Vous êtes sur la page 1sur 14

Introduction à la physique de la communication

Chapitre II
Transmission de Données

Sommaire
1.Introduction

2.Notions de base en transmission


2.1. Modes d’exploitation d’un circuit de données
2.2. Bande passante
2.3. Rapidité de modulation et Débit binaire
2.4. Capacité d’une voie de transmission
3.La Transmission en bande de base
4.La Modulation
5.Mode de Transmission
6.Multiplexage
2

1
1. Introduction

1. Notions de base en transmission


Un circuit de données, composé habituellement de deux ou
plusieurs ETCD et de la ligne de transmission, possède plusieurs
caractéristiques. Nous citons, à titre d'exemple, quelques unes des
caractéristiques des circuits de données :

 Mode d'exploitation

Bande passante,

Débit mesuré en nombre de bits par seconde

Rapidité de modulation mesuré en baud

Capacité,

Type de modulation

Mode de transmission (synchrone ou asynchrone)

…etc 4

2
2.1. Modes d’exploitation d’un circuit de données

La transmission des informations entre deux extrémités d’un circuit de


données peut s’effectuer de plusieurs façons :
Mode Simplex : une extrémité émet l’autre ne fait que recevoir

Mode semi-duplex : appelé également bidirectionnel (en anglais half-duplex


ou HDx) la transmission se fait dans les deux sens mais pas simultanément
(liaison à l’alternat)

Mode duplex : appelé bidirectionnel simultané (Full Duplex) ou la


transmission s’effectue dans les deux sens et simultanément.

2.2. Bande passante


On appelle bande passante W d’une voie de transmission l’espace de
fréquences tel que tout signal appartenant à cet intervalle, ne subit qu’un
petit affaiblissement. Autrement dit : la Bande passante d’une voie de
transmission est le domaine de fréquences dans lequel les distorsions de la
voie restent dans des limites acceptables
Un circuit de données est assimilable à un filtre de type Passe Bande.
Autrement dit, seule une certaine bande de fréquence est correctement
transmise. La réponse spectrale d’un circuit parfait indique une atténuation
totale de toutes les fréquences extérieures à la bande. Dans la pratique, la
réponse n’est pas aussi franche, et on définit en général la bande passante
(encore appelé largeur de bande du circuit par :
W = f2 - f1 (W est exprimé en Hertz (Hz))

Exemple : La ligne téléphonique usuelle ne laisse passer que les signaux dont
l’affaiblissement est inférieur à 6 dB ce qui correspond à une plage de fréquences
6
allant de 300 Hz à 3400 Hz. La bande passante est donc égale à 3100 Hz.

3
2.2. Bande passante

Il existe plusieurs façon de définir la bande passante d’un signal :

(a) Bande passante à 3 dB


(b) Bande passante équivalente.
(c) Lobe principal.
(d) Densité spectrale bornée.
7

2.3. Rapidité de modulation et Débit binaire


 Un symbole est un élément d'un alphabet. Si M est la taille de l'alphabet, le
symbole est alors dit M-aire. Lorsque M=2, le symbole est dit binaire. En
groupant, sous forme d'un bloc, n symboles binaires indépendants, on obtient un
alphabet de M = 2n symboles M-aires. Ainsi un symbole M-aire véhicule
l'équivalent de n = log2 M bits.
Valence d’un signal: Nombre d’états que peut prendre un signal pour
représenter l’information.

La rapidité de modulation R se définit comme étant le nombre de changements


d'états par seconde d'un ou de plusieurs paramètres modifiés simultanément. Un
changement de phase du signal porteur, une excursion de fréquence ou une
variation d'amplitude sont par définition des changements d'états.
La "rapidité de modulation 1 s'exprime en "bauds".
R
T
Le débit binaire D se définit comme étant le nombre de bits transmis par
seconde. Il sera égal ou supérieur a la rapidité de modulation selon qu'un
changement d'état représentera un bit ou un groupement de bits.

Le "débit binaire D 
1 s'exprime en "bits par seconde".
Tb
Pour un alphabet M-aire, on a la relation fondamentale : T = nTb soit D = n R.
Il y a égalité entre débit de source et rapidité de modulation uniquement dans le
cas d'une source binaire (alphabet binaire). 8

4
2.3. Rapidité de modulation et Débit binaire
Exercice: (Débit binaire)
Si la durée de transmission d’un bit est 20ms, quel est le débit binaire ?
Solution de l'exercice
Le débit binaire est D= 1/20x0.001 = 50 bits/s
Exemple: (Rapidité de modulation)

T=1ms
M=8
n=log2M=3
R = 1/T = 1000bauds
D = nR = 3000 bits/s
Ne pas confondre Bits par seconde et Bauds
Log2 : Logarithme à base 2, Log2 (x)= Ln(x)/Ln(2)
9

2.4. Capacité d’une voie de transmission

 Dés 1924, H. Nyquist a montré que la rapidité de modulation maximale


admissible sur un canal (ou circuit de données) est égale à 2 fois sa bande
passante.
C  2W
Exemple pour une ligne téléphonique de largeur de bande égale à 3100 Hz
la rapidité de modulation maximale est de 2 x 3100 = 6200 bauds.
Autrement dit, avec une représentation bivalentes le débit maximale est
6200 bits/secondes(en réalité ne dépasse pas 9600bits/s).

 C’est C. Shannon qui en 1949 a prouvé que la capacité d’un canal de


transmission n’était pas seulement limitée par la bande passante mais aussi
par le rapport Signal/Bruit :
 S
C  W log 2 1   en bits / s
 B
Exercice
Quelle est la capacité d'une ligne pour téléimprimeur de largeur de bande
300 Hz et de rapport signal/bruit de 3 dB ?
Solution de l'Exercice
C = 475,5 bits/s.
10

5
3. La transmission en bande de base
Les données utilisées en téléinformatique sont numérique, c’est à dire qu’elles possèdent
deux états (haut et bas). Autrement dit, qu’un signal (ou message) binaire est une suite
d’impulsions 1 et 0. On dit que le signal est en bande de base.
La transmission bande de base consiste à émettre sur la ligne (médium) des courants qui
reflètent les bits du caractère à transmettre. Dans le cadre de telle transmission, le MODEM
(MOdulateur DEModulateur) est réduit à un codeur dont le rôle est de substituer au signal
initial un autre signal similaire mais dont le spectre est mieux adapté à la ligne.
Il s'agit en fait, pour résumer, de dire que la transformation qui à lieu est du type
NUMERIQUE/NUMERIQUE.

Pour illustrer ce propos nous allons étudier quelques transformations particulières avec la
suite de bits suivante : 1001011101

Cette représentation est faite sous la forme de créneaux unipolaires avec une tension 11
positive +V pour les niveaux logique '1', et une tension nulle 0V pour les niveaux logique '0‘

3. La transmission en bande de base


Le code NRZ : Signifie Non Return to Zero (non retour à zéro)
Les niveaux '0' sont codés par une tension -V,
Les niveaux '1' sont codés par une tension +V

12

6
3. La transmission en bande de base
Le code bipolaire :
Les niveaux '0' sont codés par une tension Nulle (0V),
Les niveaux '1' sont codés alternativement par un niveau +V et -V

Le code Bipolaire à haute densité (HDBn) :


0: Si les n+1 bits suivants ne sont pas tous à 0, idem que le codage bipolaire simple.
Si les n+1 bits suivants sont tous à 0, les n bits suivants sont codés à 0
et le n+1 sera codé avec la même valeur que le code du 1 précédent (on viole alors
l'alternance).
1: comme en code bipolaire (inverse du précédent)

13

3. La transmission en bande de base


Le code Manchester ou Biphasé : Le niveau logique '0' provoque le passage de
+V à -V au milieu du moment élémentaire, Le niveau logique '1' provoque le
passage de -V à +V au milieu du moment élémentaire.

Le code Manchester différentiel :


Le niveau logique '0' du moment élémentaire t recopie le signal du moment
élémentaire t-1.
Le niveau logique '1' du moment élémentaire t inverse le le signal du
moment élémentaire t-1.

14

7
3. La transmission en bande de base

Le code DELAY MODE(Miller) : Le niveau logique à coder pendant un moment


élémentaire dépend de l'état précédent.
Le niveau logique '1' provoque un changement de polarité sur le signal au milieu
du moment élémentaire, Le niveau logique '0' provoque un changement de
polarité sur le signal au début du moment élémentaire si le niveau logique
précédent était un '0' ou laisse le signal constant si le niveau logique précédent
était un '1'.

15

3. La transmission en bande de base


Conclusion

 Avantages/Inconvénients
 Mise en oeuvre très simple et peu coûteuse
 Adaptée à la transmission de données
 Débits très élevés …
Monopolisation du support (interdit le multiplexage)
 … sur de courtes distances seulement

Pourquoi?

 Repose sur des signaux numériques (carrés)


 Large gamme de fréquences pour obtenir un signal carré (cf.
Fourier)
 Signaux sensibles aux atténuations/déformations…
 Dégradation rapide du signal en fonction de la distance
 Usage limité aux réseaux locaux

 Idée: utiliser des signaux analogiques


 Moins sensibles aux atténuations/distorsions/bruits
16
 Débits élevés sur de longues distances

8
4. La Modulation
Le principal problème de la transmission en bande de base est la
dégradation très rapide des signaux avec la distance. Si le signal n'est pas
régénéré très souvent, il prend une forme quelconque, et le récepteur sera
incapable de le comprendre. Cette méthode de transmission ne peut-être
utilisée que sur de très courte distance (moins de 5 Km). Au delà, on utilise
un signal de type sinusoïdal (Modulation). Ce type de signal, même affaibli,
pourra être décodé par le récepteur(Démodulation).
Le MODEM prend un signal en bande de base et va le moduler, c'est à dire
le mettre sous une forme analogique particulière. Cette transformation est
du type NUMERIQUE/ANALOGIQUE et permet d’éliminer un certain nombre
de dégradations qui sont occasionnées par la distance parcourue par le
signal dans le câble.
Le signal de modulation est de forme sinusoïdale et les différents types de
modulation sont obtenues en agissant sur les différents paramètres de
l’équation suivante :
V  t   V sin  2  f t   
Il existe trois grands types de modulation :

• La modulation d'amplitude,
• La modulation de phase,
• La modulation de fréquence. 17

4. La Modulation
La modulation d'amplitude
Cette modulation est obtenue en jouant sur la valeur de V, en donnant une
valeur VI pour un niveau logique '0' et en donnant une valeur Vh pour un
niveau logique '1‘.

La modulation de phase :
Cette modulation est obtenue en jouant sur la valeur de Ф, en donnant une
valeur Ф0 pour un niveau logique '0' et en donnant une valeur Ф1 pour un
niveau logique '1'.

18

9
4. La Modulation
La modulation de Fréquence :
Cette modulation est obtenue en jouant sur la valeur de f , en donnant une
valeur f0 pour un niveau logique '0' et en donnant une valeur f1 pour un niveau
logique '1'.

Dans les 3 modulations précédentes, on code 1 bit donc, on cherche deux signaux
différents pour coder les 2 possibilités (0 ou 1). Si on arrive au départ et à
l'arrivée à coder et à décoder plus d'un bit à la fois on peut envisager de coder
plusieurs bits par moment élémentaire en trouvant 2n signaux différents.
Exemple : modulation de phase à 4 moments (codage de 2 bits avec les
combinaisons 00, 01, 10, 11).

19

5. Mode de Transmission
la transmission des données numériques entre deux ETTD peut
s’effectuer en parallèle ou en série et ceci en bande de base.
Autrement dit, que la transmission est effectuée sans que le signal
binaire ne subissent une certaine transformation ou modification.
Il existe habituellement deux types de transmission en bande de
base : à savoir la transmission parallèle et la transmission série.
Transmission parallèle: l’ensemble des bits d’un caractère (ou
une données) sont transmis simultanément sur un ensemble de
conducteurs électriques. C’est une méthode rapide mais avec
l’inconvénient qu’elle introduit beaucoup d’erreurs. La distance de
transmission admise ne peut excéder une dizaine de mètres.

 Transmission série: les données sont transmis sur une seule


paire de fils (un conducteur + et une masse). Les bits sont donc
envoyés l’un après l’autre. Ainsi, son principal inconvénient est la
lenteur mais elle présente l’avantage d’être plus sûre. C’est à dire
les erreurs introduites sont sensiblement plus faibles. La distance
de transmission admise dans ce cas peut être importante.
20

10
5. Mode de Transmission

Exemple

I
S
o
1 B0 B0
B0 B0
0
1 B1 B1
B1 B1
0
1 B2 I S B2 O
B2 B2
0
1 B3 B3
010010010101001101001111
B3 B3
1
0 B4 B4
B4 B4
0 B5 B5
B5 B5
1 B6 B6
B6 B6
0 B7 B7
B7 B7
Masse commune
Masse commune

source Synchronisation Puits


source Synchronisation Puits

Transmission Parallèle Transmission série


21

5. Mode de Transmission

Les données numériques transmises en série peuvent avoir deux


modes possibles :

Transmission synchrone: les bits sont envoyés, entre l’émetteur et


le récepteur, de façon régulière au rythme d’une horloge sans
séparation entre les caractères. L’horloge de l’émetteur et celle du
récepteur sont synchronisées sur la même cadence.

Les paquets de données sont rythmées par une horloge qui assure à
la fois une synchronisation entre chaque bit mais aussi entre chaque
mot

22

11
5. Mode de Transmission
Transmission asynchrone : appelée également START/STOP. dans ce cas les
caractères sont envoyés les uns après les autres mais l’intervalle de temps qui
les sépare est quelconque et n’est pas le même. Cependant, les bits d’un seul
caractère sont émis avec une cadence régulière. Afin, d’assurer une
transmission sûre chaque caractère émis est précédé par un bit de START et il
se termine par un bit de STOP.

La synchronisation du récepteur sur le message envoyé est réalisée


à l’aide d’un ou plusieurs bits de Start (début) et de Stop (fin) qui
encadrent chaque mot. Mais aucune synchronisation entre les mots
eux mêmes

23

6. Multiplexage
Voies Incidentes
Voies incidentes
Multiplexeur Démultiplexeur
Utilisateurs
Utilisateurs

Voie Composite

Principe de Multiplexage
Voies incidentes
Voies incidentes

Voie composite
MUX ETCD ETCD MUX

Représentation symbolique d’une liaison


multiplexée 24

12
6. Multiplexage
Le multiplexage consiste à faire passer plusieurs messages sur un même
tronçon de réseau. On distingue deux types de multiplexage :
1. Multiplexage fréquentiel ou spatial (FDM : Frequency Division
Multiplex): La bande passante du canal est divisée en sous-bandes
(canaux) chaque message correspond à une sous-bande de
fréquence; un multiplexeur mélange les différents messages ; un
démultiplexeur, à l'arrivée, sépare, grâce à un filtrage en fréquence,
les messages.

25

6. Multiplexage

2. Multiplexage temporel (TDM: Time DivisionMulteplexing): Ce type de


multiplexage est bien adapté aux réseaux à commutation de paquets.
Le multiplexeur n'est autre qu'un mélangeur de paquets, le
démultiplexeur est un trieur de paquets.

26

13
6. Multiplexage

3. Multiplexage en Longeur d’onde (WDM: Wave Division


Multeplexing):

est la technique de multiplexage utilisée dans les système de


transmission par fibre optique. Le principe est d’envoyer
plusieurs ondes lumineuses dans une seule fibre optique. Un
prisme, ou un appareil de diffraction, combine au niveau de la
source de transmission les différentes ondes lumineuses et
transmet le signal combiné par la fibre. À l’autre extrémité, un
autre prisme sert à séparer la lumière en longueurs d’onde
distinctes, qui sont ensuite transmises au récepteur.

27

14

Vous aimerez peut-être aussi