Vous êtes sur la page 1sur 28

Mécanique de Structures

Notes de Cours :

Mécanique de Structures
Cycle Ingénieur: GM/GE/GI
Kissi Benaissa
Enseignant Chercheur en Génie Civil
ENSAM de Casablanca, Maroc
kissifst@gmail.com

Année Universitaire: 2015/2016 1


Mécanique des Structures

Chapitre 5 : Principe de superposition; Systèmes


hyperstatiques ; Flexion déviée

Année Universitaire: 2015/2016 2


Mécanique des Structures

Principe de Superposition

Le principe s’applique de la même manière à toutes


les grandeurs étudiées : actions exercées par les
appuis, efforts tranchants, moments fléchissant,
contraintes et déformations.
On part du principe que l’addition de deux états
d’équilibre est elle aussi un état d’équilibre.
Inversement, un problème complexe (avec de
nombreuses charges différentes) peut être décompose
en la somme de plusieurs problèmes simples (par
exemple faciles à résoudre avec un formulaire), tous
en état d’équilibre.
Année Universitaire: 2015/2016 3
Mécanique des Structures

Principe de Superposition

Exemple : poutre sur deux appuis soumise à une charge concentrée en son
milieu et à une charge répartie q sur toute sa longueur.
L’étude de cette poutre se ramène à l’addition, ou la superposition, des
exemples 1 et 2.

Année Universitaire: 2015/2016 4


Mécanique des Structures

Principe de Superposition
a) Actions exercées par les appuis

Année Universitaire: 2015/2016 5


Mécanique des Structures

Principe de Superposition
b) Efforts tranchants
T = T1 + T2 (en tout point : addition algébrique)

Tac = T1ac + T2ac = 500 + (500 - 250x) = 1 000 - 250x


Tcb = Tcb1 + T2cb = - 500 + (500 - 250x) = - 250x

Année Universitaire: 2015/2016 6


Mécanique des Structures

Principe de Superposition
c) Moments fléchissant
Mf = Mf1+ Mf2 (en tout point : addition algébrique)

Année Universitaire: 2015/2016 7


Mécanique des Structures

Principe de Superposition
d) Contraintes

Année Universitaire: 2015/2016 8


Mécanique des Structures

Principe de Superposition
e) Déformations
Comme les contraintes et les autres grandeurs (T, M, etc.), les déformations
s’ajoutent algébriquement en tout point.

Flèches maximale en C

Année Universitaire: 2015/2016 9


Mécanique des Structures

Système Hyperstatique

Un système, ou une poutre, est dit hyperstatique


chaque fois que les actions de contact exercées par
les liaisons ne sont pas calculables à partir des
équations du principal fondamental de la statique.
Les actions ne pourront être déterminées qu’après
écriture d’autres équations obtenues à partir des
déformations du système.

Année Universitaire: 2015/2016 10


Mécanique des Structures

Système Hyperstatique

Exemple:

Année Universitaire: 2015/2016 11


Mécanique des Structures

Système Hyperstatique

Méthode par superposition


Exemple: Poutre sur trois appuis avec charge répartie q

Année Universitaire: 2015/2016 12


Mécanique des Structures

Système Hyperstatique

a) Étude statique

A+B+C=qL (1)
A = B (par symétrie)

On a deux équations à trois inconnues : le système est dit


hyperstatique d’ordre 1.

Année Universitaire: 2015/2016 13


Mécanique des Structures

Système Hyperstatique

b) Système isostatique associé


Afin de pouvoir appliquer le théorème de superposition, remplaçons
l’appui C par la charge C qu’il exerce, en remarquant que C doit avoir une
intensité suffisante pour entraîner une flèche nulle en C : y = 0. Notons
que l’on pourrait procéder de façon analogue avec les appuis A et B. C
présente l’avantage de donner un problème symétrique plus simple à
résoudre.

C devient une donnée du problème et les équations de la statique s’écrivent :


qL 1
A= B= − C
2 2

Année Universitaire: 2015/2016 14


Mécanique des Structures

Système Hyperstatique

c) Théorème de superposition

CL3 − qL4
yc yc1 = yc 2 =
48 EI 384 EI

CL3 qL4 L3 5qL


yc = yc1 + yc 2 = − = (C − )=0
48 EI 384 EI 48 EI 8
5qL 3qL
C= A= B=
8 16

Année Universitaire: 2015/2016 15


Mécanique des Structures

Système Hyperstatique

d) Résultats et diagrammes

Le moment fléchissant
maximal apparaît en C :

Année Universitaire: 2015/2016 16


Mécanique des Structures

Système Hyperstatique

Méthode par intégration


La méthode reprend le principe des intégrations successives à partir de:

M f = (− / +) EIy '' par symétrie : A = B = F/2 et MA = MB.

Année Universitaire: 2015/2016 17


Mécanique des Structures

Système Hyperstatique

Les conditions limites à l’encastrement A permettent de


déterminer les constantes C1, et C2.
Pour x = 0, y = 0, ce qui donne C2= 0.
De même, la pente de la tangente en A est nulle ; y’AC= 0, ce
qui donne C1 = 0.
De plus, au centre de la poutre, pour x = L/2, la pente de la
tangente en C est nulle :

Année Universitaire: 2015/2016 18


Mécanique des Structures

Flexion déviée

Année Universitaire: 2015/2016 19


Mécanique des Structures

Flexion déviée

L’étude de la flexion déviée, du type de celle indiquée par la figure ci-


dessous, se ramène à la superposition ou à l’addition (vectorielle) de deux
flexions simples, définies à partir des plans de symétrie.

Année Universitaire: 2015/2016 20


Mécanique des Structures

Flexion déviée

1. Contraintes

Année Universitaire: 2015/2016 21


Mécanique des Structures

Flexion déviée

Remarque
Dans le cas de la figure (yA > 0 ;
zA > o ; Mfy > o ; Mfz > 0 , Mfy engendre des contraintes positives en A
(contraintes de traction), alors que Mfz donne des contraintes négatives
(contraintes de compression), ce qui explique le signe moins de la formule
indiquée.

Année Universitaire: 2015/2016 22


Mécanique des Structures

Flexion déviée

Plan neutre (NN) ou axe neutre


Le plan neutre est le plan ou les contraintes sont nulles :

Année Universitaire: 2015/2016 23


Mécanique des Structures

Flexion déviée

Exemple: Un profilé IPN de 200


supporte un moment fléchissant M, de
5 000 Nm, dont la direction est inclinée
de 300 par rapport à l’axe z.
Déterminons les contraintes en A, B, C
et D et les contraintes maximales dans la
section.
Iy = 117 cm4
Iz = 2 140 cm4
yA=100 ; zA=-45 ; yB= - 100 ; zB=45 ;
yC= - 100 ; zC= - 45 ; yD=100 ; zD=45 ;

Année Universitaire: 2015/2016 24


Mécanique des Structures

Flexion déviée

Exemple.2
Un profilé UAP de 250 est
soumis à un moment fléchissant
Mf de 2 000 Nm dont la
direction est inclinée de 100 par
rapport à l’axe z. Les axes y et z
sont les axes principaux d’inertie
de la section du profilé.
Déterminons les contraintes aux
points A et B.
Les dimensions du profilé sont:
Iy = 296,7 cm4 et Iz = 4 136 cm4.
Coordonnées des points A et B
dans le système d’axes (G, y, z) :
yA = - 125 ; zA, = 60,4 mm
yB = 125 ; zB= - 24,6 mm

Année Universitaire: 2015/2016 25


Mécanique des Structures

Flexion déviée

Poutres non symétriques


La poutre ne possédant aucun
plan de symétrie, le premier
travail consistera à déterminer
les axes principaux d’inertie (U,
V) de la section .

2.I zy
tg 2β =
I y − Iz
Plan neutre (ou axe neutre) NN :

Année Universitaire: 2015/2016 26


Mécanique des Structures
Flexion déviée

Exemple:: une cornière à ailes inégales 150 X 100 X 10 supporte un


moment fléchissant Mf de 2 000 Nm dans la direction z. Déterminons les
contraintes aux points A,B et C.

Coordonnées des points A, B, C dans le système d’axes (G, U, V) :


VA=26,8mm;UA=103;VB=52,5;UB=-75;Vc=-41;Uc=-34
IZ = 552 cm4 ; IY = 198 cm4 ;
IU = 113 cm4 ; IV = 637 cm4.
Année Universitaire: 2015/2016 27
Mécanique des Structures

Merci de votre attention

Année Universitaire: 2015/2016 28

Vous aimerez peut-être aussi