Vous êtes sur la page 1sur 121

Mémoire de fin d’études

ETUDE ET OPTIMISATION DU
PARAMETRAGE DE L’AMR ET
DE LA STRATEGIE DE GESTION
DES APPELS DU RESEAU GSM
D’ORANGE CÔTE D’IVOIRE

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms


Mémoire de fin d’études

RESUME
Le présent mémoire est le résultat du stage que nous avons effectué à
ORANGE Côte d’Ivoire du 06 Octobre 2010 au 05 Mars 2011 dans le cadre de notre
projet de fin de cycle. Leader de la téléphonie mobile en Côte d’Ivoire, ORANGE Côte
d’Ivoire, qui a été sacré meilleure qualité de service depuis plusieurs années déjà par
l’ATCI, souhaite maintenir et accroître la qualité de communication sur son réseau.
Cet objectif est impératif avec la concurrence qui s’intensifie au niveau de ce
secteur d’activité. Trouver un moyen pour améliorer la qualité de service afin de
satisfaire sa clientèle devient un souci capital pour cette entreprise. Notre travail a
consisté donc à proposer des configurations de l’AMR (Adaptive Multi-Rate) en vue
d’améliorer la qualité vocale. Deux études ont ainsi été réalisées sur l’AMR à savoir le
changement de codec de démarrage et la configuration mono-codec. Il nous a aussi
été demandé de réviser la stratégie de gestion des appels en vue de l’améliorer.
Nous avons donc fait un audit en mode veille et en mode communication, puis
proposé des changements en vue d’une optimisation. Cependant, il ne nous a pas été
possible de traiter tous les contours de cette partie faute de temps.

Les résultats obtenus lors des tests que nous avons effectués sur l’AMR ont
montré l’efficacité des configurations proposées pour améliorer la qualité de la voix
sur le réseau ORANGE Côte d’Ivoire. Pour la seconde partie de notre travail, à savoir
la stratégie de gestion des appels, aucun test n’a pu être effectué faute de temps
compte-tenu de la charge de travail du service et de la situation sociopolitique du
pays à cette période.
Ce stage nous a été profitable dans la mesure où il a permis d’approfondir
notre connaissance sur les réseaux mobiles. Nous espérons que notre travail sera
utile à ORANGE Côte d’Ivoire dans son projet d’amélioration de la qualité de son
service.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms I


Mémoire de fin d’études

DEDICACE A

 La mémoire de notre père,

 Notre douce mère,


 Notre merveilleuse épouse,

deux femmes au cœur de notre vie.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms II


Mémoire de fin d’études

REMERCIEMENTS
Nos remerciements vont tout d’abord à l’endroit d’ALLAH, le Tout-Puissant,
moteur et superviseur de toute chose.

La rédaction d’un mémoire de fin d’études est un travail difficile et rigoureux


qui nécessite l’aide, la participation, l’apport matériel et financier, les conseils et les
prières de nombreuses personnes. Nous ne pourrions donc continuer sans dire un
grand merci à toutes ces personnes sans lesquelles nous n’aurions pas atteint de tels
résultats. Nos pensées vont particulièrement à l’endroit de :

- Monsieur BAMBA Mamadou, Directeur Général de ORANGE CÔTE


D’IVOIRE SA,

- Monsieur Kouassi Félix KONAN, Chargé de l’emploi et de la formation à


ORANGE COTE D’IVOIRE SA, pour sa sympathie,

- Monsieur BA Ehouman Francis, Chef du service Optimisation des


Ressources, nous adressons nos remerciements pour sa disponibilité,

- Monsieur EBE Jean Marcel, notre Maître de stage pour sa disponibilité, sa


courtoisie, sa patience, ses conseils, en un mot, pour son aide qui a été plus
que précieuse,

- Tout le personnel d’ORANGE COTE D’IVOIRE SA et en particulier à tous les


membres du service Optimisation des Ressources et SMC, pour sa
sympathie, son enthousiasme et sa collaboration,

- Monsieur KOUAME Amadou, anciennement Directeur de la filière


d’Ingénieurs à l’IHPT (Groupe ESAM) de Treichville,

- Monsieur KOUAME Aliko, Directeur du Cycle Ingénieur du Groupe ESAM


pour sa disponibilité, sa courtoisie et sa promptitude,

- Monsieur CAMARA, Conseiller Académique du Groupe ESAM, instructeur


du présent mémoire, pour ses conseils,

- Monsieur BENSON, notre encadreur pédagogique, pour sa disponibilité,

- Tout le corps enseignant du Groupe ESAM, nos remerciements pour sa


disponibilité et sa participation active à notre formation.

- A notre famille et particulièrement nos frères et sœurs pour leur soutien


tout au long de notre cursus scolaire et universitaire.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms III


Mémoire de fin d’études

SOMMAIRE
RESUME ....................................................................................................................................... I
DEDICACE ................................................................................................................................... II
REMERCIEMENTS ...................................................................................................................... III
SOMMAIRE ................................................................................................................................ IV
LISTE DES FIGURES...................................................................................................................... V
LISTE DES TABLEAUX ................................................................................................................. VI
DEFINITIONS UTILES ................................................................................................................. VII
AVANT-PROPOS .......................................................................................................................... X
INTRODUCTION .......................................................................................................................... 1

PREMIERE PARTIE : PRESENTATION D’ORANGE COTE D’IVOIRE ET ENONCE DU CAHIER DES


CHARGES .......................................................................................................................... 3
CHAPITRE I : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE D’ACCUEIL ....................................................... 4
CHAPITRE 2 : PRESENTATION DU CAHIER DES CHARGES........................................................... 8

DEUXIEME PARTIE : GENERALITES SUR LA NORME GSM ET L’AMR ..................................... 9


CHAPITRE 1 : HISTORIQUE ........................................................................................................ 10
CHAPITRE 2 : LES PRINCIPES DE BASE DU GSM ET DE L’AMR .................................................. 11

TROISIEME PARTIE : ETUDE ET OPTIMISATION DU PARAMETRAGE DE L’AMR .................. 34


CHAPITRE 1 : ETUDE DE L’EXISTANT......................................................................................... 35
CHAPITRE 2 : PROPOSITION DE SOLUTIONS EN VUE D’OPTIMISATION .................................. 36

QUATRIEME PARTIE : ETUDE ET OPTIMISATION DE LA STRATEGIE DE GESTION DES APPELS


....................................................................................................................................... 46
CHAPITRE I : ETUDE DE L’EXISTANT.......................................................................................... 47
CHAPITRE II : PROPOSITIONS DE SOLUTIONS EN VUE D’OPTIMISATION................................. 74
CONCLUSION ............................................................................................................................ 86
BIBLIOGRAPHIE ......................................................................................................................... 88
WEBOGRAPHIE ......................................................................................................................... 90
ANNEXES................................................................................................................................... 91
ANNEXE1 : Présentation du réseau GSM ................................................................... XII
ANNEXE 2: Les Handovers ......................................................................................... XVI
ANNEXE 3: NPO et Actix ............................................................................................ XIX
TABLE DES MATIERES ........................................................................................................... XXVII

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms IV


Mémoire de fin d’études

LISTE DES FIGURES


Figure 1 : Organisation globale d'ORANGE CI ............................................................................ 5
Figure 2 : Organisation de la DRSI d'OCI .................................................................................... 6
Figure 3 : Exemple de motif à 3 cellules (les cellules portant le même chiffre utilisent la même
fréquence)................................................................................................................................. 11
Figure 4 : Architecture générale du réseau GSM ..................................................................... 12
Figure 5 : Récapitulation des handovers d’urgences causés par un problème de qualité, de
niveau de champ et d’interférence........................................................................................... 25
Figure 6 : Adaptation de canal AMR chez ALCATEL ................................................................. 31
Figure 7 : Graphe de l’indicateur CDR dans la première étude ................................................ 38
Figure 8 : Graphe de l’indicateur CSSR dans la première étude ............................................... 38
Figure 9 : Graphe de l’indicateur HO_quality_rate dans la première étude ............................ 39
Figure 10 : Graphe de l’indicateur CDR dans la seconde étude ............................................... 41
Figure 11 : Graphe de l’indicateur CSSR dans la seconde étude .............................................. 42
Figure 12 : Graphe de l’indicateur HO_quality_rate dans la seconde étude ........................... 42
Figure 13 : Architecture GSM d’Abidjan chez OCI .................................................................... 47
Figure 14 : Architecture GSM de San-Pedro chez OCI .............................................................. 48
Figure 15 : Architecture GSM de Gagnoa chez OCI .................................................................. 48
Figure 16 : Audit de cause 20 pour Abidjan ............................................................................. 55
Figure 17 : Audit de cause 20 pour Gagnoa ............................................................................. 56
Figure 18 : Audit de cause 12 pour Abidjan ............................................................................. 60
Figure 19 : Audit de cause 12 pour Gagnoa ............................................................................. 60
Figure 20 : Audit de cause 21 pour Abidjan ............................................................................. 63
Figure 21 : Audit de cause 21 pour Gagnoa ............................................................................. 64
Figure 22 : Principe du handover cause 14............................................................................... 64
Figure 23 : Audit de cause 14 pour Abidjan ............................................................................. 67
Figure 24 : Audit de cause 14 pour Gagnoa ............................................................................. 68
Figure 25 : Principe du handover cause 28............................................................................... 69
Figure 26 : Audit de cause 28 pour Abidjan ............................................................................. 70
Figure 27 : Audit de cause 28 pour Gagnoa ............................................................................. 71
Figure 28 : Distribution de cause 20 sur le réseau.................................................................... 77

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms V


Mémoire de fin d’études

Figure 29 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 20 à Abidjan ........................ 78


Figure 30 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 20 à Gagnoa ........................ 78
Figure 31 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 12 à Abidjan ........................ 79
Figure 32 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 12 à Gagnoa ........................ 80
Figure 33 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 21 à Abidjan ........................ 81
Figure 34 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 21 à Gagnoa ........................ 82
Figure 35 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 14 à Abidjan ........................ 83
Figure 36 Illustration de l’impact des propositions pour cause 14 à Gagnoa .......................... 83
Figure 37 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 24 à Abidjan ........................ 85
Figure 38 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 24 à Gagnoa ........................ 85

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1 : Les canaux logiques en GSM ................................................................................. 17
Tableau 2 : Profils de cellules dans le réseau GSM d’OCI ......................................................... 20
Tableau 3 : codecs définis pour l’AMR par l’ETSI...................................................................... 28
Tableau 4 : Codecs actifs sur le réseau OCI .............................................................................. 35
Tableau 5 : Résultats des drives-tests dans la première étude ................................................ 40
Tableau 6 : Résultats des drives-tests dans la seconde étude.................................................. 43
Tableau 7 : Correspondance de débit de canaux entre la requête en file et le mobile candidat
.................................................................................................................................................. 69
Tableau 8 : Possibilités de handovers de confort entre les différentes couches ...................... 73

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms VI


Mémoire de fin d’études

DEFINITIONS UTILES
AMPS Advanced Mobile Phone System, Système de téléphonie mobile analogique
introduit aux Etats-Unis à la fin des années 1978. Il s’agit de la première
génération de téléphonie mobile cellulaire.
AMR Adaptive Multi-Rate, fonctionnalité permettant d’adapter le codec et le
canal de la voix en fonction de la qualité radio et de la charge du trafic.
ASCII American Standard Code for Information Interchange, « Code américain
normalisé pour l'échange d'information », norme de codage de caractères en
informatique ancienne et connue pour son influence incontournable sur les
codages de caractères qui lui ont succédé. Elle est codée sur sept bits, allant
de 0 à 127 et est incluse dans plusieurs dizaines de normes et standards
augmentant les caractères disponibles ou extensions (ASCII étendu).
ATCI Agence de Télécommunications de Côte d’Ivoire, elle est chargée et réguler
et surveiller le secteur des Télécommunications en Côte d’Ivoire
BSC Base System Controller, Contrôleur de station de base. Cet équipement
commande une ou plusieurs BTS et gère la ressource radio (allocation de
canal pour un appel, décision du handover).
BSIC Base Station Identity Code, Code de couleur permettant de distinguer deux
BTS utilisant la même fréquence de voie de balise.
BSS Base Station Subsystem, Sous-système radio composé d’un BSC et d’une BTS.
Un BSS désigne en général un BSC et les BTS qui en dépendent. On peut
utiliser ce terme lorsqu’on ne s’attache pas au découpage précis des
fonctions entre BTS et BSC.
BTS Base Transceiver Station, Stations réceptrices/émettrices qui permettent la
communication entre le terminal mobile et le BSC.
C/I Carrier out of Interference, rapport signal sur bruit.
CDMA2000 Technologie mobile reconnue comme de troisième génération (3G) par
l'Union Internationale des Télécommunications (UIT), sur le plan technique,
le passage de la 2G à la 3G dans la famille CDMA/CDMA2000 est perçu
comme une simple évolution et non d'une révolution.
CDMAOne Solution de télécommunication cellulaire sans fil basée sur la norme TIA/EIA
IS-95 CDMA. Fait partie de la seconde génération de solutions radio
numérique utilisant un spectre en CDMA (multiplexage par division de code).
CDR Call Drop Rate, Taux de coupure d’appels. Il indique le taux d’appel
inopinément interrompus par le réseau sur une période donnée.
CORBA Common Object Request Broker Architecture, est une architecture logicielle,
pour le développement de composants et d’Object Request Broker ou ORB.
Ces composants, qui sont assemblés afin de construire des applications
complètes, peuvent être écrits dans des langages de programmation
distincts, être exécutés dans des processus séparés, voire être déployés sur
des machines distinctes. Chaque composant est décrit sous la forme d'une
interface écrite en langage IDL.
CRC Communications Réussies Correctes, Taux d’appels ayant aboutis sans aucun
problème depuis le lancement de l’appel jusqu’au raccrochage par l’usager.
CSSR Call Setup Success Rate, Taux d’appels correctement initialisés.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms VII


Mémoire de fin d’études

DCS Digital Cordless System, Souvent appelé GSM1800, c’est une norme qui
permet d’étendre le GSM à la bande des 1800 Mhz.
DL DownLink, Communication dans le sens réseau  station mobile.
DTX Discontinuous transmission, fonctionnalité qui est utilisée pour réduire le
débit de transmission durant les périodes de silences pendant la
communication permettant ainsi de réduire les interférences et la puissance
d’émission.
EFR Extend FR, FR étendu, permet d’améliorer la qualité d’écoute en mode FR.
ETSI European Telecommunications Standardization Institute, organisme
européen chargé de la normalisation des télécommunications.
FR Full Rate, utilisation de tout le débit offert par le canal pour transmettre une
seule communication.
GSM Global System for Mobile communications, Nom du standard européen du
système radio cellulaire numérique.
HLR Home Location Register, base de données de localisation contenant les
informations caractéristiques des abonnés.
HO Handover, mécanisme par lequel un mobile transfert sa connexion d’une BTS
vers une autre de manière transparente durant la communication.
HR Half Rate, utilisation du débit offert par le canal pour transmettre deux
communications.
IMSI International Mobile Subscriber Identity, Identité internationale d’un abonné
inscrite dans la carte SIM.
KPIs Key Performance Indicators, ce sont les indicateurs clés de performance du
réseau. Ils donnent une idée sur la qualité de service perçue par l’abonné.
LAPDm Link Access Protocol on the D Channel, Protocole de liaison de données dans
l’interface Um, assure une transmission fiable des données (code correcteur
d’erreur …)
MOS Mean Opinion Score, permet d’évaluer la qualité de la voix au cours d’une
communication.
MS Mobile Station, Terminal GSM muni d’une carte SIM et susceptible de
fonctionner sur un réseau.
MSC Mobile-services Switching Center, commutateur pour mobiles associés en
général aux bases de données VLR (Visitor Location Register).
NPO Network Performance Optimizer, outil développé par ALCATEL-LUCENT
permettant de monitorer, analyser et améliorer les performances du réseau
mobile.
NSS Network Sub-System, sous-système réseau comportant principalement des
bases de données HLR et VLR et des commutateurs mobiles MSC.
OCI ORANGE Côte d’Ivoire
RNC Radio Network Controller, C’est l'élément du réseau UMTS qui contrôle les
transmissions radio des stations de base. Il gère la répartition de la ressource
radio, le chiffrement des données avant l'envoi au téléphone mobile, ainsi
qu'une partie de la localisation des abonnés. C'est l'équivalent des BSC des
réseaux 2G GSM. Il s'interface avec le SGSN pour la transmission des données
et avec le MSC pour le transfert de la voix et de la signalisation.
SIM Subscriber Identification Module, puce électronique qui insérée dans un
terminal mobile permet de se connecter au réseau GSM.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms VIII


Mémoire de fin d’études

SPEED_DISC Fonction permettant d’effectuer une discrimination de vitesse dans le GSM


en orientant les mobiles rapides vers les grandes cellules et les mobiles lents
vers les petites cellules.
TRX Emetteur / Récepteur radio supportant une fréquence porteuse, donc un
canal de communication dans la BTS.
UL UpLink, Communication dans le sens station mobile  réseau.
VLR Visitor Location Register, enregistre la localisation courante de l’abonné.
Base de données similaire au HLR mais ne contenant que les données des
abonnés se trouvant dans sa zone de service.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms IX


Mémoire de fin d’études

AVANT-PROPOS
Après son indépendance, la Côte d’Ivoire, comme tous les autres pays
africains, a été confrontée à un impressionnant manque de main d’œuvre tant au
niveau quantitatif que qualitatif. Pour combler ce déficit, il a fallu mettre en place des
stratégies de formations de jeunes cadres dans tous les domaines d’activité. Ainsi,
dans un premier temps, les gouvernants ont accordé des bourses étrangères à
certains étudiants. Mais vu le coût et la lenteur d’un tel processus, des écoles et
Instituts de formation professionnels et technique publics ont été crées sur place.

Avec l’accroissement de la population scolaire, les structures étatiques n’étant


plus en mesure de résorber ce grand nombre d’élèves, des structures privées sont
nées, notamment des grandes Ecoles dont le Groupe ESAM qui nous a accueilli dans
le cadre de notre formation d’ingénieur.

Le Groupe ESAM (Ecole Supérieure des Affaires et de Management), école


pluridisciplinaire et multi site fondée par feu Koko N’GUESSAN, a été crée en 1994.
Agrée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
sous le numéro 01294/MESRS/DESUP/SDEP/YK du 12 octobre 1994 et le FDFP, son
siège social est à Vridi non loin du Centre national de tri postal.

Aujourd’hui, le groupe ESAM comprend cinq établissements :

- ESAM Vridi,
- IHPT (Institut de Hautes études Professionnelles et Techniques),
- ESAM Plateau 1 et 2,
- ESAM Treichville.
- ESAM Yamoussoukro

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms X


Mémoire de fin d’études

Cette école forme des techniciens supérieurs ainsi que des ingénieurs de
techniques (BAC +4) et de conception (BAC+5) aussi bien dans les filières industrielles
que commerciales. Ses diplômes sont homologués par le CAMES (Conseil Africain et
Malgache pour l'Enseignement Supérieur).

A l’issue de leur formation, pour associer la formation pratique à la théorie,


les étudiants en fin de cycle effectuent un stage en entreprise de trois (03) mois
minimum. L’enjeu de ce stage est de permettre aux étudiants de se familiariser avec
les réalités professionnelles et de compléter leur formation théorique.

Au terme du stage, l’étudiant présente un travail de recherche devant un jury.


C’est dans cette optique que nous avons effectué un stage de cinq mois au Service
Ingénierie BSS et Optimisation Radio (SIBOR) d’ORANGE COTE D’IVOIRE et plus
précisément dans l’Unité Ingénierie BSS et Développement Radio.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XI


Mémoire de fin d’études

INTRODUCTION

Depuis son introduction en Côte d’Ivoire en 1996, et l’apparition des premiers


opérateurs, la téléphonie mobile n’a cessé de se développer de façon fulgurante.
Ainsi, de deux (02) opérateurs "historiques", nous sommes passés aujourd’hui à cinq
dont certains revendiquent plus de six (06) millions d’abonnés. Toute chose qui
entraîne une intensification de la concurrence.
Dans un tel contexte, les entreprises de téléphonie mobile s’efforcent
d’augmenter leur capacité de trafic ainsi que le nombre d’abonnés afin d’accroître
leur rendement financier. Mais pour atteindre ces objectifs, il est indispensable de
proposer aux usagers une qualité de service irréprochable. Cela implique un bon
dimensionnement et une bonne optimisation du réseau, principalement la partie
radio, et aussi une excellente qualité d’écoute. Il est à noter que dans un réseau radio
mobile, l’interface la plus délicate à gérer est l’interface radio à cause de ses
caractéristiques fluctuantes de son spectre de fréquences limité.
Avec l’accroissement du trafic, les opérateurs sont amenés à densifier leur
réseau et à implémenter de nouvelles fonctionnalités. Cela entraîne quelques fois des
dégradations au niveau de la qualité de service, notamment la qualité d’écoute.
C’est dans l’objectif de maintenir et d’améliorer ladite qualité de service sur
son réseau qu’ORANGE Côte d’Ivoire, leader de la téléphonie mobile en Côte d’Ivoire,
nous a soumis dans le cadre de notre stage le thème suivant : « Etude et
optimisation du paramétrage de l’AMR et de la stratégie de gestion des appels du
réseau GSM d’ORANGE COTE D’IVOIRE».
Cette étude revêt une importance de premier plan dans la mesure où ses
résultats pourront permettre d’avoir une bonne qualité vocale en fonction des
conditions radio à travers l’optimisation du paramétrage de l’AMR. En outre,
l’optimisation de la stratégie de gestion des appels permettra de rendre plus
performantes les communications sur l’interface air.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 1


Mémoire de fin d’études

Afin d’obtenir des résultats significatifs et objectifs, nous avons adopté la


démarche suivante : observer dans un premier temps l’état des indicateurs de
qualité, ensuite reprendre la même activité après la mise en œuvre des actions, et ce
aux fins d’analyser les impacts des actions sur le réseau. Des drives-tests seront
réalisés avant et après les actions d’optimisation de l’AMR.
Le présent mémoire est subdivisé en quatre parties :
- Présentation d’ORANGE Côte d’Ivoire et énoncé du cahier des charges,
- Généralités sur la norme GSM et l’AMR,
- Etude du paramétrage et optimisation de l’AMR,
- Etude du paramétrage et optimisation de la stratégie de gestion des appels.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 2


Mémoire de fin d’études

PREMIERE PARTIE :
PRESENTATION D’ORANGE
COTE D’IVOIRE ET ENONCE
DU CAHIER DES CHARGES

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 3


Mémoire de fin d’études

Chapitre I :
PRESENTATION DE L’ENTREPRISE D’ACCUEIL

ORANGE COTE D'IVOIRE est une société anonyme au capital de 4,136 milliards
de francs CFA. Son siège social est situé à l'immeuble "Le Quartz" sur le Boulevard
Valery Giscard d'Estaing à Abidjan. Sa principale activité est l’installation et
l’exploitation d’un réseau de télécommunication mobile en Côte d’Ivoire.

I.1- HISTORIQUE

Les premières pages de l’histoire de l’entreprise ont été écrites par la SOCIETE
IVOIRIENNE DE MOBILES (SIM). Détenue à 85% par FRANCE TELECOM et à 15% par le
groupe SIFCOM, elle a été créée le 19 mars 1996. Ses activités commerciales ont
débuté le 28 octobre 1996 avec l’ouverture de son réseau dénommé IVOIRIS.
La SOCIETE IVOIRIENNE DE MOBILES va connaître un important changement
suite au rachat de la société anglaise ORANGE, par FRANCE TELECOM en mai 2000.
Fondée en 1994, le lancement d’ORANGE UK (Royaume Uni) par HUTCHISON
MICROTEL a lieu en avril de la même année. ORANGE UK est une société dont
l’expertise commerciale et marketing ainsi que l’approche client sont reconnus les
plus performants du monde de la téléphonie. Cela s’est traduit deux (2) ans après son
lancement en avril 1996 par sa cotation à la bourse de Londres et du NASDAQ.
Suite à la création de la holding de droit français (ORANGE SA), FRANCE
TELECOM décide de dénommer « ORANGE » toutes ses filiales mobiles dans
lesquelles elle est majoritaire afin de leur faire bénéficier de l’expertise commerciale
et de la notoriété dont jouit la marque.
C’est ainsi que le 18 mars 2002, la Société Ivoirienne de Mobiles change de
dénomination sociale et commerciale et devient ORANGE COTE D’IVOIRE SA (OCI SA).
Conformément à la politique du groupe, le statut de franchise d’ORANGE CI SA se
traduit le 29 mai 2002 par l’adoption de la marque, de ses valeurs et de sa vision du
futur. ORANGE CI SA est à cette date, la première représentation de la marque

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 4


Mémoire de fin d’études

ORANGE en Afrique. Aujourd’hui leader de ce secteur de la communication en Côte


d’Ivoire, ORANGE CI dispose d’un parc client en hausse ; et son chiffre d’affaires est
en constante croissance.

I.2- ORGANISATION

I.2.1- Organisation générale

L’organisation au sein d’ORANGE Côte d’Ivoire s’articule autour de trois


activités principales :
 l’Administration : Direction Générale (DG), Direction des Ressources
Humaines (DRH), Direction Financière (DF), Direction des Moyens Généraux
(DMG), Direction Juridique (DJ), Direction Administrative (DA);
 le Commercial : Direction Commerciale (DC), Direction Marketing et
Communication (DMC) ;
 la Technique : Direction des Réseaux et Système d’Information (DRSI).
Direction Générale (DG)

Direction Direction Direction Direction Direction des


Financière Commerciale Marketing Ressources
(DF) Réseau et (DM) Hu maines
(DC)
Système (DRH)
d’Information
(DRSI)

Direction du Système Direction des Etudes et Direction des Opérations


d’Information (DSI) (DO)
Développement (DED)

Départe ment Département Département Etu-


Projets
Ingénierie réseau d’Accès, Transmission des et innovation
et Déplo iement (DIATD)

Service Service Ingénierie BSS et Service Ressources Service


Design et infrastructures déploie ment
Optimisation Radio (SIBOR)

Unité Optimisation Radio


Unité Ingénierie BSS et
Développement Radio

Figure 1 : Organisation globale d'ORANGE CI

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 5


Mémoire de fin d’études

I.2.2- Présentation de la DRSI

La Direction des Réseaux et du Système d’Information (DRSI) d’ORANGE-CI est


située à Abidjan au II Plateaux les Vallons en Face du supermarché CASH CENTER.

I.2.2.1- Missions de la DRSI

Les principales missions de la DRSI sont :


 Garantir la qualité du réseau en inscrivant les actions et les interventions
dans une démarche ;
 Mettre en œuvre le déploiement des équipements du réseau ;
 Exploiter et maintenir le réseau ;
 Anticiper et prévoir les évolutions du réseau ;
 Elaborer le schéma directeur technique.

I.2.2.2- Organisation de la DRSI

La Direction des Réseaux et du Système d’Information d’ORANGE-CI, avec à sa


tête le Directeur des Réseaux et du Système d’information, est constituée de trois
sous-directions dont la Direction des Etudes et Développement (DED) qui elle-même
compte trois départements. Le Département Ingénierie réseau d’Accès, Transmission
et Déploiement (DIATD) quant à lui se compose de quatre services.
La figure 2 illustre l’organisation de cette direction.

Figure 2 : Organisation de la DRSI d'OCI

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 6


Mémoire de fin d’études

I.2.2.3- La DED

La Direction Etudes et Développement (DED) a pour rôles essentiels de mener


des études, de conduire des projets, d’effectuer des tâches d’ingénierie en vue de
développer le réseau.

I.2.2.4- Le SIBOR

Il s’agit du Service Ingénierie BSS et Optimisation Radio. C’est dans ce service


que nous avons été accueillis dans le cadre de notre stage. Il a pour mission principale
la gestion des projets BSS, le suivi de la qualité et le fonctionnement des équipements
réseaux. Le Service Ingénierie BSS et Optimisation Radio (SIBOR) comprend deux
unités qui sont :
 L’Unité Optimisation Radio : Cette unité a pour rôle le paramétrage et
la gestion des fréquences. Elle assure donc l’optimisation de l’utilisation
des ressources radio pour l’amélioration de la qualité de la liaison radio et
de la capacité du réseau. Elle traite les problèmes de qualité de service des
clients liés à l’ingénierie radio à court terme.
 L’Unité Ingénierie BSS et Développement Radio : cette unité a pour
charge le dimensionnement, le paramétrage global du Sous-réseau BSS.
Elle établit les plan de fréquence sur tout le pays, conduit les projets BSS et
s’occupe aussi de l’optimisation des données (data). C’est précisément
cette unité que nous avons intégré dans le cadre de notre stage.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 7


Mémoire de fin d’études

Chapitre 2 :
PRESENTATION DU CAHIER DES CHARGES

Dès notre arrivée au sein d’ORANGE Côte d’Ivoire, une présentation et une
visite des différentes unités du service Optimisation radio nous a été faite afin de
nous familiariser le plus rapidement avec le personnel et d’avoir une idée de
l’environnement dans lequel nous allions travailler. Toute chose qui devait nous
permettre de mener à bien notre stage pour lequel le thème suivant nous a été
proposé : « ETUDE ET OPTIMISATION DU PARAMETRAGE DE L’AMR ET DE LA
STRATEGIE DE GESTION DES APPELS DU RESEAU GSM D’ORANGE CÔTE D’IVOIRE».

L’intérêt de cette étude réside dans le fait que la qualité de service est
aujourd’hui l’un des critères de choix importants voire décisifs dans le choix d’un
opérateur du point de vue de l’utilisateur. Lorsqu’un abonné appelle, il souhaite
accéder à son correspondant le plus rapidement possible, maintenir sa
communication mais aussi et cela est très important avoir une bonne qualité vocale.
C’est la raison pour laquelle ce thème est d’une importance capitale dans la
mesure où il nous permettra dans un premier temps de faire une étude en vue
d’améliorer la qualité vocale grâce à l’AMR et dans un second temps de proposer
également une stratégie globale de gestion des appels gage d’une bonne qualité de
service.

Ce thème est donc très grande importance pour l’entreprise car elle aidera à
faire face à la concurrence et donc à conserver sa prédominance tant au niveau de la
qualité de service qu’au niveau commercial.

Pour mieux cerner le thème qui nous est soumis, nous allons nous plonger
dans quelques aspects théoriques du réseau GSM et de l’AMR.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 8


Mémoire de fin d’études

DEUXIEME PARTIE :
GENERALITES SUR LA
NORME GSM ET L’AMR

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 9


Mémoire de fin d’études

Chapitre 1 :
HISTORIQUE

L'origine du GSM remonte à l'année 1982. Alors qu'apparaissent les premiers


services commerciaux de radiotéléphone cellulaire un peu partout en Europe et aux
Etats-Unis, la CEPT (Conférence Européenne des Postes et Télécommunications)
confie à un groupe de travail appelé Groupe Spécial Mobiles (GSM) la tâche de
rédiger les spécifications d'un système pan européen de communication basé sur des
téléphones mobiles. La bande des 900 MHz, réservée depuis 1978 par la Conférence
Administrative Mondiale des Radiocommunications (WARC) est choisie. Le GSM livre
sa première série de spécifications (dite "phase 1") en 1990.
Ce nom s'internationalise très vite (GSM devient "Global System for Mobile
communications") ; la norme étant adoptée comme standard de fait dans de
nombreux pays. Le GSM devient alors le premier système permettant à l'abonné
d'utiliser son téléphone cellulaire à l'étranger.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 10


Mémoire de fin d’études

Chapitre 2 :
LES PRINCIPES DE BASE DU GSM ET DE L’AMR

Les ondes radioélectriques sont aujourd'hui le seul moyen que l'on ait trouvé
pour rendre possible les communications mobiles. Malheureusement, le spectre
radioélectrique est une ressource limitée déjà largement sollicitée par ailleurs. Le
concept de motif cellulaire a donc été introduit pour permettre la réutilisation d'une
même fréquence dans des endroits différents.
Le principe de la réutilisation des fréquences repose sur l'atténuation que
subissent les ondes radio lorsqu'elles se propagent dans l'atmosphère. Lorsqu'on se
trouve assez loin d'un émetteur, le signal envoyé par celui-ci est très faible. On peut
alors utiliser la même fréquence que l'émetteur lointain sans crainte d'interférences ;
le signal local étant beaucoup plus puissant que le signal lointain.
Le GSM utilise donc un réseau maillé, formé d’émetteurs disséminés sur la
zone à couvrir. Deux émetteurs voisins utilisent des fréquences différentes, mais des
émetteurs éloignés peuvent réutiliser les mêmes fréquences selon le principe énoncé
plus haut. En pratique, le terrain est "découpé" en petites zones appelées cellules,
caractérisées chacune par une fréquence précise. On réunit un certain nombre de
cellules utilisant des fréquences différentes pour former un motif. On répète alors ce
motif pour couvrir tout le territoire, permettant ainsi, à partir d’un nombre limité de
fréquences, de mettre en place un grand nombre d'émetteurs (un exemple de motif
est donné à la figure 3).
1
3 3
2 2 2
1 1 1
3 3 3
2 2
1 1
3 3

Figure 3 : Exemple de motif à 3 cellules (les cellules portant


le même chiffre utilisent la même fréquence)

Chaque cellule est identifiée par son numéro BSIC et sa fréquence balise BCCH.
On utilise le même code BSIC à l’intérieur d’un motif. Il permet aux mobiles de
distinguer deux cellules utilisant la même fréquence BCCH.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 11


Mémoire de fin d’études

II.1- L’ARCHITECTURE GENERALE

Figure 4 : Architecture générale du réseau GSM

Le réseau GSM comprend plusieurs équipements pour son fonctionnement


interne (voir figure 4). Certains de ces équipements sont des passerelles qui
permettent l’interaction avec d’autres réseaux téléphoniques. Tous ces équipements
sont regroupés en trois sous-systèmes : le BSS (Base Station Subsystem), le NSS
(Network Switching Subsystem) et l’OSS (Operation Subsystem) qui assure la
supervision de tous ces équipements.

Le BSS comprend les BTS (Base Transceiver Station) et le BSC (Base Station
Controller).
 les BTS sont des réceptrices/émettrices qui permettent la communication
entre le terminal mobile et le BSC. Elles sont reliées au BSC qui les contrôle
via l’interface Abis.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 12


Mémoire de fin d’études

 le BSC qui contrôle un ensemble de BTS et qui fournit divers services est relié
aux MSC via l’interface A.

Ces équipements constituent la bordure du réseau la plus proche de


l’utilisateur.

Le NSS comprend des équipements uniques ou peu nombreux dans le réseau


comme des bases de données d’utilisateurs ou des commutateurs :
 les MSC (Mobile-services Switching Center) sont des commutateurs pour
mobiles associés en général aux bases de données VLR (Visitor Location
Register). Les MSC sont reliées entre elles mais aussi au HLR pour avoir accès
aux informations sur les abonnés rapidement. Un lien vers l’EIR (Equipment
Identity Register) existe. Le HLR (Home Location Register), la base de données
de localisation et de caractérisation des abonnés. Elle est liée à l’AuC qui
s’occupe de l’authentification de l’abonné.
 le VLR est l’enregistreur de localisation. La base de données similaire au HLR
mais qui ne contient que les données concernant les abonnés se trouvant
dans sa zone. Plusieurs MSC peuvent être reliés à un VLR mais généralement
il existe un MSC par VLR.
 la passerelle GMSC (Gateway MSC) s’occupe de l’interconnexion du réseau
GSM et le réseau fixe. Elle est utilisée par les MSC pour diminuer la surcharge
sur les commutateurs RTC (réseau téléphonique commuté).

Ces équipements interagissent entre eux pour faire fonctionner le réseau. De


nombreux protocoles interagissent au sein de ce réseau pour effectuer les
connexions entre les utilisateurs.
Les BSC sont des équipements intelligents qui prennent les décisions
concernant les communications. Le BSC décide de l’allocation des canaux, utilise les
mesures effectuées par les BTS pour le contrôle de puissance qui est intéressant pour
l’économie de batteries sur les terminaux mobiles de plus en plus petits car il permet
d’adapter la puissance d’émission du téléphone portable en fonction de la distance à

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 13


Mémoire de fin d’études

la BTS lors de la communication. Le BSC prend en charge la décision du handover en


fonction des mesures reçues des différentes BTS entourant le mobile.
Le HLR contient les caractéristiques de chaque abonné. Le numéro IMSI
(International Mobile Subscriber Identity), qui est l’identité unique d’un abonné, est
associé au profil d’abonnement et au MSISDN (Mobile Station Integrated Services
Digital Network). Ces données sont toujours associées à une localisation du mobile en
fonction de son emplacement dans la zone de tel ou tel VLR. Un équipement AuC est
toujours relié au HLR pour lui fournir différents services notamment en matière
d’authentification de l’abonné et de chiffrement/déchiffrement.
Le MSC gère la connexion entre un terminal mobile et un autre. Il est relié au
VLR pour gérer la mobilité des abonnés. Notamment il vérifie leurs caractéristiques et
peut éventuellement transférer ces données vers un autre VLR lors d’un handover.
Un ensemble MSC/VLR peut gérer de l’ordre d’une centaine de milliers d’abonnés
présentant un trafic moyen de 0,025 Erlang. Il possède parfois une fonction
passerelle GMSC.

L’OSS ou le sous-système exploitation et maintenance assure la gestion et la


supervision du réseau. C'est la fonction dont l'implémentation laisse le plus grand
degré de liberté dans la norme GSM. Il est composé de centres d’exploitation et de
maintenance (OMC, Operation and Maintenance Center). On distingue deux types
d’OMC : l’OMC Radio (OMC/R), et l’OMC System (OMC/S).
Les OMC jouent un rôle capital dans le système cellulaire dans la mesure où ils
permettent de contrôler et de piloter à distance les différents éléments du
réseau (détection de pannes, mise en service de sites, modification du paramétrage
et réalisation de statistiques, etc.).

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 14


Mémoire de fin d’études

II.2- L’INTERFACE RADIO

Plusieurs interfaces sont définies dans la norme GSM (elles sont présentées en
annexe 1). Nous choisissons de présenter ici l’interface radio car c’est probablement
l'interface qui particularise le plus le GSM et qui nous concerne dans le cadre de
notre étude. Située entre le mobile et la BTS, elle repose sur le protocole de
communication LAPDm qui est une version du LAPD adaptée aux forts taux d'erreur
qui caractérisent les communications radio.

II.2.1- Les canaux physiques

Le système GSM de téléphonie mobile est exploité actuellement dans deux


bandes de fréquences en Côte d’Ivoire : celle des 900 MHz (GSM900) et celle des
1800 MHz (GSM18001). Toutes les bandes possibles pour les réseaux GSM publics de
téléphonie mobile sont représentées en annexe. Les systèmes publics actuels de
téléphonie mobile disposent de 2 x 25 MHz dans la bande de fréquences des 900
MHz (ou 2 x 35 Mhz dans le cas du E-GSM) et de 2 x 75 MHz dans celle des 1800 MHz.
(x 2) signifie que la largeur de bande correspondante existe aussi bien dans la liaison
montante "uplink", du téléphone mobile vers la station de base, que dans la liaison
descendante "downlink", de la station de base vers le téléphone mobile. Ces deux
bandes sont divisées en canaux de 200 kHz de largeur. On obtient alors 124 canaux
duplex (174 canaux pour le E-GSM) correspondant à 124 fréquences porteuses
espacées de 200 kHz pour la bande des 900 MHz et 374 fréquences porteuses aussi
espacées de 200 kHz pour la bande des 1800 MHz. Les canaux ainsi obtenus sont
numérotés (ARFCN=numéro de canal RF) selon les algorithmes suivants :
 Bande 900 MHz : FUL= 890,0 MHz + (0,2 MHz) x n, 1 ≤ n=ARFCN ≤ 124.
FDL= FUL + 45,0 MHz.

1
A l'origine, le GSM avait été introduit dans la bande de fréquences des 1800 MHz sous la désignation DCS1800 (Digital
Cellular System at 1800 MHz). Toutefois, étant donné que ce système présente les mêmes fonctionnalités que le GSM900
mis à part les fréquences, il a été renommé GSM1800 en 1997.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 15


Mémoire de fin d’études

 Bande 1800 MHz : FUL=1710,0 MHz + (0,2 MHz) x (n-511), 512≤ n ≤885.
FDL= FUL + 95,0 MHz.
La division du spectre de fréquence en canaux radiofréquence s’appelle FDMA
(Frequency Division Multiple Access). Chaque canal de fréquence est à son tour divisé
en huit intervalles de temps permettant ainsi huit communications simultanées sur le
même canal de fréquence. Chaque intervalle de temps est appelé Time Slot (TS) et
dure 0,577 ms. La division du canal de fréquence en time slot est appelé TDMA (Time
Division Multiple Access).

II.2.2- Les canaux logiques

Un canal physique (c’est-à-dire un time slot et une fréquence) contient à son


tour plusieurs canaux logiques véhiculant différents types d’informations provenant
des couches de protocoles supérieurs. Les canaux logiques sont donc le résultat d'un
multiplexage du canal physique.
Il existe deux types de canaux logiques, eux-mêmes divisés en sous-types selon
l'information à véhiculer.
 Les canaux de trafic ou TCH (Traffic CHannel) véhiculant les données utiles ;
 Les canaux de signalisation transportant les informations de signalisation
liées ou non à une communication.
Le tableau 1 présente les canaux logiques pour le service GSM et leur rôle.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 16


Mémoire de fin d’études

Tableau 1 : Les canaux logiques en GSM

U D
Type Groupe Nom du canal Utilisation
L L
Canaux de Indications concernant la cellule,
Diffusion Broadcast Control les cellules voisines, certains
x paramètres du réseau
Channel(BCCH)
Broadcast (puissance...)
Channel
(BCH) Synchronisation Channel Synchronisation et identification
x
(SCH) de la station de base

Frequency Correction Calage sur la fréquence de la


x porteuse
Channel (FCCH)
Canaux de signalisation

Canaux de Access Grant Channel


contrôle x Allocation de ressources
(AGCH)
commun
Cell Broadcast Channel
x Service de messages courts
Common Control (CBCH)
Channel Paging Channel
(CCCH) (PCH) x Messages d'appel du mobile

Random Access Channel Permet au mobile d'accéder au


x
(RACH) réseau (pour toute requête)
Fast Associated Control Canal de signalisation utilisé
x x
Canaux de Channel (FACCH) pour l'exécution du Handover
commande Signalisation concernant la
dédiés Slow Associated Control puissance émise par le mobile et
x x
Channel (SACCH) le retour des mesures de qualité
Dedicated Control
Channel (DCCH) Stand Alone Dedicated Canal de signalisation occupant
x x
Control Channel (SDCCH) 1/8ème du canal de trafic
Canaux de trafic
de trafic
Canaux

Traffic Channel Traffic CHannel(TCH) x x Trafic voix ou données.


(TCH)

Plusieurs canaux logiques sont multiplexés sur un même canal physique,


formant ainsi des multi trames.

Le multiplexage des canaux logiques suit les règles suivantes :


 La trame TDMA : composée de 8 slots, elle dure 4,615 ms

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 17


Mémoire de fin d’études

 La Multi-trame : elle est de deux types possibles :


o Une multi-trame à 26 : composée de 26 trames TDMA, et de durée 120
ms, elle transporte des canaux de trafic (24 trames TCH) et des canaux
de contrôle (1 trame SACCH et 1 trame idle) ;
o Une multi-trame à 51 : 51 trames TDMA de durée 235,365 ms pour les
canaux de contrôle (BCCH et autres CCH)
 La super-trame : composée de 1326 trames TDMA, elle dure 6,12 s. Elle se
compose de 26 multi-trames à 51 ou de 51 multi-trames à 26.
 L'hyper-trame : composée de 2048 super-trames elle dure 3h 28min 53s
760ms soit 2048 x 26 x 51 = 2715648 trames TDMA.

II.3- ENVIRONNEMENT ET PROFIL D’UNE CELLULE

Au début du GSM, les cellules du réseau étaient organisées en une seule


couche servie par des fréquences 900. Avec l’évolution, sont arrivées les fréquences
1800 et 1900. Cela a donc emmené à trouver des architectures afin de tirer le
maximum de profits des équipements. Ainsi, il a été défini une architecture dite
hiérarchique.

II.3.1- Environnement des cellules

Dans un environnement standard, les cellules sont organisées par :

- Cellule single : il s’agit de cellules GSM900 implantées seules sur un site et qui
ont une couverture très large. On les trouve généralement dans les zones
rurales.
- Cellule concentrique : il s’agit de deux cellules de bande différentes
(généralement une GSM900 et une DCS1800) co-localisées qui sont gérées
logiquement comme une seule cellule ayant deux zones : une zone interne
(inner zone) et une zone externe (outer zone).
- Cellule étendue (extended cell)

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 18


Mémoire de fin d’études

- Cellule multi-bande : ici une cellule DCS1800 est co-localisée avec une
GSM900. Les deux cellules sont paramétrées individuellement en tenant
compte de leur bande de fréquence.

Dans un environnement hiérarchique, nous trouvons :


- Des cellules indoor : qui sont des microcellules installées à l’intérieur des
bâtiments afin de résorber la congestion ou d’assurer une bonne couverture.
- Des cellules micro : il s’agit de cellules dont la zone de couverture est réduite.
Elle peut être soit outdoor (à l’extérieur des bâtiments) ou indoor. Ces cellules
peuvent aussi bien être des GSM900 que des DCS1800.
- Des cellules mini : ce sont des cellules qui se trouvent dans la couche basse.
- Des cellules umbrella : ce sont des cellules macro 900 ou 1800 dans la couche
haute.

Une cellule macro est une cellule qui a une large zone de couverture et ce
quelque soit sa bande de fréquence. Les cellules single et umbrella sont des cellules
macro.

II.3.2- Profil de cellule

Le profil d’une cellule est défini par une combinaison des cinq paramètres
suivant :
CELL_DIMENSION_TYPE : soit macro ou micro
CELL_LAYER_TYPE : single, upper, lower ou indoor
CELL_PARTITION_TYPE : normal ou concentric
CELL_RANGE : normal, extended inner ou extended outer
FREQUENCY_RANGE : PGSM (GSM900), DCS1800, EGSM, DCS1900, PGSM-DCS1800
ou GSM850. Ce paramètre est basé sur la fréquence du canal BCCH.

Le tableau suivant récapitule les profils de cellules dans le réseau GSM


d’ORANGE Côte d’Ivoire.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 19


Mémoire de fin d’études

Tableau 2 : Profils de cellules dans le réseau GSM d’OCI


Paramètre Cell Cell layer Cell Cell Cell band Frequency
Profil dimension type partition range type range
type type
Cellule single GSM Macro Single Normal Normal GSM PGSM ou EGSM
Microcellule GSM Micro Lower Normal Normal GSM PGSM ou EGSM
Microcellule DCS Micro Lower Normal Normal DCS DCS1800
Cellule mini DCS Macro Lower Normal Normal DCS DCS1800
Cellule umbrella GSM Macro Upper Normal Normal GSM PGSM ou EGSM
Cellule umbrella DCS Macro Upper Normal Normal DCS DCS1800

II.3.3- Avantages de la mise en place d’une stratégie hiérarchique :

Mettre en place une stratégie des handovers hiérarchique dans un réseau


mobile présente de nombreux avantages qui peuvent être résumés comme ci-après :
- Augmenter au maximum la capacité du réseau
Une stratégie bien définie permet de maximiser la capacité du réseau à
travers :
o Un partage intelligent des ressources entre les mobiles
La stratégie hiérarchique permet de prendre en considération les conditions de
trafic entre les différentes couches, d’éviter la congestion dans la bande historique et
aussi de prendre en considération la vitesse des mobiles dans un schéma de
discrimination de couche.
o Le maintien du mobile dans la même couche le plus longtemps possible
- Assurer une bonne qualité de communication et éviter les coupures d’appels
La stratégie hiérarchique peut permettre d’atteindre les objectifs de qualités
suivants :
o Envoyer le mobile vers la couche qui lui procurera la meilleure qualité
de service
o Réduire le nombre de handovers afin d’obtenir une meilleure qualité
vocale (les mobiles rapides sont pris en charge par les cellules macros)
o Identifier la meilleure cellule cible en cas de handover d’urgence.

Un réseau hiérarchique peut être constitué de couche continue ou de hotspots


(cellule d’une couche donnée isolée des autres cellules de la couche). Les hotspots

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 20


Mémoire de fin d’études

permettent d’accroitre la capacité dans une zone donnée, d’améliorer la couverture


et de trouver une solution à l’intérieur des bâtiments.
Tous les types de mobiles peuvent utiliser les deux couches.

II.4- LES HANDOVERS

L’une des caractéristiques principales des réseaux radio-mobiles, c’est bien


d’assurer la continuité et la qualité de la communication pendant que l’abonné est en
mouvement quelque soit sa vitesse pourvu qu’il se trouve dans la zone de couverture
du réseau.
Dans le réseau GSM, un utilisateur en communication sera souvent emmené à
passer d’une cellule à une autre afin d’éviter que sa communication ne soit
interrompue inopinément ou que la qualité d’écoute ne soit perceptiblement
dégradée. Cette prise en charge de l’abonné d’une cellule à l’autre est appelé
« handover ».

Le handover a pour but de :


- Assurer la continuité de la communication
- Assurer une bonne qualité de la communication
- Permettre une meilleure utilisation et répartition des ressources

On peut avoir plusieurs types de handovers :


- Les handovers intra-BTS : Ici, le mobile change de TRX dans la même cellule.
- Les handovers intra-BSC : ils ont lieu entre deux BTS dans la même BSC. Un
handover intra BSC peut être synchrone, c'est-à-dire que le mobile passe
d’une cellule à l’autre sur le même site. Il peut aussi être asynchrone, dans
ce cas, la cellule serveuse et la cible sont sur deux sites distincts dans la
même BSC.
- Handovers inter-BSC : ils s’exécutent entre deux cellules appartenant à
deux BSC différentes dans le même MSC.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 21


Mémoire de fin d’études

- Handovers inter-MSC : ils font intervenir deux MSC différents. Ce type de


handover est plus critique car les temps de transfert des informations
pendant la procédure pénalisent le handover.

De façon théorique, les cellules sont modélisées par des polygones réguliers
formants des motifs bien délimités. Cependant dans la pratique, les cellules sont
entrelacées. Ainsi, une cellule peut avoir plusieurs voisines et une station mobile dans
une cellule peut recevoir le signal BCCH des voisines de ladite cellule et mesurer la
puissance de réception pour ensuite envoyer un rapport à la BSC via la BTS. Ce
rapport associé à celui de la BTS permet à la BSC de prendre la décision d’effectuer
une opération de contrôle de puissance (Power Control) ou d’exécuter un handover
vers une autre cellule.

Il existe deux catégories de handovers : les handovers d’urgence et les


handovers de confort.

II.4.1- Les handovers d’urgence

Les handovers d’urgence sont réalisés dans le but de maintenir le lien de


communication et donc d’empêcher les coupures d’appels. Ils sont réalisés sur
alarme en cas de dégradation des conditions radio notamment du niveau de champ
ou de la qualité. Ils peuvent être aussi réalisés quand la distance entre le mobile et la
BTS devient trop grande, ce afin de prévenir une sortie de la zone de couverture.
Dans une architecture hiérarchisée, les handovers d’urgence sont exécutés de
préférence de la bande préférée vers la bande non préférée. Néanmoins, ils peuvent
être réalisé de n’importe quelle cellule vers une autre ou à l’intérieur même de la
cellule.
Il existe différentes causes de handovers d’urgence.

II.4.1.1- Les causes de handovers d’urgence

Les handovers d’urgence dans le cadre de notre étude peuvent être classés en
deux grands groupes : les causes standards et les causes spécifiques aux réseaux

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 22


Mémoire de fin d’études

hiérarchiques en l’occurrence aux cellules de type micro. Les causes standards


peuvent quant à elles être classées en handovers inter cellules et handovers intra
cellules.

Les causes de handovers inter cellules standards sont :


- Mauvaise qualité en front montant (uplink) ou descendant (downlink)
Ces handovers sont déclenchés lorsque la qualité (RXQUAL) uplink ou downlink
se dégrade au point de passer en dessous d’un seuil de référence alors même que la
puissance d’émission uplink ou downlink est maximale.

- Niveau de champ trop faible en uplink ou downlink


Lorsque le niveau de champs reçu (RXLEV) en uplink ou downlink passe en
dessous d’un seuil de référence, alors que la qualité reste bonne et que la puissance
d’émission uplink ou downlink est maximale, ce type de handover est déclenché.

- Distance trop grande entre le mobile et la BTS


Ce handover est déclenché lorsque la distance qui sépare le mobile à la station
de base est plus grande qu’un seuil de référence. Cela évite de rompre le lien radio
par la sortie du mobile de la zone de couverture de la BTS. La distance est mesurée en
timing advance (TA) ; 1 TA est égal à 0,63 Km.

Ces handovers inter cellules standards peuvent être réalisés de n’importe


quelle cellule quelque soit son type, sa bande, sa couche ou sa zone vers n’importe
quelle cellule exceptée la cellule serveuse.

Les causes de handovers intra cellules standards :


- Forte interférence en uplink ou en downlink
De tels handovers sont déclenchés lorsque la qualité uplink ou downlink se
dégrade comparativement à un seuil pendant que le niveau de champ reste supérieur
à un seuil de référence.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 23


Mémoire de fin d’études

Ces handovers peuvent être réalisés de n’importe quelle cellule quelque soit
son type, sa bande, sa couche ou sa zone uniquement vers la cellule serveuse elle-
même.

Les causes handovers spécifiques aux microcellules dans les réseaux à


architecture hiérarchique sont :
- Seuil de mauvaises trames SACCH consécutifs atteint
Si au cours d’une communication dans une microcellule, le nombre de trame
SACCH impossibles à décoder atteint un seuil défini, alors ce handovers peut être
déclenché.

- Faible niveau de champ en uplink ou downlink dans la cellule comparé à


un haut seuil
Ces handovers sont déclenchés lorsque le niveau de champ uplink ou downlink
passe en dessous d’un haut seuil alors qu’à la précédente mesure, il était au dessus
de ce seuil.

Ces causes peuvent être réalisées de n’importe qu’elle cellule de type micro
vers n’importe quelle cellule autre que la serveuse.

II.4.1.2- Récapitulatif de certaines causes de handovers d’urgence

La figure 5 récapitule les problèmes radio pouvant occasionner des handovers


pour cause de niveau de champ insuffisant, de mauvaise qualité et d’interférences.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 24


Mémoire de fin d’études

Rxqual XL = UL ou DL

Problème
de niveau
de champ

L_RXQUAL_XL_H
Problème
Problème de d’interférence
qualité
7
-110 L_RXLEV_XL_H RXLEV_XL_IH Rxlev

Figure 5 : Récapitulatif des handovers d’urgence causés par un problème de qualité,


de niveau de champ et d’interférence

II.4.2- Les handovers de confort

Les handovers de confort sont exécutés à partir d’une cellule serveuse 0 vers
une cellule cible n lorsque la cellule n présente de meilleures conditions. Ainsi, ils
sont réalisés en vue d’optimiser la capacité de trafic du système et de réduire les
interférences.

Les causes handovers de confort

Tout comme les handovers d’urgence, les handovers de confort sont classés en
deux catégories : les handovers standards, les handovers spécifiques aux réseaux
hiérarchiques.

Les causes de handovers standards sont :


- Equilibrage du budget de puissance (power budget : PBGT handover)
Ce type de handover est basé sur l’évaluation du bilan de puissance entre la
cellule serveuse et la cellule cible.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 25


Mémoire de fin d’études

- Trafic
Les handovers de trafic sont réalisés en tenant compte de la charge de trafic
dans la cellule serveuse et la cellule cible. Ainsi, une communication dans une cellule
serveuse chargée peut connaître un handover vers une autre cellule cible si la
dernière n’est pas chargée.

- Trafic rapide (Fast traffic handover)


Ce handover est réalisé d’une cellule serveuse totalement congestionnée vers
une autre cible ayant un ou plusieurs canaux TCH libres en vue de permettre à un
autre mobile demandeur de TCH dans la serveuse de voir sa requête satisfaite.

- Forced Directed Retry


Directed Retry est un handover inter cellule SDCCH vers TCH qui est réalisé en
phase d’établissement d’appel (call setup). Lorsque la cellule est totalement
congestionnée, le mobile se voit allouer un canal SDCCH et si aucun canal TCH n’est
disponible, la requête est mise en file d’attente. Après que certaines conditions
soient remplies, elle obtient un canal TCH sur une autre cellule.

Les causes de handovers spécifiques aux réseaux hiérarchiques sont :


- Bon niveau de champ dans la cellule voisine dans la couche inférieure pour
les mobiles lents.
Le principe de ce handover c’est de capturer les mobiles lent dans la couche
haute vers la couche basse en tenant bien sur compte du niveau de champ dans la
cellule cible.
- Capture générale (general capture handover)
Ce handover est réalisé de n’importe quelle cellule serveuse vers n’importe
quelle cellule cible sans tenir compte ni de la bande de fréquence, ni de la couche.

- Bon niveau de champ dans la cellule voisine dans la bande préférée


Le principe de ce handover est qu’un mobile, pour des raisons de confort peut
capturer une cellule voisine ayant un bon niveau de champ dans la bande préférée.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 26


Mémoire de fin d’études

Cette étude des généralités sur la norme GSM et notamment les handovers
nous donne les outils nécessaires pour faire un audit des handovers sur le réseau,
d’en dégager la stratégie et de faire des propositions en vue d’atteindre les objectifs
visés.
Mais avant, nous allons étudier les généralités sur l’AMR.

II.5- L’AMR (ADAPTIVE MULTI-RATE)

II.5.1- Historique et définition

En GSM, au départ, le codage de la voix se faisait essentiellement en "Full


Rate" (FR), c'est-à-dire que l’on utilisait tous les 22,8 Kbits/s pour transmettre une
seule communication. Le principe est que la voix est codée sur 13 Kbits/s et des
informations supplémentaires sont ajoutées pour la protection du signal contre les
dégradations.
Cependant compte tenu du fait que les ressources sont limitées dans le GSM, il
a été défini un autre codage, le "Half Rate" (HR) permettant de faire passer deux
communications simultanées sur un même canal en réduisant le débit de codage de
la voix à 6,5 Kbits/s (5,6 Kbits/s pour ALCATEL). Après ajout d’informations
supplémentaires le débit du canal Half rate est de 11,4 Kbits/s, ce qui permet de
doubler la capacité du trafic. Mais cette technique, si elle permet d’augmenter la
capacité du trafic, elle ne permet pas d’obtenir une bonne qualité d’écoute surtout
pour les appels mobile vers mobile (double transcodage de l’information) et aussi à
cause des conditions radio qui sont souvent mauvaises car le signal n’est pas
suffisamment protégé.
Après l’introduction du GSM aux Etats-Unis, il a fallut, pour emmener les
américains à adopter ce réseau, améliorer la qualité de la voix. C’est ainsi qu’est née
l’EFR (FR étendu). Ce codage a l’avantage d’offrir une bonne qualité d’écoute,
cependant, comme le FR classique, cette technique n’est pas adaptée pour les sites à
fort trafic.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 27


Mémoire de fin d’études

Au début des années 2000, pour améliorer la qualité d’écoute en full rate et
half rate, augmenter la capacité du réseau en offrant une bonne solution Half Rate et
pour utiliser une solution longue durée (éviter d’avoir à ajouter de plus en plus de
codecs indépendants les un des autres), des études ont été réalisées sur l’"Adaptive
Multi-Rate" (AMR).
Cette solution devait permettre d’adapter le codec et le canal en fonction de la
qualité radio (en tenant compte des bruits) et aussi de la charge (afin d’augmenter la
capacité du trafic). L’AMR utilise plusieurs débits de codage de la voix à adapter en
fonction du rapport signal/bruit calculé par le mobile et la BTS, et il permet d’adapter
le canal en Full Rate et Half Rate en fonction de la charge du réseau.

II.5.2- Principes de fonctionnement

L’ETSI a défini huit (08) codecs en full rate et six (06) codecs en half rate (voir
tableau 3).

Tableau 3 : codecs définis pour l’AMR par l’ETSI


Full Rate (22,8 4.75 5.15 5.9 6.7 7.4 7.95 10.2 12.2
Kbits/s) Kbit/s Kbit/s Kbit/s Kbit/s Kbit/s Kbit/s Kbit/s Kbit/s
Half Rate (11,4 4.75 5.15 5.9 6.7 7.4 7.95
Kbits/s) Kbit/s Kbit/s Kbit/s Kbit/s Kbit/s Kbit/s

Seul un sous jeu de 1 à 4 codecs peut être utilisé. Le même jeu de codecs est
utilisé en uplink et en downlink. Les codecs AMR offrent une meilleure qualité
d’écoute que le FR, l’EFR et le HR classiques.
Si le trafic n’est pas élevé, alors l’AMR permettra d’utiliser le Full Rate. Si en
plus le rapport S/B est grand, alors la voix sera encodée avec un débit plus grand. Ceci
permettra une meilleure qualité d’écoute avec une faible protection du signal dans la
mesure où les bruits sont faibles. Cependant si le rapport S/B est petit, un codec AMR
plus robuste sera utilisé c'est-à-dire que le débit d’encodage sera faible et on y
ajoutera plus d’informations de protection du signal.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 28


Mémoire de fin d’études

Si par contre le trafic est trop chargé, alors l’AMR utilisera le Half Rate, ce afin
d’utiliser un canal pour deux communications et fera varier le choix du codec de
compression de la voix en fonction du rapport S/B.

En un mot l’AMR est un jeu de codecs permettant :


- d’augmenter les informations de la voix lorsque les conditions radio sont
bonnes
- de protéger les informations de la voix lorsque les conditions radio sont
mauvaises.

Chez ALCATEL :
Chez ALCATEL, en Full Rate, tous les codecs AMR définis par l’ETSI sont
supportés. En Half Rate, cinq des six modes de codecs AMR définis par l’ETSI sont
implémentés (le mode 7.95 n’est pas supporté).
Durant un appel, comme dans la norme, seuls 1 à 4 modes parmi les huit est
utilisé. Ce jeu de codecs doit être défini par l’opérateur en tenant compte si possible
des codecs communs à tous les BSS de son réseau. Le jeu de codecs définis par
l’opérateur est le même utilisé en uplink qu’en downlink.

L’AMR a deux principales fonctions :


- l’Adaptation de codec : qui a pour rôle de changer de façon dynamique de
codec tout en utilisant le même canal (FR ou HR) et ce en fonction du
rapport S/B.
- l’Adaptation de canal : qui a pour rôle de passer d’un canal à un autre
(HRFR et vice-versa) indépendamment du codec utilisé et ce en utilisant
RXQUAL uplink et downlink ainsi que la charge du réseau.

II.5.2.1- L’adaptation de codec

Elle a pour but de faire un arbitrage entre le débit d’encodage de la voix et la


protection du signal en tenant compte du rapport C/I. Le choix du codec dépend donc
des conditions radio en temps réel.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 29


Mémoire de fin d’études

Le principe de l’AMR est le suivant :


Lorsque les conditions radio sont bonnes, un codec ayant un débit élevé est
utilisé. La voix est encodée avec plus d’information rendant ainsi la qualité d’écoute
meilleure. Dans l’encodage du canal, une toute petite place est réservée à la
redondance.
Quand les conditions radio sont mauvaises, un codec de faible débit de
compression est utilisé. La voix est encodée avec peu d’informations mais ces
informations sont mieux protégées à cause de la redondance dans le codage du
canal.
La BSS adapte dynamiquement le codec en uplink et en downlink en tenant
compte des rapports S/B mesurés par le mobile et la BTS. L’adaptation ne tient pas
compte de la direction : un codec peut être utilisé en uplink tandis qu’un autre est
utilisé en downlink.

En uplink :
A chaque trame SACCH, la BTS compare le rapport S/B calculé par le mobile
aux seuils définis par l’opérateur. S’il y a lieu de changer de codec, il envoie au dit
mobile un message "Codec Mode Command".

En downlink :
A chaque trame SACCH, le mobile compare le rapport S/B calculé par la BTS
avec les seuils définis par l’opérateur. S’il y a lieu de changer de codec, il envoie à la
BTS un message "Codec Mode request".
L’adaptation se fait au niveau 1 de la BTS et est transparente à la BSC et au
niveau 3 de la BTS.

II.5.2.2- L’adaptation de canal

Ici, nous utiliserons l’exemple du BSS d’ALCATEL-LUCENT.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 30


Mémoire de fin d’études

AMR et allocation TCH :


AV_LOAD

HR pour tout MS

THR_FR_LOAD_U_SV1 = 80%

HR pour MS AMR
FR pour les autres

THR_FR_LOAD_U_SV3 = 60% HR pour MS AMR


FR pour tout MS FR pour les autres
THR_FR_LOAD_L_SV1 = 50%
THR_FR_LOAD_L_SV3 = 40%
FR pour tout MS
Time

Figure 6 : Adaptation de canal AMR chez ALCATEL

L’allocation du débit de canal se fait en fonction de la charge du trafic. La BSS


de ALCATEL offre la possibilité de définir des seuils spécifiques à l’AMR. Si le trafic
croit, les mobiles AMR vont en premier lieu se voir allouer un canal HR et si le trafic
continue de croître alors tous les mobiles supportant le HR passeront à leur tour au
HR.
Les seuils SV1 et SV3 sont définis pour faire la discrimination respectivement
entre les mobiles non AMR et les mobiles AMR.
C’est dans ce sens que deux variables de charge ont été définies : LOAD_SV3
et LOAD_SV1.
Chaque variable est calculée à partir de son propre seuil. Les seuils relatifs à la
variable LOAD_SV3 (THR_FR_LOAD_L_SV3 et THR_FR_LOAD_U_SV3) sont moins
restrictifs que ceux relatifs à la variable LOAD_SV1 (THR_FR_LOAD_L_SV1 et
THR_FR_LOAD_U_SV1).
Ainsi, lorsque la charge augmente, la variable LOAD_SV3 sera d’abord VRAIE
(TRUE) et si le trafic continue d’augmenter alors la variable LOAD_SV1 deviendra
"TRUE" à son tour.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 31


Mémoire de fin d’études

Détermination de LOAD_SV3(0) :
Si la valeur précédente de LOAD_SV3 était FALSE alors
Si AV_LOAD >THR_FR_LOAD_U_SV3 alors
LOAD_SV3 = TRUE
Sinon LOAD_SV3 = FALSE
Sinon (La valeur de LOAD_SV3) était TRUE
Si AV_LOAD <= THR_FR_LOAD_L_SV3
LOAD_SV3 = FALSE
Sinon LOAD_SV3 = TRUE

Handover AMR HR vers AMR FR (Handover d’urgence)

Il s’agit ici d’un handover intra cellule par lequel, on adapte le canal à la charge
de trafic. Il est exécuté lorsque la charge de trafic baisse dans la cellule. Il permet
d’améliorer la qualité vocale.
Cette procédure est déclenchée si le canal en usage est HR, dual rate (DR) et
s’il est permis d’utiliser le codec AMR_FR (EN_AMR_FR = ENABLE).
Avant de lancer cette procédure de handover, il faut avoir au préalable
effectué un handover intra cellule (forte Interférence UL ou DL) dans la cellule
serveuse.

Handover AMR_FR vers AMR_HR (Handover de confort)

Il s’agit d’un handover qui est déclenché lorsque la charge du réseau croit au
delà d’un seuil. Il permet d’accroître la capacité de la cellule tout en maintenant une
bonne qualité d’écoute. Il est déclenché si le canal courant est FR, s’il est dual rate et
que les changements sont autorisés. Si le codec AMR_HR est autorisé (EN_AMR_HR =
ENABLE).

Après la présentation des généralités sur la norme GSM, les handovers et


l’AMR, nous allons dans les prochains chapitres faire les études qui nous ont été

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 32


Mémoire de fin d’études

soumises. Ainsi, on procédera dans un premier temps à l’étude et l’optimisation du


paramétrage de l’AMR et ensuite la stratégie de gestion des appels.

Le BSS du réseau ORANGE Côte d’Ivoire étant fourni par ALCATEL-LUCENT, la


suite de notre travail ne concernera que les équipements d’ALCATEL-LUCENT. Aussi
les algorithmes, les paramètres, les indicateurs etc. seront ceux utilisés pour les
équipements ALCATEL.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 33


Mémoire de fin d’études

TROISIEME PARTIE :
ETUDE ET OPTIMISATION DU
PARAMETRAGE DE L’AMR

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 34


Mémoire de fin d’études

Chapitre 1 :
ETUDE DE L’EXISTANT

I.1- PARAMETRAGE ACTUEL

L’AMR est activé dans la zone sud et au plateau.


La configuration actuelle utilise 4 codecs, le maximum possible avec l’AMR. Ces
quatre codecs sont :

Tableau 4 : Codecs actifs sur le réseau OCI


Modes codec FR (Kbps) 5,90 7,95 10,20 12,20
Modes codec HR (Kbps) 5,15 5,90 6,7 7,4

Le choix du codec de démarrage est laissé au mobile et à la BTS (mode


implicite), dans de telles conditions, très généralement, le codec de démarrage est
robuste (5,90 en FR et 5,15 en HR). L’usage de la DTX pendant les appels AMR est
désactivé.
L’adaptation de canal qui nécessite un handover cause 26 ou 27 n’est pas
activée. Aussi les seuils de charges SV1 et SV3 sont identiques. Les valeurs de ces
seuils sont :
THR_FR_LOAD_L_SV1 = THR_FR_LOAD_L_SV3 = 30%
THR_FR_LOAD_U_SV1 = THR_FR_LOAD_U_SV3 = 70%

I.2- LIMITES DU PARAMETRAGE

Pour améliorer la qualité vocale pendant la communication, il serait plus


intéressant de réduire l’utilisation des codecs les plus robustes car ceux-ci n’offrent
pas la qualité d’écoute optimale comparativement aux codecs les moins robustes. En
outre, une très forte utilisation de ces codecs (codecs robustes) peut entraîner une
hausse des coupures d’appels à cause du fait qu’un abonné reste audible même si les
conditions radio sont mauvaises. Ainsi l’abonné qui ne se rend pas compte de la
dégradation avancée des conditions radio ne raccrochera pas et verra ainsi son appel
interrompu inopinément. Il en résultera un nombre important de « Call Drop »
(coupures d’appels).

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 35


Mémoire de fin d’études

Le fait de laisser la BTS et la station mobile choisir le codec de démarrage eux


mêmes peut avoir une influence sur la qualité vocale au début des appels pendant
que les conditions radio sont bonnes. Selon les observations faites, lorsque cette
configuration est activée, les appels débutent généralement par les codecs les plus
robustes et ce quelque soit les conditions radio.

CHAPITRE 2 :
PROPOSITION DE SOLUTIONS EN VUE D’OPTIMISATION

Deux études ont été réalisées en ce qui concerne l’étude et l’optimisation de


l’AMR.
Dans la première étude, le codec de démarrage de l’AMR a été modifié. Ainsi,
on a fait démarrer l’AMR par le codec le moins robuste qui offre la meilleure qualité
d’écoute.
Dans la seconde étude, c’est la configuration mono codec qui a été testée avec
les codecs 12,2 Kbps en FR et 6,7 Kbps en HR.

II.1- CHOIX DU SITE ET DES PARAMETRES DE TESTS

L’adaptation de codec par la BTS ou le mobile au cours d’une communication


AMR est très liée au rapport signal/bruit (C/I). C’est pourquoi le choix du site de test
doit tenir compte du niveau C/I ainsi que de l’importance dudit site au niveau de la
stratégie commerciale. Les paramétrages qui seront testés pourraient poser des
désagréments dans des environnements à fortes interférences car l’étude privilégie
les codecs moins robustes sur ceux plus robustes. Ainsi, après analyse et sur
proposition de l’ingénieur optimisation radio chargé de la zone sud, notre choix s’est
porté sur la BSC BSCI05 dans la zone sud vers le canal de Vridi où l’AMR est déjà
activé et où il n’y a pas beaucoup d’interférences.

Pour la première étude, dans laquelle nous changeons le codec de démarrage


de l’AMR, les paramètres modifiés sont :

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 36


Mémoire de fin d’études

AMR_START_MODE_FR = 1. Ceci permettra de démarrer les appels par le


codec 12,2 Kbps en FR.
AMR_START_MODE_HR = 1 pour démarrer les appels HR par le codec 7,4
Kbps.

Pour la seconde étude, le mode mono codec, nous avons modifié les
paramètres suivants :
AMR_FR_SUBSET = 128 pour activer seulement le codec 12,2 Kbps, et
AMR_HR_SUBSET = 8 afin d’activer uniquement le codec 6,7 Kbps.

La méthodologie utilisée dans la réalisation de ces deux études est la suivante :


- Analyses à partir de l’outil d’optimisation du réseau (NPO) des indicateurs «
Call Drop Rate (CDR) », « Call Setup Success Rate (CSSR) et « HO_quality »
avant et après les modifications des paramètres.
- Drives-tests afin de déterminer l’indicateur de qualité vocale « Mean opinion
Score (MOS) » ainsi que le CRC (Communication Réussie Correcte) avant et
après les actions
- Conclusions

II.2- CHANGEMENT DU CODEC DE DEMARRAGE

L’opération ici consiste à changer le codec de démarrage des appels AMR.


Ainsi, les appels débuteront avec le codec le moins robuste, ce qui devrait se
matérialiser par une très bonne qualité d’écoute en début d’appel. Et ensuite,
l’adaptation de mode codec aura lieu en fonction du rapport C/I.

II.2.1- Analyse des indicateurs

Les indicateurs analysés sont le taux de coupures d’appels (Call Drop Rate), le
taux d’appels correctement initialisés (Call Setup Success Rate) et le taux de
handovers pour cause de qualité de la cellule (HO quality rate).

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 37


Mémoire de fin d’études

II.2.1.1- Call Drop Rate

Les résultats obtenus nous donnent le graphe suivant :

Figure 7 : Graphe de l’indicateur CDR dans la première étude

On constate que l’indicateur CDR n’est pas trop influencé après l’action même
s’il augmente très légèrement. Cela indique que le démarrage par le codec le moins
robuste n’a pas un grand impact sur le CDR.

II.2.1.2- Call Setup Success Rate

Le graphe suivant est obtenu à partir des résultats du test :

Figure 8 : Graphe de l’indicateur CSSR dans la première étude

Le CSSR n’a plus atteint 98,15% depuis l’action. Cela montre une légère baisse
des valeurs de cet indicateur. Cela montre que l’action a un effet néfaste sur le CSSR

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 38


Mémoire de fin d’études

car cet indicateur doit être le plus grand possible. Cependant, les valeurs restent
bonnes donc on peut conclure que l’action n’a pas un impact significatif sur cet
indicateur.

II.2.1.3- Taux de handover de qualité

Figure 9 : Graphe de l’indicateur HO_quality_rate dans la première étude

On constate une légère baisse des HO de qualité (la valeur de


CHO_quality_rate n’atteint pas 23,5). Cela montre que l’action agit favorablement sur
cet indicateur.

II.2.1.4- Conclusion

Le démarrage par le codec le moins robuste n’a pas d’incidence notoire sur le
CDR, le CSSR et sur la qualité des appels. Ainsi, le CRC sera beaucoup plus influencé
par la valeur du MOS qui est obtenue à partir de mesures de terrain.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 39


Mémoire de fin d’études

II.2.2- Analyse des drives-tests

Les résultats des drives-tests ont été regroupés dans le tableau qui suit :

Tableau 5 : Résultats des drives-tests dans la première étude


AVANT APRES
MOS (1 – 5) 839 463
MOS_BAD (1 - 1,6) 11 0
MOS_BAD_rate 1.31% 0.00%
MOS_POOR (1,7 - 2,2) 14 0
MOS_POOR_rate 1.67% 0.00%
MOS_FAIR (2,3 - 2,8) 30 4
MOS_FAIR_rate 3.58% 0.86%
MOS_GOOD (2,9 - 3,5) 490 289
MOS_GOOD_rate 58.40% 62.42%
MOS_EXCELLENT (3,6 – 5) 294 170
MOS_EXCELLENT_rate 35.04% 36.72%
Call_attempt 53 33
Call_Setup_success 53 33
Call_Setup_success_rate 100.00% 100.00%
call_Fail 0 0
call_Fail_rate 0.00% 0.00%
Call_completed 53 32
Call_completed_rate 100.00% 96.97%
Call_drop 0 1
Call_drop_rate 0.00% 3.03%
Call_completed_MOS 51 26
Call_good_MOS 40 26
Call_good_MOS_rate 78.43% 100.00%
CRC 78.43% 96.97%
CSSR 100.00% 100.00%
TAUX_DE _COUPURE 0.00% 3.03%

On peut constater à partir des mesures de terrain que le taux de BAD_MOS et


POOR_MOS est nul après la modification des conditions de démarrage de l’AMR. Les
échantillons de bonne qualité d’écoute sont par contre assez nombreux. Il y a donc
un impact positif sur la qualité vocale. Cela s’explique par le fait que le démarrage par
le codec le moins robuste autorise à commencer directement par le codec de
meilleure qualité vocale. Si en plus, le C/I est bon, les codecs robustes seront peu ou
pas utilisés.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 40


Mémoire de fin d’études

Ainsi, le CRC fait un grand bon (plus de 18%).

II.2.3- Conclusion

On peut donc conclure que le démarrage des appels par le codec AMR le
moins robuste a peu de conséquences sur les indicateurs CDR et CSSR au regard des
informations ci-dessus obtenus mais a un impact considérable sur la qualité d’écoute.
L’impact réel sur les valeurs du MOS ne peut pas être quantifié de façon
certaine compte-tenu des conditions de mesure qui ne sont pas toujours les mêmes
pour différents tests. Mais les drives-tests nous donnent des tendances.

II.3- ETUDE DU MODE MONO CODEC

Dans cette deuxième étude concernant l’optimisation de l’AMR, nous allons


tester la configuration de l’AMR en mono-codec. Il s’agit donc d’utiliser seulement le
codec 12,2 en FR et 6,7 en HR.

II.3.1- Analyse des indicateurs

Les indicateurs analysés sont les mêmes que ceux de l’étude précédente.

II.3.1.1- Call Drop Rate

Figure 10 : Graphe de l’indicateur CDR dans la seconde étude

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 41


Mémoire de fin d’études

La courbe montre qu’il n’y a aucune variation significative de la CDR après


l’action. Cela indique que la configuration en mode mono codec telle qu’effectuée
dans cette étude n’a pas d’impact sur le CDR.

II.3.1.2- Call Setup Success Rate

Figure 11 : Graphe de l’indicateur CSSR dans la seconde étude

Les résultats obtenus à partir de NPO dont la courbe précédente a été obtenue
montrent que l’action n’a aucun impact sur le CSSR.

II.3.1.3- Taux handovers de qualité

Figure 12 : Graphe de l’indicateur HO_quality_rate dans la seconde étude

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 42


Mémoire de fin d’études

On constate que les HO de qualité restent bien en deçà du seuil et ne subissent


pas d’impact après la mise en œuvre de l’action. Cela montre que l’action ne
détériore pas la qualité de la cellule.

II.3.1.4- Conclusion
La configuration mono codec de l’AMR (pour notre étude, 12,2 en FR et 6,7 en
HR) n’a pas d’incidence sur le CDR et le CSSR, ainsi que sur la qualité de la cellule, la
valeur du CRC dépend donc fortement du MOS qui est déterminé à partir de mesures
de terrain.

II.3.2- Analyse des drives-tests

Le tableau suivant regroupe les résultats des drives-tests :

Tableau 6 : Résultats des drives-tests dans la seconde étude


AVANT APRES
MOS (1 - 5) 608 719
MOS_BAD (1 - 1,6) 0 0
MOS_BAD_rate 0.00% 0.00%
MOS_POOR (1,7 - 2,2) 0 1
MOS_POOR_rate 0.00% 0.14%
MOS_FAIR (2,3 - 2,8) 13 5
MOS_FAIR_rate 2.14% 0.70%
MOS_GOOD (2,9 - 3,5) 457 456
MOS_GOOD_rate 75.16% 63.42%
MOS_EXCELLENT (3,6 - 5) 138 257
MOS_EXCELLENT_rate 22.70% 35.74%
Call_attempt 37 46
Call Setup_success 37 46
Call Setup_success_rate 100.00% 100.00%
call_Fail 0 0
call_Fail_rate 0.00% 0.00%
Call_completed 37 45
Call_completed_rate 100.00% 97.83%
Call_drop 0 1
Call_drop_rate 0.00% 2.17%
Call_completed_MOS 34 40
Call_good_MOS 30 39
Call_good_MOS_rate 88.24% 97.50%
CRC 88.24% 95.38%
CSSR 100.00% 100.00%
TAUX_DE _COUPURE 0.00% 2.17%

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 43


Mémoire de fin d’études

Le tableau nous permet de constater que le nombre d’échantillons MOS de


très bonne qualité a augmenté après l’action. Le taux d’échantillon MOS de bonne
qualité augmente de 9 points entraînant une augmentation du CRC de 7 points,
démontrant ainsi que la configuration mono codec effectuée a un impact positif sur
la qualité vocale.

Cela s’explique par le fait que les codecs les moins robustes qui ont une moins
bonne qualité vocale sont très peu utilisés. Ainsi, l’utilisation des codecs 12,2 Kbps en
FR et 6,7 Kbps en HR garanti une bonne qualité d’écoute quelque soit la valeur du
rapport C/I. Le risque majeur est qu’en cas de dégradation sérieuse des conditions
radio, on peut enregistrer un fort taux CDR.

II.3.3- Conclusion

Au terme de cette étude, il apparait que la configuration de l’AMR en mono


codec 12,2 Kbps en FR et 6,7 Kbps en HR n’a pas d’incidence sur le CSSR et le CDR
ainsi que sur la qualité de la cellule comme l’atteste l’indicateur CHO_quality_rate.
Cependant il augmente considérablement la qualité d’écoute (gain
Call_good_MOS_rate de +9). Aussi le CRC augmente de +7.

Une telle configuration doit être réalisée sur des sites où le niveau
d’interférence est bon sinon il pourrait en résulter une augmentation des coupures
d’appels.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 44


Mémoire de fin d’études

II.4- CONCLUSION

A la fin de cette étude, il apparait que les objectifs recherchés ont été atteints
car les configurations testées ont permis d’améliorer la qualité d’écoute sans pour
autant dégrader les indicateurs CSSR, CDR et HO_quality.
Cependant, les actions menées ne peuvent être appliquées à tous les sites où
l’AMR est activé sans tenir compte des conditions radio car si ces conditions ne sont
pas bonnes, le CSSR et le CDR pourrait se voir dégradé.

Pour les sites où le niveau d’interférence est élevé, l’on pourrait tester d’autres
configurations, par exemple, en mono codec, activer les codecs adaptés aux mesures
C/I enregistrées ou en multi codecs, activer deux codecs (configuration bi-codec) en
fonction du niveau d’interférences.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 45


Mémoire de fin d’études

QUATRIEME PARTIE :
ETUDE ET OPTIMISATION
DE LA STRATEGIE DE
GESTION DES APPELS

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 46


Mémoire de fin d’études

Dans cette partie, nous nous bornerons à étudier et faire des propositions sur
la stratégie en mode veille et la stratégie des handovers de confort. Cela pour des
raisons de temps.
CHAPITRE I :
ETUDE DE L’EXISTANT

Le réseau ORANGE Côte d’Ivoire (OCI) est un réseau à architecture


hiérarchisée, c'est-à-dire que les cellules sont regroupées au niveau logique en deux
couches selon la zone. On a donc une couche haute dite « upper » et une couche
basse dite « lower ».

Une telle architecture présente les caractéristiques suivantes :


- Elle permet d’accroitre la capacité du réseau en facilitant l’intégration de
nouvelles cellules ou de nouveau TRX.
- Elle facilite l’amélioration de la couverture à travers la mise en place de
microcellules
- Elle permet enfin d’assurer une bonne qualité de service par la réduction de la
couverture des microcellules (ce qui réduit les interférences), et aussi par une
réduction de la congestion.

L’architecture du réseau est différente selon les zones de couverture. Ainsi


nous trouvons trois schémas principaux : celui d’Abidjan, de San-Pedro et de Gagnoa.

L’architecture d’Abidjan :

900 1800
umbrella umbrella UPPER

LOWER
micro

Figure 13 : Architecture GSM d’Abidjan chez OCI

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 47


Mémoire de fin d’études

Les macros 1800 et 900 sont sur la même couche et déclarés de type
« UMBRELLA », des micros hot spot installés sur certains sites en indoor ou outdoor
quant à elles, servent à résorber la congestion et à assurer une bonne couverture sur
les sites en question. Ces micros sont tous déclarés de type « micro », qu’ils soient
indoor ou outdoor. Cependant, il existe trois cellules mini dans l’architecture
d’Abidjan.

L’Architecture de San-Pedro :

900 UPPER
umbrella

1800 mini
LOWER

Figure 14 : Architecture GSM de San-Pedro chez OCI


Dans le cas de San-Pedro, les cellules macro 900 sont déclarées Umbrella
(couche haute) tandis que les 1800 sont de type mini (couche basse).

L’Architecture de Gagnoa :

900 Single

900
umbrella UPPER

1800 mini LOWER

Figure 15 : Architecture GSM de Gagnoa chez OCI

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 48


Mémoire de fin d’études

Quant à Gagnoa, on y trouve des sites GSM900 single et GSM900 umbrella qui
sont dans la couche « upper » tandis que les 1800 sont de type « mini » et dans la
couche « lower ».
Pour le reste du pays, les sites sont en single donc la couche est upper. Les
villes de Daloa, Abengourou, Grand-Bassam ont la même architecture que Abidjan
sans la couche micro.

Par contre, les villes de Bouaké, Dabou, Danané ont l’architecture de San-
Pedro.

Pour illustrer les relations de handovers dans l’étude qui suit et en vue de faire
une étude globale de toute la stratégie des handovers de OCI, nous serons emmenés
à étudier les schémas d’Abidjan et de Gagnoa.
Dans le cadre de notre étude, nous allons dans un premier temps étudier la
stratégie en mode veille (mode idle) puis en mode communication (mode dédié).
En ce qui concerne le mode veille, nous verrons la stratégie de sélection / ré-
sélection ainsi que la stratégie de Directed Retry. En mode dédié, nous étudierons les
handovers de confort.

I.1- AUDIT DE LA STRATEGIE EN MODE VEILLE

I.1.1- Principe et audit de la sélection / ré-sélection

I.1.1.1- Principe de la sélection / ré-sélection

Au démarrage, le mobile sélectionne (capte) une cellule en fonction des


conditions définies par le réseau. Ceci permet au mobile d’être attaché à une
MSC/VLR et localisé dans le réseau. On parle alors de sélection.
Cette sélection de la cellule est faite à partir du critère C1. La cellule parmi les
candidates qui a le meilleur C1 (la valeur la plus grande) est captée par la station
mobile.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 49


Mémoire de fin d’études

Cependant un autre critère, C2, entre en jeu en vue de ré-sélectionner une


autre cellule lorsque l’une ou plusieurs de ces conditions suivantes est/sont
remplie(s) :
 le critère C1 est trop petit (C1 < 0),
 le mobile ne peut pas décoder les messages de la station de base,
 la cellule devient interdite (barrée),
 le mobile ne peut pas accéder à la cellule,
 il existe une meilleure cellule, vu le critère C2.

Ainsi le critère C1 permet d’effectuer la sélection et le critère C2 la ré-


sélection.

Les algorithmes de ces deux critères sont les suivants :

Critère C1

Ce critère permet de s’assurer que si un appel était tenté, cette tentative serait
faite avec un niveau de puissance reçu suffisant en front descendant et montant.
C1 = A – max (0, B) où

A = Rxlev – RXLEV_ACCESS_MIN
B = MS_TXPWR_MAX_CCH – P

Rxlev : niveau de champ reçu de la BTS


P : puissance maximale du mobile
RXLEV_ACCESS_MIN : niveau de champ minimum pour accéder à la cellule
MS_TXPWR_MAX_CCH : limite maximale de puissance à laquelle un mobile peut
émettre à l’accès de la cellule

Les deux derniers paramètres sont diffusés à travers le canal BCCH par le
réseau.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 50


Mémoire de fin d’études

A permet de s’assurer que le niveau de champ de réception du mobile sera


suffisant et B quant à lui permet de s’assurer que le niveau de champ de réception de
la BTS sera suffisant.

Si A > 0 et B < 0, alors il n’y a aucun problème avec la cellule


Si B > 0, cela peut être compensé par A
Si A >> 0, alors le mobile est proche de la BTS

Critère C2

L’évaluation du critère C2 dépend du paramètre CELL_RESELECT_PARAM_IND.


Il peut prendre deux valeurs : PRESENT et NOT_PRESENT.

Si CELL_RESELECT_PARAM_IND = not_present alors C1 = C2. Ce qui signifie que


l’évaluation du critère C2 est inhibée.

Sinon l’algorithme de C2 se présente ainsi :

C2 = C1 + CELL_RESELECT_OFFSET – TEMPORARY_OFFSET * H(x)


Où x = PENALTY_TIME – T
H(x) = 0 si x < 0 (T > PENALTY_TIME)
H(x) = 1 si x > 0 (T < PENALTY_TIME)

Si PT = 31 alors C2 = C1 – CRO (une cellule avec PT = 31 sera défavorisée par


rapport à toutes ses voisines.

CELL_RESELECT_OFFSET (CRO) : il permet de favoriser la ré-sélection d’une cellule au


détriment d’une autre.
TEMPORARY_OFFSET (TO) : il permet d’éviter les effets ping-pong. Il défavorise une
cellule pendant PENALTY_TIME.

I.1.1.2- Audit du paramétrage

BS_TXPWR_MAX = 0 dBm pour toutes les cellules. Il s’agit de la puissance de


transmission maximale autorisée à la BTS.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 51


Mémoire de fin d’études

RXLEV_ACCESS_MIN = -102 dBm en général. Mais sur certains sites à l’intérieur,


notamment les co-localisés 900 et mini 1800, on a -102 dBm pour les mini
1800 et -105 dBm pour les 900 (single/umbrella).
CELL_RESELECT_PARAM_IND = Not_present pour les 900
CELL_RESELECT_PARAM_IND = Présent pour les 1800 et les micros
CELL_RESELECT_OFFSET = 0 dBm sur les 900
CRO = 12 dBm sur les 1800 (umbrella et mini)
CRO = 16 dBm sur les micros
TEMPORARY_OFFSET = 0 dBm pour tout le réseau
PENALTY_TIME = 20 s pour tous le réseau

Stratégie se dégageant selon le paramétrage actuel :

En tenant compte des données actuelles sur le réseau, on dégage l’évaluation


suivante pour les critères C1 et C2 :
Toutes les BTS émettent à la même puissance maximale. Or compte tenu de la
fréquence, les cellules 900 ont une zone de couverture plus grande que les cellules
1800. La différence de propagation entre les deux varie entre 6 et 10 dBm.

De façon générale, pour une cellule 900 et une 1800 co-localisée sur le réseau,
on a :
C1(900) ≈ Rxlev (900) + 102
C1(1800) ≈ Rxlev (1800) + 102
On a donc C1(900) > C1(1800) car Rxlev(900) ≈ Rxlev(1800) + 10

Ainsi, vu du critère C1, le mobile va capter de préférence une cellule 900 et


cela à cause de la différence de propagation. Cependant, il peut être emmené à
effectuer une ré-sélection si une autre cellule a un meilleur C2.

C2(900) = C1(900) + CRO(900) or dans le paramétrage actuel, C2(900) = C1(900) ; et


C2(1800) = C1(1800) + CRO(1800)
Et C2(micro) = C1(micro) + CRO(micro)

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 52


Mémoire de fin d’études

Ce qui nous donne :


C2(900) ≈ Rxlev(1800) + 10
C2(1800) ≈ Rxlev(1800) + 12
C2(micro1800) ≈ Rxlev(1800) + 16
C2(micro900) ≈ Rxlev(1800) + 10 + 16

On constate que C2(micro) > C2(1800) > C2(900).

De ce qui précède, on peut conclure qu’au moment de la ré-sélection, le


mobile choisira de préférence la bande 1800 puis la 900 ; dans les zones où il y a des
cellules micros, la sélection / ré-sélection se fait de préférence sur la micro, puis la
1800 et enfin la 900.

I.1.2- Principe et audit de la stratégie Directed Retry et Forced


Directed Retry

I.1.2.1- Principe de Directed Retry et Forced Directed Retry

Nous avons dit plus haut que Directed Retry est un handover SDCCH-TCH au
moment de l’établissement de la communication. Si le handover SDCCH-TCH est
réalisé pour causes de confort ou d’urgence, on parle de Directed Retry. Mais pour
cause 20, on parle Forced Directed Retry.

Principe de Directed Retry


Cette fonctionnalité est activée sur une base par cellule à partir du paramètre
EN_DR et a le même comportement que les handovers TCH. Tous les HO sont réalisés
à l’exception des Causes 10, 11, 13 (pour les cellules concentriques) et les causes 15
et 16 (handovers intra cellule). L’évaluation des cellules candidates est la même que
celle des HO TCH.

Principe de Forced Directed Retry


Il s’agit du handover cause 20. Sa réalisation n’est possible que si le paramètre
EN_DR est activé. Son algorithme est :

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 53


Mémoire de fin d’études

EN_FORCED_DR = ENABLE ET
AV_RXLEV_NCELL_DR(n) > L_RXLEV_NCELL_DR(n)

Et à condition que EN_DR = ENABLE

EN_FORCED_DR : paramètre permettant d’activer ou désactiver l’handover cause 20


L_RXLEV_NCELL_DR(n) : seuil minimal de niveau de champ requis dans la cellule n
pour pouvoir effectuer un handover cause 20.
AV_RXLEV_NCELL_DR(n): le niveau de champ moyen dans la cellule n calculé à partir
de la fenêtre d’enregistrement des échantillons A_PBGT_DR pour Forced
Directed Retry, le filtrage et le rangement des cellules voisines.

Evaluation de la cellule candidate :


Le pré rangement est fait à partir des considérations de couche préférée
(pref_layer), de priorité (PRIORITY (0, n)) et de bande (frequency band).

L’algorithme de filtrage des cellules est le suivant :


AV_RXLEV_NCELL_DR(n) > RXLEVmin(n) + max (0, MS_TXPWR_MAX(n) - P)
t(n) > FREElevel_DR(n)

RXLEVmin(n) = niveau de champ minimal reçu de la cellule n afin de permettre un


handover vers ladite cellule.
MS_TXPWR_MAX(n) : limite maximale de puissance à laquelle un mobile peut
émettre dans la cellule.
FREElevel_DR(n) : nombre de TCH libres requis dans la cellule voisine n afin de pouvoir
réalisé un handover cause 20 et cause 28 (Fast Traffic Handover).
T(n) : nombre de TCH libres dans la cellule n.
P : puissance d’émission maximale du mobile

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 54


Mémoire de fin d’études

I.1.2.2- Audit du paramétrage

Le paramétrage actuel est le suivant :


EN_DR = ENABLE sur toutes les cellules
EN_FORCED_DR = ENABLE sur toutes les cellules
L_RXLEV_NCELL_DR(n) = -90 dBm pour toutes les cellules
FREElevel_DR(n) = 1 pour toutes les cellules sauf trois où il prend la valeur 4

RXLEVmin(n) = -104 dbm et -102 dbm sur umbrella 900 et single à l'intérieur
RXLEVmin(n) = -100 dbm sur umbrella 900, single et sur toutes les micros
RXLEVmin(n) = -98 dbm sur umbrella 1800 et toutes les minis

Les paramètres intervenants dans l’exécution de cause 20 sont identiques pour


toutes les cellules. Cependant, au niveau du pré rangement dans la phase
d’évaluation des cellules candidates, on a :

RXLEVmin(900) ≈ RXLEVmin(micro) < RXLEVmin(1800)

La stratégie globale pour cause 20 est ainsi schématisée :


Architecture d’Abidjan :

Umbrella 900 Umbrella 1800


En_DR = Enable En_DR = Enable
En_Forced_DR = Enable 1800 En_Forced_DR = Enable
900
L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm
Freelevel_DR(n) = 1 umbrella umbrella Freelevel_DR(n) = 1
Rxlevmin(n) = -100dBm Rxlevmin(n) = -98dBm

Micro
En_DR = Enable
En_Forced_DR = Enable
L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm micro LOWER
Freelevel_DR(n) = 1
Rxlevmin(n) = -100dBm

Figure 16 : Audit de cause 20 pour Abidjan

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 55


Mémoire de fin d’études

Architecture de Gagnoa

Umbrella 900 single Single 900


En_DR = Enable En_DR = Enable
En_Forced_DR = Enable En_Forced_DR = Enable
900
L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm
Freelevel_DR(n) = 1 umbrella Freelevel_DR(n) = 1
Rxlevmin(n) = -100dBm Rxlevmin(n) = -100dBm

Mini 1800
En_DR = Enable
En_Forced_DR = Enable Les relations entre les
L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm single et les minis sont
Freelevel_DR(n) = 1 mini les même qu’entre les LOWER
Rxlevmin(n) = -98dBm umbrella et les minis

Figure 17 : Audit de cause 20 pour Gagnoa


On constate ainsi que Forced Directed Retry (FDR) est utilisée dans tous les
sens et dans les mêmes conditions. Cependant, au cours de l’évaluation des cellules
candidates, les cellules 900 et les micros seront favorisées par rapport aux 1800 (mini
ou umbrella).

I.2- AUDIT DE LA STRATEGIE EN COMMUNICATION

I.2.1- Principe et audit de cause 12 : handover PBGT

I.2.1.1- Principe de cause 12

Cause 12 est un handover de confort basé sur l’évaluation du bilan de


puissance entre la cellule serveuse et la cellule voisine. Il permet en conjonction avec
la fonction Power Control de réduire au maximum les interférences en cours de
communication.
Ce handover est réalisé uniquement entre des cellules de même couche mais
peut être réalisé entre cellules de bande de fréquence différentes si le paramètre
EN_MULTIBAND_PBGT_HO est activé. Néanmoins, si l’on utilise la fonction de
discrimination de vitesse, SPEED_DISC, il peut être réalisé d’une couche inférieure
vers une couche supérieure à condition que le mobile soit déclaré rapide (FAST).

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 56


Mémoire de fin d’études

Cause 12 est basé sur l’équation de bilan de puissance qui est la suivante :
PBGT(n) = AV_RXLEV_NCELL(n) – AV_RXLEV_PBGT_HO
– (BS_TXPWR_MAX – AV_BS_TXPWR_HO)
– (MS_TXPWR_MAX(n) – MS_TXPWR_MAX)
– PING_PONG_MARGIN(n, call_ref)

AV_RXLEV_PBGT_HO : niveau de champ moyen reçu dans la cellule serveuse 0.


BS_TXPWR_MAX : puissance de transmission maximale autorisée à la BTS.
AV_BS_TXPWR_HO : moyenne des puissances reçues de la BTS serveuse calculée à
partir de la fenêtre d’échantillonnage A_PBGT_HO.
MS_TXPWR_MAX : puissance d’émission maximale autorisée au mobile dans la
cellule serveuse.
PING_PONG_MARGIN(n, call_ref) : pénalité appliquée à un appel provenant de la
cellule n pour éviter les ping-pongs et cela pendant une durée précise (T_HCP).
Cette pénalité est appliquée à une cellule n lorsque cette cellule vient
d’effectuer un handover vers la cellule serveuse 0, que la cellule n et la cellule 0
sont sur la même BSC, que la handover n’est pas cause 20 et que T_HCP n’est
pas expiré depuis le dernier handover. Dans ce cas, PING_PONG_MARGIN(n,
call_ref) = PING_PONG_HCP. Par contre si la cellule n n’est pas la cellule
précédente de l’appel, ou si la cellule précédente est externe, ou si l’appel vient
juste de réaliser un handover cause 20 ou si le compteur T_HCP est expiré, alors
PONG_PONG_MARGIN(n, call_ref) = 0.

Le bilan de puissance (PBGT) est calculé pour chaque cellule voisine à chaque
période SACCH et en fonction de la taille de la fenêtre A_PBGT_HO. Si PBGT > 0 alors
la cellule voisine est plus avantageuse que la cellule serveuse. Sinon, c’est la cellule
serveuse qui est avantageuse. PBGT intervient aussi dans l’évaluation des cellules
candidate pour tous les handovers.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 57


Mémoire de fin d’études

Le mécanisme anti ping-pong précédent n’est pas utilisé pour les handovers
d’urgence et les handovers de capture (cause 14, 21 et 24) qui ont leur propre
compteur anti ping-pong : T_INHIBIT_HCP.

Algorithme de handover cause 12


Si EN_TRAFFIC_HO = ENABLE alors
PGBT(n) > HO_MARGIN(0, n) + OFFSET_HO_MARGIN_INNER
+ MAX(0, DELTA_HO_MARGIN(0, n))
Sinon PBGT(n) > HO_MARGIN + OFFSET_HO_MARGIN_INNER
Et AV_RXLEV_PGBT_HO ≤ RXLEV_LIMIT_PGBT_HO
Et EN_PGBT_HO = ENABLE

EN_TRAFFIC_HO : paramètre activant ou désactivant les handover de trafic (cause


23). Ici il permet de tenir compte ou non de la charge des cellules pour les
handovers cause 12.
HO_MARGIN(0, n) : hystérésis appliqué à une relation de voisinage qui permet de
réduire les handovers ping-pong mais aussi de favoriser ou défavoriser une
cellule. Il permet en outre de réduire les handovers d’urgence en tenant compte
du bilan de puissance entre les cellules voisines. Une valeur trop grande de
HO_MARGIN(0, n) permet de réduire les handovers de bilan de puissance mais
peut favoriser les interférences tandis qu’une valeur trop petite augmente les
HO mais aussi les ping-pongs.
OFFSET_HO_MARGIN_INNER : offset qui permet de prendre en compte les différences
radio entre les zones interne et externe d’une cellule concentrique et surtout
d’une cellule multi bande. Dans le réseau OCI, il n’existe pas de cellules
concentriques ni multi bande alors cet offset n’est pas utilisé.
DELTA_HO_MARGIN(0, n) : sa valeur est évaluée en fonction de la charge de trafic
dans la cellule n (TRAFFIC_LOAD(n)) et dans la cellule 0 (TRAFFIC_LOAD (0)).
Son évaluation se fait comme suit :

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 58


Mémoire de fin d’études

Si TRAFFIC_LOAD(0) = LOW et TRAFFIC_LOAD(n) = HIGH alors


DELTA_HO_MARGIN(0, n) = + DELTA_INC_HO_MARGIN
Si TRAFFIC_LOAD(0) = HIGH et TRAFFIC_LOAD(n) = LOW alors
DELTA_HO_MARGIN(0, n) = - DELTA_DEC_HO_MARGIN
Sinon DELTA_HO_MARGIN(0, n) = 0

RXLEV_LIMIT_PBGT_HO : seuil de puissance au dessus duquel il n’est pas nécessaire


d’effectuer un handover cause 12. Il permet de réduire les handovers surtout
dans les environnements denses.
EN_PBGT_HO : paramètre qui autorise ou non les handovers cause 12 à partir de la
cellule.

I.2.1.2- Audit du paramétrage

Les paramètres actuels pour cause 12 sur le réseau sont :


RXLEV_LIMIT_PBGT_HO = -75 dBm
T_HCP = 15 s ou 0 s dans la plupart des cellules
PING_PONG_HCP (micro/mini) = 15 dB
PING_PONG_HCP (umb/single) = 15 dB (très majoritairement) et 0dB sinon
HO_MARGIN (0, n) = 5 dB sauf
HO_MARGIN (umb1800, umb900) = 12 dB
DELTA_DEC_HO_MARGIN = 4 dB
DELTA_INC_HO_MARGIN = 4 dB
LOW_TRAFFIC_LOAD = 70%
ENABLE_TRAFFIC_HO (0, n) = ENABLE pour la très grande majorité des cellules
EN_MULTIBAND_PBGT_HO = ENABLE pour la plupart et non dans moins de 300
cellules
EN_PBGT_HO = ENABLE sur toutes les cellules
EN_SPEED_DISC = DISABLE sur toutes les cellules

La stratégie qui se dégage de ce paramétrage est ainsi schématisée :

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 59


Mémoire de fin d’études

Architecture d’Abidjan :

HO_Margin(um900, umb900) = 5dB HO_Margin(900, 1800) = 5dB HO_Margin(umb1800, umb1800) = 5dB

Umbrella 900 1800


En_Traffic_HO = Enable 900
En_PGBT_HO = Enable umbrella umbrella
En_Multiband_PBGT_HO = Enable Umbrella 1800
En_Speed_Disc = Disable HO_Margin(1800, 900) = 12dB En_Traffic_HO = Enable
En_PGBT_HO = Enable
En_Multiband_PBGT_HO = Enable
Micro HO_Margin(micro, micro) = 5dB En_Speed_Disc = Disable
En_Traffic_HO = Enable
En_PGBT_HO = Enable LOWER
En_Multiband_PBGT_HO = Enable
Micro900 micro
En_Speed_Disc = Disable

Figure 18 : Audit de cause 12 pour Abidjan


Architecture de Gagnoa

single HO_Margin(900, 900) = 5dB

Umbrella 900
En_Traffic_HO = Enable 900
En_PGBT_HO = Enable umbrella Single 900
En_Multiband_PBGT_HO = Enable En_Traffic_HO = Enable
En_Speed_Disc = Disable En_PGBT_HO = Enable
En_Multiband_PBGT_HO = Enable
En_Speed_Disc = Disable
Mini 1800 HO_Margin(mini, mini) = 5dB
En_Traffic_HO = Enable
En_PGBT_HO = Enable LOWER
En_Multiband_PBGT_HO = Enable
mini
En_Speed_Disc = Disable

Figure 19 : Audit de cause 12 pour Gagnoa


Dans les deux architectures, Cause 12 est réalisée de préférence entre cellules
de même bande de fréquence (HO_Margin = 5). Entre cellules de bande différentes,
elle est réalisée de préférence de la 900 vers la 1800.
Il n’y a pas de handovers cause 12 entre deux cellules de couches différentes
car il n’y a pas de discrimination de vitesse.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 60


Mémoire de fin d’études

I.2.2- Principe et audit de cause 23 : handover de trafic

I.2.2.1- Principe de cause 23

Cause 23 permet de faire un handover d’une cellule serveuse 0 vers une cellule
voisine n en tenant compte des charges des deux cellules. Si la cellule 0 est chargée et
la cellule n ne l’est pas, alors cause 23 est possible. Dans les autres cas, il ne peut y
avoir de handover cause 23. Ce handover agit en réaction à cause 12 lorsque la
distribution du trafic est prise en compte pour les handovers.
Cause 23 est exécuté entre cellules de même couche mais peut être réalisé
entre des cellules de bande différentes si EN_MULTIBAND_PBGT_HO est activé.

Algorithme de cause 23
DELTA_HO_MARGIN(0, n) < 0
Et PBGT(n) > HO_MARGIN(0, n) + OFFSET_MARGIN_INNER
+ DELTA_HO_MARGIN(0, n)
Et EN_TRAFFIC_HO = ENABLE

I.2.2.2- Audit du paramétrage

Il existe une corrélation entre cause 12 et cause 23 (handover de trafic) à la


différence que cause 23 est moins discriminatif que cause 12 et est beaucoup plus lié
au trafic. Par conséquent, cause 23 aura un rôle d’équilibrage de la charge entre les
umbrella 900 et les umbrella 1800.

I.2.3- Principe et audit de cause 21 : Capture vers la bande préférée

I.2.3.1- Principe de cause 21

Handover cause 21 permet de capturer une cellule voisine n ayant un bon


niveau de champ dans la bande préférée. C’est un handover de confort inter bandes.
Il peut être exécuté de n’importe quelle cellule dont le type de bande de fréquence
n’est pas la bande préférée vers une autre cellule dans la bande préférée. Il peut être
réalisé entre cellules de différentes couches.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 61


Mémoire de fin d’études

Son algorithme est le suivant :


AV_RXLEV_NCELL(n) > L_RXLEV_CPT_HO(0, n) + max(0, MS_TXPWR_MAX – P) et
TRAFFIC_LOAD(0) = MULTIBAND_TRAFFIC_CONDITION et
TRAFFIC_LOAD(n) ≠ HIGH et
EN_PREFERRED_BAND_HO = ENABLE

AV_RXLEV_NCELL(n) : niveau de champ moyen dans la cellule n calculé à partir


de la fenêtre d’enregistrement des échantillons A_PBGT_HO pour les handovers.
L_RXLEV_CPT_HO(0,n) : seuil de niveau de champ minimal que doit avoir la cellule n
pour qu’un HO cause 21, 14 et 24 soit réalisé vers cette cellule.
Plus sa valeur est petite, plus le nombre de mobile susceptible d’être capturé
est grand. Mais cela peut entraîner des effets ping-pong dans les micros
cellules si cette valeur tend vers le seuil de déclenchement des handovers
d’urgence.
TRAFFIC_LOAD(n) : indique le niveau de charge de trafic de la cellule n. Il s’agit d’une
variable interne à l’algorithme. Elle prend la valeur LOW si le trafic est en deçà
du seuil minimal (LOW_TRAFFIC_LOAD), HIGH s’il est au dessus du seuil
maximal (HIGH_TRAFFIC_LOAD) ou INDEFINITE.
MULTIBAND_TRAFFIC_CONDITION : ce paramètre qui est réglable peut prendre trois
valeurs : ANY_LOAD, HIGH, NOT_LOW. Il permet de tenir compte ou non de la
charge de la cellule source avant d’effectué un handover.
EN_PREFERRED_BAND_HO : paramètre qui active ou désactive les handovers vers la
bande préférée. Il prend deux valeurs, TRUE (ENABLE) ou FALSE (DISABLE).

Afin de réduire les effets ping-pong, un compteur a été défini pour les
handovers de capture. Il s’agit du compteur T_INHIBIT_HCP. Il inhibe la réalisation
d’un handover cause 21, 24 et 14 lorsqu’un handover d’urgence cause 2 (qualité
uplink), 4 (qualité downlink) ou 7 (mauvais SACCH consécutifs) ou un handover
externe pour qualité UL ou DL sur l’interface A vient d’être réalisé sur la cellule
serveuse par l’appel en cours et ce durant le temps que cours ce compteur. Dans ce

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 62


Mémoire de fin d’études

cas, aucun handover de capture n’est possible de la cellule en question jusqu’à ce que
le compteur T_INHIBIT_HCP expire.

I.2.3.2- Audit du paramétrage

Le paramétrage actuel de cause 21 sur le réseau OCI est :

L_RXLEV_CPT_HO (single, mini) = -47 dBm


L_RXLEV_CPT_HO (umb900, umb1800) = -75 dBm
L_RXLEV_CPT_HO (umb900, mini) = -75 dBm
L_RXLEV_CPT_HO (umb900, micro1800) = -75 dBm
L_RXLEV_CPT_HO (micro900, umb1800) = -47 dBm pour 53,13% des cas et -70 dBm
pour le reste
L_RXLEV_CPT_HO (umb900, micro1800) = -75 pour 89,92% des cas, -70 pour 80
relations, -47 pou 10 relations et -85 pour 5 cas.
EN_PREFERRED_BAND_HO = ENABLE pour toutes les cellules
MULTIBAND_TRAFFIC_CONDITION = ANY_LOAD pour toutes les cellules
HIGH_TRAFIC_LOAD = 90% pour toutes les cellules
T_INHIBIT_CPT = 30 s pour certaines et 0 s pour les autres. 30 s pour toutes les micros
De ce paramétrage, nous dégageons la stratégie suivante :

Architecture d’Abidjan :

Umbrella 900 L_Rxlev_CPT_HO(umb900, umb1800) = -75dBm


En_Multiband_Traffic_Condition = Any_Load
En_Preferred_Band_HO = Enable
High_Traffic_Load = 90% 900 1800
umbrella umbrella
Umbrella 1800
En_Multiband_Traffic_Condition = Any_Load
L_Rxlev_CPT_HO(umb900, micro1800) = -75dBm En_Preferred_Band_HO = Enable
High_Traffic_Load = 90%
Micro
En_Multiband_Traffic_Condition = Any_Load
En_Preferred_Band_HO = Enable
High_Traffic_Load = 90% Micro900 Micro1800 LOWER

Figure 20 : Audit de cause 21 pour Abidjan


Il n’existe pas de relations de voisinage dans le sens micro900  micro1800.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 63


Mémoire de fin d’études

Cause 21 dans le sens micro900  umbrella1800 a été représenté en pointillés


à cause de la valeur de L_RXLEV_CPT_HO (micro900, umb1800) qui est très grande.

Architecture de Gagnoa

single L_Rxlev_CPT_HO(single, mini) = -47dBm

Umbrella 900 900


High_Traffic_Load = 90%
En_Preferred_Band_HO = Enable
umbrella
Single 900
En_Multiband_Traffic_Condition = Any_Load High_Traffic_Load = 90%
L_Rxlev_CPT_HO(umb900, mini) = -75dBm En_Preferred_Band_HO = Enable
En_Multiband_Traffic_Condition = Any_Load
Mini 1800
En_Multiband_Traffic_Condition = Any_Load
En_Preferred_Band_HO = Enable
High_Traffic_Load = 90% mini LOWER

Figure 21 : Audit de cause 21 pour Gagnoa


Le seuil de niveau de champ requis pour réaliser un handover cause 21 d’une
cellule single vers une cellule mini est beaucoup trop élevé. Cela a pour conséquence
de réduire voir d’inhiber les handovers cause 21 depuis les cellules single.

I.2.4- Principe et audit de cause 14 : handover de capture de mobiles


lents

I.2.4.1- Principe de cause 14

Cause 14 est un handover qui a pour principe de capturer les mobiles lents
d’une cellule serveuse 0 dans la couche haute (upper) vers une cellule cible n de
couche inférieure ou d’une cellule 0 de couche inférieure vers une cellule n indoor.

Figure 22 : Principe du handover cause 14

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 64


Mémoire de fin d’études

Cause 14 n’est pas exécuté d’une cellule de couche supérieure (upper) de


bande 1800 vers une cellule de couche inférieure (lower) 900 pour les MS bi bandes
lorsque EN_BI-BAND_MS(n) est désactivé, cela pour conserver le trafic dans la bande
préférée.

Cette cause de handover est réalisée à partir de deux algorithmes :

1er Algorithme : La cellule source (cellule 0) est de type upper


AV_RXLEV_NCELL(n) > L_RXLEV_CPT_HO(0,n)
MS_SPEED = SLOW
EN_MCHO_NCELL = ENABLE

2ème algorithme : la cellule source est de type lower


AV_RXLEV_NCELL(n) > L_RXLEV_CPT_HO(0,n)
MS_SPEED ≠ FAST
EN_MCHO_NCELL = ENABLE

EN_MCHO_NCELL(n) : paramètre qui désactive et active les handovers cause 14.


MS_SPEED : Evaluation de la vitesse du mobile à partir du processus de discrimination
de vitesse, SPEED_DISC.

SPEED_DISC (Discrimination en fonction de la vitesse)

La fonction SPEED_DISC a pour objectif d’accroître la capacité en entraînant un


maximum de trafic dans la cellule micro, mais aussi d’améliorer la qualité en
réduisant le nombre des handovers. Elle permet de déterminer la vitesse du mobile
et de le diriger vers les cellules de couches inférieures micro si le mobile dans la
macro est déclaré lent (SLOW) et dans le sens contraire pour cause 12 (mobile dans la
micro déclaré FAST).
L’estimation de la vitesse est basée sur le temps de séjours du mobile dans la
microcellule voisine. Si ce temps de séjours dépasse la variable MIN_DWELL_TIME,
alors le mobile est déclaré SLOW et est dirigé vers la cellule micro.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 65


Mémoire de fin d’études

Un compteur C_DWELL(n) mesure le nombre de périodes SACCH de


surveillance de la cellule voisine n à travers le seuil L_RXLEV_CPT_HO(n). Ce
compteur est comparé à 2*MIN_DWELL_TIME en vue de déterminer la vitesse du
mobile.

Si C_DWELL(n) > 2*MIN_DWELL_TIME, alors le mobile est déclaré lent.


MIN_DWELL_TIME est une variable qui est fonction de la charge dans la cellule
serveuse.

Si EN_SPEED_DISC = DISABLE, alors le mobile fera un handover vers la cellule


de couche inférieure après L_MIN_DWELL_TIME.
Par contre si EN_SPEED_DISC = ENABLE, alors le handover se fera après que le
mobile aie reçu un niveau de champ suffisant de la cellule de couche inférieure
pendant MIN_DWELL_TIME.
La valeur initiale de MIN_DWELL_TIME est H_MIN_DWELL_TIME qui est sa
valeur maximale. L_MIN_DWELL_TIME est sa valeur minimale. En fonction de la
charge de la cellule serveuse, sa valeur croit ou décroît de DWELL_TIME_STEP. Si la
charge est inférieure à L_LOAD_OBJ, MIN_DWELL_TIME croit et si la charge est
supérieure à H_LOAD_OBJ, alors sa valeur décroît.
Cela aura pour conséquence de déclarer plus de mobiles « SLOW » quand la
charge croit, donc de faire plus de handovers vers la microcellule et de retenir plus de
stations mobiles lorsque la charge de trafic est petite.

I.2.4.2- Audit du paramétrage

Cause 14 est un handover de capture de mobiles lents dans la couche haute


vers la couche basse lorsqu’un seuil de niveau de champ est atteint.

Le paramétrage actuel de cause 14 sur le réseau ORANGE Côte d’Ivoire est :


L_RXLEV_CPT_HO(umb, micro) = -75 dBm
EN_MCHO_NCELL = ENABLE (pour la très grande majorité des umbrella)
EN_MCHO_NCELL = DISABLE (pour les micros, minis et les singles)

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 66


Mémoire de fin d’études

EN_SPEED_DISC = DISABLE pour toutes les cellules


L_MIN_DWELL_TIME = 7 s sauf sur BSCKM4_4 où on a 8 s
H_MIN_DWELL_TIME = 7 s sauf sur BSCKM4_4 où on a 20 s
DWELL_TIME_STEP = 0 sauf sur BSCKM4_4 où on 2 s
L_LOAD_OBJ = N/A pour les micros, minis et les single
L_LOAD_OBJ = 0% pour les umbrella 1800
L_LOAD_OBJ = 60% pour les umbrella 900
H_LOAD_OBJ = N/A pour les micros, minis et les singles
H_LOAD_OBJ = 80% pour les umbrella
EN_BI-BAND_MS(n) = DISABLE sur la majorité des sites sauf pour 300 cellules.

Ceci permet de dégager la stratégie suivante :


Architecture d’Abidjan :

Umbrella 900
En_Mcho_Ncell = Enable Umbrella 1800
En_Speed_Disc = Disable En_Mcho_Ncell = Enable
L_Min_Dwell_Time = 7s 1800 En_Speed_Disc = Disable
900
H_Min_Dwell_Time = 7s L_Min_Dwell_Time = 7s
umbrella umbrella
Dwell_Time_Steep = 0 H_Min_Dwell_Time = 7s
L_Load_obj = 60% Dwell_Time_Steep = 0
H_Load_obj = 80% L_Rxlev_CPT_HO(umb900, micro) = -75dBm L_Load_obj = 0%
H_Load_obj = 80%
L_Rxlev_CPT_HO(umb1800, micro) = -75dBm
Micro
En_Mcho_Ncell = Disable Micro
En_Speed_Disc = Disable Micro 1800 LOWER
900
L_Min_Dwell_Time = 7s
H_Min_Dwell_Time = 7s
Dwell_Time_Steep = 0

Figure 23 : Audit de cause 14 pour Abidjan

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 67


Mémoire de fin d’études

Architecture de Gagnoa

Umbrella 900 Single 900


En_Mcho_Ncell = Enable single En_Mcho_Ncell = Disable
En_Speed_Disc = Disable En_Speed_Disc = Disable
L_Min_Dwell_Time = 7s 900 L_Min_Dwell_Time = 7s
H_Min_Dwell_Time = 7s H_Min_Dwell_Time = 7s
umbrella
Dwell_Time_Steep = 0 Dwell_Time_Steep = 0
L_Load_obj = 60%
H_Load_obj = 80%
L_Rxlev_CPT_HO(umb900, mini) = -75dBm
Mini 1800 L_Rxlev_CPT_HO(single, mini) = -47dBm
En_Mcho_Ncell = Disable
En_Speed_Disc = Disable
L_Min_Dwell_Time = 7s mini LOWER
H_Min_Dwell_Time = 7s
Dwell_Time_Steep = 0

Figure 24 : Audit de cause 14 pour Gagnoa


L’analyse de ce qui précède permet de dégager la conclusion suivante :
Cause 14 est réalisé dans les sens umb 900  mini 1800, umb micro1800 et
umb900  micro900 avec un seuil de niveau de champ de -75 dBm. Aussi,
SPEED_DISC est désactivé sur tout le réseau, par conséquent, cause 14 est réalisé
après une évaluation de 7 secondes (L_MIN_DWELL_TIME = 7 s).
En outre, cause 14 est désactivé dans les cellules single et est impossible des
umb1800 vers les micro900 (EN_BI-BAND_MS(n) = DISABLE).

I.2.5- Principe et audit de cause 28 : handover de trafic rapide

I.2.5.1- Principe de cause 28

Lorsqu’un mobile tente de communiquer à partir d’une cellule « n »


congestionnée, il est mis en attente dans une file. Si cause 28 est fonctionnel sur la
cellule, un autre mobile en mode dédié (en communication) dans la cellule peut être
« chassé » vers une autre cellule « n+1 » non congestionnée afin de permettre à la
requête mise en queue d’être exécutée à partir de la cellule « n ».
La figure 25 illustre le principe de cause 28.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 68


Mémoire de fin d’études

Le mobile le mieux placé


pour être chassé de la cellule

HO

Nouvelle tentative d’appel

Cellule de couche haute


Nouvelle tentative d’appel

Le mobile le mieux placé


pour être chassé de la cellule

Figure 25 : Principe du handover cause 28

Ce handover complète le handover de trafic « standard », cause 23, lorsqu’il y


a des pics soudains de trafic. Il est plus efficace lorsque la zone d’entrelacement des
cellules voisines est réduite.
Cause 28 peut être exécuté de n’importe quelle cellule non concentrique ou de
la zone externe d’une cellule concentrique vers n’importe quelle cellule excepté la
serveuse. Aussi il faut que le mobile candidat supporte le débit de canal (HR ou FR)
demandé par la requête en file. Le handover est exécuté lorsque la requête est à la
tête de la file.

Tableau 7 : Correspondance de débit de canaux entre la requête en file et le mobile


candidat
Requête en MS candidate
file
HR HR ou FR sur les TRX dual rate
FR FR quelque soit le type de TRX

Algorithme cause 28 :
AV_RXLEV_NCELL(n) > L_RXLEV_NCELL_DR(n) +
max(0, (MS_TXPWR_MAX(n) – P))
Et t(n) >FREElevel_DR(n)
Et EN_CAUSE_28 = ENABLE

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 69


Mémoire de fin d’études

Et EN_FAST_TRAFFIC_HO = ENABLE

L_RXLEV_NCELL_DR(n) : il s’agit là du seuil de puissance qui fixe le périmètre de la


zone d’entrelacement dans laquelle cause 28 peut être réalisé. Il doit être plus
grand que RXLEVmin(n).
EN_CAUSE_28 : variable interne du processus de préparation de handovers (HOP) qui
prend la valeur ENABLE quand une requête est mise en queue.
EN_FAST_TRAFFIC_HO : paramètre qui active ou désactive handover cause 28.

I.2.5.2- Audit du paramétrage

Le paramétrage actuel de cause 28 sur le réseau OCI est :


L_RXLEV_NCELL(n) = -90 dBm pour toutes les cellules
FREElevel_DR(n) = 1
EN_FAST_TRAFFIC_HO = ENABLE pour toutes les cellules.

Le paramétrage actuel des handovers cause 28 sur le réseau permet de


dégager la stratégie schématisée comme suit :

Architecture d’Abidjan :

Umbrella 900
En_Fast_Traffic_HO = Enable Umbrella1800
L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm En_Fast_Traffic_HO = Enable
900 1800
Freelevel_DR(n) = 1 L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm
umbrella umbrella Freelevel_DR(n) = 1

Micro
En_Fast_Traffic_HO = Enable
L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm LOWER
Micro
Freelevel_DR(n) = 1

Figure 26 : Audit de cause 28 pour Abidjan

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 70


Mémoire de fin d’études

Architecture de Gagnoa

Single 900
Umbrella 900 single En_Fast_Traffic_HO = Enable
En_Fast_Traffic_HO = Enable L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm
L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm Freelevel_DR(n) = 1
900
Freelevel_DR(n) = 1
umbrella

Mini 1800 Les relations entre les


En_Fast_Traffic_HO = Enable single et les minis sont
L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm mini les même qu’entre les LOWER
Freelevel_DR(n) = 1 umbrella et les minis

Figure 27 : Audit de cause 28 pour Gagnoa


De ce paramétrage se dégage la conclusion suivante : Cause 28 est réalisé sur
toutes les cellules, dans tous les sens et dans les mêmes conditions. Cependant,
compte tenu de la stratégie globale, cause 28 devrait être réalisé plus dans le sens
micro umb 900, mini  macro, et umb 1800 umb 900 à cause du fait que la
bande 1800 est la bande préférée et donc plus susceptible d’être congestionnée.

I.2.6- Principe et audit cause 24 : handover de capture général

I.2.6.1- Principe de cause 24

Cause 24 est un handover de capture qui peut être réalisé de toute cellule
serveuse 0 vers toute cellule voisine n (n ≠ 0) sans considération de couche ni de
bande. Dans les réseaux hiérarchiques, en vue de maintenir les mobiles bi bandes
dans la bande préférée, cause 24 n’est pas exécuté d’une cellule 1800 de couche
supérieure vers une cellule 900 de couche inférieure si EN_BI-BAND_MS = DISABLE.

Algorithme de handover cause 24 :


AV_RXLEV_NCELL(n) > L_RXLEV_CPT_HO(0, n) +
max(0, (MS_TXPWR_MAX(n) – P))
TRAFFIC_LOAD(0) = CAPTURE_TRAFFIC_CONDITION
TRAFFIC_LOAD(n) ≠ HIGH
EN_GENERAL_CAPTURE_HO = ENABLE

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 71


Mémoire de fin d’études

CAPTURE_TRAFFIC_CONDITION : condition de charge dans la cellule serveuse 0


nécessaire à la réalisation d’un handover cause 24. Il peut prendre trois
valeurs : ANY_LOAD, NOT_LOW et HIGH.
Si on lui donne la valeur ANY_LOAD, cela signifie que la charge de la
cellule 0 n’est pas prise en compte dans l’exécution du handover. Si sa valeur
est NOT_LOW, alors l’handover sera réalisé seulement si le trafic n’est pas
déclaré faible. Enfin s’il prend la valeur HIGH, alors pas de handover tant que la
cellule n’est pas déclarée chargée.
EN_GENERAL_CAPTURE_HO : active ou désactive les handovers cause 24.

I.2.6.2- Audit du paramétrage

L’audit du paramétrage de cause 24 nous permet d’obtenir les informations


suivantes :

CAPTURE_TRAFFIC_CONDITION = ANY_LOAD sur 99,54% des cellules et HIGH sur les


autres.
EN_GENERAL_CAPTURE_HO = DISABLE sur 98,78% des cellules

Sur 50 cellules sur lesquelles cause 24 est activé, 15 présentent


CAPTURE_TRAFFIC_CONDITION = HIGH. Pour les autres, ce dernier paramètre prend
la valeur ANY_LOAD. Toutes les cellules sur lesquelles est activé cause 24 sont de
type umbrella à l’exception d’une seule qui est de type mini.
Compte tenu du nombre trop petit de cellules sur lesquelles cause 24 est
activé et de la disparité géographique des cellules, il nous est difficile de dégager une
stratégie globale du paramétrage actuel. Nous nous contenterons donc de faire des
propositions dans le chapitre consacré à cette cause de handover.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 72


Mémoire de fin d’études

Remarque :

- Récapitulatif des possibilités de handovers de confort entre les


différentes couches (à déplacer ou supprimer)

Les possibilités de handovers de confort entre les différentes couches sont


résumées dans le tableau suivant :

Tableau 8 : Possibilités de handovers de confort entre les différentes couches


Couche Upper Upper Upper Lower Lower Lower Indoor Indoor Indoor
        
handover upper lower indoor lower upper indoor indoor lower upper
Cause 20 OK OK OK OK OK OK OK OK OK
OK si OK si OK si
Cause 12 OK X X OK X OK
Speed_Disc Speed_Disc Speed_Disc
Cause 21 OK OK OK OK OK OK OK OK OK
Cause 14 X OK OK X X OK X X X
Cause 23 OK X X OK X X OK X X
Cause 28 OK OK OK OK OK OK OK OK OK
Cause 24 OK OK OK OK OK OK OK OK OK

- Priorités des handovers de confort

Il existe un ordre de priorité des handovers quelque soit leur catégorie. Ces
priorités sont définies afin que lorsque les conditions sont réunies pour l’exécution de
deux ou plusieurs handovers au même moment dans la même cellule, le système ne
soit pas confronté à un bug.

Les handovers de confort sont réalisés dans le respect de l’ordre de priorité


suivant :
Cause 21  cause 14  cause 24  cause 12  cause 23  cause 20 
cause 28

Après l’analyse du paramétrage actuel concernant les handovers de confort,


nous allons maintenant faire des propositions en vue d’optimisation.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 73


Mémoire de fin d’études

Chapitre II :
PROPOSITIONS DE SOLUTIONS EN VUE D’OPTIMISATION

Les objectifs visés sont les suivants :


- Réduire la congestion sur la couche 1800
- Réduire le nombre de HO afin de maintenir et accroitre la qualité vocale
- Réduire les coupures en cours de communication en paramétrant de façon
adéquate les HO

La stratégie globale visée est la suivante :


Le trafic s’initialisera de préférence sur la couche 1800 (macro ou mini) selon
l’architecture de la zone. Dans la zone d’Abidjan où sont installés des micros
hotspots, l’initialisation se fera (de préférence) sur la micro puis sur la umbrella 1800.
Ensuite, la communication devra se dérouler le plus longtemps possible sur la
couche d’initialisation de l’appel. La couche supérieure 900 servira ainsi de couche de
secours pour résorber la congestion et en cas de dégradation des conditions radio. Le
nombre de HO devra être réduit au maximum afin d’améliorer la qualité vocale.

II.1- EN MODE VEILLE

En mode veille, nous présenterons nos propositions dans un premier temps


concernant le paramétrage de la sélection / ré-sélection puis du paramétrage de
Forced Directed Retry (cause 20).

II.1.1- Phase de sélection / ré-sélection

Dans la zone d’Abidjan

Dans la zone d’Abidjan, où il y a des micros indoor et outdoor, le paramétrage


proposé est le suivant :
BS_TXPWR_MAX = 0 dBm pour toutes les cellules
RXLEV_ACCESS_MIN = -102 dBm pour toutes les cellules
CRO (900) = 0 dBm
CRO (1800) = 12 dBm

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 74


Mémoire de fin d’études

CRO (indoor) = 16 dBm


CRO (outdoor) = 14 dBm
TO = 0 dBm et PT = 20 s pour toutes les cellules sauf pour les micros indoor où TO =
50 dBm.

Ainsi, on a :
C2(900) ≈ C1(1800) + 10
C2(1800) ≈ C1(1800) + 12
C2(indoor) ≈ C1(micro) + 16
C2(outdoor) ≈ C1(outdoor) + 14

Par consequent, on a :
C2(indoor) > C2(outdoor) > C2(1800) > C2(900)

En conclusion, avec une telle configuration dans la zone d’Abidjan, plus


d’appels débuteront dans la macro 1800 (CRO = 12dBm) par rapport aux umbrella
900. Dans les zones où il y a des micros, la préférence de la sélection sera donnée aux
micros indoor (CRO = 16 dBm). Cependant, son C2 sera défavorisé de 50 dBm
(TEMPORARY_OFFSET = 50 dBm) pour un mobile ayant déjà sélectionné une autre
cellule et cela pendant 20s afin de s’assurer qu’un mobile en trop grande vitesse ne
puisse ré-sélectionner cette cellule. Pour ce qui est des micros outdoor (CRO = 14
dBm), elles seront captées de préférence par les mobiles en mode veille par rapport
aux macros 1800 puis 900.

Un tel paramétrage se justifie par le fait que les micros indoor sont installés à
l’intérieur des bâtiments pour soit assurer une bonne couverture, soit résorber le
trafic. Ainsi, la mobilité dans leur zone de couverture ne doit pas être très grande et
les mobiles ne doivent pas être en vitesse. Il est donc intéressant de débuter plus
d’appels dans ces cellules mais aussi d’éviter que des mobiles en vitesse y initialisent
leurs appels.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 75


Mémoire de fin d’études

Dans les zones de l’intérieur

A l’intérieur, dans les zones où nous avons une architecture à deux couches,
single / umbrella pour les 900 (couche upper) et mini pour les 1800 (couche lower), le
paramétrage proposé est le suivant :
BS_TXPWR_MAX = 0 dBm pour toutes les cellules
RXLEV_ACCESS_MIN = -105 dBm pour toutes les cellules (pour cause de couverture)
CRO (900) = 0 dBm pour toute la couche upper
CRO (1800) = 12 dBm
TO = 0 dBm et PT = 20 s pour toutes les cellules.

RXLEV_ACCESS_MIN à été réduit à -105 afin d’augmenter la surface de la zone


de couverture. La stratégie est la même que dans la zone d’Abidjan avec la différence
qu’il n’y a pas de micro à l’intérieur.

II.1.2- Phase d’établissement d’appels

Dans cette phase, l’étude porte sur Directed Retry et Forced Directed Retry
(cause 20).
Cependant, Directed Retry n’étant pas un handover, nous nous pencherons
plutôt sur cause 20 (Forced Directed Retry).

Compte tenu du fait que la couche de prédilection du trafic et de la sélection /


ré-sélection est la 1800 et la micro, il va s’en dire que la probabilité que ces couches
connaissent une congestion TCH est plus élevée. Ainsi, il est préférable de « faciliter »
les conditions FDR de la couche 1800 vers la 900 et des micros vers les 900.

L’analyse de la distribution de cause 20 sur le réseau est :

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 76


Mémoire de fin d’études

CHO_DR_forced_rate(GHCSTBDRR)(% )

10,%
9,%
8,%
7,%
ZONE_MICRO
6,% ZONE_MINI
5,% ZONE_SINGLE
4,% ZONE_UMBRELLA_1800
ZONE_UMBRELLA_900
3,%
2,%
1,%
,%
11

11

11

11

11

11

11

11

11

11

11

11
20

20

20

20

20

20

20

20

20

20

20

20
1/

2/

3/

5/

6/

7/

8/

9/

0/

1/

2/

3/
/0

/0

/0

/0

/0

/0

/0

/0

/1

/1

/1

/1
02

02

02

02

02

02

02

02

02

02

02

02
Figure 28 : Distribution de cause 20 sur le réseau

On constate que le taux de handovers cause 20 est plus bas sur les umbrella
1800 que les umbrella 900. Ce qui laisse penser que la congestion est plus importante
sur les umbrella 900. Ce fort taux de FDR sur les macros 900 pourrait s’expliquer par
le fait que dans de nombreuses zones à l’intérieur, on ne trouve que des cellules
single ou umbrella 900. Les cellules 1800 n’étant présentes que dans des grandes
agglomérations où il y a des trafics plus ou moins importants.
Nous conservons le même paramétrage que celui présent. Mais au niveau de
l’évaluation de la cellule candidate, nous proposons :
RXLEVmin(n) = -102 dBm sur les macros 900
RXLEVmin(n) = -98 sur umbrella sur les micros
RXLEVmin(n) = -98 sur umbrella 1800 et toutes les minis

Ainsi, Forced Directed Retry sera plus orienté des cellules dans la bande 1800
et dans la couche micro vers celles dans la bande 900. Cela devient nécessaire si on
tient compte de la stratégie globale que nous adoptons à savoir favoriser la bande
1800 et micro pour l’écoulement du trafic et faire de la bande 900, la bande de
secours.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 77


Mémoire de fin d’études

Sur Abidjan, le schéma global proposé est le suivant :

Umbrella 900 Umbrella 1800


En_DR = Enable En_DR = Enable
En_Forced_DR = Enable 1800 En_Forced_DR = Enable
900
L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm
umbrella umbrella
Freelevel_DR(n) = 1 Freelevel_DR(n) = 1
Rxlevmin(n) = -102dBm Rxlevmin(n) = -98dBm

Micro
En_DR = Enable
En_Forced_DR = Enable
L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm micro LOWER
Freelevel_DR(n) = 1
Rxlevmin(n) = -98dBm

Figure 29 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 20 à Abidjan


Sur Gagnoa, le schéma global proposé est :

Umbrella 900 single Single 900


En_DR = Enable En_DR = Enable
En_Forced_DR = Enable En_Forced_DR = Enable
900
L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm
Freelevel_DR(n) = 1 umbrella Freelevel_DR(n) = 1
Rxlevmin(n) = -102dBm Rxlevmin(n) = -102dBm

Mini 1800
En_DR = Enable
En_Forced_DR = Enable Les relations entre les
L_Rxlev_Ncell_DR = -90dBm single et les minis sont
mini les même qu’entre les LOWER
Freelevel_DR(n) = 1
umbrella et les minis
Rxlevmin(n) = -98dBm

Figure 30 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 20 à Gagnoa

Après la phase d’établissement d’appels, nous allons maintenant étudier les


handovers en mode communication.

II.2- EN COMMUNICATION

II.2.1- Cause 12 : handover PBGT

Nous conservons la stratégie globale existante avec quelques aménagements


au niveau des paramètres.

Le paramétrage proposé est le suivant :

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 78


Mémoire de fin d’études

RXLEV_LIMIT_PBGT_HO = -75 dBm


T_HCP = 20 s
PING_PONG_HCP = 15 dB pour toute cellule
HO_MARGIN (0, n) = 5 dB sur tout le réseau sauf pour
HO_MARGIN (umb1800, umb900) = 12 dB
DELTA_DEC_HO_MARGIN = 4 dB
DELTA_INC_HO_MARGIN = 4 dB
ENABLE_TRAFFIC_HO (0, n) = ENABLE pour toutes les cellules
EN_MULTIBAND_PBGT_HO = ENABLE pour toutes les cellules
EN_PBGT_HO = ENABLE sur toutes les cellules sauf
EN_PBGT_HO (micro) = DISABLE

La stratégie proposée pour cause 12 dans la zone Abidjan est :

HO_Margin(um900, umb900) = 5dB HO_Margin(900, 1800) = 5dB HO_Margin(umb1800, umb1800) = 5dB


Umbrella 900
En_Traffic_HO = Enable 900 1800
En_PGBT_HO = Enable umbrella umbrella Umbrella 1800
En_Multiband_PBGT_HO = Enable En_Traffic_HO = Enable
HO_Margin(1800, 900) = 12dB En_PGBT_HO = Enable
En_Multiband_PBGT_HO = Enable
Micro HO_Margin(micro, micro) = 5dB
En_Traffic_HO = Enable
En_PGBT_HO = Disable LOWER
En_Multiband_PBGT_HO = Enable
micro
En_Speed_Disc = Disable

Figure 31 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 12 à Abidjan

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 79


Mémoire de fin d’études

Quant à la stratégie pour cause 12 dans la zone Gagnoa, elle demeure la


même que la stratégie actuelle.

single HO_Margin(900, 900) = 5dB

Umbrella 900
En_Traffic_HO = Enable 900
En_PGBT_HO = Enable umbrella Single 900
En_Multiband_PBGT_HO = Enable En_Traffic_HO = Enable
En_PGBT_HO = Enable
En_Multiband_PBGT_HO = Enable
Mini 1800 HO_Margin(mini, mini) = 5dB
En_Traffic_HO = Enable
En_PGBT_HO = Enable LOWER
En_Multiband_PBGT_HO = Enable
mini
En_Speed_Disc = Disable

Figure 32 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 12 à Gagnoa


La valeur initiale du compteur T_HCP a été augmentée afin de réduire
davantage les effets ping-pong donc le nombre de handovers. Aussi, nous proposons
de désactiver cause 12 dans les micros à cause de leur caractère hotspot car
beaucoup de ces cellules n’ont pas de voisines de même couche. Il est en outre
difficile d’évaluer la vitesse des mobiles qui se trouvent dans la couche micro dans ces
conditions.

II.2.2- Cause 23 : handover de trafic

Le paramétrage proposé pour cause 12 reste le même pour cause 23.

II.2.3- Cause 21 : handover vers la bande préférée

Dans le paramétrage actuel, on constate que cause 21 est inhibé des singles
vers les minis car le seuil de propagation pour la capture est trop élevé (-47 dBm). Or
l’objectif est de faire de la couche 1800 la couche de prédilection du trafic.
Aussi les seuils de propagation L_RXLEV_CPT_HO sont un peu élevés (-75 dBm)
et retiennent donc plus de trafic.

Pour palier à ces insuffisances, nous proposons le paramétrage ci-dessous :


L_RXLEV_CPT_HO (umb900, umb1800) = -80 dBm

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 80


Mémoire de fin d’études

L_RXLEV_CPT_HO (umb900, micro1800) = -80 dBm


L_RXLEV_CPT_HO (micro900, umb1800) = -80 dBm
L_RXLEV_CPT_HO (single, mini) = -80 dBm
L_RXLEV_CPT_HO (umb900, mini) = -80 dBm

EN_PREFERRED_BAND_HO = ENABLE pour les macros 900


EN_PREFERRED_BAND_HO = DISABLE pour les autres
MULTIBAND_TRAFFIC_CONDITION = ANY_LOAD pour toutes les cellules
HIGH_TRAFIC_LOAD = 90% pour toutes les cellules
T_INHIBIT_CPT = 30 s pour toutes les cellules

Pour la zone d’Abidjan, nous avons :

Umbrella 900
L_Rxlev_CPT_HO(umb900, umb1800) = -80dBm
En_Multiband_Traffic_Condition = Any_Load
En_Preferred_Band_HO = Enable
High_Traffic_Load = 90% 900 1800
T_Inhibit_CPT = 30s umbrella umbrella
Umbrella 1800
En_Multiband_Traffic_Condition = Any_Load
L_Rxlev_CPT_HO(umb900, micro1800) = -80dBm En_Preferred_Band_HO = Disable
High_Traffic_Load = 90%
Micro T_Inhibit_CPT = 30s
En_Multiband_Traffic_Condition = Any_Load
En_Preferred_Band_HO = Disable
High_Traffic_Load = 90% Micro900 Micro1800 LOWER
T_Inhibit_CPT = 30s

Figure 33 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 21 à Abidjan

Il n’existe pas de relations de voisinage dans le sens micro900  micro1800.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 81


Mémoire de fin d’études

Pour la zone de Gagnoa, nous avons :

single L_Rxlev_CPT_HO(single, mini) = -80dBm

Umbrella 900 900


High_Traffic_Load = 90%
umbrella
En_Preferred_Band_HO = Enable Single 900
En_Multiband_Traffic_Condition = Any_Load High_Traffic_Load = 90%
L_Rxlev_CPT_HO(umb900, mini) = -80dBm En_Preferred_Band_HO = Enable
En_Multiband_Traffic_Condition = Any_Load
Mini 1800
En_Multiband_Traffic_Condition = Any_Load
En_Preferred_Band_HO = Disable
High_Traffic_Load = 90% mini LOWER

Figure 34 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 21 à Gagnoa


Nous proposons ici de réduire le seuil minimal de niveau de champ
(L_RXLEV_CPT_HO(0, n)) de -5 dBm afin de permettre à plus de mobiles d’être
capturés dans la bande préférée (la bande 1800) par les handovers cause 21 et ce
aussi bien dans le sens umb 900 umb 1800/mini/micro que dans le sens
singleumb1800/mini. Les handovers cause 21 seront désactivés
(EN_PREFERRED_BAND_HO = DISABLE) dans les umbrella 1800, mini (les deux sont
déjà dans les bandes préférées) et micro (pour retenir plus de trafic dans les cellules
micros).

II.2.4- Cause 14 : handover de capture de mobiles lents

On constate que cause 14 est désactivé pour les singles.


Speed_disc est désactivé pour toutes les cellules, alors qu’il peut permettre
une meilleure utilisation des micros et une amélioration de la qualité par une
réduction des HO.
Eu égard à ce qui précède, nous proposons le paramétrage suivant :
L_RXLEV_CPT_HO(umb, micro) = -80dBm
L_RXLEV_CPT_HO(umb900, mini) = -80dBm
EN_MCHO_NCELL(umb) = ENABLE (dans la zone d’Abidjan)
EN_MCHO_NCELL = DISABLE (pour les micros, minis et singles)
EN_SPEED_DISC (umb 900) = DISABLE (dans la zone d’Abidjan)
EN_SPEED_DISC (umb 1800) = ENABLE (dans la zone d’Abidjan)

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 82


Mémoire de fin d’études

EN_SPEED_DISC = DISABLE (pour les autres)


L_MIN_DWELL_TIME = 8 s pour tous les BSC
H_MIN_DWELL_TIME = 18 s pour tous les BSC
DWELL_TIME_STEP = 2 s
L_LOAD_OBJ = 60% pour toutes les cellules
H_LOAD_OBJ = 80% pour toutes les cellules

La stratégie se dégageant de ce paramètre est la suivante :

Pour la zone d’Abidjan :

Umbrella 900
En_Mcho_Ncell = Enable Umbrella 1800
En_Speed_Disc = Disable En_Mcho_Ncell = Enable
L_Min_Dwell_Time = 8s 1800 En_Speed_Disc = Enable
900
H_Min_Dwell_Time = 18s L_Min_Dwell_Time = 8s
umbrella umbrella
Dwell_Time_Steep = 2 H_Min_Dwell_Time = 18s
L_Load_obj = 60% Dwell_Time_Steep = 2
H_Load_obj = 80% L_Rxlev_CPT_HO(umb900, micro) = -80dBm L_Load_obj = 60%
H_Load_obj = 80%
L_Rxlev_CPT_HO(umb1800, micro) = -80dBm
Micro
En_Mcho_Ncell = Disable
En_Speed_Disc = Disable Micro LOWER
L_Min_Dwell_Time = 7s
H_Min_Dwell_Time = 7s
Dwell_Time_Steep = 0

Figure 35 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 14 à Abidjan

Pour la zone de Gagnoa :

Umbrella 900 Single 900


En_Mcho_Ncell = Enable single En_Mcho_Ncell = Disable
En_Speed_Disc = Disable En_Speed_Disc = Disable
L_Min_Dwell_Time = 8s 900 L_Min_Dwell_Time = 8s
H_Min_Dwell_Time = 18s H_Min_Dwell_Time = 18s
umbrella
Dwell_Time_Steep = 2 Dwell_Time_Steep = 2
L_Load_obj = 60%
H_Load_obj = 80% L_Rxlev_CPT_HO(umb900, mini) = -80dBm
Mini 1800
En_Mcho_Ncell = Disable
En_Speed_Disc = Disable
L_Min_Dwell_Time = 8s mini LOWER
H_Min_Dwell_Time = 18s
Dwell_Time_Steep = 2

Figure 36 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 14 à Gagnoa

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 83


Mémoire de fin d’études

Le seuil de niveau de champ pour le handover est réduit à -80 dBm pour
faciliter les handovers cause 14. Etant donné que cette catégorie de handovers est
dirigée uniquement vers la couche inférieure, il sera activé (à travers le paramètre
EN_MCHO_NCELL) dans les umbrella au niveau d’Abidjan où il y a des micros. Il sera
aussi activé à l’intérieur sur les umbrella, mais pas sur les singles et les minis.
Ensuite dans cette même zone d’Abidjan, SPEED_DISC reste désactivé sur
umbrella 900 mais le temps d’évaluation (L_MIN_DWELL_TIME) sera de 8 s.
Concrètement, un mobile sera déclaré lent et donc apte à passer dans une cellule
micro voisine après une évaluation de 8 s.
La discrimination de vitesse sera activée dans la couche umbrella 1800 et ce
afin que la couche micro puisse capturer les MS lents en tenant compte de leur
vitesse réelle et de la charge de cette couche 1800 qui demeure la couche de
prédilection. Il y aura ainsi moins de handover aussi bien dans la macro 1800 que
dans la micro. Le temps d’évaluation de la vitesse sera compris entre 8 et 18
secondes en fonction de la charge dont le seuil minimal est 60% et le maximal 80%.

II.2.5- Cause 28 : handover de trafic rapide

On conserve la même stratégie que la stratégie actuelle pour ce handover.

II.2.6- Cause 24 : handover de capture générale

Pour cause 24, nous proposons le paramétrage suivant :


L_RXLEV_CPT_HO (micro, n) = -80dBm
L_RXLEV_CPT_HO (mini, n) = -80dBm
CAPTURE_TRAFFIC_CONDITION = HIGH
EN_GENERAL_CAPTURE_HO = ENABLE pour les micros et les minis.

La stratégie qui découle de ce paramétrage est :

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 84


Mémoire de fin d’études

Pour la zone d’Abidjan :

Umbrella 900
En_General_Capture_HO = Disable
Capture_Traffic_Condition = High
900 1800
umbrella umbrella
Umbrella 1800
En_General_Capture_HO = Disable
Capture_Traffic_Condition = High
L_Rxlev_CPT_HO(micro, umb) = -80dBm
Micro
En_General_Capture_HO = Enable
Capture_Traffic_Condition = High Micro LOWER

L_Rxlev_CPT_HO(micro, micro) = -80dBm

Figure 37 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 24 à Abidjan

Pour la zone de Gagnoa :

single

900
Umbrella 900 umbrella Single 900
En_General_Capture_HO = Disable En_General_Capture_HO = Disable
Capture_Traffic_Condition = High Capture_Traffic_Condition = High
L_Rxlev_CPT_HO(mini, macro900) = -80dBm

Mini 1800
En_General_Capture_HO = Enable mini LOWER
Capture_Traffic_Condition = High
L_Rxlev_CPT_HO(mini, mini) = -80dBm
Figure 38 : Illustration de l’impact des propositions pour cause 24 à Gagnoa
Nous proposons d’activer cause 24 sur les micros et les minis qui sont
susceptibles d’être congestionnés avec la nouvelle stratégie. Cependant il faut tenir
compte et cela de façon rigoureuse de la charge de la cellule serveuse ainsi que de la
cellule candidate. Ainsi, CAPTURE_TRAFFIC_CONDITION doit être mis à la valeur
HIGH, pour que ce handover ne soit exécuté que si la charge de la cellule serveuse est
élevée et ce afin d’éviter la congestion de ladite cellule et aussi dans le but de réduire
le nombre de handovers car les seuils de niveau de champ de capture ont été réduits
à -80 dBm.
Cause 24 pourra aussi être activé sur toute cellule congestionnée sur le réseau.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 85


Mémoire de fin d’études

CONCLUSION

Aujourd’hui, le critère principal considéré dans le choix d’un opérateur de


téléphonie mobile est la qualité de service (QoS). C’est donc un élément
incontournable pour une entreprise de télécommunications cellulaire. Notre travail à
ORANGE Côte d’Ivoire durant notre stage a été de mener deux études sur
l’amélioration de la qualité d’écoute et sur l’optimisation de la stratégie de gestion
des appels. La réalisation de telles études démontre la volonté de l’entreprise
d’améliorer la QoS sur son réseau, qualité qui est de plus en plus mise à l’épreuve
avec l’extension du réseau et le nombre sans cesse croissant des abonnés. Ainsi, nous
avons étudié et proposé une optimisation de l’AMR à travers le démarrage des appels
AMR par le codec le moins robuste puis l’utilisation mono codec de l’AMR (12,2 Kbps
en FR et 6,7 Kbps en HR). Enfin, nous avons audité et proposé un paramétrage en vue
d’améliorer la stratégie de gestion des appels, particulièrement, la sélection / ré-
sélection, ainsi que les handovers de confort.

Les tests effectués pendant l’étude de l’optimisation de l’AMR nous ont donné
des résultats positifs. Par conséquent, la configuration mono codec a été généralisée
sur le réseau.

Par contre, nous n’avons pas pu étudier tous les aspects de la stratégie de
gestion des appels, en l’occurrence les handovers d’urgence et la phase d’évaluation
de la cellule candidate. En outre, il n’a pas été possible de faire des tests sur cette
dernière étude faute de temps dû en grande partie à la situation sociopolitique qu’à
traversé le pays mais aussi à cause de la grande charge de travail en fin d’année au
niveau du service.

Au cours de la réalisation de ces études, nous avons pu compter sur la grande


sollicitude des équipes « Etudes et Développement », « Optimisation Radio », SMC et
QoS.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 86


Mémoire de fin d’études

Plusieurs autres études peuvent être menées sur ce thème en vue d’améliorer
la qualité de la communication sur le réseau et il ne nous est pas possible de toutes
les faire. Cela dit, l’optimisation des performances étant un travail permanant,
d’autres travaux peuvent être réalisés afin d’assurer constamment une excellente
QoS sur le réseau.

Ce stage a été pour nous une très bonne expérience car il nous a permis
d’approfondir nos connaissances sur les réseaux mobiles mais aussi d’avoir une idée
du travail dans une entreprise de télécommunications. Ainsi, nous constatons un très
bon esprit d’équipe, voire de fraternité, et une excellente ambiance au sein du
service optimisation des ressources radio mais aussi des autres services. Cela apporte
la confirmation qu’ORANGE Côte d’Ivoire est une entreprise compétente et
innovatrice. Aujourd’hui leader de la téléphonie mobile en Côte d’Ivoire et précurseur
de la 3G, elle sera certainement aux avant-postes de d’autres applications innovantes
en l’occurrence la Télévision Numérique Terrestre (TNT) à travers sa LiveBox.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 87


Mémoire de fin d’études

BIBLIOGRAPHIE
A- Ouvrages Généraux :

1- GSM, L’architecture du réseau d’Alexandre CAMINADA, Université de


Technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM) - Département Informatique,
Cours RE56 Printemps 2006, 19 pages.

2- Le réseau GSM, Partie 2 : Le réseau de Frédéric Payan - Département R&T - IUT


de Nice Côte d'Azur.

3- Présentation structure de trames GSM : aspects logiques de Camille, LICM.

B- Ouvrages Spécialisés :

- Qualité des Réseaux GSM/GPRS/EDGE pour les agents de Tunisie Télécom.

C- Travaux de recherche :

1- EBE Jean Marcel, Cours de GSM, 2ème Année Ingénieur Réseau


Télécommunications, Groupe ESAM, année universitaire 2005-2006.

2- SANGARE Sindou, Mémoire de fin de cycle en vue de l’obtention du diplôme


d’Ingénieur Télécoms et Réseaux, INPHB, 2006-2007, 104 pages.
Thème : Etude de possibilités d’amélioration des performances radio du
réseau GSM-GPRS d’ORANGE Côte d’Ivoire

3- Emmanuel TONYE et Landry EWOUSSOUA, Planification et ingénierie des


réseaux de télécoms, Séquence 3 : Gestion de l’itinérance, de la sécurité et des
appels, Master Pro 2 en Télécommunications, Ecole Nationale Supérieure
Polytechnique de l’Université de Yaoundé I

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 88


Mémoire de fin d’études

D- Documentation interne à Orange Côte d’Ivoire :


- Introduction to QUALITY OF SERVICE and TRAFFIC LOAD MONITORING BSS
release B9, TRAINING MANUAL 3FL10491ACAAWBZZA ed. 2 – October
2006, ALCATEL

- Introduction to Radio Fine Tuning BSS release B9, TRAINING MANUAL


3FL10493ACAAWBZZA ed. 2 – November 2005, ALCATEL

- EVOLIUM Base Station Subsystem, Multilayer GSM Network Radio


Optimization / B9, TRAINING MANUAL 3FL12033ABAAWBZZA Ed. 02 - May
2006, ALCATEL

- EVOLIUM Base Station Subsystem, Multiband GSM Network Radio


Optimization / B9, TRAINING MANUAL 3FL12034ABAAWBZZA Ed. 02 – May
2006, ALCATEL

- Adaptive Multi-rate Codec AMR, ORANGE France -21 mai 2003, v1.0, jjs,
DTRS/DRA/RRA/P&O, confidentiel ORANGE France – 1

- Activation de l’AMR, Document confidentiel ORANGE France

- Influence of AMR on Call Drop Rate, Document interne OCI

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 89


Mémoire de fin d’études

WEBOGRAPHIE
A- Moteur de recherche internet :
- www.google.ci

B- Encyclopédie numérique :
- http://en.wikipedia.org

C- Définitions de notions et généralités


- http://3lrvs.tuxfamily.org
- http://www.cdg.org
- http://wireless.agilent.com/rfcomms/refdocs/gsm
- http://www.itu.int

D- Informations sur Orange Côte d’Ivoire :


- Intranet local OCI

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 90


Mémoire de fin d’études

ANNEXES

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms 91


Mémoire de fin d’études

ANNEXE 1 : Présentation du réseau GSM

 LES PRINCIPALES INTERFACES GSM


 ILLUSTRATION DES PRINCIPALES INTERFACES GSM
 LES PRINCIPALES BANDES DE FREQUENCE GSM
UTILISEES DANS LE MONDE
 NOTION DE TIMESLOT
 STRUCTURE DES PALIERS DES TRAMES

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XII


Mémoire de fin d’études

NOM LOCALISATION UTILISATION


Um MS-BTS Interface radio
Abis BTS-BSC Divers
A BSC-MSC Divers
Interrogation du HLR lors des appels
GMSC-HLR
entrants.
C
Interrogation du HLR pour les messages
SM-GMSC-HLR
courts entrants
Gestion des informations d’abonnés et
VLR-HLR
D de localisation.
VLR-HLR Services supplémentaires
MSC-SMGMSC Transport des messages courts
E
MSC-MSC Exécution des handover
G VLR-VLR Gestion des informations d’abonnés
F MSC-EIR Vérification de l’identité du terminal
B MSC-VLR Divers
H HLR-AuC Echange des données d’authentification

Les principales interfaces du GSM

Illustration des principales interfaces du réseau GSM

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XIII


Mémoire de fin d’études

Les principales bandes de fréquences GSM utilisées dans le monde

Les bandes de fréquences pour les réseaux publics GSM.

La notion de Time slot


Un mobile accède donc au réseau de manière discontinue dans le temps. Il
envoie des rafales d'informations (appelés Burst), d'une durée exacte de 156,25 bits,
occupant toujours un même intervalle de temps ou Time Slot sur un canal. L'accès au
canal montant et au canal descendant se fait toujours de manière décalée : il y a 2
slots de décalage entre le sens uplink et le sens downlink (ce décalage permet
notamment un filtrage duplex plus simple). Ce qui donne 4 time slots au mobile pour
lui permettre de faire des mesures et scruter les canaux des cellules adjacentes dans
une phase appelée « monitor cell ».

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XIV


Mémoire de fin d’études

Fréquence

200 kHz 1 Time Slot

577 µs

0 1 2 3 4 5 6 7 0 ...
N° TS
temps
Description d’un Time Slot

Structure des paliers et des trames

Structure des paliers et des trames

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XV


Mémoire de fin d’études

ANNEXE 2 : Les Handovers


Le handovers ou transfert intercellulaire est le mécanisme grâce auquel un
mobile peut transférer sa connexion d’une station de base vers une autre de manière
transparente durant la communication.

Des informations existent au niveau du mobile pour estimer la qualité de la


communication

• Le niveau de puissance du signal RxLev reçu par le mobile qui détermine le


niveau de la couverture
• La qualité du signal RxQual reçu par le mobile qui estime le niveau
d’interférence
• La distance entre Mobile et BTS : le Timing Advance (TA) qui permet de
maîtriser le décalage temporel des émissions des mobiles pour synchroniser les
intervalles de temps dans la trame TDMA. Le Timing Advance est un nombre entier
compris entre 0 et 63 (63 représentant la distance maximale 35 km).

- Critères d’activation du transfert

Le Handover se déclenche à l'initiative du réseau sur plusieurs motifs :

 Le niveau de qualité (RxQual) de la cellule serveuse est insuffisant, on parle


alors de handover sur Qualité RxQual UpLink ou DownLink (BER)
 Le niveau de champ (RxLev) de la cellule serveuse est insuffisant, il s’agit
donc de handover sur niveau de champs RxLev UpLink ou DownLink
 Le mobile est trop loin de la BTS, alors on a un handover sur Distance.
L’estimation est faite par la BTS sur Uplink
 Une cellule voisine est meilleure ou de qualité égale mais nécessitant une
puissance plus faible du mobile sans que la cellule serveuse soit mauvaise
[handover sur bilan de liaison (HO sur PBGT)]

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XVI


Mémoire de fin d’études

- Identification de la cellule cible

Le mobile mesure en permanence des informations des cellules voisines. Ainsi,


elle obtient les informations suivantes :

 L'identité des cellules voisines (Cell-ID)


 Le niveau de champ des cellules voisines (BCCH)
 La qualité du signal reçu en DL des cellules voisines (Bit Error Rate)

D’autres paramètres sont utilisables (par exemple pour les handovers de trafic)
telles que la capacité de la cellule, le nombre de canaux libres, le nombre de
nouvelles communications en attente d’un TCH (file d’attente).

Ces informations servent au réseau à déclencher le HO et à identifier la cellule


cible du transfert.

- Étapes du processus
1. Détection d'une alarme : comparaison des mesures (UL & DL) aux seuils
prédéfinis et paramétrables (BTS)
2. Sélection d'une cellule cible : Algorithme de HO (BTS)
3. Décision du HO : Information transmise au BSC
4. Activation d'un canal sur la cellule cible : (BSC)
5. Tentative d'exécution du HO sur la cellule cible : (MS)
6. Libération de l'ancien canal si le HO a réussi : (BTS)
7. Retour sur l'ancien canal si le HO a échoué (HO_FAILURE) : (MS)

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XVII


Mémoire de fin d’études

- Trafic de signalisation

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XVIII


Mémoire de fin d’études

ANNEXE 3 : NPO et Actix

 Network Performances Optimizer (NPO)


 NEMO et Actix

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XIX


Mémoire de fin d’études

NPO

NPO (Network Performance Optimizer) est un outil d’analyse et d’optimisation


qui, non seulement remonte les informations sur les équipements du réseau (cellules,
BSC, MSC etc.), mais aussi permet d’optimiser la configuration et le paramétrage du
réseau.

Il contient des informations indiquées par des compteurs, indicateurs,


paramètres (…) permettant de faire la supervision de la qualité de service.

Ces informations proviennent de plusieurs entités en l’occurrence le GSM NPO


(BSS, MFS), Les MFS, L’OMC, UMTS OMC, WIMAX OMC.

Le GSM NPO (Les BSS, La MFS) génère des informations sous forme binaire
(pour le BSS) et en code ASCII (pour le MFS) en des fichiers PM.

L’OMC génère des fichiers (ASCII ACIE) contenant les configurations radio en
fichiers de format ".CSV".

UMTS OMC (RNC, node B) et WIMAX OMC génèrent également des fichiers
PM (.Txt).

Toutes ces données sont transmises aux différents OMC-R (NPO Server avec
une base de données ORACLE), qui les transmettent aussi au NPO par transfert FTP.

Le NPO contient deux catégories d’outils de chargement de fichiers (Generic


loader et le plug-in) permettant de faire la gestion et la conversion de ces fichiers en
format Excel.

Pour obtenir un rapport du NPO, il faut définir :

- Une liste d’entités (des équipements)


- Une liste de fonction (compteurs, indicateurs, etc.)
- Une période (par heures, par jour, par semaine, etc.)

Et ce rapport final est obtenu grâce à un NPO CLIENT relié au NPO d’où les
fichiers sont transmis par HTTP ou CORBA.

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XX


Mémoire de fin d’études

- Synoptique de l’architecture

NPOCLIENT NPO
(Le rapport .xls)(Les fichiers LES ENTITES (BTS,
Excel) OMC-R
MASTER BSC, MSC)
(Les fichiers .xls .CSV)(Compteurs,
Indicateurs…)

Les caractéristiques des équipements :


NPO Server : Système d’opération = Unix (Server)/Windows XP (client), Base
de données Oracle ; Série : A9159 NPO
NPO Client : c’est une machine qui a des applications permettant d’avoir les
données du serveur NPO en procédant de deux manières :
- par des requêtes
- par déportation (avec CITRIX, permettant de prendre la main sur le
serveur NPO)

- Cheminement et protocoles de communication entre les entités

TCP/IP NPO SERVER


NPO CLIENT
Tomcat
HTTP
Web browser
MAAT
Interface CORBA
Java Xml
d’analyse JDBC

JDBC

Oracle
PL/SQL

Data source(OMC-R)
JDBC

Crontab/Script FTP Generic


Plug-in
loader

Cheminement et protocoles de communication entre les entités

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XXI


Mémoire de fin d’études

- Exemple d’un rapport Excel obtenu à partir de NPO

L’application cliente NPO génère un rapport NPO (fichier Excel) se présentant


comme suit :

1
2

1 Indique l’entité sur laquelle est généré le rapport, il s’agit ici du BSC BSCI05.

2 Indique la période sur laquelle la requête est générée, ici du 01/11/2010 à


00h00 au 07/11/2010 à 23h00

3 Liste des fonctions (indicateurs, compteurs …) sur lesquelles la demande est


faite, ici il s’agit essentiellement d’indicateurs.

4 Détaille le rapport en indiquant la sous-période d’analyse (ici par heure) ainsi


que la date.

A l’intérieur du tableau, nous avons des valeurs numériques des indicateurs à


gauche, à la période en haut. Les cases vertes indiquent que l’on est bien en deçà du

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XXII


Mémoire de fin d’études

seuil, les jaunes informent sur la nécessité de faire attention et la couleur rouge
montre que les seuils sont dépassés.

NEMO et Actix

NEMO et Actix sont des outils de mesures de terrain encore appelés "drive
test". NEMO sert à l’acquisition de données terrain tandis que Actix est un outil
d’analyse de ces données.

Les mesures terrain ou "drive test" sont réalisées particulièrement sur trois
interfaces qui sont : l’interface radio (Um), l’interface Abis (l’interface entre la BTS et la
BSC) et l’interface A (l’interface entre la BSC et le MSC).

Les mesures sur l’interface radio permettent de recueillir des informations sur
le lien descendant ainsi que sur le déroulement des opérations de différents
protocoles. Le principal outil utilisé pour identifier et résoudre les problèmes radio et
réseau sur l’interface air est la chaîne de mesure "drive test system". Cette chaîne de
mesure comprend classiquement un mobile de test ou mobile de trace, un logiciel de
contrôle du mobile et pour l’enregistrement des données, un récepteur GPS pour la
localisation, un ordinateur portable (pour la visualisation en temps réel des données,
un logiciel de cartographie permettant de visualiser la position et le trajet du mobile
sur une carte ainsi que l’évolution des valeurs des différents paramètres collectés et
mesures réalisées.
Tout le long du trajet, le MS effectue des mesures instantanées.
- NEMO HANDY

C’est un mobile à trace qui enregistre un fichier de mesure. Il est utilisé en


général pour des mesures Indoor (domicile ou bureau). Il supporte le GSM/EGPRS et
2G, 3G... C’est une solution basée sur un terminal mobile léger, pour mesurer et
monitorer l’interface Air des réseaux mobiles. Toutes les technologies sont
supportées. De plus, tout NEMO HANDY peut être équipé d’un GPS Bluetooth pour
corréler les mesures terrain avec les coordonnées géographiques. Equipé en standard

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XXIII


Mémoire de fin d’études

d’une mémoire de 1Go, le NEMO HANDY peut stocker jusqu’à 100 heures de mesures
terrain. Il renvoie des fichiers au format ".dtl".

Interface de NEMO HANDY

- NEMO OUTDOOR

C’est un outil de "drive test" fournissant en temps réel des informations


détaillées pour toutes activités comme audit, optimisation, benchmark de réseaux
mobiles 2G, 3G, etc. NEMO OUTDOOR supporte les options « indoor », ainsi que les
mesures de qualité vocale basées sur les algorithmes ITU-R/PESQ. Toutes les
technologies, GSM, HSCSD, GPRS, EDGE, WCDMA, HxUPA, AMPS, TDMA, CDMAOne,
CDMA2000, Tetra, LTE sont aujourd’hui reconnues et implémentées. Les terminaux
de test du marché de Nokia, Sagem, Samsung et Qualcomm sont également
supportés. Les fichiers renvoyés sont aussi au format ".dtl".

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XXIV


Mémoire de fin d’études

- NEMO ANALYZE

C’est une solution globale permettant de stocker et d’analyser un grand


nombre d’informations de mesures provenant de sources NEMO et externes. C’est un
outil d’analyse de post-processing performant qui peut être utilisé sur site ou au
bureau. Il fournit entre autre un générateur de rapports des mesures de qualité
permettant de monitorer de façon efficace les différents KPIs du réseau.

NEMO ANALYZE

- NEMO FILEMANAGER

C’est l’outil permettant d’extraire les fichiers bruts de mesures et les rendre
compatible à l’outil ACTIX.

- ACTIX ANALYZER

C’est l'outil le plus complet à ce jour permettant d'analyser avec la plus grande
précision tous les problèmes liés à l'optimisation des réseaux. C’est un outil destiné
aux experts d’optimisation, par le nombre de paramètres sur lesquels il est possible
d'influer et les rapports de haut niveau qu'il fournit. Il est conçu pour identifier les
indicateurs de performance clés du réseau. Il fournit des indications sur les origines

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XXV


Mémoire de fin d’études

des dysfonctionnements, caractérise les problèmes d'interférence et de couverture,


et offre bon nombre de rapports préétablis dans ces différents domaines. Il peut
servir à l’analyse des fichiers issus de QVoice, NEMO OUTDOOR, NEMO HANDY, etc.,
tant pour la voix que pour la Data de même que pour CDMA.

- Interface de Actix

INTERFACE DE L’OUTIL ACTIX

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XXVI


Mémoire de fin d’études

TABLE DES MATIERES


RESUME ....................................................................................................................................... I
DEDICACE A ................................................................................................................................ II
REMERCIEMENTS ...................................................................................................................... III
SOMMAIRE ................................................................................................................................ IV
LISTE DES FIGURES...................................................................................................................... V
LISTE DES TABLEAUX ................................................................................................................. VI
DEFINITIONS UTILES ................................................................................................................. VII
AVANT-PROPOS .......................................................................................................................... X
INTRODUCTION .......................................................................................................................... 1
PREMIERE PARTIE : PRESENTATION D’ORANGE COTE D’IVOIRE ET ENONCE DU CAHIER DES
CHARGES .......................................................................................................................... 3
CHAPITRE I : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE D’ACCUEIL ................................................. 4
I.1- HISTORIQUE ..................................................................................................... 4
I.2- ORGANISATION ................................................................................................ 5
I.2.1- Organisation générale ...................................................................................... 5
I.2.2- Présentation de la DRSI .................................................................................... 6
I.2.2.1- Missions de la DRSI .......................................................................................... 6
I.2.2.2- Organisation de la DRSI .................................................................................... 6
I.2.2.3- La DED .............................................................................................................. 7
I.2.2.4- Le SIBOR ........................................................................................................... 7
CHAPITRE 2 : PRESENTATION DU CAHIER DES CHARGES .................................................... 8
DEUXIEME PARTIE : GENERALITES SUR LA NORME GSM ET L’AMR ..................................... 9
CHAPITRE 1 : HISTORIQUE ............................................................................................... 10
CHAPITRE 2 : LES PRINCIPES DE BASE DU GSM ET DE L’AMR ............................................ 11
II.1- L’ARCHITECTURE GENERALE .......................................................................... 12
II.2- L’INTERFACE RADIO........................................................................................ 15
II.2.1- Les canaux physiques ..................................................................................... 15
II.2.2- Les canaux logiques........................................................................................ 16
II.3- ENVIRONNEMENT ET PROFIL D’UNE CELLULE ............................................... 18
II.3.1- Environnement des cellules ........................................................................... 18
II.3.2- Profil de cellule ............................................................................................... 19
II.3.3- Avantages de la mise en place d’une stratégie hiérarchique : ...................... 20
II.4- LES HANDOVERS............................................................................................. 21
II.4.1- Les handovers d’urgence ............................................................................... 22
II.4.1.1- Les causes de handovers d’urgence............................................................... 22
II.4.1.2- Récapitulatif de certaines causes de handovers d’urgence .......................... 24
II.4.2- Les handovers de confort ............................................................................... 25
II.5- L’AMR (ADAPTIVE MULTI-RATE) .................................................................... 27
II.5.1- Historique et définition .................................................................................. 27
II.5.2- Principes de fonctionnement ......................................................................... 28
II.5.2.1- L’adaptation de codec .................................................................................... 29
II.5.2.2- L’adaptation de canal ..................................................................................... 30

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XXVII


Mémoire de fin d’études

TROISIEME PARTIE : ETUDE ET OPTIMISATION DU PARAMETRAGE DE L’AMR .................. 34


CHAPITRE 1 : ETUDE DE L’EXISTANT................................................................................. 35
I.1- PARAMETRAGE ACTUEL ................................................................................. 35
I.2- LIMITES DU PARAMETRAGE ........................................................................... 35
CHAPITRE 2 : PROPOSITION DE SOLUTIONS EN VUE D’OPTIMISATION ............................. 36
II.1- CHOIX DU SITE ET DES PARAMETRES DE TESTS ............................................ 36
II.2- CHANGEMENT DU CODEC DE DEMARRAGE .................................................. 37
II.2.1- Analyse des indicateurs.................................................................................. 37
II.2.1.1- Call Drop Rate................................................................................................. 38
II.2.1.2- Call Setup Success Rate .................................................................................. 38
II.2.1.3- Taux de handover de qualité ......................................................................... 39
II.2.1.4- Conclusion ...................................................................................................... 39
II.2.2- Analyse des drives-tests ................................................................................. 40
II.2.3- Conclusion ...................................................................................................... 41
II.3- ETUDE DU MODE MONO CODEC ................................................................... 41
II.3.1- Analyse des indicateurs.................................................................................. 41
II.3.1.1- Call Drop Rate................................................................................................. 41
II.3.1.2- Call Setup Success Rate .................................................................................. 42
II.3.1.3- Taux handovers de qualité ............................................................................. 42
II.3.1.4- Conclusion ...................................................................................................... 43
II.3.2- Analyse des drives-tests ................................................................................. 43
II.3.3- Conclusion ...................................................................................................... 44
II.4- CONCLUSION .................................................................................................. 45
QUATRIEME PARTIE : ETUDE ET OPTIMISATION DE LA STRATEGIE DE GESTION DES APPELS
....................................................................................................................................... 46
CHAPITRE I : ETUDE DE L’EXISTANT ................................................................................. 47
I.1- AUDIT DE LA STRATEGIE EN MODE VEILLE .................................................... 49
I.1.1- Principe et audit de la sélection / ré-sélection .............................................. 49
I.1.1.1- Principe de la sélection / ré-sélection ............................................................ 49
I.1.1.2- Audit du paramétrage .................................................................................... 51
I.1.2- Principe et audit de la stratégie Directed Retry et Forced Directed Retry .... 53
I.1.2.1- Principe de Directed Retry et Forced Directed Retry .................................... 53
I.1.2.2- Audit du paramétrage .................................................................................... 55
I.2- AUDIT DE LA STRATEGIE EN COMMUNICATION ............................................ 56
I.2.1- Principe et audit de cause 12 : handover PBGT ............................................. 56
I.2.1.1- Principe de cause 12 ...................................................................................... 56
I.2.1.2- Audit du paramétrage .................................................................................... 59
I.2.2- Principe et audit de cause 23 : handover de trafic ........................................ 61
I.2.2.1- Principe de cause 23 ...................................................................................... 61
I.2.2.2- Audit du paramétrage .................................................................................... 61
I.2.3- Principe et audit de cause 21 : Capture vers la bande préférée.................... 61
I.2.3.1- Principe de cause 21 ...................................................................................... 61
I.2.3.2- Audit du paramétrage .................................................................................... 63
I.2.4- Principe et audit de cause 14 : handover de capture de mobiles lents......... 64
I.2.4.1- Principe de cause 14 ...................................................................................... 64
I.2.4.2- Audit du paramétrage .................................................................................... 66

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XXVIII


Mémoire de fin d’études

I.2.5- Principe et audit de cause 28 : handover de trafic rapide ............................. 68


I.2.5.1- Principe de cause 28 ...................................................................................... 68
I.2.5.2- Audit du paramétrage .................................................................................... 70
I.2.6- Principe et audit cause 24 : handover de capture général ............................ 71
I.2.6.1- Principe de cause 24 ...................................................................................... 71
I.2.6.2- Audit du paramétrage .................................................................................... 72
CHAPITRE II : PROPOSITIONS DE SOLUTIONS EN VUE D’OPTIMISATION ........................... 74
II.1- EN MODE VEILLE ............................................................................................ 74
II.1.1- Phase de sélection / ré-sélection ................................................................... 74
II.1.2- Phase d’établissement d’appels..................................................................... 76
II.2- EN COMMUNICATION .................................................................................... 78
II.2.1- Cause 12 : handover PBGT ............................................................................. 78
II.2.2- Cause 23 : handover de trafic ........................................................................ 80
II.2.3- Cause 21 : handover vers la bande préférée ................................................. 80
II.2.4- Cause 14 : handover de capture de mobiles lents ......................................... 82
II.2.5- Cause 28 : handover de trafic rapide ............................................................. 84
II.2.6- Cause 24 : handover de capture générale ..................................................... 84
CONCLUSION ............................................................................................................................ 86
BIBLIOGRAPHIE ......................................................................................................................... 88
WEBOGRAPHIE ......................................................................................................................... 90
ANNEXES................................................................................................................................... 91
ANNEXE1 : Présentation du réseau GSM ................................................................... XII
ANNEXE 2: Les Handovers ......................................................................................... XVI
ANNEXE 3: NPO et Actix ............................................................................................ XIX
TABLE DES MATIERES ........................................................................................................... XXVII

TOURE ZANGA, Elève Ingénieur Réseaux-Télécoms XXIX