Vous êtes sur la page 1sur 18

®

Bilan Carbone

Comité Départemental
de la Protection de la Nature
et de l’Environnement de Loir-et-Cher

Année de référence : 2011


Sommaire
Contexte ................................................................................................................................ 3

Le changement climatique, un enjeu prégnant ............................................................. 3

L’effet de serre, un phénomène bien connu.................................................................. 3

Les objectifs de réduction pour lutter contre le changement climatique ........................ 5

Présentation de l’étude .......................................................................................................... 7

La méthodologie Bilan Carbone® .................................................................................. 7

Le périmètre de l’étude ................................................................................................. 8

Les bénéfices ............................................................................................................... 9

Bilan des émissions de gaz à effet de serre du CDPNE .......................................................10

Répartition globale des émissions par poste ...............................................................10

Comparaison des émissions 2009 et 2011 ..................................................................10

Comparaison des émissions 2009 et 2011 rapportées aux effectifs du CDPNE ..........12

Analyse détaillée du principal poste d’émissions : les déplacements ...........................13

Objectifs de réduction et actions prioritaires .........................................................................15

Actions déjà mises en œuvre au CDPNE .............................................................................17

Table des figures


Figure 1 : L’évolution de la température terrestre ................................................................... 3

Figure 2 : L’effet de serre ....................................................................................................... 4

Figure 3 : Périmètre du Bilan Carbone® .................................................................................. 8

Figure 4 : Emissions de CO2 par poste ................................................................................. 10

Figure 5 : Comparaison des émissions de CO2 par poste entre 2009 et 2011 ...................... 11

Figure 6 : Comparaison des émissions de CO2 de 2009 et 2011 ramenées à l’ETP ............ 13

Figure 7 : Comparaison des émissions de CO2 entre 2009 et 2011 pour le poste
« déplacement » ................................................................................................................... 13

Figure 8 : Comparaison des émissions de CO2 de 2009 et 2011 pour les déplacements ..... 14

2
Contexte
Le changement climatique, un enjeu prégnant
Depuis plus d’une vingtaine d’années, nombreux sont les scientifiques à s’interroger sur
l’existence d’un changement climatique. Les différentes mesures et observations qui ont été
effectuées ces dernières années ont fini par lever le doute sur ce point. En effet, force est de
constater l’augmentation lente (supérieure à 0,6°C en un siècle) des températures moyennes
enregistrées par les stations météorologiques du monde entier, le retrait des glaciers, la
fonte de la banquise, l’élévation du niveau moyen des océans, l’augmentation de la
fréquence et de l’intensité des événements climatiques extrêmes comme les ouragans ou les
cyclones, ou encore la modification de la circulation des courants marins comme le Gulf
Stream. Autant d'indicateurs venus confirmer la réalité du changement climatique.

Lorsque l’on sait que 4 à 6°C de différence ont suffi pour changer d’ère climatique (passage
d’un climat glaciaire il y a 20 000 ans au climat tempéré que nous connaissons aujourd’hui),
on comprend que le phénomène actuel, beaucoup plus rapide compte tenu de l’influence
humaine, pourrait engendrer des conséquences considérables.

Figure 1 : L’évolution de la température terrestre


Source : eitb.com

L’effet de serre, un phénomène bien connu


L'effet de serre est souvent désigné comme responsable du changement climatique. En
réalité, l'effet de serre est un phénomène naturel lié à la présence de gaz atmosphériques
tels que le dioxyde de carbone et le méthane qui piègent le rayonnement infrarouge émis par
la Terre. Si notre planète était dépourvue d’atmosphère, la température à sa surface serait
proche de -18°C. La majeure partie de l’énergie reçue par le soleil serait renvoyée dans

3
l’espace. C’est ce phénomène d’effet de serre qui permet à l’atmosphère de se maintenir à
une température moyenne de 15°C en retenant une partie des rayons infrarouges.

Figure 2 : L’effet de serre


Source : developpement-durable.gouv.fr

Le méthane (CH4), le dioxyde de carbone (CO2), le protoxyde d’azote (N2O), l’ozone et les
halocarbures (fluides frigorigènes, etc.) sont des gaz à effet de serre résultant des activités
humaines. L’augmentation de la concentration de ces gaz inquiète la communauté
scientifique.

Ces gaz à effet de serre sont notamment engendrés par diverses activités humaines qu’elles
soient directes ou indirectes :

- Les énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) ainsi que l’industrie produisent la
majorité des gaz carboniques,
- Le méthane provient en grande partie de l’élevage des ruminants, des cultures, des
exploitations pétrolières et gazières ainsi que des décharges d’ordures,
- Les cultures et l’industrie entraînent également la production de protoxyde d’azote via
les engrais azotés et autres procédés chimiques,
- Les gaz fluorés, quant à eux, sont contenus notamment dans les bombes aérosols,
tout comme les gaz réfrigérants.

Les émissions additionnelles induites par les activités humaines contribuent à l’accélération
du changement climatique observé depuis quelques années. Le GIEC (Groupe d'experts
Intergouvernemental sur l'Évolution du Climat) a confirmé que le dérèglement climatique
observé est produit en grande partie par la consommation d’énergie excessive liée à l’activité
humaine. Il a établi plusieurs scénarios prédisant que le rythme d'accroissement actuel des
concentrations de gaz à effet de serre (GES) provoquera un réchauffement moyen de 0,2°C
par décennie durant les trente prochaines années. Les températures pourraient augmenter,
d'ici 2100, de 1,1°C à 4°C suivant les scénarios.

4
Quel que soit le scénario envisagé, une hausse de température est à prévoir, plus forte au
21ème siècle qu'au 20ème siècle.

Les conséquences d'un réchauffement climatique de plus en plus prononcé, risquent d'être
lourdes pour l’Homme et l’environnement : réchauffement des terres émergées, fontes des
glaciers, élévation du niveau de la mer, perturbation voire destruction de certains
écosystèmes, extinction d’espèces, recrudescence de maladies infectieuses, cyclones,
typhons et ouragans plus intenses, baisse de la ressource en eau potable, réfugiés
climatiques, etc.

Les objectifs de réduction pour lutter contre le changement


climatique
La réduction des émissions de gaz à effet de serre constitue une préoccupation
environnementale majeure, maintenant associée à des contraintes règlementaires et
financières.

Les objectifs européens : les « 3 fois 20 » pour 2020

En signant le protocole de Kyoto en 1998, la Communauté Européenne s’était engagée à


réduire de 8% le niveau de ses émissions de gaz à effet de serre (GES) par rapport à celui
de 1990, pour la période 2008-2012. Aujourd’hui, l’Union Européenne (UE) souhaite de
nouveau aller plus loin que les objectifs internationaux. Ainsi, une série de propositions
ambitieuses, regroupées dans le « paquet énergie-climat ou 3x20 », a été adoptée par les 27
États membres de l’UE en 2008. Il fixe les objectifs suivants d’ici 2020 :

- Améliorer de 20 % l’efficacité énergétique,


- Réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre,
- Porter à 20 % la part des énergies renouvelables dans la consommation finale
d’énergie.

Les objectifs français : le « Facteur 4 » à l’horizon 2050

Afin de contribuer à limiter la hausse des températures à 2°C par rapport à la période
pré-industrielle, la France s’est fixée comme objectif, de diviser par 4 ses émissions de gaz à
effet de serre (sur la base de 1990) d’ici 2050, soit une réduction de 75% : le « Facteur 4 ».
Cet objectif a été inscrit dans la loi française en juillet 2005.

Le Plan Climat Energie Régional (PCER)


La loi Grenelle, en cohérence avec les engagements européens, propose de réduire de 20%
la production de gaz à effet de serre (par rapport à une base 1990) et de 75% (division par 4)
à l’horizon 2050, ce qui suppose des efforts encore plus importants à l’issue de la première
échéance de 2020. C’est dans cette perspective de division par 4 des émissions de GES
d’ici 2050, que la région Centre souhaite aller plus régulièrement vers cet objectif proposant,
dès 2020, la perspective d’une réduction de 40% (sur la base 1990). C’est sur cette base
que la région a construit son PCER dont les grands objectifs sont :

- Des bâtiments économes et autonomes en énergies,


- Un territoire aménagé qui optimise les déplacements et favorise les transports en
commun et les modes doux,
- Des activités économiques sobres et peu émettrices,
- Informer, éduquer et investir dans la formation, la recherche et l’innovation,
- Exploiter le potentiel d’énergies renouvelables.

5
Conscient des enjeux climatiques, et d’autant plus en tant qu’association de protection de la
nature et de l’environnement, il semblait nécessaire et cohérent que le CDPNE réalise le
Bilan Carbone® de son patrimoine et de ses compétences. Il s’agit pour l’association de
répondre à différents objectifs tels que :
- Prendre la mesure de ses possibilités d’actions directes et indirectes face aux
enjeux du changement climatique,
- S’inscrire dans une démarche volontaire visant à réduire ses émissions de gaz à
effet de serre,
- Lutter contre sa vulnérabilité énergétique,
- Définir des priorités d’actions pour son propre fonctionnement, etc.

La réalisation du Bilan Carbone® s’inscrit dans une démarche d’éco-gestion et d’amélioration


continue.

6
Présentation de l’étude
La méthodologie Bilan Carbone®

La méthodologie mise au point par l’ADEME (Bilan Carbone®) permet de parvenir à une
estimation des émissions de gaz à effet de serre (en kg équivalent CO2 ou kg équivalent C),
grâce à un mélange de calculs et d’observations. L’outil Bilan Carbone® permet d’identifier
les postes émetteurs et de les hiérarchiser en vue de dégager des pistes d’actions pour
réduire les émissions.

La méthodologie Bilan Carbone® de l’ADEME prend en compte tous les gaz à effet de serre
qui ont un rôle majeur sur le changement climatique et qui sont repris dans le protocole de
Kyoto (CO2, CH4, N2O, HFC, PFC et SF6).

L'impact sur le réchauffement climatique d'un kilogramme de gaz à effet de serre dans
l'atmosphère dépend de la nature du gaz, de la température, du temps de présence dans
l'atmosphère et/ou de la concentration. L’ensemble de ces facteurs sont autant de
paramètres qui conditionnent « l'impact sur le climat » d'un gaz à effet de serre donné. Par
convention, et dans un souci de cohérence des résultats, on compare « l'impact sur le
climat » d'un kilogramme de chacun des six gaz à effet de serre à celui d'un kilogramme de
CO2 sur une durée déterminée, généralement de 100 ans. Ainsi est défini le Pouvoir de
Réchauffement Global (ou PRG). Celui du CO2 vaut 1, et plus le PRG d'un gaz à effet de
serre est élevé, plus l'effet de serre additionnel engendré par le relâchement d'un
kilogramme de ce gaz dans l'atmosphère est important. A titre d’exemple, 1 kg de méthane
(CH4) équivaut à 23 kg de CO2. Cette approche permet de comparer les gaz à effet de serre
entre eux et d'utiliser une unité commune, l'équivalent CO2 (éq. CO2).

La seule manière d'estimer l’émission de gaz à effet de serre résultant d'une action donnée
est de l’obtenir par le calcul, à partir de données physiques dites d’activités : consommations
d’énergie exprimées (en kWh par exemple), données de trafic routier avec nombre de
véhicules et distances parcourues, quantité et coût du matériel acheté, etc.

La méthode Bilan Carbone® a précisément été mise au point pour permettre de convertir des
données existantes aux unités multiples (kWh, km, t, m2, etc.) en émissions de gaz à effet de
serre estimées, ceci grâce à des facteurs d'émission. Les facteurs d’émission, élaborés à
partir de multiples sources à la fois scientifiques et techniques, déterminent donc la quantité
totale de gaz à effet de serre émise par la fabrication d’un produit ou par un service. C’est
pourquoi, il est important de signaler que le Bilan Carbone® a pour vocation première de
fournir des ordres de grandeur pour les émissions de gaz à effet de serre.

De plus, comme bon nombre d’autres démarches d’audit, la précision du résultat est
étroitement liée à la nature des processus évalués et les données chiffrées associées.
Cependant, cela n'empêche pas de tirer des conclusions et d’envisager un plan d’actions en
s’attardant sur les postes les plus émetteurs.

7
Le périmètre de l’étude

Les émissions sont prises en compte depuis l’extraction des matières premières qui sont
utilisées par la structure jusqu’à l’expédition de certains outils créés ou encore la fin de vie
des déchets produits.

Consommation d’énergie

Immobilisations

Déplacements en interne

Matériels entrants Transport


Fabrication initiale Fret amont
Activités de
Achat de pâturage
services CDPNE
Production
Déplacements de déchets
domicile/travail
Déplacements des Transport
clients/visiteurs Fret aval

®
Figure 3 : Périmètre du Bilan Carbone
Source : CDPNE

Le CDPNE est une association employant 14 salariés dont 2 CDD et travaillant également
avec des stagiaires de plus ou moins longue durée et 2 services civiques (chiffre 2011).

Le patrimoine et les services du CDPNE sont sources d’émissions de CO2, variables en


fonction des postes identifiés :

- Achat de matériels : les activités du CDPNE nécessitent l’achat de matériels de


type ordinateurs, imprimante, consommables divers (papier, encre, timbres, etc.),
etc. Les émissions associées à ce poste sont celles liées à la fabrication du matériel
en question.
- Transport (fret amont) : ce poste englobe les émissions liées au transport des
achats depuis les fournisseurs jusqu’au CDPNE (matériels divers, moutons, dalles
d’argiles pour la Réserve, etc.).
- Achat de services : ce poste peut concerner des prestations sous-traitées pour
certaines études par exemple, des prestations d’assistance informatique, d’entretien
des locaux, de reproduction, de publicité, les honoraires comptables, etc.
- Déplacements domicile/travail : ce poste recouvre les émissions découlant des
déplacements domicile/travail du personnel, y compris les stagiaires et les services
civiques.
- Déplacements clients/visiteurs : dans le cadre de ses activités, le CDPNE
organise régulièrement des animations et conférences par exemple, engendrant des
déplacements de public.

8
- Consommation d’énergie : ce poste recouvre l’achat d’électricité ou de toute autre
énergie pour le chauffage par exemple.
- Immobilisations : ce poste recouvre les investissements dans des biens durables
(ceux qui font l’objet d’un amortissement comptable, essentiellement les bâtiments,
les véhicules, le matériel informatique, etc.), dont la fabrication engendre des
émissions de gaz à effet de serre. Par convention dans la méthode, on pratique
alors la répartition des émissions de fabrication sur une certaine durée, comme on
la pratique pour les amortissements comptables. Seuls les biens propriétés du
CDPNE sont considérés dans ce cadre (les bâtiments en location n’en font pas
partie par exemple).
- Déplacements des salariés dans le cadre du travail : ce poste recouvre les
émissions découlant des déplacements de personnes dans le cadre de leur activité
professionnelle que le moyen utilisé soit ou non la propriété du CDPNE (utilisation
du train, de la voiture pour des réunions, formations, animations, études de terrain
par exemple, etc.).
- Activités de pâturage : dans le cadre de ses activités de gestion de sites naturels,
le CDPNE entretien certaines parcelles par pâturage avec des moutons. Ces
derniers produisent des gaz à effet de serre via leur processus de digestion.
- Production de déchets : ce poste permet d’estimer les émissions de gaz à effet de
serre liées au traitement de fin de vie des déchets. Le CDPNE produit différents
type de déchets banals dans le cadre de ses activités (papier, carton, métal,
plastique, verre, ordure ménagère, etc.) et possèdent un lombricomposteur
permettant de réduire les volumes de déchets organiques.
- Transport (fret aval) : ce poste englobe les émissions liées au transport de
produits divers, en partance du CDPNE (échantillons pour analyse ADN
Environnemental, envoi en nombre de courriers, etc.).

Les bénéfices
Un projet fédérateur
Se lancer dans un Bilan Carbone®, c’est aussi montrer à ses partenaires, clients, salariés,
que l’on s’implique activement dans la protection de l’environnement. Outre l’image positive,
la réalisation d’un Bilan Carbone® permet de fédérer ses salariés autour d’un projet commun
dans lequel ils seront impliqués, depuis la collecte des données jusqu’à la mise en œuvre du
plan d’actions de réduction.

Des résultats concrets


Le Bilan Carbone® permet d’identifier ses postes les plus émetteurs de gaz à effet de serre,
et ainsi de définir des priorités de pistes d’actions de réductions, qui permettent ensuite de
réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Des actions économiquement pertinentes

Les principaux postes responsables des émissions de GES représentent généralement des
coûts non négligeables pour la structure évaluée. Ainsi, très souvent, les actions de
réduction des émissions de GES permettent aussi de réduire ses coûts de fonctionnement
(consommation d’énergie, optimisation des déplacements, choix de fournisseurs locaux,
etc.). Cependant, avant de mettre une action de réduction de GES en place, il est nécessaire
d’évaluer la pertinence économique de celle-ci au regard des bénéfices environnementaux
attendus. Si l’action prévue réduit faiblement les émissions de GES, le coût de sa mise en
œuvre doit rester modeste.

9
Bilan des émissions de gaz à effet de serre du
CDPNE

Répartition globale des émissions par poste


Les résultats obtenus à l’issue de la collecte des données disponibles au CDPNE permettent
de préciser les principaux postes d’émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit en premier lieu
des déplacements puis des achats (intrants), représentant respectivement pour l’année 2011
près de 50 et 25 tonnes équivalent CO2.
Tonne équivalent CO2

Figure 4 : Emissions de CO2 par poste


Source : CDPNE, 2011

Le Bilan Carbone® réalisé ne constitue pas un recensement exhaustif des émissions de gaz
à effet de serre des compétences et du patrimoine du CDPNE. Il permet de faire ressortir les
principaux postes émetteurs pour pouvoir agir dessus en faveur d’une diminution des
émissions de gaz à effet de serre.

Comparaison des émissions 2009 et 2011


Concernant l’ensemble des postes d’émissions, les évolutions entre 2009 et 2011
s’expliquent par la mise à jour des informations et l’ajout de certains éléments qui n’avaient
pas été considérés précédemment. L’évolution des tableurs Bilan Carbone® d’année en
année (et notamment la mise à jour des facteurs d’émissions) permet d’atteindre un niveau
de précision de plus en plus développé.

10
+ 35 %
Tonne équivalent CO2

+ 290 %

+ 60 %

+ 10 %
+ 755 %
- 25 %

Figure 5 : Comparaison des émissions de CO2 par poste entre 2009 et 2011
Source : CDPNE, 2009 et 2011

En ce qui concerne les émissions liées à la consommation d’énergie, les chiffres ne sont pas
comparables car les bâtiments ne sont plus les mêmes. En effet les bureaux du CDPNE ont
déménagés entre ces deux dates.

Les intrants correspondant aux différents achats du CDPNE, qu’il s’agisse de fourniture de
bureau, de matériels informatiques, de vêtements, de repas ou encore de prestations de
services, ont fait l’objet d’une importante augmentation des émissions de CO 2 entre 2009 et
2011. Cette augmentation s’explique par la méthodologie employée ainsi que par les intrants
considérés. N’ayant pas de données quant au tonnage de matériels acheté, tout a été
considéré via les dépenses engendrées. La consultation du compte de résultats pour l’année
2011 a permis de considérer l’ensemble des intrants et de chiffrer les émissions de CO2 au
plus proche de la réalité.

L’augmentation des émissions de CO2 liée au fret est essentiellement en lien avec les
intrants considérés. En effet, dans la mesure où les intrants ont été davantage détaillés en
2011, les émissions de CO2 du fret associé à la livraison sont également plus importantes.
De plus, les émissions de CO2 liées à l’expédition de courriers ou divers colis ont également
été considérées, contrairement au Bilan Carbone® réalisé en 2009.

Concernant les déplacements, principal poste d’émissions de CO2 pour le CDPNE, ils sont
également en augmentation entre 2009 et 2011 induisant une augmentation des émissions
de gaz à effet de serre. Ce poste est davantage détaillé dans les pages suivantes.

Les activités du CDPNE ne sont pas génératrices d’un important volume de déchets. Les
émissions de CO2 entre 2009 et 2011 ont diminué d’environ 25%. Les quantités de déchets
produits peuvent difficilement faire l’objet d’un suivi quantitatif, nous nous sommes donc
basés sur des estimations qui permettent à terme d’appréhender les émissions de CO 2
associées à ce poste.

Concernant les immobilisations, l’augmentation des émissions de CO2 entre 2009 et 2011
s’explique essentiellement par le nombre d’ordinateurs que possède le CDPNE. Quatre PC
écran plat avaient été considérés en 2009 contre 15 en 2011.

11
Concernant le dernier poste d’émission, il s’agit des émissions de méthane associées à
l’activité de pâturage sur la réserve. Précédemment non considérées, ces émissions ont
désormais été intégrées dans le Bilan Carbone® pour l’année 2011. En effet, ces émissions
sont non négligeables, dans la mesure où le méthane présente un pouvoir de réchauffement
global nettement supérieur à celui du CO2.

Comparaison des émissions 2009 et 2011 rapportées aux effectifs


du CDPNE

Le graphique présenté précédemment illustre les émissions de CO2 effectives du CDPNE.


Les effectifs de l’association ayant fortement augmentés entre 2009 et 2011 il est évident
que les émissions de CO2 associées aux activités du CDPNE augmentent également. Ainsi
pour pouvoir effectuer une comparaison pertinente des émissions de CO2 d’une année sur
l’autre il est nécessaire de ramener les émissions le nécessitant au nombre d’Equivalent
Temps Plein (ETP), soit :

Année ETP
2009 9,76
2011 13,03

Concernant le poste « Energie », il aurait été intéressant de ramener les émissions à l’ETP
mais dans le cas présent cela n’est pas pertinent car les locaux ne sont pas les mêmes.

Concernant le poste « Hors énergie » constitué par les émissions des animaux, il n’est pas
nécessaire de ramener les chiffres à l’ETP car il n’y a pas de lien entre les deux.

Pour les autres postes d’émissions, la comparaison des émissions de CO2 2009 et 2011
rapportées à l’ETP du CDPNE sur ces deux années donne le graphique suivant :

+ 2,5 %
Tonne équivalent CO2

+ 195 %

+ 20 %
+ 540 % - 44 %

Figure 6 : Comparaison des émissions de CO2 de 2009 et 2011 ramenées à l’ETP


Source : CDPNE, 2009 et 2011

12
Ainsi, ramenées à l’ETP, les augmentations sont moins visibles entre 2009 et 2011, mais les
justifications restent les mêmes.

Le principal poste d’émission de gaz à effet de serre à l’échelle du CDPNE reste les
déplacements. Une analyse plus détaillée peut alors être réalisée sur ce poste afin de
proposer des pistes d’actions cohérentes.

Analyse détaillée du principal poste d’émissions : les déplacements


En analysant de façon plus fine le principal poste d’émission du CDPNE, on s’aperçoit que
l’augmentation des émissions de CO2 est liée à l’augmentation des émissions associées aux
déplacements domicile/travail (+85%) ainsi qu’aux déplacements professionnels (+10%). Les
déplacements associés aux visiteurs quant à eux sont en diminution de 25% environ.

+ 85 %
Tonne équivalent CO2

+ 10 %

- 25 %

Figure 7 : Comparaison des émissions de CO2 entre 2009 et 2011


pour le poste « déplacement »
Source : CDPNE, 2009 et 2011

Les émissions totales liées aux déplacements domicile/travail ne sont pas comparables
d’une année à l’autre dans la mesure où le nombre de personnes travaillant dans la structure
évolue très fréquemment. De même, pour les déplacements professionnels qui varient en
fonction du nombre de salariés, des études et de leur localisation.
Ainsi afin d’effectuer un suivi pertinent des émissions de CO2, il est important de rapporter
les déplacements domicile/travail et professionnels à l’ETP, tout comme précédemment.

13
On obtient alors :

+ 38 %
Tonne équivalent CO2

- 18 %

Figure 8 : Comparaison des émissions de CO2 de 2009 et 2011 pour les déplacements
domicile/travail et professionnels, ramenées à l’ETP
Source : CDPNE, 2009 et 2011

Ramenées à l’ETP, les déplacements domicile/travail sont toujours en augmentation entre


2009 et 2011, en revanche les déplacements professionnels ont diminués d’environ 20%.
Cela est peut être à mettre en corrélation avec le déménagement du CDPNE qui permet de
réduire l’usage de la voiture du fait de la proximité de certains partenaires, administrations
(CAUE, CG, Préfecture, etc.).

14
Objectifs de réduction et actions prioritaires

Les actions doivent porter en premier lieu sur les principaux postes d’émissions.

Part dans Objectif


les de
Indicateurs de
Poste émissions réduction
Actions envisagées suivi
d’émissions totales du des
(données 2011)
CDPNE émissions
en 2011 de CO2
Poursuivre et encourager
les actions éco-
responsables : éteindre
les lumières, ordinateurs,
veiler à l’extinction du
chauffage le week-end.
Développer, en lien avec Suivi de la
le CG, dans le cadre du consommation
PCET par exemple, la électrique (pas de
possibilité de lancer une compteur
campagne de individuel /
sensibilisation aux prorata) :
Energie 3% -
économies d’énergie MDN + CDPNE =
auprès des occupants du 12 846 kWh.
bâtiment de la cité Suivi de la
administrative. consommation de
Le CDPNE n’étant pas gaz :
propriétaire des 11,7 kWh (PCS).
bâtiments, l’isolation est à
envisager dans un cadre
plus général comme le
PCET du CG ou l’Agenda
21 d’AggloPolys pour la
MDN.
Dépenses
réalisées pour
Veiller au tri du papier
l’achat de
Poursuivre les
consommables
impressions recto-verso.
bureautiques
Alimenter une caissette
(ramettes de
Intrants 27% de l’imprimante en papier 10%
papier, crayons,
de brouillon pour
etc.) :
réutilisation. 3 264 euros.
Acheter du papier recyclé 130 ramettes
pour les impressions. papier A4 ont été
achetées.

15
Part dans Objectif
les de
Indicateurs de
Poste émissions réduction
Actions envisagées suivi
d’émissions totales du des
(données 2011)
CDPNE émissions
en 2011 de CO2
Nombre de
fournisseurs hors
41 :
12 environ (varie
Généraliser le recours selon les besoins
Moins de aux partenaires locaux d’achats
Fret - spécifiques d’une
1% lorsque c’est possible
(faible marge) année sur l’autre).
Environ 90% des
fournisseurs sont
loir-et-chériens.

Encourager l’usage des


transports en commun ou Nombre de km
du co-voiturage dans le parcourus en
cadre des déplacements voiture individuelle
domicile/travail ainsi que dans le cadre des
des déplacements trajets
professionnels. domicile/travail :
Déplacements 52% Réfléchir à l’achat d’un 25% 41 530 km.
véhicule moins émetteur Nombre de km
(électrique ? système parcourus en
start an go ?...) dans le voiture dans le
cadre du renouvellement cadre des trajets
du parc automobile dans professionnels :
2 ans (étude technico- 57 710 km.
économique).
Faible poste d’émissions
à l’échelle du CDPNE
Pas d’indicateur
mais poursuite du tri et
de suivi
du lombricompostage.
Moins de envisageable dans
Déchets Achat de poubelle de -
0,5% le cadre des
recyclage à double activités du
compartiment pour les
CDPNE.
personnes
demandeuses.
Faible marge car besoin
de renouveler le matériel
et d’en disposer en Nombre
nombre suffisant pour d’immobilisations
satisfaire la demande. (véhicules,
Immobilisations 9%
Lors des achats ordinateurs,
considérer les produits à imprimantes, fax)
faibles émissions de CO2 éco-labellisés
dans le cadre de leur
fabrication et ensuite à

16
Part dans Objectif
les de
Indicateurs de
Poste émissions réduction
Actions envisagées suivi
d’émissions totales du des
(données 2011)
CDPNE émissions
en 2011 de CO2
l’usage.
Nombre d’animaux
pâturant sur la
Réserve :
7 moutons
Emissions des Pas de marge de propriété du
7% -
animaux manœuvre sur ce poste CDPNE + 110
brebis et 70
agneaux en
pâturage pendant
37 jours.

Afin d’obtenir un suivi plus performant et une mise à jour plus rapide du Bilan Carbone ®, des
fiches de suivi seront mises en place en interne afin de disposer des données nécessaires à
la réalisation d’un Bilan Carbone® le plus proche de la réalité et le moins estimatif possible.

Actions déjà mises en œuvre au CDPNE

Poste Actions déjà en place


Les ordinateurs (hors serveur pour des raisons de sauvegardes
informatiques) sont systématiquement éteints en fin de journée et
Energie
l’éclairage artificiel est limité au strict nécessaire.
Les imprimantes sont paramétrées par défaut en noir et blanc et en
recto-verso.
Utilisation de papier éco-labellisé et FSC pour les impressions au
Intrants quotidien.
Impression extérieures : utilisation de papier recyclé dans le cadre des
tirages en nombre chez des imprimeurs labellisés « Imprim’vert ».
La plupart des fournisseurs ou destinataires se situent en Loir-et-Cher.
L’objectif étant de fonctionner localement au maximum. 90% des
Fret
fournisseurs sont loir-et-chériens.
Beaucoup de salariés utilisent déjà les transports en commun et
notamment le train pour les déplacements domicile-travail.
Remboursement des abonnements de transport en commun à 50% mis
en place depuis 2008.
Déplacements
Le CDPNE possède un vélo à la MDN permettant d’effectuer certaines
tournées de surveillance sur la Réserve Naturelle Nationale de « Grand
Pierre et Vitain ».

17
Poste Actions déjà en place

Le CDPNE réalise le tri de ses déchets et possède un


lombri-composteur.
Déchets
Le CDPNE a investi dans l’achat de gobelets réutilisables en plastique
recyclé. Ces derniers sont utilisés dans le cadre des différentes
manifestations.

18