Vous êtes sur la page 1sur 104

ENIT 2014 Dédicaces

DEDICACE

Je dédie ce modeste travail :

A mon très cher père : TAYAĀ

A mon adorable mère : HABIBA

Par leur affection et sacrifice, on fait de moi ce qui je suis aujourd’hui

Au-delà du bien être moral et matériel dont vous m’avez entouré

Vous êtes pour moi un exemple de bonté et de droiture.

A mes frères : BASSEM, OSSAMA et JAMEL

A qui je dois beaucoup d’amour et de gaieté

A tous ceux qui m’aident à réaliser ce travail

LABIDI SLIM

i
ENIT 2014 Dédicaces

DEDICACE

A la lumière de mon cœur,


Qui m’a toujours tenu la main avec tellement d’affection et de compréhension.
Mon cher père : Ali

A la fleur de ma vie,
Source d’amour et de tendresse, qui n’a cessé de sacrifier pour mon bonheur.
Ma chère mère : Aicha

A mes parents qui m’ont éveillé le cœur et l’esprit et qui méritent encore plus,
Je dédie mon travail, pour leur soutien durant toutes ces années d’études,

A mes chers frères WALID & HOCINE & MOURAD qui n’ont cessés de m’aider et
m’encourager pour achever les études d’ingénierie.

A mon unique et adorable sœur .

A ma grande famille.

A mes amis,
En souvenir des meilleurs moments passés ensemble et en remerciement de leurs
soutiens.

GHNIA NACEUR

ii
ENIT 2014 Remerciements

Remerciements
Au terme de ce projet, nous tenons à exprimer nos sincères
remerciements à notre professeur encadreur, Monsieur RAMZI
ZAKHAMA pour sa patience, son assistance, sa disponibilité et ses
conseils fructueux qui nous ont permis de mettre ce travail en terme.
Nous voudrons aussi exprimer toutes nos reconnaissances pour
Monsieur OTHMAN TOUIL pour nous avoir proposé ce sujet et accueilli
dans son bureau d’étude « INDESIGN ENGINEERING » et les
conseils qu’il nous a apporté.
Nous exprimons enfin notre profond respect et nos remerciements à
Mr le président du jury et à tous les membres de jury qui ont bien voulu
juger notre travail.
Nous tenons enfin à prononcer notre gratitude à tout le corps
enseignant de L’ENIT pour la formation qu’ils nous ont faite tout au
long de ces années d’étude.

iii
ENIT 2014 Sommaire

SOMMAIRE

INTRODUCTION ..................................................................................................................1

CHAPITRE 1 : GENERALITES ............................................................................................3

1.1 Présentation du projet..................................................................................................3

1.2 Règlements utilisés ....................................................................................................3

1.3 Matériaux....................................................................................................................4

CHAPITRE 2 : CONCEPTION DU BATIMENT ..................................................................6

2.1 Description architecturale ...........................................................................................6

2.2 Conception structurale du projet ..................................................................................6

CHAPITRE 3 : EVALUATION DES ACTIONS ................................................................. 14

3.1 Introduction .............................................................................................................. 14

3.2 Actions permanents ................................................................................................... 14

3.3 Actions variables....................................................................................................... 17

CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA VARIANTE METALLIQUE .............................................19

4.1 Dimensionnement des éléments principales............................................................... 19

4.2 Dimensionnement des éléments secondaires ............................................................. 27

CHAPITRE 5 : ETUDE DES ASSEMBLAGES ................................................................... 32

5.1 Assemblage poteau HEA320-traverse IPE400 ........................................................... 32

5.2 Assemblage en pied du poteau encastré ..................................................................... 40

CHAPITRE 6 : ETUDE DE LA VARIANTE EN BETON AMRE ....................................... 46

6.1 Conception de la structure ......................................................................................... 46

6.2 Dimensionnement des éléments de la structure .......................................................... 46

6.3 Ferraillage des éléments de la structure .................................................................... 49

iv
ENIT 2014 Sommaire

CHAPITRE 7 : ETUDE GEOTECHNIQUE ET FONDATIONS ......................................... 51

7.1 Etude géotechnique ................................................................................................... 51

7.2 Etude des fondations ................................................................................................. 52

CHAPITRE 8 : ETUDE SISMIQUE .................................................................................... 57

8.1 Hypothèses générales ................................................................................................ 57

8.2 Coefficient d’amortissement ..................................................................................... 57

8.3 Coefficient de comportement .................................................................................... 58

8.4 Spectre de dimensionnement ..................................................................................... 59

8.5 Combinaisons du mouvement sismique ..................................................................... 59

8.6 Analyse modale spectrale .......................................................................................... 62

8.7 Etude des déplacements ............................................................................................ 67

8.8 Vérification du joint de dilatation .............................................................................. 70

8.9 Etude de contreventement ......................................................................................... 70

CHAPITRE 9 : ETUDE THERMIQUE ................................................................................ 73

9.1 Généralités sur les échanges thermiques .................................................................... 73

9.2 Transfert dans le bâtiment ......................................................................................... 78

9.3 Isolation thermique ................................................................................................... 81

9.4 Dilatation thermique ................................................................................................. 88

CHAPITRE 10 : ETUDE COMPARATIVE ......................................................................... 90

10.1 Etude quantitative ................................................................................................... 90

10.2 Devis estimatif ........................................................................................................ 92

CONCLUSION .................................................................................................................... 94

BIBLIOGRAPHIES .............................................................................................................96

v
ENIT 2014 Liste des figures

LISTE DES FIGURES

Figure 2.1- Principe de fonctionnement d’une dalle mixte acier/béton [7] ...............................8

Figure 2.2- répartition des éléments du plancher .....................................................................9

Figure 2.3- Rigidification du plancher collaborant par des barres fictives ................................9

Figure 2.4- Modélisation en 3d de l’ossature extérieure ........................................................ 10

Figure 2.5- Contreventement longitudinal par triangulation (en V) ....................................... 12

Figure 2.6- Contreventement transversal par des nœuds rigides ............................................ 12

Figure 3.1- Plancher terrasse inaccessible [7] ........................................................................ 15

Figure 3.2- Plancher étage courant [7] .................................................................................. 16

Figure 4.1- Diagramme des moments de solive IPE270 ........................................................ 20

Figure 4.2- Diagramme des moments de traverse IPE400 ..................................................... 22

Figure 4.3- Renfort de jarret entre traverse-poteau [3]........................................................... 28

Figure 4.4- Contreventement par triangulation ......................................................................29

Figure 5.1- Position de l’axe neutre de la section .................................................................. 34

Figure 5.2- Répartition des efforts de traction des boulons .................................................... 35

Figure 5.3- Schéma d’assemblage (2d) poteau HEA320-traverse IPE400.............................. 39

Figure 5.4- Schéma d’assemblage (3d) poteau HEA320-traverseIPE400............................... 39

Figure 5.5- Contraintes au pied du poteau HEA320 [6] ........................................................ 41

Figure 5.6- Répartition des boulons sur la platine ................................................................. 42

Figure 5.7- Lignes tangentes au contour du poteau HEA320 ................................................. 43

Figure 5.8- Décomposition de diagramme des moments ....................................................... 44

Figure 5.9- Assemblage en pied du poteau HEA320 ............................................................. 45

Figure 6.1- Vue 3D de la structure ........................................................................................ 46

Figure 6.2- Détail de ferraillage d’une dalle pleine................................................................ 47

Figure 7.1 Schéma du ferraillage de la semelle .................................................................... 56

Figure 8.1- Spectre de dimensionnement normalisé .............................................................. 60


vi
ENIT 2014 Liste des figures

Figure 8.2- Représentation du mode fondamental pour les deux variantes ............................. 66

Figure 8.3- Comparaison des déplacements maximaux ......................................................... 66

Figure 8.4- Systèmes de contreventement utilisés ................................................................. 70

Figure 8.5- Efforts et principe de ferraillage ......................................................................... 72

Figure 9.1- les trois modes principales des échanges de chaleur [8] ......................................78

Figure 9.2- Isolation par plâtre .............................................................................................. 86

Figure 9.3- Isolation par polystyrène..................................................................................... 86

Figure 10.1- Comparaison des coûts des deux variantes ........................................................ 93

vii
ENIT 2014 Liste des tableaux

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 4.1- Descente des charges d’une solive intermédiaire .............................................. 19

Tableau 4.2- Sollicitations de traverse intermédiaire IPE400 ................................................ 21

Tableau 4.3- Paramètres de flambement de traverse IPE400 ................................................. 23

Tableau 4.4- Sollicitations du poteau de rive HEA320 .......................................................... 25

Tableau 4.5- Paramètres de flambement du poteau HEA320 ................................................. 26

Tableau 4.6- Caractéristiques géométriques de la section TCAR 50x50x3 ............................ 30

Tableau 5.1- Distances par rapport le centre de résistance de la zone comprimée .................. 35

Tableau 6.1- Dimensions des poteaux ................................................................................... 48

Tableau 6.2- ferraillage des poteaux ..................................................................................... 49

Tableau 6.3- Ferraillage des poutres et longrines .................................................................. 50

Tableau 7.1- Caractéristiques des semelles ...........................................................................56

Tableau 8.1- Nombre de modes nécessaires pour exciter 90 de la masse totale ................. 63

Tableau 8.2- Résultats de l’analyse modale sur la structure métallique (appuis fixes) ............ 64

Tableau 8.3- Résultats de l’analyse modale sur la structure métallique (appuis élastiques) .... 65

Tableau 8.4- Comparaison des déplacements maximaux en charpente métallique ................. 67

Tableau 8.5- Comparaison des déplacements maximaux en béton armé ................................ 67

Tableau 8.6- Déplacements différentiels en charpente métallique ......................................... 69

Tableau 8.7- Déplacements différentiels en béton armé ........................................................ 69

Tableau 9.1- Coefficients de convection des parois ............................................................... 76

Tableau 10.1- Etude quantitative de la structure en béton armé .............................................90

Tableau 10.2- Etude quantitative de la structure métallique................................................... 91

Tableau 10.3- Devis estimatif de structure en béton armé ..................................................... 92

Tableau 10.4- Devis estimatif de structure métallique ........................................................... 92

viii
ENIT 2014 Introduction

INTRODUCTION

La construction a été toujours l'un des premiers soucis de l’homme, et l'une de ses

occupations privilégiées. De nos jours également, la construction connaît un grand essor dans la

plus part des pays, et très nombreux sont les professionnels qui se livrent à l'activité de bâtir dans le

domaine du bâtiment ou des travaux publics.

Cependant, si le métier de construire peut être considérer comme le plus ancien exercé

par l'homme, il faut reconnaître qu'il leur a fallu au cours des dernières décades, s'adapter pour tenir

compte de l'évolution des goûts et des mœurs, mais surtout aux nouvelles techniques de

constructions qui permettent une fiabilité maximum de la structure vis-à-vis des aléas naturels tel

que les séismes.

Aujourd’hui, l’acier et le béton demeurent les uns des matériaux les plus résistants et

durables. Le béton est caractérisé par sa résistance à la compression importante, il peut réduire le

danger de voilement et assurer une protection contre la corrosion et le feu. Ainsi que l’acier est

caractérisé par sa résistance en traction et sa légèreté. Il apporte une bonne ductilité.

Notre projet a pour but la conception et le dimensionnement d’un bâtiment administratif

en côte d’ivoire (Abidjon), et faire une étude comparative entre une structure en charpente

métallique et une structure en béton armé.

Le présent rapport se compose de quatre parties majeures. Dans un premier temps, nous

présenterons l’architecture et la conception du projet. Ensuite, nous allons évaluer les contraintes

sollicitant la structure avant d’entrer plus en détail dans le dimensionnement des éléments des deux

variantes. Puis, nous allons faire une analyse dynamique pour connaitre les effets maximaux d’un

séisme sur la structure et vérifier le dimensionnement statique. Après, nous allons faire une

protection de la structure contre les effets de température et choisir le type d’isolant adéquat. Et

1
ENIT 2014 Introduction

nous terminerons par une comparaison entre les deux variantes et choisir la solution la plus

économique à fin d’estimer le coût du projet.

2
ENIT 2014 Chapitre 1 : Généralités

CHAPITRE 1

GENERALITES

1.1 Présentation du projet

Notre projet de fin d’études consiste à étudier un bâtiment R+3, à usage administratif en côte

d’ivoire (Abidjon). L’objectif de ce travail sera l’étude comparative entre une variante en charpente

métallique et une variante en béton armé.

Caractéristiques de la structure :

La structure est caractérisée par les données géométriques suivantes :

 Largeur totale : l = 12 m

 Longueur totale : L= 100 m

 Hauteur totale : H=13.2 m.

Données du site :

Le bâtiment sera implanté sur un sol constitué de sable fin propre avec une contrainte admissible

2.3 bar (voir annexe F). Le site est classé dans la zone II.

1.2 Règlements utilisés

Les règlements utilisés dans notre projet sont :

 Règles BAEL 91, modifiées 99 [1] ;

 Eurocode 3 (partie 1-1) : Calcul des constructions en acier [2] ;

 Eurocode 3 (partie 1-8) : Calcul des assemblages [3] ;

 RNV 65 : Règles définissant les effets de la neige et du vent [4] ;

3
ENIT 2014 Chapitre 1 : Généralités

 PS92 : Règles de construction parasismique applicables aux bâtiments [5].

1.3 Matériaux

Pour notre projet, nous allons choisir les matériaux de construction suivants :

1.3.1 Aciers de construction pour les éléments de structure

Pour la réalisation de notre structure, nous proposons d’utiliser des aciers de construction laminés à

chaud.

La nuance d’acier utilisée est S235, elle est utilisée pour toute la structure du bâtiment.

Les caractéristiques des aciers sont :

 Poids volumique :

 Module d’élasticité longitudinale:

 Module d’élasticité transversale :

 Coefficient de poisson :

 Contrainte limite élastique de cisaillement :

 Coefficient de dilatation thermique :

 Température de fusion :

1.3.2 Elaboration d’assemblage

Le boulonnage

Le boulonnage consiste le moyen d’assemblage le plus utilisé en construction métallique à cause de

sa facilité de mise en œuvre. Pour notre cas, nous allons utiliser des boulons de haute résistance

(HR) de classe 10.9.

4
ENIT 2014 Chapitre 1 : Généralités

Le soudage

Les assemblages par soudure sont plus rigides, cela a pour effet un encastrement partiel des

éléments constructifs. Les soudages à la flamme oxyacéthylénique et le soudage à l’arc électrique

sont des moyens de chauffage qui permettent d’élever la température de fusion des pièces

métalliques à assembler.

1.3.3 Béton armé

Le béton

C’est un matériau constitué par le mélange de ciment, des granulats et de l’eau. Nous proposons

d’utiliser un béton CPA dosé à . Il est caractérisé par :

 La résistance caractéristique à la compression :

 La résistance caractéristique à la traction :

 Le poids volumique :

 Le module d’élasticité : E=14000 MPa

5
ENIT 2014 Chapitre 2 : Conception du bâtiment

CHAPITRE 2

CONCEPTION DU BATIMENT

Dans ce chapitre, nous allons décrire en première étape l’architecture du projet afin d’éclaircir la

fonctionnalité et la répartition des différents espaces adoptés, puis nous présenterons dans une

deuxième étape la conception structurale du projet.

2.1 Description architecturale

Le bâtiment s’étend sur une superficie d’environ 1190 . Il comporte un Rez de chaussée et trois

étages. Il couvre un espace de 1190 du terrain. Sa hauteur est de 3m.

Il comporte deux ascenseurs, deux escaliers intérieurs et deux escaliers circulaires à l’extérieur du

bâtiment ascendants jusqu’au troisième étage. Les trois étages couvrent une superficie environ de

1181 . Ils ont la même hauteur est de 3.00 m (voir les plans d’architecture dans l’annexe K).

2.2 Conception structurale du projet

2.2.1 Critères de choix

La conception est la phase la plus importante dans la réalisation d’un projet. En effet, c’est là ou se

manifeste l’esprit d’ingénierie, afin d’établir la structure adéquate pour le projet.

Elle consiste à opter à un choix judicieux des éléments de la structure tout en tenant compte

des contraintes architecturales, des effets sismiques et thermiques, sans oublier l’aspect économique

et esthétique.

6
ENIT 2014 Chapitre 2 : Conception du bâtiment

2.2.2 Etapes de la conception structurale

Implantation des poteaux

Pour l’implantation des poteaux, Nous essayerons de les placer autant que possible dans les murs et

d’éviter leurs emplacements devant les ouvertures (portes et fenêtres) et dans les emplacements qui

peuvent nuire à l’aspect esthétique de l’architecture.

Nous choisissons des poteaux encastrés pour diminuer les déplacements dus aux actions

horizontales (actions du vent, actions sismiques..).

Choix des planchers

Les planchers ont pour rôle structural de transmettre les charges et surcharges de fonctionnement du

bâtiment aux éléments principaux de l’ossature. Leurs choix dépendent de plusieurs facteurs qui

sont liés essentiellement aux longueurs des travées. Ils peuvent être imposés par des critères

d’isolation acoustique et thermique. Ils participent aussi à la stabilité globale du bâtiment et peuvent

assurer le contreventement horizontal. Dans notre cas, nous proposons des dalles pleines pour la

variante en béton armé et des dalles en béton coulées sur des bacs en acier collaborant pour la

variante en charpente métallique qui peuvent jouer le rôle des diaphragmes rigides contre les actions

de séisme et du vent. L’étude d’une dalle collaborant est faite selon J. Morel [6] (voir annexe E.1).

Les planchers mixtes à dalle collaborant étant la solution la plus économique et la plus judicieuse

techniquement puisqu’elle répond non seulement à la résistance aux charges mais également à la

flexibilité d’exécution. Les dalles collaborant sont coulées sur des tôles en acier de type PCB 20

d’épaisseur 0.7 mm. Voici une figure concernant les différents éléments d’un plancher collaborant

(voir figure 2.1) :

7
ENIT 2014 Chapitre 2 : Conception du bâtiment

Figure 2.1- Principe de fonctionnement d’une dalle mixte acier/béton [7]

Choix des solives

Les solives sont des poutrelles en IPE qui travaillent en flexion simple. Elles vont être isostatiques

articulés aux traverses, car si on pense à des solives hyperstatiques, on va augmenter les moments

sur les traverses et créer des réservations aux leurs âmes ce qui entraine d’une part une difficulté

d’exécution et d’autre part l’augmentation des sections des traverses. Les articulations sont

destinées à créer des degrés de liberté permettant une telle flexibilité à la structure. L’espacement

des solives dépend des caractéristiques du plancher tel qu’on ait limité d’un entraxe de 1.5 m

d’après la fiche technique du plancher collaborant (voir annexe I.1). Les solives sont maintenues

latéralement par des tubes carrés pour diminuer l’élancement. Voici une figure qui représente la

répartition des solives :

8
ENIT 2014 Chapitre 2 : Conception du bâtiment

Solive Tube d’élancement Traverse

Figure 2.2- répartition des éléments du plancher

Diaphragme rigide

Dans le cas du plancher collaborant, il est nécessaire de le rendre rigide vis-à-vis du cisaillement

en ajoutant des barres fictives d’après les règles parasismiques PS.92 [5] (voir figure 2.3).

Barres fictives

Figure 2.3- Rigidification du plancher collaborant par des barres fictives

9
ENIT 2014 Chapitre 2 : Conception du bâtiment

Conception de la toiture

La toiture proposée par l’architecte joue un rôle esthétique. Elle est posée sur des poteaux circulaires.

Elle est composée par des fermes en treillis et des pannes en IPE160 espacées de

2.5 m sur lesquelles posée une couverture de type trapézoïdale et d’épaisseur 0.75 mm. L’espacement

des pannes est choisi en fonction des charges climatiques d’après la fiche technique de la couverture

utilisée (voir annexe I.2). Un dimensionnement détaillé de l’ossature extérieure (ferme en treillis,

pannes et poteaux circulaires) est traité dans l’annexe C.

La figure suivante représente la modélisation en trois dimensions de l’ossature extérieure.

Figure 2.4- Modélisation en 3d de l’ossature extérieure

10
ENIT 2014 Chapitre 2 : Conception du bâtiment

Choix des systèmes de contreventement

Les contreventements sont des dispositifs conçus pour répondre aux efforts horizontaux du vent et

du séisme et les transmettent jusqu’aux fondations. Ils contribuent aussi à la limitation des

déformations et à l’augmentation de la stabilité de la structure.

Plusieurs types de contreventement permettant de donner la rigidité nécessaire au cisaillement,

existent :

 Les contreventements par triangulation (contreventement en treillis : en croix de Saint André,

en K, en V, en N) ;

 Les contreventements par remplissage (voile en béton armé, dalle en béton armé ou mixte

acier-béton, noyau rigide ou mur de refend en béton armé pour les bâtiments à étages…).

 Les contreventements par rigidification des nœuds (les forces sont transmises en général par

flexion des traverses et des poteaux).

Le choix du système de contreventement dépend de l’architecture telle qu’on doit tenir compte des

ouvertures du bâtiment. Dans notre cas, le contreventement de la variante en béton armé est assuré

par des voiles en béton armé pour les blocs de rive et par des cages d’ascenseurs pour les blocs

centrales, ainsi que la structure en charpente métallique est contreventée par triangulation dans le

sens longitudinal et par rigidification des nœuds dans le sens transversal. Les dalles pleines en béton

armé et les planchers collaborant jouent les rôles des systèmes de contreventement horizontaux

respectivement pour la variante en béton armé et celle en charpente métallique. Les deux figures 2.5

et 2.6 concernent le contreventement longitudinal et le contreventement transversal de la structure

métallique.

11
ENIT 2014 Chapitre 2 : Conception du bâtiment

Figure 2.5- Contreventement longitudinal par triangulation (en V)

Figure 2.6- Contreventement transversal par des nœuds rigides

Choix des fondations

Etant donné que le sol sur lequel repose le projet est de bonne qualité, nous allons choisir des

semelles isolées sous les poteaux et des semelles filantes sous les voiles.

12
ENIT 2014 Chapitre 2 : Conception du bâtiment

Joints de dilatation

Ces joints permettent d’absorber les déplacements liés à la dilatation ou au retrait des matériaux

sous les effets des changements de température ou des actions sismiques. Leurs spécifications

dépendent des variations prévisibles de température et du coefficient de dilatation thermique des

matériaux. En charpente métallique, nous allons utiliser un seul joint au milieu du bâtiment et en

béton armé nous proposons de placer un joint tous les 25 mètres. Etant donné que le projet est situé

dans la zone sismique II, la largeur des joints ne peut être inférieure à 6 cm [5].

Conception des escaliers

Les escaliers sont des structures qui permettent l’accès aux différents niveaux du bâtiment.

Dans notre projet, nous choisissons deux types d’escaliers :

 Des escaliers à noyaux circulaires à trois quartiers tournants en charpente métallique

à l’extérieur du bâtiment dans les deux faces pignons et un autre à l’intérieur au niveau du

deuxième étage.

 Des escaliers métalliques à paliers d’angles simples à l’intérieur du bâtiment qui revêtus en

béton armé.

13
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

CHAPITRE 3

EVALUATION DES ACTIONS

3.1 Introduction

Pour concevoir et calculer une structure, il faut examiner obligatoirement la forme et la grandeur

des charges et des actions suivantes :

 Poids propre (structure porteuse et éléments non porteurs) ;

 Charges utiles dans le bâtiment (charges d’exploitations) ;

 Actions climatiques (vent et température) ;

 Actions accidentelles (séisme, explosions).

3.2 Actions permanents

Dans les charges permanentes, il y a essentiellement le poids propre des éléments structuraux, des

cloisons, et les équipements fixes.

3.2.1 Dalles avec bacs collaborant


3.2.1.1 Plancher terrasse inaccessible

Protection gravillon (5cm) ----------------------------------------------------------0.85 KN/m²

Etanchéité multicouche (2cm) ------------------------------------------------------0.12 KN/m²

Forme de pente (10cm) --------------------------------------------------------------2.2 KN/m²

Isolation thermique (4cm) -----------------------------------------------------------0.16 KN/m²

Dalle en béton armé (10cm) ---------------------------------------------------------2.5 KN/m²

Tôle de type PCB 20-----------------------------------------------------------------0.074 KN/m²

Enduit en plâtre sous plafond -------------------------------------------------------0.10 KN/m²


G=6.00 KN/m2
14
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

La figure 3.1 concerne un plancher terrasse inaccessible.

Figure 3.1- Plancher terrasse inaccessible [7]

3.2.1.2 Plancher étage courant

Revêtement en carrelage (2cm) ------------------------------------------------------0.4 KN/m²

Mortier de repos (2cm) ----------------------------------------------------------------0.36 KN/m²

Lit de sable (3cm) ----------------------------------------------------------------------0.34 KN/m²

Dalle en béton armé (10cm) -----------------------------------------------------------2.5 KN/m²

Tôle de type PCB 20-----------------------------------------------------------------0.074 KN/m²

Enduit en plâtre sous plafond ----------------------------------------------------- ---0.1 KN/m²

Cloisons légers (10cm) -----------------------------------------------------------------1 KN/m²

G=4.77 KN/m²

15
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

Le plancher de l’étage courant est représenté par la figure suivante :

Figure 3.2- Plancher étage courant [7]

3.2.2 Dalle pleine en béton armé

3.2.2.1 Plancher terrasse inaccessible

Enduit sous plafond (1.5 cm) -------------------------------------------------------0.35 KN/m²

Dalle pleine d’épaisseur 20 cm -----------------------------------------------------5.00 KN/m²

Forme de pente (10cm) --------------------------------------------------------------2.00 KN/m²

Enduit de planéité (2 cm) ------------------------------------------------------------0.4 KN/m²

Etanchéité multicouche (2cm) ------------------------------------------------------0.30 KN/m²

Couche de protection (4cm) ---------------------------------------------------------0.55 KN/m²

G = 12.2 KN/m²

16
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

3.2.2.2 Plancher étage courant

Enduit sous plafond (1.5 cm) -------------------------------------------------------0.35 KN/m²

Dalle pleine d’épaisseur 20 cm -----------------------------------------------------5.00 KN/m²

Sable de pose --------------------------------------------------------------------------0.75 KN/m²

Mortier de pose -----------------------------------------------------------------------0.55 KN/m²

Carrelage (2.5 cm) --------------------------------------------------------------------0.55 KN/m²

Cloisons légers (10 cm) --------------------------------------------------------------1.00 KN/m²

G = 8.2 KN/m²

3.3 Actions variables

Les actions variables Q dont l’intensité varie fréquemment et de façon importante dans le temps.

3.3.1 Charge d’exploitations

Correspondent aux mobiliers et aux personnes qui habitent ou fréquents l’immeuble.

Pour cela il y a des normes qui fixent les valeurs des charges en fonction de la destination de

l’ouvrage et qui sont inscrits dans le règlement (charges et surcharges).

Plancher terrasse inaccessible--------------------------------------------------------------1KN/m2

Plancher étage courant-----------------------------------------------------------------------2.5KN/m2

Escalier----------------------------------------------------------------------------------------2.5 KN/m2

3.3.2 Charge climatique

Elles peuvent être dues à la neige qui génère des charges verticales mais aussi au vent qui génère

des charges horizontales. Dans ce projet, nous ne tiendrons pas en compte les charges dues à la

neige, car nous nous trouvons dans une zone sans neige.

17
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

Dans l'hypothèse de l'immeuble situé en zone1 et pressions normale, d'après les Règles Neiges et

vent NV65 [4] nous avons:

La pression dynamique de base q10=50daN/m²

Le calcul des actions du vent est traité dans l’annexe A.

18
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

CHAPITRE 4

ETUDE DE LA VARIANTE METALLIQUE

Dans ce chapitre, nous allons faire le dimensionnement de quelques éléments de la variante en

charpente métallique selon l’Eurocode3 [2]. Dans une première partie, nous ferons la vérification

d’une solive intermédiaire, une traverse, et un poteau au niveau de RDC, et la deuxième partie sera

consacrée au calcul d’un jarret et l’étude des diagonales de contreventement (voir les résultats du

logiciel Robot – Annexe J).

4.1 Dimensionnement des éléments principales


4.1.1 Vérification d’une solive intermédiaire

4.1.1.1 Caractéristiques de solive

Portée de solive :………………………………………………………………..L=6m

Entraxe des solives :…………………………………………………………e=1.50m

Inclinaison du plancher :……………………………………………………..

Les combinaisons de charge de solive sont données dans le tableau suivant :

Tableau 4.1- Descente des charges d’une solive intermédiaire


Charge surfacique Charge linéaire
en (daN/m²) en (daN/m)
Charge permanente « G » 504.39 746.50

Charge d’exploitation « Q » 250.00 370.00

Combinaison à l’ELU 1055.92 1562.77

Combinaison à l’ELS 754.39 1116.50

19
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

4.1.1.2 Sollicitations de solive

Les solives sont isostatiques de porté 6 m, elles sont soumises à la flexion simple :

La figure suivante vérifie l’allure du moment fléchissant de solive :

Figure 4.1- Diagramme des moments de solive IPE270

4.1.1.3 Dimensionnement de solive

Les solives sont dimensionnées à partir la condition de rigidité. Elles doivent vérifier :

Donc on prend le profilé IPE270.

4.1.1.4 Vérification de résistance

Pour vérifier la résistance de solive, il faut que le rapport soit inférieur à 1 :

20
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

4.1.1.5 Incidence de l’effort tranchant

Il faut vérifier :

 L’incidence de l’effort tranchant sur le moment fléchissant peut être négligée.

Remarque : La semelle comprimée de solive ne peut pas déverser car elle bloquée par la charge

descendante de la dalle. Donc, il n’est pas indispensable de vérifier la stabilité de la solive vis-à-vis

au déversement. Le calcul d’une solive de rive est traité dans l’annexe B.2.

4.1.2 Vérification d’une traverse intermédiaire IPE400

4.1.2.1 Sollicitations

Les sollicitations de traverse, déterminées à l’aide le logiciel Robot sont données dans le tableau

suivant :

Tableau 4.2- Sollicitations de traverse intermédiaire IPE400

Effort normal en (daN) 5947.95

Moment fléchissant en (daN.m) 17048.39

Effort tranchant en (daN) 25719

Les valeurs extrêmes des moments fléchissants de la traverse IPE400 sont représentées dans la

figure 4.2.

21
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

Figure 4.2- Diagramme des moments de traverse IPE400

4.1.2.2 Condition de rigidité

La flèche doit être inférieure ou égale à la flèche limite :

 La condition de rigidité est vérifiée.

4.1.2.3 Vérification vis-à-vis au déversement

La semelle inférieure de traverse ne peut pas déverser sous un moment positif puisque le

soulèvement du au vent est négligeable. En revanche, il faut s’assurer de la stabilité de traverse au

déversement au niveau de la semelle supérieure entre les solives qui sont des maintiens latéraux.

Moment critique de déversement :

Avec :

: (encastrement-encastrement).

L : Longueur de traverse entre deux points latéralement maintenus : L=1.50 m.

22
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

( le plus critique).

Section de classe 2 : 

 Pas de risque de déversement.

4.1.2.4 Vérification vis-à-vis au flambement

Nous sommes dans le cas des modes d’instabilité à nœuds fixes, donc, pour les longueurs de

flambement, nous allons utiliser les valeurs de calcul pour plus de sécurité.

 Longueur de flambement selon l’axe fort :

 Longueur de flambement selon l’axe faible :

 Courbe de flambement : (courbe a suivant y-y ; courbe b suivant z-z).

Tableau 4.3- Paramètres de flambement de traverse IPE400

Paramètres de flambement Inertie forte (y-y) Inertie forte (z-z)

27.33 37.97

0.29 0.40

0.55 0.61

0.97 0.92

 Il ya risque de flambement.

23
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

4.1.2.5 Incidence de l’effort tranchant

 L’incidence de l’effort tranchant sur le moment fléchissant peut être négligée.

4.1.2.7 Vérification avec la formule de l’interaction

On a un risque de flambement, mais on n’a pas un risque de déversement. Donc, il faut vérifier la

relation suivante :

Avec :

A.N :

 Le profilé IPE400 vérifie la condition de résistance, le flambement et le déversement.

Un complément de calcul présente la vérification des traverses IPE330, HEA500 et HEB600 est

traité respectivement dans les annexes B.3, B.4 et B.5.

24
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

4.1.3 Vérification d’un Poteau de rive HEA320

Ce poteau est soumis d’une part à aux efforts transmis par les traverses et à son poids propre et des
efforts horizontaux dus au vent.

4.1.3.1 Sollicitations

Les sollicitations du poteau, déterminées à l’aide le logiciel Robot sont données dans le tableau

suivant :

Tableau 4.4- Sollicitations du poteau de rive HEA320


Effort normal en (daN) 65000.00

Moment fléchissant en (daN.m) 20356.00

Effort tranchant en (daN) 10590.00

4.1.3.2 Vérification vis-à-vis au déversement

Moment critique de déversement :

Avec :

: (encastrement-articulation).

L : Longueur du poteau entre deux points latéralement maintenus : L=3 m.

(le plus critique).

Section de classe 1 : 

 Pas de risque de déversement.

25
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

4.1.3.3 Vérification vis-à-vis au flambement

 Longueur de flambement selon l’axe fort :

 Longueur de flambement selon l’axe faible :

 Courbe de flambement : (courbe b suivant y-y ; courbe a suivant z-z).

Tableau 4.5- Paramètres de flambement du poteau HEA320

Paramètres de flambement Inertie forte (y-y) Inertie forte (z-z)

14.35 32.04

0.15 0.34

0.50 0.59

1.00 0.92

 Il ya risque de flambement

4.1.3.4 Incidence de l’effort tranchant

 L’incidence de l’effort tranchant sur le moment fléchissant peut être négligée.

4.1.3.5 Vérification avec la formule de l’interaction

On a un risque de flambement, mais on n’a pas un risque de déversement. Donc, il faut vérifier la

relation suivante :
26
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

Avec :

A.N :

 Le profilé HEA320 vérifie la condition de résistance, le flambement et le déversement.

Un complément de calcul présente la vérification des poteaux HEA300, HEA360 et HEA340 est

traité respectivement dans les annexes B.6, B.7 et B.8.

4.2 Dimensionnement des éléments secondaires

4.2.1 Dimensionnement d’un jarret

La section retenue pour la traverse IPE400 est déterminée par le moment maximal de traction à

mi-travée. Cette section est insuffisante pour rependre au moment à l’appui qui est plus grand.

Donc, il faut renforcer la traverse au niveau de l’encastrement avec les poteaux par des jarrets

(figure 4.3) qui peuvent être réalisés par oxycoupage.

27
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

Figure 4.3- Renfort de jarret entre traverse-poteau [3]

Nous allons utiliser pour les jarrets le même profilé que la traverse IPE400. La longueur du jarret j

est une solution de l’équation suivante :

Avec :

s : Distance entre les points B et C;

: Moment au point B ;

: Moment au point C ;

Après la résolution de l’équation (*), on trouve .

4.2.2 Etude de contreventement

Les contreventements sont des éléments stabilisateurs qui permettent à la structure de résister aux

forces horizontales en les transférant jusqu’aux fondations. Ils contribuent aussi la limitation des

déformations et à l’augmentation de la stabilité de la structure et de ses éléments. Parmi les charges

et les actions qui provoquent ces forces sont les actions du vent et les actions sismiques.

Dans notre projet, on a utilisé trois types de systèmes de contreventement :

28
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

Le contreventement dans le sens horizontal est assuré par des dalles collaborant qui jouent le rôle

des diaphragmes rigides.

Le contreventement vertical est assuré par triangulation dans le sens longitudinal du bâtiment et par

des nœuds rigides dans le sens transversal au bâtiment (voir figure 4.4).

Figure 4.4- Contreventement par triangulation

4.2.2.1 Pré dimensionnement des diagonales

On choisit la barre la plus sollicitée qui est soumise à un effort normal

La section des barres doit vérifier la relation suivante :

Donc on prend la section TCAR 50x50x3 ( .

Les caractéristiques géométriques de la section TCAR 50x50x3 sont données dans le tableau 4.6 :

29
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

Tableau 4.6- Caractéristiques géométriques de la section TCAR 50x50x3

Dimensions B (mm) 50x50


Epaisseur T (mm) 3.00

Masse linéique G (kg/m) 4.40

Aire de section A (cm2) 5.60

Moment d’inertie I (cm4) 19.46

Module d’inertie W (cm3) 7.78

Rayon de giration r (cm) 1.89

Module plastique Z (cm3) 9.38

Moment d’inertie de torsion J (cm4) 32.13

4.2.2.2 Vérification de la stabilité vis-à-vis au flambement

La longueur du flambement de la barre est :

L’élancement :

 L’élancement réduit : Ilya risque de flambement.

Détermination de χ

L’effort normal critique doit être supérieur ou égal à l’effort normal maximal des barres.

 Donc il faut augmenter la section des barres.

On prend la section TCAR 70x70x8 (

30
ENIT 2014 Chapitre 4 : Etude de la variante métallique

 D’où les barres de contreventement sont stables vis-à-vis au flambement.

31
ENIT 2014 Chapitre 5 : Etude des assemblages

CHAPITRE 5

ETUDE DES ASSEMBLAGES

La conception et le calcul des assemblages revêtent en construction métallique une importance

équivalente à celle du dimensionnement des pièces pour la sécurité finale de la construction. En

effet, les assemblages constituent des points de passage obligés pour les sollicitations régnant dans

différents composant structurels. Un assemblage est un dispositif qui permet de réunir et de

solidariser plusieurs pièces entre elles, en assurant la transmission et la répartition des diverses

sollicitations entre les pièces sans générer de sollicitations parasites, notamment de torsion.

On distingue parmi les assemblages, les assemblages articulés et les assemblages encastrés.

Le calcul des assemblages sera fait selon l’Eurocode 3 [3]

5.1 Assemblage poteau HEA320-traverse IPE400

L’assemblage entre le poteau HEA320 et la traverse IPE400 est un assemblage rigide assuré par des

boulons précontraints HR. Il est réalisé au moyen d’une platine d’extrémité débordante. Il est

constitué de 12 boulons HR de classe 10.9 et de diamètres 18 mm.

5.1.1 Les efforts à transmettre

Les efforts à transmettre sont les suivants :

32
ENIT 2014 Chapitre 5 : Etude des assemblages

5.1.2 Disposition des boulons dans l’assemblage

5.1.2.1 Espacement entre les boulons

Longitudinalement

L’entraxe des boulons dans la direction de la transmission des efforts doit vérifier :

: Entraxe des boulons dans la direction de la transmission des efforts ;

: Diamètre nominal du trou : ( );

: Epaisseur de la pièce attachée extérieure la plus mince :( ).

Ainsi  On opte pour .

Transversalement

L’entraxe des boulons dans la direction de la transmission des efforts doit vérifier :

Avec :

: Entraxe mesuré perpendiculairement à la direction de la transmission des efforts, entre des

rangées de fixation adjacentes.

Ainsi  On opte pour .

5.1.2.2 Calcul des pinces

Longitudinalement

: Pince longitudinale entre le centre d’un trou de fixation et le bord adjacent d’une pièce

quelconque, mesurée dans la direction de l’effort transmis.

Ainsi 24  On opte pour .

33
ENIT 2014 Chapitre 5 : Etude des assemblages

Transversalement

: Pince transversale entre le centre d’un trou de fixation et le bord adjacent d’une pièce

quelconque, perpendiculairement à la direction de l’effort transmis.

Ainsi 24  On opte pour .

5.1.3 Position de l’axe neutre

La côte x représente la limite entre la zone tendue et la zone comprimée (voir figure 5.1) est donnée

par l’expression suivante :

Ainsi les six rangées de boulons sont situées dans la zone tendue.

Figure 5.1- Position de l’axe neutre de la section

34
ENIT 2014 Chapitre 5 : Etude des assemblages

5.1.4 Détermination des efforts de traction des boulons

Les boulons sont sollicités par un moment fléchissant et un effort normal comme la figure suivante

indique :

Figure 5.2- Répartition des efforts de traction des boulons

Les distances sont indiquées dans le tableau suivant :

Tableau 5.1- Distances par rapport le centre de résistance de la zone comprimée


e1 e2 e3 e4 e5 e6

Distance en 753.25 609.25 465.25 321.25 177.25 33.25


(mm)

Les efforts de traction par rangée de boulons sont déterminés par l’expression suivante :

Ainsi .

35
ENIT 2014 Chapitre 5 : Etude des assemblages

5.1.5 Vérification de la résistance en traction des boulons

Les boulons à haute résistance et à serrage contrôlé sont soumis à une précontrainte mise en place

lors du serrage qui représente environ de la résistance en traction du boulon.

Il faut vérifier que :

A.N :

 La résistance en traction des boulons est vérifiée.

5.1.6 Vérification du moment résistant

Le moment résistant des boulons doit vérifier la relation suivante :

Avec :

A.N :

La condition du moment résistant est vérifiée.

5.1.7 Vérification de résistance au cisaillement et à la traction

L’effort de cisaillement de calcul par boulon doit vérifier la relation suivante :

36
ENIT 2014 Chapitre 5 : Etude des assemblages

A.N :

 La résistance au cisaillement et à la traction est vérifiée.

5.1.8 Vérification de résistance à la pression diamétrale

La pression diamétrale c’est la pression exercée par les assembleurs sur les parois des trous dans

lesquels ils sont logés. Elle se développe pour des efforts perpendiculaires à l’axe des organes

d’assemblage. Elle doit vérifier l’expression suivante :

Avec :

 La résistance à la pression diamétrale est vérifiée.

5.1.9 Vérification de l’âme du poteau

5.1.9.1 Résistance de l’âme dans la zone tendue

Il faut vérifier que :

Avec :

: Epaisseur de l’âme du poteau ;

: Entraxe rangée boulons ;

37
ENIT 2014 Chapitre 5 : Etude des assemblages

 La résistance de l’âme dans la zone tendue n’est pas vérifiée. Donc, il est indispensable de

renforcer l’âme par des raidisseurs ou fourrure d’âme.

5.1.9.2 Résistance de l’âme dans la zone comprimée

Il faut vérifier que :

Avec :

: Contrainte normale de compression dans l’âme du poteau due à l’effort de compression et au

moment fléchissant ;

 La résistance de l’âme dans la zone comprimée est vérifiée.

5.1.9.3 Résistance de l’âme au cisaillement

La résistance de l’âme au cisaillement doit vérifier l’expression suivante :

A.N :

 La résistance de l’âme au cisaillement est vérifiée.

38
ENIT 2014 Chapitre 5 : Etude des assemblages

Figure 5.3- Schéma d’assemblage (2d) poteau HEA320-traverse IPE400

Figure 5.4- Schéma d’assemblage (3d) poteau HEA320-traverseIPE400

39
ENIT 2014 Chapitre 5 : Etude des assemblages

5.2 Assemblage en pied du poteau encastré

Les pieds des poteaux de rive sont encastrés dans les semelles. Dans cette partie, nous allons

dimensionner la platine et vérifier l’ancrage du poteau HEA320.

5.2.1 Les efforts à transmettre

Les efforts à transmettre sont les suivants :

5.2.2 Surface de la platine

La surface de la platine est déterminée à partir la relation suivante :

Avec : a et b sont respectivement la longueur et la largeur de la platine.

: Résistance admissible de béton ;

On applique la formule de Cardan, on obtient .

5.2.3 Vérification des goujons à la traction

Le moment fléchissant M est équivalent à un effort normal N excentré par rapport au centre

de gravité d’une excentricité . Les boulons situés sur le côté opposé à l’effort

normal N sont soumis à un effort de traction et le béton situé du côté de l’effort normal N est

soumis à un effort de compression avec répartition triangulaire (voir figure 5.6).

40
ENIT 2014 Chapitre 5 : Etude des assemblages

L’encastrement de pied du poteau est assuré par 8 boulons HR de diamètres 30 mm.

Figure 5.5- Contraintes au pied du poteau HEA320 [6]

 Equilibre statique:

Equilibre des forces :

Equilibre des moments :

Avec :

: Effort de traction sollicitant les boulons situés à gauche ;

: Effort de compression sollicitant le béton sous la platine ;

: Coefficient d’équivalence acier-béton ;

Les équations (1) et (2) donnent :

On fait un changement de variable puis on applique le théorème de Cardan, on trouve :

. (5 goujons travaillent en traction).

41
ENIT 2014 Chapitre 5 : Etude des assemblages

 Contrainte de traction :

La contrainte de traction des goujons doit vérifier la relation suivante :

A.N :

 La contrainte de traction des goujons est vérifiée.

La répartition des boulons sur la platine est représentée dans la figure 5.7 :

Figure 5.6- Répartition des boulons sur la platine

5.2.4 Vérification de la contrainte de compression sur le béton

Il faut vérifier que :

42
ENIT 2014 Chapitre 5 : Etude des assemblages

A.N :

 La contrainte de compression appliquée sur la semelle est vérifiée.

5.2.4 Epaisseur de la platine

On considère que la platine risque de se plier suivant les lignes tangentes au contour du poteau (voir

figure 5.8) :

Figure 5.7- Lignes tangentes au contour du poteau HEA320

Vérification dans la section 1-1 :

Le moment dans la section 1-1 est obtenu grâce au diagramme trapézoïdal des contraintes situées à

droite de la section, que l’on peut décomposer en un diagramme rectangulaire (1) et un diagramme

triangulaire (2) (voir figure 5.9).

43
ENIT 2014 Chapitre 5 : Etude des assemblages

Figure 5.8- Décomposition de diagramme des moments

Les moments correspondants pour une bande de largeur unité égale à 1cm et d’épaisseur t, sont :

Le module d’inertie de la platine pour b= 1 cm,

La contrainte de flexion dans la section 1-1 :

Vérification dans la section 2-2 :

Le même raisonnement conduit au moment maximal :

44
ENIT 2014 Chapitre 5 : Etude des assemblages

Vérification dans la section 3-3 :

Du côté tendu, la platine est soumise à un moment

En conclusion, on sélectionnera une platine de 70 mm d’épaisseur (section 2-2 la plus défavorable).

La figure suivante représente une modélisation en 3d de l’assemblage rigide en pied du poteau.

Figure 5.9- Assemblage en pied du poteau HEA320

Un complément de calcul des assemblages est donné dans l’annexe D dans lequel on présente

l’assemblage traverse-solive ; poteau-solive et l’assemblage des diagonales de contreventement par

soudure.

45
ENIT 2014 Chapitre 6 : Etude de la variante en béton armé

CHAPITRE 6

ETUDE DE LA VARIANTE EN BETON AMRE

6.1 Conception de la structure

La conception de la structure a été réalisée en respectant les critères suivants :

▪ Les plans architecturaux pour conserver l’aspect architectural et esthétique du bâtiment ;

▪ La nature du terrain et les caractéristiques du sol ;

▪ Le choix du type de fondation ;

▪ L’emplacement des éléments de structure : poteaux, poutres…

La structure est modélisée à l’aide du logiciel « Arche ossature » représente dans la figure 6.1 :

Figure 6.1- Vue 3D de la structure

6.2 Dimensionnement des éléments de la structure

La structure est dimensionnée selon les règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et

constructions en béton armé aux états limites (B.A.E.L 91) [1].

46
ENIT 2014 Chapitre 6 : Etude de la variante en béton armé

6.2.1 Dimensionnement du plancher

Tous les dalles de notre projet sont appuyées sur leurs contours et soumises à une charge

uniformément répartie.

Le pré dimensionnement consiste à déterminer l’épaisseur h0 de la dalle.

Pour des dalles portant dans un seul sens (α ≤ 0.40)


▪ Pour un panneau isolé

▪ Pour une dalle continue

Pour des dalles portant dans les deux sens (α ≥ 0.40)

▪ Pour un panneau isolé

▪ Pour une dalle continue

Les dalles en béton armé sont dimensionnés à partir les critères précédents. La dalle qui fait l’objet

de notre étude manuelle appartient au plancher haut du RDC, ses dimensions sont : lx=4m et ly=6 m.

(Voir Annexe E.2)

Figure 6.2- Détail de ferraillage d’une dalle pleine

47
ENIT 2014 Chapitre 6 : Etude de la variante en béton armé

6.2.2 Dimensionnement des poteaux

Nous proposerons des dimensions approchées des poteaux puis nous allons effectuer les corrections

nécessaires des sections à l’aide du logiciel Arche Poteaux, nous définissons trois familles de

poteaux, soit :

▪ Une première famille regroupe les poteaux P1

▪ Une deuxième famille regroupe les poteaux P2

▪ Une troisième famille regroupe les poteaux P3

Les dimensions des poteaux pour chaque étage sont illustrées dans le tableau 6.1suivant :

Tableau 6.1- Dimensions des poteaux


N° Poteau RDC Etage 1 Etage 2 Etage 3

P1 40*40 30*35 30*30 22*22

P2 30*30 30*30 25*25 22*22

P3 30*40 30*30 25*30 22*22

6.2.3 Dimensionnement des poutres

Les poutres sont hyperstatiques alors la hauteur h doit vérifier ;

On a L= 6 m, par suite :

Largeur de la poutre égale à celle du poteau pour des dispositions constructives

A noter : les plans de coffrage de la structure sont illustrés dans l’annexe L.

48
ENIT 2014 Chapitre 6 : Etude de la variante en béton armé

6.3 Ferraillage des éléments de la structure

Le ferraillage des éléments de la structure sera effectué à l’aide du logiciel Arche, nous mettons en

place les sections nécessaires pour chaque élément en essayant de diminuer le plus possible la

varaiation des sections d’acier et des plans de ferraillage pour simplifier l’execution. Nous

définissons donc des éléments selon leurs dimensions et leurs sollicitations en spécifiant à chaque

famille un type de ferraillage, les types de ferraillage sont illustrés dans l’annexe M.

6.3.1 Ferraillage des poteaux

Nous proposons trois types de ferraillage pour les poteaux, les détailes sont illustrés dans le tableau

suivant :

Tableau 6.2- ferraillage des poteaux


Familles
Niveau P1 P2 P3

Section 40×40 Section 30×30 Section 30×40


Fondation Arm long 4HA16 Arm long 4HA14 Arm long 4HA14

Arm Tars cadø6 Arm Tars cadø6 Arm Tars cadø6

Section 40×40 Section 30×30 Section 30×40


RDC
Arm long 4HA16 Arm long 4HA14 Arm long 4HA14
Arm Tars cadø6 Arm Tars cadø6 Arm Tars cadø6
Section 30×35 Section 30×30 Section 30×30
Etage 1 Arm long 4HA14 Arm long 4HA14 Arm long 4HA14
Arm Tars cadø6 Arm Tars cadø6 Arm Tars cadø6

Section 30×30 Section 25×25 Section 25×30


Etage 2
Arm long 4HA14 Arm long 4HA12 Arm long 4HA12
Arm Tars cadø6 Arm Tars cadø6 Arm Tars cadø6
Section 22×22 Section 22×22 Section 22×22
Etage3
Arm long 4HA12 Arm long 4HA12 Arm long 4HA12
Arm Tars cadø6 Arm Tars cadø6 Arm Tars cadø6

49
ENIT 2014 Chapitre 6 : Etude de la variante en béton armé

6.3.2 Ferraillage des poutres et longrines

Les sections et leurs disposions de ferraillage sont définis dans le tableau suivant.

Tableau 6.3- Ferraillage des poutres et longrines


Longrines L1 L2 L3 L4
Section 40×45 Section 30×40 30×40 30×40
Fondation Arm 5HA12+5HA10 Arm 4HA12+4HA10 4HA12+4HA10 4HA12+4HA10
long long
Arm cadø6+3Etriers Arm cadø6+2Etriers cadø6+2Etriers cadø6+2Etriers
Tars Tars
Poutres A1 A2 A3 A4
Section 40×55 Section 30×45 30×45 30×40
RDC Arm 5HA14+5HA10 Arm 4HA14+4HA10 4HA12+4HA10 4HA12+4HA10
long long
Arm cadø6+3Etriers Arm cadø6+2Etriers cadø6+2Etriers cadø6+2Etriers
Tars Tars
Section 30×55 Section 30×45 30×45 30×40
Etage 1 Arm 4HA14+4HA10 Arm 4HA12+4HA10 4HA12+4HA10 4HA12+4HA10
long long
Arm cadø6+2Etriers Arm cadø6+2Etriers cadø6+2Etriers cadø6+2Etriers
Tars Tars
Section 30×55 Section 25×45 25×45 25×40
Etage 2 Arm 4HA14+4HA10 Arm 3HA14+3HA10 3HA12+3HA10 3HA12+3HA10
long long
Arm cadø6+2Etriers Arm cadø6+Etriers cadø6+Etriers cadø6+Etriers
Tars Tars
Section 22×55 Section 22×45 22×45 22×40
Etage3 Arm 3HA12+3HA12 Arm 3HA12+3HA12 3HA12+3HA10 3HA12+3HA10
long long
Arm cadø6+Etriers Arm cadø6+Etriers cadø6+Etriers cadø6+Etriers
Tars Tars

50
ENIT 2014 Chapitre 7 : Etude géotechnique

CHAPITRE 7

ETUDE GEOTECHNIQUE ET FONDATIONS

7.1 Etude Géotechnique

A la demande de la Société ARAB CONTRACTOR CÔTE D’IVOIRE, le Laboratoire de

Géotechnique et de matériaux (LABOGEM) a réalisé dans le cadre du projet de modernisation et

d’extension de l’aérogare de fret de l’aéroport Félix Houphouët Boigny d’Abidjan, des essais et des

sondages géotechniques au sein de l’aérogare de fret actuel et aux alentours de quelques bâtiments

existants. Le but de notre projet est la construction d’un bâtiment administratif.

Cette intervention couvre les missions géotechniques de type G0 et G1-2 conformément à la norme

française NFP 94-500 de juin 2000.

Les sondages géotechniques, ont pour but de définir la nature et la résistance des sols en place, de

même que le niveau de la nappe phréatique. Ce qui permet de préciser les caractéristiques

géotechniques nécessaires au dimensionnement de fondations des bâtiments.

7.1.1 Travaux réalisés

Il a été réalisé en quatorze points implantés par les soins du client les essais et les sondages

géotechniques suivants :

 14 essais de pénétration dynamique lourde descendus entre 8 et 12 m de profondeur ;

 11 sondages à la tarière à 6 m de profondeur ;

 9 sondages avec essais pressiométriques descendus à 15 m de profondeur.

Les résultats des sondages géotechniques situés dans l’annexe F.

51
ENIT 2014 Chapitre 7 : Etude géotechnique

7.1.2 Constatations

▪ Les sols mis en évidence par les sondages à la tarière manuels descendus à 6 m de profondeur

sont constitués de sables fins propres.

▪ Le niveau de la nappe phréatique a été rencontré entre 3.00 et 4.00 m de profondeur, lors de

notre intervention sur le site en octobre 2013.

▪ En ce qui concerne les sondages avec essais pressiométriques, les valeurs de pression limite

sont comprises entre 3.6 bars et 27 bars. Les valeurs de module pressiométriques varient entre

48 et 395 bars.

 La contrainte admissible (ELS) qs = 2.3 bars (0.23MPa)

▪ L’amplitude maximale des tassements sous les contraintes admissibles est de l’ordre de 1.4cm.

7.2 Etude des fondations

Nous avons choisi la solution, fondation superficielle consistant en semelles isolées en béton armé

reposant sur des semelles en gros béton.

7.2.1 Méthode de dimensionnement

Le dimensionnement est basé sur la méthode de bielle qui suppose que les charges appliqués au

semelle par les pointes d’appuis sont transmises par des bielles obliques qui provoques des efforts

de traction à la base qui doivent être équilibrer par des armatures.

Le dimensionnement des semelles est conduit en respectant les conditions suivantes :

 La condition de portance du sol


 La condition de rigidité
 La condition de non poinçonnement

52
ENIT 2014 Chapitre 7 : Etude géotechnique

7.2.2 Dimensionnement de la semelle S1

Paramètres de calcul

Les paramètres de calcul de la semelle S1 sont les suivants :


▪ a, b: Dimensions du poteau

▪ A, B: Dimensions de la semelle

▪ h’: Epaisseur de la semelle

▪ A’, B’, H: Dimensions de gros béton

▪ : Effort transmis sur la semelle

▪ : Contrainte à la compression du gros béton

▪ : Contrainte de traction des armatures.

▪ ;

▪ Le pré-poteau a pour dimensions a=40cm ; b=40cm ; h=0.8 m ; l’enrobage est (c=3cm).

Descente des charges

Condition de portance

53
ENIT 2014 Chapitre 7 : Etude géotechnique

Soit : a’=b’= 2.00 m

Condition de rigidité

Soit : h’ = 50 cm

D’où les dimensions de la semelle (2x2x0.5)

Dimensionnement de la semelle en gros béton

Soit A = B = 3.00 m

Méthode des bielles : elle est convenablement applicable car :

54
ENIT 2014 Chapitre 7 : Etude géotechnique

Espacement

Soit

Condition de non-poinçonnement

La figure suivante concerne le schéma de ferraillage de semelle S1 :

55
ENIT 2014 Chapitre 7 : Etude géotechnique

Figure 7.1 Schéma du ferraillage de la semelle

A noter : les plans de coffrage de la structure sont illustrés dans l’annexe L.

Les dimensions des semelles et leurs ferraillages adoptés sont résumées dans le tableau 7.1.

Tableau 7.1- Caractéristiques des semelles

Type Gros béton Coffrage


Ferraillage
de semelle
A B H a b h
S1 300 300 100 200 200 50 14T16/14T16
S2 250 250 100 150 150 40 12T14/12T14
S3 180 180 70 110 110 25 8T14/8T14
S4 140 140 60 90 90 25 7T12/7T12
S’ 100 100 40 60 60 25 4T12/4T12

56
ENIT 2014 Chapitre 8 : Etude sismique

CHAPITRE 8

ETUDE SISMIQUE

L’étude dynamique de la structure revient à étudier son comportement lorsqu’on la soumet à une

accélération définie forfaitairement dans les règles parasismiques PS 92.

8.1 Hypothèses générales

On prend par hypothèse que notre projet se trouve dans la zone de sismicité II [PS 923.1]. Comme

le bâtiment est composé de bureaux, donc il est considéré de classe B [PS 92 3.2, Annexe B].

D’après le rapport géotechnique, le sol est de catégorie a et leur épaisseur est inférieur à 15 m, on

peut conclure qu’il est de type S0.

Le site est supposé quasi plat, donc le coefficient topographique [PS 92 5.2.4].

8.2 Coefficient d’amortissement

L’amortissement de la structure dépend des matériaux constitutifs. Il n’est pas en général mesuré,

mais fixé règlementairement. Le coefficient d’amortissement ξ est pris égal à (Structure en

béton armé ( ) + cloisons( )) pour la variante en béton armé et à : (Structure métallique :

acier boulonné + portiques ) [PS92 6.2.3.4] pour la variante en charpente métallique. Soit le

coefficient correctif d’amortissement : [PS92 5.2.3.4] égal à 1 pour la première variante

et 0.92 pour la deuxième variante.

57
ENIT 2014 Chapitre 8 : Etude sismique

8.3 Coefficient de comportement

Les déplacements sont considérés comme étant égaux à ceux obtenus pour un modèle élastique

fictif à partir du spectre de dimensionnement (voir figure 8.1). Les forces et sollicitations de calcul

sont déterminées en divisant les forces et sollicitations, calculées pour un modèle élastique fictif,

par un coefficient q appelé « coefficient de comportement ». Ce coefficient ne s’applique qu’aux

forces et sollicitations. Pour la plupart des ouvrages, le règlement autorise des incursions dans le

domaine plastique (post élastique), des valeurs de q supérieurs à 1. Plus un matériau est ductile

(matériau capable de se déformer plastiquement sans se rompre), plus la structure le composant

pourra entrer dans le domaine plastique. C’est pourquoi les structures à faible ductilité auront un

faible coefficient q, par contre les structures à ductilité élevée auront un coefficient de

comportement élevé et les forces sismiques seront alors réduites. Cependant, pour des ouvrages à

risque spécial, il est exigé de rester dans le domaine élastique et donc de prendre une valeur de q

égale à 1.

Le coefficient de comportement q est fixé forfaitairement par le P.S.92 et est le même pour toute la

structure. Il est déterminé en fonction des matériaux de la structure, de la régularité de la structure et

du mode de contreventement. En effet, il est possible de se placer dans divers types de structure

pour un même bâtiment et ainsi obtenir des coefficients de comportement différents.

Dans notre cas, nous allons choisir un coefficient de comportement pour chaque variante.

Pour le bâtiment construit en charpente métallique, nous allons utiliser deux types de

contreventement :

Contreventement en croix de Saint André pour les trois étages et contreventement par portiques

pour le Rez de chaussée car on a des portes. Le coefficient de comportement est déterminé en

fonction du mode de contreventement selon le PS92 comme suit :

 Structure dont le contreventement est assuré uniquement par des portiques :

(Pour un bâtiment irrégulier) [PS92 11.7] ;

58
ENIT 2014 Chapitre 8 : Etude sismique

 Structure à triangulation centrée (contreventement en V) : [PS92 13.4].

 Donc nous choisissons le coefficient de comportement le plus petit (q=2)

Ainsi que pour le bâtiment construit en béton armé, le contreventement est assuré uniquement par

des voiles, donc [PS92 11.7].

Nous pouvons également choisir le coefficient q en fonction des dimensions des voiles de

contreventement :

[PS92 11.8.2.3]

Cette expression est appliquée pour les bâtiments de hauteurs inférieures ou égales à 28 m.

Avec

l : Hauteur du voile égale à 12 m ;

: Largeur du voile égale à 1.2 m.

 Donc on prend le coefficient de comportement

8.4 Spectre de dimensionnement

Un séisme est considéré comme un chargement dynamique alterné pouvant être défini comme

succession d’impulsions. Une analyse temporelle ou fréquentielle permettrait de connaitre, à partir

de l’accélération, la réponse du système à tout instant pour chacun des modes. Cependant, seule la

valeur maximale de la réponse est requise (efforts, déplacements), d’où l’intérêt d’introduire la

notion de spectre de réponse. Ce spectre donnera la réponse la plus défavorable du système.

L’accélération spectrale R(T) est définie comme suit :

Avec :

Accélération nominale [PS92 3.3]

Coefficient topographique

Correction d’amortissement (variante en béton armé)


59
ENIT 2014 Chapitre 8 : Etude sismique

Correction d’amortissement (variante en charpente métallique)

Spectre de dimensionnement normalisé

La figure suivante représente le spectre de dimensionnement normalisé de chaque variante :

Figure 8.1- Spectre de dimensionnement normalisé

8.5 Combinaisons du mouvement sismique

8.5.1 Combinaisons des réponses modales

Suivant chaque direction sismique, les valeurs globales de calcul des déplacements, déformations et

sollicitations sont obtenues en combinant les valeurs maximales obtenues séparément dans chaque

mode.

La méthode de combinaison des effets de chaque mode est la combinaison quadratique complète

[PS92 6.6.2.3] qui considère une corrélation entre deux réponses en fonction de l’écart existant

entre les deux fréquences propres :

60
ENIT 2014 Chapitre 8 : Etude sismique

Avec :

S : Réponse à calculer ;

: Réponses maximales dans les modes i et j ;

: Coefficient de corrélation des fréquences et des coefficients d’amortissement des modes i et j.

8.5.2 Combinaisons des composantes du mouvement sismique

Un séisme n’est jamais limité à une seule direction. Cependant, l’action sismique ne comporte pas

une direction privilégiée et doit donc être considérée suivant deux composantes horizontales et une

composante verticale. Nous avons donc trois combinaisons de réponses modales.

Les maxima des effets des trois composantes du mouvement sismique sont alors combinés

linéairement en utilisant les combinaisons de Newmark [PS92 6.4] :

Avec :

: représentent les déformations ou sollicitations engendrées par chacune des

composantes horizontales et verticale et S l’action qui en résulte ;

λ et : sont des coefficients prix égaux à 0.3 dans les cas courants.

Le règlement permet également d’effectuer une combinaison quadratique des effets des trois

directions sismiques à la place des combinaisons linéaires pondérées.

8.5.3 Combinaisons d’actions

Les combinaisons d’actions accidentelles s’écrivent de la forme [PS92 8.1] :

61
ENIT 2014 Chapitre 8 : Etude sismique

Avec :

G : Poids propre et charges permanentes ;

E : Action due au séisme ;

: Actions variables ;

: Facteurs d’accompagnement.

Les règles parasismiques PS92 proposent de prendre les combinaisons suivantes :

8.6 Analyse modale spectrale

8.6.1 Masses excitées

Les masses excitées à prendre en compte sont la totalité des charges permanentes et une fraction

des charges d’exploitation. Pour notre cas, le bâtiment est composé de bureaux administratifs, donc

on prend [PS92 6.2.1].

8.6.2 Sélection des modes

Etant donné que le bâtiment ne satisfait aux critères de régularité formulés par le P.S.92 et qu’il est

donc considéré comme irrégulier, aucune des méthodes simplifiées du règlement ne peut être

utilisée pour déterminer forfaitairement le mode fondamental. Il doit donc être effectué une analyse

modale sur un modèle tridimensionnel qui consiste à calculer les effets maximaux d’un séisme sur

une structure. Pour cela, on recherche les modes de vibration de la structure qui caractérisent son

62
ENIT 2014 Chapitre 8 : Etude sismique

comportement au voisinage des fréquences dites de résonance. En effet, la réponse d’une structure

est prépondérante au droit de ces fréquences de résonance.

Etant donné qu’il existe, pour une structure, autant de modes de vibration que de degrés de liberté, il

faut sélectionner le nombre de modes à extraire. La recherche des modes doit être menée jusqu’à ce

que les deux conditions suivantes soient respectées [PS92 6.6.2.2] :

 La fréquence de 33 Hz (appelée fréquence de coupure) doit être atteinte.

 Le cumul des masses modales doit atteindre 90 de la masse vibrante totale.

De plus, le nombre de modes retenus ne doit être inférieur à trois, car très souvent, pour les

bâtiments courants, seuls deux ou trois modes ont une influence significative sur la réponse vis-à-

vis d’une direction du séisme.

Les nombres de modes obtenus pour les appuis fixes et les appuis élastiques sont dans le tableau

suivant :

Tableau 8.1- Nombre de modes nécessaires pour exciter 90 de la masse totale

Nombre de modes nécessaires

Type de variante Appuis fixes Appuis élastiques

Direction Direction Direction Direction UY


UX UY UX
Béton armé 35 41 34 41

Charpente métallique 12 24 3 4

On remarque que la masse d’une structure sur appuis élastiques est plus facile à exciter par rapport

à une structure sur appuis fixes.

63
ENIT 2014 Chapitre 8 : Etude sismique

Le nombre de modes nécessaire pour exciter plus de 90 de la masse modale totale pour la

variante en charpente métallique est plus petit que le nombre de modes en béton armé, et ça à cause

de la légèreté de la structure métallique.

Les résultats de l’analyse modale effectuée sur la structure en charpente métallique sont illustrés

dans les tableaux 8.2 et 8.3 (voir annexe G).

Tableau 8.2- Résultats de l’analyse modale sur la structure métallique (appuis fixes)

Cas/Mode Fréquence Période Masse Masse Masse Masse


[Hz] [sec] Cumulées UX Cumulées UY Modale Modale
[%] [%] UX [%] UY [%]

3/1 2.56 0.39 1.60 63.09 1.60 63.09

3/2 2.86 0.35 88.34 64.65 86.74 1.56

3/3 3.25 0.31 88.34 72.98 0.00 8.34

3/4 3.85 0.26 88.50 73.00 0.16 0.01

3/5 3.85 0.26 88.61 73.00 0.10 0.00

3/6 3.85 0.26 88.71 73.01 0.11 0.01

3/7 3.86 0.26 88.84 73.02 0.12 0.01

3/8 3.95 0.25 89.05 86.77 0.21 13.75

3/9 4.40 0.23 89.34 86.77 0.29 0.00

3 / 10 4.68 0.21 89.48 86.80 0.14 0.03

64
ENIT 2014 Chapitre 8 : Etude sismique

Tableau 8.3- Résultats de l’analyse modale sur la structure métallique (appuis élastiques)

Cas/Mode Fréquence Période Masse Masse Masse Masse


[Hz] [sec] Cumulées UX Cumulées UY Modale Modale
[%] [%] UX [%] UY [%]
3/1 2.31 0.43 0.59 80.91 0.59 80.91

3/2 2.53 0.40 78.94 80.91 78.35 0.00

3/3 2.65 0.38 92.77 87.07 13.83 6.16

3/4 3.40 0.29 93.52 90.93 0.75 3.86

3/5 3.84 0.26 93.73 90.93 0.21 0.00

3/6 3.85 0.26 93.73 90.93 0.01 0.00

3/7 3.85 0.26 93.76 90.93 0.02 0.00

3/8 3.86 0.26 93.79 90.93 0.03 0.00

3/9 4.12 0.24 94.15 91.32 0.35 0.38

3 / 10 4.51 0.22 94.27 91.36 0.13 0.04

On remarque que la période du mode fondamental pour la structure sur appuis fixes est plus petite

que celle sur appuis élastiques, Ce qui implique que la première est plus rigide.

Les masses cumulées dans la structure sur appuis fixes sont inférieurs aux masses cumulées dans la

structure sur appuis élastiques dans les deux directions d’excitations c'est-à-dire que si la structure

est plus souple, l’action sismique va induire des déplacements plus importantes.

Le nombre élevé de modes est du à l’irrégularité du bâtiment.

Voici quelques vues de déformées du mode fondamental pour les deux variantes sur appuis fixes et

sur appuis élastiques. La direction de la déformée du mode fondamental de la variante en béton

armé est suivant X ainsi que celle pour la variante métallique est suivant Y.

65
ENIT 2014 Chapitre 8 : Etude sismique

Variante CM Variante CM

(Appuis fixes) (Appuis élastiques)

Mode 1 Mode 1

Fréquence : 2.56 Hz Y Fréquence : 2.31 Hz Y


X X
Cas : 3 (modale) Cas : 3 (modale)

Variante BA Variante BA
(Appuis fixes) (Appuis élastiques)
Mode 1 Mode 1

X
Fréquence : 2.74 Hz X Fréquence : 2.00 Hz
Y Y
Cas : 3 (modale) Cas : 3 (modale)

Figure 8.2- Représentation du mode fondamental pour les deux variantes

66
ENIT 2014 Chapitre 8 : Etude sismique

8.7 Etude des déplacements

8.7.1 Résultats

La comparaison des déplacements sous appuis fixes et sous appuis élastiques est explicite. Les

déplacements maximaux sous appuis élastiques sont de 20 % à 30 % supérieurs à ceux sous appuis

fixes. Les résultats des déplacements maximaux au niveau des joints de dilatation pour les deux

variantes sont donnés dans les deux tableaux suivants :

Tableau 8.4- Comparaison des déplacements maximaux en charpente métallique

DXmin (cm) DYmax (cm)


Niveau
Fixes Elastiques Ecart Fixes Elastiques Ecart
RDC (bas) -0.02 -0.20 900 % 0.02 0.21 950 %
RDC (haut) -0.71 -1.20 69 % 0.95 1.45 52.63 %
Niveau 1 -1.08 -1.98 8.3.33% 1.86 2.33 25.66 %
Niveau 2 -1.43 -2.01 40.55 % 2.19 2.90 32.42 %
Niveau 3 -1.72 -2.53 47 % 2.60 3.50 34.61 %
Niveau 4 -2.30 -3.11 35.21 % 3.40 4.20 23.52 %

Tableau 8.5- Comparaison des déplacements maximaux en béton armé

DXmin (cm) DYmax (cm)


Niveau
Fixes Elastiques Ecart Fixes Elastiques Ecart
RDC (bas) -0.01 -0.19 1800 % 0.03 0.19 533.33 %
RDC (haut) -0.59 -1.11 88.13 % 0.60 1.45 141.66%
Niveau 1 -1.03 -1.73 67.96 % 1.67 2.33 39.52 %
Niveau 2 -1.21 -1.95 61.15 % 2.94 3.12 6.12 %
Niveau 3 -1.65 -2.46 49 % 3.22 3.50 8.69 %
Niveau 4 -2.10 -3.06 45.71% 3.69 4.50 0.27 %

67
ENIT 2014 Chapitre 8 : Etude sismique

On remarque que les déplacements suivant Y sont plus importants que ceux suivant X et ça du

à l’importance de la longueur du bâtiment.

8.7.2 Déplacements différentiels

Les déplacements différentiels sont les déplacements relatifs entre la dalle basse et la dalle haute

d’un étage. La comparaison des déplacements maximaux entre la variante en charpente métallique

et celle en béton armé sont représentés dans la figure 8.3 :

Figure 8.3- Comparaison des déplacements maximaux

68
ENIT 2014 Chapitre 8 : Etude sismique

On constate que les déplacements du modèle sur appuis élastiques sont plus importants que ceux du

modèle sur appuis fixes pour les deux variantes.

Les tableaux suivants concernent les déplacements différentiels des deux variantes.

Tableau 8.6- Déplacements différentiels en charpente métallique


ΔDi entre étages (courant/inférieur)

Hauteur ΔDX (cm) ΔDY (cm)


Etage h (m) Fixes Elastiques Ecart Fixes Elastiques Ecart
RDC 3.00 -0.69 -1.00 44.92 % 0.93 1.24 33.33 %
Niveau1 3.00 -0.37 -0.78 110.81% 0.91 0.88 3.40 %
Niveau2 3.00 -0.35 -0.03 1066 % 0.33 0.57 72.72 %
Niveau3 3.00 -0.29 -0.52 79.31 % 0.41 0.60 46.34 %
Niveau4 1.20 -0.58 -0.58 0.00 % 0.80 0.70 14.28 %

Tableau 8.7- Déplacements différentiels en béton armé

ΔDi entre étages (courant/inférieur)

Hauteur ΔDX (cm) ΔDY (cm)


Etage h (m) Fixes Elastiques Ecart Fixes Elastiques Ecart
RDC 3.00 -0.58 -0.92 58.62 % 0.57 1.26 121.05%
Niveau1 3.00 -0.44 -0.62 40.90 % 1.07 0.88 21.59 %
Niveau2 3.00 -0.18 -0.22 22.22 % 1.27 0.79 60.75 %
Niveau3 3.00 -0.44 -0.51 15.90 % 0.28 0.38 35.71 %
Niveau4 1.20 -0.45 -0.60 33.33 % 0.47 0.18 161.11%

Les résultats précédents sont satisfaisants puisqu’ils ne dépassent pas limite imposée

par les règles parasismiques [PS 92 8.3.1].

69
ENIT 2014 Chapitre 8 : Etude sismique

8.8 Vérification du joint de dilatation

Pour cette vérification [PS 92 8.3.2], il s’agir de s’assurer que le déplacement maximal des nœuds

sous combinaisons accidentelles au niveau du joint de dilatation n’est pas supérieur à l’épaisseur du

joint. Cette vérification est effectuée aux nœuds situés aux deux extrémités du joint. Il est à noter

que pour les ouvrages situés en zone sismique II, la largeur des joints ne peut être inférieure à 6 cm

[PS 92 4.4.4.3].

D’après les résultats des déplacements maximaux précédents (Tableau 8.4 et 8.5), un joint de

dilatation d’épaisseur 6 cm est satisfaisant.

8.9 Etude de contreventement

Un contreventement est un système statique destiné à assurer la stabilité globale d’un ouvrage vis-à-

vis des effets horizontaux. La structure en béton armé est contreventée principalement par des

voiles et des cages d’ascenseurs (voir la figure 8.4). Ces voiles vont créer un système continu pour

transférer les charges latérales jusqu’aux fondations.

Contreventement Contreventement par


par des voiles un cage d’ascenseur

Figure 8.4- Systèmes de contreventement utilisés

70
ENIT 2014 Chapitre 8 : Etude sismique

La structure est renforcée par des voiles extérieurs d’épaisseurs 0.20 m.

Dans un premier temps, les voiles ont été ferraillés en statique selon les règles B.A.E.L.91 [1],

et dans un second temps en dynamique afin d’évaluer le surplus d’acier en sismique.

8.9.1 Ferraillage statique

Le ferraillage des voiles est constitué de :

 Chainages verticaux au droit des appuis, en bordure des voiles et à l’encadrement des

ouvertures.

 Chainages horizontaux à l’intersection dalles-voiles et en bordure des voiles.

 Armatures longitudinales aux endroits ou se forment des tirants (poutres, porte-à-faux, etc.).

 Armatures transversales (verticales et horizontales) généralement en treillis soudé pour le

corps du voile.

Le ferraillage statique adopté pour un voile de contreventement est situé dans l’annexe M.7.

8.9.1 Ferraillage sismique

Le ferraillage sismique est un surplus d’acier apporté au ferraillage statique. Il est effectué selon les

règles parasismiques PS 92. Il consiste à vérifier que le ferraillage transversal est suffisant pour

équilibrer les contraintes de cisaillement dues à l’effort tranchant horizontal et que les chainages

verticaux sont aptes à reprendre les efforts de tractions induits par le basculement du voile.

Le ferraillage a été déterminé sur modèle avec appuis fixes et modèle avec appuis élastiques (voir

annexe M.8).

La comparaison des modèles montre que les efforts induits par le séisme dans la structure sont

identiques aux étages supérieurs et divergent aux niveaux des fondations. Les efforts de traction

sont plus importants sur appuis fixes, ce qui impose un chainage vertical plus dense pour les deux

premiers niveaux.

La figure 8.5 représente les efforts et le principe de ferraillage du voile.

71
ENIT 2014 Chapitre 8 : Etude sismique

Figure 8.5- Efforts et principe de ferraillage

72
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

CHAPITRE 9

ETUDE THERMIQUE

9.1 Généralités sur les échanges thermiques

La température traduit la vitesse d'agitation des particules élémentaires de la matière. Entre deux

corps dont la température est différente se produit inévitablement un flux thermique, la chaleur se

déplaçant du corps le plus chaud vers le corps le plus froid jusqu'à ce qu'il y ait équilibre de

température. Cet échange peut s'effectuer de trois manières différentes :

 Par conduction

 Par convection

 Par rayonnement

9.1.1 La conduction

C'est l'échange de la chaleur s'effectuant par propagation à l'intérieur d'un solide.

La conduction est processus d'échange dans lequel l'énergie cinétique moyenne des diverses

particules tend à s'homogénéiser par diffusion de zones chaudes (énergie cinétique moyenne élevée)

vers les zones froides, Si l'élément dans lequel se produit la conduction à toutes ses limites isolées

thermiquement, la répartition des températures tend à s'uniformiser .Si les conditions imposées aux

limites de l'élément sont maintenues constantes, le processus tend à stabiliser: c'est le régime

permanant ou régime stationnaire dans lequel les températures et les flux énergétiques ne dépendent

pas du temps.

NB : La conduction pure n'existe pas dans les matériaux de construction, du fait de la présence

d'alvéoles plus ou moins gros et irréguliers.

73
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

Equation de la chaleur

Pour ce qui est de la conduction nous avons le flux de chaleur qui est donnée par la formule

suivante:

Avec

: Coefficient de conductibilité thermique du matériau en « W/m.K »

Te : Température à l'extérieur de la paroi en « °C ou K »

Ti : Température à l'intérieur de la paroi en « °C ou K »

e : épaisseur de la paroi en « m »

Cette formule est valable seulement pour un mur simple c'est-à-dire composé d'un seul matériau;

cependant les murs des bâtiments sont toujours en mur composé.

Considérons un mur composé de plusieurs éléments (sans sources de chaleur) dont les conductivités

thermiques sont les suivantes: et leurs épaisseurs respectives .

Ainsi nous avons la résistance thermique de la paroi en conduction qui est donnée par la formule

suivante:

Avec e : épaisseur du composant

λ : Conductivité thermique du composant

Si une paroi est composée de plaques parallèles faites de matériaux différents, les résistances

thermiques de chacune des plaques s'ajoutent pour s'opposer au passage du flux de chaleur.

74
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

9.1.2 La convection

C'est un mode d'échange thermique propre aux fluides.

La convection s'applique au transfert de chaleur associé au transfert de masse, ces phénomènes se

développent dans les fluides et en particulier dans l'air.

Si le mouvement du fluide résulte seulement de différences de températures qui entraînent des

différences de densité de ce fluide alors on parle de convection naturelle; tandis que si le

mouvement provient d'une autre cause (ventilation mécanique,…) on parle alors de convection

forcée.

Equation de la chaleur

Pour exprimer les échanges de chaleur par convection entre la paroi et le fluide, nous utilisons

l'équation suivante:

Avec :

est le flux convectif surfacique reçu (ou cédé) par la paroi en « W/m2 »

h est le coefficient de convection en « W/m2.K »

Et sont respectivement les températures du milieu ambiant et de la paroi.

Cependant, pour le calcul des charges thermiques du bâtiment, du fait nous avons généralement de

la convection naturelle, on prend en général les formules empiriques suivantes :

Nous avons aussi dans le tableau suivant des valeurs qui sont données par le comité français

d'isolation. Les coefficients de convection des parois intérieurs et extérieurs sont illustrés dans le

tableau 9.1

75
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

Tableau 9.1- Coefficients de convection des parois

Inclinaison des Paroi extérieure Paroi intérieurs


parois et sens de Une face Une face
flux Unités extérieure intérieure Deux faces intérieures

Paroi verticale m²°CW-1 0.11 0.08 0.12 0.12

Paroi horizontale
Flux ascendant m²°CW-1 0.09 0.05 0.1 0.1

Paroi horizontale
Flux descendant m²°CW-1 0.17 0.05 0.17 0.17

Ainsi la résistance thermique due à la convection est donnée par la formule :

9.1.3 Le rayonnement

Les corps émettent de l'énergie par leurs surfaces, sous forme d'un rayonnement d'ondes

électromagnétiques, et ce d'autant plus que leur température est élevé.

Inversement, soumis à un rayonnement, ils en absorbent une partie qui se transforme en chaleur. Le

rayonnement est un processus physique de transmission de la chaleur sans support matériel. Ainsi,

entre deux corps, l'un chaud, l'autre froid. La transmission de chaleur s'effectue par rayonnement du

corps chaud vers le corps froid: le corps chaud émet un flux « » et absorbe une partie du flux

76
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

« » émis par le corps froid. Comme « » est supérieur à « », le bilan de flux est tel que le

corps chaud cède de l'énergie au corps froid.

A l'inverse, le bilan de flux peut être retrouvé sur le corps froid qui émet moins d'énergie qu'il n'en

absorbe. On définit le coefficient d'absorption suivant :

Et le coefficient de réflexion:

9.1.4 La résistance thermique globale

En effet, le passage du flux de chaleur dans une paroi est freiné par sa résistance thermique

( ; Paroi homogène et Paroi hétérogène) à laquelle s'ajoute les résistances


λ

intérieure et extérieure de convection et de rayonnement.

Ainsi nous avons la résistance thermique globale qui est la somme des résistances de tous les

composants de la paroi.

Nous avons le flux de chaleur qui est donné par la formule:

Ainsi pour avoir une paroi qui résiste bien au passage du flux de chaleur, il faut avoir une résistance

thermique élevée de cette dernière.

Nous pouvons aussi parler de la conductance thermique « K » qui est l'inverse de la résistance.

77
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

Le coefficient K est l'expression de l'aptitude d'une paroi à permettre le passage de la chaleur, plus

le coefficient K est faible plus la qualité thermique de la paroi est meilleure.

9.1.5 Les phénomènes physiques en jeu

Les échanges de chaleur entre le bâtiment et son environnement (comme pour le corps

humain avec l‘environnement) s’effectuent suivant les trois modes précédentes qui sont

définies dans la figure suivante.

Figure 9.1- les trois modes principales des échanges de chaleur [8]

9.2 Transfert dans le bâtiment

Le comportement énergétique d'un bâtiment fait intervenir les transferts de chaleur mais

également les transferts de masse, les transferts de masse concernent les circulations d'air ou

d'humidité. Ils sont en général difficiles à estimer. Sauf dans les locaux où l'on contrôle la teneur

en eau de l'ambiance, l'effet de l'humidité reste négligeable du point de vue énergétique devant les

approximations faites pour étudier les autres transferts. Les infiltrations et déperditions seront

fonction du choix de l'enveloppe.

78
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

9.2.1 Etude de la structure de l’enveloppe

On appellera enveloppe toute structure destinée à protéger des personnes (protection vis-à-vis du

climat, bruit ...) et des objets. Nous s’intéresserons aux bâtiments à usage de bureaux.

Dans ce qui suit nous nous intéresserons à la fonction couverte, consistant à limiter les charges

thermiques venant de l'extérieur.

Suivant le type de fabrication on distingue:

 Les enveloppes dissociées qui associent une ossature résistante (répondant à la première

fonction) et un matériau de remplissage qui répond à la seconde.

 Les enveloppes intégrées où les façades (en fabrication lourde) assurent simultanément les

deux fonctions.

9.2.1.1 Les enveloppes dissociées

Matériaux utilisés

Généralement, on rencontre deux types des matériaux pour la construction des ossatures:

 L'acier ;

 Le béton armé.

Les caractéristiques thermiques des matériaux utilisés pour réaliser les ossatures favorisent

généralement les transferts thermiques et il est indispensable de lutter contre les ponts

thermiques (plancher, poteaux d'angle, voiles périphériques, ...). Le choix du matériau dépend

souvent des plusieurs critères.

 Poids volumique ;

 Résistance à la rupture ;

 Module d’élasticité ;

 Conductivité thermique…

79
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

Les éléments constitutifs d'une ossature

L'ossature, constituant le squelette de l'enveloppe est souvent composée de quatre types

d'éléments:

 La charpente, dont le rôle essentiel est de supporter la couverture de l'enveloppe.

 Les porteurs horizontaux (poutres, planchers) qui permettent d'assurer les circulations

horizontales.

 Les porteurs verticaux (poteaux, voiles) qui transmettent les charges des superstructures

jusqu'aux fondations.

 Les éléments de contreventement, qui empêchent les déformations d'ensemble de la

structure sous l'action des charges horizontales.

9.2.1.2 Les enveloppes intégrées

Une enveloppe intégrée assure simultanément la fonction d'ossature résistante et la fonction

de clos de l'enveloppe. Nous pouvons distinguer deux types d'enveloppe :

 Les panneaux préfabriqués lourds, qui s'encastrent sur les planchers et les refends, et qui

transmettent les charges périphériques;

 Les cellules qui sont des caissons parallélépipédiques à six parois, assemblés entre eux

pour constituer l'enveloppe.

Dans les éléments préfabriqués sont intégrées des structures hautement isolantes. Mais une

précision est demandée quant à la liaison des panneaux avec les autres éléments de la

structure (ou la liaison des cellules entre elles) car les risques de ponts thermiques sont

grands.

9.2.2 Les transferts de chaleur dans le bâtiment

Les transferts de chaleur dans le bâtiment ont lieu par conduction dans les parois, par

convection et par rayonnement de courte longueur d'onde (rayonnement visible d'origine

80
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

solaire CLO) ou de grande longueur d'onde (rayonnement thermique GLO ou infrarouge), Ces

transferts s'effectuent sur:

 Les surfaces de parois en contact avec l'extérieur

 Les surfaces de parois en contact avec les volumes d'air extérieurs

 Le volume d’air intérieur

 Les parois dans le bâtiment.

Cette approche fait déjà apparaître la complexité des échanges qui se produisent dans un

bâtiment. Pour cela on ne s'intéressera qu'aux échanges thermiques entre l'extérieur et le

bâtiment.

9.3 Isolation thermique

Au début, notre confort thermique a été principalement basé sur un gaspillage d'énergie. II

fallut le renchérissement brutal de l'électricité et le déséquilibre des économies qu'il provoquait,

pour que l'isolation thermique devienne une nécessité absolue. II serait anormal d'ailleurs, de

limiter son rôle à celui de la conservation de l'énergie thermique; c'est là sans doute, le but

primordial de l'isolation thermique, mais elle procure un certain nombre d'avantages

supplémentaires.

L'isolation améliore le confort, en abaissant les températures superficielles des parois. Elle

diminue la puissance des installations de climatisation ainsi que leur exploitation moins

coûteuse par la diminution de la consommation d'énergie. Enfin, l'isolation thermique assure la

durabilité des constructions. Elle permet de mieux protéger les éléments du bâtiment contre les

variations brutales de température. Elle supprime la condensation, source de vieillissement

prématuré.

81
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

9.3.1 Isolation des parois verticales

Le choix de matériaux isolant permettra de réduire fortement les charges externes. Cette

réduction est aussi en fonction de la disposition de cette dernière sur le mur.

Mis à part la préoccupation économique, le choix de l'isolant est dictée par le type de paroi à

isoler, le système d'isolation adopté (c'est-à-dire, principalement, la position de l'isolant dans

la paroi), le mode de fixation ou d'application de l'isolant sur ou dans la paroi, ainsi que par

les dimensions de l'emplacement utilisable pour le maître d'œuvre, sans même parler des

impératifs telles que la disponibilité (marché) et la sécurité (incendie). Suivant le type

d'emplacement :

 L’isolation intérieure ;

 L’isolation extérieure ;

 L’isolation intégrée ;

 L’isolation sur les deux faces ;

Dans le marché de la sous région nous rencontrons deux types d'isolant généralement utilisés

(plâtre, polystyrène) que nous assaillirons d'analyser avant de proposer un premier choix

suivant des critères.

9.3.1.1 Choix du système d'isolation

Le choix du système d'isolation est complexe puisqu'il fait appel à plusieurs paramètres, En

effet pour choisir l'emplacement le plus économique et le plus durable après la fonction

d'isolation de base, il faut tenir en compte:

 La nature de l'isolant à utiliser.

 Les paramètres du milieu dans lequel il est exposé.

 Le mode de fixation à la paroi.

 La durée de vie du bâtiment.

82
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

 Le coût de l'installation…

Le bâtiment pris comme référence étant à proximité de la mer où l'humidité et de salinité est

un peu élevé, le système extérieur peu être exclu, En effet une protection particulière sera

nécessaire afin de prolonger la durée de vie de l'isolant. Le bâtiment en construction nous

empêchera d'adopter une isolation intégrée et appuiera en même temps notre première

suggestion. Restera le système d'isolation par l'intérieur qui peut être effectué en dehors du

projet de construction, ce système offre un choix très large de l'isolant et une bonne protection

de cette dernière contre les chocs thermiques et les intempéries. Le système d'isolation par

l'intérieur est plus facile à exécuter.

9.3.1.2 Isolants
Les matériaux isolants sont nombreux et de natures différentes, le choix est très large et varié.

En ce qui nous concerne on se contentera d'étudier les types d'isolants les plus accessibles de

la sous région.

Le polystyrène

Le polystyrène est un matériau isolant bien connu et facilement identifiable par sa légèreté.

Ses applications dans la construction sont multiples et ont pour objet le confort et la protection

des personnes et des biens, qu'il s'agisse de l'isolation thermique ou thermo-acoustique des

murs (panneaux et complexes de doublage), des sols (isolants sous chapes flottantes), des

planchers (entrevous moulés ou découpés), des toitures ou encore des réservations et

coffrages perdus. C'est un produit majeur dans l'isolation du bâtiment grâce à ses qualités

notamment, acoustique, mécanique, thermique.

Le polystyrène répond parfaitement à tous les objectifs de l'isolation:

 Améliorer le confort des occupants notamment par l'élimination du phénomène des

parois froides et par l'élimination des bruits provenant tant de l'intérieur que de

l'extérieur.

83
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

 Limiter la facture énergétique en réduisant très significativement les déperditions

calorifiques par les parois.

 Protéger les murs en éliminant l'humidité due à la condensation sur les parois froides.

Le polystyrène est un isolant stable dans le temps ; toutes ses propriétés sont conservées de sa

mise en œuvre à la démolition ou déconstruction des bâtiments.

Les performances des solutions et des systèmes constructifs à base de polystyrène ont très

fortement évolué au cours des dernières années. Ainsi, à épaisseur égale, la performance

acoustique du polystyrène a doublé et sa résistance thermique à augmenté de 50%.

Suivent la structure on distingue:

Le polystyrène expansé: composé d'une structure à pores ouverts, c'est le matériau le plus

économique, c'est un isolant thermique convenable.

Le polystyrène extrudé: composé d'une structure à pores fermés, plus onéreux, cette matière

possède, à épaisseur égale, un coefficient d'isolation thermique supérieur d'environ 30% par

rapport au polystyrène expansé.

Le plâtre
Le plâtre s'obtient par déshydratation du gypse, roche naturelle ou sous produit de certaines

industries, qui est un sulfate de calcium hydraté de formule CaS04. 2H20.

Du fait de sa faible conductivité thermique « λ », le plâtre peut s'employer seul ou associé à

d'autres matériaux pour améliorer l'isolation thermique des parois .Un enduit plâtre appliqué

sur une paroi de béton ou de terre cuite forme un revêtement continu qui améliore l'isolation

thermique. Les plâtres spéciaux qui incorporent des charges d'agrégats légers qui ont des

conductivités thermiques de l'ordre de (0,18 à 0,20 ) sont particulièrement

destinés à cet usage. En outre, du fait de sa forte inertie thermique et de sa faible conductivité

thermique, le plâtre élimine le phénomène de paroi froide. Le plâtre permet de plus, en

association avec des matériaux isolants minéraux ou de synthèse ayant des conductivités

84
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

thermiques très faibles (0,03 à 0,04 ), qui sont des matériaux spécifiques de

l'isolation mais qui ne constituent pas comme lui des matériaux de construction, de réaliser

des systèmes d'isolation efficaces. Dans le bâtiment, le plâtre est utilisé sous différentes

formes.

Enduits intérieurs :

On distingue trois familles de plâtre pour enduits intérieurs:

 Pour enduit manuel ;

 Pour projection mécanique;

 Pour enduits spéciaux appliqués soit manuellement, soit par projection mécanique.

Plâtres pour préfabrication :

Les plâtres pour préfabrication sont destinés à la fabrication d'éléments moulés et séchés en

usine pour cloisons, plafonds et doublage. Ces plâtres sont presque toujours exclusivement

constitués de semi hydrates et se caractérisent par une bonne fluidité facilitant le coulage, un

durcissement rapide et des performances mécaniques élevées.

9.3.1.3 Mise en place d’isolant

Après consultation du marché, nous avons retenu comme isolants le polystyrène et le plâtre.

Un choix définitif sera fait par la suite en fonction de leur rentabilité et leur conductivité

thermique (coefficient de transmission de chaleur).

La mise en place du plâtre dans les parois verticaux est représentée dans la figure suivante ;

85
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

Figure 9.2- Isolation par plâtre

Ainsi que la mise en place de polystyrène est indiquée dans la figure suivante ;

Figure 9.3- Isolation par polystyrène

9.3.1.4 Choix de l'isolant

Le choix d'un isolant approprié dépend de plusieurs facteurs dont les plus importants restent:

 Le coefficient de transmission ;

 L'environnement ;

 Le coût…

86
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

Après la mise en place d’isolants, nous allons faire une comparaison selon la conductivité

thermique qui varie en fonction de l’épaisseur pour justifier le choix définitif, la comparaison

suera fait dans les deux tableaux situés dans l’annexe H.1.

9.3.1.5 Résultat et observation

La variation du coefficient de transmission de chaleur (K) en fonction de l’épaisseur (e) de

l’isolant est représentée dans la figure 9.4.

On remarque que le coefficient de transmission du plâtre est plus important que celui du

polystyrène en augmentant l’épaisseur de l’isolant. Donc le polystyrène est l’isolant qui offre

des performances thermiques plus fortes que le plâtre et assurer le confort thermique du

bâtiment.

K (W/ m²°C) K=f(e)


3,00

2,50

2,00

1,50 Platre
Polystrène
1,00

0,50
e (m)
0,00
0 0,02 0,04 0,06 0,08 0,1 0,12

Figure 9.4- Variation du coefficient de transmission de chaleur (K) en fonction de


l'épaisseur (e) de l'isolant

9.3.2 Isolation des vitrages

Les vitrages constituent les surfaces les plus perméables à l'énergie thermique et comme il

n'est pas question de les supprimer ni d'en réduire les dimensions dans des proportions très

87
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

importantes, il faut isoler. En construction neuve, le vitrage isolant constitue la mesure la plus

efficace, avec l'étanchéité pour minimiser les charges de climatisation.

Il existe plusieurs types de vitrage isolant. Notre choix sera dicté par le facteur solaire, le

facteur lumineux, le coefficient de transmission et la disponibilité sur le marché de la sous

région. Dans la gamme de produit trouvée sur le marché, le double vitrage réfléchissant

(ANTELIO ou PLANTHERM) de couleur havane avec K= 1,7 W/m2°C et un facteur

lumineux de 20% répond le mieux à nos critères de choix (voir annexe H.2).

Comparé au coefficient de transmission des vitrages simples compris entre 5et 6 W/m2°C on

voit nettement la nécessité d'adopter les vitrages isolant.

9.4 Dilatation thermique

La variation de longueur du bâtiment dû à la dilatation thermique est exprimée en fonction de

la variation de température par la relation suivante :

Avec :

: La variation de longueur du bâtiment en (m)

: Le coefficient de dilatation linéaire en (°C -1)

: La longueur initiale en (m)

: La variation de température en (°C)

Nous allons vérifier le déplacement dû à la variation de température au niveau du joint pour

un bloc métallique de longueur .

La variation de température en côte d’ivoire est déterminée d’après le relevé

météorologique d’Abidjan (voir annexe H.3).

88
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

 Donc un joint de dilatation d’épaisseur 6 cm est satisfaisant.

89
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

CHAPITRE 10

ETUDE COMPARATIVE

Dans ce chapitre, la comparaison va porter sur le côté financier du projet, généralement considéré

comme étant le critère déterminant pour l’acquisition du marché. Nous allons représenter le calcul

estimatif du coût du projet selon les deux variantes.

10.1 Etude quantitative

10.1.1 Etude quantitative de la structure en béton armé

On utilisant les plans de ferraillage et les notes de calcul du logiciel Arche pour déduire les métrés

d’acier, de béton et de coffrage. Les résultats sont regroupés dans le tableau 10.1 :

Tableau 10.1- Etude quantitative de la structure en béton armé

Eléments Acier (kg) Béton (m3) Coffrage (m2)

Poutres 24279.12 3238.08 338.54

Poteaux 5373.44 67.18 925.20

Semelles 9699.00 630.00 840.00

Dalles 2634.00 1152.00 5760.00

Voiles 4896.32 79.20 792.00

Quantité totale 46881.88 5166.46 8655.74

90
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

10.1.2 Etude quantitative de la structure métallique

On utilisant le catalogue des profilés métalliques, on va déterminer la quantité totale d’acier en kg.

L’étude quantitative de la variante en charpente métallique est donnée dans le tableau suivant :

Tableau 10.2- Etude quantitative de la structure métallique

Elément Profilé Nombre des Longueur Longueur Poids Poids totale


barres (m) totale (m) (kg/m) (kg)
IPE220 96 6.00 576 26.2 15091.20
Solive
IPE270 448 6.00 2688 36.1 97036.80
HEA300 32 6.00 192 88.3 16953.60
IPE330 14 11.86 166.04 49.1 8152.56

IPE400 50 11.86 593 66.3 39315.90


Traverse
HEA500 2 11.86 23.72 155 3676.60
HEB600 6 11.86 71.16 212 15085.92
HEA300 72 3.00 216 88.3 19072.80

HEA320 72 3.00 216 97.6 21081.60


Poteau
HEA340 30 3.00 216 97.6 9450.00
HEA360 32 3.00 96 112 10752.00
Rond 355.6x8 144 3.00 432 68.58 29626.56
Panne IPE160 208 6.00 1248 15.8 19718.40

Ferme en treillis TCAR 100x10 18 48.94 880.92 27.9 24577.66

Diaphragme TCAR 60x2.5 320 6.69 2140.8 4.52 9676.41

Tube d’élancement TCAR 40x3.2 512 1.48 757.76 3.56 2697.62

Contreventement TCAR 70x8 32 12.2 390.4 14.28 5574.91

Poids totale (kg) 347540.56

91
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

10.2 Devis estimatif

10.2.1 Devis estimatif de la structure en béton armé

L’estimation du coût de la structure en béton armé est déterminée dans le tableau 10.3 :

Tableau 10.3- Devis estimatif de structure en béton armé

Quantité totale Prix unitaire (DT) Prix total (DT)

MO ferraillage (m2) 4800 17 81600


Acier (Kg) 46881.88 2 93763.76
Béton (m3) 5166.46 120 619975.20
Coffrage (m2) 8655.74 12 103868.88
Acier couverture 73922.62 2.5 184806.55
extérieure (kg)
Prix total (DT) 1084014.39

10.2.2 Devis estimatif de la structure métallique

L’estimation du coût de la structure métallique est déterminée dans le tableau 10.4 :

Tableau 10.4- Devis estimatif de structure métallique

Quantité totale Prix unitaire (DT) Prix total (DT)


Main d’œuvre ---------------------- ------------------------ 10000.00
Acier (Kg) 347540.56 2.5 868851.40
Dalle collaborant (m2) 4800 15 72000.00
Chape et fondations --------------------- ------------------------ 147603.60
MO ferraillage (m2) 1200 17 20400.00

Prix total (DT) 1118855.00

92
ENIT 2014 Chapitre 10 : Devis estimatif

L’étude estimative montre que la structure métallique est plus coûteuse que la structure en béton

armé (différence d’environ 35 mille dinars) (voir figure 10.1).

Figure 10.1- Comparaison des coûts des deux variantes

D’après l’histogramme précédent, les coûts des planchers sont très proches pour les deux variantes,

mais la différence est distinguée surtout pour les coûts des poteaux et des contreventements. Les

poteaux métalliques sont plus chairs d’environ Cinque fois que les poteaux en béton armé. Ainsi

que le contreventement assuré par des barres en acier est plus économique que le contreventement

par des voiles en béton armé.

93
ENIT 2014 Conclusion

CONCLUSION

Arrivant à la fin de ce modeste travail, qui nous a donné une occasion pour appliquer

et approfondir toutes nos connaissances acquises durant le cursus de formation d’ingénieur.

Cette expérience nous a permis aussi de faire mieux comprendre le domaine de la

construction en charpente métallique et en béton armé qui nous a permis d’un côté d’assimiler

les différentes techniques et les logiciels de calcul ainsi que la réglementation régissant les

principes de conception et de calcul des ouvrages dans ce domaine, et de développer les idées

à partir de la lecture des différentes références bibliographiques.

L’étude du comportement dynamique d’une structure, dont la forme en plan est

irrégulière nous a permis de mieux visualiser la présence des modes de torsion.

Il est indéniable que l’analyse sismique constitue une étape déterminante dans la conception

parasismique des structures. En effet des modifications potentielles peuvent être apportées sur

le système de contreventement lors de cette étape. Par conséquent, les résultats déduits de

l’étape de pré dimensionnement ne sont que temporaires lors du calcul d’une structure.

Après le calcul des devis estimatifs, nous avons trouvé que la variante en béton armé

est la plus économique que celle en charpente métallique sans tenir en compte le coût du

transport. Ainsi que la légèreté des structures métalliques et le comportement élastique de

l’acier sont des caractéristiques intéressantes pour les constructions en zones sismiques.

Notre travail ne s’arrête pas à l’étude de la structure et le dimensionnement des

éléments de cette dernière, mais il nous a ramené aussi à faire une protection de la structure

contre les effets de température pour mettre les usagers dans une situation plus sécurisée.

94
ENIT 2014 Conclusion

A la fin de ce projet qui constitue pour nous une première expérience dans un domaine

très vaste, il nous a acquis des grandeurs très importantes pour mettre le premier pas dans la

vie professionnelle.

95
ENIT 2014 Bibliographie

BIBLIOGRAPHIES

[1] J. Perchât, J. Roux., Règles BAEL 91: modifiées 99, EYROLLES, France, 1991.

[2] B. Stahlbauten, K. Stahlbauten., Calcul des structures en acier : Règles générales et règles pour les

bâtiments, NF EN 1993-1-1, AFNOR, Octobre 2005.

[3] B. Stahlbauten, K. Stahlbauten., Calcul des structures : Calcul des assemblages, NF EN 1993-1-8,

AFNOR, Décembre 2005.

[4] Règles neige et vent 65, CSTB, DTU P06-002, Février 2009.

[5] M. Peker., Règles PS92 applicables aux bâtiments, Norme NF P06-013, EYROLLES,

Décembre 1995.

[6] J. Morel., Conception et calcul des structures en charpente métallique, EYROLLES, 1995.

[7] E. Lemdani., La structure horizontale- Partie B les planchers.

[8] R. DEHAUSSE., « Energétique des bâtiments» Tome 2 : « calcul des enveloppes »,

Édition PYC, 1988.

96