Vous êtes sur la page 1sur 29

Les rencontres du PREBAT

20-22 mars 2007, Aix-les-Bains

Synthèse du projet GEOSOL:


Intégration énergétique dans les bâtiments par
l’utilisation combinée de l’énergie solaire et
de la géothermie basse température

Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD

LOCIE, Université de Savoie, Le BOURGET du LAC, FRANCE

1
Partenaires de l’étude

1 laboratoire ¾ Laboratoire Optimisation de la Conception et Ingénierie de


l’Environnement (LOCIE) :
Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD

3 partenaires ¾ ECO’Alternative :
industriels Pierre WATIER et Yves DUPORT

¾ CIAT :
Eric AUZENET

¾ CLIPSOL :
Philippe PAPILLON puis David CHEZE

2
1- Contexte de l’étude
1.1 Principe de la géothermie basse température : exploiter l’énergie basse
température des couches superficielles du sol (profondeur < 100 m)

Les échangeurs enterrés verticaux

Inconvénient : coût des forages élevé


Avantages : la surface de terrain mobilisée
est très faible ; ils exploitent la stabilité de
la température du sol en dessous de 10
mètres de profondeur : les performances
sont maintenues constantes tout au long de
l’année

Source des images : D. Pahud, Geothermal energy and heat storage, SUPSI- 3
DCT-LEEE, Laboratorio di Energia, Ecologia ad Economia, 2002, 133 p.
1- Contexte de l’étude
1.2- Déséquilibre thermique du sol

Charges thermiques échangées avec le sol par des échangeurs géothermiques

Charges de refroidissement Charges de chauffage >>


>> charges de chauffage du charges de refroidissement
bâtiment du bâtiment

Augmentation de la température Diminution de la température moyenne


moyenne du sol du sol : décharge thermique

Solutions déjà existantes : Solution : réinjecter de la chaleur dans le sol


systèmes hybrides évacuant les
surplus de chaleur grâce à des tours Pas de solutions largement diffusées
de refroidissement

4
1- Contexte de l’étude
1.3- La décharge thermique du sol

Deux cas de figure


Faible concentration des échangeurs Concentration importante des
géothermiques dans le sol échangeurs géothermiques dans le sol

Volume de sol « infini » autour des La zone centrale est isolée des flux
sondes géothermiques de chaleurs naturels du sol

Source : D. Pahud, Geothermal energy and heat storage, SUPSI-DCT-LEEE, Laboratorio di Energia, Ecologia ad
Economia, 2002, 133 p. 5
1- Contexte de l’étude
1.4- Intégration du solaire thermique et de la géothermie basse température

¾ Géothermie : décharge thermique du sol par les échangeurs enterrés verticaux ;

¾ Solaire thermique : énergie solaire sous-exploitée, problème de surchauffe des


capteurs solaires thermiques due aux surplus d’énergie solaire.

Intégration de la géothermie et du solaire

¾ Injection des surplus d’énergie solaire dans le sol : évite les surchauffes des
capteurs solaires thermiques ;
¾ Meilleure exploitation de l’énergie solaire : utilisée pour recharger
thermiquement le sol

Complémentarité de la GEOthermie et du SOLaire thermique (GEO-SOL)


6
2- Support de l’étude expérimentale

Objectifs de l’étude expérimentale :


¾ Plate-forme d’essai en conditions de fonctionnement réelles ;
¾ Avoir des données expérimentales permettant la validation de modèles
numériques ;
¾ Aides aux concepteurs et décideurs : donner accès aux performances réelles
de systèmes couplant le solaire à la géothermie basse température.

Etude bibliographique
Schéma hydraulique du
procédé
Volonté de simplicité technique
et de fonctionnement

7
2- Support de l’étude expérimentale
2.1- Schéma hydraulique du procédé GEOSOL

Capteurs solaires
Tcpt1 Tecs
Chauffe-eau
Priorité : eau
C1 électro-solaire
chaude solaire

Chauffage solaire de l’eau chaude sanitaire 8


2- Support de l’étude expérimentale
2.1- Schéma hydraulique du procédé GEOSOL

Capteurs solaires
Tcpt1 Tecs
Chauffe-eau
Priorité : eau
C1 électro-solaire
chaude solaire
Recharge Tpuits1
M
thermique du
C3
sol

C4
Bouteille de Bouteille de
découplage découplage

Recharge thermique du sol – boucle de décharge 9


2- Support de l’étude expérimentale
2.1- Schéma hydraulique du procédé GEOSOL

Capteurs solaires
Tcpt1 Tecs
Chauffe-eau
Priorité : eau
C1 électro-solaire
chaude solaire
Recharge Text
M
thermique du
sol T6
C2
PSD C7

Bouteille de Bouteille de Plancher solaire direct


découplage découplage

Plancher solaire direct 10


2- Support de l’étude expérimentale
2.1- Schéma hydraulique du procédé GEOSOL

Capteurs solaires
Tcpt1 Tecs
Chauffe-eau
C1 électro-solaire
Tpuits1
M
Text
C3
C2
C5 C7
C4 T4 C6 Bouteille de
Echangeurs Bouteille de Plancher
découplage découplage
enterrés Pompe à chauffant
verticaux chaleur
Mode chaud
Extraction de
chaleur du sol

Mode chauffage de la pompe à chaleur 11


2- Support de l’étude expérimentale
2.1- Schéma hydraulique du procédé GEOSOL

Capteurs solaires
Tcpt1 Tecs
Chauffe-eau
C1 électro-solaire
Tpuits1
M
Text
C3
C2
C5 C7
C4 T4 C6 Bouteille de
Echangeurs Bouteille de Plancher
découplage découplage
enterrés Pompe à rafraîchissant
verticaux chaleur
Mode froid
Injection de
chaleur dans le
sol

Mode rafraîchissement de la pompe à chaleur 12


2- Support de l’étude expérimentale
2.2- Installation du procédé

Procédé testé dans une maison individuelle de 180 m² d’octobre 2004 à mars 2007

Site de construction : Savoie, à 490 m


d’altitude

Description de l’installation :
- Une pompe à chaleur (CIAT - 12 m² de capteurs solaires thermiques ;
Auréa60Z) ; - un ballon d’eau chaude électro-solaire
- Deux échangeurs enterrés verticaux de 500 l ;
de 90 m de profondeur ; - deux bouteilles de découplage de 50 l.
- Émetteur basse température (157 m²) ;
13
2- Support de l’étude expérimentale
2.3- Métrologie

Tcpt1
Tecs
¾ 26 sondes de température
Tcpt11 Tecs0 (PT100 et PT1000) ;
Tcpt21

C1
Tef ¾- 8 compteurs volumétriques à
Tcpt2
Tpuits1 Tcpt12 impulsions ;
BOUTEILLE CASSE

BOUTEILLE CASSE
PAC
¾ 8 indicateurs de
PRESSION N°1

PRESSION N°2
C3
Tcpt23
Tpc1
T5 T1 T3 consommations électriques ;
Tcpt13 Tcpt22
¾ et une station météo.
Tpc2
T2 T4

C4 Tpuits2 C5 C6 C7

2 x Tsol5

Objectifs de la métrologie :

2 x Tsol45 ¾ vérifier le bon comportement de l’installation ;


¾ obtenir les bilans énergétiques, avoir accès aux performances.
2 x Tsol85 Pas de temps d’acquisition de 30 secondes (sauf météo : 5 min.)
14
3- Résultats expérimentaux
3.1- Comportement de l’installation

15
Fonctionnement Fonctionnement
80 Puisage ECS C1 TECS0 C3

70 3- Résultats expérimentaux 1

0 = arrêt ; 1= marche
Température [°C]
60

3.1-
50 Comportement

40

30

20 0
Comportement de 40
T3
16
Tsol45

Températures T3, T4, Tint, Text,


l’installation 35 14

Tpuits1 et Tpuis2 [°C]


T4
le 14 avril 2005 30 12

25 10
Tint

TGD45
20 8

15 6
Tecs0 Tpui ts1
10 4
Text
C1 - 5 2
Tpui ts2
Tpuits1
200000 01200

Total radiation on horizontal surface


Circuit c6 : condenseur Puissance solaire injectée dans le sol
C3
15000 1000
T3
Power [W]

C4 T4 10000 800

[W/m²]
C6 C7
Tpuits2 C5 5000 600
Tsol5 PAC
0 400
Ensoleillement
plan horizontal
Tsol45 -5000 200

-10000 0
Circuit c5 : évaporateur
0

0
30

30

30

30

0
Tsol85
:3

:3

:3

:3

:3

:3

:3
3:

5:

7:

9:

11

13

15

17

19

21

23
5

16
5

5
/0

/0

/0

/0

5
/0

/0

/0

/0

/0

/0

/0
/4

/4

/4

/4

/4

/4

/4

/4

/4

/4

/4
14

14

14

14

14

14

14

14

14

14

14
3- Résultats expérimentaux
3.2- Consommation électrique totale annuelle
par m² de surface habitable

Consommation électrique totale du procédé pour la 1ère année


(appoint électrique pour ECS, compresseur PAC et tous les circulateurs)

Début novembre Début mai 2005 à Bilan première


2004 à fin avril fin octobre 2005 année
2005
26 kWh/m² 4 kWh/m² 30 kWh/m².an

17
3- Résultats expérimentaux
3.3- Etude de l’injection d’énergie solaire dans le sol

Effet sur l’évolution du COP de la pompe à chaleur


0 4.1
-10 4.0

COP PAC seule


Energie [kWh]

-20 3.9
-30 3.8
-40 3.7
-50 3.6
-60 3.5
-70 3.4

juil-05
mai-05

juin-05
mars-05

mars-06
fev-05

fev-06
avr-05

avr-06
janv-05

oct-05

janv-06
août-05
dec-04

dec-05
sep-05
nov-04

nov-05
Bilan énergie échangée avec le sol COP PAC seule

18
3- Résultats expérimentaux
3.3- Etude de l’injection d’énergie solaire dans le sol

Injection du surplus d’énergie solaire dans le sol

Taux de recharge Amélioration du Consommation


thermique annuel du COP de la PAC électrique des
sol : 30% localisée aux mi- circulateurs annule
saisons l’amélioration du
COP de la PAC
Faible temps de
fonctionnement de la PAC
aux mi-saisons

Influence négligeable sur le bilan énergétique annuel

Influences à long terme (au bout de 20 ans de fonctionnement) ?


¾ Recours à une modélisation numérique
19
4- Modélisation numérique du procédé
Objectifs

¾étude de l’intérêt de la recharge thermique du sol à long terme (20 ans) pour
l’habitat individuel et pour l’habitat collectif.

¾étudier différentes variantes couplant l’énergie solaire à la géothermie basse


température : trouver un bon compromis entre simplicité du procédé et COP
global ;
¾ étude paramétrique ;

Outil utilisé : logiciel TRNSYS


Modélisation et simulation dynamique de procédés complexes

20
5- Résultats numériques
Intérêt de la recharge thermique pour l’habitat collectif

Modèle de bâtiment :
Immeuble d’habitation de 36 logements répartis en 6 niveaux (96 occupants)

Bâtiment de 2004 m² habitable, consigne de 20°C ;


Ubat = 0,506 W/m².K ;
chauffage par planchers chauffants ;
Besoin en ECS : 3360 l par jour à 60°C, ballon ECS de 6000 l ;
100 m² de capteurs solaires thermiques par rapport aux besoins d’ECS (1m²/occupant).

21
5- Résultats numériques
Intérêt de la recharge thermique pour l’habitat collectif

Simulation du procédé GEOSOL à long terme et pour un immeuble de 36 logements


400 m², 300 m², 200 m², 100 m² de capteurs solaires,
106% 78% 45% recharge thermique de 10%
Température moyenne du sol [°C]

14
13
12
11
10
9
8
7
6
5
4
3
2
1
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
Temps [années]

22
5- Résultats numériques
Intérêt de la recharge thermique pour l’habitat collectif

Simulation du procédé GEOSOL à long terme et pour un immeuble de 36 logements


Taux de recharge thermique [%] 105 78 45 10
Surface de capteurs solaires [m²] 400 300 200 100
Température initiale du sol [°C] 11,6 11,6 11,6 11,6
ème 12 9,3 6,3 2,8
Température moyenne du sol, 20
Sol

année
∆Tsol [°C] + 0,4 - 2,3 - 5,3 - 8,8
Température moyenne du fluide dans 1,3 1,3 1,3 1,3
Fluide EGV

Gel des
les puits (janvier 1ère année)
Température moyenne du fluide dans 1,6 -0,8 -3,5 -6,9
échangeurs
les puits (janvier 20ème année) géothermiques
∆T 1 [°C ] 0,3 2,1 4,8 8,2 et du sol !
ère 4,07 4,07 4,07 4,07
COP de la PAC de janvier de la 1
COP PAC

année
ème 4,12 3,82 3,48 3
COP de la PAC de janvier de la 20 Diminution non
année acceptable du
∆COP [%] + 1,2 - 6,1 - 14,5 - 35,6
COP de la PAC
23
5- Résultats numériques
Intérêt de la recharge thermique pour l’habitat collectif

Simulation du procédé GEOSOL à long terme et pour un immeuble de 36 logements


Taux de recharge thermique [%] 105 78 45 10
Surface de capteurs solaires [m²] 400 300 200 100 3m²/occupant
Température initiale du sol [°C] 11,6 11,6 11,6 11,6
ème 12 9,3 6,3 2,8
Température moyenne du sol, 20
Sol

année
∆Tsol [°C] + 0,4 - 2,3 - 5,3 - 8,8 Risque de gel
Température moyenne du fluide dans 1,3 1,3 1,3 1,3
Fluide EGV

limité
les puits (janvier 1ère année)
Température moyenne du fluide dans 1,6 -0,8 -3,5 -6,9
les puits (janvier 20ème année)
∆T 1 [°C ] 0,3 2,1 4,8 8,2
ère 4,07 4,07 4,07 4,07
COP de la PAC de janvier de la 1
Diminution
COP PAC

année
ème 4,12 3,82 3,48 3
acceptable du
COP de la PAC de janvier de la 20
année
COP de la PAC
∆COP [%] + 1,2 - 6,1 - 14,5 - 35,6
24
5- Résultats numériques
Intérêt de la recharge thermique pour l’habitat collectif

Simulation du procédé GEOSOL à long terme et pour un immeuble de 36 logements


Taux de recharge thermique [%] 105 78 45 10
Surface de capteurs solaires [m²] 400 300 200 100
Température initiale du sol [°C] 11,6 11,6 11,6 11,6
ème 12 9,3 6,3 2,8 Couplage
Température moyenne du sol, 20
Sol

année solaire – géothermie


∆Tsol [°C] + 0,4 - 2,3 - 5,3 - 8,8 totalement justifié pour
Température moyenne du fluide dans 1,3 1,3 1,3 1,3 l’habitat collectif
Fluide EGV

les puits (janvier 1ère année) en terme


Température moyenne du fluide dans 1,6 -0,8 -3,5 -6,9 de risque de gel
les puits (janvier 20ème année)
∆T 1 et
[°C ] 0,3 2,1 4,8 8,2
ère 4,07 4,07 4,07 4,07 de diminution des
COP de la PAC de janvier de la 1
COP PAC

année
performances
ème 4,12 3,82 3,48 3
COP de la PAC de janvier de la 20
année
∆COP [%] + 1,2 - 6,1 - 14,5 - 35,6
25
6- Conclusions :
Utilisation combinée de l’énergie solaire et de la
géothermie basse température

¾ L’intégration énergétique de l’énergie solaire et de la géothermie est opérationnelle :


-- coefficient de performances global du procédé de 2,4 ;
-- consommation électrique globale < 30 kWh/m².an ;

¾ La recharge thermique du sol est effective :


- elle évite les problèmes de surchauffe des capteurs solaires thermiques ;
- amélioration du COP de la PAC en mi-saison, mais sans gain significatifs sur les bilans
énergétiques annuels.

26
6- Conclusions :
Utilisation combinée de l’énergie solaire et de la
géothermie basse température

¾ Pour l’habitat individuel et collectif : le couplage solaire – géothermie n’améliore pas


significativement les performances à l’échelle annuelle ;

¾Pour l’habitat individuel : le couplage solaire – géothermie n’est pas indispensable. Evite
néanmoins tout risque d’apparition de glace à long terme ;
¾ Pour l’habitat collectif : le couplage solaire – géothermie est totalement justifié, permet de
maintenir les performances à long terme et évite le gel du sol ;
¾Pour l’habitat individuel et collectif : consommation électrique globale du procédé < 35
kWh/m².an. Consommation plus faible tout à fait accessible avec plus de rigueur dans la
conception (performances énergétiques du bâtiment, régulation optimale).

27
6- Conclusions :
Utilisation combinée de l’énergie solaire et de la
géothermie basse température

Perspectives :

¾ Développer des modèles d’échangeurs géothermiques prenant en compte des « zones


centrales de sol » et des « zones périphériques de sol » ;

¾ Travailler sur des systèmes de contrôle commande pour gérer les différentes sources
d’énergie ;

¾ Développer des outils de dimensionnement (capteurs solaires et échangeurs


géothermiques) pour le collectif, prise en compte de pieux énergétiques ;
¾ Etude du geocooling (freecooling ) : confort et effets sur la recharge thermique ;

¾ Problématique générale du stockage de chaleur dans le sol : quel pourcentage de chaleur


injectée dans le sol récupérons nous ?

28
Remerciements

Cette étude bénéficie du soutien financier de l’ADEME (Agence De l’Environnement


et de la Maîtrise de l’Energie), du PUCA (Plan Urbanisme Construction et
Architecture) et de l’Assemblée des Pays de Savoie.

Je vous remercie de votre attention


et je suis à votre disposition pour répondre à vos questions

29

Vous aimerez peut-être aussi