Vous êtes sur la page 1sur 2

fiche thèse 2009-2010

Laboratoire de Génie Civil


et d’Ingénierie
Environnementale

NOM ET PRÉNOM : CEBRIAN MARIE


Étude de la stabilité du sol lors et après le passage d’un forage dirige et impact sur les ouvrages
existants

Contexte :

Dans un monde de réseaux en pleine mutation avec l’ouverture des marchés de l’énergie nationaux à
tous les opérateurs, le forage dirigé (et les techniques sans tranchée d’une manière générale) apparaît
de plus en plus comme une technique pouvant apporter des avantages concurrentiels, performanciels et
environnementaux significatifs pour le déploiement des réseaux. Hors dans le cas du forage dirigé,
plus les paramètres du forage seront proches d’un optimum technique, plus les performances
économiques des chantiers sont susceptibles d’être importantes.
Ainsi, pouvoir déterminer des paramètres de forage non plus empiriquement mais par le calcul et la
simulation permettrait de fournir une réponse au cas par cas beaucoup plus pertinente et faciliterait
l’accès du forage dirigé à certains sous-sols sensibles.
Parce que le forage dirigé répond particulièrement bien à des indices technico-économiques
performant, il est nécessaire de travailler à une connaissance non plus seulement pragmatique (savoir-
faire et expertise de certains maillons de la chaîne décisionnelle) et de mettre en œuvre les différentes
études qui pourront à terme permettre l’emploi du forage dirigé de manière totalement transparente
pour les exploitants de réseau enterrés d’une part et les usagers du domaine public de surface de
l’autre.

Travail demandé (démarche scientifique) :

Le problème posé est complexe et possède de nombreuses ramifications.


D’une manière générale, on peut convenir que les problèmes de stabilités du sol dans le cas d’un
forage dirigé sont des conséquences de :
• La nature du sol à proprement parlé.
• Des performances du fluide de forage en fonction de la nature du terrain.
• La mise en œuvre de ces fluides
• Le diamètre du réseau à mettre en place
La définition d’un outil d’aide à la décision permettant à partir des études géotechniques préalables de
définir les caractéristiques optimales du forage assurant la stabilité à long terme de la structure en
surface doit passer par trois principales étapes :
• création d’un modèle numérique s’appuyant sur des critères pertinents
• caractérisation des sols et fluides de forages
• instrumentations, mesures et validations des hypothèses du modèle par une ou plusieurs
expérimentations en vraie grandeur.
• Analyse statistique des incidents survenus et identification des configurations à risque
Chacun de ces items nécessite une étude poussée.
fiche thèse 2009-2010

Résultats attendus :

Cette étude devra prendre en compte des phénomènes complexes mis en jeu lors d’une opération dont
la durée peut être très variable (d’une heure à plusieurs années), qui comporte des phases de repos plus
ou moins longue au cours desquelles les caractéristiques physiques changent et donc aussi la réaction
du terrain. L’aspect dynamique des phénomènes devra donc être pris en compte.
Elle comprendra les phases suivantes :
L’objectif final de l’étude est de rédiger une série de recommandation concernant le forage horizontal
dirigé pour la pose de canalisation en particulier lors de la traversée d’ouvrages sensibles ou soumis à
des chargement spéciaux.
Le travail de thèse permettra ainsi d’améliorer les connaissances sur la stabilité de l’excavation et du
vide annulaire subsistant après réalisation du forage. Il devrait permettre dans les principales situations
rencontrées de quantifier l’amplitude des tassements potentiels en surface et d’éclairer ainsi les maîtres
d’œuvre et les maîtres d’ouvrage concernés sur les risques éventuels liés à ces tassements.

Résultats obtenus lors de la première année

Cette première année de thèse a permis tout d’abord de mettre au point les essais (géotechniques,
rhéologiques, interactions) de laboratoire à réaliser au cours des 3 années. Certains essais de filtration
et de compressibilité des terrains injectés avec le fluide de forage ont déjà permis d’avancer quelques
conclusions quant à l’influence des paramètres de sol et de fluide.
Des modèles numériques ont été testés, et les résultats ont montré la nécessité d’approfondir nettement
la connaissance des phénomènes mis en jeux. Une étude phénoménologie poussée a donc été menée
afin de comprendre au mieux les mécanismes intervenant lors d’un forage.
La faisabilité des essais grandeur nature a été menée et chiffrée, mettant en valeur leur coût et les
difficultés de réalisation. Des essais en cuve permettront alors de répondre plus facilement aux
principales interrogations.
Les essais prévus sont en cours de réalisation.

Directeur de thèse : Daniel DIAS, Anne PANTET (ESIP Poitiers)

Membres du comité de thèse : F. Schlosser, S. Murgier (GDF SUEZ), JP Brazzini (GDF SUEZ), T.
Leveder (GDF SUEZ) D. Feldmann (Forexi),

Nature du financement : CIFRE (GDF SUEZ 3ans)

Date prévue de soutenance : 01/10/2011