Vous êtes sur la page 1sur 60

Creative commons : Paternité - Pas d’Utilisation

Commerciale - Pas de Modification 2.0 France (CC BY-


NC-ND 2.0)
http://creativecommons.org/licenses/byͲncͲnd/2.0/fr/

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Université Claude Bernard Lyon 1
Institut des Sciences et Techniques de la Réadaptation
Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie

NOM : Gauthier
Prénom : Aurélie
Formation : Masso-Kinésithérapie
Année : 3ème

Sortie du protocole Duran,


prise en charge Masso-kinésithérapique
G¶XQHSODLHSDOPDLUHSURIRQGH

7UDYDLOpFULWGHILQG¶pWXGH : étude clinique

Année universitaire 2010-2011

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Résumé

&¶HVWDXSDYLOORQ0GHO¶K{SLWDO(GRXDUG+HUULRWGXUDQWOHPRLVGHPDLTXHM¶DLSX
découvrir les services spécialisés dans le domaine de la main (Centre S.O.S. Main). Dans ce
cadre M¶DL pWp FRQIURQWpe à la prise en charge de Monsieur K., accidenté du travail, atteint
G¶XQHSODLHSDOPDLUHSURIRQGHayant occasionné une section des tendons fléchisseurs et une
lésion vasculo-nerveuse.
La prise en charge masso-NLQpVLWKpUDSLTXHGH0RQVLHXU.P¶HVWDSSDUXHenrichissante tant
du point de vue technique que relationnel, puisque les déficiences sont multiples et
concernent plusieurs FKDPSVG¶DSSOLFDWLRQGH la masso-kinésithérapie.
La prise en charge proposée a nécessité une priorisation des techniques dans une logique de
poursuite de soins, VXLWHjO¶DSplication du protocole de Duran.

Mots clefs

x Masso-kinésithérapie
x Main traumatique
x Tendons fléchisseurs
x Lésion vasculo-nerveuse
x Protocole Duran

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Summary

During May 2010, in the M block of the Edouard Herriot hospital, I had the opportunity of
discovering the S.O.S. Hand Center; a unit specialized in the hand field.
There, I was confronted with the managed care program of Mr. K., an injured worker who
had suffered a deep palmar wound associated to a section of flexor tend and neurovascular
lesions.
The managed care program of physiotherapy for Mr. K. was rewarding both from a
technical and a relational point of view as the disabilities were various and concerned
several fields of application of physiotherapy.
To be legitimated with the ongoing care, following 'XUDQ¶V SURWRFRO WKH PDQDJHG FDUH
program had to prioritize technicals.

Key Words

x Physiotherapy
x Traumatic hand
x Flexor tend
x Neurovascular lesion
x Duran¶V3URWRFRO

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Sommaire

1. INTRODUCTION.................................................................................................................................... 1

2. CADRE CONCEPTUEL......................................................................................................................... 3

2.1. BLESSURES DE LA MAIN ET SANTE PUBLIQUE .................................................................................... 3


2.2. RAPPEL ANATOMIQUE DE LA REGION LESEE ...................................................................................... 4
2.3. PROTOCOLE DE DURAN ..................................................................................................................... 5

3. 35(6(17$7,21'(/¶(7UDE ........................................................................................................... 7

3.1. ANAMNESE ........................................................................................................................................ 7


3.2. BILANS DE DEBUT DE MA PRISE EN CHARGE MASSO-KINESITHERAPIQUE DE MONSIEUR K. ............... 7
3.3. DIAGNOSTIQUE MASSO-KINESITHERAPIQUE .................................................................................... 12
3.4. OBJECTIFS ....................................................................................................................................... 13
3.5. RISQUES ET PRINCIPES DE REEDUCATION ........................................................................................ 14

4. PRISE EN CHARGE MASSO-KINESITHERAPIQUE.................................................................... 15

4.1. TRAITEMENT DU CHAMP CUTANE-TROPHIQUE ................................................................................. 15


4.2. TRAITEMENT DE LA DOULEUR [9].................................................................................................... 17
4.3. TRAITEMENT DES TROUBLES SENSITIFS [6] [7] [10]......................................................................... 17
4.4. TRAITEMENT DES LIMITATIONS ARTICULAIRES ............................................................................... 18
4.5. TRAITEMENT DES DEFICITS MUSCULAIRES ...................................................................................... 19
4.6. REHABILITATION DE LA PREHENSION .............................................................................................. 20

5. BILANS DE FIN DE MA PRISE EN CHARGE MASSO-KINESITHERAPIQUE........................ 21

5.1. BILAN MORPHOSTATIQUE ................................................................................................................ 21


5.2. BILAN CUTANE-TROPHIQUE ............................................................................................................. 21
5.3. BILAN DE LA DOULEUR .................................................................................................................... 21
5.4. BILAN SENSITIF ............................................................................................................................... 21
5.5. BILAN ARTICULAIRE (TAB. 5).......................................................................................................... 22
5.6. BILAN MOTEUR DU POIGNET ET DES DOIGTS .................................................................................... 22
5.7. BILAN FONCTIONNEL ....................................................................................................................... 22
5.8. COMPORTEMENT DU PATIENT .......................................................................................................... 22

6. DISCUSSION ......................................................................................................................................... 23

7. CONCLUSION....................................................................................................................................... 26

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
1. Introduction

La main est un outil de travail et un organe sensoriel fondamental. Elle est


extrêmement développée et dispose d'une palette d'actions très large. Son fonctionnement
est primordial dans les activités de la vie quotidienne, en société mais également au travail.
La main est un outil préhensile mais pas seulement, la gestuelle des doigts et des mains
constitue un véritable langage et permet une communication non verbale. Si beaucoup de
gestes sont universels, leur signification est le plus souvent culturelle.
La main reflète aussi la personnalité de chacun, de par ses mouvements, ses « mimiques »,
son apparence.
On peut aisément comprendre à quel point une main dysfonctionnelle peut être préjudiciable
et invalidante dans la vie et le bien-rWUHG¶XQSDWLHQW

Le penseur Valéry dans son Discours aux chirurgiens, exprime bien la complexité et la
potentialité de la main : « Comment trouver une formule pour cet appareil, qui tour à tour
IUDSSH HW EpQLW UHoRLW HW GRQQH DOLPHQWH SUrWH VHUPHQW EDW OD PHVXUH OLW FKH] O¶DYHXJOH
SDUOHSRXUOHPXHWVHWHQGYHUVO¶DPLVHGUHVVHFRQWUHO¶DGYHUVDLUHHWTXLVHIDLWPDUWHDX
tenaille, alphabet ? ª ¯XYUHV%LEOiothèque de la Pléiade, t.I, p919) [1]

/HV WUDXPDWLVPHV GH OD PDLQ IDXWH G¶XQH SULVH HQ FKDUJH DGDSWpH DXURQW GHV
répercussions fonctionnelles pour les gestes de la vie quotidienne.
&¶HVWSRXUTXRLXQDFFLGHQWGHODPDLQHVWUDUHPHQWDQRGLQun tiers des personnes reconnues
comme ayant une incapacité permanente partielle en sont victimes.
Pour réduire les séquelles, il est essentiel que le patient soit pris en charge précocement par
une équipe pluridisciplinaire spécialisée parmi laquelle la kinésithérapie a sa place.

0RQVWDJHV¶HVWGpURXOpjWHPSVSOHLQDXSDYLOORQ0GHO¶K{SLWDO(GRXDUG+HUULRW/D
rééducation a lieu dans une salle où les patients viennent en consultation. La file active est
G¶HQYLURQYLQJWSDWLHQWVSDUMRXUjUDLVRQGHGHX[SDWLHQWV toutes les 1/2h. Chaque jour deux
kinésithérapeutes spécialisés dans le domaine du membre supérieur assurent les prises en
charge. La salle de rééducation jouxte les salles de soins infirmiers et de consultations
médicales. Un atelier permet la confection G¶RUWKqVHVHWGHSOkWUHV

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 1
Cette proximité des différentes professions du parcours de soins permet une prise en charge
pluridisciplinaire des patients. Elle permet aussi une transmission rapide des informations
entre les acteurs. &¶HVWGDQVFHFDGUHTXHM¶DLpWpDPHQpe à prendre en charge Monsieur K.,
DFFLGHQWp GX WUDYDLO DWWHLQW G¶XQH SODLH SDOPDLUH SURIRQGH HQ ]RQH  HW  j ODTXHOOH
V¶DVVRFLHnt des lésions vasculo-nerveuses.

Le travail qui suit présente le cas de Monsieur K. admis en rééducation au pavillon


M-S.O.S main de O¶+{SLWDO(GRXDUG+HUULRWHQ WDQWTX¶DFFLGHQWpGXWUDYDLO bénéficiant de
trois séances de kinésithérapie par semaine.
Notre questionnement porte sur le choix et la priorisation des techniques masso-
kinésithérapiques afin de proposer une prise en charge optimale à Monsieur K., et ce, en
respectant une logique de soin dans les suites du protocole de Duran.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
2
2. Cadre conceptuel

2.1. Blessures de la main et santé publique

Les urgences main RQW pWp PLVH HQ SODFH DILQ G¶DPpOLRUHU OD SULVH Hn charge des
traumatismes de la main. Leur mission essentielle est de restaurer les entités anatomiques,
mais aussi, les nerfs, les vaisseaux et toutes les structures qui contribuent à la fonction de la
main, et ce, 24h/24 et 7jours/7 par une équipe spécialisée. /¶XUJHQFH PDLQ HVW un enjeu
majeur en santé publique. '¶DSUqVODIpGpUDWLRQ(XURSpHQQHGHV6HUYLFHVGHV8UJHQFes de la
Main (FESUM), on compte en France 1.4 million G¶accidents de la main par an dont 620
000 accidents laissant des séquelles irréversibles.
Les traumatismes de la main et du poignet représentent les principaux traumatismes (71%)
GHO¶DSSDUHLOORFRPRWHXU. Ces derniers VXUYLHQQHQWGDQVODPDMRULWpGHVFDVORUVG¶DFFLGHQWV
dit « de la vie courante » (79%), suivent ensuite les accidents du travail (17%) et enfin les
accidents de la circulation (4%).

'¶DSUqVO¶,nstitut National de la Statistique et des Etudes Economiques O¶,16(( HQ


en France, 720 000 accidents du travail ont été reconnus par la Caisse Nationale
G¶$VVXUDQFH0DODGLHGes Travailleurs Salariés (CNAMTS).
Est considéré comme accident du travail, tout accident survenu par le fait ou jO¶RFFDVLRQGX
travail, chez tout travailleur salarié ou non, à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit,
pour un ou plusieurs employeurs RXFKHIVG¶HQWUHSULVH
En 2003, pour la CNAMTS, les blessés de la main et du poignet avec arrêt représentent
182 095 soit 25% des accidents de travail. Une étude annuelle approfondie des statistiques
technologiques, mené par la CNAMTS, révèle avec précisioQ OH QRPEUH G¶DFFLGHQWV SDU
circonstaQFHW\SHGHPDFKLQHHWG¶RXWLO. Ainsi, en 2003, 40% des accidents de la main sont
liés à un objet en cours de manipulation (ce qui est le cas de mon patient). [2]

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 3
Fig. 1 : Zones topographiques

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
2.2. Rappel anatomique de la région lésée [4]

La plaie palmaire de Monsieur K. se situe essentiellement aXQLYHDXGXSOLGHO¶DUWLFXODWLRQ


médio-carpienne au-dessus de la loge hypothénar. A ce niveau O¶DUWqUHHWOHQHUIXOQDLUH sont
très superficiels et passe dans la loge de Guyon. Celle-ci est délimitée en interne par le
tendon du muscle fléchisseur ulnaire du carpe, en externe par les tendons des muscles
fléchisseurs communs superficiels du troisième et quatrième doigt, en avant par la peau et
en arrière par le tendon du muscle fléchisseur commun superficiel du cinquième doigt. Dans
le même plan au-dessus de la loge thénar, le nerf médian, moins superficiel, est recouvert du
ligament transverse du carpe et passe en avant des tendons des muscles du canal carpien. [3]

2.2.1. Zones topographique [5]

En 1961, Verdan et Michon proposent une classification topographique des lésions des
tendons des fléchisseurs au niveau de la main comprenant sept zones.
La fédération internationale des sociétés de chirurgie de la main a modifié la classification
en 1980. Actuellement la classification en cinq zones pour les doigts longs et trois pour le
pouce est largement adoptée par la communauté internationale (Fig. 1).
Ces zones RQW FKDFXQH XQH VSpFLILFLWp OLpH DX[ pOpPHQWV TX¶HOOH comprend et ceci
détermine :
x les difficultés du geste chirurgical
x le type et la durée de rééducation
x le pronostic de récupération.

2.2.2. La zone IV

Elle correspond au canal carpien recouvert par le ligament annulaire antérieur du carpe qui
VHFRPSRUWHFRPPHXQHSRXOLHpYLWDQW OHSKpQRPqQHGHFRUGHG¶DUFORUV de la flexion du
poignet. En dedans nous trouvons sur un même plan les quatre fléchisseurs profonds qui
sont recouverts des quatre fléchisseurs superficiels avec en dehors le tendon du long
fléchisseur du pouce.
,OHVWjQRWHUTXHOHQHUIPpGLDQHVWO¶pOpPHQWYXOQpUDEOHOHSOXVVXSHUILFLHOGXFDQDOFDUSLHQ
et sa lésion augure un mauvais pronostic fonctionnel.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 4
2.2.3. La zone V

Elle débute à la jonction musculo-tendineuse des fléchisseurs pour se terminer à O¶HQWUpHGX


FDQDO FDUSLHQ &¶HVW XQH ]RQH R OHV WHQGRQV VRQW HQWRXUpV G¶XQ SDUDWHQGRQ lâche qui
autorise des mouvements de grande amplitude.
&¶HVWGRQFXQH]RQHWUqVIDYRUDEOHSRXUODUpFXSpUDWLRQV¶LOQ¶H[iste pas de lésions vasculo-
nerveuses associées.

2.3. Protocole de Duran [5]

Il existe un risque que des tendons réparés contractent entre eux des adhérences, interférant
DLQVLVXUO¶LQGpSHQGDQFHGHFKDTXHGRLJW
&¶HVW pourquoi est mis en place un protocole de rééducation passive, qui consiste à prévenir
OD IRUPDWLRQ G¶DGKpUHQFHV et conserver les plans de glissements tout en respectant les
sutures tendineuses.
Le patient est immobilisé dans une attelle dorsale de protection pendant quatre à cinq
semaines. Cette attelle fixe le poignet à 30° de flexion et les articulations métacarpo-
phalangiennes à 60° de flexion. Les articulations inter-phalangiennes sont maintenues en
extension par une bande élastique.

Lors des exercices, le coude est placé en flexion-pronation pour obtenir une détente des
fléchisseurs profonds et superficiels des doigts.
3HQGDQWWRXWHODGXUpHG¶LPPRELOLVDWLRQSDUO¶DWWHOOHGHSURWHFWLRQXQH mobilisation passive
des doigts est pratiquée. Le protocole de Duran décrit deux types de mobilisation pour
optimiser les glissements :
x Une mobilisation passive en flexion-H[WHQVLRQ GH O¶inter-phalangienne distale qui
permet un glissement différentiel du fléchisseur commun profond des doigts par
rapport au fléchisseur commun superficiel et donc des sites de sutures O¶XQ SDU
UDSSRUWjO¶DXWUH
x Une mobilisation passive en flexion-H[WHQVLRQGHO¶LQWHU-phalangienne proximale qui
permet un glissement des deux tendons par rapport aux structures environnantes du
canal digital.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 5
La mobilisation active est débutée à la quatrième semaine. Le travail contre résistance
progressive est débuté à partir de la huitième semaine. Quant aux résistances maximales,
elles ne sont appliquées qu'à partir de la douzième semaine.
Associé au protocole de Duran, la mobilisation en ténodèse est également préconisée pour
augmenter la course tendineuse sans être délétère pour les sutures.
Elle consiste à utiliser les mouvements actifs de flexion-extension du poignet pour
engendrer un mouvement passif des doigts et induire un glissement tendineux.
Lors de la flexion active du poignet, les extenseurs sont mis en tension ce qui entraîne une
H[WHQVLRQSDVVLYHGHVGRLJWV,QYHUVHPHQWO¶H[WHQVLRQDFWLYHGXSRLJQHW induit une flexion
passive des doigts.
Il faut prendre VRLQG¶HQVHLJQHUDXSDWLHQt à se relâcher lors de ces mobilisations en ténodèse
car il a souvent tendance à effectuer des contractions actives parasites.

$ O¶K{SLWDO HW GDQV OD YLH GH WRXV OHV MRXUV QRXV GHYRQV VHORQ OHV VLWXDWLRQV VXLYUH GHV
protocoles et procédures (lettres officielles, bienséance sociale). Ces protocoles sont des
guides, des lignes de conduite à suivre pour optimiser les résultats ou donner un cadre. Ainsi
dans le milieu médical, un protocole thérapeutique ne correspond pas aux préférences d'un
praticien ou à ses habitudes, mais à des recommandations officielles validées par des
LQVWDQFHVFRQQXHVGHUpIpUHQFHTX¶RQ doit appliquer au patient. Cependant pour une même
situation il peut exister deux protocoles GLIIpUHQWVF¶HVWDORUVDXWKpUDSHXWHde décider celui
qui est le plus adapté au contexte du patient.
En ce qui concerne le cas de Monsieur K., qui a suivi le protocole de Duran, on peut se
questionner : au terme G¶XQHDSSOLFDWLRQVWULFWHGX protocole établi, quelle priorisation
des techniques kinésithérapiques allons-nous appliquer à Monsieur K. pour une prise
en charge optimale?

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 6
3. 3UpVHQWDWLRQGHO¶pWXGH

3.1. Anamnèse

Monsieur K., âgé de 50 ans, travaille HQ WDQW TXH FKHI G¶DWHOLHU dans une entreprise de
mécanique. Le 08/03/10, suite à une mauvaiVHPDQLSXODWLRQG¶une disqueuse Monsieur K.
HVW YLFWLPH G¶XQ DFFLGHQW GX WUDYDLO ,O présente une plaie palmaire profonde de la main
gauche non dominante, avec section des fléchisseurs communs superficiels du 3ème et 4ème
doigts et du tendon du fléchisseur ulnaire du carpe. $VHVVHFWLRQVWHQGLQHXVHVV¶DVVRFLHQW
des lésions vasculo-nerveuses, notamment une section des nerfs médian et ulnaire et de
O¶DUWqUHXOQDLUH6HVOpVLRQVVHVLWXHQWDXQLYHDXGHOD]RQHDYHFGpERUGHPHQWVXUOD]RQH
de la main.
Monsieur K. est opéré le 08/03/10 et va suivre le protocole de DURAN pendant 45 jours.

Monsieur K. est droitier. Il est passionné de guitare qui constitue son principal loisir.
Il vit dans une maison avec sa femme qui SHXW O¶DLGHU si besoin pour les actes de la vie
quotidienne mais qui travaille à temps plein. Monsieur K. et son épouse ont une fille âgée de
12 ans.
La distance de son lieu de travail et du lieu de rééducation nécessite un moyen de
locomotion, mais Monsieur K. est actuellement en arrêt de travail.

Le patient ne présente aucun antécédent traumatique ou rhumatismal au niveau des


membres supérieurVHWQ¶DDXFXQHDOOHUJLHFRQQXH

La prise en charge décrite ici se déroule du 03/05/10 au 04/06/10 donc de J56 à J81 post-
opératoire.
Les sutures sont donc désormais solides.

3.2. Bilans de début de ma prise en charge masso-kinésithérapique de Monsieur K.

3.2.1. Bilan morphostatique

/¶DWWLWXGHVSRQWDQpHGH 0RQVLHXU., quel que soit la position debout, assis ou couché,


est de porter systématiquement sa main coude au corps en attitude de protection.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 7
Date poignet paume DI DII DIII DIV DV
Semaine1 19,4 21,5 8,3 8,1 8,4 8,0 6,8

Tab. 1 : Mesures périmétriques GHO¶°GqPH

Fig. 2 : Mesure des périmètres

Fig. 3 : Aspect de la cicatrice

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
De manière à soulager la sensation de lourdeur, de compression et de froid ressentie dans sa
main lorsque le membre supérieur est pendant, le patient pose de temps en temps sa main
gauche sur sa tête.

3.2.2. Bilan cutané-trophique

Ce bilan est effectué de manière comparative au côté droit : /¶DVSHFW GH OD SHDX est
légèrement plus rosée. La sudation est identique. En ce qui concerne la trophicité pulpaire,
la main gauche est plus sèche. Les ongles sont moins translucides, la température cutanée
HVWGLPLQXpHHWRQQRWHODSUpVHQFHG¶XQ°GqPHmis en évidence par un examen comparatif.

Pour FRQWU{OHUO¶pYROXWLRQ de cet °GqPHGHVpérimètries régulières sont effectuées. (Tab.1 et


Fig. 2)
Ces mesures sont réalisées :
x Pour le poignet, au niveau de la ligne styloïdienne.
x Pour la paume, en dessous de la tête des métacarpes.
x pour les doigts, au niveau de la 1ère phalange.

En ce qui concerne la cicatrice, elle ne présente pas de bord net. Elle comprend une portion
ORQJLWXGLQDOH OH ORQJ GX SOL GH O¶DUWLFXODWLRQ PpGLR-carpienne DLQVL TX¶une portion
horizontale le long du sillon thénarien et en dedans du tendon du muscle long palmaire. La
FLFDWULFHV¶pWHQGGHOD]RQHjOD]RQH Elle est de couleur violacée non inflammatoire et
douloureuse à la palpation avec des sensations de brûlure. Elle est adhérente et présente des
« boules de fibroses » perçues à la palpation (Fig.3).

3.2.3. Bilan de la douleur

Lors de la première semaine, Monsieur K. estime O¶LQWHQVLWp GH VHV GRXOHXUV JUkFH j
O¶échelle visuelle analogique (EVA). Cette évaluation transformée en échelle numérique
donnent les scores de :
x 0,9 au niveau du poignet et de la main la nuit.
x 1,4 au niveau du poignet et de la main de manière spontanée.
x 2,6 lors de la mobilisation des doigts.
Les douleurs sont diffuses, aigues et de type mécanique.
Monsieur K. est traité par Lamaline“ à raison de 4 comprimés par jour.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 8
Fig. 4 : Test de la sensibilité thermique

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Le seuil de douleur de Monsieur K. semble élevé, en effet au regard de ses mimiques et de
son facies on coterait volontiers sa douleur à 6 ou 7 lors de la mobilisation.

3.2.4. Bilan sensitif

3.2.4.1. Bilan de la sensibilité profonde

Monsieur K. ne présente pas de trouble de la sensibilité profonde.

3.2.4.1. Bilan de la sensibilité superficielle (cf. annexe 1) [6] [7]

¾ Au touché simple de la face palmaire : Monsieur K. souffre G¶Dnesthésie au


niveau des loges thénar et hypothénar. Une hypoesthésie est perçue de la tête des
mpWDFDUSLHQV MXVTX¶j O¶H[WUpPLWp Ges doigts longs. En ce qui concerne le pouce, la
sensibilité est normale sur le bord externe et on note la présence G¶XQH hyperesthésie sur
le bord interne.
/HVLJQHGH7LQHOHVWUHVVHQWLSRXUOHQHUIXOQDLUHDXQLYHDXGHO¶DSRSK\VHXQFLIRUPHGH
O¶KDPDWXPHWSRXUOHQHUIPpGLDQDXQLYHDXGXVXSpULHXUGXSUHPLHUPpWDFDUSLHQ
Monsieur K. perçoit normalement le touché simple de la face dorsale, excepté au niveau
des troisièmes phalanges du deuxième, troisième et quatrième doigt.

¾ La sensibilité algique à la piqûre, sur la face palmaire, est normale au niveau de


la loge thénar et hypothénar ainsi que sur le bord externe du pouce. Cependant au niveau
du bord interne du pouce et sur la zone partant des têtes des métacarpiens MXVTX¶j
O¶H[WUpPLWpGHVGRLJWVORQgs le patient présente une anesthésie.

¾ La sensibilité thermique est évaluée jO¶DLGHGHdeux sondes, une chaude à 40°C


et une froide à 15°C (fig. 4  /H SDWLHQW GRLW GpWHUPLQHU V¶LO HVW WRXFKp DYHF XQH VRQGH
chaude ou froide.
Face dorsale de la main gauche, la sensibilité de Monsieur K. est normale pour le pouce,
le cinquième doigt et la zone au-dessus des têtes métacarpiennes. /¶DQHVWKpVLHVHVLWXHDX
niveau du deuxième, troisième et quatrième doigt.
Face palmaire, la sensibilité est normale au niveau du carpe et sur une zone entre la loge
thénar et hypothénar. Le reste de la main montre une anesthésie.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 9
Fig. 5 : Mesure goniométrique articulaire
Poignet Doigt I
Passif Actif Passif Actif
Flexion/Extension 80-5-0 80-5-0
Antépulsion 20-0-5 15-0-0
TM
Inclinaison Abduction 0-0-0
10-0-15 5-0-10
radiale/ulnaire MP 50-0-0 40-0-0

IP 40-0-15 35-0-5

Doigt II Doigt III


Passif Actif Passif Actif
MP 65-0-5 50-0-0 MP 65-0-5 45-0-0
IPP 60-0-0 30-0-0 IPP 55-0-0 20-0-0
IPD 50-0-0 25-0-0 IPD 55-0-0 25-0-0

Doigt IV Doigt V

Passif Actif Passif Actif

MP 35-0-10 20-0-0 MP 40-0-5 0-0-0

IPP 65-5-0 35-15-0 IPP 65-0-0 0-0-0

IPD 55-0-5 10-0-0 IPD 45-0-0 0-0-0

Tab. 2 : Mesures goniométriques des articulations du poignet et des doigts

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
¾ Le test de la sensibilité tactile mobile HVW HIIHFWXp j O¶DLGH G¶XQ PRnofilament
n°4,56.
Face dorsale, les zones présentant une anesthésie se situent à partir des deuxièmes phalanges
du deuxième et troisième doigt ainsi que sur le bord interne du quatrième doigt à partir de la
deuxième phalange. Le reste de la main perçoit normalement le monofilament.
Face palmaire, la sensibilité est normale sur le bord externe du pouce, le bord externe de
O¶LQGH[ODORJHWKpQDUHWOHV© bords » interne et externe de la loge hypothénar. Tout le reste
de la main est anesthésié.

¾ Le test de la sensibilité tactile statique HVW UpDOLVp j O¶DLGH GX PrPH


monofilament n°4,56.
Face dorsale, on obtient les mêmes résultats que pour la sensibilité tactile mobile.
Face palmaire, la sensibilité est normale au niveau de la loge thénar et le bord externe de la
première phalange du pouce. La loge hypothénar, les quatre doigts longs et le bord interne
de la deuxième phalange ainsi que la première phalange entière du pouce montre une
anesthésie.

¾ La localisation du toucher statique est le dernier test de sensibilité effectué.


/RUVTX¶LO VHQW OH PRQRILODPHQW OH SDWLHQW GRLW LQGLTXHU GH PDQLqUH PLURLU VXU VD PDLQ
droite la zone qui a été touchée. Nous avons donc effectué cet examen uniquement dans
la zone à sensibilité tactile statique normale. Il serait en effet inutile de tester ailleurs
puisque nous avons précédemment établi TXH0RQVLHXU.VRXIIUDLWG¶DQHVWKpVLHLors de
ce test Monsieur K. Q¶DSDVFRPPLVG¶HUUHXUGHORFDOLVDWLRQ

Les troubles de la sensibilité de Monsieur K. sont donc bien en corrélation avec une atteinte
des nerfs médian et ulnaire. On note que les troubles esthésiques du territoire du nerf
médian sont plus gênants car ce territoire est primordial pour la pince tri-digitale.

3.2.5. Bilan articulaire (Fig. 5 et Tab. 2)

/HVDUWLFXODWLRQVGHO¶pSDXOe et du coude ne présentent aucune limitation pathologique.


En ce qui concerne le poignet, Monsieur K. présente un flexum actif et passif de 5° limité
par la douleur et OD FLFDWULFH $XFXQH H[WHQVLRQ Q¶HVW SRVVLEOH /HV LQFOLQDLVRQV UDGLDOH HW
ulnaire sont également limitées par la douleur.
Aucune laxité, ni instabilité Q¶DpWpGpFHOpH au niveau du poignet.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 10
Muscle Cotation

Lombricaux II et III 1+

Opposant du pouce 0
Médian
Court fléchisseur du pouce 3

Court abducteur du pouce 0

Lombricaux IV et V 1+

Interosseux palmaire DI-DIV-DV : 2


DII : 4
Interosseux dorsaux DIII : 3
Ulnaire
Abducteur du V 3-
Court fléchisseur du V 2-
Opposant du V 1+
Adducteur du pouce 4
Court fléchisseur du Pouce 4

Tab. 3 : Testing musculaire de la main selon Lacote

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Au niveau des doigts longs, de manière globale les flexions/extensions passives et actives
des articulations métacarpo-phalangiennes, inter-phalangiennes proximales et distales sont
limitées par la douleur et les adhérences cicatricielles.
2Q QRWH OD SUpVHQFH G¶XQ IOH[XP actif de 15° et passif de 5° DX QLYHDX GH O¶LQWHU-
phalangienne proximale du quatrième doigt et on ne constate aucune amplitude active du
cinquième doigt.

Au niveau du pouce O¶DQWpSXOVLRQHWO¶DEGXFWLRQGHODWUDSp]R-métacarpienne ont une limite


à butée molle ce qui confirme la limitation par la douleur.

3.2.6. Bilan moteur du poignet et de la main (Tab. 3)

Le testing est réalisé en utilisant les principes développés par Lacote : [8]
Sachant que la lésion de Monsieur K. se situe au niveau des zones IV et V de la main, nous
Q¶DYRQVWHVWpTXHOHVPXVFOHVSUHQDQWOHXULQQHUYDWLRQHQGHVVRXVGHODOpVLRQ

¾ En ce qui concerne le nerf médian, O¶RSSRVDQWGXSRXFHHWOHFRXUWDEGXFWHXUGX


pouce sont coté à 0. Les deuxième et troisième lombricaux sont coté à 1, le court
fléchisseur du pouce à 3.
¾ En ce qui concerne le nerf ulnaireODUpFXSpUDWLRQQ¶HVWSDVODPrPHSRXUWRXV
les doigWV /HV ORPEULFDX[ TXDWUH HW FLQT DLQVL TXH O¶RSSRVDQW GX FLQTXLqPH GRLJW VRQW
cotés à 1+. Les interosseux palmaires et dorsaux sont cotés à 3 pour le majeur, à 4 pour
O¶LQGH[HWjSRXUOHVDXWUHVGRLJWV/HFRXUWIOpFKLVVHXUGXFLQTXLqPHGRLJWHVWFRWpà 2-.
/¶DGGXFWHXUGXFLQTXLqPHGRLJWHVWFRWpj- et les muscles adducteurs du pouce et court
fléchisseur du pouce sont à 4.

Le test de force musculaire, test avec le dynamomètre -$0$5Q¶DSDVSXrWUHUpDOLVp car


Monsieur K. Q¶D SDV O¶DPSOLWXGH GH IOH[ion ni assez de force nécessaire pour serrer
O¶DSSDUHLOGHVDPDLQJDXFKH

3.2.7. Bilan fonctionnel (cf. annexe 2)

Monsieur K. est en difficulté pour les gestes de la vie quotidienne (habillage, chaussage,
laçage, VHVHUYLUG¶XQFRXWHDXRXYULUXQHERXWHLOOHSRrt bi-manuel G¶REMHWs lourds« 7RXV
gestes nécessitant des prises de force ou de finesse sont impossibles. Monsieur K. se sert
donc essentiellement de la prise thoraco-brachiale ou de sa main droite. On note que les
prises bi-manuelles sont laborieuses voire impossibles VHORQOHSRLGVGHO¶REMHW

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 11
La conduite de véhicule Q¶HVWSDVHQYLVDJHDEOH
Le travail de Monsieur K. est essentiellement administratif, bLHQTX¶LOPDQLSXOHGHVRXWLOV
occasionnellement, il ne serait donc que peu gêné pour reprendre le travail dans sa partie
administrative.
Un test de CAROLL a été réalisé pour mieux objectiver le handicap.
Monsieur K. obtient une note de 29/96.

3.2.8. Comportement du patient

Monsieur K. est très anxieux. &¶est un passionné de guitare inquiet de ne pas récupérer
toutes ses aptitudes et de ne plus pouvoir jouer comme avant. Il IDLW SUHXYH G¶un
tempérament très volontaire et a tendance à taire ses douleurs dans une volonté G¶DOOHUSOXV
loin afin de reprendre plus vite ses activités. Il faudra donc cadrer ce patient afin G¶pYLWHUOH
GpFODQFKHPHQWG¶XQ syndrome algoneurodystrophique fréquemment rencontré dans ce type
de traumatisme. /HWHPSVGXWUDMHWMXVTX¶jO¶K{SLWDO HVWORQJHWVHIDLWjO¶DLGHGes transports
en commun, ce qui ennuie Monsieur K.
Monsieur K. communLTXH DLVpPHQW DYHF VRQ SDWURQ HW Q¶HVW pas inquiet quant aux
LQGHPQLWpV TX¶LO SRXUUD SHUFHYRLU QL HQ FH TXL FRQFHUQH XQ SRVVLEOH DPpQDJHPHQW GH VHV
horaires de travail lors de sa reprise.

3.3. Diagnostique masso-kinésithérapique

3.3.1. Déficiences

- La main est oedèmatiée et douloureuse.


- La cicatrice est adhérente.
- La sensibilité est perturbée sur les territoires des nerfs médian et ulnaire.
- On note la préVHQFHG¶XQIOH[XPGXSRLJQHWDLQVLTXHGHO¶interphalangienne proximale
du quatrième doigt.
- On note un déficit musculaire GHO¶HQVHPEOH de la main.

3.3.2. /LPLWDWLRQG¶DFWLYLWpV

- Les prises de finesse et de force sont impossibles.


- Les troubles de la sensibilité, surtout au niveau du territoire du nerf médian, ont des
répercussions importantes sur les préhensions notamment lors des prises tri-digitales.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 12
- /¶XWLOLVDWLRQGHODPDLQFRPPHRXWLORXVWDELOLVDWHXUGHO¶outil est restreinte, O¶HQVHPEOH
des gestes fonctionnels du membre supérieur est perturbé.
- Monsieur K. doit WURXYHU GHV VWUDWpJLHV G¶DGDSWDWLRQ SRXr les activités de la vie
quotidienne.

3.3.3. Restriction de participation

/HVOLPLWDWLRQVG¶DFWLYLWpVGHODPDLQGH0RQVLHXU. restreignent ses activités de la vie


quotidienne. Dynamique, il ne sXSSRUWHSDVO¶LQDFWLYLWpHWV¶pSDQRXLWhabituellement dans
son travail. Etant en arrêt maladie et n¶D\DQWSOXVGHUDSSRUWV avec ses collègues ainsi que
ses clients, le handicap de Monsieur K. est aussi social.
Monsieur K. ne pouvant conduire, est limité dans ses déplacements.
/H SRLQW HVVHQWLHO HVW O¶LPSRVVLELOLWp GH 0RQVLHXU . j SRXYRLU V¶DGRQQHU j VRQ ORLVLU
principal : la guitare. ,OHVWHQHIIHWQpFHVVDLUHSRXUHQMRXHUG¶DYRLUXQHERQQHGH[WpULWp
des doigts et surtout de la main gauche qui réalise les accords.

3.4. Objectifs

3.4.1. Objectifs du patient

i Reprise de la conduite et du travail.


i 3RXYRLUUHMRXHUGHODJXLWDUHDXPrPHQLYHDXTX¶DYDQWO¶DFFLGHQW.
i Avoir une main fonctionnelle.

3.4.2. Objectifs kinésithérapiques

i 'LPLQXHUO¶°GqPH et la douleur.
i Retrouver une mobilité cicatricielle ainsi que des amplitudes actives et passives
fonctionnelles.
i Favoriser la régénération nerveuse et stimuler la sensibilité superficielle.
i Renforcer des muscles présents et stimuler les muscles cotés à 0.
i Prévenir les risques G¶DWWLWXGHVYLFLHXVHVGXHV au déséquilibre de motricité entre le
système agoniste et antagoniste.
i 5HWURXYHUXQHYLWHVVHGHSDVVDJHG¶XQHDPSOLWXGHPD[LPXPjXQHDXWUH
i Améliorer les aptitudes fonctionnelles de la main et retrouver un maximum
G¶DXWRQRPLH

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 13
3.5. Risques et principes de rééducation

Le travail en force pour récupérer les déficiences ULVTXH G¶DXJPHQWHU O¶LQIODPPDWLRQ HW
O¶°GqPH PDLV pJDOHPHQW GH SURYRTXHU GHV GRXOHXUV LPSRUWDQWHV /¶Dssociation de ses
deux facteurs déclencher un syndrome algoneurodystrophique, fréquent dans les suites de
FHW\SHG¶DFFLGHQWGHODPDLQ et qui risquerait de retarder les bénéfices de la rééducation.
La surveillance des symptômes avant-coureurs de ce syndrome est primordiale.
Un travail insuffisant, risque d¶HQUDLGLr rapidement les articulations et favoriser la perte
de force musculaire TXLV¶DVVRciera à une amyotrophie.

Les principes de rééducation vont être :


x de respecter les douleurs du patient
x de réaliser une rééducation progressive
x de respecter les amplitudes physiologiques
x de respecter la fatigabilité du patient
x G¶éduquer le patient DILQ G¶pYLWHU O¶H[FOXVLRQ GH VD PDLQ JDXFKH DLQVL TXH OHV
blessures liées à la perte de sensibilité.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 14
Fig. 6 : Cryothérapie

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
4. Prise en charge kinésithérapique

Durant la période de ma prise en charge de Monsieur K., chaque séance comprenait une
ou plusieurs des différentes techniques décrites ci-dessous, pour chaque déficience. Le
choix, O¶RUGUH HW O¶LPEULFDWLRQ des techniques étaient variables selon les besoins afin
G¶REWHQLUXQHPHLOOHXUe ORJLTXHG¶DSSOLFDWLRQ

4.1. Traitement du champ cutané-trophique

4.1.1. /¶°GqPH

/D GLPLQXWLRQ GH O¶°GqPH HVW XQH des priorités de la rééducation. En effet cet exsudat
distend les parties molles et freine la circulation de retour. Ceci a comme conséquence de
former un transsudat, riche en protéines, qui permet la formation de fibroses et donc
G¶DGKpUHQFHs. Nous utilisons plusieurs techniques :
¾ Le drainage lymphatique manuel, est réalisé habituellement en début de séance.
Cette technique applique de légères pressions sur la peau en partant des extrémités des
doigts en direction du creux axillaire, où se situent les ganglions lymphatiques. Le
PHPEUH VXSpULHXU SHXW rWUH LQVWDOOp HQ GpFOLYH SRXU PDMRUHU O¶HIIHW GX GUDLQDJH Le
GUDLQDJHO\PSKDWLTXHPDQXHOSHUPHWGHGUDLQHUO¶°GqPHPDLVpJDOHPHQWG¶HIIHFWXHUXQ
SUHPLHUFRQWDFWTXLPHWWUDOHSDWLHQWHQFRQILDQFH/¶DMRXWG¶XQDQWL-inflammatoire sous
forme de gel tel que le Voltarène“ SHUPHWHQFRUHGHOXWWHUFRQWUHO¶LQIODPPDWLon.

¾ Les bains écossais VRQWpJDOHPHQWXWLOLVHUSRXUOXWWHUFRQWUHO¶°GqPH F¶HVWXQH


alternance de bain chaud à 35-40°C et de bain froid à 10-15°C pour la main, pendant
YLQJW PLQXWHV /H SURWRFROH SUpFRQLVH G¶LPPHUJHU OD PDLQ GDQV OH EDLQ FKDXG SHQGDQW
qXDWUHPLQXWHVLPPpGLDWHPHQWVXLYLWSDUXQHLPPHUVLRQG¶XQHPLQXWHGDQVOHEDLQIURLG
Cette opération est renouvelée quatre fois. Il est impératif de terminer par le bain froid
DILQGHSURORQJHUO¶HIIHWGHODYDVRFRQVWULFWLRQ

¾ La cryothérapie est aussi une méthode de choix (Fig. 6). On applique un jet de
microcristaux de dioxyde de carbone à une température de -78°C de manière uniforme
sur la main. Il est impératif de manier cet instrument avec précaution car le risque de
brûOXUH HVW LPSRUWDQW G¶DXWDQW SOXs que le patient ne pourra pas nous prévenir de la
sensation de brûOXUHSXLVTX¶LOSUpVHQWHGHVWURXEOHVVHQVLWLIV

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 15
Fig. 7 : Pétrissage cicatriciel

Fig. 8 8WLOLVDWLRQG¶XOWUD-sons

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
¾ Le bandage au Coheband“ est enseigné au patient pour une utilisation à
domicile. Ce bandage permet une compression bénéfique, cependant cette technique
IDYRULVHO¶H[FOXVLRQGHODPDLQJDXche déjà sous-utilisée.

4.1.2. La cicatrice [6]

La cicatrice est douloureuse, nous appliquons donc les différentes techniques en fonction
du niveau de douleur lors de la séance.
¾ Des massages cicatriciels sont réalisés GDQVOHEXWG¶pOLPLQHUOHVDGKpUHQFHV (Fig.
7). Afin de rendre souplesse et mobilité à la cicatrice on utilise des techniques de massage
dans le sens de rapprochement des berges et de mobilisation dans le plan transversal. Les
frictions vont permettre de mobiliser le plan superficiel sur le plan prRIRQGjO¶DLGHGH la
SXOSHG¶XQRXSOXVLHXUV GRLJWV &¶HVW XQHPpWKRGHGHFKRL[SRXUOLEpUHUOHVDGKpUHQFHV
grâce à cette mobilisation des divers plans entre eux, qui sollicite la résistance tissulaire.

¾ Les ultra-sons (Fig. 8) vont également avoir une action contre les adhérences. Le
patient effectue des séances de 10 minutes, durant lesquelles les ultra-sons pulsés ont une
fréquence de 3MHz et une puissance de 1W/cm2 DILQG¶DWWHLQGUHOHV]RQHVVXSHUILFLHOOHV.

¾ La vacuothérapie permet aussi le décollement de la cicatrice des plans profonds.


(OOHHVWXWLOLVpHjO¶DLGHG¶XQHPERXWVRXSOHTXLSHUPHWG¶DFFpGHUjtous les replis de la
cicatrice. On lui associe de la biafine“ qui va permettre un meilleur glissement sur la
peau. Cette technique est assez doulouUHXVHSRXUOHSDWLHQWF¶HVWSRXUTXRLHOOHQHGXUHSDV
plus de 10 minutes.

/D PpWKRGH GH PRELOLVDWLRQ GH OD FLFDWULFH j O¶DLGH GH VFRWFK Q¶est pas encore utilisée,
cette WHFKQLTXH Q¶HVW HIILFDFH TX¶DYHF XQH IOH[LRQ DFWLYH GX SDWLHQW TXL Q¶HVW TXH SHX
présente chez Monsieur K. Cette méthode sera utilisée le plus tôt possible afin de rétablir
le plan de glissement des tendons sous la cicatrice.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 16
Fig. 9 : Vibralgic

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
4.2. Traitement de la douleur [9]

¾ /¶pOHFWURWKpUDSLH antalgique ; le TENS (Trans Electrical Neuro Stimulation) est


utilisé lors de la mobilisation des doigts et du poignet, lorsque celle-ci est trop
douloureuse. Cette technique est basée sur le principe du « gate control system » [] et vise
à solliciter les fibres nerveuses de gros diamètre plus rapide que les fibres nerveuses de
l'influx douloureux dans le but de court-circuiter le message algique. Les électrodes sont
alors disposées sur le trajet des nerfs médian et ulnaire. Un courant bidirectionnel à
moyenne nulle va alors être délivré et provoquer chez le patient des fourmillements non
douloureux.
Après la séance masso-kinésithérapique, la main de Monsieur K. est plus algique et la
température a augmentée. On emploie alors la cryothérapie pour apaiser la main du
patient et diminuer les phénomènes inflammatoires.

¾ Le Vibralgic“ (Fig. 9) est un générateur d'ondes sinusoïdales actionnant une


sonde dont l'extrémité présente un déplacement axial. Placé au contact de la zone à
traiter, la sonde crée une stimulation vibratoire transcutanée. Son action est purement
mécanique. Il est utilisé ici pour limiter les douleurs en appliquant ces vibrations sur des
points précis G¶DFXSXQFWXUHs de la main. (cf. annexe 3)

4.3. Traitement des troubles sensitifs [6] [7] [10]

2Q GRLW WRXW G¶abord apprendre au patient à compenser son absence de sensibilité de
protection SDUO¶REVHUYDWLRQ. /HULVTXHG¶H[FOXVLRQpWDQWQRQQpJOLJHDEOHLOHVWSULPRUGLDO
GH IDLUH SUHQGUH FRQVFLHQFH DX SDWLHQW TXH PrPH V¶LO QH VHQW SDV VD PDLQ LO IDXW OD
solliciter autant que possible sous contrôle de la vue et en apprenant à utiliser les zones
restées sensibles. /¶XWLOLVDWLRQG¶REMHWVWUDQFKDQWVRXOHFRQWDFWGXFhaud ou du froid sont
GDQJHUHX[PDLV G¶DXWUHVJHstes plus anodins en apparence peuvent également entraîner
des lésions SDUH[HPSOHOHVPRXYHPHQWVUpSpWLWLIVOHVDSSXLVHQIRUFH«
La récupération sensitive suit toujours le même schéma : les fibres les plus fines, qui vont
donner la sensibilité de protection (toucher, température), récupèrent précocement. Ensuite
F¶HVW OH WRXU Ges fibres du toucher mobile, du toucher fixe, et en dernier les fibres de la
sensibilité vibratoire qui vont, quant à elles récupérer plus tardivement.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 17
Fig. 10 : Mobilisation en enroulement global des doigts

Fig. 11 : Extension passive du poignet

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
/D UpDOLVDWLRQ G¶XQ PDVVDJH en début de séance peut stimuler cette sensibilité
superficielle.
Les tests du bilan de la sensibilité peuvent se transformer en exercices par exemple pour
stimuler la sensibilité de localisation, le patient a les yeux fermés et on stimule une zone
avec un stylo. 2QGHPDQGHDORUVDXSDWLHQWGHPRQWUHUOD]RQHVWLPXOpH(QFDVG¶HUUHXU
on recommence en demandant au patient de regarder et de se concentrer pour conjuguer
le stimulus visuel à la sensation perçue. On répète alors le stimulus avec les yeux fermés.
En ce qui concerne la sensibilité discriminative, O¶LGpDOHVWG¶XWLOLVHUGHVH[HUFLFHVTXHOH
patient peut faire seul, chez lui. Ces exercices sont souvent faits en premier car ils ne
requièrent pas une grande habileté manuelle, ce qui est le cas de Monsieur K. On peut
utiliser du papier « à poncer » fixé sur une baguette afin que le patient puisse le manipuler
seul, sans que le contact du papier avec GHV]RQHV VDLQHVQHO¶LQIRUPH 2QGHPDQGHDX
patient de reconnaître la différence de stimulus entre deux papiers de texture très
différente ; au fur et à mesure de la progression, on utilise des papiers de texture plus
proche. On utilise également des tissus de texture différente en demandant au patient,
parmi trois tissus proposés, de reconnaître le tissu choisi comme modèle.

/HV H[HUFLFHV GH UHFRQQDLVVDQFH G¶REMHW QH SHXYHQW SDV rWUH UpDOLVpV GX IDLW GHV IDLEOHV
possibilités de préhension de Monsieur K.

4.4. Traitement des limitations articulaires

¾ Du rodage articulaire (Fig. 10 et 11) est effectué pour évitHU O¶HQUDLGLVVHPHQW


articulaire j O¶DLGH GH Pobilisations passives, douces, infra-douloureuses et répétées de
façon analytique puis globale.
On mobilise donc les articulations du poignet, les métacarpo-phalangiennes et les inter-
phalangiennes des doigts longs et de la colonne du pouce de manière analytique puis on
mobilise en ouverture et fermeture globale des doigts longs.

¾ Des postures élastiques sont réalisées pour gagner en flexion des doigts longs à
O¶DLGHG¶XQSODWHDXFDQDGLHQSHQGDQWPLQXWHV6LOHVSRVWXUHVVRQWELHQVXSSRUWpHVSDU
Monsieur K. et que le temps de récupération algique est inférieur à 10 minutes alors on
IDEULTXHUD XQH DWWHOOH G¶HQURXlement sur mesure. (Cette attelle a été réalisée lors de la
dernière semaine de ma prise en charge.)

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 18
¾ Cette orthèse [11] [12] permet au patient de réaliser des postures plusieurs fois
dans la journée et en dehors des séances de rééducation. Il faut cependant surveiller
régulièrement O¶orthèse, notamment au niveau des SRLQWV G¶DSSXL VXU OHV ]RQHV
anesthésiées, DILQG¶pYLWHUGHEOHVVHUOHSDWLHQW

¾ Des mobilisations spécifiques en décoaptation associées à des postures


manuelles sont faites afin de réduire OH IOH[XP GH O¶LQWHU-phalangienne proximale du
quatrième doigt. Des MTP (Massages Transverses Profonds) sur les ligaments latéraux de
O¶DUWLFXODWLRQ interphalangienne proximale sont effectués dans le même but. On
FRQIHFWLRQQHpJDOHPHQWXQHDWWHOOHG¶H[WHQVion en néoprène à porter la nuit.

4.5. Traitement des déficits musculaires

¾ /¶H[WHQVLELOLWp des muscles déficitaires est recherchée au cours des mobilisations


passives, analytiques ou plurisegmentaires, dans le sens inverse des rétractions prévisibles,
afin de limiter ou de prévenir la fibrose musculaire.
Il est primordial de conserver O¶H[WHQVLbilité des muscles antagonistes aux muscles paralysés
sans créer de déséquilibres afin G¶pYLWHU O¶DSSDULWLRQ GH UpWUDFWLRQV PXVFXODLUHV /HV
étirements des muscles sains antagonistes de ceux paralysés vont donc prévenir ces
rétractions. Dans notre cas nous veillons à garder la première commissure ouverte et aller
GDQV OH VHQV GH O¶antépulsion mais également amener les articulations métacarpo-
phalangienne en flexion et les inter-SKDODQJLHQQH HQ H[WHQVLRQ GDQV OH EXW G¶pYLWHU XQH
griffe.

¾ Le travail musculaire VHIDLWGHPDQLqUHSURJUHVVLYH7RXWG¶DERUGRQFRPPHQFHSDU


des exercices en actif-aidé, dans la limite des amplitudes disponibles, même si le muscle est
encore trop faible pour amorcer le mouvement car il est fondamental que le patient conserve
ses schémas moteurs.
Le placé-tenu est une technique globale qui va, j O¶DLGH GH FRQWUDFWLRQV V\QHUJLTXHV GH
plusieurs muscles, réaliser une irradiation au niveau des muscles paralysés. On place la main
dans une position que le patient doit tenir ou, à défaut, freiner le retour à la position de
repos.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 19
Puis Monsieur K. réalise seul les mouvements de manière globale puis analytique. Ce travail
est difficile, voire impossible, pour certains muscles cotés à 0 ou 1 ; il ne faut donc pas trop
LQVLVWHUDILQGHQHSDVPHWWUHOHSDWLHQWHQVLWXDWLRQG¶pFKHF

¾ /¶pOHFWURVWLPXODWLRQ [10] j O¶DLGH G¶XQ FRXUDQW UHFWDQJXODLUH DOWHUQDWLI peut


également être utilisée dans le cas de Monsieur K., afin de renforcer les muscles présents. On
peut combiner cette électrostimulation à des exercices de préhension sur le plateau canadien
GDQVOHEXWGHSRWHQWLDOLVHUHWG¶Dider la contraction musculaire.

4.6. Réhabilitation de la préhension

$ O¶DLGH G¶XQ SODWHau canadien, différents W\SHV G¶H[HUFLFHV GH SUpKHQVLRQ SHXYHQW rWUH
réalisés.
/HV SUpKHQVLRQV GH 0RQVLHXU . Q¶étant encore que grossières, OHV SRVVLELOLWpV G¶H[HUFLFHV
sont limitées.
Nous réalisons donc des exercices de préhension penta-digitale ; Monsieur K. doit déplacer
sur le plateau canadien, de trou en trou, un bâtonnet en bois .Ce dernier est recouvert de
mousse afin de faciliter sa prise en augmentant son diamètre.
Le travail des préhensions fines est encore impossible.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 20
Date Poignet Paume DI DII DIII DIV DV
Semaine1 19,4 21,5 8,3 8,1 8,4 8,0 6,8
Semaine2 18,7 22,5 7,9 7,9 7,9 7,9 6,8
Semaine3 19,0 22,5 7,7 7,7 7,7 7,9 6,9

Tab. 4 (YROXWLRQGHO¶°GqPHHQIRQFWLRQGHVVHPDLQHV

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
5. Bilans de fin de ma prise en charge masso-kinésithérapique
de Monsieur K.

5.1. Bilan morphostatique

/¶DWWLWXGH VSRQWDQée de Monsieur K. est inchangée, coude au corps. Les sensations de


lourdeur, compression et de froid de la main sont toujours présentes ; F¶HVW SRXUTXRL
Monsieur K. pose encore de temps en temps sa main gauche sur sa tête.

5.2. Bilan cutané-trophique

La peau de la main gauche est toujours plus rosée et la trophicité pulpaire plus sèche. La
température en comparaison de la main droite est GLPLQXpH(QFHTXL FRQFHUQHO¶°GqPH,
voir O¶pYROXWLRQGHVPHVXUHV Tab. 4)
2QUHPDUTXHTXHO¶°GqPH reste globalement stable.
La cicatrice ne présente pas de changement notoire, elle demeure adhérente et douloureuse.

5.3. Bilan de la douleur

/RUVGHODWURLVLqPHVHPDLQH0RQVLHXU.jO¶DLGHGHO¶pFKHOOH(9$HVWLPHO¶LQWHQVLWpGH
ses douleurs. Cette évaluation transformée en échelle numérique donnent les scores de :
x 1,5 la nuit au niveau du poignet et de la main.
x 1,5 de manière spontanée au niveau du poignet et de la main.
x 2 lors des mobilisations des doigts.
Les douleurs sont diffuses et aigues.
On note que les douleurs ont légèrement augmenté néanmoins Monsieur K. ne prend
GpVRUPDLVSOXVG¶DQWDOJLTXHV

5.4. Bilan sensitif

/D UpJpQpUDWLRQ QHUYHXVH HVW SDUWLFXOLqUH HQ FHFL TX¶LO QH V¶DJLW SDV G¶XQH FLFDWULsation
WLVVXODLUH PDLV G¶XQH UHSRXVVH FHOOXODLUH /HV QHUIV RQW XQH YLWHVVH GH UpJpQpUDWLRQ
essentiellement variable selon la distance entre la lésion et le corps cellulaire du neurone ;
ainsi elle est de 8,5 mm par jour au niveau du bras, de 2 mm au poignet et de 0.5 mm aux
GRLJWV0DLVHOOHGpSHQGpJDOHPHQWGHO¶kJHGHVFRQVWDQWHVHQYLWDPLQHVGXSDWLHQWGHOD
nature du nerf, du mécanisme lésionnel et de facteurs chimiques et métaboliques.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 21
Poignet Doigt I
Passif Actif
Passif Actif
Flexion/Extension 85-0-20 85-0-15
Antépulsion 20-0-5 15-0-0
Inclinaison TM
5-0-40 5-0-35 Abduction 0-0-0
radiale/ulnaire
MP 60-0-20 55-0-5

IP 50-0-20 45-0-10

Doigt II Doigt III


Passif Actif Passif Actif
MP 75-0-10 70-0-5 MP 75-0-5 70-0-0
IPP 80-0-0 70-0-0 IPP 75-0-0 55-0-0
IPD 50-0-0 30-0-0 IPD 60-0-0 35-0-0

Doigt IV Doigt V

Passif Actif Passif Actif

MP 50-0-10 35-0-0 MP 55-0-10 20-0-0

IPP 80-5-0 65-5-0 IPP 70-0-0 30-0-0

IPD 55-0-0 25-0-0 IPD 50-0-0 10-0-0

Tab.5 : Mesure goniométriques des articulations du poignet et des doigts

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
/HELODQVHQVLWLIQ¶DSDVpYROXpORUVGHVquatre semaines de ma prise en charge de Monsieur
K. qui souffre des mêmes déficits sensitifs que lors du premier bilan.

5.5. Bilan articulaire (Tab. 5)

Au niveau du poignet, le flexum a disparu. Une extension de 10 ° est désormais possible


mais reste limitée SDU OHV DGKpUHQFHV FLFDWULFLHOOHV HW OD GRXOHXU /¶LQFOLQDLVon ulnaire est
SK\VLRORJLTXHPDLVO¶LQFOLQDLVRQUDGLDOHUHVWHOLPLWpH à 5° par la douleur.
En ce qui concerne la flexion des doigts, nous observons globalement un gain de 10° des
articulations métacarpo-phalangienne, inter-phalangienne proximale et distale de tous les
GRLJWV/¶H[WHQVLRQHVWWRXMRXUVOLPLWpHSDUODGRXOHXUHWOHVDGKpUHQFHVFLFDWULFLHOles.
2QQRWHTXHOHIOH[XPGHO¶DUWLFXODWLRQLQWHU-phalangienne proximale du quatrième doigt est
toujours de 5° en passif mais DGLPLQXpHQDFWLIHWQ¶HVWSOXVTXHGHƒ
Pour le pouce OHVOLPLWDWLRQVGHO¶DQWpSXOVLRQHWGHO¶DEGXFWLRQGHODWUDSp]R-métacarpienne
VRQWWRXMRXUVGXHVDX[GRXOHXUVOHVDPSOLWXGHVQ¶RQWSDVpYROXp

5.6. Bilan moteur du poignet et des doigts

/HELODQPRWHXUGXSRLJQHWHWGHVGRLJWVQ¶DSDVpYROXpSDUUDSSRUWDXSUHPLHUELODQ

5.7. Bilan fonctionnel

Monsieur K. est toujours gêné pour les activités de la vie quotidienne, les prises de force et
de finesse mais aussi les prises bi-manuelles. Malgré nos recommandations, Monsieur K. se
déplace en voiture. La reprise du travail administratif, en mi-temps thérapeutique le
17/05/10, Q¶DSDVprovoqué de douleurs supplémentaires HWVDPDLQJDXFKHQHO¶DTXHSHX
handicapé (traitement de texte sur ordinateur ralenti).

5.8. Comportement du patient

La longueur du trajet HQWUDQVSRUWHQFRPPXQMXVTX¶jO¶K{SLWDO contrariant de plus en plus


Monsieur K., ce dernier a décidé de conduire sa propre voiture. Monsieur K. supportait
difficilement de rester à domicile sans activité. La reprise du travail administratif en mi-
temps thérapeutique lui a permis de recouvrer le moral. Monsieur K. éprouve toujours de
O¶angoisse par rapport à la reprise de la guitare.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 22
6. Discussion

Lors de ma prise en FKDUJHGH0RQVLHXU.M¶DLpWpFRQIURQWpe à plusieurs difficultés.


7RXW G¶DERUG pWDQW HQ GHX[LqPH DQQpH G¶pWXGH HQ PDVVR-NLQpVLWKpUDSLH M¶DYDLV GH
bonnes connaissances globales en anatomie du membre supérieur, mais O¶LQWpJUDWLRQ GDQV
un centre spécialisé dans le domaine de la main nécessite une connaissance plus fine de
O¶DQDWRPLH HW OD SK\VLRORJLH GH OD PDLQ. $X FRXUV GH FH VWDJH M¶DL GRQF SX FRPEOHU FHV
lacunes et enrichir mes cRQQDLVVDQFHV VXU O¶DQDWRPLH VWUXFWXUDOH OD G\QDPLTXH PDLV DXVVL
VXUODFRQIHFWLRQHW ODVXUYHLOODQFHG¶RUWKqVHV MDOJUpFHWWHG\QDPLTXHG¶DSSUHQWLVVDJH le
manque de maturation et de recul face à cHVQRXYHOOHVFRQQDLVVDQFHVP¶a desservi lors de
ma prise G¶LQIRUPDWLon et la réalisation des bilans de Monsieur K. En effet, certaines
informations auraient dû être recueillies pour être prises HQFRPSWHDILQG¶REWHQLUune prise
en charge réellement optimale.
La deuxième difficulté a résidé dans le mode de prise en charge des patients proposé
sue mon lieu de stage, qui V¶HIIHFWXH sous forme de consultation de 30 minutes, le patient
travaillant seul la demie heure suivante. La durée de prise en charge de Monsieur K. ne
pouvait donc pas excéder une heure. Ainsi les bilans ont dû être réalisés rapidement, pour ne
pas trop empiéter sur le temps de rééducation de Monsieur K. Des tests plus poussés
concernant les bilans sensitifs WHVWjODQLQK\GULQHGH0REHUJHWWHVWG¶2¶5\DQ>6]) mais
également les bilans fonctionnels de préhension (test de Minnesota [6]), auraient pu être
accomplis si nous avions bénéficié de plus de temps.
De plus on peut se questionner quant à la pertinence des tests fonctionnels. En effet
O¶LQWHUSUpWDWLRQGHVrésultats des bilans fonctionnels et des tests de préhensions est difficiles
car il est PDODLVpGHIDLUHODSDUWGHVFKRVHVHQWUHO¶pFKHFG€DXGpILFLWPRWHXUHWFHOXLG€ au
déficit sensitif. En effet, La sensibilité conditionne le mouvement et le contact : dans le cas
d'une anesthésie, la stimulation du mouvement se trouve freinée. Le déficit sensitif lié à
O¶DQHVWKpVLH GH FHUWDLQHV ]RQHV OLPLWH OHV SRVVLELOLWpV IRQFWLRQQHOOHV GH OD PDLQ par le fait
que la prise et la tenue d'objets doivent se faire avec le contrôle de la vue pour obtenir une
efficacité du geste. Cette compensation ne peut être que momentanée car la concentration
requise alors est tellement importante qu'elle ne peut être endurante. L'automaticité du geste
ne peut réapparaître à cause de cette fatigabilité qu'entraîne le contrôle de la vue
indispensable. [6]

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 23
'HYDQWODPXOWLSOLFLWpGHVFKDPSVG¶DSSOLFDWLRQPDVVR-kinésithérapique à travailler
DYHF  0RQVLHXU . HW FRPPH QRXV O¶DYRQV YX SUpFpGHPPHQW OD GXUpH WURS FRXUWH GHV
séances, il nous parut essentiel de hiérarchiser les techniques de soins. Le choix de
SULRULVDWLRQ V¶HVW IDLW VHORQ XQH GpPDUFKH FOLQLTXH LQVSLUpH GH O¶(YLGHQFH %DVHG 3UDFWLFH
(%3  >@ &¶est une démarche qui pousse les praticiens à se servir des informations
scientifiques, des expériences cliniques et des aspirations du patient pour prendre une
GpFLVLRQ WKpUDSHXWLTXH /¶(%3 nous permet donc G¶LGHQWLILHU HW G¶XWLOLVHU OD RX OHV
techniques les plus efficaces afin de maximaliser la qualité et la quantité de vie des patients.
Chaque séance était différentH SXLVTX¶LO IDOODLW V¶DGDSWHU HQ SHUPDQHQFH DX[ EHVRLQV GX
patient. /¶DUWLFOH  GX GpFUHW GH FRPSpWHQFH GHV PDVVHXU-kinésithérapeutes illustre bien
cette nécessité G¶DGDSWDWLRQ« 'DQVO¶H[HUFLFHGHVRQDFWLYLWpOHPDVVHXU-kinésithérapeute
tient compte des caractéristiques psychologiques, sociales, économiques et culturelles de la
personnalité de chaque patient, à tous les âges de la vie [«] O¶DGDSWDWLRQGXWUDLWHPent en
fonction de l'état de santé de la personne HW GH VRQ pYROXWLRQ >«@ le choix des actes et
techniques qui lui paraissent le plus appropriés.» [14]
Ainsi la lutte contre la douleur et lD UpGXFWLRQ GH O¶°GqPH VH VRQt rapidement révélées
primordiales DILQG¶pYLWHUOHXU auto-entretien par le cercle vicieux : douleur, inflammation,
°GqPH &H PpFDQLVPH IDYRULVH pJDOHPHQW O¶HQUDLGLVVHPHQW DUWLFXlaire. Notre priorité a
donc été aux gains articulaires plutôt que musculaires, afin de prévenir la formation
G¶DGKpUHQFHV HW G¶DFTXpULU OHV DPSOLWXGHV DUWLFXOaires passives nécessaires et suffisantes
pour pouvoir ensuite les explorer activement.
Concernant la rééducation de la sensibilité notre action a été limitée, nous avons essayé
seulement d'influencer la récupération, en tentant de favoriser la repousse et la
réorganisation fonctionnelle des unités sensitives, de réorganiser les cartes sensitives
corticales, de guider les processus attentionnels de captage d'informations, de fournir les
moyens de compensation et de substitution nécessaires au maintien de l'indépendance
fonctionnelle. [7]

Malgré notre travail les résultats à la suite de cette prise en charge FRPPH O¶RQW
montré précédemment les résultats des bilans, restent modestes. On note cependant une
évolution favorable au niveau de la douleur et des amplitudes articulaires passives et
actives. Ceci tend à confirmer OHV ELHQIDLWV UHODWpV SDU O¶DUWLFOH 3 [9], de la rééducation
proprioceptive vibratoire que nous appliquions à Monsieur K.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 24
Les faibles gains concernant les autres déficiences, peuvent être expliqués par le fait que les
résultats sont conditionnés par la qualité de la régénération nerveuse quasi indépendante de
nos soins. En effet la dégénérescence d'une partie des neurones, les erreurs d'aiguillages, le
potentiel variable de maturation des unités sensitives néoformées, limitent toujours la
qualité de la récupération. Cette réparation est lente, le plus souvent incomplète et
approximative, toutes les fibres sensitives n'ont ni la même vitesse ni la même qualité de
repousse. [7]
Le manque de résultats probants peut être également expliqué par une durée de prise en
charge non significative, en termes de temps de repousse nerveuse. En général le processus
de récupération s'étale sur trois à quatre ans. Les résultats finaux doivent être jugés à cinq
ans.

Enfin, ces faibles UpVXOWDWVP¶RQWDPHQpjH[SORUHUG¶DXWUHVWKpUDSHXWLTXHVque nous


aurions pu réaliser avec Monsieur K. Il aurait été intéressant de le IDLUHWUDYDLOOHUG¶XQSRLQW
de vue plus fonctionnel. Par exemple le mettre dans des situations similaires à des activités
de la vie quotidienne O¶HQWUDLQHUHWOHSRXVVHUjVHVHUYLUGHVDPDLQJDXFKHPrPHGpILFLHQWH
,O HVW LPSpUDWLI TX¶LO utilise au maxiPXP VD PDLQ OpVpH DILQ G¶pYLWHU XQ V\QGURPH
G¶H[FOXVLRQCe type de syndrome peut entrainer une désadaptation du membre supérieur et
retarder la reprise professionnelle. Ainsi, iO DXUDLW pWp RSSRUWXQ G¶DMRXWHU GHV VpDQFHV
G¶HUJRWKpUDSLHjVRQSURJUDPPHGHUppGXFDWLRQ
Nous aurions souhaité GHWHVWHUO¶XWLOLWpIRQFWLRQQHOOHG¶XQHRUWKqVHG\QDPique pour pallier
le déficit moteur de Monsieur K. Cette orthèse serait portée la journée lors des gestes
contraints de la vie courante et permettrait peut-être, à Monsieur K., de recouvrer une
FHUWDLQHTXDOLWpGHYLHDLQVLTX¶XQHPHLOOHXUHDXWRQRPLH [11] [12]
/DSUpYHQWLRQGHO¶H[FOXVLRQGXPHPEUHVXSpULHXURXGHODPDLQDXUDLWpJDOHPHQWSXrWUH
proposée de manière ludique et utile SDU O¶DSSUHQWLVVDJH GX ODQJDJH GHV VLJQHV &HWWH
méthode peut permettre via les fonctions manuelles G¶H[SUHVVLRQ V\PEROLTXH la prise en
charge rééducative globale des pathologies manuelles avec exclusion fonctionnelle. [15]

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 25
7. Conclusion

/DSULVHHQFKDUJHGH0RQVLHXU.P¶DFRQIURQWpe aux difficultés de pronostic des


probables séquelles. &RPPH QRXV O¶DYRQV YX SUpFpGHPPHQt la qualité de la repousse
nerveuse est aléatoire et quasi indépendante de la prise en charge masso-kinésithérapique.
Dans le cas de séquelles, quelles adaptations pourrions-nous alors apporter à Monsieur K.
afin que ce passionné de guitare puisse continuer son loisir ? /¶DSSUHQWLVVDJH de la
réalisation des accords de la main droite, pour pallier au manque de dextérité de la main
gauche lésée 1RXV SRXUULRQV pJDOHPHQW GLULJHU 0RQVLHXU . YHUV O¶DVVRFLDWLRQ %LR-
Amadeus®. Ce groupe rassemble des musiciens et des artistes de toute provenance :
solistes, membres d'orchestre, professeurs de conservatoire ou d'école de musique, associés
à des médecins de toute provenance (hospitaliers, libéraux) et de toutes spécialités, motivés
par la médecine des arts. Leur but est de favoriser l'étude et la recherche des techniques
médicales les mieux adaptées à chaque cas afin de permettre la poursuite ou la reprise des
activités musicales dans les meilleures conditions possibles. En quelques sortes, mieux
prévenir, comprendre et traiter les maladies spécifiques à chaque artiste.
'HVEDQTXHVGHGRQQpHVSRXUUDLHQWrWUHPLVHVDXSRLQWGDQVOHVVHUYLFHVSRXUGpFULUHG¶XQH
IDoRQ DQRQ\PH O¶pYROXWLRQ GH GLIIpUHQWV FDV UHQFRQWUpV $LQVL FKDTXH SUDWLFLHQ SRXUUDLW
mettre en commun leurs difficultés, leurs moyens pour y remédier et leurs résultats, positif
ou non HQVRPPHV¶HQULFKLUGHVH[SpULHQFHVPXWXHOOHV
/D UppGXFDWLRQ GH 0RQVLHXU . VHUD HQFRUH ORQJXH QpDQPRLQV F¶HVW XQ SDWLHQW
volontaire qui laisse entrevoir une évolution favorable. -¶DXUDLVVRXKDLWpsuivre O¶pYROXWLRQ
au long terme de Monsieur K.

'X SRLQW GH YXH SHUVRQQHO M¶DL DSSULV j HQvisager mon futur métier sous divers
angles auxquels je ne pensais pas. /H FDV GH 0RQVLHXU . P¶D ouvert O¶HVSULW VXU OHV
différentes thérapeutiques et solutions à apporter au patient pour une prise en charge
globale. &HVWDJHP¶a également donné O¶HQYLHGH travailler en équipe, de par O¶H[HPSODULWp
HWO¶HIIHWG¶entrainement que cela implique.
La réalisation de ce mémoire P¶a poussé à P¶LQscrire dans une démarche réflexive
de recherche, à trouver des références pour étayer mes choix thérapeutiques, et à défaut,
UHPHWWUHHQFDXVHPDSUDWLTXHHW O¶HQULFKLU7RXWHVVHVDSWLWXGHVTXL VRQWHVVHQWLHOOHV pour
aborder la vie professionnelle.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0) 26
Références bibliographiques

[1] Sasson D. et Romain M.. Réadaptation de la main. Paris : Expansion


Scientifique Publications ; 1999. p.5.

[2] Dubert T. et Masmejean E.. Plaies de la main. Elsevier Masson SAS ; 2006. p.1,
11

[3] Schünke M., Schulte E.et Schumacher U.. AWODV G¶DQDWRPLH 3URPpWKpH
anatomie générale et système locomoteur. Editions Maloine ; 2006. p. 354-357

[4] Brunon-Martinez A., Romain M., Roux J.-L.. Rééducation des lésions
tendineuses de la main. Kinésithérapie-Médecine physique-Réadaptation. 2006 ;
26-220-A-10.

[5] Delaquaize F.. Tendons des fléchisseurs en zone 2 : réparation et rééducation,


méthodes actuelles et évolution des idées. Diplôme inter-universitaire de
UppGXFDWLRQHWG¶DSSDUHLOODJHHQFKLUXUJLHGHODPDLQ ; 2001. p

[6] Valembois B., Blanchard M., Miternique B., Noël L.. Rééducation des troubles
de la sensibilité de la main. Kinésithérapie-Médecine physique-Réadaptation,
2006 ; 26-064-A-10.

[7] André J.-M., Xenard J., Gable C., Paysant J.. Rééducation de la sensibilité de la
main. Kinésithérapie-Médecine physique-Réadaptation, 1995 ; 26-064-A-10.

[8] Lacôte M., Chevalier A.-M., Miranda A. et Bleton J.-P.. Evaluation clinique de
la fonction musculaire. 6èm édition. Paris : Editions Maloine ; 2008. p. 242-259.

[9] Gay A., Parratte S., Salazard B., Pham T., Guinard D., Magalon G. et al.. Apport
de la rééducation proprioceptive vibratoire dans la prise en charge du
syndrome douloureux régional complexe de type 1 ; étude pilote ouverte sur
sept patients et quatre témoins. Revue du Rhumatisme 74, 2007 ; 861±867

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
[10] Dumontier C., Froissart M.-T., Dauzac C., Monet J., Sautet A.. Prise en charge
et rééducation des lésions nerveuses périphériques. Encyclopédie médico-
chirurgicale, 2blèmes renco-A-10.

[11] Xénard J., Galas J.-M., Pétry D., Gavillot-Boulangé C., Beltramo F., André J.-
M., et al. Orthèse de la main. Kinésithérapie-Médecine physique-Réadaptation,
1994 ; 26-161-C-10.

[12] Celerier S.. Appareillage de la main. Kinésithérapie, la Revue 95, 2009 ; 21-29

[13] Régnaux J.-P., Guay V., Marsal C.. Evidence Based Practice ou la pratique
basée sur les preuves en rééducation. Kinésithérapie, la revue 94, 2009 ; 55-61

[14] DÉCRET n° 2000-577 du 27 juin 2000, relatif aux actes professionnels et à


O¶H[HUFLFHGHODSURIHVVLRQGHPDVVHXU-kinésithérapeute.

[15] Coquelin S., Rybarczyk P., Dalla-Zanna C., Claise J.M., Vernay D..
Implications neurolinguistiques et comportementales de la pratique de la langue
GHVVLJQHVGDQVOHFDGUHG¶XQSURJUDPPHGHSULVHHQFKDUJHJOREDOHGHSDWLHQWV
ayant une pathologie de la main. Revue neurologique, 2007 ; 2S200-Q2

[16] Chambon X., Paysant J., Gavillot C., Petry D., André J.-M., Dap F., Dautel G.,
Merle M.. Protocoles de rééducation après réparations des tendons des
fléchisseurs de la main en zone 2 : présentation et indications. Chirurgie de la
main, 2001 ; 20 : 368-77.

[17] Vouilloz A., Deriaz O., Rivier G., Gobelet C., Luthi F.. La complexité
biopsychosociale est corrélée à la présence de comorbidités psychiatriques mais
SDVjO¶LQWHQVLWpGHODGRXOHXUSHUoXHORUVG¶DOJRG\VWURSKLH 6'5& GXJHQRX
5pVXOWDWV G¶XQH pWXGH cas-témoins de 122 patients. Revue du rhumatisme 78,
2011 ; 160-165.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
ANNEXES

Annexe 1 : Bilan de sensibilité du 12/05/10

Annexe 2 : Bilan fonctionnel-Test de Caroll du 10/05/10

Annexe 3 : ‡’”±•‡–ƒ–‹‘ †‡• ’‘‹–• †ǯƒ…—’—…–—”‡• †‡ Žƒ

ƒ‹Ž‘”•†‡Žǯ—tilisation du Vibralgic“.

Annexe 4 : Recherche bibliographique :


- Synthèse des articles
- Résumés †ǯƒ”–‹…Ž‡•

Annexe 5 : ––‡•–ƒ–‹‘†‡’”‘†—…–‹‘†ǯƒ—–‘”‹•ƒ–‹‘•±…”‹–‡•

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Annexe 1 : Bilan de sensibilité du 12/05/10

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Annexe 2 : Bilan fonctionnel-Test de Caroll du 10/05/10

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Annexe 3 : ‡’”±•‡–ƒ–‹‘†‡•’‘‹–•†ǯƒ…—’—…–—”‡•†‡Žƒ
ƒ‹Ž‘”•†‡Žǯ—–‹Ž‹•ƒ–‹‘†—‹„”ƒŽ‰‹…“.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Annexe 4 : Recherche bibliographique :
- Synthèse des articles
- Résumés †ǯƒ”–‹…Ž‡•

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Synthèse des articles

Pour avoir une vision globale et trouver certaines réponses aux problèmes rencontrés, il a
été nécessaire de se documenter sur tous les domaLQHVG¶DSSOLFDWLRQDXWRXUGHODSDWKRORJLH
de Monsieur K..
/H SUHPLHU DUWLFOH WUDLWH GH O¶(YLGHQFH %DVHG 3UDFWLFH TXL HVW XQ JXLGH SHUPHWWDQW DX[
SUDWLFLHQV GH UppGXFDWLRQ GH V¶LQVFULUH GDQV XQH GpPDUFKH GH UHFKHUFKH FOLQLTXH &¶HVW HQ
confrontant les informations scientifiques, les expériences cliniques et les aspirations du
patient, que nous devons prendre une décision thérapeutique optimale pour Monsieur K..

/¶DOJRG\VWURSKLHHVWXQHGHVFRPSOLFDWLRQVOHVSOXVUHGRXWpVHQUppGXFDWLRQGHODPDLQ6D
physiopathologie reste confuse mais sa prévention par la règle de la non douleur est
SULPRUGLDOHGDQVODUppGXFDWLRQ/¶DUWLFOHQRXVH[SRVHXQHQRXYHOOHPDQLqUHGHSUpYHQLU
et de soigner cette affection par la rééducation proprioceptive vibratoire
Contrairement aux idées communément admises sur le rôle du terrain psychologique dans la
genèse de cette affection ; O¶DUWLFOHH[SRVHODFRUUpODWLRQHQWUHODFRPRUELGLWpSV\FKLDWULTXH
HW OD FRPSOH[LWp ELRSV\FKRVRFLDOH HW FH LQGpSHQGDPPHQW GH OD SUpVHQFH G¶XQH
alJRG\VWURSKLH RX QRQ /¶LQWHQVLWp GH OD GRXOHXU SHUoXH QH YDULH SDV HQ IRQFWLRQ GH OD
FRPSOH[LWp ELRSV\FKRVRFLDOH &¶HVW SRXUTXRL LO DXUDLW pWp LQWpUHVVDQW GH FRQQDLWUH OD
complexité biopsychosociale de Monsieur K. afin de lui proposer une prise en charge
pluridisciplinaire de ses douleurs.

/H TXDWULqPH DUWLFOSUHQGUH WXOH O¶DQDWRPLH OH IRQFWLRQQHPHQW HW OHV GLIIpUHQWHV OpVLRQV
associées au système sensitif. Il aborde également les méthodes de rééducations de la
sensibilité de la main selon les différentes atteintes.

/HFLQTXLqPHDUWLFOHHVWXQHpWXGHFRPSDUHQWO¶HIILFDFLWpGHVGLIIpUHQWVSURWRFROHV 'XUDQ
Kleinert, Strickland) de rééducation après réparation des tendons des fléchisseurs de la
main. Il était intéressant de connaitre les différentes prises en charge dont Monsieur K.
aurait pu bénéficier et de comprendre pourquoi le protocole Duran a été choisi.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Article 1
Kinésithérapie, la revue ; 94 (2009) 55-61

Evidence based practice ou la pratique basée sur les preuves en rééducation.


Jean-Philippe Regnaux, Valérie Guay, Claire Marsal

/¶(YLGHQFH%DVHG3UDFWLFH (%3 HVWXQHGpPDUFKHTXLSRXVVHOHVSUDWLFLHQVjUHPHWWUHHQ


FDXVHOHXUSUDWLTXHSURIHVVLRQQHOOHHQVHUpDFWXDOLVDQWGDQVOHEXWG¶DFTXpULUXQHG\QDPLTXH
de réflexion, sans rester sur leurs acquis ni leurs habitudes de prise en charge.
&¶HVW XQ RXWLO TXL VH EDVH VXU OD UHFKHUFKH V\VWpPDWLTXH GH SUHXYHV YDOLGpHV TXL H[SRVH
DYHFWUDQVSDUHQFHOHQLYHDXGHTXDOLWpHWGHFHUWLWXGHGHFKDTXHLQIRUPDWLRQDILQG¶pFODLUHU
XQH SULVH GH GpFLVLRQ /¶H[Sertise clinique va, quant à elle, décider de la contribution des
preuves ou non à la décision thérapeutique, et ce, en accord avec les choix du patient.
$XWUHPHQWGLWF¶HVWODFRQMRQFWLRQGHVLQIRUPDWLRQVVFLHQWLILTXHVGHVH[SpULHQFHVFOLQLTXHV
et des aspirations du patient qui va guider le praticien pour prendre une décision
thérapeutique.
&HWWHGpPDUFKHFRPPHQFHWRXWG¶DERUGSDUODIRUPXODWLRQG¶XQHTXHVWLRQFOLQLTXHFODLUHGX
problème posé par le patient pour une prise en charge globale (utilisation du modèle PICO).
$SUqV DYRLU FKHUFKpOHV LQIRUPDWLRQVGDQVOHVVRXUFHVG¶DUWLFOHVFOLQLTXHV HVVHQWLHOOHPHQW
sur internet) il est impératif de les critiquer afin de déterminer leur niveau de preuve. Et pour
finir, LOHVWQpFHVVDLUHG¶pYDOXHUOHVUpVXOWDWVGH O¶DSSOLFDWLRQafin de faire évoluer la pratique
clinique.
/¶(%3a donc été développée SRXUSHUPHWWUHDX[SUDWLFLHQVG¶LGHQWLILHUHWG¶XWLOLVHUODRXOHV
techniques les plus efficaces afin de maximaliser la qualité et la quantité de vie des patients.
Mais il existe des limites à cette démarche : le temps nécessaire pour trouver et interpréter
les informations, les articles en majorité en anglais, ce qui va limiter leur compréhension
mais également la rareté des accès gratuits aux articles complets.

Cet arWLFOH QRXV SHUPHW G¶LQWpJUHU XQH GpPDUFKH FULWLTXH VXU QRWUH SULVH HQ FKDUJH GHV
patients dans le but de proposer une prise en charge optimale. En sortie de protocole de
'XUDQ F¶HVW ILQDOHPHQW JUkFH j XQ DXWUH © protocole » : O¶(%3 TXH QRXV DYRQV pWDEOL la
priorisation des techniques kinésithérapiques dans le cas de Monsieur K.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Article 2
Revue du rhumatisme, 78 (2011) 160-165

La complexité biopsychosociale est corrélée à la présence de comorbidités


SV\FKLDWULTXHVPDLVSDVjO¶LQWHQVLWpGHODGRXOHXUSHUoXHORUVG¶DOJRG\VWURSKLH 6'5&
 GXJHQRX5pVXOWDWVG¶XQHpWXGHFDV-témoins de 122 patients.

Les gonalgies post-traumatiques sont fréquentHV F¶HVW SRXUTXRL FHWWH pWXGH D été réalisée
VXLYDQW FHWWH SDWKRORJLH SXLVTX¶LO HVW DLVp G¶REWHQLU GHX[ JURXSHV GH patient souffrant de
JRQDOJLH O¶XQ DOJRG\VWURSKLTXH, O¶DXWUH QRQ 7URLV W\SHV G¶pFKHOOHV RQW pWp XWLOLVpHV DILQ
G¶REWHQLUXQSURILOFRPSOHWGHFKDTXHSDWLHQW :
x /¶pFKHOOH,QWHUPHG FRQVWLWXpHG¶XQHQWUHWLHQVHPL-VWUXFWXUpGDQVOHEXWG¶pYDOXHUOD
complexité BPS du patient. Elle regroupe les données biologiques, psychologiques,
sociales et la relation du patient avec le système de soins. Elle prend également en
FRPSWHOHVDQWpFpGHQWVO¶pWDWDFWXHOHWOHSURQRVWLFGXSDWLHQW
x /¶pFKHOOH CIM-10 : évaluée par XQ SV\FKLDWUH VpQLRU TXL SHUPHW G¶pWDEOLU XQ
diagnostic psychiatrique du patient.
x /¶pFKHOOH(9$ SHUPHWGHTXDQWLILHUO¶LQWHQVLWpGHODGRXOHXUDXUHSRV
Les deux groupes étaient comparables tant au niveau de la complexité BPS, de la
comorbidité psychiaWULTXH HW GH O¶LQWHQVLWp GH OD GRXOHXU /HV UpVXOWDWV PRQWUHQW TXH OD
comorbidité psychiatrique est fortement corrélée à la complexité BPS mais cela
LQGpSHQGDPPHQW GH OD SUpVHQFH G¶XQ 6'5& RX QRQ /HV SDWLHQWV DWWHLQWV G¶XQH
algodystrophie du genou présentent un degré de complexité BPS similaire aux patients
atteints de gonalgie post-traumatique ; ainsi la complexité BPS semble être indépendante du
GLDJQRVWLFGH6'5&(QUHYDQFKHO¶LQWHQVLWpGHODGRXOHXUQ¶HVWSDVLQIOXHQFpHGHODPrPH
manière dans les deux groupes. Dans le groupe algodystrophique la douleur est perçue avec
la même intensité que ce soit pour les patients avec un contexte BPS simple ou complexe.
Cependant dans le groupe témoin (gonalgie post-traumatique) un contexte BPS complexe
semble influencer la perception de la douleur défavorablement.
Cette étude nous montre que des douleurs hors de proportions sont retrouvées chez des
SDWLHQWV WpPRLQV FRPSOH[HV DLQVL OD SULVH HQ FRPSWH GH OD FRPSOH[LWp %36 G¶XQ SDWLHQW
pourrait pondérer le critère de la douleur dans le diagnostic des SDRC1.
Dans le cas de Monsieur K., il aurait été intéressant de savoir son degré de complexité BPS
afin de favoriser une prise en charge interdisciplinaire, notamment dans les domaines
SV\FKRORJLTXHHWVRFLDX[V¶LOV¶pWait révélé complexe.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Article 3
Revue du rhumatisme ; 74 (2007) 861-867

$SSRUW GH OD UppGXFDWLRQ SURSULRFHSWLYH YLEUDWRLUH GDQV OD SULVH HQ FKDUJH G¶un
syndrome douloureux régional complexe de type 1 ; Etude pilote ouverte sur sept
patients et quatre témoins.
Gay A., Parratte S., Salazard B., Pham T., Guinard D., Magalon G., Legré R., Roll J.-P..

Le syndrome douloureux régionale complexe de type 1 (SDRC1) du fait des symptômes


TX¶LOSURYRTXHWURXEOHVVHQVLWLYRPRWHXUVWURXEOHGHODYDVFXODULVDWLRQDYHFYDriation de la
WHPSpUDWXUHHW°GqPHORFDOSHXWFRQGXLUHjXQHH[FOXVLRQIRQFWLRQQHOOHGXPHPEUHDWWHLQW
/¶HQVHPEOH GHV WUDYDX[ UpFHQWV UDSSURFKHQW OH 6'5& G¶XQH SDWKRORJLH GX V\VWqPH
nerveux central et non périphérique.
&HW DUWLFOH PHW HQ DYDQW O¶HIIHW curatif et préventif des troubles de la mobilité articulaire,
DLQVLTXHOHVSURSULpWpVDQWDOJLTXHVGHO¶DSSOLFDWLRQGHYLEUDWLRQVPpFDQLTXHVWUDQVFXWDQpHV
dans les SDRC1 de la main et du poignet post-traumatiques. En effet les vibrations
mécaniques de faible amplitude et de fréquence 80-100Hz, appliquées sur les tendons
musculaires, génèrent des flux afférents proprioceptifs puissants qui se propagent jusque
dans les structures corticales.
/¶pWXGH PRQWUH PDOJUp VHV OLPLWHV XQH GLPLQXWLRQ GH  GH OD GRXOHXU VXU O¶pFKHOOH GH
O¶(9$HWXQHDXJPHQWDWLRQGHGHODPRELOLWpDUWLFXODLUHSRXUOHJURXSHWHVWVRXPLVjOD
UppGXFDWLRQSURSULRFHSWLYHYLEUDWRLUH 539 $LQVLOD539SHUPHWWUDLWG¶pYLWHUO¶H[FOXVLRQ
fonctionnelle perceptivomotrice en rééquilibrant la commande motrice et le feedback
sensoriel au niveau cortical, mais aussi réduirait la symptomatologie algique et la
diminution de mobilité articulaire des patients atteints du SDRC1.

Concernant la prise en charge de Monsieur K., nous pouvons mettre en relation cet article
avec la technique du Vibralgic“ 1RXV O¶XWLOLVRQV pJDOHPHQW j GHV ILQV SUpYHQWLYHV HW
FXUDWLYHVFRQWUHODGRXOHXU&HSHQGDQWOHVSRLQWVG¶DSSOLFDWLRQVVRQWGLIIpUHQWV ; ils reflètent
OHVSRLQWVG¶DFXSRQFWXUHs de la main. Il aurait été intéressant de tester la technique indiquée
GDQVFHWWHpWXGHDILQG¶HQPHVXUHr les bénéfices sur Monsieur K.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Article 4
Kinésithérapie-Médecine physique-Réadaptation ; 26-064-A-10, (2006)

Rééducation des troubles de la sensibilité de la main.


Valembois B., Blanchard M., Miternique B., Noël L.

La rééducation de la sensibilité de la main est un versant indispensable de la prise en charge.


En effet cette négligence peut entrainer un handicap fonctionnel important, de par
O¶H[FOXVLRQSDUWLHOOHRXWRWDOHGHODPDin lésée.
&HW DUWLFOH QRXV H[SRVH GDQV XQ SUHPLHU WHPSV O¶DQDWRPLH OH IRQFWLRQQHPHQW OHV
GLIIpUHQWHVDWWHLQWHVHWOHVPpWKRGHVG¶pYDOXDWLRQVGXV\VWqPHQHUYHX[VHQVLWLI
Nous nous intéressons plus particulièrement à la deuxième partie, qui traite de la
rééducation des troubles de la sensibilité. Notamment le travail de protection et de lutte
FRQWUH O¶H[FOXVLRQ GHV ]RQHV DQHVWKpVLpeV PDLV DXVVL GH O¶DSSUHQWLVVDJH GX GpFU\SWDJH GX
nouveau langage sensitif des zones hypoesthésiques. Nous jouons donc sur la plasticité
FpUpEUDOHHWVDIDFXOWpG¶DGDSWDWLRQTXHQRXVVWLPXORQVJUkFHjXQWUDYDLOGHGLVFULPLQDWLRQ
et par des vibrations mécaniques.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Article 5
Chirurgie de la main, 2001 ; 20 : 368-77

Protocoles de rééducation après réparations des tendons des fléchisseurs de la main en


zone 2 : présentation et indications.
Chambon X., Paysant J., Gavillot C., Petry D., André J.-M., Dap F., Dautel G., Merle M.

Cette étude est portée sur 47 patients atteints en zone 2 des doigts. Elle tend à montrer la
supériorité du protocole de Strickland post-opératoire, par rapport au protocole de
mobilisations passives strictes de Duran ainsi que celui de mobilisations activo-passives de
Kleinert. Le protocole de Strickland quant à lui préconise une mobilisation active précoce et
pousse le patient à être acteur de sa rééducation.
Les résultats ont été évalués en fonction des amplitudes articulaires obtenues au cours des
tests fonctionnels des 400 points et du délai de reprise professionnelle.

Le choix entre les différents protocoles a été déterminé pour chaque patient en fonction de
O¶H[SpULHQFH GH O¶RSpUDWHXU OD TXDOLWp GHV VXWXUHV O¶kJH OD SURIHVVLRQ OD VLWXDWLRQ
géographique par rapport au centre hospitalier, la motivation ou la discipline du patient.
Ainsi pour un patient tel que Monsieur K., pressé de se rétablir, un protocole passif est
recommandé.

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
Annexe 5 : ––‡•–ƒ–‹‘†‡’”‘†—…–‹‘†ǯƒ—–‘”‹•ƒ–‹‘•±…”‹–‡•

GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)
GAUTHIER
(CC BY-NC-ND 2.0)