Vous êtes sur la page 1sur 131

VOLUME 3

CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES (CPT)


TABLE DES MATIERES

CHAPITRE I : GENERALITES 7

ARTICLE 1 CONDITIONS GENERALES 7

1.1 GÉNÉRALITÉS 7
1.2 TRANSPORT DE MATÉRIEL LOURD 8
1.3 TRANSPORT DE MATÉRIAUX 8
1.4 PROGRAMME TECHNIQUE DES TRAVAUX 9
1.5 JOURNAL DE CHANTIER 9
1.6 RAPPORTS HEBDOMADAIRES 10
1.7 RÉUNIONS DE CHANTIER 10

ARTICLE 2 CONSISTANCE ET DESCRIPTION DES TRAVAUX 10

2.1 CONSISTANCE DES TRAVAUX 10


2.2 DESCRIPTION DES TRAVAUX 11

ARTICLE 3 QUALITE TECHNIQUE DES TRAVAUX 17

3.1 GÉNÉRALITÉS 17
3.2 CONTRÔLE INTERIEUR 18
3.3 CONTRÔLE EXTÉRIEUR 18
3.4 RÉSERVES SUR L’AUTORISATION DE POURSUITE DES TRAVAUX 19
3.5 CONTRÔLES ET ESSAIS SUPPLÉMENTAIRES 20
3.6 NON-CONFORMITÉS ET SANCTIONS (DONT RÉFACTION DES PRIX) 20

ARTICLE 4 PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT 20

4.1 GÉNÉRALITÉS 21
4.2 RÉUNION DE DÉMARRAGE DES TRAVAUX. 21
4.3 MESURES SOCIALES 22
4.4 MESURES ENVIRONNEMENTALES RELATIVES AUX INSTALLATIONS 24
4.5 MESURES ENVIRONNEMENTALES RELATIVES AUX TRAVAUX 28

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 2 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
CHAPITRE II : PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION MATERIAUX 30

ARTICLE 5 ETUDE GEOTECHNIQUE D’EXECUTION 30

5.1 QUALITÉ DES MATÉRIAUX 30

ARTICLE 6 MATERIAUX POUR TERRASSEMENTS GENERAUX 31

6.1 CORPS DES REMBLAIS 31


6.2 ARASES DES REMBLAIS ET PLATES-FORMES DES DÉBLAIS 31

ARTICLE 7 MATERIAUX POUR COUCHES DE CHAUSSEE 31

7.1 MATERIAUX POUR COUCHE DE FONDATION 31


7.2 MATERIAUX POUR COUCHE DE BASE 32
7.3 MATERIAUX POUR IMPREGNATION SUR COUCHE DE BASE 33
7.4 MATERIAUX POUR COUCHE D’ACCROCHAGE 34

ARTICLE 8 LIANTS HYDROCARBONES ET GRANULATS POUR ENDUIT


SUPERFICIEL POUR BANDES RUGUEUSES 35

8.1 LIANTS HYDROCARBONÉS 35


8.2 GRANULATS POUR ENDUITS SUPERFICIELS 36

ARTICLE 9 MATERIAUX POUR BETONS ET MORTIERS 37

9.1 CLASSIFICATION 37
9.2 CIMENTS 38
9.3 SABLES POUR MORTIER ET BÉTONS 39
9.4 GRANULATS POUR BÉTON 41
9.5 DISPOSITIONS COMMUNES À TOUS LES AGRÉGATS POUR BÉTONS 43
9.6 EAU DE GÂCHAGE POUR BÉTON ET INJECTION 43
9.7 ADJUVANTS ET PRODUITS DE CURE POUR BÉTON 44
9.8 FABRICATION DES BÉTONS 45

ARTICLE 10 ACIERS POUR BETON ARME 47

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 3 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
10.1 ORIGINE 47
10.2 QUALITÉ 47

ARTICLE 11 MATERIAUX DIVERS POUR ASSAINISSEMENT, PETITS OUVRAGES


D'ART ET OUVRAGES DE PROTECTION 48

11.1 REMBLAI TECHNIQUE 48


11.2 MOELLONS POUR MAÇONNERIE ET GABIONNAGE 48
11.3 ENROCHEMENTS 49
11.4 BORDURES 49
11.5 GLISSIÈRES DE SÉCURITÉ 49

ARTICLE 12 SIGNALISATION ET ECLAIRAGE PUBLIC 49

12.1 SIGNALISATION HORIZONTALE 49


12.2 SIGNALISATION VERTICALE 51
12.3 BALISES DE VIRAGES 52
12.4 ECLAIRAGE PUBLIC 53

CHAPITRE III MODE D'EXECUTION DES TRAVAUX 65

ARTICLE 13 INSTALLATIONS GENERALES 65

13.1 INSTALLATIONS DE CHANTIER 65


13.2 PANNEAUX DE CHANTIER 66
13.3 LABORATOIRE DE CHANTIER 66
13.4 INSTALLATION ET FONCTIONNEMENT DES BUREAUX ET DES LOGEMENTS DE LA MISSION DE
CONTRÔLE. 67

ARTICLE 14 ETUDES D’EXECUTION 68

14.1 GÉNÉRALITÉS 68
14.2 TOPOGRAPHIE ET GÉOMÉTRIE DU PROJET 68
14.3 ETUDE GÉOTECHNIQUE 69
14.4 ETUDES D’EXÉCUTION DES OUVRAGES D’ART ET DES BATIMENTS 69
14.5 PLANNING DE REMISE DES ÉTUDES D’EXÉCUTION 70

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 4 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
14.6 PLANS DE RÉCOLEMENT 70

ARTICLE 15 PREPARATION DU TERRAIN - DEGAGEMENT DES EMPRISES 70

15.1 DÉBROUSSAILLEMENT ET ENLÈVEMENT D'ARBRES 70


15.2 DÉCAPAGE DE LA TERRE VÉGÉTALE - ENLÈVEMENT DES TERRES DE MAUVAISE TENUE 71

ARTICLE 16 TERRASSEMENTS GENERAUX 71

16.1 EXÉCUTION DES DÉBLAIS 71


16.2 EXÉCUTION DES REMBLAIS 72
16.3 EMPRUNTS 75
16.4 DÉPÔTS 76

ARTICLE 17 STRUCTURES DE CHAUSSEE 77

17.1 CONFORMITÉ ET CONTRÔLE 77


17.2 COUCHE DE FONDATION 78
17.3 COUCHE DE BASE 80
17.4 REVETEMENT BICOUCHE 81
17.5 CHAUSSEE EN BETON ARME CONTINU 82
17.6 RALENTISSEURS EN BETON 82
17.7 ENDUIT SUPERFICIEL MONOCOUCHE POUR BANDES RUGUEUSES 83

ARTICLE 18 MISE EN OEUVRE DES BETONS 84

18.1 TRANSPORT DES BÉTONS 85


18.2 MISE EN ŒUVRE DES BÉTONS 85
18.3 MISE EN PLACE DU BÉTON 85
18.4 MISE EN ŒUVRE DES ARMATURES POUR BÉTON ARMÉ 87
18.5 ECHAFAUDAGES, ÉTAIEMENTS ET COFFRAGES 88
18.6 MISE EN ŒUVRE DES COFFRAGES 89
18.7 TRAITEMENT DES PAREMENTS 90

ARTICLE 19 PETITS OUVRAGES D’ART EN BETON ARME ET D'ASSAINISSEMENT 91

19.1 CANIVEAUX ET OUVRAGES DIVERS EN BÉTON 91


19.2 TERRASSEMENTS POUR OUVRAGES 91

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 5 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
ARTICLE 20 PROTECTION ET DIVERS 94

20.1 BORDURES 94
20.2 PERRÉS MAÇONNÉS 94
20.3 ENROCHEMENTS 95

ARTICLE 21 SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVES AUX BATIMENTS ET


AU MATERIEL DE PESAGE 95

21.1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE 95


21.2 DESCRIPTION DES TRAVAUX 95
21.3 BASES DE CALCUL 96
21.4 IMPLANTATION DES OUVRAGES 96
21.5 TERRASSEMENT 97
21.6 GROS-OEUVRE 98
21.7 MACONNERIES - ENDUITS 99
21.8 SPECIFICATIONS GENERALES DES MATERIAUX 100
21.9 MISE EN ŒUVRE DES OUVRAGES 102
21.10CHARPENTE – COUVERTURE – PLAFONNAGE 103
21.11 MENUISERIES EXTERIEURES ET INTERIEURES 103
21.12MENUISERIE BOIS 105
21.13HUISSERIES 105
21.14SERRURERIE 105
21.15ELECTRICITE 106
21.16PEINTURE – REVETEMENT 108
21.17 SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU MATERIEL DE PESAGE 109

ARTICLE 22 MODE D’EXECUTION DE LA SIGNALISATION 119

22.1 GÉNÉRALITÉS 119


22.2 SIGNALISATION HORIZONTALE 119
22.3 SIGNALISATION VERTICALE 121
22.4 GLISSIÈRES DE SÉCURITÉ 121
22.5 BALISES 122

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 6 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
CHAPITRE I : GENERALITES

Article 1 CONDITIONS GENERALES

1.1 GÉNÉRALITÉS
Dans ce qui suit les mots Maître d’Œuvre ou Ingénieur désignent indifféremment le Maître
d’Œuvre ou ses représentants (notamment les agents de la Mission de Contrôle) dont les
attributions auront été notifiées à l’Entrepreneur par écrit.

Le présent Cahier des Prescriptions Techniques (CPT) établit les normes techniques et
environnementales et les méthodes d'exécution propres au marché de la construction d’une
station de pesage et des travaux confortatifs sur la route Moundou – Frontière Cameroun.

Le présent CPT est complété, pour tout ce qui ne déroge pas aux documents contractuels, par
les Cahiers de Clauses Techniques Générales (CCTG) approuvés par le Décret français du 23
mars 1993, applicables aux marchés publics de travaux de génie civil en France, dont les
dispositions devront être suivies, et en particulier, par les fascicules suivants :
- Fascicule n2 : Travaux de Terrassement.
- Fascicule n4 : Titres I et II, fourniture d'aciers pour béton armé et pour béton
précontraint ; complété par les normes AFNOR NF.A 35-015, NF.A 35-
016 et NF.A 35-022.
- Fascicule n7 : Reconnaissance des sols.
- Fascicule n23 : Fourniture de granulats employés à la construction.
Complété par le Circulaire n77-186 du 26 décembre 1977
(Instruction provisoire), et par la norme AFNOR NF.P. 18-321.
- Fascicule n30 : Transport par route de matériaux.
- Fascicule n31 : Bordure et caniveaux en pierre naturelle ou en béton.
Complété par la norme AFNOR NF.T 98-302.
- Fascicule n32 : Construction de trottoirs.
- Fascicule n35 : Travaux d'espaces verts.
- Fascicule n50 : Travaux topographiques.
- Fascicule n56 : Protection des ouvrages métalliques contre la corrosion.
- Fascicule n62 : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et
constructions en béton armé (BAEL 83).
- Fascicule n63 : Exécution et mise en œuvre des bétons non armés.
Confection des mortiers.
- Fascicule n64 : Travaux de maçonnerie d'ouvrages de génie civil.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 7 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- Fascicule n65-A + additif : Exécution des ouvrages de génie civil en béton armé
ou précontraint.
Complété par la norme AFNOR NF.P. 18-303 et par les
normes EN 206-1 et EN 13 369.
- Fascicule n68 : Exécution des travaux de fondation d'ouvrages.
- Fascicule n70 : Canalisations d'assainissement et ouvrages annexes.

De plus, les essais en laboratoire et en place seront conduits conformément aux modes
opératoires de l'AFNOR (France) ou du LCPC (France).

Les matériaux, produits et composants de construction doivent être conformes aux


stipulations du Marché et aux prescriptions des normes AFNOR homologuées (ou leurs
équivalents EN, normes européennes), les normes applicables étant celles qui sont en vigueur
le premier jour du mois qui précède celui de la signature de la Soumission par l'Entrepreneur.
Les dénominations citées dans le présent CPT sont en général les dénominations actuelles.
Elles peuvent être les dénominations antérieures.
La signalisation sera conforme aux dispositions de « l’Arrêté interministériel du 24 novembre
1967 modifié » (NB : par l’ensemble des arrêtés modificatifs) et de l’instruction
interministérielle sur la sécurité routière qui sont communiqués dans les livres I, parties 1 à 8,
sur la signalisation routière du Ministre de l'Equipement de France.

1.2 TRANSPORT DE MATÉRIEL LOURD


L'Entrepreneur doit tenir compte des limitations éventuelles de charges sur les ponts existants.
Il sera tenu de charger le matériel sur les remorques à essieux multiples susceptibles d'assurer
une distribution de la charge totale rentrant dans les limites prescrites par le Code de la Route
Français (Article R55 - R56 - R57 - R58).

1.3 TRANSPORT DE MATÉRIAUX


Il est entendu que les distances de transport de matériaux sont mesurées suivant le parcours le
plus court entre les barycentres des zones ou lieux de prélèvement, de chargement, de
stockage, et le barycentre de la zone de dépôt ou de la section de route correspondante.

Le transport de matériaux n'est pas pris en compte si les véhicules effectuant ce transport sont
en surcharge.

Le Maître d’Œuvre pourra procéder à tout moment à des vérifications de la charge à l'essieu
des véhicules de transport. Les détours et les pertes de temps qui en résultent sont à la charge
de l'Entrepreneur.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 8 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
1.4 PROGRAMME TECHNIQUE DES TRAVAUX
Il est rappelé que l’Entrepreneur soumet à l’approbation du Maître d’Œuvre le programme des
travaux selon les dispositions du Cahier des Prescriptions Spéciales (CPS).
Par ailleurs, l’Entrepreneur tiendra constamment à jour, sur le chantier, un planning des
travaux qui tiendra compte de l’avancement réel du chantier, selon les dispositions du CPS.

Il sera établi chaque fin de mois, à la diligence de l'Entrepreneur et à ses frais, un plan de l'état
d'avancement des travaux selon un modèle agréé par le Maître d’Œuvre. Ce plan sera fourni
gratuitement à l'Administration en quatre exemplaires.

1.5 JOURNAL DE CHANTIER


Il est rappelé qu’un journal de chantier sera rédigé par le Maître d’Œuvre. Le journal de
chantier contiendra au minimum les informations journalières suivantes :
- les conditions atmosphériques,
- les travaux exécutés dans la journée ainsi que l'effectif et la qualification du personnel,
le matériel employés pour ces travaux,
- l'avancement des travaux,
- les prescriptions imposées à l’Entrepreneur sur le plan technique,
- les opérations administratives relatives à l'exécution et au règlement du marché
(notification d'ordres de service, visas et approbation de plans d'exécution, résultats et
essais, attachements),
- les incidents ou détails de toutes sortes présentant quelque intérêt au point de vue de la
tenue ultérieure des ouvrages et de la durée des travaux, dont le matériel en panne,
- tout incident concernant la sécurité ou tout accident matériel ou corporel
- les travaux spécifiquement exécutés dans le cadre de la protection de l'environnement,
- les visites officielles.

Le journal de chantier sera présenté chaque matin à l’Entrepreneur qui disposera d’un délai de
deux heures pour signature.
A ce journal, pourront être annexés, chaque jour, tous documents venant en complément des
informations consignées dans le journal (photographies, résultats d'essais, procès-verbaux de
constat, liste de matériel, etc.).

L’Entrepreneur est tenu de communiquer chaque soir tous les renseignements nécessaires à
l’élaboration du journal de la journée, par exemple en terme d’effectifs et de matériel.

1.6 RAPPORTS HEBDOMADAIRES


Pendant l'exécution des travaux, l’Entrepreneur adressera au Maître d’Œuvre des rapports

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 9 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
hebdomadaires donnant :
- l'état d'avancement du chantier comparé à l'état prévu par "le programme d'ensemble" et
par "le programme mensuel",
- le programme mensuel réajusté.

1.7 RÉUNIONS DE CHANTIER


Une réunion officielle hebdomadaire ou bimensuelle selon les nécessités appréciées par le
Maître d'Œuvre, à laquelle participeront obligatoirement l’Entrepreneur et le Maître d'Œuvre,
ainsi qu'éventuellement le Maître d'Ouvrage, permettra de discuter de points relatifs à
l’exécution du Marché, d’évaluer l’avancement des travaux et de préciser tout élément n'ayant
pas une définition suffisamment claire au contrat avant la mise en travaux.

Les observations faites à cette occasion seront consignées dans le journal de chantier et feront
l’objet d’un compte-rendu remis au Maître d’Ouvrage dans les délais convenus au démarrage
du chantier.

Article 2 CONSISTANCE ET DESCRIPTION DES TRAVAUX

2.1 CONSISTANCE DES TRAVAUX

Les travaux consistent en l’aménagement d’une aire de pesage et de l’accès correspondant


(élargissement de la route et création d’une bande d’insertion centrale) au carrefour de la
route Moundou et Sarh et en la réalisation de mesures confortatives sur la route Moundou –
Frontière du Cameroun.
Toutefois l’entrepreneur est tenu d’étudier, de fournir et de présenter les plans d’exécution des
travaux à réaliser et les soumettre au représentant du maître d’œuvre pour approbation ;

Les travaux prévus pour l’aménagement d’une aire de pesage au carrefour de la route
Moundou et Sarh consistent en :
- la construction d’un bâtiment de 7 pièces de 137 m²
- la construction d’un hangar de stockage des matériaux en surcharge de 60 m² (12 m x
5 m) avec un auvent de 20 m² (5 m x 4 m)
- la construction de surfaces de circulation en enduit bicouche, l’aire de stationnement
des véhicules en infraction et le parking, tous 2 en chaussée béton, la zone d’approche
et de pesage en béton armé et des passages sous chaussée et de caniveaux couverts
- l’aménagement des surfaces non circulables (revégétalisation, clôture)

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 10 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- la fourniture et la pose de l’appareil de pesage
- l’éclairage et la signalisation de l’aire de la station de pesage et de son accès

Les travaux confortatifs prévus sur la route Moundou – Frontière du Cameroun comportent
notamment :
- Amélioration de la signalisation verticale et horizontale
- Réalisation de bandes rugueuses
- Pose des ralentisseurs
- Réalisation de perrés maçonnés et d’enrochements
- Pose de glissières de sécurité
- La signalisation horizontale et verticale
- Pose de dallettes d’accès piétons
- Végétalisation de 3 ronds points

2.2 DESCRIPTION DES TRAVAUX


Les travaux à réaliser sont décrits sommairement ci-dessous :

- Installation du chantier
Les travaux comprendront notamment :
- l'installation et l'aménagement des services généraux de l'Entreprise : bureaux,
logements, ateliers, aires de stockages,
- l'amenée et le repli du matériel,
- l'installation et le repli du chantier
L’Entrepreneur devra assurer l’approvisionnement en agrégats et devra préciser le mode
d’approvisionnement : soit par des fournisseurs locaux, soit pas ses propres installations de
production d’agrégats.
De même, le mode de fabrication des bétons sera assuré par l’Entrepreneur : il devra le
préciser (centrale à béton hydraulique ou autre moyen).

- Prestations pour la surveillance et le contrôle des travaux


Les travaux comprendront :
- la mise à disposition et l’équipement du bureau de la mission de contrôle,

- Préparation de l'emprise
Les travaux comprendront notamment le débroussaillage, l’abattage d'arbres, le nettoyage et
le décapage de la terre végétale.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 11 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- Déplacement des réseaux
Ceci concerne le cas échéant le déplacement ou le remplacement de réseau(x) découvert(s)
dans le cadre des études d’exécution.

- Terrassements généraux
Les travaux comprendront notamment :
- les déblais et remblais nécessaires à la réalisation du projet, y compris emprunt et
transport des matériaux jusqu'au lieu de destination,
- la réalisation des fouilles pour fossés, caniveaux longitudinaux, exutoires.
- Ouvrages
Les ouvrages à construire sont essentiellement :
- des dalots pour les accès à l’aire de la station de pesage
- des bordures, avaloirs, regards, et tous ouvrages de raccordement,
- des caniveaux, cunettes et murets
- des bordurettes et descentes d'eau,
- des fossés,
- la réalisation d’un captage d’eau (forage),
- la réalisation d’une fosse septique et d’un puisard pour les eaux usées,
- et des dispositifs de protection (gabions, perrés maçonnés, enrochements...)

- Aménagement de l’aire pesage


Les travaux d’aménagement comportent principalement :
- La réalisation d’une chaussée en béton armé de 20 cm d’épaisseur pour les accès et les
approches du point de pesage : (96m x 4m ).
- L’aire de stationnement des véhicules en infraction en béton
- Les surfaces roulantes de l'aire de pesage en enduit bicouche
- L’aménagement des surfaces non roulantes (revégétalisation, clôture)
L’aire de chaussées en béton armé sera posée sur une couche de fondation en matériaux
sélectionnés (graveleux latéritique de 15 cm d’épaisseur)
Le revêtement en bicouche sera posé sur une couche de base de 20 cm d’épaisseur en
concassés 0,315 et une couche de fondation de 25 cm d’épaisseur en matériaux sélectionnés.
Les épaisseurs exactes des couches seront déterminées après les études techniques de
l’entrepreneur et avec l'accord la maîtrise d’œuvre.
La surface totale de l’enceinte de l’aire de pesage est de 9750 m2 (150 m x 65m)
La construction d’une troisième voie à la route actuelle sera réalisée (chaussée en enduit
bicouche de 3,50 m de large sur une longueur d’environ 200 m)
La chaussée en béton armé sera posée sur une couche de fondation en matériaux sélectionnés
(graveleux latéritiques) de 15 cm d’épaisseur

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 12 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
La dalle de pesage (longueur 15 m + 6 m + 15 m) sera réalisée selon les spécifications du
guide SETRA « Construction et gestion des aires de pesées pour pèse essieux fixes ».

- Appareil de pesage

Le matériel de pesage importé devra obligatoirement être acheminée par FRET AERIEN.

Il est donné ci-dessous les spécifications prévues pour le système de pesage, conformes aux
spécifications du guide SETRA « Construction et gestion des aires de pesées pour pèse
essieux fixes ». La fourniture et la pose de ces équipements font partie intégrante de ce
marché de travaux.
Le système de pesage encastré sera équipé d’une électronique de pesage fonctionnant en
mode dynamique et en mode statique.

Plateforme
Quantité : 2 par pèse essieu
Température d’utilisation : -10°C +60°C
Température de stockage : -30°C +65°C
Mécanique :
- charge nominale : 15 t chaque, 30 t par essieu
- charge admissible : jusqu’à 50 t par essieu
- précision des mesures : 20 kg
- construction : aluminium haute résistance
- protection : peinture époxy
- poids unitaire : 34 kg
- largeur : 1 000 mm
- longueur : 500 mm
- hauteur : 40 mm
Mesure :
Chaque bascule intègre 4 capteurs de pesage à jauges de contraintes en acier inoxydable.
Etanchéité : DIN IP 68 (capteur scellé hermétiquement)

Electronique de pesage
Quantité : 1
Cette électronique devra être connectée à un ordinateur.
Dimension : 400 x 400 x 200 mm
Spécifications techniques :
- Smart Card. BRS/N – acquisition de données grande vitesse
- Convertisseur analogique/numérique incluant l’algorithme Logiciel DYN-
SCALE

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 13 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- Alimentations : 115/230 V AC 50/60 Hz, 12 V pour l’alimentation de secours
externe
- Batterie interne 12 V + chargeur
- Carte de Test
- Données disponibles : sortie série RS 232/ASCII et RS 485 pour transmission à
courte et moyenne distance

Fonctionnement :
Acquisition de données : haute vitesse (1 000 mesures par seconde), chaque point de mesure
est représentatif des efforts exercés.

Logiciel
Le logiciel pour PC est étudié pour l’acquisition de données et leur traitement ainsi que
l’édition de fichier de contrôle de pesage. L’ensemble des données de pesage sont exportées
dans un format Excel. L’annulation et la modification des données est impossible après
validation de la fiche de pesée et permet la sauvegarde journalière des pesées et la sauvegarde
mensuelle de l’ensemble des données.
Informations fournis par le logiciel en temps réel, sans intervention de l’opérateur :
- Date/heure,
- Silhouette du véhicule,
- Vitesse de passage,
- Anomalie détectée (accélération, freinage),
- Numéro de chaque pesage (incrémenté),
- Nom du lieu de contrôle (manuel),
- Nom de l’opérateur (manuel),
- Poids individuel des essieux,
- Poids par groupe d’essieux,
- Poids total du véhicule,
- Détection des surcharges en fonction des réglementations du pays utilisateur,
- Nom de la compagnie de transport (manuel),
- Nom du chauffeur ou numéro de permis du conducteur (manuel).

Boucle d’induction
Quantité : 1 par pèse essieu
Détection automatique de fin de pesage de véhicule composé de :
- Un détecteur de boucle d’induction (avec relais),
- Fil de boucle d’induction de 25 m (à mettre en place autour de la bascule),
Câble blindé de liaison avec l’électronique (de 25 m en standard).

Formation du personnel
De plus le Prestataire fournira un formateur hautement qualifié qui aura pour tâche de former
le personnel de la station en charge du fonctionnement.
La formation sera conduite en deux fois, une première à la mise en service, et une seconde un

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 14 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
mois plus tard pour aplanir et clarifier toutes difficultés éventuellement constatées par le
personnel en charge du fonctionnement.

- Bâtiments de la station de pesage


Les travaux de construction du bâtiment de la station de pesage concernent notamment :
- Des travaux de terrassement
- Des travaux de gros œuvres en béton et maçonnerie
- La construction d’une charpente, couverture et plafonnage
- Les équipements du bâtiment (portes, fenêtres, électricité, alimentation en eau,
plomberie, petits équipements…)
- Les finitions
- La fourniture d’un groupe électrogène d’au moins 17,5 KVA avec abri pour les
installations de pesage et le forage
- La fourniture et la pose d’un système de panneaux solaires pour l’éclairage du
bâtiment et du hangar
- La réalisation d’un forage (suivant les investigations géotechniques d’exécutions).

Le hangar est prévu pour le stockage des denrées déchargées des camions en surcharge.
Celles-ci sont déchargées au moyen d’un palan supporté par un monorail intérieur et en
console à l’extérieur au dessus des portes.
Le hangar sera construit sur une dalle en béton armé de 20 cm d’épaisseur, entourée d’une
longrine et de plots de fondations sous poteaux. La charpente bois sera constituée d’une travée
(12 x 6).
Les voiles du hangar seront constitués de murs en agglomérés de 20 cm d’épaisseur sur une
hauteur de 3,5 m et de bardage en tôles au-delà. Toutes les tôles toiture et bardage seront en
aluminium d’épaisseur 6/10. Les murs en maçonnerie seront revêtus d’un enduit intérieur et
extérieur. La porte du hangar sera métallique à deux battants coulissants sur rails. Sa
fermeture se fera avec chaîne et cadenas. Un éclairage intérieur par six néons sera prévu.

- Signalisation
Les travaux comprennent, pour la mise en place de la signalisation horizontale, des lignes
continues et discontinues pour chaussées, marquage des flèches, îlots directionnels...

Les travaux comprennent également la fourniture et la pose selon les indications du Maître
d’Œuvre de tous les panneaux de signalisation verticale, ainsi que des glissières de sécurité.

- Maintien de la circulation - Déviations


Les travaux se feront en assurant en toutes circonstances la continuité de la circulation pour

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 15 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
tous les usagers de jour comme de nuit. Si des déviations provisoires sont nécessaires, elles
seront réalisées aux frais de l’entrepreneur et dûment entretenues pendant toute la durée des
travaux pour assurer la sécurité permanente des usagers.

- Travaux de confortement
Les travaux de confortement sont listés ci-après :
– Caniveau trapézoïdal en béton couvert
– Réparation et aménagements d'exutoires sur caniveau
– Dalle de passages piétons
– Dalle de passage carrossable
– Descente d'eau bétonnée y compris ouvrage de tête et de pied
– Dalot en béton armé 2x (0,80 m x 0,80 m)
– Perré maçonné
– Enrochements
– Aménagement d'exutoires
– Remblaiement de ravines d'érosion
– Ligne d'axe 50 cm
– Marquage spécial de flèche de rabattement
– Glissière de sécurité
– Balise de virage
– Bande rugueuse
– Ralentisseurs
– Panneau de signalisation
– Panneau de signalisation grande dimension 1.5 x 1.5
– Panneau de virage à chevron (pont Nyan)

Par ailleurs, il sera réalisé un engazonnement et des travaux de plantation d’arbustes


spécifiques sur le terre-plein centrale des trois carrefours giratoires (ronds-points) aux
endroits suivants :
– pk 0+000 (traversée de Moundou)
– pk 1+400 (traversée de Moundou)
– pk 5+200 (village de Belaba)
Ces travaux permettront de réaliser un écran visuel et de présenter un obstacle non dangereux
(pas de point dur) en cas de franchissement accidentel du rond point. En plus de
l’amélioration de la sécurité, les plantations présentent un intérêt ornemental.

L’option retenue consiste à engazonner avec l’espèce PASPALUM toute la surface intérieure
du rond point. Il s’agit d’une espèce de graminée à 2 épis ayant une bonne couverture du sol

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 16 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
(de 10 à 30 cm).
En ce qui concerne les arbustes, il est préconisé d’utiliser la variété FRAGILIA IXDRA qui
présente au maximum une hauteur de 2 m et une largeur de 1 m, et de les planter en cercle
tous les 10 cm, à 2 m à l’intérieur du rond point. Il s’agit d’arbustes à feuilles tachetées de
blanc.

Le suivi et l’entretien des plants étant important, les coûts estimés prennent en considération
les plantations et l’entretien pendant un an de garantie de reprise.

Article 3 QUALITE TECHNIQUE DES TRAVAUX

3.1 GÉNÉRALITÉS
L’Entrepreneur est responsable de la bonne exécution des travaux sur le plan technique. Il est
tenu d'effectuer un contrôle continu de l'ensemble des opérations qui y concourent à tous les
stades d'avancement du projet.

Il est tenu de disposer sur le chantier de sa propre organisation de contrôle de qualité (appelée
contrôle intérieur) lui permettant d'exécuter à ses frais toutes les mesures et essais d'étude et
de réception définis dans le présent CPT.

Les mesures et essais effectués par le Maître d’Œuvre ou tout autre organisme mandaté par le
Maître d’Œuvre sont réalisés dans le cadre du contrôle extérieur.

3.2 CONTRÔLE INTERIEUR


Les qualités professionnelles des agents de l’Entrepreneur chargés de toute la partie "qualité"
seront vérifiées par le Maître d'Œuvre dès leur mise en place sur le chantier. A la suite de cette
vérification, l’Entrepreneur se verra signifier l'agrément ou le non agrément de ces agents. Cet
agrément pourra être retiré à tout moment en cas de carence manifeste.

Tous les essais et mesures du contrôle intérieur seront communiqués au maître d'œuvre au
fur et à mesure de leur exécution et dans un délai adapté aux besoins des délais de réception,
qui ne dépassera en aucun cas deux (2) jours après l'obtention des résultats.

Dans le cas d’écarts persistants entre les résultats du contrôle intérieur et ceux du contrôle
extérieur, le Maître d'Œuvre pourra exiger soit le remplacement du personnel du service
qualité, soit la réalisation de tous les essais et mesures par un organisme de son choix et aux
frais de l’Entrepreneur, sans que celui-ci puisse de ce fait élever de réclamation en raison de
retards ou d'interruptions de chantier consécutifs à cette sujétion, et ce jusqu'à ce qu'il soit fait
la preuve que le service qualité de l’Entrepreneur peut reprendre son activité dans des

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 17 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
conditions satisfaisantes.

3.3 CONTRÔLE EXTÉRIEUR


Au cours de l’exécution des ouvrages, le Maître d’Œuvre procède à des contrôles
préalablement définis et/ou à ceux qu’il estime nécessaires ; la poursuite des opérations par
l’Entrepreneur, le cas échéant à ses risques et périls, étant subordonnée à son acceptation
prononcée dans un délai déterminé. Ces points de contrôle sont appelés « Point Arrêt » et sont
associés à des délais de préavis.

L’Entrepreneur devra donner toutes facilités au Maître d’Œuvre pour qu’il effectue ces
contrôles.

L’Entreprise récapitule les délais de préavis associés aux points d’arrêt. Pour les points d’arrêt
d’exécution récapitulés ci-après, le délai de préavis comporte, outre le délai d’information au
Maître d’Œuvre, le délai d’exécution des contrôles intérieur et extérieur et le délai de remise
des résultats correspondants. Ce délai est exprimé en jours travaillés (au maximum six (6)
jours par semaine).

Sauf disposition contraire énoncée dans les autres prescriptions du présent CPT, il est de :
Etudes d’exécution
contrôle extérieur des études de formulation des bétons 21 jours
contrôle extérieur des notes de calcul d’exécution 21 jours
contrôle extérieur des autres documents d’exécution 15 jours
Implantation
contrôle extérieur de l’implantation générale 5 jours
contrôle extérieur de l’implantation des axes 3 jours
contrôle extérieur de l’implantation des entrées 3 jours
contrôle extérieur de l’implantation des dalots 2 jours
contrôle extérieur de l’implantation des différents ouvrages
d’assainissement et équipements 2 jours
Géométrie
contrôle extérieur du niveau de fond de fouille 2 jours
contrôle extérieur du niveau de chaque type de couche 2 jours
contrôle extérieur de la largeur de chaque type de couche 2 jours
contrôle extérieur du surfaçage de chaque type de couche 2 jours
contrôle extérieur de l’épaisseur de chaque type de couche 2 jours
contrôle extérieur des dévers de chaque type de couche 2 jours
Fond de déblais
contrôle extérieur du fond de déblais 2 jours
Remblais, matériaux pour le corps de chaussée
provenance 21 jours
respect des contraintes environnementales 10 jours
contrôle de qualité des matériaux, 8 jours
contrôle de mise en œuvre 2 jours
contrôle du réaménagement des emprunts 5 jours

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 18 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Fabrication et mise en œuvre des granulats et agrégats
niveau d’aptitude de la centrale de concassage (le cas échéant) 21 jours
respect des contraintes environnementales 10 jours
provenance 15 jours
début de fabrication 3 jours
contrôle de qualité des matériaux 3 jours
contrôle du réaménagement de la (des) carrières (le cas échéant) 5 jours
contrôle de mise en œuvre 2 jours
Fond de fouille et coffrages
contrôle extérieur de la mise en œuvre des coffrages 2 jours
contrôle extérieur du fond de fouille 2 jours
Armatures de béton armé
accord sur la provenance 21 jours
contrôle extérieur de la mise en œuvre avant chaque phase de bétonnage1 jour
Fabrication et mise en œuvre des bétons
niveau d’aptitude de la centrale de fabrication (le cas échéant) 21 jours
respect des contraintes environnementales 10 jours
épreuve de convenance 10 jours
début de bétonnage 2 jours
confection des éprouvettes cylindriques pour l’épreuve de contrôle immédiat
contrôle de qualité 30 jours
Equipements divers (signalisation, etc.)
accord sur la provenance 21 jours
contrôle extérieur de la mise en œuvre 2 jours
Film Polyane
accord sur la provenance et vérification des agréations 21 jours
contrôle extérieur de la mise en œuvre 2 jours

3.4 RÉSERVES SUR L’AUTORISATION DE POURSUITE DES TRAVAUX


Dans le cas où les délais d’obtention des résultats du contrôle extérieur ne sont pas
compatibles avec l’enchaînement des tâches, la décision d’autorisation de poursuite des
travaux ne vaut pas réception des travaux antérieurs ; celle-ci restant soumise aux résultats du
contrôle extérieur. La poursuite des travaux est exécutée aux risques et périls de
l’Entrepreneur.
Plus généralement, l’Entrepreneur demeure responsable de la qualité de ses travaux et des
résultats du contrôle intérieur. Ceux-ci peuvent être vérifiés à tout moment pendant la durée
des travaux et jusqu’à la réception définitive par le contrôle extérieur, au gré du Maître
d’Œuvre, selon les dispositions de l’article suivant : contrôles et essais supplémentaires.

3.5 CONTRÔLES ET ESSAIS SUPPLÉMENTAIRES


Le Maître d’Ouvrage sur proposition du Maître d'Œuvre se réserve le droit de faire effectuer
des essais et contrôles en sus de ceux définis par le Marché : les premiers essais, définis par le
Maître d'Œuvre seront à la charge du Maître d’Ouvrage. Tous les suivants qui s'avéreraient
nécessaires, les précédents n'étant pas satisfaisants, seront à la charge de l’Entrepreneur ; le
programme étant dans chaque cas défini par le Maître d'Œuvre et le Maître d’Ouvrage, de

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 19 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
même que l'organisme chargé de les réaliser.

3.6 NON-CONFORMITÉS ET SANCTIONS (DONT RÉFACTION DES PRIX)


Dans le cas où les tolérances contractuelles ne sont pas respectées, une non-conformité est
établie, normalement en premier lieu par le service qualité de l’Entrepreneur ; à défaut, par le
Maître d’Œuvre.

L’Entrepreneur propose, sous son entière responsabilité, des mesures correctives, à réaliser
avant de pouvoir poursuivre les travaux.

Si ces mesures sont jugées, ou se révèlent, insuffisantes pour permettre au projet d’atteindre
les prescriptions prévues, le Maître d’Œuvre ordonne, en fonction de la gravité de la
situation :
- soit la démolition et la reconstruction de la partie de l’ouvrage incriminée;
- soit, et uniquement dans le cas où le défaut ne met pas en cause la pérennité de
l’ouvrage et la sécurité des usagers, une réfaction dont le montant n’est pas inférieur à
la plus faible des valeurs suivantes : i) 40% du prix de vente de la partie de l’ouvrage
incriminée, ii) 200% du prix de vente de la partie manquante (en cas de sous-épaisseur
notamment).

Article 4 PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT

De nombreux impacts sur l'environnement naturel et humain pourront être évités par le
respect par l’Entrepreneur de certaines bonnes pratiques environnementales. Ces pratiques ne
correspondent généralement pas à des travaux précis, mais plutôt à une démarche de qualité
dans l'installation et les différentes activités de l'entreprise, allant vers un plus grand respect
de l'environnement dans lequel elle intervient. Même si elles peuvent paraître parfois
dérisoires, de telles pratiques appliquées en amont peuvent éviter, à moindre coût, la survenue
par la suite d'importantes nuisances qui nécessiteraient l'engagement de crédits élevés pour
leur correction.
La mise en œuvre de ces pratiques sera du ressort unique de l’Entrepreneur, à qui il est
cependant conseillé de sous-traiter certaines tâches n'entrant pas dans son domaine de
compétence (engazonnement de talus, par exemple).

4.1 GÉNÉRALITÉS

L’Entrepreneur est responsable du respect de l’environnement naturel et humain dans le cadre

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 20 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
de l’exécution des travaux. Il est tenu d'effectuer un contrôle continu de l'ensemble des
opérations qui y concoure à tous les stades d'avancement du projet.

Le non respect, dûment constaté, des règles de protection de l’environnement naturel et


humain est considéré dans le cadre du marché comme défaut d’exécution. Le Maître d’Œuvre
prononce la suspension des travaux jusqu’à ce que l’Entrepreneur apporte la preuve qu’il
prend les mesures correctives nécessaires.

Toutes les dispositions suivantes sont des sujétions qui sont réputées être mises en œuvre aux
frais de l’Entrepreneur.

4.2 RÉUNION DE DÉMARRAGE DES TRAVAUX.

Dans un délai de quinze jours à compter de la date de notification de l’ordre de service de


démarrage des travaux, le Maître d’Œuvre diligente une visite les lieux en présence :
- du Maître d’Œuvre et des représentants du Maître d’Ouvrage,
- du représentant de la Cellule Environnement et Sécurité Routière du Ministère des
Infrastructures,
- de l’Entrepreneur.

L’objet de la visite est d’informer les autorités et les populations sur la consistance des
travaux qui seront réalisés et de recueillir les éventuelles observations de leur part. Les
informations sur les travaux devront préciser leurs itinéraires et les emplacements susceptibles
d’être affectés par les travaux et leur durée. Des précisions seront données aux populations sur
la sensibilisation et les modalités de dédommagement. Aucun travail ne pourra démarrer avant
le paiement des indemnités d’expropriation.

4.3 MESURES SOCIALES


- Protection des tiers
L’Entrepreneur conduira son chantier en prenant soin de protéger les personnes et les biens en
contact avec le projet :
- respect des us et coutumes en vigueur dans la zone du projet,
- respect des règles de sécurité vis-à-vis des usagers et des riverains (limitation de
vitesse, signalisation temporaire permanente par tout moyen adéquat ; arrosage
régulier des routes en terre, etc.)
- maintien des systèmes de drainage à l’approche des propriétés

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 21 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- maintien des accès aux riverains,
- suspension des travaux dans les villages les jours de marché,
etc…

- Préférence à l'embauche locale


Afin d'améliorer temporairement l'économie locale, l'entreprise devra préférentiellement
recruter, à compétence égale, ses employés temporaires parmi les populations résidant dans la
zone du projet.

- Respect des règles de sécurité et de santé du travail


L’Entrepreneur devra respecter rigoureusement la législation en matière de sécurité du travail
et imposer, pour les postes exposés, le port d'équipement de sécurité et de confort, notamment
(liste non exhaustive) :

- pour tous les postes : casques, chaussures de sécurité et/ou bottes de sécurité, baudriers
de sécurité
et, en plus, pour les postes spécifiques :
- pour les carrières, stations de concassage : masques à poussière, casques antibruit,
- pour les travaux de terrassement : masques à poussière,
- pour les postes ferraillage et soudure : gants, lunettes, bottes,
- pour les postes de bétonnage : gants.

Les engins et les véhicules devront également être équipés des dispositifs de sécurité
adéquats.

Les installations fixes de chantier devront être équipées d'une infirmerie avec un personnel
soignant permanent. Un véhicule sera affecté au transport des employés accidentés ou
malades vers le centre de santé adapté le plus proche. L'entreprise devra s'engager à avancer
les frais de santé pour permettre la prise en charge immédiate des personnels par les structures
sanitaires.

- Règlement intérieur
Un règlement interne de l’installation du chantier doit mentionner spécifiquement :

– les règles de sécurité conformément aux dispositions du marché ; notamment le


respect des limitations de vitesse,
– l’interdiction de la chasse, la consommation de viande de chasse, l’utilisation abusive
de bois de chauffe ;
– l’interdiction du transport de la viande de brousse par les engins de chantiers ;
– le respect des us et coutumes des populations et des relations humaines d’une manière

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 22 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
générale.
Le règlement devra être affiché visiblement dans les diverses installations.
Le personnel de l'entreprise devra être sensibilisé à la protection de l'environnement par voie
d'affichage et de réunions de sensibilisation.

Le règlement intérieur stipulera notamment que la vitesse de tous les véhicules de l’entreprise
est limitée à :

– 80 km/h pour les voitures en rase campagne


– 60 km/h pour les camions en rase campagne
– 30 km/h pour tous les véhicules en agglomération

- Engagement de l'entreprise dans la lutte contre les MST/Sida


En respect de la stratégie nationale multisectorielle de lutte contre le Sida, l’Entrepreneur
devra :

- d'une part, s'assurer que la présence de ses employés parmi les populations ne soit pas
sources de transmission de MST et du VIH ;
- d'autre part, adhérer pleinement aux recommandations des institutions internationales
concernant la prise en charge des personnes porteuses du VIH dans le milieu du
travail.

Les employés des chantiers devront être sensibilisés aux risques de transmission des
MST/Sida par voie d'affichage ou autres (projection de film, réunions d'information,
accessoires publicitaires, etc.).

L’Entrepreneur devra mettre en place un système de distribution de préservatifs à prix réduits


au niveau des bases vie et installations fixes.

4.4 MESURES ENVIRONNEMENTALES RELATIVES AUX INSTALLATIONS

- Choix et aménagement des sites d'installations fixes


L'érosion des sols, la pollution des cours d'eau et les destructions d'écosystèmes pourront être
limitées par un choix et un aménagement adéquat des sites des installations fixes du chantier.
L’Entrepreneur devra choisir de préférence des sites où l'environnement est déjà dégradé
(savane dégradée ou jachère récente, par exemple) et préserver le plus possible les arbres en
place. La zone d'installation devra également présenter une topographie propre. Un réseau de
drainage (fossé de garde) devra protéger les sols dénudés de l'érosion pluviale. Les

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 23 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
installations fixes devront être implantées à distance suffisante des habitations (au moins 100
m). Elles devront être clôturées et leurs accès sérieusement contrôlés.

En ce qui concerne les forages ou les puits, les besoins du chantier et le captage définitif, leur
localisation et leur niveau d'exploitation ne devront en aucune manière diminuer les
ressources déjà exploitées par les populations. A cette fin, la consultation et l'autorisation
préalables des services compétents seront requises.

- Travaux de démolition d’habitations, de clôture, de cultures et de bâtiments divers


L’Entrepreneur devra informer et sensibiliser les populations concernées avant toute activité
de démolition d’habitations, de clôtures, de cultures et de bâtiments divers situés dans
l’emprise de l’assiette des travaux et requis dans le cadre du projet, dans le but de définir et
d’arrêter les modalités d’indemnisation. Il devra veiller à ce que les indemnisations
correspondantes soient effectivement fixées et payées aux ayants droit avant toute démolition,
en accord avec le Maître d’Ouvrage.

- Carrières et emprunts
Choix et aménagement
D'une manière générale, la préférence devra être donnée aux carrières déjà exploitées (même
si leur exploitation est actuellement suspendue) et aux sites d'emprunt déjà ouverts. Ces sites
devront respecter les mêmes critères d'éloignement des zones sensibles que les installations
fixes. Ils devront être situés à distance suffisante des habitations (au moins 100 m), et
également de la zone d'assiette des travaux (30 m) afin de ne pas constituer de risques pour la
santé des populations riveraines et pour la sécurité des usagers. De plus, la terre végétale,
retirée sur une épaisseur de 20 à 30 cm, devra être mise en réserve avec précaution. Ces sites
devront être protégés de l'érosion par un réseau de drainage, puis réhabilités ou convertis en
mares pastorales après exploitation (voir infra).
Utilisation d’une carrière temporaire (le cas échéant)
L’Entreprise exécutera à la fin des travaux, les aménagements nécessaires à la remise en état
du site. Ces aménagements comprennent :
- le régalage des sites, des terres végétales afin de faciliter la percolation de l’eau et des
plantations si prescrits,
- le rétablissement des écoulements naturels antérieurs,
- la suppression de l’aspect délabré du site en répartissant et dissimulant les gros blocs
rocheux,
- l’aménagement de fossés de garde afin d’éviter l’érosion des terres régalées.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 24 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- l’aménagement de fossés de récupération des eaux de ruissellement et la conservation
de la rampe d’accès, si la carrière est déclarée utilisable pour le bétail ou les riverains,
ou si la carrière peut servir d’ouvrage de protection contre l’érosion.

Après la remise en état conformément aux prescriptions, un procès-verbal sera dressé.

Utilisation d’une carrière permanente (le cas échéant)


L’Entrepreneur veillera pendant l’exécution des travaux :
– à la préservation des arbres lors du gerbage des matériaux,
– aux travaux de drainage nécessaire pour protéger les matériaux mis en dépôt,
– à la conservation des plantations délimitant la carrière.

A la fin des travaux, l’Entreprise mettra en stock un volume de matériaux déterminé par
l’Administration pour les interventions futures à l’endroit désigné par le Maître d’Œuvre.
L’Entrepreneur devra dans ce cas précis exécuter les travaux suivants :
- le régalage dans un endroit découvert à proximité de la carrière des matériaux de
découverte et ensuite le régalage des terres végétales afin de faciliter la percolation de
l’eau et d’éviter l’érosion. Cet espace aménagé en dépôt sera laissé à la disposition pour
récupération future de ces terres lors de la remise en état de la carrière lorsque les
quantités de matériaux utilisables seront épuisées,
- l’aménagement de fossés de garde afin d’éviter l’érosion des terres régalées.
A la fin de chaque intervention un procès-verbal de l’état des lieux sera dressé.

Réaménagement des zones d'emprunts après fermeture en vue de la


restauration du milieu naturel
Le cas échéant, les excavations d'emprunts pourront être aménagées aux frais de
l’Entrepreneur de sorte qu'elles constituent des points d'accumulation et de conservation
maximales des eaux pluviales aisément accessibles aux troupeaux et sans dangers pour les
populations riveraines. Le choix des excavations à aménager se fera en concertation avec les
communautés locales d'éleveurs, et dans la mesure où la présence d'eau à ces endroits ne
constitue pas de nuisances (notamment prolifération de vecteurs) envers les populations
résidentes.

Les différentes phases de cet aménagement seront les suivantes :


- sélection d'une excavation de taille et de profondeur adaptées (au moins 1000 m2 sur
2 m), avec remblai éventuel pour rehausser et stabiliser les parois ;
- création d'une pente artificielle au fond de la mare (type piscine) pour limiter
l'évaporation ;
- imperméabilisation du fond et des parois de l'excavation par tassement ;

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 25 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- mise en place d'une plantation d'arbres entourant l'excavation, en utilisant la terre
végétale mise en réserve, afin de stopper l'érosion ultérieure, de constituer une zone
d'ombre et de fraîcheur pour les hommes et les animaux, et d'améliorer l'aspect
esthétique du site.

Les sites d'emprunts qui ne seront pas reconvertis en mares pastorales devront, après leur
exploitation et fermeture définitive, être aménagés aux frais de l’Entrepreneur, de manière à
restaurer le plus possible la morphologie du milieu naturel dans sa forme initiale et à restituer
ou améliorer le couvert végétal, selon les étapes suivantes :
- reconstitution du modelé naturel du terrain après comblement des excavations et
nivellement du sol ;
- restitution en surface de la terre végétale mise en réserve avant l'extraction des
matériaux.
Les plantations réalisées à la suite de cette réhabilitation pourront être réalisées, en principe
par des opérateurs autres que l'entreprise, dans le cadre d’actions de reboisement.

- Gestion des polluants liquides et déchets solides


L'entreprise devra manipuler et collecter avec précaution l'ensemble des déchets de chantier,
hydrocarbures, huiles de vidanges et autres rejets liquides, tant au niveau des installations
fixes qu'au niveau des ateliers mobiles, de telle sorte que ces matières polluantes ne soient pas
rejetées dans le milieu naturel. Des contrats de récupération des huiles de vidange usagées
devront être conclus avec les fournisseurs ou les sociétés spécialisées dans ce domaine.
Les vidanges des engins et véhicules de chantiers devront exclusivement être réalisées au
niveau des installations fixes, où les aires de manipulation des carburants et lubrifiants
devront être soigneusement étanchéifiées et équipée de dispositifs de récupération des huiles.
Les aires d’entretien et de lavage des engins, devront être bétonnées et pourvues d’un puisard
de récupération des huiles et des graisses. Cette aire d’entretien devra avoir une pente vers le
puisard et vers l’intérieur de la plate-forme afin d’éviter l’écoulement des produits polluants
vers les sols non protégés. Les huiles usées sont à stocker dans des fûts à entreposer dans un
lieu sécurisé en attendant sa récupération pour autres utilisations. Les filtres à huile et
batteries usées sont à stocker dans des contenants étanches et à diriger vers la décharge
autorisée.

Des réceptacles pour recevoir les déchets sont à installer à proximité des divers lieux
d’activités. Ces réceptacles sont à vider périodiquement et les déchets à déposer dans un
container approprié, étanche, qui devra être vidangé régulièrement. L’emplacement de
container ne devra occasionner aucune nuisance particulière sur le milieu avoisinant.
L’Entrepreneur identifiera dès le démarrage des chantiers les repreneurs potentiels des déchets

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 26 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
parmi les riverains (fourrage pour le bétail, pour la construction, bois de chauffe, etc.).

- Lutte contre l’érosion et/ou l’ensablement


L’Entrepreneur installera et entretiendra des systèmes de drainage du site temporaire et
permanents dans le but de réduire l’érosion des eaux de ruissellements à l’extérieur et à
l’intérieur du site ; ces systèmes se déverseront dans les réseaux de drainage et comprendront
des cuves et bassins de sédimentation pour réduire la quantité de sédiments entraînés.

L’Entrepreneur doit intervenir préventivement avant chaque saison des pluies et dégager tous
les produits végétaux et solides obstruant les ouvrages. Les déchets doivent être déposés à
l’extérieur de l’emprise à des endroits adéquats ne nécessitant pas de débroussaillage et
n’entravant pas l’écoulement des eaux. Les dépôts sont à régaler sur une épaisseur réduite
afin d’éviter la formation des dunes.

- Aménagement et restitution des sites des installations après repli


En cas de repliement définitif des installations, les réaménagements des sites devront se
conformer aux accords passés entre l’Entrepreneur et le(s) propriétaire(s) des sites, qu'ils
soient de statut privé ou communautaire. Dans tous les cas et au minimum, les sites devront
être mis en sécurité par :
– évacuation de tous les déchets solides, y compris carcasses, conteneurs, composant et
pièces métalliques de toutes tailles, puis traitement et/ou stockage sur des sites
appropriés ;
– évacuation de tous les déchets liquides, notamment huiles usagées et de toutes
matières inflammables, explosives et dangereuses, puis traitement et/ou stockage dans
des conteneurs adéquats sur des sites sécurisés ;
– comblement des excavations pour éviter tous risques d'accidents ;

Sur chaque site (installations, carrière, etc..) sera prévu un drainage adéquat des eaux sur
l’ensemble de sa superficie. L’Entrepreneur réalisera tous les travaux nécessaires à la remise
en état des lieux et notamment le remodelage du terrain, l’installation d’ouvrages de drainage
appropriés pour réduire l’accumulation des eaux (sauf si les populations locales souhaitent la
création de mares), le remplacement de la terre végétale, la végétalisation des pentes et la
plantation d’arbres pour réduire l’érosion.

L’Entrepreneur devra replier tout son matériel, engins et matériaux. Il ne pourra abandonner
aucun équipement ni matériaux sur le site, ni dans les environs. Après le repli du matériel, un
procès verbal constatant la remise en état du site devra être dressé et joint au P.V. de la
réception des travaux.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 27 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
L’Entrepreneur assure à ses frais un fonctionnement adéquat des ouvrages d’assainissement
existants dès la fin de la période de mobilisation, quel que soit l’aménagement final de ces
ouvrages.

Le cas échéant, les corps de bâtiments et installations résiduelles (forages et château d'eau)
pourront être remis aux propriétaires privés ou communautaires qui en font la demande. Après
mises en sécurité, toutes les constructions non réutilisées devront être détruites et les gravas
évacuées ou rassemblées.

4.5 MESURES ENVIRONNEMENTALES RELATIVES AUX TRAVAUX

- Mesures de réduction du bruit et les émissions polluantes liées aux travaux


L’Entrepreneur est tenu de limiter les bruits de chantier susceptibles d’importuner les
riverains, soit par une durée exagérément longue, soit par leur prolongation en dehors des
heures normales de travail. Toutes les opérations sources de bruit doivent avant d’être
entamées, faire l’objet d’un accord avec le Maître d’Œuvre, dans la perspective de réduire au
minimum les gênes pour les riverains. En particulier, le maintien des travaux pendant la nuit
dans les quartiers centraux ou en zone densément peuplée sera interdit.
Les engins de travaux ne devront pas montrer de marques de vétusté. En particulier les
compresseurs devront être insonorisés. Les véhicules et engins devront présenter un système
d'échappement compatible avec une émission de bruit supportable et une émission maîtrisée
de particules fines. La mise en place de filtres à particules au niveau des échappements de
certains engins diesel à forte cylindrée est recommandée.
L’Entrepreneur devra éviter tout déversement ou rejet d’eaux usées, de boues, hydrocarbures,
et polluants de toutes natures, dans les eaux superficielles ou souterraines, dans les égouts ou
fossés de drainage.
- Protection contre les gaz d’échappement et les hydrocarbures
Les dépôts et autres modes de stockage éventuels de carburant, de lubrifiants ou
d’hydrocarbure, ainsi que les installations de maintenance du matériel de l’Entrepreneur,
doivent être conformes aux prescriptions relatives à ces types d’installation.

- Protection contre les poussières et autres résidus solides


L’Entrepreneur est tenu de prendre toutes les dispositions utiles pour éviter qu’aux abords des
chantiers, les chaussées, accotements et trottoirs ne soient souillés par poussières, boues,
déblais ou matériaux provenant des travaux. En cas de démolitions d’ouvrages existantes, des
mesures seront prises par l’Entrepreneur pour éviter le soulèvement et la propagation des
poussières.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 28 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Afin de limiter les émissions de poussières à proximité des zones habitées, l’Entrepreneur
procédera à un arrosage fréquent de la plate-forme sur les sites des travaux, en période non
pluvieuse.

- Préservation des arbres sur les emprises et des alignements


Au moment du dégagement de l'emprise et du débroussaillement, l'entreprise devra respecter
le plus possible les arbres, notamment de grande taille (diamètre supérieur à 30 cm) et les
arbres d'alignement ou d'ombrage dans les zones fréquentées par les populations. Au niveau
des agglomérations, la destruction d'arbres alignement ne devra se faire qu'en cas d'absolue
nécessité.

- Recyclage des matériaux récupérés


De manière générale, pour l'économie du projet et la protection de l'environnement, les
matériaux déblayés devront être le plus possible réutilisés dans les limites de leurs
caractéristiques géotechniques.

- Gestion des matériaux non réutilisés


D'une manière générale, les matériaux non réutilisés provenant de déblais, découverte,
destruction d'ouvrage, débroussaillement, etc., devront être immédiatement évacués en dehors
de la zone de travaux. Ils seront stockés sur des sites adéquats, de topographie plane et en
dehors des zones forestières ou d'intérêt écologique, où ils pourront être régalés et ne devront
pas gêner l'écoulement des eaux.

- Reconstitution des sols et parcelles agricoles


A la fin des travaux, les sols agricoles compactés par les passages des engins devront être
ameublis par scarification. Les haies et clôtures enlevées ou abîmées devront être remplacées
conformément aux vœux des propriétaires.
- Approvisionnement de matériaux d’apport sur la route
Afin d’éviter toute gêne excessive à la circulation et pour des raisons de sécurité,
l’Entrepreneur doit :
- organiser la répartition des tas d’un seul côté de la route sur des distances restreintes,
- procéder au régalage au fur et à mesure,
- mettre en place une signalisation mobile adéquate,
- régler la circulation de transit par des porteurs de drapeau,
- charger les camions de manière à éviter les pertes de matériaux au cours du transport,
- veiller à ce que les camions et engins de chantier ne dépassent pas les vitesses limites
prévues au marché et respectent le code de la route.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 29 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
CHAPITRE II : PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION
MATERIAUX

Article 5 ETUDE GEOTECHNIQUE D’EXECUTION

L’agrément préalable par le Maître d’Œuvre des gîtes de matériaux est relatif à :
- la protection de l’environnement,
- la qualité et la quantité des matériaux.

5.1 QUALITÉ DES MATÉRIAUX

Avant tout commencement de mise en œuvre des matériaux, l'Entrepreneur présentera à


l'examen du Maître d’Œuvre les dossiers techniques des emprunts, gîtes et carrières d'où les
matériaux seront extraits, en même temps que les essais de laboratoire. Ces dossiers seront
présentés selon une forme analogue à celle du cahier des fiches techniques des gîtes de
matériaux de l'Administration. Ils indiqueront notamment :
– la localisation des lieux d'extraction,
– les volumes exploitables et de découverte,
– les zones de mise en œuvre et le cube nécessaire par zone,
– les résultats des essais,
– la méthode d'extraction et de stockage.

Le Maître d’Œuvre remettra sa réponse dans un délai de trente (30) jours à compter de la
notification de l’attribution du marché. Il appartient à l’Entrepreneur de prendre ses
dispositions pour remettre ce document en temps utile, avec tous les éléments prévus par les
dispositions du marché.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 30 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Article 6 MATERIAUX POUR TERRASSEMENTS GENERAUX

6.1 CORPS DES REMBLAIS

Les matériaux pour la constitution du corps des remblais proviendront de déblais ou


d'emprunts fournissant des matériaux ayant les caractéristiques minimales suivantes :
- Teneur en matières organiques (MO) inférieure à 0,5%,
- Plus gros élément inférieur ou égal à 100 mm,
- Indice de plasticité (IP) inférieur ou égal à 35,
- Indice portant californien (CBR) supérieur ou égal à 5 pour des échantillons
compactés à 95% de l'Optimum Proctor Modifié (OPM) après 4 jours d'imbibition,
- Gonflement linéaire dans le moule CBR ( G) inférieure ou égale à 1%.

6.2 ARASES DES REMBLAIS ET PLATES-FORMES DES DÉBLAIS

Les matériaux pour la constitution de l’arase des remblais proviendront de déblais ou


d'emprunts fournissant des matériaux ayant les caractéristiques minimales suivantes :
- Teneur en matières organiques (MO) inférieure à 0,5%,
- Plus gros élément inférieur ou égal à 50 mm,
- Pourcentage de fines (passant au tamis 80µ) inférieur ou égal à 35%,
- Indice de plasticité (IP) inférieur ou égal à 30,
- Indice portant californien (CBR) supérieur ou égal à 15 pour des échantillons
compactés à 95% de l'Optimum Proctor Modifié (OPM) après 4 jours d'imbibition,
- Gonflement linéaire dans le moule CBR ( G) inférieure ou égale à 1%.

Article 7 MATERIAUX POUR COUCHES DE CHAUSSEE

7.1 MATERIAUX POUR COUCHE DE FONDATION

Les matériaux pour la couche de fondation (sous la chaussée en béton armé) seront des
graveleux latéritiques naturels issus des emprunts reconnus lors des études d’exécution.

Les matériaux mis en œuvre devront répondre aux spécifications générales suivantes :
- Etre exempts de matières organiques (tolérance 0,5%),
- Avoir 100% de passant au tamis de 50 mm et au plus 30% de passant à 80 microns,
- Indice de plasticité inférieur ou égal à 25,
- Indice portant californien (CBR) supérieur ou égal à 30 pour des échantillons compactés

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 31 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
à 95% de l'Optimum Proctor Modifié (OPM) après 4 jours d'imbibition,
- Gonflement linéaire mesuré dans le cadre de l'essai CBR inférieur à 1%,
- Masse volumique sèche à 95% de l'OPM supérieure ou égale à 18 kN/m3.

La présente couche de fondation concerne uniquement la voie à créer et les aires circulables
destinées à être revêtues en enduit bicouche.

Pour les aires de stationnement des véhicules en infraction et pour les accès et approches de
la zone de pesage revêtues respectivement en béton et béton armé, la couche de fondation est
constituée de la couche de forme.

7.2 MATERIAUX POUR COUCHE DE BASE

La couche de base sera exécutée avec la largeur et l’épaisseur (20cm) indiquées sur le profil
en travers type du projet conformément aux indications du représentant du maitre d’œuvre.
La mise en œuvre sera conforme à la norme NF P 98-115 de janvier 1992, en respectant les
précisions ci-après.
L’entrepreneur devra prendre grand soin d’éviter la ségrégation des matériaux concassés lors
des opérations de mise en place et comptage. Si malgré les précautions prises au cours de la
mise en œuvre, certaines zones présentent une granulométrie défectueuses par suite de
ségrégation ou d’un mauvais réglage, elles seront décapées, reprises en cordon et mises en
place à nouveau jusqu’à l’obtention d’une couche parfaitement homogène
L’entrepreneur procédera entre les opérations successives nécessaires au réglage des
matériaux, à une hydratation et régulière du cordon.
Le contrôle consistera à déterminer les courbes granulométriques sur des prélèvements
effectués dans la couche en place soumise à l’agrément de l’ingénieur.
La grave sera malaxée mécaniquement et arrosée de telle sorte que la teneur en en eau des
matériaux soit homogène et portée à une valeur de 2 points à celle de l’Optimum Proctor
Modifié.
La grave sera immédiatement après répandue mécaniquement, à la niveleuse en une ou
plusieurs couches, d’après les instructions de l’ingénieur et conformément aux résultats des
essais de comptage. Si le répandage est effectué à la niveleuse, devra limiter au maximum le
phénomène de ségrégation en effectuant un nombre de passage minimum de l’engin.

Au moment de réglage et du comptage, la teneur en eau du grave non traité devra être
maintenue, par arrosage, égale à celle de l’Optimum Proctor Modifié.

Le comptage sera réalisé avec des compacteurs vibrants (ML 30 kg/cm) et compteurs à pneus

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 32 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
d’un poids suffisant (> 3 tonnes). La méthode de comptage sera définie par une méthode sur
une bande d’essai et selon les recommandations données par SETRA/LCPC.

Le résultat obtenu par un nombre de passage croissant des différents types de compteurs sera
apprécié par des essais de plaque. Le nombre de passes et le meilleur système qui auront est à
la charge de l’Entreprise. Après comptage selon les règles de l’art, par application
systématique d’un atelier agrée, la compacité en place ne devra pas être inférieure à 98% de la
densité de l’OPM pour 95% des points de mesure, et à 95% de l’OPM pour les autres points.

L’Ingénieur procédera à des contrôles d’épaisseur de la couche de base tous les 50 m linéaires.
Ces contrôles pourront être réalisés aux emplacements des mesures de densité en place ou à
des emplacements différents. L’épaisseur de la couche de base sera mesurée après ouverture
d’un trou cylindrique d’environ 10 cm de diamètre. L’épaisseur mesurée sera la moyenne de 4
mesures faites le long des génératrices du cylindre.

7.3 MATERIAUX POUR L’IMPREGNATION SUR COUCHE DE BASE

La couche de base sera imprégnée sur toute sa largeur au bitume fluidifié. Le type de bitume à
utiliser, ainsi que les dosages minimaux correspondant figurent ci-après :
Type de couche de base : grave concassé non traitée 0/31,5
Type de bitume fluidifié : 10/15
Dosage du liant : 1,2 kg/m2

Un dosage différent ou l’emploi d’ l’Ingénieur. Tout excès de liant sera impérativement évité.
L’emploi des dopes sera soumis à l’accord préalable de l’Ingénieur.

Les spécifications des liants hydrocarbonés employés à l’imprégnation sur couche de base
sont les suivantes (T65-002, décembre 1991) :

10/15 0/1 400/600


BITUME FLUIDIFIE fluide très fluide très
visqueux
Pseudo-viscosité STV à 25oC
- orifice 4 mm - Inférieur à
- orifice 10 mm
10 à 15 s 30 s 400/600
-
Densité relative à 25oC (au pycnomètre) 0.92 à 1.04 0.92 à 1.04 0.92 à 1.04

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 33 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Distillation ASTM :
- fraction passant au dessous de :
190oC - inf. à 9% -
225oC . inférieur à 11% 10 à 27% inf.2%
315oC 16 à 28% 30 à 45% 5 à 12%
360oC inférieur à 32% inf. à 47% inf.à 15%
Pénétrabilité Dow à 25oC du résidu de la
distillation à 360oC (en dixième de mm) 80/300 80/300 80/250

L’Entreprise ne pourra exécuté l’imprégnation qu’après réception de la couche de base et la


mise en œuvre doit se faire au plus 3 jours après la réception par l’Ingénieur de la couche de
base. Le dosage en liant sera contrôlé suivant la norme NF P 98-275-1.

Un sablage éventuel sera exécuté sur les surfaces imprégnées à raison de 7 à 8 litres de sable
2/4 par mètre carré. Le sablage est obligatoire en cas d’excès de liant ou en cas de passage de
circulation lourde sur la couche de base.La circulation de véhicules lourds est interdite sur
l’imprégnation jusqu’à séchage totale.

7.4 COUCHE D’ACCROCHAGE

L’exécution d’une couche d’accrochage au bitume 10/15 ou à l’émulsion de bitume ECR65,


se fera en suivant la norme NF P 98-275-1 après les opérations suivantes :

- Le nettoyage et/ou le balayage préalable au moyen d’un balai mécanique des surfaces à
imprégner,
- La fourniture, le chargement, le transport au lieu de mise en œuvre du bitume ou de
l’émulsion, quelle que soit la distance et le déchargement,
- Le chauffage du bitume et la mise en œuvre, le répandage conformément aux règles de
l'art
- la réalisation des planches d’essais.

- Les contrôles intérieurs de l’Entreprise, prévus dans son PAQ approuvés par le Maître
d’œuvre,
- Et toutes les sujétions.

La couche de base doit se faire au moins 24 heures avant l’exécution de l’enduit superficiel.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 34 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Article 8 LIANTS HYDROCARBONES ET GRANULATS POUR
ENDUIT SUPERFICIEL POUR BANDES RUGUEUSES

Le bitume de base utilisé entrant dans la composition du liant des enduits superficiels sera un
bitume de distillation directe de la classe 50/70.

L’Entrepreneur proposera l'exécution de l'imprégnation et de l'enduit superficiel soit au


moyen de bitume fluidifié, soit au moyen d'émulsion de bitume à rupture contrôlée.

Les enduits superficiels (monocouche) seront réalisés au moyen :

- de bitume fluidifié 1200/1800 (norme NF.T. 65002) ou d'émulsion cationique de bitume


ECR 65 (norme NF.T. 65017-EN 14 733) ou bitume pur (norme EN 12591),
- de gravillons 12/18 de la catégorie BIII définie par la norme NF.P. 18-540 (disponible dans
le fascicule « granulats » publié par l’AFNOR).
Les dosages adoptés pour la mise en œuvre sont indiqués dans le chapitre III : Mode
d’exécution des travaux.

Les bitumes fluidifiés 12/18 ou 1200/1800 seront produits par un mélange bitume 50/70 et
kérozène. L’utilisation du gazole est proscrite.

8.1 LIANTS HYDROCARBONÉS

Les liants hydrocarbonés seront livrés soit en vrac soit en fûts. Les fûts devront être
soigneusement obturés et suffisamment résistants pour éviter détériorations et pertes, ils
seront étiquetés et référencés (désignation de la nature du liant, origine, référence et date du
lot). Particulièrement pour les émulsions cationiques les camions citernes et fûts devront avoir
été soigneusement nettoyés s'ils ont contenu auparavant un matériau ou liant hydrocarboné de
nature différente.

Le contrôle des fournitures devra être réalisé par le fournisseur en usine. L'Entrepreneur devra
fournir un mémoire indiquant les dispositions prises à cet effet :

 organisation des contrôles de la fabrication,


 définition des moyens permettant l'identification du produit,
 les moyens, la nature et la fréquence des vérifications et essais,
 l'exploitation des résultats,

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 35 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
 les modes de consignation des constatations faites.

Chaque lot de production devra faire l'objet d'un certificat de contrôle et chaque document de
livraison devra comporter les éléments d'identification du lot de production. Les certificats de
contrôle devront pouvoir être obtenus par le Maître d’Œuvre à sa demande, sans délais.

Des essais systématiques de contrôle seront réalisés par lot de livraison ou lorsque ces
livraisons correspondent à plusieurs lots de fabrication (voir tableau relatif aux liants
hydrocarbonés à la fin du présent chapitre). Les prélèvements d'échantillons se feront à la
livraison sur le chantier sur le parc de stockage de l'Entrepreneur.

Le stockage sur le chantier sera organisé de telle façon qu'une production non conforme
puisse être facilement identifiée.

8.2 GRANULATS POUR ENDUITS SUPERFICIELS

Les granulats pour enduits superficiels seront obtenus par concassage et criblage de roche
massive en provenance de carrières agréées par le Maître d’Œuvre.
Le mode de concassage et de criblage doit être spécifié par l’Entrepreneur (fournisseurs
locaux ou centrale)
Ils devront être exempts de terre végétale et de matières organiques.

Les granulats doivent appartenir à la catégorie B-III et les sables à la catégorie "a" au sens de
la norme NF P 18-540.

Il est rappelé que les granulats de catégorie BIII vérifient, entre autres :
- Los Angeles (sur la fraction 12/18) inférieur ou égal à 35

L'adhésion globale des gravillons mesurée à la plaque Vialit (Essai d'adhésion globale à la
plaque Vialit, L.C.P.C., 1973) devra être supérieure ou égale à 90, à une température de 20C,
et supérieure ou égale à 75, à une température de 60C. Dans le cas contraire, l'Entrepreneur
prévoira :
– soit l'ajout d'un dope d'adhésivité introduit dans la masse, dans ce cas, il proposera à
l'agrément du Maître d’Œuvre, la méthode et le matériel permettant un mélange correct
et intime du liant et du dope,
– soit un dopage d'interface chaussée-liant et /ou liant-granulat.

Le pourcentage de surface recouverte mesuré par l'essai d'adhésivité pour émulsion cationique
de répandage à stockage limité, devra être supérieur ou égal à 75%. Dans le cas contraire,

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 36 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
l'Entrepreneur prévoira l'ajout d'un dope d'adhésivité comme ci-dessus.

Si l'Entrepreneur utilise un bitume fluidifié ou est autorisé à utiliser en variante un bitume


fluxé, un bitume élastomère ou un bitume-goudron, l'essai d'évaporation en film mince sera
réalisé (Evaporation en film mince de liants hydrocarbonés, I.C.P.C., 1980).

Article 9 MATERIAUX POUR BETONS ET MORTIERS

9.1 CLASSIFICATION

La classification retenue est indiquée ci-après.

La lettre B désignant le Béton sera remplacée par M pour un mortier, elle est suivie de la
résistance caractéristique à 28 jours exprimée en MPa : B16-B20-B25-B30-B35-B40.

La résistance caractéristique est définie à l'article 71.1 Fascicule 65-A du C.C.T.G., et


mesurée selon les normes AFNOR NFP 18.404 et NFP 18.401.

Seront aussi définis pour chaque partie d'ouvrage :


- la consistance des bétons frais mesurée suivant la norme NF.P 18.439.
F = Ferme affaissement 0 à 4 cm
P = Plastique affaissement 5 à 9 cm
TP = Très plastique affaissement 10 à 15 cm
F1 = Fluide affaissement > 16 cm
La consistance du béton ne sera pas imposée à priori, elle sera incorporée aux spécifications à
l'issue des épreuves d'étude et de convenance,
- le dosage minimal en ciment fonction de la dimension maximale des granulats et de la
qualité des éléments fins ainsi que des essais en convenance,
- la dimension maximale des granulats.

La désignation des bétons se fera donc en fonction de ces caractéristiques :


Classe - Consistance du béton frais - Dimension des granulats – Dosage minimal et Type de
ciment.
Les bétons susceptibles d’être utilisés pour le projet, en référence avec les notes de calcul,
seront :
(1) B 16 F ou P-25-150- Béton de propreté
(2) B 20 F ou P -25-250- Béton pour pose de bordures et gros béton divers.
(3) B 25 F ou P -25-350- Béton pour pour ouvrages communs

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 37 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
(4) B 30 F ou P -25-350- Béton pour superstructures et petits ouvrages (dalots, dalle en
béton, etc.)

La consistance et le dosage seront à confirmer par les épreuves de convenance.

9.2 CIMENTS
-
- Nature et qualité

Les ciments proviendront d'usines agréées par le Maître d’Œuvre et devront satisfaire aux
normes NF P 15-300 et NF P 15-301.

Conformément à ces normes, ces ciments seront du type CEM I 32,5 ou CEM I 42,5 ou CEM
I 52,5 pour les bétons B25 et B30 et CEM I 32,5 ou CEM II A 32,5 R pour les autres bétons
et mortiers.

L'incorporation d'adjuvants en usine ne sera pas admise.

- Mode de livraison

Les ciments pour béton et mortier seront livrés en vrac ou en sacs faits de papier renforcé et
imperméable de cinquante (50) kilogrammes. Lorsque le ciment est livré en vrac,
l'Entrepreneur s'engage à tenir à la disposition du Maître d’Œuvre, sur le chantier, une bascule
permettant de peser la masse de ciment approvisionné avec une précision d'un demi (0,5)
kilogramme. L'Entrepreneur sera tenu de fournir les dates d'ensachage des ciments.

Les ciments pour bétons et mortier devront être livrés sur chantier à une température
inférieure à soixante (60) degrés Celsius.

Durant le transport et en transit, les sacs de ciment seront continuellement protégés contre tout
contact avec l'eau et l'humidité. Aucun sac de ciment ne devra être posé à même le sol et en
plein air ; sauf pour la brève période durant le chargement et le déchargement et cela sous des
conditions atmosphériques favorables. La fourniture et le transport des ciments font partie des
prix unitaires des ouvrages.

- Stockage
La capacité de stockage permettra d'assurer sans discontinuité l'approvisionnement du

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 38 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
chantier.
Sur le chantier, les sacs de ciment seront emmagasinés dans des dépôts ou de locaux qui
seront autant que possible tenus secs et à l'abri des courants d'air ; ils seront clos et étanches.
En cas d'utilisation de plusieurs natures de ciments, ceux-ci devront être nettement séparés.
Les sacs seront entreposés sur des plates-formes en bois ; ils seront arrimés sans laisser
d'espace entre eux et ne devront pas être placés contre des murs extérieurs.
Le stockage en magasin des ciments n'excédera en aucun six (6) mois au-delà de la date de
fabrication. La récupération des poussières est interdite.
Les silos éventuels devront être équipés de thermomètres.

- Contrôles
Les contrôles seront réalisés conformément à la norme NF P 15-300 :
- vérification des emballages et bordereaux de livraison. Dans le cas où l'usine
productrice ne serait pas homologuée à la marque NF-VP le bordereau de livraison
devra comporter les éléments d'identification du lot de production, chaque lot de
production devra faire l'objet d'un certificat de contrôle qui devra pouvoir être obtenu
par le Maître d’Œuvre à sa demande,
- reconnaissance rapide selon la norme NF P 15-466,
- prélèvement conservatoire. A la demande du Maître d’Œuvre, si des anomalies
susceptibles d'être imputées à la qualité du ciment livré sont constatées moins de six
mois après le prélèvement, sur des ouvrages ou sur des éprouvettes de bétons, des essais
de vérification de conformité aux normes seront réalisés sur ce prélèvement,
- vérification de conformité aux normes

Les essais de reconnaissance rapide et les prélèvements conservatoires seront réalisés pour
chaque lot de livraison ou au minimum pour chaque lot de 20 tonnes.

La vérification de conformité aux normes sera réalisée à la demande du Maître d’Œuvre. Il


sera réalisé au minimum un essai sur le premier lot de livraison et si l'Entrepreneur est amené
à changer d'usine productrice sur le premier lot de livraison de chaque fournisseur.

Tout lot de livraison non conforme sera rebuté. Tout lot présentant des signes de fausse prise
ou d'éventement sera rebuté.

9.3 SABLES POUR MORTIER ET BÉTONS

Ils proviendront de gisements agréés par le Maître d’Œuvre sur proposition de l’Entrepreneur
sous la forme de la remise des dossiers techniques d’agrément (articles III et V du présent

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 39 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
CPT) et des PPES (articles 28 et 29 du CCAG/CPS et article IV du présent CPT).

Pour ce faire, avant toute exploitation et préalablement à l'étude des bétons, l’Entrepreneur est
tenu d'effectuer une reconnaissance préalable des gîtes qu'il compte utiliser et de s'assurer que
les matériaux répondent aux caractéristiques requises avant toute exploitation. Les
prélèvements d'échantillons seront uniformément répartis tant en plan qu'en profondeur à
raison d'au moins un échantillon pour 100 m3 de sable. Ces prélèvements seront repérés sur
un plan d'implantation et les limites de l'aire ainsi reconnue seront matérialisées sur le terrain.

- Nature

Les sables pour mortier et béton seront des sables de rivière ou carrière non micacés. Ils
seront durs, propres, sains, criblés avec soin, débarrassés de tous détritus organiques ou
terreux. Ils devront satisfaire à l'essai d'alcali-réaction (réalisé suivant la norme ASTM C
282).
Les matériaux latéritiques ne sont pas admis comme agrégats.

- Granulométrie

La granularité devra être contenue dans le fuseau de tolérance proposé par l’Entrepreneur
après son étude granulométrique de composition des bétons et agréée par le Représentant du
Maître d'Œuvre. Exempts de gros éléments et matériaux impropres, les sables respecteront les
conditions suivantes :

• Sable pour béton de propreté


La proportion maximale d'éléments retenus sur le tamis de module 38, tamis cinq (5) mm,
devra être inférieure à 10%.

• Sable pour mortier


La proportion maximale d'éléments retenus sur le tamis de module 35, tamis deux virgule cinq
(2,5) mm, devra être inférieure à 10%.

• Sable pour béton armé


La granulométrie devra être contenue dans le fuseau indiqué ci-après :
Proportion en poids d'éléments traversant le tamis de :

0,16 mm 0,315 mm 0,65 mm 1,25 mm 2,5 mm 5 mm


2 à 10% 10 à 30% 28 à 55% 45 à 80% 70 à 90% 95 à 100%

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 40 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
La granularité des sables sera contrôlée par analyse granulométrique par tamisage réalisé
suivant la norme NF EN 933-1/P 18-622. Leur module de finesse doit être compris entre 1,8
et 3,2 (avec une tolérance maximale de  20%) et leur teneur en fines inférieure à 10%.

- Propreté

Les sables pour mortier et bétons ne devront pas contenir d'impuretés, notamment de matières
argileuses et organiques.

Leur équivalent de sable réalisé suivant la NF EN 933-8/P 18-622-8 devra être supérieur ou
égal à 80. Toutefois, les sables dont l'ES est inférieur à cette valeur sont conformes si la valeur
au bleu selon NF EN 933-9/P 18-622-9 est inférieure ou égale à 1 g/100 g de fines.

- Friabilité des sables

Le seuil du coefficient de friabilité des sables selon NF P 18 - 576 est fixé à 40.

- Reconnaissance en cours d’exploitation

Des essais de conformité (analyse granulométrique par tamisage et équivalent de sable) auront
lieu en cours d'exploitation, sur les sables approvisionnés sur aire de stockage par stocks de
livraison ou de production ou tous les 100 m³.

9.4 GRANULATS POUR BÉTON

Ils proviendront de gisements agréés par le Maître d’Œuvre sur proposition de l’Entrepreneur
sous la forme de la remise des dossiers techniques d’agrément.

- Nature

Les granulats moyens et gros pour bétons proviendront du concassage de roches dures,
parfaitement saines, dégagées de toute gangue ou terre végétale et dont le coefficient de Los
Angeles sera inférieure à 25, et le coefficient Micro-Deval en présence d'eau selon la norme
NF EN 1097-1/A1 /P 18 – 650-1/A1 inférieure à 20.
Les matériaux latéritiques ne seront pas admis comme granulats.

Les granulats seront conformes à la norme NF EN 12620 / P 18-601

- Granulométrie

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 41 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Les granulats pour les bétons seront criblés de façon à obtenir les deux classes 5/12,5 et
12,5/25 exprimées en dimensions des mailles carrées des tamis, au sens de la norme NF EN
933-2 / P18-622-2, soit :
- refus sur le plus grand diamètre D : inférieur a 10%
- passant sur le plus petit diamètre d : inférieur à 5%
- le passant à (d + D)/2 doit être compris entre 1/3 et 2/3.

Les analyses granulométriques par tamisage seront réalisées suivant la norme NF EN 933-1 /
P18-622-1. Le coefficient d'aplatissement déterminé suivant la norme NF EN 933-3/A1 /
P18-622-3/A1 sera inférieur ou égal à 30%.

- Propreté

La proportion de passant au tamis de 0,5 mm (NF P 18 - 591) ne devra pas être supérieure à
1,5%.

- Homogénéité

Le coefficient d'homogénéité doit être supérieur à 90% pour  = 0,4.

La formule de composition des bétons B 25 et B 30 sera proposée par l’Entrepreneur après


son étude granulométrique de composition des bétons selon la méthode "Dreux Gorisse" (cf.
Georges DREUX - Nouveau Guide du béton - Collection UTI - ITBTP - Editions Eyrolles -
1986) et agréé par le Maître d'Œuvre.

- Production et contrôles

a) Préalablement à l'étude des bétons, et pour chaque carrière utilisée, l’Entrepreneur


devra produire 50 m³ de matériaux. Sur cette production, il sera effectué au moins les essais
suivants :
- 2 essais d'analyse granulométrique par tamisage
- 1 essai de propreté
- 1 essai de coefficient d'aplatissement.

Après réception des résultats de ces essais, le Maître d'Œuvre aura un délai de huit (8) jours
pour donner son agrément ou formuler ses observations. En cas de granularité, de propreté ou
de forme non conformes, les études de bétons et donc les bétonnages ne pourront pas
démarrer avant que l’Entrepreneur ait fait la preuve qu'il peut produire des granulats

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 42 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
conformes.

b) Durant la production ultérieure, sur aire de stockage, les essais suivants seront
effectués chaque jour de production sur chaque classe de matériaux :
- 2 essais d'analyse granulométrique par tamisage
- 1 essai de propreté
- 1 essai de coefficient d'aplatissement.

Tout résultat non satisfaisant donnera lieu, suivant sa nature, au lavage, au recriblage ou au
rejet du lot incriminé.

9.5 DISPOSITIONS COMMUNES À TOUS LES AGRÉGATS POUR BÉTONS

Les granulats seront stockés par lots nettement séparés, sur des aires bétonnées parfaitement
nettoyées et drainées. Des précautions seront prises pour éviter la ségrégation en cours de
stockage ou de reprises et empêcher l'accumulation de boues sur les fonds. Ces aires auront
une surface suffisamment grande de façon à ce que l’Entrepreneur n'utilise que des granulats
approvisionnés depuis plus de trois (3) jours. En conséquence, la capacité de stockage des
différents sables ou de granulats gros et moyens, devra répondre au moins à la plus forte
consommation prévue de trois (3) jours de bétonnage.

Dans le cas où les granulats seraient destinés à entrer différemment dans la confection de
bétons de classes différentes, les essais sur ces granulats seraient effectués au rythme réclamé
par le béton le plus exigeant.

9.6 EAU DE GÂCHAGE POUR BÉTON ET INJECTION

L'Entrepreneur se procurera à ses frais l’eau de gâchage pour la confection des bétons.
Elle pourrait, en règle générale, provenir des points d'eau à proximité des travaux ou des
rivières franchies pourvu que sa qualité réponde aux conditions stipulées ci-dessous.

Autrement, l'eau proviendra d'autres sources, soit forages, puits ou similaires. Ceux-ci
seront équipés, aux frais de l’Entrepreneur, et laissés à la disposition des riverains à la
fin du projet.

L'eau de gâchage devra être propre, non salée, pratiquement exempte de matières
organiques et de sels dissous, notamment de sulfates et de chlorures. L'emploi d'eau
stagnante est interdit.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 43 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Les matières en suspension seront inférieures à 2g/litre, les sels dissous inférieurs à
1,5g/litre. Le Maître d’Œuvre se réserve le droit d'exiger éventuellement, après avis du
laboratoire, des clauses plus sévères.

9.7 ADJUVANTS ET PRODUITS DE CURE POUR BÉTON

L'incorporation en usine de tout adjuvant dans les liants est interdite.


L'emploi d'adjuvants pour la confection des bétons est strictement soumis à
l'approbation du Maître d’Œuvre. Il se fait aux frais de l’Entrepreneur.

Les adjuvants utilisés devront être conformes à la norme NF P 18-103. Dans le cas où
l'adjuvant aurait été agréé à la norme NF, l'Entrepreneur devra joindre à sa demande
d'approbation du Maître d’Œuvre, le texte d'agrément. Dans les autres cas, on
effectuera, dans le cadre et les normes d'essais de convenance du béton, les essais
suivants :
- béton sans adjuvant,
- béton normalement dosé en adjuvant (suivant prescription du fabricant)
- béton sur dosé en adjuvant,
- béton sous-dosé en adjuvant.
(les sur et sous dosages seront soumis à l'agrément du Maître d’Œuvre).

Compte tenu des conditions climatiques, l'Entrepreneur pourra utiliser pour tous les
ouvrages un retardateur de prise. La nécessité d'utiliser un tel adjuvant sera déterminée
par les épreuves de convenance. La fourniture et la mise en œuvre d'adjuvants sont à la
charge de l'Entrepreneur.

Le produit de cure du béton que l'Entrepreneur se propose d'utiliser sera soumis à


l'agrément du Maître d’Œuvre.

Dans le cas d'emploi d'un enduit temporaire imperméable, le produit figurera sur une liste
d'agrément de la Commission Permanente des liants et Adjuvants (COPLA) française.

9.8 FABRICATION DES BÉTONS

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 44 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- Epreuves
Avant toute mise en œuvre des bétons, l'Entrepreneur devra mener à bien les études de
formulation et les épreuves d'étude et de convenance aux spécifications des différentes
catégories de bétons prévus aux CPT.

Ces épreuves d'étude et de convenance devront être présentées au Maître d’Œuvre au plus
tard 15 jours avant toute mise en œuvre de béton. Le Maître d’Œuvre disposera de 10
jours pour donner son agrément ou faire des observations. Aucune mise en œuvre de
béton ne pourra avoir lieu sans l'agrément du Maître d’Œuvre sur ces épreuves. Compte
tenu des délais pour les essais de résistance à la compression à 28 jours, l'Entrepreneur
devra prendre toutes dispositions pour commencer les épreuves suffisamment à temps
pour ne pas retarder les travaux.

Pendant la fabrication et la mise en œuvre des bétons, des épreuves de contrôle seront
régulièrement réalisées comme indiqué au tableau (à la fin du chapitre II) relatif à la
fabrication des bétons.

Les bétons études ou contrôles devront être conformes aux spécifications du présent CPT,
spécifications définies en conformité avec les dispositions du fascicule 65-A du CCTG.

Epreuves d'étude
Elles comprendront d'abord l'établissement d'une formule nominale du béton en fonction
des spécifications et des matériaux utilisés puis des essais en laboratoire :
Essais sur :
- trois gâchées à la formule nominale
- deux gâchées avec modification du rapport poids sable -poids total granulat +/-
10%,
- deux gâchées avec modification de la quantité d’eau, +/-10 litres/m3 de béton.
- deux gâchées avec modification de la quantité de ciment +/-25 kg/m3 de béton avec
ajustement éventuel de la formule.

Des épreuves d'étude seront réalisées pour chaque adjuvant proposé par l'Entrepreneur. Ces
épreuves porteront sur 2 gâchées avec dosage normal, deux avec surdosage et deux avec sous-
dosage.

Epreuves de convenance
Au lieu d'être réalisées en laboratoire, les gâchées sur lesquelles seront faits les prélèvements
pour essais, seront réalisées avec les moyens et dans les conditions les plus difficiles du

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 45 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
chantier (distance de transport maximum, température ambiante maximum.).

Trois gâchées à la formulation normale éventuellement rectifiée à la suite des épreuves


d'étude seront réalisées.

Epreuves de contrôle
Réalisées conformément au tableau relatif à la fabrication des bétons sur 3 gâchées ou plus si
le lot contrôlé concerne un volume de béton supérieur à 100 m3.

Si les résultats obtenus à vingt-huit (28) jours sont insuffisants, le Maître d’Œuvre pourra
prescrire des essais non destructifs tels qu'auscultation dynamique en vue de l'appréciation de
la résistance de l'ouvrage ou d'une de ses parties ; ces essais seront à la charge de
l'Entrepreneur. Au vu des résultats de ces essais complémentaires, le Maître d’Œuvre jugera
de la position à prendre eu égard à la destination de l'ouvrage parmi ces trois possibilités :
- démolition - reconstruction,
- renforcement aux frais de l’Entrepreneur,
- réfaction sur les prix dans les conditions définies dans le chapitre I.

Epreuves d'information
Ces épreuves, entièrement à la charge de l'Entrepreneur auront pour but de s'assurer que le
béton mis en œuvre dans une partie d'ouvrage a bien la qualité requise pour supporter sans
dégradation les diverses opérations qui lui sont imposées pour des raisons liées au procédé de
construction compte tenu des conditions réelles de durcissement du béton de l'ouvrage.

Ces épreuves seront réalisées en même temps que les épreuves de contrôle. L'Entrepreneur
soumettra à l'approbation du Maître d’Œuvre, son programme d'épreuves d'information, leur
interprétation et les suites à donner.

- Matériel de fabrication
Le matériel de fabrication du béton devra être conforme aux spécifications de l'annexe A2 du
fascicule 65-A du CCTG. Le niveau d'équipement sera le niveau 1.

Des dérogations pourront être accordées pour le système de stockage du ciment qui sera
proposé par l'Entrepreneur. Les matériels devront recevoir l'agrément du Maître d’Œuvre. Cet
agrément ne pourra être accordé qu'après mis en place de vérification de l'état du matériel.

- Eléments préfabriquées en béton armé


L'Entrepreneur aura toute facilité pour préfabriquer tous les éléments en béton armé entrant

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 46 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
dans l'exécution des travaux. Il devra toutefois soumettre à l'agrément du Maître d’Œuvre les
caractéristiques précises des éléments, sous forme de plans d'exécution accompagnés des
notes de calcul correspondantes qui prennent en compte le mode d’exécution.

Tout surcoût éventuel dû au choix de préfabrication (augmentation du poids d’acier par


exemple) est à la charge de l’Entrepreneur.

Article 10 ACIERS POUR BETON ARME

10.1 ORIGINE

Les aciers proviendront d'usines reconnues et agréées par le Maître d’Œuvre, leur fourniture
sera à la charge de l'Entrepreneur. Sur demande du Maître d’Œuvre, l'Entrepreneur devra
produire les certificats d'origine (en langue française) et d'essai des usines ou des fonderies de
provenance. L'emploi des barres soudées est formellement interdit.

La durée et les conditions de stockage des armatures devront être soumises à l'agrément du
Maître d’Œuvre. Ces conditions devront comporter au minimum le stockage sur un plancher
de 0,30 m au minimum au-dessus du sol, à l'abri de la pluie, cet abri pouvant être constitué
par une bâche.

Les différents lots devront être nettement séparés.

10.2 QUALITÉ
Les aciers utilisés pour constituer les armatures de béton armé sont, en application du CCTG,
Fascicule 4 titre I, les armatures à haute adhérence;

- type d'armature : acier Tor ou équivalent,


- classe de l'acier : Fe E 500,
- limite d'élasticité apparente : 500 MPa,

Les armatures devront être homologuées suivant le règlement d'homologation Français ;


l'Entrepreneur devra fournir règlement et attestation correspondants. Dans tous les cas la
norme NF A 35 016 devra être respectée.

Avant d'utiliser une armature à haute adhérence, il est indispensable de se reporter à sa fiche
d'identification.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 47 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Les aciers pour armature devront être parfaitement propres, sans traces de rouille non
adhérente, de peinture, de graisse, d'argile ou de terre végétale, etc. Le redressage de barres
qui auraient dû être livrées droites mais ont été ployées est interdit.

Le treillis soudé utilisé sera conforme aux normes NF A 35-015 et NF A 35-022. Les fils en
acier Fe TLE 500 seront lisses et leur limite d'élasticité sera supérieure ou égale à 500 MPa.
Ils auront un diamètre de 5 mm pour les fils de chaîne et pour les fils de trame. La maille sera
carrée de150x150 mm.

Dans le cas d’utilisation d’acier doux, ils seront de la nuance FeE235.

Article 11 MATERIAUX DIVERS POUR ASSAINISSEMENT, PETITS


OUVRAGES D'ART ET OUVRAGES DE PROTECTION

11.1 REMBLAI TECHNIQUE


Les matériaux pour remblai d'ouvrage (buses, dalots) seront des graveleux latéritiques
naturels, de même qualité que ceux utilisés pour la couche de fondation.

11.2 MOELLONS POUR MAÇONNERIE ET GABIONNAGE


Les moellons seront extraits de roches ou de débris rocheux durs, non altérés et dégagés de
toute gangue ou terre végétale.

Les moellons pour maçonnerie auront au moins 10 cm d'épaisseur et 20 cm de queue pour les
massifs, ou 30 cm de queue pour les parements et auront une masse minimale de 18kg.

Les moellons employés en parement seront choisis et dégrossis de manière à ne présenter ni


saillie ni flache de plus de 3 cm par rapport au plan de l'ouvrage.

Les moellons pour remplissage de gabionnage ne devront pas passer au travers de l'anneau de
diamètre 10 cm. Les moellons au contact des mailles devront avoir une dimension dans tous
les sens au moins égale à 1,5 fois l'ouverture des mailles.

11.3 ENROCHEMENTS
Les enrochements pour protection sont issus de carrière de roche saine qui vérifie :
Coefficient Los Angeles :  40

La granulométrie est la suivante :

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 48 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
100/300 mm pour la protection des petits ouvrages d’assainissement,
250/500 pour la protection des remblais des ouvrages d’art et des épis en rivière

11.4 BORDURES

Les bordures seront de type : Bordures hautes Type T2.


Les bordures préfabriquées auront une longueur de 1 mètre en alignement droit. Pour les
zones en courbe, des bordures de 0,50 et 0,33 m seront fabriquées.

11.5 GLISSIÈRES DE SÉCURITÉ

Ce seront des glissières métalliques souples, simples, de type A, modèle GS4, comportant un
support tous les 4 mètres. Elles seront conformes aux recommandations du SETRA GC 77.

Les liaisons se feront par superposition, le métal de base sera l'acier E 24.1 galvanisé à chaud
(revêtement 80 microns minimum), l'épaisseur de l'acier sera égale à 2,7 mm.

Les vis, écrous et rondelles seront protégés par dépôt électrolytique de zinc.
Les supports seront constitués de profilés UAP-OPN ou C de 100 en tôle d'acier E 24.1
profilée à froid.

Les embouts seront de type A. Le soumissionnaire indiquera dans son offre le modèle et la
marque de glissières de sécurité qu'il compte fournir et remettra les spécifications techniques
propres du fabricant et ses plans détaillés.

Article 12 SIGNALISATION ET ECLAIRAGE PUBLIC

12.1 SIGNALISATION HORIZONTALE

Les marques sur chaussée seront réalisées conformément aux dispositions de la


réglementation française en vigueur au moyen de produits homologués par le Maître d'Œuvre,
pour cet usage.
Elles seront réflectorisées et constituées de bandes blanches continues ou discontinues.
L’Entrepreneur aura à préciser dans son offre la dénomination commerciale et le numéro
d'homologation du produit qu'il compte utiliser.

Ces bandes ont pour but d'assurer le guidage des usagers. La réglementation internationale

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 49 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
distingue différents types de marques, dont les principales sont les suivantes :

a) les lignes longitudinales :


- continues infranchissables ;
- discontinues axiales ou de délimitation des voies ;
- discontinues d'annonce d'une ligne continue ou de dissuasion (dépassement dangereux),
- discontinues de bord de chaussée ;
b) les lignes transversales continues (STOP) ou discontinues (céder le passage) ;
c) les autres marques :
- pour passage de piétons ;
- pour stationnement et autres périmètres protégés (zebras);
- les flèches.
La largeur des lignes est définie par rapport à une largeur unité "U" qui peut varier selon le
type de route.

Pour le projet, il sera utilisé U = 6 cm, avec :


- 2 U = 12 cm pour les lignes longitudinales axiales ;
- 3 à 10 U (18 à 60 cm) pour les lignes transversales.
Les caractéristiques longitudinales des lignes discontinues varient dans le rapport des pleins
aux vides. Les modulations, tirets plus intervalles, sont des multiples ou des sous-multiples de
13 m. En rase campagne pour les lignes axiales de délimitation des voies, elles seront de type
T1 (soit une bande de 3 m de trait plein pour 10 m de vide) ou T3 (soit trois bandes de 3 m de
trait plein espacées de 1,33 m de vide).
L'origine et le type de peinture munis de son certificat d'homologation délivré par un
organisme agréé devront être soumis à l'agrément du Maître d’Œuvre. L’entrepreneur pourra
proposer un enduit à chaud ou à froid homologué.

Le dosage sec du produit seul devra être en moyenne au moins égal à celui figurant sur la
Circulaire relative à l'homologation.

Les bordereaux de livraison des produits devront indiquer la date de fabrication et la référence
du certificat correspondant. Les récipients contenant les produits devront en plus de leur
dénomination la référence d'homologation, la date de fabrication et le temps limite de
conservation sans brassage.

- Les marquages sur chaussée

Des bandes de couleur blanche seront peintes sur la chaussée aux endroits indiqués par

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 50 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
l’ingénieur.

Les bandes auront une largeur de 15 cm et seront réalisées au moyen d’une peinture
réfléchissante préalablement agréée par l’Ingénieur.

Le pré marquage des bandes par un filet continu ou par pointiller au moyen d’une peinture
soumise à l’agrément de l’ingénieur avant application de la peinture.

La chaussée sera soigneusement dépoussiérée avant l’application du produit. Le dosage de la


peinture devra correspondre au dosage indiqué par le fournisseur.

La peinture ne sera appliquée qu’après un délai minimum de trois mois après l’ouverture à la
circulation.

- Les ralentisseurs

Les conditions d’implantation, de réalisation et les caractéristiques géométriques des types de


ralentisseurs dos d’âne ou trapézoïdal sont définies dans le décret 94-447 du 27 mai 1994
(publié au Journal Officiel du 4 juin 1994) ainsi que dans la norme NF98-300 du 16 mai 1994.
A consulter : http://www.legifrance.org/ et http://www.certu.fr/.

12.2 SIGNALISATION VERTICALE

Les panneaux de signalisation seront conformes la réglementation française définie par


« l’Arrêté interministériel du 24 novembre 1967 modifié » (NB : par l’ensemble des arrêtés
modificatifs) et l’instruction interministérielle sur la sécurité routière. La version consolidée
de cette instruction est disponible sur le site : www.securiteroutiere.gouv.fr.

Les panneaux seront en acier émaillé, ils proviendront d'une usine agréée et auront fait l'objet
d'une homologation. Leurs dimensions seront les dimensions "normales" de l'instruction
ministérielle soit :
- Triangle côté 100 cm, panneaux type A de danger et AB d'intersection et de priorité,
- Octogone double apothème 80 cm en panneaux Stop type AB4,
- Disque diamètre 85 cm panneaux de prescription type B,
- Carré côté 70 cm panneaux type C d'indication et AB d'intersection et de priorité,
- Rectangulaires, suivant les normes de la circulaire 82-31, article 3-11, pour les
panneaux de direction dont les inscriptions seront noires sur fond blanc, les dimensions
des inscriptions et des panneaux seront calculées pour une vitesse de base de 60 km/h.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 51 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Ces panneaux seront du type D 21b.

Tous les panneaux seront rétro réfléchissants avec dispositif anti-arrachement. L'Entrepreneur
précisera dans son offre la dénomination commerciale et la référence d'homologation du film
rétro- réfléchissant et du dispositif anti-arrachement qu'il compte utiliser.

Les supports seront constitués soit par des profils galvanisés, soit par des appareils en tôle
galvanisée emboutie et laminée à froid. Les boulons de fixation seront également galvanisés.
Ils seront homologués, et auront les dimensions suivantes :
- section : rectangulaire 80x40x2 ou circulaire 60,2x3
- hauteur 2,00 m entre le niveau du trottoir ou accotement et le niveau inférieur du
panneau pour les panneaux de signalisation (les supports de signalisation d'îlots
directionnels seront de hauteur inférieure à 1 m). La hauteur des panneaux de direction
sera de 2m, si leur largeur est supérieure à 1,20 cm, ils comporteront deux supports.

Les supports creux doivent être obturés à leur partie supérieure. Après fixation, les écrous et
boulons sont soudés pour éviter le vandalisme.

Les socles sont réalisés en béton armé B25, de cinquante centimètres de hauteur et de
quarante centimètres de côté.

Le plan de détails des panneaux communiqués dans le dossier fournit un simple aperçu de la
forme des panneaux. A l’exécution, l’Entrepreneur se référera strictement aux dispositions
actuelles de l’Instruction Interministérielle citée ci-dessus.

12.3 BALISES DE VIRAGES

Les balises de virage, d'intersection ou d'entrée d'ouvrage d'art seront des balises J1 de section
circulaire (diamètre 200 mm) de hauteur 1,30 m par rapport au niveau de l'accotement. Les
balises seront des balises normalisées en PVC, remplies de béton B 20.
Elles porteront un dispositif rétrofléchissant de la couleur normalisée au Tchad pour les routes
nationales, sauf instruction contraire du Maître d'Œuvre, constitué par une bande de 200 mm
de hauteur placée à 300 mm de la tête de la balise.

12.4 ECLAIRAGE PUBLIC


12.4.1 Eclairage public des carrefours
L’origine des travaux pour l’éclairage public se situe sur le jeu de barre d’un poste existant et
d’un groupe électrogène de capacité 17,5 KVA à fournir par l’Entrepreneur.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 52 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
L’Entrepreneur devra la fourniture de :
- canalisations, conduites et câbles électriques,
- candélabres équipés de lanternes et lampes adaptées aux besoins de lumière,
- appareillages de protection, de commande et de connexion,
- coffrets électriques équipés,
- postes de transformation (type bocage) équipés,

L’Entrepreneur devra la réalisation de :


- circuit d’éclairage,
- pose des candélabres sur socles en béton,
- poste du ou des postes bocage équipés,
- pose en tranchée ou aérien des câbles MT et BT,
Equipements :
 Candélabres simple, double et quadruple crosses.
Mât octogonal de 9 m de hauteur avec crosse en saillie de 1,50 m en acier galvanisé non peint,
complet avec tiges de scellement.
 Luminaires.
Appareil pour lampe sodium 250 w couleur standard,
Pilote T2 RA CA ouverture sphérique de 250 w,
Pilote T2 avec fermeture MC,
Lampe sphérique S+H – T – 250 w,
Plaquette de raccordement de protection avec support en tôle acier et borne de
raccordement.

 Cellule crépusculaire.
Tableau de commande et de contrôle équipé d’une cellule crépusculaire.

 Poste de transformation
Du type « BOCAGE » et comprenant :
- 2 cellules IM – SM6 (375 mm)
Jeu de barres 400 A,
Tension assignée 24 KV,
Courant de courte durée admissible 12,25 KA/S IN = 200 A,
Résistance anticondensation,
- 1 cellule QM (375 mm) combiné interrupteur fusible SM6
Jeu de barre 400 A
Tension assignée 24 KV
Courant de courte durée admissible 12,25KA/S
Résistance anticondensation,
3 Coupe circuits solefuse 42 A avec percuteur déclencheur d’ouverture

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 53 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Verrouillage type C4
- Transformateur de puissance abaisseur de 250 KVA à huile
15/20KV/230/400 V à vide rentrée sortie,
Réglage cadenassage,
2 emplacements de mise à terre sur couvercle,
4 galets de roulement plats orientables,
2 anneaux de levage et décuvage,
1 plaque signalétique,
1 orifice de remplissage,
1 dispositif de vidange,
Indice de protection IP OD,
Bornes MT embrochages élastomère,
Capot BT,
Protection DMCR,
Verrouillage sans serrure.
 Cellule MT
Cellule IM – SM6 (voir 49.4 ci-dessus).
 Socles des candélabres
En béton dosé à 300 kg de ciment CPJ 35
Dimensions 0,5 x 0,5 x 0,90 m
Les tiges de scellement ainsi que les aciers (diamètre minimum 40 mm) doivent être noyées
au coulage du béton du socle.

 Câbles basse tension.


Les câbles de raccordement basse tension (BT) entre candélabres seront du type 5G25 au
minimum et doivent être enterrés de 80 cm, posés sur lit de sable de rivière, couverts de 20
cm de sable de rivière, protégés par grillage avertisseur bleu.

Le câble d’alimentation de la lanterne à partir du bornier situé en pied du candélabre sera du


type U 1000 RO2V en 3 x 1,5 mm² minimum.
 Câbles moyenne tension
Les câbles d’alimentation moyenne tension (MT) des postes de transformation seront du type
torsadés normalisé et dont la section ne sera pas inférieure à 3 x 95 mm² (Distri 20 523 3 x 95
mm²
Les accessoires de raccordement, boites de jonction, extrémités intérieures, extrémités
extérieures etc. doivent être conformes aux normes.

Ce câble sera enterré à 0,80 m de profondeur, posé sur lit de sable de rivière, couverts de 20
cm de sable de rivière, protégés par grillage avertisseur bleu. Son tracé sera banalisé par des

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 54 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
bornes de repérage MT normalisées tous les 100 m.
Tableau de commande et de contrôle équipé d’une cellule crépusculaire.
 Normes
Les normes applicables sont celle de Union Technique de l’Electricité (UTE).

12.4.2 Eclairage public solaire


L’origine des travaux pour l’éclairage public solaire se situe sur le jeu de barre d’un poste
équipé de panneaux et de batteries solaires à fournir par l’Entrepreneur.

L’Entrepreneur devra la fourniture de :


- canalisations, conduites et câbles électriques,
- candélabres équipés de lanternes et lampes adaptées aux besoins de lumière,
- appareillages de protection, de commande et de connexion,
- coffrets électriques équipés,
- postes de transformation (type bocage) équipés,

L’Entrepreneur devra la réalisation de :


- circuit d’éclairage,
- pose des candélabres sur socles en béton,
- poste du ou des postes bocage équipés,
- pose en tranchée ou aérien des câbles MT et BT,

Pour les équipements, l’Entrepreneur est invité à se référer sur le site w.w.w.edg2b.com pour
obtenir des données techniques.

Annexe du chapitre II : Tableaux de synthèse des essais de réception des matériaux


Les principaux essais de réception des matériaux sont rappelés ci-après sous forme de

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 55 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
tableaux de synthèse.

Ils rappellent les résultats exigés et déterminent les processus et le nombre minimal d'essais
du contrôle intérieur.

A défaut de définition plus précise dans le présent CPT, les essais du contrôle extérieur sont
effectués de façon inopinée, au gré du Maître d’Œuvre.

En cas de divergence avec les résultats du contrôle intérieur, des essais contradictoires
pourront être réalisés, au gré du Maître d’Œuvre.

En cas de divergence pour les résultats exigés entre le contenu de ces tableaux et les
dispositions détaillées du chapitre II ci-avant, ce sont les dispositions détaillées qui priment.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Aire de pesage et travaux confortatifs Page 56 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX Q.1

MATERIAU ESSAIS PROCESSUS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS

Corps de remblai : Teneur en matières organiques XP P 94-047 ou Absence de matières Au gré du Maître d’Œuvre
Déblais mis en remblais XP P 94-055 organiques Tolérance 0,5%
ou remblais d'emprunt
Analyse granulométrique par XP CEN ISO/TS 17892-4/ P 94- Pas d’élément supérieur à 1 par 5.000 m3 de matériaux mis en
tamisage et par 512.4 100 mm œuvre minimum 1 par jour
sédimentométrie

Limites d'Atterberg XP P 94-051 Indice de plasticité ≤ 35 1 pour 2000 m3 de matériaux mis en


œuvre

Indice CBR à 4 jours XP P 94-078 CBR ≥ 5 1 pour 2000 m3 de matériaux mis en


d'immersion sur échantillons Gonflement linéaire ≤ 1% œuvre
compactés à 95% de l'OPM

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 57 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX Q.2

XP P 94-047 ou
Arase des remblais (30 Teneur en matières organiques Absence de matières Au gré du Maître d’Œuvre
XP P 94-055
cm supérieurs) et plate- organiques Tolérance 0,5%
forme des déblais
Analyse granulométrique par D max ≤ 50 mm 1 par 5.000 m3 de matériaux mis en œuvre
tamisage et par XP CEN ISO/TS 17892-4/ P 94- Pourcentage d'élément miminum 1 par jour
sédimentométrie 512.4 passant à 0.08 mm inférieur
à 35%

Limites d'Atterberg XP P 94-051 Indice de plasticité ≤ 30 1 pour 2000 m3 de matériaux mis en œuvre

Indice CBR à 4 jours XP P 94-078 CBR ≥ 15 1 pour 2000 m3 de matériaux mis en œuvre
d'immersion sur échantillons Gonflement linéaire ≤ 1%
compactés à 95% de l'OPM

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 58 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX Q.3

MATERIAU ESSAIS PROCESSUS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS

Graveleux latéritique Teneur en matières organiques XP P 94-047 ou Absence de matières organiques Au gré du Maître d’Œuvre
XP P 94-055 Tolérance 0,5%

Analyse granulométrique XP CEN ISO/ TS Pas d’élément supérieur à 50 mm 5 essais par gisement puis 1 essai
17892-4/ P 94-512.4 Pourcentage d'éléments passant à 0.08 tous les 1000 m3 de matériaux
mm inférieur ou égal à 30%. mis en œuvre (1)
granulométrie entrant dans le fuseau.
Accord du Maître d’Œuvre
5 essais par gisement puis essai
Limites d'Atterberg XP P 94-051 Indice de plasticité ≤ 25 tous les 2000 m3 de matériaux
mis en œuvre (1)
Proctor modifié XP P 94-093 En vue de la détermination de la 1 essai pour 2000 m3 de
compacité en place. Poids volumique sec matériaux mis en œuvre
à 95% de l'OPM 18 KN/m3 minimum.
Indice CBR à 4 jours XP P 94-078 CBR ≥ 30 à 95% de l'OPM. Gonflement 1 essai par gisement puis 1 essai
d'immersion sur échantillons linéaire inférieur à 1 % pour 5000 m3 de matériaux mis
compactés à 95% de l'OPM en œuvre (1)
Essai au bleu de méthylène NF EN 933-9 Valeur mesurée sur la fraction 0/2 1 essai par gisement puis au gré
inférieure à 2.5 g/ 100 g du Maître d’Œuvre
– Essais de conformité (1) Essais de conformité

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 59 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
PROVENNANCE, QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX Q.4

MATERIAU ESSAIS PROCESSUS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS

Ciments CEM I ou CEM II Temps de prise NF EN 196-3 Début de prise à 20°C 1 par usine de fourniture et à la
(norme NFP 15-301) 32 et 32 R : ≥ 1 h 30 mn ; demande du Maître d’Œuvre
42,5, 42,5 R, 52,5, 52,5 R : ≥ 1 h
Stabilité NF EN 196-3 ≤ 10 mm 1 par livraison ou 20 T
Retrait NF P 15-433 ≤ 800 micromètres par mètre pour la classe 32,5 ;
≤ 10 00 micromètres par mètre pour les autres
classes
Résistance à la NF EN 196-1 Résistance à 2 jours > à 13,5 (32,5 R) ; > 12,5
compression (N/mm2) (42,5) ; ≥ 20 (42,5 R ; 52,5 et 52,5 R)
Résistance à 28 jours > à 32,5 ; 42,5, 52,5 selon
les classes du même nom
Analyse chimique NF P 15-461 Teneur en S03 < à 3,5 et 4% selon les classes
Teneur en Magnésie < 5%
Teneur en chlore < à 0,10% pour toutes les
classes, sauf le 52,5 R (≤0,05%)
Reconnaissance rapide NF P 15-466 Conformité avec échantillon témoin
Eau Propre, non salée, Sels dissous <1g / litre Teneur Au gré du Maître d’œuvre
en chlorure de calcium et chlorure de sodium <
0,5g/litre Matière en suspension < 5g/litre

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 60 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX Q.5

MATERIAU ESSAIS PROCESSUS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS

Granulats pour béton Granulométrie d/D EN 933-1 Refus à la maille D < 10% 2/500 m3
Passant à la maille d < 5%
Refus à la maille (d+D)/2 entre 1/3 et 1/100 m3
2/3 1/100 m3
Passant à la maille 0,63d< 3%

Absorption d'eau < 2% 1/100m3

Los Angeles LA ≤ 25 1/100m3

Micro Deval en présence d'eau NF EN 1097-1/A1 MDE ≤ 20 2/500m3

Coefficient d'aplatissement EN 933-4/ P 18-622.4 ≤ 30% 2/500m3

Homogénéité Pour  = 0,4 ≥ 97% 2/500m3

Propreté Passant à 0,5 mm ≤ 1,5% 2/500m3

Alcali - réaction LCPC Résultat négatif 1 par gisement homogène

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 61 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX Q.6

MATERIAU ESSAIS PROCESSUS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS


Sables pour bétons et Passant à 0,08 mm < 10% 1/100 m3
mortiers Tolérance sur module finesse ± 0.3
Continuité de la courbe granulométrique : 1/500 m3 ou gisement
Granulométrie O/D EN 933-1 % retenu entre 2 tamis < 40% Refus à la maille 1/500 m3 ou gisement
D<15% Au gré du Maître d’Œuvre
Refus à la maille 1,56 D= 0
Absorption d'eau <2% 1/100m3

Friabilité ≤ 20

Alcali-réaction LCPC Résultat négatif 1 par gisement homogène

Propreté NF EN 933-8 Equivalent sable ≥ 80


NF EN 933-9 Valeur bleu ≤ 1 g (si ES < 80) pour 100 g de
fines

Matières organiques XP P 94-047 ou XP P 94-055 Absence de matières organiques

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 62 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX Q.7

MATERIAU ESSAIS PROCESSUS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS


Fabrication des bétons Maniabilité NF P 18-452 Les résultats à obtenir seront déterminés à
Epreuves d'étude
partir des résultats des épreuves d'étude et
de convenance.
Epreuves d'étude et convenance et 1
épreuve de contrôle par lot
Consistance NF P 18-451 Idem
Les essais pour épreuves de contrôle
se feront sur 3 gâchées par lot jusqu'à
Résistance à la Selon spécification
NF P 18-406 100 m3.
compression Les essais de résistance à la compression
Si le lot fait plus de 100 m3, il sera
seront réalisés à 7 jours et à 28 jours en
réalisé des essais supplémentaires sur
nombre égal et sur les mêmes gâchées.
une gâchée par 100 m3 ou fraction de
Aux épreuves de contrôle, la résistance à
100 m3 supplémentaire.
7 jours ne devra pas être inférieure à 95%
de l'épreuve d'étude, la résistance à 28
jours devra égaler la résistance exigée à la
spécification

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 63 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
CHAPITRE III MODE D'EXECUTION DES TRAVAUX

Article 13 INSTALLATIONS GENERALES

13.1 INSTALLATIONS DE CHANTIER


Les installations générales de chantier et des services généraux de l'Entreprise comprennent :
– la location des terrains, s'ils ne sont pas mis à sa disposition par l'Administration,
– l'aménagement des surfaces pour l'implantation des bâtiments, des centrales de
concassage et bétonnage, le stockage des matériaux, le stationnement des engins et
véhicules,
– la construction des voies d'accès et leur entretien,
– la fourniture de l'eau potable et de l'électricité, y compris les raccordements sur le
réseau existant,
– la construction des locaux de l'Entreprise : logements, bureaux, ateliers, magasins,
locaux sociaux pour le personnel,
– l'installation de la centrale de concassage,
– les frais de gardiennage,
– les moyens de liaison : téléphone, radio,
– toutes autres dispositions pour le bon fonctionnement du chantier, l'amenée et le
repliement de tout le matériel nécessaire au chantier,
– le démontage et le repliement des installations,
– leur déplacement éventuel sur d'autres sites,
– la remise en état des sites,
– et toutes autres sujétions nécessaires à la bonne exécution des travaux dans les délais
impartis et en respectant les règles de protection de l’environnement (voir les
dispositions en la matière chapitre I).

L’importance des installations est déterminée par le volume et la nature des travaux à réaliser,
le nombre d’ouvriers, le nombre et le genre d’engins. Le plan d’installation de chantier devra
tenir compte des aménagements et mesures de protection suivants :
– le site choisi doit être situé à une distance d’au moins 500 m des points d’eau, et
assez éloignée des habitations (au moins 100 m) pour éviter les nuisances.
– le site devra être choisi afin de limiter l’abattage des arbres, la destruction
d’habitations, de magasins, de commerces ou d’ateliers, de zones agricoles ou de
maraîchage. Le site doit être choisi en dehors des zones sensibles.
– les aires de stockage ou de manipulation de produits dangereux, toxiques,
inflammables ou polluants devront être aménagées afin d’assurer une protection
efficace du sol et du sous-sol.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 65 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Les spécificités environnementales concernant les installations sont détaillées dans le chapitre
II.

Toutes ces installations resteront la propriété de l'Entrepreneur à l'issue des Travaux, étant
entendu qu’elles devront être démontées et que l’Entrepreneur devra remettre en état
l’ensemble des aires utilisées, notamment l’enlèvement des matériaux restants, l’évacuation
des déchets, l’égalisation et le nivellement des chantiers, le démontage et l’évacuation des
installations.

Les aires de bureaux et de logement doivent être pourvues d’installations sanitaires (latrines,
fosses septiques, puits perdus, lavabos et douches) en fonction du nombre des ouvriers. Des
réservoirs d’eau devront être installés en quantité et qualité suffisantes et adéquates aux
besoins.

Les aires de dépôts devront être choisies de manière à ne pas gêner l’écoulement normal des
eaux et devront être protégées contre l’érosion. L’Entrepreneur devra obtenir pour les aires de
dépôt l’agrément du Maître d’Œuvre. La surface à découvrir doit être limitée au strict
minimum et les arbres de qualité devront être préservés et protégés.

13.2 PANNEAUX DE CHANTIER


Il sera apposé deux panneaux de chantier très visible dont les emplacements seront définis et
indiqués par le Maître d’œuvre. Les panneaux de chantier porteront les indications suivantes :
– Références du projet ;
– Références du Maître d’Ouvrage
– Références du Maître d’œuvre
– La source de financement
– Références de l’Entreprise
– La durée des travaux, la date d’ouverture et de fin de chantier
Aucun autre panneau ne sera autorisé sur les lieux, sauf accord écrit exception faite des
panneaux réglementaires, ceux interdisant l’accès au chantier et ceux concernant la sécurité

13.3 LABORATOIRE DE CHANTIER

L'Entrepreneur utilisera le laboratoire de chantier du projet de construction de la route


Moundou – Doba – Koumra. La mission de contrôle aura un accès libre à ce laboratoire.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 66 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
13.4 INSTALLATION ET FONCTIONNEMENT DES BUREAUX ET DES
LOGEMENTS DE LA MISSION DE CONTRÔLE.

- Généralités
L'Entrepreneur remet dans un délai de trente (30) jours calendaires à dater de la notification
de l’ordre de service de démarrage des travaux, à des emplacements indiqués par l'Ingénieur,
et selon les indications ci-après, le bureau de chantier et les logements des agents de la
mission de contrôle,

- Définition et aménagement général


Le descriptif détaillé du bureau sera soumis à l'approbation de l'Ingénieur dans un délai de
quinze (15) jours calendaires à dater de la notification de l’ordre de service de démarrage des
travaux.

Pendant le délai de fourniture ou de construction, l'Entrepreneur devra mettre à la disposition


des agents de la mission de contrôle à titre provisoire et gracieux des logements, présentant
des conditions décentes, agréés par le Maître d’œuvre.

Chacun des bâtiments devra être pourvu de l'eau potable courante, de l'évacuation des eaux
usées, de l'électricité, de l'éclairage, et de climatiseurs pour chaque pièce principale. Ils seront
raccordés au réseau routier.

Ces installations et moyens comprendront en particulier :

 un (1) bâtiment en préfabriqué, à usage de bureau, pour deux (2) personnes (Ingénieur
de la Mission de contrôle et assistante), avec une salle de réunion pouvant accueillir
six (6) personnes et comprenant le mobilier sauf le matériel informatique et
bureautique, tel que décrit au CPT,

 un (1) logement de passage pour une (1) personne, qui pourra être pris en location à
Moundou, convenablement équipé (climatisation, électricité, eau courante, salle de
bain, toilettes).

Par ailleurs, le Titulaire prendra à sa charge durant toute la durée du chantier, les frais de
fonctionnement, eau et électricité.

Pendant la durée des travaux jusqu’à la réception provisoire des travaux, y compris les retards
éventuels dans l’exécution des travaux, l'Entrepreneur supportera les frais de gardiennage,
d'entretien de réparation et de nettoyage des locaux et de leurs abords, ainsi que toutes les

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 67 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
consommations et abonnement éventuels (notamment eau, d'électricité).

Article 14 ETUDES D’EXECUTION

14.1 GÉNÉRALITÉS
Le dossier technique joint au dossier d’appel d’offres est donné à titre indicatif et correspond
à un terrain qui n'est pas définitif. Il comprend :
– Le plan topographique et le levé de détail
– Le plan de la station de pesage et ses profils en travers
– Les plans du bâtiment

L'Entrepreneur est tenu d'établir à ses frais et de soumettre au Maître d’Œuvre les plans
topographiques et levés de détails, les différents projets d'exécution avec métrés, notes de
calculs et toutes justifications selon les dispositions du CPS. Ces projets seront fournis en
quatre exemplaires : 3 sur support papier et 1 sur support informatique.

L'Entrepreneur établira ses projets d'exécution d'après les documents fournis par
l'Administration et adoptera une présentation analogue. Il soumettra à l’Administration, en
même temps que son projet, l'indication des caractéristiques des matériaux qu'il compte
employer.

14.2 TOPOGRAPHIE ET GÉOMÉTRIE DU PROJET


Le projet d’exécution comprend, aux frais de l’Entrepreneur le levé topographique du terrain
et un levé de détail à partir de la polygonale de base en coordonnées relatives en X, Y et Z
(mais approchées des coordonnées UTM), qu'il devra soumettre à l’approbation du Maître
d’Œuvre.

L'Entrepreneur devra solliciter du Maître d’Œuvre le visa "bon pour exécution" du projet
d’exécution.
Le Maître d’Œuvre répondra dans le délai prévu au PAQ soit sous forme d’un visa soit sous
forme de demandes d’amendement ou de compléments. Les métrés issus des études
d’exécution constitueront l'avant métré forfaitaire des terrassements.
Il est précisé que ces métrés concernent les cubes de déblais et de remblais (dont le transport
toutes distances est inclus dans les prix unitaires correspondants).

L'Entrepreneur sera tenu de réaliser l'implantation de profils en travers sur la surface du


projet. L'interdistance entre profils ne devra pas excéder 20 m.
Le relevé complet des profils en travers du terrain existant sera effectué pour chaque profil,

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 68 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
après implantation. Ces données serviront de base au calcul des quantités de terrassements
effectivement réalisées lors des Travaux.
L'Entrepreneur sera tenu de veiller à la conservation des éléments d’implantation : bornes,
piquets, repères, etc. et de les rétablir ou les remplacer en cas de besoin afin de garder
toujours disponibles les éléments du contrôle géométrique.

14.3 ETUDE GÉOTECHNIQUE


L'Entrepreneur effectuera à sa charge une étude géotechnique relatives à l'exécution du projet,
en particulier pour les carrières et gisements de matériaux pour bétons et pour les sites
d’emprunts de matériaux en graveleux latéritiques.

Il soumettra au Maître d’Œuvre un programme détaillé des essais éventuels à réaliser. Ce


programme, après approbation par le Maître d’Œuvre, sera réalisé aux frais de l'Entrepreneur
et sous contrôle du Maître d’Œuvre.

14.4 ETUDES D’EXÉCUTION DES OUVRAGES D’ART ET DES BATIMENTS

Le projet d’exécution des ouvrages (dalots, bâtiment, etc..) comprend des investigations
géotechniques et l’élaboration des plans et notes de calculs. Ils seront réalisés aux frais de
l’Entrepreneur sur la base des plans et des calculs remis par l’Administration.

- 14.4.1 Textes réglementaires et règlements de calcul


De manière générale, les justifications relatives aux études d'exécution sont issues des textes
énumérés suivants :
- Circulaire n° R/EG3 du 20 Juillet 1983 : "Transports exceptionnels, définition des
convois types et règles pour la vérification des ouvrages d'art" publiée par la Direction
des Routes ;
- Fascicule n° 62 titre 1er - Section I du CCTG : "Règles techniques de conception et de
calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états limites"
(BAEL 91 révisé 99) ;
- Fascicule n° 65-A du CCTG et son additif : "Exécution des ouvrages de génie civil en
béton armé ou en béton précontraint ;
- Fascicule n° 62 titre V du CCTG : "Règles techniques de conception et de calcul des
fondations des ouvrages de génie civil" ;
- Fascicule n° 68 du CCTG : "Exécution des travaux de fondation des ouvrages de génie
civil" ;

14.5 PLANNING DE REMISE DES ÉTUDES D’EXÉCUTION

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 69 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
L'Entrepreneur devra prendre toutes dispositions pour présenter des projets complets dans les
deux (2) mois après la date de notification de l’ordre de service de démarrage des travaux

Aucune indemnité, de quelque sorte que ce soit, ne pourra être allouée à l'Entrepreneur du fait
d'une interruption quelconque des travaux, motivée par :
- la non présentation en temps voulu, d'un quelconque des projets d'exécution
ou
- la présentation de dossiers incomplets ou s’éloignant du projet communiqué dans le
DAO et des directives du Maître d’Œuvre.

14.6 PLANS DE RÉCOLEMENT


Après exécution des Travaux et avant la réception provisoire (partielle ou complète),
l'Entrepreneur fournira au Maître d’Œuvre les plans définitifs, conformes aux travaux exécuté
pour tous les travaux de terrassements, ouvrages d'assainissement ou de franchissement,
chaussées et aménagements divers.

Article 15 PREPARATION DU TERRAIN - DEGAGEMENT DES


EMPRISES

L'Entrepreneur prendra le terrain dans l'état où il se trouve.

15.1 DÉBROUSSAILLEMENT ET ENLÈVEMENT D'ARBRES


L'Entrepreneur doit débarrasser le chantier de tous les arbres, souches, racines, broussailles,
haies, termitières, bois morts et toute autre végétation et tous détritus. Les travaux de
débroussaillement seront effectués sur une largeur minimum dépassant de 2,50 m de part et
d'autre de la zone du projet, et jusqu'au droit des façades dans les zones bâties.

Toutes les branches surplombant la plate-forme seront coupées suivant une verticale passant
par la limite de débroussaillement. Seront abattus tous les arbres surplombant les abords et
menaçant de tomber sur le site.

Si les arbres enlevés appartiennent à l'Etat, ils seront remis à l'Administration et


l'Entrepreneur se conformera aux règles de celui-ci. Si les arbres appartiennent à des
particuliers, ils leur seront remis. Tous les débris non attribués seront évacués en des lieux de
dépôt agréés par le Maître d’Œuvre.

Les trous formés par l'enlèvement des souches et des racines doivent être rebouchés à l'aide de

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 70 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
matériaux utilisables pour les remblais aux frais de l’Entrepreneur. Ces matériaux seront
soigneusement compactés conformément aux spécifications relatives aux remblais.

Le débroussaillement et l'enlèvement d'arbres ne doivent en aucun cas être en avance de plus


de dix (10) jours sur les opérations de terrassements. Les dépôts doivent être nettoyés au fur et
à mesure de l’avancement du projet.

15.2 DÉCAPAGE DE LA TERRE VÉGÉTALE - ENLÈVEMENT DES TERRES DE


MAUVAISE TENUE
En plus des débroussaillages, enlèvement et dessouchage des arbres prévus à l'article
précédent, l'Entrepreneur devra exécuter sur prescription du Maître d’Œuvre, un décapage de
la terre végétale, sur une épaisseur de dix (10) à vingt-cinq (25) centimètres, dans les limites
de l'emprise des terrassements.

Le Maître d’Œuvre confirmera ces épaisseurs et les emplacements exacts avant tout début
d'exécution. Il pourra demander un décapage complémentaire et l'enlèvement des terres de
mauvaise tenue au vu des résultats des premiers travaux de décapage. Ceci comprend
également l’enlèvement et l’évacuation des termitières sur une profondeur minimum de 3 m.

Les produits du décapage seront mis en dépôt et éventuellement réemployés pour


l'engazonnement des talus.

Le décapage de la terre végétale ne doit en aucun cas être en avance de plus de cinq (5) jours
sur les opérations de terrassements.

Article 16 TERRASSEMENTS GENERAUX

16.1 EXÉCUTION DES DÉBLAIS


- Qualité des déblais
Les déblais de toute nature comprennent les déblais en terrain meuble ou rippable et les
déblais en terrain rocheux

- Evacuation des eaux

Pendant l'exécution des déblais, l'Entrepreneur est tenu de conduire les travaux de manière à
éviter que la forme des terrassements, ou les matériaux de déblai à réutiliser en remblai, ne
soient détrempés ou dégradés par les eaux de pluie.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 71 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Il doit, à cet effet, maintenir en permanence une pente suffisante à la surface des déblais et
exécuter en temps utile les saignées, rigoles, fossés et ouvrages provisoires nécessaires à
l'évacuation des eaux hors des tranchées.

L'Entrepreneur doit en particulier prévoir les fossés d'évacuation des eaux qui peuvent être
nécessaires pour réaliser un assainissement convenable et assurer la protection des ouvrages
pour toute la durée des travaux. La réalisation de ces fossés et leur entretien, de façon à
maintenir leur efficacité pendant la durée du contrat, sont inclus dans les prix du bordereau et
aucun paiement séparé ne sera effectué pour ces travaux.

L'Entrepreneur doit fournir les moyens d'assèchement, d'évacuation ou de dérivation des eaux
nécessaires à l'exécution et à la protection des travaux.

- Utilisation des matériaux en provenance de déblais


Les matériaux en provenance de déblais doivent être utilisés en remblais excepté ceux qui
seront jugés inutilisables par le Maître d’Œuvre.

Les déblais rocheux seront généralement réutilisés en remblais, à l'exception des blocs
rocheux ayant une dimension supérieure à la moitié de l'épaisseur de la couche de
terrassements.

- Talus de déblais
Les talus de déblais seront réalisés, conformément aux indications des plans type à moins que
le Maître d’Œuvre juge nécessaire, ponctuellement, compte tenu de la nature des terrains, de
modifier les pentes prévues.

- Contrôle
Les essais de contrôle des travaux sont indiqués au tableau CT1 à l’annexe du présent chapitre
III.

16.2 EXÉCUTION DES REMBLAIS

- Généralités
Les remblais seront exécutés conformément aux profils en travers et selon les directives du
Maître d’Œuvre.

Les matériaux provenant des déblais seront généralement réutilisés en remblais s'ils satisfont
les conditions requises dans le chapitre II du présent CPT. En cas de déficit de déblai, les
matériaux destinés à la confection des remblais proviendront d'emprunts conformes aux

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 72 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
spécifications du chapitre II et agréés au préalable par le Maître d’Œuvre dans les conditions
spécifiées dans le CPS et dans les chapitres I et II du présent CPT.

- Préparation initiale
Le réglage de la surface d'appui des remblais sera assuré à la niveleuse; un compactage sera
effectué (compacité supérieure à 90% pour 95% des valeurs). Ces travaux devront être
exécutés aux frais de l’entrepreneur dans les zones en remblai préalablement à l'exécution de
ces remblais.

- Mise en place et compactage des remblais


Les remblais doivent être mis en œuvre en couches horizontales.

L'épaisseur maximale d'une couche sera déterminée en fonction des moyens de compactage
dont disposera l'Entrepreneur et après réalisation de planches d’essais au début du chantier.
L'épaisseur maximale sera déterminée pour chaque type de sol mis en remblai. En tout état de
cause, l'épaisseur maximale admise pour une couche de remblais ne pourra être supérieure à
40 cm.

L'Entrepreneur devra veiller particulièrement au compactage des bords des remblais. Pour
cela, il pourra donner aux bords des remblais une légère inclination vers l'intérieur, au
moment de compactage, de façon à ce que les compacteurs puissent effectivement circuler sur
ces bords sans risquer d'être déséquilibrés.

Dans tous les cas il réalisera à ses frais une surlargeur provisoire de cinquante centimètres
minimum de chaque côté. Cette surlargeur sera ensuite retaillée dans le cadre du réglage des
talus.

- Surcharges de remblai
Le Maître d’Œuvre pourra éventuellement demander, s'il s'avère que des tassements sont à
craindre, que les remblais soient surchargés de manière à accélérer le tassement.
L'Entrepreneur procédera alors à ses frais à la mise en place des remblais de la manière
suivante :
- une couche de 0,70 m d'épaisseur de matériaux de remblai sera édifiée sur la totalité du
corps de remblai,
- au bout d'au moins 3 mois, les matériaux en excédent seront évacués et le corps de
chaussée mis en place.
Dans ce cadre, le Maître d’Œuvre pourra aussi demander la réalisation de risbermes.

Les matériaux supplémentaires seront payés avec les prix de remblais du marché, sans

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 73 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
application de plus value quelconque.
- Compacité des remblais
Avant tout début des travaux, l'Entrepreneur devra soumettre à l'agrément du Maître d’Œuvre
les moyens et méthode de compactage (en particulier l’énergie de compactage) qu'il compte
utiliser pour l'exécution des travaux. Ces moyens et méthode de compactage devront être
adaptés aux différentes natures de terrains rencontrés lors des terrassements.

Les travaux ne pourront commencer que lorsque l'Entrepreneur aura amené sur le chantier les
engins et matériels de nature et en nombre agréés. Aux fins de vérification de l’énergie de
compactage, les engins seront obligatoirement munis d’un système de contrôle automatique
des déplacements, en parfait état de marche (compteurs munis de disques).

Une couche ne pourra être mise en place et compactée avant que la couche précédente n'ait
été réceptionnée par le contrôle intérieur après vérification de l’énergie de compactage et
réalisation des essais in situ de contrôle de compactage ; les résultats étant accessibles
immédiatement au contrôle extérieur.

L'Entrepreneur ne pourra poursuivre la montée des remblais que si toutes les compacités
correspondantes sont supérieures au minimum exigé.

Le contrôle extérieur sera réalisé, au gré du Maître d’Œuvre par :

- vérification de l’aptitude et de l’état des compacteurs

- vérification du compteur des compacteurs,

- comptage manuel du nombre des passes et estimation de la vitesse,

- vérification de la référence Proctor pour recalage éventuel des résultats,

- mesures de compacités effectuées par les agents du Maître d’Œuvre en présence d’un
Représentant de l’Entreprise. Ces mesures sont destinées à vérifier la véracité des
résultats du contrôle interne et la correspondance des résultats pendant les travaux avec
ceux de la planche d’essai.
La réalisation de remblais sans disposer d’engins de compactage munis de compteurs de
déplacement en état de marche est strictement interdite.

Pour exécuter le compactage dans des conditions optimales, l'Entrepreneur sera tenu :
- soit d'arroser les terres trop sèches,
- soit, le cas échéant et pendant la saison des pluies, d'attendre leur séchage en facilitant
au besoin celui-ci par scarification.

La teneur en eau optimale en place au moment du compactage devra correspondre à celle

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 74 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
déterminée par l'essai PROCTOR modifié effectué sur un échantillon de sol représentatif de
celui à compacter.

Les compacités à obtenir sont :


- dans le corps de remblais, compacité supérieure ou égale à 92% OPM pour 95% des
mesures (soit m -1,6  ≥ 92%)
- sur les trente centimètres supérieurs (arase des terrassements), compacité supérieure ou
égale à 95% OPM pour 95% des mesures (soit m -1,6  ≥ 95%) ;

- Stabilité des remblais


L'Entrepreneur sera considéré comme responsable de la stabilité des remblais qui ont subi des
désordres ou des mouvements du fait de négligence ou de manque de soins de sa part, ou bien
du fait de phénomène naturels normaux comme les orages, etc. Lorsque les matériaux jugés
inutilisables par le Maître d’Œuvre auront été placés dans les remblais par l'Entrepreneur, il
devra procéder leur évacuation et leur remplacement par des matériaux de qualité convenable
à ses frais.

- Evacuation des eaux


Les mêmes dispositions que celles prévues lors de l'exécution des déblais seront mises en
application.
- Contrôles
Les essais de contrôle des travaux sont indiqués en annexe en fin du chapitre III.

16.3 EMPRUNTS
Toutes les sujétions d’exploitation des emprunts sont à la charge de l’Entrepreneur. Les
emplacements proposés par l'Entrepreneur dans son projet de mouvement des terres doivent
avoir l'agrément du Maître d’Œuvre sur la base des dossiers fournis par l’Entrepreneur dans le
cadre du CPS et des chapitres I et II du présent CPT.

Aucun emprunt ne sera effectué à moins de quinze (15) mètres de la limite de l'emprise
réservée au projet

Les emprunts seront déboisés, débroussaillés et dessouchés. La terre végétale sera décapée
ainsi que les couches de surface inutilisables. Ces divers matériaux seront mis en dépôts
séparés. Le décapage sera poussé jusqu'à ce que le matériau à exploiter présente, de l'avis du
Maître d’Œuvre, des qualités d'homogénéité et de propreté.

Dès qu'un emprunt est abandonné, la plate-forme sera nivelée suivant la pente naturelle du
terrain sur instructions du Maître d’Œuvre, pour permettre après exploitation, l'écoulement

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 75 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
normal des eaux. La couche de terre végétale sera reconstituée aux frais de l’entrepreneur.

16.4 DÉPÔTS
L'aménagement et l'entretien des zones de dépôt sont à la charge de l'Entrepreneur.
En principe, aucune mise en dépôt définitif ne sera autorisée autre que celles prévues au
programme préalable de mouvement des terres. Par ailleurs, toute mise en dépôt devra faire
l'objet d'un accord écrit du Maître d’Œuvre sur la base du dossier remis par l’Entrepreneur
(Plan de Protection de l’Environnement du Site notamment).

L'Entrepreneur sera tenu de faire son affaire de toute mise en dépôt définitif, aussi bien pour
la mise en dépôt définitif des sols impropres à la réutilisation en remblai que pour la mise en
dépôt définitif des déblais excédentaires.

Les conditions d'exploitation de ces dépôts seront proposées à l'agrément du Maître d’Œuvre
compte tenu des précisions suivantes :
- l'Entrepreneur devra demander l'accord du Maître d’Œuvre sur les hauteurs des dépôts,
les pentes des talus. En particulier, les pentes des talus ne devront en aucun cas être
supérieurs à 2/1, soit deux de base et un de hauteur,
- les dépôts seront organisés de manière à assurer l'écoulement normal des eaux; les
souches seront recouvertes d'un mètre de terre,
- pour les dépôts en zone boisée, l'Entrepreneur devra effectuer les travaux préparatoires
de déboisement ; les broussailles et taillis seront rassemblés et enterrées, les bois
récupérables étant donnés aux riverains. Les brûlis sont strictement interdits. Les arbres
seront rassemblés en bordure du dépôt, mais à l'intérieur de la zone occupée et resteront
propriété de l'Administration. L'Entrepreneur devra laisser en place un écran de
végétation naturelle entre la limite d'emprise et le dépôt, sur une largeur de quinze (15)
mètres au moins,
- en fin d'utilisation de la zone de dépôt, les terres seront régalées par les engins de
terrassements classiques.

Article 17 STRUCTURES DE CHAUSSEE

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 76 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
17.1 CONFORMITÉ ET CONTRÔLE

- Conformité permanente des matériaux


L'attention de l’Entrepreneur est attirée sur l'utilisation de matériaux naturels en corps de
chaussée et sur la variabilité des caractéristiques géotechniques des sols à l'intérieur d'un
même gisement. Cette hétérogénéité géotechnique, même à l'intérieur de limites d'exploitation
éventuellement précisées par le Maître d'Œuvre, peut conduire à découvrir des zones de
matériaux dont l'utilisation se révèle impropre. L’Entrepreneur ne pourra en aucun cas se
prévaloir de l'autorisation préalable du Maître d'Œuvre pour exploiter ces zones impropres.

Il est rappelé que l’Entrepreneur garde, pendant toute la durée d'exécution de son chantier,
l'entière responsabilité, après extraction, transport, mise en place et compactage, de la
conformité aux spécifications requises des matériaux provenant d'un gisement autorisé par le
maître d'œuvre. L’Entrepreneur ne pourra en aucun cas se prévaloir de l'autorisation du Maître
d'Œuvre d'exploiter un gisement si les essais de contrôle effectués en place ne satisfont pas
aux spécifications requises.

- Contrôle du compactage sur le chantier

Le contrôle quotidien sur le chantier du compactage dans le cadre du contrôle intérieur se fera
de deux façons :

- par la vérification de conformité de l'utilisation par l’Entrepreneur de son atelier de


compactage par rapport aux modalités arrêtées par le Maître d’œuvre

- par des mesures de la compacité au densitomètre à membrane avec calcul de la


moyenne et de l’écart type, à raison, par couche, d’au moins cinq (5) mesures tous les
cent (100) mètres, spatialement dispersées.

Chaque compacteur sera muni obligatoirement d'un compteur en parfait état de marche relevé
chaque jour en fin de chantier, de façon à contrôler globalement le nombre de passes
effectuées journellement et la vitesse des engins.

Le contrôle extérieur sera réalisé, au gré du Maître d’Œuvre par :

- vérification de l’aptitude et de l’état des compacteurs (vibration notamment)

- vérification du compteur des compacteurs,

- comptage manuel du nombre des passes et estimation de la vitesse,

- vérification (journalière) de la référence Proctor pour recalage éventuel des résultats,

- mesures de compacités effectuées au densitomètre à membrane par les agents de la


mission de contrôle en présence d’un Représentant de l’Entreprise. Ces mesures sont
destinées à vérifier la véracité des résultats du contrôle interne.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 77 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
17.2 COUCHE DE FONDATION

- Graveleux latéritiques

Les matériaux pour la couche de fondation et remblais d’ouvrages sont en général des
graveleux latéritiques naturels sélectionnés. Les modalités d’agrément des gîtes et des
matériaux sont précisées dans les chapitres I et II du présent CPT.

Spécifications de mise œuvre

La compacité (c) atteinte après compactage devra respecter, par planche de travail, l’ensemble
des deux conditions suivantes :

- C ≥ 95% de la densité sèche OPM pour 100% des mesures ;

- C ≥ 97% de la densité sèche OPM pour 95% des mesures (soit m -1,6  ≥ 97%).

Pour l’atteindre, l’Entrepreneur disposera d’un nombre suffisant de compacteurs vibrants de


classe V3 au moins, et de compacteurs à pneu de classe P5 au moins au sens des fiches
d’aptitude publiées par le SETRA en France.

En ce qui concerne le nivellement, la fondation sera réglée conformément aux plans (profil en
long et profil en travers type) et selon les tolérances définies ci-dessous.

Caractéristiques Spécifications
a) Mise en œuvre
- Epaisseur de la couche (cm) 15
- Teneur en eau de compactage et atelier de compactage Planche d'essai
(pneus, lisses)

- Compacité minimale  95%OPM


et 95% des mesures  97%OPM

- Tolérances épaisseur, par rapport aux prescriptions 0/+2 cm


- Tolérances largeur, par rapport aux prescriptions 0/+5 cm

b) Critères complémentaires de réception


- Qualité du matériau voir Chap II
- Flashe maxi à la règle de 3 m ( cm) 2,00
- Déflexion D 90 (1/100 mm)  100
- Tolérances dévers, par rapport aux prescriptions  0,5%

Les spécifications de mise en œuvre de la couche de fondation sont :

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 78 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Contrôle

Compactage : les contrôles seront réalisés conformément aux dispositions définies dans le
paragraphe ci-dessus.

Autres critères : la couche de fondation fera l’objet d’une série de mesures de déflexions dans
le cadre du contrôle intérieur tous les 50 m de route.

Mise en œuvre

La mise en œuvre de la couche de fondation en graveleux latéritique se fera en une seule


couche ou selon les indications du Maître d’Œuvre. L'épaisseur maximale admise pour une
couche ne pourra être en aucun point supérieure à 25 cm.

L’Entrepreneur devra maintenir sur le chantier le matériel nécessaire, soit à l'arrosage des
matériaux graveleux, soit au séchage dans le cas où la teneur en eau serait trop élevée, après
un orage par exemple. La citerne à eau devra être équipée d'une rampe permettant un arrosage
homogène et constant des matériaux.

Dans tous les cas, le matériau, avant compactage, devra être amené à une teneur en eau égale
à celle de l'Optimum Proctor Modifié entre plus 1% et moins 2% près.

Ce n'est que lorsque cette condition sera réalisée que l'opération de compactage pourra être
Entreprise. Le compactage sera réalisé à l'aide de compacteurs à pneus lourds (50 kN par roue
au minimum) et de rouleaux vibrants lourds de type V3 ou supérieur.

Lorsque dans une zone les matériaux mis en place ne répondront pas aux spécifications,
l’Entrepreneur sera tenu, soit d'ajouter, soit de retirer les matériaux nécessaires. Dans les deux
cas, l'opération précédente sera suivie dans la zone défectueuse par une scarification générale
des matériaux sur toute leur épaisseur, son arrosage si nécessaire, et son compactage, toutes
ces opérations étant à la charge de l’Entrepreneur.

La couche de fondation sont réalisés à l'avancement, à la niveleuse, dont la lame sera pourvue
de joues latérales anti-ségrégation.

L’Entrepreneur doit disposer d'un parc de camions suffisant pour, compte tenu de la durée du
trajet, alimenter régulièrement les ateliers de mise en œuvre.

La mise en œuvre du graveleux latéritique par temps de forte pluie continue est interdite. En
cas de pluie d'orage survenant en cours de mise en œuvre, le matériau répandu et dont le
compactage n'est pas achevé est, avec l'accord du Maître d’Œuvre :

- soit maintenu en place en l'attente du séchage,

- soit mis en cordon latéral pour faciliter le séchage,

- soit évacué et remplacé par du matériau mis en œuvre dans des conditions normales.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 79 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Le Maître d’Œuvre se réserve le droit d'imposer l'humidification du support immédiatement
avant le répandage de la couche de fondation, en fonction des conditions météorologiques.

L'arrosage destiné à porter le graveleux latéritique à sa teneur en eau optimale est exécuté au
cours des phases de réglage et de début de compactage; il est conduit de façon progressive
pour éviter tout ruissellement sur le matériau. Les modalités pratiques en sont définies lors
d'essais préliminaires.

Après achèvement du compactage, tout réglage fin est interdit. Dans le cas normal
d'utilisation de la niveleuse, il peut être procédé, après pré-compactage, à un rabotage de
toute la surface à régler sur une épaisseur légèrement supérieure à celle des flaches les plus
profondes et les matériaux récupérés sont réutilisés à l'aval de la section réglée.

Après achèvement des opérations de compactage, les contrôles intérieur et extérieur


exécuteront les contrôles de compactage et de réglage et surfaçage indiqués à l’annexe du
chapitre III, selon les modalités précisées dans le présent CPT (chapitre I notamment).

Le contrôle des épaisseurs sera effectué soit par sondages soit par comparaison des levés.

17.3 COUCHE DE BASE

Les matériaux mis en œuvre devront répondre aux spécifications suivantes :


 Granulométrie : passant au tamis de
40,00 mm 100%
31,50 mm 95-100%
20,00 mm 64-90%
10,00 mm 40-70%
6,30 mm 25-50%
2,00 mm 20-42%
0,50 mm 10-26%
0,08 mm 2-10%
 Propreté
Indice de plasticité <5
Equivalent de sable >40
 Angularité
Indice de concassage =100%
 Dureté
Los Angeles <45

17.4 REVETEMENT BICOUCHE

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 80 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Pour l’exécution des revêtements, les gravillons seront des produits concassés à partir de
roches d’abattage, et les sables seront mélangés entre une classe 0/4 concassée et le sable du
Logone.

Les gravillons utilisés pour l’exécution des enduits monocouches et pour les enrobés seront
des gravillons de classe 4/10 et 10/14.

Le tableau ci-après définit les tolérances admises.

Caractéristiques

Dimension
Proportion en poids retenu sur la passoire D <15%
Proportion en poids retenue sur les passoires d <15%
Total des deux proportions précédentes <20%

Proportion en poids passant sur la passoire d/2 <3%


Proportion en poids passant sur la passoire (D+d)/2 <15% entre 1/3 et2/3

Forme
Proportion maximum en poids de grain de forme défectueuse
Définie par L+G<6 E <25%
E = Epaisseur de la pierre
L = Longueur de la pierre
G = Grosseur de la pierre
Homogénéité
Proportion en poids de grains friables ou altérés <6%

Propreté
Les granulats sont exempts de pellicules d’éléments fins, limon ou
argile, susceptible de supprimer leur adhérence au liant
hydrocarboné

Proportion en poids d’éléments<1 mm et d’impuretés définie par <1%


voie humide
Dureté
Les granulats pour revêtement seront suffisamment durs pour
présenter un coefficient Los Angeles inférieur à 35 (suivant mode
opératoire du LCPC – SF – 2 – 1964)

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 81 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Adhésivité avec liant
L’essai d’adhésivité à la plaque Vialit devra conduire à une note
d’adhésivité de 90, moyenne de 3 essais (essai à la pluie). Au
dessous de cette limite, il sera utilisé un dope d’adhésivité.

17.5 CHAUSSEE EN BETON ARME CONTINU


La chaussée en béton continu prévue pour les parties roulantes de la station de pesage sera
mise en œuvre selon les instructions du Maître d’œuvre et selon les spécifications de la norme
NF P98-170 « chaussées en béton de ciment ».

17.6 RALENTISSEURS EN BETON

Les ralentisseurs de type dos d’âne seront mise en œuvre à l’aide d’un béton vibré suivant les
prescriptions ci-après :
 Les agrégats sont identiques que ceux à utiliser en couche de base et doivent être lavés pour
éliminer les fines ;
 Les spécifications techniques et la granulométrie sont les suivants :

 Granulométrie : passant au tamis de


40,00 mm 100%
31,50 mm 95-100%
20,00 mm 64-90%
10,00 mm 40-70%
6,30 mm 25-50%
2,00 mm 20-42%
0,50 mm 2-20%
0,08 mm inférieur à 2%
 Propreté
Indice de plasticité <5
Equivalent de sable >40
 Angularité :
Indice de concassage = 100%
 Dureté :
Los Angeles <45

Conformément à l’article 71.1 du fascicule 65-A du CCTG et selon les normes AFNOR NFP
18.401 et 18.404, ils seront en béton B25F ou P-25-350. La consistance du béton et le dosage
seront confirmés pour des épreuves de convenance. La résistance minimale en compression à 28
jours d’age doit être de 25 MPa.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 82 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
 Les ciments proviendront d'usines agréées par le Maître d’Œuvre et devront satisfaire
aux normes NF P 15-300 et NF P 15-301.

Conformément à ces normes, ces ciments seront du type CEM I 32,5 ou CEM I 42,5 ou CEM
I 52,5 pour les bétons B25 et B30 et CEM I 32,5 ou CEM II A 32,5 R pour les autres bétons
et mortiers.

17.7 ENDUIT SUPERFICIEL MONOCOUCHE POUR BANDES RUGUEUSES

Les bandes rugueuses seront mises en œuvre à l’aide d’un enduit superficiel monocouche par
bandes de largeur 0,5 mètres.

- Phase préliminaire
En fonction des spécifications techniques qui suivent, l’Entrepreneur sera tenu d'effectuer les
recherches et les essais en laboratoire nécessaires pour confirmer les dosages, qui sont donnés
à titre indicatif. Les compositions, le traitement et les apports qui, en relation avec les
granulats de chaque gîte, permettront de répondre aux critères d'utilisation et aux
spécifications techniques, les dosages dépendent également, et avec une forte incidence, de
l'état de la surface de chaussée à revêtir suivant qu'il est lisse ou rugueux, fermé ou poreux,
etc.

L’Entrepreneur présentera au Maître d’Œuvre pour approbation, le résultat de ses travaux


préparatoires définis ci-dessus et les proportions qui en découlent, en vue de prendre les
dispositions définitives.

Il est entendu qu'aucune exécution ne pourra être Entreprise tant que ces dispositions n'auront
pas été arrêtées.

L’Entrepreneur reconnaît avoir tenu compte des délais nécessaires à ces travaux de la phase
préliminaire dans la détermination du programme de réalisation du projet.

- Mode d'exécution de l’enduit superficiel monocouche


Après balayage, la couche de liant sera appliquée. Aussitôt après l'application de cette
première couche de liant, la couche de gravillons secs sera répandue manuellement. La
quantité de gravillons ainsi appliquée ne sera pas supérieure au dosage prescrit. Le délai entre
le gravillonnage et le répandage du liant ne doit pas excéder une minute. Une fois le gravillon
répandu la surface sera compacté au rouleau à pneus lisses dont la pression de gonflage sera
de 5-8 kg/cm² ou au rouleau à bille lisse sans vibrer, jusqu'à ce que tout le matériau de

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 83 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
revêtement soit bien en place. La vitesse instantanée des engins de compactage sera limitée à
8km/h.

Les joints transversaux seront réalisés sans excès ni manque de liant : en attendant qu'un débit
homogène soit atteint, les débits des jets iront sur une bande de papier kraft recouvrant
l'extrémité précédemment enduite.

Pour assurer l'uniformité du dosage en liant, deux bandes jointives doivent se recouvrir d'une
valeur à déterminer sur chaque matériel, en fonction du type de la rampe et des jets.

Avant d'exécuter la deuxième bande, les granulats de rejet au bord de la bande précédente
doivent être retroussés par balayage.
Le balayage de la chaussée comprend : balayage de chaussée avant et après imprégnation si
cette imprégnation a été livrée à la circulation, balayage avant et après répandage de la couche
d'enduit monocouche.

L'enduit superficiel monocouche sera appliqué sur les accotements à raison d’environ :
- couche de liant : 1,4 kg/m² de ECR 65 ou 1,2 kg/m² de 1200/1800,
- gravillons 12/18 : 18 L/m².

Remarques :

- Pour faciliter l'adhésion des liants aux agrégats, l'usage de dopes de type POLYRAM
L200 ou équivalent est imposée si nécessaire. La fourniture et la mise en œuvre du dope
sont à la charge de l’Entrepreneur.

Le liant ne doit pas monter à la surface. Les surfaces présentant un ressuage doivent être
traités immédiatement par un sablage 2/4, ou un répandage de gravillons 4/6 ou 6/10
pré-enrobés.

Ces deux opérations sont à la charge de l’Entrepreneur.

- Concernant les dosages en liant utilisés pour les couches d'imprégnation et les enduits
superficiels, l'écart autorisé ne devra pas excéder ±0,1Kg/m² par rapport aux dosages
préalablement approuvés par le Maître d’Œuvre. En cas de sous-dosage en liant, il
conviendra de refaire une nouvelle couche avec le dosage prescrit après sablage de la
couche sous-dosée. En cas de surdosage, les quantités de gravillons répandues devront
être modifiées conformément aux directives du Maître d’Œuvre. La tolérance sur le
dosage en granulats est égale à ± 10%. Ces opérations seront à la charge de
l’Entrepreneur.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 84 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
On utilisera les modes opératoires intitulées "Contrôle ponctuel du dosage en liant et de sa
régularité", L.C.P.C., 1979 et "Détermination du dosage en granulats à la boîte doseuse",
L.C.P.C., 1979.

Article 18 MISE EN OEUVRE DES BETONS

18.1 TRANSPORT DES BÉTONS

Dans tous les cas où les bétons destinés à certains ouvrages ne seraient pas fabriqués sur le
chantier de mise en œuvre de ces ouvrages, il sera fait application de l’article 73.3 du
fascicule 65-A du C.C.T.G. français ; l'Entrepreneur devra établir une liaison par téléphone ou
tout autre moyen de liaison agréé par le Maître d’Œuvre entre l'atelier de fabrication du béton
et le chantier de bétonnage. Le délai maximal compris entre la fabrication du béton et sa mise
en place dans les coffrages, à définir selon la température maximale extérieure, et les moyens
de déchargement du béton à partir des camions jusque dans les coffrages, seront également
soumis à l'agrément du Maître d’Œuvre. Celui-ci pourra subordonner son agrément à
l'obtention des résultats d'une épreuve supplémentaire d'information portant sur le béton
transporté. Cette épreuve sera entièrement à la charge de l'Entrepreneur.

18.2 MISE EN ŒUVRE DES BÉTONS

La qualité du béton devra être conforme aux prescriptions du chapitre II du présent CPT.

Avant tout bétonnage, l'Entrepreneur s'assurera que :


- la composition du béton est agréée par le Maître d’Œuvre (point d’arrêt),
- les coffrages et armatures ont été réceptionnés par le Maître d’Œuvre (points d’arrêt),
- la totalité des matériaux et des équipements nécessaires à la bonne exécution se trouvent
disponibles sur le chantier,
- le Maître d’Œuvre a approuvé le programme de bétonnage.

18.3 MISE EN PLACE DU BÉTON


La mise en œuvre sera menée conformément à l'Article 74 du Fascicule 65-A du C.C.T.G.

Les ajouts d'eau après sortie du malaxeur sont interdits, le délai de mise en place du béton
après sortie du malaxeur sera proposé par l'Entrepreneur en fonction des essais de
convenance, et en fonction de la température ambiante, il ne pourra dépasser une heure. En
cas de dépassement de ce délai ou de début de prise, le béton sera mis au rebut.
Le béton de propreté (B16) sera mis en place en général sur une épaisseur de dix (10)

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 85 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
centimètres d'épaisseur et subira obligatoirement un damage. Sur instruction écrite du Maître
d’œuvre, l’épaisseur pourra être réduite, tout en restant supérieure ou égale à cinq (5)
centimètres.

Les autres bétons seront vibrés dans la masse conformément au paragraphe ci-après.

Le béton devra être disposé dans les coffrages de façon à éviter toute ségrégation. La hauteur
de chute libre du béton dans les coffrages sera inférieure à un mètre cinquante (1,50m).

La mise en place à la pompe mécanique est autorisée sous réserve :


- que l'aptitude du béton soit examinée dans l'étude préalable et que notamment le béton
présente une maniabilité (mesurée au maniabilimètre suivant norme NF.P.18-452)
suffisante,
- que la confection du béton de convenance soit exécutée sur le béton sortant, après
passage à la pompe, de plus long métrage de tuyau qui sera utilisé durant le chantier.

Dans ce cas, les épreuves d'information seront à la charge de l'Entrepreneur. Elles seront faites
chaque fois que le Maître d’Œuvre ou son Représentant le jugeront utile.

Le nombre de déplacements de la trémie pour chaque mise en œuvre continue du béton devra
être réduite au minimum.

Vibration du béton
- Vibration interne : il ne sera agréé que des vibreurs à fréquence élevée, de neuf
mille (9 000) à vingt mille (20 000) cycles par minute, soit de 150 à 370 Hz. L'épaisseur
de la couche à vibrer ne devra pas dépasser 45 cm.

- Vibration superficielle : la finition des dalles sera effectuée par vibration superficielle.
L'épaisseur des couches serrées par vibration superficielle ne sera pas supérieure à
15cm,

- Vibration des coffrages : la qualité de la mise en œuvre devra au préalable être vérifiée
par des épreuves de convenance.

Bétonnage par temps chaud


Les dispositions à prendre seront celles indiquées à l'Article 32 de l’Additif au Fascicule 65-A
du C.C.T.G.

L'Entrepreneur proposera à l'agrément du Maître d’Œuvre les dispositions qu'il compte

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 86 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
prendre en cas de bétonnage par grosse chaleur. Ces dispositions pourront consister au :
- maintien des réservoirs d'eau à l'abri du rayonnement direct du soleil, refroidissement
permanent des engins servant au transport du béton,
- refroidissement des coffrages par arrosage permanent.

Le bétonnage par transporteurs pneumatiques sera interdit en cas de grosse chaleur.

Cures du béton
L'Entrepreneur veillera spécialement à assurer une cure efficace du béton, soit par arrosage au
jet d'eau très fin, soit par protection à l'aide de couvertures imbibées d'eau, soit par feuilles
plastiques, soit enfin par un produit de cure agréé par le Maître d’Œuvre et qui sera
obligatoirement légèrement teinté.

La cure durera au moins sept (7) jours.

18.4 MISE EN ŒUVRE DES ARMATURES POUR BÉTON ARMÉ

Cette mise en œuvre se fera conformément à l'article 63 du Fascicule 65-A du C.C.T.G.

Façonnage
Le façonnage dans les coffrages est limité à la fermeture des étriers de diamètre 8mm (haute
adhérence) ou 12 mm (ronds lisses) la coupe doit être mécanique et le diamètre des machines
de cintrage doit être conforme aux spécifications.

En aucun cas les armatures ne pourront être coupées au chalumeau ou préchauffées pour le
cintrage. Les soudures ne seront admises que si les armatures utilisées sont aptes au soudage.
Le pliage et dépliage des armatures à haute adhérence sont interdits.

Mise en place
Sauf aptitude au soudage des armatures, celles-ci seront assemblées par des ligatures.

La disposition, la forme et la nature des dispositifs de calage seront soumises à l'approbation


du Maître d’Œuvre. Ces calages seront mis en place avant le bétonnage et non en cours de
bétonnage.

L'Entrepreneur prendra toutes les dispositions pour, s'il y a lieu, éviter de ployer et pour
protéger les armatures en attente.

Au moment de la mise en œuvre du béton, les armatures devront être parfaitement propres.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 87 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Les écarts tolérés dans la position de chaque armature ne dépassent pas la moitié de son
diamètre, et ne doivent pas être supérieurs à six (6) millimètres.

18.5 ECHAFAUDAGES, ÉTAIEMENTS ET COFFRAGES

Fait aussi partie intégrante des prestations de l'Entrepreneur la fourniture à pied d’Œuvre, le
montage, la fixation, les opérations de réemploi, le repliement de tous les éléments
nécessaires aux ouvrages spéciaux et coffrages y compris la préparation des surfaces d'appui,
les assises provisoires et le renforcement des ouvrages définitifs si nécessaire. Les prestations
de l'Entrepreneur comprendront aussi l'application des produits de démoulage des coffrages et
les ragréages autorisés par le Maître d’Œuvre.

- Définition des coffrages


Sous réserve des indications et précisions portées sur les dessins, il sera fait application des
prescriptions suivantes conformes à l'Article 51 du Fascicule 65-A du C.C.T.G. Les coffrages
seront classés en deux catégories :

- les coffrages ordinaires sui seront constitués de sciages de bois juxtaposés ou de


panneaux convenablement jointifs. L'écartement maximal des joints est de 2mm et la
dénivelée tolérée entre deux éléments voisins est de 3mm. Ces coffrages seront utilisés
pour coffrages perdus et parements cachés. Le matériau pour coffrage perdu sera
constitué de polystyrène expansé, d'isorel mou ou d'un matériau similaire,

- les coffrages soignés, constitués de sciages alignés, à arêtes vives, rabotés ou de


panneaux métalliques ou en contre plaqué suffisamment raidis et plans et dont le
réemploi est lié à une protection contre l'usure et à une remise en état avant chaque
réemploi.

Les découpes, répartition et orientation des joints devront être régulières et adaptés à la
géométrie de l'ouvrage.

L'écartement maximum des joints sera de 1mm et la tolérance de dénivelée, normalement à la


paroi, entre deux éléments voisins est de 2 mm.

Ces coffrages soignés seront utilisés pour tous les parements vus.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 88 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- Echafaudages et cintres
Les coffrages, échafaudages et cintres doivent pouvoir résister en toute sécurité à une pression
de 120 décanewtons au mètre carré de maître couple s'exerçant normalement sur toute pièce
exposée au vent.

Les pièces verticales des échafaudages seront fortement contreventées dans les diverses
directions.

Les pièces horizontales successives seront arrimées l'une à l'autre, de manière continue
jusqu'au deux extrémités où elles seront butées sur les maçonneries en place. Aucune pièce ne
sera simplement posée, sans dispositif de fixation. Aux points où des actions concentrées
s'exercent sur des pièces non pleines, des calages assureront l'étalement de ces actions et
préviendront le déversement.

On remédiera à tout défaut accidentel de centrage ; l'emploi de pièces faussées ou présentant


un jeu anormal est interdit.

Tous les vides qui se présenteraient entre les pièces jusqu'au jour de bétonnage seront bourrés
de mortier. Chaque semaine, l'Entrepreneur visitera et, le cas échéant, resserrera tous les
boulons.

L'Entrepreneur sera tenu d'apporter à ces ouvrages et à ses frais les modifications qui seraient
prescrites en cours de travaux par le Maître d’Œuvre dans l'intérêt de la sécurité.

Les échafaudages et cintres ne devront pas subir de déformations excédant deux centimètres
en quelque point que ce soit.

18.6 MISE EN ŒUVRE DES COFFRAGES

Les joints des parois devront être étanches à la laitance.


Les coffrages devront être propres ; avant humidification ou enduction d'un démoulant, ils
seront débarrassés de toutes souillures.

Les parois en bois subiront un arrosage prolongé avant bétonnage.

De manière générale, l'Entrepreneur devra apporter le maximum de soins pour que l'aspect
des parements soit de la meilleure qualité possible, que la couleur soit uniforme et qu'il n'y ait
aucune tâche ou défaut d'aspect dus au coffrage ou au bétonnage.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 89 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Les tolérances de réglage du coffrage sont indiquées à l’annexe du chapitre III.

TRAITEMENT DES PAREMENTS

Parements soignés ou fins, bruts de décoffrage

Ils devront être de teinte uniforme ; aucun nid de cailloux ne devra être apparent et tout
ragréage sera strictement interdit.

Ces parements ne devront présenter aucun des défauts suivants :

- arêtes mal dressées ou épaufrées,


- empreintes de panneaux de coffrage,
- traces de laitance dues à des déformations de coffrage,
- fissures,
- bulles d'air apparentes,
- reprises visibles de bétonnage.

Il est interdit de laisser en attente des trous non prévus sur les dessins d'exécution ou de
refouiller un panneau de béton exécuté.
En cas d'hétérogénéité des teintes, les parements défectueux seront peints après nettoyage et
dégraissage par lessivage aux frais de l'Entrepreneur.

Des essais préalables de teinte des parements d'un même ouvrage devront être réalisés lors de
la réception définitive.

- Surfaces cachées (badigeonnées)

Les surfaces non vues et au contact des terres des ouvrages terminés seront ragréées, partout
où des nids de cailloux ou des fissures seront visibles et notamment aux reprises de bétonnage
puis seront badigeonnées de trois (3) couches d'un produit répondant aux spécifications
définies au chapitre II du présent CPT.

Le badigeonnage sera effectué conformément aux recommandations du fournisseur du


produit.
- Surfaces non coffrées
Les dispositions des Articles 74.4 et 74.6 du Fascicule 65-A du C.C.T.G. sont applicables.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 90 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- Reprise du bétonnage

L'Article 74.3 du Fascicule 65-A du C.C.T.G. est applicable.

- Contrôles

Les tolérances d'implantation, dimensions et tracé des ouvrages sont indiquées au tableau en
annexe et en fin du chapitre III.

En cas de non conformité de tout ou partie de l'ouvrage aux stipulations du marché, les
reprises d'imperfections ou malfaçons seront réalisées conformément à l'Article 77.2.4 du
fascicule 65-A du C.C.T.G.

Article 19 PETITS OUVRAGES D’ART EN BETON ARME et


OUVRAGES D'ASSAINISSEMENT

19.1 CANIVEAUX ET OUVRAGES DIVERS EN BÉTON

La mise en œuvre des caniveaux en béton, des dalots, des ouvrages particuliers de
raccordement entre les caniveaux et, d'une manière générale, de tous les ouvrages divers en
béton armé relatifs à l'assainissement, sera faite conformément aux règles de l'art et en
respectant les prescriptions des chapitres II et III du présent CPT.

19.2 TERRASSEMENTS POUR OUVRAGES

- Fouilles pour ouvrages


Sont considérées comme "fouilles" tous les déblais exécutés au droit des ouvrages.

La tolérance qui donne lieu à l'application du paragraphe 2 de l'Article 9 du Fascicule 68, titre
1 du C.C.T.G., est égale à dix (10) centimètres.

Tous les fonds de fouilles devront être soumis à l'inspection du Maître d’Œuvre en vue de son
approbation pour la suite des opérations.

Le fond des fouilles sera compacté de façon que sa densité sèche atteigne sur trente (30)
centimètres de profondeur au moins quatre vingt douze (92) pour cent de l'Optimum Proctor
Modifié.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 91 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Les matériaux en provenance des fouilles seront soit laissés sur berges pour être réutilisés au
remblaiement des fouilles, soit mis en dépôt définitif, suivant les indications du Maître
d’Œuvre.

Les fouilles seront descendues aux profondeurs requises pour la construction des ouvrages.
Les cotes correspondantes seront indiquées sur les plans d’exécution. L'Entrepreneur veillera
à ne pas perturber le terrain naturel au-dessous de ces cotes.

La profondeur de fouilles pourra être modifiée par le Maître d’Œuvre s'il apparaît que la
portance du sol au niveau prévu est insuffisante pour supporter l'ouvrage.

En cas de dépassement des cotes indiquées ou perturbation du terrain, l'Entrepreneur


remblaiera et compactera le fonds de fouilles selon les instructions du Maître d’Œuvre avant
de commencer toute autre opération. En cas de perturbation du terrain, juste au-dessous de la
fondation, l'Entrepreneur procédera à l'enlèvement des matériaux déplacés, au compactage du
fond de fouilles et au rattrapage du niveau prescrit à l'aide de béton maigre B 16. Ces
opérations seront à la charge de l'Entrepreneur.

L'Entrepreneur évitera toute entrée d'eau dans les fouilles et, en cas d'entrée d'eau, il
procédera à l'évacuation rapide de cette eau. Si, dans ce dernier cas, le terrain d'assise se
trouve perturbé, l'Entrepreneur procédera, à ses frais, à l'excavation des matériaux perturbés et
au remplacement par des matériaux de bonne qualité.

Les matériaux des fouilles impropres à une réutilisation en remblais ou en excès seront mis en
dépôt sur des aires prescrites par le Maître d’Œuvre.

L'Entrepreneur devra soumettre à l'agrément du Maître d’Œuvre les marques types,


caractéristiques, âge et nombre des matériels qu'il se propose d'utiliser et les dispositions qu'il
compte prendre pour assurer la vidange des fouilles, l'étanchement de leurs parois et le
complet épuisement des eaux souterraines, ainsi que leur évacuation jusqu'aux exutoires où
elles pourront être reçues.
Il n'est pas fixé de débit permanent maximal contractuel d'épuisement.

- Remblais techniques des ouvrages


Les matériaux pour les remblais techniques des ouvrages transversaux ou longitudinaux
devront répondre aux spécifications imposées au chapitre II pour la couche de fondation.

Le démarrage des travaux de remblaiement sera soumis dans tous les cas à l'approbation du
Maître d’Œuvre après inspection du site.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 92 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Réglage des matériaux
Le réglage des matériaux devra s'effectuer par bandes parallèles à l'axe longitudinal de
l'ouvrage et par couches horizontales régulières n'excédant pas 0,25 m d'épaisseur. Le
remblayage en talus est interdit.

Dans la zone intérieure des massifs de butée, la circulation des engins à pneus et de tous les
engins lourds de chantier est interdite. Le réglage des matériaux ne pourra être effectué qu'à
l'aide d'engins légers à chenilles adaptés au contexte (dans tous les cas de moins de 10t) ou
manuellement.

La montée des engins de part et d'autre de l'ouvrage se fera de manière symétrique et sur
l'ensemble de leur emprise, simultanément des deux côtés ou alternativement d'un côté puis de
l'autre, de telle sorte qu'à aucun moment la différence de niveau entre les matériaux mis en
œuvre n'excède 0,25m.

L'Entrepreneur prendra les dispositions nécessaires (légères pentes transversales et


éventuellement longitudinales, réalisation et entretien d'ouvrages provisoires de drainage,
fermeture de la plate-forme, etc.) pour éviter toute stagnation d'eaux pluviales, étant entendu
que l'écoulement de ces eaux doit toujours se faire vers l'extérieur.

Compactage des matériaux


Le compactage des matériaux devra être effectué par bandes parallèles à l'axe longitudinal de
l'ouvrage ; l'épaisseur des couches à compacter ne devra pas excéder 0,25m.

Dans les zones prescrites par le Maître d’Œuvre, le compactage des matériaux sera effectué au
moyen de petits engins, du type plaques vibrantes, ou rouleaux vibrants de petit format dont la
charge statique par unité de largeur du rouleau vibrant n'excède pas 0,10 k N/cm.

Dans les autres zones, le compactage sera réalisé au moyen de rouleaux à pneus dont la
charge statique par roue n'excède pas 40 kN (limitation aux rouleaux à pneus de la classe P1
du Guide Technique pour la réalisation des remblais et couches de forme du SETRA) ou au
moyen de rouleaux vibrants dont la charge statique par unité de largeur du cylindre vibrant
n'excède pas 0,25kN/cm (limitation aux rouleaux vibrants de la classe V1 de la
"Recommandation pour les Terrassements Routiers").

Toutes les parties de remblais techniques des ouvrages seront méthodiquement compactées :
- la densité sèche des remblais en place devra atteindre au moins quatre vingt quinze pour
cent (95%) de la densité sèche à l'Optimum Proctor Modifié (pour 95% des mesures).

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 93 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Cette disposition est vérifiée par le contrôle intérieur avec au moins trois mesures par
couche. Le contrôle extérieur effectue à son gré et de manière inopinée les essais de
vérification qu’il juge utiles, le cas échéant de façon contradictoire.
- L'Entrepreneur soumettra à l'acceptation du Maître d’Œuvre avant l'exécution des
remblais techniques des ouvrages les conditions de mise en œuvre (épaisseur maximale
des couches élémentaires) et de compactage qu'il se propose d'adopter en fonction
notamment de la partie concernée des remblais, des qualités exigées pour celle-ci après
compactage, des matériels utilisés et de la nature et de l'état des matériaux.

Article 20 Protection et divers

20.1 BORDURES

Les bordures seront réalisées conformément aux dispositions du chapitre II. Elles seront
posées sur lit de pose et de calage en béton B20, selon les plans. Le mortier à utiliser pour les
joints est dosé à 450 kg de ciment par m3 (M 450).

20.2 PERRÉS MAÇONNÉS

Les perrés maçonnés ne seront exécutés que sur ordre du Maître d’Œuvre, lorsque celui-ci
aura estimé les remblais stabilisés. Le mortier à utiliser pour hourder la maçonnerie est dosé à
450 kg de ciment par m3 (M 450).

Les perrés maçonnés auront une épaisseur minimum de 0,30 m.

Les moellons, de roche massive uniquement à l’exclusion des moellons latéritiques, sont
posés sur un lit de béton frais (B16) de 5 cm d'épaisseur refluant de tous cotés, serrés les uns
contre les autres aussi régulièrement que possible. Les vides entre les moellons sont remplis
au moyen de pierrailles hourdées dans du mortier M 450. Les moellons sont abondamment
mouillés avant leur emploi.

Les joints sont maçonnés au mortier M 450. Les parements sont jointoyés à joints creux,
serrés, lissés et séchés sous la truelle "langue de chat" en suivant l’avancement des travaux.
Lorsque le mortier a fait prise, la maçonnerie est lavée à grande eau.

En général , sauf avis contraire du Maître d’Œuvre, la butée en pied de talus est assurée par
une bêche de 40 cm de profondeur et de 30 cm de largeur réalisée avec du béton B 25, le cas
échéant armé.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 94 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
20.3 ENROCHEMENTS
Des enrochements de protection de granulométrie 100/300 ou 250/500 sur des talus en
remblai soumis à une forte érosion d'eaux de ruissellement, selon les instructions données par
le Maître d’Œuvre et les plans d’exécution approuvés.

Les blocs seront disposés de telle façon qu'ils soient auto-bloqués.

Les blocs proches des structures seront posés et non déversés afin de ne pas abîmer les
ouvrages en béton.

Article 21 SPECIFICATIONS PARTICULIERES RELATIVES AUX


BATIMENTS DE LA STATION DE PESAGE

21.1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Les travaux et services concernent la réalisation des Infrastructures ci-après :


– Station de pesage
– Hall de stockage
– Fourniture du matériel de pesage

L’ensemble des travaux sera exécuté conformément au devis estimatif et les présentes
spécifications techniques.

21.2 DESCRIPTION DES TRAVAUX

- Travaux Neufs
La réalisation des ouvrages a été conçue suivant le principe constructif classique comprenant
une ossature en béton armé constituée des poutres, poteaux et des semelles isolées et la
maçonnerie en agglomérés de ciment pour remplissage et cloisonnement intérieur.

- Mode d’exécution des travaux

Les travaux seront exécutés à l’entreprise générale et comprennent les corps d’états suivants:
– Terrassement
– Gros-Œuvre et maçonnerie
– Charpente – Couverture – Plafonnage
– Menuiseries extérieures et intérieure y/c grillage moustiquaire
– Peinture

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 95 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
– Electricité
– Plomberie sanitaire.

21.3 BASES DE CALCUL

La réalisation des travaux est astreinte au respect des textes législatifs, administratifs et
techniques en vigueur en République du Tchad notamment les spécifications techniques des
D.T.U, les prescriptions techniques du C.S.T.B.
Béton armé :
– Règles Techniques de Conception et de Calcul des Ouvrages en Béton Armé aux
états limites Règles BAEL 91.
– Constructions Métalliques
– Règles de calcul CM66
Sollicitations climatiques :
– Règles définissant les effets de vents dites règles NV 65.
Evaluation des charges permanentes et des surcharges d’exploitation :
L’évaluation des charges permanentes et des surcharges d’exploitation sera déterminée à partir
de :
– la norme NF P 06 – 004 pour les charges permanentes et les charges d’exploitation dues
aux forces de la pesanteur
– la norme NF P 06 – 001 pour les charges d’exploitation des bâtiments

21.4 IMPLANTATION DES OUVRAGES

- Implantation
L’Entrepreneur est responsable de l’implantation des ouvrages et il est également responsable
des niveaux, alignements et dimensions des ouvrages exécutés selon les indications du plan
d’implantation et du plan de masse.

En cas d’erreur d’implantation ou de nivellement, l’Entrepreneur sera tenu d’exécuter à ses


frais et quelle que soit leur importance tous les travaux nécessaires au rétablissement des
ouvrages dans leur position prévue.
L’Entrepreneur fera tous les relevés qu’il jugera nécessaires et demeurera responsable des
conséquences de toute erreur de mesure, quelle que soit l’origine du plan et des calculs.

Le maître d’œuvre ou son représentant se réserve le droit de procéder à ses frais à des
vérifications périodiques des différents axes et éléments d’implantation ou de nivellement des
ouvrages.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 96 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- Bornes et repères

Dès l’ouverture du chantier, l’Entrepreneur sera tenu de reconnaître, en présence de


l’Ingénieur, les repères généraux de triangulation et de nivellement et de mettre en place des
repères principaux en vu de l’implantation des ouvrages.
Une cote fictive ou niveau fini du plancher sera matérialisée et maintenue sur le chantier ou à
proximité pour une bonne réalisation des cotes de niveau.
Les incidences financières sont réputées incluses dans l’offre de l’Entrepreneur.

21.5 TERRASSEMENT

- FOUILLES EN PUITS
Elles concernent l’extraction des terres pour la construction des ouvrages en fondation.
L’ouverture des fouilles ne sera pas inférieure à 100 cm x 100 cm pour les facilités de mise en
œuvre. Les fonds de fouilles seront débarrassés des roches, des anciennes fondations et de
toute poche de terre plus compressible que le sol environnant.

- Fouilles en tranchée
Elles concernent l’extraction des terres pour la construction des ouvrages de soubassement.

- Remblai des fouilles


Remblaiement des fouilles après exécution des travaux de fondation jusqu’au niveau du
terrain naturel par des matériaux de bonne qualité ne comprenant ni de gravois, de terre
végétale ou de mauvaises terres.

Les matériaux proviendront des fouilles et la mise en place s’effectuera par couches
successives de 20 cm d’épaisseur arrosées et compactées.

- Remblais sableux
Il concerne tous les fonds de fouilles en rigoles, en pleine masse et sur toute l’emprise des
bâtiments sur une hauteur de 20 cm. Les remblais sableux seront soigneusement compactés
par couches successives de 10 cm y compris toutes sujétions. Les épaisseurs de remblais
seront selon la disposition des sols intérieurs et la plate – forme sera livrée à – 0,10 m du
niveau fini du dallage.

- Prescriptions générales
L’Entreprise est censée avoir une connaissance des lieux afin de comprendre tous les aléas et
contraintes de chantier. L’Entrepreneur se soumettra aux conditions d’exécution des travaux
suivant les normes des Documents Techniques Unifiés (DTU) en vigueur.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 97 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Tous les travaux de fouilles seront dus dans leur totalité et comprendront toutes sujétions
notamment:
– étaiement
– épuisement
– dressement des parois
– blindage
– réglage des fonds de fouilles aux cotes définitives

Les fouilles en puits seront poursuivies jusqu’au bon sol d’assise des fondations suivant les
conclusions des études de sol à entreprendre par le Laboratoire des Bâtiments et des Travaux
Publics. Préalablement au commencement des travaux de gros-œuvre en infrastructure, les
fonds de fouilles soigneusement nivelées et dressées seront soumis à la réception du maître
d’œuvre.

- Conformité au cahier des clauses techniques


L’Entrepreneur s’engage à réaliser et exécuter sans dérogation les travaux décrits dans le
présent Cahier des Prescriptions Techniques conformément aux spécifications techniques, aux
règles de calcul et de conception susmentionnées ainsi qu’aux normes en vigueur. Les
ouvrages dont la réalisation n’est pas conforme aux présentes clauses seront démolis ou
déposés aux frais et à la charge de l’Entrepreneur à la première demande de l’Ingénieur.

21.6 GROS-OEUVRE

- Béton de propreté
Béton B16 dosé à 150 kg de ciment pour forme de propreté de 5 cm d’épaisseur minimale y
compris toutes sujétions d’exécution et de mise en oeuvre.

La surface du béton de propreté sera calculée selon l’emprise des semelles avec un
débordement de 5 cm de part et d’autre.

Localisation : Au dessous de tous les ouvrages en béton armé de fondation reposant


directement sur le sol et tous ouvrages de soubassement.

- Semelles
Les fondations seront conçues en fonction des charges à transmettre et de la contrainte de
travail de sol d’assise déterminée après étude géotechnique du sol par le laboratoire.

Mise en oeuvre : Béton B30 dosé à 350 kg de ciment pour ouvrages horizontaux coulés sur le

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 98 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
sol ou sur forme et comprenant coffrage, ferraillage, pervibration et toutes sujétions
d’exécution. Pour les dimensions et le ferraillage, se référer aux plans de structure béton armé
à établir par l’Entreprise et approuvés par le Maître d’œuvre.

- Amorce de poteaux
Mise en oeuvre : Béton B30 dosé à 350 kg de ciment comprenant boisage, coffrage,
ferraillage, pervibration et toutes sujétions d’exécution. Pour les dimensions et le ferraillage,
se référer aux plans de structure béton armé à établir par l’Entreprise et approuvés par le
Maître d’œuvre.
- Longrines
Mise en œuvre : dito

- Poteaux en élévation
Mise en œuvre : dito

- Chaînages et linteaux
Mise en œuvre : dito

- Dallage
Mise en oeuvre :
Forme en sable anticontaminante de 10 cm d’épaisseur après arrosage et damage.
Film polyane d‘épaisseur 150 à 200 microns
Béton de forme dosé à 300 kg de ciment, épaisseur 10 cm, ferraillage par treillis soudé ou
acier haute adhérence disposé en deux nappes y compris fragmentation en éléments de petites
surfaces et joints dans les deux directions. Le dallage devra être indépendant du gros-œuvre et
découpés par des joints de dilatation et des joints de retrait. Les joints de retrait délimiteront
une surface n’excédant pas 25 m2.

Localisation : selon plan

21.7 MACONNERIES – ENDUITS

Toutes les maçonneries seront réalisées en agglomérés creux ou pleins et devront répondre
aux prescriptions de la norme P 14 301. Les différentes épaisseurs sont indiquées par les
cotations des plans et coupes.

L’Entrepreneur devra veiller au bon arrosage des agglos avant la mise en œuvre de manière à
éviter la dessiccation. Les agglos seront posés en quinconce de manière à éviter la
superposition de 2 joints verticaux. Par ailleurs, les joints de mortier horizontaux et verticaux

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 99 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
ne devront pas avoir plus 0,01m d’épaisseur.

Toutes les maçonneries seront hourdées au mortier de ciment dosé à 300 kg de ciment. Les
poteaux et raidisseurs en béton armé seront coulés après montage des maçonneries de façon à
assurer un harpage efficace. Les joints devront être parfaitement bourrés.
- Agglo. pleins
Pour les parties enterrées.
- Agglo. creux
Pour les murs de remplissage et les cloisons.

- Enduits
L’Entrepreneur exécutera tous les enduits intérieurs et extérieurs tels que définis ci-dessous.
Les enduits au mortier de ciment seront parfaitement dressés de 0,15 cm d’épaisseur. Sur les
surfaces à enduire, exécution d’un revêtement en trois couches parfaitement dressés et
talochés comprenant :
o un gobetis au mortier de ciment dosé à 500kg/m 3 de sable
o un corps d’enduit au mortier de ciment dosé à 350 kg/m3 de sable
o une finition type tyrolien ou lissée selon le cas

A appliquer sur tous les agglos et ouvrages en béton armé en extérieur et en intérieur.
L’épaisseur minimale des enduits sera de 15 mm.

- Chape
Mise en oeuvre : Chape au mortier de ciment B30 dosé à 400 kg de ciment dressée et lissée
Sol intérieur et passages extérieurs

21.8 SPECIFICATIONS GENERALES DES MATERIAUX


- Granulats
Article 2.1 D.T.U n° 20 et règles B.A.E.L 91
Les matériaux proviendront de roches stables, inaltérables à l’eau et à l’air ne contenant pas
d’impuretés nuisibles au béton ou aux armatures. Il pourra être fait usage soit de granulats
roulés, soit de granulats concassés.

Ils peuvent provenir soit de roches concassées, soit directement de gisements naturels
sélectionnés. Dans ce dernier cas, l’Entrepreneur est tenu de demander à l’ingénieur
l’agrément des gisements qu’il envisage d’exploiter.

La prospection des sables et agrégats est à la charge totale de l’Entrepreneur.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 100 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Toutes les dispositions seront prises pour que ces matériaux ne soient pas mélangés avec des
matériaux indésirables.

Chaque classe de granulats propres sera stockée séparément ; les aires de stockage seront
munies de cloisons adéquates afin d’éviter que les différentes classes ne se mélangent.

En toutes circonstances, l’Ingénieur aura la possibilité de faire conduire à la décharge, aux


frais de l’Entrepreneur, des matériaux qu’il jugera non conformes aux prescriptions du présent
CPT.

Le sable devra être exempt d’argiles, limons, vases et matières solubles organiques.
La courbe granulométrie sera comprise dans l’intervalle 0.25 à 3.15mm. Les équivalents de
sable seront supérieurs à 90. La proportion d’impuretés et d’éléments fins ou solubles
susceptibles d’être éliminés par essai de décantation devra être inférieure à 1%.
Les graviers roulés ou concassés, dont les dimensions seront comprises entre 5 et 25mm,
devront provenir de la roche dure compacte et non schisteuse.

Le rapport (d+D)/2 sera compris entre 30 et 70.

La proportion pondérale maximale du passant au tamis de 2mm ne doit pas être inférieure à
1.5% et la proportion de matières susceptible d’être éliminée par décantation ne devra pas
dépasser 1%.
Normes NF-P 18.303
L’eau employée pour le gâchage des mortiers et bétons devra contenir :
-moins de 2 grammes/litres de matières en suspension ;
-moins de 2 grammes/litres de sels dissous,
-être exempt de matières organiques et de chlore.

L’Entrepreneur veillera à protéger les réservoirs et bacs à eau contre les élévations de
température. L’Ingénieur pourra arrêter la fabrication des mortiers et bétons s’il juge que la
température de l’eau est trop élevée
(Température supérieure à 35°).
- Ciment
Le ciment utilisé sera en règle générale du ciment PORTLAND CPJ 35 pour les travaux de
maçonnerie et CPJ 45 pour les ouvrages courants en béton armé.

Le ciment sera livré en sacs d’origine. Le réensachage est formellement interdit ainsi que les
récupérations de poussière de ciment pour tout béton ou mortier.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 101 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Le stockage doit se faire dans des locaux à l’abri de l’humidité et bien ventilés sur des
planchers en bois sec à au moins 10cm au dessus du sol. Le stockage des sacs doit être
systématiquement organisé de manière à ce que la durée de stockage n’excède pas les trois
mois.

Les ciments ne pourront être utilisés qu’après avoir été appréciés comme sains par
l’Ingénieur.

- Armatures
Les armatures devront être exemptes de tous corps gras, seule une légère oxydation naturelle
sera tolérée. Elles seront mises en œuvre selon les plans approuvés par le Maître d’œuvre.
Elles seront parfaitement enrobées et ne devront en aucun cas se déplacer au coulage du
béton.
Les aciers à mettre en œuvre doivent être neufs, parfaitement propres, sans trace de rouille, de
peinture, de graisse, de ciment ou de terre. Les aciers doivent être exempts de tout défaut
nuisible à leur emploi.

21.9 MISE EN ŒUVRE DES OUVRAGES


- Confection des bétons
Les bétons seront impérativement confectionnés de manière mécanique par des bétonnières
prévues dans l’offre de l’Entrepreneur. Le gâchage manuel est interdit. Préalablement à la
confection des bétons, l’Entrepreneur devra impérativement faire entreprendre à sa charge les
études de formulation du béton par le Laboratoire des Bâtiments et des Travaux Publics. Les
résultats de ces études seront soumis à l’Ingénieur deux semaines avant le début des travaux
de gros-œuvre.
Les installations pour la fabrication du béton seront soumises à l’approbation préalable de
l’Ingénieur qui pourra éventuellement imposer à l’Entrepreneur d’améliorer lesdites
installations si la qualité des bétons produits n’est pas conforme aux prescriptions techniques.
La capacité des installations devra être suffisante pour permettre de suivre la cadence prévue
par le planning de réalisation des ouvrages.

- Bétonnage
Aucun bétonnage ne pourra commencer sans l’autorisation de l’Ingénieur. Avant tout
bétonnage, l’Entrepreneur est astreint de faire réceptionner les fonds de fouille, les éventuelles
reprises de bétonnage ainsi que les coffrages, étayages par l’Ingénieur. Le mode de mise en
œuvre des bétons devra être soumis à l’agrément de l’Ingénieur.
Aucun bétonnage ne pourra commencer avant que l’Ingénieur n’ait contrôlé les diamètres des
armatures, le nombre, la disposition des armatures, la conformité aux plans d’exécution ainsi
que la rigidité et l’étanchéité des coffrages.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 102 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Tous les bétons seront vibrés mécaniquement dans la masse de telle sorte que pour atteindre
une compacité maximale et éviter la ségrégation du béton. La pervibration manuelle est
interdite.
La hauteur de chute libre du béton dans les coffrages ne doit pas excéder 1,50 mètres.

21.10 CHARPENTE – COUVERTURE – PLAFONNAGE

- Charpente
Les charpentes seront en bois et constituées de fermes assemblées par visage selon les plans
et les coupes du bâtiment, avec des pannes filantes des contreventements.

La section des éléments de l’ossature sera déterminée après les calculs nécessaires qui doivent
être conduits pour que les charpentes résistent à un vent d’une vitesse au moins égale à 150
km/heure. Leur fixation sur les éléments en béton armé ne devra pas provoquer des fissures
dans le béton.

La qualité des profils de charpente et des éléments en bois doit être conforme aux normes en
vigueur. Les éléments de charpente en bois recevront un traitement fongicide.

- couverture
Les couvertures sont prévues en bac aluminium d’épaisseur 6/10 y compris tous accessoires,
et sujétions de pose, notamment l’interposition du feutre bitumineux entre tôle et charpentes
et maçonnerie des murs pignons et la fixation des éléments au moyen de tire-fonds munis de
rondelles plastiques pour assurer l‘étanchéité. Le mode de pose et de fixation devrait
impérativement tenir compte des vents dominants.
Les tôles faîtières seront installées dans les cas ou le type de jonction en justifie la pose.

- faux – plafond
Mise en oeuvre : Ensemble de faux plafonds en contreplaqué de 4 mm y compris pose de
solivage croisée en bois par chevrons de 80x80 y compris toutes sujétions d’exécution. Les
plaques de contreplaqué seront posées de façon à avoir les joints en creux sur les chevrons.
Des trappes de visite 60x60 pour accès éventuel aux réseaux d’alimentation ou d’évacuation
sont à prévoir. Les lattes de contour délimiteront la périphérie du faux-plafond.

21.11 MENUISERIES EXTERIEURES ET INTERIEURES

- prescriptions générales
Pour l’exécution des présents travaux, l’entrepreneur soumettra à l’Ingénieur un échantillon
de chaque type de menuiseries pour approbation préalable.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 103 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Tous les bois mis en œuvre doivent être secs, soins droits de fil, parfaitement poncés et
exempts de tous vices ou défauts et devront être traités au produit anti-termite agréée. Les
bois devront provenir des essences suivants : limbo, niango, iroko pour les feuilles dures et
l’okoumé pour les feuilles tendres.
Les bois devront recevoir au préalable un traitement fongicide et insecticide.

Toutes les menuiseries extérieures devront être parfaitement étanches à l’eau et à l’air même
par des pluies fouettant et vent violents. Toutes les menuiseries métalliques seront exécutées à
partir des profilés courants en cornière.

Les ouvrages seront posés avec la plus grande exactitude tant en aplomb niveau et calage.

- menuiserie métallique
Toutes les portes et fenêtres métalliques seront exécutés par un ensemble constitué de cadre
en profilé de commerce. Les portes doivent avoir une partie basse en tôle pleine d’acier de
20/10e sur une hauteur d’environ 0,60 mètre.

Les portes et fenêtres métalliques dont les dimensions sont indiquées sur les plans seront
équipées de serrures à canon de marque vachette ou similaire, de la quincaillerie pour les
sujétions de fixation, de condamnation et de manœuvre.

- Porte Métallique Persienne


Porte Métallique Persienne à un vantail et à deux vantaux ouvrant à la française y compris
moustiquaire, la fourniture des accessoires de pose, serrage et de montage.

- Fenêtre Métallique Persienne


Fenêtre Métallique Vitrée Persienne à deux vantaux à lames fixes ou orientables y compris
moustiquaire, la fourniture des accessoires de pose, serrage et de montage.

- Châssis vitrés métalliques


Tous les châssis sont métalliques vitrés moustiquaire. Les dormants sont exécutés à partir de
profilés métalliques de la même façon que pour les portes et fenêtres métalliques.
Les châssis métalliques pour porte doivent avoir une partie basse en tôle pleines de 20/10 e et
les 2/3 supérieures vitrées y compris traverses métalliques. Les châssis métalliques pour
fenêtre seront entièrement vitrés. Il sera prévu une traverse métallique au milieu quand la
hauteur de la baie dépasse 0,70 m.

L’Entrepreneur est tenu d’accorder une particulière attention aux réglages suivants avant

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 104 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
fixation.
– vérification de l’équerrage des cadres,
– vérification des jeux entre dormant et auvent ;
– contrôle des joints d’articulation et de rotation,
– réglage des ouvrants. Toutes les sujétions de pose de fixation et de manutention sont
inclus. Les poignets de fermeture doivent être en acier galvanisé type couvrant.

- Grille de ventilation
Elle sera en métal constituée de lames persiennes et conçues de la manière identique à celle
des fenêtres métalliques persiennes. Les grilles sont fixés et centrés dans la maçonnerie par
des lattes de fixation de 15cm de longueur. Les dimensions sont indiquées sur le plan de détail
des menuiseries.

21.12 MENUISERIE BOIS


Portes isoplanes restées rigides, stables, indéformables et de surface unie. Les dormants
doivent être métalliques, vantail type isoplane à parois planes en contreplaqué de 5mm,
épaisse totale de 40mm. Elles auront des renforcements destinés à recevoir les serrures
targettes, verrais, loqueteaux, ainsi que toutes quincailleries de fermeture. Elles seront à
peindre ou à vernir sont prévues des portes isoplanes à un vantail ouvrant à la française,
équipée de serrure à canon y compris toutes sujétions de pose de fixation et de
condamnation . Les dimensions sont portées sur les plans.
Mise en oeuvre : Ensemble constitué d’une ossature en bois blanc assemblée à tenons et
mortaises, remplissage intérieur à lamelles, habillage des deux faces en contre – plaqué,
quincaillerie et serrurerie.

21.13 HUISSERIES
Réalisées à partir de profilés métalliques d’épaisseurs et profil conformes aux dispositions de
calepinage et en fonction de la largeur des baies prévues à la vue en plan. Les huisseries
seront préalablement traitée au minium de plomb et équipées des accessoires suivants:
– les ferrages pour paumelles seront prévus au nombre de 3 (bas, central et haut) pour
chaque vantail
– les pattes à scellement par montant et une patte supplémentaires sur traverse pour les
portes de plus d’un mètre de largeur
Mise en œuvre : Les huisseries sont prévues pour équiper toutes les portes isoplanes et
métalliques.

21.14 SERRURERIE
Toutes les portes seront équipées de serrures à canon de marque vachette ou des serrures à
mortaise de la série produites par les établissements Bricard ou similaire.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 105 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
L’Entrepreneur devra présenter au préalable à l’ingénieur l’échantillon de cet article avant la
pose.

21.15 ELECTRICITE

Sont compris dans ce chapitre le branchement au générateur et à l’installation solaire,


l’installation d’un compteur et la niche qui l’abrite, le raccordement du câble d’alimentation
du tableau général, les tableaux de distribution secondaire, les appareils d’éclairage,
l’installation des fileries pour l’alimentation des appareillages.

Le générateur sera installé à l’emplacement indiqué par le Maître d’œuvre à proximité

L’entrepreneur est tenu de présenter un plan d’installation et d’assurer la fourniture et les


travaux nécessaires à la réalisation et à la mise en fonctionnement des appareils et
appareillages, les tranchées, les saignées et busages ainsi que les divers câblages et mesures
qui seront demandés par l’Ingénieur et mettra à sa disposition les matériels de contrôles.
L’entrepreneur est tenu de prendre connaissance de toutes les normes en vigueur pour
l’exécution du présent chapitre en particulier les normes en vigueur en République du Tchad
et la norme française concernant les installations, la sections des câbles, les modes de pose
des équipements et de sécurité des personnes et matériels. Il sera porté une attention
particulière aux spécifications relatives aux installations électriques dans les salles d’eau
(exigences de sécurité spécifiques).
Un dimensionnement précis de l’installation solaire devra être effectué, aux frais de
l’entrepreneur, par un organisme agréé par le Maître d’œuvre.

Dans ces ouvrages tous les circuits doivent être protégés par des disjoncteurs acceptés en
République du Tchad et repérées (les circuits) par étiquette.

L’entrepreneur est tenu de fournir tous les appareils décrits dans le devis estimatif et
d’assurer l’installation des câbles ainsi que leur bon fonctionnement suivant les règles de l’art,
et de prendre toutes les dispositions que ces appareils soient de bonne qualité et répondre à la
garantie annuelle.
- Circuit d’alimentation
La distribution et le circuit d’alimentation des appareils et équipements électriques seront
réalisés par des câbleries de section 1,5 mm 2 pour l’éclairage et de 2,5 mm2 pour les prises. Le
principe de distribution des différents équipements sera précisé par les schémas à établir aux
frais de l’entrepreneur et à proposer au maître d’oeuvre avant le début des travaux.

Les câbles seront calculés pour supporter la puissance maximale de l’installation qu’ils

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 106 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
desservent. Ils devront être adaptés aux conditions ambiantes et de pose.

- Mise à terre
L’entrepreneur doit aussi procéder à la mise à la terre de l’ouvrage et liaisons équipotentielles.
Tous les appareils sanitaires et les masses métalliques seront mises à la terre par un
ceinturage à fond de fouille du bâtiment par un cuivre nu de 25 mm² de section. Ce ceinturage
sera relié au quadrillage métallique du dallage et débouchera sur un piquet de terre (barre de
cuivre) enterré.
- Tableau Général Basse Tension (TGTB)
L’Entrepreneur devra présenter dans un délai n’excédant pas un (1) mois après la notification
du marché le schéma du TGBT. Le TGBT sera constitué d’éléments préfabriqués en tôle avec
commande en façade et comprendra :
– la partie arrivée du transformateur sur disjoncteur débrochage
– le départ assuré par disjoncteur de type fixe et protection différentielle
Chaque jeu de barres comprendra en outre un voltmètre avec commutateur, trois
ampèremètres et un voyant de présence de tension.

- Petits appareillages
Les interrupteurs, les prises de courant seront de type à encastrer.

- Luminaires
Les luminaires solaires seront sous forme de réglette en plafonnier de 1,20 m y compris tube
fluo et hublot plafonnier pour les sanitaires et les couloirs. Ils devront être de type
économiques (lampes compactes fluorescentes CFL).

- Brasseurs d’air plafonniers


Dans les locaux indiqués sur le plan électricité seront installés des brasseurs d’air avec boîtier
de commande de vitesse (3 au moins) y compris le raccordement électrique.

- Installation solaire
L’installation solaire est destinée pour l’éclairage du bâtiment de la station de pesage et du
hangar. Le système sera couplé à un générateur (groupe électrogène) pour la fourniture de
l’énergie nécessaire au fonctionnement des appareils de pesage et de la pompe hydraulique.

Le système de générateur solaire devra comporter les éléments suivants (ou équivalent) :
- 4 panneaux photovoltaïques polycristallins de 100 Wc chaque, conformes à la norme NF
EN 61215
- Un régulateur de charge 24 V type AECA
- Des batteries

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 107 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- Un convertisseur DC/AC
- Le système de châssis adapté

21.16 PEINTURE – REVETEMENT


- Consistance
Exécution de tous les travaux de peinture intérieures et extérieures ainsi que tous les travaux
annexes et accessoires nécessaires à une parfaite mise en œuvre.

Les travaux ne seront entrepris que sur des subjectiles parfaitement secs. Ils seront
débarrassés des poussières des projection de ciment, tâches de graisse etc.…

Avant tout commencement des travaux l’entrepreneur est tenu de procéder son autorité du
Main d’œuvre à l’examen des surfaces à peindre.
L’accord de l’Ingénieur ne sera notifié à l’entrepreneur que lorsque les travaux préparatoires
sont totalement réalisés.

- Travaux préparatoires
Nettoyage du support dépoussiérage, ponçage des supports. Le support doit être débarrassé de
tous clous. Les trous doivent être bouchés et la surface du subjectile devra être plane, lissé et
ne présente aucune aspérité.

- Peinture vinylique
Mise en œuvre : - Brossage, égrenage et époussetage des supports
- Application d’une couche d’imprégnation
- Application d’une couche d‘impression
- Application de 2 couches de peinture vinylique super
Detex ou similaire
- Finition aspect lisse mat velouté
Localisation : murs intérieurs, extérieurs et faux-plafond

- Peinture glycérophtalique
Mise en oeuvre : - Brossage, égrenage et époussetage
- Application d’une couche d‘impression
- Application de 2 couches de peinture glycéro
Localisation : murs intérieurs des pièces humides.

- Peinture pour sols


La peinture pour les sols devra répondre aux spécifications de la norme NF P74-203.
Mise en oeuvre : - Brossage, égrenage et époussetage

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 108 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- Application d’une couche d‘impression
- Application d’une couche de peinture

21.17 SPECIFICATIONS TECHNIQUES POUR L’ACQUISITION D’UN PESE


ESSIEU A BASSE VITESSE

Les présentes spécifications techniques concernent :


- La fourniture, l’installation et la mise en fonctionnement d’un système de pesage fixe
encastré capable de réaliser des mesures de charge de véhicules (PTC > 3.5 tonnes)
en statique et à basse vitesse, sans avoir à modifier l’installation du matériel mais
moyennant un choix au niveau du logiciel, y compris l’ordinateur de recueil de
données (unité centrale et moniteur), l’imprimante pour l’impression des données de
pesage et l’afficheur externe.
- Le certificat de réception de la dalle en béton support des pèses essieux, des capteurs
installés, de l’électronique de pesée en statique et en basse vitesse,
- Les notices et nomenclatures des différents éléments du système,
- Le suivi de l’installation et de la réception sur site des matériels,
- Un document de maintenance préventive et la formation du personnel chargé de
gérer et d’entretenir les équipements installés.

Important : l'administration disposera librement des versions exécutables des applications


développées. Le bénéficiaire lui fournira les procédures d’installation et l’ensemble de la
documentation technique.
Le matériel sera installé par le titulaire du marché retenu à l'issu de cette consultation, sur la
partie réservée aux poids lourds de la station de pesage au carrefour des routes Moundou –
frontière de Cameroun, et Moundou - Sarh.
Le matériel installé devra répondre aux prescriptions de l’OIML (Organisation Internationale
de Métrologie Légale) présentées dans les recommandations 134.1 et 134.2.

- Installation dans le site


Le plan du parking, la réservation de l’emplacement de la dalle, ainsi que les positions de
l'abri sont décrits par ailleurs.

- Calendrier des travaux


Le système de pesage sera installé au plus tôt 10 jours après la réalisation de la dalle béton,
décrites au paragraphe 2.2. Aucun poids lourd ne pourra circuler sur la dalle moins de 28 jours

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 109 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
après la réalisation de la dalle.

- Caractéristiques de l’aire de pesée


L’aire de pesée est composée d’une dalle plane en béton, d'une longueur de 50 m (y compris
la fosse contenant le pèse essieu) et d'une largeur de 4 m aura des écarts altimétriques
maximaux de +/- 3 mm autour du pèse essieu et +/- 5 mm sur le restant de la dalle. Le pèse
essieu sera installé au milieu de la dalle de béton (centré à 25 m de chacune de ses
extrémités). La dalle sera calculée et dimensionnée par le titulaire pour permettre la
circulation à basse vitesse de poids lourds ayant des charges à l’essieu de 25 tonnes. Le
titulaire sera responsable du dimensionnement de la dalle.
Le titulaire définira la position exacte du pèse essieu et les différentes longueurs des câbles de
liaison.
- Abri de protection des matériels
Le bâtiment servant d’abri permettant de protéger les matériels de pesée et pour l’opérateur
pour surveiller le bon déroulement de la pesée à basse vitesse est décrit par ailleurs. Le
titulaire définira également les longueurs des différents câbles entre les capteurs et
l’électronique.
- Chemin de câbles
Les dimensions et positions des fourreaux de passage des câbles d’alimentation et de
communication, pour le système de pesée, devront être définis par le titulaire. Aucun câble ne
devra être apparent depuis le pèse essieux jusqu’au bâtiment et ils seront protégés contre toute
agression mécanique et mis hors d’eau.
- Caches fosses
Les caches fosses utilisés pour combler le trou laissé par l’absence des pèses essieux seront
réalisés en acier galvanisé ou autre matériau résistant à la corrosion. Ils seront d’un poids
inférieur à 20 kg par unité. Ils seront facilement transportables et démontables par le
personnel de la station.
Un cadenas permettra de les fixer au châssis métallique du pèse essieu.
- Afficheur externe
L’afficheur externe sera placé dans le champ de vision du conducteur. Il sera protégé contre
les intempéries, les dégâts électriques, la foudre et sera protégé par un système contre le
vandalisme. Aucun câble ne sera apparent depuis l’afficheur jusqu'à l’ordinateur de traitement
des données, les câbles et gaines seront protégés contre les agressions mécaniques et
climatiques.
- Pression des pneus
Le titulaire fournira une installation complète de gonflage à air comprimé des pneumatiques y
compris les tables de gonflages en fonction des types de pneumatiques et de charges.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 110 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- Matériel informatique
Une unité informatique entièrement équipée de pesage sera fournie : Les capteurs de poids
seront reliés à une unité centrale de traitement électronique, placée dans la cabine, qui
analysera et interprètera les signaux reçus, mémorisant les informations de pesage de chaque
véhicule traité. Des câbles enterrés connecteront la plate-forme de pesée à l’unité
informatique, pour y transférer les mesures fournies par les capteurs. L’unité comprendra un
ordinateur pour le traitement des mesures de pesée à basse vitesse, un dispositif central de
saisie et de traitement des données par essieu, avec PC (au minimum Format Tour -
Processeur Intel Pentium de 4 à 3,4 GHz / 2 Mo / 800 MHz & HT, Mémoire RAM 512 Mo x
2 SDRAM, Disque dur de 80 Go SATA, DVD – CDRW Trois ports USB, Carte de réseau
Ethernet 10/100 avec RJ45, écran plat TFT de 17’’ en couleurs à haute définition et
imprimante pour l’édition du PV et la facturation de la surcharge, un onduleur 1000 VA, un
clavier étanche, un système d’exploitation dernière version (WINDOWS ou équivalent) et les
logiciels de bureautique et communication courant (traitement de texte, tableur, messagerie).
Le soumissionnaire pourra proposer – en les justifiant sur le plan technique et économique –
des configurations alternatives.
Le prestataire fournira un second ordinateur tout équipé (mêmes spécifications que si dessus)
avec les logiciels de bureautique et communication courant avec une imprimante laser noir et
blanc. Cet ordinateur servira aux services administratifs et à la production des rapports et des
statistiques de pesage.
- Système de pesage à basse vitesse
La station utilisera un système, permettant de mesurer le poids de chaque essieu et le poids
cumulatif d’un camion poids lourd. Le poids sera mesuré par des capteurs à jauge de
contraintes ou d’autres spécifications. Le pesage des essieux sera effectué par une seule plate-
forme de pesée qui abritera les capteurs de poids ; ces derniers auront une capacité cumulative
d’au moins 30 tonnes par essieu. La plate-forme de pesée sera encastrée dans la dalle en béton
près de la cabine. L’interstice entre la plate-forme et la dalle sera minime pour assurer la
stabilité et la tenue étanche du dispositif de pesée. Les capteurs de poids devront pouvoir
supporter sans destruction une charge de 50T par essieu roulant à 10 Km/h. Le
soumissionnaire précisera les caractéristiques des dispositifs de pesage proposés, détaillant
leurs spécifications techniques en matière de :

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 111 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- Poids et matériaux de la plate-forme de pesée à basse vitesse ;
- Technologie de mesure du poids par les capteurs, avec notes techniques et
diagrammes illustratifs ;
- Technologie de mesure du poids par les capteurs, avec notes techniques et
diagrammes illustratifs ;
- Vitesse de pesée, à titre indicatif comprise entre 5 et 10 Km/h ;
- Résistance de la plate-forme et des capteurs individuels au poids excessif ;
- Risques de fragilisation du système lorsque le véhicule accède de façon plus ou moins
décentrée sur les capteurs de poids, spécifiant les mesures de prévention et
redressement ;
- Résistance aux températures excédent la température maximale de fonctionnement ;
- Approximation et tolérances des mesures de pesée en fonction du poids des camions,
des conditions de température et de l’alignement d’accès des
- Système d’étalonnage initial et périodique, et disponibilité des 10 T de masses
véhicules par rapport aux capteurs ;de comparaison recommandées par l’Office
International de Métrologie (OIML) ou d’un camion étalon.
L’électronique de mesure sera installée dans une enceinte résistant aux intempéries, fermant à
clé et comportant une alimentation 220V.
Le même module de pesée permettra de réaliser la pesée en statique ou à basse vitesse.
- Fonctions en mode statique :
Pour chaque pesée seront édités, sur un bordereau et enregistrés dans un fichier de résultats,
tous les éléments saisis et mesurés par le système de pesage, notamment :
- Nom du site,
- N° du matériel,
- Date de mesure (jj:mm:aa),
- Heure de mesure (hh:mn:ss),
- N° d’immatriculation,
- Catégorie ou type de véhicule,
- Poids à vide,
- Poids autorisés,
- Poids total avec le % de dépassement du poids autorisé,
- Charge des essieux avec le % de dépassement de la limite autorisée,
- Code d'erreur en cas d'invalidation de la mesure par le système, précisant l'origine
de cette erreur.

En mode basse vitesse :


Pour chaque pesée seront édités, sur un bordereau et enregistrés dans un fichier de résultats,
tous les éléments saisis et mesurés par le système de pesage, et notamment :

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 112 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- Nom du site,
- N° du matériel,
- Date de mesure (jj:mm:aa),
- Heure de mesure (hh:mn:ss),
- Catégorie ou type du véhicule,
- Vitesse moyenne de passage sur la zone de pesée,
- Poids total avec le % de dépassement du poids autorisé,
- Charge des essieux avec le % de dépassement de la limite autorisée,
- Charge des groupes d'essieux (définis par des interdistances et le cas échéant autres
caractéristiques géométriques du véhicule mesurables par le système) avec le % de
dépassement de la limite autorisée,
- Code d'erreur en cas d'invalidation de la mesure par le système, précisant l'origine
de cette erreur.
Le système devra comporter un module de détection automatique d’anomalies de mesures
causées par une défaillance matériel ou un mauvais passage des poids lourds (vitesse hors
limite du fonctionnement prévu, accélération ou décélération trop élevée, passage des roues à
coté des capteurs de mesure). En cas de détection d’anomalies de mesures, l’impression du
ticket de pesées ne doit pas se réaliser, mais le code erreur horodaté et les informations
recueillies par le système doivent néanmoins être archivés dans le fichier de résultats ; dans ce
cas une autre mesure sera effectuée.
Le titulaire fournira la liste des codes d’erreurs, la nature des erreurs et les critères de
détection associés. Lors du test de réception du système, des essais seront réalisés pour
vérifier que les codes d’erreur sont bien générés suivant les critères spécifiés.
Le système devra fournir un fichier de résultats avec l’ensemble des mesures réalisées. Le
ticket d’impression devra comprendre toutes les informations prescrites par l’OIML.
Le logiciel du système pourra identifier les véhicules selon les silhouettes différentes définies
par l’Administration.

- Protection de la station
L’électronique sera éprouvée et garantie pour des températures comprises entre -20°C et
+80°C.
Le titulaire fournira et installera l’énergie nécessaire au fonctionnement de la station et de son
éclairage avec un groupe électrogène adapté et/ou avec un système complet d’alimentation
solaire correctement dimensionné.
La station devra être équipée d’un disjoncteur différentiel et d’un parafoudre.
En cas de coupure de courant, une batterie de secours rechargeable, placée directement dans
la station et correctement dimensionnée, commutera automatiquement et sans perte

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 113 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
d’information l’alimentation de l’ensemble du système en 12 VCC. Cette batterie permettra
d’assurer le fonctionnement de cet équipement pendant au moins une heure (acquisition,
traitement et transmission des données).
La station sera dotée d’une seconde batterie (dans le cas où les données sont enregistrées en
mémoire volatile) afin d'assurer la sauvegarde des données lorsque la batterie de 12V de
secours est débranchée ou déchargée,
La station remplira les conditions définies par les spécifications de protection contre les chocs
électriques, norme référencée NF C 20-030 (exigences de classe 1). La norme NF C 20-030
est la norme fondamentale de sécurité applicable à la protection des personnes et des animaux
domestiques, destinée à donner les principes et prescriptions essentiels communs aux
installations et aux matériels ou nécessaires à leur coordination.
La règle essentielle pour la protection contre les chocs électriques, telle que définie dans la
norme NF C 20-030, est que les parties actives dangereuses ne soient pas accessibles et que
les parties conductrices accessibles ne soient pas dangereuses, tant dans des conditions
normales que dans des conditions de défaut simple.
La protection contre les chocs électriques nécessite donc l'application d'au moins une
disposition de protection contre les contacts directs, en fonctionnement normal et d'au moins
une disposition de protection contre les contacts indirects, en cas de défaut. L'association de
ces deux dispositions de protection constitue une mesure de protection. En alternative, la
protection contre les chocs électriques est assurée par une disposition de protection renforcée
assurant la protection en fonctionnement normal et en cas de défaut. Un matériel est de classe
I lorsque la protection contre les chocs électriques ne repose pas uniquement sur l’isolation
principale mais comporte une mesure de sécurité supplémentaire sous la forme de moyens de
raccordement des parties conductrices accessibles à un conducteur de protection incorporé au
câble d’alimentation et permettant la mise à la terre.
L’équipement devra résister aux perturbations électriques et électromagnétiques possibles au
Tchad.
L’attention du titulaire est attirée sur le fait qu’il s’agit là d’une contrainte forte et le titulaire
ne pourra pas prétexté du cas de force majeure si son matériel ne supporte pas ce type de
perturbation.
- Visualisation et accès aux paramètres et données
Les données seront accessibles en temps réel sur un port standard (USB, Ethernet RJ45,
RS232C haute vitesse, etc.), qui permettra également de paramétrer le système et de récupérer
le fichier des résultats.
Les données seront aussi affichées sur un écran extérieur, visible à tout moment de la pesée
par le conducteur du véhicule pesé. L’afficheur externe indiquera en temps réel si la pesée
présente une anomalie conduisant à devoir refaire la pesée et sinon indiquera si il y a
surcharge ou pas.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 114 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Le titulaire fournira l’ensemble des matériels et logiciels nécessaire au fonctionnement du
système de pesée et de l’affichage, impression et archivage des résultats : ordinateurs, écrans,
imprimantes, câblage, alimentation (chargeurs à connecter au secteur et/ou batteries), unités
de sauvegarde des données.
Le titulaire fournira le logiciel qui permettra le dialogue avec le système de pesage, en modes
statique et basse vitesse.
Ce logiciel permettra :
- d’éditer les données sur imprimante ;
- de lire les fichiers de résultats (édition des pesées et calcul des taux de surcharge
suivant le code de la route du Cameroun) et de les transférer dans la mémoire de
l’ordinateur ;
- de paramétrer le système de pesage, et notamment les critères de surcharge légaux,
- le système pourra permettre de visualiser le signal brut délivré par les capteurs au
passage des poids lourds, à titre de vérification du bon fonctionnement et sur
demande.
Le matériel installé sera équipé des scellés prescrits par l’OIML dans la recommandation 134.
- Paramètres par défaut
Les valeurs des paramètres par défaut du système seront fournies par le titulaire et adaptées à
la législation locale.
- Vitesse de transmission
Les vitesses de transmission des données vers le PC seront supérieures à 1200 bauds.
- Mémorisation des données
Les données seront stockées dans la mémoire du module de traitement. La capacité permettra
de mémoriser les données de 5000 véhicules.
- Capteurs de pesage
Les capteurs de pesage seront encastrés dans la dalle en béton, mais démontables. Les mêmes
capteurs permettront la pesée en statique et à basse vitesse.
L’habitacle de logement des capteurs sera parfaitement drainé, protégé contre la corrosion
pendant au moins 3 ans et évacuera les eaux de pluie.
Les connecteurs permettant le raccordement à l’électronique de pesage seront robustes et
parfaitement étanches.
Un guide d’entretien des capteurs sera fourni par le titulaire.
- Précision de la pesee statique
Le système en mode statique devra avoir une approbation CE de type. Les erreurs maximales
tolérées en vérification primitive correspondent à celles des IPFNA (Instrument de Pesage à
Fonctionnement Non Automatique) selon la précision de la classe OIML IIII (classe
ordinaire).

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 115 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
La portée maximale est de 25 tonnes par essieu avec un échelon de 100 kg. Les échelons de
20 kg ou 50 kg devront également être accessibles.
- Précision de la pesée a basse vitesse
Pour les poids lourds (véhicules de poids totaux supérieurs à 3,5 tonnes), et en ne considérant
pas les mesures invalidées automatiquement par le système, le système devra satisfaire les
exigences de la classe 5 du projet de recommandation OIML sur le pesage en mouvement des
véhicules (partie A et partie B –Automatic Instrument for Weighing Road Vehicle in Motion –
2001 (part A) et 2003 (part B)).
En outre il devra satisfaire au moins les exigences de la classe A(5) des spécifications COST
323 (version 3, août 1999), et si possible la classe A(3). Le bénéficiaire fournira tous les
éléments dont il dispose pouvant attester que le matériel répond à ces exigences (compte
rendu d’essai publié, attestation d’organismes officiels, d’administration ou d’établissements
scientifiques).
- Agrément de modèle
Le système de pesée en mode statique et basse vitesse, est destiné au contrôle de surcharges
routières effectué par les peseurs mandatés par l’Administration et les forces de l’ordre pour
le contrôle répressif.
Le système devra donc obtenir un certificat d'approbation de modèle, au moins pour la classe
5 OIML en basse vitesse.
Les éventuels agréments de modèles obtenus par le système en Europe ou dans le monde
constitueront un critère de sélection. Il sera demandé en outre qu'une demande d'approbation
de modèle soit déposée auprès du Service de Métrologie Légale avant de formaliser la
commande. La notification de la commande n'aura lieu qu'après réception par le maître de
l’ouvrage de l'accusé de réception du dépôt de demande d'approbation de modèle.
25% du paiement sera retenu tant que le système n'aura pas obtenu cette approbation de
modèle.

- LOT DE MAINTENANCE

Le soumissionnaire fournira un lot de rechange et entretien pour les besoins de la station,


pendant une durée de un an de la période de garantie. Il attachera à son offre un programme
de stockage, entretien et utilisation de lot de maintenance pour l’équipement de pesage.

- RECEPTION DES MATERIELS

1. TEST DE RECEPTION DU SYSTÈME EN MODE STATIQUE

Vérification primitive : les tests seront réalisés par l’Autorité compétente en laboratoire et sur

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 116 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
site avec un poids lourd étalon selon les procédures en vigueur.

Vérification périodique : des tests de vérification périodique seront réalisés au terme d’un an
avec des procédures identiques à celles employées pour la vérification primitive.

2. TEST DE RECEPTION DU SYSTÈME EN MODE BASSE VITESSE


Le système installé fera l’objet d’un test de réception avec une série de mesures pour valider
la précision des pesées et le système de détection d’erreur. Le test sera effectué à l’aide de
poids lourds d’essai selon un plan d'expérience définit par un compromis entre le plan
standard 2.2 des spécifications européennes de pesage en marche COST 323 (version 3 de
1999, Annexe 1) et le plan défini par la recommandation OIML.
Ces essais seront effectués dans un délai de 3 mois après l’installation.
Pour les essais, on utilisera deux poids lourds :
- un poids lourd rigide à 2 essieux à vide (environ 10 t) et à pleine charge (environ 17 t)
- un poids lourd articulé à 4 ou 5 essieux (tracteur à 2 essieux avec semi-remorque à essieu
tandem ou tridem) ou tracteur à 2 essieux et remorque à 2 ou 3 essieux) à vide (environ
16 tonnes) et à charge (environ 30 ou 35 tonnes).
Chaque poids lourd réalisera 20 passages aux deux niveaux de charges (vide et pleine charge)
et à différentes vitesses V :
- 5 passages pour 1 km/h  V < 3 km/h
- 10 passages pour 3 km/h  V  10 km/h
- 5 passages pour 10 km/h < V  12 km/h
Quelques passages pourront être réalisés à des vitesses supérieures à 12 km/h pour valider la
détection d’erreur incluses dans le système de pesées.

3. TEST DE VALIDATION EN SERVICE DU SYSTÈME EN MODE BASSE VITESSE


Des comparaisons systématiques seront effectuées pendant la première année entre les
mesures de véhicules du trafic courant issues du système à basse vitesse et celles qui
proviennent d'un système de pesée statique approuvé pour le contrôle des surcharges (classe
IIII OIML). Le système devra rester en classe A(5) COST 323 pour les mesures de long terme
en conditions de reproductibilité générale pendant une période de 1 an, et en classe 5 de
l’OIML. Dans le cas contraire, le bénéficiaire devra apporter les améliorations nécessaires
dans le cadre de la garantie.

- RECEPTION DE LA DALLE BÉTON


La partie centrale de la dalle béton sera réceptionnée par l’autorité contractante, après contrôle
de planéité et présentation des résultats des essais sur les bétons.

- DOCUMENTATION ET RECOLLEMENT
Tout équipement fourni sera doté de ses instructions d’emploi et d’entretien en français. Le

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 117 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
titulaire fournira au Maître d’œuvre les projets d’exécution et les plans de recollement des
installations effectuées. Toute la documentation sera fournie en trois exemplaires avec une
version supplémentaire informatisée.

- DOCUMENTATION ET FORMATION
Le bénéficiaire fournira la notice complète de la mise en œuvre et de la nomenclature de la
station de pesage et des différents matériels objets de la commande. Les différents documents
seront validés par l’administration et si nécessaire corrigés par le bénéficiaire.
Le bénéficiaire fournira le document de la maintenance préventive. Il décrira les éléments à
tester ou étalonner et il fournira la périodicité des différents contrôles à effectuer.
Par ailleurs, le bénéficiaire proposera une formation adaptée à l’utilisation des équipements.
A l’issue du processus de passation du présent marché, le fournisseur retenu assurera la
formation du personnel de pesage mandaté par l’Administration. Les soumissionnaires
présenteront un plan de formation du personnel de pesage et des cadres administratifs
sélectionnés par le Maître d’œuvre pour devenir les formateurs ou instructeurs du personnel
des cabines et du staff central d’inspection et d’entretien. Le cours de formation sera réalisé
sur site avec démonstration et application pratique dans le site du projet après l’installation du
matériel.
La formation durera au moins un mois au démarrage de l’installation et comprendra
notamment les modules de cours suivants :
- Généralité du système,
- Etalonnage et calibrage initial et périodique, en liaison avec l’institution compétente ;
- Opérations d’exploitation de routine de chaque unité opérationnelle de la cabine, précisant
la liste des unités ou composantes clé du système ;
- Problèmes, risques et mesures de sauvegarde ;
- Entretien courant de l’équipement ;
- Entretien périodique de l’équipement ;
- Réparation, remplacement et renouvellement de l’équipement par acquisition ;
- Notions sur le marché d’approvisionnement de l’équipement et des pièces détachées ;
- Gestion et utilisation des lots de rechange ;
- Vulgarisation du système auprès des usagers ;
- Relations avec les services après vente du fournisseur ;
- Sensibilisation à la règlementation communautaire sur la charge à l’essieu.
Le programme comportera la rédaction d’un manuel opérationnel, résumant les consignes de
conduction et entretien contenues dans les instructions d’emploi des équipements livrés. Le
soumissionnaire détaillera dans son offre les modalités proposées pour la production des
manuels.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 118 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
- GARANTIE

La garantie du bon fonctionnement du système (capteurs et électronique), une fois le


fonctionnement validé par l’administration, sera de 1 an pièces et main d’œuvre hors
vandalisme ou mauvaise manipulation par l’utilisateur. Toutes les pièces auront une garantie
de 3 ans contre la corrosion.
Le bénéficiaire proposera plusieurs options de durée de garantie :
Une garantie de 2 ans à compter de la recette définitive
Une garantie de 3 ans à compter de la recette définitive
Une garantie de 5 ans à compter de la recette définitive.

ARTICLE 22 MODE D’EXECUTION DE LA SIGNALISATION

22.1 GÉNÉRALITÉS
La signalisation sera mise en place conformément aux plans, les matériaux, peintures,
panneaux et supports, signaux lumineux, seront conformes aux spécifications du présent CPT
et donc des instructions et arrêtés auxquels il se réfère.

Le dossier d’exécution des signalisations horizontale et verticale (origine et type des peinture
et panneaux, texte, taille et police des caractères, qualité du film rétro-réfléchissant et des
billes, positionnement sur le profil en long, implantation sur l'accotement) est soumis à
l’approbation du Maître d’Œuvre au plus tard douze mois avant la fin du délai contractuel et
dans tous les cas en temps utile compte tenu du délai d’instruction par le Maître d’Œuvre et
des délais de livraison et fournitures.

Le dossier comprend tous les certificats d’homologation prévus par la réglementation, le


CCTG et le CPT.

La réalisation de la signalisation définitive est une condition nécessaire pour prononcer les
réceptions provisoires (partielles le cas échéant) ; ceci pour des raisons de sécurité.

Les travaux comprennent :

Signalisation horizontale
- la fourniture des peintures de couleur blanche réflectorisées,
- l'implantation et le pré marquage des bandes,
- le dépoussiérage des chaussées devant recevoir la signalisation horizontale,
- l'application des produits et toutes les sujétions de réalisation.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 119 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Signalisation verticale
- la fourniture des panneaux à revêtement rétro-réfléchissant, le transport, le
déchargement et éventuellement le stockage sur chantier,
- les fournitures nécessaires à l'exécution des travaux y compris pour le béton de
scellement et de fondation,
- l'exécution des terrassements pour les fondations,
- la mise en place et fixation définitives, y compris le massif de pose et toutes les
sujétions de réalisation

22.2 SIGNALISATION HORIZONTALE

Le pré marquage des bandes sera effectué par un filet continu ou pointillé. L'Entrepreneur
procédera immédiatement avant l'application du produit, au dépoussiérage des parties de
chaussées devant recevoir les bandes.

La réflectorisation sera conforme aux caractéristiques portées sur le certificat d'homologation.


En particulier, le dosage sera au minimum celui porté sur le certificat d'homologation.

L'application du produit sera faite mécaniquement.

La peinture devra répondre aux spécifications du CPT. Dans le cas où elle ne répondrait pas
aux spécifications, elle sera refusée et les travaux déjà exécutés non rémunérés.

Le démarrage effectif du marquage est conditionné par le réglage de la machine sur une
planche d'essai au cours de laquelle le Maître d’Œuvre s'assurera en particulier :
- des caractéristiques et de l'état du matériel,
- de la conformité des produits,
- de l'observation des dosages en produits pour la vitesse de fonctionnement choisie,
- de la régularité longitudinale et transversale des dosages.

Le contrôle sera effectué conformément aux dispositions du chapitre II. Si le dosage est
inférieur de plus de 15% à celui prévu, l'Entrepreneur procédera à ses frais, à l'application
d'une couche supplémentaire dans la journée qui suivra la notification des résultats (voir
annexe du chapitre III).
Le contrôle du module et de la largeur des bandes sera fait à l'initiative du Maître d’Œuvre par
sondage. L'Entrepreneur aura à sa charge tous les travaux de complément de marquage qui
s'avéreraient nécessaires. Ces contrôles se feront conformément aux spécifications données à
l’annexe du chapitre III).

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 120 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
22.3 SIGNALISATION VERTICALE

Implantation
Position latérale des panneaux :
- Sauf instruction contraire du Maître d’Œuvre, les panneaux seront implantés sur la
droite de la chaussée dans le sens de la circulation, sur les accotements de la route, à
une distance de 1,00 m du bord extérieur de la chaussée,
- La réflexion spéculaire sur le fond et les lettres des panneaux sera évitée en donnant à
celui-ci une inclinaison judicieusement choisie de moins 2° à plus 2° par rapport à la
normale à l'axe de la route (le sens positif étant le sens trigonométrique).Position
verticale des panneaux :
- la hauteur sous panneau est fixée à 2,00 m minimum au-dessus du niveau fini de
l'accotement en rase campagne et à 2,50 m au minimum en agglomération.
- si plusieurs panneaux sont placés sur un même support, cette hauteur est celle du
panneau inférieur.

Localisation des panneaux :


 les panneaux d’avertissement sont implantés à une distance de 150 m du danger,
 les panneaux et leur éventuel panonceau associé sont placés sur le même support,
 les ouvrages présentant un danger particulier sont signalés en outre par des balises.

Ancrage et fondation
Avant le début effectif des travaux de mise en place, l’Entrepreneur doit être en mesure de
fournir sur demande du Maître d’Œuvre une note de calcul justifiant les dimensions adoptées
pour les supports et les massifs d'ancrage sur la base d'une surcharge statique horizontale de
180 kg/m² et de soumettre à l'agrément du Maître d’Œuvre le piquetage de l'axe des supports
de panneaux.
Les fondations doivent être exécutées très soigneusement. En particulier la partie supérieure
visible des socles est lissée et arasée au niveau de l'accotement
Les supports des panneaux sont scellés dans un massif de béton B 25 de dimensions 0,40 x
0,40 x 0,50 m.

22.4 GLISSIÈRES DE SÉCURITÉ

Les glissières de sécurité seront conformes aux prescriptions du chapitre II.

Les supports des glissières seront mis en œuvre par battage ou vibro-fonçage par un engin
mécanique qui devra être agréé par le Maître d’Œuvre. L'emploi d'un casque de battage est
imposé ; avant le début du battage, la verticalité du support sera soigneusement vérifiée.
L'enfoncement normal des profilés dans le terrain sera de 85 centimètres. Dans certaines

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 121 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
zones, si la mise en place par battage ou vibro-fonçage jusqu'à la profondeur requise ne peut
être réalisée, avec l'agrément du Maître d’Œuvre, l'Entrepreneur pourra couper le support à la
cote imposée si l'enfoncement de ce même support est au moins égal à 50 centimètres. Cette
disposition ne peut pas être appliquées pour les passages sur dalot.

Dans le cas contraire, l'Entrepreneur devra utiliser des engins de terrassement à percussion
pour réaliser des massifs de fondation de 90 cm de profondeur et d'un diamètre minimal de
30cm. Ces trous seront remplis de sable, par couche de 20 cm d'épaisseur maximale, arrosée
et damée avant le répandage de la suivante. Ces trous seront recouverts d'une galette de béton
d'au moins 5cm d'épaisseur.

L'écartement théorique des supports est de quatre mètres (4m) en section courante et de deux
mètres (2m) dans les zones d'extrémités.

La hauteur de l'arête supérieure des éléments de glissement par rapport au niveau du sol ou du
revêtement à l'aplomb de la glissière sera de 70 cm. Après montage des éléments, il sera
exécuté un réglage fin de façon que l'arête supérieure des éléments de glissement reste
parallèle à la chaussée.

Le nu extérieur des éléments de glissement sera calé à 0,50 mètre du bord théorique de la
chaussée.
Les éléments de glissement devront être assemblés de façon que leur extrémité prise dans le
sens de la circulation recouvre l'origine de l'élément suivant.
Toutes les têtes de boulons devront être placées du côté de la face avant "côté circulation" des
éléments de glissement.
Les boulons seront constitués par les éléments suivants :
- vis de diamètre 16 mm; longueur maximale 300 mm, tête ronde et plate de
diamètre compris entre 32 et 34 mm placée du côté de la glissière.
- écrou six pans de 24 mm avec une rondelle plate.

22.5 BALISES

Le mode d'ancrage doit être tel que les balises ne présentent qu'un faible danger en cas de
choc. Il doit être soumis à l'approbation du Maître d'Œuvre avant toute exécution.
L'implantation sur accotement et l'écartement entre balises seront conformes aux plans
d’exécution approuvés par le Maître d’Œuvre sur la base de la réglementation en la matière ;
l’écartement entre les balises étant fonction du rayon du virage.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 122 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Annexe du chapitre III Tableaux de synthèse des essais de réception des travaux

Les principaux essais de réception des travaux de réalisation sont rappelés ci-après sous forme
de tableaux de synthèse.

Ils déterminent les processus, les résultats exigés et le nombre minimal d'essais du contrôle
intérieur.

A défaut de définition plus précise dans le présent CPT, les essais du contrôle extérieur sont
effectués de façon inopinée, au gré du maître d’œuvre.

En cas de divergence avec les résultats du contrôle intérieur, des essais contradictoires
pourront être réalisés, au gré du Maître d’Œuvre.

En cas de divergence entre le contenu de ces tableaux et les dispositions détaillées du chapitre
III ci-dessus, ce sont ces dispositions détaillées qui priment.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 123 sur 132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
CONTROLE DES TRAVAUX C.T.1
MATERIAU ESSAIS PROCESSUS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS

Plate-forme Densité en place et Densitomètre à


terrassée en teneur en eau membrane 95 % de l'OPM (pour 95 % des mesures, avec un minimum 1 tous les 1 000 m²
déblai de 92 %)
Proctor Modifié NF P 94-093 1 tous les 2.500 m²
Surfaces destinées Densité en place Densitomètre à
à être remblayées et teneur en eau membrane 92 % de l'OPM (pour 95 % des mesures, avec un minimum 1 tous les 2.000 m²
de
90 %)
Proctor Modifié NF P 94-093 1 tous les 6.000 m²
Corps de remblai Densité en place Densitomètre à
sauf couche et teneur en eau membrane 92 % de l'OPM (pour 95 % des mesures, avec un minimum 1 tous les 500 m²
de
supérieure de 90 %)
30 cm d'épaisseur Proctor Modifié NF P 94-093 CBR  15 1 tous les 2.000 m2

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 124 sur
132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
CONTROLE DES TRAVAUX C.T.2
MATERIAU ESSAIS PROCESSUS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS

Forme de la Densité en place Densitomètre à


chaussée et teneur en eau membrane 95 % de l'OPM (pour 95 % des mesures, avec un minimum 1 tous les 1 000 m2
de 92 %)

(plate-forme de Proctor Modifié NF P 94-093 1 tous les 2.500 m2


terrassement) Portance CBR à 95 %
de l'OPM et à 4 jours NF P 94-078 CBR  15 (terrassements normaux) 1 tous les 5.000 m2
d'immersion dans l'eau CBR  25 (couche de forme en déblai) Ou selon le mouvement de terres
approuvé
Réglage Nivellement de + 2 cm et - 3 cm par rapport au profil théorique A chaque profil en travers
précision (3 points minimum)
Largeur Chaînage - 0cm et + 5 cm par rapport à la largeur théorique A chaque profil en travers

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 125 sur
132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
CONTROLE DES TRAVAUX C.T.3

MATERIAU ESSAIS PROCESSUS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS

Couche de Densité en place et Densitomètre à C ≥ 95% de la densité sèche OPM pour 100% des mesures ;
fondation en teneur en eau membrane C ≥ 97% de la densité sèche OPM pour 95% des mesures.
Graveleux
latéritiques
Ou gammadensimètre 1 tous les 1 000 m2
NF P 98-241.1
Proctor Modifié NF P 94-093 1 tous les 4.000 m² au moins
Portance CBR à 95 %
de l'OPM et à 4 jours NF P 94-078 CBR ≥ 30 1 tous les 5.000 m2
d'immersion dans l'eau
Réglage Nivellement de + 1 cm et - 2 cm par rapport au profil théorique à chaque profil en travers au moins
précision (3 points minimum)
Surfaçage Règle de 3 m Flèche maximum 2 cm Une série de mesure par profil en
travers au moins
Largeur Chaîne - 0 cm/+5 cm par rapport à la largeur théorique
Épaisseur Sondage + 2 cm et - 0,5 cm par rapport à l'épaisseur théorique
Dévers Règle  0,5 % (couche de base)

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 126 sur
132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
CONTROLE DES TRAVAUX C.T.4

MATERIAU ESSAIS PROCESSUS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS

Bétons Désignation et destination des bétons :


hydrauliques B16 : béton de propreté
B 20 : semelles de fondation non armées, béton de blocage et de remplissage, fossés triangulaires
B 25 : regards, ouvrages de tête d'assainissement, fossés rectangulaires ou trapézoïdaux armés ou non
B 30 : semelles de fondation armées, béton en élévation, dalles de couverture de fossés.
B16 - B 20 Pas de résistance exigée
1 - Par convention, l’interprétation des résistances est conforme à l’article 75.1.2 du fascicule 65 A.
2 - La résistance du béton à 7 jours est déterminée par les épreuves d'études.
Épreuve d'étude Formulation Analyse granulométrique des constituants. Détermination d'une composition pondérale
B 25 - B 30 par courbe de référence.
Affaissement Détermination de la maniabilité optimale (ou maniabilité LCPC) par étude
de la variation du rapport sable/gravillon.
Essai d'affaissement selon EN 12350-2/ P 18 439
Résistance à la EN 196-1 R (28 jours, sur cylindres) > 25 MPa pour le B 25 6 cylindres à 7 jours
compression R (28 jours, sur cylindres) > 30 MPa pour le B 30 16 cylindres à 28 jours
Résistance à la rupture EN 196-1 R (28 jours, sur prismes) > 1,8 MPa pour le B 25 6 prismes à 7 jours
par flexion R (28 jours, sur prismes) > 2,2 MPa pour le B 30 12 prismes à 28 jours

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 127 sur
132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Épreuve de Résistance à la EN 196-1 R (7 jours) = 80/100ème des résistances obtenues à 28 jours 14 éprouvettes en compression
convenance compression lors de l'épreuve d'étude et 14 en traction
Résistance à la rupture EN 196-1 R (28 jours) = résistance exigée. - 4 utilisées à 7
par flexion jours
- 10 utilisées à 28
jours
Dans le cas de résultats insuffisants, l’Entrepreneur après examen de la centrale et des divers constituants doit produire un nouveau béton de
convenance fournissant des résultats satisfaisants, tout bétonnage avec le béton concerné étant interdit.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 128 sur
132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
CONTROLE DES TRAVAUX C.T.5

MATERIAU ESSAIS PROCESSUS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS

Épreuve de Affaissement EN 12 350-2/ P 18 439 Entre 80 et 120% de l'affaissement obtenu avec le béton 3 mesures toutes les heures de
contrôle d'étude correspondant (moyenne sur 3 mesures). bétonnage

Résistance à la EN 196-1 R (7 jours) = 9/10ème de la résistance à 7 jours du béton de 12 éprouvettes par journée de
compression convenance bétonnage :
R (28 jours) = résistance exigée – 4 pour l'essai à 7 jours
Résistance à 90 jours – 4 pour l'essai à 28 jours
– 4 pour l'essai à 90 jours
Résistance à la rupture EN 196-1 R (7 jours) = 9/10ème de la résistance à 7 jours du béton de
par flexion convenance au gré du Maître d’œuvre
R (28 jours) = résistance exigée
Résistance à 90 jours
Si les résistances d'un béton de contrôle sont insuffisantes, le Maître d’Œuvre peut prescrire l'arrêt du bétonnage, l'inspection des installations de
fabrication et la production d'un nouveau béton de convenance.
Le Maître d’Œuvre peut en outre, prescrire toutes les vérifications nécessaires pour apprécier la résistance du béton de l'ouvrage et les mesures de
consolidation, réparation ou démolition nécessaires.

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 129 sur
132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
Coffrages Tolérances - 5 cm en valeur absolue pour l'implantation, par rapport au piquetage général
- 2 cm en valeur relative pour l'implantation, entre deux points quelconques des
coffrages des différentes parties d'un même appui.
-  1 cm sur le nivellement de tous points d'un coffrage
- - 3 mm sur la largeur ou l'épaisseur de tout élément coffré

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 130 sur
132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
CONTROLE DES TRAVAUX C.T.6

MATERIAU ESSAIS PROCESSUS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS

Dalot Densité en place et Densitomètre à


(fouille) teneur en eau membrane 92 % de l'OPM sur le fond de fouille au gré du Maître d’œuvre

Proctor Modifié NF P 94-093


(ouvrage) Implantation Nivellement de  5 cm en nivellement
précision  10 cm en plan
(bloc technique) Densité en place Densitomètre à 95 % de l'OPM (pour 95% des valeurs avec un minimum absolu de 1 toutes les couches
membrane 92%)

Proctor Modifié NF P 94-093 1 par ouvrage


Caniveaux en Réglage Nivellement de  2 cm par rapport au profil théorique à chaque profil en travers
béton précision
Résistance à la EN 196-1 R (28 jours) = résistance exigée au gré du Maître d’œuvre
compression
Descentes d'eau Épaisseur respect des plans types pour chaque descente d'eau
Fonctionnement écoulement correct à plein débit pendant 10 minutes
Bordures Alignement  1 cm en plan et en hauteur par rapport à la ligne idéale sur toute la longueur

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 131 sur
132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT
CONTROLE DES TRAVAUX C.T.7

MATERIAU ESSAIS PROCESSUS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS

Signalisation Implantation - respect de la distance par rapport au bord de


verticale chaussée au gré du Maître d’Œuvre
- respect de la hauteur sous panneau
- respect de l'angle panneau / axe de la route
Signalisation Dosage de la peinture Pesée de plaques Dosage > 85 % du dosage préconisé par le fournisseur
horizontale Largeur Chaîne respect de la largeur prévue au gré du Maître d’Œuvre
Modules Chaîne respect des longueurs trait / espace

Route Moundou – Frontière Cameroun : Station de pesage et travaux confortatifs Page 132 sur
132
Pièce n°08 : Cahier des Prescriptions Techniques – CPT

Vous aimerez peut-être aussi