Vous êtes sur la page 1sur 6

NE555 en bascules monostable et astable

I. Présentation du composant

Le NE555 est un circuit intégré utilisé dès que la notion de temps est importante dans un
montage.
Comme il est bon marché (environ 3FF pièce) et relativement simple d'utilisation, c'est un
circuit intégré "classique" en électronique.

On l'utilise dans deux montages de base : le monostable et l'astable.

On peut aussi combiner ces deux montages; on utilise alors le circuit intégré NE556 qui
contient deux NE555.

I.1. Schéma équivalent et brochage en boîtier DIL 8 broches :

Boîtier DIL 8 broches

I.2. Description du brochage :

Broche 1 : Masse

Broche 8 : Alimentation
La tension entre la broche 8 et la broche 1 (masse) doit être comprise entre 4,5V et 16V.

Broche 3 : Sortie
Prend l'état haut (Valim) ou bas (0 V). Fournit un intensité maximale de 200 mA.

Broche 4 : RAZ
Met au repos de la bascule RS (sortie Q à l'état bas, et donc sortie -Q à l'état haut), si on
applique un potentiel <0,7V. Lorsque cette broche n'est pas utilisée, il est conseillé de la relier
à Valim afin d'éviter les mises au repos parasites.

Broche 7 : Décharge
On place un condensateur entre cette broche et la masse. En mettant à l'état haut la sortie de la
bascule RS, on commande la décharge quasi instantanée du condensateur dans le transistor.

Broches 2 (Déclenchement) , et 6 (Seuil) :


On y applique des potentiels Vdecl et Vseuil pour commander l'état de la sortie (état haut ou bas)
et l'état du transistor (bloqué ou passant).

Broche 5 : (Tension de) Référence


On a deux possibilités :
Si cette broche est inutilisée (reliée à la masse par un condensateur de filtrage de 10 nF ) alors
Vseuil est comparé à 2/3 Valim et Vdecl est comparé à 1/3 Valim.

Si cette broche est utilisée (on y applique un potentiel Vref) alors Vseuil est comparé à Vref et
Vdecl est comparé à 1/2 Vref .

I.3. Tables de vérité du NE555

Si la broche 5 de référence est inutilisée alors :


-Q
Vseuil Vdecl R S Q Etat transistor Etat sortie
(sortie bascule)
>2/3 Valim < 1/3 Valim 1 1 1 0 bloqué 1
<2/3 Valim < 1/3 Valim 0 1 1 0 bloqué 1
> 2/3 Valim > 1/3 Valim 1 0 0 1 passant 0
< 2/3 Valim > 1/3 Valim 0 0 précédent précédent précédent précédent
Remarque : La bascule est un dispositif à mémoire; quand Vseuil < 2/3 Valim et Vdecl > 2/3
Valim, la sortie et le transistor sont donc dans l'état précédent.
Si la broche 5 est utilisée (on y applique un potentiel de référence Vref) :
-Q
Vseuil Vdecl R S Q Etat transistor Etat sortie
(sortie bascule)
> Vref < 1/2 Vref 1 1 1 0 bloqué 1
< Vref < 1/2 Vref 0 1 1 0 bloqué 1
> Vref > 1/2 Vref 1 0 0 1 passant 0
< Vref > 1/2 Vref 0 0 précédent précédent précédent précédent
Remarque : La bascule est un dispositif à mémoire; quand Vseuil < 2/3 Valim et Vdecl > 2/3
Valim, la sortie et le transistor restent donc dans l'état précédent.

II. Le montage monostable

II.1. Schéma du montage

La broche 5 étant reliée à la masse,la table de


vérité du NE555 est la première
Bien voir que Vc = Vseuil et que Ve = Vdecl.
II.2. Fonctionnement du montage

L'état "de base" du montage est le suivant : la tension d'entrée Ve est haute (c'est à dire Ve>1/3
Valim); la sortie est donc basse et le transistor est passant. Le condensateur C ne peut pas se
charger et on a Vc = Vseuil = 0V (courbes en noir).

Le montage va réagir à une impulsion de Ve c'est à dire à un bref passage de Ve à l'état bas
(Ve< 1/3 Valim).

Il faut distinguer plusieurs cas de figure qui ne conduiront (heureusement) qu'à une seule
conclusion ...

II.2.a. Cas d'une impulsion brève (durée<RC . Ln3)

Vdecl(=Ve) devient inférieur à 1/3 Valim; la sortie


passe à l'état haut et le transistor est bloqué. Le
condensateur C se charge lentement à travers R
selon la loi Vc = Valim . (1 e -t/RC).
Quand Vdecl repasse à l'état haut (Vdecl > 1/3 Valim), le
condensateur continue de se charger tant que Vseuil
<2/3 Valim.
Quand Vseuil atteint 2/3 Valim, la sortie revient à l'état
bas et le transistor est passant; le condensateur C se
décharge quasi instantanément dans le transistor et
Vseuil passe à 0V.

On retrouve la situation "de base"; le montage est prêt à réagir à une autre impulsion...

Bilan : le montage fournit donc un potentiel Vs haut (= Valim) en sortie pendant une durée T, en
réponse à une impulsion en entrée.

On peut calculer T, qui est le temps nécessaire au condensateur C pour se charger de 0V à 2/3
Valim à travers R :

On a 2/3 Valim = Valim - (Valim -0) . e-T/RC .


soit T = RC . Ln3
T est indépendant de Valim et de la durée de l'impulsion.
II.2.b. Cas de plusieurs impulsions brèves

Si on applique à l'entrée plusieurs impulsions (Ve


passe plusieurs fois sous la barre des 1/3 Valim)
brèves (la somme des largeurs des impulsions
restant inférieure à T), le comportement du montage
n'est pas changé.

La durée T vaut toujours T = RC . Ln3

II.2.c. Cas d'une impulsion longue (durée> RC . Ln3)

Si on applique à l'entrée une impulsion de largeur >


T (= RC. Ln3) alors la réponse sera de même
largeur.
La tension aux bornes du condensateur dépasse la
valeur de 2/3 Valim.
On retrouve la situation "de base" quand la tension
d'entrée repasse au dessus de 1/3 Valim.

II.2.d. Conclusion

On comprend mieux pourquoi ce montage est appelé "monostable". Il n'a qu'un état stable
(appelé "état de base" dans le raisonnement précédent) auquel il revient toujours au bout d'un
laps de temps T.

II.3 Utilisations pratiques du monostable

On se sert du monostable en "minuterie" électronique. Le principe est le même qu'une


minuterie pour l'éclairage des escaliers dans les immeubles collectifs : une pression sur
l'interrupteur déclenche l'allumage des lampes pour une durée déterminée. Dans le cas du
monostable, une impulsion sur Ve déclenche un niveau bas en sortie pour une durée de T =
RC. Ln3.

Une utilisation plus originale est proposée dans le numéro 23 (Mai 2000) du mensuel
"Génération Electronique" (Pub gratuite !) : 2 NE555 en monostable permettent de diriger un
petit robot mobile, en agissant sur ses deux moteurs.
III. Le montage astable

III.1. Schéma du montage

La broche 5 étant reliée à la masse, la table de


vérité du NE555 est la première
Bien voir que Vc = Vseuil = Vdecl.

III.2. Fonctionnement du montage

III.2.a. Hypothèse

Le condensateur est supposé initialement déchargé : Vc = 0 V. On a donc Vseuil et Vdecl nuls, ce


qui implique Vs = Valim.

III.2.b. Evolution temporelle de Vc et de Vs

Le condensateur se charge à travers R1+R2 sous Valim avec


Vc(0) nul selon Vc = Valim . e -t/(R1 + R2) C , jusqu'à ce que Vc (=
Vseuil = Vdecl) atteigne 2/3 Valim.
La sortie passe à l'état bas et le transistor devient passant; le
condensateur se décharge à travers R2 selon Vc = 2/3 Valim . e-
t/R2
jusqu'à ce que Vc (= Vseuil= Vdécl) atteigne 1/3 Valim.
La sortie passe à l'état haut et le transistor est bloqué; le
condensateur se charge à travers R1+R2 sous Valim selon Vc =
Valim . (1 - 2/3 e-t/(R1+R2) C ) jusqu'à ce que Vc atteigne 2/3 Valim.
La sortie passe alors à l'état bas et le transistor est passant.On
retrouve alors la situation précédente (en rouge).

Conclusion: on observe une oscillation périodique de Vs et de Vc entre 0V et Valim (ou entre


1/3 Valim et 2/3 Valim pour Vc). Le montage ne parvient pas à trouver un état d'équilibre, il est
astable.

III.2. c. Calcul de la période T d'oscillation

La période d'oscillation T est égale à la somme de la durée de charge du condensateur (Vc


variant de 1/3 Valim à 2/3 Valim) et de la durée de décharge (Vc variant de 2/3 Valim à 1/3 Valim).

T = (R1+R2) . C. Ln2 + R2 . C . Ln2


T = C. Ln2 . (R1 + 2 R2)
T est indépendant de la tension d'alimentation.

III.3. Utilisations pratiques du montage

On peut l'utiliser pour faire clignoter des DELs dans des réalisations à vocation ludique.

Une utilisation plus utile consiste à utiliser le montage pour mesurer des températures ou des
humidités relatives. Il suffit d'utiliser un condensateur dont la capacité C varie avec la
température ou l'humidité relative. Après étalonnage, la mesure de la fréquence f = 1/T permet
de connaître ces deux paramètres.

Vous aimerez peut-être aussi