Vous êtes sur la page 1sur 48

Objet d’étude 2

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

L’homme face aux avancées scientifiques et techniques

Interrogation 1
Interrogation 1

En quoi les avancées scientifiques et techniques

nécessitent-elles une réflexion individuelle et collective ?

Les progrès technologiques : protéger ou surveiller ?une réflexion individuelle et collective ? 1. F. de Blomac et T. Rousselin 2. Lizouille, N.

1. F. de Blomac et T. Rousselin 2. Lizouille, N. Testut, C. Alix 3. M.-A. Combesque, JF H.

Évaluation F. de Blomac et T. Rousselin

Séquence b
Séquence b

La science-fiction : une réflexion sur l’avenir de l’homme ?

1. Huxley 2. Ph. K. Dick 3. C. Ecken

Évaluation Ph. K. Dick, A. Salles, G. Klein

ActIvItéS et rechercheS
ActIvItéS et rechercheS
ActIvItéS et rechercheS

ActIvItéS et rechercheS

ActIvItéS et rechercheS
ActIvItéS et rechercheS
ActIvItéS et rechercheS
ActIvItéS et rechercheS
ActIvItéS et rechercheS
ActIvItéS et rechercheS
hIStOIre deS ArtS
hIStOIre deS ArtS

Friz Lang, Metropolis

Interrogation 2
Interrogation 2

Le dépassement des limites de l’être humain

peut-il faire craindre une perte d’humanité ?

Séquence A
Séquence A

La chirurgie esthétique : un rêve ou un mensonge ?

1. N. Guirimand, M. Dugain 2. Pr. M. Mimoun, G. Le Gouès

Évaluation S. Westerfeld, C. Mallaval

Séquence b
Séquence b

Dépasser les limites de l’homme : progrès ou danger ?

63-69

70-74

75-76

77

78-85

86-90

1. P. Jolly, D. Dimeo, S. Mandard 2. M. Parésys, J. M. Besnier 3. O. Lascar

Évaluation R.-P. Droit

hIStOIre deS ArtS
hIStOIre deS ArtS

E. Olaf, Photographie pour Christian Lacroix

Interrogation 3
Interrogation 3

Le virtuel est-il un enrichissement du réel ?

Séquence A
Séquence A

Monde virtuel, monde parallèle ?

1. E., L., et M.-A. Murail, F. Baillette 2. G. Blachier 3. C. Ulrich

Évaluation T. Sotinel, J. Cameron

Séquence b
Séquence b

Comment Interface interroge-t-il notre rapport au virtuel ?

1., 2. & 3. M. T. Anderson, P. Vandeginste, S. Etien

Évaluation M. T. Anderson, C. Luxereau

ActIvItéS et rechercheS
ActIvItéS et rechercheS
ActIvItéS et rechercheS

ActIvItéS et rechercheS

ActIvItéS et rechercheS
ActIvItéS et rechercheS
ActIvItéS et rechercheS
ActIvItéS et rechercheS
ActIvItéS et rechercheS
ActIvItéS et rechercheS
hIStOIre deS ArtS
hIStOIre deS ArtS

D. Sharf, Photographie au microscope d’un cousin

étude de La Langue grammaire - Lexique

vers Le Bac pro

91

92-95

96-102

103

104

105-107

108-109

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Interrogation 1

En quoi les avancées scientifiques et techniques nécessitent-elles une réflexion individuelle et collective ?

Séquence A
Séquence A

LeS PrOGrÈS technOLOGIqueS :

PrOtéGer Ou SurveILLer ? pages 74-79 du manuel

Introduction au travail de la séquence

Cette séquence se propose de faire réfléchir, discuter et rédiger les élèves sur l’utilisation des progrès scientifiques à des fins de protection ou de surveillance.

Pour cela trois sujets ont été choisis :

– la vidéosurveillance ;

– l’utilisation des réseaux sociaux sur internet ;

– l’utilisation de l’ADN à des fins judiciaires.

Ces sujets peuvent être l’objet de recherches plus approfondies et mener à un débat dans le cadre, ou non, de l’ECJS - débat indispensable à la formation des jeunes citoyens.

La séquence est prolongée par des propositions d’activités et de recherches sur internet, page 88 du manuel.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 63

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Séquence A

LeS PrOGrÈS technOLOGIqueS : PrOtéGer Ou SurveILLer ?

1. Pouvons-nous échapper à nos traces ?

pages 74-75 du manuel

Cette séance présente quatre documents portant sur l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication par les pouvoirs publics ou par des sociétés privées, afin de gérer la vie quotidienne. Cette utilisation produit-elle plus de sécurité ou plus de sur- veillance ? C’est une des questions posées. On pourra se référer au document présenté par la Ligue des droits de l’Homme Une société de surveillance ? L’État des droits de l’Homme en France, 2009, dont nous présentons un extrait (document 4).

Lecture

u Étude du document 1

1. Les auteurs retiennent l’attention du lecteur par :

– une interpellation du lecteur par le recours au pronom personnel « vous » qui représente le lecteur ;

– la mise en place d’une situation familière et

rassurante : « librairie préférée », « Vous vous ins-

tallez confortablement », « histoire de lire en paix » qui s’oppose à la question répétée et incomplète : « savez-vous que ? »

– la liste des actions banales effectuées par le

lecteur : utilisation d’une « carte bancaire », trans-

ports en commun surveillés par « quelques camé- ras de vidéosurveillance », utilisation d’un

véhicule particulier : « elle a aussi été filmée », possession d’un téléphone : « permet de vous localiser à une cinquantaine de mètres près » ;

– une question rhétorique faussement naïve :

« Mais qui est-ce que ça intéresserait ? » ;

– une liste de questions essentielles posées par

l’utilisation de la surveillance informatique, et censées déboucher sur la réflexion du lecteur :

« La société est censée veiller sur ses membres, mais à quel moment va-t-elle trop loin en systé- matisant la SURVEILLANCE ? Quelle est la part de fantasme dans notre sensa- tion d’être surveillés ? Quel est le bon équilibre entre demande de sécurité… et la perte de notre liberté de circuler, d’agir, de décider ? »

2. Les auteurs décrivent notre société comme

« technodépendante », c’est-à-dire soumise dans les multiples actions de la vie quotidienne à une organisation technique qui facilite les transac- tions (monétaires, transports de biens et de per- sonnes) par l’utilisation de techniques qui permettent un contrôle constant. Quelle qu’elle soit, l’opinion de l’élève sur cette question doit être argumentée.

u Étude du document 2

3. L’auteur du mail semble posséder peu de

connaissances sur les outils informatiques qu’il utilise. Il apparaît comme naïf et peut sembler le vecteur idéal de la propagation de rumeurs La réponse qu’il obtient est ironique ; l’internaute semble apparemment envisager comme possible la situation évoquée, il la reprend en l’amplifiant (« 50 inspecteurs ») et en la modifiant de façon à utiliser le code d’un espion célèbre «# 007 # ». Il déconsidère ainsi la question posée.

4. Le document 2 semble illustrer « la part de fan- tasme dans notre sensation d’être surveillé » (l.33). En effet, la question posée par le premier mail n‘envisage pas la faisabilité technique d’une telle surveillance ni la possibilité d’avoir recours directement à ce type de surveillance.

u Étude du document 3

5. Les trois premiers verbes illustrent une utili-

sation positive des « nouvelles technologies de

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 64

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

l’information et de la communication », les trois suivants une utilisation dangereuse pour la liberté des individus :

– « communiquer » : par mails par exemple ;

– « s’informer » : grâce à la consultation d’ency- clopédies ou la mise en ligne de pans importants du savoir… ;

– « agir à distance » : la mise en marche de cer- taines fonctions à distance dans le domaine de la domotique par exemple ;

– « tout voir » : évoque le nombre de plus en plus important de caméras de surveillance ;

– « tout savoir » par le recoupement de fichiers des habitudes de chacun (déplacements, achats…) ;

– « tout contrôler » : la surveillance organisée

pour sécuriser peut servir aussi à un contrôle de la population (lecture de mails privés, écoutes téléphoniques, contrôle des déplacements…). Qu’on soit favorable ou rigoureusement opposé à la « vidéosurveillance », on ne peut que répon- dre négativement à la question posée : il n’est

pas possible d’échapper « aux traces » informa-

Interrogation 1

tiques laissées par nos déplacements, nos com- munications, nos achats.

u Étude du document 4

6. Une légende favorable à la vidéosurveillance :

« Vidéosurveillance : protection et sécurité ». Une légende défavorable : « Vidéosurveillance : la fin de l’intimité ».

écriture et oral

7. Piste pour une enquête :

– la première question peut être consacrée à la

recherche d’information :

« Savez-vous ce qu’on appelle la vidéosurveil- lance?»;

– les questions suivantes peuvent s’efforcer de cer-

ner l’opinion de l’interviewé sur la vidéosurveillance avec une question introductive du type « Dans les domaines suivants, dites quelle est votre opinion sur la vidéosurveillance » et par un tableau pré- voyant différentes situations telles que:

 

Tout à fait favorable

Favorable à certains aspects et défavorable à d’autres (préciser)

Tout à fait opposé

Vidéosurveillance de la voie publique

     

Vidéosurveillance

     

des banques

Vidéosurveillance des abords des lycées

     

Vidéosurveillance des aéroports et des gares

     

Vidéosurveillance des lieux festifs

     

Vidéosurveillance

     

des commerces

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 65

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Séquence A

LeS PrOGrÈS technOLOGIqueS : PrOtéGer Ou SurveILLer ?

2. Le partage sur internet : liberté ou danger ?

pages 76-77 du manuel

Cette séance propose une réflexion sur des réseaux sociaux sur internet et principalement sur Facebook. Très prisés des jeunes utilisateurs ces réseaux, conviviaux et souvent ludiques, peu- vent être nuisibles lorsqu’ils permettent à un recruteur d’enquêter sur la vie privée d’éventuels salariés. On lira avec profit l’article « J’ai découvert le contrôle social avec Facebook » http://www.lemonde.fr/technologies/article_interactif/2010/05/24/j-ai -decouvert-le-con- trole-social-avec-face book_1362418_651865.html

Lecture

u Présenter Facebook (documents 1 et 2)

1. Cet article ne présente que les aspects très

favorables de Facebook, il n’énonce aucune des réticences ou même des critiques fermes dont Facebook est actuellement l’objet. On peut atten- dre de la classe l’énoncé de ces critiques et notamment l’utilisation de Facebook par des recruteurs et la difficulté – voire l’impossibilité – d’effacer des données personnelles textuelles, photographiques, ou vidéos…

2. La métaphore utilisée montre Facebook comme

un outil polyvalent qui permet les multiples usa- ges voulus par son utilisateur. Mais si cet extrait se montre très favorable au réseau, l’ouvrage de Nina Testut, documenté et humoristique, suit à la première personne des utilisateurs fictifs de Facebook (Diane, Vincent, Paul, Marie Mie ou d’autres encore) et alerte aussi sur les dangers d’une utilisation non réfléchie de Facebook. Titre possible : « Facebook, bon ou mauvais ? Ce que vous en faites ! »

u Utiliser Facebook (documents 1 et 2)

3. Christophe Alix alerte sur les dangers de l’uti-

lisation de Facebook par les recruteurs qui ont ainsi accès à des informations privées et peuvent discriminer des candidats selon des critères non professionnels. Les sous-titres synthétisent son point de vue : « Le premier danger, c’est vous-

même », « L’enfer, c’est les autres », « Tout, ils sau- ront tout sur vos données ».

4. Ces deux mots sont formés par dérivation des

mots Facebook et Google. « Facebooker » est un verbe formé à partir de Facebook ; il signifie utiliser Facebook. « Googlage », substantif formé à partir du moteur de recherche Google, représente l’action de chercher des informations sur quelqu’un en tapant son nom sur le moteur de recherche. L’uti- lisation de ces deux néologismes banalise les actions ainsi nommées.

5. Ce dessin peut être mis en lien avec la phrase :

« En s’inscrivant sur Facebook, les utilisateurs peuvent enregistrer un certain nombre d’infor- mations personnelles (nom, prénom, occupation, centres d’intérêt, études…) » mais il peut aussi illustrer deux sous-titres du document 3 : « Le premier danger, c’est vous-même », « Tout, ils sauront tout sur vos données ».

u Mise en relation des documents

6. Le premier document a pour enjeu de vanter

les mérites de Facebook ; le second montre que Facebook dépend de l’usage qu’on en fait ; les troisième et quatrième alertent sur les dangers de l’utilisation de Facebook. On attend des élèves qu’ils soient capables de montrer les deux aspects du partage sur internet et qu’ils illustrent la thèse choisie par des exem- ples pertinents, extraits ou non de cette double page.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 66

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

écriture et oral

7. On sait que cette requête a peu de chance de

réussir, néanmoins, on proposera aux élèves

d’élaborer une fiche de critère de réussite qui pourrait intégrer par exemple :

– le respect de la consigne (situation de commu- nication, forme de l’écrit, sujet traité…) ;

– l’intérêt des arguments utilisés pour soutenir la thèse (ce qui peut faire l’objet d’une discussion) ;

Interrogation 1

– la qualité de la communication écrite (cohé-

rence du discours, maîtrise d’un certain nombre de points de langue ayant fait l’objet d’un contrat

avec l’élève en fonction de ses difficultés les plus prégnantes) ;

– le plaisir procuré par la lecture du texte (ce qui peut également faire l’objet d’une discussion).

3. Faut-il craindre les progrès de la génétique ?

page 78 du manuel

Cette séance présente trois documents sur l’utilisation de la génétique par la justice afin de condamner (document 2) ou d’innocenter (document 1). On pourra se référer à l’intégralité de l’article de Marie-Agnès Combesque dont un extrait est présenté ici ou à l’article de Franz Manni « A qui appartient votre ADN ? » (dont un extrait est proposé page 88 du manuel).

Lecture

1. Marie-Agnès Combesque rapporte l’utilisation

des tests ADN à des fins judiciaires et notamment dans le but de prouver l’innocence d’un détenu déjà condamné. Néanmoins cette recherche d’ADN est souvent rejetée par la justice améri- caine et notamment dans l’état du Texas. Marie-Agnès Combesque présente un des para- doxes de l’utilisation de ces tests : ils renforcent la croyance d’une partie de l’opinion publique dans l’infaillibilité judicaire et donc peuvent affermir l’adhésion au maintien de la peine de mort. Les tests ADN sont utilisés également dans les recherches de filiation, dans la recherche médicale…

2. « Les faucheurs volontaires » s’opposent à la

culture en plein champ de plantes génétiquement

modifiées, dans la crainte de la contamination des champs voisins. Ils se mettent délibérément hors la loi en détruisant un certain nombre de ces cultures et demandent une information et un débat publics. Leur action s’inscrit dans le cadre de la désobéissance civile qui prône le refus de la loi lorsque celle-ci est estimée injuste ou contraire à des intérêts supérieurs – ici la défense de l’environnement. Michel Delaunay a été condamné pour « fauchage de maïs OGM en 2004 ». Il refuse le prélèvement de son ADN, inutile dans la mesure où, connu des services de police, il revendique ses actes.

3. Le slogan de la banderole « Touche pas à mon ADN » reprend le slogan de l’association antira- ciste « Touche pas à mon pote ». Elle interpelle directement les pouvoirs publics et revendique le droit de refuser les prélèvements ADN en cas de désobéissance civile.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 67

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

LeS PrOGrÈS technOLOGIqueS : PrOtéGer Ou SurveILLer ?

écriture et oral

4. On pourra proposer aux élèves d’élaborer une

fiche de critères de réussite qui pourrait intégrer par exemple :

– le respect de la consigne (situation de commu-

nication, forme de l’écrit, sujet traité, longueur de l’écrit) ;

– l’utilisation des documents de la séance et des

réponses de la classe aux questions posées ;

– l’utilisation de documents autres si une recher- che a été demandée ;

– une réflexion personnelle et des arguments

utilisés pour soutenir la thèse (ce qui peut faire l’objet d’une discussion) ;

– la communication écrite (cohérence du dis-

cours, maîtrise d’un certain nombre de points de langue ayant fait l’objet d’un contrat avec l’élève en fonction de ses difficultés les plus prégnantes)

– le plaisir de la lecture (ce qui peut également faire l’objet d’une discussion)

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 68

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Séquence A

LeS PrOGrÈS technOLOGIqueS : PrOtéGer Ou SurveILLer ?

évALuAtIOn page 79 du manuel

évaluation

des compétences de lecture

8 points

1. On acceptera tout titre répondant à la consigne

(lien avec le texte et opinion sur le texte), par exemple :

– texte 1. « Un bracelet pour éviter la prison » ;

– texte 2. « Contre la fraude, la biométrie » ;

– texte 3. « Une puce pour Jésus ! », « Dans les

églises, des œuvres d’art enfin protégées », « Une puce pour que le patrimoine commun le reste »

– texte 4. « Souriez, vous êtes filmés ! », « Vos

déplacements nous intéressent ! »

– texte 5. « Vous égarez souvent vos clés ? Ne per-

dez plus votre enfant », « Je te vois mon enfant ! », « Maman, laisse-moi un peu tranquille ! ».

2. C’est le texte 5 qui comporte le plus de mar-

ques d’énonciation :

– utilisation de la ponctuation (point d’exclama- tion);

– lexique faussement affectueux et donc dépré-

ciatif : « votre petit chéri », utilisation d’une expression réservée aux limiers « suivre à la trace » ;

– répétition de cette même expression : « suivre à la trace » ;

– présentation du blouson comme d’un phéno-

mène de mode ;

– dévalorisation du rôle de la puce « ou son blou- son s’il se le fait voler ».

Toutes ces marques d’énonciation indiquent une réserve – voire une opposition – à l’utilisation de cette nouvelle surveillance parentale. On acceptera tout autre relevé pertinent (notam- ment les points d’exclamation dans les textes 1 et 2, ou la marque d’une légère ironie dans le texte 2 « petit Jésus, clou de la crèche locale »).

3. L’important est que le choix opéré soit justifié.

évaluation

des compétences d’écriture

12 points

4. On pourra proposer aux élèves d’élaborer une

fiche de critères de réussite qui pourrait intégrer par exemple :

– le respect de la consigne : inspiration puisée

dans un des cinq textes • situation extrême liée aux méfaits d’une trop grande protection ou sur- veillance • inscription du texte dans le présent

ou le futur • texte présentant un certain nombre de marques du comique ;

– l’originalité du texte et le plaisir procuré par sa lecture (ce qui peut également faire l’objet d’une discussion lors d’une mise en commun ou d’une réécriture) ;

– la communication écrite (cohérence du discours,

maîtrise d’un certain nombre de points de langue ayant fait l’objet d’un contrat avec l’élève en fonc- tion de ses difficultés les plus prégnantes).

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 69

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Interrogation 1

En quoi les avancées scientifiques et techniques nécessitent-elles une réflexion individuelle et collective ?

Séquence b
Séquence b

LA ScIence-FIctIOn, une réFLeXIOn S ur L’AvenIr de L’h OMM e ? pages 80-87 du manuel

Introduction au travail de la séquence

Le 3 e objet d’étude de la classe de première est au carrefour du lit- téraire et du non littéraire puisque le champ littéraire qui s’y rapporte peut être l’essai, le documentaire ou le récit de science-fiction.

Le terme de science-fiction apparaît au milieu du xx e siècle, mais la science-fiction était déjà présente dès l’essor du roman au xix e siècle :

Jules Verne, H.G. Wells ont souvent fondé leurs écrits sur des découvertes scientifiques futuristes. Mais la science-fiction ne se résume pas à ima- giner le monde de demain : les auteurs de science-fiction créent tout un univers sans rapport avec l’humanité d’aujourd’hui. Souvent, leurs récits ont une portée morale ou philosophique : il s’agit d’imaginer les implica- tions des recherches scientifiques ou des dérives de notre société moderne.

Les thèmes de la science-fiction sont très variés. Mais on reconnaît un récit de science-fiction à ce qu’il narre une aventure située :

– soit dans le monde d’aujourd’hui avec une découverte scientifique

extraordinaire (un vaisseau pour aller dans une galaxie lointaine, un pro- cédé pour lire dans les pensées…) ou une rencontre avec des extra-ter- restres (amicaux ou non) ; par exemple La Guerre des mondes ;

– soit dans le monde de demain, avec un décalage dû à la différence

du mode de vie : comme la Terre dans 300 ans ; par exemple Matrix, ou Minority report ;

– soit dans un monde futur, qui n’a rien à voir avec celui d’aujourd’hui ; par exemple La Guerre des étoiles, ou dans un monde parallèle, impos- sible à identifier.

La séquence est prolongée par des propositions d’activités et de recherches sur internet, page 88 du manuel.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 70

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Interrogation 1

1. La science prépare-t-elle le meilleur des mondes ? pages 80-81 du manuel

Cette séance s’appuie sur une œuvre désormais classique de la science-fiction, visionnaire dans la mesure où elle préfigure les recherches scientifiques actuelles et les débats éthiques à leur propos. La distance temporelle à l’écriture – 80 ans – permet l’inscription de ces ques- tions dans une durée, et fait prendre conscience aux élèves de la portée de l’écriture de science- fiction

Lecture

u Étude du roman (document 1)

1. Les bébés, qui sont incubés dans des flacons

à la chaîne, subissent des opérations diverses qui les préparent à tenir un certain rôle dans la société. Ici, les bébés du porte-bouteilles 11 sont privés de sang pour affecter leur cerveau – ils seront moins intelligents – afin de devenir des Epsilons, la caste la plus basse de la société.

2. Les réactions du public ainsi que de l’étudiant

ingénu et de Foster indiquent à quel point toutes ces manipulations de l’être humain sont accep- tées et devenues banales dans la société ; l’étu- diant est traité d’âne lorsqu’il pose la question que le lecteur est en train de se poser, preuve que cette société du futur a évolué par rapport à la nôtre et que ce que nous jugerions inaccepta- ble est la norme de celle-là.

3. Le nouveau progrès à réaliser est de réduire la

durée de maturation des embryons ; les neuf mois seraient ainsi raccourcis et cela permettrait de réaliser des économies considérables pour la société.

u Étude de la préface (document 2)

4. Les progrès de la science concernent :

– soit le monde en général : physique, chimie, art de l’ingénieur ; –

soit

les

hommes :

biologie,

physiologie,

psychologie.

5. C’est le progrès qui concerne l’homme, les

sciences de la vie, qui seront les seules à modifier la qualité de la vie et qui donc seules concernent les hommes de près.

6. Soit on trouve que l’argumentation de Huxley

est cohérente, dans le cas où les catégories de progrès sont indépendantes l’une de l’autre ; soit on pense qu’elle est fausse et qu’il est impossible de séparer les deux catégories de progrès.

écriture et oral

7. a. accent sur le progrès scientifique et techni -

que qui concerne la société, notamment le trans- port ; Huxley dit pourtant que ce n’est pas le sujet de son roman ;

b. bébé en flacon, comme dans le document 1 ;

c. une société déshumanisée, avec des person-

nages qui ressemblent à des masques ; d. surimpression de machines et de bébés, comme dans le document 1. Ces couvertures expriment toutes un futur diffé- rent, fait de progrès et de perte d’humanité.

8. La logique de la société : rendement, efficacité,

performance. La science prépare-t-elle le meilleur des mondes ? Discussion débat argumenté, soit à l’aide du texte de Huxley – qui est un roman, donc fiction- nel – soit à l’aide de ce que les élèves savent des progrès scientifiques actuels.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 71

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Séquence b

LA ScIence-FIctIOn, une réFLe XIO n S ur L’AvenIr de L’h OMM e ?

2. La science peut-elle tout résoudre ?

pages 82-83 du manuel

Philip K. Dick est un auteur très connu (adaptation de ses nouvelles en succès cinématogra- phiques : Blade Runner, Minority report, Total Recall) dont les nouvelles ou les romans ont souvent pour thème les enjeux des transformations sociales.

Lecture

u Étude du premier extrait de la nouvelle

(document 1)

1. l 1 : énervement d’Ed, qui se calme progres-

sivement. l. 20 : Ed est distrait et manque de se faire écraser. La réflexion a tant d’importance pour lui qu’il ne fait pas attention à ce qui l’entoure.

2. Ed tente de se convaincre que sa femme a rai-

son de vouloir faire élever son fils par des robots. Ses arguments sont les suivants :

– c’est pour le bien de Peter, qui vit pour lui et dont il faut aider le développement ;

– ce sont les parents qui sont responsables des problèmes de leurs enfants ;

– les robots sont faits pour élever les enfants

d’une manière scientifique. On peut penser qu’Ed va soit se conformer aux règles de son monde, soit s’y opposer ; les élèves doivent argumenter la thèse qu’ils défendent.

u Étude de la fin de la nouvelle

(document 2)

3. Peter n’a pas vu son père depuis sa naissance

et n’éprouve que de la curiosité lorsqu’il le ren- contre. Il a remarqué ses émotions, comme si lui- même en était dépourvu. Il semble n’éprouver ni joie ni plaisir.

4. Il a remarqué l’odeur de son père, qui ne lui

semble pas agréable, et qui est pourtant une odeur humaine ; le médecin donne en une expli- cation scientifique.

5. La dernière réplique, qui est aussi la dernière

de la nouvelle, met l’accent sur la complicité et

la proximité du robot et du garçon. Tous deux sont plus proches l’un de l’autre que ne pour- raient l’être le père et le fils.

écriture et oral

6. Elle est certes une représentation de robot

humanoïde, mais dans la nouvelle, on a le senti- ment que le docteur Bish est plus proche encore des humains.

7. L’auteur part de l’hypothèse que les problèmes

des relations entre les parents et les enfants pourrait être réglé si les enfants étaient élevés par des robots spécialement conçus pour ce rôle. La visée du récit est de démontrer que Peter, par ce mode d’éducation, a perdu toute humanité et ressemble à un robot. La science peut-elle tout pour l’homme ? la nou- velle indique que les problèmes psychologiques de l’homme restent ses problèmes et ne peuvent être réglés par la science.

8. Au choix, l’élève peut

– imaginer que le père est content d’avoir choisi

cette éducation pour son fils et qu’il ne le regrette pas, alors que Peter peut déplorer finalement de n’avoir pas connu ses parents ;

– ou développer un récit dans lequel le père

regrette d’avoir confié son fils à des robots, bien que Peter en soit très content. Les consignes d’écriture : système des temps, dialogues, etc. doivent être respectées.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 72

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Interrogation 1

3. Quelle société préparent les améliorations génétiques ? pages 84-85 du manuel

Une nouvelle française pour finir ; si l’on parle de science et d’amélioration génétique, on peut imaginer que dans le futur, notre société contrôle les naissances et les gènes ; c’est le thème d’un film comme Bienvenue à Gattaca et c’est peut-être devenu un poncif de la science-fiction ! ce qui justifie cette séance, ce sont les arguments avancés par l’avocat pour justifier le contrôle des gènes : que peuvent lui objecter les élèves ?

Lecture

1. L’argumentation progresse paragraphe par paragraphe, par des questions posées par l’avo- cat, auxquelles il apporte une réponse lui- même.

3.

2. Les nombreux signes de ponctuation : ! et ?

montrent que l’on est dans une plaidoirie ; l’avo- cat semble poser des questions à l’assemblée, auxquelles il répond lui-même ; les points d’ex- clamation indiquent la virulence de son discours.

Question

Thème abordé

Arguments / contre-arguments

Réponse

Fallait-il combattre les maladies génétiques ?

 

arguments :

Oui, il faut les éliminer.

Maladies

génétiques

– bonheur des familles ;

– gain pour la société.

   

arguments :

 

ne plus connaître enfer sur terre ;

de toute façon, la loi n’a fait que légaliser ce qui existait de façon incontrôlable ;

Fallait-il modifier l’aspect et la taille ?

Apparence

physique

Oui.

grande variété des génotypes de base. contre-argument :

crainte de l’uniformité.

   

arguments :

 

Fallait-il regrouper les caractéristiques par profession ?

Caractère et

le prénom ne fait qu’aider, il ne détermine pas.

efficacité et rationalité contre-argument :

Oui.

qualités

 

on fabrique des robots

4. Dans cette société du futur, les maladies géné- tiques n’existent plus, l’apparence est contrôlée et la société décide des caractéristiques physi- ques et intellectuelles des bébés à naître en fonc- tion de ses besoins.

écriture et oral

6. Les photographies représentent des jeunes

femmes qui ressemblent à des poupées et dont les reflets des cheveux sont assortis à leurs vête- ments de couleur. Cela produit un effet factice qui permet le rapprochement avec le contrôle génétique évoqué dans le texte à partir de la ligne 10, ce que l’artiste elle-même souligne.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 73

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Séquence b

LA ScIence-FIctIO n, une réFLe XIO n Sur L’AvenIr de L’h OMM e ?

évALuAtIOn pages 86-87 du manuel

évaluation

des compétences de lecture

12 points

1. Le document 1 est un extrait de nouvelle ; le 2,

un extrait d’article journalistique ; le 3, un essai qui figure dans une préface à un recueil de nou- velles de science-fiction ; le 4, une affiche du film tiré de la nouvelle de Philip K. Dick.

2. Précrime s’oppose à « système punitif post-

crime », qui est notre système judiciaire, où les coupables sont punis après avoir commis leur crime. Le mot est formé du préfixe pré- : avant ; et de crime.

3. La rétention de sûreté autorise l’enfermement

des personnes déjà condamnées à plus de 15 ans si elles sont encore estimées dangereuses à l’is- sue de leur peine.

4. Dans l’article comme dans la nouvelle, il s’agit

d’arrêter les gens avant leur passage à l’acte, pour éviter les crimes qu’ils pourraient commettre.

5. Lexique de la science présent dans le docu-

ment : démarche logique rigoureuse, hypothèses,

conclusions, expérience, démarche… Tous ces termes se rapportent aussi à la littérature de science-fiction. Selon l’auteur, le rôle de la science-fiction est d’être une littérature expérimentale, entre le réel et l’imaginaire, qui explore les champs rendus possibles grâce à la science.

6. Thème de chacun des documents :

– document 1 : plaide en faveur de Précrime ;

– document 2 : dénonce la possibilité d’enfermer

des personnes par la supposition qu’ils sont encore dangereux ; – document 3 : explique le rôle que joue la science-fiction, à savoir développer des expérien- ces possibles à partir des progrès de la science ; – document 4 : montre un homme aux yeux ban- dés, aveuglé (comme la justice ?), mais voyant néanmoins à travers son bandeau. Ces documents sont liés dans la mesure où la justice, dans tous les cas et par tous les moyens, prétend prédire l’avenir afin d’instaurer une société sans crime. La science-fiction, qui explore les virtualités de la science, a déjà exploré cette voie.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 74

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Interrogation 1

En quoi les avancées scientifiques et techniques nécessitent-elles une réflexion individuelle et collective ?

ActIvItéS et rechercheS
ActIvItéS et rechercheS

page 88 du manuel

Séquence A

Séquence A – PrOtéGer et SurveILLer SS
PrOtéGer et SurveILLer SS

PrOtéGer et SurveILLerSS

1. Fabrice Schlegel utilise Facebook pour faire

connaître son association et pour animer la ville de Dole, qui selon lui, aurait pu apparaître comme une ville « morte ». Internet lui semble la première étape pour créer des réseaux amicaux et pour que les jeunes dolois se retrouvent et ne fuient plus leur ville pour leurs loisirs. Le nom de son association : « Dole ville morte ? ! » montre sa volonté de créer un changement et de retenir l’attention du public.

2. Dans ce texte Franz Manni oppose un usage

positif des tests ADN, notamment à des fins judi- ciaires, médicales, ou historiques et un usage négatif qui pourrait mener à un : « fichage généralisé. » On acceptera pour la seconde partie de la ques- tion toute réponse justifiée

la seconde partie de la ques- tion toute réponse justifiée 3. Noé Le Blanc part d’un

3. Noé Le Blanc part d’un constat accablant : « Au

Royaume-Uni, un individu peut être filmé par les caméras de vidéosurveillance jusqu’à trois cents fois par jour » et s’interroge sur efficacité de cette surveillance constante et sur l’importation en France d’un tel système qui, pour certains res- ponsables britanniques, est un échec. Noé Le Blanc rapporte les résultats d’études sur le système de surveillance britannique et qui notent que « la faiblesse du dispositif tient à trois éléments : sa mise en œuvre technique, la déme- sure des objectifs assignés à cette technologie et… le facteur humain. » – En ce qui concerne la mise en œuvre, elle a sou- vent été trop rapide et peu réfléchie (notamment en ce qui concerne les lieux d’installation)

– de plus « les objectifs des réseaux de sur-

veillance sont à la fois mal définis (« réduire la criminalité ») et trop ambitieux ». À vouloir à la fois réduire les délits contre les véhicules, les

vols sans violence et les délits contre les person- nes et les trafics de stupéfiants, l’usage des caméras finit par ne plus pouvoir être efficace tant ces différents délits concernent des lieux, des personnes et des circonstances diverses.

– enfin l’aspect humain de la surveillance vidéo

est également mal envisagé car : « il est égale- ment illusoire de croire que les opérateurs puis- sent surveiller correctement plus d’un écran à la fois. En conséquence, la plupart des délits échap- pent tout simplement à leur vigilance » ; de plus la surveillance se fait à partir des préjugés des surveillants (les hommes jeunes non « blancs » étant plus souvent pris comme objet de surveillance). Noé Le Blanc note une contradiction dans ce qu’on demande aux caméras de surveillance :

être dissuasives et donc repousser plus loin les

délits ou permettre l’appréhension des auteurs de délits en flagrants délits. Noé Le Blanc conclut son article par un constat :

« la vidéosurveillance provoque, en termes de lutte contre la criminalité, un vaste gaspillage d’argent public. Ou, pour reprendre les termes de M. Mick Neville, responsable du bureau des images, identifications et détections visuelles (Viido) de la police métropolitaine de Londres (Scotland Yard) : « Un fiasco complet ».

Séquence b

Séquence b – LA ScIence-FIctIOn SS
LA ScIence-FIctIOn SS

LA ScIence-FIctIOnSS

1. Les élèves doivent respecter la situation de dialogue entre Foster et ses visiteurs, et imaginer

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 75

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

ActIvItéS et recherche page 88 du manuel

des réponses possibles pour justifier une telle société.

2. L’éducation des enfants par les robots est

jugée inévitable : c’est l’argument du bien de l’en- fant qui est invoqué.

3. Développement libre, en respectant le système d’énonciation du texte d’Ecken.

4. Le film et la nouvelle sont très différents. L’ar-

gument principal : Précrime et les mutants est conservé, mais de nombreux éléments d’intrigue ont été ajoutés à la nouvelle de P.K. Dick.

d’intrigue ont été ajoutés à la nouvelle de P.K. Dick. 5. Développement libre en fonction des

5. Développement libre en fonction des réponses

trouvées.

6. Activité libre dans le cadre des contraintes de

la lettre.

7. Activité libre. Pour aller plus loin, on peut faire

écrire une nouvelle de science-fiction qui se fonde sur une découvertes scientifique récente :

clonage, monde virtuel, etc.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 76

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

histoire des arts page 89 du manuel

thématique: «Arts, sciences et techniques»

Première impression89 du manuel thématique: «Arts, sciences et techniques» 1 On demande à l’élève de mettre en

1 On demande à l’élève de mettre en forme ce qu’il a ressenti dans un premier temps, puis d’analyser ce qui a produit pareil effet. Il peut s’arrêter sur l’importance du personnage du pre- mier plan, en opposition avec l’arrière-plan, assez menaçant, il peut noter l’aspect étrange du per- sonnage / robot / androïde, qui semble téléguidé depuis la tour immense, il peut aussi insister sur la modernité du décor et s’interroger sur le rap- port à la science de cette image… Libre à lui d’employer des adjectifs comme impressionnant, effrayant, inquiétant mais aussi mystérieux, surnaturel… Enfin, il a toute liberté pour envisager le scénario de l’œuvre.

Analyse de l’imagea toute liberté pour envisager le scénario de l’œuvre. 2 et 3 . L’affiche comporte peu

2 et 3. L’affiche comporte peu d’informations gra- phiques : le bas indique « ein film von Fritz Lang » identifiant ainsi le produit et le réalisateur et, en plus petit lettrage « an der Kamera Karl Freund » nommant ainsi le chef opérateur, tandis que le haut, plus élaboré, porte en grand le nom du film. Il occupe un tiers de l’affiche avec un lettrage qui enserre la tour centrale, d’une manière assez inquié- tante. La couleur orange cernée de jaune renforce l’importance du nom aux lettres irrégulières, comme découpées de manière malhabile, presque des papiers déchirés : tout évoque un monde étrange, dépourvu d’harmonie, fait de contrastes violents. L’androïde du premier plan semble flotter dans un univers trouble, comme téléguidé depuis la tour par une force électrique ou magnétique représentée par le halo orange qui l’entoure. Les traits blancs qui zèbrent le ciel, pareils à des éclairs, paraissent éma- ner de l’impressionnante construction centrale hérissée de piquants qui surplombe dangereuse- ment l’ensemble. On distingue bien trois plans : le personnage, les bâtiments, le ciel, qui forment un univers dans lequel la vie est absente, remplacée par des machi- nes et des constructions à l’aspect métallique. L’univers évoqué ici fait penser à la science-fiction (robot, modernité du décor) mais aussi à l’angoisse.

4 Le personnage : robot, androïde… paraît mal-

gré tout bien vivant dans un monde entièrement minéral et anguleux ; il est coloré de teintes chau- des (brun orangé) tandis que la ville est brun noir (excepté les fenêtres jaunes des immeubles éclai- rés) et le ciel noir à reflets bleu et vert. Cet androïde est éclairé par le halo de la ville lointaine qui le catapulte vers l’avant. La symétrie de la construction de l’image souligne l’aspect déshu- manisé, mécanique de cet univers.

l’aspect déshu- manisé, mécanique de cet univers. Mises en contexte 5 L’expressionisme est un courant

Mises en contexte

5 L’expressionisme est un courant artistique

apparu au début du xx e siècle ; il touche l’Europe du nord, en particulier l’Allemagne. Il s’agit d’ex- primer une subjectivité sans craindre de déformer la réalité par des créations qui véhiculent une cer- taine angoisse. Les expressionnistes ont plutôt une vision pessimiste de leur époque que hante la menace de la Première Guerre Mondiale. On retiendra la toile d’Edvard Munch, Le cri (1893) qui symbolise l’homme moderne en proie à une angoisse existentielle. Die Brücke ou Der Blaue Reiter sont deux groupes artistiques fondés en 1905 et 1912 dans lesquels vont s’exprimer des artistes aussi célèbres que Ernst Ludwig Kirchner et Emil Nolde ou Wassily Kandinsky et Franz Marc. Dans le domaine de l’architecture, le courant expressionniste donna naissance à une école appelée le Bauhaus, dans laquelle enseigneront Walter Gropius, Klee ou Kandinsky. Au cinéma, c’est Robert Wiene dans Le cabinet du docteur Caligari, qui s’inspire de ce courant en 1919. On peut citer divers réalisateurs comme

Friedrich Murnau avec Nosferatu et bien sûr Fritz Lang qui, outre Metropolis, réalisa Le testament du Dr Mabuse qui associe à l’horreur et au fan- tastique la démesure.

6 L’élève est invité à faire une synthèse de ce

qu’il a appris pour justifier le classement de Metropolis comme un film d’exception ; il devra reprendre pour cela une partie des recherches qu’il a été amené à faire.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 77

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Interrogation 2

Le dépassement des limites de l’être humain peut-il faire craindre une perte d’humanité ?

Séquence A
Séquence A

LA chIrurGIe eSthétIque :

un rÊve Ou un MenSOnGe ? pages 92-97 du manuel

Introduction au travail de la séquence

Cette séquence propose d’étudier la question de la chirurgie esthétique.

Très à la mode, mais dont les enjeux psychologiques et financiers ne sont pas négligeables, ce sujet concerne, comme le montrent de nom- breux reportages, de plus en plus de jeunes. L’image de soi, le rapport au corps, les problèmes d’obésité et d’anorexie ne leur sont pas étran- gers, bien au contraire. Nous avons choisi des textes variés et nous vous proposons d’autres références et pistes que vous pouvez exploiter en classe.

La séance 1 a une coloration historique puisqu’elle rappelle les conditions dans lesquelles la chirurgie plastique a pris son essor. L’exis- tence des « gueules cassées » est parfois connue des élèves (programme de la classe de Troisième). Le travail de Nicolas Guirimand sur La répara- tion des gueules cassées (doc. 1) est facilement consultable sur internet et permet aux collègues intéressés de trouver des informations qui pour- ront compléter le cours. Nous avons préféré l’illustration de Tardi (doc. 2) à des photographies de Poilus aux visages défigurés puis reconstruits, qui auraient pu heurter la sensibilité des élèves. Le document 3, extrait du très beau roman de Marc Dugain, La Chambre des officiers, peut faire l’objet d’une lecture cursive, complétée par la projection du film de Fran- çois Dupeyron (doc. 4).

Les séances 2 et 3 proposent des textes de spécialistes, le profes- seur Maurice Mimoum et le psychanalyste Gérard le Gouès ; leurs réflexions mettent en évidence toute la complexité du geste chirurgical :

la réparation faciale peut aller jusqu’à la « sculpture du visage », pour reprendre l’expression employée par Nicolas Guirimand. L’acte chirurgical est-il toujours nécessaire ? L’éthique médicale est-elle respectée ? Cer- tains médecins ne cèdent-ils pas à l’appât du gain ? Les patients sont-ils toujours bien conseillés ? Quelles précautions prendre pour éviter toute dérive ? De quel droit juger ceux et celles qui ont recours à la chirurgie esthétique ? Ce sont autant de questions que posent implicitement ces deux praticiens et qui montrent aux élèves toute la complexité de la ques- tion « de l’âme et du corps » : quel est notre rapport au corps, à notre image ?

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 78

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Interrogation 2

Ces questions pourront être abordées plus frontalement avec la planche photographique d’une jeune femme qui a subi cinquante inter- ventions pour ressembler à la poupée Barbie. Le décès de Mickael Jack- son a fait couler beaucoup d’encre et vous retrouverez les références d’articles qui lui ont été consacrés, abordant notamment la quête de l’éter- nelle jeunesse du chanteur.

Enfin, l’évaluation présentée en séance finale propose, à travers trois documents (un extrait de roman, un article de presse et différents montages photographiques) de mener une réflexion personnelle sur le sujet : à quels problèmes esthétiques sont confrontés les adolescents ? Comment réagissent-ils face au diktat de l’image ? La chirurgie esthétique peut-elle être une réponse à leurs problèmes, eux dont le corps est en pleine mutation ? Ce sont autant de questions sur lesquelles l’évaluation les invite à réfléchir.

La séquence est prolongée par des propositions d’activités et de recherches sur internet, page 106 du manuel.

1. Quels espoirs la naissance de la chirurgie réparatrice a-t-elle suscités ? pages 92-93 du manuel

Lecture

u Étudier l’article (document 1)

1. Ce sont deux millions six cent mille soldats fran- çais mutilés ou gazés qui ont survécu à la Première Guerre mondiale. Membres amputés, poumons brûlés, visages défigurés par l’explosion d’une grenade, il a fallu réparer ces « gueules cassées ». Comme l’explique l’auteur, Nicolas Guirimand, la guerre de 14 a donc fourni aux chirurgiens français plus de mutilations faciales qu’ils n’en virent aupa- ravant durant plus de cent années. Une section spéciale est créée, qui devient rapidement un lieu d’innovation pour la chirurgie de la face, de la tête et du cou, et les traitements réparateurs sont l’oc-

casion de mettre au point ou de perfectionner un certain nombre de techniques : ligatures des artè- res du cou, trachéotomie, immobilisation des frag- ments mandibulaires, etc.

2. L’objectif des chirurgiens de l’époque a donc été de rendre à ces hommes un semblant d’hu- manité. Mais il apparaît aussi très vite que cette chirurgie réparatrice va servir à corriger ou « cacher des tares physiques trop apparentes (on pense aux « becs de lièvre », aux oreilles décol- lées, par exemple). Elle va également permettre de mettre un frein aux suicides et aux névroses générés par un physique hors-norme. Enfin, cette chirurgie réparatrice va ouvrir la voie à la chirur- gie esthétique : « paraître plus jeune ».

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 79

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

LA chIrurGIe eSthétIque : un rÊve Ou un MenSOnGe ?

u Étudier la première image (document 2)

3. La première de couverture de la bande dessinée de Tardi consacrée aux trois dernières années de la guerre met en évidence la « boucherie » des tranchées. On pourra rappeler aux élèves com- bien les soldats, au début de la guerre, n’étaient pas préparés (absence de casques). Le premier plan présente un « poilu », le dos courbé, la tête penchée en avant, la mâchoire sanguinolente. Il vient de recevoir des éclats d’obus ou de grenade. En arrière-plan, deux soldats valides transportent le corps d’un homme inerte dans une couverture nouée aux extrémités à un bâton. Ils passent par- dessus les corps de soldats probablement morts. Les couleurs sombres dominent. La seule clarté en fond, dans des tons jaunâtres et verdâtres, pro- vient sans doute de la lumière émise par les explo- sifs et le nuage de fumée qui s’en dégage.

u Étudier le roman (document 3)

4. Dans cet extrait, très intense d’un point de vue émotionnel, pas une parole n’est échangée, alors qu’il s’agit d’une scène de retrouvailles (les hom- mes auraient pu s’esclaffer). Mais c’est précisé- ment parce qu’il n’a pas re-trouvé, re-connu son ami que Bonnard détourne son regard d’Adrien, qui, lui, l’a vu entrer dans le dortoir. Son regard se porte sur d’autres malades, tout aussi mécon- naissables. Il faudra le geste d’Adrien et son mot sur une ardoise pour que Bonnard mesure l’éten- due du drame. Toute l’horreur de la guerre tient dans cet échange de regards : en voyant fuir Bon- nard, Adrien va mesurer à son tour combien il est défiguré. Il n’a pas encore vu son visage dans un miroir. Ce sont les yeux de son ami, la stupeur et l’effroi qu’il va y lire, qui lui font prendre conscience de son état.

5. Grâce à la chirurgie réparatrice, Adrien par- vient à refaire sa vie. Malgré les profondes cica-

trices, il n’a pas perdu goût à la vie. Ses cicatrices témoignent des souffrances qu’il a vécues et endurées. Les effacer serait pour lui une façon de nier l’Histoire et son histoire personnelle. De ce qui constitue un handicap, une infirmité, Arien est parvenu à faire un « atout ».

u Étudier la seconde image (document 4)

6. Adrien est debout, en uniforme, prêt à sortir de l’hôpital, prêt aussi à affronter le regard des autres. Anaïs, l’infirmière, ajuste le masque avec douceur et précision. L’empathie et la compas- sion se lisent sur son visage

écriture et oral

7. Cette réponse est obtenue à la suite des réflexions, de l’étude des documents et d’une écriture personnelle des élèves. Il n’y a pas de réponse type.

8. On pourra « centraliser » les réponses des élè- ves au tableau, listées sur deux colonnes de la façon suivante :

Vivre avec ses cicatrices

Les gommer

 

retrouver sa

 

accepter et assumer

ses cicatrices, surmonter son handicap

physionomie d’avant la guerre, d’avant l’accident.

garder ce témoignage,

   
 

si douloureux soit-il (penser au numéro tatoué sur l’avant-bras des déportés)

oublier le cauchemar vécu : la cicatrice rappelle constamment le drame

 

vouloir être comme

ressentir une certaine

 

fierté : avoir participé

tout monde, ne pas être stigmatisé ou montré de du doigt.

à l’Histoire

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 80

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Séquence A

LA chIrurGIe eSthétIque : un rÊve Ou un MenSOnGe ?

2. La chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique : une chirurgie du bonheur ? page 94 du manuel

Lecture

1. Si, pour le chirurgien, il n’y a pas de différence, comme nous le verrons au fil des questions sui- vantes, il semble que ces trois qualificatifs ne sont pas acceptés de la même façon. Ainsi, la chirurgie dite « reconstructrice » est très bien acceptée car elle concerne des accidentés de la route, des grands brûlés, des personnes atteintes du cancer par exemple. La chirurgie dite « plastique » est tolérée : on répare des « défauts » de naissance, becs de lièvre, oreilles décollées, nez proéminant. En revanche, la chirurgie esthétique est très sou- vent assimilée à une chirurgie « futile ».

2. Ces injonctions visent directement les oppo- sants à la chirurgie esthétique. Qui sont ces oppo- sants ? Sans doute s’agit-il de personnes qui ne connaissent pas la souffrance intérieure, intime, profonde de ceux qui sont complexés par leur sil- houette ou une partie de leur visage. Parce qu’ils ont peut-être acquis une stabilité et une confiance en eux, les opposants trouvent ridicule le fait de vouloir maigrir ou de se faire lisser les rides pour paraître plus jeune. Ils veulent peut-être aussi mar- quer leur désaccord avec la « dictature » de la mode imposée par le prêt-à-porter les magazines. La retranscription au discours direct de paroles si sou- vent proférées et entendues par le professeur Mimoun montre la virulence des attaques que lui et ses patients subissent. Elle permet aussi d’an- crer sa réflexion dans un dialogue qu’il prolonge ensuite, comme le montre la question 3.

3. Le chirurgien s’adresse à ses détracteurs, qu’il

juge intolérants. La question de rhétorique (« qui êtes-vous pour les juger, les accabler ? ») donne d’emblée le ton exaspéré du spécialiste. L’emploi anaphorique du pronom personnel « vous » place les détracteurs en position d’accusé : vous qui accusez, je vous accuse à mon tour, semble dire le chirurgien. Enfin, l’accumulation de proposi- tions courtes (« vous qui la dénigrez, vous êtes le plus souvent », « vous êtes contre », « vous ne vous en souciez pas », « vous ne voulez pas la voir ») martèle plus encore la contre-attaque menée par le professeur Mimoun.

4. Le chirurgien sait qu’il doit défendre sa profes-

sion, où les charlatans (« ceux qui pratiquent cette spécialité sans se soucier de préoccupation éthi- que », l. 9,10), sont nombreux. Entouré de psycho- logues, qui évaluent la nécessité de telles opérations, Maurice Mimoun exerce son métier de chirurgien plasticien pour mettre fin aux souf- frances de ses patients : « Il y a de la souffrance là-dedans » (l. 22). Avant d’être physique, la souf- france est morale. En soignant une partie du corps du patient, il soigne aussi sa psyché.

écriture et oral

5. On accueillera les réponses des élèves dans

un tableau à deux colonnes :

Arguments favorables à la chirurgie esthétique

Arguments défavorables à la chirurgie esthétique

– elle met fin à la souffrance des gens ;

elle peut aggraver un trouble de la personnalité :

on ne s’accepte pas, on veut être quelqu’un d’autre ;

– elle redonne une raison de vivre ;

elle fait croire qu’on peut atteindre la perfection, par définition inatteignable ;

dans une société où le paraître est important, être bien dans sa peau est essentiel ;

les ratages, les loupés sont fréquents ;

à quoi juge-t-on une personne, si ce n’est sur l’apparence ?

c’est un marché lucratif pour certains chirurgiens sans scrupules ni déontologie.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 81

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Séquence A

LA chIrurGIe eSthétIque : un rÊve Ou un MenSOnGe ?

3. La chirurgie esthétique :

jusqu’où peut-elle aller ? page 95 du manuel

Lecture

u Étude du texte (document 1)

1. La chirurgie esthétique est facilement qualifiée de « futile » ou d’« inutile », d’autant plus que c’est une chirurgie qui coûte chère. Les trois complé- ments du nom (« du plaisir », « du désir », « du luxe ») mettent en évidence certaines raisons qui peuvent conduire des patients et des patientes à demander ces interventions : je veux me faire plaisir, être plus désirable, je suis prêt à payer pour m’offrir tout cela.

2. Selon l’auteur, psychanalyste et psychiatre qui collabore avec le professeur Mimoum, les dérives peuvent être imputées autant au chirurgien, qui exploite la détresse des patientes, qu’aux désirs et aux caprices de ces dernières ; on pourra faire émerger à cet instant de la séance que d’autres « coupables » existent : la société du paraître relayée par les magazines féminins et la « peo- polisation » omniprésente !

u Étude des photographies (document 2)

3. Sans être un grand psychologue, on pourra avancer les hypothèses suivantes : Cindy Jackson refuse son physique, elle a peur de grandir (réfé- rence à la poupée Barbie), elle a peur de vieillir et de mourir (une poupée reste éternellement jeune) ou sans doute cherche-t-elle à atteindre un record. On pourra trouver des compléments d’articles assez acides sur le sujet, concernant Mickael

Jackson et la chirurgie esthétique dans les maga- zines suivants : Le Nouvel Observateur, 2-8 juillet 2009, Marianne, n° 639, du 18 au 24 juillet 2009, Philosophie magazine, n°31, juillet-août 2009, Le Point, n° 1960, le 8 avril 2010.

écriture et oral

4. Le texte met en évidence les « ratages » de la chirurgie esthétique : « femmes défigurées », « poitrines enlaidies », « ventres balafrés ». Un simple clic, via Google, expose de nombreuses photographies « avant-après » de personnalités, où l’on peut évaluer les dégâts causés par les injections de Botox ou les coups de bistouri. La « perte d’humanité », même si l’expression est forte, semble évidente. Certaines personnes, comme c’est le cas pour Cindy Jackson, refusent de vieillir, refusent de se confronter à une vérité incontournable : nos organes se dégradent et meurent. Si les élèves sont en mesure d’en parler calmement, on pourra, à l’aide des articles men- tionnés plus haut, aborder le cas pathologique du chanteur américain, M. Jackson, surnommé « Bambi le Zombi » par le philosophe Pascal Bruckner.

5. À ce moment de la séance, on remobilisera, au travers de toutes les réponses données, les connaissances des élèves sur le sujet en insistant les enjeux contradictoires que font naître un tel débat : enjeux psychologiques et enjeux financiers.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 82

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Séquence A

LA chIrurGIe eSthétIque : un rÊve Ou un MenSOnGe ?

évALuAtIOn pages 96-97 du manuel

Les supports de cette évaluation permettent de s’interroger sur la normalisation des critères de beauté. Cette normalisation, imposée dans le roman de Scott Westerfeld par l’ordre social (doc. 1), apparaît dans la demande croissante d’une chirurgie esthétique par des adolescents (doc. 2). Elle est visible également dans la grande ressemblance des candidates au concours de miss Univers (doc. 3). Le roman de Scott Westerfeld, Uglies, est le premier tome d’une quadrilogie (T. 2 Pretties, T. 3 Specials, T. 4 Extras). Il a reçu le Grand Prix de l’imaginaire 2008, catégorie jeunesse. Tally attend avec impatience d’avoir 16 ans pour pouvoir enfin, grâce à une série d’opérations de chirurgie esthétique, rejoindre le monde de la beauté parfaite des Pretties, « futur paradis promis par les Autorités ». Peu de temps avant de se faire opérer, elle rencontre Shay, adoles- cente peu désireuse de rejoindre le monde des Pretties. Tally découvre alors ce que cache « la beauté parfaite et le paradis absolu » promis aux Pretties. Le paratexte a été intégré au texte pour la numérotation des lignes. Le texte proprement dit commence ligne 5.

évaluation

des compétences de lecture

10 points

u Document 1

1. Tally prend un réel plaisir à utiliser le logiciel et à modifier le visage de Shay. Elle effectue des retouches (Elle [Tally] accentua les sourcils, pour leur donner une courbe plus photogénique, puis ajouta de la rondeur aux joues, l. 5 et 6), propose des essais (On éclaircit un peu la peau, peut-être ? suggéra Tally, l. 8) et suggère l’impression du visage obtenu (Tu veux en imprimer un exem- plaire ?, l. 11). Le logiciel est pour elle un instru- ment permettant de « tir(er) vers la normale » (l. 7), donc vers les normes des Pretties, un visage imparfait. Shay elle, manifeste de l’impatience (Non, je veux sortir faire de la planche, l. 12), de l’incompré- hension (Qu’est-ce que tu veux dire par « bien », Tally ? l. 14) et un refus qui semble aller au-delà de l’utilisation du logiciel. On attend des élèves l’expression de l’opposition entre les deux jeunes filles, accompagnée de deux citations judicieusement choisies.

2. Les modifications proposées par Tally au visage de Shay, montrent une observation minu-

tieuse des « imperfections » qui séparent le visage de son amie du visage parfait des Pretties (courbe des sourcils, ligne des joues, couleur de peau…). Le logiciel invite donc à pointer sur le visage des Uglies les écarts, par rapport à une norme esthétique considérée comme absolue, et à les corriger. Selon les points de vue, il invite à rêver à un avenir postopératoire ou à accabler le possesseur d’un visage considéré, selon les cri- tères du logiciel, comme « moche » car non normé. C’est cet aspect qui est présenté en première de couverture et en quatrième de couverture du roman par la phrase : « Dans le monde de l’ex- trême beauté, les gens normaux sont en danger. » On attend des élèves qu’ils remarquent que l’uti- lisation du logiciel permet de mettre l’accent sur les imperfections d’un visage au regard d’une beauté aux critères définis (voir par exemple l’éclaircissement de la couleur de peau, jugée trop loin de la coloration de base).

3. Les livres d’histoire de Tally et de Shay consi- dèrent que par le passé l’apparence physique était source de préjugés (Chacun jugeait les autres selon leurs apparences, l. 31 et 32 ) et déterminait le rang et les privilèges (Les plus grands décro- chaient les meilleurs boulots, et les gens votaient pour des politiciens uniquement parce qu’ils

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 83

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

LA chIrurGIe eSthétIque : un rÊve Ou un MenSOnGe ?

étaient un peu moins moches que les autres, l. 33 à 35). C’étaient les différences qui suscitaient les guerres (les gens s’entretuaient pour de simples questions de couleur de peau, l. 36 et 37). Shay exprime ses doutes quant à ces thèses his- toriques tout d’abord par le rythme des phrases qui mime une leçon soigneusement apprise par cœur mais à laquelle elle n’adhère pas (c’est le verbe de paroles qui nous renseigne sur ce point :

récita Shay, l. 31) ; mais elle exprime également ses doutes par les expressions qui encadrent son discours (Ouais, ouais, je sais, l. 31 ; Blablabla, l. 35) notamment par la fin de son discours qui déconsidère la leçon apprise. On attend des élèves qu’ils puissent retrouver ce que les livres d’histoire ont appris aux deux filles (le discours convenu sur la diversité comme source d’injustice et de guerres) et la distance que Shay manifeste par rapport à ce discours. Le tout accompagné d’au moins deux citations pertinentes. On valorisera les réponses sensibles au modèle alternatif proposé par Shay (Il ne vaudrait mieux pas les rendre plus malins ?, l. 40 ).

u Document 2

4. Jean-Luc Roffé insiste sur l’encadrement de la chirurgie esthétique destinée aux adolescents en France (quand il s’agit d’un adolescent, nous som- mes très vigilants, l. 19 et 20). Il rappelle le cadre légal (loi Kouchner de 2002, l. 12), le rôle des pro- fessionnels (Centres agréés ou chirurgiens archis- pécialisés, l. 14 et 15), le refus des opérations non justifiées ( je peux vous affirmer qu’environ 30 % des demandes (tous âges confondus) sont rejetées, l. 18 et 19) et effectue la liste des opé- rations acceptées pour les adolescents (oreilles décollées, hypertrophies mammaires caractéri- sées (300 grammes à enlever), déviations de la cloison nasale entraînant des troubles fonction- nels). Son discours se veut rassurant et présente une chirurgie esthétique respectueuse des ado- lescents et évitant les dérives. On attend des élèves qu’ils soient attentifs à l’en- jeu du discours de Jean-Luc Roffé et qu’ils accom-

pagnent leurs réponses d’au moins deux citations textuelles. On pourra valoriser les réponses remarquant que c’est le rôle d’un « président du syndicat national de chirurgie plastique reconstructrice et esthéti- que » de présenter cette activité de la façon la plus positive et la plus sérieuse possible et de chercher à rassurer les lecteurs, éventuels patients ou parents de patients potentiels.

u Document 3

5. Ces portraits représentent la superposition des visages des participantes au concours de Miss Univers 2005. De gauche à droite et de haut en bas :

1. Visages des neuf représentantes de l’Afrique

2. Visages des 81 candidates

3. Visages des vingt-huit représentantes de

l’Europe

4. Visages des quatorze représentantes de

l’Asie

5. Visages des quinze finalistes

6. Visages des trente représentantes de l’Amérique Ces superpositions montrent l’extrême ressem- blance des jeunes femmes candidates qui, quel que soit leur continent d’origine, semblent d’avantage représenter un même modèle que décliner les diverses formes de la beauté fémi- nine à travers le monde. Leurs sourcils, leurs yeux, les nez, les sourires semblent respecter un même modèle qui se prolonge dans la coiffure adoptée ; même les couleurs de peau sont estom- pées. On acceptera toutes les réponses argumentées.

évaluation

des compétences d’écriture

12 points

6a. Il serait utile de demander aux élèves de pro- poser une liste de critères de réussite et de la discuter. Exemple de liste pour ce premier sujet :

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 84

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

– respect de la consigne (personnages, moment

choisi, univers dans lequel évoluent les deux jeu- nes filles, utilisation du logiciel).

– respect de la forme demandée : dialogue entre

Tally et Shay

– satisfaites ou déçues, Tally et Shay ne pourront

que remarquer la conformité de leur nouveau visage aux canons de beauté du monde des Pretties. On pourra proposer à chaque élève un contrat de correction orthographique (déterminer la ou les deux ou trois erreurs récurrentes et tenter de les corriger). On privilégiera les devoirs suscitant un certain plaisir chez le lecteur. Il sera possible alors de proposer à la classe une analyse permettant de déterminer, dans les devoirs retenus, ce qui per- met cette réussite.

Interrogation 2

6b. Il serait utile de demander aux élèves de pro- poser une liste de critères de réussite et de la discuter. Exemple de liste pour le deuxième sujet :

– respect de la consigne (scripteur masculin,

texte à la première personne, thème traité, res- pect de la thèse imposée).

– respect de la forme demandée : mail adressé à

un journal, longueur du mail. On pourra proposer à chaque élève un contrat de correction orthographique (déterminer la ou les deux ou trois erreurs récurrentes et tenter de les corriger). On privilégiera les devoirs suscitant un certain plaisir chez le lecteur. Il sera possible alors de proposer à la classe une analyse permettant de déterminer, dans les devoirs retenus, ce qui per- met cette réussite.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 85

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Interrogation 2

Le dépassement des limites de l’être humain peut-il faire craindre une perte d’humanité ?

Séquence b
Séquence b

déPASSer LeS LIMIteS de L’hOMMe :

PrOGrÈS Ou dAnGer ? pages 98-105 du manuel

Introduction au travail de la séquence

La séquence proposée ici se veut éclectique et aborde les limites de l’homme et ses transformations du point de vue physique : à usage sportif, thérapeutique, militaire ; certaines sont-elles plus légitimes que d’autres et pourquoi ? De l’information à l’argumentation, tel est bien le chemin que l’élève doit être capable de parcourir : s’informer sur les recherches scientifiques en cours, et prendre parti.

La séquence est prolongée par des propositions d’activités et de recherches sur internet, page 106 du manuel.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 86

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Interrogation 2

1. Plus loin, plus vite, plus fort… jusqu’où ?

pages 98-99 du manuel

Dans cette séance sur le sport et les limites de l’homme, on aurait pu parler du dopage ; il a été jugé plus fructueux de parler de deux cas différents ; celui de Pistorius qui, d’une certaine façon, est jugé avantagé par rapport aux athlètes valides, et le cas des équipements sportifs qui, par- fois, donnent l’impression qu’ils deviennent plus performants que les sportifs eux-mêmes…

Lecture

u Étudier le premier article (document 1)

1. Cet homme, qui court depuis quelques années,

est passé de la catégorie des coureurs handica- pés à la catégorie des valides et veut participer aux Jeux Olympiques.

2. L’IAAF veut avoir la certitude que ses prothèses

ne l’avantagent pas par rapport aux coureurs vali- des. Opinion libre, l’important étant d’argumen- ter la position choisie.

u Étudier le second article (document 2)

3. La course technologique désigne à la fois la

concurrence que se livrent les équipementiers sportifs pour fournir le meilleur matériel et la course elle-même, qui de sportive devient tech- nologique. Le journaliste met donc l’accent sur l’excès de technologie dans le sport.

4. Les records du monde sont dus au matériel des

sportifs – les combinaisons – ou peut-être au dopage. Lexique de la confusion : les athlètes nagent dans le bouillon. La course technologique a déstabi- lisé… Face un tel imbroglio, on ne sait plus trop où va se dérouler le spectacle. Le journaliste veut montrer que la technologie a complètement changé les règles du jeu et qu’il est impossible désormais de se fonder seulement

sur le travail des sportifs, qui était jusque-là la seule valeur du sport.

u Étudier le troisième article (document 3)

5. Cet article a été écrit en 2005 et évoque les J.O. de Pékin en 2008. Cet article se veut prédictif et se fonde sur les évolutions techniques.

6. Des faits avérés permettent de prédire les modifications génétiques :

– l’assurance du dopage génétique par le direc-

teur de l’AMA qui avance comme exemple l’intérêt que les sportifs lui portent ;

– les recherches sur les rats et les souris pour les rendre plus forts ;

– les recherches menées en Espagne pour éviter

les blessures ;

– les tests sur le patrimoine génétique des jeu- nes, abandonné mais peut-être pas pour longtemps.

u Mise en relation des documents

7. Les possibilités d’amélioration de sont pas de même nature: certaines passent par l’équipement (la combinaison), d’autres, par les transformations physiques (les prothèses de Pistorius), d’autres enfin par la transformation des gènes : de l’exté- rieur au plus profond. La nature de ces transfor- mations peut aider à argumenter la réponse à la problématique et à imaginer jusqu’où les progrès de la science et de la technique peuvent aller.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 87

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

déPASSer LeS LIMIteS de L’hOMMe : PrOGrÈS Ou dAnGer ?

2. Peut-on transformer l’homme pour le soigner ?

pages 100-101 du manuel

Dans cette séance, le texte de Sciences et vie a été mis en rapport avec le texte d’un philoso- phe à propos des transformations scientifiques et techniques : on est ici au cœur de l’argu- mentation et du débat d’idées.

Lecture

u Étudier l’article (document 1)

1. L’article parle de l’hôpital du futur. La journa-

liste présente les progrès qui vont être réalisés

2.

comme s’ils étaient déjà vrais, en faisant la visite de l’hôpital du futur comme si elle était une guide. L’effet produit est de rendre ces progrès supposés plus crédibles, afin que le lecteur com- prenne bien quel est l’enjeu des recherches actuelles.

 

Service de…

Progrès réalisé

En 2008

5 e étage

Neurochirurgie

Les aveugles voient.

À Montréal, essai sur prototype

4 e étage

Chirurgie

Réparation du cœur par cellules souche, ou implantation d’un cœur artificiel.

Recherches presque achevées

cardiaque

2 e étage

Rééducation

Prothèse artificielle avec electrodes dans le cerveau.

Prothèse ILimb

3. Les inventions qui permettront de soigner

l’homme d’après ce tableau sont les progrès en génétique : cellules souche ; les progrès en infor- matique, industrie de pointe et électronique :

cœur artificiel, microprocesseur, électrodes ; les prothèses adaptées.

u Étudier l’interview (document 2)

4. La frontière entre l’homme et la machine est

de plus en plus mince, et se réduit de plus en plus à cause des performances et des diversifications de la technique. La question est alors : quelle part

d’humanité reste-t-il dans un homme qui n’a plus rien d’humain ?

5. L’homme ne supporte plus ce qui fait sa condi- tion d’homme : vieillesse, maladie, mort. Il cher- che donc à les vaincre, en se tournant vers la technique et la science.

6. Soit l’homme se définit par ses fragilités :

vieillesse, mort, qu’il doit accepter ; soit l’homme se définit par sa volonté d’évolution. Ces deux définitions sont opposées parce qu’elles ne sont pas fondées sur la même idée de la société du futur, et n’ont pas le même rapport au progrès et aux découvertes scientifiques.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 88

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Interrogation 2

3. De l’homme au superhéros ? pages 102-103 du manuel

Dépasser les limites de l’homme, c’est le transformer en surhomme, notion qui, pour les élè- ves, évoque les superhéros de bandes dessinées, Superman, Batman… ou Iron man, qui doit ses pouvoirs à la science et à la technique, et qui leur est familier grâce aux deux films récents. Cette séance évoque l’exosquelette, invention militaire qui n’a que peu à voir pour l’instant avec Iron man.

Lecture

u Étudier le dessin (document 1)

1. Le mot exosquelette désigne un squelette

externe, du grec exo, « au-dehors », et squelette, « ensemble des os qui soutiennent le corps humain ». Ce mot s’oppose à l’endosquelette, qui est le squelette de la plupart des animaux.

2. Cette invention est pour l’instant à l’état de

projet : ce n’est que vers 2020 que l’armée amé- ricaine espère la fabriquer : costume du soldat américaine dans une dizaine d’années ; l’armée est en train de mettre au point ; d’ici dix ans.

3. L’exosquelette est destiné aux militaires, mais

pourrait aussi intéresser les pompiers et les handicapés :

Les capacités du soldat qui le portera devraient être dignes d’un superhéros : vision augmentée, force incroyable, endurance décuplée… Cet équipement serait d’ores et déjà bien utile aux pompiers. Avec une telle armure, ils pourraient déblayer, à bout de bras, les décombres d’un immeuble détruit par un incendie ou un tremble- ment de terre. Les handicapés aussi pourraient en tirer profit :

grâce à ces jambes et ces bras robotiques, ils gagneraient une certaine liberté dans leurs mouvements

u Étudier le texte (document 2)

5. Hercule : nom d’un demi-dieu dans la mytho-

logie grecque et latine. Né de Zeus-Jupiter et d’Alcmène, célèbre par ses luttes et ses douze travaux, il est le symbole de la force physique. Par extension, homme le plus souvent de forte carrure, doué d’une grande force physique ; per- sonne capable d’exploits de tous ordres. Hercule de foire : homme faisant des tours de force dans les spectacles forains. L’exosquelette rend n’importe qui capable d’ac- complir des tours de force.

6. L’auteur du texte pense que l’exosquelette

peut avoir une utilité autre que militaire ; il pour- rait servir à sauver des vies pour les pompiers, ou à conquérir l’autonomie pour les handicapés, pas seulement à faire la guerre. L’auteur conclut son article en disant que la liberté de mouvement pour un handicapé, « c’est plus fort que n’importe quelle histoire de superhéros ! » Il prend donc position en récusant la fonction militaire de l’exosquelette, laquelle, selon lui, ne doit pas

être le but de cette invention.

écriture et oral

7. Par le sport, les modifications génétiques, la

technique : équipements sportifs, industrie de pointe, informatique, électronique… l’homme tente de dépasser des limites physiques pour bat- tre des records, se soigner, ou devenir plus fort.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 89

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Séquence b

déPASSer LeS LIMIteS de L’hOMMe : PrOGrÈS Ou dAnGer ?

évALuAtIOn 104-105 du manuel

évaluation

des compétences de lecture

10 points

u Document 1

1. La boite qui imite le logo Motorola / Ericsson ; le costume de dentiste des 2 personnes ; la vision subjective.

2. Les trois usages possibles de cette dent- radio :

– écouter la radio ;

– faire sentir les vibrations aux malentendants ;

– augmenter le son de la voix pour les environne-

ments bruyants. Ce ne sont pas les mêmes usages : le premier est un usage de loisir, le 2 e thérapeutique et le 3 e , militaire.

u Document 2

3. Selon l’auteur de supprimée.

4. On ne sait pas dans quelle condition l’homme sera encore vivant si son avenir est prolongé. C’est la problématique même de la séquence :

progrès ou danger ?

ce texte, la mort sera

u Mise en relation des documents

6. Les visions de l’avenir sont totalement diffé- rentes. Le document 1 présente une vision posi- tive ; le document 2, une vision négative : l’objectif poursuivi par les progrès technique est présenté de façon ironique.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 90

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

histoire des arts Page 107 du manuel

thématique: «Arts, sciences et techniques»

Première impression107 du manuel thématique: «Arts, sciences et techniques» 1 Exemple d’adjectifs pouvant être proposés pour rendre

1 Exemple d’adjectifs pouvant être proposés

pour rendre l’impression qui se dégage de l’œu- vre : coloré ; métamorphosé ; fantastique. On acceptera toute réponse argumentée.

Analyse de la photographie; fantastique. On acceptera toute réponse argumentée. 2 Les éléments qui composent cette photogra- phie sont

2 Les éléments qui composent cette photogra-

phie sont :

– un escalier ;

– une femme en robe haute couture, rouge et

rose, les couleurs de Lacroix, elle porte des bijoux

argentés, on n’aperçoit pas son visage en entier,

on ne voit que le bas de son visage, le reste est fondu dans le décor, elle est adossée au mur ;

– un mur déformé qui semble avaler le person-

nage ou un personnage sort du décor tel le passe-

muraille ;

– un décor en arrière-plan de salon avec une table

basse, une plante verte, un tapis, une banquette, une applique, un cadre, une fenêtre.

Le décor est plutôt dépouillé, dans un camaïeu de beige, marron, brun. La jeune femme est mise en valeur par les couleurs vives et chaudes, elle contraste avec la pièce, on ne voit qu’elle.

3 Les titres proposés : « La passe-muraille », « Le mur dévorant ».

proposés : « La passe-muraille », « Le mur dévorant ». Mises en contexte 4 Exemple

Mises en contexte

4 Exemple de plan pour soutenir une préférence

pour le modèle de J.-P. Gaultier :

– une femme sensuelle, ex : sa position, sa

robe ; – une femme fondue dans le décor, ex : les esca-

liers, qui rappellent la publicité pour Perrier ;

– une photographie d’art, cette femme semble

s’évanouir, s’épancher, se laisser aller à ses sen- sations, jusqu’à se fondre dans le décor.

5 Erwin Olaf manipule les codes de la beauté en

mettant en scène une femme avec une robe extra- ordinaire, mais dont le visage, qu’on suppose également très beau, a été en partie effacé par un travail sur l’image numérique.

6 Erwin Olaf a voulu souligner que, par la créa-

tion, l’imagination de son propre univers, la maî- trise de son art de photographe, il est capable de faire passer des messages. Exemple de sens possible de cette photographie :

Ici, E. Olaf choisit de montrer une beauté qui devient monstrueuse, fantastique (tête rempla- cée par une tête d’alien) ; la femme semble hap- pée, dévorée par le cadre, peut-être par le culte de la consommation ?

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 91

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Interrogation 3

Le virtuel est-il un enrichissement du réel ?

Séquence A
Séquence A

MOnde vIrtueL, MOnde PArALLÈLe ?

pages 110-115 du manuel

Introduction au travail de la séquence

Cette séquence répond à la difficile interrogation 3, dont la réponse nécessite qu’on en définisse les termes. Ici, virtuel n’a de sens qu’opposé à réel. Or, on peut très bien imaginer une conception du réel qui englobe le virtuel ! En effet, au nom de quoi tout ce qui constitue le virtuel (et qui, dans l’usage commun aujourd’hui, passe largement par internet) ne ferait- il pas partie du réel ?

Cette opposition virtuel / réel est fondatrice en premier lieu pour tout ceux qui aujourd’hui fréquentent les réseaux sociaux comme face- book ou twitter, les mondes virtuels comme Second Life, ou qui s’adon- nent aux jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs (MMORPG) : IRL (in real life) s’oppose pour eux à IG (in game). (Exemple : - IRL, j’ai 17 ans et j’habite en France. - On se donne rendez-vous IG dans 1h.)

La séquence est prolongée par des propositions d’activités et de recherches sur internet, page 124 du manuel.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 92

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Interrogation 3

1. Les jeux vidéo peuvent-ils agir

sur notre vie réelle ? pages 110-111 du manuel

La séance 1 évoque la question des jeux vidéo, souvent accusés de rendre les enfants et les adolescents plus violents. Discours réactionnaire ou vérité ? Le but de cette séance est d’abor- der cette question et d’y réfléchir de façon argumentée.

Lecture

u Étudier le roman (documents 1 et 2)

1. Majid et Samir jouent à un jeu de rôle dans un univers de fantasy ; Samir choisit ses armes, part en mission puis son personnage se fait tuer. Samir participe à son jeu totalement : joie quand il obtient ses armes, contrôle son personnage guerrier et tue un « ennemi » (Samir salua l’exploit d’un rire féroce […] Samir jubilait.) ; désappointe- ment, voire colère quand cet avatar est éliminé (Saloperie ! cria Samir en appuyant sur la gâchette du fusil-harpon.)

2. Ce texte peut produire de la peur, de l’inquié- tude chez le lecteur (doc. 1, l. 1-9 : armes étran- ges, arquebuses baroques, mitrailleuses d’un autre monde… cri horrible, rire féroce, Ah, ah, trop mortel !). Ces sentiments créent du suspense et mettent en lumière l’intérêt que le joueur peut prendre à son jeu. (l. 15-19 : un cimetière, une immonde bête, une embuscade, lui planta ses crocs dans le cou.)

4. Les auteurs tiennent pour réelle la confusion

entre virtuel et réel : des personnages du jeu pas-

sent dans la vraie vie ; les auteurs partent de cette hypothèse pour en examiner les conséquences.

u Étudier l’article et la couverture (documents 3 et 4)

5. Les jeux sont utilisés pour apprendre à com-

battre. (l. 2-5 : un bon entraînement pour appren- dre à viser-tirer avec précision et rapidité, et être capable de déclencher un tir d’instinct sur des ennemis attaquant dans des conditions calquées sur des combats réels ; l. 11-12 : … imprègnent favorablement les recrues tout en les condition- nant à « faire des cartons ». l. 16-17 : … aident au moment d’ouvrir le feu.)

7. La couverture du jeu est réaliste ; elle repré -

sente un soldat dans le feu du combat.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 93

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

MOnde vIrtueL, MOnde PArALLÈLe ?

2. Enrichir le réel, oui mais pourquoi ?

pages 112-113 du manuel

Cette séance présente un univers virtuel un peu particulier, qui n’a pas pour but une quête, comme dans la plupart des jeux de rôle, mais qui reproduit les conditions de la vraie vie. Second life est un monde virtuel qui croise les intérêts commerciaux des grandes entreprises.

Lecture

1. Second life, en français « deuxième vie », se

justifie par le fait que l’internaute est censé vivre une deuxième vie dans le jeu, une « vie virtuelle ». Le but du jeu est de « se promener librement, faire du shopping dans de gigantesques centres com- merciaux, visiter des lieux plus fabuleux les uns que les autres, jouer, créer des objets, des mai- sons, discuter avec les autres, aller danser en discothèque, se baigner, écouter des concerts… » Autrement dit, le jeu reproduit un univers qui res- semble en tout point au monde réel ! Ce jeu a 11 millions d’inscrits.

2. Les personnages du jeu s’appellent des « ava-

tars », ce sont des représentations virtuelles de l’internaute. Le lexique du loisir et du bonheur, et la représentation d’un couple de jeunes gens souriants, avec un arrière-fond exotique, rendent le jeu très attirant. (librement, lieux plus fabuleux les uns que les autres, jouer, créer… aller danser, se baigner…). L’argumentation est libre pour la dernière partie de la réponse.

3. La marine française a créé un port imaginaire

et une frégate sur Second Life pendant 6 jours pour se faire connaître. (l. 1-2 : Un port imaginaire,

une frégate en images de synthèse, mais, derrière leurs écrans, de vrais marins et un objectif concret :

recruter les matelots de demain.) Derrière des écrans, de vrais militaires accueillent les avatars et répondent à leurs questions. Le public visé est « les jeunes, les gens curieux » qui pourront être les « matelots de demain »

4. Ce sont de vrais marins qui répondent aux questions des avatars pour présenter les métiers de la marine : 2 à 3 marins, 24 heures sur 24. Des activités virtuelles sont prévues : « jeu-con- cours sur le pont d’envol, distribution de pom- pons rouges virtuels, films, exposition, « chat » quotidien avec des « marins d’exception » – pilote, sous-marinier, nageur de combat –, mais aussi accès à la passerelle, pour des discussions plus sérieuses », menées par de vraies marins.

5. Les entreprises citées sont le Crédit Agricole, Vedior, L’Oréal… Leur but est commercial : on peut supposer qu’ils alimentent les «gigantesques cen- tres commerciaux » dont parle le document 2. L’expression « nouveaux territoires d’interaction » est à comprendre ici comme « nouvelle possibilité de faire de la publicité ». Interaction signifie « action réciproque de plusieurs objets ».

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 94

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Interrogation 3

3. La vie en ligne, plus belle que la vie réelle ?

page 114 du manuel

Lecture

1. « Plus belle, ma vie en ligne » est une allusion

à la série Plus belle la vie mais signifie aussi que pour la journaliste, la vie virtuelle est « plus belle », plus intéressante que la vie réelle.

2. Geriatric1927 est un vieil homme digne, timide,

un « grand-père ». (un vieux monsieur veuf … il avait mis sa plus belle chemise … prenait congé très poliment des « youtubeurs » avant d’éteindre la caméra.) Les internautes proviennent du monde entier (de partout, ont jailli des réponses en vidéo. Des visa- ges jeunes ou fatigués […] un docteur indien, un rocker tatoué, une dame aux yeux humides).

La rencontre de ce vieil homme et des internautes est improbable et, par conséquent, représente

évALuAtIOn page 115 du manuel

évaluation

des compétences de lecture

10 points

1. La thèse de l’article est que les effets spéciaux

ne font pas tout. En effet, comme il est mainte- nant possible de tout faire avec le numérique, le spectateur finit par se lasser de la surenchère ; ce sont les histoires, surtout, qui sont importan- tes et qui font la valeur du film.

une très jolie histoire de rencontre. (Des dizaines de milliers d’internautes venaient de trouver un grand-père qui, une fois par mois, leur raconte l’ancien temps. Ce jour-là, avec son habituelle timidité, il a remercié ses fidèles pour l’extraordi- naire année qu’il venait de vivre grâce à eux)

3. L’effet produit sur le lecteur est l’émotion,

lorsqu’un vieux monsieur veuf, timide, que l’on suppose solitaire, se fait des amis qui l’écoutent évoquer ses souvenirs : Les émotions les plus for- tes n’ont pas besoin du sceau de la vraie vie pour exister. Cette phrase n’est compréhensible que si l’on comprend que la thèse soutenue par la journaliste est la défense du « monde virtuel », de la vie en ligne très heureuse et passionnante par opposition à la vraie vie qui n’a aucun intérêt sinon d’être normale.

2. L’auteur pense que les effets spéciaux sont très

réussis. Le lexique ressortit en même temps à l’admiration (réussi à mêler la réalité… et la fan-

taisie… sans que jamais on ne voie les soudures, chef-d’œuvres d’invention graphique, qualité du rendu des chairs) et à l’effet produit sur le spec- tateur (saisissante, envoûtante, stupéfiante).

3. Pour le journaliste, les effets spéciaux font

d’Avatar une réussite hors du commun. Mais l’his- toire en est banale. Selon lui, cet absence d’inté- rêt du scénario discrédite le film.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 95

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Interrogation 3

Le virtuel est-il un enrichissement du réel ?

Séquence b
Séquence b

cOMMent Le rOMAn INTERFACE InterrOGe-t-IL nOtre rAPPOrt Au vIrtueL ?

pages 116 à 123 du manuel

Introduction au travail de la séquence

Alliant roman de science-fiction et articles scientifiques, cette séquence a pour objectif de montrer les liens entre ces deux genres d’écrits, afin d’aborder la question de notre rapport à la science et au virtuel. Quel intérêt portons-nous à la science ? Comment les avancées scientifiques intègrent-elles notre quotidien ? Quelles peuvent en être les limites ? Comment la littérature les intègre-t-elle ? Quel regard critique portons-nous sur elles ? De tout temps, les avancées scientifiques ont déclenché des passions qui ont souvent conduit à opposer science et obscurantisme. Les enjeux, fortement marqués aujourd’hui, touchent l’accès démocratique à la science, son lien avec l’industrie et l’économie, son inscription dans un développement durable pour tous. C’est pour- quoi, cette séquence propose un parcours de lecture dans un roman de science-fiction en parallèle d’une sélection d’articles tirés du numéro spécial Sciences de La Recherche – Le Monde, nov-déc. 2009, intitulé « Les découvertes qui vont changer l’avenir » numéro qui propose des articles à caractère scientifique accessibles pour des élèves sur quatre grandes interrogations actuelles : « Quel avenir pour la santé ? », « Quel avenir pour l’environnement ? », « Quel avenir pour les techniques ? » et « Quel avenir pour l’espèce humaine ? » La lecture de ces documents veut inciter les élèves à s’informer sur les avancées scientifiques de leur épo- que, afin qu’ils puissent prendre position en citoyens avertis et conscients de leurs choix.

En fonction de son projet pédagogique, le professeur peut donc choisir de suivre le parcours de lecture de cette séquence ou l’élargir à des essais sur les enjeux des avancées scientifiques. La lecture intégrale du roman peut également être conduite en demandant aux élèves de trouver dans le récit d’autres extraits qui font écho à leur quotidien. Le professeur peut aussi prolonger cette séquence par des lectures cursives d’autres œuvres de science-fiction. Cette séquence recoupe l’ensemble des interrogations de cet objet d’étude et peut être abordée soit en début de parcours de cet objet d’étude, pour lancer le sujet à partir d’allers- retours entre fiction et textes scientifiques, soit en fin de parcours, pour en construire une synthèse.

La séquence est prolongée par des propositions d’activités et de recherches sur internet, page 124 du manuel.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 96

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Interrogation 3

1. Corps connectés de l’intérieur :

fiction ou proche réalité ? pages 116-117 du manuel

La séance interroge le rapport que notre corps entretient avec la science. Sommes-nous prêts à nous laisser « habiter » par la technologie ? En quoi cette technologie peut-elle améliorer le quotidien de chacun ?

Lecture

u Étudier le roman (document 1)

1. La lecture, par exemple, de la définition du

dictionnaire Le Nouveau Petit Robert de la langue française, éd. 2009 permet de compléter les pre- mières définitions données par les élèves. Ainsi est-il intéressant de comparer les trois accep- tions du mot (dans le domaine de la physique « surface de séparation », dans le domaine tech- nique « limite commune », dans le domaine infor- matique « dispositif qui permet la communication ») et voir comment l’on passe de l’idée de sépara- tion à celle de communication et donc de lien permanent entre au moins deux individus, deux éléments, deux systèmes.

2. Pour ce narrateur, jeune adolescent, l’interface

est le lieu de tous les désirs. Non seulement elle distille en permanence dans son cerveau des informations sur les dernières nouveautés, mais elle lui donne l’illusion de lui faciliter l’existence en répondant toujours à ses moindres souhaits, même les plus cachés. C’est un univers d’infor- mations, de musique, de publicité, de contacts immédiats avec ses proches. L’interface efface les notions d’effort et de frustration. Tout le monde n’est pas du même avis que le narrateur :

le troisième paragraphe de l’extrait révèle que certains voient dans l’interface la mainmise des « corporations », qu’il s’agisse d’entreprises mul- tinationales ou de groupes de pression économi- que ou politique, raisons pour lesquelles le narrateur semble peu intéressé et passablement résigné. (lignes 20-21 : « « blablabla, les corpo- rations nous manipulent », chacun dit ça, chacun

sait qu’elles contrôlent tout. » ; lignes 21-22 : « Ce n’est pas la panacée, bien sûr, car qui sait quel tour de cochon elles sont en train de nous prépa- rer en douce ? » ; lignes 25-27 : « D’autant qu’elles assurent un emploi à la quasi-totalité de la pla- nète, alors ce n’est pas comme si nous pouvions nous en passer » et lignes 27-28 : « C’est tellement extra de tout savoir sur n’importe quel sujet, à la demande, de piocher les informations, directe- ment dans son cerveau. »)

u Étudier l’article (document 2)

3. Ce projet vise à donner de l’autonomie à des

personnes paralysées. Pour le professeur, il s’agit ici de faire lire un texte scientifique en amenant les élèves à s’appuyer sur les mots qu’ils com- prennent, à intégrer dans leur lecture le lexique spécialisé donné en marge et enfin à reformuler ce qu’ils ont compris dans un langage courant.

4. Est directement interrogé ici le rapport de

l’élève à la science. Ce projet, porteur d’espoir pour les personnes atteintes du syndrome « loc- ked-in », peut paraître à la fois enthousiasmant et dérangeant du fait de l’implantation d’un élé- ment électronique dans le cerveau. La question posée se situe du côté de ce que l’être humain est prêt à accepter quand il s’agit d’une action directe sur son corps.

u Mettre en relation le roman et l’article

(documents 1 et 2)

5. Le lien entre le texte de fiction et celui à carac-

tère scientifique est « l’interface », son implanta- tion : superflue ou vitale ? enthousiasmante ou

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 97

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

cOMMent Le rOMAn INTERFACE InterrOGe-t-IL nOtre rAPPOrt Au vIrtueL ?

inquiétante ? On peut demander aux élèves de chercher dans les deux textes les éléments qui se rejoignent et s’opposent, notamment la diffé- rence entre l’exaltation du narrateur dans le document 1 et la limite énoncée dans la dernière phrase du document 2.

u Étudier le schéma (document 3)

6. Il s’agit ici d’interroger le rapport de chacun à son corps, au progrès, notamment en matière de handicap mais aussi d’élargir la réflexion à des applications qui renvoient à l’éthique, la mode, la logique de marché, par exemple l’implantation de prothèses pour embellir son corps, éviter le vieillissement, etc.

écriture et oral

7. La réponse doit rendre compte du rapport entre science et science-fiction, de la perception des élèves, des questions que cela déclenche, de la liberté individuelle au regard d’une éthique, de la pertinence, ou non, de légiférer.

8. La question posée doit conduire les élèves à réfléchir et à émettre une opinion sur la liberté individuelle et collective, le principe de plaisir, qui refuse toute frustration, et le principe de réalité, qui implique de différer la satisfaction immédiate afin de tenir compte de la réalité. Il sera intéres- sant, préalablement, de proposer une activité de recherche lexicale autour des mots proposés dans le programme : progrès / science / conscience.

2. Le progrès, source d’une vie meilleure ou cauchemar à combattre ? pages 118-119 du manuel

Cette double page interroge notre rapport à la science et au progrès. Ce dernier est-il toujours synonyme d’une vie meilleure ? Pour qui ? À quel prix ? Comment le progrès se confond-il par- fois avec aliénation et uniformisation des modes de vie ? Faut-il l’accepter ou résister ? Résister signifie-t-il que l’on est contre le progrès ou que l’on souhaite exercer son sens critique ?

Lecture

u Étudier le premier extrait (document 1)

1. Les procédés utilisés pour dramatiser la scène :

– la répétition par le vieillard de sa prophétie :

« Nous entrons dans une ère de calamité ! » (lignes 4, 6 et 10) ;

– les dialogues qui placent le lecteur au cœur de l’action ;

– la répétition de l’adverbe « soudain » (lignes 1 et 14) ;

– la dénomination, assez floue, de l’homme ou les

éléments inquiétants le concernant qui contribuent

à renforcer l’idée de danger et d’incompréhension

de ce qui est en train de se dérouler (lignes 1 et 12 :

« le vieillard » ; lignes 1

ligne 9 : « complètement cinglé, ce gars-là, il a une espèce de… » ; ligne 12 : « me plaqua… une sorte

de » ; lignes 19-20 : « le vieux bonhomme » ; ligne 25 : « le gars lança cet appel délirant » ; ligne 26 :

« cet appel de dément »)

– l’alternance, d’un paragraphe à l’autre, entre

les différents groupes de personnages (1 er § :« le vieillard » ; 2 e et 3 e § : le narrateur et ses amis,

« nous » ; « tout le monde », 4 e § :« le vieillard » ;

5 e § : le narrateur,

« je » ; 6 e § :« il » ; 7 e § : de nou-

veau le narrateur, « je » puis « nous »).

et 12 : « hurler », « hurla » ;

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 98

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

– la rupture introduite par l’arrivée de la police (ligne 34).

2. Les phrases en italiques reprennent la prophé-

tie du vieillard et soulignent qu’il s’agit d’un mes- sage diffusé de manière automatique. Cette prophétie est ensuite développée dans des phra- ses nominatives (lignes 27 à 30) qui annoncent une sorte de malédiction. Elle renvoie à des ima- ges violentes de mort et de torture (ligne 27 : « du sang sur le tarmac » ; ligne 28 : « Des doigts dans les broyeurs », « désolation lunaire », « manne- quins morts » ; ligne 29 : « le bassin tourné à cent quatre-vingts degrés » ; ligne 29-30 : « indéfecti- ble »). Elle se termine sur deux phrases verbales, la première au futur annonce l’imminence de la prédiction : « Les poulets pourriront dans les allées », la seconde à l’impératif qui en actualise le résultat : « Voyez s’écrouler les colonnes. »

3. Le champ lexical qui domine est celui de la mort,

de la désolation. Les termes et tournures employés par le vieillard sont violents et cherchent avant tout à impressionner les personnages et à créer l’effroi. Ce vieillard s’apparente à un personnage de prophète ou de prédicateur, une sorte de mage délivrant un message divin. Il annonce la fin du monde, sorte d’apocalypse dont personne ne réchappera. Le professeur peut choisir d’éclairer ce document d’extraits de prophéties ou d’œuvres picturales renvoyant par exemple aux Dix plaies d’Égypte (voir le livre de l’Exode, dans la Bible), ou encore à l’Apocalypse (voir l’Apocalypse de Jean, dernier livre du Nouveau Testament).

u Étudier le second extrait (document 2)

4. Les policiers placent les victimes en quaran-

taine : d’une part, pour prendre le temps de les ausculter et ainsi de comprendre ce qui s’est passé (lignes 10 à 13 : « analyser » ; « vérifier » ; « décryp- ter ») ; d’autre part, pour éviter une contamination qui risquerait de déclencher l’extension de ce genre d’actions (ligne 11, « vérifier l’absence de virus ») ; enfin, pour identifier l’auteur de l’attentat (lignes 13-14, « recherche d’éléments à charge », « un pirate et un anarchiste de la pire espèce »).

Interrogation 3

5. Le fait d’être déconnectés, sans interface, donne aux adolescents un sentiment de vacuité, comme s’ils se trouvaient incapables de penser, de parler, de ressentir des émotions en dehors de l’interface. On peut voir dans cette phrase l’ex- pression d’une angoisse fondée sur la décou- verte de la dépendance et du sevrage : comment vivre sans interface ? Comment faire pour penser par soi-même ? Choisir ? Prendre une décision ? Échanger avec autrui ?

6. Le terme « pirate » renvoie aux actes délictueux

tels le vol et le pillage. C’est à l’acception moderne de ce nom, « pirate informatique », qu’il faut ici se référer, désignant une personne qui s’immisce dans le système informatique d’un particulier, d’une entreprise ou d’une organisation pour obtenir des données confidentielles ou détruire les informations. Le terme « anarchiste », renvoie

à l’anarchisme, une doctrine politique favorable

à la disparition de l’État souvent au moyen d’ac-

tions violentes (attentats, assassinats d’hommes d’État), en référence à la doctrine de Proudhon qui refuse toute autorité ou règle. Ce personnage du vieillard est un « pirate » : il s’est introduit dans les interfaces des adoles- cents à leur insu. C’est un « anarchiste » : lors de son attentat, il a réussi à détruire les connexions existantes et à faire répéter en boucle son propre message aux adolescents.

u Étudier l’image (document 3)

7. Cette première de couverture est composée de

trois mentions écrites très courtes (le titre du

roman, « Interface » ; le nom de l’auteur « M.T.

Anderson » ; le nom de la collection où paraît le livre, « Scripto »), disposées sur une illustration en gros plan, représentant un crâne rasé vu de dos. En travaillant par associations libres, les élèves peuvent associer, par exemple :

– la vision de dos à l’absence de visage, à une

perte d’identité ;

– le crâne rasé à l’absence de signes distinctifs,

au rapprochement de l’homme avec le robot ;

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 99

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

cOMMent Le rOMAn INTERFACE InterrOGe-t-IL nOtre rAPPOrt Au vIrtueL ?

– la représentation en gros plan, à un contrôle omniprésent. Cette analyse peut faire réfléchir à la manière dont le vieillard s’introduit dans le cerveau des jeunes gens, comment il les court-circuite pour diffuser son message (document 1) mais aussi sur les sen- timents de vide et d’angoisse que cette décon- nexion provoque lorsque les jeunes se retrouvent à l’hôpital sans interface (document 2).

écriture et oral

8. La réponse à la problématique de cette séance

doit permettre de faire émerger une réflexion sur la dépendance que l’on peut entretenir vis-à-vis du

virtuel et des nouvelles technologies. Elle doit éga- lement prendre en compte les notions de contrôle des individus, d’endoctrinement, d’absence de mise à distance et de perte d’humanité.

9. On pourra évaluer ce travail de rédaction en

s’assurant, par exemple, que l’interview de Loga n’oublie pas de :

– camper le décor et les circonstances de l’attentat;

– reformuler la chronologie des événements ;

– employer un lexique et des types de phrases

rendant compte de la bizarrerie de l’événement et du malaise perçu par la jeune fille ;

– faire ressentir le danger de la situation ;

– réactiver les règles de l’interview journalistique travaillées en classe de 2 e .

3. La technologie doit-elle transformer

le corps humain ? pages 120-121 du manuel

Cette séance fait écho à la séquence B de l’interrogation 2 : « Dépasser les limites de l’homme :

progrès ou danger ? » (pages 98-105). Il s’agit ici de travailler le paradoxe entre le côté pathé- tique du roman et celui extraordinairement porteur d’espoir de l’article de presse. La séance doit conduire à poursuivre la réflexion de l’objet d’étude du côté des enthousiasmes et des interrogations suscitées par les avancées scientifiques et techniques.

Lecture

u Document 1

1. Suite à l’attentat dont elle a été victime, Violette

n’a pas recouvré l’intégralité de ses facultés. Son interface, implantée tardivement, ne répond plus correctement et semble durablement détériorée. Les diagnostics effectués par les techniciens révè- lent leur incapacité à régler ces dysfonctionne- ments et laissent présager qu’elle pourrait en mourir. Son effroi se traduit par la difficulté qu’elle éprouve à expliquer ce qui se passe (nombreuses

phrases interrompues par des points de suspen- sion) et par un glissement dans le choix des termes qui passent du registre technique (lignes 1 et 6 :

« gros problème avec mon interface » ; ligne 9 :

« sérieux dysfonctionnements » ; ligne 18 : « tombe en panne plus facilement » ; ligne 24 : « en train de se détériorer » ; ligne 31 : « en cas de grosse panne ») au registre pathétique. Celui-ci va crescendo à par- tir de la ligne 16 : « fragile » ; ligne 22 : « conséquen- ces fatales » ; ligne 23 : « il empire » ; ligne 29 :

« perdre la faculté de penser » ; ligne 30 : « fonctions vitales » et « mon cœur pourrait s’arrêter de battre

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 100

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

2. Ces dysfonctionnements sont dus au type d’in-

terface qui a été implantée à Violette et surtout à l’âge auquel cette implantation a eu lieu. Contrai- rement aux autres adolescents, la jeune fille n’a pas reçu tout de suite d’interface. Il serait intéres- sant que le professeur interroge ces raisons (man- que d’argent ? défiance de ses parents ?) et demande aux élèves d’identifier les questions sous-jacentes (doit-on toujours ressembler aux autres, y compris au péril de sa vie ? Comment manifester sa différence et vivre en société ? Com- ment continuer d’exercer son sens critique ?)

3. Le narrateur ne semble pas comprendre la peur

de Violette, comme si l’interface était pour lui un rempart parfait à tous les problèmes. Ainsi peut- on noter qu’il s’exprime essentiellement par des phrases courtes, principalement interrogatives, révélant son incompréhension mêlée d’une pointe d’agacement, de manque de tact voire de méchan- ceté : s’il y a une panne, il faut réparer, ne m’em- bête pas avec cela ! (l. 4, 7, 14, 17, 19 et 25).

u Document 2

4. Le domaine est celui du médical et plus préci-

sément de la thérapie cellulaire qui consiste à soigner et guérir une maladie par la fabrication de cellules de rechange qui remplacent celles qui sont détériorées. Ces nouvelles cellules ont donc pour fonction de réparer les cellules défectueu- ses, dans le cas présent, qui entraînent la cécité. Cette innovation, bientôt appliquée à l’homme, pourrait permettre d’arrêter l’évolution irrémé- diable de maladies dégénérescentes ou, dans d’autres cas, des traitements chimiques longs, coûteux et souvent douloureux pour le malade. On peut repérer l’adhésion de la journaliste à l’emploi d’un lexique positif (l. 1 : « éviter la

cécité », « séduisante » ; l. 4-5 : « cellules saines » ;

l. 5-6 : « source prolifique », « cellules de

« capables de se multiplier » ;

rechange » ; l. 7 :

l. 13-14 : « risque de réaction immunitaire et de rejet de greffe […] faible »), d’adverbes qui insis- tent sur l’imminence de cette innovation (l. 3 :

« bientôt » ; l. 10 : « déjà ») ou d’une phrase excla- mative (l. : 5-6) qui révèle son enthousiasme.

Interrogation 3

u Document 3

5. Ce robot, destiné à la microchirurgie, permet

de pratiquer des incisions de toute petite taille tout en offrant au chirurgien un contrôle précis de ses gestes sur l’écran. L’innovation technolo- gique réside dans le fait que le robot reproduit le geste du chirurgien à l’aide des manettes. Ce n’est plus l’homme qui intervient directement sur le malade mais la machine guidée par l’homme.

écriture et oral

6. La réponse à la problématique ne peut évidem-

ment pas se concevoir comme une réponse binaire, de type « oui », ou « non ». Il s’agit davan- tage de travailler les capacités « Rédiger une argumentation sur un sujet de société impliquant les sciences et les techniques » et « Mettre en relation des éléments sociologiques contempo- rains et des essais ou des fictions ».

7. On pourra évaluer ce travail de rédaction en

demandant, par exemple, que la lettre n’oublie pas de :

– présenter rapidement la situation dans laquelle se trouve Violet ;

– énoncer explicitement une demande de réparation ;

– argumenter en employant le lexique de la conscience et de la responsabilité ;

– conclure en évoquant, dans le cas d’une

réponse négative, une stratégie à adopter ;

maîtriser le code de la lettre.

8.

Cette activité doit permettre de travailler et

d’évaluer les capacités suivantes : « Traiter et ana- lyser l’information : repérage, sélection, reformu- lation, hiérarchisation, analyse de la valeur », « Comprendre une stratégie d’explication » et « À l’écrit et à l’oral, identifier les idées essentielles d’un texte, le résumer ». Elle permet également à l’enseignant d’évaluer l’attitude: «Entrer dans des hypothèses envisageables dans le futur et les mettre en relation avec la société actuelle ».

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 101

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Séquence b

cOMMent Le rOMAn INTERFACE InterrOGe-t-IL nOtre rAPPOrt Au vIrtueL ?

évALuAtIOn pages 122-123 du manuel

évaluation

des compétences de lecture

10 points

u Document 1

1. Le narrateur s’habille « avec le plus grand soin,

comme pour une occasion spéciale ». Il semble préoccupé par sa mise et la vérifie en perma- nence, comme s’il voulait montrer la meilleure image de lui-même (l. 3 et 4 : « je ne cessai de tri- poter ma chemise », « J’essayai de rouler les man- ches à différentes hauteurs de mon biceps. ») Autant de signes de nervosité qui montrent que cette journée n’est pas ordinaire.

2. Face à Violet qui ne répond pas, le narrateur

évoque leur histoire et manifeste divers senti- ments. Tout d’abord, la sincérité d’une histoire sentimentale (l. 19-20 : « C’est l’histoire d’un gar- çon tout ce qu’il y a de plus normal » ; l. 21 : « il ren- contre une dissidente au cœur d’or » ; l. 22-23 :

« C’est l’histoire de leur amour à tous les deux. ») Son discours révèle également une sorte de prise de conscience (l. 21-22 : « À l’arrière-plan, on entre- voit l’Amérique en train de vivre ses derniers jours ») mais surtout de l’ironie et de l’amertume permet- tant, en quelque sorte, de racheter son attitude

désinvolte face à la maladie de Violet (l. 23 : « C’est drôle à se taper les cuisses »). Mais ce monologue rétrospectif porte également la trace d’un humour bien vivant (l. 27-28 : « Déconseillé aux moins de treize ans. À cause du langage, et de quelques scè- nes à caractère sexuel ») qui fait figure de conclu- sion en montrant comment cette banale histoire d’amour marque le passage à l’âge adulte (l. 25 à 27 : « Ensemble, les deux gamins grandissent, se livrent à de folles escapades et prennent une grande leçon d’amour »).

3. Les cinq dernières lignes correspondent aux

paroles délivrées par l’interface (lignes 32 à 35).

La reprise de « Tout doit disparaître » devient ensuite ambiguë pouvant à la fois correspondre à la litanie de l’interface, au commentaire du narra-

teur mais aussi à Violet mourant, en quelque sorte, en direct et dont la voix devient de plus en plus ténue et lointaine. Quelle que soit l’interprétation proposée par l’élève, il convient qu’il mette du sens sur la mise en page et la typographie des dernières lignes.

évaluation

des compétences d’écriture

10 points

5a. On pourra évaluer ce travail de rédaction en s’assurant que l’article n’oublie pas de :

– sélectionner et hiérarchiser les informations

propres à la rédaction de l’article dans les docu-

ments de la séquence ;

– expliquer précisément une innovation et la reformuler de manière accessible à tous

– identifier les atouts des récentes innovations de ce domaine et les illustrer par des exemples ;

– s’interroger sur les limites de ces innovations ;

– employer le lexique du progrès, de la science et de la conscience ;

– employer les procédés de la généralisation, de

la reformulation, de la condensation ;

– réinvestir les connaissances et capacités liées à l’écriture journalistique.

5b. On pourra évaluer ce travail de rédaction en demandant, par exemple, que le texte argumenté n’oublie pas de :

– sélectionner et hiérarchiser les éléments pou-

vant servir d’illustration dans les documents de la séquence ;

– prendre position explicitement en répondant à la question ;

– développer des arguments montrant les atouts

du virtuel ;

– s’interroger sur ses limites ou ses dangers ;

– employer le lexique de la connaissance et du

raisonnement ;

– employer les formes de l’interrogation directe et indirecte et les procédés d’interpellation.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 102

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

Interrogation 3

L’homme face aux avancées scientifiques et techniques

ActIvItéS et rechercheS
ActIvItéS et rechercheS

page 124 du manuel

Séquence A MOnde vIrtueL,

Séquence b

MOnde PArALLÈLee

 

INTERFACEe

 

1. Le travail demandé est un travail d’imitation

d’une scène fictionnelle romanesque, comme celle de Golem. Les élèves doivent :

– décrire le jeu et les événements qui se produisent ;

– imaginer des personnages qui jouent à ce jeu ;

– la façon dont ils réagissent face aux événe- ments du jeu ;

– comporter des dialogues.

On peut évaluer le tableau de recherche lexicale, mais il est peut-être plus intéressant de le tra- vailler avec les élèves pour lancer le travail. Les élèves peuvent se fonder sur un jeu vidéo connu ou l’inventer.

peuvent se fonder sur un jeu vidéo connu ou l’inventer. 3. Claire Ulrich veut dire que

3. Claire Ulrich veut dire que les rencontres sur

internet sont plus vraies que les rencontres IRL. Car l’internaute est un être libre, débarrassé des conventions et des obligations qui s’interposent dans « la vraie vie ». Claire Ulrich va très loin dans l’argumentation.

4. Les élèves doivent faire une recherche sur

internet pour nourrir leur réflexion, afin de répon- dre à la question posée. Second Life est un jeu où l’on peut acheter de l’argent, en investir, et en dépenser ! Voir : secondlife.com

5. Sur google, les mots clé internet / virtuel / réel

affichent une page qui renvoie à une réflexion philosophique, ou scientifique, ou informatique, ou sociologique (sur les jeunes et internet). La réflexion sur virtuel / réel dépasse largement le domaine des jeux, et se pose aujourd’hui dans beaucoup de domaines, c’est une question sociétale.

1 Les critiques peuvent donner lieu à une exposi-

tion au CDI, un article dans le cadre du journal de l’établissement ou du blog de la classe – ou encore à une activité orale (débat ou interview).

2 On place les élèves en situation de lecteurs d’ar- ticles scientifiques se posant des questions pour lesquelles une recherche plus précise pourra être envisagée et donner lieu à un exposé oral.

3 La production pourra consister en un récit ou un

dialogue ; le lexique employé devra rendre compte

d’avancées scientifiques dans ce domaine, réelles ou fictives.

scientifiques dans ce domaine, réelles ou fictives. 4 Cette activité de recherche permet de mettre en

4 Cette activité de recherche permet de mettre en

œuvre les capacités suivantes: «Traiter et analyser l’information: repérage, sélection, reformulation, hiérarchisation, analyse de la valeur » et « À l’écrit et à l’oral, identifier les idées essentielles d’un texte, le résumer ». La discussion autour de la cita- tion d’Armstrong permet, tout en travaillant l’ex- pression orale, de faire réfléchir les élèves sur la place de l’homme dans la conquête spatiale.

5 Cette recherche permet de découvrir de nouvelles

œuvres littéraires et cinématographiques tout en les replaçant dans leur contexte de production. Elle peut servir d’introduction à une séquence sur la fiction, en lien avec l’objet d’étude « Du côté de l’imaginaire », et favoriser la lecture critique de ces œuvres.

6 La lecture de ces bandes dessinées permet

d’ouvrir le champ des œuvres étudiées par les élèves au « 9 e art ». La comparaison avec l’extrait du roman Interface permet alors de distinguer ce qui relève de l’imaginaire d’Hergé de celui de M.T. Anderson.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 103

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

histoire des arts page 125 du manuel

thématique: «Arts, sciences et techniques»

Première impression125 du manuel thématique: «Arts, sciences et techniques» 1 Pour permettre de faire émerger des premières

1 Pour permettre de faire émerger des premières

impressions « objectives », il peut être utile de projeter cette photographie sans la légende. Si l’aspect bestial apparaît rapidement, il est aussi intéressant de voir comment la lecture première des élèves se nourrit de leur imaginaire.

2 Que les termes relèvent du beau et du laid, du

drôle et du terrifiant, de l’étrange et du réel ou de tout autre chose, l’intérêt consiste à faire voir aux élèves les différentes façons dont ils peu- vent construire un titre : pour une approche des- criptive ? explicative ? comme reflet d’une émotion ?

Analyse de la photographiecriptive ? explicative ? comme reflet d’une émotion ? 3 Que voit-on ? Une tête hérissée

3 Que voit-on ? Une tête hérissée de poils de

laquelle jaillissent deux yeux globuleux surmon- tés d’antennes, et des pattes nombreuses qui donnent l’impression que cette créature porte quelque chose vers une bouche. La question du virtuel ou du réel dépend de la manière dont la photographie est présentée : avec ou sans légende.

4 Souvent très au fait des nouvelles technolo-

gies et des logiciels de création d’images, les élèves peuvent proposer de multiples explica- tions des techniques de réalisation de cette pho- tographie. Il s’agit surtout de les faire réfléchir sur l’effet que peut avoir cherché le photogra- phe : rendre compte de la réalité avec précision ? faire d’un simple moustique un monstre terri- fiant ? interroger notre perception du monde sui- vant l’échelle à laquelle on le regarde ? transformer, par l’emploi d’une innovation tech- nologique, un animal ordinaire en œuvre d’art ?

5 « X 327 » (« X 282 » dans le petit format) corres-

pond au grossissement du microscope électroni- que qui permet cette vision de la tête du moustique. Du point de vue des avancées techniques, le microscope électronique, qui apparaît dès les années 1930, a permis d’étudier avec précision des objets ou animaux relevant de l’infiniment petit. Ici la fonction cognitive de cette technologie est rem- placée par une visée artistique. Cette page peut donner lieu à d’autres présentations d’avancées techniques, notamment en électronique, intégrées dans des œuvres musicales ou des images.

6 Les élèves sont invités à donner leur point de

vue sur ce qu’est, pour ceux, une œuvre d’art. La réflexion peut être étendue à la question des effets spéciaux dans les jeux vidéo ou au cinéma. À quel moment le virtuel prend-il le dessus sur le réel ? Dans quelle mesure ce mélange des espa- ces contribue-t-il à la création artistique ?

des espa- ces contribue-t-il à la création artistique ? Mises en contexte 7 Alien est un

Mises en contexte

7 Alien est un classique généralement connu des

élèves mais on peut leur demander d’aller cher- cher d’autres sujets dans lesquels les « êtres » sont inspirés d’objets ou d’animaux réels. L’im- portant est de développer leurs capacités de lec- ture de l’image, et leur faire mettre en évidence les procédés de détournement présidant à de nombreuses œuvres cinématographiques de science-fiction.

8 Cette activité vise à faire le lien entre l’image

présentée et l’imaginaire du spectateur. Dans le cadre d’un récit de science-fiction, il s’agira de travailler précédemment sur les connotations auxquelles renvoie cette image et de l’intégrer dans un récit mêlant monde actuel et futur.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 104

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

étude de

la

langue pages 128-129 du manuel

Grammaire

Les formes de l’interrogation2010 étude de la langue pages 128-129 du manuel Grammaire 1 Totale / Partielle / Totale

1 Totale / Partielle / Totale / Partielle.

2 – Je me demande quel intérêt peut présenter

Facebook ;

– Je m’interroge sur les espoirs que la naissance de la chirurgie esthétique a suscités ;

– Dites-moi pourquoi le robot a constitué une

avancée technologique ;

– Je ne sais pas si on doit autoriser les athlètes avec prothèse à concourir avec les athlètes valides.

Les procédés de la généralisation, de la reformulation et de la condensationavec prothèse à concourir avec les athlètes valides. 3 a. Dans les slogans publicitaires : –

3a. Dans les slogans publicitaires :

– (La Sécurité sociale) La juxtaposition / la tour-

nure impersonnelle / le présent atemporel / l’em- ploi mnémotechnique de la rime ;

– (Mobalpa) L’emploi du pronom personnel « on »

qui désigne tous les employés Mobalpa (du desi- gner au cuisiniste en passant par le vendeur) / Le pronom démonstratif neutre écrasé « ça » (mis

pour « vous », « votre bien », « votre confort ») / le présent atemporel / La rime ;

– (La Poste) Le présent atemporel / La juxtaposi-

tion / La tournure présentative « ce que » / La tour-

nure logique qui induit l’équation suivante : la Poste, c’est l’avenir ;

– (Mac Donald) la rime / l’anaphore du démons-

tratif neutre écrasé « ça ». Le premier « ça » peut être remplacé par « la restauration », « le ser- vice » ; le second « ça » peut être positivement ou négativement remplacé, au choix du point de vue ! Positivement, on aura les termes suivants « rapide », « pas cher », « savoureux », « convi- vial », « dynamique », etc. Négativement, on aura

plutôt « trop gras », « trop sucré », « cher pour ce que c’est », etc.

– (SNCF) L’oxymore ;

– (Club Med) La juxtaposition de propositions

nominales / La gradation dans l’emploi des pro- noms personnels atones « me », « te », « nous ».

3b. Dans les citations d’écrivains :

– (Montesquieu) L’emploi du présent de vérité

générale / l’emploi de l’impersonnel « il » / L’oppo- sition répétée « grand » et « ne pas » / Le jeu sur l’opposition spatiale entre la préposition « au- dessus » et la coordination « avec » ;

– (Prévert) la métaphore filée « santé de fer » et « se rouiller » / l’emploi du pronom « On » / l’humour ;

– (Daudet) l’apposition et l’emploi du présenta- tif / le présent de vérité général ;

– (Beaucarne) énumération et juxtaposition de

propositions indépendantes qui conduisent à un effet d’accumulation. Le racisme est dénoncé et ridiculisé également par l’emploi du pronom per- sonnel « tu » : il marque un rapprochement en opposition au caractère d’exclusion induit par une attitude raciste.

au caractère d’exclusion induit par une attitude raciste. Les procédés de l’interpellation 4 . Le ton

Les procédés de l’interpellation

4. Le ton ironique est donné par le titre : emploi de l’apostrophe « Bienvenue ! » et d’un néolo- gisme « Botoxland » ; la métaphore animale filée « tels des bancs de mérous », « aux commissures de canard » ; le néologisme « customisées » ; l’exagération « momification » ; la métaphore « les magiciens du scalpel ».

5. L’attitude du physicien (il tire la langue) peut être perçue moins comme un acte provocateur que comme un acte d’autodérision. S’il se présente comme un sale gamin qui se moque du monde, ses mots prononcés peu de temps avant sa mort attestent davantage de son humilité : moi, physi- cien dont les recherches sur la relativité et le nucléaire vont bouleverser le monde, « je ne connais presque rien aux hommes ». Il faut donc voir dans cette attitude beaucoup d’humour, mais surtout une mise en évidence d’un paradoxe : si les hommes sont capables de grandes découver- tes et réalisent des progrès considérables, ils res- tent aussi impuissants face à d’autres questions majeures (comment soigner tous les hommes, vaincre les famines, les guerres, etc.)

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 105

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

étude de LA LAnGue page 128 du manuel

Grammaire Lexique

Les termes scientifiques et techniques

1. Comme la fiche 2 le rappelle, le radical – gène

désigne une unité définie localisée sur un chro- mosome et responsable de la production des caractères héréditaires. La recherche lexicale peut conduire de nouveau à un débat sur les questions éthiques que soulèvent les manipula- tions transgéniques et les politiques raciales (nazisme) fondées sur l’eugénisme.

2. Cet exercice permet de revoir la façon dont les

mots se forment et conduit l’élève à se question- ner sur le sens des préfixes et des suffixes. On montrera aussi comment le sens peut dériver (« légume bio »).

3. Néologismes français :

Exosquelette : mot crée en 1903, de exo- (au-

dehors). Structure externe et dure, que secrètent certains invertébrés (carapaces d’insectes, coquille de mollusques)

Interconnexion (1930) : connexion simultanée

et réciproque de plusieurs circuits.

Interface (1960) : surface de séparation entre

deux états distincts de la matière.

Internaute (les années 2000) : ce terme a rem-

placé le mot cybernaute (1999). Crée à partir d’in- ternet et du suffixe -naute, navigateur, il désigne

une personne qui utilise une application infor- matique lui permettant d’obtenir sur internet des informations ou d’être en connexion avec un autre internaute.

Néologismes anglais :

Clonage (1970) : reproduction d’un individu ani-

mal ou végétal à partir d’une de ses cellules insé- rée dans un ovule dont le noyau a été supprimé.

Dopage (1921) : action d’ajouter une substance chimique pour stimuler l’organisme.

Facebooker (2007) : désigne un utilisateur du

réseau Facebook.

Googlage (Google, 1998) : ce mot n’est attesté

dans aucun dictionnaire français. Il signifie l’ac-

dans aucun dictionnaire français. Il signifie l’ac- tion d’utiliser le moteur de recherche Google. Par contre,

tion d’utiliser le moteur de recherche Google. Par contre, le choix du terme « google » est intéres- sant : il a pour origine le terme mathématique Gogol qui désigne 10 100, c’est-à-dire un nombre énorme commençant par 1 suivi de cent zéros.

Youtubeur (Youtube, 2005) : désigne l’utilisa-

teur du site Youtube. Ce mot n’est attesté dans aucun dictionnaire français.

Webcam (attesté dans le dictionnaire fran-

çais ?) : désigne une petite caméra numérique qui se connecte à l’ordinateur via un réseau, le port USB.

4. Lexique de science-fiction :

Abduction : enlèvement d’un être vivant par un extra-terrestre.

Androïde : être artificiel, ayant l’apparence d’un être humain.

Cryokynésie : capacité d’un individu à pouvoir

créer et manipuler de la glace par la seule force de sa volonté.

Dystopie : monde imaginaire dans lequel le pire est arrivé.

Exoplanète : planète gravitant autour d’une étoile autre que le soleil.

Métamorphe : créature qui a le pouvoir de chan- ger de forme à volonté.

Sélénite : habitant de la Lune.

Ufologie : discipline qui étudie les phénomènes aériens inexpliqués.

6. Cet exercice doit se faire à l’aide de la fiche 2

ainsi qu’une liste de préfixes, de radicaux et de suffixes afin que les élèves puissent composer des néologismes. Exemples : téléphage, scola- phobe, insulaphile.

Exemples : téléphage, scola- phobe, insulaphile . Progrès 7 . Mots de la même famille que

Progrès

7. Mots de la même famille que progrès : pro-

gresser, progression, progressivement, progres- sif, progressiste, progressivité.

8. Liste des faits scientifiques ou médicaux pré-

sentés dans les séquences : la vidéosurveillance,

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 106

InterrOGAtIOnS 1-2-3

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

la carte bancaire, le téléphone portable, le GPS, internet, facebook, la génétique : tests ADN, mani- pulations génétiques, la chirurgie esthétique, les prothèses, le dopage génétique, l’exosquelette.

9. Science et Vie Junior : on fera procéder à la dénotation, puis la connotation de l’image. Quant aux termes nécessaires pour écrire l’article, on peut attendre des termes techniques employés dans la séquence B (pages 102, 103), mais aussi des termes plus philosophiques liés au mythe d’Icare (Désir, rêve, besoin de repousser les limites).

( Désir, rêve, besoin de repousser les limites ). Science et conscience 10 . On n’attendra

Science et conscience

10. On n’attendra pas des élèves une longue dis- sertation sur cette célèbre phrase, extraite du chapitre VIII de Pantagruel (1532), de Rabelais. Néanmoins, ils peuvent expliquer que l’utilisation de la science sans une maîtrise totale par la conscience morale (qui respecte les personnes, leur liberté, leur dignité) entraîne la perte de l’âme. Celui qui utilise la science au service de ses désirs, ou de ses appétits, celui-ci se dégrade et ne se conduit pas comme un être responsable, autonome. Les élèves pourront illustrer leur expli- cation d’exemples montrant les dérives de méde- cins illuminés et de politiciens fous.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 107

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

vers

le

bac Pro pages 132-133 du manuel

Cette évaluation propose trois documents qui permettent d’interroger notre rapport à l’avenir. Le texte d’Albert Jacquard nous invite à un nouveau comportement plus responsable et plus solidaire, la première de couverture de l’ouvrage de Catherine Bréchignac nous invite à nous interroger sur notre rapport à la science, le dessin de couverture du magazine Science et vie junior nous permet de rêver à un avenir peuplé d’inventions prodigieuses.

On trouvera l’intégralité du texte d’Albert Jacquard sur le site du Monde diplomatique : http://

www.monde-diplomatique.fr/2004/05/JACQUARD/11175

évaluation

des compétences de lecture

10 points

u Document 1

1. On attend des élèves qu’ils énoncent :

– tout d’abord la fin d’un monde dont les riches-

ses pouvaient sembler inépuisables ;

– puis la croyance d’Albert Jacquard que cette fin

peut être l’occasion d’une meilleure utilisation et d’un meilleur partage des richesses essentielles. Exemple de résumé : « Albert Jacquard constate la mutation du monde dans lequel nous vivons. Les ressources considérées auparavant comme inépui- sables nous sont maintenant comptées. Cette mutation peut être l’occasion pour nous de nous montrer plus conscients des richesses épuisables que nous gaspillons. Elle peut être aussi l’occasion d’apprendre à modifier notre comportement afin que les richesses essentielles comme l’air et l’eau soient plus protégées et mieux partagées. » On acceptera tout titre pertinent rédigé par l’élève (par exemple : Terre-hommes, un nouveau contrat) ou l’utilisation d’une citation du texte comme titre : Le temps du monde fini commence.

2. Cette citation évoque un monde dont les limi-

tes n’étaient pas envisagées lorsque l’homme avait encore des terres à découvrir pour parfaire sa connaissance de planète : Les cartes de la pla- nète comportaient de grandes taches blanches désignées comme Terra incognita ; lorsque les ressources pouvaient être considérées comme inépuisables : les biens qu’elle nous donnait étaient sans fin renouvelables ; lorsque la foi dans les progrès scientifiques pouvait laisser penser

que tous les problèmes seraient résolus. À ce monde révolu, Paul Valéry oppose le monde de l’après-guerre connu, circonscrit par l’homme qui doit désormais le regarder comme un bien épui- sable et qu’il convient de ménager. On pourra répartir les 3 points attribués à la question en fonction de l’énoncé de l’opposition de deux mondes (2 points) et de citations perti- nentes (1 point).

u

Document 2

3.

Le lecteur voit son attention attirée par :

le point d’exclamation disproportionné qui

semble animé d’intentions belliqueuses ;

– la peur manifestée par le petit bonhomme ;

– le titre injonctif qui semble l’inclure dans l’ordre donné (N’ayons pas peur de la science) ;

– le sous-titre, plus rationnel, qui propose une

piste de réflexion (raison et déraison) et le sérieux

de l’éditeur de l’ouvrage (CNRS éditions).

4. Le point d’interrogation de Wiaz peut person-

nifier nos inquiétudes devant les progrès de la science dont nous craignons parfois les effets encore inconnus ou mal maîtrisés. On acceptera toute réponse cohérente et judicieusement argumentée.

u Document 3

5. L’avenir présenté par cette première de couver-

ture est radieux. Le jeune homme souriant (lecteur potentiel du magazine) est entouré d’une bulle pro- tectrice qui peut le transporter et qui donne une impression de sécurité. Le décor imprécis se pare de couleurs chaudes, agréables et positives.

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 108

InterrOGAtIOnS 1-2-3

Livre du professeur 1 re Bac Pro @ Belin 2010

évaluation

des compétences d’écriture

10 points

6a. Ce devoir peut être préparé par une discus- sion orale qui aboutira à une liste de dix inven- tions pouvant changer la vie – les élèves étant alors conviés à choisir parmi les inventions rete- nues par cette liste.

On pourra proposer ensuite aux élèves d’élaborer une fiche de critères de réussite qui pourrait inté- grer, par exemple,

– le respect de la consigne : la situation de com-

munication (un article de journal) ; la structure

du texte rédigé (accroche et chute) ; la présenta- tion de trois inventions ; la longueur du texte rédigé (trois fois environ dix lignes) ;

– l’originalité du texte produit et le plaisir de la lecture (ce qui peut également faire l’objet d’une discussion lors d’une mise en commun ou d’une réécriture) ;

– la qualité de communication écrite (cohérence

du discours, maîtrise d’un certain nombre de points de langue ayant fait l’objet d’un contrat

avec l’élève, en fonction de ses difficultés les plus prégnantes).

6b. On pourra proposer aux élèves d’élaborer une fiche de critères de réussite qui pourrait intégrer, par exemple,

– le respect de la consigne : la situation de com-

munication (un tract) ; la présence d’un titre ; la présence de la première phrase du tract : Les conséquences de nos actes dépassent ce que notre environnement peut supporter ; ces consé- quences sont souvent irréversibles ; la présence de la dernière phrase : Il est donc urgent que ces actes soient collectivement débattus et choisis ; la façon dont le lecteur du tract est incité à se rendre à la réunion ;

– la pertinence des exemples choisis ;

– l’originalité du texte produit et le plaisir de la lecture (ce qui peut également faire l’objet d’une discussion lors d’une mise en commun ou d’une réécriture) ;

– la communication écrite (cohérence du discours,

maîtrise d’un certain nombre de points de langue ayant fait l’objet d’un contrat avec l’élève, en fonc- tion de ses difficultés les plus prégnantes).

Objet d’étude 2 - L’homme face aux avancées scientifiques et techniques • 109