Vous êtes sur la page 1sur 2

L’attaque du moulin

Emile Zola est considéré le théoreticien et le principal


représentant du naturalisme français. Il exposa sa théorie du roman
dans l’essai Le roman experimental et l’illustra par sa série
romanesque Les Rougeon- Macqart – Histoire naturelle et sociale
d’une famille sous Second Empire.
Mais evant d’avoir écrit les vingt romans qui feront partie de
cette série, Zola avait publié une nouvelle intitulée L’attque du
moulin. Elle fut publiée dans un recueil, Les Soirées de Médan acoté
de six autres nouvelles appartenant a d’autres écrivainsde l’époque
parmi lesqueles Guy de Maupassant et les frères Goncourt. Ces
écrivains partageaient tous les convictions théoriques de Zola et
s’étaient proposé d’illustrer le nouveau courant qui allait
naitre.Malgré cette intention, la nouvele L’attque du moulin ne met
que très vaguement en évidence une écriture purement naturaliste.
Pour mieux saisir le mécanisme narratif que l’auteur me en jeu, il
est nécessaire de commancer par un court résumé de la nouvelle.
L’action se passe dans le village de Rocreuse en Lorraine
pedant la guerre franco-pruuienne de 1870-1871. Un jeune Belge,
Dominique, vient de s’installer depuis peu dans la ferme qu’il avait
héritéede son oncle. C’était un jeune homme assez beau mais, en
meme temps, pas trop aisé ni trop laborieux. De l’autre coté de la
Moselle qui bordait sa propriété il y avit le mulin du père
Merlier,ancien maire du village qui a un fille, Françoise. A force de
s’etre aperçus presque chaque jour, les deux jeunes gent tombent
amoureux l’un de l’autre. Tout de monde s’attendait a ce que le père
Merlier ne fut pas d’accord avec cette histoire d’amour, vu la
condition modeste du jeune homme. Malgré tout, apres une courte
entrevue des deux hommes, le père Merlier accepta la demande en
mariage; on fixa meme le jour des finçailles.
Juste ce jour-la, les troupes françaises en retraite s’aient
barricadées dns leur moulin. Après une courte résistance, les
Français sont obligés de se retirer du village. Mais, entre temps,
Frnçoise avait été blessée au front par une balle égarée.
A ce moment-la, Dominique, qui justqu’alors était resté
neutre, s’empare d’un fustil et se met a tirer sur les Prussiens.
Ultériorement il sera fait prisonnier par ceux-ci et condamné a mort.
Il réusist a s’évader une fois, mais finalment il se rendra pour
sauver la vie a son futur beau-pére qui avit été pris en otage a sa
place. On lui offre pourtant une alternative: conduire les Allemands
par un chemin de traverse dans un village voisin pour que ceux-ci
puissent attaquer a l’improviste l’armée française. Bien qu’il ne soit
pas français d’origine, le jeune homme refuse d’acomplir cet acte de
trahison et, juste au moment ou les soldats françaisréppareissent, il
sera exécuté sur l’orde de l’officier ennemi. On a considéré l’acte de
Dominique comme l’expression du patriotisme des gens simples. Si
on prend pour vrai et indiscutable ce point de vue, on pourra tout
bonnement affirmer que le personnage répresente les gens simples
animés par de hauts sentimenmts ce qui revient a dire nous
trouvons en presence d’une problematique romantique et réaliste a
la fois. Dans ce cas la nouvelle pourrait etre rangée a coté du récit
Deux amis de G. de Maupassant on La dernière classe d’Alphonse
Daudet.

Lovin Eduard
Cls XI C