Vous êtes sur la page 1sur 164

Pour une réconciliation nationale Pour une réconciliation nationale

Sommaire Sommaire
6 Introduction 6 Introduction

14 Programmes 14 Programmes
14 Programme 01 : La qualité urbaine pour tous 14 Programme 01 : La qualité urbaine pour tous
20 Programme 02 : La mobilité, un droit et une nécessité 20 Programme 02 : La mobilité, un droit et une nécessité
24 Programme 03 : Investir dans la petite enfance 24 Programme 03 : Investir dans la petite enfance
30 Programme 04 : De l’école à la « cité éducative » 30 Programme 04 : De l’école à la « cité éducative »
36 Programme 05 : Grandir par la culture 36 Programme 05 : Grandir par la culture
42 Programme 06 : Développer et insérer nos quartiers par le sport 42 Programme 06 : Développer et insérer nos quartiers par le sport
46 Programme 07 : Tout passe par l’entreprise et l’emploi 46 Programme 07 : Tout passe par l’entreprise et l’emploi
54 Programme 08 : Un plan national pour gagner la bataille contre l’illettrisme 54 Programme 08 : Un plan national pour gagner la bataille contre l’illettrisme
et l’illectronisme, former aux savoirs de base et l’illectronisme, former aux savoirs de base
60 Programme 09 : 200 quartiers d’excellence numérique 60 Programme 09 : 200 quartiers d’excellence numérique
70 Programme 10 : Reconnaître les nouveaux visages de Marianne 70 Programme 10 : Reconnaître les nouveaux visages de Marianne
76 Programme 11 : L’académie des leaders, la nouvelle grande école 76 Programme 11 : L’académie des leaders, la nouvelle grande école
80 Programme 12 : Une nouvelle armée de la république solidaire 80 Programme 12 : Une nouvelle armée de la république solidaire
84 Programme 13 : Agir fermement pour la sécurité et la justice 84 Programme 13 : Agir fermement pour la sécurité et la justice
90 Programme 14 : Des moyens d’agir pour les communes 90 Programme 14 : Des moyens d’agir pour les communes
94 Programme 15 : « La Nation garantit à tous la protection de la santé » 94 Programme 15 : « La Nation garantit à tous la protection de la santé »
100 Programme 16 : Les associations : le coeur des quartiers 100 Programme 16 : Les associations : le coeur des quartiers
104 Programme 17 : Lutter contre les discriminations 104 Programme 17 : Lutter contre les discriminations
108 Programme 18 : Une Cour d’équité territoriale 108 Programme 18 : Une Cour d’équité territoriale
114 Programme 19 : A la rencontre de l’Autre 114 Programme 19 : A la rencontre de l’Autre

120 Epilogue 120 Epilogue

122 Annexes 122 Annexes


VIVRE ENSEMBLE VIVRE ENSEMBLE
VIVRE EN GRAND LA REPUBLIQUE VIVRE EN GRAND LA REPUBLIQUE
Pour une réconciliation nationale Pour une réconciliation nationale

|6| Vivre ensemble – Vivre en grand |6| Vivre ensemble – Vivre en grand
L’heure n’est plus aux rapports d’experts, l’heure est à l’action. L’heure n’est plus aux rapports d’experts, l’heure est à l’action.

La situation est facile à résumer : près de 6 millions d’habitants vivent dans une forme de La situation est facile à résumer : près de 6 millions d’habitants vivent dans une forme de
relégation voire parfois, d’amnésie de la Nation réveillée de temps à autres par quelques relégation voire parfois, d’amnésie de la Nation réveillée de temps à autres par quelques
faits divers ; un effort public en berne ; des maires de banlieues qui se battent en première faits divers ; un effort public en berne ; des maires de banlieues qui se battent en première
ligne, qui craquent parfois et jettent l’éponge, des agents publics et des bénévoles épuisés. ligne, qui craquent parfois et jettent l’éponge, des agents publics et des bénévoles épuisés.
Les causes sont connues : des grands ensembles impossibles construits sous l’influence Les causes sont connues : des grands ensembles impossibles construits sous l’influence
de la charte d’Athènes, enfermés sur eux-mêmes et enclavés, ne bénéficiant pas toujours de la charte d’Athènes, enfermés sur eux-mêmes et enclavés, ne bénéficiant pas toujours
des fonctions d’une ville, parfois même hors ville, mais toujours de véritables cicatrices des fonctions d’une ville, parfois même hors ville, mais toujours de véritables cicatrices
urbaines. Construits rapidement, tous sur le même modèle, pour résorber la crise du lo- urbaines. Construits rapidement, tous sur le même modèle, pour résorber la crise du lo-
gement, ils ont en outre accueilli une immigration de travail transformée en immigration gement, ils ont en outre accueilli une immigration de travail transformée en immigration
familiale, sans que les moyens d’accueil et d’intégration n’aient été au rendez-vous. Dans le familiale, sans que les moyens d’accueil et d’intégration n’aient été au rendez-vous. Dans le
même temps, les usines en proximité qui avaient justifié leur venue fermaient ; la pauvreté même temps, les usines en proximité qui avaient justifié leur venue fermaient ; la pauvreté
concentrée ; le chômage de masse ; des familles parfois monoparentales ; une jeunesse concentrée ; le chômage de masse ; des familles parfois monoparentales ; une jeunesse
déracinée qui peine à faire sa place (500 000 jeunes soit plus de 50% des jeunes des quar- déracinée qui peine à faire sa place (500 000 jeunes soit plus de 50% des jeunes des quar-
tiers). tiers).

L’archipel des 1500 quartiers de la politique de la ville (QPV), c’est l’équivalent de la popula- L’archipel des 1500 quartiers de la politique de la ville (QPV), c’est l’équivalent de la popula-
tion cumulée des 10 premières villes de France. Parmi eux, 216 connaissent des difficultés tion cumulée des 10 premières villes de France. Parmi eux, 216 connaissent des difficultés
urbaines plus graves encore, 60 sont en risque de fracture et 15 en risque de rupture. urbaines plus graves encore, 60 sont en risque de fracture et 15 en risque de rupture.
Mais c’est bien plus en réalité, car ce cumul de graves difficultés et leurs conséquences Mais c’est bien plus en réalité, car ce cumul de graves difficultés et leurs conséquences
impactent les quartiers populaires qui leur sont proches et se diffusent alentour, un alentour impactent les quartiers populaires qui leur sont proches et se diffusent alentour, un alentour
culturel, géographique et générationnel. culturel, géographique et générationnel.

Si on ajoute, les territoires ruraux délaissés et certaines villes ou bassins en grave déprise, Si on ajoute, les territoires ruraux délaissés et certaines villes ou bassins en grave déprise,
ainsi qu’une partie importante de nos territoires d’outre-mer, ce sont plus de 10 millions de ainsi qu’une partie importante de nos territoires d’outre-mer, ce sont plus de 10 millions de
compatriotes qui sont éloignés du moteur de la réussite, n’ont pas les mêmes conditions de compatriotes qui sont éloignés du moteur de la réussite, n’ont pas les mêmes conditions de
départ, les mêmes services de base et donc la même chance de pouvoir, par leur effort et départ, les mêmes services de base et donc la même chance de pouvoir, par leur effort et
leur mérite, construire un véritable avenir. Pour cette France, tout est plus dur. leur mérite, construire un véritable avenir. Pour cette France, tout est plus dur.

C’est donc bien de la France, de son souffle, de son dynamisme, de sa croissance et de C’est donc bien de la France, de son souffle, de son dynamisme, de sa croissance et de
sa cohésion qu’il s’agit, de notre propre regard sur notre société et notre conception de sa cohésion qu’il s’agit, de notre propre regard sur notre société et notre conception de
l’égalité républicaine réelle. l’égalité républicaine réelle.

L’autre France, active, conquérante, qui travaille dur, contribuant à nourrir la France, à pro- L’autre France, active, conquérante, qui travaille dur, contribuant à nourrir la France, à pro-
duire, à servir nos concitoyens, doit savoir que c’est l’absence de réponses à ces pro- duire, à servir nos concitoyens, doit savoir que c’est l’absence de réponses à ces pro-
blèmes qui crée inévitablement des dépenses cumulées de rattrapage social, les épuise en blèmes qui crée inévitablement des dépenses cumulées de rattrapage social, les épuise en
partie et laisse chez eux parfois un sentiment d’incompréhension. partie et laisse chez eux parfois un sentiment d’incompréhension.

Il est clair que l’écart des chances d’avenir, selon les territoires, les origines sociales, la Il est clair que l’écart des chances d’avenir, selon les territoires, les origines sociales, la
géographie urbaine, ne cesse de croître. Cette situation ne sera pas tenable si nous renon- géographie urbaine, ne cesse de croître. Cette situation ne sera pas tenable si nous renon-
çons à intégrer dans le rêve français 10 millions d’âmes invisibles, une jeunesse lumineuse, çons à intégrer dans le rêve français 10 millions d’âmes invisibles, une jeunesse lumineuse,
colorée et en quête de participation. colorée et en quête de participation.

Nous sommes capables de traiter l’essentiel de ces problèmes en quittant les angoisses de Nous sommes capables de traiter l’essentiel de ces problèmes en quittant les angoisses de
notre histoire, les dispositifs accumulés, entassés, sédimentés, inefficaces, contradictoires, notre histoire, les dispositifs accumulés, entassés, sédimentés, inefficaces, contradictoires,
éparpillés, abandonnés où l’annonce du chiffre spectaculaire tient lieu de politique. Redeve- éparpillés, abandonnés où l’annonce du chiffre spectaculaire tient lieu de politique. Redeve-
nons une puissance d’actions, une grande puissance éducative, économique, scientifique, nons une puissance d’actions, une grande puissance éducative, économique, scientifique,
républicaine, fraternelle, dans le respect des rêves et des différences de chacun, en faisant républicaine, fraternelle, dans le respect des rêves et des différences de chacun, en faisant
coïncider notre grandeur avec le rêve républicain. coïncider notre grandeur avec le rêve républicain.

A défaut, fermenteront loin des yeux, le recroquevillement identitaire et le repli communau- A défaut, fermenteront loin des yeux, le recroquevillement identitaire et le repli communau-
taire si trop de concitoyens ont le sentiment de ne pas participer au rêve républicain. taire si trop de concitoyens ont le sentiment de ne pas participer au rêve républicain.
Il ne s’agit plus de comprendre, d’expliquer, encore moins d’excuser. L’heure est à l’action. Il ne s’agit plus de comprendre, d’expliquer, encore moins d’excuser. L’heure est à l’action.
Au nom de la solidarité nationale, et en raison de l’immense gâchis que représente pour Au nom de la solidarité nationale, et en raison de l’immense gâchis que représente pour
le pays cette jeunesse sacrifiée. Si les indicateurs sont dramatiques et scandaleux dans le pays cette jeunesse sacrifiée. Si les indicateurs sont dramatiques et scandaleux dans
un pays riche comme le nôtre, l’effort public est à notre portée, entrainant une dynamique un pays riche comme le nôtre, l’effort public est à notre portée, entrainant une dynamique
vertueuse ! vertueuse !

|7| Vivre ensemble – Vivre en grand |7| Vivre ensemble – Vivre en grand
Tordre le cou à quelques idées reçues Tordre le cou à quelques idées reçues
Mais pour rebâtir, repartir vers l’avant, il faut tordre le coup à quelques idées reçues et faire, sans Mais pour rebâtir, repartir vers l’avant, il faut tordre le coup à quelques idées reçues et faire, sans
incriminer personne et sereinement, un point réel et vrai de la situation. Démolir les clichés et ne incriminer personne et sereinement, un point réel et vrai de la situation. Démolir les clichés et ne
pas prendre un raccourci est indispensable pour s’approcher d’une analyse objective. pas prendre un raccourci est indispensable pour s’approcher d’une analyse objective.

Trop d’argent aurait été déversé pour les quartiers ? Trop d’argent aurait été déversé pour les quartiers ?

Faux. Dans les QPV, les communes ont plus de besoins mais moins de ressources : elles Faux. Dans les QPV, les communes ont plus de besoins mais moins de ressources : elles
disposent de 30% de capacité financière en moins, bien que leur taux d’imposition soit 2 disposent de 30% de capacité financière en moins, bien que leur taux d’imposition soit 2
fois plus élevé et que leurs besoins soient de 30% supérieurs. fois plus élevé et que leurs besoins soient de 30% supérieurs.
- Les quartiers sont plus jeunes (1/3 d’enfants en plus), plus pauvres, d’origines - Les quartiers sont plus jeunes (1/3 d’enfants en plus), plus pauvres, d’origines
culturelles plus diverses culturelles plus diverses
- Les besoins d’accompagnement scolaire, social, sportif ne cessent de croître - Les besoins d’accompagnement scolaire, social, sportif ne cessent de croître
(+3.9% dans les collèges des QPV pour -0.7% dans le pays) (+3.9% dans les collèges des QPV pour -0.7% dans le pays)
- Les équipements et services publics sont massivement moins présents
- Les équipements et services publics sont massivement moins présents

qu’ailleurs, avec des agents moins expérimentés qu’ailleurs, avec des agents moins expérimentés
- Le droit commun recule : 113 policiers au commissariat de Sevran il y a 17 ans, - Le droit commun recule : 113 policiers au commissariat de Sevran il y a 17 ans,
79 aujourd’hui. 79 aujourd’hui.
- Moitié moins de pédiatres, dentistes et gynécologues et les rares crèches ne sont - Moitié moins de pédiatres, dentistes et gynécologues et les rares crèches ne sont
pas occupées par les enfants de ces quartiers pas occupées par les enfants de ces quartiers
- 2/3 des logements sont des logements sociaux, plus anciens qu’ailleurs, construits - 2/3 des logements sont des logements sociaux, plus anciens qu’ailleurs, construits
avant 1970, pour 1983 en moyenne pour les autres avant 1970, pour 1983 en moyenne pour les autres
- 2 fois moins de lycéens en filière générale - 2 fois moins de lycéens en filière générale
- 3 fois moins d’étudiants en classes préparatoires - 3 fois moins d’étudiants en classes préparatoires
- 3 fois moins de contrats d’apprentissage - 3 fois moins de contrats d’apprentissage
- 1 jeune sur 6 décrocheur - 1 jeune sur 6 décrocheur
- 2 fois plus de personnes se sentent en insécurité - 2 fois plus de personnes se sentent en insécurité
- 3 fois plus de personnes discriminées - 3 fois plus de personnes discriminées
- Un taux de chômage presque 3 fois supérieur - Un taux de chômage presque 3 fois supérieur
- 50% des jeunes en attente - 50% des jeunes en attente
- 2 fois moins de licenciés sportifs, 3 fois moins d’équipements sportifs - 2 fois moins de licenciés sportifs, 3 fois moins d’équipements sportifs
- 2 fois plus de risque de décéder avant 75 ans - 2 fois plus de risque de décéder avant 75 ans
- 2 fois plus d’enfants de 6ème ne prennent pas de petit-déjeuner - 2 fois plus d’enfants de 6ème ne prennent pas de petit-déjeuner
- 1/3 des QPV n’ont pas de crèche à moins de 500 mètres - 1/3 des QPV n’ont pas de crèche à moins de 500 mètres

- 2 fois plus de ménages sans voiture et moins de transports publics - 2 fois plus de ménages sans voiture et moins de transports publics
- 160 QPV sans aucune desserte de transports - 160 QPV sans aucune desserte de transports
- Moins de bibliothèques et médiathèques - Moins de bibliothèques et médiathèques
- 2/3 des QPV sans implantation de Pôle emploi à moins de 500 mètres - 2/3 des QPV sans implantation de Pôle emploi à moins de 500 mètres
et 4/5 de missions locales à moins de 500 mètres et 4/5 de missions locales à moins de 500 mètres
- 20% des QPV sans bureau de poste à moins de 500 mètres - 20% des QPV sans bureau de poste à moins de 500 mètres
- 25% des habitants renoncent à des soins dentaires pour raisons financières - 25% des habitants renoncent à des soins dentaires pour raisons financières
- La moitié des QPV n’ont pas d’éducateurs de prévention spécialisés - La moitié des QPV n’ont pas d’éducateurs de prévention spécialisés

|8| Vivre ensemble – Vivre en grand |8| Vivre ensemble – Vivre en grand
Ces chiffres indicateurs sont en eux-mêmes parlants mais ils sont surtout cumulatifs. Ces chiffres indicateurs sont en eux-mêmes parlants mais ils sont surtout cumulatifs.

La politique de la ville serait inutile ? La politique de la ville serait inutile ?

Mais que seraient aujourd’hui nos quartiers sans le plan de cohésion sociale et la rénovation Mais que seraient aujourd’hui nos quartiers sans le plan de cohésion sociale et la rénovation
urbaine ? Le plan de rénovation urbaine qui a permis d’améliorer les conditions de vie de urbaine ? Le plan de rénovation urbaine qui a permis d’améliorer les conditions de vie de
nombreux quartiers et qui a généré 48 milliards de travaux, a été financé à moins de 3% par nombreux quartiers et qui a généré 48 milliards de travaux, a été financé à moins de 3% par
l’État mais a rapporté 4 milliards de TVA à son budget, 6 milliards de cotisations aux autres l’État mais a rapporté 4 milliards de TVA à son budget, 6 milliards de cotisations aux autres
comptes publics, et généré 40.000 emplois pendant 10 ans. comptes publics, et généré 40.000 emplois pendant 10 ans.

Une politique qui s’est éparpillée, complexifiée et a quasi disparue Une politique qui s’est éparpillée, complexifiée et a quasi disparue

L’inefficacité, l’éparpillement, l’absence de définition claire de stratégie et de méthode L’inefficacité, l’éparpillement, l’absence de définition claire de stratégie et de méthode
créent de l’incompréhension, faisant croire à des dépenses avec peu de résultats.-Les cor créent de l’incompréhension, faisant croire à des dépenses avec peu de résultats.-Les cor
rectifs mis en place il y a plus de 10 ans, se sont étiolés et estompés : la rénovation urbaine rectifs mis en place il y a plus de 10 ans, se sont étiolés et estompés : la rénovation urbaine
s’est totalement arrêtée depuis 4 ans, le programme de réussite éducative baisse, les zones s’est totalement arrêtée depuis 4 ans, le programme de réussite éducative baisse, les zones
franches urbaines ont été vidées de leur substance, le fonds de cohésion sociale-a quasi franches urbaines ont été vidées de leur substance, le fonds de cohésion sociale-a quasi
ment disparu, le soutien à l’apprentissage et le plan de services à la personne ont été très ment disparu, le soutien à l’apprentissage et le plan de services à la personne ont été très
réduits, des contrats aidés qu’on devrait qualifier d’aidants ont été divisés par quatre, des réduits, des contrats aidés qu’on devrait qualifier d’aidants ont été divisés par quatre, des
adultes relais moins nombreux… adultes relais moins nombreux…

Les quartiers seraient un poids pour la République ? Les quartiers seraient un poids pour la République ?

Au contraire, ils servent de sas à la République. 13% des habitants déménagent chaque Au contraire, ils servent de sas à la République. 13% des habitants déménagent chaque
année dans le quartier ou à l’extérieur. Or, ces quartiers accueillent toutes les nouvelles
- dif année dans le quartier ou à l’extérieur. Or, ces quartiers accueillent toutes les nouvelles
- dif
ficultés que la Nation se cache à elle-même bien involontairement. 30% des bénéficiaires ficultés que la Nation se cache à elle-même bien involontairement. 30% des bénéficiaires
de la loi DALO, de nombreux hôtels sociaux, des centres d’hébergement, les demandeurs de la loi DALO, de nombreux hôtels sociaux, des centres d’hébergement, les demandeurs
du droit d’asile et les déboutés. Il est extraordinaire, dans ces conditions, que l’espérance du droit d’asile et les déboutés. Il est extraordinaire, dans ces conditions, que l’espérance
puisse être encore présente. Cela souligne la capacité d’innovation des acteurs locaux et puisse être encore présente. Cela souligne la capacité d’innovation des acteurs locaux et
le talent de cette jeunesse dans les créations d’entreprises, la finance, la culture et le sport. le talent de cette jeunesse dans les créations d’entreprises, la finance, la culture et le sport.
Nos quartiers populaires sont plus divers qu’on ne le dit parfois, nos habitants y vivent au Nos quartiers populaires sont plus divers qu’on ne le dit parfois, nos habitants y vivent au
milieu d’enfants nombreux qui grandissent, vont à l’école et jouent. On s’y aime, on s’y milieu d’enfants nombreux qui grandissent, vont à l’école et jouent. On s’y aime, on s’y
entraide, on y vieilli. Ceux qui ont fait l’objet de rénovations ont des appartements offrant entraide, on y vieilli. Ceux qui ont fait l’objet de rénovations ont des appartements offrant
souvent le confort à des familles modestes même si les équipements et les services sont souvent le confort à des familles modestes même si les équipements et les services sont
plus loin et moins beaux qu’ailleurs. plus loin et moins beaux qu’ailleurs.

Nos quartiers populaires sont bouillonnants d’initiatives, ils ont un taux de création- d’entre Nos quartiers populaires sont bouillonnants d’initiatives, ils ont un taux de création- d’entre
prises très supérieur à la moyenne nationale, notamment dans l’industrie de la culture et le prises très supérieur à la moyenne nationale, notamment dans l’industrie de la culture et le
numérique. La plupart des personnalités préférées des français viennent de ces quartiers. numérique. La plupart des personnalités préférées des français viennent de ces quartiers.
Les quartiers comme les territoires ruraux et hyper ruraux sont des territoires fragiles qui, Les quartiers comme les territoires ruraux et hyper ruraux sont des territoires fragiles qui,
à bien des égards, se ressemblent. Ce sont aussi des territoires incompris qui pourtant
- re à bien des égards, se ressemblent. Ce sont aussi des territoires incompris qui pourtant
- re
cèlent des leviers de l’économie de demain. Campagnes et quartiers sont particulièrement cèlent des leviers de l’économie de demain. Campagnes et quartiers sont particulièrement
innovants, en avance sur bien des points, notamment les solidarités humaines, l’audace et innovants, en avance sur bien des points, notamment les solidarités humaines, l’audace et
la créativité. Pourtant ils se retrouvent dans le sentiment d’être abandonnés par -la Répu la créativité. Pourtant ils se retrouvent dans le sentiment d’être abandonnés par -la Répu
blique. Nous avons des territoires où la rancœur monte mais où les causes de la déshérence blique. Nous avons des territoires où la rancœur monte mais où les causes de la déshérence
ne sont pas traitées réellement. ne sont pas traitées réellement.
Problèmes sociaux, spatiaux, on doit comprendre que les valeurs républicaines ne peuvent Problèmes sociaux, spatiaux, on doit comprendre que les valeurs républicaines ne peuvent
pas progresser là où la promesse d’égalité n’est plus possible. La foi dans le système est pas progresser là où la promesse d’égalité n’est plus possible. La foi dans le système est
fortement atteinte. fortement atteinte.

Sans réussir à faire de tous les territoires de la République des lieux de progrès, -nous en Sans réussir à faire de tous les territoires de la République des lieux de progrès, -nous en
courageons les forces centrifuges. Ce déni de réalité a un prix et nous amène à abandonner courageons les forces centrifuges. Ce déni de réalité a un prix et nous amène à abandonner
certains de nos propres enfants. certains de nos propres enfants.

Les quartiers populaires, comme les zones rurales délaissées, notre jeunesse et nos - outre Les quartiers populaires, comme les zones rurales délaissées, notre jeunesse et nos - outre
mers ne demandent pas l’assistance, ni des financements exceptionnels, mais simplement mers ne demandent pas l’assistance, ni des financements exceptionnels, mais simplement
le droit à l’égalité républicaine afin de s’épanouir en fonction des efforts et des talents, et le droit à l’égalité républicaine afin de s’épanouir en fonction des efforts et des talents, et
de participer à la croissance et donc au développement économique et social pour tous. de participer à la croissance et donc au développement économique et social pour tous.

|9| Vivre ensemble – Vivre en grand |9| Vivre ensemble – Vivre en grand
Puisque, de fait, ils servent de sas d’accès à la République, ils doivent bénéficier d’une Puisque, de fait, ils servent de sas d’accès à la République, ils doivent bénéficier d’une
attention particulière. attention particulière.

Relancer radicalement et différemment Relancer radicalement et différemment


la politique de la ville : l’exigence républicaine la politique de la ville : l’exigence républicaine
Faire revenir la République Faire revenir la République

Le repli identitaire et communautaire ne doit pas être nié, il doit tenir sa juste place. Le repli identitaire et communautaire ne doit pas être nié, il doit tenir sa juste place.

Il ne s’agit pas de minimiser l’ampleur du défi républicain, dans certains quartiers. Les Il ne s’agit pas de minimiser l’ampleur du défi républicain, dans certains quartiers. Les
« dealers » y sont de plus en plus visibles, surtout la nuit, tandis que les femmes le sont « dealers » y sont de plus en plus visibles, surtout la nuit, tandis que les femmes le sont
de moins en moins, même le jour. Des forces de relégation territoriale et de désagrégation de moins en moins, même le jour. Des forces de relégation territoriale et de désagrégation
sociale sont à l’œuvre. Ces forces propagent l’idée du rejet qui justifierait le repli commu- sociale sont à l’œuvre. Ces forces propagent l’idée du rejet qui justifierait le repli commu-
nautaire, quand ce n’est pas la délinquance et la haine de l’autre. nautaire, quand ce n’est pas la délinquance et la haine de l’autre.

Face à cela, les citoyens attendent la protection de l’Etat et force doit rester à la loi. La lutte Face à cela, les citoyens attendent la protection de l’Etat et force doit rester à la loi. La lutte
contre la violence, la délinquance et l’économie souterraine mobilisent la police et la justice, contre la violence, la délinquance et l’économie souterraine mobilisent la police et la justice,
qui méritent d’être soutenues et dont les moyens doivent être radicalement renforcés. qui méritent d’être soutenues et dont les moyens doivent être radicalement renforcés.

Mais la République doit aussi traiter le mal à la racine, pour réparer les quartiers, refaire Mais la République doit aussi traiter le mal à la racine, pour réparer les quartiers, refaire
société, éduquer et insérer. Elle ne gagnera ce combat qu’en s’appuyant sur les forces société, éduquer et insérer. Elle ne gagnera ce combat qu’en s’appuyant sur les forces
vives des quartiers, en apportant aux enfants, aux femmes, aux élus, aux associations, aux vives des quartiers, en apportant aux enfants, aux femmes, aux élus, aux associations, aux
services publics, la « main tendue » d’un peuple tout entier et le minimum de services de services publics, la « main tendue » d’un peuple tout entier et le minimum de services de
base de notre Nation. base de notre Nation.

Notre pays est à un carrefour : assumer le repli sur soi et l’affaiblissement, avec la spirale Notre pays est à un carrefour : assumer le repli sur soi et l’affaiblissement, avec la spirale
de l’incompréhension, de la rupture et de l’affrontement, laissant les ennemis de la Répu- de l’incompréhension, de la rupture et de l’affrontement, laissant les ennemis de la Répu-
blique occuper le terrain, ou décider que notre grande Nation est riche du potentiel de cette blique occuper le terrain, ou décider que notre grande Nation est riche du potentiel de cette
jeunesse et forte des qualités de sa diversité. 500 000 jeunes disponibles représentent le jeunesse et forte des qualités de sa diversité. 500 000 jeunes disponibles représentent le
dynamisme de notre pays. dynamisme de notre pays.

Là est le cœur du malentendu Là est le cœur du malentendu

Le coût de l’inaction devient insupportable en terme humain et avec toutes ses conséquences Le coût de l’inaction devient insupportable en terme humain et avec toutes ses conséquences
de dépenses, d’assistances, de replâtrage, en matière de santé, d’éducation, de sécurité, de de dépenses, d’assistances, de replâtrage, en matière de santé, d’éducation, de sécurité, de
performance économique. performance économique.

Ce plan est avant tout un plan de ressources humaines. Il n’est de richesse que d’hommes. La Ce plan est avant tout un plan de ressources humaines. Il n’est de richesse que d’hommes. La
force d’un pays est celle de ses ressources humaines. La solidité d’une chaine dépend de son force d’un pays est celle de ses ressources humaines. La solidité d’une chaine dépend de son
maillon le plus faible. maillon le plus faible.

La croissance actuelle est en partie liée à celle de nos voisins. La croissance de demain sera La croissance actuelle est en partie liée à celle de nos voisins. La croissance de demain sera
portée par la création, par l’innovation, par la qualification de notre jeunesse. C’est un plan de portée par la création, par l’innovation, par la qualification de notre jeunesse. C’est un plan de
croissance, de développement et d’espoir. croissance, de développement et d’espoir.
Ces quartiers concentrent toutes les problématiques d’une nation de manière exacerbée et Ces quartiers concentrent toutes les problématiques d’une nation de manière exacerbée et
nous voyons bien, malgré les bonnes volontés éparpillées des uns et des autres, la limite de nous voyons bien, malgré les bonnes volontés éparpillées des uns et des autres, la limite de
notre organisation. notre organisation.

Ce changement radical dans la conduite de l’action publique devra pouvoir être appliqué par- Ce changement radical dans la conduite de l’action publique devra pouvoir être appliqué par-
tout où il y a dysfonctionnement : villes moyennes en déprise, outre-mer, zones rurales délais- tout où il y a dysfonctionnement : villes moyennes en déprise, outre-mer, zones rurales délais-
sées, zones urbaines prioritaires, même si chacune d’entre-elles verront des moyens complé- sées, zones urbaines prioritaires, même si chacune d’entre-elles verront des moyens complé-
mentaires adaptés et renforcés (notamment les Assises des outre-mer en juin 2018). mentaires adaptés et renforcés (notamment les Assises des outre-mer en juin 2018).

C’est une réforme de l’action publique pas seulement gouvernementale, c’est un sursaut de C’est une réforme de l’action publique pas seulement gouvernementale, c’est un sursaut de
tous les acteurs de la Nation, dans une feuille de route claire. tous les acteurs de la Nation, dans une feuille de route claire.

| 10 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 10 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Ces propositions ont été construites avec l’ensemble des acteurs : Communes, Aggloméra tions, Ces propositions ont été construites avec l’ensemble des acteurs : Communes, Aggloméra tions,
Régions, Départements, Entreprises, Partenaires sociaux, Associations et État bien sûr. Régions, Départements, Entreprises, Partenaires sociaux, Associations et État bien sûr.

Des programmes simples robustes, évaluables et complémentaires : remettre à plat, simplifier, Des programmes simples robustes, évaluables et complémentaires : remettre à plat, simplifier,
ne plus confondre opérateur et financeur, stabiliser, redéfinir les objectifs et leurs indicateurs… ne plus confondre opérateur et financeur, stabiliser, redéfinir les objectifs et leurs indicateurs…

Pour vivre ensemble, il faut faire ensemble. Pour vivre ensemble, il faut faire ensemble.

19 programmes robustes, structurants, innovants 19 programmes robustes, structurants, innovants


Il faut mettre en mouvement chacun de ces programmes en même temps. Pour l’essentiel, Il faut mettre en mouvement chacun de ces programmes en même temps. Pour l’essentiel,
ils peuvent démarrer tout de suite, ils provoqueront un effet blast, une spirale positive et une ils peuvent démarrer tout de suite, ils provoqueront un effet blast, une spirale positive et une
dynamique extrêmement puissante. C’est un plan de réconciliation nationale. dynamique extrêmement puissante. C’est un plan de réconciliation nationale.
Recréer une cohésion urbaine, une cohésion sociale, une cohésion républicaine, c’est pos- Recréer une cohésion urbaine, une cohésion sociale, une cohésion républicaine, c’est pos-
sible et parfaitement réalisable, très rapidement, à condition que : sible et parfaitement réalisable, très rapidement, à condition que :

- Chacun des 19 programmes soit piloté en tant que tel et par une ou deux - Chacun des 19 programmes soit piloté en tant que tel et par une ou deux
personnalités reconnues ; personnalités reconnues ;

- Un chef d’état-major et une équipe de très haut niveau soit mise en place pour - Un chef d’état-major et une équipe de très haut niveau soit mise en place pour
impulser, coordonner et adapter l’ensemble du plan. Une personnalité qui aura impulser, coordonner et adapter l’ensemble du plan. Une personnalité qui aura
l’autorité suffisante donnée par le Président de la République ; l’autorité suffisante donnée par le Président de la République ;

- Chacune des institutions soit réellement et publiquement en responsabilité avec - Chacune des institutions soit réellement et publiquement en responsabilité avec
un chef de file ; un chef de file ;

- L’évaluation des indicateurs pour chaque action soit rendue publique chaque année
; - L’évaluation des indicateurs pour chaque action soit rendue publique chaque année
;

- Un rapport soit effectué tous les ans devant le Parlement sur l’avancée - Un rapport soit effectué tous les ans devant le Parlement sur l’avancée
des programmes et l’état de la cohésion nationale ; des programmes et l’état de la cohésion nationale ;

- Un comité de suivi présidé et constitué de personnalités d’envergure nationale, - Un comité de suivi présidé et constitué de personnalités d’envergure nationale,
assure le suivi de la mise en œuvre des programmes. Il devra alerter des difficultés assure le suivi de la mise en œuvre des programmes. Il devra alerter des difficultés
de mise en œuvre en temps réel et remettra un rapport annuel au Président de la de mise en œuvre en temps réel et remettra un rapport annuel au Président de la
République, garant de l’unité nationale. République, garant de l’unité nationale.

| 11 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 11 | Vivre ensemble – Vivre en grand


| 12 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 12 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Pour une réconciliation nationale Pour une réconciliation nationale

01 02 03 04 01 02 03 04
La qualité urbaine La mobilité, un Investir dans la De l’école à la La qualité urbaine La mobilité, un Investir dans la De l’école à la
pour tous droit et une petite enfance « cité éducative » pour tous droit et une petite enfance « cité éducative »
nécessité nécessité

05 06 07 08 05 06 07 08
Grandir par la Développer et Tout passe par Un plan national pour gagner Grandir par la Développer et Tout passe par Un plan national pour gagner
culture insérer nos quartiers l’entreprise et la bataille contre l’illettrisme culture insérer nos quartiers l’entreprise et la bataille contre l’illettrisme
par le sport et l’illectronisme, former aux par le sport et l’illectronisme, former aux
l’emploi l’emploi
savoirs de base savoirs de base

09 10 11 12 09 10 11 12
200 quartiers Reconnaître les L’académie des Une nouvelle armée 200 quartiers Reconnaître les L’académie des Une nouvelle armée
d’excellence nouveaux visages leaders, la nouvelle de la République d’excellence nouveaux visages leaders, la nouvelle de la République
numérique de Marianne grande école solidaire numérique de Marianne grande école solidaire

13 14 15 16 13 14 15 16
Agir fermement Des moyens d’agir « La Nation garantit Les associations : Agir fermement Des moyens d’agir « La Nation garantit Les associations :
pour la sécurité et la pour les communes à tous la protection le coeur des quartiers pour la sécurité et la pour les communes à tous la protection le coeur des quartiers
justice de la santé » justice de la santé »

17 18 19 17 18 19
Lutter contre les Une Cour d’équité A la rencontre de Lutter contre les Une Cour d’équité A la rencontre de
discriminations territoriale l’Autre discriminations territoriale l’Autre

| 13 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 13 | Vivre ensemble – Vivre en grand


1 1

| 14 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 14 | Vivre ensemble – Vivre en grand


La qualité urbaine La qualité urbaine
pour tous pour tous

| 15 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 15 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 1 : Programme 1 :
La qualité urbaine pour tous La qualité urbaine pour tous
La qualité urbaine est décisive, seuls les gens qui n’y vivent pas opposent l’humain à l’ur- La qualité urbaine est décisive, seuls les gens qui n’y vivent pas opposent l’humain à l’ur-
bain. bain.

La rénovation urbaine est une grande cause d’intérêt public. Si on ne peut pas demander La rénovation urbaine est une grande cause d’intérêt public. Si on ne peut pas demander
à cette politique de résoudre tous les problèmes des quartiers évidemment, elle a considé- à cette politique de résoudre tous les problèmes des quartiers évidemment, elle a considé-
rablement amélioré la vie des habitants, ainsi d’ailleurs, que ceux des communes mais qui rablement amélioré la vie des habitants, ainsi d’ailleurs, que ceux des communes mais qui
n’habitent pas dans le quartier. n’habitent pas dans le quartier.

Relance immédiate de la rénovation urbaine Relance immédiate de la rénovation urbaine


- Sondage CSA 1er février 2007 : habitants dans les quartiers en rénovation depuis plus - Sondage CSA 1er février 2007 : habitants dans les quartiers en rénovation depuis plus
d’un an : 90% de satisfaits, 94% des habitants de la commune ; d’un an : 90% de satisfaits, 94% des habitants de la commune ;
- 2013 : amélioration de la situation des quartiers en difficulté doit rester une question im- - 2013 : amélioration de la situation des quartiers en difficulté doit rester une question im-
portante 38% et 52% prioritaire : total 90% ; portante 38% et 52% prioritaire : total 90% ;
- 75% de la population estime que la rénovation urbaine donne confiance dans la capacité - 75% de la population estime que la rénovation urbaine donne confiance dans la capacité
des pouvoirs publics à agir efficacement pour améliorer la vie des gens ; des pouvoirs publics à agir efficacement pour améliorer la vie des gens ;
- BVA 2017 : 85% des bénéficiaires directs du programme neuf ou réhabilité dans le cas de - BVA 2017 : 85% des bénéficiaires directs du programme neuf ou réhabilité dans le cas de
la rénovation urbaine sont satisfaits ; la rénovation urbaine sont satisfaits ;
- CSA 2011 : 68% estiment que la rénovation urbaine a des effets positifs pour tous les - CSA 2011 : 68% estiment que la rénovation urbaine a des effets positifs pour tous les
habitants quel que soit le quartier dans lequel ils résident. habitants quel que soit le quartier dans lequel ils résident.

Conçue comme un outil de soutien aux maires et aux organismes HLM et non comme un Conçue comme un outil de soutien aux maires et aux organismes HLM et non comme un
programme d’État, l’ANRU était un tiers de confiance facilitateur et fédérateur de toutes les programme d’État, l’ANRU était un tiers de confiance facilitateur et fédérateur de toutes les
forces et de tous les acteurs. 440 quartiers sur tout le territoire en ont bénéficié : 150.000 dé- forces et de tous les acteurs. 440 quartiers sur tout le territoire en ont bénéficié : 150.000 dé-
molitions/reconstructions, 300.000 réhabilitations, autant de résidentialisations, 300 équi- molitions/reconstructions, 300.000 réhabilitations, autant de résidentialisations, 300 équi-
pements publics, la création d’allées, d’avenues et d’espaces publics. Cette mécanique de pements publics, la création d’allées, d’avenues et d’espaces publics. Cette mécanique de
la confiance a été très économe des subventions de l’État (moins de 3%) alors même que la confiance a été très économe des subventions de l’État (moins de 3%) alors même que
celui-ci a bénéficié de 4 milliards d’euros de recette de TVA et les autres comptes publics celui-ci a bénéficié de 4 milliards d’euros de recette de TVA et les autres comptes publics
de 6 milliards. L’ensemble des travaux a créé, de manière permanente pendant 10 ans, de 6 milliards. L’ensemble des travaux a créé, de manière permanente pendant 10 ans,
plus de 40.000 emplois. plus de 40.000 emplois.

Or, depuis 4 ans, la rénovation urbaine est à l’arrêt, l’ambition originelle s’est perdue. La bu- Or, depuis 4 ans, la rénovation urbaine est à l’arrêt, l’ambition originelle s’est perdue. La bu-
reaucratie a progressivement pris le pas sur la dynamique de projets. Le lien de confiance reaucratie a progressivement pris le pas sur la dynamique de projets. Le lien de confiance
a été rompu. a été rompu.

En transformant subrepticement cet outil agile, réactif, tiers de confiance et facilitateur En transformant subrepticement cet outil agile, réactif, tiers de confiance et facilitateur
en une agence d’un État impécunieux, tout s’est enrayé. Pourtant, beaucoup reste à faire en une agence d’un État impécunieux, tout s’est enrayé. Pourtant, beaucoup reste à faire
pour redonner à nos quartiers une qualité urbaine conforme à l’égalité républicaine des pour redonner à nos quartiers une qualité urbaine conforme à l’égalité républicaine des
territoires. territoires.

Les habitants, les communes et les bailleurs sociaux attendent impatiemment cette re- Les habitants, les communes et les bailleurs sociaux attendent impatiemment cette re-
lance. lance.

400 projets parfaitement identifiés (annexe 1) représentant 80.000 destructions/recons- 400 projets parfaitement identifiés (annexe 1) représentant 80.000 destructions/recons-
tructions, 300.000 résidentialisations/réhabilitations, 700 équipements publics indispen- tructions, 300.000 résidentialisations/réhabilitations, 700 équipements publics indispen-
sables à réhabiliter ou à construire pour assurer le rattrapage sont en attente (annexe 2). Ce sables à réhabiliter ou à construire pour assurer le rattrapage sont en attente (annexe 2). Ce
redémarrage indispensable créera par ailleurs 40.000 emplois et des recettes pour l’État et redémarrage indispensable créera par ailleurs 40.000 emplois et des recettes pour l’État et
les comptes publics. les comptes publics.

| 16 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 16 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Ce n’est pas essentiellement un problème de financement, c’est un problème de Ce n’est pas essentiellement un problème de financement, c’est un problème de
confiance c’est-à-dire de gouvernance. confiance c’est-à-dire de gouvernance.

Les communes et les bailleurs sociaux sont l’arme au pied, les compléments de co-inves- Les communes et les bailleurs sociaux sont l’arme au pied, les compléments de co-inves-
tissement ont été renforcés : 1 milliard d’euros par an (Action Logement et USH). Les agglo- tissement ont été renforcés : 1 milliard d’euros par an (Action Logement et USH). Les agglo-
mérations sont prêtes (Pacte de Dijon) ainsi que la plupart des régions. mérations sont prêtes (Pacte de Dijon) ainsi que la plupart des régions.

Les grues doivent revenir dans les quartiers dès la fin de l’année, véritable main tendue et Les grues doivent revenir dans les quartiers dès la fin de l’année, véritable main tendue et
symbole de nouvelles métamorphoses. symbole de nouvelles métamorphoses.

Changer la gouvernance en saluant le travail des équipes de l’ANRU, victimes elles- Changer la gouvernance en saluant le travail des équipes de l’ANRU, victimes elles-
mêmes de cette dérive bureaucratique. mêmes de cette dérive bureaucratique.

Première hypothèse : Première hypothèse :


La plus ambitieuse : doter notre pays d’une fondation appartenant à la Nation, regrou- La plus ambitieuse : doter notre pays d’une fondation appartenant à la Nation, regrou-
pant les collectivités territoriales, les financeurs, les partenaires sociaux et les bailleurs. pant les collectivités territoriales, les financeurs, les partenaires sociaux et les bailleurs.
Elle aurait pour vocation le renouvellement urbain à proprement parler, le complément de Elle aurait pour vocation le renouvellement urbain à proprement parler, le complément de
financement permettant la mise à niveau de l’ensemble des équipements publics voulu par financement permettant la mise à niveau de l’ensemble des équipements publics voulu par
les agglomérations et les communes dans les bassins en crise ne disposant que de peu de les agglomérations et les communes dans les bassins en crise ne disposant que de peu de
ressources et dans les territoires ruraux. ressources et dans les territoires ruraux.

Par ailleurs, elle poursuivra les missions d’Action Logement : mieux loger les salariés, ren- Par ailleurs, elle poursuivra les missions d’Action Logement : mieux loger les salariés, ren-
forcer le lien emploi-logement. forcer le lien emploi-logement.

Cette fondation bénéficierait de l’affectation irréversible de fonds et d’actifs d’Action Lo- Cette fondation bénéficierait de l’affectation irréversible de fonds et d’actifs d’Action Lo-
gement, garantissant ainsi une ressource pérenne. Ses moyens seront donc considérable- gement, garantissant ainsi une ressource pérenne. Ses moyens seront donc considérable-
ment renforcés par la vente de certains actifs. De par son statut de fondation, elle n’entrera ment renforcés par la vente de certains actifs. De par son statut de fondation, elle n’entrera
pas dans les critères de Maastricht et ne sera pas soumise à l’annualité budgétaire. Elle pas dans les critères de Maastricht et ne sera pas soumise à l’annualité budgétaire. Elle
pourra donc mobiliser rapidement et puissamment l’ensemble des financements indispen- pourra donc mobiliser rapidement et puissamment l’ensemble des financements indispen-
sables permettant l’accès à l’égalité de qualité urbaine. sables permettant l’accès à l’égalité de qualité urbaine.

L’impact sur l’emploi peut être estimé à plus de 100.000 emplois par an. L’impact sur l’emploi peut être estimé à plus de 100.000 emplois par an.

Elle prêterait une attention particulière aux Offices en difficulté. Elle prêterait une attention particulière aux Offices en difficulté.

Deuxième hypothèse : Deuxième hypothèse :


Moins ambitieuse : modifier complètement la gouvernance de l’ANRU qui doit être pilotée Moins ambitieuse : modifier complètement la gouvernance de l’ANRU qui doit être pilotée
par les financeurs, les agglomérations et les bailleurs concernés. par les financeurs, les agglomérations et les bailleurs concernés.

| 17 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 17 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 1 : Programme 1 :
La qualité urbaine pour tous La qualité urbaine pour tous

Une urgence : traiter les copropriétés en difficulté Une urgence : traiter les copropriétés en difficulté
ou dégradées ou dégradées
Le développement rapide des copropriétés dégradées est un phénomène dramatique qui Le développement rapide des copropriétés dégradées est un phénomène dramatique qui
touche des franges de population de plus en plus importantes. 120.000 copropriétés de ce touche des franges de population de plus en plus importantes. 120.000 copropriétés de ce
type sur tout le territoire national. type sur tout le territoire national.

100.000 logements sont dans des copropriétés en difficulté et en très grande difficultés. 100.000 logements sont dans des copropriétés en difficulté et en très grande difficultés.
Pour eux, le redressement est possible à condition de renforcer massivement les plans Pour eux, le redressement est possible à condition de renforcer massivement les plans
de sauvegarde, OPAH et ORCOD, soutiens financiers, déclenchements des procédures, de sauvegarde, OPAH et ORCOD, soutiens financiers, déclenchements des procédures,
capacités juridiques et judiciaires, administrations (plan prêt annexe 3). A défaut, elles bas- capacités juridiques et judiciaires, administrations (plan prêt annexe 3). A défaut, elles bas-
culeront dans l’irréversible, inacceptable, le développement des marchands de sommeil. culeront dans l’irréversible, inacceptable, le développement des marchands de sommeil.

20.000 logements sont dans des copropriétés en une situation irréversible. La grande ma- 20.000 logements sont dans des copropriétés en une situation irréversible. La grande ma-
jorité se trouve dans et au milieu des sites de rénovation urbaine créant un trouble mani- jorité se trouve dans et au milieu des sites de rénovation urbaine créant un trouble mani-
feste et majeur. Les acteurs locaux ont pour l’essentiel perdu le contrôle, les délais sont feste et majeur. Les acteurs locaux ont pour l’essentiel perdu le contrôle, les délais sont
trop longs, la mobilisation des acteurs difficile, le relogement complexe, l’équation finan- trop longs, la mobilisation des acteurs difficile, le relogement complexe, l’équation finan-
cière parfois impossible. Il n’y a pas de pilote car ce sont des sites orphelins. Les effectifs cière parfois impossible. Il n’y a pas de pilote car ce sont des sites orphelins. Les effectifs
des équipes d’inspection (communes, ARS et d’instruction des dossiers ainsi que ceux des équipes d’inspection (communes, ARS et d’instruction des dossiers ainsi que ceux
des juges de l’expropriation de France Domaines) sont tellement sous-dimensionnés qu’ils des juges de l’expropriation de France Domaines) sont tellement sous-dimensionnés qu’ils
contribuent au dysfonctionnement de la lutte contre les propriétés dégradées. Avec les ou- contribuent au dysfonctionnement de la lutte contre les propriétés dégradées. Avec les ou-
tils actuels, on mettra plus de 30 ans pour résoudre les problèmes les plus importants, les tils actuels, on mettra plus de 30 ans pour résoudre les problèmes les plus importants, les
drames humains se multiplieront et les marchands de sommeil continueront de prospérer drames humains se multiplieront et les marchands de sommeil continueront de prospérer
impunément. impunément.

Pour être efficace, il faut aller vite et fort, et avoir un plan massif de résorption dans les 5 Pour être efficace, il faut aller vite et fort, et avoir un plan massif de résorption dans les 5
ans. Cela coûtera, dans tous les cas de figures, beaucoup moins cher que de laisser trainer ans. Cela coûtera, dans tous les cas de figures, beaucoup moins cher que de laisser trainer
cette situation. cette situation.

Il faut donc à la fois : Il faut donc à la fois :

- étendre les 2 ORCOD-IN existantes : Grigny et Clichy aux 12 sites qui en ont besoin ; - étendre les 2 ORCOD-IN existantes : Grigny et Clichy aux 12 sites qui en ont besoin ;
- renforcer les procédures judiciaires pour permettre une accélération des expropriations ; - renforcer les procédures judiciaires pour permettre une accélération des expropriations ;
- renforcer les moyens d’évaluation de la valeur ; - renforcer les moyens d’évaluation de la valeur ;
- mobiliser la TSE des établissements publics fonciers régionaux et les financements d’État - mobiliser la TSE des établissements publics fonciers régionaux et les financements d’État
complémentaires nécessaires ; complémentaires nécessaires ;
- mobiliser les agglomérations ; - mobiliser les agglomérations ;
- mettre une équipe restreinte de haut niveau, placée auprès du Premier ministre (magis- - mettre une équipe restreinte de haut niveau, placée auprès du Premier ministre (magis-
trats, commissaires et un DRIRE) pour suivre ces opérations extrêmement délicates ; trats, commissaires et un DRIRE) pour suivre ces opérations extrêmement délicates ;
• désigner un pilote national, la Caisse des dépôts, qui opèrera avec les acteurs • désigner un pilote national, la Caisse des dépôts, qui opèrera avec les acteurs
locaux, procèdera à l’acquisition des logements et agira en complément des EPF locaux, procèdera à l’acquisition des logements et agira en complément des EPF
existants ; existants ;
• assurer l’acquisition de 3 à 5.000 logements par an pendant cinq ans, implique • assurer l’acquisition de 3 à 5.000 logements par an pendant cinq ans, implique
une ressource de 250 millions d’euros. Les EPF régionaux et la TSE seront mobilisés. une ressource de 250 millions d’euros. Les EPF régionaux et la TSE seront mobilisés.

| 18 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 18 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Lutter contre la découpe des pavillons par les marchands de Lutter contre la découpe des pavillons par les marchands de
sommeil sommeil
C’est un nouveau désastre qui prospère extrêmement vite, notamment en Ile-de-France. C’est un nouveau désastre qui prospère extrêmement vite, notamment en Ile-de-France.

Les actions de lutte contre l’habitat indigne visent plusieurs objectifs : protéger les occu- Les actions de lutte contre l’habitat indigne visent plusieurs objectifs : protéger les occu-
pants vulnérables (par des arrêtés), poursuivre les propriétaires criminels, éviter la constitu- pants vulnérables (par des arrêtés), poursuivre les propriétaires criminels, éviter la constitu-
tion de « filières » parfois en lien avec la politique migratoire. tion de « filières » parfois en lien avec la politique migratoire.

Il faut : Il faut :

- Lever les freins constatés dans le traitement de la sur-occupation par la mise en - Lever les freins constatés dans le traitement de la sur-occupation par la mise en
œuvre du relogement par l’Etat hors arrêtés d’insalubrité (sur simple constat de sur œuvre du relogement par l’Etat hors arrêtés d’insalubrité (sur simple constat de sur
occupation) et la mise en œuvre les Permis de louer et les Permis de diviser ; occupation) et la mise en œuvre les Permis de louer et les Permis de diviser ;

- Lever les freins à l’engagement volontariste des partenaires locaux (sécuriser la mise - Lever les freins à l’engagement volontariste des partenaires locaux (sécuriser la mise
en œuvre des travaux effectués d’office par les collectivités, organiser la suspension de en œuvre des travaux effectués d’office par les collectivités, organiser la suspension de
loyers dans le cadre de certains arrêtés) ; loyers dans le cadre de certains arrêtés) ;

- Permettre le fichage des marchands de sommeil condamnés, en recoupant notam- - Permettre le fichage des marchands de sommeil condamnés, en recoupant notam-
ment ceux qui dissimulent leurs activités derrière une SCI et en permettant la consul- ment ceux qui dissimulent leurs activités derrière une SCI et en permettant la consul-
tation de ce fichier par les différents acteurs de la lutte contre l’habitat indigne. tation de ce fichier par les différents acteurs de la lutte contre l’habitat indigne.

Soutenir les commerces de proximité dans les quartiers Soutenir les commerces de proximité dans les quartiers
de renouvellement urbain de renouvellement urbain
C’est une composante essentielle de la vie dans les quartiers en répondant à la demande, C’est une composante essentielle de la vie dans les quartiers en répondant à la demande,
en étant pourvoyeurs d’emplois et facteurs de lien social et en contribuant à la vie et à la en étant pourvoyeurs d’emplois et facteurs de lien social et en contribuant à la vie et à la
qualité urbaine. Dans certains quartiers, cette mission est extrêmement difficile à assumer. qualité urbaine. Dans certains quartiers, cette mission est extrêmement difficile à assumer.

L’EPARECA est doté de moyens administratifs et juridiques importants et d’une très grande L’EPARECA est doté de moyens administratifs et juridiques importants et d’une très grande
expertise. Malheureusement, son impact est trop faible (une trentaine d’opérations por- expertise. Malheureusement, son impact est trop faible (une trentaine d’opérations por-
tées). Il est indispensable de passer à une autre échelle en visant une centaine d’opérations tées). Il est indispensable de passer à une autre échelle en visant une centaine d’opérations
à mettre en œuvre immédiatement. Quelques rares agglomérations se sont dotées d’un à mettre en œuvre immédiatement. Quelques rares agglomérations se sont dotées d’un
outil équivalent. outil équivalent.

Confier à l’EPARECA un rôle de chef de file Confier à l’EPARECA un rôle de chef de file
L’EPARECA doit être positionné comme référent national et faire bénéficier les opérateurs L’EPARECA doit être positionné comme référent national et faire bénéficier les opérateurs
locaux de son savoir-faire dans ce domaine, des études en amont, jusqu’à la gestion d’ac- locaux de son savoir-faire dans ce domaine, des études en amont, jusqu’à la gestion d’ac-
tifs et la restructuration de l’appareil commercial. Elle répondra à la sollicitation des agglo- tifs et la restructuration de l’appareil commercial. Elle répondra à la sollicitation des agglo-
mérations par conseil, transfert de compétences voire prise de participations lorsque les mérations par conseil, transfert de compétences voire prise de participations lorsque les
agglomérations souhaiteront se doter d’une SEM ad hoc. agglomérations souhaiteront se doter d’une SEM ad hoc.

| 19 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 19 | Vivre ensemble – Vivre en grand


2 2

| 20 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 20 | Vivre ensemble – Vivre en grand


La mobilité, un droit La mobilité, un droit
et une nécessité et une nécessité

| 21 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 21 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 2 : Programme 2 :
La mobilité, un droit et une nécessité La mobilité, un droit et une nécessité

La mobilité est vitale pour les habitants des quartiers. Elle permet La mobilité est vitale pour les habitants des quartiers. Elle permet
de travailler, se soigner, se cultiver, résoudre les problèmes de travailler, se soigner, se cultiver, résoudre les problèmes
administratifs quotidiens, se nourrir, se distraire, avoir des relations administratifs quotidiens, se nourrir, se distraire, avoir des relations
avec d’autres, bref, c’est la vie. Or, dans nos quartiers, les avec d’autres, bref, c’est la vie. Or, dans nos quartiers, les
habitants vivent souvent l’enclavement sous toutes ses formes. habitants vivent souvent l’enclavement sous toutes ses formes.
Moins de transports collectifs, moins de voitures individuelles, Moins de transports collectifs, moins de voitures individuelles,
25 % des femmes ont le permis. 25 % des femmes ont le permis.

La mobilité passe par des transports collectifs mieux répartis sur La mobilité passe par des transports collectifs mieux répartis sur
le territoire des agglomérations le territoire des agglomérations
Si les régions, les départements et l’État sont en charge de certaines mobilités, les inter- Si les régions, les départements et l’État sont en charge de certaines mobilités, les inter-
communalités le sont totalement, de manière directe ou indirecte dans les agglomérations. communalités le sont totalement, de manière directe ou indirecte dans les agglomérations.

Chaque intercommunalité se doit d’établir dans son contrat de cohésion urbaine un plan Chaque intercommunalité se doit d’établir dans son contrat de cohésion urbaine un plan
garantissant la mobilité pour tous de manière équitable à la fois par des transports collectifs garantissant la mobilité pour tous de manière équitable à la fois par des transports collectifs
en ligne horaire et fréquence mais également l’effort doit être décisif pour la mobilité indivi- en ligne horaire et fréquence mais également l’effort doit être décisif pour la mobilité indivi-
duelle et semi-collective. duelle et semi-collective.

- Inclure la desserte des quartiers dans tous les appels d’offres des nouveaux transports - Inclure la desserte des quartiers dans tous les appels d’offres des nouveaux transports
collectifs portés par les intercommunalités et les régions (4ème appel d’offres à venir : collectifs portés par les intercommunalités et les régions (4ème appel d’offres à venir :
600 millions d’euros) 600 millions d’euros)

- Renforcer la desserte des quartiers prioritaires - Renforcer la desserte des quartiers prioritaires

- Renouveler le matériel roulant si nécessaire - Renouveler le matériel roulant si nécessaire

- Agir sur le tarif - Agir sur le tarif

Un plan de mobilité douce dans chaque agglomération Un plan de mobilité douce dans chaque agglomération

L’offre de transports en commun ne peut pas tout résoudre. Il est de la responsabilité des L’offre de transports en commun ne peut pas tout résoudre. Il est de la responsabilité des
agglomérations de déployer tous azimuts les transports individuels : l’aide au permis de agglomérations de déployer tous azimuts les transports individuels : l’aide au permis de
conduire, la location de vélos, le covoiturage, les garages solidaires, les taxis municipaux, conduire, la location de vélos, le covoiturage, les garages solidaires, les taxis municipaux,
l’auto-partage, les minibus, etc. l’auto-partage, les minibus, etc.

Chaque agglomération établira un plan de transport individuel et de mobilité douce. La Chaque agglomération établira un plan de transport individuel et de mobilité douce. La
généralisation des actions du Wimoov dans les agglomérations et dans les quartiers de généralisation des actions du Wimoov dans les agglomérations et dans les quartiers de
rénovation urbaine est indispensable (100M€). rénovation urbaine est indispensable (100M€).

Il faut passer d’un versement transport à un versement mobilité transport et affecter 200 Il faut passer d’un versement transport à un versement mobilité transport et affecter 200
millions € sur les 7 milliards € à cette action. millions € sur les 7 milliards € à cette action.

| 22 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 22 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Le cas très difficile des transports en Ile-de-France Le cas très difficile des transports en Ile-de-France

Les habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville représentent 1,5 millions Les habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville représentent 1,5 millions
de personnes, 14 % de la population régionale. L’enclavement que subissent les habi- de personnes, 14 % de la population régionale. L’enclavement que subissent les habi-
tants des quartiers de l’Ile-de-France est d’autant plus important qu’ils sont très largement tants des quartiers de l’Ile-de-France est d’autant plus important qu’ils sont très largement
dépendants du réseau RER existant. Les habitants subissent des dysfonctionnements en dépendants du réseau RER existant. Les habitants subissent des dysfonctionnements en
série : des accidents à répétition et parfois tragiques (Brétigny) : le réseau est vieillissant ; série : des accidents à répétition et parfois tragiques (Brétigny) : le réseau est vieillissant ;
des trains régulièrement supprimés pour des raisons techniques. Le STIF et la région ont des trains régulièrement supprimés pour des raisons techniques. Le STIF et la région ont
lancé un plan ambitieux. Le réseau du Grand Paris Express et Eole sont des leviers puis- lancé un plan ambitieux. Le réseau du Grand Paris Express et Eole sont des leviers puis-
sants. Mais, pour dépasser les difficultés des transports franciliens et les problèmes qui en sants. Mais, pour dépasser les difficultés des transports franciliens et les problèmes qui en
découlent, il faut changer de paradigme et mettre en place partout, dès maintenant, une découlent, il faut changer de paradigme et mettre en place partout, dès maintenant, une
stratégie renforcée permettant de répondre à l’urgence du maillage dans tous les quartiers stratégie renforcée permettant de répondre à l’urgence du maillage dans tous les quartiers
de la banlieue parisienne, d’améliorer le fonctionnement du réseau et d’en dessiner un plus de la banlieue parisienne, d’améliorer le fonctionnement du réseau et d’en dessiner un plus
puissant encore à l’horizon 2025 : puissant encore à l’horizon 2025 :

- Le STIF et la SGP doivent établir un nouveau contrat avec l’Etat qui intègrera notamment - Le STIF et la SGP doivent établir un nouveau contrat avec l’Etat qui intègrera notamment
les crédits de performance de l’UE. les crédits de performance de l’UE.

- La question de la fusion des équipes des deux principaux opérateurs, pour optimiser et - La question de la fusion des équipes des deux principaux opérateurs, pour optimiser et
mieux coordonner l’ensemble, mérite d’être posée, voire la création d’une co-entreprise. mieux coordonner l’ensemble, mérite d’être posée, voire la création d’une co-entreprise.

- Améliorer considérablement le réseau existant. - Améliorer considérablement le réseau existant.

- Simplifier le fonctionnement du RER, répondre aux nécessités de court terme et redé- - Simplifier le fonctionnement du RER, répondre aux nécessités de court terme et redé-
ployer le réseau pour qu’il irrigue au mieux les quartiers. 1 milliard d’euros est immédiate- ployer le réseau pour qu’il irrigue au mieux les quartiers. 1 milliard d’euros est immédiate-
ment nécessaire. La sécurité dans les transports est essentielle et les équipes de sécurité ment nécessaire. La sécurité dans les transports est essentielle et les équipes de sécurité
de la SNCF et de la RATP doivent être renforcées. de la SNCF et de la RATP doivent être renforcées.

Les états généraux des transports en région Ile-de-France doivent être organisés rapide- Les états généraux des transports en région Ile-de-France doivent être organisés rapide-
ment. C’est raisonnablement nécessaire. ment. C’est raisonnablement nécessaire.

| 23 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 23 | Vivre ensemble – Vivre en grand


3 3

| 24 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 24 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Investir dans Investir dans
la petite enfance la petite enfance

| 25 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 25 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 3 : Programme 3 :
Investir dans la petite enfance Investir dans la petite enfance

« Faire naître un enfant n’est pas suffisant, il faut aussi le mettre au « Faire naître un enfant n’est pas suffisant, il faut aussi le mettre au
monde » Boris CYRULNIK. monde » Boris CYRULNIK.

Un enfant de 4 ans issu d’une famille pauvre a entendu 30 millions Un enfant de 4 ans issu d’une famille pauvre a entendu 30 millions
de mots de moins et maîtrise deux fois moins de mots qu’un de mots de moins et maîtrise deux fois moins de mots qu’un
enfant de famille aisée. enfant de famille aisée.

Notre politique familiale doit être revue. Au nom de l’universalité, on donne moins à ceux Notre politique familiale doit être revue. Au nom de l’universalité, on donne moins à ceux
qui ont moins : les enfants de familles fragiles, ceux à qui on ne parle pas français à la qui ont moins : les enfants de familles fragiles, ceux à qui on ne parle pas français à la
maison, sont accueillis moins que les autres dans les lieux de socialisation, les crèches, les maison, sont accueillis moins que les autres dans les lieux de socialisation, les crèches, les
jardins d’enfants, les maternelles à 2 ans… Les enfants que l’on accueille davantage dans jardins d’enfants, les maternelles à 2 ans… Les enfants que l’on accueille davantage dans
ces lieux, ce sont ceux dont les parents maîtrisent le mieux le système. ces lieux, ce sont ceux dont les parents maîtrisent le mieux le système.

Les expériences scandinaves et américaines ont fait la preuve de l’impact très positif de Les expériences scandinaves et américaines ont fait la preuve de l’impact très positif de
l’intervention sociale intensive dès les premiers mois de l’enfant dans des familles fragiles. l’intervention sociale intensive dès les premiers mois de l’enfant dans des familles fragiles.
C’est l’égalité républicaine qui est en jeu. C’est l’égalité républicaine qui est en jeu.

Développer l’offre de socialisation et d’éducation pour les 0-3 Développer l’offre de socialisation et d’éducation pour les 0-3
ans ans
5% des enfants des 20% des ménages les plus modestes sont accueillis en crèche, contre 5% des enfants des 20% des ménages les plus modestes sont accueillis en crèche, contre
30% des enfants des cadres et professions intellectuelles supérieures. Dans les QPV, les 30% des enfants des cadres et professions intellectuelles supérieures. Dans les QPV, les
crèches accueillent peu d’enfants du quartier. crèches accueillent peu d’enfants du quartier.

Depuis plusieurs années, la construction de crèches ralentit, parce que les communes ne Depuis plusieurs années, la construction de crèches ralentit, parce que les communes ne
sont plus capables d’en assumer le coût. Ce phénomène est accentué dans les QPV, la part sont plus capables d’en assumer le coût. Ce phénomène est accentué dans les QPV, la part
de prise en charge par les communes et les familles n’est pas supportable. Les places ne de prise en charge par les communes et les familles n’est pas supportable. Les places ne
couvrent que 22% des besoins dans les QPV. 40% des QPV ne disposent pas d’une crèche. couvrent que 22% des besoins dans les QPV. 40% des QPV ne disposent pas d’une crèche.

Changer de modèle pour les crèches dans les QPV Changer de modèle pour les crèches dans les QPV

• Créer 30.000 places en QPV • Créer 30.000 places en QPV

Le projet de convention d’objectifs et de gestion (COG) 2018-2022 de la CNAF prévoit ac- Le projet de convention d’objectifs et de gestion (COG) 2018-2022 de la CNAF prévoit ac-
tuellement un chiffre très insuffisant de 11.000 places supplémentaires dans les territoires tuellement un chiffre très insuffisant de 11.000 places supplémentaires dans les territoires
prioritaires, avec une majoration du financement pour les publics à faibles revenus. Un ob- prioritaires, avec une majoration du financement pour les publics à faibles revenus. Un ob-
jectif ambitieux de création de places d’accueil collectif de la petite enfance dans les QPV jectif ambitieux de création de places d’accueil collectif de la petite enfance dans les QPV
doit être acté spécifiquement dans la COG : 30.000 places supplémentaires, pour atteindre doit être acté spécifiquement dans la COG : 30.000 places supplémentaires, pour atteindre
100.000 places et couvrir un tiers des besoins. 100.000 places et couvrir un tiers des besoins.

| 26 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 26 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Cet objectif de 30.000 places supplémentaires en QPV passe par : Cet objectif de 30.000 places supplémentaires en QPV passe par :

- Le financement de 20.000 places de plus que ce que contient le projet de COG ; - Le financement de 20.000 places de plus que ce que contient le projet de COG ;
- La réduction à 1.500€/an du reste à charge pour les communes pour les crèches en QPV ; - La réduction à 1.500€/an du reste à charge pour les communes pour les crèches en QPV ;
- La diversification de l’offre : Ces places doivent concerner des crèche classiques, mais - La diversification de l’offre : Ces places doivent concerner des crèche classiques, mais
aussi les différentes formules alternatives : crèches parentales, crèches familiales, mi- aussi les différentes formules alternatives : crèches parentales, crèches familiales, mi-
cro-crèches, crèches à vocation d’insertion professionnelle, haltes garderies, jardins d’en- cro-crèches, crèches à vocation d’insertion professionnelle, haltes garderies, jardins d’en-
fants… ; fants… ;
- L’adaptation de l’offre aux besoins des QPV, par des projets pédagogiques souples et - L’adaptation de l’offre aux besoins des QPV, par des projets pédagogiques souples et
diversifiés, centrés sur la socialisation et l’apprentissage du langage, et un accompagne- diversifiés, centrés sur la socialisation et l’apprentissage du langage, et un accompagne-
ment des parents ; ment des parents ;
- L’ouverture aux emplois francs des emplois des crèches associatives. - L’ouverture aux emplois francs des emplois des crèches associatives.

• Un fonds d’égalité territoriale • Un fonds d’égalité territoriale

Cet objectif peut être financé par un fonds d’égalité territoriale doté de 300M€, créé au sein Cet objectif peut être financé par un fonds d’égalité territoriale doté de 300M€, créé au sein
de la CNAF, destiné spécifiquement à financer un programme ambitieux à destination des de la CNAF, destiné spécifiquement à financer un programme ambitieux à destination des
enfants des QPV. Rappelons que l’excédent prévisionnel de la CNAF est de 1,3Md€ en enfants des QPV. Rappelons que l’excédent prévisionnel de la CNAF est de 1,3Md€ en
2018, 2,4Mds€ en 2019, 3,5Mds€ en 2020 et 4,9Mds€ en 2021. 2018, 2,4Mds€ en 2019, 3,5Mds€ en 2020 et 4,9Mds€ en 2021.

Préparer le passage à la scolarisation Préparer le passage à la scolarisation

• Tripler la préscolarisation à 2 ans en REP+ (Cf. programme 4) • Tripler la préscolarisation à 2 ans en REP+ (Cf. programme 4)
• Relancer les classes passerelles • Relancer les classes passerelles

Développer l’emploi d’assistantes maternelles Développer l’emploi d’assistantes maternelles

• Créer 300 maisons d’assistantes maternelles qui permettent l’exercice de ce métier • Créer 300 maisons d’assistantes maternelles qui permettent l’exercice de ce métier
dans des locaux partagés et mieux adaptés qu’un logement individuel. dans des locaux partagés et mieux adaptés qu’un logement individuel.

Faire passer l’aide au démarrage de la CNAF de 3.000€ à 5.000€ en QPV Faire passer l’aide au démarrage de la CNAF de 3.000€ à 5.000€ en QPV

• Préfinancer les parents, qui sont les employeurs des assistantes maternelles. Le com- • Préfinancer les parents, qui sont les employeurs des assistantes maternelles. Le com-
plément de libre choix du mode de garde (CMG) versé par la CAF rembourse une partie du plément de libre choix du mode de garde (CMG) versé par la CAF rembourse une partie du
salaire et des charges. Le CMG tiers payant doit couvrir dès 2019 les charges dues par les salaire et des charges. Le CMG tiers payant doit couvrir dès 2019 les charges dues par les
parents employeurs. parents employeurs.

Etendre le CMG tiers payant au salaire dès 2019 Etendre le CMG tiers payant au salaire dès 2019

Coordonner la programmation des modes de garde de la petite enfance Coordonner la programmation des modes de garde de la petite enfance

• Désigner localement un chef de file pour sortir de la triple commande département / • Désigner localement un chef de file pour sortir de la triple commande département /
CAF / communes, si possible la commune, au nom de la proximité démocratique. Ce CAF / communes, si possible la commune, au nom de la proximité démocratique. Ce
chef de file doit mettre en œuvre une programmation revue en commun, selon des critères chef de file doit mettre en œuvre une programmation revue en commun, selon des critères
d’intervention clairement affichés d’intervention clairement affichés

• Elargir aux caisses du régime général les délégations prévues entre collectivités par • Elargir aux caisses du régime général les délégations prévues entre collectivités par
l’article L1111-8 du code général des collectivités territoriales l’article L1111-8 du code général des collectivités territoriales

| 27 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 27 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 3 : Programme 3 :
Investir dans la petite enfance Investir dans la petite enfance

Le programme BASE – Bonus d’accompagnement social Le programme BASE – Bonus d’accompagnement social
et éducatif- pour les 0-6 ans et leur famille et éducatif- pour les 0-6 ans et leur famille
Les expériences Perry Preschool (soutien éducatif renforcé à des enfants de 3 ans), Caro- Les expériences Perry Preschool (soutien éducatif renforcé à des enfants de 3 ans), Caro-
lina Abecedarian (soutien éducatif précoce), Head Start (accompagnement précoce social lina Abecedarian (soutien éducatif précoce), Head Start (accompagnement précoce social
et éducatif) ou Nurse Family Partnership (accompagnement des mères) ont montré l’impact et éducatif) ou Nurse Family Partnership (accompagnement des mères) ont montré l’impact
positif d’un investissement social dans la petite enfance. positif d’un investissement social dans la petite enfance.

La France investit très peu dans ce type d’actions. L’ensemble du budget « soutien à la La France investit très peu dans ce type d’actions. L’ensemble du budget « soutien à la
parentalité » de la CNAF représente à peine une centaine de millions d’euros. Les dépar- parentalité » de la CNAF représente à peine une centaine de millions d’euros. Les dépar-
tements dépensent plus de 7 milliards d’euros par an au titre de l’aide sociale à l’enfance. tements dépensent plus de 7 milliards d’euros par an au titre de l’aide sociale à l’enfance.
Un placement d’enfant coûte près de 40.000€ par an, et dans certaines communes en Un placement d’enfant coûte près de 40.000€ par an, et dans certaines communes en
politique de la ville, jusqu’à 12% des mineurs sont protégés par l’aide sociale à l’enfance. politique de la ville, jusqu’à 12% des mineurs sont protégés par l’aide sociale à l’enfance.
Pour le département, les coûts se chiffrent en millions d’euros de dépenses dans chacune Pour le département, les coûts se chiffrent en millions d’euros de dépenses dans chacune
des communes concernées : plus de 15M€ dans cette commune de 20.000 habitants, près des communes concernées : plus de 15M€ dans cette commune de 20.000 habitants, près
de 40M€ dans cette commune de 100.000 habitants, plus de 4M€ dans cette commune de de 40M€ dans cette commune de 100.000 habitants, plus de 4M€ dans cette commune de
10.000 habitants … Si un travailleur social permet d’éviter un seul placement, il couvre le 10.000 habitants … Si un travailleur social permet d’éviter un seul placement, il couvre le
coût de son poste pour 3 ans. coût de son poste pour 3 ans.

Le programme BASE – bonus d’accompagnement social et éducatif, c’est un investisse- Le programme BASE – bonus d’accompagnement social et éducatif, c’est un investisse-
ment social précoce pour des enfants identifiés par les services sociaux : ment social précoce pour des enfants identifiés par les services sociaux :

• Une intervention précoce, dès les premiers mois de l’enfant • Une intervention précoce, dès les premiers mois de l’enfant
• Une intervention dense, plusieurs heures par semaine, plusieurs années si nécessaire • Une intervention dense, plusieurs heures par semaine, plusieurs années si nécessaire
• Une intervention contractualisée avec la famille, comprenant une part d’intervention • Une intervention contractualisée avec la famille, comprenant une part d’intervention
des parents, par exemple la limitation de l’usage des écrans des parents, par exemple la limitation de l’usage des écrans
• Une préscolarisation en maternelle à 2 ans dans une demi-classe • Une préscolarisation en maternelle à 2 ans dans une demi-classe
• Une aide périscolaire de 2h par jour de 3 à 6 ans (langage et compétences sociales) • Une aide périscolaire de 2h par jour de 3 à 6 ans (langage et compétences sociales)
• Un suivi coordonné par un travailleur social référent pour l’ensemble de la famille et • Un suivi coordonné par un travailleur social référent pour l’ensemble de la famille et
l’ensemble des intervenants. l’ensemble des intervenants.

L’action sera copilotée et mise en œuvre par le département et l’éducation nationale, avec L’action sera copilotée et mise en œuvre par le département et l’éducation nationale, avec
l’appui de la CAF. l’appui de la CAF.

Son coût sera de 10.000€ par an et par enfant, dont 6.000€ au titre de la préscolarisation, Son coût sera de 10.000€ par an et par enfant, dont 6.000€ au titre de la préscolarisation,
avec un objectif de montée en charge de 10.000 enfants par an. avec un objectif de montée en charge de 10.000 enfants par an.

Le programme BASE sera doté chaque année pendant 3 ans de 40M€ Le programme BASE sera doté chaque année pendant 3 ans de 40M€
supplémentaires (1er budget pour une rentrée en septembre 2019 : supplémentaires (1er budget pour une rentrée en septembre 2019 :
15M€, budget en 2022 : 120M€), financés par une dotation au fonds « 15M€, budget en 2022 : 120M€), financés par une dotation au fonds «
publics et territoires » de la CNAF publics et territoires » de la CNAF

| 28 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 28 | Vivre ensemble – Vivre en grand


| 29 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 29 | Vivre ensemble – Vivre en grand
4 4

| 30 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 30 | Vivre ensemble – Vivre en grand


De l’école De l’école
à la « cité éducative » à la « cité éducative »

| 31 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 31 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 4 : Programme 4 :
De l’école à la « cité éducative » De l’école à la « cité éducative »

L’école est partout, quelles que soient les situations sociales L’école est partout, quelles que soient les situations sociales
et culturelles. et culturelles.

On ne peut plus laisser les enseignants, les chefs d’établissement On ne peut plus laisser les enseignants, les chefs d’établissement
et les personnels, les enfants et leurs parents comme si et les personnels, les enfants et leurs parents comme si
l’environnement urbain, social, culturel, linguistique, moral et l’environnement urbain, social, culturel, linguistique, moral et
physique était homogène sur le territoire national avec quelques physique était homogène sur le territoire national avec quelques
correctifs mineurs à la marge. correctifs mineurs à la marge.
La cité éducative, c’est le regroupement à partir du collège et des La cité éducative, c’est le regroupement à partir du collège et des
écoles de tous les lieux et de tous les acteurs prêts à soutenir, écoles de tous les lieux et de tous les acteurs prêts à soutenir,
ensemble, l’éducation des enfants. ensemble, l’éducation des enfants.

Les 18 autres programmes viendront en soutien des établissements scolaires en pre- Les 18 autres programmes viendront en soutien des établissements scolaires en pre-
mière ligne du défi éducatif des quartiers : moyens financiers renforcés pour les vill mière ligne du défi éducatif des quartiers : moyens financiers renforcés pour les vill
s en QPV, rénovations/reconstructions (300 écoles et 100 collèges les plus dégradés), s en QPV, rénovations/reconstructions (300 écoles et 100 collèges les plus dégradés),
sortie vers l’emploi, développement du sport, de la culture, soutien aux associations, sortie vers l’emploi, développement du sport, de la culture, soutien aux associations,
armée républicaine de solidarité, campus numériques, programme petite enfance etc armée républicaine de solidarité, campus numériques, programme petite enfance etc

Fédérer autour de l’école l’ensemble de ces nouvelles forces permet, en outre, d’aug- Fédérer autour de l’école l’ensemble de ces nouvelles forces permet, en outre, d’aug-
menter considérablement le temps d’encadrement de nos jeunes à l’école ou à l’extérieur. menter considérablement le temps d’encadrement de nos jeunes à l’école ou à l’extérieur.
Cela nécessite une organisation, des moyens humains et financiers importants mais secon- Cela nécessite une organisation, des moyens humains et financiers importants mais secon-
daires vu l’enjeu. daires vu l’enjeu.

- Tout établissement scolaire se verra adjoindre un dirigeant en charge de la cité éducative - Tout établissement scolaire se verra adjoindre un dirigeant en charge de la cité éducative
et du partenariat de l’école et du collège. Il sera recruté sur profil. et du partenariat de l’école et du collège. Il sera recruté sur profil.

- Les chefs d’établissements pourront mobiliser les moyens suffisants de la cité éducative, - Les chefs d’établissements pourront mobiliser les moyens suffisants de la cité éducative,
et notamment le « plan mercredi » (planning d’activités mercredi, en fin de journée et et notamment le « plan mercredi » (planning d’activités mercredi, en fin de journée et
samedi), dont le financement par le FNAS (CNAF) passera de 160 à 300 millions d’euros, et samedi), dont le financement par le FNAS (CNAF) passera de 160 à 300 millions d’euros, et
l’ouverture aux parents l’ouverture aux parents

- Ils disposeront d’une autonomie pédagogique et de gestion renforcée, notamment - Ils disposeront d’une autonomie pédagogique et de gestion renforcée, notamment
pour fidéliser des équipes expérimentées (primes, heures supplémentaires, logements, pour fidéliser des équipes expérimentées (primes, heures supplémentaires, logements,
contractuels…) contractuels…)

- Chaque principal, coordinateur des écoles élémentaires de son secteur, bénéficiera d’une - Chaque principal, coordinateur des écoles élémentaires de son secteur, bénéficiera d’une
enveloppe directe de 100.000 euros par an pour gérer les urgences sociales qu’il appréciera. enveloppe directe de 100.000 euros par an pour gérer les urgences sociales qu’il appréciera.
Il pourra mobiliser les financements auprès du comité local de solidarité (216) qui dispose Il pourra mobiliser les financements auprès du comité local de solidarité (216) qui dispose
d’une capacité de financement instantanée de 1 million d’euros par an. d’une capacité de financement instantanée de 1 million d’euros par an.

- Santé et bonnes conditions pour les enfants - Santé et bonnes conditions pour les enfants

� Organiser un « club petit dej » gratuit dans les écoles et collèges des REP et REP+ le � Organiser un « club petit dej » gratuit dans les écoles et collèges des REP et REP+ le
matin et rendre gratuite la cantine le midi (compensation État : 2€) matin et rendre gratuite la cantine le midi (compensation État : 2€)

� Création d’un pôle médico-social mutualisé avec le département (PMI, ASE, MDS) au � Création d’un pôle médico-social mutualisé avec le département (PMI, ASE, MDS) au
niveau de chaque collège tête de réseau, ou le cas échéant, proposer aux départements niveau de chaque collège tête de réseau, ou le cas échéant, proposer aux départements
d’assumer la médecine scolaire et l’action sociale en milieu scolaire (la Seine Saint d’assumer la médecine scolaire et l’action sociale en milieu scolaire (la Seine Saint
Denis ne compte que 29 médecins scolaires, soit 1 pour 12.000 élèves) et la prise en Denis ne compte que 29 médecins scolaires, soit 1 pour 12.000 élèves) et la prise en
charge précoce des handicaps (CMPP, ITEP…) charge précoce des handicaps (CMPP, ITEP…)

| 32 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 32 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Agir le plus tôt possible dans le cadre scolaire Agir le plus tôt possible dans le cadre scolaire

Il faut conforter l’armature incomparable que représente le service public de l’éducation, et Il faut conforter l’armature incomparable que représente le service public de l’éducation, et
permettre aux enfants moins favorisés des quartiers prioritaires d’en bénéficier le plus tôt permettre aux enfants moins favorisés des quartiers prioritaires d’en bénéficier le plus tôt
possible, car beaucoup se joue dès le plus jeune âge (80% des décrocheurs sont déjà en possible, car beaucoup se joue dès le plus jeune âge (80% des décrocheurs sont déjà en
difficulté au CP) : difficulté au CP) :

� tripler le nombre d’élèves préscolarisés en REP+ d’ici 2020 (de 6500 à 20.000, soit � tripler le nombre d’élèves préscolarisés en REP+ d’ici 2020 (de 6500 à 20.000, soit
1100 nouvelles classes de très petites sections accueillant 12 enfants) 1100 nouvelles classes de très petites sections accueillant 12 enfants)

� doubler le taux d’encadrement de 8.000 classes de maternelles en REP+ (actuelle- � doubler le taux d’encadrement de 8.000 classes de maternelles en REP+ (actuelle-
ment en moyenne d’un adulte pour 23 enfants, au lieu de 14 dans les pays de l’OCDE) ment en moyenne d’un adulte pour 23 enfants, au lieu de 14 dans les pays de l’OCDE)

� parachever le dédoublement prévu des CP et CE1 en REP+ et REP (9.500 créations de � parachever le dédoublement prévu des CP et CE1 en REP+ et REP (9.500 créations de
classes restantes), avec une pédagogie repensée, et des appuis éducatifs extérieurs classes restantes), avec une pédagogie repensée, et des appuis éducatifs extérieurs

Un Fonds de solidarité éducative, doté de 300 M €, permettra d’aider les communes Un Fonds de solidarité éducative, doté de 300 M €, permettra d’aider les communes
pauvres à financer l’investissement nécessaire au dédoublement des classes et à la pauvres à financer l’investissement nécessaire au dédoublement des classes et à la
préscolarisation, y compris le cas échéant par l’implantation de bâtiments provisoires préscolarisation, y compris le cas échéant par l’implantation de bâtiments provisoires
modulaires. Le fonds prendra également en charge une partie du fonctionnement induit, modulaires. Le fonds prendra également en charge une partie du fonctionnement induit,
y compris le renforcement de l’encadrement dans les maternelles, dans les communes y compris le renforcement de l’encadrement dans les maternelles, dans les communes
pauvres. pauvres.

| 33 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 33 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 4 : Programme 4 :
De l’école à la « cité éducative » De l’école à la « cité éducative »

Relancer et renforcer le « programme de réussite éducative » (PRE+) Relancer et renforcer le « programme de réussite éducative » (PRE+)
Même mobilisé dès le plus jeune âge, le cadre scolaire ne peut suffire à compenser un en- Même mobilisé dès le plus jeune âge, le cadre scolaire ne peut suffire à compenser un en-
vironnement familial et social défavorisé, qui pénalise durablement la réussite des élèves. vironnement familial et social défavorisé, qui pénalise durablement la réussite des élèves.
C’était l’ambition du programme de réussite éducative (PRE) créé en 2005, mais dont les C’était l’ambition du programme de réussite éducative (PRE) créé en 2005, mais dont les
moyens sont insuffisants (760€ par enfant, contre 11.000 dollars pour le Perry Preschool moyens sont insuffisants (760€ par enfant, contre 11.000 dollars pour le Perry Preschool
Project aux USA). Il faut donc renforcer les moyens du PRE, pour en faire un PRE+, qui Project aux USA). Il faut donc renforcer les moyens du PRE, pour en faire un PRE+, qui
interviendra plus tôt, plus fort et plus longtemps, en appui des parcours de réussite interviendra plus tôt, plus fort et plus longtemps, en appui des parcours de réussite
des élèves fragiles (y compris les compétences non cognitives, à l’exemple des clubs des élèves fragiles (y compris les compétences non cognitives, à l’exemple des clubs
Coup de pouce – CLE ) Coup de pouce – CLE )

� déployer le PRE+ dans les collèges (seulement 16% aujourd’hui) � déployer le PRE+ dans les collèges (seulement 16% aujourd’hui)

� faire le lien avec les Cordées de la réussite et les actions de parrainage vers l’emploi � faire le lien avec les Cordées de la réussite et les actions de parrainage vers l’emploi

� coordonner les politiques de persévérance scolaire et les accueils dans les dispositifs de � coordonner les politiques de persévérance scolaire et les accueils dans les dispositifs de
raccrochage (EPIDE, écoles de la 2ème chance, « Lâche pas l’école » BBZ…) raccrochage (EPIDE, écoles de la 2ème chance, « Lâche pas l’école » BBZ…)

Concrètement, l’objectif du PRE+ serait de renforcer les parcours, en priorité en REP+, pour un Concrètement, l’objectif du PRE+ serait de renforcer les parcours, en priorité en REP+, pour un
coût unitaire net de l’ordre de 3.000€, avec un enveloppe nationale portée de 70 M€ à 280 M€, coût unitaire net de l’ordre de 3.000€, avec un enveloppe nationale portée de 70 M€ à 280 M€,
le cas échéant abondée par d’autres financeurs (CAF, bailleurs sociaux via la TFPB,…). le cas échéant abondée par d’autres financeurs (CAF, bailleurs sociaux via la TFPB,…).

Conforter le rôle de coordonnateur du PRE et des équipes de réussite éducative, Conforter le rôle de coordonnateur du PRE et des équipes de réussite éducative,
qui devront s’appuyer sur les outils et dispositifs existants. qui devront s’appuyer sur les outils et dispositifs existants.

Affecter au PRE+ une partie de la dotation horaire des enseignants réservée à la Affecter au PRE+ une partie de la dotation horaire des enseignants réservée à la
concertation (18 demi-journées / an) concertation (18 demi-journées / an)
Porter à 280 M€ les moyens affectés au dispositif (+210 M€) Porter à 280 M€ les moyens affectés au dispositif (+210 M€)

Des « établissements publics de coopération éducative » ou GIP sur les sites majeurs Des « établissements publics de coopération éducative » ou GIP sur les sites majeurs

Un plan d’urgence pour les écoles et les collèges des QPV Un plan d’urgence pour les écoles et les collèges des QPV
Le programme de renouvellement urbain a impliqué 520 opérations de rénovation ou de Le programme de renouvellement urbain a impliqué 520 opérations de rénovation ou de
construction d’écoles primaires, dont 80% coûtaient moins de 5 M€ et concernaient des réha- construction d’écoles primaires, dont 80% coûtaient moins de 5 M€ et concernaient des réha-
bilitations légères (moins de 8% des 6.700 écoles concernées) durant les 10 dernières années. bilitations légères (moins de 8% des 6.700 écoles concernées) durant les 10 dernières années.
Cet effort trop limité, s’explique en partie par la difficulté pour les villes pauvres concernées de Cet effort trop limité, s’explique en partie par la difficulté pour les villes pauvres concernées de
mobiliser les crédits d’investissement restant à charge, et d’assumer le coût de fonctionnement mobiliser les crédits d’investissement restant à charge, et d’assumer le coût de fonctionnement
des structures nouvelles. Il faut donc les aider. des structures nouvelles. Il faut donc les aider.

Pour répondre au défi éducatif des quartiers il faut y construire les écoles les plus performantes, Pour répondre au défi éducatif des quartiers il faut y construire les écoles les plus performantes,
connectées à la ville et au monde. Commençons par reconstruire ou rénover les 300 écoles connectées à la ville et au monde. Commençons par reconstruire ou rénover les 300 écoles
les plus vétustes dans les 5 ans, dans les quartiers sans mixité, en intégrant l’objectif les plus vétustes dans les 5 ans, dans les quartiers sans mixité, en intégrant l’objectif
de dédoublement des classes, le développement des pédagogies innovantes, et l’ouverture de dédoublement des classes, le développement des pédagogies innovantes, et l’ouverture
aux parents. aux parents.

| 34 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 34 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Par ailleurs, si l’on veut faire des collèges le centre de la « cité éducative », il faut aider les Par ailleurs, si l’on veut faire des collèges le centre de la « cité éducative », il faut aider les
départementsconcernés à y investir massivement. L’Etat proposera aux départements départementsconcernés à y investir massivement. L’Etat proposera aux départements
de détruire ou rénover les 100 collèges les plus denses et vétustes, dans les quartiers de détruire ou rénover les 100 collèges les plus denses et vétustes, dans les quartiers
sans mixité scolaire, et de construire 50 collèges innovants de petite taille (400 élèves) sans mixité scolaire, et de construire 50 collèges innovants de petite taille (400 élèves)
en bordure de quartier, avec une aide exceptionnelle de l’Etat. (Cf. projet de cahier des en bordure de quartier, avec une aide exceptionnelle de l’Etat. (Cf. projet de cahier des
charges en annexe 8). charges en annexe 8).
Afin de marquer l’ambition de la France d’investir massivement dans l’éducation inclusive et Afin de marquer l’ambition de la France d’investir massivement dans l’éducation inclusive et
de bénéficier des expériences les plus innovantes, un « appel à idées international pour de bénéficier des expériences les plus innovantes, un « appel à idées international pour
l’école d’après demain», à destination d’architectes et d’urbanistes, à labelliser dans le l’école d’après demain», à destination d’architectes et d’urbanistes, à labelliser dans le
cadre du programme EUROPAN, sera proposé chaque année. Sur le modèle de l’appel à cadre du programme EUROPAN, sera proposé chaque année. Sur le modèle de l’appel à
projets « réinventer la Seine » ou «réinventer Paris », il s’agira d’imaginer l’école d’après-de- projets « réinventer la Seine » ou «réinventer Paris », il s’agira d’imaginer l’école d’après-de-
main (inclusive, numérique, ouverte sur la ville), pour un coût de 1M€. Pour commencer main (inclusive, numérique, ouverte sur la ville), pour un coût de 1M€. Pour commencer
à mettre en œuvre ces idées et essaimer sur le territoire, plusieurs projets inspirés de l’appel à mettre en œuvre ces idées et essaimer sur le territoire, plusieurs projets inspirés de l’appel
à idées seront cofinancés chaque année par le fonds d’investissement éducatif dans les à idées seront cofinancés chaque année par le fonds d’investissement éducatif dans les
quartiers. quartiers.

Un fonds d’investissement éducatif dans les quartiers sera créé, pour la rénovation Un fonds d’investissement éducatif dans les quartiers sera créé, pour la rénovation
ou la reconstruction dans les 5 ans des 300 écoles et 100 collèges les plus dégra- ou la reconstruction dans les 5 ans des 300 écoles et 100 collèges les plus dégra-
dés (1Md€). Ces projets devront s’inscrire dans une stratégie volontariste d’innova- dés (1Md€). Ces projets devront s’inscrire dans une stratégie volontariste d’innova-
tion pédagogique et de renforcement de la mixité scolaire (financement : fondation tion pédagogique et de renforcement de la mixité scolaire (financement : fondation
pour la qualité urbaine) pour la qualité urbaine)

Des « grands projets éducatifs » dans 60 quartiers Des « grands projets éducatifs » dans 60 quartiers
Dans 60 quartiers en risque de fracture, en l’absence de mixité scolaire, les partenaires Dans 60 quartiers en risque de fracture, en l’absence de mixité scolaire, les partenaires
locaux pourront signer un « Grand Projet Educatif » formalisant une stratégie locaux pourront signer un « Grand Projet Educatif » formalisant une stratégie
ambitieuse partagée, à partir d’un diagnostic approfondi. Ce document contractuel ambitieuse partagée, à partir d’un diagnostic approfondi. Ce document contractuel
enagera les partenaires (Etat, commune, agglomération, département, région, bailleurs…) enagera les partenaires (Etat, commune, agglomération, département, région, bailleurs…)
à mobiliser sur la durée des moyens exceptionnels, du renouvellement urbain à l’action à mobiliser sur la durée des moyens exceptionnels, du renouvellement urbain à l’action
sociale en passant par le numérique et le sport, pour recréer les conditions d’attractivité et sociale en passant par le numérique et le sport, pour recréer les conditions d’attractivité et
d’ouverture culturelle nécessaires. Il prévoira également un suivi à partir d’indicateurs de d’ouverture culturelle nécessaires. Il prévoira également un suivi à partir d’indicateurs de
court et moyen terme. court et moyen terme.

| 35 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 35 | Vivre ensemble – Vivre en grand


5 5

| 36 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 36 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Grandir Grandir
par la culture par la culture

| 37 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 37 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 5 : Programme 5 :
Grandir par la culture Grandir par la culture

Construire sa vie, construire le monde par sa vie, c’est l’ambition Construire sa vie, construire le monde par sa vie, c’est l’ambition
que la culture met à la portée de chacun. La culture est nécessaire que la culture met à la portée de chacun. La culture est nécessaire
partout car elle apporte ouverture, tolérance, dépassement de partout car elle apporte ouverture, tolérance, dépassement de
soi, maîtrise, épanouissement, confiance. soi, maîtrise, épanouissement, confiance.

L’implantation d’équipements culturels peut être le marqueur d’une stratégie de re- L’implantation d’équipements culturels peut être le marqueur d’une stratégie de re-
conquête (MJC de Bobigny, devenue maison de la culture de Seine-Saint-Denis, Mac conquête (MJC de Bobigny, devenue maison de la culture de Seine-Saint-Denis, Mac
Val à Vitry, Piscine et Condition publique à Roubaix…). Nos quartiers sont d’ailleurs ex- Val à Vitry, Piscine et Condition publique à Roubaix…). Nos quartiers sont d’ailleurs ex-
trêmement bouillonnants de toutes les formes de culture et le nombre de grands ta- trêmement bouillonnants de toutes les formes de culture et le nombre de grands ta-
lents et d’initiatives est considérable. Mais celles-ci s’épuisent dans un maquis de com- lents et d’initiatives est considérable. Mais celles-ci s’épuisent dans un maquis de com-
plexité de financement qui rend leur action précaire, incertaine et parfois impossible. plexité de financement qui rend leur action précaire, incertaine et parfois impossible.
Un cadre et un soutien fiables et structurés sont indispensables. Un cadre et un soutien fiables et structurés sont indispensables.

L’accès à la culture, sa pratique, relèvent de l’égalité républicaine. L’accès à la culture, sa pratique, relèvent de l’égalité républicaine.

Une culture du partage, du plaisir et du beau Une culture du partage, du plaisir et du beau
Les principaux succès rencontrés ces dernières années ont été fondés sur des rencontres Les principaux succès rencontrés ces dernières années ont été fondés sur des rencontres
réelles avec le public, quand le monde culturel a su partager des pratiques et des émotions, réelles avec le public, quand le monde culturel a su partager des pratiques et des émotions,
sans renoncer à la qualité des propositions : sans renoncer à la qualité des propositions :

- des médiathèques ouvertes, où les publics entrent librement et restent pour le plaisir, - des médiathèques ouvertes, où les publics entrent librement et restent pour le plaisir,
disposant en libre accès de livres, de musiques, de films, dans des lieux conçus pour être disposant en libre accès de livres, de musiques, de films, dans des lieux conçus pour être
conviviaux et pour inciter à l’autonomie des visiteurs conviviaux et pour inciter à l’autonomie des visiteurs

- des stages en immersion dans des lieux culturels qui permettent de pratiquer une discipline - des stages en immersion dans des lieux culturels qui permettent de pratiquer une discipline
artistique tout en comprenant le fonctionnement du lieu artistique tout en comprenant le fonctionnement du lieu

- des programmes de pratique de la musique, de la danse ou du théâtre dans le temps - des programmes de pratique de la musique, de la danse ou du théâtre dans le temps
scolaire, avec des intervenants professionnels extérieurs à l’école, en totale symbiose avec scolaire, avec des intervenants professionnels extérieurs à l’école, en totale symbiose avec
les enseignants, qui permettent des pratiques artistiques de très bon niveau pour les élèves les enseignants, qui permettent des pratiques artistiques de très bon niveau pour les élèves

- des programmes de pratique artistique de groupes importants, qui créent des collectifs et - des programmes de pratique artistique de groupes importants, qui créent des collectifs et
de l’enthousiasme et donnent de la visibilité... de l’enthousiasme et donnent de la visibilité...

| 38 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 38 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Multiplier les projets artistiques portés par de grandes Multiplier les projets artistiques portés par de grandes
institutions culturelles avec les habitants des QPV institutions culturelles avec les habitants des QPV
Il s’agit d’apporter aux habitants des quartiers « qui ont moins l’occasion de… » Il s’agit d’apporter aux habitants des quartiers « qui ont moins l’occasion de… »
une participation à une exigence culturelle forte, par des projets artistiques de long terme. une participation à une exigence culturelle forte, par des projets artistiques de long terme.

Jumeler obligatoirement toutes les institutions culturelles nationales1 et régionales Jumeler obligatoirement toutes les institutions culturelles nationales1 et régionales
avec 300 QPV, dont les 216 territoires PNRU, pour porter, sur tous les champs artistiques. avec 300 QPV, dont les 216 territoires PNRU, pour porter, sur tous les champs artistiques.

Financer les 300 projets artistiques de jumelage par une aide d’Etat de 70.000€ par pro- Financer les 300 projets artistiques de jumelage par une aide d’Etat de 70.000€ par pro-
jet, budget de 10,5M€ en 2019, puis 21M€ à partir de 2020 jet, budget de 10,5M€ en 2019, puis 21M€ à partir de 2020

� 100 projets Démos. Le projet Démos (Dispositif d’éducation musicale et orchestrale à � 100 projets Démos. Le projet Démos (Dispositif d’éducation musicale et orchestrale à
vocation sociale) initié par la Philharmonie de Paris, fondé sur la pratique musicale d’enfants vocation sociale) initié par la Philharmonie de Paris, fondé sur la pratique musicale d’enfants
issus principalement des QPV, en petits groupes avec des intervenants formés puis par des issus principalement des QPV, en petits groupes avec des intervenants formés puis par des
concerts en orchestres symphoniques sous la direction de chefs renommés, est actuellement concerts en orchestres symphoniques sous la direction de chefs renommés, est actuellement
mis en œuvre ou en préparation dans 30 sites. Il faut l’étendre à 100 projets. mis en œuvre ou en préparation dans 30 sites. Il faut l’étendre à 100 projets.

Coût pour les 70 nouveaux projets : 18M€ dont 5M€ financés par l’Etat Coût pour les 70 nouveaux projets : 18M€ dont 5M€ financés par l’Etat

� 216 Micro-folies de La Villette dans les territoires PNRU, autour d’une galerie d’art réu- � 216 Micro-folies de La Villette dans les territoires PNRU, autour d’une galerie d’art réu-
nissant les chefs d’œuvre des grands musées et d’espaces de pratique nissant les chefs d’œuvre des grands musées et d’espaces de pratique

Investissement : 10M€ (coût unitaire de 100.000€) Investissement : 10M€ (coût unitaire de 100.000€)
Fonctionnement : 15 M€ (responsable salarié par la commune, 2 services civiques) Fonctionnement : 15 M€ (responsable salarié par la commune, 2 services civiques)

Multiplier les projets artistiques dans les écoles des QPV Multiplier les projets artistiques dans les écoles des QPV
� Un « orchestre à l’école » dans chaque QPV, touchant 4500 classes (3 niveaux par � Un « orchestre à l’école » dans chaque QPV, touchant 4500 classes (3 niveaux par
école) et 112.500 élèves école) et 112.500 élèves

Coût de 90M€ en investissement (instruments) dont 45M€ Etat Coût de 90M€ en investissement (instruments) dont 45M€ Etat
Coût annuel moyen de 15M€, dont 5M€ Etat Coût annuel moyen de 15M€, dont 5M€ Etat

� Engager les 22 sociétés de perception et de répartition des droits d’auteurs à mobili- � Engager les 22 sociétés de perception et de répartition des droits d’auteurs à mobili-
ser leurs membres pour des interventions dans les écoles des QPV : SACEM (musique, ser leurs membres pour des interventions dans les écoles des QPV : SACEM (musique,
160.000 membres), SACD (lettres, 60.000 membres)… 160.000 membres), SACD (lettres, 60.000 membres)…

Ouvrir les bibliothèques et médiathèques Ouvrir les bibliothèques et médiathèques


� Couvrir tous les QPV par un contrat territoire lecture � Couvrir tous les QPV par un contrat territoire lecture
� Etendre les horaires d’ouverture et assouplir les modes de fonctionnement des biblio- � Etendre les horaires d’ouverture et assouplir les modes de fonctionnement des biblio-
thèques et médiathèques des QPV pour permettre un usage pour le plaisir de tous thèques et médiathèques des QPV pour permettre un usage pour le plaisir de tous

Pérenniser l’augmentation de la DGD bibliothèques votée en 2018 par le Parlement Pérenniser l’augmentation de la DGD bibliothèques votée en 2018 par le Parlement
de 8M€ à 20M€ en 2022 de 8M€ à 20M€ en 2022

1
19 centres chorégraphiques nationaux, 12 centres de développement chorégraphiques nationaux, 5 théâtres 1
19 centres chorégraphiques nationaux, 12 centres de développement chorégraphiques nationaux, 5 théâtres
nationaux, 38 centres dramatiques nationaux, 74 scènes nationales, 2 opéras nationaux, philharmonie de Paris, nationaux, 38 centres dramatiques nationaux, 74 scènes nationales, 2 opéras nationaux, philharmonie de Paris,
15 opéras en région, orchestre de Paris ; ensemble inter-contemporain ; 20 orchestres en région ; 83 scènes de 15 opéras en région, orchestre de Paris ; ensemble inter-contemporain ; 20 orchestres en région ; 83 scènes de
musiques actuelles 14 pôles nationaux des arts du cirque ; établissement public de La villette ; fonds national et musiques actuelles 14 pôles nationaux des arts du cirque ; établissement public de La villette ; fonds national et
23 fonds régionaux d’art contemporain ; 64 musées nationaux en orchestres symphoniques sous la direction de 23 fonds régionaux d’art contemporain ; 64 musées nationaux en orchestres symphoniques sous la direction de
chefs renommés, est actuellement mis en œuvre ou en préparation dans 30 sites. Il faut l’étendre à 100 projets chefs renommés, est actuellement mis en œuvre ou en préparation dans 30 sites. Il faut l’étendre à 100 projets

| 39 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 39 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 5 : Programme 5 :
Grandir par la culture Grandir par la culture

Déployer le pass culture dans les QPV Déployer le pass culture dans les QPV
� Commencer le déploiement du pass culture par les QPV, après l’expérimentation dans � Commencer le déploiement du pass culture par les QPV, après l’expérimentation dans
4 départements, dont la Seine Saint Denis. 4 départements, dont la Seine Saint Denis.

Soutien aux projets artistiques et aux associations Soutien aux projets artistiques et aux associations
Des centaines de projets associatifs (le plan national d’action impro, la compagnie des Des centaines de projets associatifs (le plan national d’action impro, la compagnie des
Asphodèles, comme tant d’autres…) méritent d’être soutenus Asphodèles, comme tant d’autres…) méritent d’être soutenus

� Créer dès 2019 un fonds de soutien aux projets associatifs artistiques pour cofinancer � Créer dès 2019 un fonds de soutien aux projets associatifs artistiques pour cofinancer
à hauteur de 25% ces projets artistiques et culturels dans les QPV à hauteur de 25% ces projets artistiques et culturels dans les QPV

Créer un fonds de soutien aux projets associatifs artistiques doté de 50M€ Créer un fonds de soutien aux projets associatifs artistiques doté de 50M€

� Financer 5000 contrats d’emplois francs associatifs dans les structures qui travaillent � Financer 5000 contrats d’emplois francs associatifs dans les structures qui travaillent
dans les QPV ou dont l’action a un impact pour le public de ces territoires dans les QPV ou dont l’action a un impact pour le public de ces territoires

Créer 5000 emplois francs pour un budget maximal de 25M€ Créer 5000 emplois francs pour un budget maximal de 25M€

| 40 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 40 | Vivre ensemble – Vivre en grand


| 41 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 41 | Vivre ensemble – Vivre en grand
6 6

| 42 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 42 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Développer Développer
et insérer nos quartiers et insérer nos quartiers
par le sport par le sport

| 43 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 43 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 6 : Programme 6 :
Développer et insérer nos quartiers par le sport Développer et insérer nos quartiers par le sport

Attractif, mobilisateur, porteur d’une image positive Attractif, mobilisateur, porteur d’une image positive
avec de grands sportifs issus des quartiers, le sport avec de grands sportifs issus des quartiers, le sport
est indispensable pour la maîtrise de soi, la confiance, est indispensable pour la maîtrise de soi, la confiance,
le respect des règles et fort de dépassement de soi. le respect des règles et fort de dépassement de soi.

C’est un univers qui a un vrai contact avec la jeunesse, noué dans la durée et dispensant C’est un univers qui a un vrai contact avec la jeunesse, noué dans la durée et dispensant
des valeurs par l’exemple. des valeurs par l’exemple.

C’est un moteur essentiel du pacte républicain. C’est le meilleur levier pour accompagner C’est un moteur essentiel du pacte républicain. C’est le meilleur levier pour accompagner
l’insertion sociale et professionnelle et l’accès à l’emploi. C’est aussi souvent le l’insertion sociale et professionnelle et l’accès à l’emploi. C’est aussi souvent le
dernier lien avec certains jeunes en situation de décrochage scolaire et social. dernier lien avec certains jeunes en situation de décrochage scolaire et social.

Nos quartiers, avec 9.000 équipements, sont à près de 40% en dessous de la moyenne de Nos quartiers, avec 9.000 équipements, sont à près de 40% en dessous de la moyenne de
l’agglomération et comptent deux fois moins de licenciés. l’agglomération et comptent deux fois moins de licenciés.

Après une étude attentive des pratiques existantes et des compétences, il est possible Après une étude attentive des pratiques existantes et des compétences, il est possible
et nécessaire de former et recruter 5.000 coachs d’insertion par le sport (éducateurs et nécessaire de former et recruter 5.000 coachs d’insertion par le sport (éducateurs
sportifs en club ou associations, éducateurs spécialisés ou scolaires) : programme APELS sportifs en club ou associations, éducateurs spécialisés ou scolaires) : programme APELS
formation et financement. formation et financement.

Identifier, former et arrimer ce réseau qui a un impact fort en termes de prévention, Identifier, former et arrimer ce réseau qui a un impact fort en termes de prévention,
d’accompagnement et de parcours à l’insertion sociale et professionnelle. d’accompagnement et de parcours à l’insertion sociale et professionnelle.

Ils contribueront à développer 50 0000 parcours de jeunes des QPV : 2000 parcours Ils contribueront à développer 50 0000 parcours de jeunes des QPV : 2000 parcours
professionnel (en cours FF Voile), formation et accompagnement de 500 jeunes (Fédération professionnel (en cours FF Voile), formation et accompagnement de 500 jeunes (Fédération
des professions de sports et loisirs), accompagnement de 5000 jeunes (Déclics Sportifs des professions de sports et loisirs), accompagnement de 5000 jeunes (Déclics Sportifs
avec l’APELS), préparation en alternance pour le brevet (BEPJPS), préparation aux métiers avec l’APELS), préparation en alternance pour le brevet (BEPJPS), préparation aux métiers
du sport (ADDAP 13), accompagnement de 2500 jeunes du programme Sport dans la ville. du sport (ADDAP 13), accompagnement de 2500 jeunes du programme Sport dans la ville.

A l’instar de la Fédération de Voile, chaque fédération sportive, délégataire de service public A l’instar de la Fédération de Voile, chaque fédération sportive, délégataire de service public
devra chaque année justifier : devra chaque année justifier :

- Des moyens concrets mis en place pour développer la fédération dans les quartiers - Des moyens concrets mis en place pour développer la fédération dans les quartiers
- L’augmentation du nombre de pratiquants dans les QPV (5% par an) - L’augmentation du nombre de pratiquants dans les QPV (5% par an)
- Le nombre d’emplois créés par ces activités dans les QPV - Le nombre d’emplois créés par ces activités dans les QPV
- Un rapport sera fait annuellement par chaque fédération au Ministère des Sports et à la - Un rapport sera fait annuellement par chaque fédération au Ministère des Sports et à la
représentation nationale représentation nationale

Un signal de reconnaissance attendu pour souligner l’engagement immédiat de la Nation Un signal de reconnaissance attendu pour souligner l’engagement immédiat de la Nation
dans le cadre de ce programme, pour marquer un signal fort de reconnaissance à ceux qui, dans le cadre de ce programme, pour marquer un signal fort de reconnaissance à ceux qui,
toute l’année, encadrent, conseillent, soutiennent cette jeunesse. Une dotation exception- toute l’année, encadrent, conseillent, soutiennent cette jeunesse. Une dotation exception-
nelle et unique de 10.000 euros sera affectée en 2018 aux 15.000 clubs amateurs dans les nelle et unique de 10.000 euros sera affectée en 2018 aux 15.000 clubs amateurs dans les
1500 QPV quelle que soit la taille. 1500 QPV quelle que soit la taille.

Budget global unique et exceptionnel : 150 millions d’euros Budget global unique et exceptionnel : 150 millions d’euros

| 44 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 44 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Fête le mur, 20 ans d’existence, se déploiera sur 150 nouveaux quartiers pour accueillir Fête le mur, 20 ans d’existence, se déploiera sur 150 nouveaux quartiers pour accueillir
15.000 jeunes et essaimer dans 10 disciplines : Fête le Drop, Fête le Tatami, Fête de panier 15.000 jeunes et essaimer dans 10 disciplines : Fête le Drop, Fête le Tatami, Fête de panier
etc… etc…

Honorer notre engagement Olympique de véritable héritage social et humain. Honorer notre engagement Olympique de véritable héritage social et humain.
Un programme piloté par les Fédérations, le COJO, les clubs sportifs, l’État et les collectivi- Un programme piloté par les Fédérations, le COJO, les clubs sportifs, l’État et les collectivi-
tés formera 10.000 jeunes à la préparation et à l’animation des JOP 2024 tés formera 10.000 jeunes à la préparation et à l’animation des JOP 2024

Coût annuel 30 millions d’euros Coût annuel 30 millions d’euros

L’ensemble des activités sportives relève pour l’essentiel des collectivités locales. L’ensemble des activités sportives relève pour l’essentiel des collectivités locales.
Toutefois, comme dans tous les domaines, les besoins en QPV sont très supérieurs et les Toutefois, comme dans tous les domaines, les besoins en QPV sont très supérieurs et les
moyens des collectivités inférieurs. moyens des collectivités inférieurs.

• Pour les quartiers prioritaires, les villes et bassins en crise, les territoires ruraux délaissés • Pour les quartiers prioritaires, les villes et bassins en crise, les territoires ruraux délaissés
et les DOM, un fonds de soutien permanent logé dans une fondation pour la jeunesse sera et les DOM, un fonds de soutien permanent logé dans une fondation pour la jeunesse sera
créé. Ses ressources proviendront de manière stable annuelle et pérenne créé. Ses ressources proviendront de manière stable annuelle et pérenne

- 50 millions du ministère des Sports - 50 millions du ministère des Sports


- 25 millions du monde sportif professionnel par une taxe de 2% sur les droits TV et - 25 millions du monde sportif professionnel par une taxe de 2% sur les droits TV et
de 2% sur les transactions des joueurs professionnels France-France et France-étranger de 2% sur les transactions des joueurs professionnels France-France et France-étranger
en sus du financement revenant aux clubs formateurs en sus du financement revenant aux clubs formateurs
- Donateurs privés bénéficiant de la défiscalisation - Donateurs privés bénéficiant de la défiscalisation
- CNAF - CNAF
- CNAM - CNAM
- CDC - CDC

La fondation sera gérée par 3 collèges : TIF, Institutions paritaires, collectivités territoriales. La fondation sera gérée par 3 collèges : TIF, Institutions paritaires, collectivités territoriales.

• Mise à niveau des équipements sportifs • Mise à niveau des équipements sportifs
- 1.000 équipements pour se rapprocher de la moyenne nationale - 1.000 équipements pour se rapprocher de la moyenne nationale
- 428 dans les QPV qui n’en possèdent aucun - 428 dans les QPV qui n’en possèdent aucun
- 100 centres sportifs « Sport dans la ville » pour pratiquer futsal, basket, rugby, danse etc… - 100 centres sportifs « Sport dans la ville » pour pratiquer futsal, basket, rugby, danse etc…
- 18.000 personnes seront accompagnées - 18.000 personnes seront accompagnées

• Développer les nouvelles formes de pratiques sportives • Développer les nouvelles formes de pratiques sportives
- Liv-labs sport avec réalité virtuelle augmentée - Liv-labs sport avec réalité virtuelle augmentée
- Equipement légers (double dutch, cross-fit, futsal, parkour… - Equipement légers (double dutch, cross-fit, futsal, parkour…

Pour l’essentiel, budget d’investissement amortissable sur 20 ans, montant total : 700 Pour l’essentiel, budget d’investissement amortissable sur 20 ans, montant total : 700
millions d’euros intégrés dans le programme de qualité urbaine pour tous millions d’euros intégrés dans le programme de qualité urbaine pour tous

| 45 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 45 | Vivre ensemble – Vivre en grand


7 7

| 46 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 46 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Tout passe par Tout passe par
l’entreprise et l’emploi l’entreprise et l’emploi

| 47 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 47 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 7 : Programme 7 :
Tout passe par l’entreprise et l’emploi Tout passe par l’entreprise et l’emploi

C’est la mère des batailles et nous avons toutes C’est la mère des batailles et nous avons toutes
les capacités pour la gagner. les capacités pour la gagner.

C’est la manifestation la plus criante des inégalités, C’est la manifestation la plus criante des inégalités,
celle qui barre la route de l’avenir, qui fait perdre celle qui barre la route de l’avenir, qui fait perdre
confiance en soi et dans notre République. confiance en soi et dans notre République.

La jeunesse de France et notamment celle des quartiers n’en peut plus. La jeunesse de France et notamment celle des quartiers n’en peut plus.

Problèmes de formation, d’orientation et de qualification, absence de réseaux, de contacts Problèmes de formation, d’orientation et de qualification, absence de réseaux, de contacts
avec les entreprises, impossibles rencontres, un univers qui apparait lointain et inaccessible, avec les entreprises, impossibles rencontres, un univers qui apparait lointain et inaccessible,
des procédures complexes et opaques, bref un autre monde. Alors que c’est le principal des procédures complexes et opaques, bref un autre monde. Alors que c’est le principal
réservoir de compétences acquises ou en devenir, de créativité, d’imagination et d’énergie réservoir de compétences acquises ou en devenir, de créativité, d’imagination et d’énergie
dont notre pays et notre économie auraient tort de se priver et de l’ignorer. Ces mondes dont notre pays et notre économie auraient tort de se priver et de l’ignorer. Ces mondes
s’ignorent alors qu’ils auront besoin l’un de l’autre, alors qu’ils se rencontrent. s’ignorent alors qu’ils auront besoin l’un de l’autre, alors qu’ils se rencontrent.

C’est une triple bataille C’est une triple bataille

Mobilisation de toutes nos entreprises, grandes et petites, Mobilisation de toutes nos entreprises, grandes et petites,
artisans et commerçants artisans et commerçants
La meilleure rencontre, la meilleure formation pour les deux parties, c’est l’apprentissage et La meilleure rencontre, la meilleure formation pour les deux parties, c’est l’apprentissage et
l’alternance, c’est du gagnant-gagnant. l’alternance, c’est du gagnant-gagnant.

En Allemagne, 1.4 millions d’apprentis et quasiment pas de chômage des jeunes pour En Allemagne, 1.4 millions d’apprentis et quasiment pas de chômage des jeunes pour
400.000 en France dont près de la moitié chez les seuls artisans et commerçants. 400.000 en France dont près de la moitié chez les seuls artisans et commerçants.

Si les quelques 7.000 entreprises de plus de 250 salariés respectaient les 5% prévus par la Si les quelques 7.000 entreprises de plus de 250 salariés respectaient les 5% prévus par la
loi nous devrions avoir 350.000 alternants soit 200.000 de plus. loi nous devrions avoir 350.000 alternants soit 200.000 de plus.

Si 1,5% des 5% bénéficiaient d’un contrat en apprentissage dans les QPV, ce sera 100.000 Si 1,5% des 5% bénéficiaient d’un contrat en apprentissage dans les QPV, ce sera 100.000
entrants de plus par an, soit une multiplication par 7. entrants de plus par an, soit une multiplication par 7.

Les entreprises ont la capacité, l’encadrement, les équipes, l’attractivité, mais surtout les Les entreprises ont la capacité, l’encadrement, les équipes, l’attractivité, mais surtout les
besoins de ces ressources humaines. besoins de ces ressources humaines.

| 48 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 48 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Nos entreprises du SB120 qui réussissent magnifiquement avec plus de 150 milliards de Nos entreprises du SB120 qui réussissent magnifiquement avec plus de 150 milliards de
résultats l’année dernière, ceux qui font le succès de notre économie doivent montrer indi- résultats l’année dernière, ceux qui font le succès de notre économie doivent montrer indi-
viduellement l’exemple et surtout entraîner collectivement l’ensemble de leur écosystème. viduellement l’exemple et surtout entraîner collectivement l’ensemble de leur écosystème.

Nos artisans qui assument la qualification de près de 200.000 jeunes doivent bénéficier des Nos artisans qui assument la qualification de près de 200.000 jeunes doivent bénéficier des
simplifications proposées par le ministère du Travail et le Gouvernement. simplifications proposées par le ministère du Travail et le Gouvernement.
Remplacement des 4 aides par : Remplacement des 4 aides par :

- 6.000€ pour la 1ère année - 6.000€ pour la 1ère année


- 3.000€ la 2ème année - 3.000€ la 2ème année
- 1.500€ la 3ème année - 1.500€ la 3ème année

Enfin, la réforme de l’apprentissage voulue par le Gouvernement devrait permettre une sim- Enfin, la réforme de l’apprentissage voulue par le Gouvernement devrait permettre une sim-
plification et une réorganisation et dégager près de 600 millions d’euros de plus pour le plification et une réorganisation et dégager près de 600 millions d’euros de plus pour le
financement de l’apprentissage, notamment de façon à financer du préapprentissage. financement de l’apprentissage, notamment de façon à financer du préapprentissage.
L’ouverture et la sollicitation des lycées professionnels qui disposent d’un encadrement de L’ouverture et la sollicitation des lycées professionnels qui disposent d’un encadrement de
grande qualité et sont parfaitement équipés, c’est tout l’enjeu d’un ambitieux programme grande qualité et sont parfaitement équipés, c’est tout l’enjeu d’un ambitieux programme
de 200 campus des métiers. de 200 campus des métiers.

Associer naturellement les agglomérations et les régions à la Associer naturellement les agglomérations et les régions à la
réussite du plan. réussite du plan.
Pour le secteur public, 50.000 apprentis doivent être recrutés en 3 ans dans les QPV, hors Pour le secteur public, 50.000 apprentis doivent être recrutés en 3 ans dans les QPV, hors
plafond d’emploi et hors cadre de contractualisation financière entre l’État et les collectivi- plafond d’emploi et hors cadre de contractualisation financière entre l’État et les collectivi-
tés pour les dépenses de fonctionnement. tés pour les dépenses de fonctionnement.

Plus généralement, inscrire dans la loi PACTE la responsabilité sociale des entreprises à Plus généralement, inscrire dans la loi PACTE la responsabilité sociale des entreprises à
l’égard des territoires et des jeunes des QPV. l’égard des territoires et des jeunes des QPV.

Parvenir à 1,5% d’apprentis dans les quartiers, 5% pour la jeunesse de France dans les 2 Parvenir à 1,5% d’apprentis dans les quartiers, 5% pour la jeunesse de France dans les 2
ans, à défaut, ce qui n’est pas souhaitable, le Parlement sera saisi pour décider de légiférer ans, à défaut, ce qui n’est pas souhaitable, le Parlement sera saisi pour décider de légiférer
de manière réellement contraignante de manière réellement contraignante

La rencontre par le coaching, l’accompagnement et le tutorat La rencontre par le coaching, l’accompagnement et le tutorat

La plupart des jeunes des QPV n’ont ni les codes, ni les réseaux nécessaires pour l’emploi La plupart des jeunes des QPV n’ont ni les codes, ni les réseaux nécessaires pour l’emploi
et l’entreprise, parfois des formations incomplètes et d’une manière générale le sentiment et l’entreprise, parfois des formations incomplètes et d’une manière générale le sentiment
que cet univers n’est pas pour eux. que cet univers n’est pas pour eux.

A titre d’illustration, 98.000 jeunes issus de l’immigration, ayant travaillé dur pour obtenir un A titre d’illustration, 98.000 jeunes issus de l’immigration, ayant travaillé dur pour obtenir un
diplôme BAC+3 sont sans emploi au bout de 3 ans. diplôme BAC+3 sont sans emploi au bout de 3 ans.

Déployer un coaching généralisé et un accompagnement spécifique pour la jeunesse des Déployer un coaching généralisé et un accompagnement spécifique pour la jeunesse des
QPV en s’appuyant sur les réseaux qui ont fait leurs preuves et qui ont défini des objectifs QPV en s’appuyant sur les réseaux qui ont fait leurs preuves et qui ont défini des objectifs
de mise en œuvre très ambitieux par des plans d’actions annuels. de mise en œuvre très ambitieux par des plans d’actions annuels.

| 49 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 49 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 7 : Programme 7 :
Tout passe par l’entreprise et l’emploi Tout passe par l’entreprise et l’emploi

• Nos Quartiers ont du Talent NQT qui parraine de jeunes diplômés Bac+3 à +5 en recherche • Nos Quartiers ont du Talent NQT qui parraine de jeunes diplômés Bac+3 à +5 en recherche
d’emploi (50.000 de plus par an) ; d’emploi (50.000 de plus par an) ;

• Article 1 tutorat de jeunes étudiants jusqu’à leur insertion professionnelle (100.000) ; • Article 1 tutorat de jeunes étudiants jusqu’à leur insertion professionnelle (100.000) ;

• L’AFEV réalise un accompagnement individualisé pour lutter contre les inégalités éduca- • L’AFEV réalise un accompagnement individualisé pour lutter contre les inégalités éduca-
tives (14.0000) ; tives (14.0000) ;

• Mozaik RH, cabinet de recrutement et de coaching spécialisé dans la promotion de la • Mozaik RH, cabinet de recrutement et de coaching spécialisé dans la promotion de la
diversité (15.000) ; diversité (15.000) ;

• « 100 chances 100 emplois » pour l’insertion professionnelle des jeunes en s’appuyant sur • « 100 chances 100 emplois » pour l’insertion professionnelle des jeunes en s’appuyant sur
les acteurs d’un bassin d’emploi (10.000) les acteurs d’un bassin d’emploi (10.000)

• Zup de Co favorise la réussite scolaire par le tutorat des collégiens (2000) • Zup de Co favorise la réussite scolaire par le tutorat des collégiens (2000)

• Face (100) • Face (100)

• Crepi (200)… • Crepi (200)…

• Territoire zéro chômeur • Territoire zéro chômeur

• De très nombreuses autres acteurs sur le terrain • De très nombreuses autres acteurs sur le terrain

Le budget annuel pour changer d’ampleur est estimé à 87,7 Millions d’euros Le budget annuel pour changer d’ampleur est estimé à 87,7 Millions d’euros

L’investissement de Pôle Emploi : L’investissement de Pôle Emploi :

• Déployer, à titre exceptionnel et provisoire, 720 conseillers supplémentaires de Pôle • Déployer, à titre exceptionnel et provisoire, 720 conseillers supplémentaires de Pôle
Emploi dédiés à un accompagnement intensif de 150.000 demandeurs sur les 219 agences Emploi dédiés à un accompagnement intensif de 150.000 demandeurs sur les 219 agences
à périmètre QPV à périmètre QPV

• Financer 10.000 prestations de bilan et accompagnement à la mobilité • Financer 10.000 prestations de bilan et accompagnement à la mobilité

• Développer et digitaliser 10 nouvelles actions de méthode de recrutement par simu- • Développer et digitaliser 10 nouvelles actions de méthode de recrutement par simu-
lation MRS, une plateforme numérique d’orientation/découverte/immersion professionnelle lation MRS, une plateforme numérique d’orientation/découverte/immersion professionnelle
métiers en réalité virtuelle métiers en réalité virtuelle

• Renforcer l’enveloppe allouée aux agences QPV pour soutenir les initiatives locales et • Renforcer l’enveloppe allouée aux agences QPV pour soutenir les initiatives locales et
les actions hors les murs au cœur des quartiers avec les acteurs associatifs les actions hors les murs au cœur des quartiers avec les acteurs associatifs

Cet effort particulier pourrait se dérouler sur 3 ans pour un budget annuel Cet effort particulier pourrait se dérouler sur 3 ans pour un budget annuel
de 60 millions d’euros de 60 millions d’euros

| 50 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 50 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Mobilisation générale des acteurs de l’emploi Mobilisation générale des acteurs de l’emploi
Moyens complémentaires mis à la disposition de tous les acteurs économiques : Moyens complémentaires mis à la disposition de tous les acteurs économiques :

- Mise en place, dans le cadre du plan investissement compétences, du financement à la - Mise en place, dans le cadre du plan investissement compétences, du financement à la
formation de 300.000 jeunes garantissant l’accès effectif au parcours de formation intégré formation de 300.000 jeunes garantissant l’accès effectif au parcours de formation intégré
dans le cadre des pactes régionaux de compétence, avec des objectifs précis et territoria- dans le cadre des pactes régionaux de compétence, avec des objectifs précis et territoria-
lisés : 20% pour les QPV lisés : 20% pour les QPV

- Déployer massivement les formations et les parcours adaptés : POE (préparation opéra- - Déployer massivement les formations et les parcours adaptés : POE (préparation opéra-
tionnelle à l’emploi), dispositifs « deuxième chance » (Epide et E2C) tionnelle à l’emploi), dispositifs « deuxième chance » (Epide et E2C)

- Définir, avec les agglomérations et les régions, des plans d’actions territorialisés - Définir, avec les agglomérations et les régions, des plans d’actions territorialisés

- Mobiliser le réseau des missions locales comme orienteur et prescripteur conjointement - Mobiliser le réseau des missions locales comme orienteur et prescripteur conjointement
avec Pacte Emploi avec Pacte Emploi

- Mise à disposition du secteur économique de 150.000 emplois-francs dès 2019 en élar- - Mise à disposition du secteur économique de 150.000 emplois-francs dès 2019 en élar-
gissant les territoires bénéficiaires de 194 à 1514 QPV. gissant les territoires bénéficiaires de 194 à 1514 QPV.

Les branches professionnelles, les organismes consulaires, les MEDEF territoriaux, les clubs Les branches professionnelles, les organismes consulaires, les MEDEF territoriaux, les clubs
et réseaux d’entreprises, celle de la charte entreprises et quartiers devront rendre compte et réseaux d’entreprises, celle de la charte entreprises et quartiers devront rendre compte
de cette action. Les agglomérations et les régions joueront un rôle majeur d’impulsion. de cette action. Les agglomérations et les régions joueront un rôle majeur d’impulsion.

Le budget doit être porté pour 2019 à 380 millions d’euros et 508 millions Le budget doit être porté pour 2019 à 380 millions d’euros et 508 millions
d’euros en 2020 d’euros en 2020

75.000 services civiques tournés vers l’entreprise et l’emploi 75.000 services civiques tournés vers l’entreprise et l’emploi

Conçu pour être une école de l’engagement et de la citoyenneté active, le service civique Conçu pour être une école de l’engagement et de la citoyenneté active, le service civique
est aussi devenu une étape d’orientation et une première expérience professionnelle. est aussi devenu une étape d’orientation et une première expérience professionnelle.

• Créer 45.000 parcours de service civique d’engagement citoyen, d’alternance et • Créer 45.000 parcours de service civique d’engagement citoyen, d’alternance et
d’emploi, avec les associations porteuses de services civiques et les entreprises parte- d’emploi, avec les associations porteuses de services civiques et les entreprises parte-
naires naires

• Mettre en œuvre les plateformes d’intermédiation d’Unis-cités (Réussites & Citoyenne- • Mettre en œuvre les plateformes d’intermédiation d’Unis-cités (Réussites & Citoyenne-
té / hubs de l’engagement) pour 30 000 services civiques en QPV en 4 ans. té / hubs de l’engagement) pour 30 000 services civiques en QPV en 4 ans.

Le coût global est évalué à 390 Millions d’€ Le coût global est évalué à 390 Millions d’€

| 51 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 51 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 7 : Programme 7 :
Tout passe par l’entreprise et l’emploi Tout passe par l’entreprise et l’emploi

Amplifier l’insertion et de l’emploi local avec les clauses sociales Amplifier l’insertion et de l’emploi local avec les clauses sociales

L’ANRU a donné une impulsion décisive aux clauses sociales en réservant pour leurs béné- L’ANRU a donné une impulsion décisive aux clauses sociales en réservant pour leurs béné-
ficiaires 5% des heures de travail sur les chantiers PNRU et 10% pour la gestion urbaine de ficiaires 5% des heures de travail sur les chantiers PNRU et 10% pour la gestion urbaine de
proximité. Les collectivités, les acteurs locaux (maisons de l’emploi, PLIE, SIAE…) ainsi que proximité. Les collectivités, les acteurs locaux (maisons de l’emploi, PLIE, SIAE…) ainsi que
les entreprises ont acquis une expertise des clauses sociales. Tous les obstacles juridiques les entreprises ont acquis une expertise des clauses sociales. Tous les obstacles juridiques
ont été levés. ont été levés.

• Doubler l’objectif d’insertion à 10% des heures de travail générées par les pro- • Doubler l’objectif d’insertion à 10% des heures de travail générées par les pro-
grammes de grands travaux : NPNRU, Grand Paris, jeux olympiques et paralympiques… grammes de grands travaux : NPNRU, Grand Paris, jeux olympiques et paralympiques…

• Généraliser l’objectif de 5% des heures de travail aux marchés de travaux des grands • Généraliser l’objectif de 5% des heures de travail aux marchés de travaux des grands
donneurs d’ordres avec l’Etat, les agglomérations, l’ARF, l’ADF et l’ADCF, l’USH, … donneurs d’ordres avec l’Etat, les agglomérations, l’ARF, l’ADF et l’ADCF, l’USH, …

• Généraliser aux opérateurs de la gestion urbaine de proximité l’objectif de 10% des • Généraliser aux opérateurs de la gestion urbaine de proximité l’objectif de 10% des
heures de travail heures de travail

Accompagner vers l’emploi les habitants des QPV avec le réseau du travail temporaire Accompagner vers l’emploi les habitants des QPV avec le réseau du travail temporaire

Il s’agit de déployer un plan d’action expérimental sur 3 ans qui articule formation, accom- Il s’agit de déployer un plan d’action expérimental sur 3 ans qui articule formation, accom-
pagnement, accès aux emplois-francs, à l’alternance, … : pagnement, accès aux emplois-francs, à l’alternance, … :

• 20.000 emplois avec le réseau national Prism’emploi • 20.000 emplois avec le réseau national Prism’emploi

• 100 plateformes de service emploi-formation-accompagnement Adecco pour accompa- • 100 plateformes de service emploi-formation-accompagnement Adecco pour accompa-
gner 20.000 habitants des QPV gner 20.000 habitants des QPV

Ce plan nécessitera la mobilisation de 60 millions d’euros sur 3 ans ainsi que d’une adapta- Ce plan nécessitera la mobilisation de 60 millions d’euros sur 3 ans ainsi que d’une adapta-
tion à titre expérimental, des règles de recours au travail temporaire. tion à titre expérimental, des règles de recours au travail temporaire.

5 000 recrutements par an au sein de la défense nationale 5 000 recrutements par an au sein de la défense nationale

• Le ministère des Armées est un des principaux recruteurs de l’État. Pour 2018 c’est près • Le ministère des Armées est un des principaux recruteurs de l’État. Pour 2018 c’est près
de 21 500 recrutements qui sont opérés : 15 000 jeunes pour l’armée de terre, 3 000 avia- de 21 500 recrutements qui sont opérés : 15 000 jeunes pour l’armée de terre, 3 000 avia-
teurs pour l’armée de l’air 3 500 recrues pour la marine. Ces emplois offrent sur une cin- teurs pour l’armée de l’air 3 500 recrues pour la marine. Ces emplois offrent sur une cin-
quantaine de métiers, un parcours professionnel, assorti d’une formation continue, valori- quantaine de métiers, un parcours professionnel, assorti d’une formation continue, valori-
sant et évolutif, notamment pour les jeunes faiblement qualifiés. sant et évolutif, notamment pour les jeunes faiblement qualifiés.

• C’est pourquoi un objectif de 5 000 recrutements annuels pour des publics issus de QPV, • C’est pourquoi un objectif de 5 000 recrutements annuels pour des publics issus de QPV,
est un puissant facteur d’insertion des habitants des QPV et pour la défense nationale. est un puissant facteur d’insertion des habitants des QPV et pour la défense nationale.

• Cette action sera conduite en lien avec les CIRFA (Centre d’Information et de Recrutement • Cette action sera conduite en lien avec les CIRFA (Centre d’Information et de Recrutement
des Forces Armées), qui maillent le territoire notamment en proximité des QPV, les centres des Forces Armées), qui maillent le territoire notamment en proximité des QPV, les centres
EPIDE et les réseaux de l’insertion sociale et professionnelle (Missions locales, Pole em- EPIDE et les réseaux de l’insertion sociale et professionnelle (Missions locales, Pole em-
ploi…). ploi…).

| 52 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 52 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Relancer un plan de services à la personne pour la formation et l’emploi de 100 000 Relancer un plan de services à la personne pour la formation et l’emploi de 100 000
personnes des QPV personnes des QPV

Le secteur des services à la personne représente 1,4 million de salariés, dont 77% de CDI Le secteur des services à la personne représente 1,4 million de salariés, dont 77% de CDI
et 97% de femmes. Il a été structuré par le plan de services à la personne de 2005. et 97% de femmes. Il a été structuré par le plan de services à la personne de 2005.

Un contrat de filière a été conclu avec les principales fédérations professionnelles (ADMR, Un contrat de filière a été conclu avec les principales fédérations professionnelles (ADMR,
Familles Rurales, Fesp...), les collectivités et partenaires (assurance maladie, vieillesse, Familles Rurales, Fesp...), les collectivités et partenaires (assurance maladie, vieillesse,
Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie – CNSA,...) et les organisations syndicales. Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie – CNSA,...) et les organisations syndicales.
Malgré de nombreuses possibilités d’embauche, le secteur rencontre de réelles difficultés Malgré de nombreuses possibilités d’embauche, le secteur rencontre de réelles difficultés
de recrutement ce qui freine son développement. de recrutement ce qui freine son développement.

400 000 emplois nets seront créés dans ce secteur dans les cinq ans à venir : Ces emplois 400 000 emplois nets seront créés dans ce secteur dans les cinq ans à venir : Ces emplois
sont accessibles à tous les publics avec un premier niveau de qualification. C’est pourquoi, sont accessibles à tous les publics avec un premier niveau de qualification. C’est pourquoi,
il faut relancer un plan de services à la personne pour la formation et la mise à l’emploi de il faut relancer un plan de services à la personne pour la formation et la mise à l’emploi de
100 000 personnes des QPV sur 3 ans à trois niveaux : 100 000 personnes des QPV sur 3 ans à trois niveaux :

• Décliner en plan territoriaux de Services à la Personne pour la formation et l’emploi • Décliner en plan territoriaux de Services à la Personne pour la formation et l’emploi
sur les territoires QPV en lien avec les intercommunalités et les conseils départementaux sur les territoires QPV en lien avec les intercommunalités et les conseils départementaux

• Mobiliser le plan d’investissement des compétences dans le cadre des pactes ré- • Mobiliser le plan d’investissement des compétences dans le cadre des pactes ré-
gionaux, pour la professionnalisation et la qualification dans les métiers des services à la gionaux, pour la professionnalisation et la qualification dans les métiers des services à la
personne personne

• Simplifier et harmoniser les dispositifs de soutien à l’accès et au maintien dans l’emploi • Simplifier et harmoniser les dispositifs de soutien à l’accès et au maintien dans l’emploi
afin de permettre à la filière de réaliser son potentiel de développement afin de permettre à la filière de réaliser son potentiel de développement

Un soutien massif à l’initiative économique Un soutien massif à l’initiative économique

C’est un enjeu majeur et qui correspond à la capacité entrepreneuriale des quartiers. Nous C’est un enjeu majeur et qui correspond à la capacité entrepreneuriale des quartiers. Nous
disposons de réseaux extrêmement performants qui ont fait leurs preuves pour le soutien à disposons de réseaux extrêmement performants qui ont fait leurs preuves pour le soutien à
la création d’entreprise, son développement et la reprise d’entreprise. C’est un levier majeur. la création d’entreprise, son développement et la reprise d’entreprise. C’est un levier majeur.

L’ADIE, les Boutiques de gestion, Positive planète, France active, Initiative France, Fonda- L’ADIE, les Boutiques de gestion, Positive planète, France active, Initiative France, Fonda-
tion entreprendre, Association 100.000 entrepreneurs, Association Tous repreneurs, Réseau tion entreprendre, Association 100.000 entrepreneurs, Association Tous repreneurs, Réseau
Groupement de créateurs, et de très nombreux autres ont la détermination et la capacité de Groupement de créateurs, et de très nombreux autres ont la détermination et la capacité de
doubler voire de tripler leur activité. doubler voire de tripler leur activité.

Un fonds de soutien de 60 millions d’euros par an sera constitué à leur profit avec Un fonds de soutien de 60 millions d’euros par an sera constitué à leur profit avec
l’Agence France entrepreneurs et la Banque Publique d’Investissements. l’Agence France entrepreneurs et la Banque Publique d’Investissements.

- 25% des créations d’entreprises se font dans un secteur où les quartiers excellent le - 25% des créations d’entreprises se font dans un secteur où les quartiers excellent le
numérique et l’industrie de la culture. numérique et l’industrie de la culture.

- 100 zones franches numériques et culture. Les ZFU d’origine, vidées de leur substance, - 100 zones franches numériques et culture. Les ZFU d’origine, vidées de leur substance,
seront réactivées par les exonérations fiscales et sociales (exonération d’impôts sur les bé- seront réactivées par les exonérations fiscales et sociales (exonération d’impôts sur les bé-
néfices, exonération d’impôts locaux) dans toutes les entreprises du numérique et du sec- néfices, exonération d’impôts locaux) dans toutes les entreprises du numérique et du sec-
teur culturel qui s’y implantent. Elles permettront notamment d’accompagner et de faciliter teur culturel qui s’y implantent. Elles permettront notamment d’accompagner et de faciliter
l’implantation des campus numériques. l’implantation des campus numériques.

- Renforcer les actions de fonds existants (Impact Partenaires, association Territoires zéro - Renforcer les actions de fonds existants (Impact Partenaires, association Territoires zéro
chômeurs de longue durée, les entreprises à but d’emploi en faveur des QPV. chômeurs de longue durée, les entreprises à but d’emploi en faveur des QPV.

- Exonérer de la taxe d’apprentissage les activités d’insertion par l’économie. - Exonérer de la taxe d’apprentissage les activités d’insertion par l’économie.

| 53 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 53 | Vivre ensemble – Vivre en grand


8 8

| 54 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 54 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Un plan national pour Un plan national pour
gagner la bataille gagner la bataille
contre l’illettrisme contre l’illettrisme
et l’illectronisme, et l’illectronisme,
former aux savoirs former aux savoirs
de base de base
| 55 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 55 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Programme 8 : Programme 8 :
Un plan national pour gagner la bataille Un plan national pour gagner la bataille
contre l’illettrisme et l’illectronisme, contre l’illettrisme et l’illectronisme,
former aux savoirs de base former aux savoirs de base

Une personne sur dix ne pourra pas lire ce texte car dans Une personne sur dix ne pourra pas lire ce texte car dans
notre pays, plus de 4,5 millions de personnes ne peuvent pas notre pays, plus de 4,5 millions de personnes ne peuvent pas
lire un texte simple rédigé en français. Ce phénomène massif lire un texte simple rédigé en français. Ce phénomène massif
touche 6% des salariés et 20% des bénéficiaires du RSA. touche 6% des salariés et 20% des bénéficiaires du RSA.
Dans les seuls quartiers de la politique de la ville, 1,5 million Dans les seuls quartiers de la politique de la ville, 1,5 million
de personnes sont en difficulté avec le français oral ou écrit. de personnes sont en difficulté avec le français oral ou écrit.

La France ne peut plus se satisfaire de cette situation car derrière ces statistiques, ce sont La France ne peut plus se satisfaire de cette situation car derrière ces statistiques, ce sont
des hommes, des femmes et des enfants qui sont privés d’un présent digne et d’un avenir des hommes, des femmes et des enfants qui sont privés d’un présent digne et d’un avenir
meilleur. meilleur.

Tout cela a un coût humain et économique invisible, mais très élevé. Être exclu de l’écriture Tout cela a un coût humain et économique invisible, mais très élevé. Être exclu de l’écriture
et de la lecture, c’est l’être aussi de la culture, de l’expression et de la participation ci- et de la lecture, c’est l’être aussi de la culture, de l’expression et de la participation ci-
toyenne. Nombre de nos concitoyens de tous âges ainsi laissés de côté se sentent de plus toyenne. Nombre de nos concitoyens de tous âges ainsi laissés de côté se sentent de plus
en plus oubliés par la République. en plus oubliés par la République.

Classée au 23ème rang des 25 pays de l’OCDE ayant participé à l’enquête PIAAC, la France Classée au 23ème rang des 25 pays de l’OCDE ayant participé à l’enquête PIAAC, la France
est également pénalisée sur le plan économique. Des jeunes et des adultes moins formés est également pénalisée sur le plan économique. Des jeunes et des adultes moins formés
contribuent moins à la création de richesses dans notre pays, malgré tout le souhait qu’ils contribuent moins à la création de richesses dans notre pays, malgré tout le souhait qu’ils
en ont. Le faible niveau de qualification des adultes coûte chaque année à la France deux en ont. Le faible niveau de qualification des adultes coûte chaque année à la France deux
points de son PIB. points de son PIB.

Des milliards sont investis dans la formation professionnelle, mais pour une part importante Des milliards sont investis dans la formation professionnelle, mais pour une part importante
de nos concitoyens, qui vivent dans la honte leur situation d’illettrisme, il manque une pre- de nos concitoyens, qui vivent dans la honte leur situation d’illettrisme, il manque une pre-
mière marche pour accéder à ces dispositifs. Le premier milliard d’investissement dans les mière marche pour accéder à ces dispositifs. Le premier milliard d’investissement dans les
compétences (PIC) doit financer cette première marche. compétences (PIC) doit financer cette première marche.

L’objectif de ce grand plan national est de diviser par deux le nombre de personnes en L’objectif de ce grand plan national est de diviser par deux le nombre de personnes en
situation d’illettrisme d’ici 2025 en rendant effectif un accès universel aux compétences situation d’illettrisme d’ici 2025 en rendant effectif un accès universel aux compétences
de base pour les publics les plus en difficultés, quel que soit leur statut. de base pour les publics les plus en difficultés, quel que soit leur statut.

Pour cela, nos politiques publiques doivent investir dans la durée. C’est un défi historique Pour cela, nos politiques publiques doivent investir dans la durée. C’est un défi historique
que notre pays doit relever. C’est l’enjeu des grandes réformes en cours ou à venir. C’est que notre pays doit relever. C’est l’enjeu des grandes réformes en cours ou à venir. C’est
l’affaire de tous. C’est pourquoi l’ensemble des ministères, les collectivités territoriales, les l’affaire de tous. C’est pourquoi l’ensemble des ministères, les collectivités territoriales, les
entreprises, les partenaires sociaux, le monde associatif et la société civile, doivent porter entreprises, les partenaires sociaux, le monde associatif et la société civile, doivent porter
cette ambition, pour que 100 % de nos concitoyens trouvent leur place dans la société. cette ambition, pour que 100 % de nos concitoyens trouvent leur place dans la société.

| 56 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 56 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Repérer et accompagner les publics vers la formation Repérer et accompagner les publics vers la formation
Il est très difficile pour une personne qui maitrise mal le français oral ou écrit de comprendre Il est très difficile pour une personne qui maitrise mal le français oral ou écrit de comprendre
ses droits et d’effectuer les démarches complexes nécessaires à une entrée en formation, ses droits et d’effectuer les démarches complexes nécessaires à une entrée en formation,
a fortiori si ces démarches nécessitent d’avoir accès à internet et de savoir l’utiliser. Les a fortiori si ces démarches nécessitent d’avoir accès à internet et de savoir l’utiliser. Les
professionnels chargés de l’accompagnement de ces publics sont eux même très démunis professionnels chargés de l’accompagnement de ces publics sont eux même très démunis
pour trouver la réponse à ces besoins spécifiques. pour trouver la réponse à ces besoins spécifiques.

Un numéro vert et une campagne nationale d’information seront mises en place début Un numéro vert et une campagne nationale d’information seront mises en place début
2019. 2019.

Des plates-formes uniques seront créées dans chaque territoire. Habilitées au titre du Des plates-formes uniques seront créées dans chaque territoire. Habilitées au titre du
conseil en évolution professionnelle, elles seront chargées de d’accueil des publics, de conseil en évolution professionnelle, elles seront chargées de d’accueil des publics, de
l’évaluation des niveaux de compétences, de l’orientation vers le parcours le plus adapté l’évaluation des niveaux de compétences, de l’orientation vers le parcours le plus adapté
selon des procédures harmonisées qui permettront de mesurer l’impact des actions. selon des procédures harmonisées qui permettront de mesurer l’impact des actions.

Elles accueilleront de manière systématique les jeunes en difficulté avec l’écrit repérés lors Elles accueilleront de manière systématique les jeunes en difficulté avec l’écrit repérés lors
des journées défense citoyenneté. Elles conduiront des actions d’information auprès du des journées défense citoyenneté. Elles conduiront des actions d’information auprès du
grand public et des professionnels (enseignants, travailleurs sociaux, service public de grand public et des professionnels (enseignants, travailleurs sociaux, service public de
l’emploi et de la formation…) Ces plates-formes pourront être portées par des structures l’emploi et de la formation…) Ces plates-formes pourront être portées par des structures
existantes : associations, centres de ressources illettrisme, missions locales… existantes : associations, centres de ressources illettrisme, missions locales…

En parallèle, l’écosystème associatif qui par son action quotidienne contribue au repérage En parallèle, l’écosystème associatif qui par son action quotidienne contribue au repérage
et accompagne les publics vers une démarche de formation bénéficiera d’un soutien finan- et accompagne les publics vers une démarche de formation bénéficiera d’un soutien finan-
cier pérenne pour la conduite de ses actions via un plan d’urgence permettant la sauve- cier pérenne pour la conduite de ses actions via un plan d’urgence permettant la sauve-
garde de leurs savoir-faire garde de leurs savoir-faire

Offrir un accès universel à un parcours de formation certifiant Offrir un accès universel à un parcours de formation certifiant
L’offre de formation existante pour les publics adultes qui ont besoin de communiquer L’offre de formation existante pour les publics adultes qui ont besoin de communiquer
en français et d’utiliser les outils de communication numérique dans leur vie quotidienne en français et d’utiliser les outils de communication numérique dans leur vie quotidienne
ou professionnelle est à la fois rare et désorganisée. Elle repose sur de nombreux acteurs ou professionnelle est à la fois rare et désorganisée. Elle repose sur de nombreux acteurs
institutionnels dont les actions ne sont pas coordonnées entre elles : ministère de l’inté- institutionnels dont les actions ne sont pas coordonnées entre elles : ministère de l’inté-
rieur pour les immigrés, conseils régionaux et Pôle emploi pour les demandeurs d’emploi, rieur pour les immigrés, conseils régionaux et Pôle emploi pour les demandeurs d’emploi,
conseils départementaux pour les bénéficiaires de minimas sociaux, communes et EPCI conseils départementaux pour les bénéficiaires de minimas sociaux, communes et EPCI
pour leurs administrés, avec, au niveau des collectivités territoriales, un investissement va- pour leurs administrés, avec, au niveau des collectivités territoriales, un investissement va-
riable en fonction de la manière dont elles se saisissent de ces questions. Au final, en riable en fonction de la manière dont elles se saisissent de ces questions. Au final, en
fonction de son territoire de résidence, la personne qui cherche à se former peut ne pas fonction de son territoire de résidence, la personne qui cherche à se former peut ne pas
trouver de solution ou des solutions partielles, avec des formations trop courtes, ne per- trouver de solution ou des solutions partielles, avec des formations trop courtes, ne per-
mettant pas de certifier ses compétences et de les faire valoir pour accéder à une formation mettant pas de certifier ses compétences et de les faire valoir pour accéder à une formation
professionnelle ou un emploi. professionnelle ou un emploi.

Le développement d’une offre de formation adaptée qualitativement et quantitativement Le développement d’une offre de formation adaptée qualitativement et quantitativement
aux besoins des publics dans les territoires est une priorité qui doit être portée par l’en- aux besoins des publics dans les territoires est une priorité qui doit être portée par l’en-
semble des acteurs. Ce nouveau plan national est fondé sur une démarche globale qui semble des acteurs. Ce nouveau plan national est fondé sur une démarche globale qui
organise des parcours allant du repérage des publics à la délivrance d’une nouvelle certi- organise des parcours allant du repérage des publics à la délivrance d’une nouvelle certi-
fication dénommée Clé@venir, valorisant les acquis dans les trois premiers domaines de fication dénommée Clé@venir, valorisant les acquis dans les trois premiers domaines de
la certification CléA (communiquer en français, utiliser les règles de base de calcul et les la certification CléA (communiquer en français, utiliser les règles de base de calcul et les
techniques de la communication numérique), tout en mobilisant les compétences acquises techniques de la communication numérique), tout en mobilisant les compétences acquises
en milieu professionnel dans la perspective d’une certification CléA complète. en milieu professionnel dans la perspective d’une certification CléA complète.

| 57 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 57 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 8 : Programme 8 :
Un plan national pour gagner la bataille Un plan national pour gagner la bataille
contre l’illettrisme et l’illectronisme, contre l’illettrisme et l’illectronisme,
former aux savoirs de base former aux savoirs de base

Sur la base du volontariat, il s’adresse à toute personne en situation d’illettrisme, d’il- Sur la base du volontariat, il s’adresse à toute personne en situation d’illettrisme, d’il-
lectronisme ou allophones scolarisés ou non dans leur pays d’origine et leur garantit lectronisme ou allophones scolarisés ou non dans leur pays d’origine et leur garantit
un revenu leur permettant de s’impliquer dans leur formation (maintien du salaire ou de l’al- un revenu leur permettant de s’impliquer dans leur formation (maintien du salaire ou de l’al-
location d’aide au retour à l’emploi, assouplissement de la garantie jeune et création d’une location d’aide au retour à l’emploi, assouplissement de la garantie jeune et création d’une
allocation spécifique de formation) allocation spécifique de formation)

Les publics seront accueillis dès janvier 2019 par les opérateurs existants qui s’engageront Les publics seront accueillis dès janvier 2019 par les opérateurs existants qui s’engageront
dans la démarche de labellisation pour délivrer la certification Clé@venir. A titre d’exemple, dans la démarche de labellisation pour délivrer la certification Clé@venir. A titre d’exemple,
les EPIDE, les Ecoles de la deuxième chance, l’AFPA, les GRETA, les organismes de for- les EPIDE, les Ecoles de la deuxième chance, l’AFPA, les GRETA, les organismes de for-
mation, les ateliers pédagogiques personnalisés et les ateliers sociolinguistiques pourront mation, les ateliers pédagogiques personnalisés et les ateliers sociolinguistiques pourront
demander ce label. demander ce label.

Mobiliser les entreprises et les acteurs de la société civile Mobiliser les entreprises et les acteurs de la société civile

La mobilisation des entreprises et de la société civile est essentielle pour la réussite de ce La mobilisation des entreprises et de la société civile est essentielle pour la réussite de ce
plan. Cela implique notamment d’inscrire la certification Clé@venir dans tous les plans plan. Cela implique notamment d’inscrire la certification Clé@venir dans tous les plans
de formation des entreprises et de les ouvrir à leurs sous-traitants souvent en difficulté de formation des entreprises et de les ouvrir à leurs sous-traitants souvent en difficulté
avec les savoirs de base. avec les savoirs de base.

Les réseaux d’entreprises et les fondations seront mobilisés pour sensibiliser le grand pu- Les réseaux d’entreprises et les fondations seront mobilisés pour sensibiliser le grand pu-
blic et parrainer les apprenants. De même, l’engagement des jeunes en service civique, de blic et parrainer les apprenants. De même, l’engagement des jeunes en service civique, de
la Réserve citoyenne et du futur service national universel sera accompagné au service de la Réserve citoyenne et du futur service national universel sera accompagné au service de
ces missions. ces missions.

Investir massivement dans un plan ambitieux Investir massivement dans un plan ambitieux
Etre à la hauteur de l’enjeu requiert un investissement sans précédent. Etre à la hauteur de l’enjeu requiert un investissement sans précédent.

Sur la base de 500 000 personnes à former de manière prioritaire sur cinq ans (100 000 Sur la base de 500 000 personnes à former de manière prioritaire sur cinq ans (100 000
par an), le coût serait d’environ 300 M€ par an, soit 1,5 milliard d’euros sur la période pour par an), le coût serait d’environ 300 M€ par an, soit 1,5 milliard d’euros sur la période pour
réduire de moitié le taux d’illettrisme d’ici 2025. L’effort sera doublé pour combattre l’illec- réduire de moitié le taux d’illettrisme d’ici 2025. L’effort sera doublé pour combattre l’illec-
tronisme et pour la formation linguistique des personnes immigrées. tronisme et pour la formation linguistique des personnes immigrées.

Cet effort supplémentaire sera réparti entre l’Etat, les collectivités territoriales et les parte- Cet effort supplémentaire sera réparti entre l’Etat, les collectivités territoriales et les parte-
naires sociaux. Le financement complémentaire proviendra de redéploiements budgétaires, naires sociaux. Le financement complémentaire proviendra de redéploiements budgétaires,
d’une partie du différentiel du montant de la collecte des fonds de la formation profession- d’une partie du différentiel du montant de la collecte des fonds de la formation profession-
nelle généré par son transfert à l’URSSAF et de la cotisation complémentaire à hauteur de nelle généré par son transfert à l’URSSAF et de la cotisation complémentaire à hauteur de
0,1 % des entreprises à la formation des demandeurs d’emploi. 0,1 % des entreprises à la formation des demandeurs d’emploi.

| 58 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 58 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Organiser l’action au plus près des territoires Organiser l’action au plus près des territoires
La gouvernance nationale et territoriale de ce plan national sans précédent en faveur des La gouvernance nationale et territoriale de ce plan national sans précédent en faveur des
savoirs de base est au service d’une action portée par les territoires. Cette volonté se tra- savoirs de base est au service d’une action portée par les territoires. Cette volonté se tra-
duira dans son organisation. duira dans son organisation.

Le pilotage ministériel sera confié au délégué interministériel à la langue française pour la Le pilotage ministériel sera confié au délégué interministériel à la langue française pour la
cohésion sociale. Il s’appuiera sur une agence dont la gouvernance impliquera l’en- cohésion sociale. Il s’appuiera sur une agence dont la gouvernance impliquera l’en-
semble des parties prenantes pour piloter, animer et évaluer le plan national. Cette semble des parties prenantes pour piloter, animer et évaluer le plan national. Cette
agence, dotée d’une forte capacité d’ingénierie, rend compte à la représentation nationale. agence, dotée d’une forte capacité d’ingénierie, rend compte à la représentation nationale.

Cette agence regroupera les compétences nécessaires à la mise en œuvre du plan et ac- Cette agence regroupera les compétences nécessaires à la mise en œuvre du plan et ac-
tuellement dispersées au sein des différents ministères et leurs opérateurs (ANLCI, DGLFLF, tuellement dispersées au sein des différents ministères et leurs opérateurs (ANLCI, DGLFLF,
OFII, CIEP, AFPA, CGET…). OFII, CIEP, AFPA, CGET…).

Elle dispose d’un relais en région qui impulse et fournit un appui en ingénierie aux collecti- Elle dispose d’un relais en région qui impulse et fournit un appui en ingénierie aux collecti-
vités qui s’engageront dans la démarche. vités qui s’engageront dans la démarche.

Les actions sont déployées au plus près des publics et des territoires à l’échelle des ag- Les actions sont déployées au plus près des publics et des territoires à l’échelle des ag-
glomérations, à leur initiative et sous leur pilotage. glomérations, à leur initiative et sous leur pilotage.

Des comités locaux réunissant l’Etat, la région, le département, les communes et inter- Des comités locaux réunissant l’Etat, la région, le département, les communes et inter-
communalités, la CAF, l’éducation nationale, la justice… sont chargés de la mise en œuvre communalités, la CAF, l’éducation nationale, la justice… sont chargés de la mise en œuvre
opérationnelle, du choix des prestataires, du suivi et de l’évaluation des actions. opérationnelle, du choix des prestataires, du suivi et de l’évaluation des actions.

| 59 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 59 | Vivre ensemble – Vivre en grand


9 9

| 60 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 60 | Vivre ensemble – Vivre en grand


200 quartiers 200 quartiers
d’excellence numérique d’excellence numérique

| 61 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 61 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 9 : Programme 9 :
200 quartiers d’excellence numérique 200 quartiers d’excellence numérique

• Des quartiers d’excellence numérique • Des quartiers d’excellence numérique


• Un vivier de ressource humaine insoupçonnable • Un vivier de ressource humaine insoupçonnable

En s’appuyant sur une population jeune, très agile techniquement, les Campus numériques En s’appuyant sur une population jeune, très agile techniquement, les Campus numériques
démontreront que la révolution numérique est un point fort des habitants des quartiers ur- démontreront que la révolution numérique est un point fort des habitants des quartiers ur-
bains. bains.

Une jeunesse ultra-motivée, confrontée quotidiennement à un « parcours du combattant » Une jeunesse ultra-motivée, confrontée quotidiennement à un « parcours du combattant »
et totalement adaptée à l’univers numérique. Ce vivier de ressources humaines peut devenir et totalement adaptée à l’univers numérique. Ce vivier de ressources humaines peut devenir
pour l’ensemble du pays un exemple avancé d’une Nation numérique exploitant avec intel- pour l’ensemble du pays un exemple avancé d’une Nation numérique exploitant avec intel-
ligence tous les outils techniques ce nouveau monde. Cette jeunesse deviendra une armée ligence tous les outils techniques ce nouveau monde. Cette jeunesse deviendra une armée
avancée d’éclaireurs pour entrainer le pays vers une meilleure exploitation de ses potentiels avancée d’éclaireurs pour entrainer le pays vers une meilleure exploitation de ses potentiels
technologiques en s’enracinant dans les quartiers avides de réussite. technologiques en s’enracinant dans les quartiers avides de réussite.

• 200 campus numériques à l’avant-garde • 200 campus numériques à l’avant-garde

Le campus est un vaste lieu, symbole de convivialité et support d’échanges, véritable ré- Le campus est un vaste lieu, symbole de convivialité et support d’échanges, véritable ré-
invention de la place du village mo-derne et attractive permettant au plus grand nombre invention de la place du village mo-derne et attractive permettant au plus grand nombre
un accès total, via les outils digitaux les plus innovants, à une offre de services complète un accès total, via les outils digitaux les plus innovants, à une offre de services complète
et clairement identifiée : formation, emploi, services publics, culture, aide aux juniors, et clairement identifiée : formation, emploi, services publics, culture, aide aux juniors,
bénévolat. bénévolat.

• Les 6 missions des campus numériques • Les 6 missions des campus numériques

Former Former

« Digitale Académie » : réunir toutes les formations à distance. « Digitale Académie » : réunir toutes les formations à distance.
« Si tu ne peux pas aller à l’université, alors l’université vient à toi » « Si tu ne peux pas aller à l’université, alors l’université vient à toi »

• Un partenariat avec le CNED, sur le modèle de ce qui existe déjà à Montereau, permet- • Un partenariat avec le CNED, sur le modèle de ce qui existe déjà à Montereau, permet-
tra à tous les jeunes qui n’envisageaient pas les études supérieures comme possibles de tra à tous les jeunes qui n’envisageaient pas les études supérieures comme possibles de
passer des diplômes officiels en les préparant en groupe, guidés et motivés par des coachs. passer des diplômes officiels en les préparant en groupe, guidés et motivés par des coachs.
L’offre est très large : formations de remise à niveau / concours de la fonction publique et L’offre est très large : formations de remise à niveau / concours de la fonction publique et
enseignants / concours d’entrée en école de santé et social et aux grandes écoles / for- enseignants / concours d’entrée en école de santé et social et aux grandes écoles / for-
ma-tions professionnelles (BTS, DUT…) / formations en langues / formations universitaires ma-tions professionnelles (BTS, DUT…) / formations en langues / formations universitaires
complètes : Bac, Licence, Master, DU. complètes : Bac, Licence, Master, DU.

| 62 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 62 | Vivre ensemble – Vivre en grand


• Cours en libre accès : 1.000 cours différents en ligne, certifiants et non-certifiants et 34 • Cours en libre accès : 1.000 cours différents en ligne, certifiants et non-certifiants et 34
métiers complets, avec un coaching plus léger. métiers complets, avec un coaching plus léger.

• OpenClassroom : un emploi garanti • OpenClassroom : un emploi garanti

- Formations diplômantes dans les métiers du numérique avec emploi garanti, d’une durée - Formations diplômantes dans les métiers du numérique avec emploi garanti, d’une durée
de 6 à 18 mois, avec un coaching individuel. de 6 à 18 mois, avec un coaching individuel.

- Cours en libre accès : 1.000 cours différents en ligne, certifiants et non-certifiants et 34 - Cours en libre accès : 1.000 cours différents en ligne, certifiants et non-certifiants et 34
métiers complets, avec un coaching plus léger. métiers complets, avec un coaching plus léger.

- Université populaire : mise en réseau de tous les contenus d’éducation populaire : confé- - Université populaire : mise en réseau de tous les contenus d’éducation populaire : confé-
rences, forums universi-taires, collège de France, TEDx… rences, forums universi-taires, collège de France, TEDx…

• MOOCS (Massive open online course) : des partenariats de diffusion sont créés avec les • MOOCS (Massive open online course) : des partenariats de diffusion sont créés avec les
sites de moocs délivrant des certifications de haut niveau : UDEMY - COURSERA - EDX - sites de moocs délivrant des certifications de haut niveau : UDEMY - COURSERA - EDX -
FUN (France Université Numérique). FUN (France Université Numérique).

• Métiers en tension autour du codage : des coachs spécialisés sur place suivront l’évo- • Métiers en tension autour du codage : des coachs spécialisés sur place suivront l’évo-
lution des étudiants qui s’inscriront aux écoles comme Simplon, le Wagon, web@cademie, lution des étudiants qui s’inscriront aux écoles comme Simplon, le Wagon, web@cademie,
Codecademy… Codecademy…

• Langues étrangères : des cabines d’apprentissage de langues, par des partenariats avec • Langues étrangères : des cabines d’apprentissage de langues, par des partenariats avec
des méthodes reconnues comme Rosetta Stone, interactives et basées sur l’intelligence des méthodes reconnues comme Rosetta Stone, interactives et basées sur l’intelligence
artificielle, permettront de développer en autono-mie les capacités linguistiques, et de artificielle, permettront de développer en autono-mie les capacités linguistiques, et de
s’orienter ultérieurement vers des certifications indispensables pour certains métiers. s’orienter ultérieurement vers des certifications indispensables pour certains métiers.

• Diverses formations de préparation professionnelle : • Diverses formations de préparation professionnelle :

- Bureautique / Gestion - business / Remise à niveau générale / Lutte contre les difficultés - Bureautique / Gestion - business / Remise à niveau générale / Lutte contre les difficultés
« DYS » par serious game / Entretiens d’embauche / rédaction de C.V. / Création de sites « DYS » par serious game / Entretiens d’embauche / rédaction de C.V. / Création de sites
internet / Apprendre à vendre sur internet : télé-paiement, logistique, marketing, réseaux internet / Apprendre à vendre sur internet : télé-paiement, logistique, marketing, réseaux
sociaux…. sociaux….

- Tutoriels : accès à tous les tutoriels et « Do-it-Yourself » : cours de cuisine, réparation - Tutoriels : accès à tous les tutoriels et « Do-it-Yourself » : cours de cuisine, réparation
auto, tapissier-décorateur, massages, yoga, potagers bio, réparation d’ordinateur et de té- auto, tapissier-décorateur, massages, yoga, potagers bio, réparation d’ordinateur et de té-
léphone… léphone…

- Certificats Facebook : pack de formations vidéo en ligne interactives avec quizz. 50.000 - Certificats Facebook : pack de formations vidéo en ligne interactives avec quizz. 50.000
certificats Facebook seront délivrés. certificats Facebook seront délivrés.

- Formation de formateurs Facebook : démultiplier en cascades une formation pour les - Formation de formateurs Facebook : démultiplier en cascades une formation pour les
animateurs de missions lo-cales ou autres travailleurs sociaux sur le thème : « Apprendre à animateurs de missions lo-cales ou autres travailleurs sociaux sur le thème : « Apprendre à
faire vivre une communauté numérique. » faire vivre une communauté numérique. »

- Permis de conduire : simulateur de conduite. Un espace « #passe ton permis d’abord » - Permis de conduire : simulateur de conduite. Un espace « #passe ton permis d’abord »
permettra de s’entrainer au code de la route sur ordinateur avec un contenu enrichi en permettra de s’entrainer au code de la route sur ordinateur avec un contenu enrichi en
conseils et leçons, mais aussi à la conduite avec une ca-bine de simulation auto-appre- conseils et leçons, mais aussi à la conduite avec une ca-bine de simulation auto-appre-
nante, afin de réduire le coût parfois prohibitif des leçons. nante, afin de réduire le coût parfois prohibitif des leçons.

| 63 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 63 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 9 : Programme 9 :
200 quartiers d’excellence numérique 200 quartiers d’excellence numérique

« Ecole des métiers du numérique » « Ecole des métiers du numérique »

• Des cours d’informatique de haut niveau seront proposés sur la base du savoir-faire de • Des cours d’informatique de haut niveau seront proposés sur la base du savoir-faire de
grandes écoles. Une struc-ture centrale créera les cursus et les meilleurs contenus pédago- grandes écoles. Une struc-ture centrale créera les cursus et les meilleurs contenus pédago-
giques. Sur place, des enseignants locaux forme-ront les jeunes, sélectionnés sur leur seule giques. Sur place, des enseignants locaux forme-ront les jeunes, sélectionnés sur leur seule
motivation et leur capacité de travail, aux savoirs et aux technologies les plus récents, en motivation et leur capacité de travail, aux savoirs et aux technologies les plus récents, en
perpétuelle évolution. La totalité des dernières connaissances techniques et des meilleures perpétuelle évolution. La totalité des dernières connaissances techniques et des meilleures
forma-tions seront disponibles via la plate-forme centrale qui les agrégera, les rendra dispo- forma-tions seront disponibles via la plate-forme centrale qui les agrégera, les rendra dispo-
nibles aux enseignants et étudiants, et dont la valeur ajoutée sera également de corriger à nibles aux enseignants et étudiants, et dont la valeur ajoutée sera également de corriger à
distance les travaux rendus par les étudiants, quelque soit le Campus dans lequel ils suivent distance les travaux rendus par les étudiants, quelque soit le Campus dans lequel ils suivent
la formation. Cette formation de très haute qualité contribuera à combler le déficit chronique la formation. Cette formation de très haute qualité contribuera à combler le déficit chronique
en programmeurs que subit l’économie numérique française. en programmeurs que subit l’économie numérique française.

• Toutes les écoles et les formations (courtes ou longues) reconnues dans tous les • Toutes les écoles et les formations (courtes ou longues) reconnues dans tous les
métiers de la création numérique ( Supinfocom, Supinfogame, Institut Supérieur du métiers de la création numérique ( Supinfocom, Supinfogame, Institut Supérieur du
design) formeront également sur place des jeunes, en bénéfi-ciant de tous les équipements design) formeront également sur place des jeunes, en bénéfi-ciant de tous les équipements
techniques de dernière génération du Campus. techniques de dernière génération du Campus.

Emploi et création d’entreprises Emploi et création d’entreprises


• Les campus seront des zones franches du numériques et de la culture. • Les campus seront des zones franches du numériques et de la culture.

• Un environnement de travail exceptionnel pour les professionnels : co-working, es- • Un environnement de travail exceptionnel pour les professionnels : co-working, es-
paces fonctionnels composés de bureaux et d’open spaces modulables, un accompagne- paces fonctionnels composés de bureaux et d’open spaces modulables, un accompagne-
ment dédié par un conseiller spécialisé en création nu-mérique (recrutement, développe- ment dédié par un conseiller spécialisé en création nu-mérique (recrutement, développe-
ment à l’international, montage financier…), des services mutualisés (connexion Internet ment à l’international, montage financier…), des services mutualisés (connexion Internet
THD, accès aux équipements technologiques de pointe, salles de réunions et visioconfé- THD, accès aux équipements technologiques de pointe, salles de réunions et visioconfé-
rence, accès au co-working et à des formations : études de faisabilité, études de marché). rence, accès au co-working et à des formations : études de faisabilité, études de marché).

• Permanence des réseaux d’aide à la création d’entreprise : boutiques de Gestion / • Permanence des réseaux d’aide à la création d’entreprise : boutiques de Gestion /
Micro-crédit : ADIE /Positive planète / 100.000 entrepreneurs / Programmes d’accompa- Micro-crédit : ADIE /Positive planète / 100.000 entrepreneurs / Programmes d’accompa-
gnement des start-up, mentorat et coaching. gnement des start-up, mentorat et coaching.

• Espace Emploi Jeunes : accompagnement sur la plate-forme préparée par Pole Emploi • Espace Emploi Jeunes : accompagnement sur la plate-forme préparée par Pole Emploi
spécialement pour les jeunes : spécialement pour les jeunes :

- « Job illico » : je veux travailler immédiatement et je trouve tout ce qui est disponible ins- - « Job illico » : je veux travailler immédiatement et je trouve tout ce qui est disponible ins-
tantanément. tantanément.

- Un métier - un avenir : je recherche une formation et je suis guidé dans la construction de - Un métier - un avenir : je recherche une formation et je suis guidé dans la construction de
mon parcours, avec des présentations vidéos des métiers par d’autres jeunes. mon parcours, avec des présentations vidéos des métiers par d’autres jeunes.

- Météo de l’emploi : un outil d’analyse de données emploi-formation puissant, avec la - Météo de l’emploi : un outil d’analyse de données emploi-formation puissant, avec la
mise en commun des données relatives aux besoins actuels et futurs des entreprises dans mise en commun des données relatives aux besoins actuels et futurs des entreprises dans
le bassin d’emploi local, cons-truit et mis à jour en collaboration avec Pole Emploi et Adec- le bassin d’emploi local, cons-truit et mis à jour en collaboration avec Pole Emploi et Adec-
co Analytics. co Analytics.

| 64 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 64 | Vivre ensemble – Vivre en grand


On y trouvera : Les offres disponibles venant de toutes les sources existantes : capacité à On y trouvera : Les offres disponibles venant de toutes les sources existantes : capacité à
révéler le marché caché de l’emploi / les métiers les plus proposés / les formations les plus révéler le marché caché de l’emploi / les métiers les plus proposés / les formations les plus
demandées / les salaires moyens constatés / les perspectives d’évolution de carrière / les demandées / les salaires moyens constatés / les perspectives d’évolution de carrière / les
prévisions d’embauches. prévisions d’embauches.

- Savoir-être : accès favorisé aux 100.000 formations sur le savoir-être financées par le - Savoir-être : accès favorisé aux 100.000 formations sur le savoir-être financées par le
PIC : 14 compé-tences acquises en 3 semaines. PIC : 14 compé-tences acquises en 3 semaines.

- Orientation professionnelle : Découverte des métiers par immersion en Réalité Virtuelle : - Orientation professionnelle : Découverte des métiers par immersion en Réalité Virtuelle :
permet faire un meilleur choix d’orientation. permet faire un meilleur choix d’orientation.

- Le « meetic » de l’alternance : créer une application qui fait se rencontrer en un seul point - Le « meetic » de l’alternance : créer une application qui fait se rencontrer en un seul point
toutes les offres d’emploi en alternance et les offres de formation. Les CCI et les chambres toutes les offres d’emploi en alternance et les offres de formation. Les CCI et les chambres
de métiers seront res-ponsables de sa création et son alimentation en temps réel. de métiers seront res-ponsables de sa création et son alimentation en temps réel.

- Accès favorisé EN QPV aux 5.000 POE (Préparation opérationnelles à l’Emploi) prévues - Accès favorisé EN QPV aux 5.000 POE (Préparation opérationnelles à l’Emploi) prévues
par le Secrétariat d’Etat à l’économie numérique. par le Secrétariat d’Etat à l’économie numérique.

- Mobilité géographique : Formation des coachs au conseil en mobilité à partir du sa- - Mobilité géographique : Formation des coachs au conseil en mobilité à partir du sa-
voir-faire de Wimoov. voir-faire de Wimoov.

- Formation aux filières d’avenir du PIC. Accès de jeunes non-bacheliers à des métiers - Formation aux filières d’avenir du PIC. Accès de jeunes non-bacheliers à des métiers
en croissance dans le numérique : maintenance du matériel, administration de réseau et en croissance dans le numérique : maintenance du matériel, administration de réseau et
sécurité informatique, développe-ment et code. sécurité informatique, développe-ment et code.

• Transformer son association en business avec Jean-Marc Mormeck • Transformer son association en business avec Jean-Marc Mormeck

Vidéos de motivation et de formation des porteurs de projets par Jean-Marc Mormeck : Vidéos de motivation et de formation des porteurs de projets par Jean-Marc Mormeck :
Avoir un mental fort, s’autoriser à réussir, s’entourer, s’autoriser à échouer, création d’en- Avoir un mental fort, s’autoriser à réussir, s’entourer, s’autoriser à échouer, création d’en-
treprise. treprise.

L’application pour réussir son projet de vie « Sois entrepreneur de ta vie avec les amis de L’application pour réussir son projet de vie « Sois entrepreneur de ta vie avec les amis de
Mormeck », présentera des grands sportifs qui donneront des conseils de réussite. Mormeck », présentera des grands sportifs qui donneront des conseils de réussite.

• Ecoles de la 2ème chance / « Plombiers du numérique. » Formation de 3 mois pour des • Ecoles de la 2ème chance / « Plombiers du numérique. » Formation de 3 mois pour des
jeunes déscolarisés de 17 à 24 ans : déploiement de fibre optique, rack et câblage, admi- jeunes déscolarisés de 17 à 24 ans : déploiement de fibre optique, rack et câblage, admi-
nistration réseau simple. (exemple de Chelles, 77). nistration réseau simple. (exemple de Chelles, 77).

• Fondation des Apprentis d’Auteuil : Développement des métiers des métiers du numé- • Fondation des Apprentis d’Auteuil : Développement des métiers des métiers du numé-
rique en partenariat avec des entreprises : lycées professionnels, apprentissage, partena- rique en partenariat avec des entreprises : lycées professionnels, apprentissage, partena-
riat, insertion, relais d’accompagnement… riat, insertion, relais d’accompagnement…

| 65 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 65 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 9 : Programme 9 :
200 quartiers d’excellence numérique 200 quartiers d’excellence numérique

Maison numérique des services publics Maison numérique des services publics

Les coachs accompagneront les utilisateurs inexpérimentés et ceux qui n’ont pas accès Les coachs accompagneront les utilisateurs inexpérimentés et ceux qui n’ont pas accès
à internet à leur domicile afin de leur faire découvrir l’utilisation des sites utiles pour les à internet à leur domicile afin de leur faire découvrir l’utilisation des sites utiles pour les
démarches administratives mais aussi pour faciliter la vie au quoti-dien. démarches administratives mais aussi pour faciliter la vie au quoti-dien.

• Les services publics : Pôle Emploi - CAF - assurance maladie, mutuelles - site servicepublic. • Les services publics : Pôle Emploi - CAF - assurance maladie, mutuelles - site servicepublic.
fr - La Poste - acteurs du logement - caisses de retraites, transports, entreprises d’eau, de fr - La Poste - acteurs du logement - caisses de retraites, transports, entreprises d’eau, de
gaz, d’électricité… gaz, d’électricité…

• Ecrivain public numérique : Des coachs assisteront ceux qui seront rassurés par le fait • Ecrivain public numérique : Des coachs assisteront ceux qui seront rassurés par le fait
de confier les missions de contact avec l’administration. de confier les missions de contact avec l’administration.

• Les sites internet privés indispensables au quotidien : Grande distribution - livraison • Les sites internet privés indispensables au quotidien : Grande distribution - livraison
- banques - sites d’informations sur la santé - aide à la mobilité : Blablacar, SNCF, taxis - banques - sites d’informations sur la santé - aide à la mobilité : Blablacar, SNCF, taxis
municipaux… municipaux…

Service public de la santé : rompre l’isolement médical dans les quartiers Service public de la santé : rompre l’isolement médical dans les quartiers

• La cabine de télé-médecine « Consult’Station » permet un accès facilité aux diagnostics • La cabine de télé-médecine « Consult’Station » permet un accès facilité aux diagnostics
et aux soins médicaux afin de lutter contre le manque de médecins et de personnels et aux soins médicaux afin de lutter contre le manque de médecins et de personnels
médicaux. médicaux.

Visite classique : Consulter un médecin à distance dans les mêmes conditions qu’une Visite classique : Consulter un médecin à distance dans les mêmes conditions qu’une
visite en cabinet classique, avec un coach formé sur place et un médecin à distance. (gain visite en cabinet classique, avec un coach formé sur place et un médecin à distance. (gain
de temps de 40% et fluidifie les accès à l’hôpital). de temps de 40% et fluidifie les accès à l’hôpital).

Bilans de santé simples, réalisés de façon autonome : prise du pouls, tension, Bilans de santé simples, réalisés de façon autonome : prise du pouls, tension,
électrocardiogramme, examens de peau et ORL, tests visuels et auditifs. électrocardiogramme, examens de peau et ORL, tests visuels et auditifs.

Lutte contre la dyslexie et prévention de l’échec scolaire : Le logiciel DIALOGO de Lutte contre la dyslexie et prévention de l’échec scolaire : Le logiciel DIALOGO de
sémiophonie (méthode standar-disée du Dr Izi Beller) sera utilisable dans une cabine dédiée sémiophonie (méthode standar-disée du Dr Izi Beller) sera utilisable dans une cabine dédiée
pour la rééducation à la dyslexie, frein majeur d’apprentissage des savoirs. pour la rééducation à la dyslexie, frein majeur d’apprentissage des savoirs.

• SOS médecins à distance : Des consultations par vidéo 24 h/24 seront proposées dans • SOS médecins à distance : Des consultations par vidéo 24 h/24 seront proposées dans
plusieurs langues grâce à un réseau de médecins présents partout dans le monde. plusieurs langues grâce à un réseau de médecins présents partout dans le monde.

• Applis mobiles : Des sessions de formation aux applications mobiles de prévention de • Applis mobiles : Des sessions de formation aux applications mobiles de prévention de
la santé seront organisées régulièrement : suivi de l’activité physique, de l’alimentation, la santé seront organisées régulièrement : suivi de l’activité physique, de l’alimentation,
prévention des cancers, entretien de la mémoire, ar-rêt du tabac et des addictions etc… prévention des cancers, entretien de la mémoire, ar-rêt du tabac et des addictions etc…

| 66 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 66 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Culture numérique Culture numérique
• Des ateliers et des stages de création seront proposés dans les studios de création • Des ateliers et des stages de création seront proposés dans les studios de création
numérique par des interve-nants professionnels qui proposeront de s’initier aux musiques numérique par des interve-nants professionnels qui proposeront de s’initier aux musiques
actuelles / techniques audiovisuelles / jeux vidéo / réalité virtuelle… actuelles / techniques audiovisuelles / jeux vidéo / réalité virtuelle…

• Un accès libre aux studios sera proposé également pour produire ses propres contenus. • Un accès libre aux studios sera proposé également pour produire ses propres contenus.

• Des cabines de réalité virtuelle donneront accès à des jeux, des visites de musées ou • Des cabines de réalité virtuelle donneront accès à des jeux, des visites de musées ou
de lieux touristiques etc. de lieux touristiques etc.

• Médiathèque virtuelle : par des partenariats avec des diffuseurs comme MEDICI, seront • Médiathèque virtuelle : par des partenariats avec des diffuseurs comme MEDICI, seront
proposés, en accès libre ou guidé, des contenus de musique, livres, films, documentaires, proposés, en accès libre ou guidé, des contenus de musique, livres, films, documentaires,
jeux video, moocs, encyclopédies thématiques, serious games, avec des espaces ludiques, jeux video, moocs, encyclopédies thématiques, serious games, avec des espaces ludiques,
des cabines de visionnage et des tables de consultation classique. des cabines de visionnage et des tables de consultation classique.

• La création de contenus éducatifs/culturels : Chacun pourra venir se faire aider pour • La création de contenus éducatifs/culturels : Chacun pourra venir se faire aider pour
produire ses propres contenus éducatifs selon ses connaissances et sa spécialité : cuisine, produire ses propres contenus éducatifs selon ses connaissances et sa spécialité : cuisine,
cours de langues étrangères, soutien scolaire… cours de langues étrangères, soutien scolaire…

• Témoignages : Il sera suggéré aussi de produire des vidéos de simple témoignage sur • Témoignages : Il sera suggéré aussi de produire des vidéos de simple témoignage sur
son parcours, qui sont très importants pour les jeunes, afin de lutter contre les idées reçues son parcours, qui sont très importants pour les jeunes, afin de lutter contre les idées reçues
sur la difficulté de réussir en France et sur le manque de débouchés. sur la difficulté de réussir en France et sur le manque de débouchés.

Mission 6 : permettre l’envol des juniors Mission 6 : permettre l’envol des juniors
Le campus numérique sera un lieu d’accueil et d’initiation des enfants et des adolescents Le campus numérique sera un lieu d’accueil et d’initiation des enfants et des adolescents
en dehors du temps scolaire pour lutter contre les habitudes d’ennui, montrer aux jeunes en dehors du temps scolaire pour lutter contre les habitudes d’ennui, montrer aux jeunes
toutes les nouvelles opportunités du monde actuel grâce aux activi-tés numériques, et toutes les nouvelles opportunités du monde actuel grâce aux activi-tés numériques, et
développer précocement leur appétit de savoir. développer précocement leur appétit de savoir.

• Ateliers d’initiation : Robotique ludique, impression 3D, création de sites, de jeux, • Ateliers d’initiation : Robotique ludique, impression 3D, création de sites, de jeux,
programmation, video, mu-sique… programmation, video, mu-sique…

• Soutien scolaire : accompagnement sur les sites d’activités scolaires ludique et de • Soutien scolaire : accompagnement sur les sites d’activités scolaires ludique et de
serious games. Une version in-teractive et auto-corrective des exercices corrigés en ligne serious games. Une version in-teractive et auto-corrective des exercices corrigés en ligne
du CNED sera développée. du CNED sera développée.

• Documentaires : Projections lors de semaines thématiques via les chaines de type Arte • Documentaires : Projections lors de semaines thématiques via les chaines de type Arte
Junior, National Geogra-phic, C’est pas Sorcier, Sciences et Vie junior… Junior, National Geogra-phic, C’est pas Sorcier, Sciences et Vie junior…

• Augmenter les compétences scientifiques • Augmenter les compétences scientifiques

- Les expériences comme l’association Khan Academy, unanimement reconnues pour - Les expériences comme l’association Khan Academy, unanimement reconnues pour
fournir des contenus éducatifs scientifiques de qualités et gratuits, sera soutenue pour ac- fournir des contenus éducatifs scientifiques de qualités et gratuits, sera soutenue pour ac-
célérer sa traduction et le mettre ainsi à la disposition de tous les jeunes, de la maternelle célérer sa traduction et le mettre ainsi à la disposition de tous les jeunes, de la maternelle
à la terminale. à la terminale.

- Présence de l’Association « Les petit débrouillards » Association historique de - Présence de l’Association « Les petit débrouillards » Association historique de
l’éducation populaire en culture scientifique, éducation au numérique, vivre-ensemble pour l’éducation populaire en culture scientifique, éducation au numérique, vivre-ensemble pour
des stages. des stages.

| 67 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 67 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 9 : Programme 9 :
200 quartiers d’excellence numérique 200 quartiers d’excellence numérique

- Cité des Sciences : diffuser la culture scientifique de façon ludique. Des stages de - Cité des Sciences : diffuser la culture scientifique de façon ludique. Des stages de
sciences pour tous les âges, con-çus par la Cité des Sciences, seront proposés pendant sciences pour tous les âges, con-çus par la Cité des Sciences, seront proposés pendant
toutes les vacances scolaires par des médiateurs scienti-fiques (étudiants en sciences). toutes les vacances scolaires par des médiateurs scienti-fiques (étudiants en sciences).

• Les « Cordées de la réussite » numériques : Pack de vidéos « #TrouveTaVoie » • Les « Cordées de la réussite » numériques : Pack de vidéos « #TrouveTaVoie »
accompagnées d’un mode d’emploi pédagogique. Très jeunes d’esprit, elles permettent de accompagnées d’un mode d’emploi pédagogique. Très jeunes d’esprit, elles permettent de
lutter contre les choix faits par défaut, le manque de confiance en soi et le déficit d’information lutter contre les choix faits par défaut, le manque de confiance en soi et le déficit d’information
sur l’enseignement supérieur. Les coachs animeront des sessions d’orientation pour sur l’enseignement supérieur. Les coachs animeront des sessions d’orientation pour
répondre aux 3 questions déterminantes : Comment choisir sa voie ? Comment décrocher répondre aux 3 questions déterminantes : Comment choisir sa voie ? Comment décrocher
sa place dans la filière choisie ? Comment se préparer aux études de son choix ? Ce Mooc sa place dans la filière choisie ? Comment se préparer aux études de son choix ? Ce Mooc
permet de développer 17 compétences. permet de développer 17 compétences.

• Pour les enseignants : un centre de ressources en formations numériques leur permettra • Pour les enseignants : un centre de ressources en formations numériques leur permettra
de se former à l’Environnement Numérique de Travail sur le matériel le plus récent. de se former à l’Environnement Numérique de Travail sur le matériel le plus récent.

• Diffusion des projets sélectionnés par la Fondation Orange : Websérie Quartier Génial • Diffusion des projets sélectionnés par la Fondation Orange : Websérie Quartier Génial
: aider les parents pour les devoirs et l’illettrisme / ROBO : programmation robotique ludique : aider les parents pour les devoirs et l’illettrisme / ROBO : programmation robotique ludique
/ ABCD : serious game pour apprendre à ap-prendre… / ABCD : serious game pour apprendre à ap-prendre…

• Fab Lab de « Ma6Tva coder » de 9 à 25 ans. Accès à des outils nouveaux pour apprendre • Fab Lab de « Ma6Tva coder » de 9 à 25 ans. Accès à des outils nouveaux pour apprendre
à fabriquer soi-même et avec les autres, et découvrir des opportunités professionnelles. à fabriquer soi-même et avec les autres, et découvrir des opportunités professionnelles.

• Education aux médias et à l’information avec le CLEMI : Apprendre à décrypter les • Education aux médias et à l’information avec le CLEMI : Apprendre à décrypter les
informations pour lutter contre les courants de complotisme, d’antisémitisme, et développer informations pour lutter contre les courants de complotisme, d’antisémitisme, et développer
l’esprit critique. Formations des coachs, stages de sensibilisation, création du mooc CLEMI. l’esprit critique. Formations des coachs, stages de sensibilisation, création du mooc CLEMI.

| 68 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 68 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Soutien du numérique aux associations Soutien du numérique aux associations

Les nombreuses associations qui existent déjà dans les quartiers sont un tissu indispensable Les nombreuses associations qui existent déjà dans les quartiers sont un tissu indispensable
à l’égalité des chances. Elles représentent un réservoir immense de connaissance des à l’égalité des chances. Elles représentent un réservoir immense de connaissance des
besoins locaux. Elles sont aussi la concrétisation de la gigantesque énergie qui existe dans besoins locaux. Elles sont aussi la concrétisation de la gigantesque énergie qui existe dans
les quartiers, de la vitalité de l’esprit d’entraide et de l’envie d’améliorer la vie des habitants. les quartiers, de la vitalité de l’esprit d’entraide et de l’envie d’améliorer la vie des habitants.
Ce tissu indispensable doit être soutenu et développé : Ces hommes et ces femmes se Ce tissu indispensable doit être soutenu et développé : Ces hommes et ces femmes se
battent chaque jour sur le terrain contre les difficultés multiples que vivent les habitants, en battent chaque jour sur le terrain contre les difficultés multiples que vivent les habitants, en
étant ceux qui les connaissent le mieux. étant ceux qui les connaissent le mieux.

• Le soutien du numérique aux associations: Les associations bénéficieront de tout • Le soutien du numérique aux associations: Les associations bénéficieront de tout
l’environnement en matériel et en formations numériques du Campus pour développer leur l’environnement en matériel et en formations numériques du Campus pour développer leur
efficacité et leur croissance : création de sites internet, gestion de bases de données et efficacité et leur croissance : création de sites internet, gestion de bases de données et
de prises de contact, videos Youtube, gestion de communauté sur les réseaux so-ciaux, de prises de contact, videos Youtube, gestion de communauté sur les réseaux so-ciaux,
exploitation des nouvelles opportunités offertes par l’intelligence artificielle (participations exploitation des nouvelles opportunités offertes par l’intelligence artificielle (participations
aux expériences de l’association Data For Good). aux expériences de l’association Data For Good).

• Hackathon : Les start-ups hébergées par le campus numérique et les étudiants seront • Hackathon : Les start-ups hébergées par le campus numérique et les étudiants seront
incités par des sessions de « hackathon » à développer des solutions numériques capables incités par des sessions de « hackathon » à développer des solutions numériques capables
d’aider les associations locales. d’aider les associations locales.

• Fund Raising : Formations aux techniques de fund-raising / Concours offrant des prix. • Fund Raising : Formations aux techniques de fund-raising / Concours offrant des prix.

Les moyens humains Les moyens humains

Par le « pacte de Dijon », les agglomérations françaises se sont engagées à piloter ce projet Par le « pacte de Dijon », les agglomérations françaises se sont engagées à piloter ce projet
et à en garantir sa réussite. Chaque campus sera doté d’un Conseil de pilotage. et à en garantir sa réussite. Chaque campus sera doté d’un Conseil de pilotage.

Budget Budget

Investissement : 1 milliard d’euros. (5 millions par campus) Investissement : 1 milliard d’euros. (5 millions par campus)
Fonctionnement : 200 millions d’euros par an. (1 million par campus). Fonctionnement : 200 millions d’euros par an. (1 million par campus).

| 69 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 69 | Vivre ensemble – Vivre en grand


10 10

| 70 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 70 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Reconnaître Reconnaître
les nouveaux visages les nouveaux visages
de Marianne de Marianne

| 71 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 71 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 10 : Programme 10 :
Reconnaître les nouveaux visages de Marianne Reconnaître les nouveaux visages de Marianne

Elèves ou étudiantes, mères ou grand-mères, salariées ou sans - emploi, ci Elèves ou étudiantes, mères ou grand-mères, salariées ou sans - emploi, ci
toyennes engagées, les femmes tiennent une place primordiale dans - la vie so toyennes engagées, les femmes tiennent une place primordiale dans - la vie so
ciale des quartiers populaire, dans l’entraide et la solidarité, au sein - des asso ciale des quartiers populaire, dans l’entraide et la solidarité, au sein - des asso
ciations ou dans les groupes de parents d’élèves. Souvent seules au foyer, elles ciations ou dans les groupes de parents d’élèves. Souvent seules au foyer, elles
s’inquiètent pour leurs enfants, comme dans cet « appel des mères de djihadistes », en mai s’inquiètent pour leurs enfants, comme dans cet « appel des mères de djihadistes », en mai
2016, qui enjoignait le Président de la République de « les aider à éradiquer les discours 2016, qui enjoignait le Président de la République de « les aider à éradiquer les discours
de haine, et à faire taire les recruteurs de Daech, en remettant les quartiers au cœur de la de haine, et à faire taire les recruteurs de Daech, en remettant les quartiers au cœur de la
République ». République ».

Ce sont les nouveaux visages de Marianne. Ce sont les nouveaux visages de Marianne.

Elles attendent protection, lorsqu’elles sont l’objet d’une lutte de pouvoir, pour le Elles attendent protection, lorsqu’elles sont l’objet d’une lutte de pouvoir, pour le
contrôle des esprits, des corps et des espaces publics. Elles aspirent à accéder davan- contrôle des esprits, des corps et des espaces publics. Elles aspirent à accéder davan-
tage à l’emploi, fermé à une majorité d’entre elles. Mais elles sont prêtes à s’engager tage à l’emploi, fermé à une majorité d’entre elles. Mais elles sont prêtes à s’engager
encore davantage, si la République reconnaît leur contribution remarquable au vivre-en- encore davantage, si la République reconnaît leur contribution remarquable au vivre-en-
semble leur renouvelle sa confiance pour faire vivre nos valeurs communes. semble leur renouvelle sa confiance pour faire vivre nos valeurs communes.

Poursuivre le combat politique et culturel pour l’égalité et la mixité Poursuivre le combat politique et culturel pour l’égalité et la mixité
La question de l’égalité et de la mixité est un combat politique et culturel qui doit être mené La question de l’égalité et de la mixité est un combat politique et culturel qui doit être mené
sans relâche, par l’ensemble des acteurs, pour ne pas laisser prospérer les idées d’inégalité sans relâche, par l’ensemble des acteurs, pour ne pas laisser prospérer les idées d’inégalité
des sexes et de séparation des genres dans l’espace public, comme un nouvel apartheid. des sexes et de séparation des genres dans l’espace public, comme un nouvel apartheid.

• Promouvoir l’égalité des filles et des garçons dans les activités péri-éducatives • Promouvoir l’égalité des filles et des garçons dans les activités péri-éducatives
• Promouvoir l’égalité des femmes et des hommes dans le travail social collectif • Promouvoir l’égalité des femmes et des hommes dans le travail social collectif
• Conditionner le soutien public aux associations à la présence réelle des femmes • Conditionner le soutien public aux associations à la présence réelle des femmes
dans la gouvernance à la mixité des activités dans la gouvernance à la mixité des activités
• Créer 216 postes d’adjoints aux délégués départementaux aux droits des femmes • Créer 216 postes d’adjoints aux délégués départementaux aux droits des femmes
• Créer 216 « Maison Marianne » mises à disposition d’associations promouvant l’égalité • Créer 216 « Maison Marianne » mises à disposition d’associations promouvant l’égalité

Mettre à disposition des Maisons Marianne 216 lieux en bas d’immeuble et un budget Mettre à disposition des Maisons Marianne 216 lieux en bas d’immeuble et un budget
de fonctionnement de 10.000€/an (50% Etat, secrétariat d’Etat égalité entre les femmes de fonctionnement de 10.000€/an (50% Etat, secrétariat d’Etat égalité entre les femmes
et les hommes et les hommes

| 72 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 72 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Garantir aux femmes leur place dans l’espace public Garantir aux femmes leur place dans l’espace public
1
Haut conseil à l’égali- Les femmes « occupent l’espace public par besoin plus que par plaisir » 1. Elles sont vic- 1
Haut conseil à l’égali- Les femmes « occupent l’espace public par besoin plus que par plaisir » 1. Elles sont vic-
té des femmes et des times d’un contrôle social et d’usages genrés des lieux publics, qui contribuent à ce que, té des femmes et des times d’un contrôle social et d’usages genrés des lieux publics, qui contribuent à ce que,
hommes, 2014 hommes, 2014
dès l’adolescence, femmes et hommes ne s’y rencontrent que très peu. dès l’adolescence, femmes et hommes ne s’y rencontrent que très peu.

• Généraliser les « diagnostics en marchant » ou « marches exploratoires » pour une • Généraliser les « diagnostics en marchant » ou « marches exploratoires » pour une
évaluation et des propositions partagées avec les habitants évaluation et des propositions partagées avec les habitants
• Penser les équipements publics pour un usage par les femmes : aménagements • Penser les équipements publics pour un usage par les femmes : aménagements
urbains, équipements sportifs, transports publics, commerces … urbains, équipements sportifs, transports publics, commerces …
• Définir dans chaque QPV une stratégie d’occupation de l’espace public par des • Définir dans chaque QPV une stratégie d’occupation de l’espace public par des
adultes, femmes et hommes, habitants comme professionnels, pour engager la reconquête adultes, femmes et hommes, habitants comme professionnels, pour engager la reconquête
et repousser ceux qui veulent s’approprier l’espace comme symbole d’un pouvoir ou pour et repousser ceux qui veulent s’approprier l’espace comme symbole d’un pouvoir ou pour
des trafics. Elle sera formalisée dans un plan « femmes dans l’espace public ». des trafics. Elle sera formalisée dans un plan « femmes dans l’espace public ».
• Recruter 10.000 adultes relais, dont deux tiers de femmes, pour atteindre l’objectif • Recruter 10.000 adultes relais, dont deux tiers de femmes, pour atteindre l’objectif
initial du programme qui s’est arrêté à 4.000 postes dont 60% de femmes initial du programme qui s’est arrêté à 4.000 postes dont 60% de femmes

Créer 6.000 nouveaux postes d’adultes relais, dont 4.500 pourvus par des femmes pour Créer 6.000 nouveaux postes d’adultes relais, dont 4.500 pourvus par des femmes pour
un coût annuel de 120M€ un coût annuel de 120M€

100.000 femmes de plus à l’emploi 100.000 femmes de plus à l’emploi


Le taux d’emploi des femmes de 15 à 64 ans en QPV est de 39%, contre 49% chez les Le taux d’emploi des femmes de 15 à 64 ans en QPV est de 39%, contre 49% chez les
hommes des QPV et 61% chez l’ensemble des femmes. L’écart des taux d’emploi entre hommes des QPV et 61% chez l’ensemble des femmes. L’écart des taux d’emploi entre
les femmes et les hommes peut atteindre 27 points. L’emploi des femmes est le meilleur les femmes et les hommes peut atteindre 27 points. L’emploi des femmes est le meilleur
rempart contre la pauvreté, en particulier dans les familles monoparentales. rempart contre la pauvreté, en particulier dans les familles monoparentales.

Il faudra accompagner 100.000 femmes de plus vers l’emploi ou la formation profession- Il faudra accompagner 100.000 femmes de plus vers l’emploi ou la formation profession-
nelle, en levant des obstacles à l’emploi et en ouvrant des filières nouvelles, et mobiliser nelle, en levant des obstacles à l’emploi et en ouvrant des filières nouvelles, et mobiliser
l’ensemble des services public sur cet objectif. De cette façon, l’écart de taux d’emploi l’ensemble des services public sur cet objectif. De cette façon, l’écart de taux d’emploi
entre les hommes et les femmes sera réduit de plus de moitié (cf. programme emploi). entre les hommes et les femmes sera réduit de plus de moitié (cf. programme emploi).

30.000 parcours vers l’emploi 30.000 parcours vers l’emploi


• Proposer à 30.000 femmes des parcours vers l’emploi par la formation (français, • Proposer à 30.000 femmes des parcours vers l’emploi par la formation (français,
lecture/ écriture, formation professionnelle qualifiante initiale ou de remise à niveau..) ou lecture/ écriture, formation professionnelle qualifiante initiale ou de remise à niveau..) ou
l’accompagnement social (mobilisation de la personne en l’aidant à prendre conscience de l’accompagnement social (mobilisation de la personne en l’aidant à prendre conscience de
ses potentialités, par un travail individuels ou de groupe, accompagnement sur la santé…), ses potentialités, par un travail individuels ou de groupe, accompagnement sur la santé…),
en complément des dispositifs détaillés au programme emploi en complément des dispositifs détaillés au programme emploi
• Confier aux agglomérations la mobilisation de ces dispositifs, en lien avec Pôle emploi • Confier aux agglomérations la mobilisation de ces dispositifs, en lien avec Pôle emploi

Créer 30.000 places de crèche dans les QPV (cf. programme petite enfance) Créer 30.000 places de crèche dans les QPV (cf. programme petite enfance)

Coût pour 30.000 parcours : 90M€, dont 70M€ pôle emploi et 20M€ départements Coût pour 30.000 parcours : 90M€, dont 70M€ pôle emploi et 20M€ départements

| 73 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 73 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 10 : Programme 10 :
Reconnaître les nouveaux visages de Marianne Reconnaître les nouveaux visages de Marianne

Lever les obstacles à la mobilité (cf. programme mobilité) Lever les obstacles à la mobilité (cf. programme mobilité)
La mobilité est l’un des freins majeurs à l’emploi des femmes dans les QPV. 160 QPV n’ont La mobilité est l’un des freins majeurs à l’emploi des femmes dans les QPV. 160 QPV n’ont
pas de desserte correcte par les transports en commun. 40% des habitants n’ont pas le pas de desserte correcte par les transports en commun. 40% des habitants n’ont pas le
permis de conduire, 40% des ménages n’ont pas de voiture. permis de conduire, 40% des ménages n’ont pas de voiture.

• Créer une offre de mobilité par des transports publics et individuels, sous la responsabilité • Créer une offre de mobilité par des transports publics et individuels, sous la responsabilité
des agglomérations des agglomérations

• Renforcer l’aide au permis de conduire dans les parcours d’insertion • Renforcer l’aide au permis de conduire dans les parcours d’insertion

Soutenir les métiers des femmes des QPV Soutenir les métiers des femmes des QPV
Certains métiers très féminisés s’appuient sur des savoir-faire, des habilités ou des formations Certains métiers très féminisés s’appuient sur des savoir-faire, des habilités ou des formations
théoriques en accompagnement à la prise de poste. Ces métiers constituent d’importants théoriques en accompagnement à la prise de poste. Ces métiers constituent d’importants
gisements d’emplois soit directs, soit par les structures d’insertion par l’activité économique. gisements d’emplois soit directs, soit par les structures d’insertion par l’activité économique.

• Structurer les filières d’accompagnement vers les métiers de l’aide à la personne et • Structurer les filières d’accompagnement vers les métiers de l’aide à la personne et
des services des services

• Structurer les dispositifs d’accompagnement au maintien dans l’emploi, pour éviter • Structurer les dispositifs d’accompagnement au maintien dans l’emploi, pour éviter
les abandons dans les premiers mois les abandons dans les premiers mois

• Sortir des « petits métiers » de l’économie informelle : par exemple, les femmes qui • Sortir des « petits métiers » de l’économie informelle : par exemple, les femmes qui
vendent de la petite alimentation à la sauvette pourraient être aidées à structurer leur activi- vendent de la petite alimentation à la sauvette pourraient être aidées à structurer leur activi-
té, pour pérenniser leur statut et organiser l’occupation de certains espaces publics té, pour pérenniser leur statut et organiser l’occupation de certains espaces publics

Mobiliser massivement les clauses d’insertion des marchés publics Mobiliser massivement les clauses d’insertion des marchés publics
• Développer les clauses d’insertion dans les marchés de services, en particulier dans • Développer les clauses d’insertion dans les marchés de services, en particulier dans
les secteurs très féminisés les secteurs très féminisés

• Généraliser aux opérateurs de la gestion urbaine de proximité l’objectif de 10% des • Généraliser aux opérateurs de la gestion urbaine de proximité l’objectif de 10% des
heures de travail pour les bénéficiaires des clauses sociales heures de travail pour les bénéficiaires des clauses sociales

• Passer dans chaque QPV au moins un marché avec une association d’insertion • Passer dans chaque QPV au moins un marché avec une association d’insertion
(article 28 du décret du 1/2/16) (article 28 du décret du 1/2/16)

| 74 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 74 | Vivre ensemble – Vivre en grand


| 75 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 75 | Vivre ensemble – Vivre en grand
11 11

| 76 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 76 | Vivre ensemble – Vivre en grand


L’académie des leaders, L’académie des leaders,
la nouvelle grande école la nouvelle grande école

| 77 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 77 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 11 : Programme 11 :
L’académie des leaders, la nouvelle grande école L’académie des leaders, la nouvelle grande école

La création par le Général de Gaulle de l’École Nationale d’Administration (ENA) à la Libéra- La création par le Général de Gaulle de l’École Nationale d’Administration (ENA) à la Libéra-
tion, sur une idée de Jean Zay, ministre de l’instruction publique du Gouvernement du Front tion, sur une idée de Jean Zay, ministre de l’instruction publique du Gouvernement du Front
populaire en 1936, a permis de démocratiser la haute fonction publique. populaire en 1936, a permis de démocratiser la haute fonction publique.

Sans nier ses qualités, force est de constater une trop grande homogénéité de ces diplô- Sans nier ses qualités, force est de constater une trop grande homogénéité de ces diplô-
més et le caractère formaté de la formation. Et que, de fait, nous passons à côté d’ex- més et le caractère formaté de la formation. Et que, de fait, nous passons à côté d’ex-
traordinaires talents ou caractéristiques différentes de notre jeunesse et notamment des traordinaires talents ou caractéristiques différentes de notre jeunesse et notamment des
quartiers populaires. quartiers populaires.

• Sélectionner des jeunes filles et des jeunes gens à très haut potentiel mais • Sélectionner des jeunes filles et des jeunes gens à très haut potentiel mais
sur des critères assez différents comme de très grands nombres d’universi- sur des critères assez différents comme de très grands nombres d’universi-
tés et institutions prestigieuses dans le monde ; tés et institutions prestigieuses dans le monde ;

• 500 jeunes par an avec une parité exacte. • 500 jeunes par an avec une parité exacte.

• Le concours sera aussi sélectif que pour les Instituts d’Études Poli- • Le concours sera aussi sélectif que pour les Instituts d’Études Poli-
tiques et l’ÉNA, une place pour dix candidats ; tiques et l’ÉNA, une place pour dix candidats ;

• Elle se fera par des tests et épreuves valorisants. Le leadership, le • Elle se fera par des tests et épreuves valorisants. Le leadership, le
QI, la puissance de travail, la capacité de raisonnement, à travailler en QI, la puissance de travail, la capacité de raisonnement, à travailler en
équipe et en projet, l’ouverture au monde et aux cultures, la capacité équipe et en projet, l’ouverture au monde et aux cultures, la capacité
digitale, linguistique… ; digitale, linguistique… ;

• La sélection sera sans diplôme préalable et réservée dans un premier • La sélection sera sans diplôme préalable et réservée dans un premier
temps aux jeunes des QPV s’élargissant par la suite ; temps aux jeunes des QPV s’élargissant par la suite ;

• Ouverte aux jeunes de moins de 30 ans ; • Ouverte aux jeunes de moins de 30 ans ;

• Dès leur admission, ils bénéficieront du statut de fonctionnaire sta- • Dès leur admission, ils bénéficieront du statut de fonctionnaire sta-
giaire de l’ÉNA avec une rémunération équivalente (de l’ordre de 1.700€ giaire de l’ÉNA avec une rémunération équivalente (de l’ordre de 1.700€
bruts) pendant la durée de la scolarité ; bruts) pendant la durée de la scolarité ;

• A l’issue de la scolarité, ils auront l’obligation de servir dans une • A l’issue de la scolarité, ils auront l’obligation de servir dans une
des trois fonctions publiques pour une période minimale de 10 ans ; des trois fonctions publiques pour une période minimale de 10 ans ;

• Les 250 premiers seront administrateurs civils. • Les 250 premiers seront administrateurs civils.

| 78 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 78 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Les meilleurs modules de formation, en France et en Europe Les meilleurs modules de formation, en France et en Europe
Les nouveaux stagiaires suivront un parcours personnalisé de formation de 3 ans, dont 6 mois Les nouveaux stagiaires suivront un parcours personnalisé de formation de 3 ans, dont 6 mois
en situation réelle dans l’administration ou les entreprises, et 6 mois minimum à l’étranger. en situation réelle dans l’administration ou les entreprises, et 6 mois minimum à l’étranger.
Les IRA, sous les directives de l’ENA, assurent l’organisation pratique des formations Les IRA, sous les directives de l’ENA, assurent l’organisation pratique des formations
et la logistique nécessaire. et la logistique nécessaire.

• Le parcours de formation sera orienté vers la pratique professionnelle (et non les seules • Le parcours de formation sera orienté vers la pratique professionnelle (et non les seules
connaissances académiques), en s’appuyant sur les meilleurs cursus (le droit public à Nice, connaissances académiques), en s’appuyant sur les meilleurs cursus (le droit public à Nice,
la finance et le marketing dans les grandes écoles de commerce, la gestion publique et le la finance et le marketing dans les grandes écoles de commerce, la gestion publique et le
droit européen à l’ENA à Strasbourg, l’urbanisme et le développement durable à l’école droit européen à l’ENA à Strasbourg, l’urbanisme et le développement durable à l’école
des Ponts, le droit publique et histoire du droit à la Sorbonne, la sociologie à Paris XIII, les des Ponts, le droit publique et histoire du droit à la Sorbonne, la sociologie à Paris XIII, les
politiques publiques territoriales en IRA…), avec au moins un semestre dans une grande politiques publiques territoriales en IRA…), avec au moins un semestre dans une grande
université européenne. université européenne.

• L’originalité des formations, au-delà du mode de sélection sans diplôme, est triple : • L’originalité des formations, au-delà du mode de sélection sans diplôme, est triple :
- formation professionnelle ultra-concentrée (l’équivalent d’une licence en une année dans - formation professionnelle ultra-concentrée (l’équivalent d’une licence en une année dans
une dizaine de domaines, à partir des besoins opérationnels) ; une dizaine de domaines, à partir des besoins opérationnels) ;
- expériences multiples de mise en situation (immersion en administration et en entreprise, - expériences multiples de mise en situation (immersion en administration et en entreprise,
y compris à l’étranger) ; y compris à l’étranger) ;
- travail sur les compétences sociales (leadership, autonomie, travail en équipe, bien-être…) - travail sur les compétences sociales (leadership, autonomie, travail en équipe, bien-être…)

• Par ailleurs, les titulaires de ces formations continueront de se former 1 mois par an pen- • Par ailleurs, les titulaires de ces formations continueront de se former 1 mois par an pen-
dant leurs 10 premières années de carrière, grâce à des cycles annuels de formation dant leurs 10 premières années de carrière, grâce à des cycles annuels de formation
continue construits en fonction de leur projet professionnel. continue construits en fonction de leur projet professionnel.

Une nouvelle haute fonction publique, opérationnelle, Une nouvelle haute fonction publique, opérationnelle,
mobile et polyvalente mobile et polyvalente
Les postes ouverts (catégorie A+, dont administrateur civil pour les meilleurs, et catégorie Les postes ouverts (catégorie A+, dont administrateur civil pour les meilleurs, et catégorie
A) à l’issue de la formation proposeront notamment des fonctions opérationnelles dans les A) à l’issue de la formation proposeront notamment des fonctions opérationnelles dans les
trois fonctions publiques. trois fonctions publiques.

Au-delà, de manière plus générale, ces nouveaux talents ont pour vocation à innerver et Au-delà, de manière plus générale, ces nouveaux talents ont pour vocation à innerver et
fertiliser la haute fonction publique. Ils devront 10 ans à la fonction publique et pourront fertiliser la haute fonction publique. Ils devront 10 ans à la fonction publique et pourront
réduire ce temps en remboursant leur formation. réduire ce temps en remboursant leur formation.

Les IRA serviront de support logistique et technique aux campagnes de repérage des Les IRA serviront de support logistique et technique aux campagnes de repérage des
futurs stagiaires, et au montage des formations futurs stagiaires, et au montage des formations
En se basant sur les coûts de formation d’un élève en IRA et à l’ENA, le coût de ce pro- En se basant sur les coûts de formation d’un élève en IRA et à l’ENA, le coût de ce pro-
gramme se montera à 60 M€ annuels en rythme de croisière gramme se montera à 60 M€ annuels en rythme de croisière

| 79 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 79 | Vivre ensemble – Vivre en grand


12 12

| 80 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 80 | Vivre ensemble – Vivre en grand


La nouvelle armée La nouvelle armée
de la République de la République
solidaire solidaire

| 81 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 81 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 12 : Programme 12 :
Une nouvelle armée de la République solidaire Une nouvelle armée de la République solidaire

Les 35.000 professionnels de l’action sociale dans les QPV sont Les 35.000 professionnels de l’action sociale dans les QPV sont
des héros de la République, une richesse extraordinaire pour la des héros de la République, une richesse extraordinaire pour la
Nation. Leur apport est vital pour une jeunesse qui désespère et Nation. Leur apport est vital pour une jeunesse qui désespère et
s’impatiente et qui peut choisir d’autres voies. s’impatiente et qui peut choisir d’autres voies.

Ils ont choisi et ont été formés à un des métiers les plus difficiles dans la France Ils ont choisi et ont été formés à un des métiers les plus difficiles dans la France
d’aujourd’hui, qui consiste à aller vers les personnes les plus en difficulté et à les accompagner, d’aujourd’hui, qui consiste à aller vers les personnes les plus en difficulté et à les accompagner,
notamment les femmes, pour construire leur parcours dans la société. Ils interviennent dans notamment les femmes, pour construire leur parcours dans la société. Ils interviennent dans
les territoires qui concentrent les plus grandes difficultés sociales, à partir des ressources et les territoires qui concentrent les plus grandes difficultés sociales, à partir des ressources et
des potentialités des personnes, pour les aider à construire leur autonomie. des potentialités des personnes, pour les aider à construire leur autonomie.

La complexité de l’organisation institutionnelle et des circuits de décision les a placés La complexité de l’organisation institutionnelle et des circuits de décision les a placés
au cœur d’une mécanique qui n’est plus pilotée et sur laquelle ils n’ont plus d’influence. au cœur d’une mécanique qui n’est plus pilotée et sur laquelle ils n’ont plus d’influence.
Le financement sur appels à projets a peu à peu gagné le champ de la politique de la ville, Le financement sur appels à projets a peu à peu gagné le champ de la politique de la ville,
sous l’effet de logiques purement gestionnaires. Ces méthodes ont conduit à perdre de vue la sous l’effet de logiques purement gestionnaires. Ces méthodes ont conduit à perdre de vue la
nécessité de s’assurer de la pérennité des structures. Elles ont un coût absurde en temps nécessité de s’assurer de la pérennité des structures. Elles ont un coût absurde en temps
de travail et en frais de gestion, pour répondre tous les ans à plusieurs dizaines de pro- de travail et en frais de gestion, pour répondre tous les ans à plusieurs dizaines de pro-
cédures. Elles embolisent les équipes des structures, qui passent dans leur bureau et en cédures. Elles embolisent les équipes des structures, qui passent dans leur bureau et en
réunion un temps qui serait infiniment plus utile sur le terrain. réunion un temps qui serait infiniment plus utile sur le terrain.

Elles précarisent ceux qui sont chargés de lutter contre la précarité. Elles les transforment Elles précarisent ceux qui sont chargés de lutter contre la précarité. Elles les transforment
en chasseurs de financement pour sécuriser leur propre activité, alors qu’ils devraient être en chasseurs de financement pour sécuriser leur propre activité, alors qu’ils devraient être
sécurisés pour pouvoir être aux avant-postes de la lutte contre la précarité. Il faut changer sécurisés pour pouvoir être aux avant-postes de la lutte contre la précarité. Il faut changer
cela radicalement. cela radicalement.

Reconnaître l’apport du travail social et des travailleurs sociaux Reconnaître l’apport du travail social et des travailleurs sociaux
• Porter un message politique de reconnaissance à des héros de la République, par une • Porter un message politique de reconnaissance à des héros de la République, par une
expression politique de haut niveau expression politique de haut niveau
• Mettre effectivement en œuvre le passage à la catégorie A qui a été décidé pour • Mettre effectivement en œuvre le passage à la catégorie A qui a été décidé pour
les fonctionnaires, principalement territoriaux, suite aux états généraux du travail social de les fonctionnaires, principalement territoriaux, suite aux états généraux du travail social de
2015/2016 2015/2016

Supprimer les appels à projets Supprimer les appels à projets


Il faut supprimer la mécanique du financement au projet pour permettre aux acteurs sociaux Il faut supprimer la mécanique du financement au projet pour permettre aux acteurs sociaux
(le centre social, le club de prévention, le centre de santé…) de consacrer leur énergie à (le centre social, le club de prévention, le centre de santé…) de consacrer leur énergie à
leur métier. Ils doivent être financés globalement et de façon pérenne (3ans), sur la base leur métier. Ils doivent être financés globalement et de façon pérenne (3ans), sur la base
d’objectifs simples et généraux (objectifs sur la population, la présence au public, d’objectifs simples et généraux (objectifs sur la population, la présence au public,
les méthodes de travail…) et d’un point de rendu compte annuel. Le maire doit être le référent les méthodes de travail…) et d’un point de rendu compte annuel. Le maire doit être le référent
de l’action. de l’action.

Constituer une véritable équipe Constituer une véritable équipe


Toutes les équipes doivent être débarrassées de tous soucis financiers et administratifs et Toutes les équipes doivent être débarrassées de tous soucis financiers et administratifs et
être financées pour leur métier de manière stable. être financées pour leur métier de manière stable.
Elles s’efforceront de travailler ensemble, quel que soit le statut initial, avec comme référent Elles s’efforceront de travailler ensemble, quel que soit le statut initial, avec comme référent
l’élu local ou un chef de file en respectant la confidentialité professionnelle. l’élu local ou un chef de file en respectant la confidentialité professionnelle.
Tous ensemble, ils définiront les missions et surtout leur présence effective sur le terrain. Tous ensemble, ils définiront les missions et surtout leur présence effective sur le terrain.

| 82 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 82 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Pour se faire : Pour se faire :

• Créer une prime de convergence ville (PCV) pour les professionnels de l’action • Créer une prime de convergence ville (PCV) pour les professionnels de l’action
sociale impliqués dans les actions et les territoires les plus difficiles, présents sur le sociale impliqués dans les actions et les territoires les plus difficiles, présents sur le
terrain aux moments clés (en soirée, le week-end voire le mercredi après-midi), acteurs des terrain aux moments clés (en soirée, le week-end voire le mercredi après-midi), acteurs des
principaux programmes sociaux et éducatifs, qui participent à la convergence et à l’efficacité des principaux programmes sociaux et éducatifs, qui participent à la convergence et à l’efficacité des
actions. Les travailleurs sociaux doivent garder leur statut professionnel lié à leur employeur, actions. Les travailleurs sociaux doivent garder leur statut professionnel lié à leur employeur,
mais leur engagement dans l’action collective doit être reconnu. mais leur engagement dans l’action collective doit être reconnu.
La PCV pourra aller jusqu’à 2000€/an collectivement, et 2000€/an pour un engagement La PCV pourra aller jusqu’à 2000€/an collectivement, et 2000€/an pour un engagement
personnel exceptionnel. personnel exceptionnel.

Coût de 50 à 80M€, pris en charge pour moitié par l’Etat et pour moitié par les employeurs Coût de 50 à 80M€, pris en charge pour moitié par l’Etat et pour moitié par les employeurs

• Mettre à disposition des employeurs un budget de formation pour accompagner ces • Mettre à disposition des employeurs un budget de formation pour accompagner ces
évolutions évolutions

Coût de 30M€, pris en charge pour moitié par l’Etat, et pour moitié par les organismes Coût de 30M€, pris en charge pour moitié par l’Etat, et pour moitié par les organismes
de formation statutaires de formation statutaires

• Renforcer la prévention spécialisée : augmenter le fonds d’action pour l’insertion (FAPI, • Renforcer la prévention spécialisée : augmenter le fonds d’action pour l’insertion (FAPI,
créé par la loi de finances pour 2017) sera renforcé d’une section « prévention spécialisée créé par la loi de finances pour 2017) sera renforcé d’une section « prévention spécialisée
» dotée de 20M€ » dotée de 20M€

Budget de 20M€, pris en charge par l’Etat Budget de 20M€, pris en charge par l’Etat

• Développer l’intervention sociale collective en s’appuyant sur des logiques inspirées du • Développer l’intervention sociale collective en s’appuyant sur des logiques inspirées du
«community organizing » ; faire évoluer les formations initiales et continues dans les écoles «community organizing » ; faire évoluer les formations initiales et continues dans les écoles
de travail social de travail social

•Engager un « choc de simplification » sur les pratiques du secteur social : simplification •Engager un « choc de simplification » sur les pratiques du secteur social : simplification
des prestations, lutte contre le découpage en dispositifs, principe de confiance mutuelle des prestations, lutte contre le découpage en dispositifs, principe de confiance mutuelle
entre institutions dans le respect des règles de confidentialité… entre institutions dans le respect des règles de confidentialité…

| 83 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 83 | Vivre ensemble – Vivre en grand


13 13

| 84 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 84 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Agir fermement Agir fermement
pour la sécurité pour la sécurité
et la justice et la justice

| 85 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 85 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 13 : Programme 13 :
Agir fermement pour la sécurité et la justice Agir fermement pour la sécurité et la justice

La protection est un droit absolu, c’est la première obligation La protection est un droit absolu, c’est la première obligation
de l’État, c’est la première demande des citoyens. de l’État, c’est la première demande des citoyens.
Plus vrai encore, quand on est vulnérable. Plus vrai encore, quand on est vulnérable.

Si la situation est quantitativement assez conforme à l’ensemble du territoire, certaines Si la situation est quantitativement assez conforme à l’ensemble du territoire, certaines
formes sont spécifiques. Certaines bandes se servent en effet de certains quartiers comme formes sont spécifiques. Certaines bandes se servent en effet de certains quartiers comme
base arrière. Les marchands de sommeil, prospèrent. Une petite délinquance par intimida- base arrière. Les marchands de sommeil, prospèrent. Une petite délinquance par intimida-
tion se développe parfois. tion se développe parfois.

Néanmoins, l’exercice de sécurité publique est plus complexe et demande des moyens Néanmoins, l’exercice de sécurité publique est plus complexe et demande des moyens
spécifiques. spécifiques.

Développer la coopération avec les communes, en s’appuyant davantage sur l’outil de la Développer la coopération avec les communes, en s’appuyant davantage sur l’outil de la
médiation (programme 1 - Armée républicaine de solidarité), en développant les politiques médiation (programme 1 - Armée républicaine de solidarité), en développant les politiques
d’alternative à la prison et de réinsertion, en rapprochant la justice des citoyens. d’alternative à la prison et de réinsertion, en rapprochant la justice des citoyens.

Conforter l’action policière et encourager la co-production Conforter l’action policière et encourager la co-production
de sécurité de sécurité
Les moyens doivent être amplifiés dans les zones de sécurité police (ZSP) et les 60 quar- Les moyens doivent être amplifiés dans les zones de sécurité police (ZSP) et les 60 quar-
tiers de reconquête républicaine (QRR) dans lesquels la PSQ sera déployée. L’enjeu de la tiers de reconquête républicaine (QRR) dans lesquels la PSQ sera déployée. L’enjeu de la
lutte contre l’économie souterraine doit être particulièrement ciblé. lutte contre l’économie souterraine doit être particulièrement ciblé.

• modifier les règles de gestion et de rémunération pour fidéliser les policiers les • modifier les règles de gestion et de rémunération pour fidéliser les policiers les
plus expérimentés dans les commissariats concernés ; plus expérimentés dans les commissariats concernés ;

• renforcer les effectifs spécialisés (grande délinquance, drogue, marchands de • renforcer les effectifs spécialisés (grande délinquance, drogue, marchands de
sommeil…) dans les services judiciaires des DDSP ; sommeil…) dans les services judiciaires des DDSP ;

• développer les cycles de recrutement des policiers dans les quartiers, y compris les • développer les cycles de recrutement des policiers dans les quartiers, y compris les
cadets de la République et les adjoints de sécurité. Des concours de recrutement cadets de la République et les adjoints de sécurité. Des concours de recrutement
spécifiques peuvent être organisés rapidement ; spécifiques peuvent être organisés rapidement ;

• renforcer l’investigation par la création de 100 postes de fonctionnaires spécifiques. • renforcer l’investigation par la création de 100 postes de fonctionnaires spécifiques.
Prévoir une enveloppe indemnitaire pour eux et pour fidéliser les policiers de terrain Prévoir une enveloppe indemnitaire pour eux et pour fidéliser les policiers de terrain

• financer sur le FIPD une aide en ingénierie, afin d’achever le déploiement de la • financer sur le FIPD une aide en ingénierie, afin d’achever le déploiement de la
vidéo-protection et l’organisation de la police municipale dans les villes pauvres. vidéo-protection et l’organisation de la police municipale dans les villes pauvres.
Un fonds exceptionnel de sécurité doté de 100 millions d’euros sera affecté aux 60 Un fonds exceptionnel de sécurité doté de 100 millions d’euros sera affecté aux 60
villes les plus en difficultés ; villes les plus en difficultés ;

• La police de proximité, effectivement supplémentaire doit être un corps d’élite • La police de proximité, effectivement supplémentaire doit être un corps d’élite
aguerri et bénéficiant des primes en conséquence. aguerri et bénéficiant des primes en conséquence.

| 86 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 86 | Vivre ensemble – Vivre en grand


La coproduction de sécurité nécessite de relancer les instances de dia- La coproduction de sécurité nécessite de relancer les instances de dia-
logue avec les communes et intercommunalités (conseils locaux de sécurité logue avec les communes et intercommunalités (conseils locaux de sécurité
et de prévention de la délinquance, CLSPD) et les contrats locaux de sécu- et de prévention de la délinquance, CLSPD) et les contrats locaux de sécu-
rité (CLS), financés par le Fonds interministériel de prévention de la délin- rité (CLS), financés par le Fonds interministériel de prévention de la délin-
quance (FIPD). Dans ce cadre pourraient être envisagées : quance (FIPD). Dans ce cadre pourraient être envisagées :

• la création d’une fonction de Médiateur de la police nationale, avec • la création d’une fonction de Médiateur de la police nationale, avec
des délégués locaux, pour prévenir, filtrer et déminer en amont les pe- des délégués locaux, pour prévenir, filtrer et déminer en amont les pe-
tits conflits, comme dans la plupart des services publics ; tits conflits, comme dans la plupart des services publics ;

• le déploiement de 500 « correspondants de nuit » supplémentaires • le déploiement de 500 « correspondants de nuit » supplémentaires
sur des postes d’adultes-relais, pour contribuer en lien avec la police sur des postes d’adultes-relais, pour contribuer en lien avec la police
municipale à une politique de « tranquillité publique » ou pour venir municipale à une politique de « tranquillité publique » ou pour venir
structurer les initiatives associatives. Le recrutement de ces corres- structurer les initiatives associatives. Le recrutement de ces corres-
pondants de nuit et leur formation doit faire l’objet d’une attention par- pondants de nuit et leur formation doit faire l’objet d’une attention par-
ticulière ticulière

• les SDIS et à Marseille et à Paris, les formations militaires spécialisées • les SDIS et à Marseille et à Paris, les formations militaires spécialisées
embaucheront massivement des volontaires issus des quartiers (Ma- embaucheront massivement des volontaires issus des quartiers (Ma-
rins pompiers, BSPP). rins pompiers, BSPP).

- Abonder le FIPD pour prévoir le soutien en investissement et en fonc- - Abonder le FIPD pour prévoir le soutien en investissement et en fonc-
tionnement de la police municipale dans les villes pauvres (20 M€) tionnement de la police municipale dans les villes pauvres (20 M€)
- Augmenter le nombre de vacations pour la réserve de la police (DPP) - Augmenter le nombre de vacations pour la réserve de la police (DPP)
et prévoir le déploiement des délégués du Médiateur de la police natio- et prévoir le déploiement des délégués du Médiateur de la police natio-
nale en zone PSQ nale en zone PSQ
- Abonder le programme 147 de 10 M€ pour le financement de 500 - Abonder le programme 147 de 10 M€ pour le financement de 500
adultes-relais. adultes-relais.

| 87 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 87 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 13 : Programme 13 :
Agir fermement pour la sécurité et la justice Agir fermement pour la sécurité et la justice

La police et la gendarmerie exercent une activité difficile car présente sur tout le territoire La police et la gendarmerie exercent une activité difficile car présente sur tout le territoire
comme l’éducation nationale. Ils bénéficieront, comme l’éducation nationale, de l’ensemble comme l’éducation nationale. Ils bénéficieront, comme l’éducation nationale, de l’ensemble
des programmes du plan. des programmes du plan.

- Les procédures par vidéo existent déjà et se pratiquent parfois à l’étranger. - Les procédures par vidéo existent déjà et se pratiquent parfois à l’étranger.
Ces procédures ont deux avantages : Ces procédures ont deux avantages :

‣ Retirer, pour l’essentiel, la suspicion sur les comportements et l’intimidation ‣ Retirer, pour l’essentiel, la suspicion sur les comportements et l’intimidation
‣ Elle devrait permettre un gain considérable de temps ‣ Elle devrait permettre un gain considérable de temps
‣ Elle pourrait être expérimentée dans la circonscription judiciaire de Bobigny ‣ Elle pourrait être expérimentée dans la circonscription judiciaire de Bobigny

L’action de la justice est décisive dans les quartiers d’une manière générale. La demande L’action de la justice est décisive dans les quartiers d’une manière générale. La demande
d’efficacité est encore plus grande pour un certain nombre de problèmes spécifiques : d’efficacité est encore plus grande pour un certain nombre de problèmes spécifiques :

- Marchands de sommeils - Marchands de sommeils


- Grande délinquance qui s’abrite dans les quartiers - Grande délinquance qui s’abrite dans les quartiers
- Copropriété dégradées - Copropriété dégradées
- Enquêtes et investigations - Enquêtes et investigations
- Rapidité de décisions - Rapidité de décisions

Notre appareil judiciaire est embolisé. Notre appareil judiciaire est embolisé.

- Nombre de juges professionnels pour 100.000 habitants : 10.7 (moyenne euro- - Nombre de juges professionnels pour 100.000 habitants : 10.7 (moyenne euro-
péenne de 20 et 27 en Allemagne) péenne de 20 et 27 en Allemagne)

- Nombre de procureurs pour 100.000 habitants : 2.9 (soit 4 fois moins que la moyenne - Nombre de procureurs pour 100.000 habitants : 2.9 (soit 4 fois moins que la moyenne
européenne : 11.8) européenne : 11.8)

- Nombre d’affaires pour 100.000 habitants traitées par les procureurs : 7990 - Nombre d’affaires pour 100.000 habitants traitées par les procureurs : 7990
(moyenne européenne 3482) (moyenne européenne 3482)

| 88 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 88 | Vivre ensemble – Vivre en grand


La France cumule un nombre de juges, de procureurs et de fonctionnaires très inférieur à La France cumule un nombre de juges, de procureurs et de fonctionnaires très inférieur à
la moyenne des pays ayant les mêmes caractéristiques en termes de système judiciaire et la moyenne des pays ayant les mêmes caractéristiques en termes de système judiciaire et
économique. économique.

Avec moins de 9.000 magistrats, la situation est difficilement tenable. Naturellement, ce Avec moins de 9.000 magistrats, la situation est difficilement tenable. Naturellement, ce
sont dans les circonscriptions qui connaissent les situations les plus difficiles que les consé- sont dans les circonscriptions qui connaissent les situations les plus difficiles que les consé-
quences sont les plus pesantes. quences sont les plus pesantes.

La situation du Tribunal de Bobigny, en locaux et équipement d’une part et en moyens hu- La situation du Tribunal de Bobigny, en locaux et équipement d’une part et en moyens hu-
mains d’autre part ne sont pas durablement acceptables compte-tenu de tous les enjeux de mains d’autre part ne sont pas durablement acceptables compte-tenu de tous les enjeux de
ce département. Les travaux d’extension et de réhabilitation sont en attente. ce département. Les travaux d’extension et de réhabilitation sont en attente.

2.000 postes de magistrats, autant de procureurs et de fonctionnaires sont indispen- 2.000 postes de magistrats, autant de procureurs et de fonctionnaires sont indispen-
sables dans les circonscriptions judiciaires et concernent de nombreux QPV. sables dans les circonscriptions judiciaires et concernent de nombreux QPV.
Par ailleurs, des procureurs spécialisés en matière de lutte contre les discriminations, Par ailleurs, des procureurs spécialisés en matière de lutte contre les discriminations,
et marchands de sommeils notamment. et marchands de sommeils notamment.

- Créer 100 postes de conseillers d’insertion et de probation - Créer 100 postes de conseillers d’insertion et de probation
- Confier aux agglomérations et aux bailleurs l’organisation de TIG proportionnés - Confier aux agglomérations et aux bailleurs l’organisation de TIG proportionnés
à la délinquance générée. à la délinquance générée.

| 89 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 89 | Vivre ensemble – Vivre en grand


14 14

| 90 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 90 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Des moyens d’agir Des moyens d’agir
pour les communes pour les communes

| 91 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 91 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 14 : Programme 14 :
Des moyens d’agir pour les communes Des moyens d’agir pour les communes

Il a été clairement démontré que les besoins des communes Il a été clairement démontré que les besoins des communes
concernées sont supérieurs à ceux des communes moyennes concernées sont supérieurs à ceux des communes moyennes
de ce pays, alors que leurs moyens sont inférieurs. Les besoins de ce pays, alors que leurs moyens sont inférieurs. Les besoins
en personnel, en accompagnement social et économique ainsi en personnel, en accompagnement social et économique ainsi
que les besoins en équipements sont immenses au regard de la que les besoins en équipements sont immenses au regard de la
population et des moyens dont disposent ces villes. Une véritable population et des moyens dont disposent ces villes. Une véritable
péréquation doit être réalisée pour que celles-ci puissent péréquation doit être réalisée pour que celles-ci puissent
répondre aux besoins de leur population et pour qu’elles ne soient répondre aux besoins de leur population et pour qu’elles ne soient
plus le ghetto, parfois communautarisé, qu’elles sont au sein de plus le ghetto, parfois communautarisé, qu’elles sont au sein de
leur agglomération. leur agglomération.

Permettre aux villes classées en rénovation urbaine de pouvoir Permettre aux villes classées en rénovation urbaine de pouvoir
aller jusqu’à 2 % d’augmentation de la dépense par an sans inclure aller jusqu’à 2 % d’augmentation de la dépense par an sans inclure
dans l’augmentation les dépenses liées aux programmes eux- dans l’augmentation les dépenses liées aux programmes eux-
mêmes mêmes

Créer un fonds d’urgence de 500 millions d’euros par an pour l’in- Créer un fonds d’urgence de 500 millions d’euros par an pour l’in-
vestissement vestissement
Les communes de la politique de la ville classées en projet d’intérêt national de l’ANRU Les communes de la politique de la ville classées en projet d’intérêt national de l’ANRU
doivent rattraper leur retard. Ce fonds d’urgence mobilisera une partie des crédits de la DPV doivent rattraper leur retard. Ce fonds d’urgence mobilisera une partie des crédits de la DPV
à hauteur de 100 millions d’euros, de la DSIL 150 millions d’euros, des crédits budgétaires à hauteur de 100 millions d’euros, de la DSIL 150 millions d’euros, des crédits budgétaires
de l’État de 100 millions d’euros et de la Caisse des Dépôts et Consignation 50 millions de l’État de 100 millions d’euros et de la Caisse des Dépôts et Consignation 50 millions
d’euros. Ce fonds pourra être utilisé pour financer des dépenses de fonctionnement ou d’euros. Ce fonds pourra être utilisé pour financer des dépenses de fonctionnement ou
d’équipement indispensables, pour aller vers le minimum qu’exige l’égalité républicaine. d’équipement indispensables, pour aller vers le minimum qu’exige l’égalité républicaine.

En complément, 60 villes très pauvres ne peuvent pas compter En complément, 60 villes très pauvres ne peuvent pas compter
pleinement sur leurs intercommunalités car elles sont elles-mêmes pleinement sur leurs intercommunalités car elles sont elles-mêmes
souvent fragiles. souvent fragiles.
Un fonds de 120 millions d’euros par an permettra de contribuer aux dépenses indispen- Un fonds de 120 millions d’euros par an permettra de contribuer aux dépenses indispen-
sables de fonctionnement et d’investissement de ces collectivités locales. sables de fonctionnement et d’investissement de ces collectivités locales.

| 92 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 92 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Compensation par l’État de l’ensemble de l’abattement Compensation par l’État de l’ensemble de l’abattement
de la taxe foncière sur les propriétés bâties de la taxe foncière sur les propriétés bâties
Les bailleurs sociaux, pour assurer une sur-gestion de leur patrimoine, nécessaire au regard Les bailleurs sociaux, pour assurer une sur-gestion de leur patrimoine, nécessaire au regard
des dégradations et mésusages multiples, bénéficient d’un abattement de la taxe foncière des dégradations et mésusages multiples, bénéficient d’un abattement de la taxe foncière
sur les propriétés bâties qui était compensé par l’Etat jusqu’à peu et qui depuis peu est sur les propriétés bâties qui était compensé par l’Etat jusqu’à peu et qui depuis peu est
à la charge des communes. Les villes qui ont le plus de logements sociaux sont donc à la charge des communes. Les villes qui ont le plus de logements sociaux sont donc
pénalisées. C’est un manque à gagner très conséquent qui aggrave l’équilibre des finances pénalisées. C’est un manque à gagner très conséquent qui aggrave l’équilibre des finances
locales de villes déjà fiscalement pauvres. Il faut donc que l’État compense l’abattement en locales de villes déjà fiscalement pauvres. Il faut donc que l’État compense l’abattement en
intégralité pour qu’il ne soit plus impactant pour les communes. intégralité pour qu’il ne soit plus impactant pour les communes.

Un comité local de solidarité pour répondre aux urgences Un comité local de solidarité pour répondre aux urgences
La temporalité (lente et longue) des outils de l’action publique est particulièrement inadap- La temporalité (lente et longue) des outils de l’action publique est particulièrement inadap-
tée aux problèmes exceptionnels que rencontrent les habitants des quartiers populaires. tée aux problèmes exceptionnels que rencontrent les habitants des quartiers populaires.
La création d’un outil souple et réactif est indispensable pour mobiliser de manière permanente, La création d’un outil souple et réactif est indispensable pour mobiliser de manière permanente,
urgente, les énergies et dispositifs locaux. urgente, les énergies et dispositifs locaux.

Ce comité sera composé du Maire, du Président de l’agglomération, du Préfet, Ce comité sera composé du Maire, du Président de l’agglomération, du Préfet,
du Procureur de la République, du Directeur de la CAF, du Directeur de Pôle emploi, du Procureur de la République, du Directeur de la CAF, du Directeur de Pôle emploi,
du Président du Conseil départemental, d’un chef d’établissement. du Président du Conseil départemental, d’un chef d’établissement.

Il se réunira mensuellement, sous la présidence du Maire, sur la base d’une participation Il se réunira mensuellement, sous la présidence du Maire, sur la base d’une participation
personnelle de ses membres. personnelle de ses membres.

Le comité local de solidarité disposera d’1 million d’euros par an pour financer de ma- Le comité local de solidarité disposera d’1 million d’euros par an pour financer de ma-
nière urgente toute action, soutien, intervention qui leur parait indispensable dans le champ nière urgente toute action, soutien, intervention qui leur parait indispensable dans le champ
éducatif, social, sanitaire ou qui lui apparaitront indispensables. Ce n’est ni un complément, éducatif, social, sanitaire ou qui lui apparaitront indispensables. Ce n’est ni un complément,
ni un substitut de l’action publique. Il peut néanmoins servir d’amorçage. ni un substitut de l’action publique. Il peut néanmoins servir d’amorçage.

Par son autorité, le comité local de solidarité pourra mobiliser les acteurs du territoire : Par son autorité, le comité local de solidarité pourra mobiliser les acteurs du territoire :
les bailleurs sociaux, les entreprises, les chambres consulaires, les associations, le secteur les bailleurs sociaux, les entreprises, les chambres consulaires, les associations, le secteur
médico-social … médico-social …

| 93 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 93 | Vivre ensemble – Vivre en grand


15 15

| 94 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 94 | Vivre ensemble – Vivre en grand


« La Nation garantit « La Nation garantit
à tous la protection à tous la protection
de la santé » de la santé »

| 95 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 95 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 15 : Programme 15 :
« La Nation garantit à tous la protection de la santé » « La Nation garantit à tous la protection de la santé »

Constitution (Préambule de 1946) Constitution (Préambule de 1946)

Nous savons tous que ce droit est encore trop théorique pour les habitants des quartiers. Nous savons tous que ce droit est encore trop théorique pour les habitants des quartiers.
Les professionnels de santé dans les quartiers évoquent les pathologies liées à la précarité, Les professionnels de santé dans les quartiers évoquent les pathologies liées à la précarité,
les habitudes alimentaires déséquilibrées, le recours trop tardif aux soins, les conduites à les habitudes alimentaires déséquilibrées, le recours trop tardif aux soins, les conduites à
risques et les cabinets médicaux qui ne sont plus repris au départ en retraite du médecin risques et les cabinets médicaux qui ne sont plus repris au départ en retraite du médecin
de quartier. de quartier.

Les QPV présentent un déficit d’offre de soins implantée dans le quartier par rapport à Les QPV présentent un déficit d’offre de soins implantée dans le quartier par rapport à
leur environnement. La densité en professionnels de proximité (médecins généralistes, leur environnement. La densité en professionnels de proximité (médecins généralistes,
chirurgiens-dentistes, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes et sages-femmes) implantés chirurgiens-dentistes, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes et sages-femmes) implantés
dans le quartier y est 2 fois inférieure à ce qu’elle est dans les unités urbaines englobantes. dans le quartier y est 2 fois inférieure à ce qu’elle est dans les unités urbaines englobantes.
Les médecins spécialistes y sont 3,2 fois moins présents qu’au sein des unités urbaines Les médecins spécialistes y sont 3,2 fois moins présents qu’au sein des unités urbaines
englobantes, avec un déséquilibre encore plus marqué pour les psychiatres, les gastro-en- englobantes, avec un déséquilibre encore plus marqué pour les psychiatres, les gastro-en-
térologues et les ophtalmologues. térologues et les ophtalmologues.

Selon une étude menée à Strasbourg, les habitants des quartiers les plus populaires ont Selon une étude menée à Strasbourg, les habitants des quartiers les plus populaires ont
presque 2 fois plus de risques de décéder avant 75 ans que les habitants des quartiers les presque 2 fois plus de risques de décéder avant 75 ans que les habitants des quartiers les
plus aisés. La prévalence du diabète est 71% plus élevée dans les QPV que dans le reste plus aisés. La prévalence du diabète est 71% plus élevée dans les QPV que dans le reste
de la région. de la région.

La mauvaise santé des habitants des quartiers est un coût pour la sécurité sociale, c’est La mauvaise santé des habitants des quartiers est un coût pour la sécurité sociale, c’est
aussi une perte de substance pour la nation qui se prive de ses forces vives. aussi une perte de substance pour la nation qui se prive de ses forces vives.

Sensibiliser les jeunes à leur santé Sensibiliser les jeunes à leur santé
Tous les jeunes Français participent à la journée défense et citoyenneté avant leurs 18 ans. Tous les jeunes Français participent à la journée défense et citoyenneté avant leurs 18 ans.
Cette journée doit aussi être l’occasion d’un rendez-vous majeur sur la santé, de dépistage Cette journée doit aussi être l’occasion d’un rendez-vous majeur sur la santé, de dépistage
et de vaccination. et de vaccination.

Soutenir la création des centres et maisons de santé Soutenir la création des centres et maisons de santé
Les praticiens libéraux installés dans les QPV sont de moins en moins remplacés quand Les praticiens libéraux installés dans les QPV sont de moins en moins remplacés quand
ils prennent leur retraite. Peu de jeunes médecins souhaitent s’installer seuls, dans des ils prennent leur retraite. Peu de jeunes médecins souhaitent s’installer seuls, dans des
contextes de tensions, d’agressivité et de surcharge de travail. contextes de tensions, d’agressivité et de surcharge de travail.
Il y a dans les quartiers un problème d’accès aux soins, et des soins reportés inutilement Il y a dans les quartiers un problème d’accès aux soins, et des soins reportés inutilement
sur les urgences. Il faut aussi aller jusqu’au bout des logiques : il est fondamental de sur les urgences. Il faut aussi aller jusqu’au bout des logiques : il est fondamental de
soutenir la création et le maintien de centres de santé (publics) et de maisons de santé pluri soutenir la création et le maintien de centres de santé (publics) et de maisons de santé pluri

| 96 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 96 | Vivre ensemble – Vivre en grand


professionnelles (privées), qui permettent aux praticiens de trouver l’appui du collectif, dans professionnelles (privées), qui permettent aux praticiens de trouver l’appui du collectif, dans
ou en proximité des QPV et qui offrent des services médicaux et paramédicaux complets : ou en proximité des QPV et qui offrent des services médicaux et paramédicaux complets :
médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, infirmiers, kinésithérapeutes… Ce sont médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, infirmiers, kinésithérapeutes… Ce sont
des outils de service public, quel que soit leur statut. Il faut les aider, et les aider vraiment. des outils de service public, quel que soit leur statut. Il faut les aider, et les aider vraiment.

• 200 centres et maisons de santé supplémentaires, dans ou à proximité des QPV, sont • 200 centres et maisons de santé supplémentaires, dans ou à proximité des QPV, sont
indispensables. indispensables.

Si les activités médicales et paramédicales sont financées par la sécurité sociale, nous Si les activités médicales et paramédicales sont financées par la sécurité sociale, nous
devons offrir aux praticiens 200 centres et maisons de santé équipées pour qu’ils exercent devons offrir aux praticiens 200 centres et maisons de santé équipées pour qu’ils exercent
leur art, service indispensable à la population. L’investissement nécessaire varie entre 0,3 et leur art, service indispensable à la population. L’investissement nécessaire varie entre 0,3 et
3M€, pour un coût moyen de l’ordre de 2M€. Il sera financé pour moitié par les ARS, le solde 3M€, pour un coût moyen de l’ordre de 2M€. Il sera financé pour moitié par les ARS, le solde
par les collectivités et la caisse des dépôts et consignations. Ces équipements seront mis à par les collectivités et la caisse des dépôts et consignations. Ces équipements seront mis à
disposition contre un loyer symbolique. Pour assurer la construction et le portage des murs, disposition contre un loyer symbolique. Pour assurer la construction et le portage des murs,
il faut : il faut :

• Créer un outil spécialisé de la caisse des dépôts et consignations. • Créer un outil spécialisé de la caisse des dépôts et consignations.

D’autres mesures d’accompagnement seront utiles, au-delà des clarifications apportées D’autres mesures d’accompagnement seront utiles, au-delà des clarifications apportées
aux centres de santé par l’ordonnance du 15 janvier 2018 : aux centres de santé par l’ordonnance du 15 janvier 2018 :

• Financer des postes de médiation médicale pour l’accès aux droits et l’accompagnement • Financer des postes de médiation médicale pour l’accès aux droits et l’accompagnement
en santé en santé
• Soutenir financièrement le secrétariat dans les maisons de santé. La stratégie de • Soutenir financièrement le secrétariat dans les maisons de santé. La stratégie de
développement des centres et maisons de santé est soutenue par les ministères de la santé développement des centres et maisons de santé est soutenue par les ministères de la santé
et de la cohésion des territoires dans des conditions qui permettent que les projets trouvent et de la cohésion des territoires dans des conditions qui permettent que les projets trouvent
des montages financiers relativement satisfaisants. des montages financiers relativement satisfaisants.

La difficulté à trouver des médecins est réelle. Il faut, en complément du programme facilitant La difficulté à trouver des médecins est réelle. Il faut, en complément du programme facilitant
la création des centres et maisons de santé la création des centres et maisons de santé

• prendre toutes les mesures de conviction utiles : information auprès des étudiants, • prendre toutes les mesures de conviction utiles : information auprès des étudiants,
stages d’internat de médecine générale dans les quartiers… stages d’internat de médecine générale dans les quartiers…
• mobiliser les aides à l’installation des médecins ciblées par le ministère des solidarités • mobiliser les aides à l’installation des médecins ciblées par le ministère des solidarités
et de la santé et les ARS sur des territoires prioritaires, dont beaucoup de QPV et de la santé et les ARS sur des territoires prioritaires, dont beaucoup de QPV
• proposer des activités médicales sur des temps non complets : exercices à temps • proposer des activités médicales sur des temps non complets : exercices à temps
partiel de médecins ayant par ailleurs un emploi principal, cumuls emploi retraite, médecins partiel de médecins ayant par ailleurs un emploi principal, cumuls emploi retraite, médecins
remplaçants... remplaçants...

| 97 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 97 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Programme 15 : Programme 15 :
« La nation garantit à tous la protection de la santé » « La nation garantit à tous la protection de la santé »

Installer des structures médicales légères Installer des structures médicales légères
En complément des cabinets médicaux, des centres et maisons de santé, la technologie En complément des cabinets médicaux, des centres et maisons de santé, la technologie
permet aujourd’hui de proposer des outils légers : permet aujourd’hui de proposer des outils légers :

• Développer et rembourser les consultations de télémédecine. • Développer et rembourser les consultations de télémédecine.

• Implanter des cabines de télémédecine qui permettent des consultations et des bilans • Implanter des cabines de télémédecine qui permettent des consultations et des bilans
sous l’autorité d’un médecin qui n’est pas physiquement présent (cf. programme campus sous l’autorité d’un médecin qui n’est pas physiquement présent (cf. programme campus
numérique) numérique)

• Installer des cabinets médicaux temporaires, notamment dans des maisons de ser- • Installer des cabinets médicaux temporaires, notamment dans des maisons de ser-
vices au public (MSAP). vices au public (MSAP).

Développer les consultations de soins non programmés Développer les consultations de soins non programmés
Pour lutter contre la saturation des services d’urgences hospitalières, il est important Pour lutter contre la saturation des services d’urgences hospitalières, il est important
de créer à proximité de ces services des consultations de soins non programmés qui de créer à proximité de ces services des consultations de soins non programmés qui
permettent d’accueillir des patients dont les besoins relèvent pour l’essentiel de la méde- permettent d’accueillir des patients dont les besoins relèvent pour l’essentiel de la méde-
cine générale, mais soit n’ont pas de médecin traitant habituel ou disponible soit se pré- cine générale, mais soit n’ont pas de médecin traitant habituel ou disponible soit se pré-
sentent hors des heures ouvrables. sentent hors des heures ouvrables.

Former les jeunes professionnels Former les jeunes professionnels


L’exercice des professions médicales dans les QPV fait parfois appel à des compétences L’exercice des professions médicales dans les QPV fait parfois appel à des compétences
très particulières au regard du contexte culturel et social, qui pourraient justifier des très particulières au regard du contexte culturel et social, qui pourraient justifier des
formations spécifiques : gestion des conflits, approche communautaire, approche inter- formations spécifiques : gestion des conflits, approche communautaire, approche inter-
culturelle… Ces formations pourraient être intégrées culturelle… Ces formations pourraient être intégrées
- Dans le futur cursus des études médicales - Dans le futur cursus des études médicales
- Dans les formations au titre de la réserve sanitaire. - Dans les formations au titre de la réserve sanitaire.

Proposer le transfert de la médecine scolaire aux départements Proposer le transfert de la médecine scolaire aux départements
La médecine scolaire est aujourd’hui dans l’incapacité d’assumer réellement ses missions, La médecine scolaire est aujourd’hui dans l’incapacité d’assumer réellement ses missions,
faute de moyens humains et matériels : au niveau national, elle est passée en 10 ans de faute de moyens humains et matériels : au niveau national, elle est passée en 10 ans de
1.400 à 1.000 médecins. Au niveau local, la Seine-Saint-Denis ne compte plus que 29 1.400 à 1.000 médecins. Au niveau local, la Seine-Saint-Denis ne compte plus que 29
médecins scolaires dans tout le département, soit un médecin pour 12 000 élèves. médecins scolaires dans tout le département, soit un médecin pour 12 000 élèves.

Il serait cohérent de piloter sous la même autorité l’ensemble de l’action de santé médicale Il serait cohérent de piloter sous la même autorité l’ensemble de l’action de santé médicale
et sociale auprès des enfants. Cette idée pourrait être mise en œuvre par des départements et sociale auprès des enfants. Cette idée pourrait être mise en œuvre par des départements
volontaires, qui gèrent la protection maternelle et infantile (0/18 ans) et seraient intéressés volontaires, qui gèrent la protection maternelle et infantile (0/18 ans) et seraient intéressés
par une stratégie intégrant l’espace scolaire. Ces départements seraient également volon- par une stratégie intégrant l’espace scolaire. Ces départements seraient également volon-
taires pour affecter les moyens nécessaires à ce service public. taires pour affecter les moyens nécessaires à ce service public.

L’article L1111-8-1 du code général des collectivités territoriales, qui permet la délégation L’article L1111-8-1 du code général des collectivités territoriales, qui permet la délégation
de compétences de l’Etat à une collectivité, offre un support juridique à cette proposition. de compétences de l’Etat à une collectivité, offre un support juridique à cette proposition.

| 98 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 98 | Vivre ensemble – Vivre en grand


Outiller l’observation en santé dans les QPV Outiller l’observation en santé dans les QPV
Alors que la santé est depuis longtemps identifiée comme l’un des enjeux importants pour Alors que la santé est depuis longtemps identifiée comme l’un des enjeux importants pour
les habitants des QPV, le sujet est paradoxalement assez peu documenté. Au-delà des les habitants des QPV, le sujet est paradoxalement assez peu documenté. Au-delà des
enquêtes par l’adresse des praticiens, nous ne disposons pas dans les QPV des données enquêtes par l’adresse des praticiens, nous ne disposons pas dans les QPV des données
d’« accessibilité potentielle localisée » (APL), qui mesurent la capacité d’accès aux soins en d’« accessibilité potentielle localisée » (APL), qui mesurent la capacité d’accès aux soins en
fonction de l’intensité du besoin (on a plus souvent besoin d’un généraliste que d’un cardio- fonction de l’intensité du besoin (on a plus souvent besoin d’un généraliste que d’un cardio-
logue), de l’offre sur le territoire (temps de travail médical disponible) et de la distance entre logue), de l’offre sur le territoire (temps de travail médical disponible) et de la distance entre
offre et demande. Nous n’avons pas non plus d’études systématiques sur les consomma- offre et demande. Nous n’avons pas non plus d’études systématiques sur les consomma-
tions de soins et les pathologies spécifiques aux habitants des QPV. tions de soins et les pathologies spécifiques aux habitants des QPV.

L’absence de données de santé exploitables sur les QPV est grandement préjudiciable à la L’absence de données de santé exploitables sur les QPV est grandement préjudiciable à la
définition et à la conduite d’une stratégie d’action publique. Deux orientations s’imposent : définition et à la conduite d’une stratégie d’action publique. Deux orientations s’imposent :

• Développer des outils d’analyse de l’offre (APL) à l’échelle des QPV • Développer des outils d’analyse de l’offre (APL) à l’échelle des QPV

• Exploiter les données de l’assurance maladie pour conduire une observation de la san- • Exploiter les données de l’assurance maladie pour conduire une observation de la san-
té des habitants des QPV (consommation de soins, morbidité, mortalité). té des habitants des QPV (consommation de soins, morbidité, mortalité).

| 99 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 99 | Vivre ensemble – Vivre en grand


16 16

| 100 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 100 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Les associations : Les associations :
le cœur des quartiers le cœur des quartiers

| 101 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 101 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Programme 16 : Programme 16 :
Les associations : le cœur des quartiers Les associations : le cœur des quartiers

Que seraient les quartiers sans les 100.000 associations et le Que seraient les quartiers sans les 100.000 associations et le
million de bénévoles qui y font vivre une solidarité exemplaire? million de bénévoles qui y font vivre une solidarité exemplaire?
Le monde des associations de quartiers est à la fois très vivant, Le monde des associations de quartiers est à la fois très vivant,
en perpétuel renouvellement, et très fragile. en perpétuel renouvellement, et très fragile.

Les associations pallient souvent la faiblesse des pouvoirs publics dans ces territoires qui en Les associations pallient souvent la faiblesse des pouvoirs publics dans ces territoires qui en
ont tant besoin : l’activité éducative et culturelle, le rattrapage scolaire, l’accompagnement ont tant besoin : l’activité éducative et culturelle, le rattrapage scolaire, l’accompagnement
à l’emploi, l’informatique, la bureautique, les activités sportives, l’aide à la parentalité etc… à l’emploi, l’informatique, la bureautique, les activités sportives, l’aide à la parentalité etc…
Or les associations sont au bord du burn-out. Or les associations sont au bord du burn-out.

La complexité des procédures et des normes, la recherche effrénée de financements La complexité des procédures et des normes, la recherche effrénée de financements
multiples, croisés et incertains précarise le projet associatif. La question des emplois multiples, croisés et incertains précarise le projet associatif. La question des emplois
aidés risque de faire sombrer, si on n’y prend garde, des milliers d’associations aidés risque de faire sombrer, si on n’y prend garde, des milliers d’associations
employeuses. employeuses.

Financer les associations pour ce qu’elles sont Financer les associations pour ce qu’elles sont

Plutôt qu’un énième train de mesures de simplification et quelques aides ponctuelles, il faut Plutôt qu’un énième train de mesures de simplification et quelques aides ponctuelles, il faut
un renversement total de perspective, en considérant que l’on soutient les associations un renversement total de perspective, en considérant que l’on soutient les associations
pour ce qu’elles sont, et ce qu’elles font : en d’autres termes, il faut arrêter les appels à pour ce qu’elles sont, et ce qu’elles font : en d’autres termes, il faut arrêter les appels à
projets, aussi artificiels que sclérosants, et donner de la durée aux acteurs associatifs. projets, aussi artificiels que sclérosants, et donner de la durée aux acteurs associatifs.
En contrepartie, il faut être très exigeant sur les valeurs que doivent partager et En contrepartie, il faut être très exigeant sur les valeurs que doivent partager et
diffuser les associations. diffuser les associations.

Dans cet esprit, plusieurs propositions fortes permettent de faciliter le financement des Dans cet esprit, plusieurs propositions fortes permettent de faciliter le financement des
associations : associations :

- Un dossier unique de financement (à charge pour les financeurs de le diffuser entre eux) - Un dossier unique de financement (à charge pour les financeurs de le diffuser entre eux)
et délais raccourcis de traitement et de versement ; et délais raccourcis de traitement et de versement ;
- Convention pluriannuelle d’objectif (CPO) de 3 ans ; - Convention pluriannuelle d’objectif (CPO) de 3 ans ;
- Sanctuariser le nombre de parcours emploi compétence niveau de 2017 pour éviter une - Sanctuariser le nombre de parcours emploi compétence niveau de 2017 pour éviter une
hémorragie dramatique touchant les parcours d’insertion ; hémorragie dramatique touchant les parcours d’insertion ;

Des emplois francs associatifs Des emplois francs associatifs

Les emplois aidés sont des emplois aidants. Il faut privilégier les subventions à l’emploi, en Les emplois aidés sont des emplois aidants. Il faut privilégier les subventions à l’emploi, en
laissant l’association recruter la personne de son choix. laissant l’association recruter la personne de son choix.

10 000 Adultes Relais (2 tiers femmes) : soit 6 000 recrutements et financements 10 000 Adultes Relais (2 tiers femmes) : soit 6 000 recrutements et financements
supplémentaires. supplémentaires.

| 102 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 102 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Pour les associations intervenant dans les quartiers, les emplois francs associatifs Pour les associations intervenant dans les quartiers, les emplois francs associatifs
bénéficieront d’une subvention doublée de 6.000€ par an pour un CDD de 3 ans et bénéficieront d’une subvention doublée de 6.000€ par an pour un CDD de 3 ans et
10.000€ par an pour un CDI pendant 5 ans, versés dans les 60 jours de la signature. 10.000€ par an pour un CDI pendant 5 ans, versés dans les 60 jours de la signature.

Le service civique en appui des bénévoles Le service civique en appui des bénévoles

Des plateformes d’intermédiation mettront à disposition des associations de quartier Des plateformes d’intermédiation mettront à disposition des associations de quartier
davantage de jeunes volontaires en service civique, issus des quartiers ou non, pour davantage de jeunes volontaires en service civique, issus des quartiers ou non, pour
passer de 9.000 à 15.000 en 2019. passer de 9.000 à 15.000 en 2019.


La plateforme des solutions – la maison des assocations La plateforme des solutions – la maison des assocations

Le monde associatif est aussi inventif que le monde des start-up. Mais il peine parfois Le monde associatif est aussi inventif que le monde des start-up. Mais il peine parfois
à pérenniser et à diffuser les solutions ou d’en mutualiser l’expérience. La « plateforme à pérenniser et à diffuser les solutions ou d’en mutualiser l’expérience. La « plateforme
des solutions » élaborée par Bleu Blanc Zèbres pourra servir de matrice à ce partage des solutions » élaborée par Bleu Blanc Zèbres pourra servir de matrice à ce partage
des expériences, en lien avec les grands réseaux associatifs présents et actifs dans les des expériences, en lien avec les grands réseaux associatifs présents et actifs dans les
quartiers (Le Mouvement associatif, Fédération des centres sociaux, Confédérations des quartiers (Le Mouvement associatif, Fédération des centres sociaux, Confédérations des
MJC, France Médiation, coordination des régies de quartiers, Le secours populaire, Voisin MJC, France Médiation, coordination des régies de quartiers, Le secours populaire, Voisin
Malin, Pas Sans Nous, Ligue de l’Enseignement, Le secours catholique, Leo Lagrange, Malin, Pas Sans Nous, Ligue de l’Enseignement, Le secours catholique, Leo Lagrange,
les Francas, les CEMEA, Unis-Cités, Emmaüs-Fondation Abbé Pierre, les Restos du cœur, les Francas, les CEMEA, Unis-Cités, Emmaüs-Fondation Abbé Pierre, les Restos du cœur,
AFEV, APELS, Coup de Pouce Clé, …) AFEV, APELS, Coup de Pouce Clé, …)

La plateforme des solutions aura un rôle d’incubateur et d’accélérateur des solutions. La plateforme des solutions aura un rôle d’incubateur et d’accélérateur des solutions.

Elle soutiendra, conseillera, mettra en réseau les associations. Elle soutiendra, conseillera, mettra en réseau les associations.

Elle organisera la mise à disposition des équipes de soutien administratif prévues dans les Elle organisera la mise à disposition des équipes de soutien administratif prévues dans les
campus numériques. campus numériques.

Elle informera tous les membres des différentes réussites. Elle informera tous les membres des différentes réussites.

Elle alertera les pouvoirs publics nationaux, régionaux, locaux de l’état du tissu associatif, Elle alertera les pouvoirs publics nationaux, régionaux, locaux de l’état du tissu associatif,
de ses évolutions et de ses besoins. de ses évolutions et de ses besoins.

Elle bénéficiera d’un budget de 10 millions d’euros par an, véritable maison des Elle bénéficiera d’un budget de 10 millions d’euros par an, véritable maison des
associations, par les associations, pour les associations dans un schéma informel, innovant associations, par les associations, pour les associations dans un schéma informel, innovant
et en réseau. et en réseau.

| 103 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 103 | Vivre ensemble – Vivre en grand
17 17

| 104 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 104 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Lutter contre Lutter contre
les discriminations les discriminations

| 105 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 105 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Programme 17 : Programme 17 :
Lutter Contre Les Discriminations Lutter Contre Les Discriminations

Aucun doute n’est permis sur le fait que les habitants des QPV Aucun doute n’est permis sur le fait que les habitants des QPV
subissent des discriminations intolérables au faciès ou à l’adresse, subissent des discriminations intolérables au faciès ou à l’adresse,
dans leur vie quotidienne ou dans l’accès à l’emploi, même si dans leur vie quotidienne ou dans l’accès à l’emploi, même si
elles sont difficiles à mesurer, même si elles sont devenues pour elles sont difficiles à mesurer, même si elles sont devenues pour
beaucoup tristement banales. beaucoup tristement banales.

D’abord les discriminations sont une atteinte aux droits fondamentaux de l’Homme. Lors- D’abord les discriminations sont une atteinte aux droits fondamentaux de l’Homme. Lors-
qu’elles existent et perdurent, elles minent le socle de la démocratie, créent de la défiance qu’elles existent et perdurent, elles minent le socle de la démocratie, créent de la défiance
envers les institutions, une moindre participation à la vie démocratique, ou bien alimentent envers les institutions, une moindre participation à la vie démocratique, ou bien alimentent
les votes populistes. Mais les enjeux sont aussi économiques. les votes populistes. Mais les enjeux sont aussi économiques.

Les habitants des quartiers populaires sont particulièrement exposés aux discriminations Les habitants des quartiers populaires sont particulièrement exposés aux discriminations
liées à leur origine, réelle ou supposée. Plusieurs études récentes ont également démontré liées à leur origine, réelle ou supposée. Plusieurs études récentes ont également démontré
que leur lieu de résidence, porteur de stéréotypes, était souvent un handicap dans leur que leur lieu de résidence, porteur de stéréotypes, était souvent un handicap dans leur
recherche d’un emploi. recherche d’un emploi.

• Un habitant sur quatre de 18 à 50 ans résidant en Zus déclare se sentir discriminé (soit • Un habitant sur quatre de 18 à 50 ans résidant en Zus déclare se sentir discriminé (soit
deux fois plus que hors Zus) (source : Rapport Onzus 2012) deux fois plus que hors Zus) (source : Rapport Onzus 2012)

• Une « bonne adresse » peut tripler les chances d’obtenir un entretien d’embauche • Une « bonne adresse » peut tripler les chances d’obtenir un entretien d’embauche
(source : rapport Onzus 2013). (source : rapport Onzus 2013).

C’est un fait, les discriminations sur le marché du travail ont un coût social. Manque- C’est un fait, les discriminations sur le marché du travail ont un coût social. Manque-
ment au principe républicain d’égalité des chances, les discriminations sont aussi un ment au principe républicain d’égalité des chances, les discriminations sont aussi un
manque à gagner économique : le seul coût des inégalités d’accès à l’emploi s’élève- manque à gagner économique : le seul coût des inégalités d’accès à l’emploi s’élève-
rait à 150 milliards d’euros. Leur disparition permettrait une croissance de 6,9 % du rait à 150 milliards d’euros. Leur disparition permettrait une croissance de 6,9 % du
PIB (rapport de France Stratégie septembre 2016). PIB (rapport de France Stratégie septembre 2016).

Les effets induits sur les finances publiques seraient également significatifs puisqu’ils se Les effets induits sur les finances publiques seraient également significatifs puisqu’ils se
traduiraient par une hausse de 2 % des recettes publiques et une diminution de 0,5 % des traduiraient par une hausse de 2 % des recettes publiques et une diminution de 0,5 % des
dépenses publiques liées au chômage. dépenses publiques liées au chômage.

Enfin, la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 21 février 2014 a Enfin, la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 21 février 2014 a
renforcé la lutte contre les discriminations et fait du lieu de résidence le 20ième critère légal renforcé la lutte contre les discriminations et fait du lieu de résidence le 20ième critère légal
de discriminations prohibées. La loi du 27 mai 2008 concernant les discriminations, le code de discriminations prohibées. La loi du 27 mai 2008 concernant les discriminations, le code
pénal et le code du travail en ont été modifiés en conséquence. pénal et le code du travail en ont été modifiés en conséquence.

Les discriminations sont avant tout sociales : il y a discrimination parce que nous ne faisons Les discriminations sont avant tout sociales : il y a discrimination parce que nous ne faisons
pas société. Lorsque des enfants des quartiers populaires, par leurs exploits sportifs ou pas société. Lorsque des enfants des quartiers populaires, par leurs exploits sportifs ou
leurs talents artistiques, émergent comme des figures rassemblant tous les Français, leur leurs talents artistiques, émergent comme des figures rassemblant tous les Français, leur
origine ethnique ou l’adresse de leurs parents est bien vite oubliée. Lorsque l’enseignant ou origine ethnique ou l’adresse de leurs parents est bien vite oubliée. Lorsque l’enseignant ou
le médecin porte un nom d’origine étrangère, il est avant tout un enseignant ou un médecin. le médecin porte un nom d’origine étrangère, il est avant tout un enseignant ou un médecin.

La conviction de ce plan de mobilisation nationale, c’est que l’accès massif des jeunes La conviction de ce plan de mobilisation nationale, c’est que l’accès massif des jeunes
des quartiers à l’emploi abaissera les tensions et favorisera le brassage dans notre socié- des quartiers à l’emploi abaissera les tensions et favorisera le brassage dans notre socié-
té. Le pari de ce plan de réconciliation nationale, c’est de refaire société, en rejetant toute té. Le pari de ce plan de réconciliation nationale, c’est de refaire société, en rejetant toute
forme de discrimination (directes, indirectes, systémiques, cumulées), dans tous les do- forme de discrimination (directes, indirectes, systémiques, cumulées), dans tous les do-
maines (emploi, accès aux biens et services, accès au logement, etc.) et quels qu’en soient maines (emploi, accès aux biens et services, accès au logement, etc.) et quels qu’en soient
les critères (sexe, âge, origine, lieu de résidence, état de santé, orientation sexuelle, etc.). les critères (sexe, âge, origine, lieu de résidence, état de santé, orientation sexuelle, etc.).

| 106 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 106 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Bien sûr, il faut dire le problème, pour ne pas baisser les bras et pouvoir l’affronter en face. Bien sûr, il faut dire le problème, pour ne pas baisser les bras et pouvoir l’affronter en face.

Dans ce cadre les propositions suivantes sont formulées dans le cadre du Plan de mobili- Dans ce cadre les propositions suivantes sont formulées dans le cadre du Plan de mobili-
sation : sation :

• Inclure pleinement la lutte contre les discriminations dans la loi Pacte au titre de po- • Inclure pleinement la lutte contre les discriminations dans la loi Pacte au titre de po-
litique RSE en entreprise. litique RSE en entreprise.

• Renforcer le réseau du Défenseur des Droits avec 500 délégués du Défenseur supplé- • Renforcer le réseau du Défenseur des Droits avec 500 délégués du Défenseur supplé-
mentaires (Cf Programme Justice) mentaires (Cf Programme Justice)

• Multiplier les testings pour montrer des cas concrets et pratiquer le « name and shame » • Multiplier les testings pour montrer des cas concrets et pratiquer le « name and shame »

• Mesurer l’accès réel des jeunes des QPV aux emplois publics dans le cadre de la label- • Mesurer l’accès réel des jeunes des QPV aux emplois publics dans le cadre de la label-
lisation diversité des ministères et employeurs publics lisation diversité des ministères et employeurs publics

• Accompagner et financer la mise en œuvre de plans territoriaux de lutte contre les • Accompagner et financer la mise en œuvre de plans territoriaux de lutte contre les
discriminations à l’instar de ce qui a été développé par des communes (ex Bordeaux) ou discriminations à l’instar de ce qui a été développé par des communes (ex Bordeaux) ou
des agglomérations (Ex Rennes métropole) des agglomérations (Ex Rennes métropole)

• Créer un observatoire national des discriminations pour aider la société à prendre • Créer un observatoire national des discriminations pour aider la société à prendre
conscience des discriminations dans l’emploi, l’accès au logement, l’accès aux services, conscience des discriminations dans l’emploi, l’accès au logement, l’accès aux services,
l’attitude des responsables publics et privés l’attitude des responsables publics et privés

Les efforts de prévention doivent se déployer en priorité dans l’espace public, dans le Les efforts de prévention doivent se déployer en priorité dans l’espace public, dans le
monde du travail et dans l’éducation. monde du travail et dans l’éducation.

• Financer des campagnes médiatiques de sensibilisation • Financer des campagnes médiatiques de sensibilisation
• Auditer le fonctionnement des entreprises et des administrations, pour les aider à prendre • Auditer le fonctionnement des entreprises et des administrations, pour les aider à prendre
conscience et à progresser conscience et à progresser
• Former les cadres-dirigeants des entreprises et des administrations • Former les cadres-dirigeants des entreprises et des administrations
• Former les recruteurs (nouvelles formes de recrutement, auto-testing) • Former les recruteurs (nouvelles formes de recrutement, auto-testing)
• Accompagner les enseignants et débattre dans les écoles… • Accompagner les enseignants et débattre dans les écoles…

La responsabilité exemplaire des employeurs publics doit à cet égard être particulièrement La responsabilité exemplaire des employeurs publics doit à cet égard être particulièrement
soulignée, pour mobiliser l’outil des marchés publics au regard de la responsabilité socié- soulignée, pour mobiliser l’outil des marchés publics au regard de la responsabilité socié-
tale des entreprises, pour que l’Etat lui-même s’engage en son sein pour lutter contre les tale des entreprises, pour que l’Etat lui-même s’engage en son sein pour lutter contre les
discriminations et diversifier son recrutement, et pour former massivement les agents pu- discriminations et diversifier son recrutement, et pour former massivement les agents pu-
blics à la non-discrimination. blics à la non-discrimination.

Il faut enfin se donner les moyens de sanctionner pénalement les coupables des compor- Il faut enfin se donner les moyens de sanctionner pénalement les coupables des compor-
tements discriminatoires : tements discriminatoires :

- en nommant des procureurs supplémentaires spécialisés dans la lutte contre les discri- - en nommant des procureurs supplémentaires spécialisés dans la lutte contre les discri-
minations pour permettre un signalement rapide et un suivi plus efficace minations pour permettre un signalement rapide et un suivi plus efficace
- en favorisant l’accès au droit par un maillage territorial efficace et une politique d’accom- - en favorisant l’accès au droit par un maillage territorial efficace et une politique d’accom-
pagnement des victimes (soutien aux fédérations associatives, mise en réseau, aide aux pagnement des victimes (soutien aux fédérations associatives, mise en réseau, aide aux
victimes…) victimes…)
- en accompagnant la dématérialisation des procédures - en accompagnant la dématérialisation des procédures
- en ouvrant l’action de groupe en matière de discrimination au-delà des seules organisa- - en ouvrant l’action de groupe en matière de discrimination au-delà des seules organisa-
tions syndicales, et en créant un fonds de financement des actions de groupe, qui pourrait tions syndicales, et en créant un fonds de financement des actions de groupe, qui pourrait
éventuellement être alimenté par des amendes civiles prononcées par les juridictions. éventuellement être alimenté par des amendes civiles prononcées par les juridictions.

C’est par une action transversale au travers de la mise en œuvre, et de l’application de ce C’est par une action transversale au travers de la mise en œuvre, et de l’application de ce
plan national que les enfants des quartiers s’intègreront dans une société dont ils partagent plan national que les enfants des quartiers s’intègreront dans une société dont ils partagent
les règles et les valeurs, et que la société les reconnaitra pleinement comme membres à les règles et les valeurs, et que la société les reconnaitra pleinement comme membres à
part entière. part entière.

| 107 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 107 | Vivre ensemble – Vivre en grand
18 18

| 108 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 108 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Une Cour Une Cour
d’Equité Territoriale d’Equité Territoriale

| 109 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 109 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Programme 18 : Programme 18 :
Une Cour d’Equité Territoriale Une Cour d’Equité Territoriale

« Plus que poursuivre un but, suivre le chemin » ( Lao Tseu ) « Plus que poursuivre un but, suivre le chemin » ( Lao Tseu )

Nous devons passer d’une logique d’annonce d’objectifs globaux lointains et qui pour Nous devons passer d’une logique d’annonce d’objectifs globaux lointains et qui pour
paraître réels sont assortis de chiffres, d’autant plus déresponsabilisant qu’il y a plu- paraître réels sont assortis de chiffres, d’autant plus déresponsabilisant qu’il y a plu-
sieurs acteurs à une obligation de moyens immédiats, vérifiables et traçables mis en sieurs acteurs à une obligation de moyens immédiats, vérifiables et traçables mis en
œuvre par chacun des acteurs. œuvre par chacun des acteurs.

Un renversement de logique est nécessaire, après tant d’annonces déçues sur des plans Un renversement de logique est nécessaire, après tant d’annonces déçues sur des plans
aux objectifs ambitieux, mais dont personne ne s’est véritablement senti comptable. aux objectifs ambitieux, mais dont personne ne s’est véritablement senti comptable.
Les objectifs affichés sont souvent globaux et nécessitent une mobilisation de plusieurs Les objectifs affichés sont souvent globaux et nécessitent une mobilisation de plusieurs
acteurs sur la durée. Or, quand il y a plusieurs acteurs il n’y a pas de responsable. Après acteurs sur la durée. Or, quand il y a plusieurs acteurs il n’y a pas de responsable. Après
plusieurs années, les facteurs ont pu changer, les moyens n’ont pas forcément suivi, les ac- plusieurs années, les facteurs ont pu changer, les moyens n’ont pas forcément suivi, les ac-
teurs initiaux ne sont plus en place, et aucune évaluation n’est au final possible, sauf à faire teurs initiaux ne sont plus en place, et aucune évaluation n’est au final possible, sauf à faire
un simple constat. Le temps des résultats n’est pas le temps démocratique. un simple constat. Le temps des résultats n’est pas le temps démocratique.

Prenons l’enjeu de l’augmentation de l’apprentissage dans les quartiers qui est, par es- Prenons l’enjeu de l’augmentation de l’apprentissage dans les quartiers qui est, par es-
sence, un objectif partagé entre de nombreux acteurs : éducation nationale, centres de sence, un objectif partagé entre de nombreux acteurs : éducation nationale, centres de
formation, entreprises, service public de l’emploi, chambres consulaires, agglomérations, formation, entreprises, service public de l’emploi, chambres consulaires, agglomérations,
régions. Quel sens peut avoir un engagement global (passer de 5% à 15% par exemple) régions. Quel sens peut avoir un engagement global (passer de 5% à 15% par exemple)
si chacun des responsables ne s’engage pas concrètement à y contribuer ? Et qui tenir si chacun des responsables ne s’engage pas concrètement à y contribuer ? Et qui tenir
pour responsable d’un échec ? L’expérience montre que l’obligation de résultats dilue les pour responsable d’un échec ? L’expérience montre que l’obligation de résultats dilue les
responsabilités, fait oublier les objectifs, rend difficile l’évaluation des politiques publiques, responsabilités, fait oublier les objectifs, rend difficile l’évaluation des politiques publiques,
et désespère ceux qui attendent. La seule manière d’y parvenir c’est de faire converger les et désespère ceux qui attendent. La seule manière d’y parvenir c’est de faire converger les
obligations de moyens. obligations de moyens.

Il nous faut donc opérer un changement complet de paradigme. Pour progresser Il nous faut donc opérer un changement complet de paradigme. Pour progresser
vers l’égalité réelle, il sera dorénavant demandé aux responsables une obligation de vers l’égalité réelle, il sera dorénavant demandé aux responsables une obligation de
moyens, et non pas une simple obligation de résultats. moyens, et non pas une simple obligation de résultats.

L’enjeu n’est pas d’atteindre un objectif idéal, ou même une moyenne. La somme des L’enjeu n’est pas d’atteindre un objectif idéal, ou même une moyenne. La somme des
moyens engagés permettra d’obtenir un niveau de service minimal, que chaque ha- moyens engagés permettra d’obtenir un niveau de service minimal, que chaque ha-
bitant est en droit d’attendre dans notre pays. C’est ainsi que l’on parviendra dans bitant est en droit d’attendre dans notre pays. C’est ainsi que l’on parviendra dans
les territoires sous-dotés à obtenir des « paniers de services de base accessibles à les territoires sous-dotés à obtenir des « paniers de services de base accessibles à
tous »1 , à l’image des « floor targets » prévus en Grande-Bretagne par la « National Strategy tous »1 , à l’image des « floor targets » prévus en Grande-Bretagne par la « National Strategy
for Neighbourhood Renewal » (NSNR) engagée avec succès durant les années 2000. for Neighbourhood Renewal » (NSNR) engagée avec succès durant les années 2000.

1
Ce travail a été engagé par le CGET et l’INSEE en 2015 pour définir 4 « paniers de services de base » (trans- 1
Ce travail a été engagé par le CGET et l’INSEE en 2015 pour définir 4 « paniers de services de base » (trans-
versal, jeunes, parents, séniors) qui devraient être accessibles en tout point du territoire, et justifier des sché- versal, jeunes, parents, séniors) qui devraient être accessibles en tout point du territoire, et justifier des sché-
mas départementaux d’amélioration de l’accessibilité des services au public. mas départementaux d’amélioration de l’accessibilité des services au public.

| 110 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 110 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Chaque responsable public (administrations d’Etat, collectivités et leurs groupements, Chaque responsable public (administrations d’Etat, collectivités et leurs groupements,
opérateurs et établissements publics) devra donc prouver, chiffres à l’appui, qu’il a mis opérateurs et établissements publics) devra donc prouver, chiffres à l’appui, qu’il a mis
en œuvre les moyens susceptibles de contribuer à réduire les inégalités d’accès aux en œuvre les moyens susceptibles de contribuer à réduire les inégalités d’accès aux
services publics, en réallouant ses crédits ou ses effectifs dans les territoires moins bien services publics, en réallouant ses crédits ou ses effectifs dans les territoires moins bien
desservis, en opérant une forme de péréquation ou même en instaurant des mesures de desservis, en opérant une forme de péréquation ou même en instaurant des mesures de
discrimination positive temporaire, pour atteindre un standard minimum. Les efforts pour- discrimination positive temporaire, pour atteindre un standard minimum. Les efforts pour-
ront être ajustés en fonction de l’évolution des facteurs, mais ils seront toujours traçables et ront être ajustés en fonction de l’évolution des facteurs, mais ils seront toujours traçables et
la responsabilité de leur mise en œuvre clairement établie. la responsabilité de leur mise en œuvre clairement établie.

L’obligation de moyens peut viser les effectifs d’agents publics déployés dans les ter- L’obligation de moyens peut viser les effectifs d’agents publics déployés dans les ter-
ritoires en difficulté. On peut juger qu’en matière d’éducation prioritaire le ministère de ritoires en difficulté. On peut juger qu’en matière d’éducation prioritaire le ministère de
l’Education nationale devrait rehausser par exemple de 3 ans la moyenne d’âge des en- l’Education nationale devrait rehausser par exemple de 3 ans la moyenne d’âge des en-
seignants en REP et REP+, et recycler dans des effectifs surnuméraires la totalité du dif- seignants en REP et REP+, et recycler dans des effectifs surnuméraires la totalité du dif-
férentiel de rémunération. Cet objectif de moyens permettrait de renforcer l’expérience et férentiel de rémunération. Cet objectif de moyens permettrait de renforcer l’expérience et
le nombre des enseignants, et donc de contribuer à la réussite des élèves. La Cour des le nombre des enseignants, et donc de contribuer à la réussite des élèves. La Cour des
comptes encourage d’ailleurs le ministère à suivre cette voie, dans son rapport de 2012 comptes encourage d’ailleurs le ministère à suivre cette voie, dans son rapport de 2012
sur l’éducation prioritaire, qui faisait ressortir une dépense réduite du ministère dans les sur l’éducation prioritaire, qui faisait ressortir une dépense réduite du ministère dans les
quartiers en difficulté, compte tenu des salaires plus faibles des enseignants débutants qui quartiers en difficulté, compte tenu des salaires plus faibles des enseignants débutants qui
y sont affectés. y sont affectés.

Une logique similaire pourrait être retenue par le ministère de l’intérieur en ce qui concerne Une logique similaire pourrait être retenue par le ministère de l’intérieur en ce qui concerne
les effectifs de police présents sur le terrain (brigades spéciales de terrain, police de sécu- les effectifs de police présents sur le terrain (brigades spéciales de terrain, police de sécu-
rité du quotidien). Pour ce qui est de Pôle Emploi ou des Missions locales, l’action viserait rité du quotidien). Pour ce qui est de Pôle Emploi ou des Missions locales, l’action viserait
plutôt à diminuer le nombre de chômeurs de QPV accompagnés par chaque conseiller, pour plutôt à diminuer le nombre de chômeurs de QPV accompagnés par chaque conseiller, pour
les voir plus souvent et mieux les orienter. les voir plus souvent et mieux les orienter.

Plus classiquement, l’obligation de moyens pourra se décliner en matière d’équipements Plus classiquement, l’obligation de moyens pourra se décliner en matière d’équipements
publics ou financés par le public, par exemple en matière de petite enfance, de santé publics ou financés par le public, par exemple en matière de petite enfance, de santé
(maison ou centre de santé), de culture (médiathèques), ou de sport (terrains de pratique). (maison ou centre de santé), de culture (médiathèques), ou de sport (terrains de pratique).

Une loi de programmation peut constituer le bon vecteur pour inscrire dans la durée cette Une loi de programmation peut constituer le bon vecteur pour inscrire dans la durée cette
obligation nouvelle de moyens, par-delà les objectifs généraux assignés aux politiques pu- obligation nouvelle de moyens, par-delà les objectifs généraux assignés aux politiques pu-
bliques. bliques.

| 111 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 111 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Programme 18 : Programme 18 :
Une Cour d’Equité Territoriale Une Cour d’Equité Territoriale

Une Cour d’Equité Territoriale pour juger les responsables Une Cour d’Equité Territoriale pour juger les responsables

Mais ce changement de paradigme ne se fera pas tout seul. Il faudra d’abord une volonté Mais ce changement de paradigme ne se fera pas tout seul. Il faudra d’abord une volonté
farouche du gouvernement, et un mandat fort donné à une équipe de haut niveau, pour farouche du gouvernement, et un mandat fort donné à une équipe de haut niveau, pour
exercer la pression nécessaire sur l’ensemble des décideurs publics. C’est ce qui a fait le exercer la pression nécessaire sur l’ensemble des décideurs publics. C’est ce qui a fait le
succès de la stratégie du gouvernement de Tony Blair en direction des quartiers relégués, succès de la stratégie du gouvernement de Tony Blair en direction des quartiers relégués,
attestée par le National Audit Office, avant son arrêt brutal avec l’alternance en 2010 : en cas attestée par le National Audit Office, avant son arrêt brutal avec l’alternance en 2010 : en cas
de réussite, les responsables locaux bénéficiaient d’un surcroit d’autonomie et de moyens, de réussite, les responsables locaux bénéficiaient d’un surcroit d’autonomie et de moyens,
tandis qu’en cas d’échec, ils pouvaient être rappelés à l’ordre et sanctionnés. tandis qu’en cas d’échec, ils pouvaient être rappelés à l’ordre et sanctionnés.

Il faudra également que cette nouvelle stratégie de moyens fasse l’objet d’une évaluation Il faudra également que cette nouvelle stratégie de moyens fasse l’objet d’une évaluation
rigoureuse, sur la base d’indicateurs précis et d’une obligation de transparence des admi- rigoureuse, sur la base d’indicateurs précis et d’une obligation de transparence des admi-
nistrations, qui permette son adaptation permanente chemin faisant, et à la représentation nistrations, qui permette son adaptation permanente chemin faisant, et à la représentation
nationale d’en juger. nationale d’en juger.

Plus encore, dans l’esprit de l’article 15 de la Déclaration des droits de l’homme et du Plus encore, dans l’esprit de l’article 15 de la Déclaration des droits de l’homme et du
citoyen (DDHC) qui dispose que « la société a droit de demander compte à tout agent citoyen (DDHC) qui dispose que « la société a droit de demander compte à tout agent
public de son administration », il est proposé de créer dans la constitution ou dans une loi public de son administration », il est proposé de créer dans la constitution ou dans une loi
organique une nouvelle juridiction administrative spécialisée, la Cour d’Equité Territoriale, organique une nouvelle juridiction administrative spécialisée, la Cour d’Equité Territoriale,
chargée de vérifier la mise en œuvre des moyens de rééquilibrage des politiques publiques chargée de vérifier la mise en œuvre des moyens de rééquilibrage des politiques publiques
sur les territoires carencés. Présidée par le Premier Président de la Cour des comptes et sur les territoires carencés. Présidée par le Premier Président de la Cour des comptes et
composée de magistrats de la Cour des comptes et du Conseil d’Etat, la Cour d’Equité composée de magistrats de la Cour des comptes et du Conseil d’Etat, la Cour d’Equité
Territoriale pourra être saisie par toute personne morale ou groupe de personnes s’estimant Territoriale pourra être saisie par toute personne morale ou groupe de personnes s’estimant
discriminé sur une base territoriale. discriminé sur une base territoriale.

Disposant des pouvoirs d’investigation les plus larges, elle recueillera les dépositions sous Disposant des pouvoirs d’investigation les plus larges, elle recueillera les dépositions sous
serment. Elle pourra condamner tout gestionnaire public ayant failli à l’obligation de serment. Elle pourra condamner tout gestionnaire public ayant failli à l’obligation de
moyens qui s’impose à lui pour contribuer à l’équité territoriale des citoyens au regard moyens qui s’impose à lui pour contribuer à l’équité territoriale des citoyens au regard
du service public, ou fait obstruction à sa mise en œuvre. du service public, ou fait obstruction à sa mise en œuvre.

| 112 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 112 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Sur la base des rapports ministériels obligatoirement transmis chaque année au Commis- Sur la base des rapports ministériels obligatoirement transmis chaque année au Commis-
sariat général à l’égalité des territoires (CGET) et des condamnations prononcées, la Cour sariat général à l’égalité des territoires (CGET) et des condamnations prononcées, la Cour
d’Equité Territoriale adoptera un rapport public annuel sur l’égalité des territoires. d’Equité Territoriale adoptera un rapport public annuel sur l’égalité des territoires.

Pour faire vivre ce nouveau principe fondamental d’engagement de moyens au service de Pour faire vivre ce nouveau principe fondamental d’engagement de moyens au service de
l’égalité, la loi pourrait également reprendre et adapter les dispositions abrogées 2 en 2014 l’égalité, la loi pourrait également reprendre et adapter les dispositions abrogées 2 en 2014
de la loi d’orientation pour la ville (LOV) du 13 juillet 1991, qui mentionnait dans son article de la loi d’orientation pour la ville (LOV) du 13 juillet 1991, qui mentionnait dans son article
1 l’objectif du « droit à la ville », pour lequel « les communes, les autres collectivités ter- 1 l’objectif du « droit à la ville », pour lequel « les communes, les autres collectivités ter-
ritoriales et leurs groupements, l’Etat et leurs établissements publics assurent à tous les ritoriales et leurs groupements, l’Etat et leurs établissements publics assurent à tous les
habitants des villes des conditions de vie et d’habitant favorisant la cohésion sociale et de habitants des villes des conditions de vie et d’habitant favorisant la cohésion sociale et de
nature à éviter ou à faire disparaître les phénomènes de ségrégation (…). A ces fins, l’Etat et nature à éviter ou à faire disparaître les phénomènes de ségrégation (…). A ces fins, l’Etat et
les autres collectivités publiques doivent, en fonction de leurs compétences, prendre toutes les autres collectivités publiques doivent, en fonction de leurs compétences, prendre toutes
mesures tendant à diversifier dans chaque agglomération, commune ou quartier les types mesures tendant à diversifier dans chaque agglomération, commune ou quartier les types
de logement, d’équipement et de services nécessaires : au maintien et au développement de logement, d’équipement et de services nécessaires : au maintien et au développement
du commerce et des autres activités économiques de proximité ; à la vie collective dans les du commerce et des autres activités économiques de proximité ; à la vie collective dans les
domaines scolaire, social, sanitaire, sportif, culturel et récréatif ; aux transports ; à la sécurité domaines scolaire, social, sanitaire, sportif, culturel et récréatif ; aux transports ; à la sécurité
des biens et des personnes ». des biens et des personnes ».

2
La loi du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine assigne à la seule « politique 2
La loi du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine assigne à la seule « politique
de la ville » l’objectif « d’assurer l’égalité entre les territoires et de réduire les écarts de développement entre de la ville » l’objectif « d’assurer l’égalité entre les territoires et de réduire les écarts de développement entre
les quartiers défavorisés et leurs unités urbaines et d’améliorer les conditions de vie de leurs habitants ». les quartiers défavorisés et leurs unités urbaines et d’améliorer les conditions de vie de leurs habitants ».

| 113 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 113 | Vivre ensemble – Vivre en grand
19 19

| 114 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 114 | Vivre ensemble – Vivre en grand
A la rencontre A la rencontre
de l’Autre de l’Autre

| 115 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 115 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Programme 19 : Programme 19 :
A la rencontre de l’autre A la rencontre de l’autre

La rencontre de l’Autre est le ciment d’une société réellement La rencontre de l’Autre est le ciment d’une société réellement
inclusive et solidaire. inclusive et solidaire.

Il ne saurait y avoir de politique de vivre ensemble et de lutte contre l’exclusion sous Il ne saurait y avoir de politique de vivre ensemble et de lutte contre l’exclusion sous
toutes ses formes sans une politique résolue permettant à chacun d’aller à la rencontre toutes ses formes sans une politique résolue permettant à chacun d’aller à la rencontre
de l’Autre. Cette politique doit engager l’ensemble des forces vives - politiques, associatives, de l’Autre. Cette politique doit engager l’ensemble des forces vives - politiques, associatives,
citoyennes - qui agissent aujourd’hui dans notre pays, malheureusement souvent de façon citoyennes - qui agissent aujourd’hui dans notre pays, malheureusement souvent de façon
trop éclatée. Le projet républicain est menacé par l’enfermement, l’exclusion, le repli sur soi. trop éclatée. Le projet républicain est menacé par l’enfermement, l’exclusion, le repli sur soi.
Le développement technologique, malgré tous les aspects positifs qu’il entraîne par ailleurs, Le développement technologique, malgré tous les aspects positifs qu’il entraîne par ailleurs,
vient souvent et paradoxalement renforcer le fossé des inégalités socio-territoriales et le vient souvent et paradoxalement renforcer le fossé des inégalités socio-territoriales et le
clivage entre les différentes composantes de notre société. clivage entre les différentes composantes de notre société.

Comme tous les jeunes, ceux qui grandissent dans les quartiers prioritaires de la politique Comme tous les jeunes, ceux qui grandissent dans les quartiers prioritaires de la politique
de la ville (QPV) sont tentés de construire leur identité à l’aune de cette vision du monde. de la ville (QPV) sont tentés de construire leur identité à l’aune de cette vision du monde.
Souvent «cloués» sur leur territoire et exclus de la communauté nationale, ils sont ainsi un Souvent «cloués» sur leur territoire et exclus de la communauté nationale, ils sont ainsi un
symptôme de notre société de la fragilisation, de la fragmentation du pacte républicain, et symptôme de notre société de la fragilisation, de la fragmentation du pacte républicain, et
du mal de l’entre-soi. du mal de l’entre-soi.

Travailler à la cohésion des territoires et réfléchir à la politique de la ville, c’est donc Travailler à la cohésion des territoires et réfléchir à la politique de la ville, c’est donc
impérativement prendre en compte la nécessité de briser l’enclavement des jeunes impérativement prendre en compte la nécessité de briser l’enclavement des jeunes
qui y grandissent, en tissant des liens entre tous les territoires de la République, qui y grandissent, en tissant des liens entre tous les territoires de la République,
urbains comme ruraux. urbains comme ruraux.

Il s’agit de poser la question de la transformation sociale pour permettre l’émergence Il s’agit de poser la question de la transformation sociale pour permettre l’émergence
d’une société réellement inclusive et solidaire. Et ce combat commence dès l’enfance d’une société réellement inclusive et solidaire. Et ce combat commence dès l’enfance
et l’adolescence, pour que les générations futures puissent pleinement incarner et vivre et l’adolescence, pour que les générations futures puissent pleinement incarner et vivre
cette société inclusive. Dépasser les peurs, aller «à la rencontre de l’Autre» devient ainsi cette société inclusive. Dépasser les peurs, aller «à la rencontre de l’Autre» devient ainsi
une impérative nécessité, depuis trop longtemps négligée, pour restaurer notre projet une impérative nécessité, depuis trop longtemps négligée, pour restaurer notre projet
républicain. républicain.

Alors, comment effectuer l’indispensable rupture : décloisonner, sortir du quartier nos Alors, comment effectuer l’indispensable rupture : décloisonner, sortir du quartier nos
enfants, nos jeunes? Le contraire de la mobilité, ce n’est pas l’immobilisme ou l’immobilité, enfants, nos jeunes? Le contraire de la mobilité, ce n’est pas l’immobilisme ou l’immobilité,
c’est l’enfermement, l’isolement, le cloisonnement. Se connaître, c’est avoir l’opportunité c’est l’enfermement, l’isolement, le cloisonnement. Se connaître, c’est avoir l’opportunité
de rencontrer l’Autre pour mieux se comprendre, et faire basculer les préjugés, la peur de de rencontrer l’Autre pour mieux se comprendre, et faire basculer les préjugés, la peur de
l’Autre. l’Autre.

L’altérité n’est bien trop souvent traitée que sous un prisme médiatique anxiogène, et fait L’altérité n’est bien trop souvent traitée que sous un prisme médiatique anxiogène, et fait
les beaux jours des positions politiques les plus extrêmes. L’altérité, la mixité, sont pourtant les beaux jours des positions politiques les plus extrêmes. L’altérité, la mixité, sont pourtant
une chance pour notre pays et font sa richesse. Il ne peut y avoir d’éducation et de pari une chance pour notre pays et font sa richesse. Il ne peut y avoir d’éducation et de pari
sur l’avenir sans une prise en compte de cette réalité - et il faut commencer par les jeunes. sur l’avenir sans une prise en compte de cette réalité - et il faut commencer par les jeunes.

Faute de le faire, la série des désenchantements et des tensions sociales ne cessera de Faute de le faire, la série des désenchantements et des tensions sociales ne cessera de
s’accroître, accentuant de plus en plus les fractures sociales, culturelles et territoriales. s’accroître, accentuant de plus en plus les fractures sociales, culturelles et territoriales.

| 116 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 116 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Les jeunes, nous le voyons tous les jours, aiment et aspirent à s’engager. Il s’agit donc Les jeunes, nous le voyons tous les jours, aiment et aspirent à s’engager. Il s’agit donc
aujourd’hui de leur donner cette chance et de construire un réel parcours citoyen, au sein aujourd’hui de leur donner cette chance et de construire un réel parcours citoyen, au sein
d’une société riche de cette diversité. d’une société riche de cette diversité.

Temps scolaire, périscolaire, extrascolaire... De nos jours, les temps et les espaces de Temps scolaire, périscolaire, extrascolaire... De nos jours, les temps et les espaces de
l’enfant, du jeune, sont devenus extrêmement institutionnalisés. Et en même temps ce l’enfant, du jeune, sont devenus extrêmement institutionnalisés. Et en même temps ce
temps si structuré laisse finalement peu de place à l’esprit d’initiative, de découverte des temps si structuré laisse finalement peu de place à l’esprit d’initiative, de découverte des
autres et de nouveaux horizons, d’évasion et in fine de connaissance et construction de soi. autres et de nouveaux horizons, d’évasion et in fine de connaissance et construction de soi.

Face aux contraintes financières, culturelles, psychologiques, créées par une situation Face aux contraintes financières, culturelles, psychologiques, créées par une situation
d’enclavement, il convient de mettre au cœur de la politique de la ville, dans un objectif d’enclavement, il convient de mettre au cœur de la politique de la ville, dans un objectif
de cohésion des territoires, la rencontre, l’échange, le partage avec l’Autre, par les de cohésion des territoires, la rencontre, l’échange, le partage avec l’Autre, par les
jeunes et pour les jeunes. jeunes et pour les jeunes.

Partir en vacances : des chiffres alarmants Partir en vacances : des chiffres alarmants

«Les voyages forment la jeunesse. » Mais tellement peu les jeunes des QPV ! «Les voyages forment la jeunesse. » Mais tellement peu les jeunes des QPV !

Environ 1/3 des Français ne part pas en vacances chaque année, et plus de 7 millions de Environ 1/3 des Français ne part pas en vacances chaque année, et plus de 7 millions de
Français (7,5% de la population) ne sont pas partis en vacances depuis plus de 5 ans. 50% Français (7,5% de la population) ne sont pas partis en vacances depuis plus de 5 ans. 50%
des enfants des familles les plus modestes ne partent pas en vacances quand la quasi- des enfants des familles les plus modestes ne partent pas en vacances quand la quasi-
totalité de ceux des familles aisées partent. totalité de ceux des familles aisées partent.

En 10 ans, on a assisté à une chute de 20% des enfants et jeunes partant en vacances En 10 ans, on a assisté à une chute de 20% des enfants et jeunes partant en vacances
collectives. Les séjours sont devenus trop chers pour les classes moyennes : une semaine collectives. Les séjours sont devenus trop chers pour les classes moyennes : une semaine
de vacances en colonie coûte entre 400 et 600 euros par enfant. de vacances en colonie coûte entre 400 et 600 euros par enfant.

La dispersion des dispositifs d’aides aux vacances contribue à rendre ces aides peu La dispersion des dispositifs d’aides aux vacances contribue à rendre ces aides peu
lisibles pour la population. Elles relèvent soit de politiques de lutte contre la pauvreté, lisibles pour la population. Elles relèvent soit de politiques de lutte contre la pauvreté,
soit d’avantages accordés à certains salariés (comités d’entreprise…). Cette dispersion soit d’avantages accordés à certains salariés (comités d’entreprise…). Cette dispersion
contribue également à brouiller l’image des séjours collectifs. Si l’on considère l’ensemble contribue également à brouiller l’image des séjours collectifs. Si l’on considère l’ensemble
de la population, les enfants des familles les moins aisées ont vu leur taux de départ en de la population, les enfants des familles les moins aisées ont vu leur taux de départ en
colonie progresser, attestant de l’impact des aides des Caf sur ces publics. Cependant les colonie progresser, attestant de l’impact des aides des Caf sur ces publics. Cependant les
familles les plus pauvres ont moins recours à ces aides par méconnaissance des dispositifs familles les plus pauvres ont moins recours à ces aides par méconnaissance des dispositifs
et parce qu’elles s’interdisent l’idée de vacances. D’autres, parmi les plus aisées, mettent et parce qu’elles s’interdisent l’idée de vacances. D’autres, parmi les plus aisées, mettent
en œuvre des stratégies visant à préserver un entre-soi social. en œuvre des stratégies visant à préserver un entre-soi social.

Si la majorité des familles d’enfants partis en vacances collectives témoignent d’une « Si la majorité des familles d’enfants partis en vacances collectives témoignent d’une «
adhésion revendiquée » pour la mixité et l’ouverture à d’autres horizons, d’autres n’hésitent adhésion revendiquée » pour la mixité et l’ouverture à d’autres horizons, d’autres n’hésitent
pas exprimer leur crainte, voire leur refus. Un quart des parents souhaitent que leur pas exprimer leur crainte, voire leur refus. Un quart des parents souhaitent que leur
enfant fasse l’expérience du collectif mais que celui-ci reste dans l’entre-soi. Cette enfant fasse l’expérience du collectif mais que celui-ci reste dans l’entre-soi. Cette
attitude est présente dans tous les milieux sociaux, mais plus marquée parmi les plus aisés, attitude est présente dans tous les milieux sociaux, mais plus marquée parmi les plus aisés,
cadres ou exerçant une profession intellectuelle supérieure. cadres ou exerçant une profession intellectuelle supérieure.

| 117 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 117 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Programme 19 : Programme 19 :
A la rencontre de l’autre A la rencontre de l’autre

Un projet national citoyen, dédié à la jeunesse - «A la rencontre de l’Autre» Un projet national citoyen, dédié à la jeunesse - «A la rencontre de l’Autre»

Il est urgent de permettre aux jeunes, les plus défavorisés mais aussi les plus favorisés, de Il est urgent de permettre aux jeunes, les plus défavorisés mais aussi les plus favorisés, de
vivre des expériences collectives leur permettant d’aller à la rencontre de l’Autre. vivre des expériences collectives leur permettant d’aller à la rencontre de l’Autre.

L’objectif de ce projet consiste à se focaliser sur les jeunes des quartiers prioritaires, des L’objectif de ce projet consiste à se focaliser sur les jeunes des quartiers prioritaires, des
zones en crise et des zones rurales délaissées, et de leur donner l’occasion de construire zones en crise et des zones rurales délaissées, et de leur donner l’occasion de construire
ensemble, avec des jeunes d’autres milieux, un projet en direction d’une partie tierce, en ensemble, avec des jeunes d’autres milieux, un projet en direction d’une partie tierce, en
un tiers lieu. un tiers lieu.

Il s’agit de permettre, tout au long de l’enfance et de l’adolescence (entre l’école primaire Il s’agit de permettre, tout au long de l’enfance et de l’adolescence (entre l’école primaire
et l’entrée au lycée), des temps de rencontres, de découvertes et d’échanges, dans des et l’entrée au lycée), des temps de rencontres, de découvertes et d’échanges, dans des
territoires de vie très différents : ouvrir les regards, construire une expérience citoyenne territoires de vie très différents : ouvrir les regards, construire une expérience citoyenne
partagée. partagée.

4 voyages scolaires et extrascolaires pour chaque enfant/adolescent des QPV : 4 voyages scolaires et extrascolaires pour chaque enfant/adolescent des QPV :

Chaque enfant et adolescent scolarisé en QPV aura la possibilité de partir 4 fois dans sa Chaque enfant et adolescent scolarisé en QPV aura la possibilité de partir 4 fois dans sa
scolarité à la rencontre de l’Autre, dans des conditions financières abordables pour leurs scolarité à la rencontre de l’Autre, dans des conditions financières abordables pour leurs
parents, jusqu’à la quasi gratuité : parents, jusqu’à la quasi gratuité :

- En primaire (CM1/CM2) : une classe de découverte dans un territoire très différent (rural/ - En primaire (CM1/CM2) : une classe de découverte dans un territoire très différent (rural/
centre-ville/ banlieue…), via des jumelages entre établissements et communes impliquant centre-ville/ banlieue…), via des jumelages entre établissements et communes impliquant
que chaque classe reçoive l’autre (temps scolaire). Financement (550€/séjour) : collectivités que chaque classe reçoive l’autre (temps scolaire). Financement (550€/séjour) : collectivités
locales, Etat (Education nationale/cohésion des territoires), CAF, parents... locales, Etat (Education nationale/cohésion des territoires), CAF, parents...

- Au collège (6ème/5ème) : une classe de découverte sur le même format que la première, - Au collège (6ème/5ème) : une classe de découverte sur le même format que la première,
si possible dans une continuité géographique des échanges afin d’avancer en confiance si possible dans une continuité géographique des échanges afin d’avancer en confiance
(550€/séjour) (550€/séjour)

- Au collège (4ème/3ème) : une colonie de vacances collectives (temps extrascolaire), - Au collège (4ème/3ème) : une colonie de vacances collectives (temps extrascolaire),
avec obligation de mixité. Financement (550€/séjour) : collectivités locales, CAF, parents avec obligation de mixité. Financement (550€/séjour) : collectivités locales, CAF, parents

- Fin du collège/Seconde : un voyage dans un Etat membre de l’Union Européenne - Fin du collège/Seconde : un voyage dans un Etat membre de l’Union Européenne
(temps scolaire ou extrascolaire, classes mélangées, obligation de mixité). Financement (temps scolaire ou extrascolaire, classes mélangées, obligation de mixité). Financement
(750€/séjour) : collectivités locales, Etat (Education nationale/cohésion des territoires), CAF, (750€/séjour) : collectivités locales, Etat (Education nationale/cohésion des territoires), CAF,
parents parents

Le budget total pour 4 séjours d’une semaine pour 4 générations d’élèves Le budget total pour 4 séjours d’une semaine pour 4 générations d’élèves
des QPV représente environ 240M€ par an des QPV représente environ 240M€ par an

| 118 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 118 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Axer ces séjours sur des thématiques motivantes et des projets collectifs construits Axer ces séjours sur des thématiques motivantes et des projets collectifs construits
par les enfants/adolescents. par les enfants/adolescents.

Les enfants et adolescents doivent trouver un sens, une utilité à leurs séjours à la rencontre Les enfants et adolescents doivent trouver un sens, une utilité à leurs séjours à la rencontre
de l’Autre. Ces séjours doivent s’appuyer sur un projet structuré et préparé : culturel, sportif, de l’Autre. Ces séjours doivent s’appuyer sur un projet structuré et préparé : culturel, sportif,
de solidarité… Avec l’aide de leurs enseignants, ils doivent construire leur séjour, et être de solidarité… Avec l’aide de leurs enseignants, ils doivent construire leur séjour, et être
acteurs du séjour des classes jumelles. Cela ne doit pas être vécu comme une contrainte, acteurs du séjour des classes jumelles. Cela ne doit pas être vécu comme une contrainte,
mais comme une chance. Cette dimension permettra sans doute par ailleurs de rassurer mais comme une chance. Cette dimension permettra sans doute par ailleurs de rassurer
les parents. les parents.

Une formation sur-mesure des encadrants et animateurs Une formation sur-mesure des encadrants et animateurs

L’accompagnement des adolescents ne s’improvise pas. Les encadrants et animateurs L’accompagnement des adolescents ne s’improvise pas. Les encadrants et animateurs
doivent être formés, par l’éducation nationale ou par l’éducation populaire doivent être formés, par l’éducation nationale ou par l’éducation populaire

Une fondation pour porter le projet Une fondation pour porter le projet

Un projet de cette ampleur ne peut pas être mis en œuvre dans un contexte d’éclatement Un projet de cette ampleur ne peut pas être mis en œuvre dans un contexte d’éclatement
des acteurs et de leurs actions. Il faut l’organiser collectivement, pour porter le concept, le des acteurs et de leurs actions. Il faut l’organiser collectivement, pour porter le concept, le
faire connaître, créer une mobilisation citoyenne et emporter l’adhésion du grand public. faire connaître, créer une mobilisation citoyenne et emporter l’adhésion du grand public.
Pour cela, il faut créer une fondation. Pour cela, il faut créer une fondation.

Cette fondation pourra regrouper les principaux organisateurs des séjours collectifs : Cette fondation pourra regrouper les principaux organisateurs des séjours collectifs :
associations (60% des organisateurs de séjours collectifs), collectivités locales (30%), associations (60% des organisateurs de séjours collectifs), collectivités locales (30%),
sociétés commerciales (7%), comités d’entreprise (3%). Sa gouvernance associera sociétés commerciales (7%), comités d’entreprise (3%). Sa gouvernance associera
les acteurs institutionnels (services de l’Etat, CNAF, agence nationale pour les chèques les acteurs institutionnels (services de l’Etat, CNAF, agence nationale pour les chèques
vacances….). vacances….).

| 119 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 119 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Epilogue Epilogue
Après des mois de travail, depuis l’appel de Grigny, moment incroyable de Après des mois de travail, depuis l’appel de Grigny, moment incroyable de
mobilisation des élus de toutes sensibilités, d’associations exemplaires, qui mobilisation des élus de toutes sensibilités, d’associations exemplaires, qui
m’ont donné l’énergie, je dois avouer ma stupéfaction d’avoir découvert à m’ont donné l’énergie, je dois avouer ma stupéfaction d’avoir découvert à
quel point le système était désinvolte et se mentait à lui-même. Non seulement quel point le système était désinvolte et se mentait à lui-même. Non seulement
les moyens déployés dans les quartiers appelés prioritaires, sont en dessous du les moyens déployés dans les quartiers appelés prioritaires, sont en dessous du
minimum républicain, mais plus grave les correctifs mis en place se sont quasiment minimum républicain, mais plus grave les correctifs mis en place se sont quasiment
tous arrêtés. L’affaire de la rénovation urbaine en est une triste illustration : un pro- tous arrêtés. L’affaire de la rénovation urbaine en est une triste illustration : un pro-
gramme d’aide aux offices HLM et aux communes pour rénover un habitat indigne, gramme d’aide aux offices HLM et aux communes pour rénover un habitat indigne,
construit sous les folies de la charte d’Athènes, plébiscité par les habitants des construit sous les folies de la charte d’Athènes, plébiscité par les habitants des
quartiers concernés, comme par ceux des autres quartiers de la ville qui apportait quartiers concernés, comme par ceux des autres quartiers de la ville qui apportait
un peu de bien, de beau et de dignité, voté à l’unanimité de la représentation na- un peu de bien, de beau et de dignité, voté à l’unanimité de la représentation na-
tionale, vanté dans tous les discours des dirigeants et qui avaient atteint la vitesse tionale, vanté dans tous les discours des dirigeants et qui avaient atteint la vitesse
de croisière de 6 milliards par an d’investissements, créant des dizaines de milliers de croisière de 6 milliards par an d’investissements, créant des dizaines de milliers
d’emplois, s’est arrêté tout doucement puis totalement, sans que personne ne l’ait d’emplois, s’est arrêté tout doucement puis totalement, sans que personne ne l’ait
jamais décidé et qu’aucun débat n’ait jamais eu lieu. Pire, on a continué à faire jamais décidé et qu’aucun débat n’ait jamais eu lieu. Pire, on a continué à faire
croire, au reste de la Nation que nous mettions des milliards inutiles. croire, au reste de la Nation que nous mettions des milliards inutiles.

Plus généralement, les chiffres mirobolants d’efforts publics ont été véhiculés, ali- Plus généralement, les chiffres mirobolants d’efforts publics ont été véhiculés, ali-
mentant le plus grand malentendu entre les quartiers et les autres territoires. La mentant le plus grand malentendu entre les quartiers et les autres territoires. La
mise en scène de l’opposition entre les territoires ruraux délaissés et les quartiers mise en scène de l’opposition entre les territoires ruraux délaissés et les quartiers
de la politique de la ville, est indécente. de la politique de la ville, est indécente.
Nos quartiers comme ces zones rurales délaissées et ces villes rurales en déprise Nos quartiers comme ces zones rurales délaissées et ces villes rurales en déprise
et une partie des territoires d’outre-mer sont en fait les mêmes oubliés. Ce déni et une partie des territoires d’outre-mer sont en fait les mêmes oubliés. Ce déni
maquillé est un des fondements des incompréhensions et des frustrations qui si maquillé est un des fondements des incompréhensions et des frustrations qui si
nous n’y prenons pas garde entraineront replis communautaire, identitaire, xéno- nous n’y prenons pas garde entraineront replis communautaire, identitaire, xéno-
phobe avec toutes les aventures possibles qui n’existent pas avant qu’elles ne phobe avec toutes les aventures possibles qui n’existent pas avant qu’elles ne
soient arrivées. soient arrivées.

Mais ce travail patient, m’a aussi apporté la conviction absolue qu’il y avait suf- Mais ce travail patient, m’a aussi apporté la conviction absolue qu’il y avait suf-
fisamment de ressources, de volonté et d’intelligence dans tous les milieux éco- fisamment de ressources, de volonté et d’intelligence dans tous les milieux éco-
nomiques, sociaux, associatifs, politiques pour prendre à bras le corps ce défi et nomiques, sociaux, associatifs, politiques pour prendre à bras le corps ce défi et
transformer cette situation dramatiquement enkystée en épopée et en dynamique transformer cette situation dramatiquement enkystée en épopée et en dynamique
positive. positive.

Je sais maintenant qu’il est possible Je sais maintenant qu’il est possible

de réconcilier l’entreprise et la jeunesse, de réconcilier l’entreprise et la jeunesse,

de sortir de cette spirale infernale du chômage des jeunes. de sortir de cette spirale infernale du chômage des jeunes.
de doubler le nombre de nos apprentis et alternants en 3 ans de doubler le nombre de nos apprentis et alternants en 3 ans
et changer la donne définitivement dans tout le pays, et changer la donne définitivement dans tout le pays,
de relancer un plan de rénovation urbaine, métamorphose de nos de relancer un plan de rénovation urbaine, métamorphose de nos
quartiers et de nos équipements, sans intervention du budget de l’Etat, quartiers et de nos équipements, sans intervention du budget de l’Etat,
de refaire de nos écoles la matrice de notre pays en fédérant de refaire de nos écoles la matrice de notre pays en fédérant
la cité éducative, la cité éducative,
de permettre à toute la jeunesse des quartiers de prendre une avance décisive de permettre à toute la jeunesse des quartiers de prendre une avance décisive
dans le monde numérique, dans le monde numérique,

de voir les agglomérations assumer totalement leur rôle de cohésion urbaine, de voir les agglomérations assumer totalement leur rôle de cohésion urbaine,

| 120 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 120 | Vivre ensemble – Vivre en grand
de faire émerger du ventre de notre pays, une nouvelle élite dirigeante, de faire émerger du ventre de notre pays, une nouvelle élite dirigeante,

de sortir le pays de Voltaire du scandale de l’illettrisme, de sortir le pays de Voltaire du scandale de l’illettrisme,

de créer une armée républicaine de solidarité, de créer une armée républicaine de solidarité,

d’approcher la justice et la sécurité pour tous, d’approcher la justice et la sécurité pour tous,

de commencer à résoudre le fléau de la discrimination, de commencer à résoudre le fléau de la discrimination,

d’aller à la rencontre de l’Autre. d’aller à la rencontre de l’Autre.

Tout est prêt et tout est possible en choisissant l’investissement humain plutôt Tout est prêt et tout est possible en choisissant l’investissement humain plutôt
que la désinformation. que la désinformation.

Mais j’ai aussi compris que nous avions un problème majeur dans l’affectation Mais j’ai aussi compris que nous avions un problème majeur dans l’affectation
des moyens intellectuels et financiers de l’Etat. Ceux qui sont au contact des gens, des moyens intellectuels et financiers de l’Etat. Ceux qui sont au contact des gens,
les aident à avoir un avenir, les soignent, assument la justice ou assurent la sécurité, les aident à avoir un avenir, les soignent, assument la justice ou assurent la sécurité,
ceux qui forment, encadrent, sont démunis de manière scandaleuse. L’exemple du ceux qui forment, encadrent, sont démunis de manière scandaleuse. L’exemple du
Ministère de l’économie et des finances en est une illustration, composé de fonction- Ministère de l’économie et des finances en est une illustration, composé de fonction-
naires bien formés, de qualité, dévoués et intègres, on ne peut que s’interroger sur une naires bien formés, de qualité, dévoués et intègres, on ne peut que s’interroger sur une
telle concentration de talents : trois fois plus que la moyenne européenne pour trois fois telle concentration de talents : trois fois plus que la moyenne européenne pour trois fois
moins de magistrats ! moins de magistrats !

Comparaison n’est pas raison, mais il est indispensable que cette capacité hu- Comparaison n’est pas raison, mais il est indispensable que cette capacité hu-
maine soit mise à la disposition des hôpitaux, des Ehpad, des magistrats, des villes maine soit mise à la disposition des hôpitaux, des Ehpad, des magistrats, des villes
en difficulté en faiblesse d’ingénierie. en difficulté en faiblesse d’ingénierie.

Une partie de ces talents, sur la base du volontariat doit pouvoir être réaffec- Une partie de ces talents, sur la base du volontariat doit pouvoir être réaffec-
tée à des missions essentielles dans le combat pour l’égalité républicaine. tée à des missions essentielles dans le combat pour l’égalité républicaine.
Mais pour que cette dynamique réussisse, il faut absolument que l’Etat apporte des Mais pour que cette dynamique réussisse, il faut absolument que l’Etat apporte des
preuves concrètes de son engagement. preuves concrètes de son engagement.

Les principaux programmes sont financés par un effort spécifique de chacune des Les principaux programmes sont financés par un effort spécifique de chacune des
institutions, dans le cadre de sa politique de manière identifiée, traçable et bien sûr institutions, dans le cadre de sa politique de manière identifiée, traçable et bien sûr
volontaire. volontaire.

L’Etat se doit de redonner confiance en garantissant ses engagements, en L’Etat se doit de redonner confiance en garantissant ses engagements, en
mettant à l’abri de tout aléa budgétaire, une partie des financements. Il faut donc mettant à l’abri de tout aléa budgétaire, une partie des financements. Il faut donc
constituer un fonds à la Caisse des Dépôts et Consignations. constituer un fonds à la Caisse des Dépôts et Consignations.

Ce fonds sera doté des 5 milliards d’euros provenant de la cession des partici- Ce fonds sera doté des 5 milliards d’euros provenant de la cession des partici-
pations de l’Etat en 2018 (10 milliards annoncés). Ce fonds sera abondé chaque pations de l’Etat en 2018 (10 milliards annoncés). Ce fonds sera abondé chaque
année du montant de la TVA généré par le redémarrage du plan de rénovation année du montant de la TVA généré par le redémarrage du plan de rénovation
urbaine, financé par d’autres, soit environ 400 millions d’euros. Ces montants ne urbaine, financé par d’autres, soit environ 400 millions d’euros. Ces montants ne
créeront pas de dépenses budgétaires nouvelles pour l’Etat, sont d’utilisation - sur créeront pas de dépenses budgétaires nouvelles pour l’Etat, sont d’utilisation - sur
les 4 années qui viennent - d’1 ,6 milliards par an, et viendront garantir une partie les 4 années qui viennent - d’1 ,6 milliards par an, et viendront garantir une partie
des engagements de l’Etat dans ses programmes. L’utilisation de ces fonds sera des engagements de l’Etat dans ses programmes. L’utilisation de ces fonds sera
garantie par le Premier ministre, sur proposition du Comité d’évaluation et de suivi. garantie par le Premier ministre, sur proposition du Comité d’évaluation et de suivi.

Jean-Louis Borloo Jean-Louis Borloo

| 121 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 121 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Annexes Annexes

| 122 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 122 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Sommaire annexes Sommaire annexes

124 Remerciements aux personnes rencontrées 124 Remerciements aux personnes rencontrées

130 Engagements financiers 130 Engagements financiers

132 Pacte de Dijon (6 avril 2018) 132 Pacte de Dijon (6 avril 2018)

138 Les indicateurs de moyens et de pilotage 138 Les indicateurs de moyens et de pilotage

144 216 quartiers à reparer / 60 quartiers à consolider / 144 216 quartiers à reparer / 60 quartiers à consolider /
15 quartiers à raccrocher 15 quartiers à raccrocher

146 Programmation 2018 de l’ANRU 146 Programmation 2018 de l’ANRU

152 Liste des copropriétés en extrême difficulté 152 Liste des copropriétés en extrême difficulté

154 Cahier des charges du plan d’urgence pour les écoles 154 Cahier des charges du plan d’urgence pour les écoles
et les collèges de demain et les collèges de demain

160 35.000 professionnels de l’action sociale dans les QPV 160 35.000 professionnels de l’action sociale dans les QPV

| 123 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 123 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Annexe 01 : Annexe 01 :

Remerciements Remerciements

au Président de la République pour sa grande confiance au Président de la République pour sa grande confiance
aux très nombreuses personnalités rencontrées aux très nombreuses personnalités rencontrées
aux centaines d’acteurs qui ont apporté leur contribution, participé aux groupes de travail et aux centaines d’acteurs qui ont apporté leur contribution, participé aux groupes de travail et
manifesté leur enthousiasme manifesté leur enthousiasme
aux promoteurs de l’appel de Grigny, mouvement collectif inédit, rassemblant élus, aux promoteurs de l’appel de Grigny, mouvement collectif inédit, rassemblant élus,
associations et citoyens associations et citoyens

Mais rien n’aurait été possible sans la détermination, la confiance et l’affection de Jacques Mais rien n’aurait été possible sans la détermination, la confiance et l’affection de Jacques
Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires, qui a souhaité ce processus, ainsi que Julien Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires, qui a souhaité ce processus, ainsi que Julien
Denormandie, secrétaire d’Etat Denormandie, secrétaire d’Etat

ainsi que l’équipe du collectif «Territoires Gagnants » : ainsi que l’équipe du collectif «Territoires Gagnants » :
Gilles Leproust, Frederic Leturque, Olivier Gacquerre, Michel Heinrich, Colombe Gilles Leproust, Frederic Leturque, Olivier Gacquerre, Michel Heinrich, Colombe
Brossel, Marie-Claude Jarrot, James Chéron, Fatima Jenn, Patrick Jarry, Guillaume Villemot, Brossel, Marie-Claude Jarrot, James Chéron, Fatima Jenn, Patrick Jarry, Guillaume Villemot,
Marc Vuillemot, Yvon Robert, Boris Walbaum, Stéphanie Goujon, Juliana M'Doihoma, Marc Vuillemot, Yvon Robert, Boris Walbaum, Stéphanie Goujon, Juliana M'Doihoma,
Florence Gilbert, Laurence Martin, Marie Trellu Kane, François Benthanane, Samir Guerza, Florence Gilbert, Laurence Martin, Marie Trellu Kane, François Benthanane, Samir Guerza,
Rhyad Salem, Ericka Cogne, Vincent Godebout, Thibaut Renaudin, Rémi Engrand, Mégane Rhyad Salem, Ericka Cogne, Vincent Godebout, Thibaut Renaudin, Rémi Engrand, Mégane
Aussedat, Frédéric Rey, Julien Loyer, Chantal Mainguené, Driss Ettazaoui, Axelle Rousseau, Aussedat, Frédéric Rey, Julien Loyer, Chantal Mainguené, Driss Ettazaoui, Axelle Rousseau,
Arnaud Langlois-Meurinne, Paul Landowski Arnaud Langlois-Meurinne, Paul Landowski

| 124 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 124 | Vivre ensemble – Vivre en grand
PHILIPPE Édouard Premier Ministre PHILIPPE Édouard Premier Ministre
COLLOMB Gérard Ministre de l’intérieur COLLOMB Gérard Ministre de l’intérieur
PARLY Florence Ministre des Armées et de la Défense PARLY Florence Ministre des Armées et de la Défense
MEZARD Jacques Ministre de la cohésion des territoires MEZARD Jacques Ministre de la cohésion des territoires
BUZYN Agnès Ministre de la Santé BUZYN Agnès Ministre de la Santé
LE MAIRE Bruno Ministre de l’économie et des finances LE MAIRE Bruno Ministre de l’économie et des finances
NYSSEN Françoise Ministre de la culture NYSSEN Françoise Ministre de la culture
PENICAUD Muriel Ministre du Travail PENICAUD Muriel Ministre du Travail
BLANQUER Jean-Michel Ministre de l’éducation nationale BLANQUER Jean-Michel Ministre de l’éducation nationale
DARMANIN Gérald Ministre de l’action et des comptes publics DARMANIN Gérald Ministre de l’action et des comptes publics
GIRARDIN Annick Ministre des Outre-mer GIRARDIN Annick Ministre des Outre-mer
FLESSEL Laura Ministre des sports FLESSEL Laura Ministre des sports
BORNE Elisabeth Ministre chargée des transports BORNE Elisabeth Ministre chargée des transports
SCHIAPPA Marlène Secrétariat d’État auprès du Premier Ministre chargé SCHIAPPA Marlène Secrétariat d’État auprès du Premier Ministre chargé
de l’Égalité entre les femmes et les hommes de l’Égalité entre les femmes et les hommes
MAHJOUBI Mounir Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre, chargé MAHJOUBI Mounir Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre, chargé
du numérique du numérique
LECORNU Sébastien Secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre LECORNU Sébastien Secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre
de la Transition écologique et solidaire de la Transition écologique et solidaire
LEMOYNE Jean-Baptiste Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe LEMOYNE Jean-Baptiste Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe
et des Affaires étrangères et des Affaires étrangères
DENORMANDIE Julien Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la cohésion DENORMANDIE Julien Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la cohésion
des territoires des territoires
ACENSI Jean-Philippe Président BBZ ACENSI Jean-Philippe Président BBZ
ARENOUX Caterine Maire Chanteloup, Vice-Présidente conseil départemental ARENOUX Caterine Maire Chanteloup, Vice-Présidente conseil départemental
DE BAYSER Anne Secrétaire générale adjointe de la Présidence DE BAYSER Anne Secrétaire générale adjointe de la Présidence
de la République française de la République française
BUCQUET Alain Préfet Délégué pour l’Egalité des Chances (Essonne) BUCQUET Alain Préfet Délégué pour l’Egalité des Chances (Essonne)
ABIVEN Ludovic Directeur général chez Agence du Service Civique ABIVEN Ludovic Directeur général chez Agence du Service Civique
ACKERMAN Olga Directrice associée de Proches ACKERMAN Olga Directrice associée de Proches
ADELINE-PEIX Marie Directrice des partenariats régionaux et de l’action ADELINE-PEIX Marie Directrice des partenariats régionaux et de l’action
territoriale Bpifrance territoriale Bpifrance
ADLER Antoine ADCF ADLER Antoine ADCF
ANOR Fanny Conseillère spéciale au cabinet du ministère ANOR Fanny Conseillère spéciale au cabinet du ministère
de l’Éducation nationale de l’Éducation nationale
ARBOUET Bruno Directeur général Action Logement ARBOUET Bruno Directeur général Action Logement
ASSIDON Marie-Emmanuelle Préfète Déléguée pour l’Egalité des Chances ASSIDON Marie-Emmanuelle Préfète Déléguée pour l’Egalité des Chances
(Bouches du Rhône) (Bouches du Rhône)
AUBRY Emmanuel Préfet Délégué pour l’Egalité des Chances (Rhône) AUBRY Emmanuel Préfet Délégué pour l’Egalité des Chances (Rhône)
BAHOLET Vincent Délégué général FACE BAHOLET Vincent Délégué général FACE
BARNIER Daniel Préfet Délégué pour l’Egalité des Chances (Nord) BARNIER Daniel Préfet Délégué pour l’Egalité des Chances (Nord)
BAROU Yves Ancien Président de l’AFPA BAROU Yves Ancien Président de l’AFPA
BASSERES Jean Directeur général de Pôle Emploi BASSERES Jean Directeur général de Pôle Emploi
BATHIANY Agnès Directrice générale de la FGPEP BATHIANY Agnès Directrice générale de la FGPEP
BEAUDET Stéphane Président de l’AMIF BEAUDET Stéphane Président de l’AMIF
BEAUVOIS Catherine Secrétaire générale CNEFOP BEAUVOIS Catherine Secrétaire générale CNEFOP
BEDIER Pierre Président du conseil départemental des Yvelines BEDIER Pierre Président du conseil départemental des Yvelines
BENDALI Xavier ADCF BENDALI Xavier ADCF
BENRABIA Fadela Préfète Déléguée pour l’Egalité des Chances BENRABIA Fadela Préfète Déléguée pour l’Egalité des Chances
(Seine-Saint-Denis) (Seine-Saint-Denis)
BERGER Laurent Secrétaire général de la Confédération française BERGER Laurent Secrétaire général de la Confédération française
démocratique du travail – CFDT démocratique du travail – CFDT
BERILLE Luc Secrétaire Général de l’UNSA, Accompagné BERILLE Luc Secrétaire Général de l’UNSA, Accompagné
de M Saïd Dawane, conseiller national de l’UNSA de M Saïd Dawane, conseiller national de l’UNSA
BERT Thierry Assise des Outres-mer BERT Thierry Assise des Outres-mer

| 125 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 125 | Vivre ensemble – Vivre en grand
BERTRAND Xavier Président du Conseil régional des Hauts-de-France BERTRAND Xavier Président du Conseil régional des Hauts-de-France
BIAGGI Michèle Force ouvrière BIAGGI Michèle Force ouvrière
BLANC Anne ADCF BLANC Anne ADCF
BLANC Yannick Haut-commissaire à l’engagement civique, BLANC Yannick Haut-commissaire à l’engagement civique,
Président de l’Agence du Service Civique Président de l’Agence du Service Civique
BLEIN Yves Député Rhône (14e circonscription) BLEIN Yves Député Rhône (14e circonscription)
BOLO Pascal Président délégué adjoint BOLO Pascal Président délégué adjoint
BOUDY Guillaume Secrétaire général pour l’investissement auprès BOUDY Guillaume Secrétaire général pour l’investissement auprès
du Premier Ministre du Premier Ministre

BOURGUIGNON Brigitte Présidente de la commission des affaires BOURGUIGNON Brigitte Présidente de la commission des affaires
sociales à l’Assemblée Nationale sociales à l’Assemblée Nationale
BOUVELOT Gilles Directeur général établissement Public BOUVELOT Gilles Directeur général établissement Public
Foncier d’Ile-de-France - EPFIF Foncier d’Ile-de-France - EPFIF
BOYER Gilles Conseiller auprès du Premier ministre BOYER Gilles Conseiller auprès du Premier ministre
BUSSEREAU Dominique Président du Conseil général puis départemental BUSSEREAU Dominique Président du Conseil général puis départemental
de la Charente-Maritime de la Charente-Maritime
CACHEUX Alain Président USH CACHEUX Alain Président USH
CADOT Michel Préfet de région Paris Ile-de-France CADOT Michel Préfet de région Paris Ile-de-France
CARENCO Jean-François Préfet de Région, Président CRE CARENCO Jean-François Préfet de Région, Président CRE
CARTOI Christophe Président du groupe Adecco France CARTOI Christophe Président du groupe Adecco France
CHANUT Jacques Action Logement membre confédéral au titre du Medef CHANUT Jacques Action Logement membre confédéral au titre du Medef
CHEBAK CHEBAK
CHEVRIER Carine Déléguée générale à l’emploi et à la formation du minis- CHEVRIER Carine Déléguée générale à l’emploi et à la formation du minis-
tère du Travail, de l’Emploi, de la Formation profession- tère du Travail, de l’Emploi, de la Formation profession-
nelle et du dialogue sociale nelle et du dialogue sociale
CHINES Antoine Délégué général au JO et aux grands évènements CHINES Antoine Délégué général au JO et aux grands évènements
de la ville de Paris de la ville de Paris
CHIR Yazid Président NQT CHIR Yazid Président NQT
COLOOS Bernard Directeur aux Affaires économiques, financières et in- COLOOS Bernard Directeur aux Affaires économiques, financières et in-
ternationales de la Fédération Française du Bâtiment ternationales de la Fédération Française du Bâtiment
CONNAN Jean-François Directeur Responsabilité et Innovation Sociale CONNAN Jean-François Directeur Responsabilité et Innovation Sociale
chez The Adecco Group chez The Adecco Group
COUSI Aurélie Directrice générale adjointe Aménagement COUSI Aurélie Directrice générale adjointe Aménagement
Grand Paris Aménagement Grand Paris Aménagement
CRISTIA Vincent Directeur général délégué de l’AFPA CRISTIA Vincent Directeur général délégué de l’AFPA
CURSENTE Arnaud Directeur Etablissement SNI Ile-de-France Directeur CURSENTE Arnaud Directeur Etablissement SNI Ile-de-France Directeur
du développement amont et des grands projets SNI du développement amont et des grands projets SNI
DALLIER Philippe Sénateur de la Seine-Saint-Denis (Ile-de-France) DALLIER Philippe Sénateur de la Seine-Saint-Denis (Ile-de-France)
DARDELET Chantal Directrice du centre Animation du groupe ouverture DARDELET Chantal Directrice du centre Animation du groupe ouverture
sociale (GOS) et CGE sociale (GOS) et CGE
D’ARTOIS Pascale Directrice généraledu Centre de formations profession- D’ARTOIS Pascale Directrice généraledu Centre de formations profession-
nelles qualifiantes pour adultes - AFPA nelles qualifiantes pour adultes - AFPA
DASSAULT Serge Vice-Président du conseil départemental de l’Essonne DASSAULT Serge Vice-Président du conseil départemental de l’Essonne
DAWANE Saïd Conseiller national de l’UNSA DAWANE Saïd Conseiller national de l’UNSA
DEBONNEUIL Michèle Administratrice de l’Insee et inspectrice générale DEBONNEUIL Michèle Administratrice de l’Insee et inspectrice générale
des finances des finances
DECAGNY Arnaud Maire de MAUBEUGE DECAGNY Arnaud Maire de MAUBEUGE
DEGALLAIX Laurent Maire de Valenciennes DEGALLAIX Laurent Maire de Valenciennes
DEGIOVANNI Elodie Préfète Déléguée pour l’Egalité des Chances (Val d’Oise) DEGIOVANNI Elodie Préfète Déléguée pour l’Egalité des Chances (Val d’Oise)
DELATTRE Nathalie Sénatrice de la Gironde (Nouvelle Aquitaine) DELATTRE Nathalie Sénatrice de la Gironde (Nouvelle Aquitaine)
DELBAR Guillaume Maire de ROUBAIX DELBAR Guillaume Maire de ROUBAIX
DELPUECH Michel Préfet de police DELPUECH Michel Préfet de police
DENIZARD Jean-Jacques Secrétaire confédéral – CFDT DENIZARD Jean-Jacques Secrétaire confédéral – CFDT
D’ESTABLIE D’ARGENCÉ Marie-Pierre Déléguée générale de l’Alliance Villes Emploi D’ESTABLIE D’ARGENCÉ Marie-Pierre Déléguée générale de l’Alliance Villes Emploi

| 126 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 126 | Vivre ensemble – Vivre en grand
DIA Ibrahima CFDT DIA Ibrahima CFDT
DIDIER Geoffroy Vice-président du conseil régionel d’Ile-de-France DIDIER Geoffroy Vice-président du conseil régionel d’Ile-de-France
DOLCI Jean-Baptiste Vice-Président Action Logement DOLCI Jean-Baptiste Vice-Président Action Logement
DOUTAUT Fabienne CFDT DOUTAUT Fabienne CFDT
DUBLANCHE Alexandra Vice président région Ile-de-France DUBLANCHE Alexandra Vice président région Ile-de-France
DUBUC Pierre Co-founder and CEO - Openclassroms DUBUC Pierre Co-founder and CEO - Openclassroms
DUFOURCQ Nicolas Directeur général de BpiFrance DUFOURCQ Nicolas Directeur général de BpiFrance
DUMONT Jean-Louis Président de l’Union sociale pour l’habitat - USH DUMONT Jean-Louis Président de l’Union sociale pour l’habitat - USH
DUMOULIN Rodolphe Directeur de Cabinet de la Caisse nationale des Allocations DUMOULIN Rodolphe Directeur de Cabinet de la Caisse nationale des Allocations
familiales (Région Bourgogne) - CNAF familiales (Région Bourgogne) - CNAF
EPSTEIN Renaud Sociologue EPSTEIN Renaud Sociologue
FATOME Thomas Directeur adjoint du cabinet du Premier ministre FATOME Thomas Directeur adjoint du cabinet du Premier ministre
FAUVET Anne-Marie Présidente du Comité national de liaison des acteurs FAUVET Anne-Marie Présidente du Comité national de liaison des acteurs
de la prévention spécialisée - CNLAPS de la prévention spécialisée - CNLAPS
FEBVAY Thierry Directeur général délégué de Grand Paris Aménagement et FEBVAY Thierry Directeur général délégué de Grand Paris Aménagement et
directeur général EPA ORSA. directeur général EPA ORSA.
FERRACCI Marc Professeur d’économie à l’Université Panthéon Assas. FERRACCI Marc Professeur d’économie à l’Université Panthéon Assas.
Conseiller spécial auprès de la Ministre du Travail. Conseiller spécial auprès de la Ministre du Travail.
FOUCHET Antoine Directeur de cabinet au Ministère du Travail FOUCHET Antoine Directeur de cabinet au Ministère du Travail
FRUCTUS Arlette Adjointe au Maire de Marseille, logement politique FRUCTUS Arlette Adjointe au Maire de Marseille, logement politique
de la ville rénovation urbaine de la ville rénovation urbaine
GARAU Jacques Directeur général chez Assemblee permanente GARAU Jacques Directeur général chez Assemblee permanente
des Chambres de Metiers et de l’Artisanat (APCM) des Chambres de Metiers et de l’Artisanat (APCM)
GATTAZ Pierre Président du Mouvement des entreprises de France - GATTAZ Pierre Président du Mouvement des entreprises de France -
MEDEF MEDEF
GATIGNON Stéphane Ancien Maire de Sevran GATIGNON Stéphane Ancien Maire de Sevran
GAUCHERAND Aurélien Directeur de projets AFPA France GAUCHERAND Aurélien Directeur de projets AFPA France
GAUDIN Pierre Directeur du cabinet du préfet de police GAUDIN Pierre Directeur du cabinet du préfet de police
GEOFFROY Hélène Ancienne ministre, Maire de Vaulx-en-Velin GEOFFROY Hélène Ancienne ministre, Maire de Vaulx-en-Velin
GERARD Pascale Directrice de l’insertion sociale AFPA GERARD Pascale Directrice de l’insertion sociale AFPA
GIRAUD Roland Président ANDASS GIRAUD Roland Président ANDASS
GOGUET Pierre Président CCI France GOGUET Pierre Président CCI France
GRANDGUILLAUME Laurent Député de la 1re circonscription de la Côte-d’Or GRANDGUILLAUME Laurent Député de la 1re circonscription de la Côte-d’Or
GRANJUS Florence Députée GRANJUS Florence Députée
GRIVEL Nicolas Directeur général de l’ANRU GRIVEL Nicolas Directeur général de l’ANRU
GUILLEMOT Annie Sénatrice du Rhône (Auvergne-Rhône-Alpes) GUILLEMOT Annie Sénatrice du Rhône (Auvergne-Rhône-Alpes)
HAI Nadia Députée LREM de la 11ème circonscription des Yvelines HAI Nadia Députée LREM de la 11ème circonscription des Yvelines
HAMMOUCHE Saïd Mozaïk RH HAMMOUCHE Saïd Mozaïk RH
HANET Nathalie Directrice générale EPIDE HANET Nathalie Directrice générale EPIDE
HENNON Sébastien Conseiller technique au Cabinet du Conseil régional HENNON Sébastien Conseiller technique au Cabinet du Conseil régional
des Hauts-de-France sur la politique régionale des Hauts-de-France sur la politique régionale
HOUZEL Guillaume Directeur du programme d’investissement HOUZEL Guillaume Directeur du programme d’investissement
des compétences - PIC des compétences - PIC
IGNATIOF IGNATIOF
INDART Rémi Directeur de Cabinet INDART Rémi Directeur de Cabinet
JALLET Sébastien Commissaire général délégué et directeur de la Ville JALLET Sébastien Commissaire général délégué et directeur de la Ville
et de la Cohésion urbaine du CGET et de la Cohésion urbaine du CGET
JEGO Yves Vice-président de l’Assemblée Nationale JEGO Yves Vice-président de l’Assemblée Nationale
KALOGEROPOULOS Léonidas Président directeur général et Fondateur KALOGEROPOULOS Léonidas Président directeur général et Fondateur
de Médiation & Arguments de Médiation & Arguments
KELLER Fabienne Sénatrice du Bas-Rhin KELLER Fabienne Sénatrice du Bas-Rhin
KERRERO Christophe DirCab Education auprès du PM KERRERO Christophe DirCab Education auprès du PM
KLEIN Olivier Président de l’ANRU KLEIN Olivier Président de l’ANRU
KLEIN-DONATI Fabienne Procureure de la République KLEIN-DONATI Fabienne Procureure de la République
KOUATÉ Marième Chargée de mission Territoires KOUATÉ Marième Chargée de mission Territoires

| 127 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 127 | Vivre ensemble – Vivre en grand
KOUATI Nathalie Chargée presse com KOUATI Nathalie Chargée presse com
LACHMANN Henri Président du conseil de surveillance de Schneider LACHMANN Henri Président du conseil de surveillance de Schneider
LAFON Gilles Président Prism’emploi LAFON Gilles Président Prism’emploi
LAJOIE Thierry DG Grand paris amménagement LAJOIE Thierry DG Grand paris amménagement
LANXADE Thibaud MEDEF LANXADE Thibaud MEDEF
LARCHER Gérard Président du Sénat LARCHER Gérard Président du Sénat
LASEK Valérie Directrice générale d’EPARECA LASEK Valérie Directrice générale d’EPARECA
LAUDEN-ANGOTTI Sophie Responsable du département Renouvellement LAUDEN-ANGOTTI Sophie Responsable du département Renouvellement
Urbain et Habitat Urbain et Habitat
LAVENIR Frédéric Directeur général de CNP Assurances LAVENIR Frédéric Directeur général de CNP Assurances
LE BRETON DE VANNOISE Renaud Président du Tribunal de grande instance de Bobigny LE BRETON DE VANNOISE Renaud Président du Tribunal de grande instance de Bobigny
LEBRAS Guy Directeur général du Groupement des Autorités LEBRAS Guy Directeur général du Groupement des Autorités
Responsables de Transport - GART Responsables de Transport - GART
LEDROIT Thierry Conseiller au cabinet du ministre de l’éducation nationale LEDROIT Thierry Conseiller au cabinet du ministre de l’éducation nationale
LENOIR Eric Assise des Outres-mer, CGET LENOIR Eric Assise des Outres-mer, CGET
LEONHARDT Olivier Sénateur de l’Essonne (Ile-de-France)Membre de la LEONHARDT Olivier Sénateur de l’Essonne (Ile-de-France)Membre de la
commission de l’aménagement du territoire et du déve- commission de l’aménagement du territoire et du déve-
loppement durable loppement durable
LEPAON Thierry Délégué interministériel à la langue française LEPAON Thierry Délégué interministériel à la langue française
LEROY Maurice Député UAI de la 3ème circonscription du Loir-et-Cher LEROY Maurice Député UAI de la 3ème circonscription du Loir-et-Cher
LIENNEMAN Marie-Noëlle Sénatrice de Paris LIENNEMAN Marie-Noëlle Sénatrice de Paris
LOMBARD Eric Directeur général de la Caisse des Dépôts LOMBARD Eric Directeur général de la Caisse des Dépôts
LORENZI Jean-Hervé Président du Cercle des économistes LORENZI Jean-Hervé Président du Cercle des économistes
MAILLY Jean-Claude Représentant de Force ouvrière au Comité économique MAILLY Jean-Claude Représentant de Force ouvrière au Comité économique
et social européen (Cese) et social européen (Cese)
MARTENS Jean-François Adjoint à Mme la Maire de Paris MARTENS Jean-François Adjoint à Mme la Maire de Paris
MARTIN Véronique Secrétaire fédérale en charge des délégations aux MARTIN Véronique Secrétaire fédérale en charge des délégations aux
conseils d’administration et de surveillance - CGT conseils d’administration et de surveillance - CGT
MARTINEZ Philippe Secrétaire général de la Confédération générale MARTINEZ Philippe Secrétaire général de la Confédération générale
du travail – CGT du travail – CGT
MARTINOT Bertrand Directeur général adjoint d’Ile-de-France MARTINOT Bertrand Directeur général adjoint d’Ile-de-France
MARX Jean-Marie Président du CNEFOP MARX Jean-Marie Président du CNEFOP
MATHIOT Pierre Réforme du Bac MATHIOT Pierre Réforme du Bac
MAZAURIC Vincent Directeur général de la Caisse nationale des Allocations MAZAURIC Vincent Directeur général de la Caisse nationale des Allocations
familiales – CNAF familiales – CNAF
MECHMACHE Mohamed Président de PAS SANS NOUS MECHMACHE Mohamed Président de PAS SANS NOUS
MEUR Yanick Directeur général de Foncière Logement MEUR Yanick Directeur général de Foncière Logement
MICOUIN Céline Directeur des Affaires Societales au Medef MICOUIN Céline Directeur des Affaires Societales au Medef
MONGABURU Yann Vice-président aux Déplacements (Grenoble) MONGABURU Yann Vice-président aux Déplacements (Grenoble)
MORA Béatrix Directrice du service Politiques urbaines MORA Béatrix Directrice du service Politiques urbaines
à l’Union sociale pour l’habitat- USH à l’Union sociale pour l’habitat- USH
MOREL Sophie ADCF MOREL Sophie ADCF
MORMECK Jean-Marc Délégué interministériel pour l’égalité des chances MORMECK Jean-Marc Délégué interministériel pour l’égalité des chances
des français d’outre-mer des français d’outre-mer
NEGRE Louis Président du du Groupement des Autorités NEGRE Louis Président du du Groupement des Autorités
Responsables de Transport - GART Responsables de Transport - GART
NIEL Xavier Vice-président et directeur délégué à la stratégie d’Iliad NIEL Xavier Vice-président et directeur délégué à la stratégie d’Iliad
- Groupe FREE - Groupe FREE
NOAH Yannick Entraineur, président de Fête le Mur NOAH Yannick Entraineur, président de Fête le Mur
NOBLECOURT Olivier Délégué interministériel à la prévention et à la lutte NOBLECOURT Olivier Délégué interministériel à la prévention et à la lutte
contre la pauvreté des enfants et des jeunes contre la pauvreté des enfants et des jeunes
OSSON Catherine Députée OSSON Catherine Députée
PAPPALARDO Michèle Directrice de cabinet du Ministre de la transition écolo- PAPPALARDO Michèle Directrice de cabinet du Ministre de la transition écolo-
gique et solidaire gique et solidaire
PAUL Frédéric Directeur général de l’Union sociale pour l’habitat - USH PAUL Frédéric Directeur général de l’Union sociale pour l’habitat - USH

| 128 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 128 | Vivre ensemble – Vivre en grand
PECHENARD Frédéric Vice-président du Conseil régional d’Île-de-France chargé PECHENARD Frédéric Vice-président du Conseil régional d’Île-de-France chargé
de la Sécurité» de la Sécurité»
PECRESSE Valérie Présidente du conseil régional d’Ile-de-France PECRESSE Valérie Présidente du conseil régional d’Ile-de-France
PERDRIAU Gaël Maire de Saint-Etienne PERDRIAU Gaël Maire de Saint-Etienne
PHILIPPE Cécile CNAF PHILIPPE Cécile CNAF
PHILOT David Directeur de cabinet au Ministère de la Cohésion PHILOT David Directeur de cabinet au Ministère de la Cohésion
des territoires des territoires
PLACET Jean-Luc Présiden de l’EPIDE PLACET Jean-Luc Présiden de l’EPIDE
PONTIES Philippe Général de corps d’armée - Terre PONTIES Philippe Général de corps d’armée - Terre
Président de la Commission armées-jeunesse depuis juillet Président de la Commission armées-jeunesse depuis juillet
(Président de la commission Armée jeunesse) (Président de la commission Armée jeunesse)
PUPPONI François Député PUPPONI François Député
RAPINAT Jean-Michel Association des départements de France RAPINAT Jean-Michel Association des départements de France
REYMOND Vincent Secrétaire général de la délégation interministérielle à la REYMOND Vincent Secrétaire général de la délégation interministérielle à la
prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et
des jeunes des jeunes
RIBADEAU-DUMAS Benoît Directeur de cabinet du Premier ministre RIBADEAU-DUMAS Benoît Directeur de cabinet du Premier ministre
RICHARD Stéphane PDG Orange RICHARD Stéphane PDG Orange
ROBERT Damien Directeur général délégué au développement ROBERT Damien Directeur général délégué au développement
Grand Paris Aménagement Grand Paris Aménagement
ROBERT Sylvie Sénatrice ROBERT Sylvie Sénatrice
ROGER Sylvie Secrétaire générale ROGER Sylvie Secrétaire générale
ROUMILHAC Alain Président du groupe Manpower en France ROUMILHAC Alain Président du groupe Manpower en France
ROUX François Délégué général de Prism’emploi ROUX François Délégué général de Prism’emploi
RUGY (DE) François Président de l’Assemblée National RUGY (DE) François Président de l’Assemblée National
SAINTILLAN Christophe Directeur général adjoint logement, transports à la Région SAINTILLAN Christophe Directeur général adjoint logement, transports à la Région
Ile de France Ile de France
SANCERNI Isabelle Présidente de la Caisse nationale des Allocations SANCERNI Isabelle Présidente de la Caisse nationale des Allocations
Familiales – CNAF Familiales – CNAF
SAUVAT Estelle Haut-commissaire à la transformation des compétences SAUVAT Estelle Haut-commissaire à la transformation des compétences
SEGUIN Marie-Andrée CFDT SEGUIN Marie-Andrée CFDT
SHER Yazid ADCF SHER Yazid ADCF
SICHEL Olivier Directeur général adjoint de la Caisse des Dépôts SICHEL Olivier Directeur général adjoint de la Caisse des Dépôts
SOLLY Laurent Haut fonctionnaire et dirigeant de l’audiovisuel français SOLLY Laurent Haut fonctionnaire et dirigeant de l’audiovisuel français
STALTER Bernard Président de l’APCMA STALTER Bernard Président de l’APCMA
SULTAN Nathalie Conseillère culture et communication SULTAN Nathalie Conseillère culture et communication
THOMAS Rodolphe Maire d’HÉROUVILLE THOMAS Rodolphe Maire d’HÉROUVILLE
THUNE Roger Directeur logement MEDEF THUNE Roger Directeur logement MEDEF
TROUSSEL Stéphane Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis TROUSSEL Stéphane Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis
TYSSANDIER Anne-Claire Directrice-adjointe de cabinet de la présidente du conseil TYSSANDIER Anne-Claire Directrice-adjointe de cabinet de la présidente du conseil
régional d’Île-de-France régional d’Île-de-France
VAUTRIN Catherine Présidente Grand Reims VAUTRIN Catherine Présidente Grand Reims
VERMOT-DESROCHE Guy Schneider Electric VERMOT-DESROCHE Guy Schneider Electric
VIANNAY GALVANY Béatrice Déléguée générale cent mille entrepreneurs VIANNAY GALVANY Béatrice Déléguée générale cent mille entrepreneurs
VILAIN Jean-Pierre Président de la FGPEP VILAIN Jean-Pierre Président de la FGPEP
VUILLEMOT Marc Président de villes et banlieues VUILLEMOT Marc Président de villes et banlieues
WAITZ Lévy Président d’ITG WAITZ Lévy Président d’ITG
YCHE André Président du directoire de CDC Habitat YCHE André Président du directoire de CDC Habitat

| 129 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 129 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Annexe 02 : Annexe 02 :

Engagements financiers Engagements financiers

| 130 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 130 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Évaluation indicative des budgets annuels Évaluation indicative des budgets annuels
supplémentaires (en M€) supplémentaires (en M€)

Autres Autres Autres Autres


Etat Financeurs Etat Financeurs Etat Financeurs Etat Financeurs
Programmes Fonctionnement Fonctionnement Investissement Investissement Autres financeurs Programmes Fonctionnement Fonctionnement Investissement Investissement Autres financeurs

Renouvellement urbain 0 0 400 3 900 Rénovation urbaine (action logement, agglos, communes, Renouvellement urbain 0 0 400 3 900 Rénovation urbaine (action logement, agglos, communes,

prêts CDC…) prêts CDC…)

Mobilité 0 100 0 100 agglos via versement transport, FEDER, FSE, CGI Mobilité 0 100 0 100 agglos via versement transport, FEDER, FSE, CGI

Petite enfance 0 420 0 0 CNAF, agglos, départements Petite enfance 0 420 0 0 CNAF, agglos, départements

Cité éducative 727 200 200 600 CNAF, FSE, départements, communes, agglos, régions Cité éducative 727 200 200 600 CNAF, FSE, départements, communes, agglos, régions

Culture 121 26 12 14 toutes CT, action logement Culture 121 26 12 14 toutes CT, action logement

Sport 23 173 50 74 Taxe transferts, fédérations, CDC, PIC, toutes CT… Sport 23 173 50 74 Taxe transferts, fédérations, CDC, PIC, toutes CT…

Entreprise et emploi 204 310 0 0 CT, Pôle emploi, Agence service civique, FSE, FEDER, BPI, PIC, Entreprise et emploi 204 310 0 0 CT, Pôle emploi, Agence service civique, FSE, FEDER, BPI, PIC,

agence France compétences, entreprises, régions, agglos, COJO… agence France compétences, entreprises, régions, agglos, COJO…

Illettrisme & illectronisme 30 600 0 0 PIC, agence France compétences (partenaires sociaux) Illettrisme & illectronisme 30 600 0 0 PIC, agence France compétences (partenaires sociaux)

Campus numérique 100 100 100 100 Régions, agglos, CGI Campus numérique 100 100 100 100 Régions, agglos, CGI

Visages de Marianne 122 70 0 0 CDC, Pôle emploi, départements, communes, agglos Visages de Marianne 122 70 0 0 CDC, Pôle emploi, départements, communes, agglos

Haute fonction publique 60 0 0 0 Haute fonction publique 60 0 0 0


Travailleurs sociaux 78 47 0 0 départements, communes, CNAF, CNAM Travailleurs sociaux 78 47 0 0 départements, communes, CNAF, CNAM

Sécurité et justice 98 0 30 0 Sécurité et justice 98 0 30 0


Moyens des communes 416 0 150 50 péréquation, dotations, redéploiements, CDC Moyens des communes 416 0 150 50 péréquation, dotations, redéploiements, CDC

Santé 2 0 40 40 ARS, CNAM, Toutes CT, mutuelles, CDC Santé 2 0 40 40 ARS, CNAM, Toutes CT, mutuelles, CDC

Associations 120 0 0 0 fondations, toutes CT Associations 120 0 0 0 fondations, toutes CT

Rencontre 128 120 0 0 CT, CNAF Rencontre 128 120 0 0 CT, CNAF

TOTAL 2 229 2 166 982 4 878 TOTAL 2 229 2 166 982 4 878

| 131 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 131 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Annexe 03 : Annexe 03 :

Pacte de Dijon (6 avril 2018) Pacte de Dijon (6 avril 2018)

| 132 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 132 | Vivre ensemble – Vivre en grand
PACTE DE DIJON PACTE DE DIJON

COHÉSION URBAINE & SOCIALE : COHÉSION URBAINE & SOCIALE :

NOUS NOUS ENGAGEONS NOUS NOUS ENGAGEONS

La politique de la ville a été conçue au tournant des années 80, sous les effets de la crise économique, du grippage La politique de la ville a été conçue au tournant des années 80, sous les effets de la crise économique, du grippage
de l’ascension sociale et des profondes transformations des quartiers populaires qui ont traditionnellement de l’ascension sociale et des profondes transformations des quartiers populaires qui ont traditionnellement
joué un rôle d’accueil et de « sas » dans nos agglomérations et bassins de vie. joué un rôle d’accueil et de « sas » dans nos agglomérations et bassins de vie.
Cette politique a d’abord majoritairement concerné les grands ensembles d’habitat social des périphéries de Cette politique a d’abord majoritairement concerné les grands ensembles d’habitat social des périphéries de
nos villes avant de s’étendre à d’autres composantes de nos territoires. Il faut le dire : cette politique est loin nos villes avant de s’étendre à d’autres composantes de nos territoires. Il faut le dire : cette politique est loin
d’avoir démérité. De véritables reconquêtes ont eu lieu. De nombreuses familles ou personnes accueillies un d’avoir démérité. De véritables reconquêtes ont eu lieu. De nombreuses familles ou personnes accueillies un
temps dans ces quartiers y ont commencé leur parcours résidentiel, leur intégration socio-économique et temps dans ces quartiers y ont commencé leur parcours résidentiel, leur intégration socio-économique et
même culturelle. même culturelle.
Il convient de penser à ce que seraient devenus ces territoires sans les considérables efforts qui ont été accomplis Il convient de penser à ce que seraient devenus ces territoires sans les considérables efforts qui ont été accomplis
par les pouvoirs publics et leurs partenaires. Au demeurant, la politique de la ville se trouve aujourd’hui en voie par les pouvoirs publics et leurs partenaires. Au demeurant, la politique de la ville se trouve aujourd’hui en voie
d’essoufflement et en quête de refondation. Elle doit également faire face à de nouveaux phénomènes de repli d’essoufflement et en quête de refondation. Elle doit également faire face à de nouveaux phénomènes de repli
communautaire et confessionnel qui transcendent la vie de nos territoires, se manifestent dans de nombreuses communautaire et confessionnel qui transcendent la vie de nos territoires, se manifestent dans de nombreuses
villes européennes mais prennent, dans certains de nos quartiers populaires, une dimension préoccupante. villes européennes mais prennent, dans certains de nos quartiers populaires, une dimension préoccupante.
Le besoin de renouveau de la politique de cohésion urbaine répond à une nouvelle donne : celle d’une Le besoin de renouveau de la politique de cohésion urbaine répond à une nouvelle donne : celle d’une
géographie de la pauvreté qui recouvre aujourd’hui des réalités très différentes (banlieues, centres-anciens géographie de la pauvreté qui recouvre aujourd’hui des réalités très différentes (banlieues, centres-anciens
paupérisés, anciennes cités industrielles) et qui appelle des modes d’intervention différenciés. La loi Lamy paupérisés, anciennes cités industrielles) et qui appelle des modes d’intervention différenciés. La loi Lamy
de 2014 pointait déjà cette évolution et a eu le mérite, entre autres, d’affirmer le rôle des communautés et de 2014 pointait déjà cette évolution et a eu le mérite, entre autres, d’affirmer le rôle des communautés et
métropoles dans le pilotage des projets de cohésion urbaine et sociale. métropoles dans le pilotage des projets de cohésion urbaine et sociale.
Alors que nos intercommunalités sont aujourd’hui partout installées et qu’elles sont devenues les autorités Alors que nos intercommunalités sont aujourd’hui partout installées et qu’elles sont devenues les autorités
organisatrices des politiques locales de l’habitat, des mobilités et du développement économique, elles organisatrices des politiques locales de l’habitat, des mobilités et du développement économique, elles
s’engagent à prendre leurs pleines responsabilités, aux côtés des maires et des équipes municipales, dans la s’engagent à prendre leurs pleines responsabilités, aux côtés des maires et des équipes municipales, dans la
résorption des fractures urbaines et sociales. Elles se doivent de promouvoir la solidarité financière entre résorption des fractures urbaines et sociales. Elles se doivent de promouvoir la solidarité financière entre
communes par des péréquations et mutualisations locales renforcées. communes par des péréquations et mutualisations locales renforcées.
Si certaines de nos intercommunalités sont en construction et doivent encore renforcer leurs ingénieries en Si certaines de nos intercommunalités sont en construction et doivent encore renforcer leurs ingénieries en
matière de développement social urbain, notre engagement collectif témoigne d’une volonté réelle d’agir. Nous matière de développement social urbain, notre engagement collectif témoigne d’une volonté réelle d’agir. Nous
souhaitons apporter des solutions nouvelles aux difficultés des quartiers populaires et attendons en retour de souhaitons apporter des solutions nouvelles aux difficultés des quartiers populaires et attendons en retour de
l’Etat un même engagement sur les responsabilités majeures qui sont les siennes, notamment dans les grands l’Etat un même engagement sur les responsabilités majeures qui sont les siennes, notamment dans les grands
services publics fondamentaux que sont l’Education, la sécurité et la justice, la santé. services publics fondamentaux que sont l’Education, la sécurité et la justice, la santé.
Tandis que la situation économique de notre pays tend à s’améliorer, il est urgent que les habitants de nos Tandis que la situation économique de notre pays tend à s’améliorer, il est urgent que les habitants de nos
quartiers en difficulté en bénéficient autant voire plus que les autres, en agissant simultanément sur les freins quartiers en difficulté en bénéficient autant voire plus que les autres, en agissant simultanément sur les freins
éventuels – à l’échelle des quartiers – mais aussi à l’échelle des solutions, à savoir celle de l’agglomération et éventuels – à l’échelle des quartiers – mais aussi à l’échelle des solutions, à savoir celle de l’agglomération et
de la métropole tout entière. de la métropole tout entière.
C’est le sens du travail engagé depuis plusieurs semaines avec Jean-Louis Borloo, dans le cadre de la mission C’est le sens du travail engagé depuis plusieurs semaines avec Jean-Louis Borloo, dans le cadre de la mission
que lui a confiée le président de la République en novembre 2017. Ce pacte est un appel à une clarification des que lui a confiée le président de la République en novembre 2017. Ce pacte est un appel à une clarification des
responsabilités, exclusives et partagées, des collectivités locales et de l’Etat. responsabilités, exclusives et partagées, des collectivités locales et de l’Etat.

1 1

| 133 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 133 | Vivre ensemble – Vivre en grand
LES RESPONSABILITÉS PREMIÈRES DES AGGLOMÉRATIONS ET MÉTROPOLES, LES RESPONSABILITÉS PREMIÈRES DES AGGLOMÉRATIONS ET MÉTROPOLES,
OÙ L’ETAT DOIT NOUS ACCOMPAGNER OÙ L’ETAT DOIT NOUS ACCOMPAGNER

Développement économique, emploi et excellence numérique Développement économique, emploi et excellence numérique
Nous nous engageons à : Nous nous engageons à :
• Contribuer à la redynamisation économique, artisanale et commerciale des quartiers populaires, • Contribuer à la redynamisation économique, artisanale et commerciale des quartiers populaires,
• Renforcer l’accès à l’emploi des populations les plus éloignées des marchés du travail, • Renforcer l’accès à l’emploi des populations les plus éloignées des marchés du travail,
• Favoriser la création d’entreprises nouvelles dans les quartiers et leur développement par des dispositifs d’accompagnement adaptés, • Favoriser la création d’entreprises nouvelles dans les quartiers et leur développement par des dispositifs d’accompagnement adaptés,
• Saisir les opportunités de la transformation numérique de l’économie afin d’en faire une « seconde chance » pour les publics les plus éloignés de l’emploi • Saisir les opportunités de la transformation numérique de l’économie afin d’en faire une « seconde chance » pour les publics les plus éloignés de l’emploi
et les décrocheurs précoces du parcours scolaire, et les décrocheurs précoces du parcours scolaire,
• Piloter la création, l’installation et le développement de lieux uniques consacrés au numérique et au digital, dans lesquels se retrouvent espaces de • Piloter la création, l’installation et le développement de lieux uniques consacrés au numérique et au digital, dans lesquels se retrouvent espaces de
coworking, de fablab, de création et de formation aux métiers, des espaces pour les structures d’accompagnement, pour les acteurs économiques, coworking, de fablab, de création et de formation aux métiers, des espaces pour les structures d’accompagnement, pour les acteurs économiques,
• Permettre la territorialisation des actions portées par BPI France et l’Agence France Entrepreneur. • Permettre la territorialisation des actions portées par BPI France et l’Agence France Entrepreneur.

Cela sera possible si l’Etat et ses services s’engagent à : Cela sera possible si l’Etat et ses services s’engagent à :
• Garantir la stabilité des dispositifs qui concourent, dans les quartiers, à l’insertion économique, à la gestion prévisionnelle de • Garantir la stabilité des dispositifs qui concourent, dans les quartiers, à l’insertion économique, à la gestion prévisionnelle de
l’emploi et des compétences (GPEC), à la formation initiale et continue des personnes les plus fragiles, l’emploi et des compétences (GPEC), à la formation initiale et continue des personnes les plus fragiles,
• Initier et mettre en œuvre un grand plan national de lutte contre l’illettrisme et l’illectronisme, à destination de l’ensemble des • Initier et mettre en œuvre un grand plan national de lutte contre l’illettrisme et l’illectronisme, à destination de l’ensemble des
habitants aujourd’hui confrontés à cette situation. habitants aujourd’hui confrontés à cette situation.

Habitat, renouvellement urbain : rendre le beau accessible à tous Habitat, renouvellement urbain : rendre le beau accessible à tous
Nous nous engageons à : Nous nous engageons à :
• Modifier l’équilibre social de l’habitat par des politiques de peuplement adaptées et encourager les parcours résidentiels au sein des métropoles et • Modifier l’équilibre social de l’habitat par des politiques de peuplement adaptées et encourager les parcours résidentiels au sein des métropoles et
agglomérations et des bassins de vie et d’habitat, agglomérations et des bassins de vie et d’habitat,
• Relancer d’urgence les programmes de renouvellement et d’aménagement urbain dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, • Relancer d’urgence les programmes de renouvellement et d’aménagement urbain dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville,
• Articuler les projets de renouvellement urbain avec les documents de planification à l’échelle intercommunale (programme local de l’habitat/PLH, PLUi, • Articuler les projets de renouvellement urbain avec les documents de planification à l’échelle intercommunale (programme local de l’habitat/PLH, PLUi,
délégation des aides à la pierre), pour une adaptation fine aux besoins des territoires, délégation des aides à la pierre), pour une adaptation fine aux besoins des territoires,
• Créer un comité des financeurs à l’échelle régionale, pour mobiliser l’ensemble des parties prenantes et répartir les efforts financiers entre les différents • Créer un comité des financeurs à l’échelle régionale, pour mobiliser l’ensemble des parties prenantes et répartir les efforts financiers entre les différents
partenaires, publics et privés. partenaires, publics et privés.

Cela sera possible si l’Etat et ses services s’engagent à : Cela sera possible si l’Etat et ses services s’engagent à :
• Simplifier la tuyauterie administrative et financière de l’ANRU, via des procédures d’instruction et de validation • Simplifier la tuyauterie administrative et financière de l’ANRU, via des procédures d’instruction et de validation
significativement allégées, significativement allégées,
• Revisiter le règlement général et financier de l’ANRU de 2015, à limiter le nombre d’études urbaines préliminaires et à • Revisiter le règlement général et financier de l’ANRU de 2015, à limiter le nombre d’études urbaines préliminaires et à
lancer les chantiers programmés sans délai, lancer les chantiers programmés sans délai,
• Davantage faire confiance aux projets émanant des territoires dans leur diversité, dans le cadre d’une contractualisation avec • Davantage faire confiance aux projets émanant des territoires dans leur diversité, dans le cadre d’une contractualisation avec
les agglomérations et métropoles, les agglomérations et métropoles,
• Rapprocher les interventions de l’ANRU de celles de l’ANAH, pour une action ambitieuse dans le parc public et privé, au • Rapprocher les interventions de l’ANRU de celles de l’ANAH, pour une action ambitieuse dans le parc public et privé, au
service de la lutte contre les copropriétés dégradées notamment. service de la lutte contre les copropriétés dégradées notamment.

Agir sur les mobilités quotidiennes Agir sur les mobilités quotidiennes
Nous nous engageons à : Nous nous engageons à :
• Poursuivre le désenclavement des quartiers populaires, en agissant sur l’ensemble des dimensions de la mobilité : des projets d’infrastructures utiles • Poursuivre le désenclavement des quartiers populaires, en agissant sur l’ensemble des dimensions de la mobilité : des projets d’infrastructures utiles
et performants et une offre complète et accessible des solutions de mobilité (transport collectif régulier, à la demande, individuel, co-voiturage, modes et performants et une offre complète et accessible des solutions de mobilité (transport collectif régulier, à la demande, individuel, co-voiturage, modes
doux,…), doux,…),
• Mettre en réseau, à l’échelle de l’agglomération et du bassin de vie, les acteurs des transports, économiques et associatifs, • Mettre en réseau, à l’échelle de l’agglomération et du bassin de vie, les acteurs des transports, économiques et associatifs,
• Porter une attention particulière aux freins psychologiques et psychosociaux à la mobilité de certains habitants, en accompagnant les initiatives prises • Porter une attention particulière aux freins psychologiques et psychosociaux à la mobilité de certains habitants, en accompagnant les initiatives prises
par les acteurs locaux, par les acteurs locaux,
• Consacrer un volet spécifique aux quartiers populaires au sein des plans de déplacement urbain (PDU). • Consacrer un volet spécifique aux quartiers populaires au sein des plans de déplacement urbain (PDU).

Cela sera possible si l’Etat et ses services s’engagent à : Cela sera possible si l’Etat et ses services s’engagent à :
• Conforter, dans le cadre du projet de loi d’orientation sur les mobilités, notre pouvoir d’agir en matière de mobilité inclusive • Conforter, dans le cadre du projet de loi d’orientation sur les mobilités, notre pouvoir d’agir en matière de mobilité inclusive
(co-voiturage urbain, garage solidaire,…) (co-voiturage urbain, garage solidaire,…)
• Honorer les engagements de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) consacrés aux • Honorer les engagements de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) consacrés aux
appels à projet relatifs au transport collectif et aux volets désenclavement des quartiers, appels à projet relatifs au transport collectif et aux volets désenclavement des quartiers,
• Permettre la reconquête des quartiers de gare. • Permettre la reconquête des quartiers de gare.

2 2

| 134 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 134 | Vivre ensemble – Vivre en grand
LES RESPONSABILITÉS PARTAGÉES ET LES SERVICES PUBLICS LES RESPONSABILITÉS PARTAGÉES ET LES SERVICES PUBLICS
FONDAMENTAUX FONDAMENTAUX
DE LA RESPONSABILITÉ DE L’ÉTAT DE LA RESPONSABILITÉ DE L’ÉTAT

Jeunesse – éducation – formation - insertion : la mère des batailles Jeunesse – éducation – formation - insertion : la mère des batailles
Nous nous engageons à : Nous nous engageons à :
• Décliner, à l’échelle de nos territoires, les opportunités nouvelles offertes par le futur plan d’investissement compétences (PIC), • Décliner, à l’échelle de nos territoires, les opportunités nouvelles offertes par le futur plan d’investissement compétences (PIC),
• Favoriser les innovations pédagogiques et les expérimentations locales via les projets éducatifs territoriaux (PEDT), en renforçant les compétences et • Favoriser les innovations pédagogiques et les expérimentations locales via les projets éducatifs territoriaux (PEDT), en renforçant les compétences et
capacités des équipes éducatives et en encourageant le travail en réseau et l’évaluation régulière des projets, capacités des équipes éducatives et en encourageant le travail en réseau et l’évaluation régulière des projets,
• Rapprocher les acteurs de l’éducation des acteurs de l’insertion sociale et de la formation professionnelle, via les missions locales, les maisons de • Rapprocher les acteurs de l’éducation des acteurs de l’insertion sociale et de la formation professionnelle, via les missions locales, les maisons de
l’emploi, les PLIE, les CCAS et autres structures d’accompagnement dédiées, l’emploi, les PLIE, les CCAS et autres structures d’accompagnement dédiées,
• Développer les dispositifs de réussite éducative et d’aide personnalisée aux devoirs, en soutenant les associations et organismes intervenant dans ces • Développer les dispositifs de réussite éducative et d’aide personnalisée aux devoirs, en soutenant les associations et organismes intervenant dans ces
domaines, domaines,
• Promouvoir la scolarisation des enfants de moins de trois ans dans les territoires en REP et REP +. • Promouvoir la scolarisation des enfants de moins de trois ans dans les territoires en REP et REP +.

Cela sera possible si l’Etat et ses services s’engagent à : Cela sera possible si l’Etat et ses services s’engagent à :
• Revoir en profondeur la politique de ressources humaines et la désignation, au sein des établissements scolaires concernés, • Revoir en profondeur la politique de ressources humaines et la désignation, au sein des établissements scolaires concernés,
de maîtres, instituteurs, professeurs et personnels d’encadrement expérimentés, de maîtres, instituteurs, professeurs et personnels d’encadrement expérimentés,
• Piloter, de manière souple et décentralisée, l’administration de l’Education nationale, en confiant plus de responsabilités aux • Piloter, de manière souple et décentralisée, l’administration de l’Education nationale, en confiant plus de responsabilités aux
acteurs locaux, aux communautés éducatives engagées sur le terrain et aux responsables d’établissements, acteurs locaux, aux communautés éducatives engagées sur le terrain et aux responsables d’établissements,
• Renforcer l’offre éducative, culturelle et artistique dans les quartiers en difficulté, afin de développer la mixité scolaire et les • Renforcer l’offre éducative, culturelle et artistique dans les quartiers en difficulté, afin de développer la mixité scolaire et les
opportunités d’éveil et d’épanouissement pour tous les publics, opportunités d’éveil et d’épanouissement pour tous les publics,
• Lancer un vaste plan de lutte contre le décrochage scolaire, avec pour objectif de remettre, d’ici 2020, en activité les • Lancer un vaste plan de lutte contre le décrochage scolaire, avec pour objectif de remettre, d’ici 2020, en activité les
170 000 jeunes qui sortent chaque année du système scolaire, sans qualification ni formation ni emploi, 170 000 jeunes qui sortent chaque année du système scolaire, sans qualification ni formation ni emploi,
• Réformer en profondeur le système d’orientation, en évitant d’opposer les filières entre elles et en consolidant l’accès à un • Réformer en profondeur le système d’orientation, en évitant d’opposer les filières entre elles et en consolidant l’accès à un
socle commun de savoirs fondamentaux. socle commun de savoirs fondamentaux.

Action sociale, santé, soutien aux familles monoparentales, tranquillité publique et justice : Action sociale, santé, soutien aux familles monoparentales, tranquillité publique et justice :
vers l’émancipation vers l’émancipation
Nous nous engageons à : Nous nous engageons à :
• Proposer aux mères de famille en situation d’isolement d’accéder à des formations correspondant à leurs besoins et mettre à leur disposition des • Proposer aux mères de famille en situation d’isolement d’accéder à des formations correspondant à leurs besoins et mettre à leur disposition des
modes de garde d’enfants adaptés à leur horaire de travail, modes de garde d’enfants adaptés à leur horaire de travail,
• Lutter contre le non-recours aux soins, en développant les contrats locaux de santé (CLS) sur l’ensemble du territoire et en favorisant l’installation de • Lutter contre le non-recours aux soins, en développant les contrats locaux de santé (CLS) sur l’ensemble du territoire et en favorisant l’installation de
maisons de santé pluridisciplinaires (MSP), maisons de santé pluridisciplinaires (MSP),
• Favoriser l’accès à des soins de proximité et à lutter contre les déserts médicaux, en développant la coordination entre médecine de ville et médecine • Favoriser l’accès à des soins de proximité et à lutter contre les déserts médicaux, en développant la coordination entre médecine de ville et médecine
hospitalière, en lien avec les agences régionales de santé (ARS) et les groupements hospitaliers de territoire (GHT), hospitalière, en lien avec les agences régionales de santé (ARS) et les groupements hospitaliers de territoire (GHT),
• Garantir la sécurité du quotidien avec des polices municipales formées, expérimentées, connaissant bien les populations et travaillant en bonne • Garantir la sécurité du quotidien avec des polices municipales formées, expérimentées, connaissant bien les populations et travaillant en bonne
intelligence avec la police nationale et la gendarmerie, intelligence avec la police nationale et la gendarmerie,
• Assurer la liberté d’aller et venir pour les femmes dans l’espace public, en faisant respecter les valeurs d’égalité hommes/femmes et de neutralité. • Assurer la liberté d’aller et venir pour les femmes dans l’espace public, en faisant respecter les valeurs d’égalité hommes/femmes et de neutralité.

Cela sera possible si l’Etat et ses services s’engagent à : Cela sera possible si l’Etat et ses services s’engagent à :
• Positionner les ARS au plus près des bassins de vie et de leurs besoins, dans une logique de coopération avec les élus et les • Positionner les ARS au plus près des bassins de vie et de leurs besoins, dans une logique de coopération avec les élus et les
territoires (et non d’injonction descendante), avec les moyens d’aide et d’accompagnement afférents, territoires (et non d’injonction descendante), avec les moyens d’aide et d’accompagnement afférents,
• Prévoir des effectifs supplémentaires sur le terrain, dans le cadre de la nouvelle police de sécurité du quotidien (PSQ), afin • Prévoir des effectifs supplémentaires sur le terrain, dans le cadre de la nouvelle police de sécurité du quotidien (PSQ), afin
de restaurer confiance et dialogue entre les forces de l’ordre et les habitants, de restaurer confiance et dialogue entre les forces de l’ordre et les habitants,
• Renforcer les moyens dédiés aux enquêtes judiciaires et d’investigation, notamment dans le cadre de la lutte contre les • Renforcer les moyens dédiés aux enquêtes judiciaires et d’investigation, notamment dans le cadre de la lutte contre les
trafics et les réseaux radicalisés, trafics et les réseaux radicalisés,
• Donner les moyens humains et financiers nécessaires à un bon fonctionnement de la justice et des tribunaux sur l’ensemble • Donner les moyens humains et financiers nécessaires à un bon fonctionnement de la justice et des tribunaux sur l’ensemble
du territoire, avec des décisions rapidement rendues, applicables et appliquées. du territoire, avec des décisions rapidement rendues, applicables et appliquées.

3 3

| 135 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 135 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Cette clarification des responsabilités et des engagements prioritaires entre Cette clarification des responsabilités et des engagements prioritaires entre
agglomérations, métropoles et Etat, qu’elle porte sur des responsabilités exclusives agglomérations, métropoles et Etat, qu’elle porte sur des responsabilités exclusives
ou partagées, ne pourra être effective et performante qu’après une refondation des ou partagées, ne pourra être effective et performante qu’après une refondation des
modèles de gouvernance locale. Un effort d’adaptation et d’agilité, de la part de toutes modèles de gouvernance locale. Un effort d’adaptation et d’agilité, de la part de toutes
les parties prenantes, sera nécessaire pour construire, autour du pilotage intercommunal, les parties prenantes, sera nécessaire pour construire, autour du pilotage intercommunal,
le meilleur portage politique et technique possible. le meilleur portage politique et technique possible.
Il s’agira de mobiliser chaque acteur concerné, public ou privé, sur son champ d’action Il s’agira de mobiliser chaque acteur concerné, public ou privé, sur son champ d’action
de prédilection, de permettre d’assurer une réelle subsidiarité, au plus près des projets de prédilection, de permettre d’assurer une réelle subsidiarité, au plus près des projets
et une réelle solidarité locale entre communes. et une réelle solidarité locale entre communes.
Dans cette même logique, une action différenciée des collectivités territoriales et de Dans cette même logique, une action différenciée des collectivités territoriales et de
l’Etat est attendue en direction des quartiers où l’intensité des problèmes est immense : l’Etat est attendue en direction des quartiers où l’intensité des problèmes est immense :
les quartiers pauvres, des villes pauvres, des bassins de vie pauvres et les quartiers en les quartiers pauvres, des villes pauvres, des bassins de vie pauvres et les quartiers en
très grande difficulté face aux dangers des radicalisations et des trafics de stupéfiants. très grande difficulté face aux dangers des radicalisations et des trafics de stupéfiants.
Rien ne se fera sans l’action des agglomérations et métropoles, rien ne se fera sans Rien ne se fera sans l’action des agglomérations et métropoles, rien ne se fera sans
l’action de l’Etat, rien ne se fera sans un engagement collectif, réciproque et coordonné. l’action de l’Etat, rien ne se fera sans un engagement collectif, réciproque et coordonné.
Nous estimons qu’il relève de notre responsabilité de décliner cette alliance des Nous estimons qu’il relève de notre responsabilité de décliner cette alliance des
territoires, en évitant d’opposer rural et urbain, au profit de nouvelles solidarités vers territoires, en évitant d’opposer rural et urbain, au profit de nouvelles solidarités vers
celles et ceux qui en ont le plus besoin. Le défi est de taille : c’est la cohésion urbaine, celles et ceux qui en ont le plus besoin. Le défi est de taille : c’est la cohésion urbaine,
sociale, territoriale et nationale qui est en jeu. sociale, territoriale et nationale qui est en jeu.

Dijon, le 6 avril 2018 Dijon, le 6 avril 2018

Jean-Luc Moudenc Jean-Luc Rigaut Jean-Luc Moudenc Jean-Luc Rigaut


Président de France urbaine Président de l’AdCF Président de France urbaine Président de l’AdCF
Maire de Toulouse Maire d’Annecy Maire de Toulouse Maire d’Annecy
Président de Toulouse Métropole Président du Grand Annecy Président de Toulouse Métropole Président du Grand Annecy

22, rue Joubert • 75009 Paris 22, rue Joubert • 75009 Paris 22, rue Joubert • 75009 Paris 22, rue Joubert • 75009 Paris
T. 01 44 39 34 56 T. 01 55 04 89 00 T. 01 44 39 34 56 T. 01 55 04 89 00
franceurbaine.org F. 01 55 04 89 01 franceurbaine.org F. 01 55 04 89 01
franceurbaine@franceurbaine.org www.adcf.org franceurbaine@franceurbaine.org www.adcf.org
adcf@adcf.asso.fr adcf@adcf.asso.fr
4 4

| 136 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 136 | Vivre ensemble – Vivre en grand
| 137 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 137 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Annexe 04 : Annexe 04 :

Les indicateurs de moyens et de pilotage Les indicateurs de moyens et de pilotage

| 138 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 138 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Le comité d’évaluation et de suivi disposera ainsi d’une série d’indicateurs de moyens, de Le comité d’évaluation et de suivi disposera ainsi d’une série d’indicateurs de moyens, de
suivi et de situation, permettant d’accompagner en temps réel le déploiement du plan, voire suivi et de situation, permettant d’accompagner en temps réel le déploiement du plan, voire
de corriger si nécessaire les trajectoires. de corriger si nécessaire les trajectoires.

Les indicateurs de moyens Les indicateurs de moyens


Ils rendent compte des moyens mobilisés pour réduire les écarts d’accès aux services Ils rendent compte des moyens mobilisés pour réduire les écarts d’accès aux services
publics en quantité et en qualité, comme indiqué dans le programme « Cour d’Equité Terri- publics en quantité et en qualité, comme indiqué dans le programme « Cour d’Equité Terri-
toriale ». Le dispositif de suivi devra être détaillé dans la loi de programmation. toriale ». Le dispositif de suivi devra être détaillé dans la loi de programmation.

A titre d’illustrations, quelques indicateurs pourraient être : A titre d’illustrations, quelques indicateurs pourraient être :

• Pour des moyens quantitatifs : • Pour des moyens quantitatifs :

- Le nombre de classes dédoublées en REP et REP+ - Le nombre de classes dédoublées en REP et REP+
- Le nombre moyen de demandeurs d’emploi des QPV par conseiller Pôle emploi - Le nombre moyen de demandeurs d’emploi des QPV par conseiller Pôle emploi
- dans les agences concernées - dans les agences concernées
- Le nombre de centres et maisons de santé financées par les ARS - Le nombre de centres et maisons de santé financées par les ARS
- Le nombre de places d’accueil de la petite enfance créés avec les financements - Le nombre de places d’accueil de la petite enfance créés avec les financements
de la CNAF…. de la CNAF….

• Pour des moyens quantitatifs : • Pour des moyens quantitatifs :

- L’âge moyen des enseignants en REP et REP+ - L’âge moyen des enseignants en REP et REP+
- L’âge moyen des policiers présents sur le terrain dans les QPV - L’âge moyen des policiers présents sur le terrain dans les QPV

Les indicateurs de suivi Les indicateurs de suivi


Ils rendent compte de la mise en œuvre des mesures du plan. Ils sont structurés autour Ils rendent compte de la mise en œuvre des mesures du plan. Ils sont structurés autour
des programmes du plan. des programmes du plan.

MESURES INDICATEURS DE SUIVI MESURES INDICATEURS DE SUIVI


(AU 31/12 SAUF MENTION CONTRAIRE) (AU 31/12 SAUF MENTION CONTRAIRE)

Programme 1 : cadre de vie Programme 1 : cadre de vie


Rénovation urbaine Nombre de logements démolis Rénovation urbaine Nombre de logements démolis
Rénovation urbaine Nombre de logements reconstruits Rénovation urbaine Nombre de logements reconstruits
Rénovation urbaine Nombre de logements réhabilités Rénovation urbaine Nombre de logements réhabilités
ORCOD-IN Nombre de logements achetés ORCOD-IN Nombre de logements achetés

Programme 3 : petite enfance Programme 3 : petite enfance


Créer 30.000 places d’accueil en QPV Nombre de places créées Créer 30.000 places d’accueil en QPV Nombre de places créées
Créer 300 maisons d’assistantes Nombre de MAM Créer 300 maisons d’assistantes Nombre de MAM
maternelles maternelles
Programme BASE Nombre d’enfants accueillis dans BASE Programme BASE Nombre d’enfants accueillis dans BASE

Programme 4 : cité éducative Programme 4 : cité éducative


Tripler la préscolarisation à 2 ans en REP+ Nombres de places ouvertes en QPV/REP+ Tripler la préscolarisation à 2 ans en REP+ Nombres de places ouvertes en QPV/REP+
Doubler le taux d’encadrement de 8000 Taux d’encadrement des classes Doubler le taux d’encadrement de 8000 Taux d’encadrement des classes
classes de maternelle en REP+ concernées classes de maternelle en REP+ concernées
Dédoublement des CP/CE1 en REP/REP+ % des classes concernées dédoublées Dédoublement des CP/CE1 en REP/REP+ % des classes concernées dédoublées
Construire ou rénover 600 écoles Nombres d’écoles construites ou rénovées Construire ou rénover 600 écoles Nombres d’écoles construites ou rénovées
Construire ou rénover 150 collèges Nombres de collèges construits ou rénovés Construire ou rénover 150 collèges Nombres de collèges construits ou rénovés
Renforcement des équipes éducatives Nombre de principaux adjoints nommés Renforcement des équipes éducatives Nombre de principaux adjoints nommés
PRE+ Nombre d’enfants suivis en PRE+ PRE+ Nombre d’enfants suivis en PRE+
Grands projets éducatifs Nombre de grands projets éducatifs Grands projets éducatifs Nombre de grands projets éducatifs

| 139 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 139 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Programme 5 : culture Programme 5 : culture
Jumeler les institutions culturelles Nombre de projets artistiques de jumelage Jumeler les institutions culturelles Nombre de projets artistiques de jumelage
avec les QPV conventionnés avec les QPV conventionnés
100 projets Démos Nombre de projets Démos 100 projets Démos Nombre de projets Démos
216 Micro-folies Nombre de micro-folies déployées dans les 216 Micro-folies Nombre de micro-folies déployées dans les
QPV/ PNRU QPV/ PNRU
Orchestre à l’école Nombre de QPV comportant au moins un Orchestre à l’école Nombre de QPV comportant au moins un
orchestre à l’école orchestre à l’école
Couvrir tous les QPV par un contrat terri- Nombre de QPV comportant au CTL avec Couvrir tous les QPV par un contrat terri- Nombre de QPV comportant au CTL avec
toire lecture aménagement de l’ouverture des bibliothèques toire lecture aménagement de l’ouverture des bibliothèques
Financer 5000 emplois francs associatifs Nombre d’emplois créés Financer 5000 emplois francs associatifs Nombre d’emplois créés

Programme 6 : sport Programme 6 : sport


5.000 coachs d’insertion Nombre de coachs 5.000 coachs d’insertion Nombre de coachs
50.000 parcours de jeunes Nombre de parcours 50.000 parcours de jeunes Nombre de parcours
Programme BASE Nombre d’enfants accueillis dans BASE Programme BASE Nombre d’enfants accueillis dans BASE

Programme 7 : emploi Programme 7 : emploi


Alternants issus des QPV dans les entreprises % d’alternants QPV Alternants issus des QPV dans les entreprises % d’alternants QPV
Appuyer 100.000 créateurs/ repreneurs de + Nombre de créateurs/ repreneurs appuyés Appuyer 100.000 créateurs/ repreneurs de + Nombre de créateurs/ repreneurs appuyés
300.000 jeunes et DE QPV dans le PIC Nombre de jeunes et DE issus des QPV 300.000 jeunes et DE QPV dans le PIC Nombre de jeunes et DE issus des QPV
150.000 emplois francs Nombre d’emplois francs- 150.000 emplois francs Nombre d’emplois francs-
300.000 jeunes coachés Nombre de jeunes 300.000 jeunes coachés Nombre de jeunes
75.000 services civiques Nombre de services civiques 75.000 services civiques Nombre de services civiques

Programme 8 : illettrisme/illectronisme Programme 8 : illettrisme/illectronisme


Créer 30.000 places d’accueil en QPV Nombre de places créées Créer 30.000 places d’accueil en QPV Nombre de places créées
Créer 300 maisons d’assistantes maternelles Nombre de MAM Créer 300 maisons d’assistantes maternelles Nombre de MAM
Programme BASE Nombre d’enfants accueillis dans BASE Programme BASE Nombre d’enfants accueillis dans BASE

Programme 9 : campus numériques Programme 9 : campus numériques


Créer 200 campus Nombre de campus créés Créer 200 campus Nombre de campus créés

Programme 10 : Marianne Programme 10 : Marianne


Créer 216 maisons Marianne Nombre de QPV/ PNRU couverts Créer 216 maisons Marianne Nombre de QPV/ PNRU couverts
Définir dans chaque QPV un plan « femmes Nombre de plans effectivement mis en Définir dans chaque QPV un plan « femmes Nombre de plans effectivement mis en
dans l’espace public » œuvre dans l’espace public » œuvre
2/3 de femmes parmi les adultes relais Proportion de femmes 2/3 de femmes parmi les adultes relais Proportion de femmes
Proposer à 30.000 femmes des parcours Nombre de parcours financés Proposer à 30.000 femmes des parcours Nombre de parcours financés
vers l’emploi vers l’emploi
Mobiliser les clauses d’insertion Nombre de femmes des QPV en parcours Mobiliser les clauses d’insertion Nombre de femmes des QPV en parcours
d’insertion « clauses » d’insertion « clauses »
100.000 femmes de plus à l’emploi Nombre de femmes des QPV en emploi ou 100.000 femmes de plus à l’emploi Nombre de femmes des QPV en emploi ou
en formation professionnelle en formation professionnelle

Programme 11 : fonction publique Programme 11 : fonction publique


700 stagiaires Nombre de stagiaires 700 stagiaires Nombre de stagiaires
700 cadres A/A+ Nombre de cadres nommés 700 cadres A/A+ Nombre de cadres nommés

Programme 12 : travailleurs sociaux Programme 12 : travailleurs sociaux


Créer une prime de convergence ville Nombre de bénéficiaires de la PCV Créer une prime de convergence ville Nombre de bénéficiaires de la PCV
Créer une qualification pour 5000 éduca- Nombre d’éducateurs d’insertion par le Créer une qualification pour 5000 éduca- Nombre d’éducateurs d’insertion par le
teurs d’insertion par le sport sport formés teurs d’insertion par le sport sport formés
Renforcer la prévention spécialisée Dépenses du FAPI/prévention spécialisée Renforcer la prévention spécialisée Dépenses du FAPI/prévention spécialisée

| 140 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 140 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Programme 13 : sécurité et justice Programme 13 : sécurité et justice
100 postes de policiers investigation Nombre de policiers nommés 100 postes de policiers investigation Nombre de policiers nommés
500 correspondants de nuits Nombre de correspondants nommés 500 correspondants de nuits Nombre de correspondants nommés
200 femmes relais Nombre de femmes relais nommées 200 femmes relais Nombre de femmes relais nommées
500 délégués du défenseur des droits Nombre de délégués nommés 500 délégués du défenseur des droits Nombre de délégués nommés
100 magistrats et personnels judiciaires Nombre de magistrats et personnels nommés 100 magistrats et personnels judiciaires Nombre de magistrats et personnels nommés
100 conseillers d’insertion et de probation Nombre de CIP nommés 100 conseillers d’insertion et de probation Nombre de CIP nommés

Programme 15 : santé Programme 15 : santé


200 centres et maisons de santé Nombre de centres et maisons de santé créés 200 centres et maisons de santé Nombre de centres et maisons de santé créés
Télémédecine Nombre de cabines implantées Télémédecine Nombre de cabines implantées

Programme 16 : associations Programme 16 : associations


10.000 emplois francs associatifs Nombre d’emplois 10.000 emplois francs associatifs Nombre d’emplois
6.000 adultes relais supplémentaires Nombre d’emplois 6.000 adultes relais supplémentaires Nombre d’emplois
6.000 services civiques supp. dans les QPV Nombre de services civiques 6.000 services civiques supp. dans les QPV Nombre de services civiques

Programme 19 : rencontre Programme 19 : rencontre


4 voyages pour chaque élève Nombre d’élèves partis 4 voyages pour chaque élève Nombre d’élèves partis

Les indicateurs de situation Les indicateurs de situation

La politique de la ville a pour objet la transformation des conditions de vie et l’émancipation La politique de la ville a pour objet la transformation des conditions de vie et l’émancipation
des habitants des quartiers. C’est pourquoi il faut en rendre compte à partir de la situation des habitants des quartiers. C’est pourquoi il faut en rendre compte à partir de la situation
des habitants, en montrant son évolution. des habitants, en montrant son évolution.

Pour être clair et compris de tous, il est important de traiter les questions déterminantes, Pour être clair et compris de tous, il est important de traiter les questions déterminantes,
sans esprit encyclopédique. A partir des entrées « habiter », « travailler » et « grandir », sur sans esprit encyclopédique. A partir des entrées « habiter », « travailler » et « grandir », sur
les sujets les plus centraux de la politique de la ville, dix approches seront proposées. Elles les sujets les plus centraux de la politique de la ville, dix approches seront proposées. Elles
utilisent des indicateurs chiffrés pour mesurer des situations, des études plus qualitatives utilisent des indicateurs chiffrés pour mesurer des situations, des études plus qualitatives
pour montrer des perceptions, et enfin des cohortes pour suivre des parcours. Ce dispositif pour montrer des perceptions, et enfin des cohortes pour suivre des parcours. Ce dispositif
est issu d’une démarche de concertation au sein d’un groupe de travail national, compor- est issu d’une démarche de concertation au sein d’un groupe de travail national, compor-
tant des experts de différentes origines professionnelles, piloté par une sociologue et un tant des experts de différentes origines professionnelles, piloté par une sociologue et un
préfet. préfet.

| 141 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 141 | Vivre ensemble – Vivre en grand
INDICATEURS COMMENTAIRES INDICATEURS COMMENTAIRES

HABITER HABITER

Offre de service : présence et usage Indicateurs chiffrés sur l’existence de l’offre de services Offre de service : présence et usage Indicateurs chiffrés sur l’existence de l’offre de services
(services publics, commerces, santé….) (services publics, commerces, santé….)
Enquête qualitative sur l’usage réel de cette offre Enquête qualitative sur l’usage réel de cette offre
Focus déplacements dans l’ensemble de l’agglomération Focus déplacements dans l’ensemble de l’agglomération
Focus accès aux fonctions de centralité de la ville Focus accès aux fonctions de centralité de la ville

Habiter : logement, quartier, ville Enquête sur les perceptions Habiter : logement, quartier, ville Enquête sur les perceptions

Sentiment de sécurité Enquête sur les perceptions Sentiment de sécurité Enquête sur les perceptions

Participation aux élections Indicateur chiffré Participation aux élections Indicateur chiffré

Trajectoires résidentielles Cohorte Trajectoires résidentielles Cohorte

TRAVAILLER TRAVAILLER

Taux d’emploi des femmes Indicateur chiffré Taux d’emploi des femmes Indicateur chiffré

Chômage dans la population générale Indicateur chiffré Chômage dans la population générale Indicateur chiffré

Chômage des jeunes Indicateur chiffré Chômage des jeunes Indicateur chiffré

GRANDIR GRANDIR

Compétences acquises en fin de maternelle Exploitation des évaluations de l’éducation nationale, Compétences acquises en fin de maternelle Exploitation des évaluations de l’éducation nationale,
sur les compétences acquises pendant toute la petite enfance sur les compétences acquises pendant toute la petite enfance

Devenir des élèves de 3ème pendant 4 ans Cohorte : A partir des données de l’éducation nationale, Devenir des élèves de 3ème pendant 4 ans Cohorte : A partir des données de l’éducation nationale,
trajectoires études / emploi / chômage trajectoires études / emploi / chômage

| 142 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 142 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Dispositif de suivi Dispositif de suivi

• Un comité national de suivi du plan, présidé par une personnalité de premier plan, • Un comité national de suivi du plan, présidé par une personnalité de premier plan,
rend compte de la mise en œuvre du plan rend compte de la mise en œuvre du plan

• Un comité départemental de suivi du plan, présidé par le préfet de département • Un comité départemental de suivi du plan, présidé par le préfet de département
ou le préfet délégué à l’égalité des chances ou le préfet délégué à l’égalité des chances

• Les moyens de l’Etat local sont renforcés pour atteindre 15 préfets délégués à l’égali- • Les moyens de l’Etat local sont renforcés pour atteindre 15 préfets délégués à l’égali-
té des chances dans les départements connaissant les plus grandes difficultés urbaines té des chances dans les départements connaissant les plus grandes difficultés urbaines
(6 actuellement), afin de disposer de l’autorité suffisante pour mobiliser l’ensemble des (6 actuellement), afin de disposer de l’autorité suffisante pour mobiliser l’ensemble des
acteurs acteurs

• Une convention avec l’INSEE est établie pour apporter les éléments nécessaires au suivi • Une convention avec l’INSEE est établie pour apporter les éléments nécessaires au suivi
(indicateurs de moyens, cohortes…) (indicateurs de moyens, cohortes…)

| 143 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 143 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Annexe 05 : Annexe 05 :

216 quartiers à réparer 216 quartiers à réparer


60 quartiers à consolider 60 quartiers à consolider
15 quartiers à raccrocher 15 quartiers à raccrocher

| 144 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 144 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Les 1500 quartiers prioritaires de la politique de la ville, en France et en Outre- Les 1500 quartiers prioritaires de la politique de la ville, en France et en Outre-
Mer, bénéficieront tous du plan de mobilisation, sous l’égide du bloc communal Mer, bénéficieront tous du plan de mobilisation, sous l’égide du bloc communal
(ville-agglomération) et de l’Etat local, en lien avec les partenaires publics et privés (ville-agglomération) et de l’Etat local, en lien avec les partenaires publics et privés
concernés. concernés.

Parmi ceux-ci, certains nécessitent un appui renforcé de la Nation, à cause de Parmi ceux-ci, certains nécessitent un appui renforcé de la Nation, à cause de
l’ampleur et du cumul des difficultés auxquels sont confrontés leurs habitants, ainsi l’ampleur et du cumul des difficultés auxquels sont confrontés leurs habitants, ainsi
que de la complexité des politiques publiques à déployer sur le terrain. que de la complexité des politiques publiques à déployer sur le terrain.

• 216 quartiers du programme de renouvellement d’intérêt national, bénéficieront en • 216 quartiers du programme de renouvellement d’intérêt national, bénéficieront en
premier lieu de la relance de travaux lourds sur le bâti et les équipements publics, pour premier lieu de la relance de travaux lourds sur le bâti et les équipements publics, pour
réparer les dysfonctionnements urbains les plus problématiques (urbanisme de dalle, cou- réparer les dysfonctionnements urbains les plus problématiques (urbanisme de dalle, cou-
pures urbaines, copropriétés en difficulté, …). Ces quartiers, parmi lesquels beaucoup d’an- pures urbaines, copropriétés en difficulté, …). Ces quartiers, parmi lesquels beaucoup d’an-
ciennes ZUP, sont souvent les plus importants, et doivent concentrer particulièrement les ciennes ZUP, sont souvent les plus importants, et doivent concentrer particulièrement les
autres moyens du plan dans les différents programmes. Ils serviront chaque fois que pos- autres moyens du plan dans les différents programmes. Ils serviront chaque fois que pos-
sible de point d’implantation pour des équipements ou des services nouveaux qui bénéfi- sible de point d’implantation pour des équipements ou des services nouveaux qui bénéfi-
cieront aux autres QPV de la ville ou de l’agglomération. cieront aux autres QPV de la ville ou de l’agglomération.

• 60 quartiers en risque de fracture, en France métropolitaine et en Outre-Mer, pré- • 60 quartiers en risque de fracture, en France métropolitaine et en Outre-Mer, pré-
sentent des risques particuliers de fracture. Il s’agit de grands quartiers (plus de 5000 ha- sentent des risques particuliers de fracture. Il s’agit de grands quartiers (plus de 5000 ha-
bitants), présentant des dysfonctionnements urbains importants (NPNRU d’intérêt national) bitants), présentant des dysfonctionnements urbains importants (NPNRU d’intérêt national)
et un manque de mixité sociale scolaire (au moins un collège en REP+). Parmi ces quartiers et un manque de mixité sociale scolaire (au moins un collège en REP+). Parmi ces quartiers
ceux présentant un enjeu de sécurité (en ZSP) ou des difficultés scolaires renforcées (au ceux présentant un enjeu de sécurité (en ZSP) ou des difficultés scolaires renforcées (au
moins deux collèges REP+ ou 1 REP+ et 2 REP dans le quartier) doivent appeler particuliè- moins deux collèges REP+ ou 1 REP+ et 2 REP dans le quartier) doivent appeler particuliè-
rement l’attention des ministères, et mobiliser des programmes thématiques renforcés. rement l’attention des ministères, et mobiliser des programmes thématiques renforcés.

• 15 quartiers en risque de rupture, parmi les 60, comportent des enjeux hors normes • 15 quartiers en risque de rupture, parmi les 60, comportent des enjeux hors normes
(taille du quartier, taux d’emploi des femmes, ampleur du NPNRU, nombre de REP+, nombre (taille du quartier, taux d’emploi des femmes, ampleur du NPNRU, nombre de REP+, nombre
d’UPE2A (unité pédagogique pour élèves allophones arrivants), richesse communale (clas- d’UPE2A (unité pédagogique pour élèves allophones arrivants), richesse communale (clas-
sement DSU), …). Ils appellent une feuille de route multi-thématique arbitrée par le Premier sement DSU), …). Ils appellent une feuille de route multi-thématique arbitrée par le Premier
ministre, sur la base d’un diagnostic établi avec les inspections générales, avec un dispositif ministre, sur la base d’un diagnostic établi avec les inspections générales, avec un dispositif
de suivi renforcé sur le territoire, pour éviter la cassure, voire l’affrontement. de suivi renforcé sur le territoire, pour éviter la cassure, voire l’affrontement.

| 145 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 145 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Annexe 06 : Annexe 06 :

Programmation 2018 et l’ANRU Programmation 2018 et l’ANRU

| 146 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 146 | Vivre ensemble – Vivre en grand
DEPLOIEMENT DU NPNRU DEPLOIEMENT DU NPNRU
Liste prévisionnelle des dossiers à recevoir Liste prévisionnelle des dossiers à recevoir
en 2018 pour les quartiers d’intérêt national en 2018 pour les quartiers d’intérêt national
Etat au 28 mars 2018 Etat au 28 mars 2018

Etat prévisionnel de réception des dossiers de projet, transmis en prévision d’une RTP Etat prévisionnel de réception des dossiers de projet, transmis en prévision d’une RTP
ou d’un CE – prévision établie sur la base des plannings de travail des porteurs de projet. ou d’un CE – prévision établie sur la base des plannings de travail des porteurs de projet.

Dossiers en cours d’instruction et de validation : 14 quartiers concernés Dossiers en cours d’instruction et de validation : 14 quartiers concernés

EPCI Projet EPCI Projet

CC Meaux Meaux- Beauval CC Meaux Meaux- Beauval


CA du Boulonnais Boulogne-Triennal - QP062051 CA du Boulonnais Boulogne-Triennal - QP062051
CA Valenciennes Valenciennes-Chasse Royale-QP059030 CA Valenciennes Valenciennes-Chasse Royale-QP059030
CU Perpignan Méditerranée (Pmcu) Perpignan Quartier Centre Ancien QP066008 CU Perpignan Méditerranée (Pmcu) Perpignan Quartier Centre Ancien QP066008
Métropole du Grand Paris T9 - Grand Paris Grand Est Clichy-sous-bois/Bas Clichy/ORCOD QP093003 Métropole du Grand Paris T9 - Grand Paris Grand Est Clichy-sous-bois/Bas Clichy/ORCOD QP093003
Métropole du Grand Paris T9 - Grand Paris Grand Est Clichy-sous-bois/Bas Clichy/Bois du Temple QP093003 Métropole du Grand Paris T9 - Grand Paris Grand Est Clichy-sous-bois/Bas Clichy/Bois du Temple QP093003
CA Grand Evreux Agglomération Evreux- Netreville - QP027004 CA Grand Evreux Agglomération Evreux- Netreville - QP027004
CA Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart Evry Parc aux Lièvres - QP091021 CA Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart Evry Parc aux Lièvres - QP091021
CC Intercom Lisieux-Pays d’Auge-Normandie Lisieux- Hauteville- QP014009 CC Intercom Lisieux-Pays d’Auge-Normandie Lisieux- Hauteville- QP014009
CU Angers Loire Métropole Angers – Monplaisir - QP049005 CU Angers Loire Métropole Angers – Monplaisir - QP049005
CU Angers Loire Métropole Angers - Belle-Beille - QP049001 CU Angers Loire Métropole Angers - Belle-Beille - QP049001
Métropole de Lyon Villeurbanne- Les Buers - QP069024 Métropole de Lyon Villeurbanne- Les Buers - QP069024
Métropole Européenne de Lille Lille Métropole-Lille-Secteur Sud - QP059074 Métropole Européenne de Lille Lille Métropole-Lille-Secteur Sud - QP059074
Métropole Européenne de Lille Lille Métropole-Tourcoing-La Bourgogne - QP059087 Métropole Européenne de Lille Lille Métropole-Tourcoing-La Bourgogne - QP059087

| 147 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 147 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Prévision d’ici juillet 2018 - 42 quartiers concernés Prévision d’ici juillet 2018 - 42 quartiers concernés

EPCI Projet EPCI Projet

Bordeaux Métropole Bordeaux - La Benauge QP033009 Bordeaux Métropole Bordeaux - La Benauge QP033009
Brest Métropole Brest - Bellevue QP029004 Brest Métropole Brest - Bellevue QP029004
CA Amiens Métropole Amiens - Amiens Nord - QP080003 CA Amiens Métropole Amiens - Amiens Nord - QP080003
CA Amiens Métropole Amiens - Etouvie - QP080001 CA Amiens Métropole Amiens - Etouvie - QP080001
CA Chartres Métropole Chartres Les Clos QP028002 CA Chartres Métropole Chartres Les Clos QP028002
CA Châteauroux Métropole Châteauroux Saint-Jean-St Jacques QP QP036002 CA Châteauroux Métropole Châteauroux Saint-Jean-St Jacques QP QP036002
CA Civis (Communauté Intercommunale des St Louis (Réunion) - Le Gol QP974001 CA Civis (Communauté Intercommunale des St Louis (Réunion) - Le Gol QP974001
Villes Solidaires) Villes Solidaires)
CA de Dembeni / Mamoudzou Mamoudzou - Kaweni QP976023 CA de Dembeni / Mamoudzou Mamoudzou - Kaweni QP976023
CA du Grand Auch Agglomération Auch-Grand Garros-QP032001 CA du Grand Auch Agglomération Auch-Grand Garros-QP032001
CA du Grand Avignon (Coga) Avignon- Rocade Sud - QP084002 CA du Grand Avignon (Coga) Avignon- Rocade Sud - QP084002
CA du Grand Avignon (Coga) Avignon- Saint Chamand - QP084004 CA du Grand Avignon (Coga) Avignon- Saint Chamand - QP084004
CA Intercommunale de la Réunion Est (Cirest) St André (Réunion) - Centre-Ville QP974021 CA Intercommunale de la Réunion Est (Cirest) St André (Réunion) - Centre-Ville QP974021
CA Orléans Val de Loire (Agglo) Orléans Argonne - QP045011 CA Orléans Val de Loire (Agglo) Orléans Argonne - QP045011
CA Orléans Val de Loire (Agglo) Orléans Source - QP045010 CA Orléans Val de Loire (Agglo) Orléans Source - QP045010
CA Reims Métropole Reims - projet test CROIX ROUGE QP051003 CA Reims Métropole Reims - projet test CROIX ROUGE QP051003
CA Reims Métropole Reims - projet ORGEVAL QP051005 CA Reims Métropole Reims - projet ORGEVAL QP051005
CA Valence-Romans Sud Rhône-Alpes Hauts-de-Valence - Valence QP026007 CA Valence-Romans Sud Rhône-Alpes Hauts-de-Valence - Valence QP026007
CA Valence-Romans Sud Rhône-Alpes Polygone Valence - QP026006 CA Valence-Romans Sud Rhône-Alpes Polygone Valence - QP026006
CU de Dunkerque Grande-Synthe-Îlot Peintres-QP059064 CU de Dunkerque Grande-Synthe-Îlot Peintres-QP059064
CU Saint-Etienne Métropole Saint-Etienne - Tarentaize-Beaubrun - QP042012 CU Saint-Etienne Métropole Saint-Etienne - Tarentaize-Beaubrun - QP042012
CU Saint-Etienne Métropole Saint-Etienne - Montreynaud - QP042013 CU Saint-Etienne Métropole Saint-Etienne - Montreynaud - QP042013
EuroMétropole de Strasbourg Strasbourg - projet MEINAU NEUHOF QP067016 EuroMétropole de Strasbourg Strasbourg - projet MEINAU NEUHOF QP067016
EuroMétropole de Strasbourg Strasbourg Hautepierre - projet HAUTEPIERRE QP067011 EuroMétropole de Strasbourg Strasbourg Hautepierre - projet HAUTEPIERRE QP067011
EuroMétropole de Strasbourg Strasbourg - projet QUARTIER OUEST QP067004 EuroMétropole de Strasbourg Strasbourg - projet QUARTIER OUEST QP067004
Métropole d’Aix-Marseille-Provence Miramas- La Maille 1 - QP013063 Métropole d’Aix-Marseille-Provence Miramas- La Maille 1 - QP013063
Métropole de Lyon Villeurbanne St Jean - QP069023 Métropole de Lyon Villeurbanne St Jean - QP069023
Métropole de Lyon Bron - Terraillon - QP069011 Métropole de Lyon Bron - Terraillon - QP069011
Métropole de Lyon Vaulx en Velin- Mas du Taureau- QP069018 Métropole de Lyon Vaulx en Velin- Mas du Taureau- QP069018
Métropole de Lyon Rillieux la Pape - Ville nouvelle- QP069028 Métropole de Lyon Rillieux la Pape - Ville nouvelle- QP069028
Métropole du Grand Paris T 8 - Est Ensemble Romainville Gagarine QP093027 Métropole du Grand Paris T 8 - Est Ensemble Romainville Gagarine QP093027
Métropole du Grand Paris T8 - Est Ensemble / T7 - Drancy-Gaston Roulaud QP093011 Métropole du Grand Paris T8 - Est Ensemble / T7 - Drancy-Gaston Roulaud QP093011
Paris Terres d’Envol Paris Terres d’Envol
Métropole Européenne de Lille Lille Métropole-Mons-Nouveau Mons Les Sarts Métropole Européenne de Lille Lille Métropole-Mons-Nouveau Mons Les Sarts
Dombrowski-QP059080 Dombrowski-QP059080
Métropole du Grand Paris T 12 Orly-Choisy QP094031 Métropole du Grand Paris T 12 Orly-Choisy QP094031
Métropole du Grand Paris T 12 Savigny sur Orge / Grand Vaux - QP091030 Métropole du Grand Paris T 12 Savigny sur Orge / Grand Vaux - QP091030
Métropole Européenne de Lille Lille Métropole-Loos-Les Oliveaux-QP059077 Métropole Européenne de Lille Lille Métropole-Loos-Les Oliveaux-QP059077

| 148 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 148 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Métropole Nantes Métropole Nantes - Grand Bellevue QP044005 Métropole Nantes Métropole Nantes - Grand Bellevue QP044005
Métropole Nantes Métropole Nantes - Bottière Pin Sec QP044014 Métropole Nantes Métropole Nantes - Bottière Pin Sec QP044014
Métropole Nantes Métropole Nantes - Nantes Nord QP044008 QP044009 QP044016 Métropole Nantes Métropole Nantes - Nantes Nord QP044008 QP044009 QP044016
Métropole Rouen Normandie Petit Quevilly - La Piscine - QP076020 Métropole Rouen Normandie Petit Quevilly - La Piscine - QP076020
Toulouse Métropole Toulouse - Empalot - QP031010 Toulouse Métropole Toulouse - Empalot - QP031010

| 149 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 149 | Vivre ensemble – Vivre en grand
2ème semestre 2018 – 74 quartiers 2ème semestre 2018 – 74 quartiers

EPCI Projet EPCI Projet

CA Agglo du Pays de Dreux Dreux Vernouillet Les Bates-Tabellionne QP028006 CA Agglo du Pays de Dreux Dreux Vernouillet Les Bates-Tabellionne QP028006
CA Alès Agglomération Alès Prés Saint Jean Cévennes QP030001 CA Alès Agglomération Alès Prés Saint Jean Cévennes QP030001
CA Annemasse- les Voirons-Agglomération Annemasse - Les Voirons QP074001 CA Annemasse- les Voirons-Agglomération Annemasse - Les Voirons QP074001
CA Bourges Plus Bourges Quartiers Nord QP018001 CA Bourges Plus Bourges Quartiers Nord QP018001
CA Civis (Communauté Intercommunale des Villes Solidaires) St Pierre (Réunion) - Bois d’Olive QP974009 CA Civis (Communauté Intercommunale des Villes Solidaires) St Pierre (Réunion) - Bois d’Olive QP974009
CA de Béziers-Méditerranée Béziers Devèze QP034003 CA de Béziers-Méditerranée Béziers Devèze QP034003
CA de Forbach Porte de France PORTE DE France forbach WIESBERG- projet QP057003 CA de Forbach Porte de France PORTE DE France forbach WIESBERG- projet QP057003
CA de Forbach Porte de France PORTE DE France Behren - projet QP057002 CA de Forbach Porte de France PORTE DE France Behren - projet QP057002
CA de la Porte du Hainaut CA Porte du Hainaut-Denain Centre-QP059050 CA de la Porte du Hainaut CA Porte du Hainaut-Denain Centre-QP059050
CA de l’Auxerrois Auxerre - Sainte-Geneviève QP089002 CA de l’Auxerrois Auxerre - Sainte-Geneviève QP089002
CA de Lens - Liévin Lens-Cité 12-14-QP062024 CA de Lens - Liévin Lens-Cité 12-14-QP062024
CA de Nîmes Métropole Nîmes Pissevin-Valdegour QP030003 CA de Nîmes Métropole Nîmes Pissevin-Valdegour QP030003
CA de Nîmes Métropole Nîmes Chemin Bas d’Avignon -QP030005 CA de Nîmes Métropole Nîmes Chemin Bas d’Avignon -QP030005
CA de Nîmes Métropole Nîmes Mas de Mingue -QP030006 CA de Nîmes Métropole Nîmes Mas de Mingue -QP030006
CA du Beauvaisis Beauvais - St-Lucien - QP060010 CA du Beauvaisis Beauvais - St-Lucien - QP060010
CA du Beauvaisis Beauvais - Argentine - QP060011 CA du Beauvaisis Beauvais - Argentine - QP060011
CA du Calaisis Calais-Fort-Nieulay-QP062055 CA du Calaisis Calais-Fort-Nieulay-QP062055
CA du Calaisis Calais-Beau-Marais-QP062056 CA du Calaisis Calais-Beau-Marais-QP062056
CA du Centre Littoral Cayenne QP973001 QP973005 QP973007 QP973008 CA du Centre Littoral Cayenne QP973001 QP973005 QP973007 QP973008
QP973009 QP973010 QP973012 QP973013 QP973009 QP973010 QP973012 QP973013
CA du Grand Besançon Besançon - Planoise QP025004 CA du Grand Besançon Besançon - Planoise QP025004
CA du Pays de Montbéliard Montbéliard - Petite Hollande (PMA) QP025011 CA du Pays de Montbéliard Montbéliard - Petite Hollande (PMA) QP025011
CA du Sénonais Sens - Arènes Champs Plaisants QP089006 CA du Sénonais Sens - Arènes Champs Plaisants QP089006
CA Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart Corbeil - Les Tarterets QP091002 CA Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart Corbeil - Les Tarterets QP091002
CA Grand Troyes TROYES - projet JULES GUESDES QP010007 CA Grand Troyes TROYES - projet JULES GUESDES QP010007
St Benoit (Réunion) - Rive droite de St Benoit QP974025 St Benoit (Réunion) - Rive droite de St Benoit QP974025
CA Intercommunale de la Réunion Est (Cirest) St Denis (Réunion) - Vauban-Butor-Bas Maréchal Leclerc CA Intercommunale de la Réunion Est (Cirest) St Denis (Réunion) - Vauban-Butor-Bas Maréchal Leclerc
CA Intercommunale de la Réunion Est (Cirest) QP974027 QP974028 QP974029 CA Intercommunale de la Réunion Est (Cirest) QP974027 QP974028 QP974029
CA Limoges Métropole Limoges - Val de l’Aurence Sud QP087005 CA Limoges Métropole Limoges - Val de l’Aurence Sud QP087005
CA Limoges Métropole Limoges - Beaubreuil - QP087004 CA Limoges Métropole Limoges - Beaubreuil - QP087004
CA Melun Val de Seine Melun Plateau De Corbeil - Plein-ciel QP077010 CA Melun Val de Seine Melun Plateau De Corbeil - Plein-ciel QP077010
CA Metz Métropole METZ - projet BORNY QP057020 CA Metz Métropole METZ - projet BORNY QP057020
CA Mulhouse Alsace Agglomération (M2a) MULHOUSE COTEAUX - projet QP068003 CA Mulhouse Alsace Agglomération (M2a) MULHOUSE COTEAUX - projet QP068003
CA Mulhouse Alsace Agglomération (M2a) MULHOUSE DROUOT - projet QP068006 CA Mulhouse Alsace Agglomération (M2a) MULHOUSE DROUOT - projet QP068006
CA Mulhouse Alsace Agglomération (M2a) MULHOUSE Briand Wagner Péricentre - QP068005 CA Mulhouse Alsace Agglomération (M2a) MULHOUSE Briand Wagner Péricentre - QP068005
CA Roissy Pays de France Garges les Gonesse Dame Blanche QP095032 CA Roissy Pays de France Garges les Gonesse Dame Blanche QP095032
CA Roissy Pays de France Villiers le Bel Village-PLM-DLM QP095038 CA Roissy Pays de France Villiers le Bel Village-PLM-DLM QP095038
CA Roissy Pays de France Sarcelles Lochères QP095033 CA Roissy Pays de France Sarcelles Lochères QP095033
CA Seine Eure Val de Reuil-centre ville - QP027008 CA Seine Eure Val de Reuil-centre ville - QP027008

| 150 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 150 | Vivre ensemble – Vivre en grand
CA Territoire de la Côte Ouest (Tco) Le Port (Réunion) - Ariste Bolon QP974018 CA Territoire de la Côte Ouest (Tco) Le Port (Réunion) - Ariste Bolon QP974018
CA Villefranche Beaujolais Saône Villefranche - Belleroche - QP069008 CA Villefranche Beaujolais Saône Villefranche - Belleroche - QP069008
CA Tours (Plus) Tours Sanitas QP037009 CA Tours (Plus) Tours Sanitas QP037009
CC de Vitry, Champagne et Der VITRY LE FRANCOIS - projet LE HAMOIS QP051010 CC de Vitry, Champagne et Der VITRY LE FRANCOIS - projet LE HAMOIS QP051010
CC Haut - Bugey Oyonnax (Forge et Plaine) QP001006 CC Haut - Bugey Oyonnax (Forge et Plaine) QP001006
CU du Grand Nancy Nancy - projet PLATEAU DE HAYE NANCY QP054015 CU du Grand Nancy Nancy - projet PLATEAU DE HAYE NANCY QP054015
CU du Grand Nancy Laxou - projet LES PROVINCES QP054013 CU du Grand Nancy Laxou - projet LES PROVINCES QP054013
CU Grand Dijon Chenôve - le Mail (Grand Dijon) QP021002 CU Grand Dijon Chenôve - le Mail (Grand Dijon) QP021002
Métropole d’Aix-Marseille-Provence Port de Bouc- Aigues Douces La Lèque - QP013024 Métropole d’Aix-Marseille-Provence Port de Bouc- Aigues Douces La Lèque - QP013024
Métropole d’Aix-Marseille-Provence Marseille Frais Vallon/La Rose/Petit Séminaire QP013044 Métropole d’Aix-Marseille-Provence Marseille Frais Vallon/La Rose/Petit Séminaire QP013044
Métropole de LYON Vénissieux- Minguettes - St Fons Clochettes-QP069015 Métropole de LYON Vénissieux- Minguettes - St Fons Clochettes-QP069015
Métropole de LYON Bron - Parilly - QP069010 Métropole de LYON Bron - Parilly - QP069010
Métropole de LYON Lyon La Duchère - QP069037 Métropole de LYON Lyon La Duchère - QP069037
Métropole du Grand Paris T11 Alfortville QP094004 Métropole du Grand Paris T11 Alfortville QP094004
Métropole du Grand Paris T4 - Paris Ouest La Défense Nanterre QP092007 Métropole du Grand Paris T4 - Paris Ouest La Défense Nanterre QP092007
Métropole du Grand Paris T5 - Boucle Nord de Seine Villeneuve la Garenne QP092019 Métropole du Grand Paris T5 - Boucle Nord de Seine Villeneuve la Garenne QP092019
Métropole du Grand Paris T6 - Plaine Commune Stains La Prêtresse - Le Clos Saint Lazare - QP093048 Métropole du Grand Paris T6 - Plaine Commune Stains La Prêtresse - Le Clos Saint Lazare - QP093048
Métropole du Grand Paris T6 - Plaine Commune Pierrefitte - Fauvettes QP093036 Métropole du Grand Paris T6 - Plaine Commune Pierrefitte - Fauvettes QP093036
Métropole du Grand Paris T6 - Plaine Commune Saint Denis -Franc Moisin QP093028 Métropole du Grand Paris T6 - Plaine Commune Saint Denis -Franc Moisin QP093028
Métropole du Grand Paris T6 - Plaine Commune Saint-Denis Floréal-Saussaie-Courtilles QP093040 Métropole du Grand Paris T6 - Plaine Commune Saint-Denis Floréal-Saussaie-Courtilles QP093040
Métropole du Grand Paris T6 - Plaine Commune La Courneuve - les 4000 QP093028 Métropole du Grand Paris T6 - Plaine Commune La Courneuve - les 4000 QP093028
Métropole du Grand Paris T6 - Plaine Commune Saint-Denis Basilique QP093039 Métropole du Grand Paris T6 - Plaine Commune Saint-Denis Basilique QP093039
Métropole du Grand Paris T6 - Plaine Commune Saint-Denis Centre ancien QP093039 Métropole du Grand Paris T6 - Plaine Commune Saint-Denis Centre ancien QP093039
Métropole du Grand Paris T7 - Paris Terres d’Envol Grand Quartier - Aulnay/Sevran - QP093054 - QP093051 Métropole du Grand Paris T7 - Paris Terres d’Envol Grand Quartier - Aulnay/Sevran - QP093054 - QP093051
Métropole du Grand Paris T8 – Est Ensemble Aubervilliers - Villette/4 Chemins QP093028 - QP093024 Métropole du Grand Paris T8 – Est Ensemble Aubervilliers - Villette/4 Chemins QP093028 - QP093024
Métropole du Grand Paris T8 - Est Ensemble Noisy-le-Sec - Le londeau QP093021 Métropole du Grand Paris T8 - Est Ensemble Noisy-le-Sec - Le londeau QP093021
Métropole du Grand Paris T9 - Grand Paris Grand Est Neuilly-sur-Marne - Val Coteaux QP093058 Métropole du Grand Paris T9 - Grand Paris Grand Est Neuilly-sur-Marne - Val Coteaux QP093058
Métropole Européenne de Lille Lille Métropole-Roubaix-QP059082 Métropole Européenne de Lille Lille Métropole-Roubaix-QP059082
Métropole Grenoble-Alpes-Métropole Grenoble Villeneuve QP038007 Métropole Grenoble-Alpes-Métropole Grenoble Villeneuve QP038007
Métropole Grenoble-Alpes-Métropole Echirolles Essarts Surieux QP038003 Métropole Grenoble-Alpes-Métropole Echirolles Essarts Surieux QP038003
Métropole Rouen Normandie Rouen - Hauts de Rouen - QP076022 Métropole Rouen Normandie Rouen - Hauts de Rouen - QP076022
Métropole Rouen Normandie Cléon - St Aubin - Art et Fleurs Feugrais - QP076012 Métropole Rouen Normandie Cléon - St Aubin - Art et Fleurs Feugrais - QP076012
Toulouse Métropole Toulouse-Grand Mirail-QP031011 Toulouse Métropole Toulouse-Grand Mirail-QP031011

| 151 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 151 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Annexe 07 : Annexe 07 :

Les copropriétés en extrême difficulté Les copropriétés en extrême difficulté

| 152 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 152 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Région Commune Quartier Nombre Région Commune Quartier Nombre
Département de logements Département de logements
concernés concernés

Grand Est (68) Mulhouse Les Coteaux 457 Grand Est (68) Mulhouse Les Coteaux 457
Ile de France (78) Mantes-La-Jolie Val Fourré 618 Ile de France (78) Mantes-La-Jolie Val Fourré 618
Ile de France (91) Evry Les Pyramides 1500 Ile de France (91) Evry Les Pyramides 1500
Ile de France (91) Grigny Grigny 2 5000 Ile de France (91) Grigny Grigny 2 5000
Ile de France (93) Aubervilliers Quatre chemins, Landy à l’étude Ile de France (93) Aubervilliers Quatre chemins, Landy à l’étude
Ile de France (93) Clichy-sous-Bois Haut-Clichy, Centre-ville, 2500 Ile de France (93) Clichy-sous-Bois Haut-Clichy, Centre-ville, 2500
(dont 1500 sur Etoile- (dont 1500 sur Etoile-
Bosquets, Lucien-Noël du-Chêne-Pointu et
Bosquets, Lucien-Noël du-Chêne-Pointu et
Chêne-Pointu) Chêne-Pointu)

Ile de France (93) Epinay-sur-Seine Orgemont 160 Ile de France (93) Epinay-sur-Seine Orgemont 160
Ile de France (93) Pierrefitte-sur-Seine Joncherolles - Fauvettes 140 Ile de France (93) Pierrefitte-sur-Seine Joncherolles - Fauvettes 140
Ile de France (93) Saint-Denis Centre ancien à l’étude Ile de France (93) Saint-Denis Centre ancien à l’étude
Occitanie (30) Nîmes Pissevin-Valdegour 1800 Occitanie (30) Nîmes Pissevin-Valdegour 1800
Occitanie (30) Nîmes Chemin-Bas-D’Avignon 100 Occitanie (30) Nîmes Chemin-Bas-D’Avignon 100
Occitanie (30) Nîmes Mas-de-Mingue 269 Occitanie (30) Nîmes Mas-de-Mingue 269
Occitanie (31) Toulouse Le Grand Mirail 1050 Occitanie (31) Toulouse Le Grand Mirail 1050
Occitanie (34) Montpellier Mosson 2283 Occitanie (34) Montpellier Mosson 2283
Provence-Alpes- Marseille Centre ville – Canet – Arnavaux – 1450 Provence-Alpes- Marseille Centre ville – Canet – Arnavaux – 1450
Côte-D’Azur (13) Jean Jaurès Côte-D’Azur (13) Jean Jaurès
Provence-Alpes- Marseille Malpassé-Corot 375 Provence-Alpes- Marseille Malpassé-Corot 375
Côte-D’Azur (13) Côte-D’Azur (13)
Provence-Alpes- Marseille Bon Secours, les Rosiers, Marine Bleue, 580 Provence-Alpes- Marseille Bon Secours, les Rosiers, Marine Bleue, 580
Côte-D’Azur (13) Grand Saint, Barthélémy, Saint-Jérôme Côte-D’Azur (13) Grand Saint, Barthélémy, Saint-Jérôme
Provence-Alpes- Marseille Kalliste – La Granière – La Soldiarité 750 Provence-Alpes- Marseille Kalliste – La Granière – La Soldiarité 750
Côte-D’Azur (13) Côte-D’Azur (13)

| 153 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 153 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Annexe 08 : Annexe 08 :

Cahier des charges du plan d’urgence Cahier des charges du plan d’urgence
pour les écoles et les collèges de demain pour les écoles et les collèges de demain

| 154 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 154 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Il faut un plan pour les écoles et les collèges Il faut un plan pour les écoles et les collèges
dans les QPV dans les QPV

Pour des raisons démographiques Pour des raisons démographiques

Les besoins d’accueil augmentent : Les besoins d’accueil augmentent :

- en maternelle, la scolarité à 3 ans va faire légèrement progresser le nombre d’élèves ; - en maternelle, la scolarité à 3 ans va faire légèrement progresser le nombre d’élèves ;
- en primaire, le dédoublement des CP et CE1 en REP+ conduit mécaniquement - en primaire, le dédoublement des CP et CE1 en REP+ conduit mécaniquement
à un besoin de nouveaux espaces ; à un besoin de nouveaux espaces ;
- en collège, la population accueillie dans les collèges publics des QPV a augmenté - en collège, la population accueillie dans les collèges publics des QPV a augmenté
de 3,9% entre les rentrées 2013 et 2015. de 3,9% entre les rentrées 2013 et 2015.

Pour des raisons patrimoniales Pour des raisons patrimoniales

L’état du patrimoine bâti des écoles et collèges est très hétérogène, mais néanmoins très L’état du patrimoine bâti des écoles et collèges est très hétérogène, mais néanmoins très
mal connu nationalement. Le rapport d’Olivier Klein recommande ainsi de « mener un mal connu nationalement. Le rapport d’Olivier Klein recommande ainsi de « mener un
inventaire de l’état du patrimoine scolaire existant). De façon plus générale, il faut avoir inventaire de l’état du patrimoine scolaire existant). De façon plus générale, il faut avoir
conscience que le cycle de vie d’un collège s’établit sur 40 à 50 ans. Ce qui signifie que conscience que le cycle de vie d’un collège s’établit sur 40 à 50 ans. Ce qui signifie que
dans les 30 années qui nous séparent de la décentralisation, les départements n’ont pas pu dans les 30 années qui nous séparent de la décentralisation, les départements n’ont pas pu
achever la remise à niveau intégrale du patrimoine. Certaines situations locales ont montré achever la remise à niveau intégrale du patrimoine. Certaines situations locales ont montré
les conséquences d’une politique de sous-investissement et de sous-entretien du patri- les conséquences d’une politique de sous-investissement et de sous-entretien du patri-
moine. Mais dans chaque ville, dans chaque quartier, il existe des établissements dont le moine. Mais dans chaque ville, dans chaque quartier, il existe des établissements dont le
bâti arrive à bout de souffle. bâti arrive à bout de souffle.

Pour des raisons pédagogiques Pour des raisons pédagogiques

L’enseignement a formidablement évolué depuis 10 ans. Les petits groupes, les projets L’enseignement a formidablement évolué depuis 10 ans. Les petits groupes, les projets
d’ouverture culturelle et artistique, le numérique, l’enseignement des langues en primaire d’ouverture culturelle et artistique, le numérique, l’enseignement des langues en primaire
ont bouleversé les pratiques pédagogiques. On ne devrait plus faire classe de la même fa- ont bouleversé les pratiques pédagogiques. On ne devrait plus faire classe de la même fa-
çon, dans des lieux immuables. En collège, il est urgent d’inverser partout le principe « les çon, dans des lieux immuables. En collège, il est urgent d’inverser partout le principe « les
élèves se rendent dans la classe du professeur » pour venir au principe « les professeurs élèves se rendent dans la classe du professeur » pour venir au principe « les professeurs
se rendent dans la classe des élèves », parce que le système doit être pensé autour de son se rendent dans la classe des élèves », parce que le système doit être pensé autour de son
usager, l’élève, parce que le numérique le permet aujourd’hui, parce que cela diviserait par usager, l’élève, parce que le numérique le permet aujourd’hui, parce que cela diviserait par
30 les mouvements de foule à l’intérieur du collège, et parce que cela réduirait considéra- 30 les mouvements de foule à l’intérieur du collège, et parce que cela réduirait considéra-
blement les espaces perdus. blement les espaces perdus.

Pour des raisons de finances locales Pour des raisons de finances locales

L’investissement des communes dans les écoles maternelles et primaires est notoirement L’investissement des communes dans les écoles maternelles et primaires est notoirement
insuffisant dans les communes pauvres. Non pas que les besoins y seraient moindres : les insuffisant dans les communes pauvres. Non pas que les besoins y seraient moindres : les
communes pauvres sont fréquemment aussi celles où il y a le plus d’enfants. Mais parce communes pauvres sont fréquemment aussi celles où il y a le plus d’enfants. Mais parce
que les ressources de ces communes sont insuffisantes. que les ressources de ces communes sont insuffisantes.

C’est pour cette raison que l’ANRU a intégré au programme de renouvellement urbain 520 C’est pour cette raison que l’ANRU a intégré au programme de renouvellement urbain 520
opérations de rénovation ou de construction d’écoles primaires, pour un montant total de opérations de rénovation ou de construction d’écoles primaires, pour un montant total de
1,9 Md€, dont 620 M€ pris en charge par l’ANRU, ce qui représente 40% des équipements 1,9 Md€, dont 620 M€ pris en charge par l’ANRU, ce qui représente 40% des équipements
publics financés (hors logement) durant les 10 dernières années, mais moins de 8% des publics financés (hors logement) durant les 10 dernières années, mais moins de 8% des
écoles (6.700). Ce bilan mitigé, compte tenu de l’enjeu de l’éducation dans les quartiers, écoles (6.700). Ce bilan mitigé, compte tenu de l’enjeu de l’éducation dans les quartiers,
s’explique en partie par la difficulté pour les villes concernées de mobiliser l’investissement s’explique en partie par la difficulté pour les villes concernées de mobiliser l’investissement
nécessaire, même avec un taux de cofinancement de l’ANRU à 30% (contre 25% pour les nécessaire, même avec un taux de cofinancement de l’ANRU à 30% (contre 25% pour les
opérations de renouvellement urbain). Les communes doivent également assumer le coût opérations de renouvellement urbain). Les communes doivent également assumer le coût
de fonctionnement des structures nouvelles, avec des budgets très contraints dans les de fonctionnement des structures nouvelles, avec des budgets très contraints dans les
communes pauvres. communes pauvres.

| 155 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 155 | Vivre ensemble – Vivre en grand
L’opportunité du transfert de la compétence scolaire à l’EPCI dans les QPV, comme acces- L’opportunité du transfert de la compétence scolaire à l’EPCI dans les QPV, comme acces-
soire à la compétence politique de la ville, doit être étudiée par les agglomérations. soire à la compétence politique de la ville, doit être étudiée par les agglomérations.

Dans les départements, un élan très important de remise à niveau, réhabilitation et recons- Dans les départements, un élan très important de remise à niveau, réhabilitation et recons-
truction a été engagé à partir de 1986. La bonne situation financière des départements a truction a été engagé à partir de 1986. La bonne situation financière des départements a
justifié que l’ANRU n’intervienne pas sur les collèges au titre du PNRU. L’investissement justifié que l’ANRU n’intervienne pas sur les collèges au titre du PNRU. L’investissement
dans les collèges a considérablement marqué le pas depuis la crise financière des dépar- dans les collèges a considérablement marqué le pas depuis la crise financière des dépar-
tements. Un timide et éphémère « plan collège » a été lancé par l’ANRU en 2009, qui n’a tements. Un timide et éphémère « plan collège » a été lancé par l’ANRU en 2009, qui n’a
occasionné que 19 M€ de dépenses de l’ANRU jusqu’à sa clôture en 2013. Tant que la occasionné que 19 M€ de dépenses de l’ANRU jusqu’à sa clôture en 2013. Tant que la
situation financière des départements n’aura pas été rétablie, un soutien significatif en leur situation financière des départements n’aura pas été rétablie, un soutien significatif en leur
direction sera nécessaire pour relancer la rénovation et la construction de collèges en QPV. direction sera nécessaire pour relancer la rénovation et la construction de collèges en QPV.

Il faut un volet spécifique pour les collèges Il faut un volet spécifique pour les collèges

Un collège, ce n’est pas qu’un collège : Un collège, ce n’est pas qu’un collège :

C’est un espace pédagogique dans lequel des élèves suivent un cycle d’enseignement C’est un espace pédagogique dans lequel des élèves suivent un cycle d’enseignement
pendant 4 ans, de la 6éme à la 3ème. Cette pédagogie est chaînée avec l’avant et l’après : pendant 4 ans, de la 6éme à la 3ème. Cette pédagogie est chaînée avec l’avant et l’après :
la première classe du collège, fait partie du cycle pédagogique « de consolidation » qui se la première classe du collège, fait partie du cycle pédagogique « de consolidation » qui se
déroule du CM& à la 6ème ; la 3ème est le moment de l’orientation vers le type de lycée ou déroule du CM& à la 6ème ; la 3ème est le moment de l’orientation vers le type de lycée ou
d’enseignement professionnel. Il faut donc organiser les transitions, et on pourrait imaginer d’enseignement professionnel. Il faut donc organiser les transitions, et on pourrait imaginer
des établissements dans lesquels les scissions ne se feraient pas en 6ème, mais en 5ème. des établissements dans lesquels les scissions ne se feraient pas en 6ème, mais en 5ème.

C’est une communauté de l’ordre de 500 élèves, une cinquantaine d’enseignants, une C’est une communauté de l’ordre de 500 élèves, une cinquantaine d’enseignants, une
équipe de direction et une petite dizaine de personnels ouvriers, d’entretien et de service. équipe de direction et une petite dizaine de personnels ouvriers, d’entretien et de service.
Mais les collèges sont de taille très différente : 13% des établissements accueillant 21% Mais les collèges sont de taille très différente : 13% des établissements accueillant 21%
des élèves comptent plus de 700 élèves ; 2% des établissements accueillant 4% des élèves des élèves comptent plus de 700 élèves ; 2% des établissements accueillant 4% des élèves
comptent plus de 900 élèves. La réduction de la taille des collèges, en particulier là où se comptent plus de 900 élèves. La réduction de la taille des collèges, en particulier là où se
concentrent les difficultés sociales, est une des conditions d’un projet pédagogique de concentrent les difficultés sociales, est une des conditions d’un projet pédagogique de
qualité. qualité.

C’est un lieu de vie dans lequel des enfants deviennent des adolescents, avec les transfor- C’est un lieu de vie dans lequel des enfants deviennent des adolescents, avec les transfor-
mations physiques, les découvertes et les relations humaines, amicales et amoureuses liées mations physiques, les découvertes et les relations humaines, amicales et amoureuses liées
à l’âge et au groupe. Le collège doit être pensé comme un lieu de vie et de partage pour nos à l’âge et au groupe. Le collège doit être pensé comme un lieu de vie et de partage pour nos
enfants et nos adolescents, un lieu d’ouverture et de bien-être. enfants et nos adolescents, un lieu d’ouverture et de bien-être.

C’est un projet pédagogique porté par une équipe emmenée par un chef d’établissement. C’est un projet pédagogique porté par une équipe emmenée par un chef d’établissement.
Chaque établissement dispose de l’application d’aide au pilotage et à l’auto-évaluation des Chaque établissement dispose de l’application d’aide au pilotage et à l’auto-évaluation des
établissements (APAE) pour connaître sa situation (élèves et personnels) et sa performance établissements (APAE) pour connaître sa situation (élèves et personnels) et sa performance
scolaire. La réussite de cette pédagogie peut être mesurée par l’indice de valeur ajouté scolaire. La réussite de cette pédagogie peut être mesurée par l’indice de valeur ajouté
des collèges (IVAC) qui montre comment l’établissement se situe par rapport au niveau des collèges (IVAC) qui montre comment l’établissement se situe par rapport au niveau
attendu compte tenu de l’origine sociale de ses élèves. Les facteurs de réussite principaux attendu compte tenu de l’origine sociale de ses élèves. Les facteurs de réussite principaux
sont l’encouragement de l’autonomie et de l’initiative pédagogiques, le partage du projet sont l’encouragement de l’autonomie et de l’initiative pédagogiques, le partage du projet
par l’équipe, la continuité de l’équipe, la mobilisation de ressources internes et externes par l’équipe, la continuité de l’équipe, la mobilisation de ressources internes et externes
au service du projet, la capacité de management du chef d’établissement… Ces éléments au service du projet, la capacité de management du chef d’établissement… Ces éléments
sont des conditions absolument nécessaires à la réussite d’un programme collèges en QPV. sont des conditions absolument nécessaires à la réussite d’un programme collèges en QPV.

C’est un ensemble de bâtiments destinés à l’enseignement, à la restauration, au sport, C’est un ensemble de bâtiments destinés à l’enseignement, à la restauration, au sport,
à la détente, à l’administration, aux réunions, au spectacle… Des bâtiments généralement à la détente, à l’administration, aux réunions, au spectacle… Des bâtiments généralement
utilisés de 8h à 17h, 4 jours et demi par semaine, 36 semaines par an, et généralement utilisés de 8h à 17h, 4 jours et demi par semaine, 36 semaines par an, et généralement
inutilisés 5 heures chaque soir, 2 jours et demi par semaine, 16 semaines par an. Il relève inutilisés 5 heures chaque soir, 2 jours et demi par semaine, 16 semaines par an. Il relève

| 156 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 156 | Vivre ensemble – Vivre en grand
de l’évidence la plus absolue que les locaux doivent être bien davantage et bien mieux uti- de l’évidence la plus absolue que les locaux doivent être bien davantage et bien mieux uti-
lisés. Cette utilisation est possible, sous la responsabilité du maire, pour pour l’organisation lisés. Cette utilisation est possible, sous la responsabilité du maire, pour pour l’organisation
d’activités à caractère culturel, sportif, social ou socio-éducatif (article L 212-15 du code d’activités à caractère culturel, sportif, social ou socio-éducatif (article L 212-15 du code
de l’éducation nationale) ou, sous la responsabilité du président du conseil départemental, de l’éducation nationale) ou, sous la responsabilité du président du conseil départemental,
par des entreprises, par des organismes de formation et, pour les besoins de l’éducation par des entreprises, par des organismes de formation et, pour les besoins de l’éducation
populaire, de la vie citoyenne et des pratiques culturelles et artistiques, par des associations populaire, de la vie citoyenne et des pratiques culturelles et artistiques, par des associations
(article L 213-2-2). (article L 213-2-2).

C’est la tête d’un réseau constitué avec les écoles primaires du ressort. En éducation C’est la tête d’un réseau constitué avec les écoles primaires du ressort. En éducation
prioritaire, le collège constitue la tête du réseau d’éducation prioritaire. C’est donc à partir prioritaire, le collège constitue la tête du réseau d’éducation prioritaire. C’est donc à partir
du collège et avec l’ensemble des écoles du secteur qu’il convient d’organiser le pilotage du collège et avec l’ensemble des écoles du secteur qu’il convient d’organiser le pilotage
de la cité éducative. de la cité éducative.

C’est un pôle qui structure la ville, par les flux de population qu’il draine, et surtout par C’est un pôle qui structure la ville, par les flux de population qu’il draine, et surtout par
l’influence qu’il exerce, via la carte scolaire, sur le peuplement des différents quartiers (ef- l’influence qu’il exerce, via la carte scolaire, sur le peuplement des différents quartiers (ef-
fets d’attraction, effets d’évitement, effets de fuite). La mixité dans les collèges et dans les fets d’attraction, effets d’évitement, effets de fuite). La mixité dans les collèges et dans les
quartiers, en retenant, voire attirant les classes moyennes, passe notamment par : quartiers, en retenant, voire attirant les classes moyennes, passe notamment par :

- la qualité du bâti - la qualité du bâti

- des projets pédagogiques innovants et des spécialités recherchées - des projets pédagogiques innovants et des spécialités recherchées
(le chinois plutôt que le basket-ball) (le chinois plutôt que le basket-ball)

- des cartes scolaires qui accompagnent des stratégies urbaines, - des cartes scolaires qui accompagnent des stratégies urbaines,
en évitant des effets ghetto sur certains collèges. en évitant des effets ghetto sur certains collèges.

On ne peut donc pas séparer stratégie urbaine, stratégie de peuplement et stratégie sco- On ne peut donc pas séparer stratégie urbaine, stratégie de peuplement et stratégie sco-
laire. Au contraire, la stratégie d’implantation des collèges et l’effort de qualité pédagogique laire. Au contraire, la stratégie d’implantation des collèges et l’effort de qualité pédagogique
dans les collèges sont des facteurs clés du renouvellement urbain et de la mixité. On ne dans les collèges sont des facteurs clés du renouvellement urbain et de la mixité. On ne
peut pas définir ni piloter de projet urbain sans traiter la question scolaire. peut pas définir ni piloter de projet urbain sans traiter la question scolaire.

| 157 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 157 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Les mesures du plan Les mesures du plan

Diagnostic Diagnostic

• Réaliser un état des lieux du bâti des établissements scolaires, local et national • Réaliser un état des lieux du bâti des établissements scolaires, local et national

• Réaliser un état des lieux local des résultats (indice de valeur ajoutée) et des réputations • Réaliser un état des lieux local des résultats (indice de valeur ajoutée) et des réputations
des collèges publics et privés des villes impliquées dans le NPNRU des collèges publics et privés des villes impliquées dans le NPNRU

Remise à niveau du bâti Remise à niveau du bâti

• Dans les quartiers NPNRU, rénover les 200 écoles les plus vétustes et construire 100 • Dans les quartiers NPNRU, rénover les 200 écoles les plus vétustes et construire 100
écoles avec une aide exceptionnelle de l’Etat écoles avec une aide exceptionnelle de l’Etat

• Dans les quartiers NPNRU, proposer aux départements de rénover ou détruire les 100 • Dans les quartiers NPNRU, proposer aux départements de rénover ou détruire les 100
collèges les plus denses et vétustes, sans mixité scolaire, et de reconstruire 50 collèges de collèges les plus denses et vétustes, sans mixité scolaire, et de reconstruire 50 collèges de
petite taille (400 élèves) en bordure de quartier, avec une aide exceptionnelle de l’Etat petite taille (400 élèves) en bordure de quartier, avec une aide exceptionnelle de l’Etat

• L’ensemble fera l’objet d’un fonds d’investissement éducatif doté de 1 Md€ sur 5 ans • L’ensemble fera l’objet d’un fonds d’investissement éducatif doté de 1 Md€ sur 5 ans
(200M€/an) pour une aide exceptionnelle à la remise à niveau du bâti scolaire, pour des (200M€/an) pour une aide exceptionnelle à la remise à niveau du bâti scolaire, pour des
projets s’inscrivant dans une stratégie volontariste d’innovation pédagogique et de renfor- projets s’inscrivant dans une stratégie volontariste d’innovation pédagogique et de renfor-
cement de la mixité scolaire, dont le taux tiendra compte de la richesse de la collectivité cement de la mixité scolaire, dont le taux tiendra compte de la richesse de la collectivité
maître d’ouvrage. maître d’ouvrage.

Projet pédagogique Projet pédagogique

• Dans les quartiers NPNRU, doter chaque collège public d’un atout pédagogique suscep- • Dans les quartiers NPNRU, doter chaque collège public d’un atout pédagogique suscep-
tible de renforcer la mixité sociale : une langue recherchée, un jumelage avec un établisse- tible de renforcer la mixité sociale : une langue recherchée, un jumelage avec un établisse-
ment étranger, une section internationale, une classe à horaires aménagés (culture, sport)…. ment étranger, une section internationale, une classe à horaires aménagés (culture, sport)….

• Expérimenter dans les collèges REP/ REP+ en NPNRU les mesures favorisant l’innovation • Expérimenter dans les collèges REP/ REP+ en NPNRU les mesures favorisant l’innovation
pédagogique et la continuité de l’équipe pédagogique : pédagogique et la continuité de l’équipe pédagogique :

- postes à profil pour l’équipe de direction, les matières « atouts pédagogiques », - postes à profil pour l’équipe de direction, les matières « atouts pédagogiques »,
les professeurs principaux, et choix de recrutement final par le chef d’établissement les professeurs principaux, et choix de recrutement final par le chef d’établissement

- programme de formation avant prise de poste, en particulier pour les chefs - programme de formation avant prise de poste, en particulier pour les chefs
d’établissement d’établissement

- approfondissement de l’autonomie pédagogique et de management, - approfondissement de l’autonomie pédagogique et de management,


dans le cadre des programmes et du statut de la fonction publique dans le cadre des programmes et du statut de la fonction publique

- mesures RH favorisant la stabilité de l’équipe : recrutement prioritaire d’ensei- - mesures RH favorisant la stabilité de l’équipe : recrutement prioritaire d’ensei-
gnants expérimentés, bonus de carrière lié à la durée dans le poste, accès à gnants expérimentés, bonus de carrière lié à la durée dans le poste, accès à
des logements dans le parc social, recrutements locaux de contractuels des logements dans le parc social, recrutements locaux de contractuels
(mathématiques…) (mathématiques…)

• Expérimenter dans des quartiers NPNRU une organisation des établissements scolaires • Expérimenter dans des quartiers NPNRU une organisation des établissements scolaires
couvrant chacun un cycle pédagogique : couvrant chacun un cycle pédagogique :

- cycle 2, ou cycle des apprentissages fondamentaux, du CP au CE2 - cycle 2, ou cycle des apprentissages fondamentaux, du CP au CE2

- cycle 3, ou cycle de consolidation, du CM1 à la 6ème - cycle 3, ou cycle de consolidation, du CM1 à la 6ème

- cycle 4, ou cycle des approfondissements, de la 5ème à la 3ème - cycle 4, ou cycle des approfondissements, de la 5ème à la 3ème

| 158| 158
| |Vivre
Vivre
ensemble
ensemble
– Vivre
– Vivre
en grand
en grand la République | 158| 158
| |Vivre
Vivre
ensemble
ensemble
– Vivre
– Vivre
en grand
en grand la République
Partenariat Partenariat

• Dans les REP+, désigner un principal adjoint de collège chargé des partenariats éducatifs, • Dans les REP+, désigner un principal adjoint de collège chargé des partenariats éducatifs,
choisi sur profil, dans chacun des collèges têtes de réseau des 365 REP+ choisi sur profil, dans chacun des collèges têtes de réseau des 365 REP+

• Dans les territoires regroupant plusieurs REP ou REP+, désigner un principal de collège • Dans les territoires regroupant plusieurs REP ou REP+, désigner un principal de collège
sans établissement chargé des partenariats éducatifs, choisi sur profil sans établissement chargé des partenariats éducatifs, choisi sur profil

• Dans les QPV, ouvrir chaque collège à une utilisation hors temps scolaire pour des activi- • Dans les QPV, ouvrir chaque collège à une utilisation hors temps scolaire pour des activi-
tés à caractère culturel, sportif, social ou socio-éducatif, dans les conditions prévues par les tés à caractère culturel, sportif, social ou socio-éducatif, dans les conditions prévues par les
articles L 212-15 et L 213-2-2 du code de l’éducation nationale articles L 212-15 et L 213-2-2 du code de l’éducation nationale

Mixité scolaire Mixité scolaire

• Dans les communes concernées par le NPNRU, remodeler la carte scolaire à l’échelle de • Dans les communes concernées par le NPNRU, remodeler la carte scolaire à l’échelle de
la ville, voire de plusieurs communes pour « rebattre les cartes » en équilibrant les popula- la ville, voire de plusieurs communes pour « rebattre les cartes » en équilibrant les popula-
tions et en tenant compte des effets de réputation des établissements et de l’offre du privé ; tions et en tenant compte des effets de réputation des établissements et de l’offre du privé ;
redéfinir la carte scolaire en accompagnement de la création d’un nouvel établissement ; redéfinir la carte scolaire en accompagnement de la création d’un nouvel établissement ;
organiser une seule zone d’affectation pour plusieurs établissements… Compétence du organiser une seule zone d’affectation pour plusieurs établissements… Compétence du
département département

• Tout projet de renouvellement urbain doit prendre en compte la question du lien entre stra- • Tout projet de renouvellement urbain doit prendre en compte la question du lien entre stra-
tégie urbaine, pour que la stratégie de peuplement et la stratégie scolaire aient été traitées tégie urbaine, pour que la stratégie de peuplement et la stratégie scolaire aient été traitées
au bon niveau. A ce titre, la question de l’opportunité du maintien, de la restructuration ou au bon niveau. A ce titre, la question de l’opportunité du maintien, de la restructuration ou
du déplacement des collèges doit être traitée dans chaque quartier PNRU et doit si néces- du déplacement des collèges doit être traitée dans chaque quartier PNRU et doit si néces-
saire être financée pour partie par l’ANRU saire être financée pour partie par l’ANRU

Appel à idées international Appel à idées international

Afin de marquer l’ambition de la France d’investir massivement dans l’éducation inclusive Afin de marquer l’ambition de la France d’investir massivement dans l’éducation inclusive
et de bénéficier des expériences les plus innovantes, un appel à idées international pour et de bénéficier des expériences les plus innovantes, un appel à idées international pour
l’école d’après demain», à destination d’architectes et d’urbanistes, à labelliser dans l’école d’après demain», à destination d’architectes et d’urbanistes, à labelliser dans
le cadre du programme EUROPAN, sera proposé chaque année, pour un coût de 1M€ le cadre du programme EUROPAN, sera proposé chaque année, pour un coût de 1M€
par an. par an.

Sur le modèle de l’appel à projets « réinventer la Seine » ou «réinventer Paris », il s’agira Sur le modèle de l’appel à projets « réinventer la Seine » ou «réinventer Paris », il s’agira
d’imaginer l’école d’après-demain (inclusive, numérique, ouverte sur la ville), celle qui sera d’imaginer l’école d’après-demain (inclusive, numérique, ouverte sur la ville), celle qui sera
bâtie sur les principes que les chercheurs et les scientifiques feront émerger demain. Ce qui bâtie sur les principes que les chercheurs et les scientifiques feront émerger demain. Ce qui
est recherché, c’est un profond renouvellement de la pensée, des concepts qui aideront à est recherché, c’est un profond renouvellement de la pensée, des concepts qui aideront à
faire évoluer l’école en avance sur son temps. faire évoluer l’école en avance sur son temps.

Pour commencer à mettre en œuvre ces idées, essaimer sur le territoire et faire la preuve Pour commencer à mettre en œuvre ces idées, essaimer sur le territoire et faire la preuve
des possibles, plusieurs projets inspirés de l’appel à idées seront cofinancés chaque année des possibles, plusieurs projets inspirés de l’appel à idées seront cofinancés chaque année
par le fonds d’investissement éducatif dans les quartiers par le fonds d’investissement éducatif dans les quartiers

| 159 | Vivre ensemble – Vivre en grand Plan de mobilisation de la Nation pour la cohésion urbaine | 159 | | 159 | Vivre ensemble – Vivre en grand Plan de mobilisation de la Nation pour la cohésion urbaine | 159 |
Annexe 09 : Annexe 09 :

35.000 professionnels 35.000 professionnels


de l’action sociale dans les QPV de l’action sociale dans les QPV

| 160 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 160 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Ordre de grandeur du nombre de professionnels de l’action sociale mobilisés directe- Ordre de grandeur du nombre de professionnels de l’action sociale mobilisés directe-
ment dans les QPV, à partir des statistiques d’emploi nationales des principaux réseaux : ment dans les QPV, à partir des statistiques d’emploi nationales des principaux réseaux :
de 35.000 à 40.000 professionnels de l’action sociale dans les QPV, soit environ un profes- de 35.000 à 40.000 professionnels de l’action sociale dans les QPV, soit environ un profes-
sionnel de l’action sociale pour 150 habitants. sionnel de l’action sociale pour 150 habitants.

Auxquels s’ajoute la richesse du tissu associatif et du bénévolat Auxquels s’ajoute la richesse du tissu associatif et du bénévolat

Centres sociaux : Centres sociaux :

De 12.000 à 15.000 personnes (animateurs principalement) De 12.000 à 15.000 personnes (animateurs principalement)

Projets collectifs, loisirs, accompagnement individuel et collectif, Projets collectifs, loisirs, accompagnement individuel et collectif,
socialisation, services aux habitants. socialisation, services aux habitants.

Financeur principal CAF ; autres communes, politique de la ville Financeur principal CAF ; autres communes, politique de la ville
et départements et départements

Médiateurs sociaux : Médiateurs sociaux :

12.000 personnes 12.000 personnes

Accès aux droits, prévention et gestion de conflits, présence sur le terrain, Accès aux droits, prévention et gestion de conflits, présence sur le terrain,
dont 4.000 adultes-relais (60% de femmes) dont 4.000 adultes-relais (60% de femmes)

Financeurs communes, bailleurs, politique de la ville Financeurs communes, bailleurs, politique de la ville

Départements : Départements :

De 6.000 à 8.000 personnes (assistants sociaux, éducateurs spécialisés, De 6.000 à 8.000 personnes (assistants sociaux, éducateurs spécialisés,
médiateurs administratifs, médecins, puéricultrices…) médiateurs administratifs, médecins, puéricultrices…)

Accès aux droits, accompagnement social individuel et collectif, Accès aux droits, accompagnement social individuel et collectif,
protection de l’enfance, santé de la mère et de l’enfant… protection de l’enfance, santé de la mère et de l’enfant…

Prévention spécialisée : Prévention spécialisée :



4.000 personnes (éducateurs spécialisés principalement) 4.000 personnes (éducateurs spécialisés principalement)

Actions d’éducation auprès de jeunes en voie de marginalisation Actions d’éducation auprès de jeunes en voie de marginalisation

Financeur principal département, métropole quand la compétence Financeur principal département, métropole quand la compétence
est déléguée est déléguée

CCAS : CCAS :

De 1.000 à 2.000 personnes (assistants sociaux et personnels administratifs) De 1.000 à 2.000 personnes (assistants sociaux et personnels administratifs)

Accès aux droits, accompagnement social individuel et collectif Accès aux droits, accompagnement social individuel et collectif

Financeur principal communes Financeur principal communes

| 161 | Vivre ensemble – Vivre en grand | 161 | Vivre ensemble – Vivre en grand
Pour une réconciliation nationale Pour une réconciliation nationale