Vous êtes sur la page 1sur 3

Caractéristiques principales d’une entreprise individuelle et

d’une société

1-1 construction et fonctionnement :


 Une entreprise individuelle représente la manière la plus simple d’exercer
une activité, elle ne nécessite pas la rédaction de statuts, ni de capital
minimum de départ.
 La fondation d’une société réclame, un capital minimum, un plan financier,
la rédaction de statuts.
 Les couts de constitution d’une entreprise individuelle sont pas aussi
lourdes que celles d’une entreprise sociétaire, l’entrepreneur peut débuter
rapidement son activité, celui-ci est le seul maitre à bord, il peut prendre
les décisions qui s’imposent pour l’exercice de son activité sans devoir
consulter d’autres associés.
 L’entreprise individuelle suffit de demander son immatriculation, en tant
que personne physique, le nom de l’entrepreneur est inscrit au registre du
commerce.
 La comptabilité à tenir est en règle générale simplifiée.
 Au sein d’une société, le volume de travail administratif et les formalités
juridiques seront plus importantes que dans une entreprise individuelle,
les obligations comptables sont notamment plus nombreuses (Tenus d’une
comptabilité complète dépôt des comptes annuels à la banque national
…), il faudra tenir compte des organes de la société (Conseil
d’administration, assemblés générales…) sans lesquels aucune décision
importante ne peut être prise pour assurer le fonctionnement de la
société.
 Le registre de commerce est inscrit au nom de la personne morale « La
société ».
1-2La responsabilité de l’entrepreneur :
Dans le cas d’une entreprise en personne physique, il n’y a
pas de séparation entre le capital affecté à l’activité professionnelle
et le capital privé de l’entrepreneur, celui-ci est donc, avec tout son
avoir, est responsable de ses engagements de son entreprise, est
titulaire des droits et des obligations attachés à l’entreprise.
Les dettes d’un entrepreneur individuelle peuvent être
récupéré sur l’ensemble de ses biens, tant sur ses biens mobiliers
qu’immobiliers, ce risque a été quelque peu réduit par une mesure
qui permet de rendre insaisissable la résidence principale du
travailleur, l’absence du patrimoine et la confusion de ses biens, et
la responsabilité illimitée de l’entrepreneur rend la situation du
dirigeant plus délicate en cas de créances.
En revanche, dans une société, il y a séparation entre, d’une
part les biens de l’entreprise et d’autre part, les biens de
l’entrepreneur, une partie du patrimoine peut donc être soustraite
au risque entrepreneurial, ceci implique que les créanciers de la
société ne peuvent pas atteindre le patrimoine personnel de
l’entrepreneur, les erreurs personnelles du chef d’entreprise, et
des associés, se trouvent donc protégés.
L’entreprise dispose de son propre patrimoine, en cas de
difficultés de l’entreprise, en l’absence de fautes de gestions graves
qui pourraient être reprochées aux dirigeants, les biens personnels
de ces derniers, et naturellement des associés, seront à l’abri.
L’utilisation des biens de la société à des fins personnelles peut
entrainer des poursuites au titre de « l’abus de biens sociaux »
S’agissant d’une « nouvelle personne », la société a un nom
« dénomination sociale », un domicile « siège social » et dispose
d’un minimum d’apports constituant son patrimoine initial pour
faire face à ses premiers investissements et premières dépenses.
Le dirigeant désigné pour représenter la société vis-à-vis des
tiers n’agit pas pour son propre compte, mais au nom et pour le
compte d’une personne morale distincte, il doit donc respecter un
certain formalisme lorsqu’il est amené à prendre des décisions
importantes de même, il doit périodiquement rendre des comptes
aux associés sur sa gestion.

Le régime fiscal :
Les bénéfices d’une entreprise en personne physique sont
imposés par le chef de l’entreprise qui est soumis au régime
de l’impôt sur le revenu global (IRG), et les bénéfices
importants sont donc plus lourdement taxés.
Une société est imposée dans le régime de l’impôt sur les
sociétés (IBS), qui est moins élevé et moins progressif, si les
bénéfices de l’entreprise sont importants, il est fiscalement
plus avantageux d’être imposé dans ce régime.
L’appel de fonds :
Une entreprise à besoin de moyens financiers, la création d’une
société nécessite des investissements, la formule de la société offre
la possibilité juridique d’attirer des partenaires (associées ou des
emprunts) qui souhaitent investir et même participer aux bénéfices
de l’entreprise.
Or les possibilités d’une personne physique ou d’une entreprise
individuelle exige cependant moins de capitaux car, elle repose
principalement sur le travail de l’entrepreneur, c’est la seul
personne qui dirige, qui fournit son travail et capitalise c’est le
seul maitre à bord et il n’a pas de compte à rendre .