Vous êtes sur la page 1sur 2

EXERCICE D’ISOSTASIE : EROSION D’UNE MONTAGNE

Soit une montagne de 5km de hauteur, de 20 km de large, encadrée par deux bassins fexu-
raux chacun de 40 km de large. Des analyse par sismique réflxion indiquent que le toit du
manteau est à 30 km sous les bassins flexuraux et à 75 km de profondeur sous la montagne. La
figure suivante permet de schématiser cette configuration.

l=40 Km l=20 Km l=40 Km

hm=5 Km 0 Km r3 : 2000 hs=? Km


0 Km

P=? Km
r1 : 2500 hc=30 Km r1 : 2500 hc=30 Km
30 Km
30 Km

E
80 Km
hr=45 r2 : 3300
r2 : 3300

F IGURE 1 – Configuration initiale. On F IGURE 2 – Configuration finale après


donne hm=hauteur de la montagne, erosion complète de la montagne. On
hc=hauteur de la croûte continentale en donne ρ3=masse volumique des sédi-
sous les bassins, hr=hauteur de la racine ments. On recherche hs=hauteur des sédi-
crustale, ρ1=masse volumique de la croûte ments, P=profondeur du moho. E = enfon-
continentale, ρ2=masse volumique du cement du moho
manteau

En utilisant les principes de l’isostasie, et en négligeant dans un premier temps les phéno-
mènes d’érosion, vous répondrez aux questions suivantes :
1. Cette montagne est-elle à l’équilibre isostasique ? (on considèrera que les bassins flexu-
raux sont à l’équilibre)
2. Dans quel sens auront lieu les déplacements occasionnés ?
3. Quelle sera la hauteur finale de la montagne ?
4. Quelle sera la profondeur de la racine crustale de la montagne ?
5. L’érosion modifie en permanence l’équilibre isostasique, en amenant à la l’élimination
des reliefs. En admettant que les produits de l’érosion de la montagne se déposent ex-
clusivement dans la zone schématisée, que la montagne sera entièrement érodée et que
les sédiments produits par l’érosion ont une masse volumique de 2000 kg.m−3 , calculez
la hauteur des sédiments hs et la profondeur du Moho P après l’érosion. Conclure sur le
comportement d’un bassin sédimentaire en cours de remplissage.

1
CORRECTION EQUILIBRE D’UNE MONTAGNE ET EROSION
1. Pour savoir si la montagne est à l’équilibre, il faut appliquer le principe de l’isostasie à la
montagne et aux bassins, puis comparer les pressions calculées au niveau de la profon-
deur de compensation. On choisi cette profondeur de compensation au niveau de la base
de la racine :
Pmontagne = ρ1 × g × (hm + hc + hr )

Pplaine = ρ1 × g × hc + ρ2 × g × hr

On calcule que Pplaine 6=Pmontagne , la montagne n’est pas à l’équilibre.


2. Pplaine >Pmontagne , la montagne va monter.
3. pour que la montagne soit à l’équilibre, il faut que Pplaine =Pmontagne , on peut dresser le
système suivant :
½
hm + hc + hr = 80 ⇔ hr = 50 − hm ,
ρ1 g(hm + hc + hr ) = ρ1 ghc + ρ2 ghr
des deux équations, on en tire :

ρ1 g(hm + hc + 50 − hm ) = ρ1 ghc + ρ2 g(50 − hm )

⇔ 50ρ1 = 50ρ2 − hm ρ2
50(ρ2 − ρ1 )
⇔ hm = = 12.1 km
ρ2
4. dès lors,
hr = 80 − hc − hm = 37.9 km

5. Il est possible de calculer le volume érodé et de sédiments


ρ2
V olerode = 80 × 20 ⇒ V olsediments = V olerode ×
ρ3
V olsediments 20 × 50 × 2500
hs = = = 12.5 km
largeur (40 + 40 + 20) × 2000
il est possible de calculer P : comme E était occupé par du manteau avant la subsidence et
en négligeant la colonne d’air à l’état initial, on peut écrire cette relation entre l’état initial
et l’état final :
ρ3 hs
ρ1 ghc + ρ2 gE = ρ1 ghc + ρ3 ghs ⇒ E =
ρ2
2000 × 12.5
d’ou P = E + hc = + 30 = 37.8 km
3300
L’augmentation d’épaisseur due au dépos de sédiment est compensée par une subsidence
des bassins de sédimentation