Vous êtes sur la page 1sur 240

HYDRARIV

HYDRARIV
Logiciel de modélisation hydrologique et hydraulique
des espaces fluviaux

MANUEL UTILISATEUR
DOSSIER A : Guide pratique d’utilisation

Septembre 2007

www.hydratec-software.com
info@hydratec-software.com
AVANT PROPOS

Ce dossier constitue le premier des trois volumes du manuel utilisateur du logiciel


HYDRARIV. C’est un guide pratique d’utilisation, conçu pour faciliter la prise en main de
l’outil et son assimilation à travers des exemples documentés.

Le chapitre 1 présente les concepts de modélisation propres à HYDRARIV. Sa lecture est


essentielle à la compréhension des chapitres qui suivent.

Le chapitre 2 décrit l’interface et les différents objets disponibles pour réaliser un modèle.

Le chapitre 3 décrit les différentes étapes de construction d’un modèle 1D à l’aide d’un
exemple : les concepts de base sont appliqués et les règles pratiques de mise en œuvre
sont décrites. A l’issue de cette étape l’utilisateur doit être capable de construire et
d’exploiter des modèles courants.

Le chapitre 4 traite des passerelles du logiciel avec le monde extérieur, via des fichiers
d’échange standard. Ces passerelles permettent notamment d’importer des entités de
modélisations générées par d’autres applicatifs, notamment l'applicatif HYDRAMAP.

Le chapitre 5 précise les règles de construction spécifique d'un modèle à structure mixte 1D-
2D.

Le chapitre 6 aborde les fonctionnalités avancées fournies par HYDRARIV, conçues pour
une exploitation industrielle du produit : réseaux de grandes taille, module de gestion,
groupes de scénarios, module de pollution …

Le chapitre 7 décrit les spécificités de la modélisation 2D au travers d’un exemple.

Enfin le chapitre 8 commente les fonctions diverses proposées dans le menu « Util » de
l’interface.

Afin de faciliter la lecture de ce document le texte est jalonné de remarques repérées par
trois groupes d’icônes :

: Met l’accent sur un point important qu’il ne faut négliger à aucun prix.

: Il s’agit d’informations supplémentaires relatives au sujet traité.

: Propose une astuce ou un truc pratique pour faciliter l’application d’une fonctionnalité.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 3
Les autres dossiers du manuel utilisateur constituent des documents de référence qui
viennent compléter et détailler les informations contenues dans le présent dossier. Ils sont
structurés comme suit :

- Dossier B : Description des modules hydrauliques,


- Dossier C : Module de Contrôle et Régulation,

Le présent dossier fait également référence au manuel d’analyse du noyau de calcul HYDRA
qui décrit plus spécifiquement les aspects théoriques sous jacents : lois mathématiques,
formulations, méthodes de résolution.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 4
SOMMAIRE

1 PRINCIPES DE MODELISATION ............................................................................ 10


1.1 QU’EST-CE QUE HYDRARIV? ................................................................................. 10
1.2 UNE FORMULATION DEDIEE A LA MODELISATION DES ESPACES FLUVIAUX ................. 11
1.2.1 Modélisation hydrologique ........................................................................ 11
1.2.2 Modélisation hydraulique .......................................................................... 11
1.3 ARCHITECTURE DE L’APPLICATION......................................................................... 13
1.3.1 L’environnement utilisateur ....................................................................... 13
1.3.2 Le générateur de modèle « HYDRA » ...................................................... 13
1.3.3 La chaîne de calcul HYDRA ..................................................................... 15
1.3.4 L’utilitaire HYDRAMAP ............................................................................. 15
1.3.5 Organisation des répertoires..................................................................... 15
1.4 CONCEPTS DE MODELISATION ............................................................................... 16
1.4.1 Les classes de modélisation ..................................................................... 16
1.4.2 L’arborescence hydrologique.................................................................... 17
1.4.3 Les schémas de modélisation des écoulements ....................................... 18
1.4.4 La station de gestion................................................................................. 20
1.4.5 Les liaisons latérales ................................................................................ 21
1.5 DESCRIPTION DES ENTITES DE MODELISATION PAR DOMAINE .................................. 24
1.5.1 Le nœud utilisateur................................................................................... 24
1.5.2 Les entités de modélisation hydrologique ................................................. 24
1.5.3 Les entités du domaine filaire ................................................................... 25
1.5.4 Les entités surfaciques ............................................................................. 33
1.5.5 Les liaisons latérales binodales ................................................................ 34
1.5.6 Les singularités multiples.......................................................................... 35
1.5.7 L’objet « RACC »...................................................................................... 36
1.6 PRINCIPE D’ASSEMBLAGE DES SOUS DOMAINES ..................................................... 37
1.7 PARAMETRAGE ET EXPLOITATION D’UN SCENARIO DE SIMULATION ........................... 41
1.7.1 Paramétrage............................................................................................. 41
1.7.2 Génération et exécution d’un scénario...................................................... 42
1.7.3 Exploitation des résultats.......................................................................... 43
1.8 LES FONCTIONNALITES AVANCEES ........................................................................ 45
1.8.1 Le « Complexe » de réseaux .................................................................... 45
1.8.2 Contrôle et régulation ............................................................................... 45
1.8.3 Le groupe de scénarios ............................................................................ 45
1.8.4 Pilotage de METE-EAU depuis l’interface d’HYDRARIV........................... 46
2 VUE D’ENSEMBLE DE L’INTERFACE ................................................................... 47
2.1 BARRE D’OUTILS .................................................................................................. 48
2.2 BOUTONS DE CREATION DES ELEMENTS ................................................................ 51
2.2.1 Le nœud ................................................................................................... 51

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 5
2.2.2 Les éléments du domaine filaire ............................................................... 52
2.2.3 Les singularités uninodales du domaine filaire.......................................... 55
2.2.4 Domaine hydrologique.............................................................................. 56
2.2.5 Entités des domaines surfaciques ............................................................ 58
2.2.6 Liaisons binodales .................................................................................... 61
2.2.7 Eléments raccord entre deux réseaux ...................................................... 63
3 PRISE EN MAIN D’HYDRARIV – CONSTRUCTION D’UN MODELE FILAIRE –
EXEMPLE 1 .................................................................................................................... 64
3.1 DESCRIPTION DE L’EXEMPLE MODELISE................................................................. 64
3.2 DEMARRER L’APPLICATION ET CREER UN NOUVEAU MODELE ................................... 66
3.3 ENREGISTRER UN MODELE ................................................................................... 68
3.4 IMPORTER UN FOND DE PLAN ET CALER L’ESPACE DE TRAVAIL ................................. 69
3.4.1 Import d’un fond de plan ........................................................................... 70
3.4.2 Calage de l’espace de travail.................................................................... 70
3.5 POSER LES ELEMENTS CONSTITUTIFS DU RESEAU .................................................. 72
3.5.1 Entités filaires ........................................................................................... 72
3.5.2 Contrôler la cohérence topologique du réseau principal ........................... 79
3.5.3 Ajouter le réseau pluvial ........................................................................... 82
3.5.4 Entités surfaciques et liaisons................................................................... 85
3.5.5 Les bassins versants ................................................................................ 87
3.5.6 Contrôle complémentaire du réseau ......................................................... 89
3.6 CREATION DE DONNEES PLUVIOMETRIQUES ........................................................... 90
3.7 CREATION ET PARAMETRAGE D’UN SCENARIO ........................................................ 91
3.8 EXECUTION DES CALCULS .................................................................................... 94
3.9 TABLEAU DE BORD DE CONTROLE DES CALCULS ..................................................... 96
3.10 EXPLOITATION DES RESULTATS ........................................................................ 98
3.10.1 Résultats de la simulation hydrologique .............................................. 98
3.10.2 Visu contextuel des résultats............................................................... 99
3.10.3 Mise en page des résultats de courbes temporelles.......................... 101
3.10.4 Visualisation dynamique des résultats avec Anime-eau .................... 105
3.11 UTILISATION DES TOUCHES RACCOURCIS WINDOWS ........................................ 111
3.12 QUESTIONS PRATIQUES DIVERSES ................................................................. 112
4 PROCEDURES D’IMPORTATION......................................................................... 119
4.1 IMPORT DE DONNEES CONSTITUTIVES D’UN RESEAU ............................................. 119
4.1.1 Import des objets du domaine filaire ....................................................... 120
4.1.2 Import des casiers .................................................................................. 124
4.1.3 Import des pavés .................................................................................... 124
4.1.4 Importation des liaisons binodales .......................................................... 126
4.1.5 Import des centroïdes de bassin versants............................................... 131
4.1.6 Import des stations de gestion ................................................................ 132

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 6
4.2 FICHIERS EXTERNES DE PLUIES........................................................................... 133
4.2.1 Type PPHY : pluie de projet définie par un hyétogramme I(t) ................. 133
4.2.2 Type PR : pluie réelle définie par plusieurs pluviomètres........................ 135
4.2.3 Liste des pluies....................................................................................... 137
4.3 FICHIERS EXTERNES DE PLUIES RADAR ................................................................ 138
4.3.1 Fichier de correspondance : bassins versants / mailles (*.CRB) ............. 138
4.3.2 Structure du fichier des données pluviométriques (*.PRF)...................... 139
4.4 FICHIERS GEOMETRIE DE SECTION ...................................................................... 140
4.4.1 Section de collecteur : PF et PO............................................................. 141
4.4.2 Section de rivière : RV ............................................................................ 142
4.4.3 Section de vallée : VL ............................................................................. 143
4.5 FICHIERS DE PROFILS TOPOGRAPHIQUES ............................................................. 145
4.5.1 Structure d’un fichier de profils topographiques ...................................... 145
4.5.2 Procédure d’importation.......................................................................... 147
4.5.3 Visualisation – édition des sections géométriques générées .................. 148
4.6 IMPORT DE FICHIERS SCENARIOS ........................................................................ 150
4.6.1 Import d’un fichier scénario *.GN1 .......................................................... 150
4.6.2 Import d’un groupe de scénarios au format *.CSV .................................. 152
4.7 FICHIERS EXTERNES D’HYDROGRAMMES D’APPORT .............................................. 153
4.8 FICHIERS EXTERNES DE MESURE ........................................................................ 155
4.9 AUTRES FICHIERS DE DONNEES EXTERNES .......................................................... 158
4.9.1 Structure du fichier des déroutages ........................................................ 158
5 CONSTRUCTION D’UN MODELE 1D-2D – EXEMPLE 2 ...................................... 159
5.1 DESCRIPTION DE L’EXEMPLE MODELISE ............................................................... 159
5.2 TACHE PRELIMINAIRE : CREATION D’UN MODELE ET CALAGE D’UN FOND DE PLAN .... 160
5.3 CONSTRUIRE LE MODELE .................................................................................... 161
5.3.1 Construire les entités du modèle filaire ................................................... 161
5.3.2 Compléter et contrôler le modèle filaire .................................................. 162
5.3.3 Compléter le modèle avec les entités de modélisation surfacique et les
liaisons latérales ..................................................................................... 164
5.3.4 Remarque importante sur l’action du bouton TYPO ................................ 165
5.3.5 Finaliser la construction du modèle......................................................... 167
5.4 PARAMETRER ET EXECUTER UN SCENARIO .......................................................... 168
5.5 RESTITUER LES ETATS D’INONDATION .................................................................. 169
5.5.1 Paramétrer le visu des cartes d’inondation ............................................. 169
5.5.2 Dessiner les états d’inondation ............................................................... 170
5.5.3 Améliorer la mise en page ...................................................................... 171
5.5.4 Restituer les états d’inondation le long des branches filaires .................. 172
6 FONCTIONNALITES AVANCEES ......................................................................... 175
6.1 LE MODULE DE CONTROLE ET REGULATION .......................................................... 175

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 7
6.2 GESTION D’UN GROUPE DE SCENARIOS ............................................................... 176
6.2.1 Constitution d’un fichier externe « Groupe de scénarios » ...................... 176
6.2.2 Importation dans HYDRARIV.................................................................. 179
6.2.3 Définition manuelle d’un groupe de scénarios ........................................ 179
6.2.4 Simulation............................................................................................... 180
6.2.5 Exploitation............................................................................................. 181
6.3 LE « COMPLEXE » DE RESEAUX – EXEMPLE 3 ...................................................... 185
6.3.1 Quatre réseaux indépendants................................................................. 186
6.3.2 Construction du complexe ...................................................................... 189
6.3.3 Ouverture d’un complexe existant........................................................... 191
6.3.4 Adapter les réseaux pour un fonctionnement en mode Complexe .......... 192
6.3.5 Scénario de simulation ........................................................................... 193
6.3.6 Déroulement des calculs ........................................................................ 195
6.3.7 Exploitation des résultats........................................................................ 196
6.3.8 Choix du paramétrage pour les éléments RACC .................................... 196
6.3.9 Nomenclature et répertorisation en configuration « Complexe »............. 197
6.3.10 Importation d’un fichier de données externes en mode complexe ..... 197
6.4 PARAMETRAGE DE L’HYDROLOGIE DE TEMPS SEC ................................................ 198
6.4.1 Courbes volumétriques adimensionnelles............................................... 199
6.4.2 Secteurs d’apport ................................................................................... 201
6.4.3 Scénarios de temps sec ......................................................................... 201
6.4.4 Détermination pratique des paramètres d’apport de temps sec .............. 202
6.5 PARAMETRAGE DE L’HYDROLOGIE DE TEMPS DE PLUIE ......................................... 203
6.5.1 En mode interne : pluies de projet .......................................................... 203
6.5.2 En mode interne : pluies réelles issues des pluviomètres ....................... 208
6.5.3 En mode externe : pluies de projet (hyétogrammes)............................... 210
6.5.4 En mode externe : pluies réelles............................................................. 211
6.5.5 Liste des pluies....................................................................................... 212
6.6 ETAT INITIAL DES SOLS ....................................................................................... 213
6.7 PILOTAGE DE METE’EAU DEPUIS L’INTERFACE D’HYDRARIV ............................. 214
6.8 PRODUCTION ET TRANSPORT DE POLLUTION ........................................................ 215
6.8.1 Activation du traitement .......................................................................... 215
6.8.2 Paramétrage des entités de modélisation ............................................... 215
6.8.3 Paramétrage des données générales de pollution .................................. 216
6.8.4 Exécution des calculs ............................................................................. 217
6.8.5 Exploitation des résultats........................................................................ 217
6.9 PARAMETRES COMPLEMENTAIRES DE REGLAGE D’UN SCENARIO : PARAMETRAGE DES
SORTIES ............................................................................................................ 218
6.9.1 Mot clé SOR1 ........................................................................................ 218
6.9.2 Mot clé SOR2 ........................................................................................ 219
6.9.3 Mot clé SOR5 ........................................................................................ 219
6.9.4 Mots clé NOSORW14 - NOSORW15 - NOSORW16 ........................... 220
6.9.5 Mot clé SOR .......................................................................................... 220

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 8
6.9.6 Mot clé SAVE ........................................................................................ 221
6.9.7 Mot clé RSTART..................................................................................... 221
6.9.8 Mot clé QLAT-SEC ................................................................................ 222
6.9.9 Mot clé TRONC-VL (présence facultative) ............................................. 222
6.9.10 Mot clé NODEBORD........................................................................ 223
6.9.11 Mot clé 2D_AFFIN............................................................................ 223
6.10 MANIPULATION ET CALAGE DES FONDS DE PLANS ............................................ 223
6.11 QUESTIONS PRATIQUES DIVERSES ................................................................. 224
7 CONSTRUCTION D’UN MODELE 2D – EXEMPLE 4............................................ 226
7.1 DESCRIPTION DE L’EXEMPLE MODELISE ............................................................... 226
7.2 PARAMETRAGE DU SCENARIO.............................................................................. 227
7.3 EXPLOITATION DES RESULTATS ........................................................................... 228
8 UTILITAIRES ......................................................................................................... 232
8.1 MENU UTIL ........................................................................................................ 232
8.1.1 Multifenêtrage......................................................................................... 232
8.1.2 Placer un texte........................................................................................ 232
8.1.3 Etiqueter les éléments ............................................................................ 233
8.1.4 Import de données non graphiques d’un .HRV ....................................... 233
8.1.5 Export de données non graphiques vers un .HRV .................................. 233
8.1.6 Scanner les éléments ............................................................................. 233
8.1.7 Supprimer les éléments par leur numéro ................................................ 234
8.1.8 Sélectionner les éléments par leur numéro............................................. 234
8.1.9 Localiser un élément............................................................................... 235
8.1.10 Visu rapide de courbe HYDRA .......................................................... 236
8.1.11 Changer l’apparence des éléments................................................... 237
8.1.12 Repositionner tous les uninodaux au dessus de leur noeud............. 237
8.1.13 Convertir les fichiers w14, w15 en Texte ........................................... 237
8.2 NOTICE DU GRAPHEUR CADESS .......................................................................... 238
8.2.1 Modification des échelles........................................................................ 238
8.2.2 Modification de la grille ........................................................................... 239
8.3 MENU FICHIER / PREFERENCES .......................................................................... 240

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 9
1 PRINCIPES DE MODELISATION

1.1 QU’EST-CE QUE HYDRARIV?

HYDRARIV est un progiciel de modélisation hydrologique et hydraulique des espaces


fluviaux. Il est conçu pour intégrer dans un même modèle des schémas de représentation
contrastés, tels que la schématisation filaire, les casiers et les maillages bi dimensionnels.
Cette souplesse permet d’adapter au mieux la modélisation à la spécificité des
configurations rencontrées dans le domaine fluvial et aux objectifs de modélisation
poursuivis.

HYDRARIV est une application totalement autonome, gérant tout à la fois la génération et
l’édition des modèles via une interface graphique dédiée, le pilotage des calculs et
l’exploitation des résultats. Elle est organisée autour d’un module de pilotage développé en
VB6 et d’une base de données spécifique, interne à l’application : aucune licence externe
n’est requise.

Le noyau de calcul est constitué par le logiciel HYDRA, développé et exploité par Hydratec
depuis plus de 20 ans. Ce noyau englobe des algorithmes généraux intéressant les
écoulements superficiels ; il est utilisé dans plusieurs domaines d’intervention, dont
l’hydraulique fluviale. La chaîne de simulation HYDRA est totalement transparente à
l’utilisateur car elle est pilotée par l’interface d’HYDRARIV.

Les concepts de modélisation manipulés par HYDRARIV présentent un haut niveau


d’intégration avec pour avantages :
 L’ergonomie : la description d’un domaine fluvial est basée sur des schémas de
modélisation diversifiés accordant une grande latitude de choix au modélisateur
selon sa compréhension du fonctionnement hydraulique du système modélisé. Par
ailleurs HYDRARIV est conçu pour fonctionner dans un environnement WINDOWS.
Il respecte les « guides de style Windows », ainsi que les règles d’ergonomie des
environnements Windows.
 La fiabilité et la robustesse : la génération d’un modèle hydraulique subit de
nombreux contrôles de cohérence des données et active automatiquement les
options de calcul les plus appropriées aux caractéristiques du modèle défini par
l’utilisateur,
 La performance : l’organisation interne des entités de modélisation est entièrement
prise en charge par des programmes de génération spécifiques. Ceux-ci sont
conçus pour optimiser la taille des systèmes matriciels et donc minimiser les temps
de calcul.

HYDRARIV ne dispose pas de fonctions SIG proprement dite, ces fonctions sont assurées
par un logiciel d’accompagnement : HYDRAMAP, pour toutes les taches mettant en œuvre
un Modèle Numérique de Terrain. HYDRAMAP est un module applicatif de MAP INFO et
fonctionne donc dans l’environnement de ce dernier. Il agit comme pré processeur
d’HYDRARIV pour générer en lot certaines entités de modélisation comme le maillage et les

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 10
liaisons internes d’un sous domaine bi dimensionnel et donc faciliter le renseignement de
ces objets. De même il assure le traitement cartographique de certains résultats produit par
HYDRARIV. Le lien entre ces deux applicatifs est assuré par des procédures d’importations
et d’exportations gérées par HYDRARIV.

Cette distinction entre HYDRAMAP et HYDRARIV est voulue : elle assure une optimisation
des traitements en valorisant au mieux les fonctionnalités de chaque environnement de
travail selon l’étape de modélisation.

1.2 UNE FORMULATION DEDIEE A LA MODELISATION DES ESPACES FLUVIAUX

HYDRARIV a été conçu dès le départ comme un outil de simulation dédié au domaine
fluvial. La formulation sous jacente reflète cette spécificité.

1.2.1 Modélisation hydrologique

La modélisation hydrologique fait partie intégrante de la chaîne de modélisation disponible


sous HYDRARIV, proposant des formulations spécifiques adaptées à la diversité des
bassins versants étudiés.

1.2.2 Modélisation hydraulique

Les très nombreuses observations disponibles sur les écoulements de crues dans les
vallées inondables témoignent de la grande complexité des phénomènes hydrauliques à
l’échelle locale : chenaux préférentiels d’écoulement induits par la micro-topographie, zones
d’accumulation, lois d’échanges conditionnées par la topographie, mais aussi les nombreux
obstacles implantés dans le lit majeur : routes, voies SNCF, levées de terres, remblaiements,
gravières, etc.

Ces phénomènes ne peuvent être appréhendés que par une démarche simplificatrice mais
cependant cohérente par rapport aux objectifs assignés au modèle et aussi à la précision
des données disponibles : une schématisation bidimensionnelle convient si on s’intéresse à
l’impact d’un ouvrage sur les vitesses locales et les surélévations des niveaux d’eau des
zones avoisinantes, elle devient plutôt inappropriée dans le cas d’une étude de la
propagation sur de longues distances; dans ce cas, une modélisation multifilaire s’avère
beaucoup plus justifiée.

Par ailleurs, même pour une étude locale de zone inondable, une modélisation
bidimensionnelle doit souvent intégrer des représentations filaires d’écoulements
préférentiels le long de thalwegs présentant une topographie locale peu accidentée.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 11
Pour concilier toutes ces exigences, HYDRARIV offre trois représentations d’écoulement
adaptées aux applications fluviales :
 La schématisation filaire repose sur la résolution des équations de Barré de Saint
Venant à lits composés, avec des lois de partage entre les différents lits qui sont
conçues pour reproduire au mieux les cotes d’eau dans le lit mineur, les temps de
propagation et la déformation des ondes de crues influencées par l’action de
laminage joué par le lit majeur. A chaque nœud de calcul sont associées plusieurs
variables : la cote d’eau dans la section composée et les débits longitudinaux dans
chaque lit. Outre les équations des tronçons de vallée HYDRARIV propose un large
choix de singularités spécialement adaptés aux types d’ouvrages et d’obstacles
rencontrés dans les vallées fluviales.
 La modélisation bidimensionnelle repose sur la résolution des équations de Barré
de Saint Venant à deux dimensions à l’aide d’une méthode de volumes finis : les
inconnues sont la cote d’eau et la composante de la vitesse dans chaque direction,
calculées au centroïde de la maille. Le schéma numérique de résolution à chaque
pas de temps repose sur une méthode originale en deux étapes:
 dans l’étape 1 on calcule la cote et les débits d’échange à travers les
facettes de chaque maille à l’aide de l’équation de continuité, en supposant
connue la direction locale du champ de vitesse,
 dans l’étape 2 les composantes du vecteur vitesse sont calculées au
centroïde de chaque maille par intégration locale des équations de quantité
de mouvement.
Cette méthode intègre tous les termes intervenant dans les équations de Barré de
Saint Venant, y compris les termes convectifs qui peuvent influencer les cotes des
lignes d’eau dans les zones à fort gradients de vitesse, ainsi que la structure du
champ de vitesse.
 Enfin la modélisation en casiers constitue une simplification de la modélisation du
domaine bi dimensionnel : chaque casier est assimilé à un plan d’eau local dont le
niveau varie en fonction de lois d’échange avec les autres entités surfaciques via
des liaisons latérales. Dans cette formulation l’inconnue est la cote d’eau du casier,
les débits d’échange sont fonction de la nature de la liaison et de la différence des
cotes d’eau dans les casiers adjacents.

Le point fort d’HYDRARIV est sa faculté à lier dans un même modèle ces trois modes
de représentation et donc d’adapter au mieux la schématisation à la spécificité de
chaque configuration géographique et morphologique locale. HYDRARIV propose
pour cela un large éventail de liaisons latérales permettant de cimenter le modèle et
d’assurer les échanges entres domaines de nature différentes.

Cette formulation à la fois souple et puissante a été forgée par une longue expérience de
modélisation d’HYDRATEC au service de l’aménagement fluvial, elle reflète la diversité des
configurations rencontrées sur le terrain mais aussi les objectifs multiples de modélisation
dans le domaine fluvial.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 12
1.3 ARCHITECTURE DE L’APPLICATION

L’architecture fonctionnelle d’HYDRARIV se décompose en trois grands blocs repérés sur la


figure 1.1.

1.3.1 L’environnement utilisateur

Cet environnement regroupe :

 L’interface utilisateur gérée par le noyau de pilotage d’HYDRARIV : cette interface est ce
que « voit l’utilisateur », les autres fonctions étant transparentes.

 Les fichiers « modèle » gérés par HYDRARIV : les éléments de chaque réseau Ri sont
stockés dans un seul fichier Ri.HRV, au format .EMF. Dans le cas d’un « Complexe », les
réseaux composant le complexe sont définis par le fichier ASCII Cj.CMP.

 Quelques fichiers externes, au format ASCII, que l’utilisateur doit renseigner lorsqu’il
souhaite activer certaines options particulières : ces fichiers sont accessibles via
l’interface et éditables via l’utilitaire NOTEPAD de Windows.

1.3.2 Le générateur de modèle « HYDRA »

Ce générateur comprend deux programmes exécutables : HYDMRIVGEN et SCENGEN :


l’enchaînement des calculs et le traitement sont entièrement pilotés par HYDRARIV. Le
générateur transforme les fichiers exportés par HYDRARIV en fichiers de données
compatibles avec la chaîne de simulation HYDRA. Il gère en particulier le « Complexe de
réseaux »: chaque réseau est défini de façon autonome dans HYDRARIV, le générateur
connecte tous les réseaux pour produire après traitement un seul modèle hydraulique. C’est
au cours de cette étape que sont effectués tous les calculs hydrologiques.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 13
Figure 1.1 : architecture fonctionnelle de l’application HYDRARIV

Cj.CMP
PRE ET Ri.HRV
POSTPROCESSEUR GENERATEUR DE SCENARIO
CARTOGRAPHIQUE

Fichiers
Fichiers d’export
HYDRAMAP HYDRARIV HYDMRIVGEN d’export SCENGEN
HYDRARIV HYDMRIVGEN

Fichiers
externes
CHAINE DE CALCUL HYDRA
Fichiers données
HYDRA

DOMAINE UTILISATEUR

Fichiers d’export
HYDRA HYDMAKE
HYDRA

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 14
1.3.3 La chaîne de calcul HYDRA

Cette chaîne est également entièrement pilotée par HYDRARIV : elle effectue les
simulations hydrauliques et restitue après calculs des fichiers de résultats bruts exploitables
par HYDRARIV.

1.3.4 L’utilitaire HYDRAMAP

Cet utilitaire ne fait pas à proprement parler partie de l’application HYDRARIV, mais son
utilisation se révèle particulièrement utile pour la génération automatisée de maillages de
domaines bi dimensionnels. HYDRAMAP est en fait un applicatif .MBX de MAPINFO. Il
assure un certain nombre de fonctionnalités dédiées à la génération d’objets de modélisation
reconnus par HYDRARIV et aussi la restitution de résultats sous forme cartographique.

HYDRAMAP est décrit par un manuel utilisateur spécifique. La connexion entre HYDRARIV
et HYDRAMAP est assurée par un utilitaire d’import-export intégré à l’application
HYDRARIV.

HYDRAMAP étant un applicatif piloté par MAP INFO, il est nécessaire de disposer d’une
licence de développement ou « Run Time » de ce logiciel.

1.3.5 Organisation des répertoires

Le principe de répertorisation est très simple :


 HYDRARIV crée un nouveau répertoire pour chaque nouveau scénario,
 Le nom du répertoire créé est celui du scénario défini par l’utilisateur (16 caractères
alphanumériques au maximum),
 Chaque répertoire créé est un sous-répertoire de celui dans lequel est défini le fichier
.HRV (cas d’un réseau simple) ou du fichier .CMP (cas d’un « complexe »).

Par exemple si le fichier RESEAU.HRV est créé dans le répertoire \TEST et que l’on
souhaite tester les scénarii SCEN1 et SCEN2, l’architecture des répertoires sera la suivante :

\TEST\ RESEAU.HRV

Fichiers export « HYDRARIV »


\SCEN1\
Fichiers données « HYDRA » + résultats bruts du scénario SCEN1

Fichiers export « HYDRARIV »


\SCEN2\
Fichiers données « HYDRA » + résultats bruts du scénario SCEN2

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 15
1.4 CONCEPTS DE MODELISATION

1.4.1 Les classes de modélisation

HYDRARIV peut gérer cinq grandes classes de modélisation, définies dans le schéma 1.2.
On distingue :
 l’arborescence hydrologique, Modélisation hydrologique

 la station de gestion, Singularités complexes

 le domaine filaire,
 le domaine casier, Modélisation des écoulements

 le domaine bidimensionnel.

A ces classes s’ajoutent les liaisons latérales qui interviennent de façon transversale et
permettent d’articuler ces différents constituants au sein d’un même modèle.
Arborescence hydrologique
e casiers
Domain
Domaine 2D

e filaire
Domain

re
ai
fi l
ne
ai
m
Do

Classes de modélisation Éléments de liaison hydraulique


domaine filaire liaison latérale
Modélisation
domaine bidimensionnel
des écoulements
domaine casiers
Modélisation
arborescence hydrologique
hydrologique
Singularités
station de gestion
complexes

Figure 1.2 : les classes de modélisation reconnues par HYDRARIV

Chaque classe est régie par des règles topologiques précises, décrites dans les
paragraphes qui suivent.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 16
1.4.2 L’arborescence hydrologique

La modélisation hydrologique fait partie intégrante de la chaîne de modélisation disponible


sous HYDRARIV.

Les apports de ruissellement sont générés à partir de la pluie et par l’intermédiaire de sous
réseaux hydrologiques. Un sous réseau hydrologique est défini par un assemblage
arborescent de bassins versants élémentaires et de collecteurs de routage qui aboutissent à
un exutoire aval positionné le long d’une branche de collecteurs :

Arborescence hydrologique

Bassin versant élémentaire

Routage hydrologique

Réseau hydraulique

Les hydrogrammes ruisselés sont calculés à l’exutoire de chaque BV élémentaire, sont


routés le long des collecteurs et sont sommés à l’exutoire aval P, qui est le point d’apport
dans le réseau hydraulique.

Les caractéristiques des types de pluies reconnues et les lois de production des apports
ruisselés seront décrites en détails dans le dossier B du manuel d’analyse

Remarque :
HYDRARIV possède également un module de lecture d’hydrogrammes d’apports générés
par des applications externes. Ces hydrogrammes sont définis dans des fichiers au format
« Hydra ». Ils sont identifiés par des points d’entrée particuliers dans le réseau modélisé.
Des apports de temps sec peuvent être définis dans le module HYBV qui peut servir
également d’exutoire à une arborescence hydrologique.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 17
1.4.3 Les schémas de modélisation des écoulements

Pour concilier toutes les exigences intrinsèques à la modélisation des écoulements fluviaux,
HYDRARIV offre trois représentations d’écoulement spécifiques désignées « domaines » :

 L’écoulement filaire le long d’un bief de rivière ou de vallée inondable, caractérisé par
une direction privilégiée d’écoulement le long de son axe longitudinal : c’est le
domaine filaire.
 La zone d’accumulation dans le lit majeur avec faible vitesse moyenne, où les
transferts de débit sont conditionnés par des lois d’échange aux frontières : c’est le
domaine casier.
 Les zones avec écoulement fortement bidimensionnel, décrites par un maillage fin,
fonction de la topographie détaillée disponible : cette description permet de restituer
la carte des vitesses locales : c’est le domaine bidimensionnel.

Les comportements hydrauliques de chaque domaine sont décrits par des lois et des
équations qui leur sont propres. Les domaines sont en plus connectés entres eux par des
liaisons externes latérales qui servent en quelque sorte de « ciment » à l’ensemble de la
zone modélisée.
Les concepts de schématisation hydrauliques adoptés dans HYDRARIV s’inscrivent dans la
double démarche suivante :
 Délimitation de la zone d’étude en domaines surfaciques disjoints, mais couvrant
toute la zone, chaque domaine appartenant à une des trois catégories : filaire, casier,
bidimensionnelle.
 Définition de liaisons hydrauliques externes nécessaires pour lier hydrauliquement
les domaines entre eux.

Suivant le contexte d’une application, un modèle peut ne comporter qu’un seul type de
représentation ou plusieurs types différents coexistant ensemble.

Le domaine filaire

Le domaine filaire modélisé par HYDRARIV est illustré figure 1.3. Il se présente comme une
juxtaposition de sous-réseaux arborescents.

Un sous-réseau consiste en un assemblage de branches de calcul connectées les unes aux


autres par des confluences. A chaque branche est associé un système de repérage
curviligne kilométrique qui lui est propre, avec des PK croissants de l’amont vers l’aval de la
branche.

Une branche est jalonnée d’une succession ordonnée de nœuds. Chaque nœud est défini
par son PK le long de la branche. A chaque nœud correspondent une cote d’eau et un débit
longitudinal compté positivement lorsque le courant s’écoule de l’amont vers l’aval de la

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 18
branche. Une branche est obligatoirement délimitée par un nœud extrémité amont et un
nœud extrémité aval. Le système de repérage de PK est spécifique à chaque branche. Le
PK origine de la branche est identifié par le PK du nœud amont.

Un nœud peut recevoir deux types de singularités, à raison d’une singularité au maximum
par type :

 Le profil en travers qui sert à définir le type de tronçon connecté au noeud et ses
caractéristiques géométriques et hydrauliques. Un profil en travers doit
obligatoirement être défini à chaque nœud extrémité d’une branche.

 La singularité hydraulique, généralement un ouvrage hydraulique particulier, tel que :


 un point d’apport hydrologique,
 un franchissement créant une perte de charge,
 un seuil frontal ou un orifice,
 un ouvrage de dérivation.
 Une condition limite aval au nœud aval d’un sous réseau (une absence de
condition aval équivaut à une condition de débit nul).

Un nœud ne peut pas être partagé par plusieurs banches. En particuliers les nœuds
connectés à une confluence sont distincts. La confluence est définie en introduisant une
liaison de type « confluence » entre le noeud aval d’une branche amont et le nœud amont de
la branche aval.

Deux nœuds quelconques d’un réseau filaire peuvent être connectés par une liaison.

Figure 1.3 : Schématisation d’un domaine filaire par HYDRARIV

Profil en travers

Bra n
c he
B1
Confluence
Q,Z

Point de calcul Branche B4

Liaison latérale Br
B2 an Condition à la limite aval
n che c he
Bra B3

Singularité

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 19
L’élément jointif entre deux nœuds est le tronçon, défini par une polyligne. Le tronçon dans
HYDRARIV est un simple élément linéaire de raccordement, positionné géographiquement.
Il symbolise un tronçon de collecteur, de rivière ou de vallée, selon les types attachés aux
singularités « profils en travers ».

Cas d’un réseau maillé : Un domaine filaire maillé dans HYDRARIV doit être défini comme
une juxtaposition de réseaux arborescents, connectés par des liaisons latérales : l’intérêt de
cette représentation réside dans le calcul de génération des conditions initiales : il apparaît
clairement dans le dossier C du manuel d’analyse d’HYDRA consacré aux méthodes de
résolution, et notamment le calcul des conditions initiales.

Le domaine casier

Le domaine casier est divisé en sous domaines ; chaque sous domaine est repéré par son
identificateur et regroupe une collection de casiers. Un casier est délimité par un polygone et
défini par une courbe de remplissage S(z). Le casier peut contenir plusieurs nœuds
intérieurs qui servent de points d’accroche à des liaisons latérales bi nodales ou des liaisons
uni nodales. Les liaisons bi nodales ne peuvent pas joindre deux nœuds d’un même casier.

Le domaine bidimensionnel (ou 2D)

Le domaine bidimensionnel est divisé en sous domaines ; chaque sous domaine est repéré
par son identificateur et regroupe un maillage de mailles de forme triangulaire ou
quadrilatérale. Chaque maille est définie par une cote moyenne de fond et les coordonnées
de ses sommets. Elle est connectée aux autres entités par l’intermédiaire de liaisons de
deux types :
 la liaison de type « LPAV » joint uniquement les centroides de pavés adjacents : le
couple maille-liaison « LPAV » sert à résoudre les équations complètes de Barré de Saint
Venant en deux dimensions,
 les autres liaisons sont accrochées à une maille par l’intermédiaire de nœuds intérieurs
comme pour les casiers. A noter qu’en l’absence de liaisons de type « LPAV » le
domaine bidimensionnel est assimilable à un domaine « casier » découpé en surfaces
élémentaires de petites dimensions.

1.4.4 La station de gestion

La station de gestion regroupe dans une même entité les organes hydrauliques d’une
singularité complexe, telle une usine de pompage munie d’ouvrages régulateurs et d’organes
de déversement. Elle est composée de liaisons interconnectées et représente une unité
fonctionnelle homogène.
La station de gestion est un sous domaine délimité par une ligne polygonale contenant des
nœuds de calculs. A l’inverse des sous domaines « casier » ou bidimensionnels les nœuds
intérieurs d’une station de gestion peuvent être connectés par des liaisons latérales.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 20
1.4.5 Les liaisons latérales

Les liaisons latérales (autres que « LPAV ») symbolisent des relations de transfert de débit
entre des nœuds de calcul attachés à un domaine filaire ou une entité surfacique. L’équation
associée à chaque liaison est de la forme :

f (QL, Z1, Z2) où :

- QL est le débit d’échange entre les nœuds 1 et 2,


- Z1 et Z2 sont les cotes d’eau aux nœuds 1 et 2 respectivement,
- f est une fonction spécifique à la nature hydraulique de la liaison.

Dans le cas d’une liaison uni nodale, la relation est de la forme :

g (QL, Z1) = 0

La liaison s’apparente alors à une condition à la limite appliquée au nœud 1.

Les liaisons latérales offrent un large éventail de fonctionnalités et introduisent une grande
flexibilité dans HYDRARIV.

La figure 1.4 illustre les différents modes de schématisation associés aux entités
surfaciques. Deux remarques :
 Le nœud intérieur d’une entité surfacique ne peut pas être connecté directement à un
tronçon de domaine filaire. La connexion doit être définie par l’intermédiaire d’une liaison
latérale,
 Les nœuds définis à l’intérieur d’un casier ou d’une maille n’ont d’autre utilité que de
clarifier la lisibilité du schéma de modélisation. Après génération du modèle tous ces
nœuds deviennent indifférenciés et sont confondus avec le nœud de calcul équivalent au
centroïde du casier ou du pavé. Dans la version actuelle d’HYDRARIV ces points
nodaux ne sont plus nécessaires pour accrocher les liaisons : une extrémité de
liaison est désormais libre, et peut être positionnée n’importe ou à l’intérieur d’un
casier ou d’une maille (les extrémités des liaisons de type LPAV sont quant à elles
automatiquement positionnées au centroïde de la maille compte tenu de leur fonction
particulière dans un domaine bi dimensionnel).

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 21
Figure 1.4 : schématisation des domaines surfaciques

(z,u,v)
Liaison uninodale

(q)
(q)
casier

Liaison « LPAV »
(q)

maille

Liaison binodale
Domaine bidimensionnel
(z)

casier

noeud (z)

(q)

Liaison binodale
(q)
Branche filaire

Station de gestion Domaine « casier »

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 22
La figure 1.5 ci-dessous illustre l’agencement des différentes entités de modélisation au sein
d’un même modèle. Les entités reconnues par HYDRARIV sont détaillées au chapitre 5 ci-
après.

Figure 1.5: agencement des différentes entités au sein d’un même modèle

Condition uninodale Domaine Casier

Bief 1D

Liaison latérale
Confluence Profil en travers
Nœud de calcul

Station de gestion
Singularité

Liaison Rivière-Pavé

Liaison Interne au domaine 2D


Domaine 2D

Cet agencement très souple est particulièrement adapté à la juxtaposition de domaines de


natures différentes dans un même modèle. En particulier les mailles des domaines 2D
peuvent être alimentées par des liaisons autres que de type LPAV (liaisons intrinsèques au
domaine 2D), favorisant ainsi des descriptions adaptées à la réalité physique des situations
diversifiées rencontrées le long des vallées.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 23
1.5 DESCRIPTION DES ENTITES DE MODELISATION PAR DOMAINE

1.5.1 Le nœud utilisateur

C’est l’entité élémentaire d’un schéma de modélisation, partagé par tous les domaines. Le
nœud sert de point d’accroche à des tronçons de branches filaires ou des liaisons latérales.

A chaque nœud est définie une surface au miroir ajustable, dont l’interprétation dépend du
contexte :
 Le long d’une branche filaire, c’est la section du regard dans le cas d’une branche
de collecteur. On définit également dans ce cas une cote TN attachée au nœud,
 Dans une station de gestion la surface est la section de la chambre d’exploitation
attachée au nœud,
 Pour une arborescence hydrologique la surface du nœud n’a pas de signification
propre et elle est ignorée.

Un nœud ne peut être isolé : il doit être connecté à un tronçon de collecteur ou défini à
l’intérieur d’une entité surfacique.

1.5.2 Les entités de modélisation hydrologique

Elles comprennent :
 le pluviographe PLV : ce dernier permet de localiser et de renseigner les hauteurs
de précipitations enregistrées au sol par un pluviographe,
 le bassin versant BV : objet localisé au centroïde du bassin versant. Il contient les
paramètres hydrologiques permettant de générer des apports de ruissellement à
partir des données de pluie brute,
 l’élément ROUT : routage d’un hydrogramme à travers une arborescence.

Remarque :
L’exutoire d’une arborescence hydrologique est nécessairement la singularité HYBV
associée à une branche filaire. Il n’existe pas l’équivalent pour une entité surfacique. Il
faut dans ce cas créer une branche filaire fictive, poser une singularité HYBV à un nœud
de la branche, puis connecter cette branche à un nœud de l’entité surfacique via une
liaison binodale de type QMTR (transition simple avec faible de charge très faible).

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 24
1.5.3 Les entités du domaine filaire

Les entités reconnues sont listées dans le tableau ci-après :

Identificateur entité Définition


PT Profil en travers
TRC tronçon
CONF confluence
HYBV exutoire de sous-réseau hydrologique
HY hydrogramme
HC débit d’injection constant
VA vanne
CPR coupure hydraulique
KV perte de charge à la Borda
DH perte de charge paramétrique
perte de charge de type « Bradley », utilisée
BRD
pour les ouvrages de franchissement
BO bassin de stockage
DE seuil frontal
RGB Vanne frontale régulable
QDZ1 délestage suivant Q(Z)
QDQ1 délestage débit - débit
QDL1 délestage par seuil
MRKB marqueur de branche
MRKP marqueur de point de sortie
CLZK Condition à la limite de type Strickler
CLZQ Condition à la limite de type Z(Q)
CLZT Condition à la limite de type Z(t)
CLZF Condition à la limite de type Fr=1

Les modules « délestages » servent à modéliser des surverses vers le milieu extérieur. Si
le débit délesté est récupéré dans un autre endroit du réseau il faut utiliser une liaison de
type dérivation, décrite au paragraphe 5.5.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 25
Le profil en travers PT et le tronçon TRC

Le profil en travers est un objet double posé sur un nœud ; il permet de définir deux sections
géométriques :
 une section en amont immédiat du nœud
 une section en aval immédiat du nœud.

Il est donc possible de définir une discontinuité géométrique à l’aide de l’objet PT.

HYDRARIV reconnaît 6 types différents de sections géométriques. Celles-ci sont définies


figure 1.6.

zTN zTN

Ø2
h ‘idsec’
Ø
Ø1
Z radier Z radier Z radier

CI : circulaire OV : ovoïde PO : paramétrique ouvert

Lit Lit majeur Lit majeur


zTN mineur actif d’expansion

‘idsec’

‘idsec’
Z radier

PF : paramétrique fermé
RV : section de rivière
VL : section de vallée dissymétrique

Figure 1.6 : définition des paramètres géométriques pour chaque type de section

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 26
Les données attachées à chaque type de chaque section sont précisées ci-dessous :

Type de section Données


Cote radier
CI Diamètre
Coefficient de Strickler
Cote radier
Hauteur
OV Grand diamètre
Petit diamètre
Coefficient de Strickler
Cote radier
Hauteur d’ensablement
PO, PF
Coefficient de Strickler
Identificateur « géométrie section »
Coefficient de Strickler du lit mineur
Coefficient de Strickler du lit majeur
RV, VL
Coefficient de sinusoité
Identificateur « géométrie section »

La forme géométrique des sections de type PF, PO, RV ou VL est repérée par un
identificateur. Elle doit alors être définie dans une table annexe « géométrie section ». A
noter que :
 la géométrie des sections de type PF, PO est définie par 10 couples de points
hauteur-largeur,
 la géométrie d’une section de type RV est définie par 10 couples de points cote-
largeur, le sixième point marquant le niveau de la berge du lit mineur. Les autres
paramètres affectés à la géométrie section sont :
- la fraction du lit majeur actif,
- les coefficients d’échange entre le lit majeur actif et le lit d’expansion à la
montée de la crue et à la décrue.
 la géométrie d’une section de type VL est définie par 6 couples de points cote-
largeur pour le lit mineur, 4 pour le lit majeur rive gauche et 4 pour le lit majeur rive
droite. Les autres paramètres affectés à la géométrie section sont :
- la fraction du lit majeur actif,
- les coefficients d’échange entre le lit majeur actif et le lit d’expansion à la
montée de la crue et à la décrue,
- les cotes de murettes en bordure du lit mineur.

Les paramètres attachés à chaque forme géométrique sont précisément définis dans le
dossier B du manuel utilisateur.

Le positionnement de l’objet PT le long d’une branche filaire et de la section dans l’objet PT


détermine la nature du tronçon homogène d’écoulement : un tronçon homogène de
collecteur, de cours d’eau ou de vallée est délimité par les sections géométriques qui le

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 27
bordent aux extrémités. Ces sections doivent être de même type pour des raisons de
cohérence. Ce principe est illustré par le schéma suivant :
Km1 Km3 Km4
KM1 Km2 KM3 KM4
RV RV PF PF VA VA VA

Tronçon de rivière Tronçon de collecteur Tronçon de vallée Tronçon de vallée

Km1 Km2 Km3 Km4


KM1 KM3 KM4

Figure 1.7 : principe d’agencement des PT, des sections et des tronçons

Il est nécessaire de positionner un PT au nœud amont de la branche, et de définir une


section « à droite » dans ce PT,
De même, il est nécessaire de positionner un PT au nœud aval de la branche, et de définir
une section « à gauche» dans ce PT

Quelques remarques :

 Une branche peut tout à fait être occupée par une juxtaposition de tronçons de type
différents. Cette segmentation est régie par la définition des sections sur le PT.
 Le ou les coefficients de Strickler le long d’un tronçon TRC sont constants le long de
ce tronçon et sont définis dans la section « à droite » du PT amont de ce tronçon.
 Le long d’un tronçon, la géométrie en tout point varie linéairement selon le PK entre
la section du PT amont et la section du PT aval.
 L’objet tronçon « TRC » est un objet vide de paramètres attributaires : l’utilisateur ne
définit aucun paramètre pour cet objet. Il doit par contre dessiner le cheminement de
tronçon à l’aide d’une polyligne connectant les nœuds extrémités.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 28
Pour modéliser une discontinuité géométrique ou une discontinuité de type de section au
niveau d’un noeud il faut poser un élément PT sur ce nœud et définir une section « à
gauche » et une section « à droite ».
Pour modéliser une simple rupture de pente il suffit de ne définir qu’une seule section
associée à un PT. Cette section peut alors être positionnée indifféremment « à gauche » ou
« à droite ».

L’objet confluence « CONF »

Cet objet est en fait une liaison particulière, caractérisée par une perte de charge très faible,
de l’ordre du millimètre. Il permet de connecter les nœuds aval des branches amont et le
nœud amont de la branche aval, afin de préciser la topologie du réseau :

Élément CONF

Élément CONF

Le nombre maximum de branches amont d’une confluence est 3. Au-delà il faut positionner
des liaisons latérales de type QMTR entre les branches. Les liaisons de type CONF et
QMTR présentent des fonctionnalités voisines. Les bonnes pratiques d’utilisation des
liaisons sont discutées dans le dossier B.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 29
Les singularités

Une singularité hydraulique est un objet ponctuel posé sur un nœud. Ce nœud peut
également être occupé par un PT.

Une singularité définit deux relations entre les débits et les cotes de part et d’autre de la
singularité. En pratique HYDRARIV génère une succession de nœuds de calculs et de
modules de calculs internes pour accommoder les discontinuités de cote et de débits le long
de la branche, générées par l’action conjuguée du PT et de la singularité.

Ces règles de génération sont importantes à connaître car elles conditionnent le


fonctionnement hydraulique du modèle, ainsi que l’interprétation de certains résultats. Elles
sont explicitées ci-après (agencement des objets de modélisation définis sur un nœud).

Les fonctionnalités de chaque singularité sont précisées dans le dossier B du manuel


utilisateur.

Les conditions aux limites aval

Ce sont des singularités de type particulier, posées sur le nœud aval d’un réseau.
HYDRARIV propose 4 types de conditions limite aval :
 CLZK : écoulement uniforme défini par les caractéristiques géométriques du tronçon
amont,
 CLZQ : loi de type Z(Q)
 CLZT : loi de type Z(t). la courbe peut être cyclique ou non cyclique
 CLZF : loi de déversement libre, défini par les caractéristiques géométriques de la
section au nœud.

Remarques :

 Un nœud aval de réseau peut ne pas être occupé par un élément de type « condition
à la limite ». Dans ce cas HYDRARIV ajoute automatiquement une condition de débit
nul. Par ailleurs si ce même nœud est occupé par une singularité autre qu’une
condition à la limite aval HYDRARIV place cette singularité et la fait suivre d’une
condition de début nul
 Un nœud amont de réseau est « fermé » par une condition de débit nul.

Si l’on souhaite définir une condition de débit nul à la limite aval et définir simultanément
une cote initiale, il faut utiliser le module CLZQ en ne rentrant qu’une seule ligne de
données, pour un débit nul : la cote renseignée est interprétée comme la cote initiale au
nœud aval.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 30
Paramètres de configuration d’une branche filaire

Une branche filaire est assimilée à un sous domaine. Un identificateur lui est donc associé
par l’intermédiaire d’une singularité : le marqueur de branche MRKB. Cette singularité doit
figurer sur un nœud de la branche, et peut être posée sur n’importe quel nœud. On peut
également préciser dans la fenêtre de dialogue de l’objet MRKB :
 le point kilométrique au nœud amont de la branche : valeur zéro par défaut,
 les débits initiaux et résiduels : il faut veiller à ce qu’une branche filaire soit toujours
en eau pour assurer la stabilité des calculs hydrauliques. En pratique le débit
résiduel est de l’ordre de quelque litres/s. il est injecté en début de chaque branche et
retranché de la même valeur en fin de branche. le débit initial en début de calcul est
plus important pour assurer un démarrage correct des calculs il décroît ensuite
progressivement pour atteindre la valeur du débit résiduel.

Agencement des objets de modélisation définis sur un nœud

Un nœud utilisateur peut accueillir un objet PT, une singularité, une condition limite aval et
servir de point d’accroche à une liaison bi nodale. Lors de l’étape de génération du modèle
hydraulique cet ensemble est décomposé en une succession linéaire de modules
élémentaires et de nœuds de calculs selon une logique bien définie. Il est important pour
l’utilisateur de connaître cette logique car elle affecte les modalités du calcul et
l’interprétation des résultats d’une simulation.

Les schémas de la figure 5.3 explicitent les schémas de représentation interne selon les
différents cas de figure définis par l’utilisateur.

Remarques :

 la définition d’un nœud courant déclenche en représentation interne les


transformations suivantes :
- génération de nœuds de calculs internes, tous positionnés au même PK,
- placement d’un module « coupure » (RAC) en amont et en aval du nœud, de
façon à correctement gérer les discontinuités hydrauliques éventuelles
provoquées par les changements de pente, les discontinuités géométriques, les
soutirages latéraux de débit,
- placement d’un regard, de surface au miroir égale à celle définie dans la fenêtre
de saisie du nœud utilisateur (utilisé pour les tronçons de collecteurs),
- injection d’un débit résiduel en début de branche, soutirage du même débit
résiduel en fin de branche,
 une singularité est toujours positionné en amont immédiat d’un noeud, et donc en
amont d’une liaison latérales qui est connecté sur le noeud.
 Aucune section de collecteur n’est définie aux nœuds situés entre les modules
« coupure » : il est tout a fait possible pour ces nœuds de calculer des cotes d’eau

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 31
inférieures aux cotes radier des sections encadrantes, sans pour autant induire des
problèmes numériques. Cette propriété très importante en pratiques est le fruit de
l’action conjointe des éléments RAC et de l’agencement des modules de calculs dans
la représentation interne du modèle.

Éléments Description HYDRARIV Modélisation HYDRA

Noeud courant

Nœud utilisateur Nœud calcul

S1 S2 S1 RAC S2
BAS

Noeud + PT

S1 S2
S1 RAC BAS S2

Noeud + PT+ singularité

singularité

S1 S2
S1 RAC BAS S2
Noeud + PT+
singularité+maillage

Liaison binodale

S1 S1 RAC BAS

Noeud aval réseau


CL aval

S1 S1 RAC BAS

Noeud aval branche

S2 BAS RAC S2

Noeud amont branche

Liaison binodale

Figure 1.8 : agencement des singularités en représentation interne

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 32
1.5.4 Les entités surfaciques

L’élément STN

C’est un simple contour polygonal défini par un identificateur. Ce contour ne peut être
traversé que par les liaisons latérales.

L’élément CAS

C’est un contour polygonal défini par un identificateur. Les paramètres associés sont :
 la courbe surfacique tabulée S(z),
 l’identificateur du sous domaine auquel appartient le casier.
 La cote initiale Z0.

L’élément PAV

C’est un contour composé de trois ou quatre segments. Les paramètres associés sont :
 la cote moyenne de fond de la maille,
 la cote de fond minimum de la maille,
 la surface de la maille,
 les coefficients de Strickler dans les deux directions, dans le cas d’écoulements
anisotropiques,
 l’identificateur de sous domaine auquel appartient la maille.

Les liaisons uni nodales

Ces liaisons présentent de fortes similitudes avec les conditions aux limites du domaine
filaire : elles sont posées sur un nœud défini dans un domaine surfacique. HYDRARIV
propose quatre types :
 CLQT : injection d’un hydrogramme d’apport (équivalent à singularité HY du domaine
flaire),
 CLZQ : loi de type Z(Q),
 CLZT : loi de type Z(t). la courbe peut être cyclique ou non cyclique,
 CLZK : écoulement uniforme défini par une pente, une largeur, une cote moyenne de
fond et un coefficient de Strickler.
 CLBO : bassin en parallèle défini par un loi S(z) : utile surtout pour les stations de
gestion.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 33
1.5.5 Les liaisons latérales binodales

Une liaison binodale peut connecter deux nœuds quelconques du modèle. A chaque liaison
sont associés une cote d’eau pour chaque nœud extrémité et un débit traversier.

Les liaisons binodales reconnues par HYDRARIV sont listées ci-après :

Tableau 5.2
Identificateur Définition
singularité
QDZ Dérivation débit - cote
QDL Dérivation par seuil déversant
QDR Dérivation de type routage
QDP Dérivation par pompage simple
QMS Maillage par seuil (désigné également LDEV)
QMV Maillage par vanne (désigné également LORF)
QMP Maillage pompage
RGZ Maillage par vanne régulée en cote
RGQ Maillage par vanne régulée en débit
QMTR Maillage par simple transition
QMK Maillage par perte de charge
LPAV Connexion entre deux mailles d’un sous domaine bi dimensionnel
LSTK Maillage par frottement type Strickler
LPOR Maillage par perte de charge a travers un milieu poreux
LDVF Maillage par seuil fusible type F
LDVT Maillage par seuil fusible type T

Les fonctionnalités de chaque liaison sont décrites dans le dossier B du manuel utilisateur.

Remarques :

 Comme indiqué plus haut la liaison LPAV joue un rôle très particulier :
- elle ne peut connecter que deux mailles adjacentes d’un sous domaine bi
dimensionnel,
- le support de connexion est le centroïde de chaque pavé, et non un nœud posé
par l’utilisateur.
 Les liaisons de type dérivation sont caractérisées par l’absence d’influence de la cote
d’eau au nœud aval sur le débit dérivé. Cette propriété est mise à profit dans le code
pour alléger la structure du système global de résolution et donc accélérer les temps
de calcul.
 A l’exception des liaisons de type QMTR et QMK toutes les liaisons sont renseignées
par une cote de seuil. Cette cote doit respecter les règles suivantes :
- elle doit être au moins égale à la cote de fond si elle est connectée à une maille
ou un casier.
- elle doit être au moins égale à la cote radier +10cm si elle est connectée à une
branche filaire.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 34
1.5.6 Les singularités multiples

La singularité multiple est un objet composite permettant de calculer sur une modélisation
filaire la perte de charge résultant de plusieurs ouvrages en parallèle. Ce concept est
particulièrement utile pour décrire l’impact hydraulique d’un franchissement orienté
perpendiculairement à l’axe de la vallée ; l’obstacle se présente typiquement comme la
juxtaposition d’un pont enjambant le lit mineur avec des piles et des culées interférant avec
l’écoulement, d’ouvrages de décharge sous le remblai en différents points du lit majeur. En
cas de forte crue le pont peut se mette en charge et des surverses au dessus du remblai
peuvent se produire.

Afin de décrire ce type de géométrie qui peut s’avérer complexe HYDRARIV propose la
schématisation hybride définie comme suit :

Description dans HYDRARIV


Ouvrages secondaires de franchissement

Ouvrage principal de franchissement

A C
Tronçon de vallée
Contour polygonal de
la singularité multiple

Ouvrage tranversal

A C

Schématisation interne

On distingue trois groupes d’entités :


 Un tronçon de branche filaire occupé par une singularité principale schématisant un
ouvrage de franchissement du lit mineur : généralement une perte de charge de type
« Bradley »,
 Des liaisons latérales représentant des ouvrages secondaires de franchissement et
les possibilités de surverse sur le remblai ; elles sont connectées à un nœud interne
à chaque extrémité,
 Le contour polygonal contenant les singularités élémentaires composant la singularité
multiple.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 35
Cette représentation est conçue pour faciliter la description physique de l’ouvrage complexe :
en mode de représentation interne les nœuds aux extrémités des liaisons secondaires sont
supprimés et les lisons sont raccordées aux noeuds de calcul A et C encadrant la singularité
principale posée sur la branche filaire.

Ce mode de description est très général et permet d’adapter la modélisation à des


configurations complexes ou très diversifiés de franchissements.

1.5.7 L’objet « RACC »

Cette entité se pose sur un nœud qui peut appartenir indifféremment à une branche filaire,
une station de gestion, ou une entité surfacique. Elle est définie par un identificateur et sert à
raccorder des nœuds de réseaux différents via une liaison de type QMTR en vue d’une
modélisation globale. Son utilité est précisée au chapitre 6.3 (complexe de réseaux).

L’objet RACC ne doit pas être confondu avec l’entité « coupure » générée en interne par
HYDRARIV pour sécuriser les calculs et discutée au § 1.5.3.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 36
1.6 PRINCIPE D’ASSEMBLAGE DES SOUS DOMAINES

On a décrit précédemment les principes de construction des entités de modélisation par


sous domaine, en distinguant :
 la branche filaire, constituée par une succession ordonnée de nœuds de calculs et de
tronçons ; chaque nœud est repéré par un PK se rapportant à la branche,
 le sous domaine « casier » englobant une succession de casiers : le nom du sous
domaine est défini par l’utilisateur dans chaque casier,
 le sous domaine bidimensionnel englobant une famille de mailles : le nom du sous
domaine est défini par l’utilisateur dans chaque maille,
 la station de gestion qui constitue en même temps un sous domaine : le nom de la
station est identifié au nom du sous domaine.

Chaque sous domaine est affecté à un numéro d’ordre, appelé aussi numéro de bief.
HYDRARIV génère une table de liens entre les sous domaines de façon à optimiser la
structure de la matrice globale de résolution du système linéaire d’équations et minimiser les
temps de calcul.

De façon concrète HYDRARIV :


 traite d’abord les branches filaires et les assemble selon une procédure optimisée en
interne,
 traite ensuite les stations de gestion et les intercale au mieux entre les branches
filaires, en fonction des connectivités entres les sous domaines détectées via les
liaisons latérales,
 détecte les domaines surfaciques connectés aux branches filaires et aux stations de
gestion et affecte les connectivités en conséquence,
 recherche enfin les connectivités entre les domaines surfaciques non affectés et les
domaines déjà affectés, cette opération s’effectuant par itérations.

Ce type de traitement est illustré par les deux exemples suivants :

Cas A : assemblage non optimisé :

Ce cas correspond au schéma de la figure 1.9 dans lequel les connectivites associées aux
entités surfaciques sont définies de façon aléatoire. La performance attendue de la structure
ainsi constituée se mesure par un indicateur construit comme suit :
 on affecte à chaque sous domaine un indice égal au rang d’apparition de ce sous
domaine dans le table de liens,
 on calcule pour chaque sous domaine l’écart maximum entre son indice et les indices
de rang inférieur des sous domaines qui lui sont connectés par au moins une liaison,
 l’indicateur est égal à la somme des carrés des indices. Le calcul sera d’autant plus
rapide que cet écart sera faible.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 37
Cet indice est représentatif en toute rigueur de l’efficacité de la table de liens et donc du
temps de calcul si le nombre de nœuds de calculs est le même dans chaque sous domaine
et si les sous domaines sont connectés deux à deux par un nombre équivalent de liaisons.
En admettant cette hypothèse l’indice calculé dans l’exemple de la figure 1.9 est égal à 242.
Le sous détail du calcul est donné ci-dessous :

Rang du sous domaine Rang min du sous domaine connexe Ecart Ecart **2
1 1 0 0
2 1 0 0
3 1 2 4
4 3 1 1
5 5 0 0
6 5 1 1
7 3 4 16
8 1 7 49
9 9 0 0
10 7 3 9
11 2 9 81
12 3 9 81
TOTAL 242
Table 6.1 : calcul de l’indice d’efficacité pour le schéma d’assemblage de la figure 6.1

La plus grande contribution à cet indice vient de l’ordonnancement des sous domaines
pavés qui n’est pas optimisé.

Cas B : assemblage optimisé via l’algorithme décrit précédemment :

Le programme calcule une numérotation d’indice différente en déclarant que le rang d’un
sous domaine précède immédiatement le rang d’un sous domaine adjacent détecté par la
recherche de liaisons communes.

On obtient alors le schéma de connectivité de la figure 1.10

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 38
Rang du sous Rang min du sous
Ecart Ecart **2
domaine domaine connexe
1 1 0 0
2 1 1 1
3 3 0 0
4 4 0 0
5 5 0 0
6 5 1 1
7 7 0 0
8 4 4 16
9 9 0 0
10 9 1 1
11 11 0 0
12 8 4 16
TOTAL 34
Table 6.2 : calcul de l’indice d’efficacité pour le schéma d’assemblage de la figure 6.2

Dans l’exemple traité le rapport entre les deux indices dépasse 7, c'est-à-dire les temps de
calculs de résolution peuvent varier dans un rapport de 1 à 7 selon le soin mis par
l’utilisateur à agencer les sous domaines casiers/bidimensionnels.

Cet écart augmente avec la taille des modèles, c’est donc un aspect très important à
considérer pour minimiser les temps de calcul.

En pratique cette opération est entièrement automatisée dans HYDRARIV et demeure


transparente pour l’utilisateur.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 39
11 4

2
3 7

1 12 10

5 6

Figure 1.9 : schéma d’ordonnancement de sous domaines non optimisé

3 7

4
8 12

2 6 11

10 9

Figure 1.10 : schéma d’ordonnancement de sous domaines optimisé

Branche filaire

Station de gestion

Sous domaine casier/pavé

9 Rang de déclaration du sous


domaine dans la table de liens

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 40
1.7 PARAMETRAGE ET EXPLOITATION D’UN SCENARIO DE SIMULATION

1.7.1 Paramétrage

Le paramétrage d’un scénario de simulation consiste à définir les paramètres non


structurels, attachés à l’hydrologie, la régulation, la pollution et aux options de contrôle des
calculs et des sorties.

Un scénario est nommé par un identificateur de 17 caractères au maximum et les


paramètres associés sont stockés dans une bibliothèque contrôlée par un gestionnaire de
scénarios. On peut donc définir plusieurs scénarios à l’avance avant de les exécuter.

Un scénario est défini par cinq groupes de paramètres :

Scénarii hydrologiques et paramètres de contrôle associés

On distingue deux types de scénarios hydrologiques que l’on peut renseigner en même
temps dans un même scénario de simulation :
 le scénario de temps sec, dans l’hypothèse où certains apports de temps sec sont
définis par des débits variables au cours de la journée. Il faut dans ce cas avoir
renseigné préalablement les paramètres de ce scénario à l’aide du menu prévu à cet
effet dans HYDRARIV,
 le scénario de pluie, dans l’hypothèse où des singularités de type HYBV, HY ou
CLQT (hydrogramme généré en externe) sont définies : le scénario de pluie précise
le type et les caractéristiques de l’événement pluvieux que l’on souhaite tester ; il est
renseigné à l’aide d’un menu prévu à cet effet dans HYDRARIV.

Les paramètres hydrologiques contrôlent le mode de calcul des apports : date origine, durée,
pas de temps ce calcul.

Paramètres de contrôle de calcul hydraulique

Ces paramètres contrôlent les conditions d’écoulement de la simulation hydraulique, et


notamment le mode de réglage de la procédure de pas de temps adaptatif appliquée dans
HYDRA.

Contrôle du déroulement des calculs

L’option la plus importante est la visualisation des profils de lignes d’eau et des débits le long
des branches au cours de l’exécution. Elle est utile en phase de réglage du modèle car elle
permet de localiser précisément la cause de problèmes numériques susceptibles de se
produire : mauvaise définition d’une cote de calage de seuil par exemple.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 41
L’activation de cette option augmente sensiblement les temps de calcul et ne permet pas
l’affichage d’une autre application à l’écran. Si l’afficheur dynamique se bloque (souris
activant la barre des tâche escamotable ou affichage d’une autre application) ou lorsque le
calcul plante, arrêter le processus whydram24 dans le gestionnaire de tâches Windows.

Fichiers externes

Ces fichiers contiennent des données complémentaires de celles présentes dans le fichier
Ri.HRV. Les options les plus fréquemment utilisées sont :
 Les fichiers des hydrogrammes externes, dans l’hypothèse où les apports ont été
générés préalablement dans une autre application.
 Les fichiers des paramètres de régulation : ces fichiers contiennent des consignes de
contrôle global de certains actionneurs, dont la position ou la régulation locale est
définie par défaut dans l’interface.
 Les fichiers contenant des options disponibles dans le moteur de calcul d’HYDRA
mais non activées par défaut dans HYDRARIV, notamment des options de sorties
pour l’exploitation de certains résultats.

Paramètres de pollution

Ces paramètres définissent les hypothèses de calcul des flux de pollution lorsque cette
option est activée et les éléments de modélisation associés définis.

1.7.2 Génération et exécution d’un scénario

Trois étapes sont nécessaires :


 Etape 1 : sélection du scénario de simulation dans la bibliothèque. Ce scénario doit
avoir été défini préalablement,
 Etape 2a : génération du modèle. Cette étape active les programmes HYDMRIVGEN
et SCENGEN et produit les fichiers de données au format compatible avec la chaîne
HYDRA. Les hydrogrammes d’apports totaux sont calculés dans cette étape.
 Etape 2b : génération des modèles et exécution. Cette étape répète les opérations de
l’étape 2a et active la chaîne de simulation HYDRA. Il n’est pas nécessaire d’activer
l’étape 2a si on active directement l’étape 2b.

Remarque :
Des contrôles de cohérence sont effectués à chaque étape de la chaîne de simulation. La
détection d’une erreur arrête le traitement, la cause de l’erreur est affichée dans une
fenêtre de contrôle.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 42
A l’issue de ce calcul le moteur de calcul fournit trois fichiers binaires contenant l’ensemble
des résultats bruts des calculs, en distinguant :
 les ouvrages, les singularités et les liaisons,
 les nœuds utilisateur et les entités surfaciques,
 les points de calculs intermédiaires le long des branches filaires.

Ces fichiers sont ensuite lus et traités par les différents modules d’exploitation de résultats
disponibles dans HYDRARIV.

1.7.3 Exploitation des résultats

Cet aspect est détaillé dans les chapitres suivants du présent manuel. Les modes
d’exploitation offerts par HYDRARIV sont :

Bilan des apports

Les résultats hydrologiques sont accessibles dans des tableaux de synthèse et sous forme
d’hydrogrammes visualisables à l’écran.

Résultats d’une simulation hydraulique sous forme de courbes x(t)

Ces résultats sont fournis sous forme de courbes temporelles x(t) suivant deux modes :
 Mode contextuel : les courbes x(t) sont accessibles en pointant la souris sur un nœud
ou une singularité du réseau : la nature des courbes visualisables dépend du type de
la singularité : cote, débit, position d’actionneur, volume de stockage …
 Mode présentation : un utilitaire de mise en page permet de paramétrer l’affichage
des courbes x(t) suivant un format de présentation ajustable.

Profils en long le long des branches filaires

Ces profils peuvent être statiques ou animés. Ils portent sur les grandeurs suivantes :
 cotes d’eau,
 débits totaux, débits lits mineur, débits lit majeur,
 vitesse d’écoulement,

Cartes de vitesses et de hauteurs d’inondation à différents instants de simulation

 restitution de cartes des hauteurs moyennes d’inondation dans les casiers et les
mailles,
 restitution de cartes de vitesses au centroïde des mailles,

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 43
 restitution des limites d’inondation et des hauteurs moyennes d’inondation le long du
lit majeur des branches filaires.

Résultats de synthèse par scénario

Des bilans sont calculés par singularité ou groupe de singularités et par type, en distinguant :
 les courbes de flux : hydrogrammes et pollutogrammes,
 les cotes d’eau et les concentrations,
 les volumes dans les bassins.

Le paramétrage de ces bilans peut être fait après simulation via les menus dédiés à cet effet
dans l’interface.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 44
1.8 LES FONCTIONNALITES AVANCEES

1.8.1 Le « Complexe » de réseaux

HYDRARIV propose deux configurations de schématisation d’un même réseau


hydrographique, que l’utilisateur choisi selon la complexité, la structure et les contraintes de
mise en œuvre du modèle :
 La configuration « réseau » dans lequel le schéma du réseau hydrographique
apparaît sur une seule fenêtre ;
 La configuration « complexe » : le réseau hydrographique est éclaté en plusieurs
sous réseaux correspondant généralement aux différents affluents modélisés ou à
des tronçons homogènes d’un même cours d’eau. L’activation de cette configuration
provoque l’apparition à l’écran de plusieurs fenêtres, à raison d’une fenêtre par
réseau. Toutes les fenêtres sont visualisables mais une seule fenêtre est active à la
fois et permet d’accéder aux fonctionnalités du menu.

Un « complexe » peut contenir jusqu’à 10 réseaux distincts. Cette structuration comporte le


grand avantage d’alléger les tâches de manipulation des différentes entités disponibles de
l’interface, et donc de raccourcir les temps d’accès ; elle améliore considérablement le
confort d’utilisation d’HYDRARIV dans le cas de grands réseaux. Elle permet par ailleurs à
plusieurs personnes de travailler simultanément à l’élaboration d’un même modèle.

Dans la phase de génération d’une simulation, tous les réseaux du « complexe » sont
assemblés dans un seul modèle, à l’étape de traitement SCENGEN. Les réseaux sont
connectés via les singularités de type RACC.

1.8.2 Contrôle et régulation

HYDRARIV dispose d’un module de pilotage d’un certain nombre de modules hydrauliques
via un langage de programmation formelle. Les instructions sont définies dans un fichier
ASCII, déclaré comme un fichier externe dans la base associé au fichier .HRV. Les règles
détaillées de pilotage et la syntaxe associée sont décrites dans le dossier D.

Ce module complète et étend considérablement la gamme des fonctionnalités de régulation


locale intégrées aux actionneurs mobiles.

1.8.3 Le groupe de scénarios

Un autre concept géré par HYDRARIV est le « groupe de scénarios » dans lequel on définit
une famille de scénarios de calcul parmi ceux déjà définis.

Cette procédure permet d’exécuter une série de simulations en séquence à partir d’une
simple « clé » de données et surtout de fournir des tableaux de bilan de résultats au format

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 45
.CSV à raison d’une ligne de bilan par scénario. Le paramétrage du bilan se fait comme dans
l’option scénario simple.

L’intérêt de cette fonctionnalité réside dans les applications où l’on souhaite calculer des
bilans statistiques, en utilisant la méthode des classes de pluies ou des suivis
chronologiques d’épisodes pluvieux sur plusieurs années : les bilans, après calcul, sont
analysables sous EXCEL qui possède toutes les fonctionnalités graphiques et statistiques
nécessaires pour une exploitation personnalisée.

Le concept de groupe de scénarios est compatible avec celui de « complexe de réseaux »

1.8.4 Pilotage de METE-EAU depuis l’interface d’HYDRARIV

HYDRARIV dispose des fonctionnalités nécessaires pour générer les apports de


ruissellement dans le réseau hydraulique, tout comme METE-EAU, logiciel d’hydrologie
urbaine développé par Hydratec. Cependant, dans le cas des réseaux des grandes
agglomérations, il est souvent inutile de modéliser finement la propagation des
hydrogrammes des réseaux amont à l‘aide de lois de type Barré de Saint Venant, des
logiciels de calculs simplifiés basés sur la méthode de l’onde diffusive suffisant
généralement. D’où l’intérêt pour favoriser la rapidité des calculs, et faciliter l’exploitation de
grands modèles, de limiter la modélisation hydraulique aux cours d’eau principaux objets de
l’étude hydraulique et d’alimenter ces réseaux par des modèles hydrologiques simplifiés,
intégrant leurs propres modules de production de ruissellement, comme c’est le cas de
METE-EAU.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 46
2 VUE D’ENSEMBLE DE L’INTERFACE

L’interface se présente comme indiqué sur la figure ci dessous. Elle se compose :


 D’une barre de menus contenant toutes les fonctionnalités disponibles d’HYDRARIV,
 D’une barre d’outils contenant des icônes pour l’activation de certaines tâches,
 D’une barre d’outils pour la création des éléments constitutifs du réseau,
 D’une (ou plusieurs) fenêtre(s) contenant chacune l’espace de travail d’un fichier
réseau (.HRV)

L’espace de travail contient le schéma du réseau. Il ne se limite pas aux dimensions de la


fenêtre et l’utilisateur peut se déplacer sur le réseau à l’aide des barres de défilement en bas
et à droite de la fenêtre. Dans chaque fenêtre apparaissent :
 Une barre de message,
 Une zone indiquant les coordonnées de la position du curseur (si le réseau est calé
dans un repère donné),
 Une zone indiquant le scénario actif.

Barre de menu
Espace de travail

Barre d’outils / mise Barre d’outils / génération


à jour des éléments des éléments

Scénario en cours

Barre de défilement Zone de coordonnées


Barre de messages

Vue d’ensemble de l’interface (en mode Réseau)

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 47
2.1 BARRE D’OUTILS

La barre d’outils présente les éléments suivants, détaillés dans les pages suivantes :

1 Outil noeud

2 Sommets d’un tronçon curviligne TRC

3 Fusionner deux tronçons

4 Insérer un nœud dans un tronçon

5 Editer les données d’un élément : éditeur élémentaire

6 Editeur général

7 Sauvegarder le réseau

8 Génération de la typologie du réseau

9 Règle pour la lecture des distances

10 Obtenir une vue centrée sur le réseau

11 Obtenir une vue d’ensemble du réseau

12 Zoomer : clic gauche = zoom+ , ctrl+clic gauche = zoom-

13 Rafraichir une vue

14 Afficher/masquer le sens d ’écoulement des tronçons

15 Visualisation contextuelle des résultats au niveau d’un noeud ou d’une liaison

16 Visualisation dynamique des résultats

Le déplacement de la souris en maintenant le clic droit appuyé permet de se déplacer


dans la zone de travail de la même manière qu’avec les barres de défilement.

Pour désactiver un outil et obtenir un curseur normal : appuyer sur la touche Echap.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 48
1. Pour poser un nœud dans l’espace de travail, sélectionner l’outil puis cliquer
une fois dans l’espace de travail à l’endroit où l’on souhaite poser le nœud.

2. permet de modifier le contour d’une polyligne, tel qu’un un tronçon TRC, ou


une entité surfacique :

3. Cet outil permet de fusionner deux tronçons


contigus. Cliquer sur le nœud commun aux tronçons à
fusionner pour assembler les deux tronçons

4. Ajouter un nœud sur un tronçon : permet de scinder un tronçon en deux


tronçons contigus.

Déplacer le curseur avec l’outil « Insérer » sur le tronçon où il faut ajouter un


nœud. Il apparaît alors dans une couleur différente, la position du curseur le long
du tronçon est indiquée en haut à gauche de l’espace de travail (distance par
rapport au nœud amont). Cliquer à l’endroit du tronçon où il faut placer le nœud.
HYDRARIV calcule automatiquement son PK..

5. Sélectionner l’outil puis cliquer sur l’élément à éditer. Lorsqu’une singularité est
posée sur un nœud, pour éditer les caractéristiques du nœud il faut cliquer sur le
nœud (+singularité) en maintenant la touche Ctrl appuyée. Sinon on édite la
singularité posée sur le nœud.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 49
6. L’éditeur général rassemble sous forme de tableaux les caractéristiques de
l’ensemble des éléments du réseau classés par type d’élément.

7. Sauvegarde le réseau ou le complexe en cours.

8. Typologie du réseau : permet de générer la liste des branches arborescentes


et vérifier la cohérence du réseau à partir des nœuds et des tronçons de
collecteurs positionnés par l’utilisateur.

9. Règle : utilitaire qui permet de mesurer une distance partielle et cumulée le


long d’une polyligne dans le plan de travail.

10. Cet outil permet d’obtenir une vue d’ensemble de la totalité de l’espace de
travail.

11. En cliquant sur « zoom centré » on obtient une vue de la totalité du


réseau.

12. Les outils « zoom+ » et « zoom- » peuvent être utilisés en cliquant une fois
dans l’espace de travail, le zoom est alors centré à l’endroit du clic. Le « zoom- »
est obtenu en cliquant avec la souris et en maintenant la touche Ctrl appuyée.
Cet outil permet également de faire un zoom « fenêtre » en délimitant la fenêtre
de zoom avec la souris en maintenant le clic gauche appuyé.

13. La réactualisation d’une vue est utilisée lorsque les éléments apparaissent
trop épais ou trop fins après un zoom par exemple.

En cliquant sur « sens des liaisons » HYDRARIV fait apparaître le sens


d’écoulement (sens amont → aval tel qu’il a été dessiné par l’utilisateur) des
tronçons et des liaisons.
14. Permet de visualiser les résultats des simulations en cliquant sur les éléments
du réseau.

Visualisation dynamique des résultats : cliquer sur cet outil pour lancer l’utilitaire
Anime-eau. Le paramétrage de la visualisation dynamique des résultats est
détaillé au chapitre 3.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 50
2.2 BOUTONS DE CREATION DES ELEMENTS

Les éléments constitutifs du réseau sont créés en sélectionnant l’outil désiré, et en les
positionnant sur un nœud existant ; leurs caractéristiques sont ensuite renseignées avec
l’outil Editeur ou Editeur général. Tous les identifiants des éléments (Désignation) sont
limités à 17 caractères.

Pour déplacer un élément (de type singularité) posé sur un nœud : il faut sélectionner
l’élément puis le faire glisser en maintenant le clic gauche appuyé. L’élément et le nœud,
ainsi que les tronçons ou liaisons attachés à ce nœud seront déplacés.
Pour supprimer un ou plusieurs éléménts : sélectionner les éléménts et taper sur la touche
« Suppr »

Les équations correspondant à chaque module hydraulique et les paramètres à définir dans
les éditeurs sont détaillés dans le dossier C du manuel utilisateur.

Les éléments de réseau sont regroupés en 6 catégories, dont le nœud et l’élément


« RACC » :

2.2.1 Le nœud

Le nœud est représenté par un rond gris :

Le nœud sert de support aux singularités des branches filaires, aux extrémités des liaisons
binodales (sauf si ces liaisons aboutissent dans un casier ou un pavé) et aux liaisons
uninodales.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 51
Lorsqu’une singularité est posée sur un nœud, le nœud est masqué par la singularité. Pour
éditer les caractéristiques du nœud il faut cliquer sur la singularité en maintenant appuyée la
touche Ctrl.

Les liaisons binodales et les tronçons de collecteurs relient deux nœuds. Pour les tracer,
sélectionner l’outil puis cliquer sur le nœud amont de la liaison : la sélection est marquée par
l’apparition de 4 carrés blancs autour du noeud. Cliquer ensuite sur le nœud aval. La liaison
apparaît et c’est le nœud aval qui est sélectionné.

Exemple avec l’outil TRC :

A chaque nœud sont associés un PK et un regard qui n’a une réalité physique que pour les
tronçons de collecteurs fermés. Le PK est défini par l’utilisateur.

2.2.2 Les éléments du domaine filaire

Le profil en travers PT

L’élément PT se pose sur un nœud et sert à définir la géométrie du tronçon de collecteur, de


rivière ou de vallée adjacent. C’est un élément complexe qui se présente comme suit :

Deux sections peuvent être définies par profils, respectivement en amont et en aval du
noeud. HYDRARIV propose 6 types de sections géométriques différentes, chacune est
définie par un jeu spécifique de paramètres. Les règles d’agencement de l’élément PT sont
précisées section 6 du chapitre 1.

Un élément PT peut être superposé à une singularité hydraulique sur un même nœud.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 52
L’élément PL1D

Cet élément est une polyligne à 4 sommets, attachée à un nœud. Il est utilisé pour les
applications cartographiques et plus spécifiquement la restitution des hauteurs d’inondation
le long d’une branche filaire. Son emploi est précisé au chapitre 5.5.4.

Élément PL1D

Le tronçon TRC

Le tronçon ne contient aucun paramètre. Son unique rôle consiste à joindre les nœuds pour
former une branche filaire. Le type du tronçon est entièrement déterminé par les éléments
PT qui l’entourent et les types de sections qui leurs sont affectés.

Pour tracer des tronçons, il faut relier les nœuds placés auparavant dans l’espace de travail
avec l’outil TRC :

HYDRARIV relie tous les nœuds sur lesquels on clique par des tronçons. Le sens
d’écoulement est donné par l’ordre dans lequel on clique sur les nœuds. Pour mettre fin à
une série de tronçons et commencer à tracer à partir d’un autre nœud, il faut cliquer dans
l’espace de travail vide avant de cliquer sur le nœud suivant :
1
En cliquant à la suite sur les nœuds 1 puis 2 puis 3 puis 4 puis 5
puis 6 puis 7 puis 8 : création d’un tronçon continu.
2

5
3

6
4
7

8
1
En cliquant à la suite sur les nœuds 1 puis 2
puis 3 puis 4 puis dans l’espace de travail vide
2
puis sur les nœuds 5 puis 6 puis 7 puis 8 :
création de 2 tronçons distincts.
5
3

6
4
7

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 53
Un tronçon peut être curviligne. Pour le tracer, commencer par créer un tronçon rectiligne à
l’aide du bouton TRC, puis l’enrichir à l’aide du bouton

L’élément CONF

Cet élément est utilisé


pour définir une
confluence entre une
branche aval et plusieurs
branches amont. C’est un
fait une liaison binodale
déguisée qui les nœuds
de la confluence par
paire :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 54
2.2.3 Les singularités uninodales du domaine filaire

Les singularités hydrauliques attachées à une branche filaire

Le tableau suivant donne la liste des éléments singuliers du domaine filaire ainsi que leur
représentation dans l’espace de travail :
Symbole
Barre
espace de
d’outils Dénomination
travail

HY
Exutoire d’une arborescence hydrologique
BV

HY
Injection d’un hydrogramme définit par l’utilisateur

HC Injection d’un débit constant

Vanne murale plate

CPR
Chute avec loi définie paramétriquement pour le régime dénoyé

DHK
Perte de charge calculée selon la loi de Borda

BRD
Perte de charge au franchissement d’un pont selon la loi de Bradley

DHP Perte de charge paramétrique

BO
Bassin de stockage en ligne

Seuil frontal avec régulation de niveau

Vanne plate régulée en cote ou en débit

QDZ Délestage latéral de débit en fonction de la cote amont

QDQ Délestage latéral de débit en fonction du débit amont

QDL Délestage latéral de débit en fonction d’une loi de seuil rectangulaire

MB Marqueur de branche

MP Marqueur de point de sortie de résultat

Pour placer une singularité, choisir l’outil puis cliquer sur le nœud souhaité pour poser la
singularité. Elle apparaît alors automatiquement sur le nœud.

Exemple élément RGB :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 55
Conditions limites aval du domaine filaire

Le tableau suivant donne la liste des conditions limite aval du domaine filaire ainsi que leur
représentation dans l’espace de travail :

ZK Condition limite définie par un loi de frottement de Strickler

ZQ Condition limite définie par une loi « cote/débit »

ZT Condition limite définie par une loi « cote/temps »

ZF Condition limite définie par un écoulement libre (Froude = 1)

Pour placer une condition limite choisir l’outil puis cliquer sur le nœud souhaité pour poser la
condition limite. Elle apparaît alors automatiquement sur le nœud.

Une condition limite aval se pose nécessairement sur le nœud aval d’un réseau. En
revanche un nœud aval peut ne comporter aucune condition à la limite. HYDRARIV
considère alors une condition de débit nul.

2.2.4 Domaine hydrologique

Les éléments du domaine hydrologique

Les bassins versants sont positionnés avec l’outil BV en cliquant à l’endroit voulu dans
l’espace de travail.

L’outil HYBV permet de placer sur un nœud du réseau l’exutoire des bassins versants dans
le réseau. Un élément HYBV peut recevoir le débit de plusieurs bassins versants. Cet
élément ne peut pas être posé sur un nœud qui appartient à une station de gestion.

On relie avec l’outil ROUT les bassins versants (BV) et les exutoires dans le réseau (HYBV).

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 56
Lorsqu’on clique sur un nœud avec l’outil BV, HYDRARIV positionne automatiquement les
trois éléments :
 Un bassin versant (BV),
 Un routage hydrologique (ROUT),
 L’exutoire dans le réseau au niveau de ce nœud (HYBV).

Schéma des apports hydrologiques

L’élément pluviographe est placé en cliquant à l’endroit voulu dans l’espace de travail avec
l’outil PLV.

Les éléments BV et HYBV comportent les caractéristiques nécessaires à la modélisation de


la pollution.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 57
2.2.5 Entités des domaines surfaciques

Station de gestion

Les nœuds appartenant à la station peuvent être placés avant ou après avoir tracé le
contour de la station. Si les nœuds et liaisons appartenant à la station de gestion sont
masqués par la station (fond orange) il faut sélectionner la station avec le curseur normal et
appuyer sur la touche Espace. On peut alors accéder aux éléments (Editeur par exemple).
En ré appuyant sur la touche Espace le fond de la station réapparaît.

Les éléments de la station En appuyant une 1ére fois sur En appuyant une 2ème fois
sont masqués la touche Espace sur la touche Espace

Pour modifier le contour de la station sélectionner la station et activer le bouton . Les


nœuds du polygone de la station de gestion apparaissent en jaune. Déplacer alors les
nœuds existants ou créer des nouveaux nœuds en activant le menu avec le clic droit de la
souris.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 58
Casier

L’entité casier se manipule comme l’objet « station de gestion » : c’est une surface
polygonale créée avec le bouton . Pour modifier le contour du casier, sélectionner le
casier et activer le bouton .

Les nœuds du polygone du casier apparaissent en jaune. Déplacer alors les nœuds
existants ou créer des nouveaux nœuds en activant le menu avec le clic droit de la souris.

Casier

Le casier présente une différence notable avec la station de gestion car il est en même
temps une surface polygonale et un nœud de calcul caractérisé par une cote d’eau
constante. En conséquence il n’accepte aucun autre nœud que ceux portant une condition
uninodale. Il peut bien sur être connecté à des liaisons binodales, une extrémité de liaison
peut être positionnée n’importe où à l’intérieur du casier. Les figures illustres les
configurations autorisées et celles qui sont interdites :

autorisé interdit

Pavé

L’entité « pavé » se manipule comme l’élément « casier », la seule différence étant que le
nombre autorisé de sommets est obligatoirement égal à 3 ou 4. C’est une surface crée à
l’aide du bouton .

Pavé triangulaire ou
quadrilatéral

Les règles de connections des nœuds et des liaisons à l’intérieur d’un pavé sont les mêmes
que pour l’élément « casier ».

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 59
Singularité multiple

L’élément « singularité multiple » est un objet composite utilisé en modélisation filaire pour
calculer la perte de charge résultant de plusieurs ouvrages en parallèle sur un bief filaire.
C’est une surface polygonale crée à l’aide du bouton . Cette surface est nécessairement
traversée par deux tronçons TRC avec trois nœuds localisés à l’intérieur du polygone.

Exemple : modélisation d’un remblai en travers de vallée :

Le nœud central porte généralement une singularité représentant la perte de charge dans le
cours d’eau principal qui est crée par le franchissement (type Bradley). Des liaisons
binodales supplémentaires peuvent être introduites de part et d’autre du tronçon de cours
d’eau ; elles représentent les lois de passage à travers les ouvrages de décharge
additionnels ou par surverse au dessus du remblai. Le nombre de liaisons n’est pas limité.

La forme du polygone symbolisant la singularité multiple peut être modifiée à l’aide du


bouton .

Les liaisons uninodales

Ces liaisons sont en fait des singularités attachées aux entités : « station de gestion »,
« casier » et « pavé ». Elles se posent sur un nœud et représentent une condition de flux
échangé avec l’extérieur.

RK Condition limite de type « Strickler »

La liaison « CLBO » n’est pas à proprement parler une condition limite, c’est plutôt un objet
posé en parallèle de l’entité surfacique qui joue un rôle d’ouvrage d’expansion : le débit
échangé avec l’entité surfacique reste dans le modèle.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 60
2.2.6 Liaisons binodales

Liaisons binodales de type dérivation

Les dérivations sont des liaisons binodales dont le débit d’échange entre le nœud amont et
aval dépend uniquement du niveau et du débit amont.
On place ces liaisons en reliant avec les différents outils deux nœuds qui peuvent appartenir
à des tronçons filaires ou des entités surfaciques.

Liaisons binodales de type maillage

Les maillages sont des liaisons binodales dont le débit d’échange entre le nœud amont et
aval dépend à la fois du niveau d’eau amont et du niveau d’eau aval.
On place ces liaisons en reliant avec les différents outils deux nœuds qui peuvent appartenir
à des collecteurs ou des stations de gestion.

Le maillage QMP doit être associé à une liaison de type QMTR pour tenir compte de la cote
de la bâche de réception du pompage.

QMP

QMTR

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 61
Liaisons binodales spécifiques à la modélisation du domaine fluvial

Liaison spécifique inter pavés

Liaison par frottement sur le fond

Liaison poreuse

Liaison de raccordement entre branche filaire et pavé ou casier

Seuil fusible selon un loi de rupture fonction d’une cote

Seuil fusible selon un loi de rupture fonction d’un temps

 La liaison LPAV est spécifique au domaine bidimensionnel matérialisé par les pavés :
elle ne peut « s’accrocher » qu’à des éléments pavés. Chaque extrémité vient
automatiquement se positionner au centroïde du pavé dans lequel elle se raccorde :

1 2
Centroide pave 2
Centroide pave 1

Liaison LPAV

 La liaison LRC est utilisée pour modéliser l’échange de flux entre un tronçon filaire et
le pavé adjacent. Elle est généralement connectée à un nœud de la branche filaire et
au centroïde du pavé adjacent :

Liaison LRC

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 62
2.2.7 Eléments raccord entre deux réseaux

Ils peuvent être posés sur un nœud du domaine filaire ou d’une entité surfacique.

Pour relier deux sous réseaux, il faut placer sur un nœud de chaque sous réseau un élément
raccord ayant la même désignation.

Un élément RACC est un objet composite qui trouve sa pleine utilisation dans les
applications mettant en œuvre des « complexes de réseaux » :
 Dans le cas d’un réseau simple cet élément est interprété comme une condition à la limite
aval de type CLQZ, un point d’apport ou un élément neutre selon les options cochées
dans la fenêtre de saisie de l’élément.
 en mode « complexe » cet élément sert de point d’accroche à une liaison QMTR.
 Les fonctionnalités de cet élément sont détaillées au chapitre 4.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 63
3 PRISE EN MAIN D’HYDRARIV – CONSTRUCTION D’UN MODELE FILAIRE –
EXEMPLE 1

3.1 DESCRIPTION DE L’EXEMPLE MODELISE

On veut modéliser le tronçon de vallée de la Sarthe schématisé ci-dessous :

Limite zone inondable


Remblais routier
Seuil
Casier inondable
Profil en travers

Le schéma de modélisation est le suivant :

Le linéaire de cours d’eau est d’environ 4 km, le cours d’eau coule vers le sud. Le lit mineur
est contrôlé par un seuil frontal en aval d’un franchissement routier. Ce dernier forme
obstacle à l’écoulement. Le lit majeur s’élargit progressivement, il est contrôlé par des routes
insubmersibles qui le bordent longitudinalement. L’eau s’écoule librement le long du lit
majeur, sauf dans une zone ceinturée par des remblais routiers et SNCF en rive gauche. Sur
la carte figurent l’implantation des profils en travers cours d’eau+vallée relevés par le
géomètre.

La Sarthe reçoit des apports latéraux générés par des bassins versants pluviaux, et se
rejetant en Sarthe directement ou par l’intermédiaire d’ouvrages que l’on souhaite modéliser
hydrauliquement.

Le schéma de modélisation retenu est un schéma filaire constitué d’une branche principale
et d’une branche secondaire, et complété par deux casiers :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 64
Schéma de modélisation

Apport externe

Pk 0.0

Singularité type Bradley

Déversoir

Bassins
versants
PT vanne

surverse

Canalisation pluviale

Condition aval de type


Strickler

Le réseau modélisé comprend une branche filaire de vallée, alimentée par un hydrogramme
externe en tête et par un apport de zone urbaine calculé à partir de la pluie. La géométrie est
définie par 6 profils en travers. L’alimentation vers le premier casier est réalisée par surverse
en un point bas de la berge, le second casier est alimenté par une vanne connectant les
deux casiers, la vidange des casiers est assurée par une vanne en prise avec le cours d’eau.

Ce modèle est complété par des bassins versants et par un ouvrage pluvial se déchargeant
dans le cours d’eau principal.

Ce modèle sert à connaître d’une part l’impact du remblai transversal sur le rehaussement
de la ligne d’eau et d’autre part l’effet d’écrêtement des casiers à l’aval, en vue d’une gestion
optimisée de l’alimentation et de la vidange.

Les fichiers d’import correspondant à l’exemple de ce chapitre sont fournis avec l’installation
d’HYDRARIV dans le répertoire \Exemple1.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 65
3.2 DEMARRER L’APPLICATION ET CREER UN NOUVEAU MODELE

Pour démarrer l’application double-cliquer sur l’icône Hydrariv.exe dans le répertoire


d’installation de l’application ou double-cliquer sur le raccourci d’Hydrariv.exe du Bureau de
l’ordinateur.

Icône : Raccourci :

L’application s’ouvre et l’utilisateur dispose des barres d’outils et du menu Fichier.

Pour créer un nouveau réseau cliquer sur le menu : Fichier / Réseau / Nouveau. Une
nouvelle fenêtre vide apparaît. Elle contient l’espace de travail dans lequel va être créé le
réseau à modéliser.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 66
L’utilisateur a toute latitude pour disposer les barres d’objets à sa convenance. Il lui suffit de
« saisir la poignée » d’une barre et de la faire glisser dans la zone de travail avec la souris.
La figure ci-dessous montre un exemple de disposition alternative du plan de travail :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 67
3.3 ENREGISTRER UN MODELE

Lorsque des éléments sont posés dans l’espace de travail, il est possible d’enregistrer le
réseau.
Pour sauvegarder un réseau cliquer sur le menu Fichier / Sauvegarder ou Fichier /
Sauvegarder sous. Dans la boite de dialogue de sauvegarde, choisir un répertoire et un nom
de fichier. Le nom de fichier ne doit pas dépasser 6 caractères. Valider en cliquant sur
Enregistrer.

Ces fonctionnalités sont accessibles via le bouton : .

Les noms de fichiers .HRV ne doivent pas dépasser 6 caractères et ne doivent pas contenir
ni d’espace ‘ ‘ ni le caractère ‘_’ (underscore, touche 6).

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 68
3.4 IMPORTER UN FOND DE PLAN ET CALER L’ESPACE DE TRAVAIL

L’import d’un fond de plan permet de tracer le réseau sur une image et donc de mieux se
repérer dans l’espace de travail.

Lorsque le modèle est créé sur un fond de plan calé, HYDRARIV calcule automatiquement
les longueurs des éléments de modélisation (tronçons de biefs filaires, largeurs de liaisons
hydrauliques, …). Si le calage n’est pas effectué, l’utilisateur devra renseigner ces
indications manuellement.

Il faut choisir une image qui couvre l’ensemble de la zone d’étude et sur laquelle on peut
localiser trois couples de points dont on connaît les coordonnées dans un système
quelconque.

Exemple : Dom1.jpg fourni avec l’installation d’HYDRARIV dans le répertoire Exemple1.

X = 479 838
Point 1
Y = 6 800 300
X =481 838
Point 2
Y = 6 800 300
X = 479 838
Point 3
Y = 6 801 300
3

1 2

Ces coordonnées indiquent que 2 km séparent les point 1 et 2, et 1km séparent les points 1
et 3.

Remarque
Les trois points peuvent être positionnés n’importe où sur le plan, mais leurs coordonnées
doivent correspondre à une réalité géographique précise, respectant à la fois les
distances et les angles.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 69
3.4.1 Import d’un fond de plan

Cliquer sur le menu : Fichier / Fond de plan / Nouveau.


Une boite de dialogue permet alors de choisir le répertoire de l’image à importer (1), le type
de l’image à importer (2), le facteur de zoom (3) et le positionnement (4) :

(1) : utiliser le navigateur pour choisir le bon répertoire.


(2) : sélectionner dans le menu déroulant le type d’image à importer (*.jpg, *.emf, *.wmf,
etc…).
(3) : HYDRARIV propose automatiquement un facteur de zoom pour ajuster l’image à la
taille de la fenêtre de travail. Si l’image apparait trop petite après import, réimporter
l’image avec un facteur de zoom plus important et inversement si l’image apparait
trop grande.
(4) : choisir de préférence le positionnement au centre de la fenêtre. Pour positionner
l’image en haut à gauche de la fenêtre de travail choisir l’option 1.

3 4

Après avoir renseigné ces quatre paramètres, sélectionner l’image à importer et cliquer sur
le bouton Ouvrir. L’image apparaît dans la fenêtre de travail.

3.4.2 Calage de l’espace de travail

Après l’import de l’image de fond de plan, la boite de dialogue de définition des points de
calage apparaît. Si ce n’est pas le cas Cliquer sur le menu Fichier / Fond de plan / Calage.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 70
La boite de dialogue de définition des points de calage apparaît :

Action 1 : Sélectionner la cellule CoordX du point Pt1 et Cliquer sur Créer point courant pour
activer le curseur de positionnement du point de calage. Naviguer dans la fenêtre de travail
sur l’image importée pour placer le premier point de calage en cliquant à l’endroit voulu (voir
schéma des points en début de chapitre).

Pour se déplacer dans la fenêtre de travail: maintenir le clic droit de la souris et faire glisser
la vue dans la direction souhaitée. Une « main » apparaît pour matérialiser la position de la
souris dans la fenêtre de travail. Avant de cliquer sur Créer point courant il est possible de
zoomer en avant et arrière pour ajuster la vue.

Action 2 : Une deuxième boite de dialogue apparaît. Compléter alors les coordonnées du
premier point et valider les coordonnées en cliquant sur OK.

Répéter les actions 1 et 2 pour les deux autres points de calage.

Valider enfin l’ensemble du calage en cliquant sur Valider dans la boite de dialogue de
définition des points de calage.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 71
Lorsque le calage est terminé les coordonnées affichées en bas à droite de la fenêtre de
travail correspondent aux coordonnées calées. Elles sont actualisées à chaque déplacement
de la souris.
Zone des coordonnées, en bas et
à droite du plan de travail

Après calage du fond de plan il est conseillé d’enregistrer de réseau.

L’opération réalisée a défini le calage du réseau sur le fond de plan (et non le contraire,
comme c’est le cas dans un SIG par exemple). L’ouverture de ce fond de plan sur un
nouveau réseau nécessitera donc de réitérer le calage. Il peut être judicieux de conserver
une copie du fichier HRV comprenant pour seul élément le fond de plan calé, qu pourra être
repris en cas de besoin.

3.5 POSER LES ELEMENTS CONSTITUTIFS DU RESEAU

3.5.1 Entités filaires

Les nœuds

Sélectionner l’outil et cliquer


dans l’espace de travail pour
placer les nœuds.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 72
Les nœuds doivent être positionnés à l’extrémité de chaque branche, au droit des
singularités et aux points occupés par un profil en travers. Ne pas oublier qu’une singularité
et un élément PT peuvent occuper le même nœud.

Pour déplacer un nœud mal positionné il suffit de la sélectionner et de le faire glisser à


l’endroit souhaité.

Pour supprimer un nœud cliquer sur le nœud et appuyer sur la touche « Suppr » (la sélection
est matérialisée par 4 carrés blancs entourant le nœud).

HYDRARIV propose pour chaque nœud posé un identifiant (désignation) attribué


automatiquement suivant l’ordre de création des nœuds.

Un nœud est repéré par son PK sur le long de la branche auquel il appartient. Le système de
PK est spécifique à chaque branche. Il convient donc de définir le PK de chaque nœud. Pour
cela sélectionner l’outil et cliquer sur chaque nœud pour rentrer son PK.

Cliquer sur OK pour valider le paramétrage.

Les paramètres autres que le PK et proposés par défaut ne doivent généralement pas être
modifiés sauf si le nœud représente un regard d’assainissement d’un collecteur enterré. Il
faut alors rentrer la cote TN du regard, ainsi que sa section :
Regard

ZTN
TN

ZR

Sauvegarder régulièrement le réseau (fichier .HRV) après chaque étape de validation des
caractéristiques et des paramètres des éléments du modèle.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 73
Si les PK aux nœuds ne sont pas connus à l’avance, une première méthode consiste à
utiliser le bouton « règle », à faire cheminer la règle le long du cours d’eau de l’amont vers
l’aval et à noter la distance cumulée au franchissement d’un nœud.
Une autre méthode plus directe consiste à rentrer des valeurs provisoires quelconques
(mais croissantes) de PK et de laisser le programme les calculer lui-même dans une étape
ultérieure. C’est la méthode choisie dans cet exemple.

Le bouton permet d’accéder à l’éditeur général des éléments du réseau. Le tableau de


l’ensemble des nœuds créés est donné sous l’onglet NOD. Ce tableau permet également de
compléter les caractéristiques des nœuds.

Cliquer sur Valider pour fermer l’éditeur général et enregistrer les caractéristiques mises à
jour.

Les tronçons

Sélectionner l’outil et connecter les noeuds comme indique à la section 2.2.2. On


obtient le schéma suivant :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 74
Pour ajuster précisément chaque tronçon au contour du cours d’eau, zoomer sur le tronçon,
sélectionner le tronçon et cliquer sur le bouton . Utiliser le bouton de droite sur la souris
pour positionner des sommets et faire glisser chaque sommet sur l’axe du cours d’eau,
comme illustré ci-dessous :

Veiller à bien sélectionner la polyligne (curseur , la polyligne devient jaune) avant de


cliquer sur le bouton . Lorsque le curseur de la souris passe sur un sommet de la
polyligne, celui-ci change d’aspect : ; le sommet peut alors être sélectionné (clic gauche)
et déplacé

Après traitement on obtient le


schéma rectifié suivant :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 75
Les éléments PT

Sélectionner le bouton « PT » et le placer sur les nœuds pour lesquels un profil


topographique et bathymétrique est défini. Editer un profil à l’aide du bouton :

Chaque profil comprend deux sections géométriques : une section « à gauche » du nœud et
une section « à droite » du nœud. Il faut respecter les règles suivantes :
 sur un point courant, défini par une seule géométrie, le profil peut être indifféremment
posé à « gauche » ou à « droite »,
 sur le nœud amont d’un bief le profil doit être placé « à droite »,
 sur le nœud aval d’un bief le profil doit être placé « à gauche »,
 lorsque le nœud présente une discontinuité géométrique un profil doit être défini de
chaque coté du nœud : c’est le cas, dans notre exemple, du nœud implanté sur le
seuil frontal dans le lit mineur.

Pour rentrer les caractéristiques géométriques de chaque profil on dispose de trois


méthodes :
 méthode 1 : taper les paramètres dans la fenêtre de saisie de chaque objet. Cette
procédure devient vite fastidieuse si le nombre de profil est conséquent, ce qui est
généralement le cas pour un modèle fluvial,
 méthode 2 : rentrer les paramètres dans un fichier externe et importer la géométrie
dans le modèle. La structure du fichier géométrie externe est décrite au chapitre 4.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 76
 méthode 3 : importer des profils topographiques dans le format fourni par le
géomètre et calculer les paramètres géométriques à l’aide des fonctionnalités
fournies par HYDRARIV. Cette méthode convient si on dispose de données
topographiques numérisées. Elle est détaillée au chapitre 4.

Dans le cas présent, la méthode 2 est sélectionnée : on importe les données géométriques
de section en cliquant sur le menu Réseau / Branche filaire / Bibliothèque de section des
profils en travers / Importer fichier de section hydra et on sélectionne le fichier externe
contenant ces données. Le menu Editer fait apparaître la fenêtre contenant la bibliothèque
des sections.

HYDRARIV affecte alors les sections importées aux PT à partir des identifiant de sections
amont et aval renseignées par l’utilisateur.

L’éditeur général permet d’avoir une vue globale des données attachées aux objets PT et
d’éditer ces données :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 77
Les singularités hydrauliques

Placer les singularités hydrauliques sur les nœuds appropriés en sélectionnant les boutons
du domaine filaire. On obtient le schéma suivant :

Renseigner les écrans de saisie de chaque élément à l’aide de l’éditeur élémentaire :

Chaque objet est identifié par un libellé de 17 caractères au maximum. Un libellé par défaut
est proposé par HYDRARIV au moment de la création de l’objet. Ce libellé peut être modifié
par l’utilisateur comme il le souhaite.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 78
La définition des différents paramètres est précisée pour chaque objet dans le dossier B du
manuel utilisateur.

MB
Parmi les objets implantés le long de la branche filaire figure le marqueur de branche .
Cet objet ne joue aucun rôle hydraulique mais il doit obligatoirement figurer, afin de préciser
les attributs de chaque branche :

Parmi ces paramètres figure le PK0 associé au


nœud amont, pris égal à 0 par défaut. L’utilisateur
peut modifier sa valeur, pour assurer par exemple la
continuité de PK avec les branches adjacentes, mais
ce n’est pas une nécessité. Des valeurs par défaut
sont proposées pour les autres paramètres. Elles
sont discutées plus loin.

3.5.2 Contrôler la cohérence topologique du réseau principal

A ce stade du travail il est bon de contrôler la cohérence du travail réalisé, mais aussi de
laisser HYDRARIV compléter ou rectifier certaines données, tels que les PK en les calculant
précisément à partir des coordonnées des sommets des polylignes des tronçons. Il faut pour
cela activer le bouton .

En retour HYDRARIV retourne un journal indiquant les anomalies détectées et leur cause
probable, ainsi que le nombre de sous domaines assemblés par type.

En cas de génération réussie l’utilisateur peut consulter les différentes branches pour
apprécier l’étendue géographique de chacune, visualiser des profils en long avec le bouton
droit de la souris, connaître les débits capables de chaque tronçon. L’éditeur général et
l’éditeur simple restituent les données géométriques de chaque tronçon, calculées à partir
des données ponctuelles rentrées aux nœuds.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 79
Dans le cas présent il reste à rectifier les PK en cliquant sur les boutons Réseau / Ttypologie
du réseau / Liste des branches. Cliquer sur le bouton Ouvrir sur la ligne de la branche 1. Un
écran apparaît avec les nœuds et leur PK. Cliquer sur le bouton RegenPK. Les PK sont alors
recalculés comme suit :

Le système de PK est donc très souple : il peut être défini par l’utilisateur et donc ne pas
respecter les longueurs des tronçons déterminées par les coordonnées utilisateurs, les PK
peuvent également être recalculés par HYDRARIV , ce qui a un sens si le modèle est
correctement calé. L’utilisateur a également le choix de rectifier manuellement tel ou tel PK,
après calcul par HYDRARIV.

La figure ci-après illustre les possibilités de consultation des données attachées aux
branches filaires, offertes par HYDRARIV après activation du bouton « TYPO ».

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 80
Clic droit souris

Editeur élémentaire

Pour visualiser correctement tous les profils générés par HYDRARIV, l’utilisateur doit faire le
lien entre les fichiers générés et l’utilitaire de visualisation. Pour cela, sélectionner un fichier
de type *.mst créé par HYDRARIV dans le répertoire du fichier .HRV en cours, puis cliquer
droit sur le fichier et éditer ses propriétés. Choisir, dans le répertoire d’installation
d’HYDRARIV, le logiciel Cadess.exe pour ouvrir par défaut les fichiers de type *.mst.
Une fois le lien fait il est mémorisé pour toutes les actions ultérieures.

Penser à activer le bouton « TYPO » régulièrement et à contrôler les données des branches
filaires par inspection visuelle des données. Cette bonne habitude permet de régler les
problèmes au fur et à mesure de la construction du modèle et fait gagner beaucoup de
temps. Penser également à consulter les tableaux de l’éditeur général : ils permettent une
inspection globale des données de chaque type d’éléments et facilitent grandement la
détection d’anomalies de données.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 81
3.5.3 Ajouter le réseau pluvial

Dans notre exemple on a choisi de procéder par étapes et d’ajouter la branche pluviale
après avoir monté le réseau fluvial : c’est un choix, sachant qu’on aurait pu tout aussi bien
créer tout le modèle filaire en une seule étape.

Créer deux nœuds et un tronçon à l’aide des boutons « NOD » et « TRC ». Ajouter un
élément « PT » sur chaque nœud extrémité et un marqueur de branche sur le nœud aval.

On veut affecter un PK sur chaque nœud plutôt que de laisser HYDRARIV générer les PK
sur cette branche secondaire : éditer pour cela chaque nœud extrémité et affecter les
valeurs de PK 0.0 et 1.0 respectivement : on indique ainsi que la canalisation a une longueur
de 1000 m.

Compléter le renseignement géométrique de cette branche en éditant les éléments « PT » à


l’aide de l’éditeur élémentaire et en définissant une section circulaire de 2m de diamètre
(type de section : collecteur CI).

Afin de connecter la branche pluviale au réseau existant, il faut insérer un nouveau nœud le
long de la branche principale : cliquer sur le bouton et pointer la souris sur le tronçon
sur lequel on veut insérer le nœud. Ce tronçon apparaît en sur brillance et la bulle en haut et
à gauche de l’écran indique la distance en mètres entre la position de la souris et le nœud
amont de la branche. Cliquer à l’endroit souhaité : un noeud est créé et le PK est
automatiquement généré par interpolation.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 82
Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 83
Pour connecter les deux branches utiliser la liaison « QMTR » et relier le nœud aval de la
canalisation pluviale et le nœud nouvellement créé sur la branche principale.

Pour connecter la branche pluviale au réseau existant on aurait pu également générer une
confluence à l’aide de l’élément «CONF », mais cette opération aurait nécessité au préalable
de couper la branche principale en deux branches successives afin d’intercaler la branche
latérale : il est préférable de prévoir cet agencement dans la phase initiale de construction du
modèle, afin de localiser tous les nœuds nécessaires avant de créer les tronçons. Le
schéma ci-dessous illustre les deux agencements possibles :

Solution 1 : Raccordement via Solution 2 : Confluence


une liaison « QMTR »

La solution 1 s’applique préférentiellement lorsque la branche latérale est un affluent de


moindre importance que la branche principale : cette dernière conserve son identité, sans
être affectée par l’apport latéral. La solution 2 se justifie lorsque la branche latérale est un
cours d’eau majeur, ce qui conduit à partitionner le cours d’eau principal en plusieurs
branches.

A noter une particularité intéressante pour la solution 2 : il n’est pas nécessaire de définir des
objets « PT » aux extrémités de branches, à condition de positionner dans l’élément
« CONF » le paramètre « prise en compte des PT » à la valeur 1 :

HYDRARIV génère en interne des sections géométriques aux nœuds extrémités par
interpolation avec les sections géométriques voisines rencontrées sur les deux branches
connectées par l’élément « CONF ».

Exécuter « TYPO » pour vérifier la cohérence du modèle ainsi complété.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 84
3.5.4 Entités surfaciques et liaisons

Sélectionner le bouton et tracer les contours des deux casiers par clics successifs de la
souris. Il est possible de modifier le contour en utilisant le bouton et les fonctionnalités
associées.

Manipulation des objets surfaciques :

Pour modifier le contour d’un casier, veiller à bien sélectionner le polygone (curseur )
avant de cliquer sur le bouton . Le polygone devient alors transparent ; seul son contour
peut être sélectionné et les sommets apparaissent sous forme de boules jaunes. Lorsque le
curseur de la souris passe sur un sommet du polygone, celui-ci change d’aspect : ; le
sommet peut alors être sélectionné (clic gauche) et déplacé.
A la fin de l’opération, faire ‘echap’ puis espace afin de redonner au polygone sa couleur
d’origine.

Pour rendre un élément surfacique transparent (casier, pavé, station de gestion ou


singularité multiple), le sélectionner avec le curseur de la souris (des carrés blancs
entourent l’élément sélectionné) puis activer la barre d’espace sur le clavier. L’élément ne
peut alors être sélectionné que sur son contour.
Pour lui rendre sa couleur initiale, le sélectionner et activer la barre d’espace sur le clavier.

Renseigner les courbes de remplissage de chaque casier via l’éditeur simple.

Remarquez le champ id du sous domaine : ce champ relie un casier à une collection d’objets
de même type, appelée « sous domaine ». En pratique HYDRARIV associe un numéro
d’ordre à chaque sous domaine, qui est utilisé dans l’assemblage de l’ensemble des objets
de modélisation lors de la phase de création du modèle numérique (cf. Section 1.7).

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 85
Compléter le modèle par la création des liaisons latérales et leur édition.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 86
3.5.5 Les bassins versants

Sélectionner l’outil et cliquer sur le nœud du réseau exutoire du bassin versant.


HYDRARIV place automatiquement (1) un bassin versant, un routage du bassin versant vers
l’exutoire et un exutoire de bassin versant dans le réseau (2).

1 2

Créer le second bassin versant et le connecter à l’élément « HYBV » avec l’élément


« ROUT » :

Pour supprimer un bassin versant sélectionné cliquer sur le bassin versant à supprimer.

HYDRARIV propose un identifiant (désignation) pour chaque objet posé, attribué


automatiquement suivant l’ordre de création ; celui-ci peut être modifié par l’utilisateur.

Sélectionner l’outil et cliquer sur chaque élément pour définir ses caractéristiques.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 87
L’utilisateur doit remplir les caractéristiques de chaque bassin versant. HYDRARIV propose
une distance de routage faible pour ne pas additionner de temps de transfert entre le bassin
versant et l’exutoire dans le réseau. Les valeurs par défaut de l’exutoire de bassin versant
sont telles que le débit de temps sec est nul et la surface au miroir également.
Cliquer sur OK pour valider le paramétrage.

Le bouton permet d’accéder à l’éditeur général des éléments du réseau


hydrographique. Les tableaux de l’ensemble des bassins versants, routages et exutoires de
bassin versant créés sont donnés sous les onglets BV, ROUT et HYBV. Ces tableaux
permettent également de compléter les caractéristiques des éléments.

Cliquer sur Valider pour fermer l’éditeur général et enregistrer les caractéristiques mises à
jour.

Le schéma final se présente comme suit :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 88
Remarquons les couleurs de remplissage différentes affectées aux casiers : il est en effet
possible de modifier les attributs de dessin de la plupart des objets graphiques manipulés
par HYDRARIV. Il suffit pour cela de sélectionner le ou les objets et de cliquer sur le bouton
droit de la souris :

Les modifications de style sont réalisées à l’aide du menu ci


contre. Il est également possible de modifier l’ordre
d’empilement des objets lorsque ceux-ci sont superposés.

3.5.6 Contrôle complémentaire du réseau

Activer le bouton « TYPO ». HYDRARIV procède à une nouvelle vérification de cohérence


globale du réseau et, en cas de réussite, regroupe les différentes entités en sous domaines :

La fenêtre de contrôle ci contre indique un


contrôle réussi ainsi que la génération de deux
sous domaines : deux branches filaire et un
sous domaine casier. La composition de chaque
domaine est contrôlée via le menu : Réseau /
Typologie des réseaux. Le clic sur un nom de
domaine dans ce menu provoque la sélection
sur le schéma des objets appartenant à ce
domaine.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 89
3.6 CREATION DE DONNEES PLUVIOMETRIQUES

On utilise des pluies de projet pour obtenir une lame d’eau brute homogène sur l’ensemble
du modèle.
Utiliser le menu Hydrologie / Pluviométrie en mode interne / Pluie de projet / Hyétogramme
I(t). Lorsque la bibliothèque des pluies synthétiques est activée utiliser les menus Ajouter,
Insérer ou Supprimer pour ajouter, insérer ou supprimer une ligne. A chaque ligne
correspond une pluie. Pour modifier une pluie cliquer sur Editer dans la ligne
correspondante. Pour modifier l’identifiant et le commentaire d’une pluie, double-cliquer dans
la cellule correspondante et modifier.

Pour paramétrer la pluie, cliquer sur Editer dans la ligne correspondante. Rentrer alors les
valeurs de Temps-Intensité dans la fenêtre Pluie de projet I(t), utiliser les menus Ajouter,
Insérer ou Supprimer pour ajouter, insérer ou supprimer des lignes. Dans chaque ligne taper
les valeurs souhaitées. Valider les valeurs et fermer la fenêtre en cliquant sur Enregistrer.
Cliquer sur Visu pour visualiser la courbe des valeurs rentrées.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 90
3.7 CREATION ET PARAMETRAGE D’UN SCENARIO

Cliquer sur le menu Scénario / Scénario simple / Paramétrage du scénario de simulation


pour activer la liste des scénarios.
A chaque ligne correspond un scénario.
 Pour ajouter, insérer ou supprimer une ligne, utiliser les menus Ajouter, Insérer ou
Supprimer.
 Pour modifier la désignation ou le titre d’un scénario double-cliquer dans la cellule
correspondante. La désignation du scénario ne doit pas dépasser 17 caractères.
 Pour paramétrer un scénario cliquer sur Editer.

Fenêtre de param étrage du sc énario

Choix de la pluie et du scénario de temps sec

Fenêtre de paramétrage du scénario complété

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 91
Compléter les paramètres suivants :

1) Scénario de temps sec : double-cliquer sur Parcourir pour faire apparaitre la liste des
scénarios de temps sec disponibles. Dans la liste, double-cliquer sur NON pour ne pas
choisir de scénario de temps sec.

2) Scénario de pluie : double-cliquer sur Parcourir pour faire apparaitre la liste des pluies
disponibles. Dans la liste, double-cliquer sur PIT_1 pour choisir la pluie créée
précédemment.

3) Paramètres de calcul hydrologique :


- Date origine de la simulation hydrologique, en jj/mm/aaaa hh :mm :
04/09/2007 10 :00 (dateohydrol).
Correspond au temps 0 de la simulation de la pluie)
- Durée de la simulation hydrologique, en heures : 120.00 (Tfinhydrol) Durée de la
simulation pour le calcul des apports de ruissellement, à partir de la date dateohydrol)
- Pas de temps de calcul pour la simulation hydrologique, en minutes : 30.00

4) Paramètres de calcul hydraulique :


- Date origine de la simulation hydraulique, en jj/mm/aaaa hh :mm :
04/09/2007 10 :00 (dateohydrau).
Correspond au temps 0 de la simulation à partir duquel HYDRAriv crée des fichiers
de sortie des résultats. tohydrau doit être indiqué en heures TU (temps universel).
- Durée de la simulation hydraulique, en heures : 120.000 (Tfinhydrau).
Durée comptabilisée à partir de dateohydrau jusqu’à la fin des calculs hydrauliques.
Durée pendant laquelle les résultats de la modélisation sont sauvegardés.
- Durée d’établissement des conditions initiales, en heures : 2.000 (∆tinihydrau).
Temps comptabilisé avant dateohydrau et pendant lequel HYDRARIV met en eau le
système de façon à atteindre le régime établi à dateohydrau. ∆tinihydrau doit être au
moins égal au temps de réponse moyen du système. Ce temps s’affiche en valeurs
négatives pendant la phase de calcul. Aucun résultat n’est sauvegardé pendant cette
phase.

Afin d’optimiser les temps de calcul tout en préservant la robustesse de l’algorithme, le


programme définit lui-même le pas de temps de calcul optimal par un contrôle, à chaque
pas de temps et à chaque nœud de calcul, des écarts de cotes en un noeud entre deux
instants successifs.
- Pas de temps minimum de calcul : dtmin (en heures) : 0.01
- Pas de temps maximum de calcul : dtmax (en heures) : 0.5.
- Seuil bas de variation de cote d’eau entre deux pas de temps : dzmin (en mètres) :
0.050.
- Seuil haut de variation de cote d’eau entre deux pas de temps : dzmax (en mètres) :
0.100.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 92
Remarque :
L’algorithme est le suivant à chaque pas de temps d’actualisation : le programme calcule :

N1 : nombre de points de calcul pour lesquels dz > dzmin


N2 : nombre de points de calcul pour lesquels dz > dzmax

Si N1 = 0 le pas de temps est augmenté de 5 %.


Si N2 > 0, le pas de temps est diminué en fonction de l’écart entre dz et dzmax
Dans tous les cas, la valeur de pas de temps sélectionnée ne sera pas supérieure à celle
imposée par dtmax et inférieure à celle imposée par dtmin .

- Nombre de pas de temps séparant une actualisation du pas de temps: 1 par défaut
(nint, entier)
- Pas de temps de sortie des résultats en heures : 0.1 par défaut.

Cliquer ensuite sur Valider pour enregistrer les paramètres mis à jour et fermer la fenêtre du
scénario.
Cliquer enfin sur Enregistrer dans la bibliothèque des scénarios.

5) Contrôle du déroulement des calculs :


- Mode de calcul
0. = initialisation de Z et Q sans calcul transitoire (offre peu d’intérêt en pratique)
1. = restitution dans les fichiers .lst et .out de toutes les données
2. = restitution dans les fichiers .lst et .out des compositions de branches seulement
(option par défaut)
- Impression à l’écran des lignes de données du fichier branche
Permet de faire défiler à l’écran les données du fichier de modélisation avant
exécution des calculs (peu intéressant en pratique sauf en cas de bug inexpliqué
détecté dans le programme HYDMAKE).
- Impression à l’écran des profils en long des lignes d’eau en cours de calcul
Si cette case est cochée, l’utilisateur a la possibilité de suivre à l’écran l’évolution des
lignes d’eau et du débit dans chaque branche en cours de calcul (voir chapitre 3.9).
Sinon l’utilisateur pourra suivre uniquement le défilement des pas de temps de calcul.

Attention aux différentes échelles de temps : les hydrogrammes d’apport de ruissellement


sont calculés entre les dates dateohydrol et dateohydrol + Tfinhydrol, mais les hydrogrammes de
temps sec et les calculs hydrauliques sont effectués entre les dates dateohydraul – Tini et
dateohydraul+ Tfinhydraul ; ces deux bases de temps sont indépendantes et peuvent donc
conduire à des incohérences. Pour éviter tout problème il est prudent de sélectionner les
mêmes bases de temps, à savoir :
dateohydrol = dateohydraul et
Tfinhydrol = Tfinhydraul

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 93
Attention également aux valeurs respectives des paramètres Tfinhydrol et dthydrol : le rapport de
ces deux quantités ne doit pas excéder 3000. Si ce nombre est dépassé le message d’erreur
suivant est affiché durant la phase de génération du modèle numérique :

Attention enfin à penser à ajuster le pas de temps de sortie des résultats. Il conditionne
assez fortement la durée de simulation et peut provoquer la génération de gros fichiers de
résultats en cas de durées de durées de simulation de plusieurs centaines d’heures. Par
défaut ce pas de temps est fixe, il est néanmoins possible de le moduler en utilisant la
procédure décrite à la section 6.8.

3.8 EXECUTION DES CALCULS

Choisir le scénario à simuler avec le menu Scénario / Scénario simple / Choix d’un scénario
de simulation.
La liste des scénarios créés apparaît dans une liste déroulante. Choisir le scénario et cliquer
sur OK pour valider le choix (ici, un seul scénario a été créé).

L’exécution des calculs se fait en deux étapes : génération du modèle puis exécution des
calculs.
Chacune de ces étapes est décomposée en plusieurs modules de calcul :
 Génération : - HydmGen – Scengen
 Exécution : wHydm24 – wHydram24 – wHydsor24

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 94
Pour contrôler l’ensemble des données du modèle il est possible d’effectuer uniquement la
première étape en utilisant le menu Scénario / Scénario simple / Génération du modèle…
Un message affiche alors les erreurs éventuelles ou le bon déroulement de l’étape de
génération.

Utiliser le menu Scénario / Scénario simple / Génération du modèle + Exécution, pour


générer le modèle et exécuter les calculs en une seule fois.
Un message indique alors les erreurs éventuelles ou le bon déroulement des étapes.

Si l’option « Impression à l'écran des dessins des lignes d'eau en cours de calculs » est
cochée dans le paramétrage du scénario, lors de l’étape d’exécution des calculs les lignes
d’eau apparaissent à l’écran en cours de calcul dans un « tableau de bord », décrit ci après.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 95
3.9 TABLEAU DE BORD DE CONTROLE DES CALCULS

Le tableau de bord apparaît à l’écran au début de l’exécution des calculs (voir figure ci-
après). Dans la fenêtre apparaît par défaut :
 Une barre de menus,
 Le profil en long de cotes des tronçons correspondant au numéro de branche 1 : cote
radier, ligne d’eau, cote voûte et cote de terrain naturel pour les collecteurs, cote de
berge lit mineur pour les tronçons de vallées.
 Le profil en long des débits le long de cette même branche,
 Le temps de simulation relatif par rapport au temps t0 (en heures),
 Des informations défilant sur le déroulement des calculs.

Tableau de bord :

En l’absence de l’activation de la barre de menus (cliquer sur Suspendre les calculs), les
calculs des lignes d’eau et de débit est rafraîchi tous les pas de temps de calcul le long de la
branche visible à l’écran. L’activation de la barre de menus, suspend les calculs et permet de
modifier les conditions de déroulement des calculs.

Barre de menus

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 96
Relancer les calculs

Pour relancer l’exécution des calculs.

Branches

Le menu Branche permet de sélectionner les branches que l’on souhaite visualiser : il faut
rentrer les désignations des marqueurs de branche dans la fenêtre de saisie qui apparaît en
bas du tableau de bord. Ils doivent être précédés du signe « * » et séparés par des blancs.
Le nombre maximum de branches visualisables est 10. Valider sur OK pour faire apparaître
le nouveau profil en long.

Ecran de saisie des numéros de branches :

Exemple : Saisir *MRKB_1

Echelles

Ce menu permet de modifier les échelles de débit et de cote en ordonnée de chaque courbe.
Il faut rentrer les paramètres suivants :
Qmin, Qmax, Zmin, Zmax.

Fenêtre de paramétrage des échelles :

Quitter

Arrêt des calculs, traitement des sorties et retour à l’interface d’HYDRARIV.

Informations défilant en cours de simulation :

A chaque pas de temps est affiché sur une ligne :


 Le temps relatif en heures,
 Pas de temps adaptatif sélectionné par le programme,
 Le numéro global du bief contenant le nœud où l’écart de cote entre deux pas de
temps est maximum.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 97
Des messages d’anomalies s’affichent également. En particulier les hauteurs de lignes d’eau
négative. Si ces hauteurs négatives sont trop importantes le programme s’arrête et l’interface
d’HYDRARIV réapparaît avec inscription d’un message d’erreur.

En cas d’erreur système la fenêtre se ferme brutalement. Il faut alors taper Ctrl+Alt+Suppr
pour accéder au Gestionnaire des tâches et activer le menu Processus puis fermer
Whydram24.exe.

Ne pas afficher d’autre application à l’écran. En particulier, ne pas activer la barre de tâches
escamotable de Windows située en bas de l’écran, qui entraîne un arrêt anormal de
l’exécution. Pour utiliser d’autres applications pendant l’exécution des calculs ou accélérer
les calculs, décocher l’option Impression à l’écran des lignes d’eau en cours de calcul dans
le paramétrage du scénario.

Ne jamais fermer l’application avec le bouton « X » de Windows situé en haut à droite de la


fenêtre. Cela provoque un arrêt anormal de l’exécution.

En cas d’arrêt anormal de l’exécution, il faut fermer le processus Whydram24.exe.

3.10 EXPLOITATION DES RESULTATS

3.10.1 Résultats de la simulation hydrologique

Tableau de synthèse des apports

Après la génération du modèle, l’activation du menu Exploitation / Résultats de la simulation


hydrologique / Tableau des BV permet de visualiser les résultats des bassins versants et des
exutoires de bassins versants sous forme de tableau.
Les résultats peuvent être imprimés ou sauvegardés dans le format sélectionné par
l’utilisateur, à l’aide des commandes disponibles dans WORDPAD.

Hauteur de Hauteur de Coefficient de Débit Temps de Volume Débit Instant du Volume


pluie brute pluie nette ruissellement maximum réponse ruisselé maximum à maximum ruisselé à
du BV en 103 m3 l’exutoire l’exutoire aval
aval en 103 m3
Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 98
Hydrogrammes des apports

Avec le menu Exploitation / Résultats de la simulation hydrologique / Hydrogramme des


apports, les courbes des débits des bassins versants sont visualisées directement à l’écran :

3.10.2 Visu contextuel des résultats

Sélectionner l’outil ou cliquer sur le menu Exploitation / Visu contextuel des courbes App
et X(t). Cliquer ensuite sur l’élément choisi (nœud ou singularité) pour visualiser les
paramètres hydrauliques calculés lors de la simulation. Les grandeurs disponibles sont
fonction du type d’élément :
 Qamont : débit amont en m3/s,
 Qaval : débit aval m3/s,
 QLatéral : débit traversant les éléments binodaux m3/s,
 Qout : débit au niveau d’une condition limite aval m3/s,
 Qapp : débit d’apport m3/s,
 Zamont : cote amont en m NGF,
 Zaval : cote aval en m NGF,
 Zseuil : cote du seuil ou cote du bord de la vanne en m NGF,
 Vol : volume d’un bassin en m3.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 99
Cocher les grandeurs à visualiser dans la fenêtre de choix des courbes puis cliquer sur Visu
pour voir apparaître la (les) courbe(s).
Les résultats affichés sont ceux du scénario actif dans le menu Scénario / Scénario simple /
Choix d’un scénario de simulation.

4 :pour changer les échelles

1 : cliquer

3 : Visu ou mettre en mémoire

2 : cocher

Dans la fenêtre de visualisation il est possible de modifier les échelles en abscisses et


ordonnées en cliquant sur le menu Option / Changer les valeurs des échelles x,y. Après
avoir modifié les échelles cliquer ensuite sur Dessiner pour réafficher la courbe.

Fenêtre de définition des échelles :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 100
Dans la fenêtre de choix des courbes à visualiser, le menu Stocker permet de stocker
plusieurs courbes sur différents éléments du réseau avec l’Outil de visualisation contextuel.
HYDRARIV garde en mémoire les courbes sélectionnées au fur et à mesure des clics sur les
éléments et des choix du menu Stocker. Une fois toutes les courbes stockées, sélectionner
un élément et cliquer sur Visu : toutes les courbes stockées apparaissent.

3.10.3 Mise en page des résultats de courbes temporelles

L’activation du menu Exploitation / Mise en page des résultats de sortie / Courbes X(t) est
possible après exécution avec succès des calculs hydrauliques.

Bibliothèque des pages

Les mises en pages sont relatives à un scénario, celui qui a été précisé dans le menu
Scénario / Choix d’un scénario de simulation. Il est possible de copier une bibliothèque de
mises en page d’un scénario vers un autre avec le menu Scénario / Scénario simple /
Paramétrage d’un scénario de simulation / Option.
Pour voir la bibliothèque des mises en page, cliquer sur le menu : Exploitation / Mise en
page des résultats de sortie / Courbes X(t). A chaque ligne correspond une mise en page,
pour ajouter et supprimer une ligne utiliser les menus Ajouter et Supprimer.
Les menus Enregistrer et Quitter permettent d’enregistrer la bibliothèque des mises en page
et de fermer la fenêtre.

Exemple de bibliothèque des mises en page :

Une ligne correspond à une mise en page, sur une feuille A4, identifiée par le Titre.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 101
Pour paramétrer une mise en page, il faut choisir l’orientation de la page qui sera imprimée
et le nombre de cadres en vertical et en horizontal qui composent la page. Les cadres sont
numérotés de gauche à droite et de haut en bas.

N°1
Y Y

N°1 N°2 N°3 N°2

N°4 N°5 N°6 N°3

X X

Page horizontale, 3 cadres sur l’axe des X et 2 Page verticale, 1 cadre sur l’axe des X et 3
cadres sur l’axe des Y cadres sur l’axe des Y

Choix de courbes

En cliquant sur Editer dans la colonne Choix de Courbe et dans la ligne correspondant à la
page choisie, on dispose de la liste de tous les éléments modélisés, triés par type (= un
tableau par type d’élément).
Dans chaque tableau, la première colonne contient l’identifiant de l’élément.
Pour tracer une courbe, il faut préciser le numéro du cadre dans lequel on veut qu’elle
apparaisse dans la colonne correspondante. On peut tracer pour chaque élément les
paramètres calculés suivants (les paramètres disponibles sont fonction du type d’élément) :
 Qam : débit amont,
 Qav : débit aval,
 QL : débit traversant les éléments binodaux,
 Qout : débit au niveau d’une condition limite aval,
 Qapp : débit d’apport,
 Zam : cote amont,
 Zav : cote aval,
 Zs : cote du seuil ou cote du bord de la vanne,
 Vol : volume d’un bassin.

On peut comparer le calcul et une mesure en spécifiant l’identifiant de la mesure et en


indiquant le numéro du cadre dans lequel on veut qu’elle apparaisse. L’identifiant de la
mesure doit être choisi dans la liste disponible affichée dans le menu déroulant. Elle contient
tous les identifiants présents dans l’ensemble des « fichiers mesures » définis dans le
paramétrage du scénario actif.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 102
Exemple de liste des éléments pour lesquels on peut afficher une courbe :

Préciser le numéro du cadre et Préciser le numéro du cadre pour


l’identifiant de la mesure les valeurs calculées

On peut mettre plusieurs courbes par cadre : le numéro du cadre apparaît alors sur plusieurs
lignes et dans différents tableaux d’éléments.

Titre de cadre

Dans la bibliothèque des mises en page, cliquer sur Editer dans la ligne correspondant à la
mise en page dont on souhaite spécifier les titres des cadres.
On peut spécifier le titre de chaque cadre et le libellé des axes.
Ce menu permet aussi de récapituler toutes les courbes qui ont été sélectionnées cadre par
cadre dans une mise en page.

Pour modifier un titre de cadre ou un libellé d’axe, double-cliquer dans la cellule


correspondante et modifier le libellé voulu. Taper sur Entrée pour valider les modifications.

Affichage

Pour visualiser une mise en page il faut positionner le curseur sur la ligne correspondante
dans la bibliothèque des mises en page puis cliquer sur Visu / Visu de la page n°i.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 103
Exemple de mise en page :

NB : Pour modifier la grille, les abscisses et les ordonnées des graphiques se reporter à la
notice (donnée en annexe du manuel de référence B) du grapheur Cadess, qui affiche les
courbes d’HYDRARIV.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 104
3.10.4 Visualisation dynamique des résultats avec Anime-eau

L’activation du menu Exploitation / Mise en page des résultats de sortie / Sortie Anime-eau
est possible après exécution avec succès des calculs hydrauliques, puis activation de Typo.

Anime-eau est un post processeur d’HYDRARIV qui permet d’afficher des résultats de
simulation
 en vue en plan des mises en charge et débordements (réseau de collecteurs fermés),
 en profil en long de la ligne d’eau, débit et vitesse. La totalité de la simulation peut
être « rejouée » autant de fois que l’utilisateur le souhaite, et des exports de certaines
vues sont disponibles au format image.

La visualisation dynamique des résultats s’effectue en deux parties :


1) Préparation du dessin : cliquer sur ce menu pour qu’HYDRAriv stocke toutes les
coordonnées des tronçons de collecteur et des nœuds représentés dans la fenêtre de
travail.
2) Paramétrage des vues et visualisation : cliquer sur le menu Bibliothèque de sortie.

Dans la bibliothèque de sorties, à chaque ligne correspond une visualisation, pour ajouter et
supprimer une ligne utiliser les menus Ajouter et Supprimer.
Les menus Enregistrer et Quitter permettent d’enregistrer la bibliothèque et de fermer la
fenêtre.
Pour modifier le libellé d’une visualisation double-cliquer dans la cellule correspondante.
Après modification valider avec la touche Entrée.

Pour paramétrer une visualisation cliquer sur Visu dans la cellule correspondant à la ligne
souhaitée : le post processeur Anime-eau est alors activé (voir interface dans les pages
suivantes) et une première boite de dialogue invite l’utilisateur à choisir le nombre et le type
de vues.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 105
Une fois le nombre de vues validé, choisir le type de chaque vue et valider sur OK.

Choix du nombre de vues et du type :

Barre de menu

Vue 1 = profil en long

Vue 2 = vue en plan

Lorsque la simulation défile en continu, cliquer dans le haut de la fenêtre pour suspendre les
calculs et disposer de la barre de menus.
Pour reprendre le défilement cliquer sur le menu Relance de la barre de menus.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 106
Paramétrer une vue

Pour paramétrer une vue cliquer sur le menu Sélectionner une vue et cliquer dans la zone
correspondant à la vue à modifier. Suivant le type de vue un nouveau menu apparaît.
 Pour le profil en long :

 Pour la vue en plan :

A tout moment, le menu suivant est accessible en cliquant le bouton droit de la souris
 Validation : Validation du profil, lorsque la sélection est terminée. On peut aussi
cliquer directement sur "Retour" dans la barre supérieure.
 Zoom avant : Permet de zoomer sur une région complexe,
 Zoom arrière: permet de revenir à la vue d'ensemble
 Annuler le dernier bief : Annule la dernière branche désignée
 Annuler le dernier profil : Annule l'ensemble du profil désigné ou en cours
 Choix d'un profil prédéfini : Permet d'accéder à un profil présélectionné. Lorsqu'il
en existe (message à l'écran), cette fonction permet de passer d'un profil à l'autre.
Ces définitions sont enregistrées dans des fichiers d’extension .a03 et .a04
 Eliminer un profil prédéfini : Elimination d'un profil de la présélection
 Saisie au clavier : Désignation des branches au clavier, de la même façon que dans
l’afficheur dynamique des calculs : il faut rentrer les désignations des marqueurs de
branche dans la fenêtre de saisie qui apparaît en bas du tableau de bord. Ils doivent
être précédés du signe « * » et séparés par des blancs.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 107
1) Menu Choix des biefs :
Cliquer sur ce menu pour sélectionner les biefs du profil en long. La vue en plan des biefs du
réseau apparaît ; le profil en long en cours est représenté en couleur rouge.
Pour sélectionner un profil en long, il suffit de cliquer avec la souris sur les branches les
branches désignées apparaissent en rouge.
La désignation des branches peut également être effectuée au clavier en activant le clic droit
de la souris dans l’espace de visualisation ; la désignation des branches se fait de la même
façon que dans l’afficheur dynamique des calculs, en rentrant les désignations des
marqueurs de branche dans la fenêtre de saisie qui apparaît. Ils doivent être précédés du
signe « * » et séparés par des blancs.

Valider sur la sélection en


cliquant sur retour

Cliquer sur les biefs pour les


sélectionner, ils apparaissent
alors en rouge

Menu activé par le


Cliquer droit sur un bief pour le
sélectionner
clic droit de la souris
dans l’espace de

Les biefs sélectionnés apparaîtront sur le nouveau profil en long.

2) Menu Grandeurs/Echelles :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 108
Cocher les différentes grandeurs à visualiser sur le profil en long : ligne d’eau, ligne
d’énergie, débit, vitesse. Compléter ensuite les valeurs minimale et maximale des échelles :
cote en mètres, débit en m3/s et vitesse en m/s. Valider l’ensemble des paramètres en
cliquant sur OK. La visualisation globale réapparaît et la barre de menus générale est
accessible. Cliquer sur Relance pour rafraîchir la vue avec les nouveaux paramètres.

3) Menu Zoom avant


Sélectionner le menu et délimiter ensuite avec la souris sur la vue en plan le cadre de zoom.
Valider et rafraîchir la vue en cliquant sur Relance.
La nouvelle vue est centrée sur le cadre tracé.

4) Menu Retour
Permet de revenir à la vue générale d’Anime-eau et de retrouver la barre de menu général :

Cliquer alors sur Relance pour rafraîchir la vue et prendre en compte les modifications des
paramètres effectuées précédemment.

Choisir le mode de visualisation

Cliquer sur le menu Mode de la barre de menu général pour choisir le mode de visualisation
des résultats :

1
2
3
4
5

 Mode 1 : Avant : la simulation défile en continu et en boucle dans l’ordre


chronologique.
 Mode 2 : Arrière : la simulation défile en continu et en boucle inversement au mode 1.
 Mode 3 : Pas à pas : l’utilisateur fait défiler manuellement les pas de temps avec les
flèches droite et gauche pour aller respectivement dans l’ordre croissant et
décroissant des temps.
 Mode 4 : Valeurs minimales : affiche la vue à l’instant du minimum de la simulation.
 Mode 5 : Valeurs maximales : affiche la vue à l’instant du maximum de la simulation.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 109
Une fois le mode choisi, cliquer sur relance pour rafraîchir la vue ou le mode de défilement.

Enregistrer la visualisation et quitter

Cliquer sur Scénario / Sauvegarde la configuration pour enregistrer tous les paramètres de
visualisation et les différentes vues dans la bibliothèque de sortie Anime-eau d’HYDRARIV.
Cliquer ensuite sur Quitter pour revenir à HYDRARIV.

Lors d’une utilisation ultérieure de la bibliothèque de sortie Anime-eau et après une nouvelle
exécution des calculs, en cliquant sur Visu correspondant à une configuration déjà
sauvegardée, Anime-eau affiche directement la vue générale sauvegardée précédemment.

L’utilitaire ANIME’EAU peut, en cas d’anomalie, provoquer un arrêt anormal de l’application.


Si cela arrive il faut fermer le processus Wanimolt.exe via la commande Ctrl-Alt-Suppr,
même si la fenêtre n’est plus visible.

Restitution des débordements sur chaussée pour les tronçons de collecteurs enterrés : les
volumes débordés sont calculés à chaque nœud de calcul et regroupés au niveau des
nœuds "utilisateur". HYDRARIV considère qu’un volume débordé est perdu : il ne réintègre
pas le réseau. HYDRARIV offre trois possibilités d’analyser les débordements :

- via l’utilitaire ANIM’EAU : la vue en plan restitue les tronçons de collecteur affectés par
un débordement,
- via le bouton « dessin rapide » : l’hydrogramme de débordement et le volume associé
sont consultables pour chaque nœud utilisateur.
- Via le menu Exploitation/mise en page des résultats de sortie/ volumes débordés sur
chaussée

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 110
3.11 UTILISATION DES TOUCHES RACCOURCIS WINDOWS

HYDRARIV est développé à partir du système WINDOWS, et partage de ce fait de


nombreuses fonctionnalités avec les applications WINDOWS classiques tels que EXCEL.
On a retenu ci après une sélection de touches « raccourci » spécialement utiles pour
l’application HYDRARIV.

 Touche « Ctrl Z ».
Annule une commande antérieure. Agit sur une profondeur de 10 commandes.

 Touche « Ctrl F ».
Active la recherche d’un élément de modélisation par son libellé.

 Touches « Ctrl C » et « Ctrl V »


Même signification que pour Excel. S’applique à toute donnée tabulaire définie dans un
tableau de saisie. Ces données peuvent être également saisies par la commande « Ctrl
C », copiés puis traitées dans un tableau EXCEL, puis recopiées après transformation
dans le tableau de saisie d’HYDRARIV.

 Touche «Ctrl X».


Suppression des lignes sélectionnées dans un tableau de saisie.

 Touches « Alt X » et « Alt V »


Commande spécifique à HYDRARIV : elle permet de déplacer le contenu d’un objet
graphique vers un autre objet graphique de même type et de supprimer le premier objet.
Les étapes de traitement sont les suivantes :

Sélection de l’objet A,
Touche « Alt X » : l’objet A disparaît,
Création graphique de l’objet B, de même type que A,
Touche « Alt C » : l’objet B est renseigné avec les paramètres de l’objet A.

 Touches « Ctrl N », « Ctrl O », « Ctrl S »,


Opérations sur les fichiers : Ouverture d’un nouveau fichier, d’un fichier existant,
Sauvegarde d’un fichier en cours de traitement.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 111
3.12 QUESTIONS PRATIQUES DIVERSES

On réunit ci après une liste de questions que se pose fréquemment l’utilisateur, lors de la
prise en main d’HYDRARIV.

Comment les conditions de régime initial ou de régime établi sont elles générées
dans HYDRARIV ?

Ce point est plus fondamental qu’il n’y paraît au premier abord, car il justifie en partie le
schéma de modélisation décrit au chapitre 1. Les conditions de régime établi sont calculées
par le moteur de calcul HYDRA en trois étapes :
 à l’étape 1, l’ensemble des liaisons sont fermées, le programme effectue un calcul en
régime permanent le long de chaque sous réseau du domaine filaire avec les débits
d’injection définis au temps -Tini. Il est rappelé que chacun de ces réseaux possède,
par construction, une structure arborescente.
 A l’étape 2, un calcul transitoire fictif est effectué : les liaisons latérales sont
progressivement activées, jusqu’à ce que les seuils associés soient positionnés dans
leur position définie à l’instant -Tini. Le pas de temps de calcul est figé et égal à
« dtmin », de façon à éviter le développement de trop fortes oscillations,
 A l’étape 3, le calcul transitoire véritable démarre, le pas de temps devient adaptatif.
le temps -Tini doit être réglé approximativement égal au temps de réponse du
réseau. Au temps relatif t= 0 les conditions deviennent stationnaires et le calcul
transitoire effectif est enchaîné. A noter que les résultats de calculs ne sont
disponibles dans HYDRARIV que pour les temps positifs, alors que le calcul véritable
démarre avant, au temps relatif t=-Tini.

Dans le cas d’un réseau filaire arborescent les étapes 2 et 3 sont inutiles : la solution de
régime établi est atteinte dès l’étape 1. Il est toutefois conseillé de toujours imposer une
valeur non nulle au temps - Tini, de l’ordre de 1 heure au minimum.

Comment régler au mieux les paramètres associés à une branche de calcul ?

Ces paramètres sont définis dans l’objet « marqueur de branche ». Ce sont le pas d’espace
« dx », le débit initial « Qini », le débit minimum « Qmin » le long de chaque branche et le
mode de calcul (type routage ou non). Il faut savoir qu’HYDRARIV injecte un débit minimum
en début de chaque branche et le retranche en fin de la branche, afin d’assurer une mise en
eau de la branche sans induire pour autant des effets de cumuls de débits parasites le long
du réseau.

Le débit Qmin imposé par le programme est 5 l/s : l’utilisateur ne peut imposer une valeur
plus faible. Typiquement Qmin varie entre 5 l/s pour les faibles sections de collecteur et les
petits fossés en lit majeur et 50 l/s pour les grands cours d’eau. Cette condition est imposée
pour maintenir un fil d’eau minimum de quelques centimètres en radier. En début de calcul il
est préférable d’imposer une valeur Qini plus élevée de façon à amortir les oscillations

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 112
induites par l’activation des vannes. La valeur de Qini diminue progressivement lors de
l’étape 2 de calcul pour atteindre la valeur Qmin au temps : –Tini/4.

Le pas d’espace entre 2 nœuds internes de calculs est fixé par défaut à 50 m. c’est une
valeur que l’utilisateur peut modifier, mais il est conseillé pour des raisons de robustesse et
de précision des calculs, de rester dans la fourchette 20 m – 200 m.

Enfin le mode de calcul « routage » est désactivé par défaut : ce mode permet de
sélectionner un algorithme de routage simplifié, de type onde cinématique, il provoque une
distorsion importante des calculs en cas de défluences ou d’influence aval. Il est donc
conseillé de ne pas l’activer sauf cas particulier.

Comment régler les paramètres de contrôle de l’algorithme du régime transitoire ?

Ces paramètres sont définis dans la fenêtre de paramétrage d’un scénario. Le retour
d’expérience avec HYDRARIV conduit à recommander les fourchettes de valeurs suivantes :
 pas de temps dtmin : sélectionner la valeur 0.002 heures,
 pas de temps tmax : réglable ente 0.04 heures et 2 heures suivant le type de
modèle :
- la présence de petits collecteurs fermés nécessite d’abaisser cette valeur
autour de 0.1 heure,
- dans le cas de modèles 2D, la mise en eau des pavés 2D peut créer des
instabilités ; abaisser alors cette valeur.
 dzmin : régler entre 0.05m et 0.08m,
 dzmax : ne pas dépasser 0.15m.

En interne le programme ajuste la pas de temps de calcul au mieux, afin de limiter la


variation de cote entre 2 instants et en tout point à une valeur comprise entre dzmin et
dzmax.

Dans le cas de collecteurs fermés, y a-t-il des limitations de pente ou de taille de


collecteur à respecter ?

En théorie non. En pratique le programme impose en interne un diamètre minimum de 300


mm. Le moteur HYDRA dispose de modules de calculs spéciaux pour prendre en compte les
faibles hauteurs d’eau et les fortes pentes : les équations de Barré de St Venant sont
simplifiées quand certaines conditions locales sont rencontrées. Les adaptations des
algorithmes internes de calcul sont totalement gérées par HYDRA. En pratique dans un
même réseau peuvent coexister des canalisations de 300 mm avec des pentes de 1/10 ème,
et des collecteurs de 8 m de diamètre.

Concernant la propagation des hydrogrammes le long de collecteurs de faibles diamètres,


des précautions doivent être prises pour minimiser les risques de dispersion numérique, qui

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 113
ont pour effet de réduire la vitesse apparente de propagation : il convient de sélectionner un
couple de valeurs : ( tmax, dx), tels que : tmax < dx / v , ou v est la vitesse de l’écoulement.

Y a-t-il une limite sur les durées de simulation ?

Pour la simulation hydrologique, il faut respecter la condition : Durée simulation (en mn) / pas
de hydrologique (en mn) < 3000, soit pour un pas de temps de 5mn, une durée maximum de
10 jours.

Y a-t-il une limite sur la taille des modèles

Le facteur limitant n’est pas tant la place mémoire requise ou les temps de calcul que la
rapidité d’accès aux objets gérés par l’interface d’HYDRARIV. En pratique un modèle peut
sans problème contenir 2000 nœuds utilisateur. Au-delà il est vivement conseillé de
travailler en mode complexe ‘ (cf section 5.1). Le nombre de réseau pouvant être décrits par
un Complexe pouvant aller jusqu’à 10, HYDRARIV peut donc gérer environ 20 000 nœuds
utilisateur, soient environ 100 000 nœuds de calculs internes.

Pourquoi la cote de seuil d’un vanne doit elle être callée 10 cm au minimum au
dessus du fond du mit mineur ou du radier d’un collecteur ?

C’est une précaution imposée par HYDRARIV pour évier « d’assécher » une branche filaire
par un déversement latéral calé trop bas et induire des oscillations numériques. (En réalité le
modèle dispose de sections de contrôle au niveau de chaque nœud utilisateur et doit pouvoir
accommoder des cotes de seuils latéraux ou frontaux égales aux cotes radier du lit du cours
d’eau ou des collecteurs : la restriction ci-dessus n’est pas strictement nécessaire mais elle
apporte une sécurité supplémentaire).

Quelle est l’utilité du bouton « typo » ?

Ce bouton permet de générer et contrôler la topologie du réseau, et notamment :


 vérifier la cohérence topologique des noeuds et tronçons qui composent une branche
filaire,
 calculer les cotes minimum des pavés 2D,
 vérifier la cohérence des éléments pavés 2D et casiers : structure des domaines,
liaisons intra et inter domaines.

Il convient de l’activer à intervalles réguliers au cours de la construction d’un modèle, de


façon à pouvoir facilement corriger les erreurs, sécuriser le modèle au fur et à mesure de sa
progression et contrôler les profils en long des branches générés par « typo ».

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 114
A noter que les fonctionnalités assurées par « typo » sont reprises intégralement lors de
l’étape de génération du modèle.

Quelle est l’utilité du menu « génération » alors que cette opération est couverte
par le menu « génération et exécution » ?

Le menu Génération détecte les valeurs douteuses dans les différents écrans de saisie,
génère les hydrogrammes d’apports, ainsi que tous les fichiers de modélisation lus par la
chaîne de calcul HYDRA : c’est un point d’arrêt qui s’avère intéressant pour :
 valider les valeurs numériques rentrées dans les grilles de saisie, au fur et à mesure
de la construction du modèle,
 contrôler l’hydrologie générée aux points d’apports à l’aide de l’utilitaire de dessin
rapide ou consulter le tableau de bilan hydrologique des apports de ruissellement.

Du bon emploi respectif des singularités hydrauliques du domaine filaire et des


liaisons

Une singularité hydraulique se place sur le nœud courant d’une branche et ne modifie donc
pas la topologie du réseau, alors qu’une liaison latérale remplissant une fonction équivalente
à une singularité nécessite de couper une branche en deux. L’exemple suivant donne deux
résultats équivalents :

De même une confluence peut tout à fait être schématisée par deux liaisons de type QMTR :

Élément CONF Liaison QMTR

En règle générale il est préférable de privilégier la structure filaire et limiter l’utilisation des
liaisons latérales lorsqu’on a le choix. Le calcul y gagne en rapidité et le schéma de
modélisation est plus fluide. Attention toutefois aux limitations associées aux singularités
filaires : une vanne VA ne supporte pas les régimes dénoyés dans le sens aval-amont. Les

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 115
règles d’utilisation de chaque module hydraulique sont détaillées dans le dossier C du
manuel utilisateur.

Un plantage se produit dans la simulation hydraulique. Que faire ?

HYDRARIV dispose d’un arsenal de contrôles et d’algorithmes internes conçus pour


minimiser les risques de plantage numériques après les étapes de génération du modèle.
Pourtant ceux-ci se produisent parfois malgré tous les gardes fous. Ils laissent l’utilisateur
désarçonné car il ne sait pas comment remédier au problème. Voici quelques pistes pour
tenter de localiser la cause du plantage et y remédier. Tout d’abord un problème numérique
arrive rarement soudainement, le plantage est précédé de signes avant coureurs que l’on
peut déceler. Pour cela deux moyens sont offerts :

1. l’imagerie dynamique en cours de calcul


l’utilitaire graphique proposé pour suivre l’évolution des lignes d’eau en cours de
simulation affiche des messages en cas d’anomalie, en indiquant notamment le
numéro de branche incriminé. L’affichage de cette branche permet de localiser
l’anomalie, et d’apprécier le comportement de la ligne d’eau. Il est par ailleurs
possible de « rejouer » la séquence à l’aide des fonctionnalités disponibles dans le
menu.

2. l’édition du fichier X.out


ce fichier se trouve dans le sous répertoire du scénario « X » testé. Il contient la liste
de tous les noeuds de calcul classés par branche, les valeurs de cotes et de débits
calculés dans la phase de calcul du régime permanent, ainsi que la liste des
messages produits au cours du calcul transitoire. En cas d’anomalie on peut
précisément connaître le numéro du nœud et donc le numéro du bief impliqué.

En général les plantages numériques sont provoqués par des variations rapides de hauteurs
d’eau : la ligne d’eau vient heurter le radier du collecteur, ce qui tend à déstabiliser le calcul.
Afin de remédier à ce problème il convient de temporiser la vitesse d’évolution des
phénomènes entre deux pas de temps successifs. On dispose pour cela de plusieurs
moyens :
 augmenter Qini et/ou Qmin permanent le long de la branche oscillante,
 réduire le pas de temps maximum,
 augmenter la section des regards au voisinage du point présentant une oscillation
(collecteurs),
 vérifier la pertinence des données des singularités situées dans la zone à problème.

Le remède le plus approprié dépend du contexte de chaque application. Si le problème


persiste après différents essais appeler le support technique pour une demande
d’assistance.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 116
L’expérience montre que les problèmes numériques se manifestent pour la grande majorité
des cas au cours de l’étape 2 d’initialisation des calculs : calcul transitoire fictif. Ils sont
généralement dus à une mauvaise valeur du débit « Qini » au regard de la capacité
hydraulique de la branche de calcul. Il convient en pratique de régler Qini à une valeur
comprise entre 5% et 20% du débit capable. Une valeur trop forte va induire des lignes d’eau
élevées à l’issue de l’étape 1 et donc des débits d’échanges importants dans l’étape 2 de
calcul, avec pour conséquence des risques d’instabilités. Pour vérifier la pertinence des
débits Qini rentrés, consulter les cotes d’eau calculées à l’issue de l’étape 1, elles figurent
dans le fichier X.out .

Marqueurs de branches, numéros et libellés de branches : qui gère quoi ?

En toute rigueur le marqueur de branche ne constitue pas une nécessité pour générer un
modèle et réaliser des calculs : la définition et la délimitation des branches sont effectuées
par le menu « Typo ». La liste des branches résultant du traitement par « Typo » peut être
consultée via le menu Réseau/Typologie du réseau/Liste des branches générées. Ce menu
permet d’accéder aux paramètres spécifiques de chaque branche. Le programme affecte par
défaut un numéro d’ordre à la branche, numéro non contrôlé par l’utilisateur et qui est
modifié au fur et à mesure de l’enrichissement de modèle via des traitements successifs par
« Typo ».
En pratique il est fortement conseillé de « marquer » chaque branche avec l’élément
« MRKB » et de définir un libellé totalement contrôlé par l’utilisateur et indépendant du
numéro d’ordre. Cet élément peut être posé sur n’importe quel nœud. « Typo » signale les
incohérences ou ambiguïtés possibles entre les éléments « MRKB » posés par l’utilisateur
et les branches découpées par le programme, mais ces détections d’anomalies n’empêchent
pas la génération du modèle.
Lors de l’exécution des calculs en mode « imagerie dynamique » (cf section 3.9) une
branche de calcul peut être désignée de deux façons :
 par le numéro d’ordre du bief : il faut rentrer le numéro dans la fenêtre de saisie,
 par le libellé (affecté par HYDRARIV ou modifié par l’utilisateur au MRKB), précédé
du signe « * ».

Est-il nécessaire de travailler avec un fond de plan pour construire un modèle ?

La réponse est non. On peut tout à fait construire un modèle à main levée, sans respecter
les localisations relatives entre objets, les distances des tronçons sont calculées à partir des
PK aux nœuds : l’utilisateur peut définir ces PK comme il le souhaite, indépendamment de la
position physique des points dans l’espace de travail. Dans ces conditions les coordonnées
utilisateurs ont peu d’utilité.
En revanche le fond de plan devient indispensable quand on travaille en mode géoréférencé,
c’est à dire lorsque les PK sont calculés par HYDRARIV à partir des coordonnées

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 117
utilisateurs. Il faut dans ce cas caler le modèle sur le fond de plan, c’est le parti pris dans
l’exemple traité au chapitre 3.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 118
4 PROCEDURES D’IMPORTATION

4.1 IMPORT DE DONNEES CONSTITUTIVES D’UN RESEAU

HYDRARIV possède toutes les fonctionnalités nécessaires pour créer et éditer un modèle
complet. Pour autant HYDRARIV est un outil de simulation et non un SIG : la procédure
manuelle de construction d’un modèle devient vite fastidieuse dès que sa taille dépasse
quelques dizaines d’objets. C’est la raison pour laquelle le pré processeur HYDRAMAP a été
développé : cet outil, piloté par le SIG MAP INFO, génère des tables en bénéficiant de
toutes les fonctionnalités cartographiques de MAP INFO, à partir d’un fond de plan
géoréférencé et de données topographiques sous forme de semis de points ou de profils en
travers. Les tables ainsi générées sont exportées dans des fichiers au format MIF/MID, qui à
leur tour sont importés dans HYDRARIV et traduites en entités de modélisation.

Il est conseillé, dans le cas d’un réseau nouveau, de le caler sur un fond de plan dont les
coordonnées sont pleinement compatibles avec celles des cartes servant de fond de plan
dans MAP INFO. (La question de manipulation de fonds de plans multiples est précisée à la
section 6.9).

Les différentes entités sont importables au format MIF/MIF (sauf les profils topographiques
qui sont au format CSV). Les fichiers d’import doivent contenir les données en colonnes dont
les caractéristiques sont spécifiées ci-après. L’import se déroule en deux étapes :
localisation du fichier à importer puis détermination de la structuration des données en
colonnes.

 L’utilisateur doit préciser pour chaque donnée la colonne de la table source dans
laquelle elle figure.
 Pour toutes les données définies par des chaînes de caractères, il faut respecter la
casse.

Les fichiers d’import correspondant à l’exemple de ce chapitre sont fournis avec l’installation
d’HYDRARIV dans le répertoire \Exemple2.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 119
4.1.1 Import des objets du domaine filaire

Les branches filaires

Cliquer sur le menu Fichier / Importer / Importer fichiers mif/mid / Domaine filaire (1D) / Les
branches filaires (BIEF_1D), sélectionner le fichier d’import Bief_1D.MIF dans le navigateur
puis remplir le numéro de colonne correspondant à chaque donnée requise.

Les champs obligatoires à renseigner sont :

- le libellé du bief (16 caractères maxi) ou le libellé du


tronçon,
- PK0 : PK au nœud amont du bief en km,
- Longueur du bief en mètres.

 Les noms des champs n’ont aucune importance ; seule la position de la colonne dans la
table est prise en compte par la routine d’importation.
 Les champs optionnels prennent des valeurs nulles s’ils ne sont pas renseignés.
 Les branches filaires doivent toujours être importées en premier.
 Si le libellé du bief est vide c’est le libellé du tronçon qui est sélectionné.
 le bouton Visu précise les correspondances entre champs et n° de colonne dans la table
importée en éditant le fichier *.MIF (sous éditeur de texte).

Espace de travail après import des branches :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 120
On remarque sur la figure ci-dessus que l’importation des branches s’accompagne de :
 la création d’un nœud à chaque extrémité de branche,
 la création d’un nœud intermédiaire portant l’objet « marqueur de branche »

A ce stade chaque branche est donc décomposée en deux tronçons « TRC ».

Les profils en travers : PT

Cliquer sur le menu Fichier / Importer / Importer fichiers mif/mid / Domaine filaire (1D) / Les
profils en travers (PT1D +PL1D), sélectionner le fichier d’import PT1D.MIF dans le
navigateur puis remplir le numéro de colonne correspondant à chaque donnée requise.

Si l’on n’est pas sûr du numéro de colonne des


différents paramètres, cliquer sur « Visu » : cette
commande donne accès à la structure de la table
MapInfo importée.

Les champs obligatoires à renseigner sont :


 le libellé du profil (16 caractères maxi), ou
l’identifiant CID8
 le libellé de la branche (16 caractères maxi),
 le PK du profil le long de la branche en km,

Si le libellé du profil est vide c’est l’identifiant CID8 qui est sélectionné.
Les autres paramètres sont affectés de valeurs par défaut s’ils ne sont pas renseignés.

Si les PT1D sont représentés par des polylignes à 4 sommets ou plus dans les fichier
mif/mid source, cette procédure crée dans HYDRARIV les éléments PT1D ainsi que les
éléments PL1D ; une présentation des éléments PL1D est faite au chapitre 2.2.2, et le détail
de leur utilisation au chapitre 5.5.4 (restitution des états d’inondation le long des branches
filaires).

Si les PT1D sont représentés par des polylignes présentant moins de 4 sommets ou par des
lignes, seuls les éléments PT sont créés dans HYDRARIV.

Les éléments PL1D pourront ensuite être densifiés :


- en les dessinant dans le plan de travail à l’aide du bouton ,
- en les important de MapInfo (cf. paragraphe suivant).

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 121
Schéma du modèle après import des PT1D :

Des nœuds supplémentaires ont été insérés pour porter les objets PT1D, les tronçons ont
été sous découpés en conséquence.

Les éléments PL1D

Une partie des éléments PL1D a été créée lors de l’import des PT1D. Afin de les densifier,
cliquer sur le menu Fichier / Importer / Importer fichiers mif/mid / Domaine filaire (1D) / Profil
1D (Profil_1D), sélectionner le fichier Profil_1D.MIF dans le navigateur puis remplir le
numéro de colonne correspondant à chaque donnée requise.

Les champs obligatoires à renseigner sont :


 Le libellé du profil (16 caractères maxi), ou l’identifiant
CID8,
 Le PK du profil le long de la branche en km.

Si le libellé du profil est vide c’est l’identifiant CID8 qui est sélectionné.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 122
Les singularités hydrauliques

Cliquer sur le menu Fichier / Importer / Importer fichiers mif/mid / Domaine filaire (1D) / Les
singularités hydrauliques (S1D), sélectionner le fichier d’import S1D.MIF dans le navigateur
puis remplir le numéro de colonne correspondant à chaque donnée requise.

Les champs obligatoires à renseigner sont :


 Le libellé de la singularité (16 caractères maxi),ou
l’identifiant CID8,
 Le type de singularité (les types autorisés sont
renseignés dans le manuel utilisateur de
HYDRAMAP),
 Le libellé de la singularité (16 caractères maxi),
 Le PK du profil le long de la branche en km,

Si le libellé de la singularité est vide c’est l’identifiant CID8 qui est sélectionné.
Les autres paramètres sont affectés de valeurs par défaut s’ils ne sont pas renseignés.

Espace de travail après import des singularités :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 123
Des nœuds supplémentaires ont été insérés pour porter les objets singularités, les tronçons
ont été sous découpés en conséquence. Les paramètres hydrauliques de chaque singularité
doivent être renseignés par l’utilisateur dans l’interface d’HYDRARIV.

4.1.2 Import des casiers

Cliquer sur le menu Fichier / Importer / Importer fichiers mif/mid /Domaine casier,
sélectionner le fichier d’import CASIERS.MIF dans le navigateur puis remplir le numéro de
colonne correspondant à chaque donnée requise.

Les champs obligatoires à renseigner sont :


 L’Id du sous domaine auquel appartient le casier
(16 caractères maxi),
 Le libelle du casier (16 caractères maxi), ou
l’identifiant CID8,
 Le tableau des surfaces S1 à S10
 Le tableau des cotes Z1 à Z10.

(L’exemple 2 ne compte aucun casier).

4.1.3 Import des pavés

Cliquer sur le menu Fichier / Importer / Importer fichiers mif/mid /Domaine pavé (2D),
sélectionner le fichier d’import PAVES.MIF dans le navigateur puis remplir le numéro de
colonne correspondant à chaque donnée requise.

Les champs obligatoires à renseigner sont :


 Le libellé du pavé (17 caractéres maxi), ou
l’identifiant CID8,
 L’identifiant du sous domaine auquel appartient
le casier (16 caractères maxi),
 La surface du pavé,
 Le coefficient de Strickler dans chaque direction
(en général les deux coefficients sont égaux).

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 124
Après validation la fenêtre suivante apparaît :

L’utilisateur peut sélectionner tous les sous domaines ou


faire un choix d’importation parmi les sous domaines
proposés. Si on sélectionne « tout », l’espace de travail est
enrichi comme suit :

Les sous domaines se distinguent visuellement les uns des autres sur le maillage ci-dessus
par l’aspect de la trame : chaque sous domaine est en effet généré dans HYDRAMAP à
partir de 3 (bloc triangulaire) ou 4 (bloc quadrangulaire) polylignes frontières.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 125
4.1.4 Importation des liaisons binodales

Les liaisons binodales importables sous le format MIF/MID sont regroupées en 4 catégories :

Les liaisons rivières – pavés

Ces liaisons connectent les domaines filaires et 2D. Cliquer sur le menu Fichier / Importer /
Importer fichiers mif/mid /Les liaisons entre domaines / Les liaisons LRC (LIRPB),
sélectionner le fichier d’import LI_RPB.MIF dans le navigateur puis remplir le numéro de
colonne correspondant à chaque donnée requise.

Les champs obligatoires à renseigner sont :


 Le libellé de la liaison (17 caractères maxi), ou
l’identifiant CID17,
 La cote de seuil bas,
 La largeur de seuil bas,
 Le pk sur la rivière.

Le modèle est enrichi comme suit :

les nœuds supplémentaires ont été insérés le long des branches filaires pour connecter les
liaisons LRC, chaque liaison connecte un nœud et l’intérieur d’un pavé.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 126
Les liaisons LPAV internes à chaque sous domaine

Cliquer sur le menu Fichier / Importer / Importer fichiers mif/mid /Les liaisons entre domaines
/ Les liaisons LPAV interpavés, sélectionner le fichier d’import LI_2D.MIF dans le navigateur
puis remplir le numéro de colonne correspondant à chaque donnée requise.

Les champs obligatoires à renseigner sont :


 Le libellé de la liaison inter pavé (17
caractères maxi), ou l’identifiant CID17,
 La distance inter centroïde,
 La largeur de contact entre les deux pavés,
 Le coefficient de Strickler moyen des paves
 La cote de seuil à la frontière entre les pavés

L’espace de travail est enrichi comme suit :






A ce stade de la construction, les mailles intra-domaine sont bien connectées entre elles par
des liaisons binodales, ce qui n’est pas le cas des mailles appartenant à des sous domaines
différents.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 127
Les liaisons LPAV inter domaines

Ces liaisons sont de même nature que les précédentes mais elles sont générées
différemment dans HYDRAMAP. Elles permettent de « cimenter » les sous domaines 2D
entre eux.
Cliquer sur le menu Fichier / Importer / Importer fichiers mif/mid /Les liaisons entre domaines
/ liaisons LPAV interdomaines 2d (LDD), sélectionner le fichier d’import LDD.MIF dans le
navigateur puis remplir le numéro de colonne correspondant à chaque donnée requise.

Les champs sont les mêmes que pour la liaison LPAV, mais présentés dans un ordre
légèrement différent. Le modèle est enrichi comme suit :

Des liaisons LPAV connectent maintenant bien tous les sous domaines 2D entre eux.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 128
Les liaisons binodales individuelles

Il est possible dans HYDRAMAP de générer des liaisons individuelles et non par lots. Ces
liaisons, de natures diverses, sont stockées dans une table générique et peuvent être
importées dans HYDRARIV en cliquant sur le menu Fichier / Importer / Importer fichiers
mif/mid /Les liaisons entre domaines / Les liaisons individuelles (LI2). Sélectionner le fichier
LI2.MIF. La fenêtre suivante apparaît :

Les champs obligatoires à renseigner


sont :
 Le libellé de la liaison inter pavé
(17 caractères maxi)
 le type de liaison.

Les autres paramètres à renseigner sont fonction du type de liaison. Il est bien sûr tout à fait
possible de redéfinir ces paramètres dans HYDRARIV, à l’aide des utilitaires d’édition
disponibles.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 129
Un certain nombre de règles importantes doivent être gardées en mémoire pour garantir une
importation réussie des objets de modélisation attachés aux sous domaines filaires et
surfaciques :

1. l’ordre d’importation n’est pas neutre, des objets sont tributaires d’autres objets qui
doivent donc être présents dans le modèle au moment de l’importation : par
exemple :
- les éléments 1D (profils, singularités, …) ne peuvent être importées que si
les objets Bieff_1D sont présents dans le modèle,
- les liaisons LPAV ne peuvent être importées que si les objets PAV sont
présents dans le modèle,

2. le temps d’importation augmente très sensiblement avec la taille du modèle et le


nombre d’objets déjà présents : l’importation est donc une opération qui peut prendre
du temps (jusqu’à une heure pour de gros modèles) mais elle n’est en principe
effectuée qu’une seule fois. Il est impératif durant une tâche d’importation de ne rien
faire tant que la tâche d’importation en cours n’est pas terminée. Une barre
d’avancement de tâche renseigne l’utilisateur sur le niveau de progression de la
séquence. La raison de cette lenteur tient au processus de vérification très complet
réalisé par HYDRARIV pour tout nouvel objet.

3. pour les deux raisons précédentes il est conseillé d’effectuer les importations dans
l’ordre décrit dans l’exemple traité dans ce chapitre, à savoir : les branches filaires,
les entités du domaines filaires, les pavés et les casiers, les liaisons rivière pavé, les
autres liaisons.

4. il est fortement conseillé de sauvegarder le modèle après chaque importation. Cette


précaution permet, si une importation se révèle défectueuse, d’annuler l’opération en
quittant HYDRARIV sans sauvegarder le modèle : toutes les opérations sont de ce
fait sauvegardées sauf la dernière.

5. les objets appartenant à une liste d’importation ne sont pas importés s’ils existent
déjà dans le modèle. Autrement dit une opération d’importation n’écrase pas des
entités de modélisation existantes dans HYDRARIV. Cette particularité est mise à
profit pour permettre de modifier partiellement un modèle à l’aide d’une table modifiée
dans HYDRAMAP.

6. si le modèle HYDRARIV est calé sur un fond de plan, il est extrêmement important de
s’assurer que le calage est rigoureusement le même que celui réalisé dans MAP
INFO. pour minimiser les problèmes il est fortement conseillé d’utiliser le même
fichier image dans HYDRAMAP et HYDRARIV, afin d’éviter tout risque de distorsion.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 130
4.1.5 Import des centroïdes de bassin versants

Cliquer sur le menu Fichier / Importer / Importer fichiers mif/mid / Les centroïdes des BV,
sélectionner le fichier d’import dans le navigateur puis remplir le numéro de colonne
correspondant à chaque donnée requise.

Le fichier d’import est structuré en 7 champs :

Colonne 1 Colonne 2 Colonne 3 Colonne 4 Colonne 5 Colonne 6 Colonne 7


libBV Xc Yc S Lc i Ci

libBV : Libellé du bassin versant accessible en éditant l’élément BV


Xc : Abscisse du barycentre du bassin versant en m
Yc : Ordonnée du barycentre du bassin versant en m
S : Superficie en hectares
Lc : Longueur de cheminement en m
i : Pente du bassin versant en m/m
Ci : Coefficient d’imperméabilisation

 Les noms des champs n’ont aucune importance ; seule la position de la colonne dans la
table est prise en compte par la routine d’importation
 Les 4 premiers champs sont obligatoires pour placer les bassins versants. Les champs
optionnels prennent les valeurs nulles s’ils ne sont pas renseignés.
 Les coordonnées du barycentre du bassin versant doivent être dans le même système
que les coordonnées des nœuds.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 131
4.1.6 Import des stations de gestion

Cliquer sur le menu Fichier / Importer / Importer fichiers mif/mid / Domaine stn. de gestion et
sélectionner le fichier d’import dans le navigateur.

Contour de la station de gestion :

X6;Y6
X7;Y7

X5;Y5

X1;Y1

X4;Y4

X2;Y2
X3;Y3

Les coordonnées des angles du polygone doivent être dans le même système que les
coordonnées des nœuds.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 132
4.2 FICHIERS EXTERNES DE PLUIES

4.2.1 Type PPHY : pluie de projet définie par un hyétogramme I(t)

Le fichier correspondant à cette pluie est structuré comme suit :

Ligne
1 PPHY ‘ids’
2 XG YG Raction
3 NP
4 T(1) I(1)
5 T(2) I(2)
4 + NP T(NP) I(NP)

Ligne Variable Type Définition


1 ‘ids’ C Identificateur du scénario (8 caractères maxi entre quotes).
2 XG D Coordonnées de l’épicentre (m)
YG D
Raction D Rayon action de la pluie (m)
3 NP E Nombre de points de définition du hyétogramme
4 à 4 + NP T(i) D Temps (mn)
I(i) D Intensité au temps T(i) (mm/h)

Exemple de pluie PPHY dans le fichier PluiesExternes.txt fourni avec l’installation


d’HYDRARIV dans le répertoire Exemple2\Hydrologie :

PPHY 'PluieHY_1'
63000.00 7000.00 10000.0
3
0.00 0.00
120.00 12.50
240.00 0.00

Cliquer sur le menu Hydrologie / Pluviométrie en mode externe / Hyétogramme I(t) pour faire
apparaître la bibliothèque des pluies hyétogrammes en mode externe.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 133
L’utilisateur dispose alors de deux possibilités pour définir une pluie :
1) Ajouter une ligne à la bibliothèque en cliquant sur le menu Ajouter,
2) Importer directement un fichier pluie en cliquant sur le menu Importer.

Option 1 :

Ajouter une ligne à la bibliothèque puis double-cliquer sur la cellule Désignation de


l’évènement pour mettre à jour l’identifiant de la pluie. Il doit correspondre à l’identifiant
inscrit sur la première ligne du bloc de définition de la pluie. Double-cliquer ensuite sur
parcourir pour sélectionner le fichier externe contenant la pluie dans le navigateur.

Fichier pluie :

PPHY 'PluieHY_1' = Désignation de la pluie


63000.00 7000.00 10000.0
3
0.00 0.00
120.00 12.50
240.00 0.00

Option 2 :

Cliquer sur Importer et choisir avec le navigateur le fichier contenant la pluie. HYDRARIV
met à jour automatiquement la liste des pluies avec toutes les pluies de type PPHY trouvées
dans le fichier importé.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 134
4.2.2 Type PR : pluie réelle définie par plusieurs pluviomètres

Le fichier correspondant à cette pluie est structuré comme suit :

Ligne
1 PR ‘ids’
2 NPLUVIO Mode Nterp
3 Bloc pluvio 1
Ligne blanche
Bloc pluvio i

Ligne Variable Type Définition


1 ‘ids’ C Identificateur du scénario (8 caractères maxi entre quotes).
2 NPLUVIO E Nombre de pluviographes
Mode Nterp E Mode d’interpolation entre les pluviographes :
0 : méthode de Thyssen
1 : pondération des distances

Bloc pour chaque pluviographe :

Ligne
1 ‘idpluvio’
2 XPi YPi
3 NPi
4 T(1) HCUM(1)
5 T(2) HCUM(2)
4 + NPi T(NPi) HCUM(NPi)

Ligne Variable Type Définition


1 ‘idpluvio’ C Identificateur du pluviographe
2 XPi D Coordonnées de l’emplacement du pluviographe (m)
YPi D
3 NPi E Nombre de points de la courbe hauteur cumulée de la pluie
en fonction du temps (50 points au maximum)
4 à 4 + NPi T(i) D Temps en mn
HCUM(i) D Hauteur cumulée au temps T(i) en mm

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 135
Exemple de pluie PR dans un fichier externe :

PR 'PluiePR_1'
1 0
'PLV1'
63000.00 7000.00
3
0.00 0.00
120.00 12.50
240.00 25.00

Cliquer sur le menu Hydrologie / Pluviométrie en mode externe / Pluie réelle issue des
pluviomètres pour faire apparaître la bibliothèque des pluies réelles en mode externe.

L’utilisateur dispose alors de deux possibilités pour définir une pluie :


1) Ajouter une ligne à la bibliothèque,
2) Importer directement un fichier pluie.

Option 1 :

Ajouter une ligne à la bibliothèque puis double-cliquer sur la cellule Désignation de


l’évènement pour mettre à jour l’identifiant de la pluie. Il doit correspondre à l’identifiant
inscrit sur la première ligne du bloc de définition de la pluie. Double-cliquer ensuite sur
parcourir pour sélectionner le fichier externe contenant la pluie dans le navigateur.

Fichier pluie :
PR 'PluiePR_1' = Désignation de la pluie
1 0
'PLV1'
63000.00 7000.00 = coordonnées du pluviomètre
cohérentes avec les coordonnées des nœuds.
3
0.00 0.00
120.00 12.50
240.00 25.00

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 136
Option 2 :

Cliquer sur Importer et choisir avec le navigateur le fichier contenant la pluie. HYDRARIV
met à jour automatiquement la liste des pluies avec toutes les pluies de type PR trouvées
dans le fichier importé.

4.2.3 Liste des pluies

Pour contrôler la liste des pluies importées, cliquer sur le menu Hydrologie / Liste des pluies :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 137
4.3 FICHIERS EXTERNES DE PLUIES RADAR

4.3.1 Fichier de correspondance : bassins versants / mailles (*.CRB)

Ce fichier est utilisé dans la définition des pluies radar. Il comporte autant de blocs que de
bassins versants.

'BIEV_OUV16J' 4
26 28 0.002
27 29 0.555 Bloc 1
27 28 0.092
26 29 0.351
'BIEV_RN7G' 2
27 29 0.478 Bloc 2
28 29 0.521

Structure du bloc i :

Ligne
1 ‘IdBV’ M
2 Icol1 Ilig1 α1
1+ M IcolM IligM αM

Ligne Variable Type Définition


1 ‘IdBV’ C Identifiant du bassin versant
M E Nombre de mailles intersectées
2 Icol1 E n° colonne de la 1ère maille intersectée dans la grille des
mailles radar
Ilig1 E n° ligne de la 1ère maille intersectée dans la grille des
mailles radar
α1 D Proportion de la surface totale du BV intersectée par la 1ère
maille
2à1+M IcolM E n° colonne de la Mième maille intersectée dans la grille des
mailles radar
IligM E n° ligne de la Mième maille intersectée dans la grille des
mailles radar
αM D Proportion de la surface totale du BV intersectée par la
Mième maille

Le fichier des mesures est ensuite importé lors du paramétrage de l’hydrologie, dans le
menu Hydrologie / Pluviométrie en mode externe / Pluie réelle issue des données radar.
Cliquer ensuite sur Ajouter pour ajouter une ligne correspondant au fichier à importer, puis
double-cliquer sur Parcourir dans la colonne de définition du fichier des surfaces actives des
sous-BV découpés (*.CRB) pour sélectionner le fichier externe.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 138
Remarque :

Pour chaque bassin versant du fichier *.CRB, il faut respecter :


i =M

∑α i =1
i =1

Grille des mailles radar

lignes

Bassin versant de
surface totale Stot
colonnes Maille m intersectée
Surface du bassin par le BV
versant intersectée
par la maille m = Sm

Alors αm=Sm / Stot

4.3.2 Structure du fichier des données pluviométriques (*.PRF)

Ce fichier est également utilisé dans la définition des pluies radar. Il comporte autant de
blocs que de pas de temps de la simulation hydrologique.

'12/07/2002 17:20'
9 3 0.5
9 4 0.5
12 17 0.5 Bloc 1
15 14 0.5
27 18 4.0
28 18 1.5
'12/07/2002 17:25'
7 5 0.5
8 5 0.5
Bloc 2
15 18 5.5
15 19 0.5
19 8 1.5

Structure du bloc i :

Ligne
1 ‘date’
2 Icol1 Ilig1 It1
1+ M IcolN IligN ItN

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 139
Ligne Variable Type Définition
1 ‘date’ C Date au format jj/mm/aaaa hh :mm
2 Icol1 E n° colonne de la 1ère maille radar où la pluie est non nulle
Ilig1 E n° ligne de la 1ère maille radar où la pluie est non nulle
It1 D Intensité de la pluie en mm/h sur cette maille
2à1+N IcolN E n° colonne de la Nième maille radar où la pluie est non nulle
IligN E n° ligne de la Nième maille radar où la pluie est non nulle
ItM D Intensité de la pluie en mm/h sur cette maille

Le fichier des mesures est ensuite importé lors du paramétrage de l’hydrologie, dans le
menu Hydrologie / Pluviométrie en mode externe / Pluie réelle issue des données radar.
Cliquer ensuite sur Ajouter pour ajouter une ligne correspondant au fichier à importer, puis
double-cliquer sur Parcourir dans la colonne de définition du fichier des hyétogrammes des
mailles radar (*.PRF) pour sélectionner le fichier externe.

4.4 FICHIERS GEOMETRIE DE SECTION

Il s’agit de données géométriques de sections directement assimilables par les fenêtres de


saisie d’HYDRARIV.
Cliquer sur le menu Réseau / Branche filaire / Bibliothèque de section des profils en travers /
Importer fichier de section Hydra et sélectionner dans le navigateur le fichier section à
importer.

Le fichier se compose de groupes contigus de géométries, chaque groupe est défini par un
identificateur, un type de section et les paramètres attachés. Les types reconnus sont :
 la section géométrique de collecteur : type PO ou PF,
 la section de rivière : type RV,
 la section de vallée : type VL.

Le paramétrage de ces fichiers est défini dans les chapitres suivants pour les différents types
de sections.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 140
4.4.1 Section de collecteur : PF et PO

Ligne Format
1 ‘idsec’ IT A80
2 H(1) H(2) ……. H(10) 10 (F7.0,1x)
3 B(1) B(2) ……. B(10) 10 (F7.0,1x)

Ligne Variable Type Définition


1 ‘idsec’ C Identificateur de la section entre quotes (17 caractères
maxi)
1 IT E = 3 pour section PF
= 4 pour section PF
2 H(1) D Hauteur par rapport au radier en mètres
2 H(2) D
2 H(10) D
3 B(1) D Largeur au miroir correspondant à la hauteur H(1) en
mètres
3 B(2) D Largeur au miroir correspondant à la hauteur H(2)
3 B(10) D Largeur au miroir correspondant à la hauteur H(10)

 10 F7.0 signifie que la ligne comporte 10 chiffres décimaux, lus de la façon suivante :
1er nombre : entre les colonnes 1 à 7
2ème nombre : entre les colonnes 8 à 14
3ème nombre : entre les colonnes 15 à 21
Etc…
 Les hauteurs doivent être rentrées dans un ordre strictement croissant.
 Le nombre n de points définissant la géométrie de la section peut être inférieur à 10. Il
suffit de laisser des blancs à droite de la dernière valeur rentrée à la fois pour la largeur
et la hauteur.

Exemple :

'Section180-90' 3
0.0 0.10 0.12 0.30 0.90 1.15 1.40 1.65 1.80
0.0 0.20 0.70 0.825 0.90 0.875 0.75 0.50 0.20

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 141
4.4.2 Section de rivière : RV

Ligne Format
1 ‘idsec’ IT A80, I5
2 ZMIN(1) ……. ZMIN(6) ZTOT(1) ……. ZTOT(4) 10 (F7.0,1x)
3 BMIN(1) ……. BMIN(6) BTOT(1) ……. BTOT(4) 10 (F7.0,1x)
4 Lambda Rmu1 Rmu2 10 (F7.0,1x)

Ligne Variable Type Définition


1 ‘idsec’ C Identificateur de la section entre quotes (17 caractères
maxi)
1 IT E = 1 obligatoirement
2 ZMIN(1) D Cote radier (m NGF)
2 ZMIN(6) D Cote berge (m NGF)
2 ZTOT(1) D Cote du premier point dans le lit majeur (m NGF)
2 ZTOT(4) D Cote du dernier point dans le lit majeur (m NGF)
3 BMIN(1) D Largeur au miroir correspondant à la cote ZMIN(1)
3 BMIN(6) D Largeur au miroir correspondant à la cote ZMIN(6)
3 BTOT(1) D Largeur au miroir correspondant à la cote ZTOT(1)
3 BTOT(4) D Largeur au miroir correspondant à la cote ZTOT(4)
4 Lambda D Fraction du lit majeur qui coule
4 Rmu1 D Coefficient d’échange entre lit majeur actif et lit
d’expansion à la montée de la crue.
4 Rmu2 D Coefficient d’échange entre lit majeur actif et lit
d’expansion à la décrue.

Exemple :

'RIV 432_1' 1
87. 88. 89. 90.5 91. 91.2 91.4 92. 92.5 93.
5. 15. 22. 25. 27. 28.5 40. 90. 200. 30.
0.5 0.001 0.0005

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 142
4.4.3 Section de vallée : VL

Ligne Format
1 ‘idsec’ IT A80, I5
2 ZMIN(1) ……. ……. ……. …… ZMIN(6) 6 (F7.0,1x)
3 BMIN(1) ……. ……. ……. …… BMIN(6) 6 (F7.0,1x)
4 ZMAJ-RG(1) ……. ……. ZMAJ-RG(4) 4 (F7.0,1x)
5 BMAJ-RG(1) ……. ……. BMAJ-RG(4) 4 (F7.0,1x)
6 ZMAJ-RD(1) ……. ……. ZMAJ-RD(4) 4 (F7.0,1x)
7 BMAJ-RD(1) ……. ……. BMAJ-RD(4) 4 (F7.0,1x)
8 lamb Rmu1 Rmu2 ZMG ZMD 5 (F7.0,1x)

Ligne Variable Type Définition


1 ‘idsec’ C Identificateur de la section entre quotes (17 caractères
maxi)
1 IT E = 2 obligatoirement
2 ZMIN(1) D Cote radier (m NGF)
2 ZMIN(6) D Cote berge (m NGF)
3 BMIN(1) D Largeur au miroir correspondant à la cote ZMIN(1)
3 BTOT(4) D Largeur au miroir correspondant à la cote ZMIN(6)
4 ZMAJ-RG(1) D Cote premier point dans lit majeur RG (m NGF)
4 ZMAJ-RG(4) D Cote dernier point dans lit majeur RG (m NGF)
5 BMAJ-RG(1) D largeur lit majeur RG associée au premier point (m NGF)
5 BMAJ-RG(4) D largeur lit majeur RG associée au premier point (m NGF)
6 ZMAJ-RD(1) D Cote premier point dans lit majeur RD (m NGF)
6 ZMAJ-RD(4) D Cote dernier point dans lit majeur RD (m NGF)
7 BMAJ-RD(1) D largeur lit majeur RD associée au premier point (m NGF)
7 BMAJ-RD(4) D largeur lit majeur RD associée au premier point (m NGF)
8 Lambda D Fraction du lit majeur qui coule
8 Rmu1 D Coefficient d’échange entre lit majeur actif et lit
d’expansion à la montée de la crue.
8 Rmu2 D Coefficient d’échange entre lit majeur actif et lit
d’expansion à la décrue.
8 ZMG D Cote de murette en rive gauche de berge
ZMG D Cote de murette en rive droite de berge

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 143
Exemple :

'VAL 532_1' 2
87. 88. 89. 90.5 91. 91.2
5. 15. 22. 25. 27. 30.
91.4 92. 92.5 93.
4. 15. 50. 90.
91.9 92.5 93.0 94.
1. 10. 15. 17.
0.5 0.001 0.0005 0. 0.

La signification précise de chaque paramètre des sections géométrique est détaillée dans le
dossier B du manuel utilisateur

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 144
4.5 FICHIERS DE PROFILS TOPOGRAPHIQUES

Ces fichiers contiennent les données topographiques directement issues de relevés


géomètres. HYDRARIV importe les fichiers et génère des sections géométriques dans le
format stocké par l’interface. Après importation et traitement par HYDRARIV, l’utilisateur a la
possibilité de visualiser sur un même graphe les profils topo d’origine et les sections
géométriques générées, et de modifier graphiquement la géométrie générée s’il cela s’avère
nécessaire.

4.5.1 Structure d’un fichier de profils topographiques

Chaque fichier est au format .CSV, et contient les champs suivant :

Numéro champ Définition Valeur à renseigner


1 Identifiant profil (17 caractères maxi) obligatoire
2 Abscisse du point le long de la polyligne facultatif
3 Ordonnée du point le long de la polyligne facultatif
4 Cote TN du point le long de la polyligne obligatoire
5 Abscisse curviligne facultatif si les abscisses et
ordonnées du point sont
renseignées pour tous les
points du profil
6 Type de profil : 1, 2 ou 3 obligatoire
7 Commentaire facultatif

Chaque profil est défini par une succession de points ordonnés dans la direction rive gauche
vers rive droite.
 L’identifiant du profil doit correspondre à un des identifiants définis dans la collection
des objets « PT » d’HYDRARIV,
 Le système de coordonnées peut être différent d’un profil à l’autre, il ne sert en fait
qu’à caler une abscisse curviligne, calculée en mètres,
 Le champ ‘Type de profil’ définit pour chaque point renseigné s’il appartient :
- 1 au le lit majeur rive gauche,
- 2 au le lit mineur,
- 3 au le lit majeur rive droite.

HYDRARIV créera un profil de vallée en assemblant les profils lit mineur et lit majeur.

La procédure de génération d’une collection de profils complets à partir des fichiers importés
est illustrée par le schéma ci après : les profils sont complétés par interpolation, à partir des
données contenus dans les fichiers CSV. Cette interpolation est faite par branche : lors du
traitement d’une branche HYDRARIV ignore les profils des autres branches filaires. Il est par

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 145
conséquent nécessaire que les profils encadrants sur chaque branche soient complètement
renseignés.

Les profils peuvent être renseignés dans n’importe quel ordre.

Profils définis dans les fichiers .CSV

Profil lit mineur

Profil lit majeur rive gauche

Profil lit majeur rive droite

Profils générés après importation dans HYDRARIV

Exemple de profil (cas d’un lit mineur) :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 146
4.5.2 Procédure d’importation

Cliquer sur le menu Réseau / Branche filaire / Bibliothèque de section des profils en travers /
Importer fichier de section topographique et sélectionner dans le navigateur le fichier ou les
fichiers topo à importer, puis enregistrer :

HYDRARIV indique les profils générés avec succès et ceux qui n’ont pas pu être générés
suite à un manque de donnés ou à une détection d’incohérence. Les sections générées sont
toutes de type VL.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 147
4.5.3 Visualisation – édition des sections géométriques générées

Il est nécessaire, après importation de consulter les sections géométriques générées par
HYDRARIV après importation et traitement des profils. HYDRARIV superpose
graphiquement les profils topographiques et les sections géométriques générées pour les
calculs propose des outils pour déplacer les sommets des sections géométriques : 6 paires
de couples de points pour le lit mineur, 4 points pour chaque lit majeur. Pour accéder au
dessin des sections il suffit de cliquer sur le bouton « ouvrir » de la colonne paramétrage
dans la fenêtre ci-dessus :

Lit majeur RG Lit mineur Lit majeur RD

Pour accéder aux sommets de la section géométrique générée, double cliquer sur la courbe
bleue. Pour déplacer un sommet cliquer sur ce sommet et tirer sur la souris.

Après ajustement double cliquer sur Fichier / Régénérer le profil reconstitué pour
sauvegarder les modifications.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 148
Veiller à ce que les cotes des sections géométriques soient définies dans un ordre croissant
de valeurs. En particulier la première cote de chaque lit majeur doit être égale ou supérieur à
la cote de débordement dans le lit mineur, faute de quoi un message d’erreur sera déclenché
dans l’étape de génération du modèle. Attention également à l’interprétation par HYDRARIV
de la largeur de la bande inondable comprise entre le point de débordement et le premier
point du lit majeur pour les sections de type VL : ajuster les sections en conséquence (cet
aspect est détaillé dans le dossier B du manuel utilisateur)

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 149
4.6 IMPORT DE FICHIERS SCENARIOS

Pour importer les données de paramétrage d’un scénario de simulation il existe deux types
de fichiers :
1) Fichier *.GN1
2) Fichier *.CSV

4.6.1 Import d’un fichier scénario *.GN1

Créer un nouveau scénario avec le menu Scénario / Scénario simple / Paramétrage du


scénario de simulation pour accéder à la bibliothèque des scénarios puis Ajouter une ligne.
Editer ensuite le scénario en cliquant sur Editer dans la ligne correspondant au scénario
Scn1 créé.
Dans la fenêtre de paramétrage du scénario cliquer sur Importer pour importer le fichier
d’extension *.GN1 contenant les données du scénario. Le format de ce type de fichier est le
suivant (les colonnes sont séparées par des caractères blancs) ; le descriptif de chacun des
paramètres est donné en page suivante :

Ligne
1 idSCN
2 idSCNtsec
3 idSCNpluie Csat0
4 aaaa mm jj hh mm
5 ∆thydrol
6 Phydrol
7 aaaa mm jj hh mm
8 ∆thydrau
9 ∆tinihydrau
10 dtmin dtmax
11 dzmin dzmax
12 nint
13 Psortie
14 Imode-C Imode-B Imode-L
15 N-ext
Bloc fic-ext
16 + N-ext N-reg
Bloc fic-reg
17 + N-ext + N-reg N-mes
Bloc fic-mes
18 + N-ext + N-reg + N-mes N-sor
Bloc fic-sor
19 + N-ext + N-reg + N-mes + N-sor N-der
Bloc fic-der
20 + N-ext + N-reg + N-mes + N-sor Pol1 Pol2 Pol3 Pol4
+ N-der

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 150
Ligne Variable Définition
1 idSCN Identifiant du scénario
2 idSCNtsec Identifiant du scénario de temps sec variable
3 idSCNpluie Identifiant du scénario de pluie
3 Csat0 Taux d’humidité initial du sol
4 aaaa = année Date de début de la simulation hydrologique
mm = mois
jj = jour
hh = heures
mm = minutes
5 ∆thydrol Durée de la simulation hydrologique (heures)
6 Phydrol Pas de temps de la simulation hydrologique (minutes)
7 aaaa = année Date de début de la simulation hydraulique
mm = mois
jj = jour
hh = heures
mm = minutes
8 ∆thydrau Durée de la simulation hydraulique (heures)
9 ∆tinihydrau Durée d’établissement des conditions initiales (heures)
10 dtmin Pas de temps de calcul minimum (heures)
dtmax Pas de temps de calcul maximum (heures)
11 dzmin Seuil bas de variation de cote d’eau entre 2 pas de temps (m)
dzmax Seuil haut de variation de cote d’eau entre 2 pas de temps (m)
12 nint Nombre de pas de temps séparant une actualisation du pas de
temps (entier). Egal à 1 par défaut
13 Psortie Pas de temps de sortie des résultats.
14 imode-C Mode de calcul
imode-B Impression à l’écran des données du fichier branche 1=oui, 0=non
imode-L Impression à l’écran des lignes d’eau en cours de calcul 1=oui,
0=non
15 N-ext Nombre de fichiers des hydrogrammes externes
16 + N-reg Nombre de fichiers de contrôle et régulation
N-ext
17 + N-mes Nombre de fichiers mesures
N-ext +
N-reg
18 + N-sor Nombre de fichiers de paramétrage des sorties
N-ext +
N-reg +
N-mes
19 + N-der Nombre de fichiers de déroutage des apports
N-ext +
N-reg +
N-mes +
N-sor

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 151
20 + Pol1 Paramètres de pollution si Poli = 1, le calcul est activé, si Poli = 0 le
N-ext + Pol2 calcul n’et pas activé pour ce polluant.
N-reg + Pol3 Pol1 = MES, Pol2 = DBO5, Pol3 = DCO, Pol4 = NTK.
N-mes + Pol4
N-sor +
N-der

Chaque bloc Bloc fic-ext, -reg, -mes, -sor et -der est une liste des chemins de fichier
complets des N fichiers externes.

Exemple de fichier ScénarioScn1.GN1 fourni avec l’installation d’HYDRARIV dans le


répertoire Exemples \ Fichiers externes :

C03
TSHIV
P10-30 0.2
2005 10 5 0 0
20.000
2.000
2005 10 5 0 0
20.000
3.000
0.002 0.040
0.050 0.100
1
0.100
2 1 0
0
0
0
1
P:\21161_NOYON\HYDRARIV\SOR4_C00.txt
0
1 1 1 1

4.6.2 Import d’un groupe de scénarios au format *.CSV

Il est également possible d’importer plusieurs scénarios en une seule commande. Cette
fonctionnalité fait appel à la notion de « Groupe de scénarios », abordée section 6.2.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 152
4.7 FICHIERS EXTERNES D’HYDROGRAMMES D’APPORT

Placer un élément HY sur le nœud NOD_12 du réseau. Editer l’élément et sélectionner sur
Oui les Données dans fichier externe du paramètre de Temps de pluie :

On définit l’hydrogramme correspondant à cet élément dans un fichier externe dont le format
est le suivant :

Ligne Format
1 ‘idhyd’ A80
2 T1 Q1 Q0 3 F10.0
3 T2 Q2 2 F10.0
1+N TN QN 2 F10.0

Ligne Variable Type Définition


1 ’idhyd’ C Identification de l’hydrogramme
2 T1 D Temps en heures et en dixièmes d’heures
2 Q1 D Débit de ruissellement injecté au temps T1 (m3/s)
2 Q0 D Débit de base (m3/s)
1+N TN D Temps en heures et en dixièmes d’heures
1+N QN D Débit de ruissellement injecté au temps TN

 3F10.0 signifie que la ligne comporte 3 chiffres décimaux, lus de la façon suivante :
1er nombre : entre les colonnes 1 à 10
2ème nombre : entre les colonnes 11 à 20
3ème nombre : entre les colonnes 21 à 30.
 L’identifiant de l’hydrogramme est l’identifiant de l’élément HY ou CLQT correspondant
dans le fichier .HRV.
 Le tableau des temps doit être rentré dans un ordre croissant.
 Le débit total injecté au temps TK est pris égal à la somme du débit de ruissellement
correspondant à QK et du débit de base Q0. Le débit Q0 peut bien sûr prendre une
valeur nulle, auquel cas les valeurs QK rentrées sont considérées comme des débits
totaux.
 Pour des temps de calcul inférieurs à T1, le programme considère que le débit total
injecté est Q1 + Q0, de même pour des temps de calcul supérieurs à TN, le débit injecté
est pris égal à TN + Q0.
 L’identificateur de l’hydrogramme se compose d’une chaîne de 24 caractères au
maximum, cette chaîne étant obligatoirement délimitée à gauche et à droite par le
symbole ‘. Cette chaîne peut être placée n’importe où sur la ligne.
 Le nombre de points définissant un hydrogramme peut être quelconque et peut varier
d’un hydrogramme à l’autre.
 Il ne faut laisser aucune ligne blanche entre les séquences de valeurs définissant les
hydrogrammes.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 153
Exemple de fichier d’apport :

'HY_1'
0.006 0.005
1.034 0.776
1.100 0.825
1.156 0.867
1.184 0.888
1.189 0.891
1.175 0.881
1.147 0.860
1.5 0.428
1.7 0.005

Le fichier des apports est ensuite importé lors du paramétrage du scénario de simulation,
dans la partie 4 de la fenêtre de paramétrage de scénario : Fichiers externes.

Le menu Fichier des hydrogrammes externes de la fenêtre de paramétrage du scénario


permet de choisir le fichier externe avec le navigateur.
Cliquer sur Editer pour voir la liste des fichiers externes. Cliquer ensuite sur Ajouter pour
ajouter une ligne correspondant au fichier à importer, puis double-cliquer sur Parcourir pour
sélectionner le fichier externe :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 154
Cliquer enfin sur Ouvrir pour choisir le fichier et ensuite sur Enregistrer dans la liste des
fichiers pour valider l’import. Valider également le paramétrage du scénario pour terminer.

Le chemin de fichier externe des débits est mis en mémoire dans le modèle sous la forme
d’une chaîne de caractères. En déplaçant le modèle il faut déplacer les fichiers externes
attachés et les revalider dans le modèle avec le menu Fichiers externes / Fichier des
hydrogrammes externes de la fenêtre de paramétrage du scénario pour corriger le chemin
de fichier.

4.8 FICHIERS EXTERNES DE MESURE

Un fichier de mesures rassemble plusieurs courbes de mesures données dans un ordre


quelconque.
Une courbe de mesure est définie par son identificateur et N couples de valeurs de type :
 temps - débit.  temps - vitesse
 temps - hauteur  temps - volume

La structure des données de chaque courbe dans le fichier est définie comme suit :

Ligne Format
1 ‘idcrb’ A80
2 T1 C1 3 F10.0
3 T2 C2 2 F10.0
1+N TN CN 2 F10.0

Ligne Variable Type Définition


1 ’idhyd’ C Identification de la mesure
2 T1 D Temps en heures et en dixièmes d’heures
2 C1 D Débit (m3/s), Hauteur (m), Vitesse (m/s) ou Volume
(m3) au temps T1
1+N TN D Temps en heures et en dixièmes d’heures
1+N CN D Débit (m3/s), Hauteur (m), Vitesse (m/s) ou Volume
(m3) au temps TN

 3F10.0 signifie que la ligne comporte 3 chiffres décimaux, lus de la façon suivante :
1er nombre : entre les colonnes 1 à 10
2ème nombre : entre les colonnes 11 à 20
3ème nombre : entre les colonnes 21 à 30.
 A80 signifie que l’identifiant de la mesure est une chaine de caractères ne devant pas
dépasser 80 caractères.
 Il ne faut pas laisser de ligne blanche entre chaque groupe de données correspondant à
une courbe.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 155
Exemple de fichier de mesures :

‘XXX’
0.00 0.05
1.00 0.05
1.30 0.34
1.40 0.44
1.50 0.48
1.60 0.52
1.70 0.52
1.90 0.51
2.00 0.46
2.10 0.52
2.20 0.59
2.40 0.64
2.50 0.62

Le fichier des mesures est ensuite importé lors du paramétrage du scénario de simulation,
dans la partie 4 de la fenêtre de paramétrage de scénario : Fichiers externes.

Le menu Fichier des mesures de la fenêtre de paramétrage du scénario permet de choisir le


fichier *.mes avec le navigateur.
Cliquer sur Editer pour voir la liste des fichiers externes. Cliquer ensuite sur Ajouter pour
ajouter une ligne correspondant au fichier à importer, puis double-cliquer sur Parcourir pour
sélectionner le fichier externe :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 156
Cliquer enfin sur Ouvrir pour choisir le fichier et ensuite sur Enregistrer dans la liste des
fichiers pour valider l’import. Valider également le paramétrage du scénario pour terminer.

Le chemin de fichier externe des débits est mis en mémoire dans le modèle sous la forme
d’une chaîne de caractères. En déplaçant le modèle il faut déplacer les fichiers externes
attachés et les revalider dans le modèle avec le menu Fichiers externes / Fichier des
hydrogrammes externes de la fenêtre de paramétrage du scénario pour corriger le chemin
de fichier.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 157
4.9 AUTRES FICHIERS DE DONNEES EXTERNES

4.9.1 Structure du fichier des déroutages

Ce fichier comporte autant de lignes que d’hydrogrammes déroutés. Chaque ligne se


compose comme suit :

Ligne
1 ‘idHYr’ ‘idHYe’ ß

Ligne Variable Type Définition


1 ’idHYr’ C Identificateur de l’hydrogramme rerouté
’idHYe’ C Identificateur de l’hydrogramme récepteur
ß D Fraction reroutée

Le fichier des déroutages est ensuite importé lors du paramétrage du scénario de simulation,
dans la partie 4 de la fenêtre de paramétrage de scénario : Fichiers externes.

Le menu Fichier de déroutage des apports de la fenêtre de paramétrage du scénario permet


de choisir le fichier avec le navigateur.
Cliquer sur Editer pour voir la liste des fichiers externes. Cliquer ensuite sur Ajouter pour
ajouter une ligne correspondant au fichier à importer, puis double-cliquer sur Parcourir pour
sélectionner le fichier externe.

Remarques :

 L’identifiant de l’hydrogramme est l’identifiant de l’élément HY ou CLQT


correspondant
 Sans reroutage l’hydrogramme ‘idHYr’ est défini par une courbe Q1(t) et ‘idHYe’ est
défini par une courbe Q2(t).
 Le débit de l’hydrogramme rerouté devient Q1’(t) = (1-ß)*Q1(t)
 Le débit de l’hydrogramme récepteur devient Q2’(t) = Q2(t) + ß* Q1(t)
 Si l’hydrogramme récepteur est ‘’ le débit ß* Q1(t) est perdu dans le milieu naturel.

Exemple de fichier :

'CROULT ' 'MONTREUIL' 0.25


'PARIS01 ' 'CHAP03' 0.68
'CLI312' 'VLM120' 1.00

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 158
5 CONSTRUCTION D’UN MODELE 1D-2D – EXEMPLE 2

5.1 DESCRIPTION DE L’EXEMPLE MODELISE

On veut modéliser le tronçon de vallée schématisé ci-dessous :

Point d’étranglement
Bras canalisé

Mouzon

Br
as
de

c ha
r ge
Meus
e

Le secteur modélisé est la vallée de la Meuse à la traversée de la commune de


Neufchateau : la Meuse et son affluent le Mouzon confluent en amont immédiat d’un double
ouvrage routier et ferroviaire de franchissement. Les deux cours d’eau coulent dans une
plaine alluviale bordées de quartiers urbanisés ; la caractérisation de l’aléa inondation dans
ce secteur (hauteurs d’inondation et champs de vitesses) nécessite de réaliser une
modélisation multidimensionnelle en raison de l’absence de direction privilégiée
d’écoulement.

Les fichiers correspondant à l’exemple de ce chapitre sont fournis avec l’installation


d’HYDRARIV dans le répertoire \Exemple2.

Un premier travail a été réalisé à l’aide d’HYDRAMAP pour exploiter le semis de points
restitué par photogrammétrie et les profils bathymétriques levés par géomètre. Cette
exploitation a permis de générer les tables MAP INFO contenant les objets génériques de
modélisation que l’on souhaite importer dans HYDRARIV après conversion au format
d’exportation MIF/MID. Ces fichiers sont regroupés dans le répertoire \Exemple2 .

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 159
5.2 TACHE PRELIMINAIRE : CREATION D’UN MODELE ET CALAGE D’UN FOND DE PLAN

Le fond de plan utilisé est un orthophotoplan réalisé lors de la réalisation de la


photogrammétrie. Ce fond de plan a été calé dans MAP INFO dans l’étape de création des
entités cartographiques servant à la modélisation. Les étapes de création du modèle et de
calage du fond de plan sont les mêmes que pour l’exemple 1 :
1) ouvrir HYDRARIV et créer un nouveau modèle, le sauvegarder sous le nom
RES2.HRV,
2) ouvrir le fond de plan EXEMPLE2.JPG en mode « nouveau » et caler le modèle sur
ce fond de plan en utilisant les croix rouge indiquées sur ce plan et en rentrant les
coordonnées indiquées ci après

Pt3

Pt2

Pt1

L’image ci-dessus est un montage pour clarifier le dessin : en réalité, à ce stade de la


création seul le fond de plan avec les croix apparaît. Le réseau est absent.

Après sauvegarde de l’ensemble le fichier EXEMPLE2.FDP est créé, dans le même


répertoire que l’image source ; il contient la correspondance entre les coordonnées
physiques et logique du fond de plan aux points de calage. Fermer l’application
provisoirement.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 160
5.3 CONSTRUIRE LE MODELE

5.3.1 Construire les entités du modèle filaire

Dans le cas d’un modèle 1D-2D il est vivement conseillé, par souci d’efficacité, de construire
et valider les entités de modélisation filaires avant d’importer et de traiter les entités
attachées au domaine surfacique.

Importer les entités de modélisation filaires

Ouvrir le fichier RES2.HRV ainsi que le fond de plan EXEMPLE2.FDP créés dans l’étape
précédente. Procéder comme indiqué au chapitre 4 pour importer les différentes entités de
modélisation attachées au modèle filaire. Le tableau suivant donne la liste et l’ordre dans
lequel ces fichiers doivent être importés :

Nom du fichier d’export Définition


BIEF_1D Branches du domaine filaire
PT1D Profils en travers
S1D Singularités hydrauliques du domaine 1D

Après importation le modèle a l’allure suivante :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 161
Importer les profils topographiques

Les fichiers contenant les profils topographiques sont dans le répertoire Exemple2/Profil
topo. Procéder comme indiqué section 4.4 pour importer ces profils, contenus dans les
fichiers : pt1d_mineur.csv, pt1d_majeurz2.csv, pt1d_majeurz2.csv, pt1d_majeurz1.csv .

Importer les sections géométriques complémentaires

Il se trouve que dans le cas traité certaines données topo ont été directement transcrites en
sections géométriques. Pour les importer cliquer sur le menu Réseau / Branche filaire /
Bibliothèque de section des profils en travers / Importer fichier de section Hydra et
sélectionner dans le navigateur le fichier section et sélectionner dans le navigateur le fichier
section exemple2/Profils topo/MEU.SEC.

5.3.2 Compléter et contrôler le modèle filaire

Le modèle dans son état actuel est bien avancé mais il lui manque des données
complémentaires essentielles pour pouvoir fonctionner. Les tâches suivantes restent à
finaliser :

Connecter les branches entre elles

Insérer des éléments « CONF » pour connecter les branches entre elles, comme illustré ci
après :

Sur la confluence pointée ci-dessus, le nœud aval de la branche amont n’a pas de PT : on
suppose que la géométrie est interpolée à partir des PT voisins placés sur la branche amont
et sur la branche aval. Il faut pour cela positionner à 1 le paramètre « prise en compte des
PT » dans la boite de saisie de l’objet CONF.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 162
Contrôler ensuite la cohérence topologique de l’ensemble en exécutant TYPO. En principe,
si tout se passe bien, le message suivant est retourné :

Contrôler le paramétrage des profils en travers.

Vérifier les données géométriques associées aux profils en travers à l’aide du menu Réseau
/ Branche filaire / Bibliothèque de section des profils en travers / Editer. Les « visu » font
apparaître la superposition des profils topo et des sections géométriques calculées pour les
profils topo importés, et seulement les sections géométriques en cas d’absence de profils
topo importés.
Se référer au chapitre 4.4.3 pour le recalage des sections géométriques.

Compléter le paramétrage des singularités sur les branches filaires

Les singularités importées dans l’exemple 2 sont essentiellement des éléments « BRD ».
Rentrer la même grille de données pour tous les éléments, comme suit :

Les données ci contre sont fictives, elles décrivent


un pont infiniment haut avec culées en bordure de
cours d’eau et un largeur uniforme de piles de 2 m

Construire et vérifier la topologie du modèle fialire

Activer le bouton « TYPO » pour générer la géométrie des tronçons, vérifier la cohérence
topologique du modèle filaire et contrôler le paramétrage des objets de modélisation filaire.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 163
Faire les corrections nécessaires en cas d’erreurs détectées et recommencer la procédure
jusqu’à ce que la génération soit réussie.

Lorsque cette étape est franchie, il est possible de contrôler plus finement les données à
l’aide de l’utilitaire de traçage des profils en longs et des regroupements de données dans le
menu général.

5.3.3 Compléter le modèle avec les entités de modélisation surfacique et les liaisons
latérales

Importer les entités de modélisation surfacique

Procéder comme indiqué au chapitre 4 pour importer les différentes entités de modélisation
attachées aux domaines surfaciques. Le tableau suivant donne la liste et l’ordre dans lequel
ces fichiers doivent être importés :

Fichiers mif/mid Définition


PAVES Pavés du domaine 2D
LI_RPB Liaisons rivière-pavés
LPAV Liaisons inter-pavés
LDD Liaisons inter_domaines 2D
LI2 Liaisons binodales générées individuellement

Construire et vérifier la topologie du modèle global

Activer le bouton « TYPO » pour générer vérifier :


 la cohérence topologique des entités surfaciques,
 la cohérence des cotes de liaisons, des cotes de fond des objets PAV et CAS et des
cotes associées à la géométrie des branches filaires.
Faire les corrections nécessaires en cas d’erreurs détectées et recommencer la procédure
jusqu’à ce que la génération soit réussie. En cas de réussite le message suivant apparaît :

Le message ci contre indique que certains


pavés présentent des écarts de cotes
importants, ce qui n’est pas anormal en cas
de forts gradients du TN (voir explication plus
loin), et récapitule le nombre de sous
domaines identifiés. Ces sous domaines
peuvent être visualisés à l’aide du menu
Réseau/typologie du réseau.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 164
5.3.4 Remarque importante sur l’action du bouton TYPO

Le bouton TYPO, outre son action de structuration des entités de modélisation, génère des
données très utiles pour contrôler la pertinence du modèle :

calcul des débits capables le long des branches capables

Après l’exécution réussie de TYPO, l’éditeur des tronçons TRC affiche les paramètres
suivants :

Outre les cotes caractéristiques aux nœuds


extrémités, le tronçon affiche le débit capable. Ce
débit repose sur une estimation de pente moyenne
le long de la branche auquel appartient le tronçon.
La connaissance de ce paramètre est précieuse
pour le diagnostic hydraulique. Les débits capables
peuvent également être consultés via l’éditeur
général.

Profils en long des cotes de berges et des liaisons rivière-casier et rivière-pavés

En cas de couplage entre une branche filaire et un domaine pavé ou casier adjacent, le profil
en long restitue les cotes des seuils des liaisons LRC. Cette représentation permet de
contrôler visuellement la cohérence altimétrique entre la cote de débordement attachée au
domaine filaire et la cote de seuil attaché à la liaison, sachant que le débordement dans le lit
majeur est contrôlé par le cote de la liaison LRC.

Cote de débordement
de la branche filaire

Cote de liaison rivière


pave en rive droite Cote de liaison rivière
pave en rive gauche

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 165
cotes de fond associées aux entités PAV et implications

La cote générique fournie par l’utilisateur (générée par Hydramap) est la cote moyenne de
fond zfi. La connaissance de cette seule cote ne suffit pas pour décrire correctement les
transferts de flux entre pavés et les seuils d’inondation. En effet le fond d’un pavé n’est pas
nécessairement plat, il peut avoir une pente et être alimenté par une liaison à une cote
inférieure à la cote moyenne zfi. Cette configuration est illustrée par le schéma suivant :

Zfi
k i j

Zri

Terrain naturel
Zfk Zsik
Zfi Zsij

Zbik Zbij Zfj

Zri

HYDRARIV, par l’intermédiaire du bouton TYPO, affecte donc une seconde cote Zri égale à :
Zri = min (Zbij), où Zbij est la cote de liaison à la jointure entre les pavés i et j : la cote
véritable contrôlant le début d’inondation est donc Zri et non Zfi. Cette cote Zri est
consultable dans l’écran de saisie du pavé. Elle est grisée car c’est une valeur induite à partir
des cotes de seuils des liaisons adjacentes.

De même la liaison inter pavé est in fine définie par deux cotes :

 la cote générique Zbij : la liaison contrôlée par cette cote est gouvernée par une loi
d’écoulement de type « poreux », à faible débitance : le débit de transfert ne joue
aucun rôle dans lés échanges de quantité de mouvement entre mailles mais il permet
de décrire le remplissage progressif d’une maille à partir d’un point bas le long d’une
de ses arêtes.
 la cote induite Zsij = max (Zfi, Zfj) : la liaison contrôlée par cette cote est gouvernée
par les équations de Barré de St Venant à 2 dimensions.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 166
On s’affranchit, avec l’approche retenue, des gradients de cote TN le long d’une maille : le
croisement des cotes d’inondation au centroïde de chaque maille et du terrain naturel permet
de restituer des hauteurs d’inondation non biaisées par la discrétisation des mailles car on
peut détecter précisément si une maille est inondée ou non, via le franchissement d’une cote
de seuil le long d’une des arêtes. Dans l’affirmative on considère que toutes les cotes de TN
de la maille inférieures à cette cote de franchissement sont submergées.
Cette description présente par ailleurs l’avantage de découpler une cote moyenne de TN
dans une maille et une cote basse associée par exemple à un ouvrage de franchissement :
le pavé est dans ce cas naturellement « sur creusé » à la cote basse du seuil pour permettre
l’alimentation de la maille en partie basse sans pour autant biaiser la description des
écoulements moyens au sein d’une maille.

5.3.5 Finaliser la construction du modèle

Une fois les éléments importés, il est nécessaire de finaliser le modèle dans l’interface, et
notamment :
 d’implémenter des points d’apports, des conditions aux limites aval sur les branches
filaires et des liaisons uninodales qui jouent le rôle de conditions aux limites pour les
domaines surfaciques,
 de retoucher les contours géométriques des entités hydrauliques,
 de paramétrer certains objets nécessitant des réglages complémentaires.
Dans le cadre de cet exemple, compléter le modèle comme suit :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 167
5.4 PARAMETRER ET EXECUTER UN SCENARIO

Cliquer sur le menu Scénario / Scénario simple / Paramétrage du scénario de simulation /


Editer et remplir la fenêtre de paramétrage comme suit :

Sauvegarder le paramétrage, sélectionner le scénario et lancer l’exécution via le menu


Scénario / Scénario simple / Génération du modèle + exécution : le modèle est alors généré,
puis exécuté. On peut suivre à l’écran l’évolution des lignes d’eau par branches via l’utilitaire
d’imagerie qui accompagne l’exécution. En fin de calcul, si tout s’est bien passé le message
suivant est affiché :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 168
5.5 RESTITUER LES ETATS D’INONDATION

Outre les fonctionnalités d’exploitation décrites pour l’exemple 1 au chapitre 3 HYDRARIV


propose une sortie cartographique permettant de « rejouer » l’évolution des hauteurs
moyennes d’inondation dans chaque entité surfacique et le long des branches filaires
intégrant leur lit majeur. Cette fonctionnalité ne prétend pas se substituer aux cartographies
fines des états d’inondation par couplage avec le MNT, mais elle s’avère très utile pour d’une
part se faire une bonne idée de la dynamique de la crue en relation avec les surfaces
inondées, et par ailleurs vérifier la cohérence des prédictions du modèle avec les
observations de terrains pour les événements historiques pour lesquels on dispose de
repères de crue. Les étapes de traitement et de restitution sont déclinées ci après.

5.5.1 Paramétrer le visu des cartes d’inondation

Cliquer sur le menu Exploitation / Mise en page des résultats de sortie / Carte :

Un éditeur de carte et un éditeur d’échelle de hauteur apparaissent. Cocher les cases


adéquates dans l’éditeur de carte et effecteur un clic droit sur l’éditeur d’échelle pour modifier
l’échelle et les attributs associés :

« Typo » doit avoir été activé pour produire les sorties cartographiques et exploiter Anime-
Eau.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 169
5.5.2 Dessiner les états d’inondation

Le dessin est géré par le menu suivant :

premier pas Pas de temps Pas de temps dernier pas de


de temps précédent suivant temps

Enchaînement
continu

Temps relatif (hrs)

La barre de navigation permet de faire défiler les cartes en enchaînant les pas de temps. On
peut aussi sélectionner un pas de temps donné. Cliquer par exemple sur « Grandeur maxi ».
Après quelques secondes la cartes des hauteurs maxi apparaît à l’écran comme suit :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 170
Le dessin de la première carte prend toujours un peu de temps. Les dessins suivants sont
beaucoup plus rapides à sortir tant que l’éditeur cartographique reste actif.

5.5.3 Améliorer la mise en page

On veut améliorer la représentation graphique ci-dessus en zoomant sur le secteur central,


en introduisant le fond de plan et en hachurant les zones inondées pour faire apparaître le
fonds de plan sous la surface inondée. On commence par rendre transparente la couche des
pavés en sélectionnant cette couche via le menu Util / Sélectionner les éléments par leur
numéro et en cliquant sur le bouton droit de la souris :

Sélectionner « mettre en transparence ».


Tous les pavés deviennent transparents.

Importer ensuite le fond de plan, zoomer sur le secteur central et modifier les attributs des
échelles (l’éditeur cartographique peut être « iconifié » afin de le faire disparaître de l’espace
de présentation, mais il doit rester actif). Après avoir relancé le dessin en activant un pas de
temps dans l’éditeur cartographique on obtient la carte suivante :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 171
5.5.4 Restituer les états d’inondation le long des branches filaires

Les cartes d’inondation ci-dessus portent sur le domaine 2D. Or le modèle étudié comporte
une branche filaire intégrant le lit mineur et le lit majeur : c’est la partie amont de la branche
26, reportée ci-dessous :

Il est tout à fait possible pour ce tronçon filaire de


restituer les hauteurs d’inondations de part et d’autre
du lit mineur en complétant le modèle à l’aide des
objets de type PL1D. Ces objets sont des polylignes
à 4 sommets affectées à un nœud utilisateur :

Ces polylignes, connectées deux à deux, découpent des casiers équivalents le long d’une
branche filaire, caractérisés par :
 un profil topographique de part et d’autre du cours d’eau, à chaque extrémité,
 une cote d’eau à chaque extrémité.

Objet PL1D

Casier lit majeur


rive gauche
Casier lit majeur
rive gauche

Le croisement de ces informations avec le MNT permet de restituer un état d’inondation à


chaque instant. Pour que cette restitution soit représentative il faut veiller à ce que la
distance de chaque extrémité d’une polyligne à l’axe de la rivière corresponde

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 172
approximativement à la largeur totale du lit majeur renseignée dans les sections
géométriques.

Les objets PL1D peuvent être dessinés dans le plan de travail à l’aide du bouton . Il est
également possible de les importer s’ils ont été générés sous HYDRAMAP (cf. chapitre
4.1.1).

Dans le cas de l’exemple 2, ces profils ont été générés par HYDRAMAP et sont importés en
deux séries :
 Une partie des PL1D est importée en même temps que les PT1D, ceux-ci étant
représentés par des polylignes à 4 sommets.
 Afin de compléter cette représentation, les PL1D supplémentaires sont représentés
dans MapInfo. Pour les importer cliquer sur Fichier / Importer / Importer fichiers
mif/mid / Domaine filaire (1D) / Profil 1D (Profil_1D) et sélectionner le fichier adéquat.

Après importation des deux


fichiers, le modèle se
présente comme suit :

Il est recommandé de réaliser cette opération d’importation dans l’étape de construction du


sous modèle filaire, car la topologie du modèle peut être affectée par cette opération.
Généralement les profils PL1D sont générés dans HYDRAMAP au même PK que les objets
PT1D. Rien n’empêche, après importation, de densifier le nombre de profil 1D à l’aide du
bouton PL1D disponible dans HYDRARIV.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 173
Dans le cas présent, relancer la simulation puis produire une carte en cochant cette fois ci
sur le domaine pavé et le domaine branche filaire dans l’éditeur carto. Après activation du
dessin, la carte suivante apparaît :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 174
6 FONCTIONNALITES AVANCEES

6.1 LE MODULE DE CONTROLE ET REGULATION

Reprenons l’exemple 1 traité dans le chapitre 3, Res1.HRV :

Dans cet exemple la vanne VID_STAUB est


fixe et calée en position relevée à la cote
71.27. On souhaite contrôler la vidange en
fonction du débit aval au point CLZK_1, en
introduisant les règles suivantes :
 La vanne est en position relevée tant
que le débit aval est inférieur à 45 m3/s
VID_STAUB
 Elle est fermée à la cote 70.34 pour un
débit aval supérieur à 45 m3/s

CLZK_1

Il faut créer un fichier ASCII, appelé dans cet exemple « REGUL.DAT » et écrire les
instructions permettant d’activer le nouveau mode de gestion. Ces instructions se présentent
comme suit :

QMV 'RES1_VID_STAUB
IF ( TIME GT -99. ) THEN ( ZS 71.27 )
IF ( Q RES1_CLZK_1 GT 45. ) THEN ( ZS 70.34 )

On remarque que le nom d’un module hydraulique est obligatoirement précédé du nom du
réseau et du signe « _ ». Cette disposition est rendue nécessaire par le fait qu’un fichier de
contrôle peut englober plusieurs réseaux (cas d’un complexe) et que les modules
appartenant à deux réseaux différents peuvent porter le même nom. Il faut donc les
différencier en ajoutant le nom du réseau auquel ils appartiennent.

Le lien du fichier externe avec le scénario s’opère très simplement en rentrant dans la
rubrique « Fichiers des paramètres de régulation » de l’écran de paramétrage du scénario, le
chemin d’accès et le nom du fichier de régulation.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 175
Cette procédure permet ainsi de conserver le même fichier structurel « RES1.HRV » pour
tous les scénarios, ce fichier contenant des valeurs de paramètres ou des réglages par
défaut, et de définir un fichier de régulation spécifique par scénario. Cette disposition offerte
par HYDRARIV autorise une grande flexibilité dans l’exploitation des modèles et s’est
révélée très féconde dans les projets mettant en jeu des modélisations complexes et un
nombre importants de scénarios différents.

On peut tout à fait affecter plusieurs fichiers de contrôle à un scénario. HYDRARIV


concatène ces différents fichiers dans un fichier global, en respectant l’ordre de définition
des chaque fichier. Cet ordre influe sur la logique de pilotage car en cas de conflit, c’est la
dernière instruction rentrée qui est prioritaire sur les autres.

La description des fonctionnalités du module « Contrôle et régulation » est détaillée dans le


dossier C du manuel utilisateur d’HYDRARIV.

6.2 GESTION D’UN GROUPE DE SCENARIOS

La fonctionnalité « Groupe de scénarios » offerte par HYDRARIV permet de simuler à l’aide


d’une commande simple une série de scénarios en rafale et de réaliser des traitements
statistiques sur les résultats des simulations. Cette fonctionnalité est particulièrement utile
lorsque l’on souhaite simuler une chronique de pluie de longue durée (de l’ordre d’une
année ou plus) : il est nécessaire dans ce cas de fractionner la durée totale de la chronique
en un enchaînement de simulations autonomes. Ce traitement mobilise les étapes
suivantes :

6.2.1 Constitution d’un fichier externe « Groupe de scénarios »

Ce fichier, au format .CSV, permet de rentrer à l’aide d’EXCEL les paramètres définis dans
la fenêtre de paramétrage d’un scénario.

Il est structuré en 29 colonnes séparées par le caractère « ; ». A chaque scénario


correspond un bloc de données. Les blocs de données de chaque scénario sont séparés par
des lignes blanches.

La structure d’un bloc est la suivante :


Colonne 1 : identifiant du scénario simple, 7 caractères maximum sans le caractère « _ ».
Colonne 2 : identifiant du scénario de temps sec
Colonne 3 : identifiant du scénario de pluie
Colonne 4 : date de début de la simulation hydrologique en jj/mm/aaa
Colonne 5 : heure de début de la simulation hydrologique en hh:mm
Colonne 6 : durée de la simulation hydrologique en heures et dixième d’heures
Colonne 7 : pas de temps de calcul pour la simulation hydrologique en minutes
Colonne 8 : date origine de la simulation hydraulique en jj/mm/aaa
Colonne 9 : heure de début de la simulation hydraulique en hh:mm

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 176
Colonne 10 : durée de la simulation hydraulique en heures et dixième d’heures
Colonne 11 : durée d’établissement des conditions initiales en heures et dixièmes d’heures
Colonne 12 : pas de temps minimum de calcul en heures et dixièmes d’heures
Colonne 13 : pas de temps maximum de calcul en heures et dixièmes d’heures
Colonne 14 : seuil bas de variation de cote d’eau entre 2 pas de temps en mètres
Colonne 15 : seuil haut de variation de cote d’eau entre 2 pas de temps en mètres
Colonne 16 : nombre de pas de temps séparant une actualisation du pas de temps
Colonne 17 : pas de temps de sortie des résultats de calcul en heures et dixièmes d’heures
Colonne 18 : mode de calcul : 0, 1 ou 2
Colonne 19 : impression à l’écran des lignes de données du fichier branche : 1 = oui, 0 = non
Colonne 20 : impression à l’écran des lignes d’eau en cours de calcul : 1 = oui, 0 = non
Colonne 21 : fichiers des hydrogrammes externes : chemin de fichier complet des fichiers. Si
le scénario comporte plusieurs fichiers des hydrogrammes externes, cette colonne comporte
autant de lignes que de fichiers
Colonne 22 : fichiers des paramètres de régulation : structure de la colonne identique à la
colonne 21
Colonne 23 : fichiers des mesures : structure de la colonne identique à la colonne 21
Colonne 24 : fichiers de définition des sorties : structure de la colonne identique à la colonne
21
Colonne 25 : fichiers de déroutage des apports : structure de la colonne identique à la
colonne 21
Colonne 26 : option de calcul de la pollution en MES : 1 = oui, 0 = non
Colonne 27 : option de calcul de la pollution en DBO5 : 1 = oui, 0 = non
Colonne 28 : option de calcul de la pollution en DCO : 1 = oui, 0 = non
Colonne 29 : option de calcul de la pollution en NTK : 1 = oui, 0 = non

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 177
Le même fichier ouvert avec EXCEL :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 178
6.2.2 Importation dans HYDRARIV

Cliquer sur le menu : Scénario / Groupe de scénarii / Définition du groupe de scénarii de


simulation.
On reprend l’exemple du paragraphe 4 qui comporte déjà un scénario et on importe 3
nouveaux scénarios :

Dans la fenêtre de paramétrage du groupe de scénarios, cliquer sur Ajouter pour ajouter un
nouveau groupe de scénario (nouvelle ligne) puis paramétrer le groupe en cliquant sur
Editer. Cliquer alors sur le menu Importer pour choisir le fichier GroupeSCN.CSV dans le
navigateur. Valider en cliquant sur Ouvrir puis valider le paramétrage du groupe en cliquant
sur Valider. Enfin, enregistrer la définition du groupe de scénarios en cliquant sur
Enregistrer.

6.2.3 Définition manuelle d’un groupe de scénarios

HYDRARIV offre la possibilité de créer un nouveau groupe ou d’éditer un groupe existant, à


partir de scénarios déjà définis.

Editer un groupe de scénarios et Ajouter une ligne dans la liste de paramétrage du groupe.
Dans chaque ligne, une liste déroulante des scénarios présents dans la base permet de

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 179
sélectionner le scénario souhaité pour enrichir le groupe. Ajouter autant de lignes que de
scénarios à ajouter dans le groupe.

6.2.4 Simulation

Activer le menu Scénario / Groupe de scénarii / Choix d’un groupe de scénarii de simulation.
La fenêtre suivante s’affiche :

Sélectionner le groupe souhaité.

Pour lancer l’exécution utiliser le menu : Scénario / Groupe de scénarii / Génération du


modèle + Exécution.

HYDRARIV exécute alors les simulations en séquence, dans l’ordre ou les scénarios
apparaissent dans le groupe. Après exécution le menu Scénario / Groupe de scénarii /
Historique de simulation permet de pointer la bonne marche des simulations et d’identifier en
particulier les scénarios qui n’ont pas tourné.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 180
Concrètement les fichiers modèles et résultats associés à chaque scénario XXX sont
stockés dans le sous répertoire \XXX à partir du répertoire contenant le fichier *.HRV. Il est
donc possible d’inspecter au besoin ces fichiers et d’analyser spécifiquement les
performances de telle ou telle simulation.
Le traitement d’un groupe de scénarios peut aussi bien s’appliquer à un complexe qu’à un
réseau simple.

6.2.5 Exploitation

Le mode d’exploitation des résultats le plus adapté au groupe de scénarios est le bilan.
Cliquer sur le menu scénario / Groupe de scénarii / Bilan des grandeurs Q, Z, Vol… pour
paramétrer la sortie d’un bilan. Dans la fenêtre de paramétrage des bilans, chaque ligne
correspond à un bilan. Utiliser les menus Ajouter et Supprimer pour ajouter ou supprimer un
bilan.

Pour modifier le libellé du bilan, double-cliquer dans la cellule souhaitée.

Pour chaque bilan il faut choisir le type de courbe dont on souhaite obtenir un résultat
synthétique. Dans la colonne « Type de courbe » choisir avec le menu déroulant le type de
bilan souhaité :
 1 : « Débit d’écoulement » pour calculer le bilan de volume écoulé,
 2 : « Cote piézométrique » pour calculer les extremums de cote atteints,
 3 : « Volume de stockage » pour calculer les volumes initial, final et maximal.

Cliquer ensuite sur Editer pour définir les points du modèle où les bilans vont être calculés.
Apparaît alors la fenêtre de choix des courbes où tous les éléments du réseau actif sont
listés par type. Cocher la case dans la colonne OK pour les éléments qui doivent apparaître
dans le bilan.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 181
Pour les bilans de type 1 :

Cocher des cases correspondant à des débits : IdQL, IdQam, IdQav, IdQapp ou IdQout.
Lorsque plusieurs cases sont cochées pour un même bilan, HYDRARIV calcule le volume
total écoulé pour la somme des débits cochés.

Q Q

Q2

Q1 Q1 + Q2

t t

Surface hachurée = volume écoulé calculé à partir de Q1+Q2

Pour les bilans de type 2 :

Cocher les cases correspondant à des cotes : IdZam, IdZav ou IdZs. HYDRARIV calcule la
cote minimale et maximale atteintes aux points sélectionnés.

Z
Zmax

Z2

Z1
Zmin

Pour les bilans de type 3 :

Cocher des cases correspondant à des volumes : IdVol. Lorsque plusieurs cases sont
cochées pour un même bilan, HYDRARIV calcule le volume initial, le volume maximal et le
volume en fin de simulation pour la somme des volumes cochés.

V V
V1 Vmax = Vfin

V2
+
V2 V1

Vini

t t

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 182
Dans la fenêtre de paramétrage des bilans du scénario, cliquer sur le menu Fichier / Calcul
de tous les bilans pour générer tous les fichiers de bilan de la fenêtre. Ils sont enregistrés
dans le répertoire du scénario actif au format *.CSV (colonnes séparées par le symbole
« ; »).
Groupe de scénarios actif

Fichiers de bilan
dans le répertoire Gscn1

Cliquer sur le menu Fichier / Visu bilan courant pour ouvrir le fichier de bilan correspondant à
la ligne sélectionnée.

En mode texte :

En mode Excel :

Pour chaque bilan les colonnes sont les suivantes :


Type de
bilan

Col1 Col2 Col3 Col4 Col5 Col6 Col7

3 3 3
1 Scénario Date début Durée totale (h) Durée nette (h) Qmax (m /s) Vol. total (m ) Vol. net (m )
2 Scénario Date début Durée totale (h) Durée nette (h) Zmin (ngf) Zmax (ngf)
3 3 3
3 Scénario Date début Durée totale (h) Durée nette (h) Vol. max (m ) Vol. début (m ) Vol. fin (m )

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 183
 Col1 : le scénario est le scénario actif.
 Col4 : la durée nette est la durée pendant laquelle le débit (ou cote ou volume) est
supérieur au débit (ou cote ou volume) à l’instant initial,
 Col7 : le volume net est le volume écoulé du débit supérieur au débit initial.

Q1 + Q2

Surface hachurée = volume net


Lorsque la modélisation d’un polluant est activée dans le paramétrage du scénario, les bilans
comportent une ou deux colonnes supplémentaires par paramètre de pollution sélectionné :
Type de

Colonne supplémentaire lorsqu’au


bilan

moins un paramètre de pollution est Colonnes supplémentaires par polluant


sélectionné

1 Mtot Mnette
(pas de colonne)
2 Cmin Cmax
3 Mabattue totale Mabattue

 Cmin et Cmax sont les concentrations minimale et maximale données en g/l.


 Mtot, Mnette et Mabattue sont les masses totale, nette et abattue de polluants
données en kg.

Un post traitement sous EXCEL permet de conditionner ces résultats et de produire des
graphes statistiques sous la forme souhaitée par l’utilisateur.

L’exploitation des résultats sous ce format est également possible pour un seul scénario
avec le menu Scénario / Scénario simple / Bilan des grandeurs Q, Z, Vol…
Le traitement d’un groupe de scénario décrit ci-dessus suppose de fait que les scénarios
sont indépendants, c'est-à-dire que les résultats des calculs d’un scénario n’affectent pas les
calculs d’un scénario exécuté à la suite. Cette hypothèse peut conduire à des distorsions
dans le cas d’une série chronologique, si le réseau, à la fin d’une simulation, n’est pas
revenu à un état totalement vide avant la simulation suivante. Dans la version V3, en cours
de préparation, HYDRARIV propose une méthode de couplage entre scénarios, basée sur
une procédure de stockage des résultats de calcul en fin de chaque simulation et de
démarrage à chaud utilisant ces résultats comme conditions initiales de la simulation
suivante.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 184
6.3 LE « COMPLEXE » DE RESEAUX – EXEMPLE 3

L’exemple 3 ci-dessous illustre le principe d’assemblage et de pilotage d’un « Complexe » de


réseaux. Le complexe est formé par l’assemblage de 4 réseaux ayant une structure
identique, formée de deux branches confluant dans une troisième banche ; afin de simplifier
cet exemple, il ne comprend que des sections de collecteurs circulaires.

Les objets de modélisation manipulés par HYDRARIV sont identifiés par des libellés de 16
caractères, modifiables par l’utilisateur. Ces identificateurs se rapportent à un réseau
donné : deux identificateurs identiques peuvent coexister dans une configuration
« Complexe » s’ils appartiennent à deux réseaux différents. Après génération d’un modèle
ces identificateurs sont enrichis du nom du réseau auquel ils appartiennent : ce sont des
libellés de 24 caractères. Après calcul le programme reconvertit les identificateurs en libellés
de 16 caractères et crée autant de fichiers de résultats que de réseaux. Cette procédure
explique que l’exploitation des résultats soit faite par réseau au niveau de l’interface.

La seule entorse à cette règle concerne les libellés des branches de calcul : ils ne sont pas
enrichis lors de la génération d’un modèle : il faut donc veiller à donner des noms de libellés
de branches distincts, tous réseaux confondus, faute de quoi on s’expose à des
incohérences dans la phase de contrôle des calculs (cf section 3.10). A noter que dans une
configuration « Complexe » HYDRARIV renumérote les branches de calculs traitées par le
moteur de simulation : la visualisation d’une branche en cours de calcul doit se faite
obligatoirement via le libellé de la branche et non son numéro d’ordre interne, non connu de
l’utilisateur.

Les fichiers correspondant à l’exemple de ce chapitre sont fournis avec l’installation


d’HYDRARIV dans le répertoire \Exemple3.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 185
6.3.1 Quatre réseaux indépendants.

Chaque réseau est disponible dans le répertoire \ Exemple3. Ouvrir chaque réseau pour en
examiner les caractéristiques.

Réseau 1 : RES31.HRV

CI_2
CI_1

RES31.HDR

CI_3

Identifiant Radier amont Radier aval Longueur Diamètre Strickler


CI_1 16.0 15.0 200 1.0 60.0
CI_2 16.0 15.0 200 1.0 60.0
CI_3 15.0 14.0 200 1.0 60.0

Le paramétrage des éléments RACC est précisé aux chapitres 6.3.4 et 6.3.8.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 186
Les autres réseaux sont construits sur le même principe :

RES2.HRV

HC_1

CI_1 CI_2

RES32.HDR

1) Elément HC_1 : débit de 50 l/s.


2) Eléments RACC_24 : mode 2
CI_3

RACC_24

Identifiant Radier amont Radier aval Longueur Diamètre Strickler


CI_1 14.0 13.0 200. 1.0 60.0
CI_2 14.0 13.0 200. 1.0 60.0
CI_3 13.0 12.0 200. 1.0 60.0

RES3.HRV

HC_1 HC_2

CI_1 CI_2

RES33.HDR

1) Eléments HC_1 et HC_2 : débit de 50 l/s.


CI_3 2) Elément RACC_34 : mode 2.

RACC_34

Identifiant Radier amont Radier aval Longueur Diamètre Strickler


CI_1 14.0 13.0 200 1.0 60.0
CI_2 14.0 13.0 200 1.0 60.0
CI_3 13.0 12.0 200 1.0 60.0

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 187
RES4.HRV

CI_1 CI_2

RES34.HDR

CI_3

Identifiant Radier amont Radier aval Longueur Diamètre Strickler


CI_1 13.0 12 200 1.0 60.0
CI_2 13 12 200 1.0 60.0
CI_3 12 11 200 1.0 60.0

Les 4 réseaux sont créés chacun en mode Réseau. Pour ce mode, les éléments RACC de
chaque réseau sont considérés comme des conditions limite aval de type CLQZ.
On injecte en tête de chaque réseau des hydrogrammes constants (HC) de 50 l/s.

Chacun des réseaux ci-dessus, tel qu’il est défini, peut fonctionner de façon autonome. Les
éléments RACC, lorsqu’ils sont positionnés en mode 2, agissent comme des conditions à la
limite de type CLQZ. Il suffit pour le vérifier d’ouvrir un réseau, de sélectionner le scénario
prédéfini dans l’exemple 3 et d’exécuter une simulation.

Pour relier ces réseaux dans un complexe, il faut que chaque élément RACC d’un réseau
soit appareillé avec un élément RACC d’un réseau voisin défini par le même libellé.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 188
6.3.2 Construction du complexe

Définir le nouveau complexe avec le menu Fichier / Complexe / Nouveau (1) puis double
cliquer dans la zone jaune pour paramétrer le fichier .CMP (2).

Valider le nom du fichier complexe en cliquant sur Enregistrer (3) puis localiser les 4 réseaux
(fichiers *.HRV) composant le complexe en double cliquant sur les lignes grises (4).

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 189
Une fois que tous les réseaux sont localisés en validant sur Ouvrir (5), confirmer la création
du complexe en cliquant sur Valider (6).

Les fichiers réseau qui composent le complexe et le complexe lui-même doivent être dans le
même répertoire de travail.

Après validation du complexe l’écran de travail est le suivant :

Sauvegarder le complexe avec le menu Fichier / Complexe / Sauvegarder fichier CMP.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 190
6.3.3 Ouverture d’un complexe existant

L’ouverture d’un complexe existant se fait en cliquant sur le menu Fichier / Complexe /
Ouvrir.

Si HYDRARIV était préalablement ouvert en mode Réseau, il n’autorise l’ouverture que de


réseaux (même si aucun réseau n’est ouvert). Pour ouvrir un complexe, il faut quitter
HYDRARIV (menu Fichier / Quitter) et le relancer.
De la même façon, après la fermeture d’un complexe, HYDRARIV ne permet pas l’ouverture
d’un réseau ; il faut quitter l’application et la relancer, et sélectionner dans le menu Fichier /
Réseau / Ouvrir.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 191
6.3.4 Adapter les réseaux pour un fonctionnement en mode Complexe

On veut construire un schéma de modélisation basé sur l’architecture suivante :

RES31

Il faut appareiller les éléments RACC deux à deux et


pour cela, créer des éléments RACC en tête des
réseaux RES32 et RES34. Positionner le mode de
Racc12 traitement à 1 dans les éléments RACC créés.
RES33

RES32

Racc34 Racc24
RES34

RES32

RES34

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 192
6.3.5 Scénario de simulation

On crée un scénario de la même manière qu’en mode réseau : menu Scénario / Scénario
simple / Paramétrage d’un scénario de simulation, puis Ajouter dans le menu, puis Editer
pour visualiser la fenêtre de paramétrage du scénario :

Par rapport à la configuration « Réseau », une ligne de saisie supplémentaire apparaît dans
la rubrique 3 de contrôle du déroulement des calculs : « Simulation en cascade des
réseaux ». Cette rubrique permet de sélectionner l’option « Cascade » dans laquelle les sous
réseaux sont simulés en séquence. HYDRARIV reproduit la liste des réseaux chargés dans
une liste de choix» ; la sélection d’un réseau dans la liste de choix permet de renseigner les
fichiers externes qui lui sont attachés. Lorsque l’option « Cascade » est décochée, les
réseaux sont assemblés en un modèle global auquel est associé un jeu de fichiers externes
spécifiques, défini par l’utilisateur dans la rubrique 4.

La gestion des calculs associés à l’option cascade est précisée dans le chapitre suivant.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 193
L’utilisateur peut définir les fichiers externes attachés à chacun des réseaux sans sortir de la
fenêtre de paramétrage du scénario entre chacun des modèles : sélectionner un réseau
dans la liste de choix de la rubrique Simulation en cascade des réseaux, puis définir les
fichiers externes qui lui sont associés ; changer de réseau dans la liste de choix, et définir les
fichiers externes associés au nouveau réseau sélectionné. Cette opération sera répétée pour
chacun des réseaux.

On ne choisit dans l’exemple traité aucun scénario de temps sec ni de temps de pluie car les
réseaux ne comportent que des hydrogrammes constants.

HYDRARIV gère de façon totalement indépendante les scénarios attachés à un complexe et


les scénarios attachés à un réseau. En mode « Complexe » les paramètres du scénario sont
stockés physiquement dans le fichier d’extension .MDP associé au fichier .CMP. En mode
« Réseau » ces paramètres sont stockés directement dans le fichier .HRV. Il n’y a donc
confusion possible entre les différentes données de paramétrage.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 194
6.3.6 Déroulement des calculs

HYDRARIV construit à partir des 4 réseaux et des éléments RACC un seul modèle
hydraulique. Il effectue ensuite les calculs sur ce modèle unique si l’option « Cascade » est
désactivée.

Schéma de fonctionnement du modèle unique :

RES1

Sens de l’écoulement général

RES2 RES3

RES4

Dans la configuration « Cascade » les simulations sont effectuées par réseau, dans l’ordre
indiqué dans la fenêtre de définition du Complexe. Cet ordre n’est pas neutre, il doit
respecter la règle d’arborescence des réseaux, avec une logique « amont-aval ».
HYDRARIV gère en interne les hydrogrammes de transfert calculés au droit des éléments
RACC et servant à connecter les réseaux entre eux. Les lois débit-cote d’eau définies dans
les éléments RACC sont utilisées comme conditions limites aval de chacun des sous
réseaux (cf. chapitre 6.3.7).

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 195
6.3.7 Exploitation des résultats

Après avoir choisi le scénario complexe désiré, on sélectionne la fenêtre du réseau HRV
pour lequel on veut obtenir des résultats. Les outils « Visu contextuel de courbes » et « Mise
en page des résultats de sortie » sont disponibles pour le réseau sélectionné. L’utilisation de
ces outils est décrite au chapitre 3.

6.3.8 Choix du paramétrage pour les éléments RACC

Les éléments RACC peuvent fonctionner selon 3 modes de traitement:

En configuration « Réseau » ou en configuration « Complexe - Cascade », les paramètres ci-


dessus doivent être définis précisément selon la position du module RACC dans
l’arborescence des réseaux :
 Mode = 2 : RACC fonctionne comme une condition à la limite aval en mode « Réseau
Simple » et « Complexe - Cascade » ; il faut dans ce cas renseigner le tableau Z(Q)
dans la fenêtre de saisie.
 Mode = 1 : RACC agit comme un point d’injection. En mode « Réseau Simple »
l’utilisateur doit rentrer dans le paramétrage du scénario de simulation le nom du
fichier externe contenant l’hydrogramme avec le nom de l’identificateur du RACC. En
mode « Complexe - Cascade » cette précision n’est pas nécessaire car HYDRARIV
gère automatiquement les transferts d’hydrogrammes d’un réseau à l’autre,
 Mode = 0 : l’élément RACC est ignoré.

En configuration « Complexe - Global » la valeur du mode n’est pas prise en compte :


HYDRARIV appareille les RACC de même nom deux à deux et relie les nœuds porteurs par
une liaison QMTR.

Cette disposition présente le principal avantage de figer le paramètre « mode » associé à un


RACC, quel que soit la configuration d’assemblage sélectionnée.
Un RACC peut occuper un nœud de station de gestion. Il est alors assimilé à une liaison
uninodale en mode « Réseau » ou en mode « Complexe - Cascade ».

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 196
6.3.9 Nomenclature et répertorisation en configuration « Complexe »

Un fichier Ri.HRV déclaré en mode « Réseau » contient sa propre bibliothèque de scénarios.


Un fichier Cj.CMP sert à décrire un « Complexe » de réseaux : il contient la liste des fichiers
Ri.HRV faisant partie du complexe et aussi les paramètres définissant sa propre bibliothèque
de scénarios attachés au « complexe ». Autrement dit la bibliothèque de scénarios attachée
à un complexe s’applique à l’ensemble des réseaux du complexe mais elle n’interagit pas
avec la bibliothèque de scénarios attachée à un réseau. Cette organisation autorise une
grande souplesse d’exploitation car elle permet de faire des simulations en mode local (ou
configuration « Réseau ») si on s’intéresse au fonctionnement d’un sous ensemble ou bien
en mode global (ou configuration « Complexe ») si on s’intéresse au fonctionnement du
système dans sa totalité, avec des jeux de scénarios totalement indépendants.

Les identificateurs des singularités manipulées par HYDRARIV peuvent comprendre jusqu’à
16 caractères alphanumériques. En mode « Complexe », deux réseaux peuvent comporter
des singularités possédant le même nom. Afin de distinguer ces singularités dans le modèle
global généré par SCENGEN, chaque singularité est rebaptisée automatiquement par un
identificateur pouvant contenir jusqu’à 24 caractères, libellé comme suit : Ri_xxx

Où : - Ri : nom du réseau, composé de 7 caractères au plus,


- « _ » : caractère « underscore »
- xxx : identificateur reconnu par HYDRARIV, 16 caractères au plus.

La règle de construction Ri_xxx s’applique à tous les identificateurs apparaissant dans les
fichiers externes nommés dans la boîte de paramétrage d’un scénario. Cette remarque est
valable quel que soit le mode de construction sélectionné dans HYDRARIV.

6.3.10 Importation d’un fichier de données externes en mode complexe

Les fichiers externes pouvant être lus ou importés dans un modèle sont listés dans le
chapitre 4.

Certains de ces fichiers se rapportent à un réseau : il faut donc activer la fenêtre du réseau
pour pouvoir importer le fichier d’import qui lui est lié. C’est le cas des fichiers « Sections ».

Les fichiers externes « Pluie » sont communs à tous les réseaux : l’importation d’un fichier
provoque l’écriture dans chaque fichier .HRV du ou des scénarios « pluie » contenus dans le
fichier externe.

De même le fichier externe des apports de temps sec « .QTS » est commun à tous les
réseaux. Lors de l’importation, les données sont ventilées dans les secteurs appartenant à
chaque réseau.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 197
6.4 PARAMETRAGE DE L’HYDROLOGIE DE TEMPS SEC

Le menu Hydrologie / Apport temps sec (apport EU et ECP) permet de paramétrer les
apports de temps sec au réseau selon une loi de variation horaire. Trois entités doivent être
définies par l’utilisateur :
 Les courbes volumétriques adimensionnelles exprimant la variation du débit d’eaux
usées au cours d’une période de 24h.
 Les secteurs d’apports qui regroupent les points d’apports homogènes en temps sec
(éléments de type HY, HYBV ou CLQT).
 Les scénarii de temps sec donnant les volumes d’apports journaliers de temps sec
secteur par secteur en fonction de la période de l’année, du type de journée etc…

Le volume total journalier de temps sec d’un secteur est réparti entre les différents points
d’injection dans le réseau de type HYBV, HY ou CLQT, selon des coefficients αi.

HYBV
?i = 0,37

HYBV
?i = 0,60
HYBV
?i = 0,42

HY
?i = 0,21

VEU αEU
Secteur 1
VECPP αECPP

CLQT ?i = 0,40 VEUi = αi . [αEU . VEU]


Secteur 2 VECPPi = αi . [αECPP . VECPP]

Note :
• αEU : coefficient d’ajustement pour les eaux usées (fonction du jour dans ’année)
l
• αECPP : coefficient d’ajustement pour les eaux claires parasites
• Pour le secteur∑ αi = 1

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 198
Les coefficients αi (coefficients multiplicateurs) sont paramétrés en choisissant le mode de
calcul d’apport « débit variable », dans la fenêtre « Temps Sec » des éditeurs des éléments
HYBV, HY et CLQT.

Exemple d’exutoire de bassin versant avec un débit de temps sec :

Choisir le mode débit variable

Puis choisir le secteur d’apport,


le coefficient multiplicateur αi et
l’identifiant de la courbe adimensionnelle

Temps de transfert = temps moyen de


transfert des effluents entre le point d’apport et
l’exutoire aval du secteur.

6.4.1 Courbes volumétriques adimensionnelles

Les courbes volumétriques adimensionnelles traduisent l’évolution du débit de temps sec en


chaque point d’injection sur une période de 24h (heures des pointes, intensité des pointes,
etc…). Elles sont définies en heures locales de minuit à minuit, il faut donc veiller à la date
de début de simulation hydraulique (voir menu Scénario / Scénario simple / Paramétrage du
scénario de simulation). Dans un fichier HRV, on ne peut associer qu’une seule courbe à
chaque point d’injection.

Ces courbes f(t) donnent les valeurs du rapport V(t)/Vtot(24h) : V(t) étant le volume d’eaux
usées cumulé jusqu’au temps t en un point d’injection et Vtot(24h) le volume total d’apport
d’eaux usées en 24h en ce même point.

Dans la fenêtre Courbes de fluctuation volumétrique horaire, cliquer sur Ajouter, Insérer ou
Supprimer pour ajouter ou supprimer une ligne correspondant à une courbe. Double-cliquer
dans la cellule Id. de la courbe pour modifier l’identifiant de la courbe (que l’on retrouve dans
l’éditeur des éléments HYBV, HY et CLQT), taper sur Entrée pour valider l’identifiant. Cliquer
sur Editer dans la ligne correspondante pour rentrer les valeurs de la courbe
adimensionnelle.

Elle doit être rentrée dans un ordre croissant du temps de 0h à 24h et passer par les couples
de points (0h ; 0.0) et (24h ; 1.0). Pour chaque courbe, il est possible de différencier deux
types de journées : travaillées (type 1) ou chômées (type 2). Dans la fenêtre Courbe
adimensionnelle, le menu Visu permet de visualiser les courbes définies par l’utilisateur. Les

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 199
menus Ajouter, Insérer et Supprimer permettent d’ajouter ou supprimer un point de la
courbe. Le menu enregistrer permet d’enregistrer la courbe et fermer la fenêtre.

L’hydrogramme d’apport de temps sec en chaque point d’injection est construit à partir des
courbes volumétriques adimensionnelles comme suit :

df ( t ) 1
Q( t ) = VEUi . + VECPPi . en m3/s
dt 86400

avec : - df(t)/dt : dérivée de la courbe adimensionnelle en s-1


- t de 0h à 24h
- VEUi et VECPPi calculés à partir du volume d’apport du secteur et du coefficient
multiplicateur du point d’injection

La valeur de « Temps de transfert » définie dans l’éditeur des éléments HYBV, HY et CLQT
permet de décaler (en heures) l’hydrogramme obtenu.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 200
6.4.2 Secteurs d’apport

Définir les secteurs d’apports de temps sec avec le menu Hydrologie / Apports de temps sec
/ Définition des secteurs d’apport : pour modifier le nom d’un secteur double cliquer dans la
cellule voulue, puis taper le nouveau nom et valider en tapant sur Entrée. Utiliser les menus
Ajouter, Insérer out Supprimer pour ajouter ou supprimer un secteur d’apport. Cliquer sur
Enregistrer et Fermer pour enregistrer la liste des secteurs et fermer la fenêtre.

6.4.3 Scénarios de temps sec

Définir les scénarios de temps sec avec le menu Hydrologie / Apports de temps sec /
Définition des scénarios de temps sec. Il faut déterminer des volumes de temps sec
journaliers en eaux usées et en eaux claires permanentes parasites pour plusieurs périodes.

Dans la fenêtre Scénarios de temps sec, cliquer sur Ajouter, Insérer ou Supprimer pour
ajouter ou supprimer un scénario de temps sec. Double-cliquer dans la cellule Désignation
ou Titre pour modifier ces deux paramètres. Taper sur Entrée pour valider les modifications.
Sélectionner ensuite la courbe adimensionnelle du scénario et cliquer sur Editer pour définir
les volumes correspondants au scénario.
Utiliser les menus Enregistrer et Fermer pour Enregistrer les données et Fermer les fenêtres
de saisie.

Courbe de type 1 ou 2

Liste des secteurs définis au


menu précédent

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 201
6.4.4 Détermination pratique des paramètres d’apport de temps sec

On suppose connu l’hydrogramme expérimental à l’exutoire d’un secteur d’apport :

Débit de temps sec

Q(t)

1 Eaux usées
Qmin
0.8 * Qmin
2 Eaux parasites

Temps (heures)
t
0h 24h

On peut en première approximation sélectionner le débit moyen d’apport permanent d’eaux


claires parasites par l’expression :

Q ECPP = 0.8 * Q min

La surface totale  est égale à VEU


La surface totale  est égale à VECPP

Choisir αEU = αECPP = 1

La courbe adimensionnelle est obtenue en calculant f(t) :

VEU ( t )
f (t ) =
VEU
où VEU est la surface  comprise entre 0h et t.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 202
6.5 PARAMETRAGE DE L’HYDROLOGIE DE TEMPS DE PLUIE

A chaque type de pluie correspond une bibliothèque de pluies. Dans chaque fenêtre de
bibliothèque on utilise les menus Ajouter, Insérer ou Supprimer pour ajouter ou supprimer
une ligne. A chaque ligne correspond une pluie, pour modifier la désignation ou le
commentaire, double cliquer dans la cellule voulue. Pour paramétrer une pluie, cliquer sur
Editer dans la ligne correspondant à la pluie.

Dans HYDRARIV on distingue deux modes de paramétrage de la pluie :


 interne : les données de chaque pluie sont rentrées par l’utilisateur via l’interface
d’HYDRARIV,
 externe : les données de chaque pluie sont stockées dans un fichier externe et lues
par HYDRARIV au moment de l’exécution.

6.5.1 En mode interne : pluies de projet

Les pluies de projet sont paramétrées via le menu Hydrologie / Pluviométrie en mode interne
/ Pluie de projet. Les différentes rubriques disponibles sont explicitées dans les chapitres qui
suivent.

Coefficients de Montana

Définition d’une bibliothèque de coefficients de Montana pour paramétrer diverses pluies de


projet de type Caquot, de forme triangle et double triangle :

Il faut d’abord enregistrer un (des) coefficient(s) de Montana avant de paramétrer des pluies
de projet.
Si ces paramètres ne sont pas renseignés, les rubriques de définition des pluies de projet
dans le menu Hydrologie / Pluviométrie en mode interne / Pluie de projet ne sont pas
accessibles.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 203
Courbes IDF et hauteurs H(t, T) préconisées par l’Instruction Technique relative
aux réseaux d’assainissement des agglomérations (15)

Période de
Paramètres Durée t (mn) et hauteurs (mm)
retour T
a(T) b(T) 15 30 60 120
REGION I
10 ans 5.9 - 0.59 18 24 31.5 42
5 ans 5.0 - 0.61 14.5 19 24.5 32.5
2 ans 3.7 - 0.62 10.5 13.5 17.5 23
1 an 3.1 - 0.64 8 10.5 13.5 17.5
REGION II
10 ans 6.7 - 0.55 32.5 31 42.5 58
5 ans 5.5 - 0.57 17.5 23.5 32 43
2 ans 4.6 - 0.62 13 17 22 28.5
1 an 3.5 - 0.62 10 12.5 16.5 21.5
REGION III
10 ans 6.1 - 0.44 28 41 60.5 39
5 ans 5.9 - 0.51 22 31 44 61.5
2 ans 5.0 - 0.54 17.5 24 33 45
1 an 3.8 - 0.53 13.5 19 26 36

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 204
Pluie de projet de type Caquot

Cette pluie, qui n’a rien de physique, est caractérisée par un hyétogramme de forme
doublement triangulaire de durée différente pour chaque bassin versant élémentaire. Cette
durée est ajustée pour satisfaire le débit de pointe donné par la méthode Caquot à l’exutoire
de chaque bassin versant élémentaire : la durée de la pluie est égale au temps de
concentration du bassin versant.

Cette méthode a l’avantage sur la méthode classique de Caquot, de fournir des


hydrogrammes et non seulement des débits de pointe, et donc de permettre de
dimensionner des réseaux étendus et de nature très hétérogène, ainsi que les volumes de
stockage des bassins d’orage.

Choisir le coefficient de Montana parmi ceux définis au menu précédent puis cliquer sur
Enregistrer pour enregistrer ou Fermer pour fermer la fenêtre sans enregistrer.

Pluie de projet simple triangle

Cette pluie, supposée uniforme sur l’ensemble de la zone d’étude, est définie par un
hyétogramme en forme de triangle simple, construit à partir des paramètres suivants fournis
par l’utilisateur :
 Les coefficients de Montana,  La durée de la pluie,
 La période de retour,  L’instant du pic.

i (mm/min)
D : durée totale de la pluie en min
imax tP : instant du pic
imax : intensité maximale de la pluie
tP

t (min)
D

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 205
La méthode de construction de cette pluie fictive est celle préconisée par le LHM à partir des
coefficients de Montana (a, b). Ceux-ci permettent de relier l’intensité moyenne d’une averse
et sa durée pour une période de retour T donnée :

i(T ) = a × Db
avec i(T) : intensité moyenne (mm/min), D : durée totale (min) et imax = 2*imoy

La pluie de projet simple triangle convient pour des bassins versants à réponse rapide
(inférieure à 30 min). Au-delà, il faut sélectionner une pluie double triangle.

Choisir le coefficient de Montana, la durée totale et l’instant du pic de l’évènement puis


cliquer sur Enregistrer pour enregistrer ou Fermer pour fermer la fenêtre sans enregistrer.

Pluie de projet double triangle

Cette pluie, supposée uniforme sur la zone d’étude, est définie par un hyétogramme en
forme de double triangle, construit à partir des paramètres suivants :
 La durée totale de l’épisode pluvieux et la période de retour associée,
 Les coefficients de Montana associés à l’épisode pluvieux,
 La durée de l’épisode pluvieux intense et la période de retour associée,
 Les coefficients de Montana associés à l’épisode pluvieux intense,
 L’instant du pic pluvieux.
i (mm/min)
D1 : durée totale de la pluie en min
D2 : durée de l’épisode intense en min
i2max
tP : instant du pic
i2max : intensité maximale de la pluie
tP
ii est calculée de sorte que la surface non
hachurée soit égale à HM1-HM2.

ii
D2
t (min)
D1
Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 206
Il faut respecter la double inégalité :
1) D2 ≤ 2 heures
2) D1 ≥ 2 heures (en général D1 peut être fixé à 4 heures)

De plus, les études menées notamment par le LHM montrent que la période de retour T2
doit être choisie environ deux à trois fois plus faible que T1.
La lame d’eau totale est calculée par l’expression :

β
* D 
HM1 = (HM1 ) *  1 
 2
où HM1* est la lame d’eau tombée pour une pluie de période de retour T1 et de durée 2h
(calculée avec a1 et b1 coefficients de Montana de l’épisode total) et D1 est la durée de
l’épisode total exprimé en heures.

β est un coefficient déterminé par COLIN et BEDEL pour des durées supérieures à 2 heures,
compris entre 0,22 et 0,29 suivant les régions. On a sélectionné dans HYDRARIV une valeur
unique moyenne égale à 0,260

La lame d’eau de l’épisode intense (surface hachurée) est calculée par l’expression :

b2
HM2 = a2 * D2 * D2 où a2 et b2 sont les coefficients de Montana de l’épisode intense et D2
sa durée en minutes.

Choisir les coefficients de Montana, la durée totale de l’évènement, la durée intense et


l’instant du pic puis cliquer sur Enregistrer pour enregistrer ou Fermer pour fermer la fenêtre
sans enregistrer.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 207
Pluie de projet synthétique I(t) (pluie définie par un hyétogramme)

La définition de cette pluie est donnée au i (mm/h)


chapitre 4.2.1.
Cette pluie, supposée uniforme sur la zone
d’étude, est définie par une courbe d’intensité
I(t) donnée par l’utilisateur.

t (min)

6.5.2 En mode interne : pluies réelles issues des pluviomètres

Les pluies réelles sont paramétrées via le menu Hydrologie / Pluviométrie en mode interne /
Pluie réelle issue des pluviomètres.

Dans ce cas le calage de l’espace de travail est primordial.

Une pluie réelle est définie par la connaissance de courbes pluviographiques H(t) réparties
géographiquement. La lame d’eau précipitée sur un bassin versant élémentaire est calculée
par interpolation des courbes pluviographiques suivant une des deux méthodes : Thiessen
ou pondération par les distances.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 208
 La méthode de Thiessen : à chaque bassin versant élémentaire est affecté un
hyétogramme qui est celui de la station la plus proche de son centre de gravité.
 La méthode d’interpolation par pondération des distances : l’intensité au temps t est
calculée au centre de gravité (x, y) de chaque BV par l’expression :

∑ (I
i= 1
i / d i2 ) Où : - n : nombre de pluviomètres,
I(x, y) = - Ii : intensité de la pluie au pluviomètre i,
n

∑ (1/ d )
i =1
2
i
- di : distance entre le centre de gravité (x, y) du BV
et le pluviomètre i.

Pour définir une pluie, l’utilisateur doit rentrer pour chaque pluviomètre la courbe H(t) des
hauteurs cumulées en fonction du temps. La case à cocher « marche » permet d’activer ou
non le pluviomètre. Lorsqu’il n’est pas activé les données concernant celui-ci sont ignorées
pour le calcul l’intensité de la pluie sur les bassins versants.
Utiliser les menus Ajouter, Insérer ou Supprimer pour ajouter ou supprimer une colonne.
Cliquer sur Visu pour visualiser les courbes rentrées. Cliquer sur Valider pour enregistrer les
données et sur Fermer pour fermer la fenêtre sans enregistrer les modifications.

Menu Importer : permet d’importer les données de chaque pluviomètre. Le fichier d’import
comporte autant de « blocs » de données séparés par des lignes blanches que de
pluviomètres :

Structure d’un bloc, pour un pluviomètre :

Ligne
1 ‘idpluvio’
2 Xplv Yplv
3 NP
4 T(1) HCUM(1)
5 T(2) HCUM(2)
3 + NP T(NP) HCUM(NP)

Ligne Variable Type Définition


1 ‘idpluvio’ C Identifiant du pluviomètre
2 Xplv D Coordonnée X du pluviomètre
Yplv D Coordonnée Y du pluviomètre
3 NP E Nombre de points de la courbe HCUM(t)
4 T(1) D Temps en minutes
HCUM(1) D Hauteur cumulée de pluie en mm
5 T(2) D Temps en minutes
HCUM(2) D Hauteur cumulée de pluie en mm
3 + NP T(NP) D Temps en minutes
HCUM(NP) D Hauteur cumulée de pluie en mm

Le fichier peut être un fichier de type *.TXT.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 209
En entête du groupe de blocs de pluviomètres, le ficher comporte les éléments suivants :

Ligne
1 ‘idpluie’
2 NP

Ligne Variable Type Définition


1 ‘idpluie’ C Identifiant du pluviomètre
2 NP E Nombre de pluviomètres décrivant la pluie

Exemple de fichier d’import :

‘Pluie_toto’ Entête fichier


2
'PLV_1'
594680.0 116780.0
5
0.000 0.014
Bloc pluviomètre 1
5.000 0.069
10.000 0.143
15.000 0.200
20.000 0.226

'PLV_3'
594450.0 115980.0
5
0.000 0.017
5.000 0.064 Bloc pluviomètre 2
10.000 0.117
15.000 0.173
20.000 0.229

6.5.3 En mode externe : pluies de projet (hyétogrammes)

Les pluies de projet sont paramétrées via le menu Hydrologie / Pluviométrie en mode
externe / Hyétogramme I(t). Les différentes rubriques disponibles sont explicitées dans les
chapitres qui suivent.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 210
Double-cliquer sur Parcourir pour localiser le fichier externe. Le format du fichier externe est
décrit au chapitre 4.2.1.
Le menu Importer permet d’importer une série de pluies de projet synthétiques stockées
dans un même fichier externe (cf. chapitre 4.2.1).

6.5.4 En mode externe : pluies réelles

Les pluies de projet sont paramétrées via le menu Hydrologie / Pluviométrie en mode
externe / puis deux options sont possibles :
 Pluie réelle issue des pluviomètres,
 Pluie réelle issue des données radar.

Les différentes rubriques disponibles sont explicitées dans les chapitres qui suivent.

Pluie réelle à partir de données de pluviomètres

Double-cliquer sur Parcourir pour localiser le fichier externe. Le format du fichier externe est
décrit au chapitre 4.2.2.
Le menu Importer permet d’importer une série de pluies réelles issues de données
pluviographiques stockées dans un même fichier externe.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 211
Pluie réelle à partir de données radar

L’intensité de pluie hbv(j) affectée à chaque bassin versant j est déduite de celle des mailles
radar H(i) par pondération des surfaces élémentaires issues de l’intersection entre les
bassins versants et les mailles radar Sbv(ij).

i=M

∑ H(i) * Sbv(ij)
i=1
hbv( j) = i=M

∑ Sbv(ij)
i=1

avec M = nombre de mailles intersectées par le


bassin versant j Sbv(ij)

Pour paramétrer ce type de pluie il faut disposer :


 d’un ficher définissant pour chaque bassin versant la répartition de sa surface entre
les M mailles intersectées par le bassin versant. Le format de ce fichier (*.CRB) est
décrit au chapitre 4.3.1.
 d’un fichier des données pluviométriques donnant au pas de temps de 5 min
l’intensité de la pluie en mm/h sur chaque maille radar où la lame d’eau est non
nulle. Le format de ce fichier (*.PRF) est décrit au chapitre 4.3.2.

Double-cliquer sur Parcourir pour localiser les fichiers *.CRB et *.PRF.

6.5.5 Liste des pluies

Permet de visualiser la liste de toutes les pluies paramétrées par l’utilisateur, tous types
confondus :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 212
6.6 ETAT INITIAL DES SOLS

Parmi les modèles hydrologiques d’apports disponibles dans HYDRARIV figure la méthode
SCS qui transforme une lame d’eau brute en pluie nette par l’intermédiaire d’un modèle à
réservoir. Le niveau initial d’humidité en début de crue est un paramètre important qui
conditionne directement l’importance du volume ruisselé.

Afin de tenir compte de cette situation pour les bassins versants à dominante rurale,
HYDRARIV donne la possibilité de définir un coefficient d’humidité spécifique à chaque
scénario, et traduisant l’état de saturation des sols en début d’événement. Ce paramètre est
pris en compte pour les bassins versants traités par la méthode SCS ; il est renseigné dans
le gestionnaire de scénario :

Le coefficient d’humidité des sols est


un paramètre d’ajustement, compris
entre 0 et 1.

Ce coefficient s’applique à tous les éléments BV définis dans le modèle en modifiant le


paramètre J de chacun d’entre eux suivant la relation :

Jcorrigé = JBV * Ccoef. humidité

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 213
6.7 PILOTAGE DE METE’EAU DEPUIS L’INTERFACE D’HYDRARIV

HYDRARIV offre trois possibilités pour calculer des hydrogrammes ruisselés à partir de
données pluviométriques :
 Définition manuelle des hydrogrammes à partir d’un calcul externe à l’application,
 Calcul des hydrogrammes à l’aide du module HYBV disponible dans HYDRARIV,
 Calcul des hydrogrammes à l’aide d’un modèle METE’EAU, élaboré par ailleurs et
défini par le fichier Rh.MTF.

Afin d’éliminer toute discontinuité dans la chaîne d’exploitation d’un scénario, il est possible
de nommer dans la fonction de paramétrage d’un scénario d’HYDRARIV, non pas un fichier
contenant des hydrogrammes calculés par un modèle extérieur exploité en amont, mais un
fichier Rh.MTF, où :
 Rh est un modèle d’apport alimentant le modèle HYDRARIV,
 MTF est l’extension d’un modèle METE-EAU.

Il suffit, autrement dit, de déclarer le nom des fichiers dans le menu : Fichier des
hydrogrammes externes de la fenêtre de paramétrage d’un scénario (le nombre de modèles
n’est pas limité) : les paramètres temporels définissant les conditions de déroulement de la
simulation du scénario Rh sont définis dans la fenêtre de paramétrage du scénario dans
l’interface d’HYDRARIVet non dans celle de METE-EAU.

En pratique, HYDRARIV détecte le type de fichier .MTF, lance en externe METE-EAU avec
un fichier de paramétrage généré à partir des paramètres rentrés dans l’interface
d’HYDRARIV et fournit après calcul le nom du fichier contenant les hydrogrammes d’apport
calculés par METE-EAU.

Cette procédure est totalement compatible avec les concepts de « Complexe » et de


« Groupe de scénarios » présentés plus haut. Par ailleurs les modules de calculs de
production Pluie-Débit sont identiques dans METE’EAU et HYDRARIV.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 214
6.8 PRODUCTION ET TRANSPORT DE POLLUTION

6.8.1 Activation du traitement

HYDRARIV permet de simuler les paramètres suivants : DBO5, DCO, MES, NTK. Le choix
du ou des paramètres est fait dans la fenêtre de paramétrage du scénario. Si aucun
paramètre n’est coché, l’étape de calcul de pollution n’est pas activée, même si les écrans
de saisie de singularités sont renseignés.

6.8.2 Paramétrage des entités de modélisation

Quelques uns des objets de modélisation sont munis d’un bouton dénommé « Pollution »,
dont l’activation fait apparaître une grille de saisie contextuelle propre à chaque objet.

Objet HY et CLQT

On définit pour chaque objet et chaque paramètre de pollution :


 La concentration du débit de temps sec en mg/l,
 La concentration du débit ruisselé en mg/l.

Ces deux concentrations sont supposées constantes sur la totalité de l’épisode testé.

Objet HYBV

Cet objet permet de calculer un pollutogramme à partir de la pluie. L’utilisateur doit rentrer :
 La concentration du débit de temps sec,
 Une option pour le calcul du flux polluant associé à l’hydrogramme ruisselé :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 215
- Option 1 : concentration constante - l’utilisateur rentre la valeur de cette
concentration,
- Option 2 : concentration événementielle, variable au cours du temps : les
paramètres complémentaires doivent alors être renseignés dans les objets BV
aboutissant au point HYBV.

Objet BV

Cet objet donne accès aux paramètres permettant le calcul d’un pollutogramme de
ruissellement à l’aval de ce BV dans le cas où l’option 2, décrite ci-dessus, est activée dans
l’objet HYBV exutoire du BV. L’utilisateur doit renseigner :
 Le type de réseau : séparatif ou unitaire,
 La répartition surfacique du mode d’occupation des sols en zone rurale, zone
d’activités, habitat pavillonnaire, habitat dense.

Objets BO et CLBO

On définit pour chaque paramètre de pollution :


 Un coefficient d’abattement de la pollution si l’option 1 est activée,
 Une concentration résiduelle si l’option 2 est activée.

6.8.3 Paramétrage des données générales de pollution

Ces données, communes à toutes les entités, sont exploitées si l’option 2 est activée pour au
moins un objet HYBV. Les paramètres à renseigner dans le menu Hydrologie / Pollution
sont :
 Les stocks de pollution disponibles par type d’occupation des sols et par type de
réseau, en kg/hectare imperméabilisé,
 Le temps requis pour reconstituer les stocks de pollution,
 Les paramètres a et b intervenant dans le coefficient d’arrachement (cf. manuel
d’analyse).

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 216
6.8.4 Exécution des calculs

La procédure est identique à celle décrite plus haut : l’option « Pollution » ne modifie en rien
la procédure de paramétrage et d’exécution d’un scénario.

Les calculs de transport de pollution sont exécutés à chaque pas de temps, dans la même
boucle que le calcul hydraulique ; ils sont donc précis et intègrent notamment bien les
inversions de débit et les maillages. En pratique le calcul global est allongé d’environ 30%
lorsque l’option « Pollution » est activée.

6.8.5 Exploitation des résultats

Les différentes fenêtres de paramétrage des résultats sont automatiquement enrichies pour
visualiser des courbes temporelles de concentration et de flux et pour faire des calculs de
bilans statistiques en mode « Groupe de scénarios ». A titre d’exemple le bouton « Visu
contextuelle » permet d’accéder aux grandeurs spécifiques attachées à la pollution, en plus
des grandeurs hydrauliques : l’écran ci-dessous montre le menu proposé pour une sortie
ponctuelle attachée à un hydrogramme d’apport, lorsqu’on active les paramètres MES et
DBO dans le scénario sélectionné.

Le module pollution est compatible avec le fonctionnement en mode « Complexe » et


« Groupe de scénarios ». Une sortie intéressante associée à l’exploitation d’un groupe de
scénarios est le temps de déclassement d’un polluant vis-à-vis d’un niveau de
concentration donné. Le paramétrage des seuils est disponible via le menu Scénario /
Groupe de scénarios / Bilan des grandeurs Q, Z, Vol… / Fichier / Paramétrage des seuils de
pollution :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 217
Le module « pollution » disponible dans la version actuelle d’HYDRARIV est surtout adapté
aux applications d’hydraulique urbaine. La plupart des applications traitées avec HYDRARIV
sont des applications fluviales pour lesquels un modèle de qualité intégrant les effets de
dispersion et les réactions physico chimique du cycle de l’oxygène et de l’azote est plus
approprié. Ce module est en cours d’élaboration, il sera disponible dans la version V3
d’HYDRARIV.

6.9 PARAMETRES COMPLEMENTAIRES DE REGLAGE D’UN SCENARIO : PARAMETRAGE DES


SORTIES

Les options proposées dans la fenêtre de paramétrage d’un scénario suffisent pour couvrir la
plupart des besoins de l’utilisateur. Néanmoins des options complémentaires sont
disponibles pour répondre à des besoins spécifiques ; elles sont définies dans un fichier
externe nommé dans la rubrique : « Fichiers de définition des sorties » de la fenêtre de
paramétrage du scénario.

Ce fichier est constitué d’une série de blocs indépendants identifiés chacun par un mot clé et
qui peuvent être rentrés dans n’importe quel ordre. On peut insérer autant de lignes
blanches qu’on le désire entre deux blocs. Une ligne blanche au moins est requise.

La première ligne de chaque bloc comprend un signe « * » en première colonne suivi du mot
clé servant à identifier le bloc.

Les paramètres de chaque bloc peuvent être rentrés au format libre mais il faut respecter
l’ordre de définition et le nombre de paramètres par ligne.

6.9.1 Mot clé SOR1

Définition : sorties ponctuelles sous forme de courbes Q(t), Z(t), V(t), Q(z).

Ligne
1 *SOR1
2 ‘id1’ imod1 icle1 ‘idsav1’
… …
1+N ‘idN’ imodN icleN ‘idsavN’

Commentaires :

idi = identification de la singularité hydraulique = Reseau_xxx (entre quotes).

imodi = (entier) mode de calcul des grandeurs au niveau de la singularité :


imodi = 1 : débit et cote en amont de la singularité
imodi = 2 : débit et cote en aval de la singularité
imodi = 12 : variation de débit entre l’amont et l’aval et cote amont
imodi = 21 : variation de débit entre l’aval et l’amont et cote aval

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 218
imodi = 3 : débit dérivé (dans le cas d’une dérivation ou d’une défluence) et cote amont
imodi = 4 : débit de la liaison et cote amont liaison

icle (entier) = 0 : le programme ne restitue qu’un bilan dans le fichier .RES


icle > 0 : le programme fournit un bilan dans le fichier .RES et les courbes x(t) dans les
fichiers .DEB, .LIM, .ZDB, .VIT
icle < 0 : le programme fournit un bilan dans les fichiers .RES et la courbe Q(t) dans le
fichier HYS.

idsavi : identification de la courbe dans les fichiers .RES, .DEB, .LIM, .ZDB, .VIT ( 8
caractères maxi entre quotes).

On peut définir autant de lignes que l’on veut.

6.9.2 Mot clé SOR2

Définition : résultats synthétiques pour les tronçons de rivière

Ligne
1 *SOR2
2 imode Entier
3 ib1 Numéros des branches où l’on
… souhaite obtenir un bilan
2+N ibN

imode = 0 : le programme restitue l’ensemble des résultats synthétiques


imode = - 1 : seuls sont fournis les résultats relatifs aux débordements au-dessus du terrain
naturel

6.9.3 Mot clé SOR5

Cette sortie permet de disposer de courbes X(t) affectées à des paramètres X spécifiques,
non disponibles dans la sortie *SOR1. La syntaxe est la suivante :

Ligne
1 *SOR5
2 ‘cidk1’ itype1 ‘cidsk1’

1+N ‘cidkN’ itypeN ‘cidskN’

‘cidki’ = identificateur de la singularité hydraulique figurant dans le modèle (entre quotes). La


grandeur sélectionnée est toujours rapportée au nœud amont dans le cas d’une
liaison binodale.

‘cidski’ = identificateur apparaissant dans le fichier des courbes calculées (24 caractères
maxi).

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 219
itype = type de la grandeur (entier) :
itype = 1 : cote d’eau lit mineur
itype = 2 : débit total
itype = 3 : débit lit mineur (pour une section RV ou VL)
itype = 4 : débit lit majeur (pour une section RV ou VL)
itype = 5 : cote d’eau dans lit expansion (pour une section RV ou VL)
itype = 6 : vitesse moyenne (lit mineur et majeur actifs confondus)
itype = 7 : vitesse lit mineur
itype = 8 : vitesse lit majeur actif (section type RV ou VL)
itype = 9 : concentration polluant
itype = 10 : flux polluant
itype = 11 : cote de seuil ZS d’une vanne mobile type VS
itype = 12 : cote de seuil ZV d’une vanne mobile type VC

Toutes ces courbes sont stockées après calcul dans le fichier XXX.PCT. (avec XXX = nom
du scénario).

6.9.4 Mots clé NOSORW14 - NOSORW15 - NOSORW16

Définition : désactivation des sorties W14, W15, W16.

Ligne
1 *NOSORW14

Commentaires :

Par défaut HYDRARIV active trois types de sorties qui sont utilisées par les menus
d’exploitation des résultats :
 le fichier .W14 contient les résultats relatifs à toutes les singularités hydrauliques ‘à
l’exception des hydrogrammes d’apports),
 le fichier .W15 contient les résultats relatifs aux nœuds utilisateurs,
 le fichier .W16 contient les résultats relatifs aux points de calculs courants le long de
chaque branche. Il est exploité par l’utilitaire ANIM’EAU.

Dans certains cas, ces sorties ne seront pas exploités : il est alors inutile de produire les
fichiers correspondants ; on désactive cette fonctionnalité en déclarant un ou plusieurs des
mots clés ci-dessus.

6.9.5 Mot clé SOR

Définition : modification du mode de productions des fichiers .W01, .W14, .W15, .W16

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 220
Ligne
1 *SOR
2 Tsor
3 Dtsor

Commentaires :

Tsor : temps relatif (en heures) à partir duquel les résultats sont stockes dans les fichiers de
sortie,
Dtsor : pas de temps de sortie (heures).

Cette commande est prioritaire sur les autres options en cas de conflit avec les mêmes
paramètres définis ailleurs (notamment dans la fenêtre de paramétrage d’un scénario). Elle
est surtout intéressante pour imposer de pouvoir visualiser des sorties à partie d’un temps
Tsor autre que le temps relatif T=0.

6.9.6 Mot clé SAVE

Définition : modification du mode de productions des fichiers .W01, .W14, .W15, .W16

Ligne
1 *SAVE
2 iflag_save
3 tsave (Fich_save)

Commentaires :

Cette commande permet de sauvegarder l’état du réseau au temps de calcul tsave.


 iflag_save : égal à 0 ou 1. Si valeur nulle la commande est ignorée,
 tsave : temps relatif de sauvegarde de l’état du réseau (en heures),
 fich_save : nom du fichier contenant l’état de sauvegarde au temps Tsave. Ce
paramètre est facultatif ; s’il est omis le nom du fichier par défaut est X.INI. Dans tous
les cas le fichier est stocké dans le répertoire du scénario.

6.9.7 Mot clé RSTART

Définition : modification du mode de productions des fichiers .W01, .W14, .W15, .W16

Ligne
1 *RSTART
2 iflag_rstart
3 Fich_rstart

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 221
Commentaires :

Cette commande permet de démarrer un calcul hydraulique à chaud.

iflag_rstart : égal à 0 ou 1. Si valeur nulle la commande est ignorée,

Fich_start : nom du fichier précédé de son répertoire d’accès, contenant les conditions
initiales générées par la commande « SAVE » au cours d’un calcul antérieur.

Les données contenues dans le fichier « Fich_rstart » sont supposées correspondre à l’état
du réseau au temps de démarrage –Tinihydrau.

6.9.8 Mot clé QLAT-SEC

Définition : Activation d’une procédure variante de calcul d’échange latéral de débit entre lit
mineur et lit majeur pour le tronçon de rivière RV ou de vallées VL.

Ligne
1 *QLAT-SEC

Cette procédure a été écrite pour mieux coller à la réalité, dans certaines configurations de
vallées. A tester si la formulation classique ne donne pas de résultats satisfaisants.

6.9.9 Mot clé TRONC-VL (présence facultative)

Définition : Tronçonage d’une section du type VL au seul lit mineur (option non activée pour
la section RV)

Ligne
1 *TRONC-VL

Cette option est utilisée dans le cas où l’on dispose d’un modèle filaire global et d’une série
de modèles en casiers. Dans chaque modèle en casier, on a conservé la même section du lit
mineur que le modèle filaire global en utilisant la procédure TRONC-VL.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 222
6.9.10 Mot clé NODEBORD

Définition : Désactivation de l’hypothèse DEBORD dans les tronçons de rivière et de vallée.

Ligne
1 *NODEBORD

L’option DEBORD est systématiquement activée par défaut. Elle permet à la fois un calage
en cote et en débit pour les modèles de grande étendue.
En revanche pour les modèles locaux, et plus spécifiquement les études d’impact, il peut
être préférable de désactiver l’hypothèse DEBORD si l’impact se mesure en mm, car
l’hypothèse DEBORD introduit un peu de « bruit ».

6.9.11 Mot clé 2D_AFFIN

Définition : Activation de la méthode de résolution affinée pour le domaine 2D.

Ligne
1 *2D_AFFIN
2 Tdeb_2d

Tdeb_2d marque le temps relatif (en heures) à partir duquel lequel la méthode de résolution
affinée est appliquée. Cette méthode est précisée dans le dossier du manuel d’analyse.

La méthode de calcul affinée s’applique aux mailles du domaine bidimensionnel. Elle prend
en compte l’ensemble des termes des équations de Barré de Saint Venant en deux
dimensions en considérant trois variables indépendantes au centroïde de chaque maille : la
cote d’eau et la composante du vecteur vitesse dans chaque direction. Son domaine
d’application privilégiée est constitué par les études courantologiques locales pour lesquels
les termes convectifs croisés influencent la distribution des cartes de vitesse.

6.10 MANIPULATION ET CALAGE DES FONDS DE PLANS

Dans les exemples présentés dans ce manuel un seul fond de plan était affecté à un réseau.
Il est tout à fait possible de disposer de plusieurs fonds de plans affectés à un même réseau
HRV donné, et d’importer le fond de plan souhaité en fonction des besoins de représentation
de l’utilisateur. Néanmoins celui-ci doit avoir conscience des contraintes et des règles
strictes de calage à respecter pour éviter de forts désagréments lorsqu’il décide de changer
de fond de plan.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 223
La gestion des fonds de plan et le calage du réseau en coordonnées géographiques sont
guidés par le principe fondamental suivant : lors de l’opération de calage les coordonnées
géographiques des objets du modèle sont calées sur celles du fond de plan et non l’inverse.
Cela implique qu’une perturbation sera introduite dans la position des objets graphiques
dans l’espace de travail si les calages sur deux fonds de plans successifs ne sont pas
rigoureusement cohérents.

Un exemple classique de déconvenue survient lorsqu’un réseau a été calé sur un premier
fond de plan, lors de la création du réseau, et qu’au cours de l’étude un calage du même
réseau est réalisé sur un autre fond de plan légèrement distordu par rapport au premier, par
exemple un plan scanné improprement. Les coordonnées géographiques du modèle vont
être calées sur le second plan, l’importation du premier plan provoquera un décalage des
positions des objets, décalage qu’il ne sera malheureusement pas possible de corriger
totalement, malgré l’utilisation de certains outils correctifs auxquels il est possible d’avoir
recours dans HYDRARIV.

Cette procédure est différente de celle appliquée dans un outil SIG comme MAP INFO, où
les coordonnées géographiques du fond de plan sont calées sur celles des tables MAP
INFO. En dépit de cet inconvénient elle a été adoptée dans HYDRARIV car elle garantit une
grande vitesse de déplacement dans le plan de travail, quelle que soit le poids du fond de
plan en octets.

Après chaque nouveau calage, il convient donc de vérifier sa cohérence par rapport à un
fond de plan déjà calé, en rappelant ce fond de plan et en vérifiant visuellement que le
calage est toujours correct. Si ce n’est pas le cas il faut fermer l’application en cours sans
sauvegarder le réseau.

6.11 QUESTIONS PRATIQUES DIVERSES

Sélection d’un scénario de temps sec et d’un scénario de pluie en configuration


« Complexe »

La sélection d’un scénario hydrologique est faite via les menus déroulants de l’écran de
paramétrage du scénario global sélectionné. Parfois cette liste ne fait pas apparaître des
identifiants pourtant définis dans le menu « Hydrologie ». Pourquoi ?

La raison tient généralement au fait qu’un nom de scénario hydrologique n’apparaît dans la
liste déroulante que si ce scénario a été défini dans chacun des fichiers .HRV composant le
« Complexe ». Pour le vérifier : rendre active chaque fenêtre de réseau et vérifier la liste des
scénarios hydrologiques présents dans chaque réseau. Si le scénario cherché est absent, le
créer dans le réseau via le menu Hydrologie.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 224
Dans quelles circonstances est-il préférable de travailler en configuration
« Complexe » ?

La configuration « Complexe » est vivement recommandée dès qu’un réseau dépasse 2000
nœuds « utilisateur ». Elle contribue à faciliter la mise au point des modèles et accélère
notablement les tâches d’exploitation, via la procédure de multifenêtrage appliquée au
niveau de l’interface. Par ailleurs les calculs en mode « cascade » réduisent les temps de
calcul par un facteur compris généralement entre 3 et 5 selon les caractéristiques des
modèles. Il convient donc de privilégier cette procédure, à condition bien sûr que les
conditions hydrauliques le permettent. Il faut pour cela s’assurer que les relations
d’impédance Q(Z) générées par les éléments « RACC » sont biunivoques, en faisant
tourner le modèle en mode « Complexe ». Une analyse préliminaire permet généralement de
sélectionner les points de raccordement satisfaisant à cette condition.

Cohérence entre les différents modes de calculs hydrologiques

HYDRARIV autorise une grande liberté de choix pour le calcul des apports, via les modules
HYBV, HY et CLQT. On peut tout à fait panacher différentes méthodes de calculs, tels que
l’importation d’hydrogrammes pour certains points d’apports et la génération
d’hydrogrammes à partir de la pluie et de scénarios d’apports de temps sec pour d’autres
points d’apports. Par ailleurs le calcul des apports de ruissellement à partir de fichiers au
format .MTF permet d’affiner considérablement la modélisation des apports dans les réseaux
de grande taille sans que cela n’affecte les temps de calculs ou la robustesse des
simulations.
La solution la meilleure dépend du contexte spécifique de chaque simulation. Une réflexion
préalable est nécessaire pour sélectionner la combinaison la plus adaptée, compte tenu de
la nature des réseaux et de l’objectif de modélisation recherché pour chaque sous réseau.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 225
7 CONSTRUCTION D’UN MODELE 2D – EXEMPLE 4

Paradoxalement un modèle bi dimensionnel pur se construit plus facilement qu’un modèle


1D-2D car on n’a pas à gérer les raccordements entres sous domaines de natures
différentes et la topologie y gagne donc en simplicité.

7.1 DESCRIPTION DE L’EXEMPLE MODELISE

Afin d’illustrer les particularités d’un modèle 2D pur on considère le plan d’eau suivant,
alimenté à une extrémité par un hydrogramme et équipé en aval d’un ouvrage de surverse
modélisé par le maintien d’une cote d’eau constante. Ce plan d’eau est occupé par une île
en son milieu.

Les fichiers correspondant à l’exemple de ce chapitre sont fournis avec l’installation


d’ HYDRARIV dans le répertoire \Exemple4.
150 m

200 m

99 NGF
98 NGF

On souhaite connaître la courantologie induite dans ce plan d’eau pour un débit


d’alimentation de 80 m3/s.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 226
7.2 PARAMETRAGE DU SCENARIO

Ouvrir le réseau RES4 dans le répertoire \Exemple4. La fenêtre de paramétrage se présente


comme suit :

Un fichier de définition des sorties a été introduit pour moduler la méthode de calcul des
vitesses d’écoulement : méthode simplifiée si t < 20 h, méthode affinée au-delà.

Lancer l’exécution des calculs. Après simulation le message suivant apparaît en cas
d’exécution normale :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 227
7.3 EXPLOITATION DES RESULTATS

« Typo » doit avoir été activé pour produire les sorties cartographiques et exploiter Anime-
Eau.

Activer le menu Exploitation/ Résultats de sortie/Carte et paramétrer la sortie Carto comme


suit :

La carte page suivante s’affiche pour le temps T = 18.35 hrs. Demander un autre état au
temps T =24.1 hrs. La comparaison des deux cartes fait apparaître des différences résultant
dans le second cas d’un calcul affiné : les vecteurs vitesses exhibent une distribution
directionnelle plus asymétrique, notamment au voisinage du point d’injection, reflétant par la
l’effet des termes convectifs qui favorisent une direction d’écoulement dans l’axe d’injection
du débit.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 228
T = 18.35 (calcul
simplifié)

T = 24.1 hrs
(calcul affiné)

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 229
On peut également apprécier le niveau d’amélioration en précision apportée par la
formulation complète en examinant, via le visu rapide, les courbes d’évolution des
composantes u et v du vecteur vitesse en un point, comme illustré ci-dessous :

La variation des vitesses au temps t = 20 hrs, correspond au passage du calcul en mode


affiné. Dans le cas de l’exemple traité le calcul affiné apparaît nécessaire avec la géométrie
testée.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 230
Pourquoi en pratique HYDRARIV propose t’il par défaut le calcul simplifié et non le calcul
affiné pour les domaines 2D ? Ce choix est justifié par la nature dominante des problèmes
de modélisation traités qui intéressent généralement des linéaires de vallée importants : la
taille des mailles créées, de l’ordre de 50 m, rend les termes de pression et de frottement
dominants par rapport aux termes convectifs. Pour ces problèmes la structure fine locale des
écoulements n’est pas recherchée, ce qui rend inutile la formulation affinée et allonge
inutilement les temps de calculs ( l’augmentation du temps de calcul avec la formulation
affinée est de l’ordre de 30%). En revanche l’exemple 4 montre la nécessité d’une
formulation affinée dès lors qu’on s’intéresse à la connaissance fine d’une structure locale
d’écoulement, nécessitant des largeur moyenne de maille de 10m et moins.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 231
8 UTILITAIRES

8.1 MENU UTIL

Ce menu comprend les rubriques suivantes :

8.1.1 Multifenêtrage

Permet de choisir le mode d’affichage des différents espaces de travail en mode


« complexe » : en cascade, en horizontale ou en verticale.

8.1.2 Placer un texte

Pour placer un texte de légende permettant d’identifier facilement les éléments, cliquer dans
l’espace de travail à l’endroit où le texte doit être placé. Taper le texte puis valider (touche
Entrée). Le texte peut alors être déplacé comme les autres éléments du dessin avec l’outil
« Déplacer » et effacé avec l’outil « Suppr ». La police, la taille, la couleur et l’orientation du
texte sont modifiables avec le « clic droit » sur le texte sélectionné ou un ensemble de textes
sélectionnés. Un menu contextuel apparaît pour effectuer les modifications.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 232
8.1.3 Etiqueter les éléments

Permet d’étiqueter tous les éléments type par type avec les libellés. Les dispositions pour
modifier les étiquettes sont identiques à celles décrites au paragraphe précédent.

8.1.4 Import de données non graphiques d’un .HRV

Permet d’intégrer au .HRV les données d’un autre fichier .HRV de type :
 Différentes pluies
 Coefficients de Montana
 Sections de collecteurs paramétriques
 Scénarii de simulation
 Scénarii de pluie

8.1.5 Export de données non graphiques vers un .HRV

Permet d’exporter les données vers un autre fichier .HRV. (voir paragraphe précédent).

8.1.6 Scanner les éléments

Pour obtenir la liste de tous les éléments du réseau type par type : sélectionner dans le
menu déroulant le type d’élément à lister.
Une liste des éléments est produite, précisant les caractéristiques de chacun d’entre eux.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 233
8.1.7 Supprimer les éléments par leur numéro

Permet de supprimer en une seule fois tous les objets d’un type donné. Commande utile en
cas de fausse manœuvre, lors d’une tâche d’importation de fichiers MIF/MID par exemple.

8.1.8 Sélectionner les éléments par leur numéro

Permet de sélectionner en une seule fois tous les objets d’un type donné. Commande utile
pour modifier les attributs d’un objet : après sélection cliquer sur le bouton droit de la souris
pour accéder au menu « attributs » :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 234
8.1.9 Localiser un élément

Permet de situer sur l’ensemble du réseau modélisé un élément dont on spécifie le libellé ou
l’identifiant :

Raccourci clavier : Ctrl + f

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 235
8.1.10 Visu rapide de courbe HYDRA

Permet de visualiser graphiquement les courbes de points définies dans les fichiers de
mesures ou toute autre courbe au format HYDRARIV, correspondant au format des fichiers
d’hydrogrammes externes.

Dans la fenêtre Choix de courbe à visualiser, cocher la case OK des courbes à faire
apparaître sur la graphique. Cliquer ensuite sur Visu pour voir les courbes.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 236
8.1.11 Changer l’apparence des éléments

En cas de mise à jour ou modification des symboles représentatifs des éléments ce menu
permet d’actualiser l’apparence des éléments.

8.1.12 Repositionner tous les uninodaux au dessus de leur noeud

Lorsque l’apparence des éléments a été modifiée, ce menu permet de repositionner tous les
symboles au centre des nœuds et au dessus de chaque noeud.

8.1.13 Convertir les fichiers w14, w15 en Texte

HYDRARIV active par défaut trois types de sorties qui sont utilisées par les menus
d’exploitation des résultats :
 le fichier .W14 contient les résultats relatifs à toutes les singularités hydrauliques ‘à
l’exception des hydrogrammes d’apports),
 le fichier .W15 contient les résultats relatifs aux nœuds utilisateurs,

Cet outil converti les fichiers de sorties w14 et w15 en fichiers texte pour une exploitation
externe. La structure de ces fichiers est la suivante :

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 237
8.2 NOTICE DU GRAPHEUR CADESS

Menu Exploitation / Mise en page des résultats de sortie / Courbes X(t) / Visu.

Le logiciel Cadess est le grapheur d’HYDRARIV. Il est utilisé en cliquant sur le menu
Exploitation / Mise en page des résultats de sortie / Courbes X(t). Les paragraphes suivants
permettent de modifier certaines caractéristiques de la mise en page.

Lorsque la mise en page est affichée à l’écran cliquer sur Fichier / Editer le Mst en cours
pour modifier les paramètres souhaités. Les lignes de commandes correspondant à la mise
en page s’affichent alors avec l’éditeur de texte.

Pour une mise en page A4 la structure des lignes de commande est la suivante :

- PAGE (ligne d'une page pouvant contenir plusieurs cadres)


-
- CADRE (ligne d'un cadre pouvant contenir plusieurs courbes)
-
- ECHELLE (ligne de graduation et d'écriture des axes x et y)
-
- [GRILLE] (ligne des grilles de repérage)
-
- PLOTXY (ligne d'une courbe)
-
- [COMMENTAIRE] (ligne de placement d'un texte)
-
- [REM] (ligne de remarque semblable à celui du DOS)
-
- ENDCADRE (fin d’un cadre)
-
- ENDPAGE (fin de la page ou fin de fichier de commande MST)

L’utilisateur a la possibilité de modifier les lignes ECHELLE et GRILLE les autres lignes sont
régénérées automatiquement par HYDRARIV à chaque fois que la mise en page est
affichée.

8.2.1 Modification des échelles

La ligne de commande ECHELLE comporte 15 paramètres séparés par des blancs dont 8
sont modifiables par l’utilisateur :

"Axe" Xmin Xmax Ymin Ymax Ux Uy Nux Nuy "Ttr x" "Ttr y" "Ori y" "Txech" "Ftx"
"Fty"

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 238
Paramètres modifiables :
• Xmin, Xmax, Ymin, Ymax = respectivement les valeurs min et max des abscisses et
ordonnées. (Ymin et Ymax s’expriment en unité utilisateur, la même que celle des
courbes).
• Ux, Uy = valeurs d'une graduation des axes x et y, exprimés en unités utilisateur.
• Nux, Nuy = nombre de graduations des axes x et y au droit duquel un libellé de
graduation est écrit. Ce sont des nombres entiers sans dimension.
• ‘’Ftx’’, ‘’Fty’’ = format des libellés de graduation. Pour afficher une décimale :
‘’#######0.0’’, deux décimales ‘’#######0.00’’… etc.

8.2.2 Modification de la grille

La ligne de commande ECHELLE comporte 5 paramètres séparés par des blancs dont 2
sont modifiables par l’utilisateur :

Ngx Ngy St Ep Co

Paramètres modifiables :
• Ngx = intervalle entre deux graduations sur l’axe des x qui portent un trait vertical
• Ngy = intervalle entre deux graduations sur l’axe des y qui portent un trait horizontal

Pour enregistrer les modifications de mise en page définies ci-dessus, enregistrer et fermer
le fichier .Mst. HYDRARIV affichera automatiquement la mise en page modifiée avec le
menu Exploitation / Mise en page des résultats de sortie / Courbes X(t) / Visu de la page i.

Cette mise en page est conservée pour les sorties ultérieures, même si le calcul est relancé.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 239
8.3 MENU FICHIER / PREFERENCES

Ce menu est utilisé pour paramétrer la taille des éléments dessinés, les dimensions et les
caractéristiques de l’espace de travail :

Plus l’image du fond de plan est grande, plus l’espace de travail doit être grand. Par
exemple : si les fonctions de zoom + et – ne fonctionnent pas, modifier la taille de l’espace
de travail. Si des portions de modèles sont rajoutées : augmenter l’espace de travail.

Si les éléments dessinés à l’écran sont trop petits augmenter la taille des symboles et
l’épaisseur des traits. Cliquer ensuite sur OK pour visualiser le dessin.

Le menu Afficher le logo au démarrage permet d’activer ou non l’apparition du logo au


démarrage de l’application.

Hydratec - HYDRARIV - Manuel utilisateur - Dossier A : Guide pratique d’utilisation - Indice 2.1 – Septembre 2007 240