Vous êtes sur la page 1sur 6

Rivure

Assemblages permanents
Équipe pédagogique CONDIM
Généralités

Les assemblages rivés sont des liaisons complètes indémontables assurées par des
organes de liaison nommés rivets. La mise en œuvre et la vérification d’assemblages
rivés sont encadrées par des normes (NF E27-501 et E27-151 à 154).

Le rivet est une tige cylindrique de diamètre dnom terminée par une tête. Passant par
un trou de diamètre d = dnom+1, on crée par déformation une seconde tête ou rivure.
Généralités

Types de rivets :
• R : rivet à tête ronde : emploi général.
• Rb : le même avec bavure pour étanchéité.
• F ou FB 90 ou 60 : rivet sans saillie.
• G : « goutte de suif » : rivet de chaudronnerie

Matériaux :
Cuivre, laiton, Duralumin…
Pour la construction métallique, acier doux S185 ou
E295 pour lesquels les règles CM donnent comme
limite élastique conventionnelle 240 MPa
Pose des rivets

4
Pose des rivets

d : pas du rivetage
dl : pince longitudinale
dt : transversale
• 3d ≤ d ≤ 7d si une oxydation
est à craindre.
• 3d ≤ d ≤ 10d s’il n’y a pas
d’oxydation est à craindre.
• 2,5d ≤ d ≤ 3,5d pour
étanchéité en chaudronnerie
• 1,5d ≤ d t ≤ 2,5d
• 1,5d ≤ d l ≤ 2,5d

La norme fixe le diamètre du rivet en fonction de l’épaisseur de la pièce la plus épaisse


à assembler

eMax 2 3 4 5 6 7 8 10 à 14  15

d 8 10 12 14 16 18 20 22  24
5
Vérification en résistance

Condition 1 : non décollement des pièces


• La section résistante est A = pd²/4. La précontrainte est voisine de la limite
élastique du matériau : F0 = A. se
• Le non décollement implique Femax = (1-l).F0
l étant le rapport de rigidité (cf boulonnage)

Condition 2 : résistance élastique du


rivet
• L’effort maximal est pris égal à 0,8 x
A x se
• La condition de résistance est donc
𝑁 2 + 𝑇² < 0,8. 𝐴. 𝜎𝑒

Condition 3 : pression admissible


• On vérifie T/e.d < padm
e étant l’épaisseur de la pièce la plus
mince, padm étant pris égal à 3,5. se