Vous êtes sur la page 1sur 3

06.

LA MOELLE EPINIERE : II – CONFIGURATIONS :


Dr LACHKAR Adnane
INTRODUCTION :
A – Configuration extérieure :
- C’est la partie du système nerveux située dans le canal
1 – Face antérieure :
rachidien.
- Parcourue sur la ligne médiane par une dépression
- Elle représente le lieu de passage des principales voies de
profonde : Sillon médian antérieur.
conduction nerveuse. Elle est à l'origine de tous les nerfs
- De part et d’autre de la ligne médiane se trouve des
rachidiens qui sont au nombre de 31 paires.
sillons collatéraux antérieurs d'où naissent les racines
- Elle constitue également le support des activités réflexes.
antérieures : Racines ventrales ou motrices.
- La moelle épinière, comme l'encéphale, est entourée de
- Entre le sillon médian antérieur et le sillon collatéral
méninges : La pie-mère, l'arachnoïde et la dure-mère. Elle
antérieur se trouve un relief blanchâtre : le cordon
baigne dans du LCR, et elle est creusée au centre par un
antérieur.
trou rudimentaire (le canal épendymaire).

I – GÉNÉRALITÉS :

A – Dimensions :
- Longueur = 45cm.
- Diamètre = 1cm en moyenne (variable selon les régions).
- Poids = 30g.

B – Forme globale :
- Tige cylindrique de couleur blanchâtre liée à la présence
de myéline à sa surface.
1- Limites :
• Limite supérieure : située sous le trou occipital et
correspond à la jonction bulbo-médullaire.
• Limite inférieure : se trouve en regard de la 2ème
vertèbre lombaire par son extrémité effilée = le
cône terminal.
2- De face, la ME présente deux renflements :
2 – Face postérieure :
• Renflement cervical : correspond à la naissance du
- Sur la ligne médiane on trouve un sillon régulier : Sillon
plexus brachial.
médian postérieur.
• Renflement lombaire : correspond au plexus
- De part et d’autre de ce sillon médian postérieur se
lombo-sacré.
trouvent les sillons collatéraux postérieurs où prennent
3- De profil, la ME dessine 2 courbures :
naissance les racines postérieures ou dorsales ou sensitives.
• Lordose : Courbure cervicale à concavité
Chaque racine dorsale présente un renflement à sa partie
postérieure.
distale : le ganglion spinal.
• Cyphose : Courbure dorso-lombaire à concavité
- Entre le sillon médian postérieur et le sillon collatéral
antérieure.
postérieur se trouve un relief : le cordon postérieur. Ce
dernier est parcouru d'un sillon intermédiaire très fin qui
existe uniquement au niveau de la ME cervicale. Ce sillon
divise le cordon postérieur en 2 faisceaux :
o L’un médial : faisceau de Goll (ou de Gracile).
o L’autre latéral : faisceau de Burdach.

- Chaque racine antérieure va s’unir à la racine postérieure


pour former le nerf rachidien.
B – Configuration intérieure : • Ce cordon est parcouru de plusieurs faisceaux :
o Fx moteurs :
1 – Cavité épendymaire : Réticulo-spinal latéral.
Rubro-spinal.
- Cavité centrale.
Cortico-spinal latéral.
- Entourée par une couche de tissu nerveux d’aspect
o Fx sensitifs :
gélatineux : substance gélatineuse de Stilling.
Spino-thalamique latéral.
2 – Substance grise centrale : Spino-cérébelleux : antérieur et
postérieur.
Présente la forme d’un H en aile de papillon. Elle est
formée par :
a Deux masses latérales : Présentent :
• Partie postérieure = Corne postérieure : effilée,
dont l’extrémité se trouve en face du sillon
collatéral postérieur (Somato-sensitive).
• Partie antérieure = Corne antérieure : forme élargie
dont l'extrémité se trouve en regard du sillon
collatéral antérieur (Contient les corps cellulaires des
nerfs moteurs).
• Région intermédiaire = Corne latérale (végétative)
qui va se subdiviser en :
o Partie antérieure : zone viscéro-motrice.
o Partie postérieure : zone viscéro-sensitive. III – RAPPORTS & MOYENS DE
b Région centrale : présente 2 commissures grise : FIXITÉS :
• Antérieure
• Postérieure.
A – Rapports :
1 – Méninges :
3 enveloppes :
• La pie-mère : la plus interne, très fine, parcourue
par un réseau vasculaire.
• La dure-mère : fibreuse, très résistante et s'étend du
pourtour du trou occipital jusqu’au regard de la
2ème vertèbre sacrée.
• L’arachnoïde : fine membrane adhérente à la face
interne de la dure-mère.
3 – Substance blanche :
Constituée de 3 cordons médullaires :
a Deux cordons antérieurs (droit et gauche) :
• Situés en dedans de la corne antérieure.
• Unis entre eux par la commissure blanche
antérieure.
• Ce cordon est parcouru de plusieurs faisceaux :
o Fx moteurs :
Cortico-spinal antérieur.
Tecto-spinal.
Réticulo-spinal antérieur.
Vestibulo-spinal.
o Fx sensitifs :
2 – Rachis :
Spino-thalamique antérieur. La M.E n’occupe pas la totalité du canal rachidien
(limite inférieure en regard du L2).
b Cordon postérieur :
• Situé en dedans de la corne postérieure. a Rapports antérieurs :
• Les deux cordons postérieurs sont séparés le o Corps vertébral.
septum médian postérieur. o Disque intervertébral.
• Ce cordon est parcouru de Fx essentiellement o Ligament vertébral commun postérieur.
sensitifs : Fx de Gracile (ou de Goll) et Burdach. b Rapports latéro-postérieurs :
c Cordon latéral : o Pédicule vertébral.
• Compris entre l’émergence des racines antérieure et o Massif des apophyses articulaires postérieures
postérieure. doublé par du ligament jaune.
3 – Racines et nerfs rachidiens :
- Chaque racine antérieure s’unit avec une racine
postérieure au niveau du trou de conjugaison pour former
le nerf rachidien.
- Il existe 30 paires de nerfs rachidiens :
• 8 cervicales.
• 12 dorsales.
• 5 lombaires.
• 5 sacrées.
B – Veines :
- Elles sont satellites des artères.
B – Moyens de fixité : - Le sang veineux du réseau pie-mérien Va déverser
dans les veines spinales puis dans les veines radiculaires
1 – Dans le sens longitudinal : Puis dans les plexus veineux épiduraux Puis dans le
- La M.E est fixée par le filum terminal en bas et en haut plexus veineux péri-rachidien Pour rejoindre enfin la
par la jonction bulbo-médullaire. circulation générale.

2 – Dans le plan transversal :


- La M.E est fixée à la dure-mère par le ligament dentelé et
par les racines des nerfs rachidiens qui sont fixés aux
parois du trou de conjugaison par l’opercule conjonctif.
- Entre la dure-mère et les structures ostéo-ligamentaires se
trouve l’espace épidural qui contient la graisse et le plexus
veineux.

IV – VASCULARISATION :
Réseau artériolo-capillaire intra-piemérien :
CONCLUSION :
- La moelle épinière peut être explorée par scanner, I.R.M, ponction
A – Artères : lombaire, électromyographie et myélographie.
- La pathologie de la moelle épinière comprend les compressions
(tumeurs), les infections (méningites), les accidents vasculaires
1 – Axe spinal antérieur : (hémorragie, thrombose), les traumatismes, les tumeurs, les carences en
- Chemine dans le sillon médian antérieur. vitamine B12 et les affections inflammatoires (sclérose en plaques).
- Provient de l’union des deux artères spinales antérieures, - Une section de la moelle épinière est irréversible ; elle entraîne une
elles-mêmes provenant des artères vertébrales. tétraplégie en cas de section à hauteur du rachis cervical, une paraplégie
en cas de section à hauteur du rachis dorsal.

2 – Axes spinaux postérieurs :


- Au nombre de deux.
- Cheminent chacun en arrière du sillon collatéral
postérieur.
- Proviennent soit de l’artère vertébrale ou bien de l’artère
cérébelleuse inférieure.

3 – Artères segmentaires :
Issues de l'aorte, rejoignent la M.E par le trou de conjugaison.
- Chaque artère segmentaire se divise en deux branches :
o Antérieure = artère radiculaire antérieure se
branche sur l’axe spinal antérieur.
o Postérieure : artère radiculaire postérieure se
branche sur l’axe spinal postérieur.