Vous êtes sur la page 1sur 67

Objet d’étude 3

Lumières et combat contre l’injustice


pages 136 à 195 du manuel

Interrogation 1 Une action juste l’est-elle pour tout le monde ?


Séquence A Des Lumières… à nous : quel héritage, quels engagements ? 111-120
1. Unesco, Diderot, Laclos, Condorcet 2. Rousseau, DAL 3. OIP
• Évaluation Voltaire, Amnesty international
Séquence b Welcome : un film au service d’un combat ? 121-128
1. et 2. Ph. Lioret 3. Ph. Lioret, Rousseau
• Évaluation Ph. Lioret, Destutt de Tracy
Activités et recherches  129-130
Histoire des arts David, Les Sabines 131

Interrogation 2 Quelles armes littéraires les philosophes des Lumières ont-ils


léguées aux générations suivantes pour dénoncer l’injustice ?
Séquence A En quoi l’Encyclopédie est-elle une œuvre « révolutionnaire » ? 132-138
1. Diderot, D’Alembert 2. Damilaville, D. Tarabra
• Évaluation P. Longuenesse, C. Henry
Séquence b Comment des hommes les Lumières combattent-ils l’esclavage ? 139-147
1. Condorcet 2. O. de Gouges, Montesquieu 3. R. Depestre, C. Taubira-Delannon
• Évaluation Césaire, F. Bourgeon
Activités et recherches  148-150
Histoire des arts M.-G. Benoist, Portrait d’une femme noire 151

Interrogation 3En quoi les écrits des philosophes des Lumières permettent-ils
l’élaboration d’un jugement argumenté ?
Séquence A Voltaire écrit-il pour agir ? 152-160
1. Unesco, resf, Diderot, Choderlos de Laclos, Condorcet 2. DAL, Rousseau 3. OIP
• Évaluation Voltaire
Séquence b Figaro : enfant des Lumières ? 161-168
1., 2. et 3. Beaumarchais 4. Madame Campan, Beaumarchais
• Évaluation Beaumarchais
Activités et recherches  169-170
Histoire des arts Jean Hubert, La Voltairiade 171

étude de la langue Grammaire - Lexique  172-174

vers le Bac pro  175-176


Interrogation 1
Une action juste l’est-elle pour tout le monde ?

DES LUMIÈRES… À NOUS : QUEL HÉRITAGE,


Séquence A
QUELS ENGAGEMENTS ? pages 136-141 du manuel

Introduction au travail de la séquence

Cette séquence propose une réflexion sur les notions de juste et de


justice et la question de leur application à tous. Sur le droit à l’éducation
(séance 1), la dénonciation des inégalités (séance 2), l’état des prisons en
France (séance 3), les formes de l’action engagée (évaluation), nous pro-
posons des rapprochements entre, d’une part, des textes de Diderot,
Condorcet, Choderlos de Laclos, Rousseau, et Voltaire, d’autre part, des
images ou des textes contemporains. Ces documents permettent aussi de
procéder à un questionnement de la loi lorsque son application n’est pas
universelle ou quand son application est discutable au nom de principes
moraux. Bien entendu, on se gardera de chercher d’un parallélisme absolu,
les textes engagés ou militants s’inscrivant dans une société donnée.
La séquence est prolongée par des propositions d’activités et de
recherches sur internet, page 150 du manuel.

1. Le droit à l’éducation, un droit acquis ?


pages 136-137 du manuel

Pour faciliter l’entrée des élèves dans ce dialogue entre deux siècles, nous avons choisi en
séance 1 de partir de ce qui leur est le mieux connu (documents contemporains) puis de pro-
poser la lecture de trois textes du xviiie siècle.
Le texte de Condorcet, d’un abord plus difficile, peut faire l’objet d’un étayage professoral
(sous la forme d’une reformulation des premières lignes par exemple) puis de l’établissement
d’une liste de ce que chacun doit savoir selon Condorcet. On pourra rapprocher le texte de
Condorcet et le concept de littératie (Literacy, « Alphabétisation » dans le document 1) qui
désigne non seulement les capacités de déchiffrage mais aussi « L’aptitude à comprendre et
à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité
en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités. »
(Rapport publié le 14 juin 2000 par l’Organisation de coopération et de développement éco-
nomiques (OCDE) : « La littératie à l’ère de l’information »)

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 111
DES LUMIÈRES… À NOUS : QUEL HÉRITAGE, QUELS ENGAGEMENTS ?

Lecture

1. On peut proposer : « Des Lumières à nos jours : le combat pour le droit à l’éducation ».
2.
Doc. N° 1 2 3 4 5
Aux lecteurs du site
À qui ayant cherché des Aux lecteurs du site, Aux lecteurs Aux lecteurs de Aux lecteurs
s’adresse renseignements sur la aux lecteurs de de l’ouvrage de l’ouvrage de Choderlos de l’ouvrage
le doc. ? Journée Internationale l’affiche Diderot de Laclos de Condorcet
de l’alphabétisation.
L’égalité
d’éducation peut
L. 6-7 : « le taux être obtenue : « on
Quelle Le droit à l’éducation Un individu instruit L’éducation peut libérer
d’analphabétisme reste peut instruire la
est n’est pas respecté est « plus malaisé à les femmes de
affligeant, et toujours masse entière d’un
la thèse pour les enfants sans opprimer qu’un l’esclavage dans lequel
inégalement réparti peuple de tout ce
défendue ? papiers en France. autre » (l. 9-10). la société les maintient.
dans le monde ». que chacun a
besoin de savoir »
(l. 4-5).
– par une phrase – par une évocation
choc : « il y a des vides des pays – par une interpellation
que nos enfants protestants pour des femmes (l. 1) ; – par l’énoncé des
Cette thèse est
soutenue par des n’oublieront pas  » inviter à une – par un raisonnement conditions
arguments – par une image comparaison (l. 1 à 5) : préalables de cette
statistiques :  évoquant l’absence implicite avec la – par la répétition éducation (l.1-5),
(chaise vide, ombre France ; « C ’est le propre de *par une liste des
De quelle « un adulte sur cinq
est analphabète. » d’une fillette) ; – par la reprise de la l’éducation de… » ; domaines dans
manière ?
thèse adverse pour lesquels elle peut
« 75 millions d’enfants – par le rappel d’un – par l’opposition des
être dispensée et
chiffre « Q uota : 2008 mieux la définitions
ne sont pas des avantages
SANS- PAPIERS discréditer  : « 
l a anaphoriques « c’est le
scolarisés. » qu’elle confère
27 000 expulsions noblesse dit que propre de l’éducation »
exigées » et invite à cela rend le paysan (l. 5-18)
vs « c’est le propre de
l’action : chicaneur et l’esclavage »
« Résistance » processif ».
Présenter la Journée – comparer la
Internationale de – sensibiliser, situation française
Enjeu l’Alphabétisation, émouvoir et indigner ; avec celle des pays – dénoncer l’esclavage
Démonter,
du Convaincre de la – inviter à la protestants pour des femmes ; –
convaincre
document nécessité de la lutte mobilisation et à monter le rôle démonter, convaincre
contre l’action. libérateur de
l’analphabétisme l’instruction.

Écriture et oral confrontent. Il ne s’agit pas de procéder à une


nouvelle analyse mais de s’exercer à l’écriture
3. On attend des élèves qu’ils énoncent le thème autonome d’un paragraphe par la rédaction des
commun à ces documents (en se référant à la réponses déjà obtenues. On pourra proposer
question 1 par exemple) puis qu’ils présentent préalablement quelques pistes communes (syn-
rapidement les différents documents et les thèse de chaque ligne du tableau, par exemple).

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 112
Interrogation 1

4. On acceptera toute citation accompagnée maintenant acté. Le premier document nous rap-
d’une explication et d’une justification. pelle qu’il n’en est rien et que, de nos jours, 20 %
d’êtres humains adultes sont encore analphabè-
5. Un « droit acquis » est un droit obtenu, souvent
tes. Le document 2 montre qu’en France, des
au fil des luttes, et considéré, parfois à tort,
enfants sans-papiers sont expulsés au mépris
comme inaliénable. Dans cette double page, la
du droit à l’éducation de l’enfant. On peut donc
revendication du droit à l’éducation est présen-
conclure que ce droit à l’éducation, revendiqué
tée à partir de trois textes du xviiie siècle, dont
par des écrivains et philosophes du xviiie siècle,
l’un porte plus précisément sur l’éducation des
n’est toujours pas totalement acquis.
femmes ; on pourrait penser que ce droit est

2. Lutter contre les injustices :


un combat toujours actuel ? pages 138-139 du manuel

Cette séance propose l’analyse de deux extraits du Discours sur l’origine de l’inégalité de Jean-
Jacques Rousseau ainsi que d’une affiche du DAL.
Le discours sur l’origine de l’inégalité fut rédigé entre 1752 et 1755 par Rousseau en réponse à
la question : « Quelle est l’origine de l’inégalité parmi les hommes et si elle est autorisée par la
loi naturelle ? », lors d’un concours organisé par l’Académie de Dijon. En 1750 Rousseau avait
déjà été primé par cette même académie pour son essai : Discours sur les sciences et les arts.
Mais Le discours sur l’origine de l’inégalité fut l’objet d’une condamnation religieuse et de
nombreuses critiques dont celle de Voltaire, qui lui écrivit : « J’ai reçu, Monsieur, votre nouveau
livre contre le genre humain […]. On n’a jamais employé tant d’esprit à vouloir nous rendre
bêtes, il prend envie de marcher à quatre pattes quand on lit votre ouvrage. » (Voltaire, Lettre
du 30 août 1755).
L’Association Droit au Logement (DAL) a été créée en 1990 par des familles et des militants du
xxe arrondissement de Paris. Elle est née à la suite de l’expulsion de 48 familles, en mai 1990,
de deux immeubles squattés. Devant le mouvement de défense de ces familles et la très forte
mobilisation médiatique, le gouvernement nomment un médiateur. Après quatre mois de cam-
pement et de manifestations, les familles sont relogées. À cette action fondatrice succèdent
des centaines d’autres, organisées au sein de l’Association DAL à Paris, en banlieue puis en
province, et des centaines d’actions en justice. Certaines actions comme l’occupation de la
rue du Dragon, dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés à Paris, en 1994, contribuent à
nourrir le débat politique et à susciter la mise en place de dispositifs d’urgence et de projets
de loi. De nombreuses personnalités s’impliquent sur le terrain. Des soutiens tels qu’Emmaüs,
Médecins du Monde et la Ligue des Droits de l’Homme favorisent également l’essor de
l’Association.
La démarche du DAL s’inspire du principe que l’action collective est indispensable pour établir
un rapport de force favorable aux exclus du logement – sous réserve que cette action demeure
non violente et ne mette pas en danger les familles de l’Association.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 113
DES LUMIÈRES… À NOUS : QUEL HÉRITAGE, QUELS ENGAGEMENTS ?

Le DAL, qui unit les familles et les individus concernés dans la défense du droit à un logement
décent, exige l’arrêt des expulsions sans relogement ; un relogement décent et adapté pour
tous ; l’application de la loi de réquisition sur les immeubles et logements vacants. Il organise,
soutient et promeut toute action visant à remédier au problème des mal-logés et des sans-
logis, notamment par l’amélioration des lois sur le logement.

Lecture 2. Rousseau illustre sa thèse par l’animation,


pour ses lecteurs, de la scène décrite grâce à l’uti-
u Étudier le premier extrait (document 1) lisation des paroles rapportées au discours
direct : celles du premier l’usurpateur : « Ceci est
Voici une version plus longue du début de la
à moi » (l. 2), mais aussi les paroles de celui qui
seconde partie du Discours (contexte du docu-
dénonce le vol, et qui peut être assimilé, par une
ment 1).
mise en abyme, à Rousseau lui-même : « Gardez-
« Le premier qui, ayant enclos un terrain, s’avisa
vous d’écouter cet imposteur ; vous êtes perdus
de dire : Ceci est à moi, et trouva des gens assez
si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que
simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la
la terre n’est à personne ! » (l. 8 à 10). Ce dernier
société civile. Que de crimes, de guerres, de
discours est renforcé par la ponctuation forte
meurtres, que de misères et d’horreurs n’eût
(point d’exclamation) marquant l’indignation de
point épargnés au genre humain celui qui, arra-
ce premier opposant. De plus, l’utilisation des
chant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à
paroles rapportées au discours direct permet de
ses semblables : « Gardez-vous d’écouter cet
mettre en place une opposition des pronoms (au
imposteur ; vous êtes perdus, si vous oubliez que
« moi » de l’usurpateur s’oppose les « vous »,
les fruits sont à tous, et que la terre n’est à per-
témoins passifs de cette première scène mais
sonne ». Mais il y a grande apparence, qu’alors
aussi lecteurs intemporels de Rousseau).
les choses en étaient déjà venues au point de ne
La thèse de Rousseau est portée par l’énoncé de
pouvoir plus durer comme elles étaient ; car cette
l’accumulation des conséquences néfastes de ce
idée de propriété, dépendant de beaucoup
premier vol : « Que de crimes, de guerres, de
d’idées antérieures qui n’ont pu naître que suc-
meurtres, que de misères et d’horreurs » (l. 3
cessivement, ne se forma pas tout d’un coup
à 5).
dans l’esprit humain. Il fallut faire bien des pro-
grès, acquérir bien de l’industrie et des lumières,
les transmettre et les augmenter d’âge en âge,
u Étudier le second extrait (document 2)
avant que d’arriver à ce dernier terme de l’état de Voici un passage plus long du Discours sur l’ori-
nature. Reprenons donc les choses de plus haut gine de l’inégalité, encadrant le second extrait
et tâchons de rassembler sous un seul point de (contexte du document 2).
vue cette lente succession d’événements et de « Avant qu’on eût inventé les signes représenta-
connaissances, dans leur ordre le plus tifs des richesses, elles ne pouvaient guère
naturel. » consister qu’en terres et en bestiaux, les seuls
Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine biens réels que les hommes puissent posséder.
de l’inégalité, 1755. Or quand les héritages se furent accrus en nom-
bre et en étendue au point de couvrir le sol entier
1. Rousseau dénonce la propriété privée comme et de se toucher tous, les uns ne purent plus
point de départ d’une société injuste et violente. s’agrandir qu’aux dépens des autres, et les sur-
Notons que Rousseau semble condamner à la fois numéraires que la faiblesse ou l’indolence
celui qui usurpe un terrain et ceux qui le laissent avaient empêchés d’en acquérir à leur tour, deve-
faire sans réagir. nus pauvres sans avoir rien perdu, parce que,

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 114
Interrogation 1

tout changeant autour d’eux, eux seuls n’avaient couleur qu’ils pussent donner à leurs usurpa-
point changé, furent obligés de recevoir ou de tions, ils sentaient assez qu’elles n’étaient éta-
ravir leur subsistance de la main des riches, et blies que sur un droit précaire et abusif et que
de là commencèrent à naître, selon les divers n’ayant été acquises que par la force, la force
caractères des uns et des autres, la domination pouvait les leur ôter sans qu’ils eussent raison
et la servitude, ou la violence et les rapines. Les de s’en plaindre. Ceux mêmes que la seule indus-
riches de leur côté connurent à peine le plaisir de trie avait enrichis ne pouvaient guère fonder leur
dominer, qu’ils dédaignèrent bientôt tous les propriété sur de meilleurs titres. Ils avaient beau
autres, et se servant de leurs anciens esclaves dire : « C’est moi qui ai bâti ce mur ; j’ai gagné ce
pour en soumettre de nouveaux, ils ne songèrent terrain par mon travail. Qui vous a donné les ali-
qu’à subjuguer et asservir leurs voisins ; sembla- gnements ? », leur pouvait-on répondre, « et en
bles à ces loups affamés qui ayant une fois goûté vertu de quoi prétendez-vous être payé à nos
de la chair humaine rebutent toute autre nourri- dépens d’un travail que nous ne vous avons point
ture et ne veulent plus que dévorer des imposé ? Ignorez-vous qu’une multitude de vos
hommes. frères périt, ou souffre du besoin de ce que vous
C’est ainsi que les plus puissants ou les plus avez de trop, et qu’il vous fallait un consentement
misérables, se faisant de leur force ou de leurs exprès et unanime du genre humain pour vous
besoins une sorte de droit au bien d’autrui, équi- approprier sur la subsistance commune tout ce
valent, selon eux, à celui de propriété, l’égalité qui allait au-delà de la vôtre ? » Destitué de rai-
rompue fut suivie du plus affreux désordre : c’est sons valables pour se justifier, et de forces suf-
ainsi que les usurpations des riches, les brigan- fisantes pour se défendre ; écrasant facilement
dages des pauvres, les passions effrénées de un particulier, mais écrasé lui-même par des trou-
tous étouffant la pitié naturelle, et la voix encore pes de bandits, seul contre tous, et ne pouvant
faible de la justice, rendirent les hommes avares, à cause des jalousies mutuelles s’unir avec ses
ambitieux et méchants. Il s’élevait entre le droit égaux contre des ennemis unis par l’espoir com-
du plus fort et le droit du premier occupant un mun du pillage, le riche, pressé par la nécessité,
conflit perpétuel qui ne se terminait que par des conçut enfin le projet le plus réfléchi qui soit
combats et des meurtres. La société naissante jamais entré dans l’esprit humain ; ce fut d’em-
fit place au plus horrible état de guerre : le genre ployer en sa faveur les forces mêmes de ceux qui
humain avili et désolé, ne pouvant plus retourner l’attaquaient, de faire ses défenseurs de ses
sur ses pas ni renoncer aux acquisitions malheu- adversaires, de leur inspirer d’autres maximes,
reuses qu’il avait faites et ne travaillant qu’à sa et de leur donner d’autres institutions qui lui fus-
honte, par l’abus des facultés qui l’honorent, se sent aussi favorables que le droit naturel lui était
mit lui-même à la veille de sa ruine. contraire.
Étourdi par la nouveauté du mal, à la fois riche et Dans cette vue, après avoir exposé à ses voisins
misérable, l’horreur d’une situation qui les armait tous les
Il veut fuir l’opulence et déteste ce qu’il a désiré. uns contre les autres, qui leur rendait leurs pos-
(Ovide, Métamorphoses, XI, 127) sessions aussi onéreuses que leurs besoins, et
Il n’est pas possible que les hommes n’aient fait où nul ne trouvait sa sûreté ni dans la pauvreté
enfin des réflexions sur une situation aussi misé- ni dans la richesse, il inventa aisément des rai-
rable, et sur les calamités dont ils étaient acca- sons spécieuses pour les amener à son but.
blés. Les riches surtout durent bientôt sentir “Unissons-nous, leur dit-il, pour garantir de l’op-
combien leur était désavantageuse une guerre pression les faibles, contenir les ambitieux, et
perpétuelle dont ils faisaient seuls tous les frais assurer à chacun la possession de ce qui lui
et dans laquelle le risque de la vie était commun appartient. Instituons des règlements de justice
et celui des biens, particulier. D’ailleurs, quelque et de paix auxquels tous soient obligés de se

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 115
DES LUMIÈRES… À NOUS : QUEL HÉRITAGE, QUELS ENGAGEMENTS ?

conformer, qui ne fassent acception de personne, et un igloo, cet équilibre s’effectuant grâce à l’en-
et qui réparent en quelque sorte les caprices de chère suggérée par le doigt tendu).
la fortune en soumettant également le puissant
et le faible à des devoirs mutuels. En un mot, au u Mettre en relation les documents
lieu de tourner nos forces contre nous-mêmes,
rassemblons-les en un pouvoir suprême qui nous 5. On acceptera toute réponse justifiée précisé-
gouverne selon de sages lois, qui protège et ment qu’elle réponde positivement à la question
défende tous les membres de l’association, posée en arguant de la nécessité de la dénoncia-
repousse les ennemis communs et nous main- tion des inégalités par l’écriture ou par l’action,
tienne dans une concorde éternelle.” » ou qu’elles répondent négativement en opposant
les époques et les formes de la dénonciation
3. Dans leur contexte (voir extrait long ci-dessus), (philosophique vs lutte active).
ces paroles s’adressent aux « riches » qui ayant
construit un mur sur leurs terres en revendiquent
la propriété mais il est bien évident que ces paro- Écriture et oral
les peuvent toucher les lecteurs de Rousseau
quelle que soit l’époque à laquelle ils appartien- 6. On proposera l’élaboration d’une liste de cri-
nent. Le substantif « frère » insiste sur une com- tères de réussite avant la rédaction du paragra-
mune humanité qui devrait aboutir à un sentiment phe. On pourra par exemple retenir :
de fraternité et de partage. – le respect de la consigne (illustration de la
phrase) ;
– l’intérêt des illustrations et des exemples propo-
u Étudier l’affiche (document 3) sés (ce qui peut faire l’objet d’une discussion) ;
4. L’affiche informe sur la tenue d’une vente aux – la qualité de la communication écrite (cohé-
enchères de dessins de presse et de BD au béné- rence du discours, maîtrise d’un certain nombre
fice de l’association « Droit au logement » (DAL). de points de langue ayant fait l’objet d’un contrat
Mais au delà de cette information, elle présente avec l’élève en fonction de ses difficultés les plus
la lutte du DAL de façon humoristique (un com- prégnantes) ;
missaire priseur, le marteau entre les dents, s’ef- – le plaisir éprouvé à la lecture du texte (qui peut
forçant à un équilibre précaire entre un château faire l’objet d’une discussion).

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 116
Séquence A DES LUMIÈRES… À NOUS : QUEL HÉRITAGE, QUELS ENGAGEMENTS ?

3. Comment une image peut-elle devenir


une arme de dénonciation ? pages 140-141 du manuel

Cette séance propose l’analyse d’un document iconographique : une affiche de l’OIP
La section française de l’Observatoire international des prisons (OIP) s’attache, depuis sa
création à Paris en 1996, à promouvoir le respect de la dignité et des droits fondamentaux
des personnes incarcérées. Cette association fonde son action sur les dispositions de droit
interne et les instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme qui prévoient que nul
ne peut être soumis à des traitements cruels, inhumains ou dégradants. L’OIP s’est donné
quatre moyens d’actions :
– faire connaître les conditions de détention des personnes incarcérées, alerter l’opinion et
les pouvoirs publics sur les mauvais traitements dont elles peuvent faire l’objet ;
– informer les personnes détenues de leurs droits et soutenir leurs démarches pour les faire
valoir ;
– promouvoir l’adoption de mesures propres à garantir la défense de la personne et le respect
de ses droits et prôner la limitation du recours à l’incarcération, la réduction de l’échelle des
peines, le développement d’alternatives aux poursuites pénales et de substituts aux sanctions
privatives de liberté ;
– utiliser son droit d’ester en justice pour la sauvegarde des intérêts essentiels de la personne
détenue et l’application des dispositions légales et réglementaires.
L’OIP s’interdit de prendre part à l’action d’aucun gouvernement, de soutenir aucun parti poli-
tique ou de prendre position à l’occasion de toute consultation électorale. Son efficacité repose
sur la médiatisation des dysfonctionnements du « service public pénitentiaire » et l’interpel-
lation des autorités concernées sur les manquements au droit. Il concourt à rompre le silence
qui entoure le monde carcéral et contribue à combattre l’arbitraire qui caractérise le fonction-
nement de l’institution pénitentiaire.

Lecture ments mais il est bien évident qu’une analyse de


l’affiche dans son intégralité, sans doute plus
1. Cette affiche a été commandée par la section complexe, permet de dégager une interprétation
française de l’Observatoire international des pri- avec davantage de pertinence. Le professeur
sons (voir ci-dessus sa présentation). Elle choisira la modalité qu’il jugera la meilleure en
s’adresse à tout lecteur potentiel, qu’il soit visi- fonction des réactions de sa classe.
teur du site ou spectateur occasionnel d’un affi- Les yeux du lecteur de l’affiche effectuent un tra-
chage citadin. Cette image vise à surprendre, jet qui va de la gauche vers la droite (sens de
choquer le lecteur pour l’amener à s’intéresser au lecture) : du visage de l’homme aux derniers mots
contenu et si possible le faire réagir. du slogan « un chien ». Ce trajet met donc l’accent
sur la déshumanisation du prisonnier.
2. et 3. Nous avons proposé de scinder l’analyse Puis l’œil du spectateur parcourt le slogan (qui le
de l’image et celle du texte en deux questions prend à partie dans ce qu’il a de moins
afin de faciliter le travail de repérage des élé- généreux).

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 117
DES LUMIÈRES… À NOUS : QUEL HÉRITAGE, QUELS ENGAGEMENTS ?

De plus, la composition de l’image et du slogan L’affiche propose au lecteur de déshumaniser le


renforce la situation d’enfermement du prison- prisonnier (« dites-vous que cet homme est un
nier (à la verticalité des barreaux et de l’homme chien ») afin de pouvoir agir en sa faveur (« Si cela
s’opposent l’horizontalité des traverses et des peut vous aider à donner »). Cette affiche sous-
textes). entend que le lecteur se montre plus soucieux du
Cette impression d’enfermement est renforcée sort des animaux que du sort des prisonniers.
par la lumière blafarde et floue au dos du prison-
nier et par le choix des couleurs (camaïeu de
kaki). Écriture et oral
4. Selon Voltaire, le président de la Tournelle et 5. Cette affiche choque et invite à la réflexion.
sa femme ne considèrent pas que le prisonnier Elle ne laisse pas indifférent. On peut donc esti-
puisse appartenir à la même espèce qu’eux. Ce mer qu’elle a atteint son but. Pour autant, incite-
qui permet d’ordonner sa torture, d’y assister t-elle à une véritable information sur le sort des
puis de la rapporter le soir en un récit devenu un prisonniers et pousse-t-elle à l’action ? On peut
rituel conjugal. Le plaisir du président à appliquer en douter à la lecture des rapports des différen-
la torture au prisonnier (lignes 6) est redoublé ces associations nationales et internationales
par le plaisir d’en conter les détails à sa femme qui épinglent la France pour l’état de ses
(lignes 15 à 24). prisons.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 118
Séquence A DES LUMIÈRES… À NOUS : QUEL HÉRITAGE, QUELS ENGAGEMENTS ?

Évaluation pages 140-141 du manuel

Cette évaluation peut sembler longue puisqu’elle comporte la lecture d’un texte de vingt-sept
lignes, l’étude d’une image et huit questions. Mais l’entrée dans le texte de Voltaire est faci-
litée par le paratexte ; il est, dans son ensemble, compréhensible (à condition d’avoir initié les
élèves à la recherche du sens global d’un texte). Quant aux questions, elles ne présentent pas
de difficultés particulières à l’exception peut-être des questions 3 et 4 : selon la classe, on
pourra proposer ou non la question 3.

Évaluation che philosophique qui ne doit pas se limiter,


selon Voltaire, à l’expression d’une compassion,
des compétences de lecture aussi louable soit-elle, mais mener vers l’action
12 points au service des opprimés. Voltaire présente donc
le rôle du philosophe comme tourné vers l’enga-
u Document 1 gement et sa morale comme une morale de
1. On acceptera toute phrase présentant le texte l’action.
sans contresens. On pourra privilégier les titres
qui reprendront à la fois l’action dont il est ques- u Document 2
tion : sauver les Sirven et celui qui l’effectue : Vol-
5. L’association Amnesty international est à l’ori-
taire, comme par exemple : « Voltaire au secours
gine de cet envoi qui s’adresse aux récepteurs
des Sirven », ou « L’engagement de Voltaire pour
du SMS dont la liste a pu être établie selon un
les Sirven ».
intérêt manifesté pour l’association ou lors de
2. Les Sirven sont comparés à des moutons (l. 2). mobilisations diverses.
Cette comparaison met l’accent sur le côté doux
6. Cette phrase vise à provoquer l’étonnement
et sans défense de la famille. Elle est censée atti-
tant la description de l’objet « arme de libération
rer la pitié par le sort généralement réservé aux
massive » peut sembler contraire à la banalité du
moutons : le sacrifice ou l’abattage.
téléphone. De plus l’expression « arme de libéra-
3. Dans l’extrait présenté, Voltaire : tion massive » rappelle « arme de destruction
– reçoit les Sirven ; massive » à laquelle elle s’oppose.
– écrit à monsieur le premier président de
7. Cet envoi vise à attirer l’attention du récepteur
Languedoc ;
du SMS afin de le faire agir (envoyer un SMS sur-
– fait « présenter […] un placet à monsieur le vice-
taxé en faveur de l’association).
chancelier » ;
– s’interroge sur la démarche à suivre : « Ira-t-on
une seconde fois demander une évocation au
conseil ? Tentera-t-on d’émouvoir la pitié
publique ? » ; Évaluation
– fait son métier de philosophe : « j’ai suivi mon
des compétences d’écriture
8 points
penchant. Celui d’un philosophe n’est pas de
plaindre les malheureux, c’est de les servir ».
4. Cette dernière phrase met en perspective l’en- 8. Vous écrivez pour dénoncer une injustice ou
gagement de Voltaire. Il inclut ses actions en défendre une cause qui vous est chère. Votre
faveur des Calas ou des Sirven dans une démar- texte, d’une vingtaine de lignes et structuré en

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 119
évaluation pages 148-149 du manuel

paragraphes, devra convaincre votre lecteur de juste, et celui de l’engagement » ; longueur du


s’engager à son tour. Vous utiliserez, notamment, texte : « d’une vingtaine de lignes » ; forme de
le lexique du juste et de l’injuste, et celui de l’écrit : « structuré en paragraphes » ;
l’engagement. – la force de conviction et le choix des arguments
On pourra proposer aux élèves d’établir une liste et des exemples ;
de critères de réussite avant de commencer à – la qualité de la communication écrite (cohé-
rédiger. Cette liste de critère pourra comprendre rence du discours, maîtrise d’un certain nombre
par exemple : de points de langue ayant fait l’objet d’un contrat
– le respect de la consigne : sujet traité « dénon- avec l’élève en fonction de ses difficultés les plus
cer une injustice ou défendre une cause qui vous prégnantes) ;
est chère » ; objectif du texte : « convaincre votre – le plaisir éprouvé à la lecture du texte (qui peut
lecteur de s’engager à son tour » ; utilisation du faire l’objet d’une discussion).
lexique approprié : « le lexique du juste et de l’in-

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 120
Interrogation 1
Une action juste l’est-elle pour tout le monde ?

Séquence B WELCOME : UN FILM AU SERVICE D’UN COMBAT ?


pages 142-149 du manuel

Introduction au travail de la séquence


Cette séquence s’inscrit dans l’interrogation 1 : une action juste
l’est-elle pour tout le monde ? Il s’agit ici d’interroger, à l’aide d’une œuvre
forte, les prolongements des combats des philosophes. S’ils ont lutté
pour obtenir l’abolition de l’esclavage, ils se sont aussi élevés contre
d’autres formes d’injustice (citons pour mémoire l’affaire Calas ou celle
du chevalier de La Barre, deux causes pour lesquelles Voltaire s’est battu)
commises au nom des préjugés et de l’intolérance. Le film de Philippe
Lioret s’inscrit, à sa manière, dans le combat contre une forme moderne
d’injustice puisque l’œuvre donnera son nom à un projet d’amendement
d’une loi, l’« amendement Welcome », présenté à l’Assemblée nationale :
cet amendement visait à exclure les bénévoles des peines encourues par
ceux qui aident les migrants. Il est frappant de voir que l’interprète prin-
cipal du film, Vincent Lindon, dans un entretien accordé au magazine de
Canal+, déclare : « ce personnage qui aide un clandestin, pas par héroïsme,
mais pour regagner le cœur de son ex-femme, m’a tout de suite plu. J’y ai
vu avant tout une grande histoire romanesque, pas un tract politique…
Malgré lui, Simon devient un héros des temps modernes, qui se bat contre
l’injustice et un système qui le dépasse. Mais, jusqu’au bout, il reste pro-
fondément humain, avec ses excès et ses failles… Pas un seul instant
nous n’aurions imaginé que le film déclenche une polémique. Notre seul
objectif était de frapper les spectateurs en plein cœur ».
Au cours de la séquence qui étudie le film, les écrits des philoso-
phes ne sont pas oubliés, ils sont mis en résonance avec lui : Rousseau
ou Destutt du Tracy dialoguent avec l’œuvre de Lioret et l’éclairent de
réflexions sur la pitié, le bien et le mal faits à autrui, la bonté naturelle,
le bien-fondé de la loi, en adéquation avec la période recommandée par
le programme de français. On peut donc constater que les philosophes
des Lumières ont une postérité active représentée ici par un réalisateur
engagé qui interroge lui aussi les notions de légalité et de légitimité d’une
manière si efficace que son film a été couronné du prix du Parlement
européen 2009, après avoir obtenu trois nominations aux Césars.
L’idéal, naturellement, sera d’organiser une projection du film, au
moment qui paraîtra souhaitable mais, la séquence n’exigeant pas le
choix d’une séance particulière, on peut la travailler sans le visionnage
de l’œuvre complète.
La séquence est prolongée par des propositions d’activités et de
recherches sur internet, page 150 du manuel.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 121
Séquence B WELCOME : UN FILM AU SERVICE D’UN COMBAT ?

1. Comment le réalisateur présente-t-il


le personnage de Bilal ? pages 142-143 du manuel

Cette séance présente le héros du film, le jeune Bilal, en provenance du Kurdistan irakien, ce
qui en fait un « réfugié d’un pays en guerre » selon le juge devant lequel il sera présenté après
sa première tentative pour passer en Angleterre, comme passager clandestin d’un camion. Il
est très jeune (dix-sept ans) mais très déterminé et ignorant des difficultés auxquelles il sera
confronté pour atteindre son but. Philippe Lioret, dans une des premières séquences du film,
nous le montre déambulant le long des grilles du port. Il a paru intéressant de montrer aux
élèves que cette séquence construit un personnage et que la manière de le mettre en scène
lui donne déjà des caractérisques créant un écart par rapport aux autres migrants ; car, même
s’ils ont beaucoup de points communs, Bilal demeure exemplaire.
Comme support à cette présentation figurent six photogrammes qui permettent de replacer
le personnage dans le décor et par rapport aux autres migrants tout en rappellant les enjeux
(franchir la Manche en bateau). S’y ajoute un extrait du scénario qui correspond à ces images :
les élèves auront ainsi l’occasion de mesurer qu’un film est aussi le produit d’un travail écrit,
parfois très élaboré, qui comporte toutes les indications nécessaires pour un transfert à
l’image : des descriptions, des dialogues, des indications de temps.

Lecture fait identifier le groupe de jeunes hommes comme


d’autres migrants, même si leur tenue, leur déam-
1. Le spectateur qui ne connaît pas l’histoire du bulation en groupe, leurs sacs dénotent des
film associe les images des ferries à la traversée voyageurs sans papiers.
de la Manche, il rêve de vacances, de voyages, de
3. Les jeunes Afghans sont amusés par les ques-
libre circulation, de pittoresque peut-être. Pour
tions de Bilal, car elles révèlent son innocence :
Bilal, ces ferries symbolisent le but de son voyage,
il ne sait rien des difficultés que représente la
ils vont lui permettre, pense-t-il, de gagner au
traversée de la Manche. Pour Bilal, souhaiter se
plus vite Londres où l’attend Mina. Les Afghans,
rendre en Angleterre est tout naturel, ce qui le
quant à eux, savent déjà que ces bateaux ne sont
rend un peu ridicule aux yeux des Afghans qui
pas pour eux, qu’ils n’auront jamais le droit de
piétinent sur cette côte depuis des mois.
s’acheter librement un billet de traversée, que ce
qui, pour d’autres, est un geste simple, leur est 4. Rien ne distingue Bilal des Afghans, si ce n’est
tout à fait interdit. On comprend dès lors que cha- qu’il est plutôt moins âgé qu’eux. Mêmes vête-
cun les regarde d’un œil différent en fonction de ments, même allure, mais lui est seul, tandis que
la possibilité ou de l’impossibilité d’y accéder. les autres se sont regroupés et ont développé une
complicité au cours des semaines passées
2. C’est Bilal qui regarde en longeant le port, et
ensemble.
s’intéresse particulièrement au mouvement des
bateaux pour les raisons que l’on sait. Son regard 5. Philippe Lioret présente Bilal comme un jeune
accompagne la sortie des ferries. Il longe assez homme déterminé et parfaitement ignorant des
longuement le grillage du port, ce qui symbolise réalités ; on apprendra plus tard qu’il a traversé
sans nul doute son impossibilité de s’y rendre des milliers de kilomètres avant d’arriver là, aussi
librement, la clôture est vraiment infranchissa- croît-il que rien ne peut l’arrêter. Le spectateur
ble. C’est la subjectivité du personnage qui lui perçoit la force du personnage de même que sa

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 122
Interrogation 1

candeur – qui l’expose aux quolibets des migrants Ils devront donc choisir une suite en employant
plus expérimentés. la technique cinématographique.
On peut valider de nombreuses réponses, selon
Écriture et oral l’effet souhaité : la caméra peut rester sur le per-
sonnage, tout déconfit, ce qui accentue l’effet de
6. Cette question vise à familiariser les élèves solitude ; elle peut également accompagner les
avec la grammaire du cinéma et à les faire réflé- migrants par un travelling qui creusera la dis-
chir avec ses outils : comment les plans s’articu- tance entre les protagonistes… Il importe que
lent-ils entre eux pour former une séquence, l’élève justifie son choix en fonction de ce qui a
comment faire succéder les plans ? été analysé dans la séance.

2. Comment le réalisateur met-il en scène


les valeurs de ses personnages ? pages 144-145 du manuel

La deuxième séance met l’accent sur les différentes valeurs en cause dans ce film très mili-
tant : dans la séquence choisie, Marion est très isolée dans son soutien aux Pakistanais, les
autres se montrant soit hostiles, soit indifférents. L’étape choisie ici permet de comprendre
et d’éclairer le cheminement du personnage de Simon : mis en cause par celle qu’il aime tou-
jours, il va sans doute réfléchir à ses propos et peut-être souhaiter ne plus mériter ses repro-
ches ; on comprendrait ainsi mieux qu’il vienne ensuite en aide à Bilal et son ami et qu’il puisse
alors tisser de vrais liens avec le premier.
Pour les élèves, le texte du scénario ainsi que les photogrammes soulignent que Simon est
mal à l’aise, qu’il se sent vaguement coupable, « pas fier de lui » à l’issue de cette scène qui
souligne l’écart entre son individualisme et le sens de la solidarité et le militantisme actif de
la jeune femme.

Lecture (pour mieux apparaître à l’image ?) et Simon, tan-


dis que le gérant et le vigile portent chemise et
cravate qui symbolisent leur fonction dans le
u Étudier les photogrammes (document 1) magasin.
Il faut ici remarquer que les différents personna- Le gérant semble courroucé, Marion a l’air scan-
ges sont repérés par différents indices qui les dalisé, les clients pris à témoin semblent interlo-
apparentent à un groupe ou à un autre. Les qués et Simon laisse transparaître un certain
migrants sont emmitouflés dans des vêtements malaise, les deux Pakistanais marquent de
supposés leur tenir chaud (parkas ou anoraks, l’étonnement.
bonnets, écharpes…) les clients sont eux aussi La plupart des personnages de cette scène mani-
vêtus chaudement tout comme Marion, en rouge festent, à un titre ou à un autre, de la gêne alors

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 123
WELCOME : UN FILM AU SERVICE D’UN COMBAT ?

que Marion, seule, se montre choquée, capable 6. Philippe Lioret met en scène des personnages
d’interpeller les uns et les autres à propos de leur qui obéissent à des valeurs bien différentes :
attitude. Marion, qui est engagée dans la distribution de
La caméra va s’intéresser plus particulièrement nourriture aux migrants, veut s’interposer entre
à Marion pour souligner son sentiment de révolte le vigile et ces derniers afin de protéger leurs
devant l’injustice commise et sa colère devant droits : elle est prête à lutter contre l’ostracisme
l’indifférence de Simon, c’est pourquoi le plan se dont ils sont victimes ; elle prône la solidarité.
resserre sur son visage indigné. Simon, lui, n’est pas engagé dans ce soutien
aussi se démarque-t-il de Marion : le réalisateur
insiste sur son malaise (dû à sa peur de décevoir
u Étudier le scénario (document 2)
son ex-épouse et à son sentiment d’impuissance
4. Les Pakistanais souhaitent calmer le jeu face à une situation de conflit) qui est ici le fruit
d’après le scénario. On comprend aisément de son individualisme. Le gérant et le vigile pré-
qu’étant en situation irrégulière ils n’aient pas tendent incarner le respect de la tradition et la
les moyens de faire face à un conflit, c’est pour- défense d’un certain ordre social.
quoi ils préfèrent s’esquiver : « ils battent en
retraite ».
5. Le responsable du magasin affirme appliquer
les « ordres » de la direction qui souhaiterait Écriture et oral
interdire l’accès du magasin aux migrants sous
7. On attend des élèves qu’ils réemploient les
le prétexte qu’ils dérangent les clients ; le vigile
termes du lexique qui leur a été fourni page 191.
est là pour exécuter ces directives. Marion s’op-
Pour les aider, il peut être utile de leur suggérer
pose à lui au nom du libre droit des personnes et
de souligner ces termes dans leur texte pour les
elle aimerait être soutenue par Simon dans son
amener à les introduire aisément dans leur
intervention ; mais lui n’imagine pas de se révol-
réflexion.
ter contre cette injustice, il préfère boycotter ce
commerce à l’avenir (« Y’a qu’à plus mettre les Le travail pourra étre considéré comme réussi s’il
pieds là-dedans, c’est tout… ») plutôt que d’agir met en scène Marion défendant ses valeurs alors
solidairement avec son ex-femme qui lui repro- que Simon ne répond que maladroitement à ses
che son attitude passive. arguments.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 124
Interrogation 1

3. Simon : vers un engagement sincère ?


pages 146-147 du manuel

Dans cette troisième séance, l’extrait du scénario et les deux photogrammes retracent l’arri-
vée de Marion chez Simon au matin. Elle est passée, comme prévu, pour reprendre ses livres
et découvre, stupéfaite, que Simon a hébergé deux migrants. Elle va poser quelques questions
pour tenter de comprendre, tandis que Simon reste assez évasif dans des réponses : « trois,
quatre jours, je sais plus ». La jeune femme semble extrêmement déconcertée par un compor-
tement qu’elle n’avait aucune raison d’anticiper.
Pour éclairer le comportement des bénévoles en général et de Simon en particulier, le docu-
ment trois présente un extrait du célèbre Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité
parmi les hommes de Jean-Jacques Rousseau. On peut alors mesurer combien le comporte-
ment des bénévoles correspond à certains idéaux des philosophes des Lumières. En effet,
Rousseau vante les bienfaits sociaux de la pitié, sentiment naturel, affirme-t-il, qui pondère
les effets de la violence sociale.

Lecture mais par une mimique expressive qu’il faudra


préciser au tournage mais qu’on peut imaginer :
u Étudier le scénario (document 1) elle prendra l’air surpris, ou intrigué, ou stupéfait
selon le choix du réalisateur.
1. Simon apparaît bien différent du personnage
de la séance précédente qui ne souhaitait pas
s’impliquer. Il a pris des initiatives, il se montre u Étudier les photogrammes (document 2)
solidaire sans ostentation et amical avec ses 5. On ressent dans le photogramme une ambiance
hôtes si inattendus. amicale : trois hommes partageant un repas devi-
2. On peut interpréter ce changement de diverses sent librement et s’écoutent avec intérêt. Dans le
manières : s’il est encore amoureux de Marion, il photogramme b on mesure la familiarité de Simon
a souffert de l’avoir déçue et veut se rattraper à avec ses invités qui viennent le saluer au matin
ses yeux en adoptant une attitude plus conforme en toute simplicité avant de quitter l’appartement.
aux idéaux qu’elle défend ; on peut aussi penser Lorsque Marion fait face aux deux « invités » de
qu’à force de fréquenter Bilal il a été sincèrement Simon, on devine son étonnement.
touché par sa solitude et sa détermination à s’en-
traîner pour rejoindre l’Angleterre à la nage afin u Étudier l’essai (document 3)
d’y retrouver sa fiancée. On peut débattre en
classe sur les raisons de ce revirement et sur la 6. Rousseau affirme que la pitié concourt à la
sincérité du personnage. conservation de l’espèce car elle nous fait porter
secours à ceux qui souffrent. C’est grâce à la pitié
3. Simon présente le projet de Bilal comme quel- que l’homme fort ne dépossède pas le vieillard
que chose de « dingue » et annonce avec un sou- ou l’enfant de sa subsistance, c’est ce sentiment
rire amusé que le jeune homme souhaite être qui amène à rechercher les choses utiles et agréa-
entraîné par lui, comme si, cette fois, il n’y avait ble sans faire de mal à autrui. Elle a donc un effet
rien que de très banal dans cette demande. de modération sur la brutalité des comporte-
4. « Tête de Marion » signifie que l’actrice incar- ments et nous rend sensible à la douleur des
nant le personnage ne réagit pas par la parole autres.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 125
WELCOME : UN FILM AU SERVICE D’UN COMBAT ?

7. On pourrait la nommer compassion, commisé- situation d’adulte, de maître-nageur et de citoyen


ration, miséricorde, attendrissement. français, est à même de l’aider. Rousseau dirait
Le mot « pitié » vient du latin pieta, -atis, et signi- qu’il se « porte sans réflexion au secours » de
fie la sympathie qui naît au spectacle des souf- Bilal qu’il voit souffrir.
frances d’autrui ; la « miséricorde » (du latin
misericors : qui a le cœur sensible au malheur)
est vieilli, c’est la sensiblilité à la misère, au mal- Écriture et oral
heur d’autrui ; la « compassion » (du latin com-
pati, « souffrir avec ») est le sentiment qui porte 9. Cette fois, c’est Simon qui parle à Marion et
à plaindre et partager les maux d’autrui ; l’« atten- qui argumente. On attend de l’élève qu’il rédige
drissement » indique le fait de s’attendrir. Deman- un discours argumenté utilisant un lexique spé-
der aux élèves de choisir parmi les synonymes cifique (il devra les souligner dans son texte).
vise à les amener à réfléchir aux nuances qui les Simon a changé, il ne s’interroge plus, il sait ce
distinguent ; toutes les réponses, pourvu qu’elles qu’il faut faire et pourquoi. La relation entre lui
soient argumentées, sont valables. et Bilal s’est intensifiée depuis qu’il sait que le
jeune homme est un champion dans son pays et
u Mettre en relation les documents qu’il projette d’être accepté dans un club anglais
comme footballeur professionnel (Simon a été lui
8. À ce stade de l’étude, le personnage de Simon
aussi un champion, ses médailles en sont la
s’est engagé pour aider les migrants. On peut
preuve). On peut concevoir qu’en s’adressant à
supposer qu’il a été touché par la personnalité
Marion il veut lui démontrer qu’il n’est pas aussi
de Bilal, par son amour pour Mina qui le pousse
indifférent aux autres que ce qu’elle soupçonnait
à tout tenter pour la rejoindre, y compris la tra-
et qu’il est prêt à prendre la défense de ceux qui
versée de la Manche à la nage. On peut supposer
sont exclus.
qu’il a pitié du jeune homme, qu’il souhaite
l’aider dans ses épreuves et lui faciliter un par- 10. La synthèse collective peut s’écrire par grou-
cours si difficile. Il est vrai que Bilal est confronté pes et être ensuite lue à la classe ou être dictée
à des freins à son projet et que Simon, par sa au tableau par la classe.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 126
Séquence B WELCOME : UN FILM AU SERVICE D’UN COMBAT ?

Évaluation pages 148-149 du manuel

Proposer le storyboard du film aux élèves permet de leur montrer qu’un réalisateur mène une
vraie réflexion sur l’image et qu’il anticipe par les dessins certains plans qui présentent une
difficulté ou qui lui paraissent particulièrement importants.
Il nous a paru indispensable de donner la parole à Philippe Lioret, le réalisateur, afin qu’il
donne son point de vue sur son œuvre et ses conséquences. Il fait part dans l’entretien de son
amertume après la polémique suscitée par son film : malgré le soutien apporté par Daniel
Goldberg, la LICRA (Ligue contre le racisme et l’antisémitisme), les députés du Pas-de-Calais,
et toute une partie de la société civile frappée que des hommes comme Jean-Claude Lenoir,
vice-président de l’association d’aide aux migrants Salam soient poursuivis pour « outrage à
CRS », l’amendement ne sera pas adopté par l’Assemblée nationale, les députés de la majorité
ayant voté contre l’amendement alors qu’ils n’avaient pas assisté aux débats.
Le document 3 est un passage de l’essai de Destutt de Tracy, Quels sont les moyens de fonder
la morale chez un peuple ? Le philosophe y questionne les lois, cherchant à définir lesquelles
sont bonnes ou lesquelles, en interdisant des choses innocentes (quoi de plus innocent que
d’aller au secours de ceux qui souffrent ?), créent un nouveau délit.
En créant une nouvelles classe de coupables bien injustement dénommés tels, ces lois inven-
tent aussi une nouvelle classe de bourreaux (« ceux qui les surveillent… vivant du malheur de
leurs semblables. »)

Évaluation afin d’exclure des poursuites tous les


bénévoles.
des compétences de lecture
4. Philippe Lioret est très déçu car il espérait que
10 points l’amendement soit voté et que ceci supprimerait
les conséquences iniques de la loi ; il voulait que
u Document 1
les bénévoles ne soient plus poursuivis pour
1. Les trois images font alterner les points de vue : avoir aidé des personnes en situation
la première est vue par Bilal, la seconde par les irrégulière.
garde-côtes, la troisième à nouveau par Bilal. Au
cinéma, on parlerait de champ-contrechamp.
u Document 3
2. La succession de ces trois images produit un
effet dramatique : le spectateur s’identifie à Bilal 5. Selon Destutt de Tracy les « bonnes lois » ser-
qui voit le bateau se rapprocher dangereusement vent à punir les crimes et réprimer les délits.
de lui ; il perçoit la peur du jeune homme seul
dans l’océan, perdu dans l’immensité à la merci u Mise en relation des documents 2 et 3
d’un navire qui peut le tuer s’il le percute. Le
spectateur a pitié de Bilal qui risque la mort alors 6. Destutt de Tracy estime que certaines lois
qu’il est si près du but. créent des occasions de nuire à la société et à
ses membres, par exemple celles qui prohibent
des choses innocentes en elles-mêmes. On peut
u Document 2 considérer que l’article 622-1, dont Lioret sou-
3. Le « projet de loi Welcome » consiste à amender haite la modification par amendement, nuit aux
l’article 622-1 en ajoutant « à des fins lucratives » bénévoles innocents et les transforme en une

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 127
évaluation pages 148-149 du manuel

nouvelle classe de coupables. Mais le philosophe Évaluation


va plus loin : il affirme que ceux qui sont chargés
de réprimer ces innocents vivent du malheur de des compétences d’écriture
leurs semblables. On a tout de suite à l’esprit les 10 points
policiers agissant sans mandat qui s’introduisent
de force dans l’appartement de Simon le matin, 7a. On attend une synthèse de la séquence qui
et menacent de revenir plus tôt encore ; on pense porte davantage sur les idées défendues par Lio-
au personnage du voisin malveillant, capable ret que sur le récit proprement dit. L’élève devra
d’aller en catimini à la police dénoncer un co- interroger l’immuabilité ou la flexibilité de la loi,
locataire ; on pense au policier chargé d’interro- se demander ce qui est juste ou pas… Certains
ger Simon sur son activisme auprès des migrants, se questionneront peut-être sur leur attitude face
qui n’hésite pas à lui faire un chantage pour qu’il à ce problème s’ils y étaient directement
reconnaisse les charges dont il est accusé. Ce confrontés.
personnage a même le cynisme de préciser qu’il 7b. La lettre de Bilal à Mina doit faire état de son
obéit aux ordres, qu’on lui demande des résul- amour, bien sûr, mais aussi de son projet de tra-
tats, ne dissimulant pas qu’il est prêt à toutes les verser la Manche à la nage. Il serait bon que soit
bassesses, y compris au mépris de la loi, pour y évoqué le personnage de Simon qui l’a soutenu
parvenir. dans sa démarche.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 128
Interrogation 1 Une action juste l’est-elle pour tout le monde ?

Activités et recherches page 150 du manuel

SÉQUENCE A – affirme le rôle des parents prioritaires, dans


l’éducation de leurs enfants.
DES LUMIèRES… à NouSs

1. Condorcet établit la liste des domaines dans


lesquels l’éducation peut être utile : 3. La lecture d’une biographe de Marie Gouze,
– l’économie domestique ; dite Marie-Olympe de Gouges, permettra de pré-
– l’administration des affaires ; senter la dramaturge (voir page 162) ainsi que la
− le développement de l’industrie du peuple : femme engagée dans le droit des femmes et
c’est-à-dire de ce qu’il fabrique ; contre l’esclavage, qui paya de sa vie son enga-
− la connaissance du droit et des devoirs ; gement politique. Elle permettra également de
− l’établissement d’un jugement indépendant ; montrer pourquoi un intérêt renouvelé lui est
− la capacité de comprendre les « sentiments éle- porté en France depuis la seconde moitié du
vés ou délicats » ; xx e siècle et s’est traduit, dès 1989, par la
− l’autonomie dans l’exercice des affaires ; demande de sa panthéonisation.
− la capacité à refuser les superstitions et les
préjugés ; 4. Les images des « tentes des don Quichotte »
− la capacité à repousser le charlatanisme, quel sont sans doute encore présentes aux yeux des
que soit le domaine dans lequel il sévit. élèves. Avant ou après la lecture de la page de
Condorcet ordonne saliste du domaine privé au présentation de l’association, on pourra interro-
domaine public. ger les élèves sur le personnage de don Qui-
On acceptera, pour la dernière partie de la ques- chotte, complété par la lecture d’une page
tion, toute réponse argumentée. d’Encyclopédie en ligne ou par un extrait de
Cervantès.
2. Ces deux textes proclament le droit à l’éduca-
tion pour tous. Si le premier texte établit une liste
des domaines dans lesquels l’éducation est utile,
le second indique les objectifs de cette éducation, SÉQUENCE B–
objectifs qui tiennent du domaine privé : « le plein
WELCOMEs
épanouissement de la personnalité humaine », du
domaine public : « le renforcement du respect des
1. Le film traite en parallèle de deux histoires
droits de l’homme et des libertés fondamentales »,
d’amour : celle de Bilal pour Mina et celle de
ou même d’un domaine universel : « elle doit favo-
Simon pour Marion. On peut considérer que Bilal
riser la compréhension de la tolérance et l’amitié
veut rejoindre la jeune fille à Londres pour l’épou-
entre toutes les nations et tous les groupes raciaux
ser et lui éviter un mariage forcé, tandis que
ou religieux ». Pour Condorcet l’éducation oeuvre
Simon cherche à reconquérir Marion malgré la
pour : « le maintien de la paix ».
procédure de divorce. Tous deux doivent surmon-
Si les deux textes semblent se répondre à 150 ans
ter des obstacles pour y parvenir.
de distance, la déclaration universelle droits de
l’homme envisage différentes formes d’éduca- 2. Welcome peut être qualifié de film citoyen car
tion : « élémentaire, technique et professionnelle, il interpelle le spectateur sur des questions de
études supérieures » qui n’étaient pas présentes droit. Il milite en faveur de la modification d’une
dans l’extrait de Condorcet. De plus ce texte loi que le réalisateur juge « inique ».

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 129
activités et recherches page 150 du manuel

ou désintéressée) à un étranger présent irrégu-


lièrement en France, le contrevenant est traité
3. Voici l’article, trouvé sur le site www.legi- avec la même rigueur par la loi. Philippe Lioret
france.gouv.fr : souhaitait par son film faire prendre conscience
« Code de l’entrée et du séjour des étrangers et au législateur de l’injustice qui consiste à mettre
du droit d’asile (Partie législative, Livre VI. un bénévole sur le même plan qu’un passeur.
Contrôles et sanctions, Titre II. Sanctions, Cha-
pitre II. Aide à l’entrée et au séjour irréguliers, 4. Welcome a reçu en novembre 2009 le prix Lux
Article L622-1) du Parlement européen ce qui lui permettra
Toute personne qui aura, par aide directe ou indi- d’être sous-titré dans les 23 langues officielles
recte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la cir- de l’Union, aide à la diffusion estimée à 87 000 €.
culation ou le séjour irréguliers, d’un étranger en Ce prix, depuis 2007, récompense des films qui
France sera punie d’un emprisonnement de cinq interrogent notre identité d’Européens.
ans et d’une amende de 30 000 Euros. 5. Le dialogue argumenté devra mettre en œuvre
Sera puni des mêmes peines celui qui, quelle que les arguments positifs retenus de la lecture des
soit sa nationalité, aura commis le délit défini au critiques de spectateurs.
premier alinéa du présent article alors qu’il se
trouvait sur le territoire d’un État partie à la 6. Peter Watkins est un réalisateur britannique
convention signée à Schengen le 19 juin 1990 né en 1935 qui doit sa célébrité à sa manière
autre que la France. particulière de filmer, qui souvent fait scandale,
Sera puni des mêmes peines celui qui aura faci- tant par le choix de ses sujets que par sa manière
lité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou de les traiter. La Bombe, par exemple, film com-
le séjour irréguliers d’un étranger sur le territoire mandé par la BBC, sera finalement interdit : Wat-
d’un autre État partie à la convention signée à kins y a mis en scène, en s’appuyant sur des
Schengen le 19 juin 1990. documents filmés à Hiroshima et Nagasiki, le
Sera puni de mêmes peines celui qui aura facilité déclenchement d’une guerre entre l’OTAN et
ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le l’URSS, imaginant une attaque nucléaire sur le
séjour irréguliers d’un étranger sur le territoire Kent avec ses conséquences : milliers de person-
d’un État partie au protocole contre le trafic illi- nes massacrées, civils sacrifiés par l’État, médias
cite de migrants par terre, air et mer, additionnel aux ordres du gouvernement.
à la convention des Nations unies contre la cri- En France, une certaine forme de cinéma militant
minalité transnationale organisée, signée à a été représentée par certaines œuvres de Jean-
Palerme le 12 décembre 2000. Luc Godard : Tout va bien (1972), par exemple,
Les dispositions du précédent alinéa sont appli- raconte une grève avec occupation d’usine. De
cables en France à compter de la date de publi- même en Grande-Bretagne aujourd’hui, Ken
cation au Journal officiel de la République Loach, dont Land and Freedom, 1995, évoque la
française de ce protocole. » guerre d’Espagne ; Le vent se lève, palme d’or à
Une lecture rapide de l’article montre que, quelle Cannes en 2006, traite de la guerre d’indépen-
que soit la nature de l’aide apportée (intéressée dance irandaise.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 130
Histoire des arts page 151 du manuel

Thématique : « Arts, mémoires, témoignages, engagements »

Première impression Au centre du tableau se trouve Hersilie qui sépare


son mari, Romulus à droite (reconnaissable à la
1 Pour cette question, destinée à recueillir les louve gravée sur son bouclier) et Tatius, à gauche,
impressions premières, on acceptera, bien évi-
son père, chef des Sabins.
demment toutes les réponses. Il pourra être inté-
ressant de confronter la synthèse des impressions
premières et ce que les élèves pourront dire du
4 La forteresse ressemble plus à la Bastille, telle
que l’a connue David, qu’au Capitole. Par ailleurs
tableau après son étude.
on distingue dans ce tableau, d’autres éléments
se référant à la Révolution française :
Analyse du tableau – en haut d’une pique la gerbe d’abondance, sym-
2 Le tableau oppose les combattants, quel que bole d’espoir et de révolte ;
soit le clan auquel ils appartiennent, et les fem- – la vieille femme implorante porte les couleurs
mes et les enfants. Les combattants sont armés, révolutionnaires ;
parfois dévêtus, et adoptent des postures guer- – on distingue un bonnet phrygien en haut d’une
rières (armes brandies, chevaux dressés). Les pique et un bonnet phrygien porté par un
femmes s’interposent entre les belligérants selon personnage.
des postures implorantes ou hardies. Elles pro- L’histoire de ce tableau veut que David en ait eu
tègent les enfants, l’une d’entre elles brandit un l’idée alors, qu’emprisonné, proche de Robes-
nourrisson. pierre, il craignait d’être exécuté. Terminé cinq
Cette scène peut surprendre : ans plus tard, ce tableau peut se lire comme un
– par les personnages qui la composent ; hymne à la réconciliation des républicains.
– par le rôle de la femme au centre du tableau ;
– par l’opposition entre les vêtements des per- 5 David, dans une brochure distribuée aux visi-
sonnages, qui les situent dans l’Antiquité, et le teurs de l’exposition payante du cabinet d’archi-
décor, contemporain de David ; tecture du Louvre, s’est expliqué sur la nudité de
– par la nudité de certains guerriers. certains de ses personnages (Note sur la nudité de
mes héros, 1799). Son choix de ne dévêtir que cer-
tains guerriers (ceux du premier plan et donc de
Mises en contexte premier rang) résulte d’une volonté de hiérarchiser
3 Les élèves ont étudié au collège la naissance ses personnages et de distinguer par la nudité
de Rome. On leur fera énoncer cet épisode avant ceux qui s’apparentent à des « héros ». « Mon inten-
de procéder, si nécessaire, à la recherche sur tion, écrit-il en conclusion, en faisant ce tableau,
internet de l’épisode légendaire de l’enlèvement était de peindre les mœurs antiques avec une telle
des Sabines, par les Romains à la recherche exactitude, que les Grecs et les Romains, en voyant
d’épouses. La scène peinte par David, se déroule mon ouvrage, ne m’eussent pas trouvé étranger à
trois ans après cet enlèvement et montre les fem- leurs coutumes ». Pourtant en dépit de la brochure
mes, fille de Sabins, épouses de Romains, s’in- la nudité des combattants a étonné et choqué. On
terposant entre les combattants. Le tableau de peut voir dans ce tableau un manifeste de David
David se veut en effet la suite du tableau de Pous- pour une peinture qui évite le traitement « aimable
sin L’Enlèvement des Sabines, présenté, dans le et galant » des peinture d’histoire et permet
manuel de Seconde Professionnelle. d’« instruire autant que de plaire ».

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 131
Interrogation 2
Quelles armes littéraires les philosophes des Lumières
ont-ils léguées aux générations suivantes pour dénoncer l’injustice ?

EN QUOI L’ENCYCLOPÉDIE EST-ELLE


Séquence A
UNE ŒUVRE « RÉVOLUTIONNAIRE » ?
pages 154 à 159 du manuel

Introduction au travail sur la séquence


L’Encyclopédie fait l’objet d’une séquence entière, soit trois séan-
ces. Entreprise humaine sans précédent, l’Encyclopédie symbolise véri-
tablement la pensée et le mouvement intellectuel des Lumières.
En faisant le point sur les connaissances contemporaines, l’homme
du xviiie siècle a le « courage », pour reprendre le terme de Kant, d’user
de sa propre raison et de se heurter ainsi aux préjugés et aux supersti-
tions imposés par le pouvoir royal et ecclésiastique. C’est cette bataille
d’idées que se propose d’étudier la première séance : face au projet phi-
losophique et humaniste présenté par Diderot et d’Alembert s’oppose la
controverse menée par les Jésuites et le Conseil d’État.
La seconde séance s’attache à montrer l’étendue et la variété des
domaines étudiés : l’article « Paix », qui est une critique virulente de la
politique extérieure, est suivi de l’article « Insomnie », qui nous renseigne
sur l’avancement des connaissances médicales de l’époque ; enfin,
l’étude d’une planche illustrant le métier de tourneur atteste de la volonté
pédagogique des philosophes. Ces trois documents confirment que tout
principe hiérarchique est banni au nom d’une égalité absolue de tous les
champs et instruments du savoir. Si la philosophie reste le « tronc » de
l’arbre de la connaissance, les arts et les sciences en sont des branches
essentielles.
L’évaluation constitue la dernière séance de la séquence ; elle nous
projette dans cet « avenir » dont parle Diderot dans son Préambule.
Qu’est-ce que l’Encyclopédie nous a légué ? C’est l’une des questions qui
a présidé au travail du metteur en scène Pierre Longuenesse. Avec la
Compagnie du Samovar, cet universitaire propose une adaptation théâ-
trale intitulée Voyage en Encyclopédie. Le titre est évocateur : véritable
« terre de réflexion », le travail des philosophes est présenté de façon
tout à fait originale. Pierre Longuenesse met en scène Diderot et d’Alem-
bert qui expliquent leur travail à un enfant, écolier du xxe siècle et une
Demoiselle qui, par des changements de costumes, fait aussi le lien entre
le passé et le présent. En quoi le travail des encyclopédistes garde-t-il
toute son actualité ? Qu’a-t-il à nous dire de notre société ? Tout en expli-
quant le contexte historique de la production de l’Encyclopédie et en
rappelant, de façon ludique, inattendue, certains articles, l’auteur en
propose une lecture extrêmement riche. Le site de la Compagnie du Samo-
var avec son dossier de presse est facilement consultable sur internet.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 132
Séquence A EN QUOI L’ENCYCLOPÉDIE EST-ELLE
UNE ŒUVRE « RÉVOLUTIONNAIRE » ?

1. Quels sont les objectifs des encyclopédistes ?


Sont-ils du goût de tous ? pages 154-155 du manuel

Lecture le terme de « sanctuaire » ; véritable « gardien du


temple des connaissances », l’Encyclopédie revêt
1. Les objectifs que se sont fixés les encyclopé- alors un caractère religieux. Ce n’est plus le
distes sont au nombre de cinq : « rassembler les dogme religieux, mais bien la Raison humaine
connaissances », « en exposer le système géné- qui peut prétendre à grandir l’homme et faire de
ral », « les transmettre aux hommes qui viendront lui une valeur suprême. La Raison a supplanté le
après nous », devenir « plus instruit » et enfin, religieux.
rendre « plus vertueux et plus heureux ». Leur
3. Ce document est donc la Première de couverture
démarche s’inscrit dans le temps comme l’attes-
de l’Encyclopédie. Son étude permet de mettre dif-
tent les indices temporels nombreux : le texte
féremment en lumière les objectifs des encyclo-
évoque le passé (« les travaux des siècles pas-
pédistes. La définition des deux termes,
sés »), le présent (« aux hommes avec qui nous
dictionnaire et encyclopédie est de nouveau abor-
vivons ») et le futur (« qui viendront après nous »,
dée, mais l’intérêt est ici d’expliquer l’union des
« les siècles qui leur succéderont »). Leur démar-
termes suivants : dictionnaire raisonné. L’épithète
che s’inscrit également dans l’espace puisqu’il
peut être remplacée par « réfléchi », « rationnel ».
s’agit de « rassembler les connaissances éparses
Il faut montrer aux élèves de quelle façon les
sur la surface de la terre », pour les diffuser au
auteurs ont organisé rationnellement le savoir : de
plus grand nombre. L’ouvrage de Robert Darnton,
nombreux articles renvoient à d’autres articles qui
l’Aventure de l’Encyclopédie, précise qu’environ
s’éclairent mutuellement. Les encyclopédistes
24 000 exemplaires de l’Encyclopédie ont été édi-
réarrangent l’univers cognitif sous la forme d’une
tés avant 1789, dont 11 507 atteignent des lec-
arborescence, dont la philosophie constitue le
teurs français et 12 554 des lecteurs hors de
tronc, les arts, les sciences et les métiers consti-
France.
tuent les branches. Les mentions qui accompa-
2. Cette question permet de définir clairement ce gnent les noms des auteurs (de l’Académie royale
que sont un dictionnaire et une encyclopédie. des Sciences et des Belles lettres) donnent à
Loin de mépriser les dictionnaires, dont on rap- l’ouvrage un crédit incontestable. L’épithète
pelle qu’il s’agit « d’un recueil des mots ou des « royale » trouve un écho avec l’information situe
expressions d’une langue, rangés par ordre en bas de page : Avec approbation et privilège du
alphabétique et suivis de leur définition », Dide- Roy. L’historien Robert Darnton nous rappelle,
rot insiste sur le rôle majeur que jouent ces dic- comme nous le verrons à la question 4, que l’en-
tionnaires : ils éclairent la société (« on ne doive treprise des encyclopédistes fut l’objet d’attaques
en partie aux dictionnaires les lumières généra- virulentes venant des « défenseurs des vieilles
les qui se sont répandues dans la société »). Cette orthodoxies et de l’Ancien Régime, des jésuites,
métaphore se poursuit lorsqu’il évoque alors des jansénistes, de l’Assemblée générale du
l’Encyclopédie, qu’il définit comme étant « un clergé, du parlement de Paris, du Conseil du roi et
livre qu’on pût consulter sur toutes les matières », du pape. » Mais l’Encyclopédie a de puissants
et dont il dit « qu’il servît autant à guider […] qu’à défenseurs, dont Malesherbes, directeur de la
éclairer ». L’encyclopédisme est bien l’un des Librairie. Son rôle était essentiel puisque la léga-
piliers fondateurs du « Siècle des Lumières ». lisation de la publication procède d’un privilège
Dans la seconde partie du texte, Diderot emploie ou droit exclusif de reproduire un texte, accordé

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 133
EN QUOI L’ENCYCLOPÉDIE EST-ELLE UNE ŒUVRE « RÉVOLUTIONNAIRE » ?

par la grâce du roi, administré par la direction de pédie une pandémie qu’il faut stopper. Enfin, le
la Librairie et enregistré par la Communauté des terme « révolution » qui a ici son sens premier,
libraires et des imprimeurs. En conférant un privi- « évoluer à rebours », va prendre le sens politique
lège, le roi n’autorise pas seulement la parution qu’on lui connaîtra dix-neuf ans plus tard lors de
d’un livre, il lui accorde son approbation, mentions la Révolution de 1789.
que l’on retrouve au bas du livre. Chargé de la
censure, mais fervent défenseur de l’Encyclopédie,
Malesherbes a permis, malgré deux interdictions,
la publication de l’ouvrage. Pour récapituler, la Écriture et oral
Première de couverture se compose du titre, du
5. On peut attendre des élèves qu’ils retiennent
nom des auteurs, d’une citation en latin d’Horat
et emploient les expressions suivantes dans leur
(Tant ont de force l’ordre et l’arrangement des ter-
synthèse : l’Encyclopédie est un répertoire rai-
mes, tant d’éclat en est donné aux mots de tous les
sonné, un inventaire critique, elle fait une mise au
jours !), d’un dessin, du nom des libraires et de
point des connaissances scientifiques et techni-
l’accord royal.
ques, elle loue les progrès de l’esprit humain et
4. Séguier reproche aux philosophes de se croire libère l’homme des préjugés établis par les auto-
détenteurs du Savoir et de le diffuser sur la terre rités royales et papales. Elle rencontre l’hostilité
entière. Leur entreprise met en péril le pouvoir de ces deux autorités, et malgré les interdictions,
politique, en l’occurrence la Monarchie De Louis elle parvient, grâce au travail et à l’acharnement
XV, et le pouvoir religieux. Le terme final employé des libraires, à se faire imprimer et diffuser en
par l’avocat général, « infecté », fait de l’Encyclo- France et au-delà des frontières du pays.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 134
Interrogation 2

2. En quoi l’Encyclopédie présente-t-elle


toute une vision du monde ? pages 156-157 du manuel

Lecture Au champ lexical de la maladie s’oppose celui de


la santé et la vigueur. L’auteur file la métaphore
u Étude du document 1 tout au long de l’article.

1. Il conviendra sûrement de revenir avec les élè-


u Étude du document 2
ves sur les termes « dépravation » et son syno-
nyme « perversion » en s’intéressant à leur 4. On pourra tout d’abord faire remarquer aux élè-
étymologie respective. Le verbe « dépraver » est ves, au regard de la séance précédente, toute la
formé du préfixe -de qui a une valeur intensive, différence entre une définition issue d’un diction-
et de l’adjectif -pravus qui signifie « difforme », naire et celle issue d’une encyclopédie : ici, l’auteur
« mauvais ». « Dépraver », c’est donc rendre dif- définit ce qu’est l’insomnie et ce qu’elle n’est pas
forme, gâter, corrompre. Quant au terme « per- (un « coma fébrile ») puis, émet des hypothèses
version », il vient du verbe « pervertir », composé sur les causes de cette insomnie (« Il paraît »).
lui aussi d’un préfixe intensif, -per, et de -vertere, L’emploi du verbe modal nous renseigne sur
qui signifie « tourner vers ». « Pervertir », c’est l’avancement des recherches, encore tâtonnantes,
donc tourner vers le mal, rendre mauvais. Lors- dans ce domaine scientifique et sur l’humilité de
que l’homme de lettres, Damilaville, emploie le l’encyclopédiste. De même, lorsque celui-ci évo-
terme de « dépravation », c’est à dessein : le mot que les remèdes possibles, les verbes sont loin
est fort et veut frapper les esprits. En quoi la d’être péremptoires : « on recommande », « on
guerre corrompt-elle les hommes ? Les faits sont conseille ». Enfin, la médication, outre la saignée,
explicitement donnés : la guerre « dépeuple les ne propose que des substantifs sans dénomina-
États », fait « régner le désordre » et « étouffer les tion précise. Seules leurs qualités sont exprimées :
lois », « rend incertaines la liberté et la propriété « diluants », « relâchants », « farineux », « huileux »,
du citoyen », « trouble et fait négliger le com- « émollients », « humectants », « adoucissants ».
merce », enfin, « les terres deviennent incultes et Les seuls termes médicaux que l’on emploie
abandonnées ». L’énumération dresse une image aujourd’hui sont « affection », fièvre », « coma »,
de chaos à travers le vocabulaire de l’abandon « fébrile », inflammation », « délire », « convulsion ».
et de la destruction qui est employé. Les connaissances médicales de l’époque restent
à un stade encore très empirique.
2. Nous sommes encore, en 1766, sous le règne
de Louis XV ; c’est bien lui qui décide des guerres
à mener. L’enjeu d’un tel article est de critiquer, u Étude du document 3
de façon implicite, la politique d’une monarchie 5. On peut rappeler que, sous la masse des vingt-
coûteuse en hommes et en impôts. huit volumes in-folio et l’énorme variété de ses
3. Le relevé est présenté dans un tableau à deux 71 818 articles, l’Encyclopédie présente 3 123
colonnes : planches de gravures. Il y a là une volonté véri-
tablement pédagogique d’éclairer le lecteur, de
Vocabulaire Vocabulaire
lié à la guerre lié à la paix l’aider à accéder à des savoirs, si complexes
– dépravation – santé
soient-ils. Sur cette planche illustrant l’article
« Tourneur », on note le souci de la précision et
– maladie convulsive et violente – vigueur
de l’exhaustivité : chaque pièce de l’outil est pré-
– plaies profondes – la force sentée minutieusement. On note aussi la volonté

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 135
EN QUOI L’ENCYCLOPÉDIE EST-ELLE UNE ŒUVRE « RÉVOLUTIONNAIRE » ?

de mettre à l’honneur les humbles activités distes n’aient cherché à observer, analyser et
mécaniques, au même titre que la philosophie exposer.
ou la médecine. Les encyclopédistes jugent qu’ils
ont un rôle prioritaire dans la formation des
hommes. Écriture et oral
7. « L’Encyclopédie s’oppose à la connaissance
u Mise en relation des documents délivrée jusque-là par l’Église et l’État. Selon eux,
6. « Rassembler les connaissances », « exposer », la connaissance traditionnelle n’est faite que de
« transmettre », « instruire », tels sont les maîtres préjugés et de superstitions ». Les 71 818 articles
mots du Préambule écrit par Diderot. Or, on voit et les 3 123 planches qui les accompagnent mani-
bien, à l’étude des trois documents, combien le festent clairement leur « volonté de modifier la
champ d’investigation est sans limites : réflexions topographie de toute la connaissance humaine.
philosophiques et politiques sur la guerre (n’est- C’est cette rupture avec les idées établies et l’auto-
ce pas encore d’actualité ?), article sur la méde- rité intellectuelle qui rend l’Encyclopédie aussi
cine qui nous fait mesurer les progrès que les hérétique. » « Comme le proclame son titre, elle
hommes ont fait dans ce domaine, document ico- prétend être un dictionnaire raisonné des sciences,
nographique sur les outils du tourneur sur lequel des arts et des métiers. » (Darnton). La multiplicité
l’élève de section industrielle peut s’attarder des domaines étudiés est le signe d’une démarche
(jusqu’à quelle date ces outils ont-ils été utili- humaniste et démocratique par sa volonté de tou-
sés ?), il n’y a aucun domaine que les encyclopé- cher et d’instruire le plus grand nombre.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 136
Séquence A EN QUOI L’ENCYCLOPÉDIE EST-ELLE
UNE ŒUVRE « RÉVOLUTIONNAIRE » ?

Évaluation pages 158-159 du manuel

Évaluation démagogie, politiques ou religieuses ». Il convien-


des compétences de lecture dra d’expliquer clairement ce dernier argument,
sûrement difficile à comprendre au regard des
12 points termes tels que « fanatisme » et « démagogie »
u Document 1 afin qu’un débat serein, mais utile, s’installe.

1. Diderot et d’Alembert sont présentés à la page


154 du manuel. Écrivain et philosophe pour le u Document 3
premier, mathématicien et philosophe pour le 4. Le paratexte peut servir de didascalie
second, les deux hommes travaillent de concert. initiale :
Cette mise en commun de leurs réflexions et de Diderot vient d’allumer une bougie, d’Alembert
leurs découvertes est essentielle : elle donne tient à la main les images qu’il passera dans la
l’image de ce qu’est la démarche humaniste. lanterne magique. Leçon de physique donnée à
C’est celle de l’homme qui croit en l’homme, cet Mademoiselle et à l’enfant.
homme qui ne vaut que par le regard qu’il porte Diderot : Permettez, Mademoiselle, que je prenne
sur le monde et sur ses pairs. à votre bougie le feu nécessaire pour faire fonc-
2. L’association de Diderot et d’Alembert est mise tionner notre la lanterne magique… Eh voilà !
en évidence par les dialogues et la mise en scène. D’Alembert, mon cher, venez placer le verre len-
Quand l’un parle, l’autre démontre aux specta- ticulaire, là, pas trop loin…
teurs la fonction de la chambre obscure. On pour- L’enfant : Oh ! Mais c’est magique !
rait parler de « dialogue gémellaire » tant la Mademoiselle , souriant : Oui, c’est un vrai specta-
complémentarité et la complicité des deux hom- cle ! Et ce que vous nous démontrer, c’est ce qui
mes est totale. Quand l’un commence une phrase, est écrit sur votre grand tableau noir ?
l’autre la termine. Les points de suspension le Diderot : c’est mon ami d’Alembert, grand mathé-
montrent parfaitement. Leur démonstration est à maticien, qui a procédé à tous ces calculs. Je me
la fois limpide et rigoureuse. Les didascalies sont contente ici de le servir pour ces expériences, qui
à l’image des philosophes, qui veulent être péda- me donne chaud. (en riant) J’en ai enlevé ma per-
gogues et intellectuellement les plus honnêtes ruque ! A votre avis, que va en dire la Cour ?
possible : « va démontrer », « en fait de même », Mademoiselle : Oh, j’ignore si le roi s’intéressera
« donnant à Mademoiselle », « à Mademoiselle ». à vos expériences ; mais je veux bien croire que
l’Église verra d’un mauvais œil…
L’enfant :… Mes yeux à moi voient parfaitement
u Document 2 bien ! Je leur dirai que tout cela est vrai.
3. Le metteur en scène, Pierre Longuenesse, jus- M ademoiselle : Oui, il faudra se battre pour faire
tifie clairement dans le dossier de presse (consul- naître la vérité.
table sur internet) son choix par rapport à
l’Encyclopédie : « Événement majeur de l’histoire Évaluation
de la pensée en Europe. », « fonde une civilisation
dont nous sommes les héritiers », civilisation des compétences d’écriture
« qui est aujourd’hui interrogée, voire combattue, 8 points
par une part de notre société contemporaine, où
domine l’intérêt privé sur le général, et par tout 5. Le texte à produire est tout à la fois argumen-
ce que cette société compte de fanatismes et de tatif (convaincre ses camarades d’assister à la

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 137
évaluation pages 158-159 du manuel

représentation théâtrale) et informatif : l’élève – Le spectacle est tout à la fois vivant, ludique,
pourra exploiter les points suivants : interactif par la présence de Mademoiselle et de
– L’ Encyclopédie est une œuvre dense, complexe, l’enfant qui sont les « apprenants ».
touffue, dont on a étudié quelques articles. – La fin du spectacle se clôture par un débat avec
– Sa mise en scène permet de mieux comprendre les comédiens : on peut discuter de la portée
comment et dans quel contexte politique, reli- actuelle de l’Encyclopédie et de sa nécessité
gieux et social est née cette entreprise. d’être étudiée.
– Les dialogues permettent d’appréhender plus
finement la démarche humaniste des philoso-
phes et le siècle des Lumières.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 138
Interrogation 2
Quelles armes littéraires les philosophes des Lumières ont-ils léguées
aux générations suivantes pour dénoncer l’injustice ?

Séquence B COMMENT LES HOMMES DES LUMIÈRES


COMBATTENT-ILS L’ESCLAVAGE ?
pages 160-167 du manuel

Introduction au travail de la séquence

Si la question de l’esclavage n’est pas débattue que par les Lumiè-


res (pour mémoire, Aristote s’interroge déjà sur ses bienfaits tandis que
dès 1550, le dominicain Las Casas se livre à une controverse avec un
chanoine, Sepùlveda, pour savoir si les Indiens, comme nous, ont une
âme et s’il est juste de les employer comme esclaves), c’est au xviiie siècle
que le débat prend de l’ampleur. Il est directement relié aux questions
sur les droits de la personne et sur la place du citoyen dans la société. Le
combat mené par les philosophes aboutira en France à une première
abolition de l’esclavage en 1794, suivie d’un rétablissement en 1802 par
Napoléon Bonaparte, avant que l’abolition définitive ne soit obtenue en
1848, sous l’impulsion de Victor Schoelcher.
Les textes et documents qui constituent la séquence permettent
d’interroger les moyens mis en œuvre par les philosophes pour agir sur
les hommes et donc sur les lois, ainsi que leurs répercussions dans nos
mémoires.
La séquence est prolongée par des propositions d’activités et de
recherches sur internet, page 168 du manuel.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 139
Séquence B COMMENT LES HOMMES DES LUMIÈRES COMBATTENT-ILS
L’ESCLAVAGE ?

1. Quels arguments contre l’esclavage ?


pages 160-161 du manuel

Sur les quatre documents étudiés dans cette séance, deux proviennent d’un ouvrage de Condor-
cet publié en 1781, Réflexions sur l’esclavage des nègres.
Condorcet, comme Olympe de Gouges, Brissot, La Fayette, l’abbé Henri Grégoire… appartien-
dra à la Société des Amis des Noirs fondée en 1788 pour l’abolition immédiate de la traite des
Noirs ; dès 1789, il se prononce pour le vote des femmes, puis siège comme député à la Conven-
tion où il refuse de voter la mort du roi, étant opposé à la peine de mort. Poursuivi pour ses
critiques de la nouvelle constitution, il est contraint de se cacher, puis est emprisonné à Bourg-
la-Reine où il est retrouvé mort dans sa cellule.
La question de l’abolition sera évoquée par les députés de la Convention : nous étudierons
deux extraits des discours de deux d’entre eux, Levasseur et Delacroix.
Le médaillon de Josiah Weedgwood est créé en avril 1787, il s’inspire du dessin du sceau de
l’Anti-Trade Slavery Society (ATSS, soit : Société contre la traite des esclaves). Wedgwood est
un homme éclairé, fabricant de porcelaine et de faïence très novateur (l’entreprise existe encore
aujourd’hui) qui vise à étendre le soutien à la lutte pour l’abolition de l’esclavage. Ce médaillon,
qui connut un très grand succès, montre ainsi l’engagement de certains entrepreneurs en faveur
des idées nouvelles, lesquelles ne sont donc pas défendues que par les écrivains.

Lecture les tenants de la thèse réfutée (les esclavagis-


tes), Condorcet oppose le pronom nous qui le
u
Étude du premier extrait (document 1) représente. Le présent est employé pour préten-
Condorcet s’est interrogé sur « l’injustice de l’es- dre et admettre : l’affirmation posée est mise en
clavage des Nègres », se plaçant ainsi sur le ter- cause par l’emploi du verbe prétendre (ce n’est
rain de la morale et du droit. pas nécessairement vrai) : le verbe admettre
représente une concession de la part de l’argu-
1. Pour Condorcet, l’esclavage est un crime. Tou- mentateur qui l’assortit d’un futur (supposerons).
tes les actions concernées par ce phénomène Le philosophe, pour la commodité de sa démons-
sont décrites comme de véritables crimes, et des tration, accepte l’argument clé des esclavagis-
crimes pires que le vol. Les verbes de la première tes : on ne peut pas cultiver les colonies sans
phrase, à l’infinitif (réduire, acheter, vendre, rete- esclaves. S’ensuit une argumentation très struc-
nir), évoquent les différentes étapes du com- turée par les connecteurs logiques en effet, si, or,
merce des esclaves ; par cette accumulation, ainsi qui remettent absolument en cause la légi-
Condorcet veut insister sur toutes les étapes d’un timité de l’esclavage et produisent sur le lecteur
processus qu’il réprouve point par point. l’effet d’une démonstration mathématique, en
quelque sorte imparable.
u
Étude du deuxième extrait (document 2) La thèse énoncée dans le document 1 est rappe-
lée sous la forme de : cette prétendue nécessité…
2. La thèse énoncée à la ligne 1 est défendue par
ne rend pas l’esclavage moins criminel de la part
les esclavagistes – des colons qui souhaitent
du maître.
conserver une main-d’œuvre gratuite.
Condorcet défend sa thèse de manière convain-
3. Le relevé donne : on prétend, nous admettons, cante : il concède la nécessité de posséder des
nous supposerons. Au pronom on, qui représente esclaves pour un colonisateur… qu’il qualifie aus-

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 140
Interrogation 2

sitôt de criminel s’il use de cette violence à que et américaine et même recopié en France par
l’égard d’un homme. la Société des Amis des Noirs pour établir leur
sceau.
S’il est repris comme sceau par la Société des
uÉtude du troisième extrait (document 3)
Amis des Noirs, c’est bien sûr parce qu’il symbo-
4. Levasseur demande l’abolition de l’esclavage lise l’injuste servitude des Noirs en cherchant à
et la liberté pour tous les hommes, sans distinc- éveiller la pitié et le sentiment de solidarité et de
tion de couleur. Delacroix veut proclamer la justice. Il rappelle aussi des valeurs de la chré-
liberté des hommes de couleur pour les libérer tienté : les hommes sont tous frères en Jésus-
du faix de l’esclavage. Christ et doivent s’aimer comme tels.
5. Levasseur se place au niveau des principes Plus récemment, d’autres mots d’ordre interpel-
(l. 1-2, p. 160), Delacroix prend le point de vue lent le lecteur ; on peut penser à « Touche pas à
de la postérité (l. 8-9, p. 161) et de l’exemple à mon pote »…
donner aux autres peuples (l. 14-16).

uÉtude du médaillon (document 4) Écriture et oral


L’image représente un homme noir, agenouillé, 7. Les arguments contre l’esclavage sont multi-
enchaîné aux pieds et aux mains qu’il tient join- ples ; pour Condorcet, c’est un crime pire que le
tes dans un geste de prière ou de supplication, vol, un déni de droit. Recourir à l’esclavage, c’est
la tête levée vers un interlocuteur. Cet homme, exercer une violence que rien ne peut légitimer,
réduit en esclavage, interroge : « ne suis-je pas qu’aucune nécessité ne peut justifier.
ton frère ? » Cette question souligne qu’il est un Pour les députés siégeant à la Convention,
homme s’adressant à d’autres pour leur rappeler réduire un homme en esclavage est contraire aux
une égale condition et interroger son statut. droits de l’homme comme aux principes de la
Josiah Wedgwood (1730-1795), un riche fabricant justice ; les hommes de couleur, comme les
britannique de porcelaine et faïence, produisit autres, ont droit à la liberté. La France doit lancer
en avril 1787 dans son entreprise ce médaillon un mouvement qui se répercutera dans toutes
abolitionniste reprenant le dessin du sceau de les colonies afin que les hommes de couleur,
l’Anti-Trade Slavery Society (ATSS), créé par comme les Français, soient libérés de leur joug.
William Hackwood ou Henry Webber. Il visait à Il faut ajouter les arguments qui s’inspirent à la
étendre le soutien populaire à la lutte pour l’abo- fois de l’humanisme et du christianisme, qui
lition de l’esclavage. Très percutant, ce médaillon décrètent que tous les hommes sont frères. Cette
connut un très grand succès et fut reproduit en fraternité est invoquée par Wedgwood lorsqu’il
de nombreux exemplaires, arboré par les hom- représente un homme noir agenouillé suppliant
mes et les femmes de la bonne société britanni- qu’on le délivre de ses chaînes.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 141
COMMENT LES HOMMES DES LUMIÈRES COMBATTENT-ILS L’ESCLAVAGE ?

2. Quels moyens littéraires contre l’esclavage ?


pages 162-163 du manuel

Olympe de Gouges, l’auteur du document 1, est une dramaturge et pamphlétaire, guillotinée


pour avoir dénoncé les dérives de la Révolution. Elle est l’une des premières à avoir réclamé
l’égalité des droits pour ceux qui sont discriminés, particulièrement les femmes et les Noirs.
Cette femme, très en avance sur son temps, écrit en 1791 la Déclaration des droits de la femme
et de la citoyenne, dans laquelle elle proclame l’égalité de l’homme et de la femme. De Gouges
proclamait avec courage : « la femme a le droit de monter à l’échafaud ; elle doit avoir égale-
ment celui de monter à la tribune ». Elle milite sa vie durant contre l’esclavage et dès 1988
publie Réflexion sur les hommes nègres, puis Le marché des Noirs en 1790. Elle adhère à la
Société des amis des Noirs où elle retrouve Brissot, La Fayette, Condorcet. Sa pièce de Théâ-
tre, Zamore et Mirza, est inscrite au répertoire de la Comédie Française mais choque tellement
par l’audace du propos (des esclaves prennent la parole pour dénoncer le Code noir !) que les
comédiens refuseront de la jouer. Elle sera rebaptisée L’Esclavage des Noirs en 1788 avant
qu’Olympe de Gouges n’engage un combat pour contrebalancer le pouvoir des comédiens et
obtenir une meilleure reconnaissance du droit des auteurs.
Le document 2 présente un des textes argumentatifs les plus célèbres en faveur de l’abolition
de l’esclavage, celui de Montesquieu, extrait de L’Esprit des lois. Il paraissait indispensable
de montrer aux élèves qu’il existe de nombreuses manières de défendre une idée, et qu’il peut
être encore plus percutant de le faire d’une façon détournée, non frontale, avec le formidable
outil de l’ironie.

Lecture u
Étude de l’essai (document 2)
4. Cette question vise permettre aux élèves de
u
Étude de la pièce de théâtre (document 1) prendre la distance nécessaire avec le texte de
Montesquieu afin d’en mesurer l’ironie.
1. La réplique de Mirza sert à donner la parole à
Zamore, à présenter le thème de la pièce et à 5. L’argumentation de Montesquieu se déroule
montrer la conscience qu’ont les esclaves de l’in- sur un mode conditionnel : « si j’avais… je dirais »,
justice qui leur est faite. dans un système hypothétique : cette hypothèse
est donc hautement improbable, Montesquieu
2. Les avantages des Européens, si l’on en croit dément par là même son intention de défendre
Zamore, s’expliquent par l’instruction dont ils l’esclavage. Le reste de sa démonstration est
bénéficient et les savoir-faire qui en découlent. donc à charge : il feint d’argumenter comme les
3. Olympe de Gouges donne la parole aux escla- esclavagistes pour mieux détruire leur argumen-
ves pour créer de l’empathie : le spectateur sen- tation de l’intérieur. C’est la raison pour laquelle
sible va s’attacher aux personnages, partager il emploie des arguments économiques qui pour-
leurs souffrances et ainsi mieux comprendre raient être dans la bouche des propriétaires de
leurs justes revendications. plantations (le sucre serait trop cher si l’on payait
ceux qui le produisent).
Montesquieu ne craint pas de recourir à l’ab-
surde, par exemple en liant la couleur de la peau

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 142
Interrogation 2

à la pitié qu’on peut inspirer ou à la possibilité Le registre ironique employé par Montesquieu
d’avoir une âme. Les exemples pris dans l’his- met à distance les arguments des esclavagistes
toire ancienne (les Égyptiens si grands philoso- et permet au lecteur de goûter la force de la
phes qu’ils faisaient mourir tous les roux !) démonstration qui montre à quel point les argu-
renforcent la dénonciation de telles absurdités. ments de la partie adverse sont absurdes, aber-
Le philosophe montre aussi que si les valeurs ne rants, inhumains.
sont pas les mêmes d’une civilisation à l’autre
(« les nègres… font plus de cas d’un collier de
verre, que de l’or ») il est utile de se demander Écriture et oral
pourquoi au lieu de conclure à la supériorité des
unes sur les autres. 6. On attend de l’élève qu’il reprenne les élé-
Les deux derniers paragraphes interrogent le lec- ments de la séance : on peut argumenter dans
teur 1. en tant que chrétien : comment en se récla- différents genres (théâtre, essai) et employer
mant du Christ peut-on traiter des hommes d’une pour soutenir sa thèse toutes les figures du dis-
manière aussi affreuse ? 2. en tant que sujet d’un cours et tous les registres (pathétique ou ironi-
État gouverné par des princes qui signent traités que). L’important est l’effet obtenu sur le lecteur
sur traités sans se préoccuper de l’horrible assu- qu’il faut persuader (Olympe de Gouges) ou
jettissement des esclaves. convaincre (Montesquieu).

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 143
COMMENT LES HOMMES DES LUMIÈRES COMBATTENT-ILS L’ESCLAVAGE ?

3. Comment l’esclavage prend-il place


dans nos mémoires ? pages 164-165 du manuel

Cette séance vise à mesurer l’impact qu’aujourd’hui l’esclavage a laissé sur nos sociétés. Pour
ce faire, une photo d’un monument qui commémore l’abolition et deux textes : le premier est
issu de l’œuvre poétique de René Depestre, le second d’un discours de Christiane Taubira-
Delannon, députée de Guyane, devant l’Assemblée nationale, en 1999.
René Depestre est né en 1926 à Haïti qu’il fuit pour s’exiler en France, puis à Cuba où il tra-
vaille aux côtés de Fidel Castro avant de revenir en France. Cet homme engagé dans la vie
politique est aussi un écrivain qui revendique sa négritude avec Césaire et Senghor. Poète et
romancier il est couronné du prix Robert Ganzo de poésie pour La rage de vivre, publié aux
éditions Seghers, qui rassemble son œuvre poétique. Il avait aussi obtenu le prix Renaudot
pour son roman Hadriana dans tous mes rêves, en 1988.
Son poème récapitule, avec le souffle immense que produit la dénégation systématique (on
n’a pas, on n’a pas…), les souffrances endurées par les Noirs depuis le début de la traite
négrière.
Le discours de Taubira vise, selon ses propres termes, à « décrire le crime, l’œuvre d’oubli, le
silence, et dire les raisons de donner nom et statut à cette abomination ». Elle défend donc un
projet de loi visant à reconnaître la traite et l’esclavage comme crime contre l’humanité. On
mesure par là même le chemin parcouru depuis les premiers abolitionnistes.

Lecture organisation comme le Ku-Klux-Klan faisait


régner la terreur sur la population noire ;
– la strophe 4, plus près de nous, fait allusion
u
Étude du poème (document 1)
aux années de la dépression et de l’après-guerre
1. La première phrase lance le leitmotiv du sur le territoire américain. Toutes les villes évo-
poème : tout va s’énoncer sur le mode de la néga- quées ont été le lieu de dénis de justice commis
tion, antiphrase générale pour rappeler en détail envers des Noirs ;
les phases de l’esclavagisme. – la strophe 5 ne se situe plus dans un lieu et un
temps précis mais généralise le sort réservé aux
2. Chaque strophe s’articule autour d’une idée et
Noirs ;
d’un lieu :
– la strophe 6 contient un immense élan lyrique :
– la strophe 1 évoque l’Afrique où sont razziés
Depestre dénonce ce qu’ont subi les Noirs dépos-
les esclaves, la première étape qui les transforme
sédés de tout (apartheid, ségrégation).
en marchandise, « en bois d’ébène » ;
Le lecteur éprouve un sentiment de pitié et de
– la strophe 2 envisage la traversée de l’océan
révolte à l’énoncé de tout ce qu’ont subi les Noirs,
et l’arrivée à Haïti où ils sont torturés dans les
siècle après siècle.
plantations (port de la cangue ou exposition au
pilori, coups de fouet, plaies ulcérées délibéré- 3. Il n’est pas question ici de relever tous les pro-
ment, tortures diverses, marquage au fer rouge, cédés stylistiques mis en œuvre dans le poème
statut proche de celui du bétail) ; mais d’attirer l’attention de l’élève sur certains
– la strophe 3 se situe aux États-Unis, à l’époque d’entre eux.
de la guerre de Sécession quand les états du Sud – le rôle du pronom indéfini « on », constamment
refusaient l’abolition de l’esclavage et qu’une sujet : qui représente-t-il ? Cet emploi évite à

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 144
Interrogation 2

Depestre de nommer les auteurs de ces forfaits : français et exercer ainsi une « réparation symbo-
les Blancs, les esclavagistes, les colonialistes, lique ». Elle évoque ensuite dans son discours
les sécessionnistes, la majorité habitant le sud d’autres formes de réparation : politique, morale,
des États-Unis… culturelle (en réhabilitant les lieux de mémoire).
– l’anaphore « On n’a pas » reprise de la strophe 1
en tête des strophes 3-4-5-6 avec des variantes :
u
Étude du monument (document 3)
« On n’a jamais… On ne les a pas… On ne les a
jamais », rythme le poème comme pour mieux 7. Depuis 2006, le 10 mai est jour de Commémo-
souligner à quel point pareil destin est invraisem- ration nationale de l’abolition de l’esclavage :
blable, incroyable. S’y ajoute une ironie assez c’est le jour anniversaire de l’adoption de la loi
amère : comment pourrait-on imaginer que cela Taubira. Cette sculpture est l’œuvre de deux frè-
s’est produit un jour ? res guadeloupéens, Jean et Christian Moisa. Elle
– les strophes 1-2-3-5-6 se terminent par un point a été installée sur l’île de Gorée à l’entrée de la
d’exclamation qui souligne la stupeur, l’horreur, Maison des Esclaves, lieu de départ pour la tra-
la révolte de celui qui parle ; versée de l’Atlantique pour les Africains réduits
– l’accumulation finale, qui allie éléments en esclavage.
concrets et abstraits, illustre d’une manière par- Les artistes ont représenté un homme noir qui
ticulièrement émouvante ce qui a été dérobé à vient de rompre ses chaînes et qui lève les bras
tous ces hommes et toutes ces femmes : « la vie » en signe de liberté tandis qu’une femme l’enlace
tout simplement ! enfin librement. Les chaînes rompues symboli-
sent la fin de l’esclavage.
u
Étude du discours (document 2)
4. Le discours de Christiane Taubira-Delannon Écriture et oral
vise à faire adopter la loi qui reconnaît la traite
négrière et l’esclavage comme crimes contre l’hu- 8. L’esclavage prend place dans nos mémoires
manité. Cette loi sera adoptée le 10 mai 2001. par l’intermédiaire du travail des poètes mais
aussi par le truchement des législateurs élus pour
5. « Les idéaux de justice, de fraternité, de soli-
représenter le peuple français. En effet, le poète
darité » font référence aux valeurs défendues par
Depestre nous rappelle les souffrances endurées
les Lumières, à celles qui ont fondé la Révolution
par les Noirs au cours des derniers siècles (de
française et donné naissance à la République, ils
l’esclavagisme à l’apartheid), il récapitule tout ce
s’expriment dans la déclaration des droits de
qui leur a été dérobé par les Blancs. Le législateur,
l’homme et du citoyen.
quant à lui, prend acte dans la loi que des crimes
6. Selon la députée, seule l’inscription dans la ont été commis qu’il faut réparer et il qualifie ces
loi peut exprimer la parole solennelle du peuple crimes de « crimes contre l’humanité ».

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 145
Séquence B  COMMENT LES HOMMES DES LUMIÈRES COMBATTENT-ILS
L’ESCLAVAGE ?

Évaluation pages 166-167 du manuel

L’évaluation comporte trois documents distincts : un texte d’Aimé Césaire, une gravure repré-
sentant Toussaint Louverture, un passage de la bande dessinée de François Bourgeon tirée
du cycle Les passagers du vent, Le bois d’ébène.
Aimé Césaire (1913-2008) est connu dans le monde entier comme un des inventeurs de la
« négritude » (avec Léopold Sédar Senghor, Léon-Gontran Damas, Birago Diop…). Il se bat sa
vie durant contre le colonialisme et s’engage politiquement aux côtés du parti communiste
français pour être élu maire de Fort-de-France puis député de la Martinique ; après 1956 il
fonde le PPM, Parti progressiste martiniquais et réclame l’autonomie du territoire. Césaire
n’est pas qu’un poète (Cahier d’un retour au pays natal est peut-être son œuvre la plus célè-
bre), c’est aussi un dramaturge et un essayiste (Discours sur le colonialisme) et le créateur
d’une maison d’édition qui deviendra très importante : Présence africaine.
Toussaint Louverture (1743-1803) fut le premier à rassembler les esclaves révoltés et à gagner
des combats à leur tête avant que la République française n’abolisse l’esclavage ; il est le pre-
mier chef d’État noir du monde, sur l’île de Saint-Domingue (aujourd’hui Haïti).
François Bourgeon retrace les aventures d’une héroïne au caractère bien trempé, à bord d’un
navire transportant 300 esclaves noirs dans ses soutes, à la fin du xviiie siècle. Pour réaliser
son œuvre, Bourgeon à la fois dessinateur, scénariste et coloriste, s’est abondamment docu-
menté, ce qui permet d’étudier de très intéressants détails. En outre, Isa, son héroïne, est la
représentante des idées nouvelles, d’un amour de la liberté et de la démocratie et du respect
des hommes quel que soit leur rang.

Évaluation fait cabrer sa monture, gage de son adresse. Il


tourne la tête vers l’arrière, sans doute pour
des compétences de lecture entraîner avec lui des troupes à l’assaut. Repré-
12 points senté ainsi, Toussaint Louverture incarne toutes
les vertus du chef (habileté, courage, élégance,
u Document 1 savoir-faire…) et évoque le général victorieux à
la tête d’une armée qui le suit. Il symbolise ainsi
1. Aimé Césaire présente Toussaint Louverture l’aspect indomptable du personnage tout comme
comme un être d’exception ; il fait de lui, avec l’efficacité de sa lutte : rien ne saurait l’arrêter
l’article défini qui souligne son rôle central, dans son élan.
« l’opérateur et l’intercesseur » des nègres. Il
ajoute qu’il s’est battu pour la « reconnaissance »
u Document 3
de l’homme, ce qui lui octroie un poids particulier
« dans l’histoire de la civilisation universelle ». Il 3. Les vignettes alternent des scènes paisibles
est devenu le symbole du combat en faveur du (des femmes au travail, une autre qui goûte du
droit des hommes. rhum) avec des scènes violentes (un esclave
exposé nu au pilori, un autre affublé d’un mas-
que de fer, puni pour avoir goûté au rhum). Ce
u Document 2 montage alterné est souligné par le commentaire
2. Cette gravure représente un fringant cavalier des récitatifs : L’art de goûter le rhum… celui de
vêtu d’un uniforme chamarré, sabre au clair, qui punir ceux qui le goûtent. La narration, par l’in-

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 146
Interrogation 2

termédiaire du nous est prise en charge par l’hé- dignité et liberté. De tout temps les esclaves ont
roïne Isa qui marque par l’alternance des cherché à échapper à leur sort en prenant la fuite,
remarques à quel point elle est choquée par cette on les appelle les « Nègres marrons », de l’espa-
société qu’elle découvre (nous apprenons). gnol « cimarron : vivant sur les cimes » ; ils allaient
résider dans les hauteurs ou dans les forêts impé-
4. Les esclaves de toutes les vignettes sont soit
nétrables. En ce qui concerne Toussaint Louver-
occupés à travailler (broyer la canne, porter
ture, ancien esclave affranchi en 1776, à l’âge de
divers objets), soit victimes de sévices inimagi-
trente ans, il a été général de la République fran-
nables : exposition au pilori, port d’un masque
çaise avant de devenir le chef d’État de la pre-
de fer ou d’un collier métallique à clochettes. En
mière République noire au monde. Lorsque
résumé, ils sont accablés de travail ou féroce-
Bonaparte voudra rétablir l’esclavage, il empri-
ment réprimés.
sonnera Toussaint Louverture au fort de Joux,
Les Européens, quant à eux, sont assis pour sur-
dans le Doubs, où il mourra d’une pneumonie en
veiller le travail, un fouet à la main (vignette 1)
1803. Un an plus tard, l’un de ses seconds, Jean-
ou se promènent librement, les dames en se pro-
Jacques Dessalines, proclame l’indépendance
tégeant du soleil sous des ombrelles. Ils profitent
d’Haïti.
aussi du travail des Noirs en buvant le rhum qui
leur est interdit (la succession des vignettes 3 et
4 souligne cet écart en représentant d’abord une
Européenne se régalant du précieux liquide, puis
une Noire punie pour y avoir goûté). Évaluation
Bourgeon peint ainsi une société dans laquelle des compétences d’écriture
les uns, les Blancs, ont tous les droits, tandis que
les autres, les Noirs n’en ont aucun ; dans cette 8 points
société esclavagiste, les châtiments sont d’une
6a. L’évaluation suppose la capacité de faire une
violence incroyable : à la première tentative
synthèse ; l’élève peut relire ses notes pour
d’évasion l’esclave est condamné à porter un col-
reprendre les différents éléments qui ont été
lier à clochettes, à la seconde il est mutilé, à la
développés au cours de la séquence. Il n’y a pas
troisième il est tué. Les Noirs sont, comme le dit
d’attente particulière puisque c’est sa subjecti-
Depestre dans son poème, réifiés, plus rien ne
vité qui est sollicitée : ce que vous estimez
les apparente à des hommes dans cette société
important.
où ils sont exploités comme une marchandise,
du bois d’ébène. 6b. Pour écrire cet article, il paraît indispensable
de rappeler, en préalable, ce que furent l’escla-
vage et la traite des Noirs, et en quoi ils choquent
u Document 2 à 3 les hommes et les femmes du xxie siècle, comme
5. L’écart entre la bande dessinée de Bourgeon ils choquaient les philosophes et tous les aboli-
et la gravure représentant Toussaint Louverture tionnistes. Il est ensuite nécessaire de faire réfé-
est grand, mais il est facile de faire un lien : des rence à Christiane Taubira et au devoir de
traitements inhumains ne peuvent qu’engendrer mémoire, aux notions de « réparation » et à la
la révolte, les armes à la main, pour reconquérir nécessité de qualifier ces crimes.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 147
Objet d’étude X
Interrogation 2 Quelles armes littéraires les philosophes
Xxxxxxxxxxxxxxx
des Lumièresont-ils léguées aux générations suivantes pour dénoncer
l’injustice ?
Pages xx à xx du manuel

Activités et recherches Page 168 du manuel

Séquence A – concernant son dernier opéra, Les noces de


Figaro. Cet extrait pourra naturellement trouver
L’encyclopédiee
sa place pour la séquence B, Figaro, enfant des
Lumières ? Il s’agira donc, dans cette recherche
1. La rédaction proposée, « à la manière de », fixe
historique qui va des « régimes autoritaires »
une contrainte, qui dynamise la compétence
d’hier aux dictatures d’aujourd’hui, de montrer
d’écriture : l’élève a étudié préalablement l’article
les enjeux entre le Pouvoir et le Savoir.
et sait donc ce que l’on attend précisément de
lui. Il va pouvoir s’approprier un modèle d’écri-
ture (emploi de tournures impersonnelles, du
présent de l‘indicatif). Il devra produire un para-
graphe informatif présentant l’objet ou le sujet 4. En marge de l’exposition concernant l’Encyclo-
de l’article, puis deux paragraphes argumentatifs pédie et les Lumières consultable sur internet, la
qui en donnent successivement les aspects posi- BNF propose des fiches pédagogiques en format
tifs et négatifs. Il est toujours intéressant de PDF.
contraindre les élèves à envisager le point de vue
complètement opposé au leur (notamment
concernant le téléphone portable).
Séquence B –
2. Le « café philosophique » n’est plus un concept
la lutte contre l’esclavagee
depuis longtemps ; il se pratique dans de nom-
breuses villes et certains collègues ont pu, dans
1. Faire lire aux élèves à voix haute le poème de
le cadre de l’ECJS, l’expérimenter. De plus en plus
Depestre semble indispensable pour apprécier
d’éditeurs proposent des ouvrages qui nous
la beauté des strophes, leur rythme ascendant
aident à mener des débats. Nous avons retenu :
tout particulier, spécialement le souffle lyrique
L’Antimanuel de philosophie, de Michel Onfray
de la dernière phrase de la dernière strophe qui,
(Bréal), Les Philo-fables, de Michel Piquemal
dans son interminable accumulation, englobe
(Albin Michel).
l’univers tout entier. Le poème, paru dans le
3. Les recherches sur la censure sont au croise- recueil Un arc-en-ciel pour l’Occident chrétien, en
ment de l’enseignement des lettres et de l’his- 1967, n’a pas été donné ici dans son intégralité
toire. Dans le cadre de la séquence sur les puisqu’il comporte 30 strophes de longueur iné-
Lumières, une recontextualisation historique gale. Dans toutes, René Depestre revendique sa
nous semble nécessaire pour expliquer les rela- négritude, c’est ainsi que l’avant-dernière stro-
tions ambiguës entretenues entre le pouvoir phe se termine par « c’est toi, noirceur chérie, ma
royal et la communauté intellectuelle et scienti- barque au soleil… » tandis que la dernière invo-
fique de l’époque. Outre l’intérêt cinématogra- cation du texte, par un bel oxymore, associe ténè-
phique que présente le film de Milos Forman, bres et lumière : « Donnez-moi une noirceur plus
Amadeus, on peut visionner la séquence (quinze vaste encore que celle de la mer au matin ! Ô ténè-
minutes environ) où Mozart, trahi par le compo- bres, purifiez-moi ! Bercez ma vie ! Illuminez-moi,
siteur de la cour Saliéri, doit rendre compte et ténèbres, moi et le monde où je vis ! »
justifier à l’Empereur d’Autriche le choix de la Selon le dictionnaire Robert, « aphorisme » signi-
pièce de Beaumarchais pour écrire son livret fie : « formule ou prescription résumant un point de

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 148
Interrogation 2

science, de morale ». Il a pour synonymes : « adage, 3. La connotation la plus évidente du mot frère
formule, maxime, pensée, précepte, sentence ». est religieuse, les chrétiens revendiquent cette
Le mot « parabole », dans le même dictionnaire, fraternité en Jésus-Christ, comme d’autres
est défini comme : « récit allégorique des livres croyants en leur Dieu.
saints sous lequel se cache un enseignement ».
4. Il s’agit cette fois de mesurer les conséquences
Par extension : allégorie, apologue, fable.
du combat des philosophes qui n’ont pas écrit en
Le titre du poème de Depestre signale donc que
vain : leurs idées seront reconnues puis appli-
le poète va donner un point de vue moral et défen-
quées dans la loi, ce qui prouve que les idées sont
dre des idées à l’aide de récits imagés ; il souhaite
aussi des actes.
enseigner son lecteur par l’intermédiaire de ses
poèmes, comme le fait la parole biblique.
L’expression « Nouveau Monde » apparaît au
xvie siècle, avec la découverte des Indes occiden-
tales dont il apparaît rapidement qu’il s’agit d’un 5. Memphis, première ville du Tennessee, repré-
nouveau continent. Elle désigne donc l’Amérique, sente la ville dans laquelle a été assassiné, le
continent jusqu’alors inconnu, par opposition à 4 avril 1968, le pasteur Martin Luther King.
l’Ancien Monde connu (Europe, Asie, Afrique). Little Rock est le lieu d’une crise considérée
Pour Depestre, écrivain haïtien, le Nouveau comme l’un des événements phares du Mouve-
Monde recouvre donc les terres d’où il nous parle, ment afro-américain des droits civiques : en 1957,
mais aussi la civilisation qui s’y est développée un groupe d’élève afro-américain inscrits à la
qui reposait sur la traite négrière et l’esclavage Little Rock Central High School est empêché d’étu-
qu’il évoque en ce début de poème ; en contre- dier par les partisans de la ségrégation raciale,
point, il exaltera sa négritude dans une deuxième provoquant l’inter vention du président
partie pour en faire l’éloge. Eisenhower.
Atlanta, capitale de la Géorgie est la ville de nais-
2. Cet exercice invite les élèves à argumenter après sance de Martin Luther King, c’est aussi là que
avoir effectué un relevé d’arguments sur les textes des femmes fondent, en 1930, l’Association des
de leur choix. Pour les aider, on peut leur proposer femmes du Sud contre le lynchage.
de faire une liste à partir de différents textes étu- À Birmingham, en septembre 1963, un attentat
diés dans la séquence ou bien d’aller chercher à est perpétré par le Ku-Klux-Klan contre une église
partir d’un argumentaire plus récent, par exemple représentant le centre de la protestation noire
celui du Comité spécial des Nations unies chargé dans le sud ; il entraîne la mort de quatre fillettes
de l’élaboration du protocole « visant à prévenir, noires qui préparaient la messe.
réprimer et punir la traite des personnes, en par- À Scottsboro, en 1931, neuf Noirs de douze à dix-
ticulier des femmes et des enfants ». L’élève peut neuf ans sont accusés d’avoir violé deux femmes
également aller chercher des informations sur le blanches dans un train, puis condamnés à mort
BIT (Bureau International du Travail) qui estime à durant des procès expéditifs. Après plusieurs
plusieurs millions le chiffre des enfants (de cinq à campagnes de soutien, qui dénoncent le carac-
quatorze ans) esclaves dans le monde. Ils tra- tère raciste de l’affaire, alors que certains témoins
vaillent aussi bien dans l’agriculture, le textile que se sont rétractés et ont reconnu avoir menti, le
le tourisme sexuel ; contrairement à une idée jugement est cassé par la Cour suprême.
reçue, ce problème touche aussi l’Europe qui fait Enfin à Martinsville, sept jeunes Noirs, accusés
travailler des enfants en usine ou à domicile ; l’es- d’avoir violé une femme blanche, sont jugés,
clavage domestique y sera aussi mentionné. reconnus coupables et condamnés à mort en l’es-
Une fois la liste établie, l’élève peut travailler le pace d’une semaine. C’est l’affaire des Martins-
registre ironique dont il a pu mesurer quelques ville Seven.
exemples dans la séquence qui précède.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 149
activités et recherches page 168 du manuel

6. Rosa Parks est aujourd’hui connue pour son 7. John Brown (1800-1859), était un abolition-
action en faveur des droits civiques : pour lui ren- niste, qui appela à l’insurrection armée pour abo-
dre hommage, des collèges ou des lycées portent lir l’esclavage. Il est l’auteur du massacre de
son nom. Considérée comme une pionnière dans Pottawatomie en 1856 au Kansas et d’une tenta-
la défense des droits des Noirs américains elle tive d’insurrection sanglante à Harpers Ferry en
a, le 1er décembre 1955, à l’âge de quarante-deux 1859 qui se termina par son arrestation, sa
ans, refusé de céder sa place assise à un Blanc condamnation à mort pour trahison contre l’État
dans un bus, alors que c’était la règle dans les de Virginie et sa pendaison. Le président Abra-
transports publics. Son action lance la plus célè- ham Lincoln pourtant favorable à l’abolition de
bre lutte contre la ségrégation : le boycott des l’esclavage, réprouvait sa violence et ne s’est pas
compagnies de bus de Montgomery qui obtien- opposé à son exécution. L’activisme sanglant de
dra, après plus d’une année de lutte, un jugement John Brown est considéré comme l’une des cau-
de la cour Suprême en faveur de l’égalité des ses de la guerre civile américaine. Victor Hugo
droits. écrira une lettre ouverte pour obtenir la grâce de
cet homme qui représente, à ses yeux, le sym-
bole de la lutte pour l’abolition de l’esclavage.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 150
Histoire des arts page 169 du manuel

Thématique : « Arts, mémoires, témoignages, engagements »

Première impression Mises en contexte


1 On acceptera toute réponse argumentée. 4 Le portait fut l’objet d’un grand succès mais
Exemple de réponses possibles : harmonie (des aussi l’occasion de vifs débats. Tout d’abord, le
couleurs employées) ; luxe (des tissus du meu- fait que le peintre soit une femme gêne : devant
ble) ; attention (du regard de cette femme) ; l’essor de femmes peintres, Charles-Paul Lan-
beauté (du corps représenté) ; calme (de l’atti- don, peintre et conservateur du musée du Lou-
tude du modèle). vre, parle de « décadence ». Le sujet choisi par le
peintre et le traitement du portrait d’une femme
Analyse du tableau noire et anonyme est également cause de
2 La femme peinte occupe une grande partie du remous.
tableau : le cadrage étroit la met en valeur. Légè- 5 Ce tableau est original car il ne se situe ni dans
rement de profil, elle adopte une posture qui suit la lignée des Claudot (Vase de fleurs au nègre et
le code du portrait aristocratique tel que le au perroquet), Nattier (Mademoiselle de Clermont
conçoit et le formalise David dans le portrait de en sultane) et Watteau (Fêtes galantes les char-
Madame d’Orvilliers notamment. Elle est assise mes de la vie ou la partie de musique), qui repré-
dans un fauteuil-médaillon recouvert d’un tissu sentent des Noirs sous l’apparence de serviteurs,
bleu. Elle se détache sur un fond uni ocre clair faire-valoir de sujets blancs, ni dans la lignée de
qui la met en valeur. Girodet dont le Portrait du citoyen Belley, ex-
La mise en scène du portrait confère au modèle, représentant des Colonies (voir le manuel de Fran-
pourtant anonyme, une dignité généralement çais 2e Bac Pro, édition Belin, page 62) au salon
adoptée pour les portraits aristocratiques. de 1798, avait exposé un portrait d’homme noir
3 La beauté de la peau de la jeune femme est en « grand homme ».
mise en valeur par : Marie-Guillemine Benoist garde du tableau de
– le dévoilement d’une grande partie du haut du Girodet la volonté de magnifier son sujet mais
corps ; elle choisit une femme anonyme. Dans cette
– le jeu de lumières et de dégradé entre le bras période troublée qui mènera au rétablissement
(plus foncé) et le sein dénudé et une partie du de l’esclavage, un tel tableau prend ainsi une
visage plus clair ; valeur militante.
– le ton choisi pour le fond et l’opposition avec Après Girodet et G. Benoist, Géricault donnera
le blanc du tissu drapé du vêtement et de la dans Le Radeau de la Méduse, 1819, un rôle pré-
coiffe. pondérant à un homme noir « debout ».

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 151
Interrogation 3
En quoi les écrits des philosophes des Lumières
permettent-ils l’élaboration d’un jugement argumenté ?

VOLTAIRE ÉCRIT-IL POUR AGIR ?


Séquence A
pages 172-177 du manuel

Introduction au travail sur la séquence

« Jean-Jacques n’écrit que pour écrire et moi j’écris pour agir » écrit
Voltaire au pasteur Jacob Vernes le 25 avril 1767 Cette citation, tronquée
de son allusion à Rousseau, a été reprise par Max Gallo pour fournir un
titre à sa biographie de Voltaire : Moi, j’écris pour agir, Vie de Voltaire,
Fayard, 2008.
Nous avons choisi de consacrer une séquence à Voltaire, car son
œuvre protéiforme paraît susceptible d’incarner les combats des Lumiè-
res contre l’injustice – même si bien entendu, il ne fut pas seul dans les
combats qu’il engagea et même s’il n’engagea pas tous les combats de
son époque.
Voltaire explora de nombreuses formes littéraires (contes, placets,
essais philosophiques, lettres). Il est probable qu’au collège les élèves
ont déjà étudié des extraits de contes – voire des contes dans leur inté-
gralité. C’est pourquoi nous avons choisi de privilégier la présentation
des essais. Cette séquence propose deux extraits de contes (Micromégas
et Candide) et deux extraits du Dictionnaire philosophique, un autre de
son essai, Traité sur la Tolérance, et un extrait d’une biographie dont Vol-
taire est à la fois l’auteur et le sujet. La diversité de ces formes permet de
toucher un public divers : elles usent de moyens multiples pour défendre
les causes qu’elles exposent et ainsi permettre aux lecteurs d’élaborer
un jugement argumenté.
Précisons que la présentation de Voltaire dans cette séance, liée à
l’objet d’étude et à l’interrogation programmatiques, ne donne pas une
image complète de Voltaire et de son œuvre et qu’il serait peu significatif
de le réduire à ses textes de combat même si ce sont les plus étudiés
dans les classes de nos jours.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 152
Interrogation 3

1. Comment Voltaire se bat-il


contre les crimes de la justice ? pages 172-173 du manuel

La séance – et donc la séquence – s’ouvre par l’étude d’une caricature contemporaine de Vol-
taire. Même si les élèves n’ont jamais vu de portrait de Voltaire on peut penser qu’il leur sera
facile de comprendre l’enjeu du document à partir de l’analyse de ses divers éléments. On
reviendra tout au long de la séance sur les liens possibles entre les documents étudiés et ce
dessin. Le document 2 narre, de façon relativement distanciée, la condamnation, de deux jeu-
nes gens et l’exécution du chevalier de la Barre, illustrée par une gravure de 1907. Pour dyna-
miser ce début de séance, on peut choisir d’accompagner le document 1 de la seule question 3,
ainsi modifiée : « Quel rôle ce dessin confère-t-il à Voltaire ? Justifiez votre réponse en vous
aidant de l’analyse des éléments du dessin et de la biographie ci-contre. »

Lecture
u
Étudier le texte (document 2)
u
Étudier le dessin (document 1) 4. Le chevalier de La Barre et son ami ont été
condamnés : « pour ne s’être pas mis à genoux,
1. Ce dessin reprend les caractéristiques des
pendant la pluie, devant une procession de capu-
caricatures de Voltaire (silhouette sèche, visage
cins, laquelle avait passé à cinquante ou soixante
émacié, nez proéminent, lèves fines, regard per-
pas d’eux. » Le délit est présenté comme mineur
çant) Sa perruque, son habit, ses chaussures en
et excusable « pendant la pluie », « passé à cin-
font un homme de l’ancien régime pourtant l‘ar-
quante ou soixante pas d’eux ».
bre qu’il arrose s’orne de cocardes
Dominique Gaillard d’Etallonde a été condamné
révolutionnaires.
par contumace car il ne se trouvait pas en France
2. L’arbre est composé : à l’ouverture du procès et n’y est pas revenu
– d’un tronc, sur lequel deux cocardes révolu- depuis. Il a ainsi échappé à l’exécution.
tionnaires sont dessinées ;
5. Les trois juges, l’un après l’autre, sont discré-
– de branches terminées par des feuilles ;
dités par Voltaire. Les deux premiers sont quali-
– certaines feuilles portent le nom de valeurs
fiés d’« absolument incompétents ». Cette
(on réactivera cette notion étudiée en classe de
incompétence résulte pour le premier de sa par-
Seconde Professionnelle) portées par le xviiie siè-
tialité : « l’un, parce qu’il était l’ennemi déclaré
cle et, notamment, pour certaines d’entre elles,
des parents de ces jeunes gens » et pour le
par la Révolution française : progrès, huma-
deuxième parce que : « son principal métier était
nisme, raison, libéralisme, liberté, justice,
celui de marchand de bœufs et de cochons » ; ses
tolérance.
pratiques d’ailleurs avaient déjà été mises en
3. Ce dessin inscrit délibérément Voltaire comme cause : « il y avait contre lui des sentences des
un homme de l’Ancien Régime, précurseur (il consuls de la ville d’Abbeville » ; de plus, depuis,
meurt plus de vingt ans avant le début de la il a été, destitué « depuis il fut déclaré par la cour
Révolution) de la Révolution française. « C’est la des aides incapable d’exercer aucune charge
faute à Voltaire, c’est la faute à Rousseau » chan- municipale dans le royaume ».
tera Gavroche sur la barricade, au moment de sa Quant au troisième il est décrit comme faible,
mort, « C’est grâce à Voltaire » semble dire ce impressionnable : « Le troisième juge, intimidé
dessin. par les deux autres, eut la faiblesse de signer » ;

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 153
VOLTAIRE ÉCRIT-IL POUR AGIR ?

il regrette sa décision : « et en eut ensuite des Écriture et oral


remords aussi cuisants qu’inutiles ».
Voltaire dénonce la dangereuse incurie d’une jus- 8. On attend en réponse à la problématique que
tice incompétence et vénale. Une justice exercée Voltaire combat « les injustices de la justice » par
par ceux qui achètent des charges et n’ont aucu- le récit qu’il fait des supplices et de l’exécution
nement les compétences pour les exercer. du chevalier de La Barre et par sa dénonciation
virulente de l’incompétence des juges.
6. Tout en faisant un récit relativement distancié
« On croit lire l’histoire des sauvages ; on frémit
du délit, de la condamnation puis de l’exécution
un moment, et on va à l’Opéra. » On attend des
du chevalier de La Barre, Voltaire s’implique,
élèves qu’ils soient sensibles à l’usage du pro-
comme en témoignent :
nom « on » qui inclut les lecteurs de la phrase
– la présentation positive de l’un des jeunes
dans une commune réaction et qu’ils remarquent
gens : « un jeune gentilhomme français d’un
le rythme de la phrase en trois temps : tout
mérite modeste et d’une sagesse rare. Ce jeune
d’abord une mise à distance par le lecteur qui ne
homme n’était que simple volontaire » ;
reconnaît pas sa société : « l’histoire des sauva-
– l’énoncé de ce qu’on imagine être les termes
ges », puis un bref moment de compassion : « on
de la sentence : « seraient appliqués à la torture
frémit un moment », avant l’oubli de l’injustice
ordinaire et extraordinaire, qu’on leur couperait
dans les plaisirs de la vie quotidienne : « et on va
le poing, qu’on leur arracherait la langue avec
à l’Opéra. »
des tenailles, et qu’on les jetterait vivants dans
les flammes » ; *
– l’opposition entre le délit commis (voir ques- On pourra proposer en complément des docu-
tion 4) et la peine appliquée : « Ils condamnèrent ments présentés le texte suivant, extrait de la
deux enfants innocents à une mort aussi cruelle Relation de la mort du chevalier de la Barre, par
que celle de Ravaillac et de Damiens, pour une M. Cassen, avocat au conseil du roi, à M. le mar-
légèreté qui ne méritait pas huit jours de quis de Beccaria, 1766. Ce texte est repris dans
prison » ; son intégralité par Voltaire et transmis à Beccaria
– la dénonciation des juges et de la justice (voir (dont Voltaire commenta Les délits et les peines,
question 5) ; voir infra l’extrait mis en complément des docu-
– la condamnation de cette exécution par l’Eu- ments de l’évaluation).
rope : « Le chevalier de La Barre fut exécuté à L’extrait de M. Cassen peut être l’objet d’une sim-
l’étonnement de toute l’Europe, qui en frissonne ple lecture, il peut aussi être questionné : « Selon
encore d’horreur ». vous, quel est l’enjeu du premier paragraphe ?
Relevez les marques de l’implication de M. Cas-
sen dans cette lettre (vous pouvez vous aider de
u
Mettre en relation les documents
la fiche 5 page 203). Quel effet produisent-
7. Quelles « feuilles » de l’arbre arrosé par Voltaire elles ? »
dans le premier document peuvent-elles être « […] il n’y a point en France de loi expresse qui
mises en lien avec l’histoire du chevalier de la condamne à mort pour des blasphèmes. L’ordon-
Barre ? nance de 1666 prescrit une amende pour la pre-
L’exécution du chevalier de La Barre illustre bien mière fois, le double pour la seconde, etc. et le
entendu la feuille « justice » mais aussi les feuilles pilori pour la sixième récidive.
« raison » (qui s’oppose aux superstitions) et Cependant les juges d’Abbeville, par une igno-
« tolérance » compte tenu du caractère religieux rance et une cruauté inconcevables, condamnè-
du délit reproché aux deux jeunes gens. rent le jeune d’Étallonde, âgé de dix-huit ans :
1. À souffrir le supplice de l’amputation de la lan-
gue jusqu’à la racine, ce qui s’exécute de manière

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 154
Interrogation 3

que si le patient ne présente pas la langue lui- Le chevalier de La Barre étant entre leurs mains,
même, on la lui tire avec des tenailles de fer, et ils eurent l’humanité d’adoucir la sentence, en
on la lui arrache. ordonnant qu’il serait décapité avant d’être jeté
2. On devait lui couper la main droite à la porte dans les flammes ; mais s’ils diminuèrent le sup-
de la principale église. plice d’un côté, ils l’augmentèrent de l’autre, en
3. Ensuite il devait être conduit dans un tombe- le condamnant à subir la question ordinaire et
reau à la place du marché, être attaché à un extraordinaire, pour lui faire déclarer ses compli-
poteau avec une chaîne de fer, et être brûlé à petit ces ; comme si des extravagances de jeune
feu. Le sieur d’Étallonde avait heureusement homme, des paroles emportées dont il ne reste
épargné, par la fuite, à ses juges l’horreur de pas le moindre vestige, étaient un crime d’État,
cette exécution. une conspiration. Cette étonnante sentence fut
rendue le 28 février de cette année 1766. »

2. Comment Voltaire combat-il


les horreurs de la guerre ? pages 174-175 du manuel

Cette séance propose une confrontation entre trois textes de Voltaire : deux extraits de contes
(Micromégas et Candide) et un extrait de l’article « Guerre » du Dictionnaire philosophique,
dont on pourra proposer un passage plus long.

Lecture
u
Étudier le premier texte (document 1)
1. Il est possible de proposer un tableau afin de comparer « les deux clans ». Ce tableau sera suivi de
quelques phrases rédigées.
fous de notre espèce, couverts de
cent mille animaux couverts d’un turban,
chapeaux
Dénomination, chétifs animaux
description chétifs animaux
des combattants animaux
animaux
fourmilière d’assassins ridicules
fourmilière d’assassins ridicules
Qualification ou à un autre qu’on nomme, […] César. un certain homme qu’on nomme Sultan
des chefs l’animal pour lequel ils s’égorgent l’animal pour lequel ils s’égorgent
Le tableau complété doit mener à l’observation du parallélisme entre les deux clans, tous les deux
décrits comme interchangeables, misérables et ignorants.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 155
VOLTAIRE ÉCRIT-IL POUR AGIR ?

2. Micromégas réagit avec virulence et indigna- répandues sur la terre à côté de bras et de jambes
tion au discours du philosophe puisque la situa- coupés. ». Voltaire montre ainsi que toutes les
tion décrite lui donne envie d’exterminer les armées commettent les mêmes exactions. Une
habitants de la Terre : « Il me prend envie de faire double description serait inutile : peu importe le
trois pas, et d’écraser de trois coups de pied camp auquel elles appartiennent, les armées
toute cette fourmilière d’assassins ridicules ». On traitent les plus faibles de la même façon. Leurs
peut espérer que le lecteur, partagera cette indi- actions se répondent comme riment leurs noms
gnation sans aller néanmoins jusqu’à cette envie et leur origine scythe identique.
d’extermination…

u
Étudier le troisième texte (document 3)
u
Étudier le second texte (document 2)
5. Cette gravure se présentait dans l’édition de
3. Les deux armées sont décrites de façon très Candide de 1809 en noir et blanc. La mise en
positive : « Rien n’était si beau, si leste, si brillant, couleur est contemporaine. Pour la lecture de
si bien ordonné que les deux armées ». Elles sont l’image on peut proposer un cheminement de la
tellement semblables qu’une même liste de qua- première impression à l’interprétation. Pour faire
lificatifs peut les décrire de façon commune. émerger la première impression, il est possible
Ce champ lexical positif est repris dans le mot de demander aux élèves de proposer, individuel-
« harmonie » qui peut à la fois signifier mais aussi lement et par écrit, 2 ou 3 mots provoqués par la
indiquer un ensemble de musiciens. gravure. Une mise en commun permettra une
À ce champ lexical étonnant pour décrire les deux confrontation des réponses. Puis les outils d’ana-
armées s’oppose quelques mots formant un lyse proposés par le professeur permettront de
champ lexical négatif inquiétant et plus souvent confirmer ou d’infirmer ces impressions premiè-
utilisé pour parler des armées : « en enfer », « de res. Les outils choisis devront montrer :
la mort de quelques milliers d’hommes », ces – une première l’opposition entre les humains,
hommes étant néanmoins décrits comme des les animaux du premier plan et le décor du reste
« coquins » et comparés à des parasites (« qui en de l’image
infectaient la surface »). Ce passage se termine – une deuxième opposition, au premier plan,
par un oxymore rassemblant les deux aspects des entre les morts et les vivants (Candide, l’enfant
armées : « boucherie héroïque. » L’utilisation par à gauche, le chien à droite, ces deux derniers
Voltaire de l’ironie permet d’établir une conni- tournés vers Candide)
vence avec le lecteur, qui reconnaît sous les appa- – une troisième opposition entre les lueurs de
rentes louanges, la dénonciation de la guerre. l’incendie sur lesquelles se détachent le costume
de Candide et la fumée qui provient des maisons
4. Les exactions de l’armée abare sont rapide-
en flamme
ment décrites : « des héros abares l’avaient traité
– une quatrième opposition entre le statisme des
de même » parce qu’une longue description
éléments du décor et des morts et le mouvement
macabre vient d’être faite du villages abare
de Candide qui fuit.
ravagé par les Bulgares : « Ici des vieillards cri-
blés de coups regardaient mourir leurs femmes 6. Voltaire s’adresse aux monarques décideurs
égorgées, qui tenaient leurs enfants à leurs de la guerre mais sans doute aussi au bon sens
mamelles sanglantes ; là des filles éventrées de ses lecteurs. Il réfute un passage de Montes-
après avoir assouvi les besoins naturels de quel- quieu qui justifie « l’attaque en pleine paix » (voir
ques héros rendaient les derniers soupirs ; dans l’extrait 4 ci-dessous, la citation de Mon-
d’autres, à demi brûlées, criaient qu’on achevât tesquieu réfutée par Voltaire). Il propose une
de leur donner la mort. Des cervelles étaient émulation pacifique entre les nations.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 156
Interrogation 3

Écriture et oral fait périr, année commune, quarante mille hom-


mes sur cent mille. Cette invention fut d’abord
8. Voltaire dénonce la guerre et le goût des cultivée par des nations assemblées pour leur
humains pour les combats dans des récits fic- bien commun ; par exemple, la diète des Grecs
tionnels qui montrent la barbarie des massacres déclara à la diète de la Phrygie et des peuples
et l’horreur qu’ils suscitent mais aussi dans des voisins qu’elle allait partir sur un millier de bar-
essais philosophiques qui démontrent les méca- ques de pêcheurs pour aller les exterminer si elle
nismes morbides qui poussent les hommes à pouvait. »
accepter la guerre.
Extrait 2 (la guerre et la religion artificielle)
* « Le merveilleux de cette entreprise infernale,
On peut compléter cette séance par la lecture du c’est que chaque chef des meurtriers fait bénir
texte intégral de l’article « Guerre » ou par la lec- ses drapeaux et invoque Dieu solennellement
ture de ces quatre articles qui montrent la variété avant d’aller exterminer son prochain. Si un chef
des arguments de Voltaire, résolument ennemi n’a eu que le bonheur de faire égorger deux ou
de la guerre. trois mille hommes, il n’en remercie point Dieu ;
mais lorsqu’il y en a eu environ dix mille d’exter-
Extrait 1 (début de l’article) minés par le feu et par le fer, et que, pour comble
« Tous les animaux sont perpétuellement en de grâce, quelque ville a été détruite de fond en
guerre ; chaque espèce est née pour en dévorer comble, alors on chante à quatre parties une
une autre. Il n’y a pas jusqu’aux moutons et aux chanson assez longue, composée dans une lan-
colombes qui n’avalent une quantité prodigieuse gue inconnue à tous ceux qui ont combattu, et
d’animaux imperceptibles. Les mâles de la même de plus toute farcie de barbarismes. La même
espèce se font la guerre pour des femelles, chanson sert pour les mariages et pour les nais-
comme Ménélas et Pâris. L’air, la terre et les eaux sances, ainsi que pour les meurtres ; ce qui n’est
sont des champs de destruction. pas pardonnable, surtout dans la nation la plus
Il semble que, Dieu ayant donné la raison aux hom- renommée pour les chansons nouvelles.
mes, cette raison doive les avertir de ne pas s’avilir La religion naturelle a mille fois empêché des
à imiter les animaux, surtout quand la nature ne citoyens de commettre des crimes. Une âme bien
leur a donné ni armes pour tuer leurs semblables, née n’en a pas la volonté, une âme tendre s’en
ni instinct qui les porte à sucer leur sang. effraye ; elle se représente un Dieu juste et ven-
Cependant la guerre meurtrière est tellement le geur. Mais la religion artificielle encourage à tou-
partage affreux de l’homme, qu’excepté deux ou tes les cruautés qu’on exerce de compagnie,
trois nations, il n’en est point que leurs anciennes conjurations, séditions, brigandages, embusca-
histoires ne représentent armées les unes contre des, surprises de villes, pillages, meurtres. Cha-
les autres. Vers le Canada, homme et guerrier cun marche gaiement au crime sous la bannière
sont synonymes, et nous avons vu que dans de son saint. »
notre hémisphère voleur et soldat étaient même
chose. Manichéens, voilà votre excuse. Extrait 3 (mort d’un soldat de vingt ans)
Le plus déterminé des flatteurs conviendra sans « Que deviennent et que m’importent l’humanité,
peine que la guerre traîne toujours à sa suite la la bienfaisance, la modestie, la tempérance, la
peste et la famine, pour peu qu’il ait vu les hôpi- douceur, la sagesse, la piété, tandis qu’une demi-
taux des armées d’Allemagne, et qu’il ait passé livre de plomb tirée de six cents pas me fracasse
dans quelques villages où se sera fait quelque le corps, et que je meurs à vingt ans dans des
grand exploit de guerre. tourments inexprimables, au milieu de cinq ou
C’est sans doute un très bel art que celui qui six mille mourants, tandis que mes yeux qui
désole les campagnes, détruit les habitations, et s’ouvrent pour la dernière fois voient la ville où

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 157
VOLTAIRE ÉCRIT-IL POUR AGIR ?

je suis né détruite par le fer et par la flamme, et détruira s’il devient puissant. Pour en être sûr, il
que les derniers sons qu’entendent mes oreilles faut qu’il ait fait déjà les préparatifs de votre
sont les cris des femmes et des enfants expirants perte. En ce cas, c’est lui qui commence la guerre,
sous des ruines, le tout pour les prétendus inté- et ce n’est pas vous ; votre supposition est fausse
rêts d’un homme que nous ne connaissons et contradictoire.
pas ? » S’il y eut jamais une guerre évidemment injuste,
c’est celle que vous proposez ; c’est d’aller tuer
Extrait 4 (Voltaire réfute Montesquieu) votre prochain, de peur que votre prochain (qui
« Le célèbre Montesquieu, qui passait pour ne vous attaque pas) ne soit en état de vous atta-
humain, a pourtant dit qu’il est juste de porter le quer : c’est-à-dire qu’il faut que vous hasardiez
fer et la flamme chez ses voisins, dans la crainte de ruiner votre pays dans l’espérance de ruiner
qu’ils ne fassent trop bien leurs affaires. Si c’est sans raison celui d’un autre ; cela n’est assuré-
là l’esprit des lois, c’est celui des lois de Borgia ment ni honnête ni utile, car on n’est jamais sûr
et de Machiavel. Si malheureusement il a dit vrai, du succès ; vous le savez bien.
il faut écrire contre cette vérité, quoiqu’elle soit Si votre voisin devient trop puissant pendant la
prouvée par les faits. paix, qui vous empêche de vous rendre puissant
Voici ce que dit Montesquieu comme lui ? S’il a fait des alliances, faites-en de
« Entre les sociétés le droit de la défense natu- votre côté. Si, ayant moins de religieux, il a plus de
relle entraîne quelquefois la nécessité d’atta- manufacturiers et de soldats, imitez-le dans cette
quer, lorsqu’un peuple voit qu’une plus longue sage économie. S’il exerce mieux ses matelots,
paix en mettrait un autre en état de le détruire, exercez les vôtres ; tout cela est très juste. Mais
et que l’attaque est dans ce moment le seul d’exposer votre peuple à la plus horrible misère,
moyen d’empêcher cette destruction. » dans l’idée si souvent chimérique d’accabler votre
Comment l’attaque en pleine paix peut-elle être cher frère le sérénissime prince limitrophe ! ce
le seul moyen d’empêcher cette destruction ? Il n’était pas à un président honoraire d’une compa-
faut donc que vous soyez sûr que ce voisin vous gnie pacifique à vous donner un tel conseil. »

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 158
Interrogation 1

3. Contre le fanatisme : la tolérance ? page 176 du manuel

Lecture des fruits du travail (l. 2-5). Voltaire énonce ainsi


le principe suprême : « Ne fais pas ce que tu ne
voudrais pas qu’on te fît. »
1. Selon Voltaire le droit naturel est indiqué par
la nature : « c’est celui que la nature indique à 2. La première partie de la question est présentée
tous les hommes ». Il donne comme exemples de sous forme de tableau pour en faciliter la
droits naturels le respect filial et la jouissance lecture.

Ne fais pas ce que tu ne voudrais pas qu’on te Crois ce que je crois, et ce que tu ne peux
fît. croire, ou tu périras.
Les nations dénoncées pour leur
Qui parle ? Ceux qui croit au droit naturel intolérance religieuse (Portugal, en
Espagne, à Goa)
À qui ? Au reste de l’univers À ceux qui ne partagent pas leur foi
Impératif conditionnel et subjonctif Impératif et indicatif.
Mode L’injonction négative mène à un subjonctif L’injonction mène à un futur de l’indicatif
hypothétique menaçant
Répétition de pronoms de la deuxième
Opposition entre le « je » énonciateur de
Pronoms personne du singulier prenant à partie le
l’injonction et le « tu »
personnels destinataire du message en lien avec un
du destinataire menacé.
pronom « on » à valeur universelle
Le passage de la première phrase à la seconde se fait par effacement des marques de l’universalité
(pronom « on ») et par une injonction menant d’une hypothèse désagréable (« ce que tu ne voudrais
pas qu’on te fît. ») à une injonction paradoxale (« Crois ce que je crois, et ce que tu ne peux croire »)
puis à une menace de mort (« ou tu périras. »)

3. Ce discours est construit sur la répétition du de déboucher, aux lignes suivantes, sur la men-
verbe croire à l’impératif. Il repose sur une oppo- tion d’un conflit beaucoup plus proche (« le Per-
sition entre l’énonciateur (« je ») et le destinataire san, qui pourrait massacrer le Turc ») pouvant les
du message (« tu »). Il s’appuie également sur un impliquer (« et tous ensemble se jetteraient sur
élargissement de la menace, d’abord énoncée les chrétiens »), pour terminer par un conflit
par une seule personne (l. 13-14) puis par des « local » (« chrétiens qui se sont si longtemps
groupes étendus (l. 15-16) Les marques d’une dévorés les uns les autres »), présent dans les
argumentation rigoureuse servie par des connec- mémoires familiales de ses lecteurs.
teurs logiques (ou, ou, donc) s’opposent à l’irra- Voltaire initie donc la réflexion de ses lecteurs
tionalité de la thèse qu’elle défend. par une liste pouvant prêter à un léger sourire
Ajoutons que l’injonction « crois » est une injonc- avant de l’amener à la constatation qu’il vit lui
tion paradoxale puisqu’une croyance ne peut s’im- aussi dans une société qui s’est déchirée à cause
poser à autrui – a contrario des marques visibles d’une intolérance meurtrière et revendiquée.
de la croyance qui, elles, peuvent être vérifiées.
5. Voltaire effectue un rapprochement entre le
4. La liste des noms des habitants peut sembler droit à l’intolérance et les mœurs des tigres. Il
tout d’abord très exotique aux lecteurs de Vol- excuse pourtant ces derniers qui tuent pour se
taire ; leur succession invite à une réflexion amu- nourrir et non par intolérance. Cette métaphore
sée sur les mœurs de contrées lointaines, avant vise à emporter l’adhésion de ses lecteurs.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 159
Séquence A VOLTAIRE ÉCRIT-IL POUR AGIR ?

Évaluation page 177 du manuel

Évaluation
– qu’ils soient attentifs à l’allure générale de Vol-
des compétences de lecture taire présenté comme un duelliste ;
10 points – qu’ils montrent que l’arme de Voltaire n’est pas
une épée mais une plume (on pourra raconter l’épi-
u Document 1 sode du conflit entre le duc de Rohan et
Voltaire) ;
1. Selon Voltaire, si les Romains pratiquèrent la – qu’ils remarquent que la pointe de la plume
torture sur leurs esclaves c’est parce qu’ils ne souligne la signature ;
reconnaissaient pas à leurs esclaves l’apparte- – que les éléments caricaturaux retenus (traits
nance à une même humanité. C’est ce même rai- du visage, sempiternel turban) ne départissent
sonnement qui permet au président de la Tournelle pourtant pas Voltaire d’un certain air sympathi-
d’appliquer la torture sur les prisonniers qu’on lui que (tout au moins le dessinateur n’en fait-il pas
amène. La description que fait Voltaire du prison- un personnage antipathique).
nier : « hâve, pâle, défait, les yeux mornes, la barbe
longue et sale, couvert de la vermine dont il a été
rongé dans un cachot » nous montre celui-ci avec
les yeux dépourvus de toute compassion du Évaluation
président.
des compétences d’écriture
2. Le président de la Tournelle applique la
torture : 10 points
– parce qu’il ne considère pas le prisonnier 5. On attend des élèves qu’ils puissent préciser
comme un homme ; le dessin par les textes lus et étudiés dans la
– parce qu’il faut bien s’occuper : « Cela fait tou- séquence (dénonciation des erreurs judiciaires,
jours passer une heure ou deux » ; des horreurs de la guerre, du fanatisme, combat
– parce qu’il s’agit d’un droit acquis : « Le grave pour la tolérance).
magistrat qui a acheté pour quelque argent le On pourra proposer aux élèves d’élaborer une
droit de faire ces expériences » ; fiche de critères de réussite qui pourrait intégrer
– parce qu’il peut la raconter : « Le grave magis- par exemple :
trat […] va conter à dîner à sa femme ce qui s’est – le respect de la consigne : liens avec le dessin
passé le matin » ; de Savignac ; utilisation du lexique de la morale,
– et que cette dernière prend plaisir au récit qui du droit, de l’engagement, du juste et de l’in-
lui est fait : « Mon petit cœur, n’avez-vous fait juste ; longueur de l’écrit ; écrit structuré en
donner aujourd’hui la question à personne ? » paragraphes ;
3. Les paroles de la femme du président de la – le rappel pertinent des textes étudiés, de leurs
Tournelle rapportées au discours direct sont fai- thèmes et de leurs formes ;
tes pour scandaliser le lecteur par leur cruauté et – la qualité de la communication écrite (cohé-
leur perversité. rence du discours, maîtrise d’un certain nombre
de points de langue ayant fait l’objet d’un contrat
avec l’élève en fonction de ses difficultés les plus
u Document 2
prégnantes) ;
4. Savignac donne à Voltaire l’allure d’un petit – le plaisir éprouvé à la lecture du texte (qui peut
homme alerte et vif. On attend des élèves : faire l’objet d’une discussion).

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 160
Interrogation 3
En quoi les écrits des philosophes des Lumières permettent-ils
l’élaboration d’un jugement argumenté ?

FIGARO : ENFANT DES LUMIÈRES ?


Séquence B
pages 178-185 du manuel

Introduction au travail sur la séquence

La pièce de Beaumarchais nous rend, le temps d’une lecture ou


d’une représentation, témoins du débat social et politique qui agite la
décennie qui aboutira à la Révolution. Le parcours que nous proposons
dans Le Mariage de Figaro, met l’accent sur l’aspect subversif de cette
pièce, qui transcende le combat entre deux hommes.
Les revendications de Figaro, Suzanne ou Marceline sont au centre
de cette étude. Elles permettent aux spectateurs, de l’époque ou actuel,
d’élaborer un jugement argumenté sur l’état d’une société et sur les com-
bats contre l’injustice.
L’étude d’une pièce de théâtre nécessite la prise en compte de son
aspect scénique : nous proposons un certain nombre d’activités permet-
tant d’y avoir recours (jeux scénique, création de costume, examen d’un
dispositif scénique…). Le tableau de mise en scène proposé en séance 1
peut être adapté à d’autres extraits.
Le Mariage de Figaro a fait l’objet de nombreuses mises en scène
enregistrées ; on pourra, à défaut d’assister à une représentation de la
pièce, en visionner une.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 161
Séquence B FIGARO : ENFANT DES LUMIÈRES ?

1. Pourquoi écrire une comédie


sur l’abolition d’un droit mythique ? pages 178-179 du manuel

Cette séance présente les deux amoureux discutant de leur installation. L’extrait choisi permet
de comprendre les sentiments de Figaro et inscrit la pièce dans une revendication qui dépasse
le cadre privé pour évoquer un renversement social que la photographie de plateau (docu-
ment 2) illustre.
Il est possible de ne pas traiter toutes les questions et d’inclure les réponses aux question 2,
3, 4 dans le tableau de la question 1. Il est possible aussi de fusionner les questions 4 et 5
La dimension scénique du texte est prise en compte dans les questions 7 et 9.

Lecture

u Étudier la pièce (document 1)


Les personnages présents
1. Avant le lever du rideau
sur scène
Les personnages absents

Figaro et Suzanne sont Le comte est infidèle et veut


Figaro et Suzanne sont au fiancés séduire Suzanne : « las de
service du Comte et de la Suzanne ne veut pas se courtiser les beautés des
Comtesse : « La nuit, si laisser séduire par le Comte environs, monsieur le comte
Madame est incommodée,
Figaro est un serviteur loyal Almaviva veut rentrer au château,
Ce que elle sonnera de son côté ;
du Comte : « J’avais assez fait mais non pas chez sa femme ;
le lecteur / zeste, en deux pas tu es chez
pour l’espérer ». c’est sur la tienne, entends-tu,
spectateur elle. Monseigneur veut-il
qu’il a jeté ses vues »
apprend quelque chose : il n’a qu’à Figaro désire berner le Comte
tinter du sien ; crac, en trois et se venger de Bazille Bazille est le complice du Comte ;
sauts me voilà rendu ». « Et c’est ce que le loyal Bazile,
Suzanne connaît bien Figaro
honnête agent de ses plaisirs, et
Le comte a jadis aboli sur ses qu’elle nous présente ainsi
mon noble maître à chanter, me
terres le « droit du seigneur » « De l’intrigue et de l’argent,
répète chaque jour »
te voilà dans ta sphère »

Le spectateur ne doute guère que Figaro réussira des informations que Figaro ne connaît pas (la
à trouver un « moyen d’attraper ce grand trom- longueur des répliques et la ponctuation en
peur, de le faire donner dans un bon piège, et témoignent).
d’empocher son or ! » ; il se demande quels stra-
3. Figaro apparaît tout d’abord comme un servi-
tagèmes il pourra inventer.
teur zélé du Comte : « La nuit, si Madame est
2. Figaro apparaît dans cet extrait comme plus incommodée, elle sonnera de son côté ; zeste (1),
naïf que Suzanne. En effet, il n’avait pas consi- en deux pas tu es chez elle. Monseigneur veut-il
déré la tentative de séduction du Comte comme quelque chose : il n’a qu’à tinter du sien ; crac, en
possible. Suzanne semble posséder un solide trois sauts me voilà rendu ». Puis il se montre
bon sens ; mutine, elle taquine Figaro : « Que les incrédule : « Qu’entendez-vous par ces paroles ? »,
gens d’esprit sont bêtes ! », « Suzanne, riant. S’il y avant de laisser paraître sa déception : « J’avais
venait un petit bouton, des gens superstitieux… » assez fait pour l’espérer » et son désir de berner
Suzanne mène cet échange puisqu’elle possède le Comte : « Ah ! s’il y avait moyen d’attraper ce

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 162
Interrogation 3

grand trompeur, de le faire donner dans un bon u Étudier l’image (document 2)


piège, et d’empocher son or ».
7. Les couleurs choisies pour le décor et les cos-
4. Figaro et Suzanne en rappellent les conditions tumes (dominante de rouge, aplat de bleu, quel-
d’abolition et déplorent qu’il ait existé : « un ancien ques touches de blanc), inscrivent délibérément
droit du seigneur… Tu sais s’il était triste ! la pièce dans une dynamique révolutionnaire. Les
Figaro : Je le sais tellement que, si monsieur le motifs choisis et la coupe des costumes insistent,
Comte, en se mariant, n’eût pas aboli ce droit hon- quant à eux, sur la contemporanéité de la
teux, jamais je ne t’eusse épousée dans ses pièce.
domaines. »
Suzanne apprend à Figaro que le Comte souhaite le
rétablir moyennement finance : « Suzanne : Eh bien, Écriture et oral
s’il l’a détruit, il s’en repent ; et c’est de ta fiancée
qu’il veut le racheter en secret aujourd’hui. » 8. La scène s’inscrit d’emblée dans le genre de
la comédie avec :
5. L’évocation de ce droit, réel ou non, révolte le – l’annonce d’un mariage ;
spectateur de la pièce, qui le considère comme un – le dialogue amoureux et taquin des deux
symbole de l’injustice et de l’arbitraire dans ce qu’il fiancés ;
y a de plus intime. Elle rappelle l’époque des serfs, – le nœud de l’intrigue (une tentative de séduc-
durant laquelle le seigneur avait la possession de tion) et son traitement (le lexique utilisé) ;
ses paysans. – la forme du désir de vengeance de Figaro (ber-
ner le Comte et empocher son or).
6. Grâce à l’énoncé du « droit du seigneur » la volonté
de Suzanne de résister au Comte et le désir de Figaro 9. On peut aller plus loin que la lecture expressive
de berner son maître, quittent la simple sphère pri- et proposer la mise en scène d’un fragment. Dans
vée. Figaro devient l’archétype du héros populaire ce cas deux élèves joueront alors que la classe
luttant pour plus de justice, pour l’abolition des proposera des indications scéniques (voir tableau
anciens abus et pour un monde nouveau. ci-dessous).

Mise en scène d’un fragment


Gestes, Ton, voix, Effets
Acte I, scène 1 Déplacements Sentiments
mimiques silence produits
Figaro, se frottant la tête. Ma tête
s’amollit de surprise, et mon front
fertilisé...
Suzanne : Ne le frotte donc pas !
Figaro : Quel danger ?
Suzanne, riant. S’il y venait un petit
bouton, des gens superstitieux...
Figaro : Tu ris, friponne ! Ah ! s’il y
avait moyen d’attraper ce grand
trompeur, de le faire donner dans un
bon piège, et d’empocher son or !
Suzanne : De l’intrigue et de l’argent,
te voilà dans ta sphère.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 163
FIGARO : ENFANT DES LUMIÈRES ?

2. Figaro et le Comte :
une simple joute entre deux hommes ? pages 180-181 du manuel

Cette séance permet de mesurer que le combat entre Figaro et le Comte dépasse la simple
querelle de personne pour prendre une dimension sociale et politique. On peut proposer un
extrait plus long donnant le contexte du document 1 (dans ce cas on pourra inclure une ques-
tion supplémentaire : « Quel effet produit ce début de scène sur le spectateur ? »).
Le Comte, Figaro.
Figaro, à part : Nous y voilà.
Le Comte… S’il en sait par elle un seul mot…
Figaro, à part. je m’en suis douté.
Le Comte… Je lui fais épouser la vieille.
Figaro, à part, Les amours de monsieur Bazile ?
Le Comte… Et voyons ce que nous ferons de la jeune.
Figaro, à part. Ah ! ma femme, s’il vous plaît.
Le Comte, se retourne. Hein ? quoi ? qu’est-ce que c’est ?
Figaro s’avance. Moi, qui me rends à vos ordres.
Le Comte : Et pourquoi ces mots ?…
Figaro : Je n’ai rien dit.
Le Comte répète : « Ma femme, s’il vous plaît ? »
Figaro : C’est… la fin d’une réponse que je faisais « allez le dire à ma femme, s’il vous plaît ».
Le Comte se promène. « Sa femme !… » Je voudrais bien savoir quelle affaire peut arrêter mon-
sieur, quand je le fais appeler ?
Figaro, feignant d’assurer son habillement. Je m’étais sali sur ces couches en tombant ; je me
changeais.
Figaro. Faut-il une heure ?
Figaro. Il faut le temps.
Le Comte : Les domestiques ici… sont plus longs à s’habiller que les maîtres !
Figaro. C’est qu’ils n’ont point de valets pour les y aider.
Le Mariage de Figaro, Acte III, scène 5.

Lecture exploiter face à Figaro qui refuse de se laisser


déstabiliser

u Document 1 2. Le Comte est mécontent de Figaro qu’il soup-


çonne d’essayer de le berner. Les mots qu’il uti-
1. On observe une certaine symétrie dans la lon- lise sont, par leur ironie, désobligeants « quelle
gueur des répliques. C’est le Comte qui prend l’ini- affaire peut arrêter monsieur » et il renvoie Figaro
tiative de la varier la longueur de ses répliques et à sa condition de valet : « Les domestiques ici…
Figaro qui répond plus ou moins longuement afin sont plus longs à s’habiller que les maîtres ! »
de calquer sa réponse Sur la longueur des Figaro répond par une insolence délibérée. Il se
questions. sait plus malin que le Comte et le défie par un
Cet échange les montre duelliste et non dans un rappel de sa condition : « C’est qu’ils n’ont point
rapport hiérarchique que le Comte cherche à de valets pour les y aider »

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 164
Interrogation 3

u Document 2 u Document 3
3. Le Comte regrette l’époque où la confiance 5. L’intrigue contée dans le Barbier de Séville se
régnait entre Figaro et lui : « Autrefois tu me déroule trois ans avant Le Mariage de Figaro.
disais tout ». Il manifeste à Figaro un intérêt qui Dans cet extrait les deux hommes semblent com-
lui permet d’en faire un portrait assez juste : plices en dépit des pronoms personnels utilisés.
« Cent fois je t’ai vu marcher à la fortune, et Le Comte manifeste pour Figaro et sa vie errante
jamais aller droit. » et le pousse à déplorer des une curiosité sincère : « Est-ce que tu fais aussi
traits de caractère dont il a parfois pourtant pro- des vers ? » et se rappelle son caractère avec
fité lorsqu’il souhait épouser Rosine : « Pourquoi amusement : « Je me souviens qu’à mon service
faut-il qu’il y ait toujours du louche en ce que tu tu étais un assez mauvais sujet » et même une
fais ? » certaine admiration pour le sens de la formule de
Figaro : « le comte, riant. Pas mal ».
4. Grâce à l’emploi de la première personne du
pluriel, Figaro semble énoncer une vérité univer-
selle. Cela lui permet de reprocher, au Comte, u Documents 1 à 3
son ingratitude tout en adoucissant le reproche.
6. Ces trois extraits permettent de mesurer la
Un peu plus tôt dans la scène Figaro a eu recours
dégradation des rapports entre les deux hommes.
au même procédé : « Sait-on gré du superflu à
L’intérêt amusé que le Comte porte à Figaro dans
qui nous prive du nécessaire ? »
l’extrait du Barbier de Séville a fait place à la
défiance parfois teintée d’un peu de nostalgie.
Document 1 Document 2
Répliques qui « Sait-on gré du superflu à qui nous prive du « un grand nous fait assez de bien quand il
dépassent les nécessaire ? » ne nous fait pas de mal ».
simples rapports « n’humilions pas l’homme qui nous sert « on veut que le pauvre soit sans défaut »
entre Figaro et le bien, crainte d’en faire un mauvais valet ». « Aux vertus qu’on exige dans un
Comte pour « la foule est là : chacun veut courir, on se domestique, Votre Excellence connaît-elle
prendre un sens presse, on pousse, on coudoie, on renverse, beaucoup de maîtres qui fussent dignes
plus général. arrive qui peut ; le reste est écrasé » d’être valets ? »
On voit que c’est Figaro qui énonce ces phrases à valeur générale. Le public pouvait aisément s’iden-
tifier aux formules de Figaro qui, au-delà de la personne du Comte, s’attaquaient à l’ordre social et
aux injustices.

u Document 4
7. Le costume de Figaro est plus simple que celui tissu pour Figaro, veste longue, bottes et ceinture
du Comte (veste courte, bas blancs, ceinture de de cuir pour le Comte)

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 165
FIGARO : ENFANT DES LUMIÈRES ?

3. Quelle société Le Mariage de Figaro


représente-t-il ? pages 182-183 du manuel

Cette séance se propose de faire étudier le portrait à charge que Beaumarchais dresse de la jus-
tice ; elle permet aussi de montrer la modernité de Beaumarchais dénonçant le sort des
femmes.

Lecture dérées ensuite comme seules coupables : « Hom-


mes plus qu’ingrats, qui flétrissez par le mépris
u Étudier le premier extrait (document 1) les jouets de vos passions, vos victimes ! c’est
vous qu’il faut punir des erreurs de notre jeu-
1. Les sièges prévus suivent, selon un ordre pro- nesse ; vous et vos magistrats » ; elle dénonce
tocolaire, les échelons sociaux immuables d’une également les changements des conditions de
société figée. En une seule phrase métaphorique fabrication qui ôtent aux femmes des campagnes
Figaro dresse une image d’un ordre fortement leur gagne-pain : « Est-il un seul état pour les mal-
hiérarchisé. heureuses filles ? Elles avaient un droit naturel à
toute la parure des femmes : on y laisse former
u Étudier le second extrait (document 2) mille ouvriers de l’autre sexe » ; enfin elle termine
par une dénonciation très virulente de la façon
2. Beaumarchais ridiculise une justice qu’il dont la société juge les femmes « traitées en
connaît bien pour avoir eu affaire à elle à plu- mineures pour nos biens, punies en majeures
sieurs reprises. Les paroles de Brid’oison sont pour nos fautes ! » et termine par une condamna-
décousues et bégayantes « pa-arlons-en verbale- tion globale du comportement des homes : « Ah !
ment » ; il a beaucoup de mal à comprendre la sous tous les aspects, votre conduite avec nous
situation et commet de nombreux contre sens. Il fait horreur ou pitié ! »
insuffle à la scène un aspect comique et tourne Ses arguments :
ainsi en dérision la justice et ses représentants. – l’acceptation de ses fautes ;
Ses répétitions « J’en-entends » renforcées : « J’en- – les filles naissent sages et sont poussées à la
entends bien », « Eh ! mais, j’en-entends fort bien », débauche par des séducteurs ;
« Croyez-vous que je ne l’en-entende pas, le pro- – les séducteurs s’érigent en juges, alors qu’ils
cès ? » sont comiques par l’écart entre ce qu’il veut devraient eux-mêmes être jugés ;
monter de lui-même (un juge compétent dominant – la société ôte aux femmes les moyens honnêtes
la situation) et son incompétence manifeste. de vivre ;
– les femmes sont asservies mais elles sont
3. Beaumarchais dénonce la vénalité des char- jugées comme si elle étaient libres ;
ges : « C’est un grand abus que de les vendre ! », – les hommes adoptent un comportement
ce que Brid’Oison approuve sans mesurer la cri- condamnable à l’égard des femmes.
tique : « Brid’oison : Oui ; l’on-on ferait mieux de Les didascalies : « s’échauffant par degrés »,
nous les donner pour rien ». « vivement », « exaltée » indiquent la montée de
sa colère et de l’expression de ses sentiments.
u Étudier le troisième extrait (document 4) 6. La répétition permet de montrer que Marceline
5. Marceline dénonce le sort fait aux femmes, emporte l’adhésion non seulement de Figaro
victimes de la séduction des hommes et consi- mais aussi de Brid’Oison. On pourrait imaginer

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 166
Interrogation 3

que le public ait envie d’affirmer son accord avec des incohérences de la justice et du sort injuste
les paroles de Marceline. fait aux femmes.
La pièce s’inscrit délibérément, au-delà de l’in-
Écriture et oral trigue amoureuse et du conflit entre deux hom-
mes, comme une pièce en écho aux revendications
8. On attend, en réponse à la problématique, de son époque (même si les revendications des
l’énoncé de la dénonciation par Beaumarchais femmes ont trouvé bien peu de réponse).

4. Le Mariage de Figaro : une pièce subversive ?


page 184 du manuel

Cette séance s’intéresse aux conditions de réception de la pièce et aux combats qui accom-
pagnèrent sa représentation ; réception par Louis XVI narrée par Mme Campan dans un récit
vraisemblablement embellissant ; synthèse percutante, et quelque peu partiale, du combat
de Beaumarchais contre la censure ; discours de Figaro, porte-parole de Beaumarchais, sur
les limites très fermes de la liberté d’expression.

Lecture l’ordre public et on peine à comprendre l’achar-


nement des censeurs.
1. Selon Mme Campan, la réaction de Louis XVI
est vive, immédiate et totalement opposée à la 3. Figaro résume de façon comique la liberté de
pièce. Il serait parfaitement étonnant que l’auteur dramatique qui peut tout dire à condition
Louis XVI ait, en 1784, anticipé la prise de la Bas- de ne rien attaquer ni même évoquer. Cette lon-
tille et la valeur symbolique de ce fait. Le carnet gue suite de négation montre la restriction de
de chasse du roi en témoigne, même au soir du plus en plus importante du champ de ce qui peut
14 juillet 1789, Louis XVI n’a pas perçu l’impor- être dit. Elle produit un effet comique.
tance des combats populaires dont la forteresse
a té l’objet.
Écriture et oral
2. Ce résumé, volontairement lacunaire, élude les
combats contre une société injuste que cette 4. Avant de rédiger leur réponse à la problémati-
pièce relayait et ne retient que les éléments de que de séance, on incitera les élèves à vérifier le
l’intrigue qui, sans être incidents n’auraient pas sens du mot « subversif » et à reprendre, dans les
à eux seuls emporté l’adhésion du public. Racon- séances précédentes, les domaines dans les-
tée ainsi l’intrigue ne présente aucun trouble à quels s’exerce cette subversion.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 167
Séquence B FIGARO : ENFANT DES LUMIÈRES ?

Évaluation page 184 du manuel

Il était difficile de quitter Figaro sans écouter son long monologue, morceau de bravoure patri-
monial. Néanmoins peut sembler difficile à étudier intégralement. Nous en proposons deux
brefs extraits, en lien avec les séances précédentes, que le professeur sera libre de prolonger
et de contextualiser.

Évaluation u Document 2
des compétences de lecture 4. Figaro revendique la liberté d’expression et de
critique. On pourra, lors de la reprise collective,
10 points faire mesurer par des exemples précis, la moder-
nité de la phrase.
u Document 1
1. Figaro exprime sa colère contre le Comte : « tout
cela rend si fier ! » un certain mépris : « Du reste,
homme assez ordinaire » et son ressentiment Évaluation
lorsqu’il compare leurs deux situations : « tandis des compétences d’écriture
que moi, morbleu ! », « et vous voulez jouter ». Mais
il est également agité par l’attente de Suzanne 10 points
qu’il craint de voir apparaître : « On vient… c’est
5. La consigne d’écriture, parce qu’elle est pré-
elle ». On attend des élèves qu’ils perçoivent la
cédée par une citation, peut sembler difficile à
colère et le ressentiment de Figaro contre le Comte
réaliser pour les élèves. On pourra donc consa-
et qu’ils accompagnent leurs réponses d’au moins
crer un moment à l’expliquer collectivement,
deux citations judicieuses.
avant de montrer qu’il ne s’agit avec l’aide des
2. Le monologue de Figaro s’adresse au Comte, documents de la séance et du classeur (ou
absent de la scène. Pourtant Figaro lui parle, le cahier), que de revenir sur les acquis de la
questionne, imagine ses réponses et argumente. séquence.
Ce morceau de bravoure est un cadeau de Beau- On pourra proposer aux élèves d’élaborer une
marchais au comédien qui joue Figaro. Le dispo- fiche de critères de réussite qui pourrait intégrer
sitif scénique imaginé permet au comédien de par exemple :
faire entendre la voix de Beaumarchais sans las- – le respect de la consigne : sujet traité : « rendre
ser le public et d’ôter la parole à ceux à qui la compte des abus dénoncés par Beaumarchais » ;
société la donne pour la donner à ceux qui doi- longueur de l’écrit (une vingtaine de lignes) ; écrit
vent se soumettre et se taire. structuré en paragraphes ;
– l’insertion de citations judicieuses ;
3. Figaro dénonce un ordre social dans lequel la
– la qualité de la communication écrite (cohé-
naissance détermine le destin et prime sur les
rence du discours, maîtrise d’un certain nombre
qualités et les mérites individuels.
de points de langue ayant fait l’objet d’un contrat
avec l’élève en fonction de ses difficultés les plus
prégnantes) ;
– le plaisir de la lecture (ce qui peut également
faire l’objet d’une discussion).

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 168
Interrogation 3 En quoi les écrits des philosophes des Lumières
permettent-ils l’élaboration d’un jugement argumenté ?

Activités et recherches page 186 du manuel

Séquence A – 2. La scène 5 de l’acte III repose sur l’affronte-


ment entre le Comte et Figaro. Le spectateur jouit
le combat de voltairee
de ces assauts entre les deux hommes où Figaro
a toujours le dernier mot. Le comique repose sur :
1. Voltaire, dans ce paragraphe, s’adresse à la sen-
l’opposition entre le caractère des deux hommes,
sibilité de ses lecteurs. Pour cela, il utilisant une
chacun essayant de savoir ce que sait l’autre
énonciation à la première personne qui représente
sans dévoiler ce que lui-même sait ; la longue
un soldat de vingt ans, mourant au combat. La lon-
tirade du « God dam », morceau de bravoure de
gue répétition du début de paragraphe énonce tou-
Figaro qui montre sa dextérité verbale : les nom-
tes les qualités humaines qui vont être anéanties
breux apartés (dont contrairement aux usages,
par la mort du jeune homme. La liste de ses quali-
certains sont surpris par l’autre personnage).
tés s’oppose à la matérialité brutale d’« une demi-
La scène 16 de l’acte III est une scène centrale
livre de plomb tirée de six cents pas » La violence
puisqu’elle permet à Marcelline de retrouver son
de cette mort est exprimé nettement : « fracasse le
corps », « tourment inexprimable », cinq ou six mille fils, à Figaro de retrouver une famille et de pou-
mourants ». L’horreur de la mort du jeune homme voir épouser Rosine. Le comique de cette scène
est accentuée par le contexte dans lequel il meurt : repose sur le bégaiement de Brid’Oison qui
« la ville où je suis née détruite par le fer et par la incarne une Justice bien peu sûre de son discours
flamme », « les cris des femmes et des enfants expi- et sur la façon dont les différents protagonistes
rant sous les ruines ». De plus, cette mort est accueillent les revirements de l’intrigue (notam-
absurde puisqu’elle défend : « les intérêts d’un ment le dépit du Comte). Le comique de la scène
homme que nous ne connaissons pas ». lui évite de sombrer dans le mélodrame.
3. Le peuple tient une place importante puisqu’il
est présent à chaque acte (Acte I, scène 10,
Acte II, scènes 22 et 23, Acte III, scènes 14 et 20,
5. Cette activité permettra de compléter l’image Acte IV, scène 4, Acte V, scène 2) sous la forme
de Voltaire donnée dans cette séquence qui cir- de valets ou paysans.
conscrit le philosophe aux luttes qu’il mena après
l’âge de soixante ans (auxquelles s’ajoutent 4. De très nombreuses études ont été consacrées
néanmoins les deux extraits de conte présentés aux relations entre maîtres et valets. On pourra,
en séance 2). se référer, par exemple à l’ouvrage d’André Blanc,
Francis Freundlich et Philippe Petiet, Étude sur maî-
tres et valets dans la comédie française du xviiie siè-
cle, Ellipses, 1999, pour montrer à quel point
Séquence B – Figaro, homme du xviiie siècle interroge l’ordre
le mariage de figaroe social tout entier et non pas seulement les travers
d’un maître imparfait auquel il est attaché.
1. Il n’est pas besoin de choisir un passage trop
long, en revanche les qualités d’expression
seront demandées – ce qui, le plus souvent,
nécessite quelques explications sur l’extrait 6. La trilogie de Beaumarchais s’étend sur vingt-
choisi. trois ans. Le Mariage de Figaro se situe trois ans

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 169
activités et recherches pages 186 du manuel

après Le Barbier de Séville et vingt ans avant La 7. Cette activité doit permettre aux élèves de
Mère coupable. comprendre qu’une biographie est une composi-
Figaro dans ces trois pièces garde un certain tion arbitraire de la vie d’un auteur, qu’elle
nombre de traits de caractère identiques : il est dépend des choix effectués par celui ou celle qui
l’homme courageux qui s’oppose à l’arbitraire et l’a rédigée et que même si un certain nombre de
à l’injustice et un homme qui défend et protège points sont indiscutables (date de naissance, de
ceux qu’il aime ; il reste aussi celui qui aime mort...) en aucun cas, aussi longue soit-elle, elle
opposer son intelligence et sa ruse à la brutalité ne peut prétendre à l’exhaustivité et à une vérité
du pouvoir. Même si la vigueur du jeune homme qu’il s’agirait de dévoiler.
du Barbier de Séville n’est pas la même que celle
8. La pièce de Beaumarchais, interdite pendant six
de l’homme mûr de La Mère coupable, Figaro
ans, a été longuement attendue par le public qui
reste semblable à lui-même et aux valeurs qu’il
se précipite le 24 avril 1784 dans la nouvelle salle
représente.
des Comédiens-Français, inaugurée pour la pre-
L’image du Comte est plus diversifiée : amoureux
mière de la pièce. Durant cette interdiction, Beau-
de Rosine dans Le Barbier de Séville, il se trans-
marchais a fait patienter son public par de
forme en un mari jaloux et infidèle dans Le
nombreuses lectures privées, si bien que la pièce
Mariage de Figaro pour devenir, dans La Mère
est célèbre bien avant sa première représentation.
coupable, un mari vindicatif qui sait néanmoins,
Le film d’Edouard Molinaro illustre la curiosité du
à la fin de la pièce, accorder un pardon dont lui-
public qui se pressa en foule à la première et fit un
même a grand besoin.
triomphe à de nombreuses répliques de Figaro.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 170
Histoire des arts page 187 du manuel

Thématique : « Arts, sociétés, cultures »

Jean Huber (1721-1786), peintre suisse familier de Voltaire, est souvent invité à Ferney. Il y
observe son hôte et réalise, entre 1770 et 1775 à la demande de l’impératrice Catherine de
Russie, un ensemble de douze tableaux, nommé La Voltairiade, représentant Voltaire dans sa
vie quotidienne. De nos jours, ces tableaux sont dispersés dans plusieurs musées, dont le
musée Carnavalet à Paris, et dans des collections particulières.

Première impression reconnaît le talent du peintre : « Il n’y a rien à faire


1 Voltaire est aisément reconnaissable : visage avec cet homme-là, il a son esprit au bout des
aux traits aigus et silhouette décharnée, il porte doigts » écrit-il à son propos.
dans ces tableaux son célèbre turban.
5 La Voltairiade est formée à partir du nom de
Voltaire auquel on a ajouté le suffixe « -iade ». Ce
Analyse des tableaux nom confère à cet ensemble de tableaux un
2 Voltaire apparaît dans sa vie quotidienne. On caractère épique (à l’instar de La Franciade, épo-
sait par exemple qu’il prisait fort le jeu d’échec pée inachevée de Ronsard ou de La Henriade,
auquel il jouait souvent avec son ami le père épopée, en dix chants, de Voltaire à la gloire
Adam, jésuite qu’il hébergeait à Ferney, et avec d’Henri IV et de la tolérance), bien opposé au trai-
Jean Huber. Les témoins nous rapportent qu’il tement des tableaux qui montrent Voltaire dans
détestait perdre. Il y est peint également dans la triviale banalité de sa vie quotidienne.
des scènes intimes (Le lever) ou ridiculisé dans 6. Information complémentaire en vue du travail
un mouvement de colère, traité comme un ins- de rédaction, la série de tableau est répartie en
tantané (Voltaire donnant un coup de pied à un quatre cycles :
cheval qui rue). Ces tableaux, qui s’apparentent – la vie rustique : Voltaire visitant ses paysans ;
parfois au genre moderne du « cliché volé », Le plantomane ou Voltaire plantant un arbre ; Vol-
donne au spectateur une impression de proximité taire racontant une histoire à ses paysans ;
avec le philosophe et le rendent forcément sym- – la vie cavalière : Voltaire conduisant un cabriolet
pathique même, et peut-être surtout, quand il y qui risque de verser ; La leçon d’équitation de Vol-
est ridicule. taire ; Voltaire donnant un coup de pied à un che-
val qui rue ;
– la vie casanière : la cène ; Voltaire jouant aux
Mises en contexte échecs ; Le café ou la belle Agathe ; Le lever ; Vol-
4 Bien que flatté par cette attention, Voltaire taire recevant des visiteurs ;
s’est parfois agacé des choix effectués par Huber – le tripot théâtral : Voltaire jouant une scène de
– sans jamais pourtant s’y opposer. Voltaire théâtre.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 171
Étude de la langue pages 190-191 du manuel

Grammaire

  Propositions relatives logue (doc. 2 p. 144-145) afin de lister les argu-


ments et contre-arguments sur le thème touchant
1 On relève cinq propositions subordonnées rela- aux droits de l’homme.
tives dans le texte, toutes introduites par le pronom
relatif qui. Ces subordonnées sont donc facilement
identifiables, toutefois, si les élèves proposent   Métaphores et personnifications
comme réponse : « que le Japonais détestât le
Chinois », il conviendra de leur rappeler la diffé- 5 La caricature met en scène deux personnages :
rence entre la conjonction de subordination que, un homme issu du Tiers État vêtu d’un habit aux
ce qui est le cas ici, et le pronom relatif que. Par couleurs républicaines qui, de la main gauche,
ailleurs, on pourra rappeler que si la proposition frappe le flanc d’un cochon, et de la main droite, il
subordonnée relative n’est pas un élément essen- tient le fil qui retient l’animal par la patte. L’animal
tiel de la phrase (on peut la supprimer, la phrase a une tête d’homme, celle du Roi Louis XVI. Le texte
reste grammaticalement correcte), elle offre un mentionne que l’homme ne sait que faire de l’ani-
complément d’information important ; en effet, mal, qui est devenu si gros qu’il en est couvert d’ul-
l’expansion nominale que représente chacune des cères (sens du mot « ladre »). La caricature, sous
cinq relatives dans le texte met en évidence un une forme métaphorique, présente une image ridi-
enchaînement causal évident. Cette relation de cule de la monarchie : celle-ci s’est tellement
« cause à effet » n’existerait plus si les relatives enrichie qu’elle en est devenue inutile. On pourra
étaient supprimées. rappeler aux élèves que la fuite de Louis XVI qui,
jusque-là jouissait encore d’une bonne image
2 L’intérêt de cet exercice est double : la suppres- auprès du peuple, fut ressentie comme une trahi-
sion de la relative, remplacée par une autre forme son. Le Roi est donc bien du côté des nobles. Varen-
d’expansion nominale, peut permettre de rendre nes marque une rupture : le peuple, qui a souffert
la tournure de la phrase plus « légère ». Et c’est du fait du prix élevé des denrées, ne supporte plus
aussi un exercice de synonymie absolument essen- ni l’enrichissement du pouvoir ni sa trahison. Les
tiel pour enrichir son vocabulaire. Réponses pos- premières revendications républicaines se font
sibles : a. Une multitude de ses membres sacrifiés entendre. C’est au tour du Roi d’être mené à la
par la guerre. b. Des plaies profondes curables, baguette.
guérissables par la paix / dont le seul remède est
la paix. c. Des commencements d’une inflammation 6 a. Le comparé : l’univers – le comparant : un
du cerveau croissante / toujours plus forte. grand livre (métaphore in praesentia).
Cet exercice permet aux élèves de se familiariser b. Le comparé : les fers – le comparant : l’absence
avec l’emploi des pronoms relatifs, dont ils pour- de liberté, l’autorité absolue (C’est une métaphore
ront, à cette occasion, revoir les différentes in absentia, et d’ailleurs, le sens du mot fers doit
fonctions. être saisi aussi dans son sens premier).
c. Le comparé : assassins – le comparant : four-
milière (c’est une métaphore génitive, le comparé
  Connecteurs d’opposition, étant devenu complément du nom).
de cause et de conséquence d. Le comparé : la guerre – le comparant : le théâ-
tre (il s’agit encore d’une métaphore génitive).
4 a. mais / car / alors / tandis que.
b. Le tract est, par essence, un texte informatif et
argumentatif. On invitera les élèves à relire le dia-

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 172
Interrogations 1-2-3

  Argumentation indirecte, ironie,


c’était le cas, la France, pays des Droits de
antiphrase
l’Homme, aurait depuis longtemps banni cette
7 Cet exercice est un prolongement de l’exercice pratique. Un récent sondage a d’ailleurs montré
n° 5 proposé page 163. L’élève est à présent capa- que 84 % des Français étaient favorables à son
ble d’identifier les différents types d’arguments maintien.
pour les réemployer dans un exercice d’imitation. Si les enseignants s’arrêtaient de punir corporel-
Voici quelques exemples : lement les enfants, ce sont les élèves qui, se sen-
Les Anglais ont longtemps pratiqué les châti- tant impunis, taperaient les enseignants.
ments corporels. Or depuis qu’ils ont interdit Puisque les élèves sont habitués, par la télévision
cette pratique, les résultats des écoliers anglais et le cinéma, à la violence, ils ne seront pas
ont considérablement baissé. effrayés de recevoir une correction en classe.
On exagère beaucoup les conséquences morales Rétablir les bonnes vieilles méthodes d’autrefois,
que les fessées peuvent avoir sur les enfants. Si n’est-ce pas ce qu’il y a de mieux ?

Lexique

  Juste / injuste   Tolérable / intolérable
1 Le préfixe -in indique la négation. La recherche 4 a. On rappellera le sens du suffixe -able / -ible,
lexicale peut permettre aux élèves d’acquérir quel- issu du latin -abilis qui signifie « qui peut être ».
ques adjectifs un peu « rares » : incohérent, inau- Le sens du préfixe -in est encore négatif ici.
dible, inaltérable, inexpugnable, inintelligible. b. Termes attendus : admissible / acceptable /
excusable / supportable.
2 a. Outre les phrases que l’élève pourra
construire, et qui attesteront qu’il a bien saisi le 5 Cet exercice se situe véritablement à la
sens des adjectifs, on pourra lui demander de confluence du français et de la philosophie
former des couples « substantif adjectif », qui se puisqu’il invite l’élève à réfléchir sur la valeur et
sont lexicalisés : commerce équitable / juge le poids des mots. Il pose également la question
impartial / homme intègre / ami loyal / couple de la rhétorique et de la citoyenneté ; nous savons
légitime. que bon nombre de personnalités politiques ont
b. Antonymes de l’adjectif « juste » : injuste / une formation d’avocat et sont donc aguerries
partial / arbitraire / déloyal. aux joutes oratoires. Cependant, l’idée largement
répandue que la liberté d’expression est un des
3 On attend de l’élève qu’il sache dénoter et piliers de la démocratie laisse penser d’aucuns
connoter la photographie et qu’il emploie les que l’on est autorisé à tout dire. Or, ni la liberté
adjectifs adéquats. d’expression ni la tolérance ne sont des valeurs

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 173
Étude de la langue pages 190-191du manuel

absolues. Il convient donc de rappeler aux élèves en évidence la métaphore filée. Pour la troisième
qu’on ne peut pas dire tout et n’importe quoi et enfin, on pourra expliquer que la morale s’est
que la diffamation est punie par la loi. Ainsi, le lexicalisée.
syllogisme (loufoque dans l’exemple choisi),
peut conduire à de graves dérives racistes et
8 Il sera intéressant de voir quelles valeurs sem-
blent fondamentales aux élèves.
insupportables, que nous connaissons tous. Il
sera donc très formateur de travailler sur le syl-
logisme et d’inviter les élèves à plus de
  Droit
vigilance !
9 a. Les droits : implique une notion de « liberté »,
mais là encore, il faut insister sur le fait que tout
  Morale n’est pas exigible, tout n’est pas permis (réfé-
rence au droit et à la liberté d’expression vus pré-
6 – Le Comité consultatif national d’éthique s’est
cédemment). Les devoirs : implique une notion
réuni pour évoquer le problème des mères
« d’obligation », qui, là aussi, est nuancée par
porteuses.
l’aspect modal que présente le verbe, qui est
– De nombreuses professions, telles que celles
celui de la probabilité : je dois le faire, mais je le
de médecin ou de policier, sont régies par un Code
ferai plus tard. Il en va de même pour le substan-
de déontologie, c’est-à-dire un code de bonne
tif : j’ai des devoirs, des obligations, mais je ne
conduite : ils ont des devoirs qu’ils ne peuvent en
les accomplis pas.
aucun cas enfreindre.
– La démocratie française s’appuie sur des valeurs 10. Le discours de Christine Taubira :
républicaines qui sont la liberté, l’égalité et la – termes relevant du « devoir » : nous sommes là
fraternité. pour dire que…/ le crime doit être qualifié.
– Cet homme a agi avec le sens du devoir et des – termes relevant du « droit » : il est juste d’énon-
règles ; sa probité professionnelle ne peut être cer / et inscrit dans la loi parce que la loi seule dira
mise en doute. la parole solennelle.
– Ce certificat atteste des bonnes mœurs de cet
employé : il est toujours ponctuel, ne boit pas pen-
dant le service et ne prend rien dans la caisse.   Engagement
– Le contrôleur des impôts a vérifié les comptes de
la société : l’honnêteté du gérant a été confirmée.
11 Le mot « engagement » : mot formé du radical
-gage-, du préfixe en- et du suffixe -ent. Son pre-
7 La Fontaine, maître de l’apologue, introduisait mier sens vient de son étymologie : mettre en
ou concluait ses fables par des morales. Pour les gage. Il prend ensuite le sens commun et usuel
trois morales proposées, on pourra, lors de la de l’action de se lier par une promesse ou par une
correction, mettre l’accent sur l’étymologie du convention. Il peut prendre une couleur politique,
mot « travail » toujours intéressante à rappeler juridique, militaire, conjugale. On fera noter aussi
(tripalium* : instrument de torture. Une femme le sens physique du mot : l’engagement d’un
« en travail » connaît d’abord la souffrance, puis navire dans une passe / L’engagement marque le
la délivrance) ; dans la deuxième fable, on met début de la rencontre sportive.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 174
 Vers le bac pro pages 194-195 du manuel

Le choix d’un passage de la Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres d’être
à la charge de leurs parents ou de leur pays et pour les rendre utiles au public peut étonner
dans un premier temps. Pourtant, le célèbre auteur des Voyages de Gulliver, satire sociale
détonante, a également écrit des textes courts, des pamphlets ironiques ou sarcastiques ;
outre cette Modeste proposition, on peut retenir les Instructions aux domestiques (1745) qui
s’adressent à tour de rôle à chacun des serviteurs de la maisonnée (sommelier, cuisinière,
laquais, cocher, valet de selle…) pour lui recommander, avec une ironie mordante, comment
servir au mieux son maître. Voici un bref extrait d’Instructions à la cuisinière :
« Ne vous servez jamais d’une cuiller pour ce que vous pouvez faire avec vos mains, de peur
d’user l’argenterie de votre maître.
Quand vous voyez que vous ne pouvez avoir le dîner prêt pour l’heure fixée, retardez la pen-
dule, et alors il peut être prêt à la minute…
Il est une seule partie de votre toilette que j’admettrais tandis que vous surveillez vos bouillis,
vos rôtis et vos ragoûts ; c’est de peigner votre tête, ce qui ne vous fait pas perdre de temps,
car vous pouvez faire votre dîner d’une main, tandis que vous vous peignez de l’autre. »
Le registre employé ici se retrouve pour des enjeux plus dramatiques dans Modeste proposi-
tion, plus polémique, puisque l’œuvre envisage le problème de la famine en Irlande.

Évaluation parole (« j’ai tout lieu de croire ») pour renchérir


des compétences de lecture sur d’autres modes possibles de cuisson : en fri-
cassée ou en ragoût ; cette façon de considérer
10 points les humains comme des mets consommables ne
u Document 1 peut appartenir à notre monde. Si l’on poursuit la
lecture, il est aisé de trouver des exemples d’iro-
1. La question conduit l’élève à formuler lui-même
nie par les commentaires en incise (exemple : « ce
l’abominable thèse supposée de Swift qui pré-
qui est plus que nous n’en accordons aux mou-
tend avoir trouvé une solution à la famine en man-
tons, aux bovins et aux porcs… formalité peu pri-
geant les enfants des pauvres irlandais.
sée de nos sauvages… »). La logique de Swift va
2. Naturellement, il s’agit de mesurer que pareille jusqu’à intégrer des considérations de boucherie :
proposition ne peut pas être prise au pied de la « un quartier, épaule ou gigot… les préparer « au
lettre, qu’elle ne peut être qu’une antiphrase ou sang » et donc à utiliser un lexique adapté (mets,
une absurdité ironique destinée à provoquer la dodus et gras à souhait, deux plats d’un enfant,
réaction de son public en soulignant la cruauté ce comestible, manger la chair des enfants, les
du sort des enfants condamnés à mourir de faim préparer « au sang » comme les cochons à rôtir)
si l’on n’agit pas. Il n’est pas possible que l’auteur qui traite les enfants comme des animaux parmi
envisage sérieusement une solution aussi mons- d’autres destinés à la consommation.
trueusement inhumaine. Pour s’en convaincre, il On pourrait multiplier les exemples de ce procédé,
suffit d’étudier le premier argument d’autorité (un par exemple s’intéresser au rôle des adverbes ou
Américain très avisé) qui affirme le goût délicieux des adjectifs (très avisé, humblement, rarement,
d’un jeune enfant, quel que soit le mode de cuis- peu prisée, particulièrement en hiver, quelque peu
son (en daube, au pot, rôti à la broche ou au four). onéreux, les plus appropriés, vivants, « au sang »).
Après cette affirmation, Swift lui-même prend la La syntaxe vient elle aussi soutenir l’ironie : le

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 175
Vers le Bac PRO pages 194-195 du manuel

parallélisme si l’on reçoit / si l’on dîne en famille enfants installés autour d’elle. Cette scène banale
renforce lui aussi l’horreur de l’évocation banali- et tendre incarne à merveille les valeurs de cet
sée de manière outrancière : on peut manger des âge : paisible, l’aïeule consacre du temps à ins-
enfants et on peut même en régaler ses hôtes ! truire et distraire les plus jeunes. Ces derniers
sont attentifs ; les deux petits garçons, debout,
3. On mesure la dimension politique du texte de
sont tournés vers les spectateurs, tandis que les
Swift avec la critique sociale qu’il induit : la méta-
deux petites filles, assises bien sagement, regar-
phore sucé la moelle des pères est complétée par
dent dans l’âtre… où rôtit un enfant ! Comble de
manger la chair des enfants. Les riches proprié-
l’horreur : sa tête a été détachée du tronc mais
taires terriens sont comparés au dieu Moloch, ils
tourne pareillement sur la broche !
dévorent toute la vie de ceux qui sont sous leur
L’horreur naît du carambolage entre la banalité
sujétion en épuisant les exploitants agricoles qui
du quotidien et l’intrusion du monstrueux (un
leur payent des loyers exorbitants et en condam-
enfant mis à cuire à la broche) qui ne paraît pas
nant à mort leurs enfants. Ce sont des ogres qui
être remarqué par les personnages de la scène.
mangent de la chair humaine, on comprend mieux
la métaphore de Swift.
4. Jonathan Swift veut dénoncer la misère et l’in- Évaluation
justice que subissent les Irlandais, qui les accu- des compétences d’écriture
lent à la famine et tuent les plus fragiles d’entre
eux, les enfants. Il ne craint pas pour cela d’em- 10 points
ployer le sarcasme le plus polémique qui soit. La
6. L’exercice demandé ici est difficile, le registre
dérision affichée pour traiter un sujet aussi dra-
ironique n’étant pas nécessairement celui que
matique, le ton presque guilleret ou au contraire
les élèves maîtrisent le mieux à l’écrit ; mais cet
froidement descriptif de certains passages
exercice se situant à la fin de l’année, on peut
contribue à souligner davantage encore l’horreur
essayer de les amener par ce biais à une profita-
de la situation et provoque le lecteur à la réflexion
ble mise à distance.
et aussi à l’action.
Les élèves disposent, pour s’aider, d’une fiche
5. Cette image est conçue pour horrifier le spec- sur l’ironie et l’antiphrase page 207. On peut leur
tateur. Elle repose sur des oppositions : un inté- rappeler (ce qu’ils ont vu au cours des dernières
rieur familial d’une très grande quiétude et un séquences) que ce registre est marqué par de
enfant à rôtir dans la cheminée. Le contraste peut l’exagération, une logique aberrante, notamment
s’analyser aussi dans les détails : une grand- des contradictions entre certains éléments du
mère à l’air bienveillant fait la lecture à ses petits- discours.

Livre du professeur 1re Bac Pro @ Belin 2010 Objet d’étude 3 - Lumières et combat contre l’injustice • 176

Vous aimerez peut-être aussi