Vous êtes sur la page 1sur 1

CHAPITRE I : Méthode des mobilités

La différence la plus significative est portée par la partie réelle de la puissance et n’ex-
cède pas 5dB. Les autres composantes de la puissance, ainsi que toutes celles de la vitesse
de contact sont proches des résultats de référence.
En outre, il est possible d’observer deux autres phénomènes sur la puissance, plus mar-
qués dans le cas du calcul par la méthode des mobilités : des creux d’amplitudes présents
sur les valeurs imaginaires et absolues et des pics visibles en début de spectre de la partie
réelle. Ces comportements découlent respectivement des modes longitudinaux et verticaux
de la superstructure. Pour s’en convaincre il suffit de comparer les fréquences auxquelles
ces singularités apparaissent et celles des modes propres de la structure. Pour une poutre
de dix mètres libre aux deux extrémités, la fréquence fondamentale des modes de flexion
est égale à 10Hz et celle des ondes de compression aux alentours de 100Hz. Les modes
observés sur la puissance injectée à la superstructure sont visiblement aux alentours de 8 et
85Hz. Les différences entre les deux couples de valeurs peuvent s’expliquer par les condi-
tions aux limites imposées par la connexion avec la partie enterrée qui ne correspondent pas
aux conditions aux limites adoptées pour la poutre libre aux deux extrémités.

Afin de comparer l’importance relative des différents degrés de liberté nous pouvons ob-
server les termes constitutifs de la fonction caractéristique de Source donnée par l’équation
(I.24). La vitesse libre possède ici trois composantes et la mobilité de la Source, tout comme
celle du Récepteur, neuf :

   
vx YLx YLy YLα
vL =  vy  , Y =  YF x YF y YF α  ,
vα YM x YM y YM α

où les indices (L, x), (F, y) et (M, α) représentent respectivement la composante de la force
et de la vitesse sur les directions verticale, horizontale et sur la rotation. La puissance carac-
téristique est ici un complexe scalaire composé de neuf termes :

Sc = 0.5((Sxx + Syx + Sαx ) + (Sxy + Syy + Sαy ) + (Sxα + Syα + Sαα ))


Sc = 0.5(vx (vx∗ ZLx

+ vy∗ ZF∗ x + vα∗ ZM

x) (I.30)

+vy (vx∗ ZLy + vy∗ ZF∗ y + vα∗ ZM

y) + vα (vx∗ ZLα

+ vy∗ ZF α∗ + vα∗ ZM

α ))

L’expression (I.31) ci-dessus se découpe en trois groupes de termes, chacun observé sur un
degré de liberté différent. Chaque groupe est composé par la somme de trois produits dont un
représente l’apport direct et les deux autres les composantes croisées aboutissant à un mou-
vement sur ce degré de liberté. Le terme direct semble porter la majeure partie de l’informa-
tion du moins pour la composante longitudinale de Sc . En ce qui concerne les deux autres
composantes, les termes correspondant à la force transverse et au moment sont de grandeur
comparable et bien supérieure à celui correspondant à la force dans l’axe de la fondation.
L’illustration de ce résultat est donnée sur le graphique ci-dessous (Figure I.8) sous la forme
du niveau de la valeur absolue de la Source caractéristique, i.e. LS = 10 log(|Sc |/|Sréf |) .

25