Vous êtes sur la page 1sur 8

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

ouvrière, sur des bases moins productives et plus


féministes, si l’on veut penser les révoltes et les
David Graeber: «Il faut ré-imaginer la
émancipations de demain. Entretien.
classe ouvrière»
PAR JOSEPH CONFAVREUX ET JADE LINDGAARD
ARTICLE PUBLIÉ LE MARDI 17 AVRIL 2018

David Graeber dans les locaux de Mediapart (avril 2018).

Manifestation des cheminots à Lyon, le 9 avril 2018. © Reuters


Comment définissez-vous la « caring class » ?
De l’utopie kurde à la fronde de la « caring L’idée est de ré-imaginer la classe ouvrière. Nous
class », l’anthropologue David Graeber ne cesse de avons été coincés par la notion de production. Le
s’intéresser aux mondes qui s’inventent et aux révoltes travail est toujours vu comme productif. Cette vision
qui se fomentent. Peut-on lire les mobilisations a des origines théologiques : les humains doivent
sociales actuelles à l’aune du concept de care ? Et travailler, car ils ont désobéi à Dieu et notre punition
comment réinventer un sujet de l’émancipation qui est de l’imiter de cette manière terrible. Nous avons la
prenne en compte les mutations du travail ? Entretien. charge de bâtir nos vies, mais dans la souffrance et le
David Graeber est anthropologue à la London School malheur. Les humains doivent produire leur nourriture
of Economics. Cette figure d’Occupy Wall Street est en cultivant la terre dans la douleur, de même que les
devenue célèbre avec son livre intitulé Dette, 5 000 ans femmes doivent accoucher dans la douleur.
d’histoire, qui s’est écoulé à des centaines de milliers Pourtant, quand vous y pensez : vous ne fabriquez
d’exemplaires, et dont Mediapart s’était saisi pour un verre qu’une seule fois, alors que vous le nettoyez
organiser une rencontre entre lui et l’économiste un millier de fois. La plupart du temps, travailler ne
Thomas Piketty. consiste pas à fabriquer quelque chose, mais plutôt à
David Graeber s’est rendu plusieurs fois au Rojava l’entretenir, le réparer, le nettoyer, le déplacer…
kurde, où s’invente, selon lui, une utopie politique Au XIXe siècle, le mouvement ouvrier a réussi à
proche de « l’anthropologie anarchiste » dont il creuse diffuser la théorie de la valeur, une valeur créée
le sillon, à la fois comme intellectuel et comme par l’effort humain. Si vous lisez les textes publiés
activiste. Pour Mediapart, il revient sur la situation de
aux États-Unis au XIXe siècle, tout le monde a l’air
ce territoire menacé par l’offensive turque sur Afrin.
marxiste. Même Abraham Lincoln s’exprime comme
Il développe aussi, dans le prolongement de ses textes un marxiste ! Il écrit des choses comme : « Le capital
sur la bureaucratie et les « bullshit jobs » ce qu’il provient du travail. » Une de mes citations préférées
désigne par la caring class. Pour lui, il est nécessaire est celle d’un révérend voyageant vers l’Ouest dans les
de redéfinir les contours et l’imaginaire de la classe années 1870. Il décrit des mineurs et des travailleurs
manuels en Oregon et Arizona en disant « on n’entend
parler que des doctrines athéistes d’Engels et des
théories socialistes de Karl Marx ». Et là, je me dis :

1/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

ça, on ne l’a jamais entendu dans les westerns ! On d’urgence vous trouverez la sortie facilement. » Parce
ne voit jamais de cow-boys discuter de la théorie de la qu’en fait, c’est ça leur vrai travail. Pas vendre des
valeur. Mais en fait, si, ils le faisaient. tickets. Leur boulot, c’est de se préoccuper des gens,
de s’occuper des disputes qui éclatent, de s’assurer que
tout fonctionne bien. Une grande partie de ce que le
travail de la classe ouvrière a toujours été, n’a pas été
reconnu pour ce qu’il était.
Donc j’ai commencé à me demander : pourquoi ne pas
réfléchir à une théorie de la valeur qui partirait de ce
travail de care ? De l’idée que le care est le paradigme
principal pour comprendre ce qu’est le travail ?
C’est ce que disent les féministes depuis des
décennies : le travail, ce n’est pas seulement la
production mais aussi la reproduction. Qu’en tant
que femmes et mères, elles sont des travailleuses
dominées…
Selon une étude britannique, 49 % du travail effectué
ne fait pas l’objet d’une rémunération. J’entends très
L’idée du travail productif a fait son chemin. Puis bien cette théorie féministe. Si nous remplaçons la
est venue l’idée que la valeur n’est plus ce que vous production par le soin dans la théorie de la valeur,
produisez, mais ce que vous consommez. Toutefois, qu’est-ce que cela donne ? Quel est l’équivalent
c’est l’idée que le travail est productif qui a permis de la consommation pour le travail productif ? Je
cette évolution. Si bien que, lorsque l’on parle de crois que c’est la liberté. Une définition du travail
« créateurs de richesses », la plupart des gens pensent du care deviendrait alors : le travail dont l’objectif
que l’on parle des riches et pas des travailleurs. Si est de maintenir ou augmenter la liberté d’une autre
le travail c’est la production, et que la production personne. C’est ce que vous faites quand vous prenez
c’est le travail à l’usine, il y a donc des gens qui soin de votre enfant : vous voulez lui donner ce dont
peuvent affirmer qu’il n’y a plus de classe ouvrière il a besoin pour être le plus libre possible. Et c’est
maintenant que les usines sont parties des États-Unis exactement ce qu’il fait en jouant. Marx a dit : sous
et de l’Europe. Comme si des androïdes bien conçus le communisme, le travail sera décidé par soi-même et
conduisaient les bus et nettoyaient les maisons. sera son propre but. C’est la définition du jeu.
Pourquoi nous trompons-nous à ce point sur le travail ? Vous parlez d’une révolte de la classe de ceux qui
Alors qu’il y a toujours eu des gens dont le travail a « prennent soin », que vous appelez la « caring
consisté à prendre soin des autres humains, des plantes class ». Où voyez-vous cette révolte ?
ou des animaux ? Récemment, il y a eu une grève Je l’ai d’abord vue quand je me suis engagé dans
dans les stations de métro à Londres contre un plan Occupy Wall Street. On avait un tumbler, utilisé par
de fermeture des guichets où l’on vend les tickets. les gens qui avaient trop de boulot pour participer à
Des gens affirment qu’on n’en a plus besoin. Des l’occupation du parc Zuccotti à New York. Les gens
marxistes disent : « Ce sont des boulots de merde, s’y prenaient en photo en montrant des affichettes avec
non ? Pourquoi défendre ces emplois ? » Les syndicats des messages dessus. Ils y racontaient leur vie. J’ai
ont eu une super réponse sur le mode « si vous passé tout un week-end à lire ces milliers de messages.
prenez le métro dans des gares sans personnel, nous Beaucoup d’entre eux disaient : « J’aimerais faire
espérons que votre enfant ne se perdra pas, qu’en cas un travail qui viendrait en aide aux autres : santé,

2/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

éducation, services sociaux, handicapés… Mais si plus votre travail sert à aider les autres, moins vous
vous voulez aider les autres, vous serez payé tellement êtes payé pour le faire. À quelques rares exceptions,
peu et vous serez tellement endetté, que vous ne comme certains médecins.
pourrez même pas prendre soin de votre famille. » Pourquoi alors acceptons-nous que les boulots utiles
C’était la grande plainte qui s’exprimait. Un sentiment soient si peu rémunérateurs ? Est-ce parce que nous
de grande injustice : celui d’être puni pour vouloir ne voulons pas que des gens mus par l’appât du gain
aider les autres. deviennent enseignants ? C’est un peu comme s'il y
avait l’idée sous-jacente que lorsque votre boulot est
bon pour les autres, sa vertu intrinsèque est en elle-
même rémunératrice.
En France, ce genre de travail (enseignants,
cheminots, chercheurs, infirmières…) est
traditionnellement inclus dans les services publics,
au nom de leur bénéfice pour le bien commun. Il y
avait une sorte de pacte historique : votre salaire
sera moins élevé que dans le privé mais vous aurez
un emploi à vie. Il est menacé par l’ouverture de
certains services publics à la concurrence : la SNCF
aujourd’hui, EDF et GDF il y a quelques années
déjà…
Ce qui est fascinant avec l’austérité en Grande-
Bretagne, c’est que ce sont précisément ceux dont
Votre article sur les « bullshit jobs » a eu
le boulot aide le plus les autres qui sont les plus
un écho énorme. Certains vous ont reproché
touchés : les personnes qui travaillent aux urgences,
une formulation méprisante à l’encontre de ces
le personnel médical, la personne qui vous dit à
travailleurs. La notion de « caring class » n’est-elle
quelle heure part votre train… Vous pouvez voir des
pas une reformulation positive de la même idée ?
parlementaires conservateurs hurler de joie quand ils
Le concept des bullshit jobs repose sur le fait que empêchent des médecins ou des policiers de bénéficier
l’on pense soi-même avoir un bullshit job. Si vous d’une augmentation. Alors que ça ne les gêne pas du
pensez que votre boulot a un sens, je ne vais pas tout que les banquiers gagnent des sommes affolantes,
vous dire qu’il n’en a pas. Beaucoup de gens disent même après avoir détruit l’économie. Je crois que la
que leur boulot ne sert à rien et que, s’il n’existait seule explication, c’est qu’il y a cette croyance que
pas, ça ne changerait rien au cours des choses. Qu’il ceux qui veulent faire le bien doivent être prêts à faire
n’a pas de valeur sociale. Cela montre bien que des des sacrifices.
gens ont une conception de la valeur sociale qui ne se
Il y a quelques semaines, pour la première fois
distingue pas de la valeur au sens du marché. Pourquoi
en France, des personnels d’Ehpad ont fait grève
certains pensent-ils que leur boulot ne sert à rien ?
contre le durcissement de leurs conditions de
Dans certains cas, c’est évident : vous n’avez tellement
travail, qui les empêchent de bien prendre soin
rien à faire que vous êtes sur Twitter toute la journée.
des patient·e·s. Il leur est très difficile de se faire
Je crois que, derrière le mécontentement que les entendre. Peuvent-ils vraiment se révolter ?
bullshit jobs suscite, il y a l’idée qu’ils ne servent pas à
Le problème des travailleurs de la « caring
aider les autres. Mais alors apparaît un autre problème :
class »,c’est qu’ils ne peuvent pas faire grève
longtemps car sinon des gens peuvent mourir. Pour

3/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

exercer un rapport de force, ils ont besoin de solidarité imprimerie. L’idée qu’il existe d’un côté une classe
et de former des alliances. C’est pourquoi il est si ouvrière respectable et de l’autre un lumpenproletariat
important de ré-imaginer et reconfigurer ce que le racisé façonne notre vision de la classe ouvrière. C’est
travail est pour de vrai. Les mouvements féministes pour cela que penser en terme de « caring class » peut
sont confrontés au même problème : comment se permettre de modifier complètement la représentation.
retirer du travail de care sans faire de mal à celles et Que pensez-vous de la proposition de revenu
ceux que vous aimez ? C’est un dilemme terrible. universel ? Serait-ce un bon moyen pour aider la
Un des problèmes est aussi que ceux que vous caring class ?
penseriez être vos alliés peuvent en réalité être vos Absolument. Une de mes proches amies a organisé
ennemis. Ce sont notamment les managers qui font des grèves de femmes au foyer. C’était surtout une
respecter les cadences trop rapides de travail. Or provocation, elles ne pensaient pas qu’elles seraient
ce sont ces managers, ces cadres, ces professions payées. Car demander un salaire pour tout le travail
d’encadrement, qui sont aussi à la tête des partis de soin prodigué, c’est vraiment une façon de défier le
de gauche qui devraient logiquement être ceux qui capitalisme. Le marché ne fonctionnerait pas du tout
réclament un changement. Parfois les employés et sans le travail non rémunéré des femmes à la maison.
leurs directeurs sont dans les mêmes syndicats. Dans Et cela rendrait nécessaire le traitement bureaucratique
ces conditions, il est très difficile de faire grève. et informatisé de l’intimité des foyers et de ce qui s’y
La « caring class » est-elle une classe sociale ? passe. Beaucoup d’entre elles en sont donc venues à
Cette formulation ne risque-t-elle pas d’effacer se dire qu’une demande plus sensée serait de réclamer
les différences entre Noir·e·s, Blanc·he·s, femmes, un revenu universel. Que chacun·e choisisse ce qu’elle
trans, handicapé·e·s… ? ou il veut faire. Or tout le monde est impliqué dans un
La caring class traverse les frontières. C’est une travail de soin d’une manière ou d’une autre. Et même
façon de repenser la classe ouvrière en mettant les si vous ne prenez pas soin des autres, vous prenez soin
femmes en premier, contrairement à la représentation de vous-même. Pourquoi ne pas partir de l’hypothèse
historique qu’on se fait des ouvriers. Quant à la qu’on puisse vous garantir les moyens de survivre ?
question de la diversité ethnique et raciale, c’est Ce serait alors à vous de choisir de qui vous souhaitez
toujours plus compliqué que ce que l’on pense. prendre soin…
Tout dépend du contexte. La même personne peut Quel serait le moyen de financer ce revenu
dans un cas s’identifier comme classe ouvrière universel de la caring class ?
et, dans un autre, comme personne racisée. Dans Beaucoup de discussions sont fondées sur une
nos autoreprésentations identitaires spontanées, sans fausse idée de ce qu’est vraiment l’argent. Si vous
rapport avec une institution, les gens se définissent prenez juste l’argent que les banques tirent pour
avant tout par rapport à la musique qu’ils écoutent. le quantitative easing, et que vous le donnez aux
Mais ce n’est pas qu’une question d’autodéfinition. travailleurs du care, la moitié du chemin serait déjà
C’est un problème de discriminations : beaucoup parcouru. Cet argent existe. S’il était distribué sous la
des personnes qui occupent ces emplois de care forme d’un revenu de base, ça augmenterait l’activité
peu rémunérés sont des « minorités » victimes économique. Car plus les gens sont pauvres, plus il est
d’inégalités. probable qu’ils aient besoin de dépenser leur argent.
C’est exactement la raison pour laquelle il faut ré-
imaginer la classe ouvrière ! Parce que la focalisation
sur le travail en usine nourrit une représentation
calée sur l’idée d’une élite ouvrière blanche. Je viens
de ce milieu social. Mon père travaillait pour une

4/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
5

Je voulais créer, en utilisant ces termes, un concept


qui demeurerait ouvert. Je ne voulais pas définir une
classe précise avec des frontières rigides. Par exemple,
si vous êtes gardien de prison, vous appartenez en un
sens à la « caring class », mais on ne peut pas dire
que vous augmentez la liberté et le bien-être des autres,
comme si vous êtes infirmière par exemple !
Mon idée est moins d’imaginer de nouvelles frontières
de classes que de reconsidérer ce qui est important
dans ce que vous faites déjà. Les gens jugent déjà leur
activité professionnelle en s’intéressant à la question
de savoir dans quelle mesure elle aide ou non les
autres, elle accroît ou non la liberté des autres, elle
est positive ou non pour les autres. Cela leur trotte
dans la tête, même si ce n’est pas toujours formulé
Mais comment fait-on alors pour accéder à cet de manière consciente. Reconsidérer cette dimension
argent ? Est-ce que vous nationalisez les banques ? permettrait sans doute à beaucoup de gens de mieux
Est-ce que vous les taxez ? saisir pourquoi ils se sentent bien ou mal lorsqu’ils font
On peut créer des banques publiques, à la manière ce qu’ils font.
de la banque centrale européenne, qui pourraient Vous ne parlez guère du changement climatique, de
émettre de l’argent ou recycler l’argent se trouvant l’écologie… Considérez-vous que les activistes du
déjà en circulation. Ce n’est pas un véritable problème. climat et que ceux qui s’engagent pour la transition
Le problème est d’abord la manière dont on nous énergétique font partie de la « caring class » ?
demande habituellement de penser l’argent et la
Oui, tout à fait. Si vous considérez les dimensions du
monnaie. Beaucoup de gens ne comprennent pas les
care et de la liberté comme aussi importantes que la
fondamentaux, à savoir que ce sont les banques qui
production et la consommation, cela ouvre la voie à un
créent la monnaie. C’est un débat déjà ancien parmi
monde beaucoup plus attentif à l’écologie que lorsque
les économistes. Est-ce que les banques créent de la
celui-ci est dominé par l’économie. Les notions de
monnaie à partir d’actifs réels ou non ? Personne n’est
care et de liberté s’appliquent à toutes les dimensions
jamais allé travailler dans une banque pour répondre
de la réalité. En conséquence, vous pouvez attribuer
à cette question et vérifier ce qu’il en est. Moi je l’ai
des valeurs supérieures à des éléments aujourd’hui
fait et je peux confirmer que la création de monnaie
dévalorisés, comme l’attention à la nature, aux jardins,
n’est fondée sur aucun actif existant, que lorsque les
aux animaux…
banques font un prêt, elles créent de l’argent de toutes
pièces. Il existe des mouvements sociaux et des
grèves actuellement en France, dans le rail
Nous avons donc besoin de banquiers ?
notamment. C’est également le cas au Royaume-
Nous n’avons pas forcément besoin des les appeler Uni, en particulier dans l’Université. En dépit
comme ça, mais nous pouvons imaginer des « banques de l’existence d’une Union européenne, ces
postales » et encore bien d’autres mécanismes pour mouvements sociaux semblent rester déconnectés
créer de la monnaie. les uns des autres. Il y a vingt ans le sociologue
Est-il suffisant d’appartenir à la « caring class » Pierre Bourdieu avait lancé un appel pour un
pour sentir qu’on y appartient et, si besoin, se
révolter contre cette condition ?

5/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
6

mouvement social européen. Pourquoi celui-ci agression ! C’est incroyable. C’est une agression
peine-t-il à exister selon vous ? Et comment commise par un président turc qui a annoncé à l’avance
relancer un mouvement social international ? qu’il allait commettre des crimes de guerre.
Il y avait eu des mouvements de mouvements, avec La question est de savoir pourquoi il n’y a eu aucune
les forums sociaux européens, fondés notamment sur réaction, aucune tentative d’empêcher la prise d’Afrin.
des nouveaux médias, à l’instar d’Indymedia, qui était Pour moi, la raison est claire : la Turquie promet
alors très puissant. d’éviter que des millions de réfugiés ne prennent la
Il me semble qu’il y a eu des effets de cette injonction route de l’Europe et a donc les mains libres pour
à connecter les luttes au sens où de nombreuses commettre des crimes de guerre. C’est un chantage aux
idées et de façons de concevoir les problèmes se réfugiés qui permet un génocide.
sont répandues à l’échelle internationale. On a vu Pensez-vous que l’attaque turque risque de mettre
des mouvements similaires se déployer à Hong Kong, fin à l’expérience politique qui s’est déployée au
en Bosnie, aux États-Unis. Quelque chose a donc Rojava ces dernières années ?
fonctionné autour de cette exigence de démocratie Non. Je pense que les États-Unis ont fait comprendre à
directe qui s’est répandue en Europe et dans le monde. la Turquie qu’ils pouvaient prendre Afrin, mais qu’ils
Mais, d’un autre côté, il me semble que de nombreux ne pouvaient pas aller au-delà. Afrin était sous la
intellectuels sont restés à la traîne. Je ne veux protection des Russes alors que le reste du Rojava se
pas condamner les intellectuels dans leur ensemble, situe sous protection américaine.
mais il me semble qu’une large partie d’entre Certaines personnes ici estiment que l’expérience
eux, beaucoup d’universitaires notamment, n’ont pas au Rojava est intéressante, mais est jugée trop
joué le rôle qu’ils auraient pu jouer, sont restés compliquée, prise dans le conflit entre les Turcs
timides, voire timorés. Sur les campus américains, et les Kurdes, il y a des armes, des combattants
nombreux sont ceux qui professent en théorie des armés… Il y a donc de l’intérêt de la part de la
idées révolutionnaires, mais sont restés à l’écart des gauche, mais aussi de la gêne. Comment expliquez-
affrontements entre les étudiants et la police. vous cela ?
Que pouvez-vous dire de la situation actuelle au
Rojava ?
La situation à Afrin est absolument désastreuse. Les
Kurdes ont été contraints de prendre la situation
stratégique d’évacuer Afrin pour éviter que la ville ne
soit davantage détruite pas l’aviation turque. Mais la
situation est différente dans le reste du Rojava.
La chose la plus absolument choquante est qu’il s’agit
d’une pure agression. Il s’agit d’une attaque dirigée
contre la seule partie de la Syrie où il n’y avait pas
de guerre. C’est une guerre d’agression. C’est une
attaque qui ne répond à aucune provocation, aucune
position belliqueuse des Kurdes. Nous disposons
d’enregistrements du renseignement turc qui montrent Abdullah Öcalan en 1997.
qu’il ne s’agit que de cela. Et il n’y a pas un seul Une raison compréhensible est que le PKK est à
pays, si ce n’est l’Égypte, pour condamner une telle l’origine un groupe marxiste-léniniste et que ce n’est
pas exactement un modèle démocratique à la base ! Et

6/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
7

il y a encore des tensions à l’intérieur du PKK, depuis C’est sans doute difficile à croire, mais il me semble
que le leader, Abdullah Öcalan, a découvert et tenté que le Rojava est l’exemple de la manière dont un
d’importer les méthodes d’organisation démocratique processus révolutionnaire contemporain peut exister,
et les théories développées par Murray Bookchin, et avec une ténacité difficilement imaginable, quand
même avant qu’il soit en prison. on mesure le nombre de fois où les Kurdes ont été
Dire que cela n’est que du vent ou de l’affichage déçus ou trahis.
revient à nier vingt années de réorganisation de
la société kurde et de lutte politique en son sein,
en changeant les orientations du mouvement, en se
détachant de sa doxa prolétarienne, en étant attentif au
féminisme, à l’écologie, à la démocratie directe.
C’est un changement historique profond et d’ampleur,
et cela explique aussi le fait que beaucoup de gens ont
du mal à même croire qu’une organisation politique
puisse ainsi changer à ce point.
Il y a quelque chose de ridicule à voir des personnes
affirmer que les Kurdes se disent anarchistes pour
gagner des soutiens et des alliés en Occident.
Imagine-t-on vraiment un groupe, dans cette partie du
monde, feindre une idéologie pour gagner du soutien
international ? Je ne pense pas qu’ils auraient alors
choisi l’anarchisme ! Je pense qu’ils auraient eu plus
de chances en se déclarant libéraux ou néolibéraux…
Il y a une forme de narcissisme à penser que ce
qui se joue concrètement au Rojava peut être jugé et Pour vous, personnellement, qu’est-ce qui est si
déterminé par des personnes comme moi vivant dans important dans l’expérience du Rojava ?
des pays européens ou américains qui pensent encore C’est la première fois, à une telle échelle, que des
pouvoir analyser les choses avec des cadres classiques, gens tentent de créer une démocratie directe, du bas
comme ceux de l’anti-impérialisme par exemple. vers le haut, et contrôlent un territoire loin d’être
Quand j’étais au Kurdistan, j’ai rencontré des négligeable. Cela nous interroge. Que ferons-nous si
personnes qui essayaient vraiment de modifier les nous gagnons vraiment ? Qu’aurions-nous fait si le
règles du jeu, de ne pas simplement tenter d’obtenir mouvement Occupy avait gagné et occupé New York ?
des solidarités de type humanitaire ou de jouer sur Comment aurions-nous organisé les transports ? Les
les pulsions patriotiques, mais d’approfondir et de échanges ? Les décisions ? Le Rojava est un vrai pays,
transformer les façons de faire de la politique. grand comme quatre fois Israël, avec des millions
d’habitants, qui se pose concrètement et tous les jours
toutes ces questions.

7/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
8

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Directeur éditorial : François Bonnet Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, Thierry Wilhelm. Actionnaires peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
directs et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Marie-Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Société des Amis de Mediapart. Paris.

8/8

Vous aimerez peut-être aussi