Vous êtes sur la page 1sur 37

Plan

Introduction
Axe1 : Concepts généraux du prix de transfert
- Section 1 : Notion du prix de transfert
- Section 2 : Objectifs et types du prix de transfert
- Section 3 : Principes du prix de transfert

Axe 2 : Les différentes pratiques du transfert de bénéfice

- Section 1 : Les techniques de transfert de bénéfice


- Section 2 : La valeur en douane et le prix de transfert
- Section 3 : Les paradis fiscaux

Axe 3 : Les méthodes de détermination des prix de transfert

- Section 1 : Méthodes traditionnelles


- Section 2 : Méthodes nouvelles
- Section 3 : Contrôle des prix de transfert

Conclusion

1
Introduction

L’entreprise perçoit classiquement la fiscalité comme une série de charges,


de contraintes, d’obstacles à la réalisation d’une marge nette sur ses affaires.
Ceci peut être vrai tant que l’entreprise demeure sur un territoire où elle devra
payer ses impôts, sans pouvoir jouer sur leurs taux et leur assiette. Mais
lorsque l’entreprise a la possibilité de faire circuler des masses de revenus
positifs d’une entité d’un pays à une entité d’un autre pays, la fiscalité étant
spécifique à chaque Etat souverain, elle est amenée à envisager le problème
fiscal de façon globale. Ses dirigeants vont comparer le poids respectif de la
fiscalité suivant que le revenu positif apparaît dans un pays ou dans un autre.

La charge fiscale peut être positive dans le premier pays, nulle voire négative
dans le second. On comprend donc aisément que l’optimisation du coût fiscal
mondial devienne un élément fondamental de la prise de décision, dans une
entreprise multinationale.

Le rôle des entreprises multinationales dans le commerce mondial a connu,


ces vingt dernières années, un développement spectaculaire, qui tient en
partie, à l’intégration de plus en plus étroite des économies nationales et au
progrès technologique, notamment dans le domaine des télécommunications.

Dans l’application des principes d’imposition des entreprises multinationales,


l’une des questions les plus difficiles qui se soit posée concerne la fixation des
justes prix de transfert.

2
Les prix de transfert sont les prix auxquels une entreprise transfère des biens
corporels, actifs incorporels, ou rend des services à des entreprises associées
résidentes d’un Etat différent. Ils supposent ainsi des transactions intragroupes
et le passage d’une frontière.

La problématique des prix de transfert est née et s’est développée aux Etats-
Unis. Ensuite, elle s’est exportée, dans l’ordre chronologique, en Asie, au
Canada, en Europe et enfin, en Amérique latine. Les Etats-Unis jouent, en
matière de prix de transfert, un rôle précurseur.
Le présent thème est structuré en 3 grands axes :

Dans le premier axe, nous aborderons la notion du prix de transfert, ses


objectifs et ses types et les principes du prix de transfert ;

Dans le deuxième axe, nous traiterons les différentes pratiques du transfert de


bénéfice ;

Dans le troisième axe, nous présenterons les différentes méthodes de


détermination des prix de transfert.

3
Axe1 : Concepts généraux du prix de transfert

Section 1 : Notion du prix de transfert

Selon la définition de l’Organisation de Coopération et de Développement


Economiques (OCDE), les prix de transfert sont “les prix auxquels une
entreprise transfère des biens corporels, des actifs incorporels, ou rend des
services à des entreprises associées”.
Ils se définissent plus simplement comme étant les prix des transactions
entre sociétés d’un même groupe et résidentes d’États différents : ils
supposent des transactions intragroupes et le passage d’une frontière.
Il s’agit finalement d’une opération d’import-export au sein d’un même
groupe, ce qui exclut toute transaction à l’international avec des sociétés
indépendantes ainsi que toute transaction intragroupe sans passage de
frontière.
Les entreprises sont concernées non seulement pour les ventes de biens et
de marchandises, mais également pour toutes les prestations de services
intragroupes : partage de certains frais communs entre plusieurs entreprises du
groupe (frais d’administration générale ou de siège), mise à disposition de
personnes ou de biens, redevances de concession de brevets ou de marques,
relations financières, services rendus par une entreprise du groupe aux autres
entreprises...
Les prestations de services non rémunérées et les mises à disposition
gratuites de personnel ou d’éléments incorporels entre entreprises associées
sont également concernées s’il s’avère qu’elles auraient dû être rémunérées,
conformément au principe de pleine concurrence.

Le schéma des prix de transferts dans un cycle de vente se présente


comme suit :

4
Exemple 1 : au sein d'un groupe, une filiale A établie en France vend des
ordinateurs à une autre filiale B établie en Grande-Bretagne, le prix de vente
des ordinateurs est un prix de transfert.

Exemple 2 : une société mère française A facture des frais de siège à ses filiales
B et C, situées à l'étranger, le service facturé relève des prix de transfert.

5
Exemple 3 : une entreprise A fabrique en France des biens qu'elle vend à une
filiale étrangère B qui les commercialise, le prix de vente est un prix de
transfert.

Exemple 4 : une transaction transfrontalière entre des entreprises non associées


ne constitue pas un prix de transfert.

6
Section 2 : Objectifs et types du prix de transfert

La notion de prix de transfert est la résultante du développement des échanges


intra-groupe. En effet, parallèlement à la croissance des multinationales, les
dirigeants se sont trouvés en face d’une grande préoccupation. Celle d’optimiser
le bénéfice global du groupe en utilisant efficacement les prix de transfert. Les
différentes réflexions menées dans ce sens ont contribué à l’élaboration de
plusieurs théories qui, posent les principes suivants :
- La mise en place d’un système de tarification interne
- La maximisation des profits de l’acheteur, du vendeur et du groupe en
fixant les prix de transfert au cout marginal de production de l’entité vendeuse
- La prise en compte de la stratégie du groupe en mettant à contribution
des prix de transfert. A cet égard, le prix du marché devrait être pris en compte
sous peine de subir des conséquences lourdes
- La nécessité de recourir à une analyse précise du marché
Le modèle le plus récent est celui développé par R.Eccles . Ce dernier trois
types de groupes auxquels correspondent trois types de prix de transfert que
nous synthétisons ci-après :

Type de groupe Type de prix de transfert Commentaire


Les groupes de type Les prix de transfert Cette méthode
« conglomérat » avec seront fixés sur la base donnerait une meilleure
une dominance de la des prix du marché. vision de la rentabilité
stratégie financière. des différentes entités.

Les groupes fortement Les prix de Cette méthode


intégrés verticalement (ou transferts seront fixés permettrait d’avoir une
les transactions internes sur la base du coût vision exacte de la
sont plus nombreuses). marginal. rentabilité de chaque
entité et d’optimiser les
résultats du vendeur
final.

7
Les groupes ayant une Les prix de transferts Cette méthode donnerait
stratégie matricielle. seront fixés sur la base une meilleure vision de la
des prix du marché. rentabilité des différentes
entités ; et assurerait
l’équipe envers les
responsables d’unités du
groupe.

Section 3 : Principes du prix de transfert


1- La notion de lien de dépendance

La notion de groupe suppose l’existence de liens de dépendance entre les


différentes entreprises qui le composent.
Deux entreprises sont dépendantes – et donc appartiennent à un même
groupe – si l’une d’elle participe directement ou indirectement à la direction,
au contrôle ou au capital de l’autre ou si les deux entreprises sont détenues ou
sont sous l’influence d’une même entreprise ou d’un même groupe.
Le lien de dépendance peut être juridique (de droit) ou de fait.

 La dépendance juridique (ou de droit)

Une entreprise française est placée sous la dépendance d’une entreprise


étrangère lorsque cette dernière possède directement ou indirectement une
part prépondérante dans son capital ou la majorité absolue des droits de vote
dans les assemblées d’actionnaires ou d’associés.
En pratique, la détention de la majorité du capital (plus de 50 %) suffit à
caractériser la dépendance.

Les liens de dépendance directs :

(La filiale est toujours dépendante à la société mère à la fois sur le plan
économique que le juridique)
Ils sont conçus dans le cadre des relations suivantes :
- société mère et filiales ;
- société et établissements stables ;
- sociétés et leurs succursales.

8
Même si une filiale a sa propre personnalité juridique et son propre
patrimoine, elle est dépendante de la mère à la fois sur le plan juridique (le
nombre des actions détenues par la société mère dans le capital de la filiale) et
sur le plan économique (par les liens étroits pouvant régir les activités exercées
: dépendance au niveau des approvisionnements en matières premières,
fourniture des pièces détachées, de la marque et des brevets détenus par la
maison mère, …).

Les liens de dépendance indirects :

Ce type de relations s’établit notamment entre sociétés filiales appartenant


à un même groupe de sociétés. Les relations de dépendance financière
peuvent exister soit par le jeu de participation dans le capital, soit par le jeu
d’une sous-dépendance.
C’est le cas, par exemple, d’une société qui exerce directement, ou par
personne interposée, un pouvoir décisionnel dans une autre société. Les
personnes interposées peuvent être :
• des gérants, administrateurs, directeurs ou membres de leurs familles,
de la société exerçant le contrôle,
• toute société contrôlée par la société exerçant le contrôle,
• toute personne ou entité qui a un intérêt dans l’activité ou le capital de
la société exerçant le contrôle. sociétés et leurs succursales.

 La dépendance de fait

Il y a dépendance de fait si l’entreprise étrangère exerce dans l’entreprise


française directement ou indirectement un véritable pouvoir de décision (ou
inversement).
Elle existe, par exemple, dans les cas suivants :
– une entreprise française qui est liée par un contrat avec une entreprise
étrangère qui lui impose le prix de produits vendus ;
– deux entreprises française et étrangère qui ont le même nom et qui
utilisent le concours des mêmes représentants et se partagent les commandes
recueillies par ces représentants ;
– une entreprise qui fabrique en France des biens sous une marque détenue
par un résident étranger sans contrat de licence alors que l’entreprise

9
étrangère achète la totalité de la production de l’entreprise française et
intervient dans la gestion et dans la commercialisation en France des produits
vendus à des clients indépendants.
La dépendance de fait se caractérise donc par la capacité d’une entreprise à
imposer des conditions économiques à une autre entreprise.

2- La référence au prix de pleine concurrence

Afin de pouvoir s’assurer que les bases d’imposition de chaque pays sont les
plus justes possibles, d’éviter les conflits entre les différentes administrations
fiscales et les distorsions de concurrence entre les entreprises, les pays
membres de l’OCDE ont adopté le principe du “prix de pleine concurrence”
pour les opérations intragroupes.
Cela signifie que le prix pratiqué entre des entreprises dépendantes doit être
le même que celui qui aurait été pratiqué sur le marché entre deux entreprises
indépendantes. L’article 57 du code général des impôts reprend ce même
principe en exigeant que, « aux fins de l’impôt, les conditions convenues par
des parties ayant un lien de dépendance dans le cadre de leurs relations
financières ou commerciales soient celles auxquelles on pourrait s’attendre si
les parties n’avaient aucun lien de dépendance ». Dès lors, afin d’éviter tout
risque fiscal, l’entreprise doit s’assurer que ses prix de transfert ne s’écartent
pas de ce prix de pleine concurrence.

Axe 2 : Les différentes pratiques du transfert de bénéfice


Section : 1 Les techniques de transfert de bénéfice
La croissance du commerce international a entraîné une multiplication des
entreprises ayant une activité internationale. L'implantation de ces entreprises
est généralement influencée par des facteurs tels que la stabilité politique et
financière des États ; elle l'est également par le régime fiscal applicable au lieu
du siège. Aussi les groupes internationaux, désireux de prendre des
participations dans le capital de sociétés nationales, recourent-ils assez souvent
au truchement de sociétés créées dans les États à faible fiscalité. Ces sociétés

10
permettent d'accumuler dans le pays refuge une partie importante des
bénéfices, réalisés dans les pays où s'exerce l'activité.

Les multiples pratiques de transfert de bénéfices sont opérées entre les


entreprises d’un même groupe ou par le recours à des sociétés écrans
installées le plus souvent dans les pays à fiscalité privilégiée, Ces transferts
anormaux de bénéfices peuvent revêtir les aspects les plus divers ; ils prennent
généralement la forme de paiement de redevances excessives pour l'utilisation
de brevets ou de marques de fabrique ou d'une participation élevée aux
dépenses d'intérêt commun ou de recherche du groupe ; ils résultent aussi
d'opérations de vente ou d'achat à des prix minorés ou majorés.

Existence d’un transfert indirect de bénéfices

En vertu des dispositions de l’article 4 du livre des procédures fiscales, les


transferts indirects de bénéfices peuvent être opérés soit par voie de
majoration ou de diminution des prix d'achat ou de vente, soit par tout autre
moyen. La majoration et la diminution des prix d'achat ou de vente sont
expressément citées comme des moyens pouvant conduire au transfert de
bénéfices. Ledit transfert est donc lié à une manipulation de prix constatée.

En outre, l’association de la notion de transfert indirect de bénéfice à la


mention « autre moyen » peut poser des difficultés.

1- Achat à prix majorés ou vente à prix minorés

Un transfert de bénéfices peut, comme nous l’avons vu, être réalisés par des
achats d’une entreprise marocaine auprès d’une entreprise étrangère à des
prix majorés ou des ventes de cette même entreprise à la société étrangère à
des prix minorés. Pour apprécier l’existence d’un transfert de bénéfices, nous
estimons que l’administration fiscale devrait éviter d’utiliser une méthode
purement comparative. Elle devrait faire application du principe du prix de
pleine concurrence. Il faut réellement que les termes de la comparaison soient
très proches et qu’il s’agisse d’entreprises opérant dans le même secteur,
fonctionnant dans des conditions identiques

Tel est le cas de transfert des marchandises par la société mère à son
établissement stable ou sa filiale à des prix préférentiels majorés. Cette

11
opération engendre un transfert de bénéfices étant donnée que les prix
pratiqués par l’entreprise étrangères (siège) ne sont pas conformes au prix du
marché « prix de pleine concurrence ».il en résulte un gonflement démesuré
des charges de l’établissement et, par voie de conséquence, un détournement
de bénéfices par la réduction de sa base imposable

Cette pratique révèle justement l’existence d’un transfert de bénéfices,


susceptible d’être redressé sur le fondement de l’article 213-II du CGI

Cas pratique de redressement lié à un achat à prix majoré

Le chef de redressement invoqué par l’administration fiscale marocaine :

Pour opérer un redressement de prix de transfert, au titre d’un achat à prix


majoré, l’administration fiscale a comparé le prix d’achat de la matière
première importée auprès d’une société du groupe, au titre des exercices n et
n+1 au prix d’achat de la matière première importée auprès d’une autre société
du groupe (située dans un pays différent de la première), au titre de l’exercice
n+2. Ayant remarqué que le prix de la matière première enregistré au titre de
n+2 est largement inférieur au prix enregistré au titre des années n et n+1,
l’inspecteur a considéré qu’il y avait transfert indirect de bénéfices, au titre des
exercices n et n+1 et a retenu comme prix de marché, pour les années n et n+1,
le prix enregistré au titre de n+2.

Commentaires :

Nous considérons que l’inspecteur ne s’est pas conformé aux dispositions de


l’article 35 de la loi relative à l’impôt sur les sociétés car cet article prévoyait
clairement que lorsqu'une société marocaine a directement ou indirectement
des liens de dépendance avec des entreprises situées hors du Maroc, les
bénéfices indirectement transférés à ces dernières, soit par voie de majoration
ou de diminution des prix d'achat ou de vente, soit par tout autre moyen, sont
rapportés au résultat fiscal déclaré.

En vue de cette rectification, les prix d'achat ou de vente de la société


concernée sont comparés avec ceux des entreprises similaires. En effet,
l’inspecteur aurait dû comparer les prix pratiqués par la société au titre des
années n et n+1 à ceux pratiqués par des entreprises similaires, pour la même
période. Dans la circulaire prise pour l’application de l’article 35 de la loi

12
relative à l’impôt sur les sociétés, l’administration fiscale précisait clairement
que l'administration recourt à la méthode des études comparatives portant sur
des entreprises exerçant dans des conditions normales, des activités similaires
à celles des sociétés ayant procédé au transfert desdits bénéfices. L’inspecteur
n’a nullement procédé à des comparaisons avec des entreprises similaires mais
s’est contenté d’une analyse de l’évolution du prix d’achat de la matière
première importée sur trois exercices.

Cas de redressement lié à une « minoration d’excédent brut d’exploitation »

Le chef de redressement invoqué :

Pour opérer un redressement lié à un transfert indirect de bénéfices,


l’inspecteur a comparé l’excédent brut d’exploitation de la société marocaine à
l’excédent brut d’exploitation d’une filiale située à l’étranger. Il a considéré que
l’insuffisance constatée était constitutive d’un transfert indirect de bénéfice.

Commentaires :

L’inspecteur ne s’est pas conformé aux dispositions de l’article 35 de la loi


relative à l’impôt sur les sociétés puisque celui-ci précise expressément qu’en
vue de cette rectification, les prix d'achat ou de vente de la société concernée
sont comparés avec ceux des entreprises similaires. La comparaison des
excédents bruts d’exploitation pour opérer une rectification n’est pas prévue
par la loi.

Les dispositions de la loi sont claires. La rectification ne peut se faire que par
voie de comparaison des prix d’achat et de vente avec ceux des entreprises
similaires. Un résultat jugé insuffisant par l’inspecteur ne peut, en aucun cas,
constituer une preuve de transfert indirect de bénéfices.

2- Versement de redevances excessives

Les redevances servent à rémunérer divers services spécifiques rendus, au


titre de la concession d’une licence d’exploitation, d’un brevet ou d’une
formule de fabrication, ou encore au titre de l’assistance dans les domaines
technique, scientifique, commercial ou administratif. Toutes ces opérations
peuvent être l’occasion d’un transfert de bénéfices par le biais d’une
manipulation de charges.

13
Les sommes payées à ce titre peuvent constituer des transferts de bénéfices
si elles ne sont pas légitimes ou si leur montant est anormal, par référence aux
principes de l’OCDE. L’appréciation de la normalité des sommes payées pourra
se faire, par le biais des comparaisons, pourvu que celles-ci soient exactes.

Une filiale verse à sa société mère étrangère des redevances d’assistance


techniques excessives sans liens avec le service effectivement rendu. De
surcroit, elles dépassent largement les sommes versées par les entreprises non
associées pour les activités similaires. Les accords de cession ou de concession
de brevets ou de savoir-faire conclus entre la société du groupe qui a supporté
les frais de recherche et de mise au point et les sociétés apparentées doivent
respecter le prix de pleine concurrence. En ce sens, les paiements effectués
entre entreprises associées doivent revertier une forme à celle qui est retenue
entre entreprises indépendantes.

Toute comparaison transactionnelle exige la prise en considération de


certains paramètres qui sont de nature à modifier l’appréciation à faire d’un
prix : le caractère exclusif d’une concession, les conditions d’exploitation du
marché, l’étendue de la zone géographique sur lesquels les droits peuvent être
utilisés.

Cas pratique de redressement lié aux redevances excessives

En matière de redevances, le chef de redressement qui revient le plus


souvent est lié au caractère excessif de la redevance. Par ailleurs, une
entreprise se fait redresser sur la base de données de sociétés que
l’administration présente comme comparables mais dont elle ne divulgue pas
l’identité, sous prétexte qu’elle est tenue par le secret professionnel.

Commentaire :

Les comparables sont des rouages importants à l’appui d’une politique de


prix de transfert. Ils doivent être collectés auprès de sociétés n’appartenant pas
à un groupe et ayant des fonctions identiques. Pour pouvoir s’assurer de la
pertinence des comparables utilisés par l’administration fiscale, cette dernière
devrait en principe révéler la source et l’identité des sociétés visées.

14
3- Prestation de services
Des transferts de bénéfices peuvent être opérés également par la
facturation anormale des prestations de services (sans parler des prestations
fictives). D’une manière générale, le fait de fournir des prestations de services à
un tiers sans les lui facturer et sans contrepartie constitue, de la part d’une
société commerciale, un acte étranger à une gestion commerciale. Par suite, les
sommes qui auraient dû être facturées et ne l’ont pas été doivent être
réintégrées dans les bénéfices imposables de la société.
Si une société de service dispose du personnel et du matériel nécessaire
pour rendre des services déterminés sur simple demande, les dépenses
engagées sont à répartir de manière adéquate entre entreprise associées.
Les dépenses ne peuvent être prises en charge si l’entité considérée ne
bénéficie que d’avantage indirect et lointain.

 Les dépenses supportées par une Sté mère en qualité d’actionnaire ne


doivent pas en principe, être facturées aux membres du groupe ;
 De même pour les frais de vérification par la Sté mère des comptes de ses
filiales, des frais supportés pour la tenue des assemblées générales, des
dépenses de consolidation comptable ou fiscale.

Cas pratique de redressement lié à des prestations de services


La filiale marocaine d’un groupe multinational payait, au même titre que les
filiales situées dans les autres pays, une rémunération à un centre crée par le
groupe, en vue de rendre un certain nombre de services, pour l’ensemble des
filiales du groupe. Les coûts de ce centre étaient répartis sur l’ensemble des
membres du groupe, selon des clés de répartition déterminées. Une partie des
coûts était répartie, au prorata du chiffre d’affaires de chaque filiale.

L’inspecteur a rejeté la déductibilité des charges enregistrées par la filiale


marocaine en estimant que la méthode d’allocation des charges pratiquée
ferait payer à la société marocaine des frais qui ne la concernent pas. De plus, il
a avancé que cette méthode de répartition des charges est propre aux
établissements stables.

15
Commentaires :

Nous considérons que les factures du centre ne constituent pas une quote-
part des frais mais une rémunération contractuelle des services obtenus, sur la
base de la méthode de rémunération fixée dans le contrat. Cette rémunération
se base sur les frais réels encourus.

La société marocaine ne paie pas de participation forfaitaire à des frais qui


ne la concernent pas. Bien au contraire, elle rémunère des prestations de
service, répondant à des besoins vitaux, qui sont par ailleurs facturées sur la
base des frais effectivement engagés par le centre prestataire. La centralisation
des services auprès d’un seul prestataire permet d’obtenir des économies
d’échelle. Le recours à des prestataires indépendants pour obtenir les mêmes
services serait beaucoup plus onéreux, voire impossible. L’utilisation d’une
société membre du groupe permet de bénéficier d’un prix de transfert
avantageux, ne laissant qu’une faible marge pour la société prestataire de
services, en échange d’une garantie de couverture de ses frais.

4- Prêts intragroupe

Les opérations de financement entre sociétés liées peuvent être des


occasions de transfert de bénéfices : prêts accordés gratuitement ou à des taux
gratuits. Les transactions financières doivent faire l’objet d’une attention
particulière car elles couvrent souvent des opérations qui sont qualifiées de
transferts de bénéfices. Les prêts sans intérêts en constituent un exemple
flagrant.

D’une manière générale, il y aura lieu de réintégrer, dans le bénéfice


imposable de la société marocaine, un intérêt correspondant à un taux normal
qui doit être apprécié dans chaque cas particulier. Par ailleurs, il ressort de la
jurisprudence du conseil d’état français qu’un avantage financier peut être
admissible, si la société française en retire par ailleurs une contrepartie.

Cas d’ordre pratique


Une société a inscrit au niveau du compte d’actif des sommes les qualifiants
d’avances fournisseurs. Or, l’analyse des écritures comptables a révélé qu’il

16
s’agit d’opérations financières, des prêts mis à la disposition de tierces
personnes.

Il ne s’agit nullement d’opérations commerciales puisqu’il n’y a aucun


réajustement (règlement par trésorerie) entre le compte actif mis en cause et
le compte fournisseur concerné. Par conséquent, ces prêts sont générateurs
d’intérêts au taux du marché financier.

5- Abandons de créance

Ils constituent l’une des formes les plus répandues d’aides intra-groupes,
L’abandon de créance consenti par une société marocaine au profit d’une
société liée établie à l’étranger, constitue, aux yeux de l’administration fiscale
marocaine, un transfert indirect de bénéfices.
L’administration fiscale marocaine ne fait pas la distinction entre les aides à
caractère commercial et les aides à caractère financier comme c’est le cas en
France.

La première est consentie pour plusieurs raison :

- Maintenir des débouchés.


- Préserver des sources d’approvisionnement notamment lorsque la filiale
bénéficiaire de l’abandon est substantiellement impliquée dans le processus
de production.
L’abandon de créance de nature commerciale est déductible du résultat
imposable de la société débitrice dans son intégralité.

Ainsi que les aides à caractère financier, Une société mère abandonne une
créance à une filiale afin de préserver la valeur des titres de cette filiale. De
cette façon, mère préserve la valeur de son propre actif.

L’abandon de créance à caractère financier est déductible uniquement à


hauteur de la situation nette négative de la filiale bénéficiaire de l’abandon.

6- Sous-capitalisation
La sous-capitalisation consiste à accorder aux sté filiales des prêts
producteurs de revenus financiers au lieu et place de recouvrir à une
augmentation du capital. Cette opération permet de faire porter les dettes

17
d’acquisition financées sur emprunt par des sté (filiales) dotées de très peu de
capitaux propres.

La sous-capitalisation est une pratique internationale utilisée souvent par les


Sté appartenant au même groupe (mère et filial) localisés dans différents pays.

En réalité, le choix de l’un des modes de financement, soit par le recours à


des emprunts, soit par des apports en capital (augmentation du capital par
apports en comptes courants) n’est pas toujours neutre sur le plan fiscal. Dans
la mesure où la rémunération des emprunts (intérêts) est déductible de la base
imposable alors que la rémunération es apports en capital (dividendes) ne l’est
généralement pas, il est donc très intéressant de faire apparaitre ces
acquisitions dans les comptes de la filiale sous capitalisée.

L’objectif recherché : réduction du résultat fiscal de la filiale logée dans un


territoire à forte pression fiscale, par le biais des charges financières, et
l’augmentation du résultat fiscal de la sté mère située généralement dans un
pays à fiscalité privilégiée (paradis fiscal ou autres).

Conditions édictées par les dispositions de l’article 10 II A-2° du CGI :

 Le capital sociale doit être entièrement libéré ;


 Les intérêts constatés ou facturés ne doivent pas excéder le montant de
ce capital social entièrement libéré ;
 Le taux d’intérêts déductibles ne peut être supérieur à celui fixé
annuellement, par arrêté du Ministère chargé des finances.

7- Distribution déguisée de dividendes

Les entreprises effectuent souvent des distributions déguisées de


dividendes en souscrivant dans leur comptabilité des charges non justifiées,
hors exploitation ou doublement comptabilisées. Ces charges constituent des
redressements passible de la retenue à la source.

Conclusion des méthodes


Il ressort des cas de redressements présentés ci-dessus et rencontrés dans la
pratique que le prix de référence auquel l’administration fiscale compare celui
de la transaction conclue entre la société marocaine et la société étrangère

18
considérée n’est pas toujours pertinent. En effet, le prix retenu est parfois
pratiqué par des entreprises qui interviennent sur un marché différent de celui
sur lequel se situe l’entreprise marocaine visée par le redressement. Il arrive
même, comme nous l’avons vu, que l’administration fiscale se limite aux
données de l’entreprise vérifiée. Il arrive également que les éléments de
comparaison utilisés par l’administration ne se rapportent pas à la même
période que les opérations incriminées.

Conformément aux principes retenus par l’OCDE, l’analyse comparative de


l’administration ne peut être validée que si elle détermine « le prix normal »,
par référence à des transactions dont les conditions sont comparables à celles
des transactions opérées par l’entreprise marocaine redressée.

Section2 : La valeur en douane et le prix de transfert

L'insuffisance des prix déclarés à l'importation résulte soit des pratiques de


sous facturation, du dumping, de l'octroi des subventions à l'exportation, ou,
tout simplement de prix normalement bas du fait du volume important de la
production combiné à la faiblesse des coûts y afférents.

1- Sous facturation
La Sous facturation consiste en une sous évaluation de la valeur
transactionnelle mentionnée sur la facture d'achat couvrant juste une partie du
prix contractuel. Elle nécessite la complicité du fournisseur qui accepte de
réduire sa facture à condition que la différence lui soit versée au noir.

Le montant partiel non déclaré est généralement réglé par des moyens et
voies illicites dans les pays d'origine généralement asiatiques ou européens.
L'importateur doit donc aussi disposer de sommes conséquentes en devises
déposées sur des comptes bancaires à l'étranger. Cette opération de
manipulation de la valeur à la baisse entraîne des conséquences fâcheuses, en
particulier, une réduction des bases imposables sur lesquelles les droits des
impôts et taxes exigibles sont déterminés. D'ailleurs, même en l'absence d'un
démantèlement tarifaire total, la sous facturation demeure intéressant pour
ses adeptes pour se soustraire au paiement de la TVA.

19
2- Dumping
Il s'agit de la vente par les entreprises d'un pays donné des produits à des
prix inférieurs aux coûts des facteurs.

Ce genre de fraude relève de la compétence du Ministère du Commerce


Extérieur, ce qui n'est pas le cas de la Sous facturation qui relève directement
de la douane. La loi sur le commerce extérieur prévoit des mesures anti-
dumping consistant en l'instauration d'un droit d'importation additionnel
calculé en fonction des écarts constatés.

3- Subventions
Il consiste pour un pays exportateur d'accorder des aides et des primes à ses
producteurs. L’objectif visé est la compensation du manque de compétitivité en
pratiquant à l'exportation des prix inférieurs à leur prix de revient.

Cette pratique est aussi réprimée comme le dumping par l'utilisation des
instruments prévus par la loi sur le commerce extérieur dont l'application est à
la charge du département de tutelle.

Section 3 : Les paradis fiscaux


Les paradis fiscaux sont des Etats ou entités territoriales dotés de la
souveraineté fiscale. Ils offrent un accueil privilégié aux détenteurs de capitaux.
1- Les caractéristiques des paradis fiscaux :

En l'absence de définition précise, les critères majeurs retenus pour


caractériser les paradis fiscaux sont :

1) Une précision fiscale très faible ou même une absence totale de


prélèvements au titre des revenus, des bénéfices, des distributions ou du
capital. Les taux d'imposition des bénéfices avoisinant les 0% à 5% contre
30% au Maroc, 30% en Angleterre, environ 30% en Allemagne, 33% en
France ;
2) Une absence de transparence et de coopération fiscale et judiciaire ;
3) Un secret bancaire absolu et garanti ;

4) Une préservation de l'anonymat des propriétaires des sociétés ;

20
5) Un relais, un dépôt provisoire de fonds issus de l'étranger et également
destinés à être utilisés hors du paradis fiscal ;
6) Une forte stabilité économique et politique condition indispensable dans le
choix d'un paradis fiscal pour sécuriser les capitaux investis ;
7) Un accueil des sociétés écrans ayant des activités fictives.

2- Exemples de paradis fiscal

L'estimation du nombre de paradis fiscaux n'est pas précise. L'OCDE en


recense quarante-sept, d'autres listes en comptent près de quatre-vingt-dix.

Depuis le sommet de G20 tenu à Londres en avril 2009, l'OCDE a rendu


publique deux listes des paradis fiscaux qui ne sont pas en conformité avec les
règles mondiales d'échange d'informations fiscales.

Une liste grise recensant 38 pays coopératifs qui se sont engagés à


respecter les standards internationaux en signant des conventions fiscales. Et,
une liste noire des territoires non coopératifs (Costa Rica, Malaisie, Philippines,
l'Uruguay, etc.) qui ne se sont pas engagés à respecter les normes
internationales en matière fiscale.

Les BAHAMAS : toutes les grandes banques d'affaires et de gestion du


patrimoine d'Europe sont présentées aux Bahamas. Les propriétaires et les
investisseurs qui peuvent faire valoir plus de 500.000 dollars d'avoir sur
l'archipel bénéficient de procédures accélérées pour l'obtention d'un permis de
séjour leur assurant des avantages fiscaux à l'année ou définitif. L'introduction
d'un nouveau système, en l'occurrence, la société d'activités internationales
(Internationales Business Company IBC) au formalisme très allégé a pour
avantages :

- La constitution en 24 heures sans aucune autorisation ;


- La réduction des coûts de constitution et de gestion ;
- L'extrême discrétion : pas d'obligations de communiquer au registre de
commerce les noms des fondateurs, ni d'établir et de publier les
comptes.

Pour bénéficier du statut d'IBC, la société ne doit pas :

21
- Posséder des biens immobiliers aux Bahamas ;

- Avoir une activité bancaire, une activité d'assurance ou de réassurance


ou une activité de trust, ces activités faisant l'objet d'une
réglementation particulière.

Les résidents des Bahamas ne paient aucun impôt, ni sur le revenu, ni sur la
fortune, ni sur les mutations. Seul un droit de timbre est perçu lors des cessions
immobilières.
Pour les entreprises, il n'y a pas d'impôt sur les bénéfices ni de TVA. Seule une
taxe sur le chiffre d'affaires d'environ 1% est prélevée ainsi qu'un droit de
timbre de 7% sur les transactions immobilières. Les BAHAMAS équilibrent leur
budget grâce aux droits de douane au taux normal de 35%.

JERSEY: est une petite île de 45 km² (la plus grande des îles anglo-normandes
située en Europe). L’accès à Jersey est libre pour tout détenteur d‘un passeport
d’un pays membre de la communauté européenne.
Les personnes et les entreprises sont soumises à un impôt de 20% sur les
revenus et les bénéfices. Ce taux est inchangé depuis 50 ans. Il n’y a ni taux
majoré sur les revenus, ni impôt prélevé sur les gains en capital, ni sur les
successions. Il n’y a non plus de TVA.
Depuis le 1er janvier 1989, les sociétés qui n’exercent pas l’activité peuvent
prétendre au statut d’exempt Company c’est-à-dire être exonérées d’impôt sur
les sociétés et n’acquitter qu’une taxe annuelle forfaitaire de 500 livres.
Depuis le 1er janvier 1993, il existe une nouvelle structure d’accueil pour les
investisseurs non-résidents, les International Business Compagnies (IBC).
Celles-ci sont, passibles d’un taux maximum d’imposition de 2% sur les profits
tirés de leur activité internationale. Les IBC sont considérées comme des
sociétés résidentes de Jersey, ce qui n’est pas le cas des exempts Compagnies,
ceci leur permettent de bénéficier de la convention fiscale signée entre Jersey
et le Royaume-Uni.
Jersey a adopté récemment une législation lui permettant d’attirer les
entreprises de conseil en comptabilité avec des niveaux faibles d’imposition et
forte confidentialité.
3- L’utilisation des paradis fiscaux
Les paradis fiscaux sont des pays refuges pour accumuler des bénéfices par
le jeu des prix de transfert. Les modes d’utilisation par les entreprises à des fins

22
de fraude ou d’évasion fiscale sont multiples. A titre illustratif, on se limite aux
exemples suivants :

Interposition d ‘une société écran : une société écran (base company) est
une entité établie dans un Etat à fiscalité privilégiée. Sa fonction consiste à
encaisser des revenus et de les mettre à l'abri de la fiscalité applicable dans le
pays de la résidence du bénéficiaire.

Par exemple“. un inventeur qui met au point une invention peut faire
Breveter par une société écran installée dans un paradis fiscal : celle-ci concède
le brevet à des tiers dans des pays développés et perçoit les redevances au lieu
et place de l’inventeur. Le revenu est ainsi soustrait à l'imposition dans le pays
de résidence du bénéficiaire du simple fait de l’interposition d'une société
écran entre lui-même et le tiers qui verse les revenus.

Cependant, cet avantage fiscal ne doit pas être qu'un simple différé
d‘imposition car il n’existe que dans la mesure où les revenus ne sont pas
distribués.

Il est possible également de recourir à des procédés de dissimulation


secondaire pour éluder la taxation des revenus distribués par la société écran
au bénéficiaire. Ces mécanismes sont :
 Le réinvestissement à l’étranger des revenus abrités dans la société
écran ;
 La distribution des dividendes bénéficiant de l'exonération prévue dans
les conventions bilatérales Internationales ou les législations internes ;
 L’octroi des sommes abritées sous forme de prêts à l’actionnaire ;
 La cession par l'actionnaire de sa participation dans la société écran
générant une plus-value imposable à un taux réduit ou exonéré ;

Utilisation de sociétés de services: tel est le cas des sociétés ayant pour
objet des prestations de services d’études techniques ou de marchés, de
publicité ou d‘assistance technique.

Leur création dans des paradis fiscaux vise principalement à minimiser la


charge fiscale et à échapper à tout contrôle. La fraude ou l'évasion s’effectue

23
classiquement par la facturation de prestations purement fictives ou bien par
une rémunération exagérée des services rendus.
Pour stimuler les exportations, Washington a mis en place le système des
sociétés de vente à l’exportation, dit Foreign Sales Corporatios (FSC). En
constituant une société d’exportation dans l’un des paradis fiscaux des
Caraïbes, les grandes entreprises américaines bénéficient d’un allégement
fiscal substantiel pouvant atteindre 30%.

Axe 3 : Méthodes de détermination des prix de transfert

L’OCDE préconise des méthodes en phase avec le principe de pleine


concurrence et invite les entreprises multinationales et les administrations
fiscales à les respecter.

L’OCDE distingue cinq méthodes de prix de transfert représentent le


consensus international sur la manière d’appliquer le principe de pleine
concurrence. Afin de réduire les risques de double imposition, les pays sont
encouragés à rendre ces cinq méthodes applicables dans leur législation
nationale et à les appliquer en conformité avec les Principes.

Ces cinq méthodes consistent en trois « méthodes traditionnelles fondées sur


les transactions » : la méthode du prix comparable sur le marché libre, la
méthode du prix de revente et la méthode du coût majoré ; et deux « méthodes
transactionnelles de bénéfices » : la MTMN et la méthode transactionnelle de
partage des bénéfices.

Section 1 : Les méthodes traditionnelles


Les méthodes traditionnelles sont les plus anciennes identifiées par l’OCDE.
Elles sont fondées sur les transactions. Elles sont au nombre de trois : la
méthode du prix comparable sur le marché libre, la méthode du prix de revente
et la méthode du prix de revient majoré.

Nous présenterons chacune de ces méthodes et illustrerons nos propos, à


l’aide d’exemples chiffrés. Nous ne manquerons pas de citer les avantages et
les inconvénients de chaque méthode.

24
1- La méthode du prix comparable sur le marché libre

La méthode du prix comparable sur le marché libre consiste à comparer le


prix d’un bien transféré ou d’un service, dans le cadre d’une transaction
contrôlée à celui d’un bien ou d’un service transféré, dans des conditions
comparables. S’il existe une différence entre ces deux prix, cela peut indiquer
que les conditions des relations commerciales et financières entre les
entreprises associées ne sont pas des conditions de pleine concurrence.

Selon le rapport de l’OCDE, la méthode du prix comparable sur le marché


libre est applicable si l’une des conditions suivantes est remplie :

- Aucune différence entre les transactions faisant l’objet de la


comparaison ou entre les entreprises effectuant ces transactions n’est
susceptible d’avoir une incidence sur le prix du marché libre ;
- Des correctifs suffisamment exacts peuvent être apportés pour
neutraliser les effets de ces différences.

L’application de la méthode du prix comparable sur le marché libre peut être


basée sur les transactions du contribuable avec des entreprises indépendantes
(comparables internes), ou sur des transactions effectuées entre d’autres
entreprises indépendantes (comparables externes).

Les avantages et les inconvénients de la méthode du prix comparable sur


le marché libre

Les avantages : La méthode présente l’avantage de la simplicité.

Les inconvénients : Les conditions d’application de la méthode du prix


comparable sur le marché libre sont strictes. Elles supposent de réussir à
identifier des transactions entre sociétés indépendantes identiques ou dont les
différences avec la transaction considérée et ayant un impact sur les prix
peuvent donner lieu à un ajustement les neutralisant.

Elle est inadaptée à certaines prestations de services et aux transactions


portant sur des produits élaborés.

25
Exemple d’application

Prix de vente = Prix de transfert

2- La méthode du prix de revente

La méthode du prix de revente consiste à déduire du prix de revente final à


une entreprise indépendante la marge brute que doit dégager la société liée au
regard des fonctions assumées et des risques encourus.
Cette méthode permet de comparer la marge brute (marge sur prix de
revente) pratiqué sur un produit comparable vendu sur un marché comparable.
Lorsque le marché n’est pas comparable des ajustements sont nécessaires en
termes de fonctions et de risques assumés.
Avec la méthode du prix de revente, le point de départ est le prix auquel un
produit acheté à une entreprise associée est revendu à une entreprise
indépendante.
On déduit ensuite de ce prix (le prix de revente) une marge brute appropriée
(la « marge sur prix de revente »), déterminée par référence aux marges brutes
réalisées dans des transactions comparables sur le marché libre, représentant
le montant sur lequel le revendeur couvrirait ses frais de vente et autres

26
dépenses d’exploitation et, à la lumière des fonctions assumées (en tenant
compte des actifs utilisés et des risques encourus), réaliserait un bénéfice
convenable. Le prix obtenu après déduction de la marge brute peut être
considéré, après correction des autres coûts liés à l’achat du produit (par
exemple, les droits de douane), comme un prix de pleine concurrence pour le
transfert initial de propriété entre entreprises associées.

La méthode du prix de revente est fréquemment utilisée pour rémunérer des


activités de distribution.

Les avantages et les inconvénients de la méthode du prix de revente

Les avantages : La méthode de la marge sur prix de revente est recommandée


lorsque la filiale est passive dans la conception du produit, c’est à dire quand la
société de commercialisation n’est pas à l’origine de la fabrication du produit.
Cette méthode est simple à appliquer puisqu’elle part d’un prix de vente final
sur le marché, donc connu, duquel on soustrait un niveau de marge. Elle est
souvent retenue par les PME car elle permet de traiter sur un même pied
d’égalité les filiales de commercialisation directes et les agents ou
commissionnaires présents dans des pays moins stratégiques.

Les inconvénients : Le prix de vente minoré d’une marge lisse le niveau des
marges commerciales par produit, au niveau de la division distributrice,
puisque celles-ci sont constantes et fixées d’avance, dans le cadre du prix de
transfert.

Exemple d’application

Prix de vente – Marge Brute = Prix de transfert


(pleine concurrence)

27
3- La méthode du coût majoré
La méthode du coût majoré consiste tout d’abord à déterminer, pour les
biens ou services transférés à une entreprise associée, les coûts supportés par
le fournisseur de biens ou de services dans le cadre d’une transaction
contrôlée.
On ajoute ensuite une marge appropriée à ces coûts, calculée par référence
à la marge réalisée par des fournisseurs dans le cadre de transactions
comparables sur le marché libre, de façon à obtenir un bénéfice approprié
compte tenu des fonctions exercées et des conditions du marché.
Cette marge de pleine concurrence peut être déterminée par référence à la
marge sur coûts de ce même fournisseur dans le cadre de transactions
comparables sur le marché libre (« comparable interne »), ou par référence à la
marge sur coûts qui aurait été obtenue dans des transactions comparables par
une entreprise indépendante (« comparable externe »).
En général, la méthode du coût majoré utilise les marges calculées après
prise en compte des coûts directs et indirects de production ou
d’approvisionnement, mais avant les dépenses d’exploitation de l’entreprise
(comme les frais généraux).

Les avantages et les inconvénients de la méthode du prix de revente

Les avantages : Cette méthode est plutôt adaptée à des transactions portant
sur des produits dont l’essentiel de la valeur est constitué par les coûts de

28
production. C’est le cas notamment des produits semi-ouvrés qui, ne trouvant pas
de comparables sur le marché, peuvent être valorisés en appliquant une marge
sur leur total de coûts.
Les inconvénients : La difficulté de l’approche du prix de revient majoré réside
essentiellement dans la fixation de la marge à appliquer, les entreprises gardant
le secret, le plus souvent, sur leur marge. De plus, elle induit un manque de
transparence au niveau de l’acheteur qui est face à un prix de cession dont il ne
maîtrise aucun paramètre.

Exemple d’application

Coûts directs – Marge de = Prix de transfert


et indirects production

Section 2 : Les nouvelles méthodes


Ces méthodes sont appelées méthodes transactionnelles de bénéfices. Elles
s’inspirent assez largement de la nouvelle approche américaine de la
détermination des prix de transfert. En effet, la section 482 du code fiscal
américain dispose : « il est nécessaire de prendre en compte l’effet combiné de
l’ensemble des transactions entre le contribuable sous contrôle et les autres
membres du groupe afin que le bénéfice définitif reflète le revenu imposable
réel du contribuable sous contrôle ».

29
1- Les méthodes transactionnelles de bénéfices

Comme son nom l’indique, la méthode de partage des bénéfices consiste à


partager un bénéfice entre des sociétés liées. La répartition se fait, en fonction
d’une base économiquement valable, dans un accord réalisé en pleine
concurrence.
Illustrons cette méthode à l’aide d’un exemple chiffré:
Exemple : Un produit est fabriqué par une société A, avec un prix de revient de
10 DHS et revendu, pour un montant de 100 DHS, par une société de
distribution dont les coûts sont de 30DHS.
Le profit global de cette transaction sera de :
P = 60 DHS = Chiffre d’affaires réalisé (100)
- Coût de fabrication (10)
- Coût de distribution (30)

Ce profit global de 60 devra être réparti entre A et B, au prorata d’une


grandeur reflétant les
contributions de A et B à la génération du profit (en fonction des actifs utilisés,
charges d’exploitation, nombre d’employés…………….). Une clef de répartition
combinant ces différentes grandeurs pourra être utilisée).

Une clef de répartition prenant en compte les charges d’exploitation


aboutirait par exemple à un profit de 60x10/40, soit 15 pour A et 60x30/40, soit
45, pour B.

L’analyse résiduelle :
Il peut être difficile de déterminer la valeur relative de la contribution de
chacune des entreprises associées aux transactions contrôlées.
L’analyse résiduelle consiste à répartir, en deux phases, le montant total des
bénéfices provenant des transactions contrôlées.
Dans un premier temps, chaque participant se verra attribuer un niveau
suffisant de bénéfices pour lui assurer un revenu standard, en fonction du type
de transactions qu’il effectue.
Son revenu standard sera déterminé par référence au revenu observé sur le
marché, pour des
transactions similaires, par des entreprises indépendantes.

30
Le revenu standard ne prendra pas en considération le revenu procuré par des
actifs uniques, de grandes valeurs, détenues par les participants.
Dans une seconde étape, tout bénéfice résiduel (ou toute perte) à l’issue de la
répartition opérée précédemment sera réparti entre les participants.

Les avantages et les inconvénients de la méthode de partage des


bénéfices

Les avantages :

 La méthode de partage des bénéfices ne se fonde pas, en général, sur des


transactions comparables et peut, par conséquent, être utilisée, dans des
cas où de telles transactions n’ont pas été identifiées.
 La répartition des bénéfices repose sur la répartition des fonctions entre les
entreprises associées elles-mêmes.
 Les données externes provenant d’entreprises indépendantes sont utiles
dans l’analyse du partage des bénéfices pour déterminer la valeur de
la contribution de chaque entreprise associée aux transactions et non pour
déterminer directement la répartition des bénéfices.

Les inconvénients :

 Les données externes utilisées pour déterminer la contribution de chaque


entreprise à la transaction contrôlée se rattachent moins étroitement à la
transaction que dans les autres méthodes. Par conséquent, la répartition
des bénéfices risque d’être subjective.
 Il pourra être difficile, pour les entreprises associées, d’obtenir des
informations concernant des entreprises étrangères affiliées.

Exemple d’application

La société française F a mis au point et fabrique une puce électronique qui


est considérée comme une innovation technologique. Sa filiale marocaine M a
développé et fabrique un ordinateur qui incorpore cette puce. Le succès de cet
ordinateur repose à la fois sur la technologie mise au point par M et sur celle
de F. L’ordinateur est ensuite vendu à des distributeurs indépendants.
Le total des bénéfices de la vente d’un ordinateur au distributeur indépendant
est :

31
Vente au distributeur indépendant 1 000 Euros
Coût de fabrication de F -200 Euros
Coût de fabrication de M -300 Euros
Dépenses de développement de F -100 Euros
Dépenses de développement de M - 50 Euros
Frais de fonctionnement de F - 100 Euros
Frais de fonctionnement de M -100 Euros
Total des bénéfices nets 200 Euros
Compte tenu du caractère innovant de la puce et de l’ordinateur, le groupe a
été incapable de trouver des entreprises comparables qui possèdent des biens
incorporels similaires.
En l’absence de comparabilité suffisamment élevée, il n’a donc pas pu
appliquer les méthodes
traditionnelles. Cependant, il a identifié des données intéressantes sur des
fabricants de puces et d’ordinateurs qui ne possèdent pas de biens incorporels
innovateurs, et ces derniers obtiennent un rendement de 10% sur les coûts de
fabrication, à l’exclusion des achats.
Une première répartition des bénéfices peut donc se faire en comparaison avec
le marché :
Rendement de F sur ses coûts de fabrication 20 Euros (200 x 10%)
Rendement de M sur ses coûts de fabrication 30 Euros (300 x 10%)
Les bénéfices résiduels attribuables au développement sont de 150 Euros (200-
20-30)
Si l’on retient comme hypothèse que les dépenses respectives de mise au point
de la puce et de l’ordinateur reflètent de très près leur contribution relative à la
valeur de l’innovation technologique, le calcul de la part des bénéfices résiduels
se fera en fonction des coûts de développement :

Part du bénéfice résiduel attribuable à F 100Euros (150Eurosx 100/150)


Part du bénéfice résiduel attribuable à M 50Euros (150Eurosx50/150)
Le prix de transfert de la puce électronique de la société F vers sa filiale M est
alors calculé comme suit :
Coût de fabrication de la puce 200 Euros
Dépenses de développement de la puce +100 Euros
Frais de fonctionnement de F + 50 Euros
32
Rendement sur ces coûts de fabrication (10%) + 20 Euros
Part du bénéfice résiduel pour F +100 Euros
Prix de transfert de F vers M = 470 Euros
2- La méthode transactionnelle de la marge nette

La MTMN consiste à examiner un indicateur de marge nette, c’est-à-dire un


ratio de bénéfice net divisé par un dénominateur approprié (par exemple les
coûts, le chiffre d’affaires ou les actifs) que le contribuable réalise au titre d’une
transaction contrôlé et à comparer cet indicateur avec le bénéfice net réalisé
dans des transactions comparables sur le marché libre.

Les avantages et les inconvénients de la méthode transactionnelle de la


marge nette

Les avantages :

 Les marges nettes sont moins sensibles aux différences affectant les
transactions que les prix tels qu’utilisés dans la méthode du prix comparable
sur le marché libre ;
 Les différences qui existent entre les entreprises quant aux fonctions
exercées se traduisent souvent par des variations dans les dépenses
d’exploitation. Par conséquent, les entreprises peuvent avoir un large
éventail de marges brutes mais dégager des bénéfices nets d’un niveau
similaire ;
 Il n’est pas nécessaire de déterminer les fonctions exercées et les risques
assumés par toutes les entreprises associées. L’analyse repose sur une seule
entreprise.

Les inconvénients :

Du fait qu’elle n’est appliquée qu’à une seule des entreprises associées et que
plusieurs facteurs, sans rapport avec les prix de transfert, peuvent affecter les
marges nettes, cette méthode peut s’avérer moins fiable.
La marge nette peut être affectée par plusieurs facteurs :la menace de
nouvelles entrées sur le marché ; la position concurrentielle …

33
Exemple d’application
La société marocaine M fabrique un produit pour son propre usage et pour les
trois filiales étrangères de sa société mère française F.
La société M et les trois filiales possèdent les droits technologiques, pour les
ventes dans leur pays respectif. La société M n’a pas trouvé de comparable
externe qui fabrique un produit similaire sur-mesure pour des acheteurs non
liés, à partir de formules fournies par les acheteurs. Puisqu’il n’y a pas de biens
incorporels de grande valeur, M peut, après une analyse fonctionnelle,
s’assurer que ce fabricant de produit sur mesure est comparable. Toutefois, M
ne peut obtenir d’information pertinente au niveau de la marge brute et par
conséquent, ne peut pas appliquer la méthode du prix de revient majoré. Le
comparable externe de pleine concurrence réalise une marge nette ou
majoration sur ses coûts de 10%.
Le prix de transfert du produit de la société M vers une des filiales est alors
calculé comme suit :
Coût des marchandises vendues par M 1 000 Dhs
Frais d’exploitation de M 300 Dhs
Majoration (1300x10%-Marge nette) 130 Dhs
Prix de transfert de M vers la filiale 1 430 Dhs

3- Les contrôles fiscaux simultanés

Un contrôle fiscal simultané est un contrôle entrepris, en vertu d’un accord par
lequel deux ou plusieurs Etats contractants conviennent de contrôler
simultanément et de manière indépendante, chacun sur son territoire, la
situation fiscale d’un contribuable qui présente, pour eux, un intérêt commun
ou complémentaire, en vue d’échanger les renseignements ainsi obtenus.

Bien que l’article 26 du modèle de convention OCDE56 puisse constituer le


fondement juridique du contrôle fiscal simultané, les autorités compétentes
concluent souvent des accords qui définissent les programmes de contrôles
fiscaux simultanés et les modalités pratiques des contrôles et des échanges de
renseignements.

34
Les contrôles fiscaux simultanés et les prix de transfert
Les différences qui peuvent exister d’un pays à l’autre quant aux délais dans
lesquels les contrôles doivent être opérés ou l’imposition doit être liquidée et
également quant aux exercices fiscaux susceptibles de donner lieu à un
contrôle peuvent entraver la sélection des affaires de prix de transfert, en vue
d’un contrôle simultané.

Les contrôles fiscaux simultanés peuvent faciliter l’échange de


renseignements relatifs aux pratiques des entreprises multinationales, à des
transactions complexes, à des accords de partage des coûts et aux méthodes
de répartition des bénéfices dans des domaines particuliers.

Les contrôles fiscaux simultanés permettent aux administrations fiscales


d’obtenir plus rapidement et plus efficacement les renseignements nécessaires
concernant les prix de transfert.

La procédure des contrôles fiscaux simultanés permet de déceler tôt les


différends en matière de prix de transfert et permettent de minimiser les
contentieux.
Le contrôle fiscal simultané permet aux entreprises associées d’économiser
le temps et les ressources du fait de la coordination des enquêtes des
administrations fiscales concernées.

Il offre également la possibilité aux entreprises multinationales de jouer un


rôle plus actif dans le règlement des problèmes liés aux prix de transfert.

35
Conclusion

36
Bibliographie
Ouvrage :

 Principes applicables en matière de prix de transfert à l’intention des


entreprises multinationales et des administrations fiscales OCDE 2001

Lois et Circulaires d’application :

 Code Général des Impôts CGI Marocain


 Méthodes de détermination des prix de transfert, juillet 2010

Webographie
 Site Internet du Ministère des finances : www.finance.gov.ma

 Site Internet de l’OCDE : www.oecd.org/daf/fa_price/tr_price/trans_fr.htm

 http://www.pmr-avocats.fr/prix-de-transfert---breve-presentation-a-
partir-de-la-doctrine-de-l---ocde--5-janvier-2016-_ad10.html

 https://blog.valoxy.org/prix-de-transfert/amp/

37

Vous aimerez peut-être aussi