Vous êtes sur la page 1sur 81

g N

V
K '• ^ J

H f T l i V
- Æ i i •7
P * w
îf M f ^ -
w
W ;- # i
2

Comment utiliser ce livre

C lassification
] Champignons à tubes
] Champignons à lamelles
j Champignons à plis, aiguillons, autres
Copyright © 2013 Editions Artémis.

LU

LU
W

LU
</)

P ictogrammes
Hauteur moyenne du champignon
Diamètre moyen du chapeau
jf Bon comestible
LU
£5 ? Excellent comestible

Comestible cuit, toxique cru


O
w
3

Description des caractères physiques permettant


de déterminer l'espèce

Nom et synonyme latin ou français, famille

Nom commun

Amanite des Césars


0 lW *#TIO M : Ch«p»«« i ‘ .arnu kim t t i r p t j e ne
r-Memcnt no «1 k v <o*C* t d» Qrangr U marge
m ontre unr r» rt^ Jierr d n atio n l «1 1 w r f - * \ r t kferrv
pMjn e d ■ l a p«ad ro b m V r l charnu « ep a n u t * U banc 4 n i
Copyright © 2013 Editions Artémis.

dore (oui com m e Ianneau M p t r i n r è r M u i , tir e , p K titU n l


lu
U ne «otm am ple Manche. Icm etre largement a U t o y ta d u r
Manche a m e t e n r d e rem ette
M a h UT : Comme*» dam In rtgcy» mencbonaln de lhemrt-
phere nord. *d# ne a p p o rte pat k t fro d t ercew dv HutM eitr-
«ale. on b rencontrera d e t le mon de fu tld . dam I n bon (ta**
de ch en n et de c M t a g n m parfon tout con*fere\ w rtm r en
b w É n ubonac

Description des LU

biotopes où
pousse l’espèce
tt t ï? LU

E poque de présence

Époque LU
de présence

j f m a m j a s o n d S
o
U
4

Les caractères d'identification


L’identification des champignons se révèle souvent délicate
en raison du nombre d’espèces qu’ils regroupent. Elle passe
par l’observation des caractères morphologiques simples,
schématisés ici.

La forme générale

Chapeau ---------
Surface du chapeau

O
Copyright © 2013 Editions Artémis.

*;
* *

i•
r p ïjk t u u
Æ m
1
é t S k
I L ~ ' 1 Y \
<
SJ méchuleuse fibrilleuse granuleuse pruineuse écailleuse à plaques

Forme du chapeau

LU

Convexe Hémisphérique Mamelonné Déprimé Conique En entonnoir

JS Marge du chapeau
LU

'LU
Cl l u i
SJ
<
Striée Cannelée
<
SJ
5

Le dessous du chapeau

Lames

ou émarginées

Pied

Forme du pied

u
Copyright © 2013 Editions Artémis.

sinueux en massue bulbeux grêle excentré


<
w
Surface du pied 1J
C o rtin e
\1/ z! /
Elle disparaît lors de la >
croissance du champignon—
subsiste parfois sous forme
d’une zone annulaire !
fibrilleuse réticulée pelucheuse (ex : cortinaires)

Volve </)
Bulbe LU

KJ
<
CC
volve volve volve non marginé bulbe <
en sac engainante à bourrelets marginé KJ
6

Bolet orangé
Leccinum aurantiacum (Bolétales)
D escription : Dune belle couleur orangé roux caractéristique,
la cuticule apparaît sèche et veloutée. Les tubes, blanchâtres,
Copyright © 2013 Editions Artémis.

souvrent sur des pores qui grisonnent avec l’âge. Le pied, puissant,
ferme, s’épaissit généralement dans le bas. Sa surface, blanchâtre,
se recouvre de mèches orangées à brunes qui lui confèrent un
aspect rugueux. La chair, blanche, rosée, puis grisâtre, est bleuis­
sante ou verdissante à la base du pied.
H abitat : Ce robuste fructifie communément de l’été à l’au­
tomne, sous divers feuillus : charmes, bouleaux ou peupliers.
<

Z
O

O
a.

<

w
tî T Q
12-23 cm 8-20 cm
j f m a m j j a s o n d
Bolet bai
Xerocomus badius (Bolétales)
D escription : Ce bolet de taille moyenne montre une robe bai
brun. La cuticule, finement veloutée par le sec, apparaît lisse et un
Copyright © 2013 Editions Artémis.

peu visqueuse à l'humidité. Les pores, petits et anguleux, d'abord


blancs à crème, passent par une teinte vive, jaune citron, avant
de devenir olivâtres sur la fin. Au toucher, ils verdissent nette­
ment. Le pied, obèse ou grêle, court ou étiré, est strié de longues iSi

traînées jaunes et brunes. La chair, jaunâtre, bleuit ou verdit au


contact de l'air, surtout par temps humide.
HABITAT : Le bolet bai croît sous les conifères, mais également
sous les feuillus. Terricole, il émerge parfois des anfractuosités de
vieilles souches. Répandu dans tout l’hémisphère nord tempéré,
on le trouve communément à la saison des champignons, parfois Z
vers la fin de l’automne. O

SJ

û.
S
tî T G
8-15 cm 5-15 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
; ,

Cèpe de Bordeaux
Boletus edulis (Bolétales)
D es c r ip tio n Le chapeau, hémisphérique chez le jeune, lui donne
un aspect en « bouchon de champagne ». Par la suite, il s étalé
Copyright © 2013 Editions Artémis.

mais reste épais, charnu et convexe. Dabord ferme, il s amollit


avec l’âge. Lisse ou légèrement rugueuse, visqueuse à l’humidité,
la cuticule présente une coloration qui varie du beige au brun-
SS* roux. Un fin liséré blanc orne la marge de manière évidente. Les
tubes, fins et longs, blancs chez le jeune, se teintent, à maturité,
de jaune, puis de brun olive, comme les pores. Le pied, massif,
bombé et ferme, s’étire rapidement. Blanc, plus ou moins lavé de
< brun, il porte, dans le haut, un réseau blanc très finement dentelé.
(/> La chair, blanche, se tache de brun vineux sous la cuticule.
H a b ita t : En plaine, il apparaît dans les bois de feuillus, poussant
plus volontiers sous les chênes et les châtaigniers, tandis qu’il
O s’abrite sous les conifères, pins et épicéas, en altitude.

CL
S
<

w
ti¥ ®
10-25 cm 5-25 cm
j f m a m j j a s o n d
Cèpe d'été
Boletus aestivolis / Syn. fr. : cèpe réticulé (Bolétales)
D e s c r ip t io n Le chapeau, jamais visqueux, même sous la pluie,
offre une couleur plus uniforme et plus claire que le cèpe de Bor­
Copyright © 2013 Editions Artémis.

deaux ; ocre, rousse ou chamois, même sur le bord qui n apparaît


pas plus clair. Le pied, de couleur ochracée, porte un réseau bien
dessiné.
HABITAT : Espèce précoce qui fait son apparition dès le mois de iSi

mai et disparaît avec les derniers jours de septembre. Elle affec­


tionne les espaces dégagés, les clairières, les bordures des bois de
feuillus essentiellement.

Z
O

SJ

û.
S
ti¥ @
8-20 cm 5-15 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
10

53 4 ■ r ■ B9 | ■ mW j A >•f l
.-V; h K M Jri
S - É té * , P

Bolet tête-de-nègre
Boletus aereus / Syn. fr. : bolet bronzé (Bolétales)
D escription : On le reconnaît à son chapeau typiquement brun
sépia, presque noir à l'état jeune, s'éclaircissant par plages avec
Copyright © 2013 Editions Artémis.

l âge. Il porte souvent des morsures de bêtes (limaces...). Le pied,


comme pour le cèpe d été, est coloré d'ocre ou de brun rouille.
Très renflé, il peut s’effiler à sa partie supérieure.
I/) HABITAT : Plutôt méridional, il se plaît sur les terrains secs, dans
LU
les bois de feuillus exclusivement, en été et au début de l’au­
tomne.

<
(/)
Z
O

O
Q.

<

U
tt
10-15 cm
t
5-20 cm
® j f m a m j j a s o n d
Cèpe des pins
Boletus pinophilus / Syn. lat. : Boletus pinicola (Bolétales)
D e s c r ip t io n : Le cèpe des pins a un chapeau dans les tons rouge
grenat, acajou, brun-rouge vineux, un peu bosselé et pruineux
Copyright © 2013 Editions Artémis.

dans le jeune âge. Le pied est très obèse, ocre ou rougeâtre.


HABITAT : Plutôt méridional et montagnard, il ne pousse pas
uniquement dans les pinèdes comme le laisse suggérer son nom,
mais également dans des bois mixtes à feuillus et conifères, et iSi

même sous des feuillus purs, le châtaignier notamment. Il est


moins fréquent que les autres cèpes.

Z
O

SJ

û.
S
<
t i ¥ t S
10-20 cm 5-20 cm
j f m a m j j a s o n d
SJ
Bolet à pied rouge
Boletus erythropus (Bolétales)
D escription Le chapeau, hémisphérique, épais et charnu, a une
consistance très ferme, presque dure. La cuticule a une teinte
Copyright © 2013 Editions Artémis.

fauve à brune, parfois nuancée de rouge. Les pores sont très


petits, vivement colorés de rouge et souvent d’orangé près de la
marge. Ils bleuissent nettement au toucher. Le pied est très ferme,
l/) comme le chapeau. Sa surface, non réticulée, est finement ponc­
LU
tuée de rouge sur fond jaune, et cette ornementation se révèle
souvent tellement dense quelle apparaît entièrement rouge. La
chair est très ferme. Jaune, elle devient instantanément et inten­
< sément bleue à la cassure.
(/) HABITAT : Il affectionne les bois clairs de feuillus, de chênes
Z notamment, et de conifères. On le trouve le plus souvent en
O petites troupes, surtout en lisière, dans les terrains siliceux.
O
Q.

<

U
fi ¥ %
8-20 cm 7-20 cm
j f m a m j j a s o n d
Cèpe royal
Boletus regius (Bolétales)
D escription Le cèpe royal est caractérisé par deux couleurs :
groseille ou rose-rouge pour le dessus du chapeau, et jaune citrin
Copyright © 2013 Editions Artémis.

pour tout le reste du champignon. Le réseau fin qui orne le pied


est également jaune. La chair jaune pâle bleuit à peine à la cas­
sure.
HABITAT : Méridional, dans les forêts de feuillus (surtout chênes) iSi

ou sous châtaigniers. Assez rare.

Z
O

SJ

û.
S
<
t î
8-18 cm
¥
6-20 cm
© j f m a m j j a s o n d
SJ
Russule charbonnière
Russule cyanoxantha (Russulales)
D escription Le chapeau est d abord ferme et charnu. La cuticule
offre un panachage de couleurs qui va du violet au verdâtre, le
Copyright © 2013 Editions Artémis.

tout nuancé de bleu et de jaune. De plus, elle se salit de plages


diffuses, très foncées, presque noires, d'où le nom de russule char­
bonnière. Les lames, blanches, sont très caractéristiques : épaisses
et fourchues à la base, elles se montrent très souples, ni fragiles
ni cassantes au toucher, de consistance dite « lardacée ». Le pied,
S
< robuste, d'abord ferme, se creuse et devient rapidement spon­
gieux. Sa surface, blanche, est faiblement ridée. La chair, ferme,
s'amollit avec l’âge. Blanche, elle se teinte de rosé sous la cuticule.
HABITAT : Elle abonde sous les feuillus, et quelquefois sous les
z conifères. En grandes troupes, surtout sous les chênes, les hêtres
o et les bouleaux.
SD

<

w
tl¥@
5-11 cm 5-15 cm
j f m a m j j a s o n d
Russule comestible
Russula vesca (Russulales)
D escription : Le chapeau tire plutôt sur le rose-brun ou le brun-
pourpre. La marge, cannelée, se rétracte facilement, découvrant
Copyright © 2013 Editions Artémis.

alors les lames. Les lames sont blanches, fourchues, souples, mais
non grasses comme du lard, et montrent une certaine fragilité. Le
pied, blanc, se délave parfois de rose. La chair présente une saveur
agréable de noisette.
HABITAT : Très commune à [abri des feuillus et des conifères,
la russule comestible apparaît très précocement, souvent dès le
mois de mai, et persiste jusqu’en été.

TI ¥ ©
5-10 cm 5-10 cm
Lactaire délicieux
Lactarius deliciosus (Russulales)
D escription : Le chapeau, charnu, d abord convexe, s'orne de
taches concentriques plus foncées que le fond orangé vif. La
Copyright © 2013 Editions Artémis.

marge, longtemps rabattue, s’étire avec l’âge. Les lames, serrées et


fragiles, décurrentes et fourchues à la base, orangées, se maculent
peu à peu de traînées verdissantes. Le pied est généralement
court et trapu, atténué à la base. Recouvert dans la partie supé­
rieure d’une pruine blanchâtre, il est marqué, dans le bas, de fos­
S
< settes plus vivement colorées, sur fond orangé. La chair, blanche à
orangée, est ferme et cassante. Elle laisse apparaître, à la cassure,
un lait orangé vif qui fonce au contact de l’air. Ce dernier commu­
nique son verdissement tardif à tout le champignon.
z HABITAT : S’installe dans la mousse et les aiguilles des forêts de
o conifères, celles de pins surtout.
SD

<

w
tî f S?
4-10 cm 5-12 cm
j f m a m j j a s o n d
Lactaire sanguin
Lactarius songuifluus (Russulales)
D escription : Le chapeau est beaucoup moins orangé que le lac­
taire délicieux, d'une couleur plus terne, gris ocre nuancé de roux
purpurin. Il verdit peu et par plages seulement. La chair rousse à
vineuse exsude à la cassure un lait peu abondant mais rouge sang </>

dès lorigine.
HABITAT : Commun en automne dans le Midi, sous les pins, sur
m ^ '
sol calcaire. Egalement présent sur la façade atlantique.
S
© <
4->
-C
CTI
’s_
>-
CL
O
U
</>

SD

&

Tî¥fi?
5-10 cm 5-12 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
18

Hygrophore des prés


Cuphophyllus pratensis (Tricholomatales)
D es c r ip tio n : Le chapeau s’étale rapidement en conservant un
mamelon net. Épais au centre, il a alors la forme d’une toupie.
Copyright © 2013 Editions Artémis.

La cuticule, sèche, offre une coloration plutôt pâle, fauve à rous-


sâtre, qui tire sur le jaunâtre ou l’orangé. Les lames sont nettement
espacées, larges, épaisses et décurrentes, d’abord crème puis
jaune ocre. Le pied, assez court en général, atténué en pointe à
la base, blanchâtre, est rayé de fines fibrilles longitudinales nuan­
S
< cées, de la couleur du chapeau.
HABITAT : Pousse en automne dans les prairies, les pâturages, les
chemins et même dans les bois clairs.

Z
O

SD

<

U
t î
4-8 cm
T4-8 cm
0 j f m a m j j a s o n d
Hygrophore blanc de neige
Cuphophyllus niveus (Tricholomatales)
D es c r ip tio n : Il est entièrement blanc pur, parfois nuancé d’un
peu d’ocre ou de rougeâtre. Les lames sont éparses, très espacées,
Copyright © 2013 Editions Artémis.

décurrentes. Le pied est très long et sinueux.


HABITAT : Commun en automne et en début d’hiver. Il partage le
même habitat que l’hygrophore des prés.

S
<

</>

SD

&

<
t î
4-8 cm
¥
1-4 cm
G j f m a m j j a s o n d
SJ
20

Hygrophore de m ars
Hygrophorus marzuolus (Tricholomatales)
D e s c r ip t io n : Le chapeau est épais et charnu. Il s'aplatit rapide­
ment, prenant un aspect irrégulier, bosselé, et devient finalement
Copyright © 2013 Editions Artémis.

déprimé. Parfois entièrement blanc chez les jeunes exemplaires, il


se macule rapidement de grisâtre, lequel s'intensifie jusqu'à deve­
nir presque noir. Les lames, blanches, se teintent de gris ardoisé.
Le pied, blanc, d’abord court et trapu, puis étiré, se pare de gris à
partir de la base en vieillissant.
S
< H abitat : Hôte des sapinières de montagne, en terrain siliceux, et
aussi des pinèdes, pessières et hêtraies-sapinières. Très précoce, il
apparaît en groupes d'individus presque accolés dès la fonte des
neiges. Commun localement.
Z
O

SD

<

SJ
ti t s
4-8 cm 6-15 cm
j f m a m j j a s o n d
Pleurote en forme d'huître
Pleurotus ostreatus / Syn. fr. : oreillette (Tricholomatales)
D escription : Le chapeau se signale par la variabilité de ses cou­
leurs : il peut être noir ou blanc, gris violacé ou jaunâtre. Plutôt
Copyright © 2013 Editions Artémis.

charnu, il s'aplanit rapidement et prend sa forme définitive, en


coquille. La cuticule est lisse et brillante. La marge, sinueuse, </>
reste longtemps enroulée. Les lames, décurrentes, montrent une
couleur ivoire caractéristique. Le pied peut être absent, ou rudi­
mentaire, et hérissé de poils. La chair, épaisse et blanche, d’abord
S
tendre, prend une consistance quelque peu élastique par la suite. <
Elle présente une saveur douce et un parfum délicat qui s’es­
tompe avec l’âge ou devient presque désagréable.
HABITAT : Il doit être recherché dans les taillis et les bois plutôt </>
humides. Ses touffes compactes et volumineuses envahissent les
souches ou les troncs abattus de divers feuillus. O

SD

&

tl¥S
2-10 cm 4-15 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
Pleurote corne d'abondance
Pleurotus cornucopiae (Tricholomatales)
D e s c r ip t io n : Le chapeau s'évase en cornet ou en entonnoir,
lisse, blanchâtre à beige rosé. Les lames, minces, dun blanc carné,
Copyright © 2013 Editions Artémis.

forment un réseau anastomosé qui atteint presque la base du


pied. La chair, blanche et tendre dans le jeune âge, prend ensuite
une consistance fibreuse, en particulier dans le pied. Elle exhale
une odeur complexe, mais nettement farineuse, devenant un peu
écoeurante dans la vieillesse.
S
< HABITAT : Assez commun, en touffes de nombreux individus sou­
dés par la base, sur les souches ou les troncs de feuillus. Il appa­
raît au printemps et en été.

z
o

SD

<

U
tî f ®
2-10 cm 4-12 cm
j f m a m j j a s o n d
Pleurote du panicaut
Pleurotus eryngii / Syn. fr. : argouane (Tricholomatales)
D e s c r ip t io n : Chapeau beige à brun-gris. Lames assez espacées,
décurrentes, blanc crème ou beiges. Pied souvent excentré, blanc
Copyright © 2013 Editions Artémis.

et courbé.
HABITAT : Apparemment terrestre, le pleurote du panicaut est </>
en fait lié aux racines dbmbellifères, et notamment celles du
panicaut ou du chardon maritime plus près du littoral. C’est dans
ces maigres prairies qu’il pousse depuis le printemps jusqu’à l’au­
S
tomne. <

</>

SD

&

<
j f m a m j j a s o n d
3-8 cm 4-12 cm SJ
Clitocybe géotrope
Clitocybe geotropa / Syn. fr. : tête-de-moine (Tricholomatales)
D escription : D'abord convexe, lisse et glabre, d'aspect cireux,
de teinte jaune ochracé parfois carnée, le chapeau peut faire pen­
Copyright © 2013 Editions Artémis.

ser à un crâne dégarni. Il se creuse ensuite en entonnoir tout en


gardant un net mamelon central. Les lames, blanches à crème, iné­
gales et serrées, sont longuement décurrentes. Le pied long, puis­
sant et plein, devient spongieux dans l'âge. Il s’épaissit régulière­
ment jusqu'à la base enserrée dans un duvet cotonneux. La chair,
S
< blanche, ferme, libère une agréable et complexe odeur cyanique.
HABITAT : Ce gros champignon ne passe pas inaperçu dans les
pâturages et les bois clairs voisins, où il forme des ronds de sor­
cières. Assez commun en été et en automne.
z
o

SD

<

U
tî T 0
10-25 cm 8-20 cm
j f m a m j j a s o n d
Clitocybe en entonnoir
Clitocybe gibbo / Syn. lat. : C infundibuliformis (Tricholomatales)
D es c r ip tio n Chapeau d'abord mamelonné à marge enroulée,
velouté, crème à brun clair. Pied assez mince, de même couleur.
Lam es très décurrentes, blanches.
HABITAT : Très courant en été et en automne. Il apparaît sou­ </>

vent en masse dans les bois clairs, qu'ils soient de feuillus ou de


conifères.
ro
tH
O
rN S
© <
4->
-C
CTI
’s_
>-
CL
O
U
</>

SD

&

<
j f m a m j j a s o n d
5-10 cm 4-10 cm SJ
A rm illaire couleur de m iel
Armillario mellea (Tricholomatales)
D escription : Le chapeau, globuleux dans la jeunesse, devient
convexe, puis étalé et parfois déprimé. La cuticule montre toutes
les teintes du miel : du jaune au brun nuancé de roux ou doli-
vacé. Elle est ponctuée de fines mouchetures brunes, accentuées
au centre. Les lames, décurrentes, blanches, jaunissent, puis se
tachent de roux dans lage. Le pied, élancé, cylindrique, s’épais­
sit en massue à la base, surtout chez le jeune. Il porte un anneau
blanc, membraneux, placé très haut. La partie supérieure, blanche,
est régulièrement striée. La partie inférieure, plus claire que le cha­
peau, est presque lisse ou mouchetée. La chair, blanche et ferme
dans le chapeau, est très fibreuse et coriace dans le pied.
HABITAT : Pousse en touffes denses sur les souches et les troncs
vivants ou abattus de nombreux arbres, feuillus ou conifères.

tî T
9-20 cm 3-10 cm « ' »
j f m a m j j a s o n d
Tricholome argouane
Lepista ponoeolus / Syn. lat. : Rhodopaxillus panoeolus
(Tricholomatales)
D escription : Le chapeau charnu, convexe puis étalé, est sou­
vent irrégulier et ondulé à la marge. Des taches concentriques plus
foncées ornent la cuticule grisâtre, gris-brun à gris roussâtre, mais </>

pas toujours de manière évidente. Les lames, serrées, minces, blan­


châtres chez les jeunes exemplaires, se teintent de gris nuancé de
rosé à maturation des spores. D'abord échancrées, elles peuvent S
montrer une certaine décurrence sur le tard. Le pied, plutôt court, <
plein et charnu, puis fibreux, se rompt facilement lors du ramas­
sage. La surface fibrilleuse a sensiblement la même couleur que le
chapeau, en plus pâle cependant. La chair, épaisse et tendre, d un </>
blanc grisâtre, a une odeur et une saveur de farine.
O
HABITAT : Le tricholome argouane pousse assez communément
en automne dans l'herbe des prés et des pâturages. SD

&

<
j f m a m j j a s o n d
4-7 cm 3-10 cm SJ
28

Pied bleu
Lepista nudo / Syn. lat. : Rhodopaxillus nudus (Tricholomatales)
D escription : Ce beau champignon se pare souvent, tout entier
lorsqu’il est jeune, d une robe au ton bleu-violet. Par la suite, sa
Copyright © 2013 Editions Artémis.

belle couleur devient terne. Le chapeau, charnu et convexe, se


nuance de brun pâle, surtout au centre, parfois jusqu'à la marge,
rendant alors l’identification plus difficile - seul le pied garde
toujours plus ou moins sa teinte originelle. La cuticule est par­
faitement lisse et glabre. Les lames, serrées et échancrées, voient
S
< leur couleur lilacine se salir de brunâtre terne à maturité. Le pied,
charnu et légèrement fibreux, assez robuste, s’épaissit le plus
souvent à la base. Sa surface montre des fibrilles pelucheuses
blanchâtres à argentées sur fond bleu violacé. La chair, tendre,
Z imprégnée de lilacin, pâlit sur le tard.
O HABITAT : Litières de feuilles et d’aiguilles des forêts de feuillus
O
et de conifères.

<

w
tî f S?
6-12 cm 5-15 cm
j f m a m j j a s o n d
Tricholome colombette
Tricholomo columbetta (Tricholomatales)
D e s c r ip t io n : Le chapeau, blanc pur, se couvre de fines fibrilles
radiales qui lui donnent son aspect satiné. Assez charnu, fragile, il
Copyright © 2013 Editions Artémis.

se macule parfois de petites taches rosées à violacées. La marge,


une fois déroulée, se fendille dans la maturité. Lames blanc pur, </>
serrées. Le pied est sinueux, charnu, blanc soyeux souvent taché
de rose, de bleu, de vert ou de violet à la base.
HABITAT : Sous-bois de hêtres ou de bouleaux, plus rarement de
S
conifères, surtout en terrain siliceux. Il apparaît en petites troupes <
d’individus isolés, le plus souvent à demi enfouis dans la mousse
ou sous les feuilles. Commun localement dans l’hémisphère nord
tempéré, entre septembre et octobre.
z
O

SJ

Q.

tî ¥ G
8-13 cm 5-10 cm
j f m a m j j a s o n d
<
Z
SJ
Tricholome couleur de terre
Tricholomo terreum / Syn. fr. : charbonnier (Tricholomatales)
D escription Le chapeau de ce champignon d assez petite taille
ressemble tout d abord à un chapeau chinois. Conique-obtus, il se
recouvre de squamules grises, soyeuses, imbriquées et régulières.
Peu charnu et fragile, il se déchire facilement, surtout à la marge
qui se relève à la fin. Les lames, assez espacées, d abord blanches,
se salissent jusqu'à devenir typiquement couleur de terre, gris
terne. Le pied, haut et fin, donne au champignon un aspect élancé.
D'apparence lisse mais, en fait, plutôt soyeux, il est blanchâtre, se
lavant de grisâtre, surtout dans le bas. La chair, blanche, locale­
ment grisonnante, se montre mince et fragile.
HABITAT : Exclusivement à l'ombre des conifères, surtout des pins
et des épicéas. Assez commun de la plaine à la montagne.

tî T 0
3-10 cm 4-8 cm
j f m a m j j a s o n d
Clitocybe géant
Leucopaxillus giganteus (Tricholomatales)
D e s c r ip t io n : Chapeau très charnu et de grande taille mesurant
généralement de 10 à 20 cm de diamètre. Blanc de lait, il se teinte
Copyright © 2013 Editions Artémis.

tout au plus de crème jaunâtre, surtout au centre, notamment


par temps humide. D’abord plan, il se déprime ensuite irréguliè­ </>
rement. Les lames serrées, blanches à crème, sont plus ou moins
nettement décurrentes. Le pied, trapu, ferme au début paraît
recouvert de velours blanc. La chair, blanche, compacte, dégage
S
une odeur d’amande amère. <
HABITAT : Il forme des lignes ou des cercles de grandes dimen­
sions dans les lieux découverts, les prés et les pâturages, ou en
lisière des forêts de pins auxquelles il semble lié. Assez commun </>
dans toute l’Europe, surtout en montagne, on le rencontre loca­
lement en masse de septembre à octobre. O

SD

&

tî ¥ G
10-15 cm 15-30 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
Tricholome de la St-Georges
Colocybe gamboso / Syn. fr. : mousseron de printemps
(Tricholomatales)
D e s c r ip t io n : Le chapeau est charnu, remarquablement épais au
Copyright © 2013 Editions Artémis.

centre, hémisphérique, puis convexe, mat, d un blanc crème se


maculant de jaunâtre. La cuticule est très douce au toucher. La
marge est épaisse et nettement enroulée. Les lames sont blanches
à crème, minces et serrées. Elles paraissent insignifiantes en
S regard du chapeau extrêmement épais. Le pied, robuste, charnu,
< farineux dans le haut, fïbrilleux rayé ailleurs, présente les mêmes
teintes que le chapeau. La chair, blanche, épaisse et compacte,
exhale un parfum agréable et pénétrant de farine fraîche.
H a b it a t : Il apparaît dans les bosquets, les taillis, les haies, les
z lisières de forêt ou les prés. Assez commun, il vient en troupes ou
o en cercles au printemps.
SD

<

w
tî f S?
5-10 cm 5-12 cm
j f m a m j j a s o n d
Collybie à pied velouté
Flommulina velutipes (Tricholomatales)
D escription : D'abord convexe, le chapeau devient irrégu­
lier, bosselé dans la vieillesse. De coloration jaune orangé à
Copyright © 2013 Editions Artémis.

fauve orangé, plus foncée au centre, il est nettement visqueux


par temps humide. Les lames, fines mais ventrues, de couleur </>
pâle, tendent au roussissement dans la maturité. Le pied, fin et
allongé, revêt dans la partie inférieure un velours brun caracté­
ristique, qui contraste nettement avec la pâleur des lames et de
S
la partie supérieure. <
HABITAT : En touffes de quelques individus sur les souches de
divers feuillus, sur les troncs morts, des ormes surtout, ou à la
base des genêts, dans les endroits aérés. Commune, elle persiste </>
de la fin de l'automne jusqu’au printemps.
O

SD

&

tî ¥ G
4-10 cm 3-10 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
M arasme des Oréades
Marasmius oreades / Syn. fr. : faux mousseron (Tricholomatales)
D e s c r ip t io n : Le chapeau est conique-obtus dans la jeunesse,
puis s’étale avec l’âge. Il conserve un large mamelon central tandis
Copyright © 2013 Editions Artémis.

que la marge devient ondulée, parfois irrégulière. Par temps sec, la


cuticule offre une couleur claire, fauve chamois. Mais, par temps
humide, elle se teinte de roussâtre. Les lames, ventrues et libres
sur le pied, sont beiges, peu nombreuses et espacées. Le pied,
long et grêle, semble fragile. Mais grâce à son élasticité, même
S
< tordu plusieurs fois sur lui-même, « il plie mais ne rompt pas ».
La chair, de manière surprenante pour un si petit champignon, est
relativement épaisse au centre du chapeau. Blanche et ferme, elle
exhale une agréable odeur d’amande amère, caractéristique.
z HABITAT : Dans l’herbe des prés et des pâturages, il forme des
o ronds de sorcières.
SD

<
w
Tl t ' S
4-8 cm 2-6 cm
j f m a m j j a s o n d
Clitopile petite prune
Clitopilus prunulus / Syn. fr. : meunier (Plutéales)
D e s c r ip t io n : Le chapeau, d’abord convexe, devient ensuite irré­
gulier, avec des bosses et des dépressions, parfois en entonnoir
Copyright © 2013 Editions Artémis.

chez les exemplaires les plus âgés. Il est blanc mat velouté carac­
téristique, se nuançant parfois de grisâtre. La marge, longtemps </>
enroulée, s'amincit et devient très ondulée sur le tard. Les lames,
blanchâtres dans la jeunesse, rosissent à maturité des spores. Elles
sont nettement décurrentes. Le pied, court et charnu, est souvent
S
excentré. La base se chausse d’un léger duvet cotonneux. La chair, <
tendre, blanche, libère une très agréable odeur de farine.
H a b it a t : Vient communément dans les bois, tant sous les feuil­
lus que sous les conifères. On le rencontre le plus souvent en </)
lisière, dans les bruyères ou sous les myrtilles, au bord des che­
mins ou dans les prés avoisinants. o

SD

&

<
j f m a m j j a s o n d
4-8 cm 4-12 cm SJ
36

Entolome en bouclier
Entoloma clypeatum (Plutéales)
D e s c r ip t io n Le chapeau conserve toujours un fort mamelon au
centre et varie du brun bistre au brun ochracé, et est parcouru de
Copyright © 2013 Editions Artémis.

fines fibrilles radiales. Les lames, denticulées sur l’arête, blanches


i/i au début, rosissent à maturité des spores. Le pied est parcouru
de fibrilles longitudinales brunissantes sur fond blanc. La chair,
blanche, libère une agréable odeur de farine fraîche.
HABITAT : Assez commun d’avril à juin dans les haies et les vergers.
S
<

z
O

SD

<

U
tî T 0
10-15 cm 6-10 cm
j f m a m j j a s o n d
Entolome des haies
Entoloma sepium (Plutéales)
D es c r ip tio n : Il ressemble à [entolome en bouclier mais est
plus charnu, avec une robe plus claire, comme satinée. Sa chair
Copyright © 2013 Editions Artémis.

est roussissante.
HABITAT : Sosie de lentolome en bouclier, lentolome des haies
vit comme lui sous les prunelliers.

S
<

</>

O
Z
SJ

Q.

tî ¥ G
5-13 cm 4-12 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
38

Pholiote ridée
Rozites coperato (Cortinariales)
D escription : Le chapeau reste mamelonné même lorsqu'il
s'étale et se déprime sur le tard. La cuticule est marquée de rides
Copyright © 2013 Editions Artémis.

rayonnantes. Une pruine blanchâtre la saupoudre chez les jeunes


exemplaires. Coloration jaune paille ou jaune-brun. Les lames,
jaune clair au début, prennent une teinte ochracée, brunissante,
à maturité. Le pied porte un anneau membraneux, persistant, strié
sur le dessus. Blanchâtre ou crème, il se teinte d'ochracé avec
S
< l'âge.
HABITAT : Elle croît assez communément, en grandes troupes sur
terrain siliceux, en été et en automne, dans les bois de feuillus,
surtout les hêtres, et les bois de conifères, les épicéas notam­
Z ment.
O

SD

<

SJ
tî f S?
8-15 cm 6-12 cm
j f m a m j j a s o n d
Pholiote changeante
Kuehneromyces mutabilis (Cortinariales)
D escription : Le chapeau, jaunâtre, devient brun cannelle, luisant
par temps humide. Il prend typiquement un aspect en cocarde,
Copyright © 2013 Editions Artémis.

le centre étant soit plus foncé, soit plus clair que la périphérie.
Les lames, jaune pâle au début, virent au brun rouille à maturité. </>
Le pied, allongé et sinueux, se montre grêle, mais tenace. Il porte
un anneau foncé, assez fugace. La partie supérieure, jaune, est
nettement striée, tandis que la partie inférieure se hérisse de
S
mèches écailleuses, plus foncées, brun-roux. <
HABITAT : Elle recouvre de ses touffes denses les souches de
divers feuillus, surtout les hêtres, mais aussi celles des conifères,
particulièrement les épicéas. On la trouve communément dans </>
toute la zone tempérée, où elle apparaît dès le printemps et per­
siste jusqu’aux premières gelées. O

SD

&

tî ¥ G
4-12 cm 3-8 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
Pholiote du peuplier
Agrocybe aegerita / Syn. fr. : pivoulade (Cortinariales)
D escription Le chapeau, charnu, globuleux puis convexe, s’étale
ensuite. La marge, d'abord enroulée et régulière, prend un aspect
Copyright © 2013 Editions Artémis.

onduleux et se fissure sur le tard. La cuticule, lisse et sèche, devient


ridée, se creuse de fossettes et se crevasse chez l’adulte. Fauve
brunâtre chez le jeune, elle pâlit nettement, jusqu’au blanc crème,
à partir de la périphérie. Les lames, fines et serrées, décurrentes
par un filet sur le pied, d’abord crème, se teintent de brunâtre à
S
< maturité. Le pied, ferme et fibreux, est typiquement cylindrique. Il
porte très haut un anneau blanc, membraneux, ample, pendant et
persistant. Blanc et soyeux, il se macule de brunâtre par l’émission
des spores. La chair, blanche, a un aspect compact et ferme. Elle
z devient coriace dans le pied.
o HABITAT : C'est sur les souches et les racines des peupliers ou des
SD
saules, parfois des sureaux, que l’on recherchera cette pholiote.

<
w
t l ¥ @
9-15 cm 5-12 cm
j f m a m j j a s o n d
Coprin chevelu
Coprinus comatus (Agaricales)
D e s c r ip t io n Le chapeau, ovoïde ou oblong, porte une toison
de mèches blanches puis roussissantes. Il souvre pour prendre
Copyright © 2013 Editions Artémis.

une forme en cloche, en même temps que les lames, dabord


blanches, rosissent puis noircissent rapidement. Tout le chapeau </>
se liquéfie alors en une encre épaisse dun noir profond. Le pied,
cylindrique, porte un anneau blanc, mince et fugace. D’abord de
même couleur et caché par le chapeau engainant, il s’étire par­
S
fois démesurément sur le tard. Sa surface, blanche et soyeuse, se <
macule, par places, de rosé, puis de noir. La chair, mince et fragile,
blanche, puis rosée, enfin noire et déliquescente dans le chapeau,
a une consistance cotonneuse dans le pied. </>
HABITAT : Le coprin chevelu pousse dans l’herbe des pelouses
et des prés, dans les jardins, les bordures, les chemins et les O
chaumes. SD

&

tl¥®
10-20 cm 2-6 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
Agaric des jachères
Agaricus arvensis / Syn. fr. : boule-de-neige (Agaricales)
D escription : Le chapeau, dabord globuleux, s’étale ensuite,
mais reste longtemps convexe, à marge enroulée. Sa surface,
Copyright © 2013 Editions Artémis.

d’abord immaculée, se tache de jaune citrin au froissement. Les


lames sont très fines et très serrées, longtemps grisâtres avant
de rosir, brun-pourpre dans la vieillesse. Le pied, épaissi à la base,
porte un anneau double, large et membraneux, dont le pli infé­
rieur, frangé, a un aspect caractéristique de roue dentée. La chair,
S
< blanche, exhale une fine odeur anisée.
HABITAT : Irrégulièrement réparti dans l’hémisphère nord, com­
mun localement dès le printemps, mais surtout à l’automne, dans
les prés et les pâturages.
z
o

SD

<
w
T l ¥
10-18 cm 10-15 cm
© j f m a m j j a s o n d
43

Agaric des bois


Agaricus silvicola (Agaricales)
D es c r ip tio n : Champignon similaire à [agaric des jachères, mais
de taille plus élancée, au pied souvent flexueux.
Copyright © 2013 Editions Artémis.

HABITAT : Son habitat dans les bois de feuillus ou de conifères


supprime toute erreur de confusion entre les deux espèces.

S
<

</>

SD

&

ti¥tS
7-14 cm 5-12 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
Agaric des prés
Agaricus campestris / Syn. fr. : rosé des prés (Agaricales)
D e s c r ip t io n : Le chapeau, de taille moyenne, assez épais et
charnu, d'abord globuleux, s’étale ensuite, mais la marge reste
Copyright © 2013 Editions Artémis.

très longtemps enroulée. La cuticule, généralement immaculée et


lisse, peut porter quelques écailles et se teinter, parfois intégrale­
ment, de brunâtre. Les lames, serrées et ventrues, sont libres. Elles
montrent une coloration rose tendre, très typique, qui s’intensifie
jusqu’au rose vif, et a valu au champignon son appellation popu­
S
< laire. Par la suite, elles virent au brun-pourpre, puis au noir. Le pied,
cylindrique, un peu atténué à la base, court et trapu, porte dans
le haut un anneau simple, fragile et fugace, blanc. La chair, épaisse
et ferme, blanche, rosit généralement très faiblement à la cassure,
z avant de se salir de brun. Elle libère une odeur suave et fruitée.
o HABITAT : Vient exclusivement dans l’herbe des prés, des prairies
SD
de fauche, des pâturages et des bordures.

<
w
t4-10 cm
i ¥
4-10 cm
e j f m a m j j a s o n d
Champignon de couche
Agaricus bisporus / Syn. fr. : champignon des Paris (Agaricales)
D escription Chapeau crème à brun pâle, rarement blanc à l'état
sauvage, parcouru de fibrilles rousses. Pied court, plus épais à la
Copyright © 2013 Editions Artémis.

base. Chair ferme, blanche rosissant à la base du pied.


HABITAT : Assez rare. Du printemps à l'automne dans les jardins </>
fumés, vieux tas de fumier ou de compost.

S
<

</>

SD

&

ti¥tS
5-8 cm 4-10 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
Champignon des trottoirs
Agaricus bitorquis (Agaricales)
D escription Chapeau de 5 à 12 cm, épais, à sommet plat, blanc
jaunissant. Lames rose sale, puis brunes. Pied court (3 à 6 cm),
Copyright © 2013 Editions Artémis.

blanc pur, rétréci à la base ; anneau double, le supérieur plus épais


que l'inférieur. Chair très ferme, blanche, rosissant faiblement à
la cassure.
HABITAT : Il soulève la terre des jardins, des lisières de bois ou
des bords de chemins. Robuste campagnard, il s'adapte aussi à la
S
< vie citadine, et parvient à percer le macadam. Il peut être cultivé,
comme le champignon de couche.

z
o

SD

<

U
T l ¥
6-12 cm 5-12 cm
© j f m a m j j a s o n d
Lépiote élevée
Macrolepiota procera / Syn. fr. : coulemelle, cocherelle,
chevalier bagué (Agaricales)
D e s c r ip t io n : Chez le jeune, le chapeau, d abord ovoïde, sur­
Copyright © 2013 Editions Artémis.

monte un pied élevé. Il se déploie ensuite largement, puisqu'il


peut atteindre 40 cm de diamètre, et conserve un mamelon cen­ </>
tral. Sa surface est marquée d’écailles brun grisâtre, concentriques,
qui se détachent sur le fond clair. Les lames, ventrues, libres à
écartées, d'abord blanches, grisonnent ou se salissent de brun S
avec l’âge. Le pied, élevé, raide, presque cylindrique, se renfle net­ <
tement à la base en un bulbe profondément enterré. Typique­
ment tigré de chinures brunes, il s’orne d’un anneau épais, double,
coulissant. La chair, tendre dans le chapeau, fibreuse dans le pied, </>
est d’abord blanche, puis roussissante.
HABITAT : À proximité des bois, surtout en lisière, mais aussi dans O
les landes à bruyères ou à fougères, en terrain siliceux. SD

&

<
j f m a m j j a s o n d
15-30 cm 10-30 cm SJ
Lépiote gracile
Macrolepioto rickenii (Agaricales)

D escription : Chapeau de 5 à 12 cm, à fines peluches rousses


sur fond crème ; mamelon brun. Pied très finement zébré, teinte
Copyright © 2013 Editions Artémis.

générale brun clair.


HABITAT : Assez commune, de la fin de l'été à l'automne, dans les
prairies, les lisières et les clairières.

S
<

z
O

SD

<

U
tî T 0
10-20 cm 5-10 cm
j f m a m j j a s o n d
49

Lépiote déguenillée
Macrolepioto rhacodes (Agaricales)
D es c r ip tio n : Elle doit son qualificatif aux larges écailles brunes
et espacées ainsi qu’aux petites mèches retroussées qui parsè­
Copyright © 2013 Editions Artémis.

ment son chapeau. Les lames rougissent au froissement. Le pied se


termine par un bulbe très volumineux. La chair rougit lentement </>
à la coupe.
HABITAT : Sylvatique, elle s’engage plus volontiers dans les bois
clairs et les éclaircies de bois de conifères notamment.
S
<

</>

SD

&

tl¥@
12-20 cm 5-15 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
50

Lépiote pudique
Leucoagaricus leucothites / Syn. fr. : colombette (Agaricales)
D e s c r ip t io n : Le chapeau satiné, dun blanc pur au début, se gerce
ou se crevasse tardivement et se teinte de carné, dochracé ou de
Copyright © 2013 Editions Artémis.

brunâtre. Les lames, minces et serrées, larges, sont libres. Blanches,


I/) elles se nuancent légèrement de rose carné à maturité des spores.
Le pied, élancé, cylindrique et renflé dans le bas, vite creux et fra­
gile, porte, dans le tiers supérieur, un anneau membraneux, sou­
vent fugace. Entièrement blanc, il se macule de jaune au toucher.
S
< HABITAT : Irrégulièrement répartie, mais abondante localement,
elle apparaît en été et en automne, et vient en troupes parfois
nombreuses, dans les prés, les pâturages, les jachères, les jardins
et surtout au bord des chemins herbeux.

SD

<

U
Tl ¥ S
5-10 cm 5-12 cm
j f m a m j j a s o n d
Lim acelle lenticulaire
Limacella guttota / Syn. fr. : limacelle tachée (Agaricales)
D e s c r ip t io n : Chapeau à mamelon central très régulier. Beige
à cuir pâle, souvent plus foncé au centre, visqueux par temps
Copyright © 2013 Editions Artémis.

humide, il prend un aspect brillant, tandis que la marge se cra­


quelle par temps sec. Les lames, blanches, sont serrées et libres.
Le pied, long et robuste, blanc, à surface fibrilleuse, se renfle à la
base en un bulbe écailleux. Il porte un anneau, ample, retombant,
membraneux. Entre les lames et l'anneau, on pourra remarquer,
surtout chez les jeunes exemplaires, la présence de gouttelettes
bistre, spécifiques. La chair, épaisse et blanche, jaune dans le pied,
exhale une agréable odeur de farine.
HABITAT : Commune dans les pessières de montagne, plus rare
dans les hêtraies de plaine, en automne.
O

<
j f m a m j j a s o n d
8-13 cm 6-15 cm SJ
52

Am anite rougissante
Amanita rubescens / Syn. fr. : golmotte (Agaricales)
D e s c r ip t io n Le chapeau brunâtre se teinte par plages et parfois
entièrement de rougeâtre. Des verrues ou des plaques, de taille
Copyright © 2013 Editions Artémis.

irrégulière, parsèment la surface. Grisâtres, elles peuvent tirer sur


I/) le jaunâtre et se panacher de rouge vineux. Les lames blanches
se lavent de rougeâtre sur les lésions. Le pied, robuste, est renflé
à la base en un bulbe en forme de cône renversé. Blanchâtre à
brunâtre, il rosit ou rougit, surtout dans le bas. Il porte un anneau
S
< ample, strié, blanc à rosé. La chair se teinte de rouge vineux aux
lésions.
H a b it a t : Commune, pousse dès le printemps et jusqu'à l'ar­
rière-saison aussi bien sous les feuillus que sous les conifères et
z parfois en milieu découvert.
o

SD

<

U
tt¥%
7-18 cm 6-15 cm
j f m a m j j a s o n d
Am anite des Césars
Amonito caesareo / Syn. fr. : oronge (Agaricales)
DESCRIPTION Chapeau charnu, longtemps hémisphérique, géné­
ralement nu et lisse, vivement coloré de rouge orangé. La marge
Copyright © 2013 Editions Artémis.

montre une fine et régulière striation. Lames ventrues et libres,


jaune d'or. Le pied, robuste et charnu, s'épaissit à la base. Il est </>
doré, tout comme l'anneau, ample, membraneux, strié, persistant.
Une volve ample, blanche, l'enserre largement à la base. La chair,
blanche, a une saveur de noisette.
S
HABITAT : Commune dans les régions méridionales de l'hémis­ <
phère nord, elle ne supporte pas les froids excessifs. Plutôt esti­
vale, on la rencontrera dès le mois de juillet, dans les bois clairs
de chênes et de châtaigniers, parfois sous conifères, surtout en </>
terrain siliceux.
O

SD

&

<
j f m a m j j a s o n d
10-18 cm 8-20 cm SJ
Am anite fauve
Amanita fulvo (Agaricales)
D es c r ip tio n : Parfois considérée comme variété de l’amanite
engainée, elle présente un chapeau fauve à orangé. Marge striée,
Copyright © 2013 Editions Artémis.

mamelonnée. Pied élancé, sans anneau, s’amincissant de bas en


haut. Volve ample, remontant sur le pied, fauve à orangé plus pâle
que le chapeau.
HABITAT : Commune, en été et en automne, dans les bois de
feuillus ou de conifères, sur sol siliceux.
S
<

z
o

SD

<

U
t l ¥
10-18 cm 4-10 cm
% j f m a m j j a s o n d
Trompette des morts
Craterellus cornucopioides (Aphyllophorales)
DESCRIPTION : Par sa forme évasée caractéristique, la trom­ O
pette-des-morts évoque une corne d’abondance. Le chapeau,
E mince, creusé en pavillon, brun-gris à noirâtre, présente quelques
'(U
t
<
l/cï mèches, surtout sur la marge, laquelle est retroussée, puis lobée SD
O dans la maturité. La surface externe est presque lisse ou tout au
"LUO <
plus faiblement ridée. Elle apparaît cendrée, nettement plus
ro
tH
*
O
r\j claire que le reste du champignon, à cause des spores de couleur
<S> blanche. Le pied, noirâtre, est creusé comme le tube de la trom­
ai pette qu'il imite. La chair, noire et mince, d’abord tendre, offre une
>■
CL
O consistance toujours un peu élastique qui s’accentue sur le tard.
U
Elle exhale une fine odeur fruitée. t/>
H abitat : Bois de feuillus en plaine, bois d’épicéas en montagne. Z
Dès la fin de l’été et jusqu’à l’automne, ses grandes troupes denses O
se rassemblent dans les endroits les plus humides. O
Q.
S
<
j f m a m j j a s o n d
4-12 cm 3-10 cm SJ
Chanterelle cendrée
Pseudocroterellus cinereus (Aphyllophorales)
D es c r ip tio n Le chapeau est sombre, en entonnoir, à marge
incurvée. La surface externe, typiquement cendrée, porte des plis
lamelliformes et fourchus, très rectilignes et caractéristiques.
La chair présente une agréable odeur de prune ou de mirabelle.
H a b ita t : Elle apparaît peu communément dans les bois, à la
même époque que la trompette-des-morts.

j f m a m j j a s o n d
4-7 cm 3-5 cm
57

Chanterelle sinueuse <

Pseudocraterellus sinuosus (Aphyllophorales)


D escription : D’aussi petite taille que la chanterelle cendrée, O
elle montre un chapeau déprimé ou en entonnoir, brun bistre, à
Copyright © 2013 Editions Artémis.

marge très sinueuse, d’où son épithète. Elle se distingue nette­


ment de la trompette-des-morts par la présence de veines plis- SD
sées ou boursouflées comme des varices, gris cendré. La chair,
<
mince, libère un parfum frais et délicat de mirabelle, toutefois *
assez inconstant.
H abitat Peu commune, elle fructifie à la saison des champi­
gnons, à l'abri des feuillus.

t/>

SD

Q.
S
tî ¥©
4-7 c m 3-5 c m
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
< Girolle
</) Cantharellus cibarius / Syn. fr. : chanterelle (Aphyllophorales)
O D escription Belle coloration jaune d’oeuf. Le chapeau, charnu,
vite plan, se déprime à la fin. La marge, d’abord enroulée, devient
Copyright © 2013 Editions Artémis.

sinueuse, irrégulièrement lobée, et s’en trouve alors fragilisée.


O Les plis, assez espacés, fourchus près de la marge et nettement
décurrents sur le pied, occupent la surface fertile. Ils ressemblent
<
*
parfois à des lamelles, mais ils sont généralement plus grossiers.
(/) Leur apparence veinée ne devient nette que chez les exemplaires
matures. Le pied, charnu, inégal, est de même couleur que le cha­
peau et les plis. La chair, blanche, ferme et compacte, exhale par­
fois une fine odeur fruitée d’abricot ou de mirabelle.
HABITAT : Dans la mousse des bois de feuillus clairs, surtout le
Z chêne et les taillis de noisetiers et de bouleaux que sous les rési­
O neux.
O

<

w
Tl ¥ ®
5-12 cm 3-10 cm
j f m a m j j a s o n d
Chanterelle en tube <

Cantharellus tubaeformis / Syn. fr. : girolle grise (Aphyllophorales)


D escription : Petite et grêle, elle est caractérisée par son aspect O
en entonnoir. La marge, d’abord enroulée, puis relevée et feston­
Copyright © 2013 Editions Artémis.

née dans la maturité, est mince. La cuticule, jaune-fauve à brune,


sèche, se montre finement pelucheuse. Les plis, fourchus près de SD
la marge, sont épais et assez espacés. Teintés de jaune, ils gri­
<
sonnent à maturité. Le pied, cylindrique, irrégulièrement bosselé *
ou sillonné, est typiquement creux, comme un tube. Sa cavité
communique avec l’extérieur par un opercule situé au centre du
chapeau. Sa teinte jaune vif d’origine s’estompe rapidement avec
l’âge. La chair présente une consistance un peu élastique. Elle
développe une odeur assez variable, souvent humide, pas tou­ t/>
jours très agréable. Z
HABITAT : Dans les endroits humides des bois de feuillus et de O
conifères. SD

Q.
S
<
j f m a m j j a s o n d
5-12 cm 2-6 cm SJ
< Chanterelle jaunissante
</) Cantharellus lutescens (Aphyllophorales)
O D es c r ip tio n : Elle est plus brillamment colorée que la chan­
terelle en tube. Son chapeau, irrégulièrement lobé, brun à brun
Copyright © 2013 Editions Artémis.

bistre, masque les teintes vives de ['hyménium et du pied. La sur­


O face fertile, presque lisse ou faiblement veinée, apparaît rose
saumoné, tandis que le pied se pare d un jaune orangé lumineux.
*
HABITAT : Forme localement des troupes importantes dans les
</) bois de conifères, que ce soit les pessières, les sapinières de mon­
tagne ou les pinèdes littorales. Estivale et automnale en mon­
tagne, elle devient hivernale sur les façades maritimes.

I/)

<

U
Tl ¥ ®
5-12 cm 2-6 cm
j f m a m j j a s o n d
Chanterelle violette <

Gomphus clavatus (Aphyllophorales)


D escription : La chanterelle violette a la forme d une massue O
tronquée au sommet dans la jeunesse et dun cône renversé
Copyright © 2013 Editions Artémis.

ensuite. Le chapeau, figuré par la partie supérieure tronquée,


d’abord en forme de cratère, reste déprimé avec l'âge. Finement SD
velouté, lilacin chez le jeune, il vire au jaune, puis au brun. La
<
marge, toujours irrégulière et sinueuse, devient festonnée chez *
les exemplaires adultes. Plis décurrents de forme irrégulière, for­
tement sinueux, parfois veinés-variqueux. Leur teinte rose lilas
se ternit ensuite de jaune-brun sale. La chair, épaisse, de couleur
blanche, a une saveur douce.
HABITAT Assez commune dans certaines localités, la chanterelle t/>
violette fructifie parmi les tapis de mousse ou d’aiguilles des pes- Z
sières ou des sapinières de montagne, en automne. O

SD

Q.
S
tl¥©
5-12 cm 5-10 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
< Clavaire dorée
</) Ramaria aurea (Aphyllophorales)
o D e s c r ip t io n Les rameaux, très nombreux, cylindriques et
sinueux, dressés et très serrés, se divisent, au sommet, en ramus-
Copyright © 2013 Editions Artémis.

cules denticulés. Ils présentent une coloration uniforme, typique­


O ment or ou parfois jaune d’oeuf. Sur le tard, cette belle parure se
teinte dochracé du fait de la libération des spores. Le pied forme
<
*
un tronc massif, épais et charnu, blanc à jaunâtre.
HABITAT La clavaire dorée dresse ses rameaux d’or dans les sous-
bois de feuillus et de conifères, en terrain calcaire ou siliceux. Elle
abonde localement dans les endroits les plus humides des forêts,
des bois ou des bosquets. On la rencontre assez communément
I/) de l’été à l’automne.

t! t 0
10-20 cm 6-15 cm
j f m a m j j a s o n d
Clavaire en forme de chou-fleur
............... ........................................ ................................................................................................................... ................
« ^
Romaria botrytis / Syn. fr. : pied-de-coq (Aphyllophorales)
D escription : Jeune, elle montre des rameaux courts, roses,
et des ramuscules pourpres. Avec son tronc volumineux, ils lui
Copyright © 2013 Editions Artémis.

donnent cette forme de chou-fleur caractéristique.


HABITAT : Cette clavaire est assez commune, mais localisée. Elle
apparaît sous feuillus en été et en automne.
*

t/>
Z
O

o
Q.
S
<
t î
7-15 cm
¥8-15 cm
G j f m a m j j a s o n d
SJ
« ^
Clavaire crépue
.............................. ................................................. .............................................
Sporassis crispa / Syn. fr. : morille blanche (Aphyllophorales)
o D escription : La clavaire crépue ressemble à un chou-fleur.
De belle taille, elle peut devenir très volumineuse. Certains exem­
Copyright © 2013 Editions Artémis.

plaires pèsent 5 ou 6 kg. Les rameaux, aplatis, très nombreux, typi­


O quement crème, deviennent ochracés sur le tard. À l’extrémité,
ils sont festonnés et frisés, donnant au champignon son aspect
<
*
crépu caractéristique. Le pied forme un tronc épais, très robuste,
</) blanc jaunâtre, sur lequel s’implantent tous les rameaux. La chair,
blanche à crème, est assez mince malgré l’aspect massif du cham­
pignon. D’abord tendre, elle tend à devenir élastique dans l’âge.
< Elle libère une odeur aromatique et une douce saveur de noix.
HABITAT La clavaire crépue vit en relation avec les racines ou les
Z souches de conifères, surtout les pins et les épicéas.
O

<

U
¥
10-40 cm
© j f m a m j j a s o n d
Pied-de-mouton <

Hydnum repandum (Aphyllophorales)


DESCRIPTION Le chapeau, charnu, de taille moyenne, est irré­ O
gulièrement bosselé. La cuticule, sèche et mate, présente une
Copyright © 2013 Editions Artémis.

coloration pâle qui varie du blanc crème au chamois.La marge,


assez épaisse mais fragile, est nettement enroulée, puis devient SD
lobée et sinueuse. Les aiguillons de la surface fertile, longs et fra­
<
giles, d'abord blancs puis crème, brunissent ou roussissent avec *
l'âge. Ils constituent une sorte de barbe décurrente sur le pied. Le
pied, blanchâtre, puis roussissant par plages, est épais et charnu,
le plus souvent irrégulier et excentré. La chair, épaisse et ferme,
mais cassante, présente une coloration blanche. De saveur douce,
elle développe, chez les exemplaires âgés, une légère amertume. t/>
HABITAT : Très commun, il vient en grandes troupes, dessinant Z
des cercles ou des lignes sous les feuillus (surtout les chênes) ou O
les conifères. SD

Q.
S
<
j f m a m j j a s o n d
5-10 cm 5-12 cm SJ
< Hydne rougissant
</) Hydnum rufescens (Aphyllophorales)
O D escription : Plutôt considéré comme une variété du pied-
de-mouton que comme une espèce propre. Bien qu’il existe des
Copyright © 2013 Editions Artémis.

formes intermédiaires qui relient les deux champignons, quelques


O caractères assez constants permettent de les distinguer. Lorsqu’il
est parfaitement caractérisé, l’hydne roussissant est nettement
*
moins robuste et plus petit que le pied-de-mouton. Son chapeau,
</) également irrégulier, a une coloration plus foncée, roux orangé.
Ses aiguillons ne sont pas décurrents sur le pied et roussissent
notablement avec l’âge. Le pied, étiré, est grêle.
H abitat : Moins charnu, moins abondant, et finalement moins
estimé que le pied-de-mouton, l’hydne roussissant affectionne
Z les bois de conifères de montagne, mais peut se rencontrer en
O plaine.
O

<

w
tî T ©
4-8 cm 3-8 cm
j f m a m j j a s o n d
Polypore en ombelle
Dendropolyporus umbellotus (Aphyllophorales)
D es c r ip tio n : Le polypore en ombelle, né d une souche épaisse, O
montre une myriade de chapeaux figurant une ombelle. Les cha­
Copyright © 2013 Editions Artémis.

peaux, déprimés et ombiliqués au centre, marqués de petites


écailles, présentent une coloration chamois à gris brunâtre. La SD
marge, fine et relevée, est nettement sinueuse. Pores anguleux, de
<
petite taille. Le pied forme une souche épaisse, blanche, portant *
de nombreux rameaux cylindriques, eux-mêmes divisés en ramus-
cules terminés chacun par un chapeau.
HABITAT : Le polypore en ombelle pousse à la base des souches
ou des troncs affaiblis de feuillus, des chênes surtout. Irrégu­
lièrement réparti, il est assez commun en été et en automne, dans t/>
certaines régions au sol calcaire. Z
O

SD

Q.
S
<
j f m a m j j a s o n d
10-30 cm 20-40 cm SJ
68

i/ t

< Polypore en touffes


Grifola frondosa (Aphyllophorales)
o D escription II peut ressembler au polypore en ombelle, mais
il a un port compact et des pieds latéraux, parfois soudés à leur
Copyright © 2013 Editions Artémis.

base.
O HABITAT : Pousse à la base des souches ou des troncs affaiblis de
feuillus, des chênes surtout. Irrégulièrement réparti, il est assez
<
commun en été et en automne, dans certaines régions au sol cal­
(S) caire.

<

Z
O

<

U
¥
20-30 cm
© j f m a m j j a s o n d
Fistuline hépatique
Fistulina hepatica / Syn. fr. : langue-de-bœuf (Aphyllophorales)
D e s c r ip t io n : Le chapeau apparaît tout d'abord comme une O
masse gélatineuse, tubérisée. Il s'étale ensuite largement en forme
Copyright © 2013 Editions Artémis.

de console, de rein ou de langue. La taille, la forme, la consistance


et l’aspect rappellent une langue de boeuf. Ainsi, la cuticule, très SD
visqueuse, facilement séparable, est entièrement recouverte de
<
petites papilles caractéristiques. Le dessous du champignon, tout *
d'abord jaunâtre vire au rose-rouge. Le pied ne constitue qu’un
appendice rudimentaire, parfois nul. La chair, épaisse et fibreuse,
surtout au centre, spongieuse, renferme un suc rougeâtre sem­
blable au sang.
HABITAT : Elle parasite les troncs ou les souches de chênes et de t/>
châtaigniers, s’installe au niveau des blessures, et provoque une Z
pourriture brune du bois. Assez commune dans les bois, en plaine, O
de l'été à l’automne, surtout en septembre. O
Q.
S
tî ¥ G
2-6 cm 10-25 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
< M orille commune
</) Morchella esculenta (Ascomycètes)
O D es c r ip tio n : Le chapeau, sphérique à ovoïde, est creusé d al­
véoles nombreuses et profondes, délimitées par des crêtes
Copyright © 2013 Editions Artémis.

plus ou moins longitudinales et, le plus souvent, très sinueuses.


O La couleur, souvent grise, varie de lochracé au bistre noirâtre ;
celle des crêtes, souvent plus claire, peut se teinter de rouge. Le
<
*
pied, creux, inséré à la base du chapeau, communique par une
(/) cavité avec ce dernier. Généralement réduit, blanc, il s'épais­
sit notablement à la base, laquelle, nettement ridée, est forte­
ment ancrée dans le sol. La chair exhale, sur le frais, une odeur
complexe, à la fois fongique et fruitée, très agréable.
HABITAT : La morille commune apparaît dans les bois humides,
Z en lisière ou dans des endroits plus inattendus comme les jardins,
O les allées, les terrasses, les décombres.
O

<

w
tt¥%
5-15 cm 3-7 cm
j f m a m j j a s o n d
M orille ronde <
*
Morchella rotunda / Syn. fr. : morille blonde (Ascomycètes)
Z
D escription : Elle se différencie de la morille commune par la O
couleur blonde et la rondeur de son chapeau, ainsi que par sa
E taille plus grande. Il existe plusieurs variétés de cette espèce à
'( U
t
<
U) pied très robuste. SD
c
O H abitat : Elle apparaît dans les endroits peut-être un peu plus
"LUO <
aérés, souvent sous les pommiers. On la trouve plus tardivement,
ro
tH
*
O entre mai et juin, parfois en juillet, en montagne. ss\
r\j
<S>
ai

1
>
CL
O <
U

Q.
S
Tl ? %
5-15 cm 5-12 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
< M orille élevée
</) Morchella data (Ascomycètes)
O D escription I Très peu charnue, elle est cependant remarquable
par sa taille élevée (jusqua 30 cm). Son chapeau, pointu, très long
Copyright © 2013 Editions Artémis.

et finement ciselé, est comparable à une flèche de cathédrale


O gothique. Ses très nombreuses alvéoles, régulièrement étagées, lui
ont valu l’appellation de morille gratte-ciel.
*
HABITAT : Elle vient parfois en nombre incroyable, puis disparaît
</) inexplicablement, pendant plusieurs années. Précoce, elle peut
apparaître dès la fin de l'hiver, essentiellement sous conifères en
montagne.

I/)

<

U
tt¥%
6-15 cm 3-5 cm
j f m a m j j a s o n d
M orille conique
Morchella conica / Syn. fr. : morille délicieuse (Ascomycètes)
D es c r ip tio n : Différente des autres morilles par son chapeau O
court et pointu, vraiment conique, et par son pied, grossièrement
Copyright © 2013 Editions Artémis.

furfuracé, vite jauni ou bruni et à chair peu épaisse. Il existe de


nombreuses variétés, généralement plus charnues. SD
H a b ita t Elle fructifie plutôt en mai. On la trouve surtout en
<
montagne, dans les forêts de conifères, les éclaircies forestières, k.

sur les anciens lieux d’incendies.

t/>
Z
O

sd

Q.
S
tÎ t
7-13 cm 3-5 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
< M orillon
</) Mitrophora semilibero (Ascomycètes)
O D e s c r ip t io n Le chapeau, à demi libre sur le pied, a une forme
conique. Côtes longitudinales entre lesquelles de petits plis
Copyright © 2013 Editions Artémis.

transverses forment un réseau d'alvéoles assez régulières. Sa


O coloration, brune varie fréquemment du bistre à lochracé en pas­
sant par l olivâtre. Le pied, creux, s’insère à mi-hauteur dans le cha­
*
peau. D’abord régulier, blanchâtre à surface granuleuse, il s’allonge
(/) à maturité, jaunit, et devient bosselé et ridé longitudinalement.
H a b it a t : Dans les endroits aérés, herbeux et humides : lisières,
taillis, bords des cours d’eau. Assez commun d’avril à mai.

I/)

<

U
Tt¥tk
8-20 cm 1,5-4 cm
j f m a m j j a s o n d
75

Verpe de Bohême
Ptychoverpa bohemica (Ascomycètes)
D es c r ip tio n : Chapeau campanuié, profondément marqué par O
des côtes épaisses et flexueuses, plutôt orientées longitudina­
Copyright © 2013 Editions Artémis.

lement et parfois ramifiées. Les côtes, de couleur brun-jaune à


fauve, délimitent des sillons et de petites cavités différentes des SD
alvéoles des morilles. Le pied, cylindrique, d abord court et trapu,
<
s'allonge parfois démesurément, donnant un port particulière­ *
ment élevé au champignon. Sa surface, blanc jaunâtre, montre des
zébrures floconneuses, blanchâtres.
H a b ita t : Printanière de mars à mai, comme les morilles, elle est
surtout répandue en montagne. Grégaire, elle pousse localement
en abondance lors des années pluvieuses, dans les taillis, sous les t/>
frênes, les ormeaux, les noisetiers et dans les bois mêlés. Z
O

SD

Q.
S
<
t l ¥
8-20 cm 3-5 cm
% j f m a m j j a s o n d
SJ
< Pezize veinée
</) Disciotis venoso (Ascomycètes)
O D e s c r ip t io n : Le réceptacle s’étale assez rapidement en forme
de coupe brun-fauve. L’extérieur est blanc jaunâtre, entièrement
Copyright © 2013 Editions Artémis.

et finement granuleux. La marge, ondulée, lobée, très fragile, se


O déchire avec l’âge, en incisions plus ou moins profondes. La par­
tie interne est caractérisée par la présence de veines irrégulières,
<
*
semblables à des varices, parfois distribuées en réseau dense. Le
(/) pied, trapu et plissé, blanchâtre, semble absent à première vue.
Enterré, il fixe solidement le champignon au sol. La chair, cassante,
libère, sur le frais, une franche odeur d’eau de Javel.
H a b it a t : Printanière, la pézize veinée se tapit à terre dans les
sous-bois de feuillus, le plus souvent en bordure des cours d’eau.
Z Elle vient à la même époque et dans les mêmes lieux que la
O morille commune.
O

<
j f m a m j j a s o n d
w 4-10 cm
Pezize orangée <

Aleuria aurantia (Ascomycètes)


D escription : En forme de petite coupe, ce champignon pré­ O
sente une face externe plutôt pâle, orangée, jaunâtre ou blan­
Copyright © 2013 Editions Artémis.

châtre, d’abord pruineuse, puis glabre par la suite. La surface qui


tapisse l'intérieur de la coupe est d’un magnifique orangé vif, très SD
lumineux. Le pied est presque inexistant, si bien que le champi­
<
gnon repose directement sur le sol. *
HABITAT : Elle égaye de sa belle couleur orangée la terre des
clairières ou des chemins forestiers humides. Elle peut apparaître
en grandes colonies d’individus accolés par petits groupes. Assez
répandue dans tout l’hémisphère nord tempéré, elle fructifie en
automne, parfois assez tardivement. t/>
Z
O

SD

Q.
S
tî ¥ G
1-5 cm 2-10 cm
j f m a m j j a s o n d
<

SJ
« n
Truffe du Périgord
......................................... ............................................................................................................................ .
Tuber melonosporum / Syn. fr. : truffe noire (Ascomycètes)
o D e s c r ip t io n : Le réceptacle est un tubercule de taille petite à
moyenne, à surface noire et assez finement verruqueuse. Signa­
Copyright © 2013 Editions Artémis.

lons toutefois que la taille des verrues augmente d’autant plus


O que le terrain est rocailleux. La chair, interne, d’abord grise, rougit,
puis noircit nettement à maturité des spores. Elle est typique­
<
*
ment marbrée de fines veines argentées. Elle présente une odeur
</) caractéristique, aromatique, très prononcée, qui fait de cette
espèce la plus parfumée de toutes.
H a b it a t : Elle se développe sous terre, en relation avec les
< racines des chênes, plus rarement avec celles d’autres feuillus.
Elle affectionne les terrains calcaires et bien drainés. Son aire de
Z répartition se limite aux régions chaudes du sud-ouest européen,
O situées en Espagne, en Italie et, surtout, en France. Elle fructifie en
O hiver, de novembre à mars.

<
j f m a m j j a s o n d
w 3-8 cm ou +
79

Index
Agaric Chanterelle Hygrophore
des bois, 43. cendrée, 56. blanc de neige, 19.
des jachères, 42. en tube, 59. de mars, 20.
des prés, 44. jaunissante, 60. des prés, 18.
Agaricus sinueuse, 57. Hygrophorus marzuolus, 20.
arvensis, 42. vio lette , 61. Kuehnerom yces
bisporus, 45. Clavaire m utabilis, 39.
bitorquis, 46. crépue, 64. Lactaire
cam pestris, 44. dorée, 62. délicieux, 16.
silvicola, 43. en forme de chou-fleur, 63. sanguin, 17.
A g rocyb e aegerita, 40. C lito cybe Lactorius
A leuria aurantia, 77. en entonnoir, 25. deliciosus, 16.
Am onito géant, 31. songuifluus, 17.
caesarea, 53. géotrope, 24. Leccinum
fulva, 54. C lito cybe aurantiacum , 6.
rubescens, 52. geotropa, 24. Lépiote
Am anite gibbo, 25. déguenillée, 49.
des Césars, 53. C lito p ile petite prune, 35. élevée, 47.
fauve, 54. C litopilus prunulus, 35. gracile, 48.
rougissante, 52. Collybie pudique, 50.
Arm illaîre à pied velouté, 33. Lepista
couleur de m iel, 26. Coprin chevelu, 41. nuda, 28.
A rm illaria m ellea, 26. Coprinus cornotus, 41. ponaeolus, 27.
Bolet Craterellus Leucoagaricus
à pied rouge, 12. cornucopioides, 55. leucothites, 50.
bai, 7. Cuphophyllus Leucopoxillus
orangé, 6. niveus, 19. gigant eus, 31.
tête-de-nègre, 10. pratensis, 18. Lim acella guttata, 51.
Copyright © 2013 Editions Artémis.

Boletus D endropolyporus Lim acelle lenticulaire, 51.


aereus, 10. um bellatus, 67. M acrolep io ta
a e st i va lis, 9. D isciotis venoso, 76. procera, 47.
edulis, 8. Entolom a rhacodes, 49.
erythropus, 12. aprilis, 36. rickenii, 48.
pinophilus, 11. sepium , 37. Marasme
régius, 13. Entolom e des O réades, 34.
C alocybe d’avril, 36. M arasm ius oreades, 34.
gam bosa, 32. des haies, 37. M itroph ora
Cantharellus Fistulina sem ilibera, 74.
cibarius, 58. hepatica, 69. M o rch ella
lûtes cens, 60. Fistuline hépatique, 69. conica, 73.
tubaeform is, 59. Flammulina elata, 72.
Cèpe velutipes, 33. esculenta, 70.
d’été, 9. G iro lle, 58. rotunda, 71.
de Bordeaux, 8. G om phus clavatus, 61. M orille
des pins, 11. G rifola frondosa, 68. com m une, 70.
royal, 13. Hydne rougissant, 66. conique, 73.
Champignon Hydnum élevée, 72. X
de couche, 45. repondum, 65. ronde, 71. LU

des tro tto irs, 46. rufescens, 66. M orillon, 74.


Pezize Polypore Sporassis crispa, 64.
orangée, 77. en om belle, 67. Tricholom a
veinée, 76. en touffes, 68. colum betta, 29.
Pholiote Pseudocraterellus terreum, 30.
changeante, 39. cinereus, 56. Tricholom e
du peuplier, 40. sinuosus, 57. argouane, 27.
ridée, 38. Ptychoverpa colom bette, 29.
Pied bohemico, 75. couleur de terre, 30.
bleu, 28. Rom oria de la Saint-Georges, 32.
-de-m outon, 65. aurea, 62. Trom pette des m orts, 55.
Pleurote botrytis, 63. Truffe du Périgord, 78.
corne d’abondance, 22. Rozites caperata, 38. Tuber
du panicaut, 23. Russulo m elanosporum , 78.
en form e d’huître, 21. cyanoxantha, 14. Verpe de Bohêm e, 75.
Pleurotus vesca, 15. Xerocom us badius, 7.
cornocopioe, 22. Russule
eryngii, 23. charbonnière, 14.
ostreatus, 21. com estible, 15.

Crédits photographiques

Arsentyeva/Shutterstock.com : 6 - Beneda/Fotolia.com : 7 - Chaumeton/Nature : 14,17,19, 23,


25, 27, 28, 29, 30, 32, 35, 42, 51, 54, 58, 65, 74, 75 - Dupic : 13, 38, 60 - Fabrizi/Shutterstock.com :
62 - Fedsax/Shutterstock.com : 44 - Food-pictures/Fotolia.com : 53 - Grospas/Nature : 15, 22,
55, 57, 66 - Houdou/Nature : 43, 47, 56, 69, 78 - Jàhne/Fotolia.com : 52 - Lamaison/Nature : 18,
Copyright © 2013 Editions Artémis.

31, 33, 37, 76 - Lanceau Yves : 10,12, 20, 21, 63, 70 - Lanceau/Nature : 9,16, 24, 34, 40, 48, 59, 67,
68, 71, 77 - Lumis/Shutterstock.com : 11, 39 - Maillot/Fotolia.com : 72 - Matauw/Fotolia.com :
41 - Montégut : 46, 49, 50, 61 - Polese/Nature : 36,45, 73 - Sauer/Nature : 26 - Sereda/Fotolia.
com : 8 - Wetterauw/Shutterstock.com : 64.

Ouvrage c o lle c tif créé par Losange

Direction éditoriale : Hervé Chaum eton - Coordination éditoriale : Sophie Jutier


PAO : N athalie Lachaud, Francis Rossignol, Isabelle Véret
Photogravure : Stéphanie Tridoux

© Losange, 2013
© Éditions A rtém is pour la présente édition
ISBN : 978-2-8160-0399-4
N° d’éditeur : 8160
Dépôt légal : mars 2013

A chevé d’im prim er : février 2013 - Imprimé en Chine par Toppan Leefung
mini NATURE

LES GUIDES DE TERRAIN INDISPENSABLES

crédits photos : diter/Fotolia.com , Aleksander Bolbot/Shutterstock.com, FotograFFF/Shutterstock.com.


>70 espèces toutes illustrées d’une grande
photo pour les reconnaître en un clin
d’œil, présentées en fiches très pratiques.

>Des descriptions précises et complètes,


donnant toutes les informations pour
identifier les espèces sans se tromper.

>Une signalétique couleur pour se repérer


rapidement et efficacement.

>Un format poche très pratique


sur le terrain.

Dans la même collection :


6,00 € Prix France TTC • Arbres d'Europe
C02574
978-2-8160-0399-4 • Oiseaux d'Europe
Plantes de montagne
Amphibiens et reptiles
Plantes sauvages comestibles

Vous aimerez peut-être aussi