Vous êtes sur la page 1sur 547

Une explication des expressions utilisées par cette

communauté [soufie] et de leurs difficultés Il est bien connu


que chaque groupe d'érudits a ses propres termes qu'il emploie
en lui-même. Ces termes sont propres à chaque groupe, qui
les a acceptés pour ses objectifs, à savoir (1) rapprocher ces
termes de la compréhension de ceux à qui ils s'adressent, et (2)
en les articulant, pour aider le peuple de cet art pour mieux
comprendre leur signification. Les gens de cette communauté
utilisent ces termes entre eux dans le but de dévoiler leur
signification les uns aux autres, de parvenir à la concision et
de les dissimuler à ceux qui sont en désaccord avec leur
méthode, afin que le sens de leurs mots soit caché aux
étrangers. Ils l'ont fait pour protéger leurs mystères de la
propagation parmi ceux à qui ils n'appartiennent pas. Car
leurs réalités ne peuvent être assemblées par l'effort personnel
ou acquises par une action délibérée. Ils ne sont que des
significations [subtiles] que Dieu dépose directement dans le
cœur de [son] peuple, [après qu'Il] a préparé leur moi le plus
profond pour [la réception de] ces réalités. Par cette
explication, nous entendons faciliter la compréhension de la
signification de ces termes par ceux qui veulent suivre leur
chemin [soufi] et leur coutume. Le moment [mystique] [waqt]
Selon ceux qui ont pleinement réalisé le vrai sens des choses,
«le moment est un événement attendu dont l'occurrence
dépend d'un événement réel. [En d'autres termes,] l'événement
réel est un moment pour l'événement attendu. Quand vous
dites: "Je viendrai au début du mois", [votre acte de] venir est
attendu, alors que le début du mois est réel. Ainsi, le début du
mois est le moment de [votre] venue. J'ai entendu que le
maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - a dit;
"Le moment est ce que vous êtes [maintenant] .Si vous êtes
dans ce monde, alors votre moment est ce monde.Si vous êtes
dans l'au-delà, alors votre moment est l'au-delà.Si vous êtes
dans la joie, alors votre moment est joie, si vous êtes dans la
tristesse, alors votre moment est le chagrin. " Par là, il voulait
dire qu'un moment est un état qui domine une personne.
Parfois au moment on veut dire le temps dans lequel on se
trouve. D'autres disent que le moment est quelque chose qui
hésite entre deux fois - c'est-à-dire le passé et le futur. Les
Soufis disent; "Le soufi est le fils de son moment." Ils
signifient qu'il s'engage dans le culte le plus approprié à sa
situation actuelle et accomplit ce qui est exigé de lui en ce
moment. On dit que le pauvre ne se soucie pas de son passé
ou de son avenir. Tout ce qui compte pour lui, c'est le
moment où il est maintenant. Par conséquent, ils disent:
"Quiconque se préoccupe de l'instant passé, perd un autre
moment." Parfois, au moment où les Soufis veulent dire
l'accomplissement de la volonté de Dieu à leur égard, quand
ils ne peuvent choisir aucune action pour eux-mêmes [de leur
libre arbitre]. Ils disent: "Quelqu'un est sous le
commandement du moment", signifiant qu'il s'est soumis au
fonctionnement de l'invisible, n'exerçant aucun choix libre de
son propre. Ceci s'applique seulement aux choses qui ne sont
pas imposées aux croyants par Dieu ou qu'Il exige d'eux en
accord avec la Loi Divine. Car quand vous négligez un
commandement divin, ou abandonnez ce qui vous est prescrit
par [Dieu], ou ne faites pas attention à vos insuffisances [en
vous conformant à la volonté de Dieu], alors vous vous êtes
simplement écarté de votre religion. Ils disent: «Le moment
est une épée», signifiant que de la même manière que l'épée
coupe [à travers les choses], le moment est l'accomplissement
[inévitable] de ce que Dieu a déterminé et réalisé. On dit aussi
que l'épée est douce au toucher, mais son tranchant coupe.
Celui qui le traite doucement survit, tandis que celui qui le
résiste sera détruit. La même chose est vraie du moment.
Quiconque s'abandonne à son commandement survit, et
quiconque résiste est jeté et tombe sur son visage. Ils récitent
le verset suivant à ce sujet: Comme si c'était une épée, quand
vous la traitez doucement, elle est douce à votre contact,
tandis que ses bords sont durs, quand vous la traitez durement.
Si quelqu'un est assisté par le moment, alors ce moment
devient [son] moment, mais si on est en désaccord avec le
moment, alors ce moment devient [son] affliction. J'ai
entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq dire: "Le moment est
comme un fichier: il vous broie, mais il ne vous efface pas
complètement." Il voulait dire ceci: s'il vous efface et vous
anéantit, vous seriez sauvé au moment même où vous vous
êtes anéanti [de vous-même]. Cependant, cela ne prend qu'une
partie de vous, sans vous effacer complètement. A cet effet, il
a récité le verset suivant: Chaque jour qui passe prend une
partie de moi Il donne des regrets sur mon cœur, puis s'en va.
Il a également récité: Comme avec les habitants de l'enfer;
quand leur peau a été complètement brûlée, de nouvelles
peaux leur sont données pour renouveler leurs tourments. Et à
un effet similaire; Mort il n'est pas, qui, dans sa mort, a trouvé
le repos. Mais il est mort, mort parmi les vivants. Intelligent
est celui qui est passé sous le commandement de son moment.
Si son moment est la sobriété, il suit de près la loi divine;
mais si son moment est l'annihilation [en Dieu], il vient sous le
commandement de la Vraie Réalité. La station [mystique]
(maqam) "La station est la bonne conduite que le serviteur de
Dieu réalise après qu'il y est entré, il peut y arriver par ses
propres actions, en accomplissant ses besoins par un effort
[concerté] et par soi-même. - La position d'une personne est là
où il se situe en termes de tout cela ainsi qu'en termes d'actes
d'autodiscipline qu'il pratique pour l'obtenir. ne peut pas
avancer d'une station à l'autre à moins que vous ayez rempli
les exigences de l'ancien. [Par exemple,] si vous n'avez pas
maîtrisé [la station de] contentement {qana a) vous ne pouvez
pas atteindre la vraie confiance en Dieu (tawakkul) Si tu n'as
pas maîtrisé la confiance en Dieu, alors tu ne peux pas mériter
la vraie soumission [à la volonté divine] De même, celui qui
n'a pas maîtrisé la repentance (tawbd) ne peut pas obtenir [ la
station de] se tourner vers [Dieu] dans la repentance {inabd) \
celui qui n'a pas maîtrisé [le sta Le discernement scrupuleux
[entre le licite et l'illicite] {wara) n'est pas prêt pour [la station
de] renonciation [de ce monde]. Pour [le mot] muqam, cela
signifie [l'acte d '] «être placé» de la même manière que le mot
mudkhal («entrée») peut signifier l'acte d'être entré ou le mot
mukhraj («sortie») car on ne peut entrer dans une station que
si l'on témoigne de Dieu - le Très Haut - en le plaçant dans
cette station, et alors seulement on peut construire sa relation
sur une base solide. Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dis:
"Quand al-Wasiti" est arrivé à Nishapur, il a demandé aux
disciples d'Abu Uthman [al-Hiri] "'; «Qu'est-ce que votre
maître vous a ordonné de faire habituellement? Ils répondirent:
«Il nous commandait de pratiquer des actes d'obéissance
[envers Dieu], tout en gardant en vue nos défauts [en les
exécutant]. Al-Wasiti a répondu: "Alors il ne vous a enseigné
que du zoroastrisme pur [al-majusiyya al-mahdd]} Il aurait dû
vous ordonner de les oublier" et de contempler celui qui est
leur véritable créateur et interprète! " En disant cela, al-Wasiti
voulait seulement les mettre en garde contre la suffisance de
soi, ne pas les pousser vers la voie de la négligence ou leur
donner le droit de transgresser l'une ou l'autre des bonnes
manières. l'état mystique est quelque chose qui descend sur les
cœurs [des mystiques] indépendamment de leurs intentions, de
leurs [tentatives de] l'attirer, ou de leur [désir de] le gagner, ce
qui peut être [les états] de joie, de chagrin, d'expansion, la
contraction, le désir passionné, le chagrin, la révérence, le
besoin, les états sont des dons, tandis que les stations sont des
gains: les États viennent sans demander, tandis que les stations
sont acquises à la sueur du front. alors que le possesseur d'un
état peut être enlevé de son état [à tout moment] Quelqu'un a
demandé à Dhu H-Nun al-Misri au sujet du gnostique [divin]
Il a répondu: "Il était ici [il y a un moment], mais à gauche.
"Un maître soufi a dit:" Les états sont comme des éclairs. S'ils
persistent, ils ne font que se tromper eux-mêmes. "Les Soufis
disent:" Les États sont comme leur nom "- c'est-à-dire qu'ils ne
descendent sur le cœur que pour le quitter instantanément: ils
récitent les lignes poétiques suivantes: ] ne changeaient pas
constamment, il ne serait pas nommé hal.Tout ce qui change,
passe Regarde l'ombre: dès qu'elle a atteint sa pleine taille Et
devient longue, elle commence à décliner! Certains soufis ont
souligné que les états peuvent Ils disent que les états qui ne
durent pas et qui continuent ne sont que des éclairs de lumière
{lawa? ih) et des apparences inattendues {bawadih) Ceux qui
les expérimentent ne sont pas encore arrivés à de vrais états.
Abou Uthman al-Hiri a dit: "Pendant quarante ans, Dieu ne
m'a pas placé dans un état que je n'aimais pas. Il se référait à
la permanence de [son] contentement », et le contentement est
compté parmi les états Sur cette question il faut dire ceci:
Ceux qui disent que les états perdure sont corrects Une
certaine expérience peut devenir la part personnelle d'un
homme dans La personne qui a un état durable a aussi d'autres
états, les "visiteurs de nuit", ils ne persistent pas de la même
manière que les états qui sont devenus une partie de sa
personnalité. "Avec lui, comme les états précédents, il peut
avancer vers de nouveaux états plus subtils et plus subtils que
ceux qui l'ont précédé, et il ne cesse d'avancer de plus en
plus." J'ai entendu dire que le maître Abu Ali al-Daqqaq - que
Dieu ait pitié de lui - a commenté les paroles du Prophète -
que Dieu le bénisse et le salue: "Mon coeur était couvert d'un
voile jusqu'à ce que je demande pardon à Dieu soixante-dix
fois par jour." "Le Prophète - que Dieu le bénisse et le salue -
avance constamment dans ses états. Chaque fois qu'il passait
d'un état inférieur à un état plus élevé, il prenait note de celui
qu'il venait de quitter et considérait cet état comme un voile
par rapport à celui dans lequel il se trouvait maintenant. Ses
états devenaient de plus en plus intenses. "Les faveurs que
Dieu - qu'Il soit béni - a prédéterminé [car Ses créatures] sont
infinies. Puisque la Vraie Réalité de Dieu - Très Haut - est
[suprême] majesté et donc on ne peut jamais Le serviteur de
Dieu doit constamment progresser dans ses états: chaque fois
qu'il a atteint une expérience, Dieu, qu'il soit béni, a déjà
déterminé qu'il y en a un supérieur et qu'il est tenu de
l'atteindre. C'est dans ce sens que l'on devrait comprendre leur
parole [soufie]: "Les bonnes actions des justes sont les
mauvaises actions de ceux qui sont approchés de Dieu."
"Quand quelqu'un a demandé à al-Junayd à ce sujet ], il a
récité ce qui suit: Des éclairs de lumière qui brillent, quand ils
apparaissent, révèlent le secret et annoncent l'unification [avec
le Divin]. Contraction (qabd) et expansion (bast) Ces deux
états viennent après que le serviteur a avancé au-dessus de
l'état de peur et d'espoir. Car la contraction gnostique divine
est la même que l'état de peur pour le débutant. [De même,]
pour l'expansion gnostique est la même que l'état d'espoir est
pour le débutant. La différence entre la contraction et la peur,
d'une part, et entre l'expansion et l'espoir de l'autre, est celle-ci;
La peur est quand quelqu'un craint quelque chose dans le futur
- par exemple, la perte de quelque chose d'agréable ou la
survenance de quelque chose de dangereux. De même,
l'espoir est quand on s'attend à ce que quelque chose de
plaisant se produise dans l'avenir, ou que l'on anticipe que
quelque chose de désagréable s'en ira ou que quelque chose de
non désiré arrivera à sa fin. Quant à la contraction et à
l'expansion, elles proviennent de quelque chose qui est déjà là.
Quand quelqu'un craint ou espère, son cœur dans ces deux
états est attaché à l'avenir. Le moment de la personne dans
l'état de contraction ou d'expansion est déterminé par
l'expérience qui le domine dans son présent immédiat. Les
caractéristiques des [Soufis] dans la contraction et l'expansion
diffèrent dans la mesure où ils diffèrent dans leurs états. Une
expérience peut provoquer une contraction qui laisse de la
place à son possesseur pour d'autres choses puisqu'il ne l'a pas
perfectionné. En même temps, chez une autre personne, cela
ne peut laisser d'autre place que cette expérience, parce qu'elle
le consume entièrement. Un Sufi a dit [à propos de cette
expérience]: "Je suis plein à craquer!" - c'est-à-dire qu'il n'y a
aucune place en moi [pour toute autre chose]. La même chose
est vraie pour une personne en état d'expansion. Il peut
expérimenter une expansion qui englobe [au moins] certaines
créatures et ne l'éloigne pas de la plupart des choses. En
même temps, on peut s'étendre au point de ne pas être affecté
par quoi que ce soit dans n'importe quelle condition. J'ai
entendu dire que Shaykh Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait
pitié de lui - a dit: "Un soufi est entré dans la maison d'Abou
Bakr al-Qahtabi, ce dernier avait un fils qui pratiquait des
passe-temps communs parmi les jeunes. Il arriva que le
visiteur tomba par hasard sur ce fils, tandis que lui et ses amis
étaient préoccupés de leurs folies: le visiteur éprouva une
grande pitié pour Al-Qahtabi et dit: «O pauvre maître, quelle
affliction terrible ce fils doit sois pour lui! Quand le visiteur
est entré dans la chambre d'al-Qahtabi, il l'a vu se comporter
comme s'il n'était pas au courant des divertissements
inconvenants de [son fils], il a été surpris et a dit: "Puis-je être
la rançon de celui qui ne bouge pas? montagnes! Al-Qahtabi a
répondu: 'Nous avons été libérés de l'esclavage des choses [de
ce monde] depuis la pré-éternité!' "La contraction est causée
par une expérience qui descend sur son cœur. Cela peut
impliquer la censure "ou indiquer que l'on est responsable du
châtiment, par conséquent, la contraction pénètre dans le coeur
et elle se contracte.Quand, cependant, une expérience est
causée par la proximité 'ou par [Dieu] se tournant vers la
douceur avec douceur En général, la contraction correspond à
son expansion et à son expansion à la contraction, il peut y
avoir une contraction dont la cause et le motif échappent à la
personne qui l'éprouve. mais il n'en connaît pas la cause, une
telle personne devrait s'abandonner à son état, jusqu'à ce que
son heure soit venue. Car s'il parvient à l'expulser ou tente
d'anticiper son attaque d'avance, sa contraction ne fera
qu'empirer. Cela peut être vu [par Dieu] comme un
comportement inconvenant de sa part Si, d'autre part, il se
soumet complètement à la règle du temps, la contraction va
bientôt s'en aller, car Dieu - puisse-t-Il être béni - dit; " [C'est]
Dieu [qui] saisit et o Utspreads. "L'expansion peut venir
soudainement. Il frappe un homme à l'improviste car il ignore
son motif; ça le secoue et le surprend. Cet homme devrait
essayer de rester calme et d'observer les règles du bon
comportement, car dans un tel moment il est exposé à un
grave danger. Que cet homme se méfie alors de la ruse cachée
de [Dieu]! ** Un des soufis a dit à ce sujet; «La porte de
l'expansion m'était ouverte, mais j'ai glissé et j'ai été voilée de
ma position [mystique] .Certains soufis ont dit à ce sujet:«
Tenez-vous sur les tapis [tendus], mais méfiez-vous de la
familiarité! "Le peuple de la vraie réalisation considère les
états de contraction et d'expansion comme des choses qu'il
faut éviter, parce que par rapport aux états supérieurs, comme
l'anéantissement et la dissolution du serviteur dans la Vraie
Réalité, ils ne sont que pauvreté et besoin J'ai entendu le
Cheikh Abou al-Rahman al-Sulami dire: J'ai entendu al-
Husayn ben Yahya dire: J'ai entendu Ja loin b Muhammad dire:
J'ai entendu al-Junayd dire: "Ma crainte de Dieu me contracte;
mon espérance [pour sa miséricorde] m'élargit; la Vraie
Réalité me fait un [avec Lui]; la Vérité Divine me sépare [de
Lui]. Quand Il me saisit de peur. Il me détache de moi-même;
quand Il me dépasse avec espoir. Il me rend à moi-même;
quand il me fait un par la vraie réalité, il me place en sa
présence; quand il me sépare de la vérité divine, il me rend
témoin d'autres choses et me voile de lui-même. Et dans tout
cela, le Dieu Très-Haut est mon seul moteur, non mon frein;
C'est lui qui m'abandonne, pas celui qui me montre l'intimité.
En sa présence, je goûte la nourriture de mon existence. Oh
qu'il m'ait annulé de moi-même, puis m'a doté d'une [nouvelle]
existence! Oh, qu'il m'a pris de moi-même, puis a insufflé
[une nouvelle] vie en moi! "Awe (hayba) et intimité (uns)
Tous deux sont au-dessus de la contraction et de l'expansion,
de même que la contraction est au-dessus de la peur. ] et
l'expansion est au-dessus de la station de l'espoir [De même,]
la crainte est plus grande que la contraction et l'intimité est
plus parfaite que l'expansion.Le Vrai Reahty de la crainte est
l'absence.Chaque personne égarée est absente [de lui-même].
l'intimité dans la mesure où ils varient en leur absence,
certains d'entre eux [sont plus élevés] que d'autres, l'intimité
exige une véritable sobriété, car chaque [intime] ami est sobre,
ils diffèrent aussi les uns des autres selon leur part personnelle.
C'est pourquoi ils disent: "L'exigence minimale d'intimité est
quand vous jetez quelqu'un dans un feu flamboyant et cela ne
perturbe pas son intimité." Al-Junayd - que Dieu ait pitié de
lui - a dit; "J'avais l'habitude d'entendre al-Sari dire:" Le
serviteur de Dieu atteint un point où il peut être frappé au
visage avec l'épée sans en prendre connaissance. " [Au début],
mon cœur a refusé d'y croire, mais peu à peu il est devenu
clair pour moi que c'était bien le cas. " Il est rapporté qu'Abu
Muqatil al-Aqqi a dit; «Je suis venu chez al-Shibli et je l'ai
trouvé en train d'arracher les poils de ses sourcils avec une
pince à épiler, je lui ai dit:« O mon maître, tu te fais ça, mais
ta douleur me frappe au cœur! Il a répondu: «Malheur à vous,
la vérité s'est montrée à moi et je ne peux pas la supporter, et
la voici, je m'inflige de l'angoisse dans l'espoir que, lorsque je
la sentirai enfin, elle me sera voilée. Je ne ressens aucune
souffrance, alors elle ne me le cache pas et je ne peux plus le
supporter. "" Quand les états de crainte et d'intimité
apparaissent, les gens de la Vérité "" considèrent cela comme
une déficience, parce qu'ils entraînent un changement Les états
spirituels du peuple de la constance sont au-dessus d'un tel
changement, ils sont complètement effacés par leur rencontre
avec l'Essence [Divine], donc ils ne peuvent éprouver ni
crainte ni intimité et n'ont ni connaissance ni sens. est une
histoire célèbre sur Abou Said al-Kharraz, il a raconté: "Une
fois j'ai été perdu dans le désert et j'ai commencé à réciter [les
versets suivants]; J'ai perdu mon chemin et à cause de ma
perte, je ne sais pas qui je suis, sauf ce que les gens disent de
moi et de mes semblables. Je m'élève au-dessus des djinns et
des hommes de cette contrée Et quand je ne peux plus trouver
personne, je m'élève au-dessus de moi-même! Soudain, j'ai
entendu une voix m'adresser la parole; O toi qui vois les
causes comme le sommet de ton être Et qui pardonne dans une
perte méprisable * et dans l'intimité Étiez-vous vraiment l'une
des personnes qui ont trouvé Dieu? Vous seriez absent de tous
les êtres existants aussi bien que de le trône divin et le tabouret.
Vous vous tiendriez en présence de Dieu sans aucun état
mystique et vous seriez protégé [par Dieu] de ne pas
remarquer les hommes et les djinns! "Le serviteur de Dieu
s'élève au-dessus de cet état à travers [l'état de] trouver Dieu.
états de] comportement extatique (tawajud), ravissement
extatique (wa / d), et extatique (wujud) Le comportement
extatique est [une tentative] de stimuler délibérément l'extase
extatique, la personne dans cet état ne connaît pas une extase
complète, car si il le ferait, il serait un extatique [dans le plein
sens de ce mot] La forme verbale tafa uf 'présuppose
habituellement un déploiement [délibéré] d'un certain trait, qui
n'appartient pas à celui qui l'affiche. dit [à propos de ceci], j'ai
délibérément essayé de rétrécir mon œil (takharaztu) bien que
mon oeil ne soit pas étroit par sa nature Alors je ferme les
yeux bien que je ne sois pas borgne. est inapproprié pour celui
qui cherche à le provoquer, car il implique délibérément eff et
l'éloigne ainsi de la vraie réalisation. D'autres [ne sont pas
d'accord] disent que c'est approprié pour les pauvres qui se
sont dépouillés de tout et qui veillent à ce que de telles choses
se produisent. Leur argument repose sur le rapport du
Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - qui dit;
«Pleure, et si tu ne pleures pas, alors [au moins] fais semblant
de pleurer! Dans une histoire célèbre sur Abu Muhammad al-
Jurayri - que Dieu ait pitié de lui - il dit; «J'étais avec Ibn
Masruq et d'autres [soufis] dans la maison d'al-Junayd, parmi
nous il y avait un chanteur, Ibn Masruq s'est levé [pour danser]
et d'autres l'ont suivi, seul al-Junayd est resté à sa place. «O
mon seigneur, que penses-tu des concerts soufis?» Il répondit:
«Tu verras les montagnes que tu supposeras fixer, en passant
par les nuages. «Et toi, Abu Muhammad, que penses-tu des
concerts? J'ai répondu; «Mon seigneur, quand je viens à un
endroit où il y a un concert soufi et [y] voit une personne pour
laquelle j'ai du respect, je me retiens de l'extase. Mais quand
je suis seul, je laisse libre cours à mon extase et je me
comporte extatiquement. "Dans cette histoire, al-Jurayri a
explicitement approuvé le comportement extatique, et Al-
Junayd ne lui a pas objecté. ayez pitié de lui - dites: "Tant qu'il
[al-Jurayri] a observé les bonnes manières [en présence de]
personnes respectables dans son état d'écoute du concert, Dieu
a préservé son moment pour lui, en raison des bénédictions qui
en découlent. d'observer les bonnes manières. Il a alors dit:
«Je me retiens de l'extase, mais quand je suis seul, je laisse
libre cours à mon extase et me comporte extatiquement.
Cependant, on ne peut pas laisser libre cours à l'extase, comme
on le souhaite, après le moment extatique et ses pouvoirs
écrasants ont disparu. Cela signifie que tant qu'il a été sincère
dans son souci de la dignité du maître soufi, Dieu a prolongé
son moment extatique, afin qu'il puisse laisser libre cours à
son extase quand il était seul. "Comportement extatique, selon
la description juste L'extase est le début de l'extase, suivie de
l'extase proprement dite, tandis que pour l'extase, c'est quelque
chose qui rencontre votre cœur et qui descend sur vous sans
intention ni effort de votre part, c'est pourquoi les maîtres
soufis disent: «L'extase est un la rencontre [avec le moment
mystique] et les actes extatiques sont les fruits des prières
[surérogatoires]. Plus on s'engage dans les actes d'adoration,
plus les grâces divines viennent à un de Dieu. "J'ai entendu le
maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dire:"
Les visites divines (waridai) viennent des prières (axprad ). Si
l'on ne s'engage pas dans les prières à l'extérieur, on n'aura
aucune visite divine à l'intérieur. Toute extase qui retient une
partie de celui qui l'expérimente n'est pas une extase. De la
même manière que les actes pieux extérieurs confèrent au
serviteur de Dieu la douceur de l'obéissance, ses expériences
intérieures lui confèrent des moments d'extase. Par
conséquent, la douceur est le fruit des actes pieux, et les
moments extatiques sont les produits des expériences internes.
"Quant à la découverte [de Dieu] (wujud), elle vient après que
l'on s'est élevé au-dessus de l'extase. C'est seulement après que
sa nature humaine soit complètement éteinte, car il n'y a pas
de place pour cela en présence du Maître de la Réalité: Abu H-
Husayn al-Nuri a dit à ce propos: «Depuis vingt ans je suis
resté entre trouver et perdre. Quand j'ai trouvé mon Seigneur,
j'ai perdu mon cœur, et quand j'ai trouvé mon cœur, j'ai perdu
mon Seigneur. "Les mots d'Al-Junayd pointent vers le même
sens:" La connaissance de l'unité de Dieu est différente de Le
trouver est différent de le connaître. »Certains soufis ont récité
le verset suivant à cet effet: Ma découverte [de Dieu] est
quand je suis absent de ma découverte" A cause de la vue qui
m'a été révélée. Ainsi, le comportement extatique est le début;
la conclusion est la fin, et l'extase est entre le commencement
et la fin. J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq dire; «Le
comportement extatique captive le serviteur, l'extase le
consume, et le trouver l'anéantit complètement: c'est comme si
l'on regarde d'abord la mer, puis s'y plonge, puis s'y noie: voici
la suite de cet état: aspiration, arrivée, témoignage. , la
découverte et l'extinction. [L'extinction] est à la mesure de la
découverte de quelqu'un.La personne qui éprouve la
découverte peut avoir deux états: la sobriété et
l'anéantissement, dans l'état de sobriété il subsiste en Dieu,
dans l'état d'annihilation Dieu, ces deux états se suivent
toujours dans l'expérience du mystique: quand il est dépassé
par la sobriété en Dieu, il commence à bouger et à parler par
Dieu. Le Prophète (paix et bénédictions d'Allah soient sur lui)
a dit: "Il (l'homme) entend par moi [Dieu] et voit à travers
moi." »J'ai entendu Shaykh Abou al-Rahman al-Sulami dire:
J'ai entendu Mansour ben Abdallah dire; Un homme est venu à
l'assemblée d'enseignement d'al-Shibli et lui a demandé: «Les
signes de la vraie découverte apparaissent-ils sur ceux qui
l'éprouvent? Il a répondu: «Oui, il y a une lumière qui brille à
travers les lumières de la passion ardente [pour Dieu]. Ces
lumières laissent leurs traces sur le teint des hommes,
conformément aux versets d'Ibn al-Mu tazz '; L'eau coulait
comme une pluie dans la coupe d'un pichet Et des perles
jaillissaient du sol doré Tous les présents chantaient des
louanges à Dieu, quand ils voyaient cette merveille: La
lumière de l'eau dans le feu des raisins Un vin millésimé Ad
avait hérité de [les habitants de] Iram C'était un trésor que les
rois persans transmettaient de père en fils. "" Quelqu'un a dit à
Abu Bakr al-Duqqi que Jahm al-Raqqi était tombé en transe
pendant une mystique Dans son excitation, il a saisi un arbre
et l'a tiré vers le haut par ses racines Plus tard, les deux sont
venus à la même partie Al-Duqqi était aveugle Pendant la fête
Jahm al-Raqqi s'est levé et a commencé à tourbillonner en
raison de la Al-Duqqi a dit: "Quand il s'approche de moi,
donnez-moi un signe!" Al-Duqqi était un homme faible, et
pendant ce temps, al-Raqqi passait près de lui. al-Duqqi "Ici, il
est!" A ce moment-là, al-Duqqi s'est emparé d'Al-Raqqi par la
cheville et l'a arrêté, pour que l'homme ne puisse plus bouger,
Jahm a crié: "O maître, Je me repens, je me repens! "Après
cela [al-Duqqi] le laisse partir. Le maître et l'enseignant [al-
Qushayri] - que Dieu prolonge sa bonté - a dit: "L'excitation
de Jahm était juste, mais quand Al-Duqqi l'a saisi par la
cheville, il avait raison aussi." Quand al-Raqqi a réalisé que al-
Duqqi l'état était plus élevé que le sien, il retournait à la
conduite convenable et se soumettait [à son supérieur] Pour
celui qui a raison, tout est possible. Quant à la personne dans
laquelle l'état d'anéantissement l'emporte, il n'a ni intelligence,
ni compréhension, ni sensation. J'ai entendu Shaykh Abu Abd
al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - dire, sur
l'autorité de ses transmetteurs, qu'Abou Iqal al-Maghribi a
vécu à La Mecque pendant quatre ans sans manger ni boire
jusqu'à sa mort. Un jour, un homme pauvre est venu à Abu
Iqal et a dit: "La paix soit sur vous!" Il répondit: "Et que tu
sois en paix!" L'homme a alors dit: "Je suis untel." Abu Iqal
lui a dit: «Vous êtes untel, comment allez-vous, qu'est-ce qui
vous arrive? Et puis il est tombé dans l'inconscience.
L'homme raconta: "Je lui dirais encore:" Que la paix soit sur
vous! " et Abou Iqal répondait: "Et que la paix soit sur vous!"
comme s'il ne m'avait pas vu. L'homme a dit: "Je l'ai fait
plusieurs fois, après quoi j'ai réalisé que cette personne était
inconsciente, je l'ai alors laissé seul et je suis parti de chez
lui." J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn dire: J'ai entendu
que Umar b. Muhammad b. Ahmad a dit: J'ai entendu la
femme d'Abou Abdallah al-Tarwaghandi dire: "Dans les jours
de famine, quand les gens mouraient de faim, Abu Abdallah
al-Tarwaghandi est entré dans sa maison et y a vu deux manni
de blé. Je meurs de faim alors que j'ai du blé dans ma maison!
En conséquence, il perdit la tête et ne revint à la raison qu'à
l'époque de la prière: il priait la prière obligatoire, puis
retournait à son état mental [désordonné] et restait dans cet
état jusqu'à sa mort. Cette histoire montre que les exigences
de la Loi Divine ont été préservées pour cet homme,
indépendamment de son influence sur les commandements
relatifs à la Vraie Réalité. Ceci est un signe du peuple de la
Vraie Réalité. La raison de son absence de mental le
discernement était sa compassion pour les autres musulmans,
ce qui est le meilleur signe qu'il avait atteint la perfection dans
son état mystique. Unification et séparation (f rq) Les
expressions «unification» et «séparation» sont souvent
mentionnées dans leurs discours [soufis]. Notre maître Abu
Ali al-Daqqaq disait: "La séparation est quelque chose qui
vous est attribué, l'unification, en revanche, est quelque chose
qui vous est enlevé". Il voulait dire que tout ce que le
serviteur de Dieu acquiert au moyen de l'accomplissement des
exigences de sa servitude et au moyen de son statut d'être
humain est la séparation. Quant à l'unification, c'est tout ce
qui vient du Réel, comme l'apparition de nouvelles entités et
l'octroi de la grâce et de la faveur [aux humains]. Ce sont les
exigences minimales pour les états d'unité et de séparation,
parce qu'ils continuent à prendre note de leurs actes. Quand
Dieu - qu'Il soit exalté - permette à une personne de continuer
à prendre connaissance de ses actes d'obéissance et de
désobéissance, cette personne se trouve dans un état de
séparation. Quand, d'un autre côté, Dieu - qu'Il soit béni -
permette à une personne de voir ses propres actions, cette
personne acquiert l'attribut de l'unification. Ainsi,
l'affirmation du monde créé appartient à la séparation, alors
que l'affirmation du réel est un attribut de l'unification. Il n'y a
pas d'échappatoire pour le serviteur de Dieu à la fois de
l'unification et de la séparation, car celui qui n'a pas la
séparation ne peut atteindre la servitude parfaite et celui qui
n'a pas d'unité n'a aucune connaissance [de Dieu]. Les mots
de Dieu [dans le Coran] "Nous servons seulement" "pointent
vers la séparation, tandis que Ses mots" A Toi seul nous avons
recours "indiquent l'unification Quand le serviteur de Dieu
s'adresse à Lui - qu'il soit exalté - dans son intime la
conversation avec Lui comme un mendiant, un suppliant, un
lauder, un remerciement, un renonçant [des mauvaises actions],
ou un humble beseecher, il se place dans la position de la
séparation. son Seigneur lui dit et entend dans son cœur ce que
Dieu lui donne en l'invoquant, en l'exhortant, en l'instruisant
ou en lui intimant [quelque chose] et en le priant de suivre
[cette invitation], il se trouve sous le signe de unification. I
heard Abu Ali al-Daqqaq — may God have mercy on him —
say: "A singer recited the following verses before Master Abu
Sahl al-Su4uki — may God have mercy on him: I have made
my vision of You my [ greatest] pleasure!Abu H-Qasim al-
Nasrabadhi - que Dieu ait pitié de lui - était là à ce moment-là.
Maître Abu Sahl a dit: "Made" devrait être lu à la deuxième
personne. Al-Nasrabadhi a dit; «Non, il devrait être lu à la
première personne! Maître Abu Sahl a alors demandé;
«L'essence de l'unification n'est-elle pas plus complète?» Al-
Nasrabadhi s'est tue. J'ai entendu que Shaykh Abu Abd al-
Rahman al-Sulami a interprété cette histoire de la même
manière [que Abu Sahl]. La signification de ceci est la
suivante. Quand quelqu'un dit «fait» à la première personne,
cela signifie que l'orateur parle de l'état de son propre soi,
comme si le serviteur de Dieu implique que cette action vient
de lui. Quant à celui qui dit que "fait" devrait être à la
deuxième personne, il s'abstient de toute action délibérée et dit
à son Seigneur: "C'est vous Qui m'avez distingué avec cette
[qualité], et non moi par mes propres actions délibérées! "La
première [interprétation] contient le danger d'une
revendication [égoïste], tandis que la seconde implique le déni
de sa puissance libre [agir] et l'affirmation de la bienfaisance
et de la générosité [de Dieu] Il y a une grande différence entre
celui qui dit: «Je Te vénère à travers mon propre effort [libre]»
et celui qui dit: «Je Te témoigne par Ton bienfaisance et
gentillesse. L'unification de l'unification (/ am a7- / am)
L'unification de l'unification est plus élevée que cela. Les gens
diffèrent sur cette question selon les différences dans leurs
états spirituels et dans leurs rangs [d'accomplissement
spirituel]. Quand quelqu'un réaffirme à la fois lui-même et le
monde créé, mais voit tout [dans ce monde] comme étant
dépendant de Dieu,c'est l'unification. Quand, d'autre part, à
travers l'apparition et sous la domination complète du pouvoir
de la Réalité Divine, on devient incapable de contempler le
monde créé, exclu de soi-même, et pris dans son ensemble de
ne rien sentir d'autre, c'est l'unification de l'unification. Ainsi,
la séparation est de voir autre chose que Dieu - qu'il soit grand
et exalté; l'unification voit tout à travers [les yeux de] Dieu; et
l'unification de l'unification est une auto-dissolution totale [en
Dieu] et la perte de la perception de tout autre que Dieu - qu'il
soit grand et exalté - à la suite de l'assaut des puissances
irrésistibles de la Réalité Divine. Après cela vient l'état élevé
que les soufis appellent "seconde séparation" (farq thani).
Dans cet état,le serviteur de Dieu revient à la sobriété chaque
fois qu'il doit accomplir n'importe lequel de ses devoirs
religieux afin qu'il puisse remplir ses obligations religieuses
dans les temps appropriés. C'est un retour à Dieu - le plus haut
- à travers Dieu, pas au serviteur par le serviteur. Dans cet état,
le serviteur se voit conduit par la volonté de Dieu - qu'Il soit
exalté. Il voit la puissance de Dieu comme la source ultime de
son essence et de son être; il voit la connaissance et la volonté
de Dieu comme le véritable interprète de ses actions et l'auteur
de ses états spirituels. Par l'expression «unification et
séparation», certains soufis impliquent que les créatures sont
soumises aux dispositions de la réalité divine. Il a tout uni
sous Son pouvoir et disposition, puisqu'il est l'Originateur de
leurs essences et le Déterminant de leurs attributs.Il les a
ensuite divisés en plusieurs classes. Certains d'entre eux [sont
destinés] à être parmi les bienheureux, les autres [sont destinés]
à être loin de Lui et à être parmi les misérables; il guidera
certains d'entre eux, d'autres égareront et rendront aveugle;
certains d'entre eux se voileront de lui-même, d'autres il
s'approchera; il en fera quelques-uns de ses intimes en leur
permettant de se joindre à lui, d'autres il fera le désespoir de sa
miséricorde; il leur accordera son aide, d'autres frustreront
leurs aspirations à réaliser sa véritable essence; quelques-uns
d'entre eux resteront sobres, d'autres oblitéreront; certains
d'entre eux s'approcheront, d'autres s'absenteront d'eux-mêmes;
certains d'entre eux Il met en sa présence, les fait boire et les
intoxique, d'autres Il rend misérables et rejette, puis bannit et
expulse.On ne peut pas compter toutes les variétés de ses
actions, et elles ne peuvent être épuisées par aucune
explication et énumération. Ils [Sufis] récitent les versets
suivants d'al-Junayd - que Dieu ait pitié de lui - sur la
signification de l'unification et de la séparation: j'ai atteint une
vraie Réalisation de Toi dans mon Cœur intime et j'ai conversé
avec Toi avec ma propre langue. Nous étions unis dans un
sens et séparés dans l'autre. À un moment donné, ma crainte
[de Toi] me rend absente de te voir directement, mais à
l'instant suivant mon extase te rend proche de mon cœur même!
Ils [Soufis] récitent aussi ce qui suit: Quand il me paraît, rien
ne me semble plus grand que Lui. Puis je retourne à l'état
originel comme si je ne l'avais jamais quitté. Je deviens unifié
et dispersé de moi-même à travers Lui, car deux nombres
peuvent se joindre pour devenir un singulier.Annihilation (/
ana) et subsistence (baqa) [en Dieu] Par "annihilation", les
soufis se réfèrent à la disparition des qualités répréhensibles,
alors que par "subsistance" ils se réfèrent à la persistance des
qualités louables. Le serviteur de Dieu ne peut avoir qu'un de
ces deux types, car il est bien connu que s'il n'a pas un type, il
aura inévitablement l'autre. Quand ses qualités blâmables sont
annihilées, il possédera des qualités louables. De même, quand
il est dominé par des caractéristiques blâmables, il sera privé
de ceux qui méritent d'être loués. Sachez que le serviteur de
Dieu est caractérisé par des actes, des mœurs et des états
spirituels. Les actes sont ce qu'il entreprend de son plein gré.
La morale sont ses prédispositions inhérentes, qui, cependant,
peuvent être changées par des exercices continus.Les états
spirituels viennent au serviteur dès le début. Cependant, leur
pureté ultérieure n'est déterminée que par la pureté de ses
actions. À cet égard, ils sont semblables à la morale. Dieu
permet à la personne dont le cœur se préoccupe de la morale
par son propre effort [concerté] et bannit de lui toutes les
qualités répréhensibles pour améliorer sa morale. De même,
Dieu permettra à la personne qui s'efforce de purifier ses actes
de son propre chef pour purifier et protéger ses états spirituels.
Quand quelqu'un abandonne les mauvaises actions dénoncées
par la Loi Divine, on dit qu'il est anéanti de ses passions. Et
quand il est anéanti de ses passions, il subsiste au service de
Dieu par sa détermination et sa sincérité. Quand quelqu'un
renonce à ce monde, on dit qu'il est anéanti de son désir.Et
quand il est anéanti de son désir, il subsiste dans la sincérité de
son repentir. Quand quelqu'un a raffiné sa morale en nettoyant
son cœur d'envie, de méchanceté, d'avarice, de cupidité, de
colère et d'orgueil, ainsi que toutes les autres impuretés qui
adhèrent à l'âme, il est dit; "Il a été annihilé des traits de
caractère de base." Et quand on est anéanti de mauvaises
morales, on subsiste dans la chevalerie et la véracité. Quand
on observe le fonctionnement du pouvoir divin dans les
vicissitudes des décrets divins, on dit que l'on a été anéanti de
voir les événements comme émanant des créatures. Et quand
on est anéanti de percevoir les événements comme des
produits de causes secondaires, on subsiste dans les attributs
du Réel. Quand le pouvoir de la Vraie Réalité prend
possession de quelqu'un, il ne remarque plus les essences, les
effets,traces ou vestiges de quelque chose d'autre que Dieu. Ils
disent d'une telle personne: "Il a été anéanti des créatures [de
Dieu] et subsiste maintenant en Dieu". Le serviteur de Dieu
est anéanti de ses actes blâmables et de ses états de base quand
il ne les accomplit pas, et il est anéanti de son propre soi et de
toutes les créatures quand il cesse de percevoir à la fois eux et
lui-même. Quand il est anéanti des actes, de la morale et des
états spirituels, tout cela n'existe plus pour lui. On peut dire
que quelqu'un a été anéanti de lui-même et de toutes les
créatures, pourtant [en réalité] son moi et les créatures
continuent d'exister. Cependant, il n'a aucune connaissance,
perception ou signe d'eux. Son moi existe et les créatures
continuent d'exister [objectivement]. Cependant, il est
inconscient d'eux et n'est capable de percevoir ni lui-même ni
les créatures.Imaginez, par exemple, qu'un homme entre en
présence d'un souverain puissant ou d'une personne hautement
vénérée et s'efface tellement dans sa révérence qu'il oublie à la
fois lui-même et les autres personnes de l'assemblée, y
compris l'individu vénéré lui-même. Quand il émergerait de
l'assemblée et serait interrogé sur les gens là-bas et le
comportement de l'individu révéré et sur son propre
comportement, il ne serait pas capable de dire quoi que ce soit
à ce sujet. Dieu a dit; "Et quand ils le virent [Joseph], ils
l'admirèrent tellement qu'ils se coupèrent les mains.Quand ils
rencontrèrent Joseph - que la paix soit sur lui - ils ne firent
aucune attention à la douleur causée par la coupure des mains,
bien qu'ils fussent plus faibles que Ils ont dit: "Ce n'est pas un
mortel", alors qu'il était mortel, ils ont dit: "Il n'est autre qu'un
noble ange"./ alors qu'il [en fait] n'était pas un ange. Et c'est
l'état de [un groupe de] créatures rencontrant une autre
créature. Vous ne pouvez qu'imaginer l'homme à qui la vue de
Dieu - gloire à Lui - a été révélée! S'il perdait le sens de lui-
même et de ses semblables, y aurait-il une surprise? Quand un
homme est anéanti de son ignorance, il subsiste dans sa
connaissance et quand il est anéanti de ses passions, il subsiste
dans son repentir. Quand il est anéanti de son désir [de ce
monde], il persiste dans son renoncement. Quand il est anéanti
de sa pulsion passionnée, il subsiste dans son désir de Dieu.
Cela est vrai de toutes les caractéristiques humaines. Après
que le serviteur de Dieu soit anéanti de ses caractéristiques,
comme nous venons de le décrire,il avance de cette étape [à la
suivante] où il perd de vue son anéantissement. Ceci est décrit
par un poète soufi, qui a dit: Certaines personnes errent à
travers la terre par le désert Alors que d'autres se promènent
dans l'arène de Son amour S'anéantissent trois fois, subsistent
alors près du Seigneur! Le premier anéantissement vient de soi
et de ses attributs par la subsistance dans les attributs de Dieu.
Puis vient l'annihilation des attributs de Dieu dans la
contemplation de Dieu. Alors on est anéanti de la vision de sa
propre annihilation en étant englobé dans l'existence même de
Dieu. Absence (ghayba) et présence (hudur) L'absence est
lorsque le cœur est absent de la connaissance des
circonstances des créatures en raison de l'absorption complète
des sens par ce qui lui est apparu [de Dieu].On peut aussi
s'absenter de soi-même et des autres en se souvenant de la
promesse [de] Dieu de récompense et en pensant au châtiment
[de Dieu]. On dit que Rabi b. Khuthaym avait l'habitude de
visiter Ibn Mas ud - que Dieu soit satisfait de lui. Comme il
passait près d'une forge, il vit un fer chauffé au rouge dans le
four et s'évanouit, et ne vint pas jusqu'au lendemain matin.
Quand il s'est réveillé, on lui a demandé ce qui s'était passé. Il
a répondu: "Je me suis souvenu comment les gens de l'enfer
resteront dans le feu!" C'était une absence qui dépassait sa
limite et se transformait en évanouissement. Il est raconté
d'Ali b. al-Husayn qu'il faisait une prière rituelle quand
soudainement sa maison a pris feu. Cependant, il n'a pas
interrompu sa prière. Interrogé à ce sujet, il a dit: "Le plus
grand feu m'a rendu inconscient de ce feu." Parfois,un homme
peut être rendu absent de sa [perception] par quelque chose
que Dieu - qu'Il soit béni et exalté - lui révèle. Ceux qui
éprouvent l'absence diffèrent les uns des autres selon leurs
états spirituels. Il est bien connu que l'état spirituel d'Abu Hafs
al-Nisaburi al-Haddad (le «forgeron») a commencé quand il a
abandonné sa profession. Il était dans sa forge quand il a
entendu quelqu'un réciter un verset du Coran. À ce moment, il
a eu une expérience qui l'a rendu inconscient de ses sens. Il a
mis sa main dans le feu et a sorti un morceau de fer rouge. Son
apprenti l'a vu et a pleuré; "Qu'est-ce que c'est, maître?!"
Quand Abu Hafs a réalisé ce qui venait de se passer, il a
abandonné son commerce et a quitté sa forge [pour de bon].
Une fois, alors qu'Al-Junayd était assis avec sa femme, Al-
Shibli entra dans la pièce.La femme se dépêcha de se couvrir,
mais al-Junayd lui dit: "Asseyez-vous, car al-Shibli ne vous
connaît pas!" Al-Junayd a conversé avec al-Shibli pendant un
moment, jusqu'à ce que celui-ci éclate en sanglots. Quand il a
commencé à pleurer, al-Junayd a dit à sa femme: "Couvre-toi
maintenant, car al-Shibli est venu!" J'ai entendu Abu Nasr le
Muezzin (al-Mu adhdhin) de Nishapur, qui était un homme
pieux, dire: "Je lisais le Coran à la session de Maître Abu Ali
al-Daqqaq à Nishapur, où il résidait. J'avais l'habitude de
parler beaucoup du hadj et ses mots laissaient une empreinte
profonde dans mon coeur.Quand je suis allé faire un hadj cette
année-là, j'ai abandonné mon magasin et mon commerce
Maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui Il a aussi
fait un hadj la même année, alors qu'il vivait à Nishapur, je le
servais et j'assistais à des séances d'étude chez lui.[Comme je
me rendais à La Mecque], je l'ai vu dans le désert. Après avoir
fait ses ablutions, il a oublié la bouteille qu'il portait avec lui.
Je l'ai pris et l'ai porté avec moi. Quand il a repris son voyage,
je le lui ai donné. Il a dit: Que Dieu vous récompense pour
l'avoir apporté! Il me regarda un moment, comme s'il ne
m'avait pas vu auparavant, puis il dit: «Je t'ai vu une fois. Qui
es-tu?' J'ai répondu: 'Que Dieu soit mon aide! J'étais ton
compagnon pendant de nombreuses années. J'ai quitté ma
maison et mes possessions à cause de vous, et j'ai voyagé dans
le désert aride avec vous, et maintenant vous dites que vous
m'avez vu une fois! "Quant à la présence, c'est quand
quelqu'un est présent avec Dieu, car quand il est absent des
créatures, il entre dans la présence de Dieu, en ce sens qu'il est
présent avec Lui.Cela est dû au fait que le souvenir de Dieu
prend pleinement possession de son cœur et il trouve son cœur
présent auprès de Dieu le Très-Haut. La présence de quelqu'un
avec Dieu correspond au niveau de son absence des créatures.
Quand il est complètement absent [des créatures] sa présence
est complète. Quand ils disent que quelqu'un est présent, cela
signifie que son cœur est présent avec Dieu, sans être
négligent ou oublieux [de Lui], et se souvenir constamment de
Lui. En sa présence, Dieu - qu'il soit béni et exalté - lui
dévoilera les choses qu'il a préparées pour lui et pour lui
seulement. Parfois, les Soufis décrivent le retour du serviteur à
la conscience de soi et à la conscience des autres créatures
comme sa «présence», signifiant qu'il est retourné de son
absence [des créatures] à sa présence avec des créatures, après
qu'il était présent avec Dieu.Leurs états en absence peuvent
varier. L'absence de certains ne dure pas, alors que l'absence
d'autres peut durer un certain temps. Il est dit que Dhu H-Nun
al-Misri a envoyé un de ses compagnons à Abu Yazid al-
Bistami, afin qu'il [le compagnon] lui donne une description
d'Abu Yazid. Quand le compagnon a atteint la ville de Bistam,
il a demandé à propos de la maison d'Abu Yazid. Quand il est
entré dans la maison, Abu Yazid lui a demandé ce qu'il voulait.
Il a répondu; "Je cherche Abu Yazid al-Bistami." Abu Yazid a
répondu; "Qui est Abu Yazid? Où est Abu Yazid? Je suis moi-
même à la recherche d'Abu Yazid." Le compagnon a quitté [la
maison d'Abu Yazid], en disant; "C'est un fou!" Il est retourné
à Dhu H-Nun et lui a parlé de ce qu'il avait vu. [En entendant
cela] Dhu H-Nun a commencé à pleurer et a dit: «Mon frère
Abu Yazid a rejoint ceux qui voyagent vers Dieu."La sobriété
(sahw) et l'ivresse (sukr) La sobriété retourne à la conscience
de soi après l'absence [en Dieu] L'ivrognerie est l'absence [de
soi-même] par une expérience forte [de Dieu]. l'absence dans
la mesure où l'ivrogne peut être détendu tant qu'il n'est pas
complètement immergé dans son état d'ivresse, mais dans un
tel état, toute perception de choses extérieures peut
complètement disparaître de son cœur. se comporte comme un
ivrogne, parce que son ivrognerie ne l'a pas encore totalement
maîtrisé et qu'il est encore capable de percevoir les choses
extérieures: à un moment donné, son ivresse peut devenir si
forte qu'elle dépasse l'état d'absence. un ivrogne devient
vraiment fort, son absence peut surpasser l'absence vécue par
quelqu'un en état d'absence.En même temps, l'absence de
quelqu'un en état d'absence peut être plus complète que
l'absence d'un ivrogne, surtout lorsqu'il se comporte comme un
ivrogne sans avoir réellement atteint l'état d'ébriété. L'état
d'absence peut rendre visite à des dévots dont le cœur est
devenu préoccupé par l'influence du désir passionné [pour
Dieu] et du respect [devant Lui] ainsi que par les diktats de la
peur [de Dieu] et de l'espérance [de Sa miséricorde]. Au
contraire, l'ivresse n'est vécue que par ceux qui éprouvent des
états d'extase. Quand les attributs de la beauté [de Dieu] sont
révélés à quelqu'un, il éprouve l'état d'ivresse: son esprit se
réjouit et son cœur devient ivre. De cet état, les vers poétiques
suivants sont récités: Votre sobriété de mes paroles est une
réunion complète,Tandis que votre ivresse quand vous me
contemplez vous permet de boire. Ni le porteur de la coupe, ni
l'ivrogne ne se lassent du vin de la contemplation, dont chaque
tasse rend votre cœur ivre. Ils [Sufis] récitent aussi le verset
suivant: L'encerclement de la tasse rend certaines personnes
ivre, pendant que je me saoule de celui qui le passe. Ils
récitent aussi; J'ai deux états d'intoxication, alors que mes
compagnons d'honneur n'en ont qu'un. C'est ce qui me rend
différent d'eux. Ils récitent aussi; Il y a deux sortes
d'ivrognerie: l'ivresse de la passion et l'ivresse du vin.
Comment un homme qui a goûté l'un ou l'autre peut-il jamais
revenir à la raison? Sachez que la sobriété correspond à
l'ivresse. Celui qui expérimente la vraie ivresse, jouit d'une
vraie sobriété. Et celui dont l'ivresse est mêlée de bonne
fortune,éprouve une sobriété qui est également mélangée avec
la bonne fortune. Celui qui a été véridique dans son état [de
sobriété] est protégé dans son ivresse. L'ivrognerie et la
sobriété impliquent toutes deux la distinction. * 'Cependant,
quand on devient témoin du pouvoir du réel, on perd ses
attributs personnels et on en devient complètement consommé
et submergé. De cet état il est dit: Quand le matin apparaît à
l'étoile du vieux vin L'ivrogne et le sobre deviendront égaux.
Dieu Très-Haut a dit: "Et quand Son Seigneur s'est révélé à la
montagne, Il l'a fait tomber en poussière, et Moïse est tombé
en pâmoison." Il «est tombé en pâmoison» malgré sa prophétie
et sa grande stature [en tant que messager de Dieu], tandis que
la montagne «s'est effondrée en poussière» malgré sa fermeté
et sa force supérieures.Dans son état d'ivresse, le serviteur de
Dieu se trouve sous la marque d'un état [mystique], alors que
dans son état de sobriété, il est sous la marque de la
connaissance. Dans son état d'ivresse, il est protégé par Dieu
sans appliquer son propre effort, tandis que dans son état de
sobriété, il se protège [de l'erreur] par ses propres actions. La
sobriété et l'ivresse viennent après la dégustation et la boisson.
Dégustation (dhawq) et boisson (shurb) Parmi les mots qu'ils
utilisent sont "dégustation" et "boire". Ils utilisent ces mots
pour décrire les fruits de la manifestation de soi de Dieu, les
résultats de l'auto-dévoilement de Dieu et les visites
inattendues de Dieu, dont ils font l'expérience. Le premier
d'entre eux est la dégustation, puis vient boire et, enfin,
l'étanchement de la soif (njj).Ils atteignent le goût des
significations réelles par la pureté de leurs actes pieux; ils
atteignent la boisson [de vraies significations] en
accomplissant les conditions de leurs stations spirituelles; et
ils étanchent leur soif [pour de vraies significations] par leur
recherche constante de la présence de Dieu. La personne en
état de dégustation se comporte comme une saoule; la
personne qui boit est en état d'ébriété; la personne qui a
étanché sa soif est sobre. Quand l'amour de quelqu'un [de Dieu]
est fort, son état de boisson devient permanent. Et quand il
devient permanent, sa boisson ne le rend pas ivre. Il devient
alors sobre en Dieu et inconscient de toutes ses préoccupations
[mondaines]; il n'est ni influencé par quoi que ce soit qui lui
vient [dans le monde empirique], ni n'est changé par rapport à
l'état dans lequel il se trouve actuellement. Quand le cœur le
plus intime est pur,on boit est à l'abri de toute souillure; et
quand on boit devient sa nourriture, on ne peut ni s'en abstenir,
ni survivre sans elle. Ils récitent; La coupe [du vin] est comme
le lait de la mère pour nous. Si nous ne pouvons pas le goûter,
nous ne pouvons pas survivre. Ils récitent aussi; Je suis surpris
quand quelqu'un dit; "Je me suis souvenu de Dieu." Comment
puis-je oublier, de sorte que je dois me souvenir de ce que j'ai
oublié? J'ai bu l'amour une tasse après l'autre Mais bien que le
vin ne s'épuisent pas, je ne peux pas étancher ma soif pour cela.
Il est dit que Yahya b. Mu adh a écrit à Abu Yazid al-Bistami;
"Voici celui qui a bu de la coupe d'amour et qui n'aura plus
jamais soif." Abu Yazid lui répondit: "Je suis surpris de la
faiblesse de ton état [spirituel], voici un homme qui a englouti
toutes les mers de l'existence,Mais sa bouche est agape, elle en
veut plus. "Sachez que les coupes de proximité [à Dieu]
apparaissent de l'Invisible et ne sont accordées qu'à ceux dont
les coeurs sont émancipés et dont les esprits sont libres de
l'attachement aux choses [de ce monde]. Effacement (mahw)
et affirmation (ithbat) L'effacement est la suppression des
attributs habituels et l'affirmation est l'accomplissement des
commandements de la servitude.Quand quelqu'un a enlevé des
qualités blâmables de ses états internes et les a remplacés par
des états et des actions louables, il devient un homme J'ai
entendu dire que le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait
pitié de lui - a dit qu'un shaykh soufi a demandé à quelqu'un
[qui parlait d'effacement et d'affirmation]: "Qu'est-ce que vous
effacez et qu'affirmez-vous?" L'orateur est resté silencieux
[Abu Ali] a alors dit: "Don"Tu sais que le moment mystique
est à la fois effacement et affirmation? Celui qui n'a ni
effacement ni affirmation est oisif et abandonné.
"L'effacement peut être de plusieurs types: l'effacement des
fautes de l'extérieur, l'élimination de l'oubli de son soi interne,
l'élimination de la déficience du cœur le plus intime. est
l'affirmation des bonnes actions, l'effacement de l'oubli est
l'affirmation des stations spirituelles [avec Dieu], et
l'effacement de la carence est l'affirmation de l'union [Dieu],
c'est l'effacement et l'affirmation dans le sens de la servitude.
Véritable effacement et affirmation, ils viennent du pouvoir de
Dieu, c'est-à-dire que l'effacement est ce que Dieu cache et nie,
tandis que l'affirmation est ce qu'il manifeste et
manifeste.L'effacement et l'affirmation sont déterminés par la
volonté divine, parce que Dieu le Très Haut a dit; "Dieu efface
et affirme ce qu'Il veut. On dit que Dieu efface du cœur des
gnostiques toute pensée autre que Lui-même et Il affirme le
souvenir de Lui-même sur la langue de ses serviteurs: Dieu
efface et affirme pour chacun selon Lorsque Dieu - qu'Il soit
exalté - efface la perception de soi de quelqu'un, Il l'affirme à
travers Son propre Soi Véritable Quand Il efface l'affirmation
de quelqu'un [par Son Véritable Soi], Il le renvoie à la vision
d'autres choses et s'installe Quelqu'un a demandé à al-Shibli -
que Dieu ait pitié de lui: "Pourquoi est-ce que je vous vois
toujours être agité? N'est-il pas avec vous et n'êtes-vous pas
avec lui? "Al-Shibli répondit:" Quand je suis avec Lui, je le
suis. cependant,Je suis effacé en Lui! »L'oblitération est au-
dessus de l'effacement, car l'effacement laisse une trace, tandis
que l'oblitération ne laisse aucune trace.Le but ultime du
peuple est que Dieu efface complètement sa perception de soi,
pour ne jamais les rendre à lui-même. satr) et [auto-]
manifestation (ta / a77i) Les gens ordinaires sont couverts par
la dissimulation, alors que les élus assistent à la manifestation
de soi permanente [de Dieu] Un rapport du Prophète dit:
"Quand Dieu se manifeste à quelque chose »Si quelqu'un subit
une dissimulation, sa perception de soi est déterminée par lui,
alors qu'une personne en état de manifestation est toujours
caractérisée par la soumission, la dissimulation est une
punition pour les gens ordinaires et une bénédiction pour les
élus. S'il ne leur a pas protégé ce qu'il leur dévoile,ils auraient
été complètement anéantis par le pouvoir de la Vraie Réalité.
Cependant, Il se manifeste à eux, tout en se dissimulant à
eux .J'ai entendu dire al-Mansur al-Maghribi; «Un homme
pauvre est venu au camp d'une tribu bédouine, un jeune [de la
tribu] l'a invité dans sa tente, alors que le jeune homme le
servait [de la nourriture], il s'est évanoui soudainement. lui dit-
il: il a une cousine qu'il aime, et, en entrant dans sa tente, le
jeune homme a vu la poussière remuée par l'ourlet de sa robe
et est tombé inconscient.Le pauvre homme est venu à la porte
de la tente du cousin et a dit: Je sais qu'un étranger parmi vous
est sous votre protection, et je suis venu pour vous parler au
nom de cette jeunesse, parce que je ressens de la pitié pour
qu'il soit dans un tel état à cause de vous. ' Elle répondit:
«Seigneur, quel homme naïf tu es, il ne peut supporter la vue
de la poussière soulevée par mes vêtements, comment peut-il
supporter ma compagnie?!Les soufis ordinaires éprouvent le
bonheur à la manifestation de soi [divine] et souffrent quand
ils subissent l'auto-dissimulation [divine]. Quant aux élus, ils
vacillent entre l'imprudence et le bonheur, parce que quand
Dieu leur apparaît, ils deviennent imprudents. Cependant,
quand il se cache d'eux, ils viennent et se sentent heureux. Ils
disent que Dieu le Très-Haut a dit à Moïse - la paix soit sur lui:
"Qu'est-ce que c'est, Moïse, que tu as dans ta main droite?", Le
distrayant ainsi de quelque chose qui lui plaisait [afin de
diminuer] ] dévoilement, quand Dieu lui a parlé. Le Prophète -
que Dieu le bénisse et le salue - a dit: "Mon coeur reste
couvert d'un voile tant que j'ai demandé pardon à Dieu
soixante-dix fois par jour." Demander le pardon de Dieu
(istighfar) signifie demander à Dieu de se voiler,parce que le
mot ghafr signifie aussi "voile". Ceci est similaire à des
expressions telles que "se couvrir de vêtements" {ghafr al-
thawb) et "couvrir de protection" (mighfar)! ' Il semble que le
Prophète a dit qu'il cherchait à couvrir son cœur contre l'assaut
de la Vraie Réalité, parce que les créatures ne peuvent pas
survivre en présence du Réel. Selon le rapport prophétique,
"Si Dieu dévoilait Son visage, la splendeur de Son visage
brûlerait tout dans la portée de Sa vue." Présence (muhadam),
dévoilement (mukashafa) et témoignage (mushahada) La
présence vient d'abord, puis dévoile, puis témoigne. La
présence est la présence du cœur [avec Dieu]. Elle peut être
réalisée par une manifestation continue de la preuve [divine],
au cours de laquelle une personne se trouve dans [Dieu 's] la
présence par la puissance du recueillement [de Dieu]. Cet [état]
est suivi par le dévoilement, qui est la présence à travers des
preuves claires. Dans cet état, il n'est pas nécessaire de voir la
preuve [divine] ou de chercher le chemin. On n'est ni soumis
aux incitations au doute, ni voilé du royaume de l'Invisible.
Cet état est suivi par le témoignage. Cela signifie être en
présence de la Vérité Absolue / ** où il n'y a pas de place pour
le doute. Quand le ciel du coeur le plus intime est libéré des
nuages de voiles, le soleil du témoignage commence à briller
du signe zodiacal de la noblesse. La Vraie Réalité du
témoignage a été capturée par al-Junayd - que Dieu ait pitié de
lui - quand il a dit: "L'existence de Dieu apparaît quand vous
perdez la vôtre". La personne dans l'état de présence est liée
par ses signes; la personne en état de dévoilement se réjouit de
ses attributs.Quant à la personne dans l'état de témoignage,
son soi est effacé par sa connaissance [de Dieu]. Personne n'a
exprimé l'essence du témoignage mieux que Amr b. Uthman
al-Makki - que Dieu ait pitié de lui - quand il a dit que les
lumières de la manifestation de soi de Dieu apparaissent au
cœur clairement et sans interruption. C'est comme une
séquence ininterrompue d'éclairs au milieu d'une nuit noire:
quand cela se produit, l'éclair transforme la nuit en jour. Il en
est de même pour le cœur, quand la manifestation de soi
divine y descend continuellement: elle vit à la lumière du jour
sans nuit. Les soufis récitent la poésie suivante: Ma nuit est
éclairée par votre visage, tandis que ses ténèbres entourent les
autres personnes. Par conséquent, les gens errent dans les
ténèbres, alors que nous baignons dans la lumière du jour. Al-
Nuri a dit: "On ne peut pas atteindre le vrai témoignage tant
qu'une seule veine vivante reste dans son corps. "Il a
également dit:" Quand l'aube se lève, on n'a plus besoin d'une
lampe. "Certains soufis soutiennent que le témoignage
implique une sorte de séparation. le nom verbal sur lequel il
est modelé - c'est-à-dire mufa ala - implique [une action qui
implique] deux sujets: ces gens sont dans l'erreur parce que
quand le Créateur apparaît, ses créatures cessent d'exister. sur
mufa ala implique nécessairement [la présence de] deux sujets
- par exemple, "il a voyagé" {safar) ou "il a cousu une autre
semelle sur la semelle" (taraqa al-na 1) et ainsi de suite Sufis
récite la poésie suivante: Quand l'aube se lève, la lumière de sa
lueur élimine la lumière des étoiles au-dessus.Cela les force à
faire couler encore une autre tasse de vin dont la force est telle
que, si elle était avalée par une flamme enragée, elle
disparaîtrait momentanément. Quelle tasse merveilleuse c'est!
Il les enlève de leur propre personne, il les anéantit, il les
dérobe à eux-mêmes et les fait disparaître sans laisser de trace!
Quelle tasse! "Il n'épargne pas, il ne laisse pas seul, Il les
efface complètement, ne laissant pas en eux un éclat de nature
humaine, comme dans un poème: Ils partent, ne laissant
derrière eux ni signe ni trace: Glimmers (lawa ih), dawnings
(tawali) et clignote (lawami) Le maître - que Dieu soit satisfait
de lui - a dit que ces mots ont une signification similaire, ils
diffèrent très peu les uns des autres, ils sont caractéristiques
des débutants qui s'efforcent de s'élever par leurs coeurs.ces
rayons des soleils de la connaissance divine ne durent pas
longtemps. Dieu pourvoit à leurs coeurs à chaque instant,
selon ses paroles; «Ils auront leur provision à l'aube et au soir:
chaque fois que le firmament de leur cœur est obscurci par les
nuages de l'égoïsme, les lueurs du dévoilement et les éclairs de
la proximité commencent à briller en eux, et au milieu du
voile commencez à voir les lueurs [de la grâce divine] Un
poète a dit: O éclairs fulgurants! De quel côté du ciel brillez-
vous? ... Au début, il y a des lueurs, puis des aurores, puis des
éclairs, les éclairs sont comme la foudre. Un poète a dit:
"Nous ne nous sommes pas vus depuis longtemps, mais quand
nous avons enfin rencontré sa salutation, c'était comme si nous
disions adieu." Les soufis récitent aussi le verset suivant:qui
sont venus visiter et n'ont pas encore visité, Comme un
homme cherchant à prendre du feu, Qui est passé à la porte de
la maison à la hâte. Qu'est-ce qui l'a empêché d'entrer? Les
flashes sont plus brillants que les lueurs et ils durent plus
longtemps. Cependant, les flashs peuvent persister pendant
plus d'un moment, comme ils disent: L'œil pleure parce que le
voir ne peut pas le satisfaire. Ils disent aussi: L'œil est à peine
capable d'atteindre l'eau de son visage sans d'abord s'étouffer
sur son gardien avant que sa soif soit éteinte. Quand il vous
apparaît en un éclair, il vous coupe et vous unit à Lui.
Cependant, à peine la lumière de son jour a brillé, elle est
attaquée par les guerriers de la nuit. Les gens [dans cet état]
[oscillent] entre la joie et la tristesse, parce qu'ils [se trouvent]
entre le voile et le dévoilement. Ils disent [à propos de cet
état];La nuit nous a enveloppé de son manteau le plus noble,
tandis que le matin nous revêtait de sa robe d'or. Les auvents
sont de durée plus longue, sont plus forts [dans leur effet] et
durent plus longtemps. Ils sont meilleurs dans la levée des
ténèbres et le bannissement des doutes, mais ils sont
également sensibles au danger de se coucher, plus bas à
l'apogée et de plus courte durée. Ils sont rapides à partir et
prennent plus de temps à réapparaître après qu'ils se soient mis
en place. Les caractéristiques de toutes ces expériences - c'est-
à-dire, les lueurs, les aubes et les éclairs - varient. Certains
d'entre eux ne laissent aucune trace après leur disparition,
comme certaines étoiles brillantes, qui éclipsent, tandis que la
nuit reste allumée. D'autres, au contraire, laissent des traces
derrière eux. Alors que leurs signes peuvent disparaître, leur
douleur persiste. Leur lumière peut être partie, tandis que leurs
traces restent.Une personne qui a connu leur assaut continue à
vivre à l'ombre de leurs bénédictions. Il vit en anticipation de
leur retour, se débrouillant avec ce qu'il a. Raids [inattendus]
(bawadih) et attaques (hujum) Les raids sont des choses qui
descendent instantanément sur votre cœur à partir de
[l'inconnu]. Ils peuvent causer de la joie ou de la tristesse.
Quant aux attaques, ce sont des choses qui entrent dans votre
cœur en raison de la puissance du moment, sans aucun effort
de votre part. Ils varient dans leur nature selon la force ou la
faiblesse de l'expérience [qui la précipite]. Il y a ceux qui sont
changés par [leurs] raids et agissent selon les diktats de [leurs]
attaques. Et il y a ceux dont l'état spirituel et le pouvoir les
placent au-dessus de tout ce qui peut leur arriver. Ces
personnes sont les maîtres du moment. D'entre eux il est
dit:Les vicissitudes du temps ne peuvent pas les atteindre car
ce sont elles qui tiennent les rênes de chaque grande affaire.
Inconstance (talwin) et stabilité (tamkin) L'inconstance est un
attribut de ceux qui ont des états spirituels, alors que la
stabilité est une caractéristique de ceux qui ont atteint les
vraies réalités. Tant que l'homme parcourt le chemin
[mystique], il éprouve de l'inconstance, parce qu'il continue de
s'élever d'un état à l'autre et de passer d'un attribut à un autre;
il quitte une place pour une autre, mais une fois qu'il est arrivé,
il devient stable. Ils disent: Je me suis installé dans mon amour
de vous à une station qui détruit le cœur de ceux qui ne l'ont
pas encore atteint. La personne en état d'inconstance est
continuellement en augmentation, tandis que celle en état de
stabilité est parvenue à son but et à s'unir [avec elle].Le signe
de son union est que son moi tout entier ne tient plus compte
de lui-même. L'un des maîtres soufis a dit: "Le voyage de ceux
qui ont cherché à conquérir leur ego est terminé: quand ils ont
conquis leur ego, ils sont arrivés [à leur but]." Le maître - que
Dieu ait pitié de lui - a dit: "Il voulait dire qu'ils [laissent]
derrière [leurs] caractéristiques humaines et entrent dans le
royaume de la Vraie Réalité, Si cet état persiste en quelqu'un,
il a atteint la stabilité". Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié
de lui - avait l'habitude de dire: "Moïse - que Dieu le bénisse -
était caractérisé par l'inconstance." Quand il revint après avoir
entendu les paroles de Dieu, il dut se couvrir le visage. si
fortement affecté par [son] état spirituel.Quant à notre
Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - il était caractérisé
par la stabilité. Quand il est revenu [de son voyage], «il était le
même que quand il était parti, parce qu'il n'était pas affecté par
tout ce qu'il avait vu pendant cette nuit. Une autre preuve de
ceci est l'histoire de Joseph - la paix soit sur lui. Les femmes
qui ont vu Joseph - que la paix soit sur lui - ont coupé leurs
mains quand il est sorti vers eux parce que son apparence était
si soudaine. Quant à la femme d'al-Aziz, elle s'est avérée plus
parfaite que la m quand elle a été testée par Joseph. Ce jour-là,
pas un seul de ses cheveux n'était troublé [par sa présence],
parce qu'elle avait atteint la stabilité grâce à sa rencontre [plus
tôt] avec Joseph - la paix soit sur lui. Le maître [al-Qushayri] a
dit: "Sachez qu'une personne subit un changement à la suite
d'une expérience qui lui rend visite pour deux raisons
différentes - à savoir,la force de l'expérience ou la faiblesse de
la personne. [De même,] la stabilité d'une personne est due à
deux raisons - la force de la personne ou la faiblesse de
l'expérience qui lui rend visite. »J'ai entendu dire que le maître
Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - a dit: prendre
deux approches principales à la possibilité de la persistance de
la stabilité [dans une personne] Premièrement, c'est
absolument inaccessible, parce que le Prophète - que Dieu le
bénisse et le salue - a dit: "Je suis toujours resté dans le même
état dans lequel Quand j'étais avec vous, les anges vous
salueraient sûrement. »« Que Dieu le salue et le bénisse »dit le
même effet:« J'ai un moment où seul Dieu trouve une place en
moi ». un point spécifique [pas une condition constante] Selon
le deuxième point de vue,dans les peuples de vraies réalités,
les états peuvent persister longtemps parce qu'ils ont dépassé
la condition dans laquelle ils sont affectés par des expériences
inattendues. [Le Prophète] a dit dans son rapport: "Les anges
vous salueraient sûrement." Ainsi, la prédication ne se trouvait
pas dans une condition impossible, car la salutation des anges
est inférieure à celle qu'il - la paix soit sur lui - attribuée aux
débutants dans le rapport suivant: «En vérité, les anges
baissent leurs ailes pour En ce qui concerne son affirmation
"j'ai un moment", sa signification diffère selon la
compréhension de chaque auditeur, car le Prophète a maintenu
la vérité dans tous ses états. dire qu'un homme est sujet à
l'inconstance tant qu'il progresse vers son but;ses états peuvent
augmenter ou diminuer. Et quand il est finalement arrivé à la
Vraie Réalité en laissant derrière lui les propriétés de
l'humanité, Dieu - peut être exalté - le rend stable et l'empêche
de se replier sur la faiblesse de son être, alors devient stable
dans son état selon sa position et avec ce qu'il a mérité. Alors
Dieu - peut être exalté - commence à le donner sans cesse, car
les possibilités sont illimitées. Ainsi, un mystique dont les
états sont en augmentation, est inconstant, ou plutôt il est
rendu inconstant [par Dieu], tandis qu'à la base son état
spirituel reste stable, ffe devient continuellement stable dans
un état qui est plus élevé que celui qu'il a occupé auparavant,
puis s'élève au-dessus d'elle à un nouvel état, car les
possibilités de Dieu n'ont aucune limite à tous égards.
Finalement,il y a ceux qui ont perdu conscience d'eux-mêmes
et dont les sens leur ont été enlevés dans leur totalité, car la
nature humaine de la nécessité a une limite. Si une telle
personne a abandonné son corps, son âme et sa perception de
soi, ainsi que sa perception du monde créé autour de lui, et si
son oubli de soi devient permanent, il s'efface - c'est-à-dire,
pour lui, il n'y a pas de stabilité ni inconstance, ni stade
[mystique], ni état [mystique]. Et tant qu'il reste dans cette
condition, il est exempté du culte et des obligations
[religieuses]. O Seigneur, qu'on lui attribue les choses qui
semblent être faites par lui, sans qu'il les fasse réellement.
Dans l'esprit des gens, une telle personne agit de son propre
chef, alors qu'en fait il est agi sur [par Dieu]. Dieu - qu'Il soit
exalté - a dit; "Tu les aurais cru éveillés,pendant qu'ils
dormaient, pendant que Nous les tournions maintenant vers la
droite, maintenant vers la gauche. »** Que Dieu accorde le
succès! Proximité (qurb) et distance (bu d) Le premier degré
de proximité est la proximité de l'obéissance envers Dieu Pour
ce qui est de la distance, cela signifie d'être souillé par la
violation de sa volonté et d'être éloigné de l'obéissance à
Lui .Le premier degré de distance est la distance de Godspeed,
qui est suivie de la distance En d'autres termes, la distance de
Godspeed signifie la distance de l'accomplissement Le
Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - a dit que Dieu -
bénédictions sur lui - a dit: "Mon serviteur ne s'approche de
Moi que par Je l'ai rendu obligatoire pour lui. Mon serviteur
ne cesse de s'approcher de Moi par des œuvres surérogatoires
jusqu'à ce qu'il m'aime et que je l'aime.Puis, quand je l'aime, je
deviens sa vue et son ouïe à travers laquelle il entend et voit
La proximité du serviteur [à Dieu] commence par [sa]
proximité à la foi en Dieu et à l'attestation de sa véracité. Ceci
est suivi par la proximité des bonnes actions et la réalisation
[de la Vérité Divine]. Quant à la proximité de Dieu [à Son
serviteur], c'est la connaissance divine que Dieu lui accorde
aujourd'hui et la contemplation et le témoignage [de Lui-
même] qu'Il lui accordera dans le monde à venir. Ce sont aussi
diverses expressions de gentillesse et de bienfaisance que Dieu
accordera [sur le serviteur] entre maintenant et ensuite. La
proximité du serviteur avec Dieu est impossible à moins qu'il
ne se sépare de ses créatures. Ceci s'applique aux conditions
des coeurs, non aux phénomènes extérieurs et à l'expérience
[empirique]. Dieu'La proximité par la connaissance et le
pouvoir englobe toute la race humaine. La proximité de Dieu
par la bonté et l'aide est limitée aux croyants. La proximité de
Dieu par une intimité particulière est restreinte à ses amis.
Dieu - qu'Il soit exalté - a dit; Nous sommes plus près de lui
que de la veine jugulaire. "Dieu, qu'Il soit exalté, a dit:" Nous
sommes plus élevés que lui "." Dieu - qu'Il soit exalté - a aussi
dit: "Il est avec vous partout où vous êtes." ** Il a aussi dit: "
Trois hommes ne conspirent pas secrètement ensemble, mais
Il est le quatrième d'entre eux. "" Celui qui a pleinement
réalisé la proximité de Dieu, observe chaque chose qui lui
vient de Dieu, parce que veiller sur lui est le gardien de la
crainte [de Dieu] , sur qui est le gardien de la révérence, sur
qui est le gardien de l'humilité.Ils [Sufis] récitent la poésie
suivante; Comme si un gardien veillait sur mes pensées les
plus intimes, tandis qu'un autre veillait sur mes yeux et sur ma
langue. Depuis que je t'ai vu [pour la première fois], chaque
fois que mes yeux voient quelque chose qui te déplaît, je me
dis [à moi-même]; "Ils [les gardiens] doivent m'avoir repéré."
Pas un seul mot adressé à quelqu'un d'autre que toi Est sorti de
ma bouche Sans me dire à moi-même; "Ils doivent m'avoir
entendu." Et pas une seule pensée à propos de quelqu'un en
dehors de vous ne m'est venue à l'esprit sans que je m'en sois
éloigné. Les discours d'amis sincères m'ont rendu malade, et je
leur ai caché ma vue et ma langue. Ce n'est pas le renoncement
qui me détourne d'eux, mais je ne vois que vous partout où je
me tourne.Un shaykh Soufi a montré sa préférence pour l'un
de ses disciples en le plaçant près de lui. Quand les autres
disciples l'ont interrogé à ce sujet, le shaykh a donné à chaque
disciple un oiseau et lui a demandé de l'abattre, afin que
personne ne l'observe [faisant ceci]. Chaque disciple se retira
dans un lieu désert afin d'égorger son oiseau. Seul le disciple
[préféré] revint avec son oiseau encore vivant. Le shaykh l'a
interrogé à ce sujet. Le disciple a dit; "Tu m'as ordonné
d'abattre l'oiseau, afin que personne ne me voie, mais il n'y a
pas d'endroit où tu ne sois pas observé par Dieu - gloire à
Lui!" Le shaykh a dit; C'est pourquoi je lui ai donné la
préférence sur toi, tu es toujours gouverné par le discours des
créatures, alors qu'il ne néglige jamais Dieu. Quand quelqu'un
remarque sa proximité,cela devient un voile qui le sépare de la
proximité. Quiconque voit un lieu ou une respiration comme
lui appartenant, est trompé par là. Ils disent à ce sujet; "Que
Dieu vous expulse de sa proximité!" Cela signifie "[expulsez-
vous] de votre vision de Sa proximité [à vous]". Le sentiment
d'intimité dans Sa proximité est un signe d'être gouverné par
Sa puissance, parce que Dieu - gloire à Lui - est derrière toute
intimité et les sites de [la manifestation de] la Réalité Vraie
provoquent l'égarement et l'effacement. Ils récitent les vers
poétiques suivants à cet effet; Vous êtes une affliction pour
moi, parce que je ne considère pas que mon amour en vaille la
peine: votre proximité est la même que votre distance. Dois-je
jamais trouver mon repos? Le maître Abu Ali al-Daqqaq - que
Dieu ait pitié de lui - a souvent récité le verset suivant;Votre
désir est le départ et votre amour est la haine, votre proximité
est la distance et votre paix est la guerre. Abu H-Husayn al-
Nouri a vu une fois un disciple d'Abu Hamza "et lui a
demandé:" Êtes-vous un étudiant d'Abu Hamza, qui parle de la
proximité? Quand vous le rencontrez, dites-lui; Abu H-
Husayn al-Nuri vous envoie ses salutations et vous dit que,
d'où il se tient, la plus grande distance est la plus grande
distance. "" Quant à la proximité de l'essence [divine], "Haut
exalté soit Dieu, le vrai Car il est très éloigné de toute frontière,
de tout site, de toute limite ou de toute mesure, aucune
créature ne peut s'unir à Lui, aucune entité engendrée
auparavant ne peut être séparée de Lui, parce que Sa nature
éternelle rejette à la fois l'unification et la séparation. est donc
une proximité impossible - à savoir,une coexistence d'autres
essences [à côté de l'Essence de Dieu]. Il y a cependant une
proximité possible et nécessaire, à savoir une proximité par la
connaissance et la vision. Il y a aussi une proximité possible.
Dieu le confère à l'une de Ses créatures, comme Il lui plaît.
C'est la proximité de la grâce [divine] par sa bonté [envers ses
serviteurs]. La Loi [Divine] (s / iarfa) et la Vraie Réalité
(haqiqa) La Loi est le commandement [de Dieu] de toujours se
conformer aux [exigences de] la servitude. La Vraie Réalité
est la contemplation de la Seigneurie [divine]. Toute loi qui
n'est pas soutenue par la Vraie Réalité n'est pas acceptée [par
Dieu]. De même, toute Vraie Réalité qui n'est pas liée par la
Loi n'est pas non plus acceptée. La Loi apporte les obligations
des créatures [envers Dieu], tandis que la Vraie Réalité
apporte des nouvelles de Dieu 's disposition [des affaires du
monde]. La Loi existe pour que vous L'adoriez, alors que la
Vraie Réalité existe pour que vous le voyiez. La Loi est
l'accomplissement de ce qu'Il a ordonné, alors que la Vraie
Réalité est celle qu'il a exécutée et prédéterminée, cachée et
manifestée, j'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que
Dieu ait pitié de lui - dise; "L'expression de Dieu" que nous
servons "signifie l'observance de la Loi, et" à Toi seul nous
prions pour le secours "signifie l'affirmation de la Vraie
Réalité," Sache que la Loi est la Vraie Réalité, dans la mesure
où elle a naître par son commandement, tandis que la Vraie
Réalité est la Loi, dans la mesure où la connaissance de Dieu -
gloire à Lui - est née par Son commandement. Souffle (na / as)
Le souffle est le parfum des cœurs par les entités subtiles
émanant de l'Invisible.La personne qui a expérimenté les
souffles est plus délicate et pure que celle qui a connu des
états mystiques. Le possesseur du moment mystique est un
débutant, le possesseur des souffles est celui qui a atteint le
but, tandis que le possesseur des états mystiques se situe entre
ces deux. Les États sont des intermédiaires, tandis que les
souffles sont la destination finale de l'avancement [vers Dieu].
Les moments mystiques appartiennent aux possesseurs des
coeurs, les états mystiques appartiennent aux seigneurs des
esprits, tandis que les souffles appartiennent aux personnes des
secrets les plus intimes. Ils disent que le plus noble de tous les
actes de culte est de compter ses souffles avec Dieu - gloire et
bénédictions à Lui. Ils disent aussi que Dieu a créé des coeurs
et en a fait les dépositaires de la connaissance. Il a ensuite créé
les secrets les plus intimes, les a cachés derrière les coeurs,et
fait d'eux les dépositaires de la profession de l'unité de Dieu.
Ainsi, chaque respiration qui n'a pas marché sur le tapis de la
nécessité sans la direction de la connaissance et la direction de
l'unité de Dieu est morte, et la personne qui l'a respirée sera
tenue pour responsable. J'ai entendu le maître Abu Ali al-
Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dire: "Le gnostique ne peut
pas respirer, parce que [Dieu] ne lui accorde aucune
concession." L'amant, d'autre part, ne peut pas faire sans
souffle parce que s'il n'en a pas, il périra inévitablement, car il
n'a pas la capacité [de résister à la pression]. " Pensées
(khawatir) Les pensées sont des discours qui entrent dans
l'âme. Ils peuvent être dictés par un ange ou par Satan; parfois,
ils sont les suggestions de l'âme, à d'autres moments ils
viennent de Dieu - gloire à Lui.Quand une pensée vient d'un
ange, c'est une inspiration; quand cela vient de l'âme, c'est une
incitation; quand il vient de Satan, c'est un murmure
[diabolique]; quand il vient de Dieu - que la louange soit à Lui,
Qui la jette dans le coeur - c'est une vraie pensée. Tous ces
types de communication sont différents. Quand une pensée
vient d'un ange, son authenticité est affirmée par la
connaissance [religieuse]. Par conséquent, ils disent que toute
pensée dont l'authenticité n'est pas attestée par des preuves
extérieures est fausse. Quand, d'un autre côté, cela vient de
Satan, cela incite habituellement à la désobéissance [de Dieu].
Enfin, quand il vient de l'âme, il incite habituellement
[l'homme] à suivre [ses] passions et lui donne un sentiment de
fierté. Cheikhs soufis disent que si un homme participe à une
nourriture interdite,il n'est plus capable de discerner entre
l'inspiration angélique et le murmure diabolique. J'ai entendu
Shaykh Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - disons;
«Celui dont la subsistance est connue ne peut discerner entre
l'inspiration [divine] et le chuchotement [diabolique] et le
cœur de celui qui, par son effort personnel sincère a fait taire
l'incitation de son âme, parlera selon la force de son effort. "
Les maîtres soufis ont convenu que votre âme ne dit jamais la
vérité, tandis que votre cœur ne ment jamais. Un maître a dit:
«Votre âme ne dit jamais la vérité, tandis que votre cœur ne
ment jamais, et quand vous vous exercez au maximum pour
forcer votre esprit à vous parler, il ne vous parlera jamais. 'Al-
Junayd a différencié entre l'incitation de l'âme et le murmure
de Satan. [Il a dit]; "Quand l'âme veut quelque chose de toi,
elle persiste et continue de te le rappeler, encore et encore,
jusqu'au moment où elle a atteint son but et obtenu ce qu'elle a
voulu. O Dieu, que la lutte sincère [contre tes passions] ne
s'arrête jamais! Car il continuera à vous inciter encore et
encore! Quant à Satan, il peut vous inciter à commettre une
faute et une fois que vous avez refusé de lui obéir, il
commencera à vous inciter à commettre un autre acte criminel.
C'est parce que tous les actes de désobéissance sont égaux
pour lui; par conséquent, il vous incitera toujours à commettre
un acte criminel, car il se fiche de ce que cela peut être. »Ils
disent que lorsque la pensée de quelqu'un vient d'un ange, elle
peut être d'accord ou pas avec lui. sa pensée de Dieu, il ne peut
pas être en désaccord avec lui.Les maîtres soufis ont parlé de
la question d'une seconde pensée - à savoir, si les deux
pensées viennent de Dieu, est la deuxième plus forte que la
première? Al-Junayd a dit que la première pensée est plus
forte, parce que quand elle reste, on revient à la contemplation,
comme l'exige la connaissance. Le passage de la première
pensée affaiblit donc celui qui vient après. Cependant, Ibn Ata
[al-Adami] a dit que le second est plus fort que le premier,
parce que son pouvoir a été augmenté par celui qui le précède.
Abu Abdallah b. Khafif, 'un des récents maîtres [soufis], a dit
qu'ils sont égaux, parce que les deux viennent de Dieu et donc
on ne peut pas être meilleur que l'autre. [En tout cas], le
premier ne reste pas une fois que le second est arrivé, parce
que les traces [de la grâce divine] ne peuvent pas durer.
Certaines connaissances {ilm al-yaqin),l'essence de la
certitude al-yaqin) et la vérité de la certitude {haqq al-yaqin)
Ces mots se rapportent aux niveaux élevés de la connaissance.
La certitude, selon l'usage commun, signifie une connaissance
qui ne soulève aucun doute chez la personne qui l'a. Ce mot
n'est pas appliqué à Dieu - gloire à Lui - parce que [Sa
connaissance] n'est soumise à aucune interprétation. Certaines
connaissances sont des certitudes; de même, l'essence de la
certitude est la même chose que la certitude et la vérité de la
certitude est la même chose que la certitude. Dans leur langage
[soufi], certaines connaissances sont possibles à travers une
preuve; l'essence de la certitude est possible grâce à des
preuves claires; la vérité de la certitude est possible à travers le
témoignage direct. La certitude appartient aux gens de
l'intellect; l'essence de la certitude appartient aux gens de la
connaissance;la vérité de la certitude appartient au peuple de
la gnose divine. Parler de cela dépend du niveau de réalisation.
cela remonte à ce que nous avons déjà mentionné, donc nous
nous limitons à cette mesure afin de porter cette [notion] à
[votre] attention. Occurrence (warid) Ils [Sufis] parlent
souvent des occurrences. L'apparition est une pensée louable
qui entre dans le cœur du serviteur sans son invitation. Même
si quelque chose n'appartient pas à la catégorie des pensées,
cela peut toujours être considéré comme une occurrence. Un
événement peut venir de Dieu ou de la connaissance. Les
occurrences sont plus larges que les pensées, parce que les
pensées sont caractérisées par une sorte de discours ou
quelque chose de semblable à la parole. Les occurrences
peuvent être des types suivants; une occurrence de joie, une
occurrence de tristesse, une occurrence de contraction,une
occurrence d'expansion et ainsi de suite. Témoin (shahid) "Ils
[soufis] mentionnent souvent le mot" témoin ". On peut être
un témoin de la connaissance, ou un témoin de l'extase, ou un
témoin d'un état mystique. Par le mot «témoin», on entend ce
qui est présent dans le cœur d'un homme, c'est-à-dire ce qu'il
se rappelle constamment dans la mesure où il continue de le
voir et de le regarder, même s'il en est physiquement absent.
Tout souvenir qui prend possession du cœur d'un homme est
son signe. Si son cœur est dominé par la connaissance, alors il
est un témoin de la connaissance; si c'est de l'extase, alors il
est témoin de l'extase, Le sens du «témoignage» est présence.
Ce qui est présent dans ton coeur est ton témoignage.
Quelqu'un a demandé à al-Shibli ** de témoigner. Il a répondu:
"Comment pouvons-nous attribuer le témoignage de Dieu à
nous-mêmes ?! C'est Lui qui est notre témoin. En disant que
«Dieu est notre témoin», il a laissé entendre que le souvenir de
Dieu a pris pleinement possession de son cœur, qu'il est
devenu prédominant à son égard et y est toujours présent.
Quand le cœur de quelqu'un devient attaché à une chose créée,
ils disent que cette chose est son témoignage - c'est-à-dire
qu'elle est toujours présente dans son cœur. Car l'amour exige
un souvenir constant de la bien-aimée et prend pleinement
possession du cœur [de l'amant]. Certains Soufis ont réussi à
étymologiser ce mot de la manière suivante. Ils disent que le
mot «témoin» est dérivé de [l'acte de] témoigner. C'est comme
contempler une personne caractérisée par une [grande] beauté.
Quand la nature humaine du contemplateur s'éloigne de lui,et
quand son témoignage de cette personne ne le détourne pas de
l'état spirituel dans lequel il se trouve, et que la compagnie de
cette personne n'a aucun impact sur lui, cette personne devient
un témoin du contemplateur annihilé de son ego. Au contraire,
lorsque toutes ces choses l'influencent, elles deviennent un
témoin de la persistance de son ego et de la préservation des
caractéristiques de sa nature humaine. Et cela peut être à son
avantage ou à son détriment. Les mots du Prophète "Dans la
nuit de l'ascension, j'ai été témoin de mon Seigneur dans la
plus belle image" sont parfois interprétés dans ce sens - "La
plus belle image que j'ai vue cette nuit-là ne m'a pas empêché
de voir Dieu ]. Au contraire,J'ai vu le créateur de [toutes] les
images dans une image [certaine] et le façonneur de [toutes]
choses d'une manière [certaine]. "Par ceci il signifiait la vision
relative à la connaissance, pas la vision de l'oeil. (nafs) Dans la
langue arabe, l'âme est son être, mais quand les Soufis
prononcent le mot "âme", ils n'impliquent ni l'être ni le corps
physique, ils impliquent plutôt les carences de ses traits de
caractère. Les déficiences de ses traits de caractère se divisent
en deux catégories: premièrement, celles que l'on acquiert par
soi-même - à savoir les actes de désobéissance et les péchés,
ensuite les morales de base [inhérentes]. Cependant, lorsqu'un
homme cherche à les traiter et à les combattre,ces mauvaises
mœurs sont éteintes en lui par un effort intense et
ininterrompu. Le premier groupe de caractéristiques de l'âme
est tout ce qui est absolument interdit ou déclaré douteux [par
la loi divine]. Le deuxième groupe est les imperfections de
l'âme et la bassesse en général. Quant aux caractéristiques
concrètes, elles sont la fierté, la colère, la rancune, l'envie, le
mauvais caractère, le manque de tolérance et les traits de
caractère similaires. Cependant, la caractéristique la plus
difficile et la plus répréhensible de l'âme est qu'elle s'imagine
qu'il y a quelque chose de bien et qu'elle mérite le respect. Par
conséquent, ces [caractéristiques] sont parfois considérées
comme un polythéisme caché. Pour améliorer son caractère
moral, il faut abandonner l'âme et essayer de la briser. Le
meilleur moyen de le faire est d'avoir recours aux restrictions
de la faim, de la soif,la veillée nocturne et d'autres types
d'efforts personnels qui mènent à l'affaiblissement du pouvoir
[de l'âme]. Toutes ces pratiques font partie de l'abandon de
l'âme. Cependant, l'âme peut aussi signifier une substance
subtile placée dans le corps [humain], qui est le dépositaire des
traits de caractère blâmables de la même manière que l'esprit
est une substance subtile placée dans le corps [humain], qui est
le dépositaire de traits de caractère louables. Tous ces
éléments sont subjugués les uns aux autres et leur somme
totale constitue un être humain. L'esprit et l'âme sont des
substances subtiles qui résident dans une certaine forme de la
même manière que les anges et les démons sont caractérisés
par la subtilité. C'est aussi le cas de la vision étant le
dépositaire de la vision, l'oreille étant le dépositaire de l'ouïe,
le nez étant le dépositaire de l'odorat,et la bouche étant le
dépositaire de la dégustation. L'entité qui entend, voit, sent ou
goûte constitue un tout, qui est un être humain. De même, le
cœur et l'esprit sont les dépositaires de caractéristiques
louables, tandis que l'âme est le dépositaire de ceux qui sont
blâmables. En même temps, l'âme fait partie du tout, et le
cœur fait partie du même ensemble. Par conséquent, le nom et
la propriété reviennent à ce même ensemble. L'esprit (ruh)
Ceux des gens de la Sunna du Prophète qui ont atteint la vraie
réalisation ont des opinions différentes concernant les esprits.
Certains d'entre eux disent qu'ils ne sont rien d'autre que la vie,
tandis que d'autres affirment qu'ils sont les essences placées
dans les corps [humains]. Voici un point subtil: Dieu est
habitué à créer la vie dans un corps [humain]. Tant que l'esprit
réside dans le corps, un être humain reste vivant.Les esprits,
lorsqu'ils résident dans des corps, peuvent s'élever et s'en
écarter au moment du sommeil, après quoi ils reviennent au
corps. L'homme est une combinaison de l'esprit et du corps,
parce que le Dieu Très-Haut, qu'il soit béni, subjugue les
parties de cet ensemble les unes aux autres. La résurrection
arrivera à ce tout, et ainsi la récompense et la punition. Les
âmes sont créées et ceux qui insistent sur le fait qu'ils sont
éternels commettent une grave erreur. Et les Écritures
confirment qu'elles sont des essences subtiles. Le soi le plus
intime (sirr) Il semble que, comme les esprits, les individus les
plus profonds sont une entité subtile placée dans le corps
[humain]. Selon les principes soufis, [le moi le plus intime]
sert de dépositaire de la vision directe [de Dieu], de la même
manière que les esprits sont le dépositaire de l'amour et que les
coeurs sont le dépositaire de la connaissance.Ils disent que le
moi le plus intime est quelque chose qui vous permet
d'entrevoir [de Dieu], tandis que le moi le plus intime est ce
qui n'est connu que de Dieu seul. Selon la terminologie et les
principes des soufis, le moi le plus intime est plus subtil que
l'esprit, tandis que l'esprit est plus noble que le cœur. Ils disent
que les êtres les plus intimes sont libres de l'esclavage de
toutes choses [autres que Dieu], de traces et de restes. Les
mots «moi le plus intime» désignent les états [mystiques]
gardés secrets entre Dieu - gloire à Lui - et Son serviteur, ce
qui s'exprime dans leur énonciation: «Notre moi le plus intime
est vierges, qui ne peuvent être déflorés par personne. Ils
disent aussi: "Les poitrines des hommes nobles sont les
cimetières des secrets les plus intimes." Ils disent aussi: "Si
l'os à côté de mon cœur apprend le secret de mon cœur, je le
jetterai sûrement. »Ceci n'est qu'une petite partie de
l'explication de leurs termes et de la clarification des phrases
par lesquelles ils se sont distingués. Nous citerons maintenant
un certain nombre de chapitres expliquant le sens des étapes,
qui sont les étapes des voyageurs [mystiques] Les stations
[mystiques] (maqamat) Le repentir (tawba) Dieu le Très Haut
dit; "Et vous vous adressez tous à Dieu, ô vous qui êtes
croyants; »Abu Bakr Muhammad ibn al-Husayn b) Furak -
que Dieu ait pitié de lui - lié à nous: Ahmad B. Mahmud B.
Khurrazadh avec nous: Muhammad B. Fadl B. Jabir nous a dit
Abdallah a dit: Ahmad ben Zakariya a dit: mon père a dit: J'ai
entendu Anas b.J'ai entendu le Messager de Dieu - que Dieu le
bénisse et le salue - dire: «Celui qui se repent du péché est
comme quelqu'un qui n'a jamais péché, et quand Dieu aime un
serviteur, le péché ne l'affligera jamais. Puis il a récité [le
verset suivant]: "En vérité, Dieu aime ceux qui se repentent, et
Il aime ceux qui se purifient." Quelqu'un a demandé:
"Messager de Dieu, quel est le signe de la repentance?" Il a
répondu: "Remords". Ali b. Ahmad b. Adnan al-Ahwazi nous
a raconté que Abu H-Husayn Ahmad b. Ubayd al-Saffar a dit:
Muhammad b. al-Fadl b. Jabir nous a raconté que al-Hakam b.
Musa lié à nous que Ghassan b. Ubayd b. Abi Atika Tarif b.
Salman nous a dit sur l'autorité d'Anas b. Malik que le
Prophète - que Dieu bénisse et salue lui et sa famille - a dit: "Il
n'y a rien de plus cher à Dieu qu'un jeune repentant."La
repentance est la première étape des voyageurs [mystiques] et
la première étape des chercheurs [de Dieu]. Dans la langue
arabe, le vrai sens de la repentance est "retour"; ils disent:
"Haba [il s'est repenti]" dans le sens "Il est revenu." La
repentance est donc de revenir de ce qui est blâmable, selon la
Loi Divine, à ce qui est louable, Le Prophète - que Dieu le
bénisse et le salue - dit : "Le remords est la repentance." Les
savants de la Sunna du Prophète, qui se spécialisent dans les
principes fondamentaux de la religion, ont dit que les trois
conditions de la repentance sont les suivantes: remords pour
les actes contraires à la loi divine; résolus à ne jamais
commettre d'actes de désobéissance similaires, ces conditions
sont essentielles pour que la repentance soit valide.La
déclaration que le remords est la repentance souligne son
aspect le plus important, de la même manière que le Prophète
dit que le «pèlerinage d'Arafat» souligne la pierre angulaire du
[rite de] pèlerinage - à savoir se lever et prier là. Cependant,
cela ne signifie pas qu'hormis la position à Arafat, il n'y a pas
d'autres éléments importants du pèlerinage. Au contraire, cela
signifie que se tenir là est la pierre angulaire du pèlerinage. De
même, l'affirmation du Prophète que le remords est la
repentance signifie que la repentance est la pierre angulaire du
remords. Certains de ceux qui ont atteint la vraie réhabilitation
ont soutenu que le remords est suffisant pour obtenir la
repentance, parce qu'il implique les deux autres conditions,car
il est inconcevable qu'on persiste à faire quelque chose qu'on
regrette ou qu'on regrette quelque chose qu'on a décidé de
commettre dans le futur. Ceci est une définition générale et
sommaire de la signification de la repentance. Du point de vue
d'une explication et d'une explication plus détaillées, la
repentance a ses causes, sa séquence et ses divisions. Au début,
le cœur se réveille du sommeil de l'insouciance et le serviteur
prend conscience de sa mauvaise condition. Il y parvient grâce
à l'aide de Dieu, car, dans son esprit, il commence à écouter
les exhortations de Dieu - gloire à Lui - par l'ouïe de son cœur.
Ceci est mentionné dans une tradition prophétique qui dit;
"L'exhorteur de Dieu réside dans le cœur de tout homme
musulman." Selon une autre tradition, "il y a un morceau de
chair dans chaque corps [humain].Tout le corps est en bonne
santé, et s'il est malade, tout le corps est malade aussi. »Si le
serviteur considère le mal qu'il a fait et voit les actes horribles
qu'il a commis, le désir de repentance entrera dans son cœur
avec le désir de s'abstenir de mauvaises actions. l'aidera à
renforcer sa résolution, à retourner à Dieu de la meilleure
manière possible, et à se préparer aux exigences de la
repentance.La première de ces exigences est de se séparer des
amis pécheurs - c'est-à-dire, ceux qui essaieraient pour l'inciter
à rejeter son but et chercher à miner sa résolution saine, ce qui
ne peut être accompli que par la persévérance dans la
contemplation,ce qui augmentera son désir de repentance et
multipliera les motifs qui l'incitent à accomplir sa résolution
en renforçant en lui la crainte [de Dieu] et l'espoir [de Sa
miséricorde]. Ensuite, le noeud de sa persistance à maltraiter
autour de son cœur se desserrera, à la suite de quoi il
s'abstiendra des choses interdites et empêchera son ego de
poursuivre ses passions. À ce moment-là, il abandonnera son
péché une fois pour toutes et décidera de ne plus jamais
commettre de mauvaises actions. S'il a continué à vivre
conformément à son but et à agir conformément à sa
résolution, cela signifie qu'il a obtenu un véritable succès dans
son entreprise. Cependant, s'il viole une ou deux fois les
exigences de la repentance, sa détermination devrait être
renouvelée. Cette chose peut arriver plusieurs fois. Cependant,
il ne faut pas désespérer de la repentance de ces personnes, car
"A chaque période, un décret est établi. "" On raconte qu'Abu
Sulayman al-Darani a dit: "J'ai assisté à l'assemblée d'un
prédicateur. Pendant que j'étais là, ses mots ont laissé une
profonde impression sur mon cœur. Cependant, quand j'étais
sur le point de partir, il n'en restait rien dans mon cœur. Je suis
revenu une deuxième fois. Cette fois, l'effet de ses mots resta
dans mon cœur jusqu'à ce que je rentre chez moi. J'ai ensuite
brisé les moyens de désobéissance et je me suis embarqué sur
le chemin [soufi]. »On raconte que [en entendant cette histoire]
Yahya B. Mu adh s'exclama:« Un moineau captura une grue!
»Par le moineau, il entendait ce prédicateur, et par la grue Abu
Sulayman al-Darani.Il est rapporté qu'Abu Hafs al-Haddad 'a
dit: "J'ai abandonné une certaine action répréhensible, puis je
suis revenu à elle. Puis l'action m'a abandonné, et je n'y suis
plus retourné après ça. "On raconte qu'au début de son affaire
Abu Amr b. Nujayd a assisté aux sessions d'Abu Uthman [al-
Hiri]. «Ses discours ont affecté son cœur pour qu'il se repente,
puis il a connu une rechute et a commencé à se cacher d'Abou
Hourman lorsqu'il l'a vu et a cessé d'assister à ses séances Un
jour, Abu thman l'a rencontré [dans la rue]. Abu Uthman le
suivit et le poursuivit jusqu'à ce qu'il le rattrape, et s'écria:
«Mon fils, ne reste pas en compagnie de quelqu'un qui ne
t'aime que lorsque tu es sans péché. Dans cette situation, Abu
Uthman peut vous être utile! "Abu Amr ben Nujayd se repentit,
retourna à son intention [de devenir un soufi] et y réussit.J'ai
entendu le shaykh Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait
miséricorde sur lui - dire qu'un chercheur (murid) s'est repenti,
puis a connu une rechute.il se demandait s'il devait revenir [à
son repentir] et ce qui arriverait s'il le faisait. Tout à coup, il
entendit une voix: «O untel, vous nous avez obéi, nous vous
avons remerciés, vous nous avez abandonnés, nous vous avons
accordé un répit, si vous revenez nous, nous vous recevrons!
Le jeune homme revint à son intention et y réussit. Quand le
serviteur abandonne les actes de désobéissance, quand le nœud
de la persévérance [dans les actes pécheurs] est détaché de son
cœur, quand il décide de ne jamais en commettre, tout en
éprouvant des remords dans son cœur, il regretter son
comportement. Il commence alors à se reprocher ses états
diaboliques et ses vilaines actions. Tout cela fait que son
repentir est complet: son effort est maintenant sincère;il a
substitué la solitude à la compagnie des amis diaboliques en se
retirant d'eux et a choisi une retraite solitaire à cause d'eux; il
passe ses jours et ses nuits à se lamenter [de ses anciennes
voies diaboliques] et manifeste un regret sincère dans tous ses
états; par la pluie de ses larmes il efface les traces de ses
trébuchements; par la beauté de son repentir, il traite les
blessures de ses défaillances; il se distingue de ses pairs par
son regard émacié, qui indique l'authenticité de son état.
Personne ne peut accomplir tout cela sans d'abord satisfaire les
exigences de ses adversaires et abandonner les actes d'injustice
qu'il a commis. Pour la première étape de la repentance est de
satisfaire ses adversaires dans toute la mesure du
possible.Quand il a assez de moyens pour répondre à leurs
revendications ou quand ils décident de le déclarer libre de
leurs revendications, qu'il en soit ainsi. Si non, alors il doit
fermement résoudre dans son coeur pour accomplir leurs
réclamations, dès qu'une occasion se présente et se tourner
vers Dieu avec des prières sincères et des supplications en leur
nom. Ceux qui se repentent ont des caractéristiques et des états
[spéciaux] qui les caractérisent. Ils sont considérés comme
faisant partie intégrante de la repentance, dans la mesure où ils
sont caractéristiques de ceux qui les possèdent. Cependant, ils
ne sont pas nécessairement une condition préalable à la
solidité de la repentance. Les déclarations des maîtres soufis
sur la signification du repentir pointent dans cette direction.
J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié
de lui - dise: "La repentance se compose de trois parties: Son
commencement est tawba [repentance],sa partie médiane est
inaba [se tournant vers Dieu], et sa fin est awha [retour à Dieu].
"Ainsi, il a placé la repentance au début, retourner [à Dieu] à
la fin et se tourner vers Dieu au milieu. Quiconque se repent
par désir de récompense [divine] acquiert le droit de se tourner
vers Dieu, et quiconque se repent par obéissance au
commandement [divin], non par désir de récompense, ni par
crainte de châtiment, Ils disent aussi que la repentance est la
caractéristique des croyants, parce que Dieu le Très-Haut a dit:
"Et que tous se tournent vers Dieu [en repentance], ô vous qui
êtes croyants. Quant à vous tourner vers Dieu, c'est la
caractéristique de Les amis de Dieu et ceux qui ont été
approchés, car le Dieu Très-Haut dit: "Celui qui se tourne avec
un cœur pénitent. Quant au retour à Dieu,c'est la
caractéristique des prophètes et des messagers, car Dieu Très-
Haut a dit: "Quel excellent serviteur [de Dieu] il [Salomon]
était, il retournait toujours à Dieu dans la pénitence." J'ai
entendu dire que Cheikh Abou Abd al-Rahman al -Sulami a
dit: J'ai entendu que Mansour ben Abdallah a dit: J'ai entendu
Ja loin b. Nusayr dire: J'ai entendu al-Junayd dire: "Le repentir
a trois significations. Le premier est le regret; la seconde est la
résolution de ne pas revenir à ce que Dieu a interdit; le
troisième est l'effort pour redresser les torts [envers les autres].
»Sahl ben Abdallah [al-Tustari] a dit:« La repentance est de
s'abstenir de procrâination. »J'ai entendu Muhammad ben al-
Husayn - que Dieu ait merci d'avoir entendu Abu Bakr al-Razi
dire: J'ai entendu Abou Abdallah al-Qurashi dire: J'ai entendu
al-Junayd dire: J'ai entendu al-Harith [al-Muhasibi] dire: "Je
n'ai jamais dit:" Mon Dieu,Je Te demande la repentance. Au
lieu de cela, j'ai dit: «Je Te demande le désir de me repentir.»
Abou Abdallah al-Shirazi - que Dieu ait pitié de lui - nous a
rapporté: J'ai entendu Abou Abdallah ben Muslih à Ahwaz
dire: J'ai entendu Ibn Ziri dire: J'ai entendu al-Junayd dire:
"Un jour je suis venu à al-Sari [al-Saqati]. Quand j'ai vu qu'il
était désemparé, je lui ai demandé ce qui s'était passé. Il a dit:
'Un jeune homme est venu me voir pour me demander de me
repentir. Je lui ai dit; "La repentance, c'est que tu n'oublies pas
tes péchés." Il m'a contredit en disant: «Au contraire, la
repentance, c'est que tu oublies tes péchés!» Je [al-Junayd] lui
ai dit [al-Sari] que, à mon avis, le jeune homme avait raison. Il
m'a demandé pourquoi. J'ai dit que si je devais me trouver
dans l'état d'éloignement [de Dieu], alors être transporté à l'état
de proximité [à Lui],alors mon souvenir de l'éloignement dans
l'état de pureté n'est rien d'autre que l'aliénation. En entendant
cela, al-Sari devint silencieux: "J'ai entendu Abu Hatim al-
Sijistani - que Dieu ait pitié de lui - dire: J'ai entendu Abu
Nasr al-Sarraj dire: quelqu'un a demandé à Sahl ben Abdallah
[al-Tustari] de repentance Il a répondu: "C'est quand vous
n'oublierez pas vos péchés." Quand on a demandé à al-Junayd
à propos de la repentance, il a répondu que c'est quand vous
oubliez vos péchés, Abu Nasr al-Sarraj a dit: état des
débutants et des novices, qui est en constante évolution. Quant
à al-Junayd, il se référa à la repentance de ceux qui ont atteint
la vérité; car ils ne se souviennent pas de leurs péchés, parce
que la majesté de Dieu le Très-Haut et le souvenir de Lui ont
acquis la pleine maîtrise de leurs cœurs. "Il [Abou Nasr] a
ensuite soutenu que cela était similaire à la réponse de
Ruwaym à une question sur la repentance, selon laquelle on
devrait se repentir de son repentir. Quand quelqu'un a
demandé à Dhu H-Nun al-Misri au sujet de la repentance, il a
répondu que les gens ordinaires se repentent des péchés, alors
que les élus se repentent de l'oubli. Abu H-Husayn al-Nuri a
dit que la repentance signifie se repentir de tout autre que Dieu
- qu'Il soit exalté et glorifié. J'ai entendu Muhammad b.
Ahmad b. Muhammad al-Sufi dit: J'ai entendu Abdallah b. Ali
b. Muhammad al-Tamimi dit: "Quelle grande différence entre
quelqu'un qui se repent de ses péchés, quelqu'un qui se repent
de son oubli et quelqu'un qui se repent de la conscience de ses
propres bonnes œuvres." Al-Wasiti a dit: "Le repentir sincère
ne laisse aucune trace de désobéissance sur le pénitent, que ce
soit caché ou manifeste.Si la repentance de quelqu'un est pure,
il ne se soucie pas de savoir où il passe la nuit ou où il passe la
journée. »J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami
dire: J'ai entendu Muhammad Ibn Ibrahim ben Fadl al-
Hashimi dire : J'ai entendu Muhammad ben al-Rumi dire: J'ai
entendu Yahya B. Mu adh: "Mon Dieu, je ne dis pas: 'Je me
suis repenti et je ne reviendrai pas [sur mon repentir], parce
que je connais ma vraie nature . Je ne m'engage pas non plus à
abandonner tous les péchés, car je sais bien que je suis faible.
Je dis: «Peut-être ne reviendrai-je pas à mes vieilles habitudes,
parce que je pourrais mourir avant cela!» Dhu H-Nun a dit:
«Demander le pardon de Dieu sans abandonner le péché, c'est
la repentance des menteurs. J'ai entendu Muhammad ben al-
Husayn dire: J'ai entendu al-Nasrabadhi dire: J'ai entendu Ibn
Yazdaniyar dire qu'on lui avait demandé: "Si le serviteur de
Dieu part à la rencontre de Dieu,avec quel principe doit-il se
conformer? "Il a dit:" Il ne devrait pas retourner à ce qu'il a
abandonné; Il ne devrait pas non plus prêter attention à quoi
que ce soit, excepté Celui pour qui il a quitté ce monde. Il
devrait alors garder son cœur intime de ne pas remarquer ce
qu'il vient de laisser derrière lui. »On lui a dit: est la propriété
de quelqu'un qui a quitté l'existence. Qu'en est-il de quelqu'un
qui a quitté la non-existence? "Il a répondu:" La douceur dans
l'avenir se substitue à l'amertume dans le passé. "Quelqu'un a
demandé à al-Bushanji au sujet de la repentance. Dhu H-Nun a
dit: "La vraie essence de la repentance est que" la terre pour
toute sa largeur [est] étroite pour vous "afin que vous n'y
trouviez aucun repos; alors votre propre moi devient étroit
pour vous, comme Dieu le Très-Haut a mentionné dans son
livre; 'Quand la terre devint étroite pour eux ... et leurs âmes
devinrent étroites pour eux, et ils pensaient qu'il n'y avait pas
d'abri de Dieu sauf en Lui, alors Il se tourna vers eux, afin
qu'ils puissent aussi se tourner.' Ibn Ata [al-Adami] a dit; "Il y
a deux sortes de repentance: la repentance du retour et la
repentance de l'obéissance La repentance du retour est que
quelqu'un se repent par peur de la punition de Dieu, alors que
la repentance de l'obéissance est que quelqu'un se repent d'un
sentiment de la honte pour la générosité de Dieu [envers lui]. "
Abu Hafs a été demandé; "Pourquoi une personne repentante
déteste ce monde?" Il a répondu; "Parce que c'est l'endroit où
il commet ses péchés".On lui demanda alors: "N'est-ce pas
aussi le lieu où Dieu l'a honoré de repentir?" Il a répondu: "On
ne peut avoir aucun doute sur ses péchés, alors qu'on ne peut
jamais être certain que son repentir a été accepté." Al-Wasiti a
dit: "David - que la paix soit sur lui - se réjouit d'abord, puis la
douceur de son obéissance [envers Dieu] lui fit pousser un
profond soupir." Son second état spirituel était plus complet
que le temps où son [véritable] la condition lui était cachée. "
Un maître soufi a dit: "Le repentir des menteurs est sur le bout
de leurs langues." Il voulait dire qu'ils répètent constamment
[la phrase]; "Que Dieu me pardonne." Quelqu'un a demandé à
Abu Hafs de se repentir. Il a répondu: "Le serviteur n'a rien à
faire avec la repentance, parce que cela vient à lui, pas de
lui."Il est dit que Dieu - gloire à Lui - a révélé à Adam les
mots suivants; «Adam, tu as légué à ta misère et à ton
affliction, alors que je leur ai légué la repentance: quiconque
parmi eux m'appelle, comme tu l'as fait, je répondrai à sa
prière comme j'ai répondu à la tienne: Adam, je ressusciterai
repentant de leurs tombes ravies et riant Leurs prières seront
répondues! " Un homme a dit à Rabi'a; "J'ai commis beaucoup
de péchés et d'actes de désobéissance Si je décidais de me
tourner vers Dieu, se tournerait-il vers moi?" Elle a répondu;
"Non. Seulement s'il se tournait vers vous, alors vous seriez
capable de vous tourner vers Lui." Sache que Dieu le Très
Haut a dit; "En vérité, Dieu aime ceux qui se repentent, et Il
aime ceux qui se purifient. Un homme qui a succombé à une
erreur peut être certain de son péché.s'il décide de se repentir,
il ne peut jamais être certain que Dieu accepte son repentir,
surtout s'il considère qu'il a naturellement droit à l'amour de
Dieu. Pour que le pécheur atteigne le stade où il découvrira les
signes de l'amour de Dieu envers lui, il doit parcourir une
grande distance. Par conséquent, il incombe à tous ceux qui
savent qu'il a commis un péché qui requiert la repentance
d'embrasser l'humilité, de renoncer à toutes ses fautes et de
demander le pardon de Dieu, comme dans le dicton;
"Persévérez dans la terreur [du châtiment divin] jusqu'à l'heure
fixée!" Le plus grand de tous les orateurs a dit: "Dis:" Si vous
aimez Dieu, suivez-moi, et Dieu vous aimera. " Cela faisait
partie de la coutume du Prophète de demander constamment le
pardon de Dieu: Dieu le bénit et le salue, dit-il.Mon coeur est
couvert par un nuage. C'est pourquoi je demande le pardon de
Dieu soixante-dix fois par jour. »J'ai entendu Abou Abdallah
al-Sufi dire: J'ai entendu al-Husayn ben Ali dire: J'ai entendu
Muhammad ben Ahmad dire: j'ai entendu Abdallah ben Sahl
dire, j'ai entendu Yahya B. Mu adhmad dit: «Un lapsus après
le repentir est plus laide que soixante-dix avant» J'ai entendu
Muhammad ben al-Husayn dire, j'ai entendu Abu Abdallah al-
Razi dire, j'ai entendu Abu Uthman [al-Hiri] dire commentant
les mots de Dieu Tout-Puissant et Glorieux: «Vraiment, leur
retour nous est signifié. Cela signifie:« Nous sommes à leur
retour, même s'ils ont persisté longtemps dans des actes de
désobéissance. »J'ai entendu Shaykh Abu Abd al -Rahman al-
Sulami dit: J'ai entendu Abu Bakr al-Razi dire: J'ai entendu
Abu Umar al-Anmati dire: "Ali b. Isa le vizir "est monté dans
une grande procession.Quelques étrangers parmi les badauds
commencèrent à s'enquérir; 'Qui est-ce?Qui est-ce?' Une
femme debout sur le bord de la route a dit; «Combien de
temps allez-vous continuer à demander," Qui est-ce? Qui est-
ce? " C'est un serviteur de Dieu, qui est tombé de la grâce de
Dieu, ainsi il l'a affligé de ce que vous voyez. Quand Ali b. Isa
a entendu cela, il est retourné à sa maison et a démissionné du
vizirat. Il partit alors pour la Mecque et ne le quitta plus jamais.
"Effort (mujahada) Dieu Très Haut a dit:" Et ceux qui luttent
pour l'amour de Dieu, Nous les guiderons dans Nos voies;
Dieu est avec les bons. Abu H-Husayn Ali b. Ahmad al-
Ahwazi est lié à nous; Ahmad b.Ubayd al-Saffar nous est
apparenté: al-Abbas b. al-Fadl al-Isqati lié à nous: Ibn Kasib
lié à nous: Ibn Uyayna relaté à nous d'Ali b. Zayd d'Abu
Nadra d'Abu Said al-Khudri, qui a dit que le Messager de Dieu
a été interrogé sur le type le plus noble de l'effort spirituel
(djihad). Il a répondu; "Un mot de justice parlé devant un
dirigeant despotique." En entendant ces larmes ont commencé
à couler des yeux d'Abu Said. J'ai entendu le maître Abu Ali
al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - disons; "Si quelqu'un
orne ses extérieurs avec effort, Dieu embellira son soi interne
avec la vision de Lui." Dieu le Très Haut a dit; "Et ceux qui
luttent pour l'amour de Dieu, Nous les guiderons dans Nos
voies". V / 165 Sachez que quiconque ne se bat pas (pour
l'amour de Dieu) depuis le début, ne trouvera aucune trace de
ce chemin [soufi].J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-
Sulami dire; J'ai entendu Abu Uthman al-Maghribi dire;
"Quiconque pense que quelque chose du chemin sera révélé
ou dévoilé pour lui sans qu'il s'exerce constamment est dans
l'erreur." J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu
ait pitié de lui - disons; "Celui qui ne se lève pas au début de
son voyage ne sera pas autorisé à s'asseoir à sa fin." Je l'ai
aussi entendu dire; "Quand les gens disent:" Le mouvement
est une bénédiction ", ils impliquent que le fait de se donner
soi-même à l'extérieur apporte des bénédictions à l'intérieur."
J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn disent; J'ai entendu
Ahmad b.J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu
ait pitié de lui - disons; "Celui qui ne se lève pas au début de
son voyage ne sera pas autorisé à s'asseoir à sa fin." Je l'ai
aussi entendu dire; "Quand les gens disent:" Le mouvement
est une bénédiction ", ils impliquent que le fait de se donner
soi-même à l'extérieur apporte des bénédictions à l'intérieur."
J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn disent; J'ai entendu
Ahmad b.J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu
ait pitié de lui - disons; "Celui qui ne se lève pas au début de
son voyage ne sera pas autorisé à s'asseoir à sa fin." Je l'ai
aussi entendu dire; "Quand les gens disent:" Le mouvement
est une bénédiction ", ils impliquent que le fait de se donner
soi-même à l'extérieur apporte des bénédictions à l'intérieur."
J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn disent; J'ai entendu
Ahmad b. Ali b.Ja loin dire; J'ai entendu al-Husayn b. Alluya
dit; Abu Yazid a dit: "Pendant douze ans, j'étais le forgeron de
mon âme, puis pendant cinq ans j'étais le miroir de mon coeur,
puis pendant un an je regardais ce qui se trouvait entre les
deux, et autour de la taille de Mon être extérieur était la
ceinture d'un infidèle.J'ai alors travaillé pendant douze autres
années pour le couper.J'ai alors regardé, et voici, j'ai vu une
ceinture d'infidèles enroulée autour de mon moi intérieur.J'ai
donc passé cinq ans de plus à essayer de le couper. Je me
demandais comment je pouvais le couper, [la vérité] m'a été
révélée.J'ai regardé les créatures de Dieu et les ai vues être
mort.J'ai donc prononcé 'Dieu est grand' sur eux quatre
fois.J'ai entendu Cheikh Abou Abd al-Rahman al-Sulami dit,
j'ai entendu Abu H-Abbas al-Baghdadi dire, j'ai entendu Ja
loin dire, j'ai entendu al-Junayd dire, j'ai entendu al-Sari [al-
Saqati] dire: «O jeunes hommes!Exercez-vous pleinement,
avant que vous ayez atteint mon âge et deveniez décrépit et
incapable, comme je l'ai fait. »[Il a dit ceci], bien qu'à ce
moment les jeunes hommes étaient loin de lui en ce qui
concerne le culte de Dieu. Je l'ai entendu dire: J'ai entendu
Abu Bakr al-Razi dire: J'ai entendu Abd al-Aziz al-Najrani
dire: J'ai entendu al-Hasan al-Qazzaz dire: "Cette affaire est
basée sur trois choses: que vous ne mangiez pas tu meurs de
faim; que vous ne dormez pas à moins d'être maîtrisé [par le
sommeil]; »Je l'ai également entendu [al-Sulami] dire: J'ai
entendu Mansour ben Abdallah dire: J'ai entendu Muhammad
b. Hamid dire: J'ai entendu Ahmad b. Khadrawayh dire: Je a
entendu Ibrahim ben Adham dire: "Personne n'atteindra jamais
le degré du juste jusqu'à ce qu'il ait surmonté six obstacles:
premièrement,qu'il ferme la porte de la générosité et ouvre la
porte de l'épreuve; deuxièmement, qu'il ferme la porte de la
vaine gloire et ouvre la porte de l'humilité; troisièmement, il
ferma la porte du repos et ouvrit la porte de la recherche
ardente; quatrièmement, il ferma la porte du sommeil et ouvrit
la porte de la veillée nocturne; cinquièmement, qu'il ferme la
porte de la richesse et ouvre la porte de la pauvreté; sixième,
qu'il ferme la porte de l'espoir [pour un avenir meilleur] et
ouvre la porte de la promptitude à la mort. "Shaykh Abu Abd
al-Rahman al Sulami a dit: J'ai entendu mon grand-père Abu
Amr B. Nujayd dire: »J'ai entendu Mansour ben Abdallah dire:
J'ai entendu Abu Ali al-Rudhbari dire:« Si un Soufi dit après
cinq jours de jeûne qu'il a faim, alors envoie-le au bazar. et
dites-lui de gagner sa vie! "Sachez que la racine et le
fondement de l'effort est de sevrer l'âme de ses habitudes et de
l'habituer à résister à ses passions en tout temps. L'âme a deux
traits qui l'empêchent de faire le bien. Il est totalement absorbé
par la poursuite de ses désirs et le refus d'accomplir des actes
d'obéissance. Quand l'âme essaye de se déchaîner à la
poursuite de sa passion, il doit la freiner avec les rênes de la
piété. Quand il devient réfractaire à la volonté de Dieu, il doit
l'orienter vers l'opposition de ses désirs. Quand il se rebelle et
vole en colère, il doit le maîtriser, car aucune lutte n'a de
meilleur résultat que celle où la colère est vaincue par un bon
caractère moral et où ses braises sont éteintes par la
douceur.Et quand l'âme découvre le doux vin de la détente et
trouve du réconfort seulement en montrant ses traits fins et en
se préparant devant quelqu'un qui se soucie de la regarder et
prend soin d'elle, il est nécessaire de la briser de son habitude
et de la rendre arrêtez-vous à la demeure de l'humiliation en
lui rappelant sa petite valeur, ses humbles origines et la
turpitude de ses actes. Les gens ordinaires s'efforcent de
protéger leurs actions [du péché], tandis que les élus
s'efforcent de purifier leurs états [internes]. Pour les
restrictions de la faim et de la nuit, les veillées sont simples et
faciles, tandis que l'amélioration de la morale d'un homme et
le nettoyage des traits du mal sont beaucoup plus difficiles.
L'un des traits les plus sinistres de l'âme est sa tendance à
prendre plaisir à des éloges fulgurants. Quiconque participe à
cette coupe portera le poids du ciel et de la terre sur ses
paupières!Un signe de cette [condition] est que lorsque cette
boisson [de louange] lui est refusée, son état spirituel retourne
à l'indolence et à l'ineptie. Pendant de nombreuses années, un
certain maître soufi avait l'habitude de prier au premier rang
de la mosquée qu'il fréquentait. Un jour, quelque chose l'a
empêché d'arriver tôt à la mosquée, alors il a prié dans la
dernière rangée. Après cela, il n'a pas été vu pendant un
moment. Quand quelqu'un lui a demandé la raison de cela, il a
répondu: "J'ai prié au premier rang pendant tant d'années, alors
que je faisais mes prières quotidiennes, je pensais que je ne les
consacrais qu'à Dieu. J'étais vaincu par une sorte de honte,
parce que les gens de la mosquée me voyaient au dernier rang,
et je me suis rendu compte que tout mon zèle pendant toutes
ces années venait de mon désir d'être vu faire mes prières.Il est
lié que Abu Muhammad al-Murta a dit une fois; «Avant, je
partais en pèlerinage sans provisions, ou chevauchant un
animal, puis je me rendais compte que tout mon effort était
terni par mon plaisir de le faire ... Un jour, ma mère m'a
demandé de lui apporter de l'eau. cette demande pesante, je me
suis soudainement rendu compte que mon empressement à
accomplir les pèlerinages venait de ce que mon âme prenait
plaisir à cela et d'une tache qui y restait encore car si mon âme
avait été annihilée [par des rigueurs ascétiques], elle n'aurait
pas J'ai trouvé que c'était pénible de faire quelque chose qui
est prescrit par la Loi Divine. " "Il y avait une femme qui avait
atteint un âge avancé, quelqu'un l'interrogeait sur son état, elle
répondait:" Quand j'étais jeune,J'ai trouvé dans mon âme les
pouvoirs et les pulsions que je considérais comme venant de la
force de mon état [spirituel]. Mais quand j'ai vieilli, ils ont
disparu. C'est alors que j'ai réalisé que ces pouvoirs et ces
pulsions venaient de la force de ma jeunesse, et non de la force
de mes états spirituels, comme je l'avais imaginé. »J'ai entendu
Shaykh Abu Ali al-Daqqaq dire:« Chaque maître soufi J'ai
entendu cette histoire, je ne pouvais pas m'empêcher de
ressentir une grande compassion pour cette vieille dame et je
dirais qu'elle avait absolument raison. »J'ai entendu
Muhammad ben al-Husayn dire: J'ai entendu Muhammad ben
Abdallah ben Shadhan dire: j'ai entendu Yusuf b. al-Husayn
dit: J'ai entendu Dhu H-Nun al-Misri dire: «Dieu ne loue son
serviteur sans plus d'honneur que de lui montrer la dépravation
de son âme. En même temps,Dieu soumet son serviteur à une
humiliation plus grande que de lui cacher la dépravation de
son âme. »Je l'ai aussi entendu [Mohammed al-Husayn] dire:
J'ai entendu Muhammad ben Abdallah dire: J'ai entendu
Ibrahim al-Khawwas dire; Il n'y a pas eu une seule chose
épouvantable sur laquelle je n'embarquerais pas. - Je l'ai aussi
entendu dire; J'ai entendu Abdallah al-Razi dire; J'ai entendu
Muhammad b. al-Fadl dit; "Le repos est d'être libre des
aspirations de son âme." J'ai entendu Abu Abd al-Rahman [al-
Sulami] dire; J'ai entendu Mansur b. Abdallah dit; J'ai entendu
Abu Ali al-Rudhbari dire; "Les malheurs viennent sur
l'humanité de trois choses: la maladie dans la disposition
naturelle, s'accrocher aux [mauvaises] habitudes, et la
mauvaise compagnie," I [Mansour b. Abdallah] l'a interrogé
sur la maladie de la disposition naturelle. Il a répondu qu'il
mangeait de la nourriture interdite.Je lui ai demandé de
m'accrocher aux mauvaises habitudes. Il a répondu qu'il
regardait et écoutait les choses interdites et la calomnie. Je lui
ai demandé de mauvaise compagnie. Il a répondu que c'était
pour suivre n'importe quelle passion qui surgit dans votre âme.
Je l'ai aussi entendu dire: J'ai entendu al-Nasrabadhi dire: "Ton
âme est ta prison, quand tu t'en es échappé, tu seras dans une
éternelle aisance". Je l'ai également entendu dire: J'ai entendu
Muhammad al-Farra dire: J'ai entendu Abu H-Husayn al-
Warraq dire: "Au début de notre affaire à la mosquée d'Abu
Uthman al-Hiri, notre meilleure pratique était de donner loin
de tout ce qui nous a été donné [comme un don pieux], de
passer la nuit sans savoir ce que notre subsistance serait le
lendemain, et quand l'un d'entre nous a rencontré quelque
chose de désagréable, nous n'avons pris aucune revanche [sur
les responsables].nous avons excusé les contrevenants et
montré de l'humilité envers eux. Et quand le dédain pour
quelqu'un est entré dans nos cœurs, nous nous sommes mis à
son service et l'avons traité avec bonté jusqu'à ce que [ce
sentiment] cesse. "Abu Hafs [al-Haddad] a dit:" L'âme n'est
que ténèbres; son secret [coeur] est sa lampe; et la lumière de
cette lampe est Godspeed. Quiconque n'est pas accompagné
par l'assistance de Dieu dans son secret [le coeur] s'attarde
dans l'obscurité totale. "L'imam et le maître al-Qushayri ont
dit que le sens de ses mots" la lampe de l'âme est son secret
"est le secret. qui existe entre le serviteur et le Dieu Très-Haut,
c'est le lieu de sa sincérité au moyen de laquelle le serviteur
prend conscience que tout vient de Dieu et non de lui ou de
lui.il se libère des prétentions à tout pouvoir et toute capacité
[d'agir par lui-même] à tout moment. Il est alors protégé du
mal de son âme par l'assistance de Dieu, car si cette aide ne lui
est pas accordée, sa connaissance de lui-même et de Dieu ne
lui sera d'aucune utilité. Par conséquent, les maîtres soufis ont
dit: "Celui qui n'a pas de secret [coeur] est voué à persister
[dans le péché]." Abu Uthman [al-Hiri] a dit: «Un homme ne
peut pas voir les fautes de son âme, s'il continue à y trouver
quelque chose de bon, seul celui qui blâme son âme à tout
moment pourra voir ses fautes. Abu Hafs [al-Haddad] a dit:
"Combien rapide est la destruction de celui qui est incapable
de reconnaître ses fautes, car la désobéissance est le messager
de l'incrédulité." Abu Sulayman [al-Darani] a dit: "Je ne
considère pas qu'une seule action de mon âme soit bonne et ne
m'attends pas à ce qu'elle soit comptée en ma faveur. "Al-Sari
[al-Saqati] a dit:" Méfiez-vous de ceux qui fréquentent les
riches, ceux qui récitent le Coran Dhu H-Nun al-Misri a dit:
«La corruption afflige les hommes à cause des six choses
suivantes. D'abord, quand leur désir de travailler pour l'au-delà
est faible; deuxièmement, quand le corps des hommes devient
l'otage de leurs convoitises; troisièmement, quand ils ont de
grands espoirs pour l'avenir, alors que leur vie est si courte;
quatrièmement, quand ils s'efforcent de plaire aux créatures au
lieu de plaire à leur Créateur; cinquièmement, quand ils
poursuivent leurs passions, tout en tournant le dos à la
coutume du Prophète {sunnd) \ sixième,quand ils justifient
leurs faihngs en mentionnant les ships mineurs commis par les
nobles ancêtres, "tout en enterrant leurs nombreuses vertus"
Retreat (khalwa) et réclusion (uz7a) Abu H-Hasan Ali b.
Ahmad b.Abdan lié à nous: Ahmad b. Ubayd al-Basri lié à
nous: Abd al-'Aziz b. Mu awiyya nous a dit: al-Qa nabi nous a
dit: Abd al-Aziz b. Abi Hazim nous a raconté sous l'autorité de
son père, qui lui a rapporté l'autorité de Baja b. Abdallah b.
Badr al-Juhani sur l'autorité d'Abu Hurayra, qui a dit: "Le
Messager de Dieu - que la paix et la bénédiction de Dieu
soient sur lui - a dit:" Le meilleur de tous les modes de vie
possibles est pour un homme de prendre les rênes de son Si
l'enfant entend le son de l'alarme et de la panique, il est sur le
dos de son cheval, cherchant la mort ou le martyre au bon
endroit, ou la vie d'un homme qui s'occupe de ses moutons et
de ses chèvres. un sommet de montagne ou au fond d'une
vallée, il accomplit ses prières, fait l'aumône et adore son
Seigneur jusqu'à ce que "il vienne à Lui la Certitude [de la
mort]".Les gens ne voient rien de bon que de lui. "La retraite
appartient aux élus, tandis que la réclusion est un signe du
peuple de l'union [avec Dieu] .Il incombe au chercheur, qui
s'embarque sur le chemin [à Dieu], de se mettre à l'écart de
son propre genre. À la fin de son chemin, il doit pratiquer la
réclusion afin de parvenir à l'intimité avec Dieu.Quand un
homme choisit la réclusion, il doit être sûr qu'il le pratique afin
de protéger les autres de son mal, pas pour être à l'abri de leur
mal. Le premier vient de sa pensée peu de lui-même, tandis
que le dernier vient de se voir meilleur que les autres, un
homme qui pense peu de lui est humble, tandis qu'un homme
qui se considère plus digne que les autres est vaniteux. a vu un
moine et lui a demandé: "Vous êtes un moine, n'est-ce pas?" Il
a répondu: "Non,Je garde un chien. Mon âme est un chien qui
mord les gens. Je l'ai donc enlevé d'eux, afin qu'ils soient à
l'abri de cela. "Une fois quelqu'un est passé par un homme
juste, qui, en le voyant, lui a retiré son vêtement." Le passant
dit: "Pourquoi tirez-vous votre vêtements loin de moi? Mes
vêtements ne sont pas impurs! "L'homme juste répondit:" J'ai
supposé que vous pensiez que mes vêtements étaient impurs,
alors je les ai enlevés de votre chemin de peur qu'ils salissent
vos vêtements, pas l'inverse! "Une des règles de La réclusion
est que l'homme qui va en réclusion doit acquérir assez de
connaissances pour consolider sa foi dans l'unité de Dieu afin
de ne pas être séduit par les murmures de Satan, alors il
devrait acquérir suffisamment de connaissance de la Loi
Divine pour accomplir ses devoirs religieux. ,afin que son
entreprise repose sur une base solide. En substance,
l'isolement n'est que séparation des traits de caractère
répréhensibles. Son but est de transformer de [mauvaises]
quahties en [bonnes], de ne pas se retirer des lieux famihar
[dans le désert]. Ainsi, quand quelqu'un demande à [Sufis] à
propos du gnostique {arif), ils répondent: "Celui qui est ici et
pas ici", signifiant qu'il est [extérieurement] avec des créatures,
alors que dans son coeur il est séparé d'eux. J'ai entendu le
maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dise:
"Portez avec les gens ce qu'ils portent et mangez ce qu'ils
mangent, mais séparez-vous d'eux dans votre cœur!" Je l'ai
aussi entendu dire: "Un homme est venu vers moi et m'a dit:"
Je viens de loin à vous. " Je lui ai dit: 'Cette affaire'On
n'obtient ni en traversant de grandes distances, ni en se
soumettant aux restrictions du voyage. Séparez-vous de votre
âme, même d'un seul pas, et vous atteindrez votre but! '"Il est
rapporté qu'Abu Yazid a dit:" Dans un rêve, j'ai vu mon
Seigneur - qu'il soit glorifié et exalté. Je lui ai demandé:
«Comment vais-je vous trouver? Il a répondu: «Laissez votre
âme derrière vous et venez!» J'ai entendu le Cheikh Abou al-
Rahman al-Sulami dire: J'ai entendu Abu Uthman al-Maghribi
dire: «Celui qui choisit la retraite sur la compagnie des
hommes doit être libre de tout souvenir. sauf le souvenir de
son Seigneur; il doit être libre de tout désir sauf du désir de la
satisfaction de Dieu; il doit aussi être libre de toutes les
exigences de son âme. S'il ne remplit pas cette condition, sa
retraite le plongera dans la tentation ou la calamité. "On dit
que la séparation de soi-même en retraite est le moyen le plus
parfait de se consoler. Yahya b. Mu'adh a dit: "Considérez si
votre intimité est votre intimité avec la retraite, ou avec Lui en
retraite.Si votre intimité est avec la retraite, elle disparaîtra
quand vous abandonnerez votre retraite.Toutefois, si votre
intimité est avec Lui, elle persistera Peu importe l'endroit où
vous vous trouvez, que ce soit dans le désert ou dans la steppe.
" J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn dire: J'ai entendu
Mansur b. Abdallah dit: J'ai entendu Muhammad b. Hamid a
dit: "Un homme est venu rendre visite à Abu Bakr al-Warraq,
alors qu'il s'apprêtait à partir, il a demandé à [al-Warraq] de le
conseiller:" J'ai trouvé le meilleur de ce monde et le suivant en
retraite et la frugalité, alors que j'ai trouvé le pire des deux
mondes en abondance et en mélange avec les gens. »Je l'ai
aussi entendu dire:J'ai entendu Mansur b. Abdallah dit: J'ai
entendu Al-Jurayri, interrogé sur la réclusion: «C'est quand
vous entrez dans la foule, en empêchant votre foule d'être
encombrée par la foule et de l'écarter des péchés. lié à Dieu. "
Ils disent aussi: "Celui qui choisit la solitude, atteint la
solitude" Sahl [al-Tustari] a dit: "[Ta] solitude n'est pas saine
si tu ne manges pas ce qui est légal [sous la loi divine]. Dhu
H-Nun a dit: "Je n'ai rien vu de plus propice à la sincérité que
la retraite." Abu Abdallah al-Ramli a dit: "Que ton vrai
compagnon soit la solitude, votre nourriture soit la faim, votre
discours soit des prières intimes. Alors et seulement alors,
vous rejoindrez Dieu après votre mort. "Dit Dhu H-
Nun;"Quelqu'un qui se cache de l'humanité en retraite n'est pas
comme quelqu'un qui se cache de l'humanité en Dieu. "J'ai
entendu Abu Abd al-Rahman al-Sulami dire: J'ai entendu
Abou Bakr al-Razi dire: J'ai entendu Ja loin b. a entendu al-
Junayd dire: "La difficulté de la réclusion est plus facile à
supporter que l'attrait de la compagnie [humaine]", a déclaré
Mak'hul: "Bien qu'il y ait du bon mélange avec les gens, la
sécurité réside dans la solitude." Yahya b. Mu adh a dit: "La
solitude est la compagne des véridiques." J'ai entendu le
Cheikh Abu Ali al-Daqqaq dire: J'ai entendu al-Shibli dire:
"Ruine, ruine, ô gens!" Quelqu'un lui a demandé: "Quel est le
signe de ruine? "Il répondit:" L'un des signes de la ruine est
l'intimité avec les gens! "Yahya ben Abou Kathir a dit:" Celui
qui se mêle avec les gens cherche à wheedle eux, et quiconque
les wheedles,se comporte hypocritement envers eux. "Shu ayb
B. Harb a dit:" Je suis venu voir Malik b. Mas à Kufa, quand il
était seul dans sa maison. Je lui ai demandé s'il se sentait seul.
Il a répondu: 'Je ne pense pas que l'on puisse être seul avec
Dieu!' "J'ai entendu Abu Abd al-Rahman al-Sulami dire: J'ai
entendu Abu Bakr al-Razi dire: J'ai entendu Abu Umar al-
Anmati dire: a entendu al-Junayd dire: "Quiconque veut que
sa religion soit saine et que son corps et son cœur soient
soulagés devrait s'isoler des gens. C'est un temps désolé et
sage est celui qui choisit l'isolement! »Je l'ai également
entendu [al-Sulami] dire: J'ai entendu Abu Bakr al-Razi dire:
Abu Ya qub al-Susi a dit:" Seuls les forts sont capables de se
retirer eux-mêmes des gens. Pour les gens qui vivent dans une
communauté, c'est plus bénéfique, car certains d'entre nous
imitent les autres [dans les bonnes œuvres]. "J'ai entendu Abu
Uthman Sa id b. Abu Said dit: J'ai entendu Abu H-Abbas al-
Damaghani dire: "Al-Shibli m'a donné le conseil suivant:"
Restez dans la solitude, effacez votre nom de la liste des
personnes vivantes et affrontez le mur jusqu'à votre mort! '"Un
homme est venu à Shu ayb b. Harb. Ce dernier lui a demandé:
"Qu'est-ce qui vous amène ici?" Il a répondu: "Je veux être
avec vous." Shu ayb a répondu: «O mon frère, l'adoration de
Dieu ne peut être accomplie en compagnie des hommes: celui
qui n'est pas intime avec Dieu ne peut être intime avec quoi
que ce soit! Certaines personnes ont demandé à un soufi:
"Quelle est la chose la plus remarquable que vous avez
rencontrée dans vos voyages?" Il a répondu: "Une fois que j'ai
rencontré al-Khidr, il a cherché ma compagnie, mais j'ai refusé
par peur que cela puisse interférer avec ma dépendance à
Dieu."Un autre soufi a été demandé s'il y avait quelqu'un avec
qui il se sentirait intime. Il a répondu "Oui!", Après quoi il a
tendu la main vers son exemplaire du Coran et l'a pressé
contre son cœur en disant: "Ceci!" Ils avaient cette
signification à l'esprit quand ils ont récité le verset suivant:
Vos livres sont toujours avec moi; ils ne quittent pas mon lit
pour un seul instant. Et en eux il y a un remède à la maladie
que je cache. Un homme a demandé à Dhu H-Nun al-Misri;
"Quand la réclusion deviendra-t-elle juste pour moi?" Il a
répondu: "Quand vous êtes capable de vous isoler de vous-
même!" Ibn al-Mubarak a été interrogé sur la guérison du
coeur. Il a répondu; "[C'est] pour éviter de se mélanger avec
les gens!" On dit que quand Dieu veut prendre son serviteur de
l'ignominie de la désobéissance à la gloire de l'obéissance,Il le
gracie avec l'intimité de la solitude, l'enrichit de contentement
et lui permet de voir ses fautes. Celui qui a reçu tout cela, a
reçu le meilleur des deux mondes! "Peur de Dieu (taqwa) Dieu
Très Haut a dit:" Sûrement le plus noble d'entre vous aux yeux
de Dieu est le plus pieux de vous. " Abu H-Hasan Ali b.
Ahmad b. Abdan nous a informés; Ahmad b. bayd al-Saffar
nous a informés; Muhammad b. al-Fadl b. Jabir nous a
informés; Abd al-A4a al-Qurashi lié à nous; Ya qub al-Ammi
nous a dit sur l'autorité de Layth, sous l'autorité de Mujahid,
sur l'autorité de Abu Said al-Khudri, qui a dit qu'un homme est
venu au Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - et a dit; "Ô
Prophète de Dieu, conseille-moi!" Il a répondu; "Tiens ta peur
de Dieu, car c'est la quintessence de tout bien!le djihad c'est le
monachisme du musulman! Pratiquez le souvenir de Dieu, car
c'est une lumière pour vous! "Ali bah Ahmad bb Abdâd dit:
Ahmad ben Ubayd a dit: Abbas ben Laden al-Asqati nous a
raconté, Ahmad ben Yunus nous a raconté : Abu Hurmuz Nafi
B. Hurmuz nous a raconté, j'ai entendu Anas [Malik] dire que
quelqu'un a demandé [au Prophète]: «Prophète de Dieu, qui
est la famille de Muhammad?» Il a répondu: «Tous ceux qui
craignent Dieu! "La crainte de Dieu est la quintessence de
toutes les bonnes choses: la vraie réalité de la crainte de Dieu
consiste à se protéger de la punition de Dieu par l'obéissance à
Lui." On dit: "Untel s'est protégé avec son bouclier." de la
crainte de Dieu est de se protéger d'associer quelque chose ou
n'importe qui avec Dieu, cela doit être suivi en se protégeant
des actes de désobéissance et des offenses;ceci est suivi en se
protégeant des choses douteuses; ceci est suivi en se
protégeant des choses inutiles. J'ai entendu le maître Abu Ali
al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - disons; "Pour chacune
de ces divisions, il y a un chapitre spécial." Certains [érudits]
ont interprété l'expression coranique "[O croyants,] craignent
Dieu comme Il devrait être craint" "signifiant que Dieu doit
être obéi et ne pas désobéir, se souvenir et ne pas être oublié,
remercié et non non partagé. J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-
Rahman al-Sulami dire; J'ai entendu Ahmad b.Certains
[érudits] ont interprété l'expression coranique "[O croyants,]
craignent Dieu comme Il devrait être craint" "signifiant que
Dieu doit être obéi et ne pas désobéir, se souvenir et ne pas
être oublié, remercié et non non partagé. J'ai entendu Shaykh
Abu Abd al-Rahman al-Sulami dire; J'ai entendu Ahmad
b.Certains [érudits] ont interprété l'expression coranique "[O
croyants,] craignent Dieu comme Il devrait être craint"
"signifiant que Dieu doit être obéi et ne pas désobéir, se
souvenir et ne pas être oublié, remercié et non non partagé. J'ai
entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami dire; J'ai
entendu Ahmad b. Ali b.Ja loin dire; J'ai entendu Ahmad b.
Asim dire; J'ai entendu Sahl b. Abdallah dit; "Il n'y a pas
d'autre aide que Dieu, pas de guide, mais le Messager de Dieu,
pas de provisions mais la crainte de Dieu, pas d'acte, mais
celui qui est honoré par la patience [dans le culte]." J'ai
entendu Abu Bakr al-Razi dire; J'ai entendu al-Kattani dire:
"Ce monde est réparti selon l'affliction et l'autre selon la
crainte de Dieu". Je l'ai également entendu [al-Sulami] dire:
J'ai entendu Abu Bakr al-Razi dire: J'ai entendu al-Jurayri dire:
"Personne qui n'a pas nommé la crainte de Dieu comme arbitre
entre lui et Dieu n'atteindra jamais le dévoilement et la
contemplation [des mystères divins]. " Al-Nasrabadhi a dit:
"La crainte de Dieu signifie que le serviteur de Dieu craint
tout sauf Dieu qu'il soit grand et exalté!" Sahl [al-Tustari] a dit:
"Celui qui désire atteindre la perfection dans la crainte de Dieu
doit abandonner tous les péchés. "Al-Nasrabadhi a dit:" Celui
qui pratique la crainte de Dieu aspire à se séparer de ce monde,
parce que Dieu lui a dit: "Le prochain monde est meilleur.
pour ceux qui sont godfearing. Ne comprendras-tu pas? Un
Soufi a dit: "Quand la crainte de Dieu est parfaite, Dieu se
détourne facilement de ce monde." Abu Abdallah al-Rudhbari
a dit: "La crainte de Dieu est d'éviter tout ce qui vous éloigne
de Dieu." Dhu H-Nun a dit: "La personne pieuse est celle qui
ne souille pas son extérieur avec des actes d'opposition [à la
volonté de Dieu] ni son intérieur avec des détournements [de
Dieu] et occupe la station d'accord complet avec Dieu." J'ai
entendu Muhammad b. al-Husayn - que Dieu ait pitié de lui -
dis: "J'ai entendu Abu H-Husayn al-Farisi dire: J'ai entendu
Ibn Ata dire: "La crainte de Dieu a deux côtés: vers l'extérieur
et vers l'intérieur Son côté extérieur est l'observance des
frontières [de Dieu]. la sincérité." Dhu H-Nun [al-Misri] a dit:
Il n'y a pas de vie sauf avec des hommes dont le cœur désire la
crainte de Dieu et dont le repos est dans le souvenir [du nom
de Dieu] [Leur] contentement est dans l'esprit de certitude et
de douceur Comme le nourrisson se contente du tour de sa
mère. Ils disent que la crainte d'un homme envers Dieu est
évidente dans trois choses: la pleine confiance en Dieu par
rapport à ce qui ne lui a pas été accordé; pleine satisfaction de
ce qui lui a été accordé; et pleine patience à l'égard de ce qui
lui a échappé. Talq b. Habib a dit: "La crainte de Dieu est
d'agir dans l'obéissance à Dieu, illuminée par Sa lumière,»J'ai
entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami dire: J'ai
entendu Muhammad al-Farra raconter à Abu Hafs ce qui suit:«
La peur de Dieu ne peut être atteinte qu'en mangeant ce qui est
licite . Je l'ai aussi entendu dire: J'ai entendu Abu Bakr al-Razi
dire: J'ai entendu Abu H-Husayn al-Zanjani dire: "Celui dont
le capital est la crainte de Dieu gagne un profit que les langues
sont incapables de décrire "Al-Wasiti a dit:" La crainte de
Dieu est de se méfier de sa crainte de Dieu ", c'est-à-dire de ne
pas en tenir compte.Celui qui craint Dieu [devrait être] Ibn
Sirin / Une fois il a acheté quarante bocaux de beurre Son
serviteur a trouvé une souris [morte] dans l'un d'eux, et Ibn
Sirin lui a demandé: "Dans quel pot l'avez-vous trouvé?" Le
serviteur a dit qu'il ne se souvenait pas, après quoi Ibn Sirin a
jeté tous les pots sur le sol .Ou on devrait être comme Abou
Yazid [al-Bistami], qui a acheté une fois une mesure de safran
dans Hamadan. "Un peu de lui restait et quand il est retourné à
Bistam, il a trouvé deux fourmis dans lui.Il est ensuite
retourné à Hamadan et Abou Hanifa avait l'habitude d'éviter
de s'asseoir à l'ombre de l'arbre de son voisin et il expliquait ce
comportement en se référant à un rapport du Prophète qui
disait: «Tout prêt qui suscite de l'intérêt est de l'usure. "On
raconte qu'Abu Yazid lavait sa robe dans le désert [en dehors
de la ville] avec un de ses compagnons, le compagnon lui dit:"
accroupissons nos robes sur le mur de cette vigne ", répondit
Abu Yazid; Non, on ne peut pas enfoncer un clou dans le mur
des autres. "Le compagnon a dit:" Penchons-les sur cet arbre.
"Il a répondu:" Non,car alors ils peuvent briser les branches. ""
Alors étendons-les sur l'herbe! "" Non, "répondit Abu Yazid."
Non, l'herbe est un fourrage pour les animaux. Nous ne
pouvons pas les en empêcher! "Il tourna le dos au soleil, sa
robe sur le dos, et attendit qu'un côté soit sec, puis il le
retourna et attendit que l'autre côté soit sec. Abu Yazid est allé
à la mosquée de la congrégation et a fait tomber son bâton
dans la terre, il est tombé sur le bâton d'un vieil homme à côté
et l'a renversé, le vieil homme a dû se pencher pour ramasser
son bâton. Il suivit le vieillard dans sa maison et lui demanda
pardon: «La raison pour laquelle vous vous êtes penché était
ma négligence à enfoncer mon bâton dans le sol, car cela vous
a poussé à le faire.Une fois Utba al-Ghulam a été vu en train
de transpirer en hiver. Quand on lui a demandé pourquoi, il a
répondu; "C'est l'endroit où j'ai désobéi à mon Seigneur!" A la
demande d'une explication, il a dit; "J'ai gratté un morceau
d'argile de ce mur et un de mes invités lui a nettoyé les mains,
mais j'ai négligé de demander la permission au propriétaire du
mur." Ibrahim b. Adham a dit; "Une fois que je passais la nuit
dans le désert près de Jérusalem, deux anges descendirent, et
l'un d'eux demanda à l'autre:" Qui est-ce? "Il répondit:"
Ibrahim b. Adham. "" C'est celui que Dieu - gloire à Lui -
abaissé d'un degré! "J'ai gratté un morceau d'argile de ce mur
et un de mes invités lui a nettoyé les mains. Cependant, j'ai
négligé de demander la permission au propriétaire du mur.
"Ibrahim ben Adham a dit:" Une fois, je passais la nuit dans le
désert près de Jérusalem. Après quelque temps, deux anges
sont descendus. L'un d'eux a demandé à l'autre: "Qui est-ce?"
Il a répondu; "Ibrahim B. Adham." "C'est celui que Dieu -
gloire à Lui - abaissé d'un degré!"J'ai gratté un morceau
d'argile de ce mur et un de mes invités lui a nettoyé les mains.
Cependant, j'ai négligé de demander la permission au
propriétaire du mur. "Ibrahim ben Adham a dit:" Une fois, je
passais la nuit dans le désert près de Jérusalem. Après quelque
temps, deux anges sont descendus. L'un d'eux a demandé à
l'autre: "Qui est-ce?" Il a répondu; "Ibrahim B. Adham." "C'est
celui que Dieu - gloire à Lui - abaissé d'un degré!"C'est celui
que Dieu - gloire à Lui - abaissé d'un degré! "C'est celui que
Dieu - gloire à Lui - abaissé d'un degré! "
"Pourquoi?"demanda l'autre ange. "Parce qu'il a acheté des
dattes à Bassorah et qu'une des dates appartenant à l'épicier est
tombée parmi ses dates et il ne l'a pas rendue à son
propriétaire." Ibrahim a continué; "Je suis retourné à Bassorah
et j'ai acheté des dattes à cet homme, et [en faisant cela] j'ai
laissé tomber une date dans ses dates, puis je suis retourné à
Jérusalem et j'ai passé la nuit dans le désert. du ciel, l'un dit à
l'autre: "Qui est ici?" Il répondit: "Ibrahim b. Adham. "Il a
ensuite ajouté:" Son rang est élevé. "On dit que la crainte de
Dieu a plusieurs degrés, les gens ordinaires évitent d'associer
quoi que ce soit avec Dieu {shirk) 'les élus fuient les péchés,
les prophètes évitent d'attribuer des actes autre que Lui] - en
d'autres termes,leur crainte leur vient de Lui et est [dirigée] à
Lui. Le Commandeur des Croyants, Ali - que Dieu soit
satisfait de lui - a dit; "Les plus nobles de l'humanité dans ce
monde sont les généreux et les meilleurs de l'humanité dans
l'au-delà sont ceux qui craignent Dieu." Ali b. Ahmad al-
Ahwazi nous a informés; Abu H-Husayn al-Basri nous a
informés: Bishr b. Musa nous a informés; Muhammad b.
Abdallah b. Al-Moubarak nous a parlé de l'autorité de Yahya b.
Ayyub, sur l'autorité d'Ubaydallah b. Zuhr, sur l'autorité d'Ali
b. Yazid, sous l'autorité d'Al-Qasim, sur l'autorité d'Abou
Umama du Prophète - que la paix et la bénédiction de Dieu
soient sur lui - qu'il a dit: "Si quelqu'un a regardé la beauté
d'une femme et baissé la vue avec le Premièrement, Dieu fera
de lui un acte d'adoration dont la douceur résidera dans son
cœur [pour toujours].J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn
disent; J'ai entendu Abu H- Abbas Muhammad b. al-Husayn
disent; J'ai entendu Muhammad b. Abdallah al-Farghani dit;
"Une fois al-Junayd était assis avec Ruwaym [al Ahmad], al-
Jurayri, et Ibn Ata [al-Adami] V / 176 Al-Junayd a dit: 'On ne
peut pas être sauvé à moins d'être sincère en se réfugiant avec
Dieu Car le Dieu Très-Haut a dit: "Et aux trois qui ont été
laissés derrière, jusqu'à ce que la terre, pour toute sa largeur,
soit devenue étroite pour eux." Ruwaym - que Dieu ait pitié de
lui - a dit: "On ne peut être sauvé est sincère dans la crainte de
Dieu, car Dieu a dit: «Mais Dieu délivrera ceux qui
craignaient Dieu à leur sécurité.» Al-Jurayri a dit: «On ne peut
être sauvé que si l'on garde la confiance, car le Très Haut a dit;
"Ceux qui accomplissent l'alliance de Dieu et ne brisent pas le
pacte." "Ibn Ata a dit: 'On ne peut pas être sauvé à moins
d'avoir eu honte de soi-même dans la vérité, car Dieu le Très
Haut a dit; "Ne sait-il pas que Dieu voit [tout]?" "Le maître et
l'imam dirent:" On ne peut être sauvé que par ordre et décret
divins, car Dieu a dit: "Quant à ceux à qui la grande
récompense a été accordée En dehors de nous, [ils seront
gardés loin de Il a également dit: «On ne peut être sauvé que
par un choix prédéterminé [de Dieu], car Dieu le Très Haut a
dit; Nous les avons choisis et les avons guidés vers un droit
chemin. Le scrupule (wara) Abou H-Husayn Abd al-Rahman
b.pour Dieu le Très-Haut a dit; «Ceux à qui nous avons
accordé une généreuse récompense, ils se tiendront loin de lui;
"On ne peut être sauvé que par un choix prédéterminé [de
Dieu], car Dieu a dit:" Nous les avons choisis et guidés vers
un droit chemin ". Le scrupule (wara) Abou H-Husayn Abd al-
Rahman b.pour Dieu le Très-Haut a dit; «Ceux à qui nous
avons accordé une généreuse récompense, ils se tiendront loin
de lui; "On ne peut être sauvé que par un choix prédéterminé
[de Dieu], car Dieu a dit:" Nous les avons choisis et guidés
vers un droit chemin ". Le scrupule (wara) Abou H-Husayn
Abd al-Rahman b. Ibrahim b. Muhammad b.Yahya al-
Muzakki nous a informés: Muhammad b. Dawud b. Sulayman
al-Zahid nous a informés; Muhammad b.al-Hasan b. Qutayba
nous a informés: Ahmad b. Abu Tahir al-Khurasani nous a dit;
Yahya b. al-Ayzar a dit: Muhammad b. Yusuf al-Firyabi nous
a dit sur l'autorité de Sufyan sur l'autorité d'Al-Ajlah sur
l'autorité d'Abdallah b. Burayda sur l'autorité d'Abu H-Aswad
al-Du ali sur l'autorité d'Abu Dharr que le Messager de Dieu -
que la bénédiction de Dieu et la paix soient sur lui - a déclaré:
"L'un des meilleurs traits de l'Islam d'un homme est son
abandon ce qui ne le concerne pas. " L'imam et le maître [al-
Qushayri] - que Dieu soit satisfait de lui - a dit; "Le scrupule
abandonne des choses douteuses." De même, Ibrahim b.
Adham a dit: "Le scrupule abandonne tout ce qui est douteux
et tout ce qui ne vous concerne pas", ce qui signifie
abandonner ce qui est superflu. Abu Bakr al-Siddiq '- Que
Dieu soit satisfait de lui - a dit; "Nous avions l'habitude
d'abandonner soixante-dix sortes de choses permises par peur
de ne pas entrer dans une seule chose qui est interdite." Le
Prophète - que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur lui -
a dit à Abu Hurayra; "Soyez scrupuleux et vous serez parmi
les plus grands serviteurs de Dieu!" J'ai entendu Shaykh Abu
Abd al-Rahman al-Sulami dire; J'ai entendu Abu H-Abbas al-
Baghdadi dire; J'ai entendu Ja far b. Muhammad dit; J'ai
entendu al-Junayd dire; J'ai entendu al-Sari [al-Saqati] dire;
"Les hommes les plus scrupuleux de leur temps étaient:
Hudhayfa B. al-Mar ashi, Yusuf B. Asbat, Ibrahim B. Adham
et Sulayman al-Khawwas.Ils se sont tenus au scrupule en
toutes circonstances, et quand l'acquisition de ce qui est légal
est devenu difficile pour eux, ils ont eu recours au minimum
absolu. Je l'ai aussi entendu [al-Sulami] dire;J'ai entendu Abu
H-Qasim al-Dimashqi dire; J'ai entendu al-Shibli dire; "Le
scrupule est de s'abstenir de tout autre que le Dieu Très-Haut."
Je l'ai aussi entendu [al-Sulami] dire; Abu Ja loin al-Razi nous
a informés; al-Abbas b. Hamza nous a dit; Ahmad b.Abi H-
Hawari nous a dit; Ishaq b. Khalaf nous a dit; Il est plus
difficile d'être scrupuleux dans la parole que d'être scrupuleux
avec l'or et l'argent, mais de s'abstenir de l'autorité mondaine,
c'est plus dur que de s'abstenir d'or et d'argent, puisqu'on les
dépense librement dans la recherche du monde. Abou
Sulayman al-Darani a déclaré: «Le scrupule est le début de
l'abstention, tout comme le contentement est une partie
[essentielle] de la satisfaction.» Abu Uthman [al-Hiri] a dit:
«La récompense pour être scrupuleux est la légèreté du
jugement. [Yahya B. Mu adh dit: "Le scrupule consiste à
embrasser les provisions de la connaissance [religieuse] sans
[en plonger] dans l'interprétation de celui-ci." J'ai entendu
Muhammad ben al-Husayn dire: J'ai entendu al-Husayn
b.Ahmad b.Ja dis loin, j'ai entendu Muhammad b.Dawud al-
Dinawari dit; J'ai entendu Abdallah b. al-Jalla dire; "Je connais
quelqu'un qui a vécu à la Mecque pendant trente ans, pendant
ce temps il n'a rien bu de l'eau du Zamzam, excepté ce qu'il a
dessiné avec son propre pichet de cuir et sa propre corde. ne
mange jamais aucune nourriture importée d'Egypte. " V / 178
Je l'ai aussi entendu dire; J'ai entendu Abu Bakr al-Razi dire;
J'ai entendu Ali b. Musa al-Taharti disent; "Une fois qu'une
petite pièce appartenant à Abdallah ben Marwan est tombée
dans un puits sale, il a dépensé treize dinars en salaire pour
payer pour l'avoir récupéré.Quand on l'a interrogé à ce sujet, il
a répondu:" Le nom de Dieu Très Haut y était inscrit! " Je l'ai
aussi entendu dire: j'ai entendu Abu H-Hasan al-Farisi dire:
j'ai entendu Ibn Alluya dire: j'ai entendu Yahya b., Mu adh: «Il
y a deux sortes de scrupules;le scrupule des externes, ce qui
signifie que l'on ne bouge que pour l'amour de Dieu le Très-
Haut; et le scrupule de l'intérieur, ce qui signifie que Dieu seul
et Dieu seul peut entrer dans votre coeur. "Yahya B. Mu adh a
également dit," Celui qui néglige les points fins de scrupules
ne recevra pas un cadeau sublime [de Dieu] "De même, il est
dit:" Celui qui observe sa religion méticuleusement verra son
rang élevé en importance à la Résurrection. "Ibn al-Jalla a
également dit:" Celui dont la pauvreté n'est pas accompagnée
par la crainte de Dieu consume ce qui est manifestement
Yunus B. Ubayd a dit: "Le scrupule est d'abandonner toutes
les choses douteuses et d'appeler votre ego à rendre compte de
chaque moment." Sufyan al-Thawri a dit: "Je n'ai rien vu de
plus facile que le scrupule.Chaque fois que quelque chose
laisse une marque sur votre âme, abandonnez-la! "Ma ruf al-
Karkhi a dit:" Protégez votre langue de la louange comme
vous la protégez de la censure. "Bishr ben al-Harith a dit:" Les
trois choses les plus difficiles sont: soyez généreux dans la
pénurie; être scrupuleux dans la solitude; »Il est dit que la
soeur de Bishr al-Hafi est venue à Ahmad b. HanbaP et a dit:«
Nous tournions sur le toit de notre maison quand un groupe de
la garde Zahiri nous a passé avec leurs torches. La lumière [de
leurs torches] est tombée sur nous. Était-il permis à nous de
tourner à leur lumière? "Ahmad [Hanbal] lui a demandé:" Qui
êtes-vous? Que Dieu vous garde en bonne santé! "Elle a dit:"
Je suis la soeur de Bishr al-Hafi. "Ahmad a pleuré et a
dit:"Votre maison est [le siège] du vrai scrupule. Par
conséquent, ne filez pas dans la lumière [de leurs torches]!
"Ali al-Attar a dit:" [Un jour] je marchais dans les rues de
Bassora. [J'ai vu] quelques vieillards assis là, tandis que
quelques jeunes garçons jouaient à proximité. Je leur ai
demandé: N'avez-vous pas honte de [jouer en présence de] ces
anciens? Un des garçons a répondu: "Ces anciens ont très peu
de scrupules, donc ils ne respectent pas grand chose!" "Il est
dit que Malik B. Dinar a résidé à Bassora pendant quarante
ans, mais il n'a pas jugé approprié de Il mange les dattes de
cette ville, qu'elles soient fraîches ou sèches, il meurt sans
même en goûter une seule: chaque fois que la saison des dattes
mûres est passée, il dit: "Ô peuple de Bassorah, cet estomac
n'a rien manqué de ce,'*'Quelqu'un a demandé à Ibrahim ben
Adham: "Pourquoi ne bois-tu pas de l'eau du puits de
Zamzam?" Il a répondu: "Si j'avais un seau [de la mienne], je
le boirais! "J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq dire:"
Chaque fois qu'al-Harith al-Muhasibi tendait sa main vers
toute nourriture d'origine suspecte, une veine dans son doigt
commençait à palpiter et il savait que cela ne lui était pas
permis. . [De même,] une fois Bishr al-Hafi a été invité à un
repas et de la nourriture a été placée en face de lui. Il a essayé
de tendre la main pour la nourriture, mais sa main ne s'étirait
pas. Il a répété cela trois fois, jusqu'à ce qu'un homme qui le
connaissait dise: "Sa main ne peut pas tendre la main pour
toucher une nourriture douteuse. Pourquoi l'hôte a-t-il pris la
peine d'inviter un homme comme celui-ci à sa fête? "Ahmad
b.Quelqu'un a demandé à Ibrahim b. Adham: "Pourquoi ne
bois-tu pas de l'eau du puits de Zamzam?" Il a répondu: "Si
j'avais un seau [de la mienne], je le boirais!" J'ai entendu le
maître Abu Ali al-Daqqaq dire: «Chaque fois qu'al-Harith al-
Muhasibi tendait la main vers toute nourriture d'origine
suspecte, une veine du bout de son doigt commençait à
palpiter et il savait que cela n'était pas permis pour lui. [De
même,] une fois que Bishr al-Hafi a été invité à un repas et
que de la nourriture a été placée devant lui, il a essayé de
tendre la main pour la nourriture, mais sa main ne s'est pas
étirée. L'homme qui le connaissait a dit: "Sa main ne peut pas
tendre la main pour toucher une nourriture douteuse, pourquoi
l'hôte a-t-il pris la peine d'inviter un homme comme celui-ci à
sa fête?" Ahmad b.Quelqu'un a demandé à Ibrahim b. Adham:
"Pourquoi ne bois-tu pas l'eau du puits de Zamzam?" Il a
répondu: "Si j'avais un seau [de la mienne], je le boirais!" J'ai
entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq dire: «Chaque fois qu'al-
Harith al-Muhasibi tendait la main vers toute nourriture
d'origine suspecte, une veine du bout de son doigt commençait
à palpiter et il savait que cela n'était pas permis pour lui. [De
même,] une fois que Bishr al-Hafi a été invité à un repas et
que de la nourriture a été placée devant lui, il a essayé de
tendre la main pour la nourriture, mais sa main ne s'est pas
étirée. L'homme qui le connaissait a dit: "Sa main ne peut pas
tendre la main pour toucher une nourriture douteuse, pourquoi
l'hôte a-t-il pris la peine d'inviter un homme comme celui-ci à
sa fête?" Ahmad b.Il a répondu: "Si j'avais un seau [de la
mienne], je le boirais!" J'ai entendu le maître Abu Ali al-
Daqqaq dire: «Chaque fois qu'al-Harith al-Muhasibi tendait la
main vers toute nourriture d'origine suspecte, une veine du
bout de son doigt commençait à palpiter et il savait que cela
n'était pas permis pour lui. [De même,] une fois que Bishr al-
Hafi a été invité à un repas et que de la nourriture a été placée
devant lui, il a essayé de tendre la main pour la nourriture,
mais sa main ne s'est pas étirée. L'homme qui le connaissait a
dit: "Sa main ne peut pas tendre la main pour toucher une
nourriture douteuse, pourquoi l'hôte a-t-il pris la peine
d'inviter un homme comme celui-ci à sa fête?" Ahmad b.Il a
répondu: "Si j'avais un seau [de la mienne], je le boirais!" J'ai
entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq dire: «Chaque fois qu'al-
Harith al-Muhasibi tendait la main vers toute nourriture
d'origine suspecte, une veine du bout de son doigt commençait
à palpiter et il savait que cela n'était pas permis pour lui. [De
même,] une fois que Bishr al-Hafi a été invité à un repas et
que de la nourriture a été placée devant lui, il a essayé de
tendre la main pour la nourriture, mais sa main ne s'est pas
étirée. L'homme qui le connaissait a dit: "Sa main ne peut pas
tendre la main pour toucher une nourriture douteuse, pourquoi
l'hôte a-t-il pris la peine d'inviter un homme comme celui-ci à
sa fête?" Ahmad b.Chaque fois qu'al-Harith al-Muhasibi
tendait la main vers n'importe quelle nourriture d'origine
suspecte, une veine dans le bout de son doigt commençait à
palpiter et il savait que cela n'était pas permis pour lui. [De
même,] une fois Bishr al-Hafi a été invité à un repas et de la
nourriture a été placée en face de lui. Il a essayé de tendre la
main pour la nourriture, mais sa main ne s'étirait pas. Il a
répété cela trois fois, jusqu'à ce qu'un homme qui le
connaissait dise: "Sa main ne peut pas tendre la main pour
toucher une nourriture douteuse. Pourquoi l'hôte a-t-il pris la
peine d'inviter un homme comme celui-ci à sa fête? "Ahmad
b.Chaque fois qu'al-Harith al-Muhasibi tendait la main vers
n'importe quelle nourriture d'origine suspecte, une veine dans
le bout de son doigt commençait à palpiter et il savait que cela
n'était pas permis pour lui. [De même,] une fois Bishr al-Hafi
a été invité à un repas et de la nourriture a été placée en face
de lui. Il a essayé de tendre la main pour la nourriture, mais sa
main ne s'étirait pas. Il a répété cela trois fois, jusqu'à ce qu'un
homme qui le connaissait dise: "Sa main ne peut pas tendre la
main pour toucher une nourriture douteuse. Pourquoi l'hôte a-
t-il pris la peine d'inviter un homme comme celui-ci à sa fête?
"Ahmad b.Il a répété cela trois fois, jusqu'à ce qu'un homme
qui le connaissait dise: "Sa main ne peut pas tendre la main
pour toucher une nourriture douteuse. Pourquoi l'hôte a-t-il
pris la peine d'inviter un homme comme celui-ci à sa fête?
"Ahmad b.Il a répété cela trois fois, jusqu'à ce qu'un homme
qui le connaissait dise: "Sa main ne peut pas tendre la main
pour toucher une nourriture douteuse. Pourquoi l'hôte a-t-il
pris la peine d'inviter un homme comme celui-ci à sa fête?
"Ahmad b. Muhammad b. Yahya al-Sufi nous a informés: j'ai
entendu Abdallah b. Ali b. Yahya al-Tamimi dit: J'ai entendu
Ahmad b. Muhammad b.Salim à Bassorah dit: Sahl b.
Abdallah [al-Tustari] a été interrogé sur ce qui est absolument
légal. Il a répondu: "C'est quelque chose avec lequel on ne
peut pas désobéir au Dieu Très-Haut." Sahl a également dit:
"C'est quelque chose avec lequel Dieu n'est pas oublié." Une
fois al-Hasan al-Basri est entré à la Mecque et a vu l'un des
enfants d'Ali b. Abi Talib - que Dieu soit satisfait de lui - se
repose le dos contre un mur du Ka ba et prêche aux gens. Al-
Hasan se précipita vers lui et dit: "Quelle est la base de la
religion?" Il a répondu: "Scrupulousness!" [Al-Hassan] a alors
demandé: "Quelle est la ruine de la religion?" Il a répondu:
"Greed!" Al-Hasan était émerveillé par lui. Al-Hasan a dit:
"Une petite mesure (mithqal) de véritable scrupule vaut mieux
que mille mesures de jeûne et de prière."Dieu le Très-Haut a
révélé à Moïse - que la paix et les bénédictions soient sur lui:
"Les plus proches de Moi n'ont atteint leur position que par le
scrupule et l'abstention." Abu Hurayra 'a déclaré: "Ceux qui
sont scrupuleux et s'abstiennent [des déhiscences de ce monde]
aujourd'hui seront les amis les plus proches de Dieu demain."
Sahl b. Abdallah [al-Tustari] a dit: «Une personne qui n'adhère
pas au scrupule mangerait la tête d'un éléphant, mais resterait
affamée. Il est lié que quelqu'un a apporté à Umar b. Abd al-
Aziz 'du musc qui a été pris comme butin de guerre. Il a fermé
le nez en disant: "Son seul mérite est son odeur et je
détesterais découvrir son odeur sans que le reste des
musulmans puisse en prendre part." Quelqu'un a demandé à
Abu Uthman al-Hiri de faire preuve de scrupules. Il a répondu:
"Abu Salih Hamdun [al-Qassar] était présent à son ami à son
dernier moment. Quand l'homme est mort, Abu Salih a soufflé
la lampe à huile. Quelqu'un lui a demandé à ce sujet. Il
répondit: «Jusqu'à ce moment, l'huile lui appartient, mais
maintenant elle appartient à ses héritiers. Va chercher de
l'huile! "" Kahmas a dit: "J'ai commis un péché dont j'ai pleuré
pendant quarante ans. Un jour, un de mes frères est venu me
rendre visite. J'ai acheté un morceau de poisson frit pour lui.
Quand il a fini de le manger, j'ai pris un morceau d'argile du
mur de mon voisin pour qu'il puisse se laver les mains avec.
Cependant, j'ai oublié de demander la permission du voisin!
"On raconte qu'un certain homme a écrit une note, alors qu'il
habitait dans une maison louée, il voulait effacer ce qu'il avait
écrit avec de la poussière du mur de la maison. lui que la
maison a été louée,mais il pensait que cela avait peu
d'importance. Alors il a épongé son écriture avec de la
poussière. Il a alors entendu une voix dire: "Celui qui pense
peu de poussière [aujourd'hui] apprendra qu'il a une longue
comptabilité à faire demain!" Ahmad b.Hanbal a mis en gage
un seau avec un épicier à La Mecque - que Dieu le Très Haut
le protège. Quand il a voulu le racheter, l'épicier a sorti deux
seaux en disant: "Prenez celui des deux qui est à vous!"
Ahmad a dit: "Je ne sais pas quel seau est à moi, donc c'est le
tien et mon argent est aussi le tien!" L'épicier a dit: "C'est ton
seau, je voulais juste te tester." "Non, je ne vais pas le
prendre!" dit Ibn Hanbal. Il s'éloigna alors, laissant le seau à
l'épicier. Une fois, Ibn al-Moubarak laissa libre cours à son
cher cheval pendant qu'il faisait sa prière de midi. Le cheval
paissait dans le champ d'un village qui appartenait à un
souverain [local]. Donc, Ibn al-Mubarak a abandonné le
cheval et [a refusé] de le monter à nouveau.Il est rapporté
qu'Ibn al-Moubarak a voyagé une fois de Merv à Damas à
cause d'un stylo qu'il a emprunté à quelqu'un pour le rendre à
son propriétaire. Al-Nakha j'ai loué un animal équestre. Quand
son fouet est tombé de sa main, il est descendu, a attaché
l'animal, est revenu et a ramassé le fouet. Quelqu'un lui a dit:
«Cela aurait été plus facile pour vous si vous aviez dirigé votre
monture à l'endroit où le fouet était tombé pour le ramasser! Il
a répondu; "Non, je l'ai engagé pour aller à cet endroit, pas
ça!" Abu Bakr al-Zaqqaq a dit: "Je me suis posé des questions
dans le désert des Enfants d'Israël pendant quinze jours, quand
j'ai finalement trouvé le chemin, j'ai rencontré un soldat qui
m'a donné un verre d'eau. moi pendant trente ans! On dit que
Rabi 'un al-Adawiyya réparait une larme dans sa chemise dans
la lumière projetée par une lampe de règle. Elle a perdu son
coeur pendant un moment jusqu'à ce qu'elle se souvienne de
[cet épisode]. Elle a ensuite déchiré sa chemise et a
redécouvert son cœur. Sufyan al-Thawri a été vu dans un rêve.
Il avait une paire d'ailes avec lesquelles il volait d'arbre en
arbre dans le jardin du paradis. Quelqu'un lui a demandé; "Par
quel moyen les avez-vous obtenus?" Il a répondu; "Par
scrupule!" Hassan b. Abu Sinan est tombé sur des
compagnons d'al-Hassan [al-Basri]. Il a demandé: "Qu'est-ce
qui est le plus difficile pour vous?" Ils ont répondu:
"scrupulosité". Il a dit: "Il n'y a rien de plus facile pour moi
que ça." Ils lui ont demandé comment cela pourrait être. Il a
répondu: "Pendant quarante ans, je n'ai pas étanché ma soif en
buvant de ce courant!" Hassan b.Abu Sinan n'a pas dormi de
son côté, mangé de la nourriture cuite ou bu de l'eau froide
pendant soixante ans. Quelqu'un l'a vu dans un rêve après sa
mort et lui a demandé; "Comment Dieu vous a-t-il traité?" Il a
répondu: «Très bien, cependant, je n'ai pas le droit d'entrer au
Paradis à cause d'une aiguille que j'ai empruntée et que je n'ai
jamais rendue. Abd al-Wahid b. Zayd avait un esclave qui l'a
servi pendant de nombreuses années. Il a passé quarante ans
dans le culte. Avant cela, il avait été mesureur de grains.
Après sa mort, quelqu'un l'a vu dans un rêve et lui a demandé;
"Comment Dieu vous a-t-il traité?" Il a répondu; Eh bien, je
suis exclu du paradis, parce que [Dieu a tenu contre moi] la
poussière de la mesure de grain avec laquelle j'ai distribué
quarante mesures. "V / 182 Jésus, fils de Marie - la paix soit
sur eux - est passé par un cimetière. Il a appelé l'un des morts
allongé là,et Dieu le Très Haut l'a restauré à la vie. Jésus lui a
demandé qui il était. Il a répondu; «J'étais portier, je portais
des choses pour les gens, un jour, je portais du bois de
chauffage pour quelqu'un, j'ai cassé une écharde de ce bois et
j'en ai été responsable depuis ma mort. Abu Said al-Kharraz
parlait de scrupules, quand Abbas b. al-Muhtadi est passé. Il a
dit;"Abu Said, n'avez-vous pas honte?" Vous êtes assis sous le
toit d'Abu H-Dawaniq, "buvez de la piscine de Zubayda",
faites des affaires avec de fausses pièces, et pourtant vous
parlez de scrupules ?! "Renonciation (zuhd) Hamza b) Yusuf
al-Sahmi al-Jurjani nous a informés: Abou H-Husayn
Ubaydallah b.Ahmad ben Yaqub al-Muqri nous a informés à
Bagdad: Ja loin b Mujashi nous a dit: Zayd b.Isma a dit:
Kathir b. Hisham nous a dit: al-Hakam ben Hisham nous a dit
sur l'autorité de Yahya b Saïd, sur l'autorité d'Abu Farwa, sur
l'autorité d'Abou Khallad, qui était l'un des compagnons du
Prophète, que le Prophète - que Dieu bénédictions et la paix
soit sur lui - a déclaré: "Si vous voyez un homme qui a été
honoré de renonciation à ce monde et un discours éloquent,
recherchez sa compagnie, car la sagesse lui a été
enseignée."Le maître et l'imam Abou H-Qasim [al-Qushayri] -
que Dieu ait pitié de lui - a dit: "Les opinions des gens
diffèrent en ce qui concerne le renoncement Certains
soutiennent qu'il ne faut renoncer qu'à ce qui est interdit [par
la loi divine] parce que Dieu a conféré à son serviteur des
biens licites et que le serviteur se consacre à adorer Dieu par
gratitude pour sa générosité, alors son abandon de cette
propriété n'est pas meilleur que D'autres disent que le
renoncement à ce qui est interdit est une obligation, alors que
renoncer à ce qui est légal est une vertu, ils disent aussi avoir
peu de biens - pourvu que le serviteur de Dieu supporte
patiemment sa condition,satisfait de tout ce que Dieu lui a
attribué et se satisfait de ce que Dieu lui donne - mieux vaut
vivre confortablement et généreusement dans ce monde, car le
Très-Haut a exhorté ses créatures à s'abstenir de ce monde,
lorsqu'il a dit: "La jouissance de le monde est petit, le monde à
venir est meilleur pour celui qui craint Dieu. Il y a beaucoup
d'autres versets [dans le Coran] qui dénigrent ce monde et
enjoignent aux hommes d'y renoncer. D'autres soutiennent que
si le serviteur dépense ses biens dans l'obéissance à Dieu, est
connu pour sa patience et n'a pas recours à ce que la loi
interdit dans les temps d'adversité, alors renoncer à ce qui est
permis est meilleur pour lui. D'autres encore disent qu'il ne
doit pas abandonner ce qui lui est permis [par Dieu] de son
propre chef, ni qu'il doit chercher ce qui dépasse ses besoins.
Au lieu,il doit conserver ce qui lui a été attribué par Dieu. Si
Dieu le Très-Haut et l'Exalté lui confère des propriétés légales,
il devrait lui être reconnaissant. Si la provision de Dieu le
Très-Haut est suffisante pour ses besoins, alors il ne devrait
pas s'efforcer d'obtenir un surplus. La patience est la mieux
adaptée pour le pauvre, tandis que la gratitude est plus
appropriée pour celui qui a la propriété licite. Ils récitent [le
verset suivant] concernant le sens du renoncement: Chacun
parle de son propre moment Et chacun se réfère à sa propre
limite. J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami -
que Dieu ait pitié de lui - dire: Ahmad b. Isma il al-Azdi nous
a dit: Imran b. Musa al-Isfanji nous a dit: al-Dawraqi nous a
dit; Waki [b. al-Jarrah] a dit; "Renoncer à ce monde signifie
couper court"Je l'ai entendu [al-Sulami] dire: J'ai entendu Said
b Ahmad dire: J'ai entendu Abbas b. Isam dire, j'ai entendu al-
Junayd dire: a entendu al-Sari al-Saqati dire: "Dieu - que la
louange soit sur lui - retire ce monde de ses amis et le protège
de ses élus; Il l'enlève du cœur de ceux qu'il aime / "car il ne
serait pas content avec eux [appréciant]." Ils disent que le
renoncement dérive des paroles de Dieu [dans le Coran],
«Pour ne pas pleurer sur ce qui t'échappe, ni te réjouir de ce
qui t'es arrivé» / parce que le renonçant ne prend pas plaisir à
tout ce qu'il a de ce monde et il n'est pas désolé d'en avoir
perdu quelque chose. Abu Uthman [al-Hiri] a dit: "Le
renoncement est que vous abandonniez ce monde, alors ne
vous souciez pas de celui qui le ramasse."J'ai entendu le
maître Abu Ali al-Daqqaq dire; "Le renoncement est que vous
abandonniez ce monde tel qu'il est et que vous ne disiez pas:"
Je construirai une loge [soufie] (ribat) ou y construirai une
mosquée. "" Yahya b. Mu adh a dit: "Le renoncement inculque
l'habitude d'être généreux avec les possessions [mondaines],
tandis que l'amour instille l'habitude d'être généreux avec son
[propre] esprit." Ibn al-Jalla a dit; "Le renoncement est de
regarder ce monde en vue de son caractère éphémère afin de
voir son insignifiance totale, puis s'en détourner devient facile
pour vous." Ibn Khafif a dit: "La marque du renoncement est
de préserver l'équanimité tout en perdant [votre] propriété." Il
a également dit: "Le renoncement garde votre coeur
inconscient des moyens [secondaires] et vos mains libres de
toutes les possessions [mondaines]."Ils disent aussi que le
renoncement consiste à se retenir de ce monde sans effort. J'ai
entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait
pitié de lui - disons; J'ai entendu al-Nasrabadhi dire; "Le
renonçant est un étranger dans ce monde, tandis que le
gnostique [divin] est un étranger dans l'au-delà." On dit aussi
que pour celui dont le renoncement est sincère, ce monde se
présentera dans l'humilité la plus totale. C'est pourquoi, dit un
proverbe; "Si un chapeau tombait du ciel, il atterrirait sur la
tête de quelqu'un qui n'en voudrait pas!" Al-Junayd a dit; "La
renonciation est de libérer son coeur de tout ce dont les mains
sont [déjà] libres". Abu Sulayman al-Darani a dit; "La laine est
une marque de renoncement, par conséquent, il ne faut jamais
porter un vêtement en laine qui coûte trois dirhams si l'on«Les
musulmans d'autrefois ont des opinions différentes sur le
renoncement: Sufyan al-Thawri, Ahmad ibn Hanbal, Isa B.
Yunus et quelques autres ont soutenu que le renoncement
réduit les espérances [des choses de Ces paroles semblent
indiquer que couper court aux espoirs est l'un des signes du
renoncement, une de ses causes et une raison qui le nécessite.
"Abdallah ben al-Mubarak a dit:" La renonciation est de
garder la confiance en Dieu le Très-Haut. »C'était aussi
l'opinion de Shaqiq al-Balkhi et de Yusuf B. Asbat: garder la
confiance en Dieu est aussi l'un des signes du renoncement,
car on n'est capable de renoncer que lorsqu'on met sa
confiance en Dieu. Abd al-Wahid ben Zayd a dit: "La
renonciation est d'abandonner le dinar et le dirham", "Abu
Sulayman al-Darani a dit: "La renonciation est d'abandonner
tout ce qui vous distrait du Dieu Très-Haut - qu'il soit loué."
J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn - que Dieu ait pitié de
lui - dis: J'ai entendu Ahmad b. Ali dit: J'ai entendu Ibrahim b.
Fatik dit: J'ai entendu al-Junayd dire que Ruwaym [b. Ahmad]
l'a une fois questionné sur le renoncement. Al-Junayd a
répondu: "Il pense peu de ce monde et efface ses traces de
votre coeur." Sari [al-Saqati] a dit: «Le chemin du renonçant
manque tant qu'il ne se préoccupe pas de lui-même, alors que
le chemin du gnostique fait défaut tant qu'il se préoccupe de
lui-même. Quelqu'un a demandé à al-Junayd le renoncement.
Il a répondu: "C'est garder vos mains libres de vos possessions
et votre coeur de l'attachement [à ce monde]." Quelqu'un a
demandé à al-Shibli le renoncement.Il répondit: "C'est
renoncer à autre chose que Dieu le Très-Haut". Yahya b. Mu
adh a dit: "On ne peut atteindre le vrai renoncement avant
d'avoir acquis trois qualités: des œuvres sans attachement, un
discours sans intention cupide et un pouvoir sans suzeraineté"
Abu Hafs a dit: "On ne peut que renoncer à ce qui est légal.
Puisqu'il n'y a rien dans ce monde qui soit légal, il ne peut y
avoir de renoncement. "Abu Uthman [al-Hiri] a dit:" Dieu le
Très-Haut donne le renonçant plus qu'il ne le désire; Il donne
celui qui désire moins que ce qu'il désire; »Yahya ben adh adh
dit:« Le renonçant verse du vinaigre et de la moutarde dans
votre nez, tandis que le gnostique vous traite à l'odeur du musc
et de l'ambre gris. »Al-Hasan al-Basri m'a dit: "La
renonciation à ce monde est que vous détestez ses habitants et
tout ce qu'il contient. »Un des Sufis a été interrogé sur la
renonciation à ce monde:« Renoncer à tout ce qui s'y trouve ».
H-Nun al-Misri: "Quand vais-je renoncer au monde?" Il a
répondu: "Seulement quand vous avez renoncé à vous-même."
Muhammad B. al-Fadl a dit: "Les ascètes préfèrent les autres à
eux-mêmes quand ils ont assez tandis que les galants {fityan)
préfèrent les autres à eux-mêmes, même s'ils sont eux-mêmes
dans le besoin. »Dieu dit:« Ils préfèrent les autres au-dessus
d'eux-mêmes, même si la pauvreté est leur lot ». Il y a une
chose sur laquelle les Koufans, les Médinis, les Irakiens et les
Syriens ne sont pas en désaccord: la renonciation de ce
monde,»Il a voulu dire que personne ne peut dire que ces
choses ne sont pas louables.Un homme a demandé à Yahya B.
Mu adh:« Quand entrerai-je dans la taverne de la confiance en
Dieu, »Il répondit:« Quand, dans ton entraînement secret de
ton âme, tu atteindras un tel degré que si Dieu refusait ta
subsistance pendant trois jours, tu ne deviendrais pas plus
faible que toi. étaient [avant]. Tant que vous n'avez pas atteint
ce degré, votre assise sur le même tapis avec les [véritables]
renonçants est pure ignorance. Car je ne peux pas vous
garantir que vous ne serez pas déshonorés parmi eux! "Bishr
al-Hafi a dit," La renonciation est comme un roi qui réside
seulement dans un coeur qui est purifié [des attachements
mondains]. "J'ai entendu Muhammad b.al-Husayn disent; J'ai
entendu Abu Bakr al-Razi dire; J'ai entendu Muhammad b.
Muhammad b.al-Ash'ath al-Bikandi dire; "Si quelqu'un discute
du renoncement et le prêche aux autres, alors qu'il désire ce
qu'il possède, alors le Dieu Très-Haut enlèvera de son coeur
l'amour de l'autre monde." On dit aussi que lorsqu'un serviteur
de Dieu renonce à ce monde, Dieu nomme pour lui un ange
qui plante la sagesse dans son cœur. "Quelqu'un demanda à un
soufi:" Pourquoi as-tu renoncé à ce monde? "Il répondit:"
Parce qu'il a renoncé Ahmad ben Hanbal a dit: "Le
renoncement peut être de trois sortes différentes. D'abord,
abandonner ce qui est interdit par la loi divine, qui est la
renonciation des roturiers; deuxièmement, abandonner l'excès
dans ce qui est licite, ce qui est la renonciation des élus;
troisièmement, abandonner ce qui détourne le serviteur de
Dieu de Dieu le plus haut,ce qui est la renonciation aux
gnostiques. »J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq dire:«
Quelqu'un a demandé à un soufi pourquoi il avait renoncé au
monde. Il a répondu; «Après que j'y ai renoncé pour la plupart,
je n'ai plus aucun désir pour le peu qui en reste». »Yahya B.
Mu adh dit:« Ce monde est comme une épouse non voilée.
Celui qui la cherche devient sa cosméticienne, tandis que celui
qui la rentre noircit son visage, lui arrache les cheveux,
déchire sa robe. Quant au gnostique, il ne s'occupe que de
Dieu et ne lui prête aucune attention. »J'ai entendu Abu
Abdallah al-Sufi dire: J'ai entendu Abu al-Tayyib al-Samarri
dire: j'ai entendu al-Junayd dire: j'ai entendu Sari dit: «J'ai
essayé toutes sortes de renoncements et j'en ai obtenu tout ce
que je souhaitais, à l'exception de la renonciation au peuple. Je
ne l'ai pas atteint,"On dit que les renonçants ne sont partis vers
[aucune destination] excepté eux-mêmes, car ils ont
abandonné la générosité transitoire [de ce monde] pour celui
qui ne finit jamais. " Al-Nasrabadhi a dit; "La renonciation
épargne le sang des ascètes et répand le sang des gnostiques."
Hatim al-Asamm a dit; "Le renonçant dépense sa bourse avant
qu'il dépense son âme, tandis que celui qui prétend être un
renonçant dépense son âme avant qu'il dépense sa bourse." J'ai
entendu Muhammad b. Abdallah dit: J'ai entendu Ali b. al-
Husayn dire: Ahmad b. al-Husayn nous a informés:
Muhammad b. al-Hasan nous a dit: Muhammad b. Ja nous a
dit: al-Fudayl b. lyad a dit: "Dieu a placé tout le mal dans une
maison et a fait son amour clé de ce monde.Il plaça tout le
bien dans une autre maison et fit son renoncement clé.
»Silence (samt) Abdallah ben Yusuf al-Isbahani nous informa:
Abu Bakr Muhammad ben al-Husayn al-Qattan nous a dit:
Ahmad ben Yusuf al-Sulami a dit nous: Abd al-Razzaq nous a
dit: Ma mar nous a informés sur l'autorité d'al-Zuhri, sur
l'autorité d'Abu Salama, sur l'autorité d'Abou Hourayra que le
Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - a dit: "
Quiconque croit en Dieu et au Jour dernier, qu'il ne fasse
aucun mal à son prochain; quiconque croit en Dieu et au Jour
dernier, qu'il soit généreux envers son hôte; Celui qui croit en
Dieu et au Jour dernier, qu'il parle bien ou qu'il se taise!Ma
mar nous a informés sur l'autorité d'Al-Zuhri, sous l'autorité
d'Abu Salama, sur l'autorité d'Abu Hurayra que le Messager de
Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - a dit: "Quiconque croit
en Dieu et au Jour Dernier, qu'il ne fasse aucun mal à son
prochain, quiconque croit en Dieu et au Jour dernier, qu'il soit
généreux envers son hôte, quiconque croit en Dieu et au Jour
dernier, qu'il parle bien ou qu'il se taise!Ma mar nous a
informés sur l'autorité d'Al-Zuhri, sous l'autorité d'Abu Salama,
sur l'autorité d'Abu Hurayra que le Messager de Dieu - que
Dieu le bénisse et le salue - a dit: "Quiconque croit en Dieu et
au Jour Dernier, qu'il ne fasse aucun mal à son prochain,
quiconque croit en Dieu et au Jour dernier, qu'il soit généreux
envers son hôte, quiconque croit en Dieu et au Jour dernier,
qu'il parle bien ou qu'il se taise! Ali b. Ahmad b.Abdan nous a
informés: Ahmad b. Ubayd nous a dit: Bishr b. Musa al-Asadi
nous a dit: Muhammad b. Sa-al-Isbahani nous a dit sur
l'autorité d'Ibn al-Mubarak, sur l'autorité de Yahya b. Ayyub,
sur l'autorité d'Ubaydallah b. Zuhr, sur l'autorité d'Ali b. Yazid,
sur l'autorité d'Al-Qasim, sous l'autorité d'Abu Umama: sur
l'autorité d'Uqba b. Amir, qui a dit qu'il a demandé: "Messager
de Dieu, qu'est-ce que le salut?" Il répondit: "Garde ta langue,
que ta maison soit assez spacieuse pour toi et pleure sur tes
péchés!" Le maître [al-Qushayri] a dit: "Le silence est la
sécurité, c'est la racine de la question, si on s'est permis de
réprimander [une autre personne], alors on doit se repentir, en
tout cas, on doit toujours être respectueux du Loi Divine, la
Commande de la Droite et l'Interdiction du Mal. "Le silence
au bon moment est un attribut des hommes vrais, de la même
manière que parler, s'il y a lieu, est l'une des qualités les plus
nobles. J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq dire: "Celui
qui garde le silence au lieu de dire la vérité est un diable muet".
Le silence appartient aux bonnes manières des rassemblements
[soufis], car Dieu le Très-Haut a dit: "Et quand le Coran est
récité, prêtez l'oreille et gardez le silence afin de recevoir
miséricorde. de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - et les
djinns: "Et quand ils étaient présents avec lui, ils dirent:" Tais-
toi! "Le Très Haut dit aussi:" Les voix seront silencieuses au
Très-Miséricordieux, de sorte que vous n'entendra rien mais
murmurera.Quelle différence il y a entre un serviteur qui se
tait pour se protéger des mensonges et des médisances et un
serviteur qui se tait parce qu'il est submergé par la crainte de
Dieu! Ils récitent les versets suivants à cet effet; Quand nous
sommes à part, je ne cesse de penser à ce que je vais vous dire.
Je perfectionne obstinément les arguments que je prononcerai.
Quand nous nous rencontrons, je les oublie. Et quand je parle,
je ne parle que des absurdités. Ils récitent aussi les lignes
suivantes; O Layla, combien de besoins urgents j'ai Pourquoi,
alors, O Layla, quand je viens à toi, je ne sais plus ce qu'ils
sont ?! Ils récitent aussi ce qui suit: Combien d'histoires je
dois te dire? Cependant, quand on me donne l'occasion de
vous rencontrer, je les oublie tous! Ils récitent aussi ce qui suit:
J'ai vu comment les mots peuvent orner un jeune homme;
cependant,le silence est meilleur pour celui qui a choisi de se
taire Combien de mots écrits ont amené la mort [sur l'écrivain]
Et combien d'orateurs ont souhaité qu'ils soient restés
silencieux! Il y a deux types de silence; silence extérieur et
silence du cœur et de l'esprit. Le cœur de celui qui met sa
confiance en Dieu se retient de demander à Dieu de subsister.
Le cœur du gnostique reste silencieux vis-à-vis du décret de
Dieu car il est doté de l'attribut de la conformité. Le premier
est confiant des bonnes actions de Dieu. Ce dernier est satisfait
de tout ce que Dieu décrète [pour lui]. C'est avec ce sens en
tête qu'ils disent; Les décisions de Dieu dominent sur vous
Mais les soucis de votre cœur le plus profond sont apaisés.
Parfois, le silence est causé par la perplexité d'un aperçu, car
lorsqu'une idée est soudainement dévoilée [à vous],les mots se
taisent et vous ne pouvez ni expliquer ni articuler [ce que vous
avez réalisé]. Dans un tel état, toute évidence est oblitérée et il
n'y a ni connaissance ni sensation. Dieu le Très Haut a dit; «Le
jour où Dieu rassemblera les messagers et dira: Quelle réponse
avez-vous? ils disent: "Nous n'avons aucune connaissance."
"Ceux qui s'exercent [sur le chemin de Dieu] choisissent le
silence, parce qu'ils sont conscients des dangers qui sont
présents dans la parole. Ils sont également conscients des
plaisirs que leur ego prend en parlant et en louant aussi bien
que dans l'utilisation d'un discours éloquent pour s'élever au-
dessus de leurs pairs et des pièges semblables qui sont
communs à l'humanité. C'est pourquoi les pratiquants du self-
disciphne ascétique choisissent le silence,qui est l'un des
principaux piliers de l'effort personnel et une condition
préalable pour perfectionner son caractère. On dit que quand
Dawud al-Ta a décidé de rester dans sa maison, il [a d'abord]
décidé d'assister aux sessions d'Abou Hanifa, puisqu'il était
l'un de ses disciples, et de s'asseoir parmi ses collègues savants
sans jamais parler de question juridique qui a surgi. Quand son
âme devint forte dans ce trait après une année entière de
pratique, il se confina dans sa maison et choisit la solitude. De
même, [le calife] Umar b. Abd al-Aziz - que Dieu ait pitié de
lui - chaque fois qu'il écrirait quelque chose et trouverait du
plaisir dans sa formulation, il déchirerait son écriture et la
changerait. J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-
Sulami - que Dieu ait pitié de lui - dire: Abdallah b.
Muhammad al-Razi nous a informés; Abu H- Abbas b. Ishaq
al-Sarraj nous a dit: J'ai entendu Ahmad b.Al-Fath dit: J'ai
entendu Bishr b. Al-Harith dit: "Si la parole vous fait plaisir,
alors tais-toi, et si le silence te plaît, alors parle!" Sahl b.
Abdallah [al-Tustari] a dit: "Le silence de personne est
complet jusqu'à ce qu'il se soit habitué à battre en retraite, et
que la repentance de personne ne soit complète avant qu'il ne
s'habitue au silence." Abu Bakr al-Farisi a dit: "Si un homme
n'a pas fait de silence sa patrie, il est bavard, même s'il se tait,
le silence ne se limite pas à la langue, il doit s'appliquer au
cœur et à tous les membres." Quelqu'un a dit que celui qui ne
connaît pas la vraie valeur du silence dira toujours n'importe
quoi. J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn dire: Muhammad
b. Abdallah b. Shadhan a dit: Mimshadh al-Dinawari a dit:
"Les sages ont acquis leur sagesse par le silence et la
contemplation."Quelqu'un a demandé à Abu Bakr al-Farisi le
silence. Il a répondu: "Le silence est d'abandonner le souci du
passé et du futur." Abu Bakr al-Farisi a également déclaré: "Si
un homme parle de ce qui le concerne et de ce qui est
inévitable, alors il reste dans le domaine du silence." Il est dit
que Mu adh b. Jabal - que Dieu soit satisfait de lui - a dit un
jour: «Parle peu avec les gens et parle beaucoup avec Dieu,
peut-être que ton cœur verra Dieu le Très-Haut. Quelqu'un a
demandé à Dhu H-Nun: "Qui parmi les hommes est le
meilleur protecteur de son cœur?" Il a répondu: "Celui qui
contrôle le mieux sa langue." Ibn Mas ud a dit: "Rien n'est
plus digne d'un long emprisonnement que la langue."Si un
homme parle de ce qui le concerne et de ce qui est inévitable,
alors il reste dans le domaine du silence. »On dit que Mu adh
bab Jabal - que Dieu soit satisfait de lui - a dit:« Parlez peu
avec les gens et parlez beaucoup avec Dieu; Peut-être votre
cœur verra-t-il le Dieu Très-Haut. Quelqu'un demanda à Dhu
H-Nun: "Qui parmi les hommes est le meilleur protecteur de
son cœur?" Il répondit: "Celui qui maîtrise le mieux sa
langue." est plus digne d'un long emprisonnement que la
langue. "Si un homme parle de ce qui le concerne et de ce qui
est inévitable, alors il reste dans le domaine du silence. »On
dit que Mu adh bab Jabal - que Dieu soit satisfait de lui - a
dit:« Parlez peu avec les gens et parlez beaucoup avec Dieu;
Peut-être votre cœur verra-t-il le Dieu Très-Haut. Quelqu'un
demanda à Dhu H-Nun: "Qui parmi les hommes est le
meilleur protecteur de son cœur?" Il répondit: "Celui qui
maîtrise le mieux sa langue." est plus digne d'un long
emprisonnement que la langue. "Quelqu'un a demandé à Dhu
H-Nun: "Qui parmi les hommes est le meilleur protecteur de
son cœur?" Il a répondu: "Celui qui contrôle le mieux sa
langue." Ibn Mas ud a dit: "Rien n'est plus digne d'un long
emprisonnement que la langue."Quelqu'un a demandé à Dhu
H-Nun: "Qui parmi les hommes est le meilleur protecteur de
son cœur?" Il a répondu: "Celui qui contrôle le mieux sa
langue." Ibn Mas ud a dit: "Rien n'est plus digne d'un long
emprisonnement que la langue." Ali b.Bakkar a dit: "Dieu
Très-Haut a fait deux portes pour tout, mais il a fait quatre
portes pour la langue - les deux lèvres et les dents!" Il est
apparenté à Abu Bakr al-Siddiq - que Dieu soit satisfait de lui
- que pendant de nombreuses années, il tenait une pierre dans
sa bouche pour parler moins. On dit qu'Abu Hamza al-
Baghdadi - que Dieu ait pitié de lui - était un orateur éloquent.
Une fois, il entendit une voix qui lui disait: «Tu as parlé et ton
discours était merveilleux, maintenant il te reste à te taire et à
y exceller! Il n'a donc pas parlé avant de mourir environ une
semaine plus tard. Quelquefois le silence frappe quelqu'un en
châtiment, parce qu'il a violé les bonnes manières d'une
manière ou d'une autre, Al-Shibli avait l'habitude de s'asseoir
avec le cercle de ses disciples. Quand ils ne l'interrogeraient
pas, il dirait: "Et la parole tombera sur eux à cause du mal
qu'ils ont commis, pendant qu'ils ne disent rien. Parfois, le
silence tombe sur un orateur, parce qu'il y a dans l'auditoire
quelqu'un qui mérite plus de parole. J'ai entendu Ibn al-
Sammak dire que Shah al-Kirmani et Yahya b. Mu adh étaient
amis. Bien qu'ils vivaient dans la même ville. Shah
n'assisterait jamais aux sessions de son [ami]. Quand
quelqu'un lui a posé une question à ce sujet, il a répondu;
"C'est le [seul] bon [comportement]!" Les gens ont continué à
le poursuivre jusqu'à ce qu'il décide d'assister à la session de
Yahya. Il était assis pour que Yahya b. Mu adh ne l'observerait
pas. Yahya était sur le point de commencer à parler, quand il
se tut soudainement. Il a ensuite dit: "Il y a quelqu'un ici qui
mérite de parler plus que moi." Et il était incapable d'articuler
quelque chose de cohérent après cela. Shah a alors dit; "Ne
t'ai-je pas dit que ce n'était pas approprié pour moi de venir à
sa séance? »Parfois le silence tombe sur l'orateur pour une
raison qui a quelque chose à voir avec son auditoire - par
exemple, quand il y a parmi eux quelqu'un qui n'est pas apte à
entendre son discours, et par conséquent le Dieu Très-Haut
protège la langue de l'orateur par jalousie pour garder ce
discours de quelqu'un qui n'est pas supposé l'entendre. L'état
spirituel de quelqu'un dans l'auditoire est tel que, s'il entend ce
discours, il peut être tenté par elle, cette personne peut
s'imaginer qu'elle correspond à son propre moment mystique,
ce qu'elle n'est pas, ou il peut le faire. discours] être tenté
d'entreprendre quelque chose qu'il ne peut pas supporter dans
les deux cas,Dieu - qu'Il soit grand et exalté - décide de
l'empêcher d'entendre ce discours, soit en le protégeant, soit en
l'empêchant de commettre une erreur. Les maîtres de ce
chemin [soufi] disent que parfois la raison du silence de
l'orateur est la présence dans l'auditoire d'un djinn qui n'est pas
apte à entendre ce discours. Car les sessions des maîtres soufis
ne sont pas forcément exemptes de la présence d'hôtes de
djinns. J'ai entendu Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de
lui - disons; «Quand je suis tombé malade à Merv et que j'ai
voulu retourner à Nishapur, j'ai entendu une voix dans mon
rêve:« Vous ne pouvez pas quitter cette ville parce qu'un
groupe de djinns a pris goût à vos discours et a hâte d'assister
à vos séances. Pour eux, vous serez gardés dans cet endroit!
'"Un homme sage a dit:" L'homme a été créé avec une seule
langue,mais avec deux yeux et deux oreilles pour qu'il puisse
écouter et voir plutôt que parler! "Une fois qu'Ibrahim ben
Adham a été invité à un banquet, quand il s'est assis, ils ont
commencé à raconter des histoires à d'autres personnes.
habitué à manger de la viande après le pain, alors que vous
avez commencé par manger de la viande! "Il fit allusion aux
paroles de Dieu Très-Haut:" L'un de vous voudrait-il manger
la chair de son frère mort? Tu abominerais Un Soufi a dit: "Le
silence est la langue de l'humilité." Un autre a dit: "Apprenez
le silence tout comme vous apprenez la parole, car si la parole
vous guide, le silence vous gardera." On dit aussi que le
silence est la vertu de la langue. Ils disent aussi que la langue
est comme une bête sauvage: si vous ne la retenez pas, elle
tombera sur vous. "Quelqu'un a demandé à Abu Hafs [al-
Haddad]:"Quelle qualité est préférable pour l'ami de Dieu:
silence ou discours? »Il répondit:« Si celui qui parle connaît
tous les dangers inhérents à la parole, il garderait le silence, s'il
le pouvait, aussi longtemps que la vie de Noé. Cependant, s'il
était le seul à connaître tous les dangers inhérents au silence, il
demanderait au Dieu Très-Haut une vie double de celle de
Noé, afin qu'il puisse [apprendre à] parler. "On dit que les
gens ordinaires gardent le silence avec leurs langues, les
gnostiques gardent le silence dans leurs cœurs, et les amants
de Dieu gardent le silence en protégeant leur moi le plus
intime de toute pensée [distrayante]. On a dit à l'un d'entre eux:
"Parle!" Il répondit: "Je n'ai pas de langue pour parler!" "Alors
écoute!" Il a répondu: "Il n'y a pas de place en moi où je
puisse écouter!"L'un d'eux a dit: «J'ai passé trente ans avec ma
langue à n'entendre que mon cœur, puis j'ai passé trente
années de plus avec mon cœur à n'entendre que ma langue. Un
autre soufi a dit: «Même si votre langue est silencieuse, vous
n'êtes toujours pas à l'abri des mots qui se trouvent dans votre
cœur, même si vous devenez une pile d'os en décomposition,
vous n'êtes toujours pas délivrés des insinuations de votre âme.
Même si vous pouvez vous exercer au maximum, votre esprit
ne vous parlera toujours pas, parce qu'il cache le mystère
[divin]. " Ils disent: "La langue de l'ignorant est la clé de sa
destruction". Ils disent aussi: "Si l'amant garde le silence, il
périt, et si le divin gnostique garde le silence, il règne
souverainement." J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn dire:
J'ai entendu Abdallah b. Muhammad al-Razi a dit:J'ai entendu
Muhammad b. Nasr al-Saïd dit: J'ai entendu Mardawayh al-
Saïd dire: J'ai entendu al-Fudayl b. Lyad dit: "Celui qui
compte ses paroles parmi ses actes parle très peu et seulement
des choses qui le concernent." Peur (khawf) Dieu Très Haut a
dit: "Ils invoquent leur Seigneur dans la crainte et l'espérance".
Abu Bakr Muhammad b. Ahmad b. Abdus al-Hiri al-Adi nous
a informés: Abu Bakr Muhammad b. Ahmad b. Dalluya al-
Daqqaq nous a informés: Muhammad b. Yazid a dit: Amir b.
Abi H-Furat nous a dit: al-Mas udi nous a dit sur l'autorité de
Muhammad b. Abd al-Rahman, sur l'autorité d'Isa b. Talha,
sous l'autorité d'Abou Hourayra, a dit: "Le Messager de Dieu -
que Dieu le bénisse et le salue" a dit: "Celui qui pleure par la
crainte de Dieu le Très Haut n'entrera pas dans l'enfer tant que
le lait ne pourra pas entrer dans la mamelle.La poussière de [la
lutte] sur le chemin de Dieu et la fumée de la Géhenne ne
seront jamais mêlées dans les narines d'un seul et même
serviteur de Dieu. "Abu Nu aym Ahmad ben Muhammad ben
Ibrahim al-Mahrajani nous a informés : Abu Muhammad
Abdallah ben Muhammad ben al-Hasan al-Sharafi nous a dit:
Abdallah ben Hashim nous a dit: Yahya ben Said al-Qattan
nous a dit: Shu ba nous a dit: Qatada nous a dit sur l'autorite
d'Anas, qui a dit: "Le Messager de Dieu - que Dieu le bénisse
et le salue - a dit:" Si seulement vous saviez ce que je sais,
vous ririez peu et pleureriez beaucoup. "" La peur est un
sentiment qui a à voir avec l'avenir, pour un l'homme craint
que quelque chose d'indésirable ne lui arrive ou que quelque
chose de plaisant puisse lui échapper, ce qui ne peut arriver
qu'à quelque chose ou à quelqu'un dans le futur ... Quant à
quelque chose qui existe ici et maintenant, la peur ne s'y
rapporte pas.La crainte de Dieu Le Très Haut signifie que l'on
craint Sa punition dans cette vie ou dans l'au-delà. Dieu - qu'il
soit loué - a décrété que Son serviteur devrait avoir peur de
Lui. Il a dit: "Craignez-moi, si vous êtes croyants. Il a aussi
dit:" Tenez-vous en crainte de Moi. "Dieu a loué les croyants
en leur attribuant la crainte, en disant:" Ils craignent leur
Seigneur au-dessus d'eux. " Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait
pitié de lui - dit: «La peur a différentes étapes: la peur, la
crainte et la crainte. La peur est une condition préalable et une
exigence de la foi [vraie], car Dieu a dit: "Crains-Moi, si tu es
croyant". "L'effroi est une condition préalable de la
connaissance religieuse, car le Très-Haut a dit:" Ses serviteurs
redoutent Dieu, s'ils ont la connaissance. Quant à la crainte,
c'est une condition préalable de la gnose divine, car Dieu a
dit:Dieu vous avertit que vous le craignez [seulement]. " J'ai
entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait
pitié de lui - dire: J'ai entendu Muhammad b. Ali al-Hiri a dit:
J'ai entendu Mahfuz dire: J'ai entendu Abu Hafs [al-Haddad]
dire: "La peur est le fouet de Dieu avec lequel il redresse ceux
qui tentent de fuir son seuil." Abu H-Qasim al-Hakim a dit:
"La peur peut être de deux sortes: la terreur et la terreur. Une
personne dans l'état de terreur (rahab) se réfugie en vol (harah)
quand il a peur, alors qu'une personne en état de la terreur se
réfugie dans son Seigneur. " Il a également dit: "Les verbes 'il
est terrorisé' (rahib) et 'il a fui' (harab) peuvent avoir la même
signification que le wcrhsjadhaba zndjabadha ('il a dessiné'),
qui ont le même sens. qui fuit (harabd) est attiré par les diktats
de sa propre passion,de la même manière que ces moines
{ruhbanf qui [suivent servilement] leurs passions. Cependant,
si elles sont restreintes par la rêne de la connaissance
[religieuse] et si elles accomplissent les commandements de la
Loi Divine, alors ceci est redouté [non la terreur]. »J'ai
entendu Muhammad ben al-Husayn: J'ai entendu Abdallah ben
Muhammad al-Razi: J'ai entendu Abu Uthman [al-Hiri] dire:
J'ai entendu Abu Hafs [al-Haddad] dire: «La peur est la lampe
du cœur par laquelle le serviteur de Dieu peut distinguer le
bien du mal qui y réside. a entendu le maître Abu Ali al-
Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dise: "La crainte est que
votre âme ne soit plus capable de trouver des excuses pour
elle-même en disant" si seulement "(asa) ou" peut être
"( sarpfa). J'ai entendu Muhammad b. Al-Husayn a dit: J'ai
entendu Abu H-Qasim al-Dimashqi dire: J'ai entendu Abu
Umar al-Dimashqi dire: "Celui qui a peur est celui qui a peur
de lui-même plus qu'il n'a peur de Satan. "Ibn al-Jalla a dit:"
Celui qui a peur [de Dieu] est protégé des choses qui effraient
[les autres] ". On dit que celui qui a peur [de Dieu] n'est pas
celui qui pleure et s'essuie les yeux, mais plutôt celui qui
abandonne tout ce qu'il craint pourrait lui infliger [la punition
de Dieu]. Quelqu'un a dit à al-Fudayl [b. lyad]: "Pourquoi est-
ce que nous n'en voyons pas de peureux?" Il a répondu: «Si
vous deviez avoir peur, vous les verriez, car seul celui qui a
peur peut voir ceux qui ont peur, car seule la mère qui a perdu
son enfant aime voir une autre mère endeuillée. Yahya b. Mu
adh a dit: "Pauvres enfants d'Adam! Si seulement ils
craignaient le feu de l'enfer autant qu'ils craignent la pauvreté,
ils entreraient sans aucun doute au Paradis."Shah al-Kirmani a
dit:" Un des signes de la peur est la tristesse constante. "Abu
H-Qasim al-Hakim a dit:" Celui qui a peur de quelque chose
s'en éloigne, alors que celui qui craint Dieu - sois grand et
exalté - court vers Lui. »Quelqu'un a demandé à Dhu H-Nun
al-Misri - que Dieu ait pitié de lui:" Quand entrerons-nous sur
le chemin de la peur? "Il a répondu:" Quand il se mettra en
position d'un homme malade, qui se garde de tout par peur que
sa maladie puisse se prolonger. "Mu adh bab Jabal - que Dieu
soit satisfait de lui - a dit" Le coeur du croyant ne sera pas en
paix, et son coeur ne reposera pas jusqu'à ce qu'il ait laissé le
pont de la Géhenne derrière lui. "Bishr al-Hafi a dit:" La
crainte de Dieu est un roi qui ne peut résider que dans le coeur
pieux. "Abu Uthman al-Hiri a dit:"Celui qui craint est exposé
à une déficience: sa confiance en sa peur, car c'est quelque
chose dont on ne peut être victime. "Al-Wasiti a dit:" La peur
est comme un voile entre Dieu le Très-Haut et son serviteur ".
Cette affirmation est problématique: elle implique que celui
qui craint regarde vers un moment futur, alors que les enfants
du moment [actuel] n'ont aucune attente de l'avenir, car [selon
un dicton soufi] «les vertus du »J'ai entendu Muhammad ben
Husayn - que Dieu ait pitié de lui - dise: J'ai entendu
Muhammad ben Ali al-Nahawandi dire: J'ai entendu Ibn Fatik
dire: J'ai entendu al-Nuri dit: «Celui qui craint court de son
Seigneur à son Seigneur.» L'un d'eux a dit: «L'un des signes
de la peur est l'égarement à la porte de l'invisible. J'ai entendu
Abu Abdallah al-Sufi dire:J'ai entendu Ah b. Ibrahim al-
Ukbari a dit: J'ai entendu al-Junayd dire, lorsqu'on lui a
demandé de la peur: "C'est quand vous anticipez une punition
[divine] à chaque respiration qui passe". J'ai entendu Shaykh
Abu Abd al-Rahman al Sulami - que Dieu ait pitié de lui - dire:
J'ai entendu al-Husayn b. Ahmad al-Saffar dit: Muhammad b.
Al-Musayyib a dit: J'ai entendu Hashim b. Khahd dit: J'ai
entendu Sulayman al-Darani dire: "Chaque fois que la peur
quitte le cœur, elle est minée." Je l'ai aussi entendu dire: j'ai
entendu Abdallah b. Muhammad b. Abd al-Rahman a dit: J'ai
entendu Abu Uthman [al-Hiri] dire: "La vraie crainte est de
s'abstenir de péchés intérieurement et extérieurement". Dhu H-
Nun a dit: "Les gens sont sur le bon chemin tant que la peur
reste avec eux." Quand la peur les quitte, ils s'éloignent du
chemin. " Hatim al-Asamm a dit: "Tout a son ornement,
l'ornement du culte est la peur;Un homme a dit à Bishr al-Hafi:
«Je vois que vous avez peur de la mort.» Il a répondu: «Entrer
dans la présence de Dieu est une chose difficile. ! "J'ai entendu
le maître Abu Ali al-Daqqaq dire:" Je suis allé rendre visite à
Abu Bakr b. Furak, quand il était malade. Quand il m'a vu, des
larmes ont commencé à couler de ses yeux. Je lui ai dit: "Dieu
Très-Haut a pu souhaiter votre rétablissement et votre bonne
santé!" Il m'a dit: «Penses-tu que j'ai peur de la mort? Non, j'ai
peur de ce qui arrivera après la mort! "Ali bah Ahmad al-
Ahawzi nous a informés: Ahmad ben Ubayd nous a informés:
Muhammad ben Uthman nous a raconté: al-Qasim ben
Muhammad nous a dit: Yahya b Yaman nous a dit sous
l'autorité de Malik B. Mighwal, sous l'autorité de Abd al-
Rahman, Saoud B. Mawhab,sur l'autorité d'AMsha - que Dieu
soit satisfait d'elle: qui a dit: "J'ai demandé:" Messager de
Dieu ", ceux qui donnent ce qu'ils donnent, leur coeur
tremble" "sont-ils capables de voler, commettre l'adultère et
boire du vin? ? ' Il a répondu: "Non. Cependant, un homme
peut jeûner, prier, faire l'aumône, et avoir toujours peur que
[son culte] ne soit pas accepté de lui [par Dieu]. '' Ibn al-
Mubarak - que Dieu ait pitié de lui - a dit: La chose qui excite
la peur pour qu'elle s'installe dans le cœur est un examen
continuel de soi-même intérieurement et extérieurement. »J'ai
entendu Muhammad ben al-Husayn dire: J'ai entendu
Muhammad ben al-Hasan dire: J'ai entendu Abu H-Qasim b.
Abi Musa dit: Ali al-Razi nous a dit: J'ai entendu Ibn al-
Moubarak - que Dieu ait pitié de lui - dise cela J'ai entendu
Muhammad ben Husayn dire: J'ai entendu Abu Bakr al-Razi
dire: J'ai entendu Ibrahim b.Shayban dit: "Quand la peur
s'installe dans le cœur, elle en brûle les objets de désirs
charnels et en bannit le désir de ce monde." On dit que la peur
est «la force de la connaissance de la façon dont les décrets de
Dieu entrent en vigueur». On dit aussi que la peur est «le
mouvement et l'agitation du cœur devant la majesté du
Seigneur». Abu Sulayman al-Darani a dit: "Rien ne devrait
dominer votre coeur sauf la peur, car si l'espoir devenait
prédominant, il serait gâté." Il a ensuite ajouté: "Ahmad, ils
[Sufis] se lèvent [à l'apogée de l'adoration de Dieu] grâce à la
peur, quand ils le perdent, ils tombent." Al-Wasiti a déclaré:
"La peur et l'espoir sont les deux rênes de l'âme humaine qui
l'empêchent de suivre aveuglément ses pulsions folles." Il a
aussi dit: "Lorsque la Vérité {al-haqqY 'se manifeste aux âmes
les plus intimes, elle ne laisse aucune place à l'espoir ni à la
peur. "Le maître Abu H-Qasim [al-Qushayri] a dit:" Il y a une
difficulté dans cette déclaration. Cela signifie que les signes de
Dieu ont totalement dévasté les âmes les plus intimes et pris
possession d'eux, ne laissant aucune place aux choses
temporelles, alors que la peur et l'espoir ne sont que des traces
résiduelles de la perception de sa propre condition
humaine.alors que la peur et l'espoir ne sont que des traces
résiduelles de la perception que l'on a de sa propre condition
humaine. "alors que la peur et l'espoir ne sont que des traces
résiduelles de la perception que l'on a de sa propre condition
humaine. " Al-Husayn b.al-Mansour [al-Hallaj] a dit: "Quand
un homme craint autre chose que Dieu - qu'Il soit grand et
exalté - ou épingle ses espoirs sur autre chose que Lui, Dieu
fermera pour lui les portes de chaque [bon] acte et que la
crainte domine sur lui: Dieu le couvrira de soixante-dix voiles,
dont le moindre est le doute. Il y a plusieurs choses les plus
propices à la peur, telles que la contemplation de la punition
finale et la crainte de voir leurs états changés [par Dieu], Ainsi
Dieu dit: "Pourtant, il leur apparaîtrait de Dieu ce qu'ils
n'avaient jamais avec "" * et "Dis:" Allons-nous vous dire qui
seront les plus grands perdants dans leurs œuvres? Ceux dont
les efforts s'égarent dans la vie présente, alors qu'ils pensent
qu'ils font de bonnes actions.Combien d'hommes aux états
enviables ont vu ses états se transformer en leurs opposés et
testés en s'associant à de mauvaises actions. Alors leur intimité
[avec Dieu] est changée en éloignement [de Lui] et leur
présence [avec Dieu] est changée en absence [de Lui]. J'ai
souvent entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait
pitié de lui - récite les versets suivants: Vous pensiez bien de
[vos] jours quand ils étaient bons [à vous] Vous n'aviez pas
peur des mauvaises choses qui le destin peut amener les nuits
à être amicales avec vous et vous avez été trompé par eux car
l'obscurité peut parfois se glisser dans la clarté de la nuit. J'ai
entendu Mansur b. Khalaf al-Maghribi dit: "Deux hommes
suivaient le chemin [soufi] (iradd) ensemble pendant un
certain temps, puis l'un d'entre eux est parti et a abandonné son
ami, longtemps passé sans nouvelles de lui.En attendant, son
ami a rejoint l'armée musulmane combattant les troupes
byzantines. Une fois les musulmans ont été confrontés à un
homme vêtu d'une armure qui a défié l'un d'eux de le
combattre dans un duel. Un des champions musulmans est
sorti pour le combattre et a été tué; un autre a suivi à sa place
et a également été tué; puis le troisième, qui a également été
tué. Puis ce soufi est sorti pour l'affronter et ils ont échangé
des coups. Le soldat byzantin a révélé son visage et il s'est
avéré qu'il était l'ami du Soufi, qui a passé de nombreuses
années avec lui à suivre le chemin Sufi et dans le culte. Le
Sufi a demandé; Quelle est votre histoire? L'homme répondit
qu'il avait apostasié et s'était marié avec ce peuple [Byzantins],
et que beaucoup d'enfants lui étaient nés et qu'il avait amassé
une grande fortune. Le soufi lui a dit; 'Mais vous lisiez le
Coran par de nombreux modes de récitation! Il a répondu qu'il
ne se souvenait pas d'un seul mot maintenant. Le soufi lui a dit:
"Ne fais pas ça! Retour [à l'islam]! Il a répondu; Non, je ne
ferai pas cela, car j'ai un rang élevé et une grande richesse
parmi eux. Va-t-en ou je te ferai ce que j'ai fait à ces [trois]!
Le Sufi lui a répondu en disant; «Vous avez déjà tué trois
musulmans, alors vous ne serez pas blâmés si vous partez et je
vous donnerai un peu de temps pour me retirer. Alors que
l'homme commençait à reculer en tournant le dos, le soufi se
précipita derrière lui et le poignarda à mort. Ainsi, après tous
ces actes d'effort personnel, de restrictions et d'exercices
ascétiques, cet homme est mort chrétien! "Ils disent que quand
ce qui est arrivé à Iblis est arrivé,Gabriel et Michael - la paix
soit sur eux - ont commencé à pleurer et à pleurer pendant
longtemps. Dieu le Très Haut a alors demandé; "Pourquoi
pleures-tu si abondamment?" Ils ont répondu: "Notre Seigneur,
nous ne nous sentons pas à l'abri de ta ruse!" Dieu a alors dit;
"Sois comme ça, tu n'es pas à l'abri de ma ruse." Il est rapporté
que Sari al-Saqati a dit un jour: "Je plisse des yeux à mon nez
tant et tant de fois par jour, par peur que mon visage devienne
noir à cause de ma peur du châtiment [divin]!" Abu Hafs [al-
Haddad] a dit; "Pendant quarante ans, j'ai cru que le Dieu
Très-Haut me regarde avec déplaisir, et mes œuvres le
démontrent!" Hatim al-Asamm a dit: "Ne soyez pas trompés
par les bonnes places, car il n'y a jamais eu de meilleur endroit
que le Paradis, mais Adam y a rencontré ce qu'il a
rencontré.car Iblis a rencontré ce qu'il a rencontré malgré son
long culte. Ne vous laissez pas tromper par l'abondance des
connaissances, car Balaam connaissait le plus grand nom de
Dieu, et pourtant regardez ce qui lui est arrivé! Ne soyez pas
trompés quand vous voyez les justes, car il n'y a pas de plus
juste que l'Élu - que Dieu le bénisse et le salue - mais le
rencontrer n'a pas profité à ses amis et parents. "Un jour, Ibn
al-Moubarak vint "Hier, je me suis comporté avec insouciance
avec Dieu - qu'il soit grand et exalté - car je Lui ai demandé le
Paradis." Il est rapporté que Jésus a fait un voyage avec un
homme juste parmi les Enfants d'Israël. Un pécheur qui était
notoire parmi les Juifs pour sa turpitude les suivit, il s'assit à
distance d'eux plein de remords et invoqua Dieu - gloire soit à
Lui - en disant: "O mon Dieu,pardonne-moi! »Le juste [Juif], à
son tour, invoqua Dieu en disant:« O mon Dieu, épargne-moi
la compagnie de cet homme demain! »A ce moment-là, Dieu
révéla à Jésus - que la paix soit sur lui - ce qui suit. mots: "J'ai
répondu aux deux prières. J'ai rejeté [la prière] du juste, mais
j'ai pardonné au pécheur! "Dhu H-Nun al-Misri a dit:" J'ai
demandé à Ulaym pourquoi il était surnommé "le fou". Il a
répondu: Après que Dieu m'a longtemps éloigné de lui-même,
je suis devenu fou par peur de notre séparation dans la vie
future! '' Avec cette signification en tête, ils récitent les versets
suivants: Si [la douleur] qui réside en moi devait être placé sur
un rocher, il l'userait! Comment, sur terre, un bloc d'argile
peut-il tolérer cela?Je n'ai vu aucun homme qui ait eu plus
d'espoir pour cette communauté [musulmane] et pas plus de
peur pour lui-même qu'Ibn Sirin. »On raconte que Sufyan al-
Thawri est tombé malade. dit: "Le foie de cet homme a été
rompu par sa peur." Il est alors venu à [Sufyan], a senti son
pouls et a dit: "Je ne savais pas qu'il y avait son semblable
[dans cette religion]!" Quelqu'un a demandé Shibli pourquoi le
soleil pâlit au coucher du soleil Il répondit: "Parce qu'il a été
retiré de sa position de perfection. Donc, il est devenu pâle par
peur de se tenir debout [devant Dieu]. Ceci est similaire à [la
condition du] croyant. Quand le terme de son départ de ce
monde approche, son visage devient pâle, parce qu'il a peur de
se tenir devant Dieu. Et quand le soleil se lève à nouveau, il a
l'air radieux.Il en est de même pour le croyant: quand il est
ressuscité de sa tombe, son visage rayonne de lumière. »Il est
rapporté qu'Ahmad ben Hanbal - que Dieu ait pitié de lui - a
dit:« J'ai demandé à Dieu - qu'il soit grand et exalté - d'ouvrir
la porte de la peur pour moi. Quand il l'ouvrit, je commençai à
craindre de perdre l'esprit. Alors j'ai dit: 'O mon Seigneur,
donne-moi autant de [peur] que je peux supporter!' Après cela,
j'ai ressenti un soulagement. »Hope (ra / V) Dieu Très-Haut a
dit:« Quiconque espère rencontrer Dieu, le terme de Dieu
vient »Abu H-Hasan Ali ben Ahmad al-Ahwazi nous a
informés: Ahmad b. Ubayd al-Saffar nous a dit: Amr "b. Le
musulman al-Thaqafi nous a dit: al-Hasan b. Khalid nous a dit:
al-Ala b. Zayd a déclaré: "Je suis entré dans la maison de
Malik B. Dinar et j'ai découvert que Shahr ben Hawshab était
avec lui et que lorsque nous quittions sa maison [de Malik],
j'ai dit à Shahr:Que le Dieu Très-Haut ait pitié de vous!
Donnez-moi de bons conseils pour la route, afin que Dieu
fasse la même chose pour vous! Il a répondu: «Oui, ma tante
Umm al-Darda m'a raconté d'Abou H-Darda, qui a rapporté du
Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - qu'il a raconté de
Gabriel - que la paix soit sur lui - qu'il a dit; "Ton Seigneur -
qu'il soit grand et exalté - a dit: Mon serviteur, aussi
longtemps que tu M'adoreras, aie de l'espérance en Moi et ne
Me donne pas de partenaires, Je te pardonnerai tout ce que tu
as fait. avec un nombre de péchés et de transgressions assez
grands pour remplir toute la terre, je te rencontrerai avec tant
de pardon, je te pardonnerai et je m'en ficherai! "" Ali bah
Ahmad nous a informés, Ahmad ben Ubayd nous a informés;
Bishr b Musa nous a dit, Khalaf ben Walid nous a dit, Marwan
b.Mu awiyya al-Fazawi ** nous a dit; Abou Sufyan Tarif nous
a dit sur l'autorité d'Abdallah b. al-Harith, sous l'autorité
d'Anas b. Malik, sur l'autorité du Messager de Dieu - que Dieu
le bénisse et le salue - qui a dit: "Dieu le Très-Haut dira au
Jour du Jugement:" Faites sortir du feu quiconque dans le
coeur est la quantité de foi égale à un grain d'orge. Alors Il
déclarera: "Faites sortir du feu quiconque dans le coeur est la
quantité de foi égale à une graine de moutarde." Alors Il dira:
"Par Ma majesté et grandeur, je ne traiterai pas celui qui a cru
en Moi, même un moment, nuit ou jour, comme quelqu'un qui
n'a pas cru en Moi du tout." 'L'espérance est l'attachement du
cœur à quelque chose qu'il aime qui devrait avoir lieu dans le
futur.Tout comme la peur se produit à l'égard de quelque
chose qui peut se produire dans le futur, l'espoir se produit
aussi à l'égard de quelque chose qui est anticipé dans le futur.
L'espoir n'est donc que la subsistance et la liberté du cœur. Il y
a une différence entre l'espoir et le désir de quelque chose. Le
désir produit de l'indolence chez celui qui l'éprouve, car il ne
suit pas le chemin de l'effort personnel et de la détermination
sérieuse. Le contraire est vrai de la personne qui ressent de
l'espoir. Par conséquent, l'espoir est louable, tandis que le désir
est blâmable. Les soufis ont longuement discuté de l'espoir.
Ainsi Shah al-Kirmani a dit: "Un des signes d'espoir est
l'obéissance complète [à Dieu]." Ibn Khubayq a dit: "Il y a
trois types d'espoir: premièrement, quand quelqu'un fait de
bonnes choses et espère que ses actions seront acceptées par
un [par Dieu].quand on fait des choses mauvaises, alors on se
repent et on commence à espérer qu'on sera pardonné. Enfin, il
y a le menteur, qui s'engage dans des actes péchés, en disant:
'J'espère le pardon.' Si quelqu'un sait qu'il fait le mal, alors sa
crainte doit dominer sur son espoir. "On dit que l'espoir est la
confiance dans la bonté du généreux et aimant." On dit aussi:
"L'espoir est la vision de la majesté de Dieu (jalal ) avec l'oeil
de la beauté de Dieu Ils disent aussi; "L'espoir est la proximité
du cœur à la bienveillance de son Seigneur". On dit aussi:
"[L'espoir] est le plus grand plaisir du cœur à l'idée de
retourner à Dieu parmi les bienheureux. On dit aussi:"
[L'espoir] voit la miséricorde de Dieu. "J'ai entendu Shaykh
Abu Abd al- Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - dis:
J'ai entendu Mansour ben Abdallah dire:J'ai entendu Abu Ah
al-Rudhbari dire: "La peur et l'espérance sont deux ailes
d'oiseau: quand ils sont équilibrés, le vol de l'oiseau est droit et
équilibré, alors que si l'un d'eux est déficient, le vol devient
déficient. quand les deux manquent, l'oiseau entre dans
l'enceinte de la mort. " Je l'ai aussi entendu [al-Sulami] dire:
J'ai entendu al-Nasrabadhi dire: J'ai entendu Abu Hatim dire:
J'ai entendu Ali b. Shahmardhan dit: J'ai entendu Ahmad b.
Asim al-Antaki dit, interrogé sur les signes d'espérance du
serviteur: "Quand la bienfaisance de Dieu l'entoure, il est
inspiré à la gratitude, espérant que Dieu perfectionnera sa
munificence envers lui et son pardon envers lui dans l'au-
delà." Abu Abdallah b. Khafif a dit: "L'espoir signifie se
réjouir en anticipation de la faveur de Dieu [dans l'au-delà]." Il
a aussi dit: "[L'espoir est] la consolation du coeur en
anticipation de voir la générosité du Bien-aimé dans lequel
l'espoir est placé. "J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al
Sulami - que Dieu ait pitié de lui - dire: J'ai entendu Abu
Uthman al-Maghribi dit: «Celui qui s'incite à espérer [seul]
devient oisif, tandis que celui qui s'incite à la peur devient
découragé. Il y a un temps pour chacun d'entre eux. »Je l'ai
entendu [al-Sulami] dire: Abu H- Abbas al-Baghdadi a dit: al-
Hasan ben Safwan nous a dit: Ibn Abi H-Dunya nous a dit:
quelqu'un m'a dit l'autorité de Bakr ben Sulaym al-Sawwaf,
qui a dit: "Je suis venu visiter Malik b. Anas le soir du jour de
sa mort. Je lui ai demandé: "Abu Abdallah, comment vous
sentez-vous?" Il répondit: "Je ne sais pas quoi te dire si ce
n'est que tu seras témoin du pardon de Dieu dans une mesure
que tu ne peux même pas comprendre."Nous sommes restés
avec lui jusqu'à [il est mort] et nous avons fermé les yeux.
"Yahya B. Mu adh a dit:" L'espoir que Je place en Toi quand
Je pèche est presque plus grand que l'espoir que Je place en
Toi quand Je fais de bonnes oeuvres, car, dans mes bonnes
œuvres, je dois compter sur la sincérité. Cependant, comment
puis-je les garder sincères quand je suis infâme pour mon
imperfection? Au contraire, dans mes péchés, je compte sur
votre pardon, car comment ne pouvez-vous pas me pardonner
lorsque la bienfaisance est votre attribut [essentiel]?
»Certaines personnes conversaient avec Dhu H-Nun lorsqu'il
était sur son lit de mort. "Ne vous inquiétez pas pour moi, car
je suis surpris de l'immensité du soin aimant de Dieu envers
moi!" Yahya B. Mu adh a dit: "O mon Dieu, le plus doux
cadeau dans mon coeur est l'espoir pour Toi; les meilleurs
mots de ma langue sont des louanges pour Toi;et le moment
que j'aime le plus, c'est le moment où je te rencontrerai [dans
l'au-delà]. »D'après l'un des commentaires sur le Coran, le
Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - sur ses
compagnons [en passant] à travers la porte de Banu Shayba et
les a vus rire: Il leur a dit: "Riez-vous? Si seulement tu savais
ce que je sais, tu rirais peu et tu pleurerais beaucoup! »Il partit,
puis revint et dit:« Gabriel vient de descendre vers moi avec
les paroles de Dieu le Très-Haut, «Je suis le Tout-Pardonneur,
le Tout compatissant. " Abu H-Hasan Ali ben Ahmad al-
Ahwazi a dit: Abu H-Hasan al-Saffar nous a dit: Abbas ben
Tamim a dit: Yahya ben Ayyub nous a dit: Musul b b Salim
nous a dit: Kharija b. nous sous l'autorité de Zayd B. Aslam,
sous l'autorité d'Ata B. Yasar,sur l'autorité de A isha, qui a dit:
«J'ai entendu le Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le
salue - dise: 'Dieu Très-Haut se moque du désespoir et du
découragement de Ses serviteurs, car la miséricorde est si
proche de leur.' J'ai demandé: 'O Messager de Dieu, par mon
père et ma mère, comment notre Seigneur peut-il être grand et
exalté - rire?' Il a répondu: "Par celui dont la main est mon
âme, bien sûr, il rit!" [A isha] a alors dit: "Tant qu'il rit, de
bonnes choses continueront à nous arriver!" Sachez que le rire
est un attribut de son action, car il manifeste sa bienfaisance
de la même manière que le dicton "La terre" rit "à travers ses
plantes, il rit de leur manque de confiance dans les
manifestations de sa grâce,ce qui s'avérera beaucoup plus
grand que ce qu'ils attendent de Lui. Il est raconté qu'un
Magicien a cherché l'hospitalité d'Abraham l'Ami de Dieu - la
paix soit sur lui. Abraham lui dit: "Je serai ton hôte, seulement
si tu embrasses l'Islam!" "A quoi le Magian a répondu:" Si je
devais embrasser l'Islam, il n'y aurait aucun avantage pour
vous [à m'accueillir]. "Quand le Magian s'en alla, Dieu le Très
Haut révéla à Abraham:" Abraham, tu ne le nourris pas à
moins qu'il change sa religion, alors que Nous l'avons nourri
pendant soixante-dix ans malgré son incrédulité ?! Si vous
deviez être son hôte pour une seule nuit, que serait-ce pour
vous? "Abraham - paix soit sur lui - se précipita après le Mage
et l'invita à rester avec lui." Le Mage lui demanda ce qui le fit
changer d'avis. Abraham lui a dit ce qui lui était arrivé.Le
Magian a dit: "C'est comme ça qu'Il me traite!" Il a alors dit:
"Présentez-moi [votre] Islam!" et est devenu un musulman.
J'ai entendu le Cheikh Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié
de lui - dire: «Le maître Abu Sahl al-Su4uki a vu Abu Sahl al-
Zajjaji dans un rêve. [Pendant sa vie] Abu Sahl enseignait la
doctrine de l'éternel. [Al-Su4uki] l'a interrogé sur son état de
santé et a répondu: «J'ai découvert que les choses ici sont plus
faciles que je ne le pensais.» J'ai entendu Abu Bakr b. Ishkib
dit: "J'ai vu le maître Abu Sahl al-Su4uki dans un rêve, son
état était excellent au-delà de toute description, je lui ai
demandé:" O maître, comment as-tu réussi à y parvenir? " Il
répondit: «Parce que je pensais bien à mon Seigneur.» Quand
Malik b. Dinar a été vu dans un rêve, il a été demandé:
"Qu'est-ce que Dieu a fait pour vous?"Il a répondu; "Je suis
venu à mon Seigneur - qu'il soit grand et exalté - [chargé] de
nombreux péchés, mais tous ont été effacés par le fait que j'ai
toujours bien pensé à Lui Très Haut!" Il est rapporté que le
Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - a dit; «Dieu, qu'il
soit grand et exalté, a dit: Je suis avec mon serviteur quand il
pense à moi, je suis avec lui quand il se souvient de moi, s'il se
souvient de moi en lui-même, je me souviendrai de lui en moi.
Moi en compagnie, je me souviendrai de lui dans une
compagnie meilleure que la sienne: s'il se rapproche de moi
d'un pouce, je m'approche d'une coudée, et s'il approche d'une
coudée, je m'approche de moi. Quand il vient à moi, je viens à
lui en courant. »Ce hadith nous a été rapporté par Abu Nu aym
Abd al-Malik ben al-Hasan al-Isfaraini,qui l'a relaté sous
l'autorité de Ya qub b. Ishaq, sur l'autorité d'Ali b. Harb, sur
l'autorité d'Abu Mu awiyya, sur l'autorité de Muhammad b.
Ubayd, sous l'autorité d'Al-Am ash, sous l'autorité d'Abu Salih,
sous l'autorité d'Abou Hourayra - que Dieu soit satisfait de lui
- qui l'a raconté par le Prophète - que Dieu le bénisse et le
salue. On dit qu'une fois Ibn al-Moubarak combattait un
infidèle. Quand vint la prière de l'infidèle, celui-ci demanda à
Ibn al-Moubarak un répit, et il accorda sa requête. Quand
l'infidèle s'agenouilla pour accomplir sa prière, Ibn al-
Moubarak voulut le frapper avec son épée, mais il entendit une
voix lui parler dans les airs; "Et tenez la promesse, car chaque
promesse sera examinée." "Alors il a cessé de le tuer." Quand
l'infidèle a terminé sa prière, il a demandé: "Qu'est-ce qui vous
a empêché de faire ce que vous aviez l'intention de faire? »Ibn
al-Moubarak lui dit ce qu'il avait entendu: En entendant cela,
l'infidèle s'écria:« Béni soit le Seigneur, qui blâme son ami
pour son ennemi! Il embrassa donc l'islam et devint un bon
musulman: on dit que Dieu a poussé les hommes à commettre
des péchés en se donnant le nom de "celui qui pardonne". «Je
ne pardonnerai aucun péché», aucun musulman ne commettra
jamais un péché. »De la même manière, il a dit:« Dieu ne
pardonnera à personne qui s'associe avec lui », et aucun
musulman ne peut jamais lui donner des partenaires.
Cependant, quand Il a dit "Il pardonne à quiconque Il veut un
moindre péché", ils [Ses serviteurs] ont commencé à aspirer à
Son pardon [dans les questions de moindre importance.] Il est
apparenté à Ibrahim b.Adham - que Dieu soit satisfait de lui -
qu'il a dit; "Une nuit, j'attendais depuis longtemps que la cour
entourant le Ka ba se libère des gens [afin que je puisse
accomplir] mes circumambulations: c'était une nuit sombre et
pluvieuse, [les pèlerins] ont quitté le lieu sacré et je Je me suis
mis à marcher autour du Ka Ba. Comme je le faisais, je me
répétais: «O mon Dieu, garde-moi du péché, ô mon Dieu,
garde-moi du péché! Soudain, j'entendis une voix qui me
disait: "O Ibn Adham, tu me demandes de te protéger du péché,
ainsi que le reste de l'humanité, mais si je te gardais tous du
péché, à qui donc devrais-je montrer Ma pitié? "" Il est dit que
tandis que sur son lit de mort Abu H- Abbas b. Surayj "a fait
un rêve comme si le Jour du Jugement avait déjà eu lieu et que
le Tout-Puissant s'informait:" Où sont les savants? "Quand ils
sont venus, Il a demandé:"Qu'avez-vous fait avec ce que vous
avez appris?" [Abu H- Abbas a dit:] "Nous avons répondu: 'O
Seigneur, nous avons échoué et commis des actes de mal!' Il a
répété sa question, comme s'il n'était pas satisfait de notre
réponse et en voulait une autre, alors j'ai dit: "Pour moi, mon
dossier n'inclut aucun péché à vous donner des partenaires, et
vous avez promis que vous pardonnerez tout ce qui est moins
que ça. Dieu a dit: "Allez-y, je vous ai tous pardonnés." Abu
H-Abbas est mort trois nuits plus tard. Ils disent qu'il y avait
une fois un ivrogne. [Un jour] il a rassemblé quelques-uns de
ses compagnons de faveur et a donné un esclave de ses quatre
dirhams afin qu'il puisse acheter des fruits pour sa fête.
Comme l'esclave passait à la porte de Mansur b. La maison
d'Ammar, où ce dernier a eu sa session d'enseignement,il l'a
entendu [Mansur] demander aux gens de donner quelque
chose à un certain pauvre. Il disait: "Quiconque donne à cet
homme quatre dirhams, je prierai pour lui quatre prières!"
Donc l'esclave a donné à l'homme quatre dirhams. Mansur lui
a demandé: "Que voulez-vous que je prie pour vous?"
L'esclave répondit: "Je veux être libre de mon maître." Mansur
a prié pour cela et a demandé: "Quoi d'autre?" Il répondit: «Je
veux que le Très-Haut me récompense pour mes quatre
dirhams. Mansour pria pour cela et demanda:« Quoi d'autre?
»Il répondit:« Que Dieu accorde la repentance à mon maître.
»Mansour pria pour cela et demanda: Il a répondu: "[Prions]
que Dieu me pardonne, mon maître, toi et tout ce peuple [à ta
séance]!" Mansur a prié pour cela. "L'esclave est revenu à son
maître, qui lui a demandé:"Pourquoi êtes-vous si en retard?
"L'esclave lui raconta l'histoire, le maître demanda:" Alors,
pour quoi [Mansour] at-il prié? "Il répondit:" J'ai demandé à
être libéré. "Le maître dit: vous êtes libre maintenant! Et
quelle était la seconde prière? "Il répondit:" Que Dieu me
récompense pour ces dirhams. "Le maître dit:" Voici quatre
mille dirhams pour vous! Et quelle était la troisième prière? "
Il a répondu: "Que Dieu vous accorde la repentance." Le
maître dit: "Je me suis déjà repenti, et quelle était la quatrième
prière?" Il répondit: "Que Dieu vous pardonne, moi, les gens
[à la séance] et celui qui a dit ces prières." Le maître s'est
exclamé: "C'est la seule chose que je ne peux pas faire!"
Quand le maître s'est endormi cette nuit-là, il a fait un rêve
dans lequel il a entendu une voix disant: "Vous avez fait ce
que vous pouviez faire. Maintenant, vous verrez ce que Mon
pouvoir a à faire. Je t'ai pardonné, l'esclave, Mansur b. Ammar,
et les gens qui ont assisté à sa session! "Il est rapporté que
Riyah [Amr] Al-Qaysi a effectué des pèlerinages [à la Mecque]
de nombreuses fois.Un jour, alors qu'il se tenait sous la pluie
de pluie [de la Ka ba], il a dit: "Mon Dieu, donnez tel ou tel
nombre de mes pèlerinages au Messager - que Dieu le bénisse
et le bénisse; dix d'entre eux à ses dix compagnons; deux
d'entre eux à mes parents, et le reste à tous les musulmans! »Il
n'en garda pas un seul ... Soudain, il entendit une voix qui
disait:« O toi, qui nous montre sa générosité! Nous vous
pardonnons, à vous, à vos parents, et à tous ceux qui
professent la vraie foi! "Il est lié à l'autorité d'Abd al-Wahhab
ben Abd al-Majid al-Thaqafi qu'il a dit;"Une fois j'ai vu un
cercueil funéraire qui était porté par trois hommes et une
femme. Alors j'ai pris la place de la femme et nous nous
sommes dirigés vers le cimetière. Nous avons prié dessus [le
cercueil] et l'avons enterré. Alors j'ai demandé à la femme:
«Quelle relation a-t-il avec toi? Elle a répondu; C'était mon
fils. J'ai demandé; «N'avez-vous aucun voisin [pour vous
aider]? Elle a répondu; J'ai des voisins, mais ils le méprisaient.
J'ai demandé; «Qui était-il alors? Elle a répondu; Il était
efféminé. J'ai eu pitié d'elle, alors je l'ai emmenée chez moi et
je lui ai donné de l'argent, du grain et des vêtements. Je me
suis endormi cette nuit-là et, dans mon rêve, j'ai vu un visiteur
qui brillait comme une pleine lune. Il était vêtu d'un vêtement
blanc. Il a commencé à me remercier. Je lui ai demandé; 'Qui
es-tu?' Il a répondu; Je suis cet homme efféminé que vous avez
enterré aujourd'hui.Mon Seigneur m'a accordé la miséricorde à
cause du mépris des gens pour moi. "J'ai entendu le maître
Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dire:" Comme
Abou Amr al-Bikandi descendait la rue un jour a vu un groupe
d'hommes qui voulaient expulser un jeune homme de leur
quartier en raison de son comportement dissolu. Une femme
était là, en train de pleurer. On a dit à Al-Bikandi que c'était la
mère. Abu Amr a eu pitié d'elle et a intercédé avec les
hommes au nom de la jeunesse. Il leur dit: «Laissez-le partir
cette fois pour moi. S'il retourne à ses mauvaises voies, alors
fais-lui ce qu'il te plaît! Alors ils l'ont laissé partir et Abu Amr
est parti. Quelques jours plus tard, il traversait ce quartier.
Soudain, il entendit la vieille femme «pleurer derrière la porte
[de la maison de la jeunesse].Peut-être que le jeune homme est
revenu à ses mauvaises voies et ils l'ont expulsé du quartier. Il
a frappé à la porte de la vieille femme et lui a demandé à
propos de son fils. Elle est sortie et a dit qu'il était mort. Il lui
a demandé comment cela s'était passé. Dit-elle;Quand le temps
de sa mort approchait, il me disait; "Ne parlez pas à mes
voisins de ma mort, ils ont beaucoup souffert à cause de moi,
ils se réjouiront de mon malheur et n'assisteront pas à mes
funérailles Quand vous m'enterrerez, enterrez avec moi cette
bague sur laquelle est gravé le mot Au nom de Dieu, et quand
tu m'auras enterré, demande l'intercession de Dieu en ma
faveur. «J'ai accompli son dernier souhait, et comme j'allais
partir de sa tombe, j'ai entendu sa voix dire; «Va maintenant,
maman, je suis venu devant [mon] Seigneur le Généreux!»
«On dit que Dieu le Très Haut a révélé au [prophète] David -
la paix soit sur lui - [les mots suivants]:« Dites-leur que Je ne
les ai pas créés pour en profiter; au contraire, je les ai créés
pour qu'ils puissent profiter de Moi! "J'ai entendu Muhammad
b. al-Husayn disent; J'ai entendu Muhammad b. Abdallah b.
Shadhan dit; J'ai entendu Abu Bakr al-Harbi dire; J'ai entendu
Ibrahim al-Utrush dire; "Un jour nous étions assis avec Ma ruf
al-Karkhi sur les rives du Tigre. [Soudainement] nous avons
vu passer un groupe de jeunes gens dans un bateau qui
battaient des tambourins, buvaient [du vin] et s'amusaient
frivolement. - Ne vois-tu pas comment ils étalent leur
désobéissance au Dieu Très-Haut en public? Demandez à Dieu
de les punir! Maouf leva la main et pria: «Mon Dieu les rends
joyeux dans l'au-delà comme tu les fais gai dans ce monde!
[Les compagnons de Ma ruf] lui ont dit: «Ne vous avons-nous
pas demandé de prier Dieu de les punir?! Ma ruf répondit:
"S'il les réjouit dans l'au-delà, alors il leur accordera son
pardon!"J'ai entendu Abu H-Hasan Abd al-Rahman al-
Muzakki dire; J'ai entendu Abu Zakariya Yahya b.
Muhammad al-Adib dit; al-Fadl b. Sadaqa nous a dit: Abu
Abdallah al-Husayn b. Abdallah b. Sa id a dit; "Yahya bt
Aktham le Juge était un de mes amis, je l'aimais et il m'aimait
Après sa mort, j'avais envie de le voir en rêve, afin que je
puisse lui demander comment Dieu le Très Haut l'avait traité.
Je l'ai vu dans un rêve et je lui ai demandé: «Comment Dieu le
Très Haut t'a traité? Il répondit: "Dieu m'a pardonné, mais il
m'a réprimandé en disant:" Yahya, tu as troublé les choses à
mon sujet dans ta vie terrestre! "Après sa mort, j'avais envie de
le voir dans un rêve, afin que je puisse lui demander comment
Dieu le Très Haut l'avait traité. Une nuit, je l'ai vu dans un
rêve et lui ai demandé; «Comment Dieu le Très Haut vous a-t-
il traité? Il a répondu; Dieu m'a pardonné. Cependant, Il m'a
réprimandé en disant: "Yahya, tu as troublé les choses
concernant Moi dans ta vie terrestre!"Après sa mort, j'avais
envie de le voir dans un rêve, afin que je puisse lui demander
comment Dieu le Très Haut l'avait traité. Une nuit, je l'ai vu
dans un rêve et lui ai demandé; «Comment Dieu le Très Haut
vous a-t-il traité? Il a répondu; Dieu m'a pardonné. Cependant,
Il m'a réprimandé en disant: "Yahya, tu as troublé les choses
concernant Moi dans ta vie terrestre!" J'ai répondu;"Oui, Mon
Seigneur, mais je me suis appuyé sur le hadith qui m'a été
communiqué par Abu Mu awiyya sous l'autorité d'Al-Amash,
sous l'autorité d'Abu Salih, sur l'autorité d'Abou Hourayra, qui
a dit:" Le Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue -
a dit que Tu as dit: "J'ai honte de punir une personne avec des
cheveux blancs par le feu [de l'enfer]." "Je t'ai pardonné,
Yahya, mon Prophète a dit la vérité, mais tu as encore troublé
les choses concernant Moi dans ta vie terrestre!" "Tristesse
(huzn) Dieu Très Haut a dit:" Ils ont dit; «La louange
appartient à Dieu qui a ôté tout chagrin de nous.» '' * Ali bah
Ahmad b'Abdan nous a informés, Ahmad ben Ubayd nous a
informés: Ali b. Hubaysh nous a informés, Ahmad b. Ibn
Wahb nous a dit: Usama b.Zayd al-Laythi nous a dit sur
l'autorité de Muhammad b. Amr b. Ata, qui a dit: J'ai entendu
Ata b. Yasar dit; J'ai entendu Abu Said al-Khudri dire; J'ai
entendu le Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue -
dis; "Chaque fois que le fidèle serviteur de Dieu est affligé par
une maladie, une souffrance, une tristesse ou une douleur qui
le dérange, Dieu le pardonne toujours pour certaines de ses
mauvaises actions." La tristesse est un état qui empêche le
cœur de vagabonder dans les vallées de l'oubli [de Dieu]. C'est
l'une des caractéristiques des Wayfarers sur le chemin Sufi.
J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié
de lui - dise: "La personne dans l'état de tristesse voyage le
long du chemin de Dieu en un mois à une distance plus grande
que celle sans tristesse voyage depuis de nombreuses années."
Un hadith dit; "Dieu aime chaque coeur triste." Dans la
Torah,il est dit: "Chaque fois que Dieu aime quelqu'un, il met
une personne en deuil dans son cœur, alors que chaque fois
que Dieu déteste quelqu'un, il met une flûte dans son cœur." Il
est rapporté que le Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et
le salue - était constamment dans un état de tristesse et de
réflexion sans fin. Bishr b. Al-Harith a déclaré: "La tristesse
est un roi, quand il réside dans un certain endroit, il refuse de
le partager avec quiconque." On dit que le cœur vide de
tristesse délabre comme une maison vide de locataires. Abu
Said al-Qurashi a dit: "Les larmes de tristesse font d'un
aveugle, alors que les larmes du désir passionné ne font que
troubler la vue sans l'aveugler complètement" Dieu a dit: 'Et
ses yeux' 'devinrent blancs à cause du chagrin il s'est étouffé
en lui. '"Ibn Khafif a dit:"La tristesse empêche son ego de
plonger dans la frivolité. »Rabija al-Adawiyya a entendu un
homme dire:« Ô tristesse! »Elle lui a dit:« Tu devrais plutôt
dire: 'O comme peu de tristesse!' Si vous étiez vraiment triste,
vous seriez incapable de respirer! "Sufyan B. Uyayna a dit:" Si
une personne dans cette communauté [musulmane] qui est
submergée par la tristesse pleure, Dieu Très-Haut pardonnera
la communauté entière à cause de ses larmes. "Dawud al-Taï,
qui était souvent pris de tristesse, répétait pendant la nuit:"
Mon Dieu, ma préoccupation pour Toi a anéanti mes autres
préoccupations et m'a privé de tout sommeil. "Il avait
l'habitude de répéter:" Comment quelqu'un dont les afflictions
sont renouvelées à chaque instant nouveau peut-il se
réconforter de sa tristesse?! "On dit que la tristesse prive
quelqu'un de nourriture,tandis que la peur prive l'un des
péchés. Un Sufi a été interrogé sur des preuves de tristesse. Il
a répondu: "Beaucoup de soupirs." Al-Sari al-Saqati a déclaré:
"Je souhaite que la tristesse de toute l'humanité soit placée sur
mes épaules!" Les gens ont longuement discuté de la tristesse.
Tous disent que seule la tristesse inspirée par les pensées de
l'au-delà mérite d'être louée. Quant à la tristesse dans ce
monde, elle doit être découragée. La seule personne à être en
désaccord avec cela est Abu Uthman al-Hiri, qui a dit: "La
tristesse est une vertu à tous égards et un avantage pour le
croyant, tant qu'elle n'a pas été causée par un péché. au statut
des élus [peuple de Dieu], il provoque toujours à se purifier. "
Un des maîtres soufis a dit que chaque fois qu'un de ses
compagnons était sur le point de partir en voyage, il lui disait:
"Si vous voyez une personne affligée de tristesse, donnez-lui
mes salutations! "J'ai entendu le maître Abu Ah al-Daqqaq
dire au soleil quand il était sur le point de se coucher:" Avez-
vous ressuscité aujourd'hui sur quelqu'un qui est pris de
tristesse? ne verrait jamais al-Hasan al-Basri sans penser qu'il
venait d'être affligé d'une terrible tragédie, dit Waki [al-Jarrah]:
«Quand al-Fudayl [b. lyad] est décédé, la tristesse a quitté ce
monde [avec lui]. "Un de nos [pieux ancêtres] a dit:" La
plupart des choses que les fidèles trouveront [au Jour du
Jugement] dans leur livre des bonnes actions seront liées J'ai
entendu Abou Abdallah al-Shirazi dire: J'ai entendu Ali b.
Bakran dire: J'ai entendu Muhammad b. Marwazi dire: J'ai
entendu Ahmad b. Abi Rawh dire, j'ai entendu mon père dire,
j'ai entendu Fudayl B. lyad dit: "Nos ancêtres pieux disaient
que tout doit être taxé et que la taxe de l'esprit est une tristesse
constante. »J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-
Sulami - que Dieu ait pitié de lui - disons: J'ai entendu
Muhammad ibn al al -Farra dit, j'ai entendu Abu H-Husayn al-
Warraq dire, "Un jour, j'ai demandé à Abu thman al-Hiri de la
tristesse. Il répondit: «La personne triste n'a pas le temps de
s'interroger sur la tristesse. Cherchez la tristesse, puis posez
des questions. "" La faim (/ u) et l'abandon du désir [charnel]
(shahwa) Dieu Très-Haut a dit: "Sûrement, Nous vous
éprouverons avec quelque chose de peur et de faim. du même
verset, promettant de récompenser généreusement ceux qui
supportent patiemment les privations de la faim: "Mais donne
de bonnes nouvelles au patient." Il a également dit: "Et donnez
la préférence aux autres au-dessus de vous,même si la
pauvreté est votre part. Ali b. Ahmad al-Ahwazi nous a
informés: Ahmad b. Ubayd al-Saffar nous a dit: Abdallah b.
Ayyub nous a dit: Abu H-Walid al-Tayalisi nous a dit; Abu
Hashim Sahib al-Za farani nous a dit; Muhammad b. Abdallah
nous a dit sur l'autorité d'Anas b. Malik, qui a dit: «Fatima -
que Dieu soit satisfait d'elle - a apporté un petit morceau de
pain au Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue Il
lui a demandé:« Fatima, qu'est-ce que c'est? Elle répondit:
«C'est un morceau de pain que j'ai fait cuire, mon cœur ne
serait pas en paix tant que je ne t'aurais pas apporté une
tranche de pain. Il lui a dit: «C'est le premier morceau de
nourriture qui entre dans la bouche de ton père pendant trois
jours.» Selon une version différente [de cette histoire], Fatima
lui a apporté un morceau de pain d'orge.C'est pourquoi la faim
est l'une des caractéristiques de cette tribu [les Soufis] et l'un
des piliers de leurs efforts. Les voyageurs [sur le chemin
mystique] diffèrent dans la mesure de leur adhésion à la faim
et l'abstention de la nourriture. Ils ont trouvé la source de la
sagesse dans la faim. Beaucoup de contes sont racontés à ce
sujet. J'ai entendu Muhammad b. Ahmad al-Sufi dit: J'ai
entendu Abdallah al-Tamimi dire: J'ai entendu Ibn Sahm dire:
"La règle [de celui qui pratique] la faim est de réduire son
repas [de la journée] à la taille d'une oreille de chat." Il est dit
que Sahl b. Abdallah [al-Tustari] n'a mangé qu'un seul repas
pendant quinze jours et que durant le mois de Ramadan "il ne
mangerait pas avant d'avoir vu la nouvelle lune et que chaque
nuit il romprait son jeûne avec rien d'autre que de l'eau. a
déclaré: "Si la faim était vendue sur le marché,alors les
chercheurs de l'Au-delà n'auraient pas besoin d'acheter autre
chose là-bas. " Muhammad b.Abdallah b. Ubaydallah nous a
informés: Ali b. al-Husayn al-Arrajani nous a dit: Abu
Muhammad Abdallah b. Ahmad al-Istakhri nous a dit à La
Mecque - que Dieu le protège - que Sahl b. Abdallah [al-
Tustari] a dit: "Quand le Dieu Très-Haut a créé ce monde, il a
placé la désobéissance et l'ignorance dans la satiété et Il a
placé la sagesse et la connaissance dans la faim." Yahya b.
Mu'adh a dit: "La faim est un exercice pour les aspirants
(muridun) un procès pour le repenti, une discipline pour les
renonçants du monde {zuhhad) et une bénédiction pour les
gnostiques {arifun) .J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq
- que Dieu ait pitié de lui - dis: "Un disciple est venu chez un
maître soufi et l'a trouvé pleurant. Il lui demanda: «Pourquoi
pleures-tu? Il a répondu: «J'ai faim. L'autre s'exclama:
«Comment un homme comme vous peut-il pleurer de faim? Il
répondit: «Tais-toi!Ne sais-tu pas qu'il veut que je pleure de
ma faim?! »J'ai entendu Abu Abdallah al-Shirazi - que Dieu
ait pitié de lui - dise: Muhammad ben Bishr nous a dit: al-
Husayn ben Mansur [al. -Hallaj] nous a dit: Dawud B. Mu adh
nous a dit: J'ai entendu Makhlad dire: "Al-Hajjaj b. Furafisa
était avec nous en Syrie. Il resta cinquante jours sans boire
d'eau ni se rassasier de tout ce qu'il mangeait. »Je l'ai entendu
[Makhlad] dire: Abou Bakr al-Ghaza a dit: J'ai entendu
Muhammad ben Ali dire: J'ai entendu Abu Abdallah Ahmad
ben Yahya al- Jalla dit: "Quand Abu Turab al-Nakhshabi" est
venu à La Mecque - que Dieu le protège - à travers le désert de
Bassorah, nous lui avons demandé ce qu'il avait mangé
[pendant son voyage] .Il a répondu que depuis qu'il avait
quitté Bassora, il avait mangé deux fois: d'abord à Nibaj, puis
à Dhat Irq, après quoi il était venu vers eux.Ainsi, il avait
traversé le désert en ne mangeant que deux fois. »Je l'ai aussi
entendu [Makhlad] dire: Ali ben al-Nahhas al-Misri a dit:
Harun ben Muhammad al-Daqqaq a dit: Abu Abd al-Rahman
al-Dirfash" nous a dit: Ahmad b. Abi H-Hawari a dit: J'ai
entendu Abd al-Aziz Umayr dire: "Un troupeau d'oiseaux
mourait de faim pendant quarante jours et quand ils ont fini
par s'envoler et sont revenus après quelques jours, ils ont
émané l'odeur du musc." Sahl b. Abdallah [al-Tustari] s'est
renforcé à mesure qu'il jeûnait et s'affaiblissait dès qu'il a
mangé quelque chose. Abu Uthman al-Maghribi a dit: "Al-
Rabbani n'a pas mangé pendant quarante jours, alors que al-
Samadani n'a pas mangé pendant quatre-vingts jours." J'ai
entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait
pitié de lui - dire: J'ai entendu Muhammad b. Ah al-Alawi dire:
J'ai entendu Ah b. Ibrahim al-Qadi à Damas dit: Muhammad b.
Ah b. Khalaf a dit: J'ai entendu Ahmad b.Abi H-Hawari dit:
J'ai entendu Sulayman al-Darani dire: "La clé de ce monde est
la satiété et la clé de l'autre monde est la faim". J'ai entendu
Muhammad b. Abdallah b. Ubaydallah dit: J'ai entendu Ali b.
Husayn al-Arrajani a dit: J'ai entendu Abu Muhammad al-
Istakhri dire: J'ai entendu Sahl b. Abdallah [al-Tustari] dit
qu'on l'a interrogé sur quelqu'un qui ne mange qu'un seul repas
pendant la journée. Il a répondu: "C'est le repas des
véridiques." Il a ensuite été interrogé sur quelqu'un qui mange
deux repas pendant la journée. Il a répondu: "C'est le repas des
fidèles". Enfin, il a été interrogé sur quelqu'un qui mange trois
repas pendant la journée. Il a répondu: "Dites à sa famille de
lui construire une auge!" Je l'ai aussi entendu [Muhammad b,
Ubaydallah] dire: Abd al-Aziz b, al-Fadl nous a dit: Abu Bakr
al-Sa ih nous a dit: J'ai entendu Yahya b, Mu adh disent: "La
faim est une lumière, tandis que la satiété est un feu. L'appétit
est comme du bois de chauffage, par lequel le feu est allumé.
«J'ai entendu Abu Hatim al-Sijistani dire: J'ai entendu Abu
Nasr al-Sarraj al-Tusi dire:« Un jour, un soufi est venu rendre
visite à un maître [soufi] qui lui a donné de la nourriture et lui
a demandé: «Combien de temps cela fait-il depuis que vous
avez mangé? Le Soufi répondit: «Cinq jours», le maître lui dit:
«Ta faim est la faim des gourmands! Vous avez toujours vos
vêtements, alors que vous avez faim. Ce n'est pas la faim des
pauvres! "J'ai entendu Muhammad b, al-Husayn dire: J'ai
entendu Muhammad b.J'ai entendu Abu Nasr al-Sarraj al-Tusi
dire: «Un jour, un soufi est venu rendre visite à un maître
[soufi] qui lui a donné de la nourriture et lui a demandé:«
Depuis combien de temps mangez-vous? Le Soufi répondit:
«Cinq jours», le maître lui dit: «Ta faim est la faim des
gourmands, tu as encore tes vêtements pendant que tu as faim,
ce n'est pas la faim des pauvres!» J'ai entendu Muhammad. b,
al-Husayn dire: J'ai entendu Muhammad b.J'ai entendu Abu
Nasr al-Sarraj al-Tusi dire: «Un jour, un soufi est venu rendre
visite à un maître [soufi] qui lui a donné de la nourriture et lui
a demandé:« Depuis combien de temps mangez-vous? Le
Soufi répondit: «Cinq jours», le maître lui dit: «Ta faim est la
faim des gourmands, tu as encore tes vêtements pendant que tu
as faim, ce n'est pas la faim des pauvres!» J'ai entendu
Muhammad. b, al-Husayn dire: J'ai entendu Muhammad b.J'ai
entendu Muhammad b.J'ai entendu Muhammad b. Ahmad
b.Sa-al-Razi dit: J'ai entendu al-Abbas b. Hamza dit: J'ai
entendu Ahmad b. Abi H-Hawari a dit: Abu Sulayman al-
Darani a dit: "Je n'aime pas mieux manger une bouchée de
mon souper que de rester éveillé toute la nuit en veilleuse!"
J'ai entendu Abu H-Qasim Ja loin b. Ahmad al-Razi dit:
"Abou H-Khayr a eu envie de poisson pendant de nombreuses
années, puis il est venu d'une source légitime, quand il a tendu
la main pour le manger, une pointe de son os lui a piqué le
doigt. A cause de cela, il a perdu la main, il s'est écrié: "O
Seigneur, c'est ce qui arrive à quelqu'un qui étend sa main
dans son désir d'une chose licite!" Qu'arrive-t-il alors à
quelqu'un qui tend la main? "J'ai entendu le maître Abu Bakr b.
Furak dit: "Suivre son désir pour ce qui est licite entraîne des
soucis pour sa famille.Imaginez ce qui arrive à celui qui
cherche à satisfaire son désir de quelque chose d'illégal! »J'ai
entendu Roustam al-Shirazi al-Sufi dire que [le maître] Abu
Abdallah ben Khafif assistait à un dîner quand un de ses
compagnons lui tendait la main vers la nourriture devant le
maître à cause de sa faim extrême [et de la pauvreté] L'un des
autres compagnons du maître voulait réprimander l'homme
affamé pour ses mauvaises manières, à savoir qu'il tendait la
main à la nourriture devant le maître. Celui-ci se rendit compte
qu'il était réprimandé pour ses mauvaises manières, alors il
résolut de tenir un jeûne de quinze jours pour se punir et se
discipliner [pour sa transgression] et pour démontrer son
repentir pour son délit, et il l'a fait malgré la pauvreté qu'il
avait subie avant cet incident. "J'ai entendu Muhammad b.
Abdallah al-Sufi dit: Abu H-Faraj al-Warathani nous a dit:
Abdallah b. Muhammad b. Ja loin nous a dit: Ibrahim b.
Muhammad b. al-Harith nous a dit: Sulayman b. Dawud nous
a dit: Ja loin b. Sulayman nous a dit: J'ai entendu Malik b.
Dinar dit: "Quand quelqu'un a vaincu ses désirs mondains,
Satan a peur de son ombre!" Je l'ai aussi entendu [Muhammad
b. Abdallah al-Sufi] dit: J'ai entendu Abu Ali al-Rudhbari dire:
"Si le Soufi dit après cinq jours de jeûne qu'il a faim, envoyez-
le au marché et dites-lui de gagner quelque chose!" J'ai
entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq raconter sous l'autorité
d'un maître soufi qui a dit: "Dans ceux qui sont destinés au feu
de l'enfer, les passions mondaines ont prévalu sur la prudence,
c'est pourquoi ils commettent des péchés". Je l'ai aussi entendu
dire que quelqu'un a demandé à un soufi: "N'avez-vous pas de
désir?"Il a répondu: "Oui, je le fais, mais je me protège
[contre]". Il a également dit que quelqu'un a demandé à un
autre soufi: "N'avez-vous pas de désir?" Il a répondu: "J'ai le
désir de ne pas désirer." Et c'est plus parfait [que la première
réponse]. J'ai entendu Abu Abd al-Rahman al Sulami dire:
Ahmad b. Mansur nous a informés: Ibn Makhlad nous a
informés: Abu H-Husayn b. Amr b. al-Jahm nous a dit: J'ai
entendu Abu Nasr al-Tammar dire: "Bishr [al-Hafi] est venu
vers moi une nuit, je lui ai dit:" Loué soit Dieu qui vous a
amenés ici, nous avons reçu du coton du Khurasan. Ma fille l'a
filée, l'a vendue et nous a acheté de la viande, pour que vous
mangiez avec nous! [Bishr] a dit: 'Si je devais manger avec
quelqu'un, je mangerais avec vous.' Il a ensuite ajouté:
«Pendant de nombreuses années, j'ai eu soif d'aubergines, mais
je n'ai pas eu l'occasion de le manger. Je lui ai dit:
"Sûrement,Au cours de toutes ces années, il a dû y avoir au
moins une aubergine qui était licite pour vous! Il a répondu:
«Je ne mangerais que quand mon amour de l'aubergine est
devenu pur!» J'ai entendu Abdallah ben Bakuya al-Sufi - que
Dieu ait pitié de lui - dire: J'ai entendu Abu Ahmad al-Saghir
dire: "Abu Abdallah b. Khafif a ordonné que je lui apporte dix
raisins chaque soir afin qu'il puisse rompre son jeûne sur eux.
Une nuit j'ai eu pitié de lui, alors je lui ai servi quinze raisins
secs. Il m'a regardé et a demandé: «Qui vous a dit de faire cela?
Il a mangé dix raisins secs et laissé les autres intacts. »J'ai
entendu Muhammad ben Abdallah ben Ubaydallah dire: J'ai
entendu Abu H- Abbas Ahmad ben Muhammad ben Abdallah
ben al-Farghani dire: J'ai entendu Abu H-Husayn al- Razi dit:
J'ai entendu Yusuf ben al-Husayn dire: J'ai entendu Abu Turab
al-Nakhshabi dire: "Une seule fois dans ma vie mon âme a
triomphé de moi dans sa soif. Quand j'étais en voyage, il
voulait du pain et des œufs. Je me suis tourné vers un village à
proximité. Quelqu'un se leva et me suivit en disant: «Celui-ci
était avec les voleurs! Ils m'ont battu jusqu'à soixante-dix
coups de fouet jusqu'à ce que l'un d'eux me reconnaisse et
s'exclame: «C'est Abu Turab al-Nakhshabi! Ils m'ont présenté
des excuses et l'un d'eux m'a invité chez lui par respect et
compassion pour moi. Il m'a servi du pain et des œufs. J'ai dit
à mon âme: «Mange-les après soixante-dix coups de fouet!»
L'humilité (khushu) et la modestie (tawadu) Dieu Très-Haut a
dit: «Prosperous sont les croyants qui dans leurs prières sont
humbles.» Abu H-Hasan b. -Rahim B. Ibrahim B. Muhammad
Yahya al-Muzakki nous a informés: Abu H-Fadl Sufyan B.
Muhammad al-Jawhari nous a dit: Ah b. Al-Husayn nous a dit:
Yahya B. Hammad nous a dit:Shu Ba nous a dit sur l'autorité
d'Aban b. Tha ", sous l'autorité de Fadl ben al-Fuqaymi, sous
l'autorité d'Ibrahim al-Nakhaï, sous l'autorité d'Alqama b.
Qays, sous l'autorité d'Abdallah B. Masud, qui a déclaré:
Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - a dit: 'Personne
dans le cœur duquel il y a un grain d'orgueil n'entrera jamais
au Paradis; et personne dans le cœur duquel il y a un grain de
foi n'entrera jamais dans le feu de l'enfer. Quelqu'un a
demandé: 'Messager de Dieu, qu'en est-il de l'homme qui veut
que ses vêtements soient beaux?' Le Messager répondit: "Dieu
Très-Haut est beau et Il aime la beauté. Quant à la fierté, c'est
le contraire de la vérité et du mépris pour les autres! "V / 215
Ali b Ahmad a-Awhazi nous a informés: Ahmad ben Ubayd
al-Basri nous a informés: Muhammad B. Fadl B. Jabir nous a
dit: Abu Ibrahim nous a dit: Ali b.Mushir nous a dit sur
l'autorité du musulman al-Awar, sur l'autorité d'Anas b. Malik:
"Le Messager de Dieu visitait les malades, accompagnait les
processions funéraires, montait sur un âne et acceptait les
invitations des esclaves, le jour où les tribus juives de Qurayza
et d'al-Nadir étaient conquises, il chevauchait un âne bridé
corde de palmier et sellé avec une selle de fibre de palme. "
L'humilité signifie la soumission à [la volonté de] Dieu, tandis
que la soumission est l'abandon à [la volonté de] Dieu et
l'abandon de la résistance au décret de Dieu. Hudhayfa a
déclaré: "L'humilité est la première chose que vous perdez de
votre religion." Quand quelqu'un a demandé à un soufi
l'humilité, il a répondu: "L'humilité est quand le coeur se tient
devant Dieu - la louange soit à Lui - avec une concentration
totale." Sahl b. Abdallah [al-Tustari] a dit: "Satan ne peut
s'approcher de quelqu'un dont le cœur est humble. »On dit que
l'un des signes d'humilité dans le serviteur de Dieu est que
lorsqu'il est poussé à la colère, contredit ou rejeté, il accepte
tout cela [avec équanimité]. ] Soufi a dit: "L'humilité du coeur
est de retenir [vos] yeux de regarder." Muhammad b.Ali al-
Tirmidhi a dit: «Être humble signifie que les flammes de votre
passion ont été éteintes et que les vapeurs de votre poitrine se
sont apaisées, tandis que la lumière de la glorification de Dieu
est venue briller dans votre cœur. la passion de l'homme meurt,
son cœur a une vie nouvelle et ses membres s'abandonnent à
l'humilité », a déclaré Al-Hasan al-Basri:« L'humilité est la
peur qui s'installe dans votre cœur de façon permanente
»Quelqu'un a demandé à Junayd l'humilité . Il répondit: "C'est
l'abaissement de ton coeur devant Celui qui sait ce qui est
caché: Dieu Très-Haut a dit:" Les serviteurs du Très-
Miséricordieux sont ceux qui marchent modestement sur la
terre "" "J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu
ait pitié de lui - dis: "Cela signifie" [ils marchent] dans la
soumission et l'humilité ","Je l'ai aussi entendu dire: "[Ils sont
humbles] ceux qui ne considèrent pas les lanières de leurs
sandales comme belles à marcher." [Les Soufis] ont convenu
que l'humilité réside dans le cœur. Un jour, un soufi a vu un
homme avec une apparence abattu, le regard baissé et les
épaules affaissées. Il lui a dit: "O untel, l'humilité est là!" et il
a indiqué à sa poitrine, "pas là!" et il a montré les épaules de
l'homme. Il est rapporté que le Messager de Dieu - que Dieu le
bénisse et le salue - a vu un homme jouer avec sa barbe
pendant sa prière. Il a dit: "Si son coeur était humble, ses
membres seraient humbles aussi." Ils disent que l'une des
conditions de l'humilité est que l'on ne remarque pas qui se
tient debout à la gauche ou à la droite pendant la prière. On
peut dire que l'humilité abaisse un 'Soi le plus intime en
présence de Dieu - qu'il soit béni et exalté - en accord avec les
règles du bon comportement (adah). Ou il est dit que l'humilité
est une faiblesse qui pénètre dans son cœur quand on
contemple [son] Seigneur. Ou il est dit que l'humilité est la
dissolution et le rétrécissement du cœur devant le pouvoir de
la Vraie Réalité {al-haqiqa). Ou il est dit que l'humilité est un
prélude à l'apparition des puissances conquérantes de la
crainte [de Dieu]. On dit aussi que l'humilité est un frisson qui
attaque soudainement le cœur, quand la Vraie Réalité se
dévoile devant soi. Al-Fudayl b. Lyad a dit: "On déteste voir
dans l'apparence extérieure d'un homme plus d'humilité que
dans son cœur." Abu Sulayman al-Darani a dit: "Si toute
l'humanité unissait ses forces pour m'humilier alors que je
m'humiliais, ils ne pourraient pas faire cela!"Ils disent aussi:
"Celui qui ne s'abaisse pas avant lui-même ne peut s'abaisser
devant les autres". Umarb. Abd al-Aziz '' se prosternait
seulement [dans la prière] sur la poussière de la terre '' Ali bah
Ahmad al-Ahwazi nous a dit: Ahmad ben Ubaydallah al-Basri
nous a dit: Ibrahim ben Abdallah nous a dit: Abu H -Hasan
b.Ali b.Yazid al-Fara idi nous a dit: Muhammad B. Kathir -
c'est-à-dire, al-Massisi - nous a dit sur l'autorité de Harun b.
Hayyan B. Husayf, sur l'autorité de Said B. Jubayr , sur
l'autorité d'Ibn Abbas - que Dieu soit satisfait d'eux deux, 'que
le Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - a dit:
"Une personne qui a autant qu'une graine de moutarde de
fierté dans son coeur »Mujahid - que Dieu ait pitié de lui - a
dit:« Quand Dieu - qu'Il soit exalté - a noyé le peuple de
Noé,toutes les montagnes se dressaient fièrement. Seul Al-Judi
"s'est abaissé, c'est pourquoi Dieu - qu'Il soit exalté - en a fait
le lieu de repos de [l'arche] de Noé." Omar Abd al Aziz - que
Dieu soit satisfait de lui - avait l'habitude de marcher à vive
allure [Il expliqua que] disant: "Ceci me rapproche rapidement
de mon but et me tient éloigné de la vanité", Umar Abd al
Aziz - que Dieu soit satisfait de lui - écrivait quelque chose
une nuit, quand Un invité est venu lui rendre visite, sa lampe
était presque éteinte, l'invité a dit: "J'irai à la lampe et je la
réparerai", répondit Umar, "Non, se servir de l'aide de l'invité
est contre "Puis, je vais réveiller l'esclave", a suggéré l'invité,
[Umar] a répondu: "Non, il vient de s'endormir."Il [Umar] est
ensuite allé au réservoir d'huile et a mis de l'huile dans la
lampe [lui-même]. L'invité s'est exclamé: "Vous êtes allé et
l'avez fait vous-même, O Commandant des Croyants?!" Umar
a répondu: "Je suis allé [le faire] comme Umar et je suis
revenu [après l'avoir fait] comme Umar." Abu Said al-Khudri -
que Dieu soit satisfait de lui - a rapporté que le Messager de
Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - avait l'habitude de
nourrir [son] chameau, balayer [sa] maison, réparer [ses]
sandales, [ses] vêtements, traitez [ses] moutons, mangez avec
[son] serviteur et aidez-le à broyer, quand [le serviteur] s'est
fatigué. Il n'était pas gêné de transporter ses biens du bazar à
sa famille. Il serrerait la main à la fois avec les riches et les
pauvres; il était le premier à saluer les gens; il ne mépriserait
aucun repas auquel il aurait été invité à participer, même s'il
s'agissait de dattes non mûres et sèches.Il se débrouillait avec
des provisions gratuites, il était doux de caractère, généreux de
nature, agréable de compagnie; son visage était joyeux, il
souriait beaucoup, sans rire et montrait sa tristesse sans
sourciller; il était humble sans être effacé, généreux sans être
extravagant; son cœur était doux, il était compatissant envers
chaque musulman; il ne mangerait jamais à sa faim et il ne
tendrait jamais la main à une chose qu'il désirait. J'ai entendu
Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de
lui - dire: J'ai entendu Abdallah b. Muhammad al-Razi a dit:
J'ai entendu Muhammad b. Nasr al-Saïd dit: J'ai entendu
Mardawayah al-Saïd dire: J'ai entendu al-Fudayl b. lyad dit:
"Les Qur an-récitateurs [qurra Y du Miséricordieux sont
caractérisés par leur humilité et modestie,Tandis que les Qur
an-récitateurs des tribunaux se caractérisent par leur fierté et
leur fierté. "Al-Fudayl ben lyad a également dit:" Quiconque
se considère comme important n'a aucune part de modestie ",
Quelqu'un a demandé à al-Fudayl de la pudeur. a répondu:
"Vous devriez vous soumettre à la Vérité, vous laisser guider,
et l'accepter de la part de celui qui la parle", a dit Al-Fudayl:
"Dieu le Très Haut, qu'il soit exalté - révélé aux montagnes:
'Je parlera à un prophète sur l'un de vous! Les montagnes se
sont élevées haut dans leur fierté. Seul le mont Sinaï est resté
modeste. Par conséquent, Dieu - qu'Il soit grand et exalté - a
parlé à Moïse - que la paix soit sur lui - en raison de sa
modestie, "J'ai entendu Muhammad b, al-Husayn - que Dieu
ait pitié de lui - dire: J'ai entendu Ali b, Ahmad ben Ja dire:
J'ai entendu Ibrahim B. Fatik dire:"Quelqu'un a demandé à
Junayd de la pudeur, il a répondu:" Etre compatissant et doux
envers vos créatures ". "Il est écrit dans l'un des livres que
Dieu a révélés à l'humanité:" J'ai fait sortir les particules des
reins d'Adam et je n'ai pas trouvé parmi eux un coeur plus
modeste que celui de Moïse - la paix soit sur lui. Je l'ai choisi
[parmi eux] et je lui ai parlé. "Ibn al-Moubarak a dit:" Être fier
envers les riches et être modeste envers les pauvres sont deux
parties essentielles de la modestie ". Quelqu'un a demandé à
Abu Yazid [al-Bistami]; "Quand un homme peut-il atteindre la
modestie?" Il a répondu: "Quand il ne voit ni un état ni une
station pour lui-même [dans ce monde] et quand il ne peut pas
trouver parmi l'humanité quelqu'un qui est pire que lui-même."
Ils disent; "La modestie est une bénédiction que personne
n'aspire, tandis que la fierté est une tentation sans excuse. La
grandeur réside dans la modestie, et celui qui la cherche dans
l'orgueil ne la trouvera jamais. »J'ai entendu Shaykh Abu Abd
al-Rahman al-Sulami dire: J'ai entendu Abu Bakr Muhammad
ben Abdallah dire: J'ai entendu Ibrahim ben Shayban dire:«
Noblesse réside dans la modestie; la grandeur réside dans la
crainte de Dieu; Je l'ai aussi entendu dire: j'ai entendu al-
Hasan al-Sawi dire: j'ai entendu Ibn al-A rabi dire: j'ai entendu
un rapport de Sufyan al-Thawri dans lequel il disait: "Le plus
grand les âmes parmi toutes les créatures sont au nombre de
cinq. Ils sont: un érudit ascétique, un juriste soufi (faqih sufi)
un homme riche modeste, un pauvre homme reconnaissant, et
un membre de la maison du Prophète qui appartient à la
communauté sunnite. Yahya b. Mu adh a déclaré: "La
modestie est excellente pour tout le monde.c'est
particulièrement bon pour les riches. Quant à la fierté, elle est
répugnante pour tout le monde, mais elle est particulièrement
répugnante pour les pauvres. "Ibn Ata a dit:" La pudeur est
d'accepter la vérité de quiconque [qui la parle]. "Il est dit que
[une fois] Zayd b. montait à cheval, Ibn Abbas s'approcha de
lui pour saisir l'étrier de son cheval. "Arrêtez, O fils de l'oncle
du Messager de Dieu!" dit Zayd. "Mais c'est ainsi qu'on nous a
ordonné de traiter nos savants!" répondit Ibn Abbas. Zayd prit
alors la main d'Ibn Abbas et l'embrassa en disant: "Et c'est
ainsi qu'on nous a ordonné de traiter la famille du Messager de
Dieu - que Dieu le bénisse et le salue!" Urwa b. Al-Zubayr a
raconté: "[Une fois] j'ai vu Umar ben al-Khattab - que Dieu
soit satisfait de lui - portant une peau d'eau sur son épaule.O
Commandant des croyants, cela ne vous convient pas! Il
répondit: «Quand les députations [des tribus arabes] sont
venues à moi dans l'obéissance, l'arrogance est entrée dans
mon âme et j'ai décidé de la briser! Il a procédé avec sa peau à
la maison d'une femme parmi les aides et l'a vidé dans sa
citerne. "J'ai entendu Abu Hatim al-Sijistani dire, j'ai entendu
Abu Nasr al-Sarraj al-Tusi dire:" Quand Abu Hurayra était Le
gouverneur de Médine a été vu portant un paquet de bois de
chauffage sur son dos, disant; «Fais place au gouverneur!»
Abdallah al-Razi a dit: «La modestie consiste à refuser de
faire des distinctions dans le service.» J'ai entendu
Muhammad b. Al-Husayn - que Dieu ait pitié de lui - disons:
j'ai entendu Muhammad b.Quand les députations [des tribus
arabes] sont venues à moi dans l'obéissance, l'arrogance est
entrée dans mon âme et j'ai décidé de la briser! Il a procédé
avec sa peau à la maison d'une femme parmi les aides et l'a
vidé dans sa citerne. "J'ai entendu Abu Hatim al-Sijistani dire,
j'ai entendu Abu Nasr al-Sarraj al-Tusi dire:" Quand Abu
Hurayra était Le gouverneur de Médine a été vu portant un
paquet de bois de chauffage sur son dos, en disant; «Fais place
au gouverneur!» Abdallah al-Razi a dit: «La modestie consiste
à refuser de faire des distinctions dans le service.» J'ai entendu
Muhammad b. Al-Husayn - que Dieu ait pitié de lui - disons:
j'ai entendu Muhammad b.Quand les députations [des tribus
arabes] sont venues à moi dans l'obéissance, l'arrogance est
entrée dans mon âme et j'ai décidé de la briser! Il a procédé
avec sa peau à la maison d'une femme parmi les aides et l'a
vidé dans sa citerne. "J'ai entendu Abu Hatim al-Sijistani dire,
j'ai entendu Abu Nasr al-Sarraj al-Tusi dire:" Quand Abu
Hurayra était Le gouverneur de Médine a été vu portant un
paquet de bois de chauffage sur son dos, en disant; «Fais place
au gouverneur!» Abdallah al-Razi a dit: «La modestie consiste
à refuser de faire des distinctions dans le service.» J'ai entendu
Muhammad b. Al-Husayn - que Dieu ait pitié de lui - disons:
j'ai entendu Muhammad b."J'ai entendu Abu Hatim al-Sijistani
dire: J'ai entendu Abou Nasr al-Sarraj al-Tusi dire:" Quand
Abou Hourayra était gouverneur de Médine, on l'a vu portant
un paquet de bois de chauffage sur son dos, disant; «Fais place
au gouverneur!» Abdallah al-Razi a dit: «La modestie consiste
à refuser de faire des distinctions dans le service.» J'ai entendu
Muhammad b. Al-Husayn - que Dieu ait pitié de lui - disons:
j'ai entendu Muhammad b."J'ai entendu Abu Hatim al-Sijistani
dire: J'ai entendu Abou Nasr al-Sarraj al-Tusi dire:" Quand
Abou Hourayra était gouverneur de Médine, on l'a vu portant
un paquet de bois de chauffage sur son dos, disant; «Fais place
au gouverneur!» Abdallah al-Razi a dit: «La modestie consiste
à refuser de faire des distinctions dans le service.» J'ai entendu
Muhammad b. Al-Husayn - que Dieu ait pitié de lui - disons:
j'ai entendu Muhammad b. Ahmad b.Harun dit; J'ai entendu
Muhammad b. al-Abbas al-Dimashqi dit; J'ai entendu Ahmad
b. Abi H-Hawari dit; J'ai entendu Abu Sulayman al-Darani
dire; "Celui qui voit une valeur en lui-même ne goûtera jamais
la douceur du service." Yahya b. Mu adh a dit; "Être arrogant
envers celui qui est arrogant à cause de sa richesse n'est [que]
de la modestie". Al-Shibli - que Dieu ait pitié de lui - a dit;
"Ma modestie a fait de la modestie des Juifs une bagatelle."
Un homme est venu à al-Shibli, qui lui a demandé; "Qu'es-
tu?"Il a répondu; "Mon maître, je suis le point sous la lettre
Al-Shibli lui dit:" Reste avec moi tant que tu ne te donnes pas
une station [indépendante]! "Ibn Abbas - que Dieu soit
satisfait des deux" - a dit ; "La modestie est qu'un homme boit
l'eau laissée par son frère." Bishr [al-Hafi] a dit; "Saluez les
gens du monde en négligeant de les saluer!" Shu yab b. Harb
lié; "Pendant que je tournais autour du Ka ba, quelqu'un m'a
poussé avec son coude Quand je me suis tourné vers lui, [j'ai
vu que] c'était Al-Fudayl ben lyad, qui a dit: 'Abu Salih, si
vous [pendant un moment Je pensais que parmi ceux qui
étaient venus ici pour le [pèlerinage] était quelqu'un de pire
que vous et moi, votre pensée était vraiment mauvaise!
"Quelqu'un a dit:" Comme j'étais en train de circonvenir le Ka
ba,J'ai vu un homme entouré de [une foule de gens] qui l'a
remercié et loué. A cause de lui, ils ont empêché les autres
pèlerins d'encercler le Ka Ba. Je l'ai revu quelque temps après
sur un pont à Bagdad, en train de supplier les gens pour des
cadeaux. J'étais [grandement] surpris [par son état]. Il m'a dit;
«Je me suis élevé dans un lieu où les autres font preuve de
modestie, afin que Dieu - qu'Il soit béni - m'afflige
d'humiliation dans un lieu où les autres s'élèvent!» Umar Abd
al Aziz a appris que l'un de ses fils Il avait acheté [une
chevalière] avec un bijou d'un millier de dirhams et lui avait
écrit: «J'ai appris que vous avez acheté un bijou d'une valeur
de mille dirhams. Lorsque vous recevez cette lettre, vendez
[votre] bague et remplissez un millier d'estomacs. Alors
procurez-vous une bague valant deux dirhams, faites son
cachet de fer chinois,et inscrivez-y dessus; «Que Dieu ait pitié
d'un homme qui connaît sa vraie valeur!» On raconte que
quelqu'un a offert un esclave à un prince pour l'acheter pour
un millier de dirhams.Toutefois, quand l'argent lui a été
apporté, il a considéré le prix excessif et il ordonna que
l'argent revînt dans son coffre, et l'esclave le plaida, en disant:
«Monseigneur, achetez-moi, car j'ai, pour chacun de ces
dirhams, une valeur dont la valeur globale dépasse mille
dirhams "[Le Prince] lui demanda ce que cela pouvait être ... Il
répondit:" Le moindre de tout cela est que si vous m'achetiez
et que vous m'éleviez au-dessus de tout le reste de vos
esclaves, je ne serais pas impoli [vers vous et je saurais que je
ne suis qu'un esclave de la vôtre! "Ainsi le prince l'acheta.Un
homme raconta avec l'autorité de Raja b. Haya:" Comme
Umar b.Abd al-Aziz prononçait un discours public. J'estimais
que son vêtement valait douze dirhams. Il avait une cheminée,
un turban, une chemise, un pantalon et des pantoufles, et un
capuchon. On dit que Abdallah b. Muhammad b. Wasi se
pavanait avec une démarche qui appelait à la désapprobation.
Son père lui dit; "Savez-vous combien j'ai payé pour votre
mère, trois cents dirhamsl Quant à votre père, que Dieu
n'augmente pas ses goûts parmi les musulmans! Et pourtant
vous marchez comme ça?" J'ai entendu Muhammad b. al-
Husayn disent; J'ai entendu Ahmad b. Muhammad al-Farra dit;
J'ai entendu Abdallah b. Munazil dit; J'ai entendu Hamdun al-
Qassar dire; "La modestie est que vous ne considérez personne
comme ayant besoin de vous, ni dans ce monde ni dans l'au-
delà." Ibrahim b. Adham a dit: "Depuis que j'ai embrassé
l'Islam je ne me suis réjoui que trois fois.quand j'étais à bord
d'un navire où il y avait un homme qui aimait plaisanter. Il
dirait; «Au pays des Turcs [infidèles], nous avions l'habitude
d'attraper des infidèles [captifs] comme ça», et il me prenait
par les cheveux et me secouait d'avant en arrière. Cela me
plaisait, parce qu'il n'y avait personne sur ce navire qu'il
considérerait plus méprisable. Une autre fois, je me suis
reposé dans une mosquée vaincue par la maladie. Le muezzin
[de la mosquée] est entré et m'a ordonné de sortir. Cependant,
je n'ai pas pu [partir], alors il m'a attrapé par le pied et m'a
traîné hors de la mosquée. La troisième fois, j'étais en Syrie. Je
portais une fourrure. Quand je l'ai regardé de près, je ne
pouvais pas distinguer entre les poils de cette fourrure et les
poux [cachés dedans], parce qu'il y en avait tellement. Je me
suis réjoui de cela. "Dans un autre conte, il a rapporté;"Je n'ai
jamais éprouvé une joie plus grande que lorsque j'étais assis
un jour et un passant m'a approché et a uriné sur moi. "Il est
rapporté qu'Abu Dharr et Bilal '' avaient une dispute pendant
laquelle Abu Dharr a reproché à Bilal son peau. Ce dernier
s'est plaint de cela au Messager de Dieu - que la bénédiction et
la paix de Dieu soient sur lui - qui a dit; "Abu Dharr, quelque
chose de la fierté de l'âge de l'ignorance" reste toujours dans
votre cœur! "[En entendant cela,] Abu Dharr se jeta sur le sol
et jura qu'il ne lèverait pas la tête jusqu'à ce que Bilal ait
marché sur sa joue Il ne se leva pas avant que Bilal ne le fasse,
Al-Hasan ben Ali - que Dieu soit satisfait de lui - passa devant
un groupe de garçons qui avaient quelques morceaux de pain,
ils l'invitèrent à être leur invité. Il mit pied à terre et mangea
avec eux,Là-dessus il les a pris à sa maison, où il les a nourris
et a habillés. Il a commenté; "Ils sont meilleurs que moi, parce
qu'ils m'ont nourri de la seule chose qu'ils avaient, alors que
j'ai plus que cela!" On dit que Umar ben Khattab distribuait
des vêtements pris comme butin de guerre parmi Compagnons
[du Prophète] Il envoya un vêtement yéménite [précieux] à
Mu adh, qui le vendit, acheta six esclaves, puis les libéra,
qu'Umar apprit à ce sujet. Quand il lui reprochait cela, Umar
répondit: «Ne me fais pas de reproches, car tu as vendu le
premier!77222 Il est dit que Umar b. al-Khattab 'distribuait
des vêtements pris comme butin de guerre parmi les
Compagnons [du Prophète]. Il a envoyé un [précieux]
vêtement yéménite à Mu adh. Celui-ci le vendit, acheta six
esclaves, puis les libéra. Umar a appris à ce sujet. Quand il
divisait des vêtements la prochaine fois, il a envoyé à Mu adh
un vêtement moins précieux. Quand Mu adh lui a reproché
cela, Umar a répondu; "Ne me fais pas de reproches, car tu as
vendu le premier!"77222 Il est dit que Umar b. al-Khattab
'distribuait des vêtements pris comme butin de guerre parmi
les Compagnons [du Prophète]. Il a envoyé un [précieux]
vêtement yéménite à Mu adh. Celui-ci le vendit, acheta six
esclaves, puis les libéra. Umar a appris à ce sujet. Quand il
partageait des vêtements la prochaine fois, il a envoyé à Mu
adh un vêtement moins précieux. Quand Mu adh lui a
reproché cela, Umar a répondu; "Ne me fais pas de reproches,
car tu as vendu le premier!"Umar a répondu; "Ne me fais pas
de reproches, car tu as vendu le premier!"Umar a répondu;
"Ne me fais pas de reproches, car tu as vendu le premier!"
"Quel est ton problème?"s'exclama Mu adh, "Donnez-moi ma
part, car j'ai juré de vous frapper sur votre tête avec cela!"
'Umar a répondu: "Voici ma tête! Les vieux doivent se traiter
doucement," Opposant l'âme "(mukhalafat al-nafs) et se
souvenant de ses fautes (dhikr uyubiha) Dieu Très Haut a dit:"
Mais pour celui qui craint de se tenir debout avant Son
Seigneur et interdit à l'âme son caprice, le Paradis sera
sûrement le refuge. Ali b. Ahmad b. Abdan nous a informés;
Ahmad b.Ubayd nous a dit; Tammam nous a dit; Muhammad
b.Mu awiyya al-Naysaburi nous a dit: Ali b. Abi Ali b. Utba b.
Abi Lahab nous a dit sur l'autorité de Muhammad al-Munkadir,
sur l'autorité de Jabir - que Dieu ait pitié de lui - qui a dit que
le Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - a dit; «Ce que je
crains le plus pour ma communauté, c'est de suivre sa passion
et d'attendre trop de ce monde.» Suivre sa passion détourne de
la Vérité, alors qu'attendre trop [de ce monde] fait oublier
L'au-delà, sache donc que lutter contre l'âme est le
commencement du culte. Quand [certains] maîtres soufis ont
été interrogés sur [la signification de] l'Islam, ils ont répondu:
"[C'est] le massacre de l'âme par les épées de l'opposition [à
lui]." "Sache que pour quelqu'un dont les caprices de l'âme
s'élèvent,Dhu H-Nun al-Misri a dit: «La réflexion est la clé du
culte, tandis que le signe que quelqu'un atteint son but est sa
capacité à s'opposer à son âme et à ses passions. S'opposer à
eux est l'abandon des désirs [associés à eux]. "Ibn Ata [al-
Adami] a dit:" L'âme est naturellement prédisposée à un
mauvais comportement. Pourtant, le serviteur de Dieu est
commandé d'observer [les règles du] bon comportement. Par
sa nature, l'âme [est encline à] se vautrer dans le domaine de la
désobéissance, tandis que le serviteur s'exerce à l'empêcher de
s'engager dans de mauvaises poursuites. Celui qui donne libre
cours à son âme devient complice de ses déprédations. »J'ai
entendu Shaykh Abou al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait
pitié de lui - dire: J'ai entendu Abu Bakr al-Razi dire: / 7223
J'ai entendu Abu Umar al-Anmati dire:J'ai entendu al-Junayd
dire: "L'âme qui commande le mal" vous pousse à la perdition,
assiste [vos] ennemis, suit [vos] passions, et est soupçonnée de
toutes sortes de mauvaises actions. "Abu Hafs a dit: ne
soupçonne pas constamment son âme, s'y oppose dans toutes
les conditions, et la force à faire des choses qu'il déteste tout
au long de sa vie sera trompée. Et quand on regarde avec
approbation quelque chose qu'il a fait, on a causé sa ruine.
"Car comment une personne intelligente peut-elle être
satisfaite de son âme? Le noble fils du fils du noble fils du
noble Joseph, fils de Jacob, Fils d'Isaac, fils d'Abraham, l'ami
de Dieu, il a dit: "Je ne prétends pas que mon âme soit
innocente - l'âme de l'homme commande le mal." "J'ai entendu
Muhammad b. al-Husayn dire: J'ai entendu Ibrahim b. Miqsam
dit à Bagdad: J'ai entendu Ibn Ata dire:J'ai entendu al-Junayd
dire: "Une nuit d'insomnie, je me suis levé pour réciter une
prière surérogatoire, mais je n'ai pas trouvé la douceur et la
joie que je ressens habituellement lorsque je conversais avec
mon Seigneur. J'ai essayé de m'asseoir, mais je ne pouvais pas,
puis j'ai ouvert la porte et je suis sorti. [Je suis tombé sur un
homme enveloppé dans un manteau qui était couché sur la
route. présence et a levé la tête en disant: «Enfin [vous êtes
venu] Abu H-Qasim! - Mais, monsieur, avons-nous un rendez-
vous? J'ai demandé, il a répondu: "Non, mais j'ai demandé au
Mover of the Hearts de déplacer votre coeur dans ma
direction." En effet, il l'a fait, quel est votre besoin? Lui
demandai-je, il demanda: «Quand la maladie de l'âme devient-
elle sa guérison? Quand tu renies ton âme,sa maladie devient
sa guérison, répondis-je. Il s'est alors adressé à sa propre âme,
en disant: «Écoutez, je vous ai donné cette même réponse sept
fois, et pourtant vous avez refusé de l'entendre de quiconque,
mais al-Junayd! Alors maintenant vous l'avez entendu [de lui]!
Puis il est parti. Je ne savais pas qui il était et je ne l'ai plus
jamais revu. "Abou Bakr al-Tamastani a dit:" Pour échapper à
son âme est la plus grande de toutes les bénédictions, car l'âme
est le voile le plus épais entre toi et Dieu. Il est grand et
glorieux! "Sahl [al-Tustari] a dit:" Il n'y a pas de meilleure
façon d'adorer Dieu que de s'opposer à son âme et à ses
passions. J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn - que Dieu ait
pitié de lui - dis: J'ai entendu Mansur b. Abdallah dit: / 7224
J'ai entendu Abu Umar al-Anmati dire: J'ai entendu quelqu'un
demander à Ibn Ata: "Quelle est la cause principale de Dieu"s
colère? "Il a répondu:" Faire attention à son âme et ses
conditions. Cependant, attendre des récompenses [divines]
pour ses actions est encore pire que cela! »Je l'ai aussi entendu
[Muhammad ben Husayn] dire: J'ai entendu al-Husayn ben
Yahya dire: J'ai entendu Ja loin b. Nusayr dire: J'ai entendu
Ibrahim al-Khawwas dire: "Quand j'étais sur la montagne al-
Lukam", j'ai vu des grenades et je les ai convoitées, donc je
suis monté [à l'arbre] et j'en ai ramassé un. Soudain, je vis un
homme étendu par terre, entouré de nombreuses guêpes, qui le
saluèrent et il me rendit mes salutations en disant: «Et toi, paix,
Ibrahim! Je lui ai demandé: «Comment me connais-tu? Il
répondit: "Rien n'est caché à celui qui connaît le Dieu Très-
Haut." Je lui ai demandé: 'Je vois que vous avez un statut
spécial [aux yeux de] Dieu le plus élevé! Pourquoi, alors, ne
peux-tu lui demander de te protéger et de te protéger des
tourments de ces guêpes? Il a répondu: 'Moi aussi, je peux voir
que vous avez un statut spécial [aux yeux de] Dieu Très Haut!
Pourquoi, alors, ne pouvez-vous pas lui demander de vous
protéger contre l'envie de ces grenades? Car la douleur causée
par la piqûre des grenades vous affligera dans l'au-delà [de la
même manière que] la douleur causée par l'aiguillon des
guêpes m'afflige dans ce monde! Je l'ai quitté et je suis parti.
"Il est rapporté qu'Ibrahim ben Shayban a dit:" Pendant
quarante ans, je n'ai pas dormi sous mon toit ni dans un
endroit qui avait un verrou dessus. De temps en temps, je
désirais manger des lentilles. Cependant, cela n'est jamais
arrivé. Une fois, quand j'étais en Syrie, quelqu'un m'a apporté
un grand bol rempli de lentilles.Alors j'en ai mangé et je suis
parti. [Soudainement] j'ai vu des bouteilles de verre avec des
échantillons de liquide, que j'ai supposé être du vinaigre.
Cependant, quelqu'un dans la foule m'a dit: «Que regardez-
vous? Ce sont des échantillons de vin et ces cruches sont
pleines de vin! Je me suis dit: «C'est mon devoir! Alors je suis
entré dans la boutique du marchand et j'ai commencé à vider
ces cruches. Au début, il pensait que je le faisais par ordre du
Sultan. Cependant, quand il a réalisé que [ce n'était pas le cas],
il m'a emmené à Ibn Tulun 'qui a ordonné qu'on me donne
deux cents coups de bâton, puis m'a jeté en prison. Je suis
resté là pendant un certain temps, jusqu'à ce que mon
professeur Abu Abdallah al-Maghribi soit entré dans le pays et
ait intercédé en mon nom. Quand il m'a vu, il a demandé:
«Qu'as-tu fait? Je répondis: «Je me suis rempli de lentilles et
de deux cents coups de bâton!Il m'a dit: 'Alors vous êtes parti
à la légère!' 'J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-
Sulami - que Dieu ait pitié de lui - dire: J'ai entendu Abou al-
Abbas al-Baghdadi dire: J'ai entendu Ja loin b Nusayr dit: J'ai
entendu al-Junayd dire: J'ai entendu al-Sari al-Saqati dire:
"Pendant trente ou quarante ans, mon âme m'a poussée à
tremper une carotte dans du sirop de datte. Cependant, je ne
l'ai pas nourri. »Je l'ai également entendu [al-Sulami] dire:«
Mon grand-père a dit: «L'affliction du serviteur réside dans
son contentement de son âme telle qu'elle est.» Je l'ai aussi
entendu dire: J'ai entendu Muhammad ben Abdallah al-Razi
dire: J'ai entendu al-Husayn ben Ali al-Qirmisini dire: Isam
ben Yusuf al-Balkhi a envoyé quelque chose à Hatim al-
Asamm, qui l'a accepté. Il répondit: «Quand je l'ai pris, j'ai
senti mon humiliation et sa fierté. Si je devais le
rejeter,J'aurais ressenti ma fierté et son humiliation. Par
conséquent, j'ai choisi sa fierté sur mon humiliation et mon
humiliation sur le sien. "Quelqu'un a dit à un maître soufi:" Je
veux aller sur le hajj dépouillé de toutes les dispositions. " Il a
dit;"D'abord, vous devez dépouiller votre coeur de l'oubli,
votre âme de désinvolture, votre langue de bavardage et
ensuite voyager comme vous le souhaitez!" Abu Sulayman al-
Darani a dit; "Celui qui fait le bien pendant la nuit est
récompensé pendant la journée et celui qui fait le bien pendant
la journée est récompensé pendant la nuit, celui qui renonce
sincèrement à sa passion sera épargné [la peine de] le nourrir.
un coeur qui a abandonné sa passion pour son amour! Dieu -
qu'Il soit exalté - a révélé les [paroles] suivantes à [le prophète]
David - la paix soit sur lui; "David, avertis et avertis tes
compagnons de ne pas poursuivre leurs passions, car quand les
coeurs sont attachés aux passions de ce monde, leur
intelligence est voilée de Moi!" Quelqu'un a vu un homme
suspendu en l'air. Il a demandé comment il avait réalisé
cela.L'homme répondit: "J'ai renoncé à mon désir (hawd) et
Dieu a rendu l'air [hawa] inféodé à moi!" Il est dit que si [la
gratification de] mille passions étaient offertes au [vrai]
croyant, il les bannirait avec [sa crainte] de Dieu. Cependant,
si la gratification d'un seul désir devait être offerte au pécheur,
elle bannirait la crainte de Dieu de son cœur. C'est dit; "Ne
mets pas tes rênes entre les mains du désir, car cela te conduira
dans les ténèbres." Yusuf b. Asbat a dit; "Rien n'élimine
mieux les passions du coeur qu'une peur inquiétante [de Dieu]
et un effort infatigable [pour lui plaire]". Al-Khawwas a dit;
Quiconque renonce à une passion sans y découvrir
immédiatement un autre n'est pas sincère dans son
renoncement. Ja loin b. Nusayr lié; "Al-Junayd m'a donné un
dirham et m'a demandé de lui acheter des figues Waziri. Je lui
en ai acheté. Quand il a rompu son jeûne, il en a pris un, l'a
mis dans sa bouche, puis l'a craché et a fondu en larmes en
disant: «Emmène-les loin de moi! Quand je lui ai demandé à
ce sujet, il a répondu; Une voix dans mon cœur a crié;
"N'avez-vous pas honte? Au début, vous avez renoncé à un
désir pour mon amour, mais maintenant vous y revenez encore
une fois!" "Ils récitent, la lettre de la noisette de [le mot]
hawan (" humiliation ") est volée. [le mot] hawa ("désir") Par
conséquent, celui qui succombe à toute passion est sujet à
l'humiliation! Sachez que l'âme a beaucoup de traits pervers,
l'un d'entre eux est l'envie Envy (hasad) Dieu Très Haut dit:
"Je prends refuge auprès du Seigneur du Jour du mal de ce
qu'il a créé." Il a également dit;"[Je me réfugie] du mal d'un
envieux quand il envie. Ainsi Dieu a conclu ce chapitre, qu'il a
révélé comme un appel à la protection [contre les forces du
mal] je awdhd) avec une mention de l'envie, Abu H-Husayn
al- Ahbazi nous a informés: Ahmad ben Ubayd al-Basri nous a
dit: Isma il ben al-Fadl nous a dit: Yahya ben Makhlad a dit:
Mu afa b., Imran nous a dit sur l'autorité d'al-Harith ben
Shihab, sur le Par l'autorité d'Ibn Mas ud, qui a dit que le
Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - a dit: "Trois choses
sont la racine de tout péché, alors protégez-vous et protégez-
vous de leur. Méfiez-vous de l'orgueil, car l'orgueil a empêché
Iblis de se prosterner devant Adam; méfiez-vous de la cupidité,
car la cupidité fait Adam manger de l'arbre [de la
connaissance]; / 7227 méfiez-vous de l'envie, pour l'un
d'Adam 'Les fils ont tué son frère à cause de cela. "Un soufi a
dit:" L'envier est un infidèle, parce qu'il ne se contente pas du
décret du Seul et Unique. "Il est également dit:" L'envier ne
prévaudra jamais. " dites à propos des paroles de Dieu Très-
Haut: "Dis, Mon Seigneur a seulement interdit les indécences,
celles qui sont apparentes et celles qui sont cachées", que les
mots "ceux qui sont cachés" se réfèrent à l'envie. il est dit:
"L'Envier est le négateur de Ma bienfaisance". On dit aussi:
"L'envie devient évidente en toi avant qu'elle ne devienne
évidente dans ton ennemi." Al-Asma 'a dit: "J'ai vu un
Bédouin qui avait cent ans. et vingt ans. Je m'écriai: «Votre
vie a été longue! Il m'a dit: 'J'ai renoncé à l'envie, alors j'ai
enduré!' 'Ibn al-Mubarak a dit: "Louange à Dieu qui n'a pas
placé dans le cœur de mon maître ce qu'il a placé dans le cœur
d'un homme qui m'envie. "Selon une tradition, il y a un ange
qui réside dans le cinquième ciel. un domestique [décédé]
passe près de lui qui brille comme la lueur du soleil, il dirait:
«Arrête! Je suis l'ange de l'envie. Frappez le faiseur de cet acte
au visage avec cet acte, car il a été envieux! "Mu awiyya" a dit:
"Je suis capable de plaire à tout le monde, excepté l'envier
Rien ne lui plaira jamais, sauf la cessation de la bienfaisance
de Dieu [vers d'autres personnes]. " On dit: "L'envier est un
tyran violent, car il ne lâche jamais et ne laisse rien derrière
lui."Selon une tradition, il y a un ange qui réside dans le
cinquième ciel. Quand l'acte d'un serviteur [défunt] passe à
côté de lui et qu'il brille comme la lueur du soleil, il dit:
"Arrêtez, je suis l'ange de l'envie, frappez le faiseur de cet acte
en face de cet acte, car il a été envieux! " Mu awiyya "a
déclaré:" Je suis capable de plaire à tout le monde, sauf
l'envier. Rien ne lui plaira jamais, si ce n'est la cessation de la
bienfaisance de Dieu [envers les autres]. »On dit:« L'envier est
un tyran violent, car il ne lâche jamais et ne laisse rien derrière
lui.Selon une tradition, il y a un ange qui réside dans le
cinquième ciel. Quand l'acte d'un serviteur [défunt] passe à
côté de lui et qu'il brille comme la lueur du soleil, il dit:
"Arrêtez, je suis l'ange de l'envie, frappez le faiseur de cet acte
en face de cet acte, car il a été envieux! " Mu awiyya "a
déclaré:" Je suis capable de plaire à tout le monde, sauf
l'envier. Rien ne lui plaira jamais, si ce n'est la cessation de la
bienfaisance de Dieu [envers les autres]. »On dit:« L'envier est
un tyran violent, car il ne lâche jamais et ne laisse rien derrière
lui.Frappez le faiseur de cet acte au visage avec cet acte, car il
a été envieux! "Mu awiyya" a dit: "Je suis capable de plaire à
tout le monde, excepté l'envier Rien ne lui plaira jamais, sauf
la cessation de la bienfaisance de Dieu [vers d'autres
personnes]. " On dit: "L'envier est un tyran violent, car il ne
lâche jamais et ne laisse rien derrière lui."Frappez le faiseur de
cet acte au visage avec cet acte, car il a été envieux! "Mu
awiyya" a dit: "Je suis capable de plaire à tout le monde,
excepté l'envier Rien ne lui plaira jamais, sauf la cessation de
la bienfaisance de Dieu [vers d'autres personnes]. " On dit:
"L'envier est un tyran violent, car il ne lâche jamais et ne
laisse rien derrière lui." Umar b.Abd al-Aziz a dit: "Je n'ai pas
vu un oppresseur qui ressemblerait plus à l'opprimé qu'à
l'envier. [Son] chagrin constant et haletant incessant." Il est dit:
"Parmi les péchés de l'Envier, il flatte, quand il est présent, les
médisances quand il est absent, et se réjouit de la calamité
quand elle tombe [des autres]". Mu awiyya 'a dit: "Aucun
mauvais trait de caractère n'est plus juste que l'envie, car il tue
l'envier devant celui qu'il envie." 77228 Il est dit que Dieu -
qu'Il soit exalté - soit révélé à Salomon, fils de David, - La
paix soit sur eux: "Je vous ordonne de ne pas faire sept choses:
ne calomnie pas Mes serviteurs justes en leur absence, n'envie
aucun de Mes serviteurs ..." Salomon s'exclama: "O mon
Seigneur, cela me suffit! "Moïse - paix soit sur lui - a vu un
homme à côté de Dieu"s trône et a grandi envieux de lui. Il a
demandé; "Merci à quoi [at-il acquis ce poste]?" Quelqu'un lui
a répondu; "[Grâce à] son ne pas être envieux des gens à cause
des faveurs que Dieu leur a accordées!" On dit que l'envi se
sent perplexe chaque fois qu'il voit la bienfaisance [de Dieu]
[envers les autres] et se réjouit quand il voit quelqu'un
[commettre] une faute. C'est dit; "Si vous voulez être à l'abri
de l'envi, cachez-lui vos affaires." C'est dit; "L'envier est en
colère contre celui qui n'a pas de péché et avare avec ce qu'il
ne possède pas." Il est également dit; «Méfie-toi de t'exercer à
gagner l'affection de celui qui t'envie, car il n'acceptera jamais
tes bonnes actions. Il est également dit; "Chaque fois que le
Dieu Très-Haut veut donner le pouvoir sur [Son] serviteur à
un ennemi sans pitié. Il le donne à quelqu'un qui l'envie. »Ils
récitent [le verset suivant]: Que dire de plus sur le malheur de
l'homme Quand vous voyez ceux qui l'enviaient maintenant
avoir pitié de lui! Ils récitent aussi: On peut espérer que
chaque inimitié finira par se terminer Mis à part l'inimitié de
celui qui vous envient Ibn al-Mu tazz récité: Dites à l'envier
qui est sur le point de souffler une plainte O vous qui avez fait
du tort aux autres, comment quelqu'un peut se plaindre des
torts Ils récitent aussi: quand Dieu veut rendre publique une
vertu qui a été cachée, il lui donne la langue de l'envier, Parmi
les autres traits de caractère blâmables de l'âme humaine, il y a
l'habitude de médire. ghiba) Dieu - qu'Il soit exalté - a dit; "Ne
vous méprisez pas les uns les autres; Est-ce que l'un d'entre
vous aimerait manger la chair de son frère mort? »Abu Said
Muhammad ibn Ibrahim al-Ismah nous informa: Abu Bakr
Muhammad ben al-Husayn ben al-Hasan ben al-Khahl nous a
informés: Ah ben al-Hasan nous a dit: Ishaq b.Isa b.Bint
Dawud b.Abi Hind nous a dit: Muhammad B. Abi Humayd
nous a dit sous l'autorité de Musa B. Wardan, sous l'autorité
d'Abu Hurayra, qui a dit que Quand un homme qui était assis
avec le Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - se
lève [et quitte], quelqu'un dans le rassemblement dit: "Comme
cet homme est faible!" Le Messager - que Dieu le loue et le
salue - rétorqua: "Tu as mangé ton frère [vivant], [quand] tu
l'as adulé!" Dieu a révélé à Moïse - la paix soit sur lui: "Celui
qui meurt après s'être repenti de la médisance sera le dernier à
entrer au Paradis et celui qui mourra en persistant sera le
premier à entrer dans le feu de l'enfer. "Awf a dit:" Je suis
venu à Ibn Sirin et j'ai commencé à discuter. méfaits de] al-
Hajjaj. 'Ibn Sirin m'a dit:' Dieu Très-Haut est un juste arbitre.
Il prend contre al-Hajjaj autant qu'il prend pour lui. Quant à
vous, si vous deviez rencontrer Dieu - qu'Il soit glorieux et
magnifique - demain, le plus petit péché que vous avez
commis sera beaucoup plus pénible pour vous que le plus
grand péché commis par al-Hajjaj! "" On dit qu'Ibrahim b)
Adham était invité à un dîner, il y assistait, on discutait un
homme qui ne venait pas, certains disaient: «Il est ennuyeux!»
Ibrahim a dit: «C'est ce que mon âme m'a fait!Je suis venu à
une fête où les gens sont calomniés en leur absence. "Il est
parti et ne mangera pas pendant trois jours après cela." On dit:
"Le backbiter est comme un homme qui a installé une
catapulte et a commencé à tirer ses bonnes actions. toutes
directions. Il se méprend sur celui qui est au Khurasan, celui
qui est en Syrie, celui qui est dans le Hedjaz, celui qui est dans
le pays des Turcs. Il disperse ainsi ses bonnes actions, et
quand il se trouve enfin debout devant Dieu, il n'a rien avec lui.
"On dit qu'un certain serviteur de Dieu recevra son livre des
faits au Jour du Jugement. Il ne verra pas une seule bonne
action et demandera à Dieu: "Où sont mes prières, mon jeûne
et mes actes d'obéissance?" On lui dira: "Toutes tes bonnes
œuvres ont été invalidées à cause de ta médisance!" C'est dit:
"Dieu réduira la moitié des péchés d'un homme qui a souffert
de la médisance. "Sufyan ben al-Husayn a dit:" J'étais assis
avec Lyas b. Mu awiyya et a parlé mal d'un homme qui n'était
pas là. Sufyan m'a demandé: «Avez-vous participé à la [sainte]
guerre contre les Turcs et les Byzantins cette année? J'ai
répondu: «Non, je ne l'ai pas fait. Il a dit: 'Ainsi, les Turcs et
les Byzantins sont à l'abri de vous, alors que votre frère
musulman ne l'est pas!' 'On dit que [au Jour du Jugement] un
certain homme recevra son registre [des actes] et sa volonté
trouver en lui les bonnes actions qu'il n'a jamais faites, on lui
dira: «C'est votre récompense pour les gens qui vous ont
critiqués, dont vous n'étiez pas au courant! Quelqu'un a
demandé à Sufyan al-Thawri à propos de la parole du
Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - "En vérité,Dieu
déteste les gens de la maison des charlatans. "Sufyan a
répondu:" C'est, ceux qui backbite; comme si elles mangeaient
la chair des autres. "Quelqu'un a mentionné la médisance en
présence d'Abdallah B. al-Mubarak .Il a commenté:" Si je
devais jamais calomnier quelqu'un en son absence, je
calomnierais mes parents, car ils sont plus méritants Yahya B.
Mu adh a dit: «Que chaque croyant profite de vous de trois
façons; si vous ne pouvez pas l'aider, au moins ne lui faites
pas de mal; si tu ne peux pas le rendre heureux, ne le rends pas
triste au moins; Si vous ne pouvez pas le féliciter, au moins ne
le blâmez pas. "Quelqu'un a dit al-Hasan al-Basri:" Untel vous
a calomnié derrière votre dos. "Il a envoyé à cet homme une
assiette de bonbons, disant,"J'ai été informé que vous avez
prodigué vos bonnes actions à mon égard, et je voudrais vous
récompenser. "Ali Ahmad al-Ahwazi m'a informé, Ahmad ben
Ubayd al-Basri nous a informés, Ahmad ben Amr al -
Qatawani nous a informés: Sahl ben Uthman al-Askari nous a
dit: al-Rabi ben Badr nous a dit sur l'autorité d'Aban, sous
l'autorité d'Anas B. Malik, que le Messager de Dieu - que Dieu
le bénisse et le salue - dit: "Celui qui a renoncé au voile de la
honte ne peut être un objet de médisance" J'ai entendu Hamza
ben Yusuf al-Sahmi dire: J'ai entendu Abu Tahir Muhammad
ben Usayd al-Raqqi dire: j'ai entendu Ja far b. Muhammad ben
Nousayr a dit, al-Junayd a dit: "Une fois que j'étais assis dans
la mosquée al-Shuniziyya, j'attendais que la bière d'un défunt
arrive, afin que je puisse prier sur lui.Les gens de Bagdad
étaient assis là selon leurs rangs [sociaux] attendant l'arrivée
de la bière funéraire. [Soudainement] j'ai vu un pauvre homme
qui ressemblait à un ascète qui mendiait des gens. Je me suis
dit; Si celui-ci travaillait à se soutenir, ce serait mieux pour lui.
Quand je suis retourné à la maison après cela, je me suis
engagé dans ma routine habituelle de réciter une litanie de nuit,
en pleurant, en priant et ainsi de suite. Cependant, toutes mes
litanies pesaient lourdement sur moi. Donc je me suis juste
assis là sans sommeil. Puis mes yeux se fermèrent et, dans
mon rêve, je vis ce pauvre homme étalé sur une table [devant
moi] et j'entendis des voix qui disaient; Mange sa chair, car tu
l'as calomnié! L'état réel [des affaires] m'a été révélé et j'ai dit;
Non, je ne l'ai pas calomnié. Je me suis seulement dit quelque
chose. On m'a dit: 'Ce genre de chose n'est pas toléré par vos
semblables. Va lui demander pardon! Alors, le matin, j'ai
quitté ma maison et j'ai commencé à me promener jusqu'à ce
que je le voie dans un endroit où il y avait de l'eau courante et
où il ramassait des feuilles de légumes qui y étaient lavés. Je
l'ai salué.Il a répondu en disant; 'Abou H-Qasim tu es revenu
[à nouveau]?' J'ai dit; 'Non!' Il a dit;'Alors Dieu nous
pardonnera tous les deux!' 'J'ai entendu Shaykh Abou al-
Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - disons, j'ai
entendu Abou Tahir al-Isfaraini dire: J'ai entendu Abou Ja-al-
Balkhi dire "Il y avait un homme de Balkh qui s'est exercé à
adorer Dieu. Cependant, il a constamment calomnié les gens
derrière leur dos, en disant: «Un tel est comme ça, un tel est
comme ça», et ainsi de suite. Un jour je l'ai vu sortir d'un
endroit fréquenté par des rondelles efféminées. Je lui ai
demandé ce qui lui était arrivé. Il a répondu; «Ma parole
malade des autres m'a amené cela. J'ai été attiré par l'un d'eux,
et maintenant je dois les servir à cause de lui. Toutes mes
vieilles actions [pieuses] ont disparu, alors prie Dieu de me
pardonner! '"Satisfaction (qana a) Dieu Très Haut a dit:" Et
quiconque fait une bonne action,que ce soit un homme ou une
femme, et un croyant, nous lui donnerons assurément une vie
agréable à vivre. "De nombreux commentateurs disent:" La
bonne vie dans ce monde signifie le contentement. "Shaykh
Abou al-Rahman al-Sulami nous a informé: Abou Amr
Muhammad ben Ja oub Matar dit: Muhammad ben Musa al-
Hulwani nous a dit: Abdallah ben Ibrahim al-Ghifari nous a
dit sur l'autorité d'al-Munkadir ben Muhammad, sur l'autorité
de son père, sur l'autorité de Jabir ben Abdallah, qui a dit: "Le
Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - a dit:" Le
contentement est le trésor qui ne peut être épuisé. "Abu H-
Hasan al-Ahwazi nous a dit: Ahmad b Ubaydallah al-Basri
nous a dit: Abdallah ibn Ayyub al-Qirabi a dit: Abu M-Rabi
al-Zahrani nous a dit: Isma il b.Zakariya nous a dit sur
l'autorité de Abu H-Raja, sur l'autorité de Burd b Sinan,sur
l'autorité de Makhul, sur l'autorité de Wathila b. al-Asqa, sur
l'autorité d'Abu Hurayra - que Dieu soit satisfait de lui - que le
Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - a dit:
"Soyez scrupuleux et vous serez le plus grand adorateur de
[tous] les gens; content et tu seras le peuple le plus
reconnaissant, souhaite aux autres ce que tu veux pour toi, et
tu seras un serviteur fidèle, sois un bon voisin de ceux qui
vivent près de toi et tu seras un [ vrai] croyant ... Et riez peu,
car beaucoup de rires tuent le cœur! Bishr al-Hafi a dit: "Le
contentement est un ange qui habite seulement dans le coeur
croyant." Ils disent: "Les pauvres sont morts sauf ceux que
Dieu le Très-Haut a ranimés avec la puissance du
contentement." J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn dire: J'ai
entendu Abdallah b.Muhammad al-Sha rani a dit: J'ai entendu
Ishaq b. Ibrahim b.Abi Hassan al-Anmati dit: J'ai entendu
Ahmad b. Abi H-Hawari dit: J'ai entendu Sulayman al-Darani
dire: "Le contentement se rapporte à la satisfaction {rida) de la
même manière que le scrupule se rapporte au renoncement [du
monde] (zuhd) - le contentement est le commencement de la
satisfaction et le scrupule est le commencement du
renoncement. Ils disent que le contentement est de garder
votre calme en l'absence des choses auxquelles vous êtes
habitué. Abu Bakr al-Maraghi a dit: "La personne intelligente
est celle qui traite ce monde avec contentement et ajournement,
tout en aspirant et en se hâtant vers l'au-delà et en exerçant sa
connaissance et ses efforts en ce qui concerne sa foi." Abu
Abdallah b. Khafif a dit: "Le contentement n'est pas de
chercher ce que vous avez perdu et d'être satisfait de ce que
vous avez."Il est dit que la signification des mots de Dieu;
"Dieu leur fournira une provision équitable" "est le
contentement. Muhammad b.Ali al-Tirmidhi a dit: "Le
contentement est la satisfaction de ce qui lui a été attribué [par
Dieu]." On dit aussi que le contentement est de trouver
suffisance dans ce que l'on a et ne pas aspirer à ce que l'on n'a
pas. Wahb a dit: "La grandeur et la richesse sont allées à la
recherche d'un compagnon, elles ont rencontré le
contentement et ont décidé de s'installer [et de ne plus
chercher]". Il est dit: "Pour celui dont le contentement est
copieux [gras], tout bouillon a bon goût, et celui qui se tourne
vers le Dieu Très-Haut / 7233 dans chaque situation sera
récompensé par Dieu avec contentement." On raconte qu'un
jour, Abu Hazim passa devant un boucher qui avait de la
viande grasse. Le boucher lui a dit: "Abu Hazim, prends-en,
car c'est gras!" Il a répondu qu'il n'avait pas d'argent. Le
boucher lui a dit; "Je vais vous donner un report [sur votre
paiement]!"Abu Hazim a répondu; "Mon âme me donnera un
meilleur report que toi!" Quelqu'un a demandé un soufi; "Qui
de l'humanité est le plus content?" Il a répondu; "Celui qui est
le plus utile aux autres, tout en étant le moins pénible pour
eux." Dans les psaumes, il est dit; "Celui qui est content est
riche, même quand il a faim." On dit que le Très-Haut a placé
cinq choses dans cinq endroits différents; la grandeur dans
l'obéissance, l'humiliation dans la désobéissance, la crainte [de
Dieu] dans la veillée de la nuit, la sagesse dans l'estomac vide
et la richesse dans le contentement. J'ai entendu Shaykh Abu
Abd al-Rahman al-Sulami dire; J'ai entendu Nasr b.
Muhammad dit; J'ai entendu Sulayman b. Abi Sulayman dit;
J'ai entendu Abu H-Qasim b. Abi Nizar dit; J'ai entendu
Ibrahim al-Maristani dire; "Vengez-vous de votre cupidité par
le contentement que vous vous vengez de votre ennemi."Dhu
H-Nun al-Misri a dit: "Celui qui est contenu reçoit le répit des
autres et s'élève au-dessus de ses pairs." Ils disent; "Celui qui
est content trouve le repos de [ses] travaux et se lève avant
tout." Al-Kattani a dit: "Celui qui vend le désir de
contentement gagne la grandeur et l'honneur viril
{murawa) .Ils disent," Celui dont les yeux aspirent après ce
que les autres ont sont saisis par la tristesse et la détresse
constante. "Ils récitent [le verset suivant] Il vaut mieux qu'un
jeune homme (fata) reste noble, mais affamé que de vivre un
jour de disgrâce qui lui apporte la richesse! On dit que
quelqu'un a vu un homme sage manger des légumes jetés à
une source. vous seriez au service du sultan, vous n'auriez pas
à le manger. »Le sage répondit:« Si vous étiez satisfait de cela,
vous ne le feriez pas.Je dois servir le Sultan! »On dit:«
Comme l'aigle vole haut dans les airs, ni la vue du chasseur ni
son désir de l'atteindre ne peuvent l'atteindre. Ce n'est que
quand il a besoin d'un morceau de charogne suspendu dans le
piège du chasseur qu'il descend de sa hauteur et s'emmêle dans
la toile du piège. "Quand Moïse - paix soit sur lui - a expiré
des paroles de cupidité, disant:" Si tu avais je voulais, tu aurais
pu prendre un salaire pour ça », lui dit al-Khidr; "C'est la
séparation des chemins entre moi et toi." Ils disent que quand
Moïse prononça ces mots, une gazelle apparut devant eux.s]
snare descend de sa hauteur et s'emmêle dans la toile du piège
"Quand Moïse - paix soit sur lui - expira des paroles de
cupidité, en disant:" Si tu l'avais voulu, tu aurais pu prendre un
salaire pour cela ", "*** al-Khidr lui a dit; "C'est la séparation
des chemins entre moi et toi." Ils disent que lorsque Moïse
prononça ces mots, une gazelle apparut devant eux.s] snare
descend de sa hauteur et s'emmêle dans la toile du piège
"Quand Moïse - paix soit sur lui - expira des paroles de
cupidité, en disant:" Si tu l'avais voulu, tu aurais pu prendre un
salaire pour cela ", "*** al-Khidr lui a dit; "C'est la séparation
des chemins entre moi et toi." Ils disent que lorsque Moïse
prononça ces mots, une gazelle apparut devant eux. Ils avaient
tous les deux faim.Le côté [de la gazelle] qui faisait face à
Moïse - la paix soit sur lui - n'était pas rôti, tandis que celui
qui faisait face à al-Khidr était rôti. Il est dit que les paroles de
Dieu Très Haut - "sûrement les pieux seront dans la béatitude"
"- se réfèrent au contentement [avec sa part] dans cette vie,
alors que [les mots de Dieu]" Et les méchants sont dans le feu
"" désir pour [les délices de] cette vie. On dit aussi que les
paroles de Dieu le Très-Haut - «La libération d'un esclave» -
se réfèrent à se libérer de l'humiliation de l'avidité, il est dit
que les paroles de Dieu le Très Haut - «Les gens du [Prophète]
Maison, Dieu seul désire éloigner de vous l'abomination "-
l'avarice et l'avarice moyennes, alors que [ses mots] -" et pour
vous purifier de la manière la plus parfaite "** - dénote
[nettoyage] au moyen de la générosité et de l'altruisme. Il est
dit que les paroles de Dieu Très Haut - [citant Salomon, qui a
dit] "Donnez-moi un royaume tel que personne ne puisse
arriver après moi" ** - signifie "Donnez-moi un rang de
contentement qui sera unique à moi et personne d'autre, de
sorte que je serai toujours satisfait de votre décret. " Et ils
disent à propos des paroles de Dieu: «Assurément, je le
châtierai avec un châtiment terrible» - qu'ils veulent dire: «Je
le priverai de contentement et je l'éprouverai avec avidité.»
[Salomon] voulait dire; "Je demanderai à Dieu le Très Haut de
lui faire cela [la huppe]" Quelqu'un a demandé à Abu Yazid
al-Bistami: "Comment as-tu accompli ce que tu as accompli?"
Il a répondu: "J'ai rassemblé toutes les bonnes choses de ce
monde,ils les ont attachés avec la corde du contentement, les
ont placés dans la catapulte de l'effort sincère, et les ont jetés
dans la mer du désespoir. Puis je me suis reposé. »J'ai entendu
Muhammad ben Abdallah al-Sufi« dire; J'ai entendu
Muhammad b. Farhan à Samarra dire; J'ai entendu mon oncle
Abd al-Wahhab dire; «Pendant la période du pèlerinage, j'étais
assis avec Al-Junayd, entouré d'un groupe important de Perses
et d'Arabes nés à l'étranger: un homme est venu avec cinq
cents dinars et les a mis devant lui en disant: 'Distribuez-les
parmi ces pauvres gens.' Al-Junayd a demandé: «Avez-vous
plus? L'homme a répondu: «Oui, j'en ai beaucoup. «Veux-tu
en avoir plus? demanda al-Junayd, il répondit.Puis je me suis
reposé. »J'ai entendu Muhammad ben Abdallah al-Sufi« dire;
J'ai entendu Muhammad b. Farhan à Samarra dire; J'ai entendu
mon oncle Abd al-Wahhab dire; «Pendant la période du
pèlerinage, j'étais assis avec Al-Junayd, entouré d'un groupe
important de Perses et d'Arabes nés à l'étranger: un homme est
venu avec cinq cents dinars et les a mis devant lui en disant:
'Distribuez-les parmi ces pauvres gens.' Al-Junayd a demandé:
«Avez-vous plus? L'homme a répondu: «Oui, j'en ai beaucoup.
«Veux-tu en avoir plus? demanda al-Junayd, il répondit.Puis
je me suis reposé. »J'ai entendu Muhammad ben Abdallah al-
Sufi« dire; J'ai entendu Muhammad b. Farhan à Samarra dire;
J'ai entendu mon oncle Abd al-Wahhab dire; «Pendant la
période du pèlerinage, j'étais assis avec Al-Junayd, entouré
d'un groupe important de Perses et d'Arabes nés à l'étranger:
un homme est venu avec cinq cents dinars et les a mis devant
lui en disant: 'Distribuez-les parmi ces pauvres gens.' Al-
Junayd a demandé: «Avez-vous plus? L'homme a répondu:
«Oui, j'en ai beaucoup. «Veux-tu en avoir plus? demanda al-
Junayd, il répondit.Il était entouré d'un grand groupe de Perses
et d'Arabes nés dans des pays étrangers. Un homme est venu
avec cinq cents dinars et les a mis en face de lui disant;
'Distribuez-les parmi ces pauvres gens.' Al-Junayd a demandé;
'Avez-vous plus?' L'homme a répondu: «Oui, j'en ai beaucoup.
«Veux-tu en avoir plus? demanda al-Junayd. Il a répondu;Il
était entouré d'un grand groupe de Perses et d'Arabes nés dans
des pays étrangers. Un homme est venu avec cinq cents dinars
et les a mis en face de lui disant; 'Distribuez-les parmi ces
pauvres gens.' Al-Junayd a demandé; 'Avez-vous plus?'
L'homme a répondu: «Oui, j'en ai beaucoup. «Veux-tu en
avoir plus? demanda al-Junayd. Il a répondu; 'Oui.'Al-Junayd
lui a dit; - Alors, ramène-les, car tu as plus besoin d'eux que
nous ne le sommes! Et il ne les accepta pas. »Confiez-vous en
Dieu (tawakkul) Dieu - qu'il soit grand et exalté - a dit:« Et
quiconque met sa confiance en Dieu, il lui suffira. »Il a
également dit; "Et en Dieu, que les croyants mettent toute leur
confiance." [Enfin,] Il a dit; «Mettez toute votre confiance en
Dieu, si vous êtes croyants» L'imam Abu Bakr Muhammad
ben al-Hassan ben Furak dit: Abdallah ben Jaide bah Ahmad
al-Isbahani nous a dit, Yunus ben Habib b. -Qahir nous a dit:
Abu Dawud al-Tayalisi nous a dit: Hammad B. Maslama nous
a dit sous l'autorité d'Asim B. Bahdala, sous l'autorité de Zirr
B. Hubaysh, sous l'autorité d'Abdallah B. Mas ud - que Dieu le
fasse soyez heureux avec lui - que: "Le Messager de Dieu -
que Dieu le bénisse et le salue - a dit; 'On m'a montré toutes
les communautés religieuses au moment du pèlerinage. J'ai vu
que ma communauté avait rempli la vallée et la plaine
[d'Arafat]. J'étais content de leur grand nombre et de leur
apparence. Quelqu'un m'a demandé; "Es-tu satisfait?" J'ai
répondu;"Oui." '[Une voix] a dit [à moi]; Parmi ceux-là,
soixante-dix mille entreront au paradis sans compter. Ils ne se
sont jamais laissés traiter par la cautérisation, ni à deviner
l'avenir en observant la fuite des oiseaux, ni à recourir aux
charmes du magicien. Ils ont mis leur confiance en Dieu seul.
[Quand le Prophète a dit cela] Ukkasha b. Muhsin al-Asadi
s'est levé et a demandé: «Messager de Dieu, prie Dieu qu'il
fasse de moi l'un d'entre eux! Le Messager de Dieu a répondu,
en disant; 'O Dieu, fais de lui l'un d'entre eux!' / 7236 Une
autre personne s'est levée et a demandé: 'Priez Dieu qu'il fasse
de moi l'un d'entre eux!' Le Messager - que Dieu le bénisse et
le salue - répondit; '' Ukkasha vous a précédé dans ceci! '"J'ai
entendu Abdallah ben Yusuf al-Isbahani dire;J'ai entendu Abu
Nasr al-Sarraj dire; J'ai entendu Abu Bakr al-Wajihi dire; J'ai
entendu Abu Ali al-Rudhbari dire; J'ai demandé à Amr b.
Sinan pour me raconter une histoire à propos de Sahl b.
Abdallah [al-Tustari]. Amr a dit que Sahl a dit une fois; "Celui
qui se confie en Dieu se distingue par trois signes: il ne
demande pas, ne refuse pas [lorsqu'il est donné], et ne tient pas
[à ce qui lui a été donné]." J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-
Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - disons; J'ai
entendu Mansur b. Abdallah dit; J'ai entendu Abu Abdallah al-
Shirazi dire; "J'ai entendu Abu Musa al-Daylubi dire que
quelqu'un a demandé à Abu Yazid al-Bistami de faire
confiance à Dieu et, à son tour, il m'a demandé ce que j'en
pensais.Celui qui se confie en Dieu se distingue par trois
signes: il ne demande pas, ne refuse pas [lorsqu'il est donné],
et ne tient pas [à ce qui lui a été donné]. "J'ai entendu Shaykh
Abou al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - disons,
j'ai entendu Mansour ben Abdallah dire: J'ai entendu Abu
Abdallah al-Shirazi dire: "J'ai entendu Abu Musa al-Daylubi
dire que quelqu'un a demandé à Abu Yazid al-Bistami la
confiance en Dieu. Lui, à son tour, m'a demandé ce que j'en
pensais.Celui qui se confie en Dieu se distingue par trois
signes: il ne demande pas, ne refuse pas [lorsqu'il est donné],
et ne tient pas [à ce qui lui a été donné]. "J'ai entendu Shaykh
Abou al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - disons,
j'ai entendu Mansour ben Abdallah dire: J'ai entendu Abu
Abdallah al-Shirazi dire: "J'ai entendu Abu Musa al-Daylubi
dire que quelqu'un a demandé à Abu Yazid al-Bistami la
confiance en Dieu. Lui, à son tour, m'a demandé ce que j'en
pensais.m'a demandé ce que j'en pensais.m'a demandé ce que
j'en pensais. J'ai répondu;«Mes compagnons disent; "Même si
les bêtes sauvages et les serpents venimeux étaient tout autour
de vous, votre cœur le plus intime ne serait toujours pas
perturbé!" Abu Yazid a répondu: "Oui, c'est proche. Mais si
vous deviez [observer] les gens du Paradis s'amuser dans ses
jardins et les gens de l'Enfer être torturés par ses feux, et vous
donneriez la préférence à l'un sur l'autre, vous laisseriez le
royaume de la confiance en Dieu tout à fait. "Sahl ben
Abdallah a dit:" Le début de la confiance en Dieu est quand le
serviteur se place devant Dieu comme un cadavre mort est
placé devant la rondelle des morts, qui le tourne comme il le
souhaite, tandis que le corps n'a pas de mouvements ni
»Hamdoun al-Qassar a dit:« La confiance en Dieu se réfugie
dans le Dieu Très-Haut. »J'ai entendu Muhammad ben al-
Husayn dire: J'ai entendu Abu Bakr Muhammad b.Ahmad al-
Balkhi dit; J'ai entendu Muhammad b. Hamid dit; J'ai entendu
Ahmad b. Khadrawayh dit; Un homme a demandé à Hatim al-
Asamm: D'où obtenez-vous vos provisions? Il répondit: "A
Dieu appartiennent les trésors des cieux et de la terre, mais les
hypocrites ne comprennent pas". Sachez que le lieu de la
confiance est dans le cœur, que l'action extérieure ne contredit
pas nécessairement la confiance dans le cœur: une fois que le
serviteur s'est assuré que la détermination vient de Dieu Très-
Haut, il réalise que toute épreuve est déterminée par Dieu. et
tout succès qu'il peut avoir est également facilité par
Dieu.mais les hypocrites ne comprennent pas. Sache que le
lieu de la confiance est dans le coeur. L'action extérieure ne
contredit pas nécessairement la confiance dans le cœur. Une
fois que le serviteur s'est assuré que la détermination vient de
Dieu Très-Haut, il se rend compte que toute épreuve qu'il
expérimente est prédéterminée [par Dieu] et tout succès qu'il
peut avoir est également facilité par Dieu.mais les hypocrites
ne comprennent pas. Sache que le lieu de la confiance est dans
le coeur. L'action extérieure ne contredit pas nécessairement la
confiance dans le cœur. Une fois que le serviteur s'est assuré
que la détermination vient de Dieu Très-Haut, il se rend
compte que toute épreuve qu'il expérimente est prédéterminée
[par Dieu] et tout succès qu'il peut avoir est également facilité
par Dieu. Ali b. Ahmad b. Abdan nous a informés; Ahmad
b.Ubayd al-Basri nous a dit; Ghaylan b. Abd al-Samad nous a
dit; Isma il b. Mas ud al-Jahdari nous a dit: Khalid b. Yahya
nous a dit; «Mon oncle al-Mughira ben Abi Qurra raconta sur
l'autorité d'Anas ben Malik qu'un certain homme est venu [sur
le Prophète] monter sa chamelle / 7237 et lui a demandé:«
Messager de Dieu, devrais-je la laisser lâche? et mis ma
confiance en Dieu? Le Prophète a répondu: "Attache-la et aie
confiance en Dieu!" Dit Ibrahim al-Khawwas; "Celui qui se
confie en Dieu lorsqu'il a affaire à lui-même fera également
confiance à Dieu lorsqu'il traitera avec les autres." Bishr al-
Hafi a dit: "Un Soufi a dit: 'J'ai mis ma confiance en Dieu [et
j'ai échoué].' Cependant, il a menti à Dieu le Très-Haut, s'il
devait vraiment mettre sa confiance en Dieu, il se serait
contenté de ce que Dieu lui a fait. " Quelqu'un a demandé à
Yahya b. Mu adh [al-Razi]; "Quand un homme peut-il faire
confiance à Dieu? »Il a répondu:« Quand il se contente d'avoir
Dieu comme fiduciaire. »J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-
Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - disons: J'ai
entendu Muhammad b. Ali b.al-Husayn disent; J'ai entendu
Abdallah b. Muhammad b.al-Samit dit; J'ai entendu Ibrahim
al-Khawwas dire; «Alors que je voyageais dans le désert, j'ai
entendu quelqu'un parler, j'ai regardé autour de moi et j'ai vu
un Bédouin qui me suivait:« Ibrahim, la confiance en Dieu
demeure avec nous [les gens du désert], alors restez avec nous
jusqu'à votre confiance. Ne vois-tu pas que tu es conduit dans
les villes par la nourriture que tu espères y trouver, alors arrête
d'épingler tes espoirs sur les villes et place ta confiance en
Dieu à la place! " Sulami] dis; J'ai entendu Muhammad b.
Ahmad al-Farisi dit; J'ai entendu Muhammad b. Ata dit que
quelqu'un l'a interrogé sur la véritable essence de la confiance
en Dieu. Il a répondu; "C'est quand l'anxiété à propos des
choses de ce monde ne prévaut pas sur vous malgré votre
besoin urgent d'eux et quand votre réanimation sur Dieu
prévaut en vous malgré votre dépendance de telles choses."J'ai
entendu Abu Hatim al-Sijistani dire: J'ai entendu Abu Nasr al-
Sarraj dire: "La condition de la confiance en Dieu est ce
qu'Abu Turab al-Nakhshabi avait en tête lorsqu'il a dit:"
Prosternez votre corps dans le culte, attachez votre si vous êtes
donné, vous êtes reconnaissants et quand vous êtes renié, vous
persévérez. '"Dhu H-Nun a dit:" La confiance en Dieu est
d'abandonner la planification pour vous-même et d'abandonner
[confiance en votre pouvoir] et capacité, Le serviteur est
capable de confiance en Dieu seulement quand il a réalisé que
Dieu - qu'Il soit exalté - sait et voit sa condition. " J'ai entendu
Muhammad b. Al-Husayn a dit: J'ai entendu Abu H-Faraj al-
Warathani dire: J'ai entendu Ahmad b. Muhammad al-
Qirmisini a dit: J'ai entendu al-Kattani dire: J'ai entendu Abu
Ja far b. Abi H-Faraj dit: "Une fois j'ai vu un méchant {shatir)
surnommé"Le chameau d'une isha est fouetté. Je lui ai
demandé: «Quand est-ce que ce fouet sera plus facile pour toi?
Il a répondu: / 7238 'Quand celui sur le compte de qui je suis
fouetté me verra.' "J'ai entendu Abdallah ben Muhammad dire:
J'ai entendu al-Husayn B. Mansour dire à Ibrahim al-
Khawwas:" Qu'as-tu accompli? »Il répondit:« J'ai persévéré
dans ma confiance en Dieu, disciplinant ainsi mon âme », Al-
Husayn [Mansour] lui demanda:« Alors tu as passé ton temps
à t'écraser. la vie entière en prenant soin de votre moi intérieur.
Abou Hatim al-Sijistani a dit: J'ai entendu Abou Nasr al-Sarraj
dire: "La confiance en Dieu est ce que Abu Ali al-Daqqaq a dit,
c'est-à-dire" Limiter votre gagne-painOu bien, comme Sahl
ben Abdallah a dit: "Se mettre entre les mains de Dieu, pour
qu'il fasse de vous ce qu'il veut "J'ai entendu Shaykh Abou al-
Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - dise: J'ai
entendu Muhammad b. Ja loin b. Muhammad dire: J'ai
entendu Abu Bakr al-Bardha je dis: J'ai entendu Abu Ya qub
Al-Nahrajuri dit: "La confiance en Dieu dans son essence
parfaite s'est manifestée dans ce qui est arrivé à Abraham.
[Comme il volait dans les airs] il a dit à Gabriel [qui lui avait
offert son aide]: 'Non, pas de vous!' Car son [Abraham] avait
été anéanti en Dieu [à tel point qu'il] ne pouvait voir personne
d'autre que Dieu seul - qu'il soit grand et exalté! "Je l'ai aussi
entendu [al-Sulami] dire: J'ai entendu Sa id b Ahmad B.
Muhammad disent:J'ai entendu Muhammad b. Ahmad b. Sahl
dit: J'ai entendu Sa id b. Uthman al-Khayyat dit: J'ai entendu
Dhu H-Nun al-Misri dire, lorsqu'on lui a demandé de faire
confiance à Dieu: "Se dépouiller de tous les maîtres [autres
que Dieu] et couper son attachement à toutes les causes [autres
que Dieu]." L'enquêteur lui a demandé: "Dites m'en plus!"
Dhu H-Nun a répondu: "Se jeter dans le culte et se débarrasser
de toute prétention à la seigneurie." Je l'ai aussi entendu dire:
j'ai entendu Abdallah b. Munazil dit: J'ai entendu Hamdun al-
Qassar, interrogé sur la confiance en Dieu: "C'est comme si
vous aviez dix mille dirhams en votre possession et un daniq
de dette, mais vous ne seriez pas capable de reposer tranquille
[craignant] que vous pourriez mourir sans avoir réglé cette
dette, ou comme si vous aviez une dette de dix mille dirhams
et aucun moyen de la rembourser [après votre mort],Quelqu'un
a demandé à Abu Abdallah al-Qurashi de faire confiance à
Dieu, il a répondu: "Garder Dieu dans tous les états."
L'enquêteur a demandé: "Dis-m'en plus!" Al-Qurashi a
continué: "Abandonner toute cause qui mène à une autre cause
afin de rendre Dieu seul possesseur de toutes les causes." Sahl
ben Abdallah a dit: "La confiance en Dieu est l'état [spirituel]
du Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - tout en gagnant
sa coutume (sunna). Celui qui adhère à son état [du Prophète]
ne s'éloignera jamais de sa coutume. "Abu Said al-Kharraz a
dit:" La confiance en Dieu est l'agitation sans repos et le repos
sans agitation. "Il est également dit:" La confiance en Dieu est
quand l'abondance et la rareté sont les mêmes pour vous. "Ibn
Masruq a dit:"La confiance en Dieu est de s'abandonner à la
règle des commandements et des décrets divins." J'ai entendu
Muhammad b. Al-Husayn a dit: J'ai entendu Abdallah al-Razi
dire: J'ai entendu Abu Uthman al-Hiri dire: "La confiance en
Dieu doit être satisfaite et compter sur le Dieu Très-Haut." Je
l'ai aussi entendu [Muhammad b. al-Husayn] disent: J'ai
entendu Muhammad b. Muhammad b. Ghalib se rapporte à
l'autorité de al-Husayn b. Mansur, qui a dit: "La vraie
confiance en Dieu est quand on ne mange rien dans une terre
où il pourrait y avoir quelqu'un de plus méritant de la
nourriture que lui." Je l'ai aussi entendu dire: j'ai entendu
Abdallah b. Ali dit: J'ai entendu Mansur b. Ahmad al-Harbi a
dit: Ibn Abi Shaykh nous a raconté qu'il avait entendu Umar b.
Sinan dit: "Une fois qu'Ibrahim al-Khawwas nous a croisés,
nous lui avons demandé de nous parler de la chose la plus
merveilleuse qu'il ait jamais vue au cours de ses
voyages.[C'est quand] j'ai rencontré al-Khidr - que la paix soit
sur lui - et il a demandé ma compagnie, mais j'avais peur de
compromettre ma confiance en Dieu en comptant sur lui.
Alors je l'ai quitté. "Quelqu'un a demandé à Sahl Abdallah de
la confiance en Dieu Il a répondu:" C'est quand un coeur vit
seul avec le Dieu Très-Haut sans s'attacher à autre chose. "J'ai
entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui
- dis: "Celui qui met sa confiance en Dieu passe par trois
étapes: la confiance en Dieu, [l'auto-] soumission [à Dieu], et
la relégation de [ses affaires à Dieu]. Celui qui pratique la
confiance en Dieu s'appuie sur sa promesse [de subsistance];
celui qui s'abandonne [à Dieu] se contente de sa connaissance
[de Dieu]; et celui qui relègue ses affaires [à Dieu] est satisfait
de son décret. "Je l'ai aussi entendu [al-Daqqaq] dire:"La
confiance en Dieu est le commencement, l'abandon est le
moyen et la relégation est la fin. »Quelqu'un a demandé à al-
Daqqaq de faire confiance à Dieu, il a répondu:« Il mange
sans appétit. B. Mu adh a déclaré: "Mettre des vêtements en
laine, c'est [mettre en place] un magasin; discourir sur le
renoncement est une profession; et voyager avec des
caravanes [de pèlerins] est ostentation. Tout ceci n'est rien
d'autre que des attachements [à ce monde]. »Un homme vint à
al-Shibli pour se plaindre de sa grande famille, répliqua Al-
Shibli:« Revenez chez vous et expulsez-en tous ceux dont la
subsistance n'est pas obligatoire. Dieu a dit: J'ai entendu
Abdallah ben Ali dire: J'ai entendu Ahmad b. -Husayn que
Sahl b.Abdallah a dit: "Quiconque condamne à se remuer
[pour gagner sa vie] condamne la coutume du Prophète, et
quiconque condamne la confiance en Dieu [de pourvoir à ses
besoins] condamne la foi." Je l'ai aussi entendu [al-Sulami]
dire: j'ai entendu Ahmad b. Ali b.Ja loin dire: J'ai entendu dire
Ja loin al-Khuldi: Ibrahim al-Khawwas a dit: "J'étais en route
vers La Mecque, quand j'ai rencontré une personne qui avait
l'air farouche, je me suis dit:" Est-ce un homme ou un djinn? ?
' Il a répondu: «Je suis un djinn. 'Où allez-vous?' Je lui ai
demandé, il m'a dit qu'il allait à La Mecque, je lui ai demandé:
«Vous voyagez sans provisions? Il a dit: "Oui, parmi nous
aussi, ceux qui voyagent font confiance à Dieu". Je lui ai
demandé: «Alors, qu'est-ce que la confiance en Dieu? Il a
répondu: 'Prenant [vos provisions] du Dieu Très-Haut.' "Je l'ai
entendu [al-Sulami] dire: J'ai entendu Abu H-Abbas al-
Baghdadi dire: J'ai entendu al-Farghani dire:" Ibrahim al-
Khawwas a excellé Dans l'art de la confiance, il a atteint une
grande sophistication, mais il ne s'est jamais séparé d'une
aiguille et d'un fil, d'un bol [mendiant] et d'une paire de
ciseaux.Quelqu'un lui a demandé: «Abou Ishaq, pourquoi
portez-vous toutes ces choses, alors que vous vous abstenez de
toutes autres choses? Il a répondu: «Des choses comme celles-
ci ne contredisent pas la confiance en Dieu, car Dieu - qu'Il
soit exalté - a rendu certaines règles obligatoires pour tout le
monde. Ainsi, un derviche n'a qu'un vêtement qui peut être
déchiré. S'il n'a pas d'aiguille et de fil, ses parties intimes
peuvent être exposées et sa prière devient invalide; et s'il n'a
pas de bol, ses ablutions peuvent être corrompues. Par
conséquent, si vous voyez un pauvre qui n'a ni bol, ni aiguille
et fil, méfiez-vous de la perfection de sa prière. "J'ai entendu
le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dire:"
Confiance en Dieu est la caractéristique des croyants
[ordinaires]; s'abandonner à Dieu est la caractéristique des élus;
et reléguant [un 's affaires à Dieu] est la caractéristique de
ceux qui ont réalisé l'unité [avec Dieu]. [En d'autres termes], la
confiance en Dieu est la caractéristique du peuple commun; la
reddition est la caractéristique des élus; et reléguer est la
caractéristique des élus des élus. »Je l'ai aussi entendu [al-
Daqqaq] dire:« La confiance est la caractéristique des amis de
Dieu {awliya?) \ la soumission est la caractéristique
d'Abraham - que la paix soit sur lui - et la relégation est la
caractéristique de notre prophète Mahomet - que Dieu le
bénisse et le salue. "J'ai entendu Muhammad ben al-Husayn
dire: J'ai entendu Abu H-Abbas al-Baghdadi dire: J'ai entendu
Muhammad ben Abdallah al-Farghani dire : J'ai entendu Abou
Ja-al-Haddad dire: "Pendant plus de dix ans, j'ai vécu dans
l'état de confiance en Dieu, alors que je travaillais dans le
bazar [suq]. Chaque jour je recevrais mon salaire,mais je n'ai
pas utilisé cet argent même pour payer un verre d'eau ou pour
les frais d'admission à un bain public. Au lieu de cela,
j'apporterais cet argent aux pauvres qui résidaient à la
mosquée Al-Shuniziyya. De cette façon, j'ai préservé mon état
de confiance. »Je l'ai entendu [Mohammed al-Husayn] dire:
J'ai entendu Abu Bakr Muhammad ben Abdallah ben Shadhan
dire: J'ai entendu al-Khawwas dire: j'ai entendu Husayn, frère
de Sinan, dit: "J'ai fait quatorze pèlerinages [à La Mecque] en
état de confiance, pieds nus. Chaque fois qu'une épine entrait
dans mon pied, je me rappelais que j'avais imposé la confiance
en Dieu sur moi-même, alors je la frottais contre le sol et je
continuais. "Je l'ai aussi entendu dire: J'ai entendu Muhammad
ben Abdallah le Prédicateur (waHz) dire: J'ai entendu Khayr
al-Nassaj dire: J'ai entendu Abou Hamza [al-Baghdadi] dire:
"Quand j'ai un vœu de pratiquer la confiance en Dieu,
je"J'aurais honte devant Dieu le Très-Haut d'entrer dans le
désert avec l'estomac plein de peur que mon voyage ne repose
sur ma satiété antérieure avec laquelle je m'étais préalablement
préparé. "Quelqu'un demanda à Hamdun al-Qassar de la
confiance en Dieu. est une étape que je n'ai pas encore atteinte.
Comment celui qui n'a pas encore perfectionné sa foi peut-il
parler de confiance en Dieu? »Ils disent que celui qui se confie
en Dieu est semblable à un enfant qui ne connaît que la
poitrine de sa mère, qu'il cherche toujours. est toujours conduit
à son Seigneur Très-Haut Un des soufis raconte: "J'étais dans
le désert marchant devant une caravane, quand j'ai vu
quelqu'un devant moi. Je me suis empressé de le rattraper et
j'ai vu une femme avec un bâton à la main qui marchait
lentement, je pensais qu'elle était épuisée,alors je suis entré
dans / 7242 ma poche et a sorti vingt dirhams. Je lui ai dit:
«Prends ça et attends que la caravane te rattrape. Vous devriez
alors payer votre billet avec cet argent et me rattraper le soir,
afin que je puisse tout arranger pour vous. Elle a dit, comme
elle leva la main en l'air comme ça et soudainement [j'ai vu]
dinars dans sa paume: 'Vous prenez des dirhams de votre
poche (Jayb) et je prends des dinars de l'invisible {ghayb). "
Abu Sulayman al-Darani a vu un homme à la Mecque qui ne
vivrait que de l'eau du puits de Zamzam. ** Plusieurs jours se
sont écoulés. Un jour, Sulayman lui demanda: "Si l'eau de
Zamzam se tarissait, que boirais-tu?" L'homme a sauté sur ses
pieds, a embrassé la tête de Sulayman et a dit: "Que Dieu vous
donne une bonne récompense, vous m'avez guidé,car je suis
presque devenu un adorateur de Zamzam ces derniers jours!
"Ibrahim al-Khawwas raconte:" Une fois en route vers la Syrie,
j'ai vu un jeune homme de bonnes manières. Il m'a demandé:
«Voulez-vous un compagnon? Quand je lui ai dit que j'avais
faim, il a répondu: «Quand vous aurez faim, j'aurai aussi faim!
Nous étions restés ensemble pendant quatre jours, jusqu'à ce
que quelque chose nous soit donné et je l'ai invité à partager
avec moi. Il a répondu en disant: "J'ai fait le vœu de ne rien
accepter des intermédiaires." Je lui ai dit: «Vous êtes vraiment
méticuleux [dans votre confiance en Dieu]! Il a répondu:
«Aucun de vos mots inutiles! Le juge sévère nous regarde.
Qu'as-tu à faire avec confiance en Dieu? Il a ensuite ajouté:La
moindre partie de la confiance est quand vous rencontrez des
sources de satisfaire vos besoins mais votre âme n'aspire à rien
d'autre que Lui qui détient toute la suffisance! '' Ils disent que
la confiance en Dieu est en train de nier les doutes et reléguer
toutes les affaires au roi Ils disent qu'une fois qu'un groupe
d'hommes est venu à al-Junayd - que Dieu ait pitié de lui - et a
demandé: "Où devrions-nous chercher notre subsistance?" Il a
répondu: "Si vous savez où c'est, allez le chercher »Ils ont
demandé:« Devons-nous demander à Dieu de le faire? »Il leur
a dit:« Si vous savez qu'Il vous a oublié, rappelez-Le! »Ils ont
demandé:« Nous devrions donc rentrer à la maison [et nous
asseoir] en confiance. en Dieu? "Il répondit:" Tester [la
générosité de Dieu] conduit à douter. "" Alors, quel est le
problème? "leur demandèrent-ils," L'astuce consiste à
abandonner toutes les ruses! "répondit Al-Junayd. Abu
Sulayman al-Darani a dit à Ahmad b. Abi H-Hawari; V / 243
"Ahmad, les chemins qui mènent à l'au-delà sont nombreux,
ton maître connaît beaucoup d'entre eux, sauf ce bienheureux
[nommé] qui a confiance en Dieu, je n'en ai même pas eu le
moindre soupçon." On dit que la confiance en Dieu est d'être
sûr de ce qui est dans la main du Dieu Très-Haut et de
désespérer de ce qui est entre les mains des gens. On dit aussi
que la confiance en Dieu vide le cœur le plus intime de toute
pensée sur la façon dont on peut assurer sa subsistance.
Quelqu'un a demandé à al-Muhasibi - que Dieu ait pitié de lui
- à propos de quelqu'un qui met sa confiance en Dieu: «Peut-il
avoir encore quelque désir? Il a répondu: "Les pensées et les
préoccupations qui découlent de sa nature [humaine] se
produisent toujours en lui, mais ils ne peuvent lui faire aucun
mal,car dans son abandon du désir il est renforcé par le
désespoir de ce qui est entre les mains des gens. "On dit que
quand al-Nuri mourait de faim dans le désert, il entendait une
voix dire:" Quelle chose aimez-vous plus: Il a répondu: "Il n'y
a pas de but plus élevé que la suffisance!" Et il a passé dix-
sept jours de plus sans manger quoi que ce soit. "Si au bout de
cinq jours, Abu Ali al-Rudhbari a dit: Le pauvre dit: "J'ai
faim", l'envoie au bazar et lui dit de travailler et de gagner sa
vie. "Abu Turab al-Nakhshabi a vu un soufi qui, après avoir
jeûné pendant trois jours, tendit la main vers une croûte de
melon.»Il a répondu:« Il n'y a pas de but supérieur à la
suffisance! »Et il a passé dix-sept jours de plus sans manger
quoi que ce soit.» Abu Ali al-Rudhbari a dit: «Si au bout de
cinq jours le pauvre dit: "J'ai faim", l'envoie au bazar et lui dit
de travailler et de gagner sa vie. "Abu Turab al-Nakhshabi a
vu un soufi qui, après avoir jeûné pendant trois jours, a tendu
la main à une croûte de melon.»Il a répondu:« Il n'y a pas de
but supérieur à la suffisance! »Et il a passé dix-sept jours de
plus sans manger quoi que ce soit.» Abu Ali al-Rudhbari a dit:
«Si au bout de cinq jours le pauvre dit: "J'ai faim", l'envoie au
bazar et lui dit de travailler et de gagner sa vie. "Abu Turab al-
Nakhshabi a vu un soufi qui, après avoir jeûné pendant trois
jours, a tendu la main à une croûte de melon.Abu Turab al-
Nakhshabi a vu un jour un soufi qui, après avoir jeûné pendant
trois jours, tendit la main à un zeste de melon.Abu Turab al-
Nakhshabi a vu un jour un soufi qui, après avoir jeûné pendant
trois jours, tendit la main à un zeste de melon. Il s'est
excalmé;"Le soufisme n'est pas pour toi, reste au bazar!" Abu
Ya qub al-Aqta al-Basri a dit; "Une fois j'ai eu faim pendant
dix jours dans la Cité Sacrée [La Mecque], je me suis senti très
faible et mon âme a commencé à me tenter.J'ai été dans la
vallée pour trouver quelque chose qui atténuerait ma
faiblesse.J'ai soudain vu un navet mis au rebut Je sentis que le
malaise entrait dans mon cœur, comme si quelqu'un essayait
de me dire: «Vous avez eu faim pendant dix jours et,
finalement, vous avez trouvé votre bonheur dans un navet
pourri. ! ' Je l'ai jeté, je suis allé à la mosquée [sacrée] et je me
suis assis là, puis j'ai vu un homme non arabe qui s'est assis
devant moi et m'a mis une sacoche en disant: «Ceci est pour
vous. Pourquoi m'as-tu choisi? Je lui ai demandé: «Pendant
dix jours, nous étions en mer, et notre vaisseau était sur le
point de disparaître.Chacun de nous a fait le vœu que, si le
Dieu Très-Haut nous sauvait, il donnerait quelque chose en
guise d'aumône à la première personne dont ses yeux
tombaient sur les habitants de La Mecque. Vous êtes la
première personne que j'ai rencontrée.772441 lui a demandé
d'ouvrir la sacoche. Quand il l'ouvrit [j'ai vu] de beaux gâteaux
égyptiens, des amandes décortiquées et des cubes de sucre. J'ai
pris une poignée de chacun et je lui ai dit; «Prenez le reste à
vos enfants. C'est mon cadeau pour eux. J'en ai assez pris.
Alors je me suis dit; «Vos provisions étaient en route pour
vous pendant dix jours, et vous les cherchiez dans la vallée
vide!» «J'ai [al-Qushayri] a entendu Shaykh Abu Abd al-
Rahman al-Sulami dire: j'ai entendu Abu Bakr al- Razi dit:
"J'étais avec Mimshadh al-Dinawari, quand on a parlé de
dettes. Il a dit; «Une fois j'avais une dette qui pesait lourd sur
mon cœur. Dans mon rêve j'ai entendu une voix me dire; "O
miser!Vous avez emprunté tel ou tel montant chez nous.
Emprunter [plus] L'emprunt est sur vous et le don est sur nous!
"Depuis lors, je n'ai jamais eu de transactions financières avec
un épicier ou un boucher!" "On raconte que Bunan le Porter
(al-hammal) a dit; «Une fois que je suis parti d'Egypte pour La
Mecque avec quelques provisions, une femme m'a approché et
m'a dit: 'Bunan, vous êtes porteur, vous portez [vos provisions]
sur votre dos, parce que vous ne croyez pas que Dieu
pourvoira pour toi!' Alors j'ai jeté mes provisions, j'ai continué
mon voyage sans rien manger pendant trois jours, puis j'ai
trouvé une cheville sur la route et je me suis dit: «Je la porterai
jusqu'à ce que je tombe sur son propriétaire. quand je le lui
rends. Alors la même femme est apparue devant moi et m'a dit:
«Alors maintenant vous êtes un marchand!Vous dites; "Peut-
être que je viendrai à son propriétaire, afin que je puisse
prendre quelque chose de lui!" Elle m'a ensuite jeté quelques
pièces, en disant; "Passez-les!" Ils ont duré presque jusqu'à la
Mecque. »On raconte que Bunan avait besoin d'une esclave
pour le servir, son besoin ayant attiré l'attention de ses amis,
qui lui ont demandé son prix et lui ont dit:« Voici l'argent. Un
groupe [d'esclaves] viendra à vous et vous achèterez celui qui
vous convient le mieux. "Quand le groupe est arrivé, les
opinions de tous étaient d'accord sur une certaine femme et ils
lui ont dit [Bunan]:" Celui-ci est juste pour »Ils [les amis] ont
demandé à son propriétaire quel était son prix, il a répondu
qu'elle n'était pas à vendre et quand ils ont plaidé avec lui, il a
dit:« Cette femme appartient à Bunan le Porter. Une femme de
Samarqand veut la lui présenter."Alors elle a été amenée à
Bunan, elle lui a raconté son histoire, j'ai entendu Mohammed
al-Husayn dire: j'ai entendu Muhammad ben al-Hasan al-
Makhzumi dire; Ahmad b. Muhammad b.Salih nous a dit;
Muhammad b.Abdun nous a dit; al-Hasan al-Khayyat nous a
dit; «J'étais avec Bishr al-Hafi, quand un groupe d'étrangers
est venu chez lui et l'a salué, il leur a demandé d'où ils
venaient7245 Ils ont répondu:« Nous venons de Syrie, nous
sommes venus vous saluer sur notre chemin. au pèlerinage. Il
leur dit: "Que le Très-Haut vous récompense!" Ils l'ont invité à
venir avec eux, il a dit: «À trois conditions, nous ne portons
aucune [provision] avec nous, nous ne demandons rien à
personne, et si quelqu'un nous donne quelque chose, nous ne
l'accepterons pas. . ' Ils répondirent: «Quant à ne rien emporter
avec nous, oui, pour ne rien demander, oui, mais pour ne rien
accepter, nous ne pouvons pas faire cela. Il leur a dit: «Vous
devriez partir avec confiance dans [la provision de Dieu] pour
les pèlerins! Il m'a alors dit: 'Hasan,il y a trois types de
pauvres. D'abord, le pauvre qui ne demande pas et, s'il est
donné quelque chose, ne l'accepterait pas; celui-ci appartient à
ceux qui subsistent par [leurs] esprits. Deuxièmement, le
pauvre qui ne demande rien, mais qui, s'il reçoit quelque chose,
l'acceptera; pour de telles personnes, des tables [de nourriture]
seront placées dans l'enceinte du paradis. Troisièmement, le
pauvre qui demande quelque chose et, s'il est donné, n'accepte
que le strict minimum; »Quelqu'un a dit à Habib al-Ajami:«
Pourquoi avez-vous abandonné le commerce? »Il a répondu:«
J'ai trouvé que le Garant était digne de confiance. Il fit un vœu
en disant: «Quand je le mangerai, je mourrai!» Dieu lui
envoya un ange, en disant: «S'il le mange, pourvois à ses
besoins;s'il ne le mange pas, ne lui donne rien! "Ainsi, le pain
est resté avec cet homme jusqu'à sa mort, il ne l'a pas touché et
il est resté intact, il est dit à celui qui entre dans l'arène de la
relégation [de ses affaires à Dieu], l'objet de son désir sera
amené comme une épouse est amenée à son mari.La
différence entre la négligence et la relégation est la suivante:
[votre] négligence concerne les droits du Dieu Très-Haut, qui
est blâmable, Alors que la relégation concerne vos propres
droits, ce qui est louable, Abdallah ben al-Mubarak a dit:
"Celui qui prend un fils digne de l'interdit n'a pas confiance en
Dieu." J'ai entendu Muhammad ben Abdallah al-Sufi lui - dis,
j'ai entendu Nasr b., Abi Nasr al-Attar dire, j'ai entendu Ali
bah Muhammad al-Misri dire, j'ai entendu Abu Sai al-Kharraz
dire; "Une fois je suis allé dans le désert sans aucune provision.
Soudain, j'étais submergé par le besoin. A quelque distance,
j'ai vu une station [caravane]. Je me suis réjoui d'avoir atteint
[ma destination]. Alors j'ai pensé à moi-même; «J'ai trouvé du
répit et mis ma confiance dans quelque chose d'autre que Lui!
J'ai donc fait le vœu de ne pas entrer dans cette gare, à moins
que quelqu'un ne m'y porte. Alors je me suis creusé un trou
dans le sable et j'ai enterré mon corps jusqu'à ma poitrine. Au
milieu de la nuit [les habitants du chemin] entendirent une
voix qui disait: O gens de la gare, l'un des amis de Dieu le
Très-Haut s'est enterré dans le sable. Va le voir! Donc, un
groupe de personnes est venu me voir. Ils m'ont fait sortir et
m'ont emmené à la station de chemin de fer. »J'ai entendu
Shaykh Abu Abd al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - disons:
j'ai entendu Muhammad ben Hasan al-Makhzumi dire;J'ai
entendu Ibn al-Maliki dire; Abu Hamza al-Khurasani a dit;
«Un an, je suis allé en pèlerinage, alors que je marchais sur la
route, je suis tombé dans un puits, mon âme m'a poussé à
demander de l'aide, mais je me suis dit:« Non, par Dieu, je ne
pleurerai jamais. Aidez-moi!' Avant que je puisse achever
cette pensée, deux hommes passèrent par la bouche du puits,
l'un d'eux dit à l'autre: «Allons, couvrons la bouche de ce puits,
de peur que quelqu'un n'y tombe. Ils apportèrent du roseau et
des nattes et obstruèrent la bouche du puits, je voulus crier,
puis je me dis: «Je pleure à celui qui est plus près de moi
qu'eux! Je ne dis donc pas un mot: après quelque temps,
quelque chose vint, ouvrit la gueule du puits et baissa la jambe
dans la fosse, comme s'il voulait me dire en grognant: «Tenez-
moi!Quand j'ai réalisé que cette [invitation] venait de Lui, je
l'ai attrapée et elle m'a arraché. Et, lo, il s'est avéré être un lion.
Ensuite, il est parti. Soudain [j'ai entendu] une voix, en disant:
Abu Hamza, n'est-ce pas mieux? Je t'ai sauvé d'un péril par un
autre! En continuant mon chemin, j'ai récité [les versets
suivants]: J'ai peur de Te montrer ce que j'essaye de cacher,
tandis que mon moi intérieur révèle ce que mon regard y
rapporte. Ma honte devant Tu m'interdis de cacher ma passion
En donnant Je te comprends Tu m'as permis de te débarrasser
d'un voile [Tu m'as fait] Tu m'as traité doucement en exposant
mon moi extérieur à mon moi caché et la douceur a été
obtenue par une autre douceur Tu t'es montré à moi dans le
royaume de l'invisible , Comme Si Tu voulais m'indiquer que
Tu étais à ma portée Quand je t'ai vu,Ma crainte de Toi m'a
fait me sentir seul Alors tu es devenu mon ami intime en me
montrant Ta gentillesse et ton affection Tu as ressuscité [Ton]
amant après être mort de l'amour de Toi Ainsi, la vie et la mort
côtoient: c'est vraiment une chose merveilleuse! J'ai entendu
Muhammad b. al-Hasan - que Dieu ait pitié de lui - dis: J'ai
entendu Mansur b. Abdallah a dit: J'ai entendu Abu Said al-
Taharti dire: J'ai entendu Hudhayfa al-Mar ashi - un serviteur
et compagnon d'Ibrahim b. Adham - dire que quelqu'un lui a
demandé: "Quelle est la chose la plus merveilleuse que vous
avez jamais vu de lui?" Il répondit: / 7247 "Nous étions en
route vers la Mecque sans rien trouver à manger pendant
plusieurs jours, nous arrivâmes à Kufa et nous nous abrîtions
dans une mosquée en ruine, Ibrahim ben Adham me regarda et
me dit: 'Hudhayfa, je vois que tu as faim. J'ai répondu: «Oui,
vous avez raison.Il m'a demandé de lui apporter du papier et
des ustensiles d'écriture. Quand je les ai amenés à lui, il a écrit:
'Au nom de Dieu, le Compatissant, le Miséricordieux. Tu es
Celui qui est recherché dans chaque état et désigné par chaque
signe: Je te loue, je Te rends grâces, et je me souviens de Ton
nom. Et pourtant j'ai faim, soif et nu. Ce sont six qualités: Je
prends la responsabilité de l'autre moitié, Ô Créateur Dois-je
louer quelqu'un d'autre que Toi, je serai plongé dans un feu
déchaîné Retiens ton serviteur d'entrer dans le feu Ma question
est comme d'être dans le feu pour moi je me demande si tu me
forcerais à entrer dans le feu? Il m'a donné ce bout de papier
en disant: 'Sors et ne permets pas à ton cœur de s'attacher à
quiconque, excepté le Dieu Très-Haut. Donnez ce papier à la
première personne que vous rencontrez.Je suis sorti et la
première personne que j'ai rencontrée était un homme sur une
mule. Je lui ai donné le papier. Il l'a pris et a commencé à
pleurer. Il m'a alors demandé: «Où est celui qui a écrit ça? J'ai
répondu qu'il était dans telle ou telle mosquée. Il m'a donné
une bourse avec six cents dinars. Quand j'ai rencontré un autre
homme, je lui ai demandé qui était l'homme sur la mule. Il a
répondu qu'il était chrétien. Je suis retourné à Ibrahim b.
Adham et lui a raconté l'histoire. Il m'a dit; Ne touchez pas à la
bourse, car il sera bientôt là. Après un court moment, le
chrétien est effectivement arrivé. Il s'est prosterné devant
Ibrahim b. Adham et est devenu un musulman. "Gratitude
(shukr) Dieu - qu'il soit grand et exalté - a dit:" Si vous êtes
reconnaissants, sûrement je vais vous augmenter. "" Abu H-
Hasan Ali b. Ahmad b. Abdan [al-Ahwazi] nous a dit; Abu M-
Hasan / 7248 al-Saffar nous a informés;al-Asqati nous a dit;
Minjab nous a dit; Yahya b. Ya4a nous a dit sur l'autorité
d'Abu Khabab, sur l'autorité d'Ata; «Je suis venu voir A isha -
que Dieu soit satisfait d'elle - avec Ubayd ibayr J'ai dit:«
Racontez-nous la chose la plus merveilleuse que vous ayez
jamais vue du Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le
salue ». Elle pleura et demanda: «Y avait-il quelque chose qui
n'était pas merveilleux? Il vint vers moi une nuit et alla se
coucher avec moi (ou peut-être dit« sous les couvertures avec
moi »), pour que sa peau touche le mien. Il a alors demandé:
"O fille d'Abou Bakr, laisse-moi adorer mon Seigneur." Elle a
dit: "Je lui ai dit que j'aimais être près de lui, puis je l'ai laissé
partir. la peau pour faire ses ablutions, il versa beaucoup d'eau,
puis il se mit à prier.[Pendant qu'il priait] il a pleuré
abondamment pour que ses larmes aient commencé à ruisseler
sur sa poitrine. Il pleurait en se penchant; il pleurait comme il
se prosternait; il a pleuré en levant la tête [après avoir terminé
un cycle de prière]. Il l'a fait, jusqu'à ce que BilaP 'vienne et
l'appelle pour lancer l'appel à la prière. Je lui ai demandé;
"Messager de Dieu, qu'est-ce qui vous fait pleurer après que
Dieu vous a pardonné tous vos péchés passés et futurs?" Il m'a
demandé; "Ne suis-je pas un serviteur reconnaissant, comment
ne pas pleurer après que Dieu m'a révélé ce verset:" Sûrement
dans la création des cieux et de la terre ... [sont des signes pour
un peuple qui comprend] ". Le maître [al-Qushayri] a dit: "La
Vraie Réalité de gratitude, selon les gens de la vraie réalisation
{ahl al-tahqiqf est de reconnaître humblement la bienfaisance
du Bienfaiteur,car Dieu, que Dieu soit loué, s'est appelé lui-
même "le Reconnaissant" (al-shakur) dans un sens allégorique,
pas dans un sens réel. Cela signifie qu'il récompense ses
serviteurs pour leur gratitude. Il a ainsi décrit Sa récompense
pour la gratitude de Ses serviteurs, comme [sa propre]
gratitude de la même manière qu'Il a dit [sur les malfaiteurs];
La récompense du mal est mauvaise. On dit que la gratitude de
Dieu le Très-Haut consiste en ce qu'il donne une récompense
abondante même pour un acte [mineur] mineur, comme dans
la phrase [arabe], "une bête reconnaissante" [qui est dit] quand
elle accumule plus de graisse en comparaison de la [petite]
quantité de fourrage qui lui est donnée. On peut dire que la
Vraie Réalité de gratitude est de louer le Bienfaiteur en
mentionnant Sa bienfaisance. De même, le serviteurLa
louange de Dieu le Très-Haut consiste à mentionner sa
bienfaisance envers lui. Quant à la bienfaisance du serviteur,
elle consiste à obéir au Dieu Très-Haut. Quant à la
bienfaisance de Dieu, elle consiste en son don au serviteur de
sa capacité à lui exprimer sa gratitude. La gratitude du
serviteur dans son vrai sens est quand il reconnaît la
bienfaisance de son Seigneur par sa langue, tout en la
confirmant en même temps par son coeur. Ainsi, la gratitude
tombe dans les catégories suivantes; la gratitude de la langue
quand le serviteur reconnaît humblement la bienfaisance de
Dieu; la gratitude du corps et de ses membres, caractérisée par
la fidélité et le service; et la gratitude du cœur quand [le
serviteur] s'exerce sur le tapis du témoignage [de Dieu] tout en
préservant sa sainteté.On dit que les savants expriment leur
gratitude par leurs paroles; les adorateurs par leurs actes; les
gnostiques divins par leur rectitude dans tous leurs états. Abu
Bakr al-Warraq a dit: "La gratitude pour la bienfaisance de
[Dieu] témoigne du don de Dieu, tout en préservant la sainteté
de Dieu." Hamdun al-Qassar a dit; "La gratitude pour la
bienfaisance de [Dieu] est quand vous vous considérez comme
un invité non invité à son festin." Al-Junayd a dit: "Il y a un
air d'imperfection sur la gratitude, car [celui qui exprime sa
gratitude] cherche une augmentation [dans la bienveillance
divine], alors qu'il devrait se contenter de la part qui lui est
attribuée par le Dieu Très-Haut." Abu Uthman [al-Hiri] a dit;
"La gratitude est de réaliser son incapacité à être
reconnaissant."On dit aussi qu'il est préférable d'être
reconnaissant de la gratitude que de la simple gratitude, parce
que vous voyez que votre gratitude découle du fait qu'il vous a
donné cette capacité, et cette capacité est la plus grande
bienfaisance de Dieu envers vous. Ainsi vous le remerciez de
vous avoir donné la capacité d'être reconnaissant; alors vous le
remerciez pour le [don de] la gratitude pour la gratitude, et
ainsi de suite sans fin. On dit que la gratitude est de rendre
humblement honneur à la bienfaisance du [vrai] Bienfaiteur.
Al-Junayd a dit: "La gratitude est de vous considérer comme
indigne de la bienfaisance." Ruwaym b. Ahmad a dit; "La
gratitude est d'épuiser votre capacité [d'être reconnaissant]."
On dit que la personne reconnaissante ordinaire est
reconnaissante envers [Dieu] pour ce qu'elle a, alors que la
personne vraiment reconnaissante est reconnaissante [envers
Dieu] pour ce qu'elle a perdu. Également,ils disent que le
reconnaissant ordinaire est reconnaissant pour un cadeau, alors
que le vraiment reconnaissant est reconnaissant pour le refus
du cadeau. Ils disent aussi que la personne reconnaissante
ordinaire est reconnaissante pour la bienfaisance, alors que la
vraie gratitude est reconnaissante pour l'adversité. Ils disent
aussi que la personne reconnaissante ordinaire remercie [Dieu]
à un moment d'abondance, alors que la personne vraiment
reconnaissante remercie [Dieu] à un moment de privation. J'ai
entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait
pitié de lui - dire: J'ai entendu le maître Abu Sahl al-Su4uki
dire: J'ai entendu al-Murta dire: J'ai entendu al-Junayd dire:
comme je jouais avant al-Sari "(j'étais alors un garçon de sept
ans), ses visiteurs ont commencé à discuter de gratitude. Il m'a
demandé: «Mon garçon, qu'est-ce que la gratitude? J'ai
répondu: 'Que vous ne désobéissez pas à Dieu avec toute la
bienveillance qu'il vous a accordée! Il a alors dit: 'Bientôt la
bénédiction spéciale de Dieu pour vous sera votre langue!' 'Al-
Junayd disait: "Je ne peux m'empêcher de pleurer, chaque fois
que je me rappelle ces mots prononcés par Al-Sari." "La
gratitude est quand vous voyez le bienfaiteur, pas sa
bienfaisance." On dit que la gratitude est de préserver ce que
l'on a et de courir après ce qui est perdu Abu Uthman [al-Hiri]
a dit: "Le peuple est reconnaissant envers les nourrit et les
habille, tandis que les élus sont reconnaissants pour les
significations [subtiles] qui entrent dans leurs coeurs. "On dit
que David - sur lui soit la paix - a dit:" O mon Dieu, comment
puis-je Te remercier, quand ma gratitude vers Toi est une
bienfaisance qui vient de Toi? "Alors Dieu lui a
révélé:"Maintenant, tu m'as vraiment remercié! "Moïse - sur
lui soit la paix - a dit dans sa conversation intime [avec
Dieu]:" Mon Dieu, Tu as créé Adam avec Ta main et fait ceci
et cela ... Comment puis-je Te remercier? "Dieu répondit:" Il
sait que tout cela vient de Moi, alors sa connaissance de ceci
est sa gratitude envers Moi! "Il est rapporté que quelqu'un
avait un ami intime, que le dirigeant a jeté en prison. L'ami a
répondu en disant: "Soyez reconnaissants à Dieu Très-Haut!"
Puis l'homme a été battu [en prison] et a écrit à ce sujet à son
ami, qui lui a répondu en disant: "Soyez reconnaissants envers
Dieu Très-Haut! "Puis ils apportèrent à cet homme un
zoroastrien avec de la diarrhée qui fut mis en fers de telle sorte
qu'une des chaînes était attachée au zoroastrien"pied et l'autre
au pied de l'homme. Le zoroastrien se levait plusieurs fois
pendant la nuit. Par conséquent, il a été forcé de se tenir au-
dessus de lui jusqu'à ce qu'il ait fini son affaire. L'homme a
écrit à ce sujet à son ami, qui a répondu, en disant: "Soyez
reconnaissants à Dieu!" L'autre a répondu: "Combien de temps
allez-vous dire ceci? Y at-il un procès qui est pire que cela?"
L'ami lui a écrit en disant: "Si la ceinture qu'il porte est mise
autour de la taille, comme la manille qu'il porte autour de son
pied, que feriez-vous alors?" qu'un homme est venu chez Sahl
ben Abdallah [al-Tustari] et a dit: "Un voleur a fait irruption
dans ma maison et a volé mes biens!" Sahl a répondu: "Soyez
reconnaissants à Dieu le Très Haut! Si l'autre voleur, c'est
Satan, est entré dans ton coeur et a corrompu ta foi,qu'auriez-
vous fait alors? "On dit que la gratitude des yeux est que vous
cachez une faute que vous voyez dans votre ami, tandis que la
gratitude des oreilles est que vous cachez un mot défectueux
que vous entendez de lui. On dit aussi que la gratitude prend
plaisir à le louer pour ce que l'on n'a pas mérité: j'ai entendu
al-Sulami dire: J'ai entendu Muhammad ben al-Husayn dire:
J'ai entendu al-Husayn ben Yahya dire: j'ai entendu Ja loin Dis:
J'ai entendu al-Junayd dire: «Chaque fois que [mon oncle] al-
Sari [al-Saqati] voudrait que je profite de lui, il me
demanderait: Abu M-Qasim, qu'est-ce que la gratitude? Je
répondrais: "C'est quand vous n'utilisez rien de Sa
bienfaisance pour Lui désobéir!" Il me demandait: «Quand as-
tu appris cela? Je répondrais: "Pendant mes études avec vous."
"On dit que Hasan ben Ali"une fois accroché à une colonne
[dans la mosquée de La Mecque] et dit: "Mon Dieu, vous
m'avez accordé des bénédictions, et vous ne me trouvez pas
reconnaissant! Vous m'avez testé, et vous ne me trouvez pas
patient! mon ingratitude, tu ne m'as pas refusé tes bénédictions
et tu n'as pas prolongé mes épreuves malgré mon impatience!
Mon Dieu, rien que la générosité vient du Généreux! Il est dit:
"Si votre main n'est pas assez longue pour rembourser [une
bénédiction], vous devriez [au moins] tendre votre langue en
remerciant!" On dit aussi que quatre actes n'apportent aucun
fruit à ceux qui les font: dire un secret à un sourd, accorder des
bénédictions à celui qui est ingrat, semer des graines dans un
marais salant et allumer une lampe en plein jour. Il est dit que
lorsque le prophète Idris "- sur qui soit la paix - a reçu des
nouvelles de pardon [de Dieu], il a demandé [à Dieu] pour une
[longue] vie. Quand il a été interrogé sur ce [souhait], il a
répondu: "[j'en ai besoin] afin de lui donner ma gratitude, car
avant cela, je travaillais [pour obtenir Son] pardon." A ce
moment, un ange a étendu son aile et l'a porté au ciel. On dit
que l'un des prophètes - la paix soit sur eux - passa devant une
petite pierre d'où jaillissait beaucoup d'eau. Quand il se le
demandait, Dieu le faisait parler et disait: "Depuis que j'ai
entendu le Dieu Très-Haut dire: 'Un feu [d'enfer], dont le
combustible est des hommes et des pierres', je ne peux
m'empêcher de pleurer!" Le prophète a ensuite prié Dieu de
protéger cette pierre, après quoi Dieu le Très-Haut lui a révélé:
"Je l'ai déjà protégé contre l'enfer". Le prophète a
continué.Quand il est revenu, il a constaté que l'eau continuait
à jaillir de lui. Quand il s'est demandé à ce sujet, Dieu a donné
la pierre [le cadeau de] spe ech. Il a demandé: "Pourquoi
pleures-tu, après que Dieu t'ait pardonné?" Il a répondu: "Que
pleurer était par tristesse et peur, maintenant je pleure de
gratitude et de joie!" On dit que la personne reconnaissante est
toujours en présence d'augmentation, parce qu'elle témoigne
constamment de la bénédiction de [Dieu], car Dieu le Très-
Haut a dit: "Si vous êtes reconnaissants, sûrement je vous
augmenterai." "Et celui qui est patient est avec Dieu le Très-
Haut, parce qu'il se trouve en présence de Celui qui le met à
l'épreuve, car Dieu - qu'Il soit béni - a dit:" En vérité, Dieu est
avec le patient. " On raconte qu'une délégation [de tribus
bédouines] est venue à Umar b.Abd al Aziz - que Dieu soit
satisfait de lui. Parmi eux était un jeune. Quand il a commencé
à parler, Umar [l'a interrompu], en disant: "[Laissez] les
anciens [parler d'abord]!" Le jeune lui a objecté en disant; "O
Commandant des croyants, si cette affaire devait être
déterminée en fonction de son âge, alors il y a parmi les
musulmans ceux qui sont plus âgés que vous!" Umar lui a
ordonné de parler. Il a dit: «Nous ne sommes pas une
délégation de désir, nous ne sommes pas non plus une
délégation de peur, quant au désir, votre générosité l'a déjà
accompli, et votre justice nous en a protégés. Umar lui a
demandé; "Qui donc êtes-vous?" Le jeune a répondu; "Nous
sommes une délégation de gratitude, nous sommes venus ici
pour vous remercier et ensuite partir." Ils [les Bédouins] ont
récité [ce qui suit]; Il'il est dommage que ma reconnaissance
soit silencieuse au sujet de vos actes; cependant votre bonté
parle pour elle-même je vois votre bonne action, pourtant je la
dissimule Je suis donc comme un voleur, qui vole de la main
de l'homme généreux. Il est dit que Dieu le Très Haut a révélé
à Moïse - la paix soit sur lui; "J'aurai pitié de Mes serviteurs,
ceux qui sont éprouvés par l'adversité et ceux qui en sont
épargnés!" Il a demandé à Dieu; "Pourquoi ceux qui en sont
épargnés?" Il a répondu; "Parce qu'ils ne sont pas assez
reconnaissants pour que je les en sauve!" C'est dit; "La
louange est due à [Dieu] pour [le don de] souffle et la
gratitude est due pour les bénédictions des sens." Il est
également dit: "Louange commence avec Lui, tandis que la
gratitude est votre suivant ce qui vient de Lui." Selon un
rapport authentique [du Prophète]; "Parmi les premiers à être
invités au Paradis, il y a ceux qui ont été reconnaissants à Dieu
pour tout état [Il les a mis dans]. "Il est également dit:"
Louange est due pour ce que [Dieu] a évité [de vous], tandis
que la gratitude est due pour le bien qu'Il fait [à vous]. »On
raconte qu'un Soufi a dit:« Au cours de l'un de mes voyages,
j'ai vu un vieil homme d'un âge très avancé. Je lui ai posé des
questions sur son état. Il répondit: «Au début de ma vie, je suis
tombé amoureux de mon cousin, qui a partagé mes sentiments.
Finalement, nous nous sommes mariés. La nuit de notre
mariage, nous avons dit; "Passons cette nuit à remercier Dieu
Très Haut de nous avoir unis!" Nous avons donc passé cette
nuit à prier sans faire attention les uns aux autres. Quand la
seconde nuit est venue, nous avons fait la même chose, et
pendant soixante-dix ou quatre-vingts ans, nous l'avons fait
tous les soirs. N'est-ce pas,ma dame?' «C'est exactement ce
que dit mon mari, répondit la vieille dame, la certitude (Yaqin),
le Dieu Très-Haut, qui a la certitude de ce qui a été envoyé à
toi et de ce qui a été descendu devant toi, et qui a foi en l'au-
delà. Le maître et l'imam Abu Bakr Muhammad b. al-Hasan b.
Furak nous a dit: Abu Bakr Ahmad b. Mahmud b. Khurrazadh
al-Ahwazi nous a dit à Ahwaz; Ahmad b. Sahl b. Ayyub nous
a dit: Khalid (c'est-à-dire, Ibn Zayd) nous a dit: Sufyan al-
Thawri nous a dit sur l'autorité de Sharik b. Abdallah, sur
l'autorité de Sufyan b. Uyayna, sous l'autorité de Sulayman al-
Taymi, sous l'autorité de Khaythama, sous l'autorité
d'Abdallah b. Mas ud, qui a dit que le Prophète - que Dieu le
bénisse et le salue - a dit: "Ne soyez pas heureux, quand le
mécontentement de Dieu a frappé quelqu'un;ne louez personne
pour la générosité qui vient de Dieu - qu'il soit grand et exalté;
ne blâmez personne pour ce que le Très Haut vous a refusé!
Car la subsistance de Dieu ne vous est pas donnée par le désir
de celui qui désire [quelque chose pour vous], ni n'est
repoussée de vous par la haine de celui qui vous hait. En vérité,
le Dieu Très-Haut dans sa justice et son équité a placé le
plaisir et la joie dans la satisfaction et la certitude, alors qu'Il a
placé [tout] le chagrin et l'inquiétude dans le doute et le
déplaisir. "Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami nous a dit :
Abou Ja loin Muhammad ben Ahmad ben Saïd al-Razi nous a
dit: Ayyash ben Hamza nous a dit: Ahmad ben Abi H-Hawari
nous a dit: Abu Abdallah al-Antaki a dit: "Quand même la
plus petite [particule de la certitude pénètre dans son cœur,
remplit le cœur de lumière et expulse tout doute qui s'y
trouve.Par conséquent, le cœur se remplit de gratitude et de
crainte envers le Dieu Très-Haut. "On raconte qu'Abu Ja al-
Haddad a dit:" Une fois, Abu Turab al-Nakhshabi m'a vu dans
le désert, assis près d'un étang . Cela faisait seize jours que
j'avais mangé ou bu quelque chose. Il m'a demandé pourquoi
j'étais assis comme ça. Je lui ai dit: «Je vacille entre la
connaissance et la certitude, attendant de voir lequel d'entre
eux prévaudra, afin que je puisse le suivre. Il voulait dire: "Si
la connaissance règne en moi, je boirai, et si la certitude, je
passerai [sans boire]". [Abu Turab] m'a dit: 'Un grand avenir
t'attend!' "Abu Uthman al-Hiri a dit:" La certitude n'est pas de
se préoccuper du lendemain. "77254 Sahl b. Abdallah [al-
Tustari] a dit: «La certitude vient de l'abondance et de la vraie
réalisation de la foi.Il a également dit: "La certitude est une
branche de la foi, qui est légèrement inférieure à la
confirmation ultime de [la vérité] de la foi. Un Soufi a dit:" La
certitude est la connaissance déposée [par Dieu] dans le coeur.
" Il a laissé entendre que ce n'est pas acquis [mais donné]. Sahl
a dit: "Dévoiler est le début de la certitude, c'est pourquoi l'un
des ancêtres pieux a dit:" Même si le voile est levé, cela
n'augmentera pas ma certitude. " Puis vient le témoignage
direct et la contemplation [de Dieu] (Mu ayana wa-mmhahadd)
Abou Abdallah ben Khafif a dit: "La certitude est la vraie
réalisation par le coeur intime des réalités de l'Invisible." Abou
Bakr ben Tahir a dit: " La connaissance est acquise au moyen
de doutes opposés, alors que la certitude présuppose aucun
doute [quoi que ce soit]. "Il se référait donc à la connaissance
acquise et à celle par intuition. La connaissance de ce peuple
[soufis] est comme ceci: au début, il est acquis, et à la fin il
vient par intuition. J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn dit
qu'un Soufi a dit: "La première des stations mystiques est la
connaissance (ma rifd) puis la certitude, puis la confirmation
{tasdiq) puis la sincérité {ikhlas) puis [direct] le témoignage
(shahada) puis [plein] l'obéissance (ta a)] et la foi (iman) est le
mot qui combine tout cela. " Cet individu impliquait que le
premier devoir [des fidèles] est de connaître Dieu - que la
louange soit envers Lui. Cette connaissance ne peut être
obtenue qu'en remplissant ses conditions. Ils commencent
avec la vision correcte; puis, une fois que les preuves
commencent à se succéder, des preuves claires sont
obtenues,et on commence à voir la succession des lumières
[divines] et acquiert une vision intérieure; alors on n'a plus
besoin de contempler d'autres preuves [de l'existence de Dieu].
C'est l'état de certitude. Ceci est suivi par la confirmation
ultime de la Vraie Réalité - puisse-t-Il être loué - que ce qu'Il
avait promis arriverait à l'avenir en réponse à la prière de Son
serviteur arrivera, comme promis. Parce que la confirmation
est la [croyance du serviteur] dans ce que [Dieu] a promis [lui].
Après cela vient la sincérité dans l'accomplissement des
exigences de Dieu par le serviteur. Alors [Dieu] montre Sa
réponse [sous la forme] d'une vision béatifique, qui est suivie
par les actes d'obéissance [du serviteur], comme cela lui a été
prescrit et [sa] dénonciation de ce qui lui était proscrit. C'est
exactement ce que l'imam Abu Bakr Muhammad b.Furak a
fait allusion, quand je l'ai entendu dire: "Ce que la langue
prononce n'est rien d'autre que ce qui déborde le coeur." Sahl
b. Abdallah a dit: "Quand le coeur trouve du réconfort dans
quelque chose d'autre que Dieu Très Haut, il est interdit de
sentir le parfum de la certitude." Dhu H-Nun al-Misri a dit:
"La certitude incite le serviteur à couper court à ses espérances
[pour les choses de ce monde], couper court à ses espérances,
à son tour, le pousse à embrasser le renoncement; la sagesse
produit le désir de méditer sur son destin dans l'au-delà. " J'ai
entendu Muhammad b. al-Husayn - que Dieu ait pitié de lui -
dis: J'ai entendu Abu H-Abbas al-Baghdadi dire: J'ai entendu
Dhu H-Nun al-Misri dire: "Il y a trois signes de certitude:
réduire son association avec les gens en public ;éviter les
louanges des gens pour ce qu'ils donnent [un], et se retenir de
les censurer quand ils nient [une demande]. Il y a trois signes
de la plus grande certitude (yaqin al-yaqin): regarder vers Dieu
le Tout-Puissant en tout; avoir recours à Lui dans chaque
affaire; »Al-Junayd - que Dieu ait pitié de lui - a dit:« La
certitude est la présence constante dans le cœur de la
connaissance qui n'est pas sujette à la fluctuation, au
changement ou à l'hésitation. »Ibn Ata a dit: "Les gens
atteignent la certitude au même degré qu'ils atteignent la
crainte de Dieu. La racine de la crainte de Dieu s'oppose à ce
qui est interdit [par Lui], tandis que s'opposer à ce qui est
interdit revient à s'opposer à son âme. Dans la mesure où ils
quittent leurs âmes, ils arrivent à la certitude. "Un Sufi a
dit:"La certitude n'est que dévoilement, et le dévoilement peut
être de trois sortes: dévoiler au moyen de bonnes nouvelles;
dévoilement au moyen de la démonstration de la puissance
[divine]; et de dévoiler au moyen de [recevoir] les vraies
réalités de la foi. "Sachez que dans le langage de ce peuple, le"
dévoilement "signifie l'apparition de quelque chose au coeur
qui en prend possession sans laisser de place au doute. Parfois,
en «dévoilant», ils impliquent l'état vécu par une personne qui
n'est ni éveillée ni endormie.Les soufis se réfèrent parfois à cet
état comme «confirmation» J'ai entendu l'imam Abu Bakr B.
Furak dire: «J'ai demandé à Abu Uthman al-Maghribi à propos
de quelque chose qu'il avait dit. Il répondit: «J'ai vu certaines
personnes dans tel ou tel état. Je lui ai demandé: «Vous les
avez vus de vos propres yeux ou en les dévoilant?Il a répondu:
"En dévoilant." Amir Abd Qays a dit: "Même si le voile devait
être enlevé, ma certitude n'augmenterait pas." On dit que la
certitude est la vision directe au moyen de la force de sa foi.
On dit aussi que la certitude est la cessation des actes
d'opposition [à la volonté divine] .Al-Junayd - que Dieu ait
pitié de lui - a dit: «La certitude est la suppression des doutes
en témoignant de l'invisible. Abu Ali al-Daqqaq commente les
paroles du Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - à propos
d'Isa b. Maryam - la paix soit sur lui: "Si sa certitude avait été
plus grande, il aurait traversé l'air comme je l'ai fait." [Selon
Abu Ali,] le Prophète a fait allusion à son propre état pendant
la Nuit de l'Ascension,parce que l'un des mystères subtils de
l'Ascension est que le Prophète - que Dieu le bénisse et le
salue - a dit: "J'ai vu Buraq rester derrière moi, pendant que je
continuais à marcher." J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn
dire: J'ai entendu Ahmad b. Ali b.Ja loin dire: J'ai entendu
Ibrahim b. Fatik dit: J'ai entendu al-Junayd dire: "J'ai entendu
dire que quelqu'un a demandé à al-Sari à propos de la
certitude:" C'est ta tranquillité face aux pensées qui grouillent
dans ta poitrine, parce que tu es devenu certain que tes propres
actions ne vous profitera pas, et ne détournera pas de vous ce
qui a été prédestiné pour vous [par Dieu]. »Je l'ai aussi
entendu [Muhammad b. al-Husayn] dire: j'ai entendu Abdallah
b. Ali dit: J'ai entendu Abu Ja-al-Isbahani dire: J'ai entendu
Ali b. Sahl dit: "Être en présence de Dieu vaut mieux que la
certitude, car la présence implique des états permanents, tandis
que la certitude va et vient". Il semble qu'il considérait la
certitude comme l'étape initiale de la présence, cette dernière
étant la continuation de la première.Il semble aussi qu'il ait
laissé entendre qu'il peut y avoir une certitude qui n'est pas
suivie par la présence, alors qu'il ne peut y avoir de présence
qui ne soit pas précédée de certitude. C'est pourquoi al-Nuri a
dit: "La certitude n'est rien d'autre que de témoigner [Dieu]". Il
voulait dire que dans le processus de témoignage, on acquiert
une certitude complète, pour celui qui n'a pas confiance en ce
qui vient de Dieu, le Très-Haut ne peut jamais Le voir. Abu
Bakr al-Warraq a dit: «La certitude est la base du cœur par
lequel la foi est parfaite: on connaît Dieu par la certitude,
tandis que l'intellect éloigne de Dieu le Très-Haut. Al-Junayd
a déclaré: "Grâce à la certitude, certaines personnes marchent
sur l'eau et les meilleurs d'entre eux sont ceux qui meurent de
soif par leur certitude." J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-
Rahman al-Sulami dire: j'ai entendu al-Husayn b. Yahya
dit:J'ai entendu Ja far al-Khuldi dire: J'ai entendu Ibrahim al-
Khawwas dire: "Une fois, au milieu d'un désert sans piste, j'ai
rencontré un jeune homme qui était aussi beau qu'un lingot
d'argent. Je lui ai demandé: «O toi dont la certitude est faible!
Comment celui qui protège les cieux et la terre peut-il être
incapable de me délivrer? à La Mecque sans aucune provision?
Plus tard, quand je suis arrivé à La Mecque, je l'ai vu
contourner le Ka ba et dire: O mon œil continue à pleurer
incessamment, mon âme périsse de chagrin, N'aime personne
sauf Celui qui est glorieux et éternel! il m'a vu, il a demandé:
'O shaykh, votre certitude est-elle encore aussi faible
qu'avant?' "Je l'ai aussi entendu [al-Sulami] dire: j'ai entendu
Mansur b.Abdallah dit: J'ai entendu al-Nahrajuri dire: "Quand
le serviteur a pleinement réalisé la véritable essence de la
certitude, ses afflictions deviennent ses bénédictions et son
confort devient ses afflictions." Abu Bakr al-Warraq a dit que
la certitude peut être de trois sortes - à savoir, la certitude de la
bonne nouvelle [de Dieu], la certitude des preuves [divines], et
la certitude de témoigner [Dieu]. Abu Turab al-Nakhshabi a
déclaré: "Une fois j'ai vu un jeune garçon traverser le désert
sans provisions, je me suis dit:" S'il n'a aucune certitude, il
périra sûrement ". Je lui ai alors dit: «Comment pouvez-vous
être dans un tel endroit sans provisions? Il répondit: "O shaykh,
levez la tête, voyez-vous quelqu'un d'autre que Dieu, qu'Il soit
grand et exalté?" Je lui ai dit: «Maintenant, vous pouvez aller
où vous voulez!» J'ai entendu Muhammd b. al-Husayn
dire:J'ai entendu Abu Nasr al-Isbahani dire: J'ai entendu
Muhammad b. Isa dit: J'ai entendu Abu Said al-Kharraz dire:
"La connaissance est ce qui vous fait agir et la certitude est ce
qui vous amène [à votre objectif]." Je l'ai aussi entendu dire:
J'ai entendu Abu Bakr al-Razi dire: J'ai entendu Abu Uthman
al-Adami dire: J'ai entendu Ibrahim al-Khawwas dire: "Je
cherchais un moyen de subsistance qui me permettrait de
manger de la nourriture licite. Un jour, un poisson a nagé dans
mon filet, je l'ai sorti et j'ai jeté à nouveau le filet dans l'eau,
un autre poisson a été pris au piège, je l'ai sorti et j'ai jeté le
filet [dans l'eau]. , J'entendis une voix qui disait: «Ne pourrais-
tu pas trouver un moyen de subsistance autre que de
poursuivre ceux qui mentionnent Mon nom, puis de les tuer?!
J'ai déchiré mon filet et abandonné la pêche immédiatement. "
Patience (sabr) Dieu - qu'il soit grand et exalté - a dit: "Et sois
patient; "V / 258 Ali b Ahmad al-Ahwazi nous a informés:
Ahmad ben Ubayd al-Basri nous a informés, Ahmad ben Ali
al-Kharraz nous a informés, Usayd ben Zayd a dit nous a dit
sur l'autorité d'al-Zayyat, sous l'autorité d'Abou Hourayra, sur
l'autorité d'Amsha - que Dieu soit satisfait d'elle - qui a raconté
les paroles suivantes du Messager de Dieu - que Dieu bénissez
et saluez-le: "La patience doit être exercée lors de la première
attaque" Ali bah Ahmad nous a informés: Ahmad ben Ubayd
nous a informés, Ahmad ben Omar nous a dit, Muhammad
ben Mirdas nous a dit, Yusuf ben Atiyya a dit nous sur
l'autorité d'Ata B. Abi Maymuna, sur l'autorité d'Anas B.
Malik - que Dieu soit satisfait de lui - que le Messager de Dieu
- que Dieu le bénisse et le salue - a dit: «La patience doit être
exercée au premier choc. "La patience peut être de différentes
sortes; patience avec ce que l'on a acquis par ses propres actes
et patience avec ce que l'on n'a pas acquis par ses actes. La
patience avec ce que l'on a acquis peut être de deux sortes;
endurance de ce que le Très-Haut a ordonné et endurance de
ce qu'il a interdit. Quant à la patience face à ce que l'on n'a pas
acquis par ses actes, c'est l'endurance des épreuves que Dieu a
imposées à celui qui cause sa souffrance. J'ai entendu Shaykh
Abu Abd al-Rahman al-Sulami dire; J'ai entendu al-Husayn b.
Yahya dit; J'ai entendu Ja far b. Muhammad dit; J'ai entendu
al-Junayd dire; "Le voyage de ce monde à l'autre est simple
pour le croyant - abandonner les créatures [de Dieu] pour être
avec Dieu est difficile, alors que le voyage de soi-même vers
le Dieu Très-Haut est encore plus difficile.Cependant, la
patience avec Dieu est la plus difficile de tous. "Quelqu'un a
demandé à al-Junayd de la patience, il a répondu:" Il boit une
tasse amère sans grimace. " Ali b.Abi Talib - que Dieu soit
satisfait de lui - a dit; "La patience par rapport à la foi est
comme la tête par rapport au [reste] du corps", dit Abou H-
Qasim al-Hakim, qui dit que les paroles de Dieu Très Haut "Et
soyez patient" signifie un commandement d'adorer [Lui]
[Hbada] tandis que ses mots "Pourtant, ta patience seulement
avec l'aide de Dieu" signifie [absolu] servitude {ubudiyya).
Celui qui est passé du degré de 'pour Toi' au degré de 'par Toi'
est passé de l'adoration à la servitude [absolue]. '' '' Le
Prophète - que Dieu le salue et le bénisse - a dit: '' Par Toi '' Je
vis et par Toi je meurs. »77259 J'ai entendu Shaykh Abu Abd
al-Rahman al-Sulami dire: J'ai entendu Abou Ja-al-Razi dire;
J'ai entendu Ayyash 'dire; J'ai entendu Ahmad dire; J'ai
demandé à Abu Sulayman [al-Darani] de la patience. Il a
répondu; "Par Dieu,Si nous ne pouvons pas endurer ce que
nous aimons, comment alors pouvons-nous supporter ce que
nous n'aimons pas? "Dhu H-Nun a dit:" La patience reste à
l'écart des actes de désobéissance, se taisant tout en sirotant les
malheurs du malheur Ibn Ata a dit: «La patience est de
montrer de bonnes manières face au malheur.» On dit aussi
que la patience est «l'auto-anéantissement dans le malheur
sans montrer des signes de mécontentement». thman [al-Hiri]
a dit: «On est très ferme, quand on s'est habitué à supporter les
attaques de toutes sortes d'adversités.» On dit que la patience
est de se comporter dans l'adversité de la même manière que
l'on se comporte. ] Le bien-être Abu Uthman a dit: "La
meilleure récompense pour [son] culte est la récompense pour
[sa] patience. Là's pas de récompense plus élevée. Car Dieu a
dit: "Nous récompenserons ceux qui ont payé leur salaire,
selon ce qu'ils ont fait de mieux." Amr ben Uthman [al-Hiri] a
dit: "La patience est de garder Dieu le Très Haut. soyez loué -
et une acceptation tranquille et accueillante des afflictions qu'il
vous inflige. "[Ibrahim] al-Khawwas a dit:" La patience
s'accroche aux commandements du Livre et à la coutume [du
Prophète]. "Yahya b. Mu adh [al-Razi] a dit: "La patience des
amants [de Dieu] {muhibbin) est plus grande que celle des
renonçants [du monde] {zahidin). Je ne peux pas comprendre,
comment ils peuvent persévérer! "Ils [Soufis] récitent ce qui
suit: La patience est louable en toutes circonstances, sauf la
patience envers Toi", car ceci n'est pas louable, Ruwaym [b.
Ahmad] a dit: "Patience renonce à se plaindre."Dhu H-Nun a
dit: "La patience cherche de l'aide [uniquement] de la part du
Dieu Très-Haut." J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq -
que Dieu ait pitié de lui - dire: "La patience est comme son
nom". Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami me récitait: Abu
Bakr al-Razi me récitait: Ibn Ata me récitait [le verset suivant]
qu'il avait composé: Je serai patient pour Te plaire, même si
ma tristesse Tue-moi Il me suffit que Tu sois content, même si
ma patience me tue. Abu Abdallah b. Khafif a dit: "Il y a trois
types de patience: celui qui aspire à être patient, celui qui est
patient et celui dont la patience n'a pas de limite." Ali b. Abi
Talib - que Dieu soit satisfait de lui - a dit: "La patience est
une bête de somme qui ne fatigue jamais." entendu
Muhammad b. al-Husayn: J'ai entendu Ali b. Abdallah al-
Basri, qui a dit: "Quelqu'un est venu à al-Shibli et lui a
demandé: «Quelle patience est la plus difficile pour ceux qui
sont patients? Il répondit: "Patience en Dieu - qu'il soit grand
et exalté." L'homme a dit: "Non" Al-Shibli a dit: «Patience
pour Dieu. L'homme a dit: "Non" Al-Shibli a dit: "Patience
avec Dieu." L'homme a dit: "Non" 'Qu'est-ce que c'est
alors?'demanda al-Shibli. «Patience sans Dieu», répondit
l'homme.Al-Shibli laissa échapper un cri si fort qu'il
semblerait qu'il faillit rendre l'âme. Je l'ai aussi entendu
[Muhammad b. al-Husayn] disent: J'ai entendu Muhammad b.
Abdallah b. Shadhan dit: J'ai entendu Muhammad al-Jurayri
dire: "La patience ne fait aucune distinction entre un état de
bénédiction et un état de souffrance, dans l'un ou l'autre,
l'esprit du serviteur reste imperturbable, être patient est rester
imperturbable pendant un procès, tout en éprouvant les
difficultés de la souffrance. " Un Soufi récitait: J'étais patient
et ne révélais pas mon amour pour Toi à ma patience Je
dissimulais ce que Tu m'avais fait de ma patience De peur que
mon âme se plaigne secrètement de ma passion pour Mes
larmes, et qu'elles coulent sans Je le remarque.J'ai entendu le
maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dire:
"Ceux qui sont patients ont gagné le meilleur de toutes les
choses dans les deux mondes: ils se sont retrouvés dans [l'état
de] communion avec Dieu, pour Dieu a dit: "Sûrement, Dieu
est avec le patient." On dit en ce qui concerne la signification
des paroles de Dieu Très-Haut, "O croyants, soyez patients et
persévérez dans votre patience et tenez à Dieu", cette patience
est inférieure à persévérer dans la patience, persévérer dans la
patience est plus bas que s'attacher à Dieu: Il est donc dit:
«Soyez patients avec vos âmes en obéissant au Dieu Très-Haut;
persévérez dans la patience de vos coeurs, tout en faisant face
aux malheurs pour l'amour de Dieu; Accrochez-vous à Dieu
avec votre moi le plus intime dans la lutte pour Dieu. "Et il est
aussi dit:" Soyez patients pour l'amour de Dieu;persévère dans
la patience de Dieu; »Il est dit que Dieu le Très-Haut a révélé
à David - sur qui soit la paix - [les mots suivants]:« Imitez mes
traits de caractère, car l'un d'eux est que je suis le Le plus
patient. "Il est dit:" Avalez la patience en abondance, car si
elle vous tue, vous mourrez en martyr, et si cela vous permet
de vivre, vous vivrez dans la gloire ", il est dit:" Patience pour
le l'amour de Dieu est souffrance; la patience de Dieu subsiste
[en Lui]; la patience en Dieu est une épreuve; la patience avec
Dieu est la fidélité [envers Lui], et la patience sans Dieu est la
dureté [envers vous]. »Ils récitent [le verset suivant]: La
patience sans vous est blâmable dans ses conséquences, alors
que la patience dans tout le reste est louable. :Comment puis-
je être patient sans quelqu'un qui réside si près de moi comme
ma main droite à ma gauche? Les hommes peuvent badiner
avec beaucoup de choses, cependant, j'ai vu comment l'amour
joue avec eux. C'est dit; "La persévérance patiente dans la
recherche de [quelque chose] prédit le succès, tandis que la
patience dans les épreuves persévérantes promet la
délivrance." J'ai entendu Mansur b. Khalaf - que Dieu ait pitié
de lui - dit: "Un homme a été dépouillé pour fouetter avec un
fouet, quand il a été ramené en prison [après la flagellation], il
a appelé l'un des détenus et a craché quelque chose dans sa
paume. Il lui a demandé: "J'avais deux dirhams dans la bouche,
il y avait quelqu'un qui me regardait, je ne voulais pas qu'il me
voie crier, alors je continuais à mordre dirhams jusqu'à ce
qu'ils soient pulvérisés dans ma bouche. " C'est dit: "Votre état
[spirituel] est votre forteresse, et tout autre que Dieu le plus
haut est votre ennemi. Alors soyez fermes dans la forteresse de
votre état. »Il est dit:« Patient, persévérer patiemment, jusqu'à
ce qu'une patience se noie dans l'autre et que la patience
devienne incapable de patience. »Ils disent à ce propos: Il a
patiemment persévéré »L'amant cria alors à la patience:«
Patience! »Une fois al-Shibli confiné dans un asile d'aliénés,
un groupe de personnes est venu lui rendre visite:« Qui êtes-
vous? "Ils ont répondu:" Nous sommes ceux qui vous aiment
et nous sommes venus vous rendre visite. "Il a commencé à
jeter des pierres sur eux et ils se sont enfuis, il a dit:" O
menteurs! Si vous étiez vraiment ceux qui m'aiment, vous
auriez été patient quand je vous ai essayé.Selon un rapport
transmis, [Dieu a dit]; "Je vois toujours ce que ceux qui sont
testés s'abstenir pour mon amour." Dieu Très-Haut a aussi dit;
"Et sois patient sous le jugement de ton Seigneur, tu es devant
nos yeux." "Un Soufi a dit:" Quand j'étais à La Mecque, j'ai vu
un pauvre "circambuler dans la Maison [de Dieu]. Il sortit un
bout de papier de sa poche, le regarda et marcha. Il a fait de
même le lendemain. Pendant plusieurs jours, je l'ai regardé
faire la même chose. Finalement, un jour, il a complété une
autre circumambulation, a regardé le journal, a reculé [du Ka
ba] et est soudainement tombé mort. J'ai sorti le papier de sa
poche. Il a dit: Et sois patient sous le jugement de ton Seigneur:
tu es devant nos yeux. ""V / 262 On rapporte qu'un jeune
imberbe frappait un vieil homme au visage avec sa sandale.
Quelqu'un lui a demandé; "N'avez-vous pas honte, comment
pouvez-vous battre ce vieil homme sur ses joues d'une telle
manière?" "Son péché est grand", a répondu le jeune homme.
Ils ont demandé: "Qu'est-ce que c'est?" Il a répondu: "Cet
homme prétend qu'il me désire, pourtant il ne m'a pas vu
depuis trois nuits!" Quelqu'un a dit; "Quand je suis arrivé en
Inde, je suis tombé sur un homme borgne surnommé" Untel le
Patient ". J'ai demandé aux gens de son histoire. Ils ont dit;
«Quand cet homme était dans la force de l'âge, un de ses amis
partit en voyage, l'homme vint lui dire adieu [quand il se mit à
pleurer], un de ses yeux versa des larmes tandis que l'autre
restait sec. Il a dit à l'oeil qui n'a pas pleuré: «Pourquoi didn
'Tu pleures au départ de mon ami? Je vais maintenant vous
priver de voir ce monde! Il a fermé les yeux et ne l'a pas
ouvert depuis soixante ans. »Quelqu'un a commenté les
paroles de Dieu Très-Haut:« Sois donc patient avec une douce
patience », cette« douce patience »se réfère à quelqu'un qui
vient d'être frappé Oumar al-Khattab - que Dieu ait pitié de lui
- a dit: «Si la patience et la gratitude étaient deux chameaux, je
ne m'inquiéterais pas de savoir lequel d'entre eux je
chevauchais. Chaque fois qu'Ibn Shubruma se trouvait affligé
par des épreuves, il disait: «Ce ne sont que des nuages qui
vont bientôt se disperser.» Selon un rapport, quand quelqu'un
a demandé au Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - au
sujet de la foi { iman) il a répondu: "Patience et
générosité."Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu
ait pitié de lui - a dit: Muhammad b. Ahmad b. Tahir al-Sufi
nous a informés: Muhammad b. Ali al-Tijani nous a dit:
Muhammad b. Isma il al-Bukhari nous a dit: Musa b. Isma
nous a dit: Suwayd b. Hatim nous a dit: Abdallah b. Ubayd
nous a dit sur l'autorité d'Umayr, qui a rapporté cela sur
l'autorité de son père, sur l'autorité de son grand-père, qui a dit
que quand le Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - a été
interrogé sur la foi, il a répondu: Patience et générosité. "
Quelqu'un a demandé à al-Sari [al-Saqati] de la patience. Au
début de son discours, un scorpion a rampé sur son pied et l'a
piqué à plusieurs reprises avec sa queue. Pourtant, il est resté
immobile. Quand on lui a demandé pourquoi il ne l'a pas
effacé, il a répondu: «J'avais honte devant Dieu le Très-Haut
de parler de patience, alors que moi-même j'étais incapable de
rester patient."Dans un rapport, il est dit:" Les pauvres qui sont
patients s'asseoiront près de Dieu au Jour de la Résurrection.
"Dieu Très-Haut a révélé à l'un de Ses prophètes:" J'ai humilié
mon serviteur avec Mon épreuve. J'ai tardé à lui répondre,
alors il s'est plaint à Moi. Alors je lui ai demandé: «Mon
serviteur! Comment puis-je avoir pitié de toi [en te soulageant]
de quelque chose avec lequel j'ai pitié de toi? 7263 Ibn
Uyayna a commenté les paroles de Dieu: «Nous avons choisi
parmi eux des leaders guidés par Notre commandement, quand
ils ont enduré patiemment», en disant: «Quand ils ont saisi la
racine de cette affaire, Nous avons établi parmi eux des
dirigeants. J'ai entendu le maître Abu Ah al-Daqqaq dire; "La
définition de la patience est que vous ne résistez pas au décret
[divin], montrant [des signes] d'affliction sur un 'Son visage
n'invalide pas nécessairement la patience, car Dieu le Très-
Haut a dit à Job: «Sûrement, nous l'avons trouvé un homme
patient. Comme il était excellent serviteur. Il s'est toujours
tourné vers [Nous]. " Et ceci malgré le fait qu'il [se soit plaint
à Dieu ailleurs], en disant "Affliction m'a rendu visite". Je l'ai
également entendu [al-Daqqaq] dire: "Dieu a extrait cette
phrase, à savoir" Affliction m'a visité ", de Job afin qu'il puisse
servir de répit pour les faibles de cette communauté
[musulmane]", a déclaré un Soufi : "[Dieu] a dit 'Nous l'avons
trouvé un homme patient {sabir)." Il n'a pas dit «le plus
patient» (sabur) parce qu'il n'était pas patient dans toutes les
conditions; de temps en temps il prenait plaisir à son affliction
et l'appréciait. Chaque fois qu'il prenait plaisir à son affliction,
il n'était plus patient. C'est pourquoi [Dieu] ne l'a pas appelé
'»J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié
de lui - dise:« La vraie essence de la patience est de sortir de
l'affliction dans le même état où vous l'avez entrée. Comme
Job - que la paix soit sur lui - quand il dit à la fin de son
affliction: «L'affliction m'a visité, et tu es le plus
miséricordieux des miséricordieux. Il a conservé la manière de
parler, parce qu'il a fait une allusion en disant ' Tu es le plus
miséricordieux des miséricordieux », au lieu de dire
explicitement« [Dieu] aie pitié de moi ». Sache qu'il y a deux
sortes de patience: la patience des adorateurs (ahidifi) et la
patience des amants [de Dieu ] [muhibbin] Quant à la patience
des fidèles, il vaut mieux qu'elle soit conservée, quant à la
patience des amants, il vaut mieux qu'elle soit abandonnée.Ils
ont ce sens à l'esprit quand ils récitent: Au jour de la
séparation, il devint clair que sa résolution d'être patient n'était
qu'une illusion oiseuse. Le maître Abu Ali impliquait le même
sens quand il a dit: "Jacob - que la paix soit sur lui - s'est
réveillé après s'être promis d'être patient, en disant: 'Viens
douce patience', c'est-à-dire 'mienne douce patience' et avant
même que le soir fût venu, il dit: «Ah! malheur à moi pour
Joseph! Conscience [de Dieu] (muraqabaf Dieu le Très-Haut a
dit: "Dieu est vigilant sur tout", Abu Nou aym Abd al-Malik
ben al-Hasan ben Muhammad nous a dit: Abu Awana Ya qub
b Ishaq nous a informés: Yusuf b.Said b.Muslim nous a dit:
Khalid b.Yazid nous a dit: Isma il b.Abi Khalid nous a dit sous
l'autorité de Qays ben Abi Hazim, sous l'autorité de Jarir ben
Abdallah al-Bajali: "[L'Archange] Gabriel vint vers le
Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - à l'image d'un
homme et demanda: 'Muhammad, qu'est-ce que la foi {iman)
V Il répondit:' Pour croire en Dieu et Ses anges, Ses livres .
Ses messagers et [son] décret (qadar) - que ce soit bon ou
mauvais, doux ou amer [pour vous]. L'homme a dit: "Vous
avez dit la vérité." Il [al-Bajali] a dit: «Nous avons été surpris
que quelqu'un déclare le Prophète - que Dieu le bénisse et le
salue - pour être véridique, car il [lui] a d'abord posé une
question, [alors] a déclaré sa réponse véridique. ' L'homme a
ensuite dit: «Dis-moi, qu'est-ce que l'Islam? Le Prophète a
répondu: 'L'Islam est de faire votre prière, de faire l'aumône,
de jeûner pendant le mois du Ramadan et d'effectuer le
pèlerinage à la maison. . ' L'homme a dit: "Vous avez dit la
vérité." Il a ensuite dit:Dites-moi ce que fait le beau. Le
Prophète répondit: "Pour adorer Dieu comme si vous le voyiez,
car même si vous ne pouvez pas le voir, il vous voit toujours."
[Ici le Prophète] a fait allusion à la état de conscience [de
Dieu], car la connaissance est la connaissance du serviteur que
[son] Seigneur - la louange soit à Lui - le surveille toujours.La
persévérance du serviteur dans cette connaissance n'est rien
d'autre que sa conscience de son Seigneur, qui est la source de
Il n'arrivera à ce stade qu'après avoir accompli le stade de
l'auto-examen [muhasaba], car quand il tient compte de ce
qu'il a fait dans le passé, il corrige son état intérieur dans le
présent, suit le chemin de la Vérité, prend bien soin de son
cœur en traitant avec le Dieu Très-Haut, reste avec Dieu le
Très-Haut dans chaque respiration qu'il fait, et observe le Dieu
Très-Haut dans tous ses états,il se rendra alors compte que
Dieu - que Dieu soit loué - veille sur lui, qu'il est proche de
son cœur, qu'il connaît [ses] états, observe [toutes] ses actions
et entend [tout] qu'il dit. Quiconque néglige tout cela est
empêché d'atteindre Dieu, sans parler des vraies réalités de la
proximité [avec Lui]. J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-
Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - dire: J'ai
entendu Abu Bakr al-Razi dire: J'ai entendu al-Jurayri dire:
"Quiconque n'a pas fermement établi la piété et la piété La
conscience [constante] entre lui-même et Dieu le Très-Haut
n'atteindra jamais le dévoilement et le témoignage. " J'ai
entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui
- dire: «Un souverain avait un vizir: un jour, alors que le vizir
se tenait devant lui, il se tourna vers l'un des esclaves du
souverain,pas par suspicion mais à cause d'un bruit ou d'un
mouvement qu'il ressentait. Il arriva que, à ce moment même,
le souverain regarda le vizir. Celui-ci avait peur que le
dirigeant s'imagine qu'il les regardait par méfiance, donc il
continuait à regarder de travers. À partir de ce jour, chaque
fois que le vizir entrait dans la présence du souverain, il
regardait toujours à côté, de sorte que le dirigeant pensait que
cela faisait partie de son caractère inné. Maintenant, c'est la
conscience d'une créature d'une autre créature. Que devrait
donc être la conscience du serviteur envers son Maître [divin]?
»J'ai entendu un Soufi dire:« Un dirigeant avait un esclave,
qu'il aimait plus que ses autres esclaves, bien qu'il ne fût ni
plus précieux, ni plus beau que le reste. Quand les gens l'ont
interrogé à ce sujet, il a décidé de leur montrer que cet
esclaveLe service était supérieur à celui de ses autres esclaves.
Un jour il roulait avec son entourage. Au loin était une
montagne enneigée. Le souverain a regardé la montagne, puis
a baissé la tête. [Soudain,] l'esclave a poussé son cheval à
courir et a galopé. Les gens [dans l'entourage] ne savaient pas
pourquoi il l'a fait. Au bout d'un moment, l'esclave revint
portant avec lui de la glace. Le souverain lui a demandé;
Comment as-tu su que je voulais de la glace? L'esclave a
répondu; Vous avez jeté un coup d'œil sur la montagne, et le
regard du souverain est toujours dans un but. La règle a dit;
«Je l'ai distingué pour la faveur et le goût, parce que pour tout
le monde il y a une occupation, et son occupation est de
prendre note de mes regards et d'être conscient de mes
humeurs.» Un Sufi a dit: «Quiconque est conscient de Dieu
ses pensées,»Quelqu'un a demandé à Abu H-Husayn ben
Hind:« Quand le berger chasse-t-il ses moutons des pâturages
de perdition par le bâton de protection? »Il a répondu:« Quand
il sait Il est dit qu'Ibn Umar "- que Dieu soit satisfait de lui -
était en voyage, quand il a vu un esclave s'occuper de quelques
moutons. Ibn Umar lui a demandé s'il lui vendrait un mouton.
L'esclave a répondu; "Ces moutons ne sont pas à moi." Ibn
Umar lui a dit; "Puis dites au propriétaire qu'il a été pris par un
loup." L'esclave s'exclama: "Et qu'en est-il de Dieu?" A partir
de ce moment, Ibn Umar dira toujours; "Cet esclave a dit: que
diriez-vous de Dieu?" Al-Junayd a dit; "Celui qui a atteint la
perfection dans la conscience ne craint la perte de la faveur
que de la part de son Seigneur et de personne d'autre. "Un
maître soufi avait de nombreux disciples, mais il choisirait
toujours l'un d'eux pour ses faveurs et son affection. Les gens
lui ont demandé à ce sujet, il a dit: «Je vais vous expliquer
ceci.» Il a donné à chacun de ses disciples un oiseau et leur a
enseigné: «Tuez cet oiseau afin que personne ne puisse voir
[vous faire ceci]. Quand ils revinrent, chacun apporta avec lui
un oiseau massacré, seul [le disciple préféré du maître]
rapporta son oiseau vivant, le maître lui demanda pourquoi il
ne l'avait pas tué, il répondit: «Tu m'as ordonné de l'égorger,
pour que personne ne le voit. Cependant, je ne pouvais pas
trouver un endroit où personne ne me verrait. "Le maître a
dit;"Dhu H-Nun al-Misri a dit: «Un signe de la conscience est
de donner la préférence à ce qui est préféré par le Dieu Très-
Haut et de glorifier ce que le Dieu Très-Haut glorifie, tout en
glorifiant dénigrant ce que le Très-Haut dénigre. »77266 Al-
Nasrabadhi a dit:« L'espérance vous pousse à l'obéissance, la
crainte [de Dieu] vous éloigne de la désobéissance, la
conscience [de Dieu] mène aux chemins des vraies réalités.
J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn disent; Abu H- Abbas
al-Baghdadi a dit: J'ai demandé à Ja far b. Nusayr à propos de
la conscience [de Dieu]. Il a répondu; "[C'est] en veillant sur
votre moi le plus intime, à cause de votre conscience que Dieu
- Loué soit à Lui - regarde [votre] toute pensée." Je l'ai aussi
entendu dire: J'ai entendu Abu H-Hasan al-Farisi dire: J'ai
entendu al-Jurayri dire: "Cette cause de [soufis] repose sur
deux fondements:tu habitues ton âme à être consciente du
Dieu Très-Haut et tu sais que [la Loi Divine] est visible dans
tes actions. »Je l'ai aussi entendu [Muhammad ben al-Husayn]
dire: J'ai entendu Abu H-Qasim al-Baghdadi Dis: J'ai entendu
al-Murta dire: "La conscience [de Dieu] veille sur ton coeur
intime en prenant note de l'Invisible à chaque souffle et
chaque phrase." Ibn Ata a été demandé quel était le meilleur
acte d'obéissance [à Dieu Il a répondu: "Etre constamment
conscient de Dieu." Ibrahim al-Khawwas a dit: "La vigilance
amène à la conscience [de Dieu], et la conscience amène à la
dédicace au Dieu Très-Haut de soi et aux actions extérieures.
"J'ai entendu Shaykh Abou al-Rahman al-Sulami - que Dieu
ait pitié de lui - dire: J'ai entendu Abu Uthman al-Maghribi
dire:"Les meilleures choses que l'homme est venu observer
lorsqu'il voyage le long de ce chemin [soufi] sont: l'examen de
soi, la conscience [de Dieu], et guider ses actions par la
connaissance [de la Loi Divine]. »Je l'ai aussi entendu dire :
J'ai entendu Abdallah al-Razi dire: J'ai entendu Abu Uthman
[al-Maghribi] dire: "Abu Hafs [al-Haddad] m'a dit:" Quand
vous présidez [sur une assemblée d'étudiants], assurez-vous
d'exhorter votre propre cœur et l'esprit. Ne permettez pas qu'ils
assistent à votre conférence pour vous séduire, car ils sont
conscients de votre extérieur, alors que Dieu est conscient de
votre intérieur. »Je l'ai entendu dire: J'ai entendu Muhammad
ben Abdallah dire: J'ai entendu Abu Ja al Saydalani Dis: J'ai
entendu Abu Said al-Kharraz dire: "Un de mes maîtres m'a dit:
'Vous devez veiller sur votre moi le plus profond et être
conscient (de Dieu)'. Un jour, alors que je voyageais dans le
désert,J'ai entendu un bruit derrière moi qui m'a fait peur. Je
voulais me retourner [pour voir ce que c'était]. Cependant, je
n'ai pas fait. Puis j'ai vu quelque chose [planer] sur mon épaule.
Je surveillais mon moi intérieur, et finalement il s'en est allé.
Je me suis retourné et j'ai vu un énorme lion. "Al-Wasiti a dit:"
Le meilleur acte d'obéissance [à Dieu] est de veiller sur les
moments. "Cela signifie qu'il ne faut pas regarder au-delà de la
limite. que personne ne devrait être au courant de quelqu'un
d'autre que son Seigneur, et que l'on ne devrait côtoyer que
son propre moment [mystique], Satisfaction (rida) Dieu Très-
Haut a dit: "Dieu est content d'eux et ils Je suis content de Lui.
"" Ali b. Ahmad al-Ahwazi - que Dieu ait pitié de lui - nous a
informés: Ahmad b. Ubayd al-Basri nous a dit: al-Kuraymi
"nous a dit:" Ya qub b.Ismaïl al-Sallal nous a dit: Abu Asim
al-Abbadani nous a dit sur l'autorité d'al-Fadl b. Isa al-Raqashi,
sur l'autorité de Muhammad b. al-Munkadir, sur l'autorité de
Jabir, qui a raconté que le Messager de Dieu - que Dieu le
bénisse et le salue - a dit; "Quand les gens du Paradis se
rassembleront, une lumière brillera sur eux depuis la porte du
Paradis, ils lèveront la tête et verront leur Seigneur le Très
Haut les regarder, il dira: 'O gens du Paradis, demandez à
Moi!' Ils diront: "Nous désirons que vous soyez heureux avec
nous." Le Dieu Très-Haut répondra: «Mon plaisir vous a établi
dans cette demeure et m'a accordé ma miséricorde! Le
moment est venu, demandez-moi encore! Ils diront: 'Nous
vous demandons plus!' "Il [le Prophète] a dit:"Ils recevront de
nobles montures en rubis avec des rênes cloutées d'émeraudes
vertes et de rubis. Ils chevaucheront ces coursiers qui, à
chaque pas, poseront leurs sabots à perte de vue. Alors Dieu,
que Dieu soit loué, ordonnera qu'on y apporte des arbres avec
du fruit. Alors les servantes du Paradis viendront à eux, disant:
'Nous sommes les bénis, qui sont libres de toute faute; nous
sommes aussi éternels, nous ne mourons jamais; nous sommes
des compagnons de croyants nobles. Alors Dieu - Dieu soit
loué - ordonnera des piles de musc blanc odorant à livrer et ils
seront stimulés par un vent parfumé appelé "l'Arouser"
(muthir) jusqu'à ce qu'ils atteignent le Jardin d'Eden, qui est le
coeur même du paradis. Les anges annonceront: "O notre
Seigneur, les gens sont arrivés!" et Dieu dira:Bienvenue aux
véridiques, bienvenue aux obéissants! "Il a dit:" Le voile sera
levé pour eux et ils verront Dieu - qu'il soit grand et exalté - et
ils apprécieront la lumière du All-Compatissant afin qu'ils ne
se voient plus. Dieu dira aux anges: "Renvoyez-les dans leurs
palais avec des dons précieux!" Il a dit: "Ils seront ramenés, et
ils pourront se voir les uns les autres." Le Messager de Dieu -
peut Que Dieu le bénisse et le salue - a dit: "C'est ce que Dieu
le Très Haut voulait dire, quand il a dit:" L'hospitalité de la
part de tout un: pardonneur, un tout compatissant. " Les
Irakiens et les Khurasaniens sont en désaccord sur la
satisfaction: est-ce un état mystique ou une position mystique?
** Les Khurasaniens disent que la satisfaction est une
station,et que c'est le point ultime de [la station de] la
confiance en Dieu (tawakkut). C'est-à-dire que c'est une de ces
choses qu'un serviteur de Dieu acquiert par ses propres efforts.
Les Irakiens, en revanche, disent que la satisfaction est un état
et qu'elle n'est pas acquise par le serviteur. C'est un
phénomène qui descend sur le cœur du serviteur et y demeure
comme tous les autres états. On peut combiner ces deux
enseignements et dire: "Au début [du chemin Sufi], le
serviteur acquiert la satisfaction, alors il est une station, alors
qu'à la fin elle devient un état, et, par conséquent, ne peut plus
être acquise.Quand le discours de la personne sur la
satisfaction est différent, chacun exprime son propre état et sa
propre part d'expérience. un autre quand ils en discutent, car
leurs expériences et leurs portions sont diverses.Quant à la
connaissance religieuse, elle stipule inconditionnellement que
la personne qui est satisfaite de la volonté de Dieu ne devrait
jamais s'opposer à ce qui a été décrété pour elle [par Dieu].
»J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq dire:« La
satisfaction n'est pas rester immunisé contre l'affliction; c'est
que vous ne vous opposez pas au jugement [divin] et au décret.
Sachez qu'il incombe au serviteur d'être satisfait du décret
[divin], avec lequel il a été ordonné [par Dieu] d'être satisfait.
Car tout ce qui constitue le décret divin ne requiert pas ou ne
permet pas la satisfaction du serviteur - par exemple, la
désobéissance et diverses épreuves [prescrites par Dieu] à la
communauté musulmane. Les maîtres soufis ont dit; "La
satisfaction est la plus grande porte de Dieu." Ils impliquent
que celui qui est honoré par la satisfaction recevra Dieu 'Le
plus parfait accueil et sera accordé la plus haute proximité
[avec Lui]. J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn - que Dieu
ait pitié de lui - dis: Abu Ja loin al-Razi nous a informés; al-
Abbas b. Hamza a dit: Ibn Abi H-Hawari nous a dit: Abd al-
Wahid b. Zayd a dit: "La satisfaction est la plus grande porte
de Dieu et le paradis sur terre." Sachez que le serviteur ne sera
jamais assis avec Dieu - que Dieu soit loué - jusqu'à ce que
Dieu soit loué - il est satisfait de lui, car Dieu - qu'Il soit grand
et exalté - a dit: "Dieu est content de eux et ils sont bien
contents de lui. " «J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq
dire:« Un disciple a demandé à son maître: «Le serviteur sait-
il si le Dieu Très-Haut est satisfait de lui? Le maître répondit:
"Non, comment peut-il le savoir,quand sa satisfaction
[appartient à] l'inconnu {ghayb) V Le disciple a objecté, en
disant: 'Oui, il peut le savoir.' Le capitaine a demandé
comment cela pourrait être. Le disciple répondit: «Si je trouve
mon cœur satisfait du Dieu Très-Haut, j'apprends qu'Il est
aussi satisfait de moi! Le maître a dit: "Vous avez bien parlé,
jeune homme!" "On dit que Moïse - que la paix soit sur lui - a
dit:" Mon Dieu, montre-moi une action que je pourrais
accomplir pour Te satisfaire. " "Moïse - que la paix soit sur lui
- se prosterna devant Dieu et le supplia, puis Dieu, le Très
Haut lui révéla:" O fils d'Imran, Ma satisfaction réside dans ta
satisfaction de Mon décret! "Shaykh Abu Abd al-Rahman -
que Dieu ait pitié de lui - a dit: Abu Ja al-Razi a dit: al-Abbas
ben Hamza a dit:Ibn Abi H-Hawari a dit: J'ai entendu Abu
Sulayman al-Darani dire: "Quand le serviteur a abandonné ses
passions, il sera satisfait." Je l'ai aussi entendu [al-Sulami] dire:
"Celui qui veut atteindre la demeure de satisfaction doit
adhérer à ce qui satisfait Dieu." Muhammad b. Khafif a dit: «Il
y a deux sortes de satisfaction: la satisfaction de Lui et la
satisfaction de ce qui vient de Lui, la satisfaction de Lui est
quand on est satisfait de Son arrangement des affaires, tandis
que la satisfaction de ce qui vient de Lui décret." J'ai entendu
le maître Abu Ali al-Daqqaq dire: "Le chemin des voyageurs
est plus long, parce que c'est la voie de l'autodiscipline.mais
cela est plus difficile parce que cela suppose que vous agissiez
pour le satisfaire et que vous soyez satisfait de son décret.
"Ruwaym dit:" La satisfaction est que Dieu a placé la Géhenne
"à son côté droit, mais on ne le fait pas. "Abu Bakr ben Tahir a
dit:" La satisfaction élimine le dégoût de son coeur, de sorte
qu'il n'y aura rien sauf le bonheur et la joie ", a déclaré Al-
Wasiti:" Faire usage de Satisfaction absolue, mais ne laissez
pas la satisfaction vous utiliser, de peur que vous ne soyez
voilé (par Dieu) par sa douceur, et par votre vision de la Vraie
Réalité de ce que vous contemplez. "Sachez qu'al-Wasiti's
Cette phrase contient une mise en garde sur un danger caché
qui attend ce peuple.Leur préoccupation vis-à-vis des états
[spirituels] peut les voiler de Celui qui provoque ces états. Une
personne qui se complaît dans son [état de] satisfaction et dont
le cœur y prend plaisir peut être voilée par son état de
contempler le Réel. De même, al-Wasiti a dit; "Méfiez-vous
des actes de piété, ils sont un poison mortel." Ibn Khafif a dit;
"La satisfaction est la préoccupation du cœur pour les décrets
divins et son accord avec ce qui plaît à Dieu et à ce qu'il a
choisi pour cela." Quelqu'un a demandé à Rabija al-Adawiyya;
"Quand le serviteur [de Dieu] sera-t-il satisfait?"al-Wasiti a dit;
"Méfiez-vous des actes de piété, ils sont un poison mortel."
Ibn Khafif a dit; "La satisfaction est la préoccupation du cœur
pour les décrets divins et son accord avec ce qui plaît à Dieu et
ce qu'il a choisi pour cela." Quelqu'un a demandé à Rabija al-
Adawiyya; "Quand le serviteur [de Dieu] sera-t-il satisfait?"al-
Wasiti a dit; "Méfiez-vous des actes de piété, ils sont un
poison mortel." Ibn Khafif a dit; "La satisfaction est la
préoccupation du cœur pour les décrets divins et son accord
avec ce qui plaît à Dieu et à ce qu'il a choisi pour cela."
Quelqu'un a demandé à Rabija al-Adawiyya; "Quand le
serviteur [de Dieu] sera-t-il satisfait?" Dit-elle;"Quand il se
réjouit des afflictions autant qu'il se réjouit de la générosité."
Al-Shibli a dit en présence d'al-Junayd: "Il n'y a pas de
pouvoir ou de puissance sauf par Dieu!" Al-Junayd lui a dit;
"Ces mots montrent une âme saisie de détresse et votre
détresse vient de votre abandon de la satisfaction du décret de
Dieu." Al-Shibli se tut. Abu Sulayman al-Darani a dit; "[La
vraie] satisfaction est quand vous ne demandez pas à Dieu le
plus haut pour le paradis et ne cherchez pas refuge en Lui
contre l'enfer." J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn disent;
J'ai entendu Abu H-Abbas al-Baghdadi dire; J'ai entendu
Muhammad b. Ahmad b.Sahl dit; J'ai entendu Sa id b. Uthman
dit; J'ai entendu Dhu H-Nun al-Misri - que Dieu ait pitié de lui
- disons; "Il y a trois signes de satisfaction:" Abandonner
[votre] libre-arbitre en prévision du décret divin; ne pas
éprouver d'amertume après l'adoption du décret; et
[expérimentant] l'excitation de l'amour [de Dieu] au milieu de
l'affliction. "Je l'ai également entendu [Mohammed al-Husayn]
dire, j'ai entendu Muhammad ben Ja-al-Baghdadi dire, j'ai
entendu Isma il b Muhammad al-Saffar dit: J'ai entendu
Muhammad ben Yazid al-Mubarrad dire: "Quelqu'un a dit al-
Husayn b. Ali b.Abi Talib - que Dieu soit satisfait des deux -
qu'Abu Dharr a dit un jour; «J'aime la pauvreté plus que la
richesse et j'aime la maladie plus que la santé. Il [al-Husayn] a
répondu: 'Que Dieu ait pitié d'Abu Dharr! Quant à moi, dis-je;
"Celui qui met sa confiance dans ce qui a été prédéterminé
pour lui par le Dieu Très-Haut, ne peut désirer que ce que
Dieu - qu'Il soit grand et exalté - ait prédéterminé pour lui."
"Al-Fudayl ben Yad dit à Bishr al- Hafi: «La satisfaction vaut
mieux que le renoncement à ce monde, car celui qui est
satisfait n'aspire jamais à rien au-dessus de son poste.»
Quelqu'un a demandé à Abu Uthman [al-Hiri] les paroles du
Prophète - que Dieu le bénisse. Je vous demande de me
donner satisfaction après que [votre] décret a été passé [sur
moi]. "Il a répondu;"Parce que la satisfaction en anticipation
du décret est juste une résolution à satisfaire, alors que la
satisfaction après [le passage du] décret est [vraie] satisfaction.
"J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami - que
Dieu ait pitié de lui - dis, j'ai entendu Abdallah al-Razi dire,
j'ai entendu Ibn Abi Hassan al-Anmati dire, j'ai entendu
Ahmad b., Abi H-Hawari dire, j'ai entendu Abou Sulayman
[al-Darani] dire: "J'espère venir apprendre Au moins une petite
partie de satisfaction: s'il me jette dans le feu de l'enfer, je
serai satisfait de cela. "Abu Umar al-Dimashqi a dit:" La
satisfaction est d'abandonner l'angoisse sur le fonctionnement
du commandement divin, quel qu'il soit. »Al-Junayd a dit:« La
satisfaction est en train d'abandonner [votre] libre choix. »Ibn
Ata a dit:« La satisfaction dirige [votre] cœur vers le Dieu
Très-Haut »Le choix pré-éternel de Son serviteur et le
renoncement au ressentiment "Ruwaym [Ahmad] a dit:" La
satisfaction est d'accepter les décrets divins avec joie. "Al-
Muhasibi a dit:" La satisfaction est la tranquillité du coeur
dans Al-Nuri a dit: "La satisfaction est que [votre] coeur se
réjouisse après avoir goûté l'amertume du verdict divin." J'ai
entendu Muhammad ben al-Husayn dire: J'ai entendu Abu H-
Husayn al-Farisi dit: J'ai entendu al-Jurayri dire: "Quiconque
est satisfait sans mesure, Dieu Très-Haut l'élèvera au-dessus
de ses limites." Je l'ai entendu dire: J'ai entendu Ahmad b. Ali
dire: J'ai entendu al-Hasan Al-Alawayh a dit: Abu Turab al-
Nakhshabi a dit: "Celui dont le coeur met de la valeur sur ce
monde n'atteindra jamais la satisfaction." Shaykh Abou al-
Rahman al-Sulami nous a informés;Abu Amr b. Hamdan nous
a informés; Abdallah b. Shiruya nous a dit: Bishr b. al-Hakam
nous a dit: Abd al-Aziz b. Muhammad nous a dit sur l'autorité
de Yazid b. al-Hadi, sous l'autorité de Muhammad b. Ibrahim,
sur l'autorité d'Amir b. Sa, sur l'autorité d'al-Abbas b. Abd al-
Muttalib, qui a dit que le Messager de Dieu - que Dieu le
bénisse et le salue - a dit; "Celui qui est satisfait de Dieu
comme son Seigneur a goûté la saveur de la foi." Il est dit que
Umar b. al-Khattab a écrit une lettre à Abu Musa al-Ash ari '-
que Dieu soit satisfait d'eux deux - en disant; «Tout le bien se
trouve dans la satisfaction, sois satisfait, si tu peux, sinon,
endure patiemment. On dit qu'Utba al-Ghulam a passé toute la
nuit jusqu'à l'aube; "Si tu me punis, je t'aime, et si tu as pitié
de moi, je t'aime."J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq
dire; "L'homme est fait d'argile de potier et l'argile n'y a rien
qui lui permettrait de s'opposer au verdict du Dieu Très-Haut."
Abu Uthman al-Hiri a dit; «Pendant quarante ans, Dieu, qu'Il
soit grand et exalté, ne m'a jamais placé dans un état que je
n'aime pas, et il ne m'a pas non plus transféré de cet état à un
état que j'aurais voulu éprouver. J'ai entendu le maître Abu Ali
al-Daqqaq dire: «Un homme était en colère contre un de ses
esclaves, l'esclave a demandé à une autre personne
d'intercéder en sa faveur auprès de l'autre homme, le maître lui
a pardonné, mais l'esclave a fondu en larmes. intercesseur lui
demanda: «Pourquoi pleures-tu, ton maître t'a pardonné? Le
maître a répondu [à la place de lui]: Il veut obtenir ma
satisfaction, mais il n'y a aucun moyen d'y parvenir, c'est
pourquoi il pleure. "La servitude {ubudiyya) Dieu - qu'Il soit
grand et exalté - a dit: "Servez votre Seigneur, jusqu'à ce que
la certitude soit venue à vous." ** Abu H-Hasan al-Ahwazi -
que Dieu ait pitié de lui - nous a informés: Ahmad b. Ubayd
al-Saffar nous a informés: Ubayd b. Sharik nous a dit: Yahya
nous a dit: Malik nous a dit sur l'autorité de Habib b. Abd al-
Rahman, sur l'autorité de Hafs b. Asim b. Umar b.Al-Khattab,
sur l'autorité d'Abu Said al-Khudri et Abu Hurayra que le
Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - a dit:
"Sept sont ceux que Dieu ombragera de Son ombre le jour où
il n'y aura pas de ombre mais Son: un chef juste (imam adil)
un jeune élevé au service du Dieu Très-Haut, un homme dont
le coeur reste attaché à la mosquée depuis le moment où il le
quitte jusqu'à ce qu'il y revienne, deux hommes qui s'aiment
pour l'amour de Dieu et qui se réunissent et prennent congé
l'un de l'autre dans cette condition, un homme qui se souvient
du Dieu Très-Haut en privé, ses yeux débordant de larmes, un
homme qui répond à une belle femme qui essaie de le séduire,
disant : "Je crains Dieu, Seigneur des mondes", et un homme
qui donne l'aumône dans un tel secret que sa main gauche ne
sait pas ce que sa main droite donne. "77272 J'ai entendu le
maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dise: "La
servitude est plus complète que l'adoration (Hbada), d'abord
l'adoration, puis la servitude, puis la servitude {ubuda).
servitude aux élus et servitude aux élus des élus. Je l'ai aussi
entendu dire: "L'adoration appartient à ceux qui possèdent la
certitude, la servitude appartient à ceux qui possèdent l'essence
de la certitude, et la servitude appartient à ceux qui possèdent
la vraie réalité de la certitude." Il a également dit: "L'adoration
est pour ceux qui s'efforcent [sur le chemin de Dieu]
(mujahadai) \ servitude est pour ceux qui se soumettent à des
restrictions (mukabadai) \ et la servitude est un signe de ceux
qui témoignent Dieu (mmhahadai). qui n'épargne pas son âme
pour l'amour de Dieu est un adorateur;celui qui ne retient pas
son coeur pour l'amour de Dieu est un serviteur; et ceux qui
donnent généreusement à Dieu son esprit sont possesseurs de
servitude. "Ils disent:" La servitude pratique les actes
d'obéissance de la manière la plus ample, en voyant les défauts
de tes actions et en gardant à l'esprit que toutes les vertus que
tu possèdes ont été prédéterminé par le décret de Dieu. "Il est
dit:" La servitude abandonne votre choix personnel en faveur
de ce qui a été préordonné pour vous par des décrets divins. "Il
est également dit:" Le serviteur vous libère de votre pouvoir et
de votre puissance. les bénédictions et les bénédictions qu'il
vous accorde. »On dit aussi:« La servitude embrasse tout ce
que Dieu a commandé pour vous et s'éloigne de ce qu'il vous a
interdit. »Quelqu'un demanda à Muhammad b.Khafif à propos
du bon service. Il a répondu; "Quand le serviteur place son
fardeau sur son maître et porte patiemment avec lui ses
afflictions." J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-
Sulami - que Dieu ait pitié de lui - disons; J'ai entendu Abu H-
Abbas al-Baghdadi dire; J'ai entendu Ja far b. Muhammad
b.Nusayr dire; J'ai entendu Ibn Masruq dire; J'ai entendu Sahl
b. Abdallah [al-Tustari] disent; "On ne peut jamais atteindre le
vrai service sans endurer quatre choses: la faim, la nudité, la
pauvreté et l'humiliation." Ils disent; "Servitude est de se
donner pleinement à Dieu et de placer ses fardeaux sur Lui."
Ils disent aussi; "L'un des signes de la servitude est
d'abandonner sa propre planification et de regarder [le
fonctionnement des] décrets divins." Dhu H-Nun al-Misri a dit:
"Servitude est que vous restez Son serviteur à tout moment,
alors qu'il reste votre Seigneur à tout moment." Al-Jurayri a
dit; "Les serviteurs de la générosité de Dieu sont nombreux,
mais les serviteurs du donateur sont très rares." Le maître Abu
Ali al-Daqqaq a dit: "Vous êtes le serviteur de celui qui vous
tient dans son esclavage, si vous êtes dans l'esclavage de votre
âme,alors tu es son serviteur; Si vous êtes dans l'esclavage de
ce monde, alors vous en êtes le serviteur. "Le Messager de
Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - a dit:" Un fléau soit sur
les esclaves des dirhams une plaie soit sur les esclaves des
dinars Abu Zayn a vu un homme et lui a demandé: "Quel est
ton métier?" Il a répondu: "Je sers des ânes." Abu Zayn a
répondu: "Que le Dieu Très-Haut détruise vos ânes, alors que
vous deveniez un serviteur de Dieu, pas un serviteur d'ânes!
"J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami dire: J'ai
entendu mon grand-père Abu Amr B. Nujayd dire:" Aucun
homme ne peut même faire un pas sur le chemin de servitude
jusqu'à ce qu'il voit ses actes comme de l'hypocrisie et ses
états spirituels comme des prétentions. "Je l'ai également
entendu dire, j'ai entendu Abdallah al-Mu allim dire;J'ai
entendu Abdallah al-Munazil dire; "Une personne reste
esclave de Dieu tant qu'il ne cherche pas un serviteur pour lui-
même, s'il commence à chercher un serviteur pour lui-même,
il tombe du rang de serviteur et abandonne ses manières." Je
l'ai aussi entendu dire; J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn
disent; J'ai entendu Ja far b. Nusayr dire; J'ai entendu Ibn
Masruq dire; J'ai entendu Sahl b. Abdallah [al-Tustaril dire;
"On n'obtiendra pas le vrai service [de Dieu] tant qu'on n'aura
pas atteint un stade où l'on ne montre ni signes de pauvreté en
étant démunis ni signes de bien-être en étant riche". C'est dit;
"La servitude rend témoignage à la seigneurie divine." J'ai
entendu le maître Abu Ah al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui
- dire: J'ai entendu al-Nasrabadhi dire: «La valeur du serviteur
correspond à la valeur de l'objet de son service.la vertu de
celui qui sait correspond à la vertu de l'objet de sa
connaissance. "Abu Hafs [al-Haddad] a dit:" La servitude est
la parure du serviteur. Celui qui l'abandonne renonce à cet
ornement. »J'ai entendu Muhammad ben Husayn - que Dieu
ait pitié de lui - dire: J'ai entendu Abou Ja-al-Razi dire: J'ai
entendu Abbas B. Hamza dire: J'ai entendu Ahmad b. Abi H-
Hawari dit: J'ai entendu al-Nibaji dire: "La racine du service
est dans trois choses: vous ne devez pas vous opposer à ses
ruhngs; vous ne devez rien retenir de Lui; vous ne devez
jamais être entendu demander quelque chose à quelqu'un
d'autre que Lui. Je l'ai aussi entendu [Muhammad b. al-
Husayn] disent: J'ai entendu Abu H-Husayn al-Farisi dire: J'ai
entendu Ibn Ata dire: "La servitude se compose de quatre
traits: être fidèle à ses vœux, observer les limites [établies par
Dieu];satisfaction avec ce que vous avez; Je l'ai aussi entendu
dire: J'ai entendu Muhammad ben Shadhan dire: J'ai entendu
al-Kattani dire: J'ai entendu Amr ben Uthman al-Makki dire:
"Parmi les nombreux hommes pieux qui ont résidé à La
Mecque et ailleurs et parmi ceux qui sont venus à nous [à La
Mecque] pendant la saison des pèlerinages, je n'ai rencontré
personne d'aussi passionné (ijtihad) et plus persévérant dans le
culte qu'al-Muzani »- que Dieu ait pitié de lui. Je n'ai jamais
vu quelqu'un aussi respectueux des commandements de Dieu
Très-Haut ou quelqu'un d'aussi strict envers lui-même et aussi
généreux envers les autres, 77274 J'ai entendu le maître Abu
Ali al-Daqqaq dire: «Rien n'est plus noble que le service. Il n'y
a pas non plus de nom plus parfait pour le croyant que d'être
appelé «serviteur».C'est la raison pour laquelle Dieu - gloire à
lui - a dit au sujet du Prophète - que Dieu le bénisse et le salue
- la nuit de son ascension au ciel - qui fut son plus grand
moment dans toute sa vie mondaine: 'Gloire à Lui, Qui Le
Très-Haut dit aussi: "Puis il révéla à Son serviteur ce qu'il
révélait. S'il y avait un nom plus grand que celui de" serviteur
", Dieu l'aurait certainement appelé par son serviteur. "Avec
cette signification à l'esprit, ils récitent: Amr, me venger est un
devoir de mon Zahra, quiconque entend et voit le sait
Appelez-moi sans nom mais un esclave d'elle, car c'est mon
nom le plus noble! a dit: "Il n'y a que deux choses qui vous
empêchent d'atteindre le service: quand vous trouvez le repos
dans les choses que vous aimez, et quand vous comptez sur
vos propres actions.Une fois que vous avez versé ces deux
choses, vous avez donné la servitude. "Al-Wasiti a dit:"
Méfiez-vous de la joie de donner aux autres, car cela peut
devenir un voile pour les gens de pureté .Abu Ali al-Juzjani a
dit: "La satisfaction est avec Dieu, la patience est sa porte, et
reléguer tout pouvoir à Dieu (tafwid) est sa maison.Vous
élevez la voix à la porte / dépêchez-vous dans la cour, puis
reposez-vous dans la maison " J'ai entendu le maître Abu Ali
al-Daqqaq dire: "De même que la Seigneurie est une propriété
du Réel - la gloire soit pour Lui - qui ne cesse jamais, ainsi la
servitude est une propriété du serviteur de Dieu qui reste avec
lui tant qu'il est vivant. " Un soufi récité: Si vous me
demandez, je dirai: "Je suis son serviteur". Si vous lui
demandez, il dira: "Voici mon esclave."J'ai entendu Al Shaykh
al-Rahman al-Sulami dire: J'ai entendu al-Nasrabadhi dire:
"Les actes de culte qui sont accomplis à la recherche du
pardon et du pardon de Dieu pour leurs défauts sont plus
proches de leur but que ceux qui sont effectuée par désir de
compensation et de récompense. " Je l'ai aussi entendu dire:
J'ai entendu al-Nasrabadhi dire: "La servitude efface la
conscience de votre service en témoignant de Celui qui est
servi." Je l'ai aussi entendu dire: J'ai entendu Abu Bakr
Muhammad b. Abdallah b. Shadhan dit: J'ai entendu al-Jurayri
dire: "La servitude abandonne toutes les préoccupations et se
préoccupe de la préoccupation qui est la racine du repos."
77275 Le désir (irada) Dieu - qu'il soit grand et exalté - a dit:
"Et ne pas chasse ceux qui invoquent leur Seigneur au matin et
au soir, désirant Son visage.Les actes d'adoration qui sont
accomplis à la recherche du pardon et du pardon de Dieu pour
leurs défauts sont plus proches [de leur but] que ceux qui sont
accomplis par désir de compensation et de récompense. "Je l'ai
aussi entendu dire: J'ai entendu al-Nasrabadhi Dis: "Le
serviteur perd la conscience de votre service en témoignant de
Celui qui est servi." Je l'ai aussi entendu dire: J'ai entendu Abu
Bakr Muhammad ben Abdallah ben Shadhan dire: J'ai entendu
al-Jurayri dire: "Servanthood abandonne tout »77275 Désir
(irada) Dieu - qu'Il soit grand et exalté - a dit:« Et ne chassez
pas ceux qui invoquent leur Seigneur matin et soir désirant
Son visage. .Les actes d'adoration qui sont accomplis à la
recherche du pardon et du pardon de Dieu pour leurs défauts
sont plus proches [de leur but] que ceux qui sont accomplis
par désir de compensation et de récompense. "Je l'ai aussi
entendu dire: J'ai entendu al-Nasrabadhi Dis: "Le serviteur
perd la conscience de votre service en témoignant de Celui qui
est servi." Je l'ai aussi entendu dire: J'ai entendu Abu Bakr
Muhammad ben Abdallah ben Shadhan dire: J'ai entendu al-
Jurayri dire: "Servanthood abandonne tout »77275 Désir
(irada) Dieu - qu'Il soit grand et exalté - a dit:« Et ne chassez
pas ceux qui invoquent leur Seigneur matin et soir désirant
Son visage. .s] le pardon et le pardon pour leurs défauts sont
plus proches [de leur but] que ceux qui sont accomplis par
désir de compensation et de récompense. "Je l'ai également
entendu dire: J'ai entendu al-Nasrabadhi dire:" La servitude
efface la conscience de Je l'ai aussi entendu dire: J'ai entendu
Abu Bakr Muhammad ben Abdallah ben Shadhan dire: J'ai
entendu al-Jurayri dire: "Servanthood abandonne toutes les
préoccupations et se préoccupe de la préoccupation qui est la
77275 Désir (irada) Dieu, qu'il soit grand et exalté, a dit: "Et
ne chassez pas ceux qui invoquent leur Seigneur au matin et
au soir, désirant Son visage.s] le pardon et le pardon pour leurs
défauts sont plus proches [de leur but] que ceux qui sont
accomplis par désir de compensation et de récompense. "Je l'ai
également entendu dire: J'ai entendu al-Nasrabadhi dire:" La
servitude efface la conscience de Je l'ai aussi entendu dire: J'ai
entendu Abu Bakr Muhammad ben Abdallah ben Shadhan
dire: J'ai entendu al-Jurayri dire: "Servanthood abandonne
toutes les préoccupations et se préoccupe de la préoccupation
qui est la 77275 Désir (irada) Dieu, qu'il soit grand et exalté, a
dit: "Et ne chassez pas ceux qui invoquent leur Seigneur au
matin et au soir, désirant Son visage.Le serviteur perd la
conscience de votre service en témoignant de Celui qui est
servi. »Je l'ai aussi entendu dire: J'ai entendu Abu Bakr
Muhammad ben Abdallah ben Shadhan dire: J'ai entendu al-
Jurayri dire:« La servitude abandonne toutes les
préoccupations et préoccupe 77275 Désiré (irada) Dieu - qu'Il
soit grand et exalté - a dit: "Et ne chassez pas ceux qui
invoquent leur Seigneur au matin et au soir, désirant Son
visage.Le serviteur perd la conscience de votre service en
témoignant de Celui qui est servi. »Je l'ai aussi entendu dire:
J'ai entendu Abu Bakr Muhammad ben Abdallah ben Shadhan
dire: J'ai entendu al-Jurayri dire:« La servitude abandonne
toutes les préoccupations et préoccupe 77275 Désiré (irada)
Dieu - qu'Il soit grand et exalté - a dit: "Et ne chassez pas ceux
qui invoquent leur Seigneur au matin et au soir, désirant Son
visage.77275 Désir (irada) Dieu - qu'il soit grand et exalté - a
dit: "Et ne chassez pas ceux qui invoquent leur Seigneur au
matin et au soir, désirant Son visage.77275 Désir (irada) Dieu
- qu'il soit grand et exalté - a dit: "Et ne chassez pas ceux qui
invoquent leur Seigneur au matin et au soir, désirant Son
visage. Ali b. Ahmad b.Abdan nous a informés: Ahmad b.
Ubayd nous a informés: Hisham b. Ali nous a dit: al-Hakam b.
Aslam nous a dit: Isma il b. Ja loin nous a dit sur l'autorité de
Humayd sur l'autorité d'Anas [b. Malik] - que Dieu soit
satisfait de lui - qui a dit que le Prophète - que Dieu le bénisse
et le salue - a dit: "Quand Dieu désire le bien de Son serviteur,
il le met à profit". Quelqu'un lui a demandé: "Comment l'a-t-il
utilisé?" Le Prophète a répondu: "Il lui donne le succès dans
l'exécution d'un travail pieux avant la mort." Le désir est le
début du chemin des voyageurs et le nom de la première
station de ceux qui aspirent au Dieu Très-Haut. Cette
caractéristique est appelée «désir» parce que le désir précède
chaque matière. Si le serviteur de Dieu ne désire pas quelque
chose, il ne le fera pas.Puisque c'est le début pour ceux qui
voyagent sur le chemin de Dieu - qu'il soit grand et exalté - il
est appelé "désir" par analogie avec le désir qui précède toutes
les questions. "Celui qui désire" {muridf tire son nom de
"désir" (iradd) de la même manière que "celui qui sait" {alim)
tire son nom de "connaissance" car tous deux appartiennent à
la catégorie des noms dérivés. Cependant, selon l'usage de
cette communauté [soufie], le mouride est quelqu'un qui n'a
aucun désir; celui qui ne s'est pas dépouillé du désir ne peut
être compté parmi les mourides. Cependant, dans l'usage
régulier, celui qui n'a pas de désir ne peut pas être considéré
comme étant de ceux qui désirent (muride), les Soufis ont
beaucoup parlé du désir, chacun parlant selon ce qui s'est
manifesté dans son cœur. La majorité des maîtres soufis disent:
"Le désir renonce à ce à quoi les gens sont habitués, et la
coutume de la plupart des gens est de courir dans les domaines
de l'oubli, des pulsions de leurs passions, et de résider dans le
domaine de leur désir. »Cependant, le [soufi] muride a Le fait
de les abandonner est un signe et une preuve de la solidité de
son désir, appelé «désir», qui est l'abandon des habitudes,
l'abandon de [son] Les habitudes sont le signe du désir La
vraie réalité du désir est que votre cœur se précipite à la
recherche de Dieu - que la louange soit envers lui: on dit donc
que le désir est «l'angoisse qui réduit toute peur à
l'insignifiance». Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui -
raconte sur l'autorité de Mimshadh al-Dinawari, qui a dit:
"Quand j'ai appris à quel point les conditions des pauvres sont
sérieuses, j'ai cessé de plaisanter avec l'un d'eux. Un jour, un
pauvre homme vint vers moi et me dit: "Maître, je voudrais
que tu puisses me préparer une friandise." Soudainement, les
mots 'désir' (irada) et 'sweetmeat' (asida) ont volé de ma
langue d'une manière plaisante. [En entendant cela] le pauvre
homme s'est retiré, sans que je m'en aperçoive. J'ai ordonné
que la friandise soit préparée, puis j'ai commencé à chercher
l'homme, mais je n'ai pas pu le trouver. Plus tard, j'ai appris ce
qui lui était arrivé. On m'a dit qu'il a quitté [ma maison] tout
de suite en se disant: «Désir {irada) et sweetmeat {asida) ,,
désir (irada) et sweetmeat {asida) ... 'Il erra sans but jusqu'à ce
qu'il entre dans le désert, où il a répété ces mots jusqu'à sa
mort. "Un maître soufi a dit:"J'étais seul dans le désert et
devins déprimé. Alors j'ai pleuré: 'Les êtres humains, parlez-
moi!', 'Les djinns, parlez-moi!' Soudain, j'entendis une voix
qui me demandait: «Que désires-tu? J'ai dit: 'Je désire le Dieu
Très-Haut!' La voix a dit: "Pourquoi désires-tu Dieu?",
Signifiant que quelqu'un qui a appelé les djinns et les êtres
humains à lui parler ne pouvait pas avoir désiré Dieu - qu'Il
soit grand et exalté. "Celui qui désire, continue d'aspirer
[ Extérieurement, il est caractérisé par l'effort personnel, tandis
qu'intérieurement il est engagé dans la lutte [contre son ego] Il
abandonne le lit du repos et est préoccupé [par l'adoration] en
tout temps, il supporte les épreuves, porte de lourdes charges,
cherche à améliorer ses qualités morales, pratique des
restrictions [auto-imposées],fait face à toutes sortes de terreurs
et laisse derrière lui toutes les fausses apparences. De cet état,
il est dit: J'ai passé la nuit dans le désert, ne craignant ni lion
ni loup. Ma nostalgie m'a accablé et j'ai erré à la hâte dans la
nuit, Car mon désir passionné ne m'accordait aucun répit. J'ai
entendu le maître Abu Ah al-Daqqaq dire: "Le désir est
l'angoisse dans votre moi le plus profond, une piqûre dans
votre coeur, un tourment dans votre âme et un remue-ménage
dans votre être intérieur, ce sont des feux qui font rage dans
les cœurs humains." J'ai entendu Muhammad b. Al-Husayn dit:
J'ai entendu Muhammad b. Abdallah a dit: J'ai entendu Abu
Bakr al-Sabbak dire: J'ai entendu Yusuf b. al-Husayn a dit: "Il
y avait un pacte entre Abu Sulayman [al-Darani] et Ahmad
ben Abi H-Hawari, selon lequel Ahmad n'était pas censé
désobéir à quoi que ce soit qu'Abu Sulayman pourrait lui
ordonner de faire. Abu Sulayman,quand il donnait des
conférences à ses étudiants. Il a dit à son professeur: «Le four
est chaud. Qu'est-ce que vous commandez? Abu Sulayman n'a
pas répondu. Quand il répéta la même phrase deux ou trois
fois, Abu Sulayman lui dit dans un accès de colère: «Alors va
t'asseoir dedans! Il oublia Ahmad pendant un moment, puis se
souvint, et dit à [ses étudiants]: 'Va chercher Ahmad, car il est
dans le four. Il s'est engagé à ne jamais me désobéir. Quand ils
l'ont vu assis au four, ils ont remarqué que pas un seul cheveu
n'était brûlé sur lui. »J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq
dire:« Dans ma jeunesse, je me suis efforcé d'atteindre le
[véritable] désir. Je me disais: «Si seulement je savais ce que
signifie le désir!» «On dit que ceux qui désirent [Dieu] ont les
qualités suivantes: aimer des actes de piété
surérogatoires;dispenser des conseils sincères aux [membres
de la communauté]; se sentir à l'aise en retraite; être patient
face aux décrets divins, aussi durs soient-ils; obéissant
toujours au commandement divin; avoir honte sous le regard
de Dieu; chercher tous les moyens qui peuvent les rapprocher
de Dieu; être heureux dans l'humilité; Ne donnez pas de repos
au coeur avant qu'il atteigne son Seigneur. Abu Bakr al-
Warraq a déclaré: "Ceux qui désirent affronter trois maux: le
mariage, l'enlèvement du hadith et le voyage à l'étranger."
Quelqu'un lui demanda: «Pourquoi avez-vous arrêté d'écrire
hadith?» Il répondit: «Ils m'ont empêché de garder mon désir.»
Hatim al-Asamm a dit: «Si vous voyez un aspirant (muride)
qui désire autre chose que le véritable objet de son désir
(murad) sache qu'il a exposé sa dépravation. »J'ai entendu
Muhammad b. al-Husayn dire: J'ai entendu Abu Bakr al-Razi
dire:J'ai entendu al-Kattani dire: «Trois choses sont exigées du
mouride: ne dort que lorsqu'il est vaincu [par le sommeil], ne
mange que lorsqu'il est vaincu par le besoin, et ne parle que
lorsqu'il est absolument nécessaire. Je l'ai aussi entendu
[Muhammad b. al-Husayn] dire: j'ai entendu Husayn b.
Ahmad b. Ja loin dire: j'ai entendu Ja loin b. Nasayr dit: J'ai
entendu al-Junayd dire: "Quand le Dieu Très-Haut désire
quelque chose de bon pour le mouride, il le place parmi les
soufis et le protège de la compagnie des réciteurs coraniques.
Je l'ai aussi entendu dire: J'ai entendu al-Raqqi" dire: J'ai
entendu al-Daqqaq dire: "L'étape ultime du désir est lorsque
vous pointez vers le Dieu Très-Haut et que vous le trouvez là
où vous avez pointé". Je lui ai demandé: "Qu'est-ce qui rend le
désir inutile?" Il a répondu: "Quand vous pouvez le trouver
sans pointer." J'ai entendu Muhammad b. Abdallah al-Sufi dit:
J'ai entendu Ayyash b.Abi H-Sahw "dit: J'ai entendu Abou
Bakr al-Daqqaq dire:" On ne peut pas appeler le muride
jusqu'à ce que l'ange de son côté gauche ** ait été incapable
de rien écrire contre lui pendant vingt ans. Abu Uthman al-
Hiri a dit: "Si quelqu'un n'a pas le désir approprié dès le début,
son éloignement [de Dieu] ne fera qu'augmenter avec le
passage des jours." Il a aussi dit; "Quand le mouride entend
quelque chose des sciences soufies et agit selon lui, il permet
ainsi à la sagesse d'entrer dans son coeur et de s'y installer
jusqu'à la fin de ses jours, il en profite lui-même, et quand il
en parle, Quant à celui qui entend quelque chose des sciences
soufies, mais qui n'agit pas selon lui, [ce qu'il entend] est
comme une histoire dont on se souvient pendant quelques
jours puis qu'on oublie "Al-Wasiti a dit: "La première station
du muride est de désirer Dieu - qu'il soit loué - ce qu'il
accomplit en abandonnant son propre désir." Yahya b. Mu adh
a dit; "La chose la plus difficile pour les murids est de rester
en compagnie de ceux qui s'y opposent." J'ai entendu Shaykh
Abu Abd al-Rahman al-Sulami dire; J'ai entendu Abu M-
Qasim al-Razi dire; J'ai entendu Yusuf b. al-Husayn disent;
"Quand vous voyez un mouride qui pratique des concessions
** et s'engage dans un emploi rémunéré, [sachez] que rien de
bon ne sortira de lui." Je l'ai aussi entendu [al-Razi?] Dire; J'ai
entendu Muhammad b. al-Husayn disent; J'ai entendu Ja far
al-Khuldi dire; «Quelqu'un a demandé à Junayd:« Pourquoi les
murides devraient-ils écouter des histoires pieuses? Il répondit:
«Les histoires pieuses sont comme les légions de Dieu, il
fortifie leur cœur avec elles.Quelqu'un lui a demandé s'il avait
des preuves [à l'appui de sa déclaration]. Il a répondu; 'Oui,
Dieu - qu'Il soit grand et exalté - a dit: "Et tout ce que Nous
rapportons à toi des nouvelles des messagers est seulement
celui avec lequel Nous [cherchons] à fortifier ton coeur. Je l'ai
aussi entendu dire: J'ai entendu Muhammad b) Khalid dit: J'ai
entendu Ja loin [al-Khuldi] dire: J'ai entendu al-Junayd dire:
«Le vrai muride n'a pas besoin de l'érudition des ulémas
(ulama), Quant à la différence entre celui qui désire ( murid) et
celui qui est désiré [par Dieu] (murad) c'est que chaque muride
est, en substance, un murad. Car s'il n'était pas désiré par Dieu
le Très-Haut (murad) pour le désirer, il ne serait pas celui qui
désire (muride). En d'autres termes, rien ne peut se produire à
moins que le Dieu Très-Haut ne le désire, donc celui qui
désire (muride) n'est pas autre que celui qui est désiré
(Murad).Car Dieu - Loué soit-Il - singularise cette personne
pour Son désir et lui confère le désir [pour Lui]. Cependant, ce
folk ** différencie toujours entre murid et murad. Le muride
est le débutant [sur le chemin de Dieu], tandis que le Murad
est celui qui a atteint sa fin. Le muride est celui qui est placé
au milieu des travaux épuisants {ta ab) et jeté dans les
restrictions du travail dur. Pour le Murad, d'un autre côté, le
commandement [divin] suffit dans toute épreuve qu'il traverse.
Tandis que le mouride doit s'exercer vigoureusement, le
mourad est assisté [par Dieu] et est mis à l'aise. Le Dieu Très-
Haut traite différemment les voyageurs [sur le chemin Sufi].
La plupart d'entre eux obtiennent du succès dans leurs efforts
et, après beaucoup d'efforts intenses, arrivent à des choses
sublimes. cependant,beaucoup d'entre eux sont montrés ces
sujets sublimes déjà au début [de leur chemin]. Ainsi, ils
atteignent les hauteurs que beaucoup de ceux qui pratiquent
l'autodiscipline difficile ne le font pas. Pourtant, la plupart de
ceux qui sont aidés par la compagnie de Dieu choisissent de
retourner aux pénibles efforts personnels pour assumer leur
part des difficultés (qui leur ont jusqu'ici échappé) qui
caractérisent les pratiquants d'autodiscipline ardue. J'ai
entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq dire: "Le Murid porte [la
charge de la souffrance], tandis que le murad est porté [à son
but]." Je l'ai aussi entendu dire: "Moïse - que la paix soit sur
lui - était un mouride parce qu'il a dit:" Seigneur, ouvre ma
poitrine [à la vérité] .Notre Prophète - que Dieu le bénisse et le
salue - était murad parce que Dieu le Très Haut a dit de lui:
"N'avons-nous pas développé ta poitrine pour toi et enlevé de
toi ton fardeau, le fardeau qui pesait sur ton dos? N'avons-
nous pas exalté ta renommée? »De même, Moïse - que la paix
soit sur lui - a demandé:« Ô mon Seigneur, montre-moi, afin
que je Te voie! »Dieu a dit:« Tu ne me verras pas! »D'un autre
côté, Dieu a dit à notre Prophète - que Dieu le bénisse et le
salue: "N'as-tu pas regardé ton Seigneur, comment Il a étendu
l'ombre?" Selon Abou Ali, l'intention des phrases "N'as-tu pas
regardé ton Seigneur" et "comment Il a tendu l'ombre pour
dissimuler le sens véritable de l'histoire et montrer la force de
l'état du Prophète Quand quelqu'un a demandé à al-Junayd à
propos du muride et du murad, il a répondu: "Le muride est
gouverné par des religieux. science [Lui] alors que le murad
reste sous Dieu 's protection - la louange soit à Lui. Par
conséquent, le muride marche, tandis que le Murad vole. Est-
ce qu'un marcheur peut doubler le flyer? »On raconte que Dhu
H-Nun envoya un messager à Abu Yazid, disant:« Dis-lui:
«Combien de temps dureront ce sommeil et cette indolence?
Abu Yazid a dit à [le messager]: "Dis à mon frère Dhu H-
Nun:" Le [vrai] homme est celui qui dort toute la nuit, puis se
réveille à la destination de la caravane avant qu'il n'arrive Dhu
H-Nun a dit: "Félicitations à lui! Ce sont les mots que notre
condition actuelle ne nous permet pas de prononcer! "La
droiture (istiqama) Dieu Très Haut a dit:" Ceux qui ont dit
"Notre Seigneur est Dieu" sont alors devenus droits. L'imam
Abu Bakr Muhammad b. al-Hasan b. Furak - que Dieu ait pitié
de lui - a dit: Abdallah b. Ja loin b.Ahmad al-Isbahani nous a
dit: Abu Bishr Yunus b. Habib a dit: Abu Dawud al-Tayalisi a
déclaré: Shu Ba a déclaré sur l'autorité de Al-A Mash, sur
l'autorité de Sahm b. Abi al-Ja, sur l'autorité de Thawban, un
dient (prophète) du Prophète - que Dieu le bénisse et le salue -
qu'il a dit; «Soyez droits, même si vous ne serez jamais
capable de le faire pleinement, sachez que la meilleure partie
de votre religion est la prière, et seul le [vrai] croyant est
capable de préserver sa pureté [rituelle],« La droiture est un
degré qui perfectionne et complète toutes les affaires. Grâce à
cela, de bonnes actions et leur bon ordre sont atteints. Celui
qui n'est pas droit dans son état spirituel a gaspillé ses efforts
et ses efforts sont vains. Dieu le Très Haut a dit; "Et ne sois
pas comme une femme qui brise son fil, après qu'il soit
fermement filé, en fibres./ 280 Celui qui n'a pas de droiture
parmi ses qualités ne pourra pas avancer d'une station
[mystique] à une autre. Il ne peut pas non plus construire son
chemin [sur Dieu] sur une base solide. Il est nécessaire pour
celui qui s'engage [sur le chemin Sufi] d'être droit dans les
règles relatives aux débuts [de celui-ci]. De même, chaque
gnostique [perfectionné] doit pratiquer la droiture dans les
mœurs relatives à la fin [du chemin]. Un signe de fermeté pour
les débutants est que leurs actions ne sont pas gâchées par le
laxisme. Pour ceux qui sont au milieu, un signe de leur
droiture est que leur progression sur le chemin ne suppose
aucune pause. Quant à ceux qui ont atteint la fin du chemin,
leur signe est que leur progrès n'est entravé par aucun voile.
J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié
de lui - disons; "La droiture a trois degrés;redresser les choses
(taqwini) en se disciplinant soi-même; chercher la droiture
(iqamd) en raffinant son cœur; et restant droit (istiqama) en
rapprochant son moi le plus intime de Dieu. Abu Bakr - que
Dieu soit satisfait de lui - a dit à propos des paroles de Dieu
"Et alors ils sont devenus droits" "qu'ils signifient que" Ils
n'associent personne ou quoi que ce soit à Dieu "(lam
yushriku) .Umar dit que ces mots signifient "Ils ne rôdent pas
comme des renards" Le commentaire du Trustworthy One
pointe vers l'observance des fondements de l'unité de Dieu
(tawhid) alors que le commentaire d'Umar implique une
tentative de trouver une explication (talab al-ta wit) et de
garder les conditions de ses pactes [avec Dieu] Ibn Ata a dit
que ces mots signifient;Ils sont devenus droits en consacrant
exclusivement leurs cœurs au Dieu Très-Haut. "Abu Ali al-
Juzjani a dit:" Soyez un chercheur de la droiture, pas un
chercheur de bienfaisance (karamd) parce que votre moi
inférieur vous invite à rechercher la bienfaisance, alors que ton
Seigneur - qu'Il soit grand et exalté - exige que tu cherches la
droiture. "J'ai entendu le Cheikh Abou Abd al-Rahman al-
Sulami dire: J'ai entendu Abu Ali al-Shabbuwi dire:" J'ai vu le
Prophète - que Dieu bénisse et le saluer - dans un rêve et j'ai
dit: 'Il est rapporté que vous. Messager de Dieu, a dit que le
chapitre de Hud a rendu vos cheveux blancs. Qu'est-ce qui a
rendu vos cheveux blancs? les histoires des prophètes du passé
et de la destruction des nations? Il répondit: "Non, c'était
[l'ordre de Dieu]" Soyez droits, comme il vous a été
commandé! "On dit que seuls les plus grands hommes sont
capables de maintenir la droiture, parce que cela signifie
l'abandon de leurs habitudes et leur départ des routines et
coutumes habituelles, tout en se tenant devant Dieu le Très-
Haut en toute vérité et sincérité. C'est pourquoi le Messager de
Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - a dit; «Soyez droits,
même si vous ne serez jamais capable de le faire pleinement»,
a déclaré Al-Wasiti. "La droiture est la propriété qui achève
toutes les vertus et dont la perte les rend vilaines", dit-on à al-
Shibli - que Dieu ait pitié de lui - a dit; "La droiture signifie
que vous attendez la résurrection à tout moment." On dit que
la droiture dans son discours signifie abandonner la médisance;
la droiture dans ses actes signifie abandonner les innovations
dans la religion (a); la droiture dans un 's bonnes œuvres
signifie éviter le laxisme; et la droiture dans ses états spirituels
signifie se débarrasser du voile. J'ai entendu le maître Abu
Bakr Muhammad b. al-Hasan b. Furak dit; "La lettre" S "dans
le mot" être droit "{istiqama) implique de demander. Par
conséquent, cela signifie qu'ils demandent à Dieu le Très Haut
de les rendre droits dans leur déclaration de l'unité de Dieu,
puis de les rendre fidèles dans leur engagement. garder les
limites [de la Loi de Dieu]. " Le maître a dit: "Sachez que la
constance exige le flux continuel des grâces divines (karamat)
pour Dieu. Le Très-Haut a dit:" S'ils étaient en chemin, nous
leur donnerions à boire abondamment de l'eau. Nous les
laisserons boire de l'eau '(saqaynahum) Il a dit;'Nous leur
donnerions de l'eau à boire en abondance {asqaynahuni)? "Les
Arabes disent:" Nous lui donnerons de l'eau à boire ", ce qui
implique la continuité de l'action.J'ai entendu Muhammad ben
al-Husayn - que Dieu ait pitié de lui - disons: j'ai entendu al-
Husayn ben Ahmad dire; J'ai entendu Abou al-Abbas al-
Farghani dire: J'ai entendu al-Junayd dire: "Une fois, j'ai
rencontré un jeune disciple soufi dans le désert assis sous un
acacia. Je lui ai demandé ce qui l'avait fait asseoir là. Il a
répondu; C'est quelque chose que j'ai perdu [ici]. Je l'ai laissé
où il était et continué sur mon chemin. Quand je revenais de
mon pèlerinage, j'ai retrouvé cette jeunesse, sauf cette fois-ci il
était assis plus près de l'arbre. Je lui ai demandé: «Pourquoi
êtes-vous assis ici? Il a répondu; "J'ai trouvé ce que je
cherchais à cet endroit, alors j'ai décidé de rester ici", a
commenté Al-Junayd;Je ne sais pas ce qui est le plus noble: sa
persévérance dans la recherche de l'état qu'il a perdu ou sa
persévérance à rester à l'endroit où il a trouvé ce qu'il
cherchait. "Sincérité (ikhlas) Dieu Très Haut a dit:"
n'appartient pas à la religion à Dieu? "" Ali b. Ahmad al-
Ahwazi nous a informés: Ahmad b. Ubayd al-Basri nous a dit;
Ja loin b. Ahmad al-Faryabi nous a dit: Abu Talut nous a dit:
Hani b. Abd al-Rahman b. Abi Abla al-Uqayli nous a dit sur
l'autorité d'Ibrahim b. Abi Abla al-Uqayli, qui a dit: Atiyya b.
Washshaj [Wassaj] m'a dit sur l'autorité d'Anas b. Malik - que
Dieu soit satisfait de lui - qui a dit: "Le Messager de Dieu -
que Dieu le bénisse et le salue" a dit: "Il y a trois choses qui
empêchent le coeur du croyant d'être infidèle: être sincère
envers Dieu dans ses actions , conseiller ceux qui sont au
pouvoir,»Le maître [Abu Ali al-Daqqaq] a dit:« La sincérité
signifie faire de Dieu - la louange soit à Lui - le seul objet de
son culte. »Par le culte, il voulait dire être proche de Dieu. -
Louez-Lui - à l'exclusion de tout le reste, comme faire un
spectacle [de sa piété] pour d'autres personnes, en recherchant
leur louange et en prenant plaisir à cela, ou toute autre chose
qui distrait quelqu'un de se rapprocher de Dieu Le plus élevé Il
est vrai que la sincérité est de protéger ses actions contre
l'observation par les gens, mais il est également vrai que la
sincérité signifie que les gens ne respectent pas les bonnes
actions. que Dieu le bénisse et le salue - a dit sur l'autorité de
Gabriel,qui a parlé sur l'autorité de Dieu Très Haut - Louange
soit à Lui - Qui a dit: 'La sincérité est le plus grand mystère
que j'ai déposé dans le cœur de mes serviteurs que j'aime.' "J'ai
demandé à Cheikh Abu Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu
ait pitié de lui - à propos de la sincérité Il a répondu: J'ai
demandé à Ali B. Said et Ahmad B. Zakariya au sujet de la
sincérité Ils ont dit: Nous avons demandé à Ali B. Ibrahim al-
Shaqiqi de sincérité. J'ai posé des questions sur la sincérité à
Muhammad B. Jaïr al-Khassaf Il a répondu: J'ai demandé à
Ahmad ben Bashshar la sincérité Il a répondu: J'ai demandé à
Abu Ya qub al-Shariti la sincérité Il a répondu: Ahmad B.
Ghassan à propos de la sincérité Il a répondu: J'ai posé la
question de la sincérité à Abd al-Wahid ben Zayd.Il a répondu:
J'ai demandé à al-Hasan [al-Basri] de la sincérité.Il a répondu:
J'ai interrogé Hudhayfa sur la sincérité.J'ai demandé au
Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - à propos de la
sincérité. Il a répondu: J'ai demandé à Gabriel de la sincérité.
Il a répondu: J'ai demandé au Seigneur de la grandeur sur la
sincérité. Il répondit: "C'est un de mes mystères, que j'ai
déposé dans le coeur de ces serviteurs que j'aime." J'ai entendu
le maître Abu Ali al-Daqqaq dire: "La sincérité est de protéger
son action d'être observée par les gens." Quant à la vérité
(sidq), elle se purifie d'être conscient de soi-même. , tandis que
le véridique est libre de l'auto-glorification. " Dhu H-Nun al-
Misri a dit: "La sincérité est seulement perfectionnée en étant
véridique en elle et par une patience constante en elle.Quant à
la véracité, elle est seulement perfectionnée en étant sincère et
constante en elle." Abu Ya qub al-Susi a dit; "Tant que les
gens remarquent la sincérité dans leur sincérité, leur sincérité a
besoin de sincérité. "Dhu H-Nun a dit:" La sincérité a trois
signes; quand l'éloge et le blâme des gens communs
deviennent égaux à vos yeux; quand vous devenez inconscient
de vos bonnes actions comme vous les faites; et quand vous
oubliez votre récompense [pour vos bonnes actions] dans l'au-
delà. "J'ai entendu Shaykh Abou al-Rahman al-Sulami - que
Dieu ait pitié de lui - disons, j'ai entendu Abu Uthman al-
Maghribi dire:" Sincérité est quelque chose dans lequel votre
âme inférieure ne trouve jamais de plaisir. C'est la sincérité du
peuple ordinaire. Quant à la sincérité des élus, c'est quelque
chose qui leur arrive sans qu'ils le sachent. Ainsi, ils montrent
des actes d'obéissance [à Dieu], tout en restant inconscients
d'eux, ni de les voir ou de les compter. C'est la sincérité des
élus. "Abu Bakr al-Daqqaq a dit; "Le défaut majeur du sincère
est qu'il est conscient de sa sincérité: quand le Dieu Très-Haut
veut purifier sa sincérité, il enlève de sa sincérité sa
conscience d'être sincère, il devient ainsi sincère par Dieu
(mukhlas) pas sincère. de son propre chef {mukhlis) Sahl [al-
Tustari] a dit: «Personne ne connaît mieux l'hypocrisie que le
sincère {mukhlis). J'ai entendu Abu Hatim al-Sijistani dire;
J'ai entendu Abdallah b. Ali dit; J'ai entendu dire al-Wajihi;
J'ai entendu Abu Ali al-Rudhbari dire; Ruwaym m'a dit que
Abu Said al-Kharraz a dit; "L'hypocrisie des gnostiques divins
(arifin) est meilleure que la sincérité des débutants sur le
chemin soufi (muridin) Dhu H-Nun al-Misri a dit:" La
sincérité est ce qui est protégé de la corruption par l'ennemi
"Abu Uthman [al-Hiri] a dit: "La sincérité est d'oublier les
créatures en regardant constamment le Créateur. "Hudhayfa
al-Mar'ashi a dit:" La sincérité est quand les actions
extérieures du serviteur sont les mêmes que ses pensées
[intérieures]. "Il est dit:" La sincérité est que par lequel on
cherche Dieu - qu'Il soit loué - et par lequel on s'efforce d'être
véridique. »On dit aussi que la sincérité est quand on reste
aveugle à ses propres bonnes actions.J'ai entendu Muhammad
b. al-Husayn - que Dieu ait J'ai entendu Abou H-Husayn al-
Farisi dire: J'ai entendu Mohammed al-Husayn dire: j'ai
entendu Ali Abd al-Hamid, j'ai entendu al-Sari [al-Saqati] dire;
Celui qui se pare d'autres choses avec quelque chose qui ne
fait pas partie de son caractère tombera de la vue du Dieu
Très-Haut. "J'ai aussi entendu son salut [Muhammad ben al-
Husayn] dire: J'ai entendu Ali b. al-Sufi disent;J'ai entendu
Abdallah b. Mahmud dit; J'ai entendu Muhammad b. Abd
Rabbihi dit; al-Fudayl [b. Lyad] a dit: «Abandonner les
bonnes œuvres pour le bien des gens, c'est de l'hypocrisie, les
faire pour le bien des gens est du polythéisme, la sincérité est
que Dieu vous absout des deux. Al-Junayd a dit: "La sincérité
est un secret entre Dieu et Son serviteur.Même l'angeP
d'enregistrement n'en sait rien pour qu'il ne puisse pas l'écrire,
et Satan ne le sait pas pour qu'il ne puisse pas le corrompre. de
cela, de sorte qu'il ne l'influencera pas. " Ruwaym a dit; "La
sincérité dans ses actes est que celui qui les exécute ne cherche
aucune compensation pour eux dans ce monde ou dans l'au-
delà, ni ne demande une récompense dans l'un ou l'autre de ces
deux royaumes." Quelqu'un a demandé à Sahl b. Abdallah [al-
Tustari]: "Quelle est la chose la plus difficile pour
quelqu'un?"»Il répondit:« La sincérité, car l'âme n'y participe
pas. »Quelqu'un demanda à un soufi de la sincérité:« C'est que
tu ne demandes à personne d'autre que Dieu, qu'Il soit grand et
exalté. soyez le témoin de vos bonnes actions. »Un Sufi a
raconté:« Un jour, je suis entré dans Sahl b. La maison
d'Abdallah le vendredi avant la prière. Soudain, j'ai vu un
serpent dans sa maison, alors je me suis arrêté sur le porche. Il
m'a dit: 'Entrez! On ne peut pas atteindre la Vraie Réalité de la
foi si quelqu'un a peur de quoi que ce soit sur cette terre [autre
que Dieu]! Il m'a alors demandé: «Voulez-vous faire la prière
dans une mosquée de la congrégation? J'ai dit: «Oui, mais la
mosquée la plus proche est à une distance d'un jour et d'une
nuit d'ici. Il m'a pris par la main et, en quelques minutes, nous
nous sommes retrouvés à la mosquée.Nous y sommes entrés et
avons fait notre prière du vendredi, puis nous sommes sortis et
avons regardé les membres de la congrégation quitter la
mosquée. Sahl a dit: "Il y a tellement de gens qui disent" Il n'y
a pas de divinité sauf Dieu ", mais si peu d'entre eux sont
sincères." Hamza B. Yusuf al-Jurjani nous a informés:
Muhammad b. Muhammad b.Abd al-Rahim nous a dit: Abu
Talib Muhammad b. Zakariya al-Muqaddasi nous a dit: Abu
Qirsafa Muhammad b. Abd al-Wahhab al-Asqalani nous a dit:
Zakariya b. Nafi nous a dit: Muhammad b. Yazid al-Qaratisi
nous a dit sur l'autorité d'Isma il b. Abi Khalid, sur l'autorité
de Makhul, qui a dit: "Quiconque est resté sincère pendant
quarante jours verra la sagesse couler des sources de son coeur
à sa langue." J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-
Sulami - que Dieu ait pitié de lui - dire: J'ai entendu
Muhammad b. Abdallah b. Shadhan dit: J'ai entendu Abd al-
Razzaq dire: J'ai entendu Yusuf b. Al-Husayn a dit: "La plus
grande chose dans ce monde est la sincérité, combien de fois
ai-je essayé d'enlever l'hypocrisie de mon cœur, et pourtant
elle est ressortie sous de nouveaux apparences." Je l'ai
également entendu [al-Sulami] dire: J'ai entendu al-
Nasrabadhi dire: J'ai entendu Abu H-Jahm dire:J'ai entendu
Ibn Abi H-Hawari dire: J'ai entendu Abu Sulayman [al-Darani]
dire: "Quand vous êtes sincères, les murmures et l'hypocrisie
de Satan vont tomber loin de vous!" Authenticité (sidq) Dieu
Très Haut a dit: "O croyants, craignez Dieu, et soyez avec les
véridiques." "Le maître Abu Bakr Muhammad ben Furak - que
Dieu ait pitié de lui - nous a informés: Abdallah ben Jaide
Ahmad al-Isbahani nous a dit: Abu Bishr Yunus ben Habib
nous a dit: Abu Dawud al-Tayalisi nous a dit : Shu Ba nous a
dit sur l'autorité de Mansour, sous l'autorité d'Abu Wa il, sous
l'autorité d'Abdallah ben Mas ud, qui a entendu que le
Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - a dit: "Le serviteur
de Dieu, qui est véridique et qui aspire constamment à rester
fidèle,sera enregistré dans le Livre de Dieu comme un homme
confiant (siddiq) alors que le serviteur de Dieu qui ment et
aspire à mentir sera enregistré dans le Livre de Dieu comme
un menteur (kadhdhab). Le maître [Abu Ali al-Daqqaq] a dit;
"La vérité est le fondement de cette affaire" "A travers elle, sa
perfection est accomplie et son ordre correct est atteint. Il
vient immédiatement après le rang de prophète, car Dieu le
Très-Haut a dit: "Et avec ceux que Dieu a bénis: les prophètes
et les véridiques". Le mot «digne de confiance» [sadiq] dérive
du mot «vérité» {sidq) alors que le mot «véridique» en est la
forme emphatique - c'est-à-dire celui dont la vérité est
abondante, qui est dominée par la vérité - dans la même
comme les mots khimmir et sikkir sont des formes
emphatiques pour "ivrogne".L'exigence minimale de véracité
est que les actions extérieures et les pensées intérieures sont
égales. Autrement dit, le «digne de confiance» est celui qui
parle la vérité, tandis que le «véridique» est celui qui est
véridique dans ses paroles, ses actes et ses états spirituels.
Ahmad b.Khadrawayh a dit: "Quiconque souhaite que Dieu
soit le plus élevé avec lui devrait être véridique, car Dieu le
Très Haut a dit:" Sûrement, Dieu est avec les véridiques ". J'ai
entendu Shaykh Abou al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait
pitié de lui - dise: j'ai entendu Mansur ben Abdallah dire: j'ai
entendu al-Farghani dire: j'ai entendu al-Junayd dire: "Le
digne de confiance (sadiq) subit le changement quarante fois
par jour, tandis que l'hypocrite reste dans un seul et même état
pendant quarante ans. "Abu Sulayman al-Darani a dit:" Si le
véridique désirait décrire ce qui réside dans son coeur, il
n'aurait pas besoin de bouger sa langue. On dit: "Vérité
signifie dire la vérité, même si cela signifie votre destruction".
Il est également dit; "La vérité est quand [vos] pensées les plus
intimes sont en harmonie avec votre discours." Al-Qannad a
déclaré: "La vérité (sidq) empêche votre bouche {shidq) de
prononcer des choses qui sont interdites [par Dieu]. "Abd al-
Wahid ben Zayd" a dit; "La vérité est d'être loyal à Dieu -
louange soit à Lui - dans [toutes vos] actions." J'ai entendu
Muhammad b. al-Husayn disent; J'ai entendu Abu H-Abbas
al-Baghdadi dire; J'ai entendu Ja far b. Nusayr dire; J'ai
entendu al-Jurayri dire; J'ai entendu Sahl b. Abdallah dit;
"Quiconque dissimule ses véritables pensées de lui-même ou
des autres ne verra jamais un soupçon de véracité." Abu Said
al-Qurashi a dit; "Celui qui est véridique est celui qui est prêt à
mourir sans avoir honte d'exposer ses secrets les plus intimes,
car Dieu Très Haut a dit: 'Longue pour la mort, quand tu
parles vraiment', j'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq aie
pitié de lui - disons, j'ai entendu Abu Ali al-Thaqafi dire qu'un
jour Abdallah B. Munazil lui a dit;"Abu Ali, préparez-vous à
la mort, car il n'y a pas d'échappatoire." Abu Ali a répondu en
disant; «Et toi, Abdallah, prépare-toi à la mort, car il n'y a pas
d'échappatoire. En entendant cela, Abdallah étendit la main, y
mit la tête, comme s'il s'agissait d'un oreiller, et dit: "Je suis
déjà mort!" Abu Ali se tut, parce qu'il ne pouvait pas égaler ce
qu'Abdallah venait de faire, car Abu Ali avait toujours des
attachements [à ce monde], alors qu'Abdallah s'était
complètement débarrassé de tous. J'ai entendu Shaykh Abu
Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - disons;
"Abu H- Abbas al-Dinawari prêchait [à une foule], quand
soudainement une vieille femme qui était là a poussé un cri,
Abu H-Abbas lui a dit: 'Meurs maintenant!' Elle se leva, fit
quelques pas, puis se tourna vers lui en disant: «Je suis morte»,
et elle tomba morte.Al-Wasiti a dit: "La sincérité est quand la
déclaration de l'unité [de Dieu] est liée à l'intention d'agir
[selon elle]". Il est dit que Abd al-Wahid b. Zayd a demandé à
un de ses étudiants, dont le corps était devenu émacié; "Fils,
avez-vous jeûné constamment?" Il a répondu: "Je ne perpétue
pas la rupture de mon jeûne (iftar) [Abd al-Wahid] a alors
demandé:" Restez-vous éveillé toute la nuit? "[Le jeune] a
répondu:" Je ne perpétue pas mon sommeil. " Al-Wahid
demanda alors: «Alors, qu'est-ce qui t'a émacié?» Le jeune
homme répondit: «Mon désir sans fin et ma dissimulation sans
fin» Abd al-Wahid s'exclama: «Tais-toi! Comment oses-tu!
"En entendant cela, le jeune homme se leva d'un bond, marcha
quelques pas, dit" Oh, mon Dieu, si je suis sincère, prends-moi!
",et est tombé mort. Il est rapporté que Abu Amr al-Zajjaji a
dit; Ma mère est morte et j'ai hérité d'une maison, je l'ai
vendue pour 50 dinars / 7287 et je suis allée au hajj Quand j'ai
atteint les ruines de Babel, je suis tombée sur un surveillant
des canaux (ahad al-qanaqind) "qui m'a demandé:" Qu'avez-
vous avec vous? " Je me suis dit; 'La vérité est [toujours]
meilleure' et lui a dit que j'avais cinquante dinars. Il a dit;
'Donne les moi!' Je lui ai remis [mon] porte-monnaie. Il les
comptait [les dinars et il y avait en effet cinquante dinars. Il a
dit; "Ramène-les. Votre véracité m'a impressionné! Il a alors
démonté son cheval et m'a dit: «Prenez-le et roulez! J'ai dit;
'Non, je ne veux pas!' Cependant, il a dit que je devais et il a
finalement prévalu sur moi. Quand j'ai monté le cheval, il a dit;
'Je vais te suivre. En effet, après une année, il m'a rattrapé et
est resté avec moi jusqu'à sa mort. "J'ai entendu Muhammad
ben Husayn - que Dieu ait pitié de lui - disons, j'ai entendu
Mansour ben Abdallah dire, j'ai entendu Ja aul al -Khawwas
dit, j'ai entendu Ibrahim al-Khawwas dire, "Vous ne verrez
jamais l'homme véridique sauf accomplir ses obligations ou
s'engager dans une bonne action." Je l'ai également entendu
[Muhammad B. al-Husayn] dire, j'ai entendu Abu H -Husayn
B. Miqsam dit: J'ai entendu Ja-al-Khawwas dire: J'ai entendu
Al-Junayd dire: "La vraie essence de la vérité est quand vous
parlez de la vérité dans une situation à partir de laquelle seul
un mensonge peut vous sauver." : "Trois choses n'échappent
jamais aux véridiques; la douceur [du caractère], la crainte [de
Dieu], et la grâce. "Il est rapporté que Dieu - que la louange
soit à Lui - a révélé [les paroles suivantes à David] - la paix
soit sur lui; "David, quiconque a confiance en moi au plus
profond de moi-même, je le rendrai digne de confiance aux
yeux de [mes] créatures." Il est lié que Ibrahim b. Dawha et
Ibrahim Sitanba étaient sur le point d'entrer dans le désert.
Ibrahim b. Sitanba a dit: "Abandonnez tous les attachements
[terrestres] qui restent avec vous!" Ibrahim b.Dawha a dit;
"J'ai déjà tout abandonné sauf un dinar" Ibrahim b. S'exclama
Sitanba. "Ibrahim, ne m'en sors pas le plus intime, renonce à
tous les attachements qui restent avec toi!" Ibrahim b.Dawha a
dit; "Alors, j'ai jeté ce dinar." Cependant, il a continué à dire;
"Ibrahim, abandonne les attachements que tu as [encore]!"
[Ibrahim b. Dawha] a dit; «[Soudainement] je me suis souvenu
que j'avais des lanières de sandales [de rechange] avec moi,
alors je les ai jetées et [à partir de là] chaque fois que j'avais
besoin d'une sandale, j'en ai immédiatement trouvé une. [En
voyant cela], Ibrahim b. Sitanba a dit; "C'est ce qui arrive
quand vous traitez avec Dieu Très-Haut en toute vérité!" Dhu
H-Nun al-Misri - que Dieu ait pitié de lui - a dit; "La vérité est
l'épée de Dieu qui coupe à travers tout ce qui tombe." Sahl b.
Abdallah [al-Tustari] a dit: "Quand les véridiques
commencent à se parler, ils commencent à trahir leur
véracité." Quand quelqu'un a demandé à Fath al-Mawsili la
vérité,il fourra sa main dans la forge du forgeron, en sortit un
morceau de fer chaud et le tint dans sa paume en disant: «C'est
la vérité! Yusuf b. Asbat a dit: "Une nuit passée à traiter avec
Dieu avec vérité est plus chère à moi que de brandir mon épée
pour l'amour du Dieu Très-Haut." J'ai entendu le maître Abu
Ali al-Daqqaq dire: "Vérité signifie être avec les autres de la
même manière que vous considérez comme vous-même ou
vous considérez comme vous êtes [en vous-même]".
Quelqu'un a demandé à al-Harith al-Muhasibi les signes de la
véracité. Il a répondu: "La personne véridique serait
imperturbable si le moindre respect pour lui disparaissait du
cœur des gens aussi longtemps que son propre cœur resterait
vertueux, il ne voudrait pas que ses bonnes actions soient
connues d'un seul grain, et pourtant ,il ne verrait pas
d'inconvénient à ce que les gens observent l'un de ses méfaits.
Car, s'il s'en souciait, cela signifierait qu'il voulait que sa
valeur augmente aux yeux des autres. Et ce [désir] n'est pas
parmi les caractéristiques des véridiques. "Un Soufi a dit:" Si
vous ne remplissez pas votre obligation perpétuelle (fard da?
Im) votre obligation occasionnelle (fard mu aqqat) ne sera pas
acceptée de vous. " Quelqu'un lui a demandé à propos de la
signification de «obligation perpétuelle» Il a répondu:
«Vérité». Il est dit: «Si vous cherchez Dieu dans la vérité. Il
vous accordera un miroir dans lequel vous verrez toutes les
merveilles de ce monde et de l'au-delà. "Il est dit:" Accrochez-
vous à la vérité quand vous craignez que cela vous nuise, car
[en réalité] cela vous profitera. Abandonnez un mensonge
quand vous pensez que cela vous sera bénéfique,car [en réalité]
cela vous fera du mal. »On dit:« Tout est quelque chose.
Cependant, l'amitié d'un menteur n'est rien. "On dit:" Le signe
du menteur est qu'il fait beaucoup de promesses, quand il n'y a
personne autour de lui pour le prendre sur eux. "Ibn Sirin a
dit:" Les mots sont si large qu'ils absout l'homme intelligent de
mentir. "" Il est également dit; "Un marchand digne de
confiance (saduq) ne sera jamais démuni." Honte (haya) Dieu
Très Haut a dit: "Ne sait-il pas que Dieu voit?" "V / 289 Abou
Bakr Muhammad ben Abdus al-Hiri al-Muzakki nous a
informés: Abu Sahl Ahmad b.Ibn Sirin a dit: «Les mots sont si
larges qu'ils absoudront l'homme intelligent du mensonge».
"Un marchand digne de confiance (saduq) ne sera jamais
démuni." Honte (haya) Dieu Très Haut a dit: "Ne sait-il pas
que Dieu voit?" "V / 289 Abou Bakr Muhammad ben Abdus
al-Hiri al-Muzakki nous a informés: Abu Sahl Ahmad b.Ibn
Sirin a dit: «Les mots sont si larges qu'ils absoudront l'homme
intelligent du mensonge». "Un marchand digne de confiance
(saduq) ne sera jamais démuni." Honte (haya) Dieu Très Haut
a dit: "Ne sait-il pas que Dieu voit?" "V / 289 Abou Bakr
Muhammad ben Abdus al-Hiri al-Muzakki nous a informés:
Abu Sahl Ahmad b. Muhammad b. Ziyad al-Nahwi à Bagdad
nous a informés: Ibrahim b. Muhammad b. al-Haytham nous
a dit; Musa b.al-Hayyan nous a dit; al-Muqaddami nous a dit
sur l'autorité de Ubaydallah b. Omar, sur l'autorité de Nafi, sur
l'autorité d'Ibn Umar - que Dieu soit satisfait de tous les deux -
que: le Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - a
dit; "La honte fait partie de la foi." Abu Sa id Muhammad b.
Ibrahim al-Isma ili nous a informés: Abu Uthman Amr b.
Abdallah al-Basri nous a dit: Abu Ahmad Muhammad b. Abd
al-Wahhab nous a dit; Ya4a b. Ubayd nous a dit: Aban b.
Ishaq nous a dit sur l'autorité d'al-Sabbah b. Muhammad, sous
l'autorité de Murra al-Hamdani, sous l'autorité de [Abdallah]
Ibn Mas ud - que Dieu soit satisfait de lui - que le Prophète de
Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - ait un jour dit à ses
compagnons; "Ayez honte aux yeux de Dieu comme il sied à
lui!" Ils ont répondu; "Nous avons honte, le Prophète de Dieu,
Louange à Dieu!"Il répondit: «Ce n'est pas cela! ... Celui qui
se sent honteux aux yeux de Dieu comme il convient à lui
garde sa tête de ce qui lui arrive et son estomac de ce qu'il
contient, et il doit constamment se souvenir de la mort et des
afflictions. Celui qui cherche l'au-delà doit abandonner les
parures de cette vie, seul celui qui a fait tout cela a honte aux
yeux de Dieu comme il lui convient. J'ai entendu Shaykh Abu
Abd al-Rahman al-Sulami dire; Abu Nasr al-Waziri nous a
dit;Seul celui qui a fait tout cela a honte aux yeux de Dieu
comme il convient à lui. "J'ai entendu Shaykh Abou al-
Rahman al-Sulami dire, Abu Nasr al-Waziri nous a dit;Seul
celui qui a fait tout cela a honte aux yeux de Dieu comme il
convient à lui. "J'ai entendu Shaykh Abou al-Rahman al-
Sulami dire, Abu Nasr al-Waziri nous a dit; Muhammad
b.Abdallah b. Muhammad nous a dit; al-Ghallabi nous a dit:
Muhammad b. Makhlad nous a dit que son père a dit; "Un
homme sage a dit: 'Renouvelle ta honte en gardant compagnie
à Celui en présence de Qui tous les autres ont honte d'eux-
mêmes!' 'Je l'ai aussi entendu [al-Sulami] dire; J'ai entendu
Abu Bakr al-Razi dire; J'ai entendu Ibn Ata dire; "La plus
grande connaissance est la crainte et la honte: quand ils
disparaissent de [son coeur], rien de bon ne subsiste". Je l'ai
aussi entendu dire; J'ai entendu Abu H-Faraj al-Warathani dire;
J'ai entendu Muhammad b. Ahmad b. Ya qub dire;
Muhammad b.Abd al-Malik a dit; J'ai entendu Dhu H-Nun al-
Misri dire; "La honte est la présence de crainte [de Dieu] dans
votre coeur à la suite de votre consternation sur vos
transgressions passées contre votre Seigneur le Très Haut."
Dhu H-Nin al-Misri a également dit; "L'amour fait parler, fait
honte aux silences et a peur des instables." Abu thman [al-Hiri]
a dit; "Celui qui parle de la honte, sans avoir honte aux yeux
de Dieu - qu'Il soit grand et exalté - est conduit pas à pas
(mustadraj) J'ai entendu Abu Bakr ben Ishkib dire: al-Hasan
ben al-Haddad Il s'adressa à Abdallah ben Munazil, qui lui
demanda d'où il venait et lui répondit: "D'après une rencontre
d'Abu H-Qasim le Prêcheur {al-mudhakkir)" De quoi parlait-il?
" demanda Abdallah. Al-Hasan a dit qu'il parlait de la honte.
Abdallah s'est exclamé: "Comme c'est bizarre!Comment celui
qui n'a pas honte de lui-même aux yeux de Dieu le Très Haut
peut-il parler de honte? "". J'ai entendu Muhammad b. Al-
Husayn a dit: J'ai entendu Abu H-Abbas al-Baghdadi dire: J'ai
entendu Ahmad b. Salih dit: J'ai entendu Muhammad b.
Abdoun dit: J'ai entendu Abu H-Abbas al-Mu addib dire: al-
Sari a dit: "La honte et l'intimité frappent à la porte du coeur,
s'ils y trouvent le renoncement [zuhd] et le scrupule (wara) ils
s'installent. ils ne s'en vont pas », je l'ai aussi entendu
[Muhammad b. al-Husayn] disent: J'ai entendu Muhammad b.
Abdallah b. Shadhan dit: J'ai entendu al-Jurayri dire: "La
première génération de gens a échangé la religion entre eux (ta
amal) jusqu'à ce qu'elle devienne mince.La deuxième
génération a échangé la fidélité entre eux jusqu'à ce qu'elle
disparaisse.La troisième génération a échangé la chevalerie
entre eux jusqu'à ce qu'elle disparaisse ainsi que.La quatrième
génération a échangé la honte entre eux jusqu'à ce que la honte
disparaisse. Maintenant, les gens ont commencé à échanger le
désir [pour le Paradis] et la peur [de la punition dans l'au-
delà] ... "Ils disent à propos des paroles de Dieu Très Haut,"
car elle [l'épouse de Potiphar] le désirait et il aurait pris elle,
mais qu'il a vu la preuve de son Seigneur "," que la "preuve ici
était qu'elle a mis un morceau de tissu sur le visage d'une idole
[stationnée] dans un coin de sa maison.Yusuf - la paix soit sur
lui - Elle lui demanda: "Qu'est-ce que tu fais?" Elle répondit:
"J'ai honte de lui." Alors Yusuf - que la paix soit sur lui - dit:
"Et j'ai encore plus honte de moi devant Dieu le Très Haut!"
parole de Dieu Très Haut, "Une des femmes est venue à lui
[Moïse] marchant avec timidité", qu'elle était embarrassée
devant lui,parce qu'elle lui offrait l'hospitalité et était gêné que
Moïse ne puisse pas l'accepter. C'est le genre de honte associé
à la générosité. J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn - que
Dieu ait pitié de lui - dis: J'ai entendu Abdallah b. Al-Husayn
a dit: J'ai entendu Abu Muham al-Baladhuri dire: J'ai entendu
Abou Abdallah Al-Umari dire: J'ai entendu Ahmad b. Abi H-
Hawari dit: J'ai entendu Abu Sulayman al-Darani dire: "Dieu
Très-Haut a dit: Mon serviteur, tant que tu auras honte devant
Moi, je ferai oublier aux gens tes péchés et je ferai oublier à
tous les coins de la terre vos péchés, j'effacerai toutes vos
transgressions de la Mère des Livres et je ne vous demanderai
pas de rendre compte au Jour du Jugement. »On a vu un
homme prier devant la mosquée. Quelqu'un lui a demandé;
"Pourquoi ne peux-tu pas entrer dans la mosquée et y prier?" Il
a répondu: "J'ai honte d'entrer dans la maison de Dieu après
que je lui ai désobéi! "Ils disent:" Un des signes de ceux qui
ont de la honte est qu'on ne les verra jamais dans un état
honteux. "Un Sufi a dit: la nuit et est entré dans un fourré. Là
nous sommes tombés sur un homme endormi, dont le cheval
broutait à sa tête. Nous l'avons réveillé et lui avons demandé:
«N'avez-vous pas peur de dormir dans un endroit aussi
effrayant et plein de bêtes sauvages? Il leva la tête et dit:
"J'aurais honte devant Dieu le Très Haut si j'avais peur de
quelqu'un d'autre que Lui!" Il baissa alors la tête et se
rendormit: "Dieu soit loué, révélé à Jésus, que la paix soit sur
lui:" Admontez-vous. Si vous tenez compte de l'avertissement,
alors admonestez les autres. Sinon, alors sois confus devant
Moi, quand tu avertis les autres! "On dit qu'il y a différents
types de honte. L'un est la honte de la transgression, comme
dans le cas d'Adam - la paix soit sur lui. Quand Dieu lui a
demandé, "Me fuyez-vous?", Il a répondu, "Non, je fuis de la
honte devant Toi!" Une autre est la honte de tomber court
(taqsir) comme dans le cas des anges, qui ont dit à Dieu:
"Nous ne t'avons pas adoré comme tu mérites [d'être adoré]!"
Un autre type de honte est la honte de la révérence (ijlal).
C'était caractéristique de [l'ange] Israfil - la paix soit sur lui -
qui s'est enveloppé dans ses ailes par honte devant Dieu - qu'il
soit grand et exalté! Il y a aussi la honte de la générosité, qui
concernait le Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - car il
avait honte de demander [au peuple de sa] communauté
(umma) de le laisser seul. Par conséquent, le Dieu Très-Haut
[devait] dire:"[Et quand vous avez pris le repas, dispersez-
vous], ne vous attardez pas à bavarder." Un autre type de
honte est la honte de l'embarras, qui caractérise Ali - que Dieu
soit satisfait de lui - quand il demande (en gardant à l'esprit le
statut de [la fille du Prophète] Fatima - que Dieu soit satisfait
d'elle) al-Miqdad b. Al-Aswad pour demander au Messager de
Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - pour une décision
concernant l'émission du sperme résultant des préliminaires.
Alors il y a la honte de l'humilité, qui était caractéristique de
Moïse - que la paix soit sur lui - quand il a dit: "Quand j'ai
besoin de quelque chose de ce monde, j'ai honte de Te
demander, mon Seigneur!" À quoi Dieu - qu'Il soit grand et
exalté - a répondu, en disant: "Demande-Moi, même pour le
sel pour la pâte de ton pain et le fourrage pour ton mouton!"
Finalement,il y a la honte de la bienfaisance [divine]. C'est la
honte du Seigneur - Loué soit-Il - quand Il donne à Son
serviteur un livre scellé, après avoir traversé le pont menant à
l'Au-delà. Dans ce livre il est écrit: "Tu as fait ce que tu as fait
et j'ai eu honte de te le montrer, va maintenant, car je t'ai
pardonné!" J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq dire à
propos de cette question que Yahya b. Mu adh a dit: "Louange
soit le [Seigneur] qui a honte de son serviteur pécheur." J'ai
entendu Muhammad b. al-Husayn dire: J'ai entendu Abdallah
b.J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq dire à propos de
cette question que Yahya b. Mu adh a dit: "Louange soit le
[Seigneur] qui a honte de son serviteur pécheur." J'ai entendu
Muhammad b. al-Husayn dire: J'ai entendu Abdallah b.J'ai
entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq dire à propos de cette
question que Yahya b. Mu adh a dit: "Louange soit le
[Seigneur] qui a honte de son serviteur pécheur." J'ai entendu
Muhammad b. al-Husayn dire: J'ai entendu Abdallah b.
Ahmad b.Ja loin dire: J'ai entendu Zanjawayh al-Labbad dire:
J'ai entendu Ali b. al-Husayn al-Hilali dire: J'ai entendu
Ibrahim b. Al Ash Ash dit: J'ai entendu al-Fudayl b. Il dit: «Il
y a cinq signes de misère [dans l'humanité]: la grossièreté du
cœur, la cruauté de l'œil, le manque de honte, le désir de ce
monde et l'attente de trop de choses. Dans un livre révélé, il
est dit: "Mon serviteur est injuste envers moi, quand il
m'invoque, je suis gêné de le renverser et pourtant il me
désobéit sans avoir honte devant moi!" 'Yahya b. Mu adh a dit:
«Si un homme a honte devant Dieu le Très Haut tout en étant
obéissant, Dieu aura honte de le [punir], quand il pèche.77292
Sachez que la honte est comme fondre, car ils disent que la
honte fond les entrailles de l'homme sous le regard de Son
Maître Il est dit: "La honte est la contraction du coeur,quand il
cherche à exalter son Seigneur. "On dit aussi:" Quand un
homme s'assoit pour prêcher à d'autres personnes, ses deux
anges lui disent: "Admonie-toi comme tu avertis les autres, ou
alors rougis devant ton Maître, Il a répondu: "Quand vous
voyez à la fois les faveurs de votre Dieu et vos défauts, il se
dégage entre eux l'état connu sous le nom de 'honte'." Al-
Wasiti a dit: "Un homme ne peut ressentir la honte jusqu'à ce
qu'il ait transgressé l'une des lois de Dieu ou violé l'un de ses
pactes." Al-Wasiti a également dit: "La sueur jaillit d'un
homme qui ressent de la honte, car c'est un bénédiction que
Dieu met en lui. Tant que toute trace [de l'influence de son
âme] reste en lui, il est interdit d'avoir honte. "J'ai entendu le
maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dire: "La
honte est l'abandon de toutes les prétentions [personnelles]
devant Dieu - qu'il soit grand et exalté!" J'ai entendu
Muhammad b. Al-Husayn dit: J'ai entendu Muhammad b.
Abdallah al-Soufi - que Dieu ait pitié de lui - dis: J'ai entendu
Abu H- Abbas b. al-Walid al-Zawzani dire: J'ai entendu
Muhammad b. Ahmad al-Juzjani a dit: J'ai entendu Abou Bakr
al-Warraq dire: "De temps en temps, je prierais deux prières à
Dieu le Très Haut, puis j'en serais honteux comme si j'avais
volé quelqu'un." Liberté (hurriyya) Dieu - qu'Il soit grand et
exalté - a dit: "[Ils] préfèrent les autres à eux-mêmes même si
la pauvreté est leur portion." Il a expliqué: "Ils ont préféré les
autres à eux-mêmes, parce qu'ils se sont libérés qu'ils ont
abandonné et préféré. " Ali b.Ahmad al-Ahwazi nous a
informés: Ahmad b. Ubayd al-Basri nous a informés: Ibn Abi
Qammash nous a dit: Muhamma d b. Salih b. al-Nattah nous a
dit: Nu aym b. Muwarri b. Tawba nous a dit sur l'autorité de
Isma il al-Makki, sur l'autorité d'Amr b. Dinar, sous l'autorité
de Tawus, sous l'autorité de [Abdallah] Ibn Abbas, qui a dit
que le Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - a
dit; «Ce qui satisfait chacun d'entre vous, c'est ce dont il se
contente, car tout finira dans les quatre coudées et dans une
fourchette, 7293 parce que toutes choses finiront par se
terminer.qui a dit que le Messager de Dieu - que Dieu le
bénisse et le salue - a dit; «Ce qui satisfait chacun d'entre vous,
c'est ce dont il se contente, car tout finira dans les quatre
coudées et dans une fourchette, 7293 parce que toutes choses
finiront par se terminer.qui a dit que le Messager de Dieu - que
Dieu le bénisse et le salue - a dit; «Ce qui satisfait chacun
d'entre vous, c'est ce dont il se contente, car tout finira dans les
quatre coudées et dans une fourchette, 7293 parce que toutes
choses finiront par se terminer. Il a dit;"La liberté signifie que
le serviteur de Dieu ne se laisse pas asservir par [d'autres]
créatures, ni qu'il est soumis au pouvoir des choses originelles
(mukawwanai) .Le signe de sa solidité est que son cœur n'est
plus capable de distinguer différentes choses à tel point que
tout ce qu'il voit lui semble égal, "Haritha" - que Dieu soit
satisfait de lui - a dit au Messager de Dieu - que Dieu le
bénisse et le salue: "J'ai abandonné ce monde et maintenant
ses pierres »J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que
Dieu ait pitié de lui - dise:« Quiconque entre dans ce monde
libéré part pour que le prochain monde en soit libéré. »J'ai
entendu Muhammad b) al-Husayn dit: J'ai entendu Abu
Muhammad al-Maraghi dire sur l'autorité d'al-Raqqi qu'al-
Daqqaq "a dit; "Celui qui vit dans ce monde étant libre de cela
vivra dans le prochain monde en étant libre. "Sachez que la
Vraie Réalité de la liberté réside dans la perfection de son
servitude i ubudiyya.) Quand son serviteur devant Dieu est
sincère, sa liberté est Ceux qui croient que le serviteur peut
occasionnellement enlever la bride de la servitude et détourner
sa vue des commandements et des interdictions de [Dieu] dans
le royaume de la Loi Divine {dar al-taklif) tout en étant de
Souverain, soyez loués, car ce n'est que renoncer à sa religion,
Dieu lui soit loué, a dit à son Prophète, que Dieu le bénisse et
le salue, "Servez votre Seigneur jusqu'à ce que la Certitude
vienne à vous". les commentateurs conviennent que [la
Certitude] signifie ici un 's nommé heure [de la mort] {ajal).
Quand les gens parlent de la liberté, ils impliquent que l'on
n'est pas lié par des attachements mondains ou des choses
éphémères de ce monde ni celles de l'Au-delà. Cet homme se
consacre uniquement à Dieu et n'est soumis ni aux choses
transitoires de ce monde, ni à l'accomplissement de ses désirs,
ni aux inspirations des aspirations; il n'a aucune demande,
aucun but, aucun besoin, et aucune fortune. Quelqu'un a
demandé à al-Shibli; "Ne savez-vous pas que le Dieu Très-
Haut est miséricordieux?" Il a répondu; "Oui, bien sûr, mais
depuis que j'ai appris sa miséricorde, je ne lui ai jamais
demandé d'avoir pitié de moi!" La station de liberté est très
rare. J'ai entendu le maître Abu Ali [al-Daqqaq] - que Dieu ait
pitié de lui - disons; Abu H- Abbas al-Sayyari avait l'habitude
de dire; "Si vous utilisez des mots autres que le Qur an en
un"La prière devait être permise, ils auraient dû être les
suivants; Je souhaite que le sort {zaman) m'accorde quelque
chose qui est [difficilement] possible: que mes yeux tombent
sur le visage d'un homme libre (Awrr)! "Les maîtres soufis ont
parlé abondamment de la liberté: ainsi, al-Husayn b Mansur
[al-Hallaj] a dit: "Celui qui aspire à la liberté, qu'il se consacre
constamment au service [de Dieu]!" Quelqu'un a demandé
l'opinion d'al-Junayd au sujet de quelqu'un dont la dette ne
dépasse pas la quantité d'humidité Il a répondu: "Un esclave
qui a signé un contrat de manumission avec son propriétaire
reste un esclave alors qu'il doit même un dirham [à son
propriétaire]." J'ai entendu Abu Abd al-Rahman al-Sulami
dire : J'ai entendu Abu Bakr al-Razi dire: J'ai entendu Abu
Umar al-Anmati dire: J'ai entendu al-Junayd dire: "Vous
n'atteindrez jamais la liberté sincère jusqu'à ce qu'il ne reste
qu'un seul petit serviteur que vous Lui deviez. "Bishr al-Hafi a
dit:" Quiconque veut goûter la saveur de la liberté et se
reposer du service doit purifier le secret {sarira) »Al-Husayn
ben Mansour a dit:« Quand le serviteur a accompli tous les
postes de servitude, il se libère des difficultés de la servitude.
Il devient alors capable d'acquérir le service sans effort ni
effort de sa part. C'est la station des prophètes et des
véridiques [siddiqun] C'est-à-dire, il est porté (mahmut) [vers
son but]; aucune difficulté ne s'attache à son cœur, même si
[extérieurement] il reste orné par [les injonctions de] la loi
divine, Cheikh Abou Abd al-Rahman [al-Sulami] nous a
récité:Abou Bakr al-Razi nous a récité: Mansur al-Faqih («le
Juriste») nous a récité: Aucun homme libre ne demeure parmi
les hommes, pas un seul, Ni un parmi les djinns! Les libres de
ces deux communautés sont parties Et la douceur de vivre est
devenue amère! Sachez que la plus grande liberté consiste à
servir les pauvres. "J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq -
que Dieu ait pitié de lui - dise:" Dieu Très Haut a révélé à [le
prophète] David - que la paix soit sur lui: 'Si tu es quelqu'un
qui Me cherche, sois son serviteur "Le Prophète - que Dieu le
bénisse et le salue - a dit:" Le maître d'un peuple est leur
serviteur. "J'ai entendu Muhammad b. Al-Husayn - que Dieu
ait pitié de lui - dire: J'ai entendu Muhammad b.On n'en trouve
pas non plus parmi les djinns! Les libres de ces deux
communautés sont parties Et la douceur de vivre est devenue
amère! Sachez que la plus grande liberté consiste à servir les
pauvres. "J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu
ait pitié de lui - dise:" Dieu Très Haut a révélé à [le prophète]
David - que la paix soit sur lui: 'Si tu es quelqu'un qui Me
cherche, sois son serviteur "Le Prophète - que Dieu le bénisse
et le salue - a dit:" Le maître d'un peuple est leur serviteur.
"J'ai entendu Muhammad b. Al-Husayn - que Dieu ait pitié de
lui - dire: J'ai entendu Muhammad b.On n'en trouve pas non
plus parmi les djinns! Les libres de ces deux communautés
sont parties Et la douceur de vivre est devenue amère! Sachez
que la plus grande liberté consiste à servir les pauvres. "J'ai
entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui
- dise:" Dieu Très Haut a révélé à [le prophète] David - que la
paix soit sur lui: 'Si tu es quelqu'un qui Me cherche, sois son
serviteur "Le Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - a dit:"
Le maître d'un peuple est leur serviteur. "J'ai entendu
Muhammad b. Al-Husayn - que Dieu ait pitié de lui - dire: J'ai
entendu Muhammad b."Dieu Très Haut a révélé au [prophète]
David - que la paix soit sur lui: 'Si vous êtes quelqu'un qui Me
cherche, soyez son serviteur!'" Le Prophète - que Dieu le
bénisse et le salue - a dit: "Le Maître d'un les gens sont leurs
serviteurs. " J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn - que Dieu
ait pitié de lui - dis: J'ai entendu Muhammad b."Dieu Très
Haut a révélé au [prophète] David - que la paix soit sur lui: 'Si
vous êtes quelqu'un qui Me cherche, soyez son serviteur!'" Le
Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - a dit: "Le Maître
d'un les gens sont leurs serviteurs. " J'ai entendu Muhammad b.
al-Husayn - que Dieu ait pitié de lui - dis: J'ai entendu
Muhammad b. Ibrahim b.Al-Fadl dit: J'ai entendu Muhammad
b. al-Rumi dit: J'ai entendu Yahya b. Mu adh dit: "Les enfants
de ce monde sont servis par des esclaves et des filles esclaves,
alors que les enfants du prochain monde sont servis par les
justes et les libres". Je l'ai aussi entendu [Muhammad b. al-
Husayn] dire: j'ai entendu Abdallah b. Uthman b. Yahya dit:
J'ai entendu Ali b. Muhammad al-Misri a dit: J'ai entendu
Yusuf b. Musa dit: J'ai entendu Ibn Khubayq dire: J'ai entendu
Muhammad b. Abdallah dit: J'ai entendu Ibrahim b. Adham
dit: "Celui qui est noble et libre se retire de ce monde avant
d'en être retiré [par Dieu]". Ibrahim b.Adham a également dit:
"Gardez la compagnie de personne sauf un qui est noble et
libre: il écoutera, mais ne parlera pas [à d'autres]." Souvenir
(dhikr) Dieu Très Haut a dit: "O croyants, souvenez-vous
souvent de Dieu", "Abou H-Husayn Ali ben Muhammad ben
Abdallah ben Bashran nous a informés à Bagdad: Abou Ali al-
Husayn b. Safwan al-Bardha i nous a informé: Abou Bakr ben
Abdallah ben Muhammad ben Abi M-Dunya nous a dit: Harun
ben Maour a dit: Anas b.% nous a dit: Abdallah ben Said ben
Abi Hind nous a dit sur l'autorité de Ziyad ben Abi Ziyad,
sous l'autorité d'Abu Bahriyya, sur l'autorité d'Abu H-Darda -
que Dieu soit satisfait de lui - que le Messager de Dieu - que
Dieu le bénisse et le salue - a dit: "Ne t'ai-je pas dit? du
meilleur de tes oeuvres, le plus pur d'entre eux dans ton
Seigneur 's yeux et ceux qui sont les plus exaltés dans vos
rangs? Ils valent mieux que de donner de l'or et de l'argent
dans la charité et de combattre votre ennemi et de leur frapper
le cou alors qu'ils frappent le tien. Ils lui ont demandé:
"Qu'est-ce que c'est, O Messager de Dieu?" Il répondit:
"Souviens-toi du Dieu Très-Haut!" Abu Nu yam Abd al-Malik
ben al-Hasan nous informa: Ya qub b Ishaq Ibn Ibrahim a dit:
al-Dayri nous a dit sur l'autorité de Abd al-Razzaq, sous
l'autorité de Ma Mar l'autorité d'Al-Zuhri, sous l'autorité de
Thabit, sous l'autorité d'Anas [Malik], qui a dit que le
Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - a dit:
"L'Heure de jugement ne viendra pas sur celui qui dit: «Dieu!
Dieu! "'Ali bh Ahmad bb Abdâd dit: Ahmad ben Ubayd a dit:
Mu adh a dit: Mon père a dit sur l'autorité de Humayd, sur
l'autorité d'Anas b.Malik, que le Messager de Dieu - que Dieu
le bénisse et le salue - a dit: "L'Heure du Jugement ne viendra
pas jusqu'à ce que personne sur cette terre ne dise:" Dieu, Dieu!
"Le Maître a dit:" Le Souvenir est un Puissant pilier du
chemin vers Dieu - que la louange soit à Lui, en effet, c'est le
fondement même de ce chemin, car on ne peut atteindre Dieu
qu'en se souvenant constamment de Son nom. " Il y a deux
types de souvenir; le souvenir de la langue et le souvenir du
coeur. Le souvenir continuel de la langue amène finalement le
serviteur au souvenir du coeur. Le véritable effet, cependant,
réside dans le souvenir du cœur. Si le serviteur est capable de
se souvenir de sa langue et de son cœur, il a atteint la
perfection tant dans son état personnel que dans son
cheminement.J'ai entendu Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait
pitié de lui - dise: «Le souvenir est le mandat (la manshur) de
la sainteté: celui qui a accès au souvenir a reçu le mandat,
tandis que celui qui se voit refuser le souvenir est banni. de la
proximité de Dieu]. " On dit qu'au début de sa marche, al-
Shibh descendait dans une cave avec un paquet de bâtons.
Chaque fois que la négligence entrait dans son cœur, il se
battait avec un bâton jusqu'à ce qu'il se brise sur lui-même.
Parfois, il sortait des bâtons avant le soir, alors il frappait ses
mains et ses pieds contre le mur. On dit que le souvenir de
Dieu par le cœur est l'épée des chercheurs avec lesquels ils
combattent leurs ennemis et repoussent les fautes qui les
assaillent. Quand une affliction surmonte le serviteur de
Dieu,son cœur devrait chercher refuge auprès de Dieu Très-
Haut, et tout ce qu'il abhorre sera détourné de lui. Quelqu'un a
demandé à al-Wasiti à propos du souvenir. Il a répondu; "C'est
de quitter l'arène de la négligence pour la vaste étendue de
témoigner [Dieu], qui est régie par la peur intense et l'amour
de Lui." J'ai entendu Shayk Abu Abd al-Rahman al-Sulami
dire: J'ai entendu Abdallah b. al-Husayn a dit: J'ai entendu
Abu Muhammad al-Baladhuri dire: J'ai entendu Abd al-
Rahman b. Bakr dit: J'ai entendu Dhu H-Nun al-Misri dire:
"Celui qui mentionne Dieu le Très Haut honnêtement, oubliera
toute autre chose par son souvenir, Dieu le protégera alors de
tout et le récompensera pour tout [il a manqué] " Je l'ai aussi
entendu [al-Sulami] dire: J'ai entendu Abdallah al-Mu allim
dire: J'ai entendu Ahmad al-Masjidi dire: "Quelqu'un a
demandé à Abu Uthman [al-Hiri]: 'Nous nous souvenons du
Dieu Très-Haut, mais nous ne trouvons aucune douceur dans
nos cœurs à cause de cela. Il a répondu: "Louez le Dieu Très-
Haut qu'il a au moins orné vos membres d'actes d'obéissance!"
"Selon une tradition bien connue du Messager de Dieu - que
Dieu le bénisse et le salue - il a dit:" Quand vous passez près
des jardins du Paradis, vous y alliez et y paissent! »[Ses
disciples] lui demandèrent:« Quels sont les jardins du Paradis?
»Il répondit:« Les rassemblements où l'on se souvient de Dieu.
»Abu H-Hasan Ali b. Bakkar nous informa à Bagdad: Abou
Ali ben Safwan nous dit: Ibn Abi H-Dunya dit: al-Haytham
ben Kharija dit: Ismaïl ben Ayyash dit sur l'autorité d'Umar
ben Abdallah que Khalid ben Abdallah b. Safwan lui a dit
sous l'autorité de Jabir ben Abdallah, qui a dit: "Le Messager
de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - est venu vers nous et
a dit: 'Ô peuple, allume et fais paître dans les jardins du
Paradis!' Nous lui avons demandé: 'O Messager de Dieu, quels
sont les jardins du Paradis?' Il répondit: "Le rassemblement où
l'on se souvient de Dieu. Allez donc, matin et soir, et
souvenez-vous de Dieu. Que celui qui veut connaître sa
position avec Dieu voit ce que Dieu a debout avec lui! Car
Dieu - que Dieu soit loué - accorde à tous le même statut que
lui-même! "J'ai entendu Muhammad ben al-Husayn dire: J'ai
entendu Muhammad al-Farra dire: J'ai entendu al-Shibli dire:"
Ne Dieu - qu'Il soit exalté - dis: "Je suis en compagnie de
Celui qui se souvient de Moi"? Quel bénéfice as-tu retiré de la
compagnie du Dieu Très-Haut? »Je l'ai entendu [Muhammad
ben Husayn] dire: J'ai entendu Abdallah b.Musa al-Salami dit:
J'ai entendu al-Shibli réciter ce qui suit dans sa session: Je me
suis souvenu de Ton nom parce que je t'avais oublié Un seul
instant Le souvenir le plus facile est de Te souvenir de ma
langue Je suis presque mort sans extase M'avoir vaincu Mon
cœur tremble, accablé d'amour Et mon extase m'a montré que
Tu es avec moi J'ai été témoin de Ta présence partout Puis j'ai
parlé à celui qui était présent sans prononcer un mot Et j'ai
remarqué celui que je connaissais sans le voir! Une des
caractéristiques du souvenir est qu'il ne se limite pas aux
temps fixés. En fait, le serviteur de Dieu est enjoint de se
souvenir de Dieu en tout temps en tant que [son] devoir
religieux / 7298 ou en tant que recommandation. Quant à la
prière, bien qu'elle soit le plus noble de tous les actes de culte,
elle peut être dite pendant des temps déterminés
seulement,tandis que le souvenir de Dieu dans le cœur [est
recommandé] dans tous les états et conditions. Dieu le Très
Haut a dit; "Et [les hommes] qui se souviennent de Dieu
debout et assis et [couchés] sur leurs côtés.J'ai entendu l'imam
Abu Bakr b .Fourak - que Dieu ait pitié de lui - dire:" 'Debout'
signifie ici 'Se souvenir de Lui comme il sied. Lui ', tandis que'
s'asseoir 'signifie' abandonner toute prétention vis-à-vis de Lui.
'"J'ai entendu le Cheikh Abu Abd al-Rahman al-Sulami
demander au maître Abu Ali al-Daqqaq:" Quoi de plus parfait:
le souvenir ou rationnel] contemplation [fikr] V Le maître, à
son tour, lui demanda: «Et qu'en penses-tu? Shaykh Abu Abd
al-Rahman al-Sulami a dit: "A mon avis, le souvenir est plus
parfait que la contemplation, car Dieu - Loué soit à Lui - se
soit souvenu de Lui-même,tandis qu'Il n'a jamais fait la même
chose pour la contemplation. Et tout ce qui est attribué à Dieu
- la louange soit à Lui - est toujours meilleur que ce qui est
attribué à Ses créatures. "Le maître Abu Ali al-Daqqaq - que
Dieu ait pitié de lui - a approuvé cette réponse. al-Rahman al-
Sulami - que Dieu ait pitié de lui - dis: J'ai entendu
Muhammad b. Abdallah dire: J'ai entendu al-Kattani dire: "Si
le souvenir de Lui ne m'était pas imposé, je ne m'en
souviendrais pas En tout cas, comment quelqu'un quelqu'un
aussi humble que moi peut-il se souvenir de lui sans se laver la
bouche mille fois en guise de pénitence pour le mentionner?
"J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié
sur lui - récitez ce qui suit: Je ne peux pas me souvenir de
votre nom sans avoir mon cœur, mon moi le plus intime,et
mon esprit me retient chaque fois qu'une seule pensée de toi
me visite comme si un observateur invisible de ta part me
disait: "Prends garde!" "Malheur à vous!" "Méfiez-vous de ce
souvenir!" Une des caractéristiques du souvenir est que Dieu
rend toujours son souvenir de Lui, car Dieu le Très-Haut a dit:
"Souviens-toi de moi et je me souviendrai de toi." "Selon une
tradition solide, Gabriel - que la paix soit sur lui - a dit au
Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - que Dieu
a dit:" J'ai donné à votre communauté quelque chose que je
n'ai donné à aucune autre communauté " Le Messager
demanda: "Qu'est-ce que c'est, Gabriel?" Il répondit: "Dieu
Très-Haut a dit:" Souviens-toi de moi et je me souviendrai de
toi! " Il n'a dit cela à aucune autre communauté. " C'est dit:
"L'ange de la mort demande la permission de celui qui se
souvient [de Dieu] avant de saisir son esprit. "/ 7299 Selon l'un
des livres [saints], Moïse - que la paix soit sur lui - a dit:" Où
résidez-vous, mon Seigneur? "Dieu le Très Haut lui a révélé:"
Dans le coeur de Mon fidèle serviteur. "Ceci implique la
demeure du souvenir [de Dieu], car le Dieu Très-Haut est très
éloigné de toute notion de résidence ou d'habitation. J'ai
entendu Muhammad ben al-Husayn - que Dieu ait pitié de lui -
dire: J'ai entendu Abdallah ben Ali dire: j'ai entendu Paris dire:
j'ai entendu al-Thawri Dire: J'ai entendu Dhu H-Nun dire,
quand je lui ai demandé au sujet du souvenir: "Cela signifie
l'absence de celui qui se souvient de son acte de souvenir." Il a
ensuite récité le [verset] suivant:Je multiplie mon souvenir de
toi pas parce que je t'ai oublié Le souvenir jaillit simplement
de ma langue! Sahl b. Abdallah [al-Tustari] a dit: "Il ne se
passe pas un seul jour sans que le Majestic ne crie:" O mon
serviteur, tu ne M'as pas traité avec justice, car je me souviens
de toi, alors que tu m'oublies, je t'invite à être avec moi.
Pendant que vous allez visiter les autres, je vous garde des
afflictions pendant que vous continuez à pécher ... Ô fils
d'Adam, que diras-tu demain, quand tu viendras me voir?
"'Abu Sulayman al-Darani a dit: Chaque fois que quelqu'un se
souvient du nom de Dieu, les anges commencent à y planter
des arbres, de temps en temps un ange arrête de planter et
quand on lui demande pourquoi il s'arrête, il répond: 'Mon
homologue [humain] est devenu laxiste. Souvenir]. "Al-Hasan
[al-Basri] a dit:"Cherchez le plaisir dans trois choses: la prière
[rituelle], le souvenir du nom de Dieu, et dans la récitation du
Coran. Si vous trouvez du plaisir dans ceux-ci, très bien. Sinon,
sachez que la porte est fermée. "Hamid al-Aswad a dit:" Une
fois, j'ai voyagé avec Ibrahim al-Khawwas. Nous sommes
venus à un endroit qui fourmillait de serpents. Il posa sa peau
d'eau et s'assit. Moi aussi, je me suis assis. Puis la nuit est
venue, l'air s'est refroidi et les serpents sont sortis [en grand
nombre]. J'ai appelé le maître, qui a dit: «Souviens-toi de Dieu!
Dès que j'ai commencé à me souvenir de Dieu, les serpents se
sont retirés et ne sont pas revenus. Donc nous nous sommes
assis pendant un moment, jusqu'à ce que l'air soit devenu
encore plus frais et que les serpents soient ressortis. J'ai de
nouveau appelé le maître, et il m'a dit: "Souviens-toi de Dieu!"
J'ai commencé à me souvenir de Dieu, et les serpents se sont
retirés et ne sont pas revenus.Au bout d'un moment, je l'ai
rappelé et il m'a dit la même chose. Alors je me suis souvenu
de Dieu jusqu'au matin. Quand nous nous sommes réveillés, il
s'est levé et a marché, et je l'ai suivi. Soudainement, un gros
serpent est tombé de son lit, dans lequel il avait glissé pendant
la nuit. Je lui ai demandé; Tu n'as pas remarqué ce serpent? Il
a répondu: "Non, cela fait un moment que j'ai dormi aussi bien
qu'hier soir!" Abu Uthman [al-Hiri] a dit: "On ne peut pas
apprécier la désolation de la négligence, jusqu'à ce qu'on ait
goûté le goût de l'intimité. J'ai entendu Muhammad ben al-
Husayn dire: J'ai entendu Abd al-Rahman ben Abdallah al-
Dhubyani dire: J'ai entendu al-Jurayri dire: J'ai entendu al-
Junayd dire: J'ai entendu al-Sari dire: " Dans l'un des livres
révélés par Dieu, il est dit: "Chaque fois que le souvenir de
Moi domine Mon serviteur,il est amoureux de Moi {ashiqani)
et je suis amoureux de lui {ashiqtuh) Il a aussi dit: "Dieu Très-
Haut a révélé à David - que la paix soit sur lui: 'Réjouissez-
vous en Moi et prenez plaisir à Me souvenir de Moi "[Sufyan]
al-Thawri a dit:" Chacun a sa propre punition, la punition du
gnostique divin (arif biliah) est d'être privé du souvenir de
Dieu. " Dans les évangiles, il est dit: "Souviens-toi de moi
quand tu seras en colère et je me souviendrai de toi quand je
serai en colère, car Mon aide t'aide mieux que toi." Quelqu'un
a demandé à un moine: "Tu jeûnes?" Il répondit: "Je jeûne en
me souvenant de lui, chaque fois que je me souviens de
quelqu'un d'autre que Lui, je brise mon jeûne." Si le souvenir
de Dieu s'empare de son cœur,chaque fois qu'un diable
cherche à s'en approcher, il est saisi d'une crise de convulsions,
de la même manière que l'homme est saisi par un accès de
tordre chaque fois qu'un diable essaie de s'approcher de lui.
Alors les démons convergent vers leur diable et demandent:
"Qu'est-ce qui t'es arrivé?" Et ils entendent la réponse: "Les
hommes l'ont vaincu!" Sahl [al-Tustari] a dit: "Je ne connais
pas de péché plus odieux qu'oubliant le Seigneur Très-Haut."
Il est également dit que les anges ne peuvent pas porter un
souvenir silencieux de Dieu jusqu'à Lui, parce que c'est un
secret entre le serviteur et son Dieu, qu'il soit grand et exalté.
Un Sufi raconte: "On m'a parlé d'un homme qui pratiquait le
souvenir de Dieu dans les bois, et je suis venu le voir, alors
qu'il était assis là, un énorme lion l'a attaqué et lui a arraché un
morceau de sa chair. Quand nous avons repris connaissance,Je
lui ai demandé ce qui venait de se passer. Il répondit: "Dieu a
désigné ce lion pour veiller sur moi. Chaque fois que je
deviens laxiste [dans mon souvenir de Lui] cela me prend une
morsure, comme vous venez de le voir. »J'ai entendu Shaykh
Abu Abd al-Rahman al-Sulami dire: J'ai entendu al-Husayn
ben Yahya dire : J'ai entendu Ja loin B. Nusayr dire: J'ai
entendu al-Jurayri dire: "Il y avait parmi nous un homme qui
répétait constamment le nom de Dieu," Allah, Allah ". Un jour,
une branche d'un arbre tomba sur sa tête, la fendant ouverte.
Comme son sang est tombé sur le sol, il a formé les mots:
«Dieu, Dieu (Allah)." "Chevalerie (futuwwa) Dieu Très Haut a
dit; "Ils étaient [jeunes gens] (fitya) qui ont agi dans leur
Seigneur, et Nous les avons augmentés dans la direction." V /
301. Le maître [al-Qushayri] a dit: "Le fondement de la
chivahy est que le serviteur de Dieu s'exerce toujours au
service des autres. "Le Prophète - que Dieu le bénisse et le
salue - a dit:" Le Très-Haut assiste constamment aux besoins
de Son serviteur aussi longtemps que son serviteur aux besoins
de ses compagnons musulmans. " Ali b. Ahmad b.Abdan a
rapporté la même histoire à nous. Il a dit: Ahmad b. Ubayd
nous a informés: Isma il b. al-Fadl nous a dit: Ya qub b.
Humayd b. Kasib nous a dit: Ibn Abi Hazim nous a raconté
cela sous l'autorité d'Abdallah b. Amir al-Aslami, sur l'autorité
de Abd al-Rahman b. Hurmuz al-A raj sur l'autorité d'Abu
Hurayra, sur l'autorité de Zayd b. Thabit - que Dieu soit
satisfait d'eux deux - que le Messager de Dieu - que Dieu le
bénisse et le salue - a dit: «Dieu le Très-Haut répond
constamment aux besoins de Son serviteur aussi longtemps
que Son serviteur répond aux besoins de son compagnon Les
musulmans." J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq dire:
"Personne n'a atteint la perfection dans la chevalerie, excepté
le Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - car au
Jour du Jugement, tout le monde dira:" Moi, Moi ", sauf le
Messager de Dieu, qui dira:'Ma communauté, ma
communauté!' "J'ai entendu Shaykh Abou al-Rahman al-
Sulami - que Dieu ait pitié de lui - dise: J'ai entendu
Muhammad ben al-Husayn dire: J'ai entendu Abou Ja-al-
Farghani dire: J'ai entendu al-Junayd dire: «La chevalerie
réside en Syrie, l'éloquence en Irak, et la véracité au
Khurasan.» Je l'ai aussi entendu [al-Sulami] dire: J'ai entendu
Abdallah ben Muhammad al-Razi dire: J'ai entendu
Muhammad b. Nasr B. Mansour al-Saïd dit: J'ai entendu
Muhammad B. Mardawayh dire: J'ai entendu al-Fudayl dire
que: «La chevalerie, c'est oublier les fautes de vos frères.» On
dit: «La chevalerie est quand vous ne vous estimez pas
supérieur aux autres. "Abu Bakr al-Warraq a dit:" La personne
chevaleresque n'a aucun ennemi ".J'ai entendu Shaykh Abu
Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - dire: J'ai
entendu Muhammad b. Al-Husayn a dit: J'ai entendu Abou Ja-
al-Farghani dire: J'ai entendu Al-Junayd dire: "La chevalerie
réside en Syrie, l'éloquence en Irak et la véracité au
Khurasan." Je l'ai aussi entendu [al-Sulami] dire: j'ai entendu
Abdallah b. Muhammad al-Razi a dit: J'ai entendu
Muhammad b. Nasr b. Mansur al-Sa dit: J'ai entendu
Muhammad b. Mardawayh dit: J'ai entendu al-Fudayl [b. lyad]
disent: "La chevalerie signifie oublier les fautes de vos frères."
Il est dit: "La chevalerie est quand vous ne vous considérez
pas comme supérieur aux autres." Abu Bakr al-Warraq a
déclaré: "La personne chevaleresque n'a aucun ennemi".J'ai
entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait
pitié de lui - dire: J'ai entendu Muhammad b. Al-Husayn a dit:
J'ai entendu Abou Ja-al-Farghani dire: J'ai entendu Al-Junayd
dire: "La chevalerie réside en Syrie, l'éloquence en Irak et la
véracité au Khurasan." Je l'ai aussi entendu [al-Sulami] dire:
j'ai entendu Abdallah b. Muhammad al-Razi a dit: J'ai entendu
Muhammad b. Nasr b. Mansur al-Sa dit: J'ai entendu
Muhammad b. Mardawayh dit: J'ai entendu al-Fudayl [b. lyad]
disent: "La chevalerie signifie oublier les fautes de vos frères."
Il est dit: "La chevalerie est quand vous ne vous considérez
pas comme supérieur aux autres." Abu Bakr al-Warraq a
déclaré: "La personne chevaleresque n'a aucun ennemi".Je l'ai
aussi entendu [al-Sulami] dire: J'ai entendu Abdallah ben
Muhammad al-Razi dire: J'ai entendu Muhammad ben Nasr
ben Mansour al-Saïd dire: j'ai entendu Muhammad ben
Mardawayh dire : J'ai entendu al-Fudayl dire: «La chevalerie,
c'est oublier les fautes de vos frères.» On dit: «La chevalerie,
c'est quand on ne se considère pas comme supérieur aux
autres». Abu Bakr al-Warraq a dit: La personne chevaleresque
n'a aucun ennemi. "Je l'ai aussi entendu [al-Sulami] dire: J'ai
entendu Abdallah ben Muhammad al-Razi dire: J'ai entendu
Muhammad ben Nasr ben Mansour al-Saïd dire: j'ai entendu
Muhammad ben Mardawayh dire : J'ai entendu al-Fudayl dire:
«La chevalerie, c'est oublier les fautes de vos frères.» On dit:
«La chevalerie, c'est quand on ne se considère pas comme
supérieur aux autres». Abu Bakr al-Warraq a dit: La personne
chevaleresque n'a aucun ennemi. "Abu Bakr al-Warraq a
déclaré: "La personne chevaleresque n'a aucun ennemi".Abu
Bakr al-Warraq a déclaré: "La personne chevaleresque n'a
aucun ennemi". Muhammad b.Ali al-Tirmidhi a dit: "La
chevalerie signifie que vous êtes votre propre ennemi devant
Dieu." Il est également dit: "La personne chevaleresque ne
peut être un ennemi que pour lui-même". J'ai entendu le maître
Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dire: J'ai
entendu al-Nasrabadhi dire: «Les hommes de la caverne
s'appelaient '[jeunes hommes] [chevaleresques]», parce qu'ils
croyaient en leur Seigneur sans »Il est dit que la personne
chevaleresque est celle qui a brisé des idoles, car Dieu le Très-
Haut a dit:« Nous avons entendu un jeune homme
[chevaleresque] nommé Abraham faisant mention d'eux [les
idoles de son peuple] »; Il a dit: "Il les a brisés [les idoles] en
fragments. L'idole de chaque personne est son propre soi, donc
celui qui refuse d'obéir à ses passions est chevaleresque dans
la vérité. Al-Harith al-Muhasibi a dit: "La chevalerie signifie
que vous agissez justement, sans exiger la justice pour vous-
même. »Amt Uthman al-Makki a dit:« Chevalerie signifie
avoir un bon caractère moral »Quelqu'un a demandé à al-
Junayd au sujet de la chevalerie. »Al-Nasrabadhi a dit:« La
virilité fait partie de la chevalerie, c'est-à-dire se détourner des
deux mondes avec mépris.Muhammad ben Ali al-Tirmidhi a
dit: «La chevalerie signifie que le »J'ai entendu Muhammad
ben al-Husayn - que Dieu ait pitié de lui - disons: J'ai entendu
Ali b. Umar al-Hafiz dire: J'ai entendu Abu Isma il b. J'ai
entendu Abdallah ben Ahmad ben Hanbal dire: «Quelqu'un a
demandé à mon père de la chevalerie, il a répondu:
Abandonner ce que vous attendez, pour ce que vous
craignez."Quelqu'un a demandé à un soufi sur la chevalerie. Il
a répondu: "Cela signifie que vous ne vous souciez pas si
l'invité que vous recevez à votre table est un ami de Dieu ou
un incroyant." J'ai entendu un homme instruit dire: "Un
magicien a demandé l'hospitalité d'Abraham, l'ami de Dieu - la
paix soit sur lui, Abraham lui a dit: 'Seulement si vous
embrasser l'Islam!'" "Le Magian s'est éloigné. High lui révéla
ce qui suit: «Depuis cinquante ans, je l'ai nourri malgré son
incrédulité: ne lui auriez-vous pas offert un jour sans lui
demander de changer de religion? En entendant cela, Abraham
- que la paix soit sur lui - s'est précipité après le Mage jusqu'à
ce qu'il le rattrape, puis il s'est excusé devant lui, quand le
Mage l'a interrogé sur la cause de son changement de cœur, il
a expliqué ce qui était arrivé. lui,"Al-Junayd a dit:" La
chevalerie signifie garder des ennuis [loin des autres] et
dépenser magnanime [sur eux]. "Sahl B. Abdallah [al-Tustari]
a dit:" Chevalerie signifie se raccrocher à la coutume Il est dit:
"La chevalerie est fidèle et observe les limites [fixées par
Dieu]." Il est dit: "La chevalerie est une vertu que vous
accomplissez sans vous l'attribuer." On dit: "Chevalerie c'est
que vous ne vous cachez pas à ceux qui cherchent votre aide.
"On dit:" La chevalerie est que vous ne thésaurisez ni ne
cherchez des excuses [pour ne pas les donner à ceux qui sont
dans le besoin]. "On dit:" Chevalerie montre [votre gratitude
pour la bonté de Dieu] et cache les difficultés [infligées sur
vous par Dieu].La chevalerie est quand vous invitez dix
invités [pour un repas] et ne vous souciez pas si onze ou neuf
viennent effectivement. "On dit:" La chevalerie ne donne
jamais la préférence [pour une chose ou une personne sur
l'autre] ". al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui -
disons, j'ai entendu Ahmad b. Khadrawayh dire à sa femme,
Umm Ali: «Je veux lancer un festin et inviter à lui le bandit
habile de l'honneur (ayyar shatir ) qui est la tête des jeunes
hommes [chevaleresques] dans notre ville. »La femme a
répondu:« Il est inapproprié que des personnes comme vous
invitent des jeunes gens [chevaleresques] à votre maison.
persisté [dans son souhait], et sa femme lui a dit: "Si vous
voulez faire cela, alors tous vos moutons, vaches et ânes
seront abattus et mis l'un après l'autre à la porte de cet
homme"s maison à votre propre porte. " Ahmad
b.Khadrawayh lui a demandé; «Eh bien, je comprends
[pourquoi je devrais abattre] les moutons et les vaches, mais
qu'est-ce que les ânes ont à voir avec ça? La femme a répondu;
"Si vous décidez d'inviter un jeune homme [chevaleresque]
chez vous, vous devriez vous assurer que tous les chiens de
votre voisinage prennent part à votre fête aussi!" On raconte
qu'un soufi a invité ses amis chez lui pour un repas. Parmi eux
se trouvait un shaykh soufi de Chiraz. "Après la fête, ils ont
essayé de réciter [soufi] [sama] mais ils ont été soudainement
surmontés par le sommeil.Le shaykh de Shiraz a demandé à
l'hôte ce qui pouvait l'avoir causé. pas savoir! J'ai
soigneusement vérifié la convenance de tous les aliments,
«sauf les aubergines, j'ai oublié de demander d'où ils venaient».
Quand ils se sont réveillés le lendemain matin,ils [sont allés]
au vendeur d'aubergines et l'ont interrogé. Il leur a dit: "Je
n'avais pas d'aubergines dans mon magasin, alors je les ai volé
de tel ou tel endroit et je les ai vendus." Ils ont donc amené
l'homme au propriétaire de cette terre afin de résoudre ce
problème. Quand ils sont venus chez le propriétaire, il s'est
exclamé; «Me demandez-vous les mille aubergines qui m'ont
été volées? Je lui donne [comme cadeau] cette parcelle de
terrain, deux bœufs, un âne et une charrue comme cadeaux,
afin qu'il n'ait pas à faire une telle chose chose encore! " On
dit qu'un homme a épousé une femme, qui est tombée soudain
malade de la variole dans la nuit de la consommation. [Après
avoir vu cela] le fiancé a déclaré que sa vue s'était affaiblie;
Puis il a dit qu'il était devenu complètement aveugle. Alors la
fiancée fut amenée chez elle et y resta pendant vingt ans
jusqu'à sa mort.Tout à coup, l'homme ouvrit les yeux. Quand
quelqu'un l'a interrogé à ce sujet, il a répondu; "Je n'étais
jamais aveugle, j'ai simplement feint l'aveuglement pour ne
pas la contrarier [la femme]." En entendant cela, quelqu'un lui
a dit; "Vous avez en effet surpassé tous les jeunes hommes
[chevaleresques]!" Dhu H-Nun al-Misri a dit: "Celui qui
cherche à acquérir des manières exquises, devrait suivre
l'exemple des porteurs d'eau de Bagdad." Quelqu'un lui a
demandé: "Et eux?" Il a dit: "Quand j'ai été amené devant le
calife sur les accusations d'hérésie," j'ai vu un porteur d'eau
dans un turban, qui a porté un tissu de style égyptien; il avait
dans sa main plusieurs cruches d'argile. Je leur ai demandé s'il
était un porteur d'eau personnel du calife, mais on lui a dit
qu'il était un porteur d'eau ordinaire, qui servait le peuple.J'ai
donc pris un de ses pichets et en ai bu. Puis j'ai demandé à un
de mes compagnons de lui donner un dinar. Cependant, il ne
l'a pas pris, en disant; Vous êtes prisonnier. Il est contraire au
code de la chevalerie de vous prendre quelque chose! '"Un de
nos amis tardifs - que Dieu ait pitié de lui - a dit:" Il est
contraire au code d'honneur chevaleresque de tirer profit de
ses amis. " Il y avait un jeune homme [chevaleresque] nommé
Ahmad ben Sahl al-Tajir. »« Je lui ai acheté un morceau de
tissu blanc, il m'a fait payer exactement ce qu'il avait lui-
même payé et je lui ai demandé pourquoi il ne m'avait pas Il
répondit: "Je vous en paierai le prix, mais je ne vous
accablerai pas de dettes", parce que je n'ai pas peur de regarder
mieux à vos yeux que je ne le suis en réalité. ne gagnera aucun
profit de vous,car il est contraire au code de la chevalerie de
tirer profit de son ami. "On dit qu'un homme qui avait fait des
réclamations de chevalerie a voyagé de Nishapur à Nasa," où
quelqu'un l'a invité pour un repas avec un groupe de
[chevaleresque ] les jeunes hommes. Quand ils avaient fini
leur fête, une esclave venait leur verser de l'eau pour se laver
les mains. L'homme de Nishapur a rétracté ses mains, en
disant; "Il n'est pas permis par le code de la chevalerie pour
une fille de verser de l'eau pour les hommes!" Un de ceux
présents a remarqué; "Je suis venu dans cette maison depuis de
nombreuses années, mais je n'ai jamais remarqué que ce soit
un homme ou une femme qui nous a versé de l'eau pour nous
laver les mains!" J'ai entendu Mansur al-Maghribi dire;
"Quelqu'un a voulu mettre à l'épreuve le bandit d'honneur
(ayyar) nommé Nuh al-Naysaburi.Il lui a vendu une esclave
habillée en jeune homme, stipulant qu'elle était bel et bien un
jeune homme. La fille était très belle. Nuh l'a achetée en
pensant qu'elle était en effet un jeune homme. Elle est restée
avec lui pendant plusieurs mois. Quelqu'un lui a demandé;
"Savait-il que tu étais une fille?" Elle a répondu; "Non, il ne
m'a jamais touché, puisqu'il me considérait comme un jeune
homme." Il est rapporté qu'un homme chevaleresque a été
invité à remettre au souverain {sultan) les jeunes qui l'ont
servi. Il a refusé. Il a reçu mille coups de fouet et pourtant il
n'a toujours pas abandonné la jeunesse. Il se trouva que la
même nuit, il eut une émission nocturne. Il faisait très froid
dehors, mais quand il se réveilla, il accomplit une ablution
complète avec de l'eau froide. "Vous avez mis votre vie en
danger!" Il a répondu; "J'aurais eu honte devant le Dieu Très-
Haut de pouvoir supporter mille coups pour le bien d'une
créature et de ne pas endurer la rudesse de me laver avec de
l'eau froide pour Lui! "Un groupe de jeunes [chevaleresques]
Les hommes sont venus rendre visite à un homme qui était
célèbre pour sa chevalerie. [Quand ils sont arrivés], l'homme a
crié en disant: "[Serviteur], apporte le plateau [avec de la
nourriture]!" Cependant, le garçon n'a rien apporté L'homme a
continué à l'appeler encore et encore ... Les visiteurs se sont
regardés et ont dit: "Il est contraire aux règles de la chevalerie
que quelqu'un emploie une personne qui n'arrive pas à
apporter le plateau après qu'on lui en ait demandé autant.
»[Quand le serviteur est finalement apparu], l'hôte lui a
demandé:« Pourquoi as-tu attendu si longtemps avec le
plateau? »Le garçon a répondu:« Il y avait une fourmi
dessus,et il est contraire aux règles de la chevalerie de faire
sortir le plateau aux hommes de chevalerie quand il y a une
fourmi dessus, et il n'est pas non plus approprié de le jeter du
plateau. Alors je me suis attardé, jusqu'à ce que la fourmi
finisse par sortir du plateau. »Les visiteurs ont dit au garçon:«
Vous avez tout bien fait, mon garçon! Vous êtes donc du
genre à servir les hommes de chevalerie! »On raconte qu'un
certain homme passait une nuit à Médine après le pèlerinage
[saison] .Il rêvait que sa bourse lui était volée, il sortit [de sa
chambre] et vit Ja loin al-Sadiq. " L'homme l'a accosté et a
exigé: "Vous avez pris ma bourse?" "Qu'est-ce qu'il y avait
dedans?" demanda Ja loin. Mille dinans répondirent à l'homme:
Ja loin l'emmena chez lui et lui pesa mille dinars, quand
l'homme rentra chez lui et y entra, il découvrit sa bourse.qu'il
pensait avoir été volé de lui. Alors l'homme est retourné à Ja
loin pour s'excuser et lui rendre son argent. Cependant, ce
dernier a refusé de l'accepter en disant: "Quand je donne
quelque chose à quelqu'un, je ne le réclame jamais!" L'homme
a demandé à l'un de ceux qui étaient présents qui il était. Ils lui
ont dit que c'était Ja Far al-Sadiq. Shaqiq al-Balkhi a demandé
Ja far b. Muhammad [al-Sadiq] à propos de la chevalerie. Ce
dernier a demandé: "Et que dites-vous?" Shaqiq a dit: "Si on
nous donne quelque chose, nous sommes reconnaissants, et si
nous sommes privés de quelque chose, nous persévérons." Ja
loin s'est exclamé: "C'est ce que font aussi les chiens ici à
Médine!" Shaqiq demanda: "O fils de la fille du Messager,
qu'est-ce que vous considérez comme chevalerie?" Il a
répondu: "Si on nous donne quelque chose, nous préférons [le
donner à quelqu'un d'autre],»J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-
Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - dire: J'ai
entendu Abu Bakr al-Razi dire: J'ai entendu al-Jurayri dire:«
Un soir Shaykh Abu H- Abbas b. Masruq nous a invités chez
lui. Sur notre chemin, nous avons rencontré un de nos amis et
lui avons dit: 'Venez avec nous en tant qu'invités du Shaykh!' -
Mais il ne m'a pas invité, dit notre ami. Nous lui avons dit:
«Nous demanderons la permission en votre nom de la même
manière que le Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le
salue - a demandé la permission au nom d'A isha - que Dieu
soit satisfait d'elle». Nous l'avons donc emmené avec nous.
Quand nous sommes arrivés à la porte de la maison du Shaykh,
nous avons informé de notre conversation. Il a dit: «Vous
[l'ami] devez m'avoir donné une place spéciale dans votre
cœur, si vous avez décidé de me rendre visite sans
invitation.Je vous dois donc une chose. Tu ne peux pas aller
chez toi sans m'avancer sur la joue. Il a continué à persuader
l'homme, puis a placé une de ses joues sur le sol. L'invité a été
conduit à lui et a doucement mis son pied sur son autre joue.
Le Shaykh traînait son visage contre le sol jusqu'à ce qu'il
atteigne son siège: «Sachez que c'est une condition de la
chevalerie de cacher les fautes de ses amis, en particulier ceux
qui provoquent la joie de leurs ennemis. Rahman al-Sulami dit
souvent à al-Nasrabadhi: "Ali, notre chanteur", boit du vin
pendant la nuit et vient à votre rassemblement [soufi] pendant
la journée, "Mais al-Nasrabadhi ne se hâtait pas de ces
rumeurs jusqu'à ce que un jour, il se promenait en compagnie
d'un de ceux qui lui avaient parlé de ces choses à propos
d'Ali.Tout à coup, ils ont trouvé Ali allongé sur le sol, saoul.
Comme al-Nasrabadhi se lavait la bouche, son compagnon lui
dit: "Combien de fois avons-nous parlé au Shaykh de sa
[boisson], mais il n'écoutait pas?" Voici Ali dans l'état même
que nous avons décrit! " En entendant cela, al-Nasrabadhi se
tourna vers la réprimande et lui dit; "Mettez-le sur vos épaules
et portez-le chez lui!" Le gronder était incapable de désobéir
au commandement du Shaykh. Je l'ai aussi entendu [al-Sulami]
dire: J'ai entendu Abu Ali al-Farisi dire: J'ai entendu al-Murta
dire: "Abou Hafs et moi et d'autres gens sommes allés voir un
de nos amis malades que nous avions fréquenté. Abu Hafs a
demandé au malade: «Voulez-vous récupérer? L'homme a dit:
"Oui". Il [Abou Hafs] a alors dit à ses compagnons: «Enlevez-
lui son fardeau!L'homme malade s'est soudainement levé et est
sorti avec nous. Le lendemain matin, cependant, nous sommes
tous devenus alités et avons dû nous-mêmes recevoir des
visites de nos amis. "Insight spirituel (fimsa) Dieu Très Haut a
dit:" Sûrement en cela sont des signes pour ceux qui
discernent. Ils disent que [Dieu] signifiait "ceux qui ont une
vision spirituelle". Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami -
que Dieu ait pitié de lui - nous a informés: Ahmad b. Ali b.al-
Hasan al-Razi nous a informés: Muhammad b. Ahmad b.al-
Sakan nous a informés: Musa b. Dawud nous a dit:
Muhammad b. Kathir al-Kufi nous a dit: Amr b. Qays raconte
sous l'autorité d'Atiyya, sous l'autorité d'Abu Said al-Khudri,
que le Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - a
dit: "Méfiez-vous de la perspicacité du fidèle [personne], car il
voit avec le lumière de Dieu - qu'il soit grand et exalté! " La
perspicacité est un phénomène qui descend dans le cœur et
expulse tout ce qui s'y oppose; ainsi il prend possession du
coeur. Etymologiquement, il est dérivé de l'expression "la
proie (farisa) de l'animal sauvage". Le cœur humain est
incapable de s'opposer à la perspicacité, peu importe combien
il essaie. La force de la perspicacité correspond à la force de la
foi: la foi du plus fort, la perspicacité du plus fort. Abu Said
al-Kharraz a dit: "Celui qui voit avec la lumière de la
perspicacité, voit avec la lumière de Dieu; la substance de sa
connaissance vient de Dieu sans mélange ni négligence ni
oubli. Le décret de Dieu découle donc librement de la langue
de son serviteur [fidèle]. »Sa phrase« il [le serviteur] voit à la
lumière de Dieu »signifie qu'il voit par une lumière que Dieu
lui a donnée spécifiquement. Wasiti a déclaré: "Les intuitions
sont des éclairs de lumière qui illuminent le cœur; ils sont une
connaissance fermement établie qui transporte le cœur des
hommes dans les royaumes de l'Invisible, d'un royaume à
l'autre jusqu'à ce qu'ils commencent à voir les choses de telle
manière que Dieu - la louange soit à Lui - veut qu'ils voient
ces choses; ils parlent ainsi directement de leurs cœurs les plus
intimes. "Il est rapporté que Abu H-Hasan al-Daylami a
dit:"Une fois je suis venu à Antioche pour rencontrer un
homme noir, qui aurait été capable de parler de vérités secrètes
[asrar]. Je suis resté là jusqu'à ce qu'il descende enfin de la
montagne Lukam portant des provisions licites à vendre. Je
n'avais pas mangé depuis quelques jours et j'avais très faim.
Alors je lui ai demandé combien il voulait pour les provisions
qu'il avait avec lui et lui a fait croire que je voulais les lui
acheter. Il m'a dit; 'Asseyez-vous ici! Quand nous vendrons
quelque chose de ces [provisions], nous vous donnerons une
partie de nos bénéfices, afin que vous puissiez acheter quelque
chose pour vous [manger]. Je l'ai quitté pour un autre [vendeur]
afin de le convaincre que je voulais trouver une meilleure
affaire. Après un moment je suis revenu à lui en disant; Si
vous avez l'intention de vendre cela, dites-le moi; Combien ça
coûte?' Il a répondu en disant; Tu n'as pas mangé depuis deux
jours.Maintenant, asseyez-vous; si je vends quelque chose, je
vous en donnerai assez pour acheter de la nourriture. Alors je
me suis assis pendant un moment. En effet, quand il a vendu
quelque chose [de ses biens], il m'a donné l'argent et est parti.
Je l'ai suivi. Il s'est tourné vers moi et m'a dit: «Si tu as un
besoin, présente-le à Dieu le Très-Haut. Si, toutefois, vous
demandez quelque chose pour plaire à votre âme, alors vous
serez privés de l'accomplissement de votre souhait. "" J'ai
entendu Muhammad ben Husayn - que Dieu ait pitié de lui -
disons, j'ai entendu Muhammad ben Abdallah dis, j'ai entendu
al-Kattani dire: "La perspicacité est le dévoilement de la
certitude et la vision directe de l'Invisible, qui est l'une des
stations de la foi." Il est rapporté que al-Shafi et Muhammad
ben al-Husayn - mai Dieu aie pitié d'eux tous deux - ils se
trouvaient dans la mosquée sacrée [de La Mecque], lorsqu'un
étranger y est entré.si je vends quelque chose, je vous en
donnerai assez pour acheter de la nourriture. Alors je me suis
assis pendant un moment. En effet, quand il a vendu quelque
chose [de ses biens], il m'a donné l'argent et est parti. Je l'ai
suivi. Il s'est tourné vers moi et m'a dit: «Si tu as un besoin,
présente-le à Dieu le Très-Haut. Si, toutefois, vous demandez
quelque chose pour plaire à votre âme, alors vous serez privés
de l'accomplissement de votre souhait. "" J'ai entendu
Muhammad ben Husayn - que Dieu ait pitié de lui - disons, j'ai
entendu Muhammad ben Abdallah dis, j'ai entendu al-Kattani
dire: "La perspicacité est le dévoilement de la certitude et la
vision directe de l'Invisible, qui est l'une des stations de la foi."
Il est rapporté que al-Shafi et Muhammad ben al-Husayn - mai
Dieu aie pitié d'eux tous deux - ils se trouvaient dans la
mosquée sacrée [de La Mecque], lorsqu'un étranger y est
entré.si je vends quelque chose, je vous en donnerai assez pour
acheter de la nourriture. Alors je me suis assis pendant un
moment. En effet, quand il a vendu quelque chose [de ses
biens], il m'a donné l'argent et est parti. Je l'ai suivi. Il s'est
tourné vers moi et m'a dit: «Si tu as un besoin, présente-le à
Dieu le Très-Haut. Si, toutefois, vous demandez quelque chose
pour plaire à votre âme, alors vous serez privés de
l'accomplissement de votre souhait. »J'ai entendu Muhammad
ben Husayn - que Dieu ait pitié de lui - disons: J'ai entendu
Muhammad ben Abdallah dis, j'ai entendu al-Kattani dire: "La
perspicacité est le dévoilement de la certitude et la vision
directe de l'Invisible, qui est l'une des stations de la foi." Il est
rapporté que al-Shafi et Muhammad ben al-Husayn - mai Dieu
aie pitié d'eux tous deux - ils se trouvaient dans la mosquée
sacrée [de La Mecque], lorsqu'un étranger y est entré.Je vous
en donnerai assez pour acheter de la nourriture. Alors je me
suis assis pendant un moment. En effet, quand il a vendu
quelque chose [de ses biens], il m'a donné l'argent et est parti.
Je l'ai suivi. Il s'est tourné vers moi et m'a dit: «Si tu as un
besoin, présente-le à Dieu le Très-Haut. Si, cependant, vous
demandez quelque chose pour plaire à votre âme, alors vous
serez privés de l'accomplissement de votre souhait. "" J'ai
entendu Muhammad ben al-Husayn - que Dieu ait pitié de lui -
disons, j'ai entendu Muhammad ben Abdallah dis, j'ai entendu
al-Kattani dire: "La perspicacité est le dévoilement de la
certitude et la vision directe de l'Invisible, qui est l'une des
stations de la foi." Il est rapporté que al-Shafi et Muhammad
ben al-Husayn - mai Dieu aie pitié d'eux tous deux - ils se
trouvaient dans la mosquée sacrée [de La Mecque], lorsqu'un
étranger y est entré.Je vous en donnerai assez pour acheter de
la nourriture. Alors je me suis assis pendant un moment. En
effet, quand il a vendu quelque chose [de ses biens], il m'a
donné l'argent et est parti. Je l'ai suivi. Il s'est tourné vers moi
et m'a dit: «Si tu as un besoin, présente-le à Dieu le Très-Haut.
Si, cependant, vous demandez quelque chose pour plaire à
votre âme, alors vous serez privés de l'accomplissement de
votre souhait. "" J'ai entendu Muhammad ben Husayn - que
Dieu ait pitié de lui - disons, j'ai entendu Muhammad ben
Abdallah dis, j'ai entendu al-Kattani dire: "La perspicacité est
le dévoilement de la certitude et la vision directe de l'Invisible,
qui est l'une des stations de la foi." Il est rapporté que al-Shafi
et Muhammad ben al-Husayn - mai Dieu aie pitié d'eux tous
deux - ils se trouvaient dans la mosquée sacrée [de La
Mecque], lorsqu'un étranger y est entré.quand il a vendu
quelque chose [de ses biens], il m'a donné l'argent et est parti.
Je l'ai suivi. Il s'est tourné vers moi et m'a dit: «Si tu as un
besoin, présente-le à Dieu le Très-Haut. Si, cependant, vous
demandez quelque chose pour plaire à votre âme, alors vous
serez privés de l'accomplissement de votre souhait. "" J'ai
entendu Muhammad ben al-Husayn - que Dieu ait pitié de lui -
disons, j'ai entendu Muhammad ben Abdallah dis, j'ai entendu
al-Kattani dire: "La perspicacité est le dévoilement de la
certitude et la vision directe de l'Invisible, qui est l'une des
stations de la foi." Il est rapporté que al-Shafi et Muhammad
ben al-Husayn - mai Dieu aie pitié d'eux tous deux - ils se
trouvaient dans la mosquée sacrée [de La Mecque], lorsqu'un
étranger y est entré.quand il a vendu quelque chose [de ses
biens], il m'a donné l'argent et est parti. Je l'ai suivi. Il s'est
tourné vers moi et m'a dit: «Si tu as un besoin, présente-le à
Dieu le Très-Haut. Si, cependant, vous demandez quelque
chose pour plaire à votre âme, alors vous serez privés de
l'accomplissement de votre souhait. "" J'ai entendu
Muhammad ben al-Husayn - que Dieu ait pitié de lui - disons,
j'ai entendu Muhammad ben Abdallah dis, j'ai entendu al-
Kattani dire: "La perspicacité est le dévoilement de la
certitude et la vision directe de l'Invisible, qui est l'une des
stations de la foi." Il est rapporté que al-Shafi et Muhammad
ben al-Husayn - mai Dieu aie pitié d'eux tous deux - ils se
trouvaient dans la mosquée sacrée [de La Mecque], lorsqu'un
étranger y est entré.puis présentez-le à Dieu le Très-Haut. Si,
toutefois, vous demandez quelque chose pour plaire à votre
âme, alors vous serez privés de l'accomplissement de votre
souhait. »J'ai entendu Muhammad ben Husayn - que Dieu ait
pitié de lui - disons: J'ai entendu Muhammad ben Abdallah dis,
j'ai entendu al-Kattani dire: "La perspicacité est le dévoilement
de la certitude et la vision directe de l'Invisible, qui est l'une
des stations de la foi." Il est rapporté que al-Shafi et
Muhammad ben al-Husayn - mai Dieu aie pitié d'eux tous
deux - ils se trouvaient dans la mosquée sacrée [de La
Mecque], lorsqu'un étranger y est entré.puis présentez-le à
Dieu le Très-Haut. Si, toutefois, vous demandez quelque chose
pour plaire à votre âme, alors vous serez privés de
l'accomplissement de votre souhait. »J'ai entendu Muhammad
ben Husayn - que Dieu ait pitié de lui - disons: J'ai entendu
Muhammad ben Abdallah dis, j'ai entendu al-Kattani dire: "La
perspicacité est le dévoilement de la certitude et la vision
directe de l'Invisible, qui est l'une des stations de la foi." Il est
rapporté que al-Shafi et Muhammad ben al-Husayn - mai Dieu
aie pitié d'eux tous deux - ils se trouvaient dans la mosquée
sacrée [de La Mecque], lorsqu'un étranger y est entré.La
perspicacité est le dévoilement de la certitude et la vision
directe de l'Invisible, qui est l'une des stations de la foi. "Il est
rapporté qu'al-Shafi et Muhammad ibn al-Husayn - que Dieu
ait pitié d'eux - étaient en la Mosquée Sacrée [de La Mecque],
quand un étranger y est entré.La perspicacité est le
dévoilement de la certitude et la vision directe de l'Invisible,
qui est l'une des stations de la foi. "Il est rapporté qu'al-Shafi
et Muhammad ibn al-Husayn - que Dieu ait pitié d'eux -
étaient en la Mosquée Sacrée [de La Mecque], quand un
étranger y est entré. Muhammad b.Al-Husayn a dit: «Ma
perspicacité me dit qu'il est un menuisier», alors qu'al-Shafi a
dit: «Ma perspicacité me dit qu'il est un forgeron." Alors ils
l'ont approché et l'ont interrogé [sur sa profession]. Il a
répondu: "Une fois j'étais forgeron, mais maintenant je
travaille comme menuisier." Abou Said al-Kharraz a dit: "Le
chercheur des réalités cachées (mmtanbit) est constamment en
train de contempler l'Invisible, il ne l'oublie pas un seul instant
et rien ne lui est caché, il est celui que Dieu le Très Haut a
mentionné. [Dans le verset suivant]: "Ceux d'entre eux qui
cherchent [des vérités cachées], auraient connu la chose."
Celui qui discerne [les signes] [mutavpassim] sait ce qui est
[caché] dans les recoins secrets des cœurs au moyen de
preuves et de signes évidents.Sûrement en cela, ce sont des
signes pour ceux qui discernent ", c'est-à-dire" pour ceux qui
connaissent les signes que Dieu manifeste aux deux groupes:
ses amis et ses ennemis. "Celui qui a la perspicacité voit à la
lumière de Dieu le Très-Haut Il consiste en les éclairs de
lumière qui brillent dans son cœur, il saisit le sens des choses
par ces éclairs, une telle personne appartient à l'ehte des
fidèles, mieux dotés [que ceux qui marques de discernement],
ils sont «ceux qui sont instruits [dans la science du] Livre», en
accord avec les paroles de Dieu: «Soyez instruits dans [la
science du] Livre», à savoir, les savants et les sages, qui sont
ornés par les vertus de Dieu dans leur pensée et dans leur
morale, ils n'ont plus besoin de communiquer avec les
créatures de Dieu,ni de faire attention et de se préoccuper
d'eux. Il est rapporté qu'Abu H-Qasim al-Munadi, un célèbre
maître soufi de Nishapur, est tombé malade. [Ses amis] Abu
H-Hasan al-Bushanji et al-Hassan al-Haddad sont allés lui
rendre visite. En route, ils lui ont acheté un demi-dirham de
pommes à crédit. Quand ils lui ont apporté les pommes et se
sont assis [à côté de son lit], Abu H-Qasim a dit; "Quelle est
l'obscurité [autour de vous]?" Ils sont partis, se demandant l'un
l'autre;se demander les uns les autres;se demander les uns les
autres; "Qu'avons-nous fait?"Après avoir réfléchi à ce qui
s'était passé, ils ont dit; "Peut-être que nous n'avons pas payé
les pommes?" Donc, ils ont donné au vendeur [le prix des
pommes], puis sont revenus à lui [al-Munadi]. Dès qu'il les vit,
il s'exclama: «C'est étrange, comment se débarrasser si vite de
cette obscurité, parlez-moi de votre liaison! Alors ils lui ont
raconté leur histoire. Il a dit;"Oui, chacun d'entre vous
comptait sur l'autre pour payer le prix [des pommes], alors que
le vendeur était trop embarrassé pour vous demander de
l'argent." Donc, la dette n'a jamais été réglée et j'en étais la
cause. J'ai vu ça quand je t'ai observé. " Cet homme, Abu H-
Qasim al-Munadi, allait tous les jours au marché pour crier ses
marchandises. Dès qu'il a gagné un montant suffisant pour ses
besoins, qui pourrait être un daniq ou un demi-dirham, il
quitterait le marché et retournerait à son occupation principale
(ra? S waqtih) et à l'examen minutieux de son cœur. Al-
Husayn b.Mansour a dit: "Quand Dieu prend possession du
coeur de l'homme, il lui confère des secrets [divins], qu'il
contemple et communique [à d'autres]." Quand quelqu'un a
demandé à un maître Sufi de perspicacité, il a répondu; "C'est
quand les esprits circulent dans la sphère de la majesté divine
(malakut) [où] ils observent les significations cachées dans
l'Invisible." Alors ils parlent des secrets du monde créé sur la
base du témoignage direct (mmhahadd) pas sur la base de
deviner ou de supposition. " Il est rapporté que Zakariya al-
Shakhtani a eu une liaison avec une certaine femme avant son
repentir. Un jour, après qu'il était déjà devenu l'un des
meilleurs disciples d'Abu Uthman al-Hiri, il se tenait à ses
côtés. À ce moment, une pensée à propos de cette femme lui a
rendu visite. [Immédiatement], Abu Uthman a levé la tête et
lui a dit; "Aren"Le maître et l'imam [al-Qushayri] - que Dieu
ait pitié de lui: «Au début de ma vie de disciple sous le maître
Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu soit satisfait de lui - j'avais
l'habitude de organiser des sessions d'enseignement à la
mosquée Mutarriz [à Nishapur]. À un moment donné, je lui ai
demandé la permission de prendre congé afin de visiter [la
ville de] Nasa. Il a accordé ma demande. Un jour, alors que
nous marchions ensemble sur le chemin de sa séance
d'enseignement, cela m'est venu à l'esprit; Si seulement il
pouvait me remplacer dans mes séances d'enseignement
pendant mon absence. A ce moment, il s'est tourné vers moi et
m'a dit: 'Je te remplacerai dans ta séance d'enseignement
pendant ton absence'. J'ai marché un peu plus loin. Puis il me
vint à l'esprit qu'il ne se portait pas bien et qu'il lui serait
difficile de me remplacer deux jours par semaine. J'ai pensé:
'Peut-être devrait-il enseigner ma session seulement une fois
par semaine? De nouveau, il se tourna vers moi et dit: «Si je
ne peux pas enseigner pour vous deux jours par semaine, je ne
vous remplacerai [dans votre séance] qu'une fois par semaine.
J'ai marché un peu plus loin, puis une autre affaire m'est venue
à l'esprit. "Il m'a dit:" J'ai entendu mon grand-père Abu Amr
benjahd dire: "Shah al al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui. -
Kirmani était doté d'une perspicacité aiguë, qui ne l'a jamais
manqué. Il dirait: "Celui qui détourne les yeux des choses
illicites se retient des pulsions passionnées (shahawat)
renforce son moi intérieur par un examen constant de lui-
même (muraqabd) et son comportement extérieur conforme à
la coutume du Prophète, et s'habitue à ne mangeant que de la
nourriture licite,»Quelqu'un a demandé à Abu H-Husayn al-
Nuri:« D'où les possesseurs de perspicacité dérivent-ils? »Il a
répondu avec les mots suivants de Dieu le plus haut:« Je [Dieu]
a insufflé mon esprit dans Celui qui a une plus grande part de
cette lumière [divine] se distingue par un témoignage plus
solide et une plus grande perspicacité dans son jugement. "Ne
voyez-vous pas que Dieu souffle son esprit en lui" a nécessité
sa demande [pour les anges] Prosternez-vous devant lui,
conformément à la déclaration de Dieu: "Quand je l'ai formé,
et que j'ai insufflé mon esprit en lui, je suis tombé [des anges]
et je me suis prosterné devant lui."Ces déclarations d'Abu H-
Husayn al-Nuri sont quelque peu ambiguës dans la mesure où
il a mentionné la respiration de l'esprit non pour confirmer les
croyances de ces individus égarés qui pensent que les esprits
sont éternels. [Au contraire,] quelque chose qui est soumis à la
respiration, à l'unification et à la séparation est également
susceptible d'influencer et de changer, qui sont les propriétés
des entités originées. Dieu Très-Haut - Louange à Lui - a
favorisé les fidèles avec la [faculté] de la vision et avec des
lumières, qui leur permettent d'avoir des idées. Ils ne sont rien
d'autre que la connaissance, qui est confirmée par le Prophète -
que Dieu le bénisse et le salue - qui a dit: "Car il [les fidèles]
voit avec la lumière de Dieu", c'est-à-dire Dieu le Plus Haut a
distingué la personne fidèle avec la connaissance et la
vision,ce qui l'a distingué de toutes les autres formes [créées].
Ainsi, appeler «lumières» la connaissance et la vision n'est pas
une innovation, et ce n'est pas une erreur de décrire cela
comme «respirer», bien que [dans ce cas particulier le
processus de] création soit prévu. Al-Husayn b.Mansur a dit;
"La personne avec perspicacité frappe sa cible avec le premier
coup, il n'est pas détourné par une interprétation ou une
présupposition d'interprétation farfelue." C'est dit; "La
perspicacité des débutants (muridun) est une supposition qui
nécessite une vérification {tahqiq) alors que la perspicacité des
gnostiques {arifun) est la vérification qui requiert le Vrai
Reahty (haqiqd) Ahmad b." Asim al-Antaki dit: "Si vous
Assistez au rassemblement des véridiques (ahl al-Sidq) soyez
sincères avec eux, car ils sont les espions des coeurs. Ils
entrent dans vos cœurs et les laissent sans que vous en preniez
conscience. »J'ai entendu Muhammad ben al-Husayn - que
Dieu ait pitié de lui - disons, j'ai entendu Mansur ben Abdallah
dire, j'ai entendu Qa loin] al-Khuldi dire; a entendu Abou Ja-
al-Haddad dire: "La perspicacité est que quelque chose vous
vient à l'esprit sans aucune opposition. cependant,quand votre
rencontre rencontre une pensée opposée, c'est juste une idée
transitoire et une auto-suggestion {hadith al-nafs). "On dit que
Abu Abdallah al-Razi, qui résidait à Nishapur, raconta ce qui
suit:" Ibn al-Anbari m'a présenté un vêtement en laine. [Plus
tard], j'ai remarqué que [Abu Bakr] al-Shibli portait sur sa tête
une élégante casquette [qalansuvpo] qui correspondait à mon
vêtement. Dans mon cœur, je souhaitais avoir les deux: le
vêtement et le bonnet. Quand al-Shibli se leva pour quitter le
rassemblement, il se tourna vers moi et je le suivis, car c'était
son habitude, quand il voulait que je le suive, de se tourner
vers moi [comme une invitation]. Quand nous sommes entrés
dans sa maison, il m'a dit; Enlève ce vêtement de laine!On dit
que Abu Abdallah al-Razi, qui résidait à Nishapur, a raconté
ce qui suit: "Ibn al-Anbari m'a présenté un vêtement de laine.
[Plus tard], j'ai remarqué que [Abou Bakr] al-Shibli portait sur
sa tête une élégante casquette [qalansuvpo] qui correspondait à
mon vêtement. Quand al-Shibli se leva pour quitter le
rassemblement, il se tourna vers moi et je le suivis, car c'était
son habitude, quand il voulait que je le suive, de se tourner
vers moi [comme une invitation Quand nous sommes entrés
chez lui, il m'a dit: «Enlève ce vêtement de laine!On dit que
Abu Abdallah al-Razi, qui résidait à Nishapur, a raconté ce qui
suit: "Ibn al-Anbari m'a présenté un vêtement de laine. [Plus
tard], j'ai remarqué que [Abou Bakr] al-Shibli portait sur sa
tête une élégante casquette [qalansuvpo] qui correspondait à
mon vêtement. Quand al-Shibli se leva pour quitter le
rassemblement, il se tourna vers moi et je le suivis, car c'était
son habitude, quand il voulait que je le suive, de se tourner
vers moi [comme une invitation Quand nous sommes entrés
chez lui, il m'a dit: «Enlève ce vêtement de laine!Dans mon
cœur, je souhaitais avoir les deux: le vêtement et le bonnet.
Quand al-Shibli se leva pour quitter le rassemblement, il se
tourna vers moi et je le suivis, car c'était son habitude, quand il
voulait que je le suive, de se tourner vers moi [comme une
invitation]. Quand nous sommes entrés dans sa maison, il m'a
dit; Enlève ce vêtement de laine!Dans mon cœur, je souhaitais
avoir les deux: le vêtement et le bonnet. Quand al-Shibli se
leva pour quitter le rassemblement, il se tourna vers moi et je
le suivis, car c'était son habitude, quand il voulait que je le
suive, de se tourner vers moi [comme une invitation]. Quand
nous sommes entrés dans sa maison, il m'a dit; Enlève ce
vêtement de laine! Alors je l'ai enlevé.Il le plia et jeta sa
casquette par-dessus. Il a ensuite appelé au feu et a brûlé tous
les deux. "Abou Hafs al-Naysaburi a dit:" On ne devrait pas
prétendre avoir un aperçu. En même temps, il faut se méfier de
la perspicacité des autres, car le Prophète - que Dieu le bénisse
et le salue - a dit; "Méfiez-vous de la perspicacité du fidèle
[personne]." Il [le Prophète] n'a pas dit; «Pratiquez la
perspicacité! Comment les revendications de perspicacité
peuvent-elles être appropriées pour ceux qui devraient s'en
méfier? "Abu H- Abbas B. Masruq a dit:" Une fois je suis allé
voir un vieil homme, qui était un de nos compagnons, après
qu'il soit tombé malade . Je l'ai trouvé dans un état de misère
abject, et je me suis dit; «Comment cet homme gagne-t-il sa
vie? Il s'est exclamé: 'Abou H- Abbas, a rejeté ces humbles
pensées, car Dieu a caché des dons [qu'il donne à ses
serviteurs]!"Al-Zabidi raconte:" Une fois j'étais dans une
mosquée à Bagdad avec un groupe de pauvres. Rien ne nous a
été donné [comme l'aumône] pendant plusieurs jours, alors je
suis venu à [Ibrahim] al-Khawwas pour lui demander quelque
chose. Dès qu'il m'a vu, il a demandé; 'Est-ce que Dieu connaît
le besoin qui vous a amené à moi?' J'ai répondu; 'Bien
sûr!'«Alors tais-toi et ne le montre à aucune de ses créatures!
Je suis retourné [à la mosquée], et, avant longtemps, on m'a
donné plus d'aumônes que j'en avais besoin. »On raconte
qu'un jour, Sahl ben Abdallah [al-Tustari] était dans la
mosquée de la congrégation [de Bassorah]. Sahl s'est exclamée:
"Shah al-Kirmani vient de mourir, par la permission de Dieu."
Ceux qui étaient dans la mosquée ont écrit cela, et en effet
c'était exactement comme il l'a fait. Une fois que le fameux
[shaykh] Abu Abdallah al-Turughandhi se rendait à Tus,
quand il atteignit [la ville de] Kharw, il demanda à son
compagnon d'acheter du pain et le compagnon acheta le
montant qui était suffisant pour eux deux. Cependant, al-
Turughandhi lui demanda d'en acheter davantage, et le
compagnon acheta assez de nourriture pour dix
hommes,comme s'il ne pouvait pas croire que les mots du
shaykh avaient du sens. Il a dit; "Quand nous avons escaladé
la montagne, nous avons rencontré un groupe d'hommes qui
avaient été ligotés par des voleurs, ils n'avaient rien mangé
depuis des jours, alors ils nous ont demandé de la nourriture,
le shaykh a alors dit:" Préparez-leur une table! " Le shaykh et
l'imam [al-Qushayri] ont dit: "Un jour, j'étais assis à côté du
maître et de l'imam Abu Ali [al-Daqqaq] .Il a été question de
la façon dont Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami
miséricorde sur lui - habitué à suivre la coutume du peuple
soufi [commun] en se levant [en extase] pendant une séance
de musique et d'invocation [sama]. "Le maître Abu Ali s'est
exclamé: 'Il vaut mieux garder le silence sur un quelqu'un
comme lui est dans un tel état! Dans le même rassemblement,
il m'a dit: «Allez à al-Sulami.Vous le trouverez assis dans sa
bibliothèque. Au-dessus de ses livres, il y aura un petit volume
rouge carré avec la poésie d'al-Husayn b. Mansur [al-Hallaj].
Prenez ce volume, sans rien lui dire, puis apportez-le moi. Il
était midi, quand la chaleur était forte. Je suis donc venu à lui,
comme il était assis dans sa bibliothèque et le volume était en
effet à l'endroit mentionné par Abu Ali. Quand je me suis assis,
Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami a commencé à
parler.Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami a commencé à
parler.Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami a commencé à
parler. Il a dit;«Il y avait autrefois un homme qui blâmait un
érudit pour ses mouvements [incontrôlables] pendant les
sessions de musique soufie. Une fois ce même homme a été vu
dans l'intimité de sa maison, tourbillonnant comme une
personne dans un état d'extase (mutawajid). Quand quelqu'un
l'a interrogé à ce sujet, il a répondu; "Il y avait un problème
que je n'arrivais pas à résoudre ... Soudainement, je me suis
rendu compte que j'étais incapable de contrôler ma joie, alors
je me suis levé et j'ai commencé à tourner autour de moi!" Il a
été dit; "C'est exactement ce qu'ils vivent [Soufis]!" "Quand
j'ai vu que tout [dans la bibliothèque] était exactement ce que
le maître Abu Ali m'a dit, et quand Cheikh Abu Abd al-
Rahman al-Sulami a prononcé exactement les mêmes mots
que le maître Abu Ali avait dit plus tôt, j'étais complètement
désorienté et je me suis demandé; «Comment dois-je me
comporter dans cette situation entre ces deux-là?J'ai réfléchi à
cette question dans mes pensées et j'ai décidé; Il ne me reste
plus que la vérité! Puis j'ai dit [al-Sulami]; «Le maître Abu Ali
m'a décrit ce volume et m'a dit de le lui apporter sans
demander votre permission. D'une part, j'ai peur de toi; de
l'autre, je ne peux pas désobéir à ses ordres. Que me
commanderas-tu de faire? Il a sorti un volume en six parties de
paroles par al-Husayn [b. Mansur], qui comprenait son propre
livre intitulé al-Sayhur fi naqd al-duhur et m'a instruit;
«Amenez-le lui [Abu Ah] et dites-lui que j'ai étudié ce volume
et que j'en ai cité des poèmes dans mes propres écrits. Donc je
suis parti. »Il est rapporté qu'al-Hasan al-Haddad - que Dieu
ait pitié de lui - a dit:« J'étais en compagnie d'Abu H-Qasim
al-Munadi, quand il a accueilli un groupe de Soufis.Il m'a
demandé de sortir et de leur apporter quelque chose [à
manger]. Je me suis réjoui de sa requête, car il m'a permis de
pourvoir aux besoins des soufis, malgré le fait qu'il savait que
j'étais moi-même pauvre. Alors j'ai pris un panier et je suis
parti. Quand j'ai atteint la route [appelée] 'Sayyar', j'ai vu un
aîné regardant imposant. Je l'ai salué et j'ai dit: Un groupe de
Soufis s'est réuni à tel ou tel endroit. Aimeriez-vous leur
montrer vos nobles traits de caractère? Il a commandé du pain,
de la viande et du raisin à son magasin. Quand j'atteignis la
porte de la maison d'Abu H-Qasim al-Munadi, il appela
derrière la porte en disant: Rapportez-le à l'endroit d'où vous
l'avez pris! Donc je suis retourné à l'aîné et j'ai dit; Ils [les
soufis] n'étaient pas là. Je suppose qu'ils ont dû partir [pendant
que je cherchais de la nourriture]. "J'ai donc tout rendu à l'aîné,
puis je suis allé au marché, où on m'a donné de la nourriture.
Je l'ai porté avec moi [chez al-Munadi]. [Cette fois] il m'a dit
d'entrer. Je lui ai raconté mon histoire. Il a dit; 'Oui, le surnom
de cet homme est' Ibn Sayyar.Il est l'un des hommes du
gouverneur.Si vous rejoignez les soufis, alors donnez-leur ce
que vous avez [maintenant], pas ce que vous aviez auparavant!
'' Abu H-Husayn al -Quarafi raconte: "J'ai rendu visite à Abou
H-Khayr al-Tinati, quand j'étais sur le point de lui dire adieu,
il m'a accompagné à la porte de la mosquée et m'a dit:" Abou
H-Husayn, je sais que tu n'as jamais emportez avec vous des
provisions, mais vous devriez emporter ces deux pommes avec
vous. Je les ai pris et mis dans ma poche, après quoi j'ai
continué mon chemin.Pendant trois jours, rien ne s'est passé,
alors j'ai sorti une des pommes et je l'ai mangée.Quand j'ai
voulu atteindre la seconde, j'ai découvert que les deux
pommes étaient dans ma poche. Donc, je les ai mangés à
maintes reprises, et ils ont continué à revenir jusqu'à ce que j'ai
finalement atteint les portes de Mossoul. Je me suis dit;'Ces
pommes sont en train de rompre mon état de confiance [envers
Dieu] (tawakkut) car elles sont devenues ma provision!' Alors
je les ai sorti de ma poche pour la dernière fois et j'ai regardé
autour de moi. J'ai vu un indigent enveloppé dans un manteau
qui criait; «J'ai envie d'une pomme! Alors je lui ai donné les
pommes. Pendant que je marchais, il me vint à l'esprit que le
shaykh «les envoyait réellement à lui alors que je n'étais que
leur gardien en route, je suis retourné à la recherche du pauvre,
mais je n'ai pas pu le trouver. J'ai entendu Muhammad b. al-
Husayn disent; J'ai entendu Abdallah b. Ali dit; J'ai entendu
Abu Amr b. Alwan dit; "Il y avait un jeune parmi les
compagnons d'al-Junayd, qui était capable de lire les pensées
des autres.Quand al-Junayd a appris à ce sujet, il lui a
demandé:" Qu'est-ce que les gens disent de vous? " Le jeune a
dit à al-Junayd: «Pensez à quelque chose! Je l'ai fait!dit al-
Junayd. Le jeune lui a dit; Vous avez pensé à tel ou tel. Al-
Junayd a nié cela. Le jeune a dit; "Réfléchissez!" Il a fait. Le
jeune a dit; Vous avez pensé à tel ou tel. Al-Junayd a encore
nié cela. La même chose s'est produite pour la troisième fois.
Le jeune s'exclama; 'C'est étrange! Tu es digne de confiance et
je sais [ce que] mon cœur [me dit]. Al-Junayd a alors dit;
«Vous avez eu raison tous les trois fois, mais je voulais vous
tester afin de voir si votre cœur allait changer. "Je l'ai entendu
[Muhammad ben al-Husayn] dire, j'ai entendu Abu Abdallah
al-Razi dire:" Quand Ibn al-Raqqi '' * 'est tombé malade,
quelqu'un lui a apporté une tasse de médicament et il l'a pris. Il
a ensuite dit; "Aujourd'hui, un incident [grave] est arrivé dans
ce royaume." Je ne mangerai ni ne boirai jusqu'à ce que je
sache ce que c'est. Dans quelques jours,la nouvelle est arrivée
que l'armée Qarmati est entrée à la Mecque le même jour et a
massacré beaucoup de gens là-bas. J'ai entendu Shaykh Abu
Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - disons;
J'ai entendu Abu Uthman al-Maghribi dire; "Quand cette
histoire a été mentionnée à Ibn al-Katib, il a dit:" C'est
vraiment étrange! " Je [Abu Uthman] lui ai dit: «Il n'y a rien
d'étrange à ce sujet! Puis Abu Ali ben Katib m'a interrogé: «Et
quels événements se déroulent à La Mecque aujourd'hui? J'ai
répondu: «Les tribus Talha et Hasan se battent entre elles, la
tribu Talha est dirigée par un homme noir portant un turban
rouge, et un énorme nuage au-dessus de la Mecque plane
aujourd'hui sur La Mecque. ' Abu Ali a écrit à la Mecque et les
choses se sont déroulées exactement comme je le lui ai dit. " Il
est apparenté que Anas b. Malik ''* - Que Dieu soit satisfait de
lui - a dit; "Une fois je suis venu à Uthman B. Affan ** - que
Dieu soit satisfait de lui - après avoir rencontré une femme sur
la route et admiré sa beauté.Uthman - que Dieu soit satisfait de
lui - a dit: 'L'un d'entre vous est venu à moi aujourd'hui avec
des traces d'adultère dans ses yeux? Je lui ai demandé: «Peut-il
y avoir de l'inspiration [prophétique] après [la mort du]
Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue? Il a
répondu: "Non. Cependant, il peut toujours y avoir de la
perspicacité, des preuves irréfutables et une perspicacité
véridique!" Abu Said al-Kharraz a dit: "Une fois je suis entré
dans la mosquée sacrée et j'ai vu un soufi porter deux
manteaux demander aux gens de faire l'aumône.Uthman - que
Dieu soit satisfait de lui - a dit: 'L'un d'entre vous est venu à
moi aujourd'hui avec des traces d'adultère dans ses yeux?' Je
lui ai demandé; «Peut-il y avoir de l'inspiration [prophétique]
après [la mort du] Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le
salue? Il a répondu: "Non. Cependant, il peut toujours y avoir
de la perspicacité, une preuve irréfutable et une perspicacité
véridique! "Abu Said al-Kharraz a dit:" Une fois je suis entré
dans la mosquée sacrée et j'ai vu un soufi porter deux
manteaux demandant l'aumône.Uthman - que Dieu soit
satisfait de lui - a dit: 'L'un d'entre vous est venu à moi
aujourd'hui avec des traces d'adultère dans ses yeux?' Je lui ai
demandé; «Peut-il y avoir de l'inspiration [prophétique] après
[la mort du] Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue?
Il a répondu: "Non. Cependant, il peut toujours y avoir de la
perspicacité, une preuve irréfutable et une perspicacité
véridique! "Abu Said al-Kharraz a dit:" Une fois je suis entré
dans la mosquée sacrée et j'ai vu un soufi porter deux
manteaux demandant l'aumône.Abu Said al-Kharraz a dit:
"Une fois je suis entré dans la mosquée sacrée [de la Mecque]
et j'ai vu un soufi portant deux manteaux demandant l'aumône
aux gens.Abu Said al-Kharraz a dit: "Une fois je suis entré
dans la mosquée sacrée [de la Mecque] et j'ai vu un soufi
portant deux manteaux demandant l'aumône aux gens. Je me
suis dit;Les hommes comme lui sont un fardeau pour les gens.
Il m'a regardé et a dit; «Dieu sait ce qu'il y a dans vos âmes,
alors ayez peur de Lui!» «Dans mon cœur, je lui ai demandé
pardon et il a répondu, en disant; C'est Lui qui accepte la
repentance de Ses serviteurs. C'est lié que Ibrahim al-
Khawwas a dit; «Une fois dans la mosquée de la congrégation
de Médine à Bagdad avec un groupe de soufis, nous sommes
arrivés à un jeune homme élégant, qui dégageait une douce
odeur, avait de beaux cheveux et un joli visage. moi qu'il est
un juif! Mes compagnons étaient irrités de ce que je disais:
alors, le jeune homme et moi sommes sortis de la mosquée,
mais [après un moment] le jeune homme est revenu vers eux
et a demandé: «Qu'est-ce que ce shaykh a dit de moi? Ils
avaient trop honte de le lui dire.il a insisté et ils lui ont
[finalement] dit; Il a dit que vous étiez un Juif. Le jeune
homme vint à moi, se prosterna devant moi et embrassa
l'Islam. Quand on lui a demandé pourquoi il avait fait cela, il a
dit: «Dans nos livres [juifs], nous lisons que la perspicacité du
véridique ne le laisse jamais tomber. Alors je me suis dit; "Je
vais tester les musulmans." J'ai commencé à les observer de
près jusqu'à ce que je me dise; "S'il y a une personne véridique
au milieu d'eux, il sera trouvé parmi les soufis (ft hadhihi l-
taïfa) car ils prononcent les paroles de Dieu - que la louange
soit sur lui." Alors je leur ai caché ma véritable identité
{labistu Cependant, quand ce shaykh m'a vu et a perçu ma
[véritable identité à travers son intuition], j'ai réalisé qu'il était
vraiment un homme véridique. "" Ce jeune homme est devenu
par la suite un grand maître soufi. "J'ai entendu Shaykh Abu
Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - disons;
J'ai entendu Abdallah b. Ibrahim b.Al-Ala dire; J'ai entendu
Muhammad b. Dawud dit; "Nous étions avec al-Jurayri, quand
il a demandé:" Y a-t-il un homme parmi vous, que Dieu -
Loué soit à Lui - informerait d'un événement qui va avoir lieu
dans Son Royaume, avant qu'Il ait eu lieu? ? ' Nous avons
répondu "Non, il n'y en a pas!" Il a alors dit: 'Pleure alors pour
les coeurs qui ne reçoivent rien du Dieu Très-Haut!' 'Abu
Musa al-Daylami a dit qu'il a demandé à Abd al-Rahman b.
Yahya au sujet de la confiance en Dieu (tawakkul). Il a
répondu; "C'est quand vous poussez votre main jusqu'au coude
dans la bouche d'un grand serpent, ne craignant que le Dieu
Très-Haut." Il a continué;«Je suis ensuite allé à Abu Yazid [al-
Bistami] pour lui demander s'il avait confiance en Dieu et
quand j'ai frappé à sa porte, il m'a demandé:« Les paroles
d'Abd al-Rahman ne vous suffisent-elles pas? Quand je lui ai
demandé d'ouvrir la porte, il a répondu: «Puisque vous n'êtes
pas venu en tant qu'invité, mais en tant que demandeur, la
réponse vous est venue de derrière la porte. Il n'ouvrait pas la
porte, alors je suis parti et j'ai attendu un an avant de revenir à
lui, il m'a dit: «Bienvenue! [Cette fois] vous êtes venu à moi
en tant qu'invité. Je suis restée avec lui pendant un mois,
pendant tout ce temps il me disait tout ce qui m'arrivait dans le
cœur: quand il était sur le point de me dire adieu, je le
suppliais: «Apprenez-moi une leçon utile. ida) V Il a dit: «Ma
mère m'a dit que lorsqu'elle était enceinte de moi, elle ne
pouvait que lui tendre la main pour de la nourriture qui était
licite.Chaque fois qu'on lui donnait une nourriture suspecte, sa
main ne pouvait pas la toucher. "Ibrahim al-Khawwas a dit:"
Une fois j'ai traversé le désert, où j'ai souffert beaucoup de
difficultés. Quand j'ai finalement pu atteindre La Mecque, je
me suis senti fier de moi. Soudain, une vieille femme m'a
appelée en disant: 'Ibrahim, j'étais avec toi dans le désert, mais
je n'ai jamais osé te parler alors de peur de distraire ton moi
intérieur [de ton but]. Maintenant, rejette ces chuchotements
maléfiques (wasawis) V "" On dit qu'al-Farghani avait
l'habitude de faire du hajj chaque année. Chaque fois, il passait
à Nishapur sans s'arrêter devant la maison d'Abu Uthman al-
Hiri. Il a raconté: "[Finalement] j'ai [décidé] de lui rendre
visite.où j'ai souffert beaucoup de difficultés. Quand j'ai
finalement pu atteindre La Mecque, je me suis senti fier de
moi. Soudain, une vieille femme m'a appelée en disant:
'Ibrahim, j'étais avec toi dans le désert, mais je n'ai jamais osé
te parler alors de peur de distraire ton moi intérieur [de ton
but]. Maintenant, rejette ces chuchotements maléfiques
(wasawis) V "" On dit qu'al-Farghani avait l'habitude de faire
du hajj chaque année. Chaque fois, il passait à Nishapur sans
s'arrêter devant la maison d'Abu Uthman al-Hiri. Il a raconté:
"[Finalement] j'ai [décidé] de lui rendre visite.où j'ai souffert
beaucoup de difficultés. Quand j'ai finalement pu atteindre La
Mecque, je me suis senti fier de moi. Soudain, une vieille
femme m'a appelée en disant: 'Ibrahim, j'étais avec toi dans le
désert, mais je n'ai jamais osé te parler alors de peur de
distraire ton moi intérieur [de ton but]. Maintenant, rejette ces
chuchotements maléfiques (wasawis) V "" On dit qu'al-
Farghani avait l'habitude de faire du hajj chaque année.
Chaque fois, il passait à Nishapur sans s'arrêter devant la
maison d'Abu Uthman al-Hiri. Il a raconté: "[Finalement] j'ai
[décidé] de lui rendre visite.rejeter ces chuchotements
maléfiques (wasawis) V "" On dit qu'al-Farghani avait
l'habitude de faire le hadj chaque année. Chaque fois, il passait
à Nishapur sans s'arrêter devant la maison d'Abu Uthman al-
Hiri. Il a raconté: "[Finalement] j'ai [décidé] de lui rendre
visite.rejeter ces chuchotements maléfiques (wasawis) V "" On
dit qu'al-Farghani avait l'habitude de faire le hadj chaque
année. Chaque fois, il passait à Nishapur sans s'arrêter devant
la maison d'Abu Uthman al-Hiri. Il a raconté: "[Finalement]
j'ai [décidé] de lui rendre visite. Je l'ai salué.Cependant, il n'a
pas retourné mes salutations. Je me suis dit;'Un musulman
vient à lui et lui donne ses salutations, mais il ne le salue pas
en retour?!' Abu Uthman a répondu: «[Un musulman] comme
celui-ci, qui continue le hadj, laissant sa mère [en détresse] et
ne lui témoignant aucune vénération? Je suis donc retourné à
Farghana et j'ai soigné ma mère jusqu'à sa mort. Après cela, je
suis retourné à Abu Uthman. Quand je suis entré dans sa
maison, il m'a reçu et m'a assis à côté de lui. "Donc al-
Farghani est resté avec Abou Uthman, qui lui a confié le soin
de sa monture jusqu'à ce qu'il [Abu Uthman] soit mort. J'étais
assis un jour chez moi, quand tout à coup je me suis rendu
compte qu'al-Junayd attendait à la porte. J'ai balayé cette
pensée de côté. Cependant, cela m'est venu une deuxième fois,
puis une troisième fois. Alors je suis finalement sorti, et en
effet il y avait al-Junayd, qui m'a demandé: 'Pourquoi n'êtes-
vous pas sorti à la première pensée? '' Muhammad ben al-
Husayn al-Bistami a dit: "Quand je suis venu à Abu Uthman
al-Maghribi, je me suis dit: 'Peut-être qu'il voudrait que
j'apporte quelque chose? lui [en cadeau]? Abu Uthman a
répondu: 'Non seulement les gens veulent que je leur prenne
quelque chose, ils veulent aussi que je leur demande cela!' 'Un
Soufi a raconté: "J'étais à Bagdad, quand il m'est venu à
l'esprit qu'al-Mourta serait apporte-moi quinze dirhams pour
que je puisse acheter une peau d'eau, une corde et une paire de
sandales pour aller dans le désert. Bientôt, on a frappé à la
porte. Quand j'ai ouvert la porte, j'ai vu al-Murta avec un sac à
main en tissu. Il m'a dit: "Prends ça!" J'ai dit: Monseigneur, je
ne le veux pas! - Combien voulez-vous?al-Husayn al-Bistami
a déclaré: "Quand je suis arrivé à Abu Uthman al-Maghribi, je
me suis dit:" Peut-être voudrait-il que je lui apporte quelque
chose [en cadeau]? " Abu Uthman a répondu: 'Non seulement
les gens veulent que je leur prenne quelque chose, ils veulent
aussi que je leur demande cela!' 'Un Soufi a raconté: "J'étais à
Bagdad, quand il m'est venu à l'esprit qu'al-Mourta serait
amène-moi quinze dirhams pour que je puisse acheter une
peau d'eau, une corde et une paire de sandales pour aller dans
le désert ... Bientôt, on frappa à la porte, quand j'ouvris la
porte, je vis Murta avec un sac à main en tissu, il m'a dit:
"Prends ça!" J'ai dit: Monseigneur, je ne le veux pas! -
Combien voulez-vous?al-Husayn al-Bistami a déclaré:
"Quand je suis arrivé à Abu Uthman al-Maghribi, je me suis
dit:" Peut-être voudrait-il que je lui apporte quelque chose [en
cadeau]? " Abu Uthman a répondu: 'Non seulement les gens
veulent que je leur prenne quelque chose, ils veulent aussi que
je leur demande cela!' 'Un Soufi a raconté: "J'étais à Bagdad,
quand il m'est venu à l'esprit qu'al-Mourta serait amène-moi
quinze dirhams pour que je puisse acheter une peau d'eau, une
corde et une paire de sandales pour aller dans le désert ...
Bientôt, on frappa à la porte, quand j'ouvris la porte, je vis
Murta avec un sac à main en tissu, il m'a dit: «Prends ça! J'ai
dit: Monseigneur, je ne le veux pas! - Combien voulez-
vous?Abu Uthman a répondu: 'Non seulement les gens veulent
que je leur prenne quelque chose, ils veulent aussi que je leur
demande cela!' 'Un Soufi a raconté: "J'étais à Bagdad, quand il
m'est venu à l'esprit qu'al-Mourta serait apporte-moi quinze
dirhams pour que je puisse acheter une peau d'eau, une corde
et une paire de sandales pour aller dans le désert. Bientôt, on a
frappé à la porte. Quand j'ai ouvert la porte, j'ai vu al-Murta
avec un sac à main en tissu. Il m'a dit: "Prends ça!" J'ai dit:
Monseigneur, je ne le veux pas! - Combien voulez-vous?Abu
Uthman a répondu: 'Non seulement les gens veulent que je
leur prenne quelque chose, ils veulent aussi que je leur
demande cela!' 'Un Soufi a raconté: "J'étais à Bagdad, quand il
m'est venu à l'esprit qu'al-Mourta serait apporte-moi quinze
dirhams pour que je puisse acheter une peau d'eau, une corde
et une paire de sandales pour aller dans le désert. Bientôt, on a
frappé à la porte. Quand j'ai ouvert la porte, j'ai vu al-Murta
avec un sac à main en tissu. Il m'a dit: "Prends ça!" J'ai dit:
Monseigneur, je ne le veux pas! - Combien voulez-vous?une
corde et une paire de sandales pour aller dans le désert.
Bientôt, on a frappé à la porte. Quand j'ai ouvert la porte, j'ai
vu al-Murta avec un sac à main en tissu. Il m'a dit: "Prends
ça!" J'ai dit: Monseigneur, je ne le veux pas! - Combien
voulez-vous?une corde et une paire de sandales pour aller dans
le désert. Bientôt, on a frappé à la porte. Quand j'ai ouvert la
porte, j'ai vu al-Murta avec un sac à main en tissu. Il m'a dit:
"Prends ça!" J'ai dit: Monseigneur, je ne le veux pas! -
Combien voulez-vous? il m'a demandé. 'Fifteen dirhams.' He
said: 'Here's fifteen dirhamsV" A Sufi said about God's words,
"Is he who was dead and We gave him life, [and appointed for
him a light to walk by among the people as one of those who
are in the depth of darkness?]" ' that they mean, "Is he whose
intellect was dead, but whom God Most High has revived with
the light of insight and to whom He has given the light of
[divine] revelation and direct contemplation [of divine
mysteries] like a man who walks negligently among the
negligent folk {ahl al-ghafla) It is said: "He whose insight is
sound ascends to the stage of witnessing (mmhahadd) I heard
Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami say: I heard
Muhammad b. al-Husayn al-Baghdadi say: I heard Ja far b.
Muhammad b. Nusayr say: I heard Abu H- Abbas b. Masruq
say: "Once a Sufi master {shaykh) came to us. He discoursed
beautifully to us about this affair [of ours].' He was well
spoken and showed excellent judgement. In one of his
discourses he told us: 'Tell me about everything that might
occur to you.' Suddenly, it occurred to me that he was a Jew.
My thought grew stronger and stronger and persisted until I
decided to share it with al-Jurayri, who resented it. So I
decided to inform that man about it. I told him: 'You tell us to
let you know about any thought that might occur to us. It has
occurred to me that you are a Jew!' He fell silent, then raised
his head and said; 'You have spoken the truth. I bear witness
that there is no deity but God and that Muhammad is His
messenger.' He then said; 'I have practiced all religious
denominations, saying to myself; "If there is any truth among
this community,then it should be among this folk.'" " So I
mingled with you in order to test you, and now [I am
convinced that] you are truthful.' He became a good Muslim."
It is reported that al-Sari [al-Saqti] used to say to al-Junayd:
"Go preach to people!" Al-Junayd recounted: "At that time, in
my heart there was fear of speaking in public, because I was
not sure that I was worthy of it. One night, which happened to
be a Friday night, in my dream I saw the Prophet — may God
bless and greet him — who instructed me; 'Go preach to
people!' When I woke up, I went to al-Sari's house before he
had woken up and knocked on his door. He inquired; 'So you
did not believe me until you were told [to do this by the
Prophet]?"' Next day, al-Junayd came to the Friday mosque
and sat before the people. Immediately word got around that
al-Junayd sat [in the mosque] in order to preach to people. A
Christian youth in disguise approached him and said: "Master,
what is the meaning of the words of the Messenger of God —
may God bless and greet him: 'Beware of the insight of the
faithful [person], for he sees with the light of God Most High.'
Al-Junayd bowed his head for a moment, then raised it and
said: "Embrace Islam! The time has come for you to become a
Muslim!" So the youth became a Muslim. Moral character
(khuluq) God Most High said; "Surely, thou [the Prophet] art
of a good moral character. Ali b.Ahmad al-Ahwazi nous a
informés: Abu H-Hasan al-Saffar al-Basri nous a informés;
Hisham b. Muhammad b.Ghalib nous a dit; Mu alia b. Mahdi
nous a dit: Bashshar b. Ibrahim al-Numayri nous a dit;
Ghaylan b. Jarir nous a dit sur l'autorité d'Anas [b. Malik], qui
a dit: "Quelqu'un a demandé au Messager de Dieu, 'Lequel des
fidèles a la meilleure foi?' Il a répondu: «Ceux d'entre eux qui
ont le meilleur caractère moral.» Ainsi, un bon caractère moral
est la plus grande vertu du serviteur, une au moyen de laquelle
la vraie essence des hommes est connue. Celui qui est caché
par son teint extérieur {khalq) se révèle à travers son caractère
moral, j'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait
pitié de lui - disons; "Dieu Très-Haut a favorisé Son Prophète
- que Dieu le bénisse et le salue - avec beaucoup d'excellentes
qualités, mais aucun d'eux n'est plus digne de louange que son
bon caractère moral, car Dieu le Très Haut a dit:"
Sûrement,[Al-Wasiti a dit: "Il [Dieu] lui a attribué un bon
caractère moral [le Prophète] parce qu'il a donné les deux
mondes, tout en se contentant du Dieu Très-Haut." Al-Wasiti a
également dit que "le bon caractère moral" signifie que l'on ne
montre aucune inimitié envers qui que ce soit, et que personne
ne manifeste d'inimitié à cause de sa connaissance intime du
Dieu Très-Haut. Al-Husayn b.Mansur [al-Hallaj] a dit; "La
signification de ce [verset] est que l'on reste imperturbable
quand on est durement traité par les créatures [de Dieu], après
avoir été témoin de [leur] Créateur." Abu Said al-Kharraz a dit:
"[Un bon caractère] signifie que vous n'avez d'autre
préoccupation que le Dieu Très-Haut." J'ai entendu Shaykh
Abu Abd al-Rahman al-Sulami dire; J'ai entendu al-Husayn b.
Ahmad b.Ja loin dire; J'ai entendu al-Kattani dire; "Le
soufisme est un bon caractère moral, et quiconque vous
surpasse dans son caractère moral vous a également surpassé
dans le soufisme". Il est dit d'Ibn Umar ** - que Dieu soit
satisfait des deux "- qu'il a dit; «Si vous m'entendez dire à un
esclave:« Que Dieu vous déshonore! alors considérez-le
comme un homme libre! " Al-Fudayl a dit; "Celui qui a
montré toutes les vertus [possibles], mais a maltraité son
poulet, ne devrait pas être considéré comme parmi les
vertueux." Il est dit que chaque fois qu'Ibn Umar - que Dieu
soit satisfait de l'un et de l'autre - voyait un esclave de sa
prière diligente, il le mangeait. Quand [tous ses serviteurs] ont
appris ce trait de caractère, ils ont commencé à prier avec
diligence pour l'impressionner afin qu'il les manie. Quand
quelqu'un lui a mentionné cela, il a dit;"Quand quelqu'un nous
trompe pour l'amour de Dieu, nous nous permettons d'être
trompés." J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn disent; J'ai
entendu Muhammad b. Abdallah al-Razi dit; J'ai entendu Abu
Muhammad al-Jurayri dire; J'ai entendu al-Junayd dire; J'ai
entendu al-Harith al-Muhasibi dire; "Nous avons abandonné
trois choses: une apparence décente accompagnée de retenue,
de beaux mots accompagnés de loyauté, et une bonne
fraternité accompagnée de fiabilité," l'a également entendu
[Mohammed al-Husayn] dire: j'ai entendu Abdallah ben
Muhammad al- Razi dit: "Le bon caractère moral consiste à
dénigrer vos actions envers Lui et à exalter Ses actions envers
vous." Quelqu'un a demandé à al-Ahnaf: "Qui vous a enseigné
[votre] caractère moral?" Il a répondu: "Qays b. Asim al-
Minqari. - A quel point son caractère moral s'est-il étendu?
Demanda l'enquêteur.Al-Ahnaf a dit; Il était assis dans sa
maison, quand sa servante apporta une brochette de morceaux
de viande, qui tomba de la main sur l'un de ses fils, qui mourut
sur le coup: l'esclave était agonisante, lui dit Qays; Ne crains
pas, tu es maintenant une femme libre pour l'amour de Dieu! ",
Dit Shah al-Kirmani; "Un signe du bon caractère moral est que
vous ne faites pas de mal aux autres, tout en supportant
patiemment la détresse qu'ils vous infligent." Le Messager de
Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - a dit; "Tu ne rendras
jamais les gens heureux par ta richesse, par conséquent rends-
les heureux par une expression amicale sur ton visage et par
[ton] bon caractère moral." Quelqu'un a demandé à Dhu H-
Nun al-Misri; "Qui a la plus grande part de problèmes?" Il a
répondu; "Ceux qui ont le pire caractère moral." Wahb
[b.Munabbih] a dit; "Si l'on est capable de garder un bon
caractère moral pendant quarante jours, Dieu le fera partie de
sa disposition naturelle (tabi a) Al-Hasan al-Basri a dit au sujet
des paroles de Dieu Très-Haut," Purifie tes robes, Prophète] ",
qu'ils signifient" Améliorez votre caractère moral. "Un certain
ascète a eu une brebis. [Un jour] il a vu qu'il lui manquait une
de ses jambes, il a demandé qui avait fait cela." Un de ses
esclaves a admis qu'il avait. L'ascète l'a demandé; "Pourquoi?"
L'homme a dit; "Je voulais que tu sois désolé pour ça."
L'ascète lui a dit; "Non, je ne détruirai pas celui qui vous a
ordonné de le faire! Allez, vous êtes libre maintenant!"
Quelqu'un a demandé à Ibrahim b. Adham: "Avez-vous déjà
trouvé du plaisir dans [quelque chose de] ce monde?" Il a
répondu; "Oui, deux fois, la première fois,quand j'étais assis et
qu'un étranger est venu et a uriné sur moi. La deuxième fois,
alors que j'étais assis et qu'un inconnu est venu me frapper au
visage, on raconte que chaque fois que les garçons voyaient
Uways al-Qarani, ils le piquaient avec des pierres. En réponse,
il leur dirait juste; "Si vous devez le faire, utilisez des petites
pierres, de peur que vous ne me brisiez les jambes et que je ne
puisse pas faire mes prières." Un jour al-Ahnaf b. Qays se
retrouva suivi par un étranger, qui l'insultait. Quand il s'est
approché de son quartier, il s'est arrêté et a dit; "Jeune homme,
si vous avez quelque chose de plus à dire, faites-le maintenant
avant que les gens de votre quartier ne vous entendent et ne
vous répondent [en nature]." Quelqu'un a demandé à Hatim al-
Asamm; "Un homme devrait-il supporter les autres?" Il a
répondu; "Oui, sauf lui-même."Il est rapporté que le
Commandant du Fidèle Ali b. Abi Talib - que Dieu soit
satisfait de lui - a appelé son serviteur, qui n'a pas répondu à
son appel. Il l'a appelé encore et encore, mais le serviteur ne
voulait toujours pas répondre. Alors Ali est allé à lui et l'a
trouvé allongé. Ali lui demanda: "Tu ne m'as pas entendu?" Le
serviteur répondit: "Alors qu'est-ce qui t'a fait ignorer mon
appel?" Il répondit: "Je me sens à l'abri de ta punition, alors je
me suis laissé paresseux." Ali lui dit: "Vas-y. Tu es
maintenant libre pour l'amour de Dieu Très-Haut! »On raconte
que Ma ruf al-Karkhi est descendu au Tigre pour faire ses
ablutions, il a posé son Coran et son manteau, une femme est
venue et a pris Ma sœur l'a rattrapée et a dit: "Ma soeur, je suis
ma mère. N'aie pas peur de moi.Avez-vous un fils qui sait lire?
"Elle répondit:" Non "" Et votre mari? "" Non, "dit la femme,
Ma ruf lui dit:" Alors rends-moi le Coran et garde le manteau.
"Une fois que les voleurs se sont rués impudemment dans la
maison de Shaykh Abou al-Rahman al-Sulami et ont volé tout
ce qu'ils pouvaient trouver, j'ai entendu un de nos compagnons
raconter [l'histoire suivante]:" J'ai entendu Shaykh Abou al-
Rahman al-Sulami ; «Je passais par le marché un jour quand
j'ai vu ma cape sur un vendeur. «J'ai entendu Shaykh Abu
Hatim al-Sijistani dire: J'ai entendu Abou Nasr al-Sarraj al-
Tusi dire, j'ai entendu al-Wajihi dire, al-Jurayri a dit:« Quand
je suis revenu de La Mecque - que Dieu le protège - la
première chose que j'ai faite a été d'aller à al-Junayd, afin de
lui épargner le problème [de me rendre visite].Je l'ai salué,
puis je suis allé chez moi. Quand je priais la prière du matin
dans la mosquée le jour suivant, j'ai découvert qu'il priait aussi
dans la rangée derrière moi. Je lui ai dit: «Je ne suis pas venu
vous voir l'autre jour pour vous épargner des ennuis? Il a
dit;'Telle était votre munificence, alors que [priez derrière
vous après le hajj] est votre dû.' 'Quelqu'un a demandé à Abu
Hafs [al-Haddad] au sujet de la bonne moralité: "Voici ce que
Dieu - qu'Il soit grand et exalté - accordé à Son Prophète - que
Dieu le bénisse et le salue - quand Il a dit; «Embrasse le
pardon et offre ce qui est honorable. C'est dit; "Le bon
caractère moral est que vous soyez proche des gens, tout en
étant étranger à ce qui se passe entre eux." "Il est dit:" Le bon
caractère moral est que vous acceptez le traitement sévère de
vos semblables et le décret de Dieu sans vexation, Abou Dharr
arrosait ses chameaux à un étang, quand un étranger se
précipita à l'intérieur de l'étang et s'y ouvrit d'un seul coup:
Abu Dharr s'assit d'abord, puis s'allongea.Quand quelqu'un l'a
interrogé à ce sujet, il a répondu; "Le Messager de Dieu - que
Dieu le bénisse et le salue - nous a ordonné de nous asseoir
chaque fois que nous sommes en colère et, si [notre] colère
persiste, de nous coucher". Dans l'Évangile, il est dit; «O mon
serviteur, souviens-toi de moi quand tu es en colère, et je me
souviendrai de toi quand je serai en colère! Une femme a crié
à Malik b. Dinar; "Vous hypocrite!" Il a répondu; "Femme,
vous avez trouvé un nom pour moi que les gens de Bassora
ont manqué [jusqu'à présent]!" Luqman dit à son fils: Il y a
trois hommes dont le vrai caractère se fait connaître à trois
reprises; un homme prudent au moment de la colère; un
homme vaillant au temps de la guerre; et un frère au moment
où quelqu'un a besoin de lui. "Moïse - que la paix soit sur lui -
a dit:" Mon Dieu,Je plaide qu'on ne m'attribue pas de qualités
que je ne possède pas! »Dieu lui soit révélé:« Je ne l'ai pas fait
pour moi-même. Comment puis-je faire cela pour vous? »V /
320 Yahya b. Ziyad al-Harithi possédait un esclave gênant.
Quelqu'un lui a demandé; "Pourquoi gardes-tu cet esclave?" Il
a répondu; "Afin d'apprendre la tempérance à travers lui." Il
est dit que dans les paroles de Dieu Très-Haut: "Il [Dieu] vous
a prodigué Ses bénédictions, vers l'extérieur et l'intérieur". ""
Extérieur "signifie ici la création de [l'homme]" alors que
"intérieur" signifie [Dieu] purifiant le caractère moral de
l'homme Al-Fudayl a dit: "Je préférerais avoir un pécheur
bonhomme qu'un adorateur de mauvaise nature comme mon
compagnon." On dit que le bon caractère moral consiste à
prendre l'adversité dans un 's stride {bi-husn al-mudara), Il est
rapporté que Ibrahim b. Adham voyageait dans un désert,
quand il a rencontré un soldat, qui lui a demandé; "Où est la
colonie la plus proche?" Ibrahim b.Adham pointa le doigt vers
le cimetière, après quoi le soldat le frappa à la tête et le blessa.
Quand le soldat l'a finalement laissé partir, on lui a dit [qu'il
avait battu] Ibrahim b. Adham, le [célèbre] ascète du Khurasan.
Quand le soldat est revenu s'excuser devant lui, Ibrahim lui a
dit: "Quand tu m'as frappé, j'ai demandé à Dieu le Très Haut
de t'admettre au Paradis." Le soldat a demandé pourquoi il
avait fait cela. Ibrahim lui a dit; "Parce que je savais que Dieu
me récompenserait pour cela, mais je ne voulais pas que ma
part soit bonne à vos dépens et que votre portion soit mauvaise
à cause de moi!" Il est rapporté qu'un homme a invité Abu
Uthman al-Hiri à dîner. Quand il arriva à la porte de l'homme,
celui-ci lui dit: "Monsieur, ce n'est pas le bon moment pour
vous d'entrer [chez moi], je le regrette, mais vous devez
partir." Quand Abu Uthman est arrivé chez lui,l'homme l'a
rattrapé et a répété ses excuses et a dit; "Monsieur, je regrette
[de vous avoir renvoyé] Vous pouvez venir maintenant." Abu
Uthman a décollé et est allé [à la maison de l'homme]. Quand
il est venu à la porte de la maison de l'homme, l'homme a dit
la même chose que la première fois. Il a fait la même chose la
troisième et la quatrième fois. À maintes reprises, Abu
Uthman est revenu à la porte de l'homme seulement pour être
renvoyé. Finalement, l'homme lui a dit qu'il voulait
simplement le tester. Il s'est excusé abondamment et a félicité
Abu Uthman fortement [pour sa persévérance]. Cependant,
Abu Uthman lui a dit: "Ne me félicitez pas pour un trait de
caractère que vous trouvez généralement chez les chiens, car
quand un chien est appelé, il vient, et quand il est crié, il
s'enfuit." Il est rapporté qu'Ubu Uthman traversait une rue un
jour, quand quelqu'un lui a jeté un seau de cendres.Ses
compagnons étaient très en colère et ont commencé à maudire
la personne qui a jeté les cendres. Cependant, Abu Uthman
leur a dit; "Ne dis pas un mot! Celui qui a mérité le feu de
l'enfer, mais qui a réussi à s'enfuir avec seulement de la cendre,
n'a pas le droit d'être en colère!" Il est rapporté qu'un Soufi
séjournait à Ja far b. La maison de Hanzala. Ce dernier a tout
fait pour bien le servir. Le soufi lui disait: «Quel homme
merveilleux tu es, n'est-ce pas parce que tu es juif! A quoi Ja a
répondu: "Ma croyance religieuse (aqidati) n'a aucun effet sur
mon service de vos besoins! Par conséquent, priez pour un
remède pour vous et pour des conseils pour moi!" On dit
qu'Abdallah al-Khayyat [le Taylor] avait un Magian comme
client. Abdallah lui cousit des vêtements et le Magian le paya
avec de la fausse monnaie. Un jour,Quand Abdallah a quitté
son magasin pour une course, le Magian est venu avec son
argent contrefait et a essayé de le donner à l'apprenti
d'Abdallah. Lorsque l'apprenti a refusé de l'accepter, le
Magian lui a versé de l'argent véritable. Quand Abdallah est
revenu à son magasin, il a demandé à l'apprenti; "Où est la
chemise du Magian?" L'apprenti lui a dit ce qui s'était passé.
Abdallah s'est exclamé; «Vous avez fait une chose terrible: il a
longtemps fait affaire avec moi avec de l'argent [de
contrefaçon], j'ai été patient avec lui et j'ai jeté son argent dans
un puits pour qu'il ne trompe pas les autres. ! " On dit que le
mauvais caractère moral opprime le cœur de son possesseur,
parce qu'il ne laisse place à rien d'autre qu'à ses désirs
[égoïstes]. Il devient ainsi comme une petite maison, ce qui est
à peine suffisant pour son locataire.On dit qu'un signe de bon
caractère est que vous n'êtes pas agacé par celui qui prie à vos
côtés [pendant la prière rituelle]. Quant au mauvais caractère,
il consiste à prêter attention au mauvais caractère des autres.
Quelqu'un a demandé au Messager de Dieu - que Dieu le
bénisse et le salue - au sujet de la malchance, il a dit;
"Mauvais caractère!" Abu H-Hasan Ali al-Ahwazi nous a
informés; Abu H-Hasan al-Saffar al-Basri nous a dit: Mu adh
b. al-Muthanna nous a dit; Yahya b. Ma na nous a dit: Marwan
al-Fazari nous a dit: Yazid ben Kaysan nous a dit sur l'autorité
d'Abu Hazim, sur l'autorité d'Abu Hurayra - que Dieu soit
satisfait de lui - que quelqu'un ait demandé au Messager de
Dieu. de Dieu, priez Dieu le Très Haut contre les polythéistes!
"Il répondit:" J'ai été envoyé [par Dieu] comme une
miséricorde, pas comme un châtiment! "Munificence (jud) et
générosité (sakha) Dieu - qu'il soit grand et exalté - a dit; "Ils
préfèrent les autres au-dessus d'eux-mêmes, même si la
pauvreté est leur part. Ali b. Ahmad b. Abdan nous a informés;
Ahmad b.Ubayd nous a informés; al-Hasan b. al-Abbas nous a
dit; Sahl nous a dit: Sa id b. Musulman nous a dit sur l'autorité
de Yahya b. Sa d, sur l'autorité de Muhammad b. Ibrahim, sur
l'autorité d'Alqama, a dit que "Dieu" - que Dieu soit satisfait
d'elle - a dit que le Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et
le salue - a dit; «Les généreux sont proches de Dieu Très-Haut,
proches des gens, proches du Paradis et loin du feu [de l'enfer],
tandis que les avares sont loin du Dieu Très-Haut, loin des
gens, loin du Paradis et près de l'enfer. ] feu, Dieu aime plus le
généreux ignorant {jahil) que l'adorateur avare. Le maître [al-
Qushayri] a dit: "Dans le langage des gens, il n'y a pas de
différence entre la munificence et la générosité, Dieu lui soit
loué, d'autre part, il n'est pas décrit comme" généreux "ou"
généreux ",faute de précédent approprié [dans le Coran ou la
Sunna]. La véritable essence de la générosité est que l'on n'a
aucune difficulté à donner [aux autres]. Selon les gens, la
générosité est le premier pas, qui est suivi par la munificence
et, finalement, en préférant les autres à soi-même (ithar). Celui
qui distribue une part et lui épargne une part est généreux.
Celui qui donne beaucoup et économise un peu pour lui-même
est généreux. Celui qui souffre d'une pénurie, mais qui donne
son minimum à quelqu'un d'autre, est celui qui donne la
préférence aux autres sur lui-même. De même, j'ai entendu le
maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dire
qu'Asma b. Kharija a dit; "Je déteste abattre ceux qui
s'approchent de moi avec un besoin, car s'il est noble, je garde
son honneur," s'il est bas, je lui garde mon honneur ".Il est
rapporté que Muwarriq al-Ijli était très sophistiqué en
montrant de l'amitié envers ses compagnons. Il laissait mille
dirhams avec eux et disait: «Garde-moi ça jusqu'à ce que je
revienne». Après un moment il leur enverrait une note disant;
"Ces dirhams sont à vous." Un homme de Manbij '' rencontra
un autre homme de Médine et s'enquit de lui quand on lui dit
que l'homme venait de Médine, il lui dit: "Un homme de ta
ville nommé al-Hakam b. Abd al-Muttalib est venu à nous et
nous a rendus riches. »L'homme de Médine a demandé:«
Comment ça se fait? Il est venu à vous avec seulement un
cilice sur le dos? "L'homme de Manbij a répondu:" Il ne nous
a pas enrichi avec de l'argent. Au contraire, il nous a enseigné
la générosité. Nous avons commencé à nous donner
mutuellement, jusqu'à ce que nous devenions tous riches. "J'ai
entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq dire; "Quand Ghulam al-
Khalil a calomnié les Soufis [de Bagdad] devant le calife," il a
ordonné qu'ils soient décapités .Al-Junayd [a évité ce procès]
en se présentant comme un juriste (faqih) car il a
effectivement publié des jugements selon Abu Thawr, alors
que d'autres, y compris Al-Shahham, al-Raqqam et al-Nuri,
ont été arrêtés et quand des tapis de cuir ont été étalés pour
leur décapitation, al-Nuri s'est avancé. "Savez-vous ce que
vous attendez?" Al-Nouri répondit qu'il l'avait fait: le bourreau
lui demanda alors: «Alors qu'est-ce qui te fait te dépêcher? Al-
Nuri a répondu: Td plutôt mes compagnons vivent un autre
moment. Le bourreau était perplexe et rapporta l'affaire au
calife,qui a envoyé les Sufis au juge pour enquêter sur leur
affaire. Le juge a posé plusieurs questions juridiques à Abu H-
Husayn al-Nuri, qui leur a répondu à tous. Il a ensuite procédé
à dire [ce qui suit]; Dieu a des serviteurs qui, debout, se
tiennent pour l'amour de Dieu; quand ils parlent, ils parlent
pour l'amour de Dieu. Il a aussi dit d'autres choses qui ont fait
pleurer le juge. Il a ensuite envoyé la note suivante au calife:
"Si ces gens sont des hérétiques, alors il n'y a pas un seul
musulman [fidèle] sur la face de la terre." "Il est rapporté
qu'Ali ben al-Fudayr" avait l'habitude d'acheter ses biens
auprès des marchands du quartier. Quelqu'un lui a dit; "Vous
pourriez acheter [les mêmes produits] moins cher si vous
magasinez au marché [de la ville]!" Il a répondu: "Ces
marchands se sont installés dans notre quartier dans l'espoir de
servir nos besoins."Il est rapporté que quelqu'un a envoyé
[comme un cadeau] une esclave à Jabala, quand il avait ses
compagnons avec lui. Il a dit: "Ce serait une chose laide si je
devais l'accepter pour moi en votre présence, en même temps,
je déteste privilégier l'un d'entre vous en la lui donnant, car
vous avez tous le droit de elle et [être] honoré [par moi] Cette
fille ne peut pas être divisée [parmi vous]. " Il y avait quatre-
vingt personnes là-bas. Alors il a ordonné que chacun d'eux
soit donné une esclave ou un garçon esclave. Il est dit que
Ubaydallah b. Abi Bakra '*' avait soif quand il était sur la
route. Il a demandé de l'eau chez une femme. La femme sortit
une tasse et se tint derrière la porte en disant: "Restez loin de
la porte et laissez venir un de vos esclaves, je suis une femme
arabe [modeste], mais ma servante est morte il y a quelques
jours." ""Ubaydallah a bu l'eau et a dit à son esclave:
"Donnez-lui dix mille dirhams" La femme a dit: "Que Dieu
soit Glorifié! Vous me ridiculisez?" Ubaydallah a dit [à son
esclave]: "Prenez vingt mille dirhams à elle." Elle a dit: "Je
demande à Dieu le Très Haut (de vous accorder) une bonne
santé." Ubaydallah s'exclama: «Mon garçon, donnez-lui trente
mille dirhams ... En entendant qu'elle a claqué la porte devant
lui et qu'elle a crié:« Honte à vous! »Mais le garçon lui a
finalement apporté trente mille dirhams et elle l'a accepté. Il
est dit que la munificence agit sur la première impulsion (al-
khatir al-awwal) .J'ai entendu un des compagnons d'Abou H-
Hasan al-Bushanji - que Dieu ait pitié de lui - dire: "Un Abu H
-Hasan al-Bushanji était dans la dépendance.[Soudain] il
appela un de ses disciples et lui demanda de lui enlever la
chemise et de la présenter à untel. Quelqu'un lui a demandé:
«Tu ne pouvais pas attendre que tu sois sorti de la dépendance?
Il a répondu: «Je ne me fais pas confiance pour ne pas changer
d'avis [donner ma chemise]!» Quelqu'un a demandé à Qays B.
Sa b. Ubada: «Avez-vous déjà vu quelqu'un de plus généreux
que vous? Oui. Un jour, dans le désert, nous sommes tombés
sur le camp d'une bédouine. Quand son mari est arrivé, elle lui
a dit: «Deux invités sont venus rester avec nous. Il a ensuite
apporté une chamelle, l'a abattu et a dit: «Ceci est pour vous!
Le lendemain, il en apporta un autre et l'égorgea en disant:
«Ceci est pour vous! Nous avons objecté: «Nous n'avons
mangé qu'un peu de celui que vous avez abattu l'autre jour!Il a
répondu: «Je ne donne pas la nourriture d'hier à mes invités!
Nous sommes restés avec lui deux ou trois jours de plus, parce
qu'il pleuvait, et il a continué à le faire [tous les jours]. Quand
nous étions sur le point de partir, nous avons laissé cent dinars
dans sa tente, en disant à sa femme; «Excusez-le en notre
faveur. Nous avons continué notre voyage. A midi, nous avons
vu l'homme derrière nous crier; «Arrêtez, coureurs ignoble!
Vous m'avez payé pour mon hospitalité! Quand il s'est
approché de nous, il a dit; «Retire cet argent, sinon je te
poignarderai avec ma lance! Nous avons donc pris l'argent et
sommes partis, pendant qu'il récitait [le suivant]; Tu m'as volé
la récompense que je t'ai donnée pour ce que je t'ai donné.
Cela suffit pour m'humilier [pour le reste de ma vie]! »J'ai
entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait
pitié de lui - dire; "Abu Abdallah al-Rudhbari est venu rendre
visite à un de ses amis. L'ami n'était pas chez lui et la porte de
sa maison était fermée. Il s'est exclamé: «Voici un soufi dont
la porte est fermée! Brisez le verrou! Casse le verrou! Il a
alors ordonné que tout ce qu'il pouvait trouver dans la maison
et la cour de l'homme soit emmené sur le marché et vendu. Al-
Rudhbari et ses compagnons ont vendu tout cela, ont acheté
les choses qu'ils voulaient de la recette, et sont retournés à sa
maison. Quand le propriétaire de la maison est revenu, il ne
pouvait pas prononcer un seul mot. Sa femme est venue après
lui, portant un manteau. Quand elle entra dans la maison, elle
ôta son vêtement et s'écria: «Cela aussi fait partie de notre
propriété, alors allez-y et vendez-la aussi! Le mari lui a
demandé; Pourquoi donnez-vous cela de votre propre chef?
Elle a répondu; 'Silence!Un maître comme lui [al-Rudhbari]
nous confronte et nous juge de cette manière, mais nous
essayons toujours de lui cacher quelque chose? "'Bishr ben al-
Harith [al-Hafi] a dit:" Voir un «On dit que Qays b.Sabbé
Ubada est tombé malade, ses amis se sont attardés à lui rendre
visite, alors il a demandé ce qui n'allait pas chez eux: on leur a
dit:« Ils ne viennent pas parce qu'ils sont »Il s'est exclamé:«
Que Dieu maudisse l'argent qui empêche les amis de rendre
visite à l'un des leurs! »Il a alors demandé au crieur public
d'annoncer:« Celui qui doit quelque chose à Qays est
maintenant A la tombée de la nuit, le porche de sa maison était
brisé par tous ceux qui venaient lui rendre visite: Quelqu'un a
dit à Abdallah ben Ja loin: "Vous donnez généreusement
lorsqu'on vous le demande,Pourtant, vous ne donnez pas de
raison à quelqu'un qui vous oppose. »Il répondit:« Je suis
généreux avec mon argent, mais je suis avare de mon intellect.
»On dit qu'Abdallah ben Ja une fois allé inspecter sa propriété
à la campagne Il s'arrêta à une palmeraie où travaillait un
esclave noir et, quand on apporta de la nourriture à l'esclave,
un chien arriva de l'extérieur du jardin et s'approcha du garçon,
lui lança un morceau de pain et le mangea. Il lui lança un autre
morceau de pain, puis un troisième, et le chien les mangea,
comme Abdallah ben Ja regardait, puis il demanda au garçon:
«Combien de nourriture obtenez-vous tous les jours? "Juste ce
que vous avez vu!" Ja loin lui a demandé: "Pourquoi avez-
vous préféré le chien sur vous-même?" Le garçon a répondu:
"Ce n'est pas un domaine que les chiens normalement
fréquent.Ce chien doit être venu de loin, donc je ne voulais pas
l'écarter. "Abdallah b.Ja lui a demandé:" Comment allez-vous
gérer [sans nourriture]? "Le garçon a dit:" Je vais persévérer à
travers le reste de le jour. "Abdallah s'est exclamé:" On m'a
reproché d'être trop généreux! Cependant, ce garçon est plus
généreux que moi! "Alors il a acheté la palmeraie de dattier, le
garçon et tous les outils qui étaient là, puis a mangé le garçon
et lui a donné toute cette [propriété]." On raconte qu'un
homme est allé un jour rendre visite à un de ses amis. Quand il
a frappé à sa porte, l'ami est sorti et lui a demandé: "Pourquoi
es-tu venu?" L'homme a répondu; "A cause d'une dette de
quatre cents dirhams que je suis aux prises avec." L'ami est
entré, a pesé quatre cents dirhams et les a amenés dehors à
lui.Il est ensuite retourné à la maison en larmes. Sa femme lui
a demandé; "Pourquoi ne peux-tu pas trouver une excuse
[pour ne pas lui donner l'argent], si le donner [à lui] est si
difficile pour toi?" L'homme a dit: "Je ne pleure que parce que
je n'ai pas pu percevoir son besoin et qu'il a dû me le révéler!"
Mutarrif b. al-Shikhkhir a dit; "Chaque fois que l'un d'entre
vous a besoin de mon aide, qu'il me le remette par écrit, car je
déteste voir l'humiliation du besoin sur le visage de
quiconque." Un homme, qui voulait embarrasser Abdallah b.
al-Abbas, a rendu visite aux personnes éminentes de la ville et
leur a dit; "Ibn al-Abbas vous invite à dîner avec lui ce soir!"
Ainsi, les notables sont venus à lui et ont rempli toute sa
maison. Il a demandé ce qui se passait et a raconté l'histoire. Il
a immédiatement commandé des fruits, du pain et divers plats
à acheter.De cette façon, il a réussi à sauver la situation.
Quand la fête fut finie, il demanda à ses chefs de ménage;
"Avons-nous [assez d'argent] pour offrir cette [hospitalité]
tous les jours?" Ils ont dit; "Oui]." Il a ensuite dit: "Alors
divertissons tous ici tous les jours!" J'ai entendu Shaykh Abu
Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - disons;
le maître Abu Sahl al-Su4uki faisait ses ablutions dans sa cour,
lorsqu'un homme s'approcha de lui et demanda l'aumône. Il
n'avait rien avec lui à ce moment-là, alors il a dit; "Attends
que j'aie fini." L'homme a attendu. Quand al-Su4uki a terminé
[ses ablutions], il a dit; "Prenez cette bouteille [précieuse] et
partez!" L'homme a pris la bouteille et est parti. Al-Su4uki a
attendu jusqu'à ce qu'il sache que l'homme était loin, puis a
crié; "Un homme est entré [dans ma maison] et a pris la
bouteille! »[Sa famille] est sortie à la recherche de l'homme,
mais n'a pas pu le rattraper, Al-Su4uki l'a fait parce que sa
famille lui reprochait sa générosité excessive. l'a également
entendu [al-Sulami] dire: "Le maître Abu Sahl [al-Su4uki] a
donné sa robe à un certain homme en [l'hiver]. Comme il
n'avait pas d'autre robe, il devait mettre une robe de femme
chaque fois qu'il sortait pour enseigner [ses cours]. Une fois,
une délégation d'hommes distingués est arrivée de Fars. Il
comprenait toutes sortes de savants célèbres: juristes,
théologiens (mutakallimun) grammairiens, et ainsi de suite. Le
chef de la ville, Abu H-Hasan, a envoyé Abu Sahl, lui
ordonnant de se rendre à la rencontre de la délégation. Il mit
une tunique de laine sur la robe de sa femme et sortit. [Quand
le dirigeant l'a vu], il s'est exclamé; 'Il m'a humilié devant
toute la ville en se cachant dans la robe de la femme!
Cependant, quand Sahl a commencé à les débattre, ses
arguments se sont révélés supérieurs aux leurs dans tous les
domaines de connaissance qu'ils représentaient. "Je l'ai aussi
entendu [al-Sulami] dire:" Le maître Abu Sahl [al-Su4uki] n'a
jamais distribué d'aumônes à quelqu'un directement. Au
contraire, il le jetterait à terre, de sorte que le mendiant
cueillirait l'aumône, disant: Ce monde a si peu de valeur que,
pour l'amour de celui-ci, je ne veux pas voir ma main mettre
quelque chose dans la main d'un autre homme. Cependant, [le
Prophète] - que Dieu le bénisse et le salue - a dit; "La main
supérieure" est meilleure que la main inférieure "". "Abou
Marthad - que Dieu ait pitié de lui - était une personne
généreuse: un jour, un poète le louait dans ses vers, lui dit
Abou Marthad;"Je n'ai rien à vous donner [pour votre poème]
Cependant, vous devriez m'emmener devant le juge et
prétendre que je vous dois dix mille dirhams et je le
confirmerai, puis me mettre en prison Ma famille ne me le
permettra pas être en prison pour longtemps. " Le poète a fait
ce qu'on lui a dit, et à la fin de la même journée, il a reçu dix
mille dirhams alors qu'Abu Marthad a été libéré de prison. On
raconte qu'un homme a demandé à al-Hasan b.On raconte
qu'un homme a demandé à al-Hasan b.On raconte qu'un
homme a demandé à al-Hasan b. Ali b.Abi Talib - que Dieu
soit satisfait de lui - pour quelque charité et celui-ci lui a
donné cinquante mille dirhams et cinq mille dinars. Il a alors
dit: "Apportez un porteur pour porter cet argent pour vous!"
Quand l'homme amena un portier, al-Hasan donna son châle à
l'homme, en disant: "Le salaire du portier est aussi sur moi!"
Une femme a demandé à Layth b. Sa "pour un bol de miel, il
lui a ordonné une peau entière pleine de miel.Quand quelqu'un
lui a demandé à ce sujet, il a répondu:" Elle a demandé selon
son besoin, pendant que je donnais selon mon bienfait! " Un
jour, je faisais la prière du matin dans la mosquée d'Al-Ash, à
Kufa, je suis venu à la recherche d'un de mes débiteurs, quand
j'ai terminé ma prière, quelqu'un m'a mis un vêtement et une
paire de sandales, quand j'ai demandé ce que c'était,On m'a dit
que al-Ash ath venait de rentrer de La Mecque et a ordonné
que [de tels cadeaux] soient donnés à toute la congrégation de
sa mosquée. Je leur ai dit; Je suis venu ici à la recherche de
mon débiteur, donc je n'appartiens pas à cette congrégation. Ils
m'ont dit; «Ceci doit être donné à tous ceux qui sont venus à la
mosquée.» On raconte que lorsque l'heure d'al-Shafi4 - que
Dieu soit satisfait de lui - la mort approchait, il a dit: «Dites-le
et ... Quand il est revenu [de son voyage], on lui a parlé de
cela, puis il a demandé le livre d'al-Shafi, et a trouvé que Il a
réglé cette dette en disant: "C'est mon lavage de son corps!"
On raconte que quand Al Shafi je suis venu de Sanaa "" à La
Mecque,il avait avec lui dix mille dinars. Quelqu'un lui a dit
d'acheter une esclave [pour le servir] avec cet argent. Il a
installé une tente devant la Mecque et a mis les dinars [sur sa
robe] et a commencé à donner ces dinars. Il en donnerait une
poignée à tous ceux qui viendraient le voir. À midi, il se leva
et secoua sa robe: il ne restait plus un seul morceau. Il est
rapporté que al-Sari [al-Saqati] a quitté sa maison un jour de
fête et a rencontré un homme d'importance, à qui il a donné
seulement une salutation rapide. Il a été dit; "C'est un homme
d'importance!" Il a répondu; "Oui, je l'ai reconnu, mais selon
une tradition bien attestée, chaque fois que deux musulmans se
rencontrent, une centaine de bénédictions divines sont
réparties entre eux, dont quatre-vingt-dix vont au plus joyeux.
portion [des bénédictions].Il est rapporté que le Commandant
du Fidèle Ali b. Abi Talib - que Dieu soit satisfait de lui - a été
trouvé pleurant un jour. Lorsqu'on lui a demandé ce qui l'a fait
pleurer, il a dit; "Pas un seul invité n'est venu au cours des sept
derniers jours, j'ai peur que le Dieu Très-Haut ait décidé de
m'humilier!" Il est apparenté que Malik b. Anas - que Dieu
soit satisfait de lui - a dit: "La taxe de toute maison est que
[son propriétaire] doit mettre de côté une pièce pour les invités
[dans le]." Concernant les paroles de Dieu Très Haut, "As-tu
reçu l'histoire des invités d'honneur d'Abraham?" Les invités
sont appelés "honorés" parce qu'Abraham les a accueillis lui-
même, et l'invité d'une personne honorable (karini) est aussi
honorable . Ibrahim b. al-Junayd a dit; "Il y a quatre choses
que la noble personne ne devrait pas négliger,même s'il est un
prince; se lever de sa place quand son père entre [la salle],
servant ses invités [personnellement], servant un savant dont
vous avez appris, et demandant [aux hommes d'apprendre] de
ce qu'il ne sait pas ", Ibn Abbas - que Dieu être satisfait de lui
- a dit au sujet des paroles de Dieu Très Haut, "Il n'y a aucune
faute en vous que vous mangez en groupes ou séparément",
"cela signifie:" Ils [les Compagnons du Prophète] se sentaient
mal à l'aise quand quelqu'un d'entre eux mangeaient seuls,
donc Dieu leur a donné la permission de le faire. "On raconte
qu'un jour, Abdallah ibn Amir ben Kurayz" offrit l'hospitalité
à un homme. Il l'a très bien accueilli. Cependant, lorsque
l'invité était sur le point de partir, ses serviteurs ne l'ont pas
aidé [avec ses préparatifs]. Quand quelqu'un l'a réprimandé, il
a répondu: "»Abdallah B. Bakawayh, le soufi, nous a récité le
verset suivant d'al-Mutanabbi:« Si vous laissez une compagnie
qui pourrait vous empêcher de partir, ce sont eux qui partent!
»Abdallah B. Moubarak a déclaré: "Être généreux par rapport
à ce que les autres possèdent est mieux que d'être généreux en
donnant [ses propres biens]." Un soufi a raconté: "Un jour très
froid, je suis venu visiter Bishr b. Al Harith. Il n'avait aucun
vêtement sur lui et était assis là tremblant [du froid]. Je lui ai
dit; Abu Nasr, un jour comme celui-ci, il a mis des vêtements
supplémentaires! Pourquoi as-tu si peu [de vêtements sur toi]?
Il a répondu; Je me suis souvenu des pauvres et de leur sort.
Comme je n'ai rien à leur donner, j'ai décidé de garder leur
compagnie pour supporter ce froid! "J'ai entendu Shaykh Abu
Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - disons;
"J'ai entendu Abou Bakr al-Razi dire: j'ai entendu [Abou Ali]
al-Daqqaq dire:" La générosité ne réside pas dans les riches
qui donnent aux indigents [mu dam]. La générosité réside dans
le don indigent aux riches! "Jalousie (ghaym) Dieu Très Haut
a dit:" Mon Seigneur a seulement interdit les indécences,
l'intérieur et l'extérieur. Abu Bakr Muhammad b. Ahmad
b.Abdus al-Muzakki nous a informés; Abu Ahmad Hamza b.
al-Abbas al-Bazzaz nous a informés à Bagdad: Muhammad b.
Ghalib b. Harb nous a dit: Abdallah b. Muslim nous a dit;
Muhammad b.al-Furat nous a dit sur l'autorité d'Ibrahim al-
Hajari, sur l'autorité d'Abu M-Ahwas, sur l'autorité d'Abdallah
b. Mas ud, qui a dit; "Le Messager de Dieu - que Dieu le
bénisse et le salue - a dit:" Nul n'est plus jaloux que le Dieu
Très-Haut, il a interdit par sa jalousie les indécences,
intérieures et extérieures. "Ali b. Ahmad al-Ahwazi nous a
informés: Ahmad b. Ubayd al-Saffar nous a informés: Abu H-
Husayn b. Bunan nous a dit: Abdallah b. Raja nous a dit: Harb
b. Shaddad nous a dit; Yahya b. Abi Kathir nous a dit sur
l'autorité d'Abu Salama qu'Abu Hurayra - que Dieu soit
satisfait de lui - leur a dit que le Messager de Dieu - que Dieu
le bénisse et le salue - a dit; "Dieu est jaloux et le croyant est
jaloux, la jalousie du Dieu Très-Haut est excitée quand le
serviteur croyant commet un acte interdit par Dieu".La
jalousie (ghayra) est le ressentiment contre le partage [quelque
chose] avec un autre (ghayr). Quand Dieu - être loué à Lui -
est appelé "jaloux" cela signifie qu'il n'est pas content de
partager avec quelqu'un l'obéissance de Son serviteur qui lui
appartient légitimement [seul]. Il est rapporté qu'un jour le
verset "Quand tu récites le Coran, Nous plaçons entre toi, et
ceux qui ne croient pas au monde à venir, un rideau obstruant"
»* a été récité avant al-Sari. Il a demandé à ses compagnons; -
Sais-tu ce qu'est ce rideau, c'est le rideau de la jalousie,
personne n'est plus jaloux que Dieu le Très-Haut. En disant "le
rideau de la jalousie" al-Sari signifiait que Dieu ne donne
jamais la vraie religion aux incroyants. Le maître Abu Ali al-
Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - avait l'habitude de dire;
"Dieu le Très-Haut a attaché aux pieds de ceux qui se sont
détournés en Lui adorant les poids de l'abandon {khidhlan). Il
les a choisis pour être bannis de Lui-même et les a retirés de
Sa proximité, les faisant tomber en arrière dans leur culte.
réciter; je désire ardemment celui pour qui j'ai de la passion,
mais comment puis-je me protéger de la calomnie [jalouse] de
[mes] amis? Ils disent aussi de cette situation: "[Il est] un
homme malade dont personne ne vient »J'ai entendu le maître
Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dire: J'ai
entendu al-Abbas al-Zawzani dire:« J'ai été béni avec un bon
départ [ sur le chemin de Dieu], parce que je connaissais [la
distance] entre moi et le but que j'aspirais à atteindre. Une nuit,
dans un rêve, je me suis vue tomber du sommet de la
montagne que j'avais voulu atteindre.J'ai été attristé par cela.
Puis un sommeil m'est venu et j'ai vu un homme qui m'a dit:
'Oh Abbas, Dieu ne voulait pas que tu atteignes le but auquel
tu aspirais. Cependant, une sagesse a été révélée à votre
langue. Il a dit: "Quand je me suis réveillé, on m'a confié les
paroles de sagesse." J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq
- que Dieu ait pitié de lui - dire: "Il y avait un maître soufi
(shaykh) qui a vécu [son] état et son moment avec Dieu. Il est
entré dans la clandestinité et n'a pas été vu parmi les pauvres.
"Après un moment, il est revenu dans un état mystique (waqt)
qui était différent de celui qu'il était avant." Quand on lui a
demandé ce qui s'était passé, il a répondu: Hélas, un voile est
tombé .. "Le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de
lui - avait l'habitude de dire, quand, pendant une session
soufie,quelque chose d'irritant est entré dans le cœur des
assistants: "C'est la jalousie de Dieu, que la louange soit pour
lui". Abu Ali signifiait que la pureté du moment mystique
{waqt) qu'il éprouvait échappait à ses compagnons. Ils
impliquent ce sens quand ils récitent: Elle voulait nous rendre
visite, mais quand elle a regardé dans un miroir, son beau
visage l'a empêchée de venir. Quelqu'un a demandé à un soufi:
"Voulez-vous le voir?" Il a dit non." Ils lui ont demandé:
"Pourquoi pas?" Il répondit: "Cette beauté est trop haute pour
être vue par quelqu'un comme moi!" Ils ont ce sens en tête
quand ils récitent: j'envie mes yeux quand ils te regardent,
alors je les baisse: te voir me pavaner dans toute ta beauté me
rend jaloux de toi pour toi! Quelqu'un a demandé à al-Shibli:
"Quand trouvez-vous le repos [de la jalousie]?" Il a répondu:
"Quand je ne trouve personne d'autre [dans le monde] qui se
souvient de Lui! "J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq -
que Dieu ait pitié de lui - mentionne les paroles du Prophète -
que Dieu le bénisse et le salue Après avoir acheté un cheval à
un bédouin, les Bédouins lui ont demandé d'annuler leur
transaction et le Prophète a accepté: Le Bédouin lui a dit:
"Que le Dieu Très-Haut vous donne une longue vie! Qui êtes-
vous? "Le Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - dit:" Un
homme des Quraysh. "Un des Compagnons présents
s'exclama:" Comme vous êtes impoli de ne pas reconnaître
votre Prophète! "[Abu Ali al- Daqqaq] - que Dieu ait pitié de
lui - a commenté: "Le Prophète a dit: '[Je suis] un homme des
Quraysh' par jalousie, parce qu'autrement il aurait été obligé
de répondre à tous ceux qui lui demandaient qui il
était.Cependant, Dieu - louange soit à Lui - [l'a empêché de
faire cela] en lançant les mots mentionnés ci-dessus sur la
langue du Compagnon. "Certaines personnes disent que la
jalousie est un attribut des débutants sur le chemin soufi. la
connaissance de l'unité divine (tawhid) ne peut montrer
aucune jalousie, une telle personne est incapable d'exercer son
propre choix, car elle n'a aucune autorité sur ce qui se passe
dans le Royaume [de Dieu]. J'ai dit à Abou Uthman al-
Maghribi: "La jalousie appartient aux débutants, pas à ceux
qui ont atteint [ divin] réalités {haqa iq), je l'ai aussi entendu
[al-Sulami] dire: J'ai entendu Abu Nasr al-Isbahani dire: J'ai
entendu al-Shibli dire: "Il y a deux types de jalousie: l'un,
quand les êtres humains sont jaloux les uns des autres; et
l'autre, quand Dieu est jaloux des coeurs de [ses serviteurs].
"Al-Shibli a également dit:" Dieu est également jaloux des
souffles de Ses serviteurs de peur qu'ils ne soient gaspillés sur
quelque chose d'autre que Dieu Très Haut. Il faut conclure
qu'il y a deux types de jalousie: Dieu étant jaloux de Son
serviteur, signifiant qu'il l'éloigne de Ses créatures par Son
envie pour Lui; et le serviteur est jaloux de Dieu, ce qui
signifie qu'il consacre tous ses états spirituels et souffle à
personne d'autre que Dieu le Très-Haut. Il ne faut pas dire: "Je
suis jaloux de Dieu". Il faudrait plutôt dire: "Je suis jaloux
pour l'amour de Dieu". Ainsi, être jaloux du Dieu Très-Haut
n'est que de l'ignorance qui peut conduire à l'abandon de la
foi.Quant à la jalousie pour l'amour de Dieu, elle exige de son
serviteur le maintien de ses droits et la purification de ses actes
à cause de lui. Sache que c'est la coutume de Dieu à l'égard de
ses amis de les jeter dans la confusion chaque fois qu'ils
comptent sur autre chose que lui, prennent conscience de
quelque chose d'autre, ou s'attachent à autre chose avec leur
cœur. Il est jaloux de leur cœur à tel point qu'Il les ramène [les
coeurs] à Lui, Lui étant fidèle, vide de tout [autre que Lui] sur
lequel ils se sont peut-être fiés, remarqués ou attachés. Comme
dans le cas d'Adam - que la paix soit sur lui: à peine avait-il
décidé de rester éternellement dans le jardin du Paradis, que
Dieu l'en chassa. La même chose est arrivée à Abraham - que
la paix soit sur lui - quand il s'est réjoui de son fils Ismaël -
paix soit sur lui. Dieu lui a ordonné de le sacrifier,afin qu'il le
bannisse de son cœur. "Quand ils se rendirent tous les deux et
qu'il le jeta sur son front", son cœur fut purifié de son amour
pour son fils et Dieu lui ordonna de faire un sacrifice de
remplacement [d'un bélier]. J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-
Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - dise: J'ai
entendu Abu Zayd al-Marwazi - que Dieu ait pitié de lui - dise:
J'ai entendu Ibrahim b. Shayban dit: J'ai entendu Muhammad b.
Hassan dit: «Un jour, alors que je me promenais dans les
montagnes du Liban, un jeune homme est tombé sur moi, sa
peau a été brûlée par les vents chauds du désert et les tempêtes
de sable. lui, lui demandant de partager une parole [sage] avec
moi, il me dit: "Prends garde, car il est jaloux, il n'aime pas
voir autre chose que Lui dans le coeur de Son serviteur!"J'ai
entendu Shaykh Abou al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait
pitié de lui - dise: "Al-Nasrabadhi a dit:" Le Dieu Très-Haut
est jaloux, une partie de Sa jalousie est qu'il n'a fait aucune
autre route que Lui-même. "Il est dit que Dieu - que Dieu soit
loué - a révélé à l'un de Ses prophètes:" Quand untel a besoin
de Moi, moi aussi, j'ai besoin de lui, s'il satisfait mon besoin,
je le ferai. satisfaire son. " Ce prophète - que la paix soit sur
lui - a alors dit dans son dialogue intime (munajai) avec Dieu:
«Mon Dieu, comment pouvez-vous avoir un besoin? Il a
répondu: "Le coeur de cet homme a trouvé le soutien dans
quelque chose d'autre que Moi .Peut-il vider son coeur de cette
chose, afin que je puisse satisfaire son besoin!" Il est raconté
que dans son rêve Abu Yazid al-Bistami a vu une bande
d'houris. Il les regarda,sur quoi il fut privé de son moment
[mystique] avec Dieu. Après cela, il a vu les houris dans son
rêve une fois de plus. Cependant, cette fois, il ne leur prêta
aucune attention en disant: «Tu n'es rien d'autre que des
distractions.» On raconte que lorsque Rabija al-Adawiyya est
tombée malade, quelqu'un lui a demandé: «Quelle est la cause
de ta maladie? répondit: "Mon cœur était attiré par le Paradis,
alors Il m'a châtié pour cela. Cependant, il est bienveillant
envers ses serviteurs. "Je ne ferai plus jamais ça!" On raconte
qu'al-Sari [al-Saqati] a dit: "Je cherchais un de mes amis
depuis longtemps. Un jour, alors que je voyageais à travers
des montagnes, je suis tombé sur un groupe de personnes
atteintes de diverses maladies et de l'aveuglement. Je leur ai
demandé ce qu'ils faisaient là. Ils m'ont dit: "Là"un homme
[dans la caverne] là-haut. Une fois par an, il sort et prie pour
ces [malades], après quoi ils sont guéris [de leurs afflictions].
Alors j'ai attendu jusqu'à ce qu'il sorte. Il a prié pour eux, et ils
ont été guéris. Je le suivis et le rattrapai en disant: «J'ai une
maladie intérieure. Comment puis-je le traiter? Il a répondu:
'Sari, laissez-moi tranquille, car le Dieu Très-Haut est jaloux.
Quand il voit que vous dépendez de quelqu'un d'autre que Lui,
votre statut à Ses yeux sera diminué! "Le Maître [Abu Ali al-
Daqqaq] a dit:" Certains Soufis deviennent jaloux quand ils
observent d'autres personnes se souvenir de Dieu le Plus Haut
mécaniquement. Ils sont incapables de tolérer cette vision et
sont aggravés par elle, "J'ai entendu le maître Abu Ali al-
Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dire:" Un jour,un Bédouin
est entré dans la mosquée du Messager de Dieu et a uriné
dedans. Les compagnons se sont précipités vers lui pour le
jeter dehors [de la mosquée]. »Abu Ali a commenté cet
épisode en disant:« C'est vrai, le bédouin s'est mal conduit.
Cependant, les Compagnons étaient honteux et embarrassés à
la vue de cette dépravation. La même chose est vraie du
serviteur de Dieu. Une fois qu'il a réalisé la grandeur de la
majesté de Dieu, il souffre à chaque fois qu'il entend quelqu'un
se souvenir de Dieu mécaniquement ou lui obéir sans
manifester sa révérence. "On raconte qu'un fils d'Abu Bakr al-
Shibli Abu H-Hasan est décédé, sa mère lui a coupé les
cheveux en signe de deuil, et al-Shibli est allé au bain public et
a rasé sa barbe, quand il a commencé à recevoir ses
condoléances, tous ceux qui venaient à lui demandé: "Abu
Bakr,Qu'avez-vous fait? »Il disait:« Je l'ai fait en solidarité
avec ma femme. »Un des visiteurs l'a pressé en demandant«
Abu Bakr, dis-moi la vérité. Pourquoi avez-vous fait cela? »Il
répondit:« Je savais que les gens qui viendraient à moi
présenter leurs condoléances mentionneraient vainement le
nom de Dieu, quand ils diraient: «Que le Très-Haut vous
récompense [pour votre perte]! Alors j'ai sacrifié ma barbe
pour [détourner leur attention et] empêcher leur mention du
nom de Dieu en vain. "[Abu H-Husayn] al-Nuri en entendant
un muezzin * [invoquer des gens à la prière] s'exclamer:" Une
malédiction et poison mortel! »Ou il entendait un chien aboyer
et dire:« Me voici [Dieu], à votre service! »Quelqu'un lui a
dit:« Isn 'cette apostasie? Comment peut-on dire à un croyant
qui professe la profession de foi que [ses paroles sont] "Une
malédiction et un poison mortel"? Ou comment peut-on dire:
«Me voici [Dieu], à votre service» à un chien qui aboie? »Al-
Nuri répondit:« Quant au muezzin, il a mentionné
mécaniquement le nom de Dieu (ala ra s al-ghafla). Quant au
chien, Dieu le Très-Haut n'a-t-il pas dit: «Rien n'est, cela ne
proclame pas sa louange [mais vous ne comprenez pas leur
exaltation].» Un jour, al-Shibli exécutait l'appel à la prière.
Après avoir prononcé deux fois la profession de foi, il fit une
pause et dit: «Si tu ne m'avais pas ordonné de le faire, je
n'aurais jamais mentionné personne d'autre avec toi! Un
homme a entendu un autre dire: "Que Dieu soit exalté [jalla V
/ I / A)!" Il lui a dit: "Je préférerais que tu L'exaltes au-dessus
[de ton exaltation]! »Un Sufi rapporte qu'il a entendu Abu H-
Hasan al-Khazafani - que Dieu ait pitié de lui - dire:« Je
prononce les mots 'Il n'y a pas de divinité sauf Dieu' de Au
fond de mon cœur, pendant que je prononce les mots
«Muhammad est le Messager de Dieu» de mon lobe d'oreille.
»Ceux d'entre vous qui ne voient que le sens extérieur de ces
mots pourraient imaginer qu'al-Khazafani a dégradé la Loi
Divine. Cependant, cette pensée est incorrecte car, en réalité,
l'attribution de quelque chose d'autre que Dieu à la majesté
[absolue et unique] de Dieu - la louange soit à Lui - est elle-
même une dégradation [de Lui]. " Amitié avec Dieu (wilayaY
Dieu le Très-Haut a dit: "Sûrement les amis de Dieu - aucune
crainte ne soit sur eux, ils ne seront pas affligés." ™ Hamza
b.Yusuf al-Sahmi - que Dieu ait pitié de lui - nous a informés:
Abdallah b. Adi al-Hafiz nous a dit: Abu Bakr Muhammad b.
Harun b. Humayd nous a dit: Muhammad b. Harun al-Muqri
'nous a dit: Hammad al-Khayyat nous a dit sur l'autorité de
Abd al-Wahid b. Maymun, un client d'Urwa, sous l'autorité
d'Urwa, sur l'autorité de A isha - que Dieu soit satisfait d'elle -
que le Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - a dit: "Dieu
le Très Haut dit: 'Celui qui a causé mon serviteur M'a
approché en accomplissant les obligations que je lui ai
imposées, il me rapproche encore de moi en accomplissant des
actes de piété surérogatoires (nawafil) jusqu'à ce que Je ne
l'aime pas, rien de ce que je fais ne me rend plus hésitant que
d'avoir à saisir l'esprit de mon fidèle serviteur, parce qu'il
redoute la mort,alors que je déteste lui causer du mal.
Cependant, il n'y a pas d'échappatoire [pour lui]. " "Ami" a
deux significations. L'un d'eux implique la passivité "- à
savoir," celui dont les affaires sont gérées (yatawalld) par Dieu
- louange soit à Lui. "Comme Dieu le Très Haut dit:" Il [Dieu]
gère les affaires des justes.C'est, Dieu fait ne lui confie pas les
affaires de son serviteur un seul instant; Lui-même est en
charge de ses affaires. La seconde signification implique une
intensité d'action de la part de l'acteur. C'est-à-dire que «l'ami»
est celui qui est complètement engagé dans l'adoration et
l'obéissance à Dieu à un point tel que ses actes vertueux se
suivent être interrompu par n'importe quelle [nuance] de
désobéissance. Les deux significations doivent s'appliquer
pour que l'ami de Dieu soit un [véritable] ami.Il doit remplir
méticuleusement et exhaustivement ses obligations envers
Dieu Très-Haut, tandis que Dieu, à son tour, le protège
constamment [de toute désobéissance] dans les bons et les
mauvais moments. L'une des conditions d'être un ami de Dieu
est de jouir de sa protection (mahfouz) de la même manière
que l'une des conditions d'être un prophète est d'être infaillible
(MaHum). Quiconque viole la Loi Divine est trompé et
trompé. J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu
ait pitié de lui - dire: "Abu Yazid al-Bistami a décidé de rendre
visite à un homme qui avait la réputation d'être un ami de
Dieu." Quand il est arrivé à la mosquée où l'homme Il avait
l'habitude de prier, il s'assit et attendit que l'homme en sorte,
quand il sortit, cracha Abou Yazid sans même saluer
l'homme.On ne peut pas faire confiance à cet homme pour
maintenir les règles prescrites par la Loi Divine. Comment
peut-il être au courant des secrets [intimes] de Dieu?! »Sufis
n'est pas d'accord sur le point de savoir si un ami de Dieu peut
ou non savoir qu'il est un.Certains prétendent que ce n'est pas
possible, disant:« L'ami de Dieu toujours se regarde avec
humilité. Chaque fois qu'il manifeste des grâces divines
(karamat), il devient effrayé, parce qu'il croit que ce n'est
qu'une ruse [divine]. Par conséquent, il est constamment saisi
de peur car il a peur de diminuer son rang [aux yeux de Dieu]
et de son l'état final étant contraire à son état actuel. »» Ces
personnes considèrent la fidélité [aux principes de l'amitié]
jusqu'à la fin comme l'une de ses conditions préalables.Les
maîtres soufis de ce groupe / 7335 ont raconté beaucoup
d'histoires pour illustrer cette idée et il y a parmi eux de
nombreux partisans. Si nous devions tous les raconter, nous
perdrions notre objectif de concision. Un de ces maîtres que
nous avons connus avoir adhéré à cette idée était l'imam Abu
Bakr b. Furak - que Dieu ait pitié de lui. Cependant, il y a ceux
qui prétendent; "Il est possible que l'ami de Dieu soit conscient
d'être un et, par conséquent, la fidélité constante [aux principes
d'amitié avec Dieu] n'est pas une condition préalable pour
conserver le statut d'ami dans l'au-delà." Si tel est bien le cas,
alors l'ami de Dieu peut recevoir des grâces divines "de Dieu
par lesquelles Dieu lui fait savoir qu'il est assuré d'une issue
favorable [dans l'au-delà] .Il faut donc reconnaître la
possibilité que des grâces divines soient accordées sur [Dieu 's]
amis. Même si la peur de l'issue défavorable [dans l'au-delà]
peut s'écarter de son cœur, son état de crainte, de révérence et
d'exaltation de Dieu est plus parfait et plus fort qu'une telle
peur en tout cas. Car même un peu de révérence et de crainte
est plus réconfortant pour le cœur des hommes qu'une
abondance de peur. Quand le Prophète - que Dieu le bénisse et
le salue - a dit; "Dix de mes Compagnons seront au Paradis",
ces dix sans doute croyaient le Messager de Dieu - que Dieu le
bénisse et le salue - et étaient confiants du bon résultat pour
eux [dans l'au-delà]. Pourtant, cette [réalisation] n'a pas nui à
leur [juste] état [dans cette vie]. Une des conditions d'une
bonne compréhension de la prophétie est la reconnaissance de
la définition des miracles [prophétiques], qui inclut la
réalisation de leur véracité.Un ami de Dieu, quand il manifeste
des grâces divines, «peut toujours les distinguer des miracles
[se rapportant aux prophètes]. Quand il observe quelque chose
comme ça, il se rend compte qu'il est sur le vrai chemin à ce
moment-là. Ainsi, il lui est permis de croire qu'il maintiendra
le même état dans l'au-delà. Cette réalisation est elle-même
une grâce divine pour lui. Ainsi, la doctrine des grâces divines
[accordée aux] saints est correcte. Ceci est confirmé par de
nombreuses histoires transmises par ce groupe / comme nous
le mentionnerons dans le chapitre sur les grâces divines, si
Dieu le veut. Parmi les maîtres soufis que nous avons
rencontrés, le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de
lui - avait l'habitude d'adhérer à cette [dernière] opinion. Il est
dit que Ibrahim b. Adham a demandé à un certain homme:
"Voulez-vous être un ami de Dieu?"quand il manifeste des
grâces divines, 'peut toujours les distinguer des miracles [se
rapportant aux prophètes]. Quand il observe quelque chose
comme ça, il se rend compte qu'il est sur le vrai chemin à ce
moment-là. Ainsi, il lui est permis de croire qu'il maintiendra
le même état dans l'au-delà. Cette réalisation est elle-même
une grâce divine pour lui. Ainsi, la doctrine des grâces divines
[accordée aux] saints est correcte. Ceci est confirmé par de
nombreuses histoires transmises par ce groupe / comme nous
le mentionnerons dans le chapitre sur les grâces divines, si
Dieu le veut. Parmi les maîtres soufis que nous avons
rencontrés, le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de
lui - avait l'habitude d'adhérer à cette [dernière] opinion. Il est
dit que Ibrahim b. Adham a demandé à un certain homme:
"Voulez-vous être un ami de Dieu?"quand il manifeste des
grâces divines, 'peut toujours les distinguer des miracles [se
rapportant aux prophètes]. Quand il observe quelque chose
comme ça, il se rend compte qu'il est sur le vrai chemin à ce
moment-là. Ainsi, il lui est permis de croire qu'il maintiendra
le même état dans l'au-delà. Cette réalisation est elle-même
une grâce divine pour lui. Ainsi, la doctrine des grâces divines
[accordée aux] saints est correcte. Ceci est confirmé par de
nombreuses histoires transmises par ce groupe / comme nous
le mentionnerons dans le chapitre sur les grâces divines, si
Dieu le veut. Parmi les maîtres soufis que nous avons
rencontrés, le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de
lui - avait l'habitude d'adhérer à cette [dernière] opinion. Il est
dit que Ibrahim b. Adham a demandé à un certain homme:
"Voulez-vous être un ami de Dieu?"peut toujours les
distinguer des miracles [se rapportant aux prophètes]. Quand il
observe quelque chose comme ça, il se rend compte qu'il est
sur le vrai chemin à ce moment-là. Ainsi, il lui est permis de
croire qu'il maintiendra le même état dans l'au-delà. Cette
réalisation est elle-même une grâce divine pour lui. Ainsi, la
doctrine des grâces divines [accordée aux] saints est correcte.
Ceci est confirmé par de nombreuses histoires transmises par
ce groupe / comme nous le mentionnerons dans le chapitre sur
les grâces divines, si Dieu le veut. Parmi les maîtres soufis que
nous avons rencontrés, le maître Abu Ali al-Daqqaq - que
Dieu ait pitié de lui - avait l'habitude d'adhérer à cette
[dernière] opinion. Il est dit que Ibrahim b. Adham a demandé
à un certain homme: "Voulez-vous être un ami de Dieu?"peut
toujours les distinguer des miracles [se rapportant aux
prophètes]. Quand il observe quelque chose comme ça, il se
rend compte qu'il est sur le vrai chemin à ce moment-là. Ainsi,
il lui est permis de croire qu'il maintiendra le même état dans
l'au-delà. Cette réalisation est elle-même une grâce divine pour
lui. Ainsi, la doctrine des grâces divines [accordée aux] saints
est correcte. Ceci est confirmé par de nombreuses histoires
transmises par ce groupe / comme nous le mentionnerons dans
le chapitre sur les grâces divines, si Dieu le veut. Parmi les
maîtres soufis que nous avons rencontrés, le maître Abu Ali
al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - avait l'habitude
d'adhérer à cette [dernière] opinion. Il est dit que Ibrahim b.
Adham a demandé à un certain homme: "Voulez-vous être un
ami de Dieu?"il se rend compte qu'il est sur le vrai chemin à
ce moment-là. Ainsi, il lui est permis de croire qu'il
maintiendra le même état dans l'au-delà. Cette réalisation est
elle-même une grâce divine pour lui. Ainsi, la doctrine des
grâces divines [accordée aux] saints est correcte. Ceci est
confirmé par de nombreuses histoires transmises par ce groupe
/ comme nous le mentionnerons dans le chapitre sur les grâces
divines, si Dieu le veut. Parmi les maîtres soufis que nous
avons rencontrés, le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait
pitié de lui - avait l'habitude d'adhérer à cette [dernière]
opinion. Il est dit que Ibrahim b. Adham a demandé à un
certain homme: "Voulez-vous être un ami de Dieu?"il se rend
compte qu'il est sur le vrai chemin à ce moment-là. Ainsi, il lui
est permis de croire qu'il maintiendra le même état dans l'au-
delà. Cette réalisation est elle-même une grâce divine pour lui.
Ainsi, la doctrine des grâces divines [accordée aux] saints est
correcte. Ceci est confirmé par de nombreuses histoires
transmises par ce groupe / comme nous le mentionnerons dans
le chapitre sur les grâces divines, si Dieu le veut. Parmi les
maîtres soufis que nous avons rencontrés, le maître Abu Ali
al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - avait l'habitude
d'adhérer à cette [dernière] opinion. Il est dit que Ibrahim b.
Adham a demandé à un certain homme: "Voulez-vous être un
ami de Dieu?"la doctrine des grâces divines [accordée aux]
saints est correcte. Ceci est confirmé par de nombreuses
histoires transmises par ce groupe / comme nous le
mentionnerons dans le chapitre sur les grâces divines, si Dieu
le veut. Parmi les maîtres soufis que nous avons rencontrés, le
maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - avait
l'habitude d'adhérer à cette [dernière] opinion. Il est dit que
Ibrahim b. Adham a demandé à un certain homme: "Voulez-
vous être un ami de Dieu?"la doctrine des grâces divines
[accordée aux] saints est correcte. Ceci est confirmé par de
nombreuses histoires transmises par ce groupe / comme nous
le mentionnerons dans le chapitre sur les grâces divines, si
Dieu le veut. Parmi les maîtres soufis que nous avons
rencontrés, le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de
lui - avait l'habitude d'adhérer à cette [dernière] opinion. Il est
dit que Ibrahim b. Adham a demandé à un certain homme:
"Voulez-vous être un ami de Dieu?" Il a dit; "Oui." Ibrahim
b.Adham lui a dit; "Alors ne désire rien de ce monde et du
prochain, consacre-toi entièrement au Dieu Très-Haut et
tourne ton visage vers Dieu, afin qu'Il te tourne le visage et
fasse de toi un ami." Yahya b. Mu adh a décrit les amis de
Dieu de la manière suivante: "Ils sont ceux de Ses serviteurs
qui ont été revêtus d'intimité [avec Lui] après avoir souffert
[pour Lui] (mukabadd) .Ils ont obtenu le repos après avoir
lutté pour Son bien. en arrivant à la gare de l'amitié [avec Lui].
" J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami - que
Dieu ait pitié de lui - disons; J'ai entendu Mansur b. Abdallah
dit; J'ai entendu mon oncle paternel (Ammi) al-Bistami dire;
J'ai entendu mon père dire; J'ai entendu Abu Yazid dire; "Les
amis de Dieu sont Ses épouses et personne ne regarde les
épouses sauf leur famille.Ils sont enveloppés dans les
couvertures de l'intimité [avec Lui]. «J'ai entendu Abu Bakr
al-Saydalani (le pharmacien), qui était un homme juste, dire:«
Dans le cimetière d'al-Hira, je réparais souvent la pierre
tombale d'Abu Bakr al-Tamastani et gravant son nom dessus.
Continuellement, la pierre tombale a été déterrée et volée,
tandis que toutes les autres tombes dans le voisinage sont
restées intactes. J'ai été surpris par cela et ai demandé à Abu
Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - à ce sujet un jour. Il
a répondu: «Ce maître a choisi de rester anonyme dans ce
monde, alors que vous voulez faire connaître sa tombe par une
pierre tombale que vous avez construite [à cet effet].
Cependant, Dieu - Loué soit-Il - a choisi de cacher sa tombe,
comme il a choisi de rester anonyme [dans ce monde]. "" Abu
Uthman al-Maghribi a dit; "Un ami de Dieu pourrait devenir
célèbre (mashhur) mais il ne sera jamais séduit (maftun) [par
ceci]. "J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami -
que Dieu ait pitié de lui - disons, j'ai entendu Nasrabadhi dit:
"Les amis de Dieu n'ont pas d'exigences; ils restent faibles et
anonymes. "Il [al-Sulami] a également dit:" Les plus éloignés
(nihayai) des amis de Dieu sont les débuts (bidayat) des
prophètes. "Sahl ben Abdallah [al-Tustari] a dit: "L'ami de
Dieu est celui dont les actions coïncident toujours [avec la
volonté de Dieu]." Yahya B. Mu adh a dit: "L'ami de Dieu ne
montre aucune prétention, et ne peut pas être hypocrite. Abu
Ali al-Juzjani a dit: «L'ami de Dieu anéantit son propre état,
tout en restant dans la contemplation de Dieu - que la louange
soit à Lui.Dieu prend possession de ses conseils afin que les
lumières de sa direction descendent sur lui sans interruption. Il
devient ainsi totalement inconscient de lui-même et ne réside
qu'avec Dieu. "Abu Yazid [al-Bistami] a dit:" Les parts (huzuz)
attribuées [à Dieu] à [ses] amis diffèrent les unes des autres
selon quatre [ divine] noms. Chaque groupe [agit] selon le
nom [attribué] à lui. Ces noms sont: "Le Premier", "Le
Dernier", "L'Extérieur" et "L'Intérieur". Quand un ami de Dieu
devient inconscient de ces noms, après avoir été vêtu avec eux,
il atteint la perfection. Celui dont la part attribuée est le nom
divin 'Outward' contemple les merveilles de la puissance de
Dieu; celui dont la part attribuée est le nom 'Inward'contemple
les lumières divines qui apparaissent dans les coeurs les plus
secrets [des hommes]; celui dont la part attribuée est le nom
«Premier» s'occupe des choses du passé; tandis que celui dont
la part attribuée est le nom 'Last' est attaché [murtabit] aux
choses qui arriveront dans le futur. Chaque ami reçoit la
manifestation de son nom selon ses capacités, à l'exception de
ceux que Dieu - la louange soit envers lui - a, dans sa bonté,
pris sous sa protection [personnelle] en se mettant à sa place.
"Les paroles d'Abu Yazid indique que Dieu a des élus
[khawass] qui s'élèvent au-dessus de ces divisions [selon les
noms divins], qui ne se préoccupent ni de se souvenir des
choses passées, ni de penser aux choses à venir, ni ne sont
captivés par aucun [mondain] calamités {tawariq).Ils sont le
peuple des réalités divines, dont les traits de créature ont été
complètement effacés. Dieu Très-Haut les avait en tête, quand
Il dit: "Tu les aurais cru éveillés pendant qu'ils dormaient"
Yahya B. Mu adh a dit: "L'ami de Dieu est Son basilic doux
qu'il a planté dans cette terre à Lui. Quand les véridiques
(siddiqun) l'inhalent, son parfum atteint leur cœur et ils
commencent à désirer leur maître et à augmenter leurs actes de
culte en fonction de leurs différentes prédispositions naturelles.
"Quelqu'un a demandé à [Abu Bakr] al-Wasiti:" Comment est-
ce que l'ami de Dieu nourri dans son amitié [avec Lui]? "Il a
répondu:" Au commencement, par ses actes d'adoration et de
dévotion et dans sa maturité par Dieu qui lui cache sa nature
aimable.Il le ramène alors aux attributs et qualités qui lui ont
été assignés de l'éternité, et, après cela. Il lui fait goûter [la
douceur de sa présence] en le soutenant dans tous ses états.
»On dit que l'ami de Dieu se distingue par trois traits: sa
préoccupation constante {shughl) avec Dieu, son recours (dieu)
à Dieu [en toutes circonstances], et son souci (hamni) avec
Dieu [à tout moment]. [Abu Said] al-Kharraz a dit: "Quand
Dieu le Très Haut décide de faire de quelqu'un son ami, Il lui
ouvre la porte de la souvenir [de Son nom]. Quand il a goûté
la douceur du souvenir. Il lui ouvre la porte de la proximité. Il
l'élève ensuite à des conversations intimes [avec Lui] et le
place sur le trône de l'unité [divine].Il lui fait goûter [la
douceur de sa présence] en le soutenant dans tous ses états.
»On dit que l'ami de Dieu se distingue par trois traits: sa
préoccupation constante {shughl) avec Dieu, son recours (dieu)
à Dieu [en toutes circonstances], et son souci (hamni) avec
Dieu [à tout moment]. [Abu Said] al-Kharraz a dit: "Quand
Dieu le Très Haut décide de faire de quelqu'un son ami, Il lui
ouvre la porte de la souvenir [de Son nom]. Quand il a goûté
la douceur du souvenir. Il lui ouvre la porte de la proximité. Il
l'élève ensuite à des conversations intimes [avec Lui] et le
place sur le trône de l'unité [divine].Il lui fait goûter [la
douceur de sa présence] en le soutenant dans tous ses états.
»On dit que l'ami de Dieu se distingue par trois traits: sa
préoccupation constante {shughl) avec Dieu, son recours (dieu)
à Dieu [en toutes circonstances], et son souci (hamni) avec
Dieu [à tout moment]. [Abu Said] al-Kharraz a dit: "Quand
Dieu le Très Haut décide de faire de quelqu'un son ami, Il lui
ouvre la porte de la souvenir [de Son nom]. Quand il a goûté
la douceur du souvenir. Il lui ouvre la porte de la proximité. Il
l'élève ensuite à des conversations intimes [avec Lui] et le
place sur le trône de l'unité [divine].son recours (firar) à Dieu
[en toutes circonstances]; et sa préoccupation (hamni) avec
Dieu [à tout moment]. [Abu Said] al-Kharraz a dit: "Quand le
Très-Haut décide de faire de son ami son ami, Il lui ouvre la
porte du souvenir [de Son nom]." Quand il a goûté la douceur
du souvenir. la porte de la proximité [à Lui] .Il l'élève ensuite
à des conversations intimes [avec Lui] et le place sur le trône
de l'unité [divine].son recours (firar) à Dieu [en toutes
circonstances]; et sa préoccupation (hamni) avec Dieu [à tout
moment]. [Abu Said] al-Kharraz a dit: "Quand le Très-Haut
décide de faire de son ami son ami, Il lui ouvre la porte du
souvenir [de Son nom]." Quand il a goûté la douceur du
souvenir. la porte de la proximité [à Lui] .Il l'élève ensuite à
des conversations intimes [avec Lui] et le place sur le trône de
l'unité [divine].Il l'élève ensuite à des conversations intimes
[avec Lui] et le place sur le trône de l'unité [divine].Il l'élève
ensuite à des conversations intimes [avec Lui] et le place sur le
trône de l'unité [divine]. Après ça.Il élève les voiles [qui l'ont
séparé de Dieu] et lui permet d'entrer dans la demeure de
l'unicité (fardaniyyd) en lui révélant la gloire [divine] et la
magnificence. Quand ses yeux sont tombés sur la gloire
[divine] et la magnificence, son T disparaît complètement et il
devient une entité inexistante privée de tout pouvoir. Il tombe
alors sous la protection exaltée de Dieu, libre de toute
prétention à l'individualité. "J'ai entendu Muhammad ben al-
Husayn - que Dieu ait pitié de lui - dire: J'ai entendu Mansour
ben Abdallah dire: J'ai entendu Abu Ali al-Rudhbari dire : J'ai
entendu Abu Turab al-Nakhshabi dire: "Chaque fois que le
cœur s'habitue à se détourner de Dieu, il déclare
inévitablement la guerre à ses amis. On dit que l'une des
caractéristiques des amis de Dieu est qu'ils n'ont pas peur,car
la peur implique l'anticipation d'un événement redouté dans le
futur ou l'appréhension de manquer quelque chose que l'on
aime. L'ami de Dieu, d'autre part, est le fils de son moment,
qui n'a pas d'avenir à craindre. "De même qu'il n'a pas peur,
l'ami n'a pas non plus d'espoir, car l'espoir implique une chose
agréable. ou une chose redoutée à éviter dans le futur, de
même, l'ami de Dieu ne ressent aucune douleur, car le chagrin
n'est qu'une souffrance qui réside dans le cœur: comment
ressentir la tristesse en se dandinant dans la lumière de la
satisfaction {rida) et Profitant de la fraîcheur de
l'accomplissement total [avec la volonté divine]? Dieu le Très
Haut n'a-t-il pas dit: "Sûrement les amis de Dieu - aucune
crainte ne sera sur eux, et ils ne seront pas affligés." V / 338
Prière Supplicatoire (du a?) Le plus haut a dit: "Invoque ton
Seigneur, humblement et secrètement, Il - qu'il soit grand et
exalté - a aussi dit: "Ton Seigneur a dit:" Invoque-Moi et Je te
répondrai. "Ali b. Ahmad b.Abdan nous a informés: Abu H-
Hasan al-Saffar al-Basri nous a informés: Muhammad b.
Ahmad al-Udi nous a dit: Kamil nous a dit: Ibn Lahi a dit:
Khalid b. Yazid a dit sur l'autorité de Sa id b. Abi Hilal, sur
l'autorité d'Anas b. Malik que le Messager de Dieu - que Dieu
le bénisse et le salue - a dit: "La prière supplicatoire est le
noyau du culte [de Dieu]." La prière supplicatoire est la clé de
tous les besoins. C'est le lieu de repos de tous ceux qui sont
dans le besoin, le recours des perturbés et un répit pour ceux
qui aspirent. Dieu Très Haut - Louange à Lui - a censuré ceux
qui abandonnent la prière, quand Il a dit: "Ils [les hypocrites]
gardent leurs mains fermées." Ils disent que cela signifie "Ils
ne Les tendent pas à Nous en supplication". Sahl b. Abdallah
[al-Tustari] a dit: "Dieu le Très-Haut façonna Ses créatures et
commanda:"Parle-moi en secret. Si vous ne faites pas cela,
alors regardez vers Moi. Si vous ne faites pas cela, alors
écoutez-Moi; et si vous ne faites rien de tout cela, attendez au
moins à ma porte; et si vous ne le faites pas non plus, alors
soumettez vos besoins à Moi. "" J'ai entendu le maître Abu Ali
al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dire: Sahl ben Abdallah
a dit: "La prière la plus susceptible de être répondu [par Dieu]
est celle de son état spirituel (hal). La prière de l'état spirituel
est la prière d'un homme qui est forcé de prier Dieu afin de
satisfaire son besoin. »Hamza ben Yusuf al-Sahmi - que Dieu
ait pitié de lui - nous a informés: J'ai entendu Abu Abdallah al
-Makanisi dit: "J'étais avec al-Junayd un jour, quand une
femme est venue à lui. Elle a dit: 'Priez Dieu pour que mon fils
me soit rendu. Car j'ai un fils qui a disparu.Al-Junayd lui a dit:
«Va-t'en et sois patient! Elle est revenue après un moment, et a
plaidé avec lui encore une fois. Il lui dit encore: «Va-t'en et
sois patient! Elle ne repartit que pour revenir encore et encore,
mais Al-Junayd continuerait à dire: «Va-t'en et sois patient!
Finalement, elle s'est exclamée: "Ma patience a pris fin. Je ne
suis plus capable de persévérer. Priez Dieu en mon nom! Al-
Junayd lui a dit: «Si cela est vrai, alors partez, car votre fils est
de retour! En effet, elle est rentrée à la maison et a trouvé son
fils là-bas. Elle est ensuite retournée afin de le remercier pour
cela. Quelqu'un a demandé à al-Junayd: «Comment as-tu pu le
savoir? Il répondit: "Dieu le Très-Haut n'a-t-il pas dit:" Celui
qui répond aux contraints, quand il l'appelle, et enlève le mal
".V7339 Les gens ne sont pas d'accord pour dire s'il vaut
mieux prier pour quelque chose ou garder le silence et être
satisfait [de leur condition]. Le premier groupe dit: "La prière
supplicatoire est elle-même un acte d'adoration, car le
Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - a dit: 'La prière
supplicatoire est le noyau du culte [de Dieu]', donc
l'accomplissement du culte est meilleur. De plus, c'est un droit
dû à Dieu Très-Haut, bien que Dieu ne puisse pas répondre à
la prière du serviteur et qu'il ne reçoive pas ce qu'il a demandé,
il a encore donné à son Seigneur ce qui lui est dû. Abu Hazim
al-A raj a déclaré: «Être privé de la prière est plus difficile
pour moi que [ma prière] ne reçoit pas de réponse."Un autre
groupe soutient que le silence et la passivité face au décret
divin sont plus parfaits [les états] et la satisfaction du choix
divin est plus appropriée [pour le serviteur]. C'est pourquoi al-
Wasiti a dit: "Choisir ce qui a été pour toi dans la pré-éternité
est mieux que de s'opposer au décret divin du moment (waqt)
[en priant Dieu]." Le Prophète - que Dieu le bénisse et le salue
- a dit, en citant la communication de Dieu: "Je donnerai une
meilleure récompense au serviteur dont le souvenir de Mon
[nom] l'empêche de Me demander quelque chose sur ceux qui
Me demandent quelque chose." D'autres disent: "Le serviteur
devrait prier Dieu avec sa langue, tout en maintenant la
satisfaction [avec Son décret] dans son coeur, de cette façon, il
devrait combiner les deux." La position la plus appropriée est
de dire que les moments varient:dans certaines circonstances
{ahwal), la prière est préférable au silence et constitue le
comportement approprié {adab) alors que dans d'autres le
silence est préférable à la prière et constitue le comportement
approprié. Le serviteur le réalise à chaque [nouveau] moment,
car la connaissance de chaque moment se produit au fil des
moments. Chaque fois que le cœur du serviteur trouve un
signe indiquant la prière, alors la prière est préférable et
chaque fois qu'il trouve un signe indiquant le silence, alors le
silence est préférable. Il faut aussi dire: "Dans l'état de prière,
le serviteur ne doit pas négliger de contempler Son Seigneur
Très-Haut, il doit aussi surveiller son état spirituel, si sa prière
conduit à l'expansion [basty *] de son moment actuel. que la
prière est préférable pour lui, mais si, au cours de sa prière,son
cœur ressent quelque chose comme une irritation (zajr) et une
contraction {qabd) puis l'abandon de la prière à ce moment est
préféré. Si son cœur ne trouve ni expansion ni irritation, alors
prier ou ne pas prier est égal pour lui. Si, à ce moment précis,
il est préoccupé par la connaissance [exotérique], la prière est
préférable pour lui, car elle fait partie du culte. Cependant, si
en ce moment il est préoccupé par la connaissance [ésotérique]
(mahifd) d'un état mystique et d'un silence, alors le silence est
préférable pour lui. Il est également approprié de dire: "Pour
tout ce qui profite aux musulmans et donne à Dieu son dû, la
prière est toujours préférable.Pour tout ce qui profite au soi du
serviteur, le silence est meilleur." Selon un rapport transmis:
"Quand un serviteur que Dieu - louange soit à Lui - aime Lui
prier, Il dit: 'Gabriel, ne remplis pas encore le besoin de Mon
serviteur, car j'aime écouter sa voix. Cependant, quand un
serviteur que Dieu n'aime pas prie Dieu, il dit: «Gabriel,
accomplit son besoin [immédiatement], car j'ai horreur de sa
voix!» Il est rapporté que Yahya ben Saïd al-Qattan - que Dieu
ait pitié sur lui - a vu Dieu - louange soit à Lui - dans un rêve
et Lui a demandé: "Je prie tant pour Toi, mon Dieu.
Cependant, vous ne me répondez pas! "Dieu répondit:" Yahya,
c'est parce que j'aime écouter ta voix! "Le Prophète - que Dieu
le bénisse et le salue - a dit:" Par Celui qui tient mon âme dans
sa main " quand le serviteur que Dieu est en colère lui prie, il
se détourne de lui. Quand le serviteur prie à nouveau Dieu. Il
se détourne de Lui à nouveau. Le serviteur prie pour la
troisième fois, et encore Dieu se détourne de lui.Quand le
serviteur le prie pour la quatrième fois, Dieu le Très-Haut dit à
ses anges: 'Mon serviteur a refusé de prier quelqu'un d'autre
que moi, c'est pourquoi j'ai répondu à sa prière.' "Abu H-
Husayn Ali ben Muhammad b Abdallah ben Bashran nous a
informés à Bagdad: Abu Amr Uthman ben Ahmad, surnommé
"Ibn al-Sammak", nous a dit: Muhammad ben Abd Ribbihi al-
Hadrami a dit: Bishr ben Abd al-Malik nous a dit: Musa b al-
Hajjaj nous a dit: Malik ben Dinar a dit: al-Hasan [al-Basri]
nous a dit sur l'autorité d'Anas b. Malik - que Dieu soit
satisfait de lui - qui a dit: "Au temps du Messager de Dieu -
que Dieu le bénisse et le salue - vivait un homme qui apportait
des biens [en vente] de la Syrie à Médine et de là en Syrie. Il a
voyagé seul, sans aucune caravane, mettant sa confiance en
Dieu - qu'il soit grand et exalté. Une fois que,comme il
voyageait de la Syrie à Médine, il a été confronté à un voleur à
cheval. Le voleur lui a ordonné d'arrêter. Le marchand s'arrêta
et dit au voleur: «Prends ma marchandise et laisse-moi
tranquille! Le voleur a répondu: «J'ai déjà votre marchandise.
Cependant, je veux aussi ton âme! Le marchand dit:
«Pourquoi as-tu besoin de mon âme? Prends ma marchandise
et laisse-moi tranquille! Cependant, le voleur répéta ce qu'il
venait de dire, auquel le marchand répondit: «Alors attendez
que j'aie fait mes ablutions, ma prière rituelle et ma prière
suppliante. Le voleur a dit; Fais ce que tu veux. Le marchand
se leva, fit ses ablutions, sa prière rituelle de quatre
prosternations, sur quoi il leva les mains au ciel et prononça;
O l'Aimant, O l'Aimant!Vous êtes le possesseur du magnifique
trône [de l'Univers], celui dont toutes les choses proviennent et
à qui ils reviennent, vous, qui fait tout ce qu'il veut! Je
t'implore par la lumière [émanant de] Ta face, la lumière qui
remplit tous les coins de cet Univers, Je t'implore par Ta
puissance, avec laquelle Tu as prédéterminé le sort de Ta
création et Ta miséricorde qui a englobé tout. Il n'y a pas de
divinité sauf toi! O [mon] secours, viens à mon secours. (Et il
l'a répété trois fois.) Dès qu'il a terminé sa prière suppliante, il
est apparu un cavalier habillé tout en vert sur un cheval gris. Il
tenait à la main une lance faite de lumière. Quand le voleur a
vu le cavalier, il a abandonné le marchand et est monté vers le
cavalier. Quand il s'est approché de lui, le cavalier l'a chargé et
lui a donné un coup qui l'a jeté de son cheval.Puis il
s'approcha du marchand et lui dit; «Lève-toi et tue-le! Le
marchand lui a demandé; 'Qui es-tu?Je n'ai jamais tué
personne dans ma vie et j'ai horreur de tuer quelqu'un! Ensuite,
le coureur est revenu au voleur et l'a tué. Puis il revint au
marchand et dit: Sache que je suis un ange du troisième ciel.
Lorsque vous avez prononcé votre prière pour la première fois,
nous avons entendu un bruit aux portes des cieux. Nous [les
anges] nous disions les uns aux autres; 'Quelque chose est
arrivé!' Quand vous avez prié une seconde fois, les portes du
ciel ont été ouvertes et des étincelles de feu sont apparues
derrière elles. Quand vous avez prié pour la troisième fois,
Gabriel - que la paix soit sur lui - est tombé de [le ciel
supérieur], criant; Qui viendra à la rescousse de ce malheureux?
J'ai donc demandé à mon Seigneur de me confier son meurtre.
Sache, O serviteur de Dieu,que celui qui prie à Lui avec une
prière comme la tienne au moment de la détresse, de la
détresse ou de toute autre affliction, le Dieu Très-Haut le
délivrera sûrement de lui et viendra à son secours. Ainsi, le
marchand retourna sain et sauf à Médine et alla vers le
Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - pour lui raconter
l'histoire de ce qui s'était passé. Le Prophète - que Dieu le
bénisse et le salue - le lui a dit; 'Dieu - qu'il soit grand et exalté
- vous a dicté Ses Noms les Plus Beaux. Quiconque
l'implorera avec eux recevra sa réponse, et quiconque lui
demandera quelque chose par lui, sa requête sera accordée.
"Une partie de la conduite correcte dans la prière suppliante
est l'attention continuelle du coeur afin qu'il ne soit pas
négligent. Il est rapporté que le Prophète - que Dieu le bénisse
et le salue - a dit: "Dieu Très-Haut ne répondra jamais à la
prière d'un serviteur dont le cœur est insouciant. »Une autre
condition est que la nourriture du suppliant soit licite (halal)
pour le Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - dit:«
Obtiens ta subsistance correctement et tes suppliants Yahya B.
Mu adh a l'habitude de prier en disant: "O mon Dieu, comment
puis-je, qui vous désobéis, vous demander? pour quelque
chose [en prière]? Et comment ne puis-je pas Te demander,
Qui est toujours généreux? "Il est rapporté que Moïse - que la
paix soit sur lui - est passé par un homme qui faisait
humblement sa prière suppliante Moïse a dit:" Mon Dieu, si
seulement j'avais le pouvoir [Pour accomplir] son besoin, je
l'aurais fait! "Alors Dieu le Très Haut lui a révélé:" Je suis
plus compatissant envers lui que toi,car quand il me prie, son
coeur est préoccupé par ses moutons et ses chèvres. Je ne
réponds pas à la prière d'un serviteur dont le coeur est
préoccupé par quelqu'un d'autre que moi. "Moïse - que la paix
soit sur lui - le mentionna à l'homme, puis il se tourna
entièrement vers le Dieu Très-Haut et Dieu] Certaines
personnes ont dit à Ja Far al-Sadiq: "Qu'est-ce qui ne va pas
chez nous? Nous prions, mais nos prières ne sont pas exaucées?
"Il a répondu:" Parce que vous priez celui que vous ne
connaissez pas! "J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq
dire:" Ya qub b. Layth a développé une maladie qui a échappé
à ses médecins. On lui a dit: «Dans votre royaume, il y a un
homme juste appelé Sahl b. Abdallah [al-Tustari]. S'il devait
prier pour vous, que Dieu soit loué, peut répondre à sa prière.
Donc [Ya qub b. Layth a convoqué Sahl à sa cour et lui a
dit;'Priez Dieu - qu'il soit grand et exalté - en mon nom.' Sahl
lui a dit; «Comment peut-on répondre à ma prière en votre
faveur, lorsque vous détenez injustement des gens dans vos
prisons? Alors Ya qub a libéré tous les prisonniers qu'il avait
détenus. Sahl a prié: 'O Dieu, Tu lui as déjà montré
l'humiliation d'être désobéissant [envers Toi]. Maintenant,
montre-lui le pouvoir d'être obéissant [en Toi] en enlevant son
affliction! [Sur ce] Ya qub récupéré de sa maladie. Il a offert
beaucoup d'argent à Sahl, mais celui-ci a refusé de l'accepter.
Quelqu'un lui a dit: «Vous auriez dû accepter cet argent pour
le donner aux pauvres! Sahl jeta son regard sur des cailloux du
désert et ils se transformèrent en bijoux. Il a ensuite demandé
à ses compagnons; «Comment un homme [comme moi] qui a
reçu un tel pouvoir peut-il avoir besoin de Ya qub b? Layth
'Salih al-Murri avait l'habitude de dire: "Si quelqu'un continue
à frapper à la porte avec persistance, il finira par en ouvrir un."
A cela, Rabija [al-Adawiyya] a répondu: "Pour longtemps
allez-vous continuer à dire cela? Salih a-t-il répondu: «Un
vieil homme [comme moi] a montré de l'ignorance (jahila)
alors qu'une femme a montré [vrai] savoir {alimat) j'ai entendu
Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de
lui - disons; J'ai entendu Abu Bakr al-Razi dire; J'ai entendu
Abu Bakr al-Harbi dire; J'ai entendu al-Sari [al-Saqati] dire;
"Un jour, j'ai assisté à un rassemblement chez Ma ruf al-
Karkhi, un homme est venu à lui et a dit:" Abou Mahfouz,
pouvez-vous prier le Dieu Très-Haut pour que ma bourse me
soit rendue? "Il y avait mille dinars dedans et il a été volé [de
moi]. Ma ruf n'a pas dit un mot. L'homme lui a demandé une
fois de plus. Il n'a pas dit un mot. L'homme a demandé à
nouveau. Finalement, Ma ruf a répondu, en disant; 'Qu'est-ce
que je devrais dire? [Dieu,] rends à cet homme ce que Tu as
refusé à Tes prophètes et à tes élus [asfiya?] V Cependant,
l'homme continua à supplier: 'Priez Dieu le Très Haut en mon
nom!' jusqu'à ce que Ma ruf a finalement dit; 'O mon Dieu,
choisis ce qui est le mieux pour lui!' 'On raconte qu'al-Layth a
dit: "Un jour, j'ai rencontré Uqba b. Nafi / Il était aveugle.
Après un moment, je l'ai rencontré à nouveau. Cette fois, il
pouvait voir. Je lui ai demandé; «Comment votre vue a-t-elle
été restaurée? Il a répondu; «Quelqu'un est venu me voir dans
un rêve et m'a dit; "Dis:" O Près de Celui (Yaqarib) O Celui
qui répond! O Celui qui entend la prière!O Celui qui est gentil
avec qui il veut! Rends-moi la vue! "'J'ai dit cela et Dieu - qu'Il
soit grand et exalté - m'a rendu la vue!' 'J'ai entendu le maître
Abu Ali al-Daqqaq dire; «Quand je suis revenu de Marv à
Nishapur, j'ai été affligé d'une douleur dans l'œil: pendant
plusieurs jours, je n'ai pas pu dormir Un matin, j'ai finalement
été submergé par le sommeil et j'ai entendu une voix dire:
Dieu ne suffira-t-il pas? serviteur?" '* Quand je me suis
réveillé, mon horreur et ma douleur avaient disparu. Depuis
lors, je n'ai jamais été affligé par aucune douleur oculaire. "Il
est rapporté que Muhammad B. Khuzayma a dit:" Quand
Ahmad b. Hanbal est mort, j'étais à Alexandrie. J'étais pris de
tristesse. Puis, dans un rêve, j'ai vu Ahmad b. Hanbal
marchant fièrement. Je lui ai demandé; Abou Abdallah, d'où
vient cette démarche? Il a répondu; 'C'est la démarche des
serviteurs de Dieu dans la demeure de la paix. J'ai demandé:
"Qu'est-ce qui a Dieu - qu'Il soit grand et exalté - fait avec
vous?" Il a répondu; Il m'a pardonné, m'a mis une couronne
sur la tête et des sandales dorées aux pieds. Dieu m'a dit;
"Ahmad, ceci est [une récompense pour] votre affirmation que
le Coran est Mon discours!" Il a ensuite ajouté; "Ahmad,
priez-Moi avec la prière qui vous est venue de Sufyan al-
Thawri et que vous aviez l'habitude de prononcer pendant que
vous étiez dans ce monde!" Alors j'ai dit: "O Seigneur de tout,
par Ton pouvoir sur tout, pardonne-moi pour tout et ne
m'interroge sur rien [j'ai fait]!" Dieu a alors dit; "Ahmad, c'est
le paradis, entrez!" Et j'y suis entré. »On raconte qu'un jeune
homme a saisi la couverture du Ka Ba en disant:« O mon
Dieu,Tu n'as pas de partenaire à qui l'on peut s'adresser [pour
obtenir de l'aide], ni de vizir que l'on puisse soudoyer [pour
avoir accès à Toi]. Si je t'obéis, c'est seulement à cause de ta
bonne grâce, ainsi toute louange t'appartient. Si, d'un autre
côté, je désobéis, je le fais par ma propre ignorance, de sorte
que Vous avez une preuve claire contre moi. Pourtant, bien
que Ta preuve contre moi soit fermement établie et que la
preuve de mon innocence soit invalide à tes yeux. Tu m'as
encore pardonné! »[Soudainement], il entendit une voix qui
disait:« Cette jeunesse est à l'abri du feu de l'enfer. »Ils
disent:« L'objet de la prière suppliante est de présenter son
besoin au Dieu Très-Haut. Pourtant, le Seigneur fera toujours
ce qu'il veut. »Ils disent:« La prière du peuple est leur parole;
la prière des ascètes [zuhhad) est leurs actes;et la prière des
gnostiques divins {arifun) est leur état spirituel. "Ils disent
aussi:" La meilleure prière est celle qui vient de ses chagrins.
"Un Soufi a dit:" Si vous avez demandé quelque chose à Dieu,
et Il accorde demande-le immédiatement pour le Paradis, car
c'est peut-être le jour où toutes tes demandes seront accordées.
"Ils disent:" Les langues des débutants [sur le chemin Sufi]
débordent de prières supplicatoires, alors que les langues de
ces Quand quelqu'un a demandé à al-Wasiti de faire une prière,
il a dit: "J'ai peur que si je prie, on me dise:" Si vous nous
demandez quelque chose, que nous avons déjà prédéterminé
pour vous, vous vous méfiez ainsi de nous.Et si vous nous
demandez quelque chose que nous n'avons pas prédéterminé
pour vous, alors votre louange de nous est fausse. Si, d'un
autre côté, vous restez content. Nous vous donnerons les
choses que Nous vous avons prescrites pour l'éternité. »Il est
rapporté qu'Abdallah ben Munazil a dit:« Je n'ai pas prié
depuis cinquante ans et je ne souhaite à personne d'autre de
prier en mon nom. dites: "La prière est l'échelle du pécheur."
Ils disent: "La prière est un échange de messages. Tant que cet
échange est maintenu, tout va bien. "Ils disent aussi:" Les
pécheurs font leurs prières avec leurs larmes. "J'ai entendu le
maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dire:"
Quand le le pécheur pleure, il envoie un message à Dieu - qu'il
soit grand et exalté. "À propos de ceci, ils récitent le verset
suivant:Les larmes du jeune homme révèlent ce qu'il essaie de
dissimuler Et ses soupirs montrent ce qui est caché dans son
cœur. Un Soufi a dit: "Prier c'est abandonner les péchés". Ils
disent: "La prière est la langue du désir passionné pour le
Bien-aimé." Ils disent: "Obtenir la permission de prier [de
Dieu] est meilleur pour le serviteur que d'avoir sa supplication
accordée." Al-Kattani a dit: "Dieu le Très-Haut ne présente
des excuses sur la langue du croyant que pour lui ouvrir la
porte de son pardon." Cela signifie: "La prière supplicatoire
vous met en présence de Dieu, alors que [accorder] votre
[demande] conduit à [votre] départ [de Lui] .Par conséquent,
se tenir à la [porte de Dieu] [en supplication] vaut mieux que
de partir [Lui] après [votre demande] est accordée. " Ils disent:
"La prière signifie s'adresser au Dieu Très-Haut avec la langue
de l'humilité et de la honte (haya). Ils disent: "Une des
conditions de la prière est d'accepter les décrets [divins] avec
contentement." Ils disent: "Comment pouvez-vous attendre
que [Dieu] réponde à votre prière, quand vous avez encombré
son passage avec vos actes pécheurs?" Quelqu'un a demandé à
un soufi de prier en son nom. Il a répondu: "Vous vous êtes
déjà assez distancé de Dieu en mettant un intermédiaire entre
vous et Lui." J'ai entendu Hamza b.Yusuf al-Sahmi dire: J'ai
entendu Abu H-Fath Nasr b.Quelqu'un a demandé à un soufi
de prier en son nom. Il a répondu: "Vous vous êtes déjà assez
distancé de Dieu en mettant un intermédiaire entre vous et
Lui." J'ai entendu Hamza b.Yusuf al-Sahmi dire: J'ai entendu
Abu H-Fath Nasr b.Quelqu'un a demandé à un soufi de prier
en son nom. Il a répondu: "Vous vous êtes déjà assez distancé
de Dieu en mettant un intermédiaire entre vous et Lui." J'ai
entendu Hamza b.Yusuf al-Sahmi dire: J'ai entendu Abu H-
Fath Nasr b. Ahmad b.Abd al-Malik: J'ai entendu Abd al-
Rahman b. Ahmad dit: J'ai entendu mon père raconter: "Une
femme est venue chez [le shaykh] Baqi b Makhlad" et lui a dit:
"Les chrétiens" ont capturé mon fils. [Je ne peux pas le
racheter] parce que je n'ai pas de biens sauf ma maison, que je
ne peux pas vendre. Si seulement tu pouvais me diriger vers
quelqu'un qui pourrait le racheter, car je n'ai pas de repos ou
de consolation et je ne peux pas distinguer le jour de la nuit.
Baqi lui a dit; 'Bien.Allez [retour à la maison] et je vais
examiner cette question, si Dieu le veut. Le shaykh baissa
alors la tête et bougea ses lèvres. Nous avons attendu quelques
jours. Puis, après un certain temps, la femme est revenue
emmener son fils avec elle. Elle a appelé au shaykh, en disant;
Il est rentré sain et sauf et a une histoire à vous raconter! Le
jeune homme a dit; J'étais captif d'un dirigeant chrétien avec
d'autres prisonniers. Le dirigeant avait un homme qui était
chargé de nous faire travailler tous les jours. Il nous emmenait
dans le désert pour faire du travail, puis nous ramenait dans les
chaînes. Comme nous revenions de notre travail après le
coucher du soleil, accompagnés de notre garde, les chaînes sur
mes jambes se sont soudainement ouvertes et sont tombées par
terre. Il a ensuite mentionné la date exacte et l'heure où cela
s'est produit et ils ont coïncidé avec ceux au cours desquels la
femme est venue à Baqi et il a fait sa prière [silencieuse].Le
jeune homme continua: «Notre garde se précipita vers moi en
criant; "Vous avez brisé votre chaîne!" Je lui ai dit; "Non, c'est
simplement tombé de mes jambes!" Le gardien était perplexe.
Il a appelé ses camarades, qui ont amené un forgeron avec eux
et m'ont remis dans les chaînes. Dès que j'ai fait quelques pas,
la chaîne est retombée de mes jambes. Maintenant, ils étaient
tous égarés. Ils ont appelé certains de leurs moines, qui m'ont
demandé; "Avez-vous une mère?" J'ai dit oui." Ils m'ont dit:
"Sa prière [à votre place] a été exaucée: Dieu - qu'il soit grand
et exalté - vous a libéré de l'esclavage, et nous ne pouvons
plus vous garder dans les fers." Alors ils m'ont donné des
provisions et une escorte, qui m'ont ramené en territoire
musulman. '"Pauvreté (f qr) Dieu Très Haut a dit:" Pour les
pauvres qui sont retenus sur le chemin de Dieu,et sont
incapables de voyager dans le pays; l'homme ignorant les
suppose riches à cause de leur abstinence, mais tu les
connaîtras par leur marque - ils ne supplient pas les gens d'une
manière exigeante. Et quel que soit le bien que vous dépensez,
Dieu en a sûrement connaissance. »Abou Abdallah al-Husayn
B. Shuja B. al-Hassan ben Musa al-Bazzaz nous informa à
Bagdad: Abou Bakr Muhammad b. Ja loin b. Muhammad b.
al-Haytham al-Anbari nous a dit: Ja loin bh Muhammad al-
Saigh nous a dit: Qabisa nous a dit: Sufyan [al-Thawri] nous a
dit sous l'autorité de Muhammad b. Salama, sur l'autorité
d'Abu Hurayra, sur l'autorité du Prophète - que Dieu le bénisse
et le salue - qui a dit: «Les pauvres entreront au Paradis cinq
cents ans avant les riches, qui est une demi-journée [selon le
calcul de Le Coran].""*'"Abu Bakr Muhammad b. Abdus al-
Hiri nous a informés à Bagdad: Abu Ahmad Hamza b. al-
Abbas al-Bazzaz nous a dit à Bagdad: Muhammad b. Ghalib b.
Harb nous a dit: Muhammad b. Salama nous a dit: Muhammad
b. Abi H-Furat nous a dit sur l'autorité de Ibrahim al-Hajari sur
l'autorité de Abu H-Ahwas, sur l'autorité d'Abdallah [b. al-
Abbas] que le Messager de Dieu - que Dieu le bénisse moins
et le salue - a dit: "L'indigent n'est pas celui qui se promène
dans l'espoir d'obtenir un morceau ou deux ou une date ou
deux." Quelqu'un lui demanda: "Qui donc est l'indigent,
messager de Dieu?" Il a répondu: "Il est celui qui ne peut pas
trouver ce qui satisfait son besoin, mais se méfie de la
mendicité [personnes pour l'aumône] et [sa pauvreté] est
discrète, donc personne ne lui donne aucune charité," Le
maître [Abu H-Qasim Al-Qushayri] a dit: "Il voulait dire
ça"avoir honte de mendier signifie «avoir honte devant le Dieu
Très-Haut de supplier les gens [pour l'aumône]», et non
«d'avoir honte de mendier [l'aumône]». «La pauvreté est la
marque des amis de Dieu {awliya?) Une décoration de la
pureté (asfiya) et la particularité avec laquelle Dieu - la
louange soit à Lui - distingue Ses élus parmi les justes et les
prophètes.Les pauvres sont les élus des serviteurs de Dieu -
qu'Il soit glorifié et exalté - et les porteurs de ses secrets parmi
ses créatures.Au moyen d'eux Dieu protège ses créatures et en
raison de leurs bénédictions, il leur donne des moyens de
subsistance.Les pauvres sont les patients, qui seront assis à
côté de Dieu le plus haut sur le Jour du Jugement, tel que
rapporté dans un rapport transmis par le Prophète - que Dieu le
bénisse et le salue.Le maître Abu Abd al-Rahman al-Sulami
nous a informés: Ibrahim b. Ahmad b. Muhammad b. Raja al-
Fazari nous a dit: Abdallah b. Muhammad b. Ja loin b.
Ahmad b.Khushaysh al-Baghdadi nous a dit: Uthman b. Ma
mauvaise nous a dit: Umar b. Rashid nous a dit sur l'autorité
de Malik [b. Anas], sous l'autorité de Nafi, sous l'autorité de
[Abdallah] b. Umar, sur l'autorité d'Umar b. al-Khattab - que
Dieu soit satisfait de lui - que le Messager de Dieu - que Dieu
le bénisse et le salue - a dit: «Il y a une clé pour tout et la clé
du Paradis est l'amour des indigents, car les pauvres sont les
patients ceux qui seront assis à côté du Dieu Très-Haut le Jour
du Jugement. " Il est rapporté que quelqu'un a apporté dix
mille dinars à Ibrahim b. Adham. Cependant, il a refusé de les
accepter, en disant: "Voulez-vous effacer mon nom de la liste
des pauvres de dix mille dinars? Je ne ferai jamais cela!" Mu
adh al-Nasafi a dit: "Le Dieu Très-Haut ne détruira jamais un
peuple, quoi qu'il fasse,à moins qu'ils ne méprisent les pauvres
et ne les humilient! »On dit:« Si les pauvres en Dieu n'avaient
d'autre vertu que leur désir que les musulmans jouissent de
l'abondance des provisions et de leur disponibilité pour tous,
cela leur suffirait. Ensuite, ils devraient acheter ces provisions,
tandis que les riches devraient les vendre. Si c'est le cas avec
les pauvres ordinaires, quel serait alors le statut des élus parmi
eux? »J'ai entendu dire par Shaykh Abu Abd al-Rahman al-
Sulami: J'ai entendu Abd al-Wahid ben Bakr dire: J'ai entendu
Abu Bakr B. Sampan a dit: J'ai entendu Abu Bakr b. Mas ud
dire: "Quelqu'un a demandé à Yahya b. Mu adh au sujet de la
pauvreté. Il a répondu: «Sa vraie réalité est que le serviteur de
Dieu est indépendant de tout sauf de Dieu et sa marque n'a
besoin d'aucune provision.» Je l'ai aussi entendu [al-Sulami]
dire:J'ai entendu Mansur b. Abdallah dit: J'ai entendu Ibrahim
al-Qassar dire: "La pauvreté est un vêtement qui apporte le
contentement (rida) si l'on a réalisé son vrai sens." Un homme
pauvre de Zuzan est venu au maître Abu Ali al-Daqqaq en l'an
394 [1003] ou 395 [1004]. Il portait un cilice et un chapeau de
laine. Un des compagnons d'Abu Ali lui demanda d'un ton
moqueur: «Combien as-tu payé pour cette laine? Il a répondu:
"Je l'ai acheté avec ce monde, mais si on me proposait l'au-
delà, je ne le vendrais pas!" J'ai entendu le maître Abu Ali al-
Daqqaq dire: "Un homme pauvre s'est levé pendant un
rassemblement [soufi] et a prié pour la charité, en disant: 'J'ai
eu faim pendant trois jours!' Un des maîtres soufis qui était là
s'exclama: «Vous mentez, la pauvreté est un secret [entre vous
et] Dieu.Il n'a pas confié son secret à quelqu'un qui le révèle à
qui il veut! "J'ai entendu Muhammad ben al-Husayn dire: J'ai
entendu Muhammad ben al-Farra dire: J'ai entendu Abu
Zakariya al-Nakhshabi dire: J'ai entendu Hamdun Al-Qassar
dit: "Quand Satan et ses troupes se réunissent, rien ne les rend
plus heureux que trois choses: quand quelqu'un tue un
musulman croyant, quand quelqu'un meurt dans l'état
d'incrédulité, et quand [ils voient un homme dont le coeur
redoute Je l'ai également entendu [al-Sulami] dire: J'ai entendu
Abdallah b. Ata dire: J'ai entendu Abu Ja al-Farghani dire: J'ai
entendu al-Junayd dire: "O pauvres, vous êtes connu grâce à
Dieu et vous êtes honoré à cause de Lui. Cependant, comment
allez-vous vivre avec Dieu quand vous vous trouvez seul avec
Lui? »J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami dire:
J'ai entendu Muhammad ben al-Hasan al-Baghdadi dire:J'ai
entendu Muhammad b. Abdallah al-Farghani dit: J'ai entendu
quelqu'un demander à al-Junayd: "Quel état est le meilleur:
avoir besoin de Dieu le Très-Haut - être loué soit-il - ou être
satisfait du Dieu Très-Haut?" Al-Junayd a répondu: "Quand
son besoin en Dieu - qu'Il soit grand et exalté - soit sain, alors
sa complète satisfaction avec Dieu le Très-Haut est aussi
bonne." Par conséquent, vous ne devriez pas demander lequel
d'entre eux est meilleur. perfectionné sans l'autre. " Je l'ai aussi
entendu [al-Sulami] dire: j'ai entendu Mansur b. Abdallah dit:
J'ai entendu Abou Ja Far [al-Farghani] dire: J'ai entendu
Ruwaym [b. Ahmad] disent, interrogés sur le trait
caractéristique de la personne pauvre: "Se placer sous les
commandements du Dieu Très-Haut". On dit que les pauvres
se distinguent par trois traits de caractère: protéger un 's coeur
secret [des influences diaboliques], accomplissant son devoir
religieux (fard) et maintenant sa pauvreté. Quelqu'un a
demandé à Abu Said al-Kharraz: "Pourquoi la bienfaisance
des riches n'atteint-elle pas les pauvres?" Il a répondu: "Pour
trois raisons: leur richesse est illégale, leur don n'est pas
approuvé par Dieu, et parce que les pauvres sont censés
souffrir." Dieu - qu'il soit grand et exalté - révélé à Moïse -
que la paix soit sur lui: "Quand tu vois les pauvres, supplie-les
de la même manière que tu supplies les riches." Si tu ne fais
pas cela, alors tu peux enterrer tout ce que j'ai. vous a enseigné
sous la poussière. " Il est apparenté que Abu H-Darda ** a dit;
«Je préférerais tomber du mur d'un château et être brisé en
morceaux que d'assister à un rassemblement des riches, parce
que j'ai entendu le Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et
le salue - dire: 'Méfie-toi de rester assis avec les morts.
Quelqu'un lui a demandé qui étaient «les morts». Il a répondu:
«Les riches.» Quelqu'un s'est plaint à Al-Rabi B. Khuthaym
des prix élevés, il a répondu: «Nous ne sommes pas dignes
d'être affamés par Dieu. Il n'a faim que de ses amis {arpliyd).
Ibrahim b. Adham a déclaré: "Nous avons cherché la pauvreté,
mais nous avons obtenu la richesse, alors que d'autres
personnes ont cherché la richesse mais ont seulement la
pauvreté." J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn dire: J'ai
entendu Ahmad b. Ali dit: J'ai entendu al-Hasan b. Alawayh
dit: "Quelqu'un a demandé à Yahya B. Mu Mu sur la pauvreté,
il a répondu:" Ce n'est rien d'autre que la peur de la pauvreté.
"Quelqu'un a demandé à un soufi:" Qu'est-ce que la richesse? "
Il a répondu: "C'est la confiance {amn) en Dieu Très Haut." Je
l'ai aussi entendu [Muhammad b. al-Husayn]: J'ai entendu Abu
Bakr al-Razi dire: J'ai entendu al-Jurayri dire:J'ai entendu al-
Karini "** dire:" Le pauvre qui est sincère fuit la richesse de
peur qu'il ne devienne riche et gâche sa pauvreté, alors que le
riche évite la pauvreté et le prive de sa richesse. "Quelqu'un
demanda à Abu Hafs: «Comment le pauvre approche-t-il son
Seigneur? Qu'il soit grand et exalté?» Il répondit: «Le pauvre
n'a que la pauvreté pour s'approcher de son Seigneur.» On dit
que Dieu le Très-Haut a révélé ce qui suit à Moïse - Que la
paix soit sur lui: "Voudriez-vous avoir toutes les bonnes
œuvres de l'humanité entière au Jour du Jugement?" Il a
répondu: "Oui." Dieu a dit: "Alors vous devez visiter les poux
malades et clairs. de l'habillement des pauvres. "Alors Moïse -
que la paix soit sur lui - s'habitua à passer sept jours de chaque
mois à épouiller les vêtements des pauvres et à rendre visite
aux malades. Sahl b. Abdallah [al-Tustaril a dit: "Il y a cinq
choses qui constituent le [véritable] noyau de l'âme de tout le
monde: un pauvre qui se montre libre de tout besoin, un
homme affamé qui se montre rassasié, un homme triste qui
montre le bonheur, un homme qui montre de l'amour à son
adversaire, et un homme qui jeûne pendant la journée et veille
pendant la nuit sans montrer de faiblesse. " Bishr b. Al-Harith
a dit: "La meilleure station est [de pouvoir] résister à la
pauvreté jusqu'à votre tombe." Dhu H-Nun a dit: "Le
mécontentement de Dieu avec Son serviteur devient évident
quand il [le serviteur] a peur de la pauvreté." Al-Shibli a
déclaré: "L'indication minimale de la vraie pauvreté est la
suivante:quand le serviteur qui est offert au monde entier
décide de le donner comme charité. Mais si, après cela, il se
dit: «J'aurais dû en garder une partie [au moins pour] un jour»,
sa pauvreté n'est pas sincère. »J'ai entendu le maître Abu Ali
al-Daqqaq dire:« Les gens se disputent mieux: la pauvreté ou
la richesse. À mon avis, c'est mieux quand on en reçoit assez
pour se maintenir (kifayatah) sur quoi on persévère [pour le
reste de sa vie]. »J'ai entendu Muhammad ben al-Husayn dire:
J'ai entendu Abu Abdallah al-Razi Dis: J'ai entendu Abu
Muhammad ben Yasin dire: "J'ai interrogé Ibn al-Jalla sur la
pauvreté. Il est resté silencieux jusqu'à ce que tout le monde
soit parti, puis il est reparti seul pour revenir [à moi] après un
court moment. Il a ensuite dit: '[Quand vous avez demandé,]
j'avais quatre daniqs "sur moi et avait donc honte devant Dieu
- qu'il soit grand et exalté - pour converser au sujet de la
pauvreté. Alors je suis parti et je les ai donnés. Puis il s'assit et
commença à converser sur la pauvreté. »Je l'entendis aussi
[Muhammad ben al-Husayn] dire: J'ai entendu Abdallah ben
Muhammad al-Dimashqi dire: Ibrahim ben al-Muwallad a
dit:« J'ai demandé à Ibn al -Jalla: Quand le pauvre se
considère-t-il digne de son nom? Il a répondu: «Quand il se
débarrasse de toute trace de celui-ci. Je lui ai demandé:
"Comment cela peut-il être?" Il a dit: "Quand il l'a, il ne lui
appartient pas, et quand il ne l'a pas, il lui appartient!" Ils
disent: "La vraie pauvreté est que le pauvre dans sa pauvreté
ne soit satisfait de rien , sauf Lui pour qui il a [vraiment]
besoin. "Abdallah ben al-Mubarak a dit:"Être riche en étant
pauvre est meilleur que la pauvreté elle-même. "J'ai entendu
Muhammad ben Abdallah al-Sufi dire: J'ai entendu Hilal ben
Muhammad dire: J'ai entendu al-Naqqash dire: J'ai entendu
Bunan al-Misri dire:" Un jour Comme j'étais assis à La
Mecque, j'ai vu une jeunesse devant moi. Un homme
s'approcha de lui qui portait une bourse pleine de dirhams. Il
l'a placé devant lui, auquel le jeune a répondu en disant: «Je
n'ai pas besoin de ça! L'homme lui a dit: 'Alors donnez cet
argent aux indigents (masakin)? Quand vint le soir, je vis les
jeunes de la vallée qui mendiaient. Je lui ai dit: «Vous auriez
dû économiser au moins une partie de cet argent pour vous! Il
a répondu: "A cette époque, je n'étais pas sûr de pouvoir
encore vivre maintenant!" J'ai entendu le shaykh Abu Abd al-
Rahman al-Sulami dire: J'ai entendu Ali ben Bundar al-Sayrafi
dire: J'ai entendu Mahfuz dire:J'ai entendu Abu Hafs [al-
Haddad] dire: "Le meilleur moyen pour le serviteur d'atteindre
son Maître est d'avoir besoin de Lui dans tous ses états
[spirituels], de suivre la coutume [de Son prophète] dans
toutes ses actions et de ne manger que de la nourriture licite.
Je l'ai aussi entendu [al-Sulami] dire: j'ai entendu al-Husayn b.
Ahmad dit: J'ai entendu al-Murta dire: "Les aspirations des
pauvres ne devraient pas aller de l'avant". Je l'ai aussi entendu
dire: J'ai entendu Abu H-Faraj Al-Warathani dire: J'ai entendu
Fatima, la sœur d'Abu Ali al-Rudhbari, dire: J'ai entendu Abu
Ali al-Rudhbari dire: "Il y avait quatre individus qui étaient
uniques en Pendant tout ce temps, on n'acceptait rien de ses
frères ni des souverains: c'était Yusuf B. Asbat, il avait hérité
de son père soixante-dix mille dirhams, mais n'en acceptait
rien.Il tissait de ses propres mains des nattes de feuilles de
palmier. Un autre, Abu Ishaq al-Fazari, avait l'habitude
d'accepter [des dons] de ses frères ou des dirigeants. Tout ce
qu'il acceptait de ses frères, il dépensait pour ceux qui
dissimulaient leur pauvreté et refusaient de se déplacer [pour
recueillir la charité]; tout ce qu'il acceptait des souverains qu'il
apportait aux méritants parmi les habitants de Tarse. Le
troisième était Abdallah b. al-Mubarak. Il n'accepterait jamais
[les dons] des dirigeants et tout ce qu'il accepterait de ses
frères, il les rembourserait en nature. Le quatrième était
Makhlad b. al-Husayn. Il accepterait [des dons] des dirigeants,
mais pas de ses frères, en disant; «Le souverain ne rend
service à personne [par sa générosité], tandis que les frères le
font.» J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq dire: «Un
rapport transmis dit;Celui qui s'humilie devant un homme
riche à cause de sa richesse a perdu les deux tiers de sa foi.
C'est parce qu'un homme agit par son cœur, par sa langue et
par son âme. Par conséquent, chaque fois qu'il s'abaisse à un
homme riche par son âme et sa langue, il a perdu les deux tiers
de sa foi; et chaque fois qu'il assume sa supériorité par son
cœur, tout en s'humiliant à lui par son âme et sa langue, il a
perdu toute sa foi. "On dit:" Les exigences minimales pour le
pauvre dans sa pauvreté sont: quatre: une connaissance qui le
guide; un discernement scrupuleux (wara) qui l'éloigne [de
l'interdit]; une certitude (yaqin) qui le conduit [à son but]; et
un souvenir [de Dieu] {dhikr) qui provoque son intimité [avec
Dieu]. "Il est également dit:"Celui qui aspire à l'honneur
conféré par la pauvreté mourra pauvre, tandis que celui qui
aspire à la pauvreté pour ne pas être distrait du Dieu Très-Haut
[des choses mondaines], mourra riche. "Al-Muzayyin a dit:" Il
y avait plus de chemins vers Dieu que les étoiles du ciel.
Muhammad ben-al-Husayn a dit: J'ai entendu al-Husayn ben
Yusuf al-Qazwini dire: j'ai entendu Ibrahim b. -Muwallad dit:
J'ai entendu al-Hasan b. Ali dire: J'ai entendu al-Nuri dire: "Le
signe des pauvres est qu'il reste silencieux au moment de la
pénurie et donne tout ce qu'il a aux autres au moment de
l'abondance, "Je l'ai aussi entendu [Muhammad ben al-Husayn]
dire: J'ai entendu Mansour ben Abdallah dire:" Quelqu'un a
demandé à al-Shibli la véritable essence de la pauvreté. Il a
répondu: 'C'est que le serviteur de Dieu trouve satisfaction
dans rien d'autre que Dieu - qu'Il soit grand et exalté. "Je l'ai
également entendu dire: J'ai entendu Mansour b. Khalaf al-
Maghribi dire: Abu Sahl al-Khashshab l'Ancien (al-kabir) a dit:
"La pauvreté est [à la fois] la pauvreté et la soumission." J'ai
répondu en disant: "Au contraire, c'est la pauvreté et la
grandeur", à laquelle il a répondu: [une parcelle de] terre [dans
laquelle vous serez enterré] ", à laquelle j'ai répondu, en
disant:" Au contraire, c'est la pauvreté et un trône [en présence
de Dieu]. "J'ai entendu le maître Abu Ali al -Daqqaq dit:
"Quelqu'un m'a interrogé sur la signification des paroles du
Prophète - que Dieu le bénisse et le salue:" La pauvreté est
proche de l'incrédulité ". J'ai répondu: 'La vertu et la force
d'une chose est inversement proportionnelle au mal qu'elle
apporte. Tout ce qui possède le plus de vertu a l'effet le plus
nuisible comme son contraire. Par exemple, la foi est la plus
noble de toutes les qualités, mais elle a l'incroyance comme
son contraire. Puisque le danger inhérent à la pauvreté est qu'il
peut devenir incrédule, il ne fait aucun doute que [la pauvreté]
est le plus noble de tous les attributs. »J'ai entendu Shaykh
Abu Abd al-Rahman al Sulami dire: J'ai entendu Abu Nasr al -
Harawi dit: J'ai entendu al-Murta'sh dire: J'ai entendu al-
Junayd dire: "Si vous rencontrez un homme pauvre, traitez-le
avec bonté et sans savoir, car la bonté lui plaît, tandis que la
connaissance lui parle", lui ai-je demandé. Abu H-Qasim,
comment le savoir peut-il aliéner le pauvre homme? "Il
répondit:" Oui, si le pauvre est sincère dans sa pauvreté,alors
que vous le présentez avec vos connaissances le fondre de la
même manière que le feu fond [un morceau de] plomb. "Je l'ai
également entendu [al-Sulami] dire:" J'ai entendu Abdallah al-
Razi dire; J'ai entendu Muzaffar al-Qirmisini dire; "Le pauvre
n'a pas besoin de Dieu." Le maître Abu H-Qasim [al-Qushayri]
a dit; "Cette expression peut être quelque peu confuse pour
ceux qui l'entendent, s'ils ignorent le but de ce peuple."
"L'orateur a laissé entendre que [le serviteur de Dieu] devrait
abandonner toute demande, abandonner son libre choix et être
satisfait avec Dieu - que Dieu soit loué - décrets à son égard. "
Ibn Khafif a dit; "La pauvreté signifie un manque de propriété
et l'abandon des attributs de soi-même." Abu Hafs [al-Haddad]
a dit: "One"s la pauvreté n'est pas parfaite avant de donner [à
d'autres] devient plus agréable à l'un qu'à recevoir. La
générosité n'est pas quand le riche donne quelque chose à
l'indigent. C'est quand l'indigent donne quelque chose au riche.
"J'ai entendu Muhammad ben al-Husayn dire: J'ai entendu
Abd al-Wahid ben Bakr dire, j'ai entendu al-Duqqi dire, j'ai
entendu Ibn al-Jalla dire; «Si l'humilité n'était pas une qualité
honorable aux yeux de Dieu, alors les pauvres jureraient
quand ils marcheraient.» Yusuf B. Asbat a dit: «Pendant
quarante ans, je n'ai eu qu'un seul t-shirt.» L'un d'eux [Sufis] a
dit; "[Dans un rêve] j'ai vu [l'événement de] la Journée du
Jugement. C'était annoncé 'Mai Malik b. Dinar et Muhamad b.
Wasi être amené au paradis! En regardant, je me demandais
lequel d'entre eux entrerait le premier. C'était Muhammad b.
Wasi j'ai demandé pourquoi il a précédé [Malik b.Dinar] et on
lui a dit: «Il n'avait qu'une chemise, alors que Malik en avait
deux!» Muhammad al-Musuhi a dit: «Le pauvre n'a besoin de
rien [dans ce monde].» Quelqu'un a demandé à Sahl ben
Abdallah [al. "Quand le pauvre peut-il se reposer?" Il répondit:
"Seulement quand il n'attend rien pour lui-même à un moment
donné (vpaqt)." Certains ont mentionné la pauvreté et la
richesse en présence de Yahya B. Mu adh.Certaines personnes
ont mentionné la pauvreté et la richesse en présence de Yahya
b. Mu adh.Certaines personnes ont mentionné la pauvreté et la
richesse en présence de Yahya b. Mu adh. Il a dit;«Au Jour du
Jugement, on ne pèsera ni la pauvreté, ni la richesse, mais la
patience et la gratitude, et on dira:« Il était reconnaissant
envers Dieu et patient ». Haut dit à l'un de ses prophètes: la
paix soit sur eux; "Si vous voulez savoir si je suis satisfait de
vous, regardez dans quelle mesure les pauvres sont satisfaits
de vous." Abu Bakr al-Zaqqaq a dit: "Celui dont la pauvreté
est dépourvue de la crainte de Dieu (tuqa) mange de la
nourriture qui est entièrement illicite." Il est rapporté que lors
des réunions à la maison de Sufyan al-Thawri, les pauvres
étaient traités comme s'ils étaient des princes. J'ai entendu
Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami dire; J'ai entendu
Muhammad b Ahmad al-Farra dire; J'ai entendu Abu Bakr b.
Tahir dit; "Parmi les traits de caractère des pauvres est qu'ils
n'ont aucun désir [pour les choses] de ce monde.Si l'un d'eux
l'a, il ne devrait jamais dépasser ce qui lui est suffisant
{kifayatuh) Il a alors dit; "Abdallah b. Ibrahim b.al-Ala récité
à moi; Ahmad b.Ata me récitait: Ils me l'ont dit; 'Demain c'est
les vacances. Que vas-tu porter? Je répondis: "Le vêtement de
celui qui répand l'amour en gorgées abondantes!" La pauvreté
et la patience sont mes deux vêtements sous lesquels est un
coeur qui voit son compagnon intime les vendredis et les jours
fériés. Le meilleur vêtement pour rencontrer votre bien-aimé
le jour de la visite est celui qu'il vous a vêtu de Temps pour
moi. deuil incessant, quand tu n'es pas avec moi, ô mon espoir!
Et mes vacances, c'est quand je peux te voir et t'entendre! "Ils
disent que ces versets appartiennent à Abu Ali al-Rudhbari, dit
Abu Bakr al-Misri, interrogé sur le pauvre qui est sincère:"
C'est lui qui n'a rien et Dhu H-Nun al-Misri a dit: / 7354 "A
mes yeux,un besoin constant de Dieu Très Haut qui est souillé
par la confusion (takhlii) est toujours meilleur qu'une sérénité
constante qui est entachée par l'amour-propre. "J'ai entendu
Abou Abdallah al-Shirazi dire: j'ai entendu Abd al-Wahid
Ahmad dire; J'ai entendu Abu Bakr al-Jawwal dire: J'ai
entendu Abou Abdallah al-Husri dire: «Pendant vingt ans,
Abu Ja al-Haddad travaillait, en faisant un dinar par jour. Il le
dépenserait ensuite sur les pauvres et vite. Entre le coucher du
soleil et la prière du soir, il allait de porte en porte chercher la
charité. »J'ai entendu Muhammad ben al-Husayn dire: J'ai
entendu Abu Ali al-Husayn ben Yusuf al-Qazwini dire: j'ai
entendu Ibrahim b. Muwallad dit: J'ai entendu al-Hasan ben
Ali dire, j'ai entendu [Abu H-Husayn] al-Nuri dire: «Une des
marques des pauvres est de rester content dans les moments de
manque et de dépenser richement [sur les autres] pendant les
périodes d'abondance. "Je l'ai aussi entendu [Muhammad b. al-
Husayn] disent; J'ai entendu Mansur b. Abdallah dit; J'ai
entendu Muhammad b. Ali al-Kattani dit; "Il y avait un jeune
homme avec nous à la Mecque qui portait des haillons en
lambeaux, il n'assistait jamais à nos réunions ou s'assoyait
avec nous [pendant nos conversations] .J'ai développé de
l'affection pour lui dans mon coeur. d'une source licite (halal)
Je les ai pris avec moi et les ai mis sur le bord de sa natte de
prière et ai dit: 'ceci est venu à moi d'une source légitime
dépenser cet argent sur tout ce que vous voulez'. Il me regarda
d'un air hésitant puis me révéla ce qui m'était caché, en disant:
«J'ai acheté [cette occasion] d'être en présence de Dieu Très-
Haut pour soixante-dix mille dinars, sans compter mes autres
biens et propriétés.Et vous voulez me tromper de ces [deux
cents dirhamsYV Il s'est levé et a dispersé l'argent. Je me suis
assis accroupi alors que j'essayais de le ramasser par terre. Je
n'ai jamais été témoin de la dignité avec laquelle il est parti, ni
du genre de l'ignominie avec laquelle je tentais de rassembler
l'argent. "Abu Abdallah B. Khafif a dit:" Pendant quarante ans,
j'ai été incapable de payer l'aumône due à la fin du Ramadan,
et pourtant j'ai joui d'un grand prestige parmi les gens
ordinaires et l'élite. "J'ai entendu Shaykh Abu Abdallah ben
Bakawayh al-Sufi dire: J'ai entendu Abou Abdallah ben Khafif
raconter cette histoire. l'a aussi entendu [Muhammad ben al-
Husayn] dire: J'ai entendu Abu Ahmad al-Saghir (le Jeune)
dire: "J'ai demandé à Abu Abdallah b. Khafif au sujet d'un
homme pauvre qui a eu faim pendant trois jours, après quoi il
est sorti en demandant l'aumône: 'Comment le décrirais-tu?' Il
a dit: "C'est gourmand! [On devrait dire à ces gens:] "Manger
et se taire!" Quand un pauvre homme se comporte comme ça,
il vous a tous déshonorés! »J'ai entendu Muhammad ben al-
Husayn dire: J'ai entendu Abdallah ben Ali al-Sufi dire: J'ai
entendu al-Duqqi dire, quand on lui a demandé les mauvaises
manières des pauvres devant Dieu dans leurs affaires, il a
répondu: "C'est quand ils se sont abaissés de [la recherche] des
vraies réalités (haqiqa) à [la recherche de] la connaissance
reçue (Lui)," "J'ai aussi entendu Lui [Muhammad b. al-Husayn]
disent: J'ai entendu Muhammad b. Abdallah al-Tabari dit: J'ai
entendu Khayr al-Nassaj dire: "[Un jour] je suis entré dans une
mosquée et j'ai trouvé un pauvre là-bas.Il m'a vu, il s'est
approché de moi en disant: 'O maître, aie pitié de moi, car mon
affliction est grande! Je lui ai demandé quelle était son
affliction.Il m'a dit: «Je n'ai pas été capable d'éprouver aucune
affliction et j'ai été en bonne santé! Je l'ai regardé et, voilà, il a
immédiatement été inondé de [ce qui est bon] de ce monde.
»Je l'ai aussi entendu [Muhammad ben Husayn] dire: J'ai
entendu Muhammad b. Muhammad b.Ahmad dit: J'ai entendu
Abu Bakr b. Al-Warraq dit: "Que Dieu bénisse les pauvres
dans ce monde et le prochain!" Quelqu'un lui a demandé [Abu
Bakr] ce qu'il voulait dire par là. Il a répondu: "Le dirigeant
dans ce monde ne peut lui imposer aucune taxe foncière, alors
que le Tout-Puissant ne peut pas l'appeler à rendre des
comptes dans l'au-delà." Soufisme (msawwuf) L'éloge de la
pureté (safa 'Y est sur la langue de tout le monde, alors que
son opposé, l'impureté, ne mérite que le blâme.) Abdallah ben
Yusuf al-Isbahani nous a informés: Abdallah ben Yahya al-
Talhi nous a informés: Abdallah ben Nawfal nous a dit: Abu
Bakr ben Ayyash nous a dit sous l'autorité de Ziyad ben Abi
Ziyad, sous l'autorité d'Abu Juhayfa, qui a dit: "Le Messager
de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - nous est apparu un
jour avec la couleur [de son visage] changée, disant: 'La pureté
a disparu de ce monde, ne laissant que de l'impureté. Par
conséquent, aujourd'hui, la mort est une bénédiction pour tout
musulman [fidèle]! "" Avec le temps, ce nom a été appliqué à
tout le groupe et ils ont commencé à dire: "C'est un homme de
pureté" (rajul sufi) avec [le mot] sufiyya étant le pluriel.
"Quant à celui qui aspire à atteindre cette [condition], il est
venu à être appelé mutasawwif avec mutasawwifa pour son
pluriel.ne preuve d'une telle analogie étymologique peut être
trouvée dans la langue arabe Il est plus probable que c'est un
surnom de la sorte, il y a aussi ceux qui prétendent qu'il dérive
du mot "laine" (suf), donc le verbe tasawwaf signifierait
"porter de la laine", de la même manière comme le verbe
taqammas signifie "porter une chemise [qamisy] C'est possible.
cependant,ce peuple n'est pas unique dans le port de la laine. Il
y a aussi ceux qui soutiennent que les soufis tirent leur nom de
la pièce couverte [adjacente à] la mosquée du Messager de
Dieu - que Dieu le bénisse et le salue. Cependant, le mot
"soufi" ne pouvait pas provenir de suffa, [ce qui est aussi le
cas de] ceux qui dérivent le mot "soufi" de "pureté" [safa? Y
cela aussi, est tirée du point de vue linguistique de vue. Il y a
ceux qui soutiennent qu'il est dérivé du mot "row" {sajf)
signifiant qu'ils [Sufis] sont dans la première rangée [devant
Dieu] avec leurs cœurs. Cette signification est correcte en
principe, bien que la langue ne permette pas qu'elle soit
dérivée du mot saff. En tout, cependant, ce groupe est trop
renommé pour avoir besoin de justification en s'attribuant à un
mot ou à une étymologie.Les gens ont eu beaucoup de débats
sur la signification du "soufisme" et du "soufi". Chacun d'eux
a parlé de sa propre expérience (ma waqa lah) afin que nous
ne puissions épuiser ce sujet sans violer notre principe [déclaré]
d'être concis. Nous nous limiterons donc à mentionner ce
qu'ils ont dit sans entrer dans les détails, si Dieu le veut. J'ai
entendu Muhammad b. Ahmad b.Yahya al-Sufi dit: J'ai
entendu Abdallah b. Ali al-Tamimi a dit: "Quelqu'un a
demandé à Abu Muhammad al-Jurayri au sujet du soufisme:"
Cela signifie assumer tout trait de caractère moral sublime et
abandonner tous les humbles. "J'ai entendu Abdallah b. Yusuf
al-Isbahani a dit: J'ai entendu mon père dire: J'ai entendu Abu
Abdallah Muhammad b. Ammar al-Hamadani a dit: J'ai
entendu Abou Muhammad al-Maraghi dire: "Quelqu'un a
demandé à mon maître le soufisme, il a répondu:" J'ai entendu
dire qu'al-Junayd a été interrogé à ce sujet, il a répondu: "Cela
signifie que Mourir pour toi-même, tout en te dotant d'une vie
en Lui. "" J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami
dire: J'ai entendu Abd al-Wahid al-Farisi dire: J'ai entendu
Abu H-Fatik dire: al-Husayn b. Mansour dit, quand quelqu'un
lui a demandé à propos de "Sufi": "Il est solitaire dans son
essence:personne ne l'accepte et il n'accepte personne. "" Je
l'ai aussi entendu [al-Sulami] dire: j'ai entendu Abdallah b.
Muhammad dit: J'ai entendu Ja far b. Muhammad b. Nusayr
dit: J'ai entendu Abu Ali al-Warraq dire: J'ai entendu Abu
Hamza al-Baghdadi dire: "Un signe du soufi sincère est qu'il
est pauvre après avoir été riche, qu'il fait preuve d'humilité
après avoir été glorifié, et qu'il Il cherche l'anonymat après
avoir fait l'expérience de la renommée Quant au signe du faux
soufi, il s'enrichit des choses de ce monde après avoir été
pauvre, aspire à la gloire après avoir été humilié, et cherche la
gloire après l'anonymat. Quelqu'un a demandé à Amr b.
Uthman al-Makki à propos du soufisme. Il a répondu: "C'est
que le comportement du serviteur de Dieu à chaque moment
(waqi) est le plus approprié pour ce moment particulier."
Muhammad b. Ali al-Qassab a dit: "Le soufisme signifie un
noble trait de caractère moral qu'une personne noble montre
dans un noble moment (waqt) en présence d'une compagnie
noble, "Quelqu'un a demandé à Samnun [al-Muhibb] au sujet
du soufisme." Il a répondu: "Cela signifie que vous possédez
V / 357 Quelqu'un a demandé à Ruwaym [b. Ahmad] à propos
du soufisme. Il répondit: "En te tournant vers le Dieu Très-
Haut, afin qu'Il puisse faire de toi ce qu'il veut." Quelqu'un a
demandé à al-Junayd sur le soufisme. Il a répondu; "Restant
avec Dieu le Très-Haut sans aucun attachement [physique]
(alaqa PI a entendu Abdallah ben Yusuf al-Isbahani dire, j'ai
entendu Abu Nasr al-Sarraj al-Tusi dire, Muhammad ben al-
Fadl m'a informé: j'ai entendu Ali b Abd al-Rahman al-Wasiti
dit: J'ai entendu Ruwaym ben Ahmad al-Baghdadi dire: "Le
soufisme repose sur trois caractéristiques: s'en tenir à la
pauvreté et avoir besoin de Dieu [seul];accomplissant la
perfection dans la générosité et l'altruisme abandonnant la
résistance [aux décrets divins] et [votre] libre choix. »Ma ruf
al-Karkhi a dit:« Le soufisme signifie saisir les réalités divines
(haqa? iq) et désespérer de ce que les mains les hommes
tiennent. "Hamdun al-Qassar a déclaré:" Gardez la compagnie
des soufis. Ils trouvent des excuses pour vos erreurs, tout en ne
vous glorifiant pas pour vos bonnes actions. "Quelqu'un a
demandé [aux Abou Said] al-Kharraz au sujet des soufis:" Ils
sont un peuple qui est pourvu [par Dieu] jusqu'à ce qu'ils se
réjouissent et qui sont privés [par Dieu] jusqu'à ce qu'ils soient
perdus [à eux-mêmes]. Puis ils sont appelés de la profondeur
des mystères [divins] [par une voix qui dit];Le soufisme
signifie saisir les réalités divines (haqa? Iq) et désespérer (y a s)
de ce que les mains des hommes tiennent. "Hamdun al-Qassar
a dit:" Gardez la compagnie des Soufis. Ils trouvent des
excuses pour vos erreurs, tout en ne vous glorifiant pas pour
vos bonnes actions. "Quelqu'un a demandé [aux Abou Said]
al-Kharraz au sujet des soufis:" Ils sont un peuple qui est
pourvu [par Dieu] jusqu'à ce qu'ils se réjouissent et qui sont
privés [par Dieu] jusqu'à ce qu'ils soient perdus [à eux-mêmes].
Puis ils sont appelés de la profondeur des mystères [divins]
[par une voix qui dit];Le soufisme signifie saisir les réalités
divines (haqa? Iq) et désespérer (y a s) de ce que les mains des
hommes tiennent. "Hamdun al-Qassar a dit:" Gardez la
compagnie des Soufis. Ils trouvent des excuses pour vos
erreurs, tout en ne vous glorifiant pas pour vos bonnes actions.
"Quelqu'un a demandé [aux Abou Said] al-Kharraz au sujet
des soufis:" Ils sont un peuple qui est pourvu [par Dieu]
jusqu'à ce qu'ils se réjouissent et qui sont privés [par Dieu]
jusqu'à ce qu'ils soient perdus [à eux-mêmes]. Puis ils sont
appelés de la profondeur des mystères [divins] [par une voix
qui dit];Ils sont un peuple qui est pourvu [par Dieu] jusqu'à ce
qu'ils se réjouissent et qui sont privés [par Dieu] jusqu'à ce
qu'ils soient perdus [à eux-mêmes]. Puis ils sont appelés de la
profondeur des mystères [divins] [par une voix qui dit];Ils sont
un peuple qui est pourvu [par Dieu] jusqu'à ce qu'ils se
réjouissent et qui sont privés [par Dieu] jusqu'à ce qu'ils soient
perdus [à eux-mêmes]. Puis ils sont appelés de la profondeur
des mystères [divins] [par une voix qui dit]; 'Allons!Pleurez
sur nous! "" Al-Junayd a dit: "Le soufisme est une lutte sans
trêve." Il a également dit: "Ils sont les habitants d'une maison,
que personne d'autre que eux peuvent entrer." Il a également
dit: "Le soufisme est le souvenir de Dieu lors d'un
rassemblement [de personnes partageant les mêmes idées],
l'extase à l'audition [de ce souvenir], et l'action conforme à la
Loi divine. "Il a également dit:" Le Soufi est comme un sol
fertile; [toutes sortes] de choses de base {qabih) sont jetées
dessus, mais elle ne produit rien d'autre que de belles choses
{malih). "Il a aussi dit:" Il [le Soufi] est comme la terre
piétinée par les justes et les malfaiteurs; il est comme le nuage
qui jette son ombre sur toutes choses; ou comme la goutte de
pluie qui désaltère tout le monde. "Il a également dit:"Si vous
voyez un Soufi qui est préoccupé par son apparence, vous
devriez savoir que son moi intérieur est pourri (kharah) Sahl
al-Tustari a dit; "Le Soufi est celui qui ne se soucie pas de voir
son sang couler et ses biens lui être enlevés." Al-Nuri a dit:
"Un des signes d'un [vrai] Soufi est [son] contentement
pendant les périodes de pénurie et de générosité envers les
autres pendant les périodes d'abondance", dit Al-Kattani, "Le
Soufisme (tasawwuf) n'est que de bonnes morales ( khuluq) \
qui vous surpasse en bonne moralité vous surpasse en pureté
[safa?] "" Abu Ali al-Rudhbari a dit; "Le soufisme est une
veillée à la porte du Bien-aimé, même lorsque vous êtes
chassé." Il a également dit: "[Le Soufisme] est la pureté de la
proximité [avec Dieu], après la saleté du bannissement." On
dit aussi: "Là"s rien de plus répugnant [qabih] qu'un Sufi
niggardly [soufi shafih]. Il est également dit; "Le soufisme est
une main vide et un beau coeur." Al-Shibli a dit; "Le soufisme
est de s'asseoir avec Dieu [non perturbé] par n'importe quel
souci." Ibn Mansour a dit; "Le Soufi est celui qui est nommé
(mushir) par le Dieu Très-Haut, tandis que les autres créatures
sont des indications pour (asharu) Dieu Très-Haut." Al-Shibli
a dit; "Le Soufi est celui qui se coupe des créatures pour
s'attacher à Dieu, car Dieu le Très-Haut a dit à Moïse:" Je t'ai
choisi pour Mon service ", te coupant ainsi de tout le reste, Il a
alors dit à Moïse Vous ne me verrez pas. "Al-Shibli a
également dit:" Les soufis sont des enfants sur les genoux de
Dieu. "Il a également dit:" Le soufisme est un éclair qui brûle
tout [barqa muhriqd] Il a également dit; "Le soufisme est une
garantie contre le fait de prêter attention aux créatures.
"Ruwaym a dit:" Les Soufis sont sur la bonne voie tant qu'ils
se querellent. Dès qu'ils font la paix, ils s'égarent ", a déclaré
Al-Jurayri:" Soufisme est en train d'examiner ses états
spirituels et de maintenir les bonnes manières [adah] Al-
Muzayyin a dit; "Le soufisme est une obéissance totale à
Dieu". Abu Turab al-Nakhshabi a déclaré: "Le soufi n'est
souillé par rien et est purifié par tout." C'est dit; "Le Soufi n'est
pas épuisé par [sa] quête et non perturbé par des choses
banales." J'ai entendu Abu Hatim al-Sijistani dire; J'ai entendu
Abu Nasr al-Sarraj [al-Tusi] dire; "Quelqu'un a demandé à
Dhu H-Nun al-Misri à propos des soufis:" Ce sont les gens qui
ont choisi Dieu - qu'il soit grand et exalté - par-dessus tout,et
qui Dieu - qu'Il soit grand et exalté - a choisi sur tout le monde.
"[Abu Bakr] al-Wasiti - que Dieu ait pitié de lui - a dit:" Au
début, le peuple [soufi] a été guidé par clair preuve (isharat)
qui plus tard s'est transformée en de simples mouvements
[harakat] et maintenant ils sont laissés avec rien d'autre que
des regrets (hasarat), Quelqu'un a demandé à al-Nuri au sujet
de "Sufi". Il a répondu; "C'est celui qui a entendu [les
commandements divins] et qui a choisi de les observer." J'ai
entendu Abu Hatim al-Sijistani - que Dieu ait pitié de lui - dise;
J'ai entendu Abu Nasr al-Sarraj dire; "J'ai demandé à al-
Husri:" Que pensez-vous de "Sufi"? Il répondit: "C'est celui
que la terre ne peut porter et que le ciel ne peut abattre." Le
maître Abu H-Qasim [al-Qushayri]; m'a dit; "Il [al-Husri] a
fait référence à l'état [spirituel] de l'effacement. "Le Soufi est
celui qui, lorsqu'il est présenté avec deux bons états ou deux
qualités morales, opte toujours pour le meilleur des deux."
Quelqu'un a demandé à al-Shibli; "Pourquoi les soufis (sufiyya)
sont-ils ainsi appelés?" Il a répondu: "Parce que les traces de
leurs [inférieurs] persistent encore en eux, sinon, ils n'auraient
aucun nom du tout." J'ai entendu Abu Hatim al-Sijistani dire;
J'ai entendu Abu Nasr al-Sarraj dire; "Quelqu'un a interrogé
Ibn al-Jalla sur la signification du soufi" Il a répondu: "Nous
ne le connaissons pas à travers les définitions de la
connaissance ordinaire, mais nous savons qu'il est pauvre et
privé de tout moyen de subsistance (asbab ) et qui demeure
avec le Dieu Très-Haut, peu importe où il est, cependant Dieu
- que Dieu soit loué - ne l'empêche pas de connaître quelque
endroit que ce soit.Une personne est appelée "Soufi". "Un
Soufi a dit:" Le Soufisme signifie que vous perdez votre statut
social (jah) et que vous noircissez votre visage dans ce monde
et le suivant ", a dit Abu Yaqb al-Mazabili. »Abu Hasan al-
Sirawani a dit:« Le [vrai] Soufi se préoccupe des visites
divines (waridai) pas des litanies {sentence) J'ai entendu le
maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait La meilleure chose
qui ait été dite à ce sujet est la suivante: «Ce chemin n'est
approprié que pour ceux dont l'esprit a nettoyé les fumiers de
Dieu (mazabil)». C'est pourquoi Abu Ali a dit un jour; «Si le
pauvre n'avait rien d'autre que son esprit qu'il offrirait au chien
qui garde cette porte, le chien ne le regarderait même pas.Le
maître Abu Sahl al-Su4uki a dit; "Le soufisme est une
aversion pour (iWad) toute opposition (iHirad) [à la volonté de
Dieu]." Al-Husri a dit; "Le Soufi n'existe pas après son
absence et n'est pas absent après son existence." Le maître al-
Qushayri a commenté; "Cette affirmation est compliquée: en
disant qu '" il n'existe pas de soufi après son absence ", il a
laissé entendre que lorsque les fautes du soufi (afat) lui
tombent, ils ne reviennent jamais, quant à sa déclaration, il
n'est pas absent après son existence », cela signifie que s'il est
préoccupé par Dieu et rien d'autre, il conserve son statut [élevé]
[aux yeux de Dieu], tandis que le reste des créatures de Dieu
perd le leur, et que les choses de ce monde ) n'ont aucun
impact sur lui. " C'est dit; "Le Soufi est complètement effacé
par les aperçus du Divin."Il est également dit: "Le Soufi est
forcé d'agir [maqhur] selon les dispenses de Dieu et est
protégé [de l'erreur] par [ses] actes de culte." C'est dit; "Le
Soufi n'est pas sujet à changement, mais s'il subit un
changement, il ne le fait pas souffrir." J'ai entendu Shaykh
Abu Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui -
disons; J'ai entendu al-Husayn b. Ahmad al-Razi dit; J'ai
entendu Abu Bakr al-Misri dire; J'ai entendu al-Kharraz dire;
«J'étais à la mosquée de Kairouan» pendant la prière du
vendredi, quand j'ai vu un homme qui circulait en disant:
«Montre-moi la charité, j'étais soufi, mais maintenant je suis
devenu faible. Je lui ai offert de la charité, mais il m'a dit:
«Va-t'en, laisse-moi tranquille, ce n'est pas ce que je demande!
Et il a refusé mon don. " Les bonnes manières (adab) Dieu
Très Haut a dit; "Ses yeux [celui du Prophète] n'ont pas
tourné,Ils ne se sont pas égarés, disent-ils; "[Cela signifie qu'il]
[le Prophète] a observé les manières d'être en présence de
Dieu (adali) P Dieu Très Haut a également dit:" [Les croyants]
gardez-vous et vos familles contre le Feu. " "Selon
l'interprétation d'Ibn Abbas, cela signifie:" Instruisez-les et
enseignez-leur les bonnes manières. "Ali ben Ahmad al-
Ahwazi nous a informés, Abu H-Hasan al-Saffar al-Basri nous
a informés, Ghannam a dit: Abd al-Samad b al-Nu homme a
dit: Abd al-Malik ben al-Husayn nous a dit sur l'autorité de
Abd al-Malik bin Umayr, sur l'autorité de Mus ab b Shayba,
sur l'autorité de A isha - que Dieu être heureux avec elle - qui
a transmis cela du Prophète - que Dieu le bénisse et le salue -
qu'il a dit: «C'est le droit de chaque enfant que son parent lui
donne un bon nom, une bonne nourrice et l'enseigne bien
manières."Il est rapporté que Said al-Musayyib a dit:" Celui
qui ne connaît pas ses obligations envers Dieu - qu'il soit
grand et exalté - et ne se conforme pas aux commandements
de Dieu et interdit les ions, est interdit de bonne manières
{adah) Il est rapporté que le Prophète - que Dieu le bénisse et
le salue - a dit: "Dieu - qu'Il soit grand et exalté - m'a instruit
dans les bonnes manières et Son instruction était excellente."
En vérité, les bonnes manières sont la combinaison de tous les
traits de caractère vertueux. La personne bien élevée est celle
qui a combiné en elle tous les bons traits de caractère. D'où le
mot ma daba qui signifie «un rassemblement de gens bien
élevés». J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu
soit satisfait de lui - disons; "Le serviteur de Dieu atteint le
paradis en étant obéissant [envers Lui],et il atteint Dieu lui-
même au moyen de ses bonnes manières. "Je l'ai entendu aussi
dire:" J'ai vu comment quelqu'un a essayé d'étirer sa main vers
son nez pour le prendre pendant la prière, mais sa main a été
arrêtée. [al-Qushayri] a dit: "Il a dû dire cela sur lui-même, car
personne ne pouvait savoir que sa main était arrêtée." Le
maître Abu Ali - que Dieu ait pitié de lui - a fait le vœu de ne
pas pencher. Un jour, je l'ai rencontré lors d'un rassemblement
et j'ai essayé de lui mettre un coussin derrière le dos, parce que
je voyais qu'il n'avait rien contre lui, il s'éloignait discrètement
de mon coussin, je pensais qu'il se méfiait du coussin parce
qu'il n'était pas recouvert d'un tissu ou d'un tapis, mais il m'a
dit: «Je ne veux aucun soutien.Après cela, j'ai continué à le
regarder [pendant un moment] et en fait il ne s'est jamais
appuyé contre quoi que ce soit. J'ai entendu Abu Hatim al-
Sijistani dire; J'ai entendu Abu Nasr al-Sarraj dire; J'ai entendu
Ahmad b. Muhammad al-Basri disent; J'ai entendu al-Jalajili
al-Basri dire; "La déclaration de l'unité de Dieu (tawhid) est
une obligation qui exige la foi, donc une personne sans foi
(iman) ne peut pas déclarer l'unité de Dieu.La foi est une
obligation qui exige [l'observance de] la loi divine {shari d)
donc une personne sans la Loi Divine ne peut avoir ni la foi ni
la déclaration de l'unité de Dieu.La Loi Divine est une
obligation qui exige de bonnes manières, donc une personne
qui n'a pas de manières ne peut avoir ni la Loi Divine, ni la foi,
ni la déclaration de l'unité de Dieu. " Ibn Ata a dit; "Les
bonnes manières signifient que vous vous en tenez aux bonnes
actions."Quelqu'un lui a demandé ce que cela signifiait. Il a
répondu; "Cela signifie que vous traitez Dieu correctement à
la fois intérieurement et extérieurement.Si vous faites cela,
vous êtes une personne bien élevée {adib) même si vous n'êtes
pas un Arabe." "V / 362. Il a ensuite récité ce qui suit: Quand
elle parlait, elle montrait la plus grande éloquence (malahd) Et
quand elle gardait le silence, elle montrait la plus grande
élégance {malih) Muhammad ben al-Husayn nous a informés,
j'ai entendu Abdallah al-Razi dire: J'ai entendu al-Jurayri dire:
Pendant vingt ans, je n'ai pas encore étiré mes jambes dans
une retraite sohétique (khalwa) car on devrait observer les
bonnes manières devant Dieu. »J'ai entendu le maître Abu Ali
al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dire: Celui qui s'associe
aux dirigeants sans montrer de bonnes manières sera tué par
son ignorance. "On raconte que quelqu'un a demandé à Ibn
Sirin: "Quel genre de bonnes manières apporte le plus proche
de Dieu le plus élevé?" Il a répondu: "Reconnaissant Sa
Seigneurie (Rububiyatuh) montrant l'obéissance à Lui par ses
actes, louant Dieu dans les bons moments et étant patient dans
les mauvais." Yahya b. Mu adh a dit: "Si le gnostique divin se
conduit mal avec l'objet de sa connaissance (Ma'rufuK), il
périra avec les condamnés." J'ai entendu le maître Abu Ali al-
Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dise: "Abandonner les
bonnes manières nécessite l'expulsion." Quand on se conduit
mal sur le tapis [dans le salon], on est banni à la porte; la porte,
on sera banni à la basse-cour. " Quelqu'un a demandé à al-
Hasan al-Basri: "On a beaucoup parlé de la connaissance des
bonnes manières.Lequel d'entre eux est le plus bénéfique dans
ce monde et le plus efficace [dans la garantie de récompense]
dans l'au-delà? "Il a répondu:" Etre compétent en matière de
religion. Renoncer à ce monde, et être conscient de vos
obligations envers Dieu - qu'Il soit grand et exalté. "Yahya B.
Mu adh a dit:" Celui qui a montré de bonnes manières envers
Dieu le Très-Haut deviendra un de Son bien-aimé. " -Tustari]
a dit: «Les gens [qawmy cherchent l'aide de Dieu dans
l'accomplissement de ses commandements et sont fermes dans
l'observation des bonnes manières envers Lui." Il est rapporté
que Ibn al-Mubarak a dit: "Nous avons besoin d'une petite
quantité de bonnes manières. J'ai entendu Muhammad ben al-
Husayn dire: J'ai entendu Muhammad b.Être compétent en
matière de religion. Renoncer à ce monde, et être conscient de
vos obligations envers Dieu - qu'Il soit grand et exalté. "Yahya
B. Mu adh a dit:" Celui qui a montré de bonnes manières
envers Dieu le Très-Haut deviendra un de Son bien-aimé. " -
Tustari] a dit: «Les gens [qawmy cherchent l'aide de Dieu
dans l'accomplissement de ses commandements et sont fermes
dans l'observation des bonnes manières envers Lui." Il est
rapporté que Ibn al-Mubarak a dit: "Nous avons besoin d'une
petite quantité de bonnes manières. J'ai entendu Muhammad
ben al-Husayn dire: J'ai entendu Muhammad b.Être compétent
en matière de religion. Renoncer à ce monde, et être conscient
de vos obligations envers Dieu - qu'Il soit grand et exalté.
"Yahya B. Mu adh a dit:" Celui qui a montré de bonnes
manières envers Dieu le Très-Haut deviendra un de Son bien-
aimé. " -Tustari] a dit: «Les gens [qawmy cherchent l'aide de
Dieu dans l'accomplissement de ses commandements et sont
fermes dans l'observation des bonnes manières envers Lui." Il
est rapporté que Ibn al-Mubarak a dit: "Nous avons besoin
d'une petite quantité de bonnes manières. J'ai entendu
Muhammad ben al-Husayn dire: J'ai entendu Muhammad
b.Celui qui a montré de bonnes manières envers Dieu le Très-
Haut deviendra un de Ses bien-aimés. "Sahl [al-Tustari] a dit:"
Les gens recherchent l'aide de Dieu pour accomplir Ses
commandements et sont fermes dans l'observation des bonnes
manières envers Lui. Il est rapporté qu'Ibn al-Mubarak a dit:
«Nous avons besoin d'une petite quantité de bonnes manières
plus que nous avons besoin de beaucoup de connaissances.»
J'ai entendu Muhammad ben al-Husayn dire: J'ai entendu
Muhammad b.Celui qui a montré de bonnes manières envers
Dieu le Très-Haut deviendra un de Ses bien-aimés. "Sahl [al-
Tustari] a dit:" Les gens recherchent l'aide de Dieu pour
accomplir Ses commandements et sont fermes dans
l'observation des bonnes manières envers Lui. Il est rapporté
qu'Ibn al-Mubarak a dit: «Nous avons besoin d'une petite
quantité de bonnes manières plus que nous avons besoin de
beaucoup de connaissances.» J'ai entendu Muhammad ben al-
Husayn dire: J'ai entendu Muhammad b. Ahmad b.Sa id dire:
J'ai entendu al-Abbas b. Hamza dit: Ahmad b. Abi H-Hawari
nous a dit: al-Walid b. Utba a dit: Ibn al-Mubarak a dit: "Nous
avons continué à chercher de bonnes manières même après
que ceux qui auraient pu nous les enseigner soient partis." Ils
disent: "Il y a trois traits de caractère qui excluent
l'éloignement [de Dieu] / 7363: éviter ceux qui ont des
croyances suspectes {ahl al-rayb) [observant] les bonnes
manières, et ne causant aucun mal aux autres." Shaykh Abu
Abdallah al-Maghribi - que Dieu soit satisfait de lui - m'a
récité les versets suivants relatifs à cette question: Trois choses
ornent l'étranger dans ses errances Ils sont de bonnes manières,
puis de bonnes mœurs, et, troisièmement, Garder loin de cela
ce qui est suspect. Quand Abu Hafs [al-Haddad] est arrivé à
Bagdad, al-Junayd lui a dit: "Vous avez instruit vos disciples
de manières [convenables] pour les sultans!"Abu Hafs a
répondu: "Les belles manières extérieures sont un signe de
belles manières à l'intérieur!" Abdallah b. On dit qu'Al-
Mubarak a dit: "Les bonnes manières pour les gnostiques sont
ce que la repentance est pour le débutant [sur le chemin Sufi]."
J'ai entendu Mansur b. Khalaf al-Maghribi dit: "Quelqu'un a
dit à un soufi:" Vous avez de mauvaises manières! " Il a
répondu: «Non, je n'ai pas de mauvaises manières! Il a ensuite
été demandé: «Qui vous a enseigné les bonnes manières? Il a
répondu: 'Les Soufis!' 'J'ai entendu Abu Hatim al-Sijistani dire:
J'ai entendu Abu Nasr al-Tusi al-Sarraj dire: "En ce qui
concerne les mœurs, les gens peuvent être divisés en trois
catégories: les gens de ce monde, la plupart de qui les
manières ont à faire avec l'éloquence, la rhétorique, et l'étude
des diverses sciences, des noms des dirigeants, et de la poésie
des Arabes;la deuxième catégorie comprend les hommes de
religion, qui acquièrent leurs mœurs par la subjugation de
leurs âmes [de base], restreignant leurs membres [des choses
interdites], observant les normes de la loi divine, et
abandonnant les passions et les appétits; la troisième catégorie
comprend l'élite (khususiyya); leurs manières consistent à
purifier leurs coeurs, à scruter leurs pensées intérieures, à être
fidèles à leurs pactes, à observer chaque moment [spirituel]
(waqt) en prêtant peu d'attention aux pensées tentatrices, et en
observant les règles du bon comportement dans leurs efforts
[vers Dieu], pendant le temps d'être en présence [de Dieu], et
en traversant les stations de proximité [avec Lui]. "On raconte
que Sahl ben Abdallah a dit:"Quiconque a réussi à se forcer à
observer les bonnes manières sera sincère dans son adoration
de Dieu. "Il est dit:" Nul ne peut atteindre la perfection dans
les bonnes manières, sauf pour les prophètes et les véridiques
(siddiqun) Abdallah b. Al-Mubarak a dit: "On a beaucoup
parlé des bonnes manières, on dit simplement:" Ce n'est [rien]
que la connaissance de votre âme. "Al-Shibli a dit:" Parler
abondamment en présence de Dieu, Lui - est [un signe de]
mauvaises manières. " Dhu H-Nun al-Misri a dit: "Les
manières du divin gnostique {arif) sont supérieures à toute
autre sorte de manières, parce que son coeur est instruit dans
les bonnes manières par l'objet de sa connaissance." Un Soufi
a dit: "Dieu - Loué soit à Lui - a dit: 'Quand je permets à
quelqu'un de rester en présence de Mes noms et attributs,Je lui
impose toujours les bonnes manières; quand, cependant, je
décide de lui révéler la Vraie Réalité de Mon Essence (haqiqat
dhati) j'impose la perdition (atah) sur lui. Choisis donc ce que
tu préfères: les bonnes manières ou la perdition! "On dit qu'un
jour Ibn Ata a poussé sa jambe au milieu du cercle de ses
compagnons, en disant:" Violer les règles de bonne conduite
au milieu de ses défenseurs est lui-même [un signe] de bon
comportement! "Cette affirmation est justifiée par le rapport
suivant:" Le Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - était
avec Abou Bakr et Umar, quand Uthman entra [dans la pièce].
Le Prophète a couvert sa cuisse en disant: "Comment ne pas
avoir honte devant un homme, devant lequel même les anges
ont honte?" Le Prophète - que Dieu le bénisse et le salue - a
ainsi indiqué que malgré la timidité d'Uthman,que le Prophète
tenait en haute estime, ses relations avec Abu Bakr et Umar
étaient plus intimes. Une signification similaire est transmise
par les versets suivants: Je me comporte avec retenue et
modestie; cependant, quand je me trouve en compagnie de
gens dignes de confiance et honorables, je me laisse aller et je
me comporte naturellement, parlant ce que je veux sans
aucune timidité. Al-Junayd a dit; "Quand l'amour de Dieu est
vrai, les règles du comportement approprié disparaissent", d'un
autre côté, Abu Uthman [al-Hiri] a dit; "Quand l'amour de
Dieu s'est révélé vrai, il faut néanmoins être méticuleux dans
l'observation des bonnes manières", a déclaré Al-Nuri: "Celui
qui n'observe pas les règles du bon comportement dans son
moment mystique (waqt). se transformera en dépit (maqt). "
Dhu H-Nun al-Misri a dit; "Alors que le chercheur (muride)
quitte les limites du bon comportement, il retournera d'où il
vient. "J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait
pitié de lui - dire ce qui suit au sujet des paroles de Dieu - qu'il
soit grand et exalté: "Job, lorsqu'il appela son Seigneur, dit:
«Voici, l'affliction m'a visité, et tu es le plus miséricordieux
des miséricordieux». Il [Job] n'a pas dit: «Aie pitié de moi!»,
Parce qu'il voulait observer les bonnes règles d'adresse. C'est
vrai de Jésus - que la paix soit sur lui - qui a dit: "Et si vous les
châtiez, ils sont vos serviteurs" et "Si je l'ai dit, vous le savez",
il n'a pas simplement prétendu: "Je n'ai pas dis [une telle chose]
'afin d'observer les règles du bon comportement en présence
[de Dieu] », j'ai entendu Muhammad b.Abdallah al-Soufi - que
Dieu ait pitié de lui - disons; J'ai entendu Abu H-Tayyib b, al-
Farkhan dire; J'ai entendu al-Junayd dire; "Un homme juste est
venu vers moi un vendredi et m'a demandé:" Envoie avec moi
un de tes pauvres [chez moi] .Il peut m'apporter de la joie et
manger quelque chose avec moi ", j'ai regardé autour de moi et
j'ai vu un pauvre l'homme, dans lequel j'ai observé les marques
de besoin urgent, je l'ai appelé / 7365 et a dit: 'Allez avec ce
vieil homme et lui apporter la joie!' Le pauvre homme s'en
alla ... Peu de temps après, le vieil homme vint vers moi et dit:
«Abu H-Qasim, ce pauvre homme n'a mangé qu'un petit
morceau, puis il a quitté ma maison! Je lui ai demandé: «Peut-
être lui avez-vous dit un mot dur? Le vieil homme a dit: «Non,
je n'ai rien dit! J'ai regardé autour de moi et j'ai vu le pauvre
homme assis à côté, je lui ai demandé: «Pourquoi ne l'as-tu
pas rendu heureux [en partageant son repas avec lui]?Il a dit;
«Mon seigneur, j'ai voyagé de Kufa à Bagdad sans rien
manger en chemin, je ne voulais pas paraître mal à l'aise en ta
présence [en te demandant de la nourriture]. Quand tu m'as
appelé, j'étais content, parce que l'invitation venait de toi [sans
ma demande]. Alors j'ai suivi [le vieil homme] comme si je
me dirigeais vers le Paradis. Quand je me suis assis à sa table,
il m'a donné un morceau de nourriture en disant: "Mange,
j'adore [partager] ce plat [avec toi] plus de dix mille dirhams"
Quand je l'ai entendu dire cela, j'ai réalisé que ses intentions
étaient méchantes {danv * al-himmd) alors j'ai décidé de ne
pas manger sa nourriture », Al-Junayd a alors dit [à l'hôte];
"Ne t'ai-je pas dit que tu t'étais mal conduit envers cet homme
[pauvre]?" L'hôte s'est exclamé; "Abu H-Qasim, je me
repens!" Alors,al-Junayd a dit au pauvre homme de retourner
avec le vieil homme et de remplir [son coeur] de joie, Les
règles du voyage (sa / ar) Dieu - qu'il soit grand et exalté - a
dit; "C'est Lui qui vous transporte sur la terre et la mer." Ali
Ahmad b. Abdan nous a informés; Ahmad b. Ubayd al-Basri
nous a informés; Muhammad b. al-Faraj al-Azraq nous a dit;
Hajjaj nous a dit; Ibn Jurayj a dit: Abu H-Zubayr nous a
informés qu'Ali al-Azdi l'a informé que Ihn Umar les a
rapportés; "Quand le Messager de Dieu - que Dieu le bénisse
et le salue - monte un chameau pour partir en voyage, il dira"
Dieu est le plus grand "(Allah akbar) trois fois, après quoi il
ajoutera:" Gloire soit à celui qui nous a subjugué cette bête, et
nous-mêmes n'y étions pas égaux, c'est à Dieu que nous
retournons. "" Il dit alors: "O Dieu,Dans ce voyage nous
plaidons que Tu nous accordes la droiture et la piété et
seulement les actes qui Te plaisent! O Dieu, rends notre
voyage facile pour nous! O Dieu, tu es notre compagnon dans
ce voyage et notre représentant auprès de notre famille [que
nous laissons derrière nous]. O Dieu, je me réfugie en Toi
contre les difficultés de ce voyage, les soucis du retour et le
mauvais œil de nos biens et de notre famille. Et quand il
reviendrait, il répéterait les mêmes mots; 'Nous revenons
repentants, et louons notre Seigneur!' "Le maître [al-Qushayri]
a dit:" Puisque la plupart des gens de ce groupe recommandent
de voyager, nous lui avons dédié un chapitre spécial de cette
épître. Car c'est en effet l'une de leurs plus grandes réalisations.
Pourtant, même au sein de ce groupe, les gens ne sont toujours
pas d'accord sur la nécessité de voyager.Certains préfèrent
même rester dans un endroit au cours d'un voyage. Ils ne
voyageraient pas à moins qu'il s'agisse d'une obligation
[religieuse] (fard) telle que, par exemple, l'exécution du
pèlerinage. Al-Junayd, Sahl b. Abdallah [al-Tustari], Abu
Yazid al-Bistami, Abou Hafs [al-Haddad] et quelques autres.
D'autres, cependant, avaient choisi le voyage et sont restés
engagés jusqu'à ce qu'ils quittent ce monde, par exemple, Abu
Abdallah al-Maghribi, Ibrahim b. Adham, et ainsi de suite.
Beaucoup d'entre eux ont beaucoup voyagé au début [de leur
appel soufi], puis, vers la fin de leur vie, ils se sont installés et
sont restés sur place. C'est le cas d'Abou Uthman al-Hiri, al-
Shibli et d'autres. Chacun d'eux avait des principes sur
lesquels il construisait son progrès [à Dieu]. Sachez que le
voyage peut être divisé en deux parties: voyager avec votre
corps,ce qui implique de se déplacer d'un endroit à l'autre;
voyage avec ton cœur, ce qui implique de passer d'un attribut à
un autre. On en voit beaucoup qui voyagent avec leurs corps,
alors que ceux qui voyagent avec leurs coeurs sont peu
nombreux. J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq - que
Dieu ait pitié de lui - disons; "Dans un village appelé 'Farakhk'
près de [la ville de] Nishapur vivait un maître soufi, qui avait
écrit un certain nombre de livres sur la science soufie.Une fois
quelqu'un lui demanda: 'Shaykh, avez-vous déjà voyagé?' Lui,
à son tour, demanda: «Est-ce que tu demandes à voyager dans
la terre ou à voyager dans les cieux?» Quant à la première, la
réponse est non, quant à la dernière, oui. »Je l'ai aussi entendu
[al-Daqqaq ] - que Dieu ait pitié de lui - dis: "Un jour, quand
je résidais à Merv, un Soufi est venu me dire:" J'ai parcouru un
long chemin pour te rencontrer! "Je lui ai dit: «Si vous vous
étiez séparés de votre âme inférieure, un pas vous aurait
suffi.» Les histoires sur les voyages des soufis varient en
fonction des différents types et états spirituels qu'ils
représentent: J'ai entendu Shaykh Abu Abd al- Rahman al-
Sulami - que Dieu ait pitié de lui - dis: J'ai entendu
Muhammad ben Ali al-Alawi dire: J'ai entendu Ja loin b
Muhammad dire: J'ai entendu Ahnaf al-Hamadhani dire: "Une
fois j'étais seul dans le désert complètement épuisé. Alors, j'ai
levé les mains et j'ai plaidé: «Seigneur, je suis faible et malade,
alors je demande votre hospitalité! Soudain, dans mon cœur,
j'ai eu l'impression que quelqu'un me demandait: «Qui vous a
invité? J'ai répondu: «O Seigneur, n'est-ce pas un domaine
{mamlaka) qui peut accueillir un invité non invité? Tout à
coup j'ai entendu une voix derrière moi; quand je me suis
retourné, j'ai vu un bédouin chevauchant un chameau. Il m'a
demandé:«Étranger, où allez-vous? À la Mecque. Il t'a invité?
J'ai dit: "Je ne sais pas." Il m'a dit: "Dieu n'a-t-il pas dit:"
Seulement s'il [un pèlerin] est capable de faire son chemin là-
bas. " Je lui ai dit: «C'est un vaste domaine qui peut accueillir
un invité non invité. Il m'a dit: «Quel magnifique invité non
invité vous êtes! Savez-vous comment gérer un chameau? J'ai
dit que je l'ai fait. Il a alors démonté de son chameau et me l'a
donné, en disant: «Ride it!» J'ai entendu Muhammad ben
Abdallah al-Sufi dire: J'ai entendu Muhammad ben Ahmad al-
Najjar dire: J'ai entendu al-Kattani dire, quand un soufi lui
demanda des conseils pieux: «Efforcez-vous d'être l'hôte d'une
mosquée chaque nuit et de ne mourir qu'entre deux stations!»
** On raconte qu'al-Husri disait:S'asseoir une fois, c'est mieux
que de faire mille pèlerinages! »Il voulait dire s'asseoir et
produire une profonde concentration d'énergie [spirituelle]
(hamni) de façon à être témoin de Dieu {shuhud). Une telle
séance est en effet meilleure que mille pèlerinages accomplis
dans l'état d'absence de Dieu! J'ai entendu Muhammad b.
Ahmad al-Sufi - que Dieu ait pitié de lui - dis: J'ai entendu
Abdallah b. Ali al-Tamimi dit: "Il est rapporté que
Muhammad ben Ismaïl al-Farghani a raconté:" Abou Bakr al-
Zaqqaq, al-Kattani et moi avons voyagé ensemble pendant une
vingtaine d'années sans nous mélanger ni nous lier d'amitié
avec qui que ce soit. dans une ville qui avait un maître
[respecté] (shaykh), nous allions le saluer et nous nous
asseyions avec lui jusqu'à la tombée de la nuit, puis nous
allions dans une mosquée [locale].Al-Kattani accomplirait ses
prières dès le début de la nuit, pendant lesquelles il réciterait
tout le Coran. Al-Zaqqaq s'asseyait [toute la nuit] dans la
direction de la prière {qibla) pendant que je me couchais sur le
dos et que je me plongeais dans la contemplation. Quand le
matin arrivait, nous accomplissions la prière du matin avec
l'ablution rituelle de la prière du soir, si quelqu'un arrivait à
dormir dans la mosquée pendant cette nuit, nous le
considérerions comme meilleur que nous. "" J'ai entendu
Muhammad ben Husayn - que Dieu ait pitié de lui - dis: j'ai
entendu Abdallah ben Ali dire: j'ai entendu Isa al-Qassar dire
que quelqu'un a demandé à Ruwaym [bh. Ahmad] sur les
règles du voyage, il a répondu: "L'aspiration du voyageur ne
doit pas dépasser étapes et son lieu de repos devrait être
l'endroit où son cœur s'est arrêté. "Il est apparenté que Malik b.
Dinar a dit: "Dieu le Très Haut a révélé à Moïse - que la paix
soit sur lui: 'Prenez une paire de sandales de fer et un bâton de
fer, puis parcourez la terre, en cherchant les sages traditions et
avertissements jusqu'à ce que les sandales soient usées Il est
rapporté qu'Abou Abdallah al-Maghribi a toujours voyagé
avec ses compagnons. Tout au long de [ses voyages], il
maintiendrait l'état de consécration rituelle {muhrim) '' chaque
fois qu'il viendrait à le violer, il se consacrerait de nouveau à
lui-même, mais son vêtement rituel ne se salirait jamais et ses
cheveux et ses ongles Ses compagnons avaient l'habitude de
marcher derrière lui pendant la nuit: chaque fois que l'un d'eux
s'éloignait du chemin, il criait: "A ta droite, untel!" ou "A ta
gauche, alors -et donc!"Il ne tendrait jamais la main à ce que
les gens ordinaires voulaient. Son repas consistait en une
racine d'une plante qu'il fallait arracher du sol pour le nourrir.
Ils disent: «Si tu dis à ton compagnon: Lève-toi, allons-y! et il
vous demanderait «Où?», il n'est plus votre compagnon. Ils
ont cette idée à l'esprit quand ils récitent: Quand quelqu'un
cherche leur aide [dans la bataille] ils ne demandent jamais à
l'appelant: "A quel combat?" ou "A quel endroit?" Il est
rapporté qu'Abu Ali al-Ribati a dit: "Je voyageais avec
Abdallah al-Marwazi avant de le rencontrer, il voyageait dans
le désert sans provisions ni monture. moi: «Voulez-vous que
vous ou moi soyez en charge?» Je répondis: «Plutôt toi-
même». Il m'a alors demandé: 'Voulez-vous obéir [moi]? J'ai
dit oui.' Il prit un sac, le remplit de provisions et le posa sur le
dos. Quand je lui ai demandé de me le donner, il m'a dit: «Je
suis en charge ici, et vous devez m'obéir! Quand la nuit est
venue, il a plu, alors il est resté sur moi en me tenant une
couverture pour me protéger de la pluie. Je ne cessais de me
dire: «Je voudrais être mort plutôt que de lui dire:« Vous serez
en charge! »Il m'a alors dit; «Si tu veux accompagner
quelqu'un dans ses voyages, tu devrais le traiter comme je t'ai
traité.» Un jeune homme est venu rendre visite à Abu Ali al-
Rudhbari, quand il était sur le point de partir, il a dit: Quelque
chose de [sage pour moi]? "Abu Ali a répondu:" Jeune homme,
[les soufis de l'ancien] ne se sont jamais réunis à un rendez-
vous [arrangé] {mawHd) ni dispersés après s'être pris les uns
les autres "«Un jour, je voyageais avec Ibrahim al-Khawwas
au cours d'un de ses voyages, et tout à coup, je vis un scorpion
qui rampait vers sa cuisse. Mais il m'a arrêté en disant:
"Laissez-le tranquille, tout a besoin de nous, seulement nous
n'avons besoin de rien." Abu Abdallah al-Nasibini a dit: "J'ai
voyagé pendant trente ans sans jamais patcher mon vêtement
[soufi] {muraqqa) en me dirigeant vers un endroit où je savais
que je rencontrerais un ami, et sans jamais permettre à
quiconque de porter quelque chose pour moi. Sachez que,
après que ces gens ont observé [toutes] les règles du bon
comportement en présence de Dieu en s'exerçant
vigoureusement (mujahadat), ils ont voulu ajouter quelque
chose d'autre à cela.Ils ont donc ajouté l'injonction de voyager
afin de forcer leurs âmes inférieures à abandonner les choses
dont ils [les âmes] jouissent et à se séparer des connaissances
acquises afin de rester avec Dieu sans aucun lien ou moyen.
Une chose qu'ils n'ont pas abandonnée est leurs prières
[mystiques] {awrad). [Les maîtres soufis] disent: «Les
dispenses des obligations requises (rukhas) ne s'appliquent
qu'à ceux qui voyagent par nécessité (ils ne s'appliquent pas à
nous), puisque les voyages pour nous ne sont ni un travail ni
une nécessité. Habib dit: J'ai entendu al-Nasrabadhi dire: "Un
jour, j'ai perdu mes forces dans le désert et j'ai perdu tout
espoir [de survie]. Soudainement mon regard est tombé sur la
lune et j'ai vu [les mots suivants de Dieu] inscrits dessus: 'Dieu
vous suffira.' "J'ai repris mes forces et à partir de ce moment-
là, cette parole m'a été accordée. »Abu Yaqb al-Susi a dit:«
Dans son voyage, le voyageur a besoin de quatre choses: une
connaissance qui le guide, une piété scrupuleuse qui le
retient. ], un état [extatique] qui le porte, et un bon caractère
moral qui le protège. "Ils disent:" Voyage (safar) est nommé
par ce nom, parce qu'il révèle {yusfir) le [vrai] caractère des
hommes. "Quand al-Kattani a appris qu'un soufi est allé au
Yémen, puis est revenu, il a ordonné à [ses disciples] de rester
loin de lui, car à cette époque beaucoup d'entre eux [soufis] se
rendaient au Yémen pour chercher du réconfort. [rifq] On
raconte qu'Ibrahim al-Khawwas n'a jamais rien pris avec lui
lors de ses voyages, les seules choses avec lesquelles il ne s'est
jamais séparé étaient une aiguille et un bol.Il a utilisé l'aiguille
pour réparer sa robe quand elle a été déchirée afin de cacher
ses parties intimes; quant au bol, il l'utilisait pour ses ablutions.
C'est pourquoi il ne les considérait ni comme un attachement
[à ce monde] ni comme une source de réconfort. Il est lié que
Abu Abdallah al-Razi a dit; "J'ai quitté [la ville de] Tarse"
pieds nus. J'étais accompagné d'un de mes amis. Quand nous
sommes arrivés dans un village en Syrie, un soufi m'a apporté
une paire de sandales, mais j'ai refusé de les accepter. Mon
ami s'est exclamé: "Mettez-les! J'ai été malade, alors Dieu
vous a récompensé de cela pour mon compte! Je lui ai posé
des questions sur son état. Il a répondu: «J'ai enlevé mes
sandales [au début de notre voyage] afin de montrer de la
solidarité avec vous, tel que requis par les règles de la
camaraderie."Il est rapporté qu'Ibrahim al-Khawwas voyageait
autrefois avec trois autres personnes. Ils sont tombés sur une
mosquée dans le désert et ont décidé d'y passer une nuit. La
mosquée n'avait pas de porte et il faisait très froid dehors.
Donc ils ont dormi là-bas. Quand ils se sont réveillés, ils ont
vu al-Khawwas debout à l'entrée. Ils lui ont demandé ce qu'il
faisait. Il a répondu: "J'avais peur que vous pourriez avoir
froid." Alors il resta là toute la nuit. Il est rapporté qu'Al-
Kattani a demandé à sa mère de lui permettre de faire un
pèlerinage [à La Mecque]. Elle lui a donné sa permission et il
est parti. Quand il voyageait dans le désert, sa robe était
souillée avec son urine. Il s'est dit: "Ma condition (hali) est
maintenant imparfaite". Alors il est revenu. Quand il a frappé
à la porte de sa maison, sa mère lui a répondu et a ouvert la
porte.Il a remarqué que [tout ce temps] elle était assise devant
la porte. Il lui a demandé pourquoi elle faisait ça. Elle répondit:
"Après votre départ, j'ai fait le vœu de ne pas quitter cet
endroit avant de vous avoir revu." J'ai entendu Muhammad b.
al-Husayn dire: J'ai entendu Abdallah b. Muhammad al-
Dimashqi a dit: J'ai entendu / 370 Ibrahim b. al-Muwallad dit:
J'ai entendu Ibrahim al-Qassar dire: "J'ai voyagé pendant
trente ans afin d'incliner le coeur des gens vers les pauvres."
Un homme est venu à Dawud al-TaM et a dit: "Abu Sulayman,
mon âme m'a incité à vous rencontrer depuis longtemps."
Dawud répondit: "Au contraire, quand les corps sont calmes et
que les cœurs sont calmes, la rencontre est toujours plus
facile!" J'ai entendu Abu Nasr al-Sufi, un compagnon d'Al-
Nasrabadhi, dire: "J'ai débarqué de la mer dans la région
d'Oman.Comme je marchais à travers le marché j'ai senti la
faim. J'ai atteint un magasin de nourriture et ai vu là un agneau
rôti et toutes sortes de sucreries. Je me suis approché d'un
homme et je lui ai demandé: «Achetez-moi un peu! Il m'a
demandé: "Pourquoi? Est-ce que je te dois quelque chose ou
suis-je dans ta dette? J'ai insisté en disant: «Vous devez en
acheter une partie pour moi! Un autre homme m'a vu et m'a dit:
«Laisse-le tranquille, jeune homme! Moi, pas lui, je suis
obligé de t'acheter ce que tu veux! Alors fais-moi ta demande
et choisis ce que tu veux! Il m'a ensuite acheté ce que je
voulais et je suis parti. »Abu H-Hasan al-Misri raconte:« Lors
de mon voyage depuis Tripoli, «je suis tombé sur al-Sijzi».
Nous avons continué pendant des jours sans rien manger. Un
jour, j'ai vu une gourde abandonnée et j'ai commencé à la
manger. Le shaykh [al-Sijzi] m'a regardé, mais n'a rien dit. Il
ne l'a pas touché.Alors j'ai jeté la gourde, car je me suis rendu
compte qu'il désapprouvait ce que je faisais. Ce jour-là, nous
avons reçu cinq dinars. Nous sommes arrivés dans un village
et je me suis dit; Maintenant, le shaykh achètera sans doute de
la nourriture pour nous. Cependant, il a continué sans rien
acheter. Il a ensuite dit; Vous avez probablement pensé; "Eh
bien maintenant, nous marchons affamés, et il n'a rien acheté
[pour nous]." Nous approcherons d'un village appelé
"Yahudiyya" où vivent un homme et sa famille. Quand nous
entrerons dans le village, il nous accueillera et je lui donnerai
cet argent, afin qu'il puisse le dépenser à la fois pour nous et
pour sa famille. "Donc, nous sommes venus là-bas et il a
donné à cet homme ces dinars, de sorte que il pourrait les
dépenser. Quand nous étions sur le point de quitter [cet
endroit], il me l'a dit; «Où allez-vous, Abu H-Hasan? Je lui ai
dit: 'Je veux continuer avec toi! Il a répondu; Vous m'avez
trahi à cause d'une calebasse, et vous voulez toujours
m'accompagner? En aucune façon!' Et il a refusé de m'avoir
comme compagnon. "J'ai entendu Muhammad ben Abdallah
al-Shirazi - que Dieu ait pitié de lui - disons, j'ai entendu Abu
Ahmad le Jeune dire, j'ai entendu Abu Abdallah ben Khafif
dire:" Quand je était jeune, j'ai rencontré un soufi, qui a vu des
signes de privation et de faim sur moi. Il m'a amené chez lui et
m'a servi de la viande cuite dans des gruaux. Cependant, la
viande était gâtée, alors j'ai mangé la sauce, mais j'ai évité la
viande à cause de son état. Il m'a donné un morceau, et je l'ai
mangé contre mon souhait. Quand il m'en a donné un autre,
j'ai été pris de nausée. Quand il a remarqué cela en moi, il était
gêné et moi-même j'étais embarrassé pour lui. Je suis parti
immédiatement et je suis parti en voyage,J'ai envoyé
quelqu'un à ma mère pour annoncer la nouvelle [de mon
départ] et aller chercher ma robe rapiécée pour moi. Ma mère
ne s'est pas opposée à ma décision; au contraire, elle était
contente de mon départ. Donc je suis parti d'al-Qadisiyya avec
un groupe de soufis, nous avons perdu notre chemin, épuisé
toutes nos provisions et nous sommes préparés à mourir. Nous
avons atteint un campement bédouin, mais nous n'y avons rien
trouvé. Nous étions tellement désespérés que nous avons
acheté un chien des bédouins pour plusieurs dinars. Nous
l'avons rôti et on m'a donné un morceau de sa chair. Quand
j'étais sur le point de le manger, j'ai contemplé ma situation et
j'ai réalisé que c'était la conséquence de l'embarras de ce soufi
[qui m'avait nourri]. Alors je me suis repenti et je me suis tue.
Alors le Bédouin nous a montré le chemin et nous sommes
partis. J'ai effectué mon pèlerinage et quand je suis revenu, je
me suis excusé auprès de ce soufi. "Compagnon (suhba) Dieu
- qu'Il soit grand et exalté - a dit: "Et quand les deux" étaient
dans la Caverne, il dit à son compagnon: "Ne crains pas, Dieu
est certainement avec nous", Quand Dieu - Louange soit à Lui
- Il a accordé une amitié à [Abou Bakr] al-Siddiq. Il a dit
clairement que [le Prophète] l'a fait par compassion parce qu'il
a dit: «Ne croyez pas; Dieu est certainement avec nous. "Car
une personne noble montre toujours de la compassion envers
celui qui l'accompagne.Car une personne noble montre
toujours de la compassion envers celui qui l'accompagne.Car
une personne noble montre toujours de la compassion envers
celui qui l'accompagne. Ali b.Ahmad al-Ahwazi - que Dieu ait
pitié de lui - nous a informés: Ahmad b. Ubayd al-Basri nous a
informés: Yahya b. Muhammad al-Jayyani nous a dit: Uthman
b. Abdallah al-Qurashi nous a dit sur l'autorité de Nu aym b.
Salim, sur l'autorité d'Anas b. Malik, qui a dit que le Messager
de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - a dit: "Quand est-ce
que je rencontre mes amis bien-aimés?" Ses compagnons
répondirent: "Par notre père et notre mère! Ne sommes-nous
pas alors vos amis bien-aimés? "Il répondit:" Vous êtes mes
Compagnons (ashabi); quant à mes amis bien-aimés, ce sont
ceux qui m'ont fait confiance sans jamais me voir. Par
conséquent, ma passion pour eux est plus grande "La
compagnie peut être de trois sortes: la compagnie d'une
personne qui se tient au-dessus de vous, ce qui n'est qu'un
service (khidma).il faut que le suiveur soit traité avec
compassion et gentillesse et que celui qui est suivi soit traité
avec respect et respect. [Et le troisième type est] la
camaraderie des pairs et des égaux, qui repose sur la
préférence [envers eux-mêmes] (ithar) et la chevalerie
spirituelle. Quand on accompagne un maître, dont le rang
[spirituel] (rutba) est égal au sien, on doit abandonner toute
opposition à lui, tout en interprétant tout ce qui vient de lui
dans une veine positive. J'ai entendu un compagnon de
Mansur b. Khalaf al-Maghribi lui demande: "Depuis combien
d'années as-tu accompagné Abu Uthman al-Maghribi?" Il le
regarda avec désinvolture et dit: «Je n'étais pas son
compagnon, mais je l'ai servi pendant un certain temps.
Lorsque vous avez quelqu'un d'une station inférieure en tant
que votre compagnon,vous violeriez les règles de la bonne
compagnie si vous ne l'avertissiez pas d'une déficience de son
état spirituel. C'est à ce sujet qu'Abu H-Khayr al-Tinati a écrit
à Ja far b. Muhammad Nusayr, disant: "Le fardeau de
l'ignorance des pauvres repose sur vous seul, parce que vous
êtes trop préoccupé par votre propre soi pour les instruire dans
les bonnes manières, leur permettant ainsi de persister dans
l'ignorance." Si, d'un autre côté, vous accompagnez quelqu'un
de rang égal, alors votre approche est celle d'être aveugle
envers ses fautes et d'interpréter, autant que possible, tout ce
que vous voyez de lui d'une manière positive. Si vous êtes
incapable de trouver une interprétation [favorable], alors
blâmez-vous et récriminez-vous. J'ai entendu le maître Abu
Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - dire: Ahmad b. Abi
H-Hawari a dit: J'ai dit à Abu Sulayman al-Darani: "Untel a
peu d'importance pour moi. "Abu Sulayman a répondu:" Il a
aussi peu d'importance pour moi. Cependant, nous pouvons
nous tromper sur notre propre statut. Autrement dit, nous ne
sommes peut-être pas parmi les justes (salihun) et ne les
aimons donc pas! »On raconte qu'un certain homme
accompagna Ibrahim ibn Adham, quand ils étaient sur le point
de se séparer, l'homme demanda à Ibrahim: »Ibrahim
répondit:« Je n'ai rien trouvé à te reprocher, parce que je t'ai
regardé avec un œil d'affection et que tu n'as vu que du bien en
toi. Par conséquent, demandez à quelqu'un d'autre de vos
fautes. »C'est avec cette signification à l'esprit qu'ils récitent
les versets suivants: L'œil du contentement est aveugle à toute
faute, tandis que l'œil du dépit révèle toute erreur.Shayban a
dit; "Nous n'avons jamais accompagné personne qui a dit:"
Mes sandales, j'ai entendu Abu Hatim al-Sufi dire: J'ai entendu
Abu Nasr al-Sarraj dire: "Abu Ahmad al-Qalanisi, qui était un
enseignant d'al-Junayd, a dit: J'ai accompagné des gens de
Bassora, qui m'ont traité avec beaucoup d'honneur. Un jour, je
leur ai demandé: «Où est ma taille?», Et voici, je suis tombé
de leur grâce. »V7372 J'ai entendu Abu Hatim dire: J'ai
entendu Abu Nasr al-Sarraj dire: J'ai entendu Zaqqaq dire:« Je
J'ai tenu compagnie à ce peuple pendant quarante ans et je les
ai vus se montrer toujours amicaux les uns envers les autres ou
amis envers ceux qui les aiment. Celui qui n'accompagne pas
ses actes par la piété et le scrupule ne mange que ce qui est
totalement illégal. »J'ai entendu le maître Abu Ali al-Daqqaq
dire:« Un certain homme a dit à Sahl b. Abdallah [al-Tustari]:
Abu Muhammad,Je veux être ton compagnon. Il lui a
demandé: «Si l'un d'entre nous meurt, qui sera le compagnon
du survivant? L'autre homme a répondu: "Dieu". Sahl a dit:
"Alors laissez-nous l'accompagner maintenant!" "Un homme a
accompagné un autre homme pendant un certain temps, l'un
d'eux a alors décidé de se séparer de son compagnon et lui a
demandé la permission de partir. Seulement à condition que
votre prochain compagnon soit supérieur à nous. Et si c'est le
cas, alors tu ne devrais pas être son compagnon, puisque tu
nous as choisis comme premier compagnon. "L'autre homme a
alors dit:" Le désir de partir a disparu de mon cœur. "J'ai
entendu Abu Hatim al- Sufi dit: J'ai entendu Abu Nasr al-
Sarraj dire: J'ai entendu al-Duqqi dire: J'ai entendu al-Kattani
dire: "Un certain homme était mon compagnon. Cependant,
mon cœur était en désaccord avec lui.Je lui ai donné un cadeau
afin d'enlever cette aversion de mon coeur. Cependant, il est
resté là. Alors j'ai emmené cet homme chez moi et je lui ai dit:
«Mets ton pied sur ma joue! Il a refusé. Je lui ai dit qu'il devait
le faire. J'ai alors fait un vœu qu'il ne devrait pas enlever son
pied de ma joue jusqu'à ce que Dieu ait enlevé cette aversion
de mon coeur. Quand ce [sentiment] a été enlevé, je lui ai dit:
'Maintenant, vous pouvez lever le pied!' 'Ibrahim ben Adham a
utilisé [pour gagner sa vie] comme moissonneur saisonnier et
gardien de verger, dépensant [tout] qu'il avait gagné Il était
accompagné de ses compagnons, il travaillait pendant la
journée et dépensait l'argent qu'il gagnait, ils se réunissaient la
nuit après avoir jeûné pendant la journée. alors ils ont dit: "Let
's brise notre jeûne sans lui. Peut-être nous rejoindra-t-il plus
tôt à cause de cela. "Alors ils rompirent leur jeûne et
s'endormirent Quand Ibrahim revint, il les trouva
profondément endormis Il dit:" Pauvres choses! Alors il a pris
de la farine qui était à cet endroit et l'a malaxée, puis il a
allumé le feu et a jeté de la cendre sur la pâte à pain et quand
ils se sont réveillés, ils l'ont trouvé en train de souffler sur le
feu. Ils lui ont demandé ce qu'il faisait et lui ont répondu: "Je
pensais que tu n'avais pas de nourriture pour rompre ton jeûne
et que tu t'étais endormi, alors je voulais te réveiller seulement
quand la pâte était prête à 374 Ils se dirent l'un à l'autre;
"Regardez ce que nous avons fait et comment il nous traite
après ça!" Il est lié qu'avant de prendre quelqu'un comme son
compagnon Ibrahim b.Adham lui imposerait trois conditions -
à savoir que ce serait lui qui servirait [son compagnon], qu'il
prononcerait l'appel à la prière, et qu'il recevrait la même
portion de toute subsistance mondaine que Dieu pourrait
fournir. Un jour, un de ses compagnons lui a dit; "Et si je ne
suis pas capable de ça?" Ibrahim a répondu; "J'ai aimé son
honnêteté." Yusuf b. al-Husayn a dit; "J'ai demandé à Dhu H-
Nun:" Avec qui devrais-je rester en contact? " Il a répondu:
'N'importe qui de qui vous ne cachez rien de ce que le Très-
Haut connaît de vous.' "Sahl b. Abdallah a dit à quelqu'un; "Si
vous avez peur des bêtes sauvages, vous ne pouvez pas être
mon compagnon." J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn
disent; J'ai entendu Muhammad b. al-Hasan al-Alawi disent;
Abd al-Rahman b. Hamdan nous a dit; Al-Qasim b. Munabbih
nous a dit: j'ai entendu Bishr b. al-Harith dit; "Quand vous
vous tenez compagnie à un peuple maléfique, vous
commencez à penser mal des élus eux-mêmes (akhyar "Al-
Junayd a raconté:" Quand Abu Hafs [al-Haddad] est arrivé à
Bagdad, il avait avec lui un homme chauve qui Je n'ai pas dit
un mot, j'ai demandé à d'autres compagnons d'Abou Hafs:
«Cet homme a dépensé cent mille dirhams pour Abou Hafs,
puis en a emprunté cent mille pour le dépenser. Dhu H-Nun a
dit: "Ne restez pas en rapport avec Dieu, à moins que vous ne
lui obéissiez, ne vous occupez pas de ses créatures, à moins
que vous ne leur donniez des conseils, ne restez pas en
compagnie de votre Si vous ne vous y opposez pas, ne vous
mêlez pas au diable, à moins de lui témoigner de l'inimitié.
»Quelqu'un demanda à Dhu H-Nun:« Avec qui devrais-je
rester en compagnie?Il a répondu; "Avec quelqu'un qui vous
rendra visite quand vous tombez malade et quelqu'un qui se
repentira de votre part quand vous péchez." J'ai entendu le
maître Abu Ali al-Daqqaq - que Dieu ait pitié de lui - disons;
«Un arbre qui croît tout seul et qui n'est cultivé par personne
produira des feuilles mais pas de fruit, de même qu'un disciple
(muride) qui n'a aucun maître à étudier - rien ne sortira de lui».
Le maître Abu Ali [al-Daqqaq] avait l'habitude de dire; "J'ai
pris ce chemin [soufi] d'al-Nasrabadhi, qui l'a pris à al-Shibli,
qui l'a pris à al-Junayd, qui l'a pris à al-Sari [al-Saqati], qui l'a
pris à Ma Karkhi, qui l'a pris de Dawud al-Ta i, qui a étudié
sous les successeurs [des Compagnons du Prophète]. " Je l'ai
aussi entendu [al-Daqqaq] dire; "Je ne viendrais jamais à al-
Nasrabadhi"»Le maître Abu H-Qasim al-Qushayri a déclaré:«
En tant que débutant, je n'entrerais jamais en présence de mon
maître Abu Ali / 7375 à moins que je ne jeûnais. Je voudrais
également effectuer une ablution complète. Combien de fois
est-ce que je suis venu à la porte de son école pour revenir sur
mon manque de volonté d'entrer [chez lui]? Quand j'ai
surmonté ma timidité et que je suis entré dans l'école, je me
suis senti envahi par un sentiment d'engourdissement au
milieu de l'école, à tel point qu'on pouvait m'enfoncer une
aiguille sans que je m'en aperçoive. Quand j'avais un problème
[à discuter], je n'avais pas besoin de bouger la langue pour
l'interroger à ce sujet, car dès que je me trouvais en sa
présence, il commençait à m'expliquer. Plusieurs fois j'ai été
témoin de ce phénomène de sa part. Parfois, je pensais à moi-
même; 'Si Dieu envoyait un messager à ses créatures au cours
de ma vie, aurais-je pu ressentir pour lui le même respect que
j'avais pour Abu Ali - que Dieu ait pitié de lui? Je ne pouvais
pas imaginer que c'était possible du tout. Tout au long de ma
présence à ses séances d'enseignement et d'être en sa présence,
après qu'un lien [spirituel] s'était formé entre nous, pas un seul
instant avant sa mort, une pensée de contester [son opinion] ne
me traversa l'esprit. Hamza ben Yusuf al-Sahmi al-Jurjani -
que Dieu ait pitié de lui - nous a informés: Muhammad ben
Ahmad al-Abdi nous a informés: Abu Awana nous a informés:
Yusuf nous a dit: Khalaf ben Tamim Abu H-Ah a été dit nous
sur l'autorité de Muhammad B. Nadr al-Harithi, qui a dit:
"Dieu - louange soit à lui - a révélé à Moïse - que la paix soit
sur lui: 'Sois vigilant et cherche des compagnons pour toi-
même.Débarrasse-toi de tout compagnon qui ne se réjouit pas
de t'obéir et de ne jamais rester avec lui, car il fera durcir ton
cœur et sera ton adversaire. Multipliez vos pensées de Moi et
vous méritez Ma gratitude et l'abondance de Ma grâce. "" J'ai
entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami - que Dieu ait
pitié de Lui - disons: Abdallah ben al-Mu allim dit: J'ai
entendu Abu Bakr al-Tamastani dire: "Soyez les compagnons
de Dieu, et si vous n'êtes pas capable, alors gardez compagnie
avec les compagnons de Dieu, afin que les bénédictions de
leur compagnie vous amènent à la compagnie de Dieu." ) *
Dieu - qu'Il soit grand et exalté - a dit: "Ton Dieu est un seul
Dieu" "Imam Abu Bakr Muhammad ben al-Hasan ben Furak -
que Dieu soit satisfait de lui - nous a informés: Ahmad b.
Khurrazadh nous a dit: Masih 'b.Hatim al-Uqli nous a dit: al-
Hajabi Abdallah b. Abd al-Wahhab nous a dit: Hammad b.
Zayd nous a dit sur l'autorité de Sa id b. Sa b. Hatim al-Ataki,
sous l'autorité d'Ibn Abi Sadaqa, sous l'autorité de Muhammad
b. Sirin, sur l'autorité d'Abou Hourayra, qui a dit: "Le
Messager de Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - a dit:"
Une fois, à l'époque précédente, vivait parmi nous un homme
qui n'avait fait aucun bien sauf déclarer Dieu Il dit à sa famille:
«Quand je mourrai, brûle-moi, mouds-moi en cendres, et en
disperserai la moitié sur la terre et l'autre moitié sur la mer un
jour de vent!» [Quand il mourut], ils firent comme il leur dit:
Dieu, qu'il soit grand et exalté, dit au vent: "Apporte-moi ce
que tu as pris!" et l'homme apparut devant lui: Dieu lui
demanda: "Qu'est-ce qui t'a poussé à faire ce que tu as
fait?"L'homme répondit: "[J'ai fait cela], parce que j'avais
honte de Toi!" Alors, Dieu l'a pardonné. "" L'Unité "signifie
déclarer qu'une certaine chose est Une. Savoir qu'une certaine
chose est une est aussi" unité ".Elles disent:" Je vous ai rendu
un ", signifiant" Je vous ai décrit comme une singularité
(wahdaniyyay). De même, ils disent: "Je vous ai rendu
courageux", ce qui signifie "Je vous ai décrit comme étant
courageux." Du point de vue linguistique, il est dérivé des
verbes ] wahada et yahidu ("il était / est un") Ses dérivés sont
wdhid wahd et vpahtd avec le sens "être un et seul" Son
synonyme est [le verbe] farada ("être célibataire") avec ses
dérivés fdrid fard, et farid ("être seul ou seul").La racine du
mot ahad ("un") est wahd ("être un"); la lettre waw de la
racine s'est transformée en hamza, parce que la consonne waw
quand elle est suivie par la voyelle a (fatha) peut
[occasionnellement] se convertir en hamza. La même chose
arrive au waw quand il est suivi par les voyelles i (kasra) et u
{damma) par exemple "femme charmante" {imra a asma?)
Qui était [initialement prononcé] imra un wasmd? - un dérivé
du nom wasama ("charme"). Du point de vue théologique,
l'être de Dieu signifie qu'il n'est pas soumis à l'addition ou à la
soustraction. Ceci est différent de ce que vous dites: "Un
homme", parce que cet homme peut avoir une main ou une
jambe manquante - c'est-à-dire qu'il est sujet à la soustraction.
D'autre part,Dieu - Loué soit-Il - est essentiellement un
{ahadiyyu 1-dhat) qui est contraire à l'usage de ce mot 'quand
il est appliqué au porteur [d'une multitude de qualités et de
parties] .Un de ceux qui a atteint la vérité (ahl al-tahqiq) a dit:
"Être un signifie le déni de toute multiplicité dans Son essence,
le déni de toute ressemblance [entre] Sa Vraie Réalité et Ses
attributs [et ceux de Ses créatures], et le déni de tout partenaire
[ sharik) dans ses actes et ses créations. " Il y a trois types
d'unité [la déclaration de Dieu]. Le premier est [l'affirmation
de] l'unité par Dieu à Dieu, ce qui signifie qu'il sait qu'il est un
et qu'il se déclare lui-même. La seconde est [la déclaration de]
l'unité par Dieu - que Dieu soit loué - à ses créatures,ce qui
signifie qu'Il commande à Son serviteur qu'il affirme [Son
unité] et qu'il crée la conscience de Son unité en lui. Le
troisième est [la déclaration] de l'unité par Dieu à Dieu -
louange soit à Lui - ce qui signifie que le serviteur sait que
Dieu - qu'Il soit grand et exalté - est un, puis affirme et déclare
qu'il en est un. Ceci, en un mot, est la définition de [la
déclaration de] l'unité. Les maîtres soufis sont en désaccord
sur le sens de l'unité. J'ai entendu Shaykh Abu Abd al-Rahman
al-Sulami - que Dieu ait pitié de lui - dire: J'ai entendu
Muhammad b. Abdallah b. Shadhan dit: J'ai entendu Yusuf b.
Al-Husayn dit: J'ai entendu Dhu H-Nun Al-Misri dire, quand
on lui a demandé de [la déclaration de] l'unité: "C'est que vous
savez que la puissance du Dieu Très-Haut réside en toutes
choses sans mélange,qu'il crée toutes choses sans aucune
manipulation, qu'il est la cause de tout ce qu'il produit, et que
son acte de création n'est pas causé [par quoi que ce soit].
Quoi que vous imaginiez, Dieu est totalement différent. »Je
l'ai aussi entendu dire: J'ai entendu Ahmad b. Muhammad
b.Zakariyya dit: J'ai entendu Ahmad b. Ata dire: J'ai entendu
Abdallah b. Salih dit: al-Jurayri a dit: "La connaissance de
l'unité ne peut être articulée qu'avec la langue de l'unité."
Quelqu'un a demandé à al-Junayd l'unité. Il a répondu que
c'est: "Affirmer l'unité de l'Un, tout en réalisant vraiment Son
unicité (tahqiq wahdaniyatih) et en perfectionnant Sa
singularité {ahadiyatih) [en déclarant] qu'Il est Celui qui n'a
pas engendré et n'a pas été engendré ', "' tout en niant qu'il
puisse avoir des contreparties, des égaux ou des semblants et
en le dépouillant de toute similitude (tashbih) qualité, image
ou ressemblance, [comme indiqué dans le Coran]: 'Comme
Lui, il n'y a rien ; Il est le Tout-Audient, le Tout-Voyant. Al-
Junayd a également dit: "Ces possesseurs d'intellects qui sont
arrivés à sa plus grande réalisation,Je suis arrivé à la
stupéfaction J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn dire: J'ai
entendu Abu H-Hasan b. Miqsam 'dit: J'ai entendu Ja far b.
Muhammad dit: J'ai entendu al-Junayd, interrogé sur l'unité:
"C'est une réalité dans laquelle toutes les traces extérieures
(rusum) disparaissent et toute connaissance disparaît, tandis
que le Dieu Très-Haut reste comme Il l'a toujours été." Al-
Husri a dit: "Nos principes en ce qui concerne l'unité sont cinq:
la suppression du temporaire, l'affirmation de la singularité
[absolue] de l'Éternel, la fuite des êtres chers, le départ de la
terre natale, et l'oubli 77378 J'ai entendu Mansour ben Khalaf
al-Maghribi dire: "Une fois je me suis retrouvé dans la cour de
la mosquée du vendredi à Bagdad - c'est-à-dire, la mosquée du
[calife] al-Mansur - tandis que Al-Husri discourait de
l'unité.[Soudainement] j'ai remarqué deux anges qui montaient
vers le ciel. L'un d'eux dit à l'autre: «Ce que cet homme dit
n'est qu'une science [théologique] (HlmY) alors que
[l'affirmation vraie] est autre chose.» Il [Mansur] était
[probablement] dans l'état entre l'éveil et Paris dit: «L'unité
signifie abandonner tout moyen [terrestre] sous l'influence
d'un état spirituel [écrasant], tout en retournant à eux, comme
commandé [par la loi divine] [cela signifie aussi] la réalisation
que les bonnes actions ne peuvent pas changez sa part
assignée [dans l'au-delà], que ce soit le salut ou la perdition.
"Quelqu'un a demandé à al-Junayd au sujet de la [doctrine de]
l'unité concernant l'élite [spirituelle] {tawhid al-khass). Il a
répondu: "Cela signifie que le serviteur apparaît devant Dieu -
Loué soit-Il - comme un corps sans âme (sh abah) qui n'est mû
par rien excepté le fonctionnement de sa prédétermination
(tadbir) qui coule à travers les canaux des décrets divins
{ahkam) émanant de Son pouvoir (qudra) qui [à son tour]
émerge des profondeurs de Son unité; [par conséquent] il [le
serviteur] est anéanti - à proximité de Dieu - de son propre soi,
de l'appel de ce monde à lui, et de sa réponse [à cet appel] à
travers les réalités de l'existence divine et de l'unicité
{wahdaniyyd) et [perd] ses propres sensations et actions. C'est
parce que Dieu - que Dieu soit loué - l'a maintenant placé dans
la position qu'il veut pour lui, ce qui signifie que l'état actuel
du serviteur revient à son commencement, et qu'il devient ce
qu'il était avant lui. 'Quelqu'un a demandé à al-Bushanji l'unité.
Il a dit: "Ce n'est pas en assimilant l'Essence Divine [aux
créatures], ni en la dépouillant de ses attributs." J'ai entendu
Mansour Abdallah al-Sulami dire: J'ai entendu Mansour ben
Abdallah dire: J'ai entendu Abu H-Husayn "Al-Anbari dit: J'ai
entendu Sahl b. Abdallah dit, interrogé sur l'essence de Dieu -
qu'Il soit grand et exalté: "L'essence de Dieu est décrite par la
connaissance [religieuse], [cependant] elle ne peut être saisie
par aucune compréhension ni vue par les visions [humaines]
dans Ce monde se trouve dans les réalités de la foi sans
aucune limite, étant soumis à la main de l'homme, ou
demeurant dans une créature quelconque: il sera vu par les
vues [humaines] dans l'au-delà clairement dans sa puissance et
son pouvoir royaux.Les créatures n'ont pas le droit de
connaître sa réalité intérieure (kunh), pourtant elle se montre à
elles au moyen de ses signes (ayatuh). Les cœurs le savent,
tandis que les intellects ne peuvent le saisir. Les fidèles le
regardent avec leurs yeux, mais ils ne peuvent jamais le
comprendre ou le comprendre. "Al-Junayd a dit:" La meilleure
chose que l'on ait jamais dite sur l'unité est les paroles d'Abu
Bakr al-Siddiq - que Dieu soit satisfait de lui : "Loué soit celui
qui a accordé à ses créatures l'accès à la connaissance de Lui-
même seulement à travers leur incapacité (ajz) de Le
connaître!" 'V / 379 Le maître Abu H-Qasim [al-Qushayri] a
dit: [Abu Bakr] al-Siddiq - que Dieu soit satisfait de lui - ne
signifiait pas que Dieu ne pouvait pas être connu. Selon ceux
qui ont atteint la Vraie Réalité {muhaqqiqun), l'incapacité [de
connaître Dieu] ne peut concerner que quelque chose qui
existe;il ne peut pas s'appliquer à quelque chose qui n'a pas
d'existence. Ainsi, pour une personne paralysée s'asseoir n'est
pas possible, "" car il ne requiert de lui ni une assomption [de
cet état], ni aucune action, parce que l'état de repos réside déjà
en lui. De même, celui qui connaît Dieu {arif) est incapable de
[connaître] Dieu, car cette connaissance réside déjà en lui,
puisque, dans son cas, c'est une nécessité. Et ce peuple croit
qu'à la fin, la connaissance de Dieu - la louange soit à Lui - est
une nécessité pour tous. Au début [du chemin Sufi], la
connaissance de Dieu, même si elle est vraie, est [toujours]
acquise (kasbiyya). Cependant, al-Siddiq - que Dieu soit
satisfait de lui - l'a compté pour rien en ce qui concerne la
connaissance nécessaire. Pour lui, c'était comme la lumière
d'une lampe au lever du soleil, quand ses rayons
l'entourent.J'ai entendu Muhammad b. al-Husayn dire: J'ai
entendu Ahmad b. Sa-al-Basri à Kufa dit: J'ai entendu Ibn al-
A-rabi dire: al-Junayd a dit: "La [connaissance de] l'unité qui
est particulière aux soufis consiste en la singularisation (ifrad)
de l'éternel (qidam) du temporaire (hadath) quittant votre
patrie, abandonnant les choses qui vous plaisent, et
abandonnant ce qui est connu et ce qui est inconnu jusqu'à ce
que Dieu - la louange soit à Lui - remplace tout [pour vous]. "
Yusuf b. al-Husayn a dit: "Celui qui est tombé dans les mers
de l'unité ne fera que devenir plus assoiffé avec le passage du
temps." Al-Junayd a dit: "La connaissance de l'unité [divine]
est différente de Son existence et Son existence est distincte de
Sa connaissance." Il a également dit: "La connaissance de
l'unité [divine] a retroussé ses tapis il y a vingt ans,alors que
les gens continuent à discourir autour de ses bords. »J'ai
entendu Muhammad ben al-Husayn dire: J'ai entendu
Muhammad ben Ahmad al-Isbahani dire:« Un homme s'est
arrêté devant al-Husayn b. Mansur et dit: «Qui est ce Dieu à
propos de qui tout le monde parle? Il répondit: «Il est à
l'origine de toutes les créatures qui n'ont pas d'origine.» Je l'ai
aussi entendu dire: J'ai entendu Mansur ben Abdallah dire: J'ai
entendu al-Shibli dire: Celui qui a appris une valeur de
poussière de la connaissance de l'unité [divine] ne sera pas
capable de porter même une punaise [de poids en plus], à
cause du poids énorme de sa charge. "J'ai entendu Abu Hatim
al- Sijistani dit: J'ai entendu Abu Nasr al-Sarraj dire:
"Quelqu'un a demandé à al-Shibli:" Parlez-nous de l'unité pure
avec la langue de la vérité exceptionnelle [haqq mufarrad]? Il
s'est exclamé: "Malheur à vous!Quiconque parle d'unité en
utilisant des expressions ordinaires {Hbara) est un hérétique
(mulhid) \ quiconque fait des allusions [allégoriques] {ashara)
est un dualiste; celui qui le montre [avec un geste] est un
adorateur d'idoles; celui qui le prononce clairement (nataqd)
est imprudent (ghafil); celui qui garde le silence est ignorant;
celui qui sent qu'il est arrivé à sa réalisation est vain; celui qui
croit s'en approcher est en fait loin de lui; celui qui pense
l'avoir trouvé dans son extase le perdra. Et chaque fois que
vous pensez que vous êtes capable de discerner sa
signification par votre imagination et d'atteindre sa
signification par votre intellect de la manière la plus parfaite,
elle vous revient rejetée, temporelle et transitoire comme vous.
"Yusuf B. al-Husayn a dit : "La [déclaration de] l'unité de
l'élite spirituelle signifie que le serviteur se tient en présence
de Dieu le plus haut de son moi le plus intime, de son état
extatique de trouver {wajd) et de son cœur, tout en étant
soumis au fonctionnement de sa prédétermination et décret
émanant de son pouvoir, noyé dans les mers de l'unité [divine]
par l'annihilation de (fana an) son propre soi et la perte de
toute perception. Puis Dieu - que Dieu soit loué - le place dans
la position qu'il veut de lui, de sorte qu'il soit comme il était
avant lui, étant animé de tout sauf des commandements divins.
"Ils disent:" [La déclaration de] l'unité appartient à Dieu, et les
créatures sont superflues {tufayli). Ils disent: "L'unicité
signifie l'abandon de tous les prounouns personnels et
possessifs, vous ne pouvez pas dire:" mien "," avec moi "," de
moi ", '»Quelqu'un a demandé à Abu Bakr al-Tamastani de
l'unité: Il a répondu:« [La déclaration de] l'unité, celle qui la
déclare et celle qui est déclarée ne font qu'un. Ces trois-là,
alors. "Ruwaym [Ahmad] a dit:" [La déclaration de] l'unité est
l'effacement des traces de l'humanité et l'apparition de ceux de
la divinité "Quand Abu Ali al-Daqqaq approchait de la fin de
Je l'ai entendu dire: «L'un des signes de l'aide [divine] est que
[la conscience de l'unité divine] est préservée [en vous] au
moment du vote des décrets divins. Il a expliqué sa déclaration
en montrant sa propre condition: «Dieu vous coupe morceau
par morceau avec les ciseaux de [sa] puissance [exécutant]
ainsi ses décrets à votre égard, pendant que vous restez
reconnaissant et plein de gratitude envers Lui."Al-Shibli a
dit:" Celui qui s'imagine qu'il a atteint l'unité [divine] n'en a
même pas senti une odeur. "Abu Said al-Kharraz a dit:" La
première station de quelqu'un qui a trouvé et vraiment réalisé
la connaissance de l'unité est que toute conscience des choses
[mondaines] disparaît de son cœur et il est laissé seul avec
Dieu - qu'il soit grand et exalté. "Al-Shibli a demandé à un
certain homme:" Savez-vous pourquoi votre [déclaration de]
l'unité est Il a dit: "Non, je ne le fais pas!" Al-Shibli a dit:
"Parce que vous le cherchez par vous-même!" Ibn Ata a dit:
"Un signe d'une vraie [déclaration] d'unité est de perdre
conscience de cela, ce qui signifie qu'une personne qui
l'accomplit devient une [avec Dieu]. "Ils disent:" Il y a des
gens,qui [dans leur déclaration d'unité divine] ont la vision des
actions [divines]; ils peuvent voir toutes les occurrences
temporelles à travers le Dieu Très-Haut. D'autres ont la vision
de la Vraie Réalité; ils perdent la conscience de tout ce qui est
en dehors de Lui et assistent au mystère (sirr) d'une unité
(complète et indifférenciée) dans leur propre mystère, alors
que leur aspect extérieur continue à être témoin de la
dispersion. J'ai entendu Muhammad b. Abdallah al-Sufi dit:
J'ai entendu Ali b. Muhammad al-Qazwini dit: J'ai entendu al-
Qunfudh dire: "Quand quelqu'un a demandé à al-Junayd au
sujet de [la déclaration de] l'unité, il a dit: 'J'ai entendu
quelqu'un réciter ce qui suit: Il a chanté de mon coeur et j'ai
chanté à lui comme il m'a fait Nous étions partout où ils
étaient et ils étaient partout où nous étions. [En entendant cela]
quelqu'un s'est exclamé;Donc, le Coran et la tradition sacrée
{akhbar) ont péri?! ' Il a répondu; 'Non. Cependant, un homme
qui déclare l'unité divine se sert des mots les plus simples et
les plus clairs! '' '' Comment certains Soufis se comportaient au
moment de leur départ de ce monde {ahwaluhum inda 1 -
khuruj min al-dunya) Dieu Très Haut a dit: "[Le Godfearing]
que les anges prennent pendant qu'ils sont bons. C'est-à-dire,
pour ceux qui améliorent leurs âmes en se consacrant
pleinement à Dieu, retourner à leur Maître est facile. Abdallah
b. Yusuf al-Isbahani nous a informés; Abu H-Hasan Ali b.
Muhammad b. Uqba al-Shaybani a dit à Kufa; al-Khadir b.
Aban al-Hashimi nous a dit: Abu Hudba nous a dit sur
l'autorité d'Anas b. Malik dit que le Messager de Dieu - que
Dieu le bénisse et le salue - a dit; "Quand le serviteur de Dieu
est submergé par la douleur et l'agonie de la mort,ses membres
se saluent en disant; La paix soit sur vous! Vous vous séparez
de moi et je me sépare de vous jusqu'au Jour du Jugement.
"Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami nous a informés: Abu
H- Abbas al-Asamm nous a dit, al-Khadir ben Aban al-
Hashimi nous a dit, Sawwar nous a dit: Ja nous a dit sur
l'autorité de Thabit, sur l'autorité d'Anas, que le Prophète - que
Dieu le bénisse et le salue - est venu voir un jeune qui était en
train de mourir. »Il répondit:« Je place mon espoir dans le
Dieu Très-Haut et j'ai peur de mes péchés. »Le Messager de
Dieu - que Dieu le bénisse et le salue - a dit:« Quand ces deux
choses se rencontrent dans le cœur d'un fidèle Dieu servira
inévitablement ce qu'il espère et le rendra de ce dont il a peur.
"Sachez que les conditions de Soufis au moment de la mort
varient. Certains sont dépassés par la crainte [hayba] tandis
que d'autres éprouvent l'espoir {raja?). Pour les autres, des
choses sont révélées qui leur apportent la sérénité (sukun) et
une belle confiance [dans le résultat favorable dans la Hereafte
r]. Abu Muhammad al-Jurayri a raconté: «J'étais avec al-
Junayd au moment de sa mort, c'était un vendredi [qui
coïncidait avec] le jour du Nouvel An. Il lisait le Qur an
jusqu'à ce qu'il le finisse. lui a demandé: 'Abu H-Qasim, [vous
faites ceci] même dans cette condition? Il répondit: «Pour qui
cela serait-il plus approprié que moi-même - celui dont la page
est sur le point d'être tournée!» J'ai entendu Abu Hatim al-
Sijistani dire; J'ai entendu Abu Nasr al-Sarraj dire; Je suis
venu pour savoir que Abu Muhammad al-Harawi a dit; "J'étais
avec al-Shibli le soir de sa mort.Tout au long de la nuit, il a
récité les versets suivants; Chaque maison "" Vous n'avez pas
besoin de lampes Votre visage auquel nous aspirons sera notre
preuve Ce jour-là, tous les gens apporteront leurs preuves [à
Dieu]. "Il est rapporté qu'Abdallah ben Munazil dit:"
Hamdoun al-Qassar »Quand Bishr al-Hafi était sur le point de
mourir, quelqu'un lui demanda:« Abu Nasr, on dirait que tu
aimes la vie? »Il répondit:« Entrer dans La présence de Dieu -
qu'il soit grand et exalté - est difficile. »Chaque fois que
Sufyan al-Thawri s'apprêtait à partir en voyage, ses
compagnons lui demandaient:« Avez-vous laissé des
instructions sur ce que nous devions faire? "Il disait:" Si tu
trouves la mort, achète-la pour moi! "Cependant, quand son
temps approcha,il s'est excalmé; "J'en avais l'habitude, mais
voilà, c'est dur!" Quand la mort est arrivée à al-Hasan b. Ali b.
Abi Talib, il a pleuré. Quelqu'un lui a demandé pourquoi il
pleurait. Il a répondu; «J'entre en présence d'un maître {sayyid)
que je n'ai jamais vu auparavant! Quand la mort me rendit à
Bilal, s'écria sa femme, quelle affliction douloureuse! ... Il
objecta en disant: Au contraire, quelle heureuse occasion!
Demain, je rencontrerai mon bien-aimé - Muhammad et son
hôte (A / .2)! "Sur son lit de mort, Abdallah B. Moubarak
ouvrit les yeux et rit, en disant:" C'est vraiment un triomphe
puissant, et pour cela que les ouvriers travaillent! "" On
raconte que [pendant sa vie] Makhul al-Shami était souvent
submergé de tristesse. Cependant, quand les gens sont venus
lui rendre visite sur son lit de mort, ils l'ont trouvé en train de
rire.Quand ils l'ont interrogé à ce sujet, il a répondu;
«Pourquoi ne rirais-je pas, alors que je suis sur le point de
m'écarter de ce que j'ai toujours été en garde et que je
m'approche bientôt de ce que j'ai toujours attendu et espéré?
Ruwaym lié; "J'étais présent à la mort d'Abu Said al-Kharraz,
qui récitait ce qui suit de son dernier souffle: Les cœurs des
[gnostiques] [divins] désirent ardemment se souvenir [de Dieu]
Et pendant les moments de leurs conversations intimes [avec
Dieu ] (munajat) ils pensent toujours au mystère On leur a
donné des coupes de vin qui assurent la mort Pour qu'ils
deviennent inconscients de ce monde comme un ivrogne Leurs
aspirations (humum) errent autour d'un campement Où les
aimés de Dieu brillent comme des étoiles resplendissantes
leurs corps mortels sur la terre ont déjà été détruits par leur
amour de Lui,Leurs esprits, drapés de voiles, s'élèveront au
ciel. Ils ne se reposeront pas tant qu'ils ne se trouveront pas
près de leur Bien-Aimé et ne tressailliront pas, lorsqu'ils
rencontreront une calamité ou un mal. "Quelqu'un a dit à al-
Junayd qu'Abu Sa d al-Kharraz tombait souvent en extase à la
veille de sa mort, il a commenté: «Ce n'était pas surprenant,
car son esprit avait envie de partir!» Quand un soufi était sur
le point de mourir, il a dit à son serviteur: «Manille-moi et
frotte mes joues. avec de la poussière! "Il s'est alors exclamé,"
l'heure de départ est venue; Je ne suis pas libre du péché et il
n'y a aucune excuse que je pourrais produire pour me
disculper, et je n'ai aucun pouvoir avec lequel je pourrais me
servir. Il n'y a que toi pour m'aider, toi seul pour m'aider! "Il
poussa alors un grand cri et mourut. [Soudain,] ceux qui
étaient là entendirent une voix qui disait:"Le serviteur s'est
rendu à son Maître, et le Maître l'a accepté! "Quelqu'un
demanda à Dhu H-Nun sur son lit de mort:" Que désires-tu?
"Il répondit:" Pour le connaître un instant avant de mourir! "
Quelqu'un a dit à un Soufi dans son agonie de mort: «Dis
'Dieu!'» Il a hurlé, «combien de temps me direz-vous; "Dis"
Dieu! ", Alors que j'ai été brûlé par Lui!" Quelqu'un a raconté:
"J'étais avec Mimshadh al-Dinawari, quand un homme pauvre
est venu et a dit: 'La paix soit sur vous!' Les personnes
présentes ont retourné ses salutations. Il a ensuite dit; «Y a-t-il
autour d'ici un endroit propre dans lequel on pourrait mourir?
Ils lui ont montré un tel endroit, près duquel il y avait une
source d'eau. L'homme a accompli son ablution rituelle et une
prière [à la source], puis s'est rendu à l'endroit qu'ils lui avaient
montré.Il a ensuite étiré ses pieds et est mort. "J'ai entendu
Shaykh Abu Abd al-Rahman al-Sulami dire:" Un jour Abu H-
Abbas al-Dinawari prononçait un sermon dans son
rassemblement. Soudain, une femme a hurlé hors de l'extase.
Il lui a dit; 'Mourir!' Elle s'est levée et est partie. Quand elle a
atteint la porte, elle s'est tournée vers lui et a dit: «Je viens de
mourir», et elle est tombée par terre, morte. »Un soufi a
raconté:« J'étais avec Mimshadh al-Dinawari au moment de sa
mort . Il a été demandé; Comment trouvez-vous votre maladie?
Il a répondu; Tu ferais mieux de demander à ma maladie
comment elle me trouve! Il a été dit; 'Dire; "Il n'y a pas de
divinité, mais Dieu!" Il tourna son visage vers le mur et dit:
«Vous avez anéanti mon moi entier (kulli) dans Votre
intégralité [kullika]. C'est la récompense de celui qui vous
aime! "Quelqu'un a demandé à Abu Muhammad al-Dabili,
quand il allait mourir; Dis: Il n'y a de dieu que Dieu! "Nous le
savons déjà et avons été anéanti [en Dieu] à travers cela." Il
récitait alors: Il s'est vêtu de la robe de la désolation quand je
l'ai désiré et détourné de moi, parce qu'il ne voulait pas que je
sois son serviteur. Sur son lit de mort, al-Shibli a été informé;
"Dis: 'Il n'y a pas de divinité, mais Dieu!'" [Au lieu de cela], il
récita ce qui suit: Le roi de son amour a dit; «Je n'accepte
aucun pot-de-vin! Demandez-lui - que je sois sa rançon -
pourquoi il insiste pour me tuer! J'ai entendu Muhammad b.
Ahmad al-Sufi dit; J'ai entendu Abdallah b. Ali al-Tamimi dit;
J'ai entendu Ahmad b. Ata dire; J'ai entendu un certain Sufi
dire; "Quand Yahya al-Istakhri était sur son lit de mort, l'un
d'entre nous lui a dit:" Dis: "Je témoigne qu'il n'y a pas de
divinité, mais Dieu. "Yahya se redressa, puis prit l'un des
assistants par la main et dit:" Je témoigne qu'il n'y a pas de
divinité, mais Dieu. " Il a ensuite pris un autre par la main [et a
dit la même chose], jusqu'à ce qu'il rende témoignage à tous
ceux qui étaient là, après quoi il est mort. " Fatima, la soeur
d'Abu Ali al-Rudhbari, raconte; «Quand l'heure de la mort de
mon frère Abu Ah al-Rudhbari s'est approchée, sa tête reposait
sur mes genoux, il a ouvert les yeux et a dit:« Les portes du
paradis sont ouvertes, les jardins du paradis sont en fleurs et
[ la voix céleste] me dit: «Abu Ali, nous t'avons accordé le
plus haut rang, même si tu ne l'as peut-être pas souhaité.» Il
récita ensuite ce qui suit: Par ta vérité!J'ai [essayé de regarder]
quelqu'un d'autre que Toi avec un œil d'amour passionné,
jusqu'à ce que je t'ai enfin vu. Avec mon regard affaibli, je
vois comment Tu me tourmentes Et comment Ta joue se
montre de Ta [douce] moisson. J'ai entendu un soufi dire;
Quand Ahmad ben Nasr - que Dieu ait pitié de lui - était sur
son lit de mort, quelqu'un lui dit: «Dis:« Je témoigne qu'il n'y a
pas de divinité, mais Dieu. »Il regarda l'homme et dit: Être
respectueux!' (bihurmati ma-kun en persan). " Un Sufi a
raconté: «J'ai vu un Sufi, un étranger, qui allait abandonner
son esprit, son visage était couvert de mouches, je me suis
assis à côté de lui et j'ai brossé les mouches de son
visage.Jusqu'à ce que je t'ai enfin vu Avec ma vue affaiblie, je
vois comment Tu me tourmentes Et comment Ta joue se
montre de Ta [douce] moisson. J'ai entendu un soufi dire;
Quand Ahmad ben Nasr - que Dieu ait pitié de lui - était sur
son lit de mort, quelqu'un lui dit: «Dis:« Je témoigne qu'il n'y a
pas de divinité, mais Dieu. »Il regarda l'homme et dit: Être
respectueux!' (bihurmati ma-kun en persan). " Un Sufi a
raconté: «J'ai vu un Sufi, un étranger, qui allait abandonner
son esprit, son visage était couvert de mouches, je me suis
assis à côté de lui et j'ai brossé les mouches de son
visage.Jusqu'à ce que je t'ai enfin vu Avec ma vue affaiblie, je
vois comment Tu me tourmentes Et comment Ta joue se
montre de Ta [douce] moisson. J'ai entendu un soufi dire;
Quand Ahmad ben Nasr - que Dieu ait pitié de lui - était sur
son lit de mort, quelqu'un lui dit: «Dis:« Je témoigne qu'il n'y a
pas de divinité, mais Dieu. »Il regarda l'homme et dit: Être
respectueux!' (bihurmati ma-kun en persan). " Un Sufi a
raconté: «J'ai vu un Sufi, un étranger, qui allait abandonner
son esprit, son visage était couvert de mouches, je me suis
assis à côté de lui et j'ai brossé les mouches de son visage.Il
regarda l'homme et dit: 'Être respectueux!' (bihurmati ma-kun
en persan). "Un Soufi a raconté:" J'ai vu un Soufi, un étranger,
qui allait abandonner son esprit. Son visage était couvert de
mouches. Je me suis assis à côté de lui et brossé les mouches
de son visage. Il ouvrit les yeux et dit:Il regarda l'homme et dit:
'Être respectueux!' (bihurmati ma-kun en persan). "Un Soufi a
raconté:" J'ai vu un Soufi, un étranger, qui allait abandonner
son esprit. Son visage était couvert de mouches. Je me suis
assis à côté de lui et brossé les mouches de son visage. Il
ouvrit les yeux et dit: 'Qui est-ce?Pendant tant d'années,
j'attendais un moment qui m'appartiendra et à personne d'autre.
Il est enfin venu, et voilà que vous venez et vous vous y
introduisez! Va-t'en, que Dieu te protège! "Abu Abran al-
Istakhri a dit:" J'ai vu Abu Turab [al-Nakhshabi] dans le désert
se tenir debout, mort. Abu Hatim al-Sijistani a dit: J'ai entendu
Abu Nasr al-Sarraj dire: "La cause de la mort d'Abu H-Husayn
al-Nuri est qu'il a entendu le verset suivant; Dans mon amour
pour toi, j'ai continué à fréquenter une place qui brise les
cœurs qui s'y installent. "Al-Nuri est tombé en extase et a erré
dans un champ où il est tombé sur un lit de roseaux
fraîchement coupés, leurs tiges étaient tranchantes comme des
épées et il les a traversées [en extase] en répétant la ligne de
poésie jusqu'au lendemain. ,le sang jaillit des plaies sur ses
pieds. [Enfin, il] est tombé sur le sol comme un ivrogne. Ses
pieds ont enflé et il est mort. On dit que sur son lit on lui a
demandé de dire; Il n'y a pas de divinité, mais Dieu. Il a
répondu; 'Ne suis-je pas en train de retourner vers Lui?' 'Il est
rapporté qu'Ibrahim al-Khawwas est tombé avec de la diarrhée
dans la mosquée de Rayy.' 'Une fois, après s'être soulagé, il est
entré dans l'eau' 'pour faire une ablution. C'est alors que son
âme est partie. J'ai entendu Mansur al-Maghribi raconter que
Yusuf b. Al-Husayn est finalement venu lui rendre visite dans
sa maladie après plusieurs jours d'absence et de négligence.
Quand il a vu al-Khawwas, il lui a demandé s'il aimerait
quelque chose. Al-Khawwas a dit; "Oui, j'aimerais un morceau
de foie frit." Le maître Abu H-Qasim [al-Qushayri] a
commenté: "Peut-être y a-t-il un indice dans cette phrase,
impliquant; «Je voudrais un cœur compatissant envers les
pauvres et un foie frit et brûlé pour nourrir un étranger. Il [al-
Khawwas] a ainsi montré son mécontentement envers Yusuf b.
al-Husayn pour avoir négligé de rendre visite à lui. "On
raconte que la cause de la mort d'Ibn Ata [al-Adami] fut qu'il
fut une fois amené devant le vizir [Hamid], qui lui parla
durement. "Taisez-vous, mec!" Le vizir a ordonné aux gardes
de le frapper sur sa tête avec ses chaussures, et il est mort à
cause de cela.J'ai entendu Muhammad B. Ahmad ben
Muhammad al-Sufi dire: J'ai entendu Abdallah ben Ali al -
Tamimi dit: J'ai entendu Abu Bakr al-Duqqi dire: "Nous étions
avec Abu Bakr al-Zaqqaq un matin. [Soudain,] il a dit: 'Mon
Dieu, pour combien de temps me garderas / 7386 ici?'Avant la
première prière du matin, il était mort. "On raconte qu'Abu Ali
al-Rudhbari a dit:" Un jour, j'ai rencontré un jeune dans le
désert. Quand il m'a vu, il s'est écrié: «Ne lui suffit-il pas qu'il
m'a enflammé de son amour pour me rendre malade? Je l'ai
alors vu abandonner son esprit. Je lui ai dit: "Dis:" Il n'y a pas
de divinité, mais Dieu ", à laquelle il a répondu, disant: O Un
de qui, bien qu'Il me tourmente, je n'ai pas d'échappatoire O
Un, Qui s'est installé dans mon coeur pour toujours
»Quelqu'un a dit à al-Junayd:« Dis: 'Il n'y a pas de divinité,
mais Dieu.' »Il a répondu, disant:« Je ne l'ai pas oublié, alors
que je devrais me rappeler de me souvenir de lui! suivant: Il
est présent dans mon coeur, il y réside, je ne L'ai pas
oublié,pour que je sois rappelé de Lui Il est mon maître et mon
soutien Et ma part de Lui est grande en effet! J'ai entendu
Muhammad b. Ahmad al-Sufi dit: J'ai entendu Abdallah b. Ali
al-Tamimi dit: J'ai demandé à un serviteur d'al-Shibli, Ja far b.
Nusayr Bakran al-Dinawari, à propos des choses qu'il a vues
de lui. Il a raconté ce qui suit sur son autorité: "[Une fois] dû
un dirham qui a été incorrectement obtenu. [Pour expier mon
péché] j'avais donné des milliers de dirhams au nom de son
propriétaire, de sorte que je pouvais mettre mon esprit à l'aise
sur ce compte." [Sur son lit de mort] al-Shibli m'a dit:
"Donnez-moi l'ablution pour la prière." Je lui ai donné
l'ablution. Cependant, j'ai oublié de passer l'eau à travers sa
barbe. À ce moment-là, il avait perdu sa capacité de parler,
alors il m'a attrapé par la main et s'est frotté à travers sa barbe.
Après cela, il a expiré. "Après que Ja loin eut raconté cela [à
propos d'al-Shibli], il éclata en sanglots en disant: «Que
pouvez-vous dire d'un homme qui n'a pas négligé une seule loi
de la Loi divine même sur son lit de mort?! J'ai entendu
Abdallah b. Yusuf al-Isbahani a dit: J'ai entendu Abu H-Hasan
Abdallah al-Tarsusi: J'ai entendu Allush "al-Dinawari dire: J'ai
entendu al-Muzayyin l'Ancien dire:" Une fois, quand j'étais à
La Mecque, j'étais agité par l'agitation. Donc, j'ai quitté La
Mecque pour Médine. Quand j'ai atteint le puits de Maymuna,
je suis tombé sur un jeune qui était prostré sur le sol. Quand je
l'ai approché, j'ai vu qu'il était sur le point d'expirer. Je lui ai
dit; Dis: "Il n'y a de divinité que Dieu!" Il ouvrit les yeux et
récita ce qui suit: Si je meurs, mon cœur est rempli de passion,
Car les hommes nobles périssent par la maladie de la passion.
Il a ensuite émis un cri et a expiré. Je l'ai lavé,enveloppé dans
un linceul, et a prié sur lui. Après l'avoir enterré, mon désir de
voyager s'est soudainement calmé et je suis retourné à La
Mecque. "Quelqu'un a demandé à un soufi:" Aimez-vous la
mort? "Il a répondu:" Il vaut mieux aller à quelqu'un dont vous
espérez rester avec quelqu'un dont on ne peut pas protéger le
mal. »Il est rapporté qu'al-Junayd a dit:« J'étais avec mon
maître Ibn al-Karnabi, quand il abandonnait son âme. J'ai levé
les yeux au ciel [en prière pour lui]. Cependant, il m'a dit: "Pas
encore". Puis j'ai baissé mon regard, auquel il a répondu en
disant: "Pas encore". C'est-à-dire qu'il était encore trop près de
toi pour que tu regardes le ciel ou la terre. Il [Ibn al-Karnabi]
n'était pas encore arrivé à sa place. "J'ai entendu Abu Hatim
al-Sijistani dire: J'ai entendu Abu Nasr [al-Sarraj] al-Tusi
dire:J'ai entendu un de nos compagnons dire: "Abu Yazid a dit
à sa mort:" Je ne me souviens de Toi qu'après t'avoir négligé,
et Tu ne prends mon âme qu'après m'être relâché [dans mon
adoration de Toi] ". J'ai entendu Abu Hatim al-Sijistani dire:
J'ai entendu Abu Nasr al-Sarraj dire: J'ai entendu al-Wajihi
dire: J'ai entendu Abu Ali al-Rudhbari dire: "Un jour, je suis
arrivé en Egypte pour trouver une grande foule de gens. Ils
m'ont dit: «Nous venons d'accompagner le cercueil funéraire
d'un jeune homme qui est mort après avoir entendu les vers
suivants: Grand est le désir du serviteur qui le pousse à vous
chercher un aperçu. [Après avoir entendu cela], il a émis un cri
et a expiré. " Il est rapporté qu'un groupe de personnes est
venu rendre visite à Mimshadh al-Dinawari sur son lit de mort.
Ils lui ont demandé: "Comment Dieu vous a-t-il traité?" Il a
répondu: "Depuis trente ans on m'a montré le paradis et les
choses qui s'y trouvent, mais je ne lui ai même pas donné un
seul coup d'œil! »A sa mort, ils lui ont demandé:« Comment
ton cœur se sent-il? »Il a répondu:« Ça fait trente ans J'ai
entendu Muhammad ben Ahmad ben Muhammad al-Sufi dire:
J'ai entendu Abdallah ben Ali al-Tamimi dire: J'ai entendu al-
Wajihi dire: "Ibn Bunan est mort parce qu'un certain état
spirituel est entré dans sa vie. coeur, à la suite de laquelle il a
commencé à errer sans but. Quand des gens l'ont trouvé au
milieu du désert des Israélites allongé sur le sable, il a ouvert
les yeux et a dit: "Pause ici! C'est là le pâturage de l'aimé [de
Dieu] {ahbaV) Après que son esprit soit parti. "Abu Ya qub
al-Nahrajuri a dit:" Quand j'étais à La Mecque, un soufi est
venu me porter un dinar et a dit:Si je meurs demain, utilisez la
moitié de ce \ dinar \ pour creuser une tombe [pour moi] et une
autre moitié pour effectuer des rites funéraires sur moi. Je me
suis dit: «Cet homme est devenu fou; probablement la pénurie
du Hijaz l'a affligé. Quand le jour suivant arriva, il commença
à faire le tour du Ka ba. Il fit quelques pas, puis s'étira sur le
sol. Je me suis dit]; «Voilà: il essaie de simuler la mort!
Cependant, quand je suis venu vers lui et j'ai essayé de le
déplacer, j'ai découvert qu'il était bel et bien mort. Quand l'état
d'Abu Uthman al-Hiri s'est détérioré, son fils Abu Bakr a
déchiré sa chemise, Abu Uthman a ouvert les yeux et lui a dit:
"Mon fils, en violant les coutumes du [Prophète] dans
l'hypocrisie dans votre moi intérieur. "Il est rapporté qu'Ibn
Ata est venu à al-Junayd au moment de sa mort. Il le salua,
mais al-Junayd tarda à donner sa réponse. Finalement, il a
rendu la salutation, ajoutant: «Excusez-moi, je récitais mes
prières Après cela, il a expiré» Abu Ali al-Rudhbari a raconté:
«Un Soufi qui est venu à nous est mort. Quand je l'ai mis dans
la tombe, / 7388 J'ai ouvert son visage avant de le couvrir de
terre afin que Dieu - qu'Il soit grand et exalté - puisse étendre
Sa miséricorde sur lui en tant qu'étranger. Soudain, il ouvrit
les yeux et dit: «Abu Ali, est-ce que tu me chouchoutes devant
Lui, Qui m'a déjà choyé? Je lui ai demandé: «Monsieur,
comment pouvez-vous vivre après la mort? Il a dit: "Non, je
suis vivant, car quiconque aime Dieu - qu'il soit grand et
exalté - est vivant, afin que je puisse vous aider, O Rudhbari,
demain" avec mon statut (jahi) [aux yeux de Dieu ] ".""Il est
rapporté que Ibn Sahl al-Isbahani a dit:" Pensez-vous vraiment
que je vais mourir comme toute personne ordinaire - tomber
malade et recevoir des visites [d'amis], [Non,] Je serai
simplement appelé et on dira : 'Ali!', Et je vais répondre [à
l'appel], "Un jour, comme il était en train de marcher, il a dit:"
Me voici, Dieu! " et expiré, j'ai entendu Muhammad b.
Abdallah al-Sufi dit: J'ai entendu Abu Abdallah b, Khafif dire:
J'ai entendu Abu H-Hassan al-Muzayyin dire: "Quand Abu Ya
qub al-Nahrajuri est venu à sa fin, je lui ai dit, comme il vivait
l'agonie Dis: "Il n'y a pas de divinité, mais Dieu." Il me sourit
et répondit: "Parlez-vous à moi?" Par la majesté de Celui qui
ne goûtera jamais la mort, il ne reste rien entre lui et moi sauf
le voile de majesté. Dès qu'il a dit ça,»Al-Muzayyin, qui a
raconté cette histoire, a alors dit, en saisissant sa barbe:« Un
tueur »comme moi a eu la joue pour demander aux amis de
Dieu [comme lui] de prononcer la profession de foi { shahada)}
Quelle honte! "Il pleurait toujours quand il racontait cette
histoire. Abu H-Husayn al-Maliki a déclaré: «J'ai gardé la
compagnie de Khayr al-Nassaj pendant de nombreuses années
et huit jours avant sa mort, il m'a dit: 'Je mourrai jeudi autour
de la prière du coucher du soleil. avant la prière [du vendredi],
vous pouvez l'oublier, [s'il vous plaît] ne l'oubliez pas! Abu H-