Vous êtes sur la page 1sur 12

Plan :

I. Définition de l’organisation
II. Les caractéristiques de l’organisation
III. Les différentes structures de l’entreprise
1. Les structures fonctionnelles
2. Les structures décisionnelle
3. Les variantes de la structure divisionnaire
IV. Les determinants de la structures
1. Division par produits
2. Division géographique.
V. Les déterminants du choix de la structure.
VI. Les configurations structurelles de Mintzberg.
I - Définition de L’organisation
L’organisation permet de définir les tâches à accomplir, le les regrouper,
d’établir des liens d’autorité, de coopération et d’information qui unissent
les hommes entre eux, de créer les unités de soutien qui permettent aux
responsables de disposer d’expertises complémentaires

Puisque l’organisation a pour objet la coordination de différentes activités,


il importe d’élaborer des structures organisationnelles. Ces dernières sont
les bases sur lesquelles reposent les relations formelles entre les unités ou
les personnes.

II - Les caractéristiques de l’organisation


La fonction d’organisation exige :

Les caractéristiques fondamentales d’une organisation :

Les principes fondamentaux d’une organisation

Le concept de spéciation : implique la division de travail dans l’entreprise.


Chaque individu et chaque service doit se spécialiser dans un domaine
particulier.

Le concept de coordination : puisque les taches sont souvent reliées, il


importe d’assurer la convergence de l’ensemble.

Le concept de définition : signifie la précision dans la définition des postes


et des fonctions

Le concept d’autorité : chaque responsable doit posséder les ressources


nécessaires pour accomplir son travail. L’autorité est le pouvoir de diriger
les subordonnes et d’utiliser les ressources d’une manier efficace.

Le concept de responsabilité : traduit l’obligation qu’a un gestionnaire


d’effectuer certain taches pour réaliser les objectifs établis.

Le concept d’éventail : est le nombre de personnes place directement sous


l’autorité d’un supérieur.
III - Les différentes structures d’entreprises
La structure d’une entreprise définit les relations hiérarchiques et
fonctionnelles entre les divers collaborateurs : il s’agit de la répartition des
responsabilités et du mode de communication interne à l'entreprise. Il
existe 5 principaux types de structures d’entreprise, ainsi que les avantages
et les inconvénients de chacune.

1 - La structure fonctionnelle

La structure fonctionnelle organise l'entreprise par fonctions. C'est la


forme d'organisation la plus répandue pour les entreprises mono-activité
de taille moyenne. Elle connaît 3 stades de développement : la structure en
soleil, la structure fonctionnelle simple et la structure fonctionnelle évoluée
(staff & line). La DG (Direction Générale) assure la cohérence des actions
menées. La spécialisation des différentes fonctions correspond un partage
des tâches et des responsabilités.

Schéma : la structure fonctionnelle


La structure fonctionnelle permet à l'entreprise mono-activité de se
développer en améliorant sa compétitivité dans un environnement stable.
La division du travail par fonctions (opérationnelles et supports) permet
une spécialisation qui favorise l'efficacité de l'entreprise.

La structure fonctionnelle connaît 3 stades de développement.

 La structure en soleil : cette structure est centrée autour du


créateur/dirigeant de l'entreprise. Les collaborateurs sont
complémentaires en termes de personnalités et de compétences. Il n'y a
aucun lien direct entre eux, mais uniquement des liens bilatéraux entre le
dirigeant et ses collaborateurs. Le dirigeant pratique une communication
rayonnante.
 La structure fonctionnelle simple : cette structure est plus spécialisée et
plus formelle que la précédente. Une ligne hiérarchique et des procédures
de travail apparaissent. La délégation se met en place, ainsi qu'une
communication verticale (descendante et ascendante).
 La structure fonctionnelle évoluée (ou staff and line) combine une
double approche fonctionnelle et hiérarchique : une spécialisation
fonctionnelle accrue (fonctions d'état-major, comme la R & D, le marketing,
la DRH, la Direction administrative et financière...) ou staff ; un
développement des responsabilités opérationnelles (ou line pour ligne
hiérarchique), en ajoutant des niveaux supplémentaires (N-1, N-2) , Pour
éviter une trop grande centralisation, un immobilisme excessif et des
difficultés de communication interne, liés généralement à cette forme de
structure, le dirigeant devra encourager l'initiative, favoriser l'adaptation
aux évolutions de l'environnement et faciliter la circulation des
informations.
2 - La structure divisionnaire

La structure divisionnaire organise l'entreprise par divisions, ou centres de


profits distincts (activité spécifique, zone géographique particulière,
segment de clientèle), disposant de pouvoirs étendus sur leurs produits et
leurs marchés. Cette structure est la plus efficace lorsque l'entreprise est
diversifiée. Des fonctions supports (services centraux) peuvent faire
partager leur expertise aux fonctions opérationnelles de toutes les
divisions.
La structures divisionnaire convient mieux aux grandes entreprises situés
dans un environnement de marche segmente et / ou utilisant plusieurs
procédés techniques.

En effet, lorsque l’entreprise grandit, il est impossible de maintenir une


centralisation par fonction car les domaines d’intervention se multiplient et
il devient nécessaire d’accorder une large autonomie aux différents
services.

En outre La structure divisionnaire est particulièrement efficace quand


l'entreprise se diversifie.

En se calquant sur la segmentation stratégique (DAS ou SBU strategic


business unit), elle permet d'évaluer la position de l'entreprise par rapport
à son marché et à changements ses concurrents et d'avoir une meilleure
capacité de réaction face aux de l'environnement.
Elle permet de définir des centres de responsabilité dotée d'objectifs et de
moyens propres, ce qui entraîne une mobilisation plus forte des
responsables de chaque business unit (entité à taille humaine comprenant
200 à 300 personnes).

3 - La structure matricielle
La structure matricielle organise l'entreprise par croisement de
spécialisations. Elle permet à certains managers de combiner deux types de
responsabilités: une responsabilité opérationnelle (un produit) et une
responsabilité fonctionnelle ou géographique (un pays). Autres
combinaisons possibles : Fonction & Produit, Technologie & Produit,
Fonction & Projet... La structure matricielle bouscule la hiérarchie car
chaque " manager matriciel " est supervisé par deux " directeurs matriciels
".

La structure matricielle a un fonctionnement complexe, à la fois pour les


membres de l'équipe dirigeante et pour les managers concernés.

 Les " directeurs matriciels " ont des responsabilités croisées, sur les mêmes
sous-parties de l'organisation (une division produit ou géographique, ou
une fonction). Responsables d'un centre de stratégie et de profit, ils doivent
se coordonner entre eux pour définir des buts cohérents et éviter de fixer
des objectifs incompatibles pour les " managers matriciels " qu'ils
supervisent. Ils doivent être compétents, créatifs, diplomates et experts en
négociation.
 Les " managers matriciels " dépendent donc de deux supérieurs
hiérarchiques et doivent parfois répondre à des demandes contradictoires.
Ils sont considérés comme les managers les plus réactifs et les plus
performants de l'entreprise.
 Les autres managers et tous les collaborateurs de l'entreprise se retrouvent
dans la partie plus classique du reste de l'organisation (structure
fonctionnelle ou divisionnaire).

VI - Les variantes de la structure divisionnaire


La structures divisionnaire peut être aussi fondée sur le critère de
découpage selon les produits, les zones géographiques, les procèdes, la
clientèle.
Découpage base sur les produits
Les entreprises qui utilisent cette division sont souvent les entreprises qui
ont des produits très diversifiés. Chaque direction a en principe la
responsabilité totale du produit. Cela est censé apporter plus de motivation
aux salariés de l'entreprise.

La structure géographie
Ce type de structure est adapté aux multinationales. Les divisions peuvent
être par continent ou bien par pays. Cela peut aussi être une entreprise
nationale qui travaille à l'échelle de la région. Là aussi, chaque division à la
responsabilité totale de sa zone.
L'avantage de cette structure est qu'elle permet d'être beaucoup plus
proche du marché.
V - Les déterminants du choix de la structure.

Il n’existe pas de structure idéale pour l’entreprise. Alors le problème est de


déterminer les facteurs qui conduisent à la sélection de la structure des
entreprises.

Les principaux facteurs de choix d’une structure :

Taille : En général, les changements dans l’organisation exige une


structure Personnalisé pour développer dans la structure fonctionnelle qui
est central. Et puis avec la diversification du produit, et nous adoptons la
structure de la population et de rétablir une certaine flexibilité, on peut
adopter une structure matricielle
La technologie : il y a une relation entre la nature de la production de
l’entreprise et sa structure. De la production à l’unité à la production de
masse, à la production à la chaîne doivent correspondre des structures
différentes. En effet, à chaque niveau de complexité technique correspond
une structure distincte
L’environnement : l’environnement (facilité ou difficultés des prévisions,
nombre de concurrents, technologie fixe ou changeante, marché stable
turbulent, administration efficace ou non, …) influence fortement les types
d’organisation adoptée par l’entreprise.
Information des dirigeants : dans les pays en voix de développement, la
structure adoptée par l’entreprise est généralement très influencée par la
formation des dirigeants, leur degré d’ouverture sur le monde environnant
et leur capacité de prévision et d’organisation

La stratégie : la relation entre la structure de l’entreprise a été mise en


évidence par A. Chandler. Pour lui les changements structurels
interviennent lorsque les entreprises modifient leur stratégie.

IV- Les configurations structurelles de Mintzberg


Pour bien comprendre les organisations minterzbrig considère
l’organisation comme un assemblage de six parties, qui fait
allusion à trois regroupements : les composantes fondamentales,
les mécanismes de coordination et les configurations
structurelles possibles.
Le centre opérationnel : regroupe ceux qui effectuent le travail de
production des biens ou de services.
Le sommet stratégique : c'est l'équipe dirigeante qui définit les objectifs
stratégiques et supervise l'ensemble des activités.
La ligne hiérarchique : regroupe l'ensemble de ceux qui assurent
l'encadrement du centre opérationnel ainsi que la liaison entre celui-ci et le
sommet stratégique.
La technostructure : ce sont les spécialistes qui organisent, conçoivent les
procédés de travail et qui ont pour mission de rendre plus efficace le travail
des autres.
Le support logistique : c'est l'ensemble des services assurant des
prestations internes non directement liées à l'activité de l'entreprise (Ex:
cafétéria, conseil juridique,..)
L'idéologie : c'est l'ensemble des croyances et des valeurs qui influencent
les actions des membres de l'organisation.
Ces six éléments sont reliés entre eux par des réseaux de communication et
de coordination permettant d'échanger des informations.

À partir de ces éléments de base, Mintzberg a défini sept


configurations structurelles avec chacune ses caractéristiques
propres.

L'organisation entrepreneuriale : possède une structure simple avec une


ligne hiérarchique peu développée. Elle se compose essentiellement d'un
centre opérationnel et du chef d'entreprise qui coordonne le travail (ordres
et instructions) et contrôle les activités par supervision directe. Exemple :
entreprise petite ou nouvelle.

L'organisation mécaniste : c'est une structure de type bureaucratique,


centralisée. La division du travail est forte avec une standardisation
poussée des procédés de travail. Les fonctions de support et la
technostructure jouent un rôle important. La ligne hiérarchique est
hautement développée. Exemple : grande entreprise.
L'organisation divisionnalisée : cette structure se caractérise par un
centre opérationnel composé de divisions spécialisées et autonomes. Le
pouvoir est délégué du sommet stratégique aux responsables de divisions.
Le sommet stratégique spécifie et contrôle les résultats que chaque division
doit atteindre. Exemple : grande entreprise très diversifiée.

L'organisation professionnelle : c'est une structure décentralisée qui


repose sur des opérateurs "professionnels". Le centre opérationnel est
composé de divisions spécialisées, autonomes dans la conduite de leurs
activités. Le mode de coordination est la standardisation des qualifications.
La technostructure et la ligne hiérarchique jouent un rôle limité. Exemple :
cabinets d'expertise comptable, sociétés de conseil.

L'organisation innovatrice (ou adhocratie) : regroupe des experts


spécialisés dans des métiers distincts qui collaborent par ajustement
mutuel. Le travail s'effectue au sein d'équipes pluridisciplinaires dans
lesquelles se mêlent des spécialistes de support logistique, des opérateurs
et des managers. Cette structure conçue pour la réalisation de projets
innovateurs, est appelée aussi "adhocratie", du latin "ad hoc" qui signifie
"adapté à", "conçu pour". Exemple : structure par projet, centre de
recherche, agence de publicité.

L'organisation missionnaire : dans ce type d’organisation, l'idéologie joue


un rôle très important. Elle mobilise les membres de l'entreprise et
standardise leur comportement. Les unités sont décentralisées mais
soumises à de puissants contrôles par les normes et la culture.

L'organisation politique : toute organisation est le cadre d'enjeux de


pouvoir où les individus et les groupes cherchent à faire valoir leurs
intérêts particuliers. La dimension politique peut être assez puissante pour
créer sa propre configuration. La coordination s'effectue par les jeux de
pouvoir informels entre individus et/ou groupes.

« Merci pour votre attention »