Vous êtes sur la page 1sur 5

Decock Adiana

Francq Isabelle
Hennebert Marie-Claude
Vertischel Meryl
Fiche de préparation d’activité n°

Compétences disciplinaires : Education aux médias


+ développement d’une compétence transversale
Titre de l’activité :
Construire une synthèse sous forme de carte mentale avec Popplet
Public auquel est destinée la leçon :
Cycle 3, 3ième année primaire et 4ième année primaire
Type d’activité :
- Fonctionnelle
Axe d’apprentissage :
Implication dans le milieu (projet)  Regarder des montages dias, des vidéos, des films, des
sites internet, des CDRom..., en éveil, math, langue française... pour vibrer, découvrir,
s’émerveiller, s’informer, observer, synthétiser...;
Sujet abordé :
Construire sa synthèse personnelle sous forme de Mindmapping avec le logiciel Popplet
Intention de l’enseignant (objectif de l’activité) :
Les Es vont construire chacun, une synthèse personnelle, sous forme de Mindmapping à
l’aide des outils multimédias.
Compétences d’intégration :
Percevoir et comprendre les médias/multimédias
Compétence transversale instrumentale
Compétences transversales :
Représenter, c'est-à-dire construire des traces personnelles qui témoignent des
apprentissages et
du cheminement effectué.
Compétences sollicitées :
PCM.2.2. Comprendre les systèmes de signes dans des documents visuels, sonores et
combinés.
PCM.3.1. Prendre conscience que tout document recourt à une technologie.
S'interroger au sujet des résultats et élaborer une synthèse.
Structurer les informations en établissant des liens logiques.
Matériel de l’enfant : Matériel de l’enseignant :
- De quoi écrire - Cyberclasse
- Cahier de travail - Logiciel Popplet (inscription
- Farde de référentiels préalable avec adresse mail et mot de
passe)
- Feuilles A3 blanches
Suggestions/ analyse questionnement
- Cette leçon a pour but d’apprendre aux Es à synthétiser les matières vues en classe à
l’aide des outils médias, et plus particulièrement du logiciel « Popplet ».
- Celui-ci est un outil multimédia (application gratuite jusqu’à 10 cartes mentales en
même temps par adresse mail) adapté aux enfants, permettant de se construire des
cartes mentales.
- Voici quelques principes à suivre pour construire une carte mentale efficace (« Au
bon plaisir d’apprendre », B. Hourst) :
Le topogramme ou carte mentale est une manière créative de mettre en forme des
idées et de les relier entre elles. C’est un système à la fois simple et astucieux
permettant de mettre un grand nombre d’idées sur une feuille de papier. Outil pour
apprendre, mémoriser, organiser et développer ses idées.
- Pour ce faire :
° Mettre l’idée au centre d’une grande feuille.
° Pour chaque idée, créer une branche de couleurs différentes puis des sous-branches.
° Sur chacune des branches, écrire l’idée en lettres capitales en un seul mot.
° Traduire l’idée de chaque branche par un dessin ou symbole.
 Evolutif !
- Que faire avec une fois terminé ?
° Le comparer avec un autre sur le même sujet et ainsi l’enrichir.
° Afficher quelques jours dans sa chambre/classe (perception inconsciente).
° Le revoir.
° Le compléter ou le refaire si nécessaire.
° L’archiver dans un classeur à topogrammes.
- Quand ?
° Prises de notes
° Résumé d’un livre (Giasson)
° Planifier une progression dans ses idées
° Réviser une leçon
° Planifier, préparer une conférence
° Travail de recherche en groupes
° Confiance en soi
° Travail avec des Es malentendants.
- Le topogramme allie les deux hémisphères cérébraux puisqu’on y retrouve des
symboles, des dessins et des couleurs (droit) et des mots-clés (gauche).
- Nous avons choisi de demander à chaque E de construire sa synthèse personnelle.
C’est aussi une sorte de différenciation.
- Nous nous lançons aussi dans ce genre de leçon, dans le cadre d’une formation suivie
au CESP de Mons : « Outils multimédias au service des apprentissages », P.Thiry.
- La leçon présente donc une trame à suivre. Le sujet de la synthèse peut être modifié
(nous commençons ici par la grammaire, mais on pourrait le faire en mathématiques
sur les procédés de soustraction, par exemple, des classements de géométrie…
- La leçon peut donc être présentée plusieurs fois.
- Une fois la carte mentale construite, il ne faut pas oublier de prendre le temps
d’étudier car compréhension ne signifie pas mémorisation. Pour cela, nous vous
renvoyons dans notre leçon sur la mémorisation (dév. d’une compétence
transversale).
- Nous pensons que la dernière période est un moment propice pour synthétiser les
cours, les matières vues avant les examens de fin d’année.
Travail de l’I Travail de l’élève Dispositif
péda.1
1) L’I annonce aux Es que, dans le Les Es sont motivés par l’aspect
cadre du cours d’informatique, ils multimédia de la leçon annoncée.
vont apprendre à créer des cartes
mentales pour les aider à étudier.
Les Es connaissent les cartes
mentales, version papier.

2) Dans le cadre d’un rappel actif, l’I Les Es opèrent un accrochage-


dispose des feuilles A3 dans le ancrage. Les Es qui n’ont pas
local sur lesquelles il aura écrit la d’idée, peuvent lire ce qu’il est
matière à revoir du jour. Puis, écrit et annoter, compléter,
durant un temps imparti, il invite afficher leur accord.
les Es à se balader dans la classe et
à écrire ce qui leur vient à l’esprit.

3) Lorsque le temps imparti est Les Es peuvent ici lire ce que les
écoulé, l’I organise la mise en autres ont écrit. On remet
commun. On lit les panneaux, on certaines notions à leur place !
valide ou corrige en justifiant.

4) L’I invite alors les Es à s’installer Les Es préparent le support sur


auprès des ordinateurs. On ouvre lequel ils vont travailler.
les sessions…

5) En guise de démonstration, l’I Les Es voient l’élaboration d’une


propose aux Es de construire une carte mentale en exemple. Cela
carte mentale en utilisation le leur permet de découvrir les
logiciel « Popplet ». Pour cela, il fonctionnalités du programme. Ils
explique : vont donc fonctionner par
° Qu’il faut choisir sa couleur de mimétisme.
fond ;
° Double-cliquer pour créer les
cadres (une couleur pour chaque
point de la matière).
° Ecrire en majuscule le nom des
branches importantes.
° Créer des sous-branches en
minuscule, de la même couleur. On
peut aussi inclure des images
(recherche via Internet).
Si besoin, en ressource, l’I aura
créé pour chacun, la carte mentale
avec les sous-branches importantes
et les couleurs déjà choisies. Ce
sera aux Es de la compléter.

1
C = collectif I = individuel G = groupe D = différencié
6) L’I lance les Es au travail et passe Les Es créent leur synthèse
auprès de chacun d’eux pour les personnelle.
aider dans la manipulation du
logiciel. Pour le contenu, en guise
de ressource, les Es peuvent
consulter les affiches écrites lors
du rappel actif. Ils peuvent aussi
consulter leur farde de référentiels.

7) Quand les cartes sont terminées, l’I Les Es comparent. Ils rediscutent
imprimera celles-ci pour les donner ainsi de la matière, de la manière
aux Es. Il demandera à ces derniers dont ils l’ont organisée… Cela
de les comparer en groupes. On fait déjà partie de la
peut ajouter au crayon des mémorisation.
commentaires, des idées
auxquelles un seul E a pensé et que
l’on trouve pertinentes...

8) L’I prendra le temps de recueillir Les Es opèrent une


les avis des Es après l’activité et métacognition :
pousser la réflexion plus loin :
° En quoi cet outil informatique ° A étudier, à mémoriser, à
peut les aider dans leur scolarité ? synthétiser la matière.
° Quels sont les avantages de la ° C’est une perception globale de
carte mentale pour étudier ? la matière.
° Qui va s’en servir ? ° Eux.
° Comment s’en servir ? ° En l’affichant, en la recréant à
l’occasion, en la relisant (mais
pas que)…
Prolongements possibles :
° L’I imprime les cartes des Es sur
lesquelles il aura effacé des éléments. Il
faudra la compléter de mémoire. Soit, l’E
reçoit sa propre carte mentale, soit celle
d’un autre !
° Demander de l’afficher dans les toilettes,
à la maison.
° Se servir de la carte mentale pour
compléter une synthèse sous une autre
forme (texte à trous, silhouette…).
° Recommencer sur une autre matière.