la campagne du Cameroun a duré bien
plus de temps que celle de Togo. « L’effort principale est confié aux corps
expéditionnaire combiné franco-britannique qui débarque sur la côte et obtient la
reddition de Douala le 27 septembre 1914. Les Allemands, cependant, se replient à
l’intérieur des terres et mènent une campagne défensive efficace, nécessitant l’envoi de
renforts alliés. Fin septembre 1915, les forces françaises s’élèvent à plus de 3000
hommes après l’arrivée de nouvelles unités sénégalaises, tandis que les éléments partis du
Moyen-Congo ont été renforcés par deux compagnies belges. Malgré la perte de Yaoundé
en janvier 1916, les Allemands sont capables de faire traîner les opérations jusqu’en
avril, mais l’effort fournie par les Français a permis d’atteindre un des buts qu’ils
étaient fixés : leur victoire assure à la France l’entière domination sur l’ensemble du
Togo et du Cameroun. Le prix de cette victoire est payé principalement par les 60 000
porteurs recrutés de force pour les deux campagnes et qui ont souffert terriblement de
malnutrition, d’épuisement et de maladie »20.
Ainsi, en concluant les études présentées au-dessus, nous pouvons
affirmer sans aucun doute que l’expansion de la France vers les colonies
allemandes et leur prise étaient effectivement rapide en dépit de la
connaissance des circonstances belliqueuses. En ce qui concerne le partage
de ces territoires, les bénéficiaires étaient la France, l’Angleterre et la
Belgique. « Les frontières sont validées en 1919 par la déclaration de Londres, puis
confirmées par la Société des Nations (SDN) en 1922 »21.
Au moment du commencement de la guerre, la France avait besoin de
plus en plus de forces militaires sur les fronts européens. C’est pourquoi,
le gouvernement français a obligé le résident Lyautey d’envoyer les soldats
stationnés au Maroc à l’Hexagone22. Sur le continent africain, il y avait en
garnison quarante bataillons dont trente-deux étaient envoyés, ainsi six
bataillons sont restés au Maroc et deux en Algérie23. Mais en même temps,

18 Porte 2013 : 41.


19 Lagneau 2014.
20 Clayton 1994 : 128-129.
21 Lagneau 2014.
22 Flandrin 2014.
23 Clayton 1994 : 305.

72
Lyautey savait bien qu’il doit tenir les territoires du Maroc qui sont loin
d’être pacifiées24.
Mais les années de guerre ne pouvaient pas se passer sans drame. En
1915, dans la région de Taza, le fils d’Abd el-Kader, Abd el-Malek a
engagé un soulèvement soutenu par les forces allemandes 25 . « Le
soulèvement dure quatre ans et n’est réprimé qu’avec difficulté, les compagnies de la
Légion y jouant un rôle décisif. Un deuxième soulèvement important, dirigé par El
Hiba, affecte en 1916 la totalité du Sud depuis l’oued Moun jusqu’au Tafilalet »26.
Ce deuxième soulèvement a aussi duré jusqu’à la fin de la guerre, 1918, et
a été arrêté par le général Poeymireau. En ce qui concerne la composition
de l’armée stationnée au Maroc, les forces d’origine ont été complétées par
« les bataillons de tirailleurs sénégalais nouvellement formés, les bataillons de vieille
Coloniale blanche et de réservistes métropolitains, les unités recrutées dans les
communautés européennes ou non musulmanes de Maroc, les uns portant l’uniforme de
la Légion, les autres des zouaves…Les plus utiles de tous, cependant, sont les quatre
bataillons de tirailleurs marocains complétés de deux bataillons d’instruction, et les
goums recrutés localement en nombre croissant »27.
Quant au Sahara, la population autochtone, donc les Senousis, a
commencé une suite d’offensives contre les postes militaires du Sud
tunisien, les positions françaises à Djanet et à Fort-Polignac, et les
positions britanniques en Égypte et au Soudan. Le raid des Senousis a été
facilité par le repli des troupes italiennes en 1915 après l'abandon de l'oasis
de Mourzouk 28 . Grâce à l’intervention rapide de Lyautey, on pouvait
repousser les autochtones vers le Fezzan libyen, et après quelques revers,
la France pouvait facilement maintenir son autorité29.

Les troupes coloniales sur le front occidental


Durant la Première Guerre mondiale, à côté du théâtre d’opérations de
l’Afrique, il y en avait deux autres sur le continent européen. En Afrique,
les forces militaires disponibles étaient capables de repousser les attaques
allemandes et autochtones, mais elles ne pouvaient pas s’étendre pendant
la Grande Guerre, donc leur performance ne peut pas être qualifiée
d’efficace. En revanche, la mission des troupes coloniales dans les batailles
du front de l’Ouest était vraiment réussie, toutes leurs formations ont été
augmentées numériquement, et la plupart d’entre eux gagnaient une

24 Flandrin 2014.
25 Jolly 2008.
26 Clayton 1994 : 130.
27 Ibid.,130.
28 Jolly 2008.
29 Clayton 1994 : 132.

73
réputation de longue durée, comme par exemple les tirailleurs sénégalais et
marocains30.
La première bataille appréciable coïncide exactement avec le début de
la Première Guerre mondiale, donc en automne 1914 et aboutit à l’échec
du plan militaire des Allemands, selon lequel ils voulaient « vaincre la France
en six semaines, de façon à reporter tout l’effort de guerre contre la Russie » 31 . Les
antécédents de la bataille de la Marne remontent à août 1914, quand les
forces allemandes ont envahi en Belgique et ont commencé une attaque
générale contre les Alliées sur le front de l’Ouest 32 . Il faut absolument
mentionner que le général allemand Moltke, a surestimé les rapports
donnés par ses lieutenants sur les affrontements passant sur les frontières,
et c’est pourquoi il a donné des consignes pour une grande poursuite33. Au
soir du 4 septembre, Joffre donne l’ordre d’un demi-tour offensif pour le
6 septembre. Le jour suivant, l’armée de Maunoury et celle de Gallieni
attaquent sur le flanc droit l’armée de Von Kluck et « du 6 au 13 septembre,
l'offensive alliée se développe sur tout le front, de l'Ourcq à Verdun » 34.
En ce qui concerne les forces coloniales dans la bataille de la Marne,
au début d’août 1914, « une Brigade Marocaine sous les ordres du Général Ditte et
composée de deux Régiments de Chasseurs Indigènes à pied, est envoyée en France »,
laquelle « est affectée à la VIe Armée et s'engage dans les combats de Penchard-
Monthyon jusqu'au 17 septembre inclus »35.
Après la défaite allemande de Marne, une situation d’impasse s’est
formée des deux côtés du front. Ils sont restés immobiles et ni l’un ni
l’autre ne pouvaient réaliser une percée, ils sont donc entrés dans une
guerre de positions. Les Allemands pensaient que la défense française
pourrait se briser en cas d’une immense perte, c’est pourquoi le chef
d'état-major allemand, Erich Von Falkenhayn, a projeté « de saigner l'armée
française par des bombardements intensifs » 36 dans la région de Verdun lors
d’une opération entamée en février 191637.

30 Bene 2013 : 67.


31 « Centenaire de la première bataille de la Marne (6 au 12 septembre 1914) »,
URL : http://www.france.fr/paris-et-ses-alentours/centenaire-de-la-premiere-bataille-de-
la-marne-6-au-12-septembre-1914.html, consulté le 23 janvier 2015.
32 Szűcs 2013.
33 Julier 1933.
34 « Bataille de la Marne » ,

URL : http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Bataille_de_la_Marne/131996.
35 « La Brigade marocaine et la bataille de la Marne » ,

URL : http://archives.seine-et-marne.fr/la-brigade-marocaine-et-la-bataille-de-la-marne.
36 « 21 février 1916 L’enfer de Verdun » ,

URL : http://www.herodote.net/21_fevrier_1916-evenement-19160221.php.
37 « La bataille de Verdun, La plus terrible bataille que l’humanité ait connue » ,

URL :http://www.verdun.fr/Terre-d-Histoire/Verdun-et-la-Grande-Guerre/La-Bataille-
de-Verdun.

74
C’était la première fois qu’un lance-flammes a été utilisé par les
soldats allemands pour le nettoyage des tranchées françaises. Les
Allemands ont avancé irrésistiblement et après quelques jours, ils ont pris
le Bois des Caures et le fort de Douaumont. Pour les Français, cet
événement était le point tournant, et le commandant de la IIe Armée,
Philippe Pétain, a commencé à organiser la riposte et « l'arrivée des renforts
par la Voie sacrée (la route Bar-le-Duc – Verdun) » 38 . Ce fut également le
moment du lancement de l’offensive britannique au long de la Somme,
simultanément à la contre-offensive des Français39.
« La première journée de la bataille de la Somme fut catastrophique pour l’Armée
britannique et un choc pour tous les Alliés. Malgré les gains limités des Alliés, les forces
allemandes avaient aussi horriblement souffert. Les Britanniques poursuivirent les
attaques pendant des mois, jusqu’en automne. Quand la bataille prit fin, chaque camp
avait subi plus de 600 000 pertes »40.
Et donc nous sommes arrivés à la dernière bataille du front occidental
qui a causé des immenses pertes pour les soldats coloniaux. Au Chemin
des Dames, selon les chiffres fournis par Mangin, « il y eut 7 415 Noirs mis
hors de combat au cours de ces terribles journées. Si l’on estime que 16 000 à 16 500
Sénégalais furent engagés le 16 avril, leurs pertes auraient atteint 44 à 45 % de cet
effectif, …, elles représentaient le tiers des pertes de la 6e Armée tout entière… » 41 .
C’était l’une des offensives du commandant Nivelle, qui a remplacé Joffre
en décembre 1916. La guerre durait déjà depuis trois ans, et les dirigeants
politiques voulaient déjà recevoir des résultats positifs et une conclusion
décisive, donc Nivelle leur a promis une rupture cruciale. La bataille a
durée du 16 avril 1917 au 24 octobre 1917, mais déjà dans les premiers
jours, les pertes, l’humiliation et la désillusion ont été immenses. Le
constat de la chute permanente était le 8 mai, et déjà le 15, le général
Pétain a relayé Nivelle42.
En ce qui concerne la présence et les pertes coloniales, le Régiment de
marche de la Légion étrangère a subit 66 % des pertes totales dans la
région de Reims et à la fin de la guerre, leur indice était le suivant : « 139
officiers, 349 sous-officiers et 3 626 légionnaires tués ou disparus »43. Les guerres sur
le front occidental ont réclamé presque 1 400 tirailleurs marocains, appelés

38 « Bataille de Verdun (février-décembre 1916) »,


URL:http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/bataille_de_Verdun/148592.
39 « 21 février 1916 L’enfer de Verdun » ,op.cit.
40 « La Somme » , URL :

http://www.museedelaguerre.ca/premiereguerremondiale/histoire/
batailles-et-combats/batailles-terrestres/la-somme.
41 Michel 2003 : 101
42 « 16 avril 1917, L’offensive du Chemin des Dames et les mutineries »,

URL : http://www.herodote.net/16_avril_1917-evenement-19170416.php.
43 Clayton 1994 : 284-285.

75
« les hirondelles de la mort » par les Allemands 44 . Pour les tirailleurs
sénégalais, l’offensive sur le Chemin des Dames a abouti à une déperdition
lourde, plus exactement « 6 300 hommes sur les 25 000 engagés »45. Et enfin, il
faut aussi mentionner les pertes du bataillon somalien, qui a été engagé
dans le cadre du Régiment d’infanterie chars de marine, et qui a perdu au
total 1 600 hommes sur 2 000, d’entre lesquels 400 tirailleurs ont été tués
et 1 200 blessés46.

Les troupes coloniales sur le front oriental


En même temps, il a existé un troisième théâtre d’opérations qui était
militairement moins significative pour les Français, mais il les a touchés
autrement, car le noyau de l’armée engagée sur ce front était constitué par
des troupes coloniales 47 . Cette armée a été nommée l’Armée française
d’Orient (AFO).
Il faut mentionner la duplicité de terminologie « le front d’Orient »
qui peut être expliqué par la diversité géographique et par l’orientation
militaire diverse des deux pays. Pour les Hongrois, le front d’Orient
signifie des campagnes engagées entre les Empires centraux et la Russie,
tandis que pour les Français, il s’agit plutôt des batailles menées sur le
front des Balkans, impliquant la Serbie, l’Albanie, la Bulgarie et la Grèce48,
et aussi celles menées en Hongrie et dans la Crimée avec une présence
française moins appréciable.
Concernant les chiffres : « Le bilan humain de l’armée d’Orient est
catastrophique. Outre 70 000 tués, disparus ou décédés de maladies, il faut ajouter
44 500 blessés, 283 500 malades, dont 90 000 de maladies contagieuses »49.
Nous pouvonsaisément affirmer que l’histoire du front d’Orient et de
l’armée d’Orient est un point d’obscur pour la société française. Dans la
plupart des cas, le conflit s’y déroulant est mentionné comme la poudrière
des Balkans, quand même les historiens font « presque totalement l'impasse sur
les évènements entre 1915 et 1919 » 50.
C’était Winston Churchill qui a avancé un plan d’attaque contre
l’Empire ottoman par le détroit des Dardanelles dans l’intention de
ravitailler la Russie par la mer Noire, doccuper Constantinople, la Turquie
étant l’allié de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie, et d’assurer le
contrôle de la Méditerranée. Les forces franco-britanniques ont

44 Ibid., 323.
45 Ibid., 416.
46 Ibid., 423.
47 Bene 2009 : 80.
48 « Le Front d’Orient » , URL :http://centenaire.org/fr/dans-le-monde/europe/

macedoine-arym/une-brochure-consacre-au-front-dorient.
49 Cochet 2010 : 103.
50 Schaeffer 2014 : 2.

76
commencé à prendre des mesures au début de 1915. Nous devons
constater le fait que les forces alliées ne connaissaient pas le système
défensif des Turcs, et tandis qu’au tout début, ils ont planifié une
opération exclusivement maritime, ils ont finalement ordonné le
débarquement sur la presqu’île de Gallipoli le 25 avril 1915. Les troupes
alliées se sont retrouvées face tout de suite après le débarquement aux
ennemis turcs commandés par le général allemand Liman Von Sanders, et
ont souffert d’énormes pertes. Enfin, en octobre 1915, les Alliés ont dû
sauver les survivants, environ 100 000 hommes et les réembarquer51.
Les forces françaises52 engagées aux Dardanelles et à Gallipoli53 ont
été appelées Corps expéditionnaire d'Orient (CEO) et après octobre 1915
jusqu’à janvier 1916 Corps expéditionnaire des Dardanelles (CED). « Á partir du
11 août 1916, les forces françaises de l’Armée d'Orient (AO) constituent l'Armée
française d'Orient (AFO), qui est sous les ordres du Commandement des Armées
alliées en Orient (CAA) »54.
Après le réembarquement et l’échec tragique du CEO à Gallipoli, les
corps expéditionnaires ont pris la direction vers la Grèce qui était en ce
temps-là un pays neutre. Le CEO devenu l’Armée d’Orient, est composé
par l’AFO, des troupes serbes, britanniques, italiennes, grecques,
albanaises, portugaises et russes 55 . La cause de ce regroupement
géographique militaire a été l’entrée en guerre de la Bulgarie, à la suite de
quoi les puissances centrales complétées avec la Bulgarie ont commencé
une offensive successive contre la Serbie56. Les territoires de la Macédoine
serbe ont été soumis et occupés par les forces bulgares, tandis que les
restes de l’armée serbe ont commencé à se reconstruire par l’aide de
l’Entente. Simultanément, Salonique est devenue un camp militaire
retranché, ou l’Armée d’Orient pouvait se fortifier et se regrouper, mais la
menace des puissances centrales était continue57. « En août 1916, les troupes
de l’Alliance passent à l’offensive dans la plaine de Monastir. Elles avancent en
territoire grec, bousculant les troupes de l’Entente, qui parviennent, après quelques
semaines, à contenir l’avancée des puissances centrales. De septembre à novembre 1916,
les forces de l’Entente réussissent, au prix de lourdes pertes, à prendre l’avantage et à
pénétrer en Macédoine serbe, ainsi qu’en Albanie » 58 . Vers la fin novembre, la
ville de Monastir a été vidée par les puissances centrales et puis réoccupée

51 Achalme 2010.
52 Qui comportent également un nombre d’éléments bretons malgré leur sentiments
séparatistes traditionnels. Bene 2012 : 26.
53 Bene 2009, 8-9.
54 Schaeffer 2014, 7.
55 Achalme 2010.
56 « Le Front d’Orient » ,op.cit.
57 Achalme 2010.
58 « Le Front d’Orient » , op.cit.

77
par celles de l’Entente. Dès ce moment-là, la ligne du front s’étendait au
nord de la ville, mais jusqu’à la fin de la guerre, les attaques occasionnelles
de la Triple-Alliance n’ont pas évité Monastir59.
Après les événements de l’année 1916, il faudra attendre vingt-quatre
mois pour l’évolution et la percée du front. Au cours de 1917, le général
Sarrail, commandant de l’AFO, a été remplacé par le général Adolphe
Guillaumat, qui « s’est ingénié à remonter le moral des troupes, à les entretenir et
surtout à les soigner. Le général contribue aussi fortement à l’implantation d’un état-
major interallié, suffisamment solide et intelligent pour ne froisser aucun des pays
contributeurs, tout en permettant des décisions rapides et efficaces. De plus, les Grecs
finissent par s’engager dans le conflit aux côtés des Alliés »60.
Á la fin de l’été 1918, l’Entente a lancé une offensive élaborée par le
général Guillaumat, mais accomplie finalement par le général Louis
Franchet d’Espérey. Le 15 septembre 1918, la reconquête de Balkans a
commencé. Les soldats anglais et italiens ont entamé l’offensive en
direction de la Bulgarie à l’Est, tandis qu’au centre, les forces françaises et
serbes ont percé le front en deux semaines en remontant vers Skopje61.
Grâce à cette victoire, les troupes de l’Alliance se sont retirés vers le nord.
Après la signature de l’armistice au 29 septembre 1918, les combats ont
pris fin et au 1er novembre, Belgrade a été libérée62.
En ce qui concerne l’achèvement de la carrière de l’AO, après
l’armistice « la percée sur le Danube amènera les soldats français jusqu’à Budapest,
Sofia, Bucarest…Á la fin de 1918, on expédia ces courageux en Roumanie pour tenir
le front au sud de la Russie contre les Bolcheviks…L’aventure des poilus d’Orient
s’achèvera en mars 1919 sur les quais blafards d’Odessa »63.

Conclusion
Après ce parcours historique de grande envergure, nous pouvons
facilement admettre que le succès de la France dans la Première Guerre
mondiale dépendait considérablement de l’endurance, de la confiance et
des bonnes aptitudes militaires des soldats coloniaux. Il faut aussi voir que
la France devait toujours lancer des recrutements sur le territoire colonial
en cas de l’urgence, car ses sources militaires nationales n’étaient pas
suffisantes.
On peut constater que les soldats coloniaux ont été exploités par
l’Hexagone, en plus, ils n’étaient jamais vraiment acceptés par le peuple

59 Fabien Schaeffer, op.cit., 26.02.2015.


60 Achalme 2010.
61 Schaeffer 2014, 9.
62 « Le Front d’Orient » , op.cit.
63 « L’Armée d’Orient et la Macédoine de Salonique à Skopje en passant par Bitola », URL :

http://crbn-mk.courriers.info/IMG/pdf/_Orient_et_campagne_Macedoine.pdf.

78
français ni pendant la guerre, ni après, bien que la France puisse remercier
sa survie, au moins partiellement, à ses colonies.

Bibliographie
Ouvrages
CLAYTON, Anthony (1994) Histoire de l’armée française en Afrique 1830-
1962, Paris, Édition Albin Michel.
MICHEL, Marc (2003) Les Africains et la grande guerre : l'appel à
l'Afrique, 1914-1918, Paris, Karthala.
SZEMJONOV, Juri (sans date) A francia gyarmatbirodalom tündöklése és
nyomora, Budapest, Athenaeum.
YANOCO, Xavier (1969) Histoire de la colonisation française, Paris, Presses
Universitaires de France.

Articles
BENE, Krisztián, LAURENT, Daniel (2012) « L'unité bretonne de la SS :
le Bezen Perrot », Histomag’44, nº 75, pp. 26-28.
BENE, Krisztián (2013) « Les troupes coloniales françaises dans la
Grande Guerre », Humanitas, nº 2, pp. 63-76.
BLANCHARD, Emmanuel (2003) « Les tirailleurs, bras armé de la France
coloniale », Plein Droit, nº 56, pp. 3-6.
COCHET, François (2010) « L’armée d’Orient, des expériences
combattantes loin de Verdun », Cahiers de la Méditerranée, nº 81, pp. 91-103.
PORTE, Rémy (2013) « La défense des colonies allemandes avant 1914
entre mythe et réalités », Revue historique des armées, nº 271, pp. 33-41.
SCHAEFFER, Fabien (2014) « De la Bretagne et du front d’Orient
pendant la Première Guerre mondiale », En Envor, nº 4, pp. 1-14.

Chapitres d’ouvrages collectifs


BENE, Krisztián (2009) « A francia gyarmati csapatok az I.
világháborúban », in J. Holló (dir.) Mire lehullanak a levelek…: 90 esztendeje ért
véget a Nagy Háború, Budapest, HM Hadtörténeti Intézet és Múzeum, pp.
76-81.
BENE, Krisztián (2009) « Delfinek akcióban. A francia
tengerészgyalogság története kezdetektől napjainkig », in A. Dévényi, V.
Rab, Á. Schwarczwölder (dir.) 6. Országos interdiszciplináris Grastyán
konferencia előadásai, Pécs, Pécsi Tudományegyetem, pp. 6-12.

79
Internet
« 16 avril 1917, L’offensive du Chemin des Dames et les mutineries »,
herodote.net Toutes l’Histoire en un clic, URL :
http://www.herodote.net/16_avril_1917-evenement-19170416.php,
consulté le 9 février 2015.
« 21 février 1916 L’enfer de Verdun », herodote.net Toutes l’Histoire en un clic,
URL : http://www.herodote.net/21_fevrier_1916-evenement-19160221
.php, consulté le 28 janvier 2015.
« 1830 à 1962, La France et ses soldats des colonies » , herodote.net Toutes
l’Histoire en un clic, URL : http://www.herodote.net/1830_a_1962-
synthese-43.php, consulté le 1er mars 2013.
ACHALME, Pierre (2010) « Un poilu d'Orient, d'Asnières-sur-Seine »,
Souvenir Français - Délégation générale des Hauts-de-Seine, URL :
http://www.souvenir-francais-92.org/article-un-poilu-d-orient-pierre-
achalme-d-asnieres-sur-seine-48909946.html, consulté le 21 février 2015.
« Bataille de la Marne », Larousse, Encyclopédie sur Internet, URL :
http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Bataille_de_la_Marne/1319
96, consulté le 23 janvier 2015.
« Bataille de Verdun (février-décembre 1916) », Larousse- Encyclopédie sur
Internet, URL: http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/bataille_de_
Verdun/148592, consulté le 29 janvier 2015.
« Centenaire de la première bataille de la Marne (6 au 12 septembre 1914)
», france.fr, URL : http://www.france.fr/paris-et-ses-alentours/centenaire-
de-la-premiere-bataille-de-la-marne-6-au-12-septembre-1914.html,
consulté le 23 janvier 2015.
FLANDRIN, Antoine (2014) « Le Maroc dans la Grande Guerre », 14-18
Chroniques du Centenaire, Le Monde.fr,
URL : http://lagrandeguerre.blog.lemonde.fr/2014/10/24/le-maroc-
dans-la-grande-guerre/, consulté le 10 janvier 2015.
JOLLY, Jean (2008) « Première guerre mondiale (1914-1918) », L’Afrique
et son environnement européen et asiatique, Atlas historique, URL :
http://www.afrique-atlas.org/index.php?page=show_carte&carte=1914,
consulté le 12 janvier 2015.
JULIER, Ferenc (1933) « A marnei csata », Magyar Szemle Társaság, URL:
http://mek.oszk.hu/02200/02221/html/2_5.html, consulté le 23 janvier
2015.
« L’Armée d’Orient et la Macédoine de Salonique à Skopje en passant par
Bitola », Basse-Normandie Macédoine, Le portail de la coopération entre la Basse-
Normandie et la Macédoine, URL : http://crbn-mk.courriers.info/IMG/pdf
/_ Orient_et_campagne_Macedoine.pdf, consulté le 26 février 2015.
« La bataille de Verdun, La plus terrible bataille que l’humanité ait connue
», Communauté de Communes de Verdun - Ville de Verdun, URL :

80
http://www.verdun.fr/Terre-d-Histoire/Verdun-et-la-Grande-
Guerre/La-Bataille-de-Verdun, consulté le 28 janvier 2015.
« La Brigade marocaine et la bataille de la Marne », archives départementales de
Seine-et-Marne, URL : http://archives.seine-et-marne.fr/la-brigade-
marocaine-et-la-bataille-de-la-marne, consulté le 24 janvier 2015.
LAGNEAU, Laurent (2014) « 26 août 1914 : Français et Britanniques
obtenaient leur première victoire…au Togo », Zone Militaire,
URL : http://www.opex360.com/2014/08/26/26-aout-1914
-francais-britanniques-obtenaient-leur-premiere-victoire-au-togo/,
consulté le 7 janvier 2015.
Larousse, Encyclopédie sur Internet, URL : www.larousse.fr/
encyclopedie/divers/colonialisme/35273, consulté le 7 février 2013.
« La Somme », « Bataille et combats, Batailles terrestres » , musée de la guerre,
URL :
http://www.museedelaguerre.ca/premiereguerremondiale/histoire/bataill
es-et-combats/batailles-terrestres/la-somme/, consulté le 29 janvier 2015.
« Le Front d’Orient », La Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale,
URL : http://centenaire.org/fr/dans-le-monde/europe/macedoine-
arym/une-brochure-consacre-au-front-dorient, consulté le 20 février 2015.
SZUCS, László (2013) « Az első világháború tíz nagy csatája »,
honvedelem.hu, URL: http://www.honvedelem.hu/cikk/38796, consulté le
23 janvier 2015.

81
Linda Németh

En quête de l’identité du perroquet dans la nouvelle


occitane Las Novas del Papaguay d’Arnaut de
Carcassès
Las Novas del Papaguay1 d’Arnaut de Carcassès est une nouvelle occitane du
XIIIe siècle2 , un véritable reflet des éléments de la conception de la
« fin’amor ». Il met en scène un oiseau dont l’éloquence ne manque pas
d’intérêt.
Ce bref récit occitan raconte l’histoire amoureuse éphémère d’une
noble femme mariée et d’un jeune chevalier. Tandis que la belle dame
courtoise, présentée dès le début par des esquisses rapides stéréotypées,
reste anonyme tout au long du récit, le jeune chevalier nommé Antiphanor
reçoit un portrait plus complet par intermédiaire d’un oiseau beau parleur,
d’un perroquet. Notre chevalier envoie cet oiseau-messager à la dame
pour lui déclarer sa passion et lui demande d’être son amante. La requête
amoureuse, l’élément obligatoire des compositions courtoises, se fait par
l’intermédiaire du perroquet. Cet oiseau rusé, à tel point soucieux de
favoriser l’amour et la rencontre des jeunes qu’il sort de son rôle initiale. Il
met le feu au château du mari pour détourner l’attention des gardes,
l’histoire se termine ainsi par un dénouement heureux, par
l’accomplissement amoureux.
Cette novas est attribuée à Arnaut de Carcassès, troubadour de
Carcassonne. L’auteur non seulement révèle son nom à la fin du récit,

1 Ce récit est conservé dans cinq manuscrits dont deux se trouvent à Florence dans la
Biblioteca nazionale centrale, Conventi soppressi, F. IV, 776, f. 11r-12r (J) et dans la
Biblioteca Riccardiana, 2756, f. 72r (π), un troisième à Milano dans la Biblioteca
Ambrosiana, R. 71 sup., f. 127v-128r et 120r-v (G), le quatrième à Modène dans la
Biblioteca Estense Universitaria, α.R.4.4, f. 216r (D) et une seule version française, à Paris
dans la Bibliothèque nationale de France, 22543, f. 143r-v (R). Nous avons utilisé le receuil
intitulé Nouvelles courtoises occitanes et françaises, (Le Livre de Poche, Paris, 1997.) dont les
textes sont édités, traduites et présentées par Suzanne Méjean-Thiolier et Marie-Françoise
Notz-Grob.
2 Ce sont des poèmes narratifs de quelques centaines de vers, composés en couplets

d’octosyllabes. Le mot novas peut être traduit par « nouvelle, conte ou histoire », il est
inutile de les rapprocher avec les nouvelles au sens moderne. C’est un genre littéraire
typiquement médiéval dont la thématique se rattache à l’univers courtois. Selon Michel
Zink, les novas réunissent deux activités : « des nouvelles d’amour et des nouvelles de
l’amour ». « Les novas ne donnent pas directement des nouvelles du monde », ils font écho
des problèmes moraux et historiques de la société, ils font entendre une leçon. En réalité,
les novas occitanes diffèrent sensiblement de la plupart des nouvelles françaises. Elles en
diffèrent par le ton, par les résonances littéraires et souvent même, ou jusqu’à un certain
point, par le contenu. (Source tirée de Zink 2006.)

83
mais il nous communique aussi le motif de sa composition en précisant
ses destinataires.
« Ainsi conta seigneur Arnaud de Carcassès,
qui a composé des requêtes d’amour pour bien des dames
et aussi pour corriger les maris
qui veulent enfermer leur femme. »
(Las Novas del Papaguay, vv. 305- 308.)
Nous avons très peu d’informations sur lui, alors que son nom figure dans
le Dictionnaire historique, ou, Biographie universelle classique (édité en 1826). Il y
est noté que notre troubadour vivait au XIIIe siècle, son nom « n’est connu
que par une nouvelle ou conte singulier, d’une invention bizarre, dont l’abbé Millot
donne la traduction3 ». Cependant, ce dictionnaire met en doute le fait que la
Nouvelle du Perroquet avait été composée par M. de Carcassès : « l’original de
ce conte appartient à un trouvère français dont Arnaud de Carcassès n’a été que le
traducteur en provençal 4».

Vers une nouvelle approche interprétative du motif du perroquet


La figure de l’oiseau-messager offre un terrain d’observation et de
réflexion singulièrement propice pour l’herméneute dans notre novas.
Dépourvu de sa fonction référentielle, le perroquet devient peu à peu un
véritable personnage et occupe la place centrale dans l’intrigue. A partir du
moment où il dépasse son rôle médiateur, adjuvant, il s’investit de
différentes fonctions dans le récit en se métamorphosant plusieurs fois.
Sans doute, un simple animal n’est pas apte à pousser les personnages à
l’action et à assurer de cette façon le dynamisme de la trame du récit. Qui
est-il en réalité ? Malgré le fait que sa présence est discrète dans les
documentations écrites au Moyen Âge, nous tentons d’explorer ses traces
dans les descriptions animalières en s’interrogeant sur le caractère
fondamental de cet oiseau. Ensuite, en éclairant les différentes facettes et
fonctions de l’oiseau dans le récit, nous proposons d’aller à la recherche
des analogies et des équivalences entre l’oiseau et son maître. Pour justifier
notre hypothèse selon laquelle l’oiseau n’est autre que le redoublement de
l’identité du chevalier, il est utile de réfléchir sur quelques aspects
intéressants du motif du double. Pierre Brunel 5 , dans le Dictionnaire des
mythes littéraires, propose les occurrences du motif du double, décrit son
usage littéraire. La reprise de quelques aspects du double, notamment
ceux qui soulèvent le problème de l’identité, prolongera notre
interprétation.

3 Beauvais de Preau, Barbier 1826 : 118.


4 Ibid.
5 Brunel 1988.

84
Le double est défini comme synonyme de l’alter ego qui s’applique à
deux personnages qui « montrent l’un avec l’autre une ressemblance frappante au
point qu’on les confond6 ». Le perroquet est alors un autre Antiphanor, qui,
muni d’ailes, est capable de dépasser les obstacles physiques et peut
facilement approcher la dame. Cet animal anthropomorphique sort très
vite de son rôle de messager et il devient la duplication du chevalier dans
le jardin de la dame où il prend quasiment sa place. L’analogie entre eux
s’établit sur les valeurs morales de la fin’amor : l’oiseau incarne les qualités
courtoises de son maître. Le double fonctionne souvent comme un miroir,
« un modèle de représentation7 ». Nous allons voir à partir des exemples qu’en
dépassant son rôle original, il devient le miroir de l’âme du chevalier, de ce
fait, la source de connaissance de son maître. Petit à petit, l’oiseau sera
interchangeable avec son maître : il le remplace et agit à sa place. Puisque
la dame le traite comme s’il était son soupirant, il n’est pas surprenant que
son identité animale s’efface. (Plus tard, nous allons voir que de nombreux
éléments dans le récit nourrissent clandestinement ce processus
d’anthropomorphisation.) Le double est une notion paradoxale qui
comprend l’identité et l’altérité, met en lumière les ressemblances et en
même temps les ambivalences, il relève de la différence et de la
complémentarité entre les deux figures 8 . Ce faux-double d’Antiphanor
semble être un véritable fin’amant, malgré le fait qu’il est un animal. La
passivité apparente du chevalier sera compensée par le perroquet qui ne
restera plus un personnage auxiliaire, mais plutôt un acteur
complémentaire, son double-actif. Pour cette raison, nous ne pouvons pas
nous empêcher de poser la question suivante : pourrait-il dépasser son
maître de par ses valeurs ?
Bien que notre objectif majeur soit de relever des relations
analogiques entre les deux êtres mentionnés à partir des indices textuels,
un objectif mineur qu’on ne peut pas perdre de vue en découle, lié
également à la figure de l’oiseau : le motif du double dans le traitement du
texte. Nous partons d’une observation très générale : le motif du double
apparaît dans ce récit de deux manières différentes, d’une part, au niveau
de personnages (l’identité du chevalier est dédoublée par son oiseau-
messager), d’autre part, au niveau du discours (des séquences narratives se
répètent par la parole de l’oiseau).

6 Ibid., 492.
7 Pomel 2003 : 24.
8 Brunel, op. cit.

85
Au-delà des significations stéréotypées du perroquet
Bien que notre propos n’est pas pour but d’explorer le degré de
connaissance, selon quoi les gens possédaient cet oiseau au Moyen Âge, il
convient encore de rendre compte de quelques descriptions animalières
pour comprendre les caractéristiques propres à notre oiseau dans notre
nouvelle. Malgré le fait qu’il est absent de la Bible, les documents antiques
sont bavards sur cet oiseau. Aristote, Pline L’Ancien, Apulée, Isidore de
Séville expliquent son nom, son origine, décrivent la couleur du plumage,
le bec, les habitudes alimentaires, l’aptitude à imiter la voix humaine. Dans
la majorité des cas, cet oiseau apparaît par deux attributs récurrents dans
les textes écrits : admiré pour son plumage vert, et valorisé grâce à « la
facilité ... à imiter la voix humaine9». De plus, Aristote raconte de cet animal
« Quand il a bu du vin, il est, si c’est possible, plus dévergondé que jamais » ou Pline
décrit que « Le vin lui délie la langue ». Dans les bestiaires médiévaux, on en
trouve très peu d’informations, c’est Brunet Latin qui en parle plus
abondamment dans la cinquième partie du premier livre du Livre du
Trésor10 :
« Le perroquet est un oiseau vert, mais son bec et ses pattes sont
rouges comme sang, et il possède une langue plus grande et plus
large que celle de tout autre oiseau. Celle qui lui permet d’articuler
des mots à la façon d’un homme, si on le lui apprend dans son
jeune âge, au cours de la seconde année de sa vie, au-delà de cet
âge, il devient difficile à dresser et oublieux de sorte qu’il est
incapable d’apprendre ce qu’on lui montre. Et on doit le dresser à
l’aide d’une petite verge de fer. Et les indiens disent que cet oiseau
ne naît nulle part ailleurs qu’en Inde, et que de sa propre nature il
sait saluer selon l’usage de ce pays. Ceux qui ont cinq doigts sont
les plus nobles, et ceux qui n’en ont que trois sont d’une race
médiocre. Et toute la force du perroquet est dans son bec et dans
sa tête et c’est là qu’il essaie le plus souvent de recevoir les coups,
lorsqu’il ne peut pas les éviter11. »
Cet animal exotique d’origine orientale12, de plus en plus fréquent dans les
cours princières dans la seconde moitié du XIIIe siècle, bénéficie d’un rang

9 Ramón, Ferro 1996 : 321.


10 « Papegaus est uns oisiaus vers, meis ses bès et si piet sont rouges comme sanc, et a plus
grant langue et plus lée que nus oisiaus, porquoi il dit paroles articulés en semblance d’ome
se l’on li enseigne en sa jonesce, dedanz le secont an de son age, car dès lors en avant est
durs et oblious, en tel maniere que il n’aprent chose que om li monstre; et si le doit om
chastierà une petite verge de fer. Et si dient li Indien que cist oisiaus ne naist aillors que en
Inde, et que de lor nature sevent il saluer selonc l’usage de cele terre. Et cil qui ont .v. doiz
sont plus noble; mais cil qui en ont .iij_sont vilain de lignange. Et toute sa force est au bec
et en son chief, où il reçoit plus volentiers toutes cheoites et ferues, quant il ne les puet
eschuer. » (CLXXI, p. 219.)
11 Bianci 1980 : 207.
12 Son origine indienne n’est pas précisée dans tous les textes.

86
privilégié dans la société des hommes. Le perroquet est désormais un
animal de compagnie à la mode, les reines, les princesses et les dames de
l’aristocratie apprécient les couleurs et le bavardage de ce petit oiseau vert.
« Cette mode, née en Angleterre mais rapidement adoptée sur le continent, perdurera
jusqu’au XVIe siècle »13. Le perroquet est un motif plus apparent sur les
représentations artistiques que dans les textes littéraires. Il fait partie du
décor sur les tapisseries, il assure la richesse du paysage au fond des
peintures, un motif très présent sur les textiles.
Dans la littérature latine, l’évocation de la mort du perroquet chéri par
son maître ou sa maîtresse apparaît chez deux auteurs : Ovide (Amores
2,6), Stace (Silves 2,4)14. La vision anthropomorphique de l’oiseau apparaît
de manière très modeste dans ces deux textes. Près d’un siècle plus tard, la
même vision domine l’œuvre d’Arnaud de Carcassès. Dans les récits
courtois, le perroquet n’apparaît jamais seul. Toujours en compagnie
d’autres oiseaux, il assure l’ambiance de la scène. Deux exceptions
échappent à cette règle: Le Conte du Chevalier au Papagay 15 et Florence de
Cheltenham (où deux oiseaux se battent en duel, un rossignol et un
perroquet).

Les différentes fonctions du perroquet


En relevant les indices cachés par l’auteur, nous constaterons très vite que
le perroquet dépasse son caractère d’animal de par sa manière d’agir. Sa
représentation réelle, encyclopédique et littéraire, entre en contradiction
avec son image dans La Nouvelle du Perroquet. Cette disconvenance pose
plusieurs questions concernant l’identité de l’oiseau. Bien que notre
objectif principal soit plutôt de relever les caractéristiques qui rendent
possible son association avec le chevalier Antiphanor, nous ne
manquerons pas d’apporter des observations qui nous conduisent à définir
ses fonctions remplies dans le récit.
Au début du récit, il se voue d’être un oiseau messager. Il se comporte
comme un animal dressé ; en arrivant devant la dame, il fait connaître son
rôle (en l’accentuant même deux fois) et finalement, il confie le motif de
sa venue à elle :
« Dame, que Dieu vous sauve !
Je suis messager. Ne soyez pas fâchée
si je vous dis pourquoi je suis
venu ainsi vers vous dans ce jardin :
le meilleur chevalier qui fût jamais,

13 Pastoureau 2010 : 11.


14 Foulon 2009, prépublication n°4, (fascicule n°1, p. 47-54)..
15 Ce roman tardif médiéval (daté de la fin du XIVe siècle ou du début du XVe) relate les

aventures du roi Arthur. Un perroquet devient le compagnon du jeune roi Arthur. Cet
oiseau tient le rôle de ménestrel à ses côtés, il chante les prouesses de son maître.

87
le plus agréable, le plus joyeux,
Antiphanor, le fils du roi
Qui donna le tournoi pour vous.
Vous envoie cent mille fois ses saluts,
Et, par mon truchement, vous prie l’aimer16. »
Les oiseaux messagers sont fréquents dans la littérature médiévale. « Oiseau
messager d’amour, l’oiseau confident d’amour, l’oiseau conseiller d’amour –
généralement auprès de la jeune fille – on le trouve dans une foule des chansons 17 »,
comme l’a dit Michel Zink. Étant des éléments obligatoires du début
printanier, ces oiseaux ont plutôt pour fonction de créer l’harmonie qui
invite à l’amour. Ils n’annoncent pas seulement l’arrivée du printemps,
mais le renouveau : l’arrivée de l’amour incarnant l’être aimé, suscite une
aventure acoustique qui enflamme le cœur. Notre perroquet parle dans
une langue étrangère, seule la dame et son amant sont capables de
comprendre « son latin »18. Quelques oiseaux disons atypiques prennent la
fonction de messager : dans deux chants de Marcabru, l’étourneau
(valorisé par la rapidité de son vol) est un oiseau messager 19. Le cygne
Milon de Marie de France devient un vrai personnage dans le récit, tout
comme Yonec, qui, d’abord messager d’amour, se métamorphose en

16 « Dona, Dieus vos sal, / Messatge soy, no-us sapcha mal / Si vos dic per que soy aissi /
Vengutz a vos en est jardi. / Lo mielh er cavayer c’ancfos, / E-l pus azautz e-l pus joyos, /
Antiphanor, lo filhs del rey / Que basti per vos lo torney, / Vos tramets lutz cen mil vetz /
E prega-us per mi que l’ametz ; » Nouvelles courtoises, Lettres gothiques, Collection dirigée
par Michel Zink, Le Livre de Poche, LGF, 1997, Arnaut de Carcassès, Las Novas del
Papagay, vv. 7-16.
17 Zink2006 : 170.
18 Pour en savoir plus, consultez l’article de Szabics 2010 : 660-668.
19 « Étourneau, prends ton vol : / demain, de bon matin, / tu iras pour moi en une contrée

/ où je pensais avoir une amie ; / tu la trouveras, / tu verras / pourquoi tu y vas ; / tu lui


conteras / et lui demanderas / sans plus attendre / pourquoi elle a passé les bornes. »
« Estornel, cueill ta volada ; / Dema, ab la matinada, / Iras me en un’encontrada / On
cuge aver amia ; / Trobaras / E veiras, / Per que vas ; / Comtar l’as / E ill diras / En eis
pas / Per qu’es tras a lia. » BdT 293, 25. Éd. Gaunt citée, chanson XXV, strophe 1, p. 346.
La seconde chanson : L’étourneau ne perd pas de temps / dès qu’il entend l’objet de son
message : / après s’être sustenté, / il vole tout droit sans s’attarder. / Sans s’arrêter il est
allé, / il a volé ; / il a fait / ce qu’il devait ; il module / et compose : / il se met à chanter.
// Sur une branche fleurie / le noble oiseau s’égosille et crie / d’une voix si claire / qu’elle
a compris ce qu’il voulait. / Elle ouvre la porte, / elle sort / et va jusqu’à lui : / « Oiseau,
va-t’en ! » / lui dit-elle. « Qui / te fait faire un tel bruit, / un tel vacarme ? », « Ges
l’estornels non s’ublida / Quant ac la razon auzida : / C’ans ha sa vi(d)a cuillida, / Del dreg
volar no s’alen s a, / Tant anet / A volet ; / E seguet / Lo devet : / Orguant / Et trabet ; /
A chantar comensa. // Sobr’une branca florida / Lo francx auzels brai e crida ; Tant ha sa
votzes clarzida / Qu’ela n’a auzit l’entensa. / L’us declui ; / Lai s’esdui / Truesca lui. /
« Auzels, fui ! » / Ditz. « Par cui / Fas tal brui / Ho.t l’amor tensa ? » BdT 293, 26 IBID.,
chanson XXVI, strophes 1-2, p. 356.

88
chevalier. Le geai20 de Frayre de Joy qui, après avoir permis le retour à la vie
de Sor de Plaser endormie, œuvre pour le mariage des personnages. Ces
oiseaux sont atypiques parce qu’ils font plus que les oiseaux chanteurs du
début printanier, mais moins atypiques que notre perroquet qui dépasse
largement son rôle initial dans le récit parce qu’il parle, de plus il riposte,
convainc et argumente.
Dans La Nouvelle du Perroquet, l’intelligence de l’oiseau dépasse sa
nature malgré le fait que dans les descriptions animalières antiques ou
médiévales, il n’est pas valorisé par son intelligence mais seulement par sa
beauté, ses couleurs chatoyantes et sa faculté excellente d’imiter la voix
humaine. Après un certain temps, Antiphanor et sa dame traitent l’oiseau
comme leur partenaire. Ils semblent être quasiment égaux. L’évocation de
la relation symétrique amicale entre Antiphanor et l’oiseau surgit deux fois
dans le texte. Le perroquet apparaît comme le compagnon du chevalier,
comme Olivier l’était pour Roland :
« Et à la charpente, par amitié pour vous ;
Et quand le feu sera allumé,
Vous aurez tout loisir d’entrer,
De courtiser votre dame,
De la tenir et de l’embrasser21. »

« Le perroquet est bien pour lui


un ami fidèle et franc22. »
A certaines occasions, notre perroquet semble plus rusé et plus intelligent
que les personnages du récit : pour faire entrer son maître dans l’espace
clos du jardin, il propose aux amants des idées, des alternatives, ainsi, il
devient leur conseiller, ce qui est marqué dans le texte par l’utilisation
fréquente de l’impératif. Les exemples suivants servent à illustrer ce point :
« Prenez-les pour l’amour d’elle,
Que Dieu vous en donne bien et honneur.
[...]
Je ne sais vous conseiller là-dessus ;

Mais si vous voulez m’écouter,


Vous ne saurez raisonnablement vous défendre
D’aimer Antiphanor23.

20 La principale nature du geai selon Isidore de Séville et les commentateurs médiévaux est
qu’il crie fortement et il est valorisé à cause de sa capacité d’imitation.
21 « E prendetz los per su’amor, / Que Dieus vo’n do be et honor. /[…] / Jes no vos en

say cosselhar; / Mas yeu metrai foc a la tor / Et al solier, per vostr’amor; / E can lo focs er
abrasatz / Poiretz intrar be per espatz, / Ab vostra dona domnejar / E lieys tener et
abrassar. » (vv. 151- 162)
22 Mot es lo papagays vas luy / Fiels amicx e ses enjan. (vv. 168-169)
23 Pero si me voletz escotar, / Ja per razo nous defendretz / D’Antiphanor que non l’ametz. (vv. 74-

76)

89
Je vous dis bien24 . »
Dès lors que l’oiseau fait des initiatives, réfléchit, et à la place de son
seigneur de surcroît, il dirige et surveille les amants, il s’élève au dessus
d’eux. Une relation verticale s’instaure entre l’animal et la couple et bien
sûr, le premier prend la place supérieure :
« -Dame, avez-vous quelque projet ?
- Moi, non, et je ne m’étonne pas
Que vous n’ayez pas non plus.
- Mais j’en ai un, dame : maintenant entendez-moi25. »

« Le perroquet vient devant lui.


-Seigneur, dit-il, à mon avis,26 «

« Promptement ! Chevauchez en silence 27: »

« Dame, j’ai laissé mon seigneur


Devant le portail principal et désarmé.
Songez à le faire entrer, car pour moi je vais incendier le
château28. »
Par l’attribution de telles qualités humaines à un animal qui ne les a pas
par sa nature (aisance verbale, brillance intellectuelle), l’auteur crée un
paradoxe. De cette manière, il laisse sous-entendre que le perroquet
d’Antiphanor, n’est peut-être pas un animal. Son principal et seul trait de
caractère évoqué dans le texte est qu’il est « beau parleur », c’est-à-dire qu’il
s’exprime avec une élégance persuasive. Lors de l’épisode où il convainc la
dame d’accepter la proposition d’amour du chevalier, ils font un vrai débat
amoureux entre eux. C’est à partir de ce moment-là que cet oiseau cesse
d’être un animal. Au lieu d’imiter la voix de son maître, il entre dans le
conflit, il convainc, argumente, dispute avec la dame comme s’il était son
véritable soupirant. Par conséquent, la dame manifeste plusieurs fois son
grand étonnement envers l’oiseau :
« Vous me semblez trop beau parleur29

Perroquet, aussi vrai que Dieu me conseille,


Encore une fois je vous dis que je m’étonne
Que vous sachiez si bien parler30 . »

24 « Be-us dic que..» (v. 77)


25 -Dona, e no y sabetz cosselh? / -Ieu no, e no.m 1’en meravelh / Si vos cosselh non y
sabetz. / - Si fas, dona : ar m’entendez.” (vv.187-190)
26 E-l papagays li venc denan. / « Senher, fay-s el, al mieu semblan » (vv. 218-219)
27 Vïatz! E cavalguatz suau: (v. 224)
28 « Dona, mo senhor az laissat / Al portal major dezarmat. / Pessatz de luy e faitz l’intrar.

» (vv. 256-258)
29 « Trop me paretz enrazonatz » (v.32)

90
Certes, le perroquet, en tant qu’orateur persuasif, essaie de convaincre la
femme par des exemples en lui évoquant les couples bien connus de la
littérature courtoise, le motif de double se présente de nouveau :
« Ne vous souvient-il pas de Blanchefleur
qui aima Floire sans aucun tromperie
ni d’Yseut qui aima Tristan
ni de Thisbé quand au guichet de la porte
elle alla parler à Pyrame31 »
Il fait référence aux femmes qui ont rencontré en secret leur bien-aimés :
Yseut est allée à la fontaine pour parler à Tristan32, Thisbé a parlé avec
Pyrame33 à travers un trou dans la muraille. Il fait explicitement référence
aux grandes histoires d’amour malheureuses. Floire et Blanchefleur
s'aimèrent dès leur plus jeune âge et ne furent enfin réunis que dans la
mort grâce à la merveille d'un tombeau. « En elles vous pouvez trouver
modèles. » - ainsi disait-il.
Par conséquent, l’étonnement initial de la femme se transforme en
méfiance envers l’oiseau qui discute aisément avec elle. Elle met en doute
son identité animale en le rapprochant d’un chevalier courtois, séduisant,
attirant :
« Perroquet, vous êtes trop beau parleur,
Il me semble que si vous étiez chevalier,
Vous sauriez bien requérir d’amour les dames34. »
Il convient de remarquer également que le poète ne dresse pas d’un
portrait véritable de l’oiseau. Son extérieur reste invisible tout au long du
récit. Probablement, l’auteur a la volonté de mettre en scène un oiseau
hors du commun, par conséquent, il le représente dépourvu des qualités
zoomorphiques qui le rattachent au monde animal. Ce n’est pas par sa
beauté ou par son apparence physique qu’il séduit. Le lecteur, privé
d’informations sur son apparence physique, ne pourra pas identifier tout
seul son espèce. Il est probable que l’auteur a intentionnellement omis sa
description pour suggérer que l’essentiel de ses caractéristiques repose sur
sa parole et non pas sur son apparence. Or, le lecteur attentif pourra
découvrir deux indices textuels qui suggèrent de manière indirecte qu’il
appartient peut-être au monde des animaux. En premier lieu, sa capacité

30 « si Dieus m’acosselh, / Encara-us dic que-m meravelh, / Car vos tan gen sabetz parlar »
(vv. 97-99)
31 « No vos membra de Blancaflor/C’amet Floris ses tot enjan,/ni d’Izeut que amet Tristan,/Ni de

Tisbe cant al pertus/Anet parlar ab Piramus/C’anc nulhs hom no l’en poc tornar ? »(v.82-87).
32 Tristan et Iseult (voir les versions en langue d’oïl de Thomas d'Angleterre et de Béroul)

font partie du vieux fonds légendaire de Bretagne.


33 L’histoire de Pyrame et Thisbé nous est contée par Ovide (Métamorphoses, IV, 55-166),

dont le texte a été adapté au XIIe siècle en langue romane.


34 Papagay, trop es bels parliers; / Par me, si fossetz cavayers, / Que jen per tan non vuelh

laissar (vv. 55-57)

91
de voler est mise en question. Comme il n’est pas un oiseau valorisé par
son vol (il est plutôt un oiseau grimpeur), l’évocation de son vol35 sert à
structurer le récit. Son va-et-vient est accentué pour créer une sorte de
dynamisme dans le récit, pour rapprocher les amants en surmontant les
obstacles physiques entre eux. En deuxième lieu, quand il revient chez la
dame pour la dernière fois, il se pose sur son bras comme le ferait un
oiseau dressé. En revanche, il tente de contredire sa nature animale
lorsque l’auteur-narrateur évoque ses pieds « pes » et non pas ses pattes :
« Il vient d’abord devant la dame ;
Comme s’il eût été un épervier
Il alla se poser à ses pieds
Et puis tout aussitôt lui dit36. »
Probablement, l’auteur aurait bien voulu priver le perroquet de toutes ses
qualités zoomorphiques pour que l’éloignement physique du chevalier ne
dérange pas la perception. Comme leur analogie n’est pas brisée par leur
différence physique, il est probable que l’auteur ait voulu faire sentir de
cette manière à ses lecteurs l’union hermétique qui s’établit entre le
chevalier et l’oiseau.
A partir du moment où la dame écoute le message de son soupirant,
le caractère et les sentiments du chevalier se révèlent à travers le discours
de l’oiseau. Ensuite, elle met en doute ces sentiments, refuse son approche
et renvoie plusieurs fois le messager, mais l’oiseau insiste. Puisque la dame
s’oppose à l’animal, un débat se déclenche entre eux. C’est à partir de ce
moment que l’oiseau se métamorphose pour la première fois. Pendant leur
débat, il cesse d’être le simple porte-parole du chevalier. Il prend sa place.
L’oiseau paraît un être métaphorique du chevalier dans le verger : il
résume le désir d’Antiphanor, il renferme ses qualités et attitudes
courtoises, même les pensées intimes de celui-ci. Étant en pleine
communion avec son maître, il révèle son caractère, le fond de son cœur.
Ensuite, sa position change : il courtise la dame et commence à
argumenter comme s’il était celui-ci. Il cesse d’être sa métaphore, il se
travestit en chevalier en face de la dame. La preuve de ce propos : la dame
parle avec lui comme s’il était un véritable fin’amant, comme s’il était son
soupirant, et elle met en doute plusieurs fois son identité animale. Malgré
le fait que la femme ne connaît le chevalier que par l’ouï-dire, elle lui
propose son amour par un geste courtois, elle offre un gage d’amour, son
anneau, au chevalier, et au fond, à l’oiseau. Notre novas suit parfaitement
les étapes de développement de l’amour courtois.
Antiphanor reste à l’ombre pendant le débat dans le verger. En se
préparant à entrer dans le jardin, il apparaît réellement sur scène. A partir

35 Obry 2009 : 14.


36 (vv.252-255)

92
de ce moment-là, le perroquet cesse de se substituer à son seigneur et de le
représenter. Son caractère anthropomorphe diminue. Son rôle se réduit.
(Il n’est plus messager, il remplit le rôle du veilleur de l’alba provençale en
avertissant les amants du moment de la séparation : « Aussi vite qu’il le put,
il vint vers eux / puis il se posa près du lit / et leur dit : « Pourquoi ne vous levez-vous
pas ? / Debout et séparez-vous, car le feu est tout à fait mort. »37) Il est évident que
c’est grâce à l’oiseau que les projets d’Antiphanor réussissent. Ce
manipulateur talentueux est plus qu’un remplaçant du chevalier retiré dans
son état d’attente passive : il agit en sa faveur, comme son double actif, un
acteur complémentaire. Cet élément textuel confirme la présomption
selon laquelle l’oiseau est le double du chevalier :
« Jamais, je crois, aucun oiseau
N’a tenté ni commencé
Un aussi bel exploit que celui-ci. »38
Sans aucun doute, l’accomplissement d’exploits appartient aux activités
obligatoires d’un chevalier, action inhabituelle de la part d’un oiseau. De
plus, notons que ce perroquet surpasse son maître par ses activités, par ses
valeurs. En dépit de tout, à la fin du récit, juste avant la scène de
rencontre, le perroquet reprend sa fonction originale en préparant l’arrivée
en scène du chevalier: il redevient un animal domestique, un simple
messager. Preuve de cette nouvelle métamorphose: le jeu spéculaire où il
répète avec peu de modification, presque mot à mot les paroles de la
dame :
« Et portez lui de ma part cet anneau,
Je ne crois pas qu’il y en ait de plus beau au monde,
Avec collier d’or façonné,
Qu’il le prenne en gage de mon amour39.

Et elle vous envoie cet anneau,


Je ne crois pas qu’il y en ait de plus beau au monde,
Avec ce collier d’or façonné,
Afin que vous les preniez par amour pour elle 40. »
Au terme de notre étude, il faut rendre compte d’un autre aspect du thème
du double. Le double est présent sous une autre forme révélant le
rapprochement de l’auteur avec l’oiseau. En lisant le texte, nous aurions
tendance à penser que le perroquet se met à la place de l’auteur en tant

37 « A l’enans que poc, venc vas lor / E es se pro del lieg pauzatz/ E a lor dig : « Car no-us
levatz ?/Anatz sus e departetz vos,/Que-l focs es mortz tot ad estros. » (vv. 291-295)
38 « Anc may no cug per lunh auzel/Fos aitan ricx faitz assajatz,/Com aquest er, ni

comensatz » (vv. 265-267).


39 E portatz li-m aquest anel, / Qu’el mon non cug n’aya pus bel, / Ab sest cordo ab aur

obrat, / Que-l prengua per ma amistat. (vv. 111-114)


40 E tramet vos aquest anel / Qu’el mon non cug n’aya plus bel, / Ab sest cordo ab aur

obrat, / Que-ls prendatz per sa amistat. (vv. 147-150)

93
que son porte-parole. Nous avons déjà constaté que la nouvelle actualise
tous les grands thèmes de la requête amoureuse, met en scène tous
les composants du scénario de la séduction : expressions de souffrance du
chevalier, expression de fidélité absolue, soumission totale, déclaration
d’amour, offrande d’un gage d’amour etc. L’auteur nous fait part son
enseignement à partir de la figure de l’oiseau : l’éthique et la pratique de
l’amour courtois, Le perroquet respecte parfaitement les codes et les
usages de conduite de ce concept. Il remplit le rôle moralisateur de par
son comportement. De ce fait, le perroquet peut être interprété comme le
porte-parole, le double du poète.

Conclusion
Nous avons proposé d’examiner un oiseau, figure centrale du récit, qui
sort de sa représentation figée et se transforme en fonction de l’action.
Nous constatons des parallélismes remarquables entre le chevalier et son
perroquet. Il est d’abord le double parole de son maître, ensuite, il donne à
voir des renvois, des similitudes et en même temps des oppositions par
rapport à lui. Il résume l’ensemble des valeurs morales et des dispositions
du cœur nécessaires à un fin‘amant que son maître, Antiphanor ne
possède peut-être pas. Avec le temps, il devient le véritable acteur de ce
jeu de séduction en accomplissant des exploits chevaleresques à la place de
son maître.
Dans la tradition courtoise, l’amour est considéré comme source du
dépassement de soi. Dans le novas d’Arnaud de Carcassès, c’est l’oiseau qui
dépasse sa propre nature pour obtenir une réponse favorable de la dame.
Il devient peu à peu le maître de son maître par ses conseils. Les rôles
s’inversent, le chevalier suit les instructions de son perroquet.

Bibliographie
Ouvrages
BRUNEL, Pierre (dir.) (1988), Dictionnaire des mythes littéraires, Paris,
Éditions du Rocher, 1988. Article « Double » pp. 492-531.
BEAUVAIS DE PREAU, Charles Théodore, BARBIER Antoine-
Alexandre (dir.) (1826), Dictionnaire historique; ou, Biographie universelle
classique, Éd. C. Gosselin. Article « Arnaut de Carcassès »
BIANCIOTTO, Gabriel (dir) (1980), Bestiaires du Moyen Age, Paris, Stock
(Moyen Âge).
LATINI, Brunetto (1963), Li livres dou trésor, Chabaille, CLXXI, (texte
original), traduction in : Bianciotto Gabriel (1980) Bestiaires du Moyen Age,
Stock.
OBRY, Vanessa (2009), À vol d’oiseau : séparation et réunion des amants dans
quelques récits brefs français et occitans (XIIe-XIVe siècles) In : Déduits d’oiseaux au

94
Moyen Âge [en ligne]. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence.
Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pup/4291>.
PASTOUREAU, Michel (2011), Bestiaires du Moyen Age, Paris, Seuil.
POMEL, Fabienne (dir) (2003), Miroirs et jeux de miroirs dans la littérature
médiévale, Presses Universitaires de Rennes.
RAMON, Xosé, FERRO, Mariño (dir.) (1996), Symboles animaux : un
dictionnaire des représentations etcroyances en Occident, Paris, Éd.
Desclée De Brouwer.
ZINK, Michel (2006), Nature et poésie au Moyen Age, Paris, Fayard.
Résumé d’un cycle de cours de Michel Zink, tenus au Collège de France
intitulé Littératures de France médiévale: https://www.college-de-
france.fr/media/michelzink/UPL2159_Michel_Zink_
cours_0708.pdf)

Chapitres d’ouvrage collectif


DE CARCASSES, Arnaut (1997), La Nouvelle du Perroquet, in : Nouvelles
courtoises occitanes et françaises, Lettres gothiques, Collection dirigée par
Michel Zink ; éditées, traduites et présentées par Suzanne Méjean-Thiolier
et Marie-Françoise Notz-Grob, Le Livre de Poche, Paris. pp. 186-205.

95
Károly Sándor Pallai

Topoï de contre-exotisme dans l’écriture


de Titaua Peu
Le regard porté sur Autrui suppose à la fois de la différence et de
l’identité, mais le regard exotisant altérifie en réduisant les traits communs
et partagés ne focalisant que sur l’hétérogénéité irréductible et ne mettant
en relief que « l’instance toujours repostulée d’un au-delà de l’entendement » 1. La
distanciation de l’attitude exotisante est brisée et réécrite, réinterprétée
dans la dynamique de l’écriture polynésienne contemporaine.
« Triste pantin désarticulé dans de tristes tropiques » 2 de Titaua Peu
s’inscrit dans la lignée des textes poétiques qui analysent l’identité selon
l’axe de l’agentivité et situe la problématique dans le champ politique
international. La prégnance du paradigme politico-culturel est très forte
ainsi que l’insistance sur la marginalisation et la soumission. Titaua Peu
apporte « un éclairage critique sur des processus et des situations » 3 politiques,
historiques, socioculturels des Polynésiens. Elle examine non seulement la
situation actuelle, mais également la trajectoire historico-politique de
l’actuel élite océanien, les dynamiques des rapports de force : le regard
rétrospectif est complété par une interrogation minutieuse des motifs
latents transcrite et étudiée de la position d’énonciation du sujet colonisé
qui analyse la scène politique, les clichés oppositionnels, étend et
différencie l’opposition binaire.
« […] À Papeete, la nomenklatura, demie, venait de dire ce
qu’aucun parlementaire français n’aurait jamais osé dire… en tout
cas, pas à haute voix ! Destins segmentés, catégorisés, … pas un
chiffre pour étayer leurs dires, leurs concepts, leurs pré-jugés…
juste leur fatuité. Avec gratuité. Tout est permis. Bang, bang, les
dés sont lancés, l’anathème inscrit dans le bois luxueux d’une
assemblée construite pour calmer les caprices d’anciens serviteurs
de la pensée-présence française… » 4
Cette prise de parole militante dépasse les revendications traditionnelles et
les conceptions identitaires fixistes ; les pistes de réflexion proposées
traitent de la participation et de l’exclusion politiques des autochtones, de
la dépossession, de la marginalisation 5 . On retrouve dans le texte une
représentation polarisée et nuancée des notions et de la perception

1 Halen 1999 : 45.


2 Peu 2013 : 55-57.
3 Bosa – Wittersheim 2009 : 20.
4 Peu 2013 : 55.
5 Bosa – Wittersheim 2009 : 11.

97
habituelles de l’oppression et de la domination économico-politiques,
identitaires et culturelles. L’interrogation s’étend au niveau supranational
également : « Qu’entendre, qu’accepter de ces bouts de terres perdus dans le pacifique
océan ? Du nombril de sémillants orateurs pourfendeurs d’indépendances et
d’émancipations, jaillit la très haute conscience… de soi même » 6.
Par l’analyse des rapports de force et de la scène politique, Titaua Peu
nous offre une vision complexe du processus de la formation identitaire7.
La critique concerne non seulement l’entreprise et l’hégémonie coloniales,
mais elle implique également une analyse politique psycho-narrative des
divisions internes. La perception de l’auteure ne relève donc pas d’une
identité intégrale, mais d’une approche différentielle et remplit la fonction
d’une médiation culturelle et historique8 pour faire paraître l’architecture
de la mémoire événementielle et de l’actualité politique. Dans cette
« herméneutique textuelle ou scripturaire » 9 , Titaua Peu apporte des
éléments enrichissants à la lecture culturelle et historique de la constitution
de la personnalité, notamment des composantes politiques dont l’analyse
permet d’avoir un aperçu idéatif10 critique sur la structure de la conscience
identitaire11. À partir de la concrétude locale et régionale, certains passages
du texte atteignent l’universalité, l’apodicticité12. Par le traitement poétisé
du champ politique, l’auteure apprésente l’horizon d’indéterminité et de
doute de la différentiation et de la divisibilité internes13. C’est une tentative
de réélaboration des vécus du passé et surtout de la deuxième moitié du
XXe siècle, de la genèse de la conscience socio-politico-historique et
identitaire, de la « réactivation des vécus temporalisés » 14 , d’une
réactualisation de l’étude de la genèse et des couches sédimentées de
l’identité polynésienne.
« Sensation déjà vue. Vertigineuse. Le chant de l’enfance
soudainement retrouvé… Sensation du vide et de la folie. Du
manque, du questionnement nauséeux mais salutaire. Me revient en
mémoire la douce plainte d’Henri Hiro. Quelle leçon ?… « Aitau

6 Peu 2013 : 55.


7 « … subjectivity involves the act or performance of complex assemblage of self and
world. » Bignall 2010 : p. 219-235.
8Ricœur 1995 : 159-180.
9 Idem.
10 Le terme est pris ici, à part sa signification de contenu rationnel, dans le sens de rendre

conscient.
11 Keszeg 2004 : 91.
12 Nécessité démonstrative, absolue, caractère universel. Depraz 1995 : 233.
13 Entre le peuple, les citoyens et l’élite politique, entre Polynésiens, demis, Océaniens et

Européens.
14 Depraz 1995 : 237.

98
no te aha ? Aitau i te aha ? »… La réponse du poète jamais n’est
parvenue aux oreilles de ceux qui dirigent »15
L’image de l’ipséité16 que le texte reflète s’enracine dans l’altérité décrite
dans la dimension présentificatrice élucidant l’expérience de la présence et
de l’importance de l’autre en tant que nœud référentiel. L’analyse micro-
identitaire est située dans un cadre macropolitique qui favorise la
démonstration de conceptions plurielles de nationalité. Dans ses efforts de
traiter et de travailler les traumatismes intériorisés, Titaua Peu a recours à
« Aitau », texte d’Henri Hiro, comme instance fondatrice des
interrogations qui présentent une identité déstabilisée et ébranlée par
l’exploitation, la manipulation et la soumission aux intérêts locaux et
internationaux. Le schéma cognitif proposé au lecteur est défini par la
sensibilité politique et l’enracinement poétique, culturel et se caractérise
par l’empreinte de la temporalité subjective, de la formation intellectuelle
et par la priorité accentuée des centres d’intérêt de l’auteure.
Le poème cité d’Henri Hiro 17 est la transcription d’une vision
cosmique sur la temporalité, l’attitude de l’homme à l’égard du passé vécu,
la continuité des générations et la liaison profonde entre les points
cardinaux, le céleste et le terrestre :
« Hēheu aè ra taù tāura
i te mau papa tupuna ra,
aore rā a rātou parau
tei faaurua i te mau tūtuu ra. […]
E tō, e tō, e tō e te uì hou e,
ìa tō ā òe i te uì hou,
èi uì hou no te iho tumu māòhi rā. […]
[atua] aore rā rātou i te mau ôroà ra.
Ua hīhipo anaè i ke tāiva a
te hinarere. […]
ua mātaetae te hinaaro
o te hinarere i te iho tumu. […]
ua òere haere noa
te hinarere i to ù nei fenua » 18

15 Peu 2013 : 56.


16 Je souligne ici l’aspect dynamique de la notion qui incorpore les changements et les
modifications tout en concentrant sur la continuité du soi. Bouwer 2010 : 184.
17 Hiro 2011 : 32-33.
18 « Mon esprit découvre / la nature profonde des ancêtres / Mais ils n’ont plus la parole /

Qu’inspirait leur héritage à transmettre / … / Féconde, féconde, féconde ô toi la nouvelle


génération / Il faut que tu fécondes une autre génération / Mais une nouvelle génération
née de l’essence profonde des Māòhi / … / [les dieux] sont absents des cérémonies / Ils
se sont tous évanouis, délaissés par / les générations suivantes. / … / Le désir d’identité
profonde / a disparu chez les futures générations. / … / La nouvelle génération s’est
retrouvée / errante dans son propre pays. Ibid. (traduction par K. S. Pallai)

99
La référence intertextuelle à Hiro et l’emprunt intratextuel 19 des motifs
centraux à son écriture illustrent et enrichissent l’architecture narrative de
Peu : la grille de lecture politique et psychologique offerte par l’auteure est
approfondie et élargie, de nouvelles dimensions culturelles et temporelles
sont assignées aux bribes parcellaires qui composent le texte. La centralité
du motif structurant l’identitaire sert de foyer à l’exercice de la pensée
critique sur le tissu historico-politique et psycho-philosophique de
l’identité, à l’analyse consciente de la subjectivité, à la formation d’une vue
polyscopique20 qui permet de situer le questionnement dans l’histoire et
l’héritage culturel polynésiens. Il s’agit de la perspective de l’actualisation
de la culture littéraire et du discours identitaire qui s’ouvre par le recours à
la pensée de Hiro pour confronter les questions irrécusables concernant
les enjeux et l’avenir de la Polynésie française et de l’aire océanienne en
général.
Le premier sujet récurrent abordé dans « Aitau » est l’éloignement de
l’héritage, des voies de la tradition, la perte de l’autorité et de la force de la
parole des ancêtres. Néanmoins, Hiro adresse un appel expectatif à la
nouvelle génération. Ses strophes cherchent à sensibiliser, à
responsabiliser, à souligner l’importance vitale d’un renouveau culturel,
d’une conscientisation identitaire dont l’indispensabilité et l’urgence sont
mis en relief par la présence de la particule ‘ia introduisant l’aspect
désidératif21. Cet aspect prospectif confirme également l’idée d’un rapport
organique entre culture et identité envisagées sous l’aspect d’une
continuité et d’une cyclicité qui mettent en mouvement l’engourdissement
et la fixité de l’intemporalité ou de la temporalité révolue des ancêtres.
Une « expérience d’altérité du moi à lui-même » 22 se déploie à partir de la
présentation génétique, évolutive de la temporalité qui met l’accent sur la
succession et l’alternance des générations. L’éventail diachronique traité
s’étend entre la dimension des ancêtres et des dieux 23 et celle des
générations contemporaines et futures. Cette conscience pluritemporelle
est exprimée par le mot tahitien hinarere qui désigne les descendants, les fils
d’arrière-petit-fils24 et qui, avec la temporalité des ancêtres, représente la
perspective rétentionnelle et protentionnelle 25 de Hiro. Il s’agit d’une
modalité de conscience active et participative témoignant d’une force
affective de l’auteur qui ressent la douleur de l’errance culturelle et

19 Ben Salah 2007 : 97.


20 Vegleris 2010 : 185.
21 « ìa tō ā òe i te uì hou » (« Il faut que tu fécondes une autre génération »). Concernant

l’aspect désidératif cf. Lazard 1998 : 237-248.


22 Depraz 1995 : 241.
23 Temps cosmogonique, temps du peuplement et de la formation des traditions.
24 Jaussen 2009 : 37.
25 Deroo 2013 : 13-22.

100
identitaire. Le « flux rétentionnel » 26 se compose d’images qui représentent la
réviviscence de l’héritage, des sites mémoriaux, des valeurs traditionnelles
illustrant l’éveil affectif auctorial, la réactivation des couches profondes du
passé. Le mouvement remémoratif, réceptif n’est pas passif, au contraire,
dans l’œuvre d’Henri Hiro, il se revêt d’un caractère opérant proactif en
contribuant à la formulation d’une vision pour l’avenir qui comprend
également la « réactualisation des sens sédimentés » 27 . Ainsi, la structure
égoïque de la temporalité personnelle est-elle dépassée par l’intentionnalité
plurielle et polarisée tournée vers les enjeux collectifs, se téléscopant vers
le passé et le futur à partir du « champ du présent vivant » 28 . La
présentification des vécus et de l’héritage des ascendants fournit un
fondement solide pour envisager l’horizon de l’avenir, pour formuler la
vision de l’auteur qui, à partir de réflexions appartenant à la sphère de
« l’intra-égoïté » 29, réalise une ouverture vers « l’intensification de l’altérité » 30,
vers une « cosubjectivité »31 envisagées dans la « futurité »32 de la survivance
des traditions et de l’identité/des identités Polynésienne(s).
Il y a ensuite une scission dans le texte de Peu qui donne encore plus
de force aux oscillations et violences poétiques. En méditant sur les
conditions de possibilité de la reconstitution du moi, l’auteure nous dirige
vers l’origine constitutive de l’identité, vers l’hétérogénéité et vers la liberté
exprimées dans les paroles de Bob Marley qui appellent à une activité
égoïque émancipatoire ayant une dimension collective non négligeable.
L’histoire partagée de la colonisation sert de cadre de référence
commun aux peuples océaniens et peut établir une continuité
transocéanique aussi, notamment par la présence de la Jamaïque. La
référence caribéenne ne fait qu’accentuer la complexité de la politique
identitaire postcoloniale et fait entrer dans le texte le sujet du caractère
déshumanisant de la colonisation et le traumatisme culturel33. L’approche
psycho-historiographique réunit l’historiographie, les dynamiques
psychologiques et l’importance de l’héritage, de la tradition orale 34 et
établit un rapport juxtaposé conflictuel entre la perception historique
locale et collective et le discours occidental surimposé. Ces instances

26 Bégout 2000 : 215.


27 Ibid. : 222.
28 Ibid. : 228.
29 Depraz 1995 : 250.
30 Idem.
31 Ibid. : 252.
32 L’importance du terme réside ici dans sa fonction de faire référence à l’avenir sans

impliquer la relativité d’un « après » lié à un repère temporel comme dans le cas de la
simple ultériorité. Voir Larreya 2005 : 337-360.
33Oostindie 2012 : 155-175.
34 Hickling 2007 : 1-25.

101
intertextuelles enrichissent la remise en question des pratiques
discursives35 européennes : « Il faudrait qu’ils l’apprennent aussi, ces descendants
d’une colonie à la fictive beauté, à la brillance sur-jouée, à l’hypothétique grandeur… il
faudrait qu’ils le connaissent ce chant ! Celui des planteurs de coton d’Amérique du
Sud, au XIXe siècle. Celui de Rosa Parks dans un bus, celui de Martin Luther King
un jour à Washington » 36.
Peu rapproche la réalité polynésienne aux vécus de la population afro-
américaine et resitue temporairement l’orientation du texte dans la sphère
d’une « passéité » 37 géographiquement et culturellement éloignée. Nous
sommes témoins d’une relative distanciation dans le processus de
localisation des éléments de mémoire qui sont censés fonctionner comme
des nœuds référentiels dans la construction identitaire. Cette technique de
constitution textuelle crée une fluidité temporelle qui se tisse dans le
flottement entre conscience rétroactive et intentionnalité proactive :
« [chant] Celui de peuples opprimés et jetés en partage pour satisfaire les égos de
« mama » en mal de possession. Mama farani, mama peretane… Deux mama qui
donnèrent le lait puis la syphilis. L’argent puis la bombe nucléaire. L’instruction puis
la haine. La bible et le vin, contre des terres » 38.
La mise en cause, le réquisitoire présenté par l’auteure suit une
chronologie subjective. L’énumération des oppositions binaires par
conscience temporalisante 39 contribue à la tension accroissante. « Mama
farani »40 et « mama peretane » 41 font référence à la duplicité de l’héritage, à
l’altérité historique et psycho-philosophique, aux pouvoirs exploitants, à
l’histoire franco-anglaise de l’Océanie. La combinaison paradoxale du lait
nourrissant et de la syphilis rend encore plus claire l’incompréhensibilité
des contradictions constitutives identitaires, les traumatismes historiques.
Les paires argent-bombe nucléaire, instruction-haine, bible-vin s’inscrivent
dans le paradigme des domaines étroitement associés aux problématiques
identitaires : l’auteure remplit le rôle double de l’exégète et de l’accusatrice.
Elle nous présente ensuite l’herméneutique et la critique d’interprétation
psychologique des désignations « Mélanésien » et « Polynésien » : « […] en
échange d’un Eden-Eldorado que ne méritaient point […] ces Mélanésiens au nom
générique adoubé par la communauté scientifique internationale. « Mélanésien » , de

35 Kelly 2002 : 1-10.


36 Peu 2013 : 56.
37 Buser 2011 : 129.
38 Peu 2013 : 56.
39 Rodemeyer 2006 : 133-142.
40 Farāni : Français. Dictionnaire de l’Académie Tahitienne (Fare Vāna’a), DictFV [En

ligne].
41 Peretane : Angleterre, Anglais. Stanley 2000 : 960.

102
mélasse pour dire le noir, puis la difficulté… Polynésiens, pour englober, par paresse.
Nommer sans distinguer. Baptiser sans appeler » 42.
La vocation principale de ce passage est d’éclaircir les imprécisions et
les erreurs qui résultent d’une perception ethnocentriste universalisante
qui cherche à justifier la théorie de l’infériorité raciale. C’est un appel
dramatique né pour partager l’expérience de l’horror vacui, de la perte des
fondements. Ce point de vue souligne la pluralité des vérités et des
discours et va à l’encontre de la négation de la violence et du choc culturel.
L’image dessinée est celle de l’appropriation territoriale, culturelle et
identitaire envisagée dans une superposition sémiologique et d’une
éclecticité historico-thématique. L’attitude condescendante et l’effort
homogénéisant représentent les démarches abusives 43 des pouvoirs
coloniaux, la violence culturelle et identitaire sont exposés et dénoncés
pour libérer la mémoire inexprimée et bloquée44 : « Quelles leçons recevoir des
Ni-Vanuatu, Fidjiens, Samoans, Salomonais… enfants de pauvres qui resteront à
jamais pauvres car le destin choisi est aux antipodes de ce que la raison éclatante,
évanescente et blanche leur avait dicté des siècles durant… » 45.
La charge affective de l’énumération et l’indignation exprimée ont une
fonction orientative : elles sont les échos constituant une récusation
postcoloniale dont la grammaire philosophique est caractérisée par un
pointillisme critique, par un parcours géographique et historique non
linéaire, par un éclectisme discursif. Peu cherche à présenter
l’appréhension perceptive et rationnelle, spirituelle et la « dissolution des
repères spatio-temporels » 46 et culturels du colonisé dans une structure
oppositionnelle censée rendre saisissable « le resserrement considérable du
champ de présence et sa fréquente déstructuration » 47 . Les références collectives
transarchipéliques et intrarégionales (et parfois même interrégionales)
montrent les dimensions de la paralysie culturelle et identitaire, la portée et
l’ubiquité de la violence symbolique et psychique. Pour élargir la sphère de
validité du texte, l’auteure opère une transposition dans le champ perceptif
en changeant le point de focalisation, en orientant la conscience
réminiscente vers l’axe du présent et du futur qui se surimposent au passé
polarisé en jugements valoriels positifs ou négatifs associés aux éléments
évoqués. La volonté présentificatrice actualise la pertinence du diagnostic
de l’auteure soutenant que le champ de présence et les composantes
identitaires sont saturés de vacuité et de privation et marqués par l’état
psychique et politique de l’assujettissement. Le dynamisme des images

42 Peu 2013 : 56.


43 Middelanis 2001 : 264.
44 Milne 2007 : 192.
45 Peu 2013 : 56.
46 Marcheix 2010 : 48.
47 Ibid. : 49.

103
proliférantes assurent la pulsation, la vibration qui, par les métaphores et
par les autres éléments stylistiques et contentuels, jouent un rôle essentiel
dans l’expression accentuelle du sentiment de dépendance et
d’anéantissement. Les séquences mémorielles ne font qu’augmenter la
force dramatique, la vigueur bouleversante et déchirante de la
démonstration de l’annihilation du « je », de l’abolition de la subjectivité :
« Le cœur bat dans la poitrine de l’orateur. Sa tirade, c’est sûr, enflammera tous ceux,
épris de réussite, de « civilisation », de relance économique pendant que l’occident lui-
même, saturé, fatigué, exsangue de ressources naturelles se penche sur celles de ces petits
États indépendants… » 48.
L’Occident apparaît comme un parasite végétal s’entortillant autour
des pays dominés, responsable de l’affaiblissement et de l’exploitation
naturelle et spirituelle. La temporalité protensive du futur simple est
atténuée par l’orientation rétensive du tableau symptomatique des
pouvoirs colonisateurs dressé par Peu. « Triste pantin… » est le constat
médical psycho-politique inclément de la condition marginalisée, de la
porosité et de la vulnérabilité de la présence et de la subjectivité. Les
différentes phases du « ressassement mémoriel » 49 constituent une
intensification graduelle atteignant son apogée dans la critique implacable
de l’Occident historique, politique et culturel, dans la symptomatologie
existentielle du rapport colonial, du désancrage identitaire. Les fragments
se juxtaposent et se superposent harmonieusement. La congruence 50
axiologique et la cohérence de la vision auctoriale contribuent à la stupeur
et à l’effet poignant de la présentation poétique de l’irrémédiable scission
de soi. Le repère temporel de l’énonciation a une charge valorielle
comparative positive, exemplaire servant de base référentielle aux
aspirations à la complétude ontologique, à la réappropriation identitaire.
Le texte assume une fonction médiatrice en ayant recours à la sphère
publique, à la réalité et aux vécus interpersonnels, au « lien social horizontal et
au lien sociétal vertical »51 pour donner une expression pluraliste des valeurs,
des privations et des expériences, pour décrire les enjeux, les polarisations
et antagonismes internes, l’instabilité et la fragilité sociales : « Triste pantin
désarticulé dans de tristes tropiques… Sait-il que le peuple autrefois fier se fait appeler
aujourd’hui « Collectivité territoriale » ? Il n’est plus un pays. Il est devenu le
prolongement outre-mer de la France. »
C’est un témoignage en faveur d’une solidarité régionale qui crée une
énergie synergétique unissant les différents vecteurs et classes de la société

48 Peu 2013 : 56.


49 Marcheix 2010 : 47.
50 Le terme est lu ici dans sa signifiance psychologique. Il s’agit donc du résultat de la

dynamique qui assure la correspondance entre l’expérience et la prise de conscience. Cf.


Moser 2009 : 246.
51 Soulet 2004 : 17.

104
et qui milite contre la désindividuation et l’impersonnalisation. L’élément
structurant de cette articulation exprimant l’engagement de l’auteur pour
un vivre-ensemble est la responsabilité collective, la cohésion
socioculturelle et la continuité historique. La subjectivité personnelle est
confrontée à des expériences à valeurs et appartenances multiples, à
identités plurielles52. Au lieu d’une présentation statique et factuelle des
valeurs, Peu nous propose une « renégociation valorielle »53 réflexive et flexible
soutenue par une argumentation alimentée de plusieurs domaines
appartenant à la vie d’une société 54 . Titaua Peu se donne la tâche de
dévoiler les dysfonctionnements psychiques, politico-structurels et
systémiques aussi bien que mentaux, spirituels, sociaux et identitaires.
Dans « Triste pantin… », on peut constater la prégnance des valeurs qui
offrent une alternative aux discours monolithiques, exclusifs qui donnent
naissance à des réalités désarticulées, désocialisées, désenracinantes. Ce
texte est un appel, un cri de solidarité qui attire l’attention à l’exclusion
sociale, à la privation matérielle et identitaire, à la déshumanisation, à
l’indifférence et devient ainsi un lieu de confrontation des vécus et des
perspectives. Le point de vue exprimé est celle d’une altérité55 en rupture
avec toute tentative réductrice et homogénéisante, exigeant une réciprocité
et une responsabilité mutuelle. La lecture éthico-politique et socio-
historique que nous offre Titaua Peu établit la perspective conflictuelle et
la distanciation « différentielle indispensable à l’émergence d’un devenir identitaire »
56 et se situe donc volontairement au « carrefour de tensions et de contradictions »
57.

« Des déshérences-expulsions quotidiennes, des sans-domiciles fixe


par centaines à qui ont a appris à mépriser la terre d’origine… Le
chômage non chiffré, heureusement imprécis. Un mois d’assises au
Palais de Justice pour dire, étaler la misère sociale, humaine,
sexuelle… la solitude, le désœuvrement, le manque d’Éducation,
laissant suinter l’essence d’une société violemment inégalitaire.
Coutumière de dérapages en tous genres » 58.
Le caractère subversif de l’écriture de Peu sert à créer un cadre, un jalon
interprétatif, une dynamique d’ouverture vers un horizon de

52 « La société devient plurielle et, par voie de conséquence, l’individu aussi. Il brise sa
propre unité, se fractionne et se voit contraint de gérer sa pluralité : pluralité
d’appartenances et donc pluralité de moi aussi. » Ibid. : 12.
53 Ibid. : 13.
54 À titre d’exemple l’histoire, la sociologie et la psychologie.
55 La notion est interprétée ici comme radicalement autre et irréductible à un alter ego. Cf.

Châtel 2004 : 151-152.


56 Marcheix 2010 : 56.
57 Idem.
58 Peu 2013 : 57.

105
réinterprétation, vers la dimension de reconquête de la subjectivité, de
l’autonomie psychique. Dans ce texte, la vision existentielle de base se
détache de l’identique et de l’indifférencié pour arriver à l’assomption de la
pluralité 59 et rejette catégoriquement le recours à un « mythe rétroactif et
consolateur »60 en faveur d’un réalisme cru et tout nu qui pourrait préparer la
naissance d’une attitude réparatrice. L’oppression, la paralysie et la vacuité
exprimées, les stéréotypes narratifs défaits et l’identité imposée
déconstruite constituent la charpente de cette contestation mettant en
texte l’expérience de l’hétéronomie et de l’aliénation. Nous pouvons donc
constater la transsubstantiation d’une nouvelle politico-économique en
vecteur et support d’une interrogation philosophique sur l’histoire et les
enjeux de l’identité, de l’altérité.

Bibliographie
BÉGOUT, Bruce (2000), La généalogie de la logique : Husserl, l’antéprédicatif et
le catégorial, Paris, J. Vrin.
BEN SALAH, Karima (2007), « The Cabinet of Edgar Allan Poe : Un récit
de vie sous l’emprise de la psychanalyse », in P. Begrand (dir.), Figures du
récit fictionnel et du récit factuel, Besançon, Presses Universitaires de Franche-
Comté, pp. 95-117.
BIGNALL, Simone (2010), Postcolonial Agency: Critique and Constructivism,
Édimbourg, Edinburgh University Press.
BORUTTI, Silvana (2013), « Traduction et expérience, traduction et con-
naissance », in G. Chiurazzi (éd.), The Frontiers of the Other: Ethics and Politics
of Translation, Berlin, LIT, pp. 21-40.
BOSA, Bastien et WITTERSHEIM, Éric (éds.), Luttes autochtones, trajectoires
postcoloniales, Paris, Karthala, 2009, p. 5-26.
BOUWER, Johan (2010), « The Little Prince: Integrating Friendship and
Existential Wisdom in Leadership Theory », in R. Ghesquière & K. J. Ims
(éds.), Heroes and Anti-Heroes: European Literature and the Ethics of Leadership,
Anvers, Garant, pp. 181-196.
BUSER, Pierre & DEBRU, Claude (2011), Le temps, instant et durée : De la
philosophie aux neurosciences, Paris, Odile Jacob.
CHÂTEL, Vivianne (2004), « La solidarité : Une exigence de
"responsabilité-pour-autrui" ? », in M.-H. Soulet (éd.), La solidarité :
Exigence morale ou obligation publique ?, Fribourg, Academic Press Fribourg,
pp. 137-162.
DEPRAZ, Nathalie (1995), Transcendance et incarnation : Le statut de
l’intersubjectivité comme altérité à soi chez Husserl, Paris, J. Vrin.

59 Borutti 2013 : 21-40.


60 Idem.

106
DEROO, Neal (2013), Futurity in Phenomenology: Promise and Method in Hus-
serl, Levinas and Derrida, Bronx, Fordham University Press.
Dictionnaire de l’Académie Tahitienne (Fare Vāna’a), DictFV, [En ligne].
URL : www.farevaana.pf/dictionnaire.php, consulté le 14 septembre
HALEN, Pierre (1999), « Pour en finir avec une phraséologie
encombrante : la question de l’Autre et de l’exotisme dans l’approche
critique des littératures coloniales et postcoloniales », in J.-F. Durand (dir.),
Regards sur les littératures coloniales, Paris, L’Harmattan, pp. 41-63.
HICKLING, Frederick W. (2007), Psychohistoriography: A Post-colonial Psy-
choanalytic and Psychotherapeutic Model, Kingston, University of the West In-
dies.
HIRO, Henri (2011), Pehepehe i taù nūnaa – Message poétique, Papeete, Haere
Pō.
JAUSSEN, Tepano (2009), Dictionnaire de la langue tahitienne, Papeete,
Société des Études Océaniennes.
KELLY, Louis G. (2002), The Mirror of Grammar: Theology, philosophy and the
Modstae, Amsterdam, John Benjamins.
KESZEG, Anna (2004), « Soi-même comme un autre : Paul Ricœur kései
hermeneutikája », Erdélyi Múzeum, n°66/3-4, pp. 90-97.
LARREYA, Paul (2005), « Sur les emplois de la périphrase aller+
infinitif », in H. B.-Z. Shyldkrot & N. Le Querler (éds.), Les Périphrases
Verbales, Amsterdam, John Benjamins, pp. 337-360.
LAZARD, Gilbert (1998), « L’expression de l’irréel : essai de typologie »,
in L. Kulikov & H. Vater (éds.), Typology of verbal categories : Papers presented to
Vladimir Nedjalkov on the occasion of his 70th birthday, Tübingen, Niemeyer,
pp. 237-248.
MARCHEIX, Daniel (2010), Les incertitudes de la présence, Berne, Peter
Lang, pp. 47-69.
MIDDELANIS, Hermann C. (2001), « "Worldpainting", art-vaudou,
et/ou néo-baroque », in K. Gyssels et al. (éds.), Newness in Intercultural Prac-
tices, New York, Rodopi, pp. 257-271.
MILNE, Lorna (2007), « Sex, violence and cultural identity », in L. Milne
(éd.), Postcolonial Violence, Culture and Identity in Francophone Africa and the
Antilles, Berne, Peter Lang, pp. 191-212.
MOSER, Gabriel (2009), Psychologie environnementale : Les relations homme-
environnement, Bruxelles, De Boeck Université.
OOSTINDIE, Gert (2012), « History brought home: Post-colonial migra-
tions and the Dutch rediscovery of slavery », in U. Bosma (éd.), Post-colonial
Immigrants and Identity Formations in the Netherlands, Amsterdam, Amsterdam
University Press, pp. 155-175.
PEU, Titaua (2013), « Triste pantin désarticulé dans de tristes tropiques »,
Littérama’ohi, n° 21, pp. 55-57.

107
RICŒUR, Paul (1995), « Expérience et lanagage dans le discours
religieux », in J. Greisch (dir.), Paul Ricœur : L’herméneutique à l’école de la
phénoménologie, Paris, Beauchesne, pp. 159-180.
RODEMEYER, Lanei M. (2006), Intersubjective Temporality: It’s About Time,
New York, Springer.
SOULET, Marc-Henry (2004), « De quelques enjeux contemporains de la
solidarité », in M.-H. Soulet (éd.), La solidarité : Exigence morale ou obligation
publique ?, Fribourg, Academic Press Fribourg, pp. 9-20.
STANLEY, David (2000), South Pacific Handbook, Emeryville, Avalon.
VEGLERIS, Eugénie (2010), La consultation philosophique, Paris, Eyrolles.

108
Rafael Ákos Szabó

La technique de brouillage dans W ou le souvenir


d’enfance
Introduction
Mes réflexions concernant les rapports entre construction de sujet, genres
littéraires et transfictionnalité seront poursuivies, dans le cadre de ce
travail, sur la base des observations d’ordre narratologique d’un roman de
Georges Perec, W ou souvenir d’enfance1.
Ce roman, composé de trente-sept chapitres, est scindé en deux
parties, contenant d’une part, un récit autobiographique, et de l’autre, un
récit fictif. Par rapport au récit autobiographique écrit à la première
personne du singulier, et apparemment, pris en charge par Perec, le récit
fictif dans lequel l’instance narrative nommée Gaspard Winckler 2 parle
également à la première personne du singulier (et dans la deuxième partie
à la troisième personne) est typographiquement marqué en italique. Dans
la partie autobiographique, le narrateur-personnage-auteur se souvient, du
moins le peu qui reste de ce qui n’est pas encore tombé dans l’oubli, de
son enfance. Dans la fiction, le narrateur-personnage confie au lecteur une
expérience des plus marquantes qu’il a pu constater de ses propres yeux, à
savoir une île de la Terre de Feu du nom de W, peuplée exclusivement de
colons européens qui organisent toute leur vie autour du Sport et forment
une société d’athlètes. Ce fantasme par ailleurs, comme ce sera révélé dans
les premières pages de la partie autobiographique, en est un que l’auteur-
narrateur-personnage avait eu durant son adolescence.
L’objectif de mon étude sera double. Dans un premier temps
j’essayerai de mettre en lumière la manière dont l’économie générale du
roman peut être mise au service de la construction identitaire du sujet, le
travail de la mémoire à l’origine des deux récits volontairement bien
distincts, permettant de mettre en scène la genèse du livre. Dans un
second temps, je tenterai de montrer la pertinence de la transfictionnalité,
afin de répondre à la question de savoir dans quelle mesure on peut
1 Nous allons par la suite renvoyer à l’ouvrage par l’abréviation W, suivi du numéro de
page. Nous nous servirons de l’édition en livre de poche Gallimard, coll. « L’Imaginaire »
Georges Perec, « W ou le souvenir d’enfance ». Pour l’édition originale, voir Georges
Perec, « W ou le souvenir d’enfance » 1975, Denoël, coll. « Les Lettres Nouvelles ».
2 Le narrateur de la partie fictionnelle hérite du nom de Gaspard Winckler, un enfant

sourd-muet, fils de Caecilia Winckler, cantatrice autrichienne et adjuvant du narrateur,


qu’elle sauve en lui offrant l’identité de son fils, car il a déserté l’armée. « C’est alors
qu’intervint Caecilia Winckler…on vous remit le passeport, à peine maquillé, que Caecilia
avait fait établir…pour son propre fils.» (W 41).

109
considérer la dénomination générique comme juste. Pour réaliser ces
objectifs, je mettrai au centre de mes interrogations l’interdépendance des
deux récits en question.

Le procédé d’itération en faveur des unités indissociables


Dans ce qui suit, je me propose de présenter des observations faites dans
le cadre de mes lectures méthodiques.
Premièrement, j’ai procédé à la lecture qui commence par le récit
fictif. Deuxièmement, j’ai opté pour celle qui, en inversant l’ordre, met en
premier le récit autobiographique par rapport au récit fictionnel. Et
troisièmement, en lisant séparément d’une traite la première puis la
seconde partie. Ces trois lectures m’ont permis de relever un nombre
considérable de reprises et de les envisager à la lumière de cette dualité
générique d’ordre compositionnel dans l’enchaînement d’éléments
présentés punctum contra punctum.
Si je me suis interrogé sur certains des détails très ponctuels lors de
ces lectures c’est parce qu’ils m’ont amené à formuler une question
pertinente pour mon propos : W ou le souvenir d’enfance est-il réellement une
œuvre composée de deux parties visiblement bien distinctes, cette
distinction marquée typographiquement aussi bien que génériquement, ne
pouvant se confondre et capables chacune de subsister de façon
autonome ? Ou bien est-ce une unité des deux textes, a priori à part, mais
dépendant chacun de la présence de l’autre pour former ce roman unique
en son genre ? Autrement dit, y aurait-il un seul ou deux narrateurs ?
Pour tenter de répondre à la question posée, j’ai relevé certains
passages et segments des deux récits dans le but de les confronter, les uns
aux autres, et de les placer dans une perspective comparative.

Reprises évidentes au service du flou


Pour commencer, considérons les extraits n’admettant aucun doute quant
à la correspondance entre les deux récits, au sein du roman.
1a. Il y a… ans à Venise, dans une gargote de la Giudecca… (dans
le récit fictif : 14)
1b. Il y a sept ans à Venise… (dans le récit autobiographique : 18)
Si la date de la citation (1a) n’est pas précisée par le narrateur-personnage,
c’est vraisemblablement dans le but de laisser planer l’incertitude, malgré
l’indication du lieu géographique que le lecteur est en mesure de situer,
Venise. Ceci étant dit, on peut s’interroger sur les raisons pour lesquelles
aucune date précise n’y figure. Serait-ce pour mettre en avant le caractère
imaginaire de ce récit ? Il se peut que Perec s’autorise à donner des
indications ancrées dans la réalité, mais uniquement dans la limite de
laisser ces endroits à la frontière entre le réel et le fictif, tout en les privant,

110
dans le même geste, de leur statut originel. Ce qui ne fait que renforcer
mes premières impressions, selon lesquelles l’écrivain tente de brouiller les
frontières entre fiction et réalité, rendant ainsi la lecture du roman
ambiguë et à double tranchant.
Dans les passages suivants, tirés des deux récits respectifs, l’instance
narrative se dit témoin, se mettant ainsi au second plan. Au lieu d’agir ou
de subir, il est destiné à percevoir. Ce regard extérieur lui permet de mettre
l’accent sur le fait qu’en aucun cas il n’est identifiable ni au héros, ni à la
victime héroïque des récits respectifs :
2a…je fus témoin et non acteur. Je ne suis pas le héros de mon
histoire. (dans le récit fictif : 14)
2b. L’événement…je n’en fus pas la victime héroïque mais un
simple témoin (dans le récit autobiographique : 113)
Je me permets donc à émettre une première observation : si le narrateur-
personnage de la fiction, et le narrateur-personnage-auteur de
l’autobiographie présentent des similitudes, n’est-ce pas un signe implicite
de Perec servant de modèle unique pour les deux malgré sa volonté à se
décharger de toute responsabilité ?
Les passages suivants invitent à mettre en valeur les rapports étroits,
rapports de renvoi entre fiction et autobiographie :
3a Vous êtes Gaspard Winckler ? (dans le récit fictif : 32)
3b…le héros, Gaspard Winckler… (dans le récit
autobiographique : 146),
La question se pose quant à l’identité de Winckler. Ici on reconnaît la
stratégie d’écriture pratiquée par l’écrivain. En effet, Perec a recours, dans
Entretiens et Conférences, vol. 2, de manière avouée à la réutilisation de
certains de ses personnages figurant dans les œuvres antérieures pour se
retrouver dans ses romans plus récents. Peut-on supposer que ces
personnages sont en réalité les diverses étapes de la construction
identitaire, les différents moments d’écriture ? Les segments suivants
renforcent cette hypothèse :
4a Gaspard Winckler…un enfant de huit ans…un garçon malingre
et rachitique… (dans le récit fictif : 40)
4b…il paraît qu’en arrivant à Villard j’étais très rachitique… (dans
le récit autobiographique : 111)
Ces passages témoignent de l’intention de rendre floues les frontières
séparant les deux récits qui composent le roman dans sa totalité. Le petit
Gaspard Winckler, sous-développé, et qui plus est, d’âge similaire que le
petit Georges chétif à peine atterri à Villard, semble réellement être le
double de ce dernier.
À la suite de ces observations, je serais aussi en droit de me demander

111
comment ces deux récits ont pu être joints de la sorte, à savoir côte à côte.
Sans aucun texte de transition, sans agrafe, cette conjugaison de textes, à
prime abord arbitraire, voire injustifiée, rend difficile à suivre le ou les fils
conducteurs du roman et risque de provoquer chez un lecteur non averti
un sentiment de déboussolement.
Un premier élément de réponse pourrait venir de l’extérieur, du hors-
texte du roman. Je renvoie ici aux facteurs qui interviennent dans la genèse
du livre, parmi lesquels Philippe Lejeune met en évidence un projet et une
crise personnelle. D’un côté, il nous rappelle qu’en 1970, suite à l’échec du
feuilleton romanesque W, Perec avait pour projet de rédiger un livre
autobiographique, mais que pendant quatre ans, il restait bloqué, incapable
de le finaliser. En effet, Perec avait initialement dans l’idée de publier sous
le titre de « W ou le souvenir d’enfance » un ensemble de trois textes,
respectivement le récit fictif de W, celui autobiographique et un troisième,
intitulé « intertexte ». Ce-dernier était « une série de chapitres explorant à
la fois l’histoire de son rapport à son enfance et celle de l’écriture du livre
lui-même3 », pouvant être apparenté à un « journal (de bord) ». Cependant,
ainsi que nous l’avons constaté dans le roman finalement publié, ce point
même s’il est révélateur par rapport à la juxtaposition précédemment
évoquée dans mon travail restera cependant hors-texte.
Et j’ajouterai à cela que, si Perec avait réellement voulu se soucier de
la vérité dans son roman autobiographique, il n’aurait très certainement
pas supprimé l’intertexte déjà évoqué. Mais « [t]enir un journal, c’est, au
lieu d’imaginer ou de se souvenir, dire le vrai, ce que l’on fait, ce que l’on
pense, ce que l’on est, sur le moment, sans le recul que donne
habituellement l’écriture4. » Cependant, d’après les biographies sérieuses et
son propre ouvrage, il n’est pas du tout certain que Perec ait tenu de
journal, pouvant être considéré à la fois en tant qu’avantage et
3 D’un autre côté, à cette époque, donc en 1970, l’écrivain commençait, parallèlement à la
rédaction de l’œuvre, une psychanalyse avec Pontalis, car il se trouvait très marqué par son
passé, complétement bloqué dans son projet d’écriture de soi. Puis en 1975, parallèlement
à la publication du roman « W ou le souvenir d’enfance », il terminait sa psychanalyse avec
Pontalis. Nous pouvons donc en déduire que c’est en remuant ses souvenirs enfouis, en les
confiant d’abord à son psychanalyste, que l’écrivain a triomphé sur « les démons » du passé
et cela l’a rendu extrêmement productif. « L’analyse lui a permis de réaffronter ce texte
abandonné, insupportable. S’il veut faire entendre au lecteur ce que l’analyste a fini par
entendre, il n’est pas nécessaire d’en dire « plus », mais au contraire moins. C’est une sorte
de création négative. » (Lejeune 2003 : 76) Et d’ailleurs, comme il cite lui-même ce que
Perec déclare en rapport avec la création négative, je ne peux que reproduire le texte faisant
suite à celui-ci, soutenant l’avis du critique : « Il fallait d’abord que s’effrite cette écriture
carapace derrière laquelle je masquais mon désir d’écriture, que s’érode la muraille des
souvenirs tout faits, que tombent en poussière mes refuges ratiocinants…» (Perec 1985 :
71).
4 (Bréchon, 2011 : 14).

112
inconvénient, selon le point de vue pris en compte.
Ceci étant dit, cette « création négative » a valu tout compte fait à ce
roman un très grand nombre de lecteurs et surtout d’études consacrées5.

Reprises au service de l’interversion


Je propose à présent de passer aux références moins faciles à repérer que
les reprises évidentes traitées précédemment. Si elles méritent tout autant
d’être observées de près c’est certainement parce qu’elles permettent de
garder et de renforcer la plausibilité de l’hypothèse selon quoi les deux
textes ne peuvent exister séparément, sous peine de perdre leur message à
véhiculer. À commencer par celles-ci :
5a J’ai longtemps hésité avant d’entreprendre le récit de mon
voyage à W. (dans le récit fictif : 13)
5b…j’inventai, racontai et dessinai une histoire. (dans le récit
autobiographique : 17-18)
Ces segments nous incitent à remarquer l’interversion des caractéristiques
attribuées traditionnellement aux deux types de récit respectivement, et
qui créent certaines attentes vis-à-vis des genres en question. Je m’explique
: d’un côté, le récit fictif qui, a priori, met en discours une histoire rappelle
la situation d’énonciation dans laquelle le narrateur-personnage avoue
avoir été indécis pendant un grand laps de temps avant de prendre en
charge l’histoire de son périple à W (île, dont la description frise l’utopie
avec sa société idéale fidèle aux lois et règles, et motivée par des désirs et
volontés communs des membres) alors qu’il n’a aucune contrainte en ce
qui concerne la nature d’une histoire inventée. D’un autre côté, dans le
récit autobiographique, contrairement à toute attente concernant la vérité
de l’histoire racontée, le narrateur-personnage-auteur imagine une histoire,
laissant entendre le fantasme de W. Peut-on supposer par-là que la partie
censée être fictive, paraît au contraire plus vraisemblable que la partie tirée
du réel ? Cela nous laisse à penser que c’est le récit autobiographique qui
emprunte les caractéristiques de la fiction remettant en question les
conventions du genre. Du coup, l’utopique détaché du fictif va de pair
avec l’autobiographique. Cet effet d’interversion entre fiction « réelle » et
autobiographie « fictive » sont également repérables dans les extraits
suivants :
6a Lentement j’oubliai les incertaines péripéties de ce voyage. (dans

5 À ce propos, j’évoquerai l’ouvrage de Sirvent (2007), au sein duquel une interview de


l’écrivain par Pous en 1981 révèle le fait que Perec considérait W en tant que son livre le
plus important, et que paradoxalement, c’était le moins connu, analysé, critiqué, commenté
et peut-être un de ceux qu’on a aussi le moins vendu de son vivant, à son grand désarroi.
Comble du sort, car il devient, certes, à titre posthume, mais un des plus grands auteurs du
XXe siècle.

113
le récit fictif : 13)
6b…j’inventai....une histoire. Plus tard, je l’oubliai. (dans le récit
autobiographique : 17-8)
Cette liste n’est pas exhaustive, certes, mais nous oblige à nous demander à
quoi bon redistribuer les propriétés génériques, tout en favorisant leur
éclatement et en bafouant les conventions. Quel en est l’intérêt ? Mon
hypothèse est fondée sur la technique de mémoire de l’oubli : l’auteur ne
dispose pas ou peu de souvenirs d’enfance, il ressent un vide, un manque.
Comme le narrateur-personnage-auteur le laisse entendre : « W ne
ressemble pas plus à mon fantasme olympique que ce fantasme olympique
ne ressemblait à mon enfance » (W 18). Pour tenter d’étoffer, de rendre
plus joyeux, vraisemblables, voire authentiques ses souvenirs d’enfance, il
donne à son histoire vécue une touche d’aventure. Il a recours à ce
procédé afin de remplir un peu ce « tableau photo » pauvre en images, au
sens propre comme au sens figuré. : « Je possède une photo de mon père
et cinq de ma mère… » (W 45). Je rejoins ici les idées de Bouchot qui
conclut ainsi son étude, qui, va également dans cette même direction :
La fiction de W se dit clairement comme tentative de
reconstitution d’une autobiographie fictive. De même que
l’autobiographie s’ouvre par un souvenir fantasmé, elle se perpétue
par la revendication d’un récit, où le puzzle des parents lointains,
enfin, se reconstitue6.
D’ailleurs le narrateur-personnage-auteur confesse lui-même que sa quête
de soi et de ses rares souvenirs en petite famille n’ont ressurgi uniquement
à l’aide de la fiction de W :
Aujourd’hui, quatre ans plus tard, j’entreprends de mettre un
terme…à ce le lent déchiffrement…je sais que se trouve inscrit et
décrit le chemin que j’ai parcouru, le cheminement de mon histoire
et l’histoire de mon cheminement. (W 18)
Cette interversion observée concernant le récit autobiographique tendant
vers l’imaginaire, et inversement, le récit fictif s’approchant de la réalité
peut être appuyée par d’autres détails surprenants, forcés d’être omis par
respect du nombre limite de caractères.

Primauté de l’autobiographie sur la fiction ?


Après avoir relevé ces détails puis les avoir analysés, je devrais me pencher
sur une question d’ordre différent. En effet, j’ai sélectionné quelques brefs
passages de la deuxième partie de l’ouvrage et m’interrogerai sur les
rapports entre les deux récits autobiographique et fictif, puis je révèlerai
en quoi cela peut être pertinent pour mon travail.
6 (Bouchot 1990 : 120).

114
Considérons les propos suivants :
7a …absences de repères : les souvenirs sont des morceaux de vie
arrachés au vide. Nulle amarre. Rien ne les encre. Rien ne les fixe.
Presque rien… (dans le récit autobiographique : 98)
7b […] Il n’y avait ni commencement ni fin. Il n’y avait plus de
passé, et pendant très longtemps il n’y eut pas non plus d’avenir,
simplement ça durait. (dans le récit autobiographique : 98)
7c […] Les choses et les lieux n’avaient pas de nom ou en avaient
plusieurs ; les gens n’avaient pas de visage. (dans le récit
autobiographique : 98)
Ces extraits peuvent créer une confusion chez le lecteur car ils figurent
certes dans la partie qui se veut issue de la réalité mais ils produisent a
contrario l’effet féerique, d’un récit contenant des éléments fictionnels, et
l’incapacité de situer des détails de son enfance dans le temps, de se
rappeler des noms et des faciès par l’auteur, provoque un rien de
scepticisme quant à la véracité des souvenirs chez Perec. Or, on ne devrait,
au contraire, apprendre du récit autobiographique que des informations
précises et produisant un effet de réel. En opposition à ce-dernier, le récit
fictionnel, lui, avec la grande majorité des verbes au mode indicatif, la
précision des descriptions concernant, entre autres, l’île de W, les villages,
leurs habitants et les mœurs de ceux-ci, les compétitions ainsi que les
règles s’y attachant, de fait semblent d’autant plus existants et ancrés dans
la réalité que les éléments cités auparavant. J’ai déjà mentionné également
le fait que Winckler et Perec présentent des similitudes autant sur le point
du statut (ils sont orphelins), que sur celui du rôle (ils sont témoins et
« rescapés d’un monde englouti », ils se réfugient tous deux dans
l’occultation de leur passé). En effet, à la première page du récit fictif, le
narrateur-personnage précise : « …persuadé que les événements dont j’ai
été le témoin doivent être révélés et mis en lumière. » (W 13), tandis que
dans le récit autobiographique le narrateur-personnage-auteur dit :
« L’événement eut lieu, un peu plus tard ou un peu plus tôt, et je n’en fus
pas la victime héroïque mais un simple témoin. » (W 113). Ces
ressemblances entre narrateur fictif et narrateur autobiographique
peuvent troubler le lecteur et justement l’auteur a très vraisemblablement
voire sciemment construit son récit de telle sorte afin de créer cet effet de
flou.
J’aurai recours aux termes de posé et présupposé, termes relevant de
la linguistique ducrotienne pour décrire le rapport s’établissant entre deux
textes, le récit fictif et celui autobiographique. Par définition, « [le posé]
apporte ce qui est affirmé par le locuteur, et l’autre est un préalable qu’on

115
doit admettre comme vrai pour comprendre l’énoncé de la question »7. Si
je tente d’appliquer ces deux termes à l’un et l’autre des récits, d’après mes
analyses précédemment développées, il en résulte que le récit fictif se
retrouve étant le texte posé et le récit autobiographique le présupposé. L’acte
de fiction produit un type de récit où le narrateur fictif est également
personnage. Alors, dans le cas de l’objet de mon étude, le narrateur de la
fiction, Gaspard Winckler, est par la même occasion personnage confirme
mon impression.
Pour justifier mes choix préalables, j’ai fait une sélection de quelques
passages du roman qui pourraient illustrer ces premiers :
J’ai longtemps hésité avant d’entreprendre le récit de mon voyage à
W. […] le témoignage que je m’apprête à faire… […] Je suis né le
25 juin 19… […] – Vous êtes Gaspard Winckler ? ... – Euh…
Oui… (dans le récit fictif : respectivement 13 ; 14 ; 32)
Ce que j’ai supposé dans les lignes précédentes, peut sembler être appuyé
sur la base des propos suivants :
Dans cette perspective [fiction = récit où l’énonciateur, qui est
aussi personnage, est fictif.], il serait difficile d’entrevoir la manière
dont l’autobiographie est présupposée, la vérité de l’histoire étant
exclue. Ce n’est pas seulement parce qu’on peut raconter des
histoires vraies qui ne sont pas pour autant les nôtres, mais aussi
parce que s’en tenir à la fiction pourrait aboutir aux effets du réel
sans la moindre intention d’aller à la recherche du vrai8.
Nous pourrions cependant nous poser la question en sens inverse, c’est-à-
dire, si l’autobiographie est posée, cela peut impliquer une fiction
présupposée. Ce qui voudrait dire que le récit fictionnel de W a le statut de
condition préalable : c’est à partir de celui-là qu’il est possible de se
souvenir et de mettre sur papier des détails de l’enfance. Ainsi, la stratégie
de Perec consiste à écrire premièrement l’histoire imaginaire
cauchemardesque de W, pour se libérer et se mettre à s’exprimer sur les
événements ayant réellement eu lieu et dont il a été le protagoniste.
…dessins dissociés, disloqués…à l’époque de W…entre, disons,
ma onzième et ma quinzième année, je couvris des cahiers entiers :
personnages que rien ne rattachait au sol qui était censé les
supporter…les jambes des athlètes étaient séparées des troncs, les
bras séparés des torses, les mains n’assuraient aucune prise. (dans le
récit autobiographique : 97)
Il nous confie également dans ce même passage du livre que « les
souvenirs existent, fugaces ou tenaces, futiles ou pesants, mais rien ne les
7 Pour l’approfondissement de la question, voir l’ouvrage collectif (DÉSFALVI-TÓTH
LABADIE : 2009).
8 Idem.

116
rassemble. » (97) Le bloc de W est donc « présupposé » par l’auteur par
rapport à son histoire personnelle encore en fragments. Le récit fictif
existant et entier, construit d’une manière à attirer l’attention et ne révélant
son message véritable qu’au terme du roman, prédomine sur le récit
autobiographique qui n’a formé un ensemble en ordre chronologique
traçable et cohérent qu’après la psychanalyse achevée de Perec. L’assertion
« la réalité présuppose la fiction » dans le cas de notre objet d’étude se
confirme.
Ce premier volet de mon analyse se termine donc par un constat, qui,
en soi n’est pas d’un très grand intérêt, me dira-t-on, par contre sert de
tremplin pour introduire le deuxième, dont la portée est bien plus
profonde. D’emblée, le caractère plus important de la partie fictive de
l’ouvrage, à mon sens en tout cas, se fait sentir car il se présente comme
plus structuré, plus complet, à l’écriture continue par rapport aux
fragments de souvenirs de l’enfance de l’écrivain, et par là justifie la
dénomination de « roman ».

La fiction « en force »
Après s’être interrogé sur l’interversion, puis la primauté des récifs
fictif/autobiographique par rapport à l’autre, il convient de remarquer une
anomalie : pour quelle raison qualifie-t-on W ou souvenir d’enfance
d’autobiographique alors que la partie fictionnelle manifeste une
prépondérance nette vis-à-vis de celle autobiographique.
Saint-Gelais offre des points d’appui pour mieux comprendre et situer
les termes d’intertextualité et de transfictionnalité dans un contexte
général, et auxquels j’aurai l’occasion de revenir. Il propose des idées
concernant la fiction qui sont pertinentes pour mes interrogations relevant
du générique :
La fiction et ses cousines plus ou moins proches (la fabulation, les
simulacres, les reality shows, la réalité virtuelle, etc.) semblent
envahir tout le champ de la culture, si ce n'est celui de la pensée
contemporaine. L'effritement de la réalité, célébré ou déploré,
paraît surtout celui des frontières qui distinguent celle-ci de la
fiction ; si le « crime parfait » de notre fin de XXe siècle, selon
Baudrillard, est celui d'avoir fait disparaître la réalité, la fiction, elle,
paraît sortir triomphante de cette nouvelle donne mouvante qui se
dessine. […] [P]ublicité, articles de journaux ou séries télévisées
constituent un vaste terrain indifférencié où seuls les contenus
importent, où la représentation discursive (ou plus largement
sémiotique) est censée prendre le relais de la représentation
politique. (Saint-Gelais 1999 : 1)
Plus nous avançons dans le temps, plus nous sommes enclins à remarquer
que la réalité telle quelle ne présente plus autant d’intérêt qu’auparavant,

117
quand bien même il s’agisse de genres littéraires l’ayant en tant que
condition nécessaire. Ceci ne semble d’ailleurs pas très logique puisque
(auto)biographie contient le mot [bio] signifiant la vie réelle, donc la
réalité. Néanmoins, d’après l’extrait, la fiction semble « plus vigoureuse,
plus forte » que son contraire, qui s’est progressivement vue se réduire à la
quasi (voire totale) inexistence au sein du genre romanesque. En son sein
nous distinguons maintes frontières d’avec la réalité, dont trois
mentionnées par Saint-Gelais, respectivement celles ontologique,
pragmatique et textuelle.
La frontière ontologique « établit une distinction entre le statut des
entités fictives et les entités réelles. » (Saint-Gelais, 3) Autrement dit, un
lieu, personnage ou fait réel n’est pas à considérer comme tel autre fictif.
Cependant, que ferons-nous par exemple des mille îlots de la Terre de Feu ou
bien le Luxemburger Wort dans la partie de W, lieu géographique et journal
quotidien ancrés dans la réalité, mais contenus dans un récit fictif ? Saint-
Gelais évoque des différences d’opinions sur la question. John R. Searle
s’accorde à dire que des éléments réels peuvent figurer dans un texte sans
pour autant enlever le caractère fictif de ce-dernier. Margaret Macdonald
et Ruth Ronen prônent quant à elles la théorie selon laquelle si nous avons
à faire à des éléments réels dans un texte de fiction, ceux-ci sont à
considérer sur le même plan que les éléments fictifs, et inversement.
…un texte n'est pas un simple agrégat d'énoncés, mais une
structure tissulaire qui, par le jeu des relations qu'elle instaure,
entraîne une homogénéisation ou à tout le moins une
contamination ontologique des entités impliquées 9 . (Saint-Gelais
1999 : 5)
Soit, le fait d’introduire des éléments comme par exemple les personnages,
on ne peut plus fictifs, de Vingt ans après d’Alexandre Dumas,
(« Porthos…transform[ant] les pincettes de cheminée en tire-
bouchon… », « le livre d’images que regarde le jeune Louis XIV… ») de
traiter de leurs agissements et paroles dans ses propres souvenirs, puis
d’en tirer des conséquences, revient à saboter le caractère réel de
l’autobiographie et la sincérité de Perec face à lui-même et à son public.
La frontière pragmatique relève plus « des énoncés et des actes de
langages dont ils procèdent » (Saint-Gelais, 8). C’est-à-dire que, d’une part,
nous avons des énoncés sérieux, « [soumis] à diverses règles dont celle,
cruciale, d’engagement de sincérité de l’énonciateur » (Saint-Gelais, 8)
comme par exemple : « Je n’ai pas de souvenirs d’enfance. » (17) et,
d’autre part, des énoncés fictionnels « libérés de cet engagement en ce que
les actes [de langage] sont alors feints » (Saint-Gelais, 8) tels que : « J’ai
longtemps hésité avant d’entreprendre le récit de mon voyage à W. » (13).
9 Saint-Gelais renvoie ici à une idée de Macdonald, Ronen et Pavel.

118
Searle, ayant formulé cette distinction en premier (et là-dessus Schaeffer
s’accorde avec lui), n’exclut pas le fait de pouvoir énoncer de la fiction
dans un cadre réel sans que l’énoncé influe sur le reste. Les deux phrases
exemplifiées ne paraissent ni l’une ni l’autre plus ancrés dans la réalité que
dans la fiction, cependant, si l’on prend le point de vue de Macdonald et
de Ronen, il faut dès lors considérer le roman de Perec comme feint dans
son intégralité car fiction il y a, présente dans la partie autobiographique,
et réciproquement. La citation d’un autre passage du récit véridique
correspondant au cas de figure « d’élément fictionnel dans une
énonciation fictive » permet de justifier la position de Macdonald et
Ronen :
J’ai trois ans. Je suis assis au centre de la pièce, au milieu des
journaux yiddish éparpillés. Le cercle de la famille m’entoure
complètement […] : toute la famille, la totalité, l’intégralité de la
famille est là, réunie autour de l’enfant qui vient de naître… (dans
le récit autobiographique : 26)
La contradiction des faits énoncés au tout début et à l’extrême fin de
l’extrait ci-haut, que le narrateur-personnage-auteur « a trois ans » et qu’il «
vient de naître » dans une seule et même phrase, suffit à ébranler
l’impression de réalité et de sincérité quand pris au pied de la lettre.
Évidemment, à la lecture d’un ouvrage de type littéraire de manière non-
scientifique, nous ne relevons pas ce genre de détail, ceci dit la théorie de
la « bévue insérée dans le discours 10 » semble, dans le cas présent, en
défaveur vis-à-vis de la véracité de l’acte de langage produit par Perec.
D’ailleurs, les adjectifs qualificatifs « invraisemblables, altérés et
dénaturés » relatifs aux souvenirs de l’extrait qui suit, remettent en cause
ces derniers :
Mes deux premiers souvenirs ne sont pas entièrement
invraisemblables, même s’il est évident que les nombreuses
variantes et pseudo-précisions que j’ai introduites dans les relations
– parlées ou écrites – que j’en ai faites les ont profondément
altérés, sinon complètement dénaturés. (dans le récit
autobiographique : 26)
Et une fois de plus, Perec confie au lecteur que ce dont il est sûr, n’est que
ce qu’il a lu, ce qui l’a marqué étant enfant dans les divers romans, certes
relevant de la fiction, mais pouvant être revérifiés ultérieurement,
contrairement à ses souvenirs personnels, n’existant, eux, que dans son
esprit :
…source d’une mémoire inépuisable, d’un ressassement, d’une
certitude : les mots étaient à leur place, les livres racontaient des
histoires ; on pouvait suivre ; on pouvait relire, et, relisant,

10 Je renvoie à une idée de Searle citée par Saint-Gelais.

119
retrouver, magnifiée par la certitude qu’on avait de les retrouver,
l’impression qu’on avait d’abord éprouvée... (dans le récit
autobiographique : 195)
La troisième frontière, textuelle, « ne concerne pas la distinction entre
fiction et réalité, mais plutôt celle entre les zones déterminées et
indéterminées d’une fiction. » (Saint-Gelais, 9) À savoir, le fait d’ignorer
une chose relative à une entité existante, palpable ou non, n’empêche
nullement de partir à sa recherche et de la trouver, aussi difficile soit-ce,
car elle est réelle. En revanche, nous pouvons en vain tenter de trouver
une réponse à une interrogation portant sur une entité fictive, outre les
informations qu’un auteur veut bien nous fournir, car elle se manifeste
uniquement dans son esprit, et il est le seul qui puisse en ajouter ou en
soustraire. De fait, nous devons par exemple nous contenter des détails
sur W offerts par Gaspard Winckler alias Georges Perec, sans avoir la
possibilité de connaître plus en profondeur l’île, ses habitants et leurs
mœurs, ou bien son enfance, ses parents, sa ville d’origine.
Pour compléter ces considérations sur la fiction en général, il serait
utile d’évoquer Godard qui, pour sa part, mais l’accent sur la narration :
Je voudrais m’attacher à un aspect et à un moment circonscrit de
[la] crise permanente [de la fiction], en ne prenant le mot ni au sens
très général où toute narration est fiction dans la mesure où elle
transforme les données du réel, ou plus radicalement parce que le
réel est inaccessible, ni non plus dans le sens, influencé par
l’anglais, qui l’identifie abusivement au roman dans sa totalité, mais
dans un sens restreint qu’il a en tant que statut d’une certaine
forme de texte littéraire. La fiction doit s’entendre dans ce champ
comme le pouvoir qu’a le romancier d’inventer et de donner vie
dans l’imagination des lecteurs, par les vertus de la narration, à des
personnages fictifs, proclamés par lui comme tels et reçus comme
tels par le lecteur, essentiellement distincts de lui-même et de tout
individu réel, quels que soient les emprunts de détail faits à ce réel,
le sien ou celui d’autrui; distincts d’une distinction perçue, chacun à
sa manière mais également, par le romancier et par le lecteur.
(2001 : 81)
Cela rejoint les acquis des théoriciens déjà cités dont en premier lieu Saint-
Gelais. Le fait que Perec ait inventé par exemple un événement, qu’il était
apparemment le seul à avoir vécu prouve une nouvelle fois que, quand
bien même il s’agirait de souvenir personnel, ce roman relève bien
davantage de la fiction que de l’autobiographie.

Gaspard Winckler héros transfictionnel de « W ou le souvenir


d’enfance » ?
L'intertextualité repose sur des relations de texte à texte, que ce soit par
citation, allusion, parodie ou pastiche. La transfictionnalité, elle, suppose la
120
mise en relation de deux ou de plusieurs textes sur la base d'une
communauté fictionnelle : constituent un ensemble transfictionnel, non
pas les textes qui mentionnent un personnage comme Sherlock Holmes
(par exemple celui que je suis en train d'écrire), mais bien les textes où
Holmes figure et agit comme personnage. (Saint-Gelais, 2)
Gaspard Winckler, le héros de la partie fictive, n’est pas un
personnage apparaissant pour la première fois dans l’œuvre perequienne:
En effet, de la confession personnelle de l’auteur dans la partie
autobiographique, Gaspard Winckler est le héros du roman Un homme qui
dort 11 , présentant, par le plus grand des hasards, une caractéristique
physique sensiblement identique à celle de l’auteur, à savoir une cicatrice à
gauche de la lèvre supérieure. D’ailleurs, ce même personnage ressemble,
aux dires de Perec, à celui figurant sur la toile d’Antonello de Messine
intitulé Portrait d’un homme, dit le Condottiere 12 , arborant également cette
blessure à ce même endroit. Cette corrélation de caractéristique identique
nous conduit à croire que Perec l’a sciemment choisi pour personnage
principal dans les romans cités précédemment, un personnage
transfictionnel reliant au moins trois de ses romans, et qui plus est, une
réplique fictive du narrateur-personnage-auteur du roman
autobiographique. Par le biais de ce protagoniste récurrent, la question de
la transfictionnalité se vérifie donc, et fait de nouveau pencher la balance
du côté de la fiction au détriment de l’autobiographie.

Conclusion
En guise de clôture, passons en revue ce que nous avons réussi à constater
depuis notre introduction. L’œuvre novatrice est unique voire inclassable
du fait de sa composition et de sa catégorisation générique. En me
plongeant dans des méthodes de lecture de choix personnel, j’ai
premièrement pu relever, en apportant maints exemples pour soutenir mes
impressions, que les parties fictive et autobiographique sont indissociables
et interdépendantes l’une de l’autre de façon réciproque, qu’elles se
complètent à merveille. Perec semble les avoir conçues volontairement
bien distinctes du point de vue typographique, et vouloir brouiller les
pistes rendant par-là la lecture d’autant plus intéressante que difficile. Suite
à cela, j’ai désiré polémiquer sur la question selon laquelle W ou le souvenir
d’enfance peut-il être classé dans la catégorie générique de l’autobiographie
ou non. Mon deuxième constat a été que la partie fictive de l’ouvrage
paraît plus structuré, plus complet, à l’écriture continue et paraissant
encrée dans la réalité par rapport aux fragments de souvenirs véridiques
restants dans le vague, et basculants même parfois dans l’onirique,
11 (W, 146).
12 (W, 146).

121
résultant ainsi un texte très décousu, perdant son caractère vraisemblant.
Ceci tend donc à justifier la dénomination de « roman », l’œuvre ne
pouvant se constituer partie intégrante de l’autobiographie pure. De plus,
en observant de plus près les frontières ontologique, pragmatique et
textuelle de la fiction d’avec la réalité, j’ai par moments été tenté de dire du
roman qu’il frôle la fiction en bonne et due forme, discréditant l’ensemble
des souvenirs, éléments réels trop épars.
A présent, formulons une question qui doit advenir au terme de ce
travail : en prenant compte de toutes les contradictions de type générique
et narratologique traitées ci-dessus par rapport aux caractéristiques
propres à l’autobiographie, W ou le souvenir d’enfance doit-il être qualifié
comme tel ? Car, en brouillant les pistes, en effaçant les frontières entre les
deux récits, en octroyant les marques de véridicité à la fiction de W, et
inversement, en attribuant celles de l’imaginaire à l’autobiographie, ou
encore en offrant une apparence identique au narrateur-personnage-auteur
et au narrateur-personnage, Perec a, certes « invent[é une] nouvelle forme
de l’autobiographie » (W 7) néanmoins, il a par la même occasion généré
une redéfinition des critères de cette-dernière, le redirigeant vers la fiction,
l’imaginaire.

Bibliographie
Ouvrages
GENETTE, Gérard (1991) Fiction et diction, Paris, Seuil.
PEREC, Georges (1985) Penser/Classer, Paris, Hachette.
PEREC, Georges (1975) W ou le souvenir d’enfance, Paris, Denoël.

Articles
CONTE IMBERT DAVID, U. Carlos III (2001) « Mémoire et utopie
dans W ou le souvenir d’enfance Thélème », Revista Complutense de Estudios
Franceses, 16. sz. 139-150. o.
BRECHON, Robert (2011) « L’invetion de soi Rilke, Kafka, Pessoa», in
Comparatisme et société, 13. sz. P.I.E. Peter Lang S.A.

Chapitres d’ouvrages collectifs


GODARD, Henry (2001) « La crise de la fiction. Chroniques, roman-
autobiographie, autofiction » in M. Gosselin-Noat (dir.) L’éclatement des
genres au XXe siècle, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, pp. 81-91.

122
Internet
BERTHELOT, Francis « Genres et sous-genres dans les littératures de
l’imaginaire »,
URL : http://www.vox-poetica.org/t/lna/FB%20Genres%20
imaginaire.pdf, consulté le 30 avril 2013.
BERTHELOT, Francis « Personnage de papier ou personnage de chair ? »
URL : http://www.vox-poetica.org/t/lna/Tberth2003.html, consulté le
30 avril 2013.
BOUCHOT, Vincent (1990) L’intertextualité vernienne dans « W ou le
souvenir d’enfance » Études littéraires, vol. 23, 1-2. sz. 111-120. o.
URL : http://www.erudit.org/revue/etudlitt/1990/v23/n1-2/500930ar.
pdf, consulté le 28 avril 2013.
DUCROT, Oswald (1969) « Présupposés et sous-entendus », Langue
française. n° 4, 1969. pp. 30-43
URL : http://www.utc.fr/~jguignar/SC21/Textes/Ducrot%20(Sous-
entendus).pdf, consulté le 23 octobre 2013.
CHAUVIN-VILENO, Andrée (2002) « Ethos et texte littéraire. Vers une
problématique de la voix », Semen, 14, Textes, Dicours, Sujet,
URL : http://semen.revues.org/document2509.html, consulté le 30 avril
2013.
DAYAN ROSENMAN, Anny (1998) « Entendre la voix du témoin »
Mots, n° 56. pp. 5-14.
URL :
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mots_0243-
6450_1998_num_56_1_2362, consulté le 25 octobre 2013.
LEJEUNE, Philippe (2003) « La rédaction finale de W ou le souvenir
d'enfance », Poétique, n° 133, p. 73-107.
URL : http://www.pol-editeur.com/pdf/301.pdf,consulté le 1er décembre
2013.
SAINT-GELAIS, Richard, « La fiction à travers l'intertexte : pour une
théorie de la transfictionnalité »,
URL : www.fabula.org/forum/colloque99/PDF/Saint-Gelais.pdf,
consulté le 15 janvier 2014.
SIRVENT, Michel « Georges Perec ou le dialogue des genres »,
URL :
http://books.google.hu/books?id=cP1PSP0vUHcC&printsec=frontcove
r&hl=hu#v=onepage&q&f=false, consulté le 30 avril 2013.

123
József Krisztián Szalánczi

„Territorio Chileno Antártico”1


Los antecedentes históricos de las reclamaciones
territoriales antárticas de Chile de 1940

Chile tricontinental – es decir, Chile, el país que se extiende a tres


continentes. Al principio, esta declaración puede sonar extraño, pero al
examinar su contenido subyacente, podemos descubrir la concisa suma de
un concepto geopolítico. La expresión mencionada está destinado a
enfatizar que Chile, que mirando a su territorio principal, está situado en el
subcontinente sudamericano, gracias a la posesión de la Isla de Pascua2
anexado en 1888 y el Territorio Chileno Antártico establecido en 1940,
ejerce dominio sobre unas partes de Oceanía y el Antártico también.3 Esta
teoría – que puede ser considerado también cómo la posición oficial del
estado de Chile en el asunto – se convierte en algo muy interesante, si la
comparamos con el Tratado Antártico de Washington, firmado en 1959 y
ratificado por Chile también, que colocó toda la región situado sur de 60°
de latitud sur bajo control internacional. 4 Dado que el tratado ártico
celebrado en el ambiente helado de la Guerra Fría, en cuanto a su espíritu,
adopta una actitud contra las reclamaciones territoriales que afectan al
continente blanco, podríamos pensar, que es incompatible con el punto de
vista chileno mencionado – en la realidad, la situación es mucho más
compleja. La lucha internacional por la posesión del Antártico que tiene
como consecuencia que en la primera mitad del siglo 20 siete estados

1 Traduite par Alexandra Gál-Forró (les rédacteurs).


2 La anexión de la Isla de Pascua (27° de latitud sur; 109° de longitud oeste) que
originalmente fue habitada por nativos polinesios fue anunciada el 9 de septiembre de 1888
por el capitán de la marina chilena, Policarpo Toro. La isla es uno de los pocos territorios
que están situados a una distancia significante del continente sudamericano, al que un
estado latinoamericano había sido capaz de extender su autoridad permanentemente
durante el siglo 19, a pesar de las grandes potencias colonizadoras. (Porteous 1981: 67).
3 Según la posición oficial de Chile, el país se compone de tres partes principales: el

territorio continental sudamericano (Chile continental; incluyendo los trozos de tierracerca de


la costa, por ejemplo en el archipiélago de la región de la Tierra de Fuego), las islas situadas
en el Océano Pacífico bajo soberenía chilena (Chile insular) y el Territorio Chileno Antártico
situado en el continente antártico. En cuanto a los dominios en el Océano Pacífico, a parte
de la Isla de Pascua, la Isla Sala y Gómez, geográficamente perteneciente a Polinesia (26°
de latitud sur;105° de longitud oeste y las Islas Juan Fernández, situadas más cerca del
territorio americano (33° de latitud sur; 78° de longitud oeste) y las Islas Desventuradas
(26° de latitud sur; 79–80° de longitud oeste) también forman parte de Chile. (U.S. Central
Intelligence Agency 2009: Chile, administrative divisions. Mapa).
4 NAAC A10728, DOCUMENT 28.

125
presentaron reivindicaciones formales por territorios antárticos, 5 es un
problema no insignificante, que hoy en día no se menciona a menudo,
cuyas olas habían sido calmadas por el pacto de 1959, pero las cuestiones
de soberanía no habían sido resueltas, sólo más bien conservadas.6 En mi
estudio, me gustaría presentar que Chile, que por su situación geográfica
siempre prestó atención especial en los asuntos de la zona sur del Océano
Pacífico y de los territorios situados al sur del Estrecho de Magallanes y
del Cabo de Hornos, después de que antecedentes históricos y además
con que base jurídica y bajo que circunstancias declaró su soberanía en
1940 sobre el sector antártico situado entre 53–90° de longitud oeste, que
hasta hoy día se considera, bajo nombre de Territorio Chileno Antártico,
una entidad administrativa de estatus especial del país.
Cabe señalar, que – en contraste con hoy en día cuando la cuestión de
la Antártida más a menudo surge en relación con el calentamiento global,
las reservas de materias primas sin explotar y la cantidad enorme de los
recursos de agua dulce en forma de hielo en su territorio – la atracción
principal del Sur Ártico en la época entre los finales del siglo y los
mediados del siglo 20 fue la ballenera industrial.7 Es importante destacar,
porque desde el punto de vista del tema significa un factor indispensable,
que detrás de las reclamaciones de derecho y discusiones de la época,
relacionadas con la Antártida y de las expediciones casi en todas la
ocasiones estaba la motivación económica relacionada con la ballenera,
por ejemplo la colocación de la actividad de la caza bajo el control del

5 Gran Bretaña (1908), Nueva Zelanda (1923), Francia (1924), Australia (1933), Noruega
(1939), Chile (1940) y Argentina (1942/1943). (NAAC A4311/8. 365/8. 32–33).
6 El Tratado Antártico, en términos de su espíritu, rechaza la idea de que cualquier estado

ejerza soberanía sobre la Antártida o algunas partes de ella, sin embargo, según la redacción
exacta, la situación no está nada claro. El artículo IV del Tratado, que trata con el asunto
dice que no se harán nuevas reclamaciones de soberanía territorial, ni se ampliarán las
reclamaciones anteriores hechas valer, mientras el Tratado se halle en vigencia. (NAAC
A10728, DOCUMENT 28). Es importante destacar esto, porque demuestra que los
estados con reivindicaciones formales en la región antes de 1959 no fueron obligados a
presentar una renuncia categórica. La cuidadosa redacción es debida al hecho de que todos
los siete estados afectados (que naturalmente fueron signatarios originales del tratado)
insistieron en la validez por lo menos teórica de los títulos obtenidos anteriormente, y
cualquier ausencia por su parte podría haber causado la falta de seriedad del tratado.
Sumándolo todo, las reclamaciones territoriales antártidas anunciadas antes de 1959
actualmente tienen un estatus „no actual”, o „congelado”.
7 NAAC A4311, 365/8: 5. El crecimiento explosivo que – en primer lugar, como el

resultado de las innovaciones de expertos noruegos – ocurrió en la segunda mitad del siglo
19 en los métodos de caza de ballenas, en unas décadas causó la drástica reducción del
número de ballenas del Hemisferio Norte. Como consecuencia, a partir de los años1890,la
ballenera industrial poco a poco se movió a las aguas del sur, dando así una importancia
económica – que conlleva consecuencias políticas también – no despreciable a la región
oceánica alrededor de la Antártida. (Mills 2003: 695; Dakin 1947: 9).

126
estado. En otras palabras: los países afectados intentaron expandir su
soberanía sobre la región oceánica cercana, rica en ballenas por la
posesión de los territorios del Sur Ártico.8
Chile, que declaró su independencia en 1818, después del colapso del
imperio colonial español en América del Sur al principió dejó claro que
consideraba ciertas partes del Océano del Sur parte de su esfera de
influencia – además, las colocaba dentro de sus frontera estatal. El héroe
de la guerra de independencia contra los españoles, Bernardo O’Higgins
declaró en su memorando del año 1831 – cuyo propósito fue dado por las
Islas Shetland del Sur, situadas a unos 800 kilómetros de la costa sur de la
parte continental de América, y a unos 120 kilómetros de distancia de la
Península Antártica que después de su descubrimiento en 1819 fue
regularmente visitada por cazadores de foca británicos y americanos 9 –
que Chile, por la herencia española de la época colonial tenía derechos
especiales relacionados con la Antártida y su soberanía expandía a las Islas
Shetland del Sur también.10 Este acto puede ser considerado como una
declaración ideológica temprana, pero a la vez muy importante de la
política antártica chilena y señala un punto de vista especial cuyo marco
jurídico viene de las circunstancias de la creación de los países
latinoamericanos. Dado que Chile no había existido como estado
independiente antes de 1810, no podía hacer referencia a los
descubrimientos geográficos bajo su bandera propia para sustentar sus
reclamaciones, aunque podían haber servido como argumentos de peso en

8 Por supuesto esto no significa que el asunto de las materias primarias del continente
antártico no había ocupado ya en esta época a las potencias del mundo. El profesor de
geología australiano Edgeworth David quien fue el líder del equipo científico durante el
viaje de investigación de Sir Ernest Shackleton entre 1907–1909 preparó una reseña en
1920 en la Universidad de Sydney sobre los yacimientos de carbón decubiertos en los
viajes de investigacion anteriores. El hecho de que el documento fue clasificado como
„secreto” señala bien que los competentes británicos/australianos no tenían la intención de
compartir su contenido con el público. (A981, ANT 4 PART 1. Re Economic Resources
of Antarctica). Sin embargo, de la extracción de las materias prima en este territorio
inadecuado para estancia humana permanente sólamente se podía hablar a largo plazo en la
época.
9 Las Islas Shetland del Sur (aprox. 61–64° de latitud sur; 54–62° longitud oeste) fueron

descubiertas en 1819 por el inglés, Capitán William Smith quien el mismo año, en su
segunda visita anunció que en nombre del monarca británico, Jorge III tomaba de
posesión al territorio. (NAAC A4311, 365/8: 44–45; Headland 1989: 111–112;
Riffenburgh 2007: 442). En cuanto al verdadero descubrimiento de las islas, da lugar a un
debate el hecho de que durante una expedición entre 1598–1600 primero el holandés
Dirck Gerritsz y después en 1603 el español Gabriel de Castilla navegó al lado de las islas,
pero supuestamente ninguno de ellos se dió cuenta de la tierra. (Headland 1989: 59–60).
10 Pinochet de la Barra 1955: 28.; Hayton 1956: 584. O’Higgins en el documento marcó el

65° de latitud sur y las Islas Shetland de Sur como la extensión límite de Chile en el sur.
(Pinochet de la Barra 1955: 28).

127
la justificación de una reclamación territorial, incluso la de algún
archipiélago o del continente Antártico. 11 Desde este punto de vista, el
estado chileno se encontró en una situación de desventaja insuperable en
el momento de su formación, frente a las potencias colonizadoras, en
particular, con respecto a Gran Bretaña, que después de la adquisición de
las Islas Malvinas en 183312 empezó la organización de la administración
imperial británico en la zona del Atlántico Sur.13
La solución al problema fue la herencia colonial mencionada por
O’Higgins y el principio de uti possidetis („como poseéis”), precedente de le
época romana, estrechamente relacionado con esto que fue aplicado por
primera vez en la edad moderna justo en Sudamérica, después de la salida
de los españoles y su esencia fue que los estados independizados
prácticamente se formaron dentro de las antiguas fronteras de las
entidades administrativas españoles anteriores. 14 Según la interpretación
chilena esto significó que aunque los señores anteriores se hubieran ido,
sus derechos y privilegios hubieran sido dejados como herencia – es decir,
todos los territorios de la zona reclamados por los españoles antes de 1810
fueron transferidos a los estados sucesores. 15 Aparentemente, es difícil

11 Aunque en los años 1800 ningún estado presentó una reclamación oficial sobre la tierra
de la Antártida, en la primera mitad del siglo 19 ya pasaron descubrimientos en la zona –
por ejemplo durante la expedición del británico James Clark Ross entre 1839–1843 o la
expedición del francés Dumont d’Urville entre 1837–40, los que servirían como punto de
referencia para reclamaciones territoriales futuras (NAAC A4311, 365/8: 80; Headland
1989: 146).
12 Gran Bretaña extendió su autoridad en las Islas Malvinas en 1833 después de que el

capitán John James Onslow, el comandante del buque de guerra Clio – quien fue mandado
al la localidad por la restauración de una fortaleza británica abandonada anteriormente –
desalojara a los colonos argentinos que vivían en la isla. El territorio, menos en la época de
la guerra de las Malvinas en 1982 – cuando las tropas de la junta argentina militar del
general Galtieri habían atacado al archipiélago que, después fue reconquistado por las
fuerzas expedicionarias británicas en una guerra abierta – está bajo jurisdicción del Reino
Unido, de facto. (Gough 1990: 261; Mills 2003: 140). La disputa británica-argentina, hasta
hoy día existente, relacionada con las islas no es sólo una cuestión de prestigio para las
partes dado que en el principio del siglo 20 Gran Bretaña anunció su reclamación territorial
sobre el sector antártico, demoninado Dependencias de las Islas Malvinas (Falkland Islands
Dependencies) que contiene territorios del Atlántico Sur y de la Antártida también, basándose
en la jurisdicción sobre las Islas Malvinas. (Véase en detalle: Szalánczi 2014: 191–204).
13 Reina Victoria creó en 1843 la zona administrativa británica alrededor de las Malvinas

bajo el nombre de „Colonias de las Islas Malvinas y sus Dependencias”. („Settlements in the Falkland
Islands and their Dependencies” – traducción propia.) El decreto otorgado (Letters Patent) fue
modificado posteriormente varias veces(1876, 1892, 1908, 1917). El archipiélago recibió el
estado Colonia de la Corona en 1892. (ICJ 1956: 13).
14 Lalonde 2002: 24. Se decidió por la aplicación del uti possidetis porque con el uso de las

líneas fronterizas existentes a lo mejor es posible evitar las disputas territoriales de los
países recién formados. (Hensel – Allison – Khanani 2003: 2–3).
15 Chile naturalmente no fue el único que hizó refrencia al uti possidetis y a la herencia

española a la hora de apoyar sus reclamaciones. Argentina – y su entecesor, las Provincias

128
relacionar la teoría con la Antártida, dado que a la hora de la declaración
de independencia de Chile la existencia de la Antártida no fue probado y
de esto se deduciría directamente que España no podía haber tenido
títulos en la vecindad inmediata del continente blanco. Pero la teoría,
como ha sido mencionado, no parte de los descubrimientos geográficos –
y de este modo evidentemente se encuentra en un fuerte contraste con el
principio de dominio reservado que forma parte del derecho internacional
desde los finales del siglo 1916 –, sino utiliza como referencia los contratos
y cartas contraídos anteriormente por el Reino de España como
justificantes de las reclamaciones chilenos.
El documento más antiguo desde este punto de vista es la bula Inter
caetera otorgada por el papa Alejandro VI en 1493, 17 y su enmienda, el
Tratado de Tordesillas firmado en 1494, en que España y Portugal
repartieron entre ellos la parte oeste del mundo no europeo a los albores
del descubrimiento del Nuevo Mundo, según los cálculos actuales,
marcando la línea que separó sus esferas de influencia aproximadamente
en el 43° de longitud oeste.18 El Tratado se aplicaba a todos los territorios
descubiertos o por descubrir y su letra contenía que la zona fronteriza se
extendía del Polo Norte al Polo Sur.19 Basándose en esto, – estrictamente
en teoría – la posesión de una parte de la zona oeste de la Antártida
entonces desconocida era de la Corona española. Constituye un punto de
referencia parecida la teoría, según que los gobernadores españoles de
Chile anteriores por un otorgamiento de Carlos V de 1539, y por un

Unidas del Río de La Plata – reclamó a las Islas Malvinas, que anteriormente había sido
posesión española, sobre las que ejerció su soberanía entre 1820–1831/33, basándose en el
mismo principio. (Hurlbut 1887: 258-259). La reclamación argentina relacionada con la
Antártida – que trataré más adelante – también viene de la teoría mencionada, y su base es
prácticamente lo mismo que la de la chilena. (Hayton 1956: 587).
16 El tratado firmado en Berlín, en 1885 se trató de los modos posibles de conseguir los

territorios por descubrir, que no están bajo sobreanía estatal. La conferencia en primer
lugar se ocupó de los territorios africanos, pero posteriormente fue punto de referencia en
los asuntos del Polo Norte y Sur también. El tratado colocó bajo estricta evaluación la
cuestión del reconocimiento internacional de la reserva: el descubrimiento del territorio y la
declaración formal de la reclamación en sí mismo no se consideró un acto terminado, la
ocupación fue aceptada sólo en el caso, si el estado afectado realmente ejerció soberanía
sobre el territorio, es decir, organizó su administración real. El requisito de la ocupación
efectiva, por las condiciones climáticas adversas fue imposible de cumplir en la Antártida,
esto resultó en la evasión o interpretación amplia del tratado por las potencias interesadas
por la zona. (General Act of the Conference of Berlin 1909: 24; Csatlós 2012: 117–118).
17 En la realidad, una serie de bulas, dado que el papa otorgó cuatro bulas en 1493 dentro

de muy poco tiempo en el asunto, de estas la del 4 de mayo, que empieza con Inter caetera se
trata de las fronteras. (Pinochet de la Barra 9; Lalonde 2002: 24–25).
18 El Tratado de Tordesillas se trató del hemisferio oeste; los territorios situados oeste de la

línea fronteriza iban a ser españoles, los territorios situados este, portugueses. El Tratado
de Zaragoza, firmado en 1529 repartió el hemisferio este. (Williams 1922: 4; 7).
19 Pinochet de la Barra 1955: 10.

129
regalo ejercían jurisdicción sobre los territorios situados al sur del
Estrecho de Magallanes y sobre los territorios hasta la Antártida
también. 20 No hace falta enfatizar, que la relevancia del Tratado de
Tordesillas con la aparición de los poderes que entraron en el proceso de
colonización más tarde – como Inglaterra, Francia u Holanda –, y con el
cambio desventajoso de las relaciones internacionales de poder político
desde el punto de vista de España y Portugal cada vez disminuyó, hasta
que en la primera parte de los años 1800 se pudo llamar papel muerto.21
En cuanto a la Antártida, detrás de la reclamación chilena basada en el uti
possidetis y el principio de la continuidad histórica en el siglo 19 se
encuentra más bien un contenido teórico que práctico; sin embargo es
indudable que Santiago ya se preocupó en esta época del misterioso, pero
hasta el principio del siglo 20 poco conocido continente del sur.
El país latinoamericano en la edad heroica de descubrimiento de la
Antártida se centró sobre todo en sus asuntos continentales, de los cuales
cabe destacar los eventos de la lucha por la posesión de Patagonia. El
gobierno chileno decidió en 1843 que expandía su soberanía en la práctica
también sobre el Estrecho de Magallanes y los territorios alrededores, por
eso lanzó una expedición a la zona y encargó a su líder, John Williams (o
Juan Gillermos) capitán de origen británico quien llevaba mucho tiempo
sirviendo en la marina chilena, con la tarea de establecer una fortaleza en
la zona para apoyar la reclamación. Williams, quien llegó en bordo de la
goleta Ancud, después de su llegada tomó posesión de la tierra en nombre
de Chile y después empezó el establecimiento de la guarnición en la
Península Brunswick, cerca del estrecho – que es el borde meridional del
continente sudamericano, norte del archipiélago de la Tierra de Fuego –.22
Argentina que también tenía reclamación sobre la región entregó una
protesta oficial en 1847 y con esto empezó una disputa que duraba
durante varias décadas entre las partes. 23 La disputa, y el intento de

20 Hayton 1956: 585.; Pinochet de la Barra 1955: 13–14. En los años 1550, varios decretos
españoles fueron emitidos que mencionaron los territorios situados al sur del Estrecho de
Magallanes también como accesorios de la Corona, o regiones bajo la supervisión del
gobernador de Chile. (Pinochet de la Barra 1955: 15).
21 España, en la segunda parte del siglo 17 se vió obligado a reconocer oficialmente que

con el Tratado de Tordesillas, en su forma original, es imposible de cumplir y en el Tratado


de Madrid firmado en 1670 – en cambio por la garantía de que los ingleses no iban a
molestar sus posesiones en el Nuevo Mundo – reconoció la existencias legal de las colonias
de Inglaterra en Norteamérica y Centroamérica. (Hart 1907: 625; Pinochet de la Barra: 20).
22 Perry 1980: 349; Headland 1989: 157. La colonia recibió el nombre Fuerto Bulnes por el

Presidente de la República de Chile Manuel Bulnes. La guarnición fue trasladada en 1849


más al norte, a Punta Arenasba. (Perry: 1980: 349).
23 Perry 1980: 349. Buenos Aires – basándose en la herencia española – anteriormente ya

declaró las islas alrededor del Cabo de Hornos suyas, haciendo referencia a un decreto de

130
Argentina y Chile de hacer cumplir su soberanía lo antes posible sobre el
territorio que anteriormente estaba bajo soberanía estatal sólo
nominalmente, llama aún más la atención porque en la primera parte del
siglo 19 no fue nada inconcebible que Gran Bretaña, Francia o acaso los
Estado Unidos de América iba a participar en la disputa por la soberanía
sobre el Estrecho de Magallanes, en particular por su importancia
estratégica y económica cada vez más importante.24
La cuestión de las fronteras estatales de los dos países sudamericanos,
incluyendo el asunto de Patagonia y Tierra de Fuego, fue resuelta
mediante el Tratado de Límites de 1881 de Buenos Aires. En realidad,
Buenos Aires recibió a Patagonia, mientras los territorios de la Tierra de
Fuego fueron divididos: la parte oeste de la región le fue concedida a Chile
y la parte este a Argentina.25 Chile, en teoría consiguió la soberanía sobre
el Estrecho de Magallanes, pero en realidad el estrecho tenía un estatus
más bien neutral, dado que el tratado contenía provisiones garantizando la
navegación libre y la prohibición de levantar fortalezas.26 En cuanto a la
Antártida, el tratado fue importante porque ambos países expandieron sus
fronteras estatales en la zona más meridional de Sudamérica, y así se
acercaron mucho geográficamente al continente antártico.27 El documento
complementario del tratado de fronteras (El protocolo Errázuriz – Quirno
Costa de 1893) que fue firmado en 1893 separó claramente las zonas de
influencia de Santiago y Buenos Aires también e hizo claro que en
cuestiones de soberanía, Chile tenía autoridad sólo en el Pacífico, mientras
Argentina sólo en el Atlántico.28
La apreciación de la región del Océano del Sur por el ballenero puso
en movimiento serio unas potencias mundiales en las aguas lejanas en el
siglo 19, como el imperio británico – por eso, la rivalidad clara entre
Argentina y Chile en relación con la Antártida expandió en un juego de
por lo menos tres partes en los primeros años del siglo 20. En la última
década de los años 1800 a parte de los viajes exploradores investigando las
áreas de distribución de las poblaciones de ballenas en el sur,

1829 y después, en 1844 el gobierno argentino estableció una oficina administrativa en


Tierra de Fuego, en Ushuaia, en la orilla del Canal Beagle. (HEADLAND 1989: 159).
24 Perry 1980: 349.
25 UWDC 1938/5. 212.; NAAC A4311, 365/8. 177; Headland 1989: 204. Más adelante, se

plantearon debates sobre la situación de algunas islas (Neuva, Lennox y Picton) alrededor
del Cabo de Hornos y estos asuntos siguieron causando discusiones serias incluso en la
segunda mitad del siglo 20 entre las partes. (Headland 1989: 204).
26 Morris 1988: 59.; Boletin Oficial 1893: 843.
27 Robert Headland, citado anteriormente varias veces, hace referencia en su obra a que en

relación con el tratado de 1881 „ambos estados han considerado la extensión [de su territorio –
Sz. K.] a las regiones antárticas.” („Both states have considered its extension to Antarctic regions” –
traducción propia.) (Headland: 1989: 204).
28 Hayton 1956: 489; Rodríguez 1985: 59.

131
principalmente iniciados por cazadores de ballena noruegos 29 , antes del
inicio del siglo se iniciaron las expediciones de la Antártida, oficialmente
organizadas por motivos científicos pero en la realidad tenían motivos
políticos también, en la mayoría de los casos evidentemente relacionados
con los territorios continentales de la Antártida. En la época entre 1897 y
1914 expediciones belgas, británicas, alemanes, suecos, escoceses,
francesas, noruegas, japonesas, australianas y neozelandesas aparecieron
en el continente blanco (o al menos en su costa), indicando claramente el
interés de los poderes fuera de (Sud)américa hacía la zona. 30 Chile no
organizó ninguna expedición en esta época a la Antártida continental, pero
a pesar de esto, hizo esfuerzos serios para expandir sus derechos basados
en la herencia española y para lograr establecerse en al menos unas de las
islas alrededor de la Antártida. Cazadores de foca chilenos visitaron las
Islas Shetland del Sur en 1902, 31 mientras el gobierno de Santiago el
último día del mismo año expidió las primeras licencias del mundo para la
caza de ballenas que incluía en su ámbito a los territorios océanos
antárticos. 32 Según el decreto, los derechos de caza y pesca en los
territorios situados al este del Cabo de Hornos y alrededor de las Islas
Ildefonso en el sudeste (55° de latitud sur; 69° de longitud oeste) y las
Islas (56° de latitud sur; 68° de longitud oeste) pasaron a un cierto Pedro
Pablo Benavides quien fue autorizado a expandir sus actividades sin
limitaciones al sur del Pasaje de Drake, es decir, a la zona entre Tierra de
Fuego y la Península Antártica.33
El Presidente de la República de Chile, Germán Riesco tomó una
decisión en 1906 sobre la emisión de otra licencia de caza de ballena,
concediendo las Islas Shetland del Sur y los territorios situados al sur a los
peticionarios.34 Las personas recurriendo por las licencias, Enrique Fabry y
Domingo de Toro Herrera solicitaron la licencia para veinticinco años y
mencionaron la posibilidad de la explotación de los recursos naturales,
haciendo referencia a la importancia del aseguramiento de „la soberanía
chilena sobre los territorios abandonados del sur”.35 En el mismo año se estableció
la chilena-noruega Sociedad Ballenera de Magallanes que, con la
aprobación del gobernador de la Provincia de Magallanes, Froilán Fuentes
estableció un establecimiento de almacén en la Isla Decepción (62° de
latitud sur; 60° de longitud oeste), perteneciente a las Islas Shetland del

29 TNA CAB 24/249/36: 1; Stokke – Vidas 1996: 385.


30 Riffenburgh 2007: 1111.
31 Headland 1989: 227.
32 Ibídem
33 Ibídem; Pinochet de la Barra 1955: 35.
34 Pinochet de la Barra 1955: 35–36.
35 „…Chilean dominion over the forsaken southern lands” – traducción propia. (Ibídem 35–36).

132
Sur. 36 Según el punto de vista chileno, el derecho del país a las tierras
antárticas, después de los sucesos del año 1906 según el derecho
internacional se hizo válido, dado que las garantías oficiales de los
derechos a la pesca y la actividad efectiva de la caza de ballena, además la
cuasi-posesión de las Islas Shetland del Sur ya no se cumple sólo el
principio de uti possidetis, pero esencialmente el criterio de la ocupación
efectiva también se cumplió en la zona.37
A pesar de esto, el gobierno chileno no declaró oficialmente su
soberanía sobre los territorios considerados propios de la Antártida en
1906. Sin embargo, lo hizo dos años después Gran Bretaña, que con el
Real Decreto (Letters Patent) de 1908 de Eduardo VII colocó Georgia del
Sur, las Islas Sandwich del Sur, Orcadas del Sur, y Shetland del Sur, y la
Tierra de Graham, situada en la Península Antárctica bajo la soberanía del
gobernador británico de las Malvinas bajo el nombre de Dependencias de
las Islas Malvinas (Falkland Islands Dependencies).38 El decreto – que había
sido otorgado claramente por motivos de adquirir el control estatal sobre
la caza de ballena, y los descubrimientos geográficos británicos anteriores
formaron su base legal –, tenía efecto sobre los territorios situados entre el
sur de 50° de latitud sur y los de entre 20–80° de longitud oeste, y casi
cubrió la reclamación legal de Chile, que en aquél tiempo incluía las
regiones situadas al sur del Cabo de Hornos sin fronteras exactamente
definidas, con la prolongación de la Península Antártica también.39 Según
las fuentes británicas, no Chile, ni Argentina formuló una objeción contra
el decreto, que se considera sorprendente, porque el documento – por una
posible equivocación – marcó 50° de latitud sur como la frontera de las
Islas Malvinas en el norte, y de este modo podía parecer que Gran Bretaña
reclamaba los territorios en la parte sur de Patagonia, violando así las
fronteras de ambos países.40 En cambio, en un número de Norges handels og

36 Ibídem 38.
37 Pinochet de la Barra 1955: 39. Es otra cuestión que el cumplimiento de la ocupación
efectiva fue considerado incierto incluso en el caso de las Islas Shetland del Sur también, y
aún más en las regiones continentales de la Antártida donde no había ninguna presencia
chilena. En la Isla Decepción no había ningún tipo de administración pública, además, los
cazadores de ballena y foca se encontraban en la islas sólo en la temporada de caza.
38 NAAC A981, ANT 4 PART 1. Letters Patent 1908: 1.
39 Gran Bretaña empezó la introducción del sistema de concesiones a partir de 1906 en los

territorios considerados sus propios en el Atlántico Sur. El motivo principal del decreto de
1908 fue la actividad de caza de ballena por parte de Noruega y no por Chile, y también la
petición de información repetida por parte del Ministerio de Asuntos Externos de
Noruega, sobre las zonas donde hacía falta pagar renta a Gran Bretaña en las aguas del
Atlántico Sur y de la Antártida. (NAAC A981, ANT 51 PART 3. Annex B. 2).
40 „Es evidente que el Letters Patent de 1908 escapó a la atención de Argentina y Chile tambiént.(„It is

evident that the Letters Patent of 1908 entirely escaped the notice of both Argentina and Chile” – tra-
ducción propia.) NAAC A4311, 365/8: 36. El documento citado fue destinado para el uso

133
Sjöfartstidende, un periódico noruego de asuntos de comercio y navegación
de 1933 apareció que „Chile y la República de Argentina protestaron [contra el
decreto – Sz. K.], con el resultado de que Gran Bretaña modificó la frontera del
llamado sector de las Malvinas con su decreto [nuevo – SZ. K.] otorgado el 28 de
marzo de 1917 bajo el nombre Letters Patent.”41La intervención británicaafectó
a Argentina aún peor que a Chile, porque ya estaba construyendo su
„imperio” antártico propio y además, por el asunto de las Islas Malvinas
cualquier acuerdo entre Londres y Buenos Aires parecía imposible. 42 El
gobierno argentino consideró las Islas Orcadas del Sur (60° de latitud sur;
45° de longitud oeste) como su cabeza de puente más importante en la
entrada del continente antártico de la época, donde una estación de
observación meteorológica argentina llevaba funcionando desde 1904,
enfatizando de este modo la presencia argentina en la zona.43 En la época
entre las dos guerras mundiales Chile mostró una pasividad en el Océano
del Sur, mientras Argentina anunció reclamaciones en 1925 primero de las
Islas Orcadas del Sur, y en 1927 de las Islas Shetland del Sur y Georgia del
Sur también, abriendo así frentes nuevas contra Gran Bertaña en las aguas
del sur.44
El problema principal fue que los tres países tenían reclamación de
más o menos la misma parte del Sur Ártico y por lo tanto, fue irresoluble.
Sin embargo, hay que destacar que Santiago, antes de la declaración oficial
de su reclamación de derecho actuó con cuidado especial. El gobierno de
Chile encargó en 1939 al profesor de la Universidad de Chile, Julio
Escudero, experto en los asuntos de derecho internacional con el estudio
de la cuestión de las fronteras exactas de los sectores, y después de su
informe, en 1940 decidió expandir la soberanía sobre el territorio entre
53–90° de longitud oeste. 45 Se puede ver de las coordenadas, que la
reclamación principalmente afectó al cuadrante sudamericano de la

interno de La Oficina de Exterior británica en 1945, marcado secreto, conteniendo un


resúmen detallado de las reclamaciones territoriales en la Antártida.
41 „Chile and the Argentine Republic protested against this with the result that Great

Britain by the Letters Patent dated 28th 1917 altered the boundary of the so-called Falk-
land sector...” (NAAC A981, ANT 51 PART 3. Annex B. 3.) En 1917 los británicos
otorgaron un decreto modificado en que marcaron como la frontera del sector el 58° de
latitud sur entre 50–80° de longitud oeste, expresando así que no tenían reclamación de
territorios sudamericanos. (NAAC A981, ANT 4 PART 1. Letters Patent 1917: 1).
42 Desde el punto de vista geopolítico, para Gran Bretaña – a diferencia de las regiones de

Medio Este y Lejano Oriente – los asuntos sudamericanos pasaron por periféricos en
general en la época. (Deák 2014: 5). Sin embargo, Londres enfatizó en gran medida la
organización de la administración británica del Atlántico Sur y de la Antártida por las
cuestiones de la caza de ballenas y por eso la probabilidad de resolver el conflicto de las
Islas Malvinas con Argentina se minimizó aún más.
43 NAAC A4311, 365/8. 53.
44 Headland 1989: 274.
45 Pinochet de la Barra 1959: 53.

134
Antártida del lado del Pacífico, incorporando toda la Península Antártica y
las Islas Shetland del Sur. Chile tenía cuidado de no intentar „agarrar” más
que podía ser probado por la herencia española y el protocolo adicional al
tratado de fronteras de 1881: cuidadosamente evitó la zona del Atlántico
Sur y los territorios (sobre todo las Islas Orcadas del Sur) que ya formaban
parte de una disputa entre Argentina y Gran Bretaña.46 Por la inactividad
anterior y la fecha de la notificación, se puede pensar también que Chile
intentó hacer provecho del absortamiento de Gran Bretaña, suponiendo
que los británicos, con los esfuerzos bélicos relacionados con la guerra
mundial, no iban a ser capaces de tratar el asunto. Esto fue cierto sólo en
parte, porque Argentina – que declaró su soberanía dos años más tarde, en
1942 sobre el sector entre 25–68° de longitud oeste que significativamente
cubría las reclamaciones británicos y chilenos también 47 – durante la
Segunda Guerra Mundial casi participó en un conflicto armado con el
Reino Unido en relación con la Isla Decepción, donde las partes varias
veces mutuamente se quitaron sus insignias. 48 En esta época, Argentina
fuertemente propuso la actuación conjunta de argentina y chile contra los
británicos, y hubo intento de cooperación entre los dos países
sudamericanos.49 En la realidad, Chile fue más cuidadoso y no provocó
abiertamente a Gran Bretaña – pero al mismo tiempo insistió en que su
sector antártico formaba parte de la área de su estado. En su totalidad, la
relación entre Chile y Gran Bretaña, a pesar de las reclamaciones
coincidentes, no se ha averiado tanto como la relación permanentemente
tensa entre Buenos Aires y Londres.
El Tratado Antártico firmado en 1959 congeló las disputas
territoriales relacionadas con el Antártico Sur, pero la cuestión todavía no
ha sido realmente resuelta. Hoy en día parece que en la zona del Ártico,
que no está bajo el efecto del tratado internacional y por el calentamiento
global es cada vez más navegable, se puede contar con sucesos políticos
importantes. Sin embargo, se puede dar por sentado que si por algún
motivo el Tratado Antártico dejara de existir, las cuestiones de soberanía

46 Hayton 1956: 587.


47 Headland 1989: 306.
48 Ibídem 306; 308. Gran Bretaña fue decidida a la hora de informar a los argentinos: si es

absolutamente necesario, es capaz de mostrar fuerza militar en la zona antártica. En 1942


un crucero auxiliar, en 1943–44 un buque dragaminas y un buque de vapor fuero
mandados a la zona para reestablecer los emblemas de la soberanía británica. (Szalánczi
2014: 204).
49 Cuando la tripulación del buque argentino Primero de Mayo cambió los emblemas

británicos por la segunda vez en 1943 en la Isla Decepción, dos contramaestres y un civil
chileno recibieron invitación. Caracteriza bien la situación el hecho de que los argentinos
intentaro esconder que no sólo los emblemas británicos iban a ser quitados, pero su
bandera iba a ser colocada también – esto fue claramente inaceptable para los chilenos,
dado que ellos consideraron el territorio como suyo. (NAAC A4311, 365/8: 66).

135
enseguida aparecerían en la agenda y la disputa británica-argentina-chilena
enterrada en el hielo del continente blanco volvería a convertirse en tema
actual.

Bibliografía
Fuentes de archivo
National Archives of Australia, Canberra (NAAC)
Antarctic Control I – to Imperial Conference 1921' Pt. I. NAAC A981,
ANT 4 PART 1
Re Economic Resources of Antarctica. Secret. Geology Department, The
University, Sydney, 29th November 1920. (Sgd) T. W. Edgeworth David.
(Carta: David – Shepherd).
S. C. 499/1.Falkland Islands. (Dependencies.) Letters Patent. Dated 21st
July, 1908.
S. C. 499/1. Falkland Islands. (Dependencies.) Letters Patent. Dated 28th
March 1917.
Antarctic. Norwegian Claims Part 3. NAAC A981, ANT 51 PART 3.
Annex B. Extract from the Norwegian Journal of Commerce and Ship-
ping. Oslo, Thursday, December 21, 1933. Norway and British claims for
Antarctic sectors.
The Antarctic Treaty – Includes delegates' signatures. NAAC A10728,
DOCUMENT 28
Territorial Claims in the Antarctic by Research Department, Foreign Of-
fice, May 1st, 1945. Secret. NAAC A4311, 365/8

University of Wisconsin Digital Collections (UWDC)


Boundary Disputes: Argentina and Chile. UWDC 1838/5, Foreign Relations
of the United States diplomatic papers, 1938: The American Republics. Washing-
ton, United States Government Printing Office, 1956. 210–217.

The National Archives, London (TNA)


The Regulation of Whaling. Legislation to Ratify Convention. Legislation
to Ratify Convention. Memorandum by the Secretary of State for Scotland
and the Minister of Agriculture for Fisheries. C.P. 149 (34). May 31, 1934.
Secret. TNA CAB 24/249/36

Protocolos
„General Act of the Conference of Berlin Concerning the Congo”, The
American Journal of International Law, 3. año, 1. número (1909), pp. 7–25.

136
Instituciones
International Court of Justice, Hague (ICJ)
Antarctica Cases. (United Kingdom v. Argentina; United Kingdom v.
Chile.) Pleadings, oral arguments, documents. Part I. Application Institut-
ing Proceedings and Pleadings. URL: http://www.icj-
cij.org/docket/files/26/9065.pdf, consulta [7 de mayo de 2015].
The Agent for the Government of the United Kingdom to the Registrar
of the International Court of Justice at the Hague. Foreign Office, Lon-
don, S.W.I., May, 1955. (Signed) Schuster. (Levél: Schuster – ICJ).

Leyes, Gaceta
„Límites Argentino–Chilenos. Tratado de 23 de Julio de 1881”, Boletin
Oficial de la República Argentina, no. 145 (1893).

Bibliografía
CSATLÓS, Erzsébet (2012), „A szuverenitás gyakorlatának nemzetközi
közjogban felmerült problémái az Antarktiszon”, Iustum Aequum Salutare,
8. año 1. número, pp. 117–132.
DAKIN, William J. (1947), „Antarctic Whaling”, The Australin Quarterlay,
19. año 3. número, pp. 9–20.
DEÁK, Máté (2014) „Apreciación de los espacios aéreos de América del
Norte y del Sur, desde el punto de vista de la geopolítica británica (1919–
1939)”, Bicenteneario. Revista de Historia de Chile y América, 13. año. 1.
número, 5–19.
HAYTON, Robert D. (1956), „The «American Antarctic»”, The American
Journal of International Law, 50. año, 3. número, pp. 583–610.
HART, Albert Bushnell (1907): „American Ideals of International Rela-
tions”, The American Journal of International Law, 1. año 3. número pp. 624–
635.
HEADLAND, Robert K. (1989), Chronological List of Antarctic Expeditions
and Related Historical Events, Irthlingborough, Cambridge University Press.
GOUGH, Barry M. (1990), „The British Reoccupation and Colonization
of the Falkland Islands, or Malvinas, 1832–1843”, Albion: a Quarterly Jour-
nal Concerned with British Studies, 22. año 2. número, pp. 261–287.
HURLBUT, George C. (1887), „The Falkland Islands”, Journal of the Amer-
ican Geographical Society of New York, 19. año 3. número, pp. 254–260.
LALONDE, Suzanne (2002), Determining Boundaries in a Conflicted World:
The Role of Uti Possidetis, Montreal, McGill-Queen’s University Press.
MILLS, William James (2003), Exploring Polar Frontiers, Santa Barbara (Cal-
ifornia), ABC Clio.

137
MORRIS, Michel A. (1988), The Strait of Magellan, Dordrecht, Martinus
Nijhoff Publishers.
PERRY, Richard O. (1980), „Argentine and Chile: The Struggle for Pata-
gonia 1843–1881”, The Americas, 36. año 3. número, pp. 347–363.
PORTEOUS, J. Douglas (1981), „The Annexation of Eastern Island:
Geopolitics and Environmental Perception”, NS, Northsouth, 6. año, 11.
número, pp. 67–80.
RODRÍGUEZ S., Juan Augustin (1985), Chile en el Canal Beagle y mares
australes. Tratado de Paz entre Chile y Argentina, Santiago, Gráfica Progresión.
RIFFENBURGH, Beau (ed.) (2007), Encyclopedia of the Antarctic I–II., New
York, Routledge.
STOKKE, Olav Schram – VIDAS, Davor (ed.) (1996), Governing the Ant-
arctic. The Effectiveness and Legitimacy of the Antarctic Treaty System. Cambridge,
Cambridge University Press.
SZALÁNCZI, József Krisztián (2014), „A brit birodalom előretolt
«antarktiszi» helyőrsége. A Falkland-szigetek stratégiai és katonai je-
lentősége Nagy-Britannia 20. századi dél-atlanti politikájában”, in: Bene
Krisztián – Dávid Ferenc – Sarlós István (szerk.), Fejezetek a hadtörténelemből
3. : Válogatás a Hadtörténeti esték 2006 és 2014 között elhangzott előadásaiból.
Pécs – Budapest, Magyar Hadtudományi Társaság, pp. 191–210.
WILLIAMS, Mary Wilhelmine (1922), „The Treaty of Tordesillas and the
Argentine-Brazilian Boundary Settlement”, The Hispanic American Historical
Review, 5. año 1. número, pp. 3–23.

Internet
HENSEL, Paul R. – ALLISON, Michael E. – KHANANI, Ahmed
(2003): „The Colonial Legacy and Border Stability : Uti Possidetis and
Territorial Claims in the Americas”, Paul R. Hensel,Professor of Political Sci-
ence, University of North Texas, URL:
http://www.paulhensel.org/Research/io05.pdf, consulta: [9 de mayo de
2015].
U.S. Central Intelligence Agency (2009), „Chile, administrative divisions”,
Library of Congress, URL: http://www.loc.gov/item/2009578593/, consul-
ta: [9 de mayo de 2015]. (Mapa).

138
Adrián Bene

Fantastic and social criticism in French comics –


from Légendes d'aujourd'hui to Luxley

Introduction
The fantastic always appears as a whole world or just some characters and
events that differ from our good old real world. This imaginary difference
is a “breach in the well-known order”, as Roger Caillois puts it.1 It means
an unexplainable mystery that causes uncertainty and doubts concerning
the validity of universal rules. Tales, fables, esotery, genres like fantasy and
science fiction all are popular in the world of comics. Although Tzvetan
Todorov does not consider allegorical works as a form of fantastic,2 here
we deal with dystopic story-worlds as well. Those imagined future socie-
ties lacking justice, liberty and personal autonomy are evidently represent a
dictatorship. Therefore, these fictive worlds are particularly capable of
criticising the totalitarian regimes, the inequality, the corruption, the envi-
ronmental pollution in our real world, describing a fictive world, be it
exotic like most of fantastic comics or rather realist – like some part of
Légendes d'aujourd'hui (‘Present-day legends’).

Légendes d'aujourd'hui
The title of the five volumes of Légendes d'aujourd'hui refers to the critical
intention in presenting current social and environmental problems. In the
first part, La Croisière des oubliés (‘The crusade of forgottens’) the protago-
nist is a mysterious person called 50/22B by the secret services that are
constantly chasing him. He takes part in all revolutionary movements
from the 1960s, being also experienced in supernatural practices and me-
dieval magic. One day in a small town in the La Lande region in France,
every house get off the ground and lift in the air – in all probability as an
unpredictable effect of military experiences on environment. The satirical
criticism in the comics by Pierre Christin and Enki Bilal provides direct
political reflections, such as when a guy assumes that this entire calamity is
caused by the conspiracy of the international Left.3
The antimilitarist rhetoric gives place to ecology and anti-capitalist
views in the second volume entitled Vaisseau de pierre (“Stone boat”). A
real-estate group plans to build a luxury hotel in a scenic area in Bretagne,
after demolished an ancient castle on a seashore rock. Although the mas-

1 Caillois 1965 : 61, quoted by Todorov 1970 : 28.


2 Todorov : 1970 : 29.
3 Christin 1975 : 42.

139
ter of the castle allegedly has strange, mystical powers. Spelling in Breton,
he is able to invoke the dead spirits who help the inhabitants to move,
highlighting the importance of traditions in a metaphoric way.
In the third volume (La ville qui n'existait pas – ‘The Town That Never
Existed’) the story plot takes place in a factory closed due to the worker’s
strike. During their protest the old owner of the Hannard Group, simulta-
neously the mayor of the town, suddenly passes away. The heir is his only
grand-daughter who is disabled because of an accident. From now on, the
story bears the characteristics of utopias, since she refuses to fire the
workers, increases wages, even pay for the days of strike. 4 Finally, she
decides to build the ideal city where everyone has the possibility to a live a
happy life.

Kenya
Fantastic appears in a more common way in the Kenya series (five volumes
from 2001 to 2008), since here supernatural plays a central role in the plot.
In the second series (Namibia) this is rather the alternate history form
which is designed to thematise such problems as inequality and racism.
The story of Kenya starts after the World War II when the American writer
Remington organise a safari whose every participant disappear. Here, near
the Kilimanjaro, there is an odd castle built by an Italian baron who lives
alone in the heart of Africa.5
Moreover, in the area around strange monsters, prehistorical animals
and UFOs can be observed.6 In the meantime, the Cold War had begun;
secret agents from different states do their research here, including some
of the protagonists Katherine Austin, Konrad Fuchs and Jacques Merlin,
the three language teachers. Their conflicts are just as fatal as the encoun-
ters with ferocious monsters and prehistorical animals related to UFOs.
These extra-terrestrials are visiting our planet to take away those animals7
put in magical boxes by themselves million years ago.8 Their task is to
make sure that “natural order reigns without any intervention”.9 Mean-
while, some governments would be able to do anything for it, as an extra-
terrestrial visitor explains it to Kathy. “Your people haven’t got common
sense.” – he tells alluding to the many wars on Earth.10 The social-political
criticism is rather vague here, but in Namibia, the second season of Kenya
there are some concrete cases concerning the issue of social problems.

4 Christin 1977 : 36.


5 Leo – Rodolphe 2001 : 29-31.
6 Leo – Rodolphe 2001 : 37.
7 Leo – Rodolphe 2004 : 45-48.
8 Leo – Rodolphe 2006 : 19-20.
9 Leo – Rodolphe 2009 : 18-19.
10 Leo – Rodolphe 2009 : 45.

140
The story takes place in 1949 in Namibia, former colony of Germany,
where a journalist takes a photo on a person extremely akin to Herman
Göring, Reichsmarschall of Hitler, who committed suicide during the
Nuremberg trials in 1945. His father was the colony’s governor between
1885 and 1890. It is Kathy Austin again who has the task to clarify the
confusing case.
The character of major Browley, ordered to help the investigation,
embodies in itself misogyny, racism (against the “nasty niggers”) and ag-
gressive nationalism (against “the filthy Boche”). His paternalism mani-
fests itself in such statements that “he prefers people and things in their
proper place”.11
Racial discrimination and inequality saturate the whole society, whose
institutionalized form is that there are hotels reserved for white people.
Therefore, it is hardly surprising that during the World War II the majority
of white population was openly pro-Nazi, and they restored their belief in
these inhuman principles, still run their clubs and associations. Besides
Göring’s apparition there are further unaccountable phenomena such the
accelerated ageing of black farmers or the dangerous mutant animals.
Moreover, Göring’s apparition disintegrates and turns into dust when
Kathy and her fellows meet him in a bar. It turns out that all these strange
facts can be explained by the activity of a secret biotechnological laborato-
ry. Thus, the basic topic of biopunk genre being on its peak today in the
field of SF literature appears in the plot, warning the danger of genetic
engineering.
In the third volume, the problem of religious sects is also in focus.
The church known as ‘Sons of Ezekhiel’ spread the propaganda that to-
day’s people are “deprived of God and exiled to itself (…) in the mael-
strom of modernity that destroys him”.12 Only religion can give us peace
with God and with ourselves instead of the consumer goods of a consum-
er society.

Berlinoir
Tobias Meissner’s and Reinhard Klesit’s graphic novel, quickly translated,
became popular also in France.13 In Berlinoir the popular genre of vampire
story is blended with the social criticism of dystopias. In this world vam-
pires are capitalist entrepreneurs who manage the state guaranteeing the
workers the wellbeing and providing themselves the fresh blood at the

11 Leo – Rodolphe 2010a : 12.


12 Leo – Rodolphe 2012 : 9.
13 Berlinoir : Scherbenmund, EDITIONS 52, 2003; In French : Berlinoir, Paris: Akileos,

2003; Berlinoir 2: Mord! EDITION 52, 2004; In French : Berlinoir 2 : Meurtre! , Paris:
Akileos, 2004 (Transl. Anne Lamour).

141
same time. It can be read as an allegory of welfare capitalism that means a
hidden dictatorship and exploitation in the guise of democracy. A group
of terrorists (or from another point of view, revolutionaries) does not
accept this hierarchy in which they should be dominated by the ‘everliv-
ings’. For that reason, they commit deadly attacks against vampires. The
word which refers to this attacks (‘pogrom’) along with the leader’s name
(‘Szerbenmundt’), written partly using the Polish alphabet, makes possible
associations to the Polish Jews executed by German Nazis during the
World War II. Some slogans and propaganda posters written in German
also bring to mind the Nazi regime’s ideology and attitude: « Neues Blut
Neue Kraft ! » (New blood, new force!) 14 ; « Auf ewig verbun-
den » (Interconnected forever). 15 The latter visually reminds us to the
inscription above the concentration camp in Auschwitz (« Arbeit macht
frei. »).
Szerbenmundt’s political system provides security, culture, education
and wealth to all habitants of Berlinoir, and what is more, the eternal life,
if someone tends to become vampire.16 If someone does not need civil
liberty and freedom it may seem to be best of all possible worlds. From a
philosophical standpoint these features allows us to make an interpreta-
tion focusing on the criticism of the consumer society. The followers of
the high-priest Zebaoth fight against vampires and exploitation in the sign
of an anti-capitalist ideology, taking the position that the vampires “earn
their living by using the workforce of people”.17

Uchronie(s)
Éric Corbeyran’s dystopic story-world, certainly inspired by the novels of
Philip K. Dick, envelops parallel realities inhabited by seers and precogs.
New Byzance (drawn by Chabert), 18 New Harlem (drawn by Tibery), 19
New York (drawn by Defali), 20 and New Moscow (drawn by
Otero),21New Beijing (drawn by Morinière),22 New Delhi23 (the first vol-

14 Meissner 2003 : 5.
15 Meissner 2003 : 6.
16 Meissner 2003 : 34.
17 Meissner 2003 : 13.
18 Vol. 1 – Ruines, Grenoble : Glénat, 2008, vol. 2 – Résistances, Grenoble : Glénat, 2009,

vol. 3 – Réalités, Grenoble : Glénat, 2010.


19 Vol. 1 – Rapt, Grenoble : Glénat, 2008, vol. 2 – Rétro-cognition, Grenoble : Glénat,

2009, vol. 3 – Révisionnisme, Grenoble : Glénat, 2010.


20 Vol. 1 – Renaissance, Grenoble : Glénat, 2008, vol. 2 – Résonances, Grenoble : Glénat,

2009, vol. 3 – Retrouvailles, Grenoble : Glénat, 2010.


21 Vol. 1, Grenoble : Glénat, 2012, vol. 2 : Grenoble : Glénat, 2013, vol. 3 : Grenoble :

Glénat, 2014.
22 Vol. 1, Grenoble : Glénat, 2012, vol. 2 : Grenoble : Glénat, 2013, vol. 3 : Grenoble :

Glénat, 2014.

142
ume drawn by Louis Lachance, the others by Defali) represent the same
city in different realities.
In New Byzance (the former New Jersey renamed by the leader
Oman) fundamentalist principles of Islamic law define rules and manners,
and the police control even the thought-crimes. Following the events of
September 11 and other similar attacks capitalism and democracy had
been eliminated by Islamic dogmatism, paternalism and hierarchy. 24
Women must wear a veil, their husband has the right to disfigure them
using sulfuric acid. However, the precogs see alternative worlds in their
dreams, Zack Kosinski, for example, see an ultra-liberal society which
“make everyone compatible, rentable and irresponsible” subjecting them
to the Power of the Market. This vision evokes the Marxist criticism of
capitalism, its impact of reification and alienation that still seems to be
valid in our real world. 25 Nevertheless, the cure is worse than the disease,
because the fundamentalist utopia does not tolerate any divergence from
the religious obligations – considered as sins and perversions.26 Both soci-
eties are based on oppression, servitude and inequality. On the wild side
of New Byzance, there are pariahs in the Forbidden Zone and among
them rebels living in outside the law.
In New York aka New Harlem in this reality, the social status of Af-
ro-Americans improved very much, whilst white people live in ghettos
being subject to discrimination and poverty. The events seen by Zack in
his dreams in New Byzance in reality take place in this world.27 A black
police officer shot a white to death after a shoplifting, then the White
Fraternity get revenge by attacking this female police officer. 28 In this
world the whites play the role of our real world’s discriminated black
Americans, as Zack’s father puts it: “We are the white trash! The black
government make fun of us! We all die in their damned ghettos, but they
do not care about.”29 Here, once more, Zack is a professional precog who
is in danger because sometimes he sees the past instead of the future. It
means the historical period when the blacks were discriminated by the
whites, which had been erased from the American history. 30 To be the
first retrocog who has ever lived in this world of black dominancy. On his
public performances he shows the transatlantic slave trade, the class and

23 Vol. 1, Grenoble : Glénat, 2012, vol. 2 : Grenoble : Glénat, 2013, vol. 3 : Grenoble :
Glénat, 2014.
24 Corbeyran 2008a : 26.
25 Corbeyran 2008a : 28.
26 Corbeyran 2008a : 33.
27 Corbeyran 2008b : 3-4.
28 Corbeyran 2008b : 12.
29 Corbeyran 2008b : 33.
30 Corbeyran 2008b : 47-49.

143
race discrimination that befell African Americans.31 On a certain point the
history well known by the reader changes to an alternate history in which
Martin Luther King bet Richard Nixon on the United States presidential
election of 1960 and became the 35th president.32 Thus, it was him mur-
dered in 1963 in Dallas (contrary to the JFK assassination of the reader’s
real History), and what is more, the attack was committed by the radicalist
Black Panthers who considered his political program too consensualist.
On the whole, Uchronie(s) put forward a criticism of self-interested and
nationalist politics which only strives to exploit scientific research results
in new military technology. The so-called ‘black fusion’ should revolution-
ize our concept of mankind, environment and society. “The concepts of
territory and frontier, war, the thirst of possession and competition, being
the causes of injustice and inequality, would soon disappear.”33 Although
the tenth volume of the series (Épilogue, 2011) ends with a utopia in
which the black fusion solves all the problems, but it is all for justify the
supremacy of black race, in accordance with the interests of New Har-
lem’s government.34 Economic, energetic and social problems are being
resolved, wars and industrial-commercial competition come to an end,
Kosinski is awarded with the Nobel Prize of Peace.
The next series of Uchronie(s) presents the state capitalism in the
communist China (New Beijing), the Russian absolutism in a world where
the tsar rules, insomuch as the Bolshevik revolution did not take place
(New Moscow), and finally the traditional yogi spiritualism as a bid for solv-
ing the problem of poverty and drought in India through trips in alterna-
tive realities (New Delhi).
New Beijing is the leader of world economy and the worst polluter of
the planet. At the same time, the inter-dimensional explorers of New Del-
hi have the mission of informing the government on possible solutions of
pollution, famine and drought being practiced in other realities.
Besides the environmental problems, human rights are another issue
being criticised. In New Beijing personal autonomy as a fundamental right
is strictly limited, including the freedom of sexual orientation and/or gen-
der identity. Between the main characters there is a lesbian couple (Chih-
Nii Teng et Lo-Shen Liphoong) forced into hiding and disguised in such a
patriarchal and intolerant society.35 They are in real existential danger, as
the law in New Beijing proclaims that “No sexual relationship, regardless
of its nature, shall be permitted between two same-sex persons.”36 Finally,

31 Corbeyran 2009b : 28.


32 Corbeyran 2009b : 50-51.
33 Corbeyran 2009c : 28.
34 Corbeyran 2011 : 54-55.
35 Corbeyran 2013b : 34.
36 Corbeyran 2014b : 7.

144
just for this sin of them, they would be denounced and sentenced to 60
years of forced labour…
As for the imperial Russia, the Empress Katherine III sponsors the
research on the travelling through realities, for the purpose of get rid of
her political enemies.37 For the rest, the plot in these volumes is being
more and more influenced by conventional SF motives instead of reflexiv-
ity concerning the idea of ‘the original dimension’, the black fusion and
the multiverse conception.38

Luxley
Just as in New Harlem and New Moscow, social criticism is set forth in a
special form of historical fiction, the alternate history, in place of utopia,
but this time it enters into combination with the features of the heroic
fantasy genre. In the five volumes of Luxley (Le Mauvais Œil – ‘The Jaun-
diced Eye’, Sainte Inquisition – ‘Saint Inquisition’, Le sang de Paris –
‘Blood of Paris’, Le Sultan – ‘The Sultan’; Le Nouveau Monde – ‘The
New World’) by Valérie Mangin and Francisco Ruizgé the plot takes place
in the Middle Age Europe. The time is 1191 when the most important
Christian leaders have gone to the Third Crusade (1189-1192). Meantime
the allied forces of Incas, Mayas and Aztecs invade and conquer Europe.
The first episode starts nine years after the defeat, as a rewriting of the
Robin Hood story. Following the invasion by the ‘Atlantics’ Robin and
Luxley the Saxon nobleman succeed to flee to France and join the re-
sistance troops. Vucub Noh the governor (« apu ») of Paris is a cruel
magician living in a pyramid who wants to convert Luxley to the Incas
because of his spiritual ability of seers. The second volume shed light on
these events since it turns out that the ‘Atlantic’ attack was to prevent
conquering their homeland by the Europeans, as in the real history, pre-
dicted by their leader, the great inca. Therefore, the story set forth a sort
of criticism of European civilization, turning upside down the history of
colonization from a fictive perspective.

Conclusion
To sum up, we have seen that various subgenres in the field of fantastic
comics are able to express criticism against social and historical injustices,
militarism and aggressive ideologies. On a philosophical level, it is proba-
bly the environmentalism that shows best such recent topics of this dis-
course as genetic engineering and pollution. More generally, fantastic and
supernatural have the characteristic of aesthetic romanticism criticising the
modernity. It is not surprising that the criticism of capitalism and con-

37 Corbeyran 2012a : 45-46.


38 Corbeyran 2013a : 38-40.

145
sumer society presents itself in the form of a liberal leftist ideology which
protests against all inequality, domination and discrimination. Thus, enter-
taining is not the unique function of these comics, at the same time the
authors want us to reflect on these phenomena certainly being present in
our real life.
Uncertainty concerning the possibility of supernatural as Todorov’s
main point in his theory of fantastic seems to be secondary in these graph-
ic novels compared to the semantical characteristic of indirect, mostly
allegoric referentiality to the audience’s real world. The reader’s primary
activity consists in questioning his world, not in an ontological or episte-
mological way, but rather as a political and ideological matter of fact.

Bibliography
CAILLOIS, Roger (1965), Au cœur du fantastique, Paris, Gallimard.
CHRISTIN, Pierre (1975), Légendes d'aujourd'hui – La Croisière des oubliés,
Paris, Dargaud.
CHRISTIN, Pierre (1976), Légendes d'aujourd'hui – Vaisseau de pierre, Paris,
Dargaud.
CHRISTIN, Pierre (1977), Légendes d'aujourd'hui – La ville qui n’existait pas,
Paris, Dargaud.
CORBEYRAN, Éric (2008a), Uchronie(s) – New Byzance, vol. 1 : Ruines,
Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2008b), Uchronie(s) – New Harlem, vol. 1 : Rapt,
Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2008c), Uchronie(s) – New York, vol. 1 : Renaissance,
Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2009a), Uchronie(s) – New Byzance, vol. 2 : Résistances,
Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2009b), Uchronie(s) – New Harlem, vol. 2 : Rétro-
cognition, Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2009c), Uchronie(s) – New York, vol. 2 : Résonances,
Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2010a), Uchronie(s) – New Byzance, vol. 3 : Réalités,
Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2010b), Uchronie(s) – New Harlem, vol. 3 :
Révisionnisme, Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2010c), Uchronie(s) – New York, vol. 3 : Retrouvailles,
Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2011), Uchronie(s) – Épilogue, Grenoble, Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2012a), Uchronie(s) – New Moscow, vol. 1, Grenoble,
Glénat.

146
CORBEYRAN, Éric (2012b), Uchronie(s) – New Beijing, vol. 1, Grenoble,
Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2012c), Uchronie(s) – New Delhi, vol. 1, Grenoble,
Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2013a), Uchronie(s) – New Moscow, vol. 2, Grenoble,
Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2013b), Uchronie(s) – New Beijing, vol. 2, Grenoble,
Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2013c), Uchronie(s) – New Delhi, vol. 2, Grenoble,
Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2014a), Uchronie(s) – New Moscow, vol. 3, Grenoble,
Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2014b), Uchronie(s) – New Beijing, vol. 3, Grenoble,
Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2014c), Uchronie(s) – New Delhi, vol. 3, Grenoble,
Glénat.
CORBEYRAN, Éric (2015), Uchronie(s) – Épilogue, Grenoble, Glénat.
LEO – RODOLPHE (2001), Kenya, vol. 1 : Apparitions, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2003), Kenya, vol. 2 : Rencontres, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2004), Kenya, vol. 3 : Aberrations, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2006), Kenya, vol. 4 : Interventions, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2009), Kenya, vol. 5 : Illusions, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2010a), Namibia, episode 1, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2010b), Namibia, episode 2, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2012), Namibia, episode 3, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2013), Namibia, episode 4, Paris, Dargaud.
LEO – RODOLPHE (2015), Namibia, episode 5, Paris, Dargaud.
MANGIN, Valérie (2005), Luxley – Le Mauvais Œil, Toulon, Soleil
Production.
MANGIN, Valérie (2006), Luxley – Sainte Inquisition, Toulon, Soleil
Production.
MANGIN, Valérie (2008), Luxley –Le Sang de Paris, Toulon, Soleil
Production.
MANGIN, Valérie (2009), Luxley – Le Sultan, Toulon, Soleil Production.
MANGIN, Valérie (2011), Luxley – Le Nouveau Monde, Toulon, Soleil
Production.
MEISSNER, Tobias (2003), Berlinoir, Paris, Akileos.
MEISSNER, Tobias (2004), Berlinoir 2 : Meurtre!, Paris, Akileos.
TODOROV, Tzvetan (1970), Introduction à la littérature fantastique, Paris,
Seuil.

147
Krisztián Bene

The battles of the French NSKK unit in Hungary1


Introduction
Despite the fact that France is among the winners at the end of World
War II, there are a number of chapters for its participation in the combats
which are not studied in detail by historians. Among others, we find there
the history of the French volunteers who served in the German armed
forces. There are some French units relatively well known as the division
Charlemagne of the Waffen-SS or the Legion of French Volunteers
Against Bolshevism (Légion des volontaires françaiscontre le
bolchevisme) who participate in struggles against Allied regular troops on
the Eastern Front. Nonetheless some other formations are virtually
unknown due to lack of a remarkable military performance in the same
combat zones.
This study is about to fill, at least partially, the gap by tracing the
story of one of these units whose activity is also related to Hungary,
because during its existence it has conducted its largest military action
against Soviet troops in the territory of this country. We can only hope
that the presentation of this particular episode enriches the military history
of both concerned countries.

The creation and activity of the NSKK


The NSKK2 is an organization established within the National Socialist
German Workers' Party (NSDAP)3 before the war (in April 1931) having
as objective the consolidation of Nazi party members with motorized
vehicles which allows more effective participation of the people in parades
organized by the party4.
Its mission changes after the seizure of power by the Nazi Party, it
must provide mechanical training for German youth before their
involvement in the army. The motorized organization set initially under
the authority of the SA (with cars and motorcycles)5 and responsible for
the transport integrates all members of clubs of cars and civilian
motorcyclists as well as the members of the Hitlerjugend 6 sent for

1 This study was founded by the JánosBolyai Scholarship of the Hungarian Academy of
Sciences.
2 Nationalsozialistisches Kraftfahrkorps: National Socialist Motor Corps.
3 Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei: National Socialist German Workers' Party.
4 Mounine1995 : 5.
5 Sturmabteilung: literally Storm Department, a paramilitary organization of the Nazi Party.
6 Hitlerjugend: Hitler Youth, other paramilitary organization of the Nazi Party.

149
technical training. After the fall of the SA in 1934, it is under the right
direction of the Nazi Party and becomes responsible for all activities
related to motor vehicles in Germany. As part of this new mission, a wide
variety of activities are concentrated in the hands of the NSKK, including
the tourist bus travels within and outside the country, the auto and
motorcycle racing and the contribution to the traffic direction7.
In 1934, the size of the organization is 350 000 people, deployed
between four divisions, nineteen brigades and about ninety regiments. A
division (Motogruppe) includes five brigades (Motorbrigade), while three
regiments belong to them (Motorstandarte). These regiments consist of
three to six battalions (Motorstaffel) that count three to ten companies
(Motorsturm) formed by three to four sections (Trupp) consisted by three
to four groups (Schar) of eight to sixteen men. In 1939, the NSKK has
already twenty-eight divisions and one brigade (in total hundred
regiments) with over 500 000 people who form eight Territorial Army
Corps on German and recently occupied Czech and Austrian territories8.
This relatively large and well educated force is automatically
transferred to other units of the German armed forces at the beginning of
World War II in order to contribute to the Third Reich war effort. This
transfer is an important support to the Wehrmacht being in need of
technically trained men; nevertheless it causes considerable problems for
the NSKK who must participate in transportation missions of growing
with the change of the international situation. First, he has to hold courses
for motorized and armored units of the German army; secondly, it must
establish armed guard battalions (NSKK-Wehrstaffel). From 1940, the
organization receives a new mission: it must provide a part of the
transport capacity of the Luftwaffe 9 and over time of the other major
units of the German armed forces. The transport units serving within the
organization have several names over the years of war (NSKK
Transportregiment Luftwaffe, NSKK Motorgruppe Luftwaffe and NSKK
Transportgruppe Luftwaffe) while the number of tasks and thus the
number attached to these units increase continuously10.

The NSKK recruitment campaigns in occupied Europe


At the same time most members of the NSKK are directed to other
branches of the armed forces in order to fulfill their compulsory military
service, so the organization is forced to look outward from 1941 to recruit

7 Thomas–Jurado1992 : 4.
8 Delatour1975 : 153.
9 In accordance with this change, the French NSKK volunteerswear the uniform of the

Luftwaffe completed on his left sleeve by a tricolor badge decorated with a black axe
(which was the personal symbol of Marshal Pétain during that time). Littlejohn 1972 : 265.
10 Thomas–Jurado1992 : 4.

150
volunteers in the occupied countries of Europe to be able to perform its
tasks. These engaged foreigners, after driver and repair internships in line
with the objectives of the NSKK, participate in the transportation of
supplies, in the direction of traffic and in the maintenance of the transport
vehicles11. The first round of the German recruitment campaign held in
the Netherlands and Belgium in May 1941 12 to be followed by several
others on the entire European continent13.
These actions can be considered successful because the numbers of
Flemish, Walloon and French volunteers who have pledged to the unit
exceed ten thousand until July 1943. These men form a division consisting
of two brigades under the command of General Graf von Bayer-
Ehrenberg. Each brigade consists of three regiments which are formed by
two battalions. About 1 000 soldiers are in a regiment. The first brigade
(with the 1st, 2nd and 3rd regiments) is established in France in summer
1941 and its service is performed exclusively in this country until 1944
when the progress of Allied troops causes its decline to Germany, where
its members will be deployed as regular infantry against the Allied armies
during the last months of the conflict. The second brigade (with the 4th,
5th and 6th regiments) is created in the eastern part of Belgium in May
1941. At first, it has only two regiments to be supplemented by a third one
in spring 1943, which has mainly French volunteers in its ranks. This unit,
unlike its homologue, is deployed in the Soviet Union, in northern Italy, in
Yugoslavia and, as we shall see, also in Hungary14. At the same time, it
should be mentioned that along with the organization presented in this
study other units with similar missions are established using the human
potential of the occupied countries. It is such transport formations that
NSKK Transportgruppe Todt or NSKK Transportbrigade Speer
Legionwhose workforce is partially composed of French citizens (several
thousand people), but they are less interesting for us because of the lack
of their presence on the scene of eastern operations during the war15.
In France, the NSKK recruitment begins July 21, 1942 and
encourages French youth to join the German transport unit16. These calls
had some success, because, according to conservative estimates, about

11 Littlejohn 1972 : 265.


12 That also explains the high number of Flemings serving in the ranks of the organization
(3 000 people).
13 Costabrava 2007 : 41.
14 Thomas–Jurado 1992 : 4-5.
15 Littlejohn 1987a : 163-164.
16 The volunteers are invited to 2, Godot de Mauroy Street, Pariswhere the recruiting

office of the NSKK operates under the direction of Captain Troupeau, the son in-law of
the Secretary of State for War, EugèneBridoux. Littlejohn 1987a : 161.

151
2000-2500 French17 engage to the organization between 1942 and 194418.
This performance is explained by the fact that the German authorities
have already created in 1941, following the advice of Peter Costantini, one
of the founders of the LVF19, the Automobile Corps of Anti-bolshevik
Volunteers (Corps Automobile des Volontaires Antibolcheviques) which
includes the French volunteers intending to serve in the German transport
units. Therefore, after the launch of the recruitment in 1942, with only the
change of the name of the organization, it could immediately mobilize the
entire previously engaged workforce that consists of men being between
18 and 50 and also being in a good physical condition. After a compulsory
medical examination, the men skilled committed fit for military service are
gathered in Paris to be directed at Vilvoorde (a suburb of Brussels). They
are forced to spend a further medical examination, sign their final
employment contract and can begin their instruction. The training lasts
for five months and consists of driving, repair courses and basic military
training20.
According to the memoirs of the participants, the first phase of the
military training is realized by captured French weapons which is followed
by teaching the use of German weapons. These are only light infantry
weapons (Mauser 98K, MP0, MG34, grenades, etc.), the heavy weapons
are represented only by a few small anti-tank grenade launchers
(Panzerfaust, Panzerschreck), as troops NSKK are not intended for
regular infantry missions. After this traditional training in the modern
armies conducted in Belgium (early in Schafeen/Diest, then in
Grammont/Gerardsbergen) 21 , the French volunteers are transferred to
Tübinegen to attend driving classes organized at the special school of the
NSKK (NSKK Motor Schule–Lehrgang)22.
We must refute a widespread assumption that the NSKK was a kind
of antechamber of the Waffen-SS and the members of the first are

17 At the same time, according to some German sources, this figure is around five
thousand people. BBAMA N 756/201. Die Kameradschaft: Die
EuropäischenFreiwilligen:3. concerning this question, it has to be noted that the
Francophone volunteers are often considered French by German authorities. However, a
number of Wallons (at least 2 000 people) also engage in the organization, so they can
appear in certain statistics as French. Littlejohn 1987b : 111. In general, the number of
three thousand is accepted as a reliable information. See Hochstetter 2005.
18 AN 72 AJ 258, 232 14. Soldats français sous uniformes allemands, 1941-1945 : 8.
19 Nevertheless the proposal of Costantini concerning the possible involvement of French

pilots in the Luftwaffe on board French or German planes is strongly denied.


20 BAMA RS 3-33/3. Waffen-Grenadier-Division der SS ”Charlemagne” (französiche Nr.

1.) : 57. ; Costabrava 2007 : 47-48.


21 According to the memoirs of participants, the morale is weakened by the severe weather

conditions and the insufficient food portions.


22 Mounine 1995 : 6-7.

152
regularly transferred en masse to the second. We can see that this is not
the case, because the members of the transport body are appreciated by
the German high command due to the importance of their activity in the
proper functioning of the armed forces. At the same time, we know many
examples when French volunteers headed to the instruction camp of
Vilvoorde desert to join the Waffen-SS whose prestige is much higher,
because it is a combat detachment and the service made in its ranks is
more attractive than the transport missions carried out within the
NSKK 23 . Therefore, from time to time, a number of French who
contracted a contract of employment with the transport unit, individually
or in groups, are presented in the recruiting offices of the Waffen-SS in
order to continue their service in the military organization. This choice is
probably motivated by the fact that before the summer of 1943 the
French citizens can not engage officially to this unit. The largest group of
deserters opts for the Waffen-SS in June 1943 when thirty people join the
military unit24. This action is certainly encouraged by the creation of the
French unit of the Waffen-SS in France (initially as a regiment and later as
brigade and finally as a division from early 1945), because this change
offers the opportunity to do military service in the ranks of a "national"
troop within the German organization.

The NSKK French volunteers in the European theaters of


operations
Because of their relatively large number, the French volunteers are
attached to the 2nd NSKK Brigade, however, their commitment
distributed in time does not allow the establishment of a fully French unit
and the French are present in all three regiments of the Brigade25. They
are most numerous in the 4th Regiment (NSSK Regiment 4). This unit is
divided into two battalions which are composed of two, three or four
companies dependent on the number of volunteers and the warlike
situation. In general, ten to twelve columns lie within a company and a
column contains twelve vehicles. Beyond trucks, ambulances,
motorcycles, also troubleshooting and workshop cars are in the motorized

23 It has to be noticed that the desertion does not lead to sanctions according to the
regulations of the German army, if the deserter presents for service with another unit of
the German armed forces. Therefore the French NSKK volunteers opting for service in
the Waffen-SS are warmly welcomed by the other German organization who also leads an
intense recruitment policy.
24 Forbes 2005 : 31.
25 Thomas–Jurado1992 : 4.

153
fleet of the companies. The staff of a truck are a driver and a guard
equipped with light weapons, especially guns26 to defend the cargo27.
The first French volunteers of the unit are deployed in the Soviet
Union in the winter 1942-1943 to help supply the German army fighting
in the Eastern Front. These people are in the Rostov region where the
members of the French companies conduct conveys, transport of supplies
and repair failed vehicles. Among the Germans, there is a generally
favorable opinion on their activity because they mention that the French
are good drivers, but they do not pay much attention to their vehicles.
Although their mission is theoretically conducted among peaceful
conditions far from the front, the partisans’ forcefulness increasingly
strong threats also the French who are obliged to participate in clashes to
defend. Because of this situation, the transport unit begins to gradually
transform to a combat troop. In total, three French companies of the
VIth battalion of the NSKK perform a service on the Eastern Front
during this period before being underwent a complete reorganization in
spring 1943when a part of the French volunteers are grouped in the IInd
battalion28. Therefore, this contingent retains its French character until the
end of the war29.
The IInd battalion established with the soldiers who have acquired
war experiences at Eastern Front and the recruits who recently completed
their instruction is declared fit for service in the fall of 1943. The unit with
three companies (the 4th, 5th and 6th) is led in northern Italy in early
December. During the months of December and January, the battalion is
located in Brescia to begin its transportation service in which its
companies are scattered throughout the region. The 4th company is sent
to Verona, while the other two companies are directed to the south and
some columns carried supplies even to the German defenders of Monte
Cassino. The French equipped with German-, French- and Italian-made
trucks fulfill transport missions for the Organization Todt, the Speer
Legion, the Lutfwaffe and the Wehrmacht in relation to the needs of
those. Despite the intense activity of the French unit until autumn, it does
not meet regular or irregular enemy troops and its minimal losses are
exclusively due to attacks of the Allied fighter-bombers. Possibly, this
more or less intact military potential also contributes to the fact that the

26 In the beginning this is a captured armament manufactured in France which is later


replaced by German weapons.
27 BAMA RS 3-33/3. Waffen-Grenadier-Division der SS ”Charlemagne” (französiche Nr.

1.) : 58.
28 An interesting fact: it was proposed to the volunteers being returned from East to work

in German factories instead of military service. There is no official data on the number of
French who have opted for this possibility. Forbes 2005 : 30.
29 Mounine1995 : 6.

154
French members of the NSKK are considered combatants and they
receive a Soldbuch (German pay book)30.
In the months of October and November, the battalion with weapons
but without vehicles is embarked to be directed to Denmark after a long
train journey. After its arrival, it stays around Odense and custody of some
local military depots. This quiet service does not last for long, because the
battalion is sent to the Eastern Front in early 194531.

The French volunteers in Hungary


The relatively small battalion is split into two groups and sent to Hungary
to participate in the last great German counteroffensive. The first French
contingent embarks in February, the second at the end of March to go to
the new theater of operations by train. Considering the fact that the two
units retain their weapons, but do not own vehicles, we can assume that
the German High Command was planning to deploy them as improvised
battle groups (Kampfgruppe according to the German terminology) in the
Hungarian region of Transdanubia. According to the plans of the German
general staff, a concentration of available forces may allow repelled the
Red Army and also the defense of oil deposits in Western Hungary having
a strategic importance32.
At the same time, the air attacks of the Allied air forces prevent the
movement of the French troops, because their actions destroy a large part
of the German railway infrastructure, cause turbulence in traffic and kill
some members of the French battalion. Because of the effectiveness of
these air operations, the first contingent can realize his trip to Hungary for
a month and it only arrives in late March, until the second cannot do it at
all, because it is in Austria when the war ends in May33.
Some memoirs talk about a French officer (NSKK-Sturmführer
which is equivalent to the rank of lieutenant) of Hungarian origin in the
ranks of the battle group arrived in Hungary in March. This officer named
Györ (possibly Győri according to Hungarian spelling) leaves his unit after
crossing the Hungarian border and disappears forever. Presumably he
opted for desertion with the help of his knowledge of language and terrain
to avoid the participation in an unequal battle against the Soviet regular
troops34.
The group (which is probably made up of two companies 35 ) is
equipped with trucks in Hungary and it is directed straight to the frontline

30 Ibid., 7-8.
31 Thomas–Jurado 1992 : 9.
32 Keegan 2008 : 877-878.
33 Mounine 1995 : 10.
34 Forbes 2005 : 233-234.
35 Ory 1976 : 265.

155
to fight against the Red Army. Lacking fuel, the unit is not able to achieve
great trip and the members of the group receive jerry cans and rubber
hoses to retrieve fuel from the abandoned vehicles. Initially, the group is
deployed west of the city of Veszprém, north of Lake Balaton where a
Soviet unit surprises the French soldiers and inflicts severe losses on a
short and hard clash. After this action gone wrong, the French contingent
is withdrawn behind the front to reorganization. The members of the
detachment have to serve as tank destroyers equipped with grenade
launchers. The new formation does not participate only once in operation
when it is forced to fight against Soviet tanks in late April west of Balaton
during the general decline to open a path toward Austria36. During this
action, the French destroy two tanks, the Soviets retreat and the survivors
of this campaign can continue the retreat westward overnight. Those that
remain of the battle group arrive in Austria to the south of the city of
Sopron and they are informed about the end of war37. Then members of
the contingent try to get by individually: some go to the Western Allied
troops, others wearing civilian clothes and try to return to France38.
The other battle group, despite the orders of the German command,
is in Austria at the end of the war without effective participation in any
military operation. The commander of the unit, NSKK-Haupsturmfuhrer
Hans Ströhle, demobilizesthe detachment April 29 because of the
hopeless military situation. The French soldiers form small groups and go
toward west. Some go in Northern Italy because it was familiar ground for
them after their service carried out in the region and the progress of
Soviet troops in that direction seems unlikely. A curious fact which
illustrates the differences between the various units of the German armed
forces that even at the last moment of the conflict (we are 3 May 1945)
they meet the French Waffen SS who intend to continue the fight and
encouraged them to do the same. Nevertheless, members of the NSKK
refuse this proposal and continue their journey to the west39.

Conclusion
Although the NSKK is a little known military contingent in the German
armed forces during the World War II, its members perform an important
activity, especially in hinterland for the German war effort.
A feature of the unit is that foreign volunteers make up the majority
of its workforce including, surprisingly, a number of French citizens.

36 Forbes 2005 : 234.


37 BAMA RS 3-33/3. Waffen-Grenadier-Division der SS ”Charlemagne” (französiche Nr.
1.) : 58.
38 Forbes 2005 : 234-235.
39 Mounine 1995 : 10-11.

156
Although these men did not commit to military service in the first line,
they are forced to fight there because of the evolution of the war situation,
they fight even in Hungary during the last months of the conflict. Of
course, this episode does not influence the main events of the war,
however, it is a very interesting element of the Franco-Hungarian military
relations, especially as the two countries were neither allies nor enemies
during the years of the conflict.

Bibliography
Archives
Bundesarchiv-Militärarchiv(Freiburg):
BAMA RS 3-33/3. Waffen-Grenadier-Division der SS
”Charlemagne” (französiche Nr. 1.).
BAMA N 756/201. Die Kameradschaft: Die Europäischen
Freiwilligen.

Archives nationales(Paris):
AN 72 AJ 258, 232 14. Soldats français sous uniformes allemands,
1941-1945.

Books
COSTABRAVA, Ferdinand (2007),Le soldat baraka. Le Périple européen de
Fernand Costabrava, Panzergrenadier de la Brigade Frankreich, Nice, w. e.
FORBES, Robert (2005), Pour l’Europe, les volontaires français de la Waffen-SS,
Paris, Éditions de l’Aencre.
HOCHSTETTER, Dorothee (2005), Motorisierung und „Volksgemeinschaft“.
Das Nationalsozialistische Kraftfahrkorps (NSKK) 1931–1945, München,
Oldenbourg.
KEEGAN, John (2008,) A második világháború, Budapest, Európa.
LITTLEJOHN, David (1972), The Patriotic Traitors. A History of
Collaboration in Germain-Occupied Europe, 1940-45, London, Heinemann.
LITTLEJOHN, David (1987a), Foreign Legions of the Third Reich. Volume 1,
San Jose, James Bender Publishing.
LITTLEJOHN, David (1987b), Foreign Legions of the Third Reich. Volume 2,
San Jose, James Bender Publishing.
ORY, Pascal (1976), Les collaborateurs 1940-1945, Paris, Editions du Seuil.
THOMAS, Nigel, JURADO, Caballero Thomas (1992), Wehrmacht
auxiliary forces, Oxford, Osprey.

157
Articles
DELATOUR, François (1975), « Le combat fou des SS français », Historia,
nº 40, pp. 150-155.
MOUNINE, Henri (1995), « Le bataillon français du N.S.K.K. », 39-45
Magazine, nº 114, pp. 5-11.

158
Zsolt Máté

Charles De Gaulle’s visit in the United States of


America in 1960
In my paper I introduce Charles De Gaulle’s one week long American
visit in April 1960. The topic is not just relevant for the researchers of the
French foreign policy, but also in the history of cold war, because with the
two presidents discussed the topic of the western cooperation. The Amer-
ican visit was the part of a Canada – USA – French-Guyanian trip. No-
body wrote the history of the whole travelling, only the Canadian part and
the visit of New Orleans has publications. 1 My main sources were the
Foreign Relations of the United States source collection and the unpublished
documents of the Eisenhower Presidential Library.
Firstly I introduce the main events before the visit, like the interna-
tional relations, the Canadian visit or the American preparations. After
that I introduce each stop of the trip and the meetings of the two presi-
dents.

The atmosphere of the international relations in 1960


Between September 1959 and May 1960 the relationship between the two
superpowers was peaceful, that formed on the meeting of Dwight D.
Eisenhower and Nikita S. Khrushchev.2 At the summit at Camp David
they started to plan a summit meeting to solve the second Berlin-crisis,
but the effects of the shooting down of the U2 spy plane broke up the
chance for any cooperation between the U.S. and the Soviet Union.3 The
four-state summit was held in Paris, but it was unsuccessful for all of the
participants.4
The French foreign policy was called by grandeur, because Charles
De Gaulle wanted to make France as a third superpower. Because of this
France started military researches, which resulted the successful atomic
bomb experiments in 1960. Also France started to break the relations with
the U.S. and because of this later De Gaulle signed out of the NATO.5

1 Short summarize about the event and the sources: FRUS VII. 2. 165.th editor note.
Eisenhower and De Gaulle discussions mentioned at: Reyn 2010. 1. chapter 185. note
(395. page). About the Canadian visit: Bastien 2005 : 11.; Courteaux 2011 : 45-47.; Bosher
1999 : 8-10.
This study writes about the visit in New Orleans: Cook 2008 : 5-20.
2 About Khrushchev’s visit in the U.S. see: Fischer 2005 : 185-186.
3 About the shoot down of the U2 see: Fischer 2005 :. 192-193.
4 See Fischer 2005 : 197.
5 About French foreign policy in Hungarian see: Fischer 2005 : 189-190. ; Gazdag 1997 :

106-109.; Gazdag 2011 : 101-110.; Duby 2007 : 455-457.

159
Before the summit in 1960 each state made preparations for the meet-
ing. These steps made deeper relations between the parteners, providing
more cooperation for common goals. This was the reason for Khrush-
chev’s French and Harold MacMillan’s American visits. Although MacMil-
lan’s visit was shortly before the summit, the two presidents did not dis-
cussed anything about the four-state meeting, but they accepted techno-
logical support and military cooperation. 6 The memoirs contain infor-
mation about a fight between Khrushchev and De Gaulle about different
political systems,7 but to the press they introduced each other as partners.8
De Gaulle met Eisenhower after these diplomatic events.

The preparations
The preparations for the journey started in 1959, and the American State
Department sent the text of official announcement for approval to the
French diplomats.9 French diplomacy requested the dates and the stops
through the American embassy. The first report contained three days in
Washington D.C., one day in New York and three days on the West
Coast, but with that “President De Gaulle has no particular views about western
trip and Foreign Office asks that we make suggestions”10This sentence shows how
big was the role of the French President in the planning of the visit. The
White House announced De Gaulle’s visit at 6th of January. At this time
only Washington D.C. and New York were the publicly known destina-
tions.11 The destinations were clear by 22nd of January and also some pro-
grams were accepted too.12
De Gaulle, before his arrival in Washington stayed in Canada for four
days. This was his third visit after his 1944 and 1945 trip. He visited Otta-
wa, Toronto, Montreal and Quebec.13 Many historians think the visit of
Quebec was the source of independence movement at the end of the
decade.14 The documents in the Eisenhower Library do not contain rele-
vant information about the Canadian visit.

Washington D.C.
The French President arrived in the capital of the United States on April
22nd of 1960. Among the members of the delegation we found Charles De

6 FRUS VII. 2. 368-372. documents.


7 De Gaulle 2003 : 172-178.; De Gaulle 2008 : 535-538.
8 About the visits press coverage see: Máté 2014 : 157-164.
9 EPL (4) folder.
10 EPL (4) folder.
11 EPL (4) folder.
12 EPL (4) folder.
13 Bosher 1999 : 8.
14 Bastien 2005 : 11.

160
Gaulle’s wife, Herve Alphand, the Embassador of France in the U.S.,
Geoffroy De Courcel French minister of foreign affairs. Beside the Amer-
ican security officers, eight French ones were responsible for De Gaulle’s
safety. The members of the welcoming committee were the American
President, Christian A. Herter Secretary of State and more diplomats, who
were responsible for French and European issues. The airplane landed at
noon, and the delegation was welcomed by Eisenhower. American sol-
diers saluted to the French president. De Gaulle at the arrival statement
told the reason of the visit: “A grave international debate is going to take place in
3 weeks. Before joining this debate for France, it was indeed necessary that I converse
with the President of the United States.”15 The foreign journalists arrived one
hour earlier by a different plane from Toronto to Washington. From the
airport the delegation and the welcoming committee drove in a fourteen
cars convoy, which was lead by the two presidents. 16 The press wrote
about two hundred thousand cheering people on the way from the airport
to the downtown.17
The visit’s most important elements were the discussions of the two
presidents. They have already known this at the preparations, so they in-
creased the numbers of the meetings and they could talk every day. 18
Herter gave the list of the topics for the discussion to the president on
April 19, 1960.19 Herter recommended to start with Khrushchev’s French
visit and continue to the global topics. This kind of topic was the four
state summit in Paris, Berlin and issue of Germany, the demilitarization,
the prohibition of testing of nuclear weapons and nuclear cooperation, the
tripartitism, European integration, Norstad-plan, Alger, Morocco, Tunisia
and the French community. By the style of the document the topics of the
French community, the European integration, Germany, Norstad-plan,
tripartitism, four state summit had big cooperation and common opinion
between the two leaders, but in the question of the demilitarization, east-
west relations, NATO-problems, nuclear questions, Alger, Morocco, Tu-
nisia they were thinking differently.20 Three days later, but still before De
Gaulle’s arrival the Secretary of State and Eisenhower discussed these
points. The President mentioned the veto of the Soviet requests, which
could move closer the French and American opinions, but Herter did not
recommend to talk about the share of the nuclear secrets. Herter also
recommended about the tripartitism to prove cooperation between gov-
ernments, to solve the problematic questions easier. The Secretary of State

15 Bulletin 1960 : 774.


16 EPL (3) folder.
17 Burd 1960 : 1.-12.; Casey 1960 : A1.
18 EPL (3) folder.; FRUS VII. 2. 165. Editorial Note.
19 EPL (5) folder.
20 EPL (5) folder.

161
welcomed the successful liberalization of African states. Eisenhower was
not able to give an answer about the NATO-problems, because the
French requests could result in structural reforms.21
The French President after the arrival to the presidential guest house
went to the Arlington cemetery and laid down a wreath at the crypt of the
unknown soldier. After this had the two presidents their first discussion
during the visit.22 At the beginning of the meeting three documents were
given to De Gaulle with the following titles: „United States Strategic Striking
Force”, „Our Summit Purposes”, „Summit Procedures”. 23 Eisenhower men-
tioned to De Gaulle that the western bloc could loose the support of Afri-
can states, but connected with this De Gaulle only offered to continue the
atomic tests underground. In the German question they had common
opinion. De Gaulle said that “Khrushchev’s attempts to stir up anti-German
feeling in France had not been successful”.24 At the end of the day Eisenhower
hosted a dinner in the White House in the honor of the French Presi-
dent.25
On the next day, 23rd of April at half past ten the two presidents laid
down a wreath at the statue of LaFayette. After this De Gaulle met with
accredited correspondents and had a press conference. In the afternoon
De Gaulle hosted a luncheon at the French Embassy and at the evening
he participated at a dinner with Richard M. Nixon.26 De Gaulle met Nixon
for the first time and got a positive impression about him.27
The French President spent his third day in the United States with Ei-
senhower at his farm in Gettysburg. De Gaulle could go to the church in
the downtown or in Gettysburg on that day’s morning.28 The event was
on the newsreel too.29 We have a memorandum of the discussion at Camp
David at 24th of April. The meeting of the two presidents started with the
earlier shared documents and they accepted the schedule of the four state
summit. About the demilitarization Eisenhower almost accepted the Sovi-
et proposals, which would settle down military bases around the Soviet
Union, but only if both power accept the usage of independent observers.
De Gaulle shared this opinion, but he was afraid trusting the Soviet politi-
cians. Both of them refused Khrushchev’s recommendation, which would

21 FRUS VII. 2. 166. documentum.


22 EPL (4) folder.
23 EPL (2) folder.
24 FRUS VII. 2. 167. documentum. ; EPL (2) folder.
25 EPL (4) folder.
26 EPL (2) folder.
27 De Gaulle 2008 : 330-331.
28 EPL (4) folder.
29 De Gaulle In Washington & Gettysburg Farm (1960). https://youtu.be/9vO2aYhTP4Y

(Time of download: 2015. 07. 14.)

162
make Berlin a demilitarized zone and then the Soviet Union and the
Western German state would accept a peace agreement. The French Pres-
ident arrived back to Washington before five o’clock and at seven o’clock
he hosted a dinner for French communities at the embassy.30
De Gaulle started his next day in the American capital with the meet-
ing of the American President and the ministers of foreign affairs of the
two countries.31 Eisenhower briefed the discussions of the previous days
to the participants. Both leaders accepted to prove the East-West socio-
cultural relations and they will check the possibility of improvement of
commercial relations.32 They planned text of the public statements con-
tained the possible achievements in the case of demilitarization can be
achieved at the next summit, but the finally public text did not contained
it.33 During the day the French president made a speech at the Congress,
which started with the historical cooperation of the two countries, fol-
lowed by the importance of cooperation in different issues and continued
with next four state summit. The following sentence from the speech
shows that, De Gaulle thought about the tripartitism in the western bloc:
“Nonethless while France has choosen to belong altogether to the gathering of the free
peoples, she does not despair at all of seeing peace established in the world”34
On the following day, at 26th of April in the morning the two presi-
dents met again. A report says that they were talking about Khrushchev’s
speech in Baku, where the Soviet leader said that he wants to achieve all of
his country’s requests in the issue of the German question. For this De
Gaulle said “Now that I have seen you I have even greater confidence in our cause.”
and Eisenhower replied with “We shall be standing together.”35
During his stay in Washington De Gaulle received gifts from Eisen-
hower. From the American President the France received three longhorn
antelope what they delivered to the zoo in Paris after De Gaulle’s arrival
to home. The French President and his wife get a silver plate and candle
sticks. 36 De Gaulle’s wife had only two public programs. She visited a
child hospital and the George Washington’s manor in Mount Vermont.37
The days that De Gaulle spent with Eisenhower not just himself, but
the American diplomats rated positively. The French leader sent two tele-
grams to Eisenhower, highlighted in both telegrams their deep friendship.

30 FRUS VII. 2. 168. documentum. ; EPL (2) folder.


31 EPL (2) folder.
32 EPL (5) folder.
33 The planned text is at: EPL (5) mappa. The published statement is at: BULLETIN,

1960. 771.
34 Bulletin 1960 : 771-773.
35 FRUS VII 2. 170. documentum.
36 EPL (1) folder.
37 Cheshire 1960 : C17.

163
“Our conversations have stressed our agreement, and I am sure this result is essential
for the peace of the world. As for Franco-American friendship, I have gathered in
Washington, New York, San Francisco and New Orleans the moving tokens of it.”38

New York, San Francisco, New Orleans


From the American capital De Gaulle went to New York in the morning
of 26th of April and this is the beginning of the visit’s less important part
in the history of diplomacy. From this he mostly met the mayors of the
cities, the members of French communities and not with the leaders of
country. In each city after the arrival of the French President the citizens
celebrated De Gaulle’s visit with a parade.
In New York the welcome parade started at noon, which finished by
the mayor’s welcome at the city hall. After this De Gaulle get his accom-
modation and participated at a luncheon hosted by the mayor. During the
day he made a press conference, visited the French consulate and at the
evening went to a dinner what French organizations hosted.39 We have a
newsreel record about this day of the visit.40 By the information of the
Chicago Tribune De Gaulle refused the invitation of the United Nations.41
This information is more sure by reading a sentence of Dag Hammar-
skjold’s, the Head Secretary of the United Nations statement: “I think any
gentleman has the right to find that he has or has not the time to come to the United
Nations”42
De Gaulle’s visit continued by arriving to San Francisco on 27th of
April. The mayor of the city welcomed him on the West-coast and they
went to the city hall. During the day the French leader participated on
many luncheons and on a car driven sightseeing. On the next day he went
to the center of the Silicon-valley, Palo Alto.43 One report says what De
Gaulle experienced in this stop surprised him in the case of living condi-
tions and started to think that Khrushchev never will be able to take the
Soviet Union to this level.44
The last visit of the American trip was New Orleans, the former
French colony. De Gaulle spent only one day in the city, but he tried to
fill it up with programs. The citizens organized a carnival with the partici-

38 Our conversations have stressed our agreement, and I am sure this result is essential for
the peace of the world. As for Franco-American friendship, I have gathered in Washing-
ton, New York, San Francisco and New Orleans the moving tokens of it EPL (1) folder.
39 EPL (4) folder.
40 De Gaulle Gets Ticker Tape Welcome In New York (1960).
https://www.youtube.com/watch?v=Y838hxYFpb8 (Time of download: 2015. 07. 14.)
41 Fulton 1960 : 1-2.
42 No snub to U.N. seen. In: TNYT 1960 : 4.
43 EPL (4) folder.
44 FRUS, VII. 2. 171. documentum.

164
pation of ten thousands of people.45 The newsreel recorded this event.46
On the next day De Gaulle placed a wreath to the statue of the founder of
the city and at the city hall received the keys of the city.47 The visit of capi-
tal of Louisiana touched De Gaulle that much, that later he gave a statue
of Jeanne d’Arc to the city.48
After New Orleans De Gaulle went to French-Guyana and left the
territory of the United States. Summarize the events of the visit we can see
the discussions with the American President fits the trend of the interna-
tional relations in the eastern of 1960, which was bilateral preparations for
the four state summit. In the international questions the French policy did
not have big differences and they accepted the most important things
about the next summit. The relations of the two countries were not
harmed by the U2 incident as the American-Soviet relations. De Gaulle
was welcomed in every city by thousands of people and organized parades
for them. After this the French leader came back to the United States in
1963 to the funeral of John F. Kennedy.

Bibliography
Archives
Eisenhower Presidential Library:
EPL Eisenhower, Dwight D.: Papers as President, 1953-61 (Ann Whit-
man File) International Series. 14. doboz. DeGaulle-Visit to U.S. Apr. 22-
25, 1960.

Books
BOSHER, John Francis: The Gaullist Attack on Canada, 1967-97.
McGill’s-Queen’s University Press, Kingston, 1999.
BULLETIN (Department of State) XLII. May 16, 1960. U.S. Govern-
ment Printing Office, Washington D.C., 1960.
DE GAULLE, Charles, A reménység emlékiratai. I. Az újjászületés. 1958-
1962, Gradus ad Parnassum Könyvkiadó, Szeged, 2003.
DE GAULLE, Philippe: Apám, De Gaulle. Beszélgetések Michael
Tauriackal, Európa Könyvkiadó, Budapest, 2008.
DUBY, Georges (szerk.): Franciaország Története II. Az új idők 1852-től
napjainkig. Osiris Kiadó, Budapest, 2007.

45 Cook 2008 : 12.


46 De Gaulle In New Orleans (1960). https://www.youtube.com/watch?v=UpTAnM_yk
KM (Time of download: 2015. 07. 14.)
47 Cook 2008 : 14.
48 Cook 2008 : 19-20.

165
FISCHER Ferenc: A kétpólusú világ. Dialóg Campus, Pécs-Budapest,
2005.
GAZDAG Ferenc: Franciaország története. 1945-1995. Zrínyi Kiadó,
Budapest, 1997.
GAZDAG Ferenc: Franciaország története. 1918-1995. Kossuth Kiadó,
Budapest, 2011.
W. LaFantasie, GLENN (Főszerk.): Foreign Relations of the United
States 1958-60, Volume VII. Part 2. U.S. Department of State Office of
the Historian, Washington, 1993.
REYN, Sebastian: Atlantis Lost. The American Experience with De
Gaulle, 1958-1969. Amsterdam University Press, Amsterdam, 2010.

Articles
BURD, Laurance: Ike, De Gaulle mold summit talk tactics. In: Chicago
Daily Tribune, 1960. 04. 23. 1.-12
CASEY, Phil: His Right Arm Is Given a Workout As de Gaulle Salutes
Parade Viewers. In: The Washington Post, 1960. 04. 23. A1.
CHESHIRE, Maxine: No Hoopla for Mme. de Gaulle. In: Washington
Post, 1960. 04. 21. C17.
FULTON, William: Visit to U.N. turned down by De Gaulle. In: Chicago
Tribune, 1960. 04. 15. 1.-2.
The New York Times, 1960. 04. 21. 4.

Chapters of collective works


BASTIEN, Frédéric: France and Canada. In: MARSHALL, Bill: France
and the Americas. Culture, Politics, and History. ABC-CLIO, Santa Bar-
bara, 2005.
COOK, Philip C.: Le Grand Charles, Delasoups, and Uncle Earl: De
Gaulle's Visit to New Orleans. In: Louisiana History: The Journal of the
Louisiana Historical Association, 2008/1. 5-20.
COURTEAUX, Oliver: De Gaulle and the „Debt of Louis XV”: How
nostalgia Shaped de Gaulle’s American Foreign Policy int he 1960s. In:
Kate Marsh – Nicola Frith (Szerk.): France’s Lost Empires. Fragmenta-
tion, Nostalgia and La Fracture Coloniale. Lexington Books, Plymouth,
2011.
MÁTÉ Zsolt: Hruscsov 1960-as franciaországi körutazása a magyar sajtó
tükrében. In: BENE, Krisztián et ÉVA, Oszetszky (éds.), Kultúrák
keresztútján – À la croisée des cultures, Pécs, MTA-Pécsi
Tudományegyetem, 2014.

166
Máté Zsolt

Charles de Gaulle 1960-as amerikai látogatása


Tanulmányomban Charles De Gaulle 1960. április 22. és 29. közötti ame-
rikai körútját mutatnám be. A téma a francia külpolitika történetén túl a
hidegháború történeténtek szempontjából is releváns, mivel a washingtoni
tárgyalásokkor előkerült a nyugati blokkon belüli kooperáció mértékének
kérdése. A látogatásra egy Kanada – USA – Francia Guyana körutazás
keretében került sor. Az utazás történetét teljes egészében nem dolgozták
még fel, csak a kanadai látogatást és new orleansi állomásról jelentek meg
írások.1 Forrásaim alapját a Foreign Relations of the United States című forrás-
kiadvány-sorozat 1958-60 közötti időszak nyolcadik kötetének anyagai és
az Eisenhower Elnöki Könyvtár publikálatlan levéltári forrásai adják.
A tanulmányban elsőként bemutatom az amerikai utazás előzményeit,
kitérve a nemzetközi légkörre, a kanadai látogatásra és az amerikai előké-
születekre. Majd bemutatom az utazást olyan módon, hogy elsőként az
egyes állomásokon történt eseményeket, külön kitérve a két ország vezetői
között folytatott tárgyalásokra.

A nemzetközi kapcsolatok légköre 1960-ban


A 1959 szeptembere és 1960. május 1. közötti időszakot meghatározta az
a békülékeny légkör a két szuperhatalom között, amely Eisenhower és
Nyikita Sz. Hruscsov Camp Davidben tartott csúcstalálkozóján alakult ki.2
Ekkor határozták el az 1960 májusára időzített négyhatalmi csúcstalálko-
zót a második berlini válság rendezéséről, s készítették elő Eisenhower
szovjetunióbeli látogatását, de mindezt meghiúsította az U2-es kémrepü-
lőgép lelövése.3 Bár mind a négy érintett hatalom vezetője elutazott a pári-
zsi csúcstalálkozóra, azonban a kimenetelét beárnyékolták az alig két héttel
korábbi, repülőgéppel kapcsolatos események, így egy nappal később be-
rekesztették.4
A francia külpolitikát ekkorra már jellemezte a nagyság (grandeur), va-
gyis De Gaulle célja, hogy Franciaország szuperhatalommá váljon. Ennek
érdekében került sor nagyfokú hadászati fejlesztésekre, amelynek leglátvá-

1 Rövid összefoglaló található az eseményről, s forrásairól a Glenn 1993. 165. számú


szerkesztői jegyzeténél. Az Eisenhower-De Gaulle tárgyalásokra kitér még Reyn 2010. 1.
fejezet 185. lábjegyzete (395.). A kanadai látogatásra lásd Bastien 2005 : 11.; Courteaux
2011 : 45-47.; Bosher 1999 : 8-10.
New Orleansban tett látogatásáról pedig az alábbi tanulmányban olvashatunk: Cook 2008 :
5-20.
2 Hruscsov Amerikai látogatásáról lásd. Fischer 2005 : 185-186.
3 Az U2-es kémrepülőgép lelövéséről lásd uo. 192-193.
4 Az eseményről lásd uo. 197.

167
nyosabb bizonyítéka az 1960 februárjában felrobbantott francia atom-
bomba volt. Továbbá fokozatosan elindult egy az amerikaiakkal szakító
folyamat, amely később a NATO-ból való kilépéshez vezetett.5
Azonban a csúcstalálkozót több diplomáciai esemény is megelőzte az
egyes hatalmak között. Ezek az álláspontok megismerésére, szövetségek
elmélyítésére, közös fellépés megtervezésére irányultak. Emiatt kerülhetett
sor Hruscsov franciaországi és Harold Macmillan amerikai útjára. Bár
utóbbi villámlátogatás időben közel esik a párizsi találkozóhoz, de nem az
arra való előkészületekről, hanem hadászati együttműködések elmélyítésé-
ről és technológiai támogatásról volt szó a beszámolók szerint.6 Hruscsov
és De Gaulle között azonban a memoárok szerint vita is kialakult a politi-
kai rendszerekről,7 pedig partnerként is nyilatkozott a szovjet pártfőtitkár
Franciaországról.8 Az Eisenhowerrel való találkozójára ezt követően került
sor.

Az előkészületek
Az út megszervezése 1959-ben elkezdődött, s 1960. január másodikán
meg a hivatalos bejelentés szövegét is elküldték a francia szerveknek jóvá-
hagyásra.9 A dátumot és az úti célokat a párizsi amerikai nagykövetségen
keresztül kérték a franciák. Az első jelentésben három nap Washington,
egy nap New York és három napos nyugati utazás szerepelt, s utóbbival
kapcsolatban „De Gaulle Elnök Úr nem rendelkezik pontos elképzelésekkel a
nyugati úttal kapcsolatban és a Külügy Minisztérium kéri, hogy tegyünk javaslato-
kat.”10 Ez a mondat is jelzi, hogy a francia államfőnek nagy szerepe lehe-
tett az utazás megtervezésében. De Gaulle érkezését a Fehér Ház 1960.
január 6-án jelentette be. Ekkor még csak New York és Washington volt
csak a nyilvánosságra hozott úti célok között.11 Az útvonal 1960. január
22-re lett végleges, s bizonyos programokban is sikerült megegyezni.12
Washingtonba érkezése előtt De Gaulle Kanadában tartózkodott négy
napig. Ez volt a harmadik látogatása az 1944-es és 1945-ös utazásai után.
Felkereste Ottawát, Torontót, Montrealt és Quebecet. 13 Utóbbi helyszín
felkeresését véli több történész az évtized végi függetlenségi törekvések

5 A francia külpolitikáról lásd. Uo. 189-190. ; Gazdag 1997 : 106-109.; Gazdag 2011 : 101-
110.; Duby 2007 : 455-457.
6 Glenn 1993 : 368-372. dokumentumok.
7 De Gaulle 2003 : 172-178.; De Gaulle 2008 : 535-538.
8 A látogatás magyar sajtóvisszhangjáról lásd. Máté 2014 : 157-164.
9 EEK (4) mappa.
10 „President De Gaulle has no particular views about western trip and Foreign Office asks that we make

suggestions.” EEK (4) mappa.


11 Uo.
12 Uo.
13 Bosher 1999 : 8.

168
gyökerének.14 Az Eisenhower Könyvtárban talált iratok nem tartalmaznak
a Kanadában való tartózkodásról releváns információkat.

Washington D.C.
A francia államfő 1960. április 22-én érkezett az Amerikai Egyesült Álla-
mok fővárosába. A delegáció tagja volt Charles De Gaulle mellett felesége,
Herve Alphand, Franciaország amerikai nagykövete, Geoffroy De Courcel
francia külügyminiszter. De Gaulle biztonságáért az amerikaiak mellett
nyolc francia biztonsági tiszt felelt. A fogadóbizottság tagja volt az ameri-
kai elnök, Christian A. Herter külügyminiszter s több francia és európai
ügyért felelős diplomata. A repülőgép délben szállt le, s a delegáció tagjait
elsőként Eisenhower köszöntötte. Katonai díszsorfal és díszsortűz kö-
szöntötte a francia államfőt. De Gaulle már a megérkezésekor tett nyilat-
kozatában előrevetítette a látogatás legfőbb célját: „Egy komoly nemzet-
közi vita kerül megrendezésre három héten belül. Mielőtt Franciaország
csatlakozik a vitához szükséges az Egyesült Államok elnökével beszél-
nem.” 15 A külföldi újságírókat egy repülőgép már egy órával korábban
átszállította Torontóból Washingtonba. A reptérről összesen tizennégy
autóval jutott be a delegáció és a fogadóbizottság a városba, amely konvoj
élén a két államfő haladt.16 Sajtóértesülések szerint a kocsisor De Gaulle-t
ünneplő kétszáz ezer ember előtt haladt a reptérről városközpontba.17
A látogatás legfontosabb eleme a két ország vezetőjének megbeszélé-
sei voltak. Ezt már az előkészületeknél is tudták, így fokozatosan növelték
a tárgyalások számát, s végül minden nap folytattak tárgyalásokat. 18 Az
amerikai elnöknek 1960 április 19-én nyújtotta át Herter külügyminiszter
az általa tárgyalásra javasolt témákat. 19 Herter szerint a legelső témának
Hruscsov francia látogatásával kell kezdeni a megbeszéléseket, s haladni
fokozatosan a globális kérdések felé. Ilyen téma a párizsi többhatalmi
csúcstalálkozó, Berlin és Németország helyzetének rendezése, a leszerelés,
a kelet-nyugati kapcsolatok alakulása, a nukleáris fegyverek tesztelésére
vonatkozó tilalom és nukleáris együttműködés, háromhatalmiság, európai
integráció, NATO problémák, Norstad-terv, Algéria, Marokkó, Tunézia és
végül a francia közösség. A dokumentum szövegezése alapján a francia
közösségek, az európai integráció, Németország, Norstad-terv, háromha-
talmiság, több hatalmi csúcstalálkozó kérdéseiben együttműködés és egye-

14 Bastien 2005 : 11.


15 „A grave international debate is going to take place in 3 weeks. Before joining this de-
bate for France, it was indeed necessary that I converse with the President of the United
States.” Bulletin 1960 : 774.
16 EEK (3) mappa.
17 Burd 1960 : 1.-12.; Casey 1960 : A1.
18 Uo.; Glenn 1993. 165. szerkesztői jegyzet.
19 EEK (5) mappa.

169
tértés mutatkozott a két ország között, azonban a leszerelés, kelet-nyugati
kapcsolatok, NATO problémák, nukleáris kérdések, Algéria, Marokkó,
Tunézia témakörökben eltérő állásponton voltak a felek. 20 Egy három
nappal későbbi, De Gaulle megérkezése előtt tartott elnöki megbeszélésen
élőszóban is megvitatták a kérdéseket külpolitikáért felelős vezetők és
Eisenhower. Itt a leszerelésnél az elnök felvetette a szovjeteknek tett javas-
latok elutasítását, mint egy, a francia-amerikai álláspontokat közelítő
szempontot, de Herter megjegyezte, hogy a nukleáris titkok megosztásá-
nak kérdése kerülendő. Herter javasolta továbbá, hogy a háromhatalmiság
kapcsán kölcsönösen lehetne fejleszteni a kormányzatok közötti együtt-
működést, hogy a vitás kérdéseket könnyebben rendezhessék. Az afrikai
problémák kapcsán pedig az addigi önállósodási folyamat sikerét emelte ki
az amerikai külügyminiszter. Eisenhower a NATO problémáira nem tu-
dott megoldást nyújtani, mert strukturális reformokra lett volna szükség a
francia célok eléréséhez.21
A francia államfő az elnöki vendéglakás elfoglalása után ellátogatott az
arlingtoni katonai temetőbe és elhelyezett egy koszorút az ismeretlen ka-
tona kriptájánál. Ezt követően került sor az első megbeszélésre a két or-
szág vezetője között.22 A találkozó elején Eisenhower három dokumen-
tumot nyújtott át, amelyek az alábbi címet viselték: „Az Egyesült Államok
stratégiai támadó egysége”, „A csúcstalálkozóra szánt témáink”, „A csúcstalálkozó
előkészületei”.23 . Eisenhower felrótta De Gaullenak, hogy az Afrikával kap-
csolatos politikájuk miatt a nyugati-blokk elveszíthet több afrikai országot,
de erre az atombomba tesztekkel kapcsolatban pedig csak olyan kompro-
misszumra volt hajlandó a francia államfő, hogy azokat föld alatt folytas-
sák a földfelszín helyett. A német-kérdésben nagyfokú egyetértés mutat-
kozott a két fél között, s kiderült, hogy „Hruscsov kísérlete, hogy felkavarja a
német-ellenes érzelmeket Franciaországban nem volt sikeres.”24 A nap végén este
nyolc órakor Eisenhower fogadást rendezett a Fehér Házban a francia
államfő tiszteletére.25
Másnap, 1960 április 23-án a két államfő fél tizenegykor koszorút he-
lyezett el La Fayette szobránál. De Gaulle ezt követően akkreditált újság-
írókkal találkozott és sajtótájékoztatót tartott. Délután De Gaulle a francia
nagykövetségen tartott fogadást, este pedig részt vett a Richard M. Nixon

20 Uo.
21 Glenn 1993. 166. dokumentum.
22 EEK (4) mappa.
23 „United States Strategic Striking Force”, „Our Summit Purposes”, „Summit Procedures”. EEK (2)

mappa.
24 Glenn 1993. 167. dokumentum.; EEK (2) mappa.
25 EEK (4) mappa.

170
alelnök által rendezett díszvacsorán. 26 Utóbbi rendezvényen találkozott
életében először De Gaulle Nixonnal, akiről pozitív benyomása maradt.27
A francia államfő az Egyesült Államokban töltött harmadik napját az
amerikai elnök gettysburgi farmján töltötte Eisenhower társaságában. De
Gaullenak felajánlották, hogy a fővárosban vagy Gettysburgban elmehes-
sen misére.28 Az eseményről a filmhíradó is beszámolt.29 Az 1960 április
24-i Camp David-i megbeszélésekről rendelkezünk összefoglalóval. A két
államfő megbeszélése a legelső találkozójukkor átadott dokumentumok-
ban foglaltakkal kezdődött, s elfogadták a leendő csúcstalálkozó ütemterv-
ét. A leszereléssel kapcsolatban Eisenhower hajlott a szovjet javaslatra,
miszerint a Szovjetunió határa mentén elhelyezkedő bázisokat kellene
elsőként leszerelni, de csak ha a kölcsönösen engedélyezik megfigyelők
tevékenységét ezzel kapcsolatban. De Gaulle ebben egyetértett az elnök-
kel, de osztozott az elnök aggodalmával a szovjetek szavahihetősége terén.
Mindketten elutasították Hruscsov Párizsban tett javaslatát, hogy Berlin
két éven keresztül demilitarizált zóna legyen, s azt követően a szovjetek
kössenek békét a kelet-német állammal. A francia államfő öt óra előtt
visszatért Washingtonba, majd hét órakor fogadást tartott a washingtoni
francia közösségnek országa nagykövetségén.30
De Gaulle a következő napját az amerikai fővárosban az amerikai el-
nökkel és a két ország külügyminisztereivel közös találkozójával kezdte.31
Eisenhower beszámolt a résztvevőknek az elmúlt napok megbeszéléseiről,
majd a felek elfogadták, hogy fejlesztik a kelet-nyugati társadalmi és kultu-
rális kapcsolatokat és megvizsgálják a lehetőségét a kereskedelmi fejleszté-
seknek is. 32 A tárgyalások eredményéről tett nyilatkozatuk tervezetében
szerepelt, hogy az elkövetkezendő csúcstalálkozón eredményeket lehet
elérni a teljes és szabályozott leszerelés terén, azonban ez a publikált köz-
leményből kimaradt.33 A nap folyamán a francia államfő beszédet tartott a
Kongresszusban, amelyet a két ország történetileg visszavezethető
együttműködésével kezdett, majd a különböző kérdésekben való együtt-
működés fontosságával és a közelgő csúcstalálkozóval folytatott. Az aláb-
bi, a felszólalásból vett idézet is bizonyítja, hogy a harmadik blokk straté-
giát a nyugati világban képzeli el: „Mindamellett Franciaország választása szerint

26 EEK (2) mappa.


27 De Gaulle 2008 : 330-331.
28 EEK (4) mappa.
29 De Gaulle In Washington & Gettysburg Farm (1960). https://youtu.be/9vO2aYhTP4Y

(Letöltés ideje: 2015. 07. 14.)


30 Glenn 1993. 168. dokumentum.; EEK (2) mappa.
31 EEK (2) mappa.
32 EEK (5) mappa.
33 EEK (5) mappa. A kiadott nyilatkozat pedig: Bulletin 1960 : 771.

171
együtt összetartsuk a szabad embereket, s nem esett kétségbe a világban létrehozott
béke láttán.”34
Másnap, 1960. április 26-án reggel újabb találkozóra került sor a két
államfő között. Ekkor egy beszámoló szerint Hruscsov egy nappal korábbi
bakui beszédéről beszélgettek, amelyben a szovjet pártfőtitkár a német-
kérdésben hazája céljainak teljes magvalósítását követelte. Ekkor állítólag
azt mondta De Gaulle, hogy „most, hogy láttalak egyre biztosabb vagyok az
ügyünkben”,35 amire Eisenhower csak annyit mondott, hogy „együtt kellene
kiállnunk”.36
Az utazás washingtoni szakaszához hozzátartozik a De Gaullenak Ei-
senhowertől kapott ajándékai. Az amerikai elnök a francia népnek három
villásszarvú antilopot ajándékozott, amelyet a párizsi állatkertbe szállítottak
De Gaulle hazautazását követően. A francia államfő és neje egy ezüst tálat
és gyertyatartót kapott.37 De Gaulle feleségének a fogadásokon való rész-
vételen kívül két nyilvános programja volt, mégpedig egy gyermekkórház
meglátogatása és George Washington Mount Vermontban található birto-
kának felkeresése.38
Az Eisenhowerrel töltött napokat De Gaulle és az amerikai külügy is
pozitívan értékelte. A francia államfő két köszönő táviratot is küldött az
amerikai elnöknek, mindkettőben kiemelve a kettejük közötti barátság
mélységét. „Megbeszéléseink kihangsúlyozták a megállapodásunkat és biztos vagyok
benne, hogy az eredménye nélkülözhetetlen a világbéke eléréséhez. S a francia-amerikai
barátság is, ahogy tapasztaltam Washingtonban, New Yorkban, San Franciscoban és
New Orleansben a mozgatórugója ennek."39

New York, San Francisco, New Orleans


Az amerikai fővárosból 1960. április 26-án délelőtt New Yorkba látoga-
tott, s ezzel kezdetét vette az utazás diplomáciatörténetileg kevésbé jelen-
tősebb szakasza. Ekkortól elsősorban az adott városok vezetőivel, s a helyi
francia közösségek tagjaival találkozott, nem pedig az ország vezetőivel.
Továbbá minden városban közös, hogy a francia államfő repülőgépének

34 „Nonethless while France has choosen to belong altogether to the gathering of the free
peoples, she does not despair at all of seeing peace established in the world.” A beszéd
megtalálható: Bulletin 1960 : 771-773.
35 “Now that I have seen you I have even greater confidence in our cause.” Glenn 1993 : 170. doku-

mentum.
36 “We shall be standing together.” In: Uo.
37 EEK (1) mappa.
38 Cheshire 1960 : C17.
39 „Our conversations have stressed our agreement, and I am sure this result is essential for

the peace of the world. As for Franco-American friendship, I have gathered in Washing-
ton, New York, San Francisco and New Orleans the moving tokens of it.” Uo.

172
leszállását követően a reptérről a belvárosba tartó szakaszon karnevállal
ünnepelték De Gaulle érkezését.
New Yorkban délben kezdődött a francia államfőt ünneplő díszes fel-
vonulás, amely végén a város polgármestere köszöntötte a városházán. Ezt
követően De Gaulle elfoglalta a szállását és a polgármester által rendezett
fogadáson vett részt. A nap folyamán még sajtótájékoztatót tartott, felke-
reste a városban található francia konzulátust és este amerikai francia szer-
vezetek által rendezett fogadásra volt hivatalos.40 A New Yorkban töltött
napról is rendelkezünk filmhíradós beszámolóval. 41 Egy chicagoi lapban
megjelent információk alapján De Gaulle maga utasította vissza az Egye-
sült Nemzetek felkérését arra, hogy keresse fel személyesen a világszerve-
zetet New Yorkban tartózkodásakor.42 Ezt Dag Hammarskjöld, az ENSZ
főtitkárának nyilatkozata is megerősíti: „Szerintem minden úriembernek joga,
hogy eldöntse, van vagy nincs ideje az Egyesült Nemzetekre.”43
1960. április 27-én folytatódott a francia államfő utazása, amikor is
San Franciscoba érkezett. A nyugati parti városban a polgármester kö-
szöntötte, majd a városházára utaztak. A nap folyamán részt vett több
fogadáson és egy autós városnézésen is. Másnap a Szilikon-völgy központ-
jába, Palo Altoba utazott.44 Egy, az utazásról készült beszámoló alapján az
utóbbi városban látott amerikai lakhatási viszonyok meglepték De Gaullet
és nem tartotta valószínűnek, hogy Hruscsov erre a szintre eltudja juttatni
a Szovjetuniót.45
Az amerikai út utolsó állomása az egykori francia gyarmati település,
New Orleans volt. A városban mindössze egy napot töltött De Gaulle, de
ezt igyekezett a város vezetése tartalmas programokkal megtölteni. A fran-
cia államfő megérkezésének tiszteletére New Orleans főutcáján karnevált
rendeztek több tízezer fő részvételével.46 A felvonulásról felvételeket tett
közzé a filmhíradó. 47 Másnap De Gaulle megkoszorúzta New Orleans
alapítóinak szobrát, majd a városházán megkapta a város díszpolgári cí-
mét.48 A louisianai fogadtatás annyira megérintette De Gaullet, hogy nem
sokkal később a városnak adományozott egy Jeanne d’Arc lovas szobrot.49

40 EEK (4) mappa.


41 De Gaulle Gets Ticker Tape Welcome In New York (1960).
https://www.youtube.com/watch?v=Y838hxYFpb8 (Letöltés ideje: 2015. 07. 14.)
42 Fulton 1960 : 1-2.
43 „I think any gentleman has the right to find that he has or has not the time to come to the United

Nations.” No snub to U.N. seen. In: TNYT 1960 : 4.


44 EEK (4) mappa.
45 Glenn 1993. 171. dokumentum.
46 Cook 2008 : 12.
47 De Gaulle In New Orleans (1960). https://www.youtube.com/watch?v=UpTAnM_yk

KM (Letöltés ideje: 2015. 07. 14.)


48 Cook 2008 : 14.
49 Uo. 19-20.

173
New Orleans után a francia államfő Francia Guyanába látogatott el, s
ezzel elhagyta az Amerikai Egyesült Államokat. Összegezve a látogatás
eseményeit kiderül, hogy az amerikai elnökkel folytatott tárgyalásai beleil-
leszkednek az 1960 tavaszán lezajlott nemzetközi csúcstalálkozók trendjé-
be, vagyis a közelgő csúcstalálkozó résztvevői bilaterális alapon folytattak
tárgyalásokat. A nemzetközi kérdésekben a francia és amerikai álláspontok
nem mutattak jelentős eltéréseket, s a csúcstalálkozó részleteiben is sike-
rült megegyezni. Ezt a kapcsolatot pedig a szovjet-amerikai viszonnyal
összehasonlítva kevésbé viselte meg a U2 kémrepülőgép lelövése miatt
bekövetkezett krízis. De Gaullet pedig az amerikai körutazásán mindenhol
több ezres tömeg üdvözölte és rendeztek díszes felvonulást a tiszteletére.
A francia államfő legközelebb már csak 1963-ban, John F. Kennedy elnök
temetésére látogatott el újra az Egyesült Államokba.

Bibliográfia
Levéltári anyagok
Eisenhower Elnöki könyvtár:
EEK Eisenhower, Dwight D.: Papers as President, 1953-61 (Ann Whit-
man File) International Series. 14. doboz. DeGaulle-Visit to U.S. Apr. 22-
25, 1960.

Könyvek
BOSHER, John Francis: The Gaullist Attack on Canada, 1967-97.
McGill’s-Queen’s University Press, Kingston, 1999.
BULLETIN (Department of State) XLII. May 16, 1960. U.S.
Government Printing Office, Washington D.C., 1960.
DE GAULLE, Charles, A reménység emlékiratai. I. Az újjászületés. 1958-
1962, Gradus ad Parnassum Könyvkiadó, Szeged, 2003.
DE GAULLE, Philippe: Apám, De Gaulle. Beszélgetések Michael
Tauriackal, Európa Könyvkiadó, Budapest, 2008.
DUBY, Georges (szerk.): Franciaország Története II. Az új idők 1852-től
napjainkig. Osiris Kiadó, Budapest, 2007.
FISCHER Ferenc: A kétpólusú világ. Dialóg Campus, Pécs-Budapest,
2005.
GAZDAG Ferenc: Franciaország története. 1945-1995. Zrínyi Kiadó,
Budapest, 1997.
GAZDAG Ferenc: Franciaország története. 1918-1995. Kossuth Kiadó,
Budapest, 2011.

174
W. LaFantasie, GLENN (Főszerk.): Foreign Relations of the United
States 1958-60, Volume VII. Part 2. U.S. Department of State Office of
the Historian, Washington, 1993.
REYN, Sebastian: Atlantis Lost. The American Experience with De Gaul-
le, 1958-1969. Amsterdam University Press, Amsterdam, 2010.

Cikkek, tanulmányok
BURD, Laurance: Ike, De Gaulle mold summit talk tactics. In: Chicago
Daily Tribune, 1960. 04. 23. 1.-12
CASEY, Phil: His Right Arm Is Given a Workout As de Gaulle Salutes
Parade Viewers. In: The Washington Post, 1960. 04. 23. A1.
CHESHIRE, Maxine: No Hoopla for Mme. de Gaulle. In: Washington
Post, 1960. 04. 21. C17.
FULTON, William: Visit to U.N. turned down by De Gaulle. In: Chicago
Tribune, 1960. 04. 15. 1.-2.
The New York Times, 1960. 04. 21. 4.

Könyvfejezetek
BASTIEN, Frédéric: France and Canada. In: MARSHALL, Bill: France
and the Americas. Culture, Politics, and History. ABC-CLIO, Santa Bar-
bara, 2005.
COOK, Philip C.: Le Grand Charles, Delasoups, and Uncle Earl: De Ga-
ulle's Visit to New Orleans. In: Louisiana History: The Journal of the
Louisiana Historical Association, 2008/1. 5-20.
COURTEAUX, Oliver: De Gaulle and the „Debt of Louis XV”: How
nostalgia Shaped de Gaulle’s American Foreign Policy in the 1960s. In:
Kate Marsh – Nicola Frith (Szerk.): France’s Lost Empires.
Fragmentation, Nostalgia and La Fracture Coloniale. Lexington Books,
Plymouth, 2011.
MÁTÉ Zsolt: Hruscsov 1960-as franciaországi körutazása a magyar sajtó
tükrében. In: BENE, Krisztián et ÉVA, Oszetszky (éds.), Kultúrák ke-
resztútján – À la croisée des cultures, Pécs, MTA-Pécsi Tudományegye-
tem, 2014.

175
Mikó Melinda

Franciaország és a Regionális Nyelvek Európai


Chartájának ratifikációja, avagy az európai értékek és
a nyelvpolitika
Az Unió jelenlegi, válságos időszakában gyakran történik hivatkozás az
európai értékek, illetve azok tiszteletben tartásának fontosságára. Az EU
deklarált értékeinek körébe tartozik a nemzeti és regionális sokszínűség,
illetve a közös kulturális örökség védelme, ezen belül az európai nyelvi
diverzitás megőrzése. Ezen uniós értékek képviseletének forrása az Euró-
pa Tanács által 1992-ben megalkotott dokumentum, a Regionális Nyelvek
Európai Chartája, amelyet Franciaország 1999-ben aláírt egy értelmező
nyilatkozattal ellátva, azonban a mai napig nem ratifikált. 1 Az elutasítás
motivációi egyrészt francia közjogi, másrészt az európai integráción belüli
alapvető értékválasztási kérdéseket érintenek a nyelvhasználatot illetően.

Kisebbségi és nyelvi jogok fejlődése a nemzetközi jogban


A nemzetközi tendenciák a kisebbségvédelmi kodifikációban az egyéni
jogoktól a kollektív jogok elismerése felé haladnak. Az emberi jogok fejlő-
déstörténetében megkülönböztetünk első, második és harmadik generáci-
ós jogokat. Az első generációs jogok a francia forradalom vívmányaihoz
kötődnek: az élethez, a szabadsághoz és az egyenlőséghez való jogok cím-
zettjei és alanyai az egyének. A XIX. század második felében jöttek létre a
különféle szervezetekhez kötődő jogok, elsősorban a szakszervezetek
létrejöttének köszönhetően, ahol az egyén egy bizonyos szűkebb közösség
tagjaként szerzett jogokat. Az emberi jogok harmadik generációja a XX.
század közepétől jelenik meg, amikor is az ún. globális jogok megjelenése
jellemző (egészséges környezethez való jog, gyerekek, fogyatékkal élők
jogai).2
Ezen impozáns jogfejlődési út neuralgikus pontját jelentik a mai napig
a kisebbségi jogok. Alapvető nehézséget okoz már az első lépés, a kisebb-
ség fogalmának pontos és a nemzetközi jog alanyai számára elfogadható
definiálása.3 E probléma áthidalására az 1990-es években Európa a nyelvi
jogok vonatkozásában kívánt védelmet biztosítani az államokon belül
létező különböző etnikai kisebbségek számára. A Regionális Nyelvek Eu-
rópai Chartája ebből a megfontolásból és ezen motiváció alapján született

1 www.epa.oszk.hu/00000/00036/00012/pdf/09.pdf, 2015. 10. 03.


2 Lásd Kovács 1996.
3 www.mek.oszk.hu/06900/06949/06949.pdf, 185. o., 2015. 10. 03.

177
meg 1992-ben az Európa Tanács égisze alatt. 4 A Charta aláírása illetve
ratifikálása nem kötelező az Unió tagállamai számára, tekintettel azonban
arra, hogy az EU tagsághoz az Európa Tanácson keresztül vezetett az út,
értelemszerűen a két szervezet értékközösséget alkot. Következésképpen,
ha jogi kötelezettség nem is áll fenn az Unióban a Charta elfogadására, a
ratifikáció nemcsak az Európa Tanács, hanem EU által kinyilvánított érté-
kek melletti kiállást is tükrözi a tagállam részéről.
A dokumentum pontosan definiálja a „regionális vagy kisebbségi
nyelv” fogalmát (I. Rész, Általános rendelkezések, 1. cikk):5
„a/ „regionális vagy kisebbségi nyelvek” kifejezés alatt azon nyelvek
értendők:
I. amelyeket valamely állam olyan polgárai hagyományosan használ-
nak, akik az állam fennmaradó népességénél számszerűen kisebb csopor-
tot alkotnak, és
II. amelyek különböznek ezen állam hivatalos nyelvétől/nyelveitől,
azonban ez nem foglalja magába sem az állam hivatalos nyelvé-
nek/nyelveinek dialektusait sem a bevándorlók nyelveit;
b/ a „regionális vagy kisebbségi nyelv használatának területén” az a
földrajzi körzet értendő, ahol ez a nyelv olyan számú személy kifejezési
eszköze, amely indokolja a jelen Karta által előírt különböző védelmi és
ösztönző intézkedések meghozatalát;
c/ a „területhez nem köthető nyelveken” az állam polgárai által be-
szélt olyan nyelvek értendők, amelyek különböznek az állam lakosságának
többi részre által beszélt nyelvtől, vagy nyelvektől, de amelyeket, bár az
állam területén hagyományosan beszélik, nem lehet egy külön földrajzi
körzethez kapcsolni.”
A III. Rész 8 - 13. cikkeiben az oktatás, az igazságszolgáltatás, a köz-
igazgatási hatóságok, a tömegtájékoztatási eszközök, a kulturális tevékeny-
ségek, a gazdasági és társadalmi élet területén az aláíró Felek által a regio-
nális nyelvek védelme érdekében vállalandó kötelezettségek részletes felso-
rolása szerepel. Az aláíró államok a ratifikáció során konkretizálják, mely
nyelvekre kívánják alkalmazni a Charta előírásait. Minden államnak mini-
mum 35 kötelezettséget kell vállalnia: legalább hármat a 8. cikkből (okta-
tás), hármat a 12. cikkből (kultúra), s egyet-egyet a 9. (igazságszolgáltatás),
10. (közigazgatás), 11. (média) és a 13. cikkből (gazdasági és társadalmi
élet). A szöveg nem tesz említést kollektív jogokról. A dokumentum ér-
telmében a regionális nyelvek használói egyéni jogként élvezhetik a Charta
által előírt lehetőségeket. A dokumentumban vállalt kötelezettségek végre
nem hajtása komolyabb szankciót nem von maga után, ezért is figyelemre

4 http://conventions.coe.int/Treaty/FR/Reports/Html/148.htm, 2015. 10. 03.


5 www.epa.oszk.hu/00000/00036/00012/pdf/09.pdf, 2015. 10. 04.

178
méltó, hogy Franciaország részéről a mai napig nem történt meg a ratifi-
káció.

Francia nyelvtörténeti aspektusok


A nyelvhasználat szabályozása a mindenkori politikai hatalom által évszá-
zados múltra tekint vissza Franciaországban. A nyelvre vonatkozó tör-
vénykezés kezdetét Nagy Károlynak a latin nyelv védelmére hozott intéz-
kedéseiben jelölik meg. Ekkor veszi kezdetét az a francia területen máig
élő hagyomány, miszerint a nyelv nem egyszerűen a nyelvhasználók által
spontán alakított, organikus módon változó jelrendszer, hanem olyan
kulturális kincs és örökség, melynek minőségét, az ún. „bon usage”-t, a he-
lyes nyelvhasználatot a mindenkori politikai és kulturális elit normatív
módon védeni, fejleszteni, gazdagságát megőrizni köteles, kifejezetten a
nyelvre vonatkozó törvények, szabályozások segítségével.6 Ezen törvény-
kezés legelső példája I. Ferenc Villets – Cottêret-i rendelete 1539-ből,
amellyel a francia nyelvet államnyelvvé tette, kinyilvánítva, hogy minden, a
politikai életben és a közigazgatásban keletkező iratnak kötelezően francia
nyelven kell íródnia, büntetés terhe mellett. A szabályozás egyszerre képvi-
selt centralizációt és elitizmust (a francia az udvar nyelve volt), a francia
nyelvet normatív módon kiemelte és privilegizált helyzetbe hozta az or-
szágban beszélt számtalan tájnyelvvel szemben. A nyelvpolitikai törekvé-
sek újabb fejezetének kezdetét a Richelieu által alapított Francia Akadémia
megalapítása jelentette, 1635-ben. Az intézmény elsődleges missziója kife-
jezetten a nyelvművelés, nyelvfejlesztés volt, amely területeken nem pusz-
tán véleményezőként, hanem szabályalkotóként lépett fel.
Ahogy az eddigiekből kitűnik, Franciaországban a társadalmi, törté-
nelmi fejlődésben francia nyelv kitüntetett szereppel bírt. 1784-ben
Rivarol a berlini Akadémia pályázatára beadott írásában már a francia
nyelv egyetemes jelentőségéről elmélkedett (Discours sur l’universalité de la
langue française) 7 (Értekezés a francia nyelv egyetemességéről). A francia
nyelvpolitikát jellemző centralizációs tendencia a csúcspontját francia for-
radalom alatt érte el. 1790-ben. Európa első szociolingvisztikai felmérésé-
ben Henri Grégoire abbé egy 43 kérdésből álló kérdőívet készített állami
hivatalnokok számára. A kérdések célja a francia és a különféle tájnyelvek
használatának, egymáshoz való viszonyának feltérképezése a különböző
régiókban.8 Az abbé 1794-ben közölte a Konventben a következő címmel:
Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de

6 Lásd Walter 1988.


7 www.pourlhistoire.com/docu/discours.pdf, 2015. 10. 04.
8 http://www.axl.cefan.ulaval.ca/francophonie/gregoire-questionnaire.htm, 2015. 10. 04.

179
la langue française. 9 (Jelentés a tájnyelvek felszámolásának, illetve a francia
nyelvhasználat elterjesztésének szükségességéről és eszközeiről) A nyelv-
politika finomodását jelzi, hogy a francia Nemzetgyűlés honlapján, ahol a
beszéd megtalálható, az eredeti címet lecserélték egy, a Jelentésben szerep-
lő kitételre: „Notre langue et nos cœurs doivent être à l'unisson” (Nyelvünknek és
szívünknek egyesülnie kell.) A legfőbb megállapítások a következőket
tartalmazták: a kb. 26 milliós lakosságból 6 millió fő számára ismeretlen a
francia nyelv, 3 millióan beszélik tökéletesen, a lakosság negyede csak érti
a franciát, de nem beszéli. A jelentés hozzáfűzi, hogy mintegy 30-féle
tájnyelv létezik az országban, azonban ezek a nyelveket csak az adott terü-
let közössége érti és beszéli.
A modern nemzet és állam fogalom kialakítása illetve a francia nyelv
kizárólagos államnyelvvé tétele időben és térben összekapcsolódott a for-
radalom alatt. A jakobinusok az „egy és oszthatatlan” köztársaságot nyelvi
szempontból is homogenizált egységként képzelték el. A francia nyelv
nemcsak a modern nemzettudatnak vált eszközévé és szimbólumává is
egyben, hanem emellett szorosan kötődött a polgári öntudat, a „citoyen”
identitás megszületéséhez is. A jakobinus vezetők a politikai diskurzust
igyekeztek olyan irányban polarizálni, amelyben a francia nyelv a szabad-
ság és polgári társadalom, míg a tájnyelvek a szolgaság és a feudalizmus
szinonímáját alkották. „Citoyens, vous détestez le fédéralisme politique ; abjurez
celui du langage : la langue doit être une comme la République [...] Ces dialectes divers
sont sortis de la source impure de la féodalité [...] Hommes libres , quittez le langage
des esclaves pour adopter celui de vos représentant, celui de la liberté !ˮ10 (Polgártár-
sak, Önök elutasítják a politikai föderalizmust ; itt az ideje, hogy a nyelvi
föderalizmusra is nemet mondjanak : ahogy a Köztársaságnak, úgy a
nyelvnek is egységesnek kell lennie. [...] A különböző tájnyelvek a feuda-
lizmus mocsarából származnak. [...] Önök szabad emberek, tagadják meg a
szolgaság örökségét és válasszák a képviselőik nyelvét, mely a szabadság
nyelve!) (Henri Grégoirebeszédea Konventben 1794. június 4-én.)

Változás a nyelvpolitikában : a jakobinus felfogás módosítása


Az azóta eltelt időszak francia nyelvpolitikai lépései azt igazolják, hogy a
francia nyelvnek a modern francia identitástudatban betöltött szerepére
vonatkozó jakobinus hagyomány meghatározó részét képezi a politikai
diskurzusnak. Franciaország mindeddig saját szuverenitásának körébe

https://books.google.fr/books?id=eFcTAAAAQAAJ&printsec=frontcover&source=gbs
_ge_summary_r&hl=hu#v=onepage&q&f=false, Choix de rapports, opinions et discours:
prononcés à la Tribune Nationale, Tome XV. 1794-1795., 2015. 10. 05.
10 https://books.google.fr/books?id=eFcTAAAAQAAJ&printsec=frontcover&source=gb

s_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false, Choix de rapports, opinions et discours:


prononcés à la Tribune Nationale, Tome XV. 1794-1795., 2015. 10. 05.

180
tartózónak ítélte ezt a demokrácia és nyelvpolitikai felfogást, amely kizárja
bármilyen típusú kisebbség, illetve bármilyen kollektív jog elismerését,
ezzel legalábbis megkérdőjelezve az Unió bizonyos kinyilvánított alapvető
értékeit. Tette mindezt az Alkotmányára és belső jogának koherenciájára
hivatkozva.

Alkotmányossági problémák
Két évvel a Charta 1998-as hatályba lépését megelőzően Alain Juppé, ak-
kori miniszterelnök az Államtanács véleményét kérte annak megállapításá-
ra, van-e alkotmányos akadálya annak, hogy Franciaország aláírja, majd
ratifikálja az egyezményt. Az Államtanács válaszában a Charta 9. és a 10.
cikk kötelezettségvállalásait (regionális nyelvhasználat joga a büntető és
polgári perekben, illetve a közigazgatásban) nyilvánította az Alkotmány 2.
cikkébe ütközőnek, amely kimondja, hogy a Köztársaság nyelve a fran-
cia.11
Ezt az alkotmányossági problémát a Lionel Jospin által vezetett balol-
dali kormány azzal a megoldással kívánta áthidalni, hogy aláírta ugyan a
Chartát 1999. május 7-én, azonban azzal a megjegyzéssel, hogy a maga
részéről értelmező nyilatkozatot kíván fűzni az egyezményhez. Ez a nyilat-
kozat lett volna hivatott összhangot teremteni a Charta előírásai és a fran-
cia Alkotmány cikkelyei között. A nyilatkozat szövege egyértelműsítette
volna, hogy a Charta aláírása nem jelenti bármilyen kisebbség elismerését
és védelmét Franciaország részéről, az aláírás célja kizárólag a nyelvi sok-
színűség és a nemzeti kulturális örökség megőrzése. Ezen kívül közfelada-
tot ellátó jogi személyek számára, valamint természetes személyek közötti
kapcsolattartásban a közigazgatásban és a közintézményekben a francia
nyelv használata kötelező marad.
Az aláírást követően Jacques Chirac köztársasági elnök fordult az Al-
kotmánytanácshoz annak megállapítására, szükséges-e alkotmánymódosí-
tás a Charta ratifikációjához. Az Alkotmánytanács 1999-es határozata
értelmében a Charta preambuluma, illetve az I. és II. része ellentétes az
Alkotmánnyal, amennyiben speciális jogokat biztosít a regionális nyelv-
használók bizonyos „csoportjai” számára, illetve bizonyos meghatározott
földrajzi „területeken”, ahol ezen nyelveket beszélik. Ezen jogok sértik a
Köztársaság oszthatatlanságának, a francia nép egységének eszméjét, illet-
ve a törvény előtti egyenlőség elvét. Ezen kívül a regionális nyelvek hasz-
nálata a közéletben és a közszférában az Alkotmány 2. cikkelyébe ütközik,
mely kimondja, hogy a Köztársaság nyelve a francia. 12 Chirac elnök ezt

11 http://www.assemblee-nationale.fr/14/rapports/r1703.asp, 2015. 10. 13.


12http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions

/1999/
99-412-dc/decision-n-99-412-dc-du-15-juin-1999.11825.html, 2015. 10. 14.

181
követően nem kezdeményezte az Alkotmány módosítását, mivel egy ilyen
aktus a „nemzeti egységet” veszélyeztette volna.

Ratifikáció újra napirenden


François Hollande elnök 2012-es választási ígéreteinek egyike a Charta
ratifikálása. A jelenlegi baloldali vezetés törekvése a Charta életbe léptetése
érdekében nem szűkíthető le pusztán egy jogtechnikai megoldás megtalá-
lására tett kísérletre. Alapvető paradigmaváltást jelentene a francia szuve-
renitás-felfogás tekintetében a ratifikáció. Franciaország mindeddig fenn-
tartotta magának a jogot a saját demokrácia- és szuverenitás-felfogás érvé-
nyesítésére az európai integrációban. Noha az uniós jogban a kultúra
nemzeti hatáskör, a nyelvhasználati jogok, a tagállami nyelvpolitika szük-
ségképpen olyan területeket érintenek, amelyek az unió elsődleges jogfor-
rásaiban is szerepelnek (Lisszaboni Szerződés, EUMSZ 167. cikk, Alapjogi
Charta 22. cikk).13

A baloldal érvei a ratifikáció mellett


Jean-Jacques Urvoas 2014. január közepén egy részletes jelentést mutatott
be a Nemzetgyűlés előtt Franciaország és a Charta eddigi történetéről,14
majd a 2014. január 28-án nagy többséggel elfogadott alkotmánymódosító
törvényjavaslatának vitájában a szocialista képviselő részletesen igyekezett
cáfolni az Államtanács és az Alkotmánytanács – általa konzervatív jakobi-
nusnak minősített – érveit a Charta ratifikálása ellen.15 Urvoas állítása sze-
rint a két intézmény nem jogi, hanem politikai állásfoglalást fogalmazott
meg a Charta ellen, ami mind jogi, mind politikai szempontból elfogadha-
tatlan. A képviselő legfőbb érve az Alkotmány 75-1 cikkelye, amely ki-
mondja, hogy a regionális nyelvek Franciaország kulturális örökségének
részét képezik. Az Államtanács véleményeiben teljes mértékben ignorálja
ezt a cikkelyt. Az Alkotmánytanács 2011-es határozata hivatkozik ugyan
rá, de csak megszorító jelleggel, amennyiben jelzi, hogy az Alkotmány ezen
cikkelye nem keletkeztet semmi olyan jogot vagy szabadságot, melyet az
Alkotmány garantál. Urvoas szerint ezen érvelés abszurd, hiszen azt felté-
telezi, hogy az Alkotmányban vannak olyan mondatok, melyek pusztán
dekoratív jelleggel szerepelnek benne. Urvoas szerint pontosan a 75-1
cikkelyre támaszkodva kellene Franciaországnak paradigmaváltást végre-
hajtani a regionális nyelvekkel kapcsolatban : a tájnyelvekben a kulturális
kincset látni a nemzeti egységet szétziláló veszélyforrás helyett, vagyis
elismerni, hogy a regionális nyelvek semmilyen módon nem veszélyeztetik

13 http://www.europarl.europa.eu/atyourservice/hu/displayFtu.html?ftuId=FTU_5.13.1
.html, 2015. 10. 03.
14 http://www.assemblee-nationale.fr/14/rapports/r1703.asp, 2015. 10. 05.
15 http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion1618.asp, 2015. 10. 05.

182
a Köztársaság egységét. Az Alkotmánytanács és az Államtanács által meg-
fogalmazott másik fő problémával kapcsolatban, ti., hogy a Charta ratifi-
kációja a törvény előtti egyenlőség elvét sértené, Urvoas megjegyzi, hogy
Franciaországon kívül egyik aláíró államnak sem jelent ez problémát, ho-
lott ezt az elvet az összes európai alkotmány tartalmazza. Ennek oka a
sajátos jakobinus hagyomány, amely módosítást igényelne, ha Franciaor-
szág tiszteletben szeretné tartani az európai értékeket. A jakobinus doktrí-
na szerint az egyenlőség fogalma szükségképpen uniformizálást jelent,
amely értelmezés Franciaország szuverén privilégiumának számít. Ezen
megközelítés azonban állandó jogi, politikiai, sőt szemantikai vitákat ger-
jeszt Franciaország s a nemzetközi közösség között. A paradigmaváltás
értelmében a törvény előtti egyenlőség nem az állampolgárok nyelvhaszná-
latának uniformizálásában nyilvánulna meg, hanem a különböző identitá-
sokhoz tartozó nyelvek kölcsönös elismerésében. Urvoas úgy véli, hogy
Franciaországnak végre túl kellene lépnie a Grégoire abbé által meghatá-
rozott elveken a nyelvpolitikával kapcsolatban, különben saját hitelességét
teszi kockára az emberi jogok terén. Mindamellett a Chartához fűzött
értelmező nyilatkozatot, amely gyakorlatilag a kollektív jogok érvényesíté-
sét teszi lehetetlenné, a baloldali képviselő is szükségesnek ítéli.16
A baloldali megközelítés, amely szerint a regionális nyelvek használata
elsősorban a nemzeti, európai kulturális örökség megőrzését segíti elő,
megegyezik a Charta megalkotóinak álláspontjával: « La charte vise à protéger
un bien culturel européen, c’est-à-dire les langues régionales ou minoritaires, car celles-ci
constituent une part importante de la diversité linguistique de l’Europe. Elle s’est ainsi
détachée de la démarche traditionnelle axée sur la protection des groupes minoritaires
pour s’orienter dans le sens d’une protection des langues elles-mêmes. »(A Charta a
regionális vagy kisebbségi nyelveket az európai kultúrkincs részeként kí-
vánja védelemben részesíteni, mivel ezek a nyelvek Európa sokszínűségé-
hez járulnakhozzá. A Charta tehát szakított azzal a hagyományos megkö-
zelítéssel, amely a kisebbségek védelmére koncentrál, ehelyett maguk a
nyelvek védelmének irányába mozdul el.) (Regina Jensdottir, Európa Ta-
nács, kodifikátor)17

Nyelvpolitikai értékválasztások
A jobb és baloldal vitája valójában a nyelv, mint identitásképző elem sze-
repéről szól. Míg előbbi a nyelv szerepét kizárólagosnak, ezért szükség-
képpen kollektív jellegűnek fogja fel az etnikai / kisebbségi identitás tekin-
tetében, a baloldal a nyelvre csak mint az egyik identitásképző elemre te-
kint a többi között. Ez utóbbi felfogás megegyezik a Charta által megtes-
tesített uniós megközelítéssel. A francia jobboldal ugyanakkor feltételezi,

16 http://www.assemblee-nationale.fr/14/rapports/r1703.asp, 5015. 10. 05.


17 www.ieie.itam.mx/Alumnos2008/2.pdf, 2015. 10. 04.

183
hogy a Charta szövegéből bármikor kiolvasható egy olyan jogértelmezés,
melyből a kollektív jogok legitimitását, s így a kisebbségek elismerésének
kötelezettségét lehet levezetni. Az EU-s jog fejlődésének tendenciájára
figyelemmel ez az aggodalom nem alaptalan. A perspektívákat tekintve
ezen francia álláspont egyre inkább szembekerül az Unió által deklarált
értékekkel, miközben Párizs élvezi az előnyét annak, hogy jelenleg nem
létezik, illetve megakadályozza, hogy valaha is legyen közösségi szintű
nyelvpolitika.
Valójában a nyelvpolitika a nemzetállami szuverenitás egyik alapvető
eleme, mely olyan ellenőrzési jogokat és lehetőségeket biztosít az államok
számára, melyekről jelen pillanatban elképzelhetetlen, hogy lemondjanak
bizonyos „európai értékek” (pl. a sokszínűség) maradéktalan érvényre
juttatásának kedvéért. Az államok nem képesek nyelvileg semleges maga-
tartást tanúsítani, hiszen ezzel egy erőteljes társadalomformáló eszközről
mondanának le, amely pl. olyan nagy jelentőségű folyamatokat segít elő és
tesz irányíthatóvá, mint az integráció vagy akár az asszimiláció.18 A nyelv-
politika területén tehát eltérhetnek az Unió, illetve a tagállamok által vallott
értékek, illetve érdekek.

Összegzés
A francia nemzeti identitástudatban maga az anyanyelv történelmi és kul-
turális okokból jelentősebb szerepet tölt be, mint más népek esetében. A
francia nyelvre alapozott, általa reprezentált gondolkodásmód, kultúra sőt,
tágabb értelemben civilizáció terjesztésének igénye történetileg alakult ki és
erősödött meg a francia társadalomban, melyet a mindenkori francia veze-
tés egyfajta misszióként él meg. A francia nyelvet érintő kitüntetett figye-
lemnek, a nyelv tudatos ápolására, fejlesztésére, normatív szabályozására
való törekvésnek Franciaországban több évszázados hagyománya van,
mégpedig nemcsak a hivatásos nyelvészek, irodalmárok, hanem a széle-
sebb társadalmi rétegek részéről is. A republikánus hagyományok által
meghatározott modern Franciaországban számos tekintetben máig össze-
kapcsolódik az egy és oszthatatlan Köztársaság, a jogegyenlőség eszméje a
francia nyelv megkérdőjelezhetetlen prioritásával. Mindamellett Franciaor-
szágban még ma is 75 regionális nyelvet tartanak számon a tengerentúli
területeket is beleértve, vagyis az európai nyelvi sokszínűség megőrzéséhez
Párizs nagy mértékben tudna hozzájárulni. François Hollande ígérete és
erőfeszítései a ratifikáció végrehajtására – még az értelmező nyilatkozat
fenntartásával is - azt mutatja, hogy Párizs a nyelvpolitikájának módosítása
által oly módon szeretne az európai jogfejlődés fő irányvonalához csatla-
kozni, hogy mindeközben az ország szuverenitása nem sérül. Ugyanakkor

18 Vizi 2013 : 80.

184
a Charta francia ratifikációja egyben esélyt jelenthetne a jövőben a nyelv-
politikának a jelenleginél erősebb közösségi szintű szabályozására.

Bibliográfia
KOVÁCS, Péter (1996) Nemzetközi jog és kisebbségvédelem, Osiris Kiadó,
Budapest.
VIZI, Balázs (2013) Az Európai Unió és a kisebbségek, Európai Kaleidosz-
kóp, Budapest, L’Harmattan Kiadó.
WALTER, Henriette (1988) Le français dans tous les sens, Paris, Robert
Laffont.

Internetes források
Regionális Nyelvek Európai Chartája,
www.epa.oszk.hu/00000/00036/00012/pdf/09.pdf, 2015. 10. 03., 1.o., 5.
o.
Discours sur l’universalité de la langue française, (Értekezés a francia nyelv
egyetemességéről, www.pourlhistoire.com/docu/discours.pdf, 2015. 10. 04., 2. o.
Le questionnaire de l'abbé Grégoire,
http://www.axl.cefan.ulaval.ca/francophonie/gregoire-questionnaire.htm,
2015. 10. 04., 2. o.
Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et
d’universaliser l’usage de la langue française. (Jelentés a tájnyelvek felszá-
molásának, illetve a francia nyelvhasználat elterjesztésének szükségességé-
ről és eszközeiről)
https://books.google.fr/books?id=eFcTAAAAQAAJ&printsec=frontcov
er&source=gbs_ge_summary_r&hl=hu#v=onepage&q&f=false, Choix de
rapports, opinions et discours: prononcés à la Tribune Nationale, Tome XV. 1794-
1795., 2015. 10. 05., 2. o.
Projet de loi constitutionnelle autorisant la ratification de la Charte
européenne des langues régionales ou minoritaires, Exposé des motifs
(Alkotmánymódosító törvénytervezet a Regionális Nyelvek Európai
Chartája ratifikálásának engedélyezésére, Indoklás),
http://www.legifrance.gouv.fr/affichLoiPreparation.do;jsessionid=82D00
0D740FD3D7BFF66406944B689BA.tpdila14v_1?idDocument=JORFD
OLE000030962769&type=expose&typeLoi=proj&legislature=14, 2015.
10. 03., 4. o.
Avis sur le projet de loi constitutionnelle du Conseil d’État (Az Államtan-
ács véleménye az alkotmánymódosító törvényjavaslatról),
(http://www.conseil-etat.fr/Decisions-Avis-Publications/Avis/Selection-
des-avis-faisant-l-objet-d-une-communication-particuliere/Ratification-de-
la-Charte-europeenne-des-langues-regionales-ou-minoritaires, 2015. 10.
03., 4. o.

185
Lisszaboni Szerződés, EUMSZ 167. cikk,
http://www.europarl.europa.eu/atyourservice/hu/displayFtu.html?ftuId
=FTU_5.13.1.html, 2015. 10. 03., 4. o.
SZALAYNÉ, Sándor Erzsébet, A kisebbségvédelem nemzetközi jogi intézmény-
rendszere a 20. században, www.mek.oszk.hu/06900/06949/06949.pdf, 185.
old., 2015. 10. 03., 5. o.
Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, Rapport
explicatif (STE n° 148) (Regionális Nyelvek Európai Chartája, Értelmező
jelentés), http://conventions.coe.int/Treaty/FR/Reports/Html/148.htm,
2015. 10. 03., 5. o.
LeConseil constitutionnel, décision n° 99-412 DC du 15 juin 1999, (Al-
kotmánytanács, határozat n° 99-412 DC, 1999. június 15.),
http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-
constitutionnel/francais/les-decisions/1999/99-412-dc/decision-n-99-
412-dc-du-15-juin-1999.11825.html, 2015. 10. 05., 6. o.
Assemblée nationale, Rapport fait par M. Jean-Jacques Urvoas, Député PS
(Nemzetgyűlés, Jean-Jacques Urvoas, szocialista képviselő jelentése)
http://www.assemblee-nationale.fr/14/rapports/r1703.asp, 2015. 10. 05.,
6-7. o.
Proposition de loi constitutionnelle visant à ratifier la Charte européenne
des langues régionales ou minoritaires, (Alkotmánymódosító törvényter-
vezet a Regionális Nyelvek Európai Chartája ratifikálásának engedélyezé-
sére), http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion1618.asp,
2015. 10. 05., 6. o.
JENSDOTTIR, Regina, Qu’est-ce que la Charte européenne des langues régionales
ou minoritaires ? (Miről szól a Regionális vagy Kisebbségi Nyelvek Európai
Chartája?)
www.ieie.itam.mx/Alumnos2008/2.pdf, 2015. 10. 04., 8. o.

186
Papp Katinka

A dekonstrukció és az Új Héloïse
Ahogy az ember időnként leporolja a könyvespolcon sorakozó könyveit,
néha egy-egy világirodalmi alkotásnak sem árt ilyen „portörlés”. Ma legfel-
jebb az irodalomtörténet tartja számon Rousseau Új Héloïse című levélre-
gényét, holott korának legolvasottabb alkotása volt Franciaországban és
Európában egyaránt. A regény 1761 januárjában jelent meg Amszterdam-
ban, mégpedig meglehetősen cirkalmas címen (Julie ou La Nouvelle Héloise,
Lettres de deux amants, habitants d’une petite ville au pied des Alpes, azaz magyarul,
Júlia, avagy a második Héloise). Ebben az évben viszont egy új kiadás is meg-
jelenik Douches nyomdájában, s ez az új kiadás néhány illusztráció és
rézmetszet mellett a Rousseau által utólag a regényhez hozzácsatolt Elő-
szót (Préface de La Nouvelle Héloise ou Entretien sur les romans entre l’éditeur et un
homme de lettres)1 is tartalmazza.
A könyvnek példátlan sikere volt. A könyvkereskedők nem győztek a
megrendeléseknek eleget tenni és az olvasók naponként, sőt óránként egy
frankjával bérelték a könyvet; az újabb kiadások és utánnyomások egymást
érték. A szalonokban, az akadémiákban, a hírlapokban és folyóiratokban, a
polgári körökben – mindenütt csak Rousseau-ról és könyvéről beszéltek.
Ekkor születnek meg azok a legendás történetek is, hogy kikre, hogyan
hatott a regény olvasása. A korabeli elemzők eltúlzott megállapításainak
egyike, hogy a regény sikerének következtében olvasók ezrei látogattak el a
Genfi-tó partjára és keresték Clarens települését, és a tónak azt részét, ahol
Saint-Preux Julie-vel csónakázott. Legenda továbbá, hogy Goethe sírva
fakadt a mű olvasása közben,2 ahogy Byron beszámolója is (a Childe Ha-
rold zarándokútjában), hogy az Új Héloïse-t olvasva járja be Svájcot és a
regény helyszíneit.3 Igaz viszont, hogy Lamartine annyira el volt bűvölve
Julie alakjától, hogy megírt egy második ÚjHéloïse–t, ahogy elvitathatatlan
az is, hogy Senacour Aldomen című művének megírása sem jött volna létre
Rousseau szereplői nélkül. Stendhal úgy fogalmazott az Új Héloïse kapcsán,
hogy: „még a jövő évszázadok is emlékezni fognak a regényben ábrázolt
érzéki szenvedélyre.”4
Megannyi érdekes és „regényes” történet, kultikus jelenség, amely va-
lójában nem magáról az alkotásról szól, hanem annak hatásáról, és a körü-
lötte uralkodó misztikumról. Napjainkban, ha ismeri is a közvélemény a

1 Előszó az Új Héloïse-hoz avagy Párbeszéd a regény kiadója és egy olvasó között – fordítás
a szerzőtől.
2 Heller 1976 : 118.
3 Pelle 1981 : 200.
4 Trousson 1993 : 11-36.

187
művet, már nem Rousseau, hanem Goethe, Byron, Kant, Lamartine, Pus-
kin, George Sand tollából, mivel alkotásaikban előszeretettel építkeztek a
rousseau-i regényhagyományra. Megállapíthatjuk, hogy Rousseau hatása
nem csak az irodalmi műfaj átalakítására terjedt ki, hanem a kor divatját,
erkölcseit, a morálról és esztétikáról alkotott fogalmait is átalakította. A
romantika – amelyet nemcsak stílusnak, hanem világlátásnak, életérzésnek
is tekintünk – olyan átalakulás, mely kiterjed a szociológiára, a filozófiára, a
művészetekre, az erkölcsökre és az esztétikára is. Az Új Héloïse mindezen
vonatkozásokkal rendelkezik. Amikor a clarens-i mikrotársadalmat és
Párizst mutatja be, akkor szociológiát ír, amikor Saint-Preux egzotikus
utazásait beszéli el, akkor a természettudós szól belőle. S ne felejtsük el
Julie-nek az erényről és szerelemről megkonstruált téziseit sem, melyek
egyszerre hordoznak filozófiai, etikai és esztétikai minőséget. Ha megvizs-
gáljuk a vágy, szenvedély, öröm, élvezet fogalmakat, akkor nem szabad
csodálkoznunk, hogy Paul de Man is a dekonstrukció egyik fő szövegének
választja a regényt.
Paul de Man Az olvasás allegóriái5 című tanulmánykötetében egy jelen-
tős alfejezetet (Julie) szentel az Új Héloïse-nek, amely azt is bizonyítja, hogy
bár a regény sokszor az olvashatatlan művek listájára került, az elemzők
számára mégis jelentős alkotás a rousseau-i életműben. Olyannyira jelen-
tős, hogy Paul de Man is Rousseau-val kezdi a regényhagyomány levezeté-
sét Proustig, amellyel elismeri a mű „mérföldkő” voltát, mégis élesen elha-
tárolja magát a már meglévő elemzésektől. Az elhatárolódás azonban
több, mint puszta szakítás a meglévő elméletekkel. „A hagyományos ér-
telmezés egy olvasat lezárását jelenti, a dekonstruktív kritika viszont az
olvasás felnyitását.”.6 Ez az olvasás viszont nem csak a primer szövegeket
vizsgálja, hanem a róluk írt elemzéseket is. „A szoros olvasásból ezért lesz
gyakran olvasatok olvasása, interpretációk interpretációja.”7 Paul de Man
Julie tanulmánya különösen jó példája ennek, mivel a már meglévő elemzé-
sek kritikájával kezdi a regény értelmezését. Paul de Man a regény
pszeudo-dialektikus, Hegel „előtti” olvasatát sem tartja irrelevánsnak, mi-
vel szerinte ezt a regény szerkezete és felépítése is igazolja. Egyetért vi-
szont azzal a megállapítással, hogy Rousseau nem szándékoltan állít fel
tézist-antitézist, inkább saját érzelmeinek és filozófiájának csapdájában
vergődik. Szerinte itt a politika és a szerelmi vallomások beszédmódjai
azok, amelyek versenyre kelnek egymással. (A korábbi elemzések ezt a
filozófia és művészi vonulat dinamikus párbeszédének titulálták, ahol vé-
gül a szentimentalizmus győzött a filozófia felett.) A dekonstrukció szel-
lemében, Paul de Man elveti a regény belső önreflexióként való olvasatát,

5 Man 2006.
6 Bókay 2006 : 250.
7 Uo. 265.

188
mert a szerző (Rousseau) már nem a hagyományos szerepben jelenik meg,
mivel önmaga utasítja el a Második Előszóban a szerzői jogcímet. Helyette
a szöveg összegyűjtőjeként tűnteti fel magát. Az alkotás tehát ténylegesen
is leválik alkotójáról. A dekonstrukció rávilágít továbbá arra, hogy a szer-
ző-szöveg központú elemzéseken túl, érdemesebb a befogadó-mű reláció-
ját megvizsgálni, mert Rousseau önmagát is saját művének egyik olvasója-
ként jeleníti meg. Nem véletlen tehát, hogy Paul de Man számára a meglé-
vő tanulmányok elemzése és a hozzájuk kapcsolódó kérdésfeltevések mind
egy célt szolgálnak: hogy eljusson az olvasás dekonstrukciós fogalmához.
„Mi mondanivalója van számunkra aÚj Héloïse-nak az olvasás proble-
matikájáról?”8 A dekonstrukció számára az írás mellett az olvasás a máso-
dik kulcsfogalom, mely számos kérdést von maga után: ki, kit, és hogyan
olvas? Az Új Héloïse tekintetében ez a kérdés háromszorosan is feltevődik.
Először a szerző szintjén, másodszor a szereplők, harmadszor az olvasó
szemszögéből. A bonyolult viszony magából a levélregény műfajából,
formájából is adódik, mivel „az Új Héloïse levelei szinte sosem tűznek ki
célul mást, mint önnön olvasásukat”,9 mind a szereplők és mind az olvasó
szintjén. Bár a regényben viszonylag kevés cselekménnyel találkozunk,
Paul de Man szerint pont az olvasás aktusa indítja el a történetet. Az olva-
sás az, amely megképzi a cselekményt, mivel Julie elolvassa Saint-Preux
szerelmi vallomását. A mű bonyodalma is éppen az olvasás aktusából adó-
dik, amelyet a hősnő explicit módon meg is fogalmaz az egyik levelében:
„Ahelyett, hogy tűzre vetettem vagy anyámhoz vittem volna első leveledet,
merészen felbontottam. Ez volt a bűnöm, s ebből származott az összes
többi. Próbáltam kényszeríteni magam, hogy ne válaszoljak e gyaláza-
tos/végzetes levelekre, melyek olvasásától nem tudtam visszatartani ma-
gam.”10 Az olvasás mint bűn azonban már az első előszóban is megjelenik:
„Az a leány, ki e czim daczára bár csak egy oldalt is elolvas e könyvből, az
elveszett.”11 Az olvasásnak itt is a negatív aspektusát mutatja be regény,
annak ellenére, hogy létezik egy ellenpólusú olvasási módozat is, amit de
Man, Julie Istennel való találkozásában vél felfedezni.12 A hősnő szerint
Isten olvassa az emberek gondolatait, a túlvilágon viszont a lélek olvassa
Isten gondolatait. Az olvasás ezért az egész élet megértésére vonatkozik, a
már megélt életére, amely egy külső nézőpontból mutatja be az egyén földi
sorsát. Az olvasás itt nem csak az individuális élet megértését jelenti, mivel
a mű szereplői maguk is olvasók, hívja fel a figyelmet Paul de Man. Az
olvasás olvasásának aktusa jelenik meg ebben a kijelentésben. Azonban

8 Man 2006 : 226.


9 Uo.
10 Rousseu 1882 : 342.
11 Uo. 8.
12 Man 2006 : 225.

189
mégsem az az elsődleges kérdés, hogy ezek a szereplők mit olvasnak, ha-
nem hogy az olvasás milyen funkciót tölt be a regényben. Meglepő módon
Julie és Saint-Preux nem szerelmi históriákat olvasnak, amit elvárnánk egy
szentimentális levélregénytől. A levelekben sokszor találunk versrészlete-
ket, idézeteket Petrarca-tól, Tasso-tól. Paul de Man az intertextualitás 13
ősformáját véli felfedezni az idézetgyűjteményekben, s kiáll amellett, hogy
ezeknek nem csupán formális és irodalmi szerepük van. Paul de Man,
ahogy a dekonstrukció számára is, az „idegen szövegek” éppúgy fontosak,
mint maga a főszöveg, mivel ezek az idegen szövegek, vagy nyomok újabb
és újabb nyomokhoz vezetnek. Így a szövegek egy végtelen intertextuális
hálót képeznek. Nem véletlen tehát, hogy Paul de Man azt javasolja, hogy
érdemes lenne az Új Héloïse-t a vele egy genealogikus leszármazási ágba
tartozó könyvekkel együtt olvasni, ami által talán egy pontosabb olvasatot
kaphatnánk. Természetesen belátja a feladat kivitelezhetetlenségét, ezért
kezdetben a regény körüli szövegeket vizsgálja, (Gérard Genette ezeket
paratextusoknak nevezi),14 amelyre a legjobb példa a két előszó. Hangsú-
lyoznom kell, hogy a regény kapcsán nem hagyományos előszókkal talál-
kozunk, mivel nem csak a főszöveggel, hanem egymással is sajátos, ese-
tenként ellentétes dialogikus viszonyban állnak. Paul de Man úgy véli a
Második Előszó megérdemli, hogy külön értelmezzük a dekonstrukció
olvasási hagyományai mentén, mivel képes megváltoztatni a regény továb-
bi értelmezését. Véleményem szerint ennek az olvasatnak a kérdései ha-
sonlóak az önéletrajzi olvasat által vitatott kérdésekhez: „Vajon létezik-e
az elbeszélés szereplőinek modellje a fikció nyelvén kívül, vagy sem? Va-
jon valós a levelezés, vagy csupán fikció?”15 Paul de Man is felfigyel a dia-
lógusban felmerülő „portré” és „tabló” fogalmakra, amik elvezethetnek a
válaszokhoz. A „tabló” és a „portré” két ellentétes jelentéssel bír Rousseau
szerint. A „tabló” lenne a szereplők fikciós volta, a „portré” ezzel szem-
ben a valós személyek mimézise? A dialógusból kiderül, hogy nem vagyla-
gos a választás, mivel a „tablóból portré” lett. Ha az önéletrajzi olvasat
felől közelítenénk meg a kérdést, azt mondhatnánk, hogy Rousseau mie-
lőtt találkozott szerelmével, Houdetot-néval felépített magának egy „tab-
lót”, majd a találkozás során megtalálja a „tabló portréját” szerelmében.
Paul de Man viszont rámutat a szöveg olyan mélységeire, hogy Rousseau
emberfogalma, amelyet R. alakjában kifejt,merőben megváltoztatja a tabló
jelentését. „Miként az „ember”, úgy a „szerelem” is defiguráló figura, azaz
olyan metafora, amely egy lebegő, nyitott szemantikai struktúrának az

13 Paul de Man Derrida textualitás fogalmából indul ki, de Kristeva intertextualitás fogalmát
használja arra, hogy a szöveg körüli textuális mezőt bemutassa. Ezzel szemben Gérard
Genette inkább paratextusokról beszél, amikor a szöveg körüli szövegeket elemzi.
14 Genette 1982 : 717.
15 Man 2006 : 229.

190
egyértelműség, a tulajdonképpeni jelentés illúzióját kölcsönzi.”16 Nem egy
általános emberfogalommal találkozunk, ezért a tabló sem lehet univerzá-
lis, ahogy a „portré” sem, amely „egy szubjektum dekonstruktív szenvedé-
lyét jeleníti meg” 17 Paul de Man szerint. Ez a szubjektum elsősorban a
szerzővel azonosítódik, bár meg kell jegyeznem, maga a szerzőfogalom is
problematikus, mert R. nem ad felvilágosítást, hogy összegyűjtött levele-
ket, vagy fiktív leveleket olvasunk. Ha a mű tabló, akkor valószínű, hogy
szerzővel állunk szemben, viszont, ha egy írott szöveg „portréja”, akkor
Rousseau-t csupán a regény szerkesztője. „Így hát egy olyan alkotáshoz
érkezünk el, amely megingatja saját referenciális státusát.”18 A referenciális
működésmód meghatározása Paul de Man szerint pedig az olvasó felőli
megértés, vagyis az olvasás. Az olvasás pedig mindig az írás megértése.
Ezen kijelentések viszont a dekonstrukció alappillérei is, mivel „az elolva-
sás éppúgy jelentésteremtő, mint a megírás, sőt minden megírás voltakép-
pen egy olvasat.” 19 Viszont a szövegeket csak más szövegekkel együtt
lenne érdemes olvasni, amely egy végtelen olvasási folyamatot eredmé-
nyezne. Ezért a dekonstrukció (Bókay Antal értelmezésében) azt mondja,
hogy nem olvasásról, hanem olvashatatlanságról vagy félreolvasásról lehet
beszélni a szövegek kapcsán. S a félreolvasás nem a befogadó korlátaiból
adódik, hanem magából az irodalmiságból, ahogy maga az irodalom is a
félreolvasás által létezik, mert a szövegek kikényszerítik az interpretációt.
Ennek eredményeképpen soha sem lesz végső olvasat, amíg szövegek
léteznek, mert amint megszületik egy értelmezés, az újabb interpretációt
kíván.20
Paul de Man, az Új Héloïse második előszavában találja meg az olvas-
hatatlanság tényét, és azt a részt emeli ki főleg, amikor „R. elismeri, hogy
saját szövege az ő számára is olvashatatlan, s ezért lemond a szöveg fölötti
hatalmáról.” 21 Meglátásaim szerint nem kizárt, hogy Rousseau ezzel az
aktussal megelőlegezi az irodalmi modernséget, mert lemond saját művé-
ről. (Ahogy már említettem, a regény leválik szerzőjéről, és saját alkotója
számára is olvasandó lesz. A mű önálló, a szerző is ugyanúgy csak olvasó,
interpretátor, mint bárki más.)
A szerző és az olvasó pozícióját tisztáztuk, de miként aposztrofáljuk
akkor N. és R. figurákat az előszóban? Paul de Man szerint, mivel R. sem
tudja olvasni a Julie-t ő ugyanúgy olvasója csak a műnek, ill. maga az olvas-
hatatlanság metaforája. Paul de Man megállapítja, hogy, amint R. kinyilvá-
nítja, hogy saját maga számára is olvashatatlan a regény, beindul egy alle-

16 Uo. 231.
17 Uo. 232.
18 Uo. 233.
19 Bókay 2006 : 244.
20 Bókay 2006.
21 Man 2006 : 240.

191
gorikus működésmód. Az allegória mindig egy metafora allegóriája, az Új
Héloïse-nál azonban olvashatatlanság allegóriájává válik.22 Érdemes továbbá
megnézni az allegória dekonstrukcióban betöltött szerepét. Bókay Antal
szerint: „A modern és a posztmodern határán a kollektív- emberi értelem-
képzés, a nagy narratíva megrendül, s az értelem működésének centrumá-
ba a radikálisan személyes kerül.” Az allegória pedig pont „a személyes
értelemképzési mechanizmus fő eszköze lett.”23 Ugyanígy a jelentésképzés
folyamatának is alapvető modellje, mivel az ember allegorizálja a világot,
de ezt az olvasatot is allegorikusan olvassa, így tehát kettős allegorizálást
végez.24 Paul de Man tanulmánya megállapítja, hogy Rousseau-nál az alle-
góriák főleg etikai jellegűek. Az etika itt nem a hagyományos értelemben
jelenik meg, hanem egy nyelvi kategóriaként. „Az etika egyetlen diszkurzív
modalitás a sok közül.”25 Ebből kiindulva a nyelv, a retorika, a beszédmód
mind determinálják a jelentést. Úgy gondolom Paul de Man, Julie „sermo”
jellegű leveleiben találta meg a mű etikai allegorikus olvasatát, ill. abban,
hogy a vallás mindent elsöprő tapasztalatával végződik a regény. Követke-
zésképpen megállapíthatjuk, hogy a vallás, így a vallásos hangnem is felette
áll minden más beszédmódnak és dialektikának, ezért válhatott a regény
második allegóriájává.
A regény harmadik allegóriájának Paul de Man a szenvedélyt tekinti,
amely egyfajta patologikus szükségletként jelenik meg Rousseau-nál. A
vallás és az olvasás is egyfajta szükségletet képzett a regényben, mivel
mindegyikhez tartozott egy önálló beszédmód, vagy, ahogy Paul de Man
nevezi, egy „önálló nyelvi struktúra.” 26 A szenvedély Rousseau-nál a vi-
szonylatok rendszere, s ez a viszony az én és a másik dichotómiájaként
jelenik meg. „Julie és Saint-Preux viszonyát olyan helyettesítéses folyamat-
ként beszéli el a szöveg, melyben az én és a másik minduntalan felcserélik
identitásukat, mintha egyetlen androgünszerü lényt alkotnának.” 27 A re-
gényben ez explicit módon is megjelenik: „Jöjj egyesülni önmagaddal, saját
éneddel. […] Téged látlak, téged érezlek mindenben, itt vagy….itt
és…….mindenütt…..E levegő még terhes lehelletid tömjénétől, beszíva
átjárja benne, a valót, áthatja lényemet.”28 A regény első részét követően a
két szereplő, az én másikkal való helyettesítés/összeolvadás helyébe egy
másik helyettesítés kerül. Julie a Wolmarral való házassága során Paul de
Man szerint „elveszti uralmát saját diskurzusának retorikája fölött.” 29

22 Man 2006 : 239.


23 Bókay 2006 : 263.
24 Man 2006 : 263-64.
25 Uo. 241.
26 Uo. 245.
27 Uo. 248.
28 Rousseu 1882 : 147.
29 Man 2006 : 252.

192
Szükség volt tehát arra, hogy a Saint-Preux iránt érzett szenvedélyét egy
másik szenvedéllyel váltsa fel. Ehhez egy új beszédmód, egy új allegória is
kellett. Ha dekonstrukció szempontjából elemezzük ezt a folyamatot, ak-
kor tűnik fel az allegória vallásos jellege. Julie ugyanazt a retorikát alkal-
mazza az Istennel való kapcsolatára is, mint, amit a Saint-Preux-nek írt
levelekben megtalálunk. Ez is jól bizonyítja, hogy Julie elvesztette „saját
retorikája feletti uralmát”. Ugyanaz a rajongás és pátosz jelenik meg, csu-
pán a sermo, a bölcselkedő- teologikus hangnemmel bővül ez a „nyelvi
struktúra”. „Isten nyomban antropomorfizálódik, mivel pontosan azokkal
az attribútumokkal ruházza fel, amelyek a Saint-Preux-vel folytatott helyet-
tesítési cseréket is lehetővé tették: nyelvvel, hanggal, arccal.” 30 Látszólag
egy új világ felé törekszik, mégis az általa megkreált világot azokra az ele-
mekre építi, amelyeket maga mögött hagyott. A tanulmány sarkalatos
pontja tehát, amikor megjegyzi: a hősnő képtelen olvasni saját „szövegét”,
tehát képtelen értelmezni saját helyzetét, beszédmódját.31 Következéskép-
pen ismét az olvasásra való képtelenség jelenségéhez jutunk, mert nem
csak a szerző, de még a regény hősei sem képesek értelmezni saját szöve-
güket. Nem véletlen tehát, hogy Paul de Man az Új Héloïse-t választotta
példának az olvasás és olvashatatlanság rendkívül termékeny allegóriájára.
Ha a szerző és a regényhősök is saját írásuk olvashatatlanságával küzde-
nek, akkor mit mondhatunk a befogadó helyzetéről? Ha a dekonstrukció
eddigi megállapításaiból indulunk ki, akkor a befogadó számára is olvasha-
tatlan a regény, abban az értelemben, hogy megvalósíthatatlan vállalkozás
lenne a regény körüli összes többi szöveget (paratextust) elolvasni. Így
tehát mi is, ahogy Paul de Man és a dekonstrukció: olvassuk, és mégis
félreolvassuk az Új Héloïse-t.

Bibliográfia
Könyvek
BÓKAY, Antal (2006) Bevezetés az irodalomtudományba, Budapest, Osiris
Kiadó
GENETTE, Gérard (1982) Palimpsestes, Paris, Seuil.
HELLER, Ágnes (1976) Portrévázlatok az etika történetéből, Budapest, Gon-
dolat.
MAN (de), Paul (2006) Az olvasás allegóriái, Budapest, Magvető Kiadó,
2006.
PELLE, János (1981) Rousseau világa, Budapest, Európa.
ROUSSEAU, Jean-Jacques (1882) Júlia, a második Héloïse, Pécs,
Ramazetter.

30 Uo. 254.
31 Uo. 253.

193
Könyvfejezetek
TROUSSON, Raymond (1993) « La Nouvelle Héloïse devant la critique et
l’histoire littéraires au XIXe siècle » in O. Mostefai (szerk.), Lectures de La
Nouvelle Héloïse, Ottawa, 1993, 11-36. o.

194
Szabó Rafael Ákos

A „ködösítés” technikája a W ou le souvenir


d’enfance-ban
Bevezetés
Kutatásom témája az önkép felépítése, az irodalmi műfajok és a
transzfikcionalitás vizsgálata Georges Perec W ou le souvenir d’enfance 1 re-
mekműve alapján.
A mű harminchét fejezetből tevődik össze, és két részre oszlik: egy
önéletrajzi, antikvával szedett, illetve egy fiktív, kurzívval szedett elbeszé-
lésre. Az előbbi egyes szám első személyben íródott, és vélhetően maga
Perec mesél. A fiktív rész első felében szintén egyes szám első személy-
ben, aztán pedig egyes szám harmadik személyben íródott a történet, ame-
lyet egy Gaspard Winckler 2 nevezetű elbeszélő mond el. Az önéletrajzi
részben a narrátor-szereplő-szerző visszaemlékezik, kevés, még feledésbe
nem ment emléket idéz föl gyermekkorából. A fikciós részben a narrátor-
szereplő egy rendkívül emlékezetes útról számol be az olvasónak, amit
saját szemével tapasztalhatott meg: egy W nevű tűzföldi szigeten járt, ahol
európai telepesek laknak, akiknek kizárólag a sport körül zajlik az élete, és
egy egységes atléta társadalmat alkotnak. Az utazás a narrátor-szereplő-
szerző kamaszkorában megfogalmazott ábrándból építkezik.
Tanulmányomnak két fő célja van. Először szeretnék rávilágítani arra,
hogy a könyv általános felépítése sajátos, az individuum felépülése az ún.
« écriture de soi » révén bontakozik ki. Továbbá felvetve a
transzfikcionalitás relevanciáját, megkérdőjelezem a műfaji meghatározást,
miszerint a mű autobiográfiának minősíthető. A célkitűzéseim eléréséhez
kérdésfelvetéseim középpontjában a fikciós, illetve önéletrajzi elbeszélések
közti kölcsönös egymásrautaltság szerepel.

Szegmensek, részletek többszörös megismétlése a ketté nem vá-


lasztható szövegegyüttes jegyében
A következőkben szeretném feltárni azon megállapításaimat, amelyek a

1 A továbbiakban, amikor a műre utalunk vissza, ezt csak a W rövidítéssel, illetve az adott
oldalszámmal jelezzük majd. A könyv a Gallimard, « L’Imaginaire » coll. zsebkönyv kiadása
Georges Perec, « W ou le souvenir d’enfance ». Az eredeti kiadáshoz, lásd Georges Perec, «
W ou le souvenir d’enfance » 1975, Denoël, coll. « Les Lettres Nouvelles ».
2 A fikciós rész narrátora a Gaspard Winckler nevet egy süket-néma gyerek után örökli,

akinek az anyja, Caecilia Winckler egy osztrák operaénekesnő és a narrátor jótevője. Úgy
menti meg őt, hogy a saját fia személyazonosságát ajándékozza neki, mert a narrátor
elmenekült a katonaságba való besorozás elől. « C’est alors qu’intervint Caecilia
Winckler…on vous remit le passeport, à peine maquillé, que Caecilia avait fait
établir…pour son propre fils.» (W 41).

195
különböző olvasási módszereim során fogalmazódtak meg bennem.
A mű elolvasását először a kurzívval szedett fikciós résszel kezdtem,
második alkalommal pedig felcserélve az eredeti sorrendet, az antikvával
szedett önéletrajzi résszel. Végül külön-külön olvastam csak a fikciós, majd
csak az autobiográfiai részeket. Annak érdekében tettem ezt, hogy az eset-
leges külső befolyásokat és megítéléseket megkerülve, magamon is tisztán
tapasztalhassam az olvasmány által kiváltott hatásokat. A már említett
olvasási módszerek lehetővé tették azt, hogy számos, a fikciós és az ön-
életrajzi elbeszélésekre nézve ismétlődő részletet vegyek észre.
A mű tanulmányozása közben több rendkívül precíz jelenet, motívum
szemügyrevétele után fogalmazódott meg bennem a kérdés, miszerint a W
ou le souvenir d’enfance valóban két egymástól teljesen független és szemmel
láthatóan különböző részből tevődik-e össze mind tipográfiai, mind pedig
műfaji értelemben véve, egybeforrhatatlan módon és külön-külön is ér-
telmet nyert létjogosultságot élvezve, vagy pedig két, látszólag független,
de valójában egy egységet alkotó és egymás jelenlétét megkövetelő
szövegegyüttesről beszélhetünk, amelynek részei csak a másikkal együtt
alkothatnak egy műfajilag unikális regényt. Más szóval, vajon egy vagy
pedig két narrátorról beszélhetünk?
A probléma részletes elemzése céljából bizonyos részleteket, szeg-
menseket választottam ki mindkét elbeszélésből azért, hogy egymással
szembe állítsam, majd egy össszehasonlító perspektívába helyezzem őket.

Evidens visszatérések a homályosítás célját szolgálva


Először azon részleteket tárgyalom, amelyek nem kérdőjelezhetik meg a
regényen belül található két elbeszélés közti szoros kapcsolatot.
1a. Il y a… ans à Venise, dans une gargote de la Giudecca… (a fik-
tív elbeszélésben: 14)
1b. Il y a sept ans à Venise… (az autobiográfiai elbeszélésben: 18)
Az (1a) részlet dátumát a narrátor-szereplő nem adja meg. Ez valószínűleg
azért van, mert a bizonytalanságot szeretné hangsúlyozni annak ellenére,
hogy az olvasó a földrajzi helyet, Velencét pontosan be tudja azonosítani.
Ezt leszögezve, feltehetjük magunknak a kérdést, hogy miért nem szerepel
pontos dátum sem az első, sem a második részletben. Vajon azért teszi-e
ezt az író, hogy a szöveg kitalált mivoltát helyezze előtérbe? Mindez
alátáasztja első feltevésemet, miszerint az író a fikció és a valóság közti
határokat mossa össsze, azért hogy a szöveg olvasását kétértelművé tegye.
A most következő kiemelt részletekben a narrátor-szereplő, illetve
narrátor-szereplő-szerző egyszerű szemtanúnak állítja be magát önmaga
háttérbe helyezésének érdekében. Csupán érzékel ahelyett, hogy cseleked-
ne vagy bármit elszenvedne. A külső nézőpont azt hangsúlyozza ki, hogy
őt sem főhősként, sem pedig hősi áldozatként nem azonosíthatjuk be.

196
2a…je fus témoin et non acteur. Je ne suis pas le héros de mon
histoire. (a fiktív elbeszélésben: 14)
2b. L’événement…je n’en fus pas la victime héroïque mais un
simple témoin (az autobiográfiai elbeszélésben: 113)
Véleményem szerint, Perec implicite módon jelzi azt, hogy a fikció narrá-
tor-szereplője és az autobiográfia narrátor-szereplő-szerője róla lettek
mintázva, annak ellenére, hogy minden felelősséget elhárít magáról.
3a Vous êtes Gaspard Winckler ? (a fiktív elbeszélésben: 32)
3b…le héros, Gaspard Winckler… (az autobiográfiai elbeszélés-
ben: 146),
A fenti részletek a fikció és autobiográfia közötti egymásra utalásokat
próbálják kiemelni.
Winckler személyazonosságát illetően felmerül bennünk a kérdés: ki is
ő valójában? Itt lelhető fel a szerző írói stratégiája, amelyről beismerően
nyilatkozik az Entretiens et Conférences 2. számában. Kijelentése szerint a
régebbi műveiben felbukkanó bizonyos szereplők több ízben megjelennek
újabb regényeiben is. A feltételezésem az, hogy ezen szereplők az ő saját
személyiségfelépítésének különböző mérföldkövei, az alkotás különböző
pillanatai. A most következő részletek is ezt a hipotézist erősítik:
4a Gaspard Winckler…un enfant de huit ans…un garçon malingre
et rachitique… (a fiktív elbeszélésben: 40)
4b…il paraît qu’en arrivant à Villard j’étais très rachitique… (az au-
tobiográfiai elbeszélésben: 111)
E részletek a két elbeszélés közti határokat teszik egyre ködösebbé. A
kiskorú és testileg visszamaradott Gaspard Winckler a kis satnya, vézna,
hasonló életkorú Georges képmásának tűnik, aki frissen érkezett Villard-
de-lans-ba.
E megállapítások alapján feltehetjük magunknak a kérdést: miként
volt lehetséges egymáshoz igazítani, egymásba fonni a két elbeszélést?
Semmiféle átmenet, semmilyen kapocs nem látszik összekötni ezt a szö-
vegkettőst, ami rendkívül megnehezíti a vezérfonal egyértelmű követhető-
ségét, és teljesen megtévesztheti a laikus olvasót.
Egy választöredék a regényből kihagyott részben fedezhető fel. Itt a
könyv genezisében közrejátszó faktorokra utalok, amelyekből Philippe
Lejeune a személyes krízist, valamint egy meg nem valósított projektet
helyez előtérbe. Egyrészt felhívja a figyelmünket arra, hogy 1970-ben a W
újságban megjelenő folytatásos kiadásának meghiúsulását követően Perec
egy önéletrajzi mű megírásának fogott neki, de négy éven át egy helyben
toporgott, és képtelen volt befejezni azt. Perec eredetileg « W ou le souve-
nir d’enfance » címe alatt egy három szövegből álló együttest szeretett
volna kiadni, nevezetesen a fikciós W-t, az önéletrejzi elbeszélést és egy
harmadik köztes szöveget, amely a másik kettő között híd szerepet töltene

197
be. Ez utóbbi egy „fejezetsorozat volt, amely egyúttal a szerző gyermekko-
ra, a könyv 3 megírása és a maga a történet közti kapcsolatok feltárását
szolgálta”, és egy úgynevezett naplónak felelt volna meg. Végül viszont
mégis kimaradt a mű kiadott verziójából. Szeretném megjegyezni továbbá,
hogy ha Perec valóban az igazságra szeretett volna törekedni, akkor nem
törölte volna ki a fent említett szöveget. Robert Bréchon szerint aki úti-
naplót vezet, az az igazat mondja mindarról, amit tesz, amit gondol és
amilyennek önmagát látja, az utólagos rálátás adta képzelet és visszaemlé-
kezés helyett. Ezentúl pedig a komoly biográfiák és a saját műve sem ta-
núskodnak arról, hogy Perec vezetett volna bármilyen naplót. Ezt a tényt
előnynek vagy hátránynak is tekinthetjük, az általunk választott szempont
alapján.
Mindent összevetve, e „negatív alkotás” végülis rengeteg olvasót és
főképp sok a műről szóló tanulmányt4 eredményezett.

Ismétlések a felcserélhetőség jegyében


Ezúttal a kevésbé könnyen felismerhető utalásokra térnék át. Ezek ugya-
nakkora figyelmet érdemelnek, mint az előző fejezetben tárgyaltak, mert
fenntartják, sőt megerősítik a hipotézis létjogosultságát, miszerint a két
elbeszélés nem létezhet külön-külön, mivel értelmüket és a magukban
hordott üzenetet veszítenék el. A következő példák is ezt bizonyítják:
5a J’ai longtemps hésité avant d’entreprendre le récit de mon
voyage à W. (a fiktív elbeszélésben: 13)
5b…j’inventai, racontai et dessinai une histoire. (az autobiográfiai
elbeszélésben: 17-18)
E részletek a már említett két elbeszélési típusra jellemző stílusjegyek fel-

3 Ebben az időszakaszban, 1970-ben Perec a mű megírásával párhuzamosan egy


pszichoanalízisbe kezdett Pontalis-szal, mivel múltja nagy nyomot hagyott benne. Alkotási
válságban találta magát az önéletírási tervével kapcsolatban. 1975-ben aztán a « W ou le
souvenir d’enfance » kiadásával egyidőben befejezte pszichoanalízisét. Arra
következtethetünk tehát, hogy az először Pontalis-szal megosztott, mélyre ásott emlékeit
felkavarva tudott végülis a múlt „démonjai” fölött győzedelmeskedni, és ez irodalmi
szempontból roppant termékennyé tette őt. Lejeune szavait idézve, képes volt újra kézbe
venni ezt a félbehagyott, számára elviselhetetlen művet. Amit az olvasóval szeretett volna
megosztani, az nem „több”, hanem épp ellenkezőleg, kevesebb, mint amit a
pszichoanalitikus hallhatott. Vagyis egyfajta negatív termelés ment végbe. Az 1985-ben
Perecről írt értekezésében magát az írót idézi, akinek először le kellett vetkeznie előre
legyártott és túlzottan racionalizált „báb” emlékeit ahhoz, hogy újra alkotásba foghasson.
4 Itt említeném Michel Sirvent könyvét, amelyben egy 1981-ben Pous által Perec-kel

készített interjúban az derül ki, hogy míg saját maga W-t tarja a legfontosabb művének,
pedig ez a legkevésbé ismert, vizsgált, kritizált és kommentált írása. Ez a könyve a szerző
nagy sérelmére egy azok közül, amelyek a legrosszabbul keltek el, amíg a szerző még élt. A
sors iróniája, hogy ő vált a XX. század egyik legismertebb szerzőjévé, sajnálatos módon
csak a halála után.

198
cserélődését támasztják alá, ezzel felborítva a műfajokkal szembeni elvárá-
sainkat. Ennek véleményem szerint egyik magyarázata a fiktív elbeszélés
természetében rejlik, amely elméletileg egy kitalált történetet vázol fel. A
narrátor-szereplő bevallása szerint sok időre volt szüksége, hogy végre
belekezdjen W-re való utazásának elregélésébe, ami arra enged következ-
tetni, hogy az elvileg fiktív történetnek valós elemei is vannak. (A W egy
sziget, amelynek puszta leírása már a valótlansággal határos, és ahol az
ideális társadalom, illetve annak részesei akaratukat és törekvéseiket egy-
behangolva minden tövényt és szabályt betartanak.) A másik magyarázat
az önéletrajzi elbeszélésben keresendő, ahol a valós történeteknél megszo-
kottakkal ellentétben a narrátor-szereplő-szerző egy mesét talál ki, W szi-
getének fantáziájára utalva. Feltételezhetjük-e ezek után, hogy az, ami elv-
ből kitalált történet, valósághűbb, mint az, ami valós dolgokat közöl? Va-
gyis az autobiográfia viseli a fikció jellemzőit, ezzel megkérdőjelezve a
műfaj sajátos jegyeit. A fiktív elbeszélés valótlansága alkot párt az önélet-
rajziéval. Ez a „valós” fikció és a „fiktív” autobiográfia közti jellemcsere
fellelhető a következő részletekben is:
6a Lentement j’oubliai les incertaines péripéties de ce voyage. (a
fiktív elbeszélésben: 13)
6b…j’inventai....une histoire. Plus tard, je l’oubliai. (az autobiográ-
fiai elbeszélésben: 17-8)
A lista korántsem kimerítő a műben található példákat tekintve, így érde-
mes végiggondolni, miért nem tartja be és cseréli fel a műfaji jegyeket,
illetve mi az oka annak, hogy keresztülgázol a konvenciókon. Mi haszna
származhat belőle? Hipotézisem a feledés emlékezetbentartásásnak tech-
nikájára alapszik: a szerző egyáltalán nem, vagy csak nagyon kevés gyer-
mekkori emlékkel rendelkezik, űrt, hiányt érez. Ahogy azt a narrátor-
szereplő-szerző hangoztatja is: « W ne ressemble pas plus à mon fantasme
olympique que ce fantasme olympique ne ressemblait à mon enfance » (W
18). Annak érdekében, hogy ezt a képekben szegény „fotóalbumot”, a
gyermekkori emlékeit színesebbé, örömtelibbé, valósághűbbé, sőt autenti-
kusabbá varázsolja azzal, hogy az átélt történetet kalandosabbá teszi, mind
konrét, mind átvitt értelemben. « Je possède une photo de mon père et
cinq de ma mère… » (W 45). Itt Vincent Bouchot gondolatait veszem át,
aki hasonlóképpen vélekedik. Szerinte W fikciója nyíltan egy fiktív autobi-
ográfia megkísérlésére tesz szert. Egy fantáziált emlékkel nyit, és egy elbe-
szélésen keresztül valósul meg, ahol a már rég eltűnt szülők történetének
részletei végre összeállnak. Amúgy a narrátor-szerplő-szerző maga is be-
ismeri, hogy az önkeresés és szűk családjának szűkös emlékei kizárólag W
fikciójával jöttek felszínre:
Aujourd’hui, quatre ans plus tard, j’entreprends de mettre un
terme…à ce le lent déchiffrement…je sais que se trouve inscrit et

199
décrit le chemin que j’ai parcouru, le cheminement de mon histoire
et l’histoire de mon cheminement. (W 18)
A csere, amely a valótlan felé húzó autobiográfiai, és a realitáshoz közelítő
fiktív elbeszélést eredményezi több másik meglepő példával is alátámaszt-
ható, melyre jelen tanulmányban a terjedelmi keretek miatt nem térek ki.

Az autobiográfia elsőbbrendűsége a fiktív elbeszéléssel szemben?


Egy újabb probléma vetődik fel, ha az autobiográfiai és a fiktív elbeszélé-
sek közti viszonyt vizsgáljuk. Ebben a fejezetben feltárom, hogy miben
lehet ez fontos a kutatásomat illetően. Vegyük szemügyre a következő
részleteket:
7a …absences de repères : les souvenirs sont des morceaux de vie
arrachés au vide. Nulle amarre. Rien ne les encre. Rien ne les fixe.
Presque rien… (az autobiográfiai elbeszélésben: 98)
7b […] Il n’y avait ni commencement ni fin. Il n’y avait plus de
passé, et pendant très longtemps il n’y eut pas non plus d’avenir,
simplement ça durait. (az autobiográfiai elbeszélésben: 98)
7c […] Les choses et les lieux n’avaient pas de nom ou en avaient
plusieurs ; les gens n’avaient pas de visage. (az autobiográfiai elbe-
szélésben: 98)
Az olvasó bizonytalanná válhat a fenti szövegrészletek láttán abban az
értelemben, hogy ugyan a realitásból merítkező, vagyis az autobiográfiai
elbeszélésből származnak, mégis egy mesebeli hatást, fikciós elemeket
tartalmazó történetre vallanak. Erős szkepticizmust válthat ki az olvasóból
a szerző mondanivalójának hitelessége tekintetében az a tény, hogy Perec
az átélt részleteket térben és időben elhelyezni, illetve nevekre és arcokra
emlékezni képtelen. Noha pont ellenkezőleg, az autobiográfiai elbeszélés-
ből kéne pontos és valósághű információkat megtudnunk. A fiktív elbe-
szélés azonban számtalan kijelentő módban ragozott igéje, a sziget, a rajta
található falvak, azoknak lakói és szokásai, a bajnokságok és a rájuk vonat-
kozó szabályok pontos leírása annál is inkább létezőnek, illetve a realitás-
ból származónak tünteti fel azt. Fentebb már említésre került az is, hogy
Winckler és Perec sok mindenben hasonlóságot mutatnak fel, családi álla-
potukban (árvák), és a szerepükben (szemtanúk, „egy elnyelt világnak a
túlélői”, és akik sokáig önmaguk elől titkolják el múltjukat).
« …persuadé que les événements dont j’ai été le témoin doivent
être révélés et mis en lumière. » (a fiktív elbeszélésben: 13),
« L’événement eut lieu, un peu plus tard ou un peu plus tôt, et je
n’en fus pas la victime héroïque mais un simple témoin. » (az au-
tobiográfiai elbeszélésben: 113).
A fiktív és autobiográfiai narrátorok közös jellenzői összezavarhatják az
olvasót, és a szerző ezt nagyon nagy valószínűséggel tudatosan építette fel

200
így, hogy a homály érzését váltsa ki benne. Ezt követően az Oswald
Ducrot által kidolgozott nyelvészeti fogalmak, nevezetesen a « posé » és «
présupposé » lesznek a segítségemre abban, hogy a két elbeszélés között
létrejött kapcsolatot megvitathassam. A « posé » a beszélő állítását foglalja
magában, míg a « présupposé » egy azt megelőző állítás, amit igaznak kell
elfogadnunk annak érdekében, hogy a beszélő kijelentését helybenhagy-
hassuk. Ha most ezen fogalmakat megpróbálom behelyettesíteni az egyik
és a másik elbeszélésre, az eddig feltárt kutatásaim révén az következik,
hogy a fiktív az állított (« posé »), és az önéletrajzi elbeszélés pedig a igaz-
ként elfogadott (« présupposé ») . Feltételezésemet a regényből származó
idézetek támasztják alá.
J’ai longtemps hésité avant d’entreprendre le récit de mon
voyage à W. […] le témoignage que je m’apprête à faire… […] Je
suis né le 25 juin 19… […] – Vous êtes Gaspard Winckler ? ... –
Euh… Oui… (a fiktív elbeszélésben: sorban 13 ; 14 ; 32)
A fikció aktusa egy olyan elbeszélést eredményez, amelyben a fiktív narrá-
tor egyúttal szereplő is. Tehát, ahogy azt eddig is feltételeztem, Gaspard
Winckler mindkettő egyszerre. Simonffy Zsuzsanna gondolatait követve,
ebben a perspektívában nehezen fogadható el az, hogy az autobiografikus
elbeszélés igaz legyen, mivel az állított, tehát a fiktív elbeszélés valós nem
lehet. Ez nemcsak azért van, mert bárki olyan valós történeteket mesélhet
el, amelyek nem vele történtek meg, hanem azért is, mert a fikcióhoz való
ragaszkodás a realitás hatásait válthatná ki anélkül, hogy ő az igazság kere-
sésére indulna. De feltételezhetnénk azt is, hogy az önéletrajzi elbeszélés
az állított, a fiktív az igaznak elfogadott. Ez az állítás azt foglalná magába,
hogy ez utóbbi jött volna létre először. Perec stratégiája a rémséges W
kitalált történetének megírásában rejlik, amelynek következtében felszaba-
dulva el tud kezdeni nyilatkozni azon eseményekről, amelyek valóban
megtörténtek és ő volt a főszereplőjük.
Minthogy ezen megállapítasok az önéletírás szélesebb területén he-
lyezhetők el, hasznos lenne megemlíteni a Genette által kidolgozott
narratológiai kategóriákat is. E terület ugyanis három képviselt entitást,
nevezetesen a szerzőt, a narrátort és a főszereplőt, illetve két alapelvet, az
igazmondást (szerző = narrátor) és a „fikciómondást” (szerző ≠ narrátor)
állításait foglalja magába. A séma szerint, az önéletrajzi elbeszélés a szerző
= narrátor = főszereplő felállásnak felel meg, és egyértelműen a gyermek-
kori emlék regényrészre vonatkozik. Viszont a W résznél korántsincs ilyen
egyszerű dolgunk, ha a műfaji kérdésben szeretnénk eredményre jutni.
Először is azért, mert az elbeszélés „homodiegetikus fiktívként” kezdődik,
tehát „egyes szám első személyben írott”, amelynek ábrája: szerző ≠ narrá-
tor = főszereplő. A W második részében pedig „heterodiegetikus fiktív-
ként” folytatódik, szóval „egyes szám harmadik személyben” írott, amely-

201
nek ábrája: szerző ≠ narrátor ≠ főszereplő. A dilemmánk a következő:
hogyan határozzuk meg a fiktív elbeszélést? Ez releváns lehet abban az
értelemben, hogy Gaspar Winckler egyben narrátor és főszereplő, de miu-
tán lefektette a történet alapjait, elhatárolja és kivonja magát, hogy pusztán
„a néprajzkutató rideg hangnemében” adja át az olvasónak azt, amit W-re
való utazása alkalmából látott. Ebből következik az, hogy egyrészt a vizs-
gált mű nem helyezhető el egy konkrét irodalmi kategórián belül, másrészt
pedig, hogy a W-rész egy kétértelmű karakterrel rendelkező elbeszélés. Ez
segíthet megfogalmazni a hipotézist, miszerint W elsőbbrendű szerepet
tölt be az autobiográfiai elbeszéléssel szemben, ha a regényt műfaji szem-
pontból nézzük.
A fentebb tett megállapítások alapján, melyek szerint a mű hibrid és a
fikciós rész kétértelmű, egy előzetes konklúzió fogalmazódhat meg ben-
nünk. Ha Perecnek papírra kellett vetnie W-t, ahhoz hogy gyermekkori
emlékeit fel tudja fedni, valamint ha a fiktív rész műfaji kétértelműsége
fontosabb a regény általános felépítésének szemszögéből nézve, akkor a
mű egysége a fiktív elbeszélésen nyugszik.
Perec még csak tizenegynéhány éves, amikor ezt a sportra épülő fan-
tasztikus világot kitalálja. Bár nem olyan részletességgel, ahogy a „La
Quinzaine littéraire”-ben 1969 és 1970 5 között részletenként megjelenő
formájában, de ennek a világnak voltak már előjelei személyes vallomásai
alapján:
…dessins dissociés, disloqués…à l’époque de W…entre,
disons, ma onzième et ma quinzième année, je couvris des cahiers
entiers : personnages que rien ne rattachait au sol qui était censé les
supporter…les jambes des athlètes étaient séparées des troncs, les
bras séparés des torses, les mains n’assuraient aucune prise. (az au-
tobiográfiai elbeszélésben: 97).
Ugyanezen a helyen azt is elmondja, hogy „az emlékek léteznek, illanóak
vagy tapadóak, sekélyesek vagy nehézkesek, de semmi sem tartja össze
őket.” A W-s tömböt tehát „preszuppozáltnak” véli a szerző a még töre-
dékes autobiográfiai elbeszéléssel szemben. A fiktív, már létező, teljes és
figyelemfelkeltő módon felépített elbeszélés – amely valódi üzenetét a
végsőkig megtartja és azt csak a regény legvégén tárja fel – túltengésben
van az önéletrajzival ellentétben. Ez utóbbi ugyanis csak Perec pszichoa-
nalízisének befejeztével állt össze egy koherens, és nyomon követhető
sorrendbe helyezett egésszé. Az állítás, mely szerint „a realitás a fikció
előfeltétele” bebizonyososulni látszik a kutatási tárgyunk esetében.
Kutatásom első része egy megállapítással zárul, amely önmagában
nem tűnik magasröptűnek, viszont „dobbantója” lehet az ezt követőnek.
Egyből feltűnik ugyanis az a tény, mely szerint a fiktív rész sokkal jobban

5 (W 18).0

202
felépített, összetettebb, és egybefüggően írott az író gyermekkori emléktö-
redékeihez viszonyítva, mely elsőbbrendűvé teszi W-t, ami megindokolja a
mű megnevezését, mint regény.

„Erőben” a fikció
Miután válaszokat kaptunk a részek felcserélhetőségét, illetve elsőbbren-
dűségét feszegető kérdésekre, egy rendellenességre hívnánk fel a figyelmet:
vajon milyen okból kifolyólag minősítjük autobiográfiai regénynek W ou le
souvenir d’enfance-t, amikor a fiktív rész műfaji értelemben véve nagyobb
fajsúlyúnak bizonyul.
Saint-Gelais támaszpontokat bocsát rendelkezésünkre az intertextuali-
tás és a transzfikcionalitás fogalmak megértésének és térbehelyezésének
érdekében, amelyekre lesz még alkalmam visszatérni. A műfaji meghatáro-
zásra vonatkozó feltevéseimmel megegyező ötleteket kínál a fikcióval
kapcsolatban. Számára ugyanis „a fikció és társai, mint például a fabuláció,
az utánzatok, a valóság show-k, a virtuális valóság és a többi, látszatát
keltik annak, hogy a kultúra egész területét elárasztják, vagy még inkább a
kortárs gondolkodásmódot uralják. A realitás ünnepelt vagy talán inkább
siratott lemorzsolódása a fikció közti határok elporladásának tűnik. Ha a
XX. század „tökéletes bűntettje” Baudrillard szerint a valóság eltüntetése,
a fikció diadalmasan látszik kivonulni az újonnan kirajzolódó félben lévő
felállásból…” Minél messzebb haladunk az időben, annál szívesebben
vesszük észre, hogy a realitás fogalma, mint olyan, nem annyira fontos,
mint azelőtt, és még akkor sem, ha olyan irodalmi műfajokról beszélünk,
melyeknek alapvető tényezője. És ez nem is tűnik ésszerűnek, mivel az
(auto)biográfia szóban fellelhető a tő (bio), amely a valós életet, tehát a
valóságot jelenti. Ennek ellenére, a fikció „edzettebbnek, erősebbnek”
látszik, mint a realitás, amely fokozatosan a majdhogynem teljes (vagy
totális) kihalásához érkezett a regényírás műfaján belül. Saint-Gelais neve-
zetesen az ontologikus, pragmatikus és textuális határtokat említi, amelyek
közt különbséget kell tenni, ha a realitás és a fikció közös mezsgyéit vizs-
gáljuk. Az első „a fiktív és valós entitások státuszait különíti el”. Vagyis
egy hely, egy szereplő, vagy egy valóságban megtörtént eset nem ugyanúgy
kezelendő, mint egy másik fiktív. Igen ám, de mit kezdjünk például a mille
îlots de la Terre de Feu vagy akár a Luxemburger Wort-tal, amelyek a fiktív
részben lelhetők fel, annak ellenére, hogy a valóságban is léteznek? A fen-
tebb említett kutató több specialista véleményét ismerteti, többek közt
John R. Searle-ét, aki szerint valós dolgok szerepelhetnek egy szövegben
anélkül, hogy annak fiktív mivoltát befolyásolnák. Ezzel szemben Marga-
ret MacDonald és Ruth Ronen viszont azt az elméletet képviselik, hogy
amennyiben valós elemek szerepelnek egy fiktív történetben, egy szinten
kell őket kezelni a kitaláltakkal, és fordítva. Saint-Gelais a következőkép-
pen fogalmazza meg ugyanezt: „egy szöveg nem csupán egy kijelentések-

203
ből álló halmaz, hanem az az átjárható struktúra, amely a szövegben érin-
tett entitások terén egyfajta homogenizálódást, vagy legalábbis egy
ontologikus fertőzést von maga után”. Ebből fakadóan, ha saját gyermek-
kori emlékei közé olyan elemeket ékel be, mint A. Dumas Húsz év múlva
című regényében szereplő Porthos és XIV. Lajos cselekedetei, aztán pedig
következtetéseket von le belőlük, Perec tönkreteszi auotbiográfiai elbeszé-
lésének valós mivoltát, illetve az önmagával és közönségével szembeni
őszinteségét.
A pragmatikus mezsgye inkább „a kijelentésekre és a belőlük fakadó
beszédaktusokra vonatkozik”, ami azt jelenti, hogy egyrészt komoly, „bi-
zonyos szabályoknak alávetett” kijelentésekkel nézünk szembe, hogy csak
„a kijelentő személy őszinteségre való elkötelezettségét” említsük (pl. « Je
n’ai pas de souvenirs d’enfance. » (W, 17)), másrészt pedig fiktív kijelenté-
sekkel, amelyek „fel vannak szabadítva ezen elkötelezettségek alól, mivel-
hogy a beszédaktusok színleltek” (pl. « J’ai longtemps hésité avant
d’entreprendre le récit de mon voyage à W. » (13)). Searle először állapítot-
ta meg a tényt – és ebben Jean-Marie Schaeffer egyetért vele – miszerint
nem lehetetlen az, hogy egy valós keretek között tett fiktív kijelentés feltét-
lenül befolyásoljon egy egész valóságon alapuló történetet. A két példa-
ként szereplő mondat egyike sem tűnik a valóságból vagy inkább fikcióból
kiragadottnak, de ha Macdonald és Ronen álláspontját vesszük alapul,
akkor Perec regényét teljes egészében színleltnek kell tekintenünk, mivel a
fikció fennáll az önéletrajzi részben. A valóságból származó elbeszélés egy
másik részlete, amely a „fiktív elem a fiktív kijelentésben” felállást illuszt-
rálja, igazolja az imént említett kutatók állását.
J’ai trois ans. Je suis assis au centre de la pièce, au milieu des
journaux yiddish éparpillés. Le cercle de la famille m’entoure
complètement […] : toute la famille, la totalité, l’intégralité de la
famille est là, réunie autour de l’enfant qui vient de naître… (az au-
tobiográfiai elbeszélésben: 26).
A részlet legelején, illetve legvégén egyetlen bekezdésen belül tett kijelen-
tés mely szerint a narrátor-szereplő-szerző „három éves” és „újszülött”
elég ahhoz, hogy a valóság és őszinteség illúziója romba dőljön. Természe-
tesen egy irodalmi típusú mű nem kutatási célból történő olvasása során ez
a fajta apróság nem üti meg a szemünket, de a „a diskurzusba beékelt hi-
ba” jelen pillanatban Perec által produkált valósághű beszédaktusnak szól
ellene. Ezentúl még a most következő részletben szereplő
« invraisemblables, altérés et dénaturés » minőségjelzők is kétségbe vonják
az emlékeket:
Mes deux premiers souvenirs ne sont pas entièrement
invraisemblables, même s’il est évident que les nombreuses
variantes et pseudo-précisions que j’ai introduites dans les relations
– parlées ou écrites – que j’en ai faites les ont profondément alt-

204
érés, sinon complètement dénaturés. (az autobiográfiai elbeszélés-
ben: 26)
Perec az olvasónak újból azt jelenti ki, hogy csak abban biztos, amit olva-
sott a különböző, és nyilvánvalóan a fikcióból származó regényekben, ami
még gyermekkorában hatott rá. Olvasásélményei rendre ellenőrizhetők a
későbbiekben gyermekkori emlékeivel ellentétben, amelyek csak a saját
maga elméjében léteznek:
…source d’une mémoire inépuisable, d’un ressassement, d’une
certitude : les mots étaient à leur place, les livres racontaient des
histoires ; on pouvait suivre ; on pouvait relire, et, relisant,
retrouver, magnifiée par la certitude qu’on avait de les retrouver,
l’impression qu’on avait d’abord éprouvée... (az autobiográfiai elbe-
szélésben: 195)
A textuális mezsgye Saint-Gelais szerint „nem a realitás és a fikció közötti,
hanem inkább egy a fikción belül található tiszázott és tisztázatlan zónák
közti különbségre vonatkozik”. Más szóval a tény, hogy egy valós entitásra
vonatkozó dologról nem tudunk, legyen az tapintható vagy sem, nem
akadályoz meg minket abban, hogy keresésére induljunk, sőt hogy rá is
leljünk, bármilyen nehéz is legyen az létezéséből kifolyólag. Viszont bármi-
lyen erőfeszítés árán sem fogunk válaszra lelni egy fiktív entitásra vonat-
kozó kérdésre azon információkon felül, amiket egy adott szerző meg-
adott, mert egyes egyedül az ő elméjében léteznek, és csak ő tud hozzáadni
vagy kivonni belőle. Ebből fakadóan, meg kell elégednünk a Gaspar
Winckler (más néven Georges Perec) adta részletekkel W-ről, anélkül hogy
jobban megismerhetnénk a szigetet, lakóit és szokásait, vagy éppen a
gyermekkorát, szüleit, szülővárosát.
Kiegészítve a fikcióról általánosságban tett megfontolásokat, Godard-
t is érdemes lenne megemlíteni, aki a narrációra helyezi a hangsúlyt. Szá-
mára „a fikciót az író életet adó képességének kell tekinteni, miszerint az
olyan fiktív szereplőket találhat ki és kelthet életre az olvasók képzeleté-
ben, amelyek egyszerre általa fiktívnek tituláltak és az olvasó által annak
értelmezettek. Lényegében tőle és bárki mástól különbözőek, akármilyen
realitásból származó részletről is legyen szó, legyen az az övé vagy másé”.
Ez kapcsolódik a már említett kutatók elért eredményeihez, elsősor-
ban Saint-Gelais-jéhez. A tény, miszerint Perec kitalált egy eseményt, ame-
lyet feltehetően egyedül ő élt át egy újabb alkalommal bebizonyítja, hogy
legyen szó akár egy személyes emlékről, ez a regény inkább a fikcióhoz
semmint az önéletrajzhoz társítandó. Saint-Gelais szerint „az intertextuali-
tás a szöveg-szöveg közti kapcsolatokra támaszkodik, legyen az utalás,
kifigurázás vagy utánzás. A transzfikcionalitás kettő vagy több szöveg
közti kapcsolatot feltételez egy fikcionális közösségen belül. Nem azon
szövegek alkotnak együttest, amelyek egy szereplő nevét, mint például
Sherlock Holmes-ét tartalmazzák (azét például, akiét éppen most írom le),

205
de épp ellenkezőleg azon szövegek, ahol Holmes megjelenik és cselekszik,
mint szereplő.”

Gaspar Winckler, a „W ou le souvenir d’enfance” transzfikcionális


főhőse?
Gaspar Winckler, a fiktív rész főhőse nem első alkalommal felbukkanó
szereplő a pereci életműben. Példának okáért, a szerző az autobiográfiai
részben bevallja, hogy Gaspar Winckler szerepel az Un homme qui dort-ban
is, ahol a legnagyobb véletlenek folytán ugyanazon testi tulajdonsággal
rendelkezik, mint Perec, mégpedig egy sebhellyel a felső ajka bal oldalán.
Sőt, ugyanez a szereplő hasonlít Perec elmondása szerint a „Férfi portré”
című Antonello de Messine festményre, ahol ismét ezzel a sebhellyel talál-
kozhatunk. Ezen azonos sajátosságok korellációja arra vezet rá minket,
hogy Perec tudatosan választotta főszereplőnek Gaspar Wincklert a már
említett regényekben, aki legalább három regényét áthidaló
transzfikcionális szereplő, és aki ezenfelül még a narrátor-szereplő hason-
mása is, az autobiográfiai elbeszélés narrátor-szereplő-szerzőjéről nem is
beszélve. Ennek az újból és újból felbukkanó főhősnek a révén tehát a
transzfikcionalitás kérdése beigazolódik és megint a fikció oldalára billenti
a mérleget az önéletrajz kárára

Konklúzió
Befejezésképp vegyük sorba mindazt, amit bevezetésünk óta megállapítot-
tunk. Az újító mű egyedi, sőt besorolhatatlan a műfaji meghatározásából
és általános felépítéséből fakadóan. Elmélyülvén a személyes alapon kivá-
lasztott olvasási módszerekbe, több példán keresztül kiemeltem azt a
tényt, miszerint a fiktív, illetve autobiográfiai részek kölcsönösen egymásra
vannak utalva és elválaszthatatlanok egymástól, tehát hogy tökéletesen
kiegészítik egymást. Úgy tűnik Perec tudatosan választotta szét a két részt
tipográfiai értelemben, és szándékosan elhomályosította, elködösítette az
egymásra utaló nyomokat, ezáltal megnehezítve és egyúttal érdekesebbé
téve a könyv olvasását. Ezt követően, azt a kérdést kívántam megvitatni,
miszerint W ou le souvenir d’enfance besorolható-e vagy sem az önéletrajz
műfaji kategóriájába. Második megállapításom a mű fiktív részére vonat-
kozik, amely jobban felépítettnek, kimunkáltabbnak és egybefüggőbbnek
nevezhető, mint az önéletrajzi rész. Továbbá inkább a realitásból származ-
tatható a valós emléktöredékekhez viszonyítva, amelyek pontatlanok, sőt
néhányszor az álomvilág felé hajlanak, és egy nagyon rendezetlennek tűnő
szöveget eredményeznek elveszítve a rész valószínűségi jellemzőjét. Műfaji
szempontból a regény megnevezés illik rá a legjobban, mivel mint önélet-
rajz nem fogadható el. Ezenfelül, ha a fikció és a realitás közötti ontológi-
ai, pragmatikai illetve textuális mezsgyéket vesszük figyelembe, akkor bi-

206
zonyos helyeken még az autobiográfiai elbeszélés is kitalált történetté,
fiktívvé válik.
Fogalmazzunk meg végül egy kérdést, amely a kutatásunk végén vető-
dött fel bennünk: ha számításba vesszük az összes fentebb vizsgált műfaji
és narratológiai típusú ellentmondást az autobiográfia saját jellemzőihez
viszonyítva, a W ou le souvenir d’enfance-t lehet-e annak tekinteni? A nyomo-
kat elhomályosítva, a részek közti határokat eltörölve és az igazmondás
jeleit a W-s fikcióra kiterjesztve, az önéletrajzra pedig a képzeletbeliség
jeleit átruházva – nem beszélve a narrátor-szereplő-szerző és a narrátor
szereplő azonos kinézetéről – állíthatjuk, hogy Perec „egy újfajta autobiog-
ráfiára bukkant, de ugyanakkor kritériumainak újrafogalmazását is provo-
kálta, és ezáltal művét a fikció, a képzeletbeliség felé terelte. ”

Bibliográfia
Könyvek
GENETTE, Gérard (1991), Fiction et diction, Paris, Seuil.
PEREC, Georges (1985), Penser/Classer, Paris, Hachette.
PEREC, Georges (1975), W ou le souvenir d’enfance, Paris, Denoël.

Cikkek, tanulmányok
CONTE IMBERT DAVID, U. Carlos III (2001), « Mémoire et utopie
dans W ou le souvenir d’enfance Thélème », Revista Complutense de Estudios
Franceses, 16. sz. 139-150. o.
BRÉCHON, Robert (2011), « L’invetion de soi Rilke, Kafka, Pessoa» , in
Comparatisme et société, 13. sz. P.I.E. Peter Lang S.A.

Könyvfejezetek
GODARD, Henry (2001), « La crise de la fiction. Chroniques, roman-
autobiographie, autofiction » in M. Gosselin-Noat (dir.) L’éclatement des
genres au XXe siècle, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, pp. 81-91.

Internet
BERTHELOT, Francis « Genres et sous-genres dans les littératures de
l’imaginaire », URL : http://www.vox-poetica.org/t/lna/FB%20Genres
%20imaginaire. pdf
BERTHELOT, Francis « Personnage de papier ou personnage de chair
? », URL : http://www.vox-poetica.org/t/lna/Tberth2003.html
BOUCHOT, Vincent (1990), L’intertextualité vernienne dans « W ou le
souvenir d’enfance » Études littéraires, vol. 23, 1-2. sz. 111-120. o.,
URL : http://www.erudit.org/revue/etudlitt/1990/v23/n1-2/500930ar

207
.pdf
DUCROT, Oswald (1969), « Présupposés et sous-entendus » , Langue
française. 4. sz. 30-43. o.,URL : http://www.utc.fr/~jguignar/SC21/
Textes/Ducrot%20(Sous-entendus).pdf
CHAUVIN-VILENO, Andrée (2002), « Ethos et texte littéraire. Vers une
problématique de la voix », Semen, 14, Textes, Dicours, Sujet,
URL : http://semen.revues.org/document2509.html
DAYAN ROSENMAN, Anny (1998), « Entendre la voix du témoin »
Mots, 56. sz. 5-14. o.,URL : http://www.persee.fr/web/revues/home
/prescript/article/mots_0243-6450_1998_num_56_1_2362
LEJEUNE, Philippe (2003), « La rédaction finale de W ou le souvenir
d'enfance », Poétique, 133. sz. 73-107. o.,URL : http://www.pol-
editeur.com/pdf/301.pdf
SAINT-GELAIS, Richard, « La fiction à travers l'intertexte : pour une
théorie de la transfictionnalité », URL : www.fabula.org/forum/colloque
99/PDF/Saint-Gelais.pdf
SIRVENT, Michel « Georges Perec ou le dialogue des genres »,
URL : http://books.google.hu/books?id=cP1PSP0vUHcC&printsec=
frontcover&hl=hu#v=onepage&q&f=false

208
Szalánczi József Krisztián

„Territorio Chileno Antártico”


Chile 1940-es antarktiszi területi követelésének tör-
ténelmi előzményei

Chile tricontinental – azaz Chile, a három földrészre kiterjedő ország. Első


hallásra furcsának tűnhet ez a megállapítás, ám ha megvizsgáljuk a mögöt-
tes tartalmát, egy geopolitikai koncepció tömör összefoglalását fedezhetjük
fel benne. A fenti kifejezés azt hivatott hangsúlyozni, hogy Chile, amely
törzsterületét tekintve a dél-amerikai szubkontinensen terül el, az 1888-
ban annektált Húsvét-sziget1 és az 1940-ben létrehozott Chilei Antarktiszi
Terület birtoklása révén Óceánia és a Déli-sarkvidék egyes részei felett is
uralmat gyakorol.2 Ez az elmélet – amely egyben a chilei állam hivatalos
állásfoglalásának is tekinthető a kérdésben – akkor válik igazán érdekessé,
ha összevetjük az 1959-ben megkötött és Chile által is ratifikált washing-
toni Antarktisz-szerződéssel, amely a d. sz. 60°-ától délre elterülő teljes
régiót nemzetközi felügyelet alá helyezte.3 Tekintve, hogy a hidegháború
fagyos légkörében tető alá hozott sarkvidéki egyezmény a szellemét
tekintve a fehér kontinenst érintő területi követelések ellen foglal állást, azt
gondolhatnánk, hogy összeegyeztethetetlen a fent említett chilei
nézőponttal – valójában azonban a szituáció jóval összetettebb ennél. Az
Antarktisz birtoklásáért folytatott nemzetközi küzdelem, amelynek ered-
ményeként a 20. század első felében hét állam is hivatalos jogigényt jelen-

1 Az eredetileg polinéz bennszülöttek által lakott Húsvét-sziget (d. sz. 27°; ny. h. 109°,
spanyolul: Isla de Pascua) annexióját 1888. szept. 9-én a chilei haditengerészet kapitánya
Policarpo Toro jelentette be. A sziget azon kevés, a dél-amerikai szárazföldtől jelentős
távolságra fekvő terület közé tartozik, amelyre a 19. század folyamán egy latin-amerikai
állam a fő gyarmatosító hatalmak árnyékában is képesnek bizonyult tartósan kiterjeszteni a
fennhatóságát. (Porteous 1981: 67.)
2 A hivatalos chilei álláspont szerint maga az ország is három fő részre tagolódik: a dél-

amerikai kontinentális területre (Chile continental; beleértve a partok közvetlen közelében


található földdarabokat is, például a tűzföldi régió szigetvilágában), a Csendes-óceánban
fekvő és chilei fennhatóság alatt álló szigetekre (Chile insular) és az antarktiszi kontinensen
elterülő Chilei Antarktiszi Területre (Territorio Chileno Antártico). Ami a csendes-óceáni
birtokokat illeti, a Húsvét-sziget mellett a földrajzilag szintén Polinéziához tartozó Sala-y-
Gómez-sziget (d. sz. 26°; ny. h. 105°, spanyolul: Isla Sala y Gómez), illetve az amerikai
szárazföldhöz már jóval közelebb fekvő Juan Fernandez-szigetek (d. sz. 33°; ny. h. 78°,
spanyolul: Islas Juan Fernández) és a Desventurados-szigetek (d. sz., 26°; ny. h. 79–80°;
spanyolul Islas Desventuradas) is Chile tulajdonát képezik. (U.S. Central Intelligence Agency
2009: Chile, adminitrative divisions. Térkép.)
3 NAAC A10728, DOCUMENT 28.

209
tett be déli-sarkvidéki területekre,4 egy napjainkban nem túl gyakran em-
legetett, ám egyáltalán nem elhanyagolható problémakör, amelynek hul-
lámait az 1959-es paktum lecsillapította ugyan, a szuverenitási kérdéséket
azonban inkább csak konzerválta, semmint megoldotta. 5 Tanulmányom-
ban azt kívánom bemutatni, hogy Chile, amely földrajzi elhelyezkedéséből
kifolyólag mindig is különös figyelemmel viseltetett a Csendes-óceán déli
térségének ügyei, illetve a Magellán-szorostól és a Horn-foktól délre fekvő
területek irányába, milyen történelmi előzményeket követően, továbbá
milyen jogalapon és körülmények között deklarálta a fennhatóságát 1940-
ben a ny. h. 53–90° között elterülő déli-sarkvidéki szektor felett, amelyet
Chilei Antarktiszi Terület néven mind a mai napig az ország egyik
különleges státuszú közigazgatási egységeként tart számon.
Elöljáróban meg kell jegyezni, hogy – napjainkkal ellentétben, amikor
az Antarktisz kérdése a globális felmelegedés, a kiaknázatlan nyersanyag-
tartalékok, illetve a területen jég formájában jelen lévő, hatalmas mennyi-
ségű édesvízkészlet összefüggésében merül fel a leggyakrabban – a 19.
század végétől a 20. század közepéig terjedő időszakban a Déli-sarkvidék
legfőbb vonzerejét az ipari bálnavadászat jelentette. 6 Ezt azért fontos
leszögezni, mert a témakör szempontjából megkerülhetetlen tényezőt
jelent, hogy az Antarktiszt érintő korabeli jogigények és viták, illetve a
térségbe indított kutatóexpedíciók hátterében szinte minden esetben a
bálnavadászattal összefüggő gazdasági motivációk – például a vadászati
tevékenység állami kontroll alá helyezése – álltak. Másképpen fogalmazva:

4 Nagy-Britannia (1908), Új-Zéland (1923), Franciaország (1924), Ausztrália (1933),


Norvégia (1939), Chile (1940) és Argentína (1942/1943). (NAAC A4311/8. 365/8. 32–33.)
5 Az Antarktisz-szerződés a szellemét tekintve valóban elutasítja, hogy bármely állam

fennhatóságot gyakoroljon a Déli-sarkvidék, vagy annak egyes részei felett, a pontos


szövegezése alapján azonban a helyzet korántsem ennyire egyértelmű. Az egyezmény IV.
cikkelye, amely a kérdéssel foglalkozik, annyit rögzít, hogy amíg a szerződés érvényben van,
új területi követelés bejelentése, illetve a már létezők kiterjesztése nem lehetséges. (NAAC
A10728, DOCUMENT 28.) Ezt azért fontos hangsúlyozni, mert kitűnik belőle, hogy azok
az államok, amelyek 1959 előtt hivatalos jogigényekkel rendelkeztek a régióban, nem
kényszerültek az azokról történő kategorikus lemondásra. A rendkívül óvatos
megfogalmazás fő oka abban keresendő, hogy mind a hét érintett ország (amelyek
természetszerűleg az egyezmény eredeti aláíró között szerepeltek) ragaszkodott korábban
szerzett jogcímeinek legalább elméleti érvényességéhez, esetleges távolmaradásukkal pedig
a szerződés könnyen komolytalanná válhatott volna. Összességében tehát az 1959 előtt
bejelentett déli-sarkvidéki területi követelések jelenleg „nem aktuális”, vagy „befagyasztott”
státuszban vannak.
6 NAAC A4311, 365/8: 5. A robbanásszerű fejlődés, amely – elsősorban norvég

szakemberek újításainak eredményeképpen – a 19. század második felében a bálnavadászati


módszerekben bekövetkezett, néhány évtizeden belül az északi féltekén élő cetállomány
létszámának drasztikus csökkenéséhez vezetett. Ennek következtében az ipari
bálnavadászat az 1890-es évektől kezdődően egyre inkább áttevődött a déli vizekre, nem
elhanyagolható – és politikai következményekkel is járó – gazdasági jelentőséget
kölcsönözve az Antarktisz körüli óceáni régió számára. (Mills 2003: 695.; Dakin 1947: 9.)

210
az érintett országok a Déli-sarkvidék szárazföldi területeinek birtoklása
révén próbálták fennhatóságukat kiterjeszteni a környező, cetekben gazdag
óceáni régióikra is.7
Chile, amely a dél-amerikai spanyol gyarmatbirodalom összeomlását
követően, 1818-ban nyilvánította ki függetlenségét, már a kezdetek
kezdetén világossá tette, hogy a Déli-óceán egyes területeit is az érdekszfé-
rája részének tekinti – sőt mi több, államhatárain belülre sorolja. A
spanyolok ellen vívott felszabadító háború hőse, Bernardo O’Higgins
1831-ben kelt memorandumában – amelynek apropóját az amerikai
szárazföld déli szegélyétől mintegy 800, az Antarktiszi-félszigettől azonban
alig 120 kilométer távolságra elhelyezkedő Déli-Shetland-szigetek szolgál-
tatták, amelyeket 1819-es felfedezésüket követően brit és amerikai fóka-
vadászok rendszeresen látogatni kezdtek 8 – kijelentette, hogy Chile a
gyarmati időkből származó spanyol örökség révén különleges jogokkal
rendelkezik az Antarktisszal kapcsolatban, s fennhatósága kiterjed a Déli-
Shetland-szigetekre is. 9 Ez a kinyilatkoztatás tulajdonképpen a chilei
Antarktisz-politika egyik korai, ám annál fontosabb ideológiai
megnyilvánulásának tekinthető, s rávilágít egy különleges nézőpontra,
amelynek jogi háttere a latin-amerikai országok létrejöttének körülmé-
nyeiben gyökerezik. Chile az 1810-es éveket megelőzően nem létezett
független államként, ezért jogigényei alátámasztására eleve nem állt
módjában olyan, saját zászló alatt végrehajtott földrajzi felfedezésekre
hivatkozni, amelyek erős érvként szolgálhattak volna egy területi követelés

7 Természetesen ez nem azt jelenti, hogy a déli-sarkvidéki kontinens mélyén fellelhető


nyersanyagok kérdése ne foglalkoztatta volna már ebben az időszakban is a világ hatalmait.
Az ausztrál Edgeworth David geológus professzor, aki Sir Ernest Shackleton 1907–1909
közötti kutatóútja során a tudományos stáb vezetőjeként tevékenykedett, a Sydney
Egyetemen 1920-ban összefoglalót készített a korábbi expedíciók során felderített
antarktiszi szénlelőhelyekről. Azt, hogy az általa leírtakat a brit/ausztrál illetékesek
mennyire nem a nyilvánosságnak szánták, jól jelzi, hogy a dokumentumot a „titkos”
jelzéssel látták el. (A981, ANT 4 PART 1. Re Economic Resources of Antarctica.)
Mindemellett azonban a nyersanyagok kitermelése a huzamosabb emberi tartózkodásra
eleve alkalmatlan sarkvidéki területeken legfeljebb távlati értelemben jöhetett szóba az
adott korszakban.
8 A Déli-Shetland-szigeteket (kb. d. sz. 61–64°; ny. h. 54–62°) 1819-ben az angol William

Smith kapitány fedezte fel, aki még ugyanebben az évben, második látogatása alkalmával
bejelentette, hogy III. György brit uralkodó nevében birtokba veszi a területet. ((NAAC
A4311, 365/8: 44–45.; Headland 1989: 111–112.; Riffenburgh 2007: 442.) A szigetek
valódi felfedezésével kapcsolatban némi vitára ad okot, hogy egy 1598–1600 közötti expe-
díció során előbb a holland Dirck Gerritsz, majd 1603-ban a spanyol Gabriel de Castilla is
elhajózott mellettük, végül azonban valószínűleg nem pillantották meg a szárazföldet.
(Headland 1989: 59–60.)
9 Pinochet de la Barra 1955: 28.; Hayton 1956: 584. O’Higgins a dokumentumban d. sz.

65°-át, illetve a Déli-Shetland-szigeteket nevezte meg Chile kiterjedésének déli határvona-


laként. (Pinochet de la Barra 1955: 28.)

211
igazolására, akár valamely szigetcsoport, akár az antarktiszi kontinens
vonatkozásában.10 Ebből a szempontból tehát a chilei állam már megala-
kulása pillanatában behozhatatlan hátrányban volt a gyarmatosító
hatalmakkal szemben, különös tekintettel Nagy-Britanniára, amely a Falk-
land-szigetek 1833-as megszerzését követően11 hozzálátott a brit birodalmi
adminisztráció megszervezéséhez a dél-atlanti térségben.12
A problémára az O’Higgins által említett gyarmati örökség és az ezzel
szoros összefüggésben álló uti possidetis („ahogyan birtokoljátok”)jogelve
szolgáltatta a megoldást, amelyet a modern időkben a spanyolok távozását
követően éppen Dél-Amerikában alkalmaztak először, s a lényegét az
képezte, hogy a függetlenné vált államok tulajdonképpen a néhai spanyol
közigazgatási egységek régi határai között alakultak meg.13 Ez pedig chilei
értelmezés szerint azt jelentette, hogy a korábbi urak távoztak ugyan, az
általuk birtokolt jogokat és kiváltságokat azonban örökül hagyták – azaz
minden olyan terület, amelyre a spanyolok 1810 előtt igényt formálták a
térségben, az utódállamokra szállt. 14 A teória látszólag nehezen hozható

10 Az 1800-as években ugyan egyetlen állam sem jelentett be hivatalos jogigényt antarktiszi
szárazföldi területre, azonban már a 19. század első felében is történtek olyan felfedezések
a térségben – pl. a brit James Clark Ross 1839–1843 közötti felfedezőútja, vagy a francia
Dumont d’Urville 1837–40-es expedíciója során –, amelyek a későbbiek folyamán területi
követelések alapjául szolgáltak (NAAC A4311, 365/8: 80.; Headland 1989: 146.)
11 Nagy-Britannia a Falkland-szigetekre 1833-ban terjesztette ki a fennhatóságát, miután

John James Onslow kapitány, a Clio hadihajó parancsnoka – akit az admiralitás egy koráb-
ban elhagyott brit erőd helyreállítása céljából vezényelt a helyszínre – kilakoltatta a szige-
teken élő argentin telepeseket. A terület az 1982.es Falkland-háború időszakát leszámítva –
amelynek kezdetén a Galtieri tábornok vezette argentin katonai junta csapatai lerohanták a
szigetcsoportot, amelyet azután a brit expedíciós erők nyílt háborúban foglaltak vissza – de
facto azóta is az Egyesült Királyság uralma alatt áll. (Gough 1190: 261.; Headland: 140.) A
szigetekkel kapcsolatos, mind a mai napig létező brit–argentin viszály sohasem csupán
presztízskérdést jelentett a felek számára, hiszen Nagy–Britannia a 20. század elején a
Falkland-szigetek birtoklására alapozva jelentette be területi követelését a Falkland-
szigeteki Függő Területek (Falkland Islands Dependencies) név alatt megszervezett, dél-atlanti
és déli-sarkvidéki területeket is magába foglaló antarktiszi szektorra. (A kérdést teljes ré-
szletességgel lásd: Szalánczi 2014: 191–204.)
12 Viktória királynő 1843-ban hozta létre a Falklandok körüli brit adminisztrációs körzetet

„Falkland-szigeteki gyarmatok és azok tartotákai” néven. („Settlements in the Falkland Islands and
their Dependencies” – saját fordítás.) Az ekkor kibocsátott uralkodói rendeletet (Letters Patent)
később több alkalommal is módosították (1876, 1892, 1908, 1917). A szigetcsoport 1892-
ben megkapta a koronagyarmat státuszt is. (ICJ 1955: 13.)
13 Lalonde 2002: 24. Az uti possidetis alkalmazásáraleginkább abból a megfontolásból került

sor, hogy a már meglévő határvonalak használata révén esetleg elkerülhetővé válnak az
újonnan létrejött országok közötti területi viszályok. (Hensel – Allison – Khanani 2003: 2–
3.)
14 Az uti possidetisre és a spanyol hagyatékra nem csupán Chile hivatkozott jogigényei alá-

támasztására. Argentína – illetve az elődjének tekinthető Río de La Plata-i Egyesült Tarto-


mányok – pontosan ugyanezen elv alapján tartott igényt a korábban spanyol birtoknak
minősülő Falkland-szigetekre, amelyek felett 1820–1831/33 között valóban fennhatóságot

212
kapcsolatba a Déli-sarkvidékkel, hiszen Chile függetlenségének kikiáltása-
kor még az Antarktisz létezése sem volt minden kétséget kizáróan bizonyí-
tott, s ebből a tényből egyenesen következne, hogy Spanyolország nem is
rendelkezhetett jogcímekkel a fehér kontinens közvetlen környezetében.
Csakhogy az elmélet, amint az említésre került, nem a földrajzi
felfedezésekből indul ki – s ily módon természetesen éles kontrasztban áll
a 19. század végétől a nemzetközi jogba is beemelt területfoglalási elvvel15
–, hanem a Spanyol Királyság által kötött korábbi szerződéseket és okira-
tokat használja hivatkozási alapként a chilei igények igazolására.
A legrégebbi okmány ebből a szempontból a VI. Sándor pápa által
1493-ban kiadott Inter caetera kezdetű bulla,16 illetve az ennek módosítása-
ként 1494-ben aláírt tordesillasi szerződés, amelyben az Újvilág
felfedezésének hajnalán Spanyolország és Portugália felosztatta egymás
között az Európán kívüli világ nyugati felét, mai számítások szerint
körülbelül a ny. h. 43°-ánál húzva meg az érdekszféráikat egymástól elvála-
sztó határvonalat. 17 A szerződés hatálya minden felfedezett és
felfedezetlen területre kiterjedt, s a szövegébe azt is belefoglalták, hogy a
határsáv az északitól egészen a déli sarokpontig húzódik. 18 Márpedig ez
alapján – szigorúan elméletileg – az akkor még ismeretlen Antarktisz nyu-
gati területeinek egy része is a spanyol korona birtokába került. Ehhez
hasonló hivatkozási alapot képez az nézet is, amely szerint Chile egykori
spanyol kormányzói egy V. Károlytól származó 1539-es felhatalmazás,

is gyakorolt. (Hurlbut 1887: 258–259.) Az Antarktiszra megfogalmazott argentin követelés


– amely még szóba kerül a későbbiek folyamán – szintúgy a fenti elméletből ered, s ki-
indulási alapját tekintve gyakorlatilag megegyezik a chileivel. (Hayton 1956: 587.)
15 Az állami fennhatóság alatt nem álló, még felfedezetlen területek megszerzésének le-

hetséges módozatairól az 1885-ben Berlinben aláírt ún. Kongó-akta rendelkezett, amely


eredetileg elsősorban az afrikai területekre vonatkozott, később azonban észak- és déli-
sarkvidéki ügyekben is hivatkozási alapul szolgált. Az egyezmény meglehetősen szigorú
elbírálás alá helyezte a foglalás nemzetközi elismerésének kérdését: a terület felfedezését és
a jogigény hivatalos bejelentését ugyanis önmagában véve nem tekintette befejezett ak-
tusnak, s csak abban az esetben fogadta el érvényesnek az okkupációt, amennyiben az
érintett állam tényleges fennhatóságot gyakorolt a körzet felett, azaz megszervezte annak
valódi közigazgatását. Az effektív okkupáció követelménye a szélsőségesen zord éghajlati
viszonyok miatt az Antarktiszon természetesen teljesíthetetlen volt, ami a térség iránt
érdeklődő hatalmakat több esetben is a passzus kikerülésére, vagy legalábbis rendkívül tág
értelmezésére ösztönözte. (General Act of the Conference of Berlin 1909: 24.; Csatlós
2012: 117–118.)
16 Valójában inkább bullasorozat, hiszen a pápa 1493-ban rövid időn belül négy rendeletet

is kiadott az ügyben, ezek közül a május 4-én kelt, Inter caetera kezdetű foglalkozik a
határvonalakkal. (Pinochet de la Barra 9.; Lalonde 2002: 24–25.)
17 A tordesillasi szerződés a nyugati féltekére vonatkozott; a határvonaltól nyugatra talá-

lható területeket a spanyolok, a keletre fekvőket a portugálok kapták meg. A keleti félteke
felosztásáról az 1529-es zaragozai szerződésben állapodtak meg a felek. (Williams 1922: 4.;
7.)
18 Pinochet de la Barra 1955: 10.

213
illetve adomány révén a Magellán-szorostól délre eső, s egészen a Déli-
sarkig terjedő területek felett is joghatóságot gyakoroltak. 19 Szükségtelen
hangsúlyozni, hogy a tordesillasi szerződés relevanciája a gyarmatosításba
később bekapcsolódó hatalmak – úgymint Anglia, Franciaország, vagy
Hollandia – színre lépésével, valamint a nemzetközi politikai erőviszonyok
Spanyolország és Portugália számára mind kedvezőtlenebb eltolódásával
egyre inkább csökkent, az 1800-as évek első felében pedig már holt papír-
nak volt nevezhető. 20 Az uti possidetisen és a történelmi kontinuitás
eszméjén alapuló chilei jogigény mögött tehát a 19. században elsősorban
inkább elméleti, semmint gyakorlati tartalmat kell keresni az Antarktisz
vonatkozásában; kétségtelen azonban, hogy Santiago már ebben az
időszakban is foglalkozott a titokzatos, ám a 20. század kezdetéig még
körvonalaiban is alig-alig ismert déli kontinenssel.
A latin-amerikai ország a Déli-sarkvidék felfedezésének hőskorában
még leginkább kontinentális ügyeire koncentrált, amelyek közül a
témakörrel összefüggésben a Patagónia birtoklásáért folytatott küzdelem
fontosabb eseményeit érdemes kiemelni. A chilei kormány 1843-ban el-
határozta, hogy a gyakorlatban is kiterjeszti a fennhatóságát a Magellán-
szoros és a környező területek fölé, ezért egy expedíciót indított a
térségbe, amelynek vezetőjét, a brit származású, de ekkor már hosszú idő
óta a chilei haditengerészetben szolgáló John Williams (avagy Juan Giller-
mos) kapitányt azzal a feladattal bízta meg, hogy a jogigény alátámaszt-
ására létesítsen egy erődítményt a körzetben. Williams, aki az Ancud
nevezetű szkúner fedélzetén hajózott a helyszínre, a megérkezését
követően Chile nevében birtokba vette a területet, majd a szorossal
határos Brunswick-félszigeten – amely a dél-amerikai szárazföld legdélebbi
szegélyét képezi, északra a Tűzföld szigetvilágától – hozzá is látott a
helyőrség felállításához.21 Az eljárás ellen Argentína, amely szintén igényt
tartott a régióra, 1847-ben hivatalosan is tiltakozott, s ezzel egy több évtiz-
eden át tartó vita vette kezdetét a felek között.22 A viszálynak, illetve Ar-

19 Hayton 1956: 585.; Pinochet de la Barra 1955: 13–14. Később, az 1550-es években több
olyan spanyol királyi dekrétum is kibocsátásra került, amely a Magellán-szorostól délre
fekvő területeket szintén a korona tartozékaiként, illetve a chilei kormányzó felügyelete
alatt álló régióként emlegette. (Pinochet de la Barra 1955: 15.)
20 Azt, hogy a tordesillasi paktum az eredeti formájában fenntarthatatlan, Spanyolország a

17. század második felében kénytelen volt hivatalosan is belátni, s az 1670-ben aláírt
madridi szerződésben – cserébe a biztosítékért, hogy az angolok nem háborgatják egyéb
újvilági birtokait – elismerte Anglia észak- és közép-amerikai gyarmatainak törvényes
létezését. (Hart 1907: 625.; Pinochet de la Barra: 20.)
21 Perry 1980: 349.; Headland 1989: 157. A kolónia az akkori chilei köztársasági elnök,

Manuel Bulnes után a Fuerto Bulnes elnevezést kapta. A helyőrséget 1849-ben az északabbra
fekvő Punta Arenasba helyezték át. (Perry: 1980: 349.)
22 Perry 1980: 349. Buenos Aires – szintén a spanyol örökségre hivatkozva – a Horn-fok

körüli szigeteket egy 1829-ben kiadott rendelet alapján már korábban magáénak

214
gentína és Chile azon igyekezetének, hogy mielőbb érvényesíteni próbálják
fennhatóságukat a korábban állami fennhatóság alatt legfeljebb csak né-
vlegesen álló terület felett, különös hangsúlyt ad, hogy a 19. század első
felében egyáltalán nem volt elképzelhetetlen, hogy Nagy-Britannia, Franci-
aország, vagy esetleg az Amerikai Egyesült Államok is versenybe száll a
Magellán-szoros feletti uralom megszerzéséért, különös tekintettel annak
egyre növekvő stratégiai és kereskedelmi fontosságára.23
Az államhatárok kérdését, beleértve Patagónia és a Tűzföld ügyét is,
végül az 1881-ben Buenos Airesben megkötött szerződés (Tratado de
Límites de 1881) rendezte a két dél-amerikai ország között. Patagóniát
tulajdonképpen Buenos Aires kapta meg, a tűzföldi területeket azonban
felosztották: a régió nyugati fele Chile, a keleti része Argentína birtokába
került. 24 A Magellán-szoros felett Chile elviekben megszerezte ugyan a
fennhatóságot, valójában azonban az átjáró inkább semleges státuszba
került, hiszen a szerződés a szabad hajózás garantálása mellett az
erődépítés tilalmát is tartalmazta. 25 Az Antarktisszal kapcsolatban az
egyezmény jelentőségét az adta, hogy mindkét ország kiterjesztette állam-
határait Dél-Amerika legdélebbi körzetére, s így földrajzilag is megle-
hetősen közel került a déli-sarkvidéki kontinenshez. 26 A határszerződés
kiegészítő okirata (El protocolo Errázuriz – Quirno Costa de 1893), amely
1893-ban került aláírásra, később világosan elhatárolta egymástól Santiago
és Buenos Aires befolyási övezeteit is, s nyilvánvalóvá tette, hogy szu-
verenitási kérdésekben előbbi kizárólag a Csendes-, utóbbi pedig az Atlan-
ti-óceán térségében rendelkezik illetékességgel.27
A bálnavadászati szempontból egyre inkább felértékelődő Déli-óceán
azonban a 19. század végén már olyan világhatalmakat is mozgásba
lendített a messzi déli vizeken, mint például a brit birodalom – ebből ki-
folyólag pedig Argentína és Chile egyébként előrelátható rivalizálása az
Antarktisszal kapcsolatban a 20. század első éveiben minimum
háromszereplős játszmává bővült. Az 1800-as évek utolsó évtizedében a
cetpopulációk déli elterjedési területeit vizsgáló, s kezdetben főként norvég

nyilvánította, 1844-ben pedig az argentin kormány egy közigazgatási hivatalt is felállított a


Tűzföldön, a Beagle-csatorna partján található Ushuaiában. (Headland 1989: 159.)
23 Perry 1980: 349.
24 UWDC 1938/5: 212.; NAAC A4311, 365/8: 177.; Headland 1989: 204. A későbbiek

folyamán viták merültek fel néhány sziget (Neuva, Lennox és Picton) hovatartozásával
kapcsolatban a Horn-fok környékén, amelyek ügye még a 20. század második felében is
komoly vitákat okozott a felek között. (Headland 1989: 204.)
25 Morris 1988: 59.; Boletin Oficial 1893: 843.
26 A fentebb többször is idézett Robert Headland utal rá művében, hogy az 1881-es

szerződéssel összefüggésben „mindkét állam fontolóra vette [területének – Sz. K.] kiterjesztését
antarktiszi régiókra.” („Both states have considered its extension to Antarctic regions” – saját fordítás.)
(HEADLAND: 1989: 204.)
27 Hayton 1956: 489.; Rodríguez 1985: 59.

215
bálnavadászok által végrehajtott felderítő utak mellett 28 a századfordulót
megelőzően megindultak az olyan, hivatalosan tudományos célokból
szervezett, valójában azonban politikai motivációkkal is rendelkező
Antarktisz-expedíciók, amelyek a legtöbb esetben már egyértelműen a
Déli-sarkvidék kontinentális területeit vették célba. Az 1897–1914 közötti
időszakban belga, brit, német, svéd, skót, francia, norvég, japán, valamint
ausztrál és új-zélandi kutatóexpedíciók is jártak a fehér kontinensen (vagy
legalábbis annak partjainál), egyértelműen jelezve a (Dél-)Amerikán kívüli
hatalmak érdeklődését a térség iránt. 29 Chile az antarktiszi szárazföldre
nem szervezett felfedezőutat ebben az időszakban, ennek ellenére komoly
erőfeszítéseket tett annak érdekében, hogy a spanyol örökségre alapozott
jogait továbbfejlessze, s megvesse a lábát legalább az Antarktisz körüli
szigetek valamelyikén. Chilei fókavadászok 1902-ben meglátogatták a Dé-
li-Shetland-szigeteket,30 a santiagói kormány pedig ugyanennek az évnek
az utolsó napján kiadta a világ első olyan, bálnavadászatra jogosító kon-
cesszióját, amely már déli-sarkvidéki óceáni területekre is vonatkozott.31 A
rendelet értelmében a Horn-foktól keletre, illetve délkeletre elterülő Ilde-
fonso-szigetek (d. sz. 55°; ny. h. 69°) és a Diego Ramírez-szigetek (d. sz.
56°; ny. h. 68°) környékére vonatkozó halászati és vadászati jogok bi-
zonyos Pedro Pablo Benavides birtokába kerültek, akit arra is felhatalmaz-
tak, hogy tevékenységét a Drake-átjárótól délre, azaz a Tűzföld és az
Antarktiszi-félsziget közötti régióra korlátlanul kiterjessze.32
Germán Riesco chilei köztársasági elnök 1906-ban újabb
bálnavadászati licenc kiadásáról döntött, amelyben a Déli-Shetland-
szigeteket és az azoktól délre fekvő területeket biztosította a kérvényezők
számára.33 A licencért folyamodó személyek, Enrique Fabry és Domingo
de Toro Herrera huszonöt évre kérték az engedélyt, s felvetették a
természeti kincsek kiaknázásának a lehetőségét, megemlítve az „elhagyatott
déli földek feletti chilei uralom” biztosításának fontosságát is.34 Ugyanebben az
esztendőben megalakult a chilei-norvég Magellán Bálnavadászati Társaság
(Sociedad Ballenera de Magallanes), amely Magellán tartomány kormányzója,
Froilán Fuentes hozzájárulásával létrehozott egy raktártelepet a Déli-
Shetland-szigetekhez tartozó Deception-szigeten (d. sz. 62°; ny. h. 60°). 35
A chilei nézőpont szerint az ország antarktiszi területekre vonatkozó
jogalapja az 1906-os eseményeket követően a nemzetközi jog alapján is

28 TNA CAB 24/249/36: 1.; Stokke – Vidas 1996: 385.


29 Riffenburgh 2007: 1111.
30 Headland 1989: 227.
31 Uo.
32 Uo.; Pinochet de la Barra 1955: 35.
33 Pinochet de la Barra 1955: 35–36.
34 „…Chilean dominion over the forsaken southern lands” – saját fordítás. (Uo. 35–36.)
35 Uo. 38.

216
érvényessé vált, hiszen a halászati jogok hivatalos garantálása és az aktív
bálnavadászati tevékenység, továbbá a Déli-Shetland-szigetek kvázi
birtoklása révén már nem csak az uti possidetis elmélete, hanem lényegében
az effektív okkupáció kritériuma is megvalósult a körzetben.36
Mindezek ellenére a chilei kormány 1906-ban nem jelentette be hi-
vatalosan a szuverenitását a magáénak tartott déli-sarkvidéki területek
felett. Megtette ezt azonban két évvel később Nagy-Britannia, amely VII.
Eduárd 1908-ban kelt uralkodói rendelete (Letters Patent) alapján a Déli-
Georgiát, a Déli-Sandwich-, a Déli-Orkney- és a Déli-Shetland-szigeteket,
valamint az Antarktiszi-félszigeten elterülő úgynevezett Graham-földet
Falkland-szigeteki Függő Területek (Falkland Islands Dependencies) néven a
falklandi brit kormányzó fennhatósága alá helyezte.37 A dekrétum – ame-
lynek kiadása mögött egyértelműen a bálnavadászat feletti állami kontroll
megszerzésének szándéka húzódott meg, jogalapját pedig korábbi brit
földrajzi felfedezések képezték –, a d. sz. 50°-ától délre fekvő, illetve a ny.
h. 20–80° közötti területekre vonatkozott, s csaknem teljesen lefedte a
chilei jogigényt, amelybe ekkor még pontosan nem definiált határvona-
lakkal a Horn-foktól délre elterülő régiók tartoztak, beleértve az Antarkti-
szi-félsziget nyúlványát is. 38 Brit források szerint a rendelet ellen sem
Chile, sem Argentína nem emelt kifogást, ami már csak azért is meglepő,
mert az okirat – valószínűleg tévedésből – a d. sz. 50°-át jelölte meg a
falklandi szektor északi határaként, s ezáltal úgy tűnt, mintha Nagy-
Britannia Patagónia déli területeire is igényt tartana, megsértve ezzel
mindkét ország államhatárait. 39 Ezzel szemben egy kereskedelmi és
hajózási ügyekkel foglalkozó norvég lap, a Norges handels og Sjöfartstidende
egyik 1933-as száma tudni véli, hogy „Chile és az Argentin Köztársaság
tiltakozott ez ellen [a rendelet ellen – Sz. K.], azzal az eredménnyel, hogy Nagy-
Britannia az 1917. márc. 28-ai dátummal kiadott [újabb – SZ. K.] Letters Patent

36 Pinochet de la Barra 1955: 39. Más kérdés, hogy az effektív okkupáció teljesülése még a
Déli-Shetland-szigetek esetében is igencsak bizonytalannak volt mondható, nem is beszélve
az Antarktisz kontinentális régióiról, ahol egyáltalán nem volt chilei jelenlét. A Deception-
szigeten semmilyen közigazgatási szerv sem állomásozott, s a bálna-, illetve fókavadászok is
csak a vadászati szezonban tartózkodtak a helyszínen.
37 NAAC A981, ANT 4 PART 1. Letters Patent 1908: 1.
38 Nagy-Britannia 1906-tól kezdve látott hozzá a koncessziós rendszer bevezetésének a dél-

atlanti területeken. Az 1908-as rendelet kibocsátásának fő okát nem a chilei, hanem sokkal
inkább a norvég bálnavadászati tevékenység szolgáltatta, illetve a norvég külügyminiszté-
rium többszöri érdeklődése azzal kapcsolatban, hogy pontosan mely körzetekben kell
bérleti díjat fizetni Nagy-Britannia számára a dél-atlanti, illetve antarktiszi vizeken. (NAAC
A981, ANT 51 PART 3. Annex B: 2.)
39 „Nyilvánvaló, hogy az 1908-as Letters Patent teljes egészében elkerülte mind Argentína, mind Chile

figyelmét.(„It is evident that the Letters Patent of 1908 entirely escaped the notice of both Argentina and
Chile” – saját fordítás.) NAAC A4311, 365/8: 36. A hivatkozott okirat a brit
külügyminisztérium 1945-ben belső használatra készült, titkos jelzéssel ellátott, részletes
összefoglalója az Antarktiszt érintő területi követelésekről.

217
révén módosította az úgynevezett falklandi szektor határát.”40A brit beavatkozás a
saját déli-sarkvidéki „birodalmát” építgető Argentínát talán még Chilénél is
kellemetlenebbül érintette, tekintve, hogy a Falkland-szigetek ügye miatt
eleve kizártnak tűnt bármiféle megegyezés London és Buenos Aires
között. 41 Az argentin kormány ebben az időszakban a Déli-Orkney-
szigeteket (d. sz. 60°; ny. h. 45°) tekintette legfontosabb hídfőállásának az
antarktiszi kontinens előterében, ahol 1904-től egy meteorológiai
megfigyelőállomást is üzemeltetett, ezzel is hangsúlyozva fizikai jelenlétét a
térségben. 42 Chile a két világháború közötti időszakban meglehetős
passzivitást tanúsított a Déli-óceánon, Argentína azonban 1925-ben előbb
a Déli-Orkney-, majd 1927-ben a Déli-Shetland-szigetekre és a Déli-
Georgiára is területi követelést jelentett be, újabb frontokat nyitva Nagy-
Britanniával szemben a déli vizeken.43
Az alapvető probléma, miszerint mind a három ország nagyjából a
Déli-sarkvidék ugyanazon szeletére tartott igényt, feloldhatatlannak
bizonyult, meg kell azonban állapítani, hogy Santiago a jogigény hivatalos
kinyilvánítása előtt kifejezetten körültekintően járt el. A chilei kormány
1939-ben a pontos szektorhatárok kérdésének tanulmányozását a Chilei
Egyetem professzorára, a nemzetközi jogban rendkívül járatos Julio
Escuderóra bízta, s az ő beszámolóját követően döntött úgy 1940-ben,
hogy a ny. h. 53–90° közötti területre terjeszti ki az állam fennhatóságát.44
A koordinátákból kitűnik, hogy a jogigény elsősorban az Antarktisz dél-
amerikai kvadránsának Csendes-óceán felé eső részére vonatkozott,
magába foglalva a teljes Antarktiszi-félszigetet és a Déli-Shetland-
szigeteket. Chile ügyelt rá, hogy ne próbáljon nagyobbat „markolni” annál,
mint amit a spanyol örökség és az 1881-es határszerződést kiegészítő
protokoll alapján bizonyítani tud: gondosan elkerülte a dél-atlanti körzetet,
s az olyan területeket (legfőképp a Déli-Orkney-szigeteket), amelyek

40 „Chile and the Argentine Republic protested against this with the result that Great
Britain by the Letters Patent dated 28th 1917 altered the boundary of the so-called Falk-
land sector...” (NAAC A981, ANT 51 PART 3. Annex B. 3.) A britek 1917-ben valóban
kiadtak egy módosított rendeletet, amelyben a ny. h. 50–80° között a d. sz. 58°-át jelölték
meg szektorhatárként, világossá téve, hogy nem tartanak igényt dél-amerikai területekre.
(NAAC A981, ANT 4 PART 1. Letters Patent 1917: 1.)
41 Geopolitikai szempontból Nagy-Britannia számára – ellentétben a közel- és a távol-keleti

régiókkal – a dél-amerikai ügyek általánosságban véve periférikusnak számítottak a kor-


szakban. (Deák 2014: 5). A dél-atlanti, illetve antarktiszi brit közigazgatás megszervezésére
azonban London a bálnavadászati kérdések miatt igen nagy hangsúlyt fektetett, ebből
kifolyólag a Falkland-szigetek körüli vita rendezésének esélye Argentínával még a korá-
bbinál is minimálisabbra csökkent.
42 NAAC A4311, 365/8: 53.
43 Headland 1989: 274.
44 Pinochet de la Barra 1959: 53.

218
Argentína és Nagy-Britannia között már eleve vita tárgyát képezték. 45 A
korábbi inaktivitás és a bejelentés időpontjának összevetése mögött
felsejlik az is, hogy Chile megpróbálta kihasználni Nagy-Britannia
lekötöttségét, azt vélelmezve, hogy a britek világháborús erőfeszítéseik
közepette nem lesznek képesek az üggyel érdemben foglalkozni. Ez
egyébként csak részben volt igaz, hiszen Argentína – amely két évvel
később, 1942-ben nyilvánította magáénak a ny. h. 25–68° között elterülő
szektort, amely jelentős részben lefedte a brit és a chilei jogigényt is46 – a
második világháború alatt kevés híján fegyveres összetűzésbe keveredett
az Egyesült Királysággal a Deception-sziget kapcsán, ahol a felek több
alkalommal is eltávolították egymás felségjelzéseit.47 Ebben az időszakban
Argentína erősen forszírozta a közös argentin–chilei fellépést a britekkel
szemben, s történt is kísérlet a kooperációra a két latin-amerikai ország
között.48 Valójában azonban Chile óvatosabb volt annál, semhogy nyíltan
provokálja Nagy-Britanniát – ahhoz azonban ragaszkodott, hogy
antarktiszi szektora államterületének részét képezi. Összességében tehát a
chilei–brit kapcsolatok az egymást lefedő területi követelések ellenére sem
süllyedtek Buenos Aires és London folyamatosan rendkívül feszült
viszonyának szintjére.
A 1959-ben megkötött Antarktisz-szerződés a déli-sarkvidéki területi
vitákat befagyasztotta ugyan, a kérdés valódi rendezéséről azonban
mégsem beszélhetünk. Napjainkban inkább úgy tűnik, hogy a nemzetközi
egyezmény hatálya alá nem tartozó, s a globális felmelegedés
következtében egyre inkább hajózhatóvá váló északi-sarkvidéki térségben
várhatóak komoly politikai fejlemények. Csaknem bizonyosra vehető
azonban, hogy abban az esetben, ha az antarktiszi paktum bármilyen oknál
fogva megszűnne létezni, a szuverenitási kérdések azonnal napirendre
kerülnének, s a fehér kontinens jegébe temetett brit–argentin–chilei vita
ismét aktuálissá válna.

Irodalomjegyzék

45 Hayton 1956: 587.


46 Headland 1989: 306.
47 Uo. 306.; 308. Nagy-Britannia határozottan adta az argentinok tudtára, hogy ha

mindenképpen szükséges, még a háború alatt is képes katonai erőt felmutatni az Antarktisz
térségében: 1942-ben egy segédcirkálót, 1943–44-ben pedig egy aknakereső hajót és egy
gőzhajót vezényelt a körzetbe, hogy állítsák vissza a brit fennhatóság jelképeit. (Szalánczi
2014: 204.)
48 Amikor a Primero de Mayo nevű argentin hajó legénysége 1943-ban másodszorra cserélte

le a brit emblémákat a Deception-szigeten, két chilei tengerésztiszt és egy civil személy is


meghívást kapott az útra. A helyzetet azonban jól jellemzi, hogy az argentinok igyekeztek
eltitkolni előlük, hogy nem csupán a brit jelképeket távolították el, hanem utána a saját
zászlójukat is kitűzték – ez utóbbi cselekedet nyilvánvalóan elfogadhatatlan volt a chileiek
számára, akik sajátjukként tekintettek a területre. (NAAC A4311, 365/8: 66.)

219
Levéltári források
National Archives of Australia, Canberra (NAAC):
Antarctic Control I – to Imperial Conference 1921' Pt. I. NAAC A981,
ANT 4 PART 1
Re Economic Resources of Antarctica. Secret. Geology Depart-
ment, The University, Sydney, 29th November 1920. (Sgd) T. W.
Edgeworth David. (Levél: David – Shepherd).
S. C. 499/1.Falkland Islands. (Dependencies.) Letters Patent.
Dated 21st July, 1908.
S. C. 499/1. Falkland Islands. (Dependencies.) Letters Patent.
Dated 28th March 1917.
Antarctic. Norwegian Claims Part 3. NAAC A981, ANT 51 PART 3
Annex B. Extract from the Norwegian Journal of Commerce and
Shipping. Oslo, Thursday, December 21, 1933. Norway and Brit-
ish claims for Antarctic sectors.
The Antarctic Treaty – Includes delegates' signatures. NAAC A10728,
DOCUMENT 28
Territorial Claims in the Antarctic by Research Department, Foreign Of-
fice, May 1st, 1945. Secret. NAAC A4311, 365/8

University of Wisconsin Digital Collections (UWDC):


Boundary Disputes: Argentina and Chile. UWDC 1838/5., Foreign Relations
of the United States diplomatic papers, 1938: The American Republics. Washing-
ton, United States Government Printing Office, 1956. 210–217.

The National Archives, London (TNA):


The Regulation of Whaling. Legislation to Ratify Convention. Legislation
to Ratify Convention. Memorandum by the Secretary of State for Scotland
and the Minister of Agriculture for Fisheries. C.P. 149 (34). May 31, 1934.
Secret. TNA CAB 24/249/36

Jegyzőkönyvek
„General Act of the Conference of Berlin Concerning the Congo”, The
American Journal of International Law, 3. évf., 1. sz. (1909), pp. 7–25.

Intézetek
International Court of Justice, Hague (ICJ)
Antarctica Cases. (United Kingdom v. Argentina; United Kingdom v.
Chile.) Pleadings, oral arguments, documents. Part I. Application Institut-
ing Proceedings and Pleadings. URL: http://www.icj-
cij.org/docket/files/26/9065.pdf, a letöltés ideje [2015.05.07.].

220
The Agent for the Government of the United Kingdom to the Registrar
of the International Court of Justice at the Hague. Foreign Office, Lon-
don, S.W.I., May, 1955. (Signed) Schuster. (Levél: Schuster – ICJ).

Törvénytárak, közlönyök
„Límites Argentino–Chilenos. Tratado de 23 de Julio de 1881”, Boletin
Oficial de la República Argentina, 145. sz. (1893).

Szakirodalom
CSATLÓS, Erzsébet (2012): „A szuverenitás gyakorlatának nemzetközi
közjogban felmerült problémái az Antarktiszon”, Iustum Aequum Salutare,
8. évf. 1. sz., pp. 117–132.
DAKIN, William J. (1947), „Antarctic Whaling”, The Australin Quarterlay,
19. évf. 3. sz., pp. 9–20.
DEÁK, Máté (2014) „Apreciación de los espacios aéreos de América del
Norte y del Sur, desde el punto de vista de la geopolítica británica (1919–
1939)”, Bicenteneario. Revista de Historia de Chile y América, 13. évf. 1. sz. 5–
19.
HAYTON, Robert D. (1956), „The «American Antarctic»”, The American
Journal of International Law, 50. évf., 3. sz., pp. 583–610.
HART, Albert Bushnell (1907): „American Ideals of International Rela-
tions”, The American Journal of International Law, 1. évf. 3. sz. pp. 624–635.
HEADLAND, Robert K. (1989), Chronological List of Antarctic Expeditions
and Related Historical Events, Irthlingborough, Cambridge University Press.
GOUGH, Barry M. (1990), „The British Reoccupation and Colonization
of the Falkland Islands, or Malvinas, 1832–1843”, Albion: a Quarterly Jour-
nal Concerned with British Studies, 22. évf. 2. sz., pp. 261–287.
HURLBUT, George C. (1887), „The Falkland Islands”, Journal of the Amer-
ican Geographical Society of New York, 19. évf. 3. sz., pp. 254–260.
LALONDE, Suzanne (2002), Determining Boundaries in a Conflicted World:
The Role of Uti Possidetis, Montreal, McGill-Queen’s University Press.
MILLS, William James (2003), Exploring Polar Frontiers, Santa Barbara (Cal-
ifornia), ABC Clio.
MORRIS, Michel A. (1988), The Strait of Magellan, Dordrecht, Martinus
Nijhoff Publishers.
PERRY, Richard O. (1980), „Argentine and Chile: The Struggle for Pata-
gonia 1843–1881”, The Americas, 36. évf. 3. sz., pp. 347–363.
PORTEOUS, J. Douglas (1981), „The Annexation of Eastern Island:
Geopolitics and Environmental Perception”, NS, Northsouth, 6. évf., 11.
sz., pp. 67–80.
RODRÍGUEZ S., Juan Augustin (1985), Chile en el Canal Beagle y mares
australes. Tratado de Paz entre Chile y Argentina, Santiago, Gráfica Progresión.

221
RIFFENBURGH, Beau (szerk.) (2007), Encyclopedia of the Antarctic I–II.,
New York, Routledge.
STOKKE, Olav Schram – VIDAS, Davor (szerk.) (1996), Governing the
Antarctic. The Effectiveness and Legitimacy of the Antarctic Treaty System. Cam-
bridge, Cambridge University Press.
SZALÁNCZI, József Krisztián (2014), „A brit birodalom előretolt
«antarktiszi» helyőrsége. A Falkland-szigetek stratégiai és katonai je-
lentősége Nagy-Britannia 20. századi dél-atlanti politikájában”, in: Bene
Krisztián – Dávid Ferenc – Sarlós István (szerk.), Fejezetek a hadtörténelemből
3. : Válogatás a Hadtörténeti esték 2006 és 2014 között elhangzott előadásaiból.
Pécs – Budapest, Magyar Hadtudományi Társaság, pp. 191–210.
WILLIAMS, Mary Wilhelmine (1922), „The Treaty of Tordesillas and the
Argentine-Brazilian Boundary Settlement”, The Hispanic American Historical
Review, 5. évf. 1. sz., pp. 3–23.

Internet
HENSEL, Paul R. – ALLISON, Michael E. – KHANANI, Ahmed
(2003): „The Colonial Legacy and Border Stability : Uti Possidetis and
Territorial Claims in the Americas”, Paul R. Hensel,Professor of Political Sci-
ence, University of North Texas, URL:
http://www.paulhensel.org/Research/io05.pdf, a letöltés ideje:
[2015.05.09.]
U.S. Central Intelligence Agency (2009), „Chile, administrative divisions”,
Library of Congress, URL: http://www.loc.gov/item/2009578593/, a letöl-
tés ideje [2015.05.09.]. (Térkép.)

222
Krisztián Bene

Richard Millet dans la critique littéraire slovaque


Ján Drengubiak, Richard Millet, du personnel vers l’universel. Filozofická fakulta
Prešovskej univerzity v Prešove, Prešov, 2012, 189 pages.

La monographie Richard Millet, du personnel vers l’universel, parue en 2012, est


composée de cinq chapitres précédés d’une introduction et suivie par un
compte rendu de dix pages en langue slovaque. A son issue, on trouve une
bibliographie détaillée et un index des noms qui facilitent l’orientation des
lecteurs.
L’auteur avoue dans l’introduction que la présentation d’un écrivain
contemporain dont l’œuvre est inachevée et en pleine transformation
représente un grand défi. Il faut ajouter à cela que grâce à cette actualité
les analyses littéraires sont pratiquement inexistantes, ainsi l’auteur doit
prendre une nouvelle approche pour pouvoir présenter l’œuvre de Richard
Millet. La particularité du livre de Drengubiak est le fait qu’il aborde le
travail de Millet sous un angle mythocritique qui constitue le point de
départ des recherches de l’auteur. La richesse de l’œuvre de Millet ne
permet pas l’analyse complète de celle-ci, ainsi ses textes de la « matière
limousine » constituent le noyau des recherches de Drengubiak, mais il
s’occupe aussi de certains textes de la « matière du Proche-Orient » qui
sont inséparables de cette première. En même temps, cette classification
ne peut être qu’éphémère, car l’œuvre de Millet est en évolution incessante,
ainsi l’objectif principal de l’auteur est d’observer l’évolution littéraire de
l’écrivain. Par conséquent, les chapitres du livre retracent cette progression
en ordre chronologique à partir de la biographie de l’auteur jusqu’à
l’analyse de ses récits les plus contemporains.
Le premier chapitre présente le contexte littéraire actuel et la
biographie de Millet. C’est difficile de bien connaître la vie de l’écrivain,
car il existe un nombre de correspondances entre sa vie et et ses œuvres, il
fait des efforts considérables pour effacer la frontière qui les sépare. Par
conséquent, on ne sait jamais quels éléments sont réels et lesquels sont
inventés dans ses livres. On peut conclure que les romans de Millet
contiennent un nombre de faits pris de la vie personnelle de l’auteur, mais
l’identification de ceux-ci parmi les éléments fictifs est une mission
extrêmement difficile.
Les livres de Millet appartiennent au genre du roman
autobiographique, mais l’autoreprésentation est complétée par deux autres
sujets : le monde et l’histoire. L’auteur est dans une situation ambiguë avec
la littérature française contemporaine. Il essaye de se situer au-delà des

223
frontières de celle-ci, une tentative couronnée de succès, cependant son
approche s’adapte bien aux tendances littéraires actuelles.
La deuxième partie du livre s’occupe des premiers romans de
l’écrivain français qui ont paru jusqu’en 1988 et dont l’enjeu principal est
la langue. Selon Millet, la langue est liée au sentiment, ainsi la « conscience
de la langue » vise à posséder l’ensemble de la richesse de la langue. De
plus, cette richesse est bien présente dans les autres langues aussi, ainsi
l’auteur doit posséder et utiliser le plus de langues possibles. Il essaye
d’utiliser une belle langue qui trouve ses racines dans sa prédilection pour
celle des XVIIe et XVIIIe siècles quand elle a connu l’état de perfection.
Dans ses premiers récits, Millet présente l’intrigue à travers la manière
dont les personnages s’expriment. La maîtrise parfaite de la langue est la
caractéristique des personnages positifs des romans, tandis que ceux
négatifs utilisent une langue erronée. Le changement de l’usage de langue
reflète souvent l’évolution du caractère du protagoniste. Cependant, vers
la fin des années 1980, il perd son intérêt à la présentation accentuée de la
langue, plus précisément il a exprimé son point de vue par rapport à son
importance, ainsi il se tourne vers de nouveaux domaines.
Dans le troisième chapitre, Drengubiak présente les œuvres de Millet
dans lesquelles il s’interroge sur la figure de l’artiste et ses moyens
d’expression. Cette question est traitée dans la « Petite trilogie noire »
composée de L’angélus, La chambre d’ivoire et L’écrivain Sirieix qu’il désigne
comme une « autobiographie transposée » au rôle important dans la
constitution de l’identité de l’écrivain et la compréhension de la création
artistique. A la fois ce processus est contradictoire car la création est une
activité solitaire, alors meme qu’elle exige l’extraversion. Par conséquent, la
tentative de la réconciliation de ces deux extrémités est vouée à l’échec,
mais cet échec est positif, car il incite l’auteur à faire de nouveaux efforts
artistiques. Malgré ces sentiments contradictoires, ce processus de création
est a priori positif, car l’auteur peut l’achever pour lancer une nouvelle
enquête par rapport à la culture qui l’entoure.
La quatrième partie de l’œuvre est consacrée à l’étude des romans
écrits au tournant du millénaire. Ces livres témoignent de sa conviction
selon laquelle la littérature peut faire renaître les anciennes cultures déjà
disparues. Pour illustrer cette conviction, ses romans (La Gloire des Pythre,
L’Amour des trois soeurs Piale, Lauve le pur) constituant la « trilogie siomoise »
puisent de la matière limousine et se jouent à Siom, une localité fictive,
dont le modèle est Viam, village natal de Millet. Pour lui, la disparation du
monde rural est le prodrome de la fin de la civilisation européenne, ainsi a-
t- on besoin de l’utilisation des mythes prêtant au texte une connotation
d’universalité. Comme la source la plus abondante de la littérature, le
mythe qui contient plusieurs éléments fabuleux (monstres, nymphes,
labyrinthes) devient un récit fondateur ayant des caractéristiques d’ordre

224
intemporelle et universelle.
Dans le cinquième chapitre, Drengubiak analyse les récits les plus
contemporains dans lesquels Millet vise le présent et l’avenir. Embarrassé
depuis longtemps par le danger de la mort de la civilisation et de la culture,
il est convaincu du fait que la langue et la culture sont des entités
inséparables, ainsi la littérature a une importance primordiale dans le
maintien de celles-ci. Le manque des valeurs est présent dans tous les
aspects de la société, y compris la langue, la religion, l’identité, la nation et
les traditions qui entraîne une « barbarie posthumaniste ». Pour lui, ce n’est
que l’esprit critique célébrant la différence, l’originalité et la particularité,
car il est le seul élément capable de contrebalancer la décadence de plus en
plus répandue dans le monde. Par conséquent, dans la confrontation entre
la tradition et la modernité, il opte toujours pour la première qui
représente un niveau moral supérieur.
Le livre de Drengubiak est une lecture intéressante et utile pour tous
ceux qui s’intéressent à la littérature française. Étant donné qu’il transmet
les résultats des recherches approfondies approuvées par les représentants
du monde scientifique, l’ouvrage traitant la vie et l’œuvre d’un écrivain
français contemporain relativement peu connu en Hongrie est digne
d’intérêt.

225
Péter Bereczki

Nature(s)
Kateřina Drsková (éd.), Nature(s), Actes de la XXIIème Université d’été de
l’Association Jan Hus, Opera Romanica, no 15, České Budějovice, 2015, 155
pages.

Rendant hommage au champ sémantique particulièrement large du mot


nature, la publication sous le titre éponyme des communications
prononcées lors de la XXIIème Université d’été de l’Association Jan Hus
(ayant eu lieu entre le 1er et le 4 juillet 2013 à l’Université de Bohême du
Sud de České Budějovice) embrasse une dizaine d’articles axés sur la
notion de la nature dans un contexte pluridisciplinaire qui s’étend sur les
domaines de la philosophie, de l’histoire, des beaux-arts et de la littérature.
Les auteurs (tchèques, français et hongrois) de Nature(s) – représentant le
numéro 15 de la série Opera romanica – nous invitent à un voyge
intellectuel, abordant plusieurs aspects de la notion centrale du colloque à
des époques et dans des cadres différents, se penchant – pour ne citer que
quelques exemples – sur la représentation des paysages chez certains
peintres (à savoir chez Watteau et les peintres de genre du XVIIIe siècle)
et écrivains (chez Rousseau, en particulier), prêtant une attention
particulière à l’impact de la nature sur le dénouement des batailles durant
la Seconde Guerre mondiale, et étudiant quelques-unes des nombreuses
conceptions philosophiques élaborées autour de cette notion.
Dans l’article ouvrant le recueil, Susanne Husson s’interroge sur
l’aspect dernièrement mentionné ci-dessus, à savoir sur le concept
philiosophique placé sous l’égide de la déesse Gaia, mis au point par James
Lovelock en 1979 dans son ouvrage Gaia a New Look at Life on Earth.
Husson se pose des questions sur le statut de cette référence à la divinité
dans la manière dont nous concevons actuellement la nature, prise dans
son sens primaire et le plus large, c’est-à-dire en tant que l’univers
comprenant l’intégralité des choses et des êtres. Lovelock visait par ses
thèses, fort contestées par ses contemporains, à retrouver un contact sacré
avec la nature qui serait émotionnel et – dans le sens strict du mot –
existentialiste à la fois. Partant de l’analyse des références antiques à la
déesse bienveillante, mère de la nature, des hommes et des dieux, passant
par l’étude de l’ouvrage de Lovelock qui réutilise la figure de la divinité
antique pour insister sur le fait que la nature est un « animal sphérique
autarcique » qui défend la vie par une circulation intérieure permettant sa
recréation constante, Husson arrive à la conclusion que de nos jours, le
plus grand danger qui menace cette existence se suffisant à elle-même

227
émane directement de l’homme. Par la suite, Anabela Katreničová étudie
la nature du bien chez saint Augustin et saint Thomas d’Aquin, en attirant
notre attention sur les aspects divergents des deux conceptions. Dans sa
contribution, Ilona Bala se penche sur la question du sublime dans la
représentation de la nature chez Rousseau en examinant le problème dans
le contexte des écrits de Kant et de Burke portant sur le même sujet.
Toujours dans la section consacrée aux perspectives philosophiques
ouvertes par la notion centrale du colloque, Adrián Bene nous invite à une
réflexion sur la place de la nature dans la pensée fondamentalement
anthropologique de Sartre. Dans les écrits tardifs du père de
l’existentialisme, la nature semble assumer le rôle d’ un « moyen de
passage à un niveau ontologique différent » . Adrián Bene conclut que la
nature – loin de représenter un obstacle dans le mouvement dialectique –
« fait partie de la praxis dialectique de l’être humain, c’est-à-dire comme
corps, passivité, expérience vécue de sa facticité et contingence » .
Dans le chapitre consacré à l’histoire, Krisztián Bene analyse la notion
de la nature dans le contexte de la collaboration française durant la
Seconde Guerre mondiale en mettant en avant trois aspects de la question.
Premièrement, il étudie l’influence de la nature (en tant qu’ensemble de
données géographiques caractéristiques pour une région précise) et du
climat sur le résultat des interventions militaires. Ensuite, il se penche sur
l’importance de la connaissance du terrain en abordant le problème de
l’opposition entre nature « naturelle » et nature artificielle, pour terminer
son analyse par l’examen de l’influence foncière que la nature humaine et
les motivations personnelles exercent sur le résultat des combats.
Pour ce qui est des arts plastiques, Katalin Bartha-Kovács analyse le
processus de la transformation du sens des notions « naturel » et
« maniéré » dans les écrits sur l’art des XVIIème et XVIIIème siècles. Avant
le siècle « classique » , l’expression « manière » , emprunté à l’italien, a
souvent été remplacée par d’autres termes comme « goût » , « style » et
« faire » dans les textes théoriques. Batha-Kovács observe un changement
essentiel dans l’emploi de ces termes à partir du XVIIème siècle, où « goût »
commence à s’utiliser d’une façon diamétralement opposée à « manière »
qui prend de plus en plus la signification de factice, « maniéré ». Ce
processus se poursuit au XVIIIème siècle, où « goût » devient – dans un
sens normatif – l’équivalent du « bon goût » , tandis que « manière » prend
une connotation péjorative, signifiant l’absence du naturel dans les
ouvrages. Dans son article, Luca Molnár se tourne également vers cette
période en étudiant la représentation de la nature chez Watteau. Les
jugements portés sur le peintre illustrent bien les constatations de Katalin
Bartha-Kovács : tandis que les critiques contemporains admirent chez
Watteau l’équilibre harmonieux entre le naturel et l’imaginaire, Diderot
critique les tableaux du peintre en se référant au critère du jugement
228
omnipotent du « bon goût » , en disant que Watteau s’éloigne trop de la
réalité.
Suite à cela, introduisant son article par la présentation de l’Académie
royale de peinture et de sculpture fondé en 1648, Erzsébet Prohászka se
consarcre à l’analyse de la peinture de genre au XVIIIème siècle dans
l’optique de la transformation fondamentale de la hiérarchie des genres. La
mutation du public relègue au second plan les genres régnants jusqu’alors
et donne naissance à un art « à la dimension du public » : « Néanmoins,
dès le milieu du XVIIIe siècle, l’expression « représentation de la nature »
commence à reprendre son sens originel et signifier la représentation des
scènes réelles et des actions de tous les jours, dites naturelles ».
Linda Németh, dans la section littéraire du recueil, analyse le motif du
pin dans les textes médiévaux. Cet arbre, dont l’apparition n’est jamais
gratuite dans les écrits du Moyen Âge, représente la proximité à la nature,
considérée comme l’expression de la volonté divine. « Les éléments de la
nature font partie d’un grand ordre cosmique. Ils ont été établis pour saisir
la pensée, la volonté de Dieu. Il s’agit d’une source de connaissance,
remplie de signes, à laquelle il faut faire attention. » C’est aussi dans ce
sens que le motif du pin réapparaît dans la chanson de Roland où il s’allie à
l’idée d’étre élu par Dieu. Dans Le Tristan et Yseut de Béroul, l’image du pin
s’associe au motif de la fontaine pour tirer parti de l’un des topoï récurrents
des auteurs médiévaux. Le motif se charge d’une fonction narrative et sert
comme point de repère dans la présentation des sentiments et des
émotions des héros, de même que dans l’évolution des événements. Par le
choix de ses exemples, Linda Németh nous prouve d’une manière
concluante que la portée symbolique de ce motif se métamorphose de
façon continuelle au Moyen Âge : tandis que dans Yvain de Chrétien de
Troyes l’absence du pin révèle les états d’âme du protagoniste du récit, il
devient dans Le Lai d’Oiselet un indice de la dégradation générale du
monde courtois.
Dans « Formes et couleurs de l’eau naturelle dans l’esthétique
rousseauiste » , Dóra Ocsovai examine un aspect peu étudié de l’œuvre de
Rousseau, à savoir la signification symbolique des couleurs de l’eau, en
nous proposant une interprétation colorimétrique de ce motif dans les
écrits autobiographiques et fictionnels de l’auteur. Ocsovai coclut que :
« Selon notre approche, le concept de la transparence, qui s’attachait au
parallèle du cristal et du cœur de l’écrivain, se trouve renforcé par un
élément également translucide, qui est l’eau, à laquelle Rousseau s’identifie
volontairement à cause de son immutabilité. »
Jana Kantoříková nous introduit dans le dernier article du recueil dans
le débat intellectuel qui s’est développé entre les artistes et critiques d’art
tchèques Miloš Marten et F. X. Šalda en début du XXème siècle au sujet de
la nature en relation avec les notions de la « culture » et de la
229
« civilisation ». « Il s’agissait de la conscience des approches de l’art et de la
nature au XIXème siècle, du sentiment de mécontentement avec la culture
contemporaine, de l’apogée de l’art nouveau et aussi de l’amitié . » L’art
nouveau essayant de réunir l’art et la nature par la réintégration des motifs
naturels et organiques dans l’iconographie engendre, dans le cas de
Marten, le concept de « l’ornement d’esthétisme » qui permet à l’artiste de
s’éloigner de la représentation mimétique. Cette stylisation étudiée plus en
détails par Kantoříková dans le texte en prose intitulé Dans l’allée de
Marten permet à l’artiste d’afficher l’autonomie de l’art : « L’ornement
organique naturel et l’idée de l’ornement signifient en ce cas concret
l’esthétisation pure » .
La diversité des sujets et des optiques dans lesquelles ils avaient été
étudiés par les participants du colloque reflète bien la richesse de la nature,
de même que l’influence multiple qu’elle avait exercé et qu’elle exerce
même de nos jours sur l’homme dans tous les domaines de son existence.

230
Nicolas Catin

Aux tournants de l’histoire. Ruptures et


reconfigurations des relations entre la France et
l’Europe médiane à l’époque contemporaine
En collaboration avec l’Université Nationale de Service Public et
l’Académie hongroise des sciences, le Département d’Études Françaises et
Francophones de l’Université de Pécs organise un colloque scientifique
international dans le domaine des relations entre la France et l’Europe
médiane annuellement depuis 2013. La troisième édition de cet événement
considéré déjà traditionnel a eu lieu le 30 avril 2015 au Centre
Interuniversitaire d'Études Françaises de l'Université Eötvös Loránd. à
Budapest. Cette fois-ci, l’objectif principal du colloque était de poursuivre
ses efforts d'exploration des relations entre la France et l'Europe médiane
à l'époque contemporaine. Pour cette activité commune, le cycle des
commémorations débuté en 2014 et se poursuivant pendant les années
suivantes autour de différents anniversaires d'événements historiques
décisifs du XXe siècle donne une occasion idéale qui permet l’analyse
détaillée des périodes de ruptures et de reconfigurations des relations entre
les deux régions géographiques concernées.
Lors de la session d’ouverture du colloque, M. Dávid Szabó, directeur
du Centre Interuniversitaire d'Études Françaises, a accueilli les participants
de l’événement au sein de son établissement faisant partie de l’Université
Eötvös Loránd de Budapest où la formation francophone est bien
présente depuis des siècles. Il a été suivi par M. Krisztián Bene, directeur
du Département d’Études Françaises et Francophones de l’Université de
Pécs, qui a présenté les antécédents du colloque à partir de l’idée d’une
telle réunion jusqu’à la réalisation des rencontres professionnnelles tenues
en 2013 et en 2014 à Pécs.
Dans la première session scientifique présidée par M. Dávid Szabó,
trois chercheurs renommés des relations franco-hongroises ont présenté
les résultats de leurs recherches. Premièrement, M. István Majoros 1 ,
professeur des universités de l’Université Eötvös Loránd, a examiné les
événements de grande importance liés à des dates marquantes de l’histoire
française dans son intervention intitulée Trois défaites – trois recommencements

1 Spécialiste de l’histoire française des XIXe et XXe siècles, auteur de plusieurs ouvrages
comme par exemple Sedan. A francia-porosz háború 1870-1871 [Sedan. La guerre franco-
prusse 1870-1871] ou Vereségtől a győzelemig. Franciaország a nemzetközi kapcsolatok rendszerében
1871-1920 [De la défaite à la victoire. La France dans le système des relations
internationales 1870-1920].

231
dans l’histoire de la France : 1815, 1870, 1940. Ensuite, M. Zoltán Garadnai2,
archiviste et chercheur des Archives nationales de Budapest, a abordé un
chapitre relativement peu connu des relations franco-hongroises par son
discours portant le titre Les relations franco-hongroises pendant le gouvernement
Antall-Boross entre 1990 et 1994. La troisième conférence (Jacques Chirac et
l’intégration de la Hongrie dans l’OTAN et l’Union européenne) faite par M.
Bernard Lachaise 3 , professeur des universités de l’Université Bordeaux
Montaigne, a constitué une suite logique des sujets traités lors de cette
partie du colloque et a contribué à la meilleure connaissance de la grande
politique réalisée souvent derrière les coulisses.
La deuxième session tenue sous la présidence de M. Majoros a donné
une vision plus large surces relations spéciales. András Hettyey 4 ,
enseignant de l’Université Nationale de Service Public, a évoqué un autre
épisode diplomatique contemporaine dans son intervention de langue
anglaise sur La Hongrie, l’Allemagne et la France après 1990 : les chemins
diplomatiques d’un triangle problématique. La conférence de Edina Vajkai 5 ,
doctorante du même établissement, aborde un sujet actuel, mais d’un
angle totalement différent, car elle s’occupe de la migration entre la France
et la Hongrie (Les mouvements migratoires franco-hongrois et leurs effets économiques
et socio-culturels). Le dernier intervenant de la session, Lech Maliszewski6,
ensignant de l’Université Marie Curie-Skłodowska, a présenté la
contribution d’un militaire français au voyage des militaires polonais vers
l’Europe de l’Ouest après la défaite de la Pologne au début de la Seconde
Guerre mondiale dans sa conférence intitulée Evacuation par évaporisation.
Le rôle du général Louis Faury dans le transfert clandestin vers la France des militaires
polonais internés en Roumanie en septembre 1939.
Dans la dernière session, Adrián Bene 7 , chargé de cours de

2 Spécialiste des relations diplomatiques franco-hongroises, rédacteur d’un recueil de


documents intitulé Iratok a magyar-francia kapcsolatok történetéhez, 1957-1962 [Documents
pour l’histoire des relations franco-hongroises, 1957-1962].
3 Expert de la vie politique française, auteur d’un nombre d’ouvrages, parmi lesquels on

trouve Le gaullisme dans le Sud-Ouest au temps du RPF et Du général de Gaulle à Jacques Chirac. Le
gaullisme et les Français.
4 Spécialiste des relations internationales, co-auteur d’un livre intitulé Szomália: Állami

összeomlás és konszolidációs kísérletek Afrika szarván [Somalie : Chute de l’État et des


tentatives de consolidation sur la Corne de l’Afrique]
5 Doctorante dont les recherches se portent sur les relations migratoires franco-hongroises

aux XXe et XXIe siècles.


6 Expert des relations internationales ayant publié une douzaine d’ouvrages dont par

exemple Louis Faury (1874-1947). Przez chwałę do zapomnienia [Louis Faury (1874-1947. De la
gloire à l’oubli].
7 Spécialiste des relations culturelles franco-hongroises, auteur de tels ouvrages comme A

relativitás irodalma [La littérature de la relativité] et Egyén és közösség: Jean-Paul Sartre Critique de
la raison dialectique című műve a magyar recepció tükrében [Individu et communatué : l’ouvrage

232
l’Université de Pécs, a présenté son sujet multidisciplinaire, Sartre en
Hongrie : une question d'idéologie(s), qui a contribué à la meilleure connaissance
de la réception hongroise de l’écrivain et philosophe français, Jean-Paul
Sartre. Ferenc Dávid 8 , enseignant de l’Université Nationale de Service
Public, a parlé du dernier volume de la série Dialogue portant le titre La
France, les Francais en guerre(s) et l’Europe médiane qui contient les actes du
colloque de la rencontre professionnelle organisée par l’Université de Pécs
tenue en 2014. La dernière intervention est liée au nom de Krisztián Bene9
qui s’est tenue sur un chapitre obscur des rapports franco-hongrois,
notamment sur les relations miltaires entre les deux pays lors de la
Seconde Guerre mondiale (Les relations militaires franco-hongroises pendant la
dernière guerre).
Le troisième colloque organisé autour de la même thématique et tenu
dans une ambiance familiale a certainement enrichi nos connaissances
dans ce domaine intéressant dont plusieurs aspects attendent encore la
découverte scientifique.

Critique de la raison dialectique de Jean-Paul Sartre dans le miroir de la réception


hongroise].
8 Expert des relations internationales, auteur d’une thèse intitulée A magyar katonai

titkosszolgálatok megszervezése [L’organisation des services de renseignement militaires


hongrois].
9 Spécialiste de l’histoire militaire française au XXe siècle, auteur de tels ouvrages comme

La collaboration militaire française dans la Seconde Guerre mondiale et A Francia Antibolsevik Légió a
keleti hadszíntéren [La Légion des volontaires français contre le bolchevisme sur le théâtre
d’opérations de l’Est].

233
Mikó Melinda

Értékek és érdekek
Mozzanatok a francia-magyar kapcsolatok
történetéből a jelenkor kihívásai tükrében
Bene Krisztián, Dávid Ferenc (szerk.), Entre coopération et antagonismes. Les
dimensions des relations franco-hongroises, de l'époque moderne à l'intégration
européenne, Codex, 2014, 165 o.

Bevezetés
Pécsett a Pécsi Tudományegyetem, a Nemzeti Közszolgálati Egyetem és a
Magyar Tudományos Akadémia szervezésében 2013. március 13-án
tudományos konferenciát rendeztek Entre coopération et antagonismes. Les
dimensions des relations franco-hongroise, de l’époque moderne à l’intégration
européenne címmel (Együttműködés és ellentétek. A francia-magyar
kapcsolatok az újkortól az európai integrációig). A konferencián
elhangzott előadások 2014-ben tanulmánykötetbe szerkesztve jelentek
meg francia nyelven. A recenzió a kötet legérdekesebb tanulmányait
mutatja be a jelen politikai-gazdasági kontextus tükrében.
A tanácskozás célja a francia-magyar diplomáciai, katonai, gazdasági
és kulturális kapcsolatok áttekintése volt a XVIII. századtól napjainkig
terjedő időszakban, a legújabb kutatási eredmények alapján. A kötetben a
tanulmányok a témák kronológiai sorrendjében követik egymást.
Magyarország és Franciaország viszonyát hagyományosan
másodrendű viszonylatnak szokás tekinteni a német-magyar
kapcsolatokkal összevetve. Kétségtelen, hogy Franciaország történelmileg
meghatározott európai identitása, amely az európai észak – déli
összekötőkapocs szerepben írható le, sem földrajzi, sem kulturális
értelemben nem érinti Magyarországot. A NATO-ban és az Európai
Unióban közös szövetségi rendszerhez tartozunk, azonban Párizs és
Budapest ma is alapvetően különböző külpolitikai orientációval
rendelkezik. A francia diplomácia EU-n kívüli érdeklődése és érdekei
elsősorban a hozzá közeli Mediterráneum felé irányulnak, míg
Magyarország ilyen irányú külpolitikai prioritásait a tőle keletre és délre
fekvő szomszédos területek jelentik. A két ország diplomáciatörténete
azonban azt bizonyítja, hogy bizonyos korszakokban (pl. a két világháború
között vagy De Gaulle, illetve Mitterrand idejében) Franciaország és
Kelet-Közép-Európa kapcsolatai – még ha a francia-orosz viszonylat
függvényében is – intenzívvé válhatnak.
Napjainkban is fennmaradt tehát a kérdés, hogy a francia-magyar
kapcsolatok tekintetében a történeti vagy a geopolitikai adottságok

235
hangsúlyosabbak, illetve módosíthatók-e, felülírhatók-e a diplomáciai
érintkezés tradicionális alapjai? A konferencia előadásai ezen kérdések
megválaszolásához kívánnak segítséget nyújtani.

Tanulmányok
A konferencia egyik szervezőjeként Bene Krisztián hadtörténeti
témakörben a francia-magyar együttműködés egy különleges példáját
elemzi legújabb kutatásai alapján (Les soldats de la Grande Armée et leur
souvenir à Pécs). A napóleoni háborúk egyik epizódjaként számon tartott
Raab-i, avagy győri csata következményeként kb. ezer sérült francia
katonát szállásoltak el Pécsett és a környező településeken 1809
augusztusától 1810 tavaszáig. A Baranya megyei és a nemzeti levéltári
források rendkívül érdekes képet adnak egyrészt a korabeli háborús
események mindennapjainak hátteréről, másrészt arról a diplomáciai
szokásjogról, amely a csatákban megsérült katonák ellátására vonatkozott.
A megfelelő és méltányos gyógyulási feltételeket a külföldi betegek
számára a pécsieknek akkor is biztosítania kellett, ha ez jelentős anyagi
terhet rótt a városra, illetve ha az ellátás járványveszéllyel járt a lakosságra
nézve. Mindenesetre a Baranyában kezelt francia katonák közül számosan
felgyógyulva Pécsen maradtak és ott alapítottak családot, kialakítva ezzel a
francia-magyar kapcsolatok helyi példáit.
Szász Géza tanulmánya (La Hongrie de l’ère de réformes dans la Revue de
Paris)a francia közvélemény számára megjelenő, a reformkori
Magyarországról alkotott képet mutatja be a Júliusi Monarchia
Franciaországában, a Revue de Paris politikai magazin hasábjain megjelent
írások alapján.
Szász hangsúlyozza, hogy a sajtó által kialakított kép – műfaji
sajátosságaiból és korlátaiból adódóan – szükségképpen torzít, és semmi
esetre sem tekinthető objektív reprezentációnak. Az 1829-es cikk csupán
futólag említi Magyarországot egy virtuális utazás célpontjaként, míg az
1840-es, illetve 1845-ös megjelenésű írások közös vonása, hogy
másodkézből származó, nagyobb részt osztrák eredetű információk
alapján készültek, amely nézőpont természetes módon tükröződik a
leírásokban. Magyarország, mint a bécsi udvar által irányított, mind
gazdasági, mind társadalmi értelemben elmaradott ország jelenik meg,
melynek modernizációját az osztrák kormány próbálja elősegíteni. A
második (1840-es) írás az osztrák-magyar gazdasági kapcsolatok
vonatkozásában használja a gyarmatosítás, illetve a kizsákmányolás
fogalmakat, melyek a magyar elit szótárának szerves részét képezték.
A tanulmány témájának relevanciája a mai magyar közbeszéd
tekintetében egyértelműen látható. A személyes tapasztalatok hiányában
másodkézből és egyetlen forrástól származó információkból építkező
újságírás Magyarországgal kapcsolatban még ma is gyakran jellemzi a

236
francia sajtó legkiemelkedőbb orgánumait is. Manapság a sajtó szerepe a
politikai diskurzus befolyásolásában és az értelmezési keretek
kialakításában megsokszorozódott a XIX. századhoz képest, épp emiatt
tűnik jelentős problémának a francia-magyar kapcsolatok tekintetében,
hogy Magyarország reprezentációja a francia médiában túlnyomóan
negatív.
Majoros István a francia-magyar kapcsolatok szempontjából
legkritikusabb történelmi időszakot, az első világháború és az azt
közvetlenül követő időszak francia külpolitikai törekvéseit tárgyalja (A la
recherche d’une alliance nouvelle, l’Europe centrale et orientale dans les projets français,
1916-22).Az elemzés levéltári forrásokra támaszkodva mutatja be
Franciaország nagyhatalmi diplomáciájának stratégiai irányvonalát. Ebből
egyértelműen kitűnik, hogy Párizs Kelet- és Közép-Európa politikája
egyforma intenzitással fókuszált a Németországhoz, illetve az
Oroszországhoz fűződő viszonyra, a kelet- és közép-európai térség kisebb
államairól alkotott víziók, tervek pedig a francia-német-orosz háromszög
függvényei voltak. A francia diplomáciai jelentésekből kitűnik, hogy Párizs
a békeszerződések aláírása előtt még nem tartotta kizártnak, hogy
Budapestet a német orientációt visszaszorítva a francia érdekszférába
vonja. Majoros rámutat, hogy az ismert okok – IV. Károly visszatérési
kísérlete illetve Edvard Beneš követelése – mellett a bolsevikok
hatalomátvétele és a francia-orosz szövetség megszűnése váltotta ki a
francia külpolitika szlavofil irányváltását Párizs Kelet-Európa
stratégiájában, melynek következménye a Románia, Csehszlovákia és
Jugoszlávia részvételével létrehozott cordon sanitaire volt.
Matthieu Boisdron tanulmánya (Les accords de Bled (1937–1938)már
ezen politikai szövetség, a Kisantant megszűnésének folyamatát mutatja
be. A 30-as évek második felére a növekvő német befolyás
megakadályozására Párizs és a Kisantant államai jelentős erőfeszítéseket
tettek abban az irányban, hogy Magyarországot kivonják a
tengelyhatalmak, különösen Németország érdekszférájából. A
Magyarország, illetve Románia, Csehszlovákia és Jugoszlávia között 1937-
ben meginduló tárgyalásokban Franciaország közvetítő szerepet játszott,
mivel a legnagyobb mértékben érdekeltnek mutatkozott abban, hogy egy
Magyarországgal immár kiegyensúlyozott kapcsolatot fenntartó, de
továbbra is francia érdekeket megjelenítő Kisantant akadályt képezzen
Németország térségbeli ambíciói számára. 1938 augusztusában Bled-ben
hosszas tárgyalásokat követően aláírtak egy egyezményt, melyben a felek
kölcsönös engedményeket tettek: Magyarország lemondott az erőszak
alkalmazásáról a trianoni békeszerződésben tőle elcsatolt területek
kapcsán, miközben de facto engedélyt kapott a békeszerződésben rá
vonatkozó katonai korlátozások feloldására, a magyar kisebbségek
helyzetének rendezése azonban függőben maradt. Az ellentétek rendezése

237
csak látszólagos volt. A diplomáciai források szerint ugyanis Ausztria
annektálását (1938. március) követően Franciaország nem látott már
lehetőséget arra, hogy Magyarországot kivonja a német befolyási övezet
jelentette kényszerpályáról, Budapest pedig már az egyezmény előtt
meghirdette fegyverkezési programját. Németországnak ellenben sikerült
a magyar – kisantant tárgyalási folyamatot kívülről befolyásolni oly
módon, hogy Csehszlovákia elszigetelésével a müncheni szerződést
készítse elő, amely megegyezés gyakorlatilag a Kisantant felbomlását, s a
francia közép-európai érdekszféra teljes felszámolását jelentette.
Érdemes megjegyezni a korszakkal kapcsolatban, hogy a kelet-közép-
európai államok mai viszonya összehasonlíthatatlanul
kiegyensúlyozottabb. Ebben nem elhanyagolható szerepe van az Európai
Unió integráló hatásának, amely már a csatlakozást megelőző és az azt
követő időszakban is az együttműködést ösztönözte az országok között
különösen az etnikai kisebbségeknek – az Unióban is kényesnek számító –
témájában. 2010-et követően azonban a magyar kormány a
szomszédságpolitika tekintetében szemléletváltást vezetett be, amellyel
kapcsolatban a nemzetpolitika kifejezés jelzi a hangsúlyeltolódást. Eddig a
szomszéd országokkal folytatott kapcsolatokban a kisebbségi kérdés
mintegy teherként jelent meg, 2010-től azonban a kormány a határon túli
kisebbségeket új gazdasági és demográfiai potenciálként értelmezi.1
Dávid Ferenc a francia-magyar államközi kapcsolatok egy speciális
szegmensével, a magyar titkosszolgálat működésével foglalkozik az 1940-
es években (Les services de renseignement militaires hongrois et la Franceau début des
années 1940). A második világháború alatt a két ország viszonyát az a tény
határozta meg, hogy Budapest és Párizs nem állt hadiállapotban egymással.
A magyar titkosszolgálatok ezért Franciaországot nem sorolták az első
számú célpontok közé, ugyanakkor a magyar hírszerzés intenzív
tevékenységet folytatott francia területen.
A katonai kapcsolatok, illetve a hírszerzés speciális működési
területévé vált a német táborokból elszökött francia hadifoglyok
magyarországi tartózkodása. Magyarország menedékjogot adott a
területére menekülő francia katonáknak, akik kivételes bánásmódban
részesültek a magyar állam részéről, a német hatóságok folyamatos
rosszallása ellenére is. A magyar vezetés a menekültnek nyilvánított francia
katonák jelenlétét a német befolyás kiegyensúlyozására kívánta
felhasználni. Budapest és a Vichy-kormány jó kapcsolatainak
köszönhetően azon franciák, akik hazájukba szerettek volna távozni, a
budapesti francia nagykövetségen hamis névre kiállított francia útlevélhez
juthattak. A keleti fronton bekövetkező háborús események hatására

1http://www.3szek.ro/load/cikk/66516/nemeth_zsolt:_osszhangot_nemzet-_es_
szomszedsagpolitika_kozott, 2015.07.19.

238
Magyarország a területén tartózkodó francia katonákra, mint egy esetleges
nyugati megszálló erő magjára tekintett. A magyar kormány képviseltette
magát mind a németek által megszállt területen, mind a Vichy-kormány
területén, de diplomatái által igyekezett a kapcsolatot teremteni és
fenntartani a de Gaulle által vezetett Szabad Franciaországgal, illetve az
Ellenállással is.
A háború alatti magyar-francia kapcsolatok tekintetében az 1944
márciusi német megszállás radikális változást hozott. A német hatóságok
az országban tartózkodó francia katonák menekült státuszát
megszüntették, ugyanakkor a magyar hatóságoknak sikerült elérniük, hogy
a többség hamis dokumentumokkal elkerülje a német letartóztatást. 1944
októberét követően, a Szálasi-kormány letartóztatta a francia katonákkal
együttműködő magyar titkosszolgálat vezetőjét, a szervezetet feloszlatta és
Nemzeti Számonkérés néven új hírszerzést állított fel.
Magyarország szerepe a második világháborúban, illetve a magyar
politikai és katonai vezetés felelőssége az események alakulásában jelenleg
is éles viták tárgyát képezi a közéletben, melyek szakmai és politikai síkon
egyaránt zajlanak. A leginkább vitatott terület Magyarországnak
Németországhoz, illetve a nyugati demokráciákhoz fűződő viszonya a
háború alatt. A tanulmány – tényadatokra hivatkozva – jelentős mértékben
árnyalja a magyar fél háborúban betöltött szerepéről alkotott sematikus
képeket: sem az „utolsó csatlós”, sem a németek szorításában
magatehetetlen Magyarország portréját nem támasztja alá. Ellenben
felhívja a figyelmet Budapestnek a legnehezebb körülmények között is
fenntartott nyugati kapcsolataira, különös tekintettel a francia viszonylatra.
Bernard Lachaise tanulmánya a közelmúlt egyik kiemelkedő francia
személyisége, François Mitterrand politikáján keresztül tárgyalja a francia-
magyar államközi kapcsolatokat, bizonyos kitekintéssel a rendszerváltás
előtti, szocialista időszakra is(François Mitterrand et la Hongrie, un nouveau
départ pour les relations franco-hongroises ?).
Mitterrand 1981 és 1995 között töltötte be a francia köztársasági
elnöki pozíciót, s e két hét éves elnöki mandátum különleges történelmi
időszakra esett. A hidegháború és a bipoláris világ felszámolása, a
Szovjetunió és a berlini fal megszűnése, a kelet-közép-európai
rendszerváltások, s nem utolsósorban, az európai integráció
elmélyülésének folyamata mind a francia külpolitika jelentős
hozzájárulásával zajlott le.
Lachaise kiemeli, hogy a 80-as években Mitterrand Franciaországa
nagyra értékelte a szocialista táboron belüli magyar külön út gazdasági-
társadalmi pragmatizmusát, nyitottságát a Nyugat irányában. A Quai
d’Orsay figyelmét nem kerülte el, hogy Budapest sikerének kulcsa a
hatalom és a lakosság között létrejött konszenzus, ami a szovjet blokk
államai között egyedülálló vívmánynak számított. Párizsból talán a

239
valóságosnál harmonikusabbnak látszott a magyar fejlődés, mert a francia
vezetést meglepetésként érte az 1989-es „csodák éve”. A volt szocialista
országok azon igényére, miszerint mielőbb szeretnének a nyugati
szövetségi rendszerek, a NATO és az európai integráció tagjaivá válni,
Párizs – a lassú átmenet híveként – visszafogottan reagált. Mitterrand
víziója az ún. Európai Konföderációról a gyakorlatban a kétsebességes
Európa megvalósulását jelentette volna egy – az akkori 12-ket tömörítő –
belső körrel és egy lazábban kapcsolódó, a volt szocialista blokk
országaiból álló külső körrel. Ami kifejezetten a magyar-francia viszonyt
illeti a rendszerváltást követően, Mitterrand komoly erőfeszítéseket tett az
irányban, hogy Párizs és Budapest kapcsolatai új alapra helyeződjenek,
illetve a szocialista érában kialakított jó viszony új lendületet kaphasson. A
francia diplomácia e kelet-európai politikai offenzívája ugyan nem hozott
áttörést, a francia-magyar gazdasági és kulturális kapcsolatok ellenben
gyors fejlődésnek indultak 1990 után, bár tény, hogy alapvető geopolitikai
adottságokat azóta sem sikerült felülírni, vagyis a francia gazdasági
szereplők jelenlétének aránya Magyarországon nem éri el a németekét.
Erre a gondolatmenetre reflektál Gazdag Ferenc tanulmánya, mely a
jelen politikai kontextusában mutatja be és értelmezi a francia-magyar
kapcsolatokat (2013 – Perspectives sur le paysage boulversé des relations franco-
hongroises). Gazdag a címmel is érzékelteti, hogy Párizs és Budapest
viszonyában egy konfliktusoktól nem mentes szakaszhoz érkeztünk.
Gazdag a tanulmányában a 2010-es magyarországi kormányváltást,
mint belpolitikai, külpolitikai és gazdaságdiplomáciai területen történő
irányváltást elemzi. A jobboldali kormány új orientációját a francia média
különösen negatív felhanggal kezelte. A Magyarországról a francia
közvélemény számára kialakított képhez jelentősen hozzájárult az a
gyakorlat, hogy bizonyos, demokratikus deficitként kezelt témákat a
francia sajtó folyamatosan napirenden tartott, mint pl. a szélsőjobb
térnyerése, a kormányzás autoriter jellege, a politikai ellenfelek elnyomása,
antiszemitizmus. Annak ellenére, hogy a különböző – köztük
mértékadónak számító – sajtóorgánumok több alkalommal téves, nem
ellenőrzött, csupán másodkézből származó információkból kiindulva
közöltek anyagokat, a helyreigazításoknak ritkán biztosítottak helyet.
Gazdag a 2010 óta alkalmazott protekcionista jellegű gazdaságpolitika
magyarázataként a rendszerváltás óta követett neoliberális irányvonal
hiányosságait és az országra nézve hátrányos következményeit mutatja be.
A washington-i konszenzus alapján végrehajtott gazdaságpolitika –
liberalizáció, dereguláció és privatizáció – Magyarországra rövid idő alatt
nagy mennyiségű működő tőkét vonzott, a külföldi tőkeerős cégek
megjelenése azonban a rövid távon érzékelhető hasznok mellett hosszú
távon nehezen kezelhető gazdasági-társadalmi károkat eredményezett:
teljes ágazatok, vállalatok gyors privatizációja a munkanélküliség

240
folyamatosan magas szintjét hozta létre, miközben a gazdaság legfőbb
szektoraiban a külföldi tőke aránya – a magyar gazdaság fejlődése
szempontjából – egészségtelenül magas szintet ért el. Ebben a
folyamatban a francia cégek is jelentős részt vállaltak: a legnagyobb francia
multinacionális cégek kivétel nélkül megjelentek a magyar piacon.
Több mint 20 évvel a rendszerváltás után azt kell megállapítanunk,
hogy a kelet-közép-európai országok, köztük Magyarország gazdasági
teljesítményének konvergenciája a nyugati magállamokhoz képest nem
következett be a szakértők által elvárt mértékben. Erre a helyzetre kívánt
reagálni a 2010-ben megalakult magyar kormány egy úgymond „patrióta”
gazdaságpolitikai iránnyal. Bizonyos szektorokban működő
multinacionális cégek kiszorítása a magyar piacról francia vállalatokat is
érintett, ami érthető módon konfliktusokat idézett elő a két ország
kapcsolatában.
Gazdag Ferenc a tanulmányban arra igyekszik rámutatni, hogy a
francia-magyar kapcsolatokban jelenleg tapasztalható feszültség okai
alapvetően gazdasági természetűek. Ezzel egyetértve a recenzió szerzője
szeretne némi elméleti kiegészítést tenni Magyarország diplomáciai
helyzetére vonatkozóan a Gazdag tanulmányban felsorakoztatott érvek
alátámasztására.
2014 májusától a korábbi Külügyminisztérium nevet a Külgazdasági és
Külügyminisztérium váltotta fel. A külgazdaság fogalmának megjelenítése a
hivatal nevében erőteljes hangsúlyváltást tükröz a gazdasági diplomácia
felé, e terület előtérbe helyezését irányozza elő. A magyar külpolitika
pragmatikus, elsősorban haszonelvű irányváltása olyan gyakorlat, amelyet
nálunk fejlettebb gazdasággal és hosszabb önálló diplomáciai tapasztalattal
rendelkező nyugati államok – például Franciaország – már évszázadok óta
működtetnek saját országuk jobb külkapcsolatai, nagyobb
érdekérvényesítő képessége érdekében.
A téma kapcsán felmerülő diplomáciaelméleti kérdésben, hogy
tudniillik egy ország külpolitikáját milyen mértékben szükséges vagy
érdemes érték alapon, illetve pragmatikus módon irányítani, az új magyar
külpolitikai vezetés egyértelműen a realista iskola képviselőjének
mutatkozik. 2 A KKM jelenlegi megítélése szerint a rendszerváltás óta
követett, a maga korában helyes, de bizonyos értelemben doktriner
jegyeket mutató külügyi vonalvezetés módosításra szorul. A kizárólag
értékelvű, a nyugati liberális demokrácia és piacgazdasági modell, illetve
egyaránt közös politikai és gazdasági érdekek mentén fenntartott külügyi
kapcsolatok mellé fel kell zárkóztatni olyan kapcsolatrendszereket,
melyeket kizárólag a kölcsönös gazdasági előnyök motiválnak, a
nemzetközi gazdaságban ugyanis a nagyobb növekedési potenciál a

2 Lásd bővebben: Kissinger, Henry (2008): Diplomácia. Panem Kiadó Kft., Budapest.

241
Nyugaton kívül található. Ezért a magyar külügyi kapcsolatok
diverzifikálása szükséges a nyugati világon kívüli területek irányában.3
A kormány külpolitikai irányváltását nem csupán pragmatikus
szempontok motiválják, hanem jól láthatóan egy, a nemzetközi
kapcsolatok és a geopolitika tudományának közismert, a globalizáció egyre
intenzívebbé válásával párhuzamosan előtérbe kerülő elméletén,
Wallersteinvilágrendszerekkoncepcióján alapszik.4
Immanuel Wallerstein az 1960-as évektől dolgozta ki a nemzetközi
gazdaságtan és kapcsolatok területén az ún. világrendszerek elméletet. A
világgazdaság alapvető problémájaként az egyenlőtlen fejlődés
jelenségének kialakulását jelölte meg. Alapvetései a következő állításokat
tartalmazzák:
- a modern tőkés gazdaság a kapitalista árutermelés folyamatos
expanziójára épül, amely szükségképpen feltételezi a nemzetgazdaság
feletti entitás – világgazdaság – kialakulását
- a tőkés világgazdaság lényege a munkamegosztás – egyrészt
univerzálisan a tőke / munka, vagyis tulajdon / tulajdonnélküli
vonatkozásában; másrészt földrajzi értelemben is munkamegosztás zajlik a
világ különböző területei között a javak előállítása és a külkereskedelem
kapcsán
- a csere azonban nem egyenértékű, hanem voltaképpen
kizsákmányoláson alapszik, mivel
- a modern tőkés világgazdaság létrejötte óta a profitráta süllyedő
tendenciája jellemző, ami
- szükségképpen regionálisan hierarchikus, egyenlőtlen fejlődéshez
vezet, ahol a régiók földrajzi / gazdasági leképeződéseként a centrum –
félperiféria – periféria – külső aréna viszonyrendszer alakul ki és működik
folyamatosan
- a világgazdaság attribútuma továbbá a ciklikus fejlődés (Kondratyev-
ciklusok), mely egyenlőtlen formában, váltóciklusokként jelenik meg a
centrum – periféria viszonylatban
- a technikai fejlődés központi szerepet játszik a profit süllyedő
tendenciájának megállításában
- a technikai innovációk nemzetköziesedése szükségképpen a modern
világgazdaság végső stádiumához vezet, melynek kétféle kimenetelét
tételezi: vagy egy homogén világtársadalom, vagy a barbárság kora jön el
Wallerstein szerint a globalizáció mai formája valójában nem jelent
radikálisan új minőséget a világgazdaságban, csupán arról van szó, hogy

3 http://2010-2014.kormany.hu/hu/kulugyminiszterium/globalis-ugyekert-felelos-
helyettes-allamtitkarsag/hirek/a-globalis-nyitas-politikaja, 2015.07.19.
4 Lásd bővebben: Wallerstein, Immanuel (2010): Bevezetés a világrendszer elméletbe.

L’Harmattan Kiadó, Budapest.

242
egy több évszázados ciklikus folyamat újabb - talán utolsó - szakasza
érkezett el, mely korszak legalapvetőbb jellegzetessége a fosszilis
energiahordozók, nyersanyagok kimerülése a Földön. Az elméletből
következően Wallerstein a nemzetközi gazdaságban az egyenlőtlenségek
mérséklését tartja a legfontosabb célkitűzésnek.
Ezen rendszer szerint Magyarország a világgazdaságban a félperiférián
helyezkedik el, történelmi időtávra visszatekintve is. Jelenleg az Európai
Unió részeként magában az integrációban is félperiférikus a helyzetünk. A
külügyi vezetés 2010-től magáévá tette ezt a helyzetelemzést, s így a
kormány számára a legfőbb prioritássá vált ennek az állapotnak a pozitív
irányba történő megváltoztatása, ezáltal pedig a félperiférikus helyzetből
adódó hátrányok kiküszöbölése.
Az új magyar külpolitikai doktrína korántsem jelenti azonban
Wallerstein elmélete minden elemének beépítését, fontos pontokon eltér
attól. A világrendszerként működő világgazdaság koncepciójában a
legmeghatározóbb entitások nem az államok/nemzetgazdaságok, hanem a
társadalmak különböző osztályai. Wallerstein szerint a nemzetközi
gazdaságban megjelenő kapcsolatok legmélyebb és legalapvetőbb szintje a
különböző társadalmi osztályok között fennálló érdekellentétek mentén
írható le. Ezzel ellentétben a magyar külpolitika az államot, mégpedig a
nemzetállamot tételezi a nemzetközi kapcsolatok legfőbb szereplőjeként, s
ennek megfelelően erőteljes nemzeti érdekérvényesítő – az uniós
versenyjogi keretek között egyensúlyozó protekcionista - politikát folytat,
adottságaihoz mérten államhatárain kívül is.

Összegzés
Franciaország és Magyarország több évszázadra visszatekintő kapcsolatai
tekintetében ismét olyan időszakhoz érkeztünk, amikor érdemes mérleget
vonni. A két ország mindenkori ambivalens viszonyát jól jellemzi a
konferencia címéül szolgáló mottó: együttműködés és ellentétek.
Figyelembe véve, hogy Párizs és Budapest immár több mint egy évtizede
közös szövetségek tagjai (NATO, EU), megállapítható, hogy történelmi
léptékben mérve a kapcsolatok hosszú távú alapja az együttműködés,
miközben középtávon – eltérő gazdasági perspektívák mentén –
érdekellentétek keltenek feszültséget a két állam között. Az európai
integrációban azonban olyan változások vannak napirenden – az eurózóna
esetleges további intézményes elkülönülésével és mélyebb integrációjával –
, melyek a tagországok egymáshoz való viszonyát jelentősen
átrendezhetik. 5 Ez az időszak fordulópontnak bizonyulhat a francia-
magyar kapcsolatok vonatkozásában is, hiszen ezen elgondolás szerint

5 http://www.theguardian.com/commentisfree/2015/jun/03/europe-france-germany-eu-
eurozone-future-integrate, 2015. 07. 13.

243
Magyarország az Unió külső körébe tartozna, s még ha a Németországhoz
fűződő exkluzív partneri viszony nem is kerülne veszélybe, a
Franciaországgal fenntartott kapcsolatokat bizonyosan negatívan érintenék
az új európai viszonyok.
A kötet tanulmányai különböző történelmi időszakokban többféle
aspektusból világítanak rá a francia-magyar viszony jellegzetességeire: a
geopolitikailag meghatározott negatív mintákra (ellentétes szövetségi
rendszerekben való részvétel) éppúgy, mint azokra a mozzanatokra és
szférákra, melyek a kapcsolatok pozitív irányba mozdítását teszik lehetővé
(személyes és kulturális kapcsolatok, szimpátiák, pozitív országimázs
kialakítása). A téma legújabb kutatási eredményeinek bemutatása
jelentősen hozzájárulhat az aktuális francia-magyar helyzet értékeléséhez, a
megfelelő politikai döntések meghozatalához. Tekintettel arra, hogy a
tervek szerint az Európai Unió alapját Németország és Franciaország
együttműködése jelenti a jövőben is, Magyarország számára feltétlenül
célszerű lenne – a negatív történelmi mintákat felülírva –, hogy
diverzifikálja az Unión belüli szövetségi kapcsolatait, aminek keretében a
hagyományos német orientáció mellé felzárkózhatna a francia kapcsolat.

Felhasznált irodalom
KISSINGER, Henry (2008): Diplomácia. Panem Kiadó Kft., Budapest
WALLERSTEIN, Immanuel (2010): Bevezetés a világrendszer elméletbe.
L’Harmattan Kiadó, Budapest

Internetes források
http://www.3szek.ro/load/cikk/66516/nemeth_zsolt:_osszhangot_nemz
et-_es_szomszedsagpolitika_kozott, 2015.07.19.
http://2010-2014.kormany.hu/hu/kulugyminiszterium/globalis-ugyekert-
felelos-helyettes-allamtitkarsag/hirek/a-globalis-nyitas-politikaja,
2015.07.19.
http://www.theguardian.com/commentisfree/2015/jun/03/europe-
france-germany-eu-eurozone-future-integrate, 2015. 07. 13

244
Rafael Ákos Szabó

Almanach Pro Philosophia


Imre Garaczi, Zoltán Kalmár (sous la direction de) : Pro Philosophia Évköny
2012/2013, Veszprémi Humán Tudományokért Alapítvány, 2015, 156
pages.

L’ouvrage est la version éditée des communications tenues à l’Université


de Pécs lors du colloque organisé par le professeur d’université Róbert
Somos en mars 2012, portant le nom de Relations françaises au sein de la
philosophie hongroise. Le titre peut porter à confusion dans la mesure où en
conséquence directe des obstacles entravant l’édition du recueil d’études,
le public n’a pu recevoir celui-ci en main propre que courant 2015 grâce
aux efforts des éditeurs Imre Garaczi, Zoltán Kalmár et Róbert Somos.
Leur but a été de porter à la lumière les faits témoignant des relations
institutionnels et intellectuels qui s’étaient rattachées à la vie philosophique
sur la scène francophone. Son importance se justifie car «
l’institutionnalisation de l’humanité du pays, et d’un point de vue
générique et de contenu, son développement et fonctionnement ont été
réalisés par le biais de modèles allemands », d’où l’imprécision
caractérisant les influences venues d’autres directions. Pourtant outre le
modèle allemand, celui français ainsi que les travaux des philosophes
originaires d’autres régions francophones ont également eu un impact
significatif sur leurs collègues hongrois, tout comme le prouvent les études
présentées, d’ailleurs celle de Béla Mester en analyse l’importance de
manière même plus poussée en matière d’histoire de l’art. Les écrits de
l’ouvrage n’offrent pas uniquement un aperçu au sein des recherches des
auteurs, mais contribuent aussi à ce que le lecteur non francophone et
présentant de l’intérêt pour la philosophie ait une chance de découvrir la
bibliographie qu’ils ont rassemblée.
Attila Horowicz, en tant que chercheur ayant pour sujet l’histoire de la
pensée matérialiste, analyse l’effet d’Holbach sur les réflexions d’Ignác
Martinovics, et en premier lieu sa philosophie naturelle, abordant la notion
de la force vitale et de la théorie de phlogistique. Le raisonnement de Béla
Mester conduit le lecteur depuis la période éclairée hongroise jusqu’à celle
des réformes. L’étude portant sur le discours de la philosophie hongroise
sur le canon s’y rapportant, sur la structure des institutions et du caractère
publique esquisse les grandes lignes des changements historiques en
partant du point de vue des influences françaises. Ágoston József Bogoly
s’occupe, quant à lui, des phénomènes de l’accueil philosophique tels qui –
grâce au nom de Jenő Péterfy – tissent des liens entre les renvois littéraires

245
de l’esthétique et le positivisme français doublé du néokantianisme. Péter
Zóka effectue ses recherches sur les humanités étatiques françaises dans la
philosophie historique de Bernát Alexander, prenant dans l’ordre
l’importance de Montesquieu, de Taine et de Renan.
Le moine jésuite théologien Ferenc Szabó observe de près le rôle
d’intermédiaire de Valéria Dienes en relation avec l’univers de pensée de
Bergson, et le place par rapport aux manières de penser de Pierre
Theilhard de Chardin et d’Ottokár Prohászka. Suite à la présentation de la
relation professeur-élève entre Bergson et Dienes, c’est sur le lien très
étroit de cette dernière avec la religion catholique que l’auteur se focalise.
Les amitiés entre Bergson et Chardin, et entre Dienes et Prohászka se
rejoignent dans le manuscrit de la philosophe portant le titre
d’Eszméletcsere (littéralement : Échange de conscience), à travers un
dialogue fictif entre Bergson et Prohászka. Considérant ceci d’un point de
vue d’histoire de la philosophie, l’écrit suivant se joint étroitement au
précédent, au sein duquel Adrián Bene analyse la réception hongroise
d’Emile Boutroux, de grande importance au tournant du siècle mais de
nos jours quelque peu tombé dans l’oubli. Ce dernier, ayant eu pour élève
Bergson, à la renommée bien plus grande que Boutroux lui-même,
Durkheim et Blondel, fut le penseur prônant « [la mise au centre de] la
liberté et [de] l’intuition face au physicalisme », membre de l’Académie
Française à partir de 1912, et un an plus tard, celle Hongroise aussi. Sa
réception la plus intense date des années 1910 grâce d’abord au travail de
traduction du jeune Béla Fogarasi. Son importance est due à ce qu’il fut
une des grandes figures de la « nouvelle philosophie scientifique » aux
côtés de Poincaré, Milhaud entre autres. Outre cela, il a eu un rôle
important dans « l’analytique transcendantale, la pensée métaphysique
antipositiviste et le renforcement du néoidéalisme ». En Hongrie en
revanche il allait déjà être oublié quelques années plus tard, alors que « ses
contemporains le considéraient en tant que représentant de choix de
l’esprit français, tout autant en France que dans le monde, incluant les
régions linguistiques allemande et anglo-saxonne aussi. » Cela étant dit, à
partir des années 1920 jusqu’à aujourd’hui, peu se sont intéressés à lui,
bien que entre ceux-là nous trouvons les plus grands historiens de la
philosophie et théologiens comme par exemple József Halasy-Nagy,
Sándor Makkai et József Trikál.
Róbert Somos, directeur de l’Institut d’esthétique et de philosophie de
l’Université de Pécs présente les références françaises apparaissant dans la
philosophie d’Ákos Pauler. Celui-ci d’ailleurs possédait une réception de
son œuvre, lui-même a publié des travaux en français, et avait fait en 1922,
lors du congrès de pédagogie morale de Genève, une communication dans
cette langue, contribuant également au travail de la Commission
Internationale de Coopération, ancêtre de l’UNESCO, en tant que

246
collaborateur de la Société hongroise d’Affaires Étrangères, au sein de
laquelle le français était langue de communication. Ceci dit, au centre de
l’étude ce sont les influences françaises – et en premier lieu de sa jeunesse
– qui figurent : Auguste Comte, Hippolyte Taine et Jean-Marie Guyau,
Henri Bergson. Bien que pour l’élaboration de sa version de l’idéalisme
logique, ce sont les philosophes allemands qui charpentèrent sa pensée,
son repérage théorique de connaissance par contre c’est son séjour
parisien de 1901 qui fut déterminant. Somos révèle les manuscrits non
publiés de Pauler nés à cette époque ainsi que l’influence de Jean-Marie
Guyau, au rôle pionnier, sur ceux-ci et ses écrits esthétiques plus tardifs,
de même que l’impact temporaire de la théorie de l’intuition de Bergson
sur sa métaphysique.
Tibor Szabó, professeur émérite de l’Université de Szeged fournit un
travail semblable sur József Halasy-Nagy. La source principale du
« personnalisme critique » de Halasy-Nagy est l’androcentrisme de la
philosophie française, vers lequel Pascal et Malebranche – certes, d’un
autre aspect que Descartes et ses disciples – convergent aussi. Ceci est vrai
concernant la période des Lumières également, à l’époque de laquelle c’est
D’Alembert qui exerça une influence sur lui, puis plus tard sur le
positivisme de Comte et Taine, et enfin sur la pensée de Bergson ou de
Boutroux. Ces impacts apparaissent généralement de manière directe dans
les analyses et ouvrages en français de Halasy-Nagy.
Szilárd Farkas place la réception hongroise de Kierkegaard au XXème
siècle dans un contexte international, en prenant principalement comme
base comparative l’historique d’influences française. L’étude décortique les
travaux médiateurs de Sándor Tavaszy, Béla Brandenstein, Sándor Koncz
et de bien d’autres également d’un point de vue d’intérêt pour
l’existentialisme.
Les articles qui closent l’ouvrage sont ceux respectivement d’Ildikó
Veres, de Katalin Thiel et de Katalin Virovecz. C’est d’abord la notion
auto-suffisante de Sartre, la conception du vide et de l’intégralité qu’on
confronte aux notions du vide de Károly Böhm et de József Révay – de
manière quelque peu injustifiée et anachronique – vu qu’il n’est question
d’aucun lien véridique. Katalin Thiel révèle les inspirations françaises de
Béla Hamvas, en mettant l’accent sur René Guénon. En dernier lieu, on
découvre les racines de la notion d’ « inversion morale » de Mihály Polányi
remontant jusqu’aux Lumières. Au sein de sa théorie philosophique
construite « sur le savoir personnel » et « sur le savoir tacite », c’est au
scepticisme radical, évolué à partir du rationalisme des Lumières, qu’il
s’oppose.
L’ouvrage dans son intégralité peut être qualifié sans prétention de
travail comblant un vide au sein du discours philosophique, sans pour
autant prétendre à l’exhaustivité, avec un espoir de motiver d’autres

247
recherches à l’avenir, outre le fait qu’il a réussi à donner un survol
informatif et récapitulatif clair de ce réseau communiquant non
négligeable d’historique d’influences.

248
Nos auteurs
Adrián Bene : chercheur en littérature, Université de Pécs.
Krisztián Bene : historien, maître-assistant, Université de Pécs.
Péter Bereczki : enseignant-cherhceur en littérature, Université de Pécs.
Nicolas Catin : chercheur indépendant en histoire.
Miklós Horváth : étudiant, Université de Pécs.
Zsolt Máté : étudiant, Université de Pécs.
Anna Merczel : étudiante, Université de Pécs.
Melinda Mikó : doctorante en relations internationales, Université de Pécs.
Linda Németh : doctorante en littérature, Université Eötvös Lóránd de
Budapest.
Károly Sándor Pallai : chercheur indépendant en littérature.
Katinka Papp : doctorante en littérature,Université de Pécs.
Rafael Ákos Szabó : étudiant, Université de Pécs.
József Krisztián Szalánczi : doctorant en histoire, Université de Pécs.
ISBN : 978-963-429-071-1
ISSN : 2498-7301
Éditeur :
Département d’Études Françaises et Francophones
Faculté des Lettres
Université de Pécs
Éditeur responsable : Tamás Bereczkei
Imprimé par B-Press Digitális Nyomda
Responsable : Tamás Borbély
Format : B/5
2016