Vous êtes sur la page 1sur 81

2015

Conception et etude d'un


batiment type ''HALL''

HAMMAMI Mohamed Zackaria


KALLEL KARIM
14/01/2015
Sommaire
Introduction ................................................................................................................................ 8

Chapitre 1 : Présentation du projet ............................................................................................. 9

1. Description du projet (projet I)........................................................................................ 9

2. Données du projet ............................................................................................................ 9

3. Terminologie ................................................................................................................. 10

Chapitre 2 : Conception de la Structure ................................................................................... 11

1. Démarche conceptuelle ................................................................................................. 11

2. Portiques ........................................................................................................................ 11

3. Les pannes ..................................................................................................................... 12

4. Les lisses ....................................................................................................................... 14

5. Contreventement ........................................................................................................... 14

Chapitre 3 : Calcul de l'effet de vent ........................................................................................ 16

1. Pression dynamique de base :........................................................................................ 16

2. Effet de la Hauteur: ....................................................................................................... 17

3. Effet de masque : ........................................................................................................... 17

4. Effet de site : ................................................................................................................. 17

5. Effet de dimension: ....................................................................................................... 18

6. Rapport de dimension : ................................................................................................. 18

7. Coefficient γ0 ................................................................................................................ 18

8. Action extérieure Ce ...................................................................................................... 18

1. Parois verticales ......................................................................................................... 18

2. Toitures ...................................................................................................................... 19

9. Action intérieur Ci ......................................................................................................... 20

10. Action résultante Cr : .................................................................................................... 21

11. Pression résultante : ....................................................................................................... 24

Chapitre 4: Analyse globale ..................................................................................................... 26


1. Règlements et normes de calcul .................................................................................... 26

2. Caractéristiques du matériau ......................................................................................... 26

3. Evaluation des charges .................................................................................................. 27

1. Les charges permanentes ........................................................................................... 27

2. Les charges d’exploitation ......................................................................................... 27

3. Combinaisons d’actions ................................................................................................ 27

1. Combinaisons d’actions fondamentales à l’ELU ...................................................... 27

2. Combinaisons d’actions fondamentales à l’ELS ....................................................... 28

Chapitre 5 : Dimensionnement de tous les éléments de structures selon l’EUROCODE 3 ..... 29

1. Dimensionnement d’une panne ..................................................................................... 29

1. - Calcul des sollicitations ........................................................................................... 29

2. Prédimensionnement de la panne ............................................................................. 33

3. Dimensionnement des liernes .................................................................................... 40

4. Dimensionnement d’une lisse ....................................................................................... 43

1. Calcul des charges ..................................................................................................... 43

2. Prédimensionnement de la lisse ................................................................................. 45

3. Dimensionnement des suspentes ............................................................................... 49

4. Dimensionnement et vérification des portiques ............................................................ 51

1. Dimensionnement et vérifications des traverses ....................................................... 51

2. Vérification des poteaux ............................................................................................ 57

5. Calcul des potelets :....................................................................................................... 65

6. Contreventement ........................................................................................................... 70

1. Introduction : ............................................................................................................. 70

2. Contreventement pignon : ......................................................................................... 70

3. Calcul de la poutre au vent : ...................................................................................... 70

4. Calcul de la palée de stabilité : .................................................................................. 72

5. Boulonage...................................................................................................................... 72
1. Faitage ....................................................................................................................... 72

2. Pied de poteau articulé ............................................................................................... 73

Chapitre 6: Devis estimatif ....................................................................................................... 74

1. Estimation de prix des pannes ....................................................................................... 74

2. Estimation de prix des lisses ......................................................................................... 75

3. Estimation du prix des poteaux ..................................................................................... 75

4. Estimation du prix des Traverses .................................................................................. 76

Chapitre 7: Modélisation numérique sur ROBOT ................................................................... 77

1. Modélisation .................................................................................................................. 77

2. Résultats obtenus par Robot .......................................................................................... 78

3. Comparaison entre le calcul manuel et le calcul avec ROBOT .................................... 78

Conclusion ................................................................................................................................ 80

Bibliographie............................................................................................................................ 82
Liste des Figures
Figure 1: Dimension du bâtiment ............................................................................................... 9

Figure 2 Terminologie des différents composants .................................................................. 10

Figure 3: Emplacement et entraxe des portiques ..................................................................... 12

Figure 4 Tableau des bac en acier ............................................................................................ 13

Figure 5 xemple de la carte de charge de vent en Tunisie ....................................................... 16

Figure 6 effet de la dimension .................................................................................................. 18

Figure 7 Shemas explicatif des resultats obtenus ..................................................................... 20

Figure 8 shemas expliquatif ..................................................................................................... 22

Figure 9 Shemas explicatif ....................................................................................................... 23

Figure 10 Shemas explicatif de l'effet de vent ......................................................................... 24

Figure 11 Chargement d’une panne ......................................................................................... 30

Figure 12 Schéma statique de la panne isostatique avec lierne ................................................ 31

Figure 13 Diagramme des moments fléchissant ...................................................................... 31

Figure 14 Diagramme des moments fléchissant maximums ................................................... 32

Figure 15 Diagramme des efforts tranchants maximums......................................................... 32

Figure 16 Diagramme des efforts tranchants maximums de la panne avec lierne ................... 33

Figure 17 Répartition des efforts dus aux liernes ..................................................................... 41

Figure 18 Cas de charges pour les lisses .................................................................................. 43

Figure 19 Disposition des suspentes ........................................................................................ 49

Figure 20 Les deux axes de flambement .................................................................................. 66

Figure 21 La barre la plus sollicitée ......................................................................................... 70

Figure 22 Palé de stabilité ........................................................................................................ 72

Figure 23modelisation du Faitage ........................................................................................... 72

Figure 24 Shemas d'assemblage ............................................................................................... 73

Figure 25 Shemas d'assemblage ............................................................................................... 73

Figure 26 Modlisation de l'assemblage pied de poteau ............................................................ 73


Figure 27 Modelisation du batiment ........................................................................................ 78
Liste des tableaux

Tableau 1 Donnees du projet .................................................................................................... 16

Tableau 2valeurs des pressions dynamique de base................................................................. 16

Tableau 3 effet du site .............................................................................................................. 17

Tableau 4 Recaputulatif du coefficient Ce ............................................................................... 19

Tableau 5 Recaputulatif du coefficient Ce toiture ................................................................... 19

Tableau 6 Tableu recaputulatif du coefficient Ci ..................................................................... 21

Tableau 7 Tableau des actions resultantes ............................................................................... 21

Tableau 8 Tableau recaputulatif ............................................................................................... 22

Tableau 9 Tableaux recaputulatif ............................................................................................. 23

Tableau 10 Valeurs final de l'effet de vent sur les parois et la toiture ..................................... 25

Tableau 11 : caractéristiques géométriques du profilé IPE 140 ............................................... 35

Tableau 12 Paramètres de déversement de la panne ................................................................ 38

Tableau 13 caractéristiques géométriques du profilé IPE 120 ................................................. 46

Tableau 14 Tableau recaputulatif des sollicitations ................................................................. 51

Tableau 15 Caracteristique de la section de l'IPE 400 ............................................................. 52

Tableau 16 Valeurs des sollicitations en tete du poteau ........................................................... 58

Tableau 17 Tableau des sollicitation Max des poteaux de rive ................................................ 61

Tableau 18 caracteristiques du déversement de l’IPE 240 ....................................................... 68


Introduction

Les bâtiments métalliques où les volumes de grandes dimensions sont très courants
dans les usines, les ateliers de maintenance et les salles de sport. Leurs fonctionnalités ainsi
que leur qualité architecturale sont influencées par de nombreux facteurs, par exemple le plan
d’implantation, la polyvalence et la qualité souhaitée pour le bâtiment. L’acier offre de
nombreuses possibilités pour un usage fonctionnel à la fois agréable et flexible.

Les bâtiments métalliques sont composés d’une ossature en portiques et des


revêtements métalliques de tous types. La technique permet de créer de grands volumes
ouverts efficaces, faciles à entretenir et adaptables en fonction des évolutions de la demande.
L’acier est choisi pour des raisons économiques, mais également pour d’autres raisons telles
que la résistance au feu, la qualité architecturale et le respect de l’environnement.

Dans ce contexte, nous avons participé à la conception, l’étude et le dimensionnement de


la structure d’une usine. Pour cela on va faire du calcul manuel selon EUROCODE 3 des
différents éléments de structure tel que les pannes, les lisses, les poteaux et la ferme et du
calcul automatique à l’aide du logiciel (Autodesk Robot Structural Analysis Professional
2013).
Chapitre 1 : Présentation du projet

1. Description du projet (projet I)

Le projet consiste à dimensionner la charpente d’une usine.

Le bâtiment couvre une superficie de 1728 m2, d’une hauteur maximale d'environ 9 m dans sa
partie la plus haute, d’une largeur de 36m et de longueur de 48m. La structure est composée
d’une série de portiques, chacun conçu par une travé et demi.

2. Données du projet

 Emplacement: Tunisie.
 Données vent:
 Site normal
 Bâtiment fermé
 Région II
 Dimensions géométriques:
 Longueur : Llong = 48 m
 Largeur : Llarg = 36 m
 Hauteur (niveau jarret) : Hi = 7.5 m
 Inclinaison : 6°.
 Hauteur (niveau faîtage) : Hf = 8.76 m

Figure 1: Dimension du bâtiment


3. Terminologie

L’étude de ce projet nécessite la compréhension et l’emploi de certains termes spécifiques,


dont les plus souvent utilisé sont les suivants :

Figure 2 Terminologie des différents composants


Chapitre 2 : Conception de la Structure

La conception structurale est la phase initiale de l’étude d’une ossature de bâtiment.


Elle est considérée comme étant la phase la plus importante, puisque le dimensionnement des
éléments porteurs et des fondations, les estimations des coûts et des délais d’exécution
dépendent fortement de ses résultats.

Elle doit être conduite en respectant les règles d’art de la construction et en satisfaisant
au mieux les contraintes architecturales et celles du site.

1. Démarche conceptuelle

Le choix d’une conception doit:

 être économique
 être réalisable
 assurer la stabilité d’ensemble de la structure

Les dimensionnements doivent être :

 économique
 capable de résister aux efforts maximaux
 capable de se déplacer dans les tolérances admissibles

2. Portiques

Les traverses des portiques peuvent être rectilignes. Mais on impose une pente de 6°,
qui présente l’avantage de ne pas avoir de stagnation d’eau sur la toiture.

Avec un effet de voûte et une pente plus importante, une partie des forces verticales est
transmise par compression dans les traverses, et donc les moments de flexion et les flèches
sont plus faibles qu’avec des traverses rectilignes.

Les portiques sont capables de résister aux charges verticales et horizontales agissant dans
leur plan. Ces charges provoquent des sollicitations de flexion, effort axial et effort tranchant.

 L’espacement des portiques est imposé par le bardage qui repose sur des appuis tous
les 6 mètres. L’emplacement, l’entraxe et la portée des portiques sont présentés dans
la figure3.
Lp = Lportique = 6 m

 Nombre de portiques : Np = (48/6) + 1


Nportique = 9 portiques

Figure 3: Emplacement et entraxe des portiques

3. Les pannes

Les pannes, comme indique la figure 4, sont des éléments porteurs secondaires de la
structure métallique ayant pour rôle de transmettre les charges de la couverture vers les
éléments porteurs principaux (lesTraverses).

Figure 4: Les pannesOn a une portée de 24m (24/2 = 12m) avec une pente de 6° d’ou le toit de portée egale a
12/cos (6)= 12,06m => il nous faut 6 pannes de distance 2.5 m.
 Entraxes des pannes: ap = 2.5 m
 On va choisir encore une couverture de portée 2.5 m et de caractéristiques suivantes :

Figure 4 Tableau des bac en acier

Nous allons opter pour des pannes isostatiques donc le choix de a couverture se porte a :

 Epaisseur de la tôle (de couverture) : ecouv = 1 mm


 Hauteur de la tôle (de couverture) : hcouv = 40 mm

 Pour le choix de la conception des pannes on va choisir des pannes isostatiques et on


va ajouter des liernes à mi-portée pour diminuer la flèche.

 Portée des pannes : C’est l’entraxe des portiques. Dans ce projet les pannes sont de
portée égale à 6m.

 Nombre des pannes : notre bâtiment dispose de 6 pannes par versant le long du long
pan. Npanne = 6 ×3 Npanne = 18

 Longueur de l’ensemble des pannes utilisées dans le bâtiment :

Ltot = Npanne × Llong

 Npanne = 18 : nombre de toutes les pannes utilisées dans le bâtiment


 Llong = 48 m

Ltot = 864 m
4. Les lisses

La lisse de bardage est un élément qui repose sur les pieds poteaux et servent comme
support pour les panneaux de bardage comme indique cette figure.

Figure 5: Lisses de bardage et suspentes

On va choisir de travailler avec des lisses isostatiques avec des liernes à mi-portée :

 Portée des lisses : C’est l’entraxe des fermes ou portiques. Dans ce projet les lisses
sont de portée égale à 6m.

 Entraxe des lisses: al = 2m

5. Contreventement

Les contreventements sont des systèmes qui font descendre les charges horizontales
jusqu’aux fondations.

Les ensembles « contreventements de versants et palées de stabilité » sont des


systèmes articulés se comportant comme des poutres treillis. Ils sont donc employés afin de
résister aux charges agissant perpendiculairement au plan des portiques.

Les diagonales sont des cornières. On ne prend en compte que les diagonales tendues
car celles qui sont comprimées ont comparativement très peu de résistance, à cause du
flambement. Selon le sens des forces horizontales, c’est l’une ou l’autre des deux branches de
chaque croix qui est tendue.
Cette stabilité est assurée par des croix de Saint- André .Il existe d’autres solutions
pour assurer la stabilité, comme par exemple les contreventements en K, qui amènent des
efforts de compression dans certains éléments de stabilité. Cependant la justification de la
structure vis-à-vis du séisme, nous oblige à prendre en compte des efforts conséquents. Dans
le cas de contreventements en K, cela nous amènerait à des sections bien trop importantes, à
cause du phénomène de flambement.

Dans ce projet, on a utilisé deux contreventements dans le plan du toit pour stabiliser
la structure en acier contre le flambement transversal comme montre la figure suivante.

Figure 6 Système de contreventement


Chapitre 3 : Calcul de l'effet de vent
Dans le dimensionnement d’un hangar en charpente métallique, on tient compte toujours des
effets de vent, et on suppose que leur direction d’ensemble moyenne et normale à la paroi
étudiée.

L’action du vent dépend :

 La vitesse du vent variable par rapport à la région.


 Les dimensions de l’hangar.
 La forme de la paroi étudiée.
 L’emplacement et l’orientation par rapport au vent.

site Normal
Bâtiment Fermé
Région II
Tableau 1 Donnees du projet

1. Pression dynamique de base :

Tableau 2valeurs des pressions dynamique de base

Figure 5 xemple de la carte de charge de


vent en Tunisie

La region de Beja est située dans la region 2 de la carte du vent. D’où on a :


q10 = 70 daN/m² et qh = 122,5daN/m²

2. Effet de la Hauteur:

Vue le manque d’information sur l’altitude du site, on prend H=7,5 +12×tg6° = 8,76m

La variation de la vitesse du vent avec la hauteur h dépend de plusieurs facteurs : le site, la


vitesse maximale du vent et le freinage dû au sol.
Soit « qh » la pression dynamique agissant à la hauteur h au-dessus du sol exprimée en
mètres, q10 la pression dynamique de base à 10 m de hauteur.
Pour h compris entre 0 et 500 m, le rapport entre qh et q10 est défini par la formule :

qh h  18
 2,5  avec h = 10 m
q10 h  60

La hauteur h est comptée à partir du sol environnant supposé sensiblement horizontal dans un
grand périmètre en plaine autour de la construction.

Soit qN = 70 daN/m2 et qE = 122,5 daN/m2 .

3. Effet de masque :

Par raison de sécurité et pour manque d’information sur le site, on prend km=1.

4. Effet de site :

Le site est considéré comme normal, par suite pas d’effet de site. Donc on a :
Ks = 1

Tableau 3 effet du site


5. Effet de dimension:

Figure 6 effet de la dimension

Le coefficient de réduction δ est calculé selon la direction du vent.

 Pour un vent└ Sa, la plus grande dimension offerte au vent est 48m et H= 7,5m. Donc
δa=0.74.
 Pour un vent └ Sb, la plus grande dimension offerte au vent est 36m et H= 8,76m. Donc
δb=0.76.
 Pour un vent└ S’a, la plus grande dimension offerte au vent est 48m et H= 8,76m. Donc
δ’a=0.74.

6. Rapport de dimension :

h 7.5 h 8.76 h 8,76


a    0.156 et b    0.243 et  'a    0.183
a 48 b 36 b 48

7. Coefficient γ0

0 est déterminé en fonction de la direction du vent et de la surface des faces exposées au


vent on obtient les coefficients suivant :

Vent normal à la grande face Sa :  0 a  0.85


Vent normal à la petite face Sb :  0b  0.85
Vent normal à la grande face S’a :  '0 a  0.85

1. Action extérieure Ce

1. Parois verticales

Face au vent Ce= +0.8


Face sous le vent Ce= -(1.3  o 0.8)

Ce
Direction du vent 𝜸
Face au vent Face sous vent

Vent normal à Sa 0,85 + 0,8 - 0,305

Vent normal à Sb 0 ,85 + 0,8 - 0,305

Vent normal à S’a 0,85 +0,8 -0,305

Tableau 4 Recaputulatif du coefficient Ce

2. Toitures

h
Versant incliné à 6° et f  1,26m   4,38m
2

𝜶 = 𝟔° (vent à Sa) 𝜶 = 𝟎°(vent à Sb) α = 6° (Vent à S’a)

Toiture au vent Ce = - 0,3 Ce = - 0,3


Ce = - 0,28
Toiture sous vent Ce = -0,22 Ce = - 0,22

Tableau 5 Recaputulatif du coefficient Ce toiture

Dans notre cas, le projet comporte un deux versants plans. D’après le règlement NV65, les
coefficients Ce restent constants pour la première toiture et le dernier versant, et ils subies
une réduction de 25% pour les versants intermédiaires. Donc, on peut présenter les valeurs du
coefficient Ce dans le tableau suivant :

Schéma
Vent normal à
Sa

Vent normal à
Sb

Vent normal à
S’a

Figure 7 Shemas explicatif des resultats obtenus

3. Action intérieur Ci

Notre construction étant fermée, de perméabilité inférieure à 5%.


On applique simultanément sur les faces intérieures de tous les compartiments :

Soit une surpression avec Ci= + 0.6 (1.8 – 1.3  o ).


Soit une dépression avec Ci = - 0.6 (1.3  o - 0.8).

Direction 𝜸𝟎 𝑪𝒊 (en surpression) 𝑪𝒊 (en dépression)

Vent normal à Sa 0,85 +0,417 -0,183

Vent normal à Sb 0,85 +0,417 -0,183

Vent normal à S’a 0,85 +0,417 -0,183

Tableau 6 Tableu recaputulatif du coefficient Ci

D’après le règlement « NV65 », si le coefficient des actions extérieures  0,2  Ci  0

Alors Ci = -0,2

4. Action résultante Cr :

Vent Sa Parois verticales

Au vent Sous vent

En surpression 0, 383 -0.722


surpression
En dépression 1 -0,105

Toiture

Au vent Sous vent

En surpression -0.717 -0,637

En dépression -0,1 -0,02


Tableau 7 Tableau des actions resultantes
Vent normal à Sa
en surpression

Vent normal à Sa
en dépression

Figure 8 shemas expliquatif

Vent Sb Parois verticales

Au vent Sous vent

En surpression 0.383 -0.722

En dépression 1 -0.105

Toiture

Au vent Sous vent

En surpression 0.697 -0,697

En dépression -0.08 -0.08


Tableau 8 Tableau recaputulatif
Vent normal à Sb en
surpression

Vent normal à Sb en
dépression

Figure 9 Shemas explicatif

Vent S’a Parois verticales

Au vent Sous vent

En surpression 0, 383 -0.722


surpression
En dépression 1 -0,105

Toiture

Au vent Sous vent

En surpression -0.717 -0,637

En dépression -0,1 -0,02


Tableau 9 Tableaux recaputulatif
Vent normal à S’a
en surpression

Vent normal à S’a


en dépression

Figure 10 Shemas explicatif de l'effet de vent

5. Pression résultante :

Après le calcul de coefficient résultant on peut calculer la pression du vent en utilisant la


formule suivante :

𝑃 = 𝐾𝑆 . 𝐾𝑀 . 𝛿 . 𝛽 . 𝑞h . 𝐶𝑟

Pour déterminer les valeurs les plus défavorables de l’action du vent sur une paroi, il faut
choisir les valeurs des coefficients de pression les plus élevées en valeurs absolues. Les
résultats des coefficients choisis sont résumés dans le tableau suivant :
Parois verticales

Vent de surpression Vent de dépression

Cr -0,722 1

P (daN/m2) -38,41 53,2

Toiture

Vent de soulèvement Vent de dépression

Cr -0,717 -0.1

P (daN/m2) -38,144 -5,32

Tableau 10 Valeurs final de l'effet de vent sur les parois et la toiture

Pour conclure, on retient les résultats suivants :

 Vent de pressions sur les parois verticales : 𝑊 ↓ = +53.2 daN/m2.


 Vent de soulèvement sur les toitures : 𝑊 ↑ = -38.144 daN/m2.
Chapitre 4: Analyse globale
Dans ce chapitre, nous allons présenter les différentes hypothèses de calcul des structures
en acier ainsi que les charges agissantes sur la charpente. En effet, les charges que subisse
cette dernière dépendent des données générales suivantes :

 Sa constitution : les charges permanentes


 Sa localisation : les surcharges climatiques (dans notre cas les surcharges du vent)
 Son type d’usage : les charges d’exploitation.

1. Règlements et normes de calcul

Les calculs de justification seront menés conformément aux prescriptions des


documents suivants :

 Règles de l’Eurocode 1 « Bases de calcul et actions sur les structures »


 Règles de l’Eurocode 3 « Calcul et justification des structures métalliques »
 Règles de NV65

2. Caractéristiques du matériau

Le matériau utilisé pour la construction du bâtiment industriel objet de notre étude est l’acier.
Il a les caractéristiques suivantes :

 Nuance : S235
 Limite d’élasticité : fy = 235 MPa
 Résistance ultime à la traction : fu = 360 MPa
 Module d’élasticité : E = 2,1×105 MPa
 Module d’élasticité transversal : G = 0,8×105 MPa
 Densité :ρ = 7850 kg/m3
 Coefficient de poisson : ν = 0,3
 Contrainte limite élastique de cisaillement pur : τ = 152 MPa
 Coefficient de dilatation thermique : λ= 11×106
3. Evaluation des charges

1. Les charges permanentes

Il s’agit des charges agissantes de façon continue sur l’ossature du bâtiment et qui sont les
suivantes :

 Poids propre des couvertures : Gcouv = 0,25 kN/m²


 Poids propre des pannes: Gsecond estimé à 0,1 kN/m2

Ainsi, la charge permanente totale G est égale à : G = Gcouv + Gsecond

G = 0,35kN/m²

2. Les charges d’exploitation

 La charge de poussière : C’est une charge due à l’accumulation de la poussière sur la


toiture du bâtiment. Elle est égale à :
P = Qpoussiére = 0,15kN/m²
 La charge d’entretien : Q = Qentretien = 0,2 kN/m²
 La surcharge du vent (calculé dans le chapitre précédent)
 Charge de vent de soulèvement : 𝐖 ↑ = −𝟑𝟖. 𝟏𝟒𝟒 𝐝𝐚𝐍/𝐦𝟐.
 Charge de vent de pression sur paroi verticale : 𝐖 = 𝟓𝟑, 𝟐 𝐝𝐚𝐍/𝐦𝟐

3. Combinaisons d’actions

1. Combinaisons d’actions fondamentales à l’ELU

La combinaison d’actions est donnée par :

∑ 𝐺𝑖 𝛾𝑔.𝑗 + 𝛾𝑞.1 𝑄1 + ∑ 𝛾𝑞.𝑖 𝛹0.𝑖 𝑄𝑖


𝑖>0
𝑗

Avec :

 𝛾𝑔.𝑗 = 1,35 pour les actions permanentes défavorables


 𝛾𝑔.𝑗 = 1 pour lesactions permanentes favorables
 𝛾𝑞.1 = 𝛾𝑞.𝑖 = 1,5

Les valeurs de Ψ0 sont données par le tableau suivant :


Charges Vent température

Ψ0 d’exploitation
0,87 0,67 0,53

Dans le cas du vent de pression les combinaisons possibles sont :

 Combinaison 1 : 1,35 G + 1,5 Q + 1,5 ∗ (0,87 P) = 0,968 KN/𝑚2


 Combinaison 2 : 1,35 G + 1,5 P + 1,5 ∗ (0,87 Q) = 0,9585KN/𝑚2

Il s’avère que la première combinaison est la plus défavorable.

 Vent de soulèvement :

Dans le cas du vent de soulèvement la seule combinaison est :

G + 1,5W ↑ = −0,22216KN/m2

2. Combinaisons d’actions fondamentales à l’ELS

Elles sont données par :

∑ 𝐺𝑗 + 𝑄1 + ∑ 𝛹0.𝑖 𝑄𝑖
𝑖>1
𝑗

On a:

 Combinaison 1 : 𝐺 + 𝑄 + 0,87𝑃 = 0,6805𝐾𝑁/𝑚2


 Combinaison 2 : 𝐺 + 𝑃 + 0,87𝑄 = 0,674𝐾𝑁/𝑚2

On remarque que comme à l’ELU, la première combinaison est la plus défavorable.

 Vent de soulèvement :

Dans le cas du vent de soulèvement la seule combinaison est :

G + W ↑ = −0,03144KN/m2
Chapitre 5 : Dimensionnement de tous les éléments de structures
selon l’EUROCODE 3

1. Dimensionnement d’une panne


Pour le calcul des pannes avec les profilés laminés à chaud, on a opté pour le type «
IPE», généralement utilisé pour ce type d’éléments, qui convient le plus aux types de sollicitations
qui lui est imposées.

1. - Calcul des sollicitations

 On va dimensionner une panne intermédiaire à l’ELU et à l’ELS selon les


combinaisons suivantes :
 Charges descendantes :

ELU : 1,35 G + 1,5 Q + 1,5 ∗ (0,87 P) = 0,968 kN/𝑚2

ELS : 𝐺 + 𝑄 + 0,87𝑃 = 0,6805𝑘𝑁/𝑚2

 Charges ascendantes :

ELU : G + 1,5W ↑ = −0,22216 KN/m2

ELS : G + W ↑ = −0,03144KN/m2

 Les charges linéiques que supporte la panne sont : (ap = 2.5m)


 Charges descendantes :
𝑛𝐸𝐿𝑈 = 0,968 × 2.5 = 2,42 𝑘𝑁/𝑚𝑙
𝑛𝐸𝐿𝑆 = 0,68 × 2.5 = 1,7𝑘𝑁/𝑚𝑙
 Charges ascendantes :
𝑛𝐸𝐿𝑈 = −0,22216 × 2.5 = −0,5554 𝑘𝑁/𝑚𝑙
𝑛𝐸𝐿𝑆 = −0,03144 × 2.5 = −0,0786 𝑘𝑁/𝑚𝑙

Compte tenu de la pente du versant, les pannes sont posées inclinées d’un angle α et de
ce fait elles fonctionnent en flexion bi axiale. La résultante des charges linéiques transmises
aux pannes se décompose en une charge f parallèle à l’âme de la panne (suivant l’axe z) et
une charge t perpendiculaire à l’âme (suivant l’axe y) qu’il convient de bien prendre en
compte afin d’éviter tout risque de déversement latérale. Cette configuration est présentée par
la figure ci-dessous.

Figure 11 Chargement d’une panne

Pour une inclinaison α = 6°, les valeurs des composantes de l’effort suivant les deux
axes y et z sont données par :
 Charges descendantes :

Pz,ELU = cos 𝛼 × 𝑛𝐸𝐿𝑈 = 2,4𝑘𝑁/𝑚𝑙

Py.ELU = sin 𝛼 × 𝑛𝐸𝐿𝑈 = 0,253𝑘𝑁/𝑚𝑙

Pz,ELS = cos 𝛼 × 𝑛𝐸𝐿𝑆 = 1.69 𝑘𝑁/𝑚𝑙

Py,ELS = sin 𝛼 × 𝑛𝐸𝐿𝑆 = 0,177 𝑘𝑁/𝑚𝑙

 Charges ascendantes :

Pz,ELU = 𝑛𝐸𝐿𝑈 = −0,5554𝑘𝑁/𝑚𝑙

Pz,ELS = 𝑛𝐸𝐿𝑆 = −0,0786 𝑘𝑁/𝑚𝑙

Compte tenu de la faible inertie transversale des profilés de pannes, et vue que la pente du
versant est plus au moins importante l’effet de la charge t est particulièrement préjudiciable et
conduit à des sections des pannes importantes. La solution consiste alors, à réduire la portée
transversale des pannes en les reliant entre elles par des liernes situées à mi- portée qui
fonctionnent en traction.

La figure ci-dessous est une illustration de la répartition de charge suivant la forte et la faible
inertie de la panne isostatique avec présence de lierne.

Figure 12 Schéma statique de la panne isostatique avec lierne

 Calcul des moments positifs (descendants) :

Lors de dimensionnement d’un profilé de panne, il convient de calculer deux moments de


flexion distincts, selon les deux plans principaux d’inertie du profilé.

 Suivant l’inertie forte (L = Lp = 6m)

Figure 13 Diagramme des moments fléchissant

𝐿2
𝑀𝐸𝐷,𝑦 = Pz,ELU × = 10,8 𝐾𝑁. 𝑚
8

 Suivant l’inertie faible (avec liernes)

La figure suivante représente le diagramme des moments fléchissant de la panne avec


présence de lierne :
Figure 14 Diagramme des moments fléchissant maximums

(𝐿/2)2
𝑀𝐸𝐷,𝑧 =Py,ELU× = 0,28 𝐾𝑁. 𝑚
8

 Calcul des moments négatifs (ascendants) :

 Suivant l’inertie forte (L = Lp = 6m)

𝐿2
𝑀𝐸𝐷,𝑦 = Pz,ELU × = −2.5 𝑘𝑁. 𝑚
8

 Calcul de l’effort tranchant :

 Suivant l’inertie forte (L = Lp = 6m)

Figure 15 Diagramme des efforts tranchants maximums

𝐿
𝑉𝐸𝐷,𝑧 = Pz,ELU × 2 = 7,2 𝐾𝑁

 Suivant l’inertie faible (avec liernes)

5 𝐿
𝑉𝐸𝐷,𝑦 = 8 × Py.ELU × 2 = 0,474 𝐾𝑁
La figure suivante représente le diagramme des moments fléchissant de la panne avec présence de
lierne :

Figure 16 Diagramme des efforts tranchants maximums de la panne avec lierne

2. -Prédimensionnement de la panne

Le choix du profilé se fait selon deux critères.

 le module de résistance plastique en comparant le moment fléchissant 𝑀,𝑚𝑎𝑥 appliqué


à la panne au moment plastique 𝑀𝑝𝑙 résistant.
My,max = MED,y ( ) = 10,8 kN.m
Mz,max = MED,z ( ) = 0,28 kN.m

 Les moments d’inertie du profilé en limitant la valeur de la flèche finale de la panne.

 Critère 1 : Condition de résistance

On doit vérifier que la condition My,max ≤ 𝑀𝑝𝑙 soit toujours vérifiée.

𝑓𝑦 𝑊𝑝𝑙
Avec :𝑀𝑝𝑙 =
𝛾𝑀0

 Suivant l’inertie forte

Le module de résistance plastique du profilé à choisir doit vérifier :

𝑀𝑦,𝑚𝑎𝑥
𝑊𝑝𝑙,𝑦 ≥ 𝛾𝑀0 = 45.9𝑐𝑚3
𝑓𝑦

IPE120 (𝑊𝑝𝑙,𝑦 = 60,73𝑐𝑚3 )


 Suivant l’inertie faible
Le module de résistance plastique du profilé à choisir doit vérifier :

𝑀𝑧,𝑚𝑎𝑥
𝑊𝑝𝑙,𝑧 ≥ 𝛾𝑀0 = 1,2 𝑐𝑚3
𝑓𝑦

IPE80 (𝑊𝑝𝑙,𝑍 = 5,82𝑐𝑚3 )

 Critère 2 : Condition de la flèche

La flèche maximale de la panne doit rester inférieure à une flèche limite admissible :

𝐿
[𝑓] =
200

On doit alors toujours avoir : 𝑓 < [𝑓]

5 𝑓𝐿4
Avec : [𝑓] =
384 𝐸𝐼

 Suivant l’inertie forte

Le moment d’inertie du profilé à choisir doit vérifier :

5 × Pz, ELS × 𝐿3
𝐼𝑦 ≥ = 452,67 𝑐𝑚4
1
384 × 𝐸 × 200

IPE140 (𝐼𝑦 = 541.2𝑐𝑚3 )


 Suivant l’inertie faible (avec liernes)

Le moment d’inertie du profilé à choisir doit vérifier :

5 × Py, ELS × 𝐿3
𝐼𝑧 ≥ 0,41 × = 15,4 𝑐𝑚4
1
384 × 𝐸 × 200

IPE120 (𝐼𝑧 = 27,67𝑐𝑚3)

Dans la suite, nous avons choisi de travailler avec des pannes isostatiques (IPE140) qui obéit
aux conditions de résistance et de flèche avec des liernes à mi- portée ayant les caractéristiques
géométriques présentées dans le tableau ci-dessous.
h(mm) b(mm) tw(mm) tf(mm) r(mm) A(cm²) hi(mm) d(mm) L(m)

140 73 4.7 6.9 7 16.4 126,2 112,2 6

Iy(cm4) Wel,y(cm3) Wpl,y(cm3) iy(cm) Iz(cm4) Wel,z(cm3) Wpl,z(cm3) iz(cm) It(cm4) Iw(cm6)

541,2 77,32 88,34 5,74 44,92 12,31 19,25 1,65 2,45 1,98

Tableau 11 : caractéristiques géométriques du profilé IPE 140

3. Classe du profilé

 Vérification au niveau de l’âme


d/tw = 23.87 < 72
 Vérification de la semelle
c/tf = 5,28 < 10

La section et de classe 1

Les profilés laminés IPE sont de classe 1, donc, les vérifications seront faites en plasticité.

4. Vérification de la résistance

 Vérification du moment

Pour un IPE 140 nous avons :

 Suivant l’inertie forte


𝑊𝑝𝑙,𝑦 = 88.34𝑐𝑚3

𝑊𝑝𝑙,𝑦 .𝑓𝑦
𝑀𝑝𝑙,𝑦 = = 20.76 𝐾𝑁. 𝑚 > 𝑀𝑦,𝑚𝑎𝑥 = 10,8𝐾𝑁. 𝑚
𝛾𝑀0

 Suivant l’inertie faible

𝑊𝑝𝑙,𝑧 = 19.25𝑐𝑚3

𝑊𝑝𝑙,𝑧 .𝑓𝑦
𝑀𝑝𝑙,𝑧 = = 4.52𝐾𝑁. 𝑚 > 𝑀𝑧,𝑚𝑎𝑥 = 0.28 𝐾𝑁. 𝑚
𝛾𝑀0

Les moments suivant la forte et la faible inertie sont vérifiés


 Vérification de l’effort tranchant

 Suivant l’inertie forte

Av  f y
Il faut vérifier que : V z , Rd  V Ed , z avec Vz ,rd 
M  3
0

Effort tranchant parallèle à l’âme :

Av  h  t w  6.58cm 2

235
Vz .rd  6.58 10 4   89.27kN  VEd , z  7,2kN
3

Vérifiée

 Interaction effort tranchant / moment fléchissant

De plus, on a VEd , z  0.5  Vz ,rd  44.63kN

Il n’y a pas interaction entre le moment fléchissant et l’effort tranchant

 Vérification à la flexion bi axiale

Vu qu’on a montré que la section de la panne est de classe1, sa vérification à la flexion bi


axiale (sans effort normal) se fait en se basant sur la formule suivante :

𝛼 𝛽
𝑀𝑦,𝑚𝑎𝑥 𝑀𝑧,𝑚𝑎𝑥
( ) +( ) ≤1
𝑀𝑝𝑙,𝑦 𝑀𝑝𝑙,𝑧

Avec : 𝛼 = 2 (sections en I) et 𝛽 = 1 (pas d’effort normal).

Pour un IPE 140 nous avons :

𝑊𝑝𝑙,𝑦 . 𝑓𝑦
𝑊𝑝𝑙,𝑦 = 88.34𝑐𝑚3 𝑀𝑝𝑙,𝑦 = = 20,76 𝐾𝑁. 𝑚
𝛾𝑀0

𝑊𝑝𝑙,𝑦 . 𝑓𝑦
𝑊𝑝𝑙,𝑧 = 19.25𝑐𝑚3 𝑀𝑝𝑙,𝑧 = = 4.5𝐾𝑁. 𝑚
𝛾𝑀0
10,8 2 0,28
Ce qui donne : (
20.75
) + 4.5
= 0,33 < 1

La condition de résistance est vérifiée

5. Vérification de la rigidité

Il faut vérifier que la flèche admissible n’est pas dépassée.

 Suivant l’inertie forte

𝟓× 𝑷𝒛,𝑬𝑳𝑺×𝑳𝟒
f1 = < f adm = L/200
𝟑𝟖𝟒×𝑬×𝑰𝒚

f1 = 2.5 cm < f adm = 3 cm

La condition de flèche suivant la forte inertie est vérifiée

 Suivant l’inertie faible (avec liernes)

𝟐,𝟎𝟓×𝑷𝒚,𝑬𝑳𝑺×𝑳𝟒
f1 = < f adm = L/200
𝟑𝟖𝟒×𝑬×𝑰𝒛

f1 = 1,3 cm < f adm = 3 cm

La condition de flèche suivant la faible inertie est vérifiée

6. -Vérification de la stabilité

 Vérification du déversement

 Semelle supérieure

La panne est considérée maintenue latéralement par la couverture si : 𝑆 ≥ 𝑆𝑚𝑖𝑛

Avec : 𝑆 = 1000√𝑡 3 (50 + 10 3√𝑏𝑟𝑜𝑜𝑓 )𝑠/ ℎ𝑤

t : épaisseur de la tôle : ecouv = 𝑡 = 0,7𝑚𝑚

broof : portée de la panne : 𝑏𝑟𝑜𝑜𝑓 = 6000𝑚𝑚


s : espacement des pannes : s =3010mm

hw : hauteur de la tôle : hcouv = ℎ𝑤 = 40𝑚𝑚

On obtient alors : 𝑆 = 10,21 × 106 𝐾𝑁. 𝑚/𝑚

ℎ 2
70 𝜋 𝐸𝐼𝑤 2 𝜋 2 𝐸𝐼𝑧 (2)
𝑆𝑚𝑖𝑛 = [ 2 + 𝐺𝐼𝑡 + ]
ℎ2 𝐿 𝐿2

Smin dépend des dimensions des pannes citées dans le tableau.

On aura donc : 𝑆𝑚𝑖𝑛 = 2,35 × 103 𝐾𝑁. 𝑚/𝑚

𝑆 > 𝑆𝑚𝑖𝑛 La couverture est capable de maintenir la panne.

 Semelle inférieure :

L’élancement réduit de la panne vis-à-vis du déversement est donné par :

 wW pl , y f y
Lt 
M cr

Avec : Mcr est le moment critique de déversement donné par la formule suivante :

𝐸 × 𝐼𝑧 × 𝜋 2 𝑘 2 𝐼𝑤 (𝑘𝐿)2 𝐺𝐼𝑡 2
𝑀𝑐𝑟 = 𝑐1 2
[√ ( ) + 2 + (𝐶2 𝑧𝑔 − 𝐶3 𝑧𝑗 ) − (𝐶2 𝑧𝑔 − 𝐶3 𝑧𝑗 ]
(𝐾𝐿) 𝑘𝑤 𝐼𝑧 𝜋 𝐸𝐼𝑧

Il est fonction des caractéristiques géométriques du profilé ainsi que des conditions de
chargement et d’encastrement. Les paramètres de déversement sont présentés dans le tableau
suivant.

K Kw C1 C2 C3 G(MPa) zg(m) zj(m) Wpl,y(cm3)

1 1 1,132 0,459 0,525 0,8 × 105 0,07 0 88.34

Tableau 12 Paramètres de déversement de la panne

D’où : 𝑀𝑐𝑟 = 8.3 𝐾𝑁. 𝑚 Lt  1,58  0.4


Il y a un risque de déversement, il faut alors déterminer le coefficient de
1
réduction pour le déversement 𝜒𝐿𝑇 .Ce dernier est égale à :  lt 
lt  lt ²   LT ²

 Calcul du coefficient de réduction pour le déversement

   
lt  0,5  1   lt   LT  0,2   LT ²  1,89

Avec αlt = 0,21 (pour les profils laminés)

 lt  0,34
 Lt   w  w pl  f y
M Rd   M Ed , y
M
Finalement, il faut vérifier que : 1

 Lt   w  w pl  f y 0,34 1 88.34 10 6  235 103


M Rd    6.41kN.m
M 1
1,1

Avec : 𝑀𝐸𝑑,𝑦 est déterminé selon la combinaison du vent de soulèvement (c’est le moment
ascendants )

𝑀𝐸𝑑,𝑦 = 2.5𝑘𝑁. 𝑚

M Rd  6.41kN.m  M Ed , y  2.5KN .m

Les pannes sont stables vis-à-vis du déversement.

 Flexion composée avec risque de déversement sans flambement

k LT M y , Ed k z M z , Ed
  0,26  1
W pl , y f y W pl , z f y
 LT
 M1  M1

Vérifié
7. Dimensionnement des liernes

Les liernes sont des tirants qui fonctionnent en traction. Ils sont généralement formés
de barres rondes ou de petites cornières.

Compte tenue de la faible inertie transversale des pannes, et dès lorsque la pente des versants
atteint 8 à 10%, l’effet de la charge 𝑡𝐸𝐿𝑈 devient préjudiciable et conduit à des sections de
pannes importantes, donc onéreuses.

 Calcul de l’effort maximal revenant aux liernes

 La réaction R au niveau du lierne :

R=1,25 𝑡𝐸𝐿𝑈 (L/2) = 1,25 x 0,253 x 3 = 0.95 kN

 Effort de traction dans le tronçon de lierne L1 provenant de la panne sablière:

T1 = R/2 = 0,475 kN

 Effort dans le tronçon L2 :

T2 = R + T1 = 1,425 kN

 Effort dans le tronçon L3 :

T3 = R + T2 = 1,9 kN

 Effort dans le tronçon L4 :

T4 = R + T3 = 2.375 kN

On n’a pas besoin de calculer T5 car T4 est le tronçon le plus sollicité.


Figure 17 Répartition des efforts dus aux liernes

 Calcul de la section des liernes

Le tronçon le plus sollicité est L4 Nature de la sollicitation : TRACTION

 Résistance plastique de la section brute:

A. fy
Npl =
γM0

 Condition de vérification à la Résistance:

T4 × γM0
T4 < Npl A> fy

 Calcul du diamètre nécessaire:

𝜋𝐷 2 4𝑇4 × γM0
𝐴= 𝐷>√ D > 3,6 mm
4 𝜋𝑓𝑦

 On choisit des barres de diamètres 8 mm (Φ8)


5-1-8- Récapitulatif des résultats

Le profilé IPE140 a vérifié tous les critères de résistance, de rigidité, et de stabilité,


donc ce choix sera adopté pour toutes les pannes (des liernes à la mi- portée qui sont des
barres de diamètres 8 mm)

La masse linéaire de la section adoptée est :

Gpanne = 12.9 kg/m


8. Dimensionnement d’une lisse

1. Calcul des charges

Figure 18 Cas de charges pour les lisses

 Charge permanente :.

Glisse = 0,1kN/m²

Gbard = 0,22kN/m²

Charge permanente totale :

G = Glisse + Gbard

G = 0,32 kN/m²

 Surcharge climatique:(Vent appliqué sur le bardage)

W = 0,532 kN/m²

 Calcul des combinaisons de charges les plus défavorables


Les combinaisons les plus défavorables à retenir à l'ELU sont:
 Charge verticale : P1ELU = 1,35 G = 0,432 kN/m²
 Charge horizontale : P2ELU = 1,5 W = 0,798 kN/m²

Les combinaisons les plus défavorables à retenir à l'ELS sont:


 Charge verticale: P1ELS = G = 0,32 kN/m²
 Charge horizontale : P2ELS = W = 0,532 kN/m²
 Classification des combinaisons de charges les plus défavorables par mètre
linéaire:

La combinaison de charge la plus défavorable à l’ELU et à l’ELS suivant l’inertie forte et faible
est déterminée comme suit :(on désigne par al l’entraxe des lisse)

 Suivant l’inertie forte (on a : al = 2m)

A l’ELU

Pz,ELU = P2ELU × a1 = 1,578 kN/ml

A l’ELS

Pz,ELS = P2ELS × al = 1,064 kN/ml

 Suivant l’inertie faible

A l’ELU

Py,ELU = P1ELU × al = 0,864 kN/ml

A l’ELS

Py,ELS = P1ELS × al = 0,64 kN/ml

 Calcul du moment

On a : L = Lportique = 6m (c’est la portée des lisses)

 Suivant l’inertie forte

𝐿2 62
My,ELU = Pz,ELU × = 1,755 × = 7,101 kN.m
8 8

 Suivant l’inertie faible (avec suspente)

(𝐿/2)2 32
Mz,ELU = Py,ELU × = 0,432 × = 0,972 kN.m
8 8
 Calcul de l’effort tranchant

 Suivant l’inertie forte

𝐿.
Vz,ELU = Pz,ELU × = 4.734 kN
2

 Suivant l’inertie faible (avec suspente)

5 𝐿
Vy,ELU = × Py,ELU × = 1.62 kN
8 2

2. Prédimensionnement de la lisse

 Critère 1 : Condition de la flèche (généralement dimensionnant)

La flèche maximale de la panne doit rester inférieure à une flèche limite admissible :

𝐿
[𝑓] = (Avec L = Lportique)
200

On doit alors toujours avoir : 𝑓 < [𝑓]

5 𝑓𝐿4
Avec : [𝑓] =
384 𝐸𝐼

 Suivant l’inertie forte

Le moment d’inertie du profilé à choisir doit vérifier :

5 × 𝑃𝑧.𝐸𝐿𝑆 × 𝐿3
𝐼𝑦 ≥ = 285 𝑐𝑚4
1
384 × 𝐸 × 200

On choisit IPE120 (𝐼𝑦 = 317,8𝑐𝑚4 )


 Suivant l’inertie faible

Le moment d’inertie du profilé à choisir doit vérifier :

2,05 × 𝑃𝑦.𝐸𝐿𝑆 × 𝐿3
𝐼𝑧 ≥
384 × 𝐸 × 1/200

𝐼𝑧 ≥ 8,78 𝑐𝑚4

On choisit IPE100 (𝐼𝑧 = 15.92𝑐𝑚4 )


 Critère 2 : Condition de résistance

On doit vérifier que la condition 𝑀𝐸𝐿𝑈 ≤ 𝑀𝑅𝑑 soit toujours vérifiée.

𝑓𝑦 𝑊𝑝𝑙
Avec :𝑀𝑅𝑑 =
𝛾𝑀0

 Suivant l’inertie forte

Le module de résistance plastique du profilé à choisir doit vérifier :

𝑀𝐸𝑑,𝑦
𝑊𝑝𝑙,𝑦 ≥ 𝛾𝑀0 = 30,21𝑐𝑚3
𝑓𝑦

IPE100 (𝑊𝑝𝑙,𝑦 = 39.41 𝑐𝑚3 )

 Suivant l’inertie faible (avec suspentes)

Le module de résistance plastique du profilé à choisir doit vérifier :

𝑀𝐸𝑑,𝑧
𝑊𝑝𝑙,𝑧 ≥ 𝛾𝑀0 = 4.136 𝑐𝑚3
𝑓𝑦

IPE80 (𝑊𝑝𝑙,𝑍 = 5,82𝑐𝑚3)

Dans la suite, nous avons choisi de travailler avec des pannes isostatiques (IPE120) qui obéit
aux conditions de flèche et de résistance avec des suspentes à mi-portée ayant les
caractéristiques géométriques présentées dans le tableau ci-dessous.

h(mm) b(mm) tw(mm) tf(mm) r(mm) A(cm²) hi(mm) d(mm) Gp(kg/m) L(m)

120 64 4,4 6,3 7 13,2 107,4 93,4 10,4 6

Iy(cm4) Wel,y(cm3) Wpl,y(cm3) iy(cm) Iz(cm4) Wel,z(cm3) Wpl,z(cm3) iz(cm) It(cm4) Iw(cm6)

317,8 52,96 60,73 4,9 27,67 8,65 13,58 1,45 1,74 890

Tableau 13 caractéristiques géométriques du profilé IPE 120


3. - Classe du profilé

 Vérification au niveau de l’âme


d/tw = 21,22 < 72
 Vérification de la semelle
c/tf = 5,079 < 10

La section et de classe 1

Les profilés laminés IPE sont de classe 1, donc, les vérifications seront faites en plasticité.

4. Vérification de la résistance

 Vérification du moment fléchissant

On doit vérifier que le moment sollicitant ne dépasse pas le moment résistant de la section
transversale à l’ELU :

Pour un IPE 120 nous avons :

 Suivant l’inertie forte

𝑊𝑝𝑙,𝑦 = 60,73𝑐𝑚3

𝑊𝑝𝑙,𝑦 .𝑓𝑦
𝑀𝑝𝑙,𝑦 = = 20,76𝐾𝑁. 𝑚 > 𝑀𝐸𝐷,𝑦 = 7,101𝐾𝑁. 𝑚
𝛾𝑀0

 Suivant l’inertie faible

𝑊𝑝𝑙,𝑧 = 13,58𝑐𝑚3

𝑊𝑝𝑙,𝑧 .𝑓𝑦
𝑀𝑝𝑙,𝑧 = = 3,19𝐾𝑁. 𝑚 > 𝑀𝐸𝐷,𝑧 = 0,972𝐾𝑁. 𝑚
𝛾𝑀0

Les moments suivant la forte et la faible inertie sont vérifiés

 Vérification de l’effort tranchant

 Suivant l’inertie forte

Av  f y
Il faut vérifier que : V z , Rd  VEd , z avec Vz , Rd 
M  3
0
Effort tranchant parallèle à l’âme :

Av  1.04  h  t w  5,49cm 2

235
Vz .rd  5,49 10 1   74,4868kN  VEd , z  4,734kN
3

Vérifiée

 Interaction effort tranchant / moment fléchissant

De plus, on a VEd , z  0.5  Vz ,rd  37,2434kN

Il n’y a pas interaction entre le moment fléchissant et l’effort tranchant

 Vérification à la flexion bi axiale

Les lisses sont soumises à une flexion déviée sans effort normal, ce qui revient à vérifier :

𝛼 𝛽
𝑀𝐸𝑑,𝑦 𝑀𝐸𝑑,𝑧
( ) +( ) ≤1
𝑀𝑝𝑙,𝑦 𝑀𝑝𝑙,𝑧

Avec : 𝛼 = 2 (sections en I) et 𝛽 = 1 (pas d’effort normal).

7,101 2 0,972
Ce qui donne : (
20,76
) + 3,19
= 0,422 < 1  vérifiée.

Les lisses obéissent aux conditions de résistance

5-4-5- Vérification de la rigidité

 Suivant l’inertie forte

𝟓× 𝑷𝒛.𝑬𝑳𝑺 ×𝑳𝟒
f1 = < f adm = L/200
𝟑𝟖𝟒×𝑬×𝑰𝒚

f1 = 2,69 cm < f adm = 3 cm

La condition de flèche suivant la forte inertie est vérifiée

 Suivant l’inertie faible (avec suspentes)


𝟓× 𝑷𝒚.𝑬𝑳𝑺 ×𝑳𝟒
f1 =0,41× < f adm = L/200
𝟑𝟖𝟒×𝑬×𝑰𝒛

f1 = 2,34 cm < f adm = 3 cm

La condition de flèche suivant la faible inertie est vérifiée

5. - Dimensionnement des suspentes

Les suspentes sont des tirants qui fonctionnent en traction. Ils sont généralement formés de
barres rondes ou de petites cornières.

Figure 19 Disposition des suspentes

 Calcul de l’effort maximal revenant aux suspentes

 La réaction R au niveau de la suspente

R=1,25× Py,ELU× (L/2) = 1,25 x 0,972 x 3 = 3.64 kN

L’effort maximal de traction est obtenu au niveau du tronçon L3, avec :

5
𝑇3 = 𝑅 × = 9.1𝑘𝑁
2
 Calcul de la section des suspentes

Le tronçon le plus sollicité est L3 Nature de la sollicitation : TRACTION

 Résistance plastique de la section brute:

A. fy
Npl =
γM0

 Condition de vérification à la Résistance:

T3 × γM0
T3 < Npl A> fy

 Calcul du diamètre nécessaire:

𝜋𝐷 2 4𝑇3 × γM0
𝐴= 𝐷>√ D > 7,02 mm
4 𝜋𝑓𝑦

 On choisit des barres de diamètres 8 mm (Φ8)

1. Récapitulatif des résultats

Le profilé IPE120 a vérifié tous les critères de résistance et de rigidité donc ce choix
sera adopté pour toutes les lisses (des suspentes à mi- portée qui sont des barres de diamètres
8 mm)

La masse linéaire de la section adoptée est :

Glisse = 10.4 kg/m


2. Dimensionnement et vérification des portiques

La détermination des sollicitations pour le portique est réalisée pour un modèle 2D en utilisant
le logiciel RDM6 et en calculant la decente de charge sur les traverse et les poteaux ensuite.

Figure 20 Exemple de diagramme des moments pour le portique

1. Dimensionnement et vérifications des traverses :


Sollicitation maximales :

A l’appui 2

M (kN.m) 270,774

V (kN) 62,8

N (kN) 32,89

Faîtage

M (kN.m) 139,092

V (kN) 5,287

N (kN) 34,631
Tableau 14 Tableau recaputulatif des sollicitations

Prédimensionnement :

Il faut que :

MD
M pl , Rd  M D  W pl , y  M0 D’où Wpl , y  1152,229cm3  IPE 400
fy
A(cm 2 ) hw (mm) t w (mm) t f (mm) b(mm) d (mm) Wpl , y (cm3 )

84,5 400 8,6 13,5 180 331 1307

Wel ,Y (cm3 ) I y (cm 4 ) I z (cm 4 ) I t (cm 4 ) I w (cm 6 ) i y (cm ) iz (cm)

1156 23130 1318 51,08 490000 16,55 3,95


Tableau 15 Caracteristique de la section de l'IPE 400

Détermination de la classe de la section


âme :

On est dans le cas où l’âme est fléchie :

d 331
  38,48  72  72  âme de classe 1.
tw 8,6

Semelle :

b
On a c  2  90mm

c
Or t  6,66  10  10 ( cas d’une semelle comprimée )
f

La semelle est de classe 1 donc la section transversale est de classe 1.

2. Détermination des longueurs de flambement et du déversement

Flambement dans le plan du portique :

12,06
La longueur de flambement dans le plan du portique est égale à L fy  2
 6,03m

Flambement hors plan :

Hors plan, la traverse est maintenue par les pannes alors L fz  2,5m

Longueur de déversement :

Puisque la semelle supérieure est comprimée sous l’effet des charges descendantes on a
Lcr , Lt  2,5m entraxe les pannes.

3. Vérifications sous charge descendante

Le dimensionnement va se faire sous le moment maximal à l’appui.


Vérifications en résistance :

Indice de l’effet tranchant :

On a Av  A  2.b.t f  (t w  2.r ).t f  42,69cm


2

Av  4269mm2  hw .t w  3207,8mm2

Et on a :

Av fy VEd 62,8
V pl , Rd   579,2kN    0,108  0,5 donc pas d’interaction entre
M0 3 V pl , Rd 579,2
l’effort tranchant et le moment.

4. Indice de l’effort normal :

8446  235
On a N pl , Rd  1000
 1985kN

D’où N Ed  32,89kN  0,25 N pl , Rd  496,9kN

0,5.hw .t w . f y 0,5  373  8,6  235


Et N Ed    376,9kN
M0 1000

Ce qui montre qu’il n’y a pas d’interaction entre l’effort normal et le moment fléchissant.

Vérification de la résistance de la section transversale :

1307  235
M pl , y ,Rd   307,15kN.m d’où M y , Ed  M pl , y , Rd
1000

5. Vérification en stabilité

Vérification du flambement :

Dans le plan du portique :

Calcul du coefficient de réduction de flambement selon yy pour IPE 400 :

 h
  1,2
On a  b  on utilise la courbe de flambement (a)   y  0,21
t
 f  40 mm

Et on a L fy  6,03m

L fy 6,03 E
Ce qui donne y    36,19 et    93,9
iy 166,6  10 3 fy
y
y   0,385  0,2

2
 y  0,5(1   y ( y  0,2)  y )  0,59

1
y   0,964
2
 y   y2   y

6. Hors plan du portique :

Calcul du coefficient de réduction de flambement selon zz :

 h
  1,2
On a  b  on utilise la courbe de flambement (b)   z  0,34
t
 f  40 mm

L fz 2,5 z
z    63,29  z   0,674
iz 39,5  10 3 

2
 z  0,5(1   z (z  0,2)  z )  0,808

1
z   0,797
2
 z   z2   z

7. Vérification au déversement :

Sous charge descendante, on a Lcr , Lt  2,5m et puisque on utilise des profilés laminées on a
 Lt  0,21

Le diagramme de moment sur 2,5m , à partir de RDM 6, est donné par la figure ci-dessous :

114,2
Ce qui donne   270,774  0,422

Le coefficient C1 est déterminé par la règle se trois :

0,422  1,323
C1   1,116 et on a C2 =0
0,5

 2 
 2 E.I z   k  I w (k .L) 2 .G.I t 
On a M cr  C1     (C .Z ) 2
 C .Z
( K .Lcr , Lt ) 2   
2 2 g 2 g

  kw  z I .E .I z

k  0,5 ; k w  0,7 ; Zg  0
M cr  2,8478MN .m

W pl , y . f y 1307  10 6  235
D’où LT    0,2925  0,4
M cr 2,8478

Pas de risque de déversement latéral.


2
LT  0,5(1   LT (LT  0,2)  LT )  0,55

1
 LT   0,98
2
 LT   LT
2
 LT

Or le moment de flexion maximal doit être inférieur au moment ultime de déversement tel
que :

fy
M b   LT . w .W pl , y .  274,887kN.m  M f  270,774kN.m
M0

D’où Mb > Mf

8. Vérification avec les formes d’interactions :

Puisque on a une flexion composée avec risque de flambement et sans risque de déversement,
et comme la section transversale est de classe 1, il faut vérifier que :

N Ed k y .M y , Ed k z .M z ,Ed
  1
 min . A. f y W pl , y . f y W pl , z . f y
 M1  M1  M1

 min  min(  y ,  z )   z  0,797

 M , y  1,8  0,7  0,422  1,5046

W pl , y  Wel , y 1307  1156


 y   y (2 M , y  4)  ( )  0,2925  (2  1,505  4)  ( )  0,16
Wel , y 1307

 y .N Ed 0,16  32,89.10 3
ky  1 1  1,003
 y . A. f y 0,964  84,5.10 4  235

N Ed k y .M y , Ed
  0,975  1
A. f y W pl , y . f y
 min
 M1  M1

9. Vérification de la flèche :

Cette vérification est effectuée à l’ELS, il faut vérifier que


1 q.L4 L 24
f     12cm
384 E.I y 200 200

q  3,985kN / ml

1 3,985 10 3  24 4
à x  12,06m ; f    7,08cm
384 210000  23130 10 8

Résultat donné par RDM6 à x=12,06m , f = 9,95 cm


10.Vérification des poteaux

Vérification des déplacements en tête des poteaux :


Comme la vérification de la flèche est nécessaire pour les traverses, il est indispensable de
vérifier les déplacements en tête des poteaux pour s’assurer de la stabilité de la structure.

Pour le poteau intermédiaire, les déplacements sont vérifiés à l’ELS sous G + Wn et la


L 7,5
flèche admissible est fixée à 250  250  3cm .

La limite de déplacement en tête des poteaux est vérifiée à l’ELS, pour la structure en 3D, par
le logiciel Robot et on trouve que le profilé qui vérifie cette limite est le HEA 360.

Classification des poteaux HEA 360 :


L’âme :

d 261
On a t  10  26,1  33  33 ( âme comprimée )
w

D’où l’âme est de classe 1.

La semelle :

c 150
On a t  17,5  8,57  10  10
f

La semelle est de classe 1

=> La section transversale est de classe 1.

Longueur de flambement des poteaux


Dans le plan des portiques :

L fy  0,7 L  5,25m ( encastré au traverse et articulé au pied )

Hors plan :

L fz  L  7,5m ( bi-articulé )

Vérification en résistance
Les sollicitations maximales en tête du poteau sont :

Mmax Vmax Nmax

270,774 kN.m 21,48 kN 110,244 kN


Tableau 16 Valeurs des sollicitations en tete du poteau

Incidence de l’effort tranchant

On a Av  A  2.b.t f  (t w  2.r ).t f  48,96cm


2

Av  4896mm2  hw .t w  3150mm 2

Av f y VEd 21,48
D’où V   664kN    0,03  0,5
pl , Rd
 M0 3 V pl , Rd 664

Donc pas d’interaction entre l’effort tranchant et le moment fléchissant.

Indice de l’effort normal :

14280  235
N pl , Rd   3355,8kN
On a 1000

D’où N Ed  110,244kN  0,25 N pl , Rd  838,95kN

0,5.hw .t w . f y 0,5  315 10  235


Et N Ed    370,12kN
 M0 1000

Ce qui montre que l’incidence de l’effort normal peut être négligée.

Vérification de la résistance de la section transversale

2088  235
M pl , y , Rd   490,7kN.m d’où M y , Ed  M pl , y , Rd
1000

Vérification en stabilité
Vérification du flambement :

Dans le plan du portique :

Calcul du coefficient de réduction de flambement selon yy :

 h
  1,2
On a  b  on utilise la courbe de flambement (b)   y  0,34
t
 f  100 mm

Et on a L fy  5,25m

L fy 5,25 E
Ce qui donne y    34,49 et    93,9
iy 152,2 10 3 fy
y
 y   0,367  0,2

2
 y  0,5(1   y ( y  0,2)   y )  0,596

1
y   0,938
2
 y   y2   y

Hors plan du portique :

Calcul du coefficient de réduction de flambement selon zz :

 h
  1,2
On a  b  on utilise la courbe de flambement (c)   z  0,49
t f  100mm

L fz 7,5 z
z    100,94  z   1,07
iz 74,3 10 3 

2
 z  0,5(1   z (z  0,2)  z )  1,285

1
z   0,5
2
 z    z 2
z

Vérification au déversement :

Sous charge descendante, on a Lcr , Lt  5,25m et puisque on utilise des profilés laminés on a
 Lt  0,21

k  0,7 ; k w 1 ; Zg  0 ; C1  2,092 ; C2  0

 2 
 2 E.I z   k  I w (k .L) 2 .G.I t
On a M cr  C1     (C2 .Z g )  C2 .Z g 
2

( K .Lcr , Lt ) 2   kw  z I  2
.E .I 
 z

Ce qui donne M Cr  3,8675MN .m

W pl , y . f y 2088 10 6  235


D’où LT    0,356  0,4
M cr 3,8675

=> Pas de risque de déversement latéral.


2
 LT  0,5(1   LT (LT  0,2)  LT )  0,58
1
 LT   0,96
2
 LT   LT
2
  LT

Or le moment de flexion maximal doit être inférieur au moment ultime de déversement tel
que :

fy
M b   LT . w .W pl , y .  471,053kN.m  M f  270,774kN.m
 M0

D’où Mb > Mf

Vérification avec les formes d’interactions :

Puisque on a une flexion composée avec risque de flambement et sans risque de déversement,
et comme la section transversale est de classe 1, il faut vérifier que :

N Ed k y .M y , Ed k z .M z ,Ed
  1
 min . A. f y W pl , y . f y W pl , z . f y
 M1  M1  M1

 min  min(  y ,  z )   z  0,5

 M , y  1,8

W pl , y  Wel , y 2088  1891


 y   y (2 M , y  4)  ( )  0,367  (2  1,8  4)  ( )  0,043
Wel , y 1891

 y .N Ed 0,043  110,244  10 3
ky  1  1  1,002
 y . A. f y 0,938  142,8.10  4  235

N Ed k y .M y , Ed
  0,68  1
A. f y W pl , y . f y
 min
 M1  M1

=> Le critère de résistance est vérifié, le profilé HEA 360 est donc adopté pour les poteaux
intermédiaires.

Classification des poteaux de rive :


Vérification des déplacements en tête des poteaux :
Comme la vérification de la flèche est nécessaire pour les traverses, il est indispensable de
vérifier les déplacements en tête des poteaux pour s’assurer de la stabilité de la structure.

Pour le poteau intermédiaire, les déplacements sont vérifiés à l’ELS sous G + Wn et la


L 7,5
flèche admissible est fixée à 250  250  3cm .
La limite de déplacement en tête des poteaux est vérifiée à l’ELS, pour la structure en 3D, par
le logiciel Robot et on trouve que le profilé qui vérifie cette limite est le HEA 360.

Classification des poteaux HEA 280 :


L’âme :

d 261
On a t  10  24,5  33  33 ( âme comprimée )
w

D’où l’âme est de classe 1.

La semelle :

c 150
On a t  17,5  10,04  11  11
f

La semelle est de classe 2

=> La section transversale est de classe 2.

Longueur de flambement des poteaux


Dans le plan des portiques :

L fy  0,7 L  5,25m ( encastré au traverse et articulé au pied )

Hors plan :

L fz  L  2m ( bi-articulé )

Vérification en résistance
Les sollicitations maximales en tête du poteau sont :

Mmax Vmax Nmax

142,076 KN.m 32,7 kN 67 kN


Tableau 17 Tableau des sollicitation Max des poteaux de rive

Incidence de l’effort tranchant

On a Av  A  2.b.t f  (t w  2.r ).t f  31,78cm


2

Av  3178mm 2  hw .t w  2160mm 2

A fy VEd 32,7
D’où V pl , Rd    431,183kN    0,07  0,5
v

M0 3 V pl , Rd 431,183
Donc pas d’interaction entre l’effort tranchant et le moment fléchissant.

Indice de l’effort normal :

9730  235
N pl , Rd   2286,55kN
On a 1000

D’où N Ed  67 kN  0,25 N pl , Rd  571,637 kN

0,5.hw .t w . f y 0,5  244  8  235


Et N Ed    229,36,12kN
 M0 1000

Ce qui montre que l’incidence de l’effort normal peut être négligée.

Vérification de la résistance de la section transversale

1112  235
M pl , y , Rd   261,32kN.m d’où M y , Ed  M pl , y , Rd
1000

Vérification en stabilité
Vérification du flambement :

Dans le plan du portique :

Calcul du coefficient de réduction de flambement selon yy :

 h
  1,2
On a  b  on utilise la courbe de flambement (b)   y  0,34
t
 f  100 mm

Et on a L fy  5,25m

L fy 5,25 E
Ce qui donne y    44,266 et    93,9
iy 118,6  10 3 fy

y
y   0,47  0,2

2
 y  0,5(1   y ( y  0,2)   y )  0,656
1
y   0,898
2
 y   y2   y

Hors plan du portique :

Calcul du coefficient de réduction de flambement selon zz :

 h
  1,2
On a  b  on utilise la courbe de flambement (c)   z  0,49
t f  100mm

L fz 2 z
z    28,57  z   0,304
iz 70  10 3 

2
 z  0,5(1   z (z  0,2)  z )  0,57

1
z   0,95
2
 z    z 2
z

Vérification au déversement :

Sous charge descendante, on a Lcr , Lt  5,25m et puisque on utilise des profilés laminés on a
 Lt  0,21

k  0,7 ; k w 1 ; Zg  0 ; C1  2,092 ; C2  0

 2 
 2 E.I z   k  I w (k .L) 2 .G.I t
On a M cr  C1     (C2 .Z g )  C2 .Z g 
2

( K .Lcr , Lt ) 2   kw  z I  2
.E .I 
 z

Ce qui donne M Cr  1,865MN .m

W pl , y . f y 1112 10 6  235


D’où LT    0,374  0,4
M cr 1,865

Pas de risque de déversement latéral.


2
 LT  0,5(1   LT (LT  0,2)  LT )  0,588

1
 LT   0,96
2
 LT   LT
2
  LT

Or le moment de flexion maximal doit être inférieur au moment ultime de déversement tel
que :
fy
M b   LT . w .W pl , y .  228,06kN.m  M f  142,076kN.m
 M1

D’où Mb > Mf

Vérification avec les formes d’interactions :

Puisque on a une flexion composée avec risque de flambement et sans risque de déversement,
et comme la section transversale est de classe 2, il faut vérifier que :

N Ed k y .M y , Ed k z .M z ,Ed
  1
 min . A. f y W pl , y . f y W pl , z . f y
 M1  M1  M1

 min  min(  y ,  z )   y  0,898

 M , y  1,8

W pl , y  Wel , y 1112  1013


 y   y (2 M , y  4)  ( )  0,47  (2  1,8  4)  ( )  0,09
Wel , y 1013

 y .N Ed 0,09  67  10 3
ky  1  1  1,0029
 y . A. f y 0,898  97,3.10 4  235

N Ed k y .M y , Ed
  0,636  1
A. f y W pl , y . f y
 min
 M1  M1

=> Le critère de résistance est vérifié, le profilé HEA 280 est donc adopté pour les poteaux
de rives.
5.Calcul des potelets :

Conception

Les potelets sont mis pour supporter le vent pignon, le poids propre du bardage et des lisses
de bardages.

Calcul des charges

Les charges exercées sur le potelet sont:

 G : Poids propre de bardage et de lisse de bardage : G= 0,22 + 0,104 = 0,324 kN/m²

 W : Charge du vent de pression : W = 0.532 kN/m²

Prédimensionnement

La hauteur du potelet est H = 8,76m.

Condition de la flèche :

La vérification de la flèche se fait sous vent normal Wn

Soit : Wn= 53.2 ×e =319.2 daN/m avec e = 6 m

La flèche maximale à mi- portée vaut :


5×𝑊𝑛 𝐿
f= × 𝐿4 < = 4,4 cm.
384×𝐸×𝐼𝑦 200

5×3.192×𝐿4
Iy > = 2660,876 cm4
384×0.04×2.1×108

Donc, on peut utiliser le profilé IPE240. (Iy = 3892 cm4).

Verification des constraintes

Les potelets sont sollicités á la flexion (due au vent) et á la compression (due au


poids des potelets, de bardage et des lisses).

En aucun cas, il ne supportent la toiture (ils sont assujettis au portique par


appuis glissants).

Classe de la section :

Ame fléchie :

d 190,4
  30,7  72  72 d'ou ame de classe 1
tw 6,2
Semelle comprimée :

c 120  0,5
  6,12  10  10  semelle de classe 1
tf 9,8

=> la section est de classe 1.

Effort de flexion :

We = Wn × 1.5 = 478.8 daN/m.


𝑊𝑒
Mf = × 𝐿2 = 4592,7 daN.m
8

𝑀𝑓 ×10−5
𝜎= = 141,62 MPa < fy = 235 MPa ; Avec Wel,y = 324,3cm3
𝑊𝑒𝑙,𝑦 ×10−6

Phénomène de flambement :

Figure 21 Les deux axes de flambement

La longueur de flambement est prise égale à la longueur du poteau pour le flambement suivant y
et à l’entraxe des lisses de bardages pour le flambement suivant z.

Les potelets sont bi-articulé

Les longueurs de flambement suivant les deux axes y et z sont :

Lf,y = 1 × 8,76 = 8,76 m ; Lf,z = 2 m

Les enlacements sont alors :

L fy 8,76 L fz 2
y    87,86 et z    74,35
iy 9,97  10 2 iz 2,69  10 2
Les enlacements réduits

 y 87,86 z 74,35
y    0,936 et z    0,792
 93,9  93,9

ƛ̅̅̅̅̅̅
𝑚𝑎𝑥 = 0.936 > 0.2, Donc, il y a risque de flambement.

Coefficient de réduction :

 h
  1,2
Pour un profilé IPE 240, on a :  b  Alors : selon y : courbe de
t
 f  100 mm
flambement a :𝛼 = 0.21 .

Selon z : courbe de flambement b : 𝛼 = 0,34.


2
 y  0,5(1   y ( y  0,2)   y )  1,015

2
 z  0,5(1   z (z  0,2)  z )  0,914

Calcul de 𝜒

1
y   0,71
2
y    y
2
y

1
z   0,73
2
 z    z
2
z

χmin = 0,71

poids des lisses : 0,104 x 6 x 4 = 2.496 kN

poids du bardage = 0,22 × 8,76 × 6= 11.56 kN

poids propre du potelet =30.7×10-2 ×8,76 = 2.689 kN

 N =2.496+11.56+2.689 = 16,748kN

Ned=1.35 ×16,748 = 22,61kN

𝐴×𝑓𝑦
× = 593,07 KN > NEd =22,61 KN
𝛾𝑀1

=> La condition est vérifiée et l’incidence de l’effort normal est négligé.

Vérification du flambement :

L’élancement réduit de la panne vis-à-vis du déversement est donné par :


 wW pl , y f y
Lt 
M cr

Avec : Mcr est le moment critique de déversement donné par la formule suivante :

 2 
 2 E.I z   k  I w (k .L) 2 .G.I t 
M cr  C1     (C .Z ) 2
 C .Z
( K .Lcr , Lt ) 2   
2 2 g 2 g

  kw  z I .E .I z

Il est fonction des caractéristiques géométriques du profilé ainsi que des conditions de
chargement et d’encastrement. Les paramètres de déversement sont présentés dans le tableau
suivant.

K Kw C1 C2 C3 G(MPa) zg(m) zj(m) Wpl,y(cm3)

1 1 1,132 0,459 0,525 0,8 × 105 0 0 366,6

Tableau 18 caracteristiques du déversement de l’IPE 240

1×429,5.10−3 ×235
On obtient ; Mcr = 33,32 KN.m et ̅̅̅̅̅
λLT = √ = 0,16 < 0.4
103,91

Il n’ y a pas un risque de déversement.

Vérification de la flexion composée :

Puisque le potelet admet des efforts normaux et un moment fléchissant, donc il est soumis à la
flexion composée avec une section de classe 1. Il présente un risque au flambement sans
déversement.

N Ed k y .M y , Ed k z .M z ,Ed
  1
 min . A. f y W pl , y . f y W pl , z . f y
 M1  M1  M1

 min  min(  y ,  z )   y  0,71

 M , y  1,3

W pl , y  Wel , y 366,6  324,3


 y   y (2 M , y  4)  ( )  0,936  (2  1,3  4)  ( )  1,18
Wel , y 324,3

 y .N Ed 1,18  22,61.10 3
ky  1  1  1,04
 y . A. f y 0,71 39,1.10 4  235
N Ed k y .M y , Ed
  0,648  1
A. f y W pl , y . f y
 min
 M1  M1

=> Le potelet choisie est IPE 240.


6. Contreventement

1. Introduction :

Les contreventements sont des pièces qui ont pour objet de maintenir la forme
invariable de l’ouvrage tant pendant son exploitation qu’au cours du montage,
d’assurer la stabilité d’une ossature en s’opposant à l’action de forces horizontales
(principalement les efforts du vent et aussi les efforts de freinage dans le cas de ponts
roulants).Ils sont d’une importance capitale dans une construction métallique et il
convient de les prévoir de telle façon que la stabilité longitudinale et transversale soit
parfaitement assuré.

Les contreventements des fermes doivent s’opposer au déversement et au


renversement des combles dont la stabilité n’est assurée que par la pose de poutres au
vent dans le plan des versants et des palées de stabilité.

2. Contreventement pignon :

On a réalisé des contreventements horizontaux par des poutres au vent et les


contreventements verticaux par les palés de stabilité. Pour le calcul des sollicitations dues à
l’effet du vent, dans les barres de contreventements on a considéré le cas du vent sur
les pignons ayant les caractéristiques suivantes : We = 53.2 daN/m²

3. Calcul de la poutre au vent :

Figure 22 La barre la plus sollicitée


Pré-dimensionnement :

Pour les barres de la poutre au vent𝑙𝑓 = 0,5𝑙0 = 0,5 × 6 = 3𝑚.

La vérification au flambement s’écrit donc :

3
𝑖≥ = 1,5𝑐𝑚
200

On choisit un profilé : 𝐿60 × 60 × 6 avec 𝑖 = 1,82𝑐𝑚

Vérification de l’effort normal :

On a RA = 6 F (A est l’appui gauche)

F= 𝑊𝑒 × 𝑒 × 𝐻 = 1.75 × 0.532 × 2.5 × 9 = 2094 daN

RA = 12568 daN

𝑁𝐶𝐴 +𝐹⁄2 𝑅𝐴 −𝐹⁄2+𝐹⁄2 2.5


NCD = = = 13613.36 daN ;Avec 𝛼 = tan−1 ( 6 ) = 22.6°
cos 𝛼 cos 𝛼

La section est soumise à la traction  on doit vérifier :


N  N R  min( N p , N u , N net )
Avec ;
- NR : Effort normal de la section.
𝐴×𝑓𝑦
- NP = 𝛾 : Effort normal plastique de la section
𝑀0
0,9×𝐴𝑛𝑒𝑡 ×𝑓𝑢
- Nnet = : Effort ultime au droit des trous de fixation (𝛾𝑀2 = 1.25)
𝛾𝑀2
𝐴𝑛𝑒𝑡 ×𝑓𝑦
- Nu = : Effort normal plastique dans le cas d’assemblage par boulons
𝛾𝑀0
précontraints.
Si, on adopte des cornières L60 × 60 × 6 pour les éléments de contreventement,
l’assemblage est assuré par des boulons HR8.8 Φ8 (pour tmin=5mm).

Pour un double cornier L60 × 60 × 6 :

- A = 6.91× 2 = 13.82 cm²


- Anet= A- Φ.t=13,4 cm2

Donc : Np = 324.75 KN ; Nu = 251.92 KN ; Nnet =771.84 KN

d'ou NR = 251.92 KN > N=125.68 KN

On adopte donc des cornières L60 × 60 × 6


4. Calcul de la palée de stabilité :

Figure 23 Palé de stabilité

Les éléments de la palée de stabilité reprennent les réactions R A et RB de la poutre au vent.

On a :
4
- 𝛼 = tan−1 (6) =33.69°

- RA = 12568 daN

𝑅𝐴
Donc, NA = = 151 KN < NR = 251.92 KN
cos 𝛼

On adopte donc des cornières L60 × 60 × 6

5. Boulonage

1. Faitage

Figure 24modelisation du Faitage


Figure 25 Shemas d'assemblage

2. Pied de poteau articulé

Figure 26 Shemas d'assemblage

Figure 27 Modlisation de l'assemblage pied de poteau


Chapitre 6: Devis estimatif
1. Estimation de prix des pannes

Notre bâtiment dispose de 6 pannes par versant le long du long pan, ce qui nous
permet déterminer le poids de l’ensemble des pannes utilisées dans le bâtiment comme suit :

 Longueur de l’ensemble des pannes utilisées dans le bâtiment


Ltot = Npanne × Llong

 Npanne = 18 : nombre de toutes les pannes utilisées dans le bâtiment


 Llong = 48 m

Ltot = 864 m

 Poids des pannes

Les pannes sont de type IPE 140 (G = 12.9 kg/ml)

Ppannes = 12.9×864 = 1 1145.6 kg

 Prix d’un kg

Prix IPE/kg = 3.5 DT : le prix d’un kg/ml pour les profilés IPE

 Coût des pannes

Coûtpanne = Ppannes × Prix IPE/kg

Coûtpanne = 39009.6 DT
2. Estimation de prix des lisses

Notre bâtiment dispose de 6 lisses le long de chaque façade, d’où on peut déterminer le
poids de l’ensemble des lisses utilisées dans le bâtiment comme suit :

 Longueur de l’ensemble des lisses utilisées dans le bâtiment


Ltot = Nlisse × Llong

Ltot = 528 m

 Poids des lisses

Les pannes sont de type IPE 120 (G = 10,4 kg/ml)

Plisse = 10.4 ×528 = 549.12 kg

 Prix d’un kg

Prix IPE/kg = 3.5 DT : le prix d’un kg/ml pour les profilés IPE

 Coût des lisses

Coûtlisses = Plisses × Prix IPE/kg

Coûtlisse = 19 219.2 DT

3. Estimation du prix des poteaux


Notre bâtiment dispose de 8 portiques, chaques portique comporte deux type de profilé
HEA 360 pour les poteaux centraux et HEA 280 pour les poteaux de rives.

 Poids Poteaux de rives

Les poteaux de rives sont de type HEA 280 (G = 76.4 kg/ml)

Ppoteau1 = 76.4 ×9×(7.5+8.76) = 11180.376 kg

 Coût des Poteaux de rives

Coût = Ppoteau1 × Prix IPE/kg

Coûtpoteaux1 = 39131.316 DT
 Poids Poteaux centraux

Les poteaux de rives sont de type HEA 360 (G = 112 kg/ml)

Ppoteau2 = 112 ×9×7.5= 7560 kg


 Coût des poteaux centraux

Coût = Ppoteau2 × Prix IPE/kg

Coûtpoteaux1 = 26 460 DT.

4. Estimation du prix des Traverses

 Poids Traverses

Les Traverses sont de type IPE 400 (G = 66.3 kg/ml)

Ptraverse = 3×66.3×12.06×9 = 22 524 kg

 Coût des Poteaux de rives

Coût = Ptraverse × Prix IPE/kg

Coûttraverse = 99 547 DT
Chapitre 7: Modélisation numérique sur ROBOT

1. Modélisation

Vu la complexité de la structure, les portiques sont modélisés sur Robot. Ce logiciel


présente l’avantage de nous permettre d’aboutir rapidement aux sollicitations par la méthode
des éléments finis. Il permet également de vérifier les structures selon le’EUROCODE3. Il
faut toutefois être très prudent vis-à-vis des résultats obtenus, et analyser un maximum leurs
cohérences.

Dans l’application que nous en faisons, la structure sera modélisée en 2D sous forme
de portique.

Cela nous permet d’avoir des fichiers moins encombrants et minimise le risque
d’erreur lors de l’entrée des données.

Les étapes dans la modélisation d’une structure 2D sur Robot sont les suivantes :

 Entrée des données


 Coordonnées des nœuds
 Caractéristiques des barres
 Chargements
 Définition des paramètres de calcul pour chaque élément

Quand on effectue la vérification selon une réglementation, il est très important de


veiller à ce que le logiciel prenne en compte les bons paramètres, vis-à-vis de certains
phénomènes. Dans notre cas, il s’agit de la détermination des longueurs de flambement des
éléments verticaux, ainsi que des différents paramètres de déversements.
Figure 28 Modelisation du batiment

2. Résultats obtenus par Robot

Le calcul se fait automatiquement qui nous permet d’apparaître tous les paramètres
pris en compte pour la vérification de l’élément : Matériau, profilé, combinaison de cas de
charge décisive, longueur de flambement etc.

3. Comparaison entre le calcul manuel et le calcul avec ROBOT

Le but d’utilisation de logiciel ROBOT dans cette mémoire est de vérifier et d interpréter

la différence des résultats entre le calcul manuel et le calcul du logiciel.

Dans ce paragraphe, nous allons comparer les résultats trouvés par le calcul manuel et
ceux obtenus par le logiciel ROBOT afin de mieux comprendre les deux méthodes de calcul. En
effet, la section des armatures trouvée manuellement est différente de celle donnée par Robot.
Ceci est dû essentiellement aux différences des méthodes de calcul.

Pour la longrine, comme montre le tableau ci-dessous, nous avons obtenue le même
résultat de ferraillage. En effet, la longrine est calculée comme une poutre isostatique chargée
uniformément par une charge permanente (poids de la maçonnerie+poids propre).

Les résultats adoptés par ROBOT sont proches aux résultats par calcul ma
Ces resultats nous permettent donc de verifier nos resultats obtenue precedemment.

.
Conclusion

Durant cette mémoire, nous avons pu appliquer le cours qu'on a étudié, et c'était une
occasion pour voir l'importance de la conception, la modélisation et le dimensionnement
l’ossature métallique à l’aide du logiciel Robot. Pour autant, nous avons manuellement
dimensionné la plupart de ses éléments.

Ce projet pedagogique a porter ses fruit et nous a permis de bien assimiler nous
connaissances dans le domaines de la construction metallique.

Il reste cependant de verifier la reponse modale du batiment ainsiqu'a penser a


optimiser la structure etudier ,cette derniere necessitant une longue experience et un zeste de
bon sens et des connaissances approfondies en theorie de structure.
Bibliographie
NV 65

EUROCODE 3

Cour CM II Sami Montassar