Vous êtes sur la page 1sur 106

ROYAUME DU MAROC

Thème : choix d’investissement et modes de


financement des entreprises : « CAS du GROUPE
BARKA »

Présenté par
AMADOU ABOUBACAR DALHATOU
Section B Matricule 353

Encadrant : Jurys:
M.ABDELLATIF M.KADDEM Mr Rachid Boukharrazi
Mr Mohammed Elamrani

Annéé é 2015/2016

Amadou Aboubacar Dalhatou Sup ’management 2015-2016


Amadou Aboubacar Dalhatou Sup ’management 2015-2016
SOMMAIRE

SOMMAIRE ...................................................................................................................................................... 3
DEDICACES ....................................................................................................................................................... 5

REMERCIEMEMENTS ........................................................................................................................................ 6

AVANT-PROPOS ............................................................................................................................................... 7
SIGLES ET ABREBIATIONS ................................................................................................................................. 9

TABLE DES ILLUSTRATIONS ............................................................................................................................. 10


RESUME ......................................................................................................................................................... 11

ABSTRACT ...................................................................................................................................................... 13
‫ صخل م‬............................................................................................................................................................. 14

INTRODUCTION GENERALE............................................................................................................................. 16
PROBLEMATIQUE : ............................................................................................................................................. 3

HYPOTHESES : .................................................................................................................................................. 6
CHOIX ET L’INTERET DU SUJET : ............................................................................................................................. 7
METHODOLOGIE ............................................................................................................................................... 8
DELIMITATIONS SPATIO-TEMPORELLE DU SUJET ......................................................................................................... 8
SUBDIVISION DU TRAVAIL .................................................................................................................................... 9
LES DIFFICULTES RENCONTREES ............................................................................................................................. 9
CHAPITRE I.PROCESSUS DU CHOIX D’INVESTISSEMENT .................................................................................. 10
SECTION 1 : L’INVESTISSEMENT ET SES CARACTERISTIQUES ......................................................................................... 11

1.1
L’investissement : définition et typologie ........................................................................................... 11
1.2
Les caractéristiques d’un projet d’investissement .............................................................................. 13
SECTION 2 LES CRITERES D’EVALUATION DE LA RENTABILITE ECONOMIQUE DES INVESTISSEMENTS ......................................... 17
2.1 LES CRITERES ATEMPORELS D’EVALUATIONS DES INVESTISSEMENTS ..................................................................... 17
2.2 Les critères temporels de choix des investissements ........................................................................... 18
2.5 Analyse critique des critères de choix des projets ............................................................................... 21
2.6 Les risques liés à la décision d’investissement .................................................................................... 23
CHAPITRE II.LES PRINCIPALES SOURCES DE FINANCEMENT DES ENTREPRISE ................................................. 27

SECTION 1. LES SOURCES DE FINANCEMENT INTERNE, INTERMEDIAIRES OU QUASI FONDS PROPRES ET EXTERNES ...................... 28

1.1. Les sources de financement interne .................................................................................................. 29


1.2 Le financement par quasi-fonds propres ............................................................................................ 31
1.3 Les sources de financements externes ............................................................................................... 32
SECTION 2 : CHOIX DU MODE DE FINANCEMENT ET PLAN DE FINANCEMENT .................................................................... 34
2.1 Choix des modes de financement ...................................................................................................... 34
2.2. Plan de financement d’investissement .............................................................................................. 38
CHAPITRE III.CHOIX D’INVESTISSEMENT ET MODES DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES « CAS DU

GROUPE BARKA » ........................................................................................................................................... 42


SECTION 1 : PRESENTATION GENERALE DU GROUPE BARKA ....................................................................................... 43
1.1 .Historique ........................................................................................................................................ 43
1.2. Organisation globale du groupe BARKA ............................................................................................ 44
1.2 Approche méthodologique et Présentations des données .................................................................. 46

Amadou Aboubacar Dalhatou Sup ’management 2015-2016


SECTION 2.EVALUATION DE LA RENTABILITE DES INVESTISSEMENTS ET CHOIX DE FINANCEMENT ......................................................49
2.1. Evaluations de la rentabilité des investissements du groupe BARKA......................................................50
2.2 Les principales sources de groupe BARKA et Choix du mode de financement.........................................51
2.3 Plan de financement................................................................................................................................54
2.4 Analyse des résultats et recommandations.............................................................................................54

CONCLUSION GENERALE.............................................................................................................................. 59
GLOSSAIRE.................................................................................................................................................. 63

BIBLIOGRAPHIE........................................................................................................................................... 67
OUVRAGES GENERAUX ET SPECIALISES............................................................................................................................68
REVUES ET ARTICLES..................................................................................................................................................69
THESES ET MEMOIRES...............................................................................................................................................70
SITES INTERNET OU CYBER GRAPHIE..............................................................................................................................71
ANNEXES..................................................................................................................................................... 72

ANNEXES N°1 ORGANIGRAMME DU GROUPE BARKA.......................................................................................................73


ANNEXE N°2 COMPTE DU RESULTAT..............................................................................................................................74
ANNEXE N°3 : IMPACTS SUR L'EXPLOITATION...................................................................................................................76
ANNEXES N°4 : PLAN DE FINANCEMENT.........................................................................................................................79
ANNEXE N°5 : EVOLUTION DES FLUX NETS DE TRESORERIES ACTUALISES..................................................................................80
ANNEXE N°6 : REMBOURSEMENTS DU CREDIT-BAIL...........................................................................................................80
ANNEXE N°7 : CAPITAL-INVESTISSEMENT ET CYCLE DE VIE DE L’ENTREPRISE..............................................................................81
AUTRES QUESTIONS UTILES :........................................................................................................................................84
REPONSES AUX QUESTIONS..........................................................................................................................................84
TABLE DES MATIERES…………………………………………………………………..86

Amadou Aboubacar Dalhatou Sup ’management 2015-2016


DEDICACES

« A nos parent amadou Aboubacar, issaka, hachimou ; saidou, qu'ils puissent


trouver ici le fruit de leur souffrance Durant notre parcourt à l'école jusqu'à ce
moment.

A nos frères : chamsi, mohamed

A nos sœurs : maryem, saratou, nafissa, sahoura

A nos amis Grema Ary Mallan Gana, Mohamed, Abou Ibrahim et autres»

Amadou Aboubacar Dalhatou Sup ’management 2015-2016


REMERCIEMEMENTS
« Qu’il me soit permis avant toute chose d’exprimer ma
reconnaissance envers toutes les personnes qui de près ou de loin m’ont soutenu
dans mes efforts et ont contribué ainsi à la réalisation de ce mémoire.

Je remercie le professeur M. ABDELLATIF M KADDEM mon


directeur de mémoire (mon professeur encadreur) pour sa bienveillance, la
pertinence de ses suggestions et de ses questionnements.

Je voudrais exprimer toute ma reconnaissance aux responsables de


la société BARKA qui m’ont encouragé dans cette voie et dont le soutien a

grandement facilité ma tâche.

Je réserverai une place particulière à M.noufel, responsable des


services département dont les qualités humaines et le savoir pratique m’ont
permis d’illustrer ce travail par des simulations pertinentes.

Je tiens à exprimer ma sincère gratitude aux membres du jury qui ont


bien voulu accepter de m’honorer ainsi de leur présence. »

Amadou Aboubacar Dalhatou Sup ’management 2015-2016


AVANT-PROPOS

Au terme de notre cycle de master en ingénierie financière et dont l'orientation est


l’ingénierie, nous exprimons toute notre gratitude, A ALLAH LE TOUT PUISSANT de qui
émane toute vie et qui donne un sens à l'existence, pour ta générosité à notre égard ;

Qu'il nous soit permis d'exprimer ici, un agréable sentiment de gratitude à l'endroit de tous
ceux qui ont apporté leur prière à la construction de notre avenir.

Nous remercions en premier lieu et particulièrement au Professeur M.


ABDELLATIF M KADDEM, pour avoir accepté de diriger ce travail et à qui nous
reconnaissons une compétence exceptionnelle et un esprit d'encadrement scientifique
professionnel efficace ;

Au Chef de travaux M.Noufel qui nous a encadrés dans la réalisation de ce travail et qui a
mis tout son savoir-faire à notre profit, nous disons également merci.

Nous sommes également redevables aux autorités académiques, ainsi qu'au corps
professoral de l'Institut Supérieur de commerce, de l’ingénierie, de tourisme, de management,
de Diplomatie et gouvernance, des énergies renouvelables de FEZ (SUP’MANAGEMENT-
FEZ), pour l'encadrement professionnel qu'ils nous ont assuré. Nos remerciements s'adressent
également :

Au président fondateur du Sup ’management en sigle, Monsieur ABDESSELAM


IDRISSI ERKIK et toute son équipe de la coordination, pour les sages conseils et divers
soutiens inestimables ;

A nos oncles ALHADJI ISSAKA, HACHIMOU, WAILOU, HOUSSEINI, HASSAN,


SANI et cousines SAHOURA, HADIZA NAFISSA, AMINATOU, pour leur soutien tant
moral, matériel que spirituel ;

A tous nos compagnons de lutte, GREMA ARY,


MOHAMED,ISSAKA,HAROUNA,INOUSSA,DJIBO,DJIBRIL,NOURISSALAM,
MANSSOUR,ISSOUFOU,ABOUBACAR,SOULEMANE,KARIM,avec qui nous avons vécu et
partagé les joies et les difficultés ensemble durant notre deuxième cycle d'études
universitaires.

Amadou Aboubacar Dalhatou Sup ’management 2015-2016


Aux frères et sœurs de la grande famille unie en islam et autres religions, que chacun
trouve, à travers ces quelques lignes nos remerciements.

Que le DIEU glorieux bénisse la combinaison de nos efforts et notre persévérance.

Amadou Aboubacar Dalhatou Sup ’management 2015-2016


SIGLES ET ABREBIATIONS

BFRE : Besoin en Fonds de Roulement d'Exploitation

CAF : capacité d’autofinancement

CMPC : cout moyen pondéré du capital

DRCI : Délais de Récupération du Capital Investi

FBCF : Formation Brute du Capital Fixe

FNL : Flux Net de Liquidité

IP : Indice de Profitabilité

IS : impôt sur les sociétés

MEDAF : Modèle d'Evaluation d'Actifs Financiers

PCG : plan comptable général

RE : rentabilité économique

RF : rentabilité financière

RN : résultat net

TRI : Taux de Rentabilité Interne

TRIg : taux de rentabilité interne globale

VAN : Valeur Actuelle Nette

VANg : valeur actuelle nette globale

VN : valeur nette

Amadou Aboubacar Dalhatou Sup ’management 2015-2016


TABLE DES ILLUSTRATIONS
Désignations Titres Pages
TABLEAUX
Tableaux N°1 modèle de calcul des flux 16
nets de trésorerie
Tableaux N°2 Modèle du plan de 41
financement
Tableaux N°3 Informations reçues du 48
groupe barka
Tableaux N°4 Présentation du cout 48
d’investissement, recettes
d’exploitation, charges
d’exploitation et flux nets de
liquidité
Tableaux N°5 Présentation du cout 49
d’investissement, recettes
d’exploitation, charges
d’exploitation et flux nets de
actualisés
Tableaux N°6 Calculs de cumul des flux 50
nets actualisés
Tableaux N°7 Calcul du cout 53
d’autofinancement
Tableaux N°8 Calcul de cout de crédit-bail 53
Tableau N°9 Compte du résultat 73
Tableau N°10 Compte d’exploitation 74
Tableau N°11 Cout d’emprunt 74
Tableau N°12 Flux de trésoreries 75
Tableaux N°13 Plan de financement 77
GRAPHES
grapheN°1 organigramme 73
grapheN°2 Evolution du chiffre d’affaire
grapheN°3 Remboursement du crédit- 73
bail
FIGURES
FigureN°1 modèle prévisionnel 13
FigureN°2 Carte d’implantation 44
géographique
FigureN°3 Capital-investissement 76

Source : élaboré par nos soins

Amadou Aboubacar Dalhatou Sup ’management 2015-2016


RESUME
Lorsqu’un agent se procure des moyens et des facteurs de production, on dit qu’il
investit. Un investissement a pour objectif d’accroitre la production future d’une entreprise ou
la richesse d’un individu, il s’accompagne toujours d’une dépense d’investissement.
Dès lors se pose la question de la rentabilité et de l’intérêt de l’investissement.
L’évaluation est rendue difficile par l’étalement dans le temps des recettes de
l’investissement. Celles-ci doivent être actualisées pour constituer des éléments de
comparaison utiles avec la dépense initiale.
Notre objectif dans ce travail est de présenter différents outils qui permettent de juger
de la pertinence d’un investissement et qui constitue par la des critères de choix
d’investissement.
La décision d’investissement est une décision importante et difficile
Nécessitent des fonds importants, Créent de la valeur, Engagent l’avenir de l’entreprise
Véhicule de progrès Difficilement réversibles Incertaines : Création de valeur future
incertaine
Décisions stratégiques et planifiées
INVESTIR : quelle utilité pour les agents économiques ?
Pour l’individu : Maximisation de la fonction d’utilité à travers :
Placement de l’épargne, Réalisation de projets d’investissement, Atteinte d’objectifs
personnels : dépassement de soi, accomplissement, considération sociale, Pour l’entreprise :
Maximisation de la valeur (effet sur la valeur intrinsèque, effet sur le cours boursier, solidité
des fondamentaux de l’entreprise…), Pour l’État : un levier fondamental de la stabilité
économique à travers ses politiques budgétaire et monétaire.
La décision de financement comprend différentes décisions : Le choix de la
répartition des capitaux apportés. L’entreprise doit-elle recourir plus aux fonds propres ou à
l'endettement ?
Le choix entre réinvestissement du surplus de liquidités et distribution de dividendes.
Le choix entre financement interne (autofinancement) et externe.
Ces différentes décisions, présentées de façon séparée, sont en fait très liées
Ex. une politique qui privilégie le financement interne conduit à ne pas distribuer de
dividendes et à renforcer les fonds propres.

Amadou Aboubacar Dalhatou Sup ’management 2015-2016


La décision d'investissement étroitement liée à la décision de financement comme
toute autre décision peut être prise dans un contexte non aléatoire (décision en avenir certain)
ou dans un autre contexte (choix de mode de financement approprié).
L'investissement apparait comme une décision à long terme et une anticipation de
l'avenir. Un mauvais choix peut mettre en cause la pérennité de l'entreprise. L'importance de
la décision d'investissement nécessite que les projets aient fait l'objet d'une étude précise.

Amadou Aboubacar Dalhatou Sup ’management 2015-2016


ABSTRACT

When an agent provides means and factors of production, they say he invests. An
Investment aims to increase future production of a business or wealth of an individual, it is
always accompanied by a capital investment.

This raises the question of profitability and investment interest. The assessment is
made difficult by the spreading in time revenue investment. These should be updated to make
useful comparisons with the initial expense.

Our objective in this work is to present different tools to judge the appropriateness of
an investment and which constitutes the selection criteria for investments is lying.

The investment decision is an important decision and difficult

Require significant funds, Creates Value, Involve the future progress of the company vehicle
readily reversible Uncertain : Creation of uncertain future value

strategic decisions and planned

INVESTING : that Miss usefulness for economic agents ?

For the individual: Maximizing the utility function through:

Investment savings, investment projects realization, Achievement of personal goals: self-


improvement, achievement, social consideration, For the company: Maximizing Value (effect
on the intrinsic value, effect on the market price, strength of business fundamentals ...) For the
State: a fundamental lever of economic stability through its fiscal and monetary policies.

The funding decision includes different decisions: Choosing the distribution of


capital contributed. The company need to use more equity capital or debt?

The choice between reinvestment of excess liquidity and dividend distribution.

The choice between internal financing (self-financing) and external.

These decisions, presented separately, are actually very related

Ex. A policy that favors the internal funding leads to not distribute dividends and strengthen
capital.

The investment decision closely linked to the financing decision as any other decision
can be made in a non-random context (decision by some future) or another context (choice of
suitable financing method).

The investment appears to be a long term decision and an anticipation of the future. A
wrong choice can call into question the sustainability of the company. The importance of
investment decision requires that projects have been the subject of a detailed study.

Amadou Aboubacar Dalhatou Sup ’management 2015-2016


‫م لخص‬

‫ر ع ندما‬ ‫س ت ثمر ان ه وي قول ون اإلن تاج‪ ،‬وعوامل و سائ ل وك يل ي وف‬ ‫‪.‬ي‬ ‫اال س ت ثمار وي هدف‬

‫تاج ل زي ادة‬ ‫فرد‪ ،‬ال ثروة أو ال تجاري ة األع مال من ب لل م س تق ف ي اإلن‬ ‫ق ترن ل ل‬ ‫ا س ت ثمار من دائ ما وي‬
‫‪.‬ال مال رأس‬
‫ث ير وهذا‬ ‫ت ثمار وااله تمام ال رب ح ية م سأل ة ي‬ ‫تم ‪.‬ب اال س‬ ‫يم إجراء ي‬ ‫ال تي ال ص ع بة ت ق ي‬

‫حدي ث ي جب ‪.‬ال وق ت عائ دات ا س ت ثمار ف ي ت ن ت شر‬ ‫ير ل هذه ت‬ ‫‪.‬األول ي ح ساب مع م ف يدة م قارن ات ت وف‬
‫نا‬ ‫قدي م هو ال عمل هذا ف ي هدف‬ ‫فة أدوات ت‬ ‫ل ال س ت ثمار مالءمة مدى ع لى ل لح كم مخ ت ل‬

‫تي‬ ‫ير هي وال‬ ‫‪.‬اال س ت ثماري ة ال خ يارات م عاي‬


‫س ت ثمار ق رار‬ ‫و ص عب هام ق رار هو اال‬

‫تط لب‬ ‫ب يرة‪ ،‬أموا ال ت‬ ‫ت قدم إ شراك ال ق يمة‪ ،‬ي خ لق ك‬ ‫ب سهول ة ع ك سها ال شركة ل ل س يارة ال م س ت ق ب لي ال‬

‫مجهول م س ت ق بل ال ق يمة خ لق مؤك د‬

‫يج ية ال قرارات‬ ‫وال تخط يط اال س ترات‬

‫ت صادي؟ وك الء عن ف ائ دة ما اال س ت ثماري ة‬ ‫االق‬


‫بة‬ ‫خ الل من ال م ن ف عة دال ة ت عظ يم ل ل فرد ب ال ن س‬

‫ع واال س ت ثمار‪ ،‬االدخ ار‬ ‫س ت ثمار وم شاري‬ ‫ح ق يق‪ ،‬اال‬ ‫ال شخ ص ية‪ ،‬األهداف ت جاوز إل ى ال و صول ت‬

‫جاز‪،‬‬ ‫نظر واإلن‬ ‫ل ألعمال االج تماع ية‪ ،‬وال‬


‫عظ يم‬ ‫ق يمة ع لى ت أث ير( ق يمة ت‬ ‫س عر ع لى أث ر ال جوهري ة‪ ،‬ال‬ ‫سس م تان ة ال سوق‪،‬‬ ‫األ‬

‫عة وال قول )‪ ...‬ال تجاري ة‬ ‫ت صادي ل ال س ت قرار أ سا س ية راف‬ ‫ية ال س يا سات خ الل من االق‬ ‫ن قدي ة ال مال‬ ‫‪.‬وال‬
‫تموي ل ق رار وي شمل‬ ‫ت يار مخ ت ل فة ق رارات ال‬ ‫ت ح تاج ال شركة ‪.‬ال م ساهم ال مال رأس ت وزي ع اخ‬

‫ال دي ن؟ أو ال مال رأس من ال مزي د ا س تخدام إل ى‬


‫ين ال خ يار‬ ‫ضة ال س يول ة ا س ت ثمار إعادة ب‬ ‫اح وت وزي ع ال فائ‬ ‫‪.‬األرب‬

‫ين االخ ت يار‬ ‫‪.‬وال خارج ية )ال ذات ي ال تموي ل( ال داخ لي ال تموي ل ب‬

‫قرارات‪ ،‬هذه‬ ‫ي هي م ن ف ص لة‪ ،‬ب صورة ال‬ ‫ص لة ذات ال واق ع ف‬ ‫جدا ال‬

‫تي ال س يا سة إن ‪.‬ال م ثال س ب يل ع لى‬ ‫ف ضل ال‬ ‫عدم ال داخ ل ية ال تموي ل ي ؤدي ت‬ ‫أرب اح ت وزي ع ل‬

‫‪.‬ال مال رأس وت عزي ز‬


‫بط اال س ت ثمار ق رار ات خاذ وي م كن‬ ‫ي قا ارت باطا ي رت‬ ‫آخر ق رار أي م ثل ال تموي ل ق رار وث‬

‫س ياق ف ي‬ ‫ي غ ير‬ ‫قة اخ ت يار( آخر س ياق ف ي أو )ال م س ت ق بل ب عض ق رار( ال ع شوائ‬ ‫طري‬

‫‪).‬م نا سب ت موي ل‬

‫‪2015-2016‬‬ ‫‪Sup ’management Amadou Aboubacar Dalhatou‬‬


‫بدو‬ ‫أن ي م كن خاطئ واخ ت يار ‪.‬ل لم س ت ق بل وت ح س با ال طوي ل ال مدى ق رار أن اال س ت ثمار أن وي‬

‫ي ي ش كك‬ ‫درا سة مو ضوع ك ان ت ال م شاري ع أن اال س ت ثمار ق رار أهم ية ي تط لب ‪.‬ال شركة ا س تمراري ة ف‬
‫‪.‬م ف ص لة‬

‫‪2015-2016‬‬ ‫‪Sup ’management Amadou Aboubacar Dalhatou‬‬


INTRODUCTION
GENERALE

Amadou Aboubacar Dalhatou Sup ’management 2015-2016


Introduction générale

De nos jours la vie économique et sociale est organisée autour des entreprises qui
donnent à toutes civilisations plusieurs de ses caractères essentiels c’est à dire : urbanisation,
rythme de vie, cadre immédiat de l’activité professionnelle ont autant des conséquences
directes sur la monté en puissance de cette catégorie de vie.

Cependant dans toute entreprise, les dirigeants sont appelés à prendre un certain
nombre de décisions assurant la bonne marche et la continuité de ses activités. Ainsi par la
force des choses, il faut bien que les crédits nécessaires soient prévus, ordonnancés, répartis,
comptabilisés, soumis au contrôle et à la discussion préalable. Or, on ne peut planifier que ce
qui est organisé et vérifiable. Ces contraintes obligent les entreprises à passer d’une démarche
principalement productive à une démarche orientée vers les besoins du marché.

On assiste alors à une forte concentration des firmes qui conduit à un accroissement
important de leur taille et à la dispersion de leur implantation géographique.
Les directions générales sont donc obligées de repenser leur structure en organisant des
délégations de responsabilités.
Cette décentralisation de l’autorité et des responsabilités a nécessité à la construction d’une
nouvelle façon de la prise de décision et de vision à court, moyen et long terme d’où la
nécessité du choix d’investissement et du mode de financement le moins chers pour
l’entreprise.

En outre toute nation ne peut se développer que sur la base des investissements qui a
son tour engendrent la croissance des entreprises qui ne se passe pas sans la réduction du
chômage ce qui implique par conséquent l’amélioration du bien-être collectif.

Lors de sa création et au cour de son développement ,l’entreprise au moment opportun


doit déterminer des ressources financières , matériels et humaines nécessaires pour faire face à
ses échéances et pour utiliser au mieux les moyens dont elle dispose. Pour se faire cette
dernière doit engager des dépenses avant de percevoir des entrées : réalisation des
investissements (matériels, immatériels, financiers…), pour planifier la rémunération de main
d’œuvre.

Ainsi partant du fait que l’entreprise est une entité qui économiquement combine des
facteurs de production (capital, travail) dans le but de produire des biens et services destinés à

Amadou Aboubacar Dalhatou Sup ’management 2015-2016


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Introduction générale

Être vendus sur un marché solvable, mais pour faire tout cela, l’entreprise a besoin de se
financer.

Le financement1 peut être défini comme le moyen permettant de disposer des


ressources qui lui sont nécessaire pour son activité. Ce dernier conditionne sa survie.

A cet effet, une entreprise peut financer ses investissements par autofinancement, sans
faire appel à des capitaux extérieurs, par conséquent cette solution présente pour l’entreprise
l’avantage de la rendre indépendante des tiers, mais elle a pour inconvénient majeur de limiter
l’entreprise dans ses possibilités d’investissement.

Pour cela, le recours aux concours bancaires représente le mode de financement le


plus couramment utilisé car il est parfois le moyen de financement pour la quasi-totalité des
entreprises.

En General, plus particulièrement au NIGER l’essentiel du financement externe est


fait en grande partie par les banques. Celles-ci constituent un instrument fondamental du
développement des structures productives et assurent l’octroi de la majeure partie des crédits
à l’investissement.

Cependant, il faut reconnaitre que ce mode de financement par crédit bancaires


présente un certain nombre de limites pour l’entreprise qui la rend tributaire des aléas de la
distribution du crédit (montant, cout, délais …) et la politique arrêtée par son banquier (choix
des risques de taux, des garanties…).

C’est pourquoi l’entreprise a besoin de diversifier les sources de financement afin


d’atteindre les objectifs précis comme :

le choix d’un investissement rentable,


développer ses activités,
Investir dans la recherche afin d’avoir un avantage concurrentiel.

C’est ainsi que les entreprises ont eu recours à d’autres modes de financement tels que :

1 Nathalie Taverdet-Popiolek, maitre de conférences, guide de choix d’investissement, édition d’organisation


2006, pages 270

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 2


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Introduction générale

Le crédit-bail, l’augmentation du capital, l’affacturage, l’escompte, l’emprunt

Obligataire et autre lignes de crédits.

En d’autre terme, la transition d’une culture bancaire vers une culture de marché afin de faire
de financement direct un moyen privilégié de financement de l’économie.

La sélection d’investissement et du mode de financement est déterminé par plusieurs critères


dont l’entreprise doit tenir compte tels que :

Les critères de sélection en avenir certain et non


risqué. Le cout de chaque mode de financement
La dépendance des entreprises auprès des banques et autres établissements de crédit
L’insolvabilité de l’entreprise grâce à un endettement lourd et élevé (situation
dangereuse).
L’efficacité en faisant jouer l’effet de levier puisque la rentabilité financière augmente
avec l’endettement.

Problématique :

Depuis la nuit des temps, l'homme a toujours manifesté le besoin d'épanouissement


dans sa vie en société aussi bien pour son bien-être personnel que celui de son entourage.

En effet, l'action d'inventer est au cœur de la vie économique de toute la société. Elle
détermine la capacité productive sans laquelle, il ne peut y avoir ni production, ni croissance
économique. Néanmoins, elle exige une accumulation préalable des moyens financiers.

L'investissement est la composante la plus vitale du produit intérieur brut(PIB).


Lorsqu'on constate une hausse de la demande globale des biens et services au cours d'une
récession, une large part de celle-ci peut généralement être imputée aux dépenses
d'investissement. Ensuite, il est au cœur de toute analyse de croissance et par là il est pris en
compte dans l'élaboration des politiques gouvernementales.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 3


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Introduction générale

Certaines approches accordent une importance majeure aux anticipations de croissance


des entreprises et au rôle de l'incertitude dans la détermination des niveaux d'investissement.
Dans la mesure où les entreprises peuvent modifier tant le calendrier que le volume de leurs

Investissements, la réussite de ces derniers, repose essentiellement sur la période choisie


et sur les circonstances dans lesquelles ils seront réalisés.

A ce sujet, Robert Lucas2 a souligné la manière dont les agents constituent leurs
anticipations quant à l'avenir. Les anticipations sont au centre de l'économie, parce qu'elles
influencent le comportement des consommateurs, des investisseurs et de tous les autres
acteurs économiques. Or, ces anticipations dépendent de nombreux facteurs, parmi lesquels
les politiques économiques mises en œuvre par les pouvoirs publics.

Ainsi donc, la remise en cause de ces hypothèses et l'incertitude de l'environnement


incite à une meilleure compréhension du processus de prise de décision, en particulier les
décisions stratégiques.

En effet, dans un environnement turbulent, comme c'est le cas au NIGER, il est


impérieux de s'interroger sur les paramètres déterminant le niveau global de l'investissement
productif.

Des nombreuses influences sont susceptibles d'être prises en compte pour chercher à
expliquer par quoi est déterminé l'investissement.

La macroéconomie cherche à définir par quoi est déterminé l'investissement. Il s'avère


alors qu'en situation de plein emploi des facteurs de production, seule la rémunération réelle
des facteurs est importante alors que, si l'entreprise est confrontée à une contrainte sur ses
ventes, ce seront le coût relatif et la demande anticipée qui seront déterminants. Ainsi, en cas
de sous-emploi, la théorie de l'accélérateur de Samuelson établit qu'une augmentation de la
demande anticipée relancera l'investissement.

2 Robert Lucas (né en1937, prix Nobel, 1995), Théorie des anticipations rationnelle. Maxi fiche
d’histoire de la pensée économique, Ghislain Deleplace et Christophe lavialle, 2008, Pages 138.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 4


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Introduction générale

Ainsi La décision d’investissement est étroitement liée à la décision de financement. Elle


permet de prendre en compte les interrogations sur la manière dont les fonds seront recueillis
pour financer les projets d’investissement jugés rentables.

Il existe des sources très diverses concernant l’origine des moyens servant à financer
l’entreprise .mais toutes comportent un cout dont le calcul permet de guider le choix des
dirigeants.

D’autre part, le choix d’une politique de financement a une incidence sur la structure
du capital de l’entreprise.

Ainsi, si l’on tient compte de la rentabilité requise par les apporteurs de fonds propres
et du cout de la dette, une structure de financement optimale serait celle qui permet aux
actionnaires de maximiser la valeur de leur fonds propres compte tenu du risque financier liés
à l’endettement.

Nous avons fait le choix d’étudier en quoi la sélection d’investissement et de mode de


financement le moins onéreux permet-il d’assurer la pérennité de l’entreprise ?

Au centre de cette question principale se trouve sept questions secondaires qui nous
permettrons de cerner les principales opportunités de la sélection d’investissement et de mode
de financement approprié à savoir :

1. Qu’est-ce qu’un investissement ?

2. Comment évaluer un investissement ?

3. Peut-on évaluer financièrement et économiquement un projet en avenir certain et non


risqué ?

4. Quels sont les risques encourus par l’entreprise ?

5. Quelles sont les principales modalités de financement des entreprises ?

6. Quel est le cout de chaque mode de financement ?

7. Quel est le mode de financement le mieux approprié ?

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 5


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

. Introduction générale

Pour vérifier ses hypothèses, j’ai fait recourt à la méthode d’évaluation de la rentabilité des
investissements afin de déceler les liens de causalité entre le cout du capital investit et les flux
nets de trésorerie qu’il génère dans l’avenir. Quant aux techniques, j’ai utilisé les techniques
documentaires, de questionnement.

Cependant, ce qui nous démarque de ces travaux précités est le fait que notre étude traite des
du choix des investissements dans le domaine de transport et le mode de financement
approprié, cas du groupe BARKA et vise les objectifs suivants :


ressortir les différents critères d’évaluations de la rentabilité des investissements du
groupe BARKA et le mode de financement le moins onéreux dans le domaine de transport
face aux risques encourus ;

évaluer le niveau de rentabilité des investissements du groupe.

déterminer le cout de chaque mode de chaque mode de financement

choisir le mode de financement le moins onéreux

Mais aussi, nous avons en plus utilisé, à part les méthodes comptables, la méthode financière
pour évaluer la rentabilité dans ce secteur face aux risques encourus pour la prise de décisions
d'y investir.

Hypothèses :
Par définition, l'hypothèse est une proposition de réponse à la question posée. Elle tend
à formuler une relation entre des faits significatifs même plus au moins précise, elle aide à
sélectionner les faits observés. Ceux-ci rassemblés, elle permet de les interpréter, c'est-à-dire
De leur donner une signification. Une fois vérifiée, elle constituera un élément possible de la
théorie. Ce qui précède nous amène à formuler les hypothèses suivantes :

Malgré la turbulence dans le secteur, les investissements dans le domaine de transport au


Niger seraient expliqués par deux principaux postulats : les postulats réels d'une part (la forte
demande, le climat économique prometteur, le développement de l’entreprise elle-même et
l'espérance à un avenir meilleur) ; les postulats financiers d'autre part (rentabilité élevé, délai
de récupération court, accès facile au crédit, non fonctionnement du circuit bancaire) ;

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 6


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Introduction générale


Ces investissements dégageraient une VAN positive, c'est-à-dire, les flux nets de liquidité
couvriraient le coût d'investissement avant la durée de vie estimée de l'investissement.

Ces investissements seront récupérés dans un délai généralement court, c’est-à-dire les
capitaux investis seront récupérés avant même la durée de vie du projet d’investissement.

Le mode de financement choisit soit le moins chers possible, car un investissement dont le
financement est chers induit à la qualité de l’ingénierie financière de l’entreprise (du
groupe BARKA).

les investisseurs dans le secteur de transports préconiseraient quelques stratégies pour
faire face aux éventuels risques, notamment : conclure les contrats d'assurance avec les
sociétés d'assurance au NIGER (NIYA, LEYMA ; UGAN, BANQUES …) pour
diversifier les investissements.

Choix et l’intérêt du sujet :

Le choix de ce sujet n'est pas un fait du hasard. En effet, au Niger particulièrement


dans les entreprises, depuis longtemps nous assisterons à un problème d’évaluation des projets
d’investissement car les entreprises investissent avant d’évaluer la rentabilité de chaque
investissement effectué surtout s’il s’agit des gros moyens. En outre le problème de
financement des entreprises au Niger est une question fondamentale à se poser car un bon
nombre des entreprises ignorent quel mode de financement choisi c’est-à-dire le mieux
approprié pour financer leurs activités.

Les agents économiques qui s'intéressent aux investissements dans le domaine de


transport et différents secteurs trouveront dans ce travail, un modèle d'évaluation de
rentabilité de ces derniers et son impact sur le risque de l'avenir.

Les futurs chercheurs et financiers en particulier en tireront profit, non seulement sur
le pourquoi du phénomène, c'est-à-dire la « rentabilité» des investissements, mais aussi sur la
liaison entre l'investissement dans le domaine de transport, le cout de chaque mode
financement et les facteurs qui l'expliquent (facteurs réels, facteurs financiers).

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 7


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Introduction générale

En fin, ce travail servira de référence économico-financière pour certaines prises de décision


d'investissement dans un environnement moins risqué.

Méthodologie

Entreprendre une recherche et la mener à bon port requiert des instruments appropriés
pouvant permettre d'obtenir les informations utiles et les méthodes adaptés.

En effet, une méthode est constituée de l'ensemble d'opérations intellectuelles par lesquelles
une discipline cherche à atteindre les vérités qu'elle poursuit, qu'elle démontre et qu'elle
3
vérifie .

Ainsi, pour atteindre le but de notre recherche, l'élaboration d'un questionnaire


administré au groupe BARKA a été un des moyens pour collecter les données nécessaires à
notre étude.

Nous avons également utilisé les techniques documentaires. La technique documentaire


nous a permis d'exploiter les fiches de suivi et différents rapports d'activités des investisseurs,
des articles et mémoires hormis les ouvrages consultés.

En ce qui concerne les méthodes, nous avons recouru aux méthodes comptables et
financières et hypothético-déductives. La première méthode nous a facilité le calcul des couts
et de déterminer l'influence des différents facteurs explicatifs des investissements dans le
domaine de transport et le choix de financement approprié.

Quant à la deuxième, elle nous a permis de voir si nos hypothèses formulées sur des bases
théoriques du choix des investissements s'appliquent au cas particulier du groupe BARKA.

Délimitations spatio-temporelle du sujet

Les opérateurs économiques visés dans ce travail sont ceux qui investissent leur capital dans
n’importe quel investissement en particulier dans le transport.

3 M.GRAWITZ et R.PINTO, méthodes de sciences sociales, Dalloz, 4éme éd, Paris, 1971, p128

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 8


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Introduction générale

Etant donné que le boom pétrolier et minier est un phénomène fondamentale au Niger, cela
nous a motivé d'étaler notre étude dans cet intervalle de temps, dans une entreprise
unipersonnelle.

Subdivision du travail

Hormis l'introduction et la conclusion, notre travail retient des articulations suivantes :


Le premier chapitre passe en revue le contour des différents mots clés utilisés pour la
compréhension de l'étude ; c’est-à-dire la notion du choix d’investissement.

Le deuxième chapitre est consacré aux principales sources de financement des entreprises

Le troisième chapitre traite le cas pratique du groupe BARKA c’est-à-dire sur des résultats
et leurs interprétations ; sur la discussion des résultats et, en fin, quelques
recommandations évoquées dans la conclusion clôturent ce travail

Les difficultés rencontrées

Nous nous sommes heurtés à bien des difficultés au cours de nos recherches lors de la récolte
de données, qui ont constitué un obstacle de notre travail.

Nous pouvons citer les plus importantes que sont :


Le refus de répondre et de nous donner des chiffres réels à notre questionnaire car c’est
seulement à la cinquième entreprise que j’ai fut avoir ce dont j’ai besoin pour réaliser ce
travail.

La grande distance parcourue lors de nos recherches pour atteindre nos répondants (Niger
Maroc) ;

L'insuffisance du temps pour pouvoir mieux consulter la documentation adéquate pour
certaines informations, pouvant nous permettre l'obtention des données objectives.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 9


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

CHAPITRE I.PROCESSUS
DU CHOIX
D’INVESTISSEMENT

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 10


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre I. Processus du choix d’investissement

Introduction

La survie et la croissance de toute entreprise suppose l’amélioration et le


développement de ses moyens de production et de commercialisation, ce qui exige la
réalisation des investissements plus ou moins importants et sur tous les plans : technique,
commercial, financier, humain…

La décision d’investissement est une décision de nature stratégique et, à ce titre, elle
engage l’avenir de l’entreprise. Une mauvaise orientation peut condamner la survie de la
société. Il y a à cela deux raisons essentielles :

L’investissement est un choix irréversible : il est difficile de céder des biens, souvent
Spécifiques, en cas de surcapacité de production ;
L’investissement nécessite des fonds substantiels : si les flux monétaires sont
inférieurs aux flux anticipés, des problèmes de trésorerie apparaîtront car il faut de
toute façon supporter les charges fixes.
C’est pourquoi, des outils d’aide à la décision basés sur l’application de techniques
quantitatives sont proposés afin de permettre une meilleure évaluation de la décision
d’investissement.

Section 1 : L’investissement et ses caractéristiques

1.1 L’investissement : définition et typologie


A) Définitions selon quelques approches de
l’investissement Notion comptable4 :
Le plan comptable national définit l'investissement comme étant "l'ensemble des biens et
valeurs durables acquis ou crées par l'entreprise". Le nouveau système comptable financier
définit l'investissement (immobilisation) comme étant "un actif corporel détenue par une
entité pour la production, la fourniture de service, la location, l'utilisation à des fins

4 Nathalie Taverdet-Popiolek, maitre de conférences, guide de choix d’investissement, édition d’organisation


2006, pages 2

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 11


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre I. Processus du choix d’investissement

Administratives et dont la durée d'utilisation est supposée se prolonger au-delà de la durée


d'un exercice".

Notion économique5 :
La définition économique est plus large que la définition comptable, en ce sens qu'un
investissement représente "une mobilisation de ressources aujourd'hui, dans l'espoir d'en
Tirer dans le futur un montant supérieur". La notion économique de l'investissement
englobe non seulement les achats de biens d'équipements, mais également d'autres
dépenses (formation du personnel, programme de développement, …etc.).

Notion financière6 :
Du point de vue financier, un investissement englobe toute dépense qui générera des
revenus ou réalisera des économies sur une période plus ou moins longue, est qui est
capable d'assurer sa remboursabilité. La vision financière de l'investissement met en avant
l'équilibre dans le temps entre les ressources et les emplois.
B) classification des investissements
L’entreprise peut procéder à plusieurs types d’investissement qui peuvent être classés par leur
objet ou par leur nature.
a) Classification des investissements selon l’objet
On peut distinguer :
L’investissement de remplacement ou de modernisation : remplacer un équipement
totalement amorti, usé ou démodé par un autre nouveau.
L’investissement de rationalisation ou de productivité : chercher à réduire les coûts de
fabrication et, par là même, de revient des produits, ou à améliorer leur productivité et
leur qualité.
L’investissement d’expansion ou de capacité : vise à accroître la capacité de production et
de distribution de l’activité de l’entreprise, ou se lancer dans une nouvelle activité.
L’investissement de restructuration : vise à redresser la situation des entreprises en
difficulté technique, commerciale ou financière et ce en gardant la même activité de
l’entreprise, ou bien en procédant à son changement vers d’autres domaines.

5 Idem
6 Nathalie Taverdet-Popiolek, maitre de conférences, guide de choix d’investissement, édition
d’organisation 2006, pages 3

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 12


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre I. Processus du choix d’investissement

b) Classification des investissements selon la nature


Dans la classification des investissements par nature, on peut distinguer :
L’investissement industriel ou commercial : l’acquisition des biens physiques ou
corporels (terrains, constructions, matériel…).
L’investissement incorporel : l’acquisition d’actifs immatériels permettant d’améliorer la
rentabilité de l’entreprise.
L’investissement financier : l’acquisition des titres financiers (titres de participation,
prêts, TVP…) dans le but d’améliorer le résultat financier de l’entreprise.
L’investissement humain : augmentation de l’effectif du personnel (recrutement…) ou
amélioration de sa qualification (formation, mise à jour des compétences…)
Quel que soit le type d’investissement envisagé, la décision d’investir reste une décision
stratégique et difficilement réversible car elle engage l’avenir de l’entreprise, sa productivité
et sa compétitivité sur le marché.
Avant donc d’investir, il faut toujours procéder à des calculs économiques pour comparer les
recettes futures et incertaines, aux dépenses actuelles et certaines. Cette étude de rentabilité se
fait généralement en deux étapes :
La rentabilité économique : c’est l’appréciation de la rentabilité liée à l’investissement sans
tenir compte du mode de financement adopté pour sa réalisation.
La rentabilité financière : c’est la rentabilité du projet, compte tenu des charges liées au
mode de financement choisi.

1.2 Les caractéristiques d’un projet d’investissement


Le problème d'investissement revient à sélectionner des projets en comparant le coût de
l'investissement I0 et ce qu'il peut rapporter, c'est à dire les gains futurs espérés G1, G2,...Gn.

Figure N°1 modèle des flux d’investissement

Dates 0 1 2 3 n
Flux Fi. -Io +G1 +G2 +G3 +Gn

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 13


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre I. Processus du choix d’investissement

Ce modèle permet de représenter de façon simple et schématique la réalité de l’investissement


en réduisant le problème à la prise en compte des flux financiers, des gains, du temps et du
taux de rentabilité.

Mais, cette schématisation présente deux limites essentielles :



Elle réduit la réalité économique en négligeant d’autres variables qui peuvent s’avérer
Être tout a u s s i importantes p o u r u n p r o j e t d ’ i n v e s t i s s e m e n t ( facteurs
humains,
Aspects stratégiques,...).

Elle utilise à la fois des données certaines (le montant de l’investissement) et des données
incertaines (estimations des gains futurs).

C’est pourquoi, les résultats obtenus doivent être relativisés, ce modèle n’étant qu’un outil
d’aide à la décision parmi d’autres.

Avant de procéder à l’évaluation de la rentabilité d’un projet d’investissement, il y a lieu de


connaître les différents paramètres le caractérisant et qui sont : le capital investi, les flux nets
de trésorerie, la durée de vie du projet d’investissement et, enfin, la valeur résiduelle.

A) La dépense d’investissement : le capital investi


La dépense d’investissement est la dépense que doit supporter l’entreprise pour réaliser un
projet d’investissement donné. Cette dépense comprend les éléments suivants :

Le prix d’achat (hors TVA) ou le coût de production de biens d’investissement

Les frais accessoires tels que : les frais de transport, d’installation,

Les droits de douane s’il s’agit d’un bien importé…

La TVA non récupérable si l’entreprise a un droit de déduction inférieur à 100%.

En ce qui concerne l’augmentation du besoin de financement de l’exploitation, tout projet


d’investissement accroît généralement l’activité de l’entreprise, ce qui a pour conséquence
d’augmenter le BFR d’exploitation. Or, ce besoin nouveau appelle un financement nouveau.
Ainsi, le capital investi doit prendre en compte le supplément initial du BFRE lié au projet et
les augmentations successives qui vont s’échelonner sur la durée de vie du projet. D’autre
part, selon le cas, le versement d’une caution ou le paiement de l’option dans un contrat de
crédit-bail font également partie des flux d’investissements.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 14


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre I. Processus du choix d’investissement

Tous ces flux doivent être pris en compte lors du décaissement effectif car l’investissement
n’est pas obligatoirement fixé sur une seule période.

N.B :

En cas d’investissement de remplacement, la dépense d’investissement doit être diminuée


de la valeur de cession des biens anciens qui seront remplacés par les nouveaux.
Si la dépense d’investissement est étalée dans le temps et ne sera pas engagée d’un seul
coup ; il y a lieu d’actualiser les dépenses successives pour les ramener à la période initiale
avec un taux d’actualisation « a »
2
DI = I1 / (1+a) + I2 / (1+a) +….. I k / (1+a) k

B) Les flux nets de trésorerie ou Cash-flow nets


Les flux nets de trésorerie, appelés aussi Cash-Flow, correspondent à la différence entre ce
que rapporte l’investissement (chiffre d’affaires prévisionnel lié au projet) et ce qu’il coûte
(charges supplémentaires liées à l’investissement).

Cash-flows = (Recettes imputables au projet) - (Dépenses imputables au projet)

Pour simplifier, le FNT est assimilé à la CAF avant frais financiers ; il correspond donc au
résultat net avant frais financiers et avant dotations aux amortissements :

Cash-flow = résultat avant frais financiers et après impôt + dotations aux


amortissements

La notion de la CAF est une notion purement économique ; elle ne contient aucun élément lié
au financement.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 15


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre I. Processus du choix d’investissement

Tableau N°1 : Les FNT peuvent donc être calculés à l’aide d’un tableau correspondant à la
durée de vie du projet.

P1 P2 …………………….. Pn
Chiffre d’affaires prévisionnel
- charges supplémentaires
- dotations aux amortissements
=Résultat avant impôt
-IS
Résultat net
+ dotations aux amortissements
=Flux nets de trésorerie.

Source : Le plan de financement I du PCG, DOG OGIEN ; maxi fiche de gestion financière d’entreprise ;
DUNOD, paris 2008, pages 56

Remarque :

Les FNT sont calculés avant frais financiers et après impôt afin d’apprécier la rentabilité
du projet sans tenir compte du mode de financement choisi.
Dans le cas d’un investissement de remplacement, il faut raisonner en termes de FNT
différentiel ; celui obtenu par la différence entre FNT avec le projet et le FNT sans le

projet.
C) La durée de vie du projet d’investissement
La rentabilité d’un projet d’investissement doit être appréciée sur sa durée de vie économique,
c’est-à-dire la période pendant laquelle durera l’exploitation dans des conditions économiques
favorables.
L’horizon prévisionnel correspond généralement à la durée d’amortissement du matériel,
toutefois, dans le cas de projet à durée de vie très longue, une valeur résiduelle est adoptée en
fin de l’horizon prévisionnel.

D) La valeur résiduelle
La valeur résiduelle correspond à la valeur de cession du bien objet d’investissement, à la fin
de sa durée de vie économique.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 16


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre I. Processus du choix d’investissement

Dans les projets caractérisés par une longue durée de vie économique, la valeur résiduelle
correspond à la valeur de rendement au-delà de l’horizon prévisionnel retenu ; elle correspond
alors à la somme des cash-flows actualisés séparant la fin de l’horizon prévisionnel retenu à la
fin de la durée de vie économique du projet.

La valeur résiduelle doit être intégrée au dernier CF de la durée de vie du projet (avec prise en
considération des incidences fiscales éventuelles)

Dans la même logique, il faut également tenir compte des éventuelles baisses du BFR, ou sa
récupération à la fin du projet.

Section 2 les critères d’évaluation de la rentabilité économique des


investissements

2.1 Les critères atemporels d’évaluations des investissements

Les critères atemporels sont des mesures de rentabilité qui ne tiennent pas compte de facteur
temps sur la valeur de l’argent. On distingue essentiellement deux critères atemporels qui sont
le taux moyen de rentabilité et le délai de récupération.
A) taux moyen de rentabilité (TMR)
C’est une méthode comptable, le TMR est le rapport du bénéfice annuel moyen après impôt à
l’investissement net moyen pendant la durée du projet.

TMR (1)=bénéfice net moyen annuel/investissement net moyen


Remarque : le TMR est parfois calculé par rapport à l’investissement initial, on obtient
alors, le return on original investissement(ROI) qui se définit comme suit :
ROI=bénéfice net moyen annuel/Investissement initial.
-Prise de décision :
On compare le TMR d’un projet à un taux minimum à fin de déterminer si le projet doit être
accepté ou rejeté : sera retenu, tout projet dont le TMR est supérieur aux taux minimum.
Si on dispose de plusieurs projets dont on ne doit retenir qu’un seul, on optera pour celui qui a
le TMR le plus élevé. Bien entendu, on ne peut accepter un projet dont le TMR est le négatif.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 17


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre I. Processus du choix d’investissement

-Avantages et inconvénients :
La principale qualité du TMR et sa simplicité.il est basé sur des renseignements qui sont
immédiatement disponibles. Par contre, les principales faiblesses de la méthode proviennent,
de ce qu’elle est fondée sur des bénéfices comptables et non sur des cash-flows, et de ce
qu’elle ne tient pas compte de l’étalement des flux dans le temps : les bénéfices de la dernière
année sont pris en compte exactement de même manière que ceux de la première année, alors
qu’ils sont en réalité plus risqués car plus incertain.

B) Le délai de récupération ou de recouvrement


Le délai de récupération mesure le temps au terme duquel les flux nets de trésorerie actualisés
générés par le projet arrivent à couvrir la dépense d’investissement.

Le délai de récupération correspond, alors, à la période d’exploitation nécessaire pour la


récupération du capital investi. Plus ce délai est court, plus le projet est supposé être
intéressant en raison :

• du risque couru par l’entreprise (plus l’horizon est éloigné, moins les prévisions
sont fiables et plus l’environnement est incertain) ;

• de la rentabilité (en général, plus le délai de récupération est court, plus le projet est
rentable).

Cependant, ce critère ne permet pas de cerner la rentabilité globale du projet dans la mesure
où il ne tient pas compte des FNT actualisés qui interviennent après la récupération du capital
investi. Il ne peut, donc, être utilisé que comme un critère d’appoint permettant de renforcer
les autres critères d’appréciation de la rentabilité des projets.

2.2 Les critères temporels de choix des investissements


La procédure recommandée pour évaluer un investissement est de déterminer les coûts et les
avantages qu’il génère. Les flux de trésorerie potentiels qu’il peut dégager dans l’avenir sont
ensuite appréciés sur des critères de rentabilité ou de sécurité. On compte cinq critères usuels
à déterminer pour chaque investissement : valeur nette (VN), valeur actuelle nette (VAN),
indice de profitabilité (IP), taux interne de rentabilité (TIR). Les critères de rentabilité sont
déterminés par une analyse actuarielle.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 18


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre I. Processus du choix d’investissement

A) La Valeur Actuelle Nette


Cette méthode consiste à comparer la dépense initiale à la valeur actuelle des cash-flows nets attendus sur la
durée de vie de l'investissement, la valeur actuelle nette est égale à :

Avec :
i : année.
N : la durée de vie de l'investissement.
VAN=I0+ (CFNt/ (1+K) t)
CFi : le cash-flow de l'année i.
-i
(1+t) : le coefficient d'actualisation.
T : le taux d'actualisation.
I : le cout de l'investissement.

La signification financière de la VAN :


VAN > 0 : l'investissement est rentable (accepté).
VAN = 0 : investissement sans rendement.
VAN < 0 : l'investissement n'est pas rentable (rejeté).
Si l’entreprise a le choix entre plusieurs projets qui s’excluent mutuellement, elle optera
mutuellement pour celui qui procure la VAN la plus élevée. -Avantages et inconvénients :

Si la VAN tient compte de l’actualisation et se base sur le cash-flow, elle présente


l’inconvénient d’être subjective puisqu’un investissement initial plus import procure souvent
à la firme des CFN plus importants, donc vraisemblablement une VAN plus élevée sans être
forcément pour autant le projet le plus rentable.

B) Le taux interne de rendement7


Le TIR est le taux « r » tel que la dépense d’investissement est équivalente à la somme
des FNT actualisés. Autrement dit, c’est le taux « r » qui annule la VAN.

TIR =r tel que : n

- D + ∑ CFk / (1+r)k + VRn / (1+r)n =


0 k=1

7 Amel hachicha maitre-assistant ; cour du choix d’investissement et de financement, 2013, pages 16


7 Idem

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 19


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre I. Processus du choix d’investissement

Le TIR est déterminé de manière itérative, par essais successifs jusqu’à annulation
de l’équation de la VAN.

Remarque :

Il est recommandé pour la détermination du TIR d’utiliser comme premier taux


d’itération l’inverse du délai de récupération actualisé 1/DR, qui donne généralement
une approximation de la valeur du TIR.
Lorsque le projet génère des FNT constants, le cumul des facteurs d’actualisation est
une constante, le TIR peut être déterminé par une simple lecture sur la table financière
adéquate.
Le TIR doit être comparé au taux de rendement minimum exigé par l’entreprise, appelé taux
de rejet :

Si le TIR est supérieur au taux de rejet ; le projet est jugé rentable et peut donc être réalisé,
sinon et dans le cas où le TIR est inférieur à ce taux de rejet, le projet ne doit pas être retenu.

L’investisseur peut choisir comme taux de rejet, le taux représentant le coût d’opportunité, le
coût des capitaux de l’entreprise, ou bien un taux subjectif reflétant l’exigence de rentabilité
minimale qu’il se fixe pour ses projets.

Généralement, chaque projet se caractérise par un TIR unique, mais il existe certains projets
où on peut calculer des TIR multiples, c’est le cas des projets caractérisés par l’apparition des
FNT négatifs au cours de la durée de vie du projet.

C) L’indice de profitabilité8
Cet indice mesure l'avantage relatif de l'investissement c'est-à-dire l'avantage induit par une
unité monétaire de capital investi, l'indice de profitabilité égal à la somme des cash-flows
actualisés divisée par le capital investi.

8 Amel hachicha maitre-assistant ; cour du choix d’investissement et de financement, 2013, pages 17

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 20


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre I. Processus du choix d’investissement

Avec :
I=investissement initial

I
IP =
CF=cash-flow net actualisés
∑i=1n CF(1 + t)i

T=taux d’actualisation
i=durée du projet

La signification financière de l'IP :



IP > 1 : l'investissement est rentable (accepté).

IP = 1 : investissement sans rendement.

IP < 1 : l'investissement n'est pas rentable (rejeté).

2.5 Analyse critique des critères de choix des projets


Chacun des critères d’évaluation des projets a ses propres caractéristiques :

VAN : évalue la rentabilité absolue du projet.

IP : évalue la rentabilité relative du projet.

DR : s’intéresse surtout au risque du projet.

TIR : mesure la rentabilité globale du projet.
L’usage de ces critères à la fois peut parfois révéler une discordance (notamment entre la
VAN et le TIR) dans la comparaison des projets et, donc, ne pas donner le même classement à
ces projets surtout lorsqu’il s’agit de projets dont les morphologies des FNT sont différentes.

A) Les causes d’une divergence de classement des projets


d’investissement
Les différents critères d’évaluation des projets fondés sur l’actualisation se basent dans leur
calcul sur l’hypothèse implicite de réinvestissement des FNT générés par le projet jusqu’à la
fin de la durée de vie (c.-à-d. qu’il n’y a pas de distribution de bénéfices).

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 21


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre I. Processus du choix d’investissement

Dans le cas de la VAN, l’IP et le DR, le réinvestissement (ou la capitalisation) est fait au taux
d’actualisation (correspondant au coût d’opportunité ou au coût des capitaux de l’entreprise) ;
alors que dans le cas du TIR, le réinvestissement est fait au taux « r » correspondant au TIR.
Cette différence peut être à la base des discordances entre les classements des projets faits par
l’usage des différents critères.

B) Les critères globaux ou intégrés


Dans le cas où l’usage des critères de la VAN et du TIR aboutissent à une divergence de
classement des projets (et donc divergence dans le choix du projet à retenir), la solution est
d’adopter les critères de VAN et TIR dits globaux ou intégrés, ces critères reposent sur
l’hypothèse explicite de réinvestissement des FNT à un taux réaliste déterminé en fonction
des possibilités réelles de placement ou de réutilisation des FNT.
a) La VAN globale ou intégrée
La détermination de la VAN globale ou intégrée passe par deux étapes :

Calculer la valeur acquise par les FNT capitalisés au taux « c » à la fin de la durée de vie du
projet.

Actualiser la valeur acquise au taux d’actualisation retenu.

La formule devient alors :


N
n-k -n
VANg = -D + Σ CFt (1+c) x (1+a) .
k=1

b) Le TIR global ou intégré

Le TIR global ou intégré est le taux « RG » tel que la valeur acquise des CF capitalisés en fin
de période égale à la dépense d’investissement.
La détermination du TIR global passe aussi par deux étapes :

Calculer la valeur acquise par les FNT capitalisés au taux « c » à la fin de la durée de
vie du projet.


Déterminer le taux « RG » tel que la VANg = 0, c.à.d. le taux d’actualisation qui
donne l’équivalence entre la valeur acquise et la dépense d’investissement.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 22


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre I. Processus du choix d’investissement

2.6 Les risques liés à la décision d’investissement

«
Gérer les risques, c'est prévoir à moindre coût - les ressources financières, nécessaires et
suffisantes en vue de leurs manifestations éventuelles. C'est aussi les contrôler en les
Éliminant si possible, en les atténuant en les transférant, optimisant de cette manière
.
l'utilisation qui est faite des ressources de l'entreprise.»

En effet, il existe plusieurs types de risques auxquels l'entreprise est confrontée, entre autres,
les risques industriels et commerciaux, les risques financiers, les risques internationaux et
d'inflation etc.

A) Les conséquences du risque :

Dans l'entreprise, la notion de risque est omniprésente et se trouve à différents niveaux


d'activités. Définissons les différentes catégories de risques liés à l’exploitation
commercialisation et la politique d’investissement d'une entreprise.

Risque d'affaires

Le risque d'affaires est en relation avec la variabilité possible des profits avant intérêt et impôt
générés par les opérations normales de l'entreprise. Ce type de risque est souvent relié à la
conjoncture économique, au marché ou à l'efficacité de production de l'entreprise.

Risque financier

Le risque financier est le risque additionnel qui découle de l'utilisation de modes de


financement à charges fixes. La présence de frais fixes de financement contribue à déterminer
la liquidité de l'entreprise et peut à la limite rendre techniquement insolvable cette dernière.

Risque d'investissement

Ce risque est attribuable à la variabilité des flux monétaires générés par les projets
d'investissements acceptés par l'entreprise. Dépendant de l'ampleur des projets, ce genre de
risque peut avoir un impact considérable sur la valeur au marché de l'entreprise.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 23


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre I. Processus du choix d’investissement



Risque de portefeuille

Le risque d'un portefeuille de projets correspond à la variabilité des flux monétaires de


l'ensemble de projets d'investissement de l'entreprise.

B) Autres classifications des risques9

Selon PERARDJ, il existe plusieurs sortes de risques, notamment :


Risque commercial : risque représenté par la variation des bénéfices attendus avant
impôts et les frais financiers. Il dépend de la structure des coûts de l'entreprise, des
caractéristiques de la demande et de la situation de l'entreprise sur son marché.

Risque d'entreprise : risque qui regroupe le risque financier et le risque commercial.
Il est représenté par la variabilité du bénéfice par action.

Risque d'exploitation : Risque lié à l'incertitude des rendements d'exploitation. Il
dépend essentiellement de la ventilation des charges entre charges variables et charges
fixes.

Risque d'inflation : Risque qu'un accroissement du niveau général des prix réduise le
pouvoir d'achat des gains des investisseurs provenant d'un placement d'un titre.

Risque d'un actif : Risque mesurant le rendement, il se compose d'après les mobiles
d'évaluation des actifs financiers, du risque systématique et du risque spécifique.

Risque de base : risque de variation des cours des instruments de même maturité,
mais liés à des indices différents.

Risque de capital : Risque de perte sur une position de change non couverte du fait de
l'évolution défavorable de la devise. Il revêt plusieurs formes : Risques de change et
de sanctions de consolidation ou des Risques économiques. Pour évaluer ces risques,
on calcule la position de change de transaction de consolidation et économique.
Plusieurs techniques permettent de se couvrir contre le risque de change.

Risque de contrepartie : Risque pour une banque ou une entreprise qu'une
contrepartie n'honore pas ses obligations envers elle.

9 Olivier Hassid, la gestion des risques, 2éd, Dunod, 2008 pages 6

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 24


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre I. Processus du choix d’investissement


Risque de crédit : Risque qu'une perte se produise quand la contrepartie fait défaut, il
comprend le risque politique, le risque sectoriel et le risque de contrepartie.

Risque de défaut : Risque qu'un emprunteur ne puisse pas verser les intérêts de
l'emprunt ou rembourser le capital.

Risque de liquidité : Risque qui se produit lorsqu'un marché ne peut pas absorber des
achats ou des ventes sans influence sur les cours. Impossibilité de régler ses dettes à
l'échéance.

Risque de livraison : Risque qui désigne la possibilité que l'acheteur ou le vendeur
d'un instrument financier ou des devises n'honore pas ses obligations à la date
d'échéance.

Risque du marché : Risque portant sur l'évolution des taux d'intérêts ou des cours. Il
est fonction de la volatilité des taux et des cours. Il représente la possibilité des pertes
liées aux variations des facteurs de Risque du marché comme le taux d'intérêt, les
cours de change, les cours des actions et des produits de base. Il ne peut pas être
éliminé par la diversification. Il doit être supporté par les investisseurs.

Risque de portefeuille : le Risque d'un portefeuille est mesuré par l'écart type. Cet
écart type est fonction de la pondération et du risque (écart type) de chacun des titres
et de la corrélation entre ces titres. La diversification réduit le risque ; s'il y a une
bonne diversification, le risque du portefeuille est inférieur à la somme des risques de
chacun des titres.

Risque de réinvestissement : Risque qu'un investisseur soit obligé de placer les
revenus provenant des placements ou de ses titres à un taux plus faible à cause de la
baisse du taux d'intérêt.

Risque financier : Risque de ne pas couvrir les charges financières. Il est lié à la
structure financière de l'entreprise. Il s'accroît lorsque l'entreprise augmente son
endettement et, par conséquent, ses charges de remboursement. L'entreprise augmente
alors son risque d'insolvabilité du bénéfice par action est plus grand.

Risque souverain : Risque de non payement des intérêts ou de non remboursement du
principal d'un emprunt par un Etat.

Risque spécifique : Risque propre à un actif considéré. C'est un risque diversifiable
c'est-à-dire qu'il peut être éliminé avec une bonne diversification du portefeuille.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 25


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre I. Processus du choix d’investissement


Risque systémique : Risque que l'insolvabilité d'une banque importante entraîne
l'impossibilité pour d'autres banques d'honorer leurs engagements, d'où effet de
domino, entraînant d'autres défaillances.

Conclusion

Pour demeurer compétitive, une entreprise est amenée à investir de façon régulière. Le
problème lié aux choix d’investissement est de ce fait placé au centre de toute gestion de
société.

La décision d’investissement est donc une décision stratégique car elle engage le devenir de
l’entreprise sur le long terme. Or une erreur dans ce domaine peut avoir des conséquences
graves pour l’avenir de l’entreprise tant sur le plan financier – le coût d’investissement est
souvent élevé- que sur le plan de la compétitivité –une erreur dans le choix peut entraîner un
retard par rapport aux concurrents difficile à combler.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 26


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

CHAPITRE II.LES
PRINCIPALES SOURCES
DE FINANCEMENT DES
ENTREPRISE

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 27


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre II. Les principales sources de financement des entreprises

Introduction
Les moyens de financement adoptés par les entreprises sont de deux types : interne et /
ou externe. Le financement interne se caractérise par l’autofinancement, la cession d’actif ;
augmentation du capital ; alors que l’externe implique le recours à des tiers, agents et
intermédiaires financiers. Tout au long de leur existence, tant au niveau de leur création, que
leur fonctionnement et leur développement, les entreprises ont besoin de fonds. D’où,
l'entreprise doit se doter d'un outil de production et financer son cycle d'exploitation,
notamment ses stocks et ses créances clients. La manière de combiner les différents moyens
de financement est un élément de la stratégie financière qui a des conséquences directes sur la
situation économique de l'entreprise, notamment sa valeur ajoutée, sa solvabilité et sa
rentabilité.
Le financement des entreprises a beaucoup évolué au cours de ces dernières années.
Des changements importants sont à noter : de nouveaux instruments financiers ont vu le jour ;
d'une « économie d'endettement » à une « économie de marchés financiers » aux « business
10
Angel »1 qui se sont apparus pour financer la « nouvelle économie ». Dans ce qui suit, on
présente les principaux modes classiques de financement adoptés par les gestionnaires de
l’entreprise pour financer les nouveaux projets et les nouvelles opportunités, en mettant
l’accent sur l’autofinancement et les principales sources de financement externe.

Section 1. Les sources de financement interne, intermédiaires ou quasi


fonds propres et externes

Les principales sources de financement peuvent être les suivantes à savoir :

10
Les business Angel (ou BA) sont des personnes physiques qui investissent leur argent personnel dans de
jeunes entreprises innovantes. En plus de son soutien financier, le business Angel accompagne l'entrepreneur et
lui fait profiter gratuitement de ses compétences, de son expérience, de ses réseaux relationnels et d’une partie de
son temps. Cet "ange gardien" est souvent un ancien entrepreneur capable d’apporter à une jeune entreprise des
conseils précieux et un carnet d'adresses. Ils interviennent principalement en début d’activité. Ils peuvent aussi
investir à d’autres stades de la vie de l'entreprise (développement, reprise).

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 28


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre II. Les principales sources de financement des entreprises

1.1. Les sources de financement interne


A) La capacité d’autofinancement et les fonds propres
La caf représente l’ensemble des ressources générées par l’entreprise autour de l’exo du fait
de ses opération courantes.
On peut la calculée de deux façons différentes :

méthode ascendante :
CAF=RN +DAP-plus-value sur cession-quotte part sur subvention virée

méthode descendante :
CAF=EBE +produit encaissé (sauf cession)-charges décaissées (sauf vnc)
Néanmoins, la caf n’est pas un montant de liquidé disponibles au cours de l’exercice. Elle ne
représente qu’un potentiel d’autofinancement. Ainsi, la partie du caf est caf-dB.
D’autre part, l’autofinancement est constitué par la partie de la caf investie dans l’entreprise,
soit : autofinancement=caf-dividendes.
Dans ce cas, l’entreprise doit arbitrer entre une politique généreuse de distribution de
dividendes (qui satisfait l’actionnaire mais limite ses possibilités d’autofinancement et une
politique restrictive de distribution qui produit les effets inverses.
L’autofinancement procure certains avantages en particulier.

Il assure l’indépendance financière de l’entreprise jusqu’à une certaine mesure

Il accroit la capacité d’endettement de l’entreprise en améliorant le ratio DMLT/CAF
et le ratio DMLT/KP puisque l’autofinancement contribue à augmenter les capitaux
propres.
B) Les cessions d’éléments d’actif
Les cessions d’éléments de l’actif peuvent résulter de trois volontés différentes :

Renouveler le parc des immobilisations. En effet, ce renouvellement normal
s’accompagne généralement de la vente du matériel remplacé.

La recherche de sources de financement. Dans certains cas, l’entreprise est contrainte
de vendre des actifs qui ne sont pas nécessaires à son activité pour trouver de
nouveaux capitaux. Le recentrage des activités. L’entreprise cède des usines, des
filiales ou des participations, dès lors qu’elle décide de revenir à son métier dominant.
Dans ce cas, les sommes en jeu peuvent être considérables.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 29


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre II. Les principales sources de financement des entreprises

C) Augmentation du capital
Il existe plusieurs modalités d'augmentation de capital (par apports nouveaux en nature ou en
numéraire, par incorporation de réserves ou par conversion de dettes. La modalité qui nous
intéresse ici est l'augmentation de capital en numéraire car c'est la seule qui procure à
l'entreprise des ressources monétaires nouvelles.


Les formalités juridiques
-Réunion de l'assemblée générale extraordinaire ;
-Délibération des mandataires sociaux pour arrêter les modalités de l’opération (montant, prix
d'émission...) ;
-Dépôt au greffe du tribunal de commerce des décisions prises

Les modalités pratiques
-L'augmentation de capital par apports nouveaux nécessite de déterminer :
- le nombre d'actions nouvelles à créer ;
- le prix d'émission.
-Le prix d'émission se situe entre la valeur nominale de l'action et sa valeur avant
augmentation. La différence entre le prix d'émission et la valeur nominale constitue la prime
d'émission.
-Pour garantir l'équité entre les anciens et les nouveaux actionnaires, les anciennes actions
sont assorties d'un droit préférentiel de souscription.

Les catégories d’actions

- Les actions ordinaires : elles confèrent à leur détenteur un droit de gestion et un droit sur les
résultats ;
- Les actions à dividende prioritaire sans droit de vote ;
-Les certificats d'investissement (actions sans droit de vote) ;
- Les actions à bons de souscription d'actions (ABSA) : ce sont des actions ordinaires
accompagnées d'un bon de souscription à une action à un prix déterminé à l'avance.

Les conséquences de l’augmentation de capital

+ Augmentation des ressources financières ;


- Dilution du bénéfice et diminution du taux de rentabilité financière ;

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 30


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre II. Les principales sources de financement des entreprises

- Dilution du pouvoir de contrôle.

1.2 Le financement par quasi-fonds propres

Les quasi-fonds propres correspondent à des dettes qui sous certaines conditions ne sont pas
remboursables ou peuvent l'être par la distribution d'actions se situe entre les fonds propres et
les dettes.
A) Les titres participatifs
Titres de créances dont l'émission est réservée aux sociétés de secteur public et aux sociétés
coopératives. Leur rémunération est indexée sur le niveau de l'activité. En cas de liquidation,
ils sont remboursables en dernier rang.
B) Les prêts participatifs
Titres de créances émis par les établissements de crédit au profit des entreprises. Ils sont
rémunérés par participation aux résultats. En cas de liquidation, ils sont remboursables en
dernier rang.
C) Les subventions d’investissement
Accordées dans le cadre de projet de développement, ces subventions sont définitivement
acquises par l'entreprise mais elles sont intégrées dans les produits imposables par dixième
pour les terrains ou au prorata des amortissements pour les immobilisations amortissables.
D) Les avances conditionnées
Avances accordées dans le cadre de projet de recherche. Celles-ci ne sont remboursables qu'en
cas de succès du projet.
E) les comptes courants bloqués des associés
Lorsqu'une entreprise a besoin de ressources financières, elle peut faire appel à ses associés.
Les apports ainsi déposés sont rémunérés par un intérêt et peuvent faire l'objet d'une
convention de blocage.
Dans ce dernier cas, les sommes déposées peuvent être assimilées à des fonds propres.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 31


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre II. Les principales sources de financement des entreprises

1.3 Les sources de financements externes


Le financement par les sources externes constitue le complément indispensable du
financement par capitaux propres.

A) Financement par emprunt bancaire indivis


Dans ce type de financement, l’entreprise a pour seul interlocuteur la banque prêteuse, ou le
pool bancaire si le financement est accordé par plusieurs banques réunies.
Ces financements peuvent être utilisés immédiatement et en totalité, mais ils peuvent aussi
être mis à la disposition de l’entreprise, cette dernière utilisant les fonds au fur et à mesure de
ses besoins. Dans le premier cas, on parle de prêt à moyen ou long terme, dans le deuxième
cas, de crédit à moyen ou long terme.
La seconde solution est évidemment plus souple, mais elle donne lieu au paiement d’une
commission de confirmation qui s’élève souvent à 0,25% du montant total du crédit.
Les modalités de remboursement de ces indivis peuvent être de trois sortes :

remboursement par amortissements constants

remboursement par annuités constantes

remboursement in fine.

B) emprunt obligataire
L’emprunt obligataire est un emprunt direct réalisé par appel public à l’épargne et réservé aux
grandes entreprises ayant le droit de faire appel à l’épargne publique.

Les conditions juridiques :

L'emprunt obligataire concerne les sociétés de capitaux qui remplissent les conditions
suivantes :
-doit avoir au moins deux ans d'existence ;
-doit avoir publié deux bilans approuvés par les actionnaires ;
-doit avoir appelé la totalité de son capital ; -doit publier une
notice d'information

Les caractéristiques d’obligation :

L'obligation est un titre de créance qui se caractérise par :


- une valeur nominale (valeur sur laquelle est calculé l'intérêt) ;

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 32


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre II. Les principales sources de financement des entreprises

- un prix d'émission (prix à payer par le prêteur en général au-dessous du pair, c'est-à-dire au-
dessous de la valeur nominale) ;
- un prix de remboursement (montant remboursé au prêteur) ;
- un taux d'intérêt fixe ou indexé (taux de rémunération du prêteur).

Les clauses d’amortissement :
L'amortissement in fine est la clause la plus fréquente car les autres modalités (annuités
constantes ou amortissements constants) nécessitent de tirer au sort les obligations à amortir.

Les catégories d’obligations :

- Les obligations ordinaires représentent un simple droit de créance sur l'entreprise émettrice ;
elles donnent droit à un intérêt payable une fois par an (date de jouissance).
-Les obligations convertibles confèrent à leurs titulaires le droit de demander la conversion de
leurs titres en actions.
- Les obligations remboursables en actions sont obligatoirement remboursées à l'échéance
prévue en actions.
- Les obligations à bons de souscription d'actions (OBSA) sont accompagnées d'un bon de
souscription d'actions à un prix fixé d'avance.
C) financement par Le crédit-bail (leasing) et la cession bail (ou lease-
back)

crédit-bail
Un contrat de crédit-bail est un contrat conclu avec un organisme de crédit-bail et portant sur
la location d’un bien meuble ou immeuble. Cette location est faite avec l’option de rachat du
bien à un prix fixé d’avance (valeur de rachat).
Ainsi, au terme du contrat, l’entreprise aura généralement le choix entre restituer le bien et
acheter le bien et en devenir propriétaire. Dans certains cas, il est aussi possible de
prolonger le contrat de location en renégociant les différentes conditions.

la cession bail ou lease-back

C'est une opération qui consiste pour une entreprise à céder des biens mobiliers ou
immobiliers (matériel, usine...) à une société de crédit-bail qui lui laisse la jouissance sur
la base d'un contrat de crédit-bail prévoyant les conditions du rachat.
Cette opération est intéressante lorsque l'entreprise à épuiser toutes les autres sources
de financement.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 33


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre II. Les principales sources de financement des entreprises

Le crédit-bail présente l’avantage d’être flexible, adapté pour les biens sujets à
l’obsolescence rapide et de procurer un financement total de l’investissement.
Comptablement, le crédit-bail apparaît dans les engagements hors bilan et ne
déséquilibre, donc, pas la structure du bilan.
Aussi, les redevances de crédit-bail sont déductibles fiscalement, ce qui génère un
avantage fiscal important pour l’entreprise.
+ Permet d'avoir la jouissance d'un bien sans apport initial ;
+ N'apparaît pas au bilan et n'affecte pas la capacité d'endettement ;
+ Permet de réaliser des économies d'impôt sur les loyers plus importantes que dans
l'hypothèse d'une acquisition ;
+ Constitue une assurance contre le risque technologique, car l'échange du matériel est plus
facile à réaliser.
- Le crédit-bail est toujours plus coûteux qu'une acquisition avec financement par un emprunt
classique.

Section 2 : choix du mode de financement et plan de financement


Le choix du mode de financement adéquat doit être fait en cherchant à optimiser la rentabilité
du projet tout en préservant l’équilibre financier de l’entreprise. A cet effet, l’entreprise doit
tenir compte d’un certain nombre de contraintes tels : la capacité d’endettement, la capacité
de remboursement, l’effet de levier.

2.1 Choix des modes de financement


La comparaison des coûts de différentes formules de financement s’impose alors pour faire un
choix judicieux. Cette comparaison peut être faite soit sur la base du coût actuariel, soit sur la
base des décaissements nets actualisés.

A) Les contraintes classiques du choix de financement



la règle de l’équilibre financier minimum

- Les emplois stables doivent être financés par des ressources stables.
-Cette règle se mesure avec le ratio de couverture stable des capitaux investis (le résultat doit
être > à 1) :

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 34


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre II. Les principales sources de financement des entreprises

R28 = Financement stable/Capitaux investis


la règle de l’endettement maximum

Le montant des dettes financières (hors concours bancaires courants) ne doit pas excéder le
montant des fonds propres.
Cette règle se mesure avec le taux d'endettement financier (le résultat doit être < à 1) :
R26 = Endettement/Fonds propres

la règle d’autofinancement minimum

L'entreprise doit autofinancer une partie (en général 30%) des investissements pour
lesquels elle sollicite des crédits.

B) Les critères du choix de financement


a) la rentabilité financière
L'endettement a une influence parfois positive, parfois négative sur la rentabilité financière
(voir la notion d'effet de levier de l'endettement). Lorsqu'une entreprise envisage de réaliser
de nouveaux emprunts, il est intéressant de mesurer son incidence sur ce levier de

l'endettement.
Effet de levier avant IS :(Re-i) E/FP
Effet de levier après IS :((Re-i) E/FP)) (1-t)
Avec Re=rentabilité économique (résultat/capitaux économiques)
FP=capitaux propres appelés
E=emprunt (endettement+concour bancaire)
I=taux d’intérêt
T=taux de prélèvements le résultat (taux de participation +impôt sur bénéfice)

b) Le coût actuariel
Le coût d’une source de financement peut être exprimé par un taux pour lequel la somme
reçue par l’entreprise est équivalente au total des remboursements réalisés.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 35


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre II. Les principales sources de financement des entreprises

C) Le coût de l’endettement
Le coût d’un emprunt est le taux « t » tel que :
n
M0 = Σ PPLi + FFi (1-T)
i=1(1+t)i
Avec :
- M0 : le montant de l’emprunt.
- t : le taux actuariel de l’emprunt.
- PPL : le principal de l’annuité.
- FF : les frais financiers.
-T : le taux d’imposition (30%)

D) Le coût du crédit-bail
Selon le même principe, le coût du crédit-bail est exprimé par le taux actuariel « t » tel que :

n
M0 = Σ Li (1-T) + Ai.T
i=1 (1+t)i
Avec :
-M0 : le montant du financement par crédit- bail ; Li : les loyers versés à l’année i.
- T : taux d’imposition ; t : le taux actuariel exprimant le coût du crédit-bail.
- Ai : dotation aux amortissements du bien financé par crédit-bail à l’année i.
Remarque :
Ai .T : représente l’économie d’impôt à laquelle renonce l’entreprise lorsqu’elle recoure à
l’option de crédit-bail.
La valeur de rachat est prise en compte dans l’évaluation de la rentabilité de l’investissement.
E) Les décaissements nets actualisés
La comparaison entre les différentes formules de financement peut aussi être faite sur la base
des décaissements nets actualisés : il s’agit d’établir pour chaque type de financement un
tableau des encaissements et décaissements et d’en calculer la VAN ; le financement à retenir
est celui qui donne la VAN la plus élevée (ou bien la somme des décaissements nets
actualisés la plus faible).

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 36


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre II. Les principales sources de financement des entreprises

La comparaison doit être faite en tenant compte de l’incidence fiscale, c.à.d. les économies
fiscales qu’entraîne la déductibilité de certaines charges (dotations aux amortissements, frais
financiers, redevances crédit-bail…).

F) L’existence d’une structure de financement optimale de l’entreprise :


théorème de Modigliani-Miller (Anne Gualino, finance d’entreprise, édition
extenso ; 2009 pages 464) À ce niveau nous allons voir qu’une bonne partie de
la recherche financière moderne a consisté à détruire des mythes :
-la première est l’existence d’une hiérarchie des sources de financement en fonction de
leur cout.
- la second est l’existence d’une structure de financement optimale.

a) le cout du capital
Entre emprunt et capital quel est le moins couteux ?
Si on se réfère au compte du résultat la réponse est le capital puisque le cout de l’emprunt
réduit le bénéfice au contraire les dividendes. Toute fois si la rémunération des actions s’avère
supérieur celle de la dette, on peut assister à une désinfection de l’investisseur pour les
actions. En réalité il n’est rien car l’actionnaire requière pas seulement de dividendes mais
également une plus-value c’est-à-dire une croissance des bénéfices qui soutient la hausse des
couts. Le cout des fonds propres c’est-à-dire le taux de rentabilité espéré par l’actionnaire
comprend non seulement les dividendes mais aussi la plus-value en capital.
Ainsi défini le cout de rentabilité espéré par l’actionnaire dépasse le cout de la dette puisque
le taux de rentabilité espéré par l’actionnaire dépasse le taux d’intérêt.

b) théorème de Modigliani et Miller


Fondamentalement une entreprise ne crée pas de la valeur en gérant son passif. Autrement dit
la valeur d’une entreprise ne dépend pas de la façon dont elle se finance. Cela veut dire que
l’on ne modifie pas le cout du financement en non modifiant la structure. Le cout moyen
pondéré de capital CMPC ne change pas du fait des réaménagements des sources de
finanement.en effet cétérus parivus une entreprise endettée ne vaut pas moins qu’une
entreprise non edettée.si le cout de la dette s’avère inférieur au cout des fonds propres on peut
penser réduire le cout moyen en s’endettant. Toutefois il ne s’agit que d’une illusion : ce que
l’entreprise gagne en s’endettant a un cout moindre, elle le perd par une augmentation du cout
de ses fonds propres. Plus l’entreprise s’endette plus son risque financier augmente et plus le

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 37


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre II. Les principales sources de financement des entreprises

Taux de rentabilité requis par l’actionnaire augmente. Le mécanisme laisse le cout, moyen
pondéré du capital inchangé.
Puisque l’actionnaire peut défaire au niveau de la gestion de ses actifs. Ce que fait l’entreprise
pour gérer son passif, il n’existe des gestions de passif optimal.

2.2. Plan de financement d’investissement


Afin de pouvoir visualiser les flux prévisionnels de fonds générés par la politique
d’investissement et le choix du mode de financement, il faut établir un tableau prévisionnel dit
: plan de financement qui regroupe l’ensemble des emplois et ressources futurs de
l’entreprise.

A) Le plan de financement : définition et utilité


Le plan de financement est un tableau pluriannuel de flux financiers établi sur un horizon
prévisionnel de 3 à 5 années. Il est généralement associé à un projet d’investissement envisagé
par l’entreprise. Il a pour objet de recenser les flux financiers en entrée (ressources) et en
sorties (emplois) caractérisant aussi bien la réalisation des investissements que les premières
années d’exploitation.
L’élaboration du plan de financement prévisionnel répond à plusieurs objectifs :
-Apprécier l’équilibre financier du projet (capacité des ressources à couvrir les besoins de
financement générés par le projet), ainsi que le degré d’adéquation du mode de financement
retenu (structure du mode de financement, date de mise à disposition des différentes
ressources ainsi que leurs durées de disponibilité).

-Donner les bases de négociation avec les établissements de crédit ; en effet, le plan de
financement est un document nécessaire dans la constitution du dossier de crédit dans la
mesure où il constitue une justification de l’utilisation des fonds demandés.

-Prévenir les difficultés financières et les différents risques qui peuvent se présenter afin
d’évaluer les possibilités d’ajustement possibles.
B) L’élaboration du plan de financement
D’abord, il faut préciser qu’il n’y a pas de présentation normalisée du tableau de
financement ; chaque investisseur peut le concevoir à sa manière, l’essentiel est de mettre en
évidence

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 38


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre II. Les principales sources de financement des entreprises

Année par année d’une part, l’ensemble des dépenses liées au projet envisagé et, d’autre part,
l’ensemble des ressources qui seront mobilisées pour couvrir ces dépenses.
Généralement, le plan de financement est établi selon une structure qui s’apparente à celle du
tableau de financement ; il s’agit de deux documents complémentaires : alors que le tableau
de financement est rétrospectif, le plan de financement est prévisionnel, leur rapprochement
est très utile dans la mesure où il permet de dégager les écarts, de les d’analyser et d’assurer le
suivi et le contrôle de la politique financière de l’entreprise.
Le plan de financement contient généralement trois parties distinctes : les emplois, les
ressources et les soldes.

Les flux d’emplois

Les flux d’emplois sont les dépenses occasionnées par la mise en œuvre d’un projet. Il s’agit,
principalement, des éléments suivants :
- La dépense d’investissement : il s’agit du montant de toutes les dépenses liées au
programme d’investissement prévu, tels que l’acquisition d’éléments de l’actif immobilisé.

- L’augmentation du BFR : la réalisation des investissements entraîne généralement une


augmentation des besoins d’exploitation due à l’augmentation du volume d’activité. Ainsi, le
montant du BFR supplémentaire engagé chaque année doit apparaître en « emplois » dans le
plan de financement.

- Les remboursements des dettes financières : il s’agit du remboursement des emprunts


contractés pour le financement de l’investissement ; seul le principal des annuités est pris en
considération, les frais financiers sont déjà déduits du résultat et donc du cash-flow.

-La distribution de dividendes : il s’agit des dividendes qui seront distribués aux associés et
qui sont calculés sur la base du bénéfice lié au projet et relatif à l’année antérieure.

- La réduction des capitaux propres : Exemple d’une réduction du capital social.



les flux de ressources
Il s’agit des flux liés aux ressources utilisées dans le financement du projet d’investissement. :
- La CAF : il s’agit des Cash- Flow générés annuellement par le projet d’investissement.

- L’augmentation des capitaux propres : il s’agit, par exemple, du capital effectivement libéré
et net des frais d’émission.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 39


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre II. Les principales sources de financement des entreprises

- Les emprunts à moyen et long terme : il s’agit du montant effectivement reçu des différents
emprunts contractés pour la réalisation du projet ; les emprunts indivis sont pris pour
leur valeur nominale, alors les emprunts obligataires pour leur prix d’émission.

- Les apports en comptes courants d’associés : sont inscrits à la date de leur mise à
disposition au profit de l’entreprise.

- La cession d’éléments de l’actif immobilisé : il s’agit de ressources liées à la cession des


actifs et dont peut disposer l’entreprise surtout dans le cas d’investissement de
remplacement, elles sont inscrites en fonction de leur date d’encaissement effectif.
Remarque : Dans le cas du financement de l’investissement par crédit-bail, l’actif en question
ne figure pas parmi les emplois du plan de financement, de même, le montant des loyers payés
est déduit des cash-flows et, donc, n’est pas pris en considération en ressources.
 11
Les soldes
Les soldes sont obtenus en faisant la différence entre les ressources et les emplois de
chaque année, ils peuvent donc être soit des excédents (lorsque le solde est positif), soit des
déficits (lorsque le solde est négatif).
Il est utile de calculer pour chaque exercice le solde cumulé pour déterminer la vraie
situation financière de l’entreprise.
Généralement, la présentation du plan de financement prend la forme suivante :

11 Anne Gualino, finance d’entreprise, extenso edition,2009 ;pages 223

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 40


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Chapitre II. Les principales sources de financement des entreprises

Tableau N°2 : présentation du plan de financement

années N+1 N+2 N+3 N+4 N+5


Ressource :

-Flow).

TOTAL RESSOURCES
Emplois :

TOTAL DES EMPOIS


Solde simple (emplois-ressources)
Solde cumulés

Sources : Le plan de financement I du PCG, DOG OGIEN ; maxi fiche de gestion financière d’entreprise ; DUNOD, paris
2008, pages 56

Conclusion

L’étude du financement intervient en amont pour vérifier que la structure du bilan permet
d’envisager une demande de crédit ou un appel de fonds aux actionnaires. Après une étude de
rentabilité et la sélection d’un investissement, on fait le choix du financement le mieux adapté
et le moins coûteux pour l’entreprise : capitaux propres, emprunts auprès d’établissements de
crédit ou recours au crédit-bail. Il est nécessaire de dissocier les caractéristiques de
l’investissement d’une part, et la politique financière d’autre part. L’effet de levier financier
permet parfois l’amélioration de la rentabilité financière en masquant une rentabilité
économique médiocre.
Ainsi Pour sélectionner un projet, sa valeur actuelle nette (VAN) doit être positive ; or celle-ci
est conditionnée par un taux d’actualisation. Le choix du taux d’actualisation détermine donc
le rejet d’un projet ou son acceptation. Le taux d’actualisation est indexé sur le coût moyen
pondéré du capital. Le coût des emprunts est calculé net d’impôt, tandis que le coût des
capitaux propres est estimé selon des modèles de théorie financière.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 41


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

CHAPITRE III.CHOIX

D’INVESTISSEMENT ET MODES DE
FINANCEMENT DES ENTREPRISES
« CAS DU GROUPE BARKA »

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 42


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

« Cas du groupe Barka »

Introduction
L’investissement mobilise très souvent des moyens financiers importants, cette situation
implique qu’un investissement ne peut se réaliser sans études préalables qui impliquent des
choix sur la base d’hypothèses.
Ainsi compte tenu du poids croissant de la branche transport dans l’activité de la société et de
son potentiel de développement à court , moyen ,et long terme au plan national au vu du boom
pétrolier et minier, le promoteur a décidé de la création en 2009 d’une filiale exclusivement
chargée du transport routier de marchandises.
Dénommée AZIMA SA, elle est dotée d’une valeur estimée à 150 000 000 FCFA et pour
objet principal :
-le transport spécial
-le transport routier des marchandises
- les opérations logistiques,

Les paramètres de l'étude

Matéé riél : matériels de transport, Prix d'achat : 100 000 000 FCFA, Les calculs présentés dans
cette étude ont été établis sur 5 ans. Nous avons appliqué un taux d’actualisation des flux de
5% par an. L’investissement est amorti en linéaire sur 5 ans et sera revendu, sur la dernière
année de l'étude, pour un montant de 0 f

Section 1 : présentation générale du groupe BARKA

1.1 .Historique
L’entreprise des travaux publics, Bâtiments, hydraulique, transport, commerce, BARKA SA
est créée en 1977 et implantée dans 4 régions du pays (DIFFA, NIAMEY, ZINDER et
AGADEZ), c’est une société anonyme unipersonnelle au capital de cinq cent million
(500000000) de francs CFA soit (762 195 euros).

Forte de son capital humain, riche de son expérience, bientôt trente-cinq ans, grâce à ses
équipements perfectionnés et renouvelés.

Aussi l’entreprise s’est fixée comme objectif, le développement et la performance des


compétences nigériennes, de même elle a pour ambition de porter son savoir-faire au-delà des
frontières du Niger.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 43


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

« Cas du groupe Barka »

Spécialisée initialement dans le génie-civil, l’entreprise BARKA a pu développer ses activités


pour couvrir tous les domaines de travaux publics, hydrauliques, urbains et agricoles, les
ouvrages d’art, transport et commerce. L’entreprise BARKA a un agrément du ministère de
l’équipement et du transport pour un plafond illimité de catégorie (IV) puis un autre agrément
du ministère de l’hydraulique de catégorie A.E.P en puits et forages.

Le chiffre d’affaire de l’entreprise est en nette évolution durant ses huites années.

Figure N°2 : Carte d’implantations géographiques du groupe BARKA

Source : groupebarka.com

1.2. Organisation globale du groupe BARKA


Les formes d'organisation (ou structure) d'une entreprise définissent la façon dont est
découpé et coordonné le travail au sein d'une entreprise1, et le mode de fonctionnement qui
en découle. Cette organisation varie considérablement d'une entreprise à l'autre .Les
paramètres qui expliquent cette diversité sont eux-mêmes nombreux et leurs combinaisons
multiples justifient les innombrables variantes pratiquées par les organisations :

Paramètres externes = activité et métier, clientèle(s), technologies, filière technico-
économique, situation concurrentielle, taille et maturité…

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 44


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

« Cas du groupe Barka »


Paramètres internes = histoire, valeurs et culture, stratégie, avantage concurrentiel, chaine
de valeur, processus opérationnels, politiques, structures, moyens, méthodes…
A) Les principales composantes structurelles
Les principales composantes structurelles du GROUPE BARKA se présentent comme suit :

a) service administration, finance et comptable


Chargée des toutes les opérations financières et de la comptabilité telles que : les opérations
bancaires, les opérations d’encaissement et de décaissement, le virement bancaire, les
opérations de chèque bref toute opération liée aux états financiers du groupe BARKA.
b).Responsable technique :
Son rôle est la supervision de l’ensemble des activités du groupe BARKA telles que : le
planning général de l’entreprise, les jours des congés, la programmation des activités du jour
bref toutes l’information liées à la communication que ça soit à l’interne ou à l’externe de
l’entreprise.
c)le responsable marketing et commercial :
Le responsable marketing et commercial a pour mission de se charger sur tout de toutes
activités lié à la clientèle telle que : la publicité sur internet, le budget des services rendus(le
savoir-faire), la négociation et politique commerciale et de promotion pour y remédier aux
différents besoins de la clientèle :
d) le service production et d’exploitation :
A ce niveau c’est la production des biens et services qui sont en jeux bref c’est le centre
opérationnel.
e)Service achat et approvisionnement :
Service chargé de toute opération d’achat et d’approvisionnement : achat de matières,
immobilier, mobilier, corporels et incorporels…
Schématiquement nous pouvons synthétiser un peu la direction d’entreprise (organigramme
général) comme suit :

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 45


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

« Cas du groupe Barka »

B) Organigramme du groupe BARKA


Un organigramme est une représentation formelle de la répartition de l’autorité et des
responsabilités dans l’entreprise. Il formalise les relations hiérarchiques au sein de l’entreprise
et identifie les unités de travail ainsi que leurs missions principales.

Annexe N°1 : Organigramme de l’entreprise

Source : élaboré par nous-même en fonction des informations reçues du


groupe BARKA

1.2 Approche méthodologique et Présentations des données

A) Approche méthodologique

Le terme méthodologie sert à désigner l'ensemble des méthodes et techniques à utiliser


soit pour rassembler les données, soit pour traiter les résultats des investigations.

La méthode étant l'ensemble des règles et des principes qui conduisent à la


connaissance objective ; les techniques apparaissent comme des outils de recherche mis
en œuvre en fonction d'une stratégie générale définie au préalable.

a) Les Méthodes

Pour réaliser ce travail, deux méthodes ont été utilisées : la méthode historique et la
méthode analytique.

La méthode historique nous a été utile en voulant comprendre l'historique des PME
dans le secteur de génie civil dans son ensemble, et plus particulièrement celle du
GROUPE BARKA

La méthode analytique qui nous permet d'analyser les donnes concrètes en vue d'une
explication et d'établir un rapport entre les différents donnés disponibles et la situation
de l'entreprise elle-même.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 46


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

« Cas du groupe Barka »

b) Les Techniques de Collecte des données

Nous avons choisi d'utiliser deux techniques pour collecter les données, à savoir la
technique documentaire et celle de questionnement.

La technique documentaire a consisté à consulter des ouvrages, rapports revues et sites


internet en rapport avec le présent travail.

La technique de questionnement consiste : au cours de cette étude, nous avons récolté


des informations en envoyant un questionnaire aux responsables du groupe Barka
relativement à notre travail.

Après la collecte des données, nous sommes passés au traitement et reclassement de


documents comptables, notamment le tableau de flux net de trésorerie.

Après avoir recueilli les informations comptable, nous avons procède à des classements
des données comptables qui consistent à opérer des calculs sur certains postes du bilan
ou à réintégrer des éléments hors bilan, pour donner l'image la plus représentative de la
réalité économique. Cela nous a permis de présenter le tableau de flux net de trésorerie
en distinguant par leurs valeurs liquides et leurs intérêts pratiques.

B) Présentation des données

A partir des données financières (2014-2015) de groupe BARKA, nous établissons un tableau
de flux net de trésorerie de liquidité et actualisé.

Ici il est question d'examiner les différents critères scientifiques (TMR, TRI, VAN, DRCI, IP)
afin de permettre une analyse minutieuse de la rentabilité des investissements du groupe
BARKA.

Nous allons évaluer les investissements en tenant compte de l'actualisation des flux nets de
trésorerie, de l'impôt, de l'amortissement des machines de transport et des charges financières.

Il faudra donc actualiser les flux générés chaque année parce que, l'on ne peut comparer des
sommes à percevoir dans l'avenir de la même manière, l'actualisation permet d'amener les

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 47


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

« Cas du groupe Barka »

Sommes à percevoir dans l'avenir à leur valeur actuelle en les multipliant par un facteur

1
, i étant le taux d'actualisation (coût de capital)
d'actualisation donné par (1 + )− ou par
(1+ )

et n le nombre d'années de survenances des flux. La préoccupation majeure est de déterminer


le taux d'actualisation qui doit refléter le coût du capital investi : ce taux représente, le
rendement que pouvait générer le capital s'il est investi ailleurs. Et donc c'est le taux en
dessous duquel on n'a pas intérêt à investir.

D'où, conformément au taux d'actualisation de 10% généralement retenue par la banque


mondiale dans l'évaluation économique et financière des projets, 5% sera ici retenu comme
la rentabilité entendue de nos investissements. Le tableau ci-après va conduire nos analyses.

Tableau N°3 : extrait d’état financier

Eléments Montant(FCFA)
Chiffre d’affaire annuel 50 000 000
Charges annuel 14 000 000
amortissement 20 000 000
Impôt (30%) 10 800 000
Investissement(I0) 100 000 000
Taux d’actualisation retenu(%) 5

Source : informations reçues de la comptabilité du groupe BARKA (2014-2015)

Tableau N°4 : Présentation des coûts d'investissement, recettes d'exploitation,


charges d'exploitation et calcul du Flux Net de Liquidité.
2015 2016 2017 2018 2019 2020
CHIFFRE 50 000 000 50000000 50 000 000 50000000 50000000 50000000
D’AFFAIRE
-charges 14 000 000 14000000 14000000 14000000 14000000 14000000
annuelles
Résultat avant 36 000 000 36 000 000 36 000 000 36 000 000 36 000 000 36 000 000
impôts
impôts 10 800 000 10 800 000 10 800 000 10 800 000 10 800 000 10 800 000
Résultat net 25 200 000 25 200 000 25 200 000 25 200 000 25 200 000 25 200 000
Dotations aux 20 000 000 20000000 20000000 20000000 20000000 20000000
amortissements
Flux net de 45 200 000 45 200 000 45 200 000 45 200 000 45 200 000 45 200 000
trésorerie

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 48


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

flux net actualisés.

« Cas du groupe Barka »

Source : calcul effectué par nous-même sur la base des informations reçues de groupe BARKA

Ce tableau permet juste de calculer le FNL moyen non actualisé. Le FNL moyen est constant
pour toute la période. Comme les flux nets de liquidité sont constants tout au long de la
période (6ans pour les camions).

Tableau N°5 : Présentation des coûts d'investissement, recettes d'exploitation, charges d'exploitation et calcul de

2015 2016 2017 2018 2019 2020


CHIFFRE 50 000 000 50000000 50 000 000 50000000 50000000 50000000
D’AFFAIRE
-charges 14 000 000 14000000 14000000 14000000 14000000 14000000
annuelles
Résultat avant 36 000 000 36 000 000 36 000 000 36 000 000 36 000 000 36 000 000
impôts
impôts 10 800 000 10 800 000 10 800 000 10 800 000 10 800 000 10 800 000
Résultat net 25 200 000 25 200 000 25 200 000 25 200 000 25 200 000 25 200 000
Dotations aux 20 000 000 20000000 20000000 20000000 20000000 20000000
amortissements
Flux net de 45 200 000 45 200 000 45 200 000 45 200 000 45 200 000 45 200 000
trésorerie
TAUX (5%) 1/ (1+0,05) 1/ (1+0,05)² 0,8638 0,8227 0,7835 0,7462
Flux net 43047619,05 40997732,43 39045459,45 37186151,86 35415382,72 33728935,93
actualisés

Source : calcul effectué par nous-même en fonction des informations reçues de groupe BARKA
(2014-2015)

Ce tableau permet juste de calculer le FNL moyen actualisé. Le FNL moyen est constant pour
toute la période. Comme les flux nets de liquidité sont constants tout au long de la période (6
ans pour les machines).
Section 2.evaluation de la rentabilité des investissements et choix de
financement.

Les critères d’évaluation de la rentabilité des investissements du groupe Barka peuvent


être les suivant :

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 49


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

« Cas du groupe Barka »

2.1. Evaluations de la rentabilité des investissements du groupe BARKA


A) Utilisation des critères atemporels d’évaluations
a) le TMR taux moyen de rentabilité ou ROI
-ROI : Bénéfices net annuels=42 200 000*5÷5=42 200 000
FCFA, Alors ROI=bénéfices net annuels/cout de l’investissement
ROI=42 200 000÷100 000 000=0,422 soit 42,2% ROI=42,2%
La situation est acceptable car les bénéfices nets actualisés couvriront le cout de
l’investissement
a) Le délai de récupération ou de recouvrement (DR)
Tableau N°6 : calculs de cumul de flux nets de trésorerie

Flux net actualisés(FCFA) Cumul (Fn) (FCFA)


2015 43047619,05 43047619,05
2016 40997732,43 84045351,48
2017 39045459,45 123090810,9
2018 37186151,86 160276962,8
2019 35415382,72 195692345,5
2020 33728935,93 229421281,4

Source : calculs effectué par nous-même en fonction des données reçues


On remarque bien qu’en 2017 l’investissement sera récupéré
Alors la date exacte est :
DR=3+ [(100000000-84045351,48) ÷ (123090810,9-84045351,48)]=3+0,4086= 3ans le 12
janvier 2017 à 13heures DR=3 ans le 12 janvier 2017 à 13heures
B) Utilisation des critères temporels d’évaluations de la rentabilité
d’investissement du groupe BARKA
a) la valeur actuelle nette(VAN)
VAN=-I0+cumuls de flux nets actualisés=-100 000 000+229421281,4=129421281,4>0
VAN>0 investissement rentable

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 50


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

« Cas du groupe Barka »

b) Le TRI taux de rendement interne noté K


TRI : K est tel que VAN=0
K=0,05 VAN=129421281,4
K= ? VAN=0
K=0,5 VAN=-24462000
(0,5-0,05) ÷ (-24462000-129421281,4)= (K-0,05) ÷ (0-129421281,4)
K=0,42 TRI=42%
c) Indice de profitabilité
IP=I0÷ cumul de FN=100000000÷129421281,4=0,77

2.2 Les principales sources de groupe BARKA et Choix du mode de


financement
Le choix du mode de financement adéquat doit être fait en cherchant à optimiser la rentabilité
du projet tout en préservant l’équilibre financier de l’entreprise. A cet effet, l’entreprise doit
tenir compte d’un certain nombre de contraintes tels : la capacité d’endettement, la capacité
de remboursement, l’effet de levier.
A) le financement par fonds propres
A ce niveau la sélection du mode de financement dépendra bien évidemment de l’entreprise,
sa situation financière (liquidité et sa solvabilité), pour le groupe BARKA le promoteur a
décidé de financer son investissement par les fonds propres.

La capacité d’autofinancement

La caf représente l’ensemble des ressources générées par l’entreprise autour de l’exo du fait
de ses opération courantes.
A se repérant au tableau 1 :l’autofinancement=CAF-dividendes=42200000-
0=42200000 Car les dividendes sont nulles CAF annuelle=42200000 FCFA et pour 5
ans CAF=autofinancement=42200000*5=211000000 FCFA
Alors le groupe a la capacité de s’autofinancer.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 51


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

« Cas du groupe Barka »

B)Les contraintes classiques de choix de financement


a)la règle de l’équilibre financier minimum

Les emplois stables doivent être financés par des ressources stables. Cette règle se mesure
avec le ratio de couverture stable des capitaux investis (le résultat doit être > à 1) :
R28=financement stable ÷capitaux investis=500000000/100000000=5>1
R28>1, alors les emplois stables permet bien sûr de financer les ressources stables parce que
chaque franc des capitaux propres génère 5 franc des capitaux investis
b) la règle de l’endettement maximum

Le montant des dettes financières (hors concours bancaires courants) ne doit pas excéder le
montant des fonds propres.
Cette règle se mesure avec le taux d'endettement financier (le résultat doit être < à 1) :
R26=endettement/fonds propres=0/500000000=0<1
Comme les dettes sont nulles alors la situation est acceptable
C) Les critères de choix de mode de financement
La comparaison des coûts de différentes formules de financement s’impose alors pour faire un
choix judicieux. Cette comparaison peut être faite soit sur la base du coût actuariel, soit sur la
base des décaissements nets actualisés.

a)La rentabilité financière


R=résultat net/capitaux propres=25200000/500000000=0,0504
La rentabilité économique=rentabilité financière =0,0504
Dans Chaque franc des capitaux investis 0,0504 franc provient des capitaux propres.

b) Le cout de l’endettement
Supposons que le montant de l’emprunt est de 100 000 000 FCFA, sur 5 ans remboursable in
FINE, impôt=30%, taux intérêt dans le domaine de transport au Niger imposé par les banques
aux investisseurs est de 10% alors ; FFi=100000000*10%=10 000 000 et ce qui revient à :
N
M0 = Σ PPLi + FFi (1-T) = 4%.
i=1(1+t)i

Le décaissement net actualisé
-100% autofinancement

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 52


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

« Cas du groupe Barka »

Tableau N°7 : présentation de l’économie d’impôt, flux nets de liquidité et actualisés

2015 2015 2016 2017 2018 2019 2020


cout 100 000
000

Economie 20000000 20000000 20000000 20000000 20000000 20000000


impôt

-100 000 42200000 42200000 42200000 42200000 42200000 42200000


Flux nets 000

-100 000 43047619,05 40997732,43 39045459,45 37186151,86 35415382,72 33728935,93


Flux nets 000
actualisés

Source : calculs effectués par nous même


Cout de fonds propres =129421281,4
Le cout de fonds propres représente 5% des capitaux investis
-Emprunt bancaire
Déjà calculé précédemment on a eu t=4%
-Cout de crédit-bail
Tableau N°8 : présentation d’information relative aux calculs de cout de crédit-bail
années Loyer (li) Economie Economie Flux (li-t*li+t*Da)
t=30%d’impot(t*li) DA=20000000impot(t*DA)

90000000 27000000 6000000 69000000


2016

2017 90000000 27000000 6000000 69000000

2018 90000000 27000000 6000000 69000000

2019 90000000 27000000 6000000 69000000

2020 4200000(1) 4200000

(1) 4200000=100000000/5-6000000)*0,3

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 53


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

« Cas du groupe Barka »

Source : calculs effectués par nous même

Donc 100000000=69000000(1+t)-1 …. + (1+t)-5


D’où t=7,4%
Le cout de crédit-bail est de 7,4%

2.3 Plan de financement

Tableau N°9 : la présentation du plan de financement prend la forme suivante :


(Voir annexe N°2)
Sources : calculs effectués par nous même

2.4 Analyse des résultats et recommandations


Dans cette partie, il est question pour nous d’analyser les résultats ainsi les commentaires qui
s’imposent via la discussion et recommandation.

A) analyse des résultats



Analyse des résultats basés sur les facteurs explicatifs de
l'investissement.

A l'issus de nos efforts, nous avons constaté que les facteurs explicatifs des investissements du
groupe BARKA sont plus liés aux facteurs réels. Concernant ces facteurs, la plupart des
investisseurs sont motivés par la forte demande : le boom pétrolier et minier ; climat économique
prometteur ; l’entreprise est en développement ; Espérance à un avenir meilleur. Quant aux
facteurs financiers (taux de rentabilité élevé : 5,04% ; délai de récupération du capital investi
court : 3 ans et12 jours année 2017.

Analyse des résultats basés sur l'analyse de la rentabilité

Dans l'évaluation financière des projets, un investissement est acceptable lorsqu'il présente une
VAN positive, un IP supérieur à 1, un DR inférieur à la norme fixée par l'entreprise et un TRI
supérieur à celui requis étant donné que le TRI est le taux d'actualisation pour lequel la valeur
actuelle des entrées de fonds prévus correspond à la mise de fonds initiale.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 54


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

« Cas du groupe Barka »

Pour notre cas, nous remarquons que la VAN est positive, soit129421281, 4 FCFA. Quant à l'IP, il
est supérieur à 1, soit 1,77000000 FCFA et le DRCI est de 3ans et 12 jours, ce qui est
encourageant car il est inférieur à la durée de vie estimée pour les camionnettes.
S'agissant du TRI, il est de 0,42000000 FCFA, supérieur à celui que nous avons retenu (5%).
Néanmoins, par rapport à celui requis par la Banque Mondiale pour l'évaluation des projets
(10%), ce taux n'est pas attirant pour les investisseurs en particulier groupe BARKA.

Analyse des résultats basés sur les opinions et déclarations relatives à

l'aspect risques encourus


Hormis le risque de marché, la majorité des investisseurs craignent les risques de vol, insécurité et
des accidents, des pannes de moteur.

Ainsi, il n'est pas question de sous-estimé les risque financiers et de crédits, car une hausse de
prix et le non remboursement sont incontournable, mais aussi qui ne sont pas réguliers. Ils
pensent que, le plus souvent, ces dernières apparaissent après un bon intervalle de temps,
qu’ils auront déjà récupéré leurs capitaux investis. C'est pourquoi pour minimiser les risques,
les investisseurs préfèrent conclure des contrats d'assurance contre les risques de toute nature
Et diversifier leurs investissements dans d'autres secteurs tels que : commerce, transport, petit
commerce, construction des immeubles, et autres.
B) Discussion des résultats et recommandation
Nous donnons dans cette partie, d'abord, nos réflexions personnelles issues des résultats
obtenus après nos analyses et ensuite, les confronter avec les théories et résultats des autres
chercheurs.
Dans ce travail, nous sommes partis de l'idée selon laquelle les déterminants de
l'investissement dans le domaine de transport, de distribution des produits pétroliers et miniers
au NIGER sont, entre autres regroupés en deux : -Les facteurs réels ;

-Les facteurs financiers.


En effet, partant de ces déterminants, il est question, dans cette partie du travail de faire une
confrontation des déterminants jadis démontrés par d'autres chercheurs et vérifier si cela
corrobore avec le cas des investissements dans le transport et de distribution des produits
pétroliers et miniers à l’échelle nation et internationale.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 55


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

« Cas du groupe Barka »


Facteurs explicatifs des investissements
Notre étude a montré que les investissements dans le domaine de transport sont expliqués par
les facteurs réels relatifs au développement du marché qui impliquent une forte demande du
produit pétrolier, miniers et marchandises.

D'après Samuelson11, en cas de sous-emploi, la théorie de l'accélération établit qu'une


augmentation de la demande anticipée relancera l'investissement. La demande
d'investissement est représentée par une courbe décroissante, étant donné qu'il existe une
relation inverse entre le taux d'investissement et l'investissement. D'autre part, A.
AFTALION puis J.M CLARK12, associent les investissements réalisés chaque année aux
variations des réserves en capital d'un pays résultant des fluctuations de la production
Annuelle : c'est la prise en compte de la demande finale qui explique l'investissement et le
montant du prix du capital.
Associée à d'autres hypothèses, cette approche joue un rôle considérable dans certaines
théories relatives aux cycles économiques.
Néanmoins, il s'avère que certains investisseurs 30%, dans ce secteur tiennent compte aussi
des facteurs financiers.
 12
Evaluation de la rentabilité des projets d’investissement
La théorie sur l'investissement et surtout le critère de choix d'investissement stipule qu'entre
plusieurs projets, sera retenu celui qui offre la VAN au taux d'actualisation requis, la plus
élevée. Si la VAN est positive, ce projet est acceptable. Par contre, sera rejeté, tout projet dont
la VAN aux taux d'actualisation requis est négative.
Concernant l'IP, en tant que critère de sélection, sera retenu pour tout investissement, celui
offrant un IP supérieur à 1, dans le cas contraire, il sera rejeté
Quant au DRCI, entre 2 projets, sera retenu celui dont le DRCI est plus court. Par contre, sera
rejeté tout projet dont le DRCI est supérieur à la norme fixée par l'entreprise.
Enfin, pour ce qui est du TRI comme critère de sélection, sera accepté pour les projets
indépendants, celui dont le TRI est supérieur au taux de rendement requis. Si les projets sont

12
Aux Etats-Unis, 75 % des entreprises utilisent la VAN pour sélectionner leurs investissements (Graham et
Campbell, 2001). Seulement 10 % en 1977 (Gitman et Forrester, 1977).
• En France, seules 35 % des entreprises suivent toujours ou presque toujours le critère de la VAN
(Brounen, de Jong et Koedijk, 2004).

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 56


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

« Cas du groupe Barka »

Mutuellement exclusifs, on accepte celui qui a le TRI le plus élevé, à condition qu'il excède le
taux de rendement requis.

De ce qui précède, il s'avère que les investissements dans le domaine de transport au NIGER
répondent aux critères de sélection d'investissement car, tout calcul étant déjà fait : la VAN est
égal à 129421281,4 FCFA (positive), l'IP est égal à 1,77000000 FCFA (supérieur à 1), le
DRCI est égal à 3 ans et 12 jours (inférieur à la durée de vie fixée qui est de 5ans) et le TRI
est égal à 42% (supérieur à 5% retenu ici).

La sélection de mode de financement approprié

Vues les résultats précédemment calculés, le mode de financement le moins couteux pour
l’entreprise est bien évidemment celui dont le cout est moins élevé par rapport aux autres
modes.
Ici on a : cout de l’endettement est de 4000000(4%), le cout des fonds propres est de
5000000(5%), le cout de crédit-bail est de 7400000(7,4%). Le choix est orienté par :

- la nature du besoin de financement :


Exploitation (plutôt CT, besoin variable selon périodes)
Investissement (plutôt LT, risqué, une fois pour toutes ou récurrent)
- la taille de l’entreprise (seules les grandes peuvent recourir à la Bourse)
- le montant à emprunter
- le coût du financement (« taux d’intérêt (10%)», dividendes)
.le coût du financement par Capitaux Propres est nul comptable ment mais dividendes à payer,
partage du pouvoir à intégrer (dilution du capital), rendements à rendre supérieurs au coût de
la dette,…
.NB : la fiscalité est plus « favorable » aux emprunteurs, notamment par le mécanisme de
déductibilité des intérêts d’emprunt (à niveau de rendement exigé identique, le bénéfice à
réaliser pour générer 1 franc de dividende est supérieur à celui nécessaire pour payer 1 franc
de frais financiers).
Même si le coût de la dette est plus faible que la rémunération exigée par les actionnaires, la
dette est remboursable :
.par la génération de ressources propres (Autofinancement)

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 57


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

« Cas du groupe Barka »

En scénario 2 par exemple, l’entreprise emprunte à un taux de 5% pour réaliser une rentabilité
de 10%. Au final, la profitabilité des seuls capitaux propres engagée augmente donc
automatiquement.
En scénario 1, n’empruntant pas, les actionnaires ne gagnent « que » 10%, sans effet de levier
donc.
Tant que chaque franc investi rapporte plus que le coût marginal d’ 1 franc de dette, il est
intéressant de s’endetter plus pour investir (et inversement) car on accroît le volume de profit
et la rentabilité des capitaux propres.
L’effet de levier ne peut jouer que de manière « finie » car :
.la capacité à rembourser la dette est limitée.
.plus l’entreprise est endettée, plus le coût de l’endettement augmente (les banquiers sont plus
réticents et augmentent le taux du prêt car solvabilité et liquidité se dégradent* 13) donc l’effet
bénéfique s’amoindrit au fur et à mesure que la dette augmente. De même, tout comme pour
les banquiers, plus l’entreprise est endettée, plus les actionnaires exigent un rendement élevé,
car le risque augmente.
Il vaut mieux selon moi financer son investissement 30% par fonds propres et 70% par
emprunt donc le fait qu’une entreprise finance ses investissements par fonds c’est vraiment le
moyen le plus couteux que l’emprunt bancaire (4% et 5%).

13 (*)La dette impacte la solvabilité (Montant de la dette / Capacité à rembourser ; Montant de la dette /
Fonds Propres) ainsi que la liquidité (Echéancier des dettes / Echéancier des actifs).

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 58


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

CONCLUSION GENERALE

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 59


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Conclusion générale

Le travail qui s'achève a porté sur l'étude du choix des investissements et mode de
financement des entreprises « CAS DU GROUPE BARKA » Niamey-Niger. Notre
préoccupation, à travers cette recherche s'est traduite par la question ci-après :
Nous avons fait le choix d’étudier en quoi la sélection d’investissement et de mode de
financement le moins onéreux permet-il d’assurer la pérennité de l’entreprise ?

Au centre de cette question principale se trouve sept questions secondaires qui nous
permettrons de cerner les principales opportunités de la sélection d’investissement et de mode
de financement approprié à savoir :

1. Qu’est-ce qu’un investissement ?

2. Comment évaluer un investissement ?

3. Peut-on évaluer financièrement et économiquement un projet en avenir certain et non


risqué ?

4. Quels sont les risques encourus par l’entreprise ?

4. Quelles sont les principales modalités de financement des entreprises ?

6. Quel est le cout de chaque mode de financement ?

5. Quel est le mode de financement le mieux approprié (moins couteux) ?

En se basant aux résultats, après étude et analyse, nous avons faits plusieurs constats dont les
principaux sont les suivants :


Face à la forte demande et vus les risques inhérents liés à la décision d’investissement au
sein d’entreprise : risque d’investissement, risque financier et non financier, risque
d’accident ,risque de vol, risque du marché, risque du taux ,du prix bref risques
économique commerciales ,sociaux ,technologique ,culturel nationale et international la
préférence à la diversification des investissements et le recours aux sociétés d’assurances
et réassurances est plus que nécessaire.

C'est pourquoi, la majorité préfère même diversifier leurs capitaux dans le petit
commerce, transport et construction des immeubles et autres ;

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 60


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Conclusion générale

D’évaluer la rentabilité de ces investissements quel que soit le domaine,

De choisir le mode de financement le moins chers possibles afin d’améliorer la qualité de
l’ingénierie financières, la politique commerciale, la politique industrielle et la politique
d’investissement de l’entreprise en question.

D’aider l’entreprise à créer de la valeur ajoutée ; d’améliorer son fonctionnement, bref
l’aidé à atteindre les objectifs fixés.

Ainsi, malgré la rentabilité qu'ils estiment moyenne, ils préfèrent investir dans ce secteur
étant donné l'assurance non seulement à la récupération du capital investi avant la durée
de vie estimée de l'investissement mais aussi à la stabilité politique et le climat des
affaires prometteurs.

Pour le groupe Barka la solution de financement par fonds propres est nécessaire mais non
suffisante d’où nous recommandons a l’entreprise selon la règle d’autofinancement
minimum « L'entreprise doit autofinancer une partie (en général 30%) des
investissements pour lesquels elle sollicite des crédits ».

D’autres parts nous préconisons au groupe BATKA d’un emprunt obligataire vu la
notoriété de l’entreprise son image de marque, sa solvabilité et sa capacité d’endettement
en bref sa situation financière, nous recommandons a l’entreprise que cet emprunt
obligataire soit coté en bourse.

Les obligations seront d’un nominal de 70 000 FCFA avec un taux facial de 3,95 et un
cout effectif de 2,7551%

Compte tenu des résultats obtenus ci-haut, nous suggérons toujours, les investisseurs
dans ce secteur, à face à la décision d’investissement, de faire des projets à court terme afin
de commencer à amortir les capitaux investis le plus tôt possible avant la réalisation du
risque. Il serait mieux que le délai de récupération du capital investi soit chaque fois court,
étant donné les risques inhérents.

En outre, quant à la diversification des capitaux, celle géographique serait


recommandée pour une meilleure minimisation des risques.

Enfin, nous ne prétendons pas avoir épuisé ce thème ; néanmoins, nous estimons
avoir jeté une étincelle sur les critères d’évaluation de la rentabilité des investissements et

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 61


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Conclusion générale

Mode de financement le mieux approprié qui nous a permis d'atteindre l'objectif de cette
étude. Nous rappelons que les aspects tels que les critères d’évaluation en avenir risqué et

Incertain le profit attendu, le taux d'inflation anticipé, etc. sont de déterminants


d'investissement qui n'ont pas été développés ici, et peuvent être appréhendé par d'autres
chercheurs intéressés par notre étude.

Mais cela n’empêche de laisser derrière notre travail une tache qui servira d’ouverture
d’autre recherches par les intéressés de notre travail qui la suivante :

« Quel est l’impact des conditions fiscales et financières sur la décision d’investissement

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 62


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

GLOSSAIRE

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 63


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Autofinancement
L’autofinancement est l’ensemble des moyens et méthodes qui concourent au développement d’un
projet ou à la pérennisation d’une activité par la constitution des ressources et réserves
monétaires propres.
Budget
Le budget est la matérialisation sur le plan monétaire des politiques et programmes élaborés
dans le cadre d’un plan couvrant l’ensemble des phases d’opérations et limités dans le temps.
Le budget comprend notamment les prévisions de coûts et de revenus mais aussi des données
relatives aux relations entre coûts et volume, entre prix et profit, ainsi que des indications sur
son évolution en fonction des données différentes sur l’environnement.
Business Angel
Un business Angel est une personne physique (ancien dirigeant, cadre supérieur, entrepreneur,
regroupement d’investisseurs, membres d’une même famille) qui investit une part de son
patrimoine dans une entreprise innovante à fort potentiel et qui, en plus de ses ressources
financières, met à disposition de l’entrepreneur, son savoir-faire, son expérience, ses réseaux
relationnels et une partie de son énergie et de son temps. Les principales motivations des
business angels sont la recherche d’importantes plus-values en capital, la participation à une
aventure entrepreneuriale ou encore la volonté de favoriser l’émergence des entreprises leader
de demain. Ce type d’investisseurs est largement sollicité par différents acteurs de la création
d’entreprise mais aussi et surtout de l’innovation industrielle et technologique et incités par
les pouvoirs publics grâce à de nombreuses dispositions fiscales.
Business plan
Un business plan (plan d’affaires) est un document de synthèse des activités l’entreprise,
incluant le budget, remis à l’investisseur pour permettre d’apprécier les risques et décider des
modalités et du montant des fonds qu’il est prêt à apporter. Il est rédigé tant pour un usage
interne à destination du management que pour communiquer à l’extérieur et convaincre les
banques d’accorder des financements ou le capital-risque d’investir dans l’entreprise
Capital immatériel
L’entreprise capitalise et produit des valeurs qui ne sont pas toujours visibles financièrement.
On retient généralement cinq formes de capital immatériel qui participent au processus de
création de valeur de l’entreprise : le capital client (fidélité de la clientèle, position
géographique de la clientèle, notoriété de la marque, image); le capital humain (personnalité
du dirigeant, leadership, présence d’hommes clés, compétences individuelles, expérience;

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 64


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

savoir-faire collectif, compétences), la capacité à innover (brevets, technologies, techniques,


licences), le capital développement (réseau de coopérations, partenariats, aire d’influence) et
le capital organisationnel (systèmes d’information, logiciels, bases de données, outils de
formation, modes de communication et d’interactions, système de veille, knowledge
management).
Capital social
Le capital social est constitué de l’ensemble des apports (en numéraire, industrie et nature)
effectué par les actionnaires au moment de la création ou de l’augmentation de capital d’une
société. Au bilan, il apparaît comme le produit du nombre d’actions par leur valeur nominale.
Capitaux propres
Les capitaux propres sont les capitaux accumulés par l’entreprise elle-même et restant à sa
disposition à moyen et long terme. Les dettes à moyen et long terme ne sont pas
comptabilisées dans les capitaux propres. La majorité des capitaux propres est généralement
constituée par le capital social, les réserves et les subventions d’investissement.

Désinvestissement
Un désinvestissement correspond à une cession d’actifs corporels ou financiers réalisée par
une entreprise dans l’optique d’une réallocation de ses actifs ou d’un désendettement. Une
politique de désinvestissement améliore la situation financière à court terme de l’entreprise.
Investisseur
Un investisseur est une personne ou une entreprise qui effectue des investissements. Il investit
des capitaux dans une société, pour obtenir un profit à long terme avec un minimum de
risques.
Organigramme
Un organigramme est une représentation formelle de la répartition de l’autorité et des
responsabilités dans l’entreprise. Il formalise les relations hiérarchiques au sein de l’entreprise
et identifie les unités de travail ainsi que leurs missions principales. Cette méthode permet
notamment de représenter les relations entre individus par rapport à des métiers et fonctions
pour atteindre un ou plusieurs objectifs communs, afin d’optimiser la définition des tâches et
responsabilités.
Performance
La performance d’une entreprise est le résultat obtenu par cette dernière au sein de son
environnement concurrentiel, lui permettant d’augmenter sa compétitivité, sa rentabilité, ainsi

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 65


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

que sa capacité à influencer les autres firmes du secteur (renforcement de son pouvoir de
négociation).
Rentabilité
La rentabilité correspond au rapport entre le revenu (c’est-à-dire le profit, le bénéfice ou le
résultat) et le capital engagé pour l’obtenir.
Risque
Un risque est généralement défini comme un événement qui peut avoir comme conséquence
des résultats indésirables ou négatifs (par exemple, le non-accomplissement des objectifs
définis). Il est caractérisé par la probabilité de l’occurrence de l’événement et par l’impact
négatif qui en résulte.
Universités d’entreprise
Plusieurs sociétés ont tendance à remplacer leur structure de formation traditionnelle par une
université d’entreprise, cherchant à en faire un outil privilégié de leur évolution vers
l’entreprise apprenante. L’université d’entreprise a en effet, souvent pour objet de
décloisonner les formations, d’intégrer des savoirs et des compétences issus de l’extérieur, de
favoriser l’autoformation permanente, de « fabriquer » des managers acquis au coaching et au
partage du savoir.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 66


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

BIBLIOGRAPHIE

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 67


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Ouvrages généraux et spécialisés



Nathalie Taverdet-Popiolek, maitre de conférences, guide de choix d’investissement,
édition d’organisation 2006, pages 413 ;

Amel hachicha maitre-assistant ; cour du choix d’investissement et de financement, 2013,
pages 16 ;

MARGERIN J. et AUSSET G., Choix des investissements – Présélection, choix, contrôle,
3e édition, Éditions SEDIFOR, 2015.

VERNIMMEN P., Finance d’entreprise, 6e édition par QUIRY P. et LE FUR Y., Dalloz,
2015.


CHORUS PREMIUM, CEGETEL, Séminaire, Pilotage économique et création de valeur,
février 2014

COHEN E., Analyse financière, 5e édition, Gestion, Économica, 2014 LOZATO M. et
NICOLE P., Gestion des investissements et de l’information financière, 2e édition, Dunod,
2013

MARGERIN J. et AUSSET G., Choix des investissements – Présélection, choix, contrôle,
3e édition, Éditions SEDIFOR, 2014

PILVERDIER-LATREYTE J., Finance d’entreprise, 8e édition, Économica, 2012

ANGELIER J.-P., Calcul économique et financier, L’économie en plus, Presses
universitaires de Grenoble, 2016.

BABUSIAUX D., Décision d’investissement et calcul économique dans l’entreprise,
Économica, 2000.

BANCEL F. et RICHARD A., Choix d’investissement ; Méthodes traditionnelles,
flexibilité et analyse stratégique, Gestion, Économica, 2015.

HUSSON B. et JORDAN H., Le choix des investissements, 1re édition, Collection
française, J. Delmas et Cie, 1988.

KOËHL J., Les choix d’investissement, Les topos, Dunod, 2013.

MARGERIN J. et AUSSET G., Choix des investissements — Présélection, choix,
contrôle, 3e édition, Édition Sédifor, 1987.

BABUSIAUX D. et PIERRU A., Décision d’investissement et création de valeur,
Publications de l’institut français du pétrole, Technip, 2013.

VERNIMMEN P., Finance d’entreprise, 6e édition par QUIRY P. et LE FUR Y., Dalloz,
2005.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 68


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka


KEENEY R.L. and H. RAIFFA H., Décisions with Multiple Objectives – Préférences and
Value Tradeoffs, John -Wiley and Sons, New York, 2014, nouvelle édition Cambridge
University Press, 2013.

ROY B., Méthodologie multicritère d’aide à la décision, Économica, Gestion, 2013.

ALBERTINI J.-M., L’argent, Les essentiels Milan, Éditions Milan, 1996.

BANQUE DE FRANCE, « Le système bancaire et financier », Rapport, Exercice 2014.

LEHMANN P.-J., Le financement de l’économie, Seuil, 1998.

PILVERDIER-LATREYTE J., Finance d’entreprise, 8e édition, Économica, 2012.

POIX M., Cours du Magistère Banque Finance Assurance (BFA), Université Paris-
Dauphine, 2005.

SIMON Y., LAUTIER D., Finance Internationale, 9e édition, Économica, 2014.


VERNIMMEN P., Finance d’entreprise, 6e édition par QUIRY P. et LE FUR Y., Dalloz,
2005.

COHEN E., Analyse financière, 5e édition, Gestion, Économica, 2004.

DE GOUVELLOO Ch., MAIGNE Y., Ouvrage collectif (sous la direction de),

L’électrification rurale décentralisée : une chance pour les hommes, des techniques pour
la planète – Guide technique – Systèmes solaires, décembre 2000.

ALBOUY M., Décisions Financières et Création de Valeur, 2e édition, Économica, 2003.

BATSCH L., Le diagnostic financier, 3e édition, Collection Gestion Poche, Éditions
Économica, 2000.

FORGET G. Financement et rentabilité des investissements, Maximiser les revenus des
investissements, Les mémentos finance, Éditions d’Organisation, 2005.

NEVITT P.K., FRANK J. et FABOZZI, Project Financing, Seventh Edition, Euromoney
Books, 2000.

TOLEDO A.-M. et LIGNIERES P., Le financement de projet, Joly, 2002

Revues et Articles


Hénin Pierre-Yves. Holl (H.S.), Plas (J.P.), Riou (P.) - Les choix d'investissement dans
l'entreprise. In: Revue économique, volume 26, n°1, 2016. pp. 156-157.

Bégué Jean. Sur les critères de choix des projets spécifiques d'investissement. In: Tiers
Monde, tome 6, n°24, 2016. pp. 873-890.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 69


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka


Bourdieu Jérôme, Coeuré Benoît, Sédillot Béatrice. Investissement, incertitude et
irréversibilité. Quelques développements récents de la théorie de l'investissement. . In:
Revue économique, volume 48, n°1, 1997. pp. 2353. doi : 10.3406/reco.1997.409862

Caspar Pierre. L'investissement intellectuel. In: Revue d'économie industrielle, vol. 43,
1er trimestre 1988. Le dynamisme des services aux entreprises. pp. 107-118.

Schneider Georges. Le choix des investissements dans l'entreprise. In: Revue économique,
volume 20, n°2, 1969. pp. 272-301.

Alba Paul. « Les décisions d'investissement des entreprises ». In: Revue d'économie
industrielle, vol. 40-41, 2e trimestre 2015. L'investissement en France. pp. 107-110.

Gaillard Yann, Thuillier Guy. Qu'est-ce qu'un investissement ? In : Revue économique,
volume 19, n°4, 2002. pp. 607- 637.

Hébert Réjean, Joël Marie-Eve. Le financement. In : Santé, Société et Solidarité, n°1,
2006. Vieillissement et santé : idées reçues, idées nouvelles [Actes du 1er forum franco-
québécois] pp. 135-140.

Courbais Raymond, Vanda Pierre. Financement et planification. In : Economie et
statistique, n°24, Juin 1971. pp. 13-29. doit : 10.3406/estat.1971.2086.

Kemp Élizabeth, Stoss Elmer. L'endettement des entreprises industrielles françaises et
allemandes : des évolutions distinctes malgré des déterminants proches. In : Economie et
statistique, n°341-342, 2014. L'investissement et le financement des entreprises. pp. 153-
171.

Mistral Jacques. Faut-il encourager l'investissement ? Table ronde. In : Revue française
d'économie, volume 2, n°2, 1987. pp. 122-140.

Herbet Jean-Baptiste. Peut-on expliquer l'investissement à partir de ses déterminants
traditionnels au cours de la décennie 90 ? In : Economie et statistique, n°341-342, 2001.
L'investissement et le financement des entreprises. pp. 85-106.

Thèses et Mémoires


Le financement des investissements liés à la performance énergétiques des bâtiments et
aux installations photovoltaïques 2006

Le financement des nouvelles entreprises » Gendre Laurent 2008

Techniques de Financement Des investissements : Les Crédits Bancaires, Melle SAIS

NAWEL2014

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 70


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka


LE FINANCEMENT DES PME INDUSTRIELLES MAROCAINES : PRATIQUES ET
COMPORTEMENTS DRISS ETT AKI 1996,

Financement des investissements par emprunt obligataire : « CAS D’AIR ALGERIE »

Etude analytique d’un financement bancaire JOSEF CLARK 2010

Sites Internet ou Cyber graphie



http://www.externe.info

http://www.logicaldecisions.com/

http://www.banque-france.fr/

http://www.afb.fr/

http://www.fbf.fr/

http://www.vernimmen.net/html/glossaire

http://www.eutelsat-communications.com

http://www.ses-global.com

http://www.galileo-industries.net

http://www.suez.com/finance/french/actualites/

Http://www.persee.fr

Http://www.livrespoutous.com

http://www.lfaculté.com

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 71


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

ANNEXES

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 72


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Annexes N°1 organigramme du groupe BARKA

DIRECTION

Service
Service achat comptable

Service

Service contrôle commercial

ADMINISTRATION Service
Service marketing
client

Service

Service transport vente

Service
Service
approvisio
production
nnement

Source : élaboré par nous même

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 73


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Annexe N°2 compte du résultat

Compte de résultat 2014 %


Chiffre d'affaires 5 540 965 f 100,00%
Ventes de marchandises 2 878 303 f 51,95%
Achats consommés de marchandises 2 750 897 f 49,65%
Marge commerciale 127 406 f 2,30%
Prestations vendues 2 662 662 f 48,05%
Production de l'exercice 2 662 662 f 48,05%
Achats consommés de matières 1 098 234 f 19,82%
Marge sur production 1 564 428 f 28,23%
Marge globale 1 691 834 f 30,53%
Charges externes 409 493 f 7,39%
Valeur ajoutée 1 282 341 f 23,14%
Impôts et taxes 103 110 f 1,86%
Charges de personnel 904 798 f 16,33%
Excédent brut d'exploitation 274 433 f 4,95%
Reprises sur provisions 92 696 f 1,67%
Transferts de charges 55 366 f 1,00%
Autres produits 26 560 f 0,48%
Dotations aux amortissements 92 698 f 1,67%
Dotations aux provisions 59 357 f 1,07%
Autres charges 104 548 f 1,89%
Résultat d'exploitation 192 452 f 3,47%
Produits financiers 30 966 f 0,56%
Charges financières 5 307 f 0,10%
Résultat financier 25 659 f 0,46%
Résultat courant 218 111 f 3,94%
Produits exceptionnels 13 824 f 0,25%
Charges exceptionnelles -6 322 f -0,11%
Résultat exceptionnel 20 146 f 0,36%
Impôts sur les bénéfices 78 699 f 1,42%
Résultat de l'exercice 159 558 f 2,88%
Capacité d'autofinancement 212 902 f 3,84%

Tableau N°9 :compte du resultat

Source : compte du résultat du groupe

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 74


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Tableau N°10 : Présentation des coûts

Emprunt (Coûts) N N+1 N+2 N+3 N+4 Cumul


Amortissement 20 000 000 f 20 000 000 f 20 000 000 f 20 000 000 f 20 000 000 f 100 000 000
f
Intérêts d'emprunt 9 266 669 f 7 567 871 f 5 691 435 f 3 618 512 f 1 328 526 f 27 473 012 f
Economie d'IS -8 780 001 f -8 270 361 f -7 707 430 f -7 085 553 f -6 398 558 f -38 241 904 f
Coût global 20 486 668 19 297 509 17 984 004 16 532 958 14 929 968 89 231 108
f f f f f f
Tableau N°11 : Présentation des flux de trésorerie

Emprunt (Flux) N N+1 N+2 N+3 N+4 Cumul


Investissement 100 000 000 100 000 000
f f
Apport initial -34 500 f -34 500 f
Emprunt -99 965 500 f -99 965 500 f
Echéance d'emprunt 25 487 882 f 25 487 657 f 25 487 657 f 25 487 657 f 25 487 657 f 127 438 512
f
Economie d'IS -8 780 001 f -8 270 361 f -7 707 430 f -7 085 553 f -6 398 558 f -38 241 904 f
Flux net 16 707 882 17 217 296 f 17 780 227 f 18 402 104 f 19 089 100 f 89 196 608 f
Flux actualisé 16 707 882 16 397 425 16 127 190 15 896 429 15 704 649 80 833 575
€ f f f f f
Cumul actualisé 16 707 882 f 33 105 307 f 49 232 497 f 65 128 926 f 80 833 575 f

Source : calcul effectué par nous même avec le logiciel simulateur

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 75


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Annexe N°3 : Impacts sur l'exploitation

Ce tableau présente les impacts directs et indirects de l'investissement sur


l'exploitation.

Pour matérialiser ces impacts, nous avons repris :


- Le réalisé correspondant au compte de résultat au 31/12/2014,
- Les coûts et économies générés par l'investissement sur la première année,
- Les retraitements indirects sur l'exploitant (chiffre d'affaires, charges
complémentaires, personnel supplémentaire...)

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 76


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Impacts sur l'exploitation (Ex. N) Réalisé Invest. Impacts Corrigé


Chiffre d'affaires 5 540 965 f +200 000 f 5 740 965 f
Ventes de marchandises 2 878 303 f 2 878 303 f
Achats consommés de marchandises 2 750 897 f 2 750 897 f
Marge commerciale 127 406 f 127 406 f
Prestations vendues 2 662 662 f +200 000 f 2 862 662 f
Production de l'exercice 2 662 662 f +200 000 f 2 862 662 f
Achats consommés de matières 1 098 234 f 1 098 234 f
Marge sur production 1 564 428 f +200 000 f 1 764 428 f
Marge globale 1 691 834 f +200 000 f 1 891 834 f
Charges externes 409 493 f +8 000 f 417 493 f
Valeur ajoutée 1 282 341 f +192 000 f 1 474 341 f
Impôts et taxes 103 110 f 103 110 f
Charges de personnel 904 798 f +38 000 f 942 798 f
Excédent brut d'exploitation 274 433 f +154 000 f 428 433 f
Reprises sur provisions 92 696 f 92 696 f
Transferts de charges 55 366 f 55 366 f
Autres produits 26 560 f 26 560 f
Dotations aux amortissements 92 698 f +20 000 000 f 20 092 698 f
Dotations aux provisions 59 357 f 59 357 f
Autres charges 104 548 f 104 548 f
Résultat d'exploitation 192 452 f -20 000 000 f +154 000 € -19 653 548 f
Produits financiers 30 966 f 30 966 f
Charges financières 5 307 f +9 266 669 f 9 271 976 f
Résultat financier 25 659 f -9 266 669 f -9 241 010 f
Résultat courant 218 111 f -29 266 669 f +154 000 f -28 894 558 f
Produits exceptionnels 13 824 f 13 824 f
Charges exceptionnelles -6 322 f -6 322 f
Résultat exceptionnel 20 146f 20 146 f
Impôts sur les bénéfices 78 699 f -8 780 001 f +8 701 302
f
Résultat de l'exercice 159 558 f -20 486 668 f -8 547 302 f -28 874 412 f

Capacité d'autofinancement 212 902 f -486 668 f -8 547 302 -8 821 068 f
f
Emprunts à moins d'un an +16 221 214 f 16 221 214 f

Capacité à rembourser 212 902 f -16 707 882 -8 547 302 -25 042 281
f f f
Annexe n°

Capacité à rembourser l'emprunt

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 77


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Capacité à rembourser l'emprunt (Ex. N) Montant


CAF corrigée -8 821 068 f
Echéances annuelles d'emprunt 16 221 214 f
Ratio : Echéances annuelles / CAF -183,89%

Tableau N°13 CAF


Ce ratio ne doit pas dépasser 50% car au-delà, il serait révélateur d’un excès d’endettement au
regard de la capacité d’autofinancement de l’entreprise, dans la mesure où celle-ci orienterait
une trop grande part de sa capacité d’autofinancement vers le remboursement d’emprunts.

Cette étude fait apparaître que le financement par emprunt reste la solution la plus
intéressante.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 78


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Annexes N°4 : plan de financement

années 2016 2017 2018 2019 2020


Ressource :
00000 00000 00000 00000 00000
00000 00000 00000 00000 00000
0000 00000 00000 00000 00000
d’associés 42200000 42200000 42200000 42200000 42200000
-Flow). 500000000 500000000 500000000 500000000
500000000
d’actifs.

TOTAL RESSOURCES 920000000 920000000 920000000 920000000 920000000

Emplois :
100000000 100000000 100000000 100000000 100000000

0 0 0 0 0
0 0 0 0 0
0 0 0 0 0
100000000 100000000 100000000 100000000 100000000
0 0 0 0 0
financement 150000000 150000000 150000000 150000000 150000000

TOTAL DES EMPOIS 350000000 350000000 350000000 350000000 350000000

Solde simple (emplois-ressources) 570000000 570000000 570000000 570000000 570000000

Solde cumulés 570000000 570000000 570000000 570000000 570000000

Sources : calculs effectués par nous même

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 79


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Annexe N°5 : évolution des flux nets de trésoreries actualisés

evolution des flux nets actualisés


50000000
45000000
40000000
35000000
30000000
FLUX
25000000
NETS
20000000
15000000
10000000
5000000
0
FLUX NETS
ANNÉES

2015 2016 2017 2018 2019 2020

Source : élaboré par nos soins sur la base de nos calculs

Annexe N°6 : remboursements du crédit-bail

EVOLUTION DE REMBOURSEMENT DE
CREDIT-BAIL

2% 2015
35% 2016
46% 2017

2018
3% 2019
2020
14%

Source : élaboré par nos soins sur la base de nos calculs

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 80


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Annexe N°7 : capital-investissement et cycle de vie de l’entreprise

Source : www.afic-asso.fr

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 81


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 82


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 83


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

Autres questions utiles :


Quelles sont les différentes solutions qui s’offrent aux entreprises pour financer leurs projets ?

Auprès de qui peuvent-elles emprunter ? Comment lever des fonds ? Qu’est-ce que le
crowfunding ? Quel est le coût de ces modes de financement ?

1) Rappelez comment s’appelle l’opération économique consistant à « acheter du


matériel de production ».
2) Quels sont les différents types d’emprunts possibles pour financer des projets ?
3) Quel est le point commun entre un emprunt bancaire et un emprunt obligataire ?
Quelle est leur différence ?
4) Quelle est la différence entre un emprunt obligataire et l’émission d’actions ?
5) Qu’est-ce qui peut motiver un épargnant à acheter des actions ?
6) Que signifie « love money » ? « business-angels » ?
7) Qu’est-ce que le crowdfunding ?
8) Comment la taille de l’entreprise influe-t-elle sur ses possibilités de financement ?

Réponses aux questions


1) C’est l’investissement.

2) L’emprunt peut se faire auprès d’une banque (emprunt bancaire), d’une collectivité locale
ou d’une institution visant à encourager la création d’entreprise (prêt d’honneur à un taux
faible voire nul) ou par l’émission d’obligations (emprunt obligataire).
3) Dans les deux cas, il s’agit d’une créance acquise sur l’entreprise par l’apporteur de
capitaux. L’entreprise devra rembourser l’emprunt à une échéance fixée et verser des intérêts
aux prêteurs. Mais l’emprunt bancaire se fait auprès d’un intermédiaire financier alors que
l’émission d’obligations se fait sur le marché financier, permettant d’obtenir des capitaux
directement auprès des investisseurs.
4) Alors qu’une obligation est un titre de créance sur l’entreprise, une action est une part de
l’entreprise. Un actionnaire est propriétaire d’une fraction du capital de l’entreprise.
5) En achetant des actions, un épargnant espère recevoir une partie des profits de l’entreprise
sous forme de dividendes et réaliser une plus-value (écart positif entre le prix de revente et le
prix de souscription de l’action) au moment de la revente de ses actions.
6) Dans les deux cas, il s’agit de dénommer des acteurs du capital-investissement. La « love
money » (littéralement « argent de l’amour ») désigne les capitaux apportés par des proches

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 84


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

(famille ou amis) du créateur d’entreprise, lors de la phase de démarrage. Les « business-


angels » (littéralement « anges des affaires ») sont des investisseurs en capital-risque qui
financent des entreprises potentiellement à fort développement mais risquées et qui les
épaulent grâce à leur expérience et leur réseau.
7) Le crowdfunding (littéralement « financement par la foule ») ou financement participatif
met directement en relation, via des plates-formes Internet, des entreprises porteuses de
projets et des particuliers désireux de donner, de prêter, ou d‘investir en capital.
8) Les TPE et PME n’ont pas accès à tous les circuits de financement. Elles n’ont pas la
capacité d’émettre des titres sur les marchés financiers et sont donc plus dépendantes de
l’emprunt bancaire. Les différentes formes de capital-investissement et le crowdfunding
peuvent alors constituer un financement alternatif ou du moins complémentaire au crédit
bancaire, les fonds levés grâce à ces modes de financement constituant un atout pour obtenir
un prêt bancaire.

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 85


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

TABLE DES MATIERES

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 86


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

SOMMAIRE................................................................................................................................................... 3
DEDICACES.................................................................................................................................................... 5

REMERCIEMEMENTS..................................................................................................................................... 6
AVANT-PROPOS............................................................................................................................................. 7

SIGLES ET ABREBIATIONS............................................................................................................................... 9
TABLE DES ILLUSTRATIONS........................................................................................................................... 10

RESUME...................................................................................................................................................... 11
ABSTRACT................................................................................................................................................... 13
‫صخل م‬.................................................................................................................................................... 14
INTRODUCTION GENERALE.......................................................................................................................... 16

PROBLEMATIQUE :......................................................................................................................................................3
HYPOTHESES :............................................................................................................................................................6
CHOIX ET L’INTERET DU SUJET :.......................................................................................................................................7
METHODOLOGIE.........................................................................................................................................................8
DELIMITATIONS SPATIO-TEMPORELLE DU SUJET....................................................................................................................8
SUBDIVISION DU TRAVAIL..............................................................................................................................................9
LES DIFFICULTES RENCONTREES.......................................................................................................................................9

CHAPITRE I.PROCESSUS DU CHOIX D’INVESTISSEMENT................................................................................ 10

SECTION 1 : L’INVESTISSEMENT ET SES CARACTERISTIQUES...................................................................................................11


1.1 L’investissement : définition et typologie.................................................................................................11
A) Définitions selon quelques approches de l’investissement................................................................................... 11
B) classification des investissements......................................................................................................................... 12
1.2 Les caractéristiques d’un projet d’investissement....................................................................................13
A) La dépense d’investissement : le capital investi.................................................................................................... 14
B) Les flux nets de trésorerie ou Cash-flow nets....................................................................................................... 15
C) La durée de vie du projet d’investissement.......................................................................................................... 16
D) La valeur résiduelle............................................................................................................................................... 16
SECTION 2 LES CRITERES D’EVALUATION DE LA RENTABILITE ECONOMIQUE DES INVESTISSEMENTS....................................................17
2.1 LES CRITERES ATEMPORELS D’EVALUATIONS DES INVESTISSEMENTS....................................................................................17
A) taux moyen de rentabilité (TMR).......................................................................................................................... 17
B) Le délai de récupération ou de recouvrement...................................................................................................... 18
2.2 Les critères temporels de choix des investissements...............................................................................18
A) La Valeur Actuelle Nette....................................................................................................................................... 19
B) Le taux interne de rendement.............................................................................................................................. 19
C) L’indice de profitabilité......................................................................................................................................... 20
2.5 Analyse critique des critères de choix des projets....................................................................................21
A) Les causes d’une divergence de classement des projets d’investissement........................................................... 21
B) Les critères globaux ou intégrés............................................................................................................................ 22
2.6 Les risques liés à la décision d’investissement.........................................................................................23
A) Les conséquences du risque :............................................................................................................................... 23
B) Autres classifications des risques.......................................................................................................................... 24

CHAPITRE II.LES PRINCIPALES SOURCES DE FINANCEMENT DES ENTREPRISE................................................. 27

SECTION 1. LES SOURCES DE FINANCEMENT INTERNE, INTERMEDIAIRES OU QUASI FONDS PROPRES ET EXTERNES................................28
1.1. Les sources de financement interne........................................................................................................29

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 87


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

A) La capacité d’autofinancement et les fonds propres............................................................................................. 29


B) Les cessions d’éléments d’actif............................................................................................................................. 29
C) Augmentation du capital....................................................................................................................................... 30
1.2 Le financement par quasi-fonds propres.................................................................................................31
A) Les titres participatifs............................................................................................................................................ 31
B) Les prêts participatifs............................................................................................................................................ 31
C) Les subventions d’investissement......................................................................................................................... 31
D) Les avances conditionnées................................................................................................................................... 31
E) les comptes courants bloqués des associés.......................................................................................................... 31
1.3 Les sources de financements externes.....................................................................................................32
A) Financement par emprunt bancaire indivis.......................................................................................................... 32
B) emprunt obligataire.............................................................................................................................................. 32
C) financement par Le crédit-bail (leasing) et la cession bail (ou lease-back)............................................................ 33
SECTION 2 : CHOIX DU MODE DE FINANCEMENT ET PLAN DE FINANCEMENT..............................................................................34
2.1 Choix des modes de financement.............................................................................................................34
A) Les contraintes classiques du choix de financement............................................................................................. 34
B) Les critères du choix de financement.................................................................................................................... 35
C) Le coût de l’endettement...................................................................................................................................... 36
D) Le coût du crédit-bail............................................................................................................................................ 36
E) Les décaissements nets actualisés........................................................................................................................ 36
F) L’existence d’une structure de financement optimale de l’entreprise : théorème de Modigliani-Miller................37
2.2. Plan de financement d’investissement....................................................................................................38
A) Le plan de financement : définition et utilité........................................................................................................ 38
B) L’élaboration du plan de financement................................................................................................................... 38

CHAPITRE III.CHOIX D’INVESTISSEMENT ET MODES DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES « CAS DU


GROUPE BARKA »........................................................................................................................................ 42

SECTION 1 : PRESENTATION GENERALE DU GROUPE BARKA................................................................................................43


1.1 .Historique................................................................................................................................................43
1.2. Organisation globale du groupe BARKA.................................................................................................44
A) Les principales composantes structurelles............................................................................................................ 45
B) Organigramme du groupe BARKA......................................................................................................................... 46
1.2 Approche méthodologique et Présentations des données.......................................................................46
A) Approche méthodologique................................................................................................................................... 46
B) Présentation des données.................................................................................................................................... 47
SECTION 2.EVALUATION DE LA RENTABILITE DES INVESTISSEMENTS ET CHOIX DE FINANCEMENT ......................................................49
2.1. Evaluations de la rentabilité des investissements du groupe BARKA......................................................50
A) Utilisation des critères atemporels d’évaluations................................................................................................. 50
B) Utilisation des critères temporels d’évaluations de la rentabilité d’investissement du groupe BARKA.................50
2.2 Les principales sources de groupe BARKA et Choix du mode de financement.........................................51
A) le financement par fonds propres......................................................................................................................... 51
B) Les contraintes classiques de choix de financement............................................................................................. 52
C) Les critères de choix de mode de financement..................................................................................................... 52
2.3 Plan de financement................................................................................................................................54
2.4 Analyse des résultats et recommandations.............................................................................................54
A) analyse des résultats............................................................................................................................................. 54
B) Discussion des résultats et recommandation........................................................................................................ 55

CONCLUSION GENERALE.............................................................................................................................. 59

GLOSSAIRE.................................................................................................................................................. 63
BIBLIOGRAPHIE........................................................................................................................................... 67

OUVRAGES GENERAUX ET SPECIALISES............................................................................................................................68

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 88


Choix d’investissement et modes de financement des entreprises : cas du groupe Barka

REVUES ET ARTICLES..................................................................................................................................................69
THESES ET MEMOIRES...............................................................................................................................................70
SITES INTERNET OU CYBER GRAPHIE..............................................................................................................................71

ANNEXES..................................................................................................................................................... 72
ANNEXES N°1 ORGANIGRAMME DU GROUPE BARKA.......................................................................................................73
ANNEXE N°2 COMPTE DU RESULTAT..............................................................................................................................74
ANNEXE N°3 : IMPACTS SUR L'EXPLOITATION...................................................................................................................76
ANNEXES N°4 : PLAN DE FINANCEMENT.........................................................................................................................79
ANNEXE N°5 : EVOLUTION DES FLUX NETS DE TRESORERIES ACTUALISES..................................................................................80
ANNEXE N°6 : REMBOURSEMENTS DU CREDIT-BAIL...........................................................................................................80
ANNEXE N°7 : CAPITAL-INVESTISSEMENT ET CYCLE DE VIE DE L’ENTREPRISE..............................................................................81
AUTRES QUESTIONS UTILES :........................................................................................................................................84
REPONSES AUX QUESTIONS..........................................................................................................................................84

Amadou Aboubacar Dalhatou 5éme Année ingénierie financière 2015-2016 89