Vous êtes sur la page 1sur 11

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE VALS ET VILLAGES EN ASTARAC

TRAVAUX D'ASSAINISSEMENT, DE RENFORCEMENT, ET DE REVETEMENT


sur la voirie communautaire
Programme 2012

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

SOMMAIRE

ARTICLE 1er - OBJET DES TRAVAUX

ARTICLE 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES

ARTICLE 3 - PROVENANCE ET QUALITE DES MATERIAUX

ARTICLE 4 - ESSAIS ET CONTROLE DE RECEPTION

ARTICLE 5 - CARACTERISTIQUE DES GRANULATS

ARTICLE 6 - CIMENT POUR LE TRAITEMENT DES SOLS

ARTICLE 7 - TRAITEMENT DES SOLS

ARTICLE 8 - OUVRAGES D'ASSAINISSEMENT DRAINANTS

ARTICLE 9 - GEOTEXTILE

ARTICLE 10 - LIANTS HYDROCARBONES

ARTICLE 11 - GRAVE NON TRAITE

ARTICLE 12 - MATERIAUX POUR LIT DE POSE ET ENROBAGE

ARTICLE 13 - GRAVE EMULSION

ARTICLE 14 - ENDUITS SUPERFICIELS .

ARTICLE 15 -.CANALISATIONS - TETES D'AQUEDUCS - REGARDS - AUTRES ELEMENTS


PREFABRIQUES

ARTICLE 16 -.PURGES

ARTICLE 17 -.SIGNALISATION DE CHANTIER

ARTICLE 18 -.ENTRETIEN PENDANT LE DELAI DE GARANTIE

ARTICLE 19 - TRAITEMENT DES ANOMALIES

ARTICLE 20 - POINTS D'ARRET


ARTICLE 1er - OBJET DES TRAVAUX

Le présent cahier des clauses techniques particulières (C.C.T.P.) a pour objet de définir les conditions dans lesquelles seront
réalisés les travaux d'assainissement, de renforcements ainsi que les enduits superficiels sur les diverses voies communautaires de la
communauté de communes de V.V.A.

ARTICLE 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES

Les travaux, objet de l’entreprise, comprennent :


Les travaux préparatoires avant enduits superficiels comprenant l’enlèvement de végétation par raclage,l'évacuation
des matériaux le long des bordures existantes, le balayage, le délignement des rives, le tout exécuté mécaniquement
ou manuellement.
Les travaux d'assainissement compris les fossés, les canalisations, les bordures et les regards.
La création de divers terrassements et confortements.
La fourniture, le transport et la mise en œuvre de produits manufacturés en béton (bordures, buses, regards avec
grille, têtes d'ouvrages ).
Le rechargement en GNT ainsi que pour les purges.
Le reprofilage en GNT 0/20 ou en calcaire de Hêches, mise en oeuvre à la niveleuse.
Le reprofilage en grave émulsion réalisé à la niveleuse.
La réalisation d’enduits superficiels :
- mono-couche simple gravillonnage aux émulsions de bitume 69%.
- mono-couche pré-gravillonné aux émulsions de bitume 69%.
- bi-couche aux émulsions de bitume 69%.
- bi-couche pré-gravillonné aux émulsions de bitume 69%.

ARTICLE 3 - PROVENANCE ET QUALITE DES MATERIAUX

Les agrégats proviendront des gravières de la région agréées par le M.O. et dont l'exploitation est régulièrement autorisée par
le Service des Mines.

ARTICLE 4 - ESSAIS ET CONTROLES DE RECEPTION

Ils comprennent :
- le contrôle de granularité
- les essais de forme
- les essais d'homogénéité
- les essais de propreté.

Les matériaux pour les enduits pourront être stockés au dépôt défini par le Maître d'ouvrage.

Des contrôles pourront être effectués sur les stocks et au cours de la livraison de la fourniture par le laboratoire retenu par, et à la
charge du Maître d'Ouvrage.

ARTICLE 5 - CARACTERISTIQUES DES GRANULATS

5.1 Caractéristiques normalisées


Les caractéristiques des granulats sont définies par la norme XP 18-540.
Les granulats utilisés en enduit (mono-couche ou bicouche) sont de classe granulaire 2/4 et 6/10.
Les caractéristiques sont les suivantes :
- Catégorie C pour les caractéristiques intrinsèques des gravillons,
- Catégorie II pour les caractéristiques de fabrication des gravillons.

5.2 Teneur en eau des granulats


La teneur en eau des sables doit être inférieure ou égale à 5 % au moment du pesage des matériaux.
La teneur en eau des gravillons doit être inférieure ou égale à 3 % au moment du pesage des matériaux.
ARTICLE 6 – CIMENT OU LIANT HYDRAULIQUE POUR LE TRAITEMENT DES SOLS

La fourniture et le stockage du ciment ou des liants sont à la charge de l'entrepreneur.


La provenance du ciment ou des liants sont soumit à l'approbation du Maître d'œuvre, la fiche technique du produit ayant été
remise à celui-ci .

6.1 Caractéristique du ciment ou des liant hydrauliques

Le ciment doit être de la catégorie des liants spéciaux routier de la norme NF.EN 197.01 de février 2001et garantis par le
fournisseur suivant les normes de fabrication en vigueur au moment de la fourniture.
Cela pourrait être également un liant routier de la catégorie des liants hydrauliques routier de la norme NF. 1508 de décembre
2000.

6.2 Organisation de la livraison

Le ciment ou les liants pour traitement des sols devront être livrés en vrac sur le chantier en containers étanches.

Un bon de pesée doit être établi pour chaque porteur et remis au Maître d'œuvre.

6.3 Contrôle de réception du ciment et des liants

Le contrôle a pour but de vérifier la conformité de la livraison avec le bon du fournisseur ainsi qu'avec la fiche technique du
produit fournit par l'entreprise.

Il est effectué au moins un prélèvement par livraison.

Tous les essais de contrôle sont exécutés par le laboratoire du Maître d'œuvre, aux frais du Maître d' Ouvrage.

ARTICLE 7 - TRAITEMENT DES SOLS

7.1.1 Dosage

Au début du traitement, l'entrepreneur fixe le dosage minimal en produit de traitement à utiliser en fonction de l'identification
de la nature et de l'état du sol.
La quantité de produit à répandre au m² de surface au sol compte tenu de l'épaisseur des couches à traiter et de la densité
sèche du sol en place est soumise au visa du Maître d'œuvre. Le traitement du sol s'effectuera obligatoirement sur une
épaisseur de 0.40m pour assurer un traitement homogène sur 0.35m. Le dosage théorique sera de 6% minimum de la masse
traité et donc ne sera pas inférieur à 35 kg de liant au m².
Si la structure existante de la chaussée, après analyses des sondages réalisés par l'entreprise, s'avérait riche en matériaux
alluvionnaires, après accord du maître d'œuvre les dosages pourraient être corrigés.

7.1.2 Epandage

L'atelier d'épandage du liant doit avoir une capacité compatible avec celui du malaxage.
L'épandeur de surface doit comporter un dispositif de jupes souples canalisant le liant jusqu'au sol.

7.1.3 Étalonnage de l'épandeur

L'étalonnage est effectué par l'entrepreneur, à ses frais, en présence du Maître d'œuvre et avant l'utilisation du liant.
L'épandage en plusieurs passes est autorisé.

7.1.4 Exécution de l'épandage

Les bandes sur lesquelles est épandu le liant doivent être jointives.
Le Maître d'œuvre peut, en fonction des conditions météorologiques, limiter le délai s'écoulant entre le l'épandage et le
malaxage et, le cas échéant interdire l'épandage du liant.

7.2.1 Malaxage

Le malaxage doit être effectué à l'aide d'engins appropriés permettant un mélange homogène du liant et du sol sur toute leur
profondeur d'action. (0.35 mètre minimum) avec un arrosage sous cloche simultané .
La scarification à la charrue, à la défonceuse ou autre est autorisée préalablement au malaxage si nécessaire et compris dans la
prestation.

7.2.2 Exécution du malaxage

Il est effectué en bandes successives avec recouvrement de 15 cm de la bande contiguë déjà malaxée.
Le malaxage doit être poursuivi jusqu'à l'obtention d'un mélange de teinte uniforme et de granulométrie 0/20 mm.
Si la teneur en eau sol est trop faible pour assurer une bonne efficacité du traitement et une mise en œuvre correcte,
l'entrepreneur doit, par arrosage obligatoirement sous cloches au cours du malaxage porter la teneur en eau de chaque couche
à celle nécessaire.

7.2.3 Délai de mise en œuvre

Tout matériaux sur lequel est répandu le liant doit être malaxé, nivelé et compacté le jour même.
En tout point le délai entre le malaxage et le compactage sera de deux heures pour le ciment.
En cas de pluie ou de menace de pluie, le compactage doit suivre immédiatement le malaxage.
L'organisation de chantier doit tenir compte de ces sujétions.

7.2.4 Circulation sur les couches traitées

Toute circulation lourde est interdite sur la chaussée après traitement pendant une période de sept jours y compris celle de
l'entreprise.

7.2.5 Imperméabilisation

Elle sera constituée par un enduit bicouche pré-gravillonné qui devra suivre le réglage de la plate-forme dans un délai
n'excédant pas la journée.
Éventuellement, la plate-forme pourra être humidifiée par arrosage.

7.2.6 Contrôle de traitement de sol

A tout moment au cours des travaux, le Maître d'œuvre peut procéder au contrôle du dosage en produit de traitement. Les
bons de pesée du produit de traitement seront remis systématiquement au MO en fin de journée.
Ce contrôle est réalisé par trois (3) prélèvements permettant de recueillir la masse des produits sur des "bacs" ou des "bâches"
d'au moins 0.25 m² de surface.
La masse de chacun des trois (3) prélèvements ramenés au mètre carré, doit être au moins égale à la masse minimale définie
au paragraphe 7.1.1 du présent CCTP.

7.2.7 Portance des chaussées

La déflexion relevée au déflectographe LACROIX ou à la poutre BENKELMAN sous essieu de 13 tonnes sera inférieure à
cent vingt centièmes (100/100e) de millimètre. Les essais de déflexions étant à la charge de l'entreprise.
Dans le cas contraire l'entrepreneur est tenu de réaliser à sa charge toutes les réparations conformément au paragraphe 16.1 du
CCTG.
Les valeurs s'entendent pour des mesures réalisées vingt-huit (28) jours après traitement

ARTICLE 8 - OUVRAGES D'ASSAINISSEMENT DRAINANTS

8.1 Drains
Les drains à utiliser pour les ouvrages d'évacuation des eaux doivent être de catégorie drain routier en PVC non plastifié.

8.2 Matériaux drainant


Les matériaux drainant sont fournis par l'entrepreneur et doivent présenter une granulométrie adaptée à leur destination et au
drain :
- matériaux pour tranchées drainantes : 20/40 alluvionnaire.

ARTICLE 9 - GEOTEXTILES

Les géotextiles doivent satisfaire aux exigences suivantes :


- résistance à la traction (sens production et sens travers) 20KN/m,
- allongement à l'effort maximal (sens production et sens travers) 25 %
- résistance à la déchirure (sens production et sens travers) 0.8 KN
- permittivité : 0.2 secondes -1
- transmissivité : 2.10 -7 m² par seconde
- porométrie (0.95) : 125 micomètre (µm)
- résistant au PH basique.

ARTICLE 10 - LIANTS HYDROCARBONES

10.1 - Nature et provenance et qualité des liants pour enduits

Les provenances des produits hydrocarbonés sont soumises à l’accord du maître d’œuvre.
Ils seront conformes aux spécifications de la norme NF T 65.011 quand il s'agit d'une émulsion de bitume de type cationique à rupture
rapide à 69 % de bitume pur. Fiche technique des produits proposés à faire parvenir au MOE dans les plus bref délais.

10.2 - Contrôle des liants

a) Pour les émulsions


L’entrepreneur assure le contrôle de la fourniture des liants dans les conditions fixées dans le PAQ du fournisseur. Il doit à cet effet
dès l’approbation de son marché, présenter à l’accord du maître d’œuvre, un plan d’organisation de la qualité des produits.
Il doit en outre effectuer un prélèvement de deux litres placés dans un récipient étanche et le remettre au maître d'œuvre lors
de chaque dépotage.

b) Pour les émulsions de bitumes modifiées : Sans Objet

ARTICLE 11 - GRAVE NON TRAITE

- Composition
Les compositions sont déterminées par l'entrepreneur qui fournit, conformément à l'article II.5 du CCTG une étude de formulation par
type de matériau, conduite selon les dispositions de l'article 6 de la norme NF P 98.115. Le PAQ précise les résultats de cette étude et
en particulier :
- le dosage des différents constituants et leur seuil de refus,
- la courbe granulométrique,
- la classe de difficulté de compactage selon la norme NF P 98.231.2 ou NF P 98.231.3.
L'entrepreneur doit fournir une composition par matériaux désignés .
L'étude sera conduite selon la méthodologie définie par la norme NF P 98.129 pour les graves non traitées de "type A".
Pour les graves calcaire du type Hêches , elles feront l'objet d'un contrôle par le laboratoire départemental au vue de la fiche technique
qui sera communiquée au maître d'œuvre avant l'approvisionnement sur le chantier.

- Mise en oeuvre
Le régalage devra être assuré en limitant au maximum la ségrégation. L’engin utilisé pourra être une niveleuse.

- Compactage
La densité sèche moyenne des matériaux mis en oeuvre sera de qualité Q 2 suivant les indications du maître d’œuvre.

- Contrôle
a) Contrôles de fabrication
Ces contrôles sont à la charge de l’entrepreneur :
granularité sur dépôt et granularité en place : outres les prescriptions du Fasc. 25 du C.C.T.G. si la comparaison
entre les courbes obtenues sur le matériaux en place et les courbes obtenues sur le matériau en dépôt après traitement démontre une
ségrégation à la mise en oeuvre, le maître d’œuvre pourra prescrire l’arrêt de chantier et exiger que l’entrepreneur apporte au
fonctionnement de son atelier de mise en oeuvre des modifications nécessaires pour supprimer la ségrégation constatée.
surfaçage : il sera effectué, conformément aux prescriptions de l’Art. 16 du fasc. 25 du C.C.T.G.

b) Contrôles de réception - tolérances


Ces contrôles sont à la charge du maître d’ouvrage.
compactage : la fréquence minimale des essais de contrôle du compactage sera d’un essai pour mille mètres carrés.
ARTICLE 12 : MATERIAUX POUR LIT DE POSE ET ENROBAGE

Les matériaux pour lit de pose et enrobage devront être conformes au guide du SETRA « remblayage des tranchées »dernière
édition et constitué de gravette défillerisée à courbe granulométrique continue avec D maxi=25

ARTICLE 13 : FOURNITURE TRANSPORT ET MISE EN OEUVRE DE GE 0/10

13.1 : Description des ouvrages :


13.1.1 Généralités :
Le présent CCTP définit les spécifications des constituants , les conditions de fabrications de transport de grave émulsion 0/10
destinées au reprofilage de diverses voiries .

13.1.2 Description élémentaire des travaux :


Etat prévisionnel des travaux : les natures , les épaisseurs et les quantités approximatives de la GE à mettre en oeuvre sont les
suivantes : ( voir tableau récapitulatif en annexe).

13.1.3 Prestations comprises dans l’entreprise :


Les travaux désignés ci-après doivent être exécutés au titre du présent marché .
- La fourniture et le contrôle des granulats , fines, liants , dopes et additifs .
- Les études de formulation des mélanges .
- La fabrication des mélanges .
- La mise en oeuvre de la GE

13.2 : Les Constituants :


13.2.1 Provenance des constituants :
C.F aux articles 4.2 , 4.3 , 4.4 , 4.5 , 4.6.2 , 5 , 6.2 , 6.3 , 6.4 , 6.5 , de la norme NFP 98150 . La provenance des
constituants est définie dans le SOPAQ .

13.2.2 Les granulats :


Catégorie des granulats :
Les catégories des granulats sont conformes aux spécifications de la norme NFP 18101 des caractéristiques
minimales des GE qui sont données CF art. 5.1.2 de la norme NFP 98121 dans les tableaux ci-après .
Résistance mécanique C
Caractéristique de fabrication des gravillons III
Caractéristique de fabrication des sables a
Autre caractéristiques :
Angularité des gravillons et des sables I c ≥ 60%

13.2.3 Stockage des granulats :


Lieux, caractéristiques et contenance des aires de stockage et de fabrication.
L'entrepreneur doit préciser pour chaque lieu les quantités prévisionnelles devant être fabriquées ;
Condition de stockage :
CF aux articles 4.8.3.2 et 4.8.3.3 de la norme NFP 98150 l’ aire de stockage doit comprendre une zone de dépôt
pour chaque classe granulaire.

13.3 Liant hydrocarboné :


CF art. 4.4 et 4.4.8 de la norme NFP 98150 ainsi que les art. 5.4 et 6.4 .
L'approvisionnement simultané par différentes usines est interdit .

13.3.1 Nature et caractéristiques :


Les liants hydrocarbonés sont des émulsions cationiques conformes à la norme NFP 65011 .

NATURE PH Minimum % en Bitume


E .C . L
Emulsion cationique à rupture lente 1.8 granulats acide 60
E .C . S à
Emulsion cationique surstabilisée 2.2 granulats basiques 65%

13.3.2 Condition de stockage :


Les liants destinés à l’ enrobage seront stockés dans des citernes dont la capacité
sera supérieure à la consommation moyenne d’une ½ journée .
13.4 : Prescription de fabrication
13.4.1 Composition et caractéristiques des graves émulsion .
Composition des GE :
Le P A Q précise en particulier .
la formule ( composition , nature des constituants )
La courbe granulométrique et la teneur en eau .
Les seuils d’alerte et de refus .
Caractéristique des GE
Le P A Q comporte l’étude de formulation conforme à la norme NFP 98121 et datant mesures de cinq ans ( 5 ). Le rapport r devra
être > ou = à 0.55R

13.4.2 Fabrication des mélanges .


Niveaux et capacités des centrales :
La centrale sera de niveau « Z « tel que défini à l’annexe A de la norme NFP 98701 .
La capacité nominale de la centrale doit être au minimum de 100 T/H au sens de la norme NFP 98701.
Stockage et chargement des GE .
La durée de stockage des GE sera inférieure à 24 H

13.4.3 Bons d’identification :


Les GE seront livrées avec un bon d’identification .Sur ce bon figureront les informations suivantes :
le numéro du bon .
le nom ou la raison sociale du producteur .
le nom du transporteur et le numéro du véhicule ,la désignation de la grave émulsion .
la date de livraison .
la masse totale du camion à vide .
la masse de la GE livrée .
le nom de la voie d'affectation du produit

13.4.4 Transport :
13.4.4.1 Organisation des transports :
Un parc de camions suffisant est mis à disposition pour , contenu de la durée du trajet, assurer avec
régularité l’évacuation de la production du poste d'enrobage et de l’alimentation de ou des ateliers d'épandage .

13.4.4.2 Caractéristiques des camions de transport .


Le transport des GE de la centrale au chantier de mise en oeuvre est effectué dans des véhicules à
bennes métalliques qui devront être nettoyées du tout corps étrangers avant chaque chargement. Tout les camions utilisés pour les
transports doivent présenter des caractéristiques qui les rendent aptes à déverser, dans des conditions satisfaisantes , leurs chargements
sur les zones définies par le maître d’oeuvre.
Exemple : l’aménagement des bennes pour déverser la GE en cordon , sur l’axe de la chaussée est obligatoire quand la GE sera mise
en œuvre à la niveleuse .
Le transport de la GE sera réalisé par camions 6X4 ou semi, en fonction de l'accessibilité de la zone de travail, que se soit pour la mise
en œuvre à la niveleuse ou au finisseur.

13.5 : La mise en oeuvre :


13.5.1 Prescription particulières et mode d’exécution des fournitures :
Les cadences et les délais de fournitures seront précisées par bon de commande du titulaire qui
stipulera , la granulométrie, la quantité, le lieux et les cadences d’approvisionnement.

13.5.2 L'épandage sera exécuté à la niveleuse. La mise en oeuvre sera stoppée dès lors que la température
extérieure sera inférieure à 5° C et par temps de pluie continue CF ART 4.14..1.3 de la norme NFP 98150 .

13.5.3 L'épandage pourra être réalisé à la niveleuse approvisionnée par camion, sans couche d'accrochage.
13.5.4 le compactage : L’atelier de compactage type aura la composition suivante:
Compacteur à pneus P3 ou mixte pour la mise en oeuvre.

13.6 : Les Contrôles .


13.6.1 Contrôle externe :
Le contrôle est conduit conformément aux disposition du PAQ et aux dispositions de l’ article 4.1 du fas. 27 du CCTG et selon les
précisions ci-après .
Épreuve de contrôle de fabrication .
13.6.2 Contrôle extérieur :
Le contrôle de conformité des mélanges est réalisé par prélèvements réalisés derrière la niveleuse. La valeur moyenne des résultats est
comparée aux seuils des refus suivants :
Passant à 6 mm + 3% en valeur absolue
Passant à 2mm + 2% en valeur absolue
Passant à 0.08 + 0.8 % en valeur absolue
Teneur en liant + 0.25% en valeur absolue

ARTICLE 14 - ENDUITS SUPERFICIELS

Enduit superficiel à l'émission de bitume

14.1 - Mono-couche simple gravillonnage


Suivant les directives du maître d’œuvre, il pourra être mis en oeuvre la formulation suivante :
- La quantité de liant proposée par l'entreprise devra être validée par le maître d’œuvre en fonction des
caractéristiques du support pour une émulsion à 69%.
- Gravillon 4/6: 8 L/m2
Ils seront réalisés 6 semaines minimum après la mise en oeuvre de la GE de manière à assurer le mûrissement.

14.2- Mono-couche pré-gravillonné


- Gravillons 6/10 8 L/m2
- La quantité de liant proposée par l'entreprise devra être validée par le maître d’œuvre en fonction des
caractéristiques du support pour une émulsion à 69%.
- Gravillons 2/4 6 L/m2
Ils seront réalisés 6 semaines minimum après la mise en oeuvre de la GE de manière à assurer le mûrissement.

14.3 - Bi-couche
Suivant les directives du maître d’œuvre, il pourra être mis en oeuvre la formulation suivante :
- 1ère couche: gravillons après liant: 10 L/m2 gravillons 6/10
- 2ème couche:gravillons après liant: 8 L/m2 gravillons 2/4
La quantité de liant proposée par l'entreprise devra être validée par le maître d’œuvre en fonction des
caractéristiques du support pour une émulsion à 69%.

14.4 - Bi-couche Pré-Gravillonné


Suivant les directives du maître d’œuvre, il pourra être mis en oeuvre la formulation suivante :
- grille à sec: 7L/m2 gravillons 6/10 ( pour les bi- couche pré-gravillonnés uniquement )
- 1ère couche: gravillons après liant: 10 L/m2 gravillons 6/10
- 2ème couche:gravillons après liant: 8 L/m2 gravillons 2/4
La quantité de liant proposée par l'entreprise devra être validée par le maître d’œuvre en fonction des
caractéristiques du support pour une émulsion à 69%.

14.5 - Définition de la mise en oeuvre


La mise en oeuvre de revêtements sera faite suivant les prescriptions du C.C.T.G. travaux, Fascicule n° 26.
L'entreprise précisera, au maitre d'oeuvre, pour chaque chantier la formule de base et les dosages qu’il jugera devoir appliquer.
Le compactage sera assuré par un compacteur à pneus dont la charge par roue sera de 1.5 à 3 Tonnes avec une
pression de gonflage des pneumatiques de 0.7 à 0.8 Mpa.
L’entrepreneur assurera 10 jours minimum après la réalisation de l’enduit un balayage mécanique.

ARTICLE 15 - CANALISATIONS EN BETON ARME - TETES D'AQUEDUCS – REGARDS – AUTRES ELEMENTS


PREFABRIQUES

Les travaux de busage consistent à l'extension ou réfection d'ouvrage existant et la création de traverse de voie ou d'accès.
Il sera admis pour les traverses de chaussées dont le remblaiement de la tranchée sera effectuée systématiquement en grave
ciment, et pour les busages parrallèles à la voie des tuyaux polyéthylène haute densité, double paroi et de classe CR 8 .
Les têtes d'aqueducs seront maçonnées et coulées en même temps que la pose des tuyaux.
Les regards seront en béton coffré avec grille fonte C 250 ou C 400.
Les regards préfabriqués seront conformes à la norme NF P 16 342.

- BORDURES DE TROTTOIR NORMALISEES Sans objet


- CANIVEAUX Sans objet

- REGARDS DE VISITE SUR CANALISATIONS Sans objet

- TUYAUX CIRCULAIRES ARMES


Les tuyaux seront de série 135 A. Ils répondront aux caractéristiques définies par la norme NF P 16-341.
L'étanchéité entre les éléments est obligatoire et devra être assuré par des joints. Les éléments fournis peuvent être à
joints intégrés, ou assuré par des joints rapportés normalisés.
Les diamètres définis pour les canalisations béton sont intérieurs.

- TETES D'AQUEDUC DE SECURITE Sans objet

– ACCEPTATION
L'acceptation des produits préfabriqués en béton constitue un point d'arrêt.

- MORTIERS ET BETONS

Les mortiers auront les compositions et les destinations ci-après :

MORTIERS DOSAGE EN CIMENT CPA PAR DESTINATION


M3 DE SABLE SEC

Mortier n°1 500 kg Jointoiements d’éléments préfabriqués


(bordures, tuyaux, etc)

Bétons : (Norme NF EN 206-1)

Spécifications :
Les bétons de chantier devront répondre aux spécifications suivantes : Bétons à Propriétés Spécifiées (BPS) et certification de la
centrale par la marque NF EN – BPE NF 033
• Exigence de conformité à l’EN 206-1 d’avril 2004
− Classe d’exposition : XO
− Dimension nominale maximale des granulats : 20 mm
− Classe des teneurs en chlorures : 0.20%

BETONS Classe de résistance DESTINATION

Béton n°1 C16/20 Béton de pose des bordures et caniveaux


Béton de remplissage divers Béton de propreté et de préparation
d’assise de pose d’éléments préfabriqués

Béton n°2 C25/30 Béton pour ouvrages d’assainissement en béton coffré (armé ou non
armé)
Massifs d'ancrage pour panneaux

Béton n°3 C30/37 Béton extrudé pour caniveaux, fossés bétonnés et bourrelets

Les adjuvants sont conformes à la norme NF EN 934-2.du 1er septembre 2003

L’eau de gâchage est conforme à la norme NF EN 1008. du 1er juillet 2003


ARTICLE 16 – PURGES
Préalablement tracées par le maître d'œuvre,

16.1 : Purges en GNT


la prestation comprend:
- Le terrassement y compris l'évacuation des déblais sur 0.50m de profondeur. (toute profondeur
supplémentaire étant prise en compte au prorata prix/profondeur )
- La mise en place d'un drain vers fossé ou d'une tranchée drainante.
- Le compactage du fond de forme.
- La fourniture et la mise en place d'un géotextile.
- La fourniture et la mise en œuvre de grave 0/60 à 0/100 épaisseur. 0.40 m.
- La fourniture et la mise en œuvre de grave 0/20 ou 0/31.5 alluvionnaire épaisseur 0.10 m.
- La fourniture et la mise en œuvre d'un revêtement bi-couche à l'émulsion 69 % comprenant les débords
nécessaires (0.10 m minimum).

16.2 : Purges en grave ciment Sans objet

ARTICLE 17 - SIGNALISATION DU CHANTIER

La signalisation du chantier incombera à l’entrepreneur qui devra l’assurer de jour comme de nuit y compris les
week-end, conformément aux ordres du Directeur des travaux et aux prescriptions des règlements en vigueur sur la signalisation
(instruction ministérielle ,8ème partie ,signalisation temporaire ).
L’entrepreneur devra en particulier, définir les dispositions qui seront prises pour l’écoulement en toute sécurité de la
circulation générale sur la voie publique gênée, par le passage des engins en application de l’art. 31.5 du C.C.A.G.
L’entrepreneur devra établir une entrée piétonnière et une entrée charretière pour chaque riverain qui en dispose
actuellement pendant toute la durée des travaux.
L’entrepreneur ne pourra se prévaloir, en cas d’accident, des ordres donnés par le Directeur des Travaux pour
dégager en quoi que ce soit sa responsabilité, qui restera entière.
En cas de carence de la part de l’entrepreneur, l’Administration pourra prendre toutes mesures qu’elle jugera
nécessaires aux frais, risques et périls de l’entrepreneur sans pour cela que la responsabilité de ce dernier soit dégagée en cas
d’accident.
Tous les frais de signalisation seront à la charge de l’entrepreneur.

La mise en place de la signalisation sera réalisée exclusivement par l'entreprise chargée des travaux. Après la réalisation des
enduits superficiels, des reprofilages, des purges, la signalisation (AK 14) sera maintenu jusqu'au premier balayage (environ
10 jours après la mise en oeuvre)

ARTICLE 18 - ENTRETIEN PENDANT LE DELAI DE GARANTIE: (Art. 44.1 et 44.2 du C.C.A.G.)


Pendant le délai de garantie, l’entrepreneur devra exécuter en temps utile et à ses frais les travaux nécessaires pour
réparer les dégradations ou mal façons.
L’entrepreneur utilisera à cet effet les matériaux qui seront prescrits par le maître d’œuvre et suivant les directives de
celui-ci.

ARTICLE 19 - TRAITEMENT DES ANOMALIES OU NON-CONFORMITES

Quatre niveaux d'anomalie sont définis:


* Les anomalies de niveau 1 - Ce sont des anomalies mineures traitables immédiatement dans le cadre du
procédé utilisé, dans le respect des procédures. Elles sont corrigées par l'entreprise en liaison avec son contrôle intérieur,
sans en référer nécessairement à la maîtrise d’œuvre. Le traitement de cette anomalie peut éventuellement ne donner lieu
qu'à de simples observations sur la fiche de contrôle correspondante.
* Les anomalies de niveau 2 - Ce sont des anomalies traitables avec une procédure de réparation existant au
CCTP ou au PAQ. Ces anomalies sont traitées conformément à la procédure de réparation existante du CCTP ou du
PAQ, sans accord préalable nécessaire de la maîtrise d’œuvre. L'identification et le traitement de cette anomalie doivent
être portés, soit sur les documents de suivi s'ils le permettent, soit sur une fiche d'anomalie ouverte à cet effet. La fiche
décrit l'anomalie ainsi que sa situation, et la procédure utilisée pour y remédier. La fiche d'anomalie correspondante est
transmise au plus tard 24 heures après constat (donc éventuellement après exécution du traitement) à la maîtrise d’œuvre.
* Les anomalies de niveau 3 - Ce sont des anomalies pour lesquelles aucune procédure de réparation n'existe,
mais dont le traitement permettra de reconstituer une qualité équivalente et si possible identique à celle de la conception
initiale.
* Les anomalies de niveau 4 - Ces anomalies mettent en cause le niveau de qualité contractuel, voir l'aptitude
de l'ouvrage à satisfaire la qualité d'usage (défaut).

Les anomalies de niveau 3 et 4 font l'objet d'une fiche de déclaration d'anomalie au maître d’œuvre proposant au maître
d’œuvre une procédure de réparation. Cette fiche vaut point d'arrêt. La déclaration d'anomalie doit intervenir au plus tard
1/2 journée après son identification, sauf s'il y a un problème de sécurité pour les personnes ou les biens auquel cas
l'information du maître d’œuvre doit être immédiate. Sauf cas particulier justifiant une expertise ou des consultations
préalables à la décision, le maître d’œuvre donne ou refuse son agrément sur la procédure proposée sous 1 journée au
plus après réception de la déclaration d'anomalie (le défaut de réponse vaut refus). En cas de refus du maître d’œuvre,
l'entrepreneur propose une autre procédure de réparation sous 1 journée au plus (sauf cas particulier justifiant une
expertise ou consultations préalables) au maître d’œuvre qui dispose à nouveau de 1 journée au plus (sauf cas particuliers
évoqués précédemment) pour donner ou refuser l’acceptation la procédure proposée (le défaut de réponse vaut refus). Un
défaut d’accord à ce stade donne alors lieu à application des prescriptions pour les anomalies de niveau 4.

Les anomalies de niveau 4 pourront conduire à la destruction de l'ouvrage ou d'une partie l'ouvrage exécuté et à sa
reconstruction conformément aux clauses techniques du marché (article 39 CCAG travaux).
Toutes les frais qu’ils soient d’études ou de travaux découlant du traitement des anomalies ou non conformités,
sont à charge de l’entrepreneur.

ARTICLE 20 – LISTE DES POINTS D’ARRET

Les points d'arrêts levés par le maître d'œuvre sont les suivants :

- acceptation du PAQ de l'entreprise ,


- acceptation des différents constituants et de leur fiche technique,
- acceptation des formules des matériaux hydrocarbonnés,
- acceptation des ateliers et des modalités de mise en œuvre,

Vous aimerez peut-être aussi