Vous êtes sur la page 1sur 5

Introduction :

Les limites d’Atterberg définissent la plasticité d’un sol. L’essai qui permet de
définir ces indicateurs est un élément important d'identification, et permet déjà
de prévoir certaines propriétés.
Il existe deux limites dites d'Atterberg : la limite de liquidité et la limite de
plasticité.

Notions fondamentales :
wl : c'est la limite de liquidité qui caractérise la transition entre un état liquide et
un état plastique. Au-dessus de cette limite le sol s'écoule comme un liquide
visqueux sous l'influence de son propre poids.
wp : c'est la limite de plasticité qui caractérise la transition entre un état
plastique et un état solide. Au delà de cette limite, le sol est facilement
travaillable.
Indice de plasticité : Ip= wl -wp
Indice de liquidité : Il = (W-Wp) / (Ip)
Indice de densité : Id = (emax - e) / (emax - emin)
Indice de consistance : Ic = (wl - w) / Ip
La consistance d'un sol fin ou cohérent peut être appréciée par un essai de
résistance mécanique. Cette consistance varie considérablement avec la teneur
en eau du sol. En faisant décroître progressivement la teneur en eau d'un
échantillon de sol on constate qu’il passe successivement par plusieurs états:
1. État liquide : Lorsque la teneur en eau est élevée, le sol se comporte comme
un liquide. Sa résistance au cisaillement est nulle. Les grains du sol sont
pratiquement séparés par I'eau.
2. État plastique : Le sol est stable naturellement, mais dès qu'un effort lui est
appliqué, il lui arrive de larges déformations.
3. État solide : Le sol a le comportement d'un solide, I'application d'un effort ne
provoque que de faibles déformations.
But de l’essai :

Cet essai permet de prévoir le comportement des sols pendant les opérations de
terrassement, en particulier sous l'action des variations de teneur en eau. Il
consiste à faire varier la teneur en eau d'une fraction de sol en observant sa
consistance.

Matériels utilisés :
 Un tamis de diamètre φ=0.4mm  Une boite de Casagrande (fig 3)
 Une balance (fig 1)  Un four d’étuve (fig 2)
 Une étuve  Un pinceau
 Une spatule
 Un outil à rainure

Fig 1 Fig 2 Fig 3

Conduite de l’essai :

L’essai s’effectue sur le mortier du sol (fraction inférieure à 400 μm).


A. Limite de liquidité :
Le sol est mélangé à une quantité d’eau. La pâte obtenue est placée dans une
coupelle, la répartition doit être identique. On trace sur la pâte lissée une rainure
normalisée avec un outil spécial. On fait subir une série de chocs à la coupelle
jusqu’à se qu’on observe en fin d’expérience le contact des deux lèvres de la
rainure de longueur d’1cm, on prend dans deux tares un peu de pâte de chaque
côté, on les pèse avant et après étuvage, puis on détermine la teneur en eau qui
correspond à ce nombre de coups. On recommence l’expérience deux fois.
La limite de liquidité est la teneur en eau en % qui correspond à une fermeture
en 25 chocs.
Le tableau suivant montre nos résultats (limite de liquidité) :

1er essai 2ème essai 3ème essai


nombre des coups 34 17 26
N° de la tare 1 2 3 4 5 6
poids total humide 16.3 12.6 14.1 14.9 13 12.6
poids total sec 13.2 10.7 11.7 12.2 11 10.7
poids de la tare 6.4 6.5 6.6 6.4 6.7 6.6
poids de l’eau 3.1 1.9 2.4 2.7 2 1.9
poids du sol sec 6.8 4.2 5.1 5.8 4.3 4.1
teneur en eau% 45.6 45.2 47 46.5 46.5 46.3
moyenne 45.4 46.75 46.4

0,121 0,121
WL1 (34 coup)= W (34 coup) WL2 (17 coup)= W (17 coup)

= 45.4 (34/25)0,121 = 46.75 (17/25)0,121

= 47.12 % = 44.62 %

0,121
WL3 (17coup)= W (17 coup)

= 46.4 (17/25)0,121

= 44.28 %

WL = (WL1+WL2+ WL3)/3
WL=45.34 %

La courbe (teneur en eau en fonction des nombres des coups) sera représentée
sur une feuille millimétrique.

B. Limite de plasticité :
On dessèche l’échantillon, on façonne avec la pâte un rouleau de 3 mm de
diamètre pour une centaine de mm de longueur. La limite de plasticité est la
teneur en eau en % du rouleau qui se fissure et se brise lorsqu’il atteint un
diamètre de 3 mm.
Le tableau suivant montre nos résultats (Limite de plasticité) :
1er essai
N° de la tare 1 2
poids total humide 10.2 10.1
poids total sec 10 9.9
poids de la tare 9.5 9.4
poids de l’eau 0.2 0.2
poids du sol sec 0.5 0.5
teneur en eau% 40 40
moyenne 40

Conclusion :
Les sols doivent correspondre à certaines exigences pour bien subir certaines
opérations, mais il convient de connaître l’influence des variations de la teneur
en eau sur leurs caractéristiques et leur comportement.