Vous êtes sur la page 1sur 318

Lcs (//(/cur.

\'

lsabelle Poutrin esl ancienne élcvc de l'E.N.S.Ulm-Sevres, agrégéc d'his- CLEFS CONCOURS HISTOlRE MODERNE
loire, ancien melllbre ele J'École eles Hallles ÉllIdes Hispaniqlles (Casa de
Velázqllez) ellllaltre de conférences à l'lIniversilé Paris-XII.

Fanny Cosandey esl úocteur en Hisloire Illodernc. professeur ccrtifiée Fanny Cosandey Isabelle Poutrin
d'hisloirc-géographie elnolammcnl alllellr de La reine dc Francc. symlJo{e
e( poul'oir paru en 2000 chez Gallimard.

Monarchies
Remerciemenl

Les alltellrs liennenl à remercicr Jeun.Frédéric Schallb pour la riche informa.


lion bibliographique qll'il a misc à leur disposilion cl Laurence Delcros pour
l'aide qu'elle a apportéc à la réalisalion du Illanuscril. espagnole et française
Zlj)
cP'
1550-1714
--
La collcction Chi" CtJllCOllrs - Hi.\'/oire II/odeme
esl dirigée par Marie-Karinc Schaub

Direclion édilorialc et cartographie : Philippe Lemarchand.


Édilion et infographie : Michcle Mirroir.
Assistés de : Alexandre Kousnetzoff.
L'édileur tient à remcrcier Mireille Dietrich cl Victoria Lis
sans le concours de qui cet nuvrage !l'aurait pas I'U te jlJur.

@ Allande, 200 I To"s drnils rése.-vés


ISBN: 2-912212-24.4
ESPACES

SOMMA~E ÉCHELLES ET FRONTIERES 104

INTRODUCTION ••••.•.•..•....•....•..•••.••..••.••••••.. 13 LA MONARCIIIE HlSPANIQUE, UNE "MONARCHIE COMPOSITE" 107


PISTES IIISTORIOGRAPHIQUES .......•.•...••...••.•.•••..... 21 HÉRITAGES ET CONQU~TES 107
LA TITULATURE OES MONARQUES III
REPERES DE LA MONARCHIE HISPANIQUE AU ROYAUME O'ESPAGNE 114

L'INSCRIPTlON OES POUVOIRS SUR LE TERR1TOlRE EN ESPAGNE ••.. 117


L'AFFRONTEMENT ENTRE CHARLES QUINT ET LES VALaIS (1515-1556) 36 MUNICIPE, SEIGNEURIE, DIocEsE 117
LA PRÉPONOÉRANCE ESPAGNOLE (1556-159R) 38 Le munieipe 117
De I'Empire à Ia monarehie hispanique (1527-1556) 38 La seigneurie 119
Le début de la révolte des Flandres (1566-1570) 40 Les eadres eeclésiastiques 121
Les années de eroisade (1550-1572) 45 LA JUSTICE ROYALE ORDlNA1RE EN EsPAGNE 123
La seeonde révolte des Flandres (1572- I 579) 46 LES C1RCONSCR1PTIONSFINANC1ERES 125
Les guerres civiles françaises (1562-1584) 48
Philippe II, de la eonquête portugaise à LE ROYAl1ME DE FRANCE •.••..•.•....•••.•.•.••..•.••...• 127
l'échec de I'Arlllada (1578-1588) 51 LA CONSTRUCTION TERRITORIALE 127
Un cheminement diffici1e vers la paix de religion (1584-1598) 53 LE DOMAINE ROYAL 131
Les difficultés de la fin du regne de Philippe II (159 I -1598) 56 La dilllension fiseale du domaine 131
La eonstitution territoriale du domaine 134
DEUX GRANDESPUISSANCESOANS LE CONFUT EUROPÉEN(1598-1659) 58 Les apanages 137
La "guerre en renard" ( 1598-1610) 58
La breve embellie des mariages franco-espagnols (1610-1616) 62 L'ESPACE FRANÇAIS •.......•.••..••.•••.•••..••...•••••• 139
L'intervention espagnole dans les affaires LES SU8DIVISIONS OE L'ESPACE 139
d'Europe centrale (1617-1628) 65 p. Les provinees : 140
Le toumant de Mantoue (1628-163 I) 68 Pays d'états, pays d'éleetions et pays eonqUls 141
La France en guerre par procuration : Les gouvemements 145
Gustave-Adolphe en Al1emagne (1631-1635) 71 Généralités et intendanees 147
La guerre totale de Richelieu et d'Olivares (1635-1643) 73 Les circonseriptions judiciaires 148
De Roeroi à Miinster (1643-1648) 77 DlsPARITÉs ET PARTICULAR1SMES 153
La crise politique en Franee: la Fronde parlelllentaire (1648-1653) 80 La diversité linguistique 154
La guerre franco-espagno1e ( 1652-1(59) 81 Coutumes et privileges 157
Une multitude de privileges 161
NEC PWRIBUS IMPAR: LA PRÉPONOÉRANCE FRANÇAISE (1659-1714) 84 Une géographie fiseale eomplexe 163
Louis XIV en Europe: diplomatie et supériorité (1661-1667) 84 Poids et mesures 165
La guerre de Hollande (1668-1679) 87
De la politique des réunions à la ligue d'Augsbourg (1679-1688) .90 LA MAiTRISE DE L'ESPACE .••••••••••••••••••••••••••••••• 167
La guerre de la ligue d'Augsbourg (1689-1697) 94 LA DlSTANCE-TEMPS 167
"II n'y a plus de Pyrénées" (1697-1701) 96 SUR LES ROUTES O'ESPAGNE 171
La guerre de Suecession d'Espagne (1701-1714) 98 EN FRANCE : UNE POLITIQUE OU RÉSEAU ROUT1ER 173

4 5
LEMONARQUE LA FAMILLE ROYALE EN ESPAGNE •••••••••••••••••••••••••• 251
LA MAISON D'AUTRICHE:
HABSBOURG D'EsPAGNE ET HABSBOURG DE VIENNE o o o o o o o o o o o o 251
LES FONDEMENTS JURIDIQUES DF-S DEUX MONARCHIES ••••••••••• 179 FÉCONDITÉ ET CONSANGUINITÉ . o • o o o o o o o o o o o • o o o o o o o o o o o o o 252
LES LOIS FONDAMENTALES 179 DE LA MONARCHIE FRANÇAISE o ••• o o • o
LA FAMILLE ROYALE AU SERVICE DE LA MONARCHIE o o o •• o o o o • o o 255
La loi salique .. o • 181
o o ••• o o ••• o o o o • o o o •• o o o • o o o o o o • o o o

LES SOUVERAINETÉS INÉGALES DU ROI CATHOLlQUE 183 o o o • o o o o o o o o


POLITIQUES MATRIMONIALES ET STRATÉGIES DYNASTIQUES ••••••• 259
CastilIe et Aragon : des modeles juridiques différents 184 o o o o o o o •
"LES ROIS N'ÉPOUSENT PAS DES BERGÊRES" o o • o ••• o o o o o o o o o • o 259
Le droit du royaume de Castille 185 o o o • o o • o o o o o o o • o o o o o o o o •
LES RÊGLES SUCCESSORALES CHEZ LES HABSBOURG D'EsPAGNE o o 0262
Les particularismes des provinces basques et du royaume de Navane 187 LES QUATRE MARIAGES DE PHILIPPE II o o o o o • o o o o o o o • o o o o o o • o 264
Les systemes pactistes : Aragon, Catalogne, Valence 188 o o o o o o o o
MARIAGES ET CAPTATlON D'HÉRITAGE :
LA SUCCESSION DE PORTUGAL, LA SUCCESSION D'EsPAGNE o o o o o o • o 265
LES THÉORIES POLITIQUES EN ESPAGNE ET EN FRANCE •••••••••• 193
POUR UNE RAISON D'ÉTAT CHRÉTIENNE :
LE SYSTEME DE COUR ••••••••••••••••••••••••••••••••••• 267
LE COURANT ANTIMACHIAVÉLlEN EN ESPAGNE o o o o o • o o o o o o o o o • o 193 ÉTIQUETTE BT PRÉSÉANCES À LA COUR DES ROIS DE FRANCE o o o o o o 267
LA NATURE ET LES LIMITES DU POUVOIR ROYAL EN EsPAGNE :
ÉTIQUETTE BT CÉRÉMONIAL À LA COUR DES HABSBOURG D'EsPAGNE o o 269
ABSOLUTISME, SOUVERAINETÉ, TYRANNICIDE . o o o o o o o o o o o o o o o o o 197 LA VIE DE COUR SOUS LOUIS XIV o o o o o o •• o o o o o •• o • o o o o o o o o 275
LA CONSTRUCTION DE L' ABSOLUTISME EN FRANCE o o o o o o o o o o o o o 202
RAISON D'ÉTAT ET PENSÉE POLITIQUE
LES RÉSIDENCES ROYALES •••••••••••••••••••••••••••••••• 279
DANS LA FRANCE DU XVIIE SIÊCLE . o o o o • o o o o o o o o o o o • o o o • o o • o 206 DES PALAIS EN ESPAGNE : L'EsCORIAL ET LE BUEN RETIRO o o o • o o o 279
CHÂTEAUX BT PALAIS : LES RÉSIDENCES DES ROIS DE FRANCE o o o o o 283
LE MÉTlER DE ROI •••••••••••••••••••••••••••••••••••••• 211 Le nomadisme des Valo is o o o o • o o o o o o o o o o o • o • o o o o o o o • o o 283
L'ÉDUCATION BT LA FORMATION DU ROI DE FRANCE o o o o o o • o o o o o o 211 Les résidences d'Henri IV et de Louis XIII o o o o o o • o o 0'0 o o o o 287
L'ÉDUCATlON ET LA FORMATlON DES SOUVERAINS ESPAGNOLS o o o o o o 216 Louis XIV, du Louvre à Versailles . o o o o o o o o o •• o o o o o o o o o o 289
ROI PAPERASSIER, ROI ENDORMI, ROI CAPTIF :
DÉBATS AUTOUR DU MÉTlER DE ROI EN ESPAGNE . o o o • o o o o o o o o o o 219 LES CÉRÉMONIES MONARCHIQUES •••••••••••••••••••••••••• 293
Philippe II, le roi paperassier . o o o o o o o •• o o o o o o o • o o o o o o o o 220 LES CÉRÉMoNIES BT LEURS FONcnONS DANS LA MONARCHIE FRANÇAlSE o 293
Philippe III, "le roi qui dort" o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o 220 Sacre et couronnement o o o o o o o o o • o o o o o o o • o o o o o o o • o • o o o 294
Charles II, le roi captif o' o o o o o o o o o o o o o o •• o o o • o o o o o o • o • 221 L'entrée royale o o o o o • o o o o o o o o •• o o o o o o o o • o o o o o o o o o o o o 296
PORTRAIT D'UN FAVORI ROYAL: LE DUC DE LERMA o o o o • o o o o o o o o 223 Les funérailles royales o o o o o o o o o o • o • o o o o o o o o o o o o • o • o o o 297
Le Iit de justice o o o o o o o o o o o o o o • o o o o o o • o • o o o o o o •• o o o o 300
LA FAMILLE ROYALE EN FRANCE ••••••••••••••••••••••••••• 231 Crise du cérémonial et évolution des rituels o o •• o o o o o o o • o o o 301
LA REINE . o o o o o o o o o o o • o o o o o o o o o o o • o o o o o • o o o • o o o o o o o • 232 LA MONARCHIE ESPAGNOLE : UNE ROYAUTÉ SANS SACRE o o o o o o o o o 303
LES AUTRES MEMBRES DE LA FAMILLE ROYALE o. o o o o • o o o o o o o o • 238
Le dauphin o o o o o o o o o o •• o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o • o o o o o o 238
Les filies de France o o • o o o o o o o o •• o o o •• o •• o o o o o o o o o o o o o 240 LES MOYENS DU GOUVERNEMENT
Les fils de France o o o o • o o o o o o o o • o o o • o o o o o • o o o o o o • o o o o 241
LÁ PÁRENTÉ ROYALE o o o o o o o o • o o o o o o o o o o o o • o o o o o o o o o o o o o 2'13
Les bâtards o o o o o o o o o o o o o o o o o o o •• o o o o • o o o o o o o o o o • o o o 243 LE GOUVERNEMENT CENTRAL DE LA MONARCHIE HISPANIQUE ••••• 309
Les princes du sang o o o o o • o • o o o o o o o o o o o o o o o • o o o o o o o o o 244 UN GOUVERNEMENT POLYSYNODlQUE O' o o o o o o o o o • o o o o o • o o o o o 309
Devoir de révolte, devoir'd'obéissance o o o • o o o o • o o o o o o • o o o 245 Lesconseilsd'ÉtatetdeGuene o o o o o o o o o o o o o o o O' o o o o o o o 310
Le conseil royal de Castille, la chambre de Castille
et le conseil des Finances o o o • o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o •• o o 312

6 7
Ort.
Les eonseils des Indes. de l'Inquisitioll, des
Les conseils d' Aragon, de Navarre. de Flandrt~,
:t de Croisade . 314 Les états généra
Les assemblées uo,.<lOtables
394
399
d'Italie et du Portugal 315 Les états provinciaux 400
Les conseils com me représentation dcs royaumes aupres du roi 318
LE TEMPS OES SECRÉTAIRES : LF~'i FINANCES ••••••••••••.••••.••.••.••••••••.•••••••• 403
LA PRATIQUE OU OOUVERNEMENT sous PrllLlPPE II 319 LES FINANCES DE LA MONARCHIE FRANÇAISE 403
Le regne de I'écrit 319 Les chiffres de I'endettement 404
Les factiolls au gouvernement el à la eour 320 Le syste.me finallcicr 405
Les julltas 322 Finanees et gens de finances 408
LE TEMPS OES FAVORIS : LERMA, OUVARES. HARO 323 Les révoltes antifiseales 410
Le gouvemement du due de Lerma 323 LES FINANCES OU ROI CATHOLlQUE 411
Le gouvernement du eomte-due d'Olivares 325 Une eharge inégalement répartie 412
LE TEMPS OES PREMIERS MINISTRES: • Les revenus de la couronne dans les États non-castillans
LE GOUVERNEMENT ARISTOCRATIQUE SOUS CHARLES II 328 de la monarchie 412
PROFIL OU PERSONNEL DE GOUVERNEMENT 330 • Les revenus de la eouronne en Castille 412
Déficit et endettement 419
LE GOUVERNEMENT DES ÉTATS DE LA MONARCHlE HISPANIQUE 337 • La dette à 10ng terme : les juros 419
L'ART OÉLlCAT OU MAINTIEN DE L'ORDRE INTÉRIEUR 337 • La dette à court terme : les asielltos 420
"Prévenir les désordres" en I'absellce du roi, Les diffieultés financieres chroniques de la monarehie 422
ou le eonservatisme de la monarehie 337 • Déficit et endettement sous Philippe II 422
Les imparfaits alter ego du roi absent : vice-rois et gouvemeurs 340 • Les tentatives de réforme financiere sous Philippe III 426
Le renforeement du pouvoir monarchique 344 • IIlf1ation et endettement sous Philippe IV 428
LA MONARCHIE HISPANIQUE EN CRISE: I:ANNÉE 1640 347 • Déficit financier et assainissement monétaire sous Charles II . 429
La révolte de la Catalogne 348
La sé,eession du Portugal 353
Des Etats fideles à la couronne : Aragon. Valence et Castille .. 355 PROJETS ET OBJECTIFS

LE GOUVERNEMENT DE LA MONARCHIE FRANÇA/SE .•...•..•.... 359


UN GOUVERNEMENT PAR CONSEILS 359 RELlGION ET POUVOIR DANS LA MONARCHIE HISPANIQUE ..•.•..•. 433
Un exemple de cour souveraillc : le parlement de Paris 364 DÉVOTION ET PRATIQUE RELlGlEUSE DES HABSBOURG D'EsPAGNE .. 433
Fonetionnemellt et pouvoirs des parlcmcnts 366 L'ÉGLlSE DANS LA MONARCHIE CATHOLlQUE,
La véllalité des offices 368 LA MONARCHIE CATHOLlQUE DANS L'ÉGLlSE 435
LES AGENTS DU GOUVERNEMENT 372 L'Église de CastiJle 436
LA RÉGENCE, UNE SITUATION O'EXCEPTION 377 Les nominations 'lUX bénéfiees ecc1ésiastiques 437
Taxer I'Église 440
LE ROI ET SES SUJETS : LES L1EUX DU DIALOGUE ••......••..••• 383 La monarchie et la juridiction ecc1ésiastique 441
LES ASSEMBLÉES REPRÉSENTATIVESDES ROYAUMES HISPANIQUES : Le "régaJisme" des Habsbourg d'Espagne 442
CORTES,JUNTAS ET PARLEMENTS 383 L'IMPLANTATION DE LA RÉFORME TRIDENTINE SOUS PHILIPPE II 444
La notion de représentation dans une société d'ordres 383 LA LlITTE CONTRE L'HÉRÉSIE 446
Renforcement et disparition des Cortes de Castille 387 L'Inquisition espagnole 446
Les Cortes de la couronne d' Aragon 390 D'autres inquisitions 449
LES ASSEMBLÉES REPRÉSENTATIVESEN FRANCE : ÉTATSGÉNÉRAUX, LES STATllTS DE PURETÉ DE SANG 450
ASSEMBLÉES DE NOTABLES ET ÉTATS PROVINClAUX 394 L'UNITÉ RELlGlEUSE 453

8 9
LA POLITIQUE RELlGIEUSE DE LA MONARCHIE FRANÇAISE .....•.• 457 ANNEXES
L~, QUESTION PROTESTANTE 457
L EGLIS~ ET LE ROI : GALLICANISME ET CONFESSIONNALISME 462 CHRONOLOGIE ••••......••.••••••...••••••••.•••••••.•• 523
LE JANSENISME ET LA POLITIQUE 465
TABLEAUX ••••.•....•••••••...•.....•.••.••••.•••...•. 539
LE SY~T~ME MILlTAIRE DE LA MONARCHIE HISPANIQUE •.....••• : 467 Pensée politique pendant les guerres de religion 540-542
LA REVOLUTION MILITAIRE" DE L'ÉPOQUE MODERNE 467 La monarchie hispanique : composition territorial e 542-544
DES ESPACES MÉDITERRANÉENS MAL DÉFENDUS 469 Les conseils du gouvemement central
La défense de la péninsule Ibérique 469 de la monarchie hispanique 545-548
La défense ,de l'Italie méridionale 471 Les assemblées représentatives
?
LES FORCE~ INTERVENTION DE LA MONARCHIE HISPANIQUE 474 dans la couronne de Castille 549-550
Co.mposltlOn.et recrutement de I'armée des Flandres 474 Les assemblées représentati ves dans la couronne d' Aragon 551
Vamcre !es dls.t~n~es : le chemin espagnol 477 Les Habsbourg d'Espagne 552-553
Une soclété mllItalre : le tereia 479 Rois, fils et filIes de France 554
, La fin des tercias 483 Tableau synoptique des reines de France 555
L UNION DES ARMES: RÉORGANISER LES RESSOURCES MILITAIRES .. 483 Rang dans la faroille royale de France 556
Les bâtards des rois de France 557
LE ROI DE FRANCE ET LA GUERRE ....•.••.•.••.•..••••..•.• 489 Politiques matrimoniales et stratégies dynastiques
VERS UN MONOPOLE DE LA FORCE ARMÉE 489 (tableaux généalogiques) 558-565
LES RÉFORMES MILITAIRES SOUS LOUIS XIV 491 ARBRES GÉNÉALOGIQUES •.•••...••.•••••..••••••..••••.•. 566
GUERRE ET SOUVERAINETÉ 493 Branche des Valois-Angoulême 567
Branche des Bourbons 568
LES GRANDES VISIONS STRATÉGIQUES •.•..•..•..•....•.••••• 497 Généalogie de la maison de Condé 569
CONSERVACIÓN ET REPUTACIÓN : Généalogie de Charles II, roi d'Espagne :
LES CONT~AINT~ ~TRATÉGIQUES D'UNE MONARCHIE DISPERSÉE 497 ascendance et alliances consangulnes 570-571
Une palx rarlsslme 497 Tableau généalogique :
"Réputation:' et."rep?s" : deux valeurs incompatibles 499 la descendance des Rois catholiques au XVIe siecle 572-573
La m?nar.chle hlsp.amque comme ensemble solidaire 500 Alliances et généalogie :
Les drrectlOns polItiques d'ensemble, de Philippe II à Charles II .. 503 les prétendants à la succession d'Espagne 574-575
LA POLI![Q~E AU MIROIR DE LA PROPAGANDE 504 NOTICES BIOGRAPHIQUES •..•.••••....•••.•••••••.••••••. 576
Messlamsme. espagnol et "monarchie universelle" 504 CARTES ••.•..•..•••.•....•••...••.•.....•••••...•.... 593
Lou~s XIII, IIbérateur et arbitre de la chrétienté 507 1558, l'héritage de Charles Quint 593
LOUIS XIV, nouveau "monarque universel" 509 La France, 1559-1610 594
EN FRANCE : BRISER L'ENCERCLEMENT HABSBOURG La France, 1643-1715 595
ET AFFIRMER LA SUPRÉMATIE FRANÇAISE EN EUROPE 510 Gouvemements et fiscalité au XVJII" siecle 596
Les généralités 597
L~ DIPLOMATIE •..••••..•..•..•••..•.•••.•.•..••••••..•• 513 L'Italie en 1559 598
LE f'ERSONNEL DrPLc~~1ATIQUE .. ç 1A
Les Pays-Bas en 1648 , - - - - .. 599
LA PRATJQ~E DIPLOMATIQUE :::::::::::::::::::::::::: Si6 1648, les Traités de Westphalie 600
LE CONGRES DE PAIX " 518
BIBLlOGRAPHIE ••••••••••••••••••••.•••••••••••.....••• 601
GLOSSAIRE •.•....••.•.••••••..••••....••••••••.•••••• 628
INDEX ANALYTIQUE DES PRINCIPALES PERSONNES CITÉES ••..••••• 638

10
11
IN1kODUCTION
Sous des dehors c1assiques, I'étude des monarchies espagnole et
française du milieu du XVI" au début du XVIII"siec1e rassemble des thé-
matiques multiples, qui témoignent du profond renouveau historiogra-
phique de ces vingt dernieres années. Condamnée sous sa forme tradi-
tionnelle, l'histoire politique bénéficie d'un regain d'intérêt qui doit
beaucoup au détour par l'histoire économique et sociale telle qu'elle a
été traitée par I'école des Annales des sa fondation. La fondation des
Annales par Lucien Febvre et Marc Bloch dans les années vingt reposait
sur une critique de l'histoire politique traditionnelle qui, en s'articulant
sur I'histoire des regnes et des ministériats, ne pouvait rendre compte des
grands mouvements historiques liés à des périodes séquentieJles beau-
coup plus larges. L'histoire politique, en se résumant à une histoire-
bataiJle, factuelle, ne permettait pas de déceler les inflexions écono-
miques, sociales, démographiques, culturelles, nécessaires à la compré-
hension des phénomenes historiques. La condamnation de celte histoire
entrainait celle de I'histoire politique dans son ensemble, détrônée au
profit d'un autre type d'histoire, économique, démographique, sociale,
qui se prêtait mieux à une perspective de la longue durée, plus structu-
relle qu'événementielle. Le temps long de la structure se superposait au
temps court de l'événement, qui ne devait pas être évacué mais réinves-
NOTICE ti dans une analyse du tem ps long, afin d'articuler les trois rythmes de
j'histoire : le rythme lent de la structure, le rythme moyen de la conjonc-
~n triple systeme permet au lecteur de s'orienter plus facilement dans ture, le rythme rapide des événements. La perspective braudélienne du
I ouvrage : temps et de I'espace, appliqué à La Méditerranée all temps de Philippe II
Un systeme de circulation entre fiches est proposé en cours de texte. (1949), en est une magnifique illustration.
Exemp.le : ~v. Les fondements juridiljlles) renvoie à la fiche "Les fonde- Ce retour à I'événement a permis de réinvestir I'histoire politique en
ments Jundlques des deux monarchics".
posant sur elle un regard neuf, et en intégrant l'apport des autres sciences
Les renvois à la bibliographie sont indiqués entre crochets. Les leltres sui-
socia1es. "Le politique", envisagé comme science des sociétés, remplace
vant.):, date ~a, b ou c) penneltent dc différencier les ouvrages ou articles
"Ia politique", entendue comme I'ceuvre des seuls personnages puis-
p~b~,cs par.l auteur la même année Sllivant leur ordre d'apparition dans la
sants. L'histoire du politique devient ainsi celle du pouvoir dans lequel
blbhograph le.
interviennent le pouvoir économique, le prestige social, le pouvoir idéo-
Exe~ple : [ELI;IOrr, 1992a] renvoie au premier des travaux de l.H. EJliott
logique, le pouvoir de I'imaginaire, le pouvoir symbolique. Les faits,
pubh~s en 199~. dont on trouvera les références completes dans la biblio-
grapllle. • articulés aux phénomenes et aux symboles, permeltent de dégager "I'es-
prit des institutions" [RICHET, 1973], le champ social des acteurs poli-
Les références bibliographiques citées en cours de texte sont des réfé-
tiques [MOUSNIER, 1970], les mises en scene du pouvoir [SABATlER,
rences anne~es ne figurant pas dans la bibliographie.
1999], la figure du roi et ses représentations [BERCÉ, 1990; CORNETfE,
Les * renvOlent le mot qui précede au glossaire.
13
1993]. Ainsi, I'étude des Iiens personne1s, dans et hors des institutions retard économique et culturel de I'Espagne comme de l'Italie méridio-
(patronage, c1ienteles, factionsó favoris, réseaux d'influence, lignages), nale [GALASSO, 1994]. On peut dater des années cinquante le déb~t de
et I'étude des groupes sociaux a estompé les frontieres entre État et I'essor des études sur "l'empire" espagnol [K(ENIG~BER.GER,1~51], ?lfeC-
société, entre sphere publique et sphere privée [KETTERING 1986 ; tion de recherche illustrée notamment par les hlstonens ~ntanmq.ues,
JOUANNA1989]. J .H. ElIiott, G. Parker; et I. A. A. Thompson. Dans ce doma:ne aus.sl les
Ce renouveIlement de I'histoire politique a suscité d'intenses débats positions historiographiques se mo~trent contrastée~, I e~plol odes
autour de la validité du concept d'État. II est contesté, notamment du eôté termes de référence (empire, grande pUlssance, systeme Impénal, mona~-
des historiens du droit en Espagne et au Portugal, comme résultant de la chie catholique) n'étant jamais neutre : ainsi, les mêmes historiens qUI,
projection de nos catégories actueIles sur un Ancien Régime pourtant en Espagne, abandonnent le "paradigme étatique", préferent em~loyer
séparé de nous par une notable distance anthropologique [CLAVERO, I'expression de "Monarchie catholique" a~in d'éviter les anac?roms~es
1986]. Sans entrer dans le détail de la polémique historiographique sur et les approximations, et de mettre en rehef le fondement umversahste
I'État, iI est nécessaire de souligner plusieurs questions. La monarchie est de la monarchie [FERNÁNDEZALBALADEJO,1992J. L'un des themes les
un régime politique qui est aussi une institution, mais de I'institution à plus discutés est celui du déclin du systeme impérial, et surtout de la date
l'État, le pas reste difficile à franchir. Peut-on parler d'État sous la monar- de son commencement : à I'idée d'une Espagne déjà entrée en déc~d~n-
chie, et peut-on parler d'État moderne ? L'appareil administratif qui se ce sous Philippe II [par exemple STRADLlNG,.1981] s:oPPo,se la VISlon
structure dans les derniers siecles de l'Ancien Régime permet-iI de d'une monarchie qui reste une grande pUlssance Jusqu à la chute
d'Olivares, la période d'hégémonie espagnole en Europe s'étendant sur
construire l'État ? Sur ce point, les historiens sont loin de s'accorder. Les
plus d'un siecle, de 1520 à 163?environ [GA~ASSO,.1994J ; malgré I.es
grandes entreprises teIles que l'enquête sur la genese de l'État moderne,
difficultés de la fin du regne, Philippe II legue a son bIs une grande PUlS-
en croisant Ies perspectives européennes, n 'ont pas permis de dégager une
sance mondiale [PARKER,1998].
ligne claire de ce qui dessinerait un État moderne [GENET, 1990]. Plus
encore qu'en France, État et nation restent en Espagne et en Italie des Si le terme d'État, dans les développements consacrés à la mo~arc~ie
concepts problématiques, y compris dans la vie politique actuelle, résul- hispanique, est employé presque exclusivement dans son sen~ t~rn~onal,
tat d 'une histoire spécifique que retrace P. Fernández Albaladejo et non dans son sens politique, c'e.st avallt tout dans le SOUCld .évlt.er la
[FERNÁNDEZALBALADEJO, 1993]. Toutefois, cette polémique présente confusion entre deu x écheIles différentes, celle ge la m?narchle hlspa-
l'intérêt d'attirer l'attention sur des phénomenes culturels et sociaux nique dans son ensemble et ceIle de chacun de~ Etats qUI la c?mposent.
essentiels de I'Europe catholique sous I'Ancien Régime, tels que I'exis- En effet I'idée qu'il existe "une instance supéneure de POUVOIfc.oncen-
tence d'un pluralisme juridictionnel (qui s'oppose au quasi-monopole de trée aut~ur du monarque", lequel est de plus "détenteur d'une. pUlssance
I'État contemporain sur la production du droit), ou encore I'impossibilité royale absolue" et dispose d'une série d'institutio~s (consetls, armée,
de penser le politique hors de catégories religieuses [HESPANHA,1989]. diplomatie, finances) bien co?~rôlée~, él,~me?ts qUI; P?,ur F. Tomás .y
Elle suscite également une relecture, d'une grande fécondité historiogra- Valiente, caractérisent l'appantlOn d un véntable Etat sous les R.OlS
phique actuel1ement, des relations entre monarchie et groupes sociaux, catholiques Isabelle et Ferdinand, peut être acceptée pour la CastlIle
qui dépassent les termes habitueIs de I'opposition entre le "pouvoir cen- [TOMÁS y VALlENTE,1982J. En revanche, la monarchie hispaniq~e. dans
traI" (identifié à I'État) et les composantes de la société. son ensemble n'est pas un État, ni au sens ter~itorial ni au s~ns pohtlqu.e ;
l'étendue et les limites de la puissance du rOl sont susceptlbles de vaner
Dans son champ propre, I'histoire de la monarchie hispanique a évi- d'un lieu à l'autre ; quant aux institutions, elles restent fr~gme~tées dans
demment bénéficié du renouvel1ement récent de I'histoire politique. La le cadre des différents États de la monarchie : ceIles ~Ul sout~ennent la
fragmentation de la monarchie hispanique en différents espaces natio- puissance internationale de c~~le-ci (?r~ée,pnanc~s,. dlplo~atl~! son~la
n311X; HUX XV!!!e et XIXe siecles, ã longtemps disqüãliíié certe !!monarchie nrn;p,..ttnn
•..••.•.•
J- •••
~"..,,, rPlnc:t;tllt;nnc:
••••.•.•. r~~tlll!.tnp~
""•.••..•.•.•..••..•.•...•••.• , a !Oexteneur
-_ ...•.•.••.•.••..•.••
_... ue. !eurs rronue.res. I...)n
composite" (caractérisée par la réunion de plusieurs pays sous un même doit donc prendre acte de la position centrale du monarque dans cette
souverain) comme anachronique face à des États-Nations supposés configuration : ii est la seule institution "supran?tionale" de la mona~-
incarner la modernité politique; à cela s'ajoutait la "Iégende noire"* de chie (avec l'Église catholique qui, elle, se ~épIOl~ ?ans un espace un~-
l'Espagne des Habsbourg, à laquel1e on imputait la responsabilité du verseI). C'est pourquoi on a préféré parler d autonte royale ou de servI-

14
15
teurs du monarque, et éviter le terme d'État, étan r'- endu qu'il s'agit du ment permis de m! ~-')en évidence lcs liens de parenté entre deux
roi dans sa personne publique. . ,./ ensembles politiques'''1~1 se rejoignent sur bien des points. Des lors, on a
pris le parti de privilégier, dans une monarchie plutôt que dans l'~utre,
En France, deux écoles historiques se distinguent, sans s'opposer certaines thématiques qui auraient pu faire l'objet d'un traitement ngou-
totalement sur les origines de I'État. L'une, dominée par les médiévistes,
reusement symétrique pour les deux. II s'agissait ici d'élargir I'ampleur
voit dans le féodalisme la genesc de I'État moderne ; l'autre pense les
des pistes de recherche sans alourdir l'exposé : les cérémonies monar-
guerres de religion comme une rupture assez radicale pour laisser la place
chiques, par exemple, sont ttaitées plus largement en France qu 'en
à une construction monarchique permcttant I'émergence de I'État moder-
Espagne, ta'ndis que les favoris apparaissent plutôt du côté espagnol,
ne. Contrairement à ce qui se passe en Espagne, ii n'y a pas là de tentati-
étant bien entendu que ces objets sont pertinents dans les deux caso Les
ve d'évacuation totale de I'État. mais un débat encore inachevé autour de
disparités dans la comparaison sont en outre imputables parfois à des
sa définition. II est possible toutefois d'entendre par État un ensemble de
états différents de I'historiographie française et espagnole.
structures administratives, d'agents du gouvernement et de principes fon-
damentaux qui fonctionnent ensemble. Nous nous en tiendrons à cette Nous avons tenté de considérer I'histoire politique de la monarehie
définition générale pour parler, en France, d'un État monarchique. Si le hispanique dans sa dimension européenne et globa)e. II ne s'agissait p.as
concept est opératoire, ii ne doit pas occulter un probleme essentiel dans évidemment d'analyser dans le détail chacun des Etats de la monarehle,
une société traditionnelle : la distinction, presque impossible à faire, entre projet d'histoire total e qui se heurtait de toutes façons à des obstacles de
ce qui releve du domaine public et ce qui appartient au domaine privé, tail1e : les études aetuel1es commencent à peine à dépasser la fragmenta-
entre les intérêts de I'État et les intérêts des particuliers. tion nationale et même régionale (pour l'Italie espagnole) des historio-
graphies, de sorte qu'on ne dispose d'aucune étude d'ensemble sur des
C'est de cette histoire politique que cet ouvrage tente de rendre
themes aussi essentiels que 1'0rganisation militaire, les finances ou Ies
compte, en privilégiant les champs d'investigation les plus récents, mais
relations entre Église et pouvoir royal. Les travaux de synthese publiés
sans négliger les travaux c1assiques, liés notamment au fonctionnement
en Espagne articulent généraIement deux niveaux d'analyse : une histoi-
de I'institution monarchique. II ne s'agit donc ni d'une histoire de la
re détaillée des États espagnols (ou la Castil1e se taille toujours la part du
France et de l'Espagne entre 1559 et 1714, ni d'une histoire de I'État
Iion), et une histoire des reIations internationales qui traite de la poli-
mais plutôt d'une tentative d'appréhension de la monarchie sous se~
tique européenne des Habsbourg (c'est là qu'apparaissent les Pays-Bas,
aspects les. plus divers,. e~ partant de la personne du monarque exerçant
le royaume de Naples, le Portugal et les autres Etats de la monarchie his-
s.on pouvolr su.r.un terntOlre en fonction des théories politiques qui sou-
t~ennent et légltlment ce pouvoir. des moyens mis en place par l'in.~titu- panique). On s'est donc attaché à dépasser le cadre castillan (quitte à
tlO.nmonarchique, des politiques d'enscmbIe que déveIoppent les monar- renoncer à approfondir un certain nombre de questions touchant notam-
chies de France et d'Espagne. Ainsi les événements sont davantage ment I'histoire local e de la Castil1e), pour regarder le gouvernement de
considé.rés c.omme manifestation de I'exercice du pouvoir que comme un la monarehie dans d'autres cadres spatiaux, à travers queIques
c.adre hlstonque déterminant l'action politique. En cela, la premiere par- exemples : I'historiographie récente de I'Italie ou de la couronne
tle, celle des reperes chronologiques, est autonome du corps du texte. d' Aragon offre en effet des éclairages nouveaux sur le fonctionnement
~lIe rappelle I'enchainement des événements et insiste sur les relations de la monarchie, qu'on a souhaité ici mettre en évidence.
IIlternati?~ale~ comme sur les épisodes-ruptures, bien pIus qu 'elle. ne Une réflexion sur les deux monarchies implique que I' analyse parte
retrace I hlstolre des deux monarchies. du centre pour rejoindre la périphérie, du sommet vers la base, du
On a souhaité ici relever le défi de I'histoire comparative, en évitant monarque vers les sujets qu'iI gouverne. Ceci pose le probleme d'une
la stricte juxtaposilion d'une analyse de Ia monarchie française, suivie de vue centrale, susceptible d'être contestée par une perspective 10caIe.
celle .de. la monar~hie hispanique. Cette démarche a fait apparaitre une D'ou la nécessité d'avoir toujours en tête que les lignes données sont des
des dlfflcultés maJeures du sujeI. celle de la disparité des échelles, entre lignes directrices, dont les principes prennent des formes diverses selon
une France qui con~titue .un ensemble politique unifié (maIgré la persis- les lieux ou ils s'appliquent. L'agrégat d'héritages, réel dans 1es deux cas
tance, de ,f0rts partlculansmes locaux), et une "monarchie composite" bien qu'à des éehelles différentes, fait souvent de l'exception la regIe.
formee d un ensemble d'États sans continuité territoriale. ElIe a égale- Ainsi, les interprétations ne sont pas les mêmes si 1'0n part d'une vision

17
16
monarchique ou d'un exercice sur le terrain : les micro-processus défor-
la Manche, qui se prolonge pendant la pIus grande partie du XVlIe ~i~cle.
men~ I'aperçu ~ien réglé de ce que peut être le fonctionnement de I'ap-
Au milieu du siecle, la Castille ne compte plus que 4,2 à 4,5 mIlhons
pareI! monarchlque. En prenant le parti de regarder I'histoire d'en haut
d'habitants, soit une perte démographique de 20 à 25 %. Dans la cou-
du point de vue de la monarchie, et non des corps qui composent la com~
ronne d' Aragon, la tendance est également à la baisse, mais la chronolo-
munauté politique, I'imàge qui est donnée de la société d'Allcien
gie est décaIée : la crise se dessine des la fin du XVIe siecle dans les
Régime dans s.on ensembIe est celle d'une évoIution. Cette perspective
royaumes d' Aragon et de Valence, dans Ies années. 1620-1 ?~O en
masque la réahté, pourtant tout aussi essentielle, de son immobilisme.
CataIogne, dans Ies BaIéares et dans le royaume de Murcle. Au mlheu.du
II est bien évident qu 'en se centrant sur la monarchie, cet ouvrage ne XVlIe siecle, la couronne d' Aragon a perdu IS à 20 % de sa popuIatIon
pn:nd pas par exemple en compte les données économiques et démogra- par rapport à la fin du XVle siecle. À la fin du ~VIIe si~cl:, la, popuIation
P?Jques, Iesquelles s'inscrivent dans Ie royaume sans concerner pourtant espagnoIe est aussi nombreuse qu'en 1591, mais sa dlstnbutlOn géogra-
dlrectement I' espace politique. Le fait que la France soit Ie pays Ie plus phique est tres différente : Ie centre de la péninsuIe s':st ,f~rtement
peuplé d'Europe influe incontestabIement sur sa puissance européenne, dépeuplé, en dépit de la reprise amorcée vers 1660; la pénphene est au
et permet par exemple au roi de France d'aligner un grand nombre de contraire une zone de dynamisme démographique. Sous Ie regne de
soldats Iors des affrontements armés. La puissance économique du Charles II, la situation politique et financiere difficiIe masque aux yeux
royaume de France comme Ies métaux précieux d'Amérique arrivant en des contemporains la réalité d'une reprise économique et démogra-
Espagne soutiennent Ie projet hégémonique de ces monarchies sur la phique, perceptible surtout sur la façade méditerranéenne. Ces évo~u-
scene européenne. Les crises pourtant ne déterminent pas fondamentale- tions forment une toile de fond dont la prise en compte est nécessalre
ment Ies poIiti.ques ; ainsi, Ie c,onstat unanime de la crise profonde qui pour la question traitée ici, comme pour toute approche de cette période.
touche Ia Castllle dans le premler tiers du XVlIe siecle ne conduit pas Ie
Focalisé sur la personne du monarque et sur I'institution monar-
monarque à se résoudre à la perte des Flandres ou à rompre la solidarité
chique, cet ouvrage se compose de cinq partíes majeures. La premiere,
dynastique avec I'Empire, alors que ces engagements sont Ies causes
les reperes chronologiques, s'attache à I'événement, au temps bref des
majeures de I'épuisement de Ia Castille. De même, la famine de 1693-
conflits et des grands épisodes des regnes. EIle est complétée par une
1~94, qui t?uche la quasi-totalité du territoire français et détruit en cer-
ample chronologie proposée en annexe. La seconde partie concerne les
tams endroils plus de la moitié de la popuIation, affaiblit certes Ie roi
territoires, leur formation et I'inscription des pouvoirs dans l'espace. La
mais n 'entraÍne pas de modification notable de sa ligne politique.
troisieme traíte du monarque, en tant que personne politique comme en
L'évolution généraIe, en France, est caractérisée par une lente tant qu'individu : sa formation, sa fam ille , mais aussi les fondements
remontée démographique au XVIe siecle. Celle-ci connait un coup d'arrêt juridiques ainsi que les théories politiques qui légitiment et circonscri-
av.ec les guerres de religion. La reconslruction du royaume dans les pre- vent son pouvoir. Dans la quatrieme p~rtie, les ~oyens du ?ouv~rnement
mleres années du XVlIe siecle marque une période faste mais essentielle- monarchique sont étudiés plus en détaIl ; depUls les conseI1s qUi accom-
ment limitée au regne d'Henri IV. L'entrée de la France dans la guerre de pagnent la décision politique, jusqu'aux finances, en passant par les
T~ente Ans ralentit cette progression, en particulier sur le plan écono- modalités de représentation du roi là ou ii est physiquement absent et les
mlque. Les guerres de Louis XIV, coOteuses en hommes comme en lieux de la négociation avec les sujets. La cinq~ie~e partie ~r~pose des
deniers,. épuisent les fo~ces du royaume. La fin du regne, traversée par approches thématiques sur les projets ~t Ies obJe~~lf~ poursulVls. pa~ Ies
deux cnses démographlques majeures, en 1693-1694 et en 1709-1710 monarques : I'unité religieuse, la pUIssance mlhtalre, les asplratIons
s'inscrit donc dans une conjoncture difficile. Sur I'ensemble de la pério~ hégémoniques.
de, !'ess~r d~m.ographique n'est guere considérable ; le royaume comp-
tedlx-hUlt mI1hons de Français au milieu du XVI e siêcle ; ii passe à vingt
mHlicns SOüS Louis XIV. -
En Espagne, la conjoncture démographique reste favorable jus-
qu'aux années 1580 en Castille et à la fin du siêcle dans la couronne
d' Aragon. Ensuite s'amorce un déclin, pIus tardif en Andalousie et dans

18 19
~)ISTES
HISIORIOORAPHIQUffi
Reperes chronologiques

Avant d'aborder des questions thématiques, ii est essentiel de repla-


cer le sujet dans ses cadres chronologiques, qu'i! s'agisse de la politique
intérieure de chaque monarchie ou des relations internationales. On com-
mencera par consulter un certain nombre d'ouvrages solides en français.
Les manuels de B. BENNASSARet J. JACQUART[1997] et de F. LEBRUN
(1997) constituent un préalable indispensable, de même que, pour la
France du XVle siecle, la synthese tres complete d'A. JOUANNA[1996].
On travaillera également à partir des ouvrages de J. CORNETTE,
L' a!firmation de I' État absolu, 1515-1652 [1993] et Absolutisme et
Lumieres. 1652-1783 [1993]. Pour les cadres généraux de l'État et de la
société, on peut consulter avec profit les deu x volumes de P. GOUBERTet
D. ROCHE, Les Français et I' Anciel! Régime [1984].
Faute d'ouvrage qui traite la monarchie hispanique dans toute son
extension territoriale, ii est nécessaire de recourir aux travaux sur I'his-
toire de 1'Espagne: tels que le solide manuel de Jean-Pierre DEDIEU,
L' Espagl!e de 1492 d 1808 [1994], ainsi que I' Histoire des Espagnols de
e
B. BENNASSAR [1992], Les royaumes ibériques au XI'/I siecle de
Ch. HERMANNet J. MARCADÉ [2000] et L' Espagne de Philippe II, de
J. PÉREZ [1999]. 011 consullera également I'ouvrage coordonné par
Ch. HERMANN,Le premier âge de I'État en Espagne, 1450-1700 [1989].
Les ouvrages en français sur l'Espagne du XVlle siecle étant rares, ii est
indispensable de se reporter à la biographie d'Olivares par J.H. ELLIOTT
[1992a]. L' Espagne de Philippe IV de M. DEVEZE rend également bien
des services [1971]. D'autre part, la consultation des importantes syn-
theses de J.H. Elliott, J. Lynch, R.A. Stradling et H. Kamen est vivement
conseillée [EWOTT, 1990a; LYNCH,1964; STRADLING,1981 ; KAMEN,1991].
L'histoire de I'Espagne a suscité de vastes entreprises éditoriales, sans
équivalent en France. L'Historia de Espa,;a fondée par R. Menéndez Pidal
(Madrid, Espasa Calpe) comprend plusieurs dizaines de volumes : si
I'étude de C. PÉREZ BUSTAMANTE,"La Espana de Felipe III", dans le
t. XXIV peut encore foumir des informations utiles, mais se trouve dans
I'ensemble dépassée [1979), le t. XXV, La Espmia de Felipe IV contient

21
de précieuses contributions de F. Tomás y Valiente et de l.H. Elliott tutionnelles. Le travai! de A. BRETTE,Atlas des bailliages et juridietiol/s
[JOVERZAMO~A, 1982]. Des études d'excellente qualité, dont certaines assimilées ayallt /ormé une unité électorale en 1789, en est une bonne
dépassent la slmple synthese, apparaissent dans le 1. VI de l'Historia de illustration [1904]. Plus récemment, I'étude des cadastres et des docu-
e.sp~lia dirigée par A. DOM/NGUEZORTlZ, publiée par Planeta [1988], ments fiscaux a permis de cartographier les mesures agraires [TOUZERY,
amsl.,que da~s le 1. VIII de I'Historia general de EspOlia y América 1997]. L'appréhension du territoire est également renouvelée avec le
pu.bhe~ par Rlalp en /986 [ANDRES-GALLEGO,1986]. Plus succint, et plus croisement des notions d'espace, d'appartenance nationale et de souve-
o~l~nte vers les aspects socioéconomiques, le 1. V de l'Historia de Espalia raineté : l'étude de C. BEAUNE sur La naissance de la nation France
dmgée par M. Tunon de Lara (Barcelone, Labor, 1980), reste uti!e. conjugue ~ne perspective de construction d'identité nationale avec ceIle
La consultation réguliere des instruments de travail est indispen- d'une construction territoriale [1985]. Pour l'Italie espagnole, I'étude de
sable. Pour la France, les étudiants doivent déjà être familiarisés avec le l'inscription des pouvoirs sur Ies territoires met en lumiere les spécifici-
Lexique Izistorique de la Frallce d'AI/ciell Régime, de G. CABOURDINet tés de chacun des États concernés [MUTO, 1998]. Sur la France, I'étude
~. VIARD [1,998]. Le Vocabulaire Izistorique de ['Espagl/e classique, récente, et fondamentale, de D. NORDMANréfIéchit sur les notions de
dA. MOLlNIE-BERTRAND[1993] s'adresse avant tout à des étudiants de limite et de frontiere et leur fonction dans les représentations collectives
civ!lisation e~pagnole, mais est un outil de travai! utile. Le Lexique his- de I' espace [1998]. Une réfIexion sur ces themes est également menée en
tonque de I Espagne de l.-P. AMALRIC, B. BENNASSAR,l. PÉREZ et Espagne [GARCIACARCEL, 1997]. Dans cette perspective, I'intérêt porté
E. TÉMIME [1976] reste précieux. Le Diccionario dei Siglo de Oro de aux traités de paix et aux négociations diplomatiques affine la connais-
M. LACARTA[1996] est à présent indispensable. Les désormais cIassiques sance des frontieres com me résultant de processus complexes. Le volu-
Dictiollnaire de ['Ancien Régime [BÉLY, 1996] et Dictionnaire du Grand me sur L'espace/rançais, dans l'Histoire de la France, sous la direction
Si~c~e [BLUCH~, 1990] contiennent d'exceIlents articIes sur des points d' A. Burguiere et l. Revel, offre une synthese des nouveIles approches
pre.cl~ ; on y aJoutera le tres utile Histoire et dictionnaire des guares de de I'espace et de l'inscription humaine sur le territoire, en particulier
re~lglOn[lOUANNA, 1998]. Enfin, les atlas historiques permettent d'ap- avec les contributions de D. Nordman et P. Bourdelais, pour la période
prehender les processus de construction territoriale et de transferts de étudiée [BURGUIEREet REVEL, 1989].
sou~eraine~é ; on se reportera par exemple aux ouvrages publiés par
Pernn (Pans, 1987) ou par Larousse (Paris, 1987).
Le monarque

La construction territoriale Les biographies ressortent à une vision traditionnelle de l'histoire


découpée en grands regnes. À l'époque moderne, l'histoire est une his-
. La con.struction territoriale releve, dans un premier temps, d'une his- toire des rois, que ce soit en France ou en Espagne. Ce découpage
tonographle assez cIassique qui repose à la fois sur I'histoire-bataille séquentiel a gardé la faveur des historiens et du public jusqu' à nos jours,
(conq~êtes territoriales .par la guerre) et I'histoire dynastique (mariages d'ou l'existence de tres nombreuses biographies consacrées aux grands
et héntages). De ce pomt de vue, les grandes syntheses qui reprennent personnages, de valeur inégale et d'approche extrêmement variée selon
les travaux antérieurs depuis le XIX. siecIe offrent une base toujours que les auteurs se focalisent sur la personne étudiée, ou sur la période qui
vala?le : par exemple [' Histoire de la France, t. /l, dirigée par G. Duby la concerne. On retiendra pour I'essentiel les grandes biographies
(Pans, Larousse, 1971) ou I 'Enciclopedia de Historia de Espmia publiées par Fayard, qui témoignent dans l'ensemble d'une approche
[ARTOLA, 1988.-1~9?].Le renouveau se fait depu is les années cinquante bien documentée dans la tradition universitaire. Pour les rois de France,
sur les aspects Jundlques et administratifs (l'inscription monarchique sur les Henri lI! de P. CHEVALLlER[1985], Henri IV de l.-P. BABELON[1982],
lp tprritnirPl \ '">ua•..•to •.• ..<:4-•• ...J~_ r'l "7 __ - •. 4..... ••.•.• • - rl
--- -"' ••~J,&I.H"""'" .Iv,) ""lUU~\)
••• ..., ••
..J_
ue:; V. / .I--'"LER l!'4~J et ce K CUC.cT pOüi Louis XIII de P. CHEVALLIER [1979J, Louis X!~J de F. BLUCHE [1986].
. I~ XVI.• siecIe [194~], ainsi que celle de R. MOUSNIER[1980]. D'autres Fayard n'a pas l'apanage du genre, et I'on rencontre ailleurs des biogra-
hlsto:l~ns, en travaIllant sur le droit, tentent d'appréhender les spécifici- phies de qualité, comme le Louis XIV de Ch. PETlTFILS [1995]. Les
tés reglOnales [YvER, 1966; HILAIRE, 1994]. Cette approche s'associe à Habsbourg d'Espagne ont été moins bien traités, à l'exception de
des tentatives de cartographie des données sociales, juridiques ou insti- Philippe II qui a suscité de nombreuses biographies, dont les plus

22 23
j" ,
récenles sonl celles de G. PARKER[1984], I. CLO ; [1992], H. KAMEN L'étude des céré '1ies monarchíques a pds son essor dans I'hísto-
[1998] el M, FERNÁNDEZALVAREZ[1998]. . . riographie anglo-sax\:",,{e, à la suíte des travaux d 'E. Kantorowicz
(1957), avec les enquêtes de R. Giesey sur Jes funérai1les royales (1960),
D'aulre parI, un cerlain nombre d'ouvrages, tout en conservanl le
de R.A. Jackson sur les sacres et couronne.ments, de L.M. Bryant sur les
cadre c1assique de I'hisloire des regnes. arliculenl une étude des inslitu-
enlrées royales, et de S. Hanley sur les Iits de justice [KANTOROWICZ,
lion~, des sociétés el des populations. C'est le cas, pour la France, de
LOUISXl\! et I'in!?t millio/l,f de François, de P. GOUBERT[1966], et pour 1989; JACKSON,1984; GIESEY, 1987; BRYANT,1986, HANLEY 1991]. En
l'Espagne. de L'Espa!?ne de Philippe li de J. PÉREZ[1999], ainsi que de France, ces travaux ont suscité un nouve! intérêt chez des hisloriens qui
nombreuses éludes publiées en Espagne à I'occasion de la commémora- ont dévdoppé l'élude des cérémonies monarchiques en prenant en
lion du quatrieme cenlenaire de la morl de Philippe II. L'ouvrage de compte la perspective anthropo1ogíque explorée par M. BJoch des 1924
J. MARTINEZMILLÁNel C. MORALES[1998], sous la figure de Philippe II, et longtemps occultée [BLOCH, 1983 ; BOUREAU, 1988 ; BOUREAU et
présente avanl toul une élude tres détaillée du gouvernement el des fac- INGERFLOM,1992; FOGEL, 1989; GUERY,1991]. En Espagne, l'approche
lions c1ientélaires dans l'enlourage royal. anthropologique de l'image du roi et du cérémonia1 est illustrée par
C. LISÓNTOLOSANA[1991], tandis que le cérémonial funéraíre est mieux
. NOlllb.re de grands personnages onl égalemenl inspiré des biogra-
phles. qUI tendenl à Illetlre en valeur leur rôle. Parllli les reines de connu grâce aux travaux de J. VARELA[1990].
France, on peut relenir Catherine de Médicís d'I. CLOULAS[1988], Marie La cour a longtemps servi de toile de fond aux biographies des sou-
de Médicís de M. CARMONA[1988J ct Afilie d'Autrielle de R. KLEINMAN verains. Considérée comme société et lieu de pouvoir, eJle suscite depuis
[1993J. Marguerile d'Aulriche, épouse de Philippe III, a fail I'objel une trentaine d'années un regain d'intérêt. À côté d'études c1assiques,
d'unc excellenle étude due à M. SANCHEZ[1998]. Parmí les minislres, mais tres uliles teJles que ceJle de J.-E Solnon sur la cour de France et
Richelieu a élé Ie plus éludié : on rClicndra la biographie écrile par de J. Boucher sur la cour d'Henri III, des approches plus systémiques
R. MOlJSNIER[1992], ainsi que les éludes de J. BERGlN[1987 el 1994] qui suivent la voie ouverte par 1e sociologue N. Elias sur La Socíété de eOllr
se cenlrenl sur la conslruclion d'un sysleme de pouvoir. En Espagne, (1969) : ii ne s'agit pas d'une étude hístoríque à proprement parler
c'est I.ecOlllte-duc d'Olivares qui a suscilé le plus grand inlérêl : la bio- (notamment, les sources sont pour la plupart de seconde main) maís eJle
graphle de G. Marafíon (1939), qui développe avant loul la psychologie propose un mode d'interprétatíon dont s'inspire, pour \e récuser, E. Le
du personnage, est désormais amplement renouvelée par ceUe de Roy-Ladurie par exemple [SOLNON, 1987 ; BOUCHER, 1986 ; ELIAS,
J:H. Elliotl [MARANON, 1988, ELLlOTT, 1992a]. Le prince d'Eboli, favo- 1985; LE RoY-LADURIE, 1997]. La cour des Habsbourg d'Espagne a fait
n de Philippe II a fait l'objel d'une solide biographie [BOYDEN. 1995]. I'objet de travaux ponctuels sur I'étiquette et la maíson royale
Quant au duc de Lerma. Iongtemps décrié, iI est à présent mieux connu
[BOTTINEAU,1972 ; HOFMANN, 1985], et d'approches plus systémíques
grâce aux lravaux désorlllais indispensables de P. WILLIAMS [1986] el
avec J .H. EJliott, C. Lison Tolosana et E Bouza [ELLlOTT, 1989 ; LlsóN
d'A. FEROSCARRASCO[1988].
TOLOSANA,1991 ; BOUZA, 1991].
,. l;a personne .du monarque a fail I'objel d'u~e approche renouvelée. quí
L'étude des clienteles est un secteur hisloriographique désormais
s IIlleresse a~ssl ~ux représentalions. Les travaux sur I'iconographie
bien balisé. Les études de S. Kettering, d'une part, et de R. Mousnier,
ouvrent des plstes mléressanles [BARDON.1974]. L. MARINs'intéresse au
d'autre part, ont ouvert la voie à bien d'autres travaux qui íntéressent
"portrait du roi" dans sa significalion politique [1987]. L'appareil de míse
en scene du monarque dans sa loule-puíssance est étudié par J.- plus souvent I'híSloire socíale que ceJle de la monarchie proprement dite,
M. APO~TOLlDES[1981]. Les mythes élaborés autour de la personne du roi mais qui font íntervenir les acteurs dans 1es líeux de pouvoír [KETTERING,
onl suscllé des lravaux en France cOlllme en Espagne [BERCÉ,1990 ; GRELL 1986; MOUSNIER,1986; BEIK, 1985 ; GIRY-DELOISONet METTAM,s.d. ;
el MIC~EL. 1988; BOUZA, 1994a]. Récemment, I'ouvrage de J. Brown et BEGUIN, 1999]. En Espagne, l'équipe animée par J. Martinez Míllan a
J.H. Elhotl sur le pa1ais madrilene du Buen Retiro, ainsi que I'étude du châ- renouvelé la connaíssance de I'entourage et du personnel politique du
teau de Versailles par G. Sabatier, s'intéressent à I'interconnexíon entre le regne de Philippe II, en insistant sur le rôle des factions dans la prise de
Iieu de pouvoir et la personne de pouvoir qui y est mise en ímage [BROWN décisíon, à des moments crucíaux du regne [MARTiNEZMILLAN, 1994 ;
et ELLlOTT.1980 ; SABATIER,1999 ; COsTA-GOMESet SABATlER,1998]. MARTINEZMILLANet CARLOSMORALES. 1998].

24 25
-------------------------------------------------------------------------------- l

Les fondements théoriques collective menée autour des états généraux de 1614, dirigée par R. CHARTIER
et D. RICHET, s'inscrit dans ceIte perspective [1982]. La démarche de
La fréquentation des textes demeure irremplaçable dans ce domaine, J. Barbey, plus juridique, tente de concilier légitimité et exercice du
lorsqu 'ii en existe des éditions accessibles. C'est le cas du Prillce de pouvoir pour, là encore, mieux comprendre le fonctionnement monar-
Machiavel [MACHIAVEL,1990] comme de la République de Jean Bodin, chique dans son ensemble. Le roi et son gouvernement ell France de
disponible dans une édition abrégée [BODIN, 1993]. Les penseurs espa- Clovis à Louis XVI fait la synthese de celte réflexion [BARBEY, 1992].
gnols ont, pour certains comme le dominicain Francisco de Vitoria, fait SUl' la pens~e politique elle-même, 1'ouvrage d'E. Thuau, essentiel pour
l'objet d'éditions bilingues (latin-castillan) dans la collection Corpus la question, et celui de P. Mesnard constituent de solides points d'appui
hispanorum de Pac e (Madrid, CSIC). On trouvera en outre d'amples [THUAU, 1966 ; MESNARD, 1936]. Des études SUl'des points plus précis,
extraits en castillan du Traité du prillce chrétien de Pedro de Ribadeneyra telle celle de R. DESCIMONportant SUl' la métaphore du ma ri age niys-
et du De Rege de Juan de Mariana dans l'anthologie La "Mollarquía tique du roi et de la couronne, ou SUl' le principe d'inaliénabilité du
católica" de Felipe II y los espG1íoles [CARRASCOet MILHOU, 1998]. domaine apportent des éclairages nouveaux sur les lois fondamentales 'I
Les systemes juridiques en vigueur en Espagne sont présentés dans et leur utilisation dans la théorie politique des XVIe-XVlle siecles [1992 i
les manuels d'histoire du droit, tel que celui, désormais c1assique, de et 1995]. De même le livre de F. COSANDEY, qui étudie la reine de
F. TOMÁSY VALlENTE[1979]. Ils trouvent également leur place dans les France dans sa relation avec l'institution monarchique, prend en comp-
histoires générales de I'Espagne mentionnées plus haut [MARTINEZ te la théorie politique pour circonscrire le personnage royal féminin
GIJÓN, 1986]. L'étude des systemes pactistes est un chantier encore tres [2000]. Une synthese dense et bien utile de ces différentes approches est
ouvert, exploré notamment par J. LALINDEABADIA[1980] ; les recherches constituée par la contribution de R. Descimon et A. Guery à I'Histoire
actuelles établissent Je lien entre histoire du droit, histoire de Ia pensée de la Frallce dirigée par A. Burguiere et J. Revel. Les pistes historio-
politique et histoire institutionnelle. Cet axe est parcouru avec dynamis- graphiques y sont explorées et réinvesties pour proposer un vaste
me par des historiens tels que X. Gil, A. Arrieta Alberdi ou J. Gascón tableau de I'État et des pouvoirs de la France moderne (1'édition de
Pérez [GIL, 1988; ARRIETAALBERDI, 1995; GASCÓNPÉREZ, 1999]. 1989 est revue et augmentée en 2000) [DESCIMON et GUERY, 2000].
Les études sur la pensée politique espagnole de I'époque moderne Enfin certains numéros de revueS sont entierement consacrés aux pro-
présentent fréquemment des analyses juxtaposées des différents auteurs ; blem~s de la construction de I'État. La Revue de sYllthese (nO 3-4,
les études dans ce domaine de J.A. Fernández-Santamaría et de juillet-décembre 1991) a réservé un volume aux fondations juridiques et
R. Bireley restent tres utiles [FERNANDEZ-SANTAMARIA, 1977 ; BIRELEY, outils symboliques de I'État. Elle propose à ceIte occasion non seu!e-
1990]. La littérature consacrée au machiavélisme et au tacitisme est tres ment des contributions de grande qualité, tels les artic1es de Y. Thomas,
vaste ; on retÍendra les ouvrages fondamentaux de J.A. MARAVALL[1955 G. Sabatier, D. Crouzet; A. Guery, R. Descimon, et J. Cornette, mais
et 1975]. La mobilisation des ouvrages des juristes de la tradition sco- également un grand nombre de comptes rendus sur des ouvrages ayant
lastique au service de la nation de souveraineté a fait l'objet d'une trait à la questiono II en est de même du numéro des Allnales de mars-
enquête de P. FERNÁNDEZALBALADEJO,recueillie dans Fragmentos de
avril 1997 consacré à I'État d' Ancien Régime (tres utile en particulier
MOllarquía, ouvrage qui a fortement stimulé l'intérêt pour les concep-
pour les comptes rendus en fin de volume).
tions politiques développées en Espagne [1992]. Dans cette ligne, un
ouvrage récent d' A. MILHOUfait le point, de façon tres éc1airante, SUl'les Par ailleurs, les relations entre les théories politiques et la pensée
themes de l'absolutÍsme et du pactisme espagnols [1999]. religieuse constituent le terrain privilégié de M. Gauchet, par exemple,
qui développe les fondements théologico-politiques de la monarchie. Ses
En France, I'étude des fondements théoriques de la f!10narchie a lar-
étllrle~ ~ant e~~entielles paul' appréhender la pensée politique de la pério-
gement bénéficié du renouveau historiogíâphiqüc Süí l'Etat et l'analyse
de moderne [GAUCHET,1994]. DaI1s ce domaine, ii faut également signa-
du politique. Les travaux fondamentaux de D. RICHET, en particulier son
ouvrage, concis et essentieJ, SUl'L' esprit des illstitutiolls [1973] met en ler les ana!yses de J.-Ph. Genet et B. Vincent sur Église et État, qui
rapport les principes et le fonctÍonnement de I'appareil monarchique offrent I'avantage ici de proposer une approche comparative des deux
pour appréhender le systeme politique dans sa globalité. La recherche monarchies, française et hispanique [GENET et VINCENT, 1986].

26 27
.
nombre de leurs trm
....'"'dans cette perspective [ANTOINE,1970; DESCIMON,
Les institutions monarch 's
1983]. Pour les fina ••"c:s, D. Dessert ou F. Bayard par exemple travailIent
Les institutions de la monarchie rrançaise à l'époque moderne dis- dans ce sens (DESSERT1984; BAYARD,1988].
posent d'un ,solide appareil biblipgmphique. L'étude des différents Enfin, une série de personnages "atypiques" du point de vue des
organes de l'Etat et de ses serviteurs s'illscrit dans une 10llgue tradition agents de I'administration, mais néanmoins au creu r du sujet car directe-
historiographique qui remonte au XIX" siccle. Pour une perspective d'en- ment impliqués dans le fonctionnement monarchique, font I'objet
s:l:lble de la questiono iI est nécessaire de se reporter. outre aux ouvrages d'études récentes. II s'agit de ceux qui se trouvent mêlés au pouvoir à
clles plus hauI de G. Zeller, R. Doucet el R. Mousnier, au livre récent et son plus haut niveau : les membres de la familJe royale, les favoris et
t~~s comp/et de B. BARBICHEqui fait Ir point de façon exhaustive sur ministres. Sortis des biographies, ils bénéficient d'une appro~he plus
I etat de la recherche dans ce domaine [2000]. systémique, en étroite relation avec le fonctionnement de l'Etat. Les
Nomhre d'institutions ont par ailleurs' été étudiées en détail. II n 'est ducs et pairs [LAflATUT,1972], les princes de Condé [BEGUIN, 1999], les
pas question ici de les éllumérer toutes, mais d'attirer I'attention sur un princes de l'Europe [BÉLY, 1999], la reine de France [BARRY, 1932.;
c:rlain Ilon~bre .d'entre elles à titre d'exemple. Pour une approche plus COSANDEY,2000] apparaissent ainsi comme des rouages de la monarchle
c.lrconstanc!ée, II est utile de se reporte r à la bibliographie proposée en sam avoir forcément d'attributions tres pré cises. Leur appartenance au
fm de chapltre par B. BARIlICHE.L'hisloire positiviste du XIXesiecle et de sang royal suffit à Ies placer dans le pouvoir. De ces "grands", des
la ~rel11iere moitié du xxe siede a Irouvé. dans I'appareil d'État de la ministres et favoris [BERGUIN, 1987 et 1994 pour Richelieu ; ELLIOTT,
p~node moderne. des sujets qui se prêtaient fort bien à sa perspective 1991 pour Richelieu et Olivares] se dégagent, comme pour les agents de
d analyse. Des études. Ia plupart solides et bien documentées, ont ainsi l'institution monarchique, des réseaux clientélaires qui soulignent l'in-
abordé des sujets parfois austeres : elle.s constituent encore aujourd'hui teraction entre intérêts privés et intérêts étatiques.
eles ouvrages de références. ç'est le cas notamment des travaux de H. de
La présentation générale des institutions de la monarchie hispa-
LUÇAYSllr les secrétaires d'Etat, datant de 1881, mais dont Ia réédition
nique peut être abordée à partir des histoires de l'Espagne déjà men-
en .1?75 montre qu' ils sont encore bien utiles de nos jours [188 I J. Les
tionnées [JOVER ZAMORA, 1982; ANDRES-GALLEGO.1986; DOMINGUEZ
offlclers royaux des bailliages et sénéchaussées, étudiés par DUPONT-
ORTlZ, 1988]. La mise en place de la polysynodie et son fonctionne~ent
~ERRIF;Rau tournant des XIXe_XXesiecles, méritent également d'être
sont étudiés, dans une perspective critique à I'égard de)a notion d'Etat,
slgnales [1902]. Les annexes figurant dans ces ouvrages sont des outils
par P. FERNANDEZALBALADEJO[1992]. Le conseil d'Etat a fait I'objet
d.e travail à ne pas négliger. Des études récentes, portant sur les institu-
tlOI1S .comme sur ceux qui la servent permettent d'approfondir les d'une vaste enquête prosopographique [BARRIOS, 1984]. Sur les institu-
cO.llnalSSances de l'appareil l11ollarchique. Ainsi en est-iI du conseil ou tions de la couronne de Castille, l'étude la plus accessible est celle de
rOI [ANTO}NE,.1970]. ou des présid}aux [BLANQUIE,2000]. Les diffé- J. PÉREZ, "La couronne de Castille" (HERMANN,1989]. Sur le conseil de
r:nles categones de personnel de rEtat sont ahordées selon leurs fonc- Castille, l'étude approfondie de J. FAYARDest indispensable [1979]. Le
llOns: l':'1. ETCHÉCH.oURYpOlir Ics maltres des requêtes [1991], conseil d' Aragon a fait I'objet d'une étude détaillée par J. ARRIETA
R. Mousnrer, M. Antome, A. Smcdlcy- WeilI pour les intendants [Molls- ALflERDI [1994]. On trouvera également des éléments sur les conseils,
NIER. 19,62.: AN;?INE, 1982 ; SMEDL.EY- WEILL 1995], SUTHERLANDpour !eur personnel et leur fonctionnement, mis en relation avec les factions
~es secreta~res ? Etat [1962]. Les serviteurs de I'État peuvent également de la cour sous Philippe II, dans les ouvrages de J. Martínez Millán et
C.J. Carlos Morales [MARTINEZMILLÁN, 1992 ; MARTINEZMILLÁN et
elr: abor~es, ~ .une façon plus générale. selon leur place dans I'organi-
salton soclopolJtJque de I'aneien régime : les fonctionnaires au XVIle siecle CARLOSMORALES, 1998].
(NAGLE. 1993]. les figures de I'administrateur [DESCIMON.SC'HAUflet Le phénomene du favori a été étudié. dans un ouvrage pionnier, par
VINC'ENT,1997], les officiers "moyens" [CASSAN, 1997]. F. TOMÁSY VALlENTE[1982a]. F. BENIGNOs'est attaché particulierement
L'étude d~s agents de I'Étal donne lieu, dans bien des cas, à une approche au sysleme mis en place par le duc de Lerma et à son impact sur le gou-
pr?sopographlq~e (reconstitution des liens familiaux et des réseaux consti- vernement de l'Italie [1984]. Les études les plus completes sur le regne
t~les par ceux ~UI ~o~t au service du pouvoir) permettant de dégager un fonc- de Philippe III et le ministériat du duc de Lerma sont celles de A. Feros
tlOnnement clJentclalre de la monarchie. M. Antoine, R. Deseimon inscrivent Carrasco et P. Williams [FEROS CARRASCO. 1988 ; WILLIAMS, 1986].

28 29
P. Williams a étudié la mise en place du gouvernement du duc de Lerma conduite par M. Peytavin sur le royaume de Naples s'inscrit dans ce
au début du regne de Philippe III, et relevé I'importance de la Caslille mouvement de renouveIlement.
dans la pratique politique du duc de Lerma [WILLIAMS, 1973 et 1988]. La L'importante révision historiographique concernant le rôle des
politique extérieure du favori de Philippe III, ainsi que les réformes mili-
Cortes de CastilIe doit beaucoup aux travaux de Ch. lago et
taires et financieres menées sous son impulsion ont été mises en lumie-
d'I.A.A. Thompson [lAGO, 1981 et 1985 ; THOMPSON,1982]. Spécialiste
re par B.l. GARCiA GARCiA [1991, 1996, 1997]. Sur le comte-duc
d'histoire urbaine, l.I. FORTEAPÉREZ a mis en relief la vitalité politique
?'~livares et l'ensemble de son action, l'ouvrage de l.H. ELLIOTT est
des cités castilIanes, en particulier dans la négociation fiscale de la fin du
wdlspensable [1992a]. La comparaison entre les systemes de clientele et
regne de Philippe II [1990, 1994 et 1999]. P. FERNÁNDEZALBALADEJOa
les styles de gouvernement du duc de Lerma et du comte-duc d'Olivares
est développée par A. FEROS CARRASCO~ans plusieurs articles impor- approfondi le sujet, dans la perspective d'une remise en question de la
tants [1990, 1995]. Une perspective comparative sur les favoris euro- notion d'État moderne [1990 et 1992]. Des 1992, Ch. lago procédait à
péens de la premiere moitié du XVII" siecle est dégagée par l. Bérenger une mise au point sur une question désormais tres ouverte, tandis
et par A. LIoyd Moote [BÉRENGER,1974; MOOTE, 1992]. qu'I.A.A. Thompson faisait des Cortes l'un des obstacles essentiels à
l'absolutisme royal, dans un royaume de Castille qui semblait pourtant,
Les États de la monarchie hispanique ne peuvent faire ici l'objet
jusqu'à cet ensemble de travaux sudes Cortes, être la terre d'élection de
d'une bibliographie détaillée. L'histoire des États de la couronne
d'Aragon connaít actuelIement un ample renouvellement. À I'étude I'absolutisme des monarques castillans [lAGO, 1992 ; THOMPSON,1993].
d'E. S.OLA~OCAMÓNsur les ~ragonais face à l'Union des armes [1987] Si l'idée de Cortes moribondes à I'époque moderne a été définitivement
ont falt sUite des travaux qUI renouvelIerit la vision des relations entre balayée, ce domaine de l'histoire politique demeure néanmoins favo-
centre castill.an et périphéries, dans la péninsule Ibérique [GIL, 1990, rable à d'autres renouvellements, en particulier grâce aux travaux en
1992]. La cnse de 1640 a suscité des recherches qui mettent en évi- cours de Christine Aguilar.
dence la complexité de la question du gouvernement de la monarchie L'histoire des Cortes, dans les États de la couronne d' Aragon, a lar-
hispanique [SERRA, 1991a ; ELLlOTT et VILLARI, 1992]. Pour les Pays- gement bénéficié des nouvelles perspectives ouvertes par l'étude des
Bas au XVI" siecle, on se reportera à l'indispensable étude consacrée Cortes de Castille, sans que le temps de la synthese soit encore venu. On
par G. PARKERà la révolte des Flandres [1985]. L'histoire du Portugal doit à X. Gil une claire exposition des problemes posés par les Cortes
à,~'époq~e moderne a fait I'objet de travaux essentiels, notamment sous d' Aragon et un examen des travaux récents, critique notamment à
I ImpulslOn de M.A. HESPANHA: leur intérêt dépasse largement le cadre I'égard des positions de L. González Antón [GIL, 1993 ; GONZÁLEZ
portugais, pour ~'étendre aux notions d'État et d'absolutisme [1989 et ANTÓN, 1986 et 1990]. Le fonctionnement des Cortes du royaume de
1:93]. La questlOn de Ia place du Portugal dans la monarchie hispa-
Valence a été mis en évidence par l. Casey dans une étude consacrée à
nIque est abordée dans une perspective synthétique, tant par
I'histoire de ce royaume au XVII" siecle, ainsi que par l.-P. Le Fiem
M.A .. He~pa~ha.que par l.H. Elliot [HESPANHA, 1990; ELLlOTT, 1991].
[CASEY, 1979 ; LE FLEM, 1996]. Sur les Cortes de Catalogne, on se repor-
La cnse wstltutlOnnelle à I'époque d'Olivares est le theme de la these
tera à la mi se au point de R. Garcia Carcel, ainsi qu' à l' article consacré
(sous presse à la Casa de Vélazquez) de l.-E SCHAUB[1995]. L'histoire
par l. Albareda Salvado aux ultimes Cortes catalanes [GARCiA CARCEL,
de l'Italie espagnole est également un secteur historiographique large-
me~t reno~veIé ; nous renvoyons à la synthese et à la présentation his- 1989 ; ALBAREDASALVADO,1999]. Les institutions parlementaires de
tonographtque de l.-C. WAQUET[1989], ainsi qu'au numéro 45-1 de la I'Italie espagnole sont également mieux connues ; la présentation syn-
Revue d'Hist'oire model'lle et cOlltemporaille (1998). En outre,le numé- thétique de H.G. Krenigsberger est complétée, pour le royaume de
r~ de la revue Cheiroll ciirigé par G. Signorotto ainsi que I'oüvrage diri- Sardaignc, par eelle des institutions surdes due à ~A1>. Iviattone
gé par A. Musi contiennent un ensemble de contributions fort i~téres- [KCENIGSBERGER, 1978 ; MATTONE, 1989]. Enfin, I'étude des Cortes du
santes [SIGNOROTTO, 1993 ; MUSI, 1994]. La récente étude de Portugal dans la période consécutive à la rupture avec la monarchie his-
M. RI:'ERO RODR.IGUEZsur le gouvernement de l'Italie sous Philippe II panique a permis à M.A. HESPANHAde mettre en lumiere les griefs des
est tres suggestlve [1998]. La prochaine publication de I'enquête Portugais à l'encontre du gouvernement de Philippe IV [1991 et 1992].

30 31
s'est intéressé au 11ent crucial ou les conseillers de Philippe III et
La diplomatic ct la gu,
Philippe IV optem rJur I'engagement aux côtés de l'Empire et pour la
Les échanges internationaux, ou pour le moins européens, sont, sur reprise des hostilités avec les Hollandais [1974]. Le rôle joué par le
le plan politique, étroitement associés à la diplomatie, elle-même direc- comte-duc d'Olivares et Baltasar de Zufiiga en faveur d'une politique bel-
tement Iiée à la guerre, et aux négociations de paix. L'étude des relations liciste a été analysé notamment par RA. Stradling, ainsi que par J. Alcala
internationales s'est enrichie ces dernieres années de perspectives plus Zamora y Quepo de Llano [STRADLlNG,1986 ; ALCALAZAMORAY QUEPO
larges qui prennent en compte lesnégociations entourant, voire enca- DE LLANO, 1990]. À partir de la théorie des conflits, D. PARROTa mis en
drant, les événements militaires. L'ouvrage de L. BÉLY sur les rclations évidence les causes complexes du conflit franco-espagnol de 1635-1659
inlernationales en Europe aux xvne et XVlIle siecles est tres représentatif [1987]. Dans le même volume, P. SONNINOse penche sur les origines des
de ce croisemcnt de données. et sOlllignc la part essentielle qll'occllpe la guerres de Louis XIV, en particulier contre les Provinces-Unies [1987].
eliplomatie dans les conflits armés r 1992]. Pour la guerre de Succession d'Espagne, l'ouvrage d'H. KAMENdemeure
Les relations internationales aux XVle et XVlle siecles sont largement indispensable [1969]. Les origines et les enjeux du conflit ont été étudiés
présentes dans les ouvrages cités plus haut (Reperes chronologiques). En également par W. ROOSEN[1976].
outre, la consultation des syntheses de J.H. Elliott et ele G. Parker sur La connaissance des armées et du systeme militaire de la monarchie
I'histoire de I'Europe moderne, publiées dans la "Fontana History of hispanique demeure bien imparfaite. Celle des tercios doit beaucoup
Europe". est tres utile, étant donné la compétence particuliere de ces aux travaux de R. Quatrefages et de G. Parker [QUATREFAGES,1979 et
auteurs dans le domaine hispaniqlle [ELLlOTT, 1990b ; PARKER. 1990]. 1989 ; PARKER, 1972]. L'évolution dans le sens d'une privatisation de
Plusicurs ouvrages importants ele G. PARKERsont consacrés à la puissan- l'appareilmilitaire au xvne siecle est clairement dégagée par les travaux
ce militaire de la monarchie espagnole, ainsi qu'à ses échecs : l'étuele de d'I.A.A. THOMPSON[1967, 1976, 1990 et 1992]. J. ALCALAZAMORAY
la révolte eles Flandres, d'une parto et d'autre part du systeme militaire QUEPO DE LLANOs'est penché sur la politique maritime de la monarchie
de la monarchie, centré sur I'armée eles Flandres, met en lumiere les elif- dans le contexte de la guerre des Flandres [1979]. La flOIte des Flandres
ficultés Iiées à la dispersion territoriale de la monarchie [1972 ct 1985]. a également été étudiée par R. A. STRADLlNG[1992]. Sur le dispositif
L'reuvre de G. Parker fait égalcmcnt une large place à I'entreprise de militaire de la monarchie, on nedispose que d'études partielles. Le des-
l'Invincible Armada, révélatrice dans ses ambitions com me dans son
tin du projet d'Union des armes a été analysé tant par R. Stradling que
échec, de la contradiction entre un "grand dessein" hégémonique et les
par J.H. Elliott [STRADLlNG, 1989 ; ELLlOTT, 1992a]. La place centrale
réalités de sa réalisation [MARTINet PARKER,1988 ; PARKER,1998].
de la Lombardie dans le dispositif est mise en relief par L.A. Ribot
Les guerres, qui sont au XVlle siêcle si nombreuses et si généralisées García et par M. Rizzo [RmOT GARCiA, 1989 ; RIZZO, 1992] ; L.A. RmOT
en Europe, sont mieux connues grâce aux travaux de G. LIVET sur la GARCIA a procédé à une tentative de synthese concernant I'Italie espa-
guerre de Trente Ans mais aussi sur I'équilibre des forces européennes gnole [1994].
[1963 et 1976]. aux syntheses ele L. BÉLY,J. BÉRANGERet A. CORVISIER
La diplomatie, ses agents, comme les affaires qui en relevent, sont
[19911 et ele J.P. BOIS [1998] qui font le point sur une question tres tra-
vaillée. La bibliographie, tres exhaustive et classée par themes, présen- loin d'être négligés. En France, le personnel diplomatique peut être abor-
tée par L. BÉLY, permet de traiter la question de la guerre et des armées dé à partir de I'ouvrage de J. BAILLOU, de facture classique, qui receie
pour la monarchie française [1992] : nous nous bornerons ici aux travaux des informations précieuses sur le fonctionnement des affaires étran-
récents concernant la monarchie hispanique. geres au niveau des bureaux et du secrétariat d'État [1984]. L. BÉLYs'in-
téresse davantage aux Espio/ls et ambassadeurs, qui font le lien entre la
La politique internationale du duc ele Lerma, inspirée par le projet de
politique extérieure de la monarchie et les différentes cours européennes
renforcer la puissance de la monarchie en limitant le cout de ses engage-
[1990]. Pour les relations bilatérales entre la France et I'Espagne, les tra-
ments en Europe, est à présent mieux connue grâce aux travaux de
vaux d' A. HUGONsont indispensables ; en aUendant la publication de sa
B. GARCiAGARCiA[1996]. La guerre de Trente Ans comme point central
these, on peut consulter son article sur le renseignement espagnol au
des relations franco-espagnoles peut être abordée à partir de I'ouvrage de
G. PARKER[1987], et de Olivares de J.H. ELLIoTT [1992a]. P. BRIGHTWELL début du xv"e siecle [1997].

33
32
Les questions religieuses

Sans être au coeur du sujet, la Réforme catholique et les réformes pro-


testantes doivent être prises en considération, étant donné le poids des
conflits religieux dans les affaires intérieures des deux monarchies, comme
dans les relations internationales. La collection Histoire du christianisme,
dont les volumes consacrés à l'époque moderne ont été dirigés par
M. VENARD,fait Je point des recherches récentes sur ces questions, en
offrant des bibliographies sur les aspects essentiels du sujet : elle illustre
par ailleurs I'ample renouvellement de I'histoire religieuse en France
depuis une trentaine d'années [1992 et 1997]. Pour I'Espagne, on dispose
d'instruments de travai! de facture classique, comme le Dicciollario de
Historia Ecclesiastica de Espaiia, et l' Historia de la 19lesia ell Espana sous
ladirection de R. GARCiAVILLOSLADA[1979].
Plusieurs themes touchent néanmoins directement au sujet étudié ici.
"
En premier lieu, les rapports entre Église et État en France ont été exami-
nés notamment par R. TAVENEAUX, qui s'est intéressé plus particulierement
au jansénisme et au gallicanisme [1965]. L'introduction dans Ies historio-
graphies française et espagnole de la notion de confessionalisme élaborée
REPERES
en Al1emagne est trop récente pour avoir suscité .de fortes dynamiques de
recherche [REINHARD, 1998 ; DESCIMONet GUERY, 2000 ; MARTINEZ
MILLANet CARLOSMORALES,1998]. Si elle semble s'adapter au cas fran-
çais, en Espagne, en revanche, son uti!isation demeure limitée au champ
politique. Les relations entre Église et État, pour la monarchie hispanique,
n'ont d'ailleurs pas fait I'objet d'études d'ensemble. Dans le cadre espa-
gnol, cette thématique a été développée par A. Domínguez Ortiz,
P. Fernández AIbaIadejo, Ch. Hermann, et T. Egido à partir de Ia notion de
régalisme [DOMíNGUEZORTIZ, 1979b ; FERNÁNDEZALBALADEJO,1986 ;
HERMANN,1988; EGlDO, 1991]. Le second point concerne la politique de
la monarchie, en France, à I'égard des protestants, et en Espagne, à l'égard
des minorités et des courants de pensée hétérodoxes. L'édit de Nantes,
récemment commémoré, et I'édit de Fontainebleau, qui met fin à la tolé-
rance religieuse, ont suscité de nombreux travaux dont on retiendra ceux
d'E. Labrousse et de J. Garrisson, ainsi que I'enquête d'O. Christin sur les
paix de religion [LABROUSSE,1985 ; GARRISSON,1985 ; CHRISTIN,1997].
Dans le domaine hispanique, I'historiographie est particulierement riche
sur I'Inquisition, considérée autant comme apparei! d'État bureaucratique
q\lP. çomllle insirutnent de pouvair et de contrôle social [DENNASSAR". 1979 :
DEDIEU,1989a]. La synthese récente de F. Bethencourt sur les Inquisitions
espagnole, portugaise et italienne offre désormais une indispensable
approche comparative, à laquelle ii convient d'ajouter, pour Ies Pays-Bas,
l'ouvrage d'A. Goosens [BETHENCOURT,1995; GOOSENS,1997].

34
L' AFFRONTEMENTENTRE CHA ~SQUINT méditerranéennes et 1S d'Europe du Nord, dont Milan est un point
stratégique. Afin de rOlllpre l'eneerelement de la Franee par les États de
ET LES VALOIS (1515-1556)
Charles Quint, François le, n'hésite pas à s'allier avec les ennemis de
I'empereur: les Tures et les prinees protestants allemands. Une série de
Les relations entre les monarchies hispanique et française sont mar- six guerres, entre 1521 et 1556, n'aboutit à rien de définitif.
quées par un eonflit qui s'inserit dans la longue durée puisqu'i1 couvre Les Turcs poursuivent un grand mouvement d'expansi0!3 vers
I'ensemble des XVIe et XVIIe siecles. Aussi, pour une meilleure eompré- l'Oues!. I1s Qnt eonquis au début du siecle la Syrie (1516) et l'Egypte
hension de la question, la premiere moitié du XVIe siecle doit-elle être (1517). La menaee turque se rapproehe en Europe. Apres avoir eonquis
connue dans ses grandes Iignes. la Bulgarie au XIVe siecle, puis la Greee et les Balkans dans la deuxie-
En janvier 1516, à la mort de son grand-pere Ferdinand, Charles me moitié du xve siecle, les Tures prennent Belgrade en 1521. Cinq aos
Quint devient roi de Castille et d'Aragon. Mais, des 1519, iI est élu à la apres, ils s'emparent de la moitié de la Hongrie : à la bataille de Mohacs
tête du Saint-Em pire romain germanique, suceédant à son autre grand- en 1526, le roi Louis II de Hongrie est tué. En 1529, les Tures assiegent
pere Maximilien le,. L'héritage des Rois catholiques est inséré désor- Yienne, sans sueees. I1s établissent aussi leur domination sur la
mais dans un ensemble plus vaste. Les Castillans, mécontents de son Méditerranée oriental e : Rhodes est prise en 1522. Mais les souverains
passage éclair en Espagne et de l'avidité des Flamands qui débarquent d'Europe sont désunis, et le plus puissant d'entre eux, Charles Quint,
avee lui, et eraignant de voir leur pays mis à eontribution pour finaneer est oeeupé eontre la Franee et contre les protestants allemands.
la politique impériale, se soulevent. La révolte des Comuneros, en Avec Martin Luther, la réforme protestante fait de rapides progres
1520-1521, met aux prises les villes de Castille et I'armée royale, en en Allemagne. Excommunié en 1520, mis au ban du Saint Empire en
l'absenee de Charles Quint parti pour I' Allemagne. Divisé, le sou leve- 1521, Luther gagne à sa cause plusieurs princes allemands. Charles
ment est éerasé. La défaite des dcrniers Comuneros le 21 avril 1521 à Quint veut défendre l'unité religieuse de la chrétienté et l'ordre poli-
Villalar est suivie d'une dure répression. Désormais, le pouvoir royal tique dans l'Empire. Le conflit religieux est également des le départ un
tien! la Cas!ille bien en main. La Castille, au XVIe siecle, ne connait pas affrontement politique. Apres un long conflit avec les protestants unis
d'autres grandes révoltes. Pourtant, eertaines des revendieations des dans la ligue de Smalkalde (1531) •.Charles Quint ne parvient pas à les
révoltés ne seron! pas oubliées, com me I'exigence que les souverains anéantir, pas plus que ceux-ci n'arrivent à faire basculer toute
soient nés et éduqués en Castille ou eneore l'exclusion des étrangers de I' Allemagne dans la Réforme. Si Charles Quint rem porte une éclatante
I' administration de la couronne [PÉREZ, 1970]. Dans le même temps, vietoire à Mühlberg en 1547, einq ans apres ii doit fuir Innsbruck assié-
mais sans Iien avec la révolte castillane, le royaume de Yalence se rebel- gé par les prinees protestants allemands, alliés au roi de France Henri II.
le en 1520 : la révolte des Germanias est un mouvement antiseigneurial. La même année 1552, Ie siege de Metz, que Charles Quint et le due
Les révoltés ravagent les domaines des seigneurs, s'attaquant notam- d' Albe tentent de reprendre aux Français, est un échec euisant. Enfin les
ment aux paysans musulmans, don! beaueoup sont contraints au baptê- finanees de Charles Quint sont épuisées. II faut bien se résoudre au
me. L'alliance entre pouvoir royal et seigneurs l'emporte ; Yalence se eompromis politique: la paix d'Augsbourg, le 25 septembre 1555,
rend le le, novembre 1521. En déeembre 1524, apres l'exécution de reconnait l'existence du protestantisme, mais ce sont les autorités qui
centaines de rebelles, le nouveau vice-roi Germaine de Foix publie un choisissent la religion de I'État. Le principe cujus regia, ejus religia
pardon général. triomphe. Le choix se limite cependant au catholicisme et au luthéra-
Les enjeux essentiels du long affrontement franco-espagnol sont le nisme, à l'exclusion des autres confessions protestantes. Du même
duehé de Bourgogne, irieorporé par Louis XI au domaine royal en 1477, coup, le concile convoqué pour chercher une solution religieuse devient
et auquel Charles Quint n 'a pas renoncé au nom des droits hérités de un coneile de réorganisation de I'Église catholique et de définition des
Marie de Bourgogne, et surtout I'Italie : depuis I'expédition de dogmes (concile de Trente, 1545-1563).
Charles VIII à Naples en 1494, les rois de Franee eombattent pour la La priorité majeure de Charles Quint était de défendre son héritage,
possession du Milanais et de Naples (guerres d'Italie). Charles Quint et, secondairement, de maintenir I'unité religieuse de la chrétienté et de
défend son héritage napoJitain, ainsi que la Iiaison entre ses possessions lutter contre l'lslam. Accaparé par les guerres contre la France, ii n'a pu

36 37

j
éliminer le protestantisme, ni empêcher I' avance turque. Ce sont surtout cesse Maria-Manuela de Portugal, sa cousine. La princesse meurt deu x
les engagements en Allemagne qui ont été la cause de son échec : épui- ans plus tard en donnant le jour à I'infant don Carlos.
sé par le conflit contre les protestants, il n 'a pas pu conserver pour Apres la victoire de Mülberg en 1547, Charles Quint souhaite régler
Philippe I'héritage de Habsbourg et la couronne impériale, qui passent sa succession à l'Empire : ii envisage d'obtenir pour Philippe le titre
à son frere Ferdinand. En outre, les États de Charles Quint ont suppor- impérial, mais se heurte à une forte résistance des princes allemands,
té le coQt énorme des guerres : la Castille et les Pays-Bas, régions les ainsi que de son frere Ferdinand. Mais Philippe ignore tout de ses futurs
plus riches, en ont fait les frais. États, hors d'Espagne. Pour parfaire son éducation politique, I'empereur
lui fait effectuer un long voyage à partir d'octobre 1548. Philippe se rend
à Milan, passe par Trente et Innsbruck, et retrouve Charles Quint à
Bruxelles le ler avril 1549. II y est reconnu héritier des Pays-Bas.
LA PRÉPONDÉRANCE ESPAGNOLE (1556-1598) Philippe et Charles partent ensuite pour Augsbourg, ou une conférence
de famille les réunit à Ferdinand, et à son fils Maximilien qui rentre pré-
cipitamment de Castille (ou il exerçait la régence) pour pesersur la
Les priorités de Philippe II sont sensiblement les mêmes que celles
négociation. En mars 1551, un accord entre les Habsbourg regle la suc-
de son pere : la défense du patrimoine, tout d'abord. Elle semble encore
cession impériale en faveur de Ferdinand ; il est entendu que le titre
plus importante que la défense du catholicisme contre les protestants et
impérial passera ensuite à Philippe, puis à son cousin Maximilien. Cette
contre I'Islam. On doit garder à I'esprit que les luttes religieuses sont
combinaison, à laquelle Ferdinand ne consent qu'à contrecreur, et qui
éminemment politiques, car la fidélité au souverain et I'appartenance mécontente les princes allemands, est ruinée par la reprise de la guerre
religieuse sont étroitement liées. Mais il ne faut pas considérer les moti- avec la France et les princes allemands en 1552.
vations religieuses com me un simple prétexte. La différence, c'est que
Philippe regagne la Castille au printemps 1551. Les années 1554-
Philippe II n'a pas le titre d'Empereur: son prestige n'est donc pas aussi
1559 sont celles du passage de l'empire de Charles Quint à la monarchie
grand que celui de son pere. D'autre part, il n 'a pas d'engagements en
hispanique. Ce passage est source de fortes tensions entre Philippe et
Allemagne. La Méditerranée et I' Atlantique sont les deux grands espaces
Charles Quint, le premier s'efforçant avec ténacité de conserver l'inté-
de sa politique. La seconde moitié du XVle siecle est pour la monarchie gralité de son héritage, le second désormais conscient de la difficulté de
hispanique une période de mobilisation quasi permanente. De leur côté, défendre une monarchie qui s'étendrait sur les Pays-Bas, I'Espagne et
les rois de France affaiblis par les guerres civiles tentent de résister à la l'Italie, sans I'appui des possessions allemandes des Habsbourg. L'échec
menace d'une nouvelle "monarchie universelle" susceptible de pIacer de l'empereur en Allemagne, consommé par la paix d'Augsbourg en
sous I'hégémonie espagnole l'ensemble des États d'Europe occidentale. 1555, ainsi que I'hostilité persistante de la France font d'ailleurs peser
une lo urde menace sur I'héritage bourguignon.
Le mariage de Philippe avec Marie Tudor, en 1554, vise à associer
De I'Empire à la monarchie hispanique (1527-1556)
I' Angleterre à la défense des Pays-Bas et à compenser la perte de
l'Allemagne. II a été décidé par Charles Quint, Marie de Hongrie, qui
Né à Valladolid en 1527, Philippe II grandit en Espagne. 5a présen- assure le gouvemement des Pays-Bas au nom de Charles Quint de 1531
ce y est un gagede stabilité nécessaire quelques années apres la révolte à 1555, et leu r conseiller Antoine Perrenot de Granvelle. Angleterre et
des Comuneros, et d'autant plus que la politique impériale retient Pays-Bas sont associés dans une union personnelle, mais Philippe n'a
Charles Quint hors de la péninsule Ibérique. Apres la mort de l'impéra- que le titre de roi d' Angleterre : c'est Marie qui regne et qui gouverne.
tri,..p i"'!lhpiip. jp jcr m~i i .,~q. sê nose en effet la aüestion de l'exercÍce íi p.~t nrp.vlI ()lie le fils üüi naitrait de cc mariage doit régner sur
d;~la';é~;~:~. ~-n-Ca~~iÚe-~~' í'~b;ence de Charles 'Quint. En mai 1543, ,o, (; A~-gl;t~~re et sur les p~ssessions bourguignonnes, tandis que don
l'empereur quitte la Castille pour mener la guerre contre la France : iI Carlos, fils de son premier mariagel, recevra les possessions d'Espagne
n'y revient qu'apres son abdication, en 1556. À l'âge de seize ans, et d'Italie. En cas d'absence d'enfant né de ce mariage, Philippe perd
Philippe se voit confier la régence. 11épouse à I'automne 1543 la prin- tout droit dans le royaume d' Angleterre à la mort de la reine. Philippe est

38 39

.m!
mécontent de ces combinaisons, qui sembk nnoncer un amoindrisse- gieuse établie da Empire est I'occasion d'une reconquête catholique,
ment de sa puissance ; dans son testament de 1557, il stipule c1airement menée notamment par les jésuites en Allemagne du Sud et en Rhénanie,
que don Carlos a droit à la succession de tous ses États, et qu'il est libre avec I'appui des princes (Habsbourg en Autriche, Wittelsbach en
de toute obligation envers Ics évcntuels enfants qu'i1 pourrait avoir avec Baviere). À la fin du siêc1e, les sujets des Habsbourg sont majoritaire-
Marie Tudor [RODRIGUEZSALGADO,1988]. En outre, le traité de mariage ment catholiques.
interdit à Philippe de prendre appui sur I' Angleterre dans la guerre qui Le début du regne de Philippe II est marqué par la victoire des
oppose Charles Quint à la France. Philippe perd donc assez vite tout inté- Espagnols sur les Français à Saint-Quentin en 1557. lei encore, une vic-
rêt pour I' Angleterre, d'autant que Marie Tudor limite strictement son toire ponctuelle n' entraine pas l' anéantissement de I' adversaire : en
rôle de prince consort et que le couple royal n'a pas d'enfants. En juillet 1558, le duc de Guise s'empare de Calais, détenue par les Anglais. Cette
1557, ii quitte définitivement I' Angleterre : ses priorités sont aillcurs. sur prise est fortement symbolique, puisque Calais était détenue par les
le continent [LOADES, 1998]. Anglais depuis 1347. L'épuisement des finances, des deux côtés, impose I
Philippe, duc de Milan depuis 1551, reçoit en 1554 la couronne de la paix. La mort de Marie Tudor rompt le Iien entre Espagne et
1
Naples à I'occasion de son mariage avec Marie Tudor. Le 25 octobre Angleterre, dispensant Philippe II d'avoir à se baUre pour Calais; de son
1555, devant I'assemblée des états généraux des Pays-Bas, à Bruxelles, côté, Henri II cherche à sortir du conflit pour pouvoir luUer contre la
Charles Quint transmet à son fils I'héritage bourguignon. 'En janvier Réforme, qui progresse en France.
1556, sans cérémonie cette fois, iI se dépouille en faveur de Philippe des Le traité de Cateau-Cambrésis (petite ville des Pays-Bas), le 3 avril
couronnes de Castille et d' Aragon, des royaumes de Sieile et de 1559, établit la paix entre la France et I'Espagne. II prévoit la restitution
Sardaigne. En septembre 1556. iI renonce à la dignité impériale, ce que de plusie.urs territoires occupés durant le conflit (te duc de Savoie, vain-
les électeurs du Saint Empire ne reconnaissent qu'en 1558. Cette abdi-
queur de Saint-Quentin, retrouve son duché alors occupé par la France),
cation en plusieurs étapes n'empêche par Charles Quint de suivre les
et scelle I'entente entre les deux rois par le mariage de Philippe II ave c
affaires politiques. Élisabeth de France, filie ainée d'Henri II. Le montant de la dot est de
400000 écus d'or, payables en.trois fois à Anvers en dix-huit mois. Avec
ce traité, la France abandonne ses ambitions en Italie, renonçant à Naples
Le début de la révolte desFlandres (1566-1570)
et à Milan, ce qui provoque la déception de la noblesse française. Mais
les Trois-Évêchés et Calais sont conservés, ainsi que le marquisat de
Les années qui suivent la paix d' Augsbourg voient s'approfondir la
Saluces et cinq villes du Nord de I'Italie, dont Turin et Pignero1.
fracture religieuse dans les deux monarchies. Si l' Allemagne passe au
second plan des préoccupations de Philippe II, le succes du protestantis- C'est alors que commence pour la France une période d'effacement
me aux Pays-Bas et même en Espagne le conduit à refuser tout compro- sur le plan internationa1. Le 10 juillet 1559, Henri II meurt apres avoir
mis avec I'hérésie, dureissant sa politique religieuse. De son côté. le roi reçu la lance de Montgomery dans l'eeil pendant un toumoi. François II,
de France a besoin de se libérer du poids de la guerre pour lutter contre qui vicnt d'épouser Marie Stuart, n'a que quinze ans, et sa santé est pré-
l'expansion du calvinisme. caire. Son regne bref (ii meurt en décembre 1560) voit à la fois l'ascen-
Contrairement à son pere. Philippe II n'est pas engagé dans le Saint sion du elan des Guises, oneles de Marie Stuart, et une énergique répres-
Empire. Le front germanique disparait pour un temps de la politique sion de I'hérésie (conjuration d'Amboise, 1560). ar, la réforme protes-
tante compte de puissantes familles nobles, comme celle des Bourbons.
I internationale de la monarchie hispanique. Dans le Saint Empire, rame-
né au calme par la paix d' Augsbourg en 1555, les empereurs Ferdinand ler Les guerres eiviles de religion commencent : le 1er mars 1562, des réfor-
(1556/58-1564) puis Maximilien II (1564-1576) menent une politique de més sont massacrés à Wassy, en Champagne, par les troupes du duc de
I concorde entre catholiques et luthériens, sauvegardant I 'unité de Guise. La France, affaiblie par les divisions religieuses et politiques,

I.. I'Empire par un ensemble de concessions. Maximilien II n'est d'ailleurs


pas dénué de sympathie pour les protestants. En 1555, la plupart des
n'est plus un ennemi pour l'Espagne. Ce n'est qu'avec la révolte des
Pays-Bas que les affaires françaises retrouvent à nouveau une grande
sujets des États héréditaires des Habsbourg sont luthériens. La paix reli- importance pour Philippe II et ses conseillers.

41
40
Des les premieres années du regne de Philippe II, une crise politique deux inquisiteurs par diocese. Ces mesures sont rendues publiques au
se .~essine au~ ~ays-Bas. En partant pour I'Espagne en aoOt 1559, ;.-printemps 1561. ElIes doivent être financées par des prélevements sur les
Phlltpp~ II a lalsse Marguerite de Parme, filie naturelle de Charles Quint, " revenus du clergé local, qui n'a pas été consulté. Ce projet provoque la
en qualtté de gouverneur. ElIe est assistée de trois conseils (conseil d'É- colere de la noblesse et des États des provinces (l'augmentation du
tat, Conseil privé, conseil des Finances). Or, le conseil d'État est divisé nombre des dignitaires de I'Église risque de déséquilibrer le fonctionne-
entre les fideIes serviteurs de Philippe II (Ie juriste frison Viglius, le 'ment des États au détriment des deu x autres ordres). Les Grands, menés
comte de Berlaymont com me conseiller militaire, et le Franc-comtois par Guillaume d'Orange, demandent le départ de Granvelle, qui apparait
Antoine Pe~renot de Granvelle, évêque d' Arras) et les grands seigneurs 'comme le promoteur de ce projet. En janvier 1564, Philippe II accorde
locaux (Gulllaume de Nassau, prince d'Orange, et les comtes de Horn et le départ de Granvelle. L'aristocratie prend Ie contrôle du conseil d'État.
d'Egmont) qui se trouvent marginalisés, et qui apparaíssent de plus en
Les concessions consenties par Philippe II, loin d'apaiser la situation
plus comme les défenseurs des libertés nationales. Guillaume de Nassau
"aux Pays-Bas, sont perçues comme un signe de faiblesse. À la fin de
mene la protestation aristocratique contre un pouvoir royal de plus en
"1565, la noblesse petite et moyenne (environ 400 nobles menés par Jean
plus perçu comme étranger et lointain. D'origine allemande, né en 1533
. ,et Philippe de Marnix) se joint aux Grands (Louis de Nassau, frere de
élevé dans la religion luthérienne pu is dans le catholicisme Guillaum~
'Guillaume) pour publier un manifeste, le "compromis des nobles", qui
de N.assau .a ~idelement servi Charles Quint. Sa carriere di~lomatique,
" demande le départ des inquisiteurs et la fin des persécutions religieuses.
son tltre pnncler .(Orange), sa richesse et saprestance font de lui un per-
. Depuis plusieurs années, les mouvements de réforme protestants se dif-
so?nage de pr~mler plan. Avec Philippe II, la mésentente est rapidement
,Jusent dans le pays. Les calvinistes, qui comptent 5 % de la population,
éVldente : GUlllaume de Nassau pense agir en bon conseiller du roi en
progressent. La crise économique et financiere accrolt les tensions : les
dé~~ndant les. traditio.nnelles libertés bourguignonnes, alors que
.:habitants des Pays-Bas ont subi une lourde pression fiscale pour finan-
Phl.ltppe II volt en IUl un obstacle à sa politique. Le mariage de
GUlllaume avec la filie de I'électeur Maurice de Saxe (luthérien ancien . cer les guerres de Charles Quint, alors que l'industrie textile traverse une
ennemi de Charles Quint), en 1561, renforce sa méfiance. ' " période de marasme. Les premiers prédicateurs calvinistes tiennent des
>réunions publiques en 1564, alors qu'arrivent les ordres de Philippe pour
. ~'opposition des grands seigneurs "bourguignons" et des états pro- la promulgation des décrets duconcile de Trente. À Madrid et aux Pays-
VIllClaux port~ sur. tro~s sujets : la présence aux Pays-Bas de troupes , Bas, les partisans de la tolérance religieuse (la faction menée par Ruy
espagnoles ; I appltcatlOn des mesures de répression contre les protes-
Gómez, ainsi que Guillaume d'Orange et Egmont, envoyé en Espagne
tants ; le projet de réorganisation religieuse des Pays-Bas. La présence
plaider cette cause) perdent du terrain. C'est l'époque ou, en France,
aux Pays-Bas de 3 000 soldats espagnols est ressentie com me une cala-
apparaissent les "politiques", qui estiment que la fidélité au roi doit être
mi~é par la population. Ces troupes, arrivées en 1552, reste de I'armée
placée au-dessus de I'appartenance religieuse. Mais Philippe opte pour
q~l a mené I,a gu~rre contre la France, sont mal payées, indisciplinées, et
la répression : les "Iettres du bois de Ségovie" envoyées en octobre 1565
vlve~t sur I habltant. Or, Philippe II tarde à les renvoyer, car elles lui
demandent l'application rigoureuse des Placards (édits) contre les héré-
paralssent plus ~Ores que les compagnies néerlandaises. Sur la pression
:'tiques. À ce moment, la ligue des nobles n' est pas encore radicalisée, ni
de la noblesse~ II accorde en 1561 le départ des soldats espagnols. Mais
, àssociée à la cause calviniste. Les "confédérés" apportent leur pétition à
un~ ~utre affalre échauffe déjà les esprits. Le projet de réorganisation
Marguerite le 5 avril 1566: Berlaymont dit à la régente qu'elle n'a rien
r~ltgleuse .des Pays-Bas refond la carte d~s circonscriptions ecclésias-
à craindre de ces "gueux". Ce surnom méprisant est vite adopté par les
tiques, qUI re~o?te au début. du Moyen Age. Les Pays-Bas comptent
opposants. Marguerite accepte la suspension des persécutions, mais son
alors quatre dlO~ceses (!ournal, Cambrai, Arras et Utrecht), qui relevent
; pouvoir est faible : Philippe n'a aucune intention d'accepter le calvinis-
d~ deux archevechés sltués en terre étrangere : Reims et Cologne. Pour
me dans ses btats. L-e 31 juiHet. Philippe Hbl)iii l'Inquisii.ion aux Püys-
miêüX cQii,.ôle. la population ei l:Ullirarier ies progrês àe ia Réforme ia
bulle Super Ulliversitas accordée par Paul IV en 1559 crée quatorze n~u- Bas et accorde un pardon général, tout en envoyant des ordres pour
vea~x évêchés en trois provinces ecclésiastiques (Cambrai, Utrecht, réunir de I'argent et recruter des troupes.
Malmes). ElIe confie ~u roi la nomination aux bénéfices majeurs (grands À l'été 1566, le mouvement de contestation devient populaire et reli-
abbés et abbesses, éveques et archevêques), et permet la nomination de gieux. Les réunions de prédicateurs calvinistes se multiplient, touchant

.i 42 43
de passage à Bayon rencontré le duc d'Albe et d'Élisabeth de Valois.
en Flandres une popuJation déjà assez éloign u catholicisme et tou-
On dira plus tard qUe le massacre de la Saint-Barthélemy a été prévu à
chée par la crise économique. Une vague iconoclaste sepropage au mois'
d'aoOt, autour d'Ypres, Anvers, Breda. Les "casseurs d'images" ne sac- 'cette occasion.
cagent pas aveuglémcnt Ies églises : ils s'attaquent aux symboles du Guil1aume et Louis de Nassau apparaissent comme le seul recours de
dogme catholique. Marguerite de ParOle parvient à rétablir la situation en I'opposition. Aidés par quelques princes protestants allemands, ils ten-
s'appuyant sur une parlie modéréc de la noblesse, effrayée par les exces tent des opérations militaires aux Pays-Bas, mais sans succes. IIs partent
des calvinistes. Egmont et Horn I'aident à écraser les révoltés. De leur se battre avec les protestants français, Condé et Coligny. Le duc d' Albe
côté, Guillaume et Louis de Nassau. partisans de la tolérance, se démar- triomphe. Les Pays-Bas semblent matés, si bien qu'en juillet 1570
quent des deux camps (catholiques et calvinistes). Les forces calvinistes , Philippe accorde un pardon général. Mais le duc d'Albe s'est lancé dans
de Jean de Marnix sont vaincues en mars 1567, et Guillaume d'Orange, '> la réorganisation fiscale des Pays-Bas, en créant une taxe de !O % per-
qui passe pour un traltre aux yeux des deu x bords, s'exile en AlIemagne: " manente sur les marchandises. Elle déchalne l'opposition des états pro-
en avril 1567. Le mouvement populaire religieux et I'opposition nobi-. viociaux, qui refusent tout impôt permanent. Fin 1570, le climat est à la I! ~
Iiaire n 'ont pas su opérer leur jonction, et ont échoué. Marguerite a réus- ' , contestation fiscale [PARKER1985]. Philippe II met à profit le rétablisse-
si, seule, à rétablir le pouvoir royal. meot apparent de la situation pour se tourner vers le front méditerranéen. \i
Quand la nouvelle des troubles iconoclastes arrive en Espagne, , 1\
Philippe, assisté du conseil d'État, décide l'emploi de la force. Le duc'
Les années de croisade (1560-1572)
I';
d'Albe reçoit I'ordre de se rendre aux Pays-Bas à la tê te de troupes espa- .' ii
gnoles. II est essentiel de rétablir l'aulorilé royale dans les Flandres pour
décourager toute tentative de dissidence dans les autres parties de Ia , On a vu que la lutte contre I'Islam était une préoccupation récurrente II
It
monarchie et prévenir tout risque de dislocation. De plus, Philippe refuse , , de Charles Quint, qui pourtant n'y avait jamais consacré toute son éner-
de régner sur des hérétiques. Ruy Gómez conseille à Philippe de se rendre' ., gie. On pourrait en dire autant de Philippe II. Toutefois, ces choix sont !!
en personne aux Pays-Bas, mais les routes sont trop dangereuses ; , é.,source de tensions en Espagne : dans les années 1550, le Maghreb est 1
II,
Philippe refuse aussi d'envoyer un homme plus modéré. Enfin iI main- 'perçu comme une menace. Depuis AIger, les pirates "barbaresques" rava- lj(
,:,gent les côtes de I' Andalousie' et du Levant (Murcie, Valence) et pertur-
tient sa décision, même quand Marguerite l'assure que l'envoi des troupes
est inutile. La décision de reste r en Espagne et de laisser le duc d'Albe 'Oe bent le commerce. En 1555, le chef de rÉtat d' AIger, Salah Ra'is, soute- IiI
lil
. nu par le sultan, s'empare de Bougie et assiege Oran. Durant sa régence,
mener la répression est une lourde erreur [PARKER,1999J. Pour la monar- "
la princesse Jeanne plaide pour une politique d'intervention en Afrique du
III
!I',
chie hispanique, c'est le début d'un conflit qui durerajusqu'en 1648.
Nord pour défendre les présides espagnols (places fortifiées avec une gar- l.ij'
'~J .
En aoOt 1567, le duc eI'Albe arrive à Bruxelles avec environ LI
nison). Philippe II, à cette date, n'a plus que Mers-e1-Kebir, Oran, Melilla
10 000 vétérans espagnols qui sont logés dans les vil1es, même fideles:
;:•.et La Goulette (devant Tunis). L'expédition espagnole dirigée sur
Les heurts sont immédiats entre les soldats et la population, que les pre-,",'
miers considerent com me hérétique. En octobre, le duc d'Albe crée le
Mostaganem en aoOt 1558 échoue lamentablement. La réaction de
Philippe II est lente: il ne croit pas à la possibilité d'une invasion de la
li\
I:; I
Iii
• !

conseil des Troubles, qui réprill1e l'hérésie avec vigueur : plus de douze ,.' ,,
péninsule Ibérique par les musulmans, contrairement à certains de ses
Olille arrestations, plus de mille exécutions. Même les comtes d'Egmont.
et de Horn, qui étaient pourtant restés loyaux, sont arrêtés (ce qui pro- '
conseillers. La campagne organisée pour reprendre Tunis, conquise sur U~
L' i
, les chevaliers de Saint-Jean en 1556 par le corsaire Dragut, se solde par ;",
voque la démission de Marguerite de Parme), puis exécutés publique- " !!
• un désastre devant Djerba en 1560 [RODRIGUEZSALGADO1988J. !

ment à Bruxel1es le 5 juin 1568. En Espagne, I'ambassadeur du Com-


promis des nobles, Montigny, frere du comte de Horn, est étranglé. Le Les Turcs attaquent Malte en 1565 : Philippe II décide alors de
duc d'Albe remplace Marguerite à la tê te du pouvoir exécutif, au début . consacrer plus de moyens à la défense maritime de la Méditerranée.
ele 1568. Pour les proteStants d'Europe, son expédition est considérée .;.Dans ce contexte tendu, les morisques du royaume de Grenade se révol-
comme la premiere étape d'un vaste plan hispano-romain pour la recoo"> ;{tent. Les morisques'" sont les descendants des musulmans présents en
quête catholique ; on se souvient qu'à I'été 1565 Catherine de Médicis,' Espagne depuis 711. Convertis au catholicisme au début du siec1e, ces

45
44

.",; ~
nouveaux-chrétiens* font I'objet de mesures qui visent à éliminer en espagnol, ii combat aussi les protestants en France. Le 24 aoOt 1572, le
Espagne toute trace de la pratique religieuse et de la culture musulmanes. massacre de la Saint-Barthélemy marque une rupture. Le massacre géné-
Dans l'ancien royaume de Grenade, les morisques restent nombreux et ralisé des protestants parisiens est suivi d'autres tueries dans les pro-
fortement islamisés. Leur révolte prend rapidement l'allure d'une véri, vinces françaises, jusqu'au mois d'octobre. Le bilan est estimé à dix
table guerre dans les massifs montagneux d' Andalousie. Les morisques mille morts. Pour la France, c'est la fin de la politique suivie de 1570 à
sont vaincus en 1570 [DOMfNGUEZORTlZ et VINCENT,1984]. 1572 (tolérance civile à l'intérieur, rapprochement avec les puissances
Durant la guerre de Grenade, I'idée d'une jonction des morisques protestantes à I'extérieur).
avec les Turcs a été I'une crainte constante pour les conseilIers de Aux Pays-Bas, la Saint-Barthélemy profite dans l'immédiat au pou-
Philippe II, d'autant que cette guerre est l'occasion d'une nouvelle pous- voir royal. En décembre 1572, les rebelles ne tiennent plus que la
sée turque en Méditerranée. Tunis est prise en 1570 par les AIgérois, Hollande et la Zélande ; Guillaume d'Orange, devenu calviniste, anime
alors que les Turcs s'attaquent à Chypre, possession vénitienne. Une , la révolte en sa qualité de stathouder de Hollande (stat-houder = lieu-
Sainte-~igue ~st ,conclue e~tre Philippe H,Ie pape Pie V et la République tenant du roi, i.e. gouverneur militaire de province). Mais les troupes
de Vemse. L Ideal de crOlsade semble renaí'tre. La flotte chrétienne, espagnoles multiplient les atrocités contre les populations civiles : plu-
menée par don Juan d'Autriche, rencontre la floUe ottomane le 7 octobre , sieurs villes sont mises à sac ou incendiées. Le séjour du duc d' Albe, qui
157 I à Lépante. La victoire des chrétiens, acclamée comme un signe de devait n'être qu'une opération de maintien de I'ordre, s'est transformé en
la Providence divine, a un fort retentissement en Espagne et en Italie. guerre d'usure, tres coOteuse. Les Espagnols ont perdu le contrôle de la
Elle met fin au mythe de l'invincibilité des Turcs, mais ne modifie pas Ie , mer : les Gueux de mer bloquent les côtes des Pays-Bas, interrompant les
rapport des forces. Chypre est prise par les Turcs, Venise conclut un liaisons militaires entre Italie et Pays-Bas, ainsi que le commerce des
accord séparé avec le sultan, et la victoire de don Juan à Tunis en 1573 'grains de Ia Baltique vers la Castille. Philippe doit infléchir sa tactique,
est éphémere. Les intérêts de Philippe H le tournent vers I' Atlantique. À sans rien changer de son objectif essentiel, la défense de la foi. En
partir .de 1580, des trêves sont signées avec I'Empire oUoman, malgré Ie novembre 1573, Luis de Requesens succede au duc d' Albe comme gou-
souhalt de la papauté d'entretenir l'idéal de croisade. La Méditerranée, verneur des Pays-Bas. En Espagne, Ruy Gómez est, mort en juillet, et le
déIaissée par les grandes puissances turque et espagnole, est abandonnée secrétaire Antonio Pérez a pris Iii tête du groupe Eboli, partisan d'une
I.
aux corsaires de toutes nations. politique de modération aux Pays-Bas.
i Le bref séjour de Requesens est un échec : en 1575, apres avoir pro-
I La seconde révolte des Flandres
c1amé un pardon général Uuin 1574), il négocie avec les députés des
États de Hollande et de Zélande, mais refuse d'accorder la liberté de
conscience. Les pourparlers sont rompus. Requesens meurt en mars
i
I
C'est alors que la révolte des Pays-Bas connaí't un tournant décisif.
Le ler avril 1572, les "Gueux de mer" s 'emparent du port de La Brielle
1576, alors que Philippe H vient de proclamer une suspension de paie-
ment (ler septembre 1575) et que les troupes, non payées, s'agitent. Le
II (Brill), sur une lIe de Zélande. Les Gueux de mer sont des calvinistes 4 novembre 1576, les lercios se mutinent et menent le sac d' Anvers. La !

hollandais qui ont fui les persécutions et qui sont devenus corsaires, capital e économique des Pays-Bas subit onze jours de pillages et de mas- I i
i menés par Guillaume de La Marck (signataire du Compromis des nobles sacres. II y a 7 000 tués.
: I

banni par le duc d'Albe en 1566). Disposant désormais d'une bas~


I stable, contrôlant les bouches de l'Escaut, les Gueux de mer reçoivent
Le sac d' Anvers provoque un choc important aux Pays-Bas. Le
8 novembre, les états provinciaux des provinces révoltées (HolIande et
l'aide des Nassau. La révolte gagne toute la façade nord-ouest des Pays- Zélande) et celles des provinces contrôlées par le pouvoir royal (Brabant,
I
I
Bas, de la Zélande à la Frise. La ma.5se de la popu!ation déteste à la [eis :"Pi~n,;rp.. H::IinHl1f_ GII~lrtn~) cOiícluent la üacificatiün de Gai1d : eIles
i ies Espagnoís et I'Église, tandis que les élites sont mécontentes de l'ad- , ~'-~~i~-s~ntp~~~~~ig-e~ Íe départ des troupes'étrangeres, la liberté du culte
ministration du pays par d(lS étrangers. " calviniste en Hollande et Zélande et la reconnaissance du catholicisme
Les révoltés sont peu soutenus à I'extérieur : l'Angleterre refuse de seul dans les autres provinces, sur le modele de la paix d' Augsbourg en
I
I, s'engager nettement ; Charles IX est indécis. S'il est quelque peu anti- 1555. C'est, en cela, une tentative de stabiliser les différences religieuses

I 46 47
I
M,," '4
par un découpage régiona\. Le nouveau gouvernc 10n Juan d'Autriche 'concorde religieuse r ée par Catherine de Médicis et Michel de
(~e d~mi-frere de Philipp~ II et Ie vainqueur de Lépante), accepte la paci- J1Hospital est un échel... ~a réconciliation forcée des chefs de parti pro-
fIcatlOn de Gand : par l'Edit perpétuel de février 1577, ii accorde l'am- testants et catholiques (à Moulins, ou la cour réside plus longtemps
nistie générale et le départ des soldats étrangers. En mai 1577, les états 'qu'ailleurs et qui marque la fin de ce long voyage) n'est qu'un faux
généraux acceptent de le recevoir comme gouverneur général. espoir. Le 28 septembre 1567, la "surprise de Meaux" annonce la deuxie-
me guerre de religion : le prince de Condé, à la tête des huguenots, tente
Durant les années 1577-1578. Ia situation est confuse. Pouvoirs légi-
de s'emparer du roi pour le soustraire à I'influence de la cour, et ce mal-
times et illégitimes se font concurrence. Des calvinistes extrémistes
gré les réticences de Coligny, autre chef protestant. L'échec de Condé
s'emparenl de villes catholiques (Anvers. Bruges, Gand, Bruxelles) et y
Il'empêche pas la reprise des hostilités ouvertes. Cette deuxieme guerre,
fonl régner leu r loi ; Guillaume d'Orangc. de son côté, lente d'éviter la
désunion des provinces des Pays-Bas enlre Nord (Hollande et Zélande) :'qui se développe d'abord autour de Paris, est marquée par la "michelade
et Sud (Brabant, Flandre) ; des calholiques modérés font appel à I'archi- 'de Ní'mes" ou plusieurs membres du c1ergé sont massacrés par les pro-
duc Mathias, fils de feu Maximilien II, tanclis que d'autres recourent à :testants. Le 23 mars 1568, I'édit de Lonjumeau rétablit I'édit d' Amboise,
François, duc d' Anjou ; don Juan. soupçonné de trahison par Philippe II .;~ans aucune des restrictions qui y avaient été apportées. II sonne cepen-
à I'instigation d'Antonio Pérez, meurl du typhus le ler octobre 1578. ,;'4antla fin de la politique de tolérance civile. En septembre 1568, Michel
Divisés sur le plan religieux et politique, les Néerlandais sont au bord de de L'Hospital, maí'tre d'reuvre de cette voie médiane, est révoqué alors
la guerre civile. En 1579, des regroupements décisifs s'operent : d'un 'que commence la troisieme guerre de religion (1568-1570).
côté, les provinces wallonnes (Artois, Hainaut) et les grands seigneurs "" La situation aux Pays-Bas, marquée par la terrible répression que le
catholiques, qui se regroupent dans I'union d' Arras (6 janvier) ; de duc d' Albe mene contre les protestants rebelles, inquiete les huguenots
l'autre. Ies provinces du Nord (Hollande. Zélande, Utrecht, Gueldre. pu is :,français, qui se préparent au pire. Tandis que des réfugiés calvinistes
Frise. Overjissel. Groningue) forment l'union d'Utrecht (23 janvier). La ',viennent des Pays-Bas grossir les effectifs des réformés de France, la
partition des Pays-Bas est engagée [PARKER1985). }monarchie hésite sur la politique à suivre : soutenir les révoltés des Pays-
"Bas pour affaiblir la puissance espagnole au nord ou s'en tenir au réta-
blissement de l'ordre intérieur. Alors que Coligny, devenu conseiller du
Les guerres civiles françaises (1562.1584)
:':roi, cherche à convaincre Charles IX d'intervenir aux côtés des insurgés,
,'.Ies pressions catholiques s'accentuent à I'intérieur comme à l'extérieur.
En France. les guerres de religion marquent un retrait du royaume de
" Dans ce contexte hostile, les chefs huguenots prennent peur, craignant
la scene européenne. Entre 1562 et 1598. Ia France connait huit guerres
notamment d'être assassinés. I1s rassemblent leurs troupes et, à partir de
de religion qui correspondent en fait à plus de trente-cinq ans de
,1569, de véritables batailles rangées se déroulent, essentiellement dans
désorelres civils dans tout le royaume. Le premier conflit est de courte
le Centre-Ouest. Condé est tué à la bataille de Jarnac en mars 1569,
d.~r~e. 1,1com~ence avec le massac~e de w,assy en 1562 et s'achêve par
I edil d AmbOlse (J 9 mars 1563) qUI garantlt aux protestants la Jiberté de ;"Coligny est défait à Moncontour en octobre, mais les forces huguen?tes
conscience mais limite I'exercice du culle aux seuls faubourgs d'une ville '"se reconstituent pendant l'hiver et dévastent le midi de la France. A la
par hailliage (à I'exception de Paris. ville du roi, ou le culte est banni) et '.cour, les Guises sont disgraciés et, le 8 aout 1570, l'édit de Saint-Germain
dans I:ari~tocratie. Cet édit, censé réconcilier protestants et catholiques, ::est publié. II donne aux réformés de larges satisfactions : quatre places
ne sallsfalt aucun des partis et eles troubJes reprennent sans atteindre ~:de sureté ou ils pourront tenir garnison, liberté de conscience, liberté de
cepcndant le degré de violence de Ia premiere guerre de religion. culte là ou ii était célébré jusqu'en aout 1570, dans les faubourgs de deux
,villes par gouvernement et chez les seigneurs haut-justiciers. Bien que
Dans I'espoir d'apaiser le royaume. et pour mieux imposer I'autori.
té royale sur tout Ie territoire, la régente Catherine de Médicis décide de ',mieux équilibré que les édits précédents, cette paix n'éteint pas les
montrer le roi à son peuple.'Déclaré majeur 10rs du lit de justice tenu au )nquiétudes de part et d'autre. Elle dure cependant deux ans, jusqu'à ce
parlement de Rouen, Charles IX entreprend un long tour de France qui • que le massacre de la Saint-Barthélémy (24 aout 1572) donne le signal
dure plus de deu x ans Uanvier 1564-mai 1566). Mais la politique de , de la quatrieme guerre de religion.

49
48
!t~l'"
illt.-


'
..
Les prOleslanlS, venus nombreux à Paris assisler au mariage d'Henri 'Beaulieu du 6 mai 1576, dit aussi "paix de Monsieur", donne satisfaction
de Navarre avec Marguerile de Valois sont victimes d'un massacre de': ux malcontents, et en particulier à François d' Alençon, qui devient
g~ande ample~r, donll'origi?e et la responsabilité sonl encore âprement lors duc d'Anjou par augmentation de son apanage. Conformément aux
dlSCUlés. QUI a commandllé l'altentat perpétré contre l'amiral de "~ux des politiques, l'exercice du culte protestant est autorisé dans
Coligny, point de départ du massacre des protestants ? La tuerie est-elle' 'outes les villes du royaume (à l'exception de Paris, toujours) ; huit
voulue, préméditée ? La responsabilité de Guise, de I'Espagne, de la , laces de sOreté sont accordées aux huguenots, ainsi que des chambres
reine mere et du roi lui-même est alternativement envisagée par les his- '-parties. Les victimes de la Saint-Barthélemy sont réhabilitées ; et ii
torien.s. Quoi qu ',i.1en so~t, la Saint-Barthélemy est un événement ruptu- . t question de confier desgouvernements aux protestants. <::es conc.es-
re qUi marque 1 lmposslble concorde religieuse dans le royaume. Le ons, jugées exorbitantes par les catholiques, provoquent la formatlOn
caractere inaltendu - et incontrôlable - de cet épisode sanglant montré la premiere ligue, dite ligue de Péronne. Henri III décide d'en prendre
bien I'incapacité du pouvoir royal à imposer sa volonté dans le royaume:; ',tête pour mieux la contrôler, tandis que les états généraux se réunis-
Les massacres gagnent la province, tout le pays est alteint de celte fureui: 'nt à Blois (novembre-décembre 1576). C'est dans ce contexte qu'est
meurtriere. De nouveaux chefs de parti apparaissent : Henri de Guise du, bliée, en 1576, la République de Jean Bodin, qui offre au pouvoir
CÔlé c~tholiq~e, He?ri de Navarre pour les protestants. Les protestant~' yal une base théorique solide pour affirmer son autorité. La elôture des
apparalssent lmposslbles à baltre militairement ; le siege de La Rochelle" ,tats généraux, en mars 1577, ne produit pas les effets escomptés, et sur-
flef huguenot, doit être levé (décembre 1572-juillet 1573) sans que les' ut déçoit les politiques.
troupes royales aient pu investir la place. L'édit de Boulogne (11 juiUet . Des la fin de l'année 1576, I'orientation catholique prise par les états
1573) permet l'affirmation militaire des réformés : illeur est accordé la e:Blois conduit à une nouvelle prise d'armes des huguenots. La sixie-
Iiberté de conscience, ainsi qu 'une liberté Iimitée du culte, sauf à La , é guerre de religion (1576-1577) se solde par la paix de B~rgerac
Rochelle, à Nimes, puis à Montauban, ou la liberté est to tale. Au même 3sept.) et l'édit de Poitiers, qui restreint considérablement les hbertés
moment, le duc d' Anjou (futur Henri III) est élu roi de Pologne et part es protestants, mais amene aussi à la dissolution de la premiere ligue.
pour son nouveau royaume (septembre 1573). La paix est une fois enco-, 'étte sixieme guerre est suivie par une septieme, provoquée par le refus
re plus factice que réelle. Dans le Sud, I'assemblée de Millau organise en' 's catholiques d'accorder au prince de Condé l'entrée dans son gouver-
décembre une résistance structurée des huguenots. Des février 1574, ils' 'ment de Picardie. Celui-ci décide di: s'y établir par les armes, et s'em-
occupent des places en Poitou, Saintonge, Vivarais, Dauphiné. " re de La Fere, le 29 novembre 1579. Un an plus tard, le 26 J;lovembre
580, la paix de Fleix institue une fois de plus une trêve. ElIe est rom-
Le parti des "politiques" fait son apparition en cette année 1574. Ce:
"üepar les catholiques apres la mort de Monsieur, duc d'AnJou, surve-
courant moyen, mené par des princes mécontents (d'ou le nom aussi de:',
"malconlents") des deux partis, se déclarait en faveur de la Iiberté de';
'ue le 10 juin 1584, qui ouvre la perspective d'une successlOn protes-
" te au trône de France : Henri III n'ayant toujours pas d'enfant, I'héri-
consci.ence et de culte. Mené d'abord par le maréchal de Montmorency-,'
Jer présomptif est désormais Henri de Navarre, chef du parti huguenot.
Damvl1le, le mouvement est bientôt rejoint par le duc d' Alençon, frere': C"".~
d~ Charles IX, et par son cousin Henri de Navarre, qui aspirent à parti-
clper davantage aux décisions politiques du royaume. Le 30 mai, la' Philippe II, de la conquête portugaise
mort de Charles IX fait du roi de Pologne, Henri duc d' Anjou, I'héritier à I'échec de I' Armada (1578-1588)
de la couronne.
En attendant son retour, Catherine de Médicis assure l'intérim et En 1578, Sébastien, le jeune roi du Portugal, est tué lors d'une uto-
exerce une fois de plus la régence. L'arrivée d'Henri III (septembre iQue expédition de conquête au Maroc. Son onele, le cardinal-infant
1574) :rltcrvicnt à lâ vcille de ;a cinqüieil1e guei'fe ue reiigioo.':' :-e-nri, iu-i succeàe, puis nu;url à 50" tOüf saü5 dcsccndance en janvi.er
Montmorency-Damville, menant le parti des malcontents, prend les; 1580. La dynastie des Aviz est éteinte. Philippe II fait valoir ses drOlts
armes pour protester contre-! 'entourage étranger de la royauté. Celte ciu-' ynastiques à la succession, avec des arguments puissants : le duc
quieme guerre est ainsi marquée par I'action - et la victoire - des poli,: ,Albe envahit le Portugal. En 1581, Philippe est reconnu roi de Portugal
tiques dont François d'Alençon est à la tête depuis 1575. L'édit de. ar les Cortes de Tomar.

50 51

J
La puissance de Philippe J[ est alors à son , h. Ses possessions se sées par ses raids ar 'anaries, au Cap- Vert et aux Cara'ibes provoquent
sont soudainement agrandies de l'immense empire colonial portugais. La des pertes financier\.o~ considérables, et menacent I'ensemble du trafic
maitrise de I' Atlantique est alors un enjeu essentiel de la politique euro- espagnol dans l' Atlantique. En décembre, le comte de Leicester arrive
aux Provinces-Unies comme gouverneur général. Les réticences
I péenne. puisque Philippe II a hesoin de rétahlir la sécurilé de ses com-
d'Elisabeth à soutenir une révo1te contre un souverain légitime s'effa-
munications entre I'Espagne et les Pays-Bas (par mel', elles ont été cou-
I
I
pées par les "Gueux" en 1574) et de les assurer entre la péninsule
Ibérique et I' Amérique. Alexandre Farnese, fils de Marguerite de Parme,
cent devant la peur de la puissance espagnole. Ses craintes sont parfaite-
ment justifiées : devant la multiplication des agressions anglaises,
II conduit la reconquête des Pays-Bas. II s'appuie SUl' les provinces wal-
Philippe II prépare une invasion de l' Angleterre qui permettrait le ren-
versement de la reine au profit de Marie Stuart. L'exécution de celle-ci
t lonnes paul' restaureI' le prestige du souverain. Le résultat de ses négo-
le 18 février 1587 fournit à Philippe un pl'étexte idéal. Une gigantesque
ciations avec les provinces du Sud est le traité d'Arras (17 mai 1579) :
expédition maritime mobilise les forces de la péninsule lbérique. Mais le

I I'Artois, le Hainaut et la Flandre wallonne s'engagent à respecter la sou-


veraineté de Philippe II et à maintenir le catholicisme com me unique
plan de Philippe II est beaucoup trop complexe, en I'état des communi-
cations au XVle siec1e : une gigantesque f10tte partant de Lisbonne doi!
! religion ; en échange, les provinces obtiennent la confirmation de leurs
privileges, le départ des tercios* et la formation d'une armée nationale.
opérer sa jonction avec un corps expéditionnaire partant des Pays-Bas,
sous le commandement d' Alexandre Farnese. Les Anglais ont le temps

I
i
La prise de Maastricht en juin 1579 renforce la position de Farnese, qui
obtient même le retour des tercios : fin 1582, ii dispose de
60 000 hommes, dont 5 000 Espagnols et 4 000 Italiens. Ces forces lui
de réunir leurs forces, Ie duc de Parme ne parvient pas à coordonner sa
jonction avec la flotte commandée par le duc de Medina Sidonia, et le
mauvais temps s'ajoute à ces circonstances défavorables : l' Armada

I permettent de mener la reconquête du lerrain perdu. En 1584, il regagne


les Flandres et le Brabanl. L'année sllivante, ii s'empare de Bruxelles en
(flotte) espagnole, attaquée par les Anglais, est dispersée par la tempête
en aoOt 1588. L'Espagne ne peut empêcher les raids anglais contre le

I février. puis d' Anvers le 17 aoOI.


Pendant ce temps, le fossé avec les provinces rebelles s'agrandil. En
ju~llet 1581, les provinces rebelles déposent solennellement Philippe, par
port andalou de Cadix en 1587 et 1596 [PARKER1985, 1999].

I'Edit d'abjuration. Le roi est déclaré félon : la portée de cet événement Vn cheminement difficile vers la paix de religion (1584-1598)
est considérable. Guillaume de Nassau a été prodamé hors la loi en juin
158~ selon une idée de Granvelle ; Guillaume, dans son Apologie En septembre 1584 se forme à Nancy, capitale de Lorraine (et donc
PU?I.lée en 1580 et largement diffusée, a justifié sa rupture avec des Guises), une Ligue nobiJiaire autour du duc de Guise et de son frere
Philippe II. II est devenu un mythe anti-espagnol. II cherche des appuis le duc de Mayenne. Aux inquiétudes d'une succession protestante
en France. en soutenant le duc d' Alençon. frere d'Henri III. qui fait un s'ajoutent les frustrations des Guises, écartés du pouvoir au profit,
séjour éphémere aux Pays-Bas. De plus, Guillaume épouse en 1583 notamment, des favoris d'Henri UI, 1es ducs de Joyeuse et d'Épernon. Le
Louise de Coligny, la filie de I'amiral assassiné lors de la Saint- ralliement à la Ligue de nombreux Grands est bien souvent motivé par
Barthélemy. Le 10 juillet 1584, Guillmnne d'Orange est assassiné. Les des mécontentements de cet ordre. Le 31 décembre 1584 est signé le trai-
protestants perdent leur chef le plus prestigieux. La France est plongée té de Joinville par lequel les ligueurs désignent le cardinal de Bourbon
dans une crise dynastique apres la disparition en juin 1584 du duc (onele du roi de Navarre) comme héritier du trône, en dépit de I'ordre
d' Alençon. Philippe accorde son soutien financieI' aux Guises, chefs de successoral de la couronne mais au nom de la catholicité de la monar-
I~ Ligue, tout en .exprimant des prélcntions au trône de F~ance pour sa chie. Philippe II d'Espagne soutient I'initiative en promettant un soutien
fl,lle Is~belle-Claare-Eugénie (en 1584, et plus encore apres la mort financieI' de 200 000 écus annuels ; ii ache te ce faisant la fidélité des
d Henri III en 1589), et en soutenant la candidature de Marie Stuart au Guises. La huitieme gllerre de religion (1585-1598) est ainsi caractérisée
trône d' Angleterre. par les troubles de la Ligue. En janvier 1585, une ligue parisienne s'or-
La reine Elisabeth décide d'intervenir. officiellement en 1585 aux ganise à I'initiative de Charles Hotman. Au mois de mars, le manifeste
côtés .des Pro~inces-V.nies. Les attaques conduites cette année-Ià par le de Péronne (édit d'union) exprime des critiques contre 1es mignons et 1es
corsaare anglals FranCIS Drake en Galice ainsi que les destructions cau- exces fiscaux ainsi que des revendications d'ordre religieux (rétabJisse-

52 53
ment de J'unité de la foi) et d 'ordre politique (réunions régulieres des C'est de cette situation extrêmement difficile qu'hérite Henri de
états généraux). Mais ii annonce aussi le programme de la Ligue entrai- Navarre à la mort d'Henri III (2 aout 1589), assassiné par le moine
nant de ce fait I' adhésion de plusieurs vilIes du royaume. En jumet, Clément, un ligueur fanatique. Avant de s'éteindre, le roi avait reconnu
Henri III, inquiet de I'importance qu'acquiert le mouvement, traite avec la légitimité d'Henri IV, tout en lui enjoignant de se convertir au catho~
les ligueurs à Nemours. Le roi devient le chef des Iigueurs en acceptant licisme. Pour la Ligue, 1'héritier est le cardinal de Bourbon, proclamé rOI
Ieurs conditions, à savoir la suppression de la Iiberté de culte pour les par les Iigueurs sous le nom de Charles X. Henri IV entreprend la
réformés, la restitution des viJles aux chefs catholiques et le paiement conquête de son royaume. En septembre, les combats d' Arques enregis-
des mercenaires levés par les Guises. Ainsi, I'édit de Nemours du trent la premiere victoire du nouveau roi sur les troupes du duc de
18 juilIet 1585 proclame la déchéance des droits d'Henri de Navarre à la Mayenne. L'année 1590 est favorable à Henri IV. Le siege et blocus ~e
couronne et J'interdiction de la religion protestante dans le royaume. " Paris (avril-aout 1590) provoque disette, famine et terreur chez les habl-
tants de la capitale. Pendant ce tem ps, le roi prend Chart~es ~I 9 avri1): Le
Mais, si cet édit provoque une vague de conversions en faveur des 9 mai meurt "Charles X", cardinal de Bourbon, ce qUI lalsse la Ligue
catholiques, i] relance aussi les affrontements militaires. La résistance , orpheline. Ajouté au siege de Paris, cet épisode contribue à ra~lier les
huguenote s'organise : au mois d'aout 1585, Henri de Navarre et ';jigueurs modérés au parti navarrais, tandis que la Ligue se d~rclt enco-
DamvilIe signent I 'accord de Bergerac qui reconnalt le Béarnais comme re. À Paris, Seize et modérés s'affrontent de plus en plus séneusement.
unique héritier du trône. En 1587, Henri de Navarre est vainqueur à La terreur s'accrolt ; I'assassinat du président Brisson et de deux
Coutras (20 octobre), mais le duc de Guise gagne la batailIe d'Auneau conseillers de vilIe (accusés de tiédeur et de trahison) provoque un rejet
(24 novembre), ce qui lui vaut un surcroit de popularité à Paris. des Seize par la majorité de la population.
Henri III s'inquiete de la montée en puissance des Guises et, en mars En 1591, la capitale se prépare à ouvrir des négociations avec le parti
1588, apparait .une premiere organisation structurée de la Ligue pari- du roi, mais I' annonce de l' ouverture prochaine des états généraux
Slenne. La tenslOn monte dans Ia capitale, I'exaltation de la foi catho- (convoqués par Mayenne) repousse I'initiative. Lors de ces états, tenu~ à
Iique étant largement entretenue parles prédicateurs qui assurent au Paris du 26 janvier au 8 aout 1593, les "lois fondamentales" sont réafflr-
mouvement son armature idéologique. Henri III, craignant un coup d'É- mées SUl' le principe de la catholicité du roi. En fait, 1'objectif princ.ipal
tat, défend au duc de Guise de se rendre à Paris. Celui-ci transgresse .. de cette réunion est de choisir un candidat au trône de France parml les
I' interdiction royale et sa verlUe dans la capitale, à laquelle le roi répond nombreux prétendants. La diplomatie espagnole, tres active, p~et en
par I'introduction dans les murs de 4000hommes en armes pour calmer avant 1'infante Isabelle-Claire-Eugénie, fme de Philippe II et d'Ehsabe-
les esprits, provoque la journée des barricades (12-13 mai 1588). De thde Valois. Le duc de Savoie CharIes-Emmanuel et le fils du duc de
nouveaux pouvoirs sont alors mis en place à Paris (mai-juin 1588), le Lorraine sont aussi SUl' les rangs, tandis que les Guises proposent le jeune
roi est obligé de composer avec les ligueurs et signe, le 21 jumet, I'Édit duc de Guise ou Mayenne. La conversion d'Henri IV, le 25 juilIet 1593,
d'union. II s'engage à convoqueI' les états généraux et à rétablir I'lInité rend caduque 1'argumentation des Iigueurs qui repose SUl' la nécessaire
de la foi. Le duc de Guise doit être nommé Iieutenant général du royau- catholicité du roi, et les états de Paris sont tournés en dérision par leurs
me ; le roi de Navarre n 'est plus reconnu comme héritier du trône. Les détracteurs. L'année suivante, le sacre du roi à Chartres (Reims est enco-
états de Blois, ouverts en octobre 1588, sont le théâtre d 'un revirement o re aux mains des ligueurs), le 27 février, permet à Henri IV de faire le
de la politique royaIe. Contraint de se soumettre aux exigences toujollrs 22 mars 1594 son entrée triomphale à Paris, tandis que les troupes espa-
plus grandes de la Ligue, Henri III fait assassineI' le duc de Guise gnoles quittent la capitale. Le royaume est désormais aux mains du roi.
(23 décembre 1588) pu is s~n frere, le cardinal de Lorraine Les Iigueurs se rallient les uns apres les autres, monnaya~t ~here-
(24 déceDjbre), tandis que les principaux iigueilfs présenis sOiii al'r'Glés. 1I1ent leür soümiss:on ~u roi. Les ville.s exigent de noüvcaüx prlvlleges,
Le geste provoque à Paris une explosion de colere contre la "tyrannie" et certaines, comme Paris et Amiens, introduisent des clauses restrict~ves
royaIe, colere aiguisée parles prêches du clergé. Paris est contrôlée par concernant I'exercice du culte protestant. Les gouverneurs de provmce
les Seize (dirigeants des seize quartiers de Paris), Henri III e~t déclaré conservent leurs charges, les Grands obtiennent des gratifications et pen-
maudit, la Ligue atteint son point culminant. sions (900 000 écus pour le duc de Lorraine, 2,5 millions pour Mayenne,

54 55

-
.nord du royaume, 3pp' IIlUl1lQl1yeses, débouche sur de violents inci-
qui devient gouverneur de Bourgogne). L'ar. suivante, la France
>dents : la localité de Luvo est attaquée par une bande de IIlUlllallyeses
déclare la guerre à I'Espagne, tandis que Ie duc de Mayenne, ulcéré du
.-;"menéepar don Lupercio 'Latras, et se pt cents morisques sont tués. Latrás
renvoi des jésuites par édit roy31 du 5 janvier, reprend les 3rmes en
;'a beau invoquer la protection des lois du royaume, ii est capturé en 1590
Bourgogne et relance ce f3isant I'opposition ligueuse, soutenue par
)'et exécuté avec quarante de ses partisans. Afin de réaffirmer I'autorité
I'Espagne. L'année 1598 marque la fin dcs troubles. "au-dedans" comme
'roY31e, Philippe II décide de nommer un vice-roi non aragonais. II se
"3u-dchors". Le duc de Mcrcreur, gouvcrneur de Bretagne. est le dernier
heurte alors à I'opposition de ses sujets, qui soutiennent que le vice-roi ne
des grands chefs ligucurs à se soumettre (18-20 mars 1598, traité '
<doit pas être un étranger. Une opposition, menée par le com te de
d'Angers). Le 30 avril est signé I'édit de Nantes instituant la tolérance
,Ribagorza, émerge pour défendre les fors* menacés par la politique roya-
civile dans tou! Ie royaume. Le 2 mai 1598, la paix de Vervins est Ie. Dans ce contexte explosif arrive I'ancien secrétaire de Philippe II,
conclue avec I'Espagne et la Savoie. :Antonio Pérez. Apres I'assassinat du secrétaire de don Juan d'Autriche,
:Juan de Escobedo, le 31 mars 1578, Antonio Pérez est accusé du meurtre.
Árrêté en 1585, condamné à mor! cinq ans plus tard, Pérez s'échappe de
Les difficultés de la fin du regne de Philippe II (1591-J598) Madrid le 19 avril 1590. Arrivé à Saragosse le lendemain, ii trouve asile
,dans la prison du tribunal du Juslicia mayor* d' Aragon, dit être victime
L'intervention espagnole en France, conduite par Alexandre Farnese :.d'une odieuse persécution et rend publique une parti e de sa correspon-
à partir du sud des Pays-Bas, était motivée par la crainte de voir un pro- "dance avec le roi, compromettante pour ce dernier. Le 24 avril 1591, I'au-
testant sur le trône de France, ce qui renforcerait immédiatement les torité royale entreprend de transférer Pérez à la prison de l'Inquisition de
rebelles d~s FI.andres. Mais les opérations militaires en France ont pour ' Saragosse, sous l'accusation d'hérésie. Ce procédé doit permettre de
effe! de dlstra,lre les troupes espagnoles de la reconquête des Pays-Bas ' yenir à bout de l'ancien secrétaire, I'Inquisition se plaçant au-dessus des
vers le nord. A partir de 1588, Maurice de Nassau, le fils de Guillaume}'- privileges locaux. Le comte de Ribagorza et d'autres nobles aragonais
d'?range, réorganise I'armée des Provinces-Unies; ii remporte ses pre- s'érigent en défenseurs des fors, et la viJIe entre en rébellion. Mais
InJers succes en 1591 et poursuit la conquête des provinces du Nord-Est. " Philippe II ne peut tolérer cette situation de dissidence, alors que la guer-
La derniere décennie du XVI" siecle parail défavorable à la monarchie re des Flandres mobilise une grande parti e de ses forces. Le 24 septembre
hispanique. L'Espagne est touchée par une récession économique impu. 71591, sur l'ordre du roi, Antonio Pérez est transféré à la prison inquisito-
table à une série de mauvaises récoltes, à une forte épidémie de peste, et riale : une sanglante émeute éclate, alors que Pérez parvient à s'échapper.
au cout des engagements internationaux du souverain. En Castille s'ex- Le 29 septembre, Philippe II ordonne l'invasion du royaume d'Aragon
priment des protestations conlre la lourdeur de la fiscalité. Ainsi à Avila par une armée de 14 000 hommes. Ribagorza et d'autres meneurs sont
sont diffusés des Iibelles antifiscaux. Le roi envoie un juge pour rétablir emprisonnés, le .Tuslicia Mayor* Juan de Lanuza est décapité, des com-
I'ordre : en février 1592, don Diego de Bracamonte, issu d'une illustre parses sont exécutés. Si Pérez, réfugié à Paris, peut publier ses Relatiolls,
familJe de la ville, esl condamné à 1110rtet exécuté. D'aulres désordres contribution essentieIle à la légende noire de Philippe II, le "roi prudent"
éclatent ~ Tolede et Séville. Les Cortes de Castille se voient en position, ne profite pas de sa victoire pour abattre les privileges de I' Aragon. En
~e négocler le vote ~e .Ia conlribulion des millones*. D'autres crises poli.' revanche, ii obtient la reconnaissance de son droit à nommer un vice-roi
tIques affectent la Slcl!e et le royaume d' Aragon. En Sicile ou la fami~': étranger, établit son contrôle sur la nomination du Justicia d' Aragon, et
ne rend la situation encore plus tendue, la noblesse re~résentée' aui faitconstruire une citadeIle à Saragosse. II se rend personnellement en
Parlement refuse de voter de nouvelles contribulions. Les dirigeants du,; ragon en 1592 pour s'assurer de la pacification du royaume.
mouvemenl sont rapidement arrêtés. ", Pour sauver ce qui lui reste des Pays-Bas, Philippe II doit conclure la
La crise aragonaise est plus profonde encore. Le banditisme entretient" paix avec la France. Le pape Clément VIII (1592-1605) joue le rôle de
une in.sé~urité permanente: En 1587, une bande armée capture tout un: médiateur. En effet, le pape, qui avait dans un premier temps refusé I'ab-
convol d argent royal, en route de Madrid vers Barcelone. L'année sui-,. 'uration d'Henri IV, lui donne I'absolution en 1595 pour éviter de voir la
vante, le conflit latent entre les agricultcurs morisques (qui forment 1/5e,': France sombrer dans un schisme, comme I' Angleterre. Le traité de
de la population) et les pasteurs "vieux-chrétiens" des hautes terres du'" yervins signé les 2 et 3 mai 1598, met fin à la guerre franco-espagnole.

57
56
II reprend les clauses du traité de Cateau-Cambrésis. Les Espagnols res- La France d'Henri IV retrollve un pouvoir monarchique for1. Apres
tituent les vilIes conquises dans le Nord de la France, mais gardent I'édit de Tolérance de 15'98, Henri IV s'attache avec Sully à réduire le
Cambrai. Les alliés de la France, Angleterre et Hollande, protestent royaume à I'obéissance et à reconstruire un État ruiné par quarante
contre cette pai x séparée. années de conflits religieux. Si cette entreprise est dans J'ensemble un
~
.. succes (en 1610, Henri IV transmet à son fils un royaume pacifié et une
Philippe II a englouti I'argent d'Amérique dans la guerre aux Pays- ;ytS(JMeCUoveu.J
situation financiere satisfaisante), trois grands complots,ont cependant-IDems
Bas, mais n'a pu reprendre le contrôle de la totalité des dix-sept pro-
vinces. Depuis 1579, les Pays-Bas sont divisés de facto entre I'union
..#OY ébranlé la monarchie. II s'agit en fait d'une conspiration en trois actes "1f.s~{'~

. qui puise sa source dans la Eromesse de mariage gu'Henri IV avait faite 1'J'/izr~fÃ-
d'Arras, qui reconnaÍt la souveraineté de Philippe II, et l'umon
" à Henriette d'Entragues, en 1599, avant d'épouser Marie de Médicis. La
d'Utrecht, calviniste, qui a proclamé en 1581 la déchéance de
maltresse royale estimait donc que son fils, né un mois apres le dauphin,
Philippe II, roi félon. Les "Provinces-Unies" s'organisent progressive-
était le Iégitime héritier du trône. Les trois complots consistent chaque
ment en république. Philippe II, conformément à la promesse faite aux
fois à placer le bâtard d'Henri I'L.(futur marguis de Verneuil) avant le
Pays-Bas par le traité d' Arras de confier le gouvernement à un membre
dauphin dans I'ordre de succession. En 1602, le maréchal de Biron, I'un
de la famille royale, les confie en mai 1598 à sa filie IsabelIe-Claire-
des acteurs du complot, qui avait noué des aIliances avec -I'Espagne et la
Eugénie et à son éPOllX I'archiduc Albert, fils de Maximilien II. Les g011-
Savoie pour forcer le roi à récuser les droits du dauphin, est arrêté,
verneurs ne disposent sur leurs États que d'une souveraineté limilée.
condam...ué_~.JIl~l!J2ar le parlement de Paris pour crime de lese-majesté,
L'acte du 6 mai 1598 qui établit la cession des Pays-Bas contient tant de
et décapité à la BastilIe le 29 juilIet 1602. L'année suivante, les Entragues
restrictions que le nouvel État demeure un. satellite de I'Espagne. Les
(Henriette et son demi-frere Charles de Valois, comte d' Auvergne, Úls
provinces devaient faire retour à la monarchie en I'absence d'héritiers, j
bâtard de Charles IX et de Marie Touchet) renouent avec I'Espagne pour
des la mort du premier des deux conjoints. S'ils avaient une filIe, elle
çhasser Rosnx.Jfutur duc de Sully) et obten!.'" la ~ssmnaissance du l2~tit
épouserait le roi d'Espagne ou son fils. Leurs enfants mâles ne pour- Verneuil à la succession. Nouvel échec (1604) ; mais le rol pardonne à
,1
raient se marier qu 'avec le consentement de la couronne. Albert meurt
sans descendance en 1621, et les Pays-Bas espagnols reviennent à
Philippe IV. Isabelle-Claire-Eugénie s'éteint en 1633.
sa maitresse et commue la peine capitale du comte d' Auvergne en prison
perpétuelle (iI passe douze ans à la BastilIe). Enfin, l'affaire de BouiIlgn
(1605-160il) est réglée par deux expéditions militaires d'Henri IV. Elle I
met u.n terme auX conspirations des Granas sous le .remier Bourbon,
mais n'éteint pas les m contentements,
mieres années de la régence.
qui se réveillent des les pre- !
,
DEUX GRANDES PUISSANCES \
DANS LE CONFLIT EUROPÉEN (1598-1659) Le regne de Philippe III (1598-1621) est marqué par les difficllltés :
financieres.héritées du rêgne précéden1. Le gouvernement de la monar-
chie est dominé jusqu'en 1618 par une nouvelle équipe liée au duc de
La "guerre en renard" (1598.1610) Lerma, favori du roi. Pourtant, I'image d'un roi incapable et faible,
abandonnant la conduite des affaires à un favori, le duc de Lerma, tout
Dans le domaine des relations internationales, les premieres années aussi frivole et, de plus, corrompu, a été récemment nuancée par l'his-
du regne de Philippe III paraissent largement déterminées par la Eersi~ toriographie [WILLIAMS, 1986 ; FEROS CARRASCO, 1988]. La politique
tance de conflits hérités du regne de Philipee II. La liquidation des extérieure du duc de Lerma vise à dégager la monarchie des conflits
conflits avec I'Angleterte et les Provinces-Unies, ainsi que le maintien internationaux afin de mener à bien une r#orme de I'aeeareil militaire
àe b~nne:) rclaiiuns avec ia Frãi1Ce, eniiemie de longüe date, occüpcnt Ia e.t des sin..lc('ures financieíes : ce pacifismc a pu être jugé comme un
premiere décennie du siecle. Mais la paix demeure fragile, et les deux signe de faiblesse témOlgnant du déclin de Ia monarchie ; ii a pourtant
monarchies se livrent jusqu'en 1610 une "guerre en renard" (SulIy). permis à celle-ci de demeurer une puissance de premier plan, capable de
Cependant, les situations intérieures des deu x monarchies apparaissent s'engager dans la guerre de Trente Ans avec des ressources renouvelées
tres contrastées. . [GARCIAGARCIA, 1996].

58 59
,:alors en guerre contre le 'ates uscoques et 1'archiduc de Styrie, mal-
À la mor! de Philippe II, la Illonarchie his, que se trouve enco-
gré le danger que représe'H<: ceUe pénétration protestante pour la sécuri-
re engagée dans la guerre contre les Provinces-Unies et I' Angleterre. '.
té de I'llalie. Les résultats de ceUe politique sont donc mitigés : le ren-
La république hollandaise a organisé un commerce florissal,1t qui lui
,.orcemenl des positions espagnoles dans le détroit de Gibraltar conduit
permet de financer la guerre contre l'Espagne. En HiQ I. l.lne floue,
'les'Hollandais à passeI' des accords avec les vilIes de Bougie, AIger et
es a nole est envoyée en Ir1ande our soutenir les rebelles (catho-
unis pour abri ter leurs navires de commerce en cas de conflit avec
liques) contre I' ng cterre ; "expédition de Kinsale échoue.
pEspagne. Aussi le conseil d'État, à Madrid, organise-t-il des préparatifs
Cependant, en 1603, I'avenement de Jacques ler Stuart favorise des'
envue d'une expédition contre Alger, en 1617 et 1618, mais l'insécurité
négociations : la .£,aix entre E.sRH,gn('ctAu.g,1l;;!!:P1"~st conclue par le
de la situation en Italie pu is I'intervention espagnole dans la premiere
traité de Londres, en aout 1604. .
.phase de la guerre de Trente Ans, à partir de 1618, suspendent définiti-
Elle permet un renforcement des Espagnols aux Pays-Bas : les cam- .iement ce projct [GARciA GARCiA 1996].
p,ngnes menées p~r Ambrosio Spinola, malgré d'énormes difficultés pour
..... Les armées espagnoles sont alors stationnées dans le Milanais,1 place
frnancer les armees, rencontrent un certain succes. Ostende est enlevée
d'armes permanente (environ la 000 hommes), ainsi qu'à Naples et dans
aux HolIandais le 22 septembre 1604, apres un long siege. Spinola, issu
les présides, et aux Pays-Bas (environ 50 000 hommes au début
d'une puissante familIe de banquicrs génois, contribue lui-même au .
Husiecle). I;I.talie cd clonc un pilier essentiel de la puissance de la
financement des opérations en obtcnnnt des prêts ; ii est maí'tre de campo •...
monarchie, la logistique militaire dépendant du contrôIe de Milan.
et général de l'armée des Flandres (1600). La mutinerie de ses troupes en
pintérêt de la France est de chercher à rompre ceUe chaí'ne de commu-
1.6(16~t la..\lanqlrer..oJlle de la Courgpne cp J 601 montrent I'épuisement
nication à ses oints f . . En 1601, au trai-
fll1an~r~r dela monarchie. Durant les douze premieres années du regne
éde Lyon, Henri IV a obtenu du duc de Savoie, en échange du marqui-
de Philippe m, de 1598 à 1609. pres de douze millions de ducats ont élé
, t de Saluces petite enclave dans les Alpes piémontaises, le terntOlre
consacrés à la guerre aux Pays-Bns. Des négociations avec les rebel1es :;
'ten ant à I'ouest du Rhône (Bresse, Bugey et Gex). CeUe négociation
aboulissent en nvril 1609 à la conclusion d'une trêve de dOlllir,..a!!S: les
a'élé facilitée par l'invasion de la Savoie par les Français I'année précé-
. ote>r HolIal~dais, dont I"i~endance est reconnue de (acto, promeUent la
ºe'nte. Le traité de Lyon n 'est pas défa,vorable à la monarchie hispanique,
~ cessallon des hostllités en Europe, sans accorder de tolérance pour le
puisqu'il atleint I'un des objectifs essentiels de la diplomatie espagnole:.
,1<iJ,. ~s culte catholique; Les possess~ons atlantiques eSRl!l;noles et l20rttmaises
f~rmer l'Italie à I'influence française, dans la ligne des traités de Cateau-
ne sont pas protegées par la treve : cet accord est c1airement défavorable
Cambrésis et de Vervins. Mais iI pré sente I'inconvénient d'affaiblir I'État
pour la monarchle, et la politique pacifiste menée par le duc de Lerma
tampon savo ard et de compliqueI' les communications militaires de la
est I'objet de critiques. Mais I'armée des Flandres est réduite à
monarchie hispanique [GARCiA GARCiA 1996]. Le "chemin espagnol",
15 000 hommes, ce qui alIege les dépenses militaires.
désormais contrôlé doit être délaissé. La Valteline devient
La politique d'apaisement ave c les puissances mantlmes dans le ';,~ltalepour les Iiaisons militaires de la monarchie. Pour protéger ceUe
nQrd de I'Europe, promue par le duc de Lerma, a aussi pour objet de ren- voie, le gouverneur de Lombardie; le comte de Fuentes, fait édifier une
forceI' la sécurité des roYílllmRS dUl-pénjnsule Ibérique, du cô~ redoute dite "Fort Fuentes" en 1603. L'année précédente, ii a pris I'ini-
Maghreb. L'expulsion des mmisgues* d'Esgagne, conduite en 1609- .tiative de Caire occuper le marquisat de Finale, fief impérial donnant à la
16 J 4, est I'un des aspects de ceUe politique de défcnse contre le danger ',Lombardie un acces à la mel' sans passeI' par le territoire génois.
~usii1man. ElIe s'exprime notamment par la création d'une escadre Rour
La Savoie et la France s'efforcent de mineI' I'infIuence espagnole
la garde du détroit de Gibraltar. la cOnquêle de plnces stra1éMiQues s;.:)a
.'dans la reglOn. Cattmre de ia succession de Mantoue en fourl11t I'occa-
£Dle d'Afrigue du Nord (Larache en 1610, et La Mamora en 1(14) afin
SlOn. DepOis j~36, le duché de Mantoue et le marquisat de Montferrat
de JUller contre la piraterie barbaresque, et la fortification de ces présides
(230 000 habitants) étaient aux mains de la famille de Gonzague. Le
et de la côte d' Andalousie. Le conlrôle du détroit de Gibraltar est
':duché de Mantoue, principal carrefour de I'llalie du Nord (SUl' la route
d'aiIIeurs un enjeu qui dépasse I'espace de la frontiere avec le Maghreb:
:d'AIlemagne par le coi du Brenner, et sur I'axe Est-Ouest de la vaIlée du
en 1616 et 16 I 7, la floue espagnole ne peut arrêter le passage de
~Pô), ainsi que Ie marquisat de Montferrat (qui commande les routes pié-
6 000 Hollandais qui se portent au secours de la République de Venise,
61
60
montaises et est protégé par la forteresse de Casale) jouxtent le duché de I'Italie. Pour aucun des deux anciens belligérants, cette paix ne va de soi.
Milan. En 1612, le duc François meurt, et le cardinal Ferdinand Gonzague, À Madrid, la méfiance envers les Français reste forte, et I'espoir de ravi-
son frere, lui succede. Le duc de Savoie, Qarles-EmmanueIler, souÍIenf ver les divisions intérieures de la France, même en soutenant les hugue-
que la filie du défunt duc (qui se trouve être sa propre petite-fiIle) doit nots, persiste. Les petits États (Savoie, Mantoue) tentent de mettre à pro-
recevoir le Montferrat. Philippe III, appuyé par I'Empereur (suzerain de fit ce contexte de confrontation indirecte entre les deux puissances.
Mantoue et de Montferrat), affirme que le Montferrat doit revenir aux
L'idée de conclure un mariage franco-esl(alínol pour consolider la
Habsbourg apres la mort du nouveau duc. En avrilI613, malgré les aver-
paix apparaít des 1602 : Henri IV propos.e aux ar~hiducs de favoriser
tissements de Philippe III, le duc de Savoie OCCU!2ele Montferrat. Le duc ,\
.:, une pai x avec I' Angleterre et les ProvIllCeS-Ul1les, en échange de
d~ Mantoue aep.~n~ }es.•~s,HMJlol"s à son secours. La Savoie résiste et se :.
I'union du dauphin avec I'aínée des infantes. Mais I'entourage de.
pose en champion de la Iiberté italienne contre le joug des Habsbourg.
En juin 1615, la pai x d' Asti, armistice négocié par la France, rétablit le Philippe III écarte ce projet, qui rendrait possible I'arrivée d'u~ ro.i fran-
statu quo, ce qui constitue une victoire pour le duc de SaYQil<,. çais à la tête de la monarchie. L'ambassadeur extraordlllalre de
Philippe III à Paris en 160S,_Pedro de Toledo, marquis de Villafranca,
Malgré la trêve avec les Provinces-Unies, I'affaire de la succession reprend la proposition de mariage, cette fois sous la forme d'une double
de C!eyes-Jul~[s en 16Q9-1 21 Q, montre que la région entre Pays-Bas et
union de I'infante~vec le dau(?hin et de I'infant don~ avec
Allemagne reste toujours sensible. Contigu aux Pays-Bas et contrôlant
la seconde filie d'Henri IV. Cette négociation est alors un moyen de
un pont sur le Rhin à Wesel, le duché de Cleves-Juliers est d'une grande
pression"1mportânt da':ts la conclusion de la trêve. avec les Provi.nces-
importance stratégique our les communications de I' armée des
Unies. Mais ce n'est qu'apres I'assassinat d'Henn IV que le proJet de
,Flandres. À la mort du duc ean-Guillaume (un catfio Ique en ,
mariage est sérieusement envisag,é à Madrid. Philippe III as~iste en per-
deux prêtendants luthériens se disputent le duché, rencontrant I'opposi-
sonne aux réunions du conseil d'Etat consacrées à cette affalre, et le duc
tion des Habsbourg ; I1s reçOlvent en revanche le soutien d'Henri IV, des
de Lerma supervise tous les préparatifs. Les "mariages espagnols" ou
Provinces-Unies et de I'Union des pri,!1.ces_l2L.otesta'1t~_alJ~,i;lUWgS.
"mariages français", comme on les appelle à Paris et à Madrid, unissent
L'empereur envoie I'archiduc Léopold occuper le duché. L'assassl!lãl-'
d'Henri IV en mai 1610 évite une guerre ouverte. En 1613, I'un des pré- le jeune ..&.opis Xm-ª-.M~~~!]!le d'AYW.çb~. aínée des
infantes, et le prince fhililJPe à Elisabeth, sreur de LOUIS XIII. Les
tendants, le comte de Neubourg, se convertit au catholicisme etaJW,elle
contrats de mariage sont signés en aoOt 1612. I1s soulevent pourtant de
I'Espagne à I' aide. La monarchie se trouve ainsi sollicitée dans le cadre
d'un conDlt réglOnal, car elle apparait à de nombreux petits États euro- multiples oppositions. À Madrid, on s~-Âurl:effi~.lt~J!~
péens comme la seule puissance capable de protéger leurs intérêts (dans té d'alliance défensive entre le France et la monarchle hlspamque, qUi
les années suivantes, la Ligue catholique en Allemagne et les Ligues est inclu dans les accords de mariage. De plus, Philippe III consulte des
grises dans la Valteline ont également recours à I'Espagne). En 1614, juristes et théologiens sur la validité de la renonciation de l'infant~ ~na
~pinola et ses troupes envahissent le duché ; la trêve n'est cependant pas à ses droits successoraux : l'avis dominant est que cette renonclatlon
rompue. La France, sous le gouvernement de la régente Marie de n'engage que I'infante, et non ses successeurs [?ARCfA G~~CIA, 1996].
Médicis, qui mene une politique pro-espagnole, ne bouge pas. Les oppositions rencontrées par la régente Mane ~e Médlcls sont plus
fortes : les princes du sang, qui jouissent de drolts success.oraux',les
chefs huguenots, qui craignent le renforcement des cathohques a la
La breve embellie des mariages franco-espagnols (1610-1616) faveur de I'alliance espagnole, font pression sur la régente.
7 La paix entre les deux monarchies française et hispanique est
Le maintien de la paix avec la France est en effet I'objet d'efforts d'ailleurs de plus en plus menacée par les tensions croissantes entre les
constants de Phll1ppe tire! cu due de Lerma:Le_traité de Vervins n 'a PJis i-i~h~hnl1ro p.r iP.I1T~ :uiverSH11'es. La Qüerre üscüaü.e: est 1'ün de ces
réellement entamé la_suArémati~jnternationale de La monarchie !;liWll- ~~-;iíit; -i;c;úsé~'~~s~~ptibles de me;er à un conflit plus large. Elle
Qi'gue., qUi n'a rien cédé de.son patrimoine. Mais ii n'a pu empêcher éclate en 1615 entre I'archiduc Ferdinand de Styrie (Ie fils de Charles
Henri IV de soutenir financierement les Provinces-Unies en violation des de Styrie)'"cti;République de Venise. Les c~nvois maritim~s vénitie~,s
termes de la paix, ni mettre fin aux ambitions françaises dans le nord de étaient harcelés depu is longtemps par des plfates appelés uscoques,

62 63
hasés en Dalmatie, et sujets de la couronne de 19rie. En représailles, Elle s'engage égalem' ,ux côtés de l'Empire. paul' des raisons que
les Vénitiens attaquent la ville de Gradisca, ,,11 Autriche. Le conflit G. Pnrker analyse aim. Progressivement I'Espagne et san gouverne-
prend une ampleur soudaine par le jel1 des alliances : Ferdinand rece- meut satcllite à Bruxelles acguirentla conyiction que le triomphe de.s
vait une aide militaire considérable de l'Espagne : Ye-ois\; étajt k•.
llIlLnt Habshourg et de leurs nlliés catholiques en Allemagne était crucial
m"jeur de résjslance en 1!"lje cnntre Ia domination espagnnls. La pour la viC!(lire de l'Espasne aux Pa)'s-Bas. lncapable d'obtenir la vlc-
République obtient I'aide des Provinces-Unies et de volontaires ao.g,lm, toire dnns un conflit limité, I'Espagne saisit I'occasion offerte par les
de la Savoie et de la France. OLI Richelieu étail chargé des affaires troub1es en Allemagne pour transformeI' son combat conlre les
étrangeres et de la gl1erref15A'hER. 19R7J. Hollandais en une guerre européenne générale" [PARKER, 1972J.
C'est alors qu'en seplembre~ le duc de Savoie envahit de DQll-
~llll le 1\40Alt:e~U!ot.La France, qui pense ainsi immobiliser une parlie des
L'intervention espagnole
armées espagnoles, le ~. Ses Iroupes comptent 10 000 Français et dans les afTaires d'Europe centrale (1617-1628)
4 000 protestants allemands. Le gouverneur du Milanais, le marquis de
Villafranca, par une riposte énergique, parvient à obtenir une trêve en
La lrêve de douze ans avec les Provinces-Unies ne s'était pas lradui-
1617. Mais ii ne peut aider Ferdinand de Styrie contre Venise. Pour
te, on I'a vu. par un désengagement militaire de la monarchie catholique.
~er la défense de Gradisca, Ferdinand doit passeI' un accord avec
Les affuires d'Italie étaient I'objet de longues discussions au consei! d 'É-
Philil2pe I1L: ii lui cede I'AIsace (d'intérêt stratégique pour la lutie
tal, à Madrid. À partir de 1617, les affaires d'Allemagne viment se pla-
contre les Provinces-Unies) et 2.!;.uxe!ll;lª~~s.ilJJlltr,i;ili;~DJta!ie le ma.t-
ceI' au centre des préoccupations de Madrid, en raison de leurs répercus-
quisat de Finale, SUl'la côte ligure. et le préside de Piombino, SUl'le lit-
toraI toscano contre des subsides el sa reconnalssance comme successeur sions possibles SUl'1es territoires de la monarchie.
de Mathias (son onele) au trône impérial (traité Onate, mars 1617, du En 1618. les États de Bohême entrenLeprébellion : deux envoyés de
nom du comte d'Ofiate, ambassadeur de Madrid à Vienne). Peu apres, les I'emp:reur Ma!.lJ.illsj,ol1t.j~uans les fossés du château de Pra~e
États de Bohême nomment Ferdinand "roi désigné" et en 1618, la pai x (défcnestration de Prague, 23 mai 1618). Les protestants de Bohême
est conelue avec Venise. répondenl ainsi aux attaques de I'empereur contre leurs libertés et contre
Les deu x guerres de Ma!llQue et. surtout, la guerre uscoque mettent leur religion. Les liens entre les deu x branches de la. maison de
en évidence I'existence de deux ensembles rivaux : le premieI', dominé Habsbourg se resserrent : Ferdinand sollicite le secours de Philirme III,
par les Habsbourg, a ses bases à Madrid, Bruxelles. Vienne et Milan ; qui envoie deux armées.l'une en Bohême,l'autre en ~ L'engagement
iI ales faveurs du pape. de la Baviere et de la Polo ne en tant qu 'E:' de I'Espagne se traduil par l'envoi dans I'Empire de 20 000 ducats en
tats calholiques. e second est .é par I oslililé aux Hahshourg çt à juillel-aoGI 1618, et, en 1619, de 7000 hommes de l'armée des Flandres
Ieur politique de défense armée du calholicisme ; il regroupe et 10 000 d'Italie, oulre 500 000 ducats. Les révoltés prononcenl ntiul-
I' Angleterre, les Provinces-Unies. Ia Savoie et la Républigue ,pc moins la déchéance d.e.l!).urroi et le remJ~laçentJ1l!J Frédéric ~Yélecteur
.£alntin, calviniste (22-26 aoOt 1619). Deux jours plus tard, Ferdinand est
Venise, el bénéficie du soutien de la France et de la Suede. L'existence
~ blocs aboutit à relier les gualre foyers de t~nsjons européens élu empereur sous le nom de Ferdinand II.
dans un conflit général : aux Pays-Bas. ou la Irêve doil expireI' en Frédéric est couronné à Prague le 4 novembre 1619. Pendant ce
1621 : dans I'Empire. aLi les prolestants voient s'affirmer une politique temps, Bethlen Gabor, prince de Transylvanie et allié des confédérés de
de reconquête catholique, surtout dans Ies territoires dominés par les Bohême, entreprend la conguête de la Hongrie et assiége Vienne. La
Habsbourg (Bohême. Hongrie) ; dans l'Europe du Nord, entre la Sucde ville esl sauvée.,Ear le secours du roi de Pol~octobre 1619-janvier
luthérienne et la Pologne catholique ; SUl' les fronlieres francaises ou 1620). Une troisieme armée es a e . .e . en septembre 1620,
la rivalité entre France et Habsbourg donne une importance stratégique Spinola envahit e Palatinat rhénan, prenant le contrôle de la vallée du
à Ia Lorraine, à la Savoie, aux cantons suisses et aux duchés indépen- Rhin et des communications entre Italie et Pays-Bas. Le 8 novembre
dants du Nord de I'Italie. La monarchie hispanique est directement 1(120. I'armée des confédérés. de Bohême esl ~ç[aSée à la montagne
irnpliquée dans deux de ces régions (Pays-Bas et fronlieres françaises). ~Ianche. pres de Prague, par l'armée catholi~, formée des troupes des

64 65

./
Habsbourg et de leurs alliés. À la fin de 1622, tous les États de Frédéric, migue. En avril 1621, les nayjres hollandais sont expulsés des P9rts de la
"le roi d'un hiver"~ sont sous contrôle catholique, et les ESI2l!g.!LqlU?£cu- monarchie (avec laquelle ils réalisaient les 2/5e du volume total de leur
Rent la rive occidentale du Rhin. L'hégémonie de la monarchie catho- commerce). L'importation de marchandises hollandaises est i.IJ!!:.u;li!.e.
En
IIque en Europe semble définitivement raffermie. 1624 est crééé I'Amirauté (Almiralltazgo) du Nord qui contrôle l'embar-
go sur le commerce avec la Hollande. Dês 1626, cette politique de blo-
L'intervention espagnole en Allemagne est le résultat d'un choix
dOllioureux,. effectué à Madrid sous l'influence de Baltasar de Zufíiga, cus sur mer et sur tem: porte ses fruits.
homme d'Etat expérimenté et oncle d'Olivares. L'intervention en Le conflit aux Pays-Bas et les affaires aliem andes sont désormais
Allemagne devait non seulement mater la.rfy,glle.Jtc:;J;toI}ê.mc;,
•.Ju1lJ,s..éga- liés : FrédériC V, mis au ban de l'Empire, a cherché refug,eJ.I!p.res des_
!ement isoIer les Holl.aodaj,s.. Les événements de Bohême surviennent en Hollandais, avec I'aide desquels ii tente une invasion dans l'Em~
effet au moment ou la question du renouvellement de la trêve avec les 1622. Ayant échoué, ii est privé de la dignité électorale et de ses posses-
Provinces-Unies agite les conseillers de Philippe III à Madrid. S'i'õiiS"; Maximilien de Baviere, qui dirige la Ligue catholique regroupant
des princes allemands, reçoit le titre d'électeur et le Haut-Palatinat (situé
Les Ho~landais avai~n.t ll!:£).fité_Ae~~rrMM9stilités eJ,l_EJll.!:lpe
au nord de Ia Baviere). À la défaite de Frédéric s'ajoutent d'autre~ ~uc-
pour c,onsolI?er !.:u~~~ons e~~,t~aquerau commer<;e d~~~s
ces espagnols : les Espagnols reprennent Bahia (Brésil) aux Hollandais
.!.ves.!. Aménq~De plus, I1s FaLe»ts~Q.u.tenu les?enJX,\W-J:.~s.JleJJ!.Si~ie
en avnl j 625 ; en juin, I'armée des FlanJreS,"';mnée par Spinola et revi-
et de Venis~ Le consei! d'Etat était d'avis que "durant la trêve, -la
gorée par 750 000 florins mensuels, s'empare de Breda aux Pays-Bas, et,
Hollande a accru ses richesses, provoqué des guerres en Allemagne
en octobre, l'attaque de Cadix Rar les Ansiais est repoussée. La prlse de
contre les Autrichiens et infecté les deux Indes de ses flottes ; pour ces
Breda souleve un grand enthousiasme en Espagne : Lope de Vega com-
raisons, ii est nécessaire de défendre la religion, l'honneur et la justice
pose un éloge du vainqueur, et l'événement est immortalisé par un
par les armes" (Zufíiga, février 1621). En exerçant surles Hollandais une
tableau de Vélazquez. Mais cette victoire coOteuse a eu raison des fonds
pression militaire constante, les Espagnols pensent les amener à conclu-
disponibles à Bruxelles.
re une nouvelle trêve, plus favorable que celle de 1609. L'avis de Zufíiga
montre toutefois que la résolution ne procédait pas d'un grand optimis- En Allemagne, I'armée impériale assemblée et conduite par
me. Aucun des conseillers de Philippe III, puis de Philippe IV, ne croit Wallenstein progressait : elle péné!Ia dans le Jutland en 1629, contrai-
d'~i~leurs en la possibilité de reconquérir les Provinces-Unies. Lorsque gnant le roi du Danemark Christian IV (entré en guerre en 1625, aux
Philippe III meurt en mars 1621, la décision de ne pas renouveler la trêve êõtés de Frédéric V, des Hollandais et des Anglais) à signer la paix avec
et de renforcer I'arroée des Flandres est donc déJ!p..u~.pfilhppe IV I'an- I'Empire. L'Angleterre fit de même en noyembre 1630 avec la monar-
nonce officiellement le 20 avril [BRIGHTWELL,1974]. L'idéal de "conser- chie catholique, par le traité de Madrid.
vation" se traduit ainsi par une"p'oIitigue belligueuse menée par uné nou- Le moment semblait venu de négocier avec les Hollandais. En effet,
velle équipe, celle du comte-duc ,9.:.0J~~"Javori de Philippe IV, qui l'armée des Flandres était insuffisante (50000 hommes en 1628) et m.!!
assure la conduite des affaires jusqu 'à sa disgrâce en 1643. La décision ~si bien qu'à moins d'un effort massif, ii semblait impossible de
d'intervenir en Allemagne, pu is de reprendre les hostilités avec les remporter une victoire décisive sur les Provinces-Unies. La négociation
Provinces-Unies s'avere lourde de conséquences, puisque la mobilisa- était préconisée par Spinola, tres conscient des réalités sur le terrain, et
tion des forces espagnoles dans le nord de I'Europe affaiblit la frontiere en rivalité ave c le comte-duc d'Olivares. Olivares refusa d'engager des
méditerranéenne de la monarchie, d'autant que, des I'expiration de la pourparlers de paix, rappelant le précédent désastreux de la trêve de
trêve, les~Hollandais fournissent des armes en Afrique du Nord.. 1609. Le dessein du Premier ministre de Philippe IV était de conclure
Le c,onflit avec la Holland~ revêtait deux aspects : une confrontatiQn avec les Hollandais une paix qui restaure la reputación de la monarchie,
dir.ecte a~x Pays-Bas et outre-mer, et une guerre indirecte en Aiiemagne, et les conditions n 'cn semblaient pas encore réunies.
qUi devalt prendre une ampleur inattendue. Dans un premier temps, les En 1625-1628, pourtant, 4!.Ruiilliance ,g,es Habsbourg se trouve à son
opérations militaires aux Pays-Bas ne donnent pas de bons résultats : zénith : "au jour d'à présent, Dieu est espagnol et combat pour notre
Spinola assiege en vain la ville portuaire de Bergen-on-Zoom, d'avril à natwn", peut affirmer en 16251e comte-duc d'Olivares. Celui-ci se place
octobre 1621. Les Espagnols décident de favoriser la guerre écol1o- dans la même ligne politique que son oncle ; ii reprend aussi les projets

66 67
yl'G
L'importance str" \,?ique des corridors alpins reste toujours aussi
de r.:forme qui s'étaient exprilllés oans les de res années du regne oe
grande pour la mOL lie hispanique. Tandis que les opérations mili-
Philippe II, en particulier au conseil de Castlllc. Le plus radical de ses
taires se déroulaicnt aux Pays-Bas et en Allemagne, les Espagnols ont dO
projets de réforme, I'Union des armes, se fonde SUl'la conscience que la
'. ~uitJ!atiOll.-CJl Yaltl:Jine :en 1620. les Valtelins catholiques se
fragmentation géogra~ll!..gue de la monar~hie catholique était un fi'cte,w
révolterent contre la domination des protestants. et reçurent des renforts
de lallitesse considérable. L'inslitution de ..nruvelles formes de solidari-
.' espagnols. Arres la défaite des Grisons. l'Espagne accepta de remetlre
té. en particulier militairel entre les divers Etats de la monarchic devail.
les voies de passage à des gardes pontificaux, sous la pression de la
r
remédier à cetle situation. Le projct élaboré en 1625 prévoit om chay.\!L:' France. de la Savoie et de Venise (ligue de Lyon. 1623). Peu apres I'ar-
Icrritoire. oes Flandres au Pérou. une contribution en hommeJi, afin de rivée au pouvoir en France du cardinal de Richelieu (mai 1624), durant
contribuer à la défense commune. 11se heurte à la résistance des terri- I'hiver 1624-1625, Ics Français intcrvinrcnl sous prétcxte dc faire res-
toires périphériques, de la Catalognc surtout. pecter I'accord. Le traité de Monzón. condu en 1626. établit un com-
Olivares voit en outre dans l'union étroite entre les deu x branehes promis : les armées des Habsbourg peuvent de nouveau emprunter celte
de la maison de Habsbourg le seul moyen de parvenir à la pai x aux voie entre Milan et le Tyrol. En 1629-1630, les impériuux en route pour
Pays-Bas et de stabiliser la situation en Europe centrale. Depuis 1625, ks sieges de Casale et de Manloue passent par la Valteline, de même que
ii défend..J.'!-.IDj~.JW.,$uvre du "plan BaltiSl,ue" : ii s'agit de créer u,!.le les troupes espagnolcs en 1634, peu avant la bataille de Nordlingen.
lliJtle de cQmlAA~~:gjjI, afin de prendre les À l'élé 1627. un rapprochement avec la France s'esquisse. Louis XIII et
l-\ollandais à revers SUl' leur point sensible, les échanges entre Baltique . Richelieu sont aux prises avec les huguenots de La Rochel!!., soutenu~
ct Méditerranée, fondement de leur puissance éeonomique et de leur. ". par les Anglais. Philippe IV et Olivares pensent envoyer des forces pour
capacité militaire. Mais Olivares ne parvient pas à mobiliser les forces '.' appuyer le roi de France contre les hérétiques. Mais une grave crise écla-
de I'empereur et de la Baviere pom réaliser cet ambitieux projet i}e à nouveau en Italie. Le duché de Mantoue et de Monlferrat. en effet,
[ELUOTT, 1992a]. > était à nouveau la cause d 'un grave conflit. Endécembre 1627, à la mort
,du duc Vincent II Gonzague, la question de la succession de Mantoue est
'Jelancée. Le prétendant légitime cst Charles de Gonzague, duc de
Le tournant de M:mtoue (1628-1631) ',J:'levers, français de naissance. S 'ii héritait du Montferrat, la France pour-
>pit prendre Milan à reverso Avec I'accord des Espagnols, le duc de
En eHet, en 1628, une période de reve,l:S.s'ouvre pour la monarchie, ~avoie Charles-Emmanuel revendique le duché.
catholique et ses alliés. Une bangueroute I'année précédente n'a pas::,
Le duc de Savoie a renversé ses alliances. En effet, à la faveur de
apparelTIment affaibli I'Espagne : les llllilllciers génois soO[ remplacés :'
1'intervention française en Valteline, il avait tenté d'acquérir un débou-
par des banquiers portugais. Spin.llla renonce à son commandement mili-"
ché sur la mer en s'altaquant à la République de Gênes (alliée de
taín~ aux Pays-Bas et vient à Madrid défendre ses intérêts financiers, se.':
,;;I'Espagne). Une expédition franco-savoyarde en pays génois s'était
posant en rival d'Olivares. En outre. les mauvaiscs récoltes et la mau-';'
:,heu[!ée 3'1X sCCOIlrSespagnols venus du Milanais, en novembre 1625. Le
vaíse lTIonnaje. s'ajoulant à une fiscalité tres lourde, font souffr~~"
',I~ailé de Monzón avait sanctionné I'échec de celte entreprise, de sorte
Castillans. En ~ flolte de Nouvclle-Espagne qui transportait 8 mil.:
>que le duc, qui cherchait toujours à accroitre son territoire, s'était toumé
1ions de florins en argent, est 9!.Plurée par les Ho!landais au Jan~e de .
:::versl'Espagne. En janvier 1628, le duc de Nevers s'installe à Mantoue .
Cuba (baie de Matanzas). La couronne est placée dans une situation.::
;.~~n fils s'étahlit à Casale dansle marquisat de Montferrat, avec une gar~
financiere critique, cal' ks emprunts (asie/llos) qui servent à financer la>
Blson. Le gouverneur de Milan, don Gonzalo Fernández de Córdoba, met
guerre sont gagés su'r les arrivées d'argent d'Amérique. En position dep,
I~ siege devant Casale.
force. les J-iollaUQais wpoussent Irs offres de, trêye dcs.Espagpols etpreD~'
nent I'offensive en direction ou Brabant, assiégeant 's Hertogenbosch (Bois- ,."., Le pari d'Olivares ét.ait que la France resterait immobilisée par le
le-Duc) en avriJ 1629. Fort de sa victoire au Danemark, Wa!lenstein s'ap- : slege de La Rochelle. MaiS quand, en octobre 1628, La Roche!le se rend,
prêle à secourir la ville quand ii esl appelé en Ilalie. 's Hertogenhosch tombe (Ie siege de Casale s'éternise. Celte opération toume au désastre pour
'. I'Espagne : e!le mobilise des ressources en hommes et en argent qui
le 14 septembre.

69
68
réduisent d' autant ceIles de l' armée dcs Flandres; la monarchie voit son entrer dans tous les États de ses VOIsms, et les pouvoir garantir des
prestige tres affaibli, et les populations sont démoralisées. En février oppressions d'Espagne, quand les occasions s'en présenteront" (Avis au
1629, Louis XIII, Richelieu et leurs troupes franchissent le coI du mont roi apl'l!s la prise de La Rocllelle paul' te biell de ses affaires). Ce pro-
Cenis malgré I'hiver ; Córdoba doit lever le siege en avril. Cet échec gramme implique à la fois de "protéger I'Italie contre les prétenti0llS de
motive l'envoi en Italie d'armées venues d'AlIemagne, eU!~~mbJ.osjp 1'Espagne" (novembre 1629) et de " arantir les rinces de I'Empire
Spinola, pour assiéger Casal~ Spinola tombe malade et meurt en sep- contre 1'oppression de la maison d' Autriche" (juillet 1 3 . IC e leu
tembre 1630. Richeheu traverse de nouveau les Alpes et s'empare de la n 'est aonc pas inspiré par une théorie anachronique des "frontieres natu-
forteresse de Pignerol en mars 1630. Au printempsjgh Ies accords de relles", mais par I~ nécessité d'assurer les frontieres françaises par des
Cherasco reglent la guestion de Mantoue ; le duc de Nevers conserve les agrandissements. Pour autant, le cardinal s'efforce autant que possible
duchés de Mantoue et de Montferrat~asale. Les Francais tiennent d'éVJler une "guerre ouverte" (à laquelIe s'oppose le parti dévot, pro-
la forteresse de Pignerolt en guise de base militaire sur le versant italien espagnol) et d 'affaiblir I'Espagne par des moyens indirects, Rar une
des Alpes. Pignerol reste à la France jusqu'en 1696, date à laquelIe "guerre cou.x.e.r.tL.qJll aure LQ]gu en lõ35.
Louis XIV la restitue à la Savoie pour la gagner à une aIliance. Avec le traité de Cherasco, la présence française en Italie trouve ses
L'importance de I'affaire de la succession de Mantoue dans la série limites. En juin 1630, la France et les Provinces-Unies concluent une
d'événements qui conduisirent à la guerre franco-espagnole a fait I'objet alliance pour sept ans, incluant un subside annuel d'un million de livres
de discussions, parmi les historiens anglo-saxons surtou!. I.H. ElIiott pour Jes HolIandals. Et en janvier 1631, par le traité de Barwald
analyse les choix cruciaux posés par Olivares en 1627-1628 : "engager (Brandebourg), le roi de Suêde Gusta~olphe s'engage aUl?fes de la
la réputation de I'Espagne dans une aventure incertaine en Italie - dont ii France à conduire 36 O.O.o.Jw.mm~_ç,oott~e.mp~l'..tJ ii atum[\': Ja
pensait qu'elle tournerait bien - et ne pas I'engager dans de sérieuses dommation des Habsbourg sur I' AlIemagne. En contrepartie, ii doi! rece-
négociations avec les Provinces-Unies - qui, croyait-il, ne pouvaient voir de France des sommes régulieres et substantielIes.
tourner qu'au désastre" [ELLlOTT, 1992J. R.A. Stradling insiste sur deux
conséquences de I'intervention espagnole dans cette affaire : à I'effon-
drement de la politique préconisée ar Olivares se 'oint la dé radation La France en guerre par procuration :
Gustave-Adolphe eD AIIemagne (1631-1635)
des relations entre I Ippe et son ministre. Le roi était conscient que
la cause défendue par ses armées n 'était pas légitime, si bien qu 'Olivares
dut recourir à une commission de théologiens qui justifierent montle- Gustave-Adolphe était parvenu à doter un pays pauvre, immense (Ia
ment l'intervention à Mantoue au nom de la réputation de la monarchie. Suêde s'étendait aussi sur la Finlande) et peu peuplé (1,3 million d'ha-
Le retrait du gouverneur de Milan devant les Français fut le premier bitants) d'une ~ ••elS.trêwement moderne et efficace. Or la Suede
échec cuisant de la politique beIliciste d'Olivares ; le roi, préoccupé par luthérienne cherchait à gagner des territoires sue I'autre rive de la
I'impact de cette défaite sur la réputation de la monarchie, I'interpréta BaItique, au détriment de la Pologne notammen!. Le "plan Baltigue" pré-
comme un châtiment divin [STRADLlNG,1989J. conisé par Olivares menaçait les intérêts de la S$~_en établissant dans
la Baltique une flotte contrôlée par les Habsbourg. Gustave-Adolphe
Avec l'intervention armée de la France à l'extérieur, le conflit voulait aussi~r Fr~~_dans,ª'pjgni!t.d~é.le.ctejlf-f..Ldans ses £os-
connait une nouvelIe escalade. En mars 1631, 12 000 soldats impériaux sessions. En juin 1630, ii débarque en AlIemagne, ep PQUléranie.
et 25 000 soldats espagnols se trouvent encore en Italie du Nord. Pourtant, WalIenstein, le général victorieux et entrepreneur de guerre qui
Richelieu, dont la position aupres de Louis XIII et I'influence politique commandait une armée de 134 000 hommes répartis dans toute
ont été renforcées par la Iournée des dupes (11 novembre 1630), est I' AlIemagne, est renvoyé par I' empereur le 13 aoO!. Les princes catho-
Jélenniné à iuiter conire la i11aison d' Aütriche. La ligne généra)c était liqües allemands condüits par tv1aximiliefi de Baviei'ê Oilt obtenü ce
ainsi formulée en janvier 1629 : "ii faut avoir en dessein perpétuel d'ar- départ ; ils refusent néanmoins d'envoyer une aide militaire aux Pays-
rêter le cours des progresd'Espagne, et au lieu que cette nation a pour Bas espagnols, comme le demandait Philippe IV. L'emperenr, affaibli,
but d'augmenter sa domination et étendre ses limites, la France ne doit conclut le 13 octobre une pai x séparée avec la Frl!!1~ (paix de
penser qu'à se fortifier en elIe-même, et bâtir, et s'ouvrir des portes pour Rãtisbonne).

70 71
Philippe IV, Fere' ',d,Je carelinal-infanl. fait cardinal de Tolede ii I'âge
Pendant ce tem ps. Gustave-Adolphe n une guerre éc1air en
de dix ans, sans 'v-.:ation, mene la vie d'un militaire de carriere et n'a
AJlemagne : au printemps 16:1I. Ia Baltique était dcvenue un lac suédois.
jamais reçu les ordres sacrés. II quille Madrid en avril 1633, préside à
En juin. Gustave-Adolphe est ii Berlin. malgré le sac de la vilk protes-
Barcdonc une session des Cortes ele Cata!ogne, parvient à Milan, tra-
tanle de Magdebourg par Ics imp(~riaux. le 20 mai. Fcrdinand 11. crai-
verse la Vallcline à la tête des armées espagnoles et arrive à Bruxel1es en
gnant pour ses États patrinlflniaux. rappelle ses troupes d'llalie : Ics
décemhrc ~ en qualilé de gouverneur des Flandrt:.').
secours qu'il avait promis ii Philippe IV pour Ics Pays-Bas sonl cngagés
pour comhattrc le roi de Sucde. I.c 17 septemhrc 16:11, ]CS jmpériaux L'ohstination de Madrid à eléfendre 1es Pays-Bas ne peut se com-
subissent une sévere défaite (ontre les Suéd!2i.s. et Ics Saxons ii premire qu'à lravers la l1ersistance de I'idée de conseryntjmL Abandonner
Breitenfeld, pres de L!iP~. Deux mois plus tard, 1es Saxons oecupent 1'1In des Illembres de ce grand corps qll'était la monarchie, c'était vouer
~e. et les Suédois se sont emparés de la Rhénanie. Au nord d'une I'ensemble à une mort certaine. La perte des Pays-Bas serait suivie iné-
lignc Manheim (Palalinat rhénan)-Prague (Bohême), l'Empire est luctablement de cel1e de I'Italie, eles Ineles, et de la péninsule elle-même.
presque entierement sous le contré\1e de la Suede et de ses ali iés. Ainsi, I'envoi d'une armée forte aux Pays-Bas, via I'Italie etl' Al1emagne,
Richelieu est aussi surpris par I'avance suédoise que le reste de I'Europe. devilit metlre les Hol1andais en elifficulté et les contraindre à se retireI' du
II aurait voulu protéger les princes catholiques allemands des exactions conflit dans I'Empire, et à abandonner Pernambouc.
de Gustave"Adolphe. fidele à son idée d'une troisieme force dans La situation dans l'Empire demeure critique our e ,. . En
l'Empire entre les Hahshourg et Ics protestants. Il ne peut empêcher le juin J.lli, les axons envahlsse1t '(1 "Ullh£me'20ur la srcoprlC [ais.
rava2e de la Bayj[;re par les Suédois en avril 1632. L'armée impéri<!l.e,conduíte par Ferdinand. le fils de I'empereur Ferdinand II,
Traumatisés par les victoires suédoises. les Habsbourg tenlent de opere sa jam;tion avec les forces espagnoles venues d'Italie, à
rcdresser la situalion. Le i3 avril 1612 W,allenstein reprend la tête des Nordlingen, ville tenue par les protestants (approximativement J).
.au ib(1to cÁR A1otdv.
armées iwpéJiati:.s rI l'h!ls..se Tallidcmenl les Saxons de I1phême, Quis nord de la Baviere). Le 6 septembre 1634, I'armée germano-suédOlse c ~
reprend Leipzig (Saxe) ; le 17 novembre J2E:.la bataille de Li.itzen ne parvient pas à repºlIsser reJle rles Habsboyrg subjssaot une lolWle /(}}y

s' acheve SUl' une victoire suédoise; mais Gustave-Adolp,he esl tué. Des défaite. La bataille de Nordlingen met finà I 'hég,SIll.I,1.Uj,e •.á.l~~
1633. les Suédois examinent la possibilité de se désengager de la guerre Allemãpne et contribue à la dissolution.J!e la U,g,IM;..QhJ;Is;.j,1PLQ1W' Le
en Allemagne, sans perdre leur domination sur la Baltique : ce projet 30 mai 1635,.Jª-p-aix est conclue entre l'Empire et la Saxe (paíx de
semble prématuré. Le chancelier Axel Oxenstierna, ancien ministre de Prague). La Saxe se range donc aux côtés de I'empereur, au point de
Gustave-Adolphe, qui dirige la politique suédoise, forme la ligue de déclarer la guerre à la Suede en octobrc 1635. L'atlaque conjointe des
Heilbrgnn (1633) avec les princes allemands protestan\S. Wallenstein, Hollandais par 1es Habsbourg d'Espagne et d' Autriche, prévue depu is
qui mene un jeu diplomatique pour son propre compte sans chasser les 1629, parait enfin possible.
Suéduis du Sud de l' AlIemagne, est as~assiné le 25 février 1634 [liIr de,:;;
agenls de l'em[!ereur,
La guerre tutale ele Richelieu el d'OIivares (1635-1643)
La successiun de Mantoue puis I'orfensive de Gustavc-Adolphe en
Allemagne ont dispersé les forces espagnol.cs. Les Hol1andais en profi-
lent pour intensifier leurs attaWles .wHre-mçr. (en février...l.fi.3.lJ. L'entrée en guerre de la France modifie radicalement Ies proje.ts
~rnambouc. l'aclue! Récife..sur la côte Nord-Est du Brésil, tombe entre espagnols, mobilisant I'armée des Flandres SUl' la frontiêre méridionale
Ieurs mains) et sur le continent européen : en 1632, la prise de Maastricht des Pavs-Bas, etlimitant les o érations au nord à une ueITe défensive.
et d'autres places SUl' la Mosellc coure les Pays-Bas espagnols de Le I . mal _5. Ia décJaration de guerre de la France est portée à
I'Empire. Les Habsbourg s'efforcent désormais d'opérer la jonction des Bruxclles. cep;:étexte en est i'arrestation, par les EspagnoIs, de I'élec-
troupes espagnoles venues d'!talie avcc les impériaux, pour chasser les teur de Treves, allié de la France, et I'occupation de son électoral.
protestanls et les Suédois d' Allemagne du Sud. La mort de I'archidu- L'entrée de Ia France en "guerre ouverte" est une conséguence.Jie-l.a
chesse Isabelle-Claire-Eugénie. tanle de Philippe IV, en décembre 1633, défaitc des Suédois : ii elevient impossible de combatlre les Habsbourg
met fin à I'apparence d'autonomie des Pays-Bas espagnols. Le rrcre de par procuratlOn. On a vu que la sécurité eles frontieres était un axe essen-

73
72

----------------_ ..-_ _------


...
tiel de la politique extérieure française. La Savoie se trouve neutralisée trois est fatale pour cette monarchie ; pIlIs encore, si la défaite dans ces
depuis la paix de Cherasco ; la Lorraine aIliée des Habsbourg est occu- régions est lourde, le reste de la monarchie sera submergé, cal'
pée en 1634 par I'armée royale, et le duc Charles IV commence un exil l' Allemagne sera suivie de l'Italie et des Pays-Bas, et les Pays-Bas, de
qui devait dureI' vingt-huit ans. L'occupation de I'électorat de Treves par l' Amériqlle" [ELLlOTI, 1992a]. FideIe à cette conception géostratégique
les Espagnols est ressentie com me une menace d'invasion du royaume globale, Olivares ne ménage ni les hommes ni l'argent pour mener une
d'autant qu'en mai 1634 l'Espagne a signé un traité avec Gasto~ politique de guerre totale. En septembre 1634, le montant des frais pré-
d'Orléans, frere infidêle de Louis XIII et héritier présomptif de la cou- vus pour I',année suivante s'éleve à plus de 7 miIlions d'escudos*, dont
ronne Uusqu'à la naissance en 1638 du futur Louis XIV), alors exilé aux plus de 5 pour les Flandres, 600 000 pour I' AIlemagne et 500 000 pour
Pays.-Bas. L~uis ~I1I et Richelieu préferent donc mener une guerre pré- l'Italie. Le cout de la politique extérieure atteint de nouveaux sommets.
ventlve .au heu d attendre I'invasion espagnole. La justification de la Olivares projette en juin 1635 une triple invasion de la France, par
déclaratlOn de guerre à l'Espagne est fournie par la prétention des les Pays-Bas, la Franche-Comté et la Catalogne. L' opposition des
Habsbourg à I'hégémonie en Europe.
Catalans fait échouer ce plan, qui se voit réduit à l'attaque dU.Nord de la '
Aypliquant ~ux années 1631- I635 les modeles développés par la France par l'armée du cardinal-infant. Le 15 aout 1636, l'armée des
théone des confhts, D. Parrot montre "comment deux puissances qui ont Flandres s'empare de Corbie : Paris est menacé. Mais les Français par-
apparemment tout intérêt à éviter les conflits de grande envergure I'une viennent à repousser les Espagnols dans le nord, puis à combattre une
avec l'autre, en viennent à s'empêtrer dans une guerre d'usure de vingt- autre armée habsbourgeoise entrée en Bourgogne en septembre. Si la
quatre années". II est impossible d'assigner une cause unique à la guer- capitale est hors de danger, le bilan des conquêtes françaises reste
re franco-espagnole : ni les intérêts des gouvernants, ni les motifs éco- maigre. Apres la mort du duc de Rohan en 1637, la Valteline est reper-
nomiques, ni les désaccords religieux ne sont déterminants. Vn conflit due. Richelieu demande une trêve, qu'Olivares refllse.
d'abord localisé (en Italie du Nord) , survient alors que les hommes a~ Malgré les combats franco-espagnols, les conflits les plus importants
pouvoir (Richelieu et Olivares) trouvent la justification de leur autorité sont animés par les Suédois et les HoIlandais dans le nord de l'Europe.
dans l'a~fir~ation d'une politique extérieure agressive. Les enjeux réels Le 4 octobre 1636, la victoire des Suédois à Wittstock, contre les impé-
du conflJt (J!1fluence en Italie, sécurité des frontieres ou des communica- riaux et les Saxons, leur permet d'occuper le Brandebourg. Les forces de
tio?s militaires) se .trouvent rapidement dépassés par des objectifs moins la monarchie hispanique sont à présent confrontées à une contre-attaque
ratl.onnels,,: la surVJe de ~hacu~ des beIligérants semble dépendre désor- SUl'de multiples fronts, aux Pays-Bas, en Catalogne et au Brési!, tandis
maJS de I Issue du confllt. MaIS aucun des acteurs n'a d'idée claire du que les armées impériales se trouvent en difficulté en AIlemagne et en
rapp~rt des f~rces ~ilitaires. L'engagement militaire s'est accru pro- Alsace. En 1637, les Hollandais reprennent Breda. En 1638, Bernard de
gresslvement, Jusqu à la guerre ouverte. La pai x ne peut être obtenue que Saxe-Weimar s'empare de la forteresse de Brisach, en AIsace, alors
par une victoire décisive de l'un des belligérants, ou par I'épuisement tenue par les Espagnols : les corridors militaires de I'armée des Flandres
~es deux. La confrontation permet de mesureI' le rapport des forces entre sont mis en danger. À l'été 1639, Olivares met sur le pied de guerre une
Etats (hégémonie espagnole ou française), d'établir une hiérarchie des grande flotte destinée à anéantir les forces navales des HoIlandais.
relations internationales [PARROT,1987J. L'entreprise, qui témoigne d'un effort énorme et désespéré, n'est pas
L.es Français ~ttaquent les positions espagnoles aux Pays-Bas, en sans rappeler celle de 1'1nvincible Armada de 1588 ; elle connait le
SavOle et en Valtehne (ou, en mars 1635, l'armée conduite par le duc de même sort : le 21 octobre 1639, les HoIlandais anéantissent la flotte
Rohan coupe la voie de communication entre Milan et l'Empire, pour espagnole au large des Dunes, pres des côtes anglaises. Cettedéfaite
deux ans), en Lorraine et en AlIcmaD'ne ~an5: TP.nrnntrpr rfp (:II("'r'\~ in1,...,,,,L marque la fin de la puissance navale de l'Espagne, et place les mers sep-
diat. La France, com me la monarcllie' hi~;a~i~~~~"~;~ ~~~ir~n-té~"à'de tentrionaies sulJS ia dominâtion dcs Holland:~üs.
g;aves difficulté? financieres. En février 1635, Olivares reprend l'idée La guerre touche finalement la péninsule Ibérique, jusque-là relati-
d une confrontatlOn globale entre la monarchie catholique et le reste du vement épargnée. À I'été 1639, les Français ont assiégé en vain Fontarabie,
monde : "Ie~ premiers et Ies plus grands dangers sont ceux qui menacent à la frontiere occidentale des Pyrénées. En juillet, ils prennent la forte-
la Lombardle, les Pays-Bas et l' AIlemagne. Une défaite dans l'un des resse de Salces, dans le RoussilIon. Olivares voit dans ce déplacement du

74 75
I-Iors de la pénir "Ia situation au déhllt ele 1643 apparalt c1aire-
c~n,nil "ers I'esl des Pyrénécs I'occasion d'en ler la Calalogne aux
ment défavorable pOl.•• Ia monarchie. L'Empire, apres la pai x de Prague,
coles de la monarchie, Le projel d'Union des armes, formulé par
est plus que jamais un champ de bataille dévasté ou s'affrontent d'une
01l"ar,es en 1626. el qui devail joinore les efforls financiers de tous les
part la Suctle, Bernard de Saxe-Weimar qui guerroie pour le compte de la
lerrllolres de la monarchie pour la défense commune. n'avail pas
c;I~va,ncu Jes Calalans, qui s'abrilaicnt derricre leur constilulion pOli!' France. et, d'autre part, les armées impériales et allemandes. Depuis la
rcslsler aux dcmandes dc Madrid, La perle de Salccs avive I'aillrcur des morl dr Fcrclinand lI. Ic 15 février 1637. des discussions se poursuivaient
Calalans ~ I'égard de 1;1Castille. cl réciproqucmcnt. En oClol~re 16:'\9. dans Ie hut de meltre fin au connil. mais la multitude des graneis et petits
Oliva,res. recommande au vice-roi Sanla Colonw de passer oulre ks tlats impliqués rendait les pourparlers difficiles. En juin lMI, la Sllede
constllullons catalanes. Salces esl reprisc le 6 janvier 1640, ali prix ele d'Oxenslierna et la France de Richelieu avaient condu un traité qui les
lounles pertes parmi les assiégeanls frappés par la maladie, le quart de la Iiail jusqll'à la paix. Le 2 novembre 1642, les Suédois remportent sur les
noblesse calalane y perdant la vie. Cepenelant, Olivares exige tOlljours impériaux une brillante victoire à Brritenfeld : Ferdinand III, isolé en
des Catalans une parlicipation plus forte à la guerre contre la Franc~. En AlIemagne, voyant I'aide espagnole se tarir, doit se résigner à la paix.
ma" 1640, I~ Calalogne se révolle, el le vice-roi Santa Coloma est assas- D'autre part, 1es relations franco-espagnoles prennent un tour nou-
sine cn la fete du Corpus Christi. veau apres la mort de Richelieu, le 4 décembre 1642, et la démission
La ~'évolle,du. Portu/!:al, moins violente que eelle de Catalogne, el Ires d'Olivares, le 17 janvier 1643 (l'effondrement de la puissance de Ia
encadree.par I an~tocratle 10cale, vise ~ détacher l'empire lusitanien de la monarchie, jointe à l'agitation des populations en Castille même et au
monarchlc catho"que. La révollc catalane offre une occasion favorable. rcfus de l'aristocratie castillane face à Ia politique autoritaire d'Olivares I
Le ouc de Bragance, [Hoclamé roi Ie 15 décemhre à Lishonne sous le nom ont conduit Philippe IV à se séparer de celui qui était son PremieI'
dc, Jean IV. est sou~en~ par la nohlcsse rt les marchands. Les sujets de ministre depuis 1621). Le 14 mai 1643, Louis XIII meurt à son tour: la
IIlcconlenlemcnl pnnclpaux sonl l'ahsrncc du roi. I'intervenlion crois- [<'rance entre dans une période de régence, propice aux agitations poli-
sanle elans les affaires du Portugal. depu is Ie re!:!Ilede Philippe III. el Jcs tiques. Le 19 mai 1643, l'invasion du Nord de la France par I'armée des
~raves ~ertes que la dominalion espagnole el les attaques hollandaises Flandres est repoussée à Rocroi par le duc d'Enghien, âgé de vingt-deux
font s~ll~lraux possessions portugaises. au Brésil et en Asie. Les richesses ans. Les 23 000 Français défont les 28 000 Espagnols, pourtant mieux
du Bresd perrnettent d'ailleurs ele financcr les opérations mi1itaires contre armés. Le mythe de l'invincibilité des armées espagnoles sur terre s'ef-
les tmupes de Philippe IV. Jean IV conclut en juin 1641 une trêve de dix fondre : 164:'\ est perçu comme une rupture, comme la fin de la grandeur
a~s avec les Provinces-Unies, et reçoit llll appui pour la défcnse de
militaire et de I'hégémonie en Europe de la monarchie hispanique, qui
Llsb,nnne. La guerre du Portugal reste UI1abces de fixation pour les forces
s'imposait depuis le regne de Philippe II.
armres de la monarchie, jusqu'au traité dc Lishonne du 13 févricr 1668.
par lequel Charlcs II reconnalt enfin I'indéprndance du Portugal.
Ces cnnflits mobilisent dans la r\'ninsule une parI imporlanle des De Rocroi à Münster (1643-1648)
f\.'rl:cs el, <Irs ressources dc la Illonarchic. Ics délournant d'autres fmnts :
nl I armce des Ph~ndres. ni l'Allemagne nc peuvent plus compter sur un Toujours mauvaise depuis le début du siecle, et critique depuis 1630,
S?U1IC'~esragnol IInport~nt. ~11efrel. les Calalans reçoivent rapidement
la situation financiere de la monarchie hispanique est, en 1644, tout à fait
I arpul d" la Prance : en JlIlvlcr I(,41, la députalion dcs Cortes catalanes
désespérée. En 1646, le montant des frais est évalué à 12,7 millions de
place la Cataloune ~ . sous l'autorité .. du mi de France .,) le 2tí' ,anVler.
.
ducalS : ks opérations militaires en dévorent la majeure partie. Les reve-
Calalans et FrançalS repoussent ~ MOl1juich les troupes royales' velwes
nus sont évalués à 3,3 millions de ducats. Dans ces conditions, un lourd
mateI' 1~1~év~l~e. Une a~ltre tentalive ele pénétration en Catalogne éehoue
cffort est imposé, non seulement aux Castillans, mais aussi aux popula-
en 164,"';~ Lenda, t~ndls qu" les Français s'emparcnt ele Perpignan. pre-
tions des Pays-Bas et d'Italie. Celte pression fiscale, destinée à un conflit
n?nt alnSI ~e controle du Roussillon. L.e hut des Français, néanmoins,
11est r~s d OCCl!perdurablement la Catalogne. mais d'y fixer des forces 10intain. provoque le ressentiment des Napolitains et des Sici1iens à
ennemles, Aussl I'aide française reste-t-ellc irrégulicre: l'égard de la couronne.

76

_---" L
Dans la péninsule, les conflits militaires se limitaient à des esc ar- demandé à l'empereur, à la France et à l'Espagne de réunir un congres
mouches sur la frontiere portugaise, à partir de Badajoz (Andalousie) et diplomatique et, à plusieurs reprises, des propositions de paix sont
d'Elvas (Portugal). En 1644, Lérida, en Catalogne, est reprise par les venues de Paris ou de Madrid. Mais le conflit met aussi en jeu les inté-
, troupes royales et, en 1647, le sac de Tortosa par les Français 1eur aliene rêts de multiples petits États ; quant aux principaux belligérants, la
définitivement I'opinion des Catalans. En 1652, les Français et leurs monarchie hispanique, la France et la Suede, ils n 'ont voulu ni conclure
alliés eatalans sont rcpoussés vers le Roussillon, ou le conllil fronlalier la paix en situation de faiblesse, ni la proposer en situalion de force. Des
dure jusqu' à la paix des Pyrénées. La France reste cependant un ennemi 1636, pourtant, des pourparlers commencent à Cologne, en vue d'établir
"
actif. En septembre 1643, la f10tle espagnole en Méditerranée est batlue la paix dans I'Empire, mais ni la France, ni la Suede ne donnent leur
par celle de la France à Carlhagene. Mazarin conclut une alliance avec accord. Ferdinand III s 'efforce lui aussi de rechercher la pai x en
les Provinces-Unies en 1644, afin de réactiver le front anti-espagnol aux Allemagne : les négociations se poursuivent à Hambourg. Les Pays-Bas
Pays-Bas, mais les Français doivent prendre l'initiative. Apres la prise de étant considérés comme terres d'Empire, la question de la paix entre les
Rocroi, les armées françaises conquierent I' Artois (sauf Saint-Omer) et Provinces-Unies et la monarchie hispanique est à l'ordre du jour.
Gravelines (1644), Mardijk et, surtout, le port corsaire de Dunkerque D'ailleurs, des conversations secretes sont tenues depu is plus de dix ans
(1646), ainsi qu'Ypres (1648). D'autre part, les Français progressent en entre Espagnols et Hollandais et, à partir de 1641, les conditions d'un
Alsace (1645) et en Baviere, sous la conduite de Turenne (1646). accord commencent à apparaitre. En effet, Madrid exigeait depuis long-
En Italie, la France bénéfieie de son alliance avec la Savoie, et tente temps le retrait des Hollandais des colonies portugaises : la sécession du
de provoquer un souJevement populaire à Naples lorsqu 'une violente Portugal met fin à cette demande. Surtout, les succes des Français aux
révolte antifiscale éclate à Palerme, en SieiJe, le 18 mai J647. Le vice- Pays-Bas sont ressentis comme une menace par les Hollandais, peu dési-
roi, le marquis de Los Velez, s'enfuit, laissant la ville aux mains des reux d'être les frontaliers de cette puissance ascendante. Le maintien des
insurgés menés par un orfevre dénommé d' AJesi. À leur tour, le 7 juillet, Pays-Bas espagnols comme État tampon entre la France et les Provinces-
les Napolitains se soulevent. Les charges fiscales imposées au royaume Unies semble préférable.
.:::;"
de Naples, plus lourdes que celles qui pesaient sur la Sicile, étaient deve- En 1641, les négociations pour la paix dans l'Empire se déplacent en
nues insupportables. Masaniello, un pêcheur, est considéré cornme le Westphalie, dans les deux villes proches de Münster (pour les négocia-
chef de l'insurrection populaire, conseillé par l'avocat Giulio Genoino. tions avec la France) et d'Osnabrück (pour la Suede). Le congres ne
i Masaniello est assassiné en juillet et, en octobre 1647, les Napolitains commence à travailler de façon efficace qu'en 1645. La délégation espa-
I
,I proclarnent la république. Mazarin accorde la protection de la France, Ie gnole est menée par don Gaspar de Bracamonte y Guzmán, comte de
'I;1
duc de Guise (qui se trouvait à Rome) arrive à Naples en novembre, Peíiaranda, favorable à un rapprochement avec les Hollandais pour
!1
.. 1 nourrissant l'espoir de devenir roi de NapJes, ce qui ne convenait ni à mieux lutler contre la France. Le 7 juin 1646, Philippe IV envoie un pou-
'I Mazarin, ni à une parti e de la population locale. En avril 1648, les
I voir à ses représentants qui reconnait pour la premiere fois la liberté et
I Espagnols commandés par le fils naturel de Philippe IV, don Juan José, la souveraineté des Provinces-Unies. Le 8 janvier 1647 sont signés des
'I rcprennent le contrôle de la ville. préliminaires, ratifiés à Münsterle 30 janvier 1648, Le traité reconnait
,!
Depuis Ie début des années 1640, J'Europe entiere exprimait son les Provinces-Unies comme un État libre, souverain, et indépendant. Les
aspiration à la paix. La péninsule Ibérique n'avait pas souffert les dévas- conquêtes hollandaises aux Pays-Bas espagnols sont reconnues, ainsi

q
:! tatioos qui laisserent I' Allernagne exsangue, mais la monarchie catho- que la propriété des territoires pris au Portugal par les Compagnies des
lique était menacée dans son ex'Ístence même par Ia série de revers mili- Indes, orientales et occidentales. Le trafie maritime est interdit dans les
I,ii bouches de l'Escaut, entre Anvers et la mer : Amsterdam l'emportait.
'i taires subis sur terre 'et sur mer, par Ia perte du Portugal et de son empi-
re, et p~r le risque de SéCC3SÜjll de la Catalogne et dü foyaüi1ie de t~apleg. La guerre :)C puufSUit entre 1'Espagne et la Prance. Aprcs qüclqücs
';1 La conclusion d'une pai x devenait une urgence. succes au début de 1648, les Espagnols commandés par Léopold-
Les négociations qui mettent fin à la guerre de Trente Ans sont Guillaume, frere de Ferdinand III, subissent une défaite écrasante infli-
;1
longues et complexes. Certes, la communication entre les différents bel- gée par le prince de Condé à Lens, le 20 aout 1648. Ferdinand III, qui
li
ii ligérants ne s'est jamais interrompue : des 1634, le pape Urbain VIII a voit la Bohême à nouveau menacée par les Suédois, lesquels tentaient de
ii
78 79
l'ii
_. illl1&ft""PlJ-:.mJ!Il
La victoire de' -arin et le rcnforcement de son pouvoir finissent
cOlllpléler leu r succes, nc reut continuer le c 'a! ii scule rin de ne pas
par réveil1er I'hosL ... é du ~ar~~ment et c~nduit à l'union des deux
ahandonner I'Espagne. Le 2R octobre 1648, les cent vingt-huit clauses
Frondes (par\cmentaire et pnnclere) entre dece~bre 1650 e.t ~epten:bre
dcs traités de Westphalie sont signées ii Münster. 1651. Cetle fois, Gaston d 'Orléans, onele ele LoUIS XIV, pa.rt~clpe ~ 1 op-
L'Europe sort profondélllcnt transformée de la guerre de Trcntc Ans. position. Ma7.arin est contraint à I~exil ; ~es fondeurs. s~ dlvlsent a I~OU-
Le pluralisme religieux se trouve reconnu. pres d'lln siecle rt dellli apres veau sur la polilique ii suivre. la reme obllent la soumlSSl0n de Gondl, de
I'excolllmunicalion de Luther. Les deu x branches de la Illaison de Bouillon. de Turenne (été 1651). Seul Condé refuse de se soumettre et
Ilabsbourg, donl I'uninn était une cause essenticlle de I'cxlension des pari en Guyenne rejoindre ses partisans. La Fronde co~d,éel~l~e (sep-
connits. s'é!oignenl I'une de I'autrc. tembre 1651-aoOt 1653) est 1e dernier épisode de ce conOlt mteneur. E,n
relation ave c Madrid, qui ]ui promet des secours, Condé marche sur Pans
tandis que Mazarin rentre en France à la tê te .de 7 O~O.homm.es recrutés
La crise politique en "rance: la "ronde parlementaire (\648-1653) en Al1emal!ne (fin décembre 1651). La batatl1e décIslve a \teu dans le
fauhourg S-aint-Antoine. Ba\tue par Turenne. I'armée de Condé est sau-
Pour faire face aux besoins financiers nés de la guerre, Mazarin déci- vée in ('x(remis par la Grande Mademoiselle qui lui ouvre les portes de
de k 30 avril 1648 que Ies cours souveraines (ii I'exeeplion des parle- la capitale (juil1et 1652). La situation à Pari~ devie,nt vite int~nab.le et la
111ents)devronl rachcter la paulclte par ahandon de quatrc ans de gages. couro installée à Pontoise, a\tend que la capltale cede, les defectlOns se
Toutes Ics cours souveraines s'unisscnt pour délibérer sur une réf(lrme faisanl de plus en plus nombreuses. Finalement, le 13 octobre, Condé se
du royaume (Arrêt d'union du 13 mail. Malgré I'inlerdiclion de la régen- décide à rcjoindre l'armée espagnole aux Pays-Bas et, le 21 octobre, .Ie
te. Ics magistrats ticnncnt conseil dans la cha111brcSaint-Louis du 30 juin jeune roi, ;ecompagné de la reine, fait une entrée triomphale. dans. Pans.
au R juillet et rédigent une charte de 27 articles qui tcnd ii placer la En province, les vil1es se ral1ient à leur tour, et la capllulatlon de
Illonarchie SOUS le contrôlc de ses officicrs. Jls onl le soutien de la popu- Bordcaux, le 3 aoOt 1653, marque la fin de la Fronde.
iation parisienne. Aussi quand, 1c 2(, aoOt. Mazarin fait arrêter trois par-
lelllcnlaires, la ville se hérisse de barricades (plus de 1200 en quelques
heures). l\-1azarin et Anne cedent pour gagner du temps. Dans la nuit des La guerre franeo-espagnole (1652-1659)
Rois (5 au 6 janvier I(49) la famille royale s'enfuit de Paris, se réfugie
ii Sainl-Gerlllain el, landis que la capitale se déchaine en multipliant les Sur le front extérieur, la guerre continue. Le 18 mai 1652, les
palllphlets contre Mazarin. l'ar111éc royale organisc le blocus de Paris. Espal!l1ols s'emparent de Gravelines tandis que le duc de Lorraine
('elui-ci est dirigé par Condé. glorit'ux vainqueur de Lens et fidele au roi, Charles IV entre en France avec ses troupes pour soutenir l'armée des
:i1or~ que nombre de Grands. eOl11meConti, Longueville (frere ct ht'au- princes mais accepte, le 6 juin 1652, de signer un traitéqui I~~rq~e son
frerc de Condé), le duc dc' Bouilloll, Beaufort, Mercreur, Gondi. tiennent repli. Si la Fronde avait conduit]a France ii relâcher I'efforl mll~t~Jre, les
la vil1e. Entre les Grands et Ies parlelllentaires des dissensions apparais- troupes de Louis XIV occupaient cependant la Catalogn~, Phlltppe IV
scnt rapidelllent, et la paix de Rueil est finalcment signéc le II mars confie la reconquête de ce territoire à son fils naturel, le pnnce Juan José,
1649. Un pardon général eSI accorelé, le parlcment s'engage à ne plus qui reprend Barcelone le 13 octobre 1652, mais ne parvi~nt pas à réin-
tenir de réunions communes avec Ics mitres cours souveraines, mais les vestir tous les territoires catalans détenus par les Françms a~; ~'d des
problcmcs ne sont pas réglés pour autanl. La seconde Fronde, ou Fronde Pyrénécs. En Italie, le duc de Mantoue, Charles II, épouse une princesse
dcs princes (janvier-décembrc 165m est provoquéc par l'arrestation de autrichienne et se range alors du côté des Espagnols. La même année, le
Condé (I R janvier 165m. dont Ics insolences finissent par exaspérer la gouverncur de Milan s'empare de Casale, faisant reculer la Fra.nce en
régcnte. suivie de celles de Conti el Longueville. Leurs parlisans tentcnt ltalie eomme elle avait reculé en Espagne. L'année 1652 appara!t alors
comlTIe une excel1ente année pour l'Espagne d'autant plus qu'elle récu-
de sou1evcr la province : Turcnne, rallié à la cause des princes. ohlicnt
pere, en la personne de Condé, un bril1ant capitaine, devenu généralissi-
I'appui des Espagnols mais ii Cst battu fi Rethel par lcs troupes royalcs Ie
I) Mcembre 1650. me des tmupes espagnoles [STRADUNG, 1981].

81
X(l
En 1653, la France, grâce à Turenne, reprend Rethel, et Ie maréchal ne au Habsbourg, elIes obtiennent cependant du nouvel empere~r ~u 'ii
de Plessis-Praslin obtient la capitulation de Sainte-Menehould, mais n'intervienne pas dans le conflit franco-espagnol et respecte amsl I~s
Condé prend Rocroi et les Espagnols ont envahi la Picardie. La prise de traités de Westphalie (c'est toute la question de I'équilibre européen mls
Stenay, le 5 aoOt 1654, par l'armée française, a une double valeur sym- en place en 1648 qui est concernée). L'investiture de Léopold, en 1658,
bolique : non seulement la place faisait partie des possessions du duc de s'accompagne d'un serment solennel sur ce point, .Iequel ~eprésente une
Condé, mais en plus Louis XIV participait pour Ia premiere fois à l'ac- victoirc de la diplomatie française en neutrahsant 1 alde ~ue les
tion militaire [CORNETTE, 1997]. Pendant ce temps, Condé fait le siege Espagnols étai,ent susceptibles d'attendre des Habsb?urg d'Autnc?e. ~n
d'Arras, ville délivrée par Turenne (25 aoOt) qui oblige les troupes espa- 1658 encore, la ligue du Rhin, formée par sept pn.~ces pos~esslOnnes
gnoles à se replier sur Cambrai. L'armée française marche sur Ies Pays- dans l'Empire, est signée à Francfort (4 aoOt). Ralhee ~ar,cmqaut~es:
Bas ; Louis XIV obtient le soutien des Lorrains qui changent de camp elle est finalement rejointe par la France, le 15 a~Ot, qU.1s assul e alllSl
apres que les Espagnols, Jassés des intrigues du duc de Lorraine, J'ont non seulement le respect des traités de Westphahe, maIS également la
arrêté à Bruxelles et Ie gardent prisonnier à Tolede jusqu'à la pai x des neutralité des princes d'Empire [BÉLY,BÉRANGERet CORVISIER,1991].
Pyrénées. En Catalogne, Conti s 'empare de la Cerdagne et du pays de
Sur le front, I'année 1658 voit la victoire définitive de la France,
Conflans. Du côté de la péninsule italienne, en revanche, la France ne
grâce au succes remporté à la bataille des Dunes (14 juin 1658) : Turenn.e
peut compter que sur I 'aide de Ia Savoie, seule alliée dans la région : les
écrase l'armée espagnole menée par don Juan José et Condé, f~~t
ducs de Modene et de Mantoue sont du côté de I'Espagne, laquelle a éga-
4000 prisonniers, met Condé en fuite et marche sur Dunkerque ~u II
lement le soutien du pape Innocent X, et Ies présides espagnols sur-
prend le 23 juin. La déroute espagnole dans le Nord décide de la palx.
veillent la Toscane [BÉLY, 1992]. En octobre 1654, I'offensive manquée
contre Naples conduit les Français à abandonner la Méditerranée aux Si les négociations pour la pai x étaient amorcées depu is 16.56, les
Espagnols. La même année, les armées de Louis XIV subissent un autre conditions de la pai x ne son! vraiment discutées qu'apres la bataIlIe Ades
revers au siege de Pavie grâce à l'intervention du gouverneur de Milan. Dunes. À Paris, Mazarin et Antonio Pi mente I s' accordent sur une treve,
signée le 8 mai 1659, pu is sur un traité ~réliminai~e qui co~npo~te
L'activité diplomatique menée par la France permet d'écarter tout I 80 articles mais ne regle pas toutes les questlOns. La fm de ~a negocia:
danger de rapprochement anglo-espagnol : Ie traité de Westminster, rati-
fiant des accords commerciaux franco-anglais, est signé le 3 novembre
1655. L'année suivante, la France envoie Hugues de Lionne à Madrid
I tion se dérouJe sur I'i1e des Faisans, en terrain neutre (sur la Bldassoa qUI
marque la frontiere entre les deu x pays), et donne lieu au traité des
pour entamer les négociations de paix avec Luis de Haro. Louis XIV
exige I' Artois, le Roussillon, Rosas en Catalogne et le château de Joux
en Franche-Comté, mais Ies pourparlers bloquent sur le sort de Condé,
I
.1:
i
/.
Pyrénées, signé le 7 novemb~e 1659. ~a France o~tie~t la, Cerdag~e, le
RoussilIon, I' Artois (sauf Alre et Samt-Omer) amsl qu une séne. de
places fortes dans les Flandres (Gravelines, Le Quesno.y, L~ndrecles,
Avesnes, PhilippevilIe, Marienbourg, Montmédy et. ThlOnvIlle) et le
que Jes Espagnols ne veulent pas abandonner. Dans Ie Nord, Condé obli- J poste avancé de Pignerol. La Lorraine, occupée depuls 1633, retourn~ à
JI
ge les troupes françaises, qui ne sont pas parvenues à prendre
Valenciennes, à reculer. Le 23 mars 1657, la France signe avec I' Angleterre
son duc, mais cede à la France le duché de Bar, le duché de Moyenvlc, I
une alliance militaire visant à enlever Dunkerque et Gravelines (traité de ! le Clermontois, Stenay, Dun et Jametz. La place forte de Nancy est
démantelée et les troupes françaises disposent d 'un droi: de passage. pour
I
Paris), mais les Espagnols renforcent ces pJaces et parviennent à repous-
ser les assauts. rejoindre l' Alsace. De plus, Louis XIV se ~oi~ reconna~tre des drOlts de I
\
! souveraineté sur un certain nombre de terntOlres alsaclens: Sue le pla.n II
Par ailleurs, la diplomatie française suit de pres les élections impé-
riales et tente de contrer Ia candidature Habsbourg. Le ler avril 1652 1
i.
politique, Condé obtient finalement sa grâce ; iI est au.tor~sé à rev~n~r
dans le royaume en recouvrant "ses biens, honneurs, dlgllltés ~t. pnvl-
I
il1Cürt 1'cmpeícür Ferdiiiéind III. SOB fHs Léopold t~i.rui ue Hongrie, 1 • • • • " T "T"
~_ ....:I
.....
:•. .(•.•. 1 tnf<::llntp
"u ...or
!
leges de premler pnnce ou sang . LUU1~ .lU Y "VIL "l:'~u~", '-""~"w
mais non encore roi des Romains (titre de l'empereur). S'ouvre alors un
interregne de 15 mois, jusqu'à ce que Léopold obtienne finaJement de
Marie-Thérese, laquelle reçoit une dot de 500 00.0 écus d or en echange I t~

d'une renonciation de tous ses droits à la successlOn de son pere \Ie non-
succéder à son pere. Si les pressions françaises sur les princes alIemands paiement de la dot dans sa totalité fournira I'excuse. de l'mvaslOn des
électeurs n'ont pas permis d'éviter que la couronne impériale ne revien- Pays-Bas par les Français Iors de Ia guerre de DévolutlOn en 1667-1668). I"
82 !
83
NEC PLURlBUS [MP) sion d'aulrcs princes, , arliculier le roi du Danemark : la France s'a~-
LA PRÉPONDÉRANCE FRANÇAISE (1659-1714) sure ainsi la neutralité des prinees aIJemands dans un éventue.1 .~o~fllt
conlre la maison des Habsbourg. Louis XIV va chercher, des a~TIltlesJUS-
qu'en Hongrie et en Pologne (mariage en 1663 du duc d Engluen avec la
Louis XIV en Euro(le: diploll1af.ic ('t supériorité (I661-1M7)
niece du roi Jean Casimir).
Cctte politique des aIJiances mulliples s'inscrit dans la perspective
À la mmt de Mazarin. le roi annonce sa décision de se passer de
d'une ouverlure possible de la succession d'Espagne :.le I.er novem~re
Premier ministre: c'est te dL'oul du r0gne personncl de Louis XIV. Les
16/í I, l'infant Philippe-Prosper meurt et le Grand Dauphm, fds de Man~-
trailés de 1648 el de 1659 onl été favorables à la France qui cntcnd affir-
Thérese. dcvient héritier présomptif. Mais. le 6 novemb~e 1661, ~laIt
mrr sa prépondérance sur l'Europc. Louis XIV se considere com me 1e
Carlos José, futUf Charles 11, enfant chétif et de santé fragll~. L~ rOl de
monarque Ic plus puissanl sur la terre (/ler pluríhus ímpar) el toule sa
France prépare alors une offensive jurid!que P?ur contester I héntage de
politique internationale vise à confinner eelle posilion dominante.
I,.111 fan t ., Dc's février 1662 Hugues de LlOnne mvoque une coutume . bra-r
Entre 1661 el 1667, Louis XIV fail de la diplomatie I'oulil principal bançonne de dl'Oit privé qui stipule que seuls les e~fants ,d~ prem.ler It
de eelle polilique. Des le lO oelobre 1661. I'ambassadeur de France à sont héritiers. C'est le cas de la reine de France Mane- Ther~s~ maIs non
Londres dispute à celui d'Espagne la préséance dans le corlege officicl de son dcm;-frere Carlos José, issu du second mariage de Ph~lIppe ~V. Le
( ln oClobre). Face au refus espagnol de céder le pas au Français, le roi roi de Franee cherche par ailleu~s à obtenir de. I'Esp,agne la r~v~cat~on de
exige des cxcuses officiclles el les obtienl à Paris, Ic 4 mai 1662 : un la c1ause de renonciation à I'héntage que Mane- Therese avalt Slgnee lors
envoyé extraordinaire de Philippe TV présente au roi des exeuses de son mariage. Celle-ci était considérée comme non valable par la
publiques el officielles qui conduisenl à reconnaltre la préséance de France tant q~le la dot n 'était pas entieremenl versée et, ??nc, que I~
l'all1hassadeur de Franee sur celui de Madrid. "L'affaire du Pavillon" conlmt n \~tait pas respeelé. L'offensive est contrée par Philippe IV, qUI
entre Ir roi d'Angleterre Charles II et Louis XIV est du même ordrc. Le renforee 1cs liens avec les cousins d' Autriche. TIoppos~ u~ rcfus cate~o-
droit de faire saluer le pavillon anglais par tous les vaisseaux élrangers rique aux exigences françaises relatives à la renoncl.allon ,d~ Mane-
sur les mers proehes de la Grandc-Bretagne doit être résilié en faveur de Thércse el prépare le mariage de !'infante Mar~uente- Th~rese ,avec
la France (1662). En aoul Ió62 encore, à Rome. une rixe entre des I'empereur Léopold. Un article secret stipule que •.Sl Marguente-Therese
Français el des Cnrses de la garde pontifieale fai! un mOr! côté français avail deux fils, le second obtiendrait la successlon des Pays-Bas. De
et bouseule l'al11bassadeur. Le roi oblient de Rome des excuses plus, contrairement à Marie-Thérese, I'infante Marguerite ne signe aucu-
publiques et officielles, par l'inlcrll1édiaire du nonee Chigi (28 juilIel ne clause de renonciation à I'héritage espagnol.
16(4). Par aiJleurs, dispulant aux Habsbourg la gloire de sauver la chré-
Au débul de I'année 1665, Louis XIV tente d'obtenir de Léopo!d un
tienlé. Louis XIV. au tilre de la ligue du Rhin, envoie 6000 hOll1llles en
aecord sur le partage de la succession espagnole, au cas ou le Jeune
Europe eenlrale et parlicipe ainsi à la vicloire de Sainl-Golhard sur les
Tures ( ler aout 1664). Charles ne survivrait pas à son pere. De fait, Léopold et Louis ~IV ont
des c1ro;ls assez comparables : ils sont lous deux fils et époux d'lIlfanle ;
La politique européennc se marque aussi par les lentalives françaises eles cadeltes dans Ie cas de I'empereur, mais qui n'ont pas eu à.renoncer
d'isoler I'Espagne et l'empereur en resserrant Ies licns avec de nom- à la succession. Les négociations échouenl ; Léopold ne se déclde pas et
oreux Élats. Le 27 avril 1662. une alliance offensive et défensive de lorsque Philippe TV meurl, le 17 septembre 1665. son te.stament (daté ?u
25 ans esl conclue avec les Provinces-Unies. En octobre de la même 14 septembre) rappeIJe les renonciations d' Anne d' Autn~he et de Ma,ne-
année. Louis XIV rachete Dunkerque aux Anglais (Ia place forte avail élé Thérese pour réitérer I'exclusion des descendants de LoUIS XIV.s~r 1 hé-
reprise aux Espagnols par Turcnne en 1658, puis Iivrée par la France à rilage espagnol. Dans ]e cas ou Charles mourrail sans enfants, PhIlippe IV
l'Anglelerre) et s'assure la fidélité de Charles IJ d'Angleterre par Ie ver- désigne la' descendance de Marguerite-Thérese (dont les noces ~vec
sement (secrel) de subsides. 'Dans la péninsule Ibérique, la Frane,e sou- Léopolel sont imminentes) comme héritiere de toutes les possesslOns
tienl les Por!ugais en lutte eontre I'Espagne (envoi de troupes et d'ar- espal!noles. Si Marguerite- Thérese se révélait stérile, ce seralt I~ descen-
gentl, La ligue du Rhin esl renouvclée en 1663, et renforcée par l'adhé- danc~ de Marie-Anne. sreur de Philippe IV et épouse de Ferdmand III,

84 85
qui recueilIerait I'héritage (c'est-à-dire Léopold lui même). Ces disposi- Au même moment, l'Angleterre et les Provinces-Unies, inquietes de
tI.ons s,ont Importantes cal' elles interviendront dans la guerre de succes- Ia puissance française, signent un accord qui se transforme en triple
SIOn d Espagne à la mort de Charles II en 1700. alliance par j'adhésion de la Suede en avril 1668. II s'agit de contenir
Le nouveau roi d'Es~agne, Charles II, est un enfant de trois ans, gou- l'avancée française. Louis XIV abandonne alors I'offensive en Flandre
v,erné par sa mere, Mane-Anne, devenue régente (elle est la sreur de et. fait occuper la Franche-Comté par les troupes de Condé (février
I empere~r Léopol~). Sa. faible constitution et son incapacité à avoir des 1668). Le traité d'Aix-Ia-Chapelle est signé le 2.mai 1668. L'Espagne
enfants l1I.du premIeI', l1I du second mariage, constituent donc un enjeu cede à la France douze villes en Flandre : Fumes, Bergues, Armentieres,
de la politIque européenne jusqu 'à la fin du XVlle siecle. Au lendemain Menin, Line, Douai, Courtrai, Audenarde, Tournai, Ath, Binche et
de I.a mort de Philippe IV (1665), Louis XIV fait publier un Traifé des Charleroi ; lesqueIles sont immédiatement fortifiées par Vauban.
drolts de la reine qui soutient les revendications françaises SUl'I'hérita-
ge espagnol au .nom de Marie- Thérese. Élargissant le droit de dévolution
?ra.b~nçon au I1Iveau d'un droit international, le roi de France fonde ainsi La guerre de Hollande (1668-1679)
JU~ld~~uement ses prétentions SUl'les Pays-Bas. La these des "droits de la
r~In~ repose s~r les arguments suivants : le droit brabançon permet La paix d'Aix-la-Chapelle n'est qu'une trêve dans la perspective
d eXlger Ia cess~on des ~ays-Bas (bicn qu 'un droit "privé" n 'ait théori- hégémonique de Louis XIV. Ce dernier, qui a jusque-Ià 1'initiative en
que~ent ~a,s à II1terVel1Ir SUl' un héritage "public"), la renonciation de Europe, entend bien profiter de sa position dominante, au détriment
l\:1ar~e-There.se n'est pas valable cal' elle était mineure Iorsqu'elle I'a notamment de la Hollande à laquelle ii ne pardonne pas sa trahison dans
sIg~ee et étaIt également déjà héritiere des biens de sa mere (morte avant la triple aIliance, et qui I 'indispose par sa puissance économique. Des
Ia sI~nature ?U contrat de mariage), la dot n 'est toujours pas entierement la fin du conflit avec I'Espagne, le Roi-Soleil prépare une offensive
v.ersee, le rol d'Espagnt;. n'a pas le loisir de modifier I'ordre de succes- contre la "république des marchands". Les hostilités se passent d'abord
slOn sans consulteI' ses Etats (ce qu 'ii avait omis de faire). SUl'le terrain économique avec I' adoption, en 1667, d 'un nouveau tarif
douanier qui frappe lourdement les marchandises étrangeres (en parti-
Fort de ces droits (ou plus précisément de ces prétextes que les
culier hollandaises). Les Provinces-Unies rétorquent en taxant les pro-
Espagnols n'ont pas de mal à récuser), Louis XIV s'apprête à envahir les
duits français. Cette "guerre des tarifs" se prolonge jusqu'à I'interven-
Pays-Bas. Les opérations sont ajournées tant que dure la guerre anglo-
tion militaire de la France, en 1672. La guerre est précédée, comme tou-
néerl.andaise qu~ embarrasse la France parce qu'elle ne veut pas se
jours, d'une intense activité diplomatique. II s'agit en premieI' lie~
broUlIl.er avec I Angleterre tout en ayant le devoir, au nom du traité
d' anéantir la triple aIliance en obtenant I' adhésion de l' Angleterre qUI
offen~lf et défensif. signé avec Ies Hollandais, de soutenir ces derniers. s'engage par le traité secret de Douvres (ler juin 1670) à aider la France
La palx de B.réda slgnée entre Anglais et Hollandais, le 31 juillet 1667,
SUl'terre et SUl'mel'. En avril 1672, la France est également assurée de
perme~ au rol de France de réaliser son projet. À cette date, les troupes I'alliance suédoise. Par ailIeurs, le roi fait occuper l'ensemble du duché
françalses sont aux Pays-Bas.
de Lorraine pour neutraliser le duc et couper par la même occasion le
La guerre de Dévolution commence au mois de mai 1667. Menée par chemin espagnol en empêchant l'Espagne de se rendre aux Pays-Bas
Turenne en Flandre, I' armée française remporte facilement la victoire depuis la Franche-Comté. À Madrid, la situation de la régente est ren-
(une douzaine de places fortes sont prises pendant la campagne de I'été due difficile par les ambitions de don Juan José qui exige le départ du
166?). Pen~ant les quartiers d'hiver, I'activité diplomatique prend le confesseur de Marie-Anne, I' Autrichien Nithard, tandis qu 'une sérieu-
reiaiS. En. decembre 1667, Ia France gagne l'alliance du Brandebourg et, se maladie de Charles II relance, une fois de plus, la question de la suc-
par.le tralté secret de GrémonvilIe (du nom de son négociateurl signé le cession d'Espagne.
ln ~ _ •. : __ 11:r.o
_11~ _1.' .' ,t .. "'.' .. - _ .
',7 ~".'IV'lO' I VVO, çH\:: uuuelll I accoro oe LeopolCl au proJet de partage de La promesse de neutralité impériaie (novembre ió7i) Il'est pas
I hentage esp?gnol d~ 1665 cal', en Espagne, le bâtard de Philippe IV, étrangere à la potentialité d 'un partage de I'héritage espagnol en cas de
don Juan Jose, se prepare à accaparer toute la succession au cas ou déces de Charles II. La France signe également des alliances offensives
Charle~ II décéderait. C'était pour I'empereur reconnaitre implicitement avec le roi du Portugal, le duc de Savoie et deux princes allemands
les drOlts de la France à la succession d'Espagne [BÉRANGER,1965J. (l'évêque de Munsk et surtout l'archevêque électeur de Cologne qui est
,
86

..-L. 87

_- ••__
• >.~

nanle exécutée en pIe iver (novembre-décembre 1674). Le 5 janvier


r
~ussi prince-évêque ele Liegc) ct achelc la ralité d'aulres tels que
I'électeur Palatin, celui de Brandebollrg, celui de Baviere ou celui de 1675. Turenne rem por\<:;lIinsi une vicloire sur les impériaux à Turckheim
S~xe. Fort des succes diplolllaliqlles relllportés el assuré de l'isolement et passe à nouveau à 1'0ffensive (printemps 1(75). Le 27 juillet 1675, ii
hollal1~~is. le roi de France pClII s'engager Illilil~irement dans ce qui esl tué à Salzhach. Louis XIV perd UI1de ses mei11eurs capitaines. Ia pro-
apparaJl romme un COI1f1ilii la fois politique. écol1omiyue el d'honl1eur gression française est stoppée net ; Condé se porte au secours de l' Alsace
I SONINO. 1988]. . à nouveau menacée (novembre 1675) et mcne alors sa derniere cam-
pagne Illilitaire. La France continue à faire face sur deux fronts (Ie Rhin
Cc sont les Anglais qui ouvrel1l les hostilités en décIarant Ia guerre el le Nord), mais fait porter I'essentie! des efforts sur les Pays-Bas donl
aux Provinces-Unies le 26 Illars 1(-,72. Le 6 avril. Louis XIV, Condé,
e11eenlreprend la conquête de façon syslématique.
Turcl1ne et Luxembourg, à la têtc c1c I'arlllée française. marchenl sur la
Sur mero la notte française am'onte les Espagnols en Méditerranée.
Hlllla~l~c. passent le Rhin au gué de Tolhuis le 12 juin (épisode célebre
Porlés au secours des Siciliens révo1tés contre I'Espagne, les navires
- cl c~lebre en France - car Guillaulllc eI'Orange, menant les troupes hol-
français commandés par Duquesne et Vivonne emportenl la vicloire à
lal1d~ll~es. les altend~it ailleurs el 1cs Fral1çais ne renconlrent que tres peu
Agosta (pres de Syracuse) contre la noite des hispano-ho11andais menée
ue reslslance, ce qUI leu r pcrmet. Ic 20 juin, eI'entrer à Ulrecht). Pour
par Ruyter (22 avril 1(76), puis à Palerme le 2 juin. La marl de Ruyter
sauver Amsterdam, les Hollanelais Quvrent les digues et noient le piaI
(blessé à Agosta) et les échecs subis par la nott~ de Charles II ~ignent la
p~ys .. Les :ranç~is sont arrêtés. les états généraux hollandais proposent
fin de la domination espagnole sur mero LOUIS XIV est maltre de la
I~ rJn1x.mais LOlJls XIV la rejelle. en exigeant plus, ce qui provoque I'in-
clignatlOn du camp adverse. Guillallme d'Orange est élu slal/wllde/' Méditerranée.
ljuillet 1(72) et parvient à redrcsser lasituation. La flolte anglo-françai- Les négociations pour la paix, enlamées des 1675 au congres de
se est.batllle par Ru~ter ii Sole-Bay le 7 jllin 1672 (78 vaisseaux al1glais, Nimegue sont entérinées par les campagnes militaires et le succes des
:'lO valsseaux françaIs contre 75 navires de Iigne hollandais). Dês le mois armes. En 1678 cependant, la France, inquiete de la situation diploma-
de elé~~mbre, une ligne se forllll" contre la France. regroupant I'empe- tique européenne (les Anglais, en particulier, semblent prêts à intervenir
reur, lelecteur ele Brandebourg. I'Espagne et la Hollande. Les victoires aux eõtés des Espagnols) et en position de force pour négocier, accélere
françaises sur le terrain mililaire (prise ele Maastricht le 30 jllil1 1(73) les pourparlers. La paix est établie par trais traités. Le premier avec les
pmvoquent des inquiéludes dans tOlHe I'Europe. notammel~t chez les Provinces-Unies (lO aout 1678) : la Hollande ne subit pas de perle terri-
pnnees ~lIelllanels qui rallient la cause hollandaise. Le 30 aoGt Ifi73 cst loriale cl obtient même l'abrogalion des tarifs douaniers (ici, la France,
signé .Ie trai~é de La Haye entre I'empereur, le roi d'Espagne etle duc de en accordant une pai x blanche, a reculé par rapport aux propositions de
Lorrallle qUI s'engagent à fournir une aide militaire aux Hollandais. Le 1(72). Le second, avec l'Espagne (17 septembre), est beaucoup plus
roi du. Danem~rk, I'élecleur de I3randebQurg. I'électeur palatin inlervien- favorable à Louis XIV: Charles II cede la Franche-Comté, les régions
n:nl egalelllen.t au~ eôt~s eles Provinces-Ul1ics. tandis que I'Angletcrre d' Aire et de Saint-Omer en Arlois. ce11es de Bouchain, Valenciennes,
slgne une palx separee a\'ec la Hollande (traité deWeslminster. COl1dé et Maubeuge en Hainaut, ce11es de CasseI el d'Ypres en Flandres,
t lJ r~v~'ier 1(74). La France se Irouve isolée, ayant à affronter I'Europe ainsi que le Cambrésis. En échange, la France lui rétrocede les places
coallsee et ne pouvanl eOlllpter que sur I'électeur de I3aviere et la Surde avaneées de Charleroi, Binche, Audenarde, Arth el Courtrai qu'elle avait
(engagée dans une guerre avec le I3randebourg). obtenues en 1668. Louis XIV met ainsi en applicalion le principe de la
cei.nlure de fer prôné par Vauban et obtient une frontiere linéaire dans le
, Le théâlre des opérations militaires se déplaee à I'esl. Louis XIV
Nord qui lui permet de réaliser son "pré-carré". Le troisieme traité, avec
s ~rnpare d.: Ia Franche-COlllté (février-juillet 1674) grâce à Vauban qui
l'empereur. permet à la France d'obtenir Fribourg-en-Brisgau (pour pro-
me'.~e les sleges. Sur la frontiere des Pays-Bas. I'armée française est en
téger I' AIsace) mais lui fait renoncer à Philippsbourg. Louis XIV accep-
di :f1.eulté (Cond~ se plaint au roi de la "guerre de cabinel" qúe mene son
te également de rendre la Lorraine à son duc, tout en conservant Nancy,
mll1lstre Louvols sans tenir compte des illlpératifs sur le terrain et
réclamc eles ~roupes). et Turenne (mécontent, lui aussi, de Ia polítiqu~ de Longwy et quatre passages vers I' Alsace.
Louvols) dOIl reculer en Alsaee face aux impériaux elont iI contient Le traité de Nimegue, négocié sous médiation anglaise et pontifica-
cependal1t I'avanee grâce, en particulier. à une habile mana:uvre tour- le. fait done porter les frais à I'Espagne qui connait dans le même temps

88 89

,...1
des difficultés intérieures (don José avait pris Ie pouvoiren 1676 et avait seigneurs de Haute- et Basse-Alsace doivent prêter serment à Louis XIV
ch~ss~ le favori de la reine mere, Valenzuela, tandis que Charles II sem- qu'ils reconnaissent comme seul souverain, rompant ainsi tout lien avec
blalt mcapable de s 'affirmer). Par ailleurs, la France parvient à obtenir l'Empire. En 1681, Louis XIV ne s'embarrasse plus de prétextes juri-
de I'empereur une neut.r~lité da~s la guerre d'Europe du Nord et impose diques pour faire occuper la vilIe libre de Strasbourg à laquelle iI ne par-
au Bra~deb~urg le traI te de Samt-Germain-en-Laye en juin 1679, par donne pas son soutien aux impériaux pendant la guerre de Hollande. Le
lequelll restItue à la Suede les territoires conquis. 30 septembre, l'armée française forte de 30 000 hommes entre dans la
Louis XIV sort ainsi victorieux d'un conflit qui s'est avéré plus long ville : toute I' Alsace, à l'exception de Mulhouse, est devenue française.
En Italie, Louis XIV achete Casale au duc de Mantoue et occupe immé-
et plus c~Qteux qu~ prévu, qui a épuisé les ressources et I'économie fran-
ç.a~se maIs a permls au roi de s'affirmer en arbitre de I'Europe et de for- diatement la forteresse (septembre 1681).
tlfler ses frontieres à I'est et au nord. Cette politique, menée sur moins de deu x ans, se révele tres efficace
mais mécontente un certain nombre de princes (dont l'empereur) et pro-
voque contestations et inquiétudes dans toute l'Europe. Les alliances se
i'i De la politique des réunions à la ligue d' Augsbourg (1679-1688) nouent ou se resserrent pour faire éventuellement front contre la France.
liI' L'empereur s'attache Maximilien-Emmanuel de Baviere en lui donnant

IIii , La politique euro~éenne de L~uis XIV est celle de tous les princes de
I Europe d~ns ~ette fm. de XVlle slecle. Seulement, sa position dominan-
sa filie Marie-Antoinette. Guillaume d'Orange signe un traité défensif
avec le roi de Suede Charles IX en octobre 1681. Louis XIV se prépare

II ,1
te sur la scene mternatlOnal~ apres la victoire remportée, en particulier,
sur les Habs?ourg, grands nvaux de la France, à I'issue de la guerre de
à faire le siege de Luxembourg (reporté à cause du siege de Vienne par
les Ottomans en 1683, le roi ne voulant pas être accusé de servir la cause
.1
1 :)
Hollande, 1m permet d'.êtr.e plus offensif que ses voisins. II s'agit d'une des infideles) et provoque un rapprochement entre l'Espagne, la Suede,
i l'empereur, la Hollande et de nombreux princes électeurs (février-juin
~~rt de déf~ndre le terntOlre en renforçant ses possessions sur les fron-
tleres et d autre part d'entretenir sa gloire. La pratique des réunions 1682). Le 12 septembre 1683, la victoire de Kalhenberg sur les troupes
(1679- I 681) s 'inscrit dans cette perspective. turques vaut à l'empereur Léopold un immense prestige dans la chré-
tienté, et annonce un renouveau de la puissance Habsbourg. La France,
. L.ou~s.XIV, secondé par Colbert de Croissy et Louvois, exploite la qui n'a pas participé à la dé1ivrance 'de Vienne et refuse d'entrer dans la
vOle Jundlque pour ~ccrol~r~ ses ~ossessions sans avoir recours à la guer-
Sainte Ligue pour défendre la chrétienté, est au même moment en conflit
re d~ mouvement qUI conflalt touJours Ie royaume au sort incertain d'une
avec le pape: le 17 mars 1682, la déclaration des Quatre articles par l' as-
b~talye. II s' a?issait d~ repren?re I~s traités antérieurs (Westphalie, semblée du clergé, sous la direction de Bossuet, s'inscrit dans la poli-
Nlm~gue) et d en explOlter les mcertItudes en les réinterprétant de la tique louis-quatorzienne d'exaltation du pouvoir royal et du gallicanisme
---'i> ~an~ere la plus large possible. Ainsi, tous les territoires cédés avec leurs au détriment de l'autorité temporelle de Rome. L'affrontement dure jus-
drolt~ et dépendances" sont I'objet des convoitises de Louis XIV. Le qu'en 1693, date à 1aquelle le roi se soumet aux volontés pontificales.
consell souverain de Brisach p?U~ I' Alsace, une chambre spéciale du
I parlement de Metz pour les :rOls-Evêchés et le parlement de Besançon Le 26 octobre 1683, Charles II d'Espagne déclare la guerre à la
France, en réponse au geste de Louis XIV qui a fait entrer des troupes
li' pour.l.a .Franche-Co.mté reçOlvent com me mission d'examiner tous Jes
dans les Pays-Bas. Les Français prennent Courtrai et occupent le
:1 cas litIgleux des traltés et de publier des arrêts de "réunion à la couron-
~e': des. vilI~s. et territoires concernés. Ces terres, déclarées françaises, Luxembourg Uuin 1684) avant de signer, le 15 aoOt 1684, la trêve de
li Ratisbonne. Elle consiste en deux traités, l'un avec I'Espagne, qui cede
J etale.nt Imm.edl.atement occupées par les troupes françaises au titre de ces
II
r~~nlOns. Amsl Sarrebóurg, Sarrelouis, Pont-à-Mousson et de nombreux à la France, pour vingt ans, la forteresse de Luxembourg et quelques vil-
:1
l"i!
v!!!ages du LD.xembcurg p~ssent à !~ couronne d c '" T •.•.•..••••.•. ...1 .•••
lai2es dcs Pays-Bas ; !'autre avec l'Empire qui reconnait toutes les
Wurtemberg se voit dépossédé de la ville et comt/d~ 'M~;~b~ia;tr:i~ ré~nions et annexions françaises antérieures au ler aoOt 1681. Cest une
j tachés à l~ F:.an~h.e-Comté (1.680). En AIsace, la situation particuÚere-
ment amblg~~ hentée des traltés de Westphalie se prête parfaitement à
trêve de vingt ans que s'accordent ces trois grandes puissances.
Elle s'avere en réalité de courte durée, Louis XIV ne renonçant pas
'i,
une telle politique [NORDMAN1998]. Les villes de Ia Décapole et tous 1es à sa politique hégémonique. Le roi fait bombarder Gênes parce qu'elle

I 90 91
nrmait des gnlcres pour I'Espagne (mni 16R' oblige ainsi Ic doge à accord défensif de '} 'lS qu'il signe en mars 1686 et se rapproche par
venir présenter en personlle ses excuses à Vers(IIJics, contre les lois de la ailleurs de GuilIauml. _ Orange.
répuhlique génoise qui lui dérendent en principe de quillcr Ie territoire L OUIS. XIV négligeanl ce front diplomatique uni eontre lui, s'oppose
(jnnvicr 16RS). Mais c'eq surlllul avec I'nffairc de la succession du
., h' , R I
une nouve ~ II ' fo'ls
,( ali pape en Hí87 (I'affaire des .'Franc Ises: ,a orne, , e
Palatinat que Louis XIV envenime la si.lualion. À la morl de I'éleeteur . po.nt'lfe sllpprime les. libertés et franclllses jusque-Ia , accordees
souvera1l1 .
palatin. le 26 mai 16W'i. le roi rérlame. au nom de la princesse palaline. aux tjuarticrs d'ambassades, ce que refusc le rOi. provoquant I excom,mu-
fcmme de Philippe d'Orléans. el sn:ur de I'éleeleur défullt, une partie de . I'lon d e. son ambassaeleur et une rupture brutale . avec la papaute) . et
nica (... .
I'héritage. Celui-ci rcvicllt de droil 11Philippe-Guillaume de Bavicre- alTronte I'cmpereur dans I'afraire de Cologne. L~ 3 jUIll 1.?88 mC.I~rt.1~r-
Neuhourg qui 11 'enlend pas se laisser déposséd(~r. Perc de dix-sepf - 'I cc tellr de Cologne , Maximilien-Henn de ,.Bavlere, allle fldele
c I1eveque-e . I
cllfants, Ic due de Ncuhllurg est apparclllé par alliallee à Ilomhre de de Ia F rance d.epUIs 1671 . Louis XIV tente alors eI Imposer \c . cardllla
prinecs d'Europe. Les maringes de ses filies donnent une idée du tablcau Guillaume-Egon de Fürstenberg, évêque ele Strasbourg. et coa?juteur de
dynastique de I'Europe à la fin du XVIIC siêcle : I' alnée, Éléonore- Cologne, qui a prouvé sa fidélité au roi de France ; tandls que I emp~r~ur
Madeleine. a épousé I'empereur Léopold lcr en 1676 ; une autre filie, met ;n avant Joseph-Clément ele Baviere, neveu du défunt. La eleclslon
Mnrie-Sophie, est mariée à Pierre II du Portugal en 16R7 ; une autre revient finalement au pape Innocenl XI qui se pro~once en f~veur du can-
encore, Marie-Anne, devient en 1ó90 la seconde fcmme de Charles TI elidat impérial. L'élection est contestée par LOUIS XI.V .qUl att~qu~ sur
d'Espagne (elle jouera un rôle dans ln succession d'Espagne en faveur deux fronts : ii fait occuper Avignon et le Comtat venalssm pour IIldISPO-
des Hahshllurg d'Autriehe) : Dorolhée-Sophie, elle, épouse suecessive- ser Ie pape et le faire revenir sur sa décis:~I~ ; ~I s~~me l'e,m.r~r~u: de
menl les deux dues de Parme (en 169() puis 16(4). quant à Edwige-ÉIi- reconnaítre dans le.s trois mois toutes ks reulllons et la legl~lmlte, du
sabelh. elle devient la fe1l1me de Jean Sobieski. roi de Pologne. Si cardilwl de Fürstenberg, et accorde également des compen.satlons a la
Louis XIV ne menace pns mililairemcnl Ie Palatinat, ii envoie un émis- eluchesse eI'Orléans pour la renonciation à son héritage palatm.
saire à 1'empereur, I'abbé MoreI, dont I'ambassade se passe mal et qui
Pour s'assurer eles garanties, Louis XIV envoie des tr~upes qui me~-
contribue à tendre les rclalions entre ces deux princes. À cela s'ajoute la
tenl Ic siege devant Philippsbourg et envahissent le Pal~t1.nat ;.Ies tem-
révocation de I'édit de Nantes. en octobre 16RS, qui provoque la fuile de
toires occ~pés devant servir à faireplier l'empereur aux .lIljonctlons de la
I. nombreux huguenots français et prive ainsi le roi de sujets dynarniques
France. La ligue d' Augsbourg se mobilise alors, tand,ls ~ile la Fr~nce
: (en particulier dans le domaine du cOlllmerce et eelui des lettres) au pro-
i
impose le cardinal de Fürstenberg à Cologne et occupe I éveché de Llege:
fit des pays du refuge (Provinces-Unies. Angleterre, Brandcbourg ... ).
I!
i:,
Les puissances protestantes s'insurgent conlre Ic traitement fait en
Le 26 novembre 1688, le roi de France déclare la guerr~ ~ I~ HolIande .qUl
a émis dcs protestations officielIes contre les menées mll1talres françalse~
I: France ii leurs coreligionnaires. Le mnssaere des Vnudois, SUl' les terres dansle Palatinat et I'électorat de Liege. Guillaume d'Orange, devenu rOI
I: du duc de Savoie, par Ie gouverneur de Casale. fait encore montcr la eI'Anglelerre le 26 décembre 1688 à la place de son beau-pere Jacques.u
li pression en Europe contrc Louis XIV. Enfin, la succession espagnole
redevient d'aetualilé dans les années 16RS. alors que Charles TI a épou-
qui lrnuve refuge en France, se trouve donc à la tête ele ~eux. grande? PUIS-
sanees maritimes coalisées contre la France. Celle-cI, qUI n: ,dOlt .rlus
HI~ sé en Ió79 Maric-Louise d'Orléans. filie de Monsieur ; les prétentions espérer compter sur le soutien - ou pour le moins une neutrahte - bnta~-
françaises et autrichiennes s'opposenl de plus en plus nettcment.
I' nique. s'engage dans une nouvelle guerre européenne en étant cette fOls
I La coalition européenne s'orgallise ii partir dcs prO\iinccs alle-
mandes. Le 9 juillet 16R6 est signé un pac te constituant la ligue
três isolée ; la ligue d' Augsbourg faisait cause commun~ a.vec .Ies
Provinces-Unies et I'Angleterre: le 12 mai 1689, les Hollandals slgnale~t
I~ d' Augsbourg. Elle réunit l'empereur. le duc de Baviere, l'électeur pala- une alli::mce avec I'empereur (traité de Vienne). I1s s'engagent à rétabhr
I tin. Ics princes intégrés dans les eereles de Franconie. de Baviere el du
I: ks frolltieres des trai lés de Westphalie et des Pyrénées et, pa~ un accord
Haul-Rhin, ainsi que le roi d'Espagne et la Suede pour leurs terres sec.ret, à soutenir l'empereur dans la succession d'Espagne .~I C~~rles II
H d'Empire. Cette alliance défensive a pour objectif de faire respecter les déeede sans enfant. En décembre 1689, I' Angleterre, dép ,alhee aux
ri trai lés de Westphalie, de Nimegue ('I de Ratisbonne. De son CÔlé, I'élec- Provinccs-Ullies, signe égalementle traité de Vienne. La pUlssance de
teur ele Branelehourg, Frédéric-Guillaume, négocie avec Léopold un I'empereur Léopold s'affirme au détrime.nt ele la France.
li1t 92 93
j1
1\ :
L
• Ijf~ ••• _-----------------------------
La guerre de la ligue d'Augsbourg (1689-1697) Fleurus, le 2 juillet 1690). Dans les années 1689-1690, Louis XIV envoie
également des troupes en Irlande pour aider Jacques II à reconquérir son
La guerre de la ligue d'Augsbourg révele l'affrontement de plusieurs trône, mais celui-ci renonce et rentre précipitamment en France apres
il1lpérialismes : à celui de Louis XIV s'oppose celui de Léopold qui veut s'être fait battre par Guillaume III sur la Boyne (bataille de Drogheda, le
retrouver en Europe le premier rôle et reconstituer, en plaçant un archi- 10 juillet 1690) tandis que, le même jour, la France remporte la bataille
duc SUl' le trône d 'Espagne, I'empire de Charles Quint par I'unioll des maritime de cap Beachy-Head.
deux couronnes, et enfin celui des puissances l1laritil1les, anglaise et hol- En 1690, Vjctor-Amédée II de Savoie signe un accord secret avec
landaise, qui cherchent à affirll1er leur présence commerciale. l'Empire et I'Espagne (3-4 juin) et abandonne ainsi la France. La même
Si la France a pour elIe une armée nOll1breuse, 1l10dernisée, bien année, les liens entre Vienne et Madrid se resserrent par le mariage de
équipée et encadrée par des officiers de valeur, elle doit cependant faire Charles II (veuf, en 1689, de Marie-Louise d'Orléans) avec la sceur de
face à l'Europe coalisée qui s'affirll1e supérieure en gens d'arll1es et en l'impératrice, Marie-Anne de Baviere-Neubourg. Deu~ ans plus tard, le
géné:a~~ : Guillaull1e d'Orange (le petit-fils du libérateur des Pays-Bas), commandant des armées impériales, Maximilien-Emmanuel de Baviere,
Maxl1l11hen-Emmanuel de Baviere, le prince Eugene de Savoie et est désigné pour être gouverneur des Pays-Bas espagnols. La guerre, que
Marlborough. Stratégie et techniques se présentent sous une forme nou- Louis XIV espérait courte, semble devoir durer. Aux Pays-Bas,
velle au cours de cette longue période de guerre qui s'ouvre avec celle Louis XIV prend Mons (8 avril 1691) et Namur (juin 1692), grâce à I'ef-
de la ligue d'Augsbourg et s'acheve avec celle de succession d'Espagne. ficacité de Vauban, et les armées françaises repoussent deux tentatives de
Les armées, moins l1lanceuvrieres, recourent moins aux campagnes Guillaume III, à la tête des troupes hollandaises, pour envahir le royau-
éclairs et aux batailles destructrices qu 'aux sieges de villes et à la tech- me par le nord. SUl' le front est, Victor-Amédée II est battu par Catinat
nique de la terre brQlée avec lente occupation du terrain conquis pour 10rs de la bataille de Staffarde, le 18 aoOt 1690 ; la Savoie et Ie Piémont
assurer les arrieres. La France obtient ainsi que les défaites ne provo- sont envahis par les armées françaises, mais le Dauphiné subit la pré-
.:1 quent pas d' anéantissement des armées et, surtout, que le territoire fran- sence des Savoyards en 1692. Le 4 octobre 1693, Catillat remporte une
',I
:I çais, bien protégé par la ceinture de fer, soit relativement épargné. SUl' nouvelle victoire SUl'la Savoie à La Marsaille. Sur mel', la f10tte françai-
I!
'I mel', les grandes batailles font place à une guerre de course dans laqueI- se est écrasée par celle des anglo-hollandais qui incendient les vaisseaux
,ir
Ie les cOI"saires harcelent et capturent les vaisseaux ennemis, avec éqlli. français rescapés dans la rade de la Hougue (2-3 juin 1692). Cette perte
page et cargaison. Les nOllvelles conditions de la guerre, sa durée aussi, considérable amene Louis XIV à adopter une guerre de course et renon-
de pres de 25 ans, plongent tous les belligérants dans des difficultés cer à sa puissance maritime.
financieres cruciales. En ce sens, c 'est une guerre d 'usure que se Iivrent
L'ampleur du conflit incite les belligérants à engager, des1693, des
les puissances européennes, le retour à Ia paix se faisant surtout par épui-
pourparlers de paix. Le refus de Louis XIV de reconnaitre Guill~ume
sement des parties en présence.
d'Orange comme roi d' Angleterre relance les hostílités, mais les Etats,
La guerre de la ligue d'Augsbourg a Iieu sur deux fronts : terrestre et épuisés par la guerre, sont de part et d'autre moins offensifs. Guillaume
maritime. L'offensive française du côté du Rhin, en octobre 1688, est d'Orange reprend Namur en aoOt 1695 ; Louis XIV parvient à affaiblir

I I,
II
marqu~e par le sac du Palatinat. La politique de terre brQ/ée prônée par
LOUVOIS,avec la destruction systématique des \filies et villages rencon-
trés par I'armée française, afin que le Palatinat ne puisse servir de point
les puissances maritimes en entravant considérablement le commerce
grâce à la guerre de course. Le duc de Savoie, le premier, se déclare prêt
à signer la pai x avec la France. Le 29 aoOt 1696 est ratifié le traité de
II d'appui aux impériaux provoque I'horreur dans toute I'Allemagne et Turin qui restitue à Victor-Amédée II les conquêtes de Catinat, lui accor-
ii,
I' acheve de faire entrer dans la ligue du Rhin les demiers princes encore
ii.
IIi,
L.f._:. __
Jlt;~llalll~.
L_ A __ _
J-\.U Slj(L
i T.

,- les- ITOllnp.~
-- - -r--
•• • ..,
Tr::lnr;:ll~pc;;: nrnt1tpnt
---'~J-~~-"" r- ....
'&~_a
••
rtp~ PtT1Pl1h~C'
.
anti_ClC'n'L
u •..•.••.•..• ,",u,t-""-
••~ ••••••..•••••.••.••.••.•••••.••.•
de Pignerol et Casale et conclut le mariage du duc de Bourgogne (petit-
fHs de L,ouis XlV) avec l\1arie-ii.délalde de Sa.vo!e. Les négociations de
r
-r
ii" gnoles à la frontiere pour occuper Ia Catalogne. Au nord, I'armée royale
:J
j' paix avec les Anglais et les Hollandais s'ouvrent en 1697 à Ryswick. Les !
11 rencontre plus de difficultés. Elle doit reculer sur la frontiere de Flandre avancées françaises en Amérique (menaces SUl' New York et Boston)
II (1689) avant de reprendre I' offensive grâce à une habile manceuvre de décident les Anglais tandis que les Hollandais, craignant toujours une
j Luxembourg, dernier des grands généraux de Louis XIV (victoire de invasion française de l'Espagne menacée par la prise de Barcelone, pen-

94 95

." ~
.••.... .~..
alors. cn accord avec' ~{ol1ande et \' Anglclerre, que I'archiduc Charles
chent à leur tour pour la paix ; cel!e-ci cst sig 1e 21 septelllhrc 1697,
recueillc la couronnl. 2spagne et toutes les possessions à I'exception
ces nations pacifiées étant rejointes par I'Empln:; le 30 oClobre.
de Naples. la Sicile, les présides de Toscane, le Guipuzcoa et le
Les traités de Ryswick marquent un coup d 'arrêt à la prépondéran- Milanais, dévolus au dauphin et à la condition expresse que l'archiduc
ce française. Louis XIV renonce à loutes les annexions effecluées entre ne réunissc jamais son royaume avec les biens autrichiens. Nouveau
1679 el 1697 et à toutes les conquêtes oolenues militairement. à l'ex-
rcfus. de I'el~pereur eomme de Charles II.
ceplion de Strasbourg en Alsace et de Sarrelouis en Lorraine. En
somme. Ia France revenail aux fronticres de Nimegue, à ceci pres qu'el- A f\1adrid, le roi est parlagé entre les insistances de son épouse
Ic perda!, Fribourg, I3risach el rignernl mais gagnait Slnlshourg et rvlaric"/\Ilne de Neuhourg, qui \Xuvre cu faveur de I' Autrkhe, el Ie parti
Sarrelouls. Sur le plan diplolllatiqllc. le roi de Franee reeonnait Joseph- I'ro-français. mené à la cour par Ic cardinal p'ortocarrero, qui persuade
Clélllent de Baviere COlllllle archevêque-élecleur de Cologne. rcnonce Charles \I de réeliger son testament en faveur du duc d'Anjou, son petit-
au nom de sa belle-sCl:ur à I'héritage palalin (en échange de compensa- ncv('u. Ir dcuxieme petit-fils ele Louis XIV, au détriment de l'archiduc
tions financieres) et surtout reconnait GlIillaume III comme roi Charles (2 octobre 1700).
d'Angleterre. II rétrocede par ailleurs les conquêles faites en All1érique Lc I ,'f novembre, Charles II meurt ; le 9, Louis XIV prend connais-
du Nord sur les territoires anglais et accorde aux Hollandais des avan- sance tlu testamenl. 11est alors devant un choix difficile : en acceptaht la
tages commerciaux elll1ilitaires (ils enlretiennent des garnisons dans les succession pour son petit-fils, j] viole le traité de partage négocié en
i.i "places de la frontiere" qui séparent les Pays-Bas de la France). Le trai- mars et risque d'avoir contre lui non seulement I'Empire, mais égale-
té avee I' Angleterre prévoyait par ailleurs une paix perpétuelle entre menl I' Angleterre et la Hollande ; l'Espagne, en revanche, serait de son
Louis et Guillaume et leurs successcurs. côlé. S'j] refuse le testament, c'estl'empire de Charles Quint qui mena-
ce d'êlrc reconstitué. Dans les deux cas, la guerre avec I'Empire semble
inévitable. Derriere ces incidences imméeliates, Louis XIV joue en fait
"Un')' a plus de Pyrt'nées" (]697-1701) l'avenir de la Franee : soit le royaume s'agrandit de la Lorraine el de la
Savoie en vertu des accords de mars 1700, soit iI y renonce mais voit un
Les eoncessions failes aux Espagnols (celte "remarquable mansllé- Bourhon placé sur le trône d'Espagne. Apres trois jours d'hésitalions, le
tude" de Lo~is XIV) s'expliquent en partie par l'espérance que la roi de France acceple le testament ct présente à l'Europe, le 16 novembre
i Fran~e .entretlent dans la succession de Charles II [BLlICHE, 198ó). 1700. le nouveau roi d'Espagne, son pelit-fils le duc d' Anjou. Si l'em-
I
Cclul-Cl est gravement l11alade dcpuis 1696 el iI est fort probable qu'il pereur s'oppose à la décision française et rompt toute relation des la
I meure sans postérité. L'Europe, qui n'a jamais cessé de surveiller réceplion dc la nouvelle, les autres puissances européennes, en revanche,
~'Espagl~e depu is I'av~nement de Charles II. se prépare une fois de plus reconnaissent le duc d' Anjou com me roi d 'Espagne sous le nom de
a nég?cler la succ.esslOn. L'équilibre européen inslilué par la pai x de
iili ~yswlck. rend LO~ls XIV prudenl sur I'héritage espagnol, qu' iI renonce
Philippe V. Mais Louis XIV commet deu x erreurs ; le ler février 1701, j]
fait enregistrer par le parlement de Paris le maintien des droils de
a revendlquer entlerement en cas de déces de Charles II. II entame avec
Philippe V à la couronne de France (contrairement aux c1auses du testa-
I
J
•'!. l' Angleterre el la Bollande. les négocialions qui elonnent Iieu au 'trailé
d~ partage du 13 oClobre 1698 : l'essentic1 des possessions espagnoles
menl) el envoie dans le même temps des lroupes aux Pays-Bas pour
prendre la place des garnisons hollandaises dans les forteresses de la bar-
(I Espagne, les Provinces-Unies el Ies colonies) serait accordé au prin-
riere (5 el 6 février 1701). Par ailleurs, j] se fait accorder le gouverne-
ce él.ec~e.ur de Baviere (neveu de Charles II par sa mere, el fils ou duc
r, Il1cnt ele fait des Pays-Bas et obtient des privih~ges pour le commerce
~1axlllllllen-Emmanuel) ; le Mi1anais reviendrait à l'archiduc Charles,
. i ftls de I'empereur ; et Naples, la Sicile, les présides de Toscane et le França is nvcc les colonies espagnoles : l' aS;£'lIlo (lucratif monopole sur
i
.1 Guipuzcoa. a~1dauphin: Mais ce trailé ne convient ni à l'empereur (qui Ie COl11ll1ercedes esclaves noirs vers r Amérique), jusque-Ià détenu par
.1 Irs HoHandais, passe ainsi aux négocianls français. Le commerce hol-
, (
.5
v~u.t .recucllllr. la lotallté de I'héritage) ni à Charles II qui refuse une
:lIvlslon des b,e.~s de la m~narchie. La mort prématurée du petit prince !andais et nnglais, si actif dans les colonies espagnules, se voit considé-

Ij' e!e.cleur de Bavlere (6 févner 1699) rend d'ailleurs caduques les dispo- rablcment menacé. L'inquiélude gagne l'Empire, l' Angleterre et les
sl\IOI1Sproposées par la Frnnee. Le 25 mars 1700, Louis XIV propose Provinces-Unies qui signent, le 7 septembre 1701, la Grande Alliance de

97
96

rtr lnlÍr"e..tL ~
La Haye pour so~tenir les prétentions impériales sur le trône d'Espagne, des troupes françaises, GibralIar et une partie de la Catalogne sont recon-
et s~mment LOUIS XIV de négocier à ce sujet dans les deu x mois. Le quis par Philippe V, mais les coalisés entrent en Provence et occupent le
dél~l passé .• la ~uerre sera déclarée. Le roi de France répond aux som- royaume de Naples. La même année, le roi de Suêde est libéré du conflit
matlons bntanmques par la reconnaissance de Jacques III d' Angleterre qui I'oppose aux Danois, Russes et Polonais et offre un moment d'être
des la mort de son pere, Jacques II, en exil à Saint-Germain-en-Laye l'arbitre de l'Europe. Courtisé par les coalisés comme par les franco-
(16 septembre ~701): Le 19 mars 1702, Guillaume d'Orange s'éteint, espagnols, iI renonce finalement à intervenir dans le conflit pour attaquer
sans que c~tte dl~pantlOn ralentisse la marche vers la guerre. Le 15 mai à nouveau les Russes de Pierre le Grand (sur incitation impériale). Le
1702.• les slgnatalres de la Grande Alliance de La Haye, vÍte ralJiés par soutien suédois est désormais hors de portée des Français qui connais-
le rOl de Dan~mark, l'électeur de Brandebourg et la majorité des princes sent, en 1708, une situation particuliêrement difficile : i1s sont battus à
allemands, declarent la guerre à la France et à l'Espagne. Audenarde (10 juillet 1708) par les armées de Marlborough et du prince
Eugene qui prennent Lille (22 octobre 1708) et envahissent le Nord de la
France. Louis XIV doit alors faire face à des difficultés intérieures qui
La guerre de Succession d'Espagne (1701-1714) s'ajoutent à celIes des opérations militaires. La population, épuisée par
tant d' années de guerre, est encare éprouvée par le grand hiver de 1709
Les ~pérations touchent I'ensemble des États du défunt Charles II et qui provoque une famine quasi générale. Le royaume n 'est pas en état de
le confht prend immédi~tement une dimension européenne. La France soutenir l'effort de guerre et le roi se résout à traiter puis à signer une
peut. comP.ter sur le soutIen de Maximilien-Emmanuel de Baviere et sur pai x séparée. Mais les exigences exorbitantes des coalisés amenent la
cei UI de Vlctor-~médée de Savoie, dont l'alliance est cependant moins France à rompre les négociations (congres de La Haye en mai-juin 1709)
s,ure. Les premleres années se jouent en faveur de la France et ele et à reprendre les affrontements militaires. Apres la victoire en demi-
I Espagne. Le duc de Vendôme bat le prince Eugene en Italie (bataille teinte des impériaux au nord (bataille de Malplaquet qui oblige Villars à
ele Luzzara, le 15 aout 1702), lequel avait envahi le Milanais à I'été reculer apres avoir infligé de tres lourdes pertes à l'ennemi, le 11 sep-
1701. Da~s I'empire, Villars remporte la victoire à Friedlingen (octobre tembre 1709), Louis XIV tente de nouveau des pourparlers. La confé-
170~! pUIS à H;>chstadt (20 septembre 1703), aidé en cela par le duc de rence de Geertruydenberg en HoIlande (mars-juillet 1710) est un nouvel
Bavlere. La meme année~ le Portugal rallie la cause impériale (16 mai échec car le roi de France ne peut accepter, comme \'imposent les vain-
1703) ~t permet aux coa!Isés d'avoir un point d'appui dans la péninsu- queurs, de contribuer personneIlement à chasser Philippe V du trône
! le Ibénq~e. En novembre 1703, c'est au tour du duc de Savoie de se ran- d'Espagne. Plutôt "faire la guerre à ses ennemis qu'à ses enfants" décla-
!
I
I ger du coté de la Grande AIliance, rendant ainsi la défense du Milanais re-t-il en rompant, une fois de plus, les négociations.
beaucoup plus délicate.
!I
Ainsi, la perspective d'une paix séparée qui avait amené les rela-
i, À part~r ?e 1704, les armées françaises et espagnoles subissent ele tions franco-espagnoles au bord de la rupture n'a plus Iieu d'être ;
:1 sé.veres defaItes : Ie 1er aout, les Anglais prennent possession de Louis XIV poursuit la guerre aux côtés de I'Espagne et les armes tour-
II
J
Gibraltar; le ,13 aout, les tr?upes menées par le prince Eugene et nent bientôt à l'avantage de ceux que toute l'Europe croyait vaincus.
1:
Ma:lborou~h elefont les Françals à Blenheim et les obligent à reculer au- Tandis que, dans le Nord, les forteresses de Vauban permettent aux
/iii dela du Rhm. En 1705, la Catalogne se souleve contre Philippe V . en troupes françaises de résister à l'ennemi, en Espagne Philippe V, assis-
té de Vendôme, remporte la victoire décisive de Villaciosa (lO décembre
'iii octobre, Ies Anglais sont à Barcelone. Le 9 octobre 1705, I'archi'duc
1710) sur les Anglo-Autrichiens apres les avoir chassés, la veille, de la
i III Ch.a:les prendo le nom de Charles III d'Espagne et l'année suivante
ville de Brihuega. Charles III, qui avait repris Madrid en septembre
PhIlIppe ~ dOlt abandOl~ner Madrid à I'archiduc qui y entre le 28 juin
I .~70~., ma.IS en est chassé en aout par un soulevement populaire. Si le 1710, doit à nouveau se replier sur Barcelone. Par ailleurs, l' Angleterre

,li j aout Phll1ppc \' rcprcnd possêssion de la capli.aie, la situation ne iui est
ce?end~nt pas favorable : la Catalogne, le royaume de Valence, le
',.:. se rnorlire de plus en plüs favürable à la paix (popülation ct économie
épuisées par des années de conflit.; majorité donnée aux tories, parti-
;:11, I Mlla~a.ls et les Pa~s-Bas (év'acués par les Espagnols apres la défaite de sans de la paix, 10rs des élections ; hostilité de la reine Anne à
't Ramllhes le 23 mal 1706) sont aux mains des impériaux. En 1707 la for- Marlborough). Des négociations secretes avec la France sont entamées
'I tune des armes est incertaine : le Wurlemberg est un moment env'ahi par à Londres des le début de l' année 1711 et ce retournement de
:1 I

98 99
J'Angleterre parait déeisir dans Ie processu: paix. Des modifications décident J'cmperel trailer. Les négocialions s'ouvrent en novembre
Importantes interviennent égalcmcnt en Au, .. .:he. La mml de I'elllpe~ 'lU château de Ras\ .. Le 6 révrier 1714 esl signé le trailé de Rastadl,
reur Joseph ler rait passer la COllr<1nne il11périale ~ l'archidllC Charles cOlllplélé, Ic 7 seplembre, par celui de Hade (pai x enlre la France et
(~ha.r1cs III d'Espagnc :Ia~ls la gllcrre de Sucecssion). II n 'csl plus qucs- I' Autriche alors que J'empereur ne signe pas avec Philippe V donl il
tlon . .dols ')'nour lee , ., "o'IIIS'S
~ • . e .. I.eI'" sou Icnu'"1 a call1'',., ature du nouvcl cmpe- persisle ii ITvendiquer la couronne).
reu.1 . au tlo~le d Es?agne qUI reconslituerait de la sortc I'empirc de Lcs r1auses des traités sont d 'ordre politique, éeonomique et lerrilo-
Ch,:1 !es Qumt en reunlssant les dClIX couronnes. Le nouveall nav"age riaL comme J'annonçaient les préliminaires de Londres. Philippe Vesl
poluI' .' I' . ,.'.. H
. que eUlopeen met a Fr,lnee et I Espagne dans une position l110ins reconnu roi d'Espagne mais doil renoncer officiellelllenl à la couronne
Ineonfortabl~ el facilile I'avancée de la paix. Les préliminaires d~ de France. La succession d' Angleterrc s'ordonnait en faveur de la famil-
Londres.
I' " slgnés le R oell)111",c, 1711 d e't ac Ilenl (C I'r' 'Inltlvement
.. le de Hanovre (Ia reine Anne n'ayanl pas d'héritier). Le due de Savoie
~;l¥leterre de la e.oalition. Les Britanniljues obliennent des avantages est reconnu roi de Sicile, ell'élecleur de Brandebourg, roi de Prusse. Sur
po .tlque~ (reconnalssance de la succession proteslante. de.qruclion des le plan économique, I' Anglelerre se voit confirmer ses avantages com-
fortlrlcatlons . ,de Dunkernl " le,' prOl11esse . d,e non-rClInlOn,. dcs cournnnes.', de merciaux : elle obtienl j'asiell/O de llegros et le droit d'envoyer chaque
Fra~ce . el .d ,:spagne) .. territoriau x (I'ile de Saint-Cbrislophe aux année un navire de commerce dans I'isthme de Panama pour prófiler des
~1.lIl"es. GI~laltar et MlI1orque\ el éconol11iques (I'a.\'iol/o et un lcrri- grandes foires de Vera Cruz et de Carthagcne. ces deux concessions étant
ol.re sur le r1~)de la Plala pOlir favoriser la traile des noirs) : ils rccon- faites par les Espagnols. Les Français pour leur parI aecordenl à
nals~ent en ~change Philippe V COl11llle roi d'Espagnc (négl'cialion l'Allglelerre la c1ause de la "nation la plus amie" ljui cn failun panenai-
~nen~e par,PrI,or e~ Mesna¥er). L:Empire et les Provinces-Unie; se déci- rc cOlllmercial privilégié, el le rabaissement des tarifs douaniers au
~nt ,11?~:s,~negocler I? pa~x. apres a,voir espéré, en vain. un succcs Illili- niveau de ceux de 1664 (le plus bas de tout le regne de Louis XIV) ; tan-
talre
t I'Edeclslr.
. Le eongres ••d Utrechl S ouvre le '19 ~." ,'anvl'er 171")"-. l'_,I F'lance dis que Français et'Espagnols renoncenl aux avantages commerciaux que
e . sp,lgne sont representees par le marécllal d'Huxelles I' 111' d Philippe V avait reconnus aux sujeIs de Louis XIV.
P 11 ,. t N" I . . , a. 1C e
c Ignac.e ,ICO as ~esnager. La questlon dynastique est im111édiate-
Les clauses lerriloriales du Irailé font subir de lourdes penes à la
I
~~~:nt ~nvlsagee ~v.ec d aut~nt plus d '.acuité quc Louis XIV esl durement
I monarchie hispanique. Le démembrement des terriloires, que Charles II
,.ppe par. une _sene de deuils : Ie 11\.FInvier meurt le duc de Bourgogne
voulait éviter, est réalisé : Philippe V ne garde que l'Espagne (ampulée
~UIS son fil~ all1é en mars. Le déccs du Grand Dauphin I'année IJr~cé~
de Gibraltar et de Minorque, cédés aux Anglais), les Pays-Bas, le
(enle ne.I:\Isse alO1"s cOll1me héril ier au trônc de France qu'un pelit
en.ranl (1( tutur I LOUIS . XV) el, accessoirement Ic roi d'E . . secon . d Milanais. les présides de Toscane, la Sardaigne el le royaume de Naples
I' . fi ,spagne. rcvcnanl ii l'empereur. Victor-Amédée de Savoie reçoilla Sicilc, elle roi
(~~ ,petlls- IS (~ L~uls XlV. Ccs difTicullés dynastiques exr1iquent Ics
letlcenc'Cs d.u rOi à ecarter définilivemcnl Philip'ne V dc h COllrOl111e i' de Prusse la Guc1dre espagnolc, avoisinanl son duehé de Cleves.
I
1."
Fnnce
, '_ .', 1\1'1"1'~ cs .co,a '"ISCS se Illontrcnl inlraitablcs '" et ronl (I'autant . ,cc
Illus
L' Ang1eterre obticnl, outre Gibraltar el Minorque (lesquelles conslituent
une position slralégique en Méditerranée). Terre-Neuve, I'Acadie et les
ti ui
a mer
1 s Ics' negOClatlons ... qu "1I s," espcrenl touJours une victoire militaire . .
i. q
~
e. metle en posIllon de force. r:inalemenl, le 17 juillel 1717 I' terriloires situés dans la baie d'Hudson, Sainl-Christophe dans les
l': Antilles (Ia France conserve cependanl le droit de pêche en Terre-Neuve
pereur et les Provinces-Unies accordenl un ar . '1' I -. em-
Irou es d', ' mls Ice, a ors que les
li p" u ~.nnc.e Euge~e. da~s lll1 ultime errort. tenlent d'envahir
Franc:. La \lctOlre de Vlllars a Denain (24 juillet 1712) permel f' ,_
la
et une place sur I'esluaire
connaissent des modifications
du Sainl-Laurenl). Les fronlieres françaises
: dans les Alpes, Châleau-Dauphin et
li Illen\ a I~ Fr.a~ce, de négocier dans dcs ,conditions favorablcs et d';~1i(~e Exilles. situés outre-monts, sont échangés au duc de Savoie conlre
t~us es coallses a renoncer li la guerrc. A Utreeht une prenl I'c're . Barcclonette. Dans le nord, la France restilue aux Pays-Bas (désormais
II sllmée
~.
I 11
e . avn
'1
entre la France, l'Espagne,
"
I'Angleterre
palx esl
I aUlrichiens) Ypres, Furnes", Menin el surloul Tournai.
Il
Ii~',:
Pro~~nc~s-Unles, le Porlugal el la Savoie. Les hostilités ave~ I:~ Le nouvel équilibre européen, décidé par ces longues années de guer-
~utllclllens. en r:vanch~ ..reprennenl, l'clllpereur Charles VI s 'ohst inant re et dcssiné par les traités de Rasladt el de Bade consiste en une redis-
l~
, nc pas reconnallre Philippe V COlllll1e roi d'Esp""ne .. ''',= . D eux succ<:s " (ei tribulion des puissances entre les nations dont aucune ne pell! désormais
h V'II .
Il, I ars (pnse de Landau Ie 17 aoul. puis prise de Fribourg-en-Brisgau) prétendre illlposer son hégémonie sur le continent.

.{ 100 101

I
. -à; - ;
••rie' W5\1iI,
~ _
,
-."""J,~"~."."n '---"1 \
ESPACES
L

!;
... _- _. - .._-_ ..._,._-_:._..;-<.,.---_ ..-=~=-..,"'"_.~
,-....

~ ;
1,

',j,

1
H

~ :
l'
li

!l
li

j
li

Il
/1
-11

1
~
;~
[1
i

il
il

1
~

l.1~
La limile d'un I Jme est done consliluée dans bien des cas par une
ÉCHELLES ET FRON RES
zone périphérique de lransilion ou I'on passe insensiblement d'une souve-
rainelé 11une autre, Cest surlout dans 1es régions fronlalieres de I'Elllpire.
, ~h~,,'d('r conjoinlerncnl Ics roV~IUIllCSd' F'" , . aux confins orientaux de la France, que celte situation esl la plus pronon-
I/11Il1('cllalcl11cnt un prnhlclIlc d'él'h~lIc' ' '~, I:"1ce el, ,d Espagnc pose cée : I'exelllple lradilionnellemenl pris de I' Alsace étant de ce poinl de vue
par ces couronnes n'esl [l"'" ' ' n~n sClIlcl11enl I clcndue couverle
, ' .. ,,,S ,I 111 ('111
e , l11alS Ics confi' ,I' 'I t(lUI Ü fail éclairant. La complicalion esl ex\rême, el D. Nordman Ulilise.
r1l1CSsDnl él!alel11enl Ir's 1'/'1", "gur,1 lons { CS 1110nar-
~ e, CI clcntes Dans le C'IS ' I 1 '. pour caraclériser la siluation, I'expression de "marqueterie lelTiloriale"
unc Illultitudc de royatllllc'o I' " ," " " esp,1gno, e reli regne SUl'
, " ,,' ,,,\I IS que { '1I1SIc cns f' ,,' I " (NOIU1MAN, 1998J. En subslance, I' AIsacc, partie intégrante du Sainl
r~lIl d'un scul lenant. l11êl11e ... , ' I ,:,' "r,lIlç<lIS c IC'Tnlolrc app~-
postcs avanCl's d"11S l,s "1 SI, su 'slslc des enclaves étrang0res el des Empirc jusqu'à son incorporalion au royaume de France sous Louis XIV,
, ", c, I, \'S 1'''''111' l' r ' , esl divisér en une inrinilé de principaulés ecclésiasliques rt ht'iqucs, sans
hisp~lI1iqlle, cn provinces ;lu I' ~' s:, "'.(, IV"I,nn ('n l:oyaul11cs du !CrrilOirc
cnlre Irs niveaux d"IPIJI"'11eI1sCITIIII'''C fJ'E1!lçaISsouligne d'cl11hlée I'écarl compter 1es républiques urbaines, On y Irouve à la fois des possessions de
, , lon (e ecs "lals P . la maison d'Autriche, des villages, seigneuries ou villes qui sonlle domai-
pCUI donc si<Jnifier ln l11êl11C'., . .' arcounr son roymllne ne
c ' C 10se pour un monar f' . ne de principaulés la'iques ou ecclésiastiques extérieures à I'AIsace mais
cspagnol, el le lour dc France de CI 'I ' ,que rançais el un rOl
Illonlre qu'un roi de France vo't lnl cS IX dans les années 1564-1566 membres du Sainl Empire (Ielles que la Lorraine ou le Palatinal), deu x
el unifié dont ii prend ~o .•' ,.1 son ro~aume comme un lerriloire cohérenl répuo1iques, celle de Slrasbourg el celle de Mulhouse, cetle derniere alliée
I, ssesslon cn mCl11clemps "1" , aux cantons suisses voisins depu is 1515, les dix villes impériales groupées
[) ['I\' FRpr-:, NORDMAN 19°4] R' 1 " qu I s IInpose [BOUTIER,
, " <1 , Icn ( c leI pour le r . d'E . r en unc Décapole, le comté de Hanau-Lichtenberg, l'évêché de Strasbourg
pose les c(luronnes el chan"e d " ,01 spagne, qUI supe -
I11nnnrchie, '" elO) aume sans forcément sorlir de la donl l'évêque esllandgrave de Basse-Alsace et exerce lã une primaulé juri-
dique, politique el spiriluelle, el enfin une poussiere de seigneuries donlles
Ceci ~tant. ln cohérence d'un lerrilnire I I '" , délentC'urs n'admetlent d'aulre suzeminelé que celle de l'empercur el rele-
Ik [las quI' I'espace céncT'\pl " ' ~u a p urallle d Elals ne signi-
dé'fini, La n(llion mên;e d~ ;'ro;II(,I:rc St',I! 1c:U.lO~I~S. el parlout. parfailement venl (l<,lnc direclemenl de lui (d'Oll le nom de noblesse immédiale
d'Elllpirc), Cet enehevêlremenl de suzerainelés monlre que la limile n'esl
quclques précisions. Ce poinl cl,:e;~, '~cn ctlJCh,ee par O, Nordmnn réclmne
tage la quasi-Iolalité de ses f' s C\,;llH,1Il1plus Imporlant que la France par- ici aucuncment spaliale : sur ks nlêmes villes, sur 1es mêmes seigneuries,
' , TOn teles terreslres aI' ' I ' pcsC'nt des droils différents, La eomplexité juridictionnelle de la région rend
I!o,'"
ahshour". monarchie elcs 1'1'I ',I, ' " "ec es possesslOns eles
' ,I JS )OUl"
,,,,. d Espaun '", ' pour Ies I'Imlles , particulieremenl difficile le lransfert de souverainelé, ce dont lémoignent
n
nccnnes el nord du pyré-
, ,royaumc lerres palr' '. I d les inlemlinables discussions SUl' les inlerprétations à donner des lermes du
d AUlriche el Saint EI11I)ire po II: I .:' ' lmOIll.1 es es Haosoourg
', ,l a pdllle est . el que le j" Irailé de Mlinsler en 1648 (\' Alsace passe alors partiellement à la France),
I'ronla I teres cOl11me les, n)o(II'f'IC,110m
.. I' ,,',
lelTilonal ' , j' ,
s revenc Icatlons
larcc part les rclall'ons ("II' ',' es conc IllOnnenl pour une II Csl done plus juste de parleI' de fronliere-zone plutôt que de frontie-
, ", " lances, conlllls) ent' ' ,
1cs 7,oncs de fracture clltr 1 ,Ie ces pllIssances n\'ales, 01' re-li~ne ; les espaces inlersliliels entre deux royaumes présenlanlune image
, (eux roV'llIl11CS lll'l
n
'.. '
cbrtt:, [)'ahord [)arce (lue I, 1" ,~:' ',' nqllenl slIlgullcrel11enl de brouillée. EI, lorsque le lracé de la fronliere a une réalilé perceptible sur le
,1 lonllClc se dCllhee ' 'd"
(conqufts CI acquis) sans que ces 1110r'f' .. ,'< au gre es evcnemenls lerrnin, ce qui esl plus fréquenl dans le sud du royaume de France, ii eslloin
{1'acc(lrds unnnil11es enslll'le el 'o ' 'I e I le,lIlons fassent forcélllenl I'ob,'el d'êlre nbsolument recliligne. Cesl en général à l'occasion de Irai lés que se
" " "UI oul parce qu I r ' .
te sonl moins pense'es el1 Ic ' : e es Imlles de souveraine- pose avec le plus d'acuilé la question des délimilations exacles d'un lerri-
", ,rllles "cograph '
Icsqucls se prêlenl plus volonti(' ,'o.'" , , ''o Iqu,es q~1 en lermes juridiqucs, «lire. Le Roussillon par exemplc devicnl définilivement français en 1659,
illlérêls ~es partics en présence ;~~:;~)~::~~:I~~~~~;~ IIllcrprétntivrs selon Irs au traité dcs Pyrénées. Encore s'agil-i! de savoir ou passe précisémenl la
fronliere. Au terme de longues négocialions, 33 villages passenl à la
AU1SI. Ia nOlion de frnl1tii'rcs naturcll ' ' ,
conscrire le royaume de FI"lnce ,. ,e~, SI souvent IIlvoquée pour cir- France, selon des criteres assez vagues qui seronllocalemenl source d'in-
, en parllculrcr r I d'
terminables conflils, mais conslilueronl malgré loul une frontiere slable à
selllhle que tI'un criterc efficace de définili ' re ~ve,~ us ,une vue d'cn-
Irs reconnaissances des droits SOll' ,.' on len llon,lle slncte, el ce sont l'échclle européenne.
'I" , " \el,lInS SUl' lelIe ou I 11 '
eIc InlSscnl
, le plus sérieusemer11
,es I'" I'1l11lles
:' d' un ,roya e e sClgneurie
. qui II faul allendre le regne de Louis XIV pour que I'idée d'une fronliere
aussl la voie à loutes , les,.' rCI'en,d'Ica I'lons. ' ,ume, mais ouvrenl linéaire el continue, dégagée aulant que possible des enclaves el des avant-

105

1
104
postes, s'inscrive dans les stratégies militaires. Le pré-carré, prôné par
Vauban, adopté finalement par Louis XIV, rompt avec une longue tradition
et inaugure, avec I'alignement de places fortes qui forme un front défensif
efficace, notre conception de la frontiere. La ceinture de fer rationalise la
LA MONARCHIE
frontiêre en promouvant la Iigne au détriment des postes avancés. Les poli-
tiques militaires, elles-mêmes Iiées à I'évolution technique de [a guerre,
modifient la conception de ce qui fut, et reste, une notion militaire.
HISPANIQUE,
Quelle que soit la forme qu'elle prend sous I'Ancien Régime, la frpn-
tiêre apparaít décisive en ce qu'elle définit la limite de souveraineté des
États. Les "rites de frontiêre" qui s'effectuent lors de rencontres entre
UNE "MONARCHIE
princes de I'Europe révêlent I'importance de I'enjeu, et ii n'estpas
monarque qui ne regle avec précision les modalités de I'entrevue. Le lieu
de

est essentiel, neutre si possible. À cet égard, les rivieres, lorsqu 'elles sépa-
COMPOSITE"
rent deux États, sont propices à I'échange puisque aucune des parties ne

ii
I;
reçoit alors sur ses terres. La Bidassoa, aux limites des royaumes de France
et d'Espagne, a ainsi été le théâtre de bien des transactions et c'est àjuste HÉRITAGES ET CONQUÊTES
I: titre qu'elle est considérée comme la riviêre des entrevues diplomatiques.
li C'est là en effet qu'eut lieu en 1565 la rencontre entre la reine d'Espagne
t,' La monarchie hispanique est une "monarchie compositde" [EL.LtI~TT,
fi, Elisabeth (filie d'Henri II), et le roi de France Charles IX accompagné de . E'tat, mais. d'un ensemble e. terrlOlres
r sa mere, c'est là encore que s'opéra, en 1615, I'échange des princesses _
1992bJ . iI ne s'agit pas d'un é et
(royaum'es, duchés, seigneuries, etc.), géographiqu:mendt dlspers s'ble
(.,e
(. I'infante Anue, épouse de Louis XIII et Elisabeth, destinée à Philippe IV _, les .é rI' es distinctes La constructlon e cet ensem
I~
I;
deux convois se croisant sur le f1euve, c'est là enfin que se négocia, en formant des enllt s po I Iqu . . . PhTppe II et ses succes-
1659, la paix des Pyrénées el le mariage de Louis XIVavec Marie-Thérese. :~~~~ted~edli~;;~~~~~;a~~~s:~~I~~~~~e~~i~v:;:~~iiqu~;, IsabelIe de ~~st~~~
À cette occasion, le symbolisme fut encore renforcé par I'aménagement de
l'í1e des Faisans. Au centre de ce terrain neutre fut construit un bâtiment et Fe~dinand d'Aragon, et ceÀluides d~cs. de ~0~r~~g~~'I~~1~:~~~ron_
con uêtes de Charles Quint. ces temtOlres s aJo. 'I
symétrique. Les débarcaderes instalJés de part et d'autre de l'í'Ie, sont pro-
ne d~ Portugal, à la fois héritage et conq~ête ..La ~~OIlalssance e~1 a~~e~~
longés par des galeries couvertes qui donnent acces aux appartements réser-
se de ce processus de "sédimentation hlstonque , p~ur repren, ~: com-
vés aux plénipotentiaires. Ces deux antichambres sont séparées par la salle
de conférence, placée au milieu de ríle comme du bâtiment. Deux portes, pression employée par ? Galasso, sont ab~?IU~~s;~i~~:al:~: a XVle et
préhension du deveOlr de la monarc le I
aux deux extrémités de la piece, permettent I'arrivée simultanée des repré-
XVl1e siecles [GALASSO,1994bJ. .
sentants français et espagnols, puis des monarques eux-mêmes. Dans cette
L'héritage des Rois catholiques comp~en~ les couronn~s .de. Casll~:
mise en scêne soigneusement orchestrée, le salon représente, finalement, la
et d' Aragon, ainsi que leurs possessions Itahe.n~es et am:f1calOes.
limite extrême du royaume, le lieu ultime qu'un roi peut atteindre sans bles
céder le pas sur I'autre [KLEINMAN,1993J. éninsule Ibérique, au XVle siêcle, est en effet .dlVlsée en trOls e~~~:. on
~olitiques bien distincts : la couronne de Castllle, la couronne emble g de
Ni strictement Iinéaire, ni strictcment spatiale, la frontiere conserve et la couronne de Portugal - on appelIe couronne un ens
cependant une valeur três précise en ce qu'elle délimite la souveraineté rovaumes et de seigneuries. . .
dOu!"!prince, et !es fites de frontÍcíC iiiOíHíent bien que ie:s rnonarques sont,
. La couronne d e C as t'll (385 000 km2) qui occupe une poSítwii
I e., I I cen-
sur leurs propres terres, jaloux de leur prééminence. S'il subsiste des zones
contestées ou disputées, elJes apparai.~sent de plus en plus comme un pro-
U\~~~
trale ~ans I'espace de la péninsule Ibérique, est la plu.s va~te ~t ~ P
plée La Castille est elIe-même le résultat de la réuOlon e p ~sl~urs e
bleme local (ainsi en est-il du Roussillon apres le traité des Pyrénées) qui
toir~s ui conservent à I'époque modeme une existen.c~ nomlOa e, sou,v -
n'affecte que rarement le royaume tout entier [NORDMAN,1998J.
nir d; ia division de la péninsule en plusieurs entltes au Moyen Age
106
107

-------------_'. .
lout Ics Icrritoires el érique sont ratlachés à la eouronne de Caslille.
(jroyaumes de Caslille. Léon. Galicc. Toleúe j\ie Grefl" 1 nflc "
( es ASluries. sei '> _' " • -,' "c c, p ll13t À la morl d'Isabelle en 1504, sa filie Jeanne esl proclamée reine de
et de Gl ' _ gneune de Molrna de Ala"on provln"es basqll _ I'AI ava
l:" ~,', C$ ( Caslille. ar. Jeanne, Iroisicllle enfanl des Rois calholiques, esl mariée à
"puzcoa el seigneuric de Biscave), Lcs annexions les plus rc'cenles
I'archiduc Philippe "Ie Beau", Fils de I'empereur Maximilien de
é"im ,,>.
concernenl le r aume I G
°7 (C
" ' .
.lrcnade, dermer royaume musulman de la
,
Habsbourg. Malgré un remariage ;/1 ('XII'('III;S de Ferdinand en 1506 avec
~ I c. clonquls en 14\)2 (ceI événcmcnl níet fin ii la RecOn(l"êle c11l"~
I,Icnne sur es..umllS Im'\n, ' ' 3111\CS(;IIlS
..'. <. I . ' Germainc dc Foix, nicce du roi de France Louis XII. le viellx roi ne peul
la pemnsule en 711). 'I- I' v
'
i:, JOV3UmCde N II 7 ' .' c c pelu éviler Ic passage de la couronne d'Aragon. avec la couron~e de Castille,
I"; f7 ' "avarre ( 7 O km-), anncxé par Perelinand d' Armwn en
II aux mains d'une dynaslie élrangcre : les Habsbourg, A la morl de
4 ,\li PIOfl1 de la couronnc de C'\Slillc C's d'I'r" ~
re:'nleles 'I' " " , ' .• .,. ,c, I ,elenls espaces demeu-
o-

I Ferelinand en 1516, c'esl son pelil-fils Charles, né à Ganel en 1500, qui


i gé ;1 GI:e~~~I~esele lefelence:' a I epoque moeleme : dans un e10cumenl rédi-
I. premj \c tilre de roi ele Caslille el d' Aragon.
a toules o" ',COIelOU:?U Pampclunc par cxemplc. le lerme "ce rovallme"
I!, ct'lui (iec~lI1ces, de deSigneI: ii: rnyaumc de Grcnaelc. celui de ('or;!oue ou L'héritage bourguignon esl conslilllé par les Pays-Bas el la Franche-
. avane. el non I cnsemble de h C'lslille A' I i Comté .. legs elu grand Élal des dllcs de Bourgogne, descendants de
Ca'lillesOlI < I' . ",' a COUfOnne ce Philippe le Hardi, quatrieme fils du roi de France Jean le Bon el frere de
. ". 1 ega cl]1enl ratlaches plusicurs lerriloires en Af" . 1 N I
conqueles répo el' I' I" ,llque ( u ore Charles V : en 1384. son mariage avec Marguerile de Male apporte au duc
-lc'I'llla ~ . ,n ,111 a cxpanslOn de I'Empire ottoman vers le Mal!hreb :
l\, , " conquls en 1497 ., el 'Sllrlou.10'mn, conqllls en 1509 E I" "I Philippe les seigneuries de Flandres, d' Anois el de Franche-Comlé. Au
nlOlres 'lméri' ' 1 E " n ln cs ler- cours du xv' siecle. les ducs de Bourgogne élendent paliemment leurs
d'''lnJ: .. ' ~alllsi q~~e es .spagnols conlinuent ii désigner sous le nom
cs OCCIC enla es , sonl la propriélé ele la couronne de Caslille. possessions vers le nord de l'Europe, de I' Arlois à la Hollande, à cheval
La eouronne d' Aragon (114 ono k ' sur la Iimile enlre Sainl Empire el royaume de France. En 1477, Marie de
élL'mcnls qui res(cnl bien dislil;cls . ar I~lli; e,sl une cOI~fédér;~lio~ dl: cinq Bourgogne, filie du duc Charles le Téméraire, épouse Maximilien de
k royaumc d'Arag I ,'". p ,ngue. les lOIS, les IIlSlllullons : l-Iabsbourg, fils de I'empereur Frédéric III. Les possessions bourgui-
le .royaullle de Maj~~~u: ~; 1;:C:,~~,la~:~;~I~lI~~I~~~i~~~T;~:eendlcb' IValence, gnonnes passenl dans le palrimoine des Habsbourg, à l'exceplion du
nals . peu duché de Bourgogne el de la Picardie, conquis par Louis XI. Le fils de
.' pellplé (I ,.5 mi'11'lon d'h abllanls
' au milieu~.,du XVI' " ')) e arauo- ~
sur la façade médilerranéenne , se Pf(l ' Ionue avec 1'\ Sar i ~Iec e .. ouverl Maxill1ilien. l'.archidlic Philippe, en hérile. puis son fils Charles Quinl,
,
C(]:lIr de h 1\1< rI é ' . - l:" ,. c algne lusqu au qui \C, Iransmel à Philippe II. Le comlé de Charolais constilue I'un des
, te I errane occldcnlalc L'cxtension d' '.
qu'cn Jlalie résulte de la poliliq " .' , . , .e ceI ensemhlc .Jus- élémcnls de l'hérilage de Marie de Bourgogne. Sous Philippe II, ce fief
souve:ains aragonais aux XIV' l~1 1:.~~:II~lil~. conqu~ra~le menée par les relhe d\1 roi de France, qui leve les impôls el juge en dernier ressorl (les
Sanlalgne a élé rattaché en I 'P4 ' e:les. AlnSl ~e royaume de appels vonl au parlemenl de Dijon), mais iI esl lenu par le roi d'Espagne .
en 1410 I _ " I - 4 ,lUXpossesslons aragonalses, el la Sicile En 15QR, 1e Charo1ais esl confié. en mêllle temps que les Pays-Bas el la
. _e Jo)aumecc Naples.conquisel 144" '1 .
Ma.l.!llanime. a élé recolltluis .. r::: d' . _1, - paI e rol Alphonse le Franche-Coll1lé, à \'inFanle Claire-Isabelle-Eugénie. À la morl de celle-ci
. . p.1I Iocr lIland d Arauon ar C
11011 par ks Pran\'ais en 1495-141)() : en 15 I n I ~ r .s son occ:upa- en 1633. iI revienl à Philippe IV. Le prince de Condé s'en saisil en 1684
rovaullle en a conf'le' 1"111 I' , ' c pape .Jules II. suzeralll du pour se payer de l'argenl que lui devail la monarchie hispanique, du
,_. " vesllure a f'erdin3 d E 15'iC
Slc:J!e sonl séparés de la couronn -r \ ,n . .n. , ... 1, Naples el la lelllps Qll il la servail. Durant loute la période, el jusqu'à son incorpora-
du conseil d'llalie récemmenl cré~,c I ragon el places sous la juridiclion lion au dOlllaine royal en 1751, le comlé conserve ses étals parliculiers.
En 14(,9. Isabclle. I'hérilihe d' (', 'II ' , Charles Quinl élcnd ses possessions par une série de conquêtes. Aux
lier de la couronne d'A' . C ( ,1~11 e, epouse FerclInand. I'héri- lerrit(lires hérilés des ducs de Bourgogne, ii ajoule les villes de Toumai
. . lagon, _e manaue ne n'
unle : chaquc couronne conserve _ ,'.' , ee pas IIne Espagne (1521) cl Cambrai (1543), el annexe tes régions pauvres el peu peuplées du
droils de douane, sa mOIlll'lie l _se~ ,lIlslllu~lOns. ses fronlicres. ses nord-esl des Pays-Bas : la Frise (1523-1524). Ulrechl el Overijssel (1528),
Casl ilIe'l . . , , ~cs. Ia,golHIIs sonl des élranuers en
, ,c IIlversement. La seule InslllullOn commune 'I C ~ la Groninguc el la Drenlhe (1536), enfin la Gueldre en 1543. En revanche,
I .'Aragon esl 1'1Jwuisilioll
., (,;
-' R'I' . el pouvolr)
c 1l!lon ,a Is' h II a asltlle
F ' el à la possession du duché de Bourgogne par le roi de France esl eléfinilive-
d eveloppenl une polilique eVI' ,~ . ,_,1 e e el erdlllancl
,. eneure COllllllune Ill' I " Illenl reconnue en 1544 ii la pai x de Crépy, À la marl de Charles Quinl, les
2
sonl pas mises en commun ' la N" 1 .> ' ais es conqueles ne Pays- Bas s'élendent sur 66 000 km2, auxquels s'ajoutenl les IS 000 km de
., .narre, e loyaume de Grenade el sur-
109
IOR
la Franche-Com,t,é. Mais ni Charles Quint, ni ses successeurs ne sont à pro- construction dans les années 1620: le programme d'Union des armes éla-
prement p;1rler souve:ains des Pays-Bas" : les dix-sept provinces unies boré par Olivares témoigne de celle prise de conscÍence (v. Le systeme
so~s le ~lem~ souveram restent des entités distinctes : duchés, comtés et militaire de la monarchie hispanique). Mais jamais les Habsbourg
selgn~unes fl~urent sé~arément dans leur titulature. D'ailleurs, ii n'e~igte d'Espagne n'ont fait table rase des particularismes propres à leurs États.
pas d e~presslOn officlelle pour désigner les Pays-Bas, qui apparaissent Dans ce domaine, Ia rupture se situe sous Philippe V, avec la réunion de
c'~lmme les pay~ de par-deçà" en français, ou souvent dans les textes cas- la couronne d'Aragon à la Castille en 1707.
ti, ans, comme, les Flandres". Cependant, Charles Quint a pris soin de Le découpage politique de I'espace, dans la péninsule lbérique, est
sepmer les pIOVIl1Ce~des Pays-Bas (appelées "cercle de Bourgogne" de )uis une donnée essentielle : la frontiere entre couronne de Castille et couron-
]5 12) du Samt E,mplre, par la transaction d' Augsbourg obtenue des pri~ces ne d' Aragon, matérialisée par des pierres traçant une ligne symbolique (la
allelllands le 26 JUll1 1548 [PARKER1985J. raya) , délimite des mondes politiques et juridiques différenlS. Lorsque
, Le. duché ~e Lombardie (ou État de Milan), théoriquement fiel' Philippe n se rend en Aragon en 1585 pour présider la réunion des Cortes
d, Em~lre, e.st ?Isputé par les Habsbourg et les Valois pendant les guerres à Monzón, ii est accueiJIi à la frontiere aragonaise par le Justicia Mayor*,
d Itahe, qUI s achevent en 1559. En 1535 les Espagn I I premier magistrat du royaume, qui vient recevoir Ie roi d' Aragon [BOUZA,
duché. E 1540 ' .' " os occupent e 1996J (v. Les fondements juridiques des deux monarchies). Le voyageur
n , Charles Qumt en donne l'lI1vestlture à son fils Philippe.
qui, venant de France, se rend à Madrid, puis à Lisbonne, SévilIe,
La .couronne d,e Portugal (90 000 km2) est possession de la dynastie
Valence, Saragosse et Barcelone doit franchir la frontiêre entre Castille et
des ~vJz?e ]385 a 15~0. En 1578, la mort du jeune roi Sébastien le, à la
Portugal, puis entre CastilIe et royaume de Valence, entre celui-cÍ et le
bata.J11ed Alca~ar-Kéblr (Maroc) ouvre une crise successorale. Le cardi- (
royaume d' Aragon, et enfin la frontiere entre Aragon et Catalogne : ,I
~al-m~ant H,enn, o?e1e de Sébastien, lui succede, mais son état ecelésias-
autant de barriêres douanieres et d'espaces monétaires différents [MOREL- "
tlq~e J01l1t a son age (66 ans) intenJit tout espoir d'une descendance
FATIO, 1878J. II en est de même pour qui se rend de Naples en Sicile,
PhIIIPP: II, onele de Sébasti.en, met en avant ses e1roits à la succession:
espaces politiques séparés, au point que pour désigner les possessions ita-
ren.forc:s par une longu~ sérIe de Illariages entre souverains castillans et
liennes de Philippe III, B. Alamos de Barrientos recourt à une périphra-
POltu~als. En 1580, apres la mort du cardinal Henri, Philippe envoie le
se : "Ies États qui obéissent à votre.Majesté". "L'ltalie espagnole" est une
duc eI AI?e et ses troupes envahir le Portugal et en avril 1581, ii est pro-
création de l'historiographie : à I'époque moderne, elle n'existe ni dans
c~alllé r~1 S?~S le nom de Philippe le, par les Cortes réunies à Tomar. 11
les consciences ni dans la réalité [MUTO, 1998J.
aJoute amsl a ses possessions une troisieme couronne, composée des
royaumes du Portugal et d' Algarve.
C!lac.un des États qui composent la monarchie hispanique conserve sa
constltutlOn propre : le processus d'agrégation à la monarchie ne s'ac- LA TITULA'fURE DES MONARQUES
compagne pas d'une urtiformisation de I'ensemble. Au contraíre les
monarqu~s. ont. ~ai~te~u dans chaque État les régimes juridiques e't les
Quel nom donner à cet ensemble de territoires et à celui qui en est le
corpus 1e~lslatl~s, ~lI1SI que les appareils institutionnels antérieurs. Le
souverain ? Du point de vue institutionnel, iI s' agit d 'un assemblage de pos-
m~dele d orgal1lsatlOn de la monarchie doit être trouvé dans la confédé-
sessions obtenues par héritage ou par conquête, et constituant un patrimoi-
rat~ol~ catalano-aragonaise, telle qu'elle s'est constituée à partir du
ne dynastique. Le monarque est le possesseur légitime de chacun de ses ter-
XII sleele en Juxtaposant le royaullle d'Aragon, le principat de Catalogne
ritoires. leur "seigneur naturel". Juridiquement, tous ces États sont égaux
et le royaume de Valence. Celle démarche essentiellement conservatrice
entre eux : iI serait faux et anachronique de parler de colonies (même pour
/u I permet au monar~lJe de se situer au SOn1!l1et de Ia pyramide des pouvoirs.
les teiíCS améric3.ines). L:expression d"'emp.lfe espagnü1'\ préscnte d~ns m
tout en tentan,t d en conserver, dans chaque État, I'équilibre particulier.
l'historiographie [ELLIOTI, 1963J, ne peut être employée qu'en soulignant
Dans un pre~l1Ier temps, le respect eles constitutions et des particularismes
que chacun des États qui composent cet empire conserve une personnalité
10,caux. a é~e un .!acteur f.a:o:able à I'extension de la monarchie. Les
juridique pleine et entiere. à l'exception toutefois des territoires extra-euro-
ne~essJté~ flllanc~eres et mlhtatres croissantes, conséquence de la mission
péens. Néanmoins, le modele de l'Empire romain foumit un type de repré-
ul1lversahste asslgnée à Ia monarchie, montrent [es limites de cette

110 111

• ! d...
ployer une longue 1 lUre, qui dans son caraclere cumulalif souligne la
senlation
d' I de "h Illonar'hi
, ~ c c I'IIspalllquc
, couramlr. ;épandu. au XVII" si~ I
,1~lS es spheres dIrlgeanles caslillanes el chel les penseurs ('oJ''I'
mes par h lc I di',' '" ' . ., I Iques .or-
e, ,c; pluralilé des unités [JVdliques qui coexistent dans la monarchie. Ccl usage
. suil celui des rois médiévaux de Caslille COlllme d'Arag.on ; ii prolonge
fré( uenl;" cure es l1Sl01~en~ ~cl ,0nllqullé, Lc ICI'I,llede "provinces" esl cn effel IIne Iradilion ancrée dans la Reconquêle, qui conçoil la royauté
j' I lIlS Ics documcnls. 011 " desll!nc les divers EI'lIs ri" 1'1nl 1.
par analogie I .. ..'. '. ,-', -' onarc 11e. COIllIllC un pouvoir en croissance se déployanl SUl' un espace variable,
I cenl surl~ C'1~'~~~er~s)~~~:I:I;cCS de I LI~lplrc l'Omain, Son elllplni mel I'ac- d0l11 la lilulalure du souvcrain soulignc Ics élémenls les plus prestig.ieux
! Iralilé 'I h f'" , I ! li Iquc des Elals de la Illonarchie, rt SUl' la ccn. el 1cs conquêles les plus récenles [MARAVAI.L, 1981 l.
"j.
dans I~'c~n OIS,ge?graphlque el politique. de la Caslille, Le scns de cc mot,
i L'ordre de celte lilulalure esl slable : Caslille el Léon précedent le
Ir rovallmel~XICFhISpanlqILlc: CSI don:' lOUI,dilTérelll (h: celui qll'il revêl dans
; e rance (v, espace franç,IIS), roY,l\lme ~I'l\ragon. el les royaumes figurenl avant les aulres territoires de
/: rang inférieur. Les territoires des Pays-Bas figurenl séparémenl les uns
cl deA "rI'époque
i I'E modcrne
..., on CI ' ~lPI'ole cOllramlllcnl les termes d'Espagne des aulres. Philippe II inlercale Ie lilre ele roi du Porlugal dans sa tilula-
! . ° ( spagne. Ces desll!nalinns
sall(ln du souverain en Castillc d~ f .'
WI ,.'
' re c e~t :el talllemcnt la locall-
'.
lure. avanl Ies royaumes de Navarre el de Grenade. Ce titre disparall apres
1~
., I 'i '\9 el le ro"le ess I' I'" a\on presque Illlllterrompue à partir de le Irailé de Lisbonne de 1668, Les Illonarques conservent d'ailleurs des
q .. .
si la couronne de Castill~ n"
en le 10lle p'lr I' C' '1'11 d
,I. ,IS I e, ans la Illonarchie, En effel, tilre~ qui ne correspondenl plus à la réalité politique mais lémoignent de
des la pui~sanre passée, comme roi de Jérusalem et duc ele Bourg.ogne. La
ni~uc parllli tes aulres, la réal~~l: ~11~ls I;.::l Ela~s ,d~. Ia Illo.n.archie ,hispa-
1T1Iques) entre Ics dl'verses pal't', ' I I I ports de. 10lcc (polluques. econo- tilulalure transmise par Philippe li à ses successeurs s'énonce ainsi :
. ", , ICS(e '1 moll' r h I' f'~
de ncltr prééminen~e cl d'l' " " ,I C IC UI con ere unc position "Don, .. par la grâce de Dieu, roi de Castille, de Léon, d'Aragon, des
- ICI1CIllOnlCpol ili(]u I
si I'on 11arlc du " .. I'E' . ' .. e SUl' es autres, Cependant. Dcu:<-Sici\cs, de Jérusalem. de Portugal. ele Navarre, de Grenade, de
, ' 101 (,sp,lgnc - el non du " .. I C. . I" .
I Espalme esl I' I ' ' 101 (casllI c - c esl que Toledc. de Va1ence, de Galice, de Majorque. de SéviHe, de Sardaigne, de
" ~ . 11en p us qu unc sllllpl' " , '
I cpoque moderne, Dcpuis \c XIII" sic 'I~ :-.x~:esslon geogr.aphlque à Cordoue. dc Corse, de Murcie, de Jaén, des Algarves, d' Alg.ésiras, de
espace hislorique commun. l11an ué ~.. c e ,s ,I 1I1.I~ela ,co,nsclence d'un Gibraltar. des \les Canaries, des Indes orienta!es el occidenlales, \les el
nc puis wisigothique sans "01 I] "I ~1Ile souve,nll de I HISJ1(/lIta romai- terre ferme de la mel' Océane, archiduc d' Aulriche, duc de Bourgogne, de
, ., , _ I Ia( 1Cll0n avec la d' " d
espa!!nols [MARAVALL 19°11 L' . .' ,lversJle cs royaumes Brabanl et de Milan. comle de Habsbourg, de Flandres, de Tyrol, de
, , ('I. explCSSlon de "n'lt' I "
quenle dans les derniers siecles ! 1\1' " ' lon espagno e , fré- Barcelone. seigneur de Biscaye, et de Molina. etc .... Le "elc." esl signifi-
alleman(I"" sOllll'gne ' ,( U oyen Age cOl11l11ecelle de "nalinn calif: \'énoncé complet de la titulalure serail lrop long.
- . . une commu . I' d' ' . .
l'ahscnce d'un état commun CClt ,n,llI e on~lll: q.ui, s'accommode de En dchors des occasions solennelles Olt s'impose I'emploi de la tilulalu-
sClllblr-!-'1 ' ,c communaule d orrglnc el dc drslin esl
" I, pcrçue encorc plus nellel11cl I I r '.' re. 1cs souverains sonl désignés par Ieur lilre de "Roi catholique", concédé
I epolJuc des Rois catholic ues. Ia " 1 I?~~ ( Espagnc : dcpuls par Ie pape Alexandre VI à lsabelle el Ferdinand le 19 décembre 1496 en rai-
Caslille rI d'Ar'IOo I" ,~ohlllJUe exlelleure des coul'Onnes de
son eles servi ces rendus à la papauté pendant la reconquêle de Naples
fail de I'Esl Ugn ,,!. n. .mCllcc CllIlIOJIlIl'1ll ' . en I par Isa'cI Ile cl Ferdinanel. a
' . _ e, en 1,1Ilt quc lellc un 'Icle ~ " [LAOFRO QlIr~<;ADA,19991. Cette désignation a I'avanlage d'être correcte au
internalionales. SUl' les Ch'1111p 1 I'. .,'1 ur a parl cntlere dcs rclillions
. , ,s (C '.lia I C des xv,e cl xv e " I point de vue juridique el de rnénager Ies susceplibililés des uns et des aulres.
Ies
, ,
armées "cspagnoles"
"
(]III'"on h II
-, ) il cnl mel11e SI c
".... II slec es, ce sont
' Sclon la même ]ogique s'est répandu I'emploi de I'expression "monarchie
IIle eles f('rces mullinatiollales. . . cs armces sant cn réa- calholiquc" pour désigner l'ensemble des terriloires de Philippe II et de ses
Néanllloins.e ni' Philipp succcsseurs. On elit aussi. lout simplemenl. "Ia monarchie", pour aller vile.
d'Espaonc" é ,c II nl'"s~s Slllcessellrs
... ,. . .
n'ullllsenl 1e lilrc de "roi
:= xpless mcnt refuse en 1479'
, ' . S'il est indéniable que le calholicisme lient une place cenlrale dans la Ihéo-
catholiques IsalleJle el Fc d' . 'j 1 Pai, une décIslon eles Rois rie clla pralique polilique de la monarchie. ii serail excessif de voir constam-
•. .
1'01 des Espagncs"
_
.r In,ll1(. ,cs expresslOns " .. d'E
, en Ilsa"e
. ,~, alI 1\1'. oycn . A"oe", p . 101 ~ ~spagne" ou
.
.,
\
menl dans l'appellation "monarchie calholique" I'affinnation d'un militan-
dans Ics documenlS non offi~i I I I" ~. euvent clre employées tismc religicux. CeI usage n'a pourtanl rien d'anodin : la monarchie
tradition médiévale c!éric"llc CC I ~. -'I~~ ulle~ les Espagnes', légllé par la d'Espagnc esl "calholique", c'est-à-dire universelle. Elle n'est pas limitée
d '. ,trile Ile,. rcve.1 IIll sens e I I'
011 pas vOlr dans ce lour rhétoriqur le refi 'I d ' , ~p la Iqu: ; ~n ne par les fronlieres d'un espace national, el le processus d'aggloméralion des
sur la configuntlion polilique j I"E' c e,conccpllOns parlleuhcres tcrriloires qui la conslituenl a vocation à se poursuivre.
(c ,spagne. L usage officiel esl d' cm-
113
112
DE LA MONARCHIE HISPANIQUE
la Cerdagne : le principat de Catalogne ne s'étend plus désorll1ais qu'au
AV ROYAVME D'ESPAGNE
sud des Pyrénées. Le grignotage des Pays-Bas espagnols par la France
commence aussi en 1659 : l' Artois, le Hainaut, et la Flandre sont cédés.
La monarchie hispa . , Sous Charles II, la monarchie hispanique rompt ses Iiens avec le
Iarge dans Ies premiel~elsqude ,COnn?lt son extension territoriale la plus
ecenOles du regne d Ph'I' Portugal, qui s'était rendu iridépendant des décembre 1640 : le traité de
monarques espagnols ne sont as des . e I Ippe II. Les Lisbonne en 1668 reconnaí't officielIement la pene du Portugal et de son
nombreuses menées par la mPo h~onquérants . les guerres, pourtant immense empire. Mais la partie la plus exposée de la monarchie est la
, narc le ont d' t b" ec
agrandissements territoriaux (v Le d .a~ res o 1 tlfs que les frontiere méridionale des Pays-Bas. Les guerres successives entreprises
queIques territoires, au demeu~ant spgeruan'tesdvIslOns st.ratégiques). Les par Louis XIV s'achevent par la cession à la France de diverses places
., d' . e en us acqUls da I
mleres
. ecenOles du XVIle sl'e'c Ie, d'olvent avant to' t f ns es pre- flamandes, comme Lille et Douai à l'issue de la guerre de Dévolution, en
tlOn stratégique de I'ensemble d I' . u ren orceI' la protec- 1668, puis Saint-OrneI', Cambrai, Valenciennes et Maubeuge à la fin de
. e a monarchIe C'est I d'
acquIs en Italie sous le regne de Phil' III L' . e cas es fIefs la guerre de Hollande, en 1678 par le traité de Nimegue. Par le même
du Saint Empire situé SUl' la Cô:~P~i . e m~rquIsat de Finale, fief traité, la Franche-Comté, occupée une premiere fois par les troupes de
Philippe II en 1571, est incorporé à la gure,. bnev:m~nt .occ.upé par Louis XIV en 1668, lui est cédée : l'héritage bourguignon est en passe
dynastie Carretto souveraine du m.onarchle apres I extl/lcllon de la
d'être avalé par la France, quand la perspective de la succession de
possession en 1602, et Philip e FI~arqUIsaL.Le~.Espa~nols en prennent
Charles II, à la fin du siecle, incite Louis XIV à plus de 1l10dération. Le
compensation du renonceme P, en .reçoJ! I I/lvestllure en 1619, en
de Bohême et de H . nt a ses droJ!s à la succession des royaumes traité de Ryswick, en 1696, épargne les Pays-Bas.
ongne, aux termes de I' d ' Le testament de Charles II, en 1700, s' inscrit dans la continuité de la
anate en 1617. La possession de Finale off àal~éor :ass~ par le traité
re politique des Habsbourg d'Espagne, tendue depuis Philippe II vers la
ch,é SUl' la Méditerranée, sans avoir à dé tat e MJI~n unodéboll-
Genes. De même le fief de P' b' pendI': de la RepllblJque de conservation de la 1l10narchie. Le démell1brell1ent de ce vaste ensemble,
1603, est important our la c 10m I~O, .sur la cote toscane, occupé en programmé par les cours européennes avant ll1ême la mort de Charles II,
et la Lombardie. Le ~ef im é ~mmllllIcatlon entre Ie royaume de Naples est consoll1mé par les deux traités qui achevent la guerre de Succession
1621 etjoint à I'État d Ml naI de ~algrado, acheté par Philippe III en d'Espagne. Le traité d'Utrecht, en -1713, donne à l'Angleterre
Minorque et le rocher de Gibraltar, et à Victor-Amédée II de Savoie le
l'lle de
en Italie du Nord Dane II an: complete é~alement le dispositif espagnol
. s e meme ordre d' d'ees I I royaume de Sicile. La Sicile apporte à la dynastie savoyarde le titre royal
Afrique du Nord sous Philipp III (L I h , es p aces conquises en
1614) doivent protéger la én~nsule I ar~~ e en 1610, L~ Mamora en convoité dês la fin du XVIe siêcle : c'est dans ce but que le duc Charles-
saires basés au Maghreb [GPARCf G bféllque des entrepnses des cor- Ell1manuel ler avait vainement proposé à Philippe II, pu is à Philippe III,
. , . A ARCA,1996]. de lui céder la Sardaigne [Rosso, 1994]. En 1714, le traité de Rastadt
MaIS I ob1ectif de cons t' d .. consacre le passage de l'Italie dans l'orbite impériale : Charles VI
Philippe II parvient à concl~~evallOn . u patnmOl~e n'est pas alteinL Si
'd a parx avec Henn IV en 1598 . acquiertla Lombardie, ainsi que les royaull1es de Naples et de Sardaigne.
ce er de ses propres territoires la arti' d' sans nen II prend également possession de ce qui reste des Pays-Bas espagnols. La
mencée en 1579 I' I' ' P tlon e falt des Pays-Bas com-
, UI en eve le contrôl d .' ' monarchie hispanique disparaiL De l'héritage de Charles II, Philippe V
l'hérita e bour ui . . e es plOVl/lces septentrionales de
Cest le début
g
J' gnon, qUi constI~uent désormais Ies Provinces-Unies.
un processus de demembre td I
conserve le royaume d'Espagne, ou les couronnes de Castille et d'Aragon
sont désormais unies, et les possessions espagnoles hors d'Europe, en
nique qui marque I'ensemble d ' . me.n. e a monarchie hispa-
Iiser la monarchie tout e e la pen~de. PhllJppe III parvient à stabi- Amériqlle et aux Philippines.
D ••_ •• : T" " n reconnalssant de fait I' .
IVVIII\..c~.unjes lúrs de- ia trpvp rnn,..iIID.a •..• It:;:no eXlstence des
d'
J.
II
se multiplient sous le regne Ph'I:'~'~~IV' 'vVC/. Lcs pert~s itóniíuriaies
reconnait officiellement I'ind~pe~~~~~e d' En 16~8, le tral~é de Münster
plus tard, Philippe IV cede à la F es Provl/l~e~-U/lles. Onze ans
comté de ROllssilI rance, par le trai te des Pyrénées le
on avec sa capitale, Perpignan, ainsi qu'une partie' de

114
115

.oi.
L'I~ SCRIPTION
DESPOUVOIRS
SUR LE TERRITOIRE
EN ESPAGNE
Si l'.:t.uue du pouvoir monarchique proposée ici ne permet pas d'ac-
(fi' corc\er ulle Ires large place à la dimension locale de la vie politique, on ne
-.-1 doil pa~ perdre de vue le fait que ce pouvoir ne se trouve pas en siluation
de mnllnpo1c. Sur les lerritoires des Élats de la monarchie s'articulent en
..".....
1.',. effel dcs pouvoirs multiples : celui du roi. mais aussi celui des seigneurs,
elcs "illes. de l'Églisc, qui possedenl chacun 1eur propre sphêre juridic-
\ linnncllc. Le gouvernement des territoires par le pouvoir central consiste
avanl \Out à assurer un équilibre entre ks circuils juridictionnels concur-
rcnls qui nperent à I'intérieur d'un même espace. à définir les regles de la
cohahilalion entre les divers pouvoirs [MUTO, 1998]. II est donc essentiel
de metlre en place, aLImoins pour I'Espagne. 1es cadres du municipe, de
la seigncurie. de I'Église, avanl de montrer comment la justice royale se
supcrpose à ces différents pouvoirs.

MUNICIPE, SEIGNEURIE, DIOCESE

Le munícipe

L'unilé de base qui structure le terriloire est le municipe, ville (vil/a)


1
ou cité (('/(ic/ad), entouré d'un tcrritoire sur lequel s'étend sa juridiction.
i Les dirncnsions des municipes sont variables, et peuvent atteindre plu-
sieurs rnilliers de kilometres carrés. On en compte plus de 12000 dans la
Castille du XVI" siêcle. La ,'illa n'est pas nécessairement une aggloméra-
Iion imporlante : un village peut aequérir cc titre, sur décision royale.

117
í
•• ritiítl. --------------
Ch,aque ~lUni~ipe est autonom~, doté ~'une personnalité juridique qui lui essentielles que sont la levée des troupes et le paiement de I'impôt. La
pel mel ? entl ~prendre de~ actlO?S en Justice, et d 'allributions larges sur monarchie, dont I'apparei! d'État conserve des dimensions relativement
modestes, contrôle ainsi le territoire par des voies indirectes [FERNÁNDEZ
SO? ,terntolre . le calendner agncole, le ravitaillement, I'entretien de la
VOll'le, par ~xemple~ lui incombenl. II est possesseur de terres commu- ALBALADEJO,1992; CASTELLANO et DEDIEU,1998J.
nales dont li orgal1Jse la mise en valeur, et dispose d'autres revenus, Dans les vilIes de la couronne d' Aragon qui sont pIacées sous la juri-
notamment des taxes levées ~u,r les habitants ou établies sur des produits diction royale, la nomination des échevins est effectuée selon le systeme
s?um,l~ à monopole: La quahte, de veC/no* traduit Ie lien juridique entre de l'insaeulació : apres consultation des agents royaux présents SUl'place,
I ~abltant, et I~ munlclpe : ,acqulse par naissance ou par résidence prolon- Ie consei! d' Aragon dresse des listes de personnes (les insaclIlals) aptes à
gee, elle lInpltque des drolls et des devoirs [DEDlEu, 1994J, On retrouve exercer les offices municipaux ; à partir de ces listes sont tirés au sort les
au Por~u~aI un ,s~héma similaire d'occupation continue de I'espace par membres du consei! municipal. Le droit de réserve exercé par le roi sur le
des unlles mUf1lclpales (conselhos) de dimensions contrastées : minus- choix des illsaculats, précocement établi à Saragosse, est introduit à
cules dans le centre et le nord du Portugal, ils peuvent atteindre plus de Valénce en 1633, et à Barcelone en 1652 (Louis XIV I'introduit à
300 km2 en Algarve [HESPANHA,1993], Perpignan apres l'annexion du Roussillon par la France). Si ce procédé
?ue le mun!cipe espagnol appartienne au domaine royal ou qu'il rele- assure le contrôle de la couronne sur la composition du consei!, i! permet
ve.d un autr~ selgneur, !a ~tructure du,gouvemement municipal est similai- la participation au gouvemement local de couches sociales bien plus
r~ ' le consel! ,est f~mle d ~n ou plusleurs juges ou alcaides ordinaires, et variées que dans les villes castillanes. Les conseils municipaux sont par-
d u~ corps d echevl?s (regldores, ou "vingt-quatre" à Séville) en nombre fois pIéthoriques : trente-cinq conseillers à Saragosse, cent quatorze à
va~Jable. D~ns certa1l1~s localités .. comme Tolede, des jurats, élus par les Va1ence, et cent quarante-quatre pour le COllsell de Cellt de Barce10ne.
pal?IS~eS, slegent aUSSl au conseli avec une voix consultative. L'alcalde* Ces conseils sont chapeautés par un ou plusieurs jurats ell cap
or~ma~re est un fonctionn,aire du conseil qui exerce la juridiction en pre- [BENNASSAR,1992J.
mler~ mstance sur l~s l'eClllOSde la ville et de son territoire. Comme ii ne La force des municipes peut expliquer l'inconsistance, en Espagne,
possede pas nécessalrementles qualifications nécessaires à ses allributions du cadre provincial. Ce sont les dix-huit villes de Castille représentées au
II est généralement assisté d'un assesseur letrado*, rémunéré. ' Cortes qui répartissent et levent les impôts (alcabalas* et millolles*) qui
Quant aux éc~evins, i!s,sont nommés selon des modalités tres variables. fournissent, au xvne siec!e, la plus grande partie des revenus royaux en
Dans. de rares réglOns subsiste une forme de démocratie locale : ainsi dans Castille (v. Les' finances). L'organisation des mi!ices, les levées de
les vliles basque~ les échevins sont désignés chaque année par I'ensembJe troupes, les recensements se font également dans le cadre du municipe.
Ce poids politique des corps urbains n'a pas rendu nécessaire la forma-
~es c~efs de fa~ll11e: Dans les vilIes seigneuriales, Ie choix définitif revient
au sel.gneur, qUI dé~lgne des membres du patriciat local. Dans les villes du tion de circonscriptions territoriales plus étendues.
dO,m~me royal,castlllan, I~s offices d'échevins, dont les détenteurs son1 en
theOJle nommes par le rol, sont devenus des offices vénaux, qui se trans-
La seigneurie
~ellent c~mme un élém~nt du patrimoine. En outre, la pIupart des muni-
clpe~ ~astJ11ans sont réglS par le principe d'un partage égal des charges
mUl1lclpales entre ~obles etnOJ.l-no,bl~s, ce qui représente un avantage pour SUl' Ie maillage territorial des municipes se superpose un autre cadre
la noblesse, numél Iquement mmontalre. Mais la noblesse détient le mono- de domÍnation de I'espace, celui de la seigneurie. En Espagne, le cadre
pole des charges dans p!usieurs villes importantes, telles que Séville, seigneurial est omniprésent. Sur le domaine royal (realellgo*), la cou-
Cordoue, Tolede ou Madnd. Le !!ouvernemenl municin~1 rf'nnsf' nnnr <lir ronne exercepleinement sa juridiction, tandis que sur les terres sei-
une, oiigarchie de eahallelvs (~oyenne noblesse), ce ~~;'-c~~f~;~e I;';oid~ gneuriales (.seliorio*) le roi, tcut erl conservunt une dOJnination éminen-
s?clal de quelq~es grandes famllles. Ces patriciats urbains, loin d'être iso- te, confie I'exercice de la juridiction à un seigneur (Iaic, ecc!ésiastique,
les dans .Ia sp~ere locale, sont en situation d'échange permanent avec la ordres militaires) dans les domaines militaire, judiciaire, administratif
~onarchl~. qUl, en leu r distribuant places et honneurs, allend d'eux, en et fiscal. Le roi ne possede donc pas d 'agent permanent sur les terres
letour, qu lls assurent Ia tranquillité du pays et collaborent à ces tâches seigneuriales : l'application des directives royales concernant les Ievées

118 119
ehises fiscales (conce '( nolamment le paiemenl de l'alca1Ja/a) qui s'y
d~ ~rou?es. les n~oyens de transpor! ou Irs cc ,Jlltions financieres est
attachenl [FORTEAPÉ" ,1981 l. Dans la couronne d' Aragon, l'emprise
~e leguee ~ux sClgneurs, ~ charge paul' ccux-ci d 'en ordonncr j'cxécu-
seigne.uriale esl encore plus forle, s'élendant sur pres des deux liers du
tlon aux vllles de leur seigncuric, Ainsi Ics villes, seigneurs collcctifs
tcrril\lirc, Elle y est aussi plus rémunéralrice. les revenus liés à la juri-
S?nl ellcs-mêmes vassales d'un aJUrc scigncur. En ('astillc, la seil!neu~
diction seigncuriale y élant plus élevés qu 'cn Caslille.
IIC e~t la possession d 'un lTrlain nombrr de droits SUl' un territaire
dn,n~e, dont le, seigneur n'cst pas nt'ccssairement propriétaire, Suivanl
Ics Ilcux, le sCl,gt,leur exerce la justicc. cl bicn souvent la haule justice Les cadres ecclésiastiques
no~;me I.es offlclers lllunicip:JlLX. rc<;oit une partie des impôts 'royau~
le.~e,s SUt ses I,erres. exe,rce un drnit de palronage SUl' l'é,I!lise locale.
L'í~glise fournil un aulre cadre de référence : ln paroisse, unilé de
L :Igent nomme par le sC,rgneur (mais payé par Ie municipe) rend la jus-
base de ln vie religieuse. Elle ne coIncide pns nécessairement avec la
Ilce en s(;n n,am. el présldc Irs réullions <lu conseil municipal: iI p~rte
I~ nom d ale ~'''e lIIayor .sur les terres seigneuriales. el de coarégidor*
d.ms le d,?mal.ne royal. Lalcal"c lIIayor ou le coorégidor peuvent juger
communaulé d'habilanls ; ii existe des locnlilés sans fonds baplismaux,
el eles villes qui comptent plusieurs dizaines de paroisses. Les paroisses
sonl regroupées en dioceses, placés chacun sous la juridiction d'un
en p,r~mlere mslance. ou rccevoir en appel des sentences des juges
évêque. plusieurs dioceses formant une province eccIésiaslique. On
mU~lc~paux [DEDIEU.. 1994], Jls sonlune piece maitresse du conlrôle du comple cinquanle-six dioceses en Espagne, apres la réorganisalion de la
te,rrr~orr~ par la fonctlon de ~ur\'eillancc des nutorilés municipales qui géograpllir dcs évêchés menée sous Philippe II. Si le découpage des sept
:, CS,Ila ,I~ur. el pour laqucllc IIs rccourcnt nolnmmcnl aux procédés du provinces ecc1ésiasliques épouse les limiles poliliques du terriloire (cou-
~\
c1rcntelJsme nuprcs dcs échcvins, .
i,!,
]I
ronne de Cnslille, couronne d'Aragon), la carte des évêchés d'Espagne
.!
, ~a généralisalion. dc "cllvoi de coorégidors dans les villes remonte monlre de fortes disparités dans la superficie de ces circonscriplions
au del~~lt du regne d Isabellc de Caslille, On ell comple 6R ii la fin d [HERMANN, 1989J, À la fin du XVle siecle. l'immense archevêché de
xv,, SICc!'
'" ',e: L eur reparl~tl()n
' ' , SUl' Ic territoire de la eourollne suil doneu Tolede comprend les dioceses de Vallndolid, Ségovie, asma el Siguenza
ccll~ des vllle~ du domall~e royal : la vallée du Duero en Vieille-Castille (Vicille-('aslille), de Cuenea el Carthagene (Nouvelle-CaSlille), de Jaen
el ~,A~ldalousle ont une forte dcnsité ele coorégidors [PÉREZ, 19R9J. En el Cordoue (Andalousie). Les dioceses sonl divisés en archiprêtrés ; ainsi
re~,lIlche, leur nombre est plus faible en Galice. en Eslrémadure el d,lt1s cclui de Burgos, d'apres le rapport de l'archevêque à Rome en 1590,
I<~~allche : en Gnlice, e,n raison de la plus grande rarelé des villes: et compte 1 700 paroisses réparlies en 57 archiprêtrés, pour 66 500 feux.
eI,:n:s,~~s deux ~ulre.s régl.ons parce que la forte implantnlion <les ordres L'évêque esl aussi un seigneur, qui a parfois, en tant que lel, juridiction
mllit.1IJes lend a fremer I adlllinistration de la justice royale ordinaire, sur sn ville épiscopale (c'eSI le cas à Saint-Jacques-de-ComPOSlelle,
Lugo, Mondofiedo, Palencia, Tuy, Sigüenza, asma). L'évêque possede
~'~mprise ele la :~e~!:Uleuriecst rprtc en (';lstille. 01Ielle concerne plus
toujours des biens fonciers dans son diocese, viiI ages ou forleresses,
d~ Ile~s.,de la super~lclc ,nu t~rritoir(' cl lelHI ii s'aecroilre jusqu'au regne
dont iI pcrçoilles revenus. D'aulres instilutions religieuses, séculieres ou
de :1!1~lpr:}y. Ia, S~IU;,III,on, flll;lI~cii'rc critique de la monarchie amenanl
régulieres. t!éliennenl également des seigneuries. Enfin Ies ordres mili-
I.~1101 .1 .a.11t:nerS<l]lllldlctlon dnectc SUl' plusieurs ccnlaines de muni-
laires de Sainl-Jacques, Alcanlara, Cnlalrava et Montesa possedenl de
UI cs. L elude du royaullle de Cnrdouc. lllenée par I. Forlea Pérez
vasles seigneuries, diles commanderies (ellcomielldas*) surtoul dans le
lllonlrc l~~ ~rogr~~ eI,'u,nc"sei~lIeuriali:salion" du lerriloire qui se prolon~
suo de la Cnstille et en Estrémadure.
ge d~1~I\ . au X\ I, SleeIe, nu til des aliénalions de juridiclion consenties
pn,r 1,\eo~"onne, A la flll <lu XVle sii'c!e. I'avanlnge revient nCllemcnl à h La juridiclion ecclésiastique est la plus élendue des juridiclions pri-
sergne,u,rre. c!, ,en, outre. ,les possessions seigne~lriales sonl coneenl;ée~ vilégiécs d' Ancien Régime. Elle applique le droit canonique, recueilli
nux lllams de 1 anslocrnlle : le marquis de Priego le duc de C b I principalcmenl dans le Corpus juris callollici, compilation de texles
. '. I C "n ra el e
~~1IqUls (e, olllar,es étendenl ~ eux trois leur juridiction SUl' pres de législalifs (<iécrets de conci1es, extraits de divers auteurs, décrétales
-"- 000 I'~C/ll(}S, .SOlIp~es d~ la Illoilié des 53 OO(J que comple te royau- ponlificnles) donl le texle officiel, approuvé par Grégoire XIII, est
n~e, Lc c,Hlle selgneunal n esl ras nécessail'ement synonyme d'o _ publié 11Rome en 1582. La compélence des lribunaux d'Église s'étend
slon : II se révele même allractif pour les raysans. en raison ne~~I~~~- <I'une pnrl. SUl'des personnes, et d'aulre parI, SUl'des matieres. Les per-

121
120
sonnes qui ~n re~ev.e~t ~Of1tles dercs, en rais,on du privilege du for qui
LA JUSTICE ROYALE ORDINAIRE EN ESPAGNE
les soum~t a la JundlctlOn des tribunaux d'Eglise. Sont concernés les
dercs qUI ~nt reçu les ordres majeurs (prêtres, diacres et sous-diacres), Chacun des pouvoirs présents sur le territoire exerce, dans I'espace
et ceux q~1 o~t reçu les ordres mineurs, à certaines conditions, ainsi qui lui est propre, un pouvoir de juridiction, si bien que la géographie
que les reguhers. Les dercs ne sont justiciables des tribunaux lales judiciaire de I'Espagne d'Ancien Régime est d'une extrême complexité.
qu'en cas d'~ssassinat et de relaxation au bras séculier (I'Église ne Outre les organes de justice relevant des villes, des seigneurs et de I'É-
pouvant ap~I.lqu~r Ia peine capitale). Quant aux matieres qui relevent glise, la monarchie doit aussi compter avec diverses juridictions privilé-
du for ecdeslastIque, elIes ~ncluent tout ce qui touche aux sacrements giées. Ainsi, en raison de leur qualilé ou de leur professioll, certains jus-
au~ ~omman?ements de I'Eglise, aux biens d'Église et à la pratiqu~ ticiables relevent de tribunaux particuliers, par exemple les tribunaux
rel.lgleuse. C est donc une large part de la vie quotidienne des fideIes consulaires, qui connaissent des affaires commerciales. Les membres des
ordres militaires, de leur côté, sont placés sous la juridiction du conseil
~UI est concernée, du respect des fêtes à la séparation de corps des
des Ordres, I'un des conseils du gouvernement central. Les militaires
epoux_, du serme~t prêté,l?rs de la conclusion d 'un contrat au paiement
dans I'exercice de leurs fonctions relevent du for militaire : leurs proces
~es dames. Plusleurs delJts relevent du "for mixte" et peuvent e-t
é . b' , ' re sont jugés par le consei! de Guerre (v. Le gouvernement central de la
Jug s au~sl len par des juges d'Eglise que par des magistrats lalcs ; la
monarchie hispanique).
sorcelIene, le blaspheme et I 'usure appartiennent à cette catégorie
[DEDIEU, 1989a]. La justice royale ordinaire, dans la couronne de Castille, comprend
plusieurs niveaux de juridiction. Au niveau local, l' alcaide "ordinaire",
À }a fin du XVle siec1e, les évêques sont parvenus à ressais ir leurs juge municipal, rend la justice en premiere instance, mais Ie juge sei-
pou~o~rs de juridiction, Iongtemps accaparés par les archiprêtres et les gneurial (alcaide mayor), ou le coorégidor* dans les localités du
a~ch~dJacres. Au sein .de. I'offici~lité, les juges délégués par I'évêque, domaine royal, peuvent faire de même, chaque juridiction ayant ten-
vlcal~es ~éné~aux et vJcaJ.res forall1s, rendent une justice dont la grat:uité dance à se saisir des causes pour élargir le domaine de ses com pé-
d~ pnnclpe n est pas touJours respectée. Mais les chapitres cathédraux tences. Au niveau supérieur, on peut faire appel des sentences des
defendent leur propre pouvoir de juridiction SUl' leurs membres . de alcaIdes ordinaires, des coorégidors et des juges seigneuriaux, apres
même, Ies réguliers s'abritent sous la juridiction du supérieur de leur des tribunaux royaux supérieurs que sont la chancellerie de Yalladolid,
celle de Grenade, et le conseil de Castille. La chancellerie de
ord.re pou~ tenter d'échapper à celle des évêques. Enfin les cas d'hérésie,
Yalladolid étend son ressort au nord du Tage, celle de Grenade au sud.
~aIS aUSSl.Ies cau~es impliquant le personnel de I'Inquisition et les fami-
Les deux chancelleries reçoivent les appels des juridictions inférieures
lJers du Samt-O.ffJce, sont du ressort des tribunaux d'Inquisition, dont la
et jugent en dernier ressor!. Les plaideurs peuvent ensuite adresser une
géog.raphl~ se fl~e à partir de 1560 : on compte alors quatorze districts requête au conseil de Castille pour solliciter I 'intervention du
de dlmenslOns dlverses. Le plus vaste, celui de Yalladolid couvre pres monarque. Dans la pratique, conseil de Castille et chancelleries se
de 90 aO? km2: celui des Baléares environ 5 000 km2. L,'Inquisition a livrent concurrence pour les affaires les plus importantes, le conseil
c~tte partlculanté de couvrir à la fois la couronne de Castille et celle ayant le droit'd'évoquer toute cause mi se en jugement devant un autre
d Aragon [BENNASSAR,1979]. tribunal royal ordinaire.
. Patriciats urbains, seigneurs Jales et ecclésiastiques, évêques et cha- Les chancelleries jugent en premiere instance un certain nombre de
pltr~s cat~é~raux sont donc des acteurs essentiels du jeu politique, par- causes qui sont dites, pour cette raison, "cas de cour" : ce sont celles qui
tenalres mdlspensables du pouvoir royaI pour I'administration et le impliquent des veuves ou des orphelins, ou encore les affaíres de rap!.
cnnrrnip. ti" TPrritnirp
- -~---- --
ii~ cnnt 3.u3.Cues
-------~.-
tt
•••••••
h'" ." I
~ •••••••••
. -
a ..3 monürchle
A ••
.
par une mültHüde Cell~ d~ Valladolid comprend aussi une section spéciale, la ehambre rle
de hens e~ d'obli,gations, qui découlent de la capacité du roi à renforcer Biscaye, qui juge en appel les proces des habitants de la seigneurie de
leur prestIge socIal et leur' assise économique à travers I' exercice de sa Biscaye. La cour est placée sous la juridiction des alcaides de casa y
"grâce", mais aussi à jouer de la concurrence entre ces divers acteurs à
corte, qui forment la cinquieme chambre du consei! de Castille (v. Le
gouvernement central de la monarchie hispanique).
travers la pratique de son pouvoir suprême de juridiction.

123
122

---_ ..... _------------------------


el I'autre à Sassari. Le -~uverneur de SasS:lri juge en appelles décisions
Des lribunaux supérieurs 'lU ressort plus Ii' '. les audiences, onl élé
des cours Illunicipale~ ;eigneuriales, et ses c1écisions peuvent aller en
élablis en Galice, à Séville ct aux Can:lries. L. J~ridiction de I'audience
appeI devant I' Audience. Dans le resso~t du g?uverneur d~ Cagliari, les
d~ Galice s'étend sur le royaumc dUlllêllle nom. Elle juge en appeI des
lnbunaux il1rérieurs de son ressnrl. rI en premiere insl:ll1Ce les cas de jugetnents des cours Illunicipales et selgneur,tales vo~t d~rect,eme~t e,o
appel dcvant I' Audience, et le gouverneur n a pas d attnbutlons JUd1-
couro Le présidrnt de J'audiencc de Galice esl (sauf durant la période
151í4-15X7) le c:lpitaine général <lu rnymlllle. L'audiel1ce de Sévillc, éta- ciaires IMATTONE. 1989J.
blie en 1525, étel1d sa j.uri<lictiol1 sur ia villc de Séville. Elle rc~'oit éga- Pas plus que dans le royaume de France, I"administr,ation d~ ~a justi-
lcmenl cn arrelIes causes jut!écs par J'alldicncc dcs Canaries. établie en ce en Espagnc ne releve dom; d'instituliol1s c1ai~.e11lenl 11IérarchlsC'cs. aux
152(, [HERAS SANTOS, IY9óJ. Enfin le royaume de Navarre conserve un cOlllpélC'nces c1airement délimitées. Les eonfilts d~ con:p~ten~es e.ntre
régillle juri~lique spél:ifique. Ll'S prol'es y sontjugés el1 premiere il1stan- Ies divers lribunaux sont ehoses eourantes, et condulscnt ades slluatluns
ce pa~ le trtbunal de la Corte Mayor, et, par voie de supplication, par le de hlocage. Les plaideurs cherchenl éviclemment ~ porter leur ~ause
consetl ue Navarre qui siege à Pampelllne. Le conseil ue Castille n'a devant le tribunal qui leur offrira le plus de garantles pour obtemr un
donc aucun pouvoir de juriuiclion cn Navarre. juge11lenl favorable, ou pour faire tr~iner I'affaire en I~ngueur. ~ar I'i~-
Dans la couronne d' Aragon, la géographie judiciaire suit les divi- précision des compétenees est aUSS1 une arme aux ~ams d~s dlvers tn-
sions politiques du terriloire : chanll1 ues cinq États de la couronne a ses bunaux. comme des justieiables, ehacun tentanl de tlrer prof1t de la com-
~ns~itutions propres, Ali niveau locaL 'les municipes et les seigneurs plexilé du sysleme [KAGAN, 1981]. Le maintien des privileges, dont 'au- !
Jnlll~sent com.me en Caslillc d'ul1 pouvoir de juridiction. exercé par des torité royale se porte d' ailleurs garante. n 'est d' all1eurs pas consld~ré
maglslrats qUI portent (el1 Catalogne, à Majorque) Ie nom de baillis. ou cotnlllC inco11lpalible avee la poursuite c1u bien commun. La monar~h1e,
encore (uans les justices municipales valcnciennes) celui de justicia. Si respectueuse en principe des eompétenees juridietionnelles d~s dtvers
J'instillltion du coorégidor* est inconnue ici, le roi nomme également des corps sociaux, n'a pas entrepris de simplifier ce labyrinthe, mals,de ren-
juge,~ en premiere instance dans les localités qui relevenl de son dumai- force r la position suprême du roi à travers les chancellenes, les ,
I
ne : le za/lIIC'dilla à Saragosse. esl l'un de ces juges royaux, audienccs. et les conseils du gouvernement central. ,!
.D'autre part, chacun des États de la couronne d'Aragon a une
aud,l~nce, cour supérieure, de justice qui exerce égaIement des fonclions
polJt~ques aupres du vice-roi. La fondation de ces Irihunaux par LES CIRCONSCRIPTIONS FINANCIERES
Fe~dlnal~d u'Aragon. puis Philippe II. peut être inlerprétée comllle une
arflr~ll<lI!On, du pouvoir royal. c1ésireux de consolider son elllprise face
aux lI~st~tutJons .municipales el seigneuriales en instiluanl des cours plus Cest dans te domaine fiscal, semble-t-il, que le gouvernement cas-
organlsces el IllleUX pourvues cn personnel que les conseils assistant les tillan a entrepris Ies plus grands efforts pour quadril1er le terriloire : Ie
viee-mis, Celle de C:lgli<lri, créée CI1 15(,4 el celle de Majorque. fondée dénol11bremenl des hommes et des localités, nécessaire à la levée de
en 1571. sonl les plus réccnles. Avec celle de V<llence, ce sonl aus.~i l'impôt. a c10nné lieu à plusieurs enquêtes conduites à l'initiative du
celles d.ont les jugements peuvent être portés devanl Ie conseil d' Aragon, conseil eles Finances de la couronne de Castille. Malgré son caractere
à Madrid. alors que les sentences rcndues par I"audirnce de Catalogne (à systémalique, le recensement de 1591, mené en vue de la percepti?n ,de
~arcelo~,e) el ~~r l'audience d' Aragon (ã Saragosse) ne sonl pas sl~scep- l'il11pôt des millollC's*, n 'a pas donné Iieu à un dé,co~p~ge du ~errttom:
t~bles. d elre reformées hors du royaume. En re.vanche, la juriuiction de comparable à ceI ui du royaume de France en génerahtes, II a eté mene
1 amlIence d' Aragon se voit conc,urreneée par celle du JI/sticia ml1vol'* dans II.' cadre des dix-huit villes du domaine royal représentées au Cortes
garant de la constilution juridique du royaume formulée dans les f~rs d~ de Castillc, le territoire environnant chacune de ces vjlles recevant le
royau~e [MOLAS RIBALTA. I98Y] (v, Les souverainelés inégaIes du Roi ", .~.
nom de "province". Chaque "province'.' a été découpée en lll1 certai,n
~aIJ~o!l~ue). Enlre les degrés inférieurs et supérieurs de I'organisalion /."
~;
nombre de districts (partidos), soit quarante au total. Sur les terres se1-
JudlClaIre peuvenl exister des instances intermédiaires. Ainsi la gneuriales, les fiers déIimitent autant d'unités fiseales. Les ineertitudes
Sardaigne est scindée en deux gouverncments, donl I'uo siege li C:lgliari, du vocabulaire sont notabIes, en raison de la résistance des cadres spa-

125
124
tiaux traditionneIs : à Grenade et en Galice, Ie terme de "royaume"
concurrence ceIui de "province". Paroisses et évêchés apparaissent éga-
lement dans cette nomenclature. Le point de repere le plus stable est bien
la communauté d'habitants. Au-delà, Ies divisions administratives du ter-
LEROYAUME
ritoire sont loin d'être nettement établies [MOLlNIE-BERTRAND,1989] .
. Cette apparente irrationaIité est imputabIe à I'organisation fiscale qui
prévaut dans Ia monarchie hispanique. D'une part, chaque État de la
DEFRANCE
monarchie possecte ses propres structures financieres et fiscaIes, régies
par des regles spécifiques. En outre, même dans la couronne de Castille,
LA CONSTRUCTION TERRITORIALE
ii n'existe pas de Trésor central ou aboutiraient toutes les contributions.
Le royaume de Navarre conserve un régime fiscal propre ; d'autres ter-
ritoires de la couronne de Castille, comme le royaume de Grenade ou les Contrairement à I'Espagne, la France présente I'aspect d'un territoi-
provinces basques, jouissent de privileges fiscaux, de même qu'un cer- re compact qui compte quelque 450 000 km2 au traité de Cateau-
tain nombre de groupes sociaux (clercs, nobles). Enfin, les différents Cambrésis, et atteint les 500 000 km2 à la fin du regne de Louis XIV.
impôts royaux, directs ou indirects, sont perçus selon des modalités dif- Plus grande, Ia monarchie espagnole additionne 655 000 km2 rien que
férentes, et si possibles dépensés dans le cadre des caisses de perception sur le continent européen (Ies possessions américaines n'interviennent
locales. Ce sont les comptes, et non les sommes d 'argent, qui sont cen- donc pas dans le calcul), mais aucun de ses royaumes. n 'atteint les
tralisés par le conseil des Finances (v. Les finances). dimensions de la France, le plus grand d'entre eux, la CastIlle, ne dépas-
sant pas les 385 000 km2. Le royaume de France est le plus peuplé des
États européens, avec 18 millions de Français au milieu du XVIe siecle, et
20 millions sous Louis XlV.
Organisé autour de I'héritage capétien, I'espace [rançais s'est cepen-
dant constitué à partir du partage de .Yerdun en 843. A cette date, Charles
le Chauve, troisieme fils de Charlemagne, reçoit la Francie occidentale
contenue, à I'est, par la limite des quatre rivieres. P1us symbolique que
réelle, cette limite composée de I'Escaut, la Meuse, la Saône et le ~hône
marque le début de la mémoire nationale et reste, jusqu'au XVle slecle,
une constance des revendications territoriales, en particulier pour la
Meuse. Souvenir tenace, j'image des quatre rivieres est évoquée encore
par Charles d'Estienne (La guide des chemins de France) dans la pre-
miere moitié du XVle siecle, quand bien même les frontieres du royaume
se révélaient différentes sur le terrain. Au XVlIe siecle, le theme est actua-
Iisé, la limite repoussée, et c'est désormais 1e Rhin, présenté comme
extrême idéal au titre des frontieres de I'empire romain, qui est convoi-
té. Mais qu'iI s'agisse du partage de Verdun ou de I'héritage romain, les
contours du royaume n'ont de légitimité qu'historique, le temps s'affir-
mfl.!1! le m.~iiieu •. garant d'une jüste revendication [!'10RDIVIAN, 1998].

Si le souvenir de la Francie occidentale est fondamental dans la


représentation collective de I'espace national, le noyau du royaume de
France est constitué par le legs d'Hugues Capet, fondateur de la dynas-
tie en 987. Implanté dans le Bassin parisien, le domaine royal s'étend

126
127

MM!f!jil
dans toutes les direClions au cours du J'vloyel,e. et I"hérita!!t' capétien porte le titre de ro; France el de Navarre. TI faut altendre Louis XnI.
prend ainsi de telles prop0rlions qu'il finil u,I11Sks années ló20. ali qui enlre dans Pau •... 1620 afin de régler la queslion protestante dans Ie
lerme de son processus d'agrandissemcnt. ii se confondre ;1vec Ie royau- Sud.Oucsl. pour que les deu x royaumcs soienl définitiveme11l réunis. À
me foul entier. Cette eonslrtlction terriloriale. qui va de pair avec une partir de celte dale, le titre de roi de France el de Navarre n 'est plus
affirlllation de la puissnncc polilique des rois de Francc. rcpose sur qu'une survivance, sans fondement juridique. La principauté tampon a
quelques principes soigneusClllcnl appliqués : I'hérédité penncttanl la disparu. el la France parlage désormais cetle frontiere pyrénéenne avec
lransmission des biens palernels (dolllaine royal) et malernels (!!rands I'Espagne.
.",;.
fiefs) : la prilllaulé ahsolue des princes capt~lil'ns. eonduisanl progrcssi- >: Au sud-est, le Roussillon appartient ii la monarchie hispanique jus-
vemenl ii la soumission de tous Ics fé()daux : la cenlralisati()n royale d'un qu'en ló59. el revienl à la France, ainsi qu'une partie de la Cerdagne, au
cerlain nombre de fonclions devenues régalicnnes tclles quc la juslice, lerrne d'une longue rivalilé qui se solde par le traité des Pyrénées. Dans
mais aussi la fiscalilé par exelllple : el enfin I'indépendance lolnlc úes Ics Pyrénées médilerranéennes, la fronticre csl atteinle rI ne bougera plus.
rois de France face aux aulres souverains, en particulier .l'empereur. La
La façade méditerranéenne, consliluée de la Provence el du
polilique de prestige qui accompagnc la conquêle d'une aulorilé souve-
Dallphiné, ne COll1prend pas à I'époque moderne la prineipauté
raine permet aux ll10narques français de s'affirll1er rapidement sur un
d'Orange, eonquise en 1660, annexée en 1702 mais reconnue possession
pied d'égalité avec leurs puissants voisins, voire ll1êll1e. dans cerlains
française en 1713 seulelllent, en ll1ême temps que la vallée de la
cas, de les dominer. Les queslions de préséances. devenues si impor-
tantes ii I'époque ll1()dcrne enlre Ics dilTérenls princes de l'Europe. réve- Barcelonnclle. En rell10nlant par la vallée du Rhône, Lyon fait figure de
lenl bien les stralégies mises en reuvre pour établir la supréIll<ltie d'un ville quasiment fronliere jusqu'à I'acquisilion, en 160 I. de la Bresse, du
Bugey, úe Vallllorey et du pays de Gex (cédés par le duc de Savoie au
royaume sur un aulre.
Irailé dc Lyon) qui repoussent les limites du royaume jusqu'aux
L'époque moderne achcve de c1l'nner à la France la configuralion que
approchcs du lac de Geneve. Quant au Charolais, aUlrefois lié au duché
nous lui connaissons aujounl"hui. Entre 1559 el 171:1. 1e royaume s'est
de BOllrgogne, ii est en principe réintégré dans le royaume par le traité
à la fois unifié el agrandi. cl de 1601 ii ló81 (!rêve de Ralishonne).I'ex-
de Caleau-Cambrésis (1559). Philippe TI, cependant, continue à Ie tenir
pansion a même été continuc. La premiere fronliere définilive allcinle
en fieL k roi de France n'en con'servanl que la suzeraineté. La Franche-
par le royaume esl ce.lle de l'Allanlique. La Normanúie et la Guyenne
Comlé fait partie de l'héritage Habsbourg, au litre du duché de Bourgogne,
revieunent à la Francc à I'issue de la guerre de Cent Ans. el la Bretagne
el dispose d'un statut cOll1plexe : possession du roi d'Espagne, el1e est
esl rattachée au domaine royal par 1e Pacle d'union de 15:12. Avec Calais,
gouvernéc depuis Bruxel1es mais continue à faire partie du Sainl Empire.
repris aux Anglais en 155ft la limite oucsl esl conlinue du nord au sud,
En 167R. le lraité de Nimegue l'accorde à la France. donl el1e ne sera
jusqu'à Bayonne. L'aulre fa~'adc Illarilime, au sud-est, esl forméc par la
Médilerranée. donl l'acces esl donné par Ie Langucdoc, la Provence et plus séparée.
Marseille. Les fronlicres conlinel1lalcs sonl plus Illouvantes. Bt si 1cs Eu fail. c'esl au nord et au nord-cst que les varialions de terriloire
espaces inle'rsliliels s'clTaccnl progressivemenl. le jeu complexe des sonl les plus rell1arquables. Le probIeme de la fronliere miIilaire se pose
chassés-croisés de places fortes Illené à l'occasion des traités de paix là avec plus d'acuilé qu'ail1eurs (les guerres de Louis XIV se déroulent
exisle encore sous Louis XlV. essenliellement dans ce!te zone), et ii est difficile de parler de progres-
Du eôté des Pyrénées. le 13L~arn.principauté souveraine, el la Basse- sion conlinue. Entre 1659 et 1713, cinq ensell1bles de négociations font
Navarre. royaullle indépendanl. constiluenl à cux deux une principauté avancer el recuIer les Iimiles du royaume, selon que sont oblenues ou
tampon e'nlre la France el I'Espa!!ne. Gouvernés par le roi de Navarre, rétrocédées des places, des villes, des châtellenies. Pour ne citer qu'un
ces deux terriloires apparlienncnl. au XVle. siecle, à la famille d' Albre!. exemple parmi tanl d'autres, Tournai fail parlie des Pays-Bas espagnols
TIs inlegrenlle royaume à l'avenemenl ú'Bemi IV, héritier de la couron- jusqu 'en 1668, devient française au traité d' Aix la Chapel1e, mais esl
ne de Navarre par sa lllere Jranne d' Albret, el dulrône de France par son perdue ii l'issue de la guerre de Succession d'Espagne. en 1713. Cest
pere Anloine de Bourbon. Mais celle union resle personnelle lanl que pourquoi seuls ks territoires qui passenl définilivement d'un Élal à un
regne Henri IV, qui conjugue les deux couronnes sans les assimiler. et autre sont menlionnés ici, avec les dates de leur ultime transfer!.

128 129

b
Les duchés de Lorraine et de Bar sont des principautés indépen- LE DOMAINE ROYAL
dantes sous protectorat impérial jusqu'au regne de Louis Xv. Seuls les
Trois-Évêchés (Metz, Toul, Verdun) sont annexés de facto depuis 1552, La dimension fiscale du domaine
et confirmés possessions françaises pres d'un siecle pIus tard, en 1648.
L' Alsace, elle, passe par touches successives du Saint Empire à la Le domaine royal est constitué de l'ensemble du territoire sur lequel
France sous Ie regne de Louis XIV. Au traité de Westphalie, Ies le roi exerce directement son autorité, comme seigneur ,Iutant que
Habsbourg cêdent aux rois de France leurs droits sur Ia région. En 1681, comme souverain (v. Les théories politiques). Ce sont ainsi toutes les
Louis XIV s'empare de Strasbourg dans le cadre de sa politique de possessions capétiennes comprises dans le royaume mais distinguées du
réunion. Mais ce n'est qu'en 1697, Iors du traité de Ryswick, que l'en- regllum. Héritage capétien, composé ini.tialem.e~t des terres t~nues par
sembIe du territoire aIsacien est reconnu comme appartenant.à la France, Hugues Capet (localisées dans le Bassll1 parlSlen), le domall1e royal,
exception faite de la répubIique de Mulhouse. devenu au XIVe siecle domaine de la couronne [LEYTE, 1996], s'étend
Sur le front nord, I' Artois, la Flandre et le Hainaut sont rattachés aux considérablement pour couvrir, en 1559, la majeure parti e du territoire
Pays-Bas espagn01s jusqu'à la paix des Pyrénées. En 1659, Louis XIV français. Mais il faut attendre la réunion des biens d'Henri IV à la cou-
récupere une grande partie de l' Artois (perdue par Charles VIII en 1493), ronne (1607) et la réunion des royaumes de France et de Navarre en
complétée en 1678 (traité de Nimegue) par les régions d'Aire et de Saint- 1620, pour que le domaine royal atteigne sa plénitude.
Omer. La France grignote aussi la Flandre et le Hainaut, qui entrent par- À caractere féodal, ce bien patrimonial exige donc la présence d'un
tiellement dans le royaume au cours du regne de Louis XIV. Le traité des élément foncier - une assise matérielle - assortie de la notion de ratta-
Pyrénées apporte Gravelines et Le Quesnoy, ceIui d' Aix-la-ChapelIe
chement direct, et releve au départ du droit privé. II se divise alors,
(1668) Lille et Douai, celui de Nimegue (1678) Valenciennes et
comme pour tout fief, en deu x composantes qui définissent la possessidn
Maubeuge. Sur la côte, Dunkerque, achetée aux Anglais en 1662, marque
pleine et entiêre d'un bien immobilier : I~s droits utiles, p~rmett~nt de
désormais la limite septentrionale du royaume. Les guerres de Louis XIV
vendre, transmettre, aliéner, donner à ball, etc. et les drOlts émlllents
ont forgé la frontiere nord du royaume, laquelle est définitivement fixée
composés de taxes diverses relevant d'une ancestrale possession et d~nt
avec les Pays-Bas à I'issue de traité d'Utrecht (1713).
la redistribution féodale n 'a pas effacé toutes les traces (ce sont les drOlts
À la fin du regne de Louis XIV, le royaume apparait plus compact, les de mutation, de mainmorte, de franc-fief, d'amortissement, d'aubaine,
frontieres plus nettes, les lignes de démarcation pIus continues. Mais ceci de contrôIe, de centieme denier, de petit scel, etc.). Le domaine royal
ne doit pas occulter les enclaves qui subsistent, dans la France de l'Est. Le consistait donc en un certain nombre de "propriétés" (ou droits utiles) et
long du Rhône, le Comtat venaissin appartient à la papauté, mais dispose en un ensemble de fiefs, seigneuries et droits éminents dont I'importan-
d'un statut particulier du fait que ses habitants sont considérés comme ce s'accroit à mesure que régresse la détention directe des terres patri-
régnicoles par le roi de France. Voisine, la principauté d'Orange est tenue moniales. En d'autres termes, ii comprend à la fois un domaine corporel,
par les Nassau depuis le XVIe siecle. Plus au nord, le comté de Montbéliard formé d'immeubles réels (châteaux, terres, forêts, étangs, etc.) et un
est une terre d'Empire qui appartient au duc de Wurtemberg. La Répu- domaine incorporei fait de droits liés à la souveraineté du roi, droits
blique de Mulhouse ne fait pas non plus partie de la France avant 1798. régaliens ou domaniaux. II faut bien com~rendre que le. roi de F~ance ~n
Les duchés de Bar et de Lorraine, indépendants, sont tenus par Ia maison tant que duc de Gisors ou comte de DunOlS ne possédalt. pas (10m ?e la)
de Guise; et au nord-est, partagés entre I' AIsace et la Lorraine, la princi- tous Ies droits utiles sur l'ensemble de ces terres, mais percevalt par
pauté de Salm et le comté de Saarweden sont sous suzeraineté impériale. contre des droits divers (mutations, mainmorte, etc.) [RICHET, 1973].
La principauté des Dombes (à côté de Lyon), conserve son indépendance
1'IC'nl,JlI3n f7?,:} m<'l;'" l3ii"" ""C"t riAto •..••
to no •••• ria •.••..••••
; •.••••.•
0('0 +'•• ":r
n •.•••••••• II f~n1lt
En principe, "le roi doi! vrvre du sien", c'est-à-dire se contenter des
J •..•
..,~ •..•.••...•••• v .••••••••..•• .., Vi •••••••.••. ..,. U ••••••••••••
,Il. ••••• PUl u ••••
U' •.•••• u •••••••...•
.., 1."II~U.oJ. AI J."""",-
revenus de son domaine pour son entretien, celui de sa tamille et ceIUl
attendre la fin du XVlIle siecle pour que ces enclaves disparaissent. Sous
de son royaume. Source premiere des deniers royaux, le domaine revêt
Louis XIV, elles subsistent toutes. Même si leurs dimensions sont tout à
'une dimension fiscale qui s'avere prépondéranteet explique les divisions
fait négligeables à I'échelle du royaume, à l'exception de la Lorraine, elles
internes entendues comme autant de catégories financiêres. Les affaires
amenent à nuancer I'image d'une parfaite cohésion de I'espace français.

131
130
1
.. ,1
dom;lIliaks relevent d'ailleurs. pour l'essenti le la chambre des aut(lrilé SUl' tout le ;toire français. Ceue hiérarchisation n'empêche
Comples, cour souveraine spél'ialisée dans les fin'"lces de la monarchie. pas. dans les faits, '-.._ confusion dans I'origine .des del~~ers ~orsq~'ils
Tirées directement et uniquement des ressources du domaine. les arrivent dans les caisses royales. Elle donne par al1leurs I IlluslOn d une
"rinances ordinaires" doivent correspondre aux dépcnses ordinaires, et répartition statique des revenus, alo!s que. ceux-ci ~~anent, se10n les
maintcnir ainsi un équilihre hudgélaire devenu. au XVlc siecle. une chi- périodes. de l'une ou l'autre categone. Enfll~. Ia quahte ~oyale conserve
rnCrc dont seul le souvenir correspond à quclque réalité. En fait. dês le toujours une prééminence qui l'amene parfOls à se s.ubs~ltuer aux ~utres
XIII" siccle. le roi a recours ii I'exlraordinaire pour financcr ),clTorl de titres du 11l0narque dans ses rapports avec son patnmollle, ce qUI rend
guerre. et la Icvée des aides réodalcs permet de cornblcr de façon suh- plus confuse I'origine des deniers. Ainsi le roi peut par ,e~emple prélever
stantielle les insuffisances des revenus domaniaux. Théoriquement sul' 1c duché du Berry - dont il est duc en vertu de son hentage - des reve-
accorclé dans dcs condilions exceptionnelles - et consenti à cc titre par nus au nom de sa dignité royale ljuand ils devraient I'être au nom de la
les étals -. l'extraordinaire devient un impôt régulier alors que s'arrirme dignité ducale. L'inverse n 'est pas possible puisq~'il ne peut agir com~e
la i(lute-puissance royale rt que la centralisation monarchique amene la duc SUl'des affaires qui concernent la monarchle. Cela ne change nen
couronne iI prendre de plus en plus en charge les dépenses de l'État. aux résultats des prélevements, mais obscurcit le fondement de ses droits
Ainsi la taille mais aussi toutes les autres aides et taxes qui participrnt [LEYTE.19961.
de ),impôI royal se maillliennent dans la catégorie des finances extraO!"- D'autres distinctions d'ordre fiscal sont plus effieientes à )'époque
dinaires bien qu'elles soient permanentes et qu'il y ait longtemps, au moderne. II y a certes la division entre domaine corparel et domaine
XVlc sicc!e, que le roi ne vit plus du sien (v. Les finances de la monarchie incorporeI (que Gaston Zeller appellerait plus volontiers "droits doma-
françaisel. De plus en plus négligeable. I'apport pécuniaire du dOl1laine niaux" [ZELLER, 1948)). Mais on trouve aussi une distinction enlre le
est estil1lé. en 1567, à 350 000. voire 450 000 1.1..sur un total de recetle domaine immuable, constitué de revenus dont le montant était fixe et sur
de Illmillions. À la fin du XVI' sicc!c. ii est de 460 0001.1. SUl'un hud- lequel le roi pouvait compter d'une année sur l'autre (telles que les cen-
get de 30 millions [DOlICET. 194R]. Le caractere extraordinaire úe I'im- sives et les rentes foncieres), et le domaine muable, composé de res-
PÔl n'est cependant pas dépouillé de lout sens iI I'époque moderne puis- sources circonstanciel1es, difficiles à évaluer à l' avance parce que fluc-
qu'il permet encore aux états provinciaux de voteI' le montant des tuant au gré des événements (les revenus de la justice, les amendes, mais
sommes accordées au roi à cet cffet et, surtout, aux états généraux de aussi les droits de mutations immobilieres, d'aubaine, de déshérence,
contrôler la pression fiscale en autorisant ou refusant la création d'im- etc.). À cela ii faut ajouter, avec I'établissement du principe d'inaliéna-
pôts nouveaux (v. Le roi et ses sujets). bilité du domaine affirmé explicitement par l'édit de Moulins de 1566
Les rcssources que le roi tire de son domaine relevent de. plusieurs mais exprimé des le XIV. siecle (v. Les fondements juridiques des deu x
catégories qui conservent la marque d'une origine féodale. G. Leyte rap- monarchies), la distinction juridiquement bien claire (probablement,
pelle les divisions traditionnellcs établies par les historiens tout cn met- d'ailleurs. Ia plus effective) entre le domaine fixe, que le roi reçoit en
tant en garde contre l'aspect touj(lurs artificiei d'une opération de classi- héritage et dont ilne peut disposer à sa guise, et le domaine casuel, biens
fication. Celle-ci a pourtant Ie mérite de montrer les différents niveaux acqui; par le monarque qui a, pendant dix ans, la possibilité de l'alié~er.
de perception. nécessaire pour bien comprendre 1e fonctionnernent du Passé ce délai, l'acquisition entre dans le domaine de la couronne à tltre
domaine roya1. Des revenus de ce dernier. ii y a ceux que le roi touche définilif et devient inaliénable, comme tout ce qui releve du domaine
cOll1me propriétaire roncier (redevances en nature, cens dus pour I'utili- fixe. Enfin une derniere classification peut être faite concernant les biens
sali(ln des terres ou Ioyers d'habilation, etc.) ; c'est le premieI' niveau de fonciers du roi: le grand domaine rassemble toutes les seigneuries d'im-
perccption com me c'est aussi Ic premieI' de la hiérarchie féodale. 11y a portance tandis que le petit domaine est composé de modestes terres iso-
ceux que le roi reçoit en tant que seigneur. suzerain de fief (droits de lées ou d'éléments de médiocre rapport com me les moulins, fours, pres-
l1lutation. excrcice et prérogative de haut justicier. .. l. voilà le second soirs. halles, maisons, boutiques, terres vaines et vagues, landes,
niveau, fiscal et réodal. II y a enfin ceux qui reviennent au roi en tan! que bruyeres, péages, i!ots, etc~ [DEPAMBOUR-TARRIDE,1975], toutes chos~s
souverain. et qui concernenl autant Ie dOll1aine.que le reste du royaume, qui coOtent souvent plus cher à gérer qu'el1es ne rapportent. La rentabl-
le monarque se plaçant lã au som mel d'une organisalion sociale qui ne Iité des petits domaines est si faible à la fin du XVllc siecle que Colb~rt
lui connait pas de maitre, sinon Dieu, et qui lui permet d'exercer son décide, par édit du 8 avri! 1672, d'aliéner I'ensemble (donc de le confIeI'

133
132

--" ._._-----------------------------
à des particuliers) jusqu 'à concurrence de 400 000 l.t. de. rente pour cou-
Dans un premier lemps, donc, c'esl à I'accroissemenl du domaine
vnr une partie des dépenses liées à la guerre de Hollande. D'une façon
que les rois de France doivent leur surcroit d'autorité. La question ne se
g~nérale, le domaine rapportait peu car iI était, du fait des guerres de r~li-
glOn, presque totalement engagé, c'est-à-dire aliéné avec faculté de pose plus en ces termes à I'époque moderne, mais celte vérité ne se
rach~t perpétuelle. De plus, ii n 'était guere entretenu par ceux qui le dément jamais totalement, et les monarques n'ont de cesse d'augmenter
ce qui est devenu le domaine de la couronne : parce que c'est une sour-
tenal~nt en gage et n 'étaient jamais surs d 'en disposer pour longtemps,
ce de revenus (encore que, on I'a vu, fort médiocre dês la seconde moi-
ce. qUI ne les in.citait pas à faire des frais dessus. D'ou la réponse que fai-
salent les candldats à la chambre des Comptes lorsqu'illeur était deman- tié du XVIe siêcle), et surtout parce que c'est sur ces terres-lã que le sou-
dé, à l'examen : "À quoi se reconnaissent les châteaux du roi? - À ce verain exerce le plus directement son autorité.
qu'ils sont en ruine". [MOUSNIER, 1980J. Les grands fiefs qui subsistent encore au début du XVle siêcle passent
ainsi dans la main du roi selon un procédé qui n'a rien d'original et ne dif-
fere pas de celui qu'emploient les Habsbourg pour étendre leur puissance
La constitution territoriale du domaine territoriale. Mariage, confiscation, achat parfois, sont les outils de cette
politique. Le tableau établi par A. Jouanna montre avec une remarquable
La dimension fiscale du domaine ne doit pas occulter son assielte ter- efficacité les étapes de la concentration des derniêres enclaves féodales
rit~riale et surtout le rôle fédérateur qu' ii joue dans le processus d 'unifi- d'importance [JOUANNA,1996J. Aprês la Bretagne, réunie au domaine en
catlOn du royaume. S'il est difficile d'aborder le domaine sans évoquer 1532 par union personnelle en conclusion d'un processus qui commence
les que.st.ion~ financieres, ii n 'est pas n~oins essentiel de tenir compte de avec le mariage de la duchesse Anne (elle épouse successivement
sa partlclpatlOn ã la co?struction de l'Etat car ii s'avere - et ce, jusqu'à Charles VIII puis Louis XII), et le Bourbonnais confisqué en raison de la
~a chute de la monarchle - le fondement du pouvoir royal ; et contribue trahison du connétable et intégré en 1531, la grande affaire territoriale du
a, la perm?nence ?ynastique en fournissant à la couronne les moyens XVIe siecle se place dans la France du Sud. Si la grande féodalité hérédi-

d entretemr les pnnces du sang par le biais des apanages (v. La famille taire s'efface au premier siêcle de l'âge modeme, les principautés du Midi
royale en France). C'est pourquoi le patrimoine capétien reste distingué résistent mieux qu'ailleurs grâce, d'une part, à une situation géographique
du royaume tout entier quand bien même ,son étendue recouvre la totali- qui les éloigne du pouvoir central et, d'autre part, à une politique plus
té des terres sur lesquelles le roi exerce sa souveraineté. conciliatrice vis-à~vis d'un monar<iue suffisamment distant pour n 'être pas
trop envahissant. A la fin du xve siêcle, les familles d' Amlagnac, de Foix
Au commencement était le domaine, et les liens entre la terre, la
et d'Albret représentent encore une véritable puissance territoriale. Pour
dynastie et le pouvoir restent permanents sous I' Ancien Régime même si
avoir accepté de graviter dans l'orbite du pouvoir royal, notamment en
les rapports qu 'ils entretiennent entre eux se modifient au cours
de? siecles et déplacent d'autant les sources de la légitimité monar-
chique: le roi n'ajamais cessé d'être un suzerain; les theses absolutis1:es
nouant des alliances avec les Valois, les Albrel parviennent à s'affirmer au
détriment des Foix et des Armagnac. Possessionnés de part et d'autre de la
Garonne, ils se retrouvent, dans la deuxieme moitié du XVIe siecle, à la tête
I,
a.f~irmées ~ la ~in du ~vle siecle n 'effacent pas complêtement celte qua-
d'une étendue territoriale importante. Le chemin parcouru emprunte tou-
1Jte premlere blen qu elles la releguent au second plan. L'assise territo- r I:
ri~l~ originelle permet aux premiers Capétiens d'acquérir, dans une
~ jours les mêmes voies : mariages et concentration des biens. Au sud, le
I duché d' Albret (avec Nérac) est c6uplé avec la vicomté de Béarn, laquel- li
penode de formation des principautés, une position hégémonique : de I
le se proclame principauté souveraine et donc exempte de serrnent au roi
I:émiettem~nt féodal du temps de la Francie occidentale vont sortir plu-
sleur.s, et ~lI1ale~ent une .seule famille dominante, grâce à une politique I: de France. L'union de Jean d'Albret avec l'héritiere de la maison de Foix I'
(Catherine de Foix), en 1484, permet d'y adjoindre le comté de Foix, celui II
n;atnmomale effl~ace qUI permet la concentration des héritages, favori-
see dans celte vOle Dar les hasards biolm!Íoues - lesouels contrihuent à
) de Bigorre, et surtout le royaume navarrais qui confere à ses détenteurs le
ir
II.
i titre royaL La Navarre es! considérableme-nt réduite apres lH perte de ia I.'
créer une dynastie ~ux regles successor~ie~ claires : et doublé~ d'une I partie espagnole au profit de Ferdinand le Catholique en 1512 ; elle reste I,
habile mobilisation de la production d'idéologie et d'imaginaire monar- ii
cependant un royaume et permet aux Albret de porter la couronne. En
I chiques. Le tout étant par ailleurs grandement servi par I'essor que :,1.'
'.'
1526, c'est au tour d'Henri d'Albret, le fils de Jean, d'étendre sa puissan- "
connait I'Occident, essor qui a bien profité aux rois capétiens.
I ',1\
ce en épousant Marguerite d' Angoulême, sreur de François le, et veuve de

134 I
I 135
1
_____ 1
-
François d'Alençon : voilà I"héritngc des Arma : et les possessions du Les apanages
<Iuc d'Alcnçon (soit, en définitive, les comtés d'Armngnac et de Fezansac
ainsi que la vicomté de Lomagnc) qui passent sous la coupe des Albret. De Le domaine esl par nature inaliénable et aucunc portion ne peut en
('('tlf.' lInion nait une fillc. Jeanne. qui recueille les bicns de ses pere rt mcre 13lrc délachéc, sauf dans deux cas : en apanage pour un cadet royal ou en
el S(' trOllve à la tête de donwines dispcrs\~s mais considérables. Cclle-ei douaire pour une reine veuve Iv. Les fondements juridiqucs des deux
épouse Antoine de Bourbon. et unit de la sorte ses terres avee I'apanage monarchies). II s'agil, chaque fois, d'assurer I'entretien de ces Illemhres
des Vcndôme. Henri IV. issu de c('Ue alliance, hérite ainsi du royallme de dc la fa111ille royale lout en soulignant leur qualilé par la cession de terres
I3asse-Navarre. de la principauté souvnaine de Béarn, du dudlé d'Albret, tilrées, Les assignalions d'apanage ou de douaire fonclionllellt sur le
dll cOllllé de Périgord, de la vicollllé de Limoges. du eomté de Foix, du mêlllt' modc et reposent sur des principes identiques : une assiett~ ler-
cOlllté de Bigorre, du cOlllté d'Arlllagnac. du comté de Fczansac, du comté rienne portant titre de duché ou comlé et un revcnu annuel (de 60 000 livres
de Rodcz, de la vicomlé dc Lomagne, de la vicomté de Fezenzaguet, par pour Ics reines; de 100 000 livrcs pour les princes dans 1es a~nées
voie matcrnelle; ii réeupere, en 1584,Ie duché d'Alençon et reçoit de son 1(20) [COSANDEY, 2000]. L'apanage, à l'origine destiné à nournr les
pere les biens des Bourbon- Vcndôme représentés par Ic duché de fils du roi (élymologiquemenl a paner, donner du pain) est donc un peu
Vendôme. L'accession d'Henri IV au Irône de France conduil ainsi à plus quc cela car ii confere aussi dignité à celui qui le reçoit : d 'ou les
réunir. sous une seule couronne, Ies royaumes de France el de Navarre, el nOllls cl litres des terres que prcnnent 1es fi1s de France. Ces formes
à rattacher ces grands riefs pntrimoniaux au domaine royal : opération que d'aliénalion du domaine sont temporaires puisque le douaire s'éleinl
I'édjt de Ifí07 rend définitivc IDEsnMoN, 19951. avec Ic déces de la reine el l'apanage revient à la couronne à la dispari-
Dans le Massif central sunsiSlenl encore, au début du regne tion du dcrnier descendanl mâle en ligne directe (iI n'est donc Irans-
d'Henri n. deux comtés enclavés dans les territoires des BOllJ'bons : c~lui missihle que par voie masculine, la regle de masculinité du domaine
d'Auvergne et celui de Clermont. Tis entrent par les femmes dans 1e jouanl ici comme ailleurs) : mais elles sonl completes: le roi cede à ses
domaine de la couronne. puisque c'est à Catherine de Médicis et à sa 'fils ou ses freres cadels des duchés el comlés en suzeraineté, el ne
filie Marguerite de Vnlois que Ic roi de Francc les doit. La princesse no- relient que la souveraineté sur ces lerres, L'investiture est féodale : ]e
r~ntíne a[Jpo~te en dOl a~1 fulur Hcnri II le comté d'Auvergne. qu'elle prince prête sermenl de foi el hommage lige en écha~ge des v.i11es, c~1â-
tlent de sa mere, Madelellle de la Tour d'Auvergne, et revendique celui tcllenies et forleresses, avec tous les revenus domamaux, mais aUSSl 1e
de Clennont. qu 'elle finit par obtenir apres un long proccs engagé contre patronage des églises, ]e droit dc rendrc la juslice el de pourvoir aux
I'évêquc de Clermont. Une partk de ces biens sera récupérée par offices des bailliages et sénéchaussées roya1es. Le roi se réserve cepen-
Marguerite. en dépit des dispositions contraires prises par Catherine de dant certains droits qui témoignenl de sa souveraineté sur ces terres
Médicis. puis cédés à Louis XIII et absorhés par la couronne en 1610. (dmit d'amorlissement, de nomination aux évêchés vacants el aux béné-
fices concordalaires, de garde des églises et surtoul. en matiere de jus-
. I! .!lC rcste plus guerc, dans le royaumc de Franee, que quelqucs fiefs lice. le droit de ressort - juridiction suprême exercée par les tribunaux -
IIlsllllrsants pour représcnter une 111('nace aux yeux de I'aulorité royale.
el la connaissance des cas royaux) ; à cela s'ajoule toujours la coupe des
Le plus considérable de ccux-ci esl constitui' par le Nivernais, délenu par
les ducs de Nevers, lesqucls jouissent encore, au débul du xv,,- siecle,
bois dc haule futaie (v. La famille royalc en France).
Seigneur sur ces lerres, le prince dispose d'une véritable puissance
des prérog~tiv~s réservées aux grands féodaux. C'esl à ce titre qu'ils
excrcent la JustIce en Icur nom. pro111ulgucnt des ordonnances. levent des terriloriale, et c'est là un des dilemmes de la monarchie. La logique
iml)i)ts. n~mment aux offices, cte. En fait, Icm aulorité, pour réelle dynaslique de la couronne impose que les princes de la famille r~y~le -
qu el1e SOII. est largemcnt contrôlée par le roi qui ne tolere et enlretienl hériliers polenlie1s du trône - soienl honorés à hauteur de 1eurs ongmes,
cctte féodalité que parce que ceux qui la représentent lui sont fideles el mais la réponse à ces exigences conduit à instaurer, à I'inlérieur du
assurenl de solides soutiens en provincc. En cela, Ies ducs de Nevers royaume, de véritables "petits États, soumis à la fois aux regles du dro~t
apparaissent p1us finalemenl commc des lieulenants généraux du roi, féodal CI à la subordinalion monarchique" [DOUCET, 1948]. La reconstl-
sorte de gouverneurs héréditaires exerçant par délégation royalc, que lution de grands domaines féodaux, par détachement de terres de la cou-
eomme de grands seigneurs indépendanls. ronne, va aussi à I'encontre des efforts d'unification terriloriale menés

137
1%

----_ ...
par la royauté ... et menace I'unité du royaume lorsque ces princes sont
d'humeur frondeuse. II convient de nuancer ces propos car la monarchie
sait aussi mobiliser les membres de la famille royale pour assurer sa
mainmise sur des terres récemment rattachées au domaine. Ainsi, si la
L'ESPACE FRANçAIS
plupart des seigneuries assignées en douaire ou en apanage sont retran-
chées de I' ancien domaine capétien (Ies duchés d 'Orléans, d' Anjou,
d'Alençon, de Touraine, du Berry,d'Angoulême, de Bourbonnais, de la
LES SUBDIVISIONS DE L'ESPACE
Marche, les comtés de Chartres, de B1ois, etc.), iI arrive aussi qu'elles
soient prises sur des biens plus récents (en Auvergne pour le douaire de La géographie administrative s'est mise en place à partir de l'orga-
Catherine de Médicis, en Bretagne pau r celui de Marie de Médicis ... ) nisation juridique du royaume, elle-même fondée sur les structures
afin d 'en assurer désormais Ieur caractere patrimonial. sociales d'un monde qui se pense en termes de communautés (d'habi-
À la tête de biens considérables, les princes sont capables de mobili- tants, de métier, voire de religion, mais aussi de corps ou d'ordre).
ser une clientele nombreuse, tel le duc d'Alençon qui s'oppose à la poli- L'appartenance d'un même individu à plusieurs communautés qui peu-
tique de son frere Henri II. Le reglement du conflit, et le raIliement du vent chacune relever de juridictions différentes renvoie à I'extrême
prince, passe par une augmentation d'apanage concédé à I'occasion de la enchevêtrement administratif et juridique de la France moderne et rend,
"paix de Monsieur" en 1576. Le duc d' Alençon, qui reçoit en supplément sinon impossible, du moins tres problématique la cartographie des cir-
les duchés d' Anjou, de Touraine et Berry, prend alors le nom de duc conscriptions d'Ancien Régime. L'historien ne dispose à cejour d'aucu-
d'Anjou. Le paradoxe veut que I'apaisement conduise à un surcroit de ne carte précise des divisions internes du royaume, mais peut en
puissance du révolté désormais maitre de 5 duchés et 17 comtés, sans revanche s'appuyer sur un canevas aux mailles larges qui donne une idée
compter les autres terres et baronnies qui composent son apanage. Pour d'ensemble du quadrillage géographique de la monarchie. La recherche
éviter ces dérives, la monarchie prend des mesures qui consistent à rédui- d'une trop grande précision n'est d'ailleurs pas forcément légitime, les
re I'assiette telTienne - et donc la puissance politique qu'elle procure - des conflits de compétences qui marquaient les relations entre les différentes
douaires et des apanages (ordonnance de B1ois, 1579). Désormais, la plu- cours de justice ou les diverses administrations montrent que les limites
part des revenus procedent de rentes diverses (gabelle par exemple) ; les étaient mouvantes et indéterminées. Les lieux d'intervention se définis-
terres seront plus fractionnées, et prises dans des régions non frontaliêres saient au moins autant par une liste de biens, de droits et de personnes
afin que les bénéficiaires ne puissent s'appuyer sur leurs seigneuries pour que par un espace géographique stable, et ceci est encore valable au
pactiser avec I'ennemi voisin. Ces précautions révelent I'inquiétude de la xvme siec1e [TOUZERY,1997].
royauté face au pouvoir des princes ; elles n 'empêchent pas les cadets de
Pour comprendre les divisions internes du royaume de France aux
comploter (Gaston, le frere de Louis XIll,ne s'en prive pas) mais en limi-
XVle et xvne siec1es, iI ne faut pas perdre de vue qu 'eIles résultent,
tent la portée (v. La famille royale en France).
comme pour la construction territoriale, d'un long processus qui puise
Ainsi, la politique dynastique et patrimoniale de la couronne de ses racines dans les temps féodaux de la période médiévale. L'agrégat
France introduit des dissensions internes, alors que les pratiques de la d'héritages qui forme le domaine royal se rencontre encore dans les
monarchie hispanique, en plaçant les membres de la famille royale dans subdivisions fiscales, miIitaires, judiciaires, voire religieuses, et contri-
les vice-royautés et les gouvernements, assurent au contraire une conser- b~e à expliquer I' inégale emprise administrative de la monarchie
vation de I'unité patrimoniale. Les rois de France n 'auront de cesse de se comme, aussi, la difficulté à délimiter certaines circonscriptions.
méfier de leurs freres et cousins - derniers féodaux susceptibles de consti- Comme le souligne J. Barbey, "I'imbroglio administratif et I'absence de
tuer une réelle menace àl'autorité royale - ; les rois d'Espagne sauront tout cadre uniforme doivent être mis au compte de I'évolution histo-
mobiliser !es forces vives de leurs lignages en en gardant le contrôle. riqüe" [BARBEY, 1992].

138 139
oes nOllls qui se SOl rmés avant.le Xlle si~cle, parfois mêl~e antérie.u-
Les prr"'inces
remenl nu Vle siec1e. La liste de DOIsy les presente comme SUlI : Agenals,
Alsacc. Angoumois, Anjou, Artois, Aunis, Auve~gne, Bazadois. Béarn,
Formées par Ics grands ficfs rallachés à la couronne el désorlllais Benujolais. Berry, Bigorre, Blaisois, Bourbonnals, Bourg~gne. Bre~s~,
intégrés ilU royaume. les prnvinccs respectent Ics limites féodales de Brclagne Brie Bugey, Cambrésis, Champagne, Condomots, Dauphme,
I'ancienne France (MOUSNIER. 19XO]. Furclicre. dans son Dir'/iOl/llail'C' Flantl~e, 'F(lr~z, Franche-Comlé, Gascogne, Gâtinnis, Gévaudan,
IlIIil'ersc! (1690). voit la province comlllC une parlie d'un royaumc, Gl1yenne, Hainau1. Ile-ele-France, L.andes: Languedo?, Lim,ousi.n,
d'unc lllonarchie. d'un Élat dnns laquclle sont cOlllprises plusieurs villes, Lyonnnis Maine, Marche, Navarre. Nlvern,lIs: Normandlc, Orleanals.
hourgs, villages. hameaux. elc .. ct qui fonnait originairelllenl un duché, Pays messin, Perche, Périgorel, Picarelie,. POItou, .Provenc~, Quercy,
un comté ou un ensemhle de seigncurics remarquables réunies sous un Roucrgue, Roussillon, Saintonge, SaumurOls, Toulols, Touralnc, Velay,
mêmc cher. Pour insister sur le pnrticularisme de ces entilés à la fais cul-
Vcrdunois, Vivamis (MOllSNIER, 1980].
lurelles el géographiques. Furclicre ajoule que "province" se dil aussi
d'un pnys éloigné de la couro opposnnl de cc fail la capilalc au resle d'un Sans être le cadre d'une circonscription administrative, la province
royaumc composé oc Illlllliplcs provinces. en forme le socle et peut, dans ccrlains cas, co'incieler avCC une subdivi-
sion de I'inslitution monarchique. Cest le cas des pays d'états et des
L'cxolisme de la province. pour un homme de cour du XVlle siecIe,
pnys conquis, régions qui forment des blocs ~ue la mona~chie n'a pas
ticnt à ce qu 'clIe se diSlingue par des Imditions, des privileges, une
voulu déstructurer et qui conservent une certame autonomle. contra!re-
langue souvenl, qui lui sont propres et qui forment un ensemb1e territo-
rial cohércnt, dOlé de surcroll d'organes politiques capables d'affirmer el ment aux PilYSd'élections.
de défendre cette singularilé. Ui encore héritage du passé, la séparalion du royaume entre pays
d'élats ct pays d'élections tend à s'atlénuer au fur et à mesure eles pro-
Ces! donc à I'inlérieur de la province que I'unité sociocu1turclIe est
la plus neUe. Les liens sont forgés par une coutume que tous partilgent et gres de la centralisation monarchique.
qui uni formise le oroit ct elonc Ics pmliques sociales constitulives ele la
communauté (transmissions successorales, mariages, propriété. etc.) : un
Pays d'états, pays d'élections et pays conquis
langilge commun, aux références scmhlablcs (Ies poiels el mesures, par
exemple, ont plus de chance d'être idenliques à I'intérieur d'unc provin-
ce que d'une province à I'autre). facilite la circulation eles bicns el eles Les pays d'états sont des provinces qui ont conse.rvé, apres !eur,rat- j,
, .
persOnnes. assure les échanges. Ceci élant. le tableau doit être nunncé, la tachclllent à la couronne, des assemblées représentatlves appelees etats
di\'ision en "pays" (unités nalurelIcs plus peliles) introduisant ele nou- provinciaux. Composés des trois ordres (encare que le tiers ét~t ~ 'est
ve:mx particularismes locnux (pays elc Caux en Normilndie, pnys bigou- pas représenté à part égale eles deux autres), c~s états pr~v1l1c!aux
den cn Bretilgne. etc.). Rolaml Mousnicr estime le nombre de pays à 300 votent, répartissent et fonl lever I'impôt. l1s conslttuent ce falsant une
[MCJ(ISNIF.R.1980]. Lã.les pilrlers se distinguent, même si les mcines Iin- limite réel1c au pouvoir royal qui doit négocier avec eux le montant de
guistiques sont eommunes, les poids et mesures peuvent chnnger de I'impôl à percevoir dans ledit PilYS,et qui consent, en échange, à. confir-
vakur en se déplaçant sans perdre pour autant leur nom, les costumes mer les privi1eges et respecter les particularismes locaux. Réul11s .régu-
signnlcnt I'appartenance à une eommunauté plus restreinte que eel1e lierement sur cortvocation royale (Ia périodicité varie eI'un à trols ans
d'une province. La monumentnle étude d'Anne Zink sur le Sud-Ouest selon les provinces), les états n 'ont pas seulement des atlributions fis-
monlrc hien les jeux d'échel!e, du gouvernement d'une province à son cales, même si cel1es-ci restent le fel' de lance de leurs activités. Ils
expression la plus locale [ZINK, 2000]. TI ne s'agit pas ici eI'atteindre le joucnt égnlement un rôle dans la gestion économique de lil province
plus pelil dénolllinnteur eOlTImun eI'unc société, mais de sais ir I'embol- '(dynnmisant le commerce. favorisant la création de manufaclures), ont
telllent eles divisions de I'cspace monarchique. des fonctions de police, prennent en charge la réalisation de travaux
À suivre Doisy (17.53 l. iI y a .58 provinces dilns lil Fmnce du publics. Ia rédaction eles coutumes, pour ne citer que ces elomnines eI'i?-
XVIII'sit'c1e. ilvanl le ratlnchemenl de la l.orraine el. bien enlcndu, de la tervention. Porte-parole de la provincc, les états rapportent au souveram
Cor'C. I-Trrilicres eles graneis dOlllaines réodaux. ces provinces portent les plaintes des sujets dans eles cilhiers ele eloléances rédigés à cet effet,.

141
1411

-
La plupart des pays conquis acquiêrent ainsi un statut particulier
jouant ainsi le double rôle de défenseurs de I'identité provinciale et de
qui rejoint celui des pays d'états. Provinces tout juste rattachées à la
relais de l'autorité centrale (v. Le roi et ses sujets).
couronne, elles se situent en général auX marges du roy'aume, et la
. À côté des états provinciaux coexistent parfois des états particuliers monarchie prend soin de ne pas rendre cette incorporation trop brutale.
qUI sont des assemblées représentatives d'un pays ou d'une région inté- ElIe leur reconnait donc le droit de conserver un certain nombre de pri-
grée dans la province. Sous-produit des états provinciaux, ils ont la vilêges et surtout des organes représentatifs qui leur assurent la conser-
même fonction, mais avec des atlributions plus limitées car elles s'exer- vation des particularismes locaux. Cette politique monarchique n'a rien
cent à une échelle plus locale. Ainsi, par exemple, les états du de systématique ; certaines provinces conservent leurs états, comme
Mâconnais, représentant les habitants de cette région, siêgent aux états l' Artois, d' autres les perdent, comme la Franche-Comté. Les petits états
provinciaux. (N.B. : iI arrive que les termes "états particuliers" dési- qui subsistent au XVlIJe siêcle portent la marque des conquêtes bourbo-
gnent de fait des états provinciaux, de la même façon que le mot "pays" niennes et sont regroupés en deux zones, celle du Nord (comprenant
peut s 'étendre à une entité géographique plus grande, province ou État. l'Artois, le Cambrésis et la Flandre wallonne) et celle de I'Est (compo-
Nous nous en tiendrons, chaque fois, à ]'usage le plus fréquent, bien sée de la Bresse, du Bugey et du Mâconnais) [DOUCET, 1948 ;
qu 'i! ne faille pas ignorer ces spécificités.) MOUSNIER, 1980].
Enfin, dans certains cas, des états provinciaux subsistent à I'inté- On oppose traditionnelIement les pays d'élections aux pays d'états
rieur de pays d'élections, ou ils entretiennent un systême mixte d'admi- et provinces conquises dotées d'états provinciaux. En fait, cette distinc-
nistration fiscale. Dans ces conditions, les états s 'en tiennent au vote de tion n 'est vraiment valable qu 'à partir du XVlle siêcIe, alors que les états
I' impôt, la répartition et la levée revenant aux officiers royaux (v. Les particuliers à I'intérieur des pays d'élections sont réduits au silence et
finances de la monarchie française). qu'i! ne reste plus que quelques rares pays d'états capables d'opposer
efficacement une volonté régionale à I'autorité centrale.
Jouissant d'une reIative autonomie administrative, faisant écran à
I'intervention directe du pouvoir là ou i!s subsistent, les pays d'états Le propre des pays d'élections est de relever directement du roi
sont autant d'obstac1es à la centralisation monarchique en marche, et pour les questions fiscales. L'élection est ainsi, avant tout, une cir-
la royauté n 'a de cesse de réduire leur autorité. L'histoire des pays conscription financiere contrôlée. par les agents du pouvoir roya!. La
d'états, à I'époque moderne, s'apparente alors à celle d'un long taille, dont le montant est décidé par le monarque, est répartie et pré-
déc1in. Au XVle siêc1e, les grandes provinces périphériques sont pour levée par les officiers royaux, sans qu'intervienne d'assemblée repré-
la plupart pays d'états. C'est le cas de la Bourgogne, de la Normandie, sentative comme dans les pays d'états. Encore faut-il corriger cette
de la Bretagne, du Dauphiné, de la Provence, du Languedoc, de la définition formelIe qui n 'est que partiellement juste au XVle siêc1e : de
Guyenne, mais aussi des pays pyrénéens (Comminges, Foix, Bigorre, nombreux pays d 'élections comptent encore dans leurs circonscrip-
Béarn, Nébouzan, Quatre Vallées, Soule, Basse-Navarre et Labourd). tions des états provinciaux qui consentent I'impôt mais ne le prélêvent
D'autres ont conservé leurs états tout en étant pays d'élections : ce pas. La résistance alors imposée à I' autorité royale est de faible por-
sont les premiers à disparaitre, ne résistant pas à I'assaut porté par la tée ; la monarchie n' a pas de mal à les faire disparaitre en négligeant
de les conv0'l.uer jusqu'à ce que leur souvenir s 'efface, dês la fin du
politique royale dês le XVle siêcIe. II s'agit des états d'Anjou,
XVle siec1e. A cette relative indétermination des pays d'élections
Bourbonnais, Guyenne, Limousin, Maine, Marche, Orléanais,
s' ajoute I'instabilité institutionnelle : des élections sont créées, sup-
Touraine. Ces survivances rendent cependant moins visible lac1assifi-
primées, recréées au cours du XVle siêc1e selon les besoins politiques
cation entre pays d'états et pays d'élections. Seuls subsistent, au
du moment (tel est le sort de I'élection de Bellac par exemple, établie
XVIJe siêc1e, les états de Bourgogne, de Bretagne, de Languedoc, de
et supprimée trois fois entre 1558 et 1597 [DOUCET, 1948J), jusqu'à ce.
Provence. les n3vs nvrp:np.p.Ils,. ítnll~ Pl1rorp. i~ :.111YV",e <:!i~rip-\ '.:11"('11
qu'elIes triomphent au XVlte siêc1e. II apparait c1airement que ce type
que ceux de H~ute-A~v~1:g~~-('d;~~;;u~';;-I-6i'4)~d~' D~upuhi~n;e~d~~
de circonscription correspond mieux aux aspirations centralisatrices et
en 1628), de N?rmandie (jusqu 'en 1655) et de Basse-Auvergne (effa-
au désir d 'unification du systême fiscal de la monarchie que les pays
cés en 1672). A cela s'ajoutent, au fur et à mesure des conquêtes et
d'états. Des mesures sont prises, sous Henri IV et surtout sous
acquisitions, les petíts états.
143
142
Louis XIII. pour en favoriser le développemenl. re l'abandon dcs Les gouvernemenls
états provinciaux résiduels dans lcs pays d'élecllvns. Ia monarchie
chen:he à converti r les paYs d 'étals cn y introduisant le syslcllle des Les gouvernements sont des circonscriptions à !'or~gine Illilitaires,
éleclions. L'opération est un succes en Guyenne et en Dauphiné. mais installées dans certaines provinces pour assurer la secunlé du royaume.
rencontre une trop forte résislance cn Bourgogne. en Languedoc. en Cependant, comme aucun texte législatif ne limile explicit.ement les ~ttri-
Provence pour parvenir à s'illlposer. Là. ks édits de création d'élec- bul i()ns dll gouve.rneur au dOlllaine de la guerre (au contralre. ce serall un
tion de 1629 soulcvent dcs éllleutes populaires tclles que la monarchie lort de eléc;ire les fonclions de gouverneur comme exclusivement mili-
csl ohligée d'y renoncer (en 11í31 en IJourl!0gne. 11í32 en Lanl!ucdoc, taires IANTOINE, 19R6]). iI est possiblc d'cntendre cette c.ir~onsc.ription
en llí33 en Provence). Dans l'ensemhle ccpendant Ics pays d'élcctions dans son acccption la plus large à la fois Illilitaire et admllllslra~lve; Le
gagnent SUl'les autres qui dcvicnncnt lllarginaux par leur position géo- caraclcre défensif initial ne doil pas êlre négligé pour autant car II dcter-
graphique comme par I'étendue terriloriale qu'ils couvrent en défini- I~ine la géographie des gouvernemenls (étahlis en fonction de .l'impor-
tive: ii la fin du XVlle siccle. presque tout le royaume est régi par le tance stratégique des régions) et assoit ]e pouvoir de ceux qUI en sont
systcllle fiscal des élections. Au-delil des Illodalités d'imposition. c'est investis. Ré\Jarlis dans I'ensemble du royaume, mais ne recouvranl pas
un contrôle plus efficace du territoire sous la houlctte des officiers 10uI le lerritoire avant Ia fin du XVle sicc1e, ils sont surtout nombreux aux
royallx qui est en marche dans la réduction des états provinciaux, le fronticres [ZEl.LER, 1939]. Le royaume compte, 11 gouvernem~nts ~u
pouvoir royal étant beaucoup plus présent - et efficace - là ou les déhul du XVle sicc1e. 12 en 1559. inslallés en Ile-de-France, Plcardle,
agenls de I'administration Illonarchiquc cxcrcent leurs fOIl(:tions Orléanais. Normandie, Champagne, Bretagne, Bourgogne, Lyonnais,
dirertclllent SUl' le terrain IV. Le gouvernement de la lllonarchie fran- Guyenne. Languedoc, Dauphiné et Provence ,[DUPON;-F~RRIER, 1902].
çaise : Les finances de la monan:hie française). Les plus grands d'entre eux, ou les plus e:?oses, font I o?Jet de démem-
Les limites juridictionnelles des élcctions. parfois difficiles ii éta- bremenls, ce qui permet aux rois de grattfler leurs favons et de réc~m-
hlir avec précision, se caractérisent surlout par \em variété. Certaines penser lcs fidélités en leur accordant une charg.e de gouve~neur. C e~t
de res circonscriptions ne comprennent que quelques paroisses (17 aussi un moven de limiter le pouvoir de ces derlllers el de mleux contro-
pour Beaufort, en Champagne, par exemple). d'autres en comptent ler Ie territ~ire. La grande période de multiplication se place enlre le
plusieurs centaines (720 pour Poitiers, 672 pour Autun). Leur nombre débul des guerres de religion el I'amorce du rcgne personnel de
f1uctue en raison des remaniements permanents. Quelques chiffres, Louis XlV. Ainsi, I' Arlois est séparé de la Picardie pour former un gou-
cependant. apparaissent significatifs. Moins d'une centaine au début vernelllent à part, l'Orléanais esl dépossédé du .Main~, de I' Anjou, de .Ia
du XVle sicc!e, elles sont 146 en 1597. et 178 à la fin du XVtlle siccle, Touraine. du Poilou. de I' Aunis, du Berry. du Nlvernals el du SaumurOls,
réparties de la façon suivanle : 9 dans la généralité d'Alençon, 6 dans lesquels constituent aulant de gouvernements nouveaux. 11 en est de
cdle d'Amiens. 6 dans celle d'Auch. 5 dans ce\le de Bordeaux. 7 dans Illêllle pour le Lyonnais, qui perd le Bourhonnais, I' Auvergne et la
eelle de Bourges, 9 dans ce\le dc Caen. 12 dans celle de Châlons. fi Marche. ainsi que pour la Guyenne dont sont extraits la Saintonge, le
dans celle de Grenoble. 5 dans cel1c de Lyon. 6 dans ce11e de Lilllousin el le Béarn. et enfin leLanguedoc amputé de Foix.
Montallban. 7 dans ce\le de Moulins. 12 dans ce\le d'Orléans. 22 dans Les provinces conquises constituenl à kur .tour ~es gouvernel~ents :
ce\le de Paris (de loin la plus grande). 9 dans ce\le de Poiliers, 7 dans Roussi11on. Franche-Comté, Alsace, Flandre. A la tete de cette C1rcons-
ce\le de Riom. 5 dans ce\le de La Roche\le, 14 dans ce\le de ROllen. 7 cription. le gouverneur est là pour assurer la sécurité du royaume. C'est
dans re11e de Soissons, 16 dans cellc de Tours; el en Bourgogne. pour- lui qui a la garde eles places fortes el des fronticres, leve des troupes, a
{ant pays d'élats. exislent 4 élections (ce\les de Bar-sllr-Seine. I'adminislralion des garnisons ainsi que la discipline des gens de guerre
Tonnerre. Bourg el Be\ley). Si 1e nOll1hre des élections ne cesse de et Ie Illainlien de I'ordre dans les provinces. En réalité. les lettres de pro-
croitre, leurs attributions en revanche sonl progressivement éclipsées vision élargissent souvenl ses compélences au poinl de lui accorder une
par la création des intendançes (v. Le gouvernemenl de la monarchie délégalion ~générale de I'aulorilé suprême. En Languedoc par :xemple le
française). gouverneur détient et exerce officiel1eme.nt tous le.s ?ouvolrs roy~ux
[MOUSNIER. 1962]. S'ajoutenl à cela de fréquentes mlSSlOns tempormres

145
144
c?~fiées p~r le roi (tell.es que des enquêtes administratives ou judi-
clalres) qUI permettent fmalementaux gouverneurs de s'immiscer dans Généralités et intendances
toutes le~ parties ?e ,l',administration, ce qui fait dire à G. Zeller qu'i1s
peuvent etre consideres com me les prédécesseurs des intendants dans La généralité est la circonscription financiere la plus importante du
I'~dmini~tration de~ provinces [ZELLER, 1939]. L'omnipotence de eer- royaume. Elle dépend d'un bureau des trésoriers de France (appelé,
tams, qUI ont acqUls localement une puissance dépassant largement le depuis 1577, "bureau des finanees"), jusqu'à ce qu'elle passe sous le
cad:e de leur.s attributions militaires, amene à les considérer comme de contrôle de I'intendant, ce qui fait qu'au xvue siecle les termes de géné-
vént~bles vlce-rois, en particuIier dans Ies provinces récemment ralité et d'intendance peuvent être synonymes. II faut être attentif cepen-
acqUlses et pourvues de fortes autonomies [DOUCET, 1948]. dant, car si toutes les généralités étaient des intendances, toutes les inten-
dances en revanche n 'étaient pas des généralités. II n 'y a que dans les
~~mmés par le roi, en théorie toujours révocabIes bien que la pratique
pays d'élections que la généralité se confond avec I'intendance à partir
~n decide autrement. (I~~r pouvoir dans les provinces, à la tête de gamisons de la mise en place des intendants (essentiellement sous le regne de
Im~~rtant.es, re~d dlffJcIle leur destitution, surtout pendant Ies guerres de Louis XIII et la minorité de Louis XIV) ; dans les pays d'états l'inten-
r~hglOn SI proplces aux retournements d'alliance), les gouverneurs appar-
dance se greffe sur la province.
tlen~ent à Ia haute noblesse d'épée. En général possessionnés dans leur
Afin d'accélérer le recouvrement des impôts ordinaires et extraordi-
p~ovmce,. ces g~an?s féo~aux, quelquefois princes du sang, disposent
naires, François ler établit, par I'édit du 7 décembre 1542, seize recettes
d ~ne aSSlse terntorIale qUI renforce considérablement leur pouvoir local
générales ou généralités. Onze d'entre elles sont en pays d'élections :
et ~Jspe~v,enl ainsi devenir, en temps de troubles, des opposants puissant~
Paris, Châlons, Amiens, Rouen, Caen, Tours, Poitiers, BOllrges, Issoire
à.I autonte royale (v. L~.famille royale en France). Leurs prérogatives sont
(remplacée sous Henri II par Riom), Lyon et Agen (devenue Bordeaux par
d au~ant plus floues qu lls sont à la fois les représenlants du roi dans les
la suite) ; 5 se trouvent en pays d'états : Aix, Grenoble, Dijon, Montpellier,
provmces et de gr~n.ds seigneurs sur leurs terres. Leur poids sur la vie du
Toulouse, ces deux dernieres ordinairement réunies sous un même inten-
gou.vernement. varIaIt donc surtout en fonction de leur propre envergure
dant. Henri II ajoute à cette liste Limoges (1558), Orléans (1558) et Nantes
soclale et de I'lmportance de leur réseau clientélaire local. Une nuance doit
(dép1acée à Rennes qui devient chef Iieu de l'intendance de Bretagne).
cependant êtr: apportée au tableau : grand seigneur, Je gouvemeur réside
Sont créées ensuite les généralités de Moulins (1587), Soissons (1595),
~Ius souvent a la cour que dans sa province et, en temps de paix, ses fonc-
Montauban (1635), Alençon (1636) et, sous Louis XIV, Metz, Lille, La
!lOns sont surtout assumées par un lieutenant général, qui I'assiste quand Rochelle, Perpignan, Valenciennes, Strasbourg et Besançon.
II ne le remplaee pas. Le gouvernement permet ainsi à cette haute nobles-
se de se retirer dans sa province sans qllitler le service du roi tout en s 'éloi- À la tê te de ces généralités, un receveur général est chargé de ras-
gnant de la cour lorsque la politique I'exige. Bases arriere d'une noblesse sembler I' argent des impôts, pour le transmettre ensuite au trésor de J'É-
pargne, à Paris, s'il n'est pas dépensé sur place. Dans les élections qui
qui peut s'avérer turbulente, les gouvernements connaissent une histoire
eomposent ces généralités exercent les receveurs des aides et tailles sous
agi~ée, alternant entre des périodes d'affirmation de I' autorité royale et des
la responsabilité du receveur général (v. Les finances de la monarchie
pénodes de reprise d'indépendance locaJe.
française),
. En effet, des la premiere moitié du XVle siecle, la monarchie tente de
L'intendance est une circonscription administrative qui prend son
~Ieux contrôl~r les gouverneurs et de limiter Ieur pouvoir, mais ces der-
essor sous Louis XIII et devient rapidement une cellule essentielle du
mers reconqUlerent ~e .la pllissance à la faveur des troubles provoqués
contrôle monarchique. Superposée à la généralité dans les pays d'élec-
?ar ~es ~uerres de rehglOn [ZELLER, 1939]. Repris en main par Henri IV,
tions, elle couvre cependant un champ d'intervention beaucoup plus
IIs reaffJrment leu r importance locale jusqu'à ce que Riehelieu et surtout
vaste puisque les intendants exercent des fonctions de justice, de police
Loui,s XIV à partir de 1661, réduisent Jeur position dans les ;rovinees :
et de finances. Le namore des inte.ndance-s comme Ieur répartition oans
n?ii1ii1atiOi1 pom lroi~ an~ seuiemenl, rempiacement systém'atique lors
le royaume ne sont jamais compIetement stables, Aux conquêtes et
d a.b~e~c~ ~ar le~ IIeutenants généraux et surtout suppression de toute pertes de territoire qui amenent la création puis l'abandon d'intendances
actlvlte clvIle. La encore, l'arrivée des intendants joue contre les gOll-
s'ajoutent les modifications apportées au statut de certaines provinces,
vernellrs (v. Le gouvernement de la monarchie française).
passées de pays d'états à pays d'élections. II est possible cependant

146 147
lice n'en réduise les tes. À I'époque moderne, ii concerne encore
d'élablir un état des lieux. Anetle Sllledley-W{lresse la lisle des
I'llc-de-France, la Pic~.",ie, le Boulonnais, Calais, Dunkerque (depu is
intendances en 1678, alors que le rcgne de Louis XIV atteint son apo-
1(44). Ia Brie. Ia Champagne, la Beauce, la Sologne, le Berry, le
gée en lermes d'acquis terriloriau:c A celle date, le royaume comptait
Nivernais. le Bourbonnais, le Lyonnais, le Mâconnais, la Marche,
U~l: Ire.ntaine d'int.endances. réparlies cn lrois groupes. Dans les pays
I' Auvergne. le Forez, le Beaujolais, le Perche, le Maine, I' Anjou, la
d clectlons : Amlens, Alençon. Riolll. Bourges. Bordeaux. Caen.
Chnlons. Grenoble. Limoges. Lyon. Montauban. Moulins, Orléan~ Tourain~. 1e Poitou, I' Aunis et le Roche1ais, I' Angoumois. Aux marges
Paris. Poiliers. Rouen, Soissons. Tours. ainsi que La Rochelk. Dans 1cs de cet imlllense territoire qui occupe la moitié du pays, de son centre à
pays d'élals : Béarn (Pau). Provcnce (Aix). Brcta!!ne (Nantes), s;\ fronticre scptentrionale, dix autres parlcments se partagent le reste de
Bo.urgogne (Dijon) et Languedoc (un ;1deux intendanls.~à Montpellier la France. certains anciens, d'autres de création plus récente.
et a Toulouse). Dans les pays conquis : Ie Roussillon (Perpignan. 1(60), Le second en ancienneté comme en étendue est celui de Toulouse. II
la Franche-Comté (Besançon. Ió7ó). le liainaut (Valcnciennes. 167S), en!!lnhe ]e haut et le bas Languedoc, les Cévennes, une partie de la
Melz.I'Alsace (.SlI:asbourg, à partir de 16R9).I'Arlois (avec Lille. à par- Pr~vcnce rt eles pays de la rive droite du Rhône jusqu'aux portes de Lyon,
Ilr de Ifi91). amsl que le Lllxelllhour/! (perdu en 16(7) el Pignerol \c Roucn:ue jllsqu'aux limites de I'Auvergne. le Vivarais, le Gévaudan, le
(rel1llu en 1(96) [SMEDLEy-WEIl.. 19951. ~. I'
Quercy. Ar;nagnac et une partie des Pyrénées. Viennent ensuite celui de
L'organisation c1uterritoire prise à une date hien précise ne doit pas Bordeaux (couvrant le Bordelais, la Guyenne, la Gascogne, les Landes,
V l' Al.(enais. Ie Bazardais, le Périgord, le Limousin et la Saintonge), de Rouen
'I
occulter les redistributions administralives. quasi permanentes. Ainsi.
au déhut du rcgne de Louis XIV. cerlaines généralités sont associées. der~tis 1515 (héritier de l'Échiquier, iI comprend toute la Normandie), de
celle de Tours est gérée avec le Poilou de 16ó3 à 1665 : celle de I'Alsace Dijon (avec te duché de Bourgogne et les terres d'outre-Saône, d: ~~me
avec l\'1elz de 1661 à 16ó3. le Dauphiné est lié au Lyonnais de 1666 à que la Bresse. le Bugey et Valmorey apres 1601), de Grenoble (hmlte au
Ió79, et au centre le Berry, I' Auvergne rt Moulins sont unifiés pour un Dauphiné), d'Aix en Provence depu is 1501 (couvrant ~'ess~ntiel de I,a
temps avanl d'être à nouvC'aux séparés (v. Le gnuvernemC'nt de la Provcnce. Forcalquier et les terres adjacentes). de Rennes etabh en 1554 (II
monarchie française). partage par demi-année son siege avec Nantes. puis s'installe à Nantes de
1557 111561. avant de se fixeI' définitivement à Rennes, sauf entre 1675 et
1690 011 iI tombe en disgrâce et est transféré à Vannes apres la révolte du
Les circonscriptions judiciaires papier limbré ; son ressort correspond à toute la Bretagne). En 1620 est créé
le parlement de Pau. avec pour re5sort le Béarn, la Navarre" le pays. de
Soule clles pays d'états de cette frange pyrénée!lne. En 1633, c ~st ~e1ul de
. LC's circonscriplions jlldiciairC's apparaissent dirriciles ii cartogra-
Metz qui apparaít, leque I comprend les Trois-Evêchés et en pnnclpe tous
phler car leurs ressorts varient selon la nalure el I'élendue de leurs atlri-
I:ulions. lesquelles, bien souvent. se chevauchenl. Les ressorts juridic- les pays conquis du Nord tant que la création d'autres par~ements ne l'a~-
IlOnnC'fsel géographiques de I' ancienne France s 'organ isent en r~lI1clion pule pas d'une partie de son ressort. II partage ~a Lorr~lIle et I,e B.arrOls
mouvant avec le parlement de Nancy qui est tantot étabh et tantot dlssous
~e la hié~arc~lie des tribuna~lx. Les parlements. qui sont 1cs premieres
cours de Justice et dont les Jugements ne peuvent faire I'ohjet d'appeJ, au gré des conquêtes et pertes dans cette région ; à chaque disparition la
englobcnt donc dans leurs juridictions les bailliages et sénéchaussées, juridiction se ratlache à Metz. En 1686, c 'est au tour du parlement de
cours ,inféri~ures. ainsi que les présidiaux. créés sous Henri II pour sou- 'Tournai d'êlre constitué, puis transféré à Cambrai en 1709, et fixé à Douai
lager a la fOls les parlements et les cours secondaires. en 1713, Son ressort couvre tous les pays conquis SUl'les Pays-Bas. Le par-
Icment de Besançon est installé d'abord à Dôle en 1674, pu is déménage à
Cours sou~eraines, les parlcrnents disposent de ressorts qui CQU-
Besançon en 1676. Il exerce sa juridiction SUl' la Franche-Comté
vren.1 des pn~.tlons de terriloire Ires inégalcs. Le premicr d'entre ellx.
IMOlISNIER. 1980] (v. Le gouvernement de la monarchie française).
cel~1 de ~arJs. est .d~ loin ~e ~Ius illlportant. non seulement púr son
anclennete rt ses ortgllles qU1'111Iconferent une prééminence SUl'lous les Dans les provinces conquises. des conseils souverains (dits aussi
autres. mais aussi parce qu'il rst le plus étendu. Son ressort comprenait conseils supérieurs) tiennent lieu de parlement : celui de Pignerol fonc-
tout Ic royaullle avant que la créalion d'autres cours supérieures de jlls- lionne de 1631 à 1696, dale à laquelle cetle ville forte piémontaise prise

149
148
(prévôté, justice seigneuriale), est composé de divers rayons d'actions qui
en 1630 est.restituée au duc de Savoie, celui d' Artois, installé à Arras par
atteignent des éléments eux mêmes hétérogenes (fiefs et arriere-fiefs lalcs,
Charles Q~Int en 154.0 est confirmé par Louis XIII un siecle plus tard en
communautés rurales ou urbaines, seigneuries ecclésiasliques ... )
16.4~, c~luJ du Rousslllon est créé à Perpignan en 1640, et celui d' Alsace
(DUPONT-FERRIER,1902]. En cela, iI se définit mieux sous la forme d'une
~fJg1l1aJrement placé à Ensishein en 1657, déplacé à Brisach, est défini-
liste de localités et de fiefs ou s'exercent des droits divers que par la repré-
tlvement transporté à Colmar en 1698. II peut arriver que ces conseils
sentation d'un espace cartographié. Et ce, d'autant plus que I'enchevêtre-
souverams SOlem transformés en parlement, comme c'est le cas des
ment institutionnel et juridictionnel, souvent plus intense encore à un
Dombes qui devient le parlement de Trévoux de 1661 à 1775.
niveau local, brouille toutes limites géographiques. Celles-ci existent
, Placé~ sous la jurid.iclion des parlemenls, les bailliages et sénéchaus- pourtant, puisqu'un ressort prend forcément appui sur un terriloire. Les
s~es representem des tnbunaux inférieurs qui, installés dans une ville suf- superficies sont extrêmement variables, tel ressort comme celui du baillia-
Üsent cependant à en lransformer le slatul. Une petite ville devient 'ainsi ge d'Étampes ne dépassant pas un millier de km2, tel autre, Orléans par
vllle moy~nne lorsqu'u.n siege de .bailliage ou de sénéchaussée s'y instal- exemple, atteignant 3 000 km2. Leur nombre est en constante augmenta-
le, et cet ech~lo~ gravl dans la hlérarchie urbaine souligne I'importance tion. Comme les bailliages et sénéchaussées constituent également des cir-
des cours de JustIce ?ans la France d' Ancien Régime. Bailliageset séné- conscriptions électorales pour la désignation des députés aux états géné-
c~aussées sont des tnbunaux semblables, mais les premiers se situent plu- raux, on peut plus facilement les recenser à la veille d'une convocation des
tol dan,s le ??rd du royaume et les seconds plutôt dans le sud, encore que états. En 1560, la France compte 42 bailliages et sénéchaussées, une cen-
cette repartItlOn ne releve pas d'un principe absolu. II y ades sénéchaus- taine en 1614, plus de 400 à la veille de la Révolution (BRETTE, 1904].
sées dans le Bourbonnais, I' Artois et le Ponthieu, tandis que dans le sud,
su.r les bords du golfe de Gascogne, le labour est un bailliage. I1s appa-
À un niveau inférieur, les prévôtés représentent la justice royale de
base. Ils correspondent presque chaque fois (sauf exception, com me tou-
r~lsse?t tous de~x comme les unités institutionnelles de base, pour la jus-
tlC~ d abord pUlsque ce sont avant tout des circonscriptions judiciaires jours ... ) à une châtellenie, avec son réseau de fiefs. La plus petite des
mais, aussi pour I'administration (DOUCET,1948; MOUSNIER,1980]. ' circonscriptions judiciaires de I' Ancien Régime, appelée aussi viguerie
ou vicomté selon les régions, juge en premiere instance les petites causes
. ~ la tête .de ces circonscriptions. un bailli, ou sénéchal, représente la ou les flagrants délits. Avec la disparition progressive des prévôtés, les
JustIce du ~OI, et ~es arrêts ~e. rendent en son nom. En fait, à la période bailliages et sénéchaussées deviem'lent, par voie de conséquence, des tri-
m~derne, I eS,sentlel ?es aCllvnés revenait au lieulenant général. C'est lui bunaux de base sans que leurs ressorts en soient forcément modifiés
q~1 est charge de tralter les matieres judiciaires, administratives et mili- (v. Le gouvernement de la monarchie française).
lalres (puisqu.'i' convo.que le ban). II doit faire régner la justice du roi
da.ns .Ies provlIl.ces, et II esl ~ssisté dans ses fonclions par un lieutenant La création des présidiaux, en 1552, les affecte bien davantage,
cf1InJ.nel et un lJeutenant parllculier, des conseillers, un avocat du roi, un comme elle mécontente aussi les parlements. InstalIés dans les ressorts
greffIer en chef, des greffiers el des huissiers, tous attachés au tribunal. des cours souveraines, les présidiaux comprennent plusieurs bailliages et
sénéchaussées. En cela ce sont des cours intermédiaires d'un point de
En premiere instance, les bailliages jugent les causes civiles des vue strictement géographique, car i1s instituent plutôt un circuit paralIe-
nobles, les causes bénéficiales (relatives aux bénéfices ecclésiastiques)
le sur le plan juridique [BLANQUIE,2000].
e~, pour les cas r?yaux, to~t ce qui touche à la personne, à I'autorité, aux
blen.s et aux delllers du rOI (causes du domaine, crimes de lese-majesté, Mis en place pour favoriser une justice de proximité, plus rapide et
sacrI1e~e.s,. pO:IS d'arme, assemblées illicites ... ). I1s sont aussi chargés moins onéreuse pour les plaideurs qui évitent des séjours prolongés et
?e la ve:lflcatlOn des lettres palentes sur les marchés et foires. En appel, coQteux dans les villes parlementaires, Jes présidiaux déchargent les
IIs r.evOIenl I.es sen.tences rendues par les tribunaux inférieurs, prévôts cours souveraines d'un certain nombre de proces en appeI et désengor-
ou Juges se!gneunaux p!acés soü5 leüí iüridictioii. Les Hnnp.h: riP.~ gent ainsi le systcme judiciaire. Ils empietent ce faisant sur les attribu-
bailliages vont au parlement dont i1s dépendent (v. Le gouver~~~~nt-d~ tions des parlements, qu'i1s privent des revenus Iiés à I'exercice de la
la monarchie française). justice. De fail, les cours supérieures perdent, avec les présidiaux, bon
nombre de proces car ces nouveaux tribunaux jugent en dernier ressort
. Le ressort des bailliages ou sénéchaussées ne repose pas sur un terri-
toutes les matieres civiles inférieures à 250 1.1.ou 10 1.1.de rente et, sous
tOlre cohérent et compact mais, com me pour les juridictions inférieures
151
150

. :- -' '-I . f ".


réserve d'appel au parlelllenl. les affaires inféri( ; à 500 1.1. 0\1 20 1.1. DISPA "ÉS ET PARTICULARISMES
de rente pour les causes eiviles. Au crilllinel. les peines infligées par les
présidiaux n 'exeedent pas Ie earean, Ic fouet, le uannissclllent ct les
Le royaume de France, à I'instar de ses voisins, connalt des divi-
galercs à telllps, lorsqu'elles élaienl S,1I1Sappel. Lcs condal11nations à
sions internes, socioculturelles et politiques, assez fortes pour consti-
mort ou aux galcres perpéluellcs, cIles, passenl en appel au parlcmenl.
tuer. sirl(ln eles obstacles à I'affirmntion de I'autorité royale, du moins
C'halfue présidial eomprenanl pltrsieurs bailliages. leur rCss0rt pou- eles freins à ln construction d 'un sentiment national collectif. La perma-
vail être géographiquelllent tres vasle, lJuand bien même la lllultiplica- nenee, pcndant toul I' Ancien Régillle, el même au-elelà, de particula-
tilln des présidiaux sous Richelieu I:n réduit I'élenduc. Ainsi, Ie présidial rismes loeaux est étroitement liée au rattachement de territoires qui pos-
de l\1onlbrisson, créé en 16~7, englobait I) villes eloses, 400 paroisses,
sedenl des traelitions propres à leur hisloire. Là encore, l'agrégat d'hé-
26 ehâtellenies royales, 4 sieges partieuliers. Si le ressort juridictionnel
rilnges joue en faveur des disparités (de langues, de coutumes, de privi-
du présidiaJ est établi par I'édit de eréation de janvier 1552, le partage
Icges. d'élalonnages) que la monnrchie respecte et même répercute au
des compétences avec le baillinge reste compliqué par le fait que ces
niveau inslilUtionnel : la division administrative du territoire, on I'a vu,
cours nouvellement créées sont toujours installées - et dane associées - à
en est I'illustration ; le maintien des asselllblées d'états exprime bien
un hailliage spécifique qui pnrtnge alors san tribunal. La cour a ainsi ln
cclte volonté royale de ne pas heurter de front les autonomies locales,
présidialité pour toutes les causes inscrites dans J'édit de 1552 - ce qui
l'inégale répartition fiscale offre encore cette image d'une intégration
revient à dire lJu'clle juge à titre de présidial sur I'ensemble du ressort -
mais pour les nutres chefs d'accusatinn elle retrouve ses compétences des spéci fieités régionales.
bailliageres et n'exerce que sur son propre ressnrt, laissant aux autres Est-ce à dire pour autant que le maintien des particularismes entrave
bnillinges le soin de faire de mêlllc sur le !cur rBLANQLJIE, 2000]. la cnhésion nationale ? Colette Beaune répond par la négative en mon-
En 1552.60 présidiaux snnt créés. 32 d'entre eux sont installés dans trnnt comment politique et propaganele organisent, des le xve siecle, la
le plus élendu des ressorts parlemenlaires, celui de Paris, conformélllent naissance ele la "Nation France" par la mobilisation de I 'histoire, du
à 1,1politique royale de rapproeher la juslice des justiciablcs. 9 sont Illis sacré et de la généalogie de la royauté, comme autant de signes de l'uni-
en plnce dans le ressort du parlement dcBordeaux, 7 dans celui de té fmnçaise [BEAUNE, 1985]. Mais' cette construction venue de I'entoura-
Toulouse, 7 aussi elans celui de Rouen, et 5 en Bretagne, dont un suppri- ge royal est-elle annonciatrice d'une volonté d'unification du royaume ?
mé quelques mois seulcmenl apres sa eréalion. Richelieu en aj0ute une L'nttitucle de la monarchie face aux particularismes locaux rend difficile
vingtaine à la lisle d'origine, el Louis XIV en instilue encore 'deux fois une réponse hien tranchée : eIle a certes hesoin de se forger des outils de
huit. cn Franche-Colllté et en Fl:lI1dre. gouvernement qui soient opérationnels sur l'ensemble du territoire, et
cetle nécessité tenclmit à une certaine uniformisation ; eIle ne peut pour-
Pourvu de douze parlemenls el de lJualre conseils souverains, d 'une
cenlaine de présidiaux et de plusieurs centaines de bailliages el séné-
,.
-1
j'
tant faire abstraction de l'héritage historique de chacune des provinces
qui forlllent son État. Cest donc avec bienveillance, respect, indifféren-
",,' chaussées à la fin du regne de Louis XIV. \e royaume de Fn~nce est elnté I.
d'un solide eadre juridique donl ln plus grande faiblesse réside dans les ce parfois, mais non sans interventionnisme que le roi de France consi-
conllits de juridictions qu'entretiennent les cours entre elles, conllits dont dere la cliversité de ses peuples. Et que ce soit par le travai! de la monar-
les justicinbles font parfois les frais mais lJu'ils savent aussi rnobiliser en chie sur elIe-même, des juristes qui I'entourent, ou d'une population
leur faveur. Cepenelant. I'inégale réparlition dans I'espace des différentes gênée des dysfonctionnements qu'entralnent les disparités régionales, la
cours ~e justice et I'extrême variélé de I'étendue des juridictions fonl que France se transforme insensiblement et apparalt, à la fin du regne de
I~s sUJrts du roi. restent géogmphiquement inégaux devant la justice. qui LOllis XIV, plus unifiée qu'cl1e ne I'était à la mort de François le,.
n est pas accesslble à lous de ln mêmr façon. Dans cet ordre d'idées, lcs L'arbre ne doit pourtant pas cacher la forêt : l'évolution est lente et
circonscriptions administmtives qui structurent le lerritoire n 'autorisent concerne essentiel1ement I'appareil d'État ou les couches supérieures de
pns une présence pnrfnilement homogcne oe I'nutorité royale. rI ks habi- la société. Le menu peuple pour sa part continue à vivre au rythme de ses
fants n 'ont pas tous la même expérienee de I'affinnation monarehique. I us, de ses coutumes et de ses traditions.
i
152
I 153

-_ ~h ...~"""'_•........._- ....
part des habitants ne comprennent absolument pas la langue de l'admi-
La diversité Iinguistique nistration. Ainsi, au parlement de Navarre, le procureur demande le
maintien d'interpretes pour que les prévenus comprennent ce qui se dit
À cinquante kilometres de Paris, Louis XIV se fait haranguer en au pro ces [ZINK, 2000].
picard [GOUBERTet ROCHE, 1984]. Cest dire si l'unité linguistique est
Dans I'ensemble, cependant, le français gagne du terrain sur Ies dia-
loin d'être établie. et si les patois sont encore bien vivaces à la fin du
lectes anciens au cours de la période moderne. Faut-il y voir là le
XVII" siecle. En fait, la France d'Ancien Régime se caractérise par sa
grande diversité Iinguistique ; bien des sujets du roi ne parlent que leur triomphe d'une politique monarchique efficace ? La réponse est d'autant
dialecte, sans même comprendre le français, cette langue de la cour et de moins aisée que I'existence même d'une politique de la langue est pro-
l'État - des élites, donc - essentiellement en usage dans I'ancien domai- blématique. Colette Beaune souligne I' intérêt que la rnonarchie porte à
ne capétien, encore qu'avec d'infinies variantes. Que dire alors du latin, cette question des le Moyen Âge : en 1300, déjà, le français constitue
à caractere international, mais réservé aux lettrés et aux hommes de I'un des caracteres distinctifs de la nation, et Jean Gerson au XIV"siec1e,
science ! Quelques chiffres sont révélateurs, bien que tardifs car les justifie l'élection de Philippe VI au trône de France en 1328 par le fait
enquêtes ne sont menées dans ce domaine qu'apres la chute de Ia monar- "Que nous comprenions sa langue" (contrairement au candidat anglais)
chie. L'enquête lancée par Grégoire en 1790 révele qu'un Français sur [BEAUNE, 1985]. Pour autant, la langue ne constitue pas, pour les habi-
deu x ne connait pas la langue nationale ; en 1864 encore, dans 22 % des tants du royaume, un signe d'identité nationale : parler breton ou pro-
com munes de France, les habitants ne parlent pas le français (enquête de vençal, sans comprendre le français n 'empêche en rien de se sentir sujet
Victor Duruy) [WEBER, 1983]. La géographie linguistique de la France du roi de France. Quant à la royauté, elle n'a jamais rapporté les limites
est, comme dans bien d'autres domaines, difficile à établir : les dialectes de sa souveraineté à celui des langues [NORDMAN,1998]. La conquête du
qui puisent leurs sources dans les langues meres se fondent impercepti- français, soutenue, favorisée par la monarchie, passe par d'autres voies
blemcnt les uns dans les autres. Dcs groupes linguistiques peuvent que les usages populaires. Langue de I'administration, ii s'impose par le
cependant être distingués. Deux grands ensembles divisent le royaume. haut. Une premiere étape décisive est franchie avec l'artic1e I lIde I'or-
Au Nord, les pays de Iangue d'oi"! regroupent les 2/3 de la population.
donnance de Villers-Cotterêts promulguée en 1539: désormais, les déci-
Outre le français, c'est là que se rencontrent les jargons picards, nor-
sions de justice doivent toutes être Tédigées en "Iangage maternel fran-
mands, bourguignons. Au Sud, la langue d' oc concerne 1/3 de la popu-
çois". En d'autres termes, le français devient la langue de I'État et sup-
lation, divisée entre les parlers provençaux, gascons, limousins, auver-
plante le latin dans les actes de I'autorité royale. Au-delà de I'adminis-
gnats. À cela s'ajoutent d'autres langues bien distinctes, telles que I'al-
tration, ii s'impose également dans la diplomatie, mais reste, par son
lemand (parlé en AIsace et dans une partie de la Lorraine), le f1amancl, le
breton, le basque, le catalan, l'italien. Toutes ces grandes familles lin- caractere éminemment politique, une langue de couro L'ordonnance de
guistiques se déclinent sans cesse en patois, idiomes, dialectes qui alte- VilIers-Cotterêts, de fait, ne va pas jusqu'à interdire I'emploi des patois
rent les langues au point de les rendre souvent incompréhensibles. Les régionaux. C'est davantage le latin qui est touché par cette mesure, et
sujets du roi de France étant tres majoritairement sédentaires, ils se com- son recul est patent au XVII"siec1e dans tous les domaines. Des 1625, la
prennent à I'intérieur de communautés, finalement assez étroites, mais théologie adopte le français (publication de la Somme théologique du
lorsqu'iI s'agit de communiquer avec le reste du royaume, c'est essen- pere François Garasse), en 1635 Descartes I'impose en philosophie
tiellement au français qu'ils ont recours. D'ou le bilinguisme, assez (Discours de la méthode) ; à la fin du XVII"siec1e la poésie savante lati-
développé, bien que mal maitrisé. L'exemple du corsaire Jean Bart est ne est moribonde, les progres scientifiques s'impriment en français
significatif. Originaire de Dunkerque, ii est invité à la cour par (1665 : premiere parution du Journal des Savallts) [DESCIMONet GUERY,
Louis XIV apres son évasion de Plymouth en 1699, mais refuse d'y aller 2000]. Là encore. I'action monarchique a joué un rôle puisque la créa-
nt:lr •..•
o rt111~1 •.••••• " ••••••.••••~ ...I
.••L!o •.•• ~n •.• 1 •..• I~~: ... rn...............•..........
Ç •••.••.•. ~•.r-t •••....•.•,.~ "lnnn1 Tl
pu .•....••.. "1 •..• ai •••.... ""'V.UJ-'I ••....I1U pa~ I\" J.lQU'r(lI" lLJ'c.~,)'-lIVIVI'4 vl \.JUt.K1 .c:.VUVJ. 11 tion de I' Académie française, en 1635, visait précisément à préserver ia
semble que les 2/3 des sujets du roi parlent courarnment autre chose que langue de I'État tout en lui conférant les moyens de son perfectionne-
le français [GOUBERTet ROCHE, 1984], mais qu'ils sont de plus en plus ment. Le Dictiollllaire de l' Académie jrançaise, publié pour la premiere
nombreux à comprendre, bon an mal an, la langue de I'État, encore que, fois en 1694, fixe ainsi I'usage normatif du français.
dans les provinces les plus reculées, comme dans le Pays basque, la plu-
155
154

._--------_._--"'-------
Langlle de la cour, de la cllllure, du pouvoir, le Içais, en s'impo- Dans la mesure ou V 'glle ne constitue pas, aux yeux de la monar-
sant parlout cOlllllle tel, dessine alors une géograpllle linguistique du chie, une entrave à I'unl,~ du royaume, iI n 'y a pas lieu de combaltre
royaume bien plus sociale que spatialc. Outrc l'opposition Paris/provin- 1'usage des patois. Mais la diffusion du français, née de la nécessité
cc. Ia pralique du français marque la elislance entrc le monde eles villes d'établir un langage administratif commun, dans les couches supérieures
et celui dcs campagnes, la France profonelc ct celle des LlImieres, les et moyennes de Ia société provinciale, reste le signe autant que I'outil
groupcs cnclavés et ceux des échangcs. I'élite cultivée et le peuple jar- des progres de I'État et de la centralisation monarchi~ue. Le ,fac~eur. Iin-
~onnanl. Au sein d'une rnêllle falllille arislocralique provinciale. Ia posi- guislique participe alors, malgré tout, à la constructlOn de I unllé tran-
Ilon de chacun s'affirme parfois par I'usage ele la lan)!ue. En Lan)!lIcdoc, çaisc. El la pcrsistance des patois ll1ainticnt cerlaines lourdeurs adminis-
I'ainé des Fonvielle. destiné au service du roi, est élevé en français, au tratives telles que la publication en deux langues des décisions royales
point d'aillcurs de ne pas cOlllprendre Ic parleI' de Toulouse lorsqu'il dans Illaintcs provinces ou la présence de traducteurs dans des audiences
entre au college à I' âge de 6 ans. Ses freres cadets au conlraire ont gran- I,
publiques [BARJlEY, 1992; ZINK, 2000].
eli cn nourricc et ne s'exprirnent qu'cn patois ; ce qui rcnd les échanges
difficiles au sein d'une mêllle farni1le, les llllS cntendant à peine le fr~n-
çais, I'autre ne saisissant guere le jargon de ses freres [Mémoires hisfO- Coulumes el privileges
riques du chel'Glier de FOI/l'ielle, cité p<tr CASTAN, 1981]. Cas extrêllle
peUl-être. surtout en celte sec onde moitié du XVI"e siecIe, cet exelllple est Lc droit du roi, promulgué par ordonnances, s'applique en principe à
néanmoins révélaleur des dissensions sociales que traduit1a langue. Pour I'ensemble du royaume. Cela ne signifie pas pour autant qu'iI y ail une
les nobles du Béarn. dans la prcllliere Illoitié du Xv"e siecle encore, c'est unité juridique dans la France d'Ancien Régime. D'abord parce que tout
"Ie voyage de cour [qui leur] apprend à parleI''' [ZINK, 2000]. Les un monde de privilégiés échappe aux mesures royales, chacun étant
exemples sont moins courants par la suite: I'alllélioration des routes et exell1plé selon son état: ensuite parce qu'au droit public opérationnel SUl'
donc dcs cornlllunications contribue à raire rCCliler les dialectes anciens tout le territoire s'oppose un drait privé régi par les coutumes des
[GollRERT el RaCHE, 1984] (v. La maitrisc ele I'espace).
anciennes principautés.
Le triOlllphe du français est donc quantitativement relatif puisqu'i1 Les coutumes trouvent principalement leur place dans la partie Nord
reste I'affaire d'une élite ou ele celte faible proportion de la population du royaume, tandis que dans le Sud domine le droit romain, ou droit
amenée à se déplacer dans le royaume et contrainte à communiquer dans écrit. La ligne de fracture se situe aux limites septentrionales de la
la seule langue qui se rencontre SUl' J'ensemble du territoire.
Saintonge, du Périgord, du Limousin, du Beaujolais, du Mâconnais, des
Qualitalivement en revanche, la dOlllinalion d'une langue d'État
Dombes et du Dauphiné ; mais là encore les frontieres sont assez floues.
consacre la réussite d'un processus unificateur de la politique absolutis-
En fait. iI s'agit plutôt d'une zone de contact - ou zone de marche - tres
te. La force de la monarchie ticnt à ce qu 'ellc a su, en respectant à tra-
large ou I'interpénétration des deu x pratiques se fait neltement sentir, en
vers les langues les parlicularismes locaux. obtenir I'adhésion des élites
particulier dans les archives notariales [HtLA1RE,1994]. Com me toujours
pro~inciales qui se converlissent au français pour participeI' à I'adminis-
d'ailleurs. Ia distinction entre droit coutumier et droit écrit n'est pas si
trallon royale. La langue écrite se réserve Ic français : les patois ne sont
nelle pu isque le c1roit romain pouvait. être mobilisé en pays de coutume
plus quc des parlcrs popuIaires, dépourvus de littérature et donc de toute
lorsque celle-ci était muelte ; a contrario, ii existe dans le Midi des cou-
d:~l1ension cuIturelle. À la fin du XVllesiecIe, la royauté peut se permettre
tumes qui s'appliquent localement en préférence au droit écrit.
d IIllposer sa propre langue dans les pays conquis. Des édits sont pds en
c,e senso en I?R~ pour les Flandres marilimes. en janvier 16R5 pour Dans Ies pays coutumiers, ii existe au début du XVle siecle, quelque
I AIsa~e. en fevner 1:00 pour le Roussillon. Là. Ia législation royale 700 coutumes locales qui s'appliquent à des unités géographiques Iimi-
prescnt I'usage excluslf du français. Partoul ailleurs, le français ne s'im- tées. à une seigneurie, une vilIe, voire une portion de ville [DOUCET,
po.se pas au-de!à des cadres de I'administration royale. Ainsi Ia langue du 194R]. À cclles-ci se superposent des coutumes générales, regroupées
rol de ['rance dépasse les frontieres en pénétrant les autres cours de d' apres leurs concordances SUl'des points essentiels de droit privé. Ainsi,
I'Europe au XVllIe siecle sans jamais pénétrer au plus profond du royau- dans le ressorl du parlement de Paris (immense, rappelons-Ie), la coutu-
me. Le monde du pouvoir ne parlc pas patois. me de Paris est dominante, mais elle côtoie celles du Beauvaisis, de

156 157

,~-, ---------------------',---_ ... -,


Picardie, de Vermondois, de Champagne, d'Orléanais, de Touraine, roclite du paysage juridique d' Ancien Régime. Au regard des comporte-
d' Anjou, de Poitou, du Berry, de la Marche, d' Auvergne, du ments successoraux, Jean Yver propose une géographie plus ramassée au
Bourbonnais et du Nivernais. Dans les autres ressorts de parlement, les droit privé réparti en quatre vastes aires coutumiêres. Le groupe des
coutumes correspondent dans leurs grandes lignes aux limites d'autorité coutumes 'de I'Ouest rassemble celles de Normandie, Bretagne,
des cours souveraines ; le parlement de Rouen applique la coutume de Touraine, Maine, Anjou et Poitou. La dominante est une égal.ité s~ricte
Normandie, celui de Dijon la coutume de Bourgogne et celui de Rennes entre héritier, à I'exclusion des filies dotées. Au No~d, Plcardle et
la coutume de Bretagne. Wallonie pratiquent un droit fonciêrementcommunautaIre (conune en
Dans le Midi, I'unité législative est loute relative. Le maintien de témoigne par exemple le partage successoral.entre les enfants de plu-
coutumes régionales (ex: Fors de Béarn dans le royaume de Navarre ; sieurs Iits). Au Centre, à la limite du droit écnt, les co~t~mes du Berry,
coutume de la viJIe de Bordeaux plus proche des pratiques coutumiêres Nivernais, Auvergne, Bourbonnais et Bourgogne se dlstmguent par un
de I'Ouest que des principes du droit romain) perturbe cette uniformisa- . comportement juridique plus individualiste, et marqué en cela par le
tion du droit. À cela s'ajoutent des arrêts des parlements qui vont parfois droit romain en vigueur un peu plus au Sud (le recours três fréquent a.u
à I'encontre de I'esprit du droit méridional, et font jurisprudence dans la testament en est une bonne illustration). Enfin, le groupe orléano-pan-
mesure ou ii n'y a pas de pourvoi possible en matiêre de droit privé. sien est marqué par une pratique plutôt communa:u~aire, m~i~ .avec des
Enfin, la pratique notariale, qui répond aux devoirs et aux volontés des aménagements qui permettent une adaptation au chOlx des hentlers, t,elle
particuliers, contribue à forger un droit vivant qui ne se réfêre pas au que la faculté d'option, pour I'enfant doté, entre sa dot ou sa part d hé-
droit en vigueur, qu 'ii soit romain ou coutumier, et instaure de la sorte ritage au décês des parents [YvER, 1966].
des comportements juridiques parallêles. Ainsi se dessine, selon Jean La rédaction des coutumes conduit donc, paradoxalement, à une cer-
Hilaire, une nouvelle distinction dans le monde du droit, qui n'est plus
taine uniformisation du droit privé. II est vrai que la mise par écrit des
géographique cette fois, mais plutôt social e ; d'un côté les membres de
pratiques coutumieres contribue largement, en .Ies fix~nt, à e~ souligner
I'aristocratie et de la bourgeoisie adhêrent aux coutumes de droit écrit,
la diversité. Le mouvement aboutit alors à dlfférencler clalrement les
tandis qu 'un "droit des champs" sans autre fondement que celui de la
coutumes - désormais disponibles sous formes de volumes im~rimés.-
pratique concernerait le menu peuple [HILAtRE, 1994].
tout en les protégeant contre les infiltrations romanis~ntes qUi, con~n-
Cette géographie sommaire souligne la complexité juridique d'un buaient à les dénaturer. Mais en même temps, les modahtés de redactlOn
royaume qui, pour la majeure partie de son territoire, ne dispose de sur- provoquent inévitablement une simplification. des usages, et p,ar c~nsé-
croit d'aucun support écrit du droit en vigueur jusqu'à la fin du Moyen quent une modification des coutumes. Attentlfs à conserver I espnt. de
Âge. Ce sera I'a:uvre du XVte siêcle avec le grand mouvement de rédac- ces pratiques du droit privé, les magistrats chargés d'élaborer les proJets
tion des coutumes, amorcé dês 1454 (art. 125 de I'ordonnance de Montil de rédaction (le plus souvent des juges de juridic~ion inf~ri.eure t;ls que
les Tours) mais vraiment opérationnel seulement à partir de Louis XII des prévôts) ont dG. cependant faire un tri yarml les mlllJ.ers d ~sages
(OrJéans 1509, Paris 1510). Au milieu du XVIe siêcle, la plupart des cou .. divergents pour n 'en retenir que les pr.incI'p~ux. Ce,s ~ahlers p~epa~a-
tumes sont rédigées. Dans la seconde moitié du XVte siêcle, les juristes toires établis en collaboration avec les Justlclables, etalent ensUlte dls-
s'attellent cette fois à une tache de réformation des coutumes qu'accom .. cutés 'dans les assemblées provinciales des trois ordres avant d'êtr~
pagne un gros travai! de commentaires de celles-ci. Quelques-unes, envoyés aux commissaires du roi qui. ~roc.édaient à ~eur. publication. A
cependant, achêvent d'être rédigées, telle celle de Normandie dans les cette occasion s'opere aussi une modlflcatlOn - par fIx~t~on .- d.u ressort
années 1577-1583. Au total, la soixantaine de coutumes régionales sont de la coutume qui prend pour cadre les bailliages et ul1lfIe amSl des ter-
fixées à la fin du XVte siêcle, et 300 usages ou coutumes locaux subissent ritoires d'application quelquefois três morcelés [HtLAtRE, 1994].
le même sort. Par la suite, la rédaction ne concerne plus que quelques us
I Pn l~n('~nt 1~ v~<tp.
•.....••...•.•• y .....••~.- ._'-'--
nnP.r~tinn
-r--~--- de rédaction des coutumes, la monar-
locaux~ SUf Ia l1erTlHnde des nabitants, !nais ces activités ponctueHes sont I'
chie a engagé le droit privé dans la voie ~e ,I'uni.fication. qui, bien que
loin d'avoir I'ampleur de la vaste entreprise du XVIe siêcle.
toute relative, n'en est pas moins réelle : SI I AnClen Rég~m~ reste,ma~-
La fixation du droit privé permet de dégager les grandes Iignes des qué par I'application de droits pri:~s diff~renciés, .des mdlces temo~-
pratiques coutulniêres et d'offrir ainsi une vue d'ensemble moins hété- gnent cependant d'une volonté pohtlque d mterventlOn dans ce domal-

158 159
versités un enseigneJr ten français de toutes les formes de droit (cou-
ne. en collaboration avcc Ir monde dcs jurisles mpression en fran-
tumier. romain et can 4ue). Les professeurs formés sur un seul mode-
r,:ais des coutumes régionalcs inlrueluit un langa!:,,- .;ommun (ii I'excep-
lion du Fors ele Béarn. rédigé cn dialrcle ;lvanl I' incorporalion ele celte le ct armés d'un même bagage juridique vont ainsi répandre une idée
pro\'incel que I'inlervention e1csjurislcs. lesqucls partagcnl une cu1ture commune du droit et, en quclque sorte. préparer le terrain à I'reuvre
et eles praliques eOlllmunes. rend plus hOlTlogene encore. Par ailleurs. Ia réformatrice de la Révolution.
Iransforlllation ele Iradilions oralcs en \'éritables lois écriles leur confe- Le royaume. divisé quant aux pratiques locales d'un droit privé cou-
re une force qui puise son origine dans l'autorité royale. Mais c'est sur- tumier ou romanisant, construit doucement une unité de pensée du droit
loul lors e1u mouvemcnl ele réformation eles eoulumes (seeonde moitié qui n'est pas sans influencer les comporleme.nts juridiques des juges. des
du XVI' siecle) que le désir d'h;lrlllonisation du c\roit privé se fail le plus not;lires. des justiciables.
sentir. Une abonei ante liuérature jurielique accompagne puhlication el
réformation, ;lfin e1'en faire les commenlaires, e1'en c\onner Ics interpré-
l;ltions. Parllli les juristes Ics plus célebres. on peut citer Charles Une multitude de privileges
DUllloulin (1500-1566). e10nl Jes commentaires sur la eoutullle ele P;lris
inspireront beaucoup Ics réformatcurs. René Chopin (1537-1606) qui Autant le monde du droit privé s'inscrit géographiquement sur le ter-
lravaille sur les coutullles de Paris el d' Anjou. Pierre Pithon (1539- ritoire français, autant celui des privileges esl inhérent ã l'organisation
1596) pour la Champagne. Guy Coquille (1523-1603) pour celle e1u sociale du royaume. Le juriste Charles Loyseau, au début du XVlle siêc1e,
Nivernais. Tous ces jurisconsulles. proches ele la monarchie. lenlenl ele enlend par privi1ege "une dispense du droit commun". Ce qui pourrait
penser le e1roit privé en termes de cohésion (sans pour autanl nier les appara'itre alors comme une procédure d'exception est en fait un phéno-
spécificités propres à chaque couíume), afin de représenter des pra- mene généra1isé qui touche peu ou prou tous les sujets du roi: la France
tiques qui s'inscrivent dans un seul et mêllle royaume. De ce point de d' Ancien Régime est celle des privileges. À l'origine bienfaits d'un sei-
vue. I'reuvre de Dumoulin. el surlout les Il/sl;lules coulum;eres gneur ou d'un souverain, i1s sont institués de si longue date qu'i1s sont
eI'Antoine Loisel (1536-1617) publiés en 1607 sonl fondamenlales, car devenlls irrévocables et contribuent à définir le statut des personnes, à
elles lendenl à montrer que les coulUmes sont. ã I'image eles provinces, affirmer leur position sociale. I1s font bien parti e de ces particu1arismes
soumises à I'aulorité du roi. Par ailleurs. les progres menés e1ans Ic sens - locaux ou sociaux - que 1e roi ne 'peut réduire, et qu'i\ se doit de res-
dc I'unificalion doivent beaueoup ã la réformation de la coutume de
pecter s'i1 ne veut pas risquer de sombrer dans la tyrannie.
Paris. pub1iée en 1580. Ainsi améliorée, eetle coutume devicnl une sorte
de modelc qui prend le pas sur toutes les autres ch;lque fois que I'une Inscrits dans la dépendance des offices, des ordres, des corps, les
d'cllcs se trouve lacunaire sur un point parliculier. Elle acquierl de ce privileges ne sont accordés qu'à titre collectif; et seule I 'appartenance
fail la valeur d'un e1roit supplétif [Dotl(,ET. 19481. Les juristes trouvent à une communauté permet aux sujets de jouir des faveurs ou exemp-
lã un référcnt au droit COlllllllln coullllllier d'autant plus opérationnel tions qui y sont attachées. Ainsi les corporations de métier défendcnt le
qu'il bénéficie de la posilion parisienne de capitale et de la prééminen- monopole ele leurs artisans, les échevinages protegent les franchises
ce riu parlemenl de Paris sur tous lcs mitres. donl dispose leur vil1e, les assemblées villageoises prennent soin de
conserver les droits de la communauté, les eorps d'officiers sont les
Réticenle à inlervenir direClement de peur de provoquer le mécon-
mieux placés pour rappeler au roi les privi\eges de leurs membres, les
lentement populaire et afin de ne pas caulionner ouverlement le pouvoir
élats provinciaux enlretiennent les particularismes fiscaux et adlllinis-
des parlements. Ia royauté laisse cependant reuvrer des juristes qui len-
tratifs de leur province, la noblesse est attentive à maintenir ses avan-
tel1l de codifier le droit et de renforcer l'autorité monarchique en ce
dOlllaine. Le XVII' sieCle verra la tendance s'accentuer encore par la tages et Ie c1ergé les Iibertés de I'Église gal1icane. Qu'i\ fasse partie
recherche d 'un droit commun à lout le royaume soutenu par Ies parle- d'un ensemble géographique (province, ville, village, seigneurie), cor-
ments et autres tribunaux royaux (décisions de justice allant en ce sens poratif, intel1ectuel (université, académie), économique (compagnie de
el faisant jurisprudence par exemple). Sous Louis XIV enfin. un édit commerce, manufacture) ou social (c1ergé. noblesse d'épée, noblesse
pub1ié en avril 1679, touchant I'élurlc du français, va fortement faire de robe. bourgeoisie ... ), et le particulier devient privilégié. Les avan-
avancer I'unificalion juridique en instituant dans l'ensemble des uni- tages peuvent être honorifiques (la préséance, par exemple, permet

161
160
d'affirmer la supériorité d'un corps sur un autre, d'un titre, d'une raineté - qui dispose toujours d'un moyen sOr d'en réduire les effets en
faveur) ou utiles, sources de profits matériels (par exemption de taxes en instituant de nouveaux qui empietent sur les précédents. Mais quant à
ou d'impôt, par la domination sur un marché, par le monopole de en simplifier les données sociales ... c'est un moyen de gouvernement
l'exercice d'un métier), mais dans tous les cas ils procurent pouvoir et trop précieux pour que personne n'y songe sérieusement. La politique
distinction, ce qui explique que les sujets du roi soient si attachés à royale, dans ce domaine, ne prend jamais la voie de I'unification : ii ne
Ieurs privileges, les défendent avec un acharnement qui ne se dément s'agit pas tant de supprimer les privileges que d'y insérer l'autorité
jamais jusqu'à la fin de l'Ancien Régime. Comme ils résultent de monarchique [RICHET, 1973].
négociations termes à termes et proviennent le plus souvent d'une
récompense pour service rendu ou pour une fidélité assurée dans des
périodes troublées, ces distinctions sont propres à chaque groupe et Une géographie fiscale complexe
loin d'être les mêmes partout et pour tous. Être bourgeois de Paris
n'apporte pas les mêmes avantages qu'être bourgeois de Calais, même On peut encore dégager, pour l' Ancien Régime, les traits essentiels
si cet état assure toujours le bénéfice de franchise, d'exemption, d'hon- d'une géographie fiscale. L'impôt royal - direct ou indirect - était loin
neurs. De la même façon, Ies pays d 'états sont tousfavorisés face aux d'être perçu également sur l'ensemble du territoire. Des distinctions
provinces d'élections, mais leurs prérogatives dépendent d'accords sociales - étroitement liées à la société des privileges - permettaient aux
passés avec le roi. Les corporations de métier ne sont pas toutes logées corps d'échapper à certaines perceptions. Outre le clergé, exempté d'im-
à la même enseigne et doivent leurs privileges (monopole de la fabri- pôts mais concédant chaque année un don gratuit qui compensait - ou
cation, contrôle de la production et de la vente, vérification de la qua- achetait ? - ce manque à gagner pour la monarchie, la noblesse échappait
lité, surveillance de l'embauche, etc.) aux chartes qu'elles doivent res- . à la taille. Là, ii faut distinguer entre une France du Nord, soumise au
pecter [GauBERT et RacHE, 1984]. régime de la taille personnelle (c'est-à-dire qu'elle était redevable par les
personnes roturieres), et une France du Sud ou sévissait la taille réelle
Les privileges ne sont pas une affaire d'État, mais I'affaire du roi, et
(pesant sur les terres non nobles, et que devaient payer tous ceux qui en
la monarchie entretient cette économie de la faveur qui permet au
détenaient) (v. Les finances de la monarchie française).
monarque de maintenir des liens personnels avec les différentes compo-
santes de son royaume. Le souverain est tenu, à son avenement, de Certaines taxes ne pesaient pas de la même façon dans tout le royau-
confirmer les privileges de chacun : l'opération montre bien que c'est la me. C'est le cas de la gabelle, cet impôt sur le sei particulierement inégal
personne royale, plus que l'institution monarchique, qui est concernée dans sa répartition territoriale. Au centre, les pays de grande gabelle sont
puisque le roi promet en son nom propre de respecter les avantages obte- les moins favorisés : non seulement le sei y est tres cher, car lourdement
nus de longue date. La cérémonie peut donner lieu à des négociations ou taxé, mais les habitants ont en plus l'obligation d'en acheter une certai-
les deux parties y trouvent leur compte. L'entrée royale dans une ville est ne qllantité (c'est le "sei du devoir"). Ils comprennent les 12 généralités
de ce point de vue révélatrice car elle donne I'occasion à la communau- d'Anjou, de Touraine, du Berry, de l'Orléanais, du Bourbonnais, de la
té urbaine d' assurer le roi de sa fidélité et d 'obtenir en échange la confir- Bourgogne, du Nivemais, de la Champagne, de 1'Ile-de-France,de la
mation de ses franchises (v. Les cérémonies monarchiques). Picardie, de la Normandie et du Maine. Au sud-est, les pays de petite
gabelle (du Languedoc au Massif central et au Beaujolais ; du Rouergue
Les privileges sont donc en théorie toujours révocables - ce ne sont au Dauphiné), connaissent une gabelle moins forte, un sei moins oné-
pas des droits à proprement parler - mais en pratique immuables car leur reux ; la consommation minimale obligatoire, par contre, est plus impor-
suppression romprait I'harmonie de cet accord parfait entre un monarque tante. Dans les pays rédimés (sud-ouest du royaume : Aunis et Saintonge,
bienveillant et des sujets obéissants. Ils ne sont menacés qu 'en cas de Poitou, Guyenne, Landes, Armagnac, Angoumois, Limousin, Périgord,
trahison; a10rs que le roi s'impose en vainqueur plutôt qu'en protecteur Agcnais. IvIarchc, Combraillcs, Bassc Auvcígnc), le seI cst tres bon mUí-
(v. Les théories poiitiques). ché car la gabeIle a été rachetée en 1553, du quart (1/4 du prix du sei) ou
Cette société des privileges peut paraitre figée : elle l'est, d'une cer- du quint (1/5). La Bourgogne, la Lorraine, l' Alsace sont pays de salines,
taine façon, pu isque le monarque ne pellt toucher aux avantages acquis. et vivent sur le sei gemme de Lorraine et de Franche-Comté, dont le prix
Ils restent cependant en la main du roi - c'est toute la force de la souve- reste inférieur à celui de petite gabelle mais supérieur cependant à celui

162 163

;;

II.
des pays rédimés. En Basse-Normandie, pays de qw )uillon. les habi- librcmcnt avec les r étrangers, mais sont séparés du reste du royau-
lanls vivenl sur le sei récollé sur les côtes, el dont 'I;. 'luarl est versé ali me par un dense ré~__ .• de douanes. La situation est identique pour 1es
Trésor royal. Enfin, certains pays sonl exempts et ne paient aucune ports francs de Dunkerque, de Bayonne et de Marseil1e. Quant aux pro-
gabelle : cc sont les provinces du Nord (Flandres, Artois, Hainaut, vinces tampons de l' Auvergne et de la Marche, situées entre I'Élendue el
BOlllonnais). celles de Béarn et de Navarre ali sud-est, el surtoul loule la les pnwinces réputées étrangeres, elles sont dispensées de douanes et de
Brelagne. Dans tous ces pays les prix s(lnl enlieremenl libres. Resleol taxes qui pescnt sur la marchandise et constiluent un handicap certain au
déveJoppement du commerce, l11algré les efforts de Colberl pour simpli-
quelques lieux au slalul privilégié, lcls que Paris, Versailles ou I'élection
ficr la silllation. Pour ce qui esl des autres fiscalités (aides, etc.), le
de Relhel, sOllmis à des régimes particuliers. Les écarts de prix provo-
royaullle- n 'esl pas plus homogene, mais les régimes fiscaux sonl si écla-
qués par ces différenls régimes fiscallx sonl eonsidérables, et la gabelle
lés, el si élroitemenl Iiés aux privi\eges détenus par les corps ou \es
est d'alltant plus mal perçue que Ie sei esl une denrée indispensable à la
communautés, qu' i! n 'est pas possible ici d 'en rendre compte autrement
conservation des aliments. O'lIn pays d'exemption telle que la Bretagne
qu 'en en signalant l'extrême diversilé [BAYARD,1988] (v. Les finances
à une région de grande gabelle, la livre de sei peut passer de 1/2 sou à
de la monarchie française).
13 sous. O'OU la forte contrebande ella sévere répression des faux-sau-
niers [PASQUIER,1905].
L'aclion de Colbert dans le domaine fiscal et économique vise à une Poids et mesures
simplification et une codificalion du sysleme des laxes. Ainsi l'ordon-
nance de mai 1680, complélée par celle de la ferme générale de juillel Les poids et mesures sont rattachés à la haute justice qui les vérifie
1681 cl par les édilS et déclarations concernanl le Languedoc (1685), la et s'cn porte garante. II y a donc, dans l'ancienne France, une multitude
Franche-Comté (1703) et le Dallphiné (1706) entérine la division du d'unités de compte qui varient, non seulement selon ks lieux, mais aussi
royaume en six ensembles régionaux pour la gabel1e el organise de façon se\on les produits : la mesure du vin, par exemple, n 'est pas la même que
plus efficace les modes de perceplion en unifiant les droits à l'inlérieur celle de I'huile, bien qu'i! s'agisse chaque fois de liquide. Les nOI11S,rat-
de chaque zone. i tachés aux idiomes locaux, sont innombrables : dans 1es Landes, la
Sur le plan du commerce inléricur. Colbert agit de même en établis- I mesure agraire principale est la journade à certains endroits, I'arpent ou
sant te larif de 1664 qui permet d'accroltre la Iibre circulation des biens ( le journal à d'autres. Dans 1es Hautes-Pyrénées voisines, c'est la \atte,
dans t(lute la partie cenlrale du royaume, débarrassée pour l'essentiel des l'esca!. Ia mesure, le journal, la couperade ou le perche. Chacune d'elle,
douanes et péages installés sur les rOlltes commerciales. La France ést
) bien entendu, a une superficie particuliere. Et chacune d'elle, aussi, est
alors divisée en trois catégories de provinces qui définissent les juridic- susceptible de se diviser en unilés secondaires spécifiques, ce qui fait
tions des traites (droits de douanes perçus sur les marchandises). Au quc I'arpent landais n'est pas subdivisé partout à l'identique. Au total,
centre. les 5 zones fermécs (appelées aussi Étendue) rassemblent un dans le Gers par exemple, i! y a cent neuf façons de combiner le nom
vastc espace géographique allanl de la Normandie à la Champagne el la d'une mesure agraire avec le nom et le nombre de sous-mu\tiples de cha-
Bourgogne. dll Paitou à la Picardic. Soumis au larif de 1664, ks bicns I cune d'clles [ZINK, 2000].
sont taxés à l'entrée et à la sortic de cc territoire, mais circulent à peu \ Par ailleurs, I'uti!isation d'un même nom de mesure de part et
pres librement à l'intérieur. Les provinces réputées élrangeres (appelées !t. d'aulre du royaume ne doit pas tromper ; ii n'engage aucune unité.
ainsi parce qu'elles ne sont pas concernées par k larif de 1664) doivent i L'aune, bien souvent usilée pour définir la tail1e d'une étoffe, est de
i
non seulement payer des taxes lorsqu'c1les commercent avec les pays 4.56\ metres quand elle est de Bordeaux, de 0,812 melre quand elle vient
des 5 grosses fermes ou hors des frontieres du royaume, mais également de Troyes. Les pays comme leBéarn n'accordent pas partoul la même
lorsqu 'clles échangent entre elles, ce qui entrave considérablement la valeur au perche (unité agraire principa\e), qui est de 23,92 ares ici, de
circulation des biens. II s'agil de la Sainlonge, du Languedoc, de la 7,97 ares là. II n'est pas étonnant alors que, encore au XVllle siecle, un
Provence et du Oauphiné au sud, du Lyonnais à I'est, des Flandres et de notaire hordelais prenne le soin d'inscrire une indication de mesure
l' Arlois au nord, de la Bretagne à 1'0ues!. Les pays tardivement annexés, agraire en face de chacun des trente-huit noms de fiefs dont iI donne la
\
leis que I' Alsace ou la Franche-Comlé et les Trois-Évêchés commercent \ liste [ZtNK, 2000].
_4
\

165
164

---------------- -
Pour autant, le systeme des mesures dans la France d'Ancien
Régime n' est pas aussi irrationnel qu' ii y paraít car ii est en général en
corrélation avec les aptitudes physiques humaines ou les conditions
LAMAÍTRISE
naturelles. Ainsi, la journée (ou journade, ou journal) correspond à I'es-
pace agraire qu'un paysan est capable de travailler par jour. La nature
du terrain, sa situation aussi, en montagne ou en plaine, 1'utilisation ou
DE L'ESPACE
I'absence d'animaux de bât sont autant d'éléments susceptibles de
modifier la valeur d'une unité agraire. Mais le fait que les mesures aient
été définies indépendamment les unes des autres, qu'elles ne forment LA DISTANCE-TEMPS
presque jamais un systeme, qu'elles ne sont pas décimales et qu'elles
sont multi pies à I'intérieur d'une même catégorie rend la situation
extrêmement confuse et n 'est pas sans poser de problemes [TOUZERY, L'immensité du territoire se mesure moins au nombre de kilometres
1997]. Les sujets du roi s'en plaignent, car cette diversité de références qui séparent un point d'un autre qu'au temps qu'i! faut pour les parcou-
complique la vie quotidienne, favorise fraudes et escroqueries, entrave rir. C'est donc en termes de distance-temps que les hommes d' Aucien
considérablement le commerce, même à petite échelle. Les cahiers de Régime raisonuaient. Charles Estienne, daus sa Guide, évalue le royau-
doléances demandent I'uniformisation des poids et mesures, au moins me de France à 22 jours de long et 19 de large. À I' échelle du temps, et
localement à I'intérieur d'un bailliage, n'espérant pas que cela puisse se non plus de I'espace, la France monarchique parait beaucoup plus vaste
faire sur I'ensemble du royaume. La monarchie a d'autant plus que I'Europe actuelle. Quant à la dispersion des territoires de la monar-
conscience des problemes que pose ce fractionnement infini qu'elle en chie hispanique, c'est un handicap qui n'a pas échappé aux contempo-
est elle-même victime lorsqu' i! s' agit de percevoir les taxes en nature rains. F. Braudel a souligné à quel point I'espace demeure, à l'époque
ou de contrôler le volume du commerce. moderne, "l'ennemi numéro un".
Les tentatives d'harmonisation se heurtent pourtant à bien des obs- La distance-temps varie selon les moyens de locomotion : un voya-
tades, à commencer par celui des redevances féodales, perçues en ge à pied, le transport d 'une tro.upe ou la vitesse d'un courrier ne sont pas
mesures traditionnelles. Le probleme est à peu pres identique pour le absolument comparables [MOUSNlER, 1980]. II y a donc une hiérarchie
cens royal, exprimé par unité de surface, et donc chaque fois redéfini dans la vélocité des voyages. Les voyages maritimes sont encore les plus
localement. Colbert n'a pas réussi à réaliser I'unification.provinciale de rapides, lorsque le mauvais temps ne les contrarie pas. En moyenne, la
mesures de liquide, dans I'intention de limiter le nombre de proces liés traversée de la Méditerranée, de Constantinople à Alexandrie, prend une
aux aides; et l'ordonnance du 21 aout 1671, visant à créer une confor- quinzaine de jours, escales comprises [BRAUDEL, 1990]. De Barcelone à
mité de tous les poids et mesures en vigueur dans les ports et arsenaux Constantinople, le voyage dure quarante-trois jours eu moyenne, mais
de marine n'a finalement que tres peu d'effet. La disparité dans ce tout dépend des conditions météorologiques, en particulier du mistral qui
domaine est si forte, et les pratiques si profondément ancrées au creur du balaie la route entre Minorque et la Sardaigue. II faut trois à six jours
quotidien, que la monarchie est incapable d'intervenir efficacement pour naviguer de Sardaigne en Catalogne, tandis que le trajet Gênes-
quand bien même les aspirations de I'État rejoignent celles des particu- Cagliari peut être parcouru en cinq jours au minimum, en neuf à quinze
Iiers. C'est tout un monde du privilege, de la coutume et des traditious jours au maximum [MATTONE,1989].
qui est la cause de cet immobilisme. Dans ces conditions, la vitesse de circulation des courriers est I'une
des préoccupations constantes des gouvernants. Le service postal dout
dispose Philippe II est pourtn.ntd'exeellente qualité. Il est assuré par 1'Of=
ga~isation postal e de !lI firme Taxis, avec laquelle Charles Quint a passé
en 1516 un contrat qui fixait des délais garantis pour les services de liai-
son entre l' Allemagne, I'Italie, I'Espagne et les Pays-Bas. À partir de
1560, un courrier "ordinaire" relie Madrid à Bruxelles une, pu is deu x fois

166 : 167

_________ lIIlIIIlIII •••. ".IU',:'--


'.. _
par mois. ainsi que Madrid ii Rome rt Virnnc. ssenticl esl que Ull courrier rapide eles Pays-Bas et l'Espngne reviellt ii quatre cents
Philippe fI connait souventJes nouvelles avanl les dll',umates séjournant ducats rPARKER,19~_ Établissant son budget pour 1560 et 1561, le roi
à sa cour [PARKER,1999J. En Méeliterranér. ks frégates etles galeres por- estime que les coulTiers et le service des postes lui reviendront à
tent les m'isos. les nouvelles urgentes. La propagation des nOllvel1es 30000 ducats pour ces deux années [DUCHEIN,1995J.
importantes montre des vitesses parfois tres rapides : la nouvel1e de la En France également, le courrier royal s'avere de 10in le plus rapide, car
victoire de Lépante sur les Turcs. le 7 oclnhre 1571. esl connue à Venise ]e parcours peut s'effectuer avec un chevallallcé au galop el échangé contre
le 1X octobre, à Naples le 24. à Paris et Madrid le 31, soit plus de une monture fraiche à chaque relais de poste. Cette version de la course
3 500 kilometres en 24 jours. La nouvel1c de I'assassinat du vice-roi de i1ssurc Ies délais les plus courts, mais connait de sérieuses contraintes : iI faut
Sardaigne. le marquis de Camarassa (survenll le 21 jui1let 166R). arrive le emprunter des itinéraires jalonnés de relais, Iesquels ne sonl pas tres nom-
26 à Palerme, Ie 27 à Naples. le 31 ii Rome. Vcrs I'ouest. elle arrive le 2R brcux. sul'toul au XVle sicc1e, et, pour 1es particuliers, ne pas rate r le départ
à Yalence, en 6 jours de traversée ; le message est le 31 au matin entre ks du coulTier, car la fréquence est de deu x par semaine pour Paris-Londres, et
mains du vice-chancelier d'Aragon, qui en informe la reine [MATTONE, seulement deux par mois pour Lyon-Rome par exemple. Par contre, une fois
1989J. Ces deux exemples montrent une moyenne de plus de 150 kilo- pal1ie, la lettre ne nécessite que quatre jours pour parcourir la distance de
metrcs par jour, vitesse qui n'est obtenue par voie de terre qu'exception- Paris à Londres dans les années 1660. Sous Louis XIVencore, un ordre parti
nel1ement : en 1633, un courrier parti d'lrun le 16 juin arrive à Bruxelles de Paris met 6 jours pour atteindre Strasbourg par coun'ier rapide, 5 jours,
Ie 22. ce qui semble constituer un record à l'époque moderne. en été. pour aller à lrun en Espagne (6 jours à 6.5 jours en automne/hiver).
La principale difficulté n'est pas tant I'arrivée tardive des messages, Une Iettre partie de Grignan (Provence) parvient en 9 jours à Mme de
que Ie caractere totalement imprévisible de leur vilesse de circulation : ainsi Sévigné installée à Yitré (Bretagne).
une leltre peut mettre, pour venir de Madrid à Paris, de 7 à 49 jours, la Le déplacement des personnes requiert plus de temps. Au début du
moyenne se situant entre 10 et 14 jours IPARKER,19991. Le 29 septembre XVII" siec!e, la journée de voyage couvre 15 à 16 lieues, à raison de
1700, le marquis de Blécourt informe Louis XIV que Charles II aurait fait 9 heures de route quotidiennes, soit 60 à 64 kilomctres (la lieue équivaut
I. un codici1le réglant sa succession en faveur de la France : le courrier à pied à peu prcs à 4 km), à condition que le parcours s'effectue l'été, dans de
i qui porte la missive se perd en chemin, et la nouvelle ne parvient que le
bonnes conditions. Les mauvaises. conditions météorologiques, I'état des
i 31 octobre au roi de France. À I'intérieur de la péninsule Ibérique, la vites-
I
i.
routes en hiver, le raccourcissement des jours ralentissent le rythme. II
se de circulation des nouvel1es apparait également tres variable. Celle du
I débarquemenl du cOI'saire anglais Francis Drake en Galice, le 7 octobre
faut ainsi deux jours pour aller de Paris à Amiens, quatre ou cinq pour
faire Paris-Calais, cinq ou six pour Paris-Bruxelles, mais sept pour Paris-
15R5. parvient quatre jours plus tard à Monzón, en Aragon, ou se trouve
Bordeaux. et jusqu'à onze pour atteindre Strasbourg depuis la capitale,
I
I
Philippe II. Mais les échanges ele Iettres entre le gouvemement central et les
encore huit ii dix pour couvrir la distance qui sépare Paris de Toulouse.
localités espagnoles connaissent hien des Ienteurs : en 1599, le coorégidor*
I d'Aranda de Duero, vi1le siluée ii deux cents kilomctres environ au nord de
Les voies transversales sont moins évidentes encore, et un voyageur doit
Madrid. reçoit le 28 avril une lettre du roi datéc du 17. soit une vitesse de
compter treize jours pour faire Strasbourg-Orléans. Les déplacements I,
I avec armes et bagages sont nettement plus laborieux. Mme de Sévigné,
I
vingt kilomctres par jour; pour comble. les courriers qu'il envoie à Madrid
ellcore, qui ne voyage pas moins léger qu'une autre, mobi1ise deux
I'
"

restent bloqués hors de la capitale en raison de l'épidémie de peste qui sévit


dans le nord de la Castille [LourES et DEDlElI, 1993]. Pour plus de sécuri- cnlcches. sept chevaux et un cheval de bât lorsqu 'elle part pour un long
tê, Philippe n envoie les lettres destinées aux Pays-Bas en deux exem- séjour. C'est alors un mois qui lui est nécessaire pour remonter de
plaires à partir de 1572 : l'un traverse ln Frnnce, l'autre emprunte le "che- Provencc à Paris, el huit jours pour se rendre à Nantes en partant de
min espagnol", puis la mer entre \'Ilalie et Barce10ne (v. Le systcme mili- Paris. une parti e du voyage s'effectuant sur la Loire. Bien des itinéraires,
laire de la monnrchie hispanique). Cette pratique des duplicatas, courante du reste, articulaient voies terrestres et voies d'eau, les secondes étant
dans les correspondances de marchands. est suivie par d'autres agents souvent plus lentes, mais aussi plus confortables. Ainsi, un voyageur
royaux. de sorte que les nouvelles se diffusent en éventail vers plusieurs voulant rcjoindre Paris en partant de Pont-Saint-Esprit (dans les
centres, d'ou elles repartenl encore dans diverses directions. Néanmoins, la Cévcnnes) passe cinq jours en coche d'eau sur le Rhône afin d'atteindre
qualité de l'infonnation a un coOt exorhitant : sous le regne de Philippe II, Lyon. Par la route, ii gagne deux jours, mais c'est plus éprouvant. De

169
168

Li
Lyon, ii gagne Paris, via Dijon, en onze jours. La cour, 10rsq~'eIl~ ~e SUR LES ROUTES D'ESPAGNE
déplace, est plus lente encore, car eIle met en branle un Iourd dISPOSltlf.
1llui faut six jours en 1680 pour rejoindre Chãlons-sur-Marne en partant
Parmi les "montagnes vides" repérées par F. BraudeI dans l'espace
du Louvre, sa vitesse ne dépassant pas les 28 à 30 kilometres par jour.
méditerranéen au XVIe siec1e, la plupart se trouvent dans les États de
La lenteur des communications doit autant aux moyens mis à la dispo- Philippe II : pays de Haute-Calabre (royaume de NapIes), sierras
sition des voyageurs qu'à I'état des chemins et à la densité du réseau rou- d'Espadan et de Bernia (royaume de Valence), sierra Morena (Castille)
tier. Les progres techniques en matiere de voiturage sont loin d'être sp:cta: [BRAUDEL,.1990]. Si I'inaccessibilité de l'espace est un obstac1e majeur
culaires sous I' Ancien Régime, au moins jusqu 'au XVllle siec1e, et celm qUI au contrôle du territoire dans les monarchies modernes, Ie territoire cas-
veut se déplacer, qui plus est avec du matériel (meubles et bagages ou mar- tillan se montre encore plus rétif que d'autres espaces européens au qua-
chandise), ce qui est fréquent lors de longs trajets, doit se contenter de drillage systématique par les agents des différents pouvoirs. Certes, le
conditions rudimentaires. Le chevaI ou les animaux de bãt, ânes et mulets, plateau castillan, au centre de la péninsule, permet la circuIation de cara-
sont les pIus utilisés car ils passent partout, et permeUent en particulier de vanes de mules vers Ies grands ports du littoral : BarceIone, VaIence,
franchir Ies cols, d'emprunter des routes de montagne qui se réduisent par- Alicante pour la Méditerranée, Séville et Bilbao pour I'océan Atlantique.
fois à d'étroits sentiers. Les voitures sont aussi mobiIisées. Lors du grand Mais il faut franchir les barrieres montagneuses formées par Ies grandes
tour de France de Charles IX au début des années 1560, la cour se déplace sierras : la sierra de Guadarrama au nord de Madrid, la cordillêre canta-
avec queIques véhicules, moins nombreux cependant que les mulets ~e brique qui s'étend d'ouest en est dans 1e nord de la péninsule, prolongée
charge. Ce sont, pour les marchandises, des chars à quatre roues, sans traIO par 1es Pyrénées, la sierra Morena, entre Castille et Andalousie, et la sier-
avant mobile, et qui versent plus volontiers qu'ils ne toument lorsque les ra Nevada, entre Grenade et la Méditerranée. Les zones montagneuses,
routessont sinueuses, des charrettes à deux roues, aussi ; tous trainés par peu ou pas contrôlées, ajoutent aux difficultés dela circulation le danger
des chevaux. Pour les voyageurs,des litieres, ou des coches (chariots cou- incamé par Ies malfaiteurs : Ie bandit, morisque* ou vieux-chrétien*, est
verts mais non suspendus) déplacés par des chevaux, permettent de faire Ie une réalité de I'Espagne moderne avant d'être une figure pittoresque des
voyage à l'abri. C'est ce que choisit Catherine de Médicis qui accompagne récits de voyage romantiques [VINCENT, 1974]. Dans le royaume
son fils pendant son Iong péripIe à travers Ie royaume [BOUTIER,DEWERP~, d'Aragon, le rêgne de Philippe II.voit la formation de groupes de bandits
NORDMAN,1984]. Que1ques améIiorations se fontjour dans la seconde mOl- professionneIs, qui peuvent atteindre une centaine d'hommes, louent
tié du XVIesiêc1e : la roue cerc1ée de fer, beaucoup plus résistante, et la sus- leurs services à des villes ou à des seigneurs, et font régner I'insécurité
pension, constituée de sangles en cuir fixées à des ressorts rattachés ~u sur Ies grands axes routiers partant de Saragosse. Dans le royaume de
cadre. Les "chariots branslants" font ainsi leur apparition, et donnent nals- VaIence, le banditisme, quelque peu endigué au début du XVIIe siêc1e,
sance aux carrosses, qui restent encore longtemps des voitures d'apparat et reprend vigueur apres 1635 dans un contexte de misere et d'injustice
ne sortent guêre des viIles. Enfin, Ies roues acquierent une certaine mobilí- sociale [BENNASSAR,1992].
té, encare que toute reIative. Sur les riviêres, des embarcations appelées
Le réseau routier castiIlan s'est modeIé sur celui des voies romaines
coches d'eau, équipées de rames ou de voiles Iorsqu'elles suivent le cou-
et des routes de peIerinage. L'équivaIent de la Guide de Charles Estienne
rant, tirées par des chevaux depuis 1es chemins de halage quand ell~s vont est le Repertorio de todos los caminos de Espaiía, du VaIencien Pedro
vers l'amont, sont fréquemment utilisées : la conjugaison des vo~es ter-
Juan de ViIluga, publié en 1546 à Medina deI Campo, répertoire des iti-
restres et fluviales est inévitable sur certains itinéraires, préférabIe blen des
néraires reliant Ies principaIes villes d 'Espagne, des localités servant
fois. De fait, la voie d'eau est beaucoup plus lente mais présente l'avanta-
d'étape et des auberges de campagne (ventas). Les grands axes de com-
ge de permettre Ie transport d'une masse beaucoup pIus importante d~
munication suivent le IittoraI méditerranéen, de Barcelone à Alicante,
matériel puisqu'il faut 35 fois moins de force sur l'eau qu~ sur terre ~d:~_u ainsi que les va!!ées de l'Ebre et dt! Tage. Tolf~de, Medina dei Campo et
i'iniérGt dt:$ Cãi1ãUX poür la circülation dcs pondéreux) ll\1CUSNIER, i~~VJ.
Burgos sont Ies principaux carrefours routiers, c1assement modifié apres
Les grands officiers de I'État, les princes, Ies ministres sont Iogés à la même
1561 par l'accession de Madrid au rahg de capitale.
enseigne qu'un voyageur de commerce. Sous Louis XIV, Vauban, tra-
vailleur infatigable, raconte comment il travailIe dans sa voiture pendant Ies La 1enteur des communications terrestres n' est pas moins grande
longs trajets qui le conduisent d'une pIace forte à l'autre. qu'en France ; d'ailleurs, l'érosion propre au c1imat méditerranéen est

171
170
EN FRANCF -TNE POLITIQUE DU RÉSEAU ROUTIER
falale à I'étal des routes. Au début du XVII"sieclt voyageur circu!ant
à dos de lllule peut accolllplir le trajet entre Irun el Madrid en quatorze
jours. sans compter Ies halles lourisliqllcs [MoREI.-F,\Tlo. 1R7l\ I. Mais L'élat des routes n'est guere enviable. Ce sont la plupart du temps
pClllr parcollrir les cinq cents kilol11flres qui séparent la province de des chclllins de lerre, sinueux, étroits et mal entretenus. Les itinéraires ne
Ségovie du pOr! de Bilbao. un allclage de hn.'uFs liranl quaranle arobcs sont parfois tracés que par 1e passage des hommes et des bêtes. et chan-
de laine (4()O kilos) mel une quaranlaillc de jours. Les transporls;1 Innglle gcnl alors au gré des intempéries. Dans le meilleur des cas, les routes
distance sontle lllonopole de la Re({1 ('({/I(III(I c/e Cal"l"(,((,l"Os*, compagnic sonl renforeées de bois et de cail1oux, ce qui évite qu'elles ne soient trop
de voituricrs recrutés dans Ies régions de Soria cl Ségovie [LE FI.EM. défoncées et donc inutilisables. Rarissimes, les voies pavées ne concer-
19R01. ncnl que de cOllrtes portions, et surtoul des voies royales. Le réseau rou-
Les dil'ficultés de circulalion s'ajoutent danc aux pesanteurs sot:Íalcs tier, lui, a tendance à s'améliorer, mais reste tres centralisé autour de la
pour faire obstaclc au contrôlc du t~rri(oirc par Ics agents des pouvoirs capitale. Au XVIe siec1e, I'unification territoriale s'org~niseà partir de
politiques et religieux. L'administration inquisitoriale, qui, pourtant, est Paris, d 'ou partent les ordres qui doivent atteindre rapldement les pro-
parvenue à établir une division claire et systématique du territoire en res- vinees. L'intervalle vide (absenee de réseau routier) augmente done pro-
sorts confiés à des tribunaux dc district. laisse subsister des anglcs morts, portionnc11ement à l'éloignement de la capitale, et s'avere considérable
oll I'hérésie reste impunie FalHe de l110yens pour quadriller efficacement vers I' ouest et le midi. Au sud de la Loire, iI n 'y a que deux routes, par
I'espace. Ainsi le ressort du tribunal de Tolede s'étend SUl' quc1que exelllple. pour a11er d'est en ouest : l'une par C1ermont. l'autre par
47 7()() km". soit la moitié de la NOllvelle-Castille. La position de Tl,icde, Toulouse [VIDAL DE LA BLACHE, 1903). D'ou l'intérêt des circuits f1u-
SUl'les rives du Tage, est pratiqucment centrale à I'intérieur du district. viaux. Lc quadrillage de l'espace doit ainsi tenir compte des voies d'eau
De Guadalupe, à la limite occidentalc du drstrict, à Tolcde. ii Faut par- qui completent heureusement les transmissions terrestres, et assurent en
courir pres de deu x cents kilomelres. ce qui représenle cinq jours et demi particulier les Iiaisons transversales. L'artere maÍtresse eSllongtemps la
de marche. Pour contrôler les imlllenses espaces p!acés SOlISsa juridic- Loire, avec sa double articulation, vers les régions méditerranéennes et
tion. avec un personnel rédllit (deux ou Irois juges inquisitoriaux), 1e vers 1e sud-oues!. L'Yonne, la Saône, 1e Rhône sont aussi empruntées
Saint-Office procede à des visites de juges itinérants, puis met en place quand les crues ne l'interdisent pas. Mêmc à un niveau tres local, et pour
à la fin du XVI" siêc1e un réseau de commissaires et de familicrs. Mais de courts trajets, les communications articulent souvent voies liquides et
I'entreprise lrouve ses limites: ks collches sociales mobilisées pour ali- solides. Anne Zink le montre bien pour le sud-ouest, en rappelant au pas-
menteI' I'activité des tribunaux de district sonl des couches urbaines. Le sage 1es problemes que pose l'entretien déficient des circuits locaux
nord du district, au-delà de Madrid, et I'extrême sud-ouest. au-delà des [ZlNK. 2000).
monts de Tolcde. sont les plus faihlemcnt louchés par l'action inquisilo- En développant son emprise territoriale, la monarchie se préoccupe
riak : ces "espaces négli!:!és" sont aussi Ics Illoins accessibles. en raison de plus en plus des questions de voirie. Le réseau étoilé des routes
du relicL el ceux Oll I'hahitat esl k plus dispersé [DED1ElJ. 19R9a1. royales, chemin des diplomates, des militaires et des administrateurs
autant que des marchands, fait l'objet d'une attention particuliere de la
royauté du XVII"siêcle [LiVET, 1959). Déjà, avec Louis XI, la France se
dote de relais de poste qui fournissent chevaux et conducteurs et jettent
les jalons de ce que seront 1es routes royales. C'est que la route est un
outil du gouvernement, mais aussi un instrument de combat, voire un
facteur de prestige. Les armées sont de puissants utilisateurs de routes,
parcourant sans cesse le pays, qu'il s'agisse de l'infanterie, de la cavale-
rie ou de l'artilIerie, toujours suivies d'une lourde intendance.
R. Mousnier estime qu'une armée accompagnée d'artillerie lourde met
deux fois plus de temps. qu 'un voyageur pour parcourir une même dis-

I tance, mais que, dans les cas d'urgenee, l'infanterie est capable de mar-

173
172
I L .•• _

_.~-'"'= -------
cher cinquante à soixante kilomêtres par jour, pendant cinq jours d'affi- Tous ces travaux sont financés par le roi, mais également par les états et
lée au maximum [MOUSNIER, 1980]. L'état des routes conditionne bien surtout par le fruit des péages, lesquels sont repris en main dês le début
évidemment I'efficacité et la rapidité du déplacement des troupes, et du regne personnel de Louis XIV. Ainsi, le reglement du 13 janvier 1663
devient ainsi un enjeu stratégique essentiel à une époque ou l'armée doit ordonne la publication, l'enregistrement et la tenue de registres de péage.
faire preuve d'une grande mobilité. Lorsque la circulaire aux intendants, datée du 9 mai 1680, est rédigée sur
ce sujet, Ies principes sont déjà appliqués de longue date et le texte ne
D'autres motivations qu'administratives ou militaires peuvent ame-
fait que les codifier.
ner la monarchie à s'occuper des routes et déterminer la hiérarchie du
réseau routier. Les raisons dynastiques, afin d'établir la liaison entre les Objet de la politique monarchique, la route est aussi une affaire pro-
différentes résidences princieres, ne sont pas à négliger et participent de vinciale, les états ayant leur part de responsabilité dans l'entretien des
cette politique de prestige que les rois développent surtout à partir du voies de communication. Ainsi, par ex em pie, une ordonnance du consei!
XVle siêcle. Le trafie mercanti!e est également à prendre en considéra- d'Artois, en date du ler juin 1680, fixe avec précision la taille des
tion, et les grandes voies commerciales sont bien entretenues ; Colbert routes : la largeur des ehemins royaux ne doit pas être inférieure à
en rappellera l'importance en son temps. 44 pieds, celle des chemins de vicomté à 32, celle des chemins de terroir
à 8 et eelle des sentiers à 4 [LIVET, 1959]. Cela n'empêche pas d'ailleurs
Au XVle siêcle, Ies voies publiques font I'objet d'ordonnances que les les plaintes des usagers à ce propos, et les cahiers de doléances réclament
différentes juridictions sont chargées d'appliquer. Vn édit de 1508 confie que les routes soient plantées d'arbres afin d'éviter l'empiétement des
aux trésoriers de France la charge de "visiter tous les chemins, chaus- cultures sur les chemins. Dans le Sud-Ouest, les Eaux et Forêts ont des
. sées, ponts, pavés, ports et passages du royaume~ de constater leur état, dossiers considérables sur les demandes d'entretien et de réparation des
de faire faire des deniers du roi les réparations de ceux qui sont à sa char- voies terrestres et fluviales [ZINK, 2000]. À l'aune du temps, la France
ge, et ceux qui sont à la charge d'autrui, moyennant pé age de contraindre apparalt bien comme un pays immense à gouverner. Les efforts soutenus
qui de droit à les réparer et entretenir" [LIVET, 1959]. En novembre 1576, par la monarehie pour améliorer le réseau routier portent leurs fruits et
un édit d'Henri III met en place des messageries royales, et en 1583, les facilitent les communications à longue distance. Mais ce sont surtout les
officiers des eaux et forêts font leur apparition. Mais c'est surtout la chemins royaux qui bénéficient des moyens mis en reuvre, et les réseaux
création de grand voyer de France qui modifie en profondeur les modes locaux restent encore tres déficients.
de gestion et d'entretien des chemins du royaume. En 1599, Sully est
nommé grand voyer : i! a pour mission de faire l'inventaire des destrucc
tions et des abandons liés à la guerre civile, et le fait qu'iI soit en même
temps grand ma'itre de l'artillerie démontre l'étroite relation établie entre
les affaires militaires et les affaires routicres. La poli ce de la voirie est
née. Elle obtient ses lettres de noblesse en 1605 avec le "rêglement géné-
ral concernant les attributions du grand voyer" ... et entre aussi vite en
conflit avec les officiers provinciaux cal' ses fonctions ne manquent pas
d'empiéter sur celles de la police et de la voirie locales.
Avec Colbert, Ia monarchie suit une politique qui, définissant Ies
intérêts vitaux de la nation, hiérarchise les itinéraires. Les priorités sont
les suivantes : lier I'entretien des chemins aux intérêts du commerce,
insister sur I'importance du trafic maritime en développant les voies
d;~cces ::lUX ports, et renforcer !f! centruiisation adm!n!strative. Le ren..
forcement de l'activité royale dans ce domaine passe surtout par les
intendants auxquels sont confiés les travaux de voirie dans les provinces.
À partir de 1669, ces officiers royaux sont assistés d'un des trésoriers de
la généralité qui prend le titre de commissaire des ponts et chaussées .
I
174

.L__ 175
I
LE MONARQUE
------ -1
I
I
I------------------------------------------~

LES FONDEMENTS
JURIDIQUES DES
DEUX I\IIONARCHIES
LES LOIS FONDAMENTALES
DE LA MONARCHIE FRANÇAISE

Pour les juristes des XVle et XVIIe siecles, les lois fondamentales sont
inhérentes à la monarchie française, laquelIe ne peut se concevoir sans
elles. À la fin du XVle siecle, les théoriciens vont même jusqu 'à affirmer
qu'elles sont nées avec la monarchie, et que le non-respect des unes
entraine la disparition de I'autre. En fait, la notion de lois fondamentales
est une construction qui date du XVle siecle, et devenue immédiatement si
opérante qu' elle structure alors tout I' édifice monarchique en conférant
au roi une légitimité absolue (à con.dition, bien sOr, qu'il ne les transgres-
se pas). Ces lois du royaume apparaissent donc comme les plus fermes
soutiens institutionnels des monarques, mais aussi les seules limites
réelIes à leu r pouvoir, car elIes ne peuvent être ni créées ni modifiées par
quiconque - pas même le roi. II ne s'agit pas de lois écrites mais de regles
coutumieres (d' ou l' existence, pour certains historiens [HANLEY, 1992,
par exemple], d'une constitution couturniere du royaume) que la tradition
s'est chargée de rendre inviolables et que les jurisconsultes se sont effor-
cés de fixer, sans toujours y parvenir. En effet, leu r nombre varie selon les
auteurs, et les historiens, héritiers de ces incertitudes, ne s'accordent pas
sur la liste des lois qu'il faut entendre com me "fondamentales". Certaines
sont incontestables, d'autres sujeites à caution.
Les premieres concement la transmission héréditaire de I'héritage
capétien. ElIes se fixent aux XIVe et Xve siecles mais relevent, pour la plu-
p~_rt. Ó'lIn~ pratique plus ancieuue.1'"{oüs poüvons cn rctenir quutre : selon
la regle de dévolution statutaire du trône, les filles sont exclues de la
succession (car, disent les juristes, le royaume de France ne peutalIer de
lance en quenouille) et, comme elIes "ne peuvent pas faire pont et
planche",les mâles descendant des filIes le sont aussi. L'héritage capétien

____ .,.._1
179

____ ...JI
acquiert ainsi un caractere de masculinilé que l'on )uve à propas du D'autres regles s 'Jarfois retenues au tilre des lois fondamenlales.
damaine. La couronne va donc au plus prochain m5k en ligne directe ou, Elles n' ont cependar •. ,<IS le caractere consensuel des précédentes, soit
le cas échéant, en Iigne collatérale. C'esll'histoire d'Henri IV, dcscendant parce qll'elles sont invoquées ele raçon Ires circonstanciel1e pOlir servir
de saint Louis, mais premier sur la liste des héritiers apres I'extinction des des intérêts politiques, soil parce qu 'el1es furent fondées par ordonnances,
Valois. La transmission du trône ne concerne bien entcndu que la descen- rt done rellvre d'un roi plutôt que celle de Dieu.
dance légitime, à l'exclusion c1csbâtards, ce que Saint-Simon résume _ I.a loi de catholicité esl revendiquée à plllsieurs reprises pendant la
dans la formule "Ie roi ne peut fairc des prinees du sang qu 'avec la reinc". Ligue pOlir écarter Henri de Navarre de la slIccession. C.'e.st surtout en
Face à j'hécatolllhe survenue dans les rangs de sa c1csccndance masculi- 15l\X \'1 1593 que les états généraux fonl élat de la cathollClté du souve-
ne, Louis XIV dédare en 1714 ses rils légililllés (nés d'un double adulte- rain comme d'une loi fondamentale ; Ics théoriciens ligueurs arguent du
re avec Madame de Montespan),1e duc du Maine et le comle de Toulouse, sermcnt du sacre (Ia promesse de protégcr l'Église) pour exiger l'exhéré-
capabfes de succéder au trône : ii bafoue ce faisant les lois du royaume : dalion d'lIn prince prolestanl. Cependanl. les regles de dévolution statu-
ces dispositions paraissenl irrecevables. taires l'emportent sur la religion de I'hérilier, et Henri de Navarre devient
L'absoJu respect de ces principes successoraux conduil à une indis- roi de France à la mort d'Henri III en 1589, bien avant de se eonverlir à
ponibilité de la couronne : le roi ne peut, par acte ou testament, rcnver- la foi catholique. L'abjuration d'Henri IV (1593) n'en reste pas moins
ser I'ordre de succession en désignanl un prince COlllllle son héril ier au nécessaire pour qu'ait lieu la cérémonie du sacre qui confere au roi une
détrimenl de celui qui en esl le légilime bénériciaire. C'est pourquoi gr5cc rarticllliere, et qu'jJ soit reconnu roi par la majorité des Français
Henri III ~ur son IiI de mort confirme les droils d'Henri de Navarre à la (v. La politique religieuse de la monarchie française).
couronne de France, malgré son apparlenance ii la rcligion protestante: la _ La majorité du roi à 14 ans releve eI'une vieil1e tradition, mais ne
couronne n'est pas à la disposition du roi. prend valellr de loi qu'avec la promulgation de I'ordonnance de
À cela s'ajoute I'instantanéité de la succession, exprimée par l'ada- Charles V de 1374. Fondée par un (ex te législatif, ce!te regle n'a pas la
ge : "Ie roi ne meurt jamais". Aussitôl qu'un monarque décede, un autre dimension sacrée de cel1es dont on reconnall "l'éternel1e observance". II
lui succede sans qu'il puisse y avoir de période transitoire. Aux funé- ne fait pas de doute pourtant que ce principe fut respecté, etque tous les
railles du roi. le cri "Ie roi est mort, vive le roi !" souligne ce til' conlinui- rois mineurs à leur avenement son! déc1arés majeurs lorsqu'i1s atteignent
tI' absolue, el la lransmission implicile de la dignité royale avant même !eur qualorzieme année, ce qui a pau r effet d'éteindre la régence dont ils
que 11.> nouveau souverain ne soit sacré et intronisé (v. Les cérémonies étaient jusque-Jà accompagnés. Seule une hésitation subsiste quant à I'in-
monarchiques). terprétation qu'il faut donner à celle quatorzieme année : s'agit-il des
14 ans accomplis ou de l'entrée dans la quatorzieme année et dans ce cas
Enrin, l'inaliénabilité du domaine fail partie de ces lois imprescrip-
tibfes que nul ne conteste. Propriété de la couronne, le domaine échoit au de 13 Hns accomplis ? Le XVle siec1e retiendra cette derniere proposition :
roi en même temps que Ie trône. mais sous forme d'usufruit seulcment : Charles IX, Louis XIII, Louis XIV prennent - lhéoriquement - en main le
le monarque ne jouit donc que drs revenus domaniaux, sans aucune apti- gouvcrnement à leur treizieme anniversaire [RICHET, 1973] (v. Le gou-
tllde à céder 011 vendre des terres de couronne. De la même façon qu'il ne vernement de la monarchie française).
peut disposer du domaine en le réduisant : iI a pour devoir de le conser-
ver, voire de ('augmenter. Dans deux cas, cependant, iI peut faire exccp-
tion à celle regle : à titre d'apanage ou de douaire ou en engagement à La loi salique
faculté de rachat perpétuel. Dans le second cas, le roi cede. une portion de
Dans le domaine des lois fondamentaJes, ii faut accorder une place toute ,
elornaine (terre ou fruit de celle-d) à un particulier en échange d'une
somme d'argent : laquelle. une fois remboursée, annllle I'engag~ment et partieulicre à la loi salique, consielérée par lcs jurisconsultes com me la "fon- ,í
pcrmet Ie retour des biens à la couronne (v. Le royaume de France). La laine de tous les temporels droits de ce monde" (Guillaume PosteI, 1551). !
regle n'est donc pas fondamentalement transgressée puisque chaque fois Suivre Ics discussions à son sujet revient alors à parcourir, au moins partiel-
l'aliénation n'est que temporaire, Irs terres ou revenus concernés ayant !emcnt, le chemin qui mene à l'absolutisme. De construction récente, la loi
vocatioll à re(oumer à la couronne. salique prend son nom d'une viei1le loi franque exhumée au xve siecIe pau r

180 181

___ DMI'_. ~_._

,.J
donner plus de légitimité à des regles successorales fOImulées à I'issue des celle-ci n 'est plus seulement née avec la monarchie, elle est conforme à
crises successorales de 1316 et 1328. Au début du XVle siecle, les juristes I'ordre naturel du monde; la femme étant faible et faile pour obéir à
s'ingénient à démontrer qu'elle date des origines de la monarchie I'homme, elle est naturellement incapable de gouverner, et donc tout aussi
(Pharamond; premier roi des Français selon la légende, en serait l'instiga- naturellement exclue de la succession au trône. En en faisant une loi de
teur), et I'inscrivent ainsi dans un passé mythique [BEAUNE,1985]. Premiere nature, les théoriciens présentent la loi salique comme une loi de Dieu dont
loi du royaume, elle devient au cours du XVle siecle celle dont découlent la perfection n'est pas contestable. Au-delà des regles successorales, c'est
toutes les autres pour finalement apparaitre comme "Ia loi de I'État" (texte tout I'édifice monarchique qui est concerné par cetle argumentation qui
anonyme des années 1615-1620) [DESCIMONet GUERY,2000]. La loi salique finit par partitiper à la construction absolutiste. La loi salique, en assurant
est alors volontiers considérée comme sellle véritable loi fondamentale, les le Iien d'un roi à I'autre, et en I'instituant gardienne du domaine royal, fait
autres n'étanl t]u'une conséquencc logit]ue de celle-ci. De fait, les regles de figure de pilier central du monument monarchique. Devenue lai divine
dévolulion rendent - par définition - la couronne indisponíble et le domaine parce que conforme à I'ordre naturel voulu par Dieu, elle communique sa
royal inaliénable puisque I'héritage capétien (couronne et douaire) doit être sacralité 'à I'institution qui repose sur elle, et s'inscrit ainsi dans la lignée
transmis dans son inlégralité à I'héritier légitime, désigné roi par ordre de des tbeses absolutistes. Par ailleurs, la notion même de lai fondamentale
naissance, à I'instant même ou disparait le prédécesseur. Cette analyse - à permet le développement de I'absolue souveraineté du roi: la puissance
laquelle adhêrent de tres nombreux jurisconsultes des XVleet XVlIesiecles - royale est contenue dans les limites des lois du royaume, elles-mêmes
a I'avantage d'établir c1airement les fondements jurídiques de la monarchie reuvres divines ; et la loi salique garantit ainsi la légitimité du monarque
et de limiter les lois fondamentales aux regles de succession et à leurs déri- tout en prévenant les débordements.
vées, qui acquierent des lors le même caractere mythique. Dans le même Les théoriciens de la monarchie vont plus loin encore dans la portée
temps, la métaphore du mariage mystique du roi et de la couronne pernlet qu'ils reconnaissent à ce "chef-d'reuvre de nature" (A. Hotman, 1593) :
d'introduire le sacre (et donc la dimension spiritllelle du roi de France) dans elle est I'expression même de la supériorité des rois de France sur lous les
la démonstration. S'appuyant sur I'anneau. qualifié de "sponsal", que le roi autres monarques de I'univers, ne serait-ce que parce qu'elle est capable
reçoit à son sacre, les théoriciens politiques développent I'idée que le roi
de donner des rois à toute la terre sans jamais courir le risque de voir le
contracte à celte occasion une union mystique avec la couronne, laquelle lui
trône de France occupé par un étranger. La politique de Louis XIV repose
apporte en dot le domaine (v. Les cérémonies monarchiques). Comme toute
en partie sur celte perspective, et finira par porter ses fruits en plaçant sur
dot, le mari en dispose sans pouvoir I'aliéner. Cette fiction fait alors, comme
le trône d 'Espagne I'un de ses petits-fiIs.
le souligne R. Descimon, "du príncipe ancien d'inaliénabilité du domaine
[... ]Ie complément et le compagnon de la dévolution statutaire de la cou-
ronne" [DESCIMON,1992].
Dans les années 1580 et 1590, les problemes posés par la succession LESSOUVERAINETÉSINÉGALES
royale relancent le débat sur la loi salique. C'est surtout apres 1584 (Ia nu ROI CATHOLIQUE
morl du duc d'Anjou fait d'Henri de Navarre, protestant, I'héritier pré-
somptif), puis 1589-1594 (entre I'avenement d'Henri IV et son sacre) que
la question sou leve le plus de polémiques. Les ultra-catholiques, refusant En Espagne, les regles concernant la couronne n' ont pas fait l' objet
de reconnaitre la légitimité d'un hérétiqlle, reviennent sur les modalités de d'élaborations aussi précises qu'en France (elles n'ont pas non plus suscité
succession au trône et proposent le cardinal de Bourbon, avant de se tour- de grande curiosité de la part des historiens). II existe certes un ensemble
ner, à la mort de celui-ci (1590) vers la descendance royale en ligne fémi- de principes qui recueillent I'adhésion générale, d'autant qu'ils sont parfois
nine, telle I'infante Isabelie-Claire-Eugénie, petite-fille de France par sa exprimés dans la loi positive. C'est le cas des regles successorales, qui pro-
•..•..•..2. •..
1.11
••...•"',
0 "..,~~A.,,.D
••.• T'\l"\nrrho n"" •.. iDCO i=:",n""nnniC'
u •• ..,.vu. •.•...pv'"''"''''' •....pu,
••..• .•."''' •.....,po..Lõ•• v •••••
Dl"\lIr
.L VU.I
f"'nntrpr JIPe' nr'&t,:llnt;nnc
•••••~•••..••••.••.••••..•••..•t' •.•..•..•..••.•.•.....••.....
cedent des P(/riir1(Js~ (v. Pü1itiqüêS matíimoniales). L'instantarléité de la
ligueuses, les partisans du Béarnais - rejoints par les ligueurs modérés succession est d'autant plus effective en Castille que le roi n'est pas sacré,
apres le déces du Cardinal de Bourbon - portent le débat sur le terrain de et qu' en pratique les reines et rois, d 'Isabelle 1'e à Charles II, jouissent de
I'incapacité féminine. L'argument est nouveau, mais permet de pousser droits incontestables. L'inaliénabilité du domaine royal, la majorité du roi à
plus loin I'enracinement mythique de la loi salique [BARNAVI,1984] quatorze ans, la regle de catholicité s'appliquent aussi. Certa ines de ces

182 183
re!,des n'onl pas élé mises ~ l\'preu\'(' par les circons :s: c'csl h: cas de llltion dil ceci ou cela us devons vérifier quel est l'usage, même quand
la regle de Illajorilé. puisquc aucunc régence n'a Iicu Jusqu'à la mort de ii s'agit eI'une affaire __ssi primordiale que la conservation au roi et la
Philippe IV en 1665. et de la regle de calholicilé. cn I'abscnce de candidats défen~e de la province", écrit Olivares en février 1640 [THOMPSON. 1986].
non calholiqul's à la successionlllolwrchique. Allant dc soi. ces rei;des n 'onl Cc cnnstat de I'impuissance du roi devant les lois semb1e disqualifier le
pas eu à faire I'nbjcI de lhéorisations, A I'iuverse. Ie principe de I'inaliéna- pact iSllle comme systellle juridico-politique inadapté aux nécessités de la
hilité du donwine de la couronn(' connait lanl d'enlorses. dGlllent justifiécs IIUl'JTl'lllodeme, laquelle requiert un pouvoir monarchique for!.
par les engagemenls militaires de 1,1 monarchie pom la défrnse de la fpi. L'élude des législations est donc une étape nécessaire dans la compré-
qu'il esl forlement affaibli. hension de I'opposition traelitionnelle enlre Ies modeles caslillans et ara-
Bicn rlus importants. en n::vanl'lle, pom la fllndation de I'inslitulion gonais : mais elle n'est qu'une étape, dans la mesure ou les théories poli-
'!10narchique. apramissent Irs systcl11es juridiques prorres à chaeun des tiques dévcloppées en Espagne, ainsi que les pratiques de gouvernement,
Etats de la monarchie. du moins dans la péninsulc Ihérique. en ce qu'ils invitenl ii nuancer fortement ce!te opposition (v. Les théories politiques;
définissent la place respective du roi el du royaume dans I'élaboratilln de Le roi et ses sujets).
la loi positive.

Le droit dll royaume de Castille


Castille et Aragon : des modeles juridi<)lIes différents
En Caslille coexistent trois types de droits : le droit royal, émanation
Des le XVI" siecle, la di fférence entre Ics systemes juridiques de la du pouvoir politique légitime et souverain ; le droit coutumier, qui com-
Castilk et de la couronne d'Aragon a fr:lppé Ies observateurs : sQuverain prcm] Ies coutumes et fors de ressort local, et le droit commun (ius C011l-
en Caslillc. le roi se trouve limilé. dans les Étals de la couronne d'l\ragon. mllll('). ou úroit romano-canonique. L'O,.denamienro d' Alcalá. élabli en
par une lradilion juridique dile "paclistc" (çonlracluelle), en ce Cju'ellc fait ,I 134R lors d'une réunion des Cortes de CastiI1e à Alcalú de Henares. fixe
de la loi le résultat d'un contrat entre le roi ct ses sujets. et non I'expres- la hiérarchie entre ces différentes sources de droi! selon un ordre qui
sion de la seule volonté dU'lllonarque. Cettc tradition s'exprillle dans des reste en vigueur jusqu'au XIXe siêcle : c'est le droit royal qui s'applique
corpus législatifs ntssemblant Ics fors* (ji(('ros), ensemble des lois el pri- en premier lieu ; à défaut, reut être appliqué le droit couturriier, puis, à
viIC~gesen vigueur sur le territoire. l:opposition entre une Castille propice titre supplétif, le droit commun. La valeur des coutumes et des fors
~ I'ansolulisme royal el des États aragonais "pactistes" est un 1heme loeaux ('sI donc reconnue, mais le droit royal est placé dans une position
majeur du "Grand Mémorial" adrcssé par Olivares ii Philippe IV en 1624, de rrééminence.
avanl de (\cvenir un lieu COn11l1Un historiographique. Olivares voit pl'l'cisé- Le droit royal est constilué par les lois données en Cortes, et par
ment dans la persistance des "fors et prérogatives particulieres des cclles qui rrocedent de la seule volonté du souverain. Les Cortes n 'ont
royallmes" I'une dcs limitations principait's à la puissance dll mon:lrque. pas de pouvoir législatif : convoqués par le roi, les représentants du
En conséquence. ii conseillc à plJilip[1e IV de "dcvenir roi d'Espagne". ce royaume produisent des propositions visant à remédier à divers dysfonc-
qui implique de "réduire les royaullles c10ntse com pose l'Espagne à la pra- lionnelllents. Si ces propositions sont adoptées par le roi, elles se voient
tique et aux lois de CastilIc" [LOlJl'ESet DEDlF.lI.1993]. Les résistanccs des alors promulguées sous forme de lois applicables dans I'ensemble du
sujets de la eouronne d'Amgoll ii ce qu'ils considcrent comme une atlein-
rO)'lllilllC, Le vote, par les députés des Cortes. de contributions de carac-
te ii !eur systcme légal. le sentimenl (\'urgenee du pouvoir royal facc allx
lere ordinaire ou extraordínaire, n 'est pas subordonné à I'approbation de
menaces eXléricures et allx désnrdrcs intériellrs, qui semblent juslirier
leurs reqllêtes par le roi. Cest bien le roi seul qui conserve la prérogati-
amplement Ies entorses aux privileges locaux, tels sont les éléments de la
ve de créer le droi!, sans partager en aucune maniere ave c les Cortes ce
crise politique que tmverse la monarchic hispanique au XVlIe siecle :
pouvoir snuverain.
"Aucun roi au monde n'a de province comllle la Calalogne. Elle a un roi
el seigneur, mais clle ne le sert pas. même quand sa prorre sécurité ('st en De plus. Ies rois ont la faculté de créer le droi! par eux-mêmes, en
jeu. Cc roi et seigneur ne pellt rien y faire de ce Cju'il désire, ni même ce dehors dcs sessions des Cortes, en applicat.ion de la maxime du droit
qui serait nécessaire. [... 1 Sans cesse. nous elevons regareler si une consti- romain selon laquelle "Ce qui a semblé bon au souverain a force de loi".

185
IR4
Cette conception absolutiste du pouvoir royal s'affirme au Xve siêc1e, et vent recourir au droit canonique du Corpus jur;s canonici ainsi qu'au
droit civil romain du Corpus juris civilis, et à l'opinion des commenta-
plus encore à I'époque moderne. Le pouvoir législatif du roi seul s'expri-
teurs de ces textes. Par ce biais, le droit ecc1ésiastique se trouve donc inté-
me dans les pragmatiques royales, normes juridiques concernant des
gré dans le systeme normatif en vigueur en Castille, autre signe de 1'ab-
affaires importantes, et applicables à I'ensemble du royaume. Les prag-
sence de séparation étanche entre les domaines politique et religieux.
matiques affirment d'ailleurs dans diverses c1auses le "pouvoir roy~l
absolu" du roi de légiférer. Le terme de "loi", à ('origine réservé aux lOIs
prises en Cortes, finit par être appliqué également aux pragmatiques. Plus
Les particularismes des provinces basques
encore, le droit fixé par le roi et les Cortes peut être contredit par celui qui
et du royaume de Navarre
émane de la seule volonté royale.
Avec le développement de 1'apparei! gouvernemental, la création du
Les provinces basques d'Alavá, de Guipuzcoa et de Biscaye ont
droit s'effectue de façon prédominante dans le cadre des pragmatiques, au
conservé, à I'intérieur de la couronne de Castille, Ieurs particuIarismes
détriment des lois prises en Cortes. Cette évolution suscite encore juridiques : le droit royaI castillan ne peut y être appliqué que dans la
quelques protestations de la part des députés du royaume au XVlle siêc1e, mesure ou i! n 'entre pas en contradiction avec les fors locaux. Les institu-
mais la tendance semble irréversible. Dans la premiere moitié du siêc1e, tions représentatives des provinces (les Juntas d'Alavá et de Guipuzcoa, la
les villes représentées aux Cortes tentent de reprendre une plus grande députation de Biscaye) exercent leur contrôle sur la pénétration des
place dans la création du droit, à 1'occasion de la négociation de la contri- normes castillanes par le moyen du pase foral. Les droits locaux basques
bution des millones* (v. Le roi et ses sujets). Mais le droit produit hors se trouvent donc en position défensive, ce qui entraine I'élaboration de
des Cortes connait une véritable inflation. Les divers organismes de gou- compi!ations des fors : celui de Biscaye, publié en 1526-1527 et confirmé
vernement (consei!s, audiences) produisent une masse de dispositions à par les monarques postérieurs, est étendu. des campagnes aux villes à la
caractere administratif, d'application ponctuelle : provisions, céduks, suite de "I 'Union et concorde des villes, cités et terre de Biscaye" réalisée
instructions, autos acordados émanant des consei!s et des audiences. Le en 1630 ; celui d' AIavá est publié en 1671 et celui de Guipuzcoa en 1696.
pouvoir royal affirme également son contrôle sur les ordonnances adop-
Incorporé à la couronne de Castille, le royaume de Navarre conserve
tées par un certain nombre de corps sociaux (municipes, corporations de
ses fors, que Ferdinand jure de respecter en 1513. Le droit navarrais, qui
métier) pour réguler Ieur fonctionnement interne: en 1610, un auto ac.o~'-
repose sur les lois créées en Cortes et sur les coutumes, s' amplifie, au fi[
dado émanant du conseil de Castille exige que les ordonnances mumCl-
des vingt et une réunions tenues au XVII" siec1e par les Cortes du royaume
pales soient confirmées par le consei!.
(v. Le roi et ses sujets). En principe, les lois et fors du royaume sont supé-
L'inflation du droit royal rend nécessaire un travaiI de diffusion et de rieurs aux décisions prises au nom du roi par le consei! de Navarre et le
tri entre les normes légaIes, d'autant que chaque nouvelle disposition se vice-roi, mais la législation royale est vue comme envahissante par les
superpose aux précédentes sans Ies abroger. La compilation des Navarrais. Les entreprises de compilation traduisent les tensions entre les
OrdUllIlallCeS royales de Castille réalisée par Diego de Montalvo et deux pouvoirs : la compilation intitulée Fuero reducido, effectuée à l'ini-
publiée en 1484 étant rapidement dépassée, un nouveau recuei! est mis en tiative des Cortes sur la base du Fuero general de Navarre, n'inc1ut ni les
chantier : la Nueva Recopilación des lois de Castille, qui rassemble les ordres royaux, ni les pragmatiques ; de 1530 à 1628, le pouvoir royal
lois et pragmatiques prises entre 1484 et 1567, est promulguée par une bloque avec constance les demandes d'approbation et d'impression du
pragmatique de Philippe II le 14 mars 1567, ce qui lui donne force de loi texte. De leur côté, les Cortes refusent de recevoir la Recopilacióll des
au détriment des anciens textes désormais refondus. Elle est complétée à décrets royaux publiée en 1567 par un membre du consei! de Navarre,
plusieurs reprises dans la premiere moitié du XVlle siec1e par des supplé- Pedro Pasquier. On voit donc fleurir au XVII" siecle les compi!ations des
ments [TCJMA~ y VALIENTE, 1979; lvlARTINEZ. GJJÓN; 19R<í]. lois de Cortes, jusqu'à la l'lucva Rcccpilaciól1 des lais du rcyaume due à
Le droit commun, enseigné en latin dans les universités, tient lieu de Antonio Chavier (Pampelune, 1686), qui recueille à la fois les fors de
droit supplétif à défaut de l'egIe fournie par le droit royal, par les fors Navarre, Ia législation des Cortes et les décisions royales. L'affirmation de
municipaux ou par les Partidas, recuei! de lois élaboré au Xllle siec1e dans l'absoIutisme royal face à l'autonomie du royaume est l'enjeu de cette
l'entourage du roi Alphonse X de Castille. Dans ce cas, les juristes peu- lutte menée sur le terrain législatif.

187
186
juridique foral, cont' ",S théories et la pratique absolutistes du gouver-
Elle est d'aulant plus inlense que les Navarrais )sent d'un pouvoir nement royal. Ainsi, prologue de I'édition de 1552 inclut un récit à
de blocage : le droit de ,whrecarfa. consacré par les Cortes de Sangiiesa cn caractere historique (dont le caractere légendaire a été, depuis, mis en
15<íI, slipule qu'une disposition royale ne peut s'appliquer dans le royal/- évidence). celui des "Fueros de Sobrabe". Selon ce récit, les nobles ara-
me sallS avnir été examinée préalablement par leconseil de Navarre. Si gonais. apres la conquête de l'Espagne par les musulmans, se seraient
rlle est contraire aux fors cl aux lois du rnyaumc (col1trqfuem). Ie consei! donné des lois et auraient élu un roi, soumis à I'obligation de jureI' sous
peul la déclarer nulle rt sans ciTeI. C'ommc le conseil de Navarre esl serment de respecter ces lois. Ainsi, la formule que le jllstida mayor
conslitué d'hommes nommés par Il' roi. ct généralcment non Navarrais, la amait prononcée au nom de la noblesse aragonaise, lorsqu'il faisait jurer
députalion des Cortes de Navarrc nbtienl à partir de I<í24 (el déf'inilivc- au roi de respecter les fors, est bien probablement une invenlion du
mcnt cn 1<í«5) dc contrôler la cnnrorlllité dcs décisions royales avcc les XVle siêcJe : elle apparait dans la Francogalia de François Holman,
fnrs el lois du royal/me. par la procédme du [lase .foral. et cc avant même publiée à Geneve en 1573, et est reprise dans les Rela.tions d'Antonio
que Ic conseiln 'exerce le droil de sohrccarfa. Les disposilions rcconnues Pérez: "Nous, qui chacun sommes autant que Vous, et qui tous ensemble
(,(III/ra/il('l"o. d'ou qu'elles vienncnt, cnnstituent un préjudice soumis à valons plus que Vous, nous vous faisons roi d' Aragon, à condition que
réparation. ce qui entraine lem annulation par le vice-roi ou le roi [TÓMAS vous fassiez observer la loi, et sinon, non" [GIESEY, 1968 ; MILHOU,
y V,\I.IENTE.1979]. 19991. La publication des fors d'Aragon marque ainsi une étape impor-
tante dans les efforts entrepris au XVIe et au XVIIe siecle par les juristes et
les chroniqueurs, pour forger et diffuser une doctrine reposant sur le pac-
Les systi'mes pudistes : Aru~nn, Cutul(l~ne, Valence
tisme. c'est-à-dire sur I'association du roi et des sujets dans la procédu-
re d'élaboration de la loi, sur I'obligation faite au roi de respecter les lois
Duns le royaume d' A ragllll. Ic systcme pactiste repose sur les rors. du royaume, et sur la légitimité, pour les sujets, de résister à toute infrac-
ensclllble dcs lois et coulumes du royanme. et sur la figure du ;us/icia tion de la loi commise par un agent du pouvoir royal. Ces conceptions se
mayor. La reconnaissance officielle dcs fors d' Aragon comme ordre résument dans I'affirmation selon laquelle, en Aragon, "primero !Juba
juridique du royaume remnnte à la cmnpilation des fors locaux effec- leyes que reyes" : Jes lois sont antérieures aux rois [GIL PUJOL, 1988].
tuéc à partir de 1247 sur I'ordre de Jaime ler. À ces FI/cros dc Aragó/I "Selon les lois, ii est licite de défendre impunément les libertés et les
(appelés également Codigo de Hues('a) se sont ajoutés les lois prnmul- lois, sans crainte de voir notre nom entaché, comme i! arrive d'ordinai-
guécs par la suite lors des sessinns des Cortes, le prÍ\'ilcgio gel/eral de re. de l'accusation de résistance", écrit dans les années 1580 le chroni-
12R3. qui stipule notamment que les nobles ne peuvent être jugés par le queur offieiel du royaume, Jerónimo de Blancas [GASCÓNPÉREZ, 1999].
roi sans Ic consentement du jusficia 117a."or.des décisions royalcs prises
à la requête du royaume. ainsi que les écrits de divers jurisles. C'haque
La sé,rie de crises politiques que connait le royaume depuis la fin du
roi d'Araglln doi!, lors dc son accession au trône. jurer dc respecter les Moyen Age vient justifier les défenseurs du pactisme aragonais. De
rnrs, par \.ln serment prêté 11gcnnux devanl ses sujeis. la main poséc sur I'installation du tribunal de I'Inquisition en Aragon par Ferdinand en
la Bible nu un misseI, disant so1ennellclllcnt ."0 lu jum. Sccond pilicr du 1484. à la répression dela révolte suseitée par I'affaire Antonio Pérez en
contractualisme aragonais. le jus/icia m(/yor, choisi au sein de la 1591, ces conflits meltent en question la reconnaissance, par la monar-
noblesse (Ia charge se transmet au sein de la famil1e Lanuza depu is la chie, des limitations qu'impose au pouvoir souverain la constitution
fin du xv. sieclr), est un juge suprêmr rI inamovible, chargé d'inter- politico-juridique du royaume. Par I'usage de la force (I'invasion du
préter ks lois et coulUmcs du royaume ri de juger, par des résolutions royaume par l'armée royale en 1591), le pouvoir royal parvient à faíre
en dernier ressort et ob1igatoires mêll1c pour le roi, les cas Oll sont reculer ces limites: les Cortes de Tarazona, en 1592, déc1arent l'office
dénnncés 1es c(llI/ra.fuáos du rni ou de ses nffil.:iers. II n 'est responsablc de jl/s/ida mayor révocable par le roi, le principal défenseur des fors
que elevant les Cortes. perdant ainsi sá position médiane entre roi et royaume. La mémoire de
ces connits, entretenue au XVIIe siec1e, contribue à élargir la popularité
La prell1ierc édition ill1primée dcs fors d' Aragon a été pub1iée duns
des fnrs d' Aragon aupres de couches soeiales plus larges que la nobles-
les années 1476-1477. D'mitres éditions onl suivÍ, en 1552 et en 1576. ' .. ~.,

se. qui demeure néanmoins le premier bénéficiaire du systeme pactiste


lei comme el1 Navarre. la cnmpilalinn et la pubtication eles fors résll1tcnt
[GASCÓNPÉREZ, 1999).
dll l,""vail idéologique de juristes qui se f()nt les défcnsems dll sysleme
1 189

---------------_ ~-
..• .~ ------------
Comme en Aragon, le systeme juridique eatalan repose sur la successeurs, d'observer perpétuellement les lois du royaume ou furs, le
notion de pacte entre le roi et ses sujets. La constitution Poc valdria, systeme juridique repose sur les lois adoptées par 1e roi en Cortes. Une
donnée par le roi Ferdinand aux Cortes de Barcelone en 1481, et compilation officielle des Furs de Va1ence est réalisée en 1547 et, par la
recueillie dans la compi1ation officielle du droit cata1an publiée à suite, chaque réunion des Cortes du royaume est suivie de la publication
Barce10ne en 1588-1589 sous 1e titre de Constitucions y alt1'es drets de des Furs y actes de Cort qui ont été adoptés. D'autre part, d'éminents
Cathalunya, étab1it les principes suivants : les usages et privileges qui juristes valenciens, de Pedro Belluga au xve siecle à Cristobal Crespí de
composent le droit du principat sont confirmés, et toute disposition roya- Valldaura au XVIIe, affirment la prééminence des lois votées en Cortes sur
le contraire à ces normes est nulle ipso facto, même si la décision roya- les pragmatiques royales. Mais ii semble que le pouvoir monarchique
le est accompagnée des clausules motu proprio ou de certa scientia exerce une forte pression sur le droit va1encien, par 1e biais des disposi-
exprimant le souverain pouvoir législatif du roi. En cas de doute sur la tions émanant du roi (pragmatiques et privileges) ou par les textes régle-
compatibilité d'une décision royale avec le droit du principat, la résolu- mentaires adoptés par les vice-rois [MARTINEZGUÓN, 1986]. En outre,
tion du cas appartient à I' audience de Catalogne. Les actes des officiers les Cortes de Valence ne sont pas toujours en position d'opposer une
royaux qui reposeraient sur une décision royale contraire au droit cata- forte résistance aux exigences royales (v. Le roi et ses sujets).
lan sont déclarés nuls. Ces principes montrent la prédominance des L'abolition des particularismes juridiques de la couronne d'Aragon
normes juridiques traditionnelles sur la seule volonté royale. Le sous le regne de Philippe V est la conséquence du soutien des États de la
monarque, comme prince de Catalogne, n 'est donc pas legibus solutus couronne d'Aragon à I'archiduc Habsbourg. En juin 1707, un décret de
(v. Les théories politiques). De plus, le vote des contributions en faveur Philippe V abolit les fors* des royaumes d' Aragon et de Valence en châ-
du prince par les Cortes est subordonné à la réparation des préjudices (ou timent de la trahison et de la rébellion de ces royaumes. En septembre
greuges*) causés au principat par les violations du droit catalan com- 1714, les fors catalans sont à 1eur tour abolis. Les décrets de nueva plan-
mises par les officiers royaux. ta, en janvier 1716, imposent au principat de Catalogne les lois cas-
La résistance du systeme juridique catalan aux visées absolutistes du tillanes, et rendent l'usage du castillan obligatoire dans 1es tribunaux
pouvoir royalle place cependant dans une position délicate. Les Cortes royaux. Le regne de Philippe V n 'inaugure pas pour autant une totale
de Catalogne, lieu de la production du droit "pacté" entre le roi et ses unification juridique de I'Espagne. Les privileges des provinces basques,
sujets, ne sont réunies que deux fois sous Philippe II (en 1563 et 1585), demeurées loyales à Philippe V; restent intacts. De plus, si les particula-
une fois sous Philippe III (en 1599) et une fois sous Philippe IV (en rismes jutidiques du royaume de Valence sont supprimés, 1e royaume
1626-1632), alors qu'elles I'avaient été à neuf reprises sous Charles d' Aragon et le principat de Cata10gne conservent en grande partie leu r
Quint. Cette raréfaction est liée à la crise des relations entre le principat systeme 1égal interne. Les décrets de Nueva Planta* suppriment égale-
et la monarchie, qui prend une forme aigue sous Philippe IV (1/. La ment les privileges fiscaux des pays.de la couronne d' Aragon, mais sans
monarchie hispanique en crise: I'année 1640). La stagnation du droit les soumettre au systeme fiscal castillan. Les mesures prises par
catalan qui en résulte porte deux conséquences : d'une part, I'importan- Philippe V sont sans équivalent pour la période des Habsbourg, qui
ce donnée aux droits supplétifs que sont le droit canonique et, au second avaient toujours confirmé les fors des États de la couronne d' Aragon.
rang, le droit civil romain et la doctrine ; cette 'hiérarchie est précisée aux ElIes favorisent la constitution d'un espace espagnol p1us homogene, à
Cortes de Barce10ne en 1599. D'autre part, la vitalité de la Iittérature la faveur de la suppression, en 1708-1714, des barrieres douanieres qui
juridique : les commentaires des décisions des tribunaux (depuis les séparaient les couronnes d'Aragon et de Castille [KAMEN, 1991 ;
Cortes de Monzón de 1510, les juges de Cata10gne doivent fonder leurs BENNASSAR,1992].
décisions) permettent.d'amplifier la réflexion sur les normes légales et
de comb!er ks lacunes des lois catalanes [TOMAS Y VAL!ENTE, 1979 ;
MARTINEZGUÓN, 1986].
Le pactisme caractérise également le systeme juridique du royau-
me de Valence, avec peut-être un peu moins de vigueur qu'en Catalogne
et en Aragon. Depuis qu'en 1261 le roi Jaime Ie, a juré, pour lui et ses

190 191
"
LE~ THEORIES
POLITIQUES
EN ESPAGNE
ETENFRANCE
POUR UNE RAISON D'ÉTAT CHRÉTIENNE :
LE COURANT ANTIMACHIAVÉLIEN EN ESPAGNE

La réfutation des idées prêlées à Machiavel et à Jean Bodin est un


lhe me majcur de la pensée politique en Espagne à la fin du XVle et dans les
premieres décennies du XVlle siecle. En rupture avec le discours édifiant
proposé par les Miroirs des pril1ces à la fin du Moyen Âge, le Florentin
Nicolas Machiavel (1494-1527) posait dans Le Prince, ouvrage publié en
italien cn 1532, la question de savoir comment un prince, apres avoir fondé
un Élat par la force, peut s'y maintenir avec succes. L'intention de
Machiavel, qui était de conseiller utilement ses compatriotes pour leur per-
metlrc de délivrer l'Italie des entreprises des Français et des Espagnols,
s'cffaça bien vite devant les problemes posés par le "machiavélisme" : ins-
lrumentalisalion des hommes et de la religion, transgression de la morale,
le toul dans un seul souci d'efficacité. Sclon Machiave1. les États se gou-
vernenl par la raison et par la force, non par la foi. Des moyens immoraux
peuvent assurer la stabilité d'un État, mieux que I'amour de la paix ou la
charilé envers les hommes. Le prince vit dans un état de guerre permanent
qui j'autorise à enfreindre non seulement la loi positive, mais aussi la mora-
le chrétienne. Son but est de maintenir son propre pouvoir, et non pas de
conduire ses sujets au salut, ni même d'assurer le sien : le pouvoir politique
trouve sa fin en lui-même, de façon autonome par rapport à la loi divine.
Le bilan que Machiavel dresse de la réussile politique du roi Ferdinand
d' Aragon illustre ces idées. L'ép'oux d'Isabelle de Castille est parvenu à
consolider son État par la continuité de ses entreprises guerrieres. La guer-
I re conduite contre le royaume de Grenade, dernier royaume musulman de

193

I
. •••.111.;:.('> ••. _
L
r--- - -

la péninsule Ibérique, conquis en 1492, a permis à Ferdilland de canaliser model~ de prince chrétien. C'est dans cette perspective que la notion de rai-
la turbulence des Grands de Castille : occupés par la guerre, ils n'avaient son d'Etat est à la fois combattue et réinterprétée.
plus le temps ni le désir de s'opposer au roi. D'autre palt, laguerre a four- L'expression "raison d'État", absente d'ailleurs de I'rellvre de
ni à Ferdinand I'occasion d'assurer son emprise sur l'Église, en obtenallt Machiavel, suscite tout un courant de réflexion sur les valeurs qui doivent
des subsides au motif de la croisade contre les infideles : moyen de contour- être au fondement de I'exercice du pouvoir. L'idée que l'art de gouverner
ner le principe de l'exemption fiscale du c1ergé, avec le soutien de la papau- demeure subordonné à la loi divine est particulierement présente chez les
té. La guerre de Grenade a jeté les bases d 'une armée permanente, utilisée
p~nseurs. politiques espagnols du XVlle siecle, qui s'inspirent de I'Italien
par la suite sur d'autres théâtres d'opérations, notamment en Italie. GloVa~1ll1Bolero (1540-1617), dont l'ouvrage Della ragioll di Stato, publié
L'aristocratie et le peuple, occupés par une suite ininterrompue d'entre-
à Vemse e~ 1589, traduit en castillan en 1603, consacre I'expression de
prises militaires, n 'ont plus été tentés par la révolte ou la guerre civile.
"raison d'Etat". Botero la définit comme "Ia connaissance des 1110yens
Apres les musulmans de Grenade, les juifs d'Espagne ont fait les frais de
i propres à fonder, conserver et agrandir une telle domination et seignellrie"
cette politique: ils ont été expulsés en 1492 et dépouiJIés de leurs biens au I

! su~ les peup~es. Elle s'identifie à la "science de l'État;' ou "politique". Son


nom de I'unité de la foi. La guerre garantit ainsi à la fois la solidité et la
durée de l'État, la propre gloire du souverain, et sa sécurité intérieure.
I obJet est moms la conquête que la conservation de l'Etat : le prince mis en
Ferdinand est bien, pour reprendre I'analyse de Joel Cornette, "\'archétype
du roi de guerre" [CORNETTE,1993]. Cette politique apparait doublement
I
(
scene par Botero n 'est plus le "nouveau prince" de Machiavel, mais un sou-
verain bien étabJi. Tout I'art de gouverner consiste à assurer la tranquillité
publique, à empêcher la destruction de I'État par des causes extemes ou
cynique, si on I'évalue selon les valeurs chrétiennes traditionnelles. Tout
I~temes. Parmi les facteurs qui assurent la conservation de I'État, la reli-
d'abord parce que la religion est mise au service d'une volonté de domina-
tion, pour servir de prétexte à la guerre, à la taxation de I'Église et à la spo-
liation des juifs. De plus, la guerre, selon les théologiens, n'était morale-
I glOn occupe le premier rang : "Ia religion tend à conserver les États avec
I'aide sumaturelle de la grâce de Dieu". Toute entreprise politique est
subordonnée à un impératif religieux, car elJe doit avant tout s'accorder
ment justifiable que si elle répondait aux conditions de la "juste guerre" : la
guerre juste est en principe une guerre défensive, conduite selon des regJes J avec la.loi divine. C'est pourquoi, toujours selon Botero, les experts en
i théologle ~t en droit doivent être présents parmi les conseiJIers du prince,
morales (éviter de frapper des populations civiles innocentes), et elle doit
obligatoirement mener à établir la paix [VITORIA,1966]. La guerre est donc pour exammer la légitimité religi~use de ses actions [BOTERO, 1987]. Ces
comprise comme un mal. et n'est justifiable que si elle est subordonnée à r~com~andations s'accordent d'aiJIeurs avec la pratique de la monarchie
la recherche du bien, c'est-à-dire l'établissement de la paix. Or dans la poli- hlspamque : en I' absence de séparation nette entre les deux spheres, celle
tique de Ferdinand, telle qu'elle est analysée par Machiavel, la guerre J
'I
?u politique et du reJigieux, les théologiens et les juristes ecclésiastiques
Jouent un rôle de conseil essentiel dans l'appareil gouvememental (v. Profil
devient le moyen d'assurer le monopole de la violence par l'État, d'asseoir
la domination du souverain, de dompter le corps social. Ferdinand s'est ! du personnel de gouvemement).

I
donc attaché à "faire naitre une affaire d'une autre", à maintenir I'Espagne r:vraissi le respect de la loi divine est pour le prince une obligation, c'est
dans un état de guerre permanent. On est ici aux antipodes de I'idéal du roi aussl et surtout parce la religion demeure, comme chez Machiavel, un
justicier, pacificateur, et chréticn [MACHIAVEL,1980]. f ~oyen de gouvernement : par son emprise sur les consciences, elJe garan-
L'ouvrage de Machiavel fut interprété par les contemporains à travers tlt aux souverains ('obéissance de leurs sujets. La meiJIeure preuve de la
les catégories tracées par Aristote dans La Politique: le prince "machiavé- vérité de la religion cathoJique, selon Botero, c'est que les sujets catho-
lien" n'est pas un monarque, mais un tyran, puisqu'il ne vise que son propre Ii~ues ,des rois. hérét~ques (en Anglete:re ou en AlJemagne) ne se sont pas
intérêt. À partir de 1559, Machiavel figure dans les index des livres inter- rev?ltes. La ralson d Etat dans sa verSlOn chrétienne n'est pas toujours tres
dits publiés par l'Inquisition romaine, comme "auteur de premiere classe" élOlgnée de la manipulation du religieux, que dénoncent pourtant les anti-
(ce qui signifie que toutes ses c:euvres sont interdites). En 1583, à son tOUf, m:tchiavéliens, De même, la guerre est pour Hotero un moyei1 priviléizié
l'Index de l'Inquisition espagnole (celui du cardinal Quiroga) prohibe en d'occuper les Grands et le peuple, comme les spectacles et a'utre; divertis-
son entier I'reuvre de Machiavel, interdiction reprise par tous les index pos- sements. Le rapprochement s'impose évidemment entre les considérations
térieurs [PUIGDOMÉNECH,1988]. Vn certain nombre de penseurs, isslls de Botero sur la fonction de la guerre dans le maintien de la pai x intérieu-
notamment de l'Église, s'efforcent donc de proposer contre Machiavel un re et l'éloge de Ferdinand d'Aragon par MachiaveI.

194 195
L'irnplantation en Espagnc de la réformc callH c. les dirficultés de Dieu, comme pé 'rs. L'imitation du Christ est selon lui I'impérieuse
la lI10narchie hispanique à la fin du xvI' siecle el k flllénomcne dc Ia pri- obligntion des nh._.drques [QUEVEDO Y VILLEGAS, 1974]. Toutefois, la
vanee* im:arné par le duc de Lerma sous Philippe III ont favorisé I'éclosion réponsc des moraJistes chrétiens face aux tendances absolutistes du pouvoir
d'une ahondanle lilléralure consacréc 11 I'éducalion polilique e1u prince, royal arraraí't relativement faiblc. Si la conscience mm-ale est posée comme
e1ans la ligne eles Miroirs dll I'ril/cl' médié\'aux el ele I'rdllcalio/1 dll pril/ce la limite à la puissance souveraine et ab50lue du prince. c'est que les
cliréliC'1/ composée par Érasmc pour Charlcs Quinl. L'idée, mainlcs fois moyrns de contrôle instilutionnels de celle-ci semblent inexislants. La pro-
affinnée. que te prince esl l'âll1e dc I'Éral ct "Ie ccrur du royaumc" (sclon position d'un modele de prince idéal et la menace du châtiment divin s'ave-
Juan de Santa María, Tralat10 ti" Rl'flllhlim -" polilica crislial/a. I ó 19). et rent impllissantes à modifier la pratique l)uotidicnne du gouvernement,
que c'estlui qui assure I'ordre vivant c1cla chosc publique. concluil les pen- mêllle si elles procêdent de principes coml1lunément acceptés en Espagne.
scurs politiques à tenter avant tout d'éduquer Ic tilulaire c1u pouvoir Un aulre courant de pensée prône un plus grand réalismc dans les rela-
[M/IRAVALL, 1955]. L'anti-machiavélisme esl élroilement Iié à ces tions entre morale el pouvoir : les "tacilisles", continuateurs de Machiavel
rénexions sur les relations entre polilique clmorale dans I'art de gouverner. qui s'abritent derriere la figure de Tacite, ne peuvent oublier que l'efficaci-
La thématique anti-machiavélienne est illustrée par le jésuite Pedro ele té esl un élélllent essentiel de I'art de gouverner. La nouveauté des traités
Ribadeneyra ( 1527 -161 I). autem du Traifé de la religio/1 ef des l'erlllS qlle de la fin du XVle siecle et de la premiere moitié du XVlle réside en ce domai-
doil IImir IIn prince chréliell. publié à Madrid en 1595, ettraduil en français nc : Ic prince doitl1laitriser l'art de gOlll'crner. posséder les qualités propres
en lólO. Dédié au fulur Philippe III. le traité consacre son second livre aux à 50n métier de roi. L'aslllce, la ruse, la dissimulation, l'emploi de la force,
vertus requises du prince chrétien. Ribacleneyra est Ie premier à associer la Illéfiance envers ses rivaux sont les élél1lents d'une science de la poli-
Machiavel à un eourant de pensée désigné sous le nom de "Polílicos", Oll ii tique qui lient compte des réalités du temps. Diplol1late expéril1lenté, Diego
englobe dans une commune réprobation I'hislorien romain Tacite, Saavedra Fajardo (1584-1648) expose ce point de vue pragl1latique dans
Machia\'el. Jean Sodin, et Ics prOlcstants rrançais François de La Noue el l'ldeo{ de /111 Prillcipe politico cl1rislial/o (fdéal d' /111 prince poliliq/le c/zré-
Philippe Duplessy-Mornay. Le jésuite espagnol esl farouchemenl opposé à liell). publié à Munich en 1640 cttraduit en français ell 1668. Le prince doit
tOlHe acceptation de la coexislence avec des hérétiques. TI en va du salut de posséder non seulement des vertus chrétiennes, mais aussi ces vertus pro-
I'Éta!. car seulle prince qui respecte el défend la religion (et par conséquent, prement politiques qui lui permeltront de vaincre les vices de la société,
I'Église catholique) peut espérer jouir de la protection divine el voir la réus- avee plus d'efficacité qu'en se raisant Ie paladin de la vertu chrétienne
site de ses enlreprises. La liste dcs princes punis pour avoir toléré I'hérésie [MAR,WALL, 1955].
rait une place importante aux rois de France : François ler, Henri Ir et
Henri 111.Au contraire, les Rois calholiques el Charles Quinl ont été proté-
gés p:1r Dicu pour nvoir défendu la foi. Les conceptions de Rivadeneyra sont
nettement manichéennes, mais elles s'imposent au e1ébul du XVllc siecle LA NATURE ET LE..'iLlJ\mr:s DU pouvom ROYAL EN
pan:c qu'clles fournissent à la monarchie hispanique un progmmlllc et une ESPAGNE : ABSOLUflSME, SOUVERAINETÉ, TYRANNlCIDE
justificalion. Désormais. c'est le roi d'Espagne qui incarne la vmie raison
d'Élal. contre le roi de France en particulier. La vocalion de I'Espagne à
Le débat sur la nature du pouvoir royal el ses limites, en Espagne, part
épou~cr la cause du catholicismc lrouve dans I'ouvrage de Ribadeneyra sa
de la rénexion des juristes du Moyen Âge sur l'héritage du droit rOl1lain.
justification mora1e [FF.RNÁNDEZSANTi\MARfA, 1977; BIRELEY 19901.
Les principes affirmés par le jurisconsulte Ulpien au tIle siecle. el recueillis
L'antimachiavélisllle ct I'apologie de la raison d'État chrélienne trou- dans le CO/1JUSjllris civilis, enselllble de cOl1lpilations du droit romain réa-
vent par la suite un ardent défenseur en la personne e1u POele Francisco de lisé sur I'ordre de l'empereur Justinien au Vle siecle et redécouvert par les
Quevedo ( 15RO-1 (45), ancien éleve des jésuiles de Madrid, secrélaire du juristes italiens à partir du Xlle, onl été interprélés dans un sens favorable à
duc d'Osuna. puis proche d'Oli\'arcs. Dans la Polílica de Dios y go/Jiemo la pleine capacilé législative du prince: "Le prince est .délié des lois"
de CI1rislo (1616), Quevedo développe I'alternative offerte aux princes : se (Prillceps legibus SOl/lluS, dans Digesle. I, 3, 31) et "Ce qui a pam conve-
soumeltre aux comlllandements ele Dieu. ou bien se rebeller contre sa nable au prince a force de loi" (Qllod prillcipi placuillegis hafJell'igorel1l,
volnnlé et se voir condamnés à la fois par la postérité, comllle tyrans, et par dans Digeste, 1,4, I). Le prince est supérieur aux lois, il estmême la "Ioi

196 197

__ L ___ ~",,-
.••'\IlIl"'t: _
animée" (Nol'elles, 105, 2, 4), la loi vivante [CARBASSE,1988J. Cest avec
d'Aragon à leurs lois et l'obligation faite au roi de les respecter doivent
le second Livre des Partidas que pénetre en Castille I'image du prince
être replacés dans le contexte des progres de la théorie absolutiste.
législateur et créateur du droit [TOMÁSY VALlENTE,1979].
Le prince absolu est délié du droit positif, c' est-à-dire des lois faites par
La question de savoir si le prince est soumis aux lois en vigueur, ou s'iI
les hommes ; en revanche, les théoriciens sont unanimes à reconnaltre qu'iI
est libre d'y déroger, a reçu des réponses d'ordre moral (le prince qui se
reste soumis au droit naturel, au droit des gens et au droit divino Cest ce
soumettrait volontairement aux lois étant valorisé comme modele) et juri-
qui empêche que la monarchie dégénere en tyrannie (selon une classifica-
dique: on doit aux juristes italiens la distinction entre la potestas ordil/ata
tion des régimes politiques empruntée à La Politique d'Aristote). La ques-
du prince, qui accepte les limites fixées par la Joi, et sa potestas absoluta,
tion est de savoir s'iI existe une instance habilitée à faire respeeter au prin-
ou pieI/iludo potestatis, qui lui permet d'outrepasser ces limites. Toutefois,
ce Ics limites de son pouvoir. Selon les moralistes, la conscience du roi est
les rois castillans, com me d' autres en Europe, ont généralisé des le
seule capable de le retenir dans ces limites, d'ou I'insistance mise sur I'édu-
Xve siecle le recours à leur potestas absoluta, à travers des formules telles
cation du prince. D'autres auteurs limitent la souveraineté du prince, en
que ex certa sciel/cia ou 1II0tuproprio, indiquant que leurs décisions s'im-
introduisal'1t la notion de regles qu'il lui est interdit d'enfreindre, comme
posaient malgré les lois antérieures susceptibles de les contredire. La por-
Juan de Mariana.
tée pratique de cette définition du pouvoir royal apparalt clairement dans
les conflits entre la puissance monarchique et Ies différents composants du Dans la ligne des réflexions médiévales SUl' les relations entre la papau-
corps politique: apres la défaite des Comuneros* de Castille en 1521, le té et les pouvoirs temporeIs, plusieurs théologiens espagnols voient dans Ie
pouvoir royal se sent ássez fort pour faire usage, de façon courante, de sa pouvoir pontifical une limite essentielle à la puissance des souverains. Les
potestas absoluta. Certes, les théologiens et juristes espagnols du partisans du pouvoir direct des papes même en matiere temporelle, autre-
XVle siecle continucnt fréquemment d'affinner la soumission du prince aux ment dit de la plenitudo potestatis des souverains pontifes, sont peu nom-
lois en vigueur, mais leur réflexion semble en décalage avec le renforce- breux et, au XVle siecle, font figure d'attardés. En revanche, la doctrine
ment effectif du pouvoir royal. communément admise en Espagne donne au pape un droit de regard sur
I'action des princes. Le dominicain Francisco de Vitoria (1480-1546), dans
Dans le même temps, la théorie du droit divin des rois, inspirée notam-
la Premiere Leçon surle Pouvoil: de l' Église (1532) examine la question de
ment des Partidas*, vient à I'appui des conceptions absolutistes : le roi est
la soumission du pouvoir civil au pouvoir spirituel, et de la supériorité du
le "vicaire de Dieu" (expression qui apparalt chez Ribadeneyra, Quevedo,
pape SUl' les princes. C'est le moment ou, sous I'impulsion de Vitoria, I'uni-
Saavedra Fajardo et bien d'autres), iI tient directement de Dieu son pou-
versité de Salamanque élabore à partir des commentaires de la Somme théo-
voir, sans médiation du peuple. Les penseurs politiques précisent que, si Ie
logique de Thomas d'Aquin (traité De justicia et jure) une réflexion poli-
roi tient son pouvoir de Dieu, c 'est qu 'ii n 'en est pas le seul propriétaire et
tique d'une importance capitale pour la pensée européenne. Vitoria se fonde
qu'iI a pour mission de faire régner J'ordre voulu par Dieu, ce qui renfor-
SUl' Ies positions adoptées par Thomas d'Aquin. II affinne que le pape n'est
ce évidemment I'imbrication entre monarchie et Église; néanmoins, ii faut
pas le maltre du monde, que son pouvoir ne s'étend pas SUl' les infideles,
voir dans I'affirmation du droit divin un des principaux fondements des
mais seulement à I'intérieur de I'Église (questions importantes à une
conceptions absolutistes, en ce que le roi n'a désom1ais de comptes à
époque ou la conquête des terres d' Amérique au nom de la couronne de
rendre qu'à Dieu seul [MARAVALL,1955; TOMÁSY VALIENTE,1982]. Ces
Castille est justifiée par la donation faite à la reine Isabelle par le pape en
principes conduisent au triomphe de la notion de souveraineté. Le roi,
vertu de sa plenitudo potestatis). Le pouvoir temporel, antérieur à I'exis-
délié des lois, a le pouvoir de ne pas les observer, d'en dispenser, et d'en
tence de I'Église, ne dérive pas de celle-ci. II n'est pas délégué par le pape,
changer pour en créer de nouvelles. La définition de la souveraineté, chez
et ne lui est pas soumis en ce qui concerne son domaine propre. Cependant,
les üenseürs esüai!nols C0i11ine chez Jean Büdin: est cornparable: ious di.•~-
ajoute Vituria, "ii: puuvuir I,;ivii e~i suumi~ au pouvoirspirituei pour autant
pos~nt d'un bagage juridique et politique commun. En Espagne, la diver-
que la fin naturelle de I'homme est ordonnée à sa fin, surnaturelle, com me
sité des systemes légaux dans les couronnes de Castille et d'Aragon fait de
I'imparfait au parfait. Cest pourquoi ii existe dans l'Eglise un pouvoir sur
la question de la souveraineté royale (développée par des auteurs en majo-
le temporel, dans la mesure ou c'est nécessaire pour atteindre sa fin spiri-
rité castillans) un enjeu essentiel : I'attaehement des sujets de la COUronnc
tuelle". Selon lui, le pape possede donc un pouvoir SUl' le temporel, mais ce

198
199

i.LIII
----------------------------
.
pouvoir a loujours pour but de favoriser l'accolllplis ~nt de l'ohjeclif rcvicnnc à une feml 'U à un ellfant. Cepcndant, ces regIes n 'ont rien
ultime de la sociélé, qui est de parvenir au salut [VITORIA, 1960). d'immuable, el Ie rapp<:1 de plusieurs suceessions easlillalles et aragonaises
La réllexion du jésuite ilalien Rubert Bellannin (1542-1621, cardinal. montrc que le fracas des armes a souvent soulenu des droits légitimes à la
arl'hevêque de Capolle en )fi02. conservatellr de la Bibliotheque vaticane), couronnc. O'autre part, Ie prince ne doit pas légiférer en matiere rcligil'use,
s'inscril r1ans le contexte de la réforllle catholique. La pensée de Bellarmin ni SOUl11cltre les peuples à I'impôt sans impérieuse nécessité. F. Tomás y
Valicnle voit dans ces normes un cffMI pour encadrer l'excrcice c1upouvoir,
s'exprilllc surlolll dans le TI'aile' c/I( 1'''I(\'Ilil' dI( ,l"ol(l'('rail/ I'ollli/c' c/(I/IS le'\"
cOlllparnhle aux lois fondamentales françaises. L'exigence du consente-
e!lO.H''\" 1(''''/lol'('I/('s. pllhlié en lal in cn Ifi II. et dans Ics COI/II'o]'(,I's(,'\" .1'/11'1(',1"
l1lenl dcs pcuples, conslaml1lent alTirmée par M;triana, procedc non pas
!lél'éliql((',\" (15Hó). Oirectemenl. de droil divin, Ie pape n'a aucun pouvoir
d'une vision démocratique du gouvernement de I'Etat, mais de I'expression
direct fI1 maliere lemporelle, même pas sur Ies terres etles biens des fideles
des illtérêts des deux ordres priviIégiés que sonl la noblesse et Ic clergé,
("Ie pape n'est pas sOllverain du monde au lemparel"). Mais "inoirecte-
dOllt iI s'agit de faire respecter la propriété et Ics exel11ptions fiscales. Le
menl. le pape a la souveraine puissance temporellc", c'cst-~I-dire "un sou-
pouvoir tlu roi est donc strictement l'ncadré par le droit divin, le droit natu-
verain pouvoir de disposer, en vue eles fins spiriluetles, eles biens temporels
reI, et par Ics privi!eges de la noblesse et du clergé [TOMÁS y VALlENTE,
de tous les chrétiens", comme, dans l'arganisme humain, I'âme dispose du
19861. Mariana ne fai! aucune référence au poüvoir temporel des papes:
corps. Ainsi. le pape n'a pas à s'ingérer dans les affaires temporelles : mais
confrairement à Bellarmin, i! ne voit pas dans la papauté I'instance de
si Ies aclions du pouvoir civil nuisent à la fin spirituelle ou négligent de
conlrôJe du pouvoir politique. Cetll' Iacune, frappante chez un jésuite (Ies
bien la servir, le pouvoir spirituel peut user de contrainte à son égard, qu'il
jésuil('s étaienl Iiés au pape par un vcru d'obéissanee spécifique), Il'est sans
s'agisse de la personne des juges ou tles princes séculiers, des lois eiviles,
'doule pas acciclentellc. Mariana semble attacher peu d'importance au rôle
ou tlu for judiciaire. Le pape ne peut pas déposer un roi comme ii dépose
c1u rnre dans la restauration de I'hégémollie calholique en Europe apres la
un évêque', mais ii a le pouvoir de transférer les États du fautif à un mitre
réfonll('. protcstante [LEWY, 1960). En oulre, coml11e le mOlltre le dcrnier
souverain. si ee changement est nécessaire au salut des âmes. 11 a un tlroit chapitre c1u traité, Mariana a une visioll netlemellt utilitaire de I'unité de la
de censure. qui va jusqu'au pouvoir de relever les peuples de leur sennent foi: rlle estIe ciment de I 'unité politique. elle garantitla communauté d'in-
de fidélité envers le souverain, si les circonstances l'exigent. Le pape a térêts des membres du eorps politique. Unereligion autre que le catholicis-
donc un pouvoir de contrôle effeetif et eoercitif sur le gouvemement des me pourrait remplir le même rôle.
États. Lcs COl1fl"Ol'('l'S('S de Bellarl11in. et la D(/('I/sio .fidei (I fi 17) du jésui-
te Francisco Suarez (1548-1617) qui en fait I'apologie. sont condamnées au En revallche. iI donne à la communauté politique un pouvoir ele sanc-
feu par le par1ement de Paris aprcs I'assassinat d'Henri IV [MOllSNIER. tion, au cas ou le prince enfreilldrait gravement le contrat qui le lie au
I964J. En Espagne, en revanche, les docU'ines de Vitoria et de Bellarmin peuplc. Les considératiolls de Mariana sur le tyrannicide ont d'aillcurs fait
la célébrilé de son OUVrage. Le tyrannicide estun tenne qui désigne à la fois
sont admises, ce qui participe de la configuration particuliere des relations
l'actc de tllcr un tyran et I'auteur du meurtre. Est-illicite de mettre à mort
entre monarchie et Église (v. Rcligion cl pouvoir).
un roi qui serait eonsidéré com me lll1 tyran ? Mariana envisage explicite-
('ol1ll1le cl'lui de Ribadencvra. Jc Irailé DII mi ('I de I' ('dllealiol/ <III mi,
l1lent Ir prohleme. II évoque avec cOl11plaisancc Ic personnage de Jacques
du jésnile Juan de Mariana. pl;blié en latin en 1599. fait de I'éthique oe la Clél1lcnl. l'assassin d'Henri III (ce qui a valu à son traité d'êlre condamné
fonction royale son theme essentiel. II parail avec I'approbation de la cen- au feu par le parlement de Paris Ie 8 juin I fi 1O, peu apres I'assassinat
sure rovak (le consei! de Castillc) cl d'un cl'nseur jésuile. Mariana, s'ap- d'Henri IV, com me apologie du régicide [MOUSN1ER, 1964]). 11 expose
puyant'sur des conceptions paetistes hérilées du Moyen Âge. affimle que le ensuite Ics raisons eontre et en faveur du tyrannicide. Comme le roi doit son
roi ne til'nt pas son pouvoir directement de Oicu : ii lui a été transmis par pouvoir ii la médiation de la communauté politique, celJe-ci a le droit de
la coml11unauté politique. sell1n un contrat dans lequel celle-ci conserve une déposer le souverain qui ne respecterait pas les lois. n n 'est pas souhaitable
autorilé supéril'ure à celle du roi pour faire respecter un certain nomhre de que cela a1Tive trop souvent, mais Ie cas peut se praduire. Le roi est tué au
norl11es. inserites dans le droit positif de chaque royaul11e. Ainsi le roi ne nom de la légitime défense du peuple, dont I'autorité est toujours supérieu-
peut a1tén.'r les regles successorales sam; le consentement du peuple ; per- rc à ccllc c1u tyran. Finalement, si la communauté (c'est-à-dire sa représen-
sonnellcment, i! conseille de préférer ks hommes aux femmes, les ainés tation institutionnel1e : états généraux, Cortes*, etc.) est dans I'impossibili-
aux cadcts, les plus sages aux autres, ann d'éviter que la couronne ne té de se réunir, alors le drai! de Iégitime défense reste valable.

200 201
Ainsi coexistent en Espagne deux lignes politiques. La premiere affir-
récusent parfois Ie terme "absolutisme" com me étant impropre à la réali-
me la supériorité du roi sur le droit : ii est legibus SOIUfUS,et peut donc
té des pratiques politiques. Pourtant, I'affirmation du pouvoir royaI est
modifier les lois de chacun de ses États. Le "Grand Mémorial" de 1624, ou
une réalité qui se traduit par un déveIoppement de I'appareil administra-
Olivares propose de réduire les autres royaumes de la péninsule aux lois
tif, un meilleur contrôle de I'espace géographique et une tendance à la
castillanes, est probablement I'expression la plus claire de cette conception. centralisation monarchique.
Dans la pratique, ii n'a pas été possible à Olivares d'accomplir ce pro-
gramme, qui n' est réalisé, pour la couronne d' Aragon, qu' avec Philippe V. Le triomphe de Ia souveraineté dans la pensée politique de la secon-
Mais si le rapport des forces politiques ne permet pas au pouvoir royal de de moitié du XVle siecle permet de proposer l'image d'un souverain
faire brutalement table rase des privileges locaux, la pratique du gouveme-' affranchi de la nature contractuelle de son autorité. La personne royale
ment, de Philippe II à Charles II, s'inspire bien d'une visée absolutiste. Ce sor! ainsi de la société qu'il gouverne pour ne conserver d'obligation
programme se voit justifié par la mission universaliste de la monarchie (Ia qu'envers Dieu. La redéfinition du paysage politique se fait done sur la
défense de la foi) et par la dimension dynastique de la politique internatio- base d'un ensembIe théorique cohérent dont CaJ'din Le Bret fait la syn-
nale (Ie maintien de la puissance de la rnaison d' Autriche). these (1632) et que Louis XIV mettra en reuvre sous sa forme la plus exa-
cerbée. Ainsi, la pensée absoIutiste qui se dégage au XVIle siecle prend
La seconde ligne, partant des notions de consentement et de contrat, tend effet dans le mode de gouvernement, dims Ia propagande, et, finalement,
à maintenir face au pouvoir monarchique des instances de régulation, telles dàns I'organisation sociocultureIle de la monarchie. II n 'est pasimpos-
que les institutions représentatives des ordres de la société (Cortes et autres sibIe de qualifier ce courant d'''absolutisme'' (v. Le systeme de cour).
assemblées) (v. Le roi et ses sujets). Selon cette conception, Ies guelTes,
menées au nom de la foi ou de la solidarité dynastique avec les Habsbourg Au début du XVle siecle, Claude de Seyssel (1450-1520) développe,
dans sa Gralld' mOllarchie de France (1515, réédition 1519, 1539, 1541),
d'Autriche, ne sauraient justifier l'altération de l'ordre juridique, social et
une pensée assez peu novatrice, fortement marquée par une vision féoda-
économique interne à chacun des États de la monarchie. Cependant, ces
le du pouvoir selon laqueIle les membres du corps social sont liés entre
théories n 'aboutissent pas à une opposition frontale entre la monarchie et les
eux par des obligations de type personne1. II insiste ce faisant sur l'im-
ordres privilégiés, ou entre le roi et les royaumes : hors de certa ines crises,
portance de la noblesse entendue com me la classe politique par excellen-
compromis et négociation dominent, dans une configuration ou noblesse et
ce, laquelle le roi protege en 'maintenant ses privileges. C'est donc la
c1ergé sont largement insérés dans l'appareil de gouvernement, tant central
théorie du gouvemement mixte, inspirée de l'historien grec Polybe, qui
que local (v. Le gouvernement des États de la monarchie).
prévaut chez cet auteur, avec un pouvoir exercé par le monarque mais
tempéré par les États et en cela contrôlé par l'aristocratie. Cette concep-
tion d'une autorité partagée est mobilisée pendant les guerres de religion
LA CONSTRUCTION DE L' ABSOLUTISME EN FRANCE par ceux qui revendiquent une place pIus importante dans les affaires de
l'État et s'opposent à l'idée d'un pouvoir fort concentré sur la personne
du roi. ElIe a par ailleurs l'avantage de mettre l'accent sur la dimension
En France, Ia théorie politique, relative à la nature et à l'étendue du suzeraine du roi ; dimension qui ne s'effacera jamais completement
pouvoir royal, est dominée par la montée de l'absolutisme, surtout avec même si eIle passe au second plan apres le succes des théories de la sou-
la crise de I'autorité ouverte par les guerres civiles. La construction de veraineté des la fin du XVI e siecle. Claude de Seysseln' est pas hostile à la
I'absolutisme est un processus long engagé par les crises successorales du conception d'une puissance unifiée dont le roi est le représentant ; iI
XIVe siecle (lesquelles créent les conditions d'émergence d'un espace entend seulement prévenir Ia tyrannie par I'intervention des acteurs poli-
public) [KRYNEN, 1993], accéléré par Ies conflits religieux, et achevé avec tiques Iégitimes que sont les nobles et les états généraux.
iH r-rntique du gouvernen1ent par Louis XIV. La not!on d'absolutis!ne,
ün peu pius d'un demi-siecíe pius tard, mais dans un contexte autre-
enlendue comme I'exerciee de la toule-puissance royaIe, doit être relalÍ-
ment plus troublé, Jean Bodin (Les six livres de la République, 1576) s'ap-
visée par Ia permanence d'un certain nombre de freins qui réduisent d'au-
plique à réfuter SeysseI - et à sa suite les monarchomaques - en proposant
tanl la Iiberté politique du monarque (lois fondamenlales, coulumes du
un modele de souverain délié du contrat initial, même tacite, avec ses
royaume,liens c1ienlélaires, etc.) [RICHET, 1973]. À ce tilre,les historiens
sujets. En introduisant dans la pensée politique la notion de souveraineté,

202 !
i 203
I

~iil"' _
Lo.
ii opere une profonde révolution lhéorique et olTre une native, extrê- tune dc I'absolutisme.' le part, la personnc du roi n'est pas ordinaire.
mement e!Tieaee ii la conception d'un gOllverncment mi", .•.. La souvcrai- mais "sai nele, sacrée et uuguste", à I'instar de Oieu lui-même ; attenter à
neté est la puissance absolue el perpétuellc d'une république ; indivisible, sa vil' de\'ient sacrilege, le crime de lese-majesté se transforme en crime
elle réside dans la Illain du roi, qui l'exerce sans enlrave dans les limites de Icse-majeslé divine. C'est là une réponse au régicide. O'autre parto Ia
raisonnables dcs lois fondamentales el dcs lois nalurel1es, gardc-fou de la volnnlé du prince est le prolongement de la volonté divine et, à ce titre,
Iyrannic. En a!lrihuant à la souverainelé la "J111issance de donner el de cas- inc(1I1testablc. Le pouvoir royal peut donc êlre absolu puisqu'iI est ]'ex-
ser la loi". Bodin place eelui qui la déticnt au-dcssus de la sociélé qu'il pression de la loi de Dieu. Le roi n'est lié qu'au pouvoir suprêllle, dont ii
gouvernc (quand la sU7.eraineté l"inscril ii I'inlérieur pu isque participalive a te devoir de respecter les reglcs, ii savoir I'ordrt~ nature!. Nulle enlrave
ou réscau créé par Ics liens personnelsl. lui assuranl la capacilé d'imposer ne doit inlervcnir dans I'exercice de son autorité [COSANDEY, 2000].
sa volonlé dans tous les oomaines. II résoul ainsi la lerl.~ion lalente entre la
Le rCCClurs au sacré et la prédominance du modele divin dans la figu-
diversité dcs lois françaises (eoulullles. privileges, droirs dll domaine,
re royal<- dnivent être eompris dans un contexte de "redéfinition reli!,!Íeu-
e.te.). hérÍll'es du passé et irréduelibles, el la faeulté législalive du
se du polilique" autanl que de "redéfinition politique du religieux"
Illonarque conslammcnt entravée par eet hérilage. La puissance du roi ne
rOi'dJCHF.T, 1994 ; KOSELLECK, 1979]. L'opposition menée contre I'auto-
réside plus oans la mos:fique de regalia énumérés par les jurisconsultes
rité royale au cours des guerres civiles a contraint les juriseonsulles à
(c'est-à-dire ee!le intcrminable liste de privileges qui sont autant d'execp-
réafTirlller la position dominante du monarque dans l'organisalion monar-
tions à la loi générale) mais au contraire dans ce!le souverainelé qui accor-
chique en lui réservant l'excIusivité du pouvoir. L'enjeu apparaissait
de inilialelllent au roi tous les pouvoirs. La définilion, beaucollp plus large,
d'ordre spirituel autant que politique: I'implantarion de la Réforllle pro-
de I'autorilé monarchique. jetle ainsi les bases de l'absolutisme. Certe apo-
logie de la pllissance royale, dé\'cloppée dans le eonlexle des guerres de testante a fait perdre à l'Église sa capacité à rasselllbler autour d'elle la
religioll. peul êrre vue comme une fruvre de circ{)nstanee rSAI.MON. 19871. communaut,~ des fideles ; et c'est aux institutions temporeI1es que reve-
Le sueees excepl ionnel de la pensét~ de .lcan Bodin dépasse eependant le nait le spin de palieI' ce déficit en proposant un modele strueturanl toute
eadrc des cnnl1its de la nn du XVI" sieele pour s'imposer en (l'uvre fonda- la sneiélé. "L'Élat apparaissait des lors com me le substitut néeessaire
lrice de la science politique moderne. Théorieien de I'équilibre, soucieux dont la sacralisation constituait un illlpératir' [OESCIMON et OUERY,
d'affinner dans te Illême temps la souverainelé du roi et les limites de son 20001. La paix civile passait par une restauration de l'autorité royale, le
exereiee. !'autem des six livres de la République ser! tres vite les ehantres renforecmenl de I'instilution monarehique et, apres 1589, la prévention
de I'absolulisme qui se fondent SUl' le principe de la sou\'eraineté pom du tyrannieidc, EI1e impliquait donc de repenseI' la personne du roi: en
construire une figure du roi infaillible [Mr:SNARD. 1936]. faire 1c licutenant de Dieu sur terre, el en cela sa vive image remplissait
toutes 1es cClI1dilions et perlllettait d'offrir un modele de cohésion autour
Ainsi Pierre de Belloy (De /';\lIlorilé .-III Roy. 1593) peut êlre pris
de la pcrsonne du prince.
comme modele de pensée absolutiste. S 'il n 'est pas le premieI' à proposer
!'image d'un roi à I'effigie de Oieu (déjà. en 1575. Claude d'Albon. De La t1ivinilé se pose done en référcnt absolu. Oieu, supérieur en tout,
la I/la;('slé 1'01'011', en ébauchait les traits), ii a eependant le mérite d'offrir fait figure de souverain par excelIence. À I'échelle humaine, le roi
!'exposé Ie plus elair et le plus construit d'une organisation monarchique reprcnd eelte hiérarchie pour se forger une souveraineté à sa mesure. La
centrée sur lIn roi d'élllanation divine. aux sources de !'absolutisme. La transposition n'est pas que sémantique, elle implique I'adoption de tout
démonstration eireulaire de P. de Bello)' n'esl cfficicnte qu'en articulant un systcllle de fonctionnement qui fait de celui qui détient la souveraine-
la divinisation tiu lllonarque avee la nolion de souverainelé développéc té "Ic prcmier Erre, le Tout puissant, qui ne voit rien au-dessus de Luy"
par Bodin. Elle peul se résumer de la façon suivante : oint du seigneur, Je (purelicre, 1(90), autrement dit, s 'agissant des princes "qui n' ont person-
J"(liest la vivc image de Oieu : son Cfrur comme son autorité. sont dans la ne au-dcssus d'eux qui leur eommande, qui ne relevent que de Dieu"
main de Oieu. pllisque son pouvoir émane de Lui (selon l'iMe que la loi (puretiere. 1(90). En empruntant à Dieu son modele de suprématie, le roi
salique étanl une loi naturelle, elle est conforme ii I'ordre divin). II exer- éeharrc ii I' aspect contraetuel du pouvoir contcnu implicitement dans une
ce donc en lieu ct place de l'Éternel ; iI esl bien son lieutenant (mot à structure féodale. De la même façon que le souverain de I'univers n'a de
moI: tenant lieu). Lieutenant, iI est ii son image. La boucIe est bouclée. compte à remire à personne cal' ii incarne. par définition, la justice, le
De ces affinnalions. P. de Belloy tire deux conséqllences qui font la 1'01'- monarqlle. son lieutenant, fait appliquer sur terre ce qui est juste et bon.

204 205
La contestation s'inscrit dans une violation des lois divines ; aucun sujet "catholique ancien", plus modéré, pensant convertir les hérétiques par
n 'est plus en mesure de juger les actes duroi. La souveraineté, d'émana- I'exemple et en cela hostile à la guerre de religion, se montre favorable
tion divine, est passée tout entiere dans la main du roi : la rupture entre le à un pouvoir royallimité sans que l'opposition à I'absolutisme ne légi-
roi et ses sujets se situe précisément là, le monarque basculant, avec la time une prise d'arme contre le roi ; enfin le "palatin" prône une obser-
souveraineté, du monde terrestre dans la sphere divine. vation absolue au monarque.
Apres P. de Belloy, les théoriciens de I'absolutisme s'appliquent à Au XVlle siec1e, lc proces de Machiavel rejoint celui de la raison d'É-
pousser la démonstration jusqu'à identifier le prince à I'État (Lec1erc, par tat, mais les familles politiques ne sont pas sensiblement différentes de
exemple, 1610 : "Le Prince est lui seul I'État"). Ainsi, à la mort celles que Guy Coquille préfigurait à travers ses trois personlluges, sur la
d 'Henri IV, toutes les données constitutives de I'absolutisme sont énon- base de ceux-ci, ii est possible de distinguer trois partis:
cées, depuis la sacralisation du roi jusqu'à la fusion complete du roi et du 1° les anti-Machiavel, qui adoptent une conception purement reli-
royaume. Et, si Louis XIV n'a jamais dit "I'État, c'est moi", les juristes, gieuse du monde, défendent avant tout la foi catholique et s'opposent
eux, I'avaient pensé pour lui. Lorsqu'en 1632 Cardin Le Bret (1558- férocement à I'exerci ce pragmatique du pouvoir tel que Ie conçoit
1655) publie son célebre traité absolutiste De la soul'erainelé du roi; ii Richelieu;
n'innove guere dans le domaine de la pensée politique. Mais en rassem-
blant dans une reuvre cohérente la pensée jusque-Ià développée, ii clôt 2° les partisans de Machiavel, qui sont également ceux de la raison
d'État;
une période de lente transformation du principe monarchique pendant
laquelle on passe de la souveraineté de la république à la souveraineté du 3° les adeptes d'une voie médiane, catholiques modérés qui sont hos-
roi [DESCIMONet GUERY,2000]. tiles aux catholiques zélés comme à Machiavel, et qui pensent que les
sujets doivent obéir au roi sans que les intérêts de la monarchie ne justi-
fient cependant toutes les compromissions. [THUAU, 1966].
L'antimachiavélisme trouve ses champions parmi les jésuites, en par-
RAISON D'ÉTAT ET PENSÉE POLITIQUE ticulier depuis l'reuvre de I'Espagnol Pedro de Ribadeneyra (Trailé de la
DANS LA FRANCE DU xvne SIECLE religion el des vertlls que doil avoir un prince clzrétien, 1595) qui
reproche à Machiavel de faire de la religion un simple instrument de pou-
voir. Les jésuites sont relayés par les dévots, inquiets des inflexions prises
Parallelement à l'édification de I'absolutisme émergent des courants par la politique étrangere française, surtout à partir de l'affaire de la
politiques davantage liés aux pratiques de gouvernement qu'à la doctri- Va1teline (Louis XIII et Richelieu assurent leur soutien aux protestants
ne monarchique, même s'ils ne sont pas sans re\ation avec cette dernie- d' Allemagne et de Suisse contre les puissances catholiques, Papauté,
re. La figure de Machiavel, dont les theses (largement falsifiées) sont Espagne, Palatinat en 1625). Tous ces catholiques zélés s'accordent à
adoptées ou rejetées par les parties en présence, apparait au centre des condamner la politique de Richelieu qui, pour des questions d'intérêts
débats, et détermine peu ou prou Ia ligne de fracture. Quelques chiffres diplomatiques et de grandeur de I'État, n 'hésite pas à faire alliance avec
sont révélateurs de I'intérêt porté à son reuvre : entre 1572 et 1600, Le les hérétiques et s'affirme hostile à I'Espagne. Ils prônent au contraire un
Prince est traduit huit fois, entre 1600 et 1648, ii fait I'objet de dix-sept rapprochement des puissances catholiques, et se prononcent pour une
traductions [THUAU, 1966]. La polémique prend forme pendant les politique pro-espagnole ; leur sympathie alIant vers Rome et Madrid. La
guerres de religion et s'éteint apres Ia Ligue, mais les tensions les plus volonté de restaureI' la chrétienté se traduit ainsi par une opposition
fortes s'affirment sous Richelieu. constante à I'État, en particulier sous sa forme absolutiste. Toute une lit-
En 1590, Guy CoquilIe esquisse, dans son Dialogue sur les causes térature véhicule les idées des dévots, souvent alimentées par l'Espagn~.
et te:; ;;ii:i€i"es de la France, Je paysage poJitiqüe d'aI\:ii-s. n i1iet ên scenê Lc pümphlct de Pierre de Lugnet (Le véritab!c cu le :no! c:: a:ni sur E-. r
trois personnages représentatifs des courants de pensée alors domi- tal présenl de ce royaume, 1624) reflete I'inquiétude des dévots face à la
nants : le "catholique zélé", présenté comme un fougueux u1tramontain politique étrangere française, en traçant le portrait d 'un vrai chrétien et
qui réc1ame l'extermination des hérétiques, se place sous l'autorité du vrai Français identifiablé à sa sympathie pour I'Espagne au nom de la
pape et assure que le peuple peut destituer un roi jugé mauvais ; le
I concorde des princes catholiques [THUAU, 1966].

206

______ 1_= 207__


Derricre la polémique engagée par le~ inflcxi(lIls (h .JOliliquc étran- La construclion d .bsolutismc opere une profonde révolution dans
gere de la France se drcssenl lespectrc de Machiavcl el le principe de la le fonctionnement monarchique et dans le domaine de la théorie poli-
raison d'Élat que Richelieu Illohilisc en perlllanence. La grandeur du tique. elle fixe le paysage el s'immobilise avec Louis XIV qui concentre
royaullle et l<lpuissance du roi. nécc",aires ;1 I'c\errice du gouvernelllcnt, ses elT(lI'ls SUl'l'image offerte par la personne du roi, sans sortir du cadre
juslificllt saerifices et cOlllproll1is. 1l0lill1lllwnl dans le dOl1lilinc religicux. 1'ixé d:U1Sla premiere moitié du XVlle siecle. La majesté royale esl d'au-
Le réalisl1lc poliliquc l1lotivé par Ie mainlien de l'État t'ngage le royaull1c lanl plus triOlllphante sous le regne du troisicllle Bourbon qu'elle hénéfi-
ctans la vaie d'une la'icisation de la pensée politique en ll1atiere ctc gou- de d'un principe monarchique acquis au débul du siêc1e. Les bouleverse-
vcrnell1cnl. cc quc ne pcuvenl ildl1leltre les ctéfenseurs de la foi catholique ments doctrinaux n 'apparaissent plus utiles apres l'érection du mécanis-
qui attenctenl ctu roi des ctécisions stimulées p<lr 1es valeurs chrétiennes mc ahsoluliste et sous Louis XIII, déjà, un ministre au service de la rai-
donl ii est le gardien au lemporel COl1llllele pape I'esl aU spiriluel. Les son d'Élal ne fait que Iransposer dans la pratique du pouvoir les regIes
prônécs par les jurisconsultes affolés par I'engrenage des guerres eiviles
inlérêts de I'Ét<lt doivent s'erfaccr dcvanl les impératifs religieux ;
[MARIN. 1988].
Richelieu choisill'option inverse aunolll d'une raison d'État qui contou 1'-
ne la sphcre de la foi en s'inscrivanl ctans un espace aulonomc. Le Mais si la doctrine monarchique ne connait plus d'innovation majeu-
Te.I'IamCI11polilique de Richelieu (dont rienne prouve qu'il esl de la Illain re. la conlestation politique ne s'esl jamais totalement éteinte. Elle s;ins-
du cardinal-ministre [JOUHAlJD. 19911) opose Ies lenanls el les ahoutis- cril seulcment dans Ies cadres rigides d'un édifice théorique si bien
sanls ct'une pratique du pouvoir t011lcnticre tournée vers I'nhjeelif d'une implanlé qu'il revendique l'éternité, et que rien ne peut sÚieusemcnt
hégémonie rran~'aise. Le choix de la guerre. <lUXcôtés des protestants. et, ébranler. Sous Louis XIV, la menace d'un tyrannicide semble écartée, et
perSOllne nc songe plus à remetlre en cause les fondements du pouvoir.
ã I'intéricur du rOY<lUl1le,la réduction ;1 I'obéiss<lnce du parti huguenot
Seuls ceux qui en ont l'exercice et en abusent oulrageusemenl sonl mis
cOll1ll1e la voltlllté de "rahaisser I\'rgueil des Graneis" relevenl ct'un
SUl'la selletle (v. Le gouvernement de la monarchie française).
l1lême dcssein qui rclaye dans la pmliquc Ies théories aosolulisles. Une
telle conception ctu pouvoir renconlre des acteptes donl cerlains font preu- Le va-el-vient entre opposition et propagande ne s'éteint donc pas
vc de virtuosité litléraire, COll1l1le Gabriel Naudé (1600-1653) avee Richclieu. La littérature pamphlétaire, f10rissante en période de
(Col1silNrali(ll1s poliliques surlcs ('(lIIIJs d'Élal, 1639) grand admirateur crises, retrouve un extraordinaire dynamisme pendant les années de
de Machiavel en qui iI reconnail 11Ilm:litre à penseI', qui propose une théo- Fronde. En fail, la littérature politique d'opposition ou de soutien au pou-
rie de la Illanipulation. ou avec Guez de Balzac (1595- I(54) qui met son voir royaJ. qui prend une forme hautement polémique dans les années de
la1ent d'écriture au service de Louis XIII dont ii fait le panégyrique en guerre civilc. se ravive chaque fois qu'une faiblesse de I'autorité royale
ou qU'llll regne minislériel lrop appuyé donne à I'entourage royall'occa-
soulignant son al'I de gouverner (/.1' prillce. llí~O) (v. Les grandes visions
sion de manifesteI' son mécontentement. La contestalion 1iée à une pra-
stratégiqul'sl.
tique dll pouvoir absolutiste ou aux orientations rcligicuses de la monar-
Cesl ã eelle vision de I'Élat. absnlulisle. cynique par hien eles chie nc désarme pas complêtement sous le regne de Louis XIV, même si
aspects. que s'oppose le couranl rorlllé d'humanistes, de calholiques le Roi-Soleil confisque ks outils de la propagande.
Illodérés. de parlisans de la paix. qui n'admellent pas que la raison d'É-
La manipulation politique d'ordre littéraire atteint, avee la Fronde
lal serve de prétcxle à tous les agissements politiques. Grotius (1583-
(1 ó48-1652) un niveau encore inégalé. Plus de einq mi11e libelles voient
1(45). par exemple, ctans son traité SUl' Lcs droils de la guerrc cl de la ainsi ]e jour en I'espace de cinq ans. Désignés sous le nom de mazari-
/'ai.l' ( 1(125), s'adresse directemenl ii Louis XlII pour lui démontrer l'in-
nades (du lilre d'une poésie célêbre parue en 1651 et attribuée à Scarron),
juslice que représente le recours ã la violence. En rait, la lroisiême voie ces libelles (pe.tits livres; souvent de quelques feuillets) sont pour la plu-
politique rorlllée par ceux qui n'adhcrenl P<lSpleinement aux orierita- parI des pamphlets aux gemes três diversifiés et au service de tous les
tions prises par la monarchie. sans se ranger pour autanl du côté des camps. IIs se caractérisent par leur inscription dans une actualité éphé-
ullramonlains, esl assez indécise en ce qu'elle Illobilise des parlisans mere, et sont si prês de I'événement qu'il est parfois difficile de déterllli-
venus d'horizons ctifférents. D'une raçnn génrrale, les pressions poli- ner s'ils Ie provoquent ou s'ils en rendent compte. Le décalage enlre le
tiques s'essourflent avec Richclicu. tcmps (k la conception et le temps de la publieation du libel1e, com me

208

l
209
aussi entre le moment des faits et I'impression du pamphle.t qui s'y rap-
porte, contribue à altérer le sens du récit et à renforcer Ia portée polé-
mique de I'écrit [JOUHAUD, 1985]. Textes d'action et de combat, les maza-
rinades ont la particularité de prendre majoritairement pour cible les per-
LE MÉTIER DE ROI
sonnages identifiables jouant un rôle essentiel dans les affrontements
frondeurs. Mazarin, Anne d'Autriche, font ainsi les frais d'une littérature
L'ÉDUCATION ET LA FORMATION DU ROI DE FRANCE
de combat volontiers scabreuse. Mais jamais le petit roi n 'est directement
concerné : ii s'agit d'affronter ceux qui ont confisqué I'autorité royale,
non celui qui incarne la monarchie. Au XVle siec1e, le soin porté à I'éducalion des rois doit beaucoup au
Plus tard, sous le regne personnel de Louis XIV, la guerre des pam- milieu humaniste qui manifeste un intérêt particulier pour la formation de
phlets s'extériorise : la contestation vient de I'étranger pour combattre les I'homme en général, et du prince en premier lieu. L' institution dll prince
prétentions du roi de France. Avec la guerre de Dévolution et la transpo- chrétien d'Érasme, publié en latin en 1516, en porte témoignage. Le genre
sition sur le terrain juridique des visées impérialistes de la France, littéraire des institutions (sortes de traités d'éducation) n 'est pas nouveau,
Louis XIV provoquait inévitablement une réaction espagnole. Aux mais rencontre, au eours du XVIe siec1e, un succes qui va de pair avec l'at-
ouvrages destinés à démontrer le bien-fondé de I' opération militaire tention accordée aux valeurs à transmettre au gentilhomme et, au-delà, au
menée par le roi de France, et en particulierle fameux Traité des droits .\ futur monarque. La montée de l'absolutisme amene à concentrer les efforts
ele la reine envoyé à Madrid, les Espagnols répondent par une littérature des pédagogues sur la personne du prince, dont la bonté est nécessaire au
qui pénetre dans le royaume, notamment par I'entremise de I'ambassa- bonheur du peuple, la force et la sagesse indispensables à la stabilité poli-
deu r des Habsbourg. L'entreprise française est condamnée sans appel tique. Par ailleurs, le roi se posant en modele de toute la société, référent
dans des textcs tels que La Vérité Défendlle ou l'Avocat condamné. Le par exeellence, son éducation le conduit à être celui de la nation tout entie-
pamphlet le plus célebre, et le plus néfaste pour l'image de la France fut re. Au XVlle siec1e, les institutions, dont la portée se veul parfois générale,
cei ui du baron de Lisola, Le Bouclier d' Estat et de jllstice (1667), qui s'adressent en fait aux princes. Les grands esprits s'accordent au genre,
contribua largement à forger une légende noire de Louis XIV, et constitua tels Bossuet (1627-1704) et Fénelon (1651-1715), chargés de la formation
une a:uvre de référence pour tous ceux qui, à I'extérieur du royaume, se intellectuelle des fils et petits-fils 'de Louis XIV; d'autres précepteurs
trouvaient indisposés par la politique expansionniste du Roi-Soleil (v. Les aussi, moins brillants, ceux de Louis XIII et de Louis XIV, I'entourage de
grandes visions stratégiques). l'enfant royal, médecin comme Héroard ou courtisans, tel Pierre Charron
(Sagesse, 1601) ou Eustache de Refuge (Traité de la Cour, 1616) propo-
À l'intérieur du royaume, le roi doit faire face à une opposition sent des méthodes et des contenus d'enseignement. La tâche est d'impor-
d'ordre religieux. La plus soutenue est celle des protestants qui, depuis tance car elle consiste en définitive à définir les grandes vertus princieres
leur refuge à I'étranger (Suisse, Pays-Bas ... ), lancent de violentes et exposer les moyens de les acquérir. Pour cela, Pascal est prêt à consa-
attaques contre la politique despotique dc Louis XIV, surtout apres la crer sa vie, aux dires de ses contemporains. Les "institutions" apparaissent
révocalion de "édit de Nantes. Confondues souvent avec la propagande alors, bien souvent, des traités de philosophie politique, à l'usage du roi
antifrançaise menée par les puissances protestantes, ces entreprises de aulant que de son fils, telle la Philosoplzie l1lorale du jeu des eschets
dénigrement n'ébranIerent pas l'autorité d'un roi tout puissant sur ses [échecs] pOlir Monseigneur le Dauphin, offert à Henri IV en 1608 par
terres, pas plus d'ailleurs que les mouvements religieux catholiques tels Guillaume de Peyrat, son aumônier, qui se révele être un long discours de
que le quiétisme ou le jansénisme ne menacent réellement I'ordre inté- prudence morale. Les vertus, ici, sont définies en même temps que les
rieur (v. La politique religieuse de la monarehie française). moyens de les acquérir, et cette littérature rejoint par certains points celle
rip.~
---
rPIIVTP.S nniifinllp.,ç: íFi _ÂNi)RCli.~
----. --- r ------.1.--- L- ----.------,
iQG7.1
-~ -
-.I'

La formation intelleetuelle des rois n 'est guere approfondie, les


études apparaissent courtes, surtout pour Louis XIII et Louis XIV.
L'enfance et 1'éducation de Louis XIII sont particulierement bien connues
grâce au témoignage exceptionnel de son médecin Héroard (1551-1628),

210 211
qui note scrupuleusement Ics faits el gesles du dauphin, se Ils d'enfant. Les malieres enseignlont elassiques, assez peu nOlllbreuses pour
son comporlcmenl. ses goílts, etc. La premiere enfance, qUi dure tes six Louis XIII et Louis XIV, PlUS variées pour la dcscendance du Roi-Soleil.
ou se pt premieres années de la vie, le dauphin la passe aux mains des L'histoire occupe toujours la place la plus éminente cal' c'est elJe qui four-
femmes. nouITices. gouvernantes. Tnslallé loin de la cour, au château de nil les modeles à suivre, portraits de prince idéal, composés SUl' les
Saint-Germain, Louis grandit parmi ses freres el sreurs. légitimes et exelllples de l' Antiquité, de la Bible, puisés plus rarement dans les chro-
hâlards. lous élevés enselllhle conforlllélllent ii la volonlé d'Henri TV et au niques des rois de France ; quelques figures de mauvais rois sont égale-
grand courrnux de Marie de Médicis. Sevré ii dcux ans, I'enfant reçoil sa Illent éloquentes, instruisanl le dauphin SUl' les éeueils à éviter. Le latin
premicre éducalion. ('elle-ci pose les bases morales destinées ii I'engager doit êlre connu, cal' iI reste une langue inlernationaIe. et le précepteur fait
sur les voÍl's de la vertu. Ce son! les proverbes de Salomon. ou les qua- en sorte que son royal éleve en sache au moins les rudiments, soit capable
trains de Pihrae. que I'on fail lire au prince. qu'il eommenle et récite de lirc Irs bons auteurs. Louis XIII, qui détcstait celte matiere, l'aban-
volonliers. ,11lant Illêllle jusqu'à com poseI' lui-même quclques proverbes. dOllllC dcs qu'il peut, bien avant la fin de ses études. La poésie est consi-
Mais I'enseignemenl reste encore tres superficiel, le tempsest aux jeux et dérée comme utile et bienséante, mais releve plus de I' agrément de cour
à une vie oisive. entrecoupée de visiles royales (Henri IV ou Marie de que li'une discipline nécessaire ; elJe accompagne le dauphi.n d~puis sa
petitc enfanee sans êtrc l'objet d'un enseignement partlcuher. Le~
1\1édicis). plus rarement de déplacements au Louvre [FOISIL, 1996].
sciences intervicnnent légerement plus tard que les leltres dans le cycle SI
Le vérilable apprentissage du mélier de roi ne commence que plus courl dcs éludes royales. C'est d'abord I'étude de la géométrie, avec le
tard, dans la sec onde enfance. Louis quitte Sainl-Gerlllain pour le Louvre campas. Ia rcgle et Ia plume, et celJe des mathématiques, si nécessaires à
en 1601\. à I'âge de sept ans, et passe à un univers masculin. La rupture I'art de la guerre, notamment de la poliorcétique (technique des sieges des
est brutale. Les journées sont réglées par la messe. les leçons. les visites vi1les) : 1e jeune prince apprend là à calculeI' un angle de til', à placer ses
riluclles au roi et ii la reine. Le prince porte la fraise pour la premiere troupes ou à forl i fiel' une place. Lalecture des cartes entre dans celte for-
fois. doil êtrc servi à tablc par un de ses gl'nlilshol11llles. ii entre dans le mation mililaire. fait découvrir au petit roi non seu1clllent son royaullle et
monde des représenlations el découvre alors les contrainles de la couro 11 son inscription en Europe et dans le monde, mais également comment
doit progressivelllenl renoncer à ses jeux d'cnfanl. Les heures consacrées exploiter le terrain Iors d'une campagne. Louis XTII reçoit, en octobre
ii I'étude ne sont pourtant pas nombreuses, deux heures par jour en Ifi II. sa premiere Ieçon dans ce domaine, donnée par Nicolas Lefevre,
moyenne, encare n'ont-elles pas lieu lorsque les voyages,les parties de son percepteur, qui lui montre la carte d'Espagne et les avenues de la
chasse. les cérémonies, activités inhérentes à une existence princiere, frontiere IFOIS!L 1996].
rompent le cyele des leçons. À suivre IIéroard. Louis XIII aurait étudié SUl' le plan Illilitaire, I'éducation du monarque commence en fait
au total 2 4.'i.'i heures SUl' RI mois, sai! un peu plus de trente heures par tres tôt, dcs la petite enfance. L'aspect ludique que prennent alors ces
mois. réparties SUl' presque sept annécs [FLi\NDllOIS, 19921. La majorité activités guerrieres n'empêche pas de formeI' hien vite I'esprit royal au
du roi, à quatorze ans. meltra fin aux Ieçons. devenues les derniers lemps métier des armes, et Henri IV, peu altentif à la formation intellectuelJe
tres espacées. Les études sont done eourtes. occupant peu d'années et un de son fils. veille à ce qu'iI ait toutes Ies qualités d'un appréciable chef
nombre restreint d'heures quotidiennes. Elles apparaissent pllls Jimitées d'année. Le dauphin, d'ailJeurs, parait bien disposé. II prend pIaisir à
encore si 1")11 tknt compte du fait que les le\'ons consignées par Héroard observeI' les manreuvres opérées par les cent vingt hommes du régiment
concernent non selllement la forlllation de I'esprit, mais aussi celle du des gardes affecté à la sécurité des princes, à Saint-Germain. II joue
corps (dansc. équilation, cscrime). En fait, elles sont complétées par volonliers à la guerre ave c son entourage, ou en recomposant une cam-
I'appren!issage SUl' le terrain du mélier de roi, auqueI le roi esl confron- pagne militaire avec son armée miniature (canons, chevaux, compagnie
té des I'âge de neuf ans pour Louis XIII. ii I'âge de quatre et demi pour en poterie. petit navire d'argent), et TI'a pas de plus grande distraction,
Louis XlV. Dans le Li\'I'c de.v princc,l' ( 1(17). Pierre de Lancre justifie la à suivre I-Iéroard, que de s'habiller en simple solda!. Com me le futur
maturité précoce des rois (majeurs à quatorze ans quand les autres Philippe IV, Comme son fils apres lui, Louis XIlJ avait reçu toute une
princes Ie sont à vingt-cinq) par I'alllbiance dans Jaquelle ils baignent ; collection de jouets de guerre ; non seulement la petite armée en céra-
I'entourage qui traite~ devant eux les affaires de I'État contribuant à par- mique. qui l'initie à la stratégie, mais aussi des armes à sa mesure, avec,
faire leu r éliucatioll politique. pour la cbasse, arquebuse, mousquet et pique [CORNETTE, 1993]. Plus
.,
212 213

___ '''IillIliIIIli.l_- _
tard, lorsqu 'ii est introduit dans le monde de la cour et que commence de Pérefixe (1605 -1670), futu