Vous êtes sur la page 1sur 59

Rédaction de projet de fin d’étude

Etude de la sécurité sur un chantier de


réhabilitation
Spécialité Génie Civil

Auteur : BORE Alice


INSA Strasbourg, Elève ingénieur 5e année, Spécialité Génie Civil

Tuteur Entreprise : BECK Vincent


Conducteur de travaux principal, Pertuy Construction

Tuteur INSA Strasbourg : FEUGEAS Françoise


Maître de conférences, INSA Strasbourg

Janvier à Juin 2009


2
Remerciements

Je tiens tout d’abord à remercier Emmanuel MASSIERA, Fabien SCHNEIDER et


Claire KANDEL, l’équipe en place sur le chantier lors de mon arrivée, pour leur accueil et
leurs conseils.

Je remercie également Vincent BECK, conducteur de travaux principal, qui a pris leur
relève quelques mois plus tard, et est devenu mon tuteur. Il a su me soutenir et m’orienter lors
de ce projet de fin d’études.

Je joins Françoise FEUGEAS, Maître de conférences à l’INSA de Strasbourg, à mes


remerciements pour m’avoir suivi lors de ce PFE. Elle a su me guider dans l’avancement de
ce projet, et ses commentaires ont toujours été très instructifs.

Je présente enfin mes remerciements à tous les ouvriers du site, qui ont répondu à mes
questions, et m’ont aussi permis de passer un agréable stage sur ce chantier.

3
Sommaire
INTRODUCTION................................................................................................................................................. 6
1. CONTEXTE ...................................................................................................................................................... 7
1.1. DOCUMENTS ET OUTILS ................................................................................................................................ 8
1.3. LES ACTEURS ............................................................................................................................................. 15
1.4. SCHEMA RECAPITULATIF DE LA SECURITE AUTOUR DU CHANTIER .............................................................. 18
2. ANALYSE DES RISQUES ............................................................................................................................ 19
2.1. DESCRIPTION DU CHANTIER ....................................................................................................................... 19
2.2. EVALUATION DES RISQUES ......................................................................................................................... 22
2.3. ETUDE DU PORT DES EPI ............................................................................................................................ 25
2.4. CONCLUSIONS DE L’ETUDE DU CHANTIER .................................................................................................. 27
3. LES NOUVELLES METHODOLOGIES DE TRAVAIL .......................................................................... 28
3.1. REDUCTION DES RISQUES DES SOUS-TRAITANTS DE PRIORITE 1.................................................................. 28
3.2. REDUCTION DES RISQUES POUR LES LOCATAIRES ....................................................................................... 35
4. LES ACTIONS A METTRE EN PLACE SUR LE CHANTIER ............................................................... 42
4.1. LE QUART D’HEURE SECURITE .................................................................................................................... 42
4.2. LIVRET D’ACCUEIL SECURITE ..................................................................................................................... 47
5. UNE ANNEXE A LA FICHE 5M.................................................................................................................. 53
5.1. MATERIEL .................................................................................................................................................. 53
5.2. TRAVAUX ................................................................................................................................................... 53
5.3. ENVIRONNEMENT ....................................................................................................................................... 54
5.4. MILIEU ....................................................................................................................................................... 55
CONCLUSION ................................................................................................................................................... 56
BIBLIOGRAPHIE.............................................................................................................................................. 57

4
Table des figures
INTRODUCTION................................................................................................................................................. 6
1. CONTEXTE ...................................................................................................................................................... 7
FIG. 1.1. LE DRAPEAU « CHANTIER BLEU » ...................................................................................................... 12
FIG. 1.2. UTILISATION DE LA FICHE 5M AU COURS DU PROJET........................................................................... 14
FIG. 1.3. SCHEMA RESUME DES DOCUMENTS ET OUTILS UTILISES POUR LA SECURITE SUR LE CHANTIER ........... 14
FIG. 1.4. SCHEMA RECAPITULATIF DES ACTEURS PARTICIPANT A LA SECURITE SUR LE CHANTIER .................... 17
FIG. 1.5. SCHEMA DES RELATIONS ENTRE LES ACTEURS ET LES OUTILS UTILISES SUR LE CHANTIER .................. 18
2. ANALYSE DES RISQUES ............................................................................................................................ 19
FIG. 2.1. EVALUATION DE LA PRIORITE DU RISQUE EN FONCTION DE SA GRAVITE ET DE SA FREQUENCE ........... 22
TAB. 2.2. LES RISQUES DE PRIORITE 1 POUR LES SOUS-TRAITANTS SUR UN CHANTIER DE REHABILITATION ...... 23
TAB. 2.3. LES RISQUES CONCERNANT LES LOCATAIRES SUR UN CHANTIER DE REHABILITATION ....................... 24
FIG. 2.4. PORT DES EPI SUIVANT L’ACTIVITE. ................................................................................................... 25
3. LES NOUVELLES METHODOLOGIES DE TRAVAIL .......................................................................... 28
FIG. 3.1. LE DIABLE ELEVATEUR ACTUELLEMENT UTILISE PAR LES SANITAIRES................................................ 28
FIG. 3.2. CALCUL MECANIQUE DE 2 DIABLES ELEVATEURS PRESENTANT UN AXE DE ROUES DIFFERENT ........... 30
FIG. 3.3. MONTE-MATERIAUX INCLINE APACHE (A), SALTI (B) ET LOXAM (C) ........................................... 33
TAB. 3.4. COMPARAISON DES PRIX DE LOCATION DE MONTE-MATERIAUX ........................................................ 33
FIG. 3.5. ENCOMBREMENT D’UN PALLIER.......................................................................................................... 35
FIG. 3.6. ENCOMBREMENT DANS UN LOGEMENT ............................................................................................... 35
FIG. 3.7. CHARIOT CAR12M DE NICOLETTI.................................................................................................. 36
FIG. 3.8. RANGEMENT DBS-R DE CABLE EQUIPEMENT.............................................................................. 36
FIG. 3.9. UNE RALLONGE QUI PASSE DEVANT L’ASCENSEUR, TRAVERSE LES ESCALIERS, POUR SE BRANCHER AU
1ER ETAGE .......................................................................................................................................................... 37
FIG. 3.10. PROTECTEUR DE FILS ET DE CABLES ELECTRIQUES WIREMOLD®..................................................... 38
FIG. 3.11. PROTECTEUR DE CABLES BON MARCHE ............................................................................................. 38
FIG. 3.12. .......................................................................................................................................................... 39
FIG. 3.13. SEUILS DE RISQUES DE L’AUDITION ................................................................................................... 41
4. LES ACTIONS A METTRE EN PLACE SUR LE CHANTIER ............................................................... 42
TAB. 4.1. PLANNING REUNION SECURITE........................................................................................................... 45
FIG. 4.2. NOUVEAUX PICTOGRAMMES DECRIVANT LES PRODUITS DANGEREUX ................................................ 48
5. UN OUTIL DE L’ENTREPRISE A MODIFIER : LA FICHE 5M ........................................................... 53
CONCLUSION ................................................................................................................................................... 56
BIBLIOGRAPHIE.............................................................................................................................................. 57

5
Introduction

Dans le cadre de mon projet de fin d’étude, j’ai passé plusieurs mois à étudier la
sécurité du chantier de réhabilitation du quartier rue Emile HAAG à Bischheim. Ces travaux
ont la particularité d’être réalisé en site occupé, c’est-à-dire que les travaux sont effectués
dans des logements où des locataires vivent. Le bâtiment existant et la présence des locataires
créent de nouveaux risques qu’il faudra apprendre à maîtriser.

La réhabilitation est un type de chantier en plein essor, c’est pourquoi l’entreprise


Pertuy Construction souhaite développer sa maîtrise des risques, la sensibilisation des équipes
et le suivi de la sécurité dans ce domaine.

Les professionnels du bâtiment trouvent souvent que la réhabilitation présente peu de


risques, voire pas du tout. Le coordonnateur sécurité et protection de la santé (SPS) ne passe
sur le chantier que rarement, et son registre-journal est quasiment vide, les animateurs
prévention et sécurité (APS) de l’entreprise se désintéressent de ces chantiers, les risques en
matière de sécurité ne sont pas évalués lors de la phase commerciale… Ce nouveau type de
chantier est encore peu connu et les risques incomparables à ceux des travaux d’une
construction neuve.

Mon projet de fin d’étude dont le titre est l’ « étude et la maîtrise de la sécurité sur un
chantier de réhabilitation » se décomposera en plusieurs parties. Dans un premier temps,
l’étude du chantier est réalisée : les outils et les acteurs de la sécurité, ainsi que les risques sur
le chantier seront analysés. Dans un second temps, nous verrons les processus à créer ou à
améliorer afin qu’ils soient utilisables pour la réhabilitation. Des actions seront aussi
proposées pour améliorer la sécurité sur le chantier.

6
1. CONTEXTE

Les travaux de réhabilitation présentent la caractéristique d’être généralement en site


occupé. Il s’agit principalement de travaux de second œuvre, bien que l’on puisse aussi
trouver du gros-œuvre sur certains chantiers. Les compagnons Pertuy Construction étant
spécialisés dans le gros-œuvre, l’entreprise sous-traite tous des lots des travaux de
réhabilitation, et ne conserve que les rôles de conception, d’« Ordonnancement Pilotage
Coordination » (OPC), et l’achat de certains matériaux.

Les risques étant différents, les procédures habituelles de l’entreprise qui sont axées
sur les travaux de gros œuvre ne sont pas adaptées à la réhabilitation. Une analyse des risques
et une étude du chantier permettent d’adapter les procédures existantes, et de mettre en place
des actions sur le chantier pour améliorer la sécurité et sensibiliser les acteurs.

Pour envisager l’étude de la sécurité sur ce type de chantier, nous devons tout d’abord
nous intéresser à ce qui est actuellement mis en place. Nous verrons donc dans un premier
temps les outils et législations utilisés sur le chantier, puis les acteurs participant à la sécurité.
Nous observerons dans le même temps leur adéquation avec la réalité du chantier de
réhabilitation.

7
1.1. Documents et outils

1.1.1. Les normes

Les normes régissent la sécurité, que ce soit celle des locataires avec les normes
concernant les nouvelles installations, ou celle des travailleurs avec les normes régissant la
conception de leur matériel et des EPI.[1][2] (Annexe 1 : Normes EPI)

Norme Européenne
Les normes produites par le Comité européen de normalisation (CEN) sont
reconnaissables à leur préfix EN. Elles sont obligatoirement reprises à l’identique dans les
collections des Membres nationaux du CEN, qui les diffusent en tant que normes nationales.
Par exemple, une norme européenne EN XXXX sera intégrée dans la collection de l’AFNOR
(l’organisme français de normalisation) et diffusée en France sous la référence NF EN
XXXX.

Norme NF
La marque NF est une marque collective de certification. Elle garantit la qualité et la
sécurité des produits et services certifiés. La marque NF garantit non seulement la conformité
aux normes en vigueur, mais aussi à des critères de qualité supplémentaires correspondant aux
besoins des consommateurs.

Norme CE
Les normes européennes constituent la référence commune dans les pays d'Europe,
membres du CEN, pour la définition des exigences techniques liées à un produit, processus,
service, dans le cadre des transactions commerciales. La norme CE est établie par le CEN et
existe par sa reprise (obligatoire) dans la collection nationale des normes des organismes
nationaux de normalisation.

Le marquage CE, souvent appelé à tort marque CE, ne laisse aucun choix au fabricant
ou à l'importateur d'un produit (si celui-ci vient d'un pays tiers c'est à dire hors Union
européenne et hors Espace économique européen). Lorsque le produit relève d'une Directive
européenne d'harmonisation technique (on parle de « Directive Nouvelle Approche), il est
impératif d'apposer ce signe distinctif sur le produit ou à défaut, sur l'emballage ou la notice
d'instruction. Les jouets, les machines, les ordinateurs, les équipements électroniques y sont
soumis. Ce marquage CE est exigé pour toute mise sur le marché communautaire (c'est un «
passeport européen »), même si la vente s'effectue sur le territoire d'un seul Etat membre.

Le marquage CE est apposé par le fabricant ou l’importateur, sous sa responsabilité, à


charge pour lui de procéder aux contrôles des exigences essentielles. Le symbole, les
conditions d’apposition et d’utilisation, ainsi que les sanctions ont été harmonisées par une
Décision 93/465.

8
1.1.2. Documents imposés par le code du travail

1.2.1.1. Le PGCSPS

Le Plan Général de Coordination Sécurité et Protection de la Santé (PGCSPS) est


rédigé par le coordonnateur SPS (§1.3.3.), suivant la loi n° 93-1418 du 31 décembre 1993. Ce
plan définit les règles générales de sécurité applicables sur ce chantier, en prenant en compte
le fait que plusieurs entreprises coexistent sur le chantier. Il est obligatoire et est utilisé lors de
la phase de consultation pour que les entreprises puissent prendre en compte les mesures de
prévention prévues. Il est ensuite utilisé lors de la préparation de chantier, et sert de base à
l’établissement des Plans de Particuliers de Sécurité et de Protection de la Santé (PPSPS) des
entreprises, et permet de les harmoniser.

Le PGCSPS contient [3]:


- Renseignements administratifs propres à l’opération : adresses, lots
- Conditions techniques et mesures d’organisation générale : caractéristiques
géotechniques, principes de réalisation, installation de chantier et accès
- Mesures de coordination prises par le coordonnateur : circulation, engins de levage,
stockage, protection collective, clôtures de chantier, électricité, coactivité, conditions
de travail, travaux spécifiques
- Sujétions liées aux activités d’exploitation environnant le chantier : chantiers
limitrophes, établissements industriels au voisinage du chantier
- Mesures générales pour assurer l’ordre et la salubrité du chantier : cantonnement,
nettoyage de chantier
- Organisation des secours
- Modalités de coopération entre entrepreneurs, employeurs et travailleurs
indépendants : établissement des PPSPS

Pour toute modification du chantier, le PGCSPS doit être actualisé et complété si besoin.

 Utilité en réhabilitation

Il décrit certaines précautions à prendre pour les lots présentant des risques
particuliers, ce qui permet à l’entreprise d’établir son PPSPS. Comme pour les chantiers de
construction, il ne détaille pas les précautions à prendre lot par lot (sauf s’il présente un risque
spécial). Ce document ne prend en compte que les risques de coactivité sur le site. Cela est
justement réduit au minimum sur les chantiers de réhabilitation, en faisant intervenir les
entreprises les unes après les autres dans un logement. Mais elles se croisent tout de même
dans les communs, ce qui présente un risque à ne pas négliger.

9
1.2.1.2. Le PPSPS

Suivant la loi n° 93-1418 du 31 décembre 1993, toutes les entreprises qui travailleront
sur le chantier doivent remettre au coordonnateur SPS un Plan de Prévention de Sécurité et de
Protection de la Santé (PPSPS), répondant au PGCSPS. Il présente les solutions mises en
place pour prévenir chaque risque créé par les activités de l’entreprise, ainsi que ceux
engendrés par la coactivité des entreprises.

Le PPSPS contient [4]:


- Les informations générales concernant l’entreprise, le chantier et détermine la
personne chargée de diriger l’exécution des travaux, ainsi que sa qualité.
- La description des travaux et méthodes de travail en décrivant les risques propres à
l’entreprise et les risque dus à la coactivité des entreprises, qu’ils soient exportés ou
importés.
- La prise en compte des mesures de coordination générales définies par le
coordonnateur
- Décrit les locaux destinés au personnel sur le chantier
- Décrit les mesures en cas d’urgence

Chaque sous-traitant rédige un PPSPS qu’il doit suivre, décrivant la sécurité à mettre
en place pour chaque type de tâche. La sécurité est mise en place par le chef de chantier, sous
la responsabilité du chef d’entreprise. Ce dernier est tenu de fournir aux travailleurs le
matériel nécessaire à leur sécurité défini dans le PPSPS.

 Utilité en réhabilitation

Certains sont complets et peuvent donc servir de base à l’étude des risques.
Cependant, d’autres sont complètement inutiles car ils sont trop généraux et les risques ne
sont pas détaillés.

1.2.1.3. Le registre-journal

Le registre journal permet au coordonnateur SPS de consigner tous les avis,


observations, notifications et évènements intéressant la sécurité et la prévention sur le
chantier. Lorsqu’il passe sur le chantier, le coordonnateur note les problèmes observés et les
responsables du chantier doivent mettre en place la sécurité qui manquait.

 Utilité en réhabilitation

Le coordonnateur SPS le remplit lorsqu’il passe sur le chantier, et n’observe


généralement pas de problèmes. Il note alors l’activité du chantier pour montrer qu’il est

10
passé. Il a été régulièrement rempli au début du chantier (six premiers mois) mais le
coordonnateur SPS passe de moins en moins souvent sur le site (environ tous les deux mois)

1.2.2. Politique de l’entreprise

1.2.2.1. Les audits sécurité

L’audit sécurité est réalisé par l’animateur prévention sécurité. C’est un moyen pour
l’entreprise de faire un « autocontrôle » de la sécurité sur le chantier.

 Utilité en réhabilitation

Un audit sécurité a été réalisé sur le chantier mais n’a reporté aucun risque et n’a
apporté aucune proposition d’amélioration de la sécurité sur le chantier. Les APS ont
beaucoup d’affaires à suivre, et les chantiers de réhabilitation ne présentent pas autant de
risques que les travaux de gros-œuvre.

1.2.2.2. Réunion quart d’heure sécurité

Une réunion quart d’heure sécurité est prévue dans le livret d’accueil des entreprises.
Cette réunion est proposée aux entreprises, mais n’est pas obligatoire. Elle devrait permettre
de parler des problèmes rencontrés sur le chantier en matière de sécurité avec les responsables
sur site des sous-traitants, c’est-à-dire les chefs de chantier.

 Utilité en réhabilitation

Le quart d’heure sécurité n’est pas réalisé sur le chantier. Il pourrait être utile d’en
organiser un pour mieux sensibiliser les sous-traitants. Mais comme cette réunion n’est pas
obligatoire, les entreprises ne prennent pas le temps de venir y participer.

11
1.2.2.3. Le label « Chantier Bleu »

Le chantier de réhabilitation de Bischheim a obtenu le label


« Chantier Bleu ». Ce label, à l’initiative de Pertuy permet de montrer
que le chantier est particulièrement investi dans la mise en place et le
suivi de la qualité, la sécurité et l’environnement. Les entreprises
sous-traitantes de Pertuy Construction doivent accepter les exigences
dues à ce Label, c’est-à-dire en matière de qualité, de sécurité et
d’environnement. Elles rédigent elles-mêmes des plans qualité et
environnement répondant au plan Bleu de Pertuy.

Lorsqu’un chantier obtient le label, un drapeau est levé sur le


chantier.

Fig. 1.1. Le drapeau


« Chantier Bleu »

Pour obtenir le label « Chantier Bleu », le chantier doit vérifier 100% des critères du
cahier des charges du Plan Bleu [5] qui concernent :
- L’engagement de l’équipe chantier : suivi des points importants du label bleu comme
la sécurité et l’environnement sur le site, et la mise à jour régulière des tableaux
d’affichage permettant d’informer sous-traitants, locataires, maîtrise d’ouvrage, du
suivi QSE réalisé sur le chantier
- La qualité : les sous-traitants rédigent un plan de contrôle décrivant les contrôles à
réaliser pendant et à la fin d’une opération
- La sécurité : les postes de travail sont adaptés, rangés, les fiches de données sécurité
des produits sont présentes sur le chantier.
- L’environnement : le tri des déchets est réalisé, le suivi des consommations d’eau et
électricité est fait, les informations des riverains sont données

Après obtention du label, le jury revient sur le chantier pour valider le maintien du
label à 50 % et à 80 % de l’avancement des travaux. En cas d’accident avec arrêt de travail
qui affecte un intervenant du chantier (personnel Pertuy, intérimaire ou l’une des entreprises
partenaires), le label « Chantier Bleu » est suspendu sur une durée de 3 mois.

 Utilité en réhabilitation

Il est utile et permet l’implication des conducteurs de travaux, et surtout des


entreprises sous-traitantes qui remettent un plan spécifique pour le chantier en termes de
sécurité, qualité et environnement. Cependant, certains critères comme le suivi des accidents
de travail concernant les compagnons Pertuy sont peu utilisés en réhabilitation car il n’y a pas
de compagnons sur le site.

12
1.2.2.4. La fiche 5M

La fiche « 5M » est utilisée pour l’étude des risques en matière de sécurité sur les
chantiers de gros œuvre. Les cinq « M » de la fiche servent à trier les risques par thèmes et
correspondent à :
- Matériel (échafaudages, ascenseur, engins de levage…)
- Méthode (planification, coactivité, manutentions manuelles, communication
locataires…)
- Main d’œuvre (nombre d’homme/jour variable, rangement…)
- Matériaux (risque électrique, produits dangereux)
- Milieu (logements occupés, stockage, tri des déchets, voies de circulation…)

La fiche 5M est une grille proposant des risques spécifiques. Il faut alors
cocher « oui » ou « non » pour préciser si le risque existe, puis l’évaluer suivant 3 niveaux :
- Niveau 1 : Niveau de risque ne nécessitant pas d'analyse spécifique
- Niveau 2 : Niveau de risque nécessitant une étude de la Direction Technique (DT)
Méthodes, ou d’un document rédigé par l’équipe du chantier et validé par la DT
Méthodes
- Niveau 3 : Niveau de risque majeur pour l’opération nécessitant l’intervention de la
DT Méthodes

Cette fiche n’est pas utilisable pour les chantiers de réhabilitation. En effet, les risques
qu’elle propose ne correspondent pas à ceux de la réhabilitation, et, suivant cette fiche, le
chantier de réhabilitation ne présente pratiquement aucun risque.

La fiche est réalisée dès le lancement de l’étude commerciale par les services d’étude
et valorisation de prix (EVP) en collaboration avec les méthodes et l’animateur prévention
Sécurité (APS).

Lancement de l’étude Phase commerciale Préparation travaux Réalisation

La vie d’un projet

Etablissement de la fiche Majoration de la Majoration de la Majoration de la


5M fiche 5M fiche 5M fiche 5M suivant
PPSPS puis additifs

13
Fig. 1.2. Utilisation de la fiche 5M au cours du projet

La fiche 5M est remplie dès le lancement de l’étude, puis mise à jour et réévaluée à
chaque étape du projet. En effet, les méthodes de réalisation peuvent être modifiées au cours
de la préparation du chantier pour diverses raisons : suppression d’un risque, diminution des
coûts, etc. L’évaluation des risques en amont permet finalement de trouver des solutions par
la suite pour diminuer, voire supprimer le risque.

 Utilité en réhabilitation

La fiche 5M n’est pas utilisée en réhabilitation car elle est trop axée sur le gros œuvre.
Lorsque l’on la remplit pour le chantier de Bischheim, il n’y a que très peu de risques qui sont
mis en valeur.

1.2.3. Schéma résumé des documents et outils utilisés


pour la sécurité sur le chantier

Préparation chantier Chantier en cours

Normes Législation Normes

PGCSPS
Code du travail Registre journal
PPSPS

Fiche 5M
Remise à jour

Label chantier Bleu


Fiche 5M Obtention, suivi
Politique entreprise
Label chantier Bleu Réunion ¼ d’heure
Préparation sécurité

Audit sécurité

Fig. 1.3. Schéma résumé des documents et outils utilisés pour la sécurité sur le chantier

14
1.3. Les acteurs

1.3.1. Le délégataire de pouvoir et les conducteurs de


travaux

Le directeur de travaux chez Pertuy Construction fait une délégation de pouvoirs au


conducteur de travaux principal (dans le cas du chantier de Bischheim : V. BECK) qui engage
donc sa responsabilité civile et pénale. Les conducteurs de travaux veillent au bon
déroulement de la sécurité sur le chantier et doivent signaler les problèmes observés. Ils
doivent alors sensibiliser le travailleur aux risques encourus et aux sécurités à mettre en place.
D’autre part, les conducteurs de travaux gèrent l’information donnée aux locataires, qui
comprend entre autres des consignes de sécurité. Ces dernières concernent principalement les
risques dus à la présence des échafaudages et au nettoyage des façades : fermer les volets, ne
pas monter sur les échafaudages, etc.

 Implication dans la sécurité : constat par rapport au chantier étudié

Les conducteurs de travaux sont présents sur le chantier, valident les échafaudages et
font des remarques aux sous-traitants s’ils voient que certaines précautions ne sont pas prises.
Ils sont impliqués dans la sécurité sur le chantier, en particulier pour l’établissement du plan
bleu. Mais ils ne peuvent pas non plus être toujours sur le dos des ouvriers, au risque de créer
des tensions entre l’entreprise et les sous-traitants.

1.3.2. Les chefs de chantier

Le chef d’entreprise confie à son chef de chantier la responsabilité de la mise en place


de la sécurité. Il doit fournir aux ouvriers la matériel nécessaire à leur sécurité. Le chef de
chantier distribue les équipements de protection individuelle, et met en place les protections
collectives. En cas de manquement à la sécurité, les ouvriers peuvent utiliser leur droit de
retrait (Code du travail, article L 231-8-1).

 Implication dans la sécurité : constat par rapport au chantier étudié

Ils sont délégués par le chef d’entreprise pour la distribution des équipements de
protection individuelle. Il est aussi chargé de la mise en place des protections collectives. Ils
sont impliqués dans la sécurité du chantier, mais continuent aussi à avoir de mauvaises
habitudes : les EPI ne sont pas suffisamment portées (Cf. § 2.3.).

15
1.3.3. La coordination SPS

Lorsque le chantier est soumis aux dispositions de la loi n° 93-1418 du 31 décembre


1993 et des textes pris pour son application, le maître d’ouvrage doit nommer un
coordonnateur Sécurité et Protection de la Santé (SPS) pour veiller à la sécurité relative à la
coordination des travaux sur le chantier. En effet, le maître d’ouvrage en est responsable, mais
n’est pas un « sachant » et demande donc à un professionnel de s’en occuper. Il agit sous
l’autorité et la responsabilité du maître d’ouvrage. C’est une délégation de mission et non de
pouvoirs.

L’opération de réhabilitation que nous étudions est de 2e catégorie, c’est-à-dire que le


chantier représente plus de 500 hommes-jour ou la durée des travaux s’élève à plus de 30
jours ouvrés.
Cela implique que le coordonnateur SPS doit [6]:
- Etablir un dossier d’intervention ultérieur sur l’ouvrage (DIUO).
- Faire une déclaration préalable aux autorités compétentes.
- Rédiger un plan général de coordination en matière de sécurité et de protection de
la santé (PGCSPS).
- Prévoir que chaque entreprise rédige un plan particulier de sécurité et de protection
de la santé (PPSPS).
- Tenir un registre-journal lors de ses visites sur le chantier rapportant les informations
concernant la sécurité et l’hygiène du chantier.

Le coordonnateur a un objectif de moyen et non de résultat. C’est-à-dire qu’il est


chargé de créer tous les documents définis ci-dessus, de visiter le chantier et de noter dans le
registre-journal les problèmes observés sur le chantier. Il a le devoir d’informer les
travailleurs des risques qu’ils prennent et des protections qu’ils doivent mettre en place pour
limiter ces risques. S’il observe une situation de haut risque, il doit en parler au maître
d’ouvrage qui a le pouvoir de faire arrêter le chantier. En effet, un inspecteur du travail, un
contrôleur du travail ou le maître d’ouvrage sont les seuls à pouvoir arrêter les travaux.

S’il y a un accident sur le chantier, le coordonnateur SPS va réaliser une étude pour
trouver les risques qui ont mené à l’accident.

 Implication dans la sécurité : constat par rapport au chantier étudié

Il se rend sur le chantier peu souvent : environ tous les deux mois. Lorsqu’il passe, il
n’observe généralement pas de problèmes. Il est donc peu actif dans le suivi de la sécurité su
le chantier. Ayant l’habitude des chantiers de construction présentant une partie importante de
gros œuvre, les chantiers de réhabilitation ne lui semblent pas présenter de dangers
importants. Finalement, il ne s’implique pas vraiment dans la sécurité du chantier.

16
1.3.4. Le service QSE

Le service QSE s’occupe de l’évaluation des risques et du suivi de la sécurité sur les
chantiers. Les animateurs prévention et sécurité (APS) se déplacent sur les chantiers pour
conseiller, surveiller et auditer : vérification du suivi des documents concernant la sécurité. Le
service QSE s’occupe de plus de faire les visites concernant l’obtention et le suivi du label
Bleu des chantiers.

 Implication dans la sécurité : constat par rapport au chantier étudié

Le service QSE ne passe que rarement sur le chantier car la réhabilitation présente
moins de risques qu’un chantier de gros-œuvre. D’autre part, ils ont la fonction de veiller à la
sécurité sur les chantiers, mais surtout à celle des compagnons de l’entreprise. Le chantier de
réhabilitation n’étant réalisé que par des sous-traitants, ce n’est pas la priorité du service
QSE.

1.3.5. Schéma récapitulatif des acteurs participant à la


sécurité sur le chantier

Entreprise générale Sous-traitants Maître d’ouvrage

Délégataire de pouvoir
et conducteurs de Chefs de chantier Coordonnateur SPS
travaux

Service QSE

Fig. 1.4. Schéma récapitulatif des acteurs participant à la sécurité sur le chantier

17
1.4. Schéma récapitulatif de la sécurité autour du chantier

PERTUY CONSTRUCTION
Utilise Fiche 5M

Rédige

Utilise
PPSPS
Service QSE Entreprise

Utilise
Evalue le
chantier LABEL Prend
CHANTIER
BLEU compte
Utilise

Délégataire de pouvoir et
conducteurs de travaux
MAITRE D’OUVRAGE

Prend compte

Organise
Rédige Coordonnateur SPS
PGCSPS

Registre
Visite chantier, journal
Rédige
Utilise

Normes EPI Réunion quart d’heure sécurité


Utilise

Participe

ENTREPRISES SOUS-
TRAITANTES
Chefs de chantier
Rédige
Utilise
PPSPS
Légende : Sous-traitant
Acteur
Outil

Fig. 1.5. Schéma des relations entre les acteurs et les outils utilisés sur le chantier

18
2. Analyse des risques
Maintenant que les acteurs et les outils du chantier sont bien définis, il apparaît
indispensable de réaliser une observation de ce qui se passe sur le chantier. En effet, cette
étape est nécessaire à la bonne compréhension de la sécurité nécessaire sur un site de
réhabilitation, et donc à l’élaboration des processus spécifiques à ce type de travaux.

Quels risques existent sur le chantier ? Quels sont ceux contre lesquels les intervenants
sont bien protégés ? C’est en observant lot par lot les habitudes et les méthodes utilisées que
l’on peut évaluer les risques d’un tel chantier de réhabilitation.

Mais avant de décrire les risques observés, nous allons regarder en quoi consiste le
chantier, quels travaux sont effectués et les plannings à respecter.

2.1. Description du chantier

Le projet que j’ai pu étudier est la réhabilitation des bâtiments rue Emile Haag à
Bischheim. Le maître d’ouvrage est l’OPUS 67 et le maître d’œuvre le cabinet d’architectes
WEBER et KEILING. Les travaux sont réalisés sous les ordres de l’entreprise générale
mandatée Pertuy Construction, entreprise générale tous corps d’état. L’entreprise sous-traite
la majorité des lots, et tous les travailleurs sur le chantier sont donc des sous-traitants.

L’exécution du chantier est alors différente du cas où l’entreprise travaille avec ses
propres compagnons. L’équipe travaux a la charge de vérifier que la sécurité est mise en
place. Si ce n’est pas le cas, elle informe les travailleurs qui doivent se fournir des protections
auprès de leur employeur. D’autre part, pour limiter les risques, la coactivité dans les
logements est quasiment nulle.

Le chantier se faisant en site occupé, il faut que les travaux soient réalisés de façon à
permettre au locataire de continuer à vivre dans son logement. Un point d’eau est conservé, le
bruit et la poussière sont limités et l’avis du locataire doit parfois être pris en compte. Durant
les travaux, le logement doit rester « décent » suivant les critères définis par le décret 2002-
120 du 30 janvier 2002 [7]:
- Assurer le clos et le couvert : pose d’une nouvelle fenêtre immédiatement après la
dépose de l’ancienne.
- Présence des garde-corps et escaliers nécessaires à la sécurité des locataires : sur le
chantier de Bischheim, les garde-corps des portes-fenêtres sont rehaussés.
- La nature et l’état de conservation des matériaux et des canalisations ne constituent
pas un risque pour la santé du locataire

19
- Les réseaux et branchements d’électricité et de gaz et les équipements de chauffage et
de production d’eau chaude sont aux normes et en bon état : le chauffe-eau est posé le
même jour que la dépose pour que le locataire continue d’avoir de l’eau chaude
- Ventilation
- Eclairement naturel
- Installation de chauffage
- Au moins un point d’alimentation en eau potable : pendant les travaux, il reste
toujours un point d’eau dans le logement, c’est en général la baignoire qui est remise
en place immédiatement après la dépose.
- Evacuation des eaux ménagères
- Une cuisine, alimentation eau chaude et froide, évacuation des eaux usées : les
cuisinières électriques peuvent être branchées dans une autre pièce et un point d’eau
chaude et froide existe (baignoire)
- L’installation sanitaire doit être présente : c’est pourquoi la baignoire et les toilettes
sont installées immédiatement après la dépose
- Un réseau électrique permet l’éclairage et l’utilisation des appareils ménagers
courants : l’électricité est réalisée en 2 jours sur le chantier de Bischheim mais
l’électricité fonctionne lorsque les ouvriers partent le soir pour permettre au locataire
de vivre normalement dans son logement.

Le chantier doit être nettoyé régulièrement pour le confort des locataires. Bien que
tous les logements se ressemblent, chaque appartement est unique et certains présentent des
spécificités comme par exemple des problèmes d’humidité (souvent dus à un problème de
VMC qui est à la charge de l’OPUS 67), la présence d’une cuisine équipée, etc. Une
communication importante est réalisée entre l’équipe d’encadrement des travaux et les
locataires pour répondre à leurs questions.

Dans le cas de la réhabilitation de Bischheim, les travaux dans les logements se


limitent aux pièces humides, sauf l’électricité qui est mise aux normes NFC 15-100, et les
fenêtres changées dans l’ensemble du logement.

Les travaux effectués à l’extérieur des bâtiments et dans les parties communes sont :
- Gros-œuvre : réfection des caves
- Etanchéité : création de lanterneaux dans les cages d’escalier pour désenfumage
- Ravalement de façade : pose d’isolation par l’extérieur, mise en peinture
- Echafaudages : mise en place d’échafaudages de pied pour le ravalement et le serrurier
- Aménagement extérieur – Voirie : terrassement, voirie, aménagement, espaces verts
- Plâtrerie : remplacement des faux-plafonds dans les entrées

Dans les logements, les travaux sont réalisés en 3 semaines (Voir Annexe 2 : planning type),
et comprennent :
- Menuiserie extérieure pvc : remplacement de toutes les menuiseries extérieures :
fenêtres, portes-fenêtres

20
- Serrurerie : remplacement des blocs-porte d’entrée
- Menuiserie intérieure bois : remplacement des portes palières, portes de recoupement
et cloisonnement gaine technique
- Sols collés : remplacement du sol dans les pièces humides
- Peinture : remplacement papier peint et peinture plafond des pièces humides
- Electricité : mise aux normes de toute l’électricité (Courant fort et faible), suivant la
norme NFC 15.100
- Sanitaire : remplacement des appareils sanitaires dans les pièces humides
- Carrelage : remplacement de la faïence dans les pièces humides

21
2.2. Evaluation des risques

Les risques du chantier sont évalués selon la méthode appliquée par l’entreprise pour
l’élaboration du DUER [8] (Document Unique d’Evaluation des Risques). Cette méthode
permet de hiérarchiser les risques en évaluant la gravité et la fréquence du risque.

Gravité des dommages potentiels


1 Faible Accident ou maladie sans arrêt de travail
2 Moyenne Accident ou maladie avec arrêt de travail
3 Grave Accident ou maladie avec incapacité permanente partielle
4 Très grave Accident ou maladie mortelle

Fréquence de l'exposition des salariés aux dangers


1 Faible Exposition de l'ordre de une fois par an, ou par chantier
2 Moyenne Exposition de l'ordre de une fois par mois
3 Fréquente Exposition de l'ordre de une fois par semaine
4 Très fréquente Exposition quotidienne ou permanente

Fig. 2.1. Evaluation de la priorité du risque en fonction de sa gravité et de sa fréquence

Comme le montre le schéma ci-dessus, les risques de priorité 1 sont ceux qui
présentent une gravité et une fréquence élevées. A l’inverse, les risques de priorité 3 sont ceux
qui présentent une gravité et une fréquence faibles.

Pour l’étude des risques concernant les locataires, la méthode doit être modifiée. En
effet, nous ne pouvons pas évaluer la gravité de l’accident du locataire en considérant que cela
est un accident du travail. Nous choisirons alors pour l’échelle de gravité suivante :
1 Accident bénin
2 Atteinte physique moyenne
3 Accident ou maladie avec incapacité permanente partielle
4 Accident ou maladie mortelle

22
Le tableau des risques est présenté en Annexe 3. Nous nous occuperons lors de ce
projet des risques présentant la priorité 1 pour les sous-traitants, et tous les risques liés aux
locataires, car ils sont la spécificité du chantier de réhabilitation en site occupé.

Lot Opération Risque Solution


Fondations / pose blocs
Chute d'objets Chaussures de sécurité
béton
Gros œuvre Fondations / pose blocs
Court circuit matériel conforme
béton
Echafaudage ou
Pose de blocs béton Chute du personnel
escabeau conforme
Nettoyage haute
passage dégagé sur
pression / pose de Chute de hauteur
l'échafaudage
l'isolation
Ravalement Pose de l'isolation Chute d'objets Chaussures de sécurité
Utilisation de matériel Matériel conforme,
Pose de l'isolation
électroportatif personne formée
Menuiserie intérieure Utilisation d'outils de
Dépose / Pose mal de dos
bois transport et de levage
Utilisation de matériel Matériel conforme,
Dépose
électroportatif personne formée
Faïence
Utilisation de matériel
Dépose Port de gants
électroportatif
Utilisation de matériel Matériel conforme,
Ragréage
électroportatif personne formée
Sols collés
Utilisation de matériel
Ragréage Port de gants
électroportatif
Utilisation de matériel Matériel conforme,
Tirage de câbles
électroportatif personne formée
Electricité
Port du casque, lunettes
Mise en tension Electrocution, étincelles
et gants adaptés
Sanitaires Dépose chauffe-eau Chute d'objets Chute du -eau
Montage / Démontage Chute d'objets Balisage
Montage / Démontage Chute du personnel Harnais de sécurité
Utilisation de matériel Matériel conforme,
Montage / Démontage
Echafaudages électroportatif personne formée
prolongement de
En utilisation Chute d'objets l'échafaudage au niveau
des passages piéton
vérification avant
En utilisation détérioration
utilisation

Tab. 2.2. Les risques de priorité 1 pour les sous-traitants sur un chantier de réhabilitation

Pour ces risques de priorité 1, nous verrons plus particulièrement dans la suite le
problème du transport des portes de recoupement pour les menuiseries intérieures, et le diable
élévateur pour la dépose du chauffe-eau des sanitaires. Les autres points seront rappelés dans
les livrets d’accueil sécurité (voir § 4.2.) pour sensibiliser les travailleurs à ces risques.

23
Opération Risque Solution
Chute de plain pied Ranger le poste de travail
Pendant les travaux
Chute de plain pied Ranger les communs
Démontage des appareils Empêcher les fuites, essuyer le
Glissade
sanitaires sol
Reprise du mur le même jour
que dépose carrelage
Chute du lavabo après dépose de
Démolition faïence
carrelage et donc mur affaibli Ou fixer le lavabo pour qu’il ne
tombe pas pendant la nuit

Peinture trop odorante pour Choisir une autre peinture


Peinture
personne asthmatique ponctuellement

Utilisation de matériel Bruit Fournir des protections auditives


électroportatif
Rallonge Fixer les rallonges
Chute de plain pied à cause de
Peinture tête d'escalier limiter la durée d'exposition
l'échafaudage
Protection passage piéton
Ravalement Chute d'objets Balisage
Affichage d’information

Tab. 2.3. Les risques concernant les locataires sur un chantier de réhabilitation

Pour les risques concernant les locataires, nous étudierons plus particulièrement le
rangement des électriciens et les rallonges. Les autres seront signalés dans les livrets sécurité
pour prévenir les travailleurs des dangers.

24
2.3. Etude du port des EPI

Les EPI, ou Equipements de Protection Individuelle, ne sont pas toujours portés.


Pourquoi ? Les raisons sont variables : non connaissance des risques, habitudes, confort, ou
pas de matériel adapté. Ce problème peut être en partie réglé par une meilleure sensibilisation
des équipes. Les travailleurs étant généralement des sous-traitants sur les chantiers de
réhabilitation, il faut trouver des solutions adaptées à ce type de chantier.

L’étude du port des EPI sur le chantier (Annexe 4 : Etude du port des EPI sur le
chantier de Réhabilitation en site Occupé Bischheim) donne les résultats suivants :
- les chaussures de sécurité sont portées dans 43 % des cas
- les gants sont portés dans 78 % des cas
- les lunettes sont portées dans 29 % des cas
- les masques sont portés dans 20 % des cas
- les protections auditives sont portées dans 50 % des cas

Nous remarquons ici un réel problème au niveau des protections individuelles,


d’autant plus que c’est ce manquement qui a engendré deux accidents de travail sur le site.
Ces accidents sont tous deux liés au non port de gants. En effet, le premier est dû à
l’embrasement de colle par un chalumeau, le travailleur est brûlé au 3e degré, quant au
second, il s’agit d’une coupure sur de la faïence brisée, des points de suture ont été
nécessaires.

Chaussures Protections
Activité Gants Lunettes masque
de sécurité auditives

Détapisseur 50% / / 0% /

Tapissier 0% / / / /

Sanitaire 50% 66% 0% / 0%

Poseur sol 0% / / / /

Menuisier 0% 0% / 0% 0%

Electricien 80% / 25% / 66%

Carreleur 0% 100% 50% 50% 50%

Maçon 100% 100% / / /

Fig. 2.4. Port des EPI suivant l’activité.


Lecture : 66% des sanitaires devant porter des gants les portent effectivement

25
Nous remarquons ici que la seule entreprise portant tous les EPI cités précédemment
est l’entreprise de maçonnerie (2 ouvriers présents sur le chantier) (la nécessité du port du
casque pour ces ouvriers est discutable). Les maçons sont en effet plus habitués aux dangers
des chantiers et se protègent avec les EPI adaptés à leurs travaux. Dans ce cas, la petite taille
de l’entreprise ne joue pas dans le port des EPI.

Au contraire, pour les autres entreprises, plus elle est grande et plus les EPI sont
portés. L’entreprise SOVEC (environ 200 collaborateurs), pour l’électricité, porte bien les
EPI adaptés à son travail. Leurs sous-traitants se protègent moins, ce qui diminue les valeurs
dans le résultat du sondage.

L’entreprise KOLB, pour les sanitaires, est une entreprise d’environ 50 salariés. Ses
chiffres concernant le port des EPI ne sont pas très bons : aucun ouvrier ne porte de lunettes
ou protections auditives, et les chaussures de sécurité et gants ne sont portés que par un
ouvrier sur deux.

Les poseurs de sol, menuisier et carreleurs sont des petites entreprises. Les deux
premiers sont les « mauvais élèves » pour le port des EPI. La sensibilisation des ouvriers à la
sécurité ne doit pas être très développée dans ces entreprises. Les carreleurs sont aussi une
petite entreprise, mais ont plus l’habitude de porter les EPI.

Le tapissier est une entreprise moyenne d’environ 50 salariés. Le port des EPI n’est
pas très bon dans cette entreprise, mais nous pouvons considérer que ces travailleurs n’ont pas
l’habitude de travailler sur un chantier de réhabilitation où toutes les entreprises travaillent au
même endroit et négligent donc le port des chaussures de sécurité.

Nous insisterons sur l’importance des EPI dans les livrets d’accueil sécurité qui seront
remis à chaque chef de chantier à son arrivée sur le site.

26
2.4. Conclusions de l’étude du chantier

Ce chantier de réhabilitation présente un certain nombre de risques, que ce soit pour


les sous-traitants ou pour les locataires. Nous commencerons par résoudre les principaux
problèmes repérés précédemment en proposant de nouvelles méthodologies de travail. Leur
application permettra d’améliorer la sécurité de chacun, ouvrier ou locataire, sur le site. Nous
verrons entre autres la dépose du chauffe-eau, l’installation des portes de recoupement et le
rangement des paliers pour les électriciens.

Nous mettrons ensuite en place des actions pour améliorer la sécurité sur le chantier :
un livret d’accueil sécurité permettra d’informer et sensibiliser les travailleurs, et une réunion
hebdomadaire (ou bimensuelle, suivant l’avancement du chantier) portant sur la sécurité
permettra d’en faire le suivi avec les chefs de chantier.

Enfin, les risques décrits précédemment doivent être connus avant le début du chantier
pour mieux préparer la sensibilisation des équipes et les méthodologies de travail. Pour cela,
nous modifierons la « Fiche 5M » actuellement utilisée pour les travaux de construction
(présentant une dominante de gros-œuvre), et qui n’est pas adaptée à l’étude des risques des
chantiers de réhabilitation.

27
3. Les nouvelles méthodologies de travail

3.1. Réduction des risques des sous-traitants de priorité 1

3.1.1. Dépose et pose de chauffe-eau

L’opération de dépose du chauffe-eau présente un risque particulier pour les ouvriers.


En effet, ce dernier, bien que vidé, reste lourd car une accumulation de calcaire s’est formée
pendant les années d’utilisation. Le chauffe-eau pourra donc peser jusqu’à 30 kg et est installé
en hauteur, parfois même au dessus de la baignoire. Un diable élévateur est actuellement
utilisé, mais n’est pas adapté au travail dans les endroits confinés (chauffe-eau derrière les
WC par exemple).

Après concertation avec le chef de chantier de l’entreprise, il s’avère que le matériel


utilisé pour la dépose du chauffe-eau est trop imposant (largeur : 65 cm) et donc mal adapté
au travail en espace réduit.

Fig. 3.1. Le diable élévateur actuellement utilisé par les sanitaires

28
Le schéma suivant (Fig. 3.1.) présente la configuration d’un logement, et le chemin
que l’ouvrier doit faire avec le chauffe-eau sur le diable. Le chauffe-eau se trouve dans la
gaine technique derrière les WC (déposés lors de la dépose du chauffe-eau). Les largeurs de la
pièce WC et du couloir sont de 90 cm. Le diable, large de 65 cm, est difficile à manier dans
ces espaces.

Fig.3.2. Plan d’un logement pour la dépose du chauffe-eau

Le chef de chantier voudrait que le diable ne fasse que 50 cm de large. Les roues sont
actuellement à l’extérieur de l’armature du diable. Une solution est de les installer à l’arrière
pour diminuer la largeur du diable mais conserver ses autres caractéristiques (Fig. 3.3.).

Diable actuel Roues à l’arrière

Fig. 3.3. Solution pour le diable : roues à l’arrière

Cependant, cette solution va entraîner une perte de stabilité : plus les roues sont
écartées et plus le diable est stable. D’autre part, la position de l’axe de rotation sera modifiée.
Une étude mécanique simple montre que l’effort mis en œuvre pour basculer le diable sera
plus important l’utilisateur du diable (Fig.3.4.).

29
F F’

H H

L P L’ P

En supposant que les roues sont des rotules, la somme des moments au centre de la
roue est nulle :
F*H=L*P
F’ * H = L’ * P
Puisque L’ > L, nous aurons F’ > F, force appliquée par l’utilisateur sur le diable.

Pour un chauffe-eau de 60 cm de diamètre, et des roues de 20 cm de diamètre, nous


avons :
L = 30 cm, L’ = 30 + 10 = 40 cm
L’ = 1,33 x L
La force à appliquer pour basculer le second diable sera 33% plus grande que pour le
premier.

Fig. 3. 4. Calcul mécanique de 2 diables élévateurs présentant un axe de roues différent

Une autre solution est d’installer une ou deux roues supplémentaires à l’avant pour
avoir une bonne stabilité, et compenser la diminution de l’écartement des roues. L’utilisateur
n’aura alors plus besoin de faire basculer le diable pour le faire bouger (Fig. 3.5.).

Diable actuel 2 roues à l’avant

Fig. 3.5. Solution pour le diable : deux roue à l’avant

30
Pour cette solution, il sera nécessaire d’ajouter des freins pour empêcher le
mouvement du diable lors de la dépose du chauffe-eau. En revanche, dans ce cas, c’est la
repose au sol du matériel qui semble moins pratique. Si les pales sont assez longues ou
allongeables, les roues à l’avant devront être bloquées à l’aide des freins, et l’utilisateur, en
penchant le diable vers l’avant permettra au chauffe-eau de glisser le long des pales jusqu’au
sol. D’autre part, les roues devront être mobiles (comme sur une poussette ou un caddie de
supermarché) pour permettre le bon maniement de l’outil. Il est évident que la manipulation
devra se faire à deux pour empêcher le renversement du chauffe-eau.

Une recherche de matériel sur internet montre que les diable-élévateurs présentant une
largeur inférieure à 60 cm n’existent pas. Il faudra donc en créer un de toutes pièces. La
solution s’offrant à nous semble être la seconde : un diable stable sur 4 roues avec des freins.
Les roues pourront être placées à l’arrière des pales pour gagner en encombrement.

31
3.1.2. Installation des portes de recoupement

Les portes de recoupement sont des portes coupe-feu, installées au niveau des paliers,
afin de séparer la cage d’escalier de la partie « logements » en cas d’incendie (Fig.3.6.).

Porte de Logement 2
recoupement
Logement 1

Fig. 3.6. Emplacement des portes de recoupement dans les bâtiments

Nous avons pu remarquer un problème au niveau de la méthodologie pour


l’installation des portes de recoupement. En effet, celles-ci mesurant 2,50 m de haut et 1,20 m
de large, il était impossible de les monter aux étages à l’aide de l’ascenseur qui était trop petit.
Les portes ont donc été montées manuellement par les escaliers. Ceci était une situation à
risque qu’il serait bon d’éviter sur les chantiers à venir.

Tout d’abord, notons que le choix de ces portes a été fait par l’entreprise Pertuy
Construction, pour diminuer la durée des travaux dans les communs car la pose d’une porte de
taille normale aurait nécessité la création de murs autour pour assurer la séparation coupe-feu
entre le pallier et la cage d’escalier. Malheureusement, lors de ce choix, l’étude des risques
n’a pas été réalisée. Une solution serait donc de ne pas choisir de poser une porte qui ne
pourra pas être montée sans l’utilisation d’un outil de levage. Il sera nécessaire d’ajouter sur
la fiche « 5M » d’évaluation des risques du chantier la possibilité d’objets imposants ne
pouvant pas être transportés par un ascenseur.

32
L’autre solution est l’utilisation d’un outil de levage. Un monte-charge peut par
exemple être d’installé à l’extérieur du bâtiment et faire passer la porte par la porte-fenêtre
d’un logement. Le problème est que la porte est imposante (2,50 m de haut), et les logements
présentent des couloirs larges de 1,10 à 1,70 m dans l’entrée, qui ne permettront pas un
passage aisé. Cette solution serait peut-être possible dans un site non occupé car les logements
seraient vides et la porte pourrait donc être plus facilement transportée. Dans notre cas, cette
solution est plus difficile à mettre en œuvre, puisque les logements sont occupés.

[9][10][11]
Ci-après, les photos de plusieurs monte matériaux (Fig 3.7.) et les
comparaisons de location de ce type de matériel (Tab 3.8.)

(a) (b) (c)

Fig. 3.7. Monte-matériaux incliné APACHE (a), SALTI (b) et LOXAM (c)

hauteur 1 jour 2 jours et + 1 semaine 1 mois


Monte Matériaux SALTI 150 kg 20m 136 € 114 € / jour
Articulée Diezel 20m 253 € 1 036 € 3 840 €
Monte Matériaux LOXAM 25m 174 € 145 € / jour

Tab. 3.8. Comparaison des prix de location de monte-matériaux

La sécurité du travailleur a un coût, et les entreprises ne choisissent en général la


solution la moins chère. C’est pourquoi nous avons étudié le coût de cette solution, dans le but
de savoir si elle est économiquement possible (Annexe 5).

Pour cette étude, nous avons choisi le monte-matériaux LOXAM, présentant le prix le
plus représentatif pour l’ensemble des monte-charges (prix moyen).

Nous obtenons les résultats suivants pour l’affaire de la réhabilitation de Bischheim :


Sans monte-charge : 4130 €
Avec monte-charge : 4805 €

33
La diminution de la manutention du personnel par l’utilisation d’un monte-charge a
augmenté le prix de réalisation de 16 %, ce qui ne sera pas acceptable pour l’entreprise
concernée.

3.1.3. Autres risques

Ces derniers thèmes concernant les sous-traitants sont récurrents et feront l’objet de
prévention dans les livrets sécurité et les réunions sécurité décrits au paragraphe 4.

 Matériel électroportatif

Les risques dus à l’utilisation du matériel électroportatif sont très représentés dans
l’analyse de risques faite précédemment (Annexe 3). De plus ils figurent parmi les risques de
priorité 1. Le risque que présente le matériel électroportatif est bien connu de l’entreprise
Pertuy Construction, puisque elle recense tous les ans plusieurs accidents du travail dus à
l’utilisation de ce type de matériel.

La personne qui utilise un de ces outils doit avoir été formée, et l’outil doit être
conforme aux normes de sécurité, et entretenu régulièrement. Les conducteurs de travaux
devraient être capables de vérifier les compétences des ouvriers et la conformité de
l’outillage. Le port des EPI est d’autre part essentiel lors de l’utilisation de ces outils qui
présentent des risques importants. Devront être portés :
- des gants : ces outils sont souvent tranchants
- un masque : à cause de la poussière
- des lunettes : à cause de la poussière
- des protections auditives : à cause du bruit

 Rangement et détérioration de l’échafaudage

Les échafaudages présentent aussi des risques importants puisqu’une chute pourrait
être mortelle. Le rangement de l’échafaudage est donc essentiel pour éviter les chutes et doit
être vérifié par le conducteur de travaux. D’autre part, les échafaudages sont en permanence
présents sur ce site occupé et font parfois l’objet de dégradations. Il est donc important de
rester vigilant lors de l’utilisation de l’échafaudage.

34
3.2. Réduction des risques pour les locataires

Beaucoup de risques existant pour les locataires sont évidemment aussi des risques
pour les travailleurs. Cependant, ces risques ne présentent pas la priorité 1 pour les
entreprises, car les risques sont moins importants.

3.2.1. Rangements pour les électriciens

Le rangement du poste de travail est essentiel au bon déroulement du chantier. En


effet, il faut prendre en compte que des personnes vont passer : le locataire, le conducteur de
travaux, et éventuellement un travailleur d’une autre entreprise. C’est en particulier le cas des
électriciens : travaillant à 6 personnes dans le même logement, ils remplacent tous les
câblages de l’appartement. Le passage est alors encombré de bouts de fils, bobines, etc. Mais
les parties communes des bâtiments sont aussi encombrées par les autres intervenants.

Fig. 3.9. Encombrement d’un pallier

Fig. 3.10. Encombrement dans un logement

Comme nous l’avons observé lors de l’analyse des risques, les électriciens ont
tendance à encombrer les voies de passage lorsqu’ils travaillent. Le but ici est donc de
proposer des outils pour les aider à avoir un poste de travail mieux rangé.

Sur la photos 3.9., nous pouvons observer qu’une dérouleuse est utilisée, et que les
autres bobines sont posées à côté ; ce qui finit par encombrer totalement le passage. Des
rangements spécifiques permettent de stocker et de dérouler les bobines au même endroit, ce
qui permet un gain de place.

35
Fig. 3.11. Chariot CAR12M de NICOLETTI

Fig. 3.12. Rangement DBS-R de CABLE


EQUIPEMENT

Le chariot CAR12M de NICOLETTI [12] (Fig. 3.11.) est utile car il prend peu de place
et possède des roues qui permettent de le déplacer facilement. Il peut être transporté d’un
pallier à l’autre par ascenseur. Ce chariot serait idéal s’il acceptait les grosses bobines que les
électriciens utilisent actuellement sur le chantier.

Le système DBS-R proposé par CABLE EQUIPEMENT [13] (Fig. 3.12.) semble être
bien adapté à notre problème. Il permet de stocker des bobines de poids inférieur à 30 kg et
présente un axe dépendant pour chaque bobine (on ne recharge que celle qui est vide). Il serait
aussi possible d’installer une planche dessus pour offrir de la place de rangement
supplémentaire. Cependant, sa largeur de 1m ne permet pas de le faire rentrer dans un
ascenseur sur le chantier de Bischheim.

L’idéal serait donc d’avoir le système de rangement du type DBS-R, d’une longueur
de 90 cm, et avec des roulettes pouvant être bloquées pour permettre un déplacement rapide et
la possibilité de le faire entrer dans l’ascenseur.

36
3.2.2. Rallonges électriques

Les rallonges électriques sont utilisées par tous les corps de métiers qui se servent de
matériel électroportatif. Le risque est la chute de plein pieds, mais le plus important est qu’il
existe autant pour les travailleurs que pour les locataires. Les rallonges trainent sur le sol,
mais traversent aussi parfois les escaliers, ce qui présente un risque majeur pour les passants.
Ce problème peut être matériel (les travailleurs pourraient utiliser un passe-câble), mais est
aussi dû à un manque de sensibilisation des ouvriers.

Fig. 3.13. Une rallonge qui passe devant l’ascenseur, traverse les escaliers, pour se brancher
au 1er étage

Les rallonges électriques présentent un petit risque, mais sont très présentes sur ce
chantier, et surtout il y a beaucoup de passage. Pourtant, les solutions sont simples : si un
câble traverse un passage, il faut le scotcher ou utiliser un passe-câbles. Cela prend un peu de
temps mais permet réellement d’éviter des accidents.

37
Les passe-câbles souples [14] sont les plus adaptés dans notre cas car ils ne prennent
pas beaucoup de place s’ils ne sont pas utilisés et ne participent donc pas à l’encombrement
des paliers. L’inconvénient est que ce type de matériel n’est pas rigide, cela nécessitera peut-
être de le fixer avec une bande adhésive. Cette option n’aurait alors pas beaucoup plus
d’avantages que l’utilisation de scotch seul.

Fig. 3.14. Protecteur de Fils et de câbles Electriques Wiremold®

Un passe-câble rigide [15] sera peut être plus adapté pour les travaux car il pourra être
posé sur le sol et fixé rapidement à ses extrémités avec du ruban adhésif. L’inconvénient est
qu’il occupe de la place s’il n’est pas utilisé. Le câble de la rallonge pourra glisser dans le
passe-câble si le travailleur a besoin de plus de fil.

Fig. 3.15. Protecteur de câbles bon marché

Finalement, pour bien choisir le passe-câble adapté, il faudrait essayer le souple pour
savoir s’il est utile sur les chantiers. Sinon, le second pourra être utilisé. Si aucun de ces
matériels ne sont disponibles, il est toujours possible de scotcher les rallonges au sol, si ce
dernier est adapté et ne sera pas abimé par l’adhésif.

38
3.2.3. Autres risques

 Echafaudages volants

Les échafaudages qui présentent le plus de risques sur le site sont les échafaudages
volants installés dans les escaliers pour la mise en peinture des têtes de cage. Les
échafaudages installés pour le ravalement présentent un risque évident de chute de hauteur
pour les travailleurs, mais ne présentent quasiment pas de risque pour les locataires : les zones
échafaudées ne sont généralement pas des zones de passages, et lorsqu’il y en a une, une
protection supplémentaire est installée pour protéger les passants des chutes d’objets.

Les échafaudages volants installés dans les têtes d’escalier présentent un risque car ils
ne sont pas suffisamment hauts pour conserver une utilisation correcte et sécurisée des
escaliers.

Fig. 3.16. Echafaudage volant en tête de cage d’escalier

Pourquoi sommes-nous dans cette situation ? Les échafaudages sont posés à l’avance
par une équipe de monteurs, et la peinture est réalisée lorsque les ouvriers ont le temps, c’est-
à-dire lorsqu’ils ont de l’avance dans les logements. Les échafaudages restent donc plusieurs
mois dans les entrées, alors qu’ils ne servent que quelques jours.

Le problème est donc que les logements et les cages sont faits en parallèles. Il faudrait,
soit avoir deux équipes distinctes et en permanence sur le chantier, soit faire les logements,
puis quand ils sont tout terminés, faire les communs.

39
 Fuite d’eau

Les fuites d’eau présentent des risques si l’eau stagne sur le sol plastique, qui devient
donc glissant. Cela arrive lorsque l’on démonte les appareils ménagers pour libérer la cuisine
ou la salle de bains avant la dépose et le ragréage. Cette opération doit être faite par les
locataires, qui demandent parfois de l’aide aux ouvriers responsables des sanitaires car ils ne
savent pas comment s’y prendre.

Si nous parlons ici de ce problème, c’est qu’une locataire ayant demandé de l’aide
pour cette opération a glissé dans une flaque et a voulu porter plainte car elle s’est foulé la
cheville. Les personnes aidant les locataires pour le déménagement ne sont pas qualifiées pour
le débranchement de ces appareils et les laissent souvent en place dans le logement. En effet,
les installations présentes sont parfois défectueuses et le robinet permettant de fermer la
conduite d’eau du lave linge fuit.

Pour résoudre ce problème, il faudrait que la personne qui démonte ces installations
soit bien définie et qualifiée pour réparer ce type de fuite.

 Chute du lavabo

Lors de la dépose de la faïence, le mur n’est parfois pas assez solide pour rester en
place et est enlevé en même temps. Le lavabo n’est alors plus bien fixé au mur et risque de
chuter.

Les solutions sont donc : soit déposer le lavabo le même jour que la dépose de la
faïence, ce qui implique une organisation serrée et difficile à envisager, à moins que le
carreleur dépose lui-même le lavabo. Sinon, une fixation du lavabo devrait être installée pour
éviter le risque de chute du lavabo.

40
 Protections auditives

Certains travaux sont très bruyants, comme ceux des électriciens ou le ravalement. Le
maître d’ouvrage devrait fournir aux locataires des protections auditives pour que les travaux
n’interfèrent pas sur leur sante. Nous avons pu remarquer que les locataires ne se plaignent
pas beaucoup du bruit engendré par ces travaux, et ne sont jamais venus réclamer des
protections auditives. Ce danger est en effet peu connu de tous, et nous avons l’habitude
d’entendre des sons très forts, lors de concerts ou de soirées par exemple. Mais cela ne réduit
pas le risque, au contraire : la perte d’audition est irréversible.

L’oreille est une partie du corps très fragile, et toute audition perdue l’est
définitivement. Comme le montre la figure 3.10. Ci-dessous, l’oreille entend de façon
normale entre 40 et 80 dB (A). Au dessus de 80 dB (A), les bruits deviennent dangereux pour
l’audition et le port de protections auditives devient obligatoire. La directive 2003/10/CE du
parlement européen et du conseil décrivent les limites d’exposition suivantes :
- 80 dBA : protections mises à disposition
- 85 dBA :port de protections obligatoire
87 dBA : maximum toléré par l’oreille avec protection

Fig. 3.17. Seuils de risques de l’audition [16]

Nous pouvons considérer que, lors des travaux, les locataires subiront pendant environ
deux semaines les perceuses des électriciens dans l’immeuble. L’isolation extérieure est fixée
à l’aide de perforateurs. Il faut plusieurs jours pour fixer cette isolation sur un bâtiment, une
fixation par m² soit environ 1000 coups de perforateur pour un immeuble. Une perceuse ou un
perforateur engendrant un bruit d’environ 90 dB, ces travaux sont dangereux pour l’audition
des locataires. Nous avons donc deux solutions : soit fournir des protections auditives aux
locataires, soit adapter le matériel ou les méthodes de travail de façon à faire moins de bruit.

41
4. Les actions à mettre en place sur le chantier

4.1. Le quart d’heure sécurité

4.1.1. Présentation du « quart d’heure sécurité »

Une réunion quart d’heure QSE ou quart d’heure sécurité existe déjà sur les chantiers
de construction de Pertuy Construction. Ces réunions réunissent hebdomadairement la
direction de travaux et les compagnons pour parler de la qualité, la sécurité et
l’environnement du chantier. Elles permettent de parler des problèmes observés pendant la
semaine passée, mais aussi d’aborder un thème plus spécifique comme par exemple les EPI
ou un accident arrivé récemment dans l’entreprise.

Ce type de réunion, actuellement réalisée seulement avec les compagnons de Pertuy


Construction sur les chantiers de gros-œuvre sera bientôt aussi faite avec les sous-traitants de
second œuvre. En réhabilitation, cette réunion n’existe pas encore. Nous allons donc la créer
de telle sorte qu’elle corresponde aux besoins de la réhabilitation.

Cette réunion s’adressera aux chefs de chantier des entreprises sous-traitantes et aux
compagnons Pertuy Construction s’il y en a. Il faudra aborder des thèmes qui intéresseront la
plupart des sous-traitants.

42
4.1.2. Description de la fiche de suivi sécurité

Les sous-traitants doivent respecter les règles de sécurité définies par le PPSPS. Mais
comment vérifier que cela est bien le cas ? Tout d’abord, il faut connaître les règles de
sécurité, puis se rendre sur le chantier pour vérifier leur bon suivi. Pour cela, nous choisissons
de mettre en place une visite régulière de chantier.

Lors de cette visite, le conducteur de travaux vérifie que les protections adéquates pour
chaque activité sont mises en place. Il utilisera une feuille de compte-rendu adaptée au
chantier décrivant pour chaque risque les protections à mettre en place (Annexe 6 : Fiche de
suivi sécurité). Le conducteur n’aura qu’à cocher celles qui sont effectivement portées ou
installées. Pour celles qui ne le sont pas, il informe le travailleur de la nécessité de cette
protection, et insiste sur le fait qu’elle est obligatoire. Si le travailleur ne consent toujours pas
à mettre en place cette protection, le conducteur de travaux pourra informer les supérieurs du
travailleur, et leur demander que la sécurité soit respectée sur le chantier. D’autre part, cette
fiche permettra de faire un point sur les problèmes de sécurité sur le chantier lors de la
réunion avec les chefs de chantier présentée dans le paragraphe suivant.

La fiche de suivi sécurité est réalisée à partir de l’analyse de risques réalisée


précédemment. Les EPI à utiliser pour chaque activité et les protections collectives à mettre
en place étant déterminées, la fiche est un résumé des risques du chantier et les présente de
façon claire pour chaque lot.

La fiche est spécifique à chaque chantier puisque les travaux de réhabilitation sont
toujours différents. La trame réalisée pour le chantier de Bischheim pourra être utilisée pour
les autres, mais la fiche devra être mise à jour.

Les fiches de suivi sécurité permettront d’avoir une trace des problèmes de sécurité
rencontrés sur le chantier. Les problèmes observés lors de cette visite seront l’objet d’une
discussion avec les chefs de chantier lors de la prochaine réunion quart d’heure sécurité.

43
4.1.3. Définition de la réunion « Quart d’heure sécurité »
pour la réhabilitation

4.1.3.1. Temps et périodicité : Un quart d’heure toutes les deux semaines

Une réunion sécurité existe déjà sur les chantiers de construction neuve. Elle est
hebdomadaire, et se fait avec les compagnons. Dans le cas de la réhabilitation, les travaux
sont réalisés par des sous-traitants. Les réunions se feront donc avec les chefs de chantier de
chaque entreprise. Les travaux étant répétitifs et sur une longue durée, une réunion toutes les
deux semaines est envisageable. Au début du chantier, elle pourra être réalisée toutes les
semaines pour une bonne mise en marche du chantier. La réunion durera entre un quart
d’heure et une demi-heure, en fonction du thème abordé et des problèmes observés sur le
chantier.

4.1.3.2. Problèmes sur le chantier : observations du conducteur de travaux lors de sa visite


sécurité sur le chantier, discussion sur les problèmes relevés.

La première partie de la réunion permettra d’échanger sur les problèmes de sécurité


observés par le conducteur de travaux lors de sa visite de suivi sécurité du chantier. Le
conducteur de travaux expliquera les risques et précisera que le port ou la mise en place de
protections est obligatoire. Il prendra aussi en compte les propositions des chefs de chantier
quant aux propositions et améliorations qu’ils envisagent. (Cf. § 4.1.2 Description de la fiche
sécurité)

4.1.3.3. Thèmes abordés : Rangement, déchets, EPI, matériel électroportatif, produits


dangereux sur le chantier, risques locataires, accidents

Enfin, lors de la seconde partie de la réunion, le conducteur de travaux abordera un


thème précis sur la sécurité. Le but de cette partie est de sensibiliser l’ensemble des sous-
traitants à certaines techniques ou précautions générales correspondant au chantier en cours et
spécifiques à la réhabilitation. Le conducteur de travaux pourra aussi revenir sur un accident
du travail arrivé sur le chantier ou dans l’entreprise et qui correspond aux situations de travail
sur le chantier.

Annexe 7 : Power point thèmes abordés en réunion sécurité

44
Thème S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 S9 …
Relation locataires
Rangement
EPI
Matériel électroportatif
Produits dangereux
Retour sur accident En cas d'accident

Tab. 4.1. Planning réunion sécurité

Le planning précédent peut varier en fonction des chantiers, et des accidents arrivant
sur le site. Les deux premiers thèmes concernent directement la réhabilitation, et doivent donc
être traités dès le début du chantier. Ensuite, les réunions pourront se faire toutes les deux
semaines, pour continuer une sensibilisation régulière. Lorsque tous les thèmes ont déjà été
abordés, les réunions continuent au même rythme. Le conducteur de travaux choisit alors
quels thèmes doivent être rappelés, ou peut proposer un nouveau thème en fonction de ce
qu’il a pu observer sur le chantier.

Risques et relations locataires :

Les risques liés aux locataires sont variés, et cette rubrique rapportera les expériences
des chantiers précédents et du chantier actuel. Une coordination entre les chefs de chantier et
les conducteurs de travaux doit être mise en place pour informer les locataires et faire des
affichages précis. Enfin, il faut se souvenir qu’une fuite ou un couloir encombré peut entrainer
la chute d’un locataire, qui pourrait porter plainte. D’où l’importance de ranger et nettoyer son
poste de travail.

Rangement :

Les travaux étant réalisés en site occupé, le rangement est d’autant plus important que
les locataires habitent dans ces immeubles et utilisent les passages : communs et logement. Le
conducteur de travaux pourra préparer des photos des postes de travail qui ne sont pas rangés
pour sensibiliser aux risques qu’ils créent. Des méthodes de rangement pourront être
proposées, comme par exemple celles pour les électriciens. Le planning de nettoyage du
vendredi soir sera expliqué, et la disposition des bennes pour le rangement pourra être
rappelée.

45
EPI :

Le but de ce sujet est de sensibiliser les sous-traitants aux risques qu’ils rencontrent
tous les jours pendant leur travail. Les EPI à aborder sont en particulier :
- les chaussures de sécurité : les tapissiers, les poseurs de sol, le menuisier ne les
mettent pas sur le chantier de Bischheim
- les gants : pour l’utilisation du matériel électroportatif, le port d’objets lourds, en bois
- les protections auditives : pour l’utilisation de matériel électroportatif, démolition
- les lunettes de protection : pour l’utilisation de matériel électroportatif, démolition
- le masque : pour la démolition, le détapissage, la préparation des sols, l’utilisation de
matériel électroportatif
- les genouillères : pour les sanitaires

Matériel électroportatif :

Le matériel électroportatif est très utilisé sur les chantiers et est aussi souvent une
cause d’accident du travail. Il est important que le personnel utilisant du matériel
électroportatif soit formé pour qu’il soit sensibilisé aux risques dus à l’utilisation de ces outils.
Les EPI à porter lors de l’utilisation de ces outils seront rappelés. Enfin, des retours
d’expérience pourront être présentés, avec l’aide des fiches accident du service Prévention et
Sécurité, ou des expériences personnelles.

Produits dangereux sur le chantier :

Il est important que les produits dangereux présents sur le chantier soient connus ainsi
que les risques qu’ils représentent. Lors de cette présentation, la liste des produits dangereux
sera donc décrite pour que chacun les connaisse. Une description de l’étiquette et de la
signification des différents logos permettra à chacun de se protéger de ces produits, ou de
trouver les consignes de sécurité en cas d’accident. Enfin, les EPI à porter seront décrits, ainsi
que les précautions de stockage des produits en fonction des logos sécurité sur leurs
étiquettes.

Retour sur accident :

Si un accident grave arrive sur le chantier ou sur un autre chantier de réhabilitation de


Pertuy Construction, une réunion sécurité pourra être organisée pour parler de cet accident
avec les chefs de chantier, et donc sensibiliser les équipes.

46
4.2. Livret d’accueil sécurité

L’étude des EPI montre que les protections de sécurité ne sont pas toujours portées.
De plus, certaines précautions concernant les produits dangereux doivent être rappelées. Une
prévention sur le chantier est nécessaire pour améliorer la sécurité générale sur les travaux de
réhabilitation. Pour cela, un livret d’accueil est rédigé pour chaque lot. Il rappelle les risques
encourus sur le chantier et les protections adéquates pour chaque travail à effectuer. Pour une
meilleure compréhension des compagnons, le livret qu’ils recevront sera axé seulement sur
les risques de leur lot (Annexe 8).

4.2.1. Généralités

La page de généralités permettra de rappeler les conseils en cas d’accident, ainsi que
ceux concernant le travail en site occupé. Cette page apparaitra dans tous les livrets.

Au niveau de la relation avec les locataires, elle rappelle les « bonnes manières » :
sonner même si l’on a la clé, prévenir la veille du passage, ne pas fumer, respecter l’ordre du
planning. En effet, les locataires ont besoin d’être informés, rassurés et en confiance. Nous
remarquons sur le chantier que les équipes qui préviennent la veille sont bien accueillies. Le
locataire est avant tout une personne qui subit les travaux, et les éventuels retards. Le fait
d’être prévenu lui permet de s’organiser, et d’accueillir correctement les travailleurs.

De même, il est important de prévoir les travaux à l’avance afin d’avoir le temps de
créer un affichage pour prévenir les locataires. Par exemple, cela est actuellement réalisé à
Bischheim pour la pose de l’interphonie. Il est important de rappeler ce détail ici puisque l’on
observe parfois sur le chantier que l’information arrive très tard à l’équipe travaux Pertuy
Construction, l’affichage est réalisé la veille et les locataires ne sont donc pas avertis
suffisamment tôt.

Le rangement du poste de travail est d’autre part essentiel pour conserver la possibilité
de circulation dans le logement et dans les communs. En effet, il y a beaucoup de passage sur
les paliers et dans les logements, que ce soient les locataires, les autres entreprises, ou les
conducteurs de travaux. D’autre part, les chaussures de sécurité doivent être portées par toutes
les entreprises.

Enfin, une seconde page de généralités sera nécessaire pour rappeler le comportement
à avoir en cas d’accident sur le chantier.

47
4.2.2. Peinture

Les travaux de peinture présentent différents risques : certaines peintures sont


mauvaises pour la santé (peintures solvantées), d’autres sont inflammables. D’autre part,
l’utilisation des produits chimiques pour les travaux de détapissage nécessite le port d’un
masque. Enfin, les travaux de peinture réalisés à l’aide d’une pompe nécessitent le port de
protections individuelles supplémentaires.

Avant tout, il faut bien connaître les produits que l’on utilise, et donc savoir lire
l’étiquetage. L’étiquette présente des pictogrammes facilement reconnaissables et qui
permettent à tous de connaître les risques. Ces pictogrammes sont accompagnés de phrases
qui décrivent plus précisément les risques que ce produit présente, les conseils de sécurité et
ceux en cas d’accident.

Explosif Inflammable Comburant Gaz sous Corrosif pour les


pression métaux, irritation
cutanée

Toxique Irritant Cancérogène, Dangereux pour


Toxique pour la l’environnemen
reproduction t
Fig. 4.2. Nouveaux pictogrammes décrivant les produits dangereux

Dans ce livret, nous aurons aussi une page consacrée à la description de chaque EPI
(Gants, Masque, Lunettes, Chaussures de sécurité). En effet, une bonne description de ces EPI
permettra au travailleur de se rendre compte de son utilité pour la protection de sa santé, et de
savoir quand les porter.

D’autres pages présenteront pour chaque type de travaux les EPI les mieux adaptés et
des conseils pour la réhabilitation. Nous différencierons donc les travaux de peinture, de
ponçage, les travaux en hauteur, ceux de tapissage et détapissage.

48
Enfin, les sujets de la présence d’amiante et de plomb dans les édifices doivent être
abordés dans le livret si le cas se présente sur le chantier. Seront alors décrits les bâtiments
pouvant être affectés, les risques pour les travailleurs et les équipements de protections
spécifiques à ce type de travaux.

Le décret n° 96-98 du 07/02/96 relatif à la protection des travailleurs contre les risques
liés à l'inhalation de poussières d'amiante régie la gestion de la sécurité liée à la présence
d’amiante dans les entreprises.

Le plomb peut aussi être trouvé dans d’anciennes peintures. Les travailleurs devront
être informés et bien protégés dans ce cas.

4.2.3. Carreleurs

La dépose de faïence est la partie qui présente le plus de risques, de part l’utilisation
de matériel électroportatif, mais aussi à cause de la poussière qui en résulte. A ceci, l’on
pourra ajouter comme aux autres lots utilisant du matériel électroportatif le problème des
rallonges.

Au niveau de la pose, nous remarquons que certains produits utilisés sont dangereux :
- Colle carrelage : irritant
- Joint carrelage : irritant
Nous rappellerons donc comment bien lire l’étiquetage des produits dangereux

49
4.2.4. Electriciens

Le travail des électriciens présente certains risques, pour eux-mêmes et pour les
locataires. En effet, nous avons pu observer lors de l’analyse de risques que les travaux les
plus dangereux pour les électriciens sont la mise en tension des installations et l’utilisation de
matériel électroportatif. Du côté des locataires, c’est principalement le rangement du poste de
travail et des communs qui présente des risques.

Avant tout, il est important de rappeler que les électriciens doivent avoir suivi une
formation et être habilités pour la réalisation des travaux qu’ils effectuent. Les normes UTE
C18-510, C18-530, C18-540 régissent la sécurité des travaux d’électricité ainsi que ceux
réalisés près d’une installation électrique [17].
La norme UTE C18-510 concerne les travaux de haute tension pour les habilitations
HC (Chargé de consignation Haute tension) et H2 (Electricien responsable Haute tension)
La norme UTE C18-530 concerne les travaux de haute tension pour les habilitations
H1 (Electricien exécutant en Haute tension) et H0 (Non électricien sur un chantier présentant
de la haute tension)
La norme UTE C18-540 concerne les travaux de basse et très basse tension pour les
habilitations B2 (Electricien responsable Basse tension), B1 (Electricien exécutant Basse
tension), B0 (Non électricien sur un chantier présentant des installations basses tension), BR
(Chargé d’intervention sur Basse tension) et BC (Chargé de consignation Basse tension).

L’utilisation de matériel électroportatif présente aussi un risque important pour les


électriciens. Lors de leur formation (décrite précédemment), une partie sécurité est incluse
suivant la norme NFC 15-100 et comprend une partie sur le matériel électroportatif.

D’autre part, l’utilisation d’escabeaux sur le poste de travail doit être évitée car ces
outils ne sont pas bien adaptés aux travaux professionnels. Il est préférable d’utiliser des
plates-formes individuelles roulantes, comme le stipule le décret n° 2004-924 du 1er
septembre 2004. Les normes qui réglementent la fabrication et la sécurité de ces outils sont :
la NFP 93-352 pour les PIR (Plate-forme individuelle roulante) et la NFP 93-353 pour les
PIRL (Plate-forme individuelle roulante légère) [18].

Nous retrouverons aussi dans ces pages du livret sécurité à destination des électriciens
des conseils de rangement du poste de travail et des communs, ainsi que la bonne utilisation
des rallonges (§3.2.2.). Ces deux sujets présentent en effet des risques pour les locataires qui
utilisent le passage régulièrement. Quelques solutions de rangement adaptables au chantier
sont proposées pour ranger les bobines de câble. Pour ce qui est du problème des rallonges, le
scotch est la meilleure solution pour les fixer et donc réduire le risque. Des passe-câble
peuvent aussi être utilisés sur les sols fragiles.

50
4.2.5. Sanitaires

La dépose et repose de nouveaux sanitaires présente certains risques. Les observations


du port des EPI montrent que ces protections ne sont pas suffisamment portées. L’expérience
sur le chantier montre aussi que les deux accidents qui sont arrivés à du personnel sanitaire
auraient pu être évités ou moins graves si les travailleurs avaient porté des gants. Il est donc
évident qu’une page sur le port de gants sera présente dans le livret sécurité des sanitaires.

D’autre part, les sanitaires utilisent nombre de produits dangereux. Il est donc
important de rappeler la lecture des étiquettes de ces produits. Une liste des produits
dangereux utilisés peut être ajoutée pour sensibiliser les travailleurs à l’utilisation de ces
produits en particulier. Sur le chantier de Bischheim, les produits dangereux utilisés par les
sanitaires sont les suivants :
- Mousse : extrêmement inflammable et nocif
- Polymère de soudure : extrêmement inflammable et irritant
- Colle PVC gel : extrêmement inflammable et irritant
- Gaz de soudure : extrêmement inflammable
- Dégrippant : extrêmement inflammable
- Flux décapant : corrosif et dangereux pour l’environnement
- Nettoyant PVC : extrêmement inflammable et irritant

L’utilisation de matériel électroportatif présente un risque, comme pour les autres


corps de métier. Avoir suivi une formation pour l’utilisation des ces outils, ainsi que du
chalumeau est important pour limiter les risques de leur utilisation. La page concernant
l’utilisation des rallonges fera aussi partie du livret.

Enfin, l’observation sur le chantier a montré que les sanitaires n’utilisent pas de
protection pour les genoux. Certains restent pourtant une bonne partie de la journée sur leurs
genoux, ce qui est mauvais pour leurs articulations et peut entraîner des troubles musculo-
squelettiques.

51
4.2.6. Poseurs de sol

La pose de sols ne présente que peu de risques. C’est plutôt la dépose et la préparation
qui en comportent. En effet, lorsque le sol est enlevé, la colle doit être poncée. Le port d’un
masque est alors nécessaire. Il faut aussi s’assurer que l’ancienne colle ne présente pas
d’amiante. Une page sur l’amiante pourra donc être ajoutée si besoin, pour informer les
travailleurs des risques. Le nouveau sol pouvant être posé sur l’ancien pour ne pas avoir à
gratter la colle, le travailleur doit être informé des risques de cette situation.

Nous observerons ensuite que certains produits utilisés sont dangereux : le ragréage est
irritant et le nettoyant utilisé est de l’acétone, irritant et extrêmement inflammable.
L’étiquetage de ces produits devra onc être rappelé dans ce livret.

4.2.7. Menuisier

Lors du sondage des EPI, le menuisier ne portait aucune des protections indiquées.
Pourtant, le bois est une matière présentant de nombreux risques pour la santé. La poussière
est nocive, et la manipulation des planches peuvent écorcher les mains.

Le menuisier utilise aussi du matériel électroportatif : scie, visseuse ; et l’utilisation de


la rallonge devra être rappelée.

52
5. Une annexe à la fiche 5M
La fiche 5M existante n’est actuellement pas adaptée à l’évaluation des risques
des chantiers de réhabilitation. C’est pourquoi nous allons créer une annexe à cette fiche, qui
sera remplie en cas de préparation de ce type de travaux (Annexe 9 : Fiche risques
Réhabilitation). Cette fiche ne prendra en compte que les risques que l’on peut trouver sur les
chantiers de réhabilitation. Parce que l’utilisation de matériel permet de réduire les risques, sa
présence en crée aussi. C’est pourquoi il est important de les connaître, pour mieux les
maîtriser.

5.1. Matériel

Le matériel utilisé sur pour la réhabilitation présente généralement moins de risques


que celui utilisé pour les travaux de construction neuve. Dans cette partie, nous notons :

- La possibilité de présence de grue, avec la possibilité de présence de grue mobile, et


de zone de survol interdite. Les travaux de réhabilitation ne nécessitent que rarement la
présence d’une grue. En cas de travaux de gros œuvre sur le site, la fiche 5M permettra
d’étudier ces risques.
- Du matériel de levage peut être utilisé sur le chantier, pour assister les ouvriers à la
manutention des objets lourds. Le monte-charge ou l’ascenseur de l’immeuble doivent avoir
les dimensions suffisantes pour transporter tout le matériel nécessaire à la réalisation du
chantier. Le diable élévateur utilisé par les sanitaires fait aussi partie du matériel de levage.
- Les échafaudages sont aussi présents sur les chantiers de réhabilitation : des
échafaudages de grande hauteur pour le ravalement de façade, et des échafaudages volants
pour la peinture des cages d’escaliers. Nous avons remarqué que ces derniers présentent un
risque majeur pour les locataires.
- Enfin, les échelles et escabeaux ne doivent être utilisés que comme moyen d’accès, et
non comme poste de travail.

53
5.2. Travaux

Le poste de travail sur les chantiers de réhabilitation est très souvent exigu. Les
ouvriers travaillent à plusieurs dans cet espace, ce qui augmente les risques dans ces espaces.
D’autre part, l’utilisation de plate-formes de travail doit être une priorité pour l’aménagement
des postes de travail.

D’autre part, ces travaux présentent beaucoup de manutention, et les ouvriers ne


pensent pas toujours à utiliser des outils pouvant porter à leur place. La manutention manuelle
d’objets lourds augmente le risque de troubles musculo-squelettiques pour le travailleur.

5.3. Environnement

Cette fiche étant réalisée par le service QSE, elle prend en compte la partie
environnement du chantier. Notons que la sécurité et l’environnement sont intimement liés.
Nous pouvons répartir ces en 3 parties :

- Le stockage et tri : le chantier doit respecter les standards de tri des déchets (DI :
Déchets Inertes, béton, briques… ; DIB : Déchets Industriels Banals, métal, verre, bois… ;
DD : Déchets Dangereux, produits chimiques…). Une zone de stockage spécifique pour les
produits dangereux doit être prévue, ainsi que pour les matériaux volumineux non gerbables
(cabines de couches, menuiseries, etc.).
- Les produits dangereux : les travaux de réhabilitation présentent la caractéristique de
travailler dans un espace ancien, pouvant présenter des matériaux dangereux, utilisés pour la
construction du bâtiment à l’époque. Dans ces produits dangereux, nous notons
principalement l’amiante et le plomb. Ces matériaux ne sont pas dangereux si l’on n’y touche
pas, mais les ouvriers doivent être bien préparés en cas de dépose de ces matériaux. Notons
aussi dans cette partie qu’en cas de travaux en site occupé, le locataire peut être asthmatique,
et une solution personnalisée doit alors être envisagée.
- Les nuisances : les travaux peuvent engendrer du bruit, des vibrations ou des
poussières. Il est important de réduire au maximum ces nuisances, sachant que les locataires
n’ont pas l’habitude de se protéger de ces risques. Il serait envisageable que le maître
d’ouvrage propose à ses locataires la fourniture de protections auditives, ou de masques si
nécessaire.

54
5.4. Milieu

Enfin, le milieu dans lequel évolueront les ouvriers doit bien être défini pour préparer
correctement le chantier :

- Tout d’abord, l’extérieur du site : les voies de circulation, partagées avec les habitants
ou pas, la possibilité d’accès pour les camions, etc. Le chantier de réhabilitation étant réalisé
par des sous-traitants, ils doivent avoir la possibilité de se garer, apporter leur matériel et le
stocker.
- Ensuite, les travaux de réhabilitation peuvent se faire en site occupé. Si les locataires
continuent à habiter leur logement pendant les travaux, des risques nouveaux apparaissent,
pour les compagnons, mais aussi pour les locataires. Cette situation est à prévoir et étudier
sérieusement avant le début des travaux.
- Enfin, des travaux peuvent être effectués sur les installations, et le bâtiment existant. Il
est alors important de connaître l’état général du bâtiment avant le début des travaux, afin de
prévoir les risques et réparations à réaliser.

55
Conclusion
Nous avons pu voir lors de ce projet que les dispositifs de mise en œuvre de la sécurité
existants ne sont pas adaptés au chantier de réhabilitation.

Cette étude m’a permis de m’insérer sur ce chantier et d’observer les habitudes des
travailleurs. Mon expérience sur un chantier de construction neuve l’année dernière m’avait
montré que le port des EPI était bien suivi. Sur ce chantier de réhabilitation, moins de 50 %
des ouvriers portent des chaussures de sécurité. On peut noter deux différences entre ces deux
chantiers : le fait que ce soit de la réhabilitation, et que ce soit principalement du second
œuvre. Les entreprises présentes sur le chantier ne se rendent pas compte des risques qui
existent.

Nous avons d’autre part remarqué l’absence du coordonnateur SPS sur le chantier. Il
ne vient que rarement et n’observe quasiment pas de problèmes. On peut dire finalement que
la présence du coordonnateur SPS sur le chantier n’a pas vraiment d’utilité.

Lors de cette étude du chantier nous avons pu observer les principaux problèmes de
sécurité, ainsi que l’utilité des différents outils. Nous avons trouvé des solutions aux activités
présentant le plus de risques : les propositions de modification du diable élévateur permettront
à l’entreprise d’en fabriquer un adapté aux chantiers exigus.
.
L’entreprise pourra utiliser la nouvelle fiche 5M dès la préparation du chantier pour
étudier les risques spécifiques à la réhabilitation. Pendant les travaux, des réunions sécurité
seront mises en place pour informer, et discuter des problèmes de sécurité sur le chantier avec
les chefs de chantier ; des livrets d’accueil permettront de sensibiliser les compagnons aux
risques qu’ils encourent, et apporteront des conseils spécifiques aux chantiers de
réhabilitation.

Ces outils sont maintenant prêts à être utilisés sur le prochain chantier de
réhabilitation. Ils pourront être améliorés, mis à jour et modifiés suivant le chantier ou leur
utilisation.

56
Bibliographie
[1] p.7 : Définition des normes Européennes
http://www.clermont-fd.cci.fr/europe/doss/2005/0505.php

[2] p.7 : Définition de la norme NF


http://www.securite-online.fr/alarme-guide-5/normes-ce-nf-nf-a2p.html

[3] p.8: Niveaux de coordination SPS, Le Moniteur du 18 février 2000


http://www.bessard.fr/archi/SPS.html

[4] p.9 : Trame du PPSPS, Chambre des métiers et de l’artisanat


http://www.cm-
cergy.fr/enviro/Fiches%20M%C3%A9tiers%20pdf/Fiches%20s%C3%A9curit%C3%A9/Fich
e%2008%20PPSPS%20&%20Plan%20de%20pr%C3%A9vention%20V092007.pdf

[5] p.11 : Critères du label bleu


Compte rendu d’attribution du Label Bleu, d’évaluation ou de contrôle du chantier, Service
QSE Pertuy Construction, 2008

[6] p.15 : Niveaux de coordination SPS, Le Moniteur du 18 février 2000


http://www.bessard.fr/archi/SPS.html

[7] p.18 : Décret n° 2002-120 du 30 janvier 2002 sur le logement décent


http://www.adai13.asso.fr/fiches/log/log_logement_decent.htm

[8] p.20 : Document unique d’évaluation des risques


DUER Plan d’action 2009, Service QSE Pertuy Construction et CIRMAD, 2009

[9] p.28 : Monte matériaux incliné APACHE


http://www.catalogue-comabi.com/apache-accueil.htm

[10] p.28 : Monte matériaux incliné SALTI


http://www.groupesalti.fr/p-slmtm15/monte-materiaux-electrique-150-kg.html

[11] p.28 : Monte matériaux incliné LOXAM


http://www.loxam.fr/location/manutention-des-materiaux/monte-materiaux/monte-materiaux-
telescopique-25-m-pg1879-13816-3.html

[12] p.31 : Chariot de rangement électriciens


http://www.directindustry.fr/prod/meccanica-nicoletti/chariot-pour-installateur-electrique-
27930-258707.html

57
[13] p.31 : Rangements pour électriciens
http://www.cable-equipements.fr/index.php?menu=products&ID=3

[14] p.33 : Passe-câble souple


http://cableorganizer.fr/passe-cables/wiremold.php

[15] p.33 : Passe-câble rigide


http://cableorganizer.fr/passe-cables/economique.php

[16] p.36 : Seuils de risques de l’audition


http://www.denios.fr/media/content/engineering/pdf/fibel_23.pdf

[17] p.45 : Normes UTE C 18-510, UTE C 18-530, UTE C 18-540 pour les électriciens
http://www.cnfpt.fr/documents/itineraires/itineraires-poitou-p.pdf

[18] p.45 : Normes NFP 93-352 pour les PIR et NFP 93-353 pour les PIRL
http://www.escanor.com/fr/infoconso.asp?link=13

[19] Annexe 1 : Normes EPI


http://www.vetements-medicaux.fr/norme-en-149~2.htm

58
Annexes
(Livret séparé)

Annexe 1 : Normes EPI

Annexe 2 : Planning type

Annexe 3 : Analyse des risques

Annexe 4 : Etude du port des EPI sur le chantier de Réhabilitation en site Occupé
Bischheim

Annexe 5 : Coût de la manutention des portes de recoupement

Annexe 6 : Fiche de suivi sécurité

Annexe 7 : Power point des thèmes abordés en réunion sécurité

Annexe 8 : Livrets d’accueil sécurité

Annexe 9 : Fiche risques réhabilitation

59

Vous aimerez peut-être aussi