Vous êtes sur la page 1sur 95

Introduction générale

Dans le but d’étudier et de calculer une structure auto stable


pour le projet de fin de cycle, nous avons ramené un plan
d’architecture d’un bâtiment de RDC+6 fourni par un Bureau
d’étude, et faire une note de calcul manuel suivant des règlements
applicables en Algérie.

1
CHAPITRE I

Présentation de projet

2
Introduction

Dans ce chapitre nous allons présenter notre projet du bâtiment, et nous allons
identifier tous ses caractéristiques techniques qu’ils s’agissent la géométrie, les éléments de
la structure, le sol et finalement les caractéristiques des matériaux utilisés.

1- Présentation de projet :

1-1 Vue générale sur l’ouvrage :

 Le projet est un ouvrage d’habitation de 500 logements LPP qui est situé à TIPAZA et
implanté dans la zone sismique ΙΙΙ (selon RPA2003).
 Le projet est composé de deux ilots : le premier contient 22 blocs et le deuxième
21 blocs.
 Maitre de l’ouvrage : ENPI
 Entreprise de la réalisation : CREG
 Délai de la réalisation : 38 mois
 CTC : TIPAZA
 BET : SETAM BLIDA

1-2 Caractéristiques du bloc étudié :

 Le bloc est nommé 𝑪𝟑 dans le plan de masse, c’est un bâtiment de RDC+6 à usage
d’habitation avec une terrasse inaccessible.
 Les étages sont courants chacun est composé de trois appartements deux (𝐹4 ) et (𝐹3 ).

2.1- Caractéristiques géométriques :


Le bâtiment est caractérisé comme suit :
a- Dimensions en élévation :
 Hauteur totale du bloc C3 avec l’acrotère ……….. H= 21.42 m.
 Hauteur du rez-de-chaussée ……………………….H=3.06.m.
 Hauteur de l’étage courant ………………………...H= 3.06 m.

3
b-Dimensions en plan :

 Longueur totale en plan……………………………… L=36.85m


 Largeur totale en plan ……………………………….. B=14.15m

c- Superficie de l’étage :

 S=438.26m²

e-Périmètre de l’étage :

 P=108 m

f- Dossier d’architecture :

Les Coupes et les vues de l’ouvrage

Vue de façade

4
5
6
7
8
9
2.2- Ossature :
La structure initiale proposée par le B.E.T est une ossature auto-stable.

a- Planchers :
Le type de dalle au niveau des planchers a été choisi en fonction de :
 La forme géométrique : Cas d’une géométrie peu compliqué.
 L’intensité des charges : La capacité de charge portante.
Chaque niveau est composé de deux types de dalle :
 Dalle pleine (ferraillage + béton)
 Dalle à corps creux (hourdi + dalle de compression)

b- Escalier :
La structure comporte un seul type d’escalier c’est un type droit qui sert à relier les
planchers de tous les étages.

c- Poteaux :
Les poteaux sont des éléments verticaux de l’ossature du bâtiment qui supportent
principalement un effort normal de compression ; dans notre cas on a un type de poteau.
 Poteaux d’une section rectangulaire de cotée « a « (section carée).

d- Poutres :
La structure comporte deux types de poutres dans chaque plancher :
 Poutre porteuse.
 Poutre non porteuse.

2.3- Maçonnerie :
La maçonnerie du bâtiment a été réalisée en briques creuses :
 murs extérieurs constitués d’une double paroi en briques (10cm et 15cm d’épaisseur)
séparés par une âme d’air de 5cm d’épaisseur.
 murs intérieurs constitués par une seule paroi de briques de 10cm d’épaisseur.

10
2-4-Caractéristique du sol :

 Le terrain est de nature argileuse et peu graveleuse, de couleur brunâtre sur montée des
types consolidés blanchâtres à tufeuse de couleur blanchâtre.
 Le sol est de contrainte admissible de 2.5 bar.
 Le sol est d’humidité faible et de compressibilité moyenne, il est peu gonflant et de
moyenne cohésion.

3- Caractéristiques mécaniques des matériaux :

Les caractéristiques des matériaux utilisés dans la construction du bâtiment doivent


être confirmées aux règles techniques de construction et de calcul des ouvrages en béton
armé et aux règlements applicables en Algérie à savoir :
 BAEL91 modifié99.
 CBA93.
 RPA99 version 2003.

3-1/Béton :

a- Composition du béton :
Le béton est un matériau constitué par le mélange, dans des proportions convenables
il se compose des granulats (gravier, sable) et de ciment portland (liant) et d’eau de
gâchage.
La composition courante de 1m3 de béton est :
 350 kg de ciment CPA325.
 400 L de sable Dg ≤ 5mm.
 800 L de gravillons 5mm ≤ Dg ≤ 25mm.
 175 L d’eau de gâchage.
Pour sa mise en œuvre, le béton doit être maniable et il doit présenter certains critères à
savoir :
 Une résistance mécanique élevée.
 Un retrait minimum.
 Une bonne tenue dans le temps (durabilité).

11
b- Résistance du béton [BAEL91 /99] :

b-1 Résistance du béton à la compression :


Le béton est caractérisé par sa résistance à la compression à ‹‹j›› jours, généralement
à 28 jours par l’essai de compression qui est fait dans le laboratoire. Cette valeur est
déterminée par des essais : des éprouvettes cylindriques normalisées de 200𝑐𝑚2 de section
et de 32cm de hauteur.

J  28 jours  f cj  0.685 f c 28log  j  1


J  28 jours  f cj  f c 28
J  28 jours  f cj 1.1f c 28

Pour notre étude, on prend fc28 = 25MPa.

b-2 Résistance du béton à la traction :

La résistance à la traction est déterminée par plusieurs essais parmi eux , on peut
Citer :
 Traction directe sur les cylindres précédents en collant des têtes de traction
 Traction par fendage en écrasant les cylindres précédents placés horizontalement entre les
plateaux d’une presse (essais Brésiliens)
 Traction par flexion ; ce test est réalisé à l’aide d’une éprouvette prismatique, de cote ‹‹a››
et de longueur ‹‹4a›› reposant sur 2 appuis horizontaux soumise à la flexion.
 La résistance à la traction est notée par ‹‹ ftj ›› ; elle est définie par la relation :

ftj = 0.6+0.06fcj (MPa)


fc28 = 25MPa, on trouve : ft28 = 2.1 MPa

c) Module de déformation longitudinale :


Ce module est connu sous le nom du module de ‹‹Young ou module de déformation
longitudinale›› ; il est défini sous l’action des contraintes normales d’une longue durée ou
de courte durée d’application.

12
 Module d’élasticité instantanée‹‹𝑬𝒃𝒊𝒋 ›› :
Sous des contraintes normales d’une durée d’application inférieure à 24h, on admet,
à défaut de mesures directes, qu’à l’âge de jours le module de déformation longitudinale
instantanée du béton Ebij est défini par la relation :
Ebij = 11000(fcj )1/3 (fcj ; Ebij : en MPa).

 Module d’élasticité différée ‹‹𝑬𝒃𝒗𝒋 ›› :


Sous des contraintes de longue durée d’application, les déformations longitudinales
complémentaires dues au fluage du béton sont doubles de celles dues aux mêmes
contraintes supposées de courte durée et appliquées au même âge.

La déformation totale du béton sous charge de longue durée est donc triple de la
déformation instantanée sous même contrainte.

Le module de déformation longitudinale différée Ebvj est donné par la relation :

Ebij  11000  f cj  f ; Ebij ; en MPa 


1/3
cj

𝑬𝒃𝒗𝒋 = 𝟏𝟎𝟖𝟖
Pour notre cas :

d) Coefficient de poisson :
Le coefficient de poisson représente la variation de dimension transversale d’une pièce
soumise à une variation relative de dimension longitudinale. l
V  l
L
L
E.L.U : v = 0 calcul des sollicitations (béton fissuré)
E.L.S : v = 0.2 calcul des déformations (béton non fissuré).
e) Poids volumique :
On adopte la valeur 𝜌 = 25𝑘𝑁/𝑚3

13
f) Les contraintes limites de calcul :

f-1 ) Contraintes à l’état limite ultime (E.L.U) :


L’état limite est défini généralement par la limite de résistance mécanique au-delà de
laquelle il y a ruine de l’ouvrage ; dans ce cas, la contrainte est définie par :

0.85f c 28
f bu 
 b

Avec :
 γb = coefficient de sécurité
 γb = 1.5 pour les situations durables
 γb = 1.15 pour les situations accidentelles
 θ = coefficient fixé en fonction de la durée d’application de l’action considérée

Si t  24 h    1
Si 1 h  t  24 h    0.9
Si t  1 h    0.85
Avec : t=durée d’application de l’action considérée en heures.

Figure 1: Diagramme contraintes déformation du béton à L’E.L.U

14
f-2 Contraintes limites à l’état limite de service (E.L.S) :

L’état limite de service est un état de chargement au-delà duquel la construction ne


peut plus assurer le confort et la durabilité pour lesquels elle a été conçue ; on distingue :

 L’état limite de service vis-à-vis de la compression de béton.


 L’état limite de service d’ouverture des fissures.
 L’état limite de service de déformation.
 La contrainte limite de service est donnée par σbc =0.6fc28

fc28 = 25 MPa on trouve : σbc =15 MPa

Figure 2 : Diagramme contraintes-déformations du béton à L’E.L.S

3.2/ Aciers :

Afin de remédier au problème de non résistance du béton à la traction, on intègre dans les
pièces de béton des armatures d’acier pour reprendre les efforts de traction car l’acier
travaille bien à cet effort.

Les aciers utilisés pour constituer les pièces en béton armé sont :
 Ronds lisses (R.L) : Fe E24
 Barres à hautes adhérences (HA) : Fe 40
 Treillis soudés (T .S) : TLE 52 ∅=6 mm pour les dalles.

15
3-2.a) Les limites élastiques :

 Les ronds lisses (R .L) : fe =235 MPa


 Barres à hautes adhérences (HA) : fe =400MPa
 Treillis soudés (T .S) : fe =520MPa

3-2.b) Module d’élasticité des aciers :

Les aciers sont aussi caractérisés par le module d’élasticité longitudinale.


Les expériences ont montrés que sa valeur est fixée quelque soit la nuance de l’acier.
E s  2.0  105 MPa

3-2.c) Les contraintes limites de calcul :

c-1) Contraintes limites à l’état limite ultime (E.L.U) :


On adopte le diagramme contraint déformations suivant :

Figure 3 : Diagramme contraintes-déformation de l’acier à L’E.L.U

Avec :
 fe : Contrainte limite élastique.
∆l
 εs : Déformation (allongement) relative de l’acier εs = l
f
 εes =E e
sγs

f
 σs : Contrainte de l’acier : σs =γe
s

 γs : Coefficient de sécurité de l’acier


1.15 Cas des situations durables ou transitoires
 γs ={
1.00 Cas des situations accidentelles

16
C -2) Contraintes limites à l’état limite de service (E.L.S) :

C’est l’état où on fait les vérifications des contraintes par rapport aux cas appropriés :
 Fissuration peu nuisible : pas de vérification
 Fissuration très préjudiciable.
 η : Coefficient de fissuration
 η =1.00 pour les aciers, ronds lisses
 η=1.60 pour les aciers à haute adhérence

3.2.d) Le coefficient d’équivalence :

E
Le coefficient d’équivalence noté ‹‹ n ›› est le rapport : n=E s =15
b

 n : Coefficient d’équivalence
 Es : Module de déformation de l’acier
 Eb : Module de déformation du béton

4- Hypothèses De calcul :

Le calcul en béton armé aux états limites basé sur les hypothèses suivantes :
 Les sections droites restent planes après déformations.
 Il n’y a pas de glissement entre les armatures d’acier et le béton.
 Le béton tendu est négligé dans le calcul de la résistance à cause de sa faible résistance à la
traction.
 Le raccourcissement unitaire du béton est limité à 3.5% en flexion simple ou composée et à
2% dans le cas de la compression simple.
 L’allongement unitaire dans les aciers est limité à 10 %
 La contrainte de calcul, notée‹‹ σs ›› et qui est définie par la relation :

fe
s 
s

17
CHAPITRE III

Pré dimensionnement
des
éléments résistants

18
Introduction :
La phase de Pré-dimensionnement est une phase de conception et de dimensionnement
des éléments de la structure, ce dimensionnement porte sur les planchers, les poutres et les
poteaux, ils sont effectués préliminairement et corrigés éventuellement au moment de
l’étude.

1- Evaluation des charges :

a) charges permanentes :

a-1) plancher de terrasse (terrasse inaccessible) :

 dalle en corps creux :

Tableau II.1: Charges permanentes du plancher terrasse (corps creux)

Eléments
constituants Epaisseur (e) (m) Poids volumiques Poids surfaciques
plancher terrasse (KN/m3) (KN/m2)

1- Protection 0.05 18 0.90


gravillon.
2- Etanchéité ……………. ………………… 0.12
multicouches.
3- Forme de pente 0.1 22 2.2
4-isolation 0.04 4 0.16
thermique
5- dalle à corps ……………. ……………. 2.8
creux
6- enduit au plâtre 0.02 10 0.20

𝑮𝒕 =6.38

19
Figure II-1 : coupe verticale d’un plancher terrasse
à corps creux

 dalle pleine :

Tableau II.2: Charges permanentes du plancher courant (dalle pleine)

N Composants Épaisseur (m) Poids surfacique


(KN/m2)

1 Gravillon de protection 0.05 0.90


2 Etanchéité multicouche - 0.12
3 Forme de pente 0.1 2.2
4 isolant thermique 0.04 0.16
5 Dalle pleine 0.15 3.75
6 Enduit de plâtre 0.02 0.20

𝑮𝒕 =7.33

20
Figure II-2 : coupe verticale d’un plancher terrasse
à dalle pleine

a-2) plancher courant :

 dalle en corps creux :

Tableau II.3: Charges permanentes du plancher courant (corps creux)

Eléments constituants
planché courant Epaisseur (e) (m) Poids volumiques Poids surfaciques
(KN/m3) (KN/m2)

1-Carrelage 0.02 22 0.44


2-Chape en mortier
de ciment 0.02 20 0.40
3-Lit de Sable 0.03 18 0.54
4-Plancher en corps (16+4) cm - 2.85
creux
5-Enduits en plâtre. 0.02 10 0.20
6-Cloisons 0.10 - 1.62
𝑮𝒑𝒄 =5.34

21
a-3) Maçonnerie :

 mur extérieur à double cloison :

 Tableau II.4: Charges permanentes des murs intérieurs

N Composants Épaisseur (m) Poids surfaciques


(KN/𝑚2 )
1 Enduit intérieur au plâtre 0.02 0.20
2 Briques creuses 0.10 0.90
3 Lame d’air 0.05 0
4 Brique creuse 0.15 1.35
5 Enduit extérieur au ciment 0.02 0.36
G=2.81

b) les surcharges d’exploitation :

Les valeurs nominales de quelques charges d’exploitation couramment utilisées dans le


bâtiment les charges permanentes et charge d’exploitation sont comme suit:

Tableau II.5 : les charges d’exploitation

Habitation, terrasse accessible privé Q=1.5KN/𝑚2


balcon Q=3.5KN/𝒎𝟐
commerce Q=5.00KN/𝒎𝟐
Terrasse inaccessible Q=1KN/𝒎𝟐
Salle de classe Q=2.5KN/𝒎𝟐
Salle d’archive Q=5.00à7.50KN/𝒎𝟐
Escalier Q=2.5KN/𝒎𝟐
Main courante Q=1.00KN/𝒎𝟐

22
2- Pré-dimensionnement des dalles :

a) Dalle pleine :

L’épaisseur des dalles pleines dépend des trois conditions suivantes :

𝐿𝑥
Si ≤4 ……………..la dalle est sur 2 appuis et travaille dans un seul sens.
𝐿𝑦

𝐿𝑥
Si 0.4 < 𝐿𝑦 <1…............... la dalle est sur 3 ou 4 appuis et travaille dans deux sens.

 Résistance à la flexion :
𝐿𝑥 𝐿𝑥
 Dalle reposant sur 2 appuis : ≤𝑒≤
35 10

𝐿𝑥 𝐿𝑥
 Dalle reposant sur 3ou 4 appuis : ≤𝑒≤
50 40

𝐿𝑥 : C’est la portée du panneau le plus sollicité.

 Sécurité en matière d’incendie :


 e =7 cm pour une heure de coupe feu.
 e =11 cm pour deux heures de coupe feu.
 e =17,5 pour quatre heure de coupe feu.
 Isolation phonique :

Selon les règles du CBA93 en vigueur en Algérie, l’épaisseur de la dalle doit être supérieure
ou égale à 13 cm pour avoir une bonne isolation phonique.

1) Pré-dimensionnement de Dalle en corps creux :

L’épaisseur de la dalle en corps creux dépend de la condition suivant :

𝐿 𝐿
≤ ℎ𝑡 ≤
25 20

23
L : c’est la porté la plus grande entre nu d’appuis.

ℎ𝑡 : Hauteur totale de la dalle (épaisseur de la dalle de compression+ corps creux).

 Dans notre étude on a :

L= 465 cm 18,6≤ ℎ𝑡 ≤23.25

Donc : ℎ𝑡 = (16 + 4)𝑐𝑚 ℎ𝑡 = 20𝑐𝑚

2) - pré-dimensionnement des poutres:

Les poutres sont des éléments porteurs horizontaux réalisées en béton armé, leurs pré-
dimensionnement s’effectue par des formules données par les BAEL91 (modifié 99), les
sections trouvées doivent vérifier les conditions imposées par le règlement parasismique
Algérien (RPA99) modifié en 2003, elles doivent vérifier aussi la rigidité qui s’effectue à
l’aide des formules données par l’RDM, dans ce projet nous allons étudier la poutre isolée
qui repose sur deux appuis.

Figure II.4 : Schéma de la poutre

24
A. Calcul Selon les règles BAEL 91

 La hauteur h de la poutre doit être : L  h  L


15 10
 La largeur b de la poutre doit être : 0,3h  b  0,7h
Avec :

L : portée de la poutre

h : hauteur de la poutre

b : largeur de la poutre

B. Vérification selon l’RPA 99(ver .03) pour la zone ΙΙΙ

 La hauteur h de la poutre doit être : h  30cm


 La largeur b de la poutre doit être : b  20cm

 Le rapport hauteur largeur doit être : h  4


b
C. Vérification de la rigidité

Le choix final des sections des poutres dépend de la vérification de la flèche qui se traduit
par :

L( cm)
f max  f f  0,5  Si L > 5 cm
1000
L(cm )
f  Si L < 5 cm
500

Dans le cas on considère que la poutre est isostatique avec une charge qui es
uniformément repartie et la flèche maximale est donnée par cette formule:

25
Avec :

L : la portée de la poutre.

h : la hauteur de la section de la poutre.

b : la largeur de la section de la poutre.

f max : la flèche maximum de la poutre.

q : la charge uniformément repartie déterminée à l’E.L.S (q = G+Q).

G : charge permanente reprise par la poutre ainsi que son poids propre

Q : charge d’exploitation supportée par la poutre


𝑏ℎ3
I : moment d’inertie de la poutre par rapport au plan de flexion I=
12

11000 3
E vj : Module de YOUNG différée du béton armé : E vj  f c 28
3

Figure II-5 : flèche maximale

Tableau II.6 : pré-dimensionnement des poutres Selon le BAEL et RPA


26
Poutre principal Poutre secondaire

Selon le BAEL L=509 cm L=480 cm


91 modifié 99 33.93≤ ℎ ≤ 50.9 h=50 cm 32≤ ℎ ≤ 48 h=45 cm
15≤b≤ 35 b=35cm 13,5≤ 𝑏 ≤ 31𝑐𝑚 b=30cm

Selon le RPA 99 50≥30cm C.V 45≥30cm C.V


version 2003 35≥ 20cm C.V 30≥ 20cm C.V
h/b= 1.4 < 4 C.V h/b= 1.5 < 4 C.V

 Evaluation des charges et des surcharges d’exploitations repris par la poutre


étudiée :
Poutre de Plancher terrasse :
𝐺𝑝𝑝 = (0.35*0.5) 25 =4.37KN/ml

𝐺𝑃𝑇 =6.38*4.65=29.66 KN/ml

𝑄𝑃𝑇 =1*(4.65) = 4.65 KN /ml

𝒒𝒔𝒆𝒓
𝟏 = G+Q= 38.68 KN/ml

 Poutre de Plancher courant :

𝐺𝑃𝑝 = (0.35*0.5)*25=4.37KN/ml

𝐺𝑃𝑐 =(5.34)*(4.65) =24.83 KN/ml

𝑄𝑝𝑐 = (1.5)*4.65=6.975 KN/ml

𝒒𝒔𝒆𝒓
𝟐 = G+Q =36.17KN/ml

𝒒𝒔𝒆𝒓 =max(𝒒𝒔𝒆𝒓 𝒔𝒆𝒓


𝟏 ; 𝒒𝟐 )=38.68 KN/ml

𝒒𝒔𝒆𝒓 = 𝟑𝟖. 𝟔𝟖𝑲𝑵/𝒎𝒍

² Tableau ΙΙ.8 : Vérification de la rigidité

27
𝒇𝒎𝒂𝒙 (mm)
(mm) 𝒇𝒎𝒂𝒙 ≤

Poutre 5∗38.68∗50904 0.5+509/1000= 10.09 C.V


( ) = 8.67
principal 384∗10818.87∗3.6∗109

Tableau ΙΙ.8 : Les dimensions finales des poutres


La hauteur (cm) La largeur (cm)

Poutre principal 50 35

Poutre secondaire 45 30

3) - Pré-dimensionnement des poteaux :

Le poteau est un élément porteur vertical réalisé en béton armé, il constitue les
points d’appuis pour transmettre les charges aux fondations.

Le poteau est sollicité par l’effort normal de compression appliqué au centre de


gravité et perpendiculaire à la section transversale, cette sollicitation crée un phénomène
défavorable et dangereux qui s’appelle le flambement.

Le flambement est un phénomène de l’instabilité, il est accentué pour les poteaux très
élancées.

L’élancement 𝝀 dépend de la longueur de flambement 𝒍𝒇 et des dimensions (diamètre


D, largeur a).

28
3-1) Les étapes de la pré-dimensionnement :

Les dimensions des sections transversales des poteaux doivent être calculés à BAEL
et vérifiés à l’RPA.

lf √12
= 𝑎

 : L’élancement d'EULER dépend de la longueur de flambement et de la dimension a

Avec lf = μ𝑙0

lf : La longueur de flambement.

𝑙0 : La longueur libre (hauteur entre nu d’étage).

μ : coefficient dépend de type de liaison (appui/encastrement).

On prend μ=0.7 …………. (encastrement-articulation)

 pré- dimensionnement suivant le BAEL :

On a 𝝀≥35 𝝀=35

lf √12 lf √12 lf
=
lf √12
𝑎 a= 𝜆
=
35
=
10

f l
a= 10 et on suppose que (a>b) donc la section est carrée.

0.7×3.06×102
a= =21.42cm
10

 Vérification suivant l’ RPA :


Pour la zone sismique III
a ,b ≥ 30 𝑐𝑚 condition non vérifié car 21.42<30

 donc on prend :
a =35 cm

29
3-2) La Descente de charge :
On va calculer les charges permanentes et les surcharges d’exploitation reprises par le poteau
central, le poteau de l’angle et le poteau de rive le plus sollicité

 Calcul de poteau central le plus solicité :

Poteau central ( B-3 ) S=20.69 cm²

 Evalution des charges permanentes et surcharges d’exploitation :


 Les Charges parmanentes :

Niveau 6 :
𝐺𝑇𝑒𝑟𝑎𝑠𝑠𝑒 = 𝐺𝑃𝑇𝑒𝑟𝑎𝑠𝑠𝑒 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢
𝐺𝑃𝑇𝑒𝑟𝑎𝑠𝑠𝑒 = 6.38* 20.69=132 KN
𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)/4.65*25=12.20 KN
𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(4.45-0.3)*25=7.74 KN
𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 =(0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN𝐺6 =159.72 KN

𝑮𝟔 =159.72 KN

Niveau 5 :
𝐺5 = 𝐺𝑃.𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢
𝐺𝑃𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 =5.34*20.69=110.48 KN
𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)/4.65*25=12.20KN
𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(4.45-0.3)*25=7.78KN
𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 = (0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟓 =138.30 KN

30
Niveau4 :
𝐺4 = 𝐺𝑃.𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢
𝐺𝑃𝑐 =5.34*20.69=110.48 KN

𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)/4.65*25=12.20KN

𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(4.45-0.3)*25=7.78KN

𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 =(0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟒 =138.3 KN

Niveau 3 :

𝐺3 = 𝐺𝑃.𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢

𝐺𝑃𝑐 =5.34*20.69=110.48 KN

𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)/4.65*25=12.20KN

𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(4.45-0.3)*25=7.78KN

𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 =(0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟑 =138.3KN

Niveau 2 :

𝐺2 = 𝐺𝑃.𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢

𝐺𝑃𝑐 =5.34*20.69=110.48 KN

𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)/4.65*25=12.20KN

𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(4.45-0.3)*25=7.78KN

𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 =0.35*0.35*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟐 =138.3KN

31
Niveau 1 :

𝐺1 = 𝐺𝑃.𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢

𝐺𝑃𝑐 =5.34*20.69=110.48 KN

𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)/4.65*25=12.20KN

𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(4.45-0.3)*25=7.78KN

𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 =0.35*0.35*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟏 =138.3KN

Niveau RDC :

𝐺𝑅𝐷𝐶= 𝐺𝑃.𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢

𝐺𝑃𝑐 =5.34*20.69=110.48 KN

𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)/4.65*25=12.20KN

𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(4.45-0.3)*25=7.78KN

𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 =0.35*0.35*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟎 =138.KN

 Les charges d’exploitation :


Q=q*S

𝑄0 = 1* 20.69=20.69KN

𝑄1=1.5 (20.69)=31.03KN

𝑄2 =1.5 (20.69)=31.03KN

𝑄3 =1.5 (20.69)=31.03KN

𝑄4 =1.5 (20.69)=31.03KN

𝑄5 =1.5 (20.69)=31.03KN

𝑄6 =1.5 (20.69)=31.03KN

32
Tableau ΙΙ. 9 : descentes des charges de poteau central

N G(KN) Q(KN) G cumulé(KN) Q cumulé(KN)

6 𝑮𝟔 =159.72 𝑸𝟎 =20.69 G=159.72 𝑸𝟎 =20.69

5 𝑮𝟓 =138.2 𝑸𝟏 =31.03 G=𝑮𝟔 + 𝑮𝟓 =297.92 𝑸𝟎 +𝑸𝟏 =51.54

4 𝑮𝟒 =138.2 𝑸𝟐 =31.03 G=𝑮𝟔 +. . +𝑮𝟒 =436.12 𝑸𝟎 +𝑸𝟏 + 𝟎. 𝟗𝑸𝟐 =76.54

3 𝑮𝟑 =138.2 𝑸𝟑 =31.03 G=𝑮𝟔 +. . +𝑮𝟑 =574.32 𝑸𝟎 + 𝑸𝟏 + 𝟎. 𝟗𝑸𝟐 +


𝟎. 𝟖𝑸𝟑 =85.85
2 𝑮𝟐 =138.2 𝑸𝟒 =31.03 G=𝑮𝟔 +. . +𝑮𝟐 =712.52 𝑸𝟎 + 𝑸𝟏 +. . +𝟎. 𝟕𝑸𝟒 =107.57

1 𝑮𝟏= 138.2 𝑸𝟓 =31.03 G=𝑮𝟔 +. . +𝑮𝟏 =850.72 𝑸𝟎 +


(𝑸𝟏 +. . +𝟎. 𝟔𝑸𝟓 )=113.78

RDC 𝑮𝟎= 138.2 𝑸𝟔 =31.03 G=𝑮𝟔 +. . +𝑮𝟎 =988.92 𝑸𝟎 +𝑸𝟏 +. . +𝟎. 𝟓𝑸𝟔 =160.32

𝑁𝑢 =1.35 G+ 1.5 Q=1575.52KN.


Nser = G+Q=1149.24KN

 Calcul de poteau d’angle le plus solicité :

Poteau de l’angle : (C-1) S=4.2cm²

33
 Evaluation des charges permanentes et surcharges d’exploitations :

 Les charges parmanentes :

Niveau 6

𝐺6 = 𝐺𝑃𝑇𝑒𝑟𝑎𝑠𝑠𝑒 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 + 𝐺𝑎𝑐𝑟𝑜𝑡é𝑟𝑒

𝐺𝑇𝑒𝑟𝑎𝑠𝑠𝑒 = 6.38* 4.2 =26.79 KN


𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)*1.75*25=4.59 KN
𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(2.4-0.35)*25=3.84 KN
𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 = (0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝐺𝑎𝑐𝑟𝑜𝑡é𝑟𝑒 = 𝛾𝑏 × S × 𝑙
𝑆: 𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑡𝑟𝑎𝑛𝑠𝑣𝑒𝑟𝑠𝑎𝑙 𝑑𝑒 𝑙 ′ 𝑎𝑐𝑟𝑜𝑡è𝑟𝑒
𝑙 : la longueur de la l’acrotère
S= 𝑠1+ 𝑠2− 𝑠3= (60*10) + (10*10)-(10*2/2)
S=690cm²=0.069m²
𝑙 =2.4 + (1.75-0.10)=4.05m
𝐺𝑎𝑐𝑟𝑜𝑡é𝑟𝑒 = (0.069*4.05)*25=6.98KN

𝑮𝟔 =50.04 KN

Niveau 5 :
𝐺5 = 𝐺𝑃.𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢

𝐺𝑃𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 =5.34*4.2=22.42 KN
𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)*1.75*25=4.59 KN
𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(2.4-0.35)*25=3.84 KN
𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 = (0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟓 =38.69 KN

34
Niveau4 :

𝐺4 = 𝐺𝑃.𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢

𝐺𝑃𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 =5.34*4.2=22.42 KN
𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)*1.75*25=4.59 KN
𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(2.4-0.35)*25=3.84 KN
𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 = (0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟒 =38.69KN

Niveau 3 :

𝐺3 = 𝐺𝑃.𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢

𝐺𝑃𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 =5.34*4.2=22.42 KN
𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)*1.75*25=4.59 KN
𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(2.4-0.35)*25=3.84 KN
𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 = (0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟑 =38.69KN

Niveau 2 :

𝐺2 = 𝐺𝑃.𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢

𝐺𝑃𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 =5.34*4.2=22.42 KN
𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)*1.75*25=4.59 KN
𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(2.4-0.35)*25=3.84 KN
𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 = (0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟐 =38.69KN

35
Niveau 1 :

𝐺1 = 𝐺𝑃.𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢

𝐺𝑃𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 =5.34*4.2=22.42 KN
𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)*1.75*25=4.59 KN
𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(2.4-0.35)*25=3.84 KN
𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 = (0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟏 =38.69KN

Niveau RDC :

𝐺𝑅𝐷𝐶 = 𝐺𝑃.𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢

𝐺𝑃𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 =5.34*4.2=22.42 KN
𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)*1.75*25=4.59 KN
𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(2.4-0.35)*25=3.84 KN
𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 = (0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟎 =38.69KN
 Les charges d’exploitation :

Q=q*S

𝑄0 = 1* 4.2=4.2KN

𝑄1=1.5* (4.2)=6.3KN

𝑄2 =1.5* (42)=6.3KN

𝑄3 =1.5* (4.2)=6.3KN

𝑄4 =1.5* (4.2)=6.3KN

𝑄5 =1.5* (4.2)=6.3KN

𝑄6 =1.5* (4.2)=6.3KN

36
Tableau ΙΙ. 10 : descentes des charges de poteau d’angle

N G(KN) Q(KN) G cumulé(KN) Q cumulé(KN)


6 𝑮𝟔 =50.04 𝑸𝟎 =4.2 G=50.04 𝑸𝟎 =4.2
5 𝑮𝟓 =38.69 𝑸𝟏 =6.3 G=𝑮𝟔 + 𝑮𝟓 =88.73 𝑸𝟎 +𝑸𝟏 =10.5
4 𝑮𝟒 𝑸𝟐 =6.3 G=𝑮𝟔 +. . +𝑮𝟒 =127.42 𝑸𝟎 +𝑸𝟏 + 𝟎. 𝟗𝑸𝟐 =16.17
= 𝟑𝟖. 𝟔𝟗
3 𝑮𝟑 =38.69 𝑸𝟑 =6.3 G=𝑮𝟔 +. . +𝑮𝟑 =166.11 𝑸𝟎 + 𝑸𝟏 + 𝟎. 𝟗𝑸𝟐 +
𝟎. 𝟖𝑸𝟑 =21.21
2 𝑮𝟐 =38.69 𝑸𝟒 =6.3 G=𝑮𝟔 +. . +𝑮𝟐 =204.8 𝑸𝟎 + 𝑸𝟏 +. . +𝟎. 𝟕𝑸𝟒 =25.62
1 𝑮𝟏= 𝟑𝟖. 𝟔𝟗 𝑸𝟓 =6.3 G=𝑮𝟔 +. . +𝑮𝟏 =243.49 𝑸𝟎 + (𝑸𝟏 +. . +𝟎. 𝟔𝑸𝟓 )=29.4

RDC 𝑮𝟎= 38.69 𝑸𝟔 =6.3 G=𝑮𝟔 +. . +𝑮𝟎 =282.18 𝑸𝟎 +𝑸𝟏 +. . +𝟎. 𝟓𝑸𝟔 =32.55

𝑁𝑢 =1.35 G+ 1.5 Q=429.76 KN.

𝑁𝑠𝑒𝑟 = 𝐺 + 𝑄 = 314.73 𝐾𝑁

 Calcul le de poteau rive le plus solicité :

Poteau de Rive : ( A-3 ) S=10.01cm²

37
 Evaluation des charges permanentes et surcharges d’exploitations :

 Les charge parmanente :

Niveau 6

𝐺6 = 𝐺𝑃𝑇𝑒𝑟𝑎𝑠𝑠𝑒 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 + 𝐺𝑎𝑐𝑟𝑜𝑡é𝑟𝑒

𝐺𝑃𝑇𝑒𝑟𝑎𝑠𝑠𝑒 = 6.38* 10.01 =63.86 KN


𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)*4.45*25=11.68 KN
𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(2.25-0.35)*25=3.56 KN
𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 =(0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN
𝐺𝑎𝑐𝑟𝑜𝑡é𝑟𝑒 = 𝛾𝑏 × S × 𝑙
𝑆: 𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑡𝑟𝑎𝑛𝑠𝑣𝑒𝑟𝑠𝑎𝑙 𝑑𝑒 𝑙 ′ 𝑎𝑐𝑟𝑜𝑡è𝑟𝑒
𝑙 : la longueur de la l’acrotère
S= 𝑠1+ 𝑠2− 𝑠3= (60*10)+(10*10)-(10*2/2)
S=690cm²=0.069m²
𝑙 =4.45m
𝐺𝑎𝑐𝑟𝑜𝑡é𝑟𝑒 = (0.069*4.45)*25=7.67KN

𝑮𝟔 =94.61 KN

Niveau 5 :
𝐺5 = 𝐺𝑃.𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢

𝐺𝑃𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 =5.34*4.62=53.45 KN
𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)*4.45*25=11.68 KN
𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(2.25-0.35)*25=3.56 KN
𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 =(0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟓 =76.53 KN
Niveau4 :

𝐺5 = 𝐺𝑃.𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 + 𝐺𝑃𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑝𝑎𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒 + 𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢

𝐺𝑃𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 =5.34*4.62=53.45 KN
𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)*4.45*25=11.68 KN
𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(2.25-0.35)*25=3.56 KN
𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 =(0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟒 =76.53 KN

38
Niveau 3

𝐺𝑃𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 =5.34*4.62=53.45 KN
𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)*4.45*25=11.68 KN
𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(2.25-0.35)*25=3.56 KN
𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 =(0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟑 =76.53 KN

Niveau 2 :

𝐺𝑃𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 =5.34*4.62=53.45 KN
𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)*4.45*25=11.68 KN
𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(2.25-0.35)*25=3.56 KN
𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 =(0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟐 =76.53 KN

Niveau 1 :

𝐺𝑃𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 =5.34*4.62=53.45 KN
𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)*4.45*25=11.68 KN
𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(2.25-0.35)*25=3.56 KN
𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 =(0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟏 =76.53 KN

Niveau RDC :

𝐺𝑃𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 =5.34*4.62=53.45 KN

𝐺𝑃𝑃 =0.35*(0.5-0.2)*4.45*25=11.68 KN

𝐺𝑃𝑆 = 0.3*(0.45-0.2)*(2.25-0.35)*25=3.56 KN

𝐺𝑃𝑜𝑢𝑡𝑒𝑎𝑢 =(0.35*0.35)*(3.06-0.5)*25=7.84 KN

𝑮𝟎 =76.53 KN

39
 Les charges d’exploitation :

Q=q*S

𝑄0 = 1* (10.01) = 10.01KN

𝑄1=1.5* (10.01)= 15.01KN

𝑄2 =1.5* (10.01)= 15.01KN

𝑄3 =1.5* (10.01)= 15.01KN

𝑄4 =1.5* (10.01)= 15.01KN

𝑄5 =1.5* (10.01)= 15.01KN

𝑄6 =1.5* (10.01)= 15.01KN

Tableau ΙΙ. 11 : descentes des charges de poteau de rive

N G(KN) Q(KN) G cumulé(KN) Q cumulé(KN)

6 𝑮𝟔 =94.61 𝑸𝟎 =10.01 G=94.61 𝑸𝟎 =10.01

5 𝑮𝟓 =76.53 𝑸𝟏 =15.01 G=𝑮𝟔 + 𝑮𝟓 =171.14 𝑸𝟎 +𝑸𝟏 =25.02

4 𝑮𝟒 𝑸𝟐 =15.01 G=𝑮𝟔 +. . +𝑮𝟒 =247.67 𝑸𝟎 +𝑸𝟏 + 𝟎. 𝟗𝑸𝟐 =38.52


= 𝟕𝟔. 𝟓𝟑
3 𝑮𝟑 =76.53 𝑸𝟑 =15.01 G=𝑮𝟔 +. . +𝑮𝟑 =324.2 𝑸𝟎 + 𝑸𝟏 + 𝟎. 𝟗𝑸𝟐 +
𝟎. 𝟖𝑸𝟑 =50.53
2 𝑮𝟐 =76.53 𝑸𝟒 =15.01 G=𝑮𝟔 +. . +𝑮𝟐 =400.73 𝑸𝟎 + 𝑸𝟏 +. . +𝟎. 𝟕𝑸𝟒 =61.04

1 𝑮𝟏= 𝟕𝟔. 𝟓𝟑 𝑸𝟓 =15.01 G=𝑮𝟔 +. . +𝑮𝟏 =477.26 𝑸𝟎 + (𝑸𝟏 +. . +𝟎. 𝟔𝑸𝟓 )=70.05

RDC 𝑮𝟎= 76.53 𝑸𝟔 =15.01 G=𝑮𝟔 +. . +𝑮𝟎 =553.79 𝑸𝟎 +𝑸𝟏 +. . +𝟎. 𝟓𝑸𝟔 =77.55

𝑁𝑢 =1.35 G+ 1.5 Q=863.94 KN

Nser =631.34KN

40
𝑵𝒖 =max (𝑵𝒖 𝒑𝒐𝒕𝒆𝒂𝒖 ;𝑵𝒖 𝒑𝒐𝒕𝒆𝒂𝒖 ; 𝑵𝒖 𝒑𝒐𝒕𝒆𝒂𝒖 )=1575.52KN
𝒅′𝒆𝒏𝒈𝒍𝒆 𝒅𝒆 𝒓𝒊𝒗𝒆 𝒅𝒆 𝒄𝒆𝒏𝒕𝒓𝒆

 Vérification de la dimension de poteau avec la section réduite :


𝐵𝑟 : 𝑐 ′ 𝑒𝑠𝑡 𝑙𝑎 𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑟é𝑑𝑢𝑖𝑡𝑒 de poteau.

𝛽𝑁𝑢
𝐵𝑟 ≥
ƒ𝑏𝑐 𝐴𝑠
+ 𝜎𝑠10 0.85
0.9 𝐵𝑟

𝜇𝑙0 √12𝑙𝑓 √12∗0.7∗3.06


 𝜆= = = =21.20
𝑖𝑚𝑖 𝑛 𝑎 0.35

 𝜆 ≤50 donc :
 𝛽 = 1 + 0.2(𝜆/35)2=1.073
 𝑁𝑢 =1575.52KN

 0.85
ƒ𝑏𝑐 = 𝛾 ƒ𝑐28 =14.17 Mpa
𝑏

 ƒ
𝜎𝑠10 = 𝛾𝑒 =347.82 Mpa
𝑠

1.073∗1575.52∗103
A.N : 𝐵𝑟 ≥ 14.17 1 =90398.41 𝑚𝑚2 =903.9841𝑐𝑚2
+085∗ ∗347.82
0.9 100

𝐵𝑟 =(𝑎 − 2)2

a =√𝐵𝑟 +2=32.06

Alors : a = 35 cm

41
CHAPITRE III

Ferraillage des
éléments résistants

42
Introduction

Après le pré-dimensionnement des poutres et des poteaux on arrive pour renforcer ces
éléments par les armatures qui doivent résister aux différentes sollicitations, les calculs
doivent être considérés par les règlements applicables BAEL et l’RPA 99 (modifié en
2003).

1-Ferraillage des poteaux

Les calculs sont basés sur les résultats précédents de la pré-dimensionnement et de la


descente de charge, le poteau le plus sollicité c’est celui qui est au niveau de RDC et qui
reçoit la plus grande capacité de charge Numax , les calculs sont fait à l’état limite ultime
ELU.
ƒ𝑒 =400Mpa
𝛾𝑏 =1.5 SDT
𝑁𝑢 = 1575.52𝐾𝑁

𝛾𝑠 =1.15 SDT
𝜎𝑠10 =348Mpa
𝑓𝑏𝑐 =14.17Mpa
Zone III
Enrobage 3cm

1-a) Ferraillage Poteau de centre à ELU :


o Calcul de l’élancement 𝝀 :

lf√12 0.7×3.06×102 √12


𝝀= = =21.20
a 35

o Calcul 𝑑𝑒 𝛽 :

𝝀 <50 donc
𝜆
𝛽 =1+0.2(35)²

43
𝛽=1.073

o Calcul Br :

Une section carrée

Br=(a-2)² Br=1089cm²

o Calcul As’ :
𝐵𝑟.𝑓𝑏𝑐
𝛽𝑁𝑢−
0.9
As’ calculé ≥
0.85.𝜎𝑠10
1089∗10²∗14.17
1.073∗1575.52.103 −
0.9
As’≥
0.85∗348

As’𝑐𝑎𝑙 ≥ - 0.81 cm² <0 on ne prend pas cette valeur


C’est le cas du béton que supporte la surcharge tout seul donc :
On va calculer par BAEL et l’RPA.
o Calcul par BAEL :

A′s𝑚𝑖𝑛𝐵𝐴𝐸𝐿 ≥Max (4u ; 0.2%B)


0.2
A′s𝑚𝑖𝑛𝐵𝐴𝐸𝐿 ≥Max (4u =4*0.35*4 =5.6cm² ; 0.2%B=100 352 =2.45 cm²)

A′s𝑚𝑖𝑛𝐵𝐴𝐸𝐿 ≥Max (5.6cm² ; 2.45cm²)

A′s𝑚𝑖𝑛𝐵𝐴𝐸𝐿 ≥ 5.6 cm²

o Calcul par RPA :

A′ s𝑚𝑖𝑛𝑅𝑃𝐴 = 0.9%𝐵 = 11.02𝑐𝑚2

A′s𝑚𝑖𝑛 ≥ max( As’𝑐𝑎𝑙 ; As’𝑚𝑖𝑛𝑅𝑃𝐴 ; As’𝑚𝑖𝑛𝐵𝐴𝐸𝐿)


A′ s𝑚𝑖𝑛 ≥ 11.02𝑐𝑚2
o Choix des armatures longitudinales :
On choisit 8HA14=12.31cm²

44
o 𝐶ℎ𝑜𝑖𝑥 𝑑𝑒𝑠 𝑎𝑟𝑚𝑎𝑡𝑢𝑟𝑒𝑠 𝑡𝑟𝑎𝑛𝑠𝑣𝑒𝑟𝑠𝑎𝑙𝑒𝑠 :
𝜑𝑙
𝜑𝑡 >
3
𝜑𝑡 < 12mm
14
𝜑𝑡 > et 𝜑𝑡 = 6𝑚𝑚
3

o Emplacement de ferraillage :

o Vérification des espacements :


𝑎−2𝑒−3 𝜑𝑙 35−2∗3−3∗1.4
𝐶ℎ = = =12.4cm
2 2
𝜑𝑙 = 1.4𝑐𝑚
𝐶ℎ > 𝑚𝑎𝑥 1.5Cg=3.75cm

 𝐶ℎ > 3.75 C.V


𝑎−2𝑒−3 𝜑𝑙 35−2∗3−3∗1.4
𝐶𝑣 = = =12.4cm
2 2
𝜑𝑙 = 1.4𝑐𝑚
𝐶𝑣 > 𝑚𝑎𝑥 Cg= 2.5cm

 𝐶𝑣 > 2.5𝑐𝑚 C. V

o Vérifications selon BAEL et l’RPA :


*BAEL exige que : C<min (a+10 ; 40cm) ; c<min (45cm ;40cm)
- C< 40cm 12.4<40 C.V

*RPA exige que : - C<20cm 12.4<20 C.V

45
 Calcul des espacements entre les cadres St :

o Dans la zone de recouvrement (zone nodale)

-BAEL exige que :


𝜑 𝑓𝑒
𝑙𝑟 =0.6𝑙𝑠 et 𝑙𝑠= 4 𝑙 𝜏𝑠

𝜏𝑠 = 0.6ψ²ft 28
ft 28 =0.6+0.06fc28 =2.1MPa

ψ = 1.5 dans le cas génerale

𝜏𝑠 = 2.835𝑀𝑝𝑎

𝑙𝑠= 493.82𝑚𝑚 = 495𝑐𝑚

𝑙𝑟 = 29.7𝑐𝑚 𝑜𝑛 𝑚𝑎𝑗𝑜𝑟𝑒 𝑙𝑎 𝑣𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟

𝑙𝑟 = 30𝑐𝑚
Dans la zone nodale le nombre de nappe est au mois de 3
𝑠𝑡
St= =15cm
2

L’RPA exige que St≤10cm pour la zone III


o Dans la zone courante
Dans la zone courante :
BAEL exige que :

St≤ 𝑚𝑖𝑛 40cm


a+10cm=45cm
15𝜑𝑙 = 21𝑐𝑚
St≤21cm
𝑏 ℎ
RPA exige que : St≤ min(2 ; 2 ; 10 𝜑𝑙 ) pour la zone III
St≤ min(17.5𝑐𝑚 ; 17.5𝑐𝑚; 14𝑐𝑚) St≤14cm
Les cadres et les étriers doivent être fermés par les crochets de l’angle 135° et de longueur
de 10 𝜑𝑡

On retient :
 Les poteaux résistent à la compression donc le béton travaille très bien à la compression
mais on doit le renforcer par des armatures pour éviter le risque de la ruine.
 La sollicitation de la compression provoque le phénomène de l’instabilité et pour l’éviter
on doit ajouter les armatures transversales (les cadres )
 Les calculs sont faits à l’état limite.

46
2-Ferraillage des poutres :

2-a) Ferraillage des poutres principales :


La poutre principale est élément porteur qui transmise les charges vers les point
d’appuis, les calculs sont basés sur le résultat de la pré-dimensionnement, la poutre
comme un élément horizontal donc elle est sollicitée à la flexion simple, cette dernière est
provoquée par l’ensemble des charges et des surcharges qui sont appliqués à cet élément.

On a étudié la poutre comme elle est isolée et on considère qu’elle est bi appuie et les
calculs de ferraillage seront comme suit :

1/ Evaluation des charges :


 Poutre de Plancher terrasse :
G= 𝐺𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 +𝐺 𝑝 𝑡𝑒𝑟𝑟𝑒𝑠𝑠𝑒

𝐺𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 = 25*(0.5*0.35)=4.375 KN/ml

𝐺 𝑝 𝑡𝑒𝑟𝑟𝑒𝑠𝑠𝑒 = 6.38*4.65=29.667 KN/ml

𝑄𝑃 𝑡𝑒𝑟𝑟𝑒𝑠𝑠𝑒 =1*4.65=4.65 KN/ml

 𝑞𝑢1 =1.35*G+ 1.5*Q=52.93KN/ml


 Poutre de Plancher courant:
G= 𝐺𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 +𝐺 𝑝 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡

𝐺𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 = 25*(0.5*0.35)=4.375 KN/ml

𝐺 𝑝 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 = 5.34*4.65=24.83 KN/ml

𝑄𝑃 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 =1*4.65=6.97 KN/ml

 𝑞𝑢2 =1.35*G+ 1.5*Q=49.87KN/ml

𝑞𝑢𝑚𝑎𝑥 =max (𝑞𝑢1 ; 𝑞𝑢2 )= 52.93 KN/ml

47
1) Ferraillage d’une poutre principale a L’ELU :

o Calcul de moment à mi travée :


𝑚𝑎𝑥 ∗ 𝐿2
𝑞𝑢
𝑀𝑢 = =171.41 KN.m
8

o Calcul de 𝜇:
𝑀𝑢 171.41∗106
μ= = =0.170
𝑏.𝑑 2 ƒ𝑏𝑐 350∗4252 ∗14.17

 μ=0.170< 𝜇𝑅 =0.391
Donc : On a les armateurs tendues seulement.
o Calcul de 𝐴𝑆 :
 α=1.25(1 − √1-2μ)=0.234
 Z= d(1-0.4𝛼)= 407.79
 𝜎𝑠10 =348 MPa
𝑀𝑢 171.41∗106
𝐴𝑆 = = = 12.08𝑐𝑚2
𝑧.𝜎𝑠 10 407.79∗348

Alors on choisit 8HA14 𝐴𝑆 = 12.31𝑐𝑚2


o Calcul de 𝐴𝑆′ :
𝐴𝑆 𝐴𝑆
≤ A′S ≤ 3.07≤ A′S ≤ 6.15
4 2
Alors on choisit 4HA12 A′S = 4.52𝑐𝑚2

48
o Calcul des armateurs de peau :
ƒ
Ha≥ 2(80 − 𝑒⁄10)
50≤ 80
Donc : il n’ya pas des armateurs de peau.
o Calcul des armateurs transversaux :
1
φt > 3 φl =4.66

φt < 12
Alors φt =8 mm

o Vérification de l’espacement :
35−2∗3−4∗1.4
eh = =7.8 cm
3

𝐶𝑔 =2.5
eh =max eh =3.75cm
1.5 𝐶𝑔 =3.75
 7.8> 3.75 C.V

o Vérification de 𝑑𝑒𝑥𝑎𝑐𝑡 :
∑𝐴𝑖 𝑌𝑖
𝐶𝑒𝑥𝑎𝑐𝑡 =C+φt + =3+0.6+1.4=5cm
𝐴𝑖

𝑑𝑒𝑥𝑎𝑐𝑡 =h - 𝐶𝑒𝑥𝑎𝑐𝑡 =45cm


d=0.9h=45cm
 𝑑𝑒𝑥𝑎𝑐𝑡 =d C.V
2) vérification à L’ELS :
o Calcul de la profondeur (la position de l’axe neutre) :
𝑏𝑦 2
+n. A′S (y - 𝑑′ )- n. 𝐴𝑆 (d-y)=0
2
35𝑦 2
+ 15*4.52 (y-5)- 15*12.31 (45-y)=0
2

17.5𝑦 2 +252.45 y – 8648.25=0


Δ=𝑏 2 - 4 a*c=669108.50
√∆= 817.99

−𝑏+√∆
𝑦1 = =16.15 cm
2𝑎

49
−𝑏−√∆
𝑦2 = = -30.58cm
2𝑎

Donc : y=16.15cm
o Calcul de moment quadratique par rapport à l’axe neutre :
𝑏𝑦 3
I= + 𝑛. 𝐴𝑆′ (𝑦 − 𝑑′ )2 + 𝑛. 𝐴𝑆 (𝑑 − 𝑦)2
3

I=211260.72 𝑐𝑚4
o Calcul de 𝜎𝑏𝑐 :
𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑏𝑐 = y= 2.95 MPa
𝐼

 𝑀𝑠𝑒𝑟 = 38.69 𝑘𝑁. 𝑚


 Y=16.15 cm
 I= 211260.72𝑐𝑚4
o Calcul de 𝜎𝑏𝑐 :
𝜎𝑏𝑐 =0.6 𝑓𝑐28 =15MPa
o Calcul de 𝜎𝑠 :
𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑠 = n (𝑑 −y)=79.25 MPa
𝐼

o Calcul de 𝜎𝑠 :
Cas de fissuration préjudiciable :
2/3 𝑓𝑒 =266.67 MPa

𝜎𝑠 =min 240 MPa


Max
110√ƞ 𝑓𝑡𝑗 =201.63
𝜎𝑠 =240 MPa

Tableau 3.1 : vérification de la poutre principale à L’ELS

𝜎𝑏𝑐 = 2.95𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑏𝑐 = 15 𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑏𝑐 < 𝜎𝑏𝑐 c.v

𝜎𝑠 = 79.25 𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑠 =240MPa 𝜎𝑠 < 𝜎𝑠 c.v

b) Ferraillage des poutres secondaires :

50
La poutre secondaire est un élément non porteur dans le cas d’un plancher à corps
creux, donc elle est sollicité à la flexion simple, le moment max est en mi travée provoqué
par la charge permanente due à sa poids propre seul.

On va étudier la poutre comme elles isolée et on considère qu’elle est bi appuie et les
calculs de ferraillage seront comme suit :

G= 𝐺𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒

𝐺𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 = 25*(0.30*0.45)=3.375 KN/ml

 𝑞𝑢 =1.35*G+ =4.55KN/ml
qser=G=3.375KN/ml
Calcul de moment :
𝑚𝑎𝑥 ∗ 𝐿2
𝑞𝑢
 𝑀𝑢 = =13.12 KN.
8
𝑚𝑎𝑥 ∗ 𝐿2
𝑞𝑠𝑒𝑟
 𝑀𝑠𝑒𝑟= =9.72KN.m
8

1) Calcul le Ferraillage a L’ELU :

ƒ𝑏𝑐 =14.17MPa
d=0.9h=40.5cm=405mm
Enrobage=3cm
Fissuration préjudiciable
Calcul de 𝜇:
𝑀𝑢 13.12∗106
μ= = =0.018
𝑏.𝑑 2 ƒ𝑏𝑐 300∗405²∗14.17

 μ=0.018< 𝜇𝑅 =0.391
Donc : On a les armateurs tendues seulement.

Calcul de 𝐴𝑆 :

51
 α=1.25(1 − √1-2μ)=0.022
 Z= d(1-0.4𝛼)= 401.43mm
 𝜎𝑠10 =348 MPa
𝑀𝑢 13.12∗106
𝐴𝑆 = = = 0.93 𝑐𝑚2
𝑧.𝜎𝑠 10 401.43∗348

 Vérification de la condition non fragilité CNF :


As>Amin
ƒ𝑡𝑗 =2.1Mpa
ƒ𝑡𝑗
Amin=0.23( 𝑓𝑒 )bd Amin=1.46cm²

As<Amin condition non fragilité est vérifié


Alors on va ferrailler suivant BAEL
𝐴𝑠𝑚𝑖𝑛 =0.5%B
B : la section du béton B=30*45=1350cm²
𝐴𝑠𝑚𝑖𝑛 =6.75cm²
On choisie : 3HA14+3HA12=8.01cm²
 Calcul de 𝐴𝑆′ montage et répartition :
On choisie comme ferraillage de montage de répartition :
As As
≤ As’ ≤ 2 ≤ As’ ≤ 4
4 2
On choisie 3HA12=3.39cm²

Calcul des armateurs transversaux :


1
φt > 3 φl =4.66

φt < 12
Alors φt =6 mm

 Vérification de 𝑑𝑒𝑥𝑎𝑐𝑡 :
∑𝐴𝑖 𝑌𝑖 0.7∗4.62+2∗3.39
𝐶𝑒𝑥𝑎𝑐𝑡 =C+φt + =3+0.6+ =4.85cm
𝐴𝑖 8.01

𝑑𝑒𝑥𝑎𝑐𝑡 =h - 𝐶𝑒𝑥𝑎𝑐𝑡 =40.15cm


d=0.9h=40.5cm
𝑑𝑒𝑥𝑎𝑐𝑡 < d C. non vérifié
On diminue le coefficient de d et on prend d=0.85h=38.25cm

52
On garde le même ferraillage puisque la CNF est non vérifié et on a ferraillé suivant
l’ RPA :
As=3HA14+3HA12+8.01cm²
As’=3HA12= 3.39cm²
 Vérification de 𝑑𝑒𝑥𝑎𝑐𝑡 :
∑𝐴𝑖 𝑌𝑖 0.7∗4.62+2∗3.39
𝐶𝑒𝑥𝑎𝑐𝑡 =C+φt + =3+0.6+ =4.85cm
𝐴𝑖 8.01

𝑑𝑒𝑥𝑎𝑐𝑡 =h - 𝐶𝑒𝑥𝑎𝑐𝑡 =40.15cm


d=0.85h=38.25cm
𝑑𝑒𝑥𝑎𝑐𝑡 >d donc la condition est vérifiée

 Vérification de l’espacement :
30−2∗3−3∗1.4
eh = =9.9 cm
2
𝜑𝑙 =1.4cm

eh =max
1.5 𝐶𝑔 =3.75cm
9.9> 3.75 C.V

 Vérification de l’armature de peau :


𝑓𝑒
ℎ𝑎 ≥ 2(80 − 10)

ℎ𝑎 =45cm C.N.V ℎ𝑎 < 80

Donc pas d’armature de peau

b-2) vérification à L’ELS :


Calcul de l’axe neutre :

53
𝑏𝑦 2
+n. A′S (y - 𝑑′ )- n. 𝐴𝑆 (d-y)=0
2
30𝑦 2
+ 15*3.39 (y-4.5)- 15*8.01 (38.25-y)=0
2
15𝑦 2 +171 y – 4824.55=0
y²+11.4y+321.63
Δ=𝑏 2 - 4 a*c=1416.48
√∆= 37.63
−𝑏+√∆
𝑦1 = =13.11 cm
2𝑎
−𝑏−√∆
𝑦2 = =-24.51cm
2𝑎

donc : y=13.11cm
Calcul de moment quadratique par rapport à l’axe neutre :
𝑏𝑦 3
I= + 𝑛. 𝐴𝑆′ (𝑦 − 𝑑 ′ )2- 𝑛. 𝐴𝑆 (𝑑 − 𝑦)2
3
I=102239.20 𝑐𝑚4
Calcul de 𝝈𝒃𝒄 :
 𝑀𝑠𝑒𝑟 = 9. 72𝑘𝑁. 𝑚
 Y=13.11 cm
I= 102239.20 𝑐𝑚4
𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑏𝑐 = y= 1.24MPa
𝐼

Calcul de 𝝈𝒔
𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑠 = n (𝑑 −y)=35.85 MPa
𝐼

Calcul de 𝝈𝒃𝒄 :
𝜎𝑏𝑐 =0.6 𝑓𝑐28 =15MPa
Calcul de 𝝈𝒔 :
Cas de fissuration préjudiciable :

2/3 𝑓𝑒 =266.67 MPa

54
max 110√ƞ 𝑓𝑡𝑗 =201.63
𝜎𝑠 =min
240 MPa

𝜎𝑠 =240 MPa

Vérificaion

Tableau 3.2 : vérification de la poutre secondaire à L’ELS

𝜎𝑏𝑐 = 1.24𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑏𝑐 = 15 𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑏𝑐 < 𝜎𝑏𝑐 c.v

𝜎𝑠 = 35.85 𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑠 =240MPa 𝜎𝑠 < 𝜎𝑠 c.v

On retient :
 Les poutres résistent au moment de flexion, elles contiennent une partie tendue due à
l’effort de traction et une partie comprimée due à l’effort de compression.
 Dans notre cas As’=0 donc les armatures qui sont dans la partie supérieur sont les
armatures de la répartition.
 Calcul de ferraillage des poutres est fait à l’Elu et les vérifications à l’Els.

55
CHAPITRE IV

Calculs des éléments


secondaires

Les éléments secondaires :


Définition :

56
Les éléments secondaires sont des éléments porteurs non structuraux, leur rôle est de fournir
des services.
Les éléments secondaires sont classés en deux types, soit isostatique comme (les acrotères,
les balcons les linteaux), soit hyperstatique (faible) comme(les poutrelles, les escaliers).
La caractéristique des éléments secondaires est que leur rupture n’entraine pas à la rupture
des éléments structuraux

1) Les balcons :

Le balcon est un élément secondaire en porte a faux, qui est sollicité en flexion simple et
l’effort tranchant (MT) , son calcul est fait comme une console , c'est-à-dire un élément
isostatique encastré au plancher et libre a l’autre extrémité.

Les charges appliques au balcon :

 Son poids propre


 La charge d’exploitation (3,5KN/m2)
 La charge concentrée a leur extrémité libre due au poids du garde-corps
 Un moment à l’extrémité due à l’effort appliqué sur le garde-corps.
 Le calcul se fait pour une bande de 1m.

As As
Armatures de répartitions ≤ As′ ≤
4 2

 Calcul à l’ELU
 Vérification à l’ELS :
 On considère que la fissuration est préjudiciable ou très préjudiciable.

Figure4-1 : dimension de balcon

1-a) Evaluations des charges qui sont appliqués au balcon de balcon :

57
o La Charge permanente et la surcharge d’exploitation appliquées à la dalle
pleine pour une bande de 1 ml :

 Charge permanente :
G =6.15*1=6.15 KN/ml
 Charge d’exploitation :
Q=3.15*1=3.15 KN/ml

58
b) Charge concentrée du garde corps pour une bande de 1m :
 les charges permanentes :

Tableau 4.2 : Les charges concentrées

N composantes épaisseur Pois surfacique


(KN/𝑚2)
1 Enduit de ciment ….. 0.36

2 Maçonnerie ep= 10cm 0.90

3 Enduit de ciment …… 0.36

G=1.46

 P = G *S =1.46*1*1.2=1.75 KN
 Les charges d’exploitation : F=1 KN/ml
 𝑴𝒎𝒄 =F*1*h=1*1*1.2=1.2KN.m
 Combinaison des charges :
 à l’état limite ultime ELU :

𝑞𝑢 =1 .35G+1.5Q=1.35*6.15+1.5*3.5=13.55 KN/ml

𝑀 𝑢 =1.5*𝑀𝑚𝑐 =1.8 KN.m


𝑚𝑐

𝑃𝑢 =1.35*p=1.35*1.75=2.36KN
 à l’état limite de service ELS :
𝑞𝑠 =G+Q=9.65 KN/ml
𝑀 𝑠 =1.2 KN.m
𝑚𝑐

𝑃𝑠 =1.75 KN

59
Tableau 4.3 : combinaison des charges

ELU ELS

q(KN/ml) 13.55 9.65

𝑀𝑚𝑐 (𝑘𝑁. 𝑚) 1.8 1.2

𝑝(KN) 2.36 1.75

 Calcul RDM :

Figure 4.2 : schéma statique


 Calcul de moment :
 A L’ELU :
−13.55.𝑥2
𝑀𝑢 = -2.36 x- 1.8
2

𝑀(0) = −1.8𝐾𝑁. 𝑚
𝑀(1.4) = −18.38𝐾𝑁. 𝑚

Figure 4.3: diagramme des moments fléchissant à l’ELU

60
 A l’-ELS :
9.65.𝑥 2
 𝑀𝑠 = - -2.36.x- 1.8
2

M(0)=-1.2KN.m
M (1.4)= -13.10 KN.m

Figure 4.4: moment fléchissant à l’ELU

1) Ferraillage de balcon a L’ELU :

o Calcul de 𝜇:
𝑀𝑢 18.38∗106
μ= = =0.017
𝑏.𝑑 2 ƒ𝑏𝑐 1000∗1352 ∗14.17

 μ=0.017< 𝜇𝑅 =0.391
Donc : On a les armateurs tendues seulement.
o Calcul de 𝐴𝑆 :
 α=1.25(1 − √1-2μ)=0.092
 Z= d(1-0.4𝛼)= 130.03
 𝜎𝑠10 =348 MPa
𝑀𝑢 18.38∗106
𝐴𝑆 = = = 4.06𝑐𝑚2
𝑧.𝜎𝑠 10 130.03∗348

Alors on choisit 2HA12+3HA10 𝐴𝑆 = 4.62𝑐𝑚2

o Calcul de 𝐴𝑆′ :
𝐴𝑆 𝐴𝑆
≤ A′S ≤ 1.15≤ A′S ≤ 2.31
4 2

61
Alors on choisit 4HA8 A′S = 2.01𝑐𝑚2

o Calcul des armateurs de peau :


ƒ
Ha≥ 2(80 − 𝑒⁄10)
50≤ 80
Donc : il n’ya pas des armateurs de peau.
o Calcul des armateurs transversaux :
1
φt > 3 φl =4

φt < 12
Alors φt =6 mm

o Vérification de l’espacement :

100−2∗3−3∗1−2∗1.2
eh = =22.5 cm
4

𝜑𝑙 =1.2cm
eh =max
1.5 𝐶𝑔 =3.75cm

 22.5> 3.75 C.V

ev =15 − 2 ∗ 3 − 1.2 − 0.8=7 cm


𝜑𝑙 =1.2cm
eh =max
𝐶𝑔 =2.5cm
 7> 3.75 C.V

Tableau 4.4 : Calcul a l’état limite ultime ELU


62
Mu As' Le Z As As
µ µ<µR  le choix
(kN.m) (cm²) choix (cm) (cm²) (cm²)

18.38 0.017 OUI 2.01 4T8 0.092 130.03 4.62 3T10+ 4.62

2T8

2) vérification à L’ELS :
o Calcul de l’axe neutre :
𝑏𝑦 2
+n. A′S (y - 𝑑′ )- n. 𝐴𝑆 (d-y)=0
2
100𝑦 2
+ 15*2.01 (y-1.5)- 15*4.62 (13.5-y)=0
2

50𝑦 2 +99.45 y – 935.55=0


Δ=𝑏 2 - 4 a*c=206044.30
√∆= 453.92

−𝑏+√∆
𝑦1 = =3.54 cm
2𝑎
−𝑏−√∆
𝑦2 = =-5.53 cm
2𝑎

Alors : y=3.54cm
o Calcul de moment quadratique par rapport à l’axe neutre :
𝑏𝑦 3
I= + 𝑛. 𝐴𝑆′ (𝑦 − 𝑑′ )2 + 𝑛. 𝐴𝑆 (𝑑 − 𝑦)2
3

I=8478.86𝑐𝑚2

o Calcul de 𝜎𝑏𝑐 :

63
𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑏𝑐 = y= 5.46 MPa
𝐼

 𝑀𝑠𝑒𝑟 = 13.10 𝑘𝑁. 𝑚


 y=3.54 cm
 I= 8478.86𝑐𝑚4
o Calcul de 𝜎𝑏𝑐 :
𝜎𝑏𝑐 =0.6 𝑓𝑐28 =15MPa
o Calcul de 𝜎𝑠 :
𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑠 = n (𝑑 −y)=31.28 MPa
𝐼

o Calcul de 𝜎𝑠 :
Cas de fissuration préjudiciable :

2/3 𝑓𝑒 =266.67 MPa

𝜎𝑠 =min 240 MPa


Max
110√ƞ 𝑓𝑡𝑗 =201.63
𝜎𝑠 =240MPa

Tableau 4.5 : vérification de la poutre principale à L’ELS

𝜎𝑏𝑐 = 2.95𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑏𝑐 = 15 𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑏𝑐 < 𝜎𝑏𝑐 c.v

𝜎𝑠 = 79.25 𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑠 =240MPa 𝜎𝑠 < 𝜎𝑠 c.v

2) L’acrotère :

64
L’acrotère est un élément secondaire réalisé en béton armé qui entoure le plancher
terrasse. Son rôle est de constituer une limite de terrasse destinée à :

 Assurer la sécurité des personnes contre la chute ;


 Eviter le ruissèlement des eaux pluviales sur les façades en assurant la récolte des eaux
pluviales et leur canalisation vers le sol à travers des descentes correctement
positionnées et dimensionnées.

L’acrotère est considère comme une console encastrée dans la dalle (poutre) soumis à une
charge horizontale due à la main courante de1KN/ml (considérée comme une charge
d’exploitation).

Le calcul se fait en général en flexion simple

Vu sa positon au sommet de l’ouvrage (l’acrotère est continuellement exposé aux


intempéries) ; la fissuration est considérée comme préjudiciable ou très préjudiciable (selon
l’agressivité du milieu extérieur)

Le calcul se fait pour une longueur de 1ml, et le ferraillage se généralise pour toute la
longueur de l’acrotère

La section d’aciers trouvée est comparée aux valeurs minimales réglementaires et à la


valeur de la condition de non fragilité.

La section d’armatures de répartition doit être vérifiée :As’>As/4

ELS : les contraintes du béton comprimé et de l’acier tendu doivent être vérifiées

Figure 4.5 : dimensions de l’acrotère

65
Figure 4.6 : schéma statique

2-1) Ferraillage de l’acrotère :


 Evaluation des charges :

S= [0.050.1+0.10.6+ (0.050.1)/2]=0.069m2

On à : G = γS pour une bande de 1ml.

G=250.069=1.725KN/ml

Q=1*0.6=0.6 KN/ml

𝑀𝑈 = 1.5Q = 1.5*0.6=0.9 KN.m

𝑀𝑠 =0.6 KN.m

 Calcul a l’ELU :

𝑀𝑢 0.9∗106
μ= = =0.0078
𝑏.𝑑 2 ƒ𝑏𝑐 1000∗902 ∗14.17

 μ=0.0078< 𝜇𝑅 =0.391
Donc : On a les armateurs tendues seulement.
o Calcul de 𝐴𝑆 :
 α=1.25(1 − √1-2μ)=0.0098
 Z= d(1-0.4𝛼)= 86.47
 𝜎𝑠10 =348 MPa

66
𝑀𝑢 0.9∗106
𝐴𝑆 = = = 0.29𝑐𝑚2
𝑧.𝜎𝑠 10 86.47∗348

Vérification de C.N.F :

Amin ≥0.23.(ƒt28/ƒe) b.d = 1.08 cm2


Alors on choisit 5HA8 𝐴𝑆 = 2.51 cm2

o Calcul de 𝐴𝑆′ :
𝐴𝑆 𝐴𝑆
≤ A′S ≤ 0.62≤ A′S ≤ 1.25
4 2

Alors on choisit 4HA6 A′S = 1.31𝑐𝑚2


2) vérification à L’ELS :
o Calcul de l’axe neutre :
𝑏𝑦 2
+n. A′S (y - 𝑑′ )+ n. 𝐴𝑆 (d-y)=0
2
100𝑦 2
+ 15*1.31 (y-1)- 15*2.51 (9-y)=0
2

50𝑦 2 +57.3 y – 358.5=0


Δ=𝑏 2 - 4 a*c=74983.29
√∆= 273.83

−𝑏+√∆
𝑦1 = =2.16 cm
2𝑎
−𝑏−√∆
𝑦2 = =-3.49 cm
2𝑎

Alors : y=2.16cm
o Calcul de moment quadratique par rapport à l’axe neutre :
𝑏𝑦 3
I= + 𝑛. 𝐴𝑆′ (𝑦 − 𝑑′ )2 - 𝑛. 𝐴𝑆 (𝑑 − 𝑦)2
3

I=2123.84𝑐𝑚4
o Calcul de 𝜎𝑏𝑐 :
𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑏𝑐 = y= 0.61 MPa
𝐼

 𝑀𝑠𝑒𝑟 = 0.6 𝑘𝑁. 𝑚


 Y=2.16 cm
 I= 2123.86𝑐𝑚4

o Calcul de 𝜎𝑏𝑐 :

67
𝜎𝑏𝑐 =0.6 𝑓𝑐28 =15MPa
o Calcul de 𝜎𝑠 :
𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑠 = n (𝑑 −y)=2. 8 MPa
𝐼

o Calcul de 𝜎𝑠 :
Cas de fissuration préjudiciable :

2/3 𝑓𝑒 =266.67 MPa

𝜎𝑠 =min 240 MPa


Max
110√ƞ 𝑓𝑡𝑗 =201.63
𝜎𝑠 =240 MPa

Tableau 4.5 : vérification de la poutre principale à L’ELS

𝜎𝑏𝑐 = 0.61𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑏𝑐 = 15 𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑏𝑐 < 𝜎𝑏𝑐 c.v

𝜎𝑠 = 2.8 𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑠 =240MPa 𝜎𝑠 < 𝜎𝑠 c.v

Figure 4-7.: Ferraillage de l'acrotère

68
3) les poutrelles :

Définition :
Les poutrelles sont des éléments secondaires non structuraux porteurs, préfabriqués en
béton armé, avec un dispositif parallèle à la poutre secondaire et dans le sens de la petite
portée.
Les poutrelles sont disposées parallèlement avec un espacement de la largeur de corps
creux qui est généralement entre 45 et 65cm, le ferraillage est calculé forfaitairement
comme une poutre en T continue et semi encastré à la poutre de rive.

Calcul des poutrelles :

Le calcul des poutrelles se fait en deux étapes :

 1er étape : avant le coulage de la table de compression.


 2eme étape : après le coulage de la table de compression.

1er étape : Cette étape est inutile à calculer le plancher avant son coulage, et même temps
pendant les premières semaines de durcissement, est étayé à l’aide de pieds droits
métallique correctement espacés sous le plancher et dimensionnés.
2éme étape : cette étape est la plus importante, son calcul sera effectué selon les
orientations suivantes qui s’agit de la méthode forfaitaire simplifiée).

 Appuis de rive :0.3𝑀0


 Appuis de rive :0.6𝑀0
 Travée de rive :085𝑀0
 Travée de rive :0.75𝑀0

Dans notre on deux travées , on va étudier la poutrelle et on fait son calcul comme une poutre
de longueur L et section T les calculs sont comme suit :

69
3-1) Evaluation des charges et surcharge revenant à la poutrelle :

 Charge permanent :

Poids propre de poutrelle :


GP =𝛾𝑏é𝑡𝑜𝑛 *S S= (0.65*0.12) + (0.12*0.16) = 0.045m²
GP =0.045*25 = 1.13 KN/ml
Poids propre de corps creux :
𝐺𝑐 =0.95*0.65 = 0.61 KN/ml
G= GP +𝐺𝑐 =1.74 KN/ml
 Charge d’exploitation :
Q = 1*0.65  Q = 0.65 KN/ml
 Combinaison de charge :

A l’ELU :

qu= 1.35G + 1.5Q

qu= 3.32KN/ml

A l’ELS:

qS= G + Q = 2.39 KN/ml

70
3-2) Calcul des moments :

On calcul le moment par la méthode forfaitaire

o Déterminer 𝑀0 :
On prend la travée la plus sollicitée et on calcule le moment

Etude d’une poutre isolée bi appuie

qu l 2 3.32  4.80 2
𝑀0    𝑀0 = 9.56 KN/ml
8 8
q l2
2.39  4.80 2
Ms    M s  6.88 KN/ml
8 8

 Appuis de rive :0.3𝑀0 =2.86KNm


 Appuis de l’interlinéaire :0.6𝑀0 =5.73KNm
 Travée de rive :085𝑀0 =8.12KNm

71
3-2-a) Ferraillage de rive :

La poutre est sollicitée à la flexion simple a ELU :

Mu= 2.86 KNm b=65cm h=20cm ℎ0 =4cm 𝑏0 =12cm d=0.9h=18cm

ƒ𝑏𝑐 = 14.17𝑀𝑃𝑎

Calcul le moment réduit Mt

ℎ0
Mt=b* ℎ0 ∗ ƒ𝑏𝑐 (d- )
2

Situation double ɣ b = 1.5; ɣ s = 1.15 ; fc28 = 25 MPa ; fe = 400 MPa

D’ après l’organigramme de la flexion simple On a :

  h  40
Mt = b  h0  f bc d   0   Mt =650* 40 ∗ 14.17 (180- )
  2  2

M u <Mt

2.86 <58.94

AN. Dans la table de compression

Section (b*h0) (Moment MU)

Calcul d’une section rectangulaire (b*h0) :

𝑀𝑢 2.86∗106
μ= = =0.0095  R =0.391
𝑏.𝑑 2 ƒ𝑏𝑐 6500∗180²∗14.17

 u <  R  Armature tendes seulement

 = 1.25 (1- 1 2 u )   = 0.011

Z = d (1-0.4) = 180(1-0.4 (0.0413))  Z = 179.2 mm

Mu 2.86  10 6
Au =   Au = 450 mm2= 0.45cm2
Z   s 179.2  348

72
Verification C.N.F :

f tj f tj
AS min = 0.23  b0  d  = 0.23  650  180 
fe fe

f tj  2.1MPa f e =400MPa

Donc AS min =1.41cm²

AS min >AS CNF est non verifier

Choix des armatures:

Armatures: AS min = 1.41 cm2

On choisit 2HA10+1.57cm²

3-2-b) Ferraillage de l’appui intermédiaire :

On refaire les mêmes calculs Mu= Ma=5.73KNm Mt=58.94KNm

Mu<Mt Axe neutre dans la table de compression

μ= 0.019 =0.023 Z=178.34mm

Mu 5.73  10 6
As= 
Z   s 178.34  348

As=0.92KNm

On a AS min = 1.41 cm2 AS min >AS CNF est non verifier

On choisit 2HA10=1.57cm²

 Ferraillage de travée de rive :

On refaire les mêmes calculs Mu= Ma=8.12KNm Mt=58.94KNm

Mu<Mt Axe neutre dans la table de compression

μ= 0.027 =0.034 Z=177.55mm

Mu 8.12  10 6
As= 
Z   s 1177.55  348

73
As=1.31cm²

On a AS min = 1.41 cm2 AS min >AS CNF est non verifier

On choisit 3HA8=1.51cm²

3HA8+2HA1 𝜑𝑡 = 𝑅𝐿6

3-3) vérification à L’ELS :


o Calcul de la position de l’axe neutre
𝑏𝑦 2
+n. A′S (y - 𝑑′ )- n. 𝐴𝑆 (d-y)=0
2
65𝑦 2
+ 15*1.57 (y-2)- 15*1.51 (18-y)=0
2

Δ=𝑏 2 - 4 a*c
√∆= 42.67

−𝑏+√∆
𝑦1 = =2.45 cm
2𝑎
−𝑏−√∆
𝑦2 = =-5.53 cm
2𝑎

Alors : y=2.45
o Calcul de moment quadratique par rapport à l’axe neutre :
𝑏𝑦 3
I= + 𝑛. 𝐴𝑆′ (𝑦 − 𝑑′ )2 + 𝑛. 𝐴𝑆 (𝑑 − 𝑦)2
3

I=5882𝑐𝑚4
o Calcul de 𝜎𝑏𝑐 :
𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑏𝑐 = y= 2.84 MPa
𝐼

74
 𝑀𝑠𝑒𝑟 = 6.88 𝑘𝑁. 𝑚
 y=2.45 cm
 I= 5884𝑐𝑚4
o Calcul de 𝜎𝑏𝑐 :
𝜎𝑏𝑐 =0.6 𝑓𝑐28 =15MPa
o Calcul de 𝜎𝑠 :
𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑠 = n (𝑑 −y)=238.21 MPa C.V
𝐼

o Calcul de 𝜎𝑠 :
Cas de fissuration préjudiciable :

2/3 𝑓𝑒 =266.67 MPa

𝜎𝑠 =min 240 MPa


Max
110√ƞ 𝑓𝑡𝑗 =201.63
𝜎𝑠 =240MPa

Tableau 4.5 : vérification de la poutre principale à L’ELS

𝜎𝑏𝑐 = 2.84𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑏𝑐 = 15 𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑏𝑐 < 𝜎𝑏𝑐 c.v

𝜎𝑠 238.21 𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑠 =240MPa 𝜎𝑠 < 𝜎𝑠 c.v

75
4) Les escaliers :
Définition :
Les escaliers sont des éléments secondaires porteurs réalisées en béton armé, leur rôle est
constitué la liaison entre les étages, ils sont sollicitons à la flexion il y plusieurs types
d’escalier dans notre cas il est de type droit de volées avec un palier de repos

Dimensionnement

Figure 4.5 : Schéma statique de l’escalier.

Pré -dimensionnement

 Hauteur de la contre marche ……………………… h=17cm (14 ≤ h ≤ 20) cm


 Largeur de la marche ……………………………… g = 30 cm (22 ≤ g ≤ 33) cm
 H’ demies hauteurs de l’étage ………………………H’=3.06/2=1.53m
 Nombre de contre marches ………………………. n = h’/L = 153/ 17 = 9 contre marches
 Nombre de marches……………………………… m = n - 1 = 8 marches
 Longueur horizontale de la volée ……………… L = g (n – 1) = 0,30(9 – 1) => L = 2,4 m

76
Vérification de la relation de BLONDEL :

On doit vérifier que : 59 ≤ g + 2h ≤ 66 cm

g+ 2h = 64 cm => 59 ≤ 64 ≤ 66 cm …………………… C.V

Détermination de l’inclinaison de la paillasse :

Tg α = H’/ L = 1,53 / 2.4 = 0.6375  α = 32,51°

Détermination de l’épaisseur de la paillasse :

 Lp=4.2 m
Lp 𝐿𝑝
≤ 𝑒 ≤ 20 14cm ≤ e≤ 21 𝑐𝑚
30

e=15 cm

77
CHAPITREV

Calculs des fondations

78
1) Reconnaissance géotechnique :

La reconnaissance géotechnique doit donner les éléments d’informations qui


permettront de savoir :

o Choix du type de fondation (superficielle ou profonde).


o Dimensionnement de la fondation :
o Contrainte admissible du sol.
o Evaluation des tassements.
o Mode d’exécution de la fondation.
o Economie générale du projet.

2) Définition des fondations :


Les fondations sont des éléments de l’infrastructure, leur rôle est constitué dans la
transmission des charges arrivées de la superstructure vers le sol.
Le dimensionnement des fondations dépend de la charge maximale de l’effort de
compression à l’ELS et de la contrainte admissible du sol.
Le ferraillage des fondations dépond de charge maximale de l’effort de compression
à l’état limite ultime, la contrainte de l’acier et de dimensions de la section.
3) Type des fondations :
 Les fondations superficielles.
 Les fondations profondes.
 fondations superficielles :
- Semelles isolées :

Figure 5.1 : dimension de la semelle isolée

79
 Semelles filantes :

Figure 5.2 : semelles filantes

 Radiers.

Figure 5.3 : le radier

On admet souvent qu’une fondation est superficielle lorsque sa plus petite dimension
est plus grande que la profondeur minimale de son niveau d’appui sous le terrain naturel.

A>H A : dimension de la semelle H : la profondeur

80
 fondations profondes :
 Puits
 Pieux

Valables dans les conditions ou on est amené à rechercher le bon sol à une grande profondeur.

4) capacité –taux de travail admissible

La charge maximale par unité de surface que le sol supporte à la rupture est appelée la
capacité portante ou charge de poinçonnement 𝑞𝑝 en prenant un coefficient de sécurité : s

𝑞𝑝
𝜎 𝑠𝑜𝑙 =
𝑎𝑑𝑚 𝑠

5) La semelle isolée centrale :

5.1) Pré-dimensionnement de la semelle isolée centrale :

Méthode de calcul :

La méthode de calcul à adopter est fonction du rapport entre la hauteur et le débordement de la


semelle


2
≤ 𝐶 ≤ 4ℎ ∶On a affaire à un faible élancement Ou a une semelle rigide

On applique la méthode des biller

C>4 h : L’élancement permet de traiter le problème selon la théorie des bielles

(Méthode des consoles)

C< 2ℎ : On est en présence d’un massif de fondation et l’armature peut éventuellement être
omise.

81
o Calcul de A :
𝑞𝑝
𝜎 𝑠𝑜𝑙 =
𝑎𝑑𝑚 𝑠
 𝜎 𝑠𝑜𝑙 : 𝑙𝑎 𝑐𝑜𝑛𝑡𝑟𝑎𝑖𝑛𝑡𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑠𝑜𝑙 𝑎𝑑𝑚𝑖𝑠𝑖𝑏𝑙𝑒 = 2.5 𝑏𝑎𝑟
𝑎𝑑𝑚

 𝑞𝑝 = 𝑁𝑠 : 𝑙𝑒𝑠 𝑐ℎ𝑎𝑟𝑔𝑒𝑠 𝑎 𝑙′ é𝑡𝑎𝑡𝑠 𝑙𝑖𝑚𝑖𝑡𝑒 𝑑𝑒 𝑠𝑒𝑟𝑣𝑖𝑐𝑒 =1149.24KN


 𝑠: 𝑙𝑎 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑖𝑠𝑜𝑙é𝑒.

𝑞𝑝 1149.24.103
𝑠= = =4596960 𝑚𝑚2
𝜎 𝑠𝑜𝑙 0.25
𝑎𝑑𝑚

Dans notre étude on a un poteau carrée donc notre semelle est de section cartée.

Alors :

S=𝐴2 =45969.60 𝑐𝑚2

A =214.40 cm

On prend : A = 215 cm

𝐴−𝑎
C= = 90 cm
2

𝐶
 C>4 h h> 4 h> 22.5cm

 C< 2ℎ h< 2𝐶 h<180 cm

On prend :

h =150 cm

82
Calcul de h’ :

On a choisit l’angle 𝛼=45°

Donc

ℎ′
tag𝛼 = 𝐶 =1

Alors C=h’=90 cm

e =150-90=60 cm

6𝜑+6 cm

e≥max 15 cm C.V

12𝜑+6 cm

5-1) Ferraillage des semelles isolées centrale :

Dans le cas général on choisit les dimensions de la semelle de telle sorte qu’elle soit homothétique du
poteau :

Aa : la section d’armateurs de deux cotés.

Nu : effort normal ultime

𝜎𝑠 =348 MPa

𝑵𝒖 ∗ (𝑨 − 𝒂)
𝑨𝒂=
𝟖 ∗ 𝒅𝒂 ∗ 𝜎𝑠
𝐴−𝑎
 A-a≥ 𝑑𝑎 ≥ 180≥ 𝑑𝑎 ≥ 45
4

On prend da = 90cm

83
 𝜎𝑠 =348 MPa

𝑵𝒖∗(𝑨−𝒂) 𝟏𝟓𝟕𝟓.𝟓𝟐.𝟏𝟎𝟑 (𝟐𝟏𝟓𝟎−𝟑𝟓𝟎)


𝑨𝒂= = =11.31 𝑐𝑚2
𝟖∗𝒅𝒂∗𝜎𝑠 𝟖∗𝟗𝟎𝟎∗𝟑𝟒𝟖

Le choix des armateurs :

8HA 14 = 12.31 𝑐𝑚2

Calcul l’espacement

On prend l’enrobage égal à 5 cm milieu agressive (l’influence des eaux pluviale)

C=215-2*5-8(1.4)/7=27.68 cm > 3.75cm mais il est un peu grand !!!

Car ne doit pas dépasser 20cm

5-2) Calcul des longueurs des barres (l’ancrage) :

Pour déterminer la longueur des barres leur mode d’ancrage, on calcule la longueur de
scellement

𝜑𝑙 𝑓𝑒
𝑙𝑠=
4 𝜏𝑠

𝐴
 Si < 𝑙𝑠 ∶ toutes les barres doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la
4
semelle comporter des ancrages courbe.
𝐴 𝐴
 Si < 𝑙𝑠 ≤ :Toutes les barres doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la
2 4
semelle, mais peuvent ne pas comporter de crochets.
𝐴
 Si𝑙𝑠 ≤ : Les barres ne comportent pas de crochets et on peut arrêter une barre sur
8

 deux à 0,71 A ou alterner des barres de 0,86 A.

84
5-4) Calcul de l’ancrage :

 𝜏𝑠 = 0.6ψ²ft 28
 ft 28 =0.6+0.06fc28 =2.1MPa
 ψ = 1.5 dans le cas génerale
 𝜏𝑠 = 2.835𝑀𝑝𝑎

𝜑𝑙 𝑓𝑒
𝑙𝑠 = = 49.38 𝑐𝑚
4 𝜏𝑠

On prend :

𝒍𝒔= 𝟓𝟎 𝒄𝒎

 Donc Toutes les barres doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la semelle,
mais peuvent ne pas comporter de crochets.

6)La semelle isolée d’angle :

6.1) Pré-dimensionnement de la semelle isolée d’angle:

-Méthode de calcul :

La méthode de calcul à adopter est fonction du rapport entre la hauteur et le débordement de la


semelle


2
≤ 𝐶 ≤ 4ℎ ∶On a affaire à un faible élancement Ou a une semelle rigide

On applique la méthode des biller

C>4 h : L’élancement permet de traiter le problème selon la théorie des bielles

(Méthode des consoles)

85
C< 2ℎ : On est en présence d’un massif de fondation et l’armature peut éventuellement être
omise.

o Calcul de A :
𝑞𝑝
𝜎 𝑠𝑜𝑙 =
𝑎𝑑𝑚 𝑠
 𝜎 𝑠𝑜𝑙 : 𝑙𝑎 𝑐𝑜𝑛𝑡𝑟𝑎𝑖𝑛𝑡𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑠𝑜𝑙 𝑎𝑑𝑚𝑖𝑠𝑖𝑏𝑙𝑒 = 2.5 𝑏𝑎𝑟
𝑎𝑑𝑚

 𝑞𝑝 = 𝑁𝑠 : 𝑙𝑒𝑠 𝑐ℎ𝑎𝑟𝑔𝑒𝑠 𝑎 𝑙′ é𝑡𝑎𝑡𝑠 𝑙𝑖𝑚𝑖𝑡𝑒 𝑑𝑒 𝑠𝑒𝑟𝑣𝑖𝑐𝑒 =314.73KN


 𝑠: 𝑙𝑎 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑖𝑠𝑜𝑙é𝑒.

𝑞𝑝 314.73.103
𝑠= = =1258920 𝑚𝑚2
𝜎 𝑠𝑜𝑙 0.25
𝑎𝑑𝑚

Dans notre étude on a un poteau carrée donc notre semelle est de section cartée.

Alors :

S=𝐴2 =12589.20 𝑐𝑚2

A =112.20 cm A = 115 cm

On prend :

𝐴−𝑎
C= = 40 cm
2

𝐶
 C>4 h h> 4 h> 10cm

 C< 2ℎ h< 2𝐶 h<80 cm

On prend : h =70 cm

86
Calcul de h’ :

On a choisit l’angle 𝛼=45°

Donc

ℎ′
tag𝛼 = 𝐶 =1

Alors C=h’=40 cm

e =70-40=30 cm

6𝜑+6 cm

e≥max 15 cm c.v

12𝜑+6 cm

5.2) Ferraillage des semelles isolées d’angle :

Dans le cas général on choisit les dimensions de la semelle de telle sorte qu’elle soit homothétique du
poteau :

Aa : la section d’armateurs de deux cotés.

Nu : effort normal ultime

𝜎𝑠 =348 MPa

𝑵𝒖 ∗ (𝑨 − 𝒂)
𝑨𝒂=
𝟖 ∗ 𝒅𝒂 ∗ 𝜎𝑠
𝐴−𝑎
 A-a≥ 𝑑𝑎 ≥ 80≥ 𝑑𝑎 ≥ 20
4

On prend

da = 20cm

87
 𝜎𝑠 =348 MPa

𝑵𝒖∗(𝑨−𝒂) 𝟒𝟐𝟗.𝟕𝟔.𝟏𝟎𝟑 (𝟏𝟏𝟓𝟎−𝟑𝟓𝟎)


𝑨𝒂= = =6.17 𝑐𝑚2
𝟖∗𝒅𝒂∗𝜎𝑠 𝟖∗𝟐𝟎𝟎∗𝟑𝟒𝟖

Le choix des armateurs :

5HA 14 = 7.70 𝑐𝑚2 espacement C=115-5(2)-5(1.4)/4=24.5cm >3.75cm

5.3) Calcul des longueurs des barres (l’ancrage) :

Pour déterminer la longueur des barres leur mode d’ancrage, on calcule la longueur de
scellement

𝜑𝑙 𝑓𝑒
𝑙𝑠=
4 𝜏𝑠

𝜑𝑙 𝑓𝑒
𝑙𝑠 = = 49.38 𝑐𝑚
4 𝜏𝑠

On prend :

𝒍𝒔= 𝟓𝟎 𝒄𝒎

 Donc toutes les barres doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la semelle
comporter des ancrages courbe.

88
7) La semelle isolée de rive :
7.1) Pré-dimensionnement de la semelle isolée de rive:

Méthode de calcul :

La méthode de calcul à adopter est fonction du rapport entre la hauteur et le débordement de la


semelle


 2
≤ 𝐶 ≤ 4ℎ ∶On a affaire à un faible élancement Ou a une semelle rigide

On applique la méthode des biller

 C>4 h : L’élancement permet de traiter le problème selon la théorie des bielles

(Méthode des consoles)

 C< 2ℎ : On est en présence d’un massif de fondation et l’armature peut éventuellement


être omise.
o Calcul de A :
𝑞𝑝
𝜎 𝑠𝑜𝑙 =
𝑎𝑑𝑚 𝑠
 𝜎 𝑠𝑜𝑙 : 𝑙𝑎 𝑐𝑜𝑛𝑡𝑟𝑎𝑖𝑛𝑡𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑠𝑜𝑙 𝑎𝑑𝑚𝑖𝑠𝑖𝑏𝑙𝑒 = 2.5 𝑏𝑎𝑟
𝑎𝑑𝑚

 𝑞𝑝 = 𝑁𝑠 : 𝑙𝑒𝑠 𝑐ℎ𝑎𝑟𝑔𝑒𝑠 𝑎 𝑙′ é𝑡𝑎𝑡𝑠 𝑙𝑖𝑚𝑖𝑡𝑒 𝑑𝑒 𝑠𝑒𝑟𝑣𝑖𝑐𝑒 =631.34KN


 𝑠: 𝑙𝑎 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑖𝑠𝑜𝑙é𝑒.

𝑞𝑝 631.34.103
𝑠= = =2525360 𝑚𝑚2
𝜎 𝑠𝑜𝑙 0.25
𝑎𝑑𝑚

Dans notre étude on a un poteau carrée donc notre semelle est de section carrée.

Alors :

S=𝐴2 =25253.60 𝑐𝑚2

A =158.91 cm

On prend : A = 160 cm

𝐴−𝑎
C= = 62.5 cm
2

89
𝐶
 C>4 h h> 4 h> 15.62 cm

 C< 2ℎ h< 2𝐶 h<125 cm

On prend : h =100 cm

Calcul de h’ :

On a choisit l’angle 𝛼=45°

Donc

ℎ′
tag𝛼 = 𝐶 =1

Alors C=h’=62.5 cm

e =100-62.5=37.5 cm

6𝜑+6 cm

e≥max 15 cm C.V

12𝜑+6 cm

7.2) Ferraillage des semelles isolées de rive :

Dans le cas général on choisit les dimensions de la semelle de telle sorte qu’elle soit
homothétique du poteau :

Aa : la section d’armateurs de deux cotés.

Nu : effort normal ultime

𝜎𝑠 =348 MPa

𝑵𝒖 ∗ (𝑨 − 𝒂)
𝑨𝒂=
𝟖 ∗ 𝒅𝒂 ∗ 𝝈𝒔
𝐴−𝑎
 A-a≥ 𝑑𝑎 ≥ 4
125≥ 𝑑𝑎 ≥ 31.25

On prend

90
da = 32cm

 𝜎𝑠 =348 MPa

𝑵𝒖∗(𝑨−𝒂) 𝟖𝟔𝟑.𝟗𝟒.𝟏𝟎𝟑 (𝟏𝟔𝟎𝟎−𝟑𝟓𝟎)


𝑨𝒂= = =12.12 𝑐𝑚2 >3.75cm cv
𝟖∗𝒅𝒂∗𝜎𝑠 𝟖∗𝟑𝟐𝟎∗𝟑𝟒𝟖

Le choix des armateurs :

8HA 14 = 12.31 𝑐𝑚2 espacements C=160-2(5)-8(1.4)/7=19.82cm

6.3) Calcul des longueurs des barres (l’ancrage) :

Pour déterminer la longueur des barres leur mode d’ancrage, on calcule la longueur de
scellement

𝜑𝑙 𝑓𝑒
𝑙𝑠=
4 𝜏𝑠

𝜑𝑙 𝑓𝑒
𝑙𝑠 = = 49.38 𝑐𝑚
4 𝜏𝑠

On prend :

𝒍𝒔= 𝟓𝟎 𝒄𝒎

 Donc toutes les barres doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la semelle
comporter des ancrages courbe.

A (cm) C (cm) h (cm) Aa(𝒄𝒎𝟐 )


Semelle central 215 90 150 11.31
Semelle 115 70 40 6.17
d’angle
Semelle de rive 160 100 62.5 12.12

91
Conclusion

Le travail que nous avons réalisé dans le cadre de notre thème de projet
de fin de cycle sous le thème « étude d’un bâtiment RDC+6 » nous a permis
de conclure ce qui suit :

Ce projet d’étude nous à été très bénéfique théoriquement, pour

ce qui est de la structure des bâtiment en béton armé , les études effectués
nous ont permis d’approfondir nos connaissances en béton armé.

Ce travail va nous aidé dans la préparation de soutenance en master car


nous avons eu un bon bagage et un bon savoir sur Le domaine de
bâtiment.

Enfin on veut dire un petit mot sur notre domaine :


Le domaine de génie civil est très vaste qui nécessite une grande
précision que ce soit théoriquement ou pratiquement pour garantir la sécurité
des ouvrages construit contre les phénomènes défavorables.

92
Annexe :
Liste des symboles

As : Aire d’une section d’acier.

At : Section d’armatures transversales.

B : Aire d’une section de béton.

ø : Diamètre des armatures

Q : Charge d’exploitation.

 s : Coefficient de sécurité dans l’acier.

 b : Coefficient de sécurité dans le béton.

 u : Contrainte ultime de cisaillement.

𝜏𝑢 : Contrainte ultime de cisaillement admissible.

 : Contrainte tangentielle.

 : Coefficient de pondération.

G : Charge permanente.

E.L.U : Etat limite ultime.

E.L.S : Etat limite service.

Ns : Effort normal pondéré aux états limites de service.

Nu : Effort normal pondéré aux états limites ultime.

Vu : Effort tranchant ultime.

St : Espacement.

 : Elancement.

93
e : Enrobage

L : Longueur ou portée.

Lf : Longueur de flambement.

d : Hauteur utile.

Fe : Limite d’élasticité de l’acier.

Mu : Moment à l’état limite ultime.

Ms : Moment à l’état limite de service.

I : Moment d’inertie.

fc28 : Résistance caractéristique à la compression du béton à 28 jours d’âge.

ft28 : Résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours d’âge.

Fcj : Résistance caractéristique à la compression du béton à j jours d’âge.

Référence :
 Béton armé aux états limites
 Règlement parasismique algérien
 Les cours et les organigrammes de module de béton armé

94
95

Vous aimerez peut-être aussi