Vous êtes sur la page 1sur 2

ÉCOLE SUPÉRIEURE

D’INTERPRÈTES ET DE TRADUCTEURS

TRADUCTEUR-INTERPRÈTE JUDICIAIRE
Directrice de l’ESIT : Fayza EL QASEM
Responsable de la formation : Geneviève BLONDY-MAUCHAND, ancien directeur de la section Traduction

Formation continue, avec le concours de :


- Jean-Baptiste Acchiardi, Vice-président en charge du secrétariat général du TGI Paris,
Responsable adjoint de la formation
- Christiane Driesen, Professeur directeur des programmes de formation continue des interprètes
judiciaires de l’Université de Hambourg, Coordinatrice de la Commission interprétation juridique et
judiciaire de l’AIIC, Vice-présidente d’EULITA.

Et en partenariat avec la CETIECAP (Compagnie des Experts Traducteurs et Interprètes en


Exercice près la Cour d’Appel de Paris).

Présentation de la formation
Dans le contexte de la mondialisation, les professionnels de la traduction écrite ou orale sont un
maillon essentiel des échanges internationaux et de la communication interculturelle dans tous les
domaines de la vie en société. Si une communication précise, fidèle et fluide est primordiale pour les
opérations économiques, elle est vitale en matière de justice lorsqu’il est question de respect des
droits de l’homme.
La Directive 2010/64/UE du Parlement européen et du Conseil du 20 octobre 2010, qui a été
transposée en droit français par la loi du 5 août 2013, garantit le droit du citoyen à la traduction et à
l’interprétation dans le cadre des procédures pénales.
L’ESIT forme depuis plus de 50 ans des traducteurs et des interprètes reconnus, tant par les
organisations internationales que par les entreprises et les administrations, pour leur rigueur et leurs
compétences.
La formation ne vise pas à enseigner ni même à perfectionner les langues, mais à transmettre un
savoir-faire. Elle se fonde sur la théorie interprétative développée par l’ESIT, qui considère la
traduction non pas comme un exercice de transposition linguistique mais comme un acte de
communication portant sur le sens.

Public concerné par le diplôme d’université (DU)


La formation s’adresse à tous les titulaires d’un diplôme de niveau bac + 3 (quelle que soit leur langue
maternelle), aux experts traducteurs-interprètes, aux traducteurs et aux interprètes diplômés ou en
exercice, aux interprètes en langue des signes, qui pourront ainsi élargir leur champ d’intervention au
service de la justice ou au titre de leur activité.

Langue de travail
La langue de travail est le français. Toutes les langues maternelles autres que le français peuvent être
langue source, dès lors que les candidats de ces langues maternelles étrangères ont une excellente
maîtrise du français, indispensable pour suivre les enseignements avec profit.

Edition : septembre 2017


Les informations contenues dans ce document sont fournies à titre indicatif et sont susceptibles de modification sans préavis.
Objectifs
 une spécialisation pour le traducteur-interprète
 un complément indispensable à la formation obligatoire à caractère général des experts
judiciaires
par
 l’acquisition de compétences spécifiques et actualisées
 la compréhension :
o des situations en contexte judiciaire
o des concepts et des procédures
o des textes juridiques.

Programme
Le programme comporte 72 heures, soit 8 sessions (3 heures le vendredi, 6 heures le samedi) entre
février et juin, dans les locaux de l’ESIT (auxquelles il faut ajouter un temps de travail personnel
indispensable) :
- UE théorique en alternance avec
- UE pratique sous forme d’études de cas, de jeux de rôle et d’analyse de textes professionnels.

Soit une trentaine de modules, tels que :


- Phraséologie et terminologie juridiques françaises
- La traduction spécialisée et la recherche documentaire
- Le rôle de l'expert-interprète à l'audience, dans les établissements pénitentiaires, hospitaliers,
dans les procédures
- L'interprétation à l'audience, dans les commissariats, les cabinets d'instruction
- Les commissions rogatoires internationales, procès-verbaux d'audition et d'interrogatoire
- Les interceptions téléphoniques judiciaires
- Les actes notariés
- Le contentieux au Tribunal de commerce
- Déontologie de l'expert traducteur-interprète
- Inscription, réinscription, état des missions, représentation des intérêts professionnels des
traducteurs-interprètes judiciaires

La formation associe des universitaires, des professionnels de la traduction et de l’interprétation ainsi


que des praticiens du droit (magistrats du parquet et du siège, avocats, officiers de police judiciaire,
huissiers de justice, notaires etc.).

L’obtention du diplôme d’université est soumise à un contrôle d’assiduité, à la remise de travaux écrits
et à un entretien oral devant un jury (fin septembre).

Conditions d’admission
Présélection sur dossier (téléchargeable sur le site de l’ESIT début septembre) avec lettre de
motivation et exemple de traduction vers le français (30 lignes environ) ; si la candidature est retenue,
un entretien est prévu en décembre. Les cours commencent en février.

Coût de la formation (hors droits universitaires et médecine préventive de 189,10 euros) :


- 2 500 euros TTC (possibilité de régler en deux versements, nous contacter).
- 4 000 euros TTC pour les salariés qui bénéficient d’un financement au titre de la formation continue.

Nota : La formation ainsi que le diplôme sont délivrés sans garantie d’inscription du titulaire sur une
liste d’experts judiciaires, qui reste du seul ressort des magistrats de la Cour d’appel.

CONTACT :
ESIT - Coordination DU Traducteur-Interprète judiciaire
e
Bureau P. 220 - 2 étage
Centre universitaire Dauphine - 75775 - Paris Cedex 16
Courriel : DU-traducteur-interprete-judiciaire-esit@univ-paris3.fr
www.esit.univ-paris3.fr/

Edition : septembre 2017


Les informations contenues dans ce document sont fournies à titre indicatif et sont susceptibles de modification sans préavis.