Vous êtes sur la page 1sur 92

Moyen Âge

et Renaissance
Antoni Rossell
Caridad Martínez
1,25 crèdits
P00/07007/00202
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 Moyen Âge et Renaissance

Sommaire

Introduction .............................................................................................. 7

Objectifs ...................................................................................................... 9

1. La France médiévale. Plurilinguisme


et traditions littéraires ...................................................................... 11
1.1. Cadre chronologique ........................................................................ 11
1.2. Les premiers textes en langue d’oïl .................................................. 12
1.3. Plurilinguisme ................................................................................... 13
1.3.1. Langue germanique et ancien français ................................. 14
1.3.2. Latin et ancien français ......................................................... 14
1.3.3. Occitan et ancien français ..................................................... 14
1.3.4. Breton, Galois et ancien français .......................................... 14
1.3.5. Plurilinguisme roman ........................................................... 15
1.4. Le système littéraire .......................................................................... 16
1.5. Les thèmes littéraires ........................................................................ 17
1.5.1. La matière ancienne ou classique ......................................... 18
1.5.2. La matière de Bretagne .......................................................... 19
1.5.3. La matière de France ............................................................. 20

2. Les genres littéraires I : Les œuvres de diffusion orale ............. 21


2.1. Textes littéraires, oralité et genres littéraires .................................... 21
2.2. Textes de transmission orale ............................................................ 23
2.2.1. Épique .................................................................................... 23
2.3. Lyrique .............................................................................................. 27
2.3.1. Les trouvères .......................................................................... 27
2.3.2. Rutebeuf (deuxième moitié du XIIIè siècle) ........................... 29
2.3.3. Charles d’Orléans (24 novembre 1394- 4 janvier 1465) ....... 30
2.3.4. François Villon (1431-1463) .................................................. 30
2.3.5. Chansons de toile ou chansons d’histoire ............................ 31
2.4. Le théâtre .......................................................................................... 32
2.4.1. Le théâtre religieux ................................................................ 32
2.4.2. Le théâtre profane ................................................................. 32
2.4.3. Le théâtre du XVè siècle ......................................................... 33
2.5. Narrations brèves : les lais: Marie de France, le lai descort,
le lai arthurien .................................................................................. 33
2.5.1. Marie de France ..................................................................... 34
2.5.2. Lai descort ............................................................................. 34
2.5.3. Lai arthurien .......................................................................... 34

3. Les genres littéraires II : Genres de transmission écrite ........... 35


3.1. Le roman ........................................................................................... 35
3.1.1. Les débuts du roman antique : 1155-1165 ........................... 36
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 Moyen Âge et Renaissance

3.1.2. L’Âge d’Or : 1165-1180 ......................................................... 37


3.1.3. Romans d’amour, d’aventure et exemplaires :
fin du XII è, début du XIII è siècle.............................................. 39
3.1.4. Tradition et innovation : l’usage de la prose
dans un but littéraire (première moitié du XIII è siècle) ......... 39
3.1.5. Roman courtois amoureux et chevalerie
mythique : 1250-1350 ........................................................... 40
3.2. Littérature Allégorique et Didactique ............................................... 41
3.2.1. Les bestiaires .......................................................................... 41
3.2.2. Le Roman de Renart ................................................................ 41
3.2.3. Le Roman de la Rose ............................................................... 42
3.3. L’historiographie .............................................................................. 42
3.3.1. Geoffroi de Villehardouin (1150-1213) ................................ 42
3.3.2. Les Grandes Chroniques de France ....................................... 43
3.3.3. Robert de Clari (1170-1216) .................................................. 43
3.3.4. Jean de Joinville (1225-1317) ................................................ 43
3.3.5. Jean Froissart (1337-1404) ..................................................... 43
3.4. Les Fabliaux ...................................................................................... 43

4. Humanisme et Renaissance .............................................................. 45


4.1. Retour aux sources et modernisation ............................................... 45
4.1.1. Traits fondamentaux de l’époque ......................................... 46
4.2. L’apport de l’humanisme à la langue et à la littérature ................... 47
4.2.1. Une illustration du programme humaniste :
la lettre de Gargantua à Pantagruel ....................................... 48
4.2.2. Le cas de Ronsard .................................................................. 49
4.3. La narration et le dialogue ................................................................ 51
4.3.1. François Rabelais (1483?-1553) ............................................. 51
4.3.2. Les recueils de nouvelles. L’Heptaméron de Marguerite
de Navarre ............................................................................. 52
4.4. La poésie lyrique ............................................................................... 54
4.4.1. Les poètes lyonnais ............................................................... 54
4.4.2. La Pléiade ............................................................................. 56
4.4.3. La poésie des protestants ....................................................... 60
4.5. Le théâtre .......................................................................................... 61
4.5.1. Étienne Jodelle (1532-1573) .................................................. 62
4.5.2. Robert Garnier (1544?-1590) ................................................. 63

5. Montaigne ............................................................................................. 64
5.1. Portrait de l’homme bien habillé mis à nu ..................................... 64
5.1.1. La biographie de Montaigne ................................................. 66
5.1.2. L’autoportrait ........................................................................ 67
5.2. Montaigne et l’art ............................................................................. 70
5.2.1. Le langage et le discours ........................................................ 71
5.3. La leçon de Montaigne ..................................................................... 73
5.3.1. Les maximes .......................................................................... 74
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 Moyen Âge et Renaissance

Résumé ........................................................................................................ 76

Activités ...................................................................................................... 79

Exercices d’auto évaluation ................................................................... 79

Réponses ..................................................................................................... 81

Glossaire ..................................................................................................... 83

Bibliographie ............................................................................................ 84
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 6 Moyen Âge et Renaissance
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 7 Moyen Âge et Renaissance

Introduction

Aborder la littérature médiévale française comme n’importe quelle autre lit-


térature de cette époque, n’est pas une tâche facile. L’archaïsme de la langue
et les si grandes différences de civilisation peuvent déconcerter le public au
premier abord. Mais pénétrer dans ce monde permet également d’assister avec
émerveillement à l’éclosion d’un univers littéraire qui s’affirme en se créant,
et à l’instauration progressive d’une langue, l’ancien français, qui se révèle de
plus en plus apte en tant qu’instrument efficace de communication littéraire.

L’affirmation banale que la poésie et la prose françaises naissent au Moyen Âge


en dit plus que les mots : elle permet de comprendre la dimension d’une litté-
rature qui, telle un arbre, a besoin de racines solides pour se fixer au sol et y
puiser les matières nécessaires à sa nutrition.

Certes la littérature médiévale ne part pas de zéro : la culture antique et la lit-


térature classique la vivifient abondamment, mais elle préserve aussi ses pro-
pres voies d’expression et ses caractères pertinents d’individualité.

La période où elle se déroule est vaste : les historiens la font commencer avec
la chute de l’Empire romain d’Occident (476) et situent sa fin dans la seconde
moitié du XVè siècle. Or ce n’est guère avant le milieu du XIè siècle que l’on
peut parler de “littérature française” de même que la modernité qui se dégage
de l’œuvre poétique de François Villon (1431-1463) n’en exclut pour autant
son caractère typiquement médiéval.

Dans cette littérature, les moyens de transmission en déterminent les caractè-


res et les traits distinctifs : ainsi avons-nous accordé à ce fait l’organisation de
notre étude ; transmission orale et transmission écrite sont les coordonnées
qui permettent d’établir les textes qui seront présentés. La question de la lan-
gue ou plutôt des "langues" reste aussi essentielle pour une approche du cor-
pus littéraire.

Fascinés, nous allons assister aux exploits des héros des chansons de geste, à
l’évolution psychologique de plus en plus nuancée des personnages tant prin-
cipaux que secondaires, à l’épanouissement des intrigues et de la structure ro-
manesque avec Chrétien de Troyes, à l’entrée envahissante de l’imaginaire et
du merveilleux, aux récits de voyages exotiques, à la place accordée à l’aven-
ture et à l’imprévu… et surtout au rôle de choix accordé à l’amour car la doc-
trine de l’amour courtois lui confère tout son poids comme centre de l’univers
littéraire. Bref, au cours de ces siècles la littérature française éprouve une mu-
tation et un renouvellement inouï en même temps qu’elle se sclérose dans cer-
tains domaines.

La Renaissance parachèvera la synthèse des formes et des savoirs médiévaux


avec ceux des temps modernes mais elle va donner naissance à de nouvelles
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 8 Moyen Âge et Renaissance

formes vouées à une longue vie dans la littérature française et elle va en inté-
grer d’autres plus traditionnelles dans lesquelles elle a insufflé un esprit nou-
veau. La langue française, devenue déjà langue du royaume, est capable de
procéder à l’introspection et à l’analyse du moi dans les Essais de Montaigne.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 9 Moyen Âge et Renaissance

Objectifs

La France médiévale. Plurilinguisme et traditions littéraires

1. Décrire les conditions linguistiques et politiques de la naissance des pre-


miers textes en ancien français.

2. Situer la littérature française médiévale par rapport au contexte linguisti-


que et culturel.

3. Décrire et analyser les influences des cultures médiévales de contact sur la


France médiévale.

4. Etablir que la diffusion des oeuvres médiévales se fait dans un contexte va-
riable en fonction de l’oralité.

5. Mettre en évidence le système littéraire fondé sur l’imitation ou l’intertex-


tualité.

6. Présenter les thèmes littéraires les plus importants (matières) qui caractéri-
sent les différents genres littéraires qui ont une incidence sur la multi-cul-
turalité de la littérature française.

Les œuvres de diffusion orale et les genres de transmission écrite

1. Présenter la classification par genres de la littérature française médiévale à


partir de son mode de diffusion, oral ou écrit.

2. Etablir les différences et les points communs entre les différents genres de
transmission orale.

3. Etudier les relations entre la lyrique des troubadours et celle des trouvères.

4. Analyser les circonstances socio-politiques ayant favorisé l’influence de la


lyrique occitane sur la lyrique du Nord.

5. Etablir les différences entre les différentes productions théâtrales en ancien


français.

6. Présentation générale de la production épique française, et plus particuliè-


rement de la Chanson de Roland et de Guillaume.

7. Présentation des œuvres les plus importantes des genres de transmission


écrite à partir de leur contenu thématique.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 10 Moyen Âge et Renaissance

8. Etablir les différences et points communs entre les différents genres de


transmission écrite.

9. Expliquer l’évolution de la matière arthurienne depuis Chrétien de Troyes


jusqu’à la Vulgate.

10. Description des œuvres de Chrétien de Troyes et de sa méthode de créa-


tion littéraire

11. Expliquer l’héritage de thèmes classiques dans le roman français médiéval


ainsi que les méthodes d’adaptation de la matière classique.

12. Panorama des genres littéraires narratifs indépendants du roman.

Humanisme et Renaissance

1. Connaître l’attitude esthétique et morale de l’homme de la Renaissance tel-


le que la littérature française nous la présente.

2. Identifier les genres les plus représentatifs de cette époque, en ce qu’ils ont
de rupture et de continuité.

3. Être capable de lire les œuvres les plus importantes en comprenant leurs li-
gnes de force et en les situant dans leur contexte.

Montaigne

1. Distinguer dans l’œuvre de Montaigne ce qui revient à l’expérience person-


nelle de l’homme et ce qu’il doit d’une part à ses lectures mais aussi aux
idées reçues ainsi qu’à son imagination.

2. Tirer de la lecture des Essais un double profit : la connaissance d’un homme


singulier qui a su détruire les préjugés de son époque et la connaissance de
soi-même.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 11 Moyen Âge et Renaissance

1. La France médiévale. Plurilinguisme


et traditions littéraires

Antoni Rossell

La littérature médiévale française est le premier véritable corpus dans lequel


Langue d’oïl, langue d’oc
une langue romane, la langue d’oïl ou ancien français, présente un ensemble
Sur le territoire français exis-
d’œuvres et de genres qui en soi constitue le premier système littéraire ro- taient au Moyen-Age deux lan-
gues romanes bien
man, récepteur tant de la culture classique latine que d’autres cultures et tra- différenciées : la langue d’oc
ditions médiévales. (occitan) et la langue d’oïl
(ancien français). “Oïl” et
“oc” signifient “oui” et ont
pour étymologie commune le
Si dans le système lyrique l’ancien français doit beaucoup, poétiquement et latin “hoc”. La langue d’oc et
la langue d’oïl sont des langues
dans la forme, à la lyrique occitane, dans d’autres genres ou matières littéraires romanes qui viennent du latin
il a été le précurseur de traditions et de modèles qui allaient être imités tant au au même titre que l’italien, le
portugais, le roumain, le gali-
Moyen Âge que dans la tradition littéraire et la culture occidentales. cien, le catalan ou l’espagnol.

L’Europe médiévale, constituée par un amalgame de langues et traditi-


ons culturelles, a été le germe de la littérature occidentale moderne, et
la littérature médiévale française va donner une cohésion et un modèle
à la littérature médiévale contemporaine en d’autres langues.

Au Moyen Âge, le facteur linguistique n’est pas soumis à l’identification mo-


derne de langue/culture/Etat. La littérature française, par exemple en langue
d’oïl, baigne et cohabite dans un espace pluriel de traditions, langues et orga-
nisations politiques. Les espaces géographiques de l’Europe médiévale étaient
sujets à de constantes variations, fruit du complexe système féodal d’alliances,
pactes, vasselage, et des conflits armés et politiques. Le système féodal mettait
donc en relation des territoires de différentes langues et cultures.

C’est ainsi que le roi d’Angleterre, Henri II le Plantagenêt, en raison de son mariage avec
Aliénor d’Aquitaine, était également seigneur du Poitou et d’Aquitaine, mais aussi vassal
du roi de France. C’est pourquoi la langue de la cour anglaise des Plantagenêts était non
pas l’anglais mais l’ancien français.

1.1. Cadre chronologique

Le facteur chronologique doit faire l’objet d’une réflexion épistémologique pour


le lecteur moderne et pour le chercheur : L’apparition d’un document littéraire
à une certaine date ne permet pas d’affirmer que la littérature commence au mo-
ment de la rédaction du dit document ; en effet ce texte, surtout s’il est de trans-
mission orale, peut avoir existé bien avant, soit dans des documents disparus,
soit dans la transmission orale, puisque grâce à l’ecdotique et aux études consa-
crées aux systèmes littéraires médiévaux nous savons que nombre de manus-
crits ont été rédigés non pas au moment de l’élaboration de l’œuvre littéraire,
mais lorsque l’homme a pensé que la tradition (orale) risquait de se perdre.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 12 Moyen Âge et Renaissance

Le XIè siècle est traditionnellement considéré comme le début de la tradition


littéraire française, mais il convient d’être prudent lorsqu’il s’agit de fixer la
date de naissance de la littérature médiévale française.

Le premier texte dont nous disposons en langue française, c’est les Serments de
Lecture recommandée
Strasbourg, datant de 842, mais il serait absurde de penser que c’est là le début
Michel Banniard (1992).
d’une langue et d’une culture, ainsi que le démontre Michel Banniard ; il exis- Viva Voce. Paris : Institut des
Etudes Augustiniennes.
te une période antérieure, de plusieurs siècles, au cours desquels la littérature
vit oralement, sans que nous puissions déterminer avec précision le moment
de sa naissance. Dans ce contexte la rédaction de textes liturgiques est à con-
sidérer comme un des facteurs dynamisants en langue d’oïl.

Le terme “ante quem” est à situer au XVè siècle, époque à laquelle émergent ou
s’implantent les monarchies nationales, fortement centralisées, qui favoriseront
la langue de la cour au détriment des autres dialectes ou langues de leurs territoi-
res. Cette époque coïncide avec une perte d’intérêt vis-à-vis des transmetteurs
oraux et au déclin de leur prestige social, de même qu’augmente le prestige social
de l’auteur et de son œuvre, ce qui signifie l’abandon de l’anonymat.

1.2. Les premiers textes en langue d’oïl

Si nous superposons la carte des premiers témoignages en langues vulgaires


gallo-romaines et la carte de l’empire de Charlemagne, nous nous rendrons
compte immédiatement d’un fait significatif: dans la majorité des cas ceux-ci
se situent sur ce que l’on pourrait appeler, en utilisant une image géologique,
la faille au long de laquelle se sont produites les grandes fractures qui sont à
l’origine du démantèlement de l’empire carolingien et, plus tard, de la crise de
la monarchie nationale française ; une monarchie qui à partir de 987 (année
où le comte de Paris, Hugues Capet, se fera couronner roi de France) s’identi-
fiera à la dynastie capétienne, au moins jusqu’à la moitié du XIIè siècle, quand
son prestige et sa propre intégrité territoriale seront vigoureusement ébranlés
par les grands seigneurs féodaux.

Comme nous avons signalé plus haut, le plus ancien document français qui soit
parvenu jusqu’à nous est le texte des Serments de Strasbourg, datant de 842. Le
manuscrit proviendrait de la plus méridionale des zones de langue d’oïl, du Sud-
Ouest (Aquitaine septentrionale) ou du Sud-Est (la région franco-provençale).

Les deux autres textes les plus anciens après les Serments sont la Séquence de
Sainte Eulalie (880) et le Sermon de Valenciennes (937-952), provenant tous deux
de la région de Valenciennes, et enfin la Bénédiction de Clermont-Ferrand (mi-
Xè siècle), un petit fragment de la Passion conservé à Augsbourg (dernier tiers
du X è siècle), et surtout l’Alba bilingue de Fleury sur Loire, un texte bilingue de
la fin du VIII è siècle, début du IX è.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 13 Moyen Âge et Renaissance

Il semblerait que les textes en langue vulgaire seraient apparus sur les territoi-
res où l’implantation politique institutionnelle carolingienne a souffert le plus
de transformations, dans les régions qui, depuis la désagrégation de l’empire
romain, ou à peine plus tard, avaient joui d’un fonctionnement autonome,
tels l’Aquitaine ou l’ancien royaume des burgondes. En réalité il s’agit d’une
très vaste frange où circuleront postérieurement textes et influences littéraires
suivant une ligne diagonale sud-ouest/nord-ouest.

Le poème hagiographique français Saint Léger (fin du Xè siècle) est à ce titre


exemplaire: il a été composé au Nord-Est, en terre d’oïl, et transcrit peu après
sur manuscrit à Clermont Ferrand.

1.3. Plurilinguisme

Au commencement de la littérature romane médiévale nous constatons l’existen-


ce de koinès qui répondent à des raisons d’ordre esthétique et de tradition litté-
raire, que ce soit l’ancien français pour les thèmes épiques ou l’occitan et le
galicien-portugais pour les thèmes lyriques, bien que ces langues communes aient
été progressivement substituées par les langues des auteurs littéraires. L’identifica-
tion entre langue et culture nationale n’est pas applicable à la littérature médié-
vale, puisque jusqu’à la fin du XIVè siècle, la localisation et l’usage des langues
littéraires ne coïncide pas avec des limites politiques définies, et c’est aussi le siècle
où les langues romanes perdront à jamais leur cohésion initiale.

La première littérature française évolue dans un environnement pluriel de cul-


Lecture recommandée
tures et de langues. Nous avons déjà noté l’importance et l’influence qu’ont
Mario Alinei (1996). Origine
eu dans la lyrique française la langue et la lyrique occitanes. Le choix d’une delle lingue d’Europa. Volume
I : La teoria della Continuità.
langue qui ne soit pas le latin pour l’expression littéraire et culturelle suppose Bologne : Il Mulino.
une innovation qui défend des modèles sociaux alternatifs à la règle ecclésias-
tique, mais les intellectuels qui utilisent l’ancien français se trouvent limités à
un milieu social aristocratique et féodal, opposé à la culture des villes, innova-
trice quant aux contenus mais qui continue de s’exprimer en latin, qui est au
Moyen-Âge la langue de la culture par excellence. La culture universitaire et
ecclésiastique continue à utiliser le latin comme véhicule de la connaissance
et de la diffusion de sa pensée. En plus du latin et de l’occitan, l’ancien français
cohabite avec une multitude de langues et de dialectes.

Nous entendons par langue d’oïl, ou ancien français, le dialecte de l’Île de Fran-
ce. Mais une grande partie de la première littérature en terre d’oïl est écrite en
d’autres langues telles que l’anglo-normand (Bretagne anglaise), ou le picard. Il
faut ajouter à ce panorama linguistique les langues de contact qui ne sont pas
de tradition romane comme la langue germanique, le breton ou le gallois, cul-
tures dont la littérature française médiévale va assimiler grande partie de la tra-
dition mythique et mythologique, ainsi que des techniques narratives et orales.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 14 Moyen Âge et Renaissance

1.3.1. Langue germanique et ancien français

Le premier texte en ancien français, Les Serments de Strasbourg, est de nature


juridique et il est rédigé en plusieurs langues: il s’agit du serment des fils de
Louis le Pieux et de leurs troupes le 14 février 842, dans lequel Louis le Ger-
main prête serment en ancien français, et Charles le Chauve en langue germa-
nique, contre leur frère aîné, l’empereur Lothaire.

1.3.2. Latin et ancien français

Comme témoignage de la coexistence du latin et de l’ancien français, nous


disposons d’un des premiers textes de la littérature française, une chanson
d’aube de la fin du VIII è siècle, début du IX è siècle, l’Alba bilingue de Fleury sur
Loire, où la première partie du texte lyrique est rédigée en latin, et le refrain en
ancien français. Le manuscrit porte des annotations musicales.

1.3.3. Occitan et ancien français

Phebi claro nondum orto iubare


fert aurora lumen terris tenue
spiculator pigris clamat : Surgite !
L’alba par, tumet mar ; atras sol
poypas abigit miraclar tenebras.

M.L. Meneghetti (éd.) (1997). Le origini delle letterature medievali romanze. Rome-Bari : La-
terza.

Traduction :

L’astre clair de Phébus n’étant pas encore sorti,


l’aurore apporte à la terre une lumière tenue.
Le guetteur lance aux paresseux : Debout!
L’aube paraît, la mer rougeoie, le soleil
se dirige vers la noire forteresse
pour illuminer les ténèbres.

La coexistence de l’ancien français et de l’occitan est fort connue et l’attestent


Jaufré de Bretagne
de nombreux exemples: le troubadour Gaucelm Faidit (1172-1203) a entrete-
Jaufré Rudel, prince de Blaye.
nu un débat poétique (Jauseume, quel vos est semblan) avec le comte Jaufré de
Bretagne dans lequel Jaufré s’exprimait en langue d’oïl et le troubadour en lan-
gue d’oc. Gaucelm Faidit, de son côté, a utilisé l’ancien français pour la chan-
son Can vei reverdir les jardis . Un autre exemple de débat bilingue est Seigner
Coine, jois e pretz e amors, qu’ont tenu Raimbaut de Vaqueiras et le grand seig-
neur et croisé Conon de Béthune (1150-1220).

1.3.4. Breton, Galois et ancien français

On parlait breton tant en Bretagne qu’au Sud de l’Angleterre, sa mythologie et


son bagage légendaire en feront, à partir des ouvrages de traduction et d’adap-
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 15 Moyen Âge et Renaissance

tation d’auteurs comme Marie de France ou bien Wace, une des sources thé-
matiques de la littérature médiévale française avec des thèmes tels que le
mythe d’Arthur ou la légende de Tristan.

Pur ceo començai a penser


d’aukune bone estoire faire
e de latin en romaunz traire ;
mais ne me fust guaires de pris:
Itant s’en sunt altre entremis !
Des lais pensai, k’oïz aveie.
Ne dutai pas, bien le saveie,
ke pur remambrance les firent
des aventures k’il oïrent
cil ki primes les comencierent
e ki avant les enveierent.
Plusurs en ai oï conter,
nes voil laissier ne oblier.
Rimé en ai e fait ditié,
soventes fiez en ai veillié !

«Prologue des Lais de Marie de France», v. 28 à 42. Marie de France. Lais de Marie de
France. Paris : Champion, 1996, édition de Jean Rychner.

Traduction :

C’est pourquoi je commençais à penser à faire une bonne histoire et à la traduire du latin
en roman, mais cela ne me plut guère, car tant d’autres l’avaient entrepris! J’ai pensé aux
lais que j’avais écouté. Je n’ai pas douté, vous le savez bien, que ceux qui les premiers les
commencèrent, le firent pour que l’on se souvienne des aventures qu’ils avaient enten-
dues. J’en ai entendu conter beaucoup, et je ne veux pas les laisser tomber dans l’oubli.
J’en ai mis en rimes et j’en ai dicté, et bien souvent j’en ai veillé!

En terre anglaise, à la deuxième moitié du XIIè siècle, un clerc nommé Thomas


Lecture complémentaire
a rédigé un poème narratif en anglo-normand, entre la chanson de geste et le
John Loth (1913). Les
roman: le Roman de Horn. Le modèle de ce poème a inspiré la version en anglais Mabinogion (2 vol.). Paris :
Fontemoing Éd.
moyen, King Horn. Comme autre influence commune à l’ancien français et aux
langues des îles britanniques, plus précisément le gallois, nous avons les narra-
tions sur le thème du mythe d’Arthur en ancien gallois: les Mabinogion, dont
on conserve plusieurs manuscrits du XIII è et du XV è siècle, ainsi que d’importan- Lectures recommandées

tes traces orales. Selon Loth la tradition galloise aurait influencé le romancier Jeannette Beer (1989).
Medieval translators and their
Chrétien de Troyes, mais il semble également que l’œuvre de Chrétien ait pu craft, éd. Kalamazoo
inspirer les étapes postérieures de la tradition littéraire et orale des Mabinogion. (Michigan) : Medieval
Institute.
Claude Buridant (1983).
On ne peut omettre de souligner l’influence qu’a exercé la littérature arabe sur “‘Translatio medievalis’ :
théorie et pratique
la littérature romane, et en ce qui nous concerne sur la française, ce dont té- de la traduction médiévale”,
moignent amplement les traductions d’ouvrages scientifiques, philosophi- Travaux de Linguistique
et de Littérature, 21, p. 81-136.
ques et littéraires, tant à partir de la littérature arabe elle-même qu’au travers
des œuvres des classiques grecs.

1.3.5. Plurilinguisme roman

L’un des meilleurs exemples de plurilinguisme médiéval est, à n’en pas douter,
la composition lyrique Eras quan vey verdeyar du troubadour occitan Raimbaut
de Vaqueiras. Elle date des années 1197 à 1201, époque à laquelle le trouba-
dour exerçait son activité lyrique à la cour du marquis de Montferrat. Les lan-
gues utilisées dans ce descort, mis à part l’occitan, à la première strophe, sont
l’italien à la deuxième strophe, l’ancien français à la troisième, le gascon (dia-
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 16 Moyen Âge et Renaissance

lecte de l’occitan) à la quatrième et le galicien-portugais à la cinquième; la


sixième et dernière strophe utilise –tous les deux vers– une des cinq langues
du poème, c’est pourquoi elle est plus longue que les autres:

III (strophe en ancien français)

Bell’e douce dame chiere


a vos me doin’e m’otroi
je n’aurai mes joi’entiere
si je n’ai vos e vos moi
molt estes male guerriere
si je muer per bone foi
e ja per nulle maniere
no. m partrai de vostre loi.

VI (dernière strophe)

Belhs cavaliers, tant es car [occitan]


lo vostr’onratz senhoratges “
que ciascun jorno m’esglaggio [italien]
oi me lasso ! que farò “
si cele que j’ai plus de chiere [ancien français]
me tue, ne sai porquoi? “ ”
Ma dauna, he que dey bos [gascon]
ni peu cap Santa Quitera “
e mon corassô m’avetz treito [galicien-portuguais]
e, molt gen faulan, furtado “

Raimbaut de Vaqueiras. The Poems of the Troubadour Raimbaut de Vaqueiras. La Hague,


1964. Edition de J. Linskill.

Traduction:

III

Belle et douce Dame chère,


à vous je me donne et me consacre,
mon bonheur ne sera pas complet
si je ne vous ai et vous à moi,
vous seriez de bien mauvaise guerre
si je meurs de ma bonne foi,
et déjà d’aucune façon
je ne me soustrairai à votre loi.

VI

Beaux chevaliers, tant est grande


votre honorable seigneurie,
que chaque jour j’en frémis.
Hélas que ferai-je
si celle qui m’est la plus chère
me tue, et je ne sais pourquoi?
Madame, par la confiance que j’aie en vous,
et par la tête de Sainte Quitère
vous avez pris mon cœur,
et gentiment parlant, vous me l’avez volé.

1.4. Le système littéraire

Avant l’art d’écrire s’exerce donc l’art de la mémoire, tel que l’ont défini les théoriciens
de l’éloquence, auxquels fait encore écho Thomas d’Aquin dans son De memoria et remi-
niscentia. Au-delà des formes de mémorisation (rythme, rimes, repères, répétitions, for-
mules) le souci de conservation implique la mise en ordre logique, arithmétique ou
géométrique. Ainsi Guillaume de Lorris, classe ses idées par séries de 5 ou 10, ou les ré-
partit en schémas quadrangulaires, facilitant la représentation mentale, mais aussi la fi-
xation dans la mémoire. Il ne fait que reprendre la technique de l’allégorie illustrée dans
le Roman des Ailes, où chaque plume correspond à une notion morale. Ce qu’ajoute l’écri-
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 17 Moyen Âge et Renaissance

ture à ces principes de la mise en mémoire concerne l’expression plus intime, plus sub-
tile, plus profonde de la pensée dans ses rapports avec les mots et les images.

D. Poirion (1994). Ecriture poétique et composition romanesque. Orléans: Paradigme, p. 447.

Le système littéraire médiéval est conçu sur la base de l’imitation, en tant que Lecture recommandée
principe fécond de la création artistique qui n’exclut pas l’originalité. L’imitation J. Meyers (1987). “L’abeille
des classiques ne doit pas être vue comme le symptôme d’une pauvreté littéraire, du matinus”, Revue du Moyen
Âge Latin, T. XLIII, nº 1-2 ;
elle constitue au contraire une technique littéraire qui grâce au bagage du passé janvier-juin, p. 19.

forge une littérature nouvelle sur des bases et des références culturelles solides.
L’imitation vise à revivre la splendeur des auteurs antiques et elle est le moyen de
les dépasser et de progresser dans l’art littéraire. Les auteurs médiévaux sont cons-
cients de la différence existant entre l’imitation créative d’une culture méditée et
assimilée, et la simple imitation purement servile.

La dialectique d’une imitation dynamique et connotative est ce que la critique mo-


derne appelle l’intertextualité ; dans le cas de la lyrique médiévale elle combine
des facteurs tels que la métrique, le texte littéraire et la musique. L’option intertex-
tuelle répond à l’existence d’un public de connaisseurs (initiés ou spécialistes), qui
connaissent les textes antérieurs et qui seront sensibles à un débat métapoétique,
au-delà de la simple lecture des textes. Il s’agit d’un niveau de lecture plus philolo-
gique que poétique, lecture qui ne se limite pas au genre lyrique courtois, mais qui
combine des éléments littéraires d’œuvres et d’auteurs de différents genres, depuis
l’hagiographie, les textes philosophiques jusqu’au roman. Tout ce matériel d’œu-
vres, de thèmes et de genres s’articule à partir de la récurrence des thèmes sur un
point original de la création de l’auteur qui les combine, et où les éléments formels
(lexique, métrique et musique) deviennent indispensables, tant afin de dégager le
sens de l’œuvre littéraire, que pour détecter ou prouver l’imitation intertextuelle.

1.5. Les thèmes littéraires

La littérature en langue d’oïl sera réceptrice et diffusera des thèmes et matières Lecture complémentaire
littéraires. Son influence va s’étendre, outre les territoires de langue romane,
R. Bezzola (Reéd. 1984). Les
aux terres germaniques, scandinaves et aux îles britanniques. origines et la formation de la
littéature courtoise en Occident
(500-1200). Genève :
La littérature française va construire un système littéraire qui va des idéaux de Slatkine.

la courtoisie et de la chevalerie, l’idéologie amoureuse de l’amour courtois, le


corpus allégorique et didactique, jusqu’à la recherche mystique du Saint Graal.
Ce système s’étendra à toute l’Europe à travers les milieux ecclésiastiques et
universitaires, ou à travers les cours féodales par leurs agents de transmission
(jongleurs et troubadours) et par les alliances politiques et les contacts cultu-
rels qu’elles suscitaient.

Les premières classifications littéraires que l’on trouve en langue française ne


sont pas par genres mais par thèmes. Jean Bodel (1165?-1210) dans la Chanson
de Saines, un poème épique du dernier tiers du XIIè siècle distribue les matériels
littéraires contemporains de la façon suivante:
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 18 Moyen Âge et Renaissance

Ne sont que trois matieres a nul home antandant:


De France et de Bretaigne et de Rome la Grant ;
Et de ces trois matieres n’i a nule semblant.
Li contes de Bretaigne son si vain et plaisant ;
Cil de Rome sont sage et de san aprenant.
Cil de France sont voir chascun jor apparant.

Bodel, Jean. La Chanson de Saisnes , vol I. Paris : Droz, 1989, v. 8 à 11, p. 2. Edition d’An-
nette Brasseur.

Traduction:

Tout homme de ce monde ne peut, en ce domaine, connaître que trois matières: celles
de France, de Bretagne (Grande Bretagne), et de Rome, la grande cité ; et de ces trois ma-
tières, chacune est différente. Les récits de Bretagne (Grande Bretagne), eux, sont incon-
sistants, mais agréables, ceux de Rome, nourris de sagesse, sont riches d’enseignement,
et ceux de France sont continuellement vrais.

Traduction d’Annette Brasseur. Texte entre parenthèses d’A. Rossell. Jean Bodel (1992)
La Chanson des Saxons. Paris: Droz.

Pour un lecteur moderne il est évident que la classification n’est pas généri-
que, puisque ces matières couvrent tant le champ du roman comme celui de
l’épique, ainsi que des formes narratives brèves telles que le lai. Avec une vo-
lonté propédeutique et différenciatrice, l’auteur qualifie les matières: les con-
tes de Bretagne sont banals et ludiques, la matière de Rome est instructive et
exemplaire, tandis que celle de France est une matière historique. C’est-à-dire
que la qualification ou caractérisation littéraire de chaque matière ne corres-
pond pas aux genres classiques, sinon qu’elle dépend de sa fonction et nature
propédeutique, instructive ou ludique.

1.5.1. La matière ancienne ou classique

Les débuts de la matière classique se situent en 1135 avec une déclaration de


tradition littéraire du Roman d’Alexandre d’Albéric de Pisançon:

Dit Salomon, al primier pas,


quant de son libre mot lo clas:
“Est vanitatum vanitas
et universa vanitas.”
Poyst lou me fay m’enfirmitas,
toylle s’en otiositas !
Solaz nos faz’ antiquitas
que tot non sie vanitas !

Traduction:

Salomon dit dès le premier passage de son livre, où il fait entendre un glas funèbre: “Vanité
des vanités et tout est vanité.” Alors que la maladie me donne lieu d’être oisif, qu’elle s’en aille,
l’oisiveté ! Et puisse l’antiquité nous donner le sentiment rassurant que tout n’est pas vain!

Edwaed C. Armstrong (1949). The Roman French Roman d’Alexandre. Princenton: Princen-
ton University Press, p. 38. Edition et traduction d’Alfred Foulet.

Dans la matière de Rome, également appelée matière classique, les histoires et


les héros évoluent dans un anachronisme qui, à mode d’exemple, incorpore
le monde antique à la scène médiévale. Les héros parlent, s’habillent et se con-
duisent tels des personnages courtisans. Une des raisons du succès médiéval
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 19 Moyen Âge et Renaissance

de cette matière semble avoir été ce processus d’adaptation. La médiévalisa-


tion des thèmes implique une recaractérisation des héros, portant tant sur les
modes et les goûts médiévaux que sur la morale chrétienne régnante, qui amè-
ne soit à rendre leur conduite exemplaire soit à la condamner.

De Œdipe et du contexte thébain et grec sera tiré le Roman de Thèbes car on y voit l’ori-
gine des rois de France, Énéas (très librement inspiré de l’Énéide de Virgile) devient un
personnage plus préoccupé de questions amoureuses que d’actions belliqueuses ou héro-
ïques, quant au controversé personnage d’Alexandre, dans le Roman de Thèbes il est
montré comme un monarque exemplaire, éduqué aux sept arts libéraux, alors que dans
les autres textes il est présenté comme s’adonnant à la luxure et trop curieux.

1.5.2. La matière de Bretagne

Ci falt la geste des Bretuns


et la lignee des baruns
ki del linage Bruti vindrent.
Fist Mestre Wace cest romanz
(vv. 14859-14866)

Wace. Roman de Brut : Edition I. Arnold, 2 vol. Paris : Société des anciens textes français,
1938-1940.

Traduction:

Ici s’achèvent les exploits des Bretons


et la lignée des nobles
qui descendirent du lignage de Brutus.
Maître Wace a écrit ce roman.

C’est avec ces vers que Wace conclue son Roman de Brut, un texte qui représente
l’union entre le monde antique, la matière classique ou de Rome, et l’univers
d’Arthur, en effet cette œuvre établit une relation entre le petit-fils de Énéas, Brut,
et Brutus qui commence la filiation bretonne qu’il fait arriver jusqu’à Arthur.

Rappelons cependant que la première œuvre à légitimer l’univers breton d’Arthur


a été l’Historia Regum Britanniae de Geoffroi de Monmouth. Concernant la for-
me, le corpus de textes de la matière bretonne touche à plusieurs genres qui vont
du roman aux narrations brèves, en passant par la lyrique, et ses contenus littérai-
res s’étendent jusqu’à l’univers d’Arthur et au roman de chevalerie.

Parmi les romans bretons il convient de citer la légende de Tristan, où le héros


tombe désespérément amoureux de Iseult qui doit se marier avec son oncle, le
roi Marc. Selon les versions, les amants succombent au charme d’un philtre
d’amour, ou bien tombent amoureux avant l’intervention du philtre. Les per-
sonnages utilisent l’ingéniosité, le dépassement de soi et le déguisement pour
se tirer des situations les plus désespérées. À la fin, la mort des amants est l’is-
sue inéluctable d’un amour impossible.

C’est à cet ensemble thématique qu’appartient le corpus arthurien où le mer-


veilleux est associé à une idéologie chevaleresque et à une société courtisane.
La fusion des différents éléments et sa projection idéologique et religieuse ont
constitué une solide matière à partir d’une caractérisation psychologique des
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 20 Moyen Âge et Renaissance

protagonistes bien définie et différenciée, et à partir d’un imaginaire qui pui-


sait tout à la fois dans l’univers mystique et dans le merveilleux littéraire.

1.5.3. La matière de France

C’est dans ce chapitre, qualifié par Jean Bodel de matière historique, que nous
devons inclure les chansons de geste qui racontent les hauts faits et la généa-
logie des rois de France comme Charlemagne et Louis ou de leurs nobles com-
me Roland, Guillaume, Olivier, etc. Nous y inclurons également les narrations
épiques sur les croisades et les gestes des nobles en révolte contre le roi de
France.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 21 Moyen Âge et Renaissance

2. Les genres littéraires I : Les œuvres de diffusion orale.

Antoni Rossell

La répartition par genres, qu’appliquent habituellement à la littérature fran- Hans Robert Jauss (1970).
“Littérature médiévale
çaise médiévale les critiques littéraires répond, ou bien à des critères de tradi- et théorie des genres”,
Poétique, 1 .

tion littéraire classique, et cette catégorisation n’est pas adaptée à la nature de


l’œuvre littéraire médiévale, dont la création et la rédaction sont liées norma-
lement à des critères de transmission, ou bien répond à des classifications par
thèmes ou matières littéraires tel que nous l’avons vu dans la Chanson de Sais-
nes de Jean Bodel.

L’auteur médiéval crée son œuvre à partir de matières et, en fonction du des-
Pour les différentes matières voir le
chapitre 1.5.: les thèmes littéraires.
tinataire ou du milieu où allait être diffusée son œuvre, il lui donnait une for-
me différente, ainsi qu’un contenu plus ou moins exemplaire et suivait des
codes éthiques, sociaux ou religieux en fonction du niveau social ou culturel
du public. Pour cette raison, bien que nous ne renoncions pas à utiliser la ca-
tégorisation des modèles classiques, nous suivrons les critères médiévaux de
matières et de modes de diffusion orale ou écrite des textes médiévaux, étant
donné que ce sont ces catégories qui délimitent la forme et le contenu de l’œu-
vre littéraire médiévale.

La revendication de connaître la manière dont les œuvres seront diffusées


Lecture recommandée
dans la société médiévale est le fruit d’une nécessaire approche du milieu ré-
Paul Zumthor (1987).
cepteur afin de déterminer si le contexte social va conditionner ou non la for- La lettre et la voix de la
“littérature médiévale”. Paris :
me ou le contenu du texte littéraire, d’où l’importance qu’a pris ces dernières Éd. du Seuil.
années l’étude de la littérature orale. Paul Zumthor pose la question de l’inci-
dence de l’émission/réception directe sur l’œuvre littéraire ; et sa répercussion
sur les recours de composition littéraire, il analyse les formes de la littérature
médiévale à travers le prisme de l’oralité, indépendamment de l’écrit, en se
centrant sur le contexte et sur l’œuvre, et en s’intéressant à l’oralité en tant
que procédé antérieur à l’écriture, circonscrit à la performance ou représenta-
tion orale-théâtrale.

Les auteurs qui viendront rompre avec le schéma de composition lyrique et de


l’oralité seront Rutebeuf et François Villon ; tous deux, avec une nette réaffir-
mation du «je» individuel, ont posé les bases de la littérature moderne.

Lecture complémentaire
2.1. Textes littéraires, oralité et genres littéraires
M. de Riquer (1957).
“Epopée jongleresque à
Martí de Riquer disait que lorsque nous lisons une chanson de geste nous com- écouter, épopée romanesque
à lire”, La Technique littéraire
mettons une infidélité envers un genre qui exige un public d’auditeurs et que des chansons de geste, p. 75.
Liège.
la narration soit récitée.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 22 Moyen Âge et Renaissance

C’est une affirmation que personne ne discute, et qu’il faut bien comprendre : les
récitations des chansons de geste romanes, tout comme la lyrique ou le théâtre,
dans leurs représentations publiques et lorsqu’elles étaient transmises oralement,
étaient chantées. L’oralité est présente dans différentes cultures indépendamment
de leur tradition, et elle est donc une manifestation des systèmes cognitifs hu-
mains lesquels développent des techniques pour la production et l’assimilation
d’information.

«Selon l’opinion la plus répandue chez les ethnologues, le trait constant et peut-être uni-
versellement définitoire de la poésie orale, est la récurrence de divers éléments textuels:
“formules”, certes mais, plus généralement, toute espèce de répétition ou de parallélisme.
Aucun de ces procédés n’est le propre, exclusif de la poésie orale: Jakobson voyait en eux
le fondement de tout langage poétique. Il n’empêche qu’un lien étroit, et sans aucun
doute fonctionnel, les attache à l’exercice de la voix. Mais au niveau profond où se cons-
tituent les propriétés de la parole vive (par opposition à l’écriture), c’est toute narration
qui spontanément est répétitive»

P. Zumthor (1983). Introduction à la poésie orale . Paris, p. 119.

Dans la littérature médiévale française, il existe des textes destinés à être lus et
d’autres qui s’interprétaient en public au travers de registres musicaux. Cepen-
dant, nous ne pouvons oublier que ces œuvres sont arrivées jusqu’à nous par
la tradition manuscrite. La perméabilité entre les genres a été constante entre
l’épique, la lyrique, le théâtre et les narrations brèves (lais), pour les genres de
diffusion orale, et le roman, la littérature allégorique, l’historiographie et les
fabliaux, pour les genres de diffusion écrite.

Genres de diffusion orale: épique ou chanson de geste


lyrique
théâtre
narrations brèves

Genres de diffusion écrite: roman


littérature allégorique et didactique
historiographie
fabliaux

Si l’interaction entre genres est importante, elle l’est aussi entre l’oral et
l’écrit ; en effet, un genre considéré comme écrit, tel le roman, était lu à hau-
te voix dans le milieu courtisan, et avait donc une réception orale bien qu’il
soit de transmission écrite. Nous savons aussi que les troubadours (ou trou-
vères) envoyaient des textes lyriques à leurs destinataires par écrit sur papier
ou parchemin.

Étant donné qu’à l’intérieur de chaque genre il existait des sous-genres avec
leurs règles propres, et que de ces différents sous-genres il ne nous est parvenu
qu’une seule œuvre, il est impossible de savoir si nous avons affaire à une pro-
duction unique ou à un témoignage unique d’un ensemble d’œuvres plus vas-
te. C’est pourquoi, sous le paradigme de textes de transmission orale et textes
de transmission écrite, nous présenterons les œuvres les plus importantes de
la littérature médiévale française.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 23 Moyen Âge et Renaissance

2.2. Textes de transmission orale

2.2.1. Épique

“Perçue à tout moment de l’histoire d’une culture donnée comme le texte fondateur de
cette même culture, l’épopée est la forme symbolico-littéraire correspondant à la phase
de territorialisation d’une communauté linguistique et qui se manifeste à travers un état
de langue portant les marques essentielles de la «naissance». [...] Ayant repéré dans cer-
taines conditions anthropologiques externes les origines de l’apparition de l’épopée, ay-
ant vérifié que ces conditions se trouvent réfléchies sur un mode symbolique dans les
textes, ayant passé en revue les problèmes que posent les modes de transmission, de cy-
clisation, de résurgence, les exceptions et les déviations, nous voici en mesure de po-
ursuivre l’élaboration de notre définition par l’addition à ce que nous avons déjà
proposé, de cette seconde séquence: l’épopée est le récit d’une action héroïco-guerrière
se déroulant sur le double plan de l’histoire et de la fiction; elle est composée d’un tryp-
tique où chacun des trois niveaux oppose des forces, le premier, de nature globale, le se-
cond, de nature sociale, le troisième, de nature existentielle; ce dernier niveau fait
apparaître la figure du couple épique duquel émerge en fin de compte l’individualité sin-
gulière du héros titulaire. Complément: il n’est qu’une épopée par communauté
linguistique; mais la «matière épique» peut se prolonger pendant de longs siècles à tra-
vers une production appelée «cycles épiques». Ces cycles se trouvent contaminés par les
traits spécifiques d’un autre genre littéraire, le plus souvent le roman.”

J.-M. Paquette ; Juan Victorio (dir.) (1987). L’Épopée. Turnhout: Brepols (Typologie des
Sources du Moyen Âge Occidental, 49). Typologie, p. 25 et p. 34 à 35.

L‘épique française également appelée Chanson de geste (selon les interpréta-


tions, qui chante les gestes des héros, ou bien le ménestrel accompagne son
chant d’une représentation gestuelle) apparaît vers la moitié du XI è siècle dans
le Nord-Est de la France. La majorité se fonde thématiquement sur des histoi-
res préexistantes, à partir d’anciennes cantilènes: Gormont et Isembart , ou sur
des amplifications de thèmes d’origine cléricale tels les plus anciens du cycle
de Guillaume d’Orange ou le Pèlerinage de Charlemagne, sur des traditions
orales particulières à une zone géographique: le Girard de Roussillon, ou sur des
narrations de lignage: le Raoul de Cambrai.

Nous pouvons établir deux époques d’évolution esthétique pour le genre épi-
que. La première va du XI è siècle à la moitié du XIIè siècle ; elle est caractérisée
par l’anonymat de l’auteur, la région de composition est sans aucun doute
française et la forme prédominante est le décasyllabe, pour la plupart avec la
césure épique (6+4).

Epique occitane

Robert Lafont postule l’existence d’un atelier de composition épique aquitain, propre
donc à la culture occitane. L’hypothèse est doublement intéressante si nous pensons
qu’un des romans les plus originaux de la culture occitane, le Roman de Flamenca ( XIIIè
siècle) est rédigé à partir de matériels littéraires occitans et, surtout, français, ce qui
montre le degré de perméabilité existant entre les deux cultures et leurs littératures.

Robert Lafont (1991). La Geste de Roland. L’Épopée de la Frontière. Paris: L’Harmattan.

La seconde époque s’étend de la moitié du XII è siècle au XIVè siècle, l’auteur y


revendique une reconnaissance littéraire, en tant que professionnel des lettres
–généralement c’est un trouvère– et il a une formation courtisane, et la forme
prédominante est la laisse de vers alexandrins (6+6 syllabes) sans doute prove-
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 24 Moyen Âge et Renaissance

nant de l’ancien roman. À la fin du XIIè siècle, Bertrand de Bar-sur-Aube décrit


les différents thèmes épiques qu’il divise en trois cycles:

N’ot ke trois gestes en France la garnie ;


Dou rois de France est la plus seignorie La forme de la laisse...
et l’autre apres, bien est droit que le die,
est de Doon a la barbe florie, ... serait une évolution strophi-
cil de Maience qui tant ot baronie que des chansons de vies de
laisse: n.f. Saints, ce qui expliquerait les
la tierce geste, qui molt fist a preisier, similaritudes métriques musi-
cales et thématiques des deux
fu de Garin de Monglane le fier
répertoires; ce qui n’exclut pas
une possible influence dans la
Traduction: forme des gestes des anciens
peuples indoeuropéens, sur-
Il n’y a que trois gestes en France la bien pourvue, tout des germaniques.
celle des rois de France est la plus noble,
et la suivante, il est juste que je le dise,
est celle de Doon de Mayence
à la barbe fleurie
qui fut si noble seigneur;
la troisième geste, qui fut fort appréciée
fut celle de Garin de Monglane, le fier seigneur.

Bertran de Bar-sur-Aube. Girart de Vienne. Dougherty ; D.M. et E.B. Barnes (éd.) (1966). La
Geste de Monglane. III : Girart de Vienne. Eugene: University of Oregon Press.

Ces trois cycles sont donc celui de la Geste du Roi ou des rois de France, dont
le héros central est Charlemagne à qui nous ajouterons Roland; le cycle de la
Geste de Garin de Monglane, qui a pour principal héros Guillaume d’Orange,
et la Geste des rebelles ou de Doon de Mayence. Il convient d’ajouter à ces
cycles ceux des croisades et des chansons de geste tardives.

L’épique médiévale française

Geste du Roi et cycle de Roland

La Chanson de Roland. Chanson, original de 1100.

Pèlerinage de Charlemagne. Copie unique du XII Ième siècle ou début du


XIV ème , certainement copie d’un manuscrit
du X IIème siècle. Thème comique.

Chanson des Saisnes. De Jean Bodel d’Arras (entre 1165-1210).

Fierabras. Fin du XI Ième siècle.

Geste de Garin de Monglane

Chanson de Guillaume. Vers 1140.

Charroi de Nîmes. Mi-X II ème siècle.

La Prise d’Orange. Fin du XI Ième siècle.

Geste de Garin de Monglane. XII Ième siècle.

Girart de Vienne. De Bertrand de Bar-sur-Aube, vers 1180.

Geste des rebelles

Raoul de Cambrai. Dernier quart du X IIème siècle.

Gormont et Isembart. Fragment, vers 1130, probablement copie


d’une chanson antérieure, fin du X Ième
siècle.

Chanson de Girart de Roussillon. Chanson du XII ème siècle.


© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 25 Moyen Âge et Renaissance

Autres cycles
ème
Doon de Mayence. XII I siècle.

Fin du XI Ième siècle/ début du ème


Gui de Nanteuil. X III .

Ami et Amile. Chanson de geste et récit hagiographique,


vers 1200.

Cycle des croisades

Premier cycle ( XII -XIII ème siècle)

Chanson d’Antioche. Fin du XIIème siècle.

Chanson de la conquête de Jérusalem. Fin du XIIème siècle.

Second cycle (refonte du XIVème siècle et suivants)

Le Bâtard de Bouillon. Première moitié du X IVème siècle.

Chevalier au Cygne et Godefroi de Bouillon.

La Chanson de Roland

La Chanson primitive daterait des environ de 1100. Le manuscrit le plus ancien


est celui d’Oxford, écrit en anglo-normand au XII è siècle et signé par un certain
Turoldus, que divers spécialistes considèrent comme l’auteur. Elle raconte l’his-
toire de l’expédition de Charlemagne et de ses douze preux en Espagne et le siè-
ge de Saragosse. À son retour en France, Charlemagne conseillé et trahi par
Ganelon, un de ses nobles, laisse l’arrière-garde aux douze preux, dont Roland
sera le héros principal. Pour préserver son orgueil Roland se refuse à demander
de l’aide à Charlemagne, et mène l’arrière-garde, et tous les nobles qui la com-
posent, à une mort héroïque et à la défaite totale, non sans avoir auparavant mis
en déroute l’armée païenne. Historiquement datée de 778, l’histoire véritable a
été complètement transfigurée, et ce qui au départ n’était qu’une embuscade,
devint un épisode emblématique du sacrifice pour la foi chrétienne:

“Seignurs baruns, Carles nus laissat ci ;


Pur nostre rei devum nus ben murir.
Chrestientet aidez a sustenir !
Bataille avrez, vos en estes tus fiz,
kar a voz oilz veez les Sarrazins.
Clamez vos culpes si preiez Deu Mercit !
Asoldrai vos pur voz anmes guarir.
Se vos murez, esterez seinz martirs ;
sieges avrez el greignor pareïs.

Chanson de Roland, v. 1128-1135

Traduction:

Seigneurs barons, Charles nous a laissés ici ;


Pour notre roi nous devons bien mourir.
Aidez à soutenir la chrétienté!
Vous aurez la bataille, vous en êtes bien assurés,
car de vos yeux vous verrez les Sarrasins.
Confessez vos péchés, demandez pitié à Dieu ;
je vous absoudrai pour sauver vos âmes.
Si vous mourez, vous serez de saints martyrs,
vous aurez des sièges au plus haut Paradis.”

La Chanson de Roland. Paris : Bordas, 1969, p. 100-101.


Edition et traduction Moignet.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 26 Moyen Âge et Renaissance

Dans la matière de France, le héros est un personnage plongé dans un univers


féodal, de guerre et de conquête. Il est souvent accompagné d’un autre héros,
dont les vertus et idiosyncrasies viennent en contrepoint, et ce couple arrivera
même à être le protagoniste d’autres cycles. Cette opposition de tempéra-
ments est parfaitement caractéristique chez les deux héros principaux de la
Chanson de Roland, Roland et Olivier :

Oliver est sage, Rollant est proz

Traduction:

Olivier est sage, Roland est valeureux.

La chanson de Roland. Paris: Bordas, 1969, p. 97-99. Edition et traduction Moignet.

La Chanson de Guillaume

Guillaume d’Orange est le héros asocial qui, tel le Cid et tant d’autres héros
épiques, va à l’encontre des lois et des normes établies, et dans son cas, en rai-
son d’une injustice commise par le roi en ne reconnaissant pas ses mérites. La
célébrité et la popularité de la chanson de geste qui porte son nom ont dépassé
celles de Roland et Charlemagne. Il faut remarquer le décalage culturel sym-
bolisé par l’origine méridionale du héros et de ses compagnons vis-à-vis de la
culture du Nord, d’oïl. Il semblerait que Guillaume d’Orange, en tant que per-
sonnage littéraire, aurait pour origine un comte de Toulouse qui a combattu
les Sarrasins près de Narbonne vers 793. Guillaume se caractérise physique-
ment par un nez coupé ou camus.

Plaist vus oïr de granz batailles e de forz esturs


de Deramed, uns reis sarazinurs,
cun il prist guere vers Lowis, nostre empereür?
Mais dan Wuilame la prist vers lui forçur,
tant qu’il ocist el Larchamp par grant onur.
Mais sovent se cunbati a la gent paienur,
si perdi de ses homes le meillurs,
e sun nevou, dan Vivien le preuz,
Pur qui il out tut tens al quor grant dolur.
Lunesdi al vespre.
Oimas comence la chançun d’Willame.

Traduction:

Voulez-vous entendre le récit de batailles puissantes et de dures mêlées,


l’histoire de Deramé, un roi sarrasin,
et celle de la guerre qu’il commença contre Louis, notre empereur?
Mais sire Guillaume lui répondit avec plus de puissance,
jusqu’au moment où il le tua en Larchamp, y trouvant grand honneur.
Ses luttes contre les païens furent innombrables,
et il y perdit les meilleurs de ses hommes,
jusqu’à son neveu, sire Vivien le preux,
dont la mort lui causa pour jamais une douleur profonde.
Lundi au soir.
Maintenant commence la chanson de Guillaume.

Anonyme. La Chanson de Guillaume. Paris : Classiques Garnier Bordas, 1991.


Edition et traduction François Suard.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 27 Moyen Âge et Renaissance

2.3. Lyrique

2.3.1. Les trouvères

Pour une mentalité médiévale, la distinction que nous faisons aujourd’hui en-
tre troubadours et trouvères serait parfaitement injustifiée. Aux temps où flo-
rissait la lyrique courtisane, cette distinction était dénuée de sens, puisque la
seule chose qui différenciait les poètes courtisans du Nord de ceux du Sud de
la France était la langue, et non l’activité lyrique en soi.

Troubadours et trouvères

Les auteurs du Sud que nous nommons aujourd’hui troubadours, s’auto-désignaient tro-
baire, du cas sujet de la déclinaison médiévale, et trobador à l’accusatif. Ceux du Nord
utilisaient, en ancien français, trouvère pour le cas sujet et trouveor à l’accusatif. Alors
que pour le Sud on a conservé l’accusatif, et on dit troubadour, comme cela est la règle
dans les langues romanes, on appelle les poètes du Nord par le cas sujet, trouvère, et non
trouveor en accusatif, ce qui serait sa dérivation naturelle. Cela démontre que la dénomi-
nation trouvères a été forgée artificieusement à l’époque moderne et qu’elle ne répond
pas à une distinction médiévale.

La lyrique des troubadours va s’étendre rapidement au Nord. Un des facteurs


qui ont contribué à cette expansion ont été les croisades, qui favorisèrent les
contacts entre chevaliers du Nord et chevaliers du Sud et la mise en commun
de leur bagage culturel, dans ce cas lyrique, sans oublier les voyages et les con-
tacts qu’établirent les troubadours et jongleurs occitans avec le Nord.

L’aristocratie et ses alliances familiales et matrimoniales va également contri-


buer à cette expansion. Le mariage qui a eu le plus d’influence est peut-être, à
cet égard, celui d’Aliénor d’Aquitaine et de Louis VII de France en 1137. Alié-
nor était la petite-fille du premier troubadour dont on conserve l’œuvre,
Guillem IX, duc d’Aquitaine et comte de Poitiers. Le père d’Aliénor, Guillem
X, avait été le protecteur des troubadours, ce qui a contribué à ce qu’Aliénor
soit éduquée dans une atmosphère courtoise.

Nous entendons par courtoisie un ensemble de normes de comportement qui sont un


modèle éthique pour une société raffinée, qui s’affronte souvent à la hiérarchie religieu-
se, et qui ne suit donc pas les normes de celle-ci. Dans la société aristocratique médiévale
le mariage était régit par des contrats sociaux et politiques, étrangers à la volonté des con-
tractants et fort éloignés de leurs sentiments, et c’est dans ce fait que l’on a voulu voir la
popularité qu’a eu, dans la société courtisane et dans sa manifestation lyrique, le thème
de l’adultère. La courtoisie avait pour normes: la chanson, l’objectif ludique, la joie, la
fête, la distraction, la bonne éducation, la générosité dont on se targue –patrimoine et
obligation de tout noble, qui se définit et se distingue comme tel-, l’honneur –sur lequel
se fonde toute dialectique de reconnaissance et de pouvoir-, le mérite –ensemble de qua-
lités propres à la noblesse courtisane-, l’amour loyal, référence plus physique qu’intellec-
tuelle à un amour qui a dans son corollaire du plaisir et du contact physique un de ses
objectifs incontournables.

Les quinze années où Aliénor sera reine de France sont probablement la pério-
de où la poésie du Sud a le plus influencé celle du Nord.

Après l’annulation de ce mariage en 1152, Aliénor épouse Henri d’Anjou,


duc de Normandie, qui deux ans plus tard deviendra également roi d’Angle-
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 28 Moyen Âge et Renaissance

terre. La cour de la reine était fréquentée par des troubadours occitans de


grand renom tel Bernart de Ventadour. Aliénor d’Aquitaine a transmis son
enthousiasme à l’égard de la lyrique courtisane à ses fils, dont Richard
« Cœur de Lion » (deuxième moitié du XIIè siècle et roi d’Angleterre à partir
de 1189) également désigné comme Oc et non, « l’indécis», auquel on attri-
bue deux compositions lyriques, dont une à la fois en ancien français et en
occitan, Ja nus hons pris ne dira sa raison , contant sa captivité en Autriche en
l’attente que ses amis réunissent la rançon qu’exigeait pour sa libération
l’empereur d’Allemagne, Henri VI.

L’influence sur la littérature médiévale, plus précisément sur la lyrique courti-


Expansion de la lyrique
sane, du mécénat des deux filles du premier lit d’Aliénor: Marie et Aélis, res- courtisane du Sud

pectivement comtesses de Champagne et de Blois, a été plus importante Les différentes adaptations/imi-
tations en ancien français de la
encore. Il semble qu’Aélis aurait inspiré le trouvère Gautier d’Arras, mais Ma-
poésie occitane du troubadour
rie, entre les années 1159 et 1198, a favorisé à sa cour de Champagne l’appa- Pistoleta (...1205-1228...), Ar
agues eu mil marcs de fin argen,
rition de la première lyrique courtisane du Nord, en donnant sa protection à où le troubadour explique tout
ce qu’il ferait s’il était riche, en
Chrétien de Troyes (...1160-1185), auteur de “roman” et premier trouvère sont un bon exemple.
pour avoir écrit deux chansons courtoises. D’autres trouvères ont été les pro-
tégés de Marie de Champagne: Conon de Béthune (deuxième moitié du XIIè
siècle) et Gace Brulé (...1159-1212), un chevalier de la petite noblesse auteur
d’une œuvre authentifiée de soixante-dix-huit compositions, presque toutes
d’amour. La cour de Champagne est devenue le plus important centre d’acti-
vité poétique du Nord de la France au cours du dernier tiers du XII è siècle ; elle
était également fréquentée par des troubadours occitans tel Rigaut de Berbe-
zilh. Ainsi donc l’expansion de la lyrique courtisane du Sud commence à ap-
paraître au Nord à la fin du XIIè siècle se multipliant au cours du XII è siècle
comme l’attestent tant les textes lyriques eux-mêmes que les documents his-
toriques.

Bien que les influences des troubadours sur les trouvères soient évidentes,
l’œuvre de ces derniers se différencie par l’absence de poésie hermétique (tro-
bar clus) et de poésie précieuse (trobar ric) et par l’absence des concepts fon-
damentaux de la rhétorique courtoise comme celui de «joi». Cette influence
est à un certain moment devenue mutuelle, puisque les troubadours adapte-
ront des thèmes et des formes inspirés du Nord. C’est le cas de Gaucelm Faidit
qui applique des structures métriques de tradition française, surtout à partir de
l’œuvre du trouvère Gace Brulé.

Influence mutuelle

Dans la chanson Pel messagier que fai tan long estage, (c.1190), Gaucelm Faidit, s’inspire
du texte et de la mélodie de Gace Brulé: Tant m’ai moneit force de segnoraige (c.1186), à
l’époque où ils coïncident à la cour de Jofré de Bretagne. Bernart de Ventadour établira
de son côté des contacts poétiques très fructueux avec le trouvère Conon de Béthune, très
actif en politique et en diplomatie, qui a été considéré comme un des héros de la IVè croi-
sade et qui est l’auteur de chansons de croisade, d’amour, de débats et de sirventès.

Toutes ces relations poétiques se fondent sur l’imitation de la structure lexico-


poétique, de la métrique et de la mélodie. L’influence de la lyrique des trouba-
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 29 Moyen Âge et Renaissance

dours en ancien français ne concerne pas que l’aspect linguistique, mais aussi
l’aspect idéologique et formel, ainsi que l’intertextualité.

Nous trouvons leur véritable empreinte dans la chanson d’amour , mais aussi Vous trouverez la chanson
Pel messatgier que fai
dans d’autres genres courtois: la pastourelle : les textes français qui re- tan lonc estage sur le web
du cours.

cueillent la tradition occitane situent le troubadour et la bergère dans un con-


texte érotique et sexuel, pas toujours tel que l’écrivait le troubadour, et la
tradition française a fait évoluer le genre vers un style bucolique et pastoral;
l’aube : chanson de séparation des amants quand s’achève la nuit, avec l’in-
tervention d’un «gaita» ou veilleur ami des amants qui les prévient du lever
du soleil afin qu’ils ne s’endorment pas et qu’ils se séparent pour ne pas être
découverts par le mari de la dame ou les médisants de la cour; la chanson de Voir la pastourelle
sur le web du cours.
croisade : exaltation de la lutte sainte contre les infidèles; le jeu-parti : débat
poétique entre troubadours tant sur des thèmes amoureux que littéraires.

Il faut ajouter à l’influence des genres, la forme métrique, cependant les trou-
vères développeront des strophes originales, surtout avec refrain, qui dans la
représentation impliquent un chant en alternance entre le soliste et un chœur
ou le public. Ces compositions (les rondeaux, les virelais, les ballades et les es-
tampies) ont fini par être considérées comme des genres chorégraphiques.

Les trouvères professionnels se réunissaient en confréries, à l’instar de Jean Bo-


del d’Arras (...1165-1210), membre de la confrérie des jongleurs et bourgeois
d’Arras, et auteur de cinq pastourelles et de fameux congés. Adam de la Halle
(...1240-1288), faisait partie de la même confrérie ; il était poète et musicien
professionnel, auteur de cent compositions lyriques tant monodiques que po-
lyphoniques, parfois incluses dans œuvres théâtrales. Parmi les trouvères il y
avait également des jongleurs et des ménestrels, comme au deuxième tiers du
XIII è siècle Colin Muset, auteur de vingt compositions, la plupart non courtoi-
ses. La présence de la bourgeoisie chez les poètes en langue d’oïl était person-
nifiée par le trouvère Richard de Fournival (1201-1260), médecin et clerc,
auteur de vingt compositions, presque toutes d’amour. Mais parmi les trouvè-
res il y avait aussi des aristocrates célèbres et des seigneurs féodaux tel Guy de
Thourotte, appelé aussi le Châtelain de Coucy (...1170-1203) ; il était gouver-
neur du château de Coucy, mort à la IVème Croisade, auteur de quinze des
trente chansons qu’on lui attribuait, mais aussi le héros légendaire du Roman
du Castelain de Couci et de la Dame de Fayel. Il faut également citer Thibaut de
Champagne (1201-1253), roi de Navarre à partir de 1234 et auteur de plus de
soixante-dix poèmes, entre chansons d’amour, pastourelles et jeux-partis.

2.3.2. Rutebeuf (deuxième moitié du XIII è siècle)

Ne pouvait manquer à la liste des trouvères un intellectuel tel que Rutebeuf,


clerc, poète parisien et universitaire, auteur de différentes œuvres de type reli-
gieux, moral, politique et satyrique. Rutebeuf (comme un siècle plus tard Fran-
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 30 Moyen Âge et Renaissance

çois Villon) personnifie le passage de l’ancienne poésie courtoise à une


composition littéraire socialement engagée, où l’individualité du poète se ma-
nifeste dans toute sa splendeur et modernité.

Cette modernité se manifeste chez Rutebeuf, par rapport à la tradition lyrique Voir un extrait des oeuvres
de Rutebeuf sur le web
précédente, dans l’abandon de la musique pour se centrer exclusivement sur du cours.

l’art verbal. Différents traits, tant idéologiques que de style confèrent à son
œuvre une unité qui lui est particulière et qui le distingue des poètes précé-
dents et de ses contemporains. Cet abandon de la musique fait de Rutebeuf le
pont entre les genres lyrique de diffusion orale (en musique) et lyrique de dif-
fusion écrite. Son ironie se manifeste à travers la violente critique sociale et po-
litique d’une aristocratie aux discutables prétentions morales et mystiques, et
que l’on ne peut critiquer ouvertement car elle est protégée par la couronne.

2.3.3. Charles d’Orléans (24 novembre 1394- 4 janvier 1465)

Également aristocrate, mais de conscience plus littéraire que courtisane Char-


les d’Orléans, frère de Charles VI de France, donnera une œuvre de grande pro-
fondeur psychologique. Sa vie a été marquée par l’adversité et le bannissement
en Angleterre ; l’exil lui inspira le thème de la nostalgie.

Ses œuvres sont rédigées en vers ; notons surtout un poème mystique, le Can- Voir un extrait des poésies
de Charles d’Orléans sur
le web du cours.
ticum Amoris, et ses balades, chansons et rondeaux entre autres genres lyri-
ques. Sa poésie est étroitement liée au milieu aristocratique cultivé et ne fait
pas de concession à l’anecdote ; elle est construite sur une conception d’ingé-
niosité et de profondeur des concepts. Lors de son exil en Angleterre Charles
d’Orléans se réfugie dans la lecture et la littérature en compagnie d’œuvres
consacrées à la mélancolie, mais aussi aux amours malheureuses et interdites.
À son retour en France, après de courtes velléités politiques, il se retire dans
ses domaines afin de poursuivre son activité littéraire. On ne trouve dans ses
œuvres aucune critique sociale, mais un “je” poétique et littéraire qui traduit
poétiquement ses plus intimes sentiments, comme la mort de son aimée.

L’œuvre de Charles d’Orléans possède l’introspection psychologique moderne


alliée à une forme et à un langage médiévaux.

2.3.4. François Villon (1431-1463)

François Villon, universitaire impliqué dans de nombreux problèmes civils,


est l’auteur d’œuvres lyriques et lyrico-narratives tels les Lais, les Ballades ou,
son œuvre la plus répandue, Le Testament, où la mentalité juridique s’affirme
avec le sentiment de la mort. Si la tradition poétique antérieure rédigeait un
testament amoureux, Villon rédige un testament satyrique:
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 31 Moyen Âge et Renaissance

“Item, mon corps j’ordonne et laisse


a nostre grant mere la terre ;
les vers n’y trouveront grant gresse,
trop luy a fait fain dure guerre.”

Villon, le Testament, v. 841 à 844.

Émule littéraire et héritier de la poésie de Rutebeuf, il insiste plus encore sur


l’individualisation du “je” poétique, l’auteur littéraire:

“Je, François Villon, écolier dels lais”

mais aussi sur son attitude rebelle et marginale:

Je suis Françoys, don il me poise


Né de Paris emprè Pontoise
et de la corde d’une toise
sçaura mon col que mon cul poise.

François Villon. Oeuvres. Éd. Auguste Longnon et revu. par Lucien Foulet. Éd. Pierre
Champion. Paris : Librairie Honoré Champion, 1968, p. 95.

Mais c’est aussi un “je” poétique proche des proscrits, qui cherche une joie qui Pour en savoir plus sur
François Villon et son
oeuvre, consultez le web
a l’Amour pour allié et seule justice contre la mort. du cours.

Son œuvre littéraire fait état d’une vie émaillée de fréquents incidents avec la
justice, en marge de la société aisée, mais marquée par une formation culturel-
le et une maestria poétique et littéraire, qui se manifeste dans une œuvre dont
l’originalité réside tant dans la manifestation du “je poétique”, que dans la
description du monde médiéval d’un point de vue opposé à la société cléricale
et à la culture régnante. Villon est un poète asocial en ce qui concerne les rè-
gles sociales, mais plein d’humanité ; il fait songer au «carpe diem» des clas-
siques, et il ne fait impasse sur aucun des thèmes ou des personnages les plus
cruels de la société médiévale.

Son œuvre a éveillé l’intérêt de la critique et de la littérature postérieures, de


Rimbaud à Baudelaire et Verlaine, jusqu’aux études de Tristan Tzara, divul-
guées après sa mort par Pierre Le Gentil.

2.3.5. Chansons de toile ou chansons d’histoire

Un des genres littéraires a avoir eu le plus de répercussion dans la critique lit-


Chanson de toile
téraire moderne est celui des chansons de toile, ou chansons d’histoire, une ou chanson d’histoire

vingtaine de compositions lyriques, qui avaient pour protagoniste une voix fé- Le nom chanson de toile ou
chanson d’histoire fait réfé-
minine en un monologue où, dans la chanson d’ami, elle pleure la perte de son rence au moment où l’on avait
aimé ou chante son retour, ou bien, dans la chanson de malmariée où elle ex- l’habitude de chanter, pendant
que l’on tissait, et à son conte-
prime le conflit social que vit une dame noble contrainte de se marier avec un nu : elle raconte une histoire.

homme de basse condition. La chanson de toile ou chanson d’histoire expli-


que, dans un registre lyrique-narratif, une histoire d’amour, généralement tra-
gique. Certaines de ces compositions nous sont parvenues avec leur musique.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 32 Moyen Âge et Renaissance

Elles sont généralement composées de strophes simples, qui rappellent la lais-


se épique, avec des rimes assonantes, et elles comportent souvent un refrain.

Elles ont été conservées incluses dans certains romans du XII è siècle, tel le Ro-
Lecture complémentaire
man de la Rose, Guillaume de Dole de Jean Renart, ou encore le Roman de la Vi-
Michel Zink (1978). Belle.
olette de Gerbert de Montreuil ; il existe aussi sept compositions conservées Essai sur les chansons de toile
suivi d’une édition et d’une
dans un manuscrit (le Chansonnier de Saint Germain des Prés, Bibliothèque Na-
traduction. Paris: Champion.
tionale de France 20050).

2.4. Le théâtre

Pour comprendre ce qu’embrasse le concept de théâtre dans la société médié-


vale, il faut se livrer à une réflexion sociologique. Depuis les jongleurs et leurs
différentes spécialités, jusqu’à la représentation religieuse, au sein comme à
l’extérieur de l’église, en passant par le spectacle d’auteur, avec acteurs et texte
littéraire tel que nous entendons aujourd’hui le théâtre classique, le théâtre
médiéval est le reflet d’un monde où les différentes strates sociales mettent en
scène leurs chimères et leurs inquiétudes, et où leurs protagonistes (clercs,
bourgeois, aristocrates, marginaux,...) prennent la parole pour mener à terme
une catharsis qui permettra tant la représentation de la réalité sociale elle-mê-
me, que la sublimation de leurs idéaux.

2.4.1. Le théâtre religieux

Dans le cadre religieux, nous comptons avec un texte en anglo-normand, Le


Mystère d’Adam, de la deuxième moitié du XII è siècle (entre 1146 et 1174) qui
raconte l’histoire d’Adam et Ève et de leurs enfants. La représentation était
donnée aux portes des églises, et le texte contient de nombreux détails et in-
dications scéniques relatifs au décor, à la gestuelle, aux costumes, ainsi que des
chants liturgiques en latin. Un siècle plus tard (aux alentours de 1260), Rute-
beuf a composé le Miracle de Théophile, où il explique le mythe de “Théophile
et le Diable”, qui faisait partie des miracles médiévaux.

2.4.2. Le théâtre profane

Le théâtre profane médiéval connaît un aboutissement dans les textes fran-


Le Jeu de Saint Nicolas...
çais. Dans le Jeu de Saint Nicolas de Jean Bodel, composé entre 1198 et 1200, il
situe des éléments pieux dans une ambiance de tavernes, sans pour autant ... se fonde sur l’histoire de la
statue miraculeuse de Saint Ni-
tomber dans l’irrévérence. colas. La pièce sera représentée
le 5 décembre 1200 par une
compagnie d’Arras, à l’occasi-
Dans un style picaresque nous avons la farce du XII è siècle, écrite à Tournai, Le on de la Saint Nicolas.

garçon et l’aveugle, qui narre les péripéties d’un vieil aveugle plein de défauts
moraux, et d’un jeune qui, après avoir gagné la confiance du vieillard, le trom-
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 33 Moyen Âge et Renaissance

pe et l’escroque. Un autre manuscrit conserve deux jeux: le fameux Jeu de Ro-


bin et Marion d’Adam de la Halle (...1240-1288), précédé du Jeu du Pèlerin,
attribué à un certain Jean Madot. Il semblerait que ce dernier, le premier sur
le manuscrit, précédait également le jeu d’Adam de la Halle lors de la repré-
sentation. Le Jeu de Robin et de Marion est un drame pastoral, où un chevalier
se voit repoussé par une bergère, Marion, qui aime le berger Robin. La bergère
en est la véritable héroïne, elle agit de façon masculine et c’est d’elle que dé-
pend l’issue dramatique de l’œuvre. La musique y joue un rôle très important,
car sont remarquables tant sa grande variété de formes que son intervention
stratégique au cours de la représentation. Également d’Adam de la Halle, le Jeu
de la Feuillée met en scène la halle aux légumes du marché d’Arras, où dans une
ambiance populaire, représenté par des citoyens contemporains de l’auteur
aussi bien que par des personnages traditionnels, il réalise une critique sociale
et parodie divers genres littéraires dans une ambiance carnavalesque.

Du premier quart du XII è siècle, nous avons une adaptation de la parabole du


fils prodigue en dialecte picard, le Courtois d’Arras. L’originalité de ce texte ré-
side dans le fait que la scène édifiante se déroule dans la taverne. On doute
quant à savoir si la représentation incombait à un jongleur qui interprétait
tous les personnages avec différentes voix et gestuelles, ou si elle était repré-
sentée par plusieurs acteurs.

2.4.3. Le théâtre du XVè siècle

Bien que beaucoup plus tardive, la Farce de Maître Pathelin, composée entre
1456 et 1469, est considérée comme faisant partie du théâtre médiéval. La trame
suit toute une stratégie narrative bien élaborée, où un avocat et sa femme escro-
quent un drapier, avec l’intervention d’un berger. De la même époque, nous
avons la dramatisation d’un concile, Moralité du Concile de Bâle (1434-1435),
qui utilise le théâtre comme instrument de diffusion politique et idéologique,
et établit un débat sur le pouvoir, la morale et la corruption. Également dans le
cadre politique, nous avons la Moralité du pauvre commun, de Michel Taillevent,
une farce satirique traitant de la situation du peuple de Bourgogne suite aux
guerres contre la couronne de France.

2.5. Narrations brèves : les lais : Marie de France, le lai descort,


le lai arthurien.

Collection de contes bretons en octosyllabes à rimes plates, composés au cours


de la deuxième moitié du XIIè siècle. Les lais, dans le contexte littéraire médié-
val, sont en marge, entre la chanson de geste et le roman. Leur rédaction ré-
pond à la volonté de perpétuer des origines légendaires, mais la narration
brève reflète par sa forme une réalité plus proche.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 34 Moyen Âge et Renaissance

Le cadre de diffusion des lais n’est pas la récitation officielle et rituelle de la


narrative, mais la privée, la quotidienne, des genres mineurs, des milieux so-
ciaux bourgeois ou inférieurs. Ce milieu social ainsi que les sujets et les inces-
santes citations de sources orales les rapprochent du genre des fabliaux.

En plus des lais, il faut inclure dans le genre narrations brèves les narrations
hagiographiques, ou de la vie de saints, et les narrations exemplaires ou
«exemplum».

2.5.1. Marie de France

La collection de lais la plus populaire a probablement été écrite en Angleterre à la Prologue des lais de Marie de France.
Voir le chapitre 1.3.4: Breton,
Galois et ancien français.
cour des Plantagenêts. Ils ont été rédigés par Marie de France, dans un texte déjà
cité, elle déclarait sa dette littéraire envers l’ancienne tradition orale et populaire
bretonne, et reprend entre autres histoires celle de Tristan dans le lai de Chevrefoil ;
ou des histoires de fées et d’enchantements comme dans le lai de Lanval ; ou de
cruauté amoureuse de la part d’un mari jaloux, et de la fidélité entre amants dans
Textes ayant inspiré Marie de France.
le lai de Laüstic (le lai du rossignol); à l’issue fatale, histoire d’amour et de mort où Voir le chapitre 1.5.2.: La Matière
de Bretagne.
le philtre qui devait sauver l’aimée, en tombant féconde la terre; et final également
cruel dans le lai de Chaitivel, où une dame met à l’épreuve ses quatre prétendants,
et où le vainqueur, qui a donné la mort aux trois autres, perd sa virilité.

2.5.2. Lai descort

Narration lyrique brève au nombre variable de vers et de strophes. Cette irré-


gularité se voit reflétée dans la musique qui les accompagne, au point que cha-
que strophe a une musique différente. Composés à la fin du XII è siècle et début
du XIIIè, leurs auteurs sont des trouvères: Thibaut de Champagne (1201-1253),
Gautier de Coincy (1177-1236), Guillaume le Vinier (première moitié du XIIIè
siècle)... On conserve aussi différentes pièces anonymes comme le Lai des
amants, le Lai de la Rose et le Lai des pucelles.

2.5.3. Lai arthurien

D’origine bretonne avec des héros tels Tristan et Iseult, Geneviève, Lancelot et
Arthur, ils ont été conservés car on les trouve insérés dans des romans comme
par exemple dans le Tristan en prose (vers 1250). En dehors du cadre breton,
nous avons le Lai de l’ombre de Jean Renart (première moitié du XIII ème siècle),
et le Lai d’Aristote de Henry d’Andely (deuxième quart du XIIIème siècle). Aux
ème
XIV et XVè siècle nous les trouvons dans le Roman de Fauvel de Chaillou de
Pestain (première moitié du XIV ème siècle), ou composés par le célèbre musi-
cien et poète Guillaume de Machaut (1300-1377).
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 35 Moyen Âge et Renaissance

3. Les genres littéraires II : Genres


de transmission écrite.

Antoni Rossell

Dans le panorama de la littérature médiévale française, le roman joue un rôle


essentiel, en raison de la qualité des œuvres conservées et de l’influence qu’il
exercera sur les œuvres et les auteurs d’autres langues, mais aussi parce qu’il
va créer un modèle d’imitation littéraire qui aura des répercutions directes
sur l’environnement social où il se développe. Cette influence s’exerce sur
d’autres genres tels que les fabliaux quand ceux-ci ridiculisent les personnages
ou les situations courtoises du roman.

Il faut ajouter que c’est dans ce genre que se produit le véritable passa-
ge d’une culture orale à une nouvelle culture de pleine conscience
littéraire qu’est l’écrit, et c’est le roman qui marque le changement
idéologique des idéaux héroïques anciens aux nouveaux idéaux cour-
tois qui deviendront le mysticisme de chevalerie médiéval.

Malgré ce que nous avons dit du roman, d’autres genres narratifs ont leur im-
portance : la littérature allégorique et didactique dont certaines œuvres furent
très populaires et qui mena une tâche encyclopédique et de transmission de
connaissances prétendument scientifiques. L’historiographie est un bon
exemple de sortie de l’oralité et d’utilisation de nouveaux recours narratifs qui
se démarqueront des narrations épiques soi-disant historiques. Les fabliaux
sont un cas isolé, car ils s’adressent aux couches sociales moyenne et basse, qui
jusqu’ici n’avaient pu se manifester. Et elles le font de la manière la plus crue
qui soit, comme si elles criaient vengeance pour tant de siècles de mutisme:
les fabliaux ridiculisent le monde courtois et aristocratique, encore que les
auteurs ne résistent pas à la tentation de mêler à ce procès la nouvelle société
bourgeoise qui aspire à s’exprimer et à se faire une place dans le microcosme
médiéval.

3.1. Le roman

Longtemps le terme roman désigna tout écrit en langue vulgaire par oppo-
sition au latin. Pour le public médiéval de la cour, il se confondait avec la
chanson de geste, ou avec d’autres genres narratifs.

C’est à partir de 1150 qu’il acquiert des caractéristiques propres : un sujet


avec une architecture narrative bien définie, un développement dramatique
psychologique, le monde merveilleux où se déroulent les aventures, l’amour
comme déclencheur de l’action, souvent à travers d’une quête .
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 36 Moyen Âge et Renaissance

Au plan de la forme ce sont des narrations en épisodes, en vers octosyllabes à


rimes plates. À partir de la première moitié du XIII è siècle on écrira des romans
en prose.

3.1.1. Les débuts du roman antique : 1155-1165.

À la fin du XIè siècle début du XIIè, un trouvère du Sud-Est, Albéric de Pisançon


écrit en franco-provençal une version de l’Epitomé latin (IX è siècle) qui résu-
mait la vie d’Alexandre, tirée d’un texte en grec du deuxième siècle écrit sous
le pseudonyme de Calistènes par un grec d’Alexandrie. Nous connaissons cet-
te version franco-provençale sous le nom d’Alexandre d’Albéric. Le poème sera
réécrit en latin et cette version compte deux continuations: un poème écrit
par Lambert le Tort de Châteaudun de 20000 vers de douze syllabes (d’où le
nom d’Alexandrins pour les vers de douze syllabes), et l’ouvrage qui réunit les
L’ Alexandre d’Albéric.
différentes versions et que l’on désigne comme le Roman d’Alexandre . De la Voir 1.5.1: La Matière ancienne
ou classique.
version française, l’Alexandre d’Albéric, on n’a plus que les cent cinq premiers
vers, disposés en quinze laisses octosyllabiques monorimes.

L’Alexandre constitue le passage du genre épique au roman, par sa forme poé-


tique, en laisses épiques et son contenu thématique romanesque. De la même
époque, nous avons le Roman d’Apollonius de Tyr, prototype du roman d’aven-
ture, dont il reste un fragment de 52 vers. Héritier de la tradition grecque by-
zantine et provenant d’une source latine du IIIè siècle, cette narration dérive
de la légende de Saint Eustache.

Les romans antiques sont un groupe de textes dont l’inspiration thématique


est l’Antiquité et qui proviennent des domaines des Plantagenêts, ainsi le Ro-
man de Thèbes est d’origine picarde, le Roman de Troie et le Roman d’Énéas sont
d’origine normande, et suivent un ordre chronologique, en commençant
par le Roman de Thèbes, puis l’Énéas, et enfin le Roman de Troie (entre 1155 et
1160/65).

Le Roman de Brut de Wace, terminé en 1155 et dédié à Aliénor d’Aquitaine, se


situe à un niveau complètement différent de la matière antique. Il s’agit d’une
traduction de l’Historia Regum Britanniae de Geoffroi de Monmouth écrite en
latin, et où le monde breton est l’héritier littéraire des espaces de la littérature
classique: Rome et la Grèce. Ce texte latin rédigé en terre française culmine
dans le Roman de Brut de Wace, qui unit l’histoire de Brutus, le neveu d’Énéas,
à Brutus, premier du lignage breton, ce qui justifie la transmission de l’empire
et de la culture du monde classique au monde arthurien. La traduction de
Wace contribue à la transformation du roi Arthur en un roi chevaleresque, en-
touré d’une cour élégante et raffinée au XII è siècle ; c’est aussi le premier texte
à mentionner l’existence de la Table Ronde.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 37 Moyen Âge et Renaissance

3.1.2. L’Âge d’Or : 1165-1180.

Roman de Tristan

Le cycle de Tristan compte parmi les thèmes d’origine bretonne. Les aventures
de Tristan nous sont parvenues par fragments sans que nous disposions d’une
version complète du cycle d’aventures. Il existe deux textes bien distincts, le
Roman de Tristan de Béroul et le Roman de Tristan de Thomas d’Angleterre, un
auteur anglais au service des Plantagenêts.

è
La version de Béroul, de la deuxième moitié du XII siècle, contient les aspects
communs aux différentes versions.

Le texte de Thomas, dont on conserve huit fragments répartis en cinq manus-


crits, a été qualifié de version courtisane, car il est littérairement plus raffiné
et car certains personnages répondent aux caractéristiques courtisanes du XIIè
siècle.

De la fin du XII è siècle, nous avons La Folie de Tristan d’Oxford et de Berne, avec
un Tristan qui déguisé en fou retourne à la cour du roi Marc.

Chrétien de Troyes

Du cycle d’Arthur, de cet Âge d’Or du roman courtois, Chrétien de Troyes est
l’auteur par antonomase (...1165-1190). Il exercera son art à la cour de Marie
de Champagne et à celle de Philippe de Flandres entre 1160 et 1185. Lui-
même nous donne des informations autobiographiques relatives à sa produc-
tion littéraire dans le prologue du Cligès :

Cil qui fist d’Erec et d’Enide,


et les comandemanz d’Ovide
et l’Art d’amors an romans mist,
et le mors de l’espaule fist,
del roi Marc et d’Isalt la blonde,
et de la hupe et de l’aronde
et del rossignol la muance,
un novel conte rancomance...

Traduction :

Celui qui fit Érec et Énide et les Commandements d’Ovide (œuvre disparue et possible tra-
duction des Remedia amoris d’Ovide), qui fit en roman l’Art d’Amour (œuvre disparue et
possible traduction de l’Ars Amandi d’Ovide), qui fit La Morsure de l’Épaule (Histoire de
l’épaule de Pélops mangée par Déméter et miraculeusement remplacée par une épaule de
marbre– (œuvre disparue et possible traduction de les Métamorphoses, livre VI d’Ovide)),
Le Roi Marc et Yseut la Blonde (roman perdu), La Métamorphose de la huppe, de l’aronde et
du rossignol (œuvre perdue et possible traduction de les Métamorphoses de Térée), Philomè-
le et Procné, (livre VI des Métamorphoses d’Ovide), commence un nouveau conte...

Chrétien de Troyes. Oeuvres Complètes. Paris: Gallimard, 1994. Texte établi, traduit par
Philippe Walter, p. 173. Parenthèses d’Antoni Rossell.

L‘œuvre de Chrétien de Troyes possède trois éléments qui donnent forme et


structurent ses romans idéologiquement et poétiquement : «matière, sen et
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 38 Moyen Âge et Renaissance

conjointure». La «matière» est le bagage thématique inclus dans une tradi-


tion littéraire ; le «sen» est l‘intention ou la signification que l‘auteur donne
à ses romans, ce qui les différencie du sens des thèmes traditionnels qui nour-
rissent son œuvre; et la «conjointure» est l’élément qui donne à l’œuvre une
cohésion structurelle et une unité narrative.

Si la lyrique courtisane des troubadours proposait un univers d’amour et


d’adultère, Chrétien de Troyes dans Érec et Énide, premier roman du cycle d’Ar- Voir Érec et Énide sur le web
du cours.
thur et premier roman que l’on ait retrouvé de Chrétien de Troyes, (vers 1170),
présente l’amour dans le mariage, et «l’aventure» comme unique solution à
la «récréantise» (paresse des chevaliers), pour revenir à l’ordre, à l’honneur et
au bonheur conjugal. Ce roman contient différents éléments de type breton
tel la chasse au cerf blanc, qui a généré des interprétations folkloriques et an-
thropologiques. Dans ce roman le silence de la dame face à l’adversité qui ac-
cable son amant et mari est la condition nécessaire à la récupération de sa
réputation de preux chevalier. Ce secret est renforcé par une ambiance énig-
matique car le lecteur ignore le nom de l’héroïne jusque peu avant son maria-
ge. Ce roman sera adapté en allemand par Hartmann von Aue (...1160-1210).

Le Cligès (deuxième roman datant des environs de 1176), établit le lien entre
le monde grec et byzantin et l’univers d’Arthur. Il adapte le mythe de Tristan
à la société courtoise du Nord de la France. Il raconte les amours d’Alexandre
(fils de l’empereur de Constantinople, qui rejoint Arthur pour se faire adouber
chevalier), et de Soredamor qui lui donne un fils, Cligès. Pactes et problèmes
de succession amènent Cligès à la cour d’Arthur. Les références géographiques
précises d’Angleterre diluent en quelque sorte le monde merveilleux et la tra-
me tend vers le réel.

Dans Lancelot , ou le chevalier à la charrette, un roman inachevé ou roman ou-


vert, composé entre 1177 et 1181, Chrétien de Troyes relate la relation adul-
tère de Lancelot et de Guenièvre, et terminera sur la Quête, qui deviendra la
clé de voûte du cycle d’Arthur; le rythme narratif est agile grâce à l’interven-
tion de plusieurs chevaliers aux caractéristiques psychologiques opposées
(Keu et Gauvain); la relation amoureuse adultère y est traumatique, l’obéis-
sance de l’amant mènera à sa destruction personnelle, par le renoncement à
son moi, en plus d’être pour amour pour Guenièvre monté dans une charrette,
ce qui symbolisait la déchéance sociale et la honte publique pour celui qui y
montait.

Dans l’Yvain , ou Le chevalier au lion , composé entre 1177 et 1181, la folie et


l’amnésie sont la cause de la «récréance». L’auteur aborde le thème de la fi-
délité, l’amour et le mariage, et il formule une justification littéraire (la folie)
afin de préserver le lien matrimonial. C’est un roman à la construction homo-
gène, où la «conjointure» est évidente dans l’équilibre de l’organisation nar-
rative.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 39 Moyen Âge et Renaissance

Perceval, ou le conte du Graal, sera rédigé sur instance de Philippe d’Alsace, pro-
bablement commencé vers 1181, et inachevé à la mort de l’auteur, en 1190;
il dépeint un des héros mythiques de l’histoire du Graal, Perceval, de façon
ironique et désacralisée ; et la légende y est racontée suivant une trame qui
joue sur l’ingénuité et l’ignorance d’un pré-héros et inclut des éléments pré-
chrétiens qui poseront les bases de la mythification de Perceval et de sa quête,
ainsi que de nombreuses suites et développements légendaires postérieurs.
Bien que certains critiques pensent que ce roman est constitué de deux œuvres
différentes, le changement de trame narrative au sein du même texte, pour
passer aux aventures de Gauvain, peut être interprété comme l’intention de
Chrétien de présenter l’antithèse psychologique du personnage de Perceval.
La quête de Perceval n’est pas amoureuse mais spirituelle ; de fait le héros est
à la recherche de sa propre identité, et des codes courtois car sans cette forma-
tion et information il ne pourra jamais devenir un chevalier ni trouver le
Graal. Cette œuvre inachevée a donné lieu à de nombreuses continuations.

Gautier d’Arras

Contemporain de Chrétien de Troyes, Gautier d’Arras composa entre 1176 et


1184 deux romans: l’Éracle, où il mélange les matières courtoises bretonne et
classique, et où la virtuosité du héros réside dans ses connaissances, et l’Îlle et
Galeron dans lequel la situation d’un homme entre deux femmes sert de pré-
texte à l’exploration des sentiments.

3.1.3. Romans d’amour, d’aventure et exemplaires : fin du XII è,


début du XIII è siècle.

De cette époque nous disposons d’une suite de la légende d’Alexandre: le Roman


d’Alexandre, d’Alexandre de Bernay, qui relate la mort et les funérailles du héros.
Renaut de Bâgé (Renault de Beaujeu), seigneur de Saint-Trivier (1165-1230) écrit
le roman Le bel inconnu, où l’aventure sert à sortir de l’anonymat et à gagner des
honneurs grâce à la chevalerie. L’œuvre la plus significative de cette période est
le Roman de l’histoire du Graal, de Robert de Boron qui fut composée avant 1212.
Son importance littéraire a été très discutée, cependant elle suppose la christiani-
sation définitive de la légende du Graal en s’inspirant des évangiles apocryphes
de Nicodème.

3.1.4. Tradition et innovation : l’usage de la prose


dans un but littéraire (première moitié du XIII è siècle).

La letteratura francese dei primi decenni del XIII secolo ha compiuto un ultimo grande
sforzo per rivalutare la materia di Bretagna, riaffermandone la perfetta validità a un tem-
po storica ed esemplare. Questo sforzo è legato a un tratto di profonda innovazione nella
storia della cultura volgare del Medioevo : l'uso della prosa a fini letterari.

Maria Luisa Meneghetti. «Il romanzo», dans Di Girolamo (1994, p. 173). La letteratura
Romanza Medievale. Bologne: Il Mulino.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 40 Moyen Âge et Renaissance

Les romans en prose supposent une totale révolution littéraire du genre, tant
en raison de la création d’un nouveau langage formel et stylistique, que pour
l’affranchissement rhétorique des formes imposées par le vers, dont dépen-
daient, pour des raisons de syntaxe et de composition, le développement du
discours littéraire. Le représentant du genre narratif en prose est la Vulgate ,
ensemble de narrations sur le thème d’Arthur, composée de l’Estoire del Saint
Graal, l’Estoire de Merlin ou Merlin, le Lancelot propre, la Quête du Saint Graal et
Mort le roi Artu.

L’Estoire del Saint Graal constitue un volumineux prologue aux aventures de la


Vulgate.

L’Estoire de Merlin ou Merlin a été rédigée à partir du Merlin de Robert de Boron


(vers 1190-1210), mais elle est beaucoup plus longue que cette dernière. Elle
raconte l’origine diabolique de Merlin, les guerres d’Arthur contre les Saxons
et contre les nobles qui se refusaient à l’accepter comme monarque. Cette œu-
vre était destinée à créer des liens avec l’intrigue du Lancelot propre , et il semble
donc qu’elle ait été rédigée plus tard.

Le Lancelot propre, troisième partie de la Vulgate, nous raconte depuis la créa-


tion de la Table Ronde, la naissance de Lancelot du Lac, jusqu’aux préliminai-
res de la recherche du Graal.

Queste del Saint Graal, la quatrième partie, fut composée entre 1225 et 1230.
L’histoire commence le jour de Pentecôte 456, sur l’investiture de Galaad che-
valier, puis raconte le moment où il occupe le Siège Périlleux et une longue
recherche du Graal, émaillée d’aventures cruelles impliquant la lutte à mort
entre les chevaliers eux-mêmes. Le Graal sera découvert par trois chevaliers
chastes: Bohors, Perceval et Galaad, et ce dernier reçoit le prix du Graal pour
avoir conservé sa virginité.

Mort le roi Artu est la dernière partie de la Vulgate, composée vers 1230, elle nar-
re la fin du monde d’Arthur, après la découverte du Graal, l’affrontement en-
tre Arthur et Lancelot et leur postérieure réconciliation ainsi que la mort ou
voyage sans retour d’Arthur.

3.1.5. Roman courtois amoureux et chevalerie


mythique : 1250-1350.

Au cours des derniers temps du roman arthurien médiéval nous assistons à


son identification avec la société médiévale qui a fait de ses textes un code
éthique. La décadence du genre coïncide avec celle d’une noblesse qui regrette
l’ordre chevaleresque et qui se voit acculée aux conflits sociaux qui débouche-
ront en France sur la Guerre de Cent Ans. Nous sommes au moment de la
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 41 Moyen Âge et Renaissance

maximale diffusion de la matière de Bretagne qui est aussi son moment de


plus basse créativité.

Dans cette ambiance socioculturelle, le Roman de Perceforest prétend unir le


monde antique au monde courtisan en un immense roman par cycles compo-
sé dans le cadre de la cour de Guillem I de Hainaut ; il a été terminé entre 1337
et 1344. De cette époque date aussi un des rares romans comiques, le Joufroi de
Poitiers, de 4600 vers, divisés en six épisodes qui ont pour seul lien l’identité
du protagoniste. L’intrigue du roman porte sur les aventures amoureuses
d’une dame qui parvient à ses fins malgré les efforts de son mari jaloux.

3.2. Littérature Allégorique et Didactique

3.2.1. Les bestiaires

Dans le champ de la didactique, mis à part la vaste tradition latine, tant païen-
ne que chrétienne, nous avons le genre des bestiaires, qui est commun à toute
la culture romane. Il a pour origine une œuvre rédigée en grec au IIè ou IIIè siè-
cle, qui au IV è siècle sera traduite en latin sous le nom qu’on lui connaît
aujourd’hui: le Physiologus qui décrit au long de ses différents chapitres l’ap-
parence et les vertus naturelles et extraordinaires de chaque animal et leur si-
gnification morale.

Le texte français le plus ancien est le Bestiaire , qui compte également différents
chapitres consacrés aux pierres et à leurs vertus ; il fut rédigé en vers par le poè-
te anglo-normand Philippe de Thaon, probablement peu après 1121.

Aux environs de 1211, Guillaume le Clerc va composer un Bestiaire divin, plus


étoffé et plus original, contenant de nombreux commentaires de type allégo-
rique.

3.2.2. Le Roman de Renart

Le Roman de Renart, indépendant des bestiaires, est un chef d’œuvre de la nar- Voir le Roman de Renart
sur le web du cours.
rative qui dans la littérature française médiévale a pour personnages des ani-
maux. D’une série d’épisodes naît l’histoire de Renart, qui plus tard, après
regroupement des différentes branches ou ramifications d’épisodes, consti-
tuent ce que nous appelons aujourd’hui le Roman de Renart . Les premières
branches datent de 1170 et coïncident avec le moment où le renard est un thè-
me important dans la littérature romanesque et dans les fables. L’opposition
de Renart avec la société animale, personnifiée par le loup: Ysengrin (cible de
toutes les méchancetés et perversités de Renart), présente un personnage aso-
cial qui représente, au moyen d’un langage allégorique, le monde humain. La
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 42 Moyen Âge et Renaissance

problématique socio-politique et morale est abordée sous une perspective sa-


tirique et ludique.

3.2.3. Le Roman de la Rose

L’allégorie, au Moyen Âge, est une figure de style qui consiste à faire compren-
dre quelque chose autrement que ce qu’on a dit. L’œuvre allégorique par ex-
cellence de la littérature française médiévale et romane est le Roman de la Rose ,
rêve allégorique du narrateur, ou est expliquée l’histoire de son amour pour
une Dame, symbolisée par la Rose.

Nous disposons de deux versions du Roman de la Rose rédigées par Guillaume


de Lorris (aux alentours de 1250), puis par Jean de Meun (environ en 1300).
Guillaume de Lorris nous présente la codification allégorique du monde cour-
tisan, à travers l’allégorie du jardin d’amour et de la rose qui en symbolise la
pureté. La suite du roman écrite, environ quarante ans plus tard, par Jean de
Meun s’articule en une narration plus dynamique bâtie sur la trame d’une
quête: la conquête de la rose et parvenir au degré ultime de l’amour courtois.
La multiplicité de lectures philosophiques possibles du Roman de la Rose a don-
né lieu à quantité de travaux d’exégèse et de commentaires, qui ont fait de ce
roman une des œuvres les plus célèbres du Moyen Âge.

3.3. L’historiographie

La première historiographie en langue romane est influencée par les genres lit-
téraires, tels que l’épique ou le roman, soit parce que les thèmes épiques sont
considérés comme matière historique véritable, soit parce que certains faits
historiques n’ont jusque là été transmis que par les œuvres littéraires, comme
les sirventès ou les chansons de croisade. Comme pour la littérature allégori-
que et didactique il existe une longue tradition historiographique latine con-
cernant les croisades en Terre Sainte, ou la généalogie royale telle l’Historia
Regum Britanniae de Geoffroi de Montmouth, en tenant compte que le con-
cept d’histoire médiéval est différent de celui d’aujourd’hui, et que les faits
historiques sont souvent accompagnés d’une composante légendaire. Cepen-
dant, nous avons d’importants documents historiques en ancien français.

3.3.1. Geoffroi de Villehardouin (1150-1213)

Cet homme noble et maréchal de France a rédigé La Conquête de Constantino-


ple qui raconte la quatrième croisade à partir du sermon de Foulques de
Neuilly en 1198 jusqu’à la mort de Boniface de Montferrat (1207). Cette
chronique a une nette intention politique, et elle est le fruit d’un projet nar-
ratif élaboré.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 43 Moyen Âge et Renaissance

3.3.2. Les Grandes Chroniques de France

Il s’agit d’une compilation d’œuvres historiques de différentes époques, entre


le XIIIè et le XV è siècle, réalisée essentiellement à l’Abbaye de Saint Denis et à
partir de modèles latins. La compilation part des origines mythiques troyen-
nes des rois de France pour finir en 1461, avec un récit généalogique monar-
chique qui a une intention religieuse chrétienne et politique que nous
qualifierions aujourd’hui de perspective nationale. La grande quantité de ma-
nuscrits qui ont été conservés (plus de cent) prouve que cette œuvre a eu une
grande diffusion.

3.3.3. Robert de Clari (1170-1216)

L’œuvre de Robert de Clari: La conquête de Constantinople, contrairement à


d’autres œuvres historiographiques, est adressée à un public plus friand
d’anecdotes et de merveilles qu’a pu contempler son auteur au cours de la qua-
trième croisade, que soucieux de connaître des dates de référence historique.

3.3.4. Jean de Joinville (1225-1317)

Le Seigneur de Joinville, également sénéchal, a écrit l’Histoire de Saint Louis. La


reine Jeanne de Navarre, épouse du roi Philippe IV le Bel, l’a chargé de la ré-
daction de ce livre car il avait participé à la croisade aux côtés de Saint Louis,
le roi de France.

3.3.5. Jean Froissart (1337-1404)

Les Chroniques de Jean Froissart sont le résultat du travail de toute une vie. Elles
sont passées par de multiples corrections et rédactions, dans le but de restituer
l’expérience vécue par l’auteur et ses contemporains pendant la Guerre de
Cent Ans.

3.4. Les Fabliaux

Ce sont des œuvres comiques et satiriques des XII è et XIII è siècles, du Nord de
la France. Leur public, comme nous l’avons signalé au chapitre 2.5. consacré
aux lais, n’est pas un public de Cour mais un public urbain, amateur de paro-
die courtisane. Les thèmes deviennent récurrents à partir du renversement de
l’image du monde courtisan moyennant la figure du “picaro” ou du vilain. On
compte un total de soixante-deux fabliaux. Le thème sexuel est omniprésent,
et sert à parodier des œuvres classiques telles que le Roman de la Rose qui de-
vient La Damoiselle qui ne pooit oîr parler de foutre . Jean Bodel, dans Le vilain de
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 44 Moyen Âge et Renaissance

Bailluel, raille un mari qui, en plus d’être trompé, assiste à l’infidélité de sa


femme avec un chapelain, après avoir été convaincu qu’il était mort. Le même
auteur dans Gombert et les deus clers, traite de deux clercs qui parviennent à sé-
duire une mère et sa fille. Dans Le sohaiz des vez , également de Jean Bodel, le
thème abordé est cette fois le rêve érotique.

Sur Garin de Monglane nous retiendrons le thème de la séduction avec trom-


Voir Le Chevalier qui fist par-
perie d’une pucelle a Cele qui fu foutue et desfoutue por une grue, ainsi que les ler les Cons sur le web du
cours.
qualités d’un chevalier qui a reçu le don de pouvoir faire parler le sexe et l’anus
des femmes dans Le Chevalier qui fist parler les Cons.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 45 Moyen Âge et Renaissance

4. Humanisme et Renaissance

Caridad Martínez

Dans les lettres françaises, le XVI è siècle représente l’essor de l’Humanisme et


Lecture recommandée
de la Renaissance. On appelle Humanisme l’aspect intellectuel du début de
Eugenio Garin (1970). La
l’Âge Moderne, tandis que le terme Renaissance évoque son dynamisme so- Renaissance, une révolution
culturelle. Vervins :
cial, économique et politique, ainsi que la splendeur de l’art dans toutes ses Marabout.
manifestations. Ces traits étant les plus caractéristiques de cette époque, elle a
été considérée par la postérité comme une “renaissance” par rapport aux siè-
cles prétendument obscurs du Moyen Âge, mythe auquel les humanistes ont
contribué. Le rapport est grand entre les deux réalités désignées par ces deux
termes : les richesses de l’un ont favorisé celles de l’autre, ce qui a abouti à une
véritable révolution culturelle.

4.1. Retour aux sources et modernisation

L’Humanisme préconise un retour aux sources dans plusieurs domaines : les


sources classiques de la culture européenne, qui se trouvent dans l’Antiquité
gréco-latine ; les sources de la foi chrétienne, que l’on puise dans la pureté
évangélique primitive et directement dans les textes sacrés ; ainsi que les sour-
ces de la connaissance de la nature humaine, enfouie par des siècles de civili-
sation.

Paradoxalement, ce regard sur le passé a fourni des bases idéologiques à une


modernisation. Celle-ci, en échange, grâce à l’individualisme, à la création de
richesse et aux nouvelles formes de mécénat, a doté les intellectuels et les ar-
tistes des moyens de sortir des domaines courtisans, théologiques ou spécula-
tifs où ils exerçaient traditionnellement. L’intérêt que porte ce mouvement
aux problèmes de la cité, à l’homme dans le monde, à sa double nature maté-
rielle et spirituelle, au sein de la Nature mais avec une vision anthropocentris-
te, justifie le nom d’”humanisme” que nous lui donnons aujourd’hui (et qui
n’existait pas à l’époque, où l’on parlait seulement de “lettres d’humanité”).

Comme dit un critique actuel, avec ironie:

“Ce [la mesure de la perche ou verge, tel qu’on peut la voir dans une gravure de la fin du
XVIè siècle]pourrait être une bonne figuration de l’humanisme –l’homme mesure de tou- Lectures
te chose- s’il avait alors existé : mais le mot, et, j’en ai peur, la chose, sont une invention complémentaires
de l’époque romantique ; […] Au X VIè siècle, un humaniste est celui qui connaît ses hu-
Ph. Mesnard (1951). L’essor
manités, en gros les belles lettres.”
de la philosophie politique au
XVI è siècle . Paris : Vrin.
J.-P. Levraud. “La lieue de Montaigne”, B.S.A.M., juillet-décembre 1999, p. 99.
J. Festugière (1923). La
philosophie de l’amour de
L’attention que portaient les humanistes aux questions laïques (d’où leur con- Marsil Ficin et son influence
sur la littérature française du
tribution au droit, à la philosophie politique, à l’étude des langues ou à la XVI è siècle . Coimbra.

A. Chastel (1975). Marsil


science), ne les a pas empêchés de participer aux débats religieux. Bien au Ficin et l’art. Genève: Droz.
contraire: dans ce siècle qui a vu naître la Réforme, et qui en histoire de France
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 46 Moyen Âge et Renaissance

est connu comme celui des guerres de Religion, il y a bien un humanisme


évangélique et protestant qui, en contestant la dépendance spirituelle vis-à-vis
des hiérarchies, a contribué à la liberté de conscience. Le néo-platonisme, qui
a tant influencé l’art et la poésie, se fait aussi sentir dans le christianisme.

Les humanistes ont aussi renouvelé le sens de l’Histoire, du Temps et de la Na-


Étienne Dolet,...
ture. La connaissance et l’action ont été leurs deux pôles d’intérêt, ce qui, à
une époque aussi difficile que la leur, où les pouvoirs avaient beaucoup de pri- ... considéré comme un martyr
de l’humanisme, en est un
se sur les individus, les a souvent amenés à prendre des risques, mais aussi à exemple : il fut brûlé avec ses
livres en 1546, à 38 ans, sur la
des engagements contestables, à des compromis qui peuvent aujourd’hui pa- place publique.
raître scandaleux. Leur engagement les a parfois menés jusqu’au bûcher.

François Rabelais dut tout d’abord quitter l’habit monacal pour ne pas avoir à renoncer
à ses livres grecs, et plus tard il est passé au clergé séculaire afin de pouvoir exercer la Jean Dorat,...
médecine. Guillaume Budé (auteur d’un traité sur la civilisation romaine, dont le titre,
De Asse, 1512-1532, montre bien le rôle qu’y tient l’économie), a gagné le roi François ... le mentor de la Pléiade, a
Ier à la cause humaniste en obtenant de lui l’institutionnalisation du Collège des Lecteurs trouvé des arguments pour jus-
Royaux en 1530. tifier le massacre de la Saint-
Barthélemy (1572), et Jean Bo-
din (l’auteur des Six livres de la
Mais si ces faits montrent que les humanistes sont animés par un souci de li- République, 1576), a contribué
par ses écrits à la persécution
berté et de progrès, d’autres prises de positions nous semblent aujourd’hui de de la sorcellerie, Démonomanie
des sorciers, 1580.
vrais délits d’opinion, ou pire.

4.1.1. Traits fondamentaux de l’époque

Nous allons esquisser de façon schématique les traits fondamentaux de cette


époque, en signalant quelques événements importants et en donnant des
points de repère pour le cas français :

– Présence des Turcs à l’Est de l’Europe (chute de Constantinople, 1453).


Parmi les conséquences, soulignons l’afflux en Occident de savants grecs,
porteurs de textes classiques, ainsi que le rôle du Turc favorisant, comme
ennemi commun, la cohésion de l’Europe chrétienne. Ce qui n’a pas em-
pêché des alliances ponctuelles ; tel fut le cas de François Ier dans sa rivalité
avec l’Empereur Charles Quint pour l’hégémonie de l’Europe.

– Découverte de l’Amérique (1492). Si la France n’en a pas profité directe-


Lectures
ment dans la même mesure que d’autres nations, des conséquences de tous complémentaires

ordres s’y sont aussi fait sentir. Témoin l’ouverture du port atlantique du Parmi les échos littéraires des
Havre ou le déplacement vers le nord-ouest (sur les côtes atlantiques, vers voyages de découverte et de
colonisation, voyez:
les nouvelles routes commerciales) des centres industriels et monétaires. André Thévet (1557). Les
singularités de la France
Antarctique.
– Italianisation . Elle est perceptible dans les arts et dans les lettres ou encore Jean de Léry (1578). Histoire
d’un voyage fait en la terre du
dans la philosophie politique, mais aussi dans la vie quotidienne. Les guer- Brésil, sur l’expédition
res d’Italie (première campagne, Charles VIII, 1494), représentent pour be- commandée par l’aventurier
Villegaignon sur ordre de
aucoup de Français l’occasion de réaliser leur “voyage en Italie”. Mais les l’Amiral de France Coligny.
contacts n’ont pas été que militaires : le commerce et les finances ont aussi
contribué à l’italianisation ; Lyon, à la croisée des chemins, en est un bon
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 47 Moyen Âge et Renaissance

exemple. Il faut aussi tenir compte du mariage d’Henri II avec Catherine de


Médicis ; qui, devenue veuve et reine-mère par le règne successif de ses trois
fils, a déterminé par sa politique le sort de l’État, au point que le siècle soit
parfois appelé “le siècle de Catherine de Médicis”.

– Imprimerie. Son invention par Gutenberg vers la moitié du XVè siècle en


Allemagne, a changé les moyens de diffusion de la culture. En France, les
premières presses sont installées à Paris, à la Sorbonne, mais la ville de Lyon
a été le principal centre de cette industrie.

– Réforme (1517, les 95 thèses de Luther). En France, au début la monarchie


n’intervient pas, soit par intérêt politique, soit par tolérance véritable,
(Marguerite de Valois, sœur du roi François Ier et reine de Navarre, protège
les évangélistes). L’affaire des placards (1534) marque le début de la répres-
sion. Très vite, la question religieuse cristallise les tensions, des factions on
ne peut plus diverses se regroupent sous les étendards catholique romain
et catholique réformateur, et à partir de 1562 la France est en guerre civile.
Le massacre de la Saint-Barthélemy (1572), où beaucoup de protestants
français, les huguenots, furent tués, est l’un des épisodes les plus mar-
quants de cette période de troubles.

– Division du siècle en deux périodes bien distinctes : une première ascen-


dante, marquée par la croissance économique, par le regroupement natio-
nal autour de la couronne et par des guerres extérieures ; et une seconde
période de crise, marquée par la guerre civile. En accord avec cette division,
on réserve parfois le terme d’art renaissant pour les productions de la pé-
riode ascendante, tandis que l’on parle de maniérisme et même de ba-
roque pour la période de troubles et la fin du siècle.

La périodisation de la littérature française ne correspond pas toujours à celle de l’histoire


littéraire d’autres pays. Dans la chronologie, le baroque français est habituellement situé
à la fin du XV Iè siècle et au début du X VIIè, donc avant le classicisme.

4.2. L’apport de l’humanisme à la langue et à la littérature Lectures


complémentaires

L’humanisme n’a été qu’une des composantes de ce processus complexe M. Ciliberto. Il Rinascimento.
Storia di un dibattito. Firenze:
qu’est la Renaissance, laquelle, en tant qu’origine de l’Âge Moderne, est tou- La Nuova Italia, 1975. Nuova
introduzione per la ristampa,
jours au centre d’un débat.
1988.
Ouvrage collectif (1979). Il
Rinascimento. Interpretazioni e
problemi. Roma-Bari:
Mais l’humanisme a joué un rôle très important pour l’histoire de la
Laterza.
langue et de la littérature françaises: par sa contribution à la poétique
de l’imitation (imitation de la nature, mais aussi des modèles anciens et
Cf. le manifeste
modernes), il a renouvelé et ennobli la littérature ; par son attention à de la Pléiade,...
la question linguistique (où se trouvent mélangés des aspects politiques ... signé par Joachim Du Bellay
et des aspects grammaticaux), il a renforcé les langues nationales. et intitulé La défense et illustrati-
on de la langue française, 1549.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 48 Moyen Âge et Renaissance

Cette époque a vu l’expansion du français comme langue du royaume. En


Lectures
1539, l’ordonnance de Villers-Cotterêts dispose la rédaction en français de complémentaires
tous les documents administratifs. Les poètes s’évertuent à la rendre presti- M.M. Fragonard et É.
gieuse, et des traités de tous genres l’adoptent de plus en plus, bien que le latin Kottler (1994). Introduction à
la langue du XVI è siècle. Paris:
garde encore pour longtemps son rôle de langue savante commune à l’échelle Nathan Université.
Huguet. Dictionnaire du X VI è
internationale.
siècle.
A.-J. Greimas et Th.-M.
Keane (1992). Dictionnaire
du Moyen français. La
Cet état de la langue est appelé moyen français ou français “fluent”. Le
Renaissance. Paris: Larousse.
nationalisme de l’État moderne et la diffusion du livre ont favorisé son
expansion et son enrichissement, qui s’accompagnent naturellement
de la recherche d’une norme et d’essais de réforme de l’orthographe, ce
à quoi ont contribué les écrivains en général et les poètes en particulier.
Lecture complémentaire

Ch. Bruneau (1969). “Le


français fluent”, IVè partie de
Le poète Jacques Peletier du Mans proposa une réforme de l’orthographe (v. son Dialogue sa Petite histoire de la langue
de l’ortografe e prononciation françoeze, 1550). Adoptée par les presses lyonnaises (v. par française. Paris, A. Colin, I,
exemple les œuvres de Louise Labé chez Jean de Tournes), elle fut abandonnée par la sui- p. 96 à 139.
te. Jacques Peletier cessa alors de publier en français.

“On peut sans artifice faire à peu près coïncider la carte de l’imprimerie française dans le
Lectures
dernier quart du XV è et la première moitié du XVIè siècle avec celle des “implantations”
complémentaires
humanistes […]. Beaucoup de ces imprimeurs sont d’ailleurs eux-mêmes des savants, des
poètes, des humanistes qui éditent eux-mêmes des textes, amis et collaborateurs des au- L. Febvre et H.-J. Martin
teurs qui publient chez eux” (1971). L’apparition du livre.
Paris: Albin Michel.
J.-Cl. Margolin (1981). L’humanisme en Europe au temps de la Renaissance (p. 38). Paris: S. Trocmé Sweany (1985).
PUF. Estienne Pasquier
(1529-1615) et nationalisme
littéraire. Paris-Genève:
Champion-Slatkine.

4.2.1. Une illustration du programme humaniste :


la lettre de Gargantua à Pantagruel

Afin d’illustrer ces questions par un texte littéraire éminent, nous allons main-
tenant considérer un passage de l’œuvre de François Rabelais. Il s’agit de la let-
tre de Gargantua à son fils Pantagruel (v. Pantagruel , chapitre VIII. Éditions
bilingues de G. Demerson (Paris: Seuil, 1995) et de M.-M. Fragonard (Paris:
Pocket, 1997)).

Nous reviendrons plus tard sur Rabelais, mais ce passage vous est proposé
Lecture complémentaire
maintenant parce que l’on y trouve énoncés les points principaux du program-
V.L. Saulnier (1963).
me humaniste: l’équilibre entre rupture et continuité ; l’encyclopédisme ; le “Mythologies
pantagruéliques. L’Utopie
triomphe de la raison et le refus de l’obscurantisme, la foi en la diffusion mas- en France : Morus et
Rabelais”, dans Les Utopies à
sive de la culture par l’éducation, à l’aide de l’imprimerie, ainsi que la condam-
la Renaissance (p. 1375-162).
nation de la violence (dont la récente invention de l’artillerie a agrandi les Bruxelles / Bruxelles-Paris:
Presses Universitaires de
effets). L’optimisme et la noblesse de cette lettre (où nous trouvons l’expression Bruxelles-Presses
Universitaires de France.
célèbre “science sans conscience n’est que ruine de l’âme”), en font un des plus
beaux manifestes de l’humanisme. L’ensemble relève de l’utopie, mais, étant
donné le caractère narratif et comique de l’œuvre, il nous convient peut-être
de faire sa part à la parodie.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 49 Moyen Âge et Renaissance

“Utopiae insulae figura” et


“Utopiensium alphabetum”

Deux pages de l’édition origi-


nale de l’œuvre de Thomas
Moro, Utopia, Louvain, 1516.
(v. Le Monde, 7 avril 2000, p.
28, chronique de l’Exposition
“Utopie : la quête de la société
idéale en Occident”, Bibliothè-
que Nationale de France). La
seconde édition, Paris, 1517,
était introduite par une longue
lettre de Guillaume Budé (à qui
Érasme avait conseillé de la lire)
qui est le premier commentaire
sur l’œuvre. Comme vous pou-
vez voir sur la figure, la descrip-
tion de cette société idéale
n’oubliait pas la langue et
l’écriture.

À l’occasion de la lecture de ce passage de Rabelais, le moment est venu de


vous faire remarquer une particularité des textes français de la Renaissance. Le
français du XVIè siècle doit toujours subir quelques manipulations de la part
des éditeurs pour être mis sous les yeux du lecteur moderne non spécialisé.
Parfois il s’agit seulement d’une modernisation de l’orthographe (ce qui ne va
pas sans risques). Mais il arrive souvent que l’on juge nécessaire de traduire,
avec le paradoxe que cette traduction l’est du français au français (puisque le
français actuel, bien que très évolué par rapport à celui du XVI è siècle, n’est pas
une langue différente). C’est le cas de l’œuvre de Rabelais, dont la langue, libre
et créative, pose des problèmes de lecture et d’interprétation. Du fait de la tra-
duction, elle perd beaucoup de ses qualités. Mais dans la lettre dont il a été
question ici, dépouillée de jeux de mots et du gros comique d’autres passages,
sa belle prose tient bon.

Dans une opération inverse, François Bon est actuellement en train de publier l’œuvre de
Rabelais sans ponctuation, comme les éditions originales. Et cela dans le but de respecter
le style de boniment qui la caractérisait.

4.2.2. Le cas de Ronsard

Le plus grand poète du siècle, Pierre de Ronsard, se déclare disciple de Dorat


Note
(le premier professeur de grec du Collège des Lecteurs Royaux) dans son
“Hymne à l’Automne”, là où se trouve justement sa définition de la poésie Toutes nos citations
de Ronsard renvoient à l’éditi-
comme un “fabuleux manteau ”, un voile de fables (c’est-à-dire les mythes, on de P. Laumonier, S.T.F.M. ,
1914-1983, 28 t.v. Nous avons
les contes cachant et révélant en même temps la vérité). Le poète fait précéder modernisé l’orthographe.
le récit sur l’Automne du récit de son autobiographie intellectuelle:

… et de là je vins être
disciple de Dorat, qui longtemps fut mon maître,
m’apprit la Poésie, et me montra comment
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 50 Moyen Âge et Renaissance

on doit feindre et cacher les fables proprement,


et à bien déguiser la vérité des choses
d’un fabuleux manteau dont elles sont encloses.

Nouvelles Poésies, 1563-1564, v. 79-82.

Dans un de ses premiers sonnets amoureux (“Sainte Gâtine, heureuse secrétai-


Lectures recommandées
re”, v. ci-dessous), il se dit nourri, comme poète, par la nature physique où il
P. De Nolhac (1921).
a grandi, qu’il dit vouloir égaler aux mythes anciens. Sa poétique est donc le Ronsard et l’humanisme.
Paris: Champion.
fruit de l’expérience et de l’humanisme.
P. Laumonier (1932).
Ronsard, poète lyrique. Paris:
Hachette.
Même rôle capital de l’humanisme pour ses rythmes, ainsi que pour quelques G. Demerson (1972). La
genres qu’il a puisé, surtout au début de sa production, dans les grands lyri- mythologie classique dans
l’œuvre de la Pléiade. Genève:
ques anciens, au point que ses détracteurs l’accusaient avec mordacité de par- Droz.

ler grec en français. Lui-même ironisait au sujet de sa mise à sac des auteurs
latins, (v. “Contre un qui lui déroba son Horace”, Odes, 1550 ; cf. “Emprun-
tons d’Horace non seulement le vers harpé mais aussi la harpe”, Œuvres , 1560,
X, p. 380. “Je veux lire en trois jours l’Iliade d’Homère...”, Cont. des Amours,
1555-1556, VII, p. 182).

La poésie a tenu lieu pour lui d’Utopie, une Utopie intellectuelle à laquelle il
convoquait ses amis humanistes :

Partons, Muret, allons chercher ailleurs


un ciel meilleur, et d’autres champs meilleurs.
Laissons, Muret, aux Tygres effroyables,
et aux Lions ces terres misérables.
Fuyons, fuyons quelque part où les pieds,
Ou les bateaux dextrement déliés
nous conduiront...

“Les îles Fortunées”, v. 39-45. Les Amours , 1553. V, p. 177.

Ce ne fut peut-être pas le moindre péché des humanistes que d’avoir cherché
l’utopie dans les livres. Il ne faut pas trop le leur reprocher: les livres étaient
leur seule arme. Le moment viendra où la littérature deviendra militante.

Celui qui était considéré comme le Prince des poètes a aussi été appelé “poète
Lecture recommandée
des Princes”.
G. Demerson (éd.) (1984).
La notion de genre à la
Toujours est-il que cette poétique humaniste a non seulement enrichi son œu- Renaissance. Genève:
Slatkine.
vre, mais aussi la langue française. Ronsard en a élargi l’horizon, en introdui-
sant, à côté de la langue quotidienne, beaucoup de concepts nouveaux et des
Lectures
néologismes.
complémentaires

M. Raymond (1971).
C’est ainsi que cette époque a donné naissance à de nouvelles formes promises La poésie française et le
maniérisme (1546-1610).
à une longue vie dans la littérature française, mais elle a aussi intégré d’autres Genève: Droz-Minard.
formes, traditionnelles, dans lesquelles elle a insufflé un esprit nouveau. D’où Cl.-G. Dubois (1979).
Le maniérisme. Paris: PUF.
un foisonnement qui ne se laisse pas facilement classer, ni par genres ni par
Cl.-G. Dubois (1973).
styles (le maniérisme et le baroque par exemple), et dont nous présenterons Le Baroque, profondeurs de
l’apparence. Paris: Larousse.
les auteurs et les œuvres les plus importants.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 51 Moyen Âge et Renaissance

4.3. La narration et le dialogue

Au XVIè siècle, il n’y a pas de roman au sens actuel du terme: si l’on exclut
l’œuvre énorme de François Rabelais, le roman n’est représenté que par des
manifestations tardives des genres médiévaux.

On peut citer cependant un cas qui est à mi-chemin entre cette tradition et l’approche
psychologique d’une histoire sentimentale: Les angoisses douloureuses qui procèdent
d’amour (1538) est raconté à la première personne, divisé en deux parties et signé par
Hélisenne de Crenne (pseudonyme probable de Marguerite de Briet).

4.3.1. François Rabelais (1483?-1553)

Il a réalisé dans son œuvre la synthèse des savoirs et des formes moyenâgeux
avec ceux des temps renaissants. Les cinq livres que l’on connaît par le titre
abrégé de Gargantua et Pantagruel (1532-1562), constituent une épopée burles-
que, dont les héros ne sont pas que des géants (Pantagruel et Gargantua), mais
aussi des personnages à l’échelle humaine (Panurge). Pantagruel, dans sa po-
sition privilégiée (il est le géant, il est le roi, il a la force, il avale tout…), donne
son nom au pantagruélisme , une “certaine gaîté d’esprit confite en mépris
des choses fortuites” (Quart Livre, prologue). Face à lui, son ami Panurge repré-
sente les angoisses, les craintes et les ruses de l’homme aux prises avec le mon-
de ; il tient donc un rôle très important.

La matière de ces livres est un mélange de littérature populaire (cf. les Chroni-
Lectures
ques gargantuines), d’oralité foraine, d’esprit carnavalesque et d’humanisme. complémentaires

Rabelais fait entrer dans cette blague gigantesque les discours savants, les ques- M. Bakhtine (1970, 1982).
L’œuvre de François Rabelais et
tions graves, les affaires polémiques. Mais tout est soumis à une dérision blas- la culture populaire du Moyen
Âge et sous la Renaissance
phématoire qui n’épargne rien ni personne, et qui fit scandale, car le rire est
(trad. fr.). Paris: Gallimard.
thérapeutique et Rabelais médecin, même si cela peut être mis sur le compte R. Antonioli (1977). Rabelais
et la médecine. Genève: Droz.
de l’humanisme (il y a bien un humanisme médical).

De même le vin, dont on ne connaît que trop l’importance dans l’œuvre de


Lectures
Rabelais, délie le corps et la langue, et contribue avec la bonne chère à la complémentaires

convivialité : sous ses aspects apparemment grotesques, celle-ci, en tant que M. Jeanneret (1987). Des
mets et des mots. Banquets
reflet de la vie en société et du dialogue, est l’un des thèmes majeurs de l’œu-
et propos de table à la
vre de Rabelais : Renaissance. Paris: José Corti.

“Comme mâchemerdes [dit-il des religieux enfermés dans leurs couvents, l’une de ses bê-
* cabinet d’aisances, latrines ;
tes noires, avec les théologiens de la Sorbonne] l’on les rejette en leurs retraits*, ce sont cf. esp. retrete.
leurs couvents et abbayes, séparés de conversation politique** comme sont les retraits ** écartés de la vie sociale
d’une maison”. et publique.

Gargantua, 40, p. 161.

Puisqu’il s’agit d’un roman, son comique est autant de situation que de langa-
ge (avec des jeux de mots savants et vulgaires). Tout y tient, tout y passe: la
politique, la religion, la guerre, le sexe, l’éducation, le corps, l’argent, l’utopie,
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 52 Moyen Âge et Renaissance

la violence et la mort. Mais aussi les systèmes symboliques et les modes de re-
présentation.

Parmi ceux-ci (mythologies, emblèmes, l’art, le jeu…), le langage est surtout


Érasme n’est pas loin,...
mis en relief. Nous y trouvons, bien sûr, la question du français face au latin
... que Rabelais appelait son
et à la diversité des langues, réelles ou inventées; nous y trouvons aussi le latin père dans une lettre, ou plutôt
macaronique, le baragouin, les jargons et les divers discours. Il ne manque ni sa mère, disait-il, puisqu’il
l’avait nourri à ses mamelles
les délires comiques (v. “Les propos des bien ivres”), ni la typographie, ni le (sic : latin uberibus) : “ce que je
suis, ce que je vaux, c’est de toi
langage par signes, ni l’absence de signes. seul que je l’ai reçu.”

Tout cela, malgré son gros comique, ne va pas sans poser une question capita-
le, celle de l’ambiguïté et de l’interprétation, en définitive la question du
sens. C’est avec lui que joue la prose géniale de Rabelais, le jeu étant aussi une
représentation factice, comme l’on peut voir dans plusieurs passages de son
œuvre.

On comprend alors la difficulté à faire adhérer l’auteur à une doctrine ou à une


autre, ou à lui faire prendre une position personnelle sur les thèmes suscités.
Dans le monument de langage qu’est le monde, comme dans l’énorme fait de
langue en quoi consiste son œuvre, tout conjure pour susciter le sens, mais
aussi pour le pervertir. Le lecteur a beau à chercher la substantifique moelle
prônée dans le prologue du Gargantua , il ne trouve souvent que le non-sens:
s’il accepte de jouer avec l’auteur à cache-cache (comme le chien philosophe
de ce fameux prologue joue avec son os), il en tirera le plaisir du rire, qui libère
du sérieux du dogmatisme. C’est là que résident la sagesse et l’esprit :

“Ainsi le ‘sens’ que nous cherchons nous échappe sans cesse, comme au jeu du furet nous
découvrons après qu’il s’est passé quelque chose, que quelque chose a passé, et nous ne
savons pas quoi précisément, pris que nous sommes dans la joie du mouvement et l’in-
quiétude de ne pouvoir fixer. Peut-être est-cela le passage de l’esprit?”

J.-Y. Pouilloux (1989). “Questions de lecture”, Cahiers Textuel 33/34 (nº 4-5, p. 12). Sou-
ligné dans le texte.

4.3.2. Les recueils de nouvelles. L’Heptaméron de Marguerite


de Navarre

Dans le souci compilateur des auteurs de recueils de nouvelles (que l’on con-
Lectures
sidère comme une vraie création de l’époque), il y a un double dessein: per- complémentaires

pétuer par l’écriture le trésor des contes transmis par des voies diverses, et G.-A. Pérouse (1977).
Nouvelles françaises du X VI è
l’enrichir en y ajoutant de nouveaux contes, pour le plaisir de raconter. Cons- siècle. Images de la vie du
cients de la tradition orale du genre, les auteurs-compilateurs essaient de re- temps. Genève: Droz.
L. Sozzi (éd.) (1981). La
produire par l’écriture la situation d’oralité, avec un certain réalisme. C’est nouvelle française à la
Renaissance. Paris-Genève:
ainsi (et cela relève déjà de la création romanesque au sens moderne du mot) Slatkine.
que quelques-uns ajoutent à la compilation le développement, dans un cadre
supposé réel, de la scène où se déroule l’action de raconter.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 53 Moyen Âge et Renaissance

Cela donne deux plans de narration: celui du lieu et du moment où l’on ra-
conte, et dont les personnages sont tour à tour les narrateurs (c’est l’histoire
cadre); et celui des contes proprement dits, racontés par les conteurs, et dont
la variété de ton et de longueur embrasse l’anecdote, la légende, le mer-
veilleux, le fantastique, le romanesque, la gauloiserie… Le réalisme est dans le
cadre et dans certains récits. Et ce cadre fournit parfois son titre au recueil,
comme pour les Sérées ou les Nouvelles recréations et joyeux devis .

Montaigne loue
L’Heptaméron, de Marguerite de Navarre (1492-1549), peut être consi- la “bonne étoffe”...

déré comme le plus important de tous ces recueils. Il ne fut publié ... du livre de la reine de Navarre,
qu’il qualifie de “gentil”
qu’après sa mort, et le titre que la postérité lui donna tient au nombre
(Essais, II, “De la cruauté”,
de récits qu’elle laissa: ils sont à peu près soixante-dix (cela dépend des p. 430). S’agit-il d’un compli-
ment de convenance,
versions), racontés par dix conteurs au long de sept journées, sur des ou d’une valorisation réelle
du tissu qui relie les contes
thèmes fixés d’avance. L’auteur se réfère dans le prologue au Décameron dans un ensemble?
de Boccace (modèle éminent du genre, que les conteurs français
avaient déjà imité depuis les Cent nouvelles nouvelles), mais elle le fait
pour souligner une différence: son but, affirme-t-elle, n’est pas l’art
mais la vérité.

Cette vérité nous devons la chercher non pas tant dans l’historicité des récits Lectures
complémentaires
(pourtant indéniable dans certains cas), mais dans le tissu qui les fait tenir en-
Ph. De Lajarte (1975).
semble, et qui n’est autre que le dialogue qu’entretiennent les conteurs. Mar-
“L’Heptaméron ou la
guerite a développé d’une façon extraordinaire l’histoire cadre, et ne l’a pas naissance du récit moderne”,
Littérature, (nº 17, fév., p. 31
abandonnée une fois posée. Bien au contraire: lorsque ses conteurs devien- à 42).
dront à leur tour des narrateurs, ils auront déjà une personnalité bien définie, J. Lyons (1989). Exemplum.
Princeton University Press.
c’est-à-dire qu’ils seront de vrais personnages. Ils choisiront leurs récits com-
me des exemples, ce qui suppose une interprétation des faits en accord avec
leur propre position face au thème en question. Et leurs propos sur les récits
des autres conteurs montrera aussi que chacun lit le monde à sa façon.

C’est ainsi que ce recueil de contes devient un vrai dialogue des conteurs,
dont la conséquence la plus notable est la fragmentation du discours (d’où sa
modernité). Parmi ces conteurs, la critique a fait de Parlamente l’alter ego de
l’auteur: elle tient d’elle, en effet, le bon sens et l’humour, ainsi que le rôle de
meneur du jeu.

Cela dit, il faut rendre au recueil sa condition de collection de contes, ayant


pour sujet presque unique l’amour et la guerre des sexes, mais qui sont d’une
diversité remarquable: ils vont du fabliau et l’anecdote gauloise à l’idéalisme
le plus pur, du romanesque au fait réel. Quelques-uns sont empruntés à la tra-
dition (orale ou écrite), mais d’autres sont originaux, mettant en scène des per-
sonnages historiques de l’entourage de Marguerite.

Parmi les récits provenant de l’histoire immédiate, il faut remarquer la nouvelle nº 12,
sur l’assassinat d’Alessandro dei Medici par Lorenzaccio. Si elle essaie d’expliquer une
énigme historique à l’aide de la fiction, elle contient en même temps une justification du
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 54 Moyen Âge et Renaissance

tyrannicide. Cette histoire, dont le protagoniste lui-même avait fait le récit, a donné au
XIX è siècle le drame romantique d’Alfred Musset intitulé Lorenzaccio .

C’est ainsi que le livre dans son ensemble, à travers son double niveau des ré-
Lecture complémentaire
cits et des dialogues, réussit à peindre la pluralité de facettes de l’amour, et les
E.V. Telle (1970). L’œuvre de
diverses attitudes envers les rapports hommes-femmes. À cause de cela, on l’a Marguerite d’Angoulême, reine
considéré comme une intervention de l’auteur dans la querelle des femmes. de Navarre, et la querelle des
femmes. (réimpression).
Genève : Slatkine.

4.4. La poésie lyrique

Plusieurs écoles se sont succédées au cours du siècle, des rhétoriqueurs aux


poètes de la fin du siècle (dont Desportes dans l’entourage courtisan des der-
niers Valois ou Agrippa d’Aubigné, poète protestant), en passant par les maro-
tiques, les Lyonnais et la Pléiade. C’est à ces deux derniers groupes que nous
allons nous arrêter, pour présenter leurs plus grands représentants.

4.4.1. Les poètes lyonnais

Lyon est la ville qui illustre le mieux la France de la Renaissance. Par sa


situation géographique entre l’Italie, la Suisse et l’Allemagne; par ses
activités liées au commerce, les finances, l’industrie de la soie et du li-
vre, elle a connu une intense vie urbaine, où les courants intellectuels
modernes ont trouvé un foyer accueillant.

Maurice Scève (1500?-1560?) est surtout l’auteur de Délie, objet de plus haute
vertu, 1544, premier recueil pétrarquiste en France.

Il s’agit d’une série de 449 dizains, accompagnés par 50 emblèmes. L’auteur


Note
y développe une thématique du désir qui tourne autour de l’énigmatique
“Délie”, dont le nom évoque la Lune, et qui combine la féminité terrestre Maurice Scève a trouvé la tom-
be de la Laura de Pétrarque à
avec le mystère de la nuit. Elle incarne la lumière, “…je te cèle en ce surnom Avignon, ce qui doit être com-
pris dans un sens symbolique.
louable / pour ce qu’en moi tu luis la nuit obscure”, diz. 59, mais elle est en
même temps l’image de la mort, “Comme Hécaté tu me feras errer / et vif et
mort cent ans parmi les Ombres…”, diz. 22. Dans le nom propre de cette fi-
Délie,...
gure poétique, on peut voir aussi une anagramme de “l’Idée”. La densité de
... en référence à l’île de Délos,
sa thématique, son aspiration à l’absolu, font de la Délie une œuvre d’une où les jumeaux Apollon et Dia-
grande beauté, mais difficile. ne –le soleil et la lune–, étaient
nés.

Le projet de l’auteur est en effet très ambitieux : certains dizains semblent viser
la totalité du temps et de l’espace (et le dernier, l’éternité et l’immortalité) ;
d’autres posent la question de l’image (l’idole, le portrait, le miroir, l’œil...) ou
emploient une certaine phraséologie néo-platonicienne; d’autres encore sont
des allusions à l’histoire contemporaine. Et cependant, on voit souvent percer
la fraîcheur du quotidien:
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 55 Moyen Âge et Renaissance

Sur le Printemps que les Aloses montent,


ma Dame et moi sautons dans le bateau,
ou les pêcheurs entre eux leur prise comptent,
et une en prend, qui, sentant l’air nouveau,
tant se débat qu’enfin se sauve en l’eau,
dont ma Maîtresse et pleure et se tourmente.
“Cesse, lui dis-je, il faut que je lamente
l’heur* du Poisson que n’as su attraper,
* bonheur
car il est hors de prison véhémente,
** jamais
où de tes mains ne peux onc** échapper.”

Dizain 226.

La Délie combine en effet une histoire d’amour séduisante avec une ascèse
poétique, peut-être même une mystique.

Maurice Scève est aussi l’auteur de la Saulsaye, églogue de la vie solitaire (où un
berger et un citadin dialoguent sur leurs milieux respectifs), ainsi que du Mi-
crocosme, long poème sur l’histoire de l’homme à partir de l’expulsion du Pa-
radis, qu’il essaye de reconquérir dans le monde, par son effort et son travail.

Louise Labé (1524?-1566) a publié dans un seul volume, Oeuvres, 1555, des
poèmes d’amour (trois élégies et vingt-quatre sonnets), ainsi qu’un dialogue
dramatique intitulé Le Débat de Folie et d’Amour. L’ensemble était précédé
d’une longue épître, dédié à une jeune patricienne lyonnaise, et qui contient
un manifeste féministe. Les sonnets communiquent une voix claire et pas-
sionnée, qui compte parmi les plus singulières et vivantes de la Renaissance.

Elle a renouvelé le pétrarquisme, et la tradition de la poésie érotique en géné-


ral, non seulement parce que femme, mais aussi parce que libre des contrain-
tes d’école. Dans ses vers, le lieu commun du feu d’amour reprend toute sa
violence:

“tant de flambeaux pour ardre une femelle ! ”

Sonnet II, v.11.

On pourrait en dire autant, par exemple, de l’image du lierre ou de l’antithèse:

“si, de mes bras le tenant accolé,


comme du lierre est l’arbre encercelé,
la mort venait, de mon aise envieuse,

lors que souef* plus il me baiserait, * avec douceur


et mon esprit sur ses lèvres fuirait,
bien je mourrais, plus que vivante, heureuse.”

Sonnet XIII, vv. 9-14.

Dans le thème du baiser, qui a donné naissance à tout un genre dans la poésie
Cf. les Basia,...
érotique de cette époque, c’est le plaisir réciproque, l’atteinte de l’autre, qu’elle
met en valeur : ... du poète néo-latin Jan Eve-
raerts (qui signait Johannis Se-
cundus), 1511-1536).
“jouissons-nous l’un de l’autre à notre aise.”

Sonnet XVIII, v. 8.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 56 Moyen Âge et Renaissance

La postérité a fait de Louise Labé une légende. Elle ne doit pas nous faire
Lecture complémentaire
oublier son art, où, mis à part les vers, il faut aussi valoriser la prose: le Débat
F. Rigolot (1984). “Signature
de Folie et d’Amour montre un grand esprit, de l’ironie, et des dons discursifs et et signification: les baisers de
dramatiques très notables. Louise Labé”. Dans Romanic
Review, (LXXV, 1, jan., p. 10-
24).

4.4.2. La Pléiade

Lecture complémentaire
À partir de la moitié du siècle, un groupe de poètes à mi-chemin entre
H. Chamard (1939-1940).
la Cour et l’humanisme gravitait dans l’orbite de la monarchie; ils Histoire de la Pléiade (4 vol.).
étaient entrés en contact chez Lazare de Baïf et sous l’enseignement de Paris: Didier.

Dorat. Ils se proposent de renouveler la poésie française. Leur volonté


n’était pas uniquement poétique, elle était aussi patriotique: ils avaient
un projet poétique ambitieux, le poète se devait d’enrichir la langue et
la littérature françaises.

Leur verve polémique s’est exercée au début contre les poètes traditionnels, face auxquels
ils arboraient leur maîtrise des rythmes et des formes modernes (nourris paradoxalement
d’antiquité); par la suite, elle s’est exercée dans la propagande politique et religieuse, ain-
si que dans la satire, à l’occasion des guerres. La beauté de leurs œuvres n’en est pas moins
grande, bien au contraire: la conscience de cette servitude de la poésie vis-à-vis des cir-
constances n’est pas le moindre de leurs attraits.

Pierre de Ronsard (1524?-1585) était le chef de file de ce mouvement, qui se


proposait de produire en langue française des œuvres notables dans tous les
genres nouveaux. Il l’appela d’abord la Brigade, et plus tard la Pléiade, séduit
par le groupe de poètes alexandrins du même nom, en référence à une cons-
tellation de sept étoiles. La Pléiade française était plutôt un idéal, un mythe
que Ronsard a créé dans son œuvre en s’y référant fréquemment. Nous y pou-
vons compter, comme noyau principal, Joachim Du Bellay, Antoine de Baïf et
Rémy Belleau, puis Étienne Jodelle, que Ronsard a salué chaleureusement en
tant qu’auteur tragique, mais qui, tombé en disgrâce, est devenu le poète mau-
dit de la Pléiade.

Pour arriver au chiffre mythique de 7 (qui n’est qu’un parti pris), il nous faudrait ajouter
d’autres auteurs qui à un moment ou à un autre ont été de la partie (comme Jacques Pe-
letier, qui a joué à l’origine un rôle important).

Quant à l’œuvre personnelle de Ronsard, elle est abondante et très va-


riée ; il aurait aimé être, outre “Pierre de Ronsard, Vendômois” (sa signa-
ture), le Pindare et l’Horace français, la trompette et la lyre. Il a
commencé sa production avant 1550, et il l’a poursuivie dans le travail
et l’allégresse aussi bien que dans la mélancolie ou le combat jusqu’à sa
mort. Il a pratiqué tous les genres, tous les tons, tous les sujets: il disait
vouloir prendre exemple de la Nature, qui prend les formes les plus di-
verses, et dont l’énergie créatrice se renouvelle continuellement.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 57 Moyen Âge et Renaissance

En 1584, il publiait encore une nouvelle édition de ses œuvres (en 1560 il avait réalisé la
première); il en profitait comme d’habitude, pour introduire de nouveaux textes, pour
en remanier l’organisation par genres, et pour les corriger. En étudiant cette évolution on
a pu le déclarer à l’origine de la réforme classiciste.

L’entrelacement de trois grands thèmes, la Nature, le Temps et l’Amour,


dans leurs divers aspects et manifestations, fait le charme et la richesse
de la poésie de Ronsard.

De la Nature il a emprunté souvent la voix: c’est à elle qu’il demandait de


chanter ses amours ou de représenter le dialogue amoureux, là où les mots n’y
arrivent pas:

Ciel, air et vents, plains et monts découverts,


tertres fourchus et forêts verdoyantes,
rivages tors, et sources ondoyantes,
[...] et vous, bocages verts,
puisqu’au partir […] l’adieu je n’ai su dire,
je vous supplie, Ciel, air, vents, monts et plaines,
taillis, forêts, rivages et fontaines,
antres, prés, fleurs, dites-le lui pour moi.

Les Amours, 1552, LXVII.

J’aurai toujours au cœur attachés les rameaux


du lierre, où ma dame osa premier écrire
(douce ruse d’amour) l’amour qu’elle n’osait dire,
l’amour d’elle et de moi, la cause de nos maux.

La Continuation des Amours, 1555, LIX, v. 1-4.

C’est d’elle qu’il tirait ses plaisirs:

Je mourais de plaisir voyant par ces bocages


les arbres enlassés de lierres épars,
et la lambruche* errante en mille et mille parts * vigne sauvage
ès** aubepins fleuris près des roses sauvages. ** en les, dans les
*** roucoulants
Je mourais de plaisir oyant les doux langages
des hupes, et coucous, et des ramiers rouhards***
…………………..………………………

Je mourais de plaisir voyant en ces beaux mois


sortir de bon matin les chevreuils hors des bois,
et de voir frétiller dans le ciel l’alouette.

Je mourais de plaisir, où je meurs de souci,


ne voyant point les yeux d’une que je souhaite
seule, une heure en mes bras en ce bocage ici.

Ib., LX.

Il l’a chantée dans une ambition cosmique (cf. l’“Hymne au Soleil”). Il y pui- Forêt de Gâtine
sait aussi les sources de son inspiration. La forêt de Gâtine, dans son Vendô-
Lors d’une période de défriche-
mois natal, en est le meilleur exemple: il l’avait célébrée dès ses premiers ment général dans toute l’Eu-
rope, la Forêt de Gâtine
Amours (v. le sonnet “Sainte Gâtine, heureuse secrétaire…”), il a maudit ses as- (propriété d’Henri de Bour-
bon) venait d’être coupée.
sassins quand il l’a vu abattre.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 58 Moyen Âge et Renaissance

L“Élégie” ‘contre les bûcherons de la Forêt de Gâtine’ peut être considérée comme son
testament poétique. Elle est apparue dans la dernière édition de ses Oeuvres, en 1584, et
elle synthétise ses thèmes les plus chers : la nature nourricière et vivante, sa force, ses voix
et sa beauté, que l’homme, avide du surplus, tarit d’un coup tranchant. Au milieu d’ar-
guments valables encore aujourd’hui (par exemple : la disparition de la forêt entraînera
le manque d’eau), nous voyons percer la mélancolie du Temps. Les derniers vers essaient
de conjurer le pessimisme historique qui en découle, par un acte de foi en la pérennité
de la matière :

Ô Dieu, que véritable est la philosophie,


qui dit que toute chose à la fin périra,
et qu’en changeant de forme une autre vêtira.
de Tempé la vallée un jour sera montagne,
et la cime d’Athos une large campagne ;
Neptune quelquefois de blé sera couvert.
La matière demeure et la forme se perd.

Ronsard nourrit un sentiment élégiaque envers l’état de nature, que le mythe


Lecture complémentaire
traditionnel de l’Âge d’or situe dans l’enfance de l’humanité: vie conforme à
E. Armstrong (1968).
la nature, avec des activités économiques et des institutions naturelles, par op- Ronsard and the Age of Gold.
Cambridge University Press.
position à la vision négative du présent, où l’avarice, l’envie, la guerre et la dis-
corde ont fait s’enfuir la Justice (Astrée) qui régnait dans l’Âge d’Or.

Dans la “Complainte contre Fortune”, 1560, il a utilisé ces arguments pour condamner
l’expédition de Villegaignon (par ordre de l’Amiral de France Coligny), qui avait fondé
une colonie française en Amérique.

Ronsard était aussi un grand conteur. Il n’avait pas la veine épique (il a entre-
Lecture complémentaire
pris un long poème sur l’histoire mythique de la France qu’il n’a jamais termi-
C. Martínez (1993). “Un
né), mais quelques-uns de ses poèmes sont de petites épopées, des récits poète conteur: Ronsard et les
Dioscures”, dans Poétique et
fabuleux où il mêlait son art et son imagination aux sources de la mythologie narration. Mélanges offerts à
ancienne. De là sa belle conception de la poésie comme “fabuleux manteau”*, G. Demerson. Paris:
Champion, p. 225 à 238.
voile de fables qui cache et révèle en même temps la vérité.

Les femmes qu’il a chantées dans ses Amours, font aujourd’hui partie de sa V. au chapitre 4.2.2.: Le cas
de Ronsard, Hymne de l’Automne.
légende. Un triptyque est formé par Cassandre (nom troyen de son premier
amour, qu’il n’a jamais oublié), Marie (la paysanne angevine), et Hélène (en-
core un nom mythique pour celle qu’il appela sa “dernière aventure”); il faut
y en ajouter d’autres, comme Astrée, Genèvre ou Sinope: toutes signalent les Lecture complémentaire

étapes d’une autobiographie poétique, qu’il ne faut pas confondre avec la réa- F. Rigolot (1977). Poétique et
onomastique. Genève: Droz.
lité. Une réalité dont il se disait parfois l’esclave, mais qu’il transfigurait.

S’il s’est glorifié quelquefois de les avoir rendues célèbres (v. “Quand vous se-
rez bien vieille, au soir, à la chandelle…”, Sonnets pour Hélène , 1578), il s’est
avoué vers la fin de sa vie n’avoir été que le reflet du bonheur qu’il en espérait.

Les avatars d’un sonnet à Marie, “Si j’étais Jupiter, Marie, vous seriez / mon épouse Ju-
non”, qu’il a remanié plusieurs fois, va nous permettre d’illustrer cette question. La ver-
sion définitive proclame à notre avis le triomphe de la réalité sur la poésie et sur
l’imagination. Il s’agit d’un très beau sonnet.

Tendre, cynique, souvent tragique et toujours artiste, Ronsard reste pour la


postérité le poète de l’amour et des roses. Il se disait saturnien (né sous le signe
de la mélancolie), mais il est de ceux qui ont su le mieux chanter l’amour et le
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 59 Moyen Âge et Renaissance

plaisir, peut-être parce qu’il avait une conscience aiguë de la fragilité de toute
beauté, face au temps et à la mort.

V. l’ode “Quand au temple nous serons, / agenouillés nous ferons… […] // Mais quand
au lit nous serons … […] Pratiquent folâtrement en amour cent mignardises.” Sa piquan-
te légèreté relève d’un rythme où non seulement compte la musique du gracieux vers im-
pair, ou les urgences de l’amant interpellant sa maîtresse, mais aussi la terrible antithèse
entre le temps propre au plaisir et la vision de la mort.

Un autre exemple nous est fourni par l’ode “Mignonne, allons voir si la rose, / Qui ce
matin avait déclose / Sa robe de pourpre au soleil …”, peut-être sa pièce la plus populaire. Lecture complémentaire

M. Raymond (1927, 1965).


L’influence de Ronsard dans la
Sa renommée, qui a été grande de son vivant, ne s’est pas éteinte dans la pos- poésie française . Genève:
Droz.
térité. Victor Hugo disait qu’après lui on n’avait rien inventé dans le lyrisme
français.

Joachim Du Bellay (1522-1560), le second en importance des poètes de la


Du Bellay est l’auteur...
Pléiade, n’a pas vécu aussi longtemps que son ami Ronsard. Son œuvre montre
... de La Défense et illustration
trois veines principales : amoureuse, élégiaque et satirique. En 1549 il a publié de la Langue Française, 1549,
les Cinquante sonnets à la louange d’Olive, second recueil français d’inspiration une des ‘arts poétiques’ de
l’époque, considérée comme
pétrarquiste, qu’il a notablement augmenté par la suite. Le nom féminin choi- le manifeste de La Pléiade.

si par le poète pour l’objet de son amour évoque l’olivier, arbre de la sagesse
et de la paix. Du Bellay développe ici à sa louange une thématique néo-plato-
nicienne, où l’idéalisme et la spiritualité ont produit de très beaux vers. Un des Pour le nom d’Olive,…

sonnets les plus réussis est celui-ci: … qu’elle ne mérite pas, voyez
le sonnet qui commence “Ren-
dez à l’or…”

Si notre vie est moins qu’une journée


en l’éternel, si l’an qui fait le tour
chasse nos jours sans espoir de retour,
si périssable est toute chose née,

que songes-tu, mon âme emprisonnée?


Pourquoi te plaît l’obscur de notre jour,
si pour voler en un plus haut séjour,
tu as au dos l’aile bien empennée?

Là, est le bien que tout esprit désire,


là, le repos où tout le monde aspire,
là, est l’amour, là, le plaisir encore.

Là, ô mon âme au plus haut ciel guidée!


tu y pourras reconnaître l’Idée
de la beauté, qu’en ce monde j’adore.

Mais ce qui fait aujourd’hui la renommée de Du Bellay est surtout l’ensemble


de ses “recueils romains”, ainsi appelés parce qu’ils sont le fruit d’un séjour à
Rome : il s’agit des Regrets et des Antiquités de Rome, publiés en 1558, avec le
Songe (suite de 15 sonnets visionnaires). Il y a développé une satire féroce de
la ville des Papes, dont la corruption et les manèges politiques côtoient dans
l’imagination du poète la nostalgie d’un idéal d’Empire et d’un idéal chrétien,
perdus. Cette antithèse entre le présent et le passé est symbolisée par les ruines
romaines, témoins d’un passé glorieux. De là les deux titres, “Les regrets” et
“Les antiquités”.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 60 Moyen Âge et Renaissance

La nostalgie de Du Bellay est pourtant plus profonde: si, dès son exil romain,
il regrette sa patrie et son foyer (v. “Heureux qui comme Ulysse…”, Regrets,
31), cet exil est aussi poétique: il se dit banni d’une poésie mythique, dont il
ne peut que rêver le bonheur et la beauté, désormais disparus:

Las, où est maintenant ce mépris de Fortune,


……………………………………………………..
où sont ces doux plaisirs, qu’au soir, sous la nuit brune
les Muses me donnaient, alors qu’en liberté
je les menais danser aux rayons de la Lune?

Maintenant la Fortune est maîtresse de moi,


…………………………………………………….
et les Muses de moi, comme étranges, s’enfuient.

Regrets , 6

Du Bellay a pratiqué une poésie du refus et de l’échec ; mais ce n’est pas seu-
Lecture recommandée
lement son propre temps perdu qu’il regrette, mais aussi l’enfance du monde
M.-M. Fragonard (1989). La
et de la poésie. plume et l’épée. La littérature
des guerres de religion à la
Fronde. Paris: Gallimard.

4.4.3. La poésie des protestants

Les guerres de religion ont introduit dans la littérature française une thémati-
que mi-religieuse mi-politique qui témoigne d’une foi militante.

Agrippa d’Aubigné (1552-1630), est son plus grand représentant. Il avait été
l’ami et le camarade d’armes d’Henri de Bourbon, roi de Navarre et chef du
parti protestant ; ils s’étaient évadés ensemble lorsque le besoin s’en était fait
sentir… Par la suite, la situation changea radicalement : lorsque le Navarrais
devint roi de France (Henri IV), il avait pour cela abjuré la foi protestante et il
était arrivé à un compromis avec ses anciens ennemis, ce qui a semblé une dé-
mission à ses anciens coreligionnaires. C’est pourquoi D’Aubigné, dans le but
de raviver la conscience religieuse endormie et l’esprit de combat, publia en
1616 Les Tragiques , oeuvre rédigée pendant l’époque antérieure:

nous avortons ces chants au milieu des armées.

I, “Misères”, v. 70.

Ce long poème épique dont le héros collectif est le peuple protestant, le peu- Lecture complémentaire
ple des élus, est divisé en sept chants, qui narrent les divers aspects d’une his- M. Soulié (1977).
toire terrible mais qui finit dans le sein du Père Éternel. Tout est vu du côté des L’inspiration biblique dans la
poésie religieuse d’Agrippa
vaincus, dont l’humiliation et les peines, mais aussi la gloire, sont chantées D’Aubigné. Paris:
Klincksieck.
avec des réminiscences bibliques. Plus encore qu’un poète engagé, D’Aubigné
est un poète partisan. Il ne faut pas lui demander de l’objectivité: l’ardeur et
une vigoureuse imagination sont ses armes. Mais ici le pamphlet rejoint la
poésie.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 61 Moyen Âge et Renaissance

Les Tragiques constituent la plus violente manifestation de la poésie baroque


française. Les jeux de métaphores, le sang et le lait mêlés dans des images
d’une beauté atroce, le paroxysme de certaines prosopopées, chantent la dou-
leur de la patrie en proie aux guerres fratricides, la haine et la persécution.

4.5. Le théâtre

Lecture complémentaire
À côté des formes dramatiques de tradition médiévale (très vivantes en-
J. Jacquot (éd.) (1955-1974).
core sur la scène populaire française), à côté de spectacles fastueux où Les fêtes de la Renaissance.
Paris: C.N.R.S.
tous les arts concouraient au divertissement des Cours, cette époque a
vu la naissance, dans les milieux humanistes, de la comédie et de la tra-
gédie. Ces deux genres nouveaux, imités des anciens et des italiens mo-
dernes, étaient promis à un grand futur : ils seront un des titres de gloire
du Grand Siècle.

Les premières pièces ont été produites dans les collèges humanistes, et elles ont été re-
Lectures
présentées par leurs propres auteurs, qui étaient des précepteurs et des étudiants. Par la
complémentaires
suite, ils ont conquis des milieux moins restreints, et finalement, avec l’avènement de
conditions sociales convenables, un vrai public. F. Charpentier (1979). Pour
une lecture de la tragédie
humaniste : Jodelle, Garnier,
Les sujets de la tragédie sont toujours graves. Elle met en scène des actions ter- Montchrestien. Presses
Universitaires de Saint-
ribles, et ses arguments sont empruntés à la mythologie et à l’histoire. Ses
Étienne.
traits caractéristiques sont : la générosité du héros (une grandeur d’âme qui lui M. Lazard (1978). La comédie
humaniste au XV Iè siècle et ses
est inhérente, et qui se manifeste même dans le crime), son audace et sa dé- personnages. Paris: P.U.F.
mesure (la hybris grecque), le dilemme (conflit où toutes les solutions sont né-
fastes), la fatalité et le dénouement funeste. Les personnages appartiennent à
une classe sociale élevée.

La tragédie est censée produire un effet moral et psychologique sur le spectateur: celui-
ci, par sa projection mimétique dans une action qui le dépasse, et qui suscite en lui l’ad-
miration, la compassion et la terreur, serait “purgé” de ses vices, ou libérerait ses propres
tensions. Cet effet est appelé la catharsis.

La comédie, au contraire, met en scène des personnages plus proches du spec-


Lectures
tateur, appartenant à des classes moyennes, dans un milieu généralement ur- complémentaires

bain. Son argument est pris dans des situations quotidiennes, parfois banales, Voir l’édition de La
Trésorière, avec d’autres
parfois insolites, mais toujours susceptibles de présenter des tableaux de mœurs. comédies de l’époque, dans
Les défauts et les vices les plus communs sont parfois étalés avec un certain réa- É. Balmas (1967). Comédies
du X VI è siècle. Paris-Milano:
lisme satirique. Le dénouement en est heureux. Citons par exempleLa Trésorière Nizet-Viscontea.
de Jacques Grévin (1561), et Les Contents , d’Odet de Turnèbe (1584 ; le titre indi- Pour O. Turnèbe (1961). Les
Contents, v. l’édition de
que le “happy end ”). S.T.F.M.

La tragédie et la comédie introduisent dans le théâtre des normes pour adapter


l’action aux besoins de la représentation et la rendre compréhensible et vrai-
semblable. Cela donnera les règles si connues de temps, d’espace et d’action,
auxquelles il faut ajouter celle des bienséances.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 62 Moyen Âge et Renaissance

La tragi-comédie, genre hybride comme montre son nom, utilise des sources
Lecture complémentaire
romanesques. Elle n’est pas toujours régulière.
R. Guichemerre (1981). La
tragi-comédie. Paris: P.U.F.
On fait la Comédie aussi double, de sorte qu’avec(ques) le Tragique le Comique se rapporte,
quand il y a du meurtre et qu’on voit toutefois qu’à la fin sont contents les plus grands et les
Rois, quand du grave et du bas le parler on mendie, on abuse* du nom de Tragicomédie.
* on utilise

4.5.1. Étienne Jodelle (1532-1573)

Il fut salué par la Pléiade comme le premier tragique français, quand sa Cléo- Lecture recommandée
pâtre captive fut représentée pour les fêtes de Carnaval à Paris en 1553, en pré-
E. Jodelle (1968). Oeuvres
sence d’Henri II et de la Cour. Au dire de l’ami qui a publié ses pièces en 1574, complètes (éd. E. Balmas, 2t).
Paris: Gallimard.
après sa mort, sa production dramatique aurait été abondante. Mais, en plus
de son œuvre lyrique, il ne nous reste qu’une autre tragédie, Didon se sacrifiant ,
et une comédie, l’Eugène (représentée, comme la Cléopâtre, en 1552-1553).

La figure emblématique
de Cléopâtre...

... représente à l’époque le sui-


cide “généreux”, c’est-à-dire
par grandeur, pour ne pas
tomber dans l’indignité. L’his-
toire de cette reine d’Égypte
qui a séduit Marc Antoine et
César, et qui a été finalement
vaincue par Octave, est arrivée
jusqu’à nos jours comme une
légende de beauté et de
fascination: la splendeur ori-
entale avait conquis l’Empire
Romain avant d’être vaincue
par lui.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 63 Moyen Âge et Renaissance

4.5.2. Robert Garnier (1544?-1590)

Il est le plus prolifique des auteurs dramatiques de cette époque: nous en


avons sept tragédies, dont Marc Antoine (publiée en 1578, où Garnier reprend
le sujet de Jodelle). Hippolyte, Antigone et Les Juives. Comme chez Jodelle, nous
trouvons un lyrisme qui révèle chez ces auteurs dramatiques les grands poètes
qu’ils étaient. Sa production reflète les conflits politiques et religieux de l’épo-
que ; il se situe dans le camp catholique. Il a aussi écrit la tragi-comédie Brada-
mante (1582). Son influence sur Corneille a été grande. Un vers comme celui
nous le rappelle :

“Il faut toujours bien faire, encor qu’il [=le Roi] le défende”

Antigone, IV, 1.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 64 Moyen Âge et Renaissance

5. Montaigne

Caridad Martínez

Michel de Montaigne (1533-1592), représente la culmination de l’Humanisme


et de la Renaissance, en même temps que leur crise.

Essai
Il est l’auteur français du XVI e siècle le plus universellement lu et recon-
nu. Une seule œuvre a rempli toute sa vie, dont le titre, Les Essais (1580, Le genre auquel les Essais de
Montaigne ont donné leur
1588), qui n’avait pas de précédent, n’allait pas non plus sans nom, tel qu’il est employé au-
jourd’hui, n’en garde souvent
conséquence: le mot renvoie au concept d’exercice: l’auteur entend plus que le nom.
mettre à l’épreuve la raison et le jugement, dans la démarche de son dis-
cours,

“duquel ce sont ici les essais”

II, 17, 653 A

L’écriture est donc la projection littéraire de cet exercice, de cette mise


à l’épreuve. Ainsi donc, nous ne devons pas voir dans le titre collectif
de l’œuvre une allusion aux divers chapitres, mais à l’incessant chemi-
nement de la pensée et de l’imagination embrassées et fidèlement ex-
primées par l’écriture. Cette-ci n’ayant d’arrêt non plus, l’activité de
l’auteur ne finira qu’à sa mort :

“Qui ne voit que j’ai pris une route par laquelle, sans cesse et sans travail, j’irai
Toutes nos citations
autant qu’il y aura de l’encre et du papier au monde?”
renvoient...

III, 9, “De la vanité”, p. 945 B. ... à l’édition de Villey, P.


(1965) Paris, P.U.F., réimpri-
mée dans la collection "Qua-
Il s’agit d’un livre unique, un livre “consubstantiel à son auteur”, qui a drige” en 1988, et qui est
mûri par lui et avec lui. C’est en ce sens qu’il disait : utilisée généralement comme
édition de référence. Les ma-
juscules signalent les couches
du texte : A pour 1980, B pour
“Je n’ai pas plus fait mon livre que mon livre m’a fait” 1988, et C pour les annotati-
ons posthumes, manuscrites
II, 18, C sur l’exemplaire de Bordeaux.
Nous en avons modernisé l’ort-
hographe.

5.1. Portrait de l’homme bien habillé mis à nu

Notre titre vise à vous faire entrer d’emblée dans un aspect très important de
Lecture complémentaire
l’œuvre de Montaigne: le paradoxe, l’apparente contradiction. Cette consta-
A. Glauser (1972). Montaigne
tation, qui se dégage de son style, peut être élargie à sa pensée, à son caractère paradoxal. Paris: Nizet.
personnel, et finalement à la nature profonde de l’homme. Car ce n’est pas
seulement de lui que les Essais parlent, mais aussi de l’homme en général ; en
effet il saisit la condition humaine à partir de son identité: sous le “je” de
Montaigne l’on peut souvent bâtir un “nous” (ce qui ne va pas sans paradoxe
non plus, étant donné que son identité est très particulière, et qu’elle est par-
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 65 Moyen Âge et Renaissance

ticulièrement décrite). Pourtant, cela ne veut pas dire du tout que Montaigne
Lectures
identifie l’individu à la totalité: la diversité est aussi l’un de ses thèmes fonda- complémentaires
mentaux. Voyez-en un exemple :
A. Compagnon (1980).
Nous, Michel de Montaigne.
“[B…] La conséquence que nous voulons tirer de la ressemblance des événements est mal Paris : Seuil.
sûre, d’autant qu’ils sont toujours dissemblables : il n’est aucune qualité en cette image des V. aussi le chapitre sur les
choses que la diversité et variété. Et les Grecs, et les Latins, et nous, pour les plus exprès exem- pronoms dans J.-Y.
ple de similitude, nous servons de celui des oeufs. Toutefois, il s’est trouvé des hommes, et Pouilloux (1970). Lire les
Essais de Montaigne. Paris :
notamment un à Delphes, qui reconnaissait des marques de différence entre les oeufs, si*
Maspéro.
qu’il n’en prenait jamais l’un pour l’autre ; [C] et y ayant plusieurs poules, savait juger de la-
quelle était l’oeuf. [B] La dissimilitude s’ingère d’elle même en nos ouvrages ; nul art peut ar-
river à la similitude. Ni Perrozet ni autre ne peut si soigneusement polir et blanchir l’envers
* ainsi
de ses cartes qu’aucuns joueurs ne les distinguent, à les voir seulement couler par les mains
d’un autre. La ressemblance ne fait pas tant un comme la différence fait autre. [C] Nature s’est
obligée à ne rien faire autre, qui ne fût dissemblable.”

III, 13, “De l’expérience”.

En second lieu, avec la métaphore de la nudité et de l’habillement (dont Montai-


gne lui-même se sert parfois), nous avons voulu mettre en valeur l’un des thèmes
majeurs de l’œuvre, et qui ouvre la voie à une de ses leçons principales: la diffi-
culté, en même temps que le besoin, de connaître la nature profonde de l’hom-
me, laquelle (paradoxalement), est toujours et partout un produit de la culture.

Les singularités de la France Antartique, autrement nommée Amérique et de plusieurs terres et îles découvertes de notre temps, par André Thévet, édition de 1558.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 66 Moyen Âge et Renaissance

C’est peut-être pour cela que Montaigne a confronté les Européens aux habitants du
Nouveau Monde, et parmi eux aux cannibales

(v. I, 31, “Des cannibales”) :

“Après un éloge un peu conventionnel de ces peuples soumis aux “lois naturelles”, la des-
cription concrète de leurs modes de vie insiste sur leurs traits conviviaux, ludiques et mo-
raux. […] Ni nostalgie factice de l’état de nature, ni condescendance de civilisé: la
découverte de l’autre, rendue possible par l’extirpation des préjugés et des critères invé-
térés.”

A. Tournon (1989). Montaigne (p. 97). Paris: Bordas.

Il essaie de la saisir à partir de sa condition d’homme civilisé, européen en crise


de civilisation.

La civilisation est chez Montaigne un objet d’observation et le but de la socié-


Note
té. Elle fait en même temps son plus grand charme: la bonhomie personnelle,
Une grande dame du XVII è siè-
le style conversationnel qui le caractérisent, doivent nous servir d’image de la
cle disait qu’elle l’aurait voulu
tolérance, l’harmonie et la paix qui devraient être le lot de la civilisation et du pour voisin, et K. Clark qu’il
était l’homme le plus civilisé de
plaisir de vivre en société: son temps (v. son livre Civilisa-
tion. Madrid : Alianza).

“Le plus fructueux et naturel exercice de notre esprit, c’est à mon gré la conférence. J’en
trouve l’usage plus doux que d’aucune autre action de notre vie ; et c’est la raison pour-
quoi, si j’étais asteure forcé de choisir, je consentirais plutôt, ce crois-je, de perdre la vue
que l’ouïr ou le parler.”

III, 8, “De l’art de conférer” –c’est-à-dire de converser–, p. 922 B.

“..pourvu qu’on n’y procède d’une trogne trop impérieuse et magistrale, je prête l’épaule
aux repréhensions que l’on fait en mes écrits ; et les ai souvent changés plus par raison
de civilité que par raison d’amendement ; aimant à gratifier et nourrir la liberté de
m’avertir par la facilité de céder ; oui, à mes dépens.”

Ib., p. 924 B.

5.1.1. La biographie de Montaigne

Montaigne était un gentilhomme aquitain, homme de lois et parlementaire.


Lectures
Il a été maire de Bordeaux et réélu. Il a développé une activité publique relati- complémentaires

vement importante, pendant le temps des troubles, dans une France ensan- D. Frame (1965). Montaigne.
A Biography. New York:
glantée, en proie à la guerre civile et divisée en factions de tous genres. Harcourt, Brace & World Inc.
M. Lazard (1992). Michel
de Montaigne. Paris: Fayard.
À l’exception d’une seule fille, Léonor, il a perdu toutes ses enfants en bas âge.
La discrétion (pour ne pas dire le silence) sur ses sentiments, ne doit pas nous
faire conclure à son indifférence. Il note ces événements dans un registre quo-
tidien en usage dans le temps (les Éphémérides de Beuverie), sans ajouter de
commentaire.

Montaigne était homme de cheval et il aimait voyager. Il souffrait de la gra-


velle (coliques néphrétiques), maladie particulièrement douloureuse, ce qui l’a
amené à entreprendre un long voyage, 1580-81, pour prendre les eaux de
“quasi tous les bains fameux de la chrétienté” ; il en a ramené le Journal de
voyage en Italie par la Suisse et l’Allemagne.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 67 Moyen Âge et Renaissance

Malgré ces avatars, ses propres adversités et celles de son pays, qu’il a servi en
essayant d’harmoniser les positions en lutte, il a gardé une complexion morale
forte, pleine d’humour et de sagesse.

Et cela peut-être grâce à sa “librairie” (sa bibliothèque), et à son propre livre


Lectures
(ses “essais”). Il avait une formation d’humaniste, et ses lectures ont été un re- complémentaires

fuge en même temps qu’une matière à réflexion. Ayant perdu un ami (nous y M. A. Screech (1983).
Montaigne and Melancoly. The
reviendrons), qui lui avait permis d’affronter le monde à deux, il s’est accroché Wisdom of the Essays.
London: Duckworth.
à son propre discours et à son écriture pour ne pas sombrer dans la mélancolie.
P. Leschemelle (1992).
Montaigne ou le mal à l’âme.
Paris: Imago.

5.1.2. L’autoportrait

Nous avons commencé par vous présenter les données biographiques qui pré-
cèdent, parce que, dans le cas de Montaigne, plus peut-être que pour d’autres
écrivains, il est important de connaître les lignes générales de sa vie, étant
donné qu’il nous avertit dès le début de son œuvre, dans sa présentation “Au
lecteur” :

“je suis moi-même la matière de mon livre.”

Cette matière n’est pas faite d’événements, puisqu’il dit avoir voulu léguer aux
siens, dans son œuvre,

“quelques traits de mes conditions et humeurs.”

Il s’agit donc d’un autoportrait, et non pas d’une autobiographie.

Cet autoportrait étant d’un genre tout à fait particulier, nous allons mettre en
valeur quelques-uns de ses traits: notons d’abord qu’il s’agit d’un portrait du
moi :

“Je ne tâche point à donner à connaître les choses, mais moi”

II, 10, “Des livres”

Un portrait intime, que l’auteur a voulu réel et objectif :

“C’est ici un livre de bonne foi, lecteur.”

Ainsi s’adresse à nous l’auteur dès la première phrase de la présentation “Au


lecteur”, et il ne nous donnera pas, par la suite, de motif d’en douter.

Il s’agit d’un portrait qui ne cherche pas à embellir le modèle, et, qui plus est,
exhaustif: l’auteur y intègre l’intérieur et l’extérieur, le physique et le psycho-
logique, les passions et les actions, les maladies et les défauts, les positions,
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 68 Moyen Âge et Renaissance

les parti pris, les relations et les réactions… Les traits d’impatience comme ce-
lui-ci:

“La sottise est une mauvaise qualité, mais de ne la pouvoir supporter, et s’en dépiter et
ronger, comme il m’advient, c’est une autre sorte de maladie qui ne doit guère à la sottise
en importunité, et est ce qu’à présent je veux accuser du mien.”

III, 8, “De l’art de conférer”.

Il y intègre aussi ses lectures. C’est ici l’un des traits les plus caractéristiques
des Essais : parfois elles fournissent un point de départ au discours, parfois el-
les s’imposent au souvenir de l’auteur, à un moment donné de son discours.
Mais il faut surtout noter que l’expérience de Montaigne comme lecteur nous
intéresse au même titre que n’importe quelle autre source d’expérience: une
source privilégiée, puisqu’elle lui permet d’intégrer l’expérience des autres:
des grands auteurs, des grands personnages de l’Histoire (que nous ne connais-
sons que par oui-dire et par la lecture).

Il y intègre aussi tous les événements de son temps: les mœurs et la politique,
Lecture complémentaire
la guerre et les opinions, les découvertes et les inventions.
G. Nakam (1982, 1983).
Montaigne et son temps. Les
événements et les Essais.
Le texte, si bref, de la présentation “Au lecteur” dont nous venons de parler, contient déjà
L’histoire, la vie, le livre. Paris:
une allusion aux événements contemporains, lorsque l’auteur nous dit qu’il se serait Nizet.
peint “tout nu” s’il se comptait parmi “ces nations qu’on dit vivre encore sous la douce
liberté des premières lois de nature”, c’est-à-dire les habitants de l’Amérique, récemment
découverte.

De même pour l’art, l’amour, la mode et les diversions…

Cette réalité est toujours vue sous une perspective personnelle, et la réflexion
n’exclut pas, bien au contraire, l’ironie, l’aménité non plus.

Vous trouverez une illustration de cela dans le paragraphe suivant, extrait du chapitre in-
titulé “Des senteurs”. À un moment donné, l’auteur y considère le sens de l’odorat et le
plaisir qu’on peut en tirer, il se souvient du parfum des baisers, lequel, restant longtemps
sur sa moustache, prolongeait le plaisir:

“[...][B] Quelque odeur que ce soit, c’est merveille combien elle s’attache à moi, et com-
bien j’ai la peau propre à s’en abreuver. Celui qui se plaint de nature, de quoi* elle a laissé
l’homme sans instrument à porter les senteurs au nez, a tort ; car elles se portent elles- * ce qu’elle
** trahissent, révèlent
mêmes. Mais à moi particulièrement, les moustaches, que j’ai pleines, m’en servent. Si
*** relation, fréquentation
j’en approche mes gants ou mon mouchoir, l’odeur y tiendra tout un jour. Elles accu-
sent** le lieu d’où je viens. Les étroits baisers de la jeunesse, savoureux, gloutons et glu-
ants, s’y collaient autrefois, et s’y tenaient plusieurs heures après. Et pourtant, je me
trouve peu sujet aux maladies populaires, qui se chargent par la conversation***, et qui
naissent de la contagion de l’air ; et me suis sauvé de celles de mon temps, de quoi il y
en a eu plusieurs sortes en nos villes et en nos armées. [C] On lit de Socrate que, n’étant
jamais parti d’Athènes pendant plusieurs rechutes de peste qui la tourmentèrent tant de
fois, lui seul ne s’en trouva jamais plus mal. [B] Les médecins pourraient, crois-je, tirer
des odeurs plus d’usage qu’ils ne font ; car j’ai souvent aperçu qu’elles me changent, et
agissent en mes esprits selon qu’elles sont ; qu’il me fait approuver ce qu’on dit, que l’in-
vention des encens et parfums aux Églises, si ancienne et épandue en toutes nations et
religions, regarde à cela de nous réjouir, éveiller et purifier le sens pour nous rendre plus
propres à la contemplation. [...]”

I, 55, “Des senteurs”.


© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 69 Moyen Âge et Renaissance

C’est ainsi que ce portrait ne ressemble à aucun autre. Il part, bien sûr, d’un
individu concret. Mais il arrive à dépeindre, d’un côté, sa construction en tant
qu’individu par sa vie réelle ; de l’autre (et cela est peut-être le plus nouveau
et le plus important), la construction de la réalité à partir de l’individu.

Ces deux plans (réalité et individu) nous sont présentés dans le temps et sa va-
riation rapide:

“Moi à cette heure et moi tantôt sommes bien deux ; mais quand meilleur, je n’en puis
rien dire.”

III, 9, “De la vanité”, p. 964C.

Les Essais sont un tableau parfait de l’ instabilité générale, qui révèle chez
Lecture complémentaire
l’auteur une conscience très aiguë, même angoissée, du mouvement :
J. Starobinski (1982).
Montaigne en mouvement.
Paris: Gallimard.
“Le monde n’est qu’une branloire pérenne”

La réalité n’étant que mouvement et transition (y compris l’intérieur de


l’homme), c’est donc ce que l’auteur peint :

“Je ne peins pas l’être, je peins le passage.”

Un autre trait qui fait de cet autoportrait quelque chose de singulier, c’est qu’il
peint l’homme en général, puisque,

“Chaque homme porte la forme entière de l’humaine condition.”

Voyez ci-dessous le fragment d’où les dernières phrases citées ont été extraites. Nous nous
sommes permis de mettre en valeur les phrases en question, ainsi que quelques autres qui
nous semblent aussi importantes. Mais remarquez surtout le contexte, le mouvement du
discours, le tableau d’ensemble qui s’en dégage:

“Les autres forment l’homme; je le récite ; et en représente un particulier bien mal for-
mé, et lequel, si j’avais à façonner de nouveau, je ferais vraiment autre qu’il n’est. Meshui
c’est fait. Or les traits de ma peinture ne fourvoient point, quoiqu’ils se changent et di-
versifient. Le monde n’est qu’une branloire pérenne. Toutes choses y branlent sans
cesse : la terre, les rochers du Caucase, les pyramides d’Egypte, et du branle public et du
leur. La constance même n’est autre chose qu’un branle plus languissant. Je ne puis as-
seurer mon objet. Il va trouble et chancelant, d’une ivresse naturelle. Je le prens en ce
point, comme il est, en l’instant que je m’amuse à lui. Je ne peins pas l’être. Je peins le
passage : non un passage d’âge en autre, ou, comme dit le peuple, de sept en sept ans,
mais de jour en jour, de minute en minute. Il faut accommoder mon histoire à l’heure.
Je pourrais tantot changer, non de fortune seulement, mais aussi d’intention. C’est un
contrerolle de divers et muables accidents et d’imaginations irrésolues et, quand il y
eschet, contraires: soit que je sois autre moi-même , soit que je saisisse les sujets par au-
tres circonstances et considérations. Tant y a que je me contredis bien à l’aventure,
mais la vérité, comme disait Demades, je ne la contredis point. Si mon âme pouvait
prendre pied, je ne m’essayerais pas, je me résoudrais: elle est toujours en appren-
tissage et en épreuve.

Je propose une vie basse et sans lustre, c’est tout un. On attache aussi bien toute la phi-
losophie morale à une vie populaire et privée qu’à une vie de plus riche étoffe: chaque
homme porte la forme entière de l’humaine condition.”

III, 2, “Du repentir”, p. 804, B.


© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 70 Moyen Âge et Renaissance

Disons finalement que, conformément à son but, qui est de s’essayer, Montai-
gne se pense en train de penser: il s’inscrit dans les Essais en train d’écrire,
comme le peintre se regarde en train de regarder.

Dans la Renaissance, dit M. Beaujour en parlant de Montaigne, “it [self-portrayal] at-


tempts to map out a new field of inquiry : the individual thinking object, and the very
process of thinking.” “Montaigne’s field of scientific exploration was the knowing sub-
ject himself.”

“Speculum, Method, and Self-Portrayal”, dans Mimesis. From Mirror to Method, Augustine
to Descartes. Hanover and Londres : University Press of New England, 1982, p. 189 et
p. 192.

Ce geste réflexif pour saisir tout ce qui relève de l’art et de la culture dans la
nature de l’homme, fait de Montaigne la culmination du maniérisme.

5.2. Montaigne et l’art

Les lecteurs de Montaigne, ses nombreux amis, se demandent encore s’il est
un poète ou un philosophe: est-ce qu’il essaie d’expliquer le monde? Ou est-
ce qu’il le peint? Ils trouvent des raisons pour répondre aux deux questions
affirmativement.

Il a été souvent question ici de termes en rapport avec l’art: nous avons parlé Montaigne et La Boétie
de portrait d’après nature; du maniérisme comme de l’art dont l’objet d’imi-
Cf. Étienne de La Boétie, Dis-
tation serait l’art (au lieu de la nature) ; de la civilisation en tant qu’art (cf. “De cours de la servitude volontaire ,
texte fondateur, pour ainsi di-
l’art de conférer”, que nous venons de citer)… Montaigne parle beaucoup re, des Essais de Montaigne.
d’art, qu’il connaissait bien.

Pour sa propre œuvre, comparée à celle de son ami Étienne de La Boétie, il emploie une
métaphore empruntée aux arts plastiques de l’époque: au début du chapitre qu’il lui a
consacré (I, 28, “De l’amitié”), il dit vouloir situer l’œuvre de son ami, comme un riche
“tableau”, au centre même de ses Essais, qui ne seront tout autour que des “grotesques”,
figures difformes et fantastiques (elles décoraient les grottes des jardins de l’époque), po-
uvant lui servir tout juste d’encadrement.

Le moment est venu de parler de son art propre: comment procédait-il? Quel-
le était sa technique? Comment a-t-il bâti ses Essais ? Quel était son but au
point de vue du style, comment voulait-il manier le langage? Bref : quelle est
la forme des Essais ? La question est très pertinente: les Essais de Montaigne
sont peut-être l’exemple le plus clair de l’affirmation selon laquelle la forme
fait le contenu : du point de vue de la pensée, l’œuvre de Montaigne n’expose
pas un système clos, mais l’exercice de son discours et de son jugement. La fa-
çon de procéder importe plus que la matière. Et c’est aussi ce qu’il analyse dans
le discours des autres:

“[B…] Autant peut faire le sot celui qui dit vrai que celui qui dit faux: car nous sommes
sur la manière et non sur la matière du dire. Mon humeur est de regarder autant à la forme
qu’à la substance, autant à l’avocat qu’à la cause, comme Alcibiade ordonnait qu’on fît.”
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 71 Moyen Âge et Renaissance

“[C] Et tous les jours m’amuse à lire en des auteurs, sans soin de leur science, y cherchant
leur façon, non leur sujet. Tout ainsi que je poursuis la communication de quelque esprit
fameux, non pour qu’il m’enseigne, mais pour que je le connaisse.”

III, 8, “De l’art de conférer”, p. 928.

Voyons donc d’abord comment ce discours est bâti, et nous essayerons de con-
clure après sur sa “leçon”.

Une page de l’exemplaire


de Bordeaux,...

... où Montaigne a rempli d’alongeails presque tout l’espace


en blanc, en préparant une prochaine édition qu’il n’a pas
vécu pour voir. Il les écrivait parfois sur des feuilles de papier
à part, soit parce qu’ils étaient trop longs pour tenir dans les
marges du livre, soit parce qu’il ne l’avait sous la main à ce
moment-là. Quelques uns n’ont pas figuré dans l’édition
posthume de 1595, peut-être parce qu’on les a jugé trop
libres, ou dangéreux pour la mémoire de l’auteur, ou par
des préjugés de forme devant les provincialismes et les
archaïsmes de l’auteur, qu’on a voulu “rhabiller à la mode
de Paris”. C’est ainsi que lorsqu’on les a trouvés dans quel-
qu’autre édition, et qu’on ne peut les faire correspondre
avec aucun texte manuscrit de l’auteur, on les a quand
même jugées authentiques. C’est le cas, par exemple, d’une
addition (v. p. 101) au chapitre I, 21, “De la force de l’ima-
gination”, (chapitre qui décrit avec tant d’esprit les causes
psychologiques de l’impuissance masculine), où l’autheur
“nous apporte une confidence vraiment bien intime pour
croire qu’elle n’est pas de Montaigne, et surtout sur un ton
vraiment personnel.” (V. P. Villey, édition citée, p. XI-XIII.)

5.2.1. Le langage et le discours

Note
Montaigne a instauré dans la prose française un langage nouveau. Il re-
fuse les effets de style, les abus de la rhétorique et les conventionnalis- P. Charron (1591). La sagesse
a systématisé la pensée de
mes. Il le fait au profit de la sincérité et, en définitive, de la vérité. Le Montaigne. De ce fait, elle est
devenue un centon.
XVII è siècle, dit classique, admirait son “style coupé”, mais lui repro-
chait son désordre. Il a fait passer dans la prose noble la spontanéité de
la conversation. Cependant, on ne peut pas parler, ni de simplicité, ni
tout à fait de clarté. Une des réussites de son œuvre est de rendre vive-
ment la complexité psychologique du discours.

Les Essais sont émaillés de digressions . L’auteur se laisse souvent emporter par Lecture complémentaire

une image, source de nouvelles digressions, peut-être par l’association d’idées. F. Gray (1958). Le style
de Montaigne. Paris: Nizet.
Il ne fait rien pour l’éviter, bien au contraire. Ainsi, son écriture reflète fidèle-
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 72 Moyen Âge et Renaissance

ment le cheminement de la pensée, où il est très difficile de séparer le raison-


nement de l’imagination. Il reprend de temps en temps ce qui semblait le droit
chemin, et si nous disons “semblait” c’est parce que le thème fondamental
d’un chapitre n’est pas toujours indiqué par son titre: souvent celui-ci n’est
qu’un point de départ apparent – et parfois banal –, à partir duquel nous arri-
verons à des questions plus importantes.

Montaigne reprend parfois le thème initial par des formules explicites, comme par
exemple: Note

“Retombons à nos coches” “C’est l’indiligent lecteur qui


perd mon sujet, non pas moi”,
nous dit l’auteur (III, 9, “De la
III, 6, “Des coches”, p. 915 B.
vanité”, 994 C.).
Comme vous voyez, ces “coches” figuraient bien dans le titre, et l’auteur avait commen-
cé, en effet, par des façons de voyager, des moyens pour se déplacer, en y mêlant, comme
d’habitude, son expérience à ce propos. Et pourtant, il faut bien dire que ce chapitre peut
être cité comme un texte important sur le pouvoir (auquel il arrive au travers d’anecdotes
et de cas concrets, et peut-être par le détour de la peur…). C’est enfin surtout un chapitre
sur la conquête du Nouveau Monde, ce qu’il n’aborde que dix bonnes pages après le
début:

“Notre monde vient d’en trouver un autre…”

P. 908 B.

À la différence du chapitre intitulé “Des cannibales”, dont nous avons déjà parlé, celui- V. supra , 4.1.1.: Traits fondamentaux
de l’époque.
ci met en scène ce qu’une certaine historiographie appelle de nos jours les ‘grandes cul-
tures’ (pourvues d’un Etat et de grandes constructions : il s’agit du Mexique), et sa source
principale est l’Histoire générale des Indes de López de Gómara, tandis que “Des canniba-
les” avait pour références des récits oraux et les relations écrites de Thévet et de Léry sur
le Brésil.

Le discours des Essais est aussi rempli d’anecdotes, qui font une bonne partie
de leur charme. Alléguées parfois comme des exemples pour illustrer un argu-
ment ou bien venues par association d’idées au souvenir de l’auteur, elles peu-
vent constituer une nouvelle source de désordre ou de digression. Elles sont
riches de matière, elles “sonnent”, nous dit-il, d’un son très différent selon
l’interprétation qu’en fait chacun:

“combien y ai-je épandu d’histoires qui ne disent mot, lesquelles qui voudra éplucher un
peu ingénieusement, en produira infinis Essais . Ni elles, ni mes allégations, ne servent
pas toujours simplement d’exemple, d’autorité ou d’ornement. Je ne les regarde pas seu-
lement par l’usage que j’en tire. Elles portent souvent, hors de mon propos, la semence
d’une matière plus riche et plus hardie, et sonnent à gauche un son plus délicat, et pour
moi qui n’en veux exprimer davantage, et pour ceux qui rencontreront mon air”.

I, 40, “Considération sur Cicéron”, p. 251, C.

Parti pris de l’auteur en quête de vérité, le désordre de son discours démasque


l’ordre apparent des systèmes factices.

Le langage spontané, comme le désordre apparent, fait aussi partie de son sty-
le. Car enfin il en a un, et une rhétorique particulière, qui est celle de n’en
avoir pas:

“J’ai naturellement un style comique et privé, mais c’est d’une forme mienne, inepte aux
négociations publiques, comme en toutes façons est mon langage: trop serré, désordon-
né, coupé, particulier. […] Je hais à mort de sentir au flatteur ; qui fait que je me jette
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 73 Moyen Âge et Renaissance

naturellement à un parler sec, rond et cru, qui tire, à qui ne me connais d’ailleurs, un peu
vers le dédaigneux.”

I, 40, “Considération sur Cicéron”, p. 252-253, B.

Le langage, comme la raison, est un outil, et l’art véritable doit conformer la


matière à la façon. Montaigne veut son langage transparent : qu’il disparaisse
derrière la réalité, au lieu de la masquer. C’est ainsi qu’il se défend des éloges
à son art, éloges dont le but est de minimiser l’importance de ce qu’il dit:

“quand j’oys quelcun qui s’arrête au langage des Essais, […] j’aimerais bien qu’il s’en tut.
Ce n’est pas tant élever les mots comme c’est déprimer le sens, d’autant plus piquam-
ment que plus obliquement.”

I, 40, “Considération sur Cicéron”, p. 251 C.

Parlons maintenant des fréquentes citations dont le texte est émaillé. De par
sa formation d’humaniste, Montaigne fréquentait les langues classiques de-
puis son enfance, et avec l’âge il s’est bâti une belle bibliothèque. Cette “librai-
rie”, comme l’on disait à l’époque, évoque pour nous non seulement le lieu
matériel où il pouvait se retirer, mais aussi les lectures qui nourrissaient son
esprit et stimulaient son discours. Elles constituent donc une source de ré-
flexions et de citations, de toutes provenances, et qu’il utilise très librement.
Il aime les philosophes et les historiens, mais aussi et beaucoup les poètes. Et
non pas seulement les classiques, mais aussi les modernes: Pétrarque, l’Arioste
ou Ronsard sont aussi cités avec plaisir.

Un autre trait qui contribue au caractère composite du style de Montaigne, est


la présence de dictons ou de proverbes populaires. Parmi eux, citons comme
exemple, parce qu’il s’agit d’un proverbe gascon, celui-ci, si beau :

“Si l’espine ne pique quand nai, a pena que pique jamai.”

En conclusion, disons que le style de Montaigne est fait d’une voix très singu-
lière. C’est ce que nous ne pouvons rendre ici, et c’est pour cela que nous vous
Marie de Gournay...
conseillons de le lire. Comme disait sa “fille d’alliance”,
... était une jeune fille que
Montaigne a connue à
“Pour décrire le langage des Essais, il le faut transcrire, il n’ennuie jamais le lecteur que l’occasion d’un voyage. Elle a
quand il cesse, et tout y est parfait s’il n’avait point de fin.” préparé la publication, avec
Pierre Brach et la veuve de
Montaigne, de l’édition
Mademoiselle de Gournay, déjà citée p. 1211.
posthume.

5.3. La leçon de Montaigne

A l’instar de Marie de Gournay que nous venons de citer, nous considérons


que Montaigne s’est tout d’abord donné pour tâche de détruire les préjugés:

“Ses compagnons enseignent la sagesse, il désenseigne la sottise.”

Citée ib.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 74 Moyen Âge et Renaissance

Pour le Discours de La Boétie, v. supra,


Sa principale leçon est de tenir la conscience toujours en éveil: Montai- 5.2.: Montaigne et l’art. Il y dévoile la
composante volontaire de l’esclavage.
gne montre que la raison est un outil défectueux, mais qu’elle est le
meilleur outil de l’homme. Il faut s’en servir, sans cesser de la mettre en
question.

C’est en ce sens qu’il n’a pas de “leçon” à donner, hors de cette “liberté
volontaire” (terme calqué sur la “servitude volontaire” de La Boétie), qui
fait de l’esclave un homme libre et du “sujet”* un citoyen. C’est-à-dire: * personne soumise à une autorité
souveraine: telle est la conception
quelqu’un qui assume ses responsabilités. de l’individu dans l’ancien régime.

L’exercice quotidien de la raison à partir de l’expérience, hors de tout préjugé


Lecture complémentaire
et dogmatisme, libre de toute intolérance, est la seule garantie de la sagesse. Le
É. Faure (1978). Montaigne et
chapitre qui clôt les Essais s’appelle, justement, “De l’expérience”. C’est ainsi ses trois premiers nés:
Shakespeare, Cervantès et
qu’il a ouvert la voie à une nouvelle attitude devant la vie, la politique, la re-
Pascal. Paris: Livre de Poche.
ligion et la science, et aussi dans l’écriture autobiographique.

Sa postérité le montre: il a fasciné même ceux qui ne partageaient pas son


scepticisme (cf. Pascal) ou ceux qui n’avaient pas son humour (cf. Rousseau).

Lecture complémentaire
Mais de son scepticisme il y aurait beaucoup à dire. Le fameux doute de Mon-
taigne, représenté par sa non moins célèbre balance, est une question de A. Tournon (1997-98). “Les
convictions d’un sceptique”.
méthode; il a pour corollaire la tolérance et la modération, afin de ne jamais Cuadrenos de Filología
Francesa (nº 10, p. 83 à 97).
se laisser aller à la violence. Montaigne se dit double, en effet:

“je porterais facilement au besoin une chandelle à saint Michel, l’autre à son serpent, sui-
vant le dessein de la vieille. Je suivrais le bon parti jusques au feu, mais exclusivement si Le conte dit...
je puis. Que Montaigne s’engouffre quant et la ruine publique, si besoin est ; mais, s’il
n’est pas besoin, je saurai bon gré à la fortune qu’il se sauve ; et autant que mon devoir ... qu’une vieille allumait une
me donne de corde, je l’emploie à sa conservation.” chandelle à saint Michel et un
autre au dragon pour obtenir
la protection de tous les deux.
III, 1, “De l’utile et de l’honnête”, p. 792 B.
Cf. l’expression castillane “en-
cender una vela a Dios y otra al
Mais voyez par la suite cet appel à l’engagement et à l’action: diablo”.

“De se tenir chancelant et métis*, de tenir son affection immobile et sans inclination aux
* mélangé, hybride
troubles de son pays et en une division publique, je ne le trouve ni beau ni honnête. […].
Cela peut être permis envers les affaires des voisins.[…] Ce serait une espèce de trahison
de faire aux propres et domestiques affaires, auxquelles nécessairement il faut prendre
parti par application de dessein.”

Ib.

5.3.1. Les maximes

Cela dit, la tentation est grande de relever dans les Essais quelques maximes.
Il est vrai qu’il y a des chapitres très explicites sur quelques sujets importants:
* éducation.
par exemple “De l’institution* des enfants” (dans les classes, nous dit l’auteur, ** faire le portrait
*** relations. Il s’agit ici
“j’y ferais portraire** la joie, l’allégresse, et Flora et les Grâces”, p. 166 C), “De des hommes, des femmes
et des livres.
l’amitié” (où il traite de la sienne avec Étienne de La Boétie, mort prématuré-
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 75 Moyen Âge et Renaissance

ment), “De la cruauté”, “De trois commerces***”, sans oublier (pour l’érotisme
et l’art), “Sur des vers de Virgile”… En fait, un peu partout, nous trouvons des
phrases que l’on peut séparer du contexte pour les graver dans la mémoire
comme maximes de vie.

Ainsi faisait Montaigne lui-même au cours de ses lectures, quelques-unes ornaient sa “li-
brairie” ; l’une d’elles était devenue sa devise (de là vient l’idée d’un Montaigne pyrrho-
nien ou sceptique): il avait fait tailler une médaille avec une balance, accompagnée d’un
mot grec qui signifie “Je suspends mon jugement”, c’est-à-dire sans l’incliner d’un coté
ni d’un autre.

Il y a des phrases de Montaigne que l’on cite souvent, par exemple: “il vaut
mieux une tête bien faite qu’une tête bien pleine”. Mais chacun de nous peut
en relever d’autres au fil de sa lecture, selon ses intérêts et ses goûts. En voici
quelques-unes unes, pêle-mêle et sans rigueur textuelle: “Il y a des condam-
nations pires que le crime”, “Je me défends de la tempérance comme j’ai fait
autrefois de volupté”, “je veux que la mort me trouve nonchalant d’elle, et en-
core plus de mon jardin imparfait” ; “Je me contredis bien, mais la vérité, je
ne la contredis point” ; “les mâles et femelles sont jetés en même moule; sauf
l’institution et l’usage, la différence n’y est pas grande”. Cette autre, plus lon-
gue, mérite aussi d’être rappelée:

“La jurisdiction ne se donne point en faveur du juridiciant, c’est en faveur du juridicié.


* fonction de quelqu’un qui est
On fait un supérieur, non jamais pour son profit, ains pour le profit de l’inférieur, et un dans une situation supérieure,
médecin pour le malade, non pour soi. Toute magistrature*, comme tout art** jette sa fin élevée (du latin magis = plus).
hors d’elle”. ** technique (jamais justifiée par
elle-même, selon l’auteur).

I, 6, “Des coches”, p. 35 C.

Il en a aussi qui traitent de questions d’écriture. Pour finir, il convient peut-


être de citer celle-ci, où il se sert d’une image qui lui est chère pour son dis-
cours, celle du voyage et de la route:

“c’est chose difficile de fermer un propos et de le couper depuis qu’on est arrouté*. Et
* acheminé, en chemin, en route
n’est rien où la force d’un cheval se connaisse plus qu’à faire un arrêt rond et net.”

I, 9, “Des menteurs”.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 76 Moyen Âge et Renaissance

Résumé

Moyen Âge

Le premier chapitre présente une introduction à la littérature française en la


situant dans le contexte sociologique basé sur le plurilinguisme, en utilisant
les différentes langues qui coexistent avec l’ancien français. L’imitation en
tant que système littéraire ainsi que les thèmes qui forment la première litté-
rature en langue française divisée en matières. L’oralité comme mode de trans-
mission de la littérature médiévale et l’importance de la parole et de la
musique conditionnent la forme de la littérature française médiévale.

Dans le deuxième chapitre nous étudierons les œuvres littéraires transmises au


moyen de la diffusion orale, c’est-à-dire la parole, le chant, la poésie héroïque
ou épique, la lyrique ou les chansons de contenu courtois, le théâtre, les lais.
Trois auteurs lyriques se démarquent en raison de leur modernité et de leur
originalité. Bien que leur œuvre ait été composée par écrit, le public médiéval
les considère, en son temps, comme faisant partie de la lyrique orale. Les lais
sont en général insérés dans des romans mais tant leur forme que leur contenu
indiquent qu’il s’agit d’œuvres de transmission orale et non pas écrite.

Le troisième chapitre présente les œuvres littéraires de transmission écrite, tel-


les que le roman, la littérature allégorique et didactique, l’historiographie, et
les fabliaux. Beaucoup de ces œuvres sont en vers et sont diffusées oralement.
Nous assistons avec ces œuvres au passage de l’oralité à la lecture, du vers à la
prose. Des genres tels que l’historiographie inaugurent une tradition qui
s’étendra à l’ensemble du monde roman. D’autres genres comme les fabliaux
nous permettent d’aborder une société ludique et bourgeoise qui dispute à la
vieille noblesse décadente sa position de cible des moqueries.

Humanisme et Renaissance. Montaigne

La Renaissance coïncide à peu près avec le moment où l’historiographie situe


l’origine de l’Âge Moderne. Bien qu’il s’agit d’un processus de transition plutôt
que de rupture, I’époque représente un renouvellement de la politique, de la
religion, de l’économie et de l’attitude philosophique ou scientifique. Le dy-
namisme et la richesse qui font la gloire de la Renaissance, et qui se manifes-
tent dans la splendeur de l’art et de la littérature, ne doivent pas faire oublier
les crises en tout genre, qui ont finalement fait éclater en France les “guerres
de religion”, en réalité la guerre civile, où les diverses factions se sont affron-
tées sous les drapeaux catholique romain et catholique protestant, et qui ont
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 77 Moyen Âge et Renaissance

noirci l’époque. On appelle parfois maniérisme le style caractérisé par le raffi-


nement et l’escision de l’époque des troubles.

L’Humanisme, aspect intellectuel de la Renaissance, a mis au service de l’art


en général et de la littérature en particulier, la connaissance des modèles an-
ciens et un nouveau regard sur le monde. Influencés par lui, les poètes (et nous
donnons à ce terme le sens général de créateurs littéraires qu’il avait à l’époque
classique), ont introduit des genres et des rythmes nouveaux, comme le son-
net, l’ode et les hymnes, le recueil amoureux, la tragédie ou la comédie, etc.,
qui ont progressivement déplacé les formes traditionnelles, pourtant encore
vivantes.

Trois parmi eux sont aujourd’hui reconnus comme des génies incontestables :
François Rabelais, Pierre de Ronsard et Michel de Montaigne. Mais Marguerite de
Navarre pour la narration, Maurice Scève, Louise Labé et Joachim Du Bellay pour
la poésie lyrique, Étienne Jodelle et Robert Garnier pour le théâtre, et Agrippa
D’Aubigné pour représenter la poésie protestante, ont aussi traversé les siècles en
fournissant à la postérité des moyens de jouissance esthétique et morale, en
même temps qu’ils jouaient un rôle de passeurs. C’est en ce sens qu’ils sont de
vrais classiques, même si, du point de vue stylistique, quelques uns rentrent dans
la catégorie du maniérisme ou du baroque .
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 79 Moyen Âge et Renaissance

Activités

La France médiévale. Plurilinguisme et traditions littéraires

1 . Recherche «on line» des textes cités dans le cours sur les sites des Bibliothèques Univer-
sitaires.
2. Situer sur une carte les différents centres de production littéraire.
3. Rechercher des informations concernant la formation scolaire au Moyen Âge.
4 . Réaliser une carte de France reflétant la situation politique et l’organisation territoriale.
5. Comparer le Roman antique de matière classique et la littérature classique grecque et latine.
6. Comparer cinq textes littéraires médiévaux français avec les autres traditions littéraires de
l’Europe médiévale.

Les genres littéraires I : Les œuvres de diffusion orale

1. Recherche bibliographique «on line» afin de localiser les œuvres citées dans les bibliot-
hèques universitaires.
2. Chercher et écouter une chanson de trouvère, autant que possible une de celles citées dans
le cours.
3. Comparer l’épique hispanique et l’épique française médiévale.
4 . Chercher les auteurs en rapport avec la ville d’Arras.
5 . Chercher des auteurs de langue française modernes ou contemporains qui imitent ou ont
été influencés par des auteurs médiévaux.
6. Renseignez-vous sur le mode de représentation des œuvres de théâtre médiévales.

Les genres littéraires II : Genres de transmission écrite

1. Recherche bibliographique «on line» afin de localiser les œuvres citées dans les différen-
tes bibliothèques universitaires.
2. Chercher et voir le film adapté d’une nouvelle du cycle d’Arthur.
3 . Lire un traité de chevalerie médiéval et apprendre les conditions nécessaires pour devenir
chevalier.
4. Chercher le Saint Graal dans la tradition iconographique médiévale et postérieure.
5. Chercher des auteurs modernes et contemporains ayant traité le thème d’Arthur.
6 . Réaliser une carte de France et d’Angleterre de l’époque d’Arthur en y indiquant les lieux
d’intérêt littéraire.

Humanisme et Renaissance. Montaigne

1. Consulter le fonds ancien d’une bonne bibliothèque, pour voir de près quelques éditions
du X VIè siècle ; faites-vous expliquer, si possible, les caractéristiques typographiques des di-
verses catégories. Par rapport aux presses lyonnaises, il vous serait utile de consulter le cata-
logue de Baudrier.
2. Projetez une mise en scène d’un dialogue dramatique, comme le Débat de Folie et d’Amour
de Louise Labé, et d’une comédie, par exemple La Trésorière de Jacques Grévin.
3. Comparez les idées sur l’éducation de Rabelais et de Montaigne, en tenant compte du gen-
re et du style respectifs.
4. Lisez l’”Hymne de l’Automne” de Ronsard et sa “Complainte contre Fortune”, et remarquez
les deux plans où se développe la narration: celui de l’autobiographie (ou auto fiction), et celui
du récit central.

Exercices d’auto évaluation

La France médievale. Plurilinguisme et traditions littéraires

1 . Différences entre la langue d’oïl et la langue d’oc.


2 . Quelle œuvre constitue l’exemple le plus manifeste de plurilinguisme médiéval?
3 . De quelle année date le plus ancien texte connu en ancien français?
4 . Quel roi anglais a été en même temps vassal du roi de France?
5 . En quelles langues est écrite l’Alba bilingue de Fleury sur Loire?
6 . Quel troubadour occitan va utiliser l’ancien français pour la composition d’une chanson?
7 . De qui Marie de France adapte-t-elle les thèmes pour ses Lais ?
8 . Qu’est ce qui s’exerce avant l’art de l’écriture?
9 . Qui sont les agents transmetteurs littéraires des cours féodales?
10. Définir les trois matières suivantes: La matière de Bretagne, la matière de Rome et la ma-
tière de France.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 80 Moyen Âge et Renaissance

Les genres littéraires I : Les œuvres de diffusion orale

1 . Comment sont diffusés (diffusion orale ou écrite) les genres suivants: les fabliaux, et les
narrations brèves, l’épique et le roman?
2 . L’oralité est-elle uniquement une manifestation de la culture romane médiévale?
3 . A quoi sert l’oralité?
4 . Les trouvères transmettent-ils toujours leurs chansons oralement?
5 . L’épique française était-elle chantée?
6 . Quelle est la forme typique de la strophe dans l’épique française?
7 . A quel cycle appartient la Chanson de Guillaume selon la classification de Bertrand de Bar-
sur Aube?
8 . Expliquez l’appellation de trouvères pour les troubadours du Nord de la France.
9 . Quels rois furent également des troubadours?
10. Quel est l’auteur lyrique qui marque le début de l’individualisation du «je» poétique par
rapport à la tradition littéraire qui le précède, et de qui est-il l’émule littéraire?

Les genres littéraires II : Genres de transmission écrite

1 . Quelle est l’œuvre qui marque le passage du genre épique au roman?


2 . De quelle œuvre latine le Roman de Brut est-il la traduction?
3 . Quelle est la version courtoise du Roman de Tristan ?
4 . En plus des romans et des poésies de lui dont nous disposons, Chrétien de Troyes est-t-il
l’auteur d’autres œuvres littéraires?
5 . Quel est l’autre héros du Perceval de Chrétien de Troyes?
6 . Que suppose le roman en prose?
7 . Quelle est la quatrième partie de la Vulgate et quand a-t-elle été composée?
8 . Qui sont les deux auteurs du Roman de la Rose ?
9 . Quel est l’objectif de l’œuvre de Robert de Clari La Conquête de Constantinople ?
10. Quel est le thème des fabliaux Le sohaiz des vez de Jean Bodel?

Humanisme et Renaissance. Montaigne

1 . Quelle est la ville française qui, avec Paris, a le plus contribué à la Renaissance littéraire?
Essayez de répondre non seulement par son nom, mais par une description de son activité.
2 . Quelles sont les deux inventions qui ont le plus bouleversé l’expansion de la culture et de
la guerre pendant la Renaissance?
3 . Quels sont les deux premiers recueils amoureux d’influence pétrarquiste dans la poésie
française?
4 . Lisez la présentation “Au lecteur” des Essais de Montaigne, et :
a) Relevez la phrase où l’auteur évoque l’âge d’or de l’humanité.
b) Quels sont les évènements contemporains auxquels se réfère ici l’auteur?
c) Relevez dans cette phrase les mots à connotation positive.
d) Quel est le chapitre des Essais où ce même sujet est traité?
e) Relevez dans ce chapitre le ou les passages où l’on peut lire une opinion semblable, et
où l’on conteste l’opinion commune sur la “barbarie”.
f) Finalement, replacez la phrase en question (celle de la présentation “Au lecteur”) dans
son contexte, pour en dégager le sens précis.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 81 Moyen Âge et Renaissance

Réponses

La France médiévale. Plurilinguisme et traditions littéraires

1 . La langue d’oïl est l’ancien français, et la langue d’oc l’occitan primitif. La langue des
troubadours était la langue d’oc. Oïl et oc signifient «oui» et ont pour origine le démonstra-
tif neutre latin «hoc». La langue d’oc et la langue d’oïl sont des langues romanes tout com-
me l’italien, le portugais, le roumain, le galicien le catalan ou l’espagnol.
2 . Dans le descort multilingue de Raimbaut de Vaqueiras.
3 . De 842.
4 . Henri II le Plantagenêt.
5 . La première partie du texte lyrique est rédigée en latin et le refrain est en ancien français.
6 . Gaucelm Faidit.
7 . Des jongleurs bretons.
8 . Avant l’art d’écrire s’exerce donc l’art de la mémoire, tel que l’ont défini les théoriciens
de l’éloquence, auxquels fait encore écho Thomas d’Aquin dans son De memoria et reminis-
centia.
9 . Les troubadours et les jongleurs.
10. La matière de Bretagne est banale et ludique, la matière de Rome est instructive et exem-
plaire et la matière de France est une matière historique.

Les genres littéraires I : Les œuvres de diffusion orale

1 . Les fabliaux: écrite, les narrations brèves: orale, l’épique: orale, le roman: écrite.
2 . L’oralité est présente dans différentes cultures indépendamment de leur tradition.
3 . Elle développe des techniques de production et d’assimilation d’information.
4 . Pas seulement ; nous avons connaissance de textes lyriques qui étaient envoyés par le
troubadour à leur destinataire au moyen de textes écrits sur papier ou sur parchemin.
5 . Oui, l’épique française était chantée. Il existe également un corpus épique tardif qui sera
diffusé manuscrit.
6 . La laisse.
7 . A la geste de Garin de Monglane.
8 . La dénomination de trouvère a été forgée artificieusement; elle est moderne et ne cor-
respond à aucune distinction médiévale. Les auteurs du Sud que nous appelons aujourd’hui
troubadours se nommaient à eux-mêmes trobaire, qui est le cas sujet en déclination médi-
évale, et trobador, dans le cas accusatif. Ceux du Nord utilisaient en ancien français trouvère
comme cas sujet et trouveor à l’accusatif. Tandis que pour le Sud a été conservé l’accusatif et
nous disons trobador, comme il est de règle dans les langues romanes, on appelle les poètes
du Nord par le cas sujet trouvère et non pas par trouveor à l’accusatif, qui serait la dérivation
naturelle.
9 . Richard Cœur de Lion (deuxième moitié du XIIè siècle et roi d’Angleterre à partir de
1189) et Thibaut de Champagne (1201/1253), roi de Navarre à partir de 1234.
10. François Villon (1431/1463), émule et héritier littéraire de la poétique de Rutebeuf.

Les genres littéraires II : Genres de transmission écrite

1 . L’Alexandre d’Albéric de Pisançon marque le passage du genre épique au roman en raison


de sa forme poétique: en laisses, et de son contenu: romanesque.
2 . De la Historia Regum Britanniae de Geoffroi de Monmouth.
3 . Celle de Thomas.
4 . Chrétien de Troyes d’après ses dires dans le prologue d’un de ses romans a traduit le Re-
media amoris, l’Ars Amandi ainsi qu’un livre des Métamorphoses d’Ovide en plus de l’écriture
d’un Roman de Tristan ; toutes ont disparu.
5 . Gauvain.
6 . Le roman en prose suppose une complète révolution du genre en raison d’un nouveau
langage, sur le plan de la forme et du style, et parce qu’il se libère du vers qui conditionnait
(par la syntaxe et par les systèmes de composition en formules) le développement du discours
littéraire.
7 . La Queste del Saint Graal composée entre les années 1225 et 1230.
8 . Guillaume de Lorris (vers 1250) et Jean de Meun (vers 1300).
9 . Il privilégie l’intérêt anecdotique par rapport à l’intérêt historique.
10. Un rêve érotique.

Humanisme et Renaissance. Montaigne

1 . Lyon. Activité commerciale et industrielle. Centre humaniste, très en rapport avec l’édition.
2 . L’imprimerie et la poudre.
3 . La Délie de Maurice Scève (1544) et l’ Olive de Du Bellay (1549).
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 82 Moyen Âge et Renaissance

4.
a) Il s’agit de la phrase suivante, vers la fin du texte :
“Que si j’eusse été entre ces nations qu’on dit vivre encore sous la douce liberté des pre-
mières lois de nature, je t’assure que je m’y fusse très volontiers peint tout entier, et tout
nu.”
b) Les expéditions des européens en Amérique.
c) “la douce liberté des premières lois de nature.”
d) I, 31, “Des cannibales”.
e) Le passage qui commence par:
“Or je trouve, pour revenir à mon propos, qu’il n’y a rien de barbare et de sauvage en cette
nation, à ce qu’on m’en a rapporté, sinon que chacun appelle barbarie ce qui n’est pas de
son usage ; comme de vrai il semble que nous n’avons autre mire de la vérité et de la raison
que l’exemple et idée des opinions et usances du pays où nous sommes...” (p. 205-207, A)
Le chapitre finit sur cette phrase ironique :
“Tout cela ne va trop mal: mais quoi, ils ne portent point de haut de chausses ! ” (p. 214).
f) Par la métaphore de la nudité, Montaigne exprimait son désir de parler de son moi le
plus intime, très sincèrement, sans égard pour les bienséances.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 83 Moyen Âge et Renaissance

Glossaire

ante quem
Avant lequel.

chanson
Genre lyrique de thème amoureux.

chevalerie
Ordre social mythique sur lequel se structure une idéologie littéraire et mystique.

descort
Composition lyrique dont la métrique et la musique varient. Dans le cas du descort de Raim-
baut de Vaqueiras cité les variations sont également linguistiques.

franco-provençal
Langue intermédiaire entre l’ancien français et l’occitan.

genre littéraire
Ce qui définit un texte et son appartenance à un groupe de textes de mêmes caractéristiques
de forme ou de contenu.

Graal
Selon certains auteurs calice sacré de la Cène qui aurait servi à recueillir le sang du Christ lors
de sa crucifixion. Il symbolise l’éternité.

jeu
Equivaut au «Ludus» latin qui donne un nom à des représentations occasionnelles qui ont
un rapport avec une date précise.

koinè
Langue commune utilisée par différents groupes linguistiques pour la production d’un genre
littéraire indépendamment de la langue de l’auteur.

laisse
Forme de strophe variable quant au nombre de vers et souvent quant au nombre de syllabes.
Tous les vers d’une laisse ont la même rime assonante.

langue d’oc
Ancien occitan.

langue d’oïl
Ancien français.

maniérisme
Terme dont l’étymologie (italien maniera, de mano=main), évoque le style, et qui s’est répan-
du à partir des ateliers des artistes, où les disciples apprenaient la “manière” du maître. De
cette origine il a gardé le sens péjoratif d’une stylisation exagérée ou affectée, d’un abus de
la mythologie, il a gardé le raffinement et la sophistication, ainsi que le caractère courtisan
ou élitiste du point de vue social (les ateliers témoignaient du prestige du maître en même
temps que du marché de l’art). Le maniérisme a triomphé dans les fêtes, auxquelles la litté-
rature contribuait avec tous les arts (y compris l’architecture et l’art des jardins), dans une
exaltation du mouvement et de la métamorphose, ouvrant ainsi la voie au baroque.
Il se distingue cependant du baroque par son caractère réfléchi: le progrès des techniques et
le génie de quelques artistes avaient contribué à un formidable essor de l’art de la Renais-
sance, dont le naturalisme et la sensualité avaient une grande puissance mimétique (impres-
sion de réalité); la crise survenue, la frontière entre la vérité et l’opinion, la réalité et les
apparences, s’est révélée très floue, et cette réflexion ajoute aux subtilités du maniérisme la
scission, la mélancolie et l’intellectualisme. C’est en ce sens que l’on dit que le maniérisme
est un art sur l’art.
Dans les arts plastiques, le maniérisme a été introduit en France par les italiens Rosso et Pri-
er
maticcio, appelés par François I pour l’aménagement du château de Fontainebleau (d’où le
terme “école de Fontainebleau”).

matière
Corpus thématique utilisé dans la création littéraire.

ménestrels
Musiciens au service d’un seigneur, normalement ceux qui jouaient d’un ou plusieurs instru-
ment.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 84 Moyen Âge et Renaissance

mystère
Œuvre en rapport avec la liturgie, qui était représentée à l’occasion des célébrations religieuses.

néoplatonisme
Renouveau de la tradition platonicienne qui, suite au succès du Commentaire du Banquet de
Platon (1469) du florentin Marsil Ficin, a influencé la philosophie de l’amour et de l’art, ainsi
que la conception de la poésie, par la théorie de la fureur poétique (inspiration divine), et le
rapport avec l’harmonie et la musique. Le néoplatonisme a instruit l’humanisme lyonnais, et
son principal divulgateur en France (ainsi que des Dialoghi d’amore de Leone Ebreo, 1535), a
été Pontus de Thyard (1521-1605), auteur des dialogues Solitaire Premier (1552, sur la poésie) et
Solitaire Second (sur la musique), et du recueil de poèmes Les Erreurs amoureuses.

nouvelle
Terme à ajouter à partir de la Renaissance à ceux employés traditionnellement pour les gen-
res narratifs brefs (dont l’étymologie exprime l’oralité: conte, fable, fabliaux, mythe), celui
de nouvelle, qui évoque la nouveauté et l’insolite d’un fait récemment arrivé ou pas encore
connu, de l’authenticité duquel le narrateur se porte garant. Par la suite, le terme est venu à
désigner un récit plus long que le conte (et plus complexe), mais plus court que le roman.

oralité
Système mnémotechnique de motifs et de formules basés sur la répétition, le texte et la mu-
sique.

propédeutique
De formation, scolaire ou éducative.

querelle des femmes


Polémique sur la nature des femmes. Les écrivains masculins, voulant dépasser la traditionnelle
misogynie pour des raisons de raffinement social et moral, influencés aussi par le néo-platonis-
me, ont parfois basculé dans un angélisme où elles ne se reconnaissaient pas non plus.

quête
Aventures qui peuvent avoir en outre un objectif religieux ou transcendant.

recueil pétrarquiste
Recueil de poèmes d’amour adressés à une figure féminine plus ou moins fantasmagorique,
d’après le modèle des Rimes de Pétrarque. Le pétrarquisme ayant évolué, ce n’est plus seule-
ment de Pétrarque dont on est l’émule, mais des pétrarquistes modernes.

roman
Récit en vers octosyllabes, rimés par paires, qui racontent des aventures groupées par épiso-
des. À partir de la première moitié de X IIIè siècle, ils sont rédigés en prose.

roman ouvert
Œuvre que l’auteur a volontairement laissée inachevée, soit pour que d’autres la continuent,
soit pour laisser une question sans réponse afin que le public ou le lecteur puisse imaginer
une fin.

sirventès
Poésie faite à partir d’une mélodie préexistante et donc ayant une structure métrique identi-
que à une œuvre antérieure qu’elle imite.

trobador, trouvère
Du latin «tropare», qui signifie faire, composer des «trops»: système de composition tex-
tuelle et musicale fondé sur l’adaptation de mélodies préexistantes à des textes nouveaux. Ce
système est basé sur une mélodie de base dont il amplifie, la substitue et complète les struc-
tures et les phrases mélodiques. Il est fait référence à ce système à partir du IX è siècle qui est
donc antérieur à la lyrique monodique courtisane et c’est le modèle précédent et suivi par les
troubadours tant concernant le texte que la musique: ce système est basé sur l’imitation.

Bibliographie

La France médiévale. Plurilinguisme et traditions littéraires.

Bibliographie essentielle

Bezzola, R. (rééd. 1984). Les origines et la formation de la littérature courtoise en Occident


(500-1200). Genève: Slatkine.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 85 Moyen Âge et Renaissance

Bossuat, Robert (1992). Dictionnaire des lettres françaises. Le Moyen Âge. Ouvrage préparé
par Robert Bossuat, Louis Pichard et Guy Raynaud de Lage. Paris : Fayard.

Di Girolamo (1994). La letteratura Romanza Medievale . Bologne: Il Mulino.

Jauss, Hans Robert (1970). “Littérature médiévale et théorie des genres”. Poétique, 1 .

Poirion, D. (1994). Écriture poétique et composition romanesque (p. 447). Orléans: Paradigme.

Zumthor, Paul (1972). Essai de poétique médiévale . Paris: Éditions du Seuil.

Bibliographie complémentaire

Alinei, Mario (1996). Origini delle lingue d’Europa, volume I. La Teoria della Continuità. Bo-
logne : Il Mulino.

Anglade, Joseph (1968). Grammaire élémentaire de l’ancien français. Paris: Armand Colin.

Bajtin, Mijail (1970). L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous
la Renaissance. Paris: Gallimard.

Banniard, Michel (1992). Viva voce. Paris: Institut des Études Augustiniennes.

Batany, J. (1972). Français médiéval. Paris: Champion.

Beer, Jeannette (éd.) (1989). Medieval translators and their craft . Kalamazoo (Michigan):
Medieval Institute.

Berriot, François (1991). “Langue, nation et pouvoir: les traducteurs du X IVè siècle, pré-
curseurs des humanistes de la Renaissance”, dans Jones-Davies, M.T. (éd.): Langues et nations
au temps de la Renaissance (p. 113 à 135). Paris: Klincksieck.

Bloch, Marc (1939) (rééd. 1989). La société féodale . Paris: Albin Michel.

Bonnard, Henri et Regnier, Claude (1989). Petite grammaire de l’ancien français . P a r i s :


Magnard.

Boutet, Dominique et Strubel, Armand (1979). Littérature, politique et société dans la


France du Moyen Âge. Paris: PUF (Littératures Modernes).

Bunhölzl, F. (1990-1991). Histoire de la littérature latine du Moyen Âge (2 vol.). Turnhout:


Brepols.

Buridant, Claude (1983). “’Translatio medievalis’: théorie et pratique de la traduction mé-


diévale”, Travaux de Linguistique et de Littérature , (nº21, p. 81 à 136).

Copeland, Rita (1991). Rhetoric, hermeneutics and translation in the Middle Ages. Academic
traditions and vernacular texts. Cambridge: Cambridge University Press.

Curtius, Ernst Robert (1955). Literatura europea y Edad Media latina. Mexique: FCE.

Duby, Georges (1984). Los tres órdenes o lo imaginario del feudalismo (1978). Barcelone: Argos.

Duggan, Joseph (1989). “Oral performance of romance in Medieval France”. Dans: Conti-
nuations. Essays on Medieval French Literature and Language in Honor of John L. Grigsby (p. 51 à
61). Birmingham: Summa.

Flori, Jean (1995). La chevalerie en France au Moyen Âge. Paris: Presses Universitaires de
France.

Gallais, Pierre (1971). “Littérature et médiatisation. Réflexions sur la genèse du genre ro-
manesque”. Etudes Littéraires (4, p. 39 à 73).

Greimas, Algirdas Julian (1980). Dictionnaire de l’ancien français . Paris: Larousse.

GRLMA, IV = Jean Frappier (†) et Reinhold Grimm (éd). Le Roman jusqu’à la fin du XIII e siècle .
Vol. 1: Partie historique, Heidelberg: Carl Winter, 1978 (Grundriss der romanische Literaturen
des Mittelalters, IV); Vol. 2: Partie documentaire, Heidelberg: Carl Winter, 1984 (Grundriss
der romanische Literaturen des Mittelalters, IV).
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 86 Moyen Âge et Renaissance

Guiraud, P. (1971). L’ancien français. Paris: PUF.

Heers, Jacques (1984). Occidente durante los siglos XIV y X V. Aspectos económicos y sociales.
Barcelone: Labor (Nueva Clio).

Highet, Gilbert (1976). The Classical Tradition. Greek and roman influences on Western Lite-
rature. Oxford: Oxford University Press.

Huizinga, Johan (1978). El otoño de la Edad Media (1923, 2e éd. de 1927). Madrid: Alianza
Universidad.

Jensen, F. (1972). From vulgar latin to old provençal. Chapel Hill: University of North Caro-
lina Press.

Krynen, Jacques (1993). L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France. X III e -X Ve siècle .
Paris: Gallimard.

Le Goff, Jacques (1957). Les intellectuels au Moyen Âge. Paris: Éditions du Seuil. Traduction
espagnole (1986) Barcelone: Gedisa.

Le Goff, Jacques (1977) “Culture ecclésiastique et culture folklorique au Moyen Âge:


saint Marcel de Paris et le Dragon”, Pour un autre Moyen Âge. Temps, travail et culture en Occi-
dent, (p. 236 à 279) Paris: Gallimard.

Le Goff, Jacques (1984). La civilisation de l’Occident Médiéval. Paris: Arthaud.

Loth, John (1913). Les Mabinogion (2 vol.). Paris: Fontemoing.

Ménard, Philippe (1988). Syntaxe de l’ancien français. Bordeaux: Bière.

Meneghetti, M.L. (éd.) (1997). Le origini delle letterature medievali romanze. Rome-Bari: La-
terza.

Meyers, J. (1987). “L’abeille du matinus”. Revue du Moyen Age Latin , T. XLIII (nº 1-2, Janvier-
Juin, p. 19).

Moignet, G. (1976). Grammaire de l’ancien français. Morphologie-Syntaxe. Paris: Klincksieck.

Moise, G.C. (1974). Matière et sens dans le romans antiques. Ann Arbor: UMI Dissertations
Abstracts.

Murphy, James J. (1986). La retórica en la Edad Media. Historia de la teoría de la retórica desde
san Agustín hasta el Renacimiento. Mexique: FCE.

Raynaud de Lage, G. (1975). Introduction à l’ancien français . Paris: SEDES.

Raynaud de Lage, G. (1970). Manuel pratique de l’ancien français. Paris: Picard.

Rheinfelder, H. (1967-1968). Altfranzosische Grammatik . Munich: Hüber.

Walter, Henriette (1994). L’Aventure des langues en Occident. Leur origine, leur histoire, leur
géographie. Paris: Robert Laffont.

Wartburg, Walter von (1952). La fragmentación lingüística de la Romania . Madrid: Gredos.

Whigham, Frank (1983). “Interpretation at court: courtesy and the performer-audience


dialectic”. New Literary History (14, p. 623 à 639).

Zink, Gaston (1989). Morphologie du français médiéval. Paris: PUF.

Zink, Michel (1985). La subjectivité littéraire. Paris: PUF.

Zumthor, Paul (1989). La letra y la voz . De la ‘literatura’ medieval. Madrid: Cátedra (éd.
française de 1987).

Zumthor, Paul. “Rhétorique et poétique latines et romanes”. Grundriss der romanischen Li-
teraturen des Mittelalters (I, p. 57-91).

Zumthor P. (1982, novembre). “Le discours de la poésie orale”. Poétique (52, p. 387 à 402).
Paris: Éditions de Seuil.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 87 Moyen Âge et Renaissance

Les genres littéraires I : oeuvres de diffusion orale.

Bibliographie essentielle

Akehurst, F.R.P. e t Judith M. Davis (1995). A Handbook of the Troubadours. Berkeley:


University of California Press.

Bec, Pierre (1978). La lyrique française au Moyen Âge (2 vol.). Paris: Picard.

Cohen, Gustave (1948). Le théâtre en France au Moyen Âge. Paris: PUF.

Di Girolamo (1994). La letteratura Romanza Medievale . Bologne : Il Mulino.

Bossuat, Robert (1992). Dictionnaire des lettres françaises. Le Moyen Âge. Ouvrage préparé
par Robert Bossuat, Louis Pichard et Guy Raynaud de Lage. Paris : Fayard.

Meneghetti, Maria Luisa (éd.) (1988). Il Romanzo . Bologne: Il Mulino (Strumenti di Filo-
logia Romanza).

Bibliographie complémentaire

Aebischer, Paul (1963). Le Mystère d’Adam (Ordo representationis Ade). Genève: Droz.

Allegri, Luigi (1988). Teatro e spettacolo nel medioevo. Bari: Laterza.

Anonyme. La Chanson de Guillaume. Paris: Classiques Garnier Bordas, 1991. Édition et tra-
duction François Suard.

Anonyme. La Chanson de Roland. Paris: Bordas, 1969. Édition et traduction Moignet.

Badel, Pierre-Yves. Adam de la Halle. Oeuvres complètes. Paris: Lettres Gothiques, 1995.

Charles d’Orléans. Poésies, 1971. Éd. Pierre Champion (vol. I, p. 88 à 89). Paris: Librairie
Honoré Champion.

Chevalier, Claude-Alain (1982). Théâtre comique du Moyen Âge. Paris: 10/18.

Cohen, Gustave (1926). Histoire de la mise en scène dans le théâtre religieux français du Moyen
Âge. Paris: Dupuy.

Dragonetti, Roger (1979). La technique poétique des trouvères dans la chanson courtoise. Con-
tribution à l’étude de la rhétorique médiévale. Genève: Slatkine.

Dufournet, Jean (1986). La Farce de Maître Pierre Pathelin. Paris: Garnier-Flammarion.

Faral, Edmond et Julia Bastin (1959-1960). Rutebeuf. Oeuvres complètes. Paris: Fonda-
tion Singer-Polignac-Picard.

Faral, Edmond (1922). Courtois d’Arras. Paris: Champion.

Foulet, Alfred et Karl Uitti (1981). “The prologue to the Lais de Marie de France: a re-
consideration”. Romance Philology (35, 1, p. 242 à 249).

Franck, Grace (1967). The medieval french drama. Oxford: Clarendon Press.

García Peinado, Miguel Ángel (1986). Maese Pathelin y otras farsas. Madrid: Cátedra.

GRLMA, IV (1978) Jean Frappier (†) et Reinhold Grimm (éd.): Le Roman jusqu’à la fin du
è
XIII siècle . Vol. 1: Partie historique, Heidelberg: Carl Winter (Grundriss der romanische Litera-
turen des Mittelalters, IV) ; Vol. 2: Partie documentaire, Heidelberg: Carl Winter, 1984 (Grun-
driss der romanische Literaturen des Mittelalters, IV).

Guiette, Robert (1972). D’une poésie formelle en France au Moyen Âge. Paris: Nizet.

Henry, A. (1981). Jean Bodel. Le Jeu de Saint-Nicolas. Genève: Droz.

Horrent, Jules (1966). “Chanson de geste et roman courtois”. Romance Philology (20, 2,
p. 192 à 203).

Huchet, Jean-Charles (1984). Le roman médiéval. Paris: PUF.


© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 88 Moyen Âge et Renaissance

Infurna, Marco (1987). Jean Bodel. Il Miracolo di san Nicola . Parme: Pratiche.

Jauss, Hans Robert (1970). “Littérature médiévale et théorie des genres”. Poétique, 1.

Jauss, Hans Robert (1959). Untersuchungen zur mittelaterlichen Tierdichtung . Tubinga: Max
Niemeyer.

Jung, M.R. (1971). Études sur le poème allégorique en France au Moyen Âge. Berne: Francke,
Lacy, N.J., D. Kelly et K. Busby (éd.):(1987). The Legacy of Chrétien de Troyes. Amsterdam: Ro-
dopi (Faux Titre, 31).

Lafont, Robert (1991). La Geste de Roland. L’Épopée de la Frontière . Paris: L’Harmattan.

Langlois, E. (1924). Adam le Bossu, le Jeu de Robin et Marion, suivi du Jeu du Pèlerin, P a r i s :
Champion.

e
Lazar, Moshé (1964). Amour courtois et ‘fin’amors’ dans la littérature du XII siècle . P a r i s :
Klincksieck.

Lejeune, Rita (1954). “Rôle littéraire d’Aliénor d’Aquitaine et de sa famille”. Cultura Neola-
tina (14, 1, p. 5 à 57).

Limentani, Alberto (1977). L’eccezione narrativa. Turin: Einaudi.

Lot-Borodine, M. (1913). Le roman idyllique au Moyen Âge. Paris: Champion.

Marichal, R. (1968). “Naissance du roman”. Entretiens sur la Renaissance du X II e siècle (p. 449
à 492). Paris - La Haye: Mouton.

Massip, Francesc (1992). El teatro medieval. Voz de la divinidad, cuerpo de histrión,


Barcelone: Montesinos.

Micha, Alexandre (1976). De la chanson de geste au roman. Genève: Slatkine.

Moise, G.C. (1974). Matière et sens dans le romans antiques. Ann Arbor: UMI Dissertations
Abstracts.

Mölk, Ulrich et F. Wolfzettel (1972). Répertoire métrique de la poésie lyrique française des
origines à 1350. Munich: Wilhelm Fink.

Noomen, W. (1973). Le Jeu d’Adam (Ordo representationis Ade). Paris: Champion.

Paquette, Jean-Marcel (1971). “Épopée et roman: continuité ou discontinuité?”. Études


Littéraires (4, p. 9 à 38).

Pauphilet, Albert (1970). Jeux et sapiences du Moyen Âge. Paris: Gallimard (La Pléiade).

Petit, A. (1985). Naissances du Roman. Les techniques littéraires dans les romans antiques du XII è
siècle. Paris: Champion, 2 vols.

Riquer, Martín de (1959). “Épopée jongleresque à écouter et épopée romanesque à lire”,


La technique littéraire des chansons de geste, Colloque International tenu à l’Université de Liège (vol.
II, p. 75 à 84). Liège: Université de Liège; aujourd’hui réimprimé dans Anthropos (1989)
(supplément nº 12, p. 3 à 6).

Rossell, Antoni (1992). El cant dels trobadors. Castelló d’Empúries: Ajuntament.

Stanesco, Michel et Michel Zink (1992). Histoire européenne du roman médiéval. Esquisse et
perspectives. Paris: PUF.

Varty, K. (1962). Le Jeu de Robin et Marion, par Adam de la Halle, précédé du Jeu du Pèlerin.
Londres: London University Press.

Victorio, Juan (dir.) (1987). L’épopée . Turnhout: Brepols (Typologie des Sources du Moyen
Âge Occidental, 49, p. 25 et p. 34, 35).

Villon, François. Œuvres . Éd. Auguste Longnon, revue. par Lucien Foulet. Éd. Pierre Cham-
pion. Paris: Librairie Honoré Champion, 1968.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 89 Moyen Âge et Renaissance

Vince, Ronald W. (1984). Ancient and Medieval Theatre. A historiographical handbook . Wes-
port-Londres: Greenwood Press.

Zink, Michel (1978). Belle. Essai sur les chansons de toile suivi d’une édition et d’une traduction.
Paris: Champion.

Zink, Michel (1989-1990). Rutebeuf. Oeuvres complètes. Paris: Garnier-Flammarion, édition


et traduction de Michel Zink.

Zumthor, Paul (1987). La lettre et la voix de la “littérature médiévale”. Paris: Éditions du Seuil.

Zumthor, Paul (1963). Langage et techniques poétiques à l’époque romane. Paris: Klincksieck.

Zumthor, Paul (1972). Essai de poétique médiévale . Paris: Éditions du Seuil.

Zumthor, Paul (1983). Introduction à la poésie orale. Paris : Éditions du Seuil.

Les genres litteraires II : Genres de transmission ecrite.

Bibliographie essentielle

Alvar, Carlos (1991). El rey Arturo y su mundo. Diccionario de mitología artúrica. M a d r i d :


Alianza Tres.

Bezzola, Reto (1947). Le sens de l’aventure et de l’amour. Paris: La Jeune Parque.

Di Girolamo (1994). La letteratura Romanza Medievale . Bologne: Il Mulino.

Frappier, Jean ; Grimm, Reinhold (éd.). Le Roman jusqu’ à la fin du XIII e siècle . Vol 1 :
Partie historique. Heidelberg : Carl Winter, 1978 ( Grundriss der romanische Literaturen des Mit-
telalters, IV) ; Vol. 2 : Partie documentaire. Heidelberg : Carl Winter, 1984 (Grundriss der ro-
manische Literaturen des Mittelalters, IV ).

Kelly, Douglas (1992). The Art of Medieval French Romance. Madison: The University of
Wisconsin Press.

Meneghetti, Maria Luisa (1988). Il Romanzo . Bologne: Il Mulino (Strumenti di Filologia


Romanza).

Bibliographie complémentaire

Badel, Pierre-Yves (1975). “Rhétorique et polémique dans les prologues de romans au


Moyen Âge”. Littérature (20, p. 81 à 94).

Bajtin, Mijail (1978). Esthétique et théorie du roman . Paris: Gallimard.

Becker, Philip August (1938). Der Gepaarte Achtsilber in der französischen Dichtung.
Leipzig: Hirzel.

Bellon, Roger (1998). Le Roman de Renart. Paris: Gallimard.

Biller, G. (1984). Étude sur le style des premiers romans français en vers (1150-1175). G e n è v e :
Slatkine (1e éd. de 1916).

Brummer, R. (1948). Die Erzählende Prosadichtung in der romanischen Literatur des X II . B e r l i n :


Jahrhunderts.

Buschinger, Danielle (1992). Le Roman Antique au Moyen Âge. Actes du Colloque du Centre
d’Études Médiévales de l’Université de Picardie, Amiens 14, 15 janvier 1989. Göppingen: Küm-
merle Verlag.

Chênerie, Marie-Luce (1986). Le chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des XII è et
XIII è siècles. Genève: Droz.

Chrétien de Troyes. Œuvres Complètes. Paris: Gallimard, 1994 (dirigée par Daniel Porion).

Cirlot, Victoria (1994). “La estética postclásica en el roman en verso del siglo X III”. Studia
in Honorem Martín de Riquer (vol. IV). Barcelone: Sirmio.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 90 Moyen Âge et Renaissance

Cirlot, Victoria (1987). La novela artúrica. Orígenes de la ficción en la cultura europea.


Barcelone: Montesinos.

Di Girolamo (1998). Le Roman de Renart. Paris: Gallimard (Édition et traduction de Roger


Bellon).

Dufournet, Jean et M. Rousse (1986). Sur la farce de Maître Pathelin. Paris: Champion.
(Contient une bibliographie critique actualisée).

Duggan, Joseph (1989). “Oral performance of romance in Medieval France”. Continuations.


Essays on Medieval French Literature and Language in Honor of John L. Grigsby (p. 51 à 61).
Birmingham: Summa.

Faral, Edmond (1913). Recherches sur les sources latines des contes et romans courtois en France
au Moyen Âge (202 . éd. de 1967). Paris: Champion.

Faral, Edmond (1923). La légende arthurienne et le Graal. Études et documents. Paris: Cham-
pion (dans de nombreuses réimpressions).

Foulet, Alfred et Karl Uitti (1981). “The prologue to the Lais de Marie de France : a re-
consideration”. Romance Philology (35, 1, p. 242 à 249).

Fourrier, Anthime (1960). Le courant réaliste dans la littérature courtoise en France au Moyen
Âge. Paris: Nizet.

Gallais, Pierre (1964). “Recherches sur la mentalité des romanciers français du Moyen
Âge”. Cahiers de Civilisation Médiévale (7, p. 479 à 493) et (13, p. 333 à 347) (éd. 1970).

Gallais, Pierre (1971). “Littérature et médiatisation. Réflexions sur la genèse du genre ro-
manesque”. Etudes Littéraires (4, p. 39 à 73).

García Gual, Carlos (1988). Primeras novelas europeas. Madrid: Istmo.

Goldmann, Lucian (1967). Para una sociología de la novela . Madrid: Ciencia Nueva.

Hegel, G.W.F. (1990). Estética. Barcelone: Península.

Holbrook, R.T. (1917). Étude sur Pathelin. Essai d’interprétation. Princeton: Princeton Uni-
versity Press.

Horrent, Jules (1966). “Chanson de geste et roman courtois”. Romance Philology (20, 2, p.
192 à 203).

Huchet, Jean-Charles (1984). Le roman médiéval. Paris: PUF.

Jauss, Hans Robert (1984). Untersuchungen zur mittelaterlichen Tierdichtung . Tubinga: Max
Niemeyer, X.

Jones, R. (1972). The Theme of Love in the "Romans d’Antiquité". Londres: Dissertation Series.

Josseaume, M et F. (1990). “C’est ung Guillaume qui a seurnom de Joceaume”, Pathelin (v.
389 à 390). Le Moyen Âge (96, p. 503 à 518).

Jung, M.R. (1971). Études sur le poème allégorique en France au Moyen Âge. Berne: Francke.

Kelly, A. (1950). Eleanor of Aquitaine and the four kings. Cambridge: Harvard University
Press.

Köhler, Erich (1991). La aventura caballeresca. Ideal y realidad en la narrativa cortés.


Barcelona: Sirmio (L’édition allemande de ce livre date de 1957 (Ideal und Wirklichkeit in der
höfischen Epik) et une deuxième édition avec à la fin des commentaires de Köhler lui-même,
en 1970, la traduction espagnole se base sur cette seconde édition).

Lacy, N.J., Kelly D. et Busby K. (1987). The Legacy of Chrétien de Troyes. Amsterdam: Ro-
dopi (Faux Titre, 31).

è
Lazar, Moshé (1964). Amour courtois et “fin’ amors” dans la littérature du XII siècle. P a r i s :
Klincksieck.

Lejeune, Rita (1954). “Rôle littéraire d’Aliénor d’Aquitaine et de sa famille”, Cultura Neola-
tina (14, 1, p. 5 à 57).
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 91 Moyen Âge et Renaissance

Limentani, Alberto (1977). L’eccezione narrativa. Turin: Einaudi.

Lot-Borodine, M. (1913). Le roman idyllique au Moyen Âge. Paris: Champion.

Marichal, R. (1968). “Naissance du roman”. Entretiens sur la Renaissance du X II è siècle (p. 449
à 492). Paris-La Haye: Mouton.

Méla, Charles et Emmanuèle Baumgartner (1983). “La mise en roman”. Précis de litté-
rature française du Moyen Âge (dir. Daniel Poirion). Paris: PUF.

Micha, Alexandre (1976). De la chanson de geste au roman . Genève: Slatkine.

Moise, G.C. (1974). Matière et sens dans le romans antiques. Ann Arbor: UMI Dissertations
Abstracts.

Montaiglon, A. ; Raynaud, G. (éd.) (1872-1890). Recueil général et complet des fabliaux des
XIII è et X IV è siècle (6 vol.). Paris: Firmin Didot.

Noomen, W. ; Boogard, N. Van den (éd.) (1983-1991). Nouveau recueil complet des fabliaux.
Assen (en cours de publication, 6 vol. parus).

Ouvrage collectif (1963). Chanson de geste und höfischer Roman. Heidelberg: Carl Winter
Universitätsverlag.

Paquette, Jean-Marcel (1971). “Épopée et roman : continuité ou discontinuité?”. Études


Littéraires (4, p. 9 à 38).

Petit, A. (1985) L’anachronisme dans les romans antiques du X II è siècle. Lille: Université de
Lille.

Petit, A. (1985). Naissances du Roman. Les techniques littéraires dans les romans antiques du XII è
siècle (2 vol.). Paris: Champion.

Riquer, Martín de (1959). “Épopée jongleresque à écouter et épopée romanesque à lire”.


La technique littéraire des chansons de geste. Colloque International tenu à l’Université de Liège (vol.
II, p. 75 à 84). Liège: Université de Liège. Aujord’hui réimprimé dans Anthropos (1989)
(supplément nº 1,12, p. 3 à 6).

Roncaglia, Aurelio (1988). “Romanzo”. Scheda anamnestica d’un termine chiave”, Maria
Luisa Meneghetti (éd.: Il Romanzo) (p. 89 à 106). Bologne: Il Mulino (Strumenti di Filologia
Romanza).

Rossi, L., Straub, R. et Bloch, H. (1992). Fabliaux érotiques. Paris: Lettres Gothiques.

Ruck, E.H. (1991). An index of themes and motifs in 12th century french arthurian poetry.
Cambridge: D.S. Brewer.

Ruiz Domènec, José Enrique (1993). La novela y el espíritu de la caballería. Barcelone:


Mondadori.

Ruiz Domènec, José Enrique (1984). La caballería y la imagen cortesana del mundo.
Genève: Istituto di Medievistica dell’ Università.

Rychner, Jean (1969). “Le prologue du Chevalier à la charrette et l’interprétation du ro-


man”. Mélanges Rita Lejeune (vol. II, p. 1121 à 1135). Gembloux: Duculot.

Rychner, Jean (1971). “Encore le prologue du Chevalier à la charrette”. Vox Romanica (31,
p. 263 à 271).

Schlegel, Friedrich von (1956). Schriften und Fragmente . Sttutgart: Kröner (surtout en ce
qui concerne sa “Lettre sur le roman”).

Stanesco, Michel et Zink, Michel (1992). Histoire européenne du roman médiéval. Esquisse
et perspectives. Paris: PUF.

Wilmotte, Maurice (1933). L’évolution du roman français aux environs de 1150. P a r i s :


Champion.

Wilmotte, Maurice (1941). Origines du roman en France. L’évolution du sentiment romanesque


jusqu’en 1240. Liège: Vaillant,.
© Universitat Oberta de Catalunya • P00/07007/00202 92 Moyen Âge et Renaissance

Humanisme et Montaigne

Bibliographie essentielle

Demonet-Launay, M.-L. (1988). XVI è siècle. 1460-1610. Paris: Bordas, 1988.

Fragonard, M.-M. (1995). Les formes poétiques du Moyen Âge à la Renaissance. Paris : Nathan-
Université.

Ménager, D. (1968). Introduction à la vie littéraire du XVI è siècle . Paris : Bordas.

Ouvrage collectif (1972-1974). Littérature française (vol. 3-5). Paris: Arthaud.

Ouvrage collectif (1994). Historia de la literatura francesa (“El siglo XVI”, p. 211 à 347).
Madrid: Cátedra.

Bibliographie complémentaire

Dassonville, M. (1970 ss.). Ronsard (3 vol.). Genève: Droz.

Demerson, G. (1991). Rabelais. Paris: Balland.

Friedrich, H. (1968). Montaigne. Trad. fr. Paris: Gallimard.

Lazard, M. (1980). Le théâtre en France au XVI è siècle. Paris: PUF.

Martínez, C. (1994). “Rabelais” et “Los poetas franceses del siglo X VI”. Lecciones de literatura
universal (p. 185 à 192, et 193 à 199).

Ménager, D. (1979). R onsard. Le Roi, le Poète et les Hommes. Genève: Droz.

Tournon, A. (1989). Montaigne. Paris: Bordas.

Weber, H. (1956). La création poétique au XVI è siècle en France, de Maurice Scève à Agrippa D’Au-
bigné. Paris: Nizet.