Vous êtes sur la page 1sur 8

Le droit romain

a-t-il influence
le droit islarnique?
por le professeur Muhommod Homidulloh,

L ' a r t i c l e i n t i t u l é : C o n s i c l er a z i o n i s t r i r a p p o r l i 1 , . , , l i , i l t , ,
r o m a n o , , d i r i t t o n ) u s u l r n n n o , r ' r r r r l t , r r rrrl o r r . s/ ' . x , r , r . r r r 1l tr ,o s l / r r r r r r , ,
du professeu,C.-A. f{clli.ro, Raccolta <li st.riili ,. irr..,liti.
",liti
t. IV, Rome, 1942, p. 85-94, est traduit at,rrc la biettt,eilltttrtc por
mission d. Mllt Maria Nalfino et rle I'lstitrtto 1tt,r I'()ricttle . tltti
t[étiennent conjoinlem<tnl le rlroit tle puhlicctti<ttt. ll s'aç1it,ir I'ori
gine, d'une communication {ai\e au Congrès itûenrati<trral tlLt
droit romain (Rome, 1933).

E ne sont de mo port gue des considé- de lo roison historique, o priori bien discu-
rotionsgénéroles,d'un coroctèreessen- toble, et de nombreuses onologies entre les
tiellement historique; observotionsdc t l c u x r . l r o i l sd c J u s t i n i c n c l d e l ' l . , l o m , i l s r r l r
telle noture qu'il soit permis à un non-iuriste p o s o q u e l ' i n t r o d u c t i t - . nd e s n o r r y t e s r o m o t n c \
(comme moi) de les exposer devont une ossem-
d o n s l ' l s l o m i s r n e o v o i t r r t r j f c r c i l i t c ' ce n d c ' r 1 r - r i
blée de nombreux et illustres juristes comme s o n t c e s n o r m e s s o u s l e c o u v e r t d e s . . rH a d i t h s
celle-ci. opocryphes attribués ô Muhommod (Prophète
de l'lslom).
Si je ne me trompe, le premier à soutenir
lo dérivotion substontielle du droit musulmon Depuis lors, cette dérivotion se trouve strr_r-
du droit romoin fut, en I865, Dominico Got- t e n u e o v e c u n e i n f i n i t é d e n u o n c e s , s . - r i tt r è s
t e s c h i ( d o n s s o n < <M o n u o l e d i d i r i t t o p u b b l i c o nettement, soit comme quelque chose d'ossez
e p r i v o t o o t t o m o n o > > ,A l e x o n d r i e , l 8 6 5 ) , o v o - p r o b o b l e ; e t c e l o , o u b i e n p o r d e s j t - r r i s t e sn o n
cot à lo cour d'oppel mixte d'Alexondrie, mem- o r i e n t q l i s t e s* c e r t o i n s d ' e n t r e e u x o n t d i r e c -
bre de l'lnstitut d'Egypte, homme qui ne t e m e n t o f f i r m é q u e l e d r o i t m u s u l m o n < ,c u
connoissoit ni l'orobe ni le turc, mois plein fond c'est du droit romqin ô oeine oltére
d'intérêt pour les questions juridiques et judi- (Henri Hugues, lBB0) - o u b i e n p o r r _ l et e l s
cioires concernont l'Egypte et l'Empire otto- s p é c i o l i s t e sd e s c h o s e s m u s u l m c n e s , q u i s o n t ,
m o n , s u j e t s s u r l e s q u e l si l o r é d i g é d e s o u v r o - de leur côté, médiocrement équipés quont our
ges qut .ne monquent pos de voleur. portont droit.

10
Mcis, en réolité, personne
n,o considéré le systèmes européens, on
r r r o b l è n l ed c n s s o g r o n d e c o m p l e x i t é . se contente de rendre
Les lslo_ ce que les Musulmons nomme
r r r r s o n t s ,p o r t i s o n s d e l o < Fiqh )) comme
dérivotion, se sont
bornés ou bien oux offirmotions lo portie de lo foi religieuse
( c h o - - r î , o h )q, u i
généroles _ réglemente I'octivité
f ruits de colculs de probobil,,e extérieure du croyont
Otr,"J q-r" d,rnu envers Dieu, envers soi_même
ctude profonde *, ou et envers outrui.
bien à rechercher des
Doinr5 très spécioux, ou encore Si celo implique beoucoup ptrs
à rossembler a , , . , ' . O t é .c e l o ,
d e s p o r o l l è l e s* i r d'outre côté, impliqr"
t"or.orp'-oin, qu"
mcis nonprobonts ce gLU, dons lo conception
ïr::i,ïff::,ï:lïî:îî occidentole, est le
nrones porticulières < <d r o i t > >: p r o t i q u e s d u
et les normes romoines culte _ ou sein duquel
p o r t i c u l i è r e s ,p o r o l l è l e s nous trouvons inscrites
qui, sonsdoute, offrent les normes qui, pour
un f,lrécieuxmotériel pour nous, ressortiroient du
lo guestion, mois droit public, comme
qur sont bien loin certoines porties du système
de lo résoudre. iributoire et le
régime des mines et des
minéroux *, droits
Au pôle opposé sont quelques de lo fomiile, des personnes
Musulmons et de lo succes_
modernes qui, ô lo suite sion, droits potrimonioux (y
d,un écrit d, p".ron i n c l u s l e < <w o q f > ) ,
L.ohôite Abu,t_Fodt ot_Jurfôdqô"î droits judicioire et.pénol,
(J; tgll), droits d" gr"rr" ur,
dLrnt le texte o été troduit en outre, les motières qui,
en orobe dons le à un Olcidentol,
- t\4uqoddinrotol_qowônîn sembleroient plutôt des rites
> > ,d e , A b d o t _ l o t i t ,eligieui, comme
5o'd), offirment comme les serments et les væux,
dérivé du droit musul- les obottoirs ordi-
flcrn ce que les Européens noires et l,égorgement
récloment comme des victimes socrifico_
ciroil rornoin toires, les oliments
et les boissons licites
illicites, formolités ritueiles et
de chosse et de
pêche, les vêrements (permis
LES TSLAMISANTS MODERNES.
o, JJr"ndur).
Vice verso sont exclus
du <<Ft;; ;- puisque
dépourvus de tout ropport
Dons le comp ovec les éléments
, lslomisonts modernes, fournis por les textes
i o t e n d o n c e s e m b .l e des socrés,a", po.ti*, irn-
être vers tu .."pii.ir-". portontes du droit public
M r . ' , , sc e s o n t o u s s i d e s i m p r e s s i o n r l l n O . o t " r . o;nsi quà certoines
du droit privé, por exemple,
to doctrine de
Or je voudrois opporter l'Etot et de son chef,
è lo fois les roisons bËouc.ro-j"'porties
c'je r-]11)npropre scepticisme du droit odministrotif (oppelé
concernant une u ol_siyasoh
profonde influence du och-chor'îyoh>>: ,egle-"niotion
droit ro_oin _i à l,en_ de io chose
tenCre ou sens fe plus lorge _ publique d'une monièà
sur le droit
qui n" .o,irà,,
lo <<chqrî'oh ))). oo,
nusulnren, et indi
nresem
bren,,,br:T".:#iJ,1ï:"iîïl#:: Mois guelquesoutres fois
ou bren pris en considérotion le droit musul_
d,une monière mon se foit comprendre
{rop insuffisonte por ô nos sovonts (occi_
ceux qui ont exprimé dentoux) d,une monière
leur opinion concernont ossez différente du
les ropports a", <<Fiqh >>,è sovoircomme
der;x droits : "ni.u un extroit orbitroire
de tellesportiesdu < Fiqh
u qri ,ontli,_"n,
I Une grove confusion juridiques,selon les
noît précisément conceptionsoccidentoles,
dr: ce qu'on oublie d,indique. y ojoutont, en outre,
."-irâ soit de telles motières,
enrendre por < droit musulmon u"r, de droit public, qui sont
> > ,ô p r o p o s :T.*oy, pour les
du susCit problème. Musulmons <<os_siyôsohoch_chor,îyoi-r,
Cette expre.r,on", L aroit soit
musulmsp >1, ossume oy' onr été ojoutées (totérée; Jon,
ouprès des Européens !1il"r un"
diverses significotions. pour epogue tordive) ou <<Fiqh )),
fo pfupo.i,"a Oe_ por exemple, les
fout d'un terme correspondont controts emphytéotiques
en longues et reconnus .o--"
légitimes seulementà
une epoqr"- trj, to._

ll
dive, en connexion ovec le grond développe- porlons pos seulement de l'Arobie dr.r Srrd-
ment des < woqf > et des <<iqtô' > (fiefs) dons Ouest, siège d'une très oncienne civilisotion,
les poys musulmons méditerronéens. qui remonte è un ôge ontérieur à lo fondotion

Une outre fois, enfin, et surtout dons l'om- de Rome, qui fut dotée d'orgonismes étotiques
bionce coloniole, on voit réclomer comme solidement constitués en type monorchique.
qui connoissoit lo publicotion des controts por
droit musulmon le droit en usoge ouprès des
Musulmons d'une région quelconque, tout le moyen des inscriptions sur pierre ou sur
comme des porties du < Fiqh >> qui ne sont bronze, et oussi une législotion souveroine
pos tombées protiquement en désuétude, et écrite. En effet, en 1927 fut publiée une épi-
tout celo ovec le droit locol purement coutu- grophe sobéenne gui contient le décrer pcr
mier ne se rottochont oucunement à l'lsls- lequel Chomir Yuhor'ich (cir. 280 de l,ère
misme. chrét.), roi de Sobq et de Dhou-Roidôn. étoblit
les limites et les normes du droit de récession
dons les cos d'ochot d'onimoux et d'esooves,
RAPPORTS AVEC LE DROIT ROMAIN.
Porlons encore des populotions sédentoires<ju
Chocun voit combien différemment se pose Hijôz ou moment où l'lslom olloit opporoitre
le problème des ropports ovec le droit romoin, vers l'on-600 chr. Déjô depuis des siècles, le
suivont que le droit r4usulmon se prend dcrrs droit potrimoniol ne pouvoit n'ovoir pos eLr
tel sens plutôt que dons tel outre des trois un développement notoble: il suffit de pen-
occeptions susmentionnées. ser oux grondes opérotions corovonières ct
commercioles, à coroctère internotional. des
.p. Finolement, chez plusieurs de ceux qui
Quroichites de Lo Mecque, oux gronds servi-
expriment leur opinion concernont les rop_
ces de lo fourniture des vivres et de lo police
ports précités, il n'est pos cloir s,ils enten_
(escorte) liés ou pèlerinoge onnuel de lc
dent soutenir une dépendonce du droit musul-
Ko'boh ; controts ogricoles des oosis de Me -
mon du droit romoin, seulement en foit de
dine, de Tobouk, de Toimô', d'ol-Yomômoh,
normes positives, ou oussi en tont que science
etc. ll est cloir que les germes d'une gronde
du droit - cômme il l'est, en effet, d,oprès
portie ou moins du droit potrimoniol islomi-
quelques opinions - ou ou moins en ce qui
que devoient exister chez cette poptrlotion
concerne lq méthode de clossqnent du mqtti- ri
bien ovont Muhornmocl.
riel dons les livres (de droit). il
2. Avont toute discussion, il seroit indis_ Sons doute, on peut penser à des infiltrcr-
pensoble d'étoblir quel fut l,étqt du droit tions romoinesdues oux contccts ovec lo poles-
orcbe - ou des droits orobes- ovont l,lslom. tine et lo Syrie; mois dons un tel ccs, preci-
Si cette recherche fondomentole nous o mon- s é m e n t , l e s i n f i l t r o t i o n s o u r o i e n t p é n é T r " ée n _
qué jusqu'ici en gronde portie, c,est, por con_ suite dons le droit musulmon por lo voie cr::br,
tre, so nécessité même qui o été complète_ préislomique, et non.pos depuis les grcrrclc.,_.
ment négligée por ceux qui, en dehors du droit c o n q u ê t e sd e s A r o b e s e n d e h o r s d e l e u r p é n i r r -
f o m i l i a l , s u c c e s s o r o l ,p é n o l e t j u d i c i o i r e , c o m _ sule. Et, en outre, tout celo seroit dons le
porent ce droit à un chomp vide qui o été domoine de lo pure conjecture, monquont de
rempli peu à peu por des droits étrongers, b o s e d o n s l e s f o i t s c o n n u s ô c e . i o u r; e t m ê m e
dons les temps postérieurs à Muhomniod, por olors on se heurteroit encore è lo difficulte
l'influence des peuples non orobes ropidement qui surgiroit de tels foits mêmes: me limi-
ossulettis et islomisés. tont, ici, à citer lo plus notoire ottestotion
d e T h é o d o r i t e ,d e l o p r e m i è r em o i t i é d u V ' s i è -
Cependont l'existence des droits crobes pré_ cle chr., qu'oux confins extrêmes de l,Emr:ire
islomiques développés est hors de doute. Ne (romoin) existent des populotions ossuietties

t2
è Rome, ô qui le droit romoin ne s'opplique Hodîth ; comme c'est le cos, pour citer un seuf
p o s ; e t T h é o d o r i t e s p é c i f i e , e n t r e o u t r e s , < <l e s e x e m p l e , d u < k h i y ô r o l - m o j l i s > >( c ' e s t - ô - d i r e
nonrbreuses tribus ismoéliennes, i. e., orobes l'outorisotion de révoquerun controt de vente-
( " t o p o n - r p o l l op h u l o t o u l s m q e l > ) ) . ochot ovont que les porties se séporent),
occueilli por les Chôfi'ites, les Honbolites et
les Chî'ites de douze imôms, et repoussépor
D R O T TP A T R T M O N T A
PLR E | S L A M | Q U E . les Môlikites et les Honofites, et celo seule-
ment pour les différentes interprétotions du
Reste lo question de sovoir s'il seroit pos- même texte. Cependont combien d'occosions
sible de reconstruire - portiellement, bien ne se seroient-elles pss présentées oux pre-
cntendu .- le dlei1 potrimoniol préislomique mières générotions musulmones, pour fobri-
cies territoires dons lesquels l'lslomisme no- quer les Hodîths opocryphes dons l'incerti-
t q r r i te t s e d é v e l o p p o d u r o n t l o v i e d e M u h o m - tude et l'inconsistonce des opinions, surgis-
nraci ; question qui se résoudroit en un sens sqnt, por exemple, concernont l'institution des
presgue totolement négotif, si nous devions < <w o q f > , o b i e t d ' i n n o m b r o b l e s c o n t r o v e r s e s ,
nous limiter ou motériel offert por lo poésie concernont le <<rohn > (hypothèque) et outres
orobe et por les récits des temps préislomi- points de lo plus gronde importonce I Poi
qrreset du premier siècle de l'Hégire, repous-
contre, dons de telles motières, le nombre
s ( r n t l e s i n f r r r m o t i o n s p r o v e n o n t d u < <H o d î t h > . des Hodîths opportés por les iuristes musul-
I r r ' , , , c ; r o n r l t ' c r t l r r m i r f i r : r n c cd e s l s l o m i s o n t s mons, soutenont leurs normes. cst bien linritc
rnodernes concernont cette source d'informo-
tion (Hodîth), méfionce qui seroit justifiée à Un poreil ensemblede foits me porte à être
propos des motières théologiques, politiques, optimiste concernont l'usoge du Hodîth pour
moroles, etc., mois il me semble que le cos lo reconstruction des porties du droit orobe
seroit différent dons le domoine du droit pro- préislomique.
prement dit. Le nombre de Hodîths (poroles
du Prophète) ô contenu juridique n'est pos de 3. En foveur de l'existenced'un droit qrobe
plusieurs milliers comme dons les domoines préislomique notoblement développé milite
s u r s d i t s; p o r c o n t r e , i l e s t r e s t r e i n t , e t , e n t r e qussi le foit - dont personne jusqu'ô présent
eux, on ne rencontre pos de tels phénomènes ne sèmble ovoir tenu compte - qu'une gronde
q u i o n t b i e n é t é r é v é l é s- fmqi5 pos nécessoi- portie du droit musulmon, y compris le droit
r e m e n t c o r r e c t e m e n t ; < <t r o d u c t e u r > > ]- por potrimoniol, étoit déjô formée dons le premier
S n o u c k - H u r g r o n j ep o u r d ' o u t r e s m o t i è r e s , d ' u n siècle de l'Hégire. Si une telle formotion pré-
Hcclith qui of f irme blonc sur une question coce ne devoit pos exister, il me semble gue
donnée, d'un outre qui offirme noir, et, enfin, rien ne pourroit expliquer l'cutre circonstonce
un troisième qui, moyennont une nuonce d'ex- que - si l'on en excepte lo question de lo
ç ; r e s s i o np r e s q u e i m p e r c e p t i b l e , v i e n t d ' é t o b l i r < <m u t ' o h > >( m o r i o g e t e m p o r o i r e ) - les diffé-
r r n e r : : f fi r m o t i o n i n t e r m é d i o i r e e t r é c o n c i l i e l e s rences entre les systèmes juridiques des sectes
d e u x o p p o s é s .S u r l e t e r r o i n j u r i d i q u e , l e s d i f - musulmones minoritoires (l) lchî'ites, khôri,
férentes écoles, dons les questions disputées, jitesJ et les écoles moioritoires (2) fsunnitesl
ne se combottent pos pour lo pluport à coup ne soient pos plus grondes que celles existont
de Hodîths différents, mois, ou plus, sur lo entre les quotre écoles sunnites. Celo présup-
bosc de diverses interprétotions d'un même pose, si je ne me trompe, que le droit musul-

l-l) (2) Le Icxte l)(]r.tc ici lcsptrttirrruelrt r htrtt!ro{oxes


"
ct_ . oltlrorlotes D! (luc rto||s t\-olls r.r.ttrltllrcti
1nr trrirtot.i-
tilircs eI nrâiorillircs. (l'ratlnclcrrr..)

l3

i
I
mon, en générol, s'est formé ovont les schis- p e r s o n e ) q u i n ' o p o s d ' o u t r e c q u r i v o l e n to r o b e ,
m e s d u s o u x g r o n d e s d i v e r g e n c e sd o g m o t i q u e s , e t q u i s i g n i f i e < <l e t t r e d ' é c h o n g e b o n c o i r e > > .
e t q u e l o t r o d i t i o n d e l ' e x i s t e n c e d e s < <f u q o - Le régime des eoux, si fondomentol pour un
hô' > (iuristes) médinois, dons les générotions poys vivcnt exclusivement de l'irrigotion, étoit
s u c c é d o n tà c e l l e d e M u h o m m o d , m é r i t e b e o u - dès ovont l'lslom bien connu des Arobes, que
coup plus de confionce qu'on ne le pensoit l ' E m p i r e s o s s o n i d eo v o i t c o n s t i t u é s s o u s f o r m e
générolement. ll fout oussi noter gue les d'Etot-tompon, pour lo défense contre l'incr"rr-
Chî'ites n'ont pos eu le pouvoir politique dons sion bédouine, tout le long des confins de lo
l e p r e m i e r e t l e d e u x i è m e s i è c l e sd e l ' H é g i r e , Bobylonie. Et, enfin, ce fut précisément dons
e t i l s o n t o i n s i c o n s t r u i t l e u r s y s t è m ej u r i d i q u e lo Mésopotomie et lo Bobylonie, qui fut le
sons lo possibilitéde son opplicotion protique. cceur de l'Empire sossonide,que vécurent et
C e l o o u r o i t p u l e u r l o i s s e rp l u s d e l i b e r t é d e enseignèrent les fondoteurs des deux écoles
mouvement qu'oux Sunnites orthodoxes obli- juridiques sunnites (honfoite et honbolitei,
gés de tenir compte de lo réolité de lo vie. o i n s i q u e l e f o n d o t e u r d e l ' é c o l e s u r - r n i t ec h ô -
fi'ite, dons so première phose (l) ; de mênre
4. Tout de suite oprès lo mort de Muhom- c e u r xq u i c o n s t r u i s i r e n tl e s s y s t è m e sj u r i d i q u e s
mod, les Arobes submergèrent, ovec leurs ter- d e s d i v e r s e sc o t é g o r i e s d e s C h î ' i t e s . E n t h é , r r i e
ribles invosions, non seulement de grondes obstroite seroit donc possible l'influence du
p r o v i n c e so s i o t i q u e s e t o f r i c o i n e s d e l ' E m p i r e d r o i t p e r s o n s o s s o n i d eM . o i s c e i u r i - cei s t e n c o r e
b y z o n t i n , m c i s o u s s i , s i m u l t o n é m e n t ,i l s . c b o t - inconnu presque tout entier ; donc oucune de-
tirent et occupèrent entièrement l'outre grond duction, pour le problème qui nous occupe,
e m p i r e , l o P e r s e d e s S q s s o n i d e s .E n t h é o r i e , n'est possible.
i l s e r o i t l o g i q u e d e p e n s e ro u s s i à u n e i n f l u e n c e
Tout comme pour le drort orobe préislomi-
d u d r o i t s o s s c n i d e: l ' o d m i n i s t r o t i o n p e r s o n e
que, ce ne serqit pos chose cbsurde de penser
fournit oussitôt à l'odminisfrotion musulmqne
è l ' i n f il t r o t i o n r o m o n o h e l l é n i s t i q u e d c r r r s l e
quelques termes techniques, comme celui de
d r o i t s o s s a n i d e ,e t p o r c e l u i - c i è s o t r o n s m r s -
< dîwôn > (choncellerie);le troitement que le
'Omor ( sion ou système islomique. r\{ais ce seroit tou-
deuxième colife, I 3-23 H./ 634-44 chr.)
j o u r s d a n s l e d o m c r i n ed e l o c o n j e c t u r e , f n c i l e
réservo tout de suite oprès lo conquête ô lo
à f c r i r c ,c i i ff i c i l e à p r . l t r v c r. . l
terre de lo Bobylonie et de l'lroq devint, selon
le droit musulmon, un modèle pour le régime 5 . L e s s i r - n i l i t r - r d eesn t r e l e s n o r m e s o r r r t i .
'l
I

de lo propriété foncière dqns les poys voincus. c u l i è r e sd u d r o i t r o n r c i n d e l ' ô g e d e J e r s t i n i e n


Le droit musulmon obsorbc, en outre, quelques et celles du droit musulmon sont cbondontes,
termes techniques, pcr exemple, un synonyme e t q u e l q u e f o i s m ê m e i m p r e s s i o n n c n t e s ,n i o i s
( o r o b e ) d e l a < <b o i ' o l - m u r ô b o h o h > >( v e n t e è
le n'oi pos besoin, ici, de roppeler conrbien
p r o f i t ) e s t < <d o h y ô z d o h d q h d u w ô z d o h > >( e x - follocieuse seroit l'onologie extéri*t.rre, nor'l
pression purement persone qui veut dire litté- corroborée por les éléments intrinsèques et
r o l e m e n t : < <D i x o n z e , d i x d o u z e > ) , d o n c o u s s i p o r l o d o c u m e n t o t i o r r h i s t o r i c l u r - ,r ' t ! r ) r sr - n ô r r -
bien <<ribh >> (ovontoge, profit) que <<hott >> q u ' o n v o u d r o i t d é t e r m i n e r l c rd é p e n d c n c e ( h i s ,
( b c i s s e ); o u < <s c f t u l c h > >( é g o l e m e n t d ' o r i g i n e torique) d'un droit de l'cutre I Dons le cos

i | ) L c l o t r r l r t l r . t t t r i c l i t ( l l t i l l t i i , t l t . i l r ' l r r r r l r :r i r . r , l r :. i l , i r l i i i l { .
sururilc, Il;ilili, rrr (llilll jrutitis ll{1(lilr'. L,.,,r,trl .jrrlistc.
()riginairo (lu tcr'r'iloire cx-lrrzarrlirr trlorrl I'r1r.r,ic lr rleprr!-
l(tllgtclri)s (lisl)ill Lr). t.f;l ill..!.\\'ziiti. \llrir l)lr:rlLrlri , trl:rrrs
'l'tulltl;intl
trl-ltrtllti:. l, 1(ifiy plrlcisr': " \'(.r.s ll lirr sr.rrlr
ttrcttt tlc srr !ir., il r'irrstirllir ir llcylorrllr r.onllIt.i,r)ll,l[ll{.il1
t i l t u r d b i l l , r r r i t i s ; r i r r , 5 r r r r o t , i l i i r r r . , i l i l l ) l ) i t r . t ( ' l t i l i l: I i \ (.Jl]lii
i r l , p , ) l l r l s r l r r S i t r r l l r , . r r . t r I , r r l i i s l ; r r r ' l t j l ' ( ) r r c s l ) . ' l ' r ' : r t l r rl ,r . r r r . .

IA
I
porticulier qui nous occupe. les chercheurs sont unonimes è le consiiérer comme un
d'orrologies, dons le but de prouver lo déri- c o n t r o t < <c o n s e n s u e l> >; e t c e l o n i p o r r e t o u r
votion de lo gronde portie du droit musulmon è lo vroie (oncienne) conception romoine, ni
du droit romoin, ont négligé trois points fon- porce gu/elles se sont toujours posé le pro-
Conrentoux pour lo question : blème de lo distinction entre le négoce réel
o ) l l s o n t n é g l i g é l e s d i v e r g e n c e s ,q u e l q u e - e t l e n é g o c e c o n s e n s u e l ,m o i s s i m p l e m e n t s u r
fois notobles, entre écoie et école, même en l o b o s e d ' u n p o s s o g ed u C o r o n ( 4 : 3 3 ) , o ù i l
se limitont oux quotre écoles orthodoxes, en est dit que les octes commercioux (ti1ôroh)
c e s e n s q r - r el e s s i m i l i t u d e s q u ' e l l e s o n t q v e c devoient ovoir lieu en vertu du consentement
i e d r o i t r o m c i n d o n s c e r t o i n e sn o r m e s s e t r o u - mutuel ('qn torôdin).
r e n t d o n s c l r r e l c ; u eés c c l e s i u r i d i q u e s m u s u l - De même, oyont occupé ovec une extrême
ûrones seulernent, et ne se rencontrent pcs, ropidité les provinces les plus florissontes de
pour lo nrême norme, dons les outres écoles. l'Empire byzontin, les Arobes y trouvèrent
Poui cette roison, il or'rive que les études des très répondue l'institution de l'hypothèque __
n o n - A r o b i s o n t s( c o m m e D o r e s t e , K o h l e r ) i n d i - qui ovoit même possé dons le droit juif de
,:luent guelquefois comme éléments typiques
< Michno >>sor..rsson nom grec : < ipothiqi >
.lu droit musulmon les simples porticulorités - mois molgré son importonce pour lo vie
d'une seule école. économique/ cette institution n'o pos pu réus-
b) lis ont omis de rrrettre égolement en sir à pénétrer dons l'lslomisme, souf dons
r c l i c { , i i c , l l r ' 'd e : s i m i l i t u d e s , l e s c l i v e r g e n c e s nos temps modernes,et même celo por l'effct
(crrtre lc droil romoin ct le droit musr-tlmon)" d e l o l ô g i s l o t i o ne u r o p é e n n e .
qui constittrent comme une pierre de touche Non moins diffusés dons le monde hellénis-
potrr lo voleur des similitudes.
t i q u e é t o i e n t l e s c o n t r o t s e m p h y t é o t i q u e s;
ii
c) lls ont perdu de vue lo profonde diffé- m o i s i l f o l l u t p l u s i e u r ss i è c l e sp o u r f o i r e o d m e t -
ii
r e n c e q u i e x i s t e e n t r e l e m o n d e c l o s s i q u e( e u r o - tre por le droit.musulmon - mqis non dqns
.
péen) et le monde musulmon, concernont lo toutes ses écoles - lsur légitimité, et celq
'
f o ç o n d e c o n c e v o i r l e < <d r o i t ) ) e t s e s s o u r c e s ; por l'énorme extension prise por les biens - I

e t , p r o u r t o n t ,c ' e s t c e t t e v o r i é t é q u i n o u s e x p l i - <<woqf >>et por les <<iqtô' >>(fiefs gouverne- l

qrreroit comrrent les idées et les institutions, mentoux).


profondément enrocinées dons ce monde hel- 6. Beoucoup de gens ont égolement offirmé
lénistique conquis por les Arobes et qui for- lo dépendonce du droit musulmon du droit
moit lo bose principcle (l) de lo civilisotion r o m o i n e n t o n t g u e s c i e n c e; p l u s i e u r s s o v o n t s
c r r o b o - i s l o m i q i ; e ,n ' o n t p o s r é u s s i ô p é n é t r e r ont même imoginé qu'il ouroit existé des tro-
c J o n sl e d r o i t m u s u l m o n ( q u e c e s o i t < f i q h > ductions orqbes des ouvroges du droit romoin,
ou non). Pour citer un exemple, c'est chose e t m ê m e d e s P o n d e c t e sq u e l e s j u r i s t e s m u s u l -
bien connue que, dons l'ombionce hellénisti- m o n s o u r o i e n t é t u d i é se t d o n t i l s o u r o i e n t t i r é
q u e , l ' o c h o t - v e n t e e s t u n c o n t r o t < <r é e l > > t, o n - leurs normes et leurs systèmes. Aujourd'hui,
dis que les écoles (luridiques) musulmones on ne peut plus discuter une telle offirmotion,

r1l L':rulrUr rrr tlit ltas Porrrquoi ce nronopole helki-


nisti(lu(,. ir l'nxclrrrion rle tous lcs iultfes pays occultris par
I c s A r ' : r l r c sl r r r r r r ô r r r r . n l o l n e l l t . O n s a i t r l u c l o r s d u c â l i f a t
rl'Ollttrr;irr Itturric 2{i lI.), le tct'r'i{oit.c nlusullt)âll s'étend:rit
r l r p t t i s l ' l i s P r r ; : r t c . i t t s r q t t ' r '(t)t l r i t t c , l ' r . o r r r l i l . i s I ' l t . i l l r c t l ) l t f l i e
r l c l ' l r r r i r ' . t I ' o r r r ' [ ' l . l s t | ; r g i l ( ' ,\ ' { ) i t . ' l - i l 1 ) a t . i ; l } ( ) u l . l a i f r . r n s -
olirrrrc, r'oir Ilalridburi, rlrri ptrle égâlcment de I'Inde de
l'Oucst.) Nous vetrorrs de voir que le territoire ex-byzantiD
n'a plorluit allcun jurislc ilôlâllle dans lcs Drerniers siècles
tlr I'lslrtnt. ('l\':r(luctcrn'.)

r5
dont l'obsurdité historique est définitivement rêt possionné pour le droit - snfsndu dons
prouvée ; de même les résultots négotifs des le sens occidentol - car une telle tendr:nce
recherches les plus récentes (1932), recherches foit complètement défout dons tout le Proche-
conduites dons les littérotures orientoles (hé- Orient ô cette époque, comme celo opporoît
broïque, syrioque, copte, orobe, éthiopique), oussi par lo médiocre production iuridique du
ofin de retrouver les éléments utiles à lo polin- christionisme orientol. Lo couse de cette obon-
g é n é s i ed e s c o n s t i t u t i o n s i m p é r i o l e s ( r o m o i n e s ) donte production juridique (chez les Musul-
imcginée por le regretté Bonfonte. mans) étoit dans lo conception mênre que
M u h o m m o d , e t p o r - l à s e s s e c t o t e q r s ,o v o i e n t
A port même l'qbsurdité historique, il est d u d r o i t , c a r l e < f i q h > >( d r o i t m u s u t l r r r q n é ) toit
égolement curieux de constoter que les défen- jugé portie intégrolede lo science religieuse,
seurs de ielles idées n'ont pos pensé, ovont et non pqs une (simple) discipline profcne
tout, que les fortes onologies quont ou closse- (comme chez les Romoins). Le très ropidr:
ment des normes porticulières dons les chopi- d é v e l o p p e m e n t d u < f i q h > >e s t u n d e s o s p e c t s
t r e s p o r t i c u l i e r s s o n t i n é v i t o b l e se t n é c e s s o i r e s , du grond développement des etudc's r.eligir,rr-
q u e l q u e s o i t l e d r o i t d e s p e u p l e sc i v i l i s é s ; e t ses, pqrtont de l'exégèse coronique, et de io
que, vice verso, les juristes orobes, trovoillont c o l l e c t i o n e t d e l ' i n t e r p r é t c r t i o nd u < H o d î t l r , ' ,
sur les modèles des monuels du type romoin, etc., eti.
n'ouroient jomois pu penser- en me limitont
B. Les défenseurs de lo dépendcnce du
è quelques exemples du droit privé - à dis- droit musulmon du droit romoin, ou ou moins
Derserle motériel concernont les mines ou les
d'une profonde oction de ce dernier slrr le
e s c l o v e so u l o p r o p r i é t é f o n c i è r e e n d i f f é r e n t s
droit musulmon, ont dû étoblir d'cbord, plurs
c h c p i t r e s d a n s l e s q u e l so u c u n j u r i s t e e u r o p é e n
ou moins netternent, comment cette dépcn-
n e p o u v o i t p e n s e r < <o p r i o r i > à o l l e r l e c h e r -
donce ou cette gronde inf luence se seroit
cher ; on n'ouroit pos mis < ribô > (intérêt,
produite.
usure) en ropport ovec l'ochst-vente, etc. ll y
o des signes évidents d'une éloborstion outo- Quont oux juristes, ils s'en remettent à
nome de lo mojeure portie du droit (musul- l'hypothèse des troductions orobes des livres
mcn), éloborotion qui, à mon ovis, dépend des du droit romoin (hypothèsecomplètement dé-
c i r c o n s t o n c e sh i s t o r i q u e sc i u d é v e l o p p e m e n td e s mentie por les foits) ou, ou moins, cjelo conti'
r n s l i t u t i o n sj u r i d i c o - s o c i o l em
s u s u I m o n e s, nuotion des troditions dcs fcrmcusc', écr.ilr:s
becucoup plus gue des théories juridiques obs- juridiques d'Alexondrie et de Bcyrouth
lro ites. bien que ces écoles fussent fermées déjà rrti
siècle précédont lo conquête orobe. Becucoup
7. Pormi les orguments en foveur de lo moins loin de lo vérité historique furent les
thèsed'une profonde influence du droit romoin lslsmisants, puisqu'ils pensoient ô lo proti,:4ue
sur le droit musulmon, on o montré quelque- ludicioire des tribunoux existont cu rrrorrrent
f o i s o u s s i l e f o i t d e l o r o p i d i t ée t l e p l u s g r o n d de lo conquête, oinsi qu'oux Chrétiens et oux
développement des études juridiques et de lo Juifs convertis à l'lslom. Mais ovont toute
l i t t é r c t u r e j u r i d i q u e d o n s l ' l s l o m i s m e ,d é j à o u h y p o t h è s e , i l s e r o i t n é c e s s o i r ed e p r o p o s e r e t
début du deuxième siècle de l'Hégire, et il de résoudre certoins grqves problèmes histo-
seroit justement inexplicoble qu'un tel phéno- riques : Quel étoit l'étot réel des orgonisctir:ns
m è n e s o i t p o s s i b l es o n s p r é s u p p o s e rl t e x i s t e n c e j u d i c i o i i - e se n P o l e s t i n ee t e n S y r i e c u m o r r L : n t
d'un modèle offert por lo littéroture romoine. o ù l e s A r o b c s s u b j u g r - r è r c nctc . , p o y ' , ) F l , i i r , r r t
Mois en foisont ce roisonnement,on oublie e l l e s e n c o r e e n f o n c t i o n , o u p l u t ô t , c i o n st r u . , u -
clue le mobile d'une telle ompleur et d'une c o u p d ' e n d r o i t n ' é t o i e n t - e l l e s p c s c l é j r ' rc [ ; . : r r
t e l l e e f f l o r e s c e n c ep r é c o c e n e f u t p o s u n i n t é - données oux ecclésiostiques<iont bierr L)eLi

t6
n o u s l e s c v o n s , L i t o i e n te n O r i e n t i n s t r u i t s d o n s enseignerirent. De même monqueroient oux
les motières juridiques ? Et ne semble-t-il pos A r o b e s l e s i n t é r ê t s é c o n o m i q u e sc o m m u n s , q u i
résulter des histoires orobes que lo presque ouroient pu porter à une bonne entente entre
totolité des mogistrots civils et judicioires by- les conquérontset les conquis dons le domoine
z o n t i n s , s e u l s v r o i s c o n n o i s s e u r sd e l o s c i e n c e du droit potrimoniol ; car, pour de longues
du droit, ovoient obondonné le poys è peine onnées oprès les conquêtes, les Arobes conti-
l'invosion orobe commencée ? N'en voyons- nuèrent è gorder les chorges du gouverne-
nous pos lo preuve dons lo reddition des villes ment: fonctionnoires et soldots seulement, et
f o i t e p o r l ' i n t e r m é d i o i r ed e s é v ê q u e so u l i e u n o n p c r sc e l l e s d ' o g r i c u l t e u r s , d e c o m m e r ç o n t s ,
d e s f o n c t i o n n o i r e sc i v i l s d é s o r m o i s e n f u i t e ? de propriétoires des terres consocrées à lo
J e n ' c i p o - <b e s o i n d ' i n s i s t e r s u r l ' i m p o r t o n c e culture. Les terroins domoniqux furent, certes,
copitole de ces questions pour le problème concédés comme fiefs oux personnoges mili-
q u i n r ' o c c u p ei c i . toires, mois l'Arobe tituloire du fief se bornoit
à exiger le rendement des odministroteurs
Mois sur un outre point encore il fout briè-
chrétiens (de so terre). Si des controts ogrico-
venrent ottirer votre ottention :
les se foisoient, si des litiges surgissoient, les
Dons les diverses discussions outour des (deux) porties étoient chrétiennes et lo
; ius-
cventuels ropports étroits entre le droit musul-
tice musulmone de lo période de lo formotion
r r r o r re t l e c . l r o i tr o i n o i n , o u d e l ' o d é p e n d o n c e
du droit musulmon, dons le premier siècle de
r l u p r e r r r i e r , o n o p r é s u p p o s ô ,d e f o ç o n e x p l i -
l'Hégire, n'ovoit pos ô s'en occuper; si cepen-
r i l r , o r r i r r r l r l i irl r . , r k : r r x c h o , ; c s< 1 u in c c o r r e s -
rlont on s'cn occupoit, lcs litiges ctoient jugés
pondent pos ,J lo réolité : Que l'odministrotion
sur lo bose des lois propres oux Musulmons,
de lo justice pro.cédôt d'une foçon bien ordon-
et non pos sur celle du droit des chrétiens.
née duront le premier siècle de lo conquête
orobe, et que les nouveoux moîtres se soucios- D'outre port, ce n'est pos dons le domoine
sent de cette odministrotion pour le bénéfice du droit que fut l'opport notoble des nouveoux
de leurs sujets non musulmons. Au controire, convertis à l'lslom. Dons lo période qui o une
ce fut le principe de lo vroie non-intervention importonce pour notre problème, ils étoient
qui fut suivi ; c'est un principe coronique : s e u l e m e n t d e s < <m o w ô l î > >( c l i e n t s ) , j u r i d i q u e -
t

* De telle religion de telle loi > (cf. Coron, ment inférieurs oux Arobes, et ne furent pos
I
5 44-49\. Ainsi, dons l'hypothèse, histori- éleves oux fonctions judicioires (l).
quement non soutenoble, d'un régulier fonc- D o n s d e t e l l e s c o n d i t i o n s h i s t o r i q u e s ,i l n ' e s t
tionnement des tribunoux épiscopoux et rob- pos étonnont que l'irifluence du droit romoin,
biniques - régulier dqns le sens d'observonce souf une portie de lo disposition odministro-
prccise du droit romoin por les premiers - tive, ne pouvoit être notoble dons lo formotion
i l r r r t r n c l u e r o iot u x A r o b e s l ' o c c o s i o n d ' e n t i r e r du droit islomique.

(1) Contrairernent à ce qui est vrai cles s1.stèrnes grec et


romain, ou lc client est inférlcur à son patron, la langue
ârâbe depuis déjà l'époqne pldislamique n'avnit qu,un seul
rnot : ( ntarvlà r (phlriel : ( lrâ\'âli ,) pour désigner le
patron âussi bien que le client (comme notfe mot ,, vôi_
sin '). A l'époque islârnique, il n'y a pas eu une discrimi_
nâtion raciale contre les ( nouveaux conYertis ) Darrrti les
Greca, lcs Syriens, les franicrrs. etc., crr on les volt partout
dons lcs tlomaines lcs plus strictfnldtt islarni<;rrr:s, colrrnre
I'ensoignemcnt du Coran et du Ftadlth, Si ces r nouveaux
convertis ' ne se rencontrâient vraiment pas comrne juges
des tribunaux musulmansn la raison ne serâit nue leur
propre mauque d'intérêt aux études juridiques _* dont
notre auteur- lui-mênre a pnrlé qu€lques lignes plus haut _
et rron une discrlmination quelconque rte la pari tles Arabes
conquérânts. (Traducteur.)

17