Vous êtes sur la page 1sur 60

UNIVERSITE KASDI MERBAH OUARGLA

Faculté des sciences et de la technologie et des sciences de la matière

Département de génie des procédés

Mémoire

MASTER ACADEMIQUE

Domaine : Sciences et techniques


Filière : Génie des procédés
Spécialité : Génie chimique
Présenté par : Moumeni Abdelhamid

Thème

Analyse thermique des ailettes


Détermination des profils de températures et des rendements de
quelques formes géométriques simple
Soutenu publiquement
le: 15 / 06/2013
Devant le jury :

Dr. ZERROUKI Djamel Maitre de conférences (A) Président

Mr. CHENNOUF Nesr Eddine Maitre assistant (A) Examinateur

Pr. SAOULI Salah Professeur Rapporteur

Année Universitaire : 2012 / 2013


DEDICACE

Je dédie ce modeste travaille à :


Ma très chère mère qui pense à moi toujours
Dans ma présence et mon absence, et à mon
très chère père qui ma donné force pour continuer
Mes études. Mes très chers frères
surtout les petits Asma et Mohamed
Et toute ma famille
A tout mes amis et collègues son exception.

Abdelhamid Moumeni
Remerciement
Je remercie en premier le dieu à me donne la puissance de réaliser ce travail.
Mes plus profond remerciement vont à mes parents à me donne tout les
condition à réussir.
Je tiens à remercie vivement et chaleureusement mon encadreur Monsieur
Saouli Saleh professeur en université Kasdi Merbah Ouargla pour m'avoir
guider, donner des conseils et encouragement à réaliser ce mémoire.
Je tiens notifier un remerciement spécial à tout mes professeurs qui ont
contribué à ma formation.
Mes derniers remerciement et ce ne sont pas les moindres, vont à tout ceux
qui ont contribué de prés ou de loin pour l'aboutissement de ce travail.
Table des matières

Dédicace
Remerciement
Table des matière I

Liste des figures II

Liste des tableaux III

Nomenclature IV

Introduction générale 1

I.1. Introduction 2

I.2. Définition 2

I.2.1.Gradient de température 2

I.2.2 Champs de température 2


I.3.1. Transfert de chaleur par conduction 3

I.3.2. Transfert de chaleur par convection 3

I.3.3. Transfert de chaleur par Rayonnement thermique 3

I.4. Lois fondamentales du transfert de chaleur 4

I.5. Classification des appareils de transfert de chaleur 4

I.6 Les ailettes 5

I.7. Choix des ailettes 5

II.1. Etablissement de l'équation de la chaleur pour une ailette de profil géométrique général 6

II.1.1. L’équation générale 6

II.1.2 Profil de la température et du rendement des ailettes planes rectangulaires 7

I.1.3 Profil de la température et du rendement des ailettes planes concave paraboliques 12

II.2. Etablissement de l'équation de la chaleur pour une ailette de forme géométrique radiale 16

II.2.1. Equation différentielle générale 16

II.3.2. Profil de la température et du rendement des ailettes radiales hyperboliques 17

II.3. Etablissement de l'équation la chaleur pour une ailette de forme géométrique épingle 21

II.3.1 L’équation différentielle générale 21

II.3.2 Profil de la température et du rendement des ailettes épingles coniques 22

Conclusion 26

References 27

Annexe A 28

Annexe B 38

Résumé

-I-
Liste des figures

Liste des figures


Figure I. I Gradient de température. 03

Figure III. 1 Systèmes de coordonnées pour l’ailette de profil arbitraire. 07

Figure III. 2 Système de coordonnées d'une ailette plane de profil rectangulaire. 09

Figure III. 3 Profils de température adimensionnelle en fonction de la coordonnée 11


adimensionnelle pour différentes valeurs de mb .(ailette plane de
profil rectangulaire ).

Figure III. 4 Profil du rendement d'une ailette plane de profil rectangulaire. 12

Figure III. 5 Système de coordonnés d'une ailette plane de profil concave 13


parabolique.

Figure III. 6 Profils de température adimensionnelle en fonction de la coordonnée 15


adimensionnelle pour différentes valeurs de mb .

Figure III. 7 Profil du rendement d'une l'ailette plane de profil concave 17


parabolique.

Figure III. 8 Système de coordonnées d'une ailette radiale de profil quelconque. 17

Figure III. 9 Système de coordonnées d'une ailette radiale de profil hyperbolique. 18

Figure III. 10 Profils de température adimensionnelle en fonction de la coordonnée 20


adimensionnelle pour différentes valeurs de mrb et pour   0.4 .

Figure III. 11 Profils de température adimensionnelle en fonction de la coordonnée 20


adimensionnelle pour différentes valeurs de mrb pour   0.8 .

Figure III. 12 Profils de température adimensionnelle en fonction de la coordonnée 21


adimensionnelle R pour différentes valeurs de mrb pour   2 .

Figure III. 13 Profil du rendement d'une ailette radiale de profil hyperbolique. 22

Figure III. 14 Système de coordonnées d'une ailette épingle de profil quelconque. 23

Figure III. 15 Système de coordonnées pour une ailette épingle de profil conique. 23

Figure III. 16 Profils de température adimensionnelle en fonction de la coordonnée 25


adimensionnelle X pour différentes valeurs de mb .

Figure III. 17 Profil du rendement d'une ailette épingle conique. 26

-II-
Liste des tableaux

Liste des tableaux


Tableau I.1 Les lois fondamentales du transfert de chaleur. 05

-III-
Nomenclature

Nomenclature
A combinaison de fonction de Bessel.
B combinaison de fonction de Bessel.
B longueur d’ailette m
C constant arbitraire
c coefficient d’analyse pour le coefficient de transfert de
chaleur.
D dérivative ou différentie.
F fonction, dimensions varie.
H coefficient de convection W/m2 · K
I fonction modifiée de Bessel de première espèce
J fonction de Bessel pour le premier ordre
J calculateur,
K fonction modifiée de Bessel pour le second ordre
L longueur, m
M paramètre de performance, m−1
N nombrer,
N combinaisons de terme,
P Périmètre m
Q flux du chaleur, W
R Rrapport de rayon
R cordonnée radial; rayon, m
S surface, m2
S Longueur d’arc m
T température, K
U variable de transformation,
V variable de transformation,
X Abscisse , m
Y fonction de Bessel du premier ordre
Y ordonnée , m
Symboles grecques
Γ fonction de Gamma
Γ combinaison de terme
Δ épaisseur, m

-IV-
Nomenclature

 Conductance thermique w/mk


 efficacité,
Θ température, K
μ variable de transformation.
ρ rapport des rayons
υ combinaison de fonctions Bessel,
φ fonction de terme,
Ψ Donction de terme
Ω coefficient de réduction dans équation de Bessel,
Indice
a Extrémité de l’ailette
b base d’ailette
id Idéal
n order de fonction de Bessel
s Surface de milieu externe
Exposant
‘ hauteur d’ailette plus ; primitive.

-V-
Introduction
générale
Introduction générale

Introduction générale
La théorie du transfert de la chaleur est une science qui étudie la façon dont la
chaleur se propage d’une région à une autre sous l’influence d’une différence de
température.

Les phénomènes du transfert de chaleur sont très importants dans beaucoup de


domaines technologiques, comme la conception des appareilles thermiques dans l’industrie, le
calcul thermique dans les constructions, les industries pétrochimiques, etc.

Le transfert de chaleur reste un domaine très vaste et compliqué car dans les processus
réels, les trois modes fondamentaux du transfert à savoir, la conduction, la convection et le
rayonnement interviennent simultanément.

L’amélioration du transfert de chaleur d'un système avec le milieu extérieur joue un rôle
pertinent dans la conception thermique des appareillages, cette amélioration se fait par le
biais des ailettes.

Le calcul et la conception des ailettes trouvent leurs places un champ très vaste
extrêmement variées. On peut citer par exemple, les échangeurs thermiques, le
refroidissement des composantes électroniques, etc.

Le but de notre travail est le calcul de la température et le rendement de quelques


ailettes de formes géométriques simples. Ce choix n'est pas exhaustif, les formes
géométriques choisies sont les plus fréquemment rencontrées dans les appareillages
thermiques.

-1-
Chapitre I.
Introduction au transfert thermique
Chapitre I. Introduction au transfert thermique

I.1. Introduction
La thermodynamique permet de prévoir la quantité totale d’énergie qu’un système doit
échanger avec l’extérieur pour passer d’un état d’équilibre à un autre.
La thermique (ou thermocinétique) se propose de décrire quantitativement (dans
l’espace et dans le temps)l’évolution des grandeurs caractéristiques du système, en particulier
la température, entre l’état d’équilibre initialet l’état d’équilibre final.
I.2. Définition
La chaleur est une forme particulière de l’énergie au niveau des molécules constituant
un corps, elle se traduit par un état d’agitation plus ou moins intense selon que le corps se
trouve sous une température plus ou moins élevée.

I.2.1.Gradient de température
Si l’on réunit tous les points de l’espace qui ont la même température, on obtient une
surface dite surface isotherme. La variation de température par unité de longueur est
maximale le long de la normale à la surface isotherme. Cette variation est caractérisée par le
gradient de température.

Figure I. I. gradient de température.

T
grad (T )  n (I.1)
n

Où ⃗ est le vecteur unitaire normal et est le vecteur gradient de la température dans la

direction de la normale.

I.2.2 Champs de température


Un champ des températures est défini mathématiquement par l’équation :

T  f ( r ,t ) (I.2)
A chaque point p d’un milieu, on peut définir ainsi une température fonction scalaire
de la coordonnée du point et du temps.

-2-
Chapitre I. Introduction au transfert thermique

I.3. Différents modes de transfert de chaleur

La théorie des échanges thermiques a pour objet l’étude de la propagation de la


chaleur. Cette propagation se présente sous trois formes fondamentales qui sont la conduction,
la convection et le rayonnement.
I.3.1. Transfert de chaleur par conduction
La conduction thermique est la propagation de la chaleur, de molécule en molécule,
dans un corps ou dans plusieurs corps contigus et non réfléchissants, sans qu’il y ait
mouvement du milieu ou que ce mouvement intervienne dans la transmission. Ce mode de
transmission caractérise essentiellement les transferts de chaleur dans les solides où entre
corps solides contigus. La conduction intervient également dans les liquides et les gaz mais,
sauf dans le cas des liquides très visqueux ou des gaz emprisonnés dans des matériaux poreux,
son effet, est marginal par rapport à celui de la convection 1, 2.
I.3.2. Transfert de chaleur par convection
La convection caractérise la propagation et le transport de la chaleur par des molécules
en mouvement qui viennent se réchauffer au contact d’un corps chaud et véhiculent cette
énergie calorifique pour la céder à un corps froid. Deux types de convection sont
généralement distingués, la convection forcée et la convection libre. La convection est dite
forcée quand il existe une cause du mouvement autre que les variations de températures du
fluide, cette cause étant la seule à prendre en compte en raison de son importance relative
[3].La convection naturelle est due au contact du fluide avec une paroi plus chaude ou plus
froide et qui crée des différences de masse volumique, génératrice du mouvement au sein du
fluide [4].
I.3.3. Transfert de chaleur par Rayonnement thermique
Dans la transmission de chaleur par rayonnement, le transfert thermique s’effectue par
des vibrations électromagnétiques qui se propagent en ligne droite sans aucun support de
matière. Tout corps même placé dans le vide émit de l’énergie qui se transmet sous forme
d’onde et tout corps placé sur son trajet absorbe toute ou une partie de cette énergie [3].

-3-
Chapitre I. Introduction au transfert thermique

I.4. Lois fondamentales du transfert de chaleur :

Loi phénoménologique Loi de Fourier Loi de Newton Loi de Stéphan-


Boltzmann
Conduction T
Q  S
x
Convection Q  hST

Rayonnement Q  ST 4

Tableau I. les lois fondamentales de transfert de chaleur..

I.5. Classification des appareils de transfert de chaleur [5,6]


Les appareils dans lesquels s’effectue l’échange de chaleur entre un fluide froid et un
fluide chaud sont appelés échangeurs de chaleurs.
Selon le contact entre les deux fluides on distingue deux types d’échangeurs de
chaleur, les échangeurs à contact direct et les échangeurs à fluides séparés. Dans les
échangeurs à fluides séparés, l’échange de chaleur se fait à travers une paroi solide qui sépare
les fluides ayant des températures différentes.
D’après la configuration de la surface d’échange on distingue :

1. Echangeurs tubulaires à tubes rectilignes ou à tube en (U).


2. Echangeurs tubulaires à tubes à ailettes.
3. Echangeurs à serpentins.
4. Echangeurs à hélices.
5. Echangeurs à plaques.
Les échangeurs tubulaires peuvent être subdivisés également en sous-groupes:
 Echangeurs à tubes concentriques.
 Echangeurs à faisceau et calendre.
 Echangeurs à ruissellement.
Selon l'utilisation voulue, on distingue trois types d’échangeurs correspondants aux
fonctions très spécifiques :
 Les échangeurs dans lesquels ne se produit aucun changement d’état physique des fluides.

-4-
Chapitre I. Introduction au transfert thermique

 Les condenseurs qui permettent de condenser une vapeur soit à l’aide d’un produit froid,
soit à l’aide d’un auxiliaire (eau, air, fluide, frigorigène …etc.)
 Les rebouilleurs qui assurent une vaporisation partielle d’un liquide grâce à la circulation
d’un produit chaud ou d’un fluide auxiliaire (vapeur d’eau).
I.6 Les ailettes
L’ailette comme son nom l’indique est un appendice que l’on dispose sur un dispositif
que l’on désire refroidir ou chauffer efficacement. L’idée est d’augmenter la surface
d’´echange.
On peut voir des ailettes sur les radiateurs de chauffage domestique, sur le radiateur de
voitures, sur les microprocesseurs dans les systèmes électroniques [7].
I.7. Choix des ailettes
Les ailettes sont utilisées lorsqu’il faut extraire une quantité de chaleur importante
dans un encombrement réduit, comme par exemple dans le radiateur d’automobile, le carter
de moteur refroidi par air, l'évaporateur de climatiseur, etc.
D’une façon générale, l’usage des ailettes est peu utile pour les liquides car le coefficient
d'échange convectif est grand mais important dans le cas des gaz car le coefficient d'échange
convectif est faible.
Des ailettes étroites et rapprochées sont meilleures que des ailettes plus grandes et
espacées mais on est limité par les pertes de charges (elles deviennent trop importante si l’on
diminue trop l’écartement des ailettes). L’ailette est d’autant plus performante que sa
conductivité thermique λ est élevée. Le choix des ailettes résulte finalement d’un compromis
entre le prix, les pertes de charge et les qualités de chaleur échangés [8].

-5-
Chapitre II.
Calcul de la température et du
rendement
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

II.1. Etablissement de l'équation de la chaleur pour une ailette de profil


géométrique général
II.1.1. L’équation générale
Le profil de la température d'une ailette de profil géométrique général s'obtient en considérant
la conservation de l’énergie sur un volume de contrôle de hauteur dx et de surface une fonction f! x  .

Ce volume de est borné par deux planes parallèles à x et x  dx représentés par les fonctions
y   f 2 x 

Figure II. 1. Systèmes de coordonnées pour l’ailette de profil géométrique général.

A partir de l’équation du bilan (conservation de l'énergie) et en régime permanent, on peut écrire que :

q entré   qsort (II.1)

q entré  qx (II.2)

q sort  qxdx  qv (II.3)

Des équations (II.1, II.2 et II. 3), on a :

q x  (q xdx  qv )  0 (II.4)

En utilisant le développement limité de Tylor, à savoir :

df ( x)
f ( x  dx)  f ( x)  dx (II.5)
dx

-6-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

L’application de la formule (II.5), permet d’expliciter les termes contenus dans l’équation
(II.4) :

dq x
q x dx  q x  dx (II.6)
dx

qv  hf 3 x (T  Ts )dx (II.7)

dT
q x   f 1 ( x ) (II.8)
dx

dq x d dT
  ( f 1 ( x ) ) (II.9)
dx dx dx

En remplaçant les différents termes, on obtient l’équation de la chaleur permettant le calcul de la


température pour une ailette de profil géométrique général:

d dT
 ( f1 ( x ) )  hf 3 ( x )( T  Ts ) (II.10)
dx dx

En calculant la dérivée, l’équation de la chaleur de l’ailette devient :

d 2T df ( x ) dT
f 1 ( x ) 2
 1  hf 3 ( x )( T  Ts )  0 (II.11)
dx dx dx

En faisant le changement de variable   T  Ts , l’équation (II.11) s’écrit sous la forme :

d 2 df 1 ( x ) d h
f1 ( x )   f 3 ( x )  0 (II.12)
dx 2 dx dx 

d  d  h
ou  f1 ( x )   f 3 ( x )  0 (II.13)
dx  dx  

C'est l'équation générale de la chaleur pour une ailette de forme géométrique générale.

II.1.2 Profil de la température et du rendement des ailettes planes rectangulaires


Considérant le cas d’une ailette plane rectangulaire, dans ce cas les fonctions f1 x  , et f 3 x 

sont définies par les relations suivantes :

f1 ( x )  2Lf 2 ( x ) (II.14)

puisque L  f 2 ( x) , on a P  2L

-7-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

donc:
f 3 ( x)  P  2( L  2 f 2 ( x))  2L (II.15)

La fonction f 2 x  qui décrit le profil géométrique de l'ailette plane rectangulaire est :


f 2 ( x)  (II.16)
2

df 2 ( x)
Sachant que  0 et en remplaçant l’équation (II.16) dans l'équation (II.13), on obtient
dx
l'équation de la chaleur pour une ailette plane rectangulaire sous la forme:

d 2 2h
  0 (II.17)
dx 2 

Figure II. 2. Système de coordonné d'une ailette plan de profil rectangulaire.

En introduisant le paramètre m défini par :

2h
m (II.18)


Dans ce cas, la forme de l’équation de la chaleur devient :

d 2
2
 m 2  0 (II.19)
dx

La solution de cette équation est de la forme :

 ( x)  c1e mx  c2 e  mx (II.20)

-8-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

avec c1 et c2 sont des constants arbitraires déterminées à partir des conditions aux limites qui sont les
suivantes :

d
x0 0 (II.21)
dx

xb   b (II.22)

Les conditions aux limites fournissent les relations suivantes :

d
 mc1e m( 0)  mc2 e m( 0)  0 (II.23)
dx

b  c1e mb  c2 e  mb (II.24)

après calcul, on trouve :

2 b
c1  c2  (II.25)
cosh(mb)

En substituant les expressions des constantes dans l’équation (II.20), la température de l’ailette
devient :

2 b 2 b
 ( x)  e mx  e mx (II.26)
cosh(mb) cosh(mb)

ou

 b cosh(mx)
 ( x)  (II.27)
cosh(mb)

 x 
La figure II.3 représente les variations de la température adimensionnelle de l’ailette en
b
x
fonction de la coordonnée adimensionnelle pour différentes valeurs du paramètre mb .
b

Les courbes de la température sont représentent par une fonction en forme de demi-chainette.
Pour une valeur fixe du paramètre mb , la température adimensionnelle augmente en fonction de
x x
l'abscisse adimensionnelle et tend vers l'unité quand tend vers un. Pour une abscisse
b b
x
adimensionnelle donnée, la température diminue avec le paramètre mb .
b

-9-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

1
mb=0.2

0.8 0.6

1
la température

 0.6
b
1.4
0.4
1.8

0.2

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
x/b

Figure II. 3. Profils de température adimensionnelle en fonction de la coordonnée adimensionnelle


pour différentes valeurs de mb .

Pour calculer le rendement de l'ailette, calculons la quantité de chaleur évacuée par l'ailette.
Cette quantité de chaleur n'est rien d''autre que la chaleur évacuée par conduction à la base de l'ailette,
d'où la relation suivante:

 d 
q  Lf 2 ( x )  (II.28)
 dx  x b

A partir de l’équation (II.27), la dérivée de la température est :

d  b m sinh(mx)
 (II.29)
dx cosh(mb)

Et la quantité de chaleur évacuée par l'ailette est simplement: :

   b m sinh( mx ) 
q  L  
2  cosh( mb ) 
(II.30)

ou bien:

q  Lm b tanh( mb ) (II.31)

-10-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

Le rendement d'une ailette est défini comme le rapport de la quantité de chaleur évacuée par
l’ailette à la quantité de chaleur évacuée par une ailette idéale (de température constante égale à la
température de base). Mathématiquement, le rendement est donné par l'expression suivante:
q
 (II.32)
qid

Sachant que :
qid  2hL b (II.33)

En combinant les équations (II.31, (II.32) et II.33), le rendement est devient:

tanh(mb)
 (II.34)
mb

La figure II.4 illustre la variation du rendement en fonction du paramètre mb . Il est à noter


que le rendement décroit avec l'augmentation de ce paramètre, ce qui indique que le rendement
diminue quand l'ailette à une grande épaisseur ou une faible conductivité thermique.

profil d'éfficacité des ailettes plan rectangulaire


1

0.9

0.8

l'efficacité

0.7

0.6

0.5

0.4
0 0.5 1 1.5 2
mb

Figure II. 4. Profil du rendement d'une ailette plane de profil rectangulaire.

-11-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

I.1.3 Profil de la température et du rendement des ailettes planes concave


paraboliques
La fonction f 2 x  qui décrit le profil géométrique de l'ailette plane concave parabolique est :

  x
2

f 2 ( x)    (II.35)
2 b

Figure II. 5. Système de coordonnés d'une ailette plane de profil concave parabolique

df 2 ( x) x
Sachant que  2 et en substituant l’équation (II.35) dans l'équation (II.13), on obtient
dx b
l'équation de la chaleur pour une ailette plane concave parabolique sous la forme :

d 2 d 2h 2
x2  2x  b  0 (II.36)
dx 2
dx 

2h
Remplaçons m 2 au lieu de on trouve :


d 2 d
x2 2
 2x  m 2b 2  0 (II.37)
dx dx

C'est une équation différentielle du deuxième ordre, pour la résoudre on fait le changement de
variables suivant :

v  ln x 
dv 1
x  ev 
dx x

En calculant les étrivées premières et secondes de la température para rapport à l'abscisse, on obtient:

-12-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

d d dv 1 d
  (II.38)
dx dv dx x dv

d 2 d  1 d  1 d 1 d  d 
   2    (II.39)
dx 2
dx  x dv  x dv x dx  dv 

Par substitution des équations (II.38 et I.39) dans l'équation (II.37), on obtient l'équation différentielle
suivante:

d 2 1 d 1 dv d  d  1  d 2 d 
 2       (II.40)
dx 2 x dv x dx dv  dv  x 2  dv 2 dv 

Après simplification, l'équation (II.40) se réduit à l'équation :

d 2 d
2
  m 2b 2  0 (II.41)
dv dv

C'est une équation différentielle du deuxième ordre à coefficients constants, dont on cherche la
solution sous la forme :

d d 2
 (v)  e v
  e v 2
 2 e v
dv dv

En remplaçant solution dans l’équation (II.49), on obtient :

2ev  ev  m2b 2ev  0 (II.42)

Ou bien:

2    m2b 2  0 (II.43)

Les racines de l’équation (II.44) sont :

 1  1  4m 2 b 2
1, 2  (II.44)
2

Donc, la solution cherchée peut se mettre sous la forme:

 (v)  c1e v  c2e v


1 2
(II.45)

Remplaçant les expressions des racines dans l'équation (II.45), la solution en fonction de l'abscisse est:

 ( x)  c1 x   c 2 x 
1 2
(II.46)

-13-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

L’équation (II.55) peut s’écrit sous la forme :

c2
 ( x)  c1 x   1
1
(II.47)
x 1

c1 et c2 sont déterminés à partir des conditions aux limites (équations II.21 et II.22).

b
D’après ces conditions aux limites, on a c 2  0 et c1  , par conséquent, la solution est
b1

donnée par l'expression suivante :

1
b 1  x
 ( x)  x ou  ( x)   b   (III.48)
b b

La figure III.6 représente les variations de la température adimensionnelle en fonction de


l'abscisse adimensionnelle pour différentes valeurs de mb .

Pour une valeur constante du paramètre mb , la température augmente avec l'augmentation de


l'abscisse adimensionnelle. Pour une valeur fixe de l'abscisse adimensionnelle, la température décroit
avec l'augmentation du paramètre mb . Il est important de remarquer que pour une valeur de mb égale
à 1,4, le profil de la température adimensionnelle est linéaire. Pour une valeur de mb égale à 1,8, le
profil de la température adimensionnelle devient concave.

1
mb=0.2

0.8
la température adimentionnelle

0.6

 0.6
1
b
0.4
1.4

0.2 1.8

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
x/b
Figure III. 6. Profils de température adimensionnelle en fonction de la coordonnée adimensionnelle
pour des différentes valeurs de mb (ailette plan de profil concave parabolique).

-14-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

La quantité de chaleur évacuée par l'ailette se calcule à partir de la loi de Fourier (équation
III.28) pour x  b .

Dérivant l'équation (III.48) par rapport à l'abscisse, on obtient :

1 1
d   x 1
 b 1    b (II.49)
dx b b b

D'où l'expression de la quantité de chaleur évacuée par l'ailette:

L b   1  1  (2mb) 2 
q   (II.50)
b  2 

La quantité de chaleur évacuée, si l'ailette est supposée idéale dans ce cas, est :

qid  2hLb b (II.51)

Substituant les équations (II.50) et (II.51) dans l'équation du rendement (équation II.32) on trouve :

   1  1  ( 2mb ) 
2

   (II.52)
2hb 2  2 


Après simplification, en multipliant le numérateur et le dénominateur par  1  1  (2mb) 2 , 
l'équation du rendement devient:

2
 (II.53)
1  1  (2mb) 2

La figure II.7 illustre la variation du rendement en fonction du paramètre mb . Il est à noter


que le rendement décroit avec l'augmentation de ce paramètre, ce qui indique que le rendement
diminue quand l'ailette à une grande épaisseur ou une faible conductivité thermique.

-15-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

profil d'éfficacité des ailettes plan Concave Parabolique


1

0.9

 0.8
l'efficacité

0.7

0.6

0.5

0.4
0 0.5 1 1.5 2
mb

Figure II. 7. Profil de rendement de l'ailette plan concave parabolique.

II.2. Etablissement de l'équation de la chaleur pour une ailette de forme


géométrique radiale
II.2.1. Equation différentielle générale
L’équation différentielle de profil de température est formulée en considérant la conservation
d’énergie sur l’élément d’hauteur dr . Cet élément est borné par deux planes symétrie à r et r  dr
représentés par.la fonction y   f 2 (r )

Figure II. 8. Système de coordonnées d'une ailette radiale de profil quelconque.

-16-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

L'équation de la chaleur dans le cas d'une ailette radiale est obtenue à partir de l'équation (II.13) en
remplaçant l'abscisse par la distance radiale, d'où l'équation suivante :

d  d  h
 f1 (r )   f 3 (r )  0 (II.54)
dr  dr  

Les fonctions f1 (r ) et f 3 (r ) qui définissent la section et le périmètre sont:

f 3 (r )  2r (II.55)

f1 (r )  2r 2 f 2 (r ) (II.56)

Ainsi, l'équation de la chaleur devient :

d 2  df ( r )  d h
rf 2 ( r )   f2( r )  r 2  r  0
dr  dr 
(II.57)

2
dr

II.3.2. Profil de la température et du rendement des ailettes radiales


hyperboliques
La fonction f 2 r  définissant le profil géométrique de l'ailette radiale hyperbolique est:

 b rb 1
f 2 (r )  (II.58)
2 r

Figure II. 9. Système de coordonnées d'une ailette radiale hyperbolique.

df 2 (r ) c
Sachant que   2 , l’équation (II.57) se met sous la forme suivante:
dr r

d 2 2h
 r  0 (II.59)
dr 2
 b rb

-17-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

2h m2
Substituant m 2 au lieu de et posons que M 2  , l'équation (II.59) devient :
 b rb

d 2
2
 M 2 r  0 (II.60)
dr

L'équation (II.60) est une équation différentielle de Bessel du deuxième ordre dont la solution
est la fonction suivante (voir annexe A) :

1
 2
3
2
3

 (r )  r 2 c1 I 1 ( Mr 2 )  c2 I  ( Mr 2 )
1 (II.61)
 3
3 3 3 

La détermination des constantes c1 et c2 sont obtenues des conditions aux limites suivantes:

d
r  ra 0 (II.62)
dx

r  rb   b (II.63)

La solution peut être mise sous la forme suivante (annexe B) :

1
r 2
 ( r )  b  (II.64)
 rb 

avec

3 3 3 3
2 2 2 2
I2( Mra2 ) * I 1 ( Mr 2 )  I 2 ( Mra2 )I 1 ( Mr 2 )
3 3  3  3
( r )  3 3 3 3 (II.65)
3 3
2 2 3 2 2 3
I 2 ( Mra2 ) * I 1 ( Mrb 2 )  I 2 ( Mra2 )I 1 ( Mrb 2 )
3 3  3  3
3 3 3 3

Les figures II.10, II.11 et II.12 représentent les variations de la température adimensionnelle
en fonction de la coordonnée adimensionnelle R pour différents valeurs de  .

Pour une valeur donnée du paramètre mrb , la température décroit avec l'augmentation de la

distance radiale adimensionnelle. Pour une valeur fixe de la distance radiale adimensionnelle, la
température adimensionnelle décroit avec l'augmentation du paramètre mrb .

Our une valeur donné du paramètre mrb et une valeur fixe de la distance radiale R , la

température adimensionnelle augmente avec l'augmentation de  .

-18-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

profil de température des ailettes radial hyperbolique


1

0.9
mrb  0.2
0.8

0.7
la température

0.6
 0.5 0.6
b 0.4

0.3

0.2
1

0.1 1.4
1.8
0
0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1
r  rb
R
ra  rb
Figure II. 10. Profils de température adimensionnelle en fonction de la coordonnée adimensionnelle
R pour différentes valeurs de mrb pour   0.4 .

profil de température des ailettes radial hyperbolique


1
mrb  0.2
0.6
0.98

1
0.96
la température

 0.94

b 1.4
0.92

0.9 1.8

0.88
0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1
r  rb
R
ra  rb
Figure II. 11. Profils de température adimensionnelle en fonction de la coordonnée adimensionnelle
R pour différentes valeurs de mrb pour   0.8 .

-19-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

profil de température des ailettes radial hyperbolique


1

mrb  0.2

0.95 0.6

1

la température

0.9

b
0.85 1.4

0.8

1.8
0.75
0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1
r  rb
R
ra  rb
Figure II. 12. Profils de température adimensionnelle en fonction de la coordonnée adimensionnelle
R pour différentes valeurs de mrb pour   2 .

La quantité de chaleur évacuée par l'ailette se calcule à partir de la loi de Fourier (équation
II.28) pour x  b et après les calculs (voir Annexe B), cette quantité de chaleur s'écrit comme suit :
3
q  2 b Mr b 2  b (II.66)

avec
I 2 (ub ) * I 2 (u a )  I 2 (ub ) I 2 (u a )
 
 3 3 3 3
(II.67)
I 2 (u a ) * I 1 (ub )  I 2 (u a ) I 1 (ub )
 
3 3 3 3

La quantité de chaleur évacuée par l'ailette idéale est qid  2h ra2  rb2  b , ainsi le rendement peut  
s'écrie sous la forme:
1
 2
 
 41    
  (II.68)
 1 
 ln  (1   ) 
2

    
ou

I 2 ( Rb ) * I 2 ( Ra )  I 2 ( Rb ) I 2 ( Ra )
 
 3 3 3 3
(II.69)
I 2 ( Ra ) I 1 ( Rb )  I 2 ( Ra ) * I 1 ( Rb )
 
3 3 3 3

-20-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

La figure II.13 représente le profil du rendement de l’ailette radiale hyperbolique en fonction de 


pour différentes valeurs du paramètre  .Il es à noter que le rendement diminue avec  et augmente
avec 

0.9

0.8   0.8

0.6
l'efficacité

0.7
0.4
0.2

0.6

0.5

0.4
0 0.5 1 1.5 2
( ) ( )

Figure II. 13. Profil de rendement de l'ailette radiale hyperbolique.

II.3. Etablissement de l'équation la chaleur pour une ailette de forme


géométrique épingle
II.3.1 L’équation différentielle générale
Considérant le cas d’une ailette épingle, dans ce cas les fonctions f1 x  et f 3 x  sont définies

par les relations suivantes :

f 3 ( x)  2f 2 ( x) (II.72)

f1 ( x)    f 2 (r )
2
(II.73)

-21-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

Figure II. 14. Système de coordonnées d'une ailette épingle de profil quelconque.
En substituant les équations II.72 et II.73 dans l'équation II.13, on obtient:

 f 2 ( x ) d 2  d  f 2 ( r ) d  2h f 2 ( x )  0
2 2
2
(II.74)
dx dx dx 

II.3.2 Profil de la température et du rendement des ailettes épingles coniques


Dans le cas d'une ailette épingle conique la fonction f 2 x  est donnée par l'expression
suivante :

 x
f 2 ( x)  (II.75)
2b

En calculant la dérivée de l'équation II.75 :

d  f 2 ( x )  
2 2

 2  x (II.76)
dx  2b 

Figure II. 15. Système de coordonnées pour l'ailette épingle de profil conique.

-22-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

L’équation de la chaleur se réduit alors à l’expression suivante :

d 2 d 4h
x2  2x  x  0 (II.77)
dx 2
dx 

2h
En introduisant le paramètre m défini par m  et 2m 2 par M 2 on trouve :

d 2 d
x2
2
 2x  M 2 x  0 (II.78)
dx dx
L’équation (II.78) peut s'écrire sous une forme d'une équation différentielle de Bessel :
d  2 d 
x  M 2 x  0 (II.79)
dx  dx 
La solution est obtenue sous la forme suivante :

c I (2M 
1

 ( x)  x 2
1 1 x )  c2 I 1 (2M x ) (II.80)

La détermination de c1 et c2 s'obtient à partir des conditions aux limites (équations II.21 et II.22).
Comme K1 (0) est indéfini pour x  0 , alors c2  0 . La deuxième condition aux limites fourni

l'expression suivante pour la constante c1 :

b b
c1  (II.81)
I 1 ( 2M b )

Et dans ce cas la température devient :


1
 b b
1
  b  2 I (2M x )
 ( x)  x  2
I1 ( 2 M x )    b   1 (II.82)
 I1 (2 M b )   x  I1 (2 M b )
La figure II.16 représente la variation de la température adimensionnelle en fonction de la
coordonnée adimensionnelle pour de différents valeurs de mb .Pour une valeur donnée du paramètre
x
mb , la température adimensionnelle augmente avec l'augmentation de l'abscisse adimensionnelle .
b
Pour une valeur donnée de l'abscisse adimensionnelle, la température adimensionnelle diminue avec
l'accroissement du paramètre mb . Il est important de noter que les courbes de la température
adimensionnelle se courbent à fur et à mesure que le paramètre mb augmente, sauf pour la valeur de
un, où la courbe est quasiment linéaire.

-23-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

mb=0.2

la température adimentionnelle
0.8 0.6
1.0
1.4
 0.6
1.8
b
0.4

0.2

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
x/b

Figure II. 16. Profils de température adimensionnelle en fonction de la coordonnée adimensionnelle


pour différentes valeurs de mb (ailette épingle conique).
La quantité de chaleur évacué est donné par l’équation (II.48) peut s'écrire sous la forme :
1
 b  2 I (u )  2M  I1 (u )
 (u )   b   1  b   (II.83)
 x  I1 (ub )  u  I1 (ub )
Calculons la dérivée de  (x) par rapport à x en utilisant un changement de variable :

d 2M 2 d 2M 2 d   2M  I1 (u ) 
  b   
dx u du u du   u  I1 (ub ) 

d 2M 2  2M   I 2 (u ) 
 b  2   (II.84)
dx u  u   I1 (ub ) 
Donc la quantité de chaleur évacuée par l'ailette est:

k 2 b b M I 2 (2M b )
q (II.85)
4 b I1 (2M b )
Sachant que la quantité de chaleur évacuée par l'ailette, supposée idéale, est :


qid  hb b (II.86)
2

Substituant les équations II.85 et 86 dans l’équation II.35 on obtient :

-24-
Chapitre II. Calcul de la température et du rendement

kM I 2 (2M b ) M I 2 (2M b ) m 2b I 2 (2M b )


  2  (II.87)
2hb b I1 (2M b ) m b b I1 (2M b ) m 2b b I1 (2M b )

Après simplifications, cette expression peut être mise sous la forme suivante :

2 I 2 (2mb 2 )
 (II.88)
mb I1 (2mb 2 )

La figure II.17 représente la variation du rendement en fonction du paramètre mb . Il est à noter que le
rendement décroit avec l'augmentation de ce paramètre, ce qui indique que le rendement diminue
quand l'ailette à une grande épaisseur ou une faible conductivité thermique.

profil d'éfficacité des ailettes épinglent conique


1

0.9

 0.8
l'efficacité

0.7

0.6

0.5
0 0.5 1 1.5 2
mb

Figure II. 17. Profil de rendement pour l'ailette épingles conique.

-25-
Conclusion
générale
Conclusion

Conclusion générale

D'après cette étude on peut conclure que:

- Parmi de paramètre influençant sur la température on peut citer l'épaisseur, la


température de base, la longueur de l'ailette, la conductivité thermique et le
coefficient de convection.
- La température de base n'influant pas sur le rendement
- L'utilisation des profils des température basé sur le calcul de mb et la coordonnée X
pour les ailettes plane et les ailettes épingles, mrb , rapport de rayon p et la
coordonnée R pour les ailettes radiales.
- L'utilisation des profils du rendement est basé sur le calcul de mb pour les ailettes
plane et épingle, pour les ailettes radiales elle basée sur le calcul de Φ seulement.

-26-
Références
Références

References

[1] NAIMA. T, HADJILA. T, Dimensionnement d’une unité de récupération de


GPL à partir de gaz associe (Déethniseur et dé butaniseur), thèse de
l’ingénieur, université de M’hamed Bougara, BOUERDES, 2008.

[2] BOUBAKER L, optimisation des paramètres de fonctionnement d’une


débutaniseur, thèse de l’ingénieur, université de M’hamed Bougara,
BOUERDES, 2006.

[3] LAPLANTE G, Bernier M, Convection mixte défavorable et conjuguée dans


un tube vertical, J. Heat Mass Transfer, vol. 40, No, 15, pp. 3527-3536,
(1997)

[4] MARCHIO D, REBOUX P, cours Introduction aux transferts thermiques,


École des mines de Paris, ParisTech, 2008.

[5] BRAU J, Cours Transfert de masse et échangeur de chaleur, INSA de Lyon,


France, 2006

[6] WUITHIER P, Pétrole : Raffinage et génie chimique, Tome II. Ed technip,


Paris. 1972.

[7] LUCQUIN B, PIRONNEAU O, Introduction au Calcul Scientifique Masson

1997. Introduction to Scientific Computing for Engineers (Wiley). (Traduit

du francais) 1998.

[8] JEANNOT Y, cours transfert thermique cours 2ème année , Ecole des mines,
Nancy, France 2009.

[9] GRADSHTEYN I S, RYZHIK I. M, Table of Integrals, Series, and Products,


6th éd, Academic Press, New York,2000.Page 664.

[10] KRAUS A. D, AZIZ A, WELTY J, Extended Surface Heat Transfer, John


Wiley & Sons, Inc. 2001.

-27-
Annexe A
Annexe A

A.1. Les fonctions de gammas


Ceux sont des fonctions dont la forme est le suivant


(n  1)   x n e  x dx (A.1)
0

Ou n est un nombre positif n’est pas nécessaire entier

Donc cette équation est importante puisque elle est généralisée pour la résoudre on fait
l’intégral par parti

Les termes de l’intégral par parti sont :

1
n1 1 1
ux n
⇒ du  nx dx ⇒ dx  u n du
n

dv  e  x dx ⇒ v  e  x

Substituant dans l’équation (A.1) on obtient :


(n  1)   udv (A.2)
0

L’intégral par parti peut s’écrit donc :

 

 udv  uv   vdu



0 (A.3)
0 0

Simplifiant on trouve :

  

(n  1)   x n e  x dx   x n e  x     nx

0 e dx   nx n1e  x dx
n 1  x
(A.4)
0 0 0

L’équation (A.4) peut s’écrit :

 

 nx e dx  n  x n1e  x dx  n(n)
n 1  x
(A.5)
0 0

De l’équation (A.5) et l’équation (A.4) on trouve :

-28-
Annexe A

(n  1)  n(n) (A.6)

D’après l’équation (A.6) on remarque le calcul doit tend vers (1) comme illustre la relation
suivante :

(n  1)  n(n)  n(n 1)(n 1)  n(n 1)(n  2)(n  2)  ...  n(n 1)(n  2)...2(1) (A.7)

Il suffit donc de calculer (1)

 
 
(1)   x 0 e  x dx   e  x dx  e  x

0 1 (A.8)
0 0

L’équation (A.1) devienne :

(n  1)  n! (A.9)

A.2. Les équations de Bessel

Les équations de Bessel ont la forme suivante

d2y dy
x2 2
 x  (x2  n2 )  0 (A.10)
dx dx

C’est équation différentielle de seconde ordre leur solution est selon n [10-9]

Si n n’est pas un entier

y( x)  c1 J n ( x)  c2 J n ( x) (A.11)

Et si n est un entier

y( x)  c1 J n ( x)  c2Yn ( x) (A.12)

Avec ( ) est la fonction de Bessel de première espèce [9].


(1) m x 2 mn
J n ( x)   2 m n
(A.13)
m 0 2 m!(m  n  1)

Et

-29-
Annexe A


(1) m x 2 mn
J n ( x)   2 mn (A.14)
m 0 2 m!(m  n  1)

(m  n  1) et (m  n  1) sont les fonctions de gamma du m+n+1 et m-n+1 respectivement


dx
Yn ( x)  AJ n ( x)   BJ n ( x) (A.15)
xJ n ( x)
2
0

J n ( x) cos n  J n ( x)
Et Yn ( x)  (A.16)
sin n

L’équation de Bessel peut aussi prend la forme suivante :

d2y dy
x2 2
x  (x2  n2 )  0 (A.17)
dx dx

Cette équation peut-être s’écrit sous la forme suivante :

d2y dy
x 2
2
 x  ((ix ) 2  n 2 )  0 (A.18)
dx dx

La solution de l’équation (A.18) est de la forme

Si n n’est pas un entier

y( x)  c1 J n (ix )  c2 J n (ix ) (A.19)

Et si n est un entier

y( x)  c1 J n (ix )  c2Yn (ix ) (A.20)

Mais la solution n’est pas une solution entière donc on utilise la modification des équations
de Bessel de première espèce :


x 2 m n
I n ( x)  i n J n (ix )   2 m n
(A.21)
m 0 2 m!(m  n  1)


x 2 mn
Et I n ( x)  i n J n (ix )   2 mn
(A.22)
m 0 2 m!(m  n  1)

-30-
Annexe A

La deuxième solution indépendante de la modification de Bessel est celle de seconde


espèce noté K n (x) définie comme suite :

Si n n'est pas un nombre entier


K n ( x)  2 I ( x)  I ( x) (A.23)
n
sin n
n

Si n est un nombre entier

2  I n ( x) I n ( x) 
K n ( x)   n  n  (A.24)
cos n  

Donc le solution de l'équation (A.17) devienne :

Si n n'est pas un nombre entier

y( x)  c1 I n ( x)  c2 I n ( x) (A.25)

Si n est un nombre entier

y( x)  c1 I n ( x)  c2 K n ( x) (A.26)

A.2.1. La forme générale de l'équation de Bessel [9]

L'équation (A.27) suivant représente la forme générale de l'équation de Bessel:

d  p dy 
 x   (ax j  bx k ) y  0 (A.27)
dx  dx 

On peut la réduire à l'équation de Bessel

d 2 y 1 dy n2
  ( m 2
 )0 (A.28)
dx 2 x dx x2

Pour cette opération on fait le changement de variable suivant

x  u  et y  u  v

-31-
Annexe A

En dérivant les deux termes par arpport u on obtient :

dx du 1
 u  1 ⇒   1
du dx u

dy dv
 vu 1  u 
du du

Calculant la dérivée de y en fonction de x on trouve :

dy dy du 1  dv 
   1 vu 1  u  (A.29)
dx du dx u  du 

L’équation (A.29) peut s’écrit sous la forme suivante :

dy 1      1 dv 

dx  vu  u du 
(A.30)

p dy
En calcul le terme x en fonction de u et v :
dx

dy 1 dv  1  dv 
xp  u p vu    u   1   vu p     u p    1  (A.31)
dx  du    du 

En calcul la dérivé de l’équation (A.31) par rapport x on obtient :

d  p dy  du d  p dy  1 d 1  p    dv  
x  x    1 vu  u p    1  
dx  dx  dx du  dx  u du 
(A.32)
 du  

On distribué la dérive à chaque terme de l’équation (A.32) on trouve :

d  p dy  1 p    1 dv p   
x   2  1 [( p     ) vu  u
dx  dx   u du
(A.33)
dv d 2v
 ( p      1)u p     u p    1 2 ]
du du

Simplifiant on trouve :

d  p dy  1 p    1 dv p   
x   2  1 [( p     ) vu  u
dx  dx   u du
(A.34)
dv d 2v
 ( p      1)u p     u p    1 2 ]
du du

-32-
Annexe A

L’équation (A.34) peut s’écrit :

d  p dy  1 p    2 dv p   2 1
x   2 [( p     ) vu  u
dx  dx   du
(A.35)
2
p    2 1 dv p    2  2 d v
 ( p      1)u u ]
du du 2

En remplace dans l’équation (A.27) on obtient :

d 2v p  2    1 dv   ( p     ) 
0     2 auj p 2 2   2buk p 2 2 v (A.36)
du 2
u du  u 2

L’équation (A.36) a la forme de l'équation de Bessel suivante :

d 2v 1 dv n2
  ( 2
 )0 (A.37)
du 2 u du u2

Pour

1. Le coefficient de devient égale 1/u:


p  2    1  1 (A.38)
2. L'exponentiel de seconde terme de u égale 0
j  p  2  2  0 (A.39)
3. L'exponentiel de troisième terme de u égale -2
k  p  2  2  2 (A.40)

Donc on peut estimer α et β et k par identification de l’équation (A.36) et l’équation (A.37) on


obtient :

2
 (A.41)
2 p j

 (1  p) 1 p
  (A.42)
2 2 p j

k  p2 (A.43)

On vue que si on prend b  0 , la condition k  p  2 est irréalisé. Mais si on prend b  0


et k  p  2 avec α et β sont définie précédemment on trouve :

-33-
Annexe A

d 2v 1 dv   ( p     )   2b 
2
  2
 a 2 v  0 (A.44)
du u du  u 

A partir de l’équation (A.37) on trouve :

n 2   ( p     )   2b (A.45)

Par remplacement de α et β on obtient :

(1  p) 2  4b
n (A.46)
2 p j

Et  2   2a ou   a (A.47)

Donc la solution générale est :

Si n n'est pas un nombre entier

v( x)  c1 J n (u)  c2 J n (u) (A.48)

Si n est un nombre entier

v( x)  c1 J n (u)  c2 K n (u) (A.49)

La solution de l’équation (A.27)peut obtenue par remplacement de u et v par x et y :

1 
u  x et y  u  v  x v

Donc la solution devienne :

Si n n'est pas un nombre entier :


 1 1

y ( x)  x  c1 J n ( x   )  c2 J n ( x   ) (A.50)
 

Si n est un nombre entier :


 1 1

y ( x)  x  c1 J n ( x   )  c2 K n ( x   ) (A.51)
 

-34-
Annexe A

A.3. Exemple de résolution de l’équation de Bessel

A3.1. Exemple 1

d 2
2
 M 2 r  0 (A.52)
dr

La forme générale de l'équation de Bessel est :

d  p dy 
 x   (ax j  bx k ) y  0 (A.53)
dx  dx 

L’équation (A52) peut s’écrit sous forme d’équation (A.53) comme suite :

d  0 d 
r dr   (ar  0 * r )  0
k
(A.54)
dr

Par comparaison on peut titre

p=0 b=0 j=1 a=M2

on peut donc calculer α, β, le rapport entre eux, ω et n :

2 2 2
  
2  p  j 2  0 1 3

1 p 1 0 1
  
2  p  j 2  0 1 3

 1

 2

2 2
  a  M2  M
3 3

(1  p) 2  4b (1  0) 2  4 * 0 1
n  
2 p j 2  0 1 3

La solution de l’équation (A.52) est de la forme suivante :


 1 1

 ( x)  r  c1 I n (r  )  c2 I n (r  ) (A.55)
 

-35-
Annexe A

on remplace α, β,, ω et n par ses valeurs on obtient :

1
 2
3
2
3

 (r )  r c1 I 1 ( Mr )  c2 I  1 ( Mr 2 )
2 2
(A.56)
 3 3
3 3

A.3.2. Exemple 2

d 2 d
x 2
2
 2x  M 2 x  0 (A.57)
dx dx

La forme générale de l’équation de Bessel est :

d  p dy 
 x   (ax j  bx k ) y  0 (A.53)
dx  dx 

L’équation (A57) peut s’écrit sous forme d’équation (A.53) comme suite :

d  2 d 
x  M 2 x  0 (A.58)
dx  dx 

Par identification on peut tire p, b, j et a :

p=2 b=0 j=1 a=M2

on peut donc calculer α, β, le rapport entre eux, ω et n :

2 2
  2
2  p  j 2  2 1

1 p 1 2
   1
2  p  j 2  2 1

 1

 2

   a  2 M 2  2M

(1  p) 2  4b (1  2) 2  4 * 0
n  1
2 p j 2  2 1

La solution de l’équation (A.57) est de la forme suivante :

-36-
Annexe A


 1 1

 ( x)  r  c1 I n (r  )  c2 I n (r  ) (A.59)
 

En remplace α, β,, ω et n par ses valeurs on obtient :

c I (2M 
1

 ( x)  x 2
1 1 x )  c2 I 1 (2M x ) (A.60)

-37-
Annexe B
Annexe B

B. Résolution des équations


B.1. Equation 1

Soit l’équation de température suivante avec c1 et c2 sont des constants arbitraire :

1
 2
3
2
3

 (r )  r 2 c1I 1 ( Mr 2 )  c2 I  ( Mr 2 )
1 (B.1)
 3 3 
3
3

Le calcul de c1 et c2 se fait à partir des conditions aux limites de l’équation(II.62) et (II.63),


le calcul de dérivée est selon les étapes suivante

On fait un changement de variable pour simplifier les calculs

3 1
2 du
u Mr 2 ⇒  Mr 2
3 dr
1 1
 3u  3  3 3
1 1
r 
2
  u 3 avec    
 2 M   2M 

En remplace à l’équation de température on obtient :

1
 
 (u )  u c1 I (u )  c2 I 1 (u )
3
(B.2)

 
1
3 3

La dérivée de  par rapport r est :

d du d  3   d  3 
1 1 1
 u 1 1
c I (u )  c I
2 1 (u )    Mr 2
u c1 I 1 (u )  c2 I 1 (u )  (B.3)
dr dr du   3 
3   du   3 
3  

Le calcul de dérivée de I n (x) est effectué par l’utilisation de relation suivante

d
I n ( x)  n I n (u)  I n1 (u) (B.4)
dx x

L’équation (B.3) devienne alors :

 1 
d  1
1 
2
  1
  3
1
  
 Mr  u 3 c1I 1 (u )  c2 I 1 (u )  u 3 c1I 2 (u )  c2 I 2 (u )  u 3 c1 I 1 (u )  c2 I 1 (u )  (B.5)
2

dr 3  3 3   3 3  u  3 
3 
 

Par simplification on trouve

-38-
Annexe B

d
1
 1 
 Mr 2 u 3 c1 I 2 (u )  c2 I 2 (u )  (B.6)
dr   3 3  

Les équations aux limites fournissent les équations suivantes :

 1 2
3
2
3

r c1 I  2 ( Mr )  c2 I 2 ( Mr 2 )   0
2 2
(B.7)
  3 3 3 3  


1
2
3
2
3

r c1I 1 ( Mr )  c2 I  1 ( Mr 2 )  b
2 2
(B.8)
 3 3 3 
3

On a un système d’équation on peut la résoudre par la méthode des déterminant suivante :

on calcule 1 ,  2 et  comme suite :

2 3
0 I 2 ( Mra 2 )
3 3
1 2 3 2 3 2 3
1   0 * rb 2 I 1 ( Mrb 2 )   b * I 2 ( Mra 2 )   b * I 2 ( Mra 2 ) (B.9)
1 2 3 
3 3 3 3 3 3
b rb 2 I 1 ( Mrb 2 )
 3
3

2 3
I 2 ( Mra 2 ) 0
 3 2 3 1 2 3 2 3
2  1 3   b * I 2 ( Mra
2 )  0 * r 2 I ( Mr 2 )   * I
b 1 b b 2 ( Mra
2) (B.10)
2 3  3 3  3
rb 2 I 1 ( Mrb 2 )  b 3 3 3

3 3

2 3 2 3
I 2 ( Mra 2 ) I 2 ( Mra 2 )
 3 1 2 2 2 2 3 
3 3
3 3 3
 13  rb
2  I ( Mr 2 ) * I ( Mr 2 )  I ( Mr 2 ) * I ( Mr 2 )  (B.11)
1 b 2 a 2 a 1 b
2 3 1 2 3
 3 3 
3 3 3 3 3 3 
rb 2 I 1 ( Mrb 2 ) rb 2 I 1 ( Mrb 2 )

3 3 3 3

Le calcul de c1 et c2 s'effectué de la manière suivante :

2 3
  b * I 2 ( Mra 2 )
 3
c1  1  3
(B.12)
 I ( 2 Mr 2 ) * I ( 2 Mr 2 )  I ( 2 Mr 32 ) * I ( 2 Mr 32 )
3 3
1 b 2 a 2 a 1 b
 3  3 3 3
3 3 3 3

-39-
Annexe B

2 3
 b * I 2 ( Mra 2 )
2  3
Et c2   3
(B.13)
 I ( Mr 2 ) * I ( Mr 2 )  I ( 2 Mr 32 ) * I ( 2 Mr 32 )
2 3 2 3
1 b 2 a 2 a 1 b
 3  3 3 3
3 3 3 3

En remplace dans l’équation (B.1) on trouve :

 2 3 
1
   b * I 2 ( Mr a
2)
3

2 2 
3 2
 (r )  r  3
I 1 ( Mr )
1 2 3 2 3 2 3 2 3  3
 rb 2  I 1 ( Mrb 2 ) * I 2 ( Mra 2 )  I 2 ( Mra 2 ) * I 1 ( Mrb 2 ) 3 
   3 3 
3
3 3
3 3
3  
 2 3 
1
  b * I 2 ( Mra
2)
3

2 2 
 3 2
r  3
I  1 ( Mr )
1 2 3 2 3 2 3 2 3  3 3
 rb 2  I 1 ( Mrb 2 ) * I 2 ( Mra 2 )  I 2 ( Mra 2 ) * I 1 ( Mrb 2 ) 
   3 3 
3
3 3
3 3
3  
(B.14)

Par simplification l’équation (B.14) peur s’ écrit sous la forme :

 2 3 2
3
2 3 2
3 

1
  b * I 2 ( Mra
2 ) * I 1 ( Mr 2
)   b * I 2 ( Mr a
2 ) * I  13
( Mr 2
)

 (r )  r 2  3
3 3
3 
3
3 3  (B.15)
1 2 3 2 3 2 3 2 3  
 rb 2  I 1 ( Mrb 2 ) * I 2 ( Mra 2 )  I 2 ( Mra 2 ) * I 1 ( Mrb 2 ) 
  3 3 
3
3 3
3 3
3  

ou bien :

1
 r 2
 (r )   b   (B.16)
 rb 

 2 3 2
3
2 3 2
3

 2I ( Mra
2 ) * I 1 ( Mr 2
)  I 2 ( Mra
2 ) *I 1 ( Mr 2
) 
3 3  3  3
Avec  3 3 3 3  (B.17)
 2 3 2 3 2 3 2 3

 I 2 ( 3 Mra 2 ) * I 1 ( 3 Mrb 2 )  I  1 ( 3 Mrb 2 ) * I  2 ( 3 Mra 2 ) 
 3 3 3 3 

B.2. Equation 2

Le flux de chaleur est calculé à partir de l’équation suivante :

 d 
q   2 b rk (B.18)
 dr  r rb

-40-
Annexe B

Le calcule de dérivé de  est effectué par l’utilisation de la méthode de changement de


variable en prennent les même variables cité précédemment :

1  2 3
2 ) * I (u )  I
2 3

 I ( Mr ( Mra ) *I 1 (u )
2

d du d d r
1 2 a 1 2
2 3  3 
  Mr 2 b    3 3 3 3

dr dr du du  rb   I ( 2 Mr 2 ) * I ( 2 Mr 2 )  I ( 2 Mr 2 ) * I ( 2 Mr 2 ) 
3 3 3 3

 23 3 a 1
3
3
b

1
3
3
b

2
3
3
a


(B.19)

Après les calculs on trouve :

 2 3 1
2 3 1

 I 2 ( Mra 2 ) * r * I  2 (u )  I  2 ( Mra 2 ) * r *I 2 (u ) 
1 2 2
d
1
1 2 1
3 3
 Mr 2   r 2 b  3 3 3 3  (B.20)
dr  rb   2 3 2 3 2 3 2 3

 I 2 ( 3 Mra 2 ) * I 1 ( 3 Mrb 2 )  I  1 ( 3 Mrb 2 ) * I  2 ( 3 Mra 2 ) 
 3 3 3 3 

Substituant en équation de flux on obtient

 2 3 1
2 3 1

1
 I ( Mr 2 ) * r 2
* I (u )  I ( Mr 2 ) * r 2
*I 2 (ub ) 
1 1 
2 a 2 b 2 a
2 1 3   3
q  2rb b kMrb 2   rb 2 b  3 3 3 3  (B.21)
 rb   2 3 2 3 2 3 2 3

 I 2 ( 3 Mra 2 ) * I 1 ( 3 Mrb 2 )  I  1 ( 3 Mrb 2 ) * I  2 ( 3 Mra 2 ) 
 3 3 3 3 

Par simplification l’équation (B.21) peut s’écrit alors :

1
q  2r b kMrb 2b  (B.22)

I 2 (ua ) * I 2 (ub )  I 2 (ua ) *I 2 (ub )


 
Avec  3 3 3 3
(B.23)
I 2 (ua ) * I 1 (ub )  I 1 (ub ) * I 2 (ua )
 
3 3 3 3

B.3. Equation 3

L’équation de rendement est :

2rb 
 (B.24)
m(ra2  rb2 )

L’équation (B.24) peut se réduit en autre forme

-41-
Annexe B

ra
En calcule la surface Ap : Avec   :
rb

 rb b  r 
ra ra a r
dr 1
Ap   2 f 2 (r )dr   2 dr  rb b   rb b ln  a   rb b ln ( B.25)
rb rb 
2r  rb
r  rb  

D’après l’équation (B.25) on trouve que

Ap
 b (B.26)
1
rb ln

Calculant m et M par remplacement de  b par sa formule on obtient :

1
 1 2
 2hrb ln 
2h 2h  
m2  ⇒ m  ( B.27)
k  b k  kAp 
 
 

1 1
 1 2  1 2
 2hrb ln   2h ln 
m 1  
Et M 1  1    (B.28)
   kAp 
rb 2 rb 2  kAp   
   

Substituant les équations (B.27) et (B.28) à l’équation de rendement on trouve :

2rb 2rb 2rb


 
m(ra2  rb2 ) 1 1 1 1
 2hrb  2
 1 2 2  2hrb  2
 1 2
   ln  (ra  rb2 )    ln  (ra  rb )(ra  rb )
 kA     kA   
 p   p 

1
1 1 rb 2
1 1
2rb 2 rb 2 ( 1  ) 1 1
2rb ( ra  rb )
2 2
ra 2  ( 1a   )
2 2
 1
 1
 1
 1 2  1 2  1 2
  ln  ( ra  rb )   ln  ra ( ra  rb )   ln  ( 1   )
     

 
 
1  4(1a   ) 
 ((B.29)
  1  
  ln (1   ) 
2

   
-42-
Annexe B

1
 2hrb  2
3
Avec   (ra  rb ) 2  (B.30)
 kA 
 p 

En calcul Ra en fonction de  et  on obtient:

1
 1 2
 2h ln 
1 1 1 3
2
 ra 2 
2    2 r 2  2h 2  1 2 2  1 2 ra 2
3 3 3
Ra  Mra   ln    ln 
a       
2
3 3  kAp  3  kAp  3   3

  (ra  rb ) 2
 

1
2  1 2 1
Ra   ln  (B.31)
3   3
(1   ) 2

En calcul Rb en fonction de  et  on obtient:

1
 1 2
 2h ln 
1 1 1 3
  2h  2  1  2 2  1  2 r
 rb 2    r 2
2 3 2 3 2 3
  ln    ln 
2
Rb  Mrb 2    
b
3  kAp    
b 
3 3  kAp  3   3

  ( r  r ) 2
 
a b

1
2  1 2 
Rb   ln  (B.32)
3   3
(1   ) 2

En remplaçant les équations (B.) et (B.) dans l'équation (B.) on obtient :

1
 2
 
  4( 1a   ) 
 (B.33)
  1  2
  ln  ( 1   ) 
  

I 2 ( Ra )* I 2 ( Rb )  I 2 ( Ra )* I 2( Rb )
 
Ou  3 3 3 3
(B.34)
I 1 ( Rb )* I 2 ( Ra )  I 2 ( Ra )* I 1 ( Rb )
 
3 3 3 3

-43-
Annexe B

B.4. Equation 4

Soit l'équation de la température :


1
 b  2 I (2M x )
 (r )   b   1 (B.35)
 x  I1 (2M b )
On veut de calculer le flux à partir de l'équation suivante :
   x  d 
2

q   k    (B.36)
  2 b  dr  r r
b

Pour cette raison on fait le changement de variable suivant


u  2M x ⇒ ub  2 M b

On calcule la dérivée de  en fonction de u on trouve


du 2M 2M 2
 
dx 2 x u

d du d 2M 2 d
 
dx dx du u du

d 2M 2 d   2M  I1 (u )  2M
2
 b d  I1 (u ) 
  b    
dx u du   u  I1 (ub )  u I1 (ub ) du  u 

d 2M 2  b  I1 ( u ) 1  I1 ( u ) I 2 ( u ) 
     
dx u I1 ( ub )  u 2 u u u 

d 2M 2  2M   I 2 (u ) 
 b  2   (B.37)
dx u  u   I1 (ub ) 
La dérivée est calculée à partir de l'équation suivante :
d
I n ( x)  n I n (u)  I n1 (u) (B.38)
dx x
L'équation (B.36) devient :

 2 kM 3 b b  I 2 ( ub ) 
q   (B.39)
ub2  I1 ( ub ) 
ou bien :

 2 kM b  I 2 (2M b ) 
q   (B.40)
4 b  I1 (2 M b ) 

-44-
Résumé
Ce travail est pour objectif de trouver des profils de température et du rendement pour
quelques formes des ailettes, les profils géométriques choisisses sont plane de profil
rectangulaire et concave parabolique, l’ailette radiale de profil hyperbolique et l’ailette
épingle de profil conique. Les courbes des températures obtenues sont de même forme pour
les ailettes plane et épingle et différent que celle des ailettes radiales ; les courbes du
rendement obtenues sont tous de même formes.

Mots clés : ailette, épingle, profil, rendement, radiale, température.

‫مهخص‬

‫إن انهذف مه هزي انذساست هى تحذيذ بعض انمىحىياث انخاصت بذسجت انحشاسة و انمشدوديت ألشكال صعاوف حشاسيت‬
‫ انضعاوف انقطشيت راث انشكم انمحذب و‬,‫ األشكال انمذسوست هي انضعاوف راث انىمط انمستطيهي و انىمط انمقعش‬,‫مختهفت‬
‫ مىحىياث دسجت انحشاسة انمحصم عهبها تقشيبا نها وفس انشكم بانىسبت نهضعاوف‬.‫انضعاوف اإلبشيت راث انىمط انمخشوطي‬
‫انطىنيت واالبشيت وبشكم مختهف عه انضعاوف انقطشيت ; مىحىياث انمشدوديت تقشيبا نها وفس انشكم بانىسبت نكم انضغاوف‬
.‫انمذسوست‬

.‫ انقطشيت‬,‫ انمشدوديت‬,‫ انحشاسة‬,‫ إبشيت‬,‫ صعاوف‬:‫انكهماث انمفتاحيت‬