Vous êtes sur la page 1sur 24

ISSN 0335-3931

NF P 18-508
Juillet 1995

Indice de classement : P 18-508

ICS : 91.100.30

Additions pour béton hydraulique


Additions calcaires
Spécifications et critères de conformité

E : Additions for concrete — Limestone additions — Specifications


and conformity criteria
D : Zusatzstoffe für Beton — Kalk Zusatzstoffe — Technische
Lieferbedingungen und Konformitätskriterien
© AFNOR 1995 — Tous droits réservés

Norme française homologuée


par décision du Directeur Général de l'AFNOR le 5 juin 1995 pour prendre effet
le 5 juillet 1995.
Sert de base pour l'attribution de la marque NF-ADDITIONS POUR BÉTON
HYDRAULIQUE.

Correspondance À la date de publication du présent document, il n'existe pas de norme ou de


projet de norme européenne ou internationale sur le sujet.

Analyse Le présent document spécifie les propriétés des additions calcaires utilisées
dans les bétons hydrauliques.

Descripteurs Thésaurus International Technique : béton, béton hydraulique, additif, calcaire,


spécification, caractéristique, caractéristique physique, caractéristique phy-
sico-chimique, essai de conformité, désignation, marquage.

Modifications

Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR), Tour Europe 92049 Paris La Défense Cedex — Tél. : (1) 42 91 55 55

© AFNOR 1995 AFNOR 1995 1er tirage 95-07-F


Bétons AFNOR P18B

Membres de la commission de normalisation


Président : M COSTE
Secrétariat : MLLE KERTESZ — AFNOR

M ALEXANDRE CTPL
M ALVAREZ CHAMBRE SYNDICALE DES ENTREPRENEURS
M AMIAND CERIB
M BENSIMHON CSTB
M BERTRANDY EXPERT UNPG, ANCIEN DIRECTEUR DU CEMEREX
M BESSET SNBPE
M BILLHOUET SABLOCRETE
M BOUINEAU CEBTP
M BROCHERIEUX SPIE-BATIGNOLLES
M CARRON SIFRACO
M CHARONNAT LCPC
M COQUILLAT CEBTP
M COSTE LCPC
M DELORT ATILH
M DE LA JUGANNIERE PECHINEY-ELECTROMETALLURGIE
MLLE DUBOIS CERIB
M ETIENNE DAEI
M GROSJEAN UNION NATIONALE DE LA MACONNERIE
M HAWTHORN ARENA
M JACQUES LCPC
M LEROUX LAFARGE BETONS GRANULATS
M MAILLOT RMC FRANCE
M MIERSMAN SURSCHISTE SA
M MONACHON CAMPENON BERNARD SGE
M MORIN SNCF
M NOVAK SIKA SA
M OLIVIER EDF
MME PAILLERE LCPC
M PIKETTY PIKETTY FRERES
M POITEVIN SNBATI / FNTP
M ROUGEAUX GIE EUROMATEST SIN
M SCHMOL SNBATI
M THONIER FNTP
MLLE VINCENSINI AFNOR
—3— NF P 18-508

Sommaire
Page

Avant-propos ...................................................................................................................................................... 4

1 Domaine d'application ..................................................................................................................... 4

2 Références normatives ..................................................................................................................... 4

3 Définitions ......................................................................................................................................... 5
3.1 additions ............................................................................................................................................ 5
3.2 additions calcaires ............................................................................................................................ 5
3.3 ciment pour essais ............................................................................................................................ 5

4 Caractéristiques normalisées .......................................................................................................... 6


4.1 Caractéristiques physiques .............................................................................................................. 6
4.2 Indice d'activité des additions calcaires .......................................................................................... 7
4.3 Caractéristiques physico-chimiques ................................................................................................ 7

5 Critères de conformité des additions calcaires .............................................................................. 8


5.1 Critères statistiques de conformité .................................................................................................. 9
5.2 Procédure générale de vérification .................................................................................................. 9
5.3 Procédures de contrôle ................................................................................................................... 10

6 Conditionnement et marquage ..................................................................................................... 11


6.1 Désignation : indications normalisées .......................................................................................... 11
6.2 Marquage ........................................................................................................................................ 11

7 Bibliographie ................................................................................................................................... 11

Annexe A (informative) Détermination de la teneur en carbonates ........................................................ 12

Annexe B (informative) Détermination de la teneur en carbone organique total (T.O.C.) .................... 17


NF P 18-508 —4—

Avant-propos

Modalités d'application
Le fabricant, l'importateur ou le fournisseur qui, pour la vente de ses produits, se réfère au présent docu-
ment ou à un texte qui fait référence à certains de ses articles, doit être en mesure de fournir à son client
les éléments propres à justifier que les prescriptions normatives sont respectées.
L'attribution de la marque NF aux produits conformes au présent document offre la garantie que ces élé-
ments sont contrôlés sous l'égide de l'AFNOR (certification par tierce partie).

1 Domaine d'application
Le présent document spécifie les propriétés des additions calcaires utilisées dans les bétons hydrauliques.
Les fillers calcaires utilisés comme granulats ou correcteurs granulométriques ne font pas l'objet du pré-
sent document. Leurs spécifications sont définies dans la norme XP P 18-541.
Les règles concernant l'utilisation pratique de ces additions calcaires employées dans les bétons hydrau-
liques ne font pas l'objet du présent document. Pour ces règles, se référer aux normes nationales traitant
du béton, en particulier la norme XP P 18-305.

2 Références normatives
Ce document comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publications. Ces
références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont énumérées
ci-après. Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l'une quelconque de ces
publications ne s'appliquent à ce document que s'ils y ont été incorporés par amendement ou révision.
Pour les références non datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence
s'applique.

NF EN 196-1 Méthodes d'essais des ciments — Partie 1 : Détermination des résistances mécaniques
(indice de classement : P 15-471).
NF EN 196-2 Méthodes d'essais des ciments — Partie 2 : Analyse chimique des ciments (indice de
classement : P 15-472).
NF EN 196-6 Méthodes d'essais des ciments — Partie 6 : Détermination de la finesse (indice de
classement : P 15-476).
NF EN 196-21 Méthodes d'essais des ciments — Partie 21 : Détermination de la teneur en chlorures, en
dioxyde de carbone et en alcalis dans les ciments (indice de classement : P 15-478).
ENV 197-1 Ciment — Composition, spécifications et critères de conformité — Partie 1 : Ciments
courants (indice de classement : P 15-101-1).
NF P 15-301 Liants hydrauliques — Ciments courants — Composition, spécifications et critères de
conformité.
FD P 15-437 Technique des essais — Caractérisation des ciments par mesure de la fluidité sous
vibration des mortiers.
NF P 15-512 Chaux aériennes éteintes pour le bâtiment — Détermination de la teneur en dioxyde de
carbone.
XP P 18-305 Bétons — Bétons prêts à l'emploi.
NF P 18-352 Adjuvants pour bétons, mortiers et coulis — Détermination de la quantité d'eau de
gâchage des bétons et mortiers adjuvants soumis aux essais d'efficacité à maniabilité
constante.
—5— NF P 18-508

XP P 18-541 Granulats — Granulats pour béton hydraulique — Spécifications.


FD P 18-542 Granulats naturels courants pour bétons hydrauliques — Critères de qualification des
granulats vis-à-vis de l'alcali réaction.
XP P 18-555 Granulats — Mesures des masses volumiques, coefficient d'absorption et teneur en eau
des sables.
XP P 18-558 Granulats — Détermination de la masse volumique absolue des fines.
XP P 18-582 Granulats — Détermination de la teneur en soufre total.
XP P 18-585 Granulats — Stabilité dimensionnelle en milieu alcalin — Essai sur mortier.
XP P 18-592 Granulats — Essai au bleu de méthylène — Méthode à la tache.
NF P 94-055 Sols — Reconnaissance et essais — Détermination de la teneur pondérale en matières
organiques d'un sol — Méthode chimique.
FD X 11-640 Analyse granulométrique des poudres fines sur tamiseuse à dépression d'air.
NF ISO 2591-1 Tamisage de contrôle — Partie 1 : Modes opératoires utilisant des tamis de contrôle en
tissus métalliques et en tôles métalliques perforées (indice de classement : X 11-507).

3 Définitions
Pour les besoins du présent document, les définitions suivantes s'appliquent :

3.1 additions
Matériaux minéraux finement divisés et pouvant être substitués partiellement au ciment pour améliorer
certaines propriétés du béton hydraulique ou pour lui conférer des propriétés particulières.

3.2 additions calcaires


Les additions calcaires, dont les caractéristiques sont définies dans le présent document, sont des produits
secs (au sens du paragraphe 4.1.2) finement divisés, obtenus par broyage et/ou sélection, provenant de
gisements de roches calcaires pouvant être dolomitiques, massives ou meubles.
Leur désignation normalisée est Fc.

3.3 ciment pour essais


Le ciment utilisé pour l'exécution des contrôles de conformité de l'indice d'activité des additions calcaires
prévus au paragraphe 5.2 est un ciment CPA-CEM I 42,5 conforme à la norme NF P 15-301 ayant des carac-
téristiques de finesse et de teneur en aluminate tricalcique C3A, se situant dans les étendues suivantes :
— surface massique Blaine : 300 m2/kg à 350 m2/kg ;
— teneur en C3A : 6 % à 10 %.
NF P 18-508 —6—

4 Caractéristiques normalisées
Les méthodes d'essai décrites dans le présent document constituent des méthodes de référence. D'autres
méthodes peuvent être utilisées à condition que la preuve puisse être apportée qu'il existe une relation
entre les résultats obtenus avec la méthode de référence et ceux obtenus avec la méthode variante (valable
pour ce document et ses annexes).

4.1 Caractéristiques physiques


4.1.1 Masse volumique
La masse volumique est déterminée selon le mode opératoire défini par la norme XP P 18-558 sans qu'il
soit fait de coupure de l'échantillon à 0,080 mm.

4.1.2 Teneur en eau


La teneur en eau des additions calcaires, déterminée conformément à la norme XP P 18-555, doit être
limitée à 1,0 % en masse (la masse de l'échantillon pour essais doit être comprise entre 100 g et 200 g).

4.1.3 Granularité et surface massique


La granularité et la surface massique des additions calcaires pour béton hydraulique sont déterminées sui-
vant les normes NF ISO 2591-1, NF EN 196-6 et le fascicule de documentation FD X 11-640.
Les spécifications requises sont données dans le tableau 1.

Tableau 1 : Spécifications requises

Valeur spécifiée inférieure Valeur limite absolue inférieure


Vsi Vlai

Éléments fins : Passant à 0,063 mm > 70 % > 65 %

Surface massique Blaine (m2/kg) ≥ 220 > 200

Il est exigé pour la surface massique un critère de régularité défini :


— par l'écart type des mesures, qui doit être inférieure à 35, pour les additions calcaires de surface mas-
sique moyenne inférieure à 300 m2/kg ;
— par le coefficient de variation, qui doit être inférieur à 12 %, pour les additions calcaires de surface
massique moyenne supérieure ou égale à 300 m2/kg.

4.1.4 Influence de l'incorporation d'additions calcaires sur la fluidité des mortiers


Les fluidités du mortier témoin et du mortier avec additions calcaires préparé suivant les modalités du
paragraphe 4.2 sont mesurées au maniabilimètre à mortier conformément au fascicule de documentation
FD P 15-437 sauf en ce qui concerne le dosage en eau du mortier avec additions.
La quantité d'eau (E) incorporée pour obtenir sur l'essai avec additions calcaires la même fluidité,
t, que celle du témoin, to, (gâché à E/C = 0,50) doit être telle que le rapport E/(C + Fc) (Fc étant
la quantité d'additions calcaires) ne soit pas supérieur à 0,525. Lorsque E/(C + Fc) > 0,525, on
utilise, pour la mesure de l'indice d'activité défini en 4.2, le rapport E/(C + Fc) dont la valeur
conduit à la même maniabilité que le témoin. Par convention, la maniabilité est considérée comme
identique, lorsque les temps d'écoulement t et to mesurés sont égaux, aux tolérances près, fixées
conformément à la norme NF P 18-352, paragraphe 5.3.
—7— NF P 18-508

4.2 Indice d'activité des additions calcaires


L'indice d'activité d'une addition calcaire est le rapport entre la résistance à la compression d'éprouvettes
de mortier, préparées avec 75 % en masse du ciment d'essai et 25 % en masse d'additions calcaires (Fc),
à celle d'éprouvettes de mortier normalisé (témoin) préparées avec le même lot de ciment d'essai. Les
éprouvettes sont confectionnées avec un rapport E/C ou E/(C + Fc) de 0,50.
La préparation des éprouvettes et la mesure de leur résistance à la compression sont effectuées confor-
mément à la norme NF EN 196-1.
Les exigences requises pour l'indice d'activité à 28 jours sont :
— la valeur spécifiée inférieure fixée à .................... 0,71 ;
— la valeur limite absolue inférieure fixée à ........... 0,68.

4.3 Caractéristiques physico-chimiques


4.3.1 Teneur en carbonates
La teneur en carbonates totaux (calcaire et dolomie) est déterminée suivant les modes opératoires donnés
en annexe A.
La valeur spécifiée inférieure est fixée à ....................... 90 %.
La valeur limite absolue inférieure est fixée à .............. 87 %.
La teneur en carbonates de calcium total CaCO3, provenant de tous les carbonates, est déterminée suivant
les modes opératoires donnés en annexe A.
La valeur spécifiée inférieure est fixée à ....................... 65 %.
La valeur limite absolue inférieure est fixée à .............. 62 %.

4.3.2 Valeur de bleu


La valeur de bleu est déterminée suivant la norme XP P 18-592. Elle est exprimée en grammes de bleu pour
100 g de fines.
La valeur spécifiée supérieure est fixée à ..................... 1,0.
La valeur limite absolue supérieure est fixée à ............ 1,3.

4.3.3 Teneur en matières organiques


La teneur en matières organiques est déterminée par dosage du carbone organique total suivant les
méthodes décrites en annexe B.
La valeur spécifiée supérieure est fixée à ..................... 0,2 %.

4.3.4 Teneur en chlorures


La teneur en chlorures exprimée en ions CI- est déterminée suivant la méthode décrite dans la norme
NF EN 196-21, article 4.
La valeur spécifiée supérieure est fixée à ..................... 0,1 %.
NF P 18-508 —8—

4.3.5 Réactivité aux alcalins


Les additions calcaires pour béton hydraulique sont en général élaborées à partir de roches naturelles non
réactives vis-à-vis des alcalins 1).
Conformément au fascicule de documentation FD P 18-542, une addition calcaire est non réactive vis-à-vis
des alcalins si elle renferme moins de 4 % de silice totale ou si la différence entre la silice totale et le quartz
est inférieure à 3 %.
Dans le cas contraire ou en cas de doute, on pourra qualifier les additions calcaires vis-à-vis de l'alcali-réac-
tion en appliquant l'essai sur mortier suivant la norme XP P 18-585 dont le paragraphe 7.1 est modifié
comme suit :
La gâchée est composée de :
• 300 g de ciment, conforme au paragraphe 6.2 de la norme XP P 15-585 ;
• 575 g d'un sable calcaire de référence non réactif de granulométrie conforme à celle définie au
paragraphe 6.1 de la norme XP P 18-585 ;
• 100 g d'additions calcaires.
Le sable de référence est considéré comme non réactif s'il ne donne pas lieu à une expansion supérieure
à 0,05 % à 6 mois, lorsqu'il est soumis au même essai que celui de la norme XP P 18-585.

4.3.6 Teneur en alcalins


Le fournisseur est tenu de donner une analyse de son produit, datant de moins d'un an, et précisant la
teneur en alcalins déterminée suivant le mode opératoire décrit dans la norme NF EN 196-21.

4.3.7 Teneur en sulfates et en soufre total


La teneur en sulfates est déterminée par solubilisation dans l'acide chlorhydrique suivant la méthode
décrite dans la norme NF EN 196-2, article 8 et exprimée en anhydride sulfurique SO3.
La valeur spécifiée supérieure est fixée à .................... 0,15 %.
La teneur en soufre total exprimée en soufre S est déterminée par attaque oxydante suivant la
norme XP P 18-582.
La valeur spécifiée supérieure est fixée à .................... 0,40 %.

5 Critères de conformité des additions calcaires


Cet article a pour objet de définir les règles générales permettant au fournisseur de vérifier la conformité
aux spécifications de ses produits dans le cadre du contrôle de production.
Cette vérification se fait par échantillonnage de la production. Les définitions adoptées sont celles du fas-
cicule de documentation FD ENV 197-1.

1) Des additions calcaires qualifiées de potentiellement réactives ou n'ayant pas fait l'objet de qualifica-
tion vis-à-vis de leur réactivité aux alcalins peuvent être utilisées à la condition de prendre les mesures
préventives nécessaires conformément aux recommandations pour la prévention des désordres vis-à-
vis de l'alcali-réaction (document Direction des Routes — Laboratoire Central des Ponts et Chaussées :
DR — LCPC — Version 1994).
—9— NF P 18-508

5.1 Critères statistiques de conformité


La conformité jugée sur un échantillonnage continu est formulée en termes statistiques sur la base des
trois définitions principales suivantes :
— la définition des valeurs caractéristiques requises pour la propriété considérée figurant dans le
tableau 2 qui est soit une valeur spécifiée inférieure Vsi, soit une valeur spécifiée supérieure Vss ;
— la définition du pourcentage acceptable (Pk) de résultats inférieurs ou supérieurs à la valeur caracté-
ristique. Dans le présent document Pk = 10 % ;
— la définition de la probabilité d'acceptation (CR) d'un lot non conforme aux spécifications. Dans le
présent document CR = 5 %.
Pour les propriétés où la fréquence des contrôles permet un contrôle statistique par mesures, la confor-
mité est formulée également par rapport à une limite absolue inférieure Vlai ou supérieure Vlas pour
laquelle il n'est toléré aucun dépassement.

5.2 Procédure générale de vérification


La vérification doit être fondée sur un contrôle par échantillonnage continu.
Le contrôle continu (autocontrôle) est réalisé sous la responsabilité du producteur.
Les séries d'échantillons utilisées pour vérifier la conformité doivent être prélevées au cours d'une période
de 3 mois au moins et 12 mois au plus.
Les fréquences minimales d'essais, les valeurs spécifiées et les valeurs limites absolues exigées sont don-
nées dans le tableau 2.

Tableau 2 : Fréquences minimales d'essais, valeurs spécifiées


et valeurs limites absolues

Fréquences Valeur spécifiée Valeur limite absolue


Propriété Paragraphe minimales inférieure supérieure inférieure supérieure
d'essais Vsi Vss Vlai Vlas

Teneur en eau 4.1.2 2 par mois — — — 1%


Passant à 0,063 mm 4.1.3 1 par semaine 70 % — 65 % —
Surface massique Blaine 4.1.3 1 par semaine 220 m2/kg — 200 m2/kg —
Indice d'activité 4.2 2 par mois 0,71 — 0,68 —
Teneur en carbonates 4.3.1 2 par mois 90 % — 87 % —
totaux
Teneur en CaCO3 total 4.3.1 2 par mois 65 % — 62 % —
Valeur de bleu 4.3.2 1 par semaine — 1,0 — 1,3
Teneur en matières 4.3.3 6 par an1) — 0,2 % — —
organiques
Teneur en chlorures 4.3.4 6 par an 1) — 0,1 % — —
Réactivité aux alcalins 4.3.5 6 par an 1) — — — —
- 1)
Teneur en sulfates — SO3 4.3.7 6 par an — 0,15 % — —
Teneur en soufre total — S 4.3.7 6 par an 1) — 0,40 % — —

1) Si aucune des valeurs de la propriété considérée n'excède 75 % de la valeur de la caractéristique pendant une
période de contrôle de un an, la fréquence des essais pourra être ramenée à un essai par an.

La procédure de vérification de la conformité est fondée sur un contrôle par mesures ou un contrôle par
attributs lorsque le nombre d'échantillons traités est supérieur ou égal à 20.
Lorsque le nombre d'échantillons traités est inférieur à 20, seule la procédure de contrôle par attributs
s'applique.
NF P 18-508 — 10 —

5.3 Procédures de contrôle


5.3.1 Contrôle par mesures
La valeur moyenne x et l'estimation de l'écart type s des séries complètes de résultats d'essais (un résultat
par échantillon) sont calculées.
Les critères de conformité sont :
x – kAs ≥ Vsi
et
x + kAs ≤ Vss
où :
kA est la constante d'acceptabilité ;
Vsi est la valeur spécifiée inférieure indiquée au tableau 2 ;
Vss est la valeur spécifiée supérieure indiquée au tableau 2.
La constante d'acceptabilité kA dépend du nombre de résultats d'essais. Des valeurs kA sont données dans
le tableau 3.

Tableau 3 : Constante d'acceptabilité kA

Valeur de kA pour
Nombre de résultats
Pk = 10 % et CR = 5 %

20 et 21 1,93
22 et 23 1,89
24 et 25 1,85
26 et 27 1,82
28 et 29 1,80
30 à 34 1,78
35 à 39 1,73
40 à 44 1,70
45 à 49 1,67
50 à 59 1,65
60 à 69 1,61
70 à 79 1,58
80 à 89 1,56
90 à 99 1,54
100 à 149 1,53
≥ 150 1,52
— 11 — NF P 18-508

5.3.2 Contrôle par attributs


Le nombre CD de résultats d'essais non conformes à la spécification de la valeur caractéristique de la pro-
priété considérée (un résultat par échantillon) dans les séries complètes d'échantillons est compté.
Le critère de conformité est :
CD ≤ CA
où le nombre acceptable de non-conformités CA dépend du nombre de résultats d'essais. Les valeurs de
CA sont données au tableau 4.

Tableau 4 : Nombre acceptable de non-conformités

Valeur de CA pour
Nombre de résultats d'essais
Pk = 10 % et CR = 5 %

20 à 39 0
40 à 54 1
55 à 69 2
70 à 84 3
85 à 99 4
100 à 109 5
≥ 110 6

6 Conditionnement et marquage
Les additions calcaires peuvent être conditionnées en sacs ou être livrées en conteneurs.
Les livraisons en vrac dans des récipients non protégés contre les intempéries sont interdites.

6.1 Désignation : indications normalisées


La désignation d'une addition calcaire comprend, dans l'ordre, les indications suivantes :
— addition pour béton hydraulique ;
— addition calcaire ;
— référence au présent document ;
— provenance (carrière) ;
— référence éventuelle à un critère de réactivité vis-à-vis des alcalins, appellation commerciale
éventuelle, et le cas échéant, la marque de conformité au présent document (dans les conditions
définies par le règlement particulier de la marque NF-ADDITIONS POUR BÉTON HYDRAULIQUE).
Exemple de désignation :
Addition pour béton hydraulique, addition calcaire, NF P 18-508, carrière ..., appellation commerciale, mar-
que NF — ADDITIONS POUR BÉTON HYDRAULIQUE.

6.2 Marquage
Pour les sacs, une partie des faces doit être réservée pour l'apposition des indications normalisées.
Pour les conteneurs, les indications normalisées doivent figurer sur le bordereau de livraison.

7 Bibliographie
Recommandations pour la prévention des risques vis-à-vis de l'alcali-réaction. Direction des Routes —
Laboratoire Central des Ponts et Chaussées (DR — LCPC — Version 1994).
G. BLOT : Étude et mise au point d'une technique de calcidolomimétrie par la méthode de Dietrich
Frühling-Bulletin de liaison Labo P et Ch 80, novembre-décembre 1973.
Procedures for determination of total organic content (TOC) in limestone Zement — KALK — GIPS
— N° 8/1990 (43 Jahrgang).
NF P 18-508 — 12 —

Annexe A
(informative)

Détermination de la teneur en carbonates


Init numérotation des équations d’annexe [A]!!!
Init numérotation des tableaux d’annexe [A]!!!
Init numérotation des figures d’annexe [A]!!!

A.1 Méthode de référence


A.1.1 Principe
Après mise en solution des carbonates par attaque acide, la chaux et la magnésie sont dosées par les
méthodes analytiques classiques, par exemple celles définies dans la norme NF EN 196-2.
La teneur en carbonate total est calculée à partir des teneurs en chaux et en magnésie trouvées à l'analyse.

A.1.2 Mise en solution


Peser une prise d'essai de 1 g d'additions calcaires, l'introduire dans un bécher de 250 ml, ajouter 90 ml
d'eau froide et, en agitant, ajouter 20 ml d'acide chlorhydrique concentré, de densité 1,18.
Chauffer doucement la solution en agitant jusqu'à dissolution de l'échantillon. Laisser agir 15 min à une
température juste inférieure à l'ébullition.
Laisser refroidir, filtrer dans un ballon jaugé de 500 ml.

A.1.3 Dosage de la chaux totale (CaO)


La chaux est dosée sur une partie aliquote par l'un ou l'autre des modes opératoires décrits, dans la norme
NF EN 196-2, méthode à l'EGTA, paragraphe 13.12 ou méthode à l'EDTA, paragraphe 13.14.

A.1.4 Dosage de la magnésie (MgO)


La magnésie est dosée sur une partie aliquote par l'un ou l'autre des modes opératoires décrits, dans la
norme NF EN 196-2, méthode au DCTA, paragraphe 13.13 ou méthode à l'EDTA, paragraphe 13.15.

A.1.5 Teneur en carbonate de calcium total (CaCO3)


Elle s'exprime en pourcent et est calculée à partir de la teneur en chaux totale CaO, exprimée en pourcent,
en appliquant la relation :
CaCO3 = CaO × 1,786
Correction en présence de sulfates :
2–
En présence de sulfates, le résultat sera corrigé en tenant compte de la chaux liée à l'ion SO 4 qui devra
être déduite de la chaux totale dosée.
Le calcul de la teneur en carbonate de calcium CaCO3 sera fait à partir de la teneur en chaux liée au carbo-
nate (CaO carbonaté), exprimée en pourcent, ainsi déterminée :
CaO carbonatée = CaO – ( SO 3 × 0,7 )
CaCO3 = CaO carbonatée × 1,786
— 13 — NF P 18-508

A.1.6 Teneur en carbonate de magnésie total (MgCO3)


Elle s'exprime en pourcent et est calculée à partir de la teneur en magnésie MgO, exprimée en pourcent,
en appliquant la relation :
MgCO3 = MgO × 2,1

A.1.7 Teneur en carbonates totaux


La teneur en carbonates totaux, D, exprimée en pourcent, est la somme CaCO3 total et MgCO3 telles que
calculées aux paragraphes A.1.5 et A.1.6 ci-dessus.

A.2 Méthode simplifiée


A.2.1 Principe de la méthode
La présente méthode consiste à doser le dioxyde de carbone (gaz carbonique) CO2 total provenant de tous
les carbonates présents par attaque à l'acide chlorhydrique de densité 1,8 dilué dans son volume d'eau,
avec action de la chaleur et le dioxyde de carbone provenant du carbonate de calcium, par attaque acide
sélective à froid.
À partir des résultats obtenus, on calculera les teneurs en calcaire, en dolomie, en carbonates totaux et en
CaCO3 total.

A.2.2 Dosage du dioxyde de carbone total


Il est dosé par la méthode volumétrique décrite dans la norme NF P 15-512, article 3.

A.2.3 Dosage du dioxyde de carbone provenant du calcaire


A.2.3.1 Principe de la méthode
La présente méthode consiste à doser le gaz carbonique CO2 provenant de l'attaque acide sélective des
carbonates de calcium CaCO3, (calcite ou/et argonite) présents dans les additions calcaires telles que défi-
nies dans le présent document.
L'échantillon d'additions calcaires est attaqué par de l'acide chlorhydrique à froid. Seul l'anhydride carbo-
nique des composés carbonatés (calcite ou/et argonite), plus facilement déplaçable que celui du carbonate
double de calcium magnésium (dolomite), se dégage et il est dosé au moyen d'un calcimètre.

A.2.3.2 Méthode volumétrique dérivée de la norme NF P 15-512

A.2.3.2.1 Mode opératoire

Le mode opératoire décrit au paragraphe 3.3 de la norme NF P 15-512 est modifié comme suit :
— la prise d'essai de 1 g étant pesée et introduite dans la fiole conique de 250 ml, on procède à son
attaque par 25 ml d'acide chlorhydrique à 1,5 mol/l (acide chlorhydrique de densité 1,15 dilué à 15 %) ;
— on recueille le gaz dans la burette à gaz. On rajoute dans la fiole conique 200 ml d'eau froide et on
poursuit l'opération comme indiqué à l'article 3 de la norme NF P 15-512.

A.2.3.2.2 Expression des résultats

Les teneurs en CO2 et CaCO3 de l'échantillon d'addition sont calculées à partir des formules données au
paragraphe 3.4 de la norme NF P 15-512.
Soit a, la teneur en dioxyde de carbone liée à la calcite, exprimée en pourcent, et A, la teneur en CaCO3,
(calcite), exprimée en pourcent.
NF P 18-508 — 14 —

A.2.3.3 Méthode au calcimètre

A.2.3.3.1 Appareillage

— Calcimètre Dietrich Frühling ou calcimètre Bernard (voir figure A.1). La partie graduée de la colonne
doit avoir une hauteur de 355 mm pour un volume de 200 ml, la colonne est graduée tous les 0,5 ml ;
— Fiole conique à appendice en doigt ;
— Pipette courbe ad hoc portant une graduation à 8 ml ;
— Balance de précision ± 0,1 mg ;
— Étuve ventilée réglée à (105 ± 5) °C ;
— Mortier en porcelaine ;
— Tamis de 0,125 mm ;
— Thermomètre ;
— Pince en bois ou en matière plastique.

A.2.3.3.2 Réactifs

Tous les réactifs sont de pureté analytique :


— Acide chlorhydrique à 1,5 mol/l (acide chlorhydrique de densité 1,15, dilué à 15 %) ;
— Carbonate de calcium.

A.2.3.3.3 Préparation de l'échantillon pour essai

Prélever 10 g de l'échantillon pour laboratoire d'additions calcaires après séchage à l'étuve, s'il y a lieu,
broyer le prélèvement dans un mortier en porcelaine jusqu'à ce que toute la poudre passe au tamis de
0,125 mm.

A.2.3.3.4 Mode opératoire

— L'appareil est placé dans une pièce à l'abri de toute action d'une source de chaleur ou de froid.
— Le réactif, l'échantillon et l'étalon carbonate de calcium sont disposés dans la même pièce à côté de
l'appareil de façon à ce que l'ensemble soit à la même température lorsque l'essai est effectué.
— Peser 300 mg d'échantillon que l'on introduit au fond de la fiole conique d'attaque.
— Introduire délicatement 8 ml du réactif d'acide chlorhydrique dans le doigt de la fiole au moyen de
la pipette courbe en veillant à ce qu'aucune trace d'acide ne s'écoule hors de l'appendice.
— Fermer la fiole en la raccordant au calcimètre, ajuster le niveau du liquide dans le tube au niveau 0,
puis fermer le robinet du calcimètre.
— Incliner la fiole tenue au moyen de la pince en bois ou en matière plastique pour faire couler le réactif
acide sur la prise d'essai.
— Agiter en maintenant l'eau dans le tube gradué et dans l'ampoule sensiblement au même niveau.
— Lorsque le niveau dans la colonne s'est stabilisé, soit après 5 s à 6 s, procéder à la lecture. Soit V1 le
volume.
— Procéder immédiatement après à l'attaque dans les mêmes conditions (même température, même
pression barométrique) de 300 mg de calcite pure. Soit V0 le volume de gaz dégagé.
— 15 — NF P 18-508

Figure A.1 : Calcimètre de Bernard

A.2.3.3.5 Expression des résultats

La teneur A, en calcaire (calcite ou/et aragonite), de l'échantillon, exprimée en pourcent, est donnée par la
relation :
V1
A = 100 × ------
V0
où :
V0 est le volume de gaz carbonique dégagé lors de l'essai témoin.
V1 est le volume de gaz dégagé par l'échantillon.
La teneur en dioxyde de carbone provenant de la calcite ou/et de l'aragonite est donnée par la réaction :
a = A × 0,44
NF P 18-508 — 16 —

A.2.3.3.6 Remarques

L'attaque acide des carbonates doit s'effectuer dans des conditions constantes de température. Il faut
veiller à conserver matériels et produits à la même température en les posant sur une paillasse à l'abri des
courants d'air, des rayonnements de sources de chaleur extérieure ou intérieure, et à ne pas toucher direc-
tement la fiole conique avec les doigts.
La présente méthode ne mettant pas en solution le carbonate double de calcium et de magnésium ne
pourra pas être appliquée pour doser le CaCO3 total des calcaires dolomitiques.

A.2.4 Calcul de la teneur en carbonates totaux


Soit b, la teneur en dioxyde de carbone total, exprimée en pourcent, mesurée suivant la méthode décrite
en A.2.2.
Soit a, la teneur en dioxyde de carbone, exprimée en pourcent, liée à la calcite, déterminée en A.2.3.2.2 ou
A.2.3.3.5.
On calculera la teneur c en dioxyde de carbone, exprimée en pourcent, liée à la dolomie CaCO3, MgCO3,
par la différence :
c=b–a
À partir de la teneur en dioxyde de carbone provenant de la dolomie, on calcule la teneur en dolomie C,
exprimée en pourcent :
C = c × 2,09
La teneur en carbonates totaux D, exprimée en pourcent, est :
D=A+C

A.2.5 Calcul de la teneur en CaCO3 total


C'est la somme du CaCO3 du calcaire (calcite et/ou aragonite) et du CaCO3 lié à la dolomie (CaCO3, MgCO3).
La teneur en CaCO3 total, B, exprimée en pourcent, est :
B = A + 0,543 C

A.2.6 Remarques
A.2.6.1 Lorsque la teneur en magnésie MgO de l'addition calcaire est inférieure à 5 %, on pourra pour
les contrôles courants se contenter d'estimer la teneur en carbonates totaux, D, exprimée en pourcent, à
partir de la teneur en dioxyde de carbone total, b, déterminée suivant la méthode décrite dans la norme
NF P 15-512, en appliquant la relation :
D = b × 2,27
L'erreur commise est de :
+ 0,50 % en présence de 1 % de MgO ;
+1% en présence de 2 % de MgO ;
+ 2,5 % en présence de 5 % de MgO.

A.2.6.2 Lorsque l'addition calcaire présente une teneur en insolubles dans les acides, y, exprimée en
pourcent, déterminée suivant la méthode décrite dans la norme NF EN 196-2, inférieure à 5 %, et une
proportion de sulfate négligeable, on aura une estimation à 1 % près environ de la teneur en carbonates
totaux en faisant la différence :
D = 100 – y
— 17 — NF P 18-508

Annexe B
(informative)

Détermination de la teneur en carbone organique total (T.O.C.)


Init numérotation des équations d’annexe [B]!!!
Init numérotation des figures d’annexe [B]!!!
Init numérotation des tableaux d’annexe [B]!!!

B.1 Méthode de référence


B.1.1 Avant-propos
Un groupe de travail européen a élaboré trois méthodes d'analyse dont le principe général est le suivant :
Après élimination de l'anhydride carbonique CO2 des carbonates au moyen d'un acide, le carbone résiduel
de l'échantillon est oxydé en dioxyde de carbone, soit au moyen d'un mélange oxydant d'acides, soit par
échauffement dans un courant d'oxygène. Le CO2 est ensuite déterminé gravimétriquement après absorp-
tion sur de l'hydroxyde de sodium ou en utilisant ses propriétés de conductivité thermique.
Les méthodes proposées sont :
— attaque par mélange acide oxydant. Dosage du CO2 par gravimétrie (méthode de référence) ;
— oxydation du carbone au four. Dosage du CO2 par gravimétrie (variante 1) ;
— oxydation du carbone au four. Dosage du CO2 par conductivité thermique (variante 2).
Le présent document décrit la première méthode, dite de référence, qui ne nécessite aucun équipement
particulier.

B.1.2 Principe
Le CO2 des composés carbonatés est d'abord éliminé par attaque à l'acide phosphorique. Le carbone orga-
nique est ensuite oxydé en CO2 par attaque avec un réactif oxydant. Le CO2 libéré est ensuite véhiculé vers
un tube absorbeur à soude dont on mesure l'accroissement de poids.

B.1.3 Appareillage et matériel


— Matériel de verrerie comprenant (voir figure B.1 ci-après) :
- colonne de séchage et de carbonatation du gaz véhiculé (généralement de l'air) ;
- boule de sécurité ;
- tube pour le mélange oxydant avec bouchon rodé ;
- ballon à distiller de 150 ml ;
- flacon à bulle avec 50 ml d'acide chromique ;
- tube absorbant rempli dans l'ordre depuis le haut avec de la limaille de zinc, du chromate de plomb
et du tissu d'argent maintenu en place par des tampons de laine de verre ;
- tube absorbant rempli par du perchlorate de magnésium maintenu par des tampons en laine de
verre ;
- tube absorbant contenant, dans l'ordre, de la soude en pastille et du perchlorate de magnésium
maintenu en place par des tampons de laine de verre ;
- compteur à bulles rempli d'acide sulfurique ;
NF P 18-508 — 18 —

— Pompe à vide ou trompe à eau pour créer la circulation d'air dans l'appareil ;
— Balance de précision ± 0,1 mg ;
— Étuve ventilée réglée à (105 ± 5) °C ;
— Dessiccateur ;
— Mortier en porcelaine ;
— Tamis de 0,125 mm ;
— Thermomètre.

Légende
1 Colonne de séchage et de carbonatation du gaz véhiculé (généralement de l'air) ;
2 Boule de sécurité ;
3 Tube pour le mélange oxydant avec bouchon rodé ;
4 Ballon à distiller de 150 ml ;
5 Flacon à bulle avec 50 ml d'acide chromique ;
6 Tube absorbant rempli, dans l'ordre, depuis le haut avec de la limaille de zinc, du chromate de plomb et du tissu
d'argent maintenu en place par des tampons de laine de verre ;
7 Tube absorbant rempli par du perchlorate de magnésium maintenu par des tampons en laine de verre ;
8 Tube absorbant contenant, dans l'ordre, de la soude en pastille et du perchlorate de magnésium maintenu en
place par des tampons de laine de verre ;
9 Compteur à bulles rempli d'acide sulfurique.

Figure B.1 : Appareil pour la détermination du carbone organique total


par attaque par mélange acide oxydant
— 19 — NF P 18-508

B.1.4 Réactifs
B.1.4.1 Produits de base
Utiliser uniquement des réactifs de pureté analytique.
— Acide orthophosphorique (densité) d : 1,70
— Acide sulfurique d : 1,83
— Acide nitrique d : 1,40 à 1,42
— Eau oxygénée d : 1,11 (110 volumes)
— Anhydride phosphorique P2O5
— Bichromate de potassium
— Iodate de potassium
— Anhydride chromique CrO3
— Ammoniaque d : 0,91
— Acide nitrique dilué au dixième (acide nitrique d : 1,40 dilué dans 9 fois son volume d'eau)
— Eau oxygénée diluée au dixième (eau oxygénée d : 1,11 diluée dans 9 fois son volume d'eau)
— Chromate de plomb
— Perchlorate de magnésium en grains (dimension 0,6 mm à 1,2 mm)
— Soude en pastilles, absorbant pour CO2
— Laine ou tissu d'argent
— Tournure ou laine de zinc

B.1.4.2 Préparations
Mélange oxydant : introduire 85 ml d'acide sulfurique dans un bécher et additionner dans l'ordre :
• 15 ml d'acide phosphorique ;
• 20 g d'anhydride phosphorique ;
• 15 g de bichromate de potassium ;
• 1 g d'iodate de potassium.
Le mélange est doucement chauffé jusqu'à 170 °C et maintenu 5 min à cette température et agité avec le
thermomètre. Après refroidissement, le mélange est conservé en flacon en verre à bouchon rodé.
Acide chromique : dissoudre 5 g d'anhydride chromique dans 10 ml d'eau. Ajouter de l'acide sulfurique en
agitant jusqu'à ce que l'anhydride chromique soit juste dissoute.
Tissu ou laine d'argent : le tissu ou la laine d'argent est lavé successivement avec de l'ammoniaque, de
l'acide nitrique dilué au dixième, de l'eau oxygénée diluée au dixième avec rinçage à l'eau après chaque
opération.
NF P 18-508 — 20 —

B.1.5 Préparation du tube doseur à CO2


Le tube en U (voir partie 8 de la figure B.1) est rempli aux 2/3 avec la soude en pastille puis avec le perchlo-
rate de magnésium.
Il est inséré dans l'appareil et soumis à une lente circulation d'air d'environ 4 l. Il est ensuite procédé à un
essai d'étanchéité en vérifiant que le compteur à bulles s'arrête lorsqu'on ferme le robinet de la colonne
de séchage (voir partie 1 de la figure B.1).
Après cet essai, les bouchons du tube en U sont fermés. Le tube est alors transféré dans un dessiccateur
où il est maintenu une dizaine de minutes, essuyé avec du papier-filtre puis pesé à 0,1 mg près. Soit MU1,
sa masse, exprimée en grammes.

B.1.6 Préparation de l'échantillon pour essai


Prélever 10 g sur l'échantillon d'additions calcaires.
Après séchage à l'étuve à (105 ± 5) °C, broyer finement le prélèvement dans un mortier en porcelaine
jusqu'à ce que toute la poudre passe au tamis de 0,125 mm.

B.1.7 Mode opératoire


— Peser une masse M de 1 g d'échantillon d'additions calcaires, à 0,1 mg près.
— Introduire l'échantillon dans le ballon à distiller (voir partie 4 de la figure B.1), ajouter 2 ml d'eau et
30 ml d'acide phosphorique.
— Porter doucement le mélange à ébullition pour déplacer et dégager l'anhydride carbonique CO2.
— Refroidir et connecter le ballon à l'appareil.
— Remplacer le tube en U absorbant par un tube en verre vide et faire circuler environ 2 l d'air dans
l'appareil pour chasser tout le CO2.
— Le tube en U avec absorbant (voir partie 8 de la figure B.1) préalablement taré suivant B.1.5 est mis
en place et l'essai de recherche de fuite refait.
— Les robinets du tube en U sont ouverts et 30 ml du mélange oxydant sont incorporés dans le ballon
à distiller (voir partie 4 de la figure B.1).
— Le débit d'air est réglé à deux bulles par seconde environ. Le ballon (voir partie 4 de la figure B.1) est
chauffé et porté doucement à l'ébullition, maintenu pendant 4 min. Le chauffage est arrêté et l'ensem-
ble refroidi en faisant circuler environ 3 l à 4 l d'air dans l'appareil.
— Les robinets du tube en U sont fermés, le tube en U est enlevé de l'appareil, mis dans un dessicca-
teur, refroidi 30 min, essuyé avec du papier-filtre et pesé à 0,1 mg près.
— Soit MU2, la nouvelle masse du tube, exprimée en grammes.

B.1.8 Expression des résultats


Le carbone organique total, C, exprimé en pourcent, est calculé par la formule :

MU 2 – MU 1
C = --------------------------------- × 27,29
M
— 21 — NF P 18-508

B.2 Méthode simplifiée


B.2.1 Avant-propos
Cette méthode, qui est déduite de celle décrite dans la norme NF P 94-055, pourra être utilisée pour les
contrôles de production.

B.2.2 Principe
L'échantillon est mélangé à une solution oxydante, de caractéristiques et quantités connues. Une fois
l'oxydation réalisée, il est procédé au dosage de la quantité de solution oxydante qui n'a pas réagi avec le
carbone contenu dans l'échantillon.

B.2.3 Matériel
— balance de précision ± 0,1 mg ;
— ballon en verre borosilicaté de 250 ml à col rodé adaptable sur colonne réfrigérante ;
— colonne réfrigérante fonctionnant à l'eau ;
— chauffe-ballon ;
— agitateur magnétique ;
— étuve ventilée réglée à (105 ± 5) °C ;
— mortier en porcelaine ;
— tamis de 0,125 mm ;
— burette graduée lecture ± 0,1 ml.

B.2.4 Réactifs
Tous les réactifs sont de qualité pureté analytique :
— acide orthophosphorique, d : 1,70 ;
— acide sulfurique, d : 1,83 ;
— dichromate de potassium à 0,2 mol/l. Cette solution est obtenue en dissolvant 80 g de dichromate
de potassium dans 1 000 ml d'eau distillée ;
— solution de sulfate double d'ammonium et de fer à 0,2 mol/l. Elle est préparée de la façon suivante :
- dans une fiole jaugée de 1 000 ml contenant 500 ml d'eau distillée ;
- ajouter 20 ml d'acide sulfurique ;
- dissoudre 78,44 g de sulfate double d'ammonium et de fer (FeSO4 (NH4)2 SO4, 6H2O) cristallisé
pur, pour analyse ;
- compléter à 1 000 ml avec de l'eau distillée.
Cette solution est conservée dans un flacon en verre brun à l'abri de l'air, de la lumière et de la cha-
leur. Sa durée d'utilisation est de 1 mois au plus ;
— solution sulfurique de diphénylamine. Pour l'obtenir, dissoudre 50 g de diphénylamine en poudre
dans 20 ml d'eau distillée, ajouter lentement 100 ml d'acide sulfurique, puis homogénéiser.
NF P 18-508 — 22 —

B.2.5 Préparation de l'échantillon pour essai


Sur l'échantillon d'additions calcaires, prélever 10 g.
Après séchage à l'étuve à (105 ± 5) °C, broyer finement ce prélèvement dans un mortier en porcelaine
jusqu'à ce que toute la poudre passe au tamis de 0,125 mm.

B.2.6 Mode opératoire


— Peser une masse, m, de 2 g d'échantillon d'additions calcaires préparé à 0,1 mg près.
— Introduire cette prise d'essai dans le ballon en verre, ajouter un volume de 15 ml d'acide sulfurique
et 10 ml de solution de dichromate de potassium 0,2 mol/l mesuré à la pipette.
— Agiter pour homogénéiser.
— Mettre le ballon sur un chauffe-ballon, puis le raccorder à la colonne réfrigérante :
- chauffer modérément pour déclencher l'ébullition en 2 min à 3 min, puis maintenir une ébullition
franche pendant 5 min après condensation et chute de la 1re goutte ;
- mettre le ballon et son contenu à refroidir pour l'amener à une température comprise entre 18 °C
et 24 °C ;
- transvaser le contenu du ballon dans un bécher ;
- ajouter dans le bécher 200 ml d'eau distillée, 7 ml à 8 ml d'acide orthophosphorique et 10 gouttes
de solution de diphénylamine ;
- placer le bécher sur un agitateur et sous la burette graduée remplie de solution à 0,2 mol/l de sul-
fate de fer et d'ammonium ;
- titrer : la teinte passe du brun au violet au bleu, puis au vert émeraude ;
- rincer le ballon qui contenait la prise d'essai avec le contenu du bécher et réintroduire le produit
de rinçage dans le bécher. La couleur redevient violette ;
- terminer le titrage jusqu'à l'obtention de la couleur vert émeraude ;
- lire sur la burette le volume total versé V1.

B.2.7 Essai à blanc


Le processus opératoire ainsi que les quantités indiquées au paragraphe B.2.6 sont utilisés avec un sable
siliceux préalablement lavé et calciné à 800 °C.
Soit V2, le volume lu sur la burette après titrage.

B.2.8 Expression des résultats


Par convention, 1 ml de la solution de dichromate à 0,2 mol/l oxyde 0,615 mg (0,615.10-3 g) de carbone
organique.
La teneur en carbone organique, C, exprimée en pourcent, est donnée par la relation :

0,0615 × V 1 – V 2
 
C = -------------------------------------------------
m

Vous aimerez peut-être aussi