Vous êtes sur la page 1sur 116

Mastère de génie civil européen

Cours de géotechnique 1

Introduction
MÉCANIQUE DES ROCHES

Jean-Pierre Magnan
Laboratoire Central des Ponts et Chaussées
Sommaire

• Introduction : roches et sols


• Minéraux – Roches – Massifs rocheux
• Panorama des problèmes de mécanique des roches
• Comportement mécanique des roches
• Description et comportement des massifs rocheux
INTRODUCTION
• Sols et roches : un passage continu
Milieu continental Milieu marin
Evolution pédologique
Désagrégation mécanique Transport
Altération chimique en solution et
sédimentation
Glissements
Transport et
Transport par gravité sédimentation
Transport par les eaux courantes de particules

Sédimentation en eau douce


Roches
Sédiments
Diagénèse Argile

Roches sédimentaires
Schistes
Granite Migmatique
Métamorphisme Micaschistes
Gneiss
Volcanisme Orogénèse Roches métamorphiques
-10km
Apports magmatiques
Propriétés indicatives des principaux types de sols et roches

Matériau Densité Densité Portance Déformations Perméabilité


sèche saturée (MPa) (sous 100kPa) en labo (m/s)
Tourbe 0,4 1,2 0,05 40% 10-5
Argile molle 1,3 1,6 0,1 15% 10-9
Argile raide 1,8 2,1 0,3 0,7% 10-11
Sable lâche 1,5 1,95 0,2 2% 10-4
Sable dense 1,8 2,1 0,4 0,1% 10-5
Basalte 2,8-2,9 1000 1-3.10-6 10-14
Craie 1,5-1,6 1,9 50-500 14-25.10-6 10-9
Calcaire dur 2,7 250-1000 1-4.10-6 10-5 -10-15
Grès 2,2-2,5 300-1000 3-7.10-6 10-5 -10-10
Marbre 2,75 300 2.10-6
Schistes 2,5 250 10-10 -10-15
3-7.10-6
Granite sain 2,65 1000
0,8-1,2.10-6 10-9 -10-13
Béton 2,4-2,5 150-400 10.10-6 10-13 -10-15
Acier 7,8 2000-3500 0,5.10-6 -
Correspondances entre sols et roches
• Sols – roches sédimentaires
– Tourbe – lignite – charbon
– Argile - pélite
– Sable – grès
– Cailloux et blocs - conglomérats
• Roches d’origine chimique
– Résidus d’altération : argile, latérite, bauxite
– Précipitation de sels dissous : calcaire, dolomie, phosphate
– Floculation de colloïdes : roches ferriques, siliceuses
– Évaporation : roches salines
• Roches métamorphiques
• Roches magmatiques
Minéraux – roches – massifs rocheux
• Minéraux majeurs
– Silicates (SiO2+)
– Carbonates (CO3+Ca,MG,Fe)
– Sels divers (SO4,PO4,Cl,F,S)
– Oxydes
• Problèmes possibles
– Solubilité
– Instabilité
– Production d’acide sulfurique
– Faible résistance mécanique
– Gonflement
– Réaction avec le ciment
Quelques exemples de roches et de
massifs rocheux

1. Roches carbonatées
2. Roches magmatiques
3. Roches volcaniques
4. Roches métamorphiques
5. Roches détritiques consolidées
Les roches carbonatées : calcaires et dolomies
Les calcaires et les dolomies sont des roches sédimentaires fragiles, souvent très
fracturées. Elles sont constituées de bancs d’épaisseurs diverses, souvent séparés par
des couches de marne ou d’argile. Les calcaires purs sont très sensibles aux
phénomènes de karstification.

Calcaires en bancs massifs > 100m

Calcaires en bancs
métriques Calcaires en petits
bancs
Les roches carbonatées
Les conduits ou cavités
karstiques peuvent être
vides ou colmatés.
La roche peut se révéler très hétérogène avec
successions de cavités vides ou colmatées
d'argile, de brèches argileuses le long des plans
de fractures, avec le risque supplémentaire de
venues d'eau

boyau karstique
Plis dans la vallée du Buech
Gorges du Verdon
Gorges du Verdon – Entaille de la rivière dans
un massif stratifié – Continuité des pentes
Massif calcaire fracturé
Pont de Mirabeau – Vue de face
Calcaires et marnes plus ou moins argileuses
Les roches magmatiques : le granite
• Roche magmatique la plus commune à la surface de la terre.
• Roche massive, isotrope par constitution ou faiblement anisotrope.
• Le granite
Souvent d'énormes surfaces sur de très grandes épaisseurs.
• Anisotropie structurale due à la fracturation : contemporaine du
refroidissement, mais surtout d'origine tectonique.
• Altération : sensible au voisinage de la surface ou des grandes failles.

Macrophotographie - Granite gris breton (Carrière de Lanhélin)


Mica noir
(biotite)

Quartz

feldspath
Massif granitique fracturé
L’altération du granite
De gauche à droite, différents stades de l’altération du granite.

granite sain parcouru granite « pourri », en voie arène granitique


de diaclases fines de désagrégation, aux d’où émergent
délimitant des blocs diaclases élargies et aux quelques boules de
anguleux surfaces molles, granite
Les roches volcaniques
• Grain beaucoup plus fin que celui du granite.
• Moins sensibles à l’altération.
• Roches extrêmement dures, en général.
• Les roches volcaniques sont souvent riches en discontinuités : fissures de
refroidissement, coulées séparées souvent par des scories et des paléosols,
diaclases, failles et joints divers dus à la tectonique, intrusions de magma
(dykes et sills).

Gabbro d’Afrique du Sud Andésite de Volvic (lame mince)


Orgues ou colonnes prismatiques Coulées de basalte, avec
de basalte scories et paléosols

Les roches volcaniques

Basalte du Puy de Dôme (lame mince)


Île de la Réunion – Un volcan émergé il y a 2 millions d’années

La Soufrière
Le Piton des Neiges

Route des
Tamarins

Saint-Denis
Le Port
Falaises de la RN1

La structure interne d’un massif volcanique


RN1 – La Réunion inaugurée en 1976
Influence de la formation du massif

Coulées massives Empilement de coulées


métriques
Île de la Réunion – Route des Tamarins – Déblai 1
Île de la Réunion – Route des Tamarins – Déblai 2
Île de la Réunion – Route des Tamarins – Déblai 2
Île de la Réunion – Route des Tamarins – Déblai 2
Les roches métamorphiques
• Les gneiss, en dehors d'une anisotropie de constitution plus forte que dans
le cas des granites, présentent à peu près les mêmes propriétés.
• Dans les micaschistes, le clivage schisteux facilite l'altération en fonction de
son orientation par rapport à la surface topographique. L'altération argileuse
est plus fréquente le long des plans de discontinuité.
Massif gneissique
Les roches métamorphiques
Schiste

Gneiss
Calcschiste de Mont Cenis (tunnel du Fréjus - Savoie)

Lits de calcite (clairs)

Lits de micas et argiles (sombres)

Photo de lame mince


Calcschiste de Mont Cenis (tunnel du Fréjus - Savoie)

Le litage alterné de calcite et de micas détermine un plan de faible


cisaillement et une forte anisotropie du comportement de la roche
Schistes en cours d’altération
Les roches détritiques consolidées
• Les roches détritiques comprennent : des roches finement détritiques (grès
divers) et des roches grossièrement détritiques (conglomérats et brèches).
• Les roches grossièrement détritiques, conglomérats ou brèches, bien
cimentées, présentent surtout des difficultés dues à l'hétérogénéité de leurs
constituants, dans ce cas on note une forte anisotropie de constitution du
matériau : blocs de calcaires, de dolomies, de granite, de quartzite dans une
matrice.

Grès Poudingue

Brèche de Valfleury (42)


Grès, schistes et charbon Quartzites précambriens

Pélites rouges permiennes Lit de conglomérats


Panorama des problèmes de mécanique
des roches

Talus rocheux des bords de routes


Falaises
Fondations sur massifs rocheux
Barrages
Ouvrages souterrains (tunnels, carrières)
Grands glissements/éboulements rocheux
Évolution des matériaux rocheux
Glissement banc sur banc
Orientation favorable des bancs
Chutes de pierres
Chutes de pierres : protection par filets (grillage)
Bonifacio (Corse)
Stabilité de falaises
Stabilité de falaises
Stabilité de falaises
Stabilité de falaises
Fondations de ponts sur massifs rocheux
Barrage de Malpasset Rupture 2-12-1959 50Mm3 eau Vague 40m 423morts
Barrage de Malpasset (Fréjus)

Schistes cristallins diaclasés


Galeries souterraines
Tunnel de Vierzy
Carrières souterraines : fontis
Carrière de l’Hautil
Carrières complexes
Les grands mouvements de terrain rocheux

• Pentes instables
• Glissements dans des barrages ou des vallées
Barrage du Vaïont (Piave, Italie) 1956 – 1959 – 9/10/1963
Glissement de 260 Mm3 dans le lac – Deux vagues de 25m de haut
La ville de Longarone avant et après
Le barrage du Vaïont dans son
état actuel
Glissement de Val Pola, Valpeline, Italie (27-7-1987) 30-40Mm3
Avant Après

1200m

300m
Glissement de La Clapière (vallée de la Tinée) 500m Mouvement de 100m
Structure schématique
RN1 – La Réunion

• Éboulement près de
Saint-Denis en 1980
• Falaise de 200m de
hauteur
• Chutes de blocs
Glissement de mars 2006
Altération des roches
Altération des roches
Comportement mécanique des roches
• Appareils d’essais en laboratoire
– Essais de compression simple
– Essais triaxiaux à haute pression
– Essai brésilien
– Essai Franklin
– Essai de fragmentation dynamique
– Essai d’altération
Comportement mécanique des roches
• Appareils d’essais en laboratoire
– Essais de compression simple
– Essais triaxiaux à haute pression
– Essai brésilien
– Essai Franklin
– Essai de fragmentation dynamique
– Essai d’altération
Comportement mécanique des roches
• Importance de la fissuration dans la déformation de la
roche intacte
Comportement mécanique des roches
• Effet du confinement latéral sur le comportement
Comportement mécanique des roches
• Effet du confinement latéral
Comportement mécanique des roches
• Anisotropie (déformations, résistance)
Comportement mécanique des roches
• Effet de la température
Description et comportement
des massifs rocheux

• Introduction : les massifs rocheux fracturés


• Description des discontinuités
• Comportement mécanique des discontinuités
• Stabilité des massifs rocheux
Introduction
• Les discontinuités des massifs rocheux peuvent être très
denses ou au contraire plus espacées.
Exemples :
Quelles conséquences ?

1. S’il y a beaucoup de
discontinuités : le
comportement du
massif tend vers celui
d’un sable. Exemple :
une pyramide d’Égypte
Quelles conséquences ?

2. S’il y a très peu de


discontinuités : le
comportement du
massif tend vers
celui d’un milieu
continu.
Exemple : Barre
rocheuse au bord
de l’Elbe
Dans un milieu formé de gros blocs
• Il faut définir les blocs séparément et analyser leur empilement
(mécanique des solides)
• Exemples :
Mycène,
Sardaigne
Le comportement d’un massif rocheux dépend
donc de

• la répartition spatiale des discontinuités (orientation et position


par rapport aux surfaces libres),
• la nature et l’état de la roche (résistance et déformabilité
actuelles et futures),
• la nature et le remplissage des discontinuités.
Les massifs rocheux fracturés
• Discontinuités souvent régulières, à décrire
(suite 1)
Des fractures à différentes échelles

Failles de décrochement Lac de


Neuchâtel

Axes des plis


Lac Léman

Rhône
La région de Millau (Géoportail)
Analyse structurale de la région de Millau

La Dourbie

Millau

La Cavalerie

Le Tarn

Le Cernon

Image Spot
(suite 2)
Moyenne échelle

Petite échelle
Classification des discontinuités
• Joints de stratification des roches sédimentaires
• Surfaces de discontinuité d’origine tectonique
– Déformations cassantes (failles)
– Déformations ductiles (plissements)
– Déformations dans la masse (schistosité)

Failles : rejet latéral ou vertical (m – km)


Diaclases : sans rejet (métriques)

• Joints de refroidissement
• Schistosité
Description des discontinuités
A. Techniques de reconnaissance
• Cartes géologiques, photos aériennes
• Relevés de surface

• Sondages carottés
15 8 9 12 6 2 23 8 8 16 11 2 14 22 6 3 16 19 26 4 17 26 4 21 7 7 23 8 21 8 28 24 7 8 31

L=5m

• Diagraphies et géophysique
Analyse de la fracturation des carottes
Description des discontinuités (2)
• Orientation des plans de discontinuité en surface
Direction
du Nord (H) Ligne
horizontale
Angle du plan
α
(H) Ligne horizontale
NORD
du plan
Angle α1

p Vecteur pendage
n
Plan horizontal
n Vecteur normal

Haut z
p

n Vecteur normal

Angle β2
Azimut et pendage Angle β1

p Vecteur pendage
Description des discontinuités (3)
Projection stéréographique
Ω'
Plan horizontal
α = 90 degrés

Nord
(C)
β
Vecteur de c b A
pendage
d B

D e
f
g
Plan équatorial (E) h
Plan horizontal
I
α=270 degrés E H
G
F
Nord
Vecteur de β Plan (P)
pendage

Projection de l’hémisphère inférieur


Description des discontinuités (4)
Projection stéréographique (2)

Ω' Ω'

(C) (C)

A E A E

P α p
N S N S
β

A’ O A’
O

Pôle P

Ω Ω

Trace du cercle Pôle


Description des discontinuités (5)
Projection stéréographique (3) : canevas de Wulff
N

Parallèle (latitude)

O E

Méridien (longitude)

S
Description des discontinuités (6)
Projection stéréographique (4) : canevas de Wulff - Exemple

Azimut α : N20°

Plan P1 Plan P2
β = 30 degrés N
β = 50 degrés
A

Pendage 50 °
Pendage 30 ° O E

B
S

Azimut α : N150°
Description des discontinuités (7)
Projection stéréographique (5) : canevas de Schmidt

Pôle
Comportement mécanique des discontinuités

Nombreux facteurs
• Géométrie des surfaces en contact (rugosité, irrégularités)
• Nature des roches et degré d’altération
• Épaisseur et nature du matériau de remplissage
• Niveau des contraintes normales
• Présence d’eau (discontinuité ou remplissage)
• Amplitude du mouvement tangentiel
• Mouvements antérieurs éventuels
• Orientation du cisaillement
Comportement mécanique des discontinuités

• Irrégularités des surfaces en contact


Comportement mécanique des discontinuités

• Autre exemple : face d’un bloc de granite


Comportement mécanique des discontinuités
Essais de cisaillement dans le plan de la discontinuité

Pic

Contrainte de cisaillement τ –
déplacement δl

Résiduel

Déplacement normal δh -
déplacement δl Dilatance

Pic
Critère de rupture (plan σ - τ)

Résiduel
Comportement mécanique des discontinuités
Critère de rupture (Coulomb)

ϕr
τ
τ = c + σ tan ϕr

ϕr + ψ τ = σ tan ϕr
Loi de Coulomb
ϕr
0 σ
Stabilité des massifs rocheux
Équilibres de blocs 2D ou 3D

eau

poids

eau
Stabilité des massifs rocheux

• Bloc 3D
Stabilité des massifs rocheux
Exemple 1 : fondation calculée avec UDEC
Stabilité des massifs rocheux
Ancrages passifs et précontraints

Ancrage passif (barre ou Ancrage précontraint –


boulon) – effort tranchant effort normal / frottement
Stabilité des massifs rocheux
Exemple 2 : fondations du viaduc des Pox et de Rome (A89)
Caractéristiques mécaniques des massifs

• Comment passer de l’échantillon au massif ?


• Méthode utilisée
– le RMR
– les corrélations
Caractéristiques des massifs (d’après Bieniawski)
Valeurs des modules
En guise de conclusion

• Les problèmes de géotechnique doivent d’abord être compris


avant d’être modélisés et résolus ou évités.

• Le cours : apprentissage multiforme de connaissances sur la


nature et le comportement des sols et des roches, mais aussi
sur les méthodes de calcul et sur la réalités des problèmes
géotechniques du génie civil et de l’environnement.
Séchilienne
Séchilienne
Séchilienne
Séchilienne
Séchilienne