Vous êtes sur la page 1sur 5

EL Mahdi BOUBRIK G2

Sommaire:
Indemnité compensatrice de préavis ..................... 1
Indemnité de préavis : définition ......................... 2
Indemnité de préavis : calcul de l’indemnité....... 2
Période d'essai : ............................................... 3
Licenciement :.................................................. 3
Inaptitude : ...................................................... 3
Démission : ....................................................... 3
Rupture conventionnelle : .............................. 3
CSP : ................................................................. 3
Impôt et cotisations : ....................................... 4
Délai de préavis : ............................................. 4
Article 49 du code de Travail : ....................... 4
EL Mahdi BOUBRIK G2

Indemnité compensatrice de préavis

Indemnité de préavis : définition


- L’indemnité compensatrice de préavis est due dès l’instant que
le salarié l’exécute. Elle l’est aussi lorsque l’employeur s’est opposé à
l’exécution du préavis par le salarié qu’il licencie ou l’en a dispensé. Cette
indemnité n’est en revanche pas due lorsque l’inexécution du préavis résulte
d’une décision prise d’un commun accord entre le salarié et l’employeur
ou qu’elle résulte d’un choix du salarié.

Indemnité de préavis : calcul de l’indemnité

 L’indemnité compensatrice de préavis est égale au salaire brut, assujetti


au paiement par l’employeur des cotisations sociales que le salarié aurait
reçu s’il avait travaillé pendant la durée du préavis.

 L’indemnité compensatrice de préavis correspond aux salaires


et avantages, y compris l’indemnité de congés payés, que le salarié aurait
perçus s’il avait travaillé pendant toute cette période.
 Le montant de l’indemnité doit être calculé en fonction de la durée de
travail contractuellement prévue. Les heures supplémentaires que le
salarié aurait accomplies s’il avait travaillé doivent être prises en compte
dans le calcul de l’indemnité.
- Le montant de l'indemnité correspond à la rémunération que le salarié
aurait normalement perçue s'il avait exécuté son préavis. Lors du calcul, le
salarié ne peut pas subir de baisse de salaire ou une suppression de ses
avantages, notamment en matière de primes.
Lorsque le salaire comprend une partie fixe et une partie variable, cette dernière
doit être prise en compte dans l'assiette de calcul de la rémunération. Il faut
alors appliquer le taux moyen de rémunération versée au salarié au cours des
12 derniers mois.
La durée du préavis varie en fonction de l'ancienneté du salarié. Le point de
départ du délai est le jour de la notification de la rupture du contrat de travail.
En cas de licenciement, cette date de départ correspond donc au jour de
présentation de la lettre recommandée notifiant le licenciement au salarié.
EL Mahdi BOUBRIK G2

Période d'essai :
- Si l'employeur rompt la période d'essai du salarié, il doit nécessairement
respecter un délai de prévenance. Cette période est une sorte de délai
de préavis calculé selon des règles spécifiques à la période d'essai et
dont la durée peut aller de 1 jour à 1 mois. Si l'employeur ne respecte
pas ce délai de prévenance, le salarié a alors droit à une indemnité
compensatrice dont le montant correspond au montant des salaires et
des avantages perçus par le salarié s'il avait continué à travailler jusqu'à
la fin du délai de prévenance applicable.

Licenciement :
- En cas de licenciement pour faute grave ou faute lourde, le salarié ne
peut pas percevoir d'indemnité compensatrice de préavis. En revanche,
l'indemnité est due en cas de faute simple.

Inaptitude :
- En cas d'inaptitude du salarié, l'indemnité compensatrice de préavis
n'est pas due. Sauf dans un cas : lorsque le motif de l'inaptitude est
imputable à l'employeur, notamment en cas d'accident du travail.

Démission :
- Lorsque l'employeur dispense de préavis le salarié démissionnaire, ce
dernier a droit à l'indemnité même si la rupture du contrat de travail est à
son initiative.

Rupture conventionnelle :
- Aucune règle applicable au préavis n'est prévue par le Code du travail en
cas de rupture conventionnelle. L'employeur et le salarié sont notamment
libres de fixer dans leur convention la date de départ de l'entreprise qui
leur convient à tous les deux. Et, lors des négociations, ils peuvent aussi
tenir compte du montant de l'indemnité compensatrice de préavis auquel
le salarié aurait eu droit en cas de licenciement pour fixer le montant
des indemnités de rupture conventionnelle.

CSP :
- Si le salarié visé par une procédure de licenciement économique accepte
une proposition de contrat de sécurisation professionnelle (CSP), il n'a
pas droit à l'indemnité compensatrice de préavis.
EL Mahdi BOUBRIK G2

Impôt et cotisations :
Le montant de l'indemnité compensatrice de préavis est soumis aux mêmes
règles qu'un salaire « normal » pour le calcul de l'impôt sur le revenu et
des cotisations sociales. Elle ne bénéficie donc pas d'exonérations
particulières.

Délai de préavis :
- Selon le code de Travail marocain, la rupture unilatérale du contrat de
travail à durée indéterminée doit respecter un délai de préavis, sauf en
cas de faute grave de l’autre partie (article 43 du code de travail).
L’article 48 du code de travail précise qu’en vue de la recherche d’un
autre emploi, le salarié bénéficie, pendant le délai de préavis, de
permissions d’absence rémunérées comme temps de travail effectif,
quel que soit le mode de rémunération.
- Afin de rechercher un autre emploi, le salarié bénéficie, pendant le délai
de préavis, de permissions d’absence rémunérées comme temps de
travail effectif (article 48 du code de travail).
Ces permissions d’absence sont accordées à raison de 2 heures par
jour sans qu’elles puissent excéder 8 heures dans une même semaine
ou 30 heures dans une période de 30 jours consécutifs (article 49 du
code de travail).

Article 49 du code de Travail :


Les permissions d’absence prévues à l’article 48 sont accordées à raison
de deux heures par jour sans qu’elles puissent excéder huit heures dans une
même semaine ou trente heures dans une période de trente jours consécutifs.
Cependant, si le salarié est occupé dans une entreprise, établissement ou sur
un chantier situé à plus de dix kilomètres d’une ville érigée en municipalité, il
pourra s’absenter quatre heures consécutives deux fois par semaine ou huit
heures consécutives une fois par semaine, durant les heures consacrées au
travail dans
l’entreprise, l’établissement ou le chantier.
Les absences sont fixées d’un commun accord entre l’employeur et, le salarié
et, le cas échéant, alternativement au gré, une fois du salarié, une fois de
l’employeur.
Le droit de s’absenter prend fin dès que le salarié trouve un nouvel emploi, ce
dont il doit aviser l’employeur sous peine d’interruption du préavis. Il en est de
même, lorsque le salarié cesse de consacrer les absences à la recherche d’un
emploi.
EL Mahdi BOUBRIK G2

Montant de l’indemnité de préavis


L’indemnité de préavis est égale à la rémunération qu’aurait perçue le salarié
s’il était demeuré à son poste pendant le délai de préavis.
Durée du préavis
Selon le décret n° 2-04-469 du 29 décembre 2004, paru au Bulletin Officiel n°
5280 du 06 janvier 2005, le délai de préavis est fixé comme suit :
Pour les cadres et assimilés, selon leur ancienneté :

 moins d’un an : un mois ;


 un an à 5 ans : deux mois ;
 plus de 5 ans : trois mois.

Pour les employés et les ouvriers, selon leur ancienneté :

 moins d’un an : 8 jours ;


 un an à 5 ans : un mois ;
 plus de 5 ans : deux mois.