Vous êtes sur la page 1sur 5

La conduite du chantier

Chapitre II: La conduite du chantier.

II-1 Coordination en cours d’exécution des travaux.

Le chantier n’est autorisé à commencer les travaux qu’après obtention d’un certain nombre
d’autorisation et avis, dont le plus important est le permis de construire.

Des la mise en place des premières installations du chantier, le maître de l’œuvre devra :

 Orienter son activité vers la recherche de la meilleure coordination entre tous les
responsables du déroulement des opérations.

 Obtenir toutes les permissions nécessaires (Ex : ouverture de tranchées sous la voie
publique). Il évitera ainsi les risques de contestations ultérieures où la responsabilité du
maître de l’ouvrage pourrait se trouver engagée.
 Favoriser la coordination entre les chantiers des différents corps d’état,
 Vérifier que l’entrepreneur est exactement au courant de ce qu’il a à faire et que ses travaux
sont en accord avec ceux des autres corps d’état.
Les instructions données par le maître d’œuvre au chantier se présentent sous la forme de procès
verbaux, plans, dessins ou schémas.
Les plans d’exécution permettront au BET d’appréciés si les travaux réalisés sont conformes aux
directions données par lui et si ces travaux ne risquent pas, par leur mode d’exécution, de créer des
difficultés pour ceux qui devront être réalisés par d’autres entreprises.
Les entrepreneurs auront à soumettre à l’acceptation du maître de l’œuvre un certain nombre
d’éléments devants entrés dans la constitution des ouvrages et qui seront conservés au bureau de
chantier du maître de l’œuvre sous forme d’échantillons de prototypes pouvant être soumis à
l’examen des entrepreneurs qui tiendront comptes de leurs caractéristiques pour certaines
dispositions à retenir.
Les échantillons acceptés pour les quincailleries, robinetteries, appareillage électrique ou autre
permettront une base ferme pour les commandes d’approvisionnement et par la suite le contrôle des
matières mises en œuvres.
La fréquence des réunions peut être assez variables d’un mois à une semaine suivant la façon même
dont elles sont conçues, leur déroulement peut s’opérer de diverses façons, soit en réunions générale
permettant la discutions ouverte de tous les participants, soit en examens particuliers avec les
entrepreneurs dument convoqués des problèmes spéciaux qui peuvent se poser.

L’objet en sera toujours de faire régulièrement le point et d’établir un rapport indiquant à la date
déterminé la situation du chantier tant du point de vue de l’avancement réel des travaux que des
1
La conduite du chantier

prévisions pour l’avenir immédiat et des difficultés imprévues rencontrés demandant des solutions
rapides.

II-2 Contrôle des l’avancement des travaux

Le programme d’avancement ayant été établi et accepté par chacun des participants, l’une des
taches du maître de l’œuvre sera de s’assurer que le déroulement des opérations sur le chantier
s’opère bien comme prévu et sans retard.
Si une anomalie devait se présenter, le maître de l’œuvre doit :
 Examiner toutes les conséquences qu’elle pourrait entraîner pour l’ensemble des travaux
 Prendre toutes mesures pour limiter les perturbations.
 Faire part au maître de l’ouvrage qui doit être au courant de tout incident important en cours
de chantier, en particulier de ceux qui pourraient compromettre la date de livraison des
ouvrages.
Le maître de l’œuvre sera donc amené à
 Faire le point au sujet de l’avancement des travaux aux époques où doivent être établies les
propositions de paiements d’acomptes, généralement à la fin de chaque mois.
 Faire les prévisions pour les travaux pendant la période suivante, afin que le maître de
l’ouvrage en soit averti et qu’il puisse, à l’occasion, prévoir les dispositions de trésorerie qui
lui seront nécessaires pour lui permettre les paiements des acomptes en cours des travaux
correspondant à une part aussi exacte que possible des ouvrages effectivement réalisés
pendant la période considérée.
Le maître de l’œuvre réalisera la constatation de l’avancement des travaux sous forme,
généralement concomitantes :
 Le rapport d’avancement,
 La mise à jour du planning d’avancement.
Le rapport périodique d’avancement des travaux traduira de façon aussi complète que possible la
connaissance qu’aura de l’état d’avancement le maître de l’œuvre et qui ressortira à la fois de ses
observations personnelles et l’exposé da la situation fait par chaque entrepreneur lors des plus
récentes réunions de chantier.
Il devra mettre en évidence l’importance des retards éventuels sur le planning d’avancement, les
conséquences envisagées et les causes précises de ces retards.
Les causes de retard sont groupes en trois catégories :
 Causes provenant du fait de l’un ou plusieurs entrepreneurs,
 Raisons de force majeure,
 Causes provenant du fait du maître de l’ouvrage ou du maître de l’œuvre.
2
La conduite du chantier

II-3 Résolution des cas imprévus


Les causes qui peuvent modifiées les prévisions initiales sont beaucoup plus nombreuses dans la
construction, elles peuvent:
 Etre d’ordre climatique, le bâtiment étant jusqu'à la mise hors d’eau et parfois encore au-
delà sujet aux conséquences des intempéries.
 Provenir du fait du maître de l’ouvrage qui se résume le plus souvent le droit de
modification en cours de travaux, souvent par suite de réduction de crédits.
 Provenir d’incertitudes sur la nature exacte du son sur lequel sont prévu les fondations ou
 Etre d’autre raisons diverses, comme la défaillance d’un entrepreneur…
Le maître de l’œuvre devra déterminer avec rapidité mais sans précipitation l’incidence des retards
sur le déroulement des opérations, et prendre les mesures qui lui paraissant utiles, a en limités les
conséquences tout en sauvegardant les intérêts du maître de l’ouvrage.

Parmi les cas imprévus, certains seront considérés comme cas des forces majeure parce qu’ils
échappent au contrôle des parties contractantes, on peut citer :

 Les intempéries de toute sorte : gel prolongé ; pluies importantes et continus, parfois même
une chaleur accompagnée d’une sécheresse extraordinaire pouvant obliger à interrompre le
coulage du béton.

 De même les inondations, les séismes, même s’ils n’affectent pas directement les ouvrages
en cours d’exécution, mais rendent périlleux les travaux.

 Les grèves déclenchées par les ouvriers en cours de travaux, celles qui peuvent retarder la
livraison de certains ouvrages fabriques en usine,

 Grève des transporteurs, etc.,

L’interruption des travaux par cas de fore majeure ne donne lieu à aucune indemnité ni pénalité,

L’entrepreneur est souvent tenu à dénoncer lui-même et par écrit les cas de force majeure qui
pourraient survenir et indiquer les conséquences qu’il envisage pour l’exécution de ses propres
travaux.

C’est au maître de l’œuvre qu’il appartient ensuite de juger de l’importance de ces conséquences et
d’en déduire en particulier l’augmentation à retenir pour le délai d’exécution de l’entreprise de
chaque corps d’état.

La découverte de particularités importantes au sujet da la nature su sol prévu pour l’assise des
fondations peut être un cas de force majeure, si la preuve est faite que ces particularités ne
pouvaient être connues avant les fouilles ou les reconnaissances de sol entreprises dans le cadre des
3
La conduite du chantier

travaux d’exécution. On évitera souvent de telles surprises en réalisant avec une avance suffisante
sur les travaux de construction une compagne de sondage du sol aussi complète que nécessaire afin
de renseigner utilement les constructeurs avant même l’établissement du planning

La défaillance d’un entrepreneur du chantier, la résiliation de son marché et les suites de cette
défaillance sont toujours prévues par les cahiers des charges. Il y a lieu cependant d’examiner les
conséquences cette défaillance.

Parfois des modifications légères seront apportées dans la nature d’un matériau, par exemple
l’entrepreneur propose l’emploi d’un matériau de qualité supérieure qu’il à la possibilité d’avoir à
bon compte ou le remplacement d’un matériau dont le délai de livraison serait exagéré par un autre
de qualité comparable. Ces modifications seront constatées par des notes de service rédigées sous
forme d’autorisation donnée à l’entrepreneur et non sous forme d’ordre.

II-4 Contrôle de l’exécution

Le contrôle lors de l’exécution des travaux se fait pour:


 La qualité des matériaux, mise en œuvre,
 Le respect des dispositions imposées,
Les difficultés rencontrées par le maître de l’œuvre en cours du contrôle des travaux sont :
 La diversité des ouvrages,
 l’étendue du chantier
 souvent son éloignement
Il est important d’effectuer un contrôle sérieux de l’exécution des parties de construction appelées à
être masquées par la suite et en premier lieu les fondations dont l’exécution peut mettre en cause la
stabilité des bâtiments.
La surveillance de l’exécution se fera surtout par sondages à l’improviste permettant de déceler les
irrégularités répréhensibles.
Pour toutes parties d’ouvrages achevés, on procédera à l’établissement d’attachements, constatant
par la signature du maître de l’œuvre et de l’entrepreneur, la façon dont les travaux ont été exécutés,
les dimensions des éléments, la qualité des matériaux.
On distingue deux types d’attachements, les attachements écrits et les attachements figurés.
Les attachements figurés seront des dessins en plan, coupe ou élévation portant toutes indications
nécessaires pour avoir la connaissance exacte du travail réalisé comme indiqué sur la figure
suivante.
Les attachements pris contradictoirement par l’entrepreneur et le maître de l’œuvre sont exigés par
les cahiers des charges pour la plupart des marchés. Ils justifient les paiements,

4
La conduite du chantier

Le maître de l’œuvre pourra également demander, en cours des travaux, des essais sur les
matériaux : béton, acier, matériaux d’étanchéité, etc.

Centres d'intérêt liés