Vous êtes sur la page 1sur 25

TEXTE 3/10

LE

NOUVEL

ENSEIGNEMENT

TCHAN

N° 3

CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 1/25


TEXTE 3/10

Nous vous prions de bien noter ceci:

- si vous nous écrivez indépendamment de l'envoi de questionnaire, n'attendez


pas de réponse immédiate SAUF si votre lettre se rapporte aux exercices de VOIE
DIRECTE en cours. Et, normalement, il n'y a aucune raison pour que vous ayez
besoin de précisions à propos d’exercices présentés de façon à pouvoir être
compris de tous.
En exécutant ces exercices TELS QU’ILS SONT DÉCRITS, vous êtes certain(e) de
ne pas commettre d'erreur. Si un détail vous semble omis, c'est qu'il est sans
importance pour la bonne exécution de l'exercice.

- il ne sera répondu aux lettres demandant une modification d'une " action
psychique " en cours qu'avec le texte suivant.
Nous vous prions de bien vouloir nous excuser de devoir agir ainsi, mais nous
recevons tant de lettres à ce propos qu’une réponse immédiate exigerait une
embauche de personnel bien au-delà des possibilités du centre.

- d'une façon générale, il serait souhaitable que vous ne demandiez pas trop
souvent au groupe Feng Shui Hé Mu de changer la direction de ses travaux -
du moins EN DEHORS de l'envoi de questionnaire et de l'établissement d'un
nouveau programme: rien n'est plus susceptible d’échec qu'une " action
psychique " à laquelle on fait, brusquement, prendre une autre direction...

- le nouvel Enseignement Tchan est uniquement diffusé par correspondance... Ne


jamais " faire travailler en direct " qui que ce soit est un engagement pris par nos
instructeurs au moment où ils acceptèrent d'assumer la diffusion de cet ensei-
gnement. Par conséquent, et bien qu'avec regret, ils ne peuvent recevoir
personnellement aucun correspondant. C'est, du reste, pour cette raison que
nous indiquons, pour toute adresse, celle de notre ‘‘ trésorier et secrétaire " au
nom duquel doivent être libellés chèques et mandats...

Merci de votre attention...

TCHAN

CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 2/25


TEXTE 3/10

III

DU BIEN ET DU MAL.

Plus encore, peut-être, que la notion de vie et de mort, celle de "bien et de mal"
a, depuis des millénaires, occupé les penseurs. Du reste, " vie et mort " est
généralement tenu pour un chapitre du grand livre " bien et mal ". Rappelons
que la plupart des philosophies et TOUTES les religions occidentales sont basées
sur la dualité et l'opposition de deux principes considérés comme des absolus et,
très souvent, symbolisés respectivement par Dieu et l'Adversaire, le Démon.

Selon les obédiences, l'Adversaire jouit d'une considération plus ou moins


grande. Il peut être le butor têtu, simple employé de Yahvé, qui, dans le Livre de
Job, fait de vains efforts pour séduire le Bonhomme, sur son fumier; le Satan du
moyen-âge, bénéficiant d'une plus large autonomie que le précédent mais guère
plus astucieux en définitive, toujours berné par les saints ou par les paysans
matois. Il peut être aussi Lucifer, aux ambitions grandioses mais à l'intelligence
somme toute limitée, puisqu'il se montre incapable de comprendre que la Partie
ne saurait être supérieure au Tout, ni la Créature à son Créateur... Enfin, il peut
être Ahriman, véritable égal d'Orzmud, le Dieu Bon. Car le Dieu est Bon. Il faut
bien qu'il le soit puisque, ayant conçu l'homme à son image, celui-ci (pour citer
encore Voltaire) le lui a bien rendu. Ce qui fait que dans le Dieu Bon, d'une bonté
toute humaine, l'homme vénère sa propre image, sublimée...
Il est donc entendu (en Occident) qu'il existe deux principes, complémentaires si
l'on veut, antagonistes à coup sûr : le Bien, et le Mal. Avec des Majuscules : des
Absolus. Ceci étant admis, posez-vous cette question : qu'est-ce que le Bien et le
Mal ? Il est aisé de répondre le Bien c'est... Tout compte fait, la réponse ne va
pas de soi ... Il est extrêmement facile de définir ce qui est bien et bon dans un
cas particulier, mais dans l'absolu, sans référence à telle ou telle situation
donnée, c'est nettement plus malaisé. Si l'on dit, par exemple : le Bien est ce qui
va dans le sens de la Volonté Divine et le Mal ce qui s'efforce de s'opposer à
cette volonté, il convient tout d'abord de définir la volonté en question - ce à
quoi, au cours des siècles, bien des fanatiques se sont employés, avec les
résultats que l'on sait...Dirons-nous par exemple que la Vie est le Bien et la Mort
CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 3/25
TEXTE 3/10

le Mal ? Ce serait, n'est-ce pas, suggérer que le " principe mortel " s'oppose à la
volonté divine. Comme en définitive (du moins du point de vue où nous nous
plaçons en ce moment) toute vie se termine par la mort, cela signifierait que
quelque chose, non seulement tente de lutter contre la volonté de Dieu mais
encore réussit à la vaincre. Constatation qui nuancerait étrangement l'idée que
nous pouvons nous faire de la Toute Puissance Divine...

Dirons-nous que le mal c'est la souffrance ? En ce cas, tel chirurgien qui triture le
corps d'un patient et, bien malgré lui, le fait souffrir, est un serviteur du Mal : il
devrait, pour obéir aux lois du Bien, bourrer le malade de morphine, et le laisser
mourir sans souffrance. Alors ? Le Mal serait-il dans la souffrance inutile ? Peut-
être, mais comment être vraiment certain de l'inutilité de quoi que ce soit ?
Nous pourrions ainsi ratiociner pendant longtemps. Nous en resterons là et
défendrons le point de vue suivant : les notions humaines de bien et de mal ne
sont pas des absolus. Nous ne pouvons connaître ni le Bien ni le Mal "en soi".
Le bien et le bon, le mal et le mauvais, dépendent de l'opinion subjective d'un
observateur-juge.
Certes, dans notre espèce, il est des cas où tous (disons : presque tous)
s'accordent pour dire : ceci est bien, ceci est mal. Lorsque nulle guerre nationale
ou idéologique, nulle haine familiale ou personnelle ne nous oppose à tel homme,
nous jugeons qu'il est bien, le cas échéant, de sauver sa vie, et mal de détruire
cette vie. C'est le point de vue de l'espèce, la manifestation de son instinct
d'auto-défense. Notons, du reste, que notre attitude, dans ce cas particulier,
n'est pas exempte d'égoïsme (ce qui est d'ailleurs normal) : en défendant autrui,
nous comptons bien qu'un jour, la réciproque jouera en notre faveur. Notons
aussi que la notion d'auto-défense peut, chez les membres les plus évolués de
notre espèce, dépasser (apparemment) le cadre de cette espèce : des humains
se dévouent au sauvetage de la nature animale ou végétale. Ce faisant, ils
agissent de leur mieux pour préserver l'équilibre écologique, lequel est nécessaire
à la survie de TOUTES les espèces, la nôtre comprise. (Nous rappelons que du
point de vue de l'écologie, TOUTES les espèces existantes, y compris celles dites
nuisibles, les rats et les serpents venimeux par exemple, ont leur rôle à jouer
dans l'équilibre général. Tout dépend de tout. Dans le sud de l'Irlande, au cours
des années 50, les fermiers, pour on ne sait trop quelle raison - crainte d'une
épidémie d'un mal transmissible à l'homme, semble-t-il - se défirent de leurs
chats. Ce fut la catastrophe. L'économie locale dépendait à 95 % de la culture du
trèfle. Les mulots, se multipliant en l'absence de chat, détruisirent tous les nids
de bourdons. Or, les bourdons sont indispensables à la fécondation du trèfle.
Dans ce cas précis, les rats jouèrent un rôle négatif. Il n'en va pas toujours
ainsi...)

Donc - nous vous en prions : ne nous croyez pas sur parole. Surtout pas :
réfléchissez - le Bien est ce qui nous semble bon de notre point de vue. Le Mal
est ce qui, du même point de vue, semble mauvais. Un renard poursuit un lièvre.
Est-il bien ou mal qu'il le rejoigne et le croque ? Le renard a le droit de vivre et la
nature l'a fait carnivore. Le lièvre a aussi le droit de vivre. Généralement, ce
CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 4/25
TEXTE 3/10

genre de problème est laissé de coté par l'homme car, précisément, les notions
de Bien et de Mal n'interviennent que lorsqu'il est très directement intéressé. S'il
est chasseur, il trouvera bien de tuer le renard - et le lièvre. Mais si quelque
puissant animal carnivore le prend, à son tour, en chasse, il trouverait mauvais
que le fauve l'attrape et le détruise. Il n'y a nulle ironie dans ce que nous venons
d'écrire, nulle condamnation particulière de la chasse et des chasseurs.
Simplement, nous essayons de montrer la subjectivité de tout jugement moral.
L'ami des animaux voyant le chasseur rejoint et houspillé par un sanglier sera
partagé entre le regret de voir un autre humain souffrir et la joie de constater
que l'animal peut éventuellement prendre sa revanche : subjectivité encore.

Il est important de bien comprendre que tous, tant que nous sommes, nous
mettons dans nos jugements quant au bien et au mal, une totale subjectivité.
Lorsque nous disons : telle personne est mauvaise, c'est le plus souvent vrai de
notre point de vue, mais du point de vue de l'individu en question, c'est toujours
faux. Prenons un cas historique typique et, du point de vue généralement
accepté, monstrueux. Celui du chancelier Hitler. Est-il rien de plus révoltant que
le génocide commis par cet homme à l'égard d'un peuple entier (ou plus
précisément de deux peuples puisque les nazis avaient également entrepris, sur
leur lancée, de détruire le peuple tzigane) ? Donc, du point de vue général, voici
une entreprise qui est, indiscutablement, marquée du sceau du Mal. Ceci posé,
essayez un instant de vous placer " dans la peau " du personnage. C'est
impossible ? Adolf Hitler était hors de l'humanité ? Que non ! Très humain, au
contraire, au sens exact et non laudatif du terme. Il est une de ses déclarations
qui éclaire singulièrement sa conduite : il affirma un jour, à un de ses séides, que
" bien que d'apparence humaine, Juifs et Tziganes n'appartenaient pas à notre
espèce et que, si on les laissait proliférer, un jour ou l'autre, leur espèce, sœur
de la nôtre par l'apparence mais, en fait, son ennemie irréductible, détruirait
l'humanité ou la réduirait en esclavage. Lui, Führer, se contentait de prendre les
devants. Un jour, même ses adversaires (non-juifs, bien sûr) le remercieraient..."
Idées délirantes d'un fou dangereux ? Evidemment. Mais qui doivent nous
permettre de comprendre que cet homme, comme tout humain, n'était pas un
zélateur d'un Mal absolu totalement inexistant : il s'efforçait de servir le bien tel
qu'il le concevait. Tel que le concevait son cerveau malade...

Demeurant dans le relatif (toujours par rapport au mal et au bien) on peut


classer les valeurs humaines en trois catégories :
1° La plus " basse ", celle de l'égoïste reconnu pour tel par tous - sauf par lui-
même, évidemment. Le bien recherché est à peu près exclusivement celui de
l'individu lui-même. Nous sommes tous un peu ainsi et c'est assez normal tant
que l'homme se tient pour une individualité, tant qu'il ne parvient pas à
comprendre avec tout son " être " que, d'une part, il n'est rien si ce n'est une
effervescence de corpuscules sans cesse naissant/mourant et que, d'autre part,
émergence consciente du Tao au sein de ce tourbillon auquel la grande rapidité
des échanges donne une apparence de continuité, il est tout. Tant que l'homme
continuera de s'identifier avec son corps et surtout avec sa pensée, il sera bien
CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 5/25
TEXTE 3/10

obligé de lutter " égo-ïstement ", pour protéger le faible petit " moi " contre
l'infini cosmos qui porte en lui la fin de ce " moi ".
2° La seconde catégorie de valeurs relatives est représentée par l'humain qui
donne assez souvent la prédominance à la survie et au bien-être du groupe
auquel il appartient (famille, clan, tribu, patrie) sur ses intérêts propres.
3° Dans le troisième groupe ou troisième catégorie, l'intérêt se porte sur les
intérêts (plus ou moins bien compris) de l'espèce entière. Chez les plus évolués,
cette notion de pré-éminence de l'espèce peut même être (ou paraître) dépassée
et verser dans un sentiment d'union avec la totalité, le cosmos, Dieu.

Tous les humains visent donc " un " bien, allant de " mon bien " au Bien jugé
absolu. Il est donc important de comprendre vraiment la suggestivité de cette
notion. Ce que j'appelle " bien " ne correspond pas obligatoirement à l'idée que
s'en fait mon voisin. Il convient de tenir compte de cette particularité dans nos
rapports avec autrui. Il y a, par exemple, des gens qui adorent le démon (n'est-
ce pas Mark Twain qui écrivait : tout le monde dit beaucoup de mal du Diable,
mais personne ne semble jamais avoir pensé à lui demander ce qu'il a à dire
pour sa défense). Ces gens affirment que le démon est une victime, le premier
champion de la liberté et le Créateur un tyran : encore des humains qui, comme
tous, sacrifient à leur version du bien.
Maintenant, voyons les choses d'un point de vue pratique et posons-nous cette
question que d'aucuns trouveront blasphématoire. Faut-il faire le bien ?
Etant entendu que le bien et le mal ne sont pas des absolus et que, par
conséquent le bien que nous pourrons faire sera forcément subjectif, est-il licite
de faire ce bien, en dehors des cas où, visiblement, notre opinion quant au bien
s'accorde avec celle de la personne qui va faire l'objet de notre bienfaisance ?
(Exemple : un mendiant me demande l'aumône et je me sentirai bon en lui
faisant la charité).
Certaines gens ont répondu d'emblée par l'affirmative à cette question et ont agi
en conséquence avec des fortunes diverses. Citons deux exemples. Torquemada,
d'abord, premier " grand patron " de la fameuse Inquisition. C'était un saint, un
saint très authentique et nous ne plaisantons pas. Mais, comme chacun sait, il ne
fut pas canonisé, sa conception du bien s'écartant par trop de celle des
personnes cultivées des siècles qui suivirent sa mort.
Lorsque l'Inquisition s'installa en Espagne et afin, si possible, de conserver un
visage " humain " à une institution dont les activités ne pouvaient qu'être
redoutables, on fit appel à Torquemada dont la réputation de vertu et de bonté
(mais oui) étaient grandes. Il accepta par esprit de soumission à l'égard de ses
supérieurs hiérarchiques et fut logique avec lui-même. Il croyait ceci : si un
homme, au moment de mourir, est lavé de ses péchés par les Sacrements de
l'Eglise, il connaîtra une éternité bienheureuse, quelle qu'ait pu être sa vie. Par
conséquent, si besoin était, il convenait de torturer durant des heures cet homme
pour l'amener, par la force puisque c'était nécessaire, à accepter les dits
Sacrements. Peut-on mettre en balance quelques heures de souffrances
physiques avec l'éternité ?

CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 6/25


TEXTE 3/10

Donc, bien que très réellement sensible, Torquemada tortura ses frères pour leur
bien, tel qu'il appréciait lui-même ce bien. Torquemada était-il donc fou, comme
Hitler ? Erreur: c'était un homme de son temps et de son pays avec les croyances
correspondantes. Dans quatre siècles, certaines des certitudes morales de
l'homme actuel paraitront peut-être plus aberrantes encore à nos descendants.
Un détail permettra de comprendre le désintéressement de Torquemada : fort
intelligent, quoi qu'on puisse penser et, en tout cas, d'intelligence complexe, il
n'admettait pas, contrairement à la plupart de ses successeurs, que les tortures
puissent être agréables à Dieu. Donc, il ne tenait pas ses actes de bourreau pour
méritoires. Il avait d'atroces cauchemars et était persuadé (il l'a dit) que ses
activités lui vaudraient, personnellement, la damnation. Il continuait cependant à
" forcer la main de Dieu " et à envoyer, par la voie du bûcher, des hommes en Sa
Présence. Pour ses victimes, Torquemada fut, c'est certain, l'incarnation même
du mal. Cependant, imaginez ceci : un homme qui éprouve une peur panique à
l'évocation des flammes de l'Enfer et qui s'y condamne volontairement pour
épargner ces flammes à d'autres hommes ne peut-il être considéré comme un
saint ? Bien des gens ont donné leur vie pour autrui. Mais leur Eternité ?
Torquemada est un cas extrême. Actuellement, personne ne serait d'accord avec
lui. Prenons un autre cas : celui de Louis IX de France, Saint Louis, et de sa
politique à l'égard des Plantagenet. On ne saurait dire qu'il y aurait désaccord
entre cette politique et la pensée " évoluée " actuelle. Il nous est même arrivé de
lire l'apologie des actes du saint roi sous la plume de défenseurs particulièrement
qualifiés de la doctrine de non-violence. Examinons un de ces actes, le plus
important par ses conséquences :
Louis IX était, lui aussi, un homme de son temps et de sa caste. A ce titre,
personnellement, il aimait les grandes chevauchées et les combats. Mais, vaste
cœur, il songeait aux petits, aux faibles, au menu peuple des non-combattants et
souhaitait leur éviter ce fléau : la guerre - laquelle, disait-il, ne saurait être
agréable à Dieu.
Pourtant, étant roi de France et soumis à sa fonction, il dut guerroyer. Et
notamment chasser les entreprenants Plantagenet de terres relevant du domaine
royal. A un certain moment, le sort des combats ayant favorisé le roi de France,
les Plantagenet se trouvèrent acculés dans leurs fiefs - sur la terre de France
toujours, mais hors du domaine royal.
Alors, le roi arrêta ses armées. Il avait, comme le voulait son rôle royal, fait
respecter les droits de la Couronne et entendait maintenant faire cesser la guerre
" dure aux pauvres gens ". Les combats cessèrent. Les troupes royales
remontèrent vers le Nord et les Plantagenet se rassurèrent peu à peu dans leurs
forteresses d'Aquitaine.
L'attitude de Saint Louis fut admirable ? Certainement. Mais nous vous convions
à faire ceci : ouvrez un livre d'Histoire de France et lisez ce qui concerne la
période couvrant la fin du Xlll ème et le début du XVème siècle. Vous verrez alors
que cette louable attitude fut CE QUI PERMIT le déclenchement du plus
épouvantable des drames connus par la nation française : la Guerre de Cent ans.
Si Saint Louis, au prix, peut-être, de quelques milliers de vies, avait " bouté "
CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 7/25
TEXTE 3/10

hors de France ses ennemis, la " douloureuse danse " qui dura plus d'un siècle et
fit disparaître non seulement des millions d'humains mais aussi la civilisation
courtoise, n'aurait jamais pu avoir lieu.
Ceci, direz-vous, n'enlève rien au mérite du saint Roi. Le mérite découlant de
l'idée subjective que l'on se fait du bien et du mal, nous serons tout à fait
d'accord avec vous : les intentions du roi étaient visiblement excellentes et le
résultat final n'enlève rien au mérite de l'idée initiale. Saint-Louis ne pouvait
savoir ce qui découlerait de sa bonne action. Et c'est là ce que nous vous invitons
à méditer : vous non plus ne pouvez savoir quels seront les résultats ultimes de
vos bonnes actions.
Pour en revenir à notre exemple : dans ce cas précis, d'une action généralement
considérée comme bonne est sorti un résultat généralement considéré comme
mauvais. Le mal, en l'occurrence, est sorti du bien. Comme, éventuellement, le
bien peut dériver du mal.
Encore un cas extrême, penserez-vous, comme celui de Torquemada ? Là, nous
disons non. Faites l'expérience suivante : cherchez, dans vos souvenirs, une de
vos bonnes actions passées et suivez-la dans ses résultats - non seulement en ce
qui vous concerne mais aussi en ce qui concerne le bénéficiaire de la dite bonne
action. Peut-être, ce n'est pas du tout impossible, ces résultats vous sembleront-
ils excellents. Mais, en ce cas, cherchez encore : vous verrez qu'il est, dans votre
passé, d'autres bonnes actions dont les résultats ultimes furent bien peu
satisfaisants. De plus, n'oubliez pas ceci : un acte, quel qu'il soit, a des effets
bien au-delà de ce que l'esprit humain peut concevoir et apprécier. Dans
l'univers, rien n'est stable, tout se transforme sans cesse. Ce qui a été, de notre
point de vue " vie " devient " mort ". Ce qui était " bon " devient " mauvais ". Et
inversement. Un conseil : à l'occasion, lisez l'histoire de n'importe quel pays
(mais pas du vôtre, de préférence : ce qui est trop familier ne peut guère être
apprécié objectivement). Méditez sur l'origine des malheurs et des réussites de
ce pays. L'histoire d'un important groupe humain permet, par sa durée, de mieux
apprécier la réalité de ce que nous venons de dire : que du mal peut sortir un
bien et du bien un mal. Ces termes étant entendus au sens relatif, au niveau
humain.
Est-ce à dire que, par crainte d'obtenir, à la longue, de mauvais résultats, nous
devons éviter de faire ce qui nous parait le bien ? Pas exactement, mais il
convient tout d'abord de bien percevoir que ce qui est à nos yeux bien et bon ne
l'est pas nécessairement aux yeux d'autrui. Généralement, il n'est pas jugé " bon
" de recevoir une volée de coups de pieds et de poings : un masochiste pourra
penser autrement. La plupart des gens seraient ravis si on leur offrait une coupe
de cheveux gratuite : un " hippie ", non. Cela est vrai même sur le plan de la
morale sociale : dans certaines tribus d'Asie centrale (et, dit-on, chez les
Touaregs) une femme qui refuse de se prostituer acquiert, très vite, une réputa-
tion aussi déplorable que celle qui se prostitue dans d'autres régions. Chez
certains peuples dits, bien à tort, primitifs, voler est honorable. Et tuer n'est pas
toujours considéré comme " mal ": à la guerre, par exemple. L'homosexualité,
honnie dans l'Europe moderne (songez à la période victorienne, à Oscar Wilde et
CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 8/25
TEXTE 3/10

à la geôle de Reading) était tenue en haute estime dans la Grèce ancienne, et le


plus officiellement du monde. Etc...etc... Si vous aimez l'étude, songez que votre
enfant peut très bien avoir des goûts différents (ce qui n'empêche pas que dans
le contexte social actuel un enfant doive étudier) - Que votre voisin peut avoir
très légitimement, de son point de vue, des opinions fort différentes des vôtres -
Que si vous donnez quelque chose à quelqu'un " de bon cœur ", il est à peu près
normal que votre geste ne soit pas aussi apprécié que vous le souhaitez : il faut
avoir une grande humilité de cœur pour accepter sans rancune quelque chose
qui vous est offert sans contrepartie : qui donne s'affirme, consciemment ou non,
supérieur. - Que le mal, enfin, que vous fait subir votre ennemi, peut lui sembler
simple justice : vous ignorez fatalement l'essentiel de ses motivations; vous ne
voyez que les effets du mal qui vous est fait : jamais les causes.
N'oubliez pas non plus ceci : lorsque nous accomplissons un acte qui nous parait
bon, nous éprouvons une satisfaction intérieure. Cette autosatisfaction, chez
l'humain non libéré, a le rôle suivant : elle tend à compenser les sentiments de
culpabilités conscients ou non qui existent obligatoirement chez tout humain.
Nous reviendrons sur ce point et en tirerons des conclusions pratiques. Mais
déjà, nous vous invitons à noter le fait.
Nous n'avons pas encore vraiment répondu à la question que nous nous étions
posée : en définitive, convient-il de " faire le bien " ? La réponse est : oui, faites
ce qui vous semble le bien, mais faites-le naturellement. Qu'entendre par ce
mot ? Et bien, comme disait le Christ, si quelqu'un vous demande du pain, ne lui
donnez pas une pierre. Si un être humain tombe à l'eau et qu'il soit dans vos
possibilités de l'empêcher de se noyer, faites-le. Si quelqu'un vous dit : j'ai faim,
donnez-lui à manger. Ne réfléchissez pas au fait que le noyé en puissance a
peut-être désiré mourir et que vous risquez de le rendre à une vie misérable. Ne
pensez pas que celui qui vous dit " j'ai faim " ment peut-être. Que votre bonté
soit une réaction instinctive, sans intervention de l'intelligence. Qu'elle ne soit pas
le résultat de longues cogitations : si un de vos voisins manque du nécessaire,
aidez-le le plus discrètement possible sans attendre, surtout, une reconnaissance
quelconque. Ce faisant, même, vous pouvez vous laisser aller à penser : j'apaise
mes sentiments de culpabilité : c'est excellent.
Mais surtout, SURTOUT, n'essayez pas, " pour son bien ", d'organiser la vie de ce
voisin, de jouer au démiurge. Peut-être pourriez-vous, par exemple, l'aider à se
cultiver, à devenir capable d'obtenir une situation plus intéressante : s'il ne le
demande pas expressément, n'en faites rien.
Tant que nous estimons être un ego, un " je ", un " individu ", nous recherchons,
et c'est assez compréhensible, la satisfaction de l'entité que nous pensons être.
Chez les plus brutaux, cette satisfaction sera recherchée dans les jouissances
dites matérielles. Chez d'autres, le processus sera plus affiné : le fait de se "
sentir bon " fait partie de ce processus. A mi-chemin entre les deux attitudes, on
trouve la bonté-domination (je suis bon envers lui, il m'en doit donc
reconnaissance - autrement dit: je lui suis supérieur, je le possède) et la bonté
par besoin d'être aimé. Cette dernière forme de " bonté " nait du fait que, sur un
certain plan, " je est l'univers " est vaguement ressenti mais ne parvient pas à se
CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 9/25
TEXTE 3/10

concrétiser : un " complément de moi " est donc recherché chez autrui. On parle
alors, généralement, d'amour - au sens sentimentalo-sexuel du terme. Ces deux
attitudes intermédiaires aboutissent, assez souvent, à des résultats effarants : on
châtie les gens pour leur bien (formule bien connue des Etats policiers) ou on les
supprime " par amour " (formule bien connue des cours d'Assises : je l'ai tuée
parce que je l'aimais trop...).

En conclusion, notons: le Bien et le Mal, ainsi que leur opposition, ne constituent


qu'un des exemples du caractère relatif de tout jugement et de tout acte humain.
Dans l'absolu, tout est égal à tout - si, dans l'absolu, les mots conservent encore
une signification quelconque. Les notions de supériorité et d'infériorité sont
d'origine humaine. Dans le relatif - mais en faisant, si l'on peut dire, un pas en
direction de l'absolu - est supérieur qui ne prétend l'être en aucune façon. Fait
preuve d'infériorité qui se veut supérieur. Qui se fâche en entendant dire, à son
propos, des vérités ou même des mensonges " blessants " est inférieur. Qui a le
sens de l'humour mais ne l'exerce qu'à l'égard d'autrui - ou l'exerce aussi à son
propre égard mais ne tolère pas qu'un autre le fasse, est inférieur. Si, comme il
est souhaitable, vous aboutissez à votre libération, si, pour être plus précis, vous
constatez un jour que vous êtes libre, invaincu et invincible, vous percevrez
aussitôt que le simple fait de briller, d'éblouir autrui (sans parler de vous-même)
est d'une puérilité insurpassable. Jamais plus vous n'aurez l'envie, non pas
enfantine mais infantile, de paraître, d'être admiré, de dominer, d'être " aimé ".
Vous aimerez toujours (et mieux) mais sans souci de contrepartie. Et, aimant
sans illusion, vous pourrez alors vous pencher sur le problème de la souffrance,
inhérente aux humains et à tous les vivants, sans étiqueter votre attitude du mot
" bonté ". Car à ce moment-là, la souffrance sera devenue pour vous un
problème, au sens normal du terme, et non plus un drame.
Il était normal que, partant du Bien et du Mal, nous en venions à évoquer la
souffrance. La CRAINTE de la souffrance étant, avec celle de la mort, un des
grands handicaps à la libération, nous allons l'évoquer un peu et vous conseiller
des pratiques visant à minimiser son influence.
On dit communément qu'en ce qui concerne l'espèce humaine, il existe deux
formes de souffrance : morale et physique. En fait, il n'existe qu'une sorte de
souffrance, à la fois corporelle et psychique. Ce qui est tout à fait logique si nous
acceptons le fait que toutes les manifestations universelles présentent un
caractère double et complémentaire.
Il ne suffit pas d'affirmer : il faut prouver. Essayons. Soit une douleur morale
intense: vous venez de perdre un être cher. Vous pleurez ou la contraction de
vos muscles faciaux est telle que vous ne parvenez pas à verser une larme.
Incidences d'ordre physique sur une douleur morale, notons-le en passant. Mais
allons plus loin: toujours en proie au chagrin, vous absorbez des euphorisants.
Ou, pour ne pas tenir compte de l'apport de la chimie moderne, vous avalez une
forte dose d'alcool. Que se passe-t-il alors ? Selon la formule fameuse, le vin
dissipe la tristesse. Si vous n'êtes pas dans un état éthylique avancé, vous vous
souviendrez toujours fort bien de votre deuil mais, indiscutablement, durant le

CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 10/25


TEXTE 3/10

temps où l'alcool fera son effet, votre malheur vous paraîtra nettement plus
supportable.
Inutile de multiplier, les exemples. Pour grossier qu'il soit, celui-ci répond par
l'affirmative à la question: le physique a-t-il une influence sur la souffrance
morale. Quant à l'influence du moral sur la douleur physique, elle n'est plus,
depuis longtemps, discutée: le fraisage d'une molaire serait très souvent
accompagné d'une douleur insoutenable si l'opération, au lieu d'être pratiquée
avec l'assentiment de l'intéressé, était effectuée contrairement à sa volonté - si
elle était une " douleur-défaite ". Souvenez-vous aussi de ce que nous disions de
l'expérience du cigare éteint à même la chair de l'avant-bras. Songez à certaines
disciplines sportives (la course de fond, par exemple) au cours desquelles
l'athlète supporte (et non: subit) une souffrance physique authentique, rendue
négligeable par le fait que sa pensée est entièrement occupée par cet impératif:
seule, la victoire compte.

************

Nous allons ouvrir ici une assez large parenthèse, avant de revenir à la notion de
souffrance, parce que nous venons, dans un certain contexte, d'écrire le mot
" pensée ".
Vous avez lu nos deux premiers textes et constaté qu'ils étaient lourdement
didactiques, encombrés de redites et de répétitions, faits de textes " non-aérés ",
serrés, bref, en désaccord formel avec cette recherche du facile, de l'harmonieux,
de l'agréable, recommandée par tout ce qui s'occupe, à l'heure actuelle,
d'éducation au sens large du terme.
Au départ, nous avons été prévenus : " les gens " ne vous suivront pas. Ils
n'aiment pas l'effort et détestent ce qui est ennuyeux. Si vos textes ne sont pas
présentés de façon moderne, agréables à lire, illustrés même, vous ne retiendrez
pas l'intérêt.
Ces conseils étaient bons, nous l'avons toujours su et, si nous étions
commerçants, nous en aurions tenu compte. Mais nous ne sommes pas
commerçants et savons parfaitement, par contre, que seules les personnes
capables de faire face à un minimum d'ennui sont aussi capables de se libérer.
D'où la compacité et les rabâchages (d'ailleurs nécessaires à la bonne
compréhension) de nos textes. Mais, ce qui, peut-être, semble le pis, est notre
manie de sauter d'un sujet à l'autre, du coq à l'âne. C'est regrettable mais, étant
données nos méthodes, nécessaire. Nous allons, tout à l'heure, revenir à la
souffrance et aux moyens de lutter contre LA CRAINTE de la souffrance. Mais
avant de revenir à ce sujet, il est temps d'évoquer les rapports de l'être humain
et de sa pensée. Et tant pis si nous abordons la question par un biais qui vous
semblera artificiel.

En un sens, " moi " c'est ma mémoire. A dix ans, je faisais ceci. A trente ans, je
faisais cela. Si je n'avais aucune souvenance de ce que je faisais, disais,
entendais, voyais, notais, dans le passé, je n'aurais aucunement conscience
d'être un " individu ", un ego, d'être " moi ". Je serais soixante-dix kilos (ou
CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 11/25
TEXTE 3/10

soixante, ou quatre-vingts) de viande vagissante. Ce qui permet à toutes ces


expériences d'être notées, répertoriées, emmagasinées dans ma mémoire, c'est
le fait que, au moment où ces expériences ont eu lieu, j'en ai pris conscience.
Que j'y ai pensé, consciemment ou inconsciemment. Platitude, lapalissade, direz-
vous sans doute. Aucune importance: platitude ou non, êtes-vous d'accord ? Oui,
sans doute (ceci vous sera du reste demandé dans le questionnaire). Donc,
continuons. Chaque fois qu'une expérience a eu lieu, qu'un événement s'est
produit, que j'ai pensé a quelque chose (pensée emmagasinée plus ou moins
fidèlement par ma mémoire) je ressentais cette expérience à travers une foule
d'éléments hétérogènes, externes ou internes et cet apport était, aussi, ma
pensée. La nourriture que j'avais absorbée, mon état de fatigue, les conditions
générales de vie du moment, l'heure (matin ou soir, avant ou après les repas ou
le sommeil) tout cela influait sur mon penser et sur ma façon de penser et
s'accumulait pour constituer ce qu'il me semble, actuellement, avoir été l'ego, le
moi que je crois être aujourd'hui. Sommes-nous toujours d'accord ? Si oui, nous
vous invitons à vous poser cette question: POUR VOUS (pas pour un observateur
extérieur, pas pour le voisin qui vous regarde vivre) quelle différence y-a-t-il
entre votre pensée et vous-même ?
Le Tchan, depuis 1500 ans et, avant lui, le Bouddhisme et le Taoïsme
philosophiques, se sont posé la même question. La réponse a été: dans la
pratique de la vie quotidienne, il est impossible à l'être humain non libéré de ne
pas s'identifier avec sa pensée.
C'est exactement en cela que réside la différence entre l'être humain libéré,
" éveillé " et celui qui ne l'est pas ou pas encore. L'humain non libéré, sans
l'admettre expressément, se confond lui-même avec cet instrument: sa pensée.
L'humain libéré sait intellectuellement, ce qui n'est rien, mais aussi " sent " cela
(comme l'on se sent en bonne santé sans pouvoir donner une définition valable
de ce qui est ressenti). Il sait et sent, par la pratique d'exercices du genre de
ceux que nous vous proposons, que:

LA PENSEE EST UNE FONCTION QUI SE PREND (si l'on peut dire) POUR UNE
ENTITE, UN EGO.

Pourquoi diable, direz-vous peut-être, ces gens-là ont-ils brusquement lâché leur
exposé rocailleux quant à la souffrance et aux moyens de lutter contre la
CRAINTE de la souffrance pour évoquer, ex abrupto, le fait que l'humain non-
libéré s'identifie, à tort, à sa pensée ? Réponse: parce que nous savons que,
statistiquement, au point où vous en êtes, trois personnes sur mille sont
capables, après avoir lu cette phrase en gros caractères, d'éprouver un choc
déterminant que le Zen nomme " Satori ", et nous " Tseu Jan ", c'est à dire la
libération, l'éveil. Si, dans votre cas, cette lecture n'a servi, apparemment, à rien,
ne vous en inquiétez pas: vous êtes dans la norme. Fermons la parenthèse.

... Et revenons à la notion de souffrance. Quelle conclusion tirer des exemples


donnés plus haut ? Que le caractère diminuant de la souffrance ne se manifeste
vraiment que lorsqu'elle est involontaire, subie, lorsqu’elle apparait comme une
CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 12/25
TEXTE 3/10

privation de liberté, une défaite. D'autre part, que toute douleur, quelle qu'elle
soit, comporte à la fois des éléments physiologiques, et des éléments moraux.
Tout au plus peut-on dire, par commodité, qu'une douleur est à prédominance
physique, ou à prédominance morale...
Il n'est pas question de vous apprendre comment vaincre la crainte de la
souffrance morale. Parce que la souffrance morale, décantée de tout égotisme,
est quelque chose de nécessaire. Parce que... Non, pour le moment, il est à peu
près impossible d'expliquer le pourquoi de ce type de souffrance. Le mieux est de
revenir à un exemple. Demandons aux chrétiens qui nous lirons de bien vouloir
excuser cette intrusion sur leurs terres et disons ceci: imaginez le Christ en croix,
souffrant et attendant la mort. Imaginez ses disciples, ayant foi en lui, et se
tenant d'instant en instant au courant de son agonie. Ces hommes et ces
femmes, c'est bien évident, ne pouvaient pas ne pas souffrir, à ce moment-là,
d'une intense douleur morale. Mais pensez-vous vraiment que cette souffrance
pouvait se comparer à celle qui frappe le commun des mortels pendant l'agonie
d'un être cher ? Certainement pas. Si l'on avait invité les disciples, moyens
techniques à l'appui, à renoncer à leur souffrance, ils auraient à coup sûr refusé.
Car cette souffrance contenait l'espoir: celui de la résurrection ? Peut-être. Mais
aussi parce que, bien qu'encore loin de sentir que, comme disait leur Maître, " ils
étaient des dieux ", ces hommes et ces femmes pressentaient cependant le
caractère nécessaire, sacré, de certaines souffrances. Lorsque, libéré, une forte
souffrance morale viendra à vous, vous ne la repousserez pas: un humain libéré
est le contraire d'un robot, mais il accepte la souffrance en ressentant sa
nécessité. Ce qui change complètement les perspectives. La comprenant, il
l'assume sans se perdre en elle, sans perdre en cette souffrance, qui n'est pas
lui, sa qualité d'émergence du Tao, de la conscience cosmique. En d'autres
termes - et peu importe le paradoxe - la souffrance morale ainsi ressentie ne
perturbe pas, ne diminue pas, l'humain libéré: au contraire. Elle n'influe pas, non
plus, sur son état physique. Il y a, regrettable mais nécessaire expression
dualiste: objet/souffrance et sujet/sérénité.
Donc, nous n'essaierons pas de vous apprendre à lutter contre la crainte de la
souffrance dite morale. Lors de la libération, de l'éveil, vous comprendrez
immédiatement pourquoi il est bon que cette souffrance persiste, transfigurée.
Etant entendu qu'elle ne peut être ressentie qu'en considération d'autrui et non
de soi-même. Nous reviendrons sur ce point.
Nous allons donc nous attaquer au problème (encore un) de la souffrance à
dominante physique. Nous avons noté que l'élément particulièrement perturbant
de la souffrance est constitué par le fait qu'elle est subie et non voulue. Nous
sommes donc bien d'accord: à cette nuance près qu'il est accoutumé à souffrir
physiquement alors que Monsieur Toutlemonde ne l'est pas, le " fakir " qui se
plante des aiguilles dans des parties du corps dont certaines, quoi que l'on dise,
sont bel et bien sensibles, ressent une douleur physique. Cette douleur étant à
l'origine de son gagne-pain (gagne-riz), il ne la tient pas pour défaite, mais pour
modeste victoire, dès lors qu'elle est impavidement supportée. Fakir est un mot
d'origine arabe qui signifie quelque chose comme " pauvre, mendiant ". Nous
CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 13/25
TEXTE 3/10

vous demanderons donc de nous excuser si nous vous proposons des techniques
proches de celles des fakirs, des pauvres, et des mendiants: ne l'oublions pas, la
voie de la libération est celle de l'humilité.
Voici une technique de lutte contre, non pas la souffrance physique mais les
perturbations causées par la crainte de cette forme de souffrance. Par lutte, il
faut entendre non pas les méthodes occidentales de combat, force contre force,
mais celles d'Extrême-Orient, qui ont donné naissance, sur le plan physique, aux
" sports " suivants: " lutte d'ombres ", aïkido, judo - méthodes consistant à
utiliser la force même de l'adversaire pour le mettre hors d'état de nuire. La
technique ou " exercice de voie directe " que nous allons vous proposer
aujourd'hui, est appelée par les tchanistes : Hou Xing, et ces deux mots sont
généralement traduits par " attente et sérénité ’’. (Précisons, à titre
documentaire, que le nom exact et complet est : Hou Xing Tong et qu'il signifie
exactement : joyeuse attente de la douleur. Ce n'est pas, comme vous pourriez
le penser, un programme de festivités mis au point par le baron de Sacher
Masoch avec la collaboration d'un disciple du Marquis de Sade, mais réellement
d'une technique de libération mise au point par les sages taoïstes et reprise par
le Tchan de l'Ouest).
Gouverner, c'est prévoir, dit la sagesse des nations. D'accord - une fois n'est pas
coutume - avec cette sagesse, les philosophes taoïstes et le Tchan à leur suite,
estiment qu'il est bon de considérer la douleur sous un aspect prévisionnel. En
d'autres termes : d'être prêt lorsque la douleur survient. (Ce que vise déjà, dans
une certaine mesure, le Yin/Yang, notons le en passant). Dans la pratique, le
Hou Xing est, le plus souvent, lié à l'exercice de perception des " sensas
négatifs ". Mais, comme écrivaient les romanciers populaires du siècle dernier :
n'anticipons pas et prenons tout d'abord conscience de ceci : la souffrance
physique, qui nous frappe au moment où nous nous y attendons le moins, qui
nous couche des jours et des années, souvent (et en tout cas : finalement)
jusqu'à ce que mort s'ensuive, n'est absolument pas le résultat d'une sorte de
conspiration dirigée contre notre cher petit " moi ". Pas plus que l'ondée qui
gâche nos parties de campagne n'a été décidée en haut lieu à seule fin de nous
ennuyer. Bien sûr, cela nous le savons. Mais le SENTONS-NOUS VRAIMENT ? Ne
vous est-il jamais arrivé de pester à propos de ce maudit ciel qui s'obstine à
demeurer bouché par des nuages d'une noirceur écœurante alors que vous
proposiez d'aller joyeusement gambader dans la nature ? Si vous n'avez jamais
eu ce genre de réaction, bravo ! Songez qu'il en est exactement de même pour la
souffrance que vous serez, un jour où l'autre, amené à ressentir : elle sera l'effet
découlant logiquement d'une cause (qui peut vous demeurer inconnue) et rien
d'autre, rien de " dirigé personnellement contre vous ". Cette relation de cause à
effet est souvent nommée, aux Indes, " karma ", mot au sujet duquel un
monceau de sottises ont été dites ou écrites et sur lequel nous reviendrons.
Donc, ayez bien cela en mémoire : la souffrance que vous ressentez, la maladie
ou l'accident dont vous êtes victime, ne constituent pas autant d'offenses. Des
causes existent qui, le plus souvent, ne vous ont été révélées que lorsque l'effet
s'est produit. A noter que si vous en aviez eu préalablement connaissance, ou
CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 14/25
TEXTE 3/10

bien vous auriez paré au danger, ou bien, pour une raison ou une autre, vous
auriez accepté que l'effet se concrétise. Dans le dernier cas, les aspects
psychologiques de votre souffrance physique n'existeraient pas.
Ayant cela en mémoire, il convient de bien vous persuader de ceci : la douleur
physique est quelque chose d'à peu près inéluctable. Notons, en passant, que du
point de vue de " l'individu " (donc, de l'espèce) elle a son rôle à jouer : elle
avertit, parfois trop tard, il est vrai, de l'approche d'un danger.
Lorsque, fatalement, nous devons affronter une situation donnée, deux attitudes
sont possibles : celle de la légendaire autruche enfouissant sa tête dans le sable
" pour ne pas voir ", et celle consistant à se préparer à l'affrontement. Il va sans
dire que la seconde attitude est celle que choisissent les hommes du Tao
(enfonçons un clou : qu'il soit bien entendu que nous tenons pour nulle et non-
avenue l'attitude de " pensée positive " poussée jusqu'à la caricature par la
" Christian Science " et consistant, en gros, à repousser toute idée de douleur
possible car " en portant la pensée vers la souffrance, on appelle la souffrance -
le mal ". Nous apprécions fort la plaisanterie, mais trop, c'est trop : sur ce plan
aussi, le Tchan est une voie moyenne : lorsqu'on nous prouvera que l'adepte de
la " pensée positive " ressent un agréable chatouillis à l'estomac lorsque cet
organe est atteint d'un cancer, nous réviserons notre attitude. En attendant,
revenons au Hou Xing).
Le Hou Xing est une technique très simple, simpliste si l'on veut, qui fut mise au
point par un groupe taoïste que l'on appela les " Jen jiao zi ", expression qui fut
traduite par " les hommes de la litanie " et qui signifie littéralement : les
hommes des mots.
Principe:
Aimez-vous les pommes chips ? Oui ? C'est noté. Aimez-vous la marmelade
d'orange ? Non ? C'est noté également. Mais, direz-vous, nous nous égarons. Il
était question de souffrance et voilà que, maintenant, nous parlons de goûts. Or,
comme chacun le sait, tous les goûts sont dans la nature, et il ne saurait exister
aucun rapport entre les goûts et la souffrance. Aucun rapport ? Voire ! Aimez-
vous le poivre de Cayenne, robuste condiment ? Oui ? En ce cas, prenez-en donc
une poignée et enfournez-la dans votre bouche. Vous trouvez cela agréable ?
Tant mieux : vous êtes une des dix personnes sur mille à être dans ce cas. Pour
les 990 autres, la bouche, dès le premier contact, se transforme en plaque de
métal rougie au feu. La tête entière est assaillie par une nuée ardente et une
douleur - oui, une douleur, aucun autre mot ne peut rendre compte de la
sensation éprouvée - s'installe localement et perturbe, hors du foyer initial,
réflexe et pensée. Boire ne fera que l'accroître et elle ne cèdera, qu'à la
mastication de mie de pain ou de riz sec. Ne vous semble-t-il pas, à la réflexion,
que la notion de douleur dépend, dans une large mesure, de l'opinion (au sens
entendu du terme) que l'on s'en fait ? La " kia " (école) des Jen jiao zi partit du
principe suivant : l'homme tel que nous le connaissons, croit être un " individu ".
A ce titre, il tient pour juste de procurer à cet individu, à ce " moi ", le maximum
de jouissance. Mais, tout compte fait (et sans, bien entendu, tenir compte des
goûts masochistes) le mot " jouissance " a de multiples sens. Si je me gorge
CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 15/25
TEXTE 3/10

d'une nourriture qui me plait, je puis dire que j'accorde une jouissance à mes
papilles gustatives. Mais si, par contre, pour n'importe quelle raison, j'estime qu'il
est bon de me priver de cette nourriture, il y aura encore jouissance, mais d'un
autre ordre : ma satisfaction pourra, par exemple, consister à sentir que je
demeure calme si cette nourriture m'est retirée. A bien considérer les choses,
lorsqu'un être humain conserve intérieurement son calme, sa sérénité, il est
évident que ce qu'il ressent ne peut, par définition, être entaché d'envie, d'aucun
" souhait d'autre chose ". Il est non moins évident que cette heureuse
particularité (la sérénité intérieure) spécifique de l'humain libéré, ne peut naître
spontanément chez l'humain non encore libéré. Il faut, dit l'adage, amorcer la
pompe pour que vienne l'eau. Il est également à remarquer que si une
souffrance survient, surtout de façon inopinée, nous la repoussons, plus ou
moins consciemment. Nous souhaitons qu'elle s'en aille. Hors, sauf cas
exceptionnels et très particuliers, notre souhait ne chasse pas la souffrance. Au
contraire : Du fait qu'entre notre volonté (refus de la souffrance) et le réel
(existence de cette souffrance) il y ait incompatibilité, un conflit se forme dans le
" xin " (littéralement: dans le cœur; disons, si vous voulez : dans l'inconscient).
Ce qui fait qu'en définitive, nous ressentons la souffrance elle-même PLUS les
perturbations du conflit. D'expérience, ces perturbations groupent, le plus
souvent, 90% du " mal " ressenti.
Les " Pères du Taoïsme " ont fait remarquer que l'homme, en tant " qu'individu ",
n'était qu'un faisceau d'habitudes. C'est par attachement aux habitudes qu'il
souhaite vivre et non mourir, ce qui, sans cela, serait inexplicable puisque rien ne
lui prouve que " l'au-delà " soit mauvais. Mais dans cet au-delà, quel qu'il soit,
ses chères habitudes ne pourront " être ". C'est par habitude également qu'il
décide que telle chose est, pour lui, bonne ou mauvaise : les habitudes de la vie
de l'athlète seraient ressenties comme mauvaises par le sédentaire douillet qui
en ferait l'expérience. Et réciproquement... ET SI NOUS INVERSIONS CES
HABITUDES ? Si, par exemple, lorsqu'une souffrance survient, notre souhait se
portait, non pas sur sa cessation, mais sur l'aspiration à la supporter avec le plus
grand calme intérieur ? L'expérience vaut d'être tentée...
Ils la tentèrent, ce qui donna ceci : ces gens étaient des moines, du type de ceux
que nous avons décrits dans notre texte précédent. C'est à dire que, bien
qu'ayant une vie intérieure plus intense que celle de leurs voisins, ils vivaient
exactement comme eux en ce qui concerne l'existence quotidienne : ils
travaillaient pour vivre et ne passaient pas leur temps dans un quelconque
ermitage, occupés à " contempler le Tao " ou leur nombril. Ils partirent de la
constatation du fait que, dans l'ensemble, l'être humain ne souffrait pas à
longueur d'année. Que, par conséquent, il convenait d'expérimenter en dehors
des sensations de souffrances physiques proprement dites. Donnons un exemple
(actuel): je suis dans un magasin. Il y a, devant moi, une " queue " importante.
J'ai des occupations pressantes et ne serai servi que dans une demi-heure au
minimum. Cela ne déclenche pas en moi de la souffrance mais de l'irritation. Ici,
une parenthèse: pouvez-vous vraiment affirmer qu'il y a un abîme entre la
souffrance physique et la sensation d'irritation ? Souvenez-vous: cela monte à la
CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 16/25
TEXTE 3/10

gorge. Au plexus, quelque chose se crispe... Mais soit, admettons : ce n'est pas
de la souffrance physique. J'attends donc dans la boutique parce que, vraiment,
j'ai besoin des produits que l'on va me vendre. Mais, d'autre part, il se trouve
que j'aurais aussi besoin de partir au plus vite : une affaire urgente. Si ce second
besoin est plus impératif que le premier, je partirais sans attendre mon tour
(avec un regard mauvais et, si possible, en claquant la porte) et je garderai, tout
au fond de moi et durant un certain laps de temps, une " boule " d'irritation. Si
(le plus souvent par inertie) je juge que mes achats priment en importance mes
autres occupations, j'attendrais mon tour en grinçant, si l'on peut dire,
moralement des dents. Et je quitterais la boutique nanti de mes achats mais
accompagné d'un léger sentiment de frustration. Bien. Ceci, c'est ce que je
ressens actuellement. Naturellement, je ressens ceci parce que mon
tempérament est nerveux ou bilieux. Les personnes flegmatiques, calmes,
douces - ou qui ont " tout leur temps " - ne réagiraient pas de cette façon. Du
moins, pas au niveau conscient...
Supposons maintenant que je choisisse l'option: le calme avant tout - option
justifiée par le fait que, lorsque je mourrai, il me faudra, bon gré mal gré, laisser
bien des tâches inachevées. Supposons que je prenne l'habitude (le tic, si l'on
veut) de répéter mentalement, le plus souvent possible, ces mots anodins: guo
hao nuan ! (traduction libre: la sérénité est le plus grand bien). Que se passera-t-
il ? Tout d'abord, préoccupé par la nécessité de bien " sentir " ma phrase, de
bien la " marteler " mentalement, ma pensée n'ira que faiblement vers la
nécessité d'être servi tout de suite. Puis, peu à peu, mon attention se relâchera.
Les mots seront mentalement prononcés de façon automatique. Je n'y penserai
plus vraiment et mes compagnons de file m'entendront maugréer entre mes
dents : alors, il sert, ce commerçant empoté ? - on ne peut dire que ce sera une
victoire. Mais supposons que sans s'émouvoir - après coup - je recommence à la
prochaine occasion et même en dehors de toute occasion ? Que je parte de cette
idée que, quels que soient les résultats pratiques, le fait est là, indiscutable : le
calme intérieur, la sérénité, c'est là le plus grand des biens ? Qu'il ne soit pas, le
moins du monde, question de me suggestionner, de faire admettre à ma pensée
consciente quelque chose qu'elle refuse, puisque j'admets parfaitement, en
théorie, la suprématie de la sérénité sur tout le reste ? Si j'agis ainsi,
imperturbablement, longuement, sans me soucier durant des semaines du
résultat immédiat, sans me FORCER, surtout, à faire ou à éviter des gestes " en
rapport avec la sérénité ", que se passera-t-il ?
Ce qu'il se passera, nous pouvons évidemment vous le dire. Mais l'expérience
personnelle est absolument irremplaçable. Ce que nous venons d'évoquer
(l'exemple du client impatient) est tout aussi valable dans le cas du malade qui
souffre. Cela peut aussi s'appliquer aux séquelles PHYSIQUES de douleurs dites
" morales ". Prenons le cas d'une maladie chronique : j'ai, tous les jours, durant
des heures, une douleur qui me torture, là, du coté du cœur, ou au cœur peut-
être, que sais-je ? L'action de l'accoutumance fait que les médications ne
produisent plus grand effet. J'attends, crispé, cette souffrance irréductible qui,
comme une bête, déchirera mes chairs et perturbera mon mental. Je m'insurge
CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 17/25
TEXTE 3/10

contre elle, je m'efforce de la chasser de toute ma volonté tendue. Une volonté


POSITIVE. Et si j'essayais la volonté " négative " ? (Parenthèse: surtout, n'allez
pas croire que nous vous proposons de vous passer de soins médicaux si vous
êtes malade. Pas plus que nous ne vous invitons à rechercher la douleur. Si vous
êtes malade de façon sérieuse, voyez un médecin et suivez ses prescriptions.
Mais quels que soient les talents de votre médecin, il ne pourra jamais vous
éviter toute souffrance. Lorsque celle-ci se manifestera, apparaîtra l'intérêt du
Hou Xing, pratique développant puissamment la volonté " négative ").

Dans la phraséologie Tchan, l'expression " volonté négative " a une importance
capitale. Elle correspond à ce que le Zen entend par " Zen total " et signifie
littéralement : nager dans le sens du courant. Interprétée, elle veut dire : faire
en sorte que la volition de " l'individu " corresponde à la réalité. Dans le cas de
l'humain qui souffre, cela revient à :
1° CONSCIEMMENT, reconnaître qu'il est vain de refuser la souffrance. Nous
disons bien : consciemment. Il n'est pas question et ne saurait être question pour
un humain non encore libéré de " mâter " ou de convaincre l'inconscient. Quant à
l'humain libéré, son inconscient, toujours d'accord avec le conscient, ne le gêne
pas. Donc, en cas de vives souffrances qui ne peuvent être apaisées par une
médication quelconque, se répéter au moins deux ou trois fois, mentalement et
posément : mon désir est sans effet sur le réel : il est donc absurde de souhaiter
l'éloignement de la souffrance. (Aucun rapport, naturellement, avec les mantra et
japa dont nous parlerons plus tard. Ici, rien d'irrationnel : une constatation
évidente et banale.
2° Si l'intensité de la douleur le permet, pratiquez durant une ou deux minutes la
respiration consciente. Si la douleur est vraiment trop forte, ne pas noter les
inspirations et les expirations mais s'efforcer, à tout le moins, d'expirer bien à
fond deux ou trois fois de suite. Après cela, répéter deux ou trois fois les mêmes
phrases que précédemment. Respirez à nouveau consciemment pendant une
bonne minute - ou, à défaut, videz vos poumons au maximum durant
l'expiration. Après cela, notez mentalement, sans faire effort pour concrétiser
quoique ce soit : la sérénité est le plus grand bien. Rien d'autre.
Faites cela quand vous souffrirez physiquement ou quand vous vous sentirez
déprimé. Si vous restez durant de longues périodes " en pleine forme ", prenez
l'habitude de prononcer la phrase : la sérénité est le plus grand bien - chaque
fois que vous sentirez l'énervement, la fatigue, l'ennui, bref : toute sensation dite
" négative " vous gagner. Et, lorsque vous en aurez terminé avec l'exercice de
perception des " sensas négatifs ", répétez cinq ou six fois cette phrase avant de
reprendre vos occupations habituelles. Vous trouverez, du reste, des précisions
supplémentaires dans votre programme personnel.
Fidèles au caractère " mixte " de la voie que nous avons proposée, nous
revenons maintenant aux pratiques parallèles de la voie " évolutive ", et tout
d'abord au :

CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 18/25


TEXTE 3/10

YEOU KIEN ou " Voyage astral " (suite) :

Avez-vous essayé de pratiquer cette technique ? Si oui et que les résultats,


d'après les données que nous vous avons fournies ont été incertains mais malgré
tout quelque peu prometteurs, persistez dans cette voie sans rien y changer : la
réussite sera, pour vous, simple affaire de temps et (mais oui !) de routine.
Sinon, voici quelques conseils:
Si, jusqu'au moment où il vous a été demandé de " visualiser " votre propre
visage et de le situer au plafond, tout a " bien été " mais que la visualisation a
été impossible, laissez celle-ci de côté, ne vous y intéressez plus et, à la place,
pratiquez l'observation yogique de la racine du nez. Remarque préalable : pour
que cela soit possible, il faudra que la pénombre qui était requise dans la
première forme de l'expérience soit remplacée par une clarté plus grande mais
non intense. Donc, si vous expérimentez de jour et que la lumi-nosité extérieure
n'est pas trop éclatante, laissez les volets ouverts. De nuit, ayez une veilleuse,
électrique ou non, qui ne sera pas dirigée directement sur votre visage. Ou
encore, utilisez une lumière de puissance normale mais tamisée ou éclairant
indirectement. Il faut, en somme, que vous soyez capable de percevoir
visuellement votre environnement immédiat mais que vous ne risquiez pas d'être
ébloui. Ceci pour la raison suivante : l'observation yogique de la racine du nez
tend, inutile de vous le dissimuler, à provoquer le sommeil hypnotique. Vous
devez éviter de vous endormir en conservant l'état de vigilance décrit dans le
texte précédent. Mais il vaut évidemment mieux ne pas ajouter à vos difficultés.
Or, très souvent, une lumière crue, fatigante pour la vue, favorise l'auto-
hypnose. Donc, sont acceptables : volets largement ouverts par temps sombre
ou volets demi-fermés par temps très clair, de jour. Bougies, bâtons d'encens (au
moins deux), veilleuse, électrique ou non, à une distance de trois mètres
(maxima) à un mètre (minima) de nuit. Ou encore, éclairage fluorescent mais de
faible intensité: l'idéal étant de pouvoir percevoir mais non vraiment distinguer
les détails d'ameublement d'une pièce de superficie moyenne.
Donc, dans ces conditions de luminosité, louchez carrément et fixez - ou essayez
de fixer - le point précis situé à la racine de votre nez. Que cette fixation dure
aussi longtemps que possible : dix minutes constituent une norme faible. Il n'est
pas très aisé de décrire ce que vous ressentirez : seule l'expérience pourra
vraiment vous faire comprendre ce dont il s'agit : les mots n'y parviendraient
pas (et du reste, dans toute la mesure du possible, nous nous efforçons de rester
fidèles à l'adage Tchan : seule l'expérience personnellement vécue a de la
valeur). Un impératif : pratiquez aussi longtemps qu'il vous sera possible cette
fixation et ne vous endormez pas. Rien d'autre. (Signalons en passant qu'il n'y a
pas de " truc " pour empêcher la venue du sommeil : tout est question
d'entraînement et de vigilance).
Normalement, à un certain moment, vous devez ressentir ce que l'on appelle la
" tendance à la lévitation ". Autrement dit, vous devez avoir l'impression que
‘‘ quelque chose " vous aspire vers le plafond : c'est une sensation qui SEMBLE
exclusivement physique. Il est, à ce moment, important de ne pas s'affoler. Non

CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 19/25


TEXTE 3/10

qu'il y ait le moindre danger, mais le caractère inhabituel du " sensa " éprouvé
suffit parfois à émouvoir des personnes nerveuses, donc à troubler la régularité
du processus respiratoire, à faire cesser la fixation du regard sur la racine du nez,
bref : à réduire à néant tous les efforts préliminaires et à laisser
l'expérimentateur face à un échec... Et à l'énervement.
Donc, rien d'autre à faire qu'attendre, en maintenant une respiration calme et
régulière et un regard louchant sur la racine du nez. Attendre que, d'une façon
qui défie la raison (*), vous vous " retrouviez en haut ", pendant que votre corps
est là, en bas, sur le lit ou la natte, bien tranquille, respiration faible mais
régulière.
Que faire après ? Il est bien inutile de vous le dire : c'est le début du " vol ". La
suite, absolument sans danger (sauf peut-être une migraine si votre fixation du
regard sur la racine du nez a vraiment duré très longtemps), dépend des
particularités de votre tempérament.
Nous vous conseillons de bien respecter les directives que nous vous avons
données. Très justement, vous pouvez penser : bon ! Je viens de lire et j'avais lu
dans le texte précédent pas mal de choses. J'ai fait ce qui m'était dit. Mais peut-
être n'ai-je pas respecté, faute d'attention suffisante, ou parce que les
explications n'étaient pas assez claires, certaines prescriptions de détail ? De ces
oublis possibles peut-il sortir quelque danger ? La réponse est la suivante : les
directives que nous vous avons proposées visaient, entre autre, à occuper votre
pensée de façon à ce qu'il n'y ait pas de vagabondage mental dans des directions
interdites. Par cette phrase, nous entendons ceci : nous avons voulu éviter que
des pensées de haines ou de crainte (c'est la même chose) relativement à autrui
ou à vous-même ne se manifestent en vous. Le simple fait de laisser
DELIBEREMENT la pensée affecter des formes comme : je déteste Untel - ou:
pourquoi Untel me veut-il du mal ? - ou encore : hier, j'ai commis un acte
répréhensible... constitue un danger. Pas un danger grave, rassurez-vous: un
danger d'échec, tout d'abord, ou en cas de réussite, un mal de tête plus violent
qu'en cas de fixation trop longue du regard sur la racine du nez, ainsi qu'un
sentiment de malaise qui persisterait un jour ou deux. Comme vous avez pu le
remarquer, nous avons souligné le mot " délibérément ". Cela signifie que si une
pensée " mauvaise " s'insinue en vous en dehors de votre volonté et alors que
vous pratiquez les préliminaires du Yéou Kien avec la concentration (même pas:
la bonne volonté) nécessaire, cette pensée involontaire n'aura pas le temps de
vous " marquer ", mais que si vous caressiez volontairement ce genre de pensée,
il se produirait ceci : la haine (et peur et haine sont liées) est une force - une
flèche, disent les Tibétains. Qu'il s'agisse de la haine d'autrui ou de la haine de
soi-même s'exprimant dans le remords. Si cela était possible (et ce serait le cas
ici du moins en ce qui concerne autrui) elle se retournerait contre " l'arc " qui l'a
lancée. D'où les céphalées et les malaises.
Vous savez sans doute que certains pratiquants du " Voyage astral " n'hésitent
pas, pour aider à la réussite de leurs expériences, à utiliser certaines drogues,
non seulement les hallucinogènes mais aussi le banal éther sulfurique ?
(On imbibe d'éther un mouchoir dont on respire les émanations juste avant de
CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 20/25
TEXTE 3/10

" voir le visage au plafond " ou de fixer du regard la racine du nez). Nous vous
déconseillons formellement ces pratiques, lesquelles, soit dit en passant,
produisent après coup des effets comparables à ceux des pensées de haine que
nous venons de mentionner. Du reste, il y aurait beaucoup à dire sur
l'authenticité des résultats ainsi obtenus. Par contre, il est, (en Extrême-Orient)
considéré comme licite d'utiliser, en frictions, certains onguents dont nous allons
vous donner la composition (voir annexe) et qui produisent sur le système
nerveux un effet décontractant. Précisons qu'il ne s'agit pas du tout du fameux
" onguent des sorcières " dont les rapports des Inquisiteurs médiévaux font si
souvent état. Il s'agit de produits inoffensifs lorsqu'ils sont employés à usage
externe - étant entendu qu'il faudrait être dépourvu de tout bon sens pour
ingurgiter semblables brouets. Nous reviendrons sur le Yéou Kien dans le
prochain texte. Ainsi que dit un proverbe Nord-Tibétain : qui veut aller trop vite
ne va pas loin. Maintenant, nous allons parler du:

KAN YAN SE (la vision des auras).

Tout d'abord, posons-nous ces deux questions : qu'est-ce qu'une aura ? Le fait
de la percevoir peut-il avoir quelque utilité ?
Comme il a été dit et surtout écrit pas mal de sottises à ce sujet, nous allons,
afin d'éviter d'en rajouter, la définir aussi succinctement que possible. Et encore !
Nous allons nous contenter de vous dire ce que nous supposons qu'elle est : hors
du domaine des Sciences exactes, seuls les mystificateurs ou les illuminés (au
sens péjoratif du terme) peuvent se permettre d'affirmer. Reconnaissons que, sur
ce point précis, ils ne s'en sont pas fait faute.
Donc, nous pensons qu'il s'agit d'une sorte de champ magnétique exsudé (si l'on
peut dire) par les énergies ET du corps ET du psychisme. Il est bien possible,
comme l'affirment certains " théosophes " plus ou moins orientalisés, qu'entre ce
champ lui-même et le corps, subsiste une zone intermédiaire dite (mais pas en
Extrême-Orient) " l'éthérique ". C'est d'autant plus vraisemblable que si vous
vous décidez à pratiquer la " vision de l'aura ", vous noterez effectivement que
celle-ci ne " colle " pas vraiment au corps (*). Toutefois, ayant de vagues notions
de chimie organique élémentaire, nous nous refusons à suivre tel auteur qui
déclare froidement que : " la vague lueur bleue que l'on voit parfois, la nuit,
monter d'une tombe fraîchement creusée (et contenant un cadavre, supposons-
nous) est la charge éthérique qui se disperse " ...

******************************************************************

(*) Au début, occupez-vous seulement du halo entourant le visage. Motif : hors


les plages, les gens circulent vêtus de fibres animales ou végétales, lesquelles
ont aussi leur aura, du moins tant qu'elles vivent. Naturellement, ces fibres sont
" mortes ". Mais elles peuvent avoir été manipulées par d'autres personnes que
le porteur. D'où une désharmonie dans les coloris auriques perçus, née de
l'apport d'éléments étrangers. De toute façon, la zone entourant le visage
s'observe toujours mieux. C'est là que l'iconographie situe l'auréole des saints.

CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 21/25


TEXTE 3/10

... Egalement : nous ne ferons pas nôtre l'affirmation " que le pouvoir de
perception des auras a demandé des années d'études aux " Maîtres " et réclame
un niveau moral élevé ". C'est totalement absurde. Tout d'abord, à condition que
" l'étudiant " prenne " l'étude " à cœur, il ne faut pas des années pour obtenir
des résultats positifs. Ensuite, la valeur morale du dit étudiant n'intervient pas
plus là-dedans que dans la pratique du piano forte ou du billard japonais. Soit dit
en passant, nous connaissons de notoires canailles, relativement parlant, qui sont
de remarquables observateurs d'auras. C'est peut-être regrettable mais c'est
ainsi : le Kan Yan Se est une technique psycho-physiologique dans laquelle
l'éthique n'intervient pas.
Une grande capacité intellectuelle n'est pas non plus nécessaire (les rationalistes
intransigeants diraient : au contraire). Et, avant d'aller plus loin, précisons bien
ceci : le pouvoir de percevoir les auras exige un entraînement particulier. La
libération, " l'éveil ", qui est, évidemment, quelque chose de bien plus important,
ne vous conférera pas plus ce pouvoir qu'il n'accorde celui de devenir imbattable
au bridge ou à la canasta. Sur 6 instructeurs présents lors de la rédaction de ces
textes, 4 perçoivent les auras. Parce que, dans leur jeunesse, ils ont appris. Tant
que nous sommes dans ce domaine, une mise en garde - d'ordre général, du
reste : méfiez-vous des gens qui affirment, surtout dans un domaine où les
vérifications sont malaisées.
Surtout de ceux qui affirment tenir leurs connaissances (ou plutôt leurs
Connaissances, avec un C majuscule : leurs certitudes, si l'on préfère) de tel sage
Tibétain, Indien eu Chinois. Nous ne mettons pas en doute la sincérité de ces
personnes, mais :
1° Tous les sages ne sont pas aussi impolis que le Buddha qui haussait les
épaules et ne répondait rien lorsqu'une question absurde lui était posée. Bon
nombre d'entre eux ont pensé, et pensent, comme Sou-Tchien: il faut donner à
l'homme-enfant le hochet qui l'amuse. Un hochet peut être verbal.
2° Il arrive aux sages, comme à tous les humains (quoique moins souvent) de
dire involontairement des sottises - le Dieu (vu par les hommes) de la Bible, en
dit bien - et s'ils sont vraiment sages, ils le reconnaissent volontiers. Mais pas
forcément avec tout le monde : la croyance en l'infaillibilité des sages étant
encore un de ces hochets dont raffole l'homme-enfant.
Nous nous étions également demandé si la perception des auras était utile, sur le
plan pratique. Oui, contrairement au voyage astral (Yéou Kien), cette technique
est utile. Elle l'est pour le psychologue et pour le médecin. Et il ne serait pas
mauvais que tout le monde soit, peu ou prou, psychologue et médecin. Comme
vous le savez sans doute, l'aura humaine apparait, à qui la perçoit, colorée.
Le rouge est la couleur de la violence, surtout s'il s'agit d'un rouge foncé. Le
jaune indique la spiritualité la plus élevée. Le bleu... - Pardon ! Pardon ! Il y a
erreur : le rouge est la couleur de la santé. Le jaune celle du désaccord et de la
jalousie. Le bleu...
Vous avez compris ? Le désaccord le plus parfait règne chez les amateurs de
perception d'auras. Attention toutefois : il n'existe que chez les théoriciens. Les
praticiens, eux, savent fort bien que les choses ne sont pas si simples : dans la
CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 22/25
TEXTE 3/10

pratique, tout dépend de certaines caractéristiques du tempérament de


l'expérimentateur. Selon ces caractéristiques, une couleur perçue aura telle
signification pour un expérimentateur donné et cette signification pourra être très
différente pour un autre expérimentateur. Donc, on compte douze " types
d'observateurs ". En gros, disons qu'en principe chaque type correspond à un
" signe " zodiacal. En fait, dans la pratique, les choses ne sont pas si simples et
l'on doit tenir compte, pour décider du " type " de l'expérimentateur, d'éléments
qui n'ont rien d'astrologiques. Vous trouverez une " annexe II " indiquant la
signification des différents coloris perçus dans l'observation des auras, en ce qui
VOUS concerne. Bon nombre d'éléments ayant permis d'établir à quel " type "
d'observateur d'auras vous appartenez, ont été pris dans vos réponses aux
questionnaires.

Si vous voulez devenir apte à discerner les auras nous vous proposons la
pratique des exercices suivants :
Le Yen Shang Xia (littéralement : l'œil qui monte et qui descend) : une fois par
jour si vous en trouvez le temps. Même si vous ne vous intéressez pas aux auras
et à leur perception, nous vous conseillons la pratique de cet exercice et des
deux suivants. Apparentés au " yoga des yeux ", ils constituent une excellente
gymnastique oculaire et ont permis à bien des gens de se passer de lunettes.
C'est quelque chose d'extrêmement simple. Lieu : n'importe quel endroit où
personne ne risque de venir vous regarder en face. Moment : absolument
n'importe quand. Une restriction cependant : une partie de l'exercice ne peut
être pratiquée que si votre corps reste immobile. C'est du reste le début qui
consiste à :
- Se tenir debout ou assis, n'importe; la station couchée peut aussi bien convenir.
Conservant au corps et plus encore à la tête une parfaite immobilité, porter le
regard de vos deux yeux le plus à gauche possible. Restez quelques instants
ainsi, puis, très lentement et SANS A-COUPS, ramenez ce regard vers l'extrême
droite.
Vous le savez sans doute, le regard humain, habituellement, se déplace par
saccades, sautille. Même lorsque nous avons l'impression qu'il suit lentement et
de façon continue les contours d'un objet quelconque, il procède, en fait, comme
ferait un oiseau minuscule, avançant par minuscules petits sauts. L'exercice vise
donc à supprimer ces sauts et à faire glisser, réellement, le regard de gauche à
droite. C'est, du point de vue de la pratique, un exercice parfait en ce sens qu'il
n'est pas, au départ, d'exécution aisée, mais que tout le monde, avec de la
persévérance, peut en venir à bout. Lorsque vous aurez " trouvé le truc ", que
cette première partie de l'exercice soit exécutée par vous en trente seconde à
peu près. Tant que vous ne serez pas sûr que votre regard avance bien d'un
mouvement continu, prenez plus de temps : deux ou même trois minutes.
La seconde partie de l'exercice est semblable à la première, à ce détail près qu'il
convient tout d'abord de porter le regard des deux yeux le plus bas possible, puis
de l'élever de façon lente, continue, sans à-coups, aussi haut que possible. Même
remarque en ce qui concerne la durée d'exécution : au début, opérez lentement,

CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 23/25


TEXTE 3/10

puis, lorsque vous aurez acquis la certitude que votre regard se déplace " sans
sautillements ", allez plus vite.

Si vous disposez d'un loisir suffisant, vous pouvez compléter ces deux premières
parties de l'exercice en ramenant, dans les mêmes conditions de continuité, le
regard de la droite à l'extrême gauche (première partie) puis du haut vers le bas
(deuxième partie). Quant à la troisième et dernière partie de l'exercice, elle est,
s'il se peut, encore plus simple que les deux autres : cela consiste tout
simplement, pendant une minute ou deux, à " tournebouler " vos yeux en tout
sens, à loucher, à braquer les iris dans toutes les directions : bref, à faire se
mouvoir au maximum vos globes oculaires. Et surtout, ne craignez pas que le fait
de loucher volontairement risque de provoquer le strabisme (pas plus que le fait
d'évoquer volontairement des " pensées noires " ne risque de provoquer des
catastrophes). Du reste, si vous redoutez le strabisme, posez donc la question à
votre médecin. Veuillez noter qu'il n'est pas nécessaire de conserver l'immobilité
durant la troisième et dernière partie de l'exercice.

Deuxième et dernier exercice... Mais, à vrai dire, ce n'est pas un exercice : une
habitude à prendre, plutôt.
De temps en temps, quand l'idée vous en viendra, mettez vos paupières " kai-
guan "; c'est à dire ayez les yeux mi-ouverts, mi-fermés, exactement comme
vous fermez à demi les yeux lorsque votre vue doit affronter une lumière trop
vive. Restez ainsi, sans refermer les yeux ni les ouvrir complètement, sans battre
les paupières, aussi longtemps que vous le pourrez. Peu importe le lieu et l'heure
(bien entendu : pas au volant d'une voiture, ni en traversant la rue...). Si vous
avez pris la décision de pratiquer la perception de l'aura, faites " kai guan " une
fois par jour durant quelques minutes : dans le cas contraire, ne vous y
intéressez pas car, sur tout autre plan cette petite technique est sans aucun
intérêt. (On prétend qu'elle est excellente pour la conservation de la vue, mais ce
n'est pas prouvé). Signalons en passant que (si vous pratiquez régulièrement
" kai guan ") ce sera probablement pendant que vous serez occupé à regarder
ainsi que vous percevrez pour la première fois l'aura d'une autre personne : cela
se passe ainsi la plupart du temps.
En ce qui concerne les exercices destinés à vous donner accès à ce genre de
perception, nous n'en dirons pas plus aujourd'hui. Normalement - et à condition
de procéder, deux fois par semaine, à certaines ablutions locales de type
particulier et que nous allons décrire, vous serez aptes, après (selon vos dons
originels) un, deux, ou trois mois de pratique, à percevoir les auras. Ce "pouvoir"
n'a absolument rien de miraculeux. Il n'est pas du tout " surnaturel " et ne
réclame aucune aptitude particulière à la sainteté. Il s'agit simplement d'une
potentialité de la vue humaine habituellement non utilisée. Sauf si votre vue
présente quelque défaut rédhibitoire (défaut très rare, ni la myopie, ni
l'hypermétropie, ni le strabisme, ni même le fait de ne voir que d'un œil, ne sont
des empêchements), il n'y a absolument aucune raison que vous ne veniez pas à
bout du " Kan Yan Se "...

CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 24/25


TEXTE 3/10

Pour en terminer, du moins pour aujourd'hui avec cette question, nous vous
conseillerons ceci : deux fois par semaine, à deux jours d'intervalle au moins (et
à la condition que vous vous intéressiez à la " perception des auras ") donnez à
vos yeux le bain suivant :
Eau: quatre litres dans un récipient quelconque mais en verre de préférence
(vous pouvez faire la préparation dans une casserole, même en aluminium, mais
après, mettez en bouteille de verre bien fermée le liquide). Si possible eau de
pluie, eau de source ou de puits. Sinon, la banale " eau du robinet " mais, en ce
dernier cas, vous ajouterez une pincée de borax OU une demi cuillérée à café de
bicarbonate de soude pour les quatre litres.
Ne pas faire bouillir cette eau. Y laisser mariner pendant 3 jours (dans la prati-
que: au moins 60 heures, mais moins de 80 heures) les ingrédients suivants :
- 3 clous de girofle.
- 1 cuillérée à café et demi d'alcool à 90 degrés (c'est entendu : le mot "mariner"
ne convient pas pour de l'alcool, excusez-nous).
- 1 pincée de fleur d'oranger (des fleurs, pas des feuilles).
- 1 pincée de chiendent. La feuille. Vous trouverez cela, ainsi que la fleur
d'oranger, chez un pharmacien. Le chiendent et la fleur d'oranger doivent être
secs.
- Thé (de Chine, de préférence: theia sinensis) : quelques grammes. Les
questions de poids jouent peu : disons une bonne pincée. Le thé de Chine en
sachet convient très bien.
- OU : feuille de fromager (de la famille des Malvacées, dit " fromager du Sénégal
", mais commun dans la plupart des pays tropicaux ou semi-tropicaux) : la valeur
de 5 grammes, environ.
- OU ENCORE : Houx commun (Illex aquaforium) : deux ou trois feuilles.
- OU ENFIN : figuier commun (ficus carica L.): une ou deux feuilles, selon
grandeur.
En ce qui concerne le thé (OU le fromager, OU le houx, OU le figuier) peu
importe la fraîcheur ou la sécheresse du produit dont le rôle est, en quelque
sorte, catalytique.
Procédez au bain de la façon la plus simple qui soit : videz le contenu de vos
bouteilles dans un récipient du genre cuvette et plongez votre visage, les yeux
ouverts, dans le liquide. Restez ainsi une demi-minute environ, puis retirez votre
visage de l'eau. Redressez-vous. Attendez une minute, à peu près. Recommencez
l'opération, le bain, trois ou quatre fois. Replacez, après vous être essuyé, le
liquide dans les bouteilles. (Vous pouvez utiliser un entonnoir). Il va sans dire
qu'avant de mettre, pour la première fois, ce liquide en bouteilles, vous en aviez
retiré les éléments végétaux à l'aide d'une passoire.

ATTENTION : le bain d'yeux, pour Kan Yan Se, de même que l'onguent pour
Yéou Kien, ne conviennent pas à tout le monde et certaines personnes réussiront
plus facilement perception des auras et " voyage astral " sans utiliser ces
produits. Voir à ce sujet votre 3ème programme personnel.

TCHAN
CENTRE TCHAN DE LIMOGES – NOUVEL ENSEIGNEMENT TCHAN - année 1985 25/25