Vous êtes sur la page 1sur 31

La conservation

de la diversité biologique
(espèce-espace)

1
APPROCHES DE LA CONSERVATION

« il n’y a pas de solution simple et universelle. On agit le plus souvent


dans l’urgence et rien n’est jamais entièrement satisfaisant sur le long
terme »
Lévêque & Mounolou 2010

Conservation in situ et ex situ

conservation in situ consiste à maintenir les organismes vivants dans leur


milieu naturel (ex. établissement de réserves pour protéger)

la conservation ex situ qui consiste à préserver les espèces en dehors de


leur habitat naturel (ex. jardins botaniques et zoologiques)

2
LES AIRES PROTÉGÉES

Le terme générique «aires protégées»


recouvre en réalité des situations très
différentes, allant de grandes réserves
de faune et de flore à de petits sites
dévolus à la conservation d’espèces
particulières.
L’aménagement et la
gestion des aires protégées
sont des missions du
HCEFLCD.

 145 Sites d’Intérêt Biologique


et Ecologique (SIBE)
 9 parcs nationaux
 3 Réserves de Biosphères 3
Parcs nationaux du Maroc
1. Toubkal (1942)
2. Tazekka (1950)
3. Souss Massa (1991)
4. l’Iriki (1994)
5. Talassemtane (2004)
6. Ifrane (2004)
7. Haut Atlas Oriental (2004)
8. Al Hoceima (2004)
9. Khenifiss (2006)

4
Ibis chauve Oryx algazelle

Mouflon à manchettes

Singe magot Gypaète barbu


Autruche à cou rouge

Gazelle de Cuvier

Gazelle dorcas 5
Gazelle dama mhorr
Etat de la diversité des vertébrés (Maroc vs France)

600

500
Endémiques
400 Maroc
Nombre total
300 d’espèces

200

100

0
Amphibiens Reptiles Mammifères Oiseaux

600

500 France
400

300

200

100

0
Amphibiens Reptiles Mammifères Oiseaux

Répartition des parcs nationaux, des parcs naturels régionaux 6


et des réserves de la biosphère, en France métropolitaine
SITES D'INTÉRÊTS BIOLOGIQUE ET ECOLOGIQUE (SIBE)
Zones humides (38)
zones terrestres (79)
Domaine littoral (38)

Réserves naturelles ( ou nationales) se distinguent généralement des Parcs


Nationaux par leur petite surface.
Elles sont crées pour préserver des éléments particuliers ou représentatifs du
patrimoine naturel :
écosystèmes remarquables, ensemble de paysages de grand intérêt
biologique, habitats d’une espèce particulièrement rare ou menacée
Reserve de chasse
• Protection d’espèces animales classées gibier ou susceptible de le
devenir, dont les effectifs sont en diminution
• La conservation de races de gibier présentant des qualités
remarquables;

http://ma.chm-cbd.net/manag_cons/esp_prot 7
World Database on Protected Areas

https://protectedplanet.net/country/MA

8
RÉSERVES DE BIOSPHÈRE (3)
1. RB Arganeraie (2,5 Millions ha);
2. RB des Oasis du Sud du Maroc (7.200.000 ha);
3. RB Intercontinentale de la Méditerranée (1 million ha);

9
Concept de réserve de biosphère :
Programme sur l’homme et la biosphère (plus connu sous le nom
de MAB, Man and Biosphere) de l’UNESCO (1974).

- Plus de 480 sites répartis dans plus de 100 pays.

- Objectif :
comment concilier la conservation de la diversité biologique et des ressources
biologiques avec leur utilisation durable?

10
Elles cherchent à appliquer le principe selon lequel :
les populations locales constituent l’un des éléments moteurs de la
conservation qu’il n’est pas possible de préserver de grandes régions en
les écartant.
1. Ces populations locales,
2. Les organismes de gestion,
3. Les associations de conservation de la nature
4. Les scientifiques
5. Les responsables politiques

11
Zonation d’une réserve de biosphère:
(1) une aire centrale très protégée,
(2) une zone tampon ou intermédiaire qui entoure et jouxte les zones
centrales où des activités humaines, telles l’éducation et l’écotourisme,
peuvent se développer si elles sont compatibles avec des pratiques
écologiquement viables,
(3) une zone de transition consacrée à des activités de développement qui
peut comprendre des habitats humains, des activités agricoles ou autres
utilisations.

12
CONVENTIONS INTERNATIONALES

• Les problèmes de protection de la nature se posent au niveau international.


• Les espèces et les milieux ne connaissent pas de frontières politiques.

C’est ce qui explique le nombre de conventions internationales qui portent sur :


- Des groupes d’espèces,
- Des types de milieux
- Des régions géographiques.

• Convention deb Rio sur la diversité biologique

• Convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu


naturel de l’Europe,

• Convention de Washington sur le commerce international des espèces de faune et


de flore sauvages menacées d’extinction

• Convention de Ramsar relative aux zones humides d’importance internationale


13
Convention RAMSAR

La Convention de Ramsar, officiellement Convention relative aux


zones humides d'importance internationale particulièrement
comme habitats des oiseaux d'eau, aussi couramment appelée
convention sur les zones humides
Un traité international adopté le 2 février 1971 (Ramsar, Iran)

14
https://www.ramsar.org/fr/sites-pays/les-sites-ramsar-a-travers-le-monde
POUA

La plus ancienne convention internationale signée dans le domaine de la


préservation des espèces sauvages la convention pour la Protection des
Oiseaux Utiles à l’Agriculture 19 mars 1902. Elle prévoit l’interdiction de:
- la destruction des individus,
- des oeufs
- des nids
- le commerce d’un certain nombre d’espèces utiles à l’agriculture:
Rapaces nocturnes, + les pics, + les cigognes ……

15
Convention de Washington (C.I.T.E.S.)
Actuellement le trafic illégal d’animaux protégés est le troisième au
monde après la drogue et les armes
Cette convention a été signée à Washington le 3 mars 1973 par 51 pays.
A ce jour près de 130 pays sont déjà signataires de cette convention,
« Convention sur le commerce international des espèces de faune
sauvage menacées d’extinction »

16
Associations spécialisées

le mouvement associatif s’est investi dans tous les domaines concernant


l’étude, l’inventaire et la préservation de la nature.

- International :

- Maroc:

17
PERTURBATIONS
On parle de la perturbation d'un écosystème quand un évènement altère –
dans le temps et dans l’espace – les relations entre les organismes vivants et
leurs habitats.
- Perturbations naturelles

Font intégralement partie des processus d'évolution des paysages et des


écosystèmes.

Perturbations majeures  une crise d'extinction

18
Les principales extinctions de masse

Les extinctions : Processus normal de l’évolution.

19
Biodiversité dans le dimension temps ?
Résultat d’une histoire très longue

L’adaptation : Propriétés fondamentale des êtres vivants.

La diversité biologique est par nature dynamique

L’environnement physique et biotique d’une espèce change en permanence

LES ORGANISMES S’ADAPTENT : Mécanisme fonctionnel qui permet aux


espèces de faire face à la variabilité des conditions de leur milieu de vie

20
- Perturbations anthropiques

21
FONCTIONS DES ESPÈCES DANS LES ÉCOSYSTÈMES

Les espèces diffèrent les unes des autres dans la manière dont elles
utilisent et transforment les ressources, dans leur impact sur
l’environnement physico-chimique, et dans leurs interactions avec les
autres espèces. On les caractérise par leur niche écologique,

«l’habitat d’une espèce est son adresse, la niche est sa profession».

La niche correspond non seulement à la place de l’espèce dans le


réseau trophique, mais également à son rôle dans le recyclage des
nutriments, à son effet sur l’environnement biophysique, etc.

22
Espèces clés de voûte

Espèce dont la perte provoquerait des changements importants dans la


structure et le fonctionnement

Ex: prédateurs clés dont la présence limite fortement celles des autres.

23
Espèces ingénieurs

Ce sont des organismes qui contrôlent directement ou indirectement la


disponibilité des ressources pour les autres espèces en provoquant des
changements dans l’état physique de leur environnement.

- Ingénieurs autogènes: modifient l’environnement du fait de leur propre


structure.
Ex: cas des arbres qui créent des habitats pour certaines espèces

- Ingénieurs allogènes : modifient l’environnement en transformant sa


structure.
Ex: le castor…..les fourmis, vers de terre,…

24
Espèces bio-indicatrices

Les espèces bio-indicatrices sont des espèces dont la présence et la


fluctuation de leurs effectifs est censée refléter les variations des conditions
environnementales locales ou les variations des effectifs des autres espèces
de la communauté.

On distingue ainsi différents types d’espèces bio-indicatrices :

- Espèce exigeante en surface qui permet de conserver des populations


viables sur de vastes territoires.
- Espèce à moyen limité de dispersion dont les capacités de colonisation
dépendent surtout de la présence de corridors biologiques.
- Espèce exigeante en ressources ou en habitats qui nécessitent des
nutriments ou des niches écologiques particulières.
- Espèce dépendant de processus écologiques précis qui sont sensibles à
l’intensité, au régime et aux caractéristiques spatiales des phénomènes de
perturbations affectant ces processus.

25
Espèces parapluies
Ces espèces nécessitent de telles conditions d’habitats et de superficie que
leur conservation permettra la sauvegarde d’une grande quantité d’autres
espèces rares et menacées. Sa protection est donc aussi utile à de
nombreuses autres espèces qui partagent le même habitat mais ne
nécessitent pas autant d’espace.
Les meilleures espèces parapluies sont celles qui ont besoin d’étendues les
plus importantes possibles et d’habitats les plus variés possibles.

26
Érosion de la biodiversité

27
Les problèmes urgents

1. Extinctions
2. Perte de biodiversité
Globalement, une espèce de mammifère sur quatre est
menacée d’extinction;
3. Maintien du fonctionnement des écosystèmes
4. Restauration des écosystèmes dégradés

28
PROTECTION ESPÈCES

• Classification de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature; 1964)

La liste rouge de l'UICN


Constitue l'inventaire mondial le plus complet de l'état de conservation
global des espèces végétales et animales.

29
30
31