Vous êtes sur la page 1sur 121

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET

POPULAIRE

Ministère de l’enseignement
supérieur et de la recherche
scientifique

Ecole Nationale des Travaux Publics


E.N.T.P – Kouba. Alger –

EN VUE D’OBTENTION DU DIPLOME


D’INGENIEUR D’ETAT DES TRAVAUX PUBLICS

Encadré par : Elaboré par:


• BOURMADA FARES
Mr: MRAIN YAHIA BRAHIM • ALIANE YOUSOUF
INTRODUCTION GENERALE page

Introduction générale………………………………………………………..…..1

CHAPITRE I : PRESENTATION DU PROJET

I.1 Préambule…………………………………………………………………...3
I.2 Présentation du projet……………………………………………………….3
I.3 Opjectif du projet………………………………………………………........3
I.4 Définition du plan de réaménagement retenu……………………………….3
I.5 Descriptif du projet………………………………………………………….4
I.6 Caractiristiques techniques………………………………………………….4
I.6.1 Trémie Les Sources Blida……………………………………………..4
I.6.2 Trémie Bir Mourad Rais- Blida………………………….…………….4

CHAPITRE II : CARACTIRISTIQUES DES MATERIAUX

II.1 Béton…………………………………………………………………..........7
II.1.2 Composition du béton…………………………………………………7
II.1.2 Caractéristiques physiques et mécaniques du béton………………….7
II.1.3 Résistance caractéristique à la compression…………………………..8
II.1.4 La contrainte de calcul béton comprimé………………………………8
II.1.5 Etat Limite Service (E.L.S)……………………………………………9
II.2 Les armatures……………………………………………………………….9
II.2.1 Définition……………………………………………………………...9
II.2.2 Caractéristiques mécaniques……………………………………........10
II.2.3 Contrainte de calcul d’acier…………………………………………...10
II.2.4 Etat Limite Ultime (E .L .U)……………………………………........10
II.2.5 Etat Limite Service (E.L.S)…………………………………………..11

CHAPITRE III : DONNEES GEOTECHNIQUES

III.1 Introduction……………………………………………………………….12
III.2 Géologie générale……………………………………………………........12
III.3 Géologie locale………………………………………………………........12
III.4 Hydrologie…………………………………………………………….......13
III.5 Reconnaissance géotechnique…………………………………………….13
III.5.1 Sondages carottés (sc)………………………………………….........13
III.5.2 Sondages préssiomètriques…………………………………….........13
III.5.3 Sondages au pénétromètre dynamique………………………………13
III.6 Résultats…………………………………………………………………...14
III.6.1 Profil géotechnique…………………………………………………..14
III.6.2 Essais en laboratoire……………………………………………........14
III.7 Détermination des paramètres pressiométriques………………………….15
III.8 Détermination des paramètres pénétrométriques…………………………15
III.9 Conclusion………………………………………………………….. …....16

CHAPITRE IV : PRE-DIMENSIONNEMENT DES OPTICADRES DE LA


TREMIE

IV.1 Introduction…………………………………………………………… …17


IV.2 Les cadres fermés…………………………………………………………17
IV.3 Eléments de dimensionnement……………………………………………17
IV.4 Application sur le cas du projet…………………………………….. ……19
IV.5 L’épaisseur de la traverse supérieure………………………………...........20
IV.6 L’épaisseur de la traverse inférieure et piédroits………………………….20
IV.7 Choix de la section…………………………………………………….......20
IV-8 Conclusion ………………………………………………………………..22
CHAPITRE V : LES PROCEDES DE LEVAGE ET MANUTENTION

V.1 Introduction………………………………………………………………..23
V.2 dispositions constructives…………………………………………………23
V.2 .1 béton………………………………………………………………...23
V.2.2 moule…………………………………………………………………24
V.3 Précision dimensionnelle………………………………………………….24
V.4 boucle de levage…………………………………………………….. ……24
V.4.1 charge maximale utile par boucle…………………………………….25
V.4.2 Autres précautions………………………………………………… ..25
V.5 Les douilles…………………………………………………………….......25
V.5.1 Mise en uvre……………………………………………………......25
V.6 Elément de conception……………………………………………….. …..26
V.7 Conclusion ……………………………………………………………......27

CHAPITRE VI : ETUDE DE MURS DE SOUTENEMENT

VI.1 Généralités………………………………………………………………..29
VI.2 Pré dimensionnement des murs en béton armé (mur en L)…………........29
VI.3 Etude de la stabilité de mur de soutènement de hauteur maximal…..........31
VI.3.1 Calcul des poussées………………………………………..………...31
VI.3.2 Effort horizontal et moment renversant………………….………….32
VI.3.3 Effort verticaux et moment stabilisant………………….….…..........32
VI.3.4 Vérification de stabilité au renversement……………………..........32
VI.3.5 Vérification du tiers central……………………...……….…… ……32
VI.3.6 Vérification de stabilité au glissement………..…………….............33
VI.3.7 La force portante du sol…………………..…….…………………...33
VI.3.8 Résistance de sol de fondation………..……………………..………34
VI.4 Etude de la stabilité de mur de soutènement de hauteur minimale…........34
VI.4.1 Calcul des poussées…………………………………….…… ……..34
VI.4.2 Effort horizontal et moment renversant…………...…….….… ……35
VI.4.3 Effort verticaux et moment stabilisant………...………...….………35
VI.4.4 Vérification de stabilité au renversement……..…………...............35
VI.4.5 Vérification du tiers central……………….…………….….………35
VI.4.6 Vérification de stabilité au glissement….………………….………36
VI.4.7 La force portante du sol…………………………………….……….36
VI.4.8 Résistance de sol de fondation…...…………………………............36
VI.5 Etude de la stabilité des différents murs de soutènement…..…………….37
VI.6 Conclusion………………………………………….………..…………...39

CHAPITRE VII : DEFINITION DES CHARGES AGISSANT SUR LA


TREMIE

VII.1 Introduction…………………………………………………….………..40
VII.2 Définition des charges………………………………………….………..40
VII.2.1 Charge permanente (CP)………………………… ………………..40
VII.2.2 Surcharges………………………………………………………….40
VII.2.2.1 Système de charge A (L)…………………… ………………....40
VII.2.2.2 Système BC……………………………………………….........41
VII.2.2.3 Système Bt…………………………………………….….….…43
VII.2.2.4 Surcharge Br……………………………………………............44
VII.2.2.5 Surcharges militaires MC120…………………………….………44
VII.2.2.6 Charge exceptionnel D240………………………………………44
VII.2.2.7 Forces de freinage……………………………………………...45
VII.2.2-8 Surcharges des trottoirs……………………………...………....45
VII.2.3 Température…………………………………………………...........45
VII.3 Charge verticale………………………………………………….………45.
VII.3.1 Méthode de TERZAGHI…………………………………………...45
VII.3.2 Méthode des poids des terres………………………………………47
VII.4 La pression horizontale………………………………………………….47
VII.4.1 Méthode de TERZAGHI…………………………………………...47
VII.4.2 Méthode de PROTODIACONOV……..…………………………..48
VII.4.3 Méthode de COULOMB – RANKINE………………….……….....48
VII.4.4 Selon l’expérience soviétique……………………………………….49
VII.4.5 Méthode des poids des terres………………………...……………..50
VII.4.6 Méthode de BOUSSINESQ (1882)………………...……………….50
VII.4.7 Conclusion…………………………………………...……………...50
VII.5 Combinaisons des charges ………………………………...……………..50
VII.6 Les combinaisons de charges ………………………………..…………..52
VII.7 Application numérique (mur de soutènement A25)…………...…………53
VII.8 Application numérique (mur de soutènement A57)…………...…………57
VII.9 Application numérique (opticadre A53)………………………..………..58
VII.10 Application numérique (opticadre A42)……………………..…………61
VII.11 Application numérique (mur de soutènement B01)………..…………..64
VII.12 Application numérique (opticadre B01)…………………………..........66

Chapitre VIII : CALCUL DES SECTIONS DE FERRAILLAGE DE LA


TREMIE
VIII.1 Introduction……………………………………………………………..68
VIII.2 Calcule automatique (Méthode des éléments finis) SAP2000 V9……...68
VIII.2.1 Principes généraux de la méthode des éléments finis……………..68
VIII.2.2 Présentation du logiciel SAP2000 (non-linéaire version 9)….……69
VIII.3 Modélisation et élaboration des fichiers de données (SAP2000)….........71
VIII.4 Modélisation en élément frame……………………………….………...73
VIII.4.1 Introduction……………………………………………..…………73
VIII.4.2 La modélisation………………………………………..…………..73
VIII.5 Calcul de réactions élastiques………………………….……………….75
VIII.6 Ferraillage et vérification des contraintes………………….……………77
VIII.6.1 Exemple de ferraillage……………………………….……………77
VIII.6.2 Ferraillage…………………………………………….……………78
VIII.6.3 Le ferraillage principal…………………………….……………….80
VIII.6.4 Vérification les contraintes………………………………………...83
VII.6.5 Condition de non fragilité…………………………………………..86
VII.6.6 Vérification au cisaillement………………………………………...88
VII.7 Dispositions constructives……………………………………………….89
VIII.8 Croquis de ferraillage……………………………………………….......90

CHAPITRE IX : L’ASSAINISSEMENT DE LA TRÉMIE

IX.1 Introduction……………………………...……………………………..…97

IX.2 Drainage des eaux souterraines …………………………………………..97

IX.2.1 Nécessité du drainage des eaux souterraines ………………..……....97


IX.2.2 Protection contre la nappe phréatique…………………..…………...97

IX.3 Définitions ……………………………………………..…………………98

IX.4 Dimensionnement du réseau de drainage……………..…………….........98


IX.5 Application au projet……………………………..………………………101
IX.6 Dimensionnement du réseau de drainage………..………………….........103
IX.7 Conception de réseau d’assainissement ……….……………….………...104

CONCLUSION GÉNÉRALE :
Conclusion générale ………………………………………………....................105
Introduction Générale

Introduction générale:

Le développement accéléré de l’urbanisation et la croissance de la ville ont


engendré un accroissement du taux de motorisation et du trafic routier dus à
l’augmentation du parc roulant, qui se répercute d’une façon directe sur la capacité du
réseau routier y compris les conditions de circulation.

Dans cette optique et pour mieux répondre aux exigences actuelles imposées par le
nombre croissant des usagers routiers vis-à-vis du besoin permanent en infrastructures,
on aura recours à un réaménagement du site existant dans le but de le rendre plus
avantageux.

À ce titre, un plan d’orientation général a été établi par la wilaya d’Alger, avec
comme schéma directeur, l’exécution d’un système de distribution du trafic routier,
basé sur un périphérique desservi par des radiales, des pénétrantes et des échangeurs.

D’où, entre autres, le projet d’aménagement du carrefour « La Concorde » qui rentre


dans le cadre des grandes actions d’aménagement urbain de la wilaya d’Alger en vue
de permettre l’élimination de différents cisaillements et répondre aussi au besoin
« actuel » et « futur » du réseau en assurant une meilleure fluidité du trafic, un confort,
une sécurité et l’économie de l’énervement, facteur non négligeable (sinon
prépondérant) de l’insécurité routière.

Cette étude a passé en revue les axes principaux de ce projet, selon le plan de travail
suivant :

Le premier chapitre fait l'objet d'une représentation du projet : ses opportunités,


son objectif et ses caractéristiques techniques ;
Le chapitre deux faisant l'objet d'un rappel des caractéristiques générales du
béton armé ;
Le troisième chapitre dans lequel on présente les données géotechniques du
projet ;
Le quatrième chapitre concernant le pré dimensionnement des opticadres de la
trémie ;

Promotion 2007 1
Introduction Générale

Le chapitre cinq exposant les procédés de levage et manutention adoptés au


cours de la réalisation ;
Le sixième chapitre concernant la vérification des murs de soutènement ;
Le chapitre sept définissant les charges agissant sur la trémie ;
Le huitième chapitre portant sur le calcul des sections de ferraillage de la
trémie ;
Le neuvième chapitre faisant l’objet de l’assainissement de la trémie ;
En finir avec une conclusion générale ;

Promotion 2007 2
Etude de la trémie de la concorde

PRÉSENTATION DU PROJET
Chapitre I Présentation du projet

I.1 préambule :
La représentation du projet porte à définir les différentes caractéristiques techniques
du projet, les objectifs à atteindre et ses perspectives à l’avenir.

I.2 Présentation du projet :

Le carrefour « La Concorde » est une porte reliant la rocade sud à l’agglomération,


et s’inscrit dans le cadre du désengorgement, sachant que ce dernier connaît des
situations d’embouteillage quotidiennes créées par le trafic local et de transit. En effet,
ce carrefour constitue un point de convergence de routes : reliant la rocade sud vers
BLIDA et BIR MOURAD RAIS, d’une part, et d’autre part, reliant BIR MOURAD
RAIS et BLIDA et vice-versa.

I.3 Objectif du projet :

L’objectif attendu par la réalisation de l’aménagement du Carrefour La Concorde


est d’éliminer les différents cisaillements et répondre aux besoins actuels et futurs du
réseau, permettant ainsi d’améliorer les conditions de circulation et d’assurer la fluidité
du trafic avec confort et sécurité.

I.4 Définition du plan de réaménagement retenu :

Le projet de base, objet de la consultation, était constitué par la réalisation de deux


passages inférieurs (trémies) selon les deux directions, comme suit :

Une trémie unidirectionnelle dans le sens Les Sources – Blida.


Une deuxième trémie supérieure bidirectionnelle dans le sens Bir Mourad Rais
– Blida

Ces dernières sont structurées en murs de soutènement et en anneaux préfabriqués.

Promotion 2007 3
Chapitre I Présentation du projet

I.5 Descriptif du projet :

L’Aménagement du Carrefour La Concorde consiste en la réalisation de deux


trémies superposées, la première (Les Sources – Blida) d’une voie unidirectionnelle de
3.5 m de largeur et d’une longueur globale de 310 ml dont 195 ml couverte et d’une
deuxième trémie (Bir Mourad Rais – Blida) bidirectionnelle en 2 voies de 3.5 m de
largeur et d’une longueur globale de 190.ml dont 67.87 ml couverte.

Ces deux (02) passages simultanément inférieur et superposés permettent un


dégagement rapide des itinéraires principaux de surface avec une meilleure prise en
charge du trafic local en surface en éliminant les principaux cisaillements et ce par
l’adjonction de giratoire assurant ainsi une fluidité permanente de la circulation.

I.6 Caractéristiques Techniques :

I.6.1 Trémie Les Sources – Blida :

Une trémie unidirectionnelle de 7.2 m de largeur pour la partie couverte et de 7.5 m


de largeur pour la partie ouverte assurera la liaison Les Sources – Blida ayant une
longueur totale de 310 ml dont 195 ml de partie couverte, un gabarit de 4.6 m,
structurée en murs de soutènement (partie ouverte) de 0.35 m d’épaisseur. Un radier
drainant constitué par une dalle de 35 cm d’épaisseur.
Longueur total 310 ml.
Longueur partie couverte 195 ml.
Largeur 7.2 ml (partie couverte) (1 Voie de 3,50 m).
Largeur 7.5 ml (partie ouverte) (1 Voie de 3,50 m).
Longueur mur de soutènement 135 ml.

I.6.2 Trémie Bir Mourad Rais – Blida :

Une trémie bidirectionnelle de 8.94 m de largeur assurera la liaison Bir Mourad


Rais – Blida ayant une longueur totale de 190 ml dont 67.87 ml de partie couverte, un
gabarit de 3.8m, structurée en murs de soutènement (partie ouverte) de 0.35 m
d’épaisseur. Un radier drainant constitué par une dalle de 35 cm d’épaisseur.

Promotion 2007 4
Chapitre I Présentation du projet

Longueur total 190 ml.


Longueur partie couverte 67.87 ml.
Largeur 8.94 ml (2 Voie de 3.5m).

Fig.1 : Coupe transversale partie couverte


Trémie Les Sources-Blida

Fig.2 : Coupe transversale partie couverte


Trémie Bir Mourad Rais-Blida

Promotion 2007 5
Chapitre I Présentation du projet

Fig.3 : Coupe transversale partie ouverte »


Trémie Les Sources-Blida

Fig.4 : Coupe transversale partie ouverte


Trémie Bir Mourad Rais-Blida

Promotion 2007 6
Etude de la trémie de la concorde

II

CARACTERISTIQUES
DES
MATERIAUX
Chapitre II Caractéristiques des Matériaux

II Caractéristiques des matériaux :


Les bétons et les aciers seront choisit conformément aux règles de conception et de
calcul des structures en béton arme (CBA 93) et les règlements en vigueur en Algérie.
II.1 Béton :
Le béton est un matériau de construction hétérogène, constitué artificiellement
par un mélange intime de matériaux inertes appelés « granulats » (sable, graviers,
pierres cassées, …). Avec du ciment et de l’eau et éventuellement d’adjuvants pour
en modifier les propriétés. C’est le matériau de construction le plus utilisé au monde,
que ce soit en bâtiment ou en travaux publics.
II.1.2 Composition du béton :
Le dosage de différents constituants du béton dépend du type de matériau
recherché, déterminé par ses utilisations.
En effet, ses propriétés physiques et mécaniques dépendent de sa composition
et de ses facteurs extérieurs, tel que la température.
350 kg/m² de ciment de classe CPA 325.
400 litres de sable de diamètre 0 à 5 mm.
800 litres de gravier de diamètre 15 à 25 mm.
175 litres d’eau de gâchage.
II.1.2 Caractéristiques physiques et mécaniques du béton :
Masse volumique :
La masse volumique des bétons est comprise entre 2200 et 2400 kg/m≥.cette
masse volumique peut augmenter avec la modalité de mise en uvre, en
particulier avec la vibration. On prendra dans notre cas une masse volumique
de2500Kg/m³.
Retrait :
Au cours de sa vie les bétons subit une variation de son volume lorsque le béton
conserve dans une atmosphère séché, il diminue de volume c’est le retrait.
Fluage :
Le retrait sous charges et vient s’ajouter au retrait hygrométrique.

Promotion 2007 7
Chapitre II Caractéristiques des Matériaux

II.1.3 Résistance caractéristique à la compression :


Module de déformation longitudinale :
Dans le cas courant un béton est défini par sa résistance à la compression à 28
jours. Cette valeur est déterminée par des essais
Ces essais consistent en l’écrasement au moyen d’une presse, des éprouvettes
constituées par des cylindres droits de béton ayant une section de 200 cm″
( = 15.95 cm) et une hauteur de 32 cm à partir de la résistance moyenne obtenue, on
calcul la résistance caractéristique dans notre cas on prendra comme données :
Fc28 = 25 Mpa
Compression : fc28=25 MPa
Traction : ft28=0.6+0.06× fc28=2.1 MPa
Le C.B.A9 3 préconise pour j< 28 jours
Fcj= (j*fc28)/(4.76+0.83*j) pour fc28 ≤ 40 Mpa
Fcj= (j*fc28)/(1.40+0.95*j) pour fc28 > 40 Mpa
Module de déformation longitudinale du béton :
Pour le module de déformation longitudinale :
Les règles CBA93 le fixe à la valeur suivante
Module instantané :
Pour les charges d’une durée d’application <24 h
E = 11000 ⋅ 3 f c 28 = 32164,195Mpa

Module différé :
Pour les charges de longue durée
EV = 3700 ⋅ 3 f c 28 = 10818.9Mpa

II.1.4 La contrainte de calcul béton comprimé :


Etat Limite Ultime de Résistance (E.L.U.R) :
Si 0 bc 2‰ La courbe est sous la forme d’une parabole.
0,85 ⋅ f c 28
σ bc =
  ξ 
θγ b 1 −  2 − bc 
  2 

bc : la déformation du béton à la compression.

Promotion 2007 8
Chapitre II Caractéristiques des Matériaux

Si t>24 heurs =1
Si 1 t 24 heurs =0.9
Si t <1 heurs =0.85

0.85 * f c 28
Si 2‰ 3.5 σ bc = ‰
ab
θ *γ b

La courbe est sous forme d’une droite constante.

bc

0.85 * f c 28 θ .γ b

ab
2‰ 3.5‰

Fig-1-Diagramme de contraints

II.1.5 Etat Limite Service (E.L.S) :


La contrainte admissible du béton à la compression :

σ bc
= 0.6 * f c 28
= 15Mpa

∆a a
Coefficient de poisson: υ =
∆L L
Avec :
∆a /a : allongement relatif de la section transversale.
∆L/L : allongement relatif de la section longitudinale.

υ= 0.2 pour l’état limite service (E.L.S).


υ= 0 pour l’état limite ultime de résistance (E.L.U.R).

II.2 Les armatures :


II.2.1 Définition :
L’acier est un alliage fer carboné en faible pourcentage, son rôle est d’absorber les
efforts de traction, de cisaillement et de torsion, on distingue deux types d’aciers :
Aciers doux ou mi-durs pour 0.15 à 0.25 de carbone.

Promotion 2007 9
Chapitre II Caractéristiques des Matériaux

Aciers durs pour 0.25 à 0.40 de carbone.


Le module d’élasticité longitudinal de l’acier est pris égale à : Es=200 000 MPa.
II.2.2 Caractéristiques mécaniques :
Valeur de la limite d’élasticité garantie e

Type Nuance (MPa) e Emploi

Ronds lisses E 22 e F 215 Emploi courant


235 Epingle de liage des
E 24 e F
pièces préfabriquées
Barre HAType 3 TE 40 e F 400 Emploi courant
500
TE 50 e F

Fils tréfiles HA type 3 TE40 e F 400 Emploi sous forme de


500 Barres droites ou de
TE e F
treillis

Fils tréfiles HA type 4 > 6 mm φ TL 50 500 Treillis soudés

6 mm φ TL 52 520 uniquement emploi


courant

Dans notre cas on utilise des armatures à haute adhérence, un acier de F e E40 type 1.

e =400 MPa.
II.2.3 Contrainte de calcul d’acier :
Les caractéristiques mécaniques des aciers d’armature sont données de façon
empirique à partir des essais de traction, en déterminant la relation entre et
la déformation relativeζ.
II.2.4 Etat Limite Ultime (E .L .U) :
Fe (limite d’élasticité de l’acier) =400 Mpa
γs (coefficient de sécurité ) = 1,15 (généralement)
γs (coefficient de sécurité ) = 1 (situation accidentelle)
Es (module d’élasticité de l’acier) = 2*105 MPa

ζ L = Fe γ * 400
s Es
= 1 . 15 * 10 5 = 1.739 %

Promotion 2007 10
Chapitre II Caractéristiques des Matériaux

Si S< L s= S* Es
Si S< L s= Fe /γs = 400/1.15
s = 348 MPA
αL = 3.5 / 3.5+1.739 = 0.668 MPA
µL=0.8 αL (1-0,4*αL) =0.392.

fc /γs
-10‰ Allongement

Raccourcissemen ε
t
- fc /γs

Fig-2- diagramme contrainte déformation d acier

II.2.5 Etat Limite Service (E.L.S) :


Les contraintes admissibles de l’acier sont données comme suite :
Fissuration préjudiciable, il n’y a aucune vérification à effectuer en ce qui
concerne s.

Fissuration peu préjudiciable.

2* f 
 
σ σ σ
e
≤ = min  * 110 η f c 28 
s s
avec s
 3 
 
Fissuration très préjudiciable.

f 
 e * 90 η
σ s σ bc σ bc
≤ avec = min
 2 f c 28 
 

η=1 pour Rond Lisse


η = 1,6 pour Haute Adhérence

Avec η : coefficient de fissuration

Promotion 2007 11
Etude de la trémie de la concorde

III

LES DONNEES GEOTECHNIQUES


DU
PROJET
Chapitre III Données Géotechniques

III.1 Introduction :
Dans chaque projet de génie civil la connaissance des données géotechniques du
site est primordiale pour l’ingénieur, car ce sont des facteurs déterminants du degré et
du coût de réalisation d’un ouvrage souterrain. Et tous les travaux d’études sont
précédés par des sondages afin de définir les caractéristiques mécaniques, physiques et
chimiques du terrain à excaver, cependant tous ces renseignements ne peuvent être
obtenus par les sondages avec la précision requise.
Des recherches visant à obtenir des résultats sensiblement plus précis pourront se
faire en ayant recours à l’exécution de puits de reconnaissance. Il est donc
nécessaire de prévoir tous les moyens pour obtenir une image, aussi complète que
possible, du terrain à traverser.
III.2 Géologie générale :
Autour d’Alger, l’âge des terrains diminue généralement avec l’altitude. La partie
culminante, ou massif de Bouzaréah a un substratum ancien et très plissé, elle domine
une succession de collines d’age tertiaire, au sol fertile, le sahel, qui domine à son tour
la riche dépression de la Mitidja comblée par des formations quaternaires récentes.
III.3 Géologie locale :
D’après la carte géologique établie par AYME en 1964 la région de BIR
MOURAD RAIS appartient au sahel d’Alger légèrement bombé (Tectonique
ostastiene).
Cette région se caractérise par une alternance irrégulière de bancs durs gréso-
calcaire (Sable fin grossier renfermant parfois des concrétions gréso-calcaire),
l’ensemble de ces faciès constitue la mollasse astienne jaunâtre et souvent fossilifère
pouvant atteindre une épaisseur de 100m.
En général le sable est dominant, cependant on peut trouver par endroit des
successions de bancs gréso-calcaire séparés par des joints sableux. En affleurement la
molasse forme de hautes falaises qui atteignent les 20m à BIR MOURAD RAIS.
Ces falaises molassiques sont jalonnées par un réseau de fractures dont la direction
par rapport au plan d’affleurement décide de la stabilité des versant, ces

Promotion 2007 12
Chapitre III Données Géotechniques

quelques falaises existantes à Bir Mourad Rais. La fracturation est parue importante
d’où le risque d’instabilité des ouvrages est à écarter surtout que le site du projet est
urbanisé, la mollasse est donc protégée.
III.4 Hydrologie :
La mollasse est une formation hétérogène qui présente (02) types de perméabilité :
Une perméabilité d’interstices qui varie suivant l’hétérogénéité de la roche.
Une perméabilité de fissures
Cette combinaison offre à la mollasse une grande perméabilité, permettant ainsi
une bonne infiltration des eaux, celles-ci s’infiltrent jusqu’à atteindre un niveau
imperméable pour former un réservoir aquifère au sien de la mollasse, cette nappe se
matérialiste en surface sous forme de suintement ou de résurgence.
III.5 Reconnaissance géotechnique :
Les essais in situ et en laboratoire on été effectués par le L.C.T.P (Laboratoire
Central des Travaux Publics) dont les essais réalisés sont :
III.5.1 Sondages carottés (sc) :
Des piézomètres ont été installés dans un grand nombre de sondages afin de
déterminer le niveau de la nappe phréatique au repos et d’observer des éventuelles
fluctuations dans le temps.
III.5.2 Sondages préssiomètriques :
Définition : l’essai préssiométrique est un essai de chargement de la paroi du
forage, jusqu’à la rupture, il permet par conséquence d’étudier la phase des petits
déplacements du sol en déterminant un module de déformation du forage
« EM », et celle des grands déplacements, en déduisant la pression limite
« Pl » correspondant à la rupture du forage,
Pour une meilleur corrélation (nature du sol et valeur de pressiometrique équivalant),
chaque sondage préssiométrique est implanté à coté d’un sondage carotté.
III.5.3 Sondages au pénétromètre dynamique :
Définition : L’essai de pénétromètre dynamique est un essai de reconnaissance
préliminaire et qualitative pour un chantier important, permettant de déterminer la
résistance en pointe « Rp » après battage et d’en déduire par conséquent la capacité
portante « qd » d’une fondation.

Promotion 2007 13
Chapitre III Données Géotechniques

L’essai est très utile pour :


L’estimation de la résistante en pointe.
La spécification de l’outil d’attaque (de creusement).
Situer le toit d’un substratum rocheux.
Définir l’aptitude du terrain à recevoir l’ouvrage (la construction).
Quatre essais de pénétromètre dynamique ont été effectués.

Pénétromètre Profondeur (m)


1 8.75
2 9.00
3 9.00
4 11.00

III.6 Résultats :
III.6.1 Profil géotechnique :
Le profil géotechnique établi à partir des sondages réalisés met en évidence les
différentes formations traversées par l’ouvrage.
D’une manière générale le site de l’ouvrage (LA CONCORDE) est composé :
Couche 1 : limon sableux rouge présente une épaisseur de 10m
Ces limons sont très fin présentant une bonne compacité.
Ces limons rentrent dans la catégorie des argiles moyennement plastiques.
Les limons ne sont pas compressibles.
Les limons ont une bonne cohésion et une pression limite assez élevée.
Couche 2 : molasse astienne à partir de 10m.
Le niveau de la nappe est rencontré entre 6 et 8m dans le limon sableux.
III.6.2 Essais en laboratoire :
Des essais d’identification ainsi que des essais triaxiaux sur échantillons prélevés
ont été réalisé au laboratoire, donnant les résultats suivants.

Promotion 2007 14
Chapitre III Données Géotechniques

Résultats des essais de laboratoire :

sol (t/m3) ‘(t/m3) C(t/m2) (deg)


Limon sableux 1.74 1 20 33

Essais in situ :
III.7 Détermination des paramètres pressiométriques :
Module pressiométrique « EM »:
Le module pressiométrique EM est déterminé directement par la formule suivante :

  V + V1  
2(1 + υ ) ⋅ VS +  2   ⋅ (P2 − P1 )
Avec :
  2 
EM =
(V2 − V1 )
VS : volume initial de la sonde.
: coefficient de poisson.
(P1 ,V1),(P2,V2) sont respectivement les point du début et de la fin de la phase pseudo-
élastique.
Pression limite « Pl » :
La pression limite notée Pl caractérise la phase des grands déplacements du forage ou
la rupture du sol. Conventionnellement la pression limite correspond à un volume
double du volume initial.
pression de fluage « Pf » :
La pression de fluage est la pression caractérisant la fin de la phase pseudo-élastique.
Tableau -résultats des essais préssiométriques.

sol EM(bars) Pl(bars)


Limon sableux 200 5à6

III.8 Détermination des paramètres pénétrométriques :


Résistance en pointe « Rp » :
La résistance en pointe est donnée par la formule des Hollandais

Promotion 2007 15
Chapitre III Données Géotechniques

M ⋅g⋅H M
Rp = ⋅
S P ⋅V M + M'

M’ : masse totale des tiges, du guide et de l’enclume.


M : masse du mouton.
H : hauteur de chute du mouton.
Sp : aire de la section droite du cone.
g :accélération de la gravité terrestre ( ≈ 10m/s2).
V : pénétration pour un coup (V=h/Nd, h=10cm est l’enfoncement de la pointe).
Capacité portante :
La capacité portante est généralement prise égale à Rp/N
N variant de 20 à 30
Les essais pénétrométriques donnent les résultats suivants :
Résultats pénétrométriques :

sol Rp(bars) (bars)


Limon sableux 60 à 80 3

III9 Conclusion :
Les différents résultats peuvent être récapitulés dans le tableau suivant :

Sol (t/m3) ‘(t/m3) (deg) C(t/m2) EM(bars) Pl(bars) (bars)


Limon
1.74 1 33 20 20 5à6 3
sableux

Promotion 2007 16
Etude de la trémie de la concorde

IV

PRE-DIMENSIONNEMENT
DES OPTICADRES DE LA TREMIE
Chapitre IV Pré dimensionnement des cadres fermés

IV.1 Introduction :
Ce chapitre consiste à vérifier le choix des caractéristiques techniques des trémies
déjà précitées au niveau de la représentation (voir chapitre I) pour qu’elles soient
justifiées vis-à-vis des stipulations des normes de calcul.
IV.2 Les cadres fermés :
Morphologie d’ensemble :

Fig.1 Morphologie d ensemble (opticadre)

La morphologie d’ensemble est aussi simple que celle d’un portique : un cadre
fermé se présente sous la forme d’un tube à section droite rectangulaire les parties
verticales s’appellent toujours piédroits, et maintenant nous avons une traverse
supérieure et une traverse inférieure. La traverse inférieure constitue la fondation
enterrée elle est conçue comme un radier général en béton armé.
Dans les portiques, il est nécessaire de prévoir des goussets robustes à la jonction des
traverses (supérieure et inférieure) et des pieddroits.
IV.3 Eléments de dimensionnement :
Les cadres sont calculés en structure plane, comme les portiques. La différence
réside dans le fait que la traverse inférieure est assimilée à une poutre sur sol élastique,
ce dernier étant schématisé par une infinité de ressors élastiques indépendants et de
même raideur. Ceci complique notablement le calcul manuel de se type de structure.
Toutefois la raideur K du sol n’a pas une influence très sensible sur les résultats car
elle intervient dans les calculs par sa racine quatrième.
Les programmes de calcul des cadres du SETRA font intervenir le module d’élasticité
différé du sol noté ESOL. Il est lié au module de réaction K du sol par la relation
ESOL = 4 K R
Où R est la demi largeur de la fondation

Promotion 2007 17
Chapitre IV Pré dimensionnement des cadres fermés

Le module de réaction K peut lui-même être déduit de l’interprétation de l’essai


pressiométrique
α
1 2α ⋅ R 4 R0  R
= λc +  λ 
K 9E M 9E m  d R 0 
Avec : R0 = 0.30m il s’ensuit donc que :
C d : coefficient de forme fonction du rapport L/B.
α : Coefficient rhéologique dépendant de la nature de sol.

Certaines valeurs de C, d sont données par le tableau suivant :

L/B Cercle carré 2 3 5 20

C 1.00 1.10 1.20 1.30 1.40 1.50


d 1.00 1.12 1.53 1.78 2.14 2.56

18Em
ESOL = α −1
 R
αλ c +2λ d  
α

 R0 
Pour un pré dimensionnement on peut se baser sur les indications suivantes.
Lorsque l’ouverture du cadre varie de 3à10 mètres :
L’épaisseur de la traverse supérieure à 0.30m est calculable par la
L
formule : E = + 0.125
32
L : l’ouverture du cadre
Les épaisseurs des piédroits et de la traverse inférieure Ej dépendent de
la déformabilité du sol de fondation et sont lues sur les abaques :

Promotion 2007 18
Chapitre IV Pré dimensionnement des cadres fermés

Fig. 2 : Epaisseurs des pieds droits et de la traverse inférieure

Lorsque l’ouvrage supporte un remblai, un supplément d’efforts est apporté à la


structure non seulement par le poids du remblai mais aussi par l’effet négatif résultat
du tassement par le poids de remblai adjacent à l’ouvrage et le remblai porté. Cet effet
qui peut être très important conduit à adopter des épaisseurs de piédroits et de traverse
inférieure majorées selon la formule approchée suivante :

Hd 2
EJ = E j0 1+
2000 E j20
EJ0 : épaisseur résultant de la lecture des abaques
H : hauteur de remblai (m)
d :Ouverture de l’ouvrage
IV.4 Application sur le cas du projet :
Pour un limon sableux EM = 2MPa, α =1/3 la fondation a 2 m de largeur (R= 1)
Dans les normes pressiométriquues c =1.30 et d= 1.78
Avec ces données on calcule :

18 × 2
ESOL = −2
= 23.58 MPa
1  10  3

1.30 + 2( 1.78 )
1
3
 
3 3

Promotion 2007 19
Chapitre IV Pré dimensionnement des cadres fermés

IV.5 L’épaisseur de la traverse supérieure :


L = 6.5 m l’ouverture du cadre
6.5
E= + 0.125 = 0.32m
32
Pour un pré dimensionnement on peut se baser sur les indications suivantes.
Lorsque l’ouverture du cadre varie de 3à10 mètres :
L’épaisseur de la traverse supérieure à0.30m
Donc on prendra E =0.35m
IV.6 L’épaisseur de la traverse inférieure et piédroits :
Les résultats obtenus à partir des abaques fig1 sont comme suit :
Ej= 0.30m pour le piédroits
Ej= 0.30m pour la traverse inférieure
Coefficient de majoration :

5.49 × 4.6 2
E j = 0.30 1 + = 0.37m
0.30 2 × 2000
Donc on prend :
Pour les piédroits Ej=0.35m
Pour la traverse inférieure Ej=0.35m
IV.7 Choix de la section :
La section d’une trémie doit être déterminée sur la base des facteurs suivant :
Les gabarits des véhicules qui seront appelés à emprunter la trémie et de
ceux des matériaux qui y seront transportés ;
La nature du terrain, sa résistance, sa teneur en eau et les poussées
géologiques du souterrain ;
La méthode de travail adoptée ;
Le matériau utilisé pour le revêtement, sa résistance, ainsi que les charges
intérieures qu’il devra supporter ;
L’existence d’une ou deux voies de circulation ;

Promotion 2007 20
Chapitre IV Pré dimensionnement des cadres fermés

35
20

35 35

ROTULE ROTULE 2.60


A
X
5.70m E

4.6m

2.20
0.95m 4.6m 0.95m

20
35

6.00m
35 50 50 35
7.20m

Fig.2 : Plan de pré-dimensionnement d un cadre fermé (Les Sources-Blida)

35
20
35 35

ROTULE ROTULE 1.7

A
5 X
E
3.8
2.20

20
35

3.5 3.5
35 62 62 35
8.94
Fig.3 : Plan de pré-dimensionnement d un cadre fermé (Bir Mourad Rais-Blida)

Promotion 2007 21
Chapitre IV Pré dimensionnement des cadres fermés

Ainsi, et pour plus d’éclaircissement, l’image suivante illustre ses cadres fermés
tels qu’ils sont préfabriqués :

IV.8 Conclusion :
A l’issue de ces calculs, on peut conclure que les caractéristiques techniques
attribuées aux différents éléments structuraux des trémies à savoir les piédroits, les
traverses supérieures et inférieures, s’accommodent avec les résultats obtenus.

Promotion 2007 22
Etude de la trémie de la concorde

LES PROCÉDÉS DE LEVAGE


ET MANUTENTION
Chapitre V les procédés de levage et manutention

V.1 Introduction :
Les murs et les opticadres préfabriqués doivent permettre de satisfaire aux
exigences de la prévention des accidents durant les opérations de manutention et de
mise en uvre (dispositifs de maintien en position verticale et d'étayage, dispositif de
manutention).
Le transport des pièces (les opticadres et les murs de soutènement) par camions
semi remorques est le moyen le plus souple puisqu’il permet d’atteindre pratiquement
tous les sites.
Les caractéristiques des pièces généralement sont les suivantes:
Poids maximum de la pièce :
25tonnes pour les éléments inférieurs et supérieurs des opticadres et 13 tonnes pour
les murs de soutènement.
Longueur 2 m environ
Largeur maximum 8.94m pour les opticadre et 1.7m pour les murs de
soutènement.
Ce sont donc les conditions du trajet suivi par le convoi qui limite le Transport et
une reconnaissance préalable du parcours est indispensable.
Cette technique consiste à mettre en place, par levage, des éléments de la plus
grande dimension possible, soit qu’ils aient pu être amenés directement des ateliers du
constructeur par route (c’est le cas de notre ouvrage) soit qu’ils aient été pré assemblés
au sol à proximité de leur emplacement définitif, le gros avantage de cette technique
est de réduire au minimum les travaux de réglage et de réalisation des joints en place.
La limite des engins de levage n’est généralement pas déterminée par leur force au
crochet, mais par le moment de renversement qu’ils peuvent supporter.
V.2 Dispositions constructives :
Quelques dispositions à adopter sont rappelées ci-dessous :
V.2.1 Béton :
Justification spéciale :
- le dosage en ciment doit être au moins égal à 350 kg par m de béton en uvre,

Promotion 2007 23
Chapitre V les procédés de levage et manutention

- le dosage en eau doit être tel que la plasticité soit ajustée au minimum compatible
avec le mode serrage utilisé. L'affaissement au cône d'ABRAMS doit être au plus égal
à 12 cm.

V.2.2 Moule :
Principales fonctions :
Les moules doivent assurer toutes les fonctions, concernant les parements, la
résistance mécanique, ainsi que la sécurité du personnel.
V.3 Précision dimensionnelle:
- Tolérance sur la longueur et la hauteur des panneaux : 1 cm,
- Tolérance sur les dimensions et les implantations des baies : 6 mm,
- Tolérance sur l'épaisseur des panneaux : 6 mm,
- Défaut admissible de rectitude des arêtes : 4 mm.
- Planéité d'ensemble.
Le défaut de parallélisme d'arêtes prévues parallèles et limitant le panneau,
mesuré perpendiculairement à leur plan, doit être au plus égal à 4 mm
Pour réaliser ces opérations de manutention en toute sécurité, les principaux moyens
utilisés sont :
Les boucles de levage
Les dispositifs particulier tels que :
Les douilles et accessoires
Les ancres de levage
V.4 Boucle de levage fig1 :
C’est par elles on peut enlevé la pièce, ce sont généralement des aciers doux, ces
boucles doivent être mise en uvre avec précautions :

Fig. 1 : Boucle de levage

Promotion 2007 24
Chapitre V les procédés de levage et manutention

V.4.1 Charge maximale utile par boucle Tab. 2 :


La charge maximale utile prend en compte le poids de la pièce et les efforts
supplémentaires inhérents à la manutention. La longueur de l’ancrage dans la masse de
l’élément en béton armé doit être déterminée d’après les règles de BAEL en tenant
compte des caractéristiques mécaniques du béton lors de la première manutention

Charge maximale utilisée par boucle


Ø (mm) 10 12 14 16 20
CMU (kN) 15 22 30 40 60

Tab.1 : CMU par boucle

V.4.2 Autres précautions :


Les plans d’exécution des ouvrages doivent comporter les indications suivantes :
Diamètre et nuance de l’acier à employer pour façonner les boucles
Position de la boucle (implantation, enrobage), liaisons avec les armatures
principales de l’élément, armatures de renforts d’ancrages (il est
recommandé d’ancrer les boucles en dehors des zones fragiles des pièces à
lever),…
Les caractéristiques minimales du béton requises pour la première
manutention.
Le mode de levage préconisé.
V.5 les douilles :
Les indications spécifiques à chaque produit, donnés par le fabriquant, doivent être
scrupuleusement respectées (charge maximale d’utilisation, mode de fixation dans
l’élément en béton, mode d’accrochage avec le dispositif de préhension).

V.5.1 mise en uvre fig 3 :


Pour mettre en place une douille, on visse la douille (1) sur une collerette en
plastique (2), qui l’obture pendant le coulage. Cette collerette est coulée (coffrage
bois) ou vissée (coffrage métallique) sur la peau de coffrage à l’emplacement prévu.

Promotion 2007 25
Chapitre V les procédés de levage et manutention

Après démoulage, il suffit d’ôter cette collerette pour pouvoir venir visser l’anneau
de levage sur la douille.

Fig. 2 : La mise en oeuvre

V.6 Elément de conception :


L’accrochage d’une charge (matériel, matériau, élément préfabriqué) au crochet de
la grue est assuré par un système d’élingage fig 3 composé d’élingue, d’apparaux, et
de dispositif de manutention.
La géométrie de l’élingage est conditionnée par la forme de la pièce de telle sortefig4 :
Que celle-ci ne soit pas « déstabilisée »lors du levage,
Qu’elle soit en bonne position pour être posée.

Fig. 3 : Types des élingues

Promotion 2007 26
Chapitre V les procédés de levage et manutention

Instabilité : au levage, le crochet n est Stabilité : le crochet est à la verticale


pas à la verticale du centre de gravité, du centre de gravité
et la pièce se déplace de telle sorte que
le centre de gravité se place à l aplomb
du point de suspension

Fig. 4 : géométrie de l élingage

V.7 Conclusion :
A la fin de ce chapitre, on peut conclure que la manutention est l’une des étapes les
plus importantes dans la réalisation d’un ouvrage. D’où, il est extrêmement requis
d’avoir un bon contrôle lors de cette étape, dès le levage jusqu’à la mise en place des
pièces y compris leur transport.

Promotion 2007 27
Chapitre V les procédés de levage et manutention

Les images suivantes illustrent d’une façon générale les procédés de levage et de
manutention des cadres :

Promotion 2007 28
Etude de la trémie de la concorde

VI

ETUDE
DES MURS SOUTÉNEMENT
Chapitre VI Etude des murs de soutènement

VI.1 Généralités :
Les murs de soutènement sont des constructions qui constituent une importante
application du béton armé.
Ils sont constitués, du moins pour les types courants, d’un élément vertical ou peu
incliné qui soutient des terres pouvant être surchargées ou non, l’autre élément
horizontal ou légèrement incliné est en contact avec le sol de fondation et avec les
terres à soutenir.
De ce contact avec le sol (terres à soutenir et sol de fondation) découle l’énorme
importance de ce dernier dans la tenue d’un mur construit et de la sécurité qu’il peut
offrir.
A ce titre et dans le but d’offrir un niveau de sécurité adéquat au cours de la
réalisation, provenant d’un glissement éventuel du remblai juxtaposé au voisinage, on
procédera à la vérification de la stabilité des murs de soutènement.

VI.2 Pré dimensionnement des murs de soutènement (mur en L) :

S A
B
Fig.1 : schémas de mur de soutènement

Promotion 2007 29
Chapitre VI Etude des murs de soutènement

Couronnement C :
H
C= (Minimum)
24
Selon SANGLERAT C = 30 cm (pour des raison de sécurité et augmenté la rigidité du
voile)
Selon SETRA Cmin=20cm pour H 6m
Selon SETRA Cmin=30cm pour H > 6m
Epaisseur de la semelle E : (il faut arrondir pour des raisons de coffrage par 5 cm)
H
E=
12
Largeur de la semelle B :
1 2
H≤B≤ H
2 3
Largeur du patin avant A :
B H 2
A= Où soit 〈 A 〈 H
3 6 9
Section du voile sur la semelle :
H
S=
12 0.3
Application :
Couronnement :
H
C= = 0,24 m var
24
C = 0.30m
Epaisseur de la semelle E : H=1.5 à 5m
H 2.4
E= =0,48
12
E = 0.40m
Largeur de la semelle B: 0.5 0.40m
1 2 H / 2 + 2 / 3H
H ≤ B ≤ H Donc B = 0.5 1.2
2 3 2
1.70m

Fig.2 : pré dimensionnement de mur de soutènement


Promotion 2007 30
Chapitre VI Etude des murs de soutènement

B =3,38 m
B =1.70 m
Largeur du patin avant :

var:1.5m à 5.8m
B
A= = 1,09 m
3 radier coulé en place

A =1,20 m
Section du voile sur la semelle :
H
S= =0,48 m
12
S = 0.50 m Fig.5 : Coupe transversale sur le mur de
soutènement (après la réalisation de radier)

V.3 Etude de la stabilité de mur de soutènement de hauteur maximal (H=5.8m):


Pour la vérification de la stabilité les calculs seront conduits sous les sollicitations
de service.
Les caractéristiques du sol (limon sableux) sont :

C (t/m2) (deg) (deg) (t/m3)


4 33 2/3 1.74

VI.3.1 Calcul des poussées :


La contrainte s’exerçant sur le mur sous l’effet du sol à un niveau h sera donnée
par :
1
Pa = K a × γ × h2
2
Avec K a : coefficient de poussée active

π ϕ 
K a = tg 2  − 
4 2
K a = 0,294
H pa pV 1
Pa =0.5x0.294x1.74 (2.9)2
1/3H
Pa =2.15 t/m
A
pV 2
Promotion 2007 31
Chapitre VI Etude des murs de soutènement

Fig.3 : Schéma statique des forces agissant sur le mur de soutènement

VI.3.2 Effort horizontal et moment renversant :

Effort horizontal Bras de levier Moment renversant


(t/ml) (m) par rapport à A
(tm/ml)
2.15 0.97 2.08

VI.3.3 Efforts verticaux et moment stabilisant :

Efforts verticaux Bras de levier Moment stabilisant


Nature
(t/ml) (m) par rapport à A (tm/ml)
rideau 4.45 1.35 6
semelle 2.12 0.85 1.8
totale 6.57 / 7.8

VI.3.4 Vérification de stabilité au renversement :


La stabilité au renversement est vérifier si :
Ms
CSR = 1.5 ou CSR : coefficient de sécurité au renversement
Mr
7. 8
CSR = = 3.75
2.08
3.75 1.5
La stabilité au renversement est vérifiée
VI.3.5 Vérification du tiers central :
Moment par rapport à l’extrémité de la semelle
Ma = MS −Mr
M a = 5.72 tm
D’où l’excentricité de la résultante des efforts par rapport à A.

Promotion 2007 32
Chapitre VI Etude des murs de soutènement

Ma
a=
N
N= V ( N : la somme des efforts verticaux ).
5.72
a= = 0.87 m
6.57
L’excentricité par rapport au centre de gravité de la semelle :
B
e= − a = -0.02 m
2
B
E max = = 0.28
6
E max = 0.28 e = -0.02
La résultante R passe par la tiers centrale.
VI.3.6 Vérification de stabilité au glissement :
La stabilité au renversement est vérifier si :
2 / 3CB + N ⋅ tg (2 / 3ϕ )
CSG = 1.2
T
D’où CSG : coefficient de sécurité au glissement
= angle de frottement de sol de fondation
T = l’effort horizontal
2 / 3 x 4 x1.74 + 6.57 xtg ( 2 / 3 x33)
CSG =
2.15
CSG =3.39 1.2
La stabilité au renversement est vérifiée
VI.3.7 La force portante du sol :
1
σ lim = ⋅ γ ⋅ B ⋅ N γ + γ ⋅ D ⋅ N q + C ⋅ N c
2

 N γ = 34.80

=33° ⇒  N q = 26.10
 N = 38.70
 c
lim = 1/2x1.74x1.7x34.8 + 4x38.7

Promotion 2007 33
Chapitre VI Etude des murs de soutènement

lim =206.26t/m2
adm = (Qlim – q0) /3+q0
adm = 68.75 t/m2
VI.3.8 Résistance de sol de fondation :
Après la vérification de la stabilité au renversement et au glissement, on procédera
par la suite à la détermination de la résistance du sol de fondation sous l’effet des
efforts verticaux. Pour cela, on utilise généralement une méthode de calcul qui fait
appel à la notion de la pression admissible

σ min
σ max B

Fig.4 : Schéma statique des contraintes appliquées au sol de fondation

N 6e
1= max = (1+ ) = 4.14t/m2
B B
N 6e
2 = min = (1- ) = 3.59t/m2
B B
ref = (3 max + min) /4
ref =4.00 t/m2
adm = 68.75 t/m2 ref =4.00 t/m2
Donc le sol peut supporter la charge transmise par l’ouvrage.

VI.4 Etude de la stabilité de mur de soutènement de hauteur Hmin =1.5m :


VI.4.1 Calcul des poussées :
Pa = 0.144t / m

Promotion 2007 34
Chapitre VI Etude des murs de soutènement

VI.4.2 Effort horizontal et moment renversant :

Effort horizontal Bras de levier Moment renversant par


(t/ml) (m) rapport à A (tm/ml)
0.144 0.25 0.036

VI.4.3 Effort verticaux et moment stabilisant :

Nature Efforts verticaux Bras de levier Moment stabilisant par


(t/ml) (m) rapport à A (tm/ml)
rideau 1 1.35 1.35
semelle 1.975 0.85 1.679
totale 2.975 / 3.029

VI.4.4 Vérification de stabilité au renversement :


La stabilité au renversement est vérifier si :
Ms
CSR = 1.5
Mr
CSR = 84.134
84.138 1.5
La stabilité au renversement est vérifiée.
VI.4.5 Vérification du tiers central :
Ma = MS −Mr
M a = 2.993 tm
D’où l’excentricité de la résultante des efforts par rapport à A.
Ma
a =
N

Promotion 2007 35
Chapitre VI Etude des murs de soutènement

2.99
a = = 1.01 m
2.97
L’excentricité par rapport au centre de gravité de la semelle :
e = B/2 – a = -0.15 m
Emax =B/6 = 0.28
Emax = 0.28 e = -0.15
La résultante R passe par la tiers centrale.
VI.4.6 Vérification de stabilité au glissement :
La stabilité au renversement est vérifier si :
2
CB + N ⋅ tg (2 / 3ϕ )
CSG = 3 1.2
T
CSG =24.44 1.2
La stabilité au renversement est vérifiée.
VI.4.7 La force portante du sol :
1
σ lim = ⋅ γ ⋅ B ⋅ N γ + γ ⋅ D ⋅ N q + C ⋅ N c
2
lim = 1/2x1.74x1.7x34.8 + 4x38.7
lim =206.26t/m2
adm = (Qlim – q0) /3+q0
adm = 68.75 t/m2
VI.4.8 Résistance de sol de fondation :
N 6e
1= max = (1+ ) = 2.67t/m2
B B
N 6e
2 = min = (1- ) = 0.82t/m2
B B
ref = (3 max + min) /4
ref =2.21 t/m2
adm = 68.75 t/m2 ref =2.21 t/m2
Donc le sol peut supporter la charge transmise par l’ouvrage.
VI.5 Etude de la stabilité des différents murs de soutènement :

Promotion 2007 36
Chapitre VI Etude des murs de soutènement

Le tableau suivant récapitule les résultats correspondant aux différents murs de


soutènement utilisés dans notre projet, et qui commencent d’une hauteur de 1.50 m
jusqu’à le plus haut de 5.80 m :

Hauteur de
mur de
soutènement 1.50 1.75 2.00 2.25 2.50 2.75 3.00 3.25 3.50
(m)
Poids de mur
de
/
soutènement 3.12 3.22 3.47 3.72 3.97 4.22 4.47 4.64 4.82
(t/m)
(t/m) Pa 0.14 0.196 0.26 0.32 0.40 0.48 0.57 0.67 0.7 /
Bras de levier
0.25 0.29 0.33 0.37 0.42 0.46 0.50 0.54 0.58 /
(m)
Moment
renversant 0.04 0.06 0.08 0.12 0.17 0.22 0.29 0.36 0.46 /
(tm/ml)
Moment
stabilisant 3.03 3.36 3.70 4.04 4.35 4.72 5.05 5.27 5.53 /
(tm/ml)
CSR 84.13 59.03 43.58 33.40 26.23 21.34 17.61 14.44 12.11 1.5
CSG 24.22 18.21 14.34 11.64 9.71 8.23 7.09 6.13 5.38 1.2
Ma
2.99 3.31 3.62 3.92 4.19 4.49 4.77 4.91 5.07 /

a 1.01 1.03 1.04 1.05 1.05 1.06 1.06 1.06 1.05 /


L’excentricité
-0.15 -0.18 -0.19 -0.20 -0.20 -0.21 -0.21 -0.21 -0.2 0.28
e (m)
max
2.67 3.07 3.42 3.75 4.01 4.36 4.6 4.75 4.84 /
(t/m2)

Promotion 2007 37
Chapitre VI Etude des murs de soutènement

min
0.82 0.72 0.67 0.63 0.66 0.61 0.63 0.71 0.83 /
(t/m2)
ref
2.21 2.48 2.73 2.97 3.17 3.42 3.63 3.74 3.84 68.75
(t/m2)
Suite du tableau :
Hauteur de
mur de
soutènement 3.75 4.00 4.25 4.50 4.75 5.00 5.25 5.50 5.80
(m)
Poids de mur
de
/
soutènement 5.01 5.20 5.39 5.57 5.76 5.95 6.14 6.32 6.57
(t/m)
(t/m) Pa 0.90 1.02 1.15 1.29 1.44 1.60 1.76 1.93 2.15 /
Bras de levier
0.62 0.67 0.71 0.75 0.79 0.83 0.87 0.92 0.97 /
(m)
Moment
renversant 0.56 0.68 0.82 0.97 1.14 1.33 1.61 1.77 2.08 /
(tm/ml)
Moment
stabilisant 5.78 6.03 6.28 6.54 6.79 7.04 7.30 7.55 7.88 /
(tm/ml)
CSR 10.28 8.84 7.68 6.73 5.94 5.29 4.52 4.26 3.75 1.5
CSG 4.77 4.27 3.85 3.49 3.18 2.92 2.69 2.49 3.39 1.2
Ma 5.22 5.35 5.47 5.57 5.65 5.71 5.68 5.68 5.72 /
a 1.04 1.03 1.01 1.00 0.98 0.96 0.93 0.90 0.87 /
L’excentricité
-0.19 -0.18 -0.16 -0.14 -0.13 -0.11 -0.08 -0.05 -0.02 0.28
e (m)
max
4.94 4.99 5.01 4.88 4.94 4.86 4.58 4.35 4.14 /
(t/m2)

Promotion 2007 38
Chapitre VI Etude des murs de soutènement

min
0.96 1.13 1.32 1.68 1.83 2.14 2.64 3.09 3.59 /
(t/m2)
ref 68.7
3.94 4.02 4.09 4.08 4.17 4.18 4.09 4.04 4.00
(t/m2) 5

L’image suivante représente quelques murs de soutènement tels qu’ils sont


fabriqués :

VI.6 Conclusion :
Cette étude des murs de soutènement fait partie des étapes considérées comme
primordiales au sein de notre étude, car ces éléments et après leur mise en place, vont
jouer un grand rôle au niveau de la sécurité et le maintien de notre ouvrage à savoir de
résister à l’ensemble des actions appliquées par le sol et les ouvrages adjacents.
A ce titre, on a vérifié plusieurs conditions telles que : stabilité au renversement, au
glissement.

Promotion 2007 39
Etude de la trémie de la concorde

VII
I

DEFINITION DES CHARGES AGISSANT


SUR LA TREMIE
Chapitre VII Définition des charges agissant sur la trémie

VII.1 Introduction :
L’ouvrage doit tenir en phase de service sous l’effet des différentes actions
(poussée de terre, surcharge routière, superstructures, surcharges de trottoirs) y
compris son poids propre en phase finale.
VII.2 Définition des charges :
VII.2.1 Charge permanente (CP):
Les charges permanentes comprennent le poids propre de la structure
Revêtement : Une couche de revêtement en béton bitumineux de 20cm
d‘epaisseur.
poids de trottoir: Ptr = 2 × (γ bet ⋅ S )
VII.2.2 Surcharges :
D’après le fascicule 61 titre II, les surcharges utilisées pour le dimensionnement
sont les suivantes :
La surcharge de type A (L).
Système Bc.
Système Bt.
Systeme Br.
La surcharge militaire Mc120.
La charge exceptionnel D240.
Les surcharges sur trottoirs.
VII.2.2 1Système de charge A (L):
C’est une charge répartie sur la largeur et la longueur des zones choisies d’aprés les
régles qui sont préscrites dans le fascicule (61 titre II) exprimée en kilogrammes par
métre carré et est donnée en fonction de la langueur chargée:
36000
A( L) = 230 + (Kg/m2)
L + 12
Avec :
L : longueur chargée
A(L)= 1. 2. A(L)

Promotion 2007 40
Chapitre VII Définition des charges agissant sur la trémie

1 est déterminé en fonction de la classe d’ouvrage, et du nombre de voies


chargées.
V0
2=
V
V: étant la largeur d’une voie.
V0 ayant les valeurs suivantes:

3.5 m pour les ouvrage de premiere classe.


3.0 m pour les ouvrage de deuxieme classe.
2.75 m pour les ouvrage de troisieme classe.

VII.2.2.2 Système BC :
On dispose sur la chaussée au plus autant de files ou convois de camions que la
chaussée comporte de voies de circulation et l’on place toujours ces files dans la
situation la plus défavorable pour l’élément considéré.

Disposition dans le sens transversal : nombre maximale de files que l’on peut
disposer égale au nombre de voies de circulation, il ne faut pas en mettre plus, même si
cela est géométriquement possible, les files peuvent être accolées ou non.
Disposition dans le sens longitudinal : nombre de camions est limité à deux, la
distance des deux camions d’une même file est déterminée pour produire l’effet le plus
défavorable.
Le sens de circulation peut être dans un sens ou dans l’autre à condition que les
deux camions circulent dans le même sens.
En fonction de la classe du pont et du nombre de files considérées, la valeur des
charges du système Bc prise en compte est multipliée par le coefficient bc, donné dans
le tableau suivant :

Promotion 2007 41
Chapitre VII Définition des charges agissant sur la trémie

Nombre de files considérées 1 2 3 4 5

Classe du pont Première 1.20 1.10 0.95 0.8 0.7


Deuxième 1.00 1.00 - - -
troisième 1.00 0.8 - - -
Nota : les charges du système Bc sont frappées de majorations dynamiques, ce
coefficient est le même pour chaque élément d’ouvrage. Le coefficient de majoration
dynamique relatif à un tel élément est déterminé par la formule :
0.4 0.6
δ = 1+ +
1 + 2L G
1+ 4
S
L : longueur chargé.
G : la charge permanente de l’ouvrage.
S : la charge B maximale.

Longitudinalement

2,25m 4,5m 1,5m 4,5m 4,5m 1,5m2,25m

6t 6t
12t 12t 12t 12t

Transversalement

2,5m 2,5m

0,25m 2m 0,25m 0,25m 2m


0,25m

Promotion 2007 42
Chapitre VII Définition des charges agissant sur la trémie

4,5 1,5
En plan m m

2m

0,25
m
2
m

VII.2.2.3 Systéme Bt : Fig.1:Système - BC


Le sous- système Bt se compose de deux tandems à deux essieux de quatre roues
chacun, le poids de chaque essieu étant de 16 t:
Il ne s’applique qu’aux ponts de première et deuxième classe ;
Le nombre de camions est limité à deux dans le sens transversal ;
Il est affecté d’un coefficient de pondération bt égal à 1 pour les ponts de première
classe, et 0.9 pour ceux de deuxième classe.

Transversalem En plan 1,35m


3,00 3,00
m m 0,6
m
2
m
0,5m2,00 1,00 2,00 0,6
m m m m 1m
0,6
m
2
Longitudin m
0,6
m
1,35m 0,25 0,25

VII.2.2.4 Surcharge Br: Fig.2: Système Bt

Promotion 2007 43
Chapitre VII Définition des charges agissant sur la trémie

Ce système de charge est composé d’une roue isolé de 10t qui peut être placé
n’importe ou sur la largeur roulable pour avoir l’effet le plus défavorable.
VII.2.2.5 Surcharges militaires MC120 :
Le convoi militaire se compose d’un groupe de deux essieux, sa surface d’impact
sur la chaussée est un rectangle uniformément chargé et il ne développe ni force de
freinage ni force centrifuge. « Fascicule 61-II ».
Les majorations dynamiques sont applicables à ce modèle de charge qui est calculé par
la même formule que celle donnée pour le système Bc
Poids total =110 t, le poids par mètre linéaire =18,032 t/ m

55 t 1.0 m

2.3 m

55 t 1.0 m

1.00
6.1 m
2.30
1.00 6.1 m

Transversalement Longitudinalent
En plan

Fig.3: Système MC120

VII.2.2.6 Charge exceptionnelle (D240) :


Comporte une remorque de trois éléments de 4 lignes à 2 essieux de 240t de poids
total, ce poids est supposé réparti au niveau de la chaussée sur un rectangle
uniformément chargé de 3,2m de largeur et 18,6m de longueur, le poids par mètre
linéaire égale à 12,9 t/m
Ce type de convoi est à prendre seul (exclusif de tout autre chargement).
Cette surcharge n’est pas frappée du coefficient de majoration dynamique.

3.2 m 240 t

18.60 m

Fig.4: Système D240

Promotion 2007 44
Chapitre VII Définition des charges agissant sur la trémie

VII.2.2.7 Forces de freinage :


Pour la vérification de l’aptitude au service, la valeur de courte durée de la
résultante totale de force de freinage vaut 30t.
Les forces de freinage seront appliquées au niveau de la chaussée.
VII.2.2.8 Surcharges des trottoirs :
Nous appliquons sur les trottoirs une charge uniforme de 150 kg/m2 réservée
exclusivement à la circulation des piétons et des cycles de façon à produire l’effet
maximal envisagé.
VII.2.3 Température :
Le gradient thermique résulte d’un échauffement ou de refroidissement unilatéral
de courte durée de la structure porteuse. La variation uniforme de température se réfère
de la température.
VII.3 Pression verticale :
Il existe plusieurs méthodes de calcul des charges verticales, chaque méthode se
base sur des hypothèses bien définies selon le problème spécifique, parmi ces
méthodes on trouve.

VII.3.1 Méthode de TERZAGHI :


La théorie de TERZAGHI a été établie pour les ouvrages souterrains construits
dans des terrains granuleux, mais sa stabilité peut être étendue au cas des terrains
cohérents.
D’après TERZAGHI la stabilité du front d’attaque d’une galerie de faibles
dimensions, sera assurer sans soutènement par une cohésion suffisante.
Cette méthode est applicable généralement à faible profondeur et elle suppose que les
charges qui agissant sur la trémie sont uniformément réparties.
Il admet qu’une masse de terrain se déplace dans le plan de la dalle de l’évidement, et
π ϕ
on doit définir sa largeur en partant du chiffre de ( + ), qui est l’angle de
4 2

Promotion 2007 45
Chapitre VII Définition des charges agissant sur la trémie

glissement de poussée active des terres.


On aura alors :

TN

B
H

π ϕ π ϕ
m + +
4 2 4 2
b
Fig.5:Hypothèse de base de la théorie de la poussée
souterraine de TERZAGHI

La charge verticale est donnée par :

B(γ − 2Ci / B )   − 2 KH i tgϕ   − 2 KH i tgϕ 


Pv = 1 − exp   + q ⋅ exp  
2 Ktgϕ   B   B 
Avec :
B : largeur de rectangle mesuré au niveau de sommet.
B=b+2 × m × tg( π /4- /2)
q : surcharge en surface .
C : cohésion du sol
K : coefficient correcteur qui est égale a Ph /Pv

1 pour B<H<2.5
K= 1 et PV = .B/2tg pour H>2.5B
1<K< 1.5 pour H>B

VII.3.2 Méthode des poids des terres :


Cette méthode est valable pour les ouvrage situés à de faible profondeur.

Promotion 2007 46
Chapitre VII Définition des charges agissant sur la trémie

Elle suppose que l’ouvrage doit supporter l'ensemble des charges et surcharges se
trouvant au dessus de la trémie
La pression verticale est évaluée par la relation :

Pv = ∑ γ i .H i + q

TN
1 h1

h2
2

Fig.6: tehorie des poids des terres

VII.4 La pression horizontale :

VII.4.1 Méthode de TERZAGHI :


Selon TERZAGHI la poussée peut être calculée approximativement par la formule
suivante :

0,38. (0,5.m+hP) cas général avec hP = b/ 2sin

Ph = Ka H terrain granuleux

( /1- ) .PV roche de bonne tenue

π ϕ
Avec : K a = tg 2 ( − )
4 2
Pv : contrainte géostatique verticale.
Ph : contrainte géostatique horizontale.
ν : Coefficient de poisson.

Promotion 2007 47
Chapitre VII Définition des charges agissant sur la trémie

TN

hp Parabole de
Ph chargeB Ph

m π ϕ π ϕ
+ +
4 2 4 2
b
Fig.7:Théorie de TERZAGHI

VII.4.2-Méthode de PROTODIACONOV :
La poussée totale agissant sur une paroi de hauteur m d’une trémie est donnée selon
PROTODIACONOV par la formule suivante :

 2 π ϕ m
Pv= γ .ka ⋅  (b + m.tg ( − )) + 
 3tgϕ 4 2 2

π ϕ  2 π ϕ m
Ph = γ .tg ( − )⋅ (b + m.tg ( − )) + 
2

4 2  3tgϕ 4 2 2

VII.4.3 Méthode de COULOMB – RANKINE :


Selon COULOMB – RANKINE, la charge horizontale prend la forme :
Ph1+Ph2=P2
De telle sorte que :
π ϕ π ϕ
Ph1= tg 2 ( − ).Pv − 2C.tg ( − )
4 2 4 2
Pour plus de sécurité on néglige la cohésion C :
π ϕ
Ph1= tg 2 ( − ).Pv
4 2
Ou Pv est la contrainte verticale calculé par la méthode de TERZAGHI.
π ϕ π ϕ
Ph2= tg 2 ( − )λh − 2C .tg ( − )
4 2 4 2
Pour des raisons de sécurité, on néglige C :

Promotion 2007 48
Chapitre VII Définition des charges agissant sur la trémie

π ϕ
Ph2= tg 2 ( − ).γ h
4 2
Donc :
π ϕ 2 π ϕ
Ph= tg2( − ).Pv + tg ( − ) γ h
4 2 4 2

Ph2 Ph1 b Ph1 Ph2

Fig.8: Méthode de COULOMB RANKINE


VII.4.4 Selon l’expérience soviétique :
La répartition de la force ou la poussée latérale selon cette méthode est supposée
trapézoïdale, d’où l’existence de deux valeurs extrême, au niveau du radier.
Sur la dalle :
π ϕ π ϕ
Ph1 = hp.γ .tg 2 ( − ) − 2C.tg ( − )
4 2 4 2
Sur le radier :
π ϕ π ϕ
Ph 2 = γ .(hp + m).tg 2 ( − ) − 2C.tg ( − )
4 2 4 2

TN

Parabole de charge
Ph1 B
Ph1

π ϕ π ϕ
+ +
4 2 4 2
Ph2 b Ph2

Fig.9: l expérience soviétique

Promotion 2007 49
Chapitre VII Définition des charges agissant sur la trémie

VII.4.5 Méthode des poids des terres :


Ph = K a ⋅ PV
π ϕ
Avec : K a = tg ( − )
2

4 2
K a =Ph/Pv
VII.4.6 Méthode de BOUSSINESQ (1882) :
Selon BOUSSINESQ la poussée peut être calculée approximativement de la
formule suivante :
1
Ph = ⋅ Ka ⋅γ ⋅ h2
2
π ϕ
Avec : K a = tg ( − )
2

4 2
VII.4.7 Conclusion :
On peut conclure qu’il existe plusieurs méthodes pour le calcul des charges
agissantes sur la trémie, et chacune d’elles à des conditions de travail qu’il faut suivre.
On vu que TERZAGHI a établi le cas où les ouvrages souterrains sont construits dans
des terrains granuleux, sec et sans cohésion ; cette méthode est applicable à faible
profondeur, supposant que les charges agissantes sur la trémie sont uniformément
réparties.
COULOMB-RANKINE suppose que la charge horizontale à la forme Ph1+Ph2=Ph.
Selon l’Expérience Soviétique, la force est répartie est supposée trapézoïdale.
La méthode des Poids des Terres est applicable pour les ouvrages souterrains de faible
profondeur.

VII.5 Combinaisons des charges


Les combinaisons sont obtenues en considérant une action prépondérante
accompagnée d’actions concomitantes.
Les coefficients de majorations sont mentionnés dans le tableau suivant :

Promotion 2007 50
Chapitre VII Définition des charges agissant sur la trémie

Actions ELU ELS


Poids propre (G) 1.35 1
Poussée de terre 1,35 1
Surcharge A(L) 1,6 1
Système BC 1,6 1
MC120 1,6 1
D240 1,35 1
Température ( ) 0 0,5
Trottoirs 1,5 1

Les combinaisons mentionnées ne sont pas à considérer simultanément, seul sont à


étudier celles qui apparaissent comme les plus agressives, les notations utilisées sont
définies comme suit :
G : Les charges permanentes.
Qr : Charges d’exploitations des ponts routes sans caractère particulier.
: Gradient thermique.

Promotion 2007 51
Chapitre VII Définition des charges agissant sur la trémie

VII.6 Les combinaisons de charges :

Action prépondérante Combinaisons Numéro de la


combinaison
1 ,35(G+PH) +1,6 A(L) 1
1 ,35(G+PH) +1,6 BC 2
A L’E.L.U 1 ,35(G+PH) +1,6MC120 3
1 ,35(G+PH) +1.35D240 4
G +PH+Qr 5
G +PH+A(L) 6
G +PH+BC 7
G +PH+MC120 8
G + PH+D240 9
A L’E.L.S G +PH+A(L) +0,5 10
G +PH+BC +0,5 11
G +PH+MC120 12
+ 0,5 +
G +PH+D240 13
+0,5 +

Promotion 2007 52
Chapitre VII Application numérique

VII.6 Application sur mur de soutènement A25

q q

5.8m

Fig.10 : Coupe transversale sur le mur A25


Calcul des charges :
Charge permanente CP :
Poids de mur de soutènement = 10t/m
Poids de radier:(4.1x0.4) x2.5 = 4.10t/m.
CP=14.10t/m
Complément des charges permanentes CCP :
Poids de trottoir = (0.2x1) x2.5x2=1 t/m
Poids de Revêtement =((0.2+0.08)x4.6/2)x2.2 =1.38 t/m
CCP = poids du trottoir + poids du revêtement. Alors :
CCP = 1+1.38 =2.38 t/m
Charge permanente total G :
G=CP+CCP=14.10+2.38
G=16.48t/m
Évaluation des surcharges :
La partie routière :
Largeur chargeable : Lc = 3.5m
Nombre des voies : 1voie.
Classe de l’ouvrage : première classe (ouvrage urbain)

Promotion 2007 53
Chapitre VII Application numérique

Calcul des surcharges routières (fascicule 61):


Surcharge A(L) :
A (L) = a1 x a2 x A (L)
Avec:
36000
A (L) = 230 + (kg/m2).
12 + L
Avec L = 48.24m

Coefficient a1 :
Nombre de voie chargée (1), donc a1 = 1
Coefficient a2:

a2 = V0 avec : V0 = 3.5 m
V
V = 4.5/1 =4.5m
Donc : a2 = 3.5 / 4.5 = 0.78
Tableau donnant la valeur de A (L) :
36000
A(L) = 230 + (kg/m2).
12 + L
A (L) = 0.83 t/m2

Tableau donnant la valeurs de A (L) :

Nbre de A (L) a1 a2 a1 x a2 x A(L) Largeur de voie A (L)


voies (t/m2) (t/m2) (m) (t/ml)
1 0.83 1 0.78 0.65 3.5 2.27

Surcharge Bc :
Calcul des coefficients dynamiques :
Les surcharges du système BC sont multipliées par des coefficients de majoration
dynamique.

Promotion 2007 54
Chapitre VII Application numérique

Ce coefficient est déterminé par la formule :


0,6 0 ,4
δ =1 + β + α =1 + +
1+ 4×
G 1 + 0,2 × L
S
Avec :
L = 48.24 m
G : La charge permanente.
G = 32.96 t
S : Surcharge Bc maximale multipliée au préalable par bc.
S=24 x1 x 1=24t.

Donc : =1.13

Désignation bc S δ
1 file 1 24 1.13

Surcharges militaires MC120 :


Les surcharges du système MC120 sont multipliées par des coefficients de majoration
dynamique.

Ce coefficient est déterminé par la formule :


0,6 0 ,4
δ =1 + β + α =1 + +
1+ 4×
G 1 + 0,2 × L
S
Avec :
L = 48.24 m
G : La charge permanente.
G = 32.96 t
S: Surcharge MC120
S=36,064t
Donc : =1,17

Promotion 2007 55
Chapitre VII Application numérique

Evaluation des poussées des terres horizontales :


1
ph1 = × K a × γ × h 2
2
Avec : Ka = tg2 /4- /2)
K a = 0.294
γ : 1.74t

Ph1 au niveau de radier (h = 5.8m)


Ph1= 0.5x17.4x0.294x (5.8)2
Ph1 = 86.04 kn/m
Ph1 au niveau de sommet (h =0)
Ph1=0
Détermination de la pousse horizontale due à la surcharge q :
Ph2= K a × q × h
Avec :q = 8.3 kn /m2
Ph2 = 0,294x8,3x5.8
Donc :Ph2 =14.15 kn /m
Poussée totale :
Au niveau de sommet :
Ph = Ph1 + Ph2
Ph=14.15
Au niveau de radier :
Ph = Ph1 + Ph2
Ph = 86.04 +14.15
Ph=100.20 kn/m
P(z) = az+b
P(0) =100.20kn/m
P (5.8m)=14.15kn/m
L’équation générale de la pression horizontale est :

P (z)= - 14.83Z+100.2 (kn/m)

Promotion 2007 56
Chapitre VII Application numérique

TN
H=5.8m + +

Ph2=14.15kn Ph1=86.04kn Ph1=86.04kn Ph2=14.15kn

Fig.11 : schéma statique des poussés des terres

Tableaux des charges:

Nature Poids A(L) BC MC120 Pression


propre G horizontale Ph(z)
Charge 164.8 22.7 67.8 105.49 -14.83Z+100.2
(kn/m)

VII.7 Application sur le mur de soutènement A 57


q q

TN

1.5m

Fig.12 : Coupe transversale sur le mur A57

Calcul des charges :


Charge permanente CP :
Poids de mur de soutènement : 6.25 t/m.
Poids de radier: (4.1x0.4)x2.5 = 4.10t/m.
CP=10.35 t/m
Complément des charges permanentes CCP :
CCP =2.38 t/m.

Promotion 2007 57
Chapitre VII Application numérique

Charge permanente total G :


G=CP+CCP=10.35+2.38
G=12.73 t/m.
Tableaux des charges:

Nature Poids A(L) BC MC120 Pression


propre horizontale
G Ph(z)
Charge 147,3 22,7 68.4 106.38 - 3.22Z+8.49
(kn/m)

VII.8 Application sur l’opticadre A53 :

TN 0.25m

5.85m
OpticadreB22

11.55m

OpticadreA53

Fig.13 : Coupe transversale sur l opticadre A53

Calcul des charges :


Charge permanente CP :
Poids de l’opticadreA53 : ((7.2x5.7)-(6.5x5))x2.5 = 21.35t/m.
Poids de l’opticadreB22 ((8.94x5)-(8.24x4.3))x2.5+1+2.15=26.32t/m.
Poids des remblais :(0.25x7.2)x1.74=3.13t/m.
CP=50.80 t/m.
Complément des charges permanentes CCP :
CCP = 2.38 t/m.

Promotion 2007 58
Chapitre VII Application numérique

Charge permanente total G :


G=CP+CCP=50.80+2.38
G=53.18t/m.
Évaluation des surcharges sur l’opticadre A53
La partie routière :
Largeur chargeable : Lc = 3.5m
36000
A (L) = 230 + (kg/m2) L = 195.4m
12 + L
A (L) = 0.40t/m2
Tableau donnant la valeurs de A (L) :

Nbre de A1 (L) a1 a2 A (L) Largeur de voie A1(L)


voies (t/m2) (t/m2) (m) (t/ml)
1 0.40 1 0.76 0.30 3.5 1.05

Surcharge Bc :
Coefficients dynamiques :
La surcharge du système BC est multipliée par le coefficient de majoration
dynamique =1.04

Surcharges militaires MC120 :


Coefficients dynamiques :
Le coefficient de majoration dynamique =1.07
Évaluation des surcharges sur l’opticadre B22 :
Surcharge A(L) :
Nbre de A (L) a1 a2 a1 x a2 x A (L) Largeur A2 (L)
voies (t/m2) (t/m2) de voie (t/ml)
(m)
1 0.68 1 1 0.68 3.5 2.38
2 0.68 1 1 0.68 7 4.76

Promotion 2007 59
Chapitre VII Application numérique

Surcharge Bc :
Coefficient dynamique :
=1.10

Désignation bc S δ
2 files 1 48 1.10

Surcharges militaires MC120 :


Coefficients dynamiques :
=1,11
Evaluation des poussées des terres horizontales :
1
Ph1 = × K a × γ × h 2
2
Ph au niveau de radier (h = 11.55m)
Ph= 0.5 × 0.294 × 17.4 × (11.55)2
Ph = 341.22 kn/m
Ph au niveau de sommet (h =5.85)
Ph= 0.5 × 0.294 × 17.4 × (5.85)2
Ph=87.53 kn/m
P(z) = az+b
P(0) =341.22kn/m
P (5.7m)=87.53kn/m
L’équation générale de la pression horizontale est :
P (z)= - 44.51Z+341.22 (kn/m)
Les charges agissant sur l’opticadre A53 :
Nature Poids A1(L) A2(L) BC1 BC2 MC1201 MC1202 Pression
propre horizontale
G P(z)
Charge 531.8 10.5 49.7 62.4 66 95.57 100.08 - 44.51Z+341.22
(kn/m)

Promotion 2007 60
Chapitre VII Application numérique

VII.9 Application sur l’opticadre (A42)

TN

5.49m

11.19m

Fig.14 : Coupe transversale sur l opticadre A42

Calcul des charges :


Charge permanente CP :
Poids d’Opticadre : ((7.2x5.7)-(6.5x5))x2.5 = 21.35t/m.
Poids de remblais : (5.49x7.2)x1.74 = 68.77t/m.
CP=90.12 t/m
Complément des charges permanentes CCP :
CCP = 2.38 t/m
Charge permanente total G :
G=CP+CCP=90.12+2.38
G=92.50t/m.
Évaluation des surcharges :
La partie routière :
Surcharge A(L) :
Tableau donnant la valeurs de A (L) :

Promotion 2007 61
Chapitre VII Application numérique

Nbre de A1 (L) a1 a2 A (L) Largeur A (L)


voies (t/m2) (t/m2) de voie (t/ml)
(m)
1 0.40 1 0.76 0.30 3.5 10.5

Surcharge Bc :
Calcul des coefficients dynamiques :
Les surcharges du système BC sont multipliées par des coefficients de majoration
dynamique = 1.03

Désignation bc S δ
1 file 1 24 1.03

Surcharges militaires MC120 :


Les surcharges du système MC120 sont multipliées par des coefficients de majoration
dynamique.

Ce coefficient est égal = 1.04


Evaluation des poussées des terres horizontales:
1
ph1 = × K a × γ × h 2
2
Ph1 au niveau de radier ( ht = 11.19m )
Ph1= 0.5x17.4x0.294x (11.19)2
Ph1 = 320.27 kn/m
Ph1 au niveau de sommet ( ht =5.49)
Ph1= 0.5 × 0.294 × 17.4 × (5.49 )2
Ph1=77.09 kn/m
Détermination de la pousse due à la surcharge q :
Ph2= K a × q × h avec: q=18.9 kn /m
Ph2 = 0,294.18.9.5.7
Ph2 =31.67kn /m

Promotion 2007 62
Chapitre VII Application numérique

Poussée totale
Au niveau de la dalle.
Ph = Ph1 + Ph2
Ph=77.09+31.67
Ph= 108.76kn/m
Au niveau de radier.
Ph = Ph1 + Ph2
Ph = 320.27 +31.67
Ph=352.94 kn/m
P(z) = az+b
P(0) =352.94kn/m
P (5.7m)=108.76kn/m
L’équation générale de la pression horizontale est :
P (z)= - 42.83Z+352.94 (kn/m)
Les charges agissant sur l’opticadre (A42) :

Nature Poids A(L) BC MC120 Pression Pression


propre horizontale verticale
G Ph(z) Pv
Charge
(kn/m) 925 13.9 61.8 93.77 - 42.83Z+352.94 13.9

VII.10 Application sur le mur de soutènement B01

TN

1.5m

Fig.15 : Coupe transversale sur le mur B01

Promotion 2007 63
Chapitre VII Application numérique

Calcul des charges :


Charge permanente CP :
Poids de mur de soutènement = 6.25 t/m
Poids de radier: = 6.12t/m
CP=12.37 t/m
Complément des charges permanentes CCP :
Poids de trottoir = 1t/m
Poids de Revêtement = 2.15 t/m
CCP = poids du trottoir + poids du revêtement.
Alors : CCP = 2.15+1=3.15 t/m
Charge permanente total G :
G=CP+CCP=10.35+3.15
G= 13.5t/m
Évaluation des surcharges :
La partie routière :
Largeur chargeable : Lc = Lr = 7m
Nombre des voies : 2Voies.
Classe du ouvrage : premier classe.
Calcul des surcharges routières (fascicule 61):
Surcharge A(L) :
A (L) = a1 x a2 x A1 (L) avec:
36000
A1 (L) = 230 + (kg/m2)
12 + L
Avec L = 54.72m
Coefficient a1 :
Nombre de voie chargée (2), classe du pont premier classe donc a1 = 1
Coefficient a1:

a2 = V0 avec : V0 = 3.5 m
V
V = 7/2=3.5m
Donc : a2 = 3.5 / 3.5 = 1

Promotion 2007 64
Chapitre VII Application numérique

36000
A1 (L) = 230 + (kg/m2)
12 + L
A1 (L) = 0.83 t/m2
Tableau donnant la valeurs de A (L) :

Nbre de A1 (L) a1 a2 A (L) Largeur de A (L)


voies (t/m2) (t/m2) voie (m) (t/ml)
1 0.77 1 1 0.77 3.5 2.69
2 0.77 1 1 0.77 7 5.39

Les charges agissant sur le mur de soutènement B01 :

Nature Poids A(L) BC MC120 Pression


propre G horizontale Ph(z)
Charge (kn/m) 135 53.9 68.4 106.39 - 3.22Z+8.49

VII.11 Application sur l’opticadre B01

TN

5m

Fi.g16 : Coupe transversale sur l opticadre B01

Promotion 2007 65
Chapitre VII Application numérique

Calcul des charges :


Charge permanente CP :
Poids de l’opticadre= 23.17t/m
CP=23.17 t/m
Complément des charges permanentes CCP :
Poids de trottoir = 1 t/m
Poids de Revêtement = 2.15 t/m
CCP = 1+2.15 =3.15 t/m.
Charge permanente total G :
G=CP+CCP=23.17+3.15
G=26.32t/m
Évaluation des surcharges :
La partie routière :
Tableau donnant la valeurs de A (L) :
Nbre de A (L) a1 a2 a1 x a2 x A (L) Largeur A2 (L)
voies (t/m2) (t/m2) de voie (t/ml)
(m)
1 0.68 1 1 0.68 3.5 2.38
2 0.68 1 1 0.68 7 4.76

Surcharge Bc :
Le coefficient de majoration dynamique =1.09

: Désignation bc S δ
2 files 1 48 1.09

Surcharges militaires MC120 :


Le coefficient de majoration dynamique =1.11

Promotion 2007 66
Chapitre VII Application numérique

Les charges agissant sur l’opticadre B01:

Nature Poids A(L) BC MC120 Pression horizontale


propre G Ph(z)
Charge 263.2 46.9 65.4 100.08 - 12.79Z+63.94
(kn/m)

Promotion 2007 67
Etude de la trémie de la concorde

VIII

CALCUL DES SECTIONS


DE FERRAILLAGE
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

VIII.1 Introduction :
Lors de l’étude d’une structure le recours à l’outil informatique est bien souvent
inévitable,celui-ci permet en effet d’effectuer des calculs complexes difficilement
réalisable par des méthodes manuelles et procure un gain de temps important en
évitant des opérations longues et fastidieuses.
Pour que l’ingénieur fasse appel à un logiciel, il lui incombe dans tous les cas de
poser le problème correctement, de modéliser la structure, et de définir les sorties
graphiques ou les tableaux de résultats qu’il compte utiliser.
VIII.2 Calcule automatique (Méthode des éléments finis) SAP2000 V9 :
Remarque : dans notre étude nous allons appliquer la méthode des éléments finis
qui est une méthode numérique largement appliquée dans le domaine de la mécanique
et la résistance des matériaux.
VIII.2.1 Principes généraux de la méthode des éléments finis :
Dans le cas de milieux continus, une méthode analogue à celle employée pour les
poutres peut être suivie. Pour un ouvrage souterrain nous avant les principes de base
suivants :
Considérer la structure comme un assemblage d’élément.
Le milieu considéré est bidimensionnel
Le milieu continu est divisé par des lignes imaginaires.
Les éléments sont supposés reliés entre eux par un nombre fini de points dits
point nodaux situés sur leurs frontières. Ces point nodaux transmettent les
efforts d’un élément à un autre.
Prendre comme seules inconnues les déplacements des n uds de ces éléments
Evaluer la matrice de rigidité de chaque élément.
Calculer la matrice de rigidité de la structure entière par simple addition des
matrices de rigidité des éléments.
Appliquer les liaisons externes et internes (déplacements imposés nuls par
exemple).

Promotion 2007 68
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Calculer à partir du chargement les charges appliquées aux n uds des


éléments.

Résoudre le système linéaire pour obtenir les déplacements.


Les fonctions des déplacements définissant l’état de déformation à l’intérieur
d’un élément en fonction des déplacements nodaux et par suite, l’état de
contrainte.
A partir de ces fonctions de déplacement et des lois rhéologiques de déplacement sur
le solide (défini donc de façon complète par les composantes U des déplacements aux
uds de la structure) fait correspondre un champ de sollicitations défini de même
façon par les composantes F des forces aux n uds.
Cette relation s’écrit :
{F } = [K ]⋅ {U }
Avec :
[K ] : Matrice de rigidité.
{U } : Les composant du déplacement des n uds.
Pour cela nous allons utiliser le logiciel SAP2000 (V9) qui est une formule
complète,qui travail avec la méthode des élément finis, en outre il permet la
préparation, l’exécution, et l’interprétation graphique des résultats de l’analyse.

VIII.2.2 Présentation du logiciel SAP2000 (non-linéaire version 9) :


Les programmes SAP, lancés depuis plus de 25 ans ont acquis la réputation du
logiciel le plus utilisé dans le domaine de l’analyse des structures par élément finis.
SAP2000 est une formule complète, il permet autre que la modélisation,
l’interprétation graphique des résultats de l’analyse, la modélisation géométrique et
mécanique d’une structure est basée sur deux pièces maîtresses, à savoir les n uds, et
les éléments.
SA2000 sous Windows, est un précieux outil d’assistance graphique, cette dernière est
appelée «l’interface graphique» et permet de définir la structure à analyser
graphiquement tout en généralisant automatiquement le fichier donné.
On peut résumer le fonctionnement du logiciel par le chemin ci-dessous.

Promotion 2007 69
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Programme
Phase préliminaire Input (entrée des données) traitement des données

Analyse

Output (génération de
fichier résultat)

1. La phase préliminaire :
Il est nécessaire de prévoir les données spécifiques d’une structure qui doivent
se conformer aux spécifications du logiciel, cette phase comporte les éléments
suivants :
Modélisation de la structure à analyser : la modélisation géométrique et
mécanique d’une structure est axée sur deux pièces maîtresse à savoir :
- L’emplacement des n uds avec leurs conditions de fixation.
- L’implantation des éléments entre ces n uds
SAP2000 utilise une librairie de quatre types d’élément finis de base, à savoir :
• Elément FRAME
• Elément SHELL
• Elément de solide axisymétrique (ASOLIDE)
• Elément de solide (SOLIDE)
Il est à noter que pour chaque types d’élément à utiliser il y à une option génération
spécifique à leur implantation
La numérotation des propriétés des éléments : après avoir construit le modèle,
on identifie les élément par des numéros.
identification des propriétés mécaniques des matériaux à utiliser, ainsi que les
propriétés géométriques de leur section.
Définition du chargement.

Promotion 2007 70
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

2. La phase input :
Sur cette phase on fait introduire les données géométriques en utilisant les
commandes de l’interface graphique, les étapes de cette phase sont données comme
suit :
définition de la géométrie : elle consiste à dessiner le modèle de calcul
élaboré dans la phase préliminaire
définition des matériaux à utiliser.
définition des sections des éléments.
Affectation des sections définies aux éléments.
Définition du chargement.
Affectation des chargements.
3. Phase output :
Une fois l’analyse est terminée, le programme générera automatiquement les
résultats qui peuvent être visualisés graphiquement ou à l’aide d’un éditeur de texte.

VIII-3 Modélisation et élaboration des fichiers de données (SAP2000) :


La modélisation géométrique et mécanique d’une structure quelconque ce fait en
deux étapes, à savoir l’emplacement des n uds avec leurs conditions de fixation et
l’implantation des éléments entre ces n uds.
Degré de liberté :
On appelle ainsi les inconnues de départ qui peuvent être d’un type quelconque
Dans notre cas se seront des déplacement de n uds et nous limiterons même aux
Déplacements élémentaires suffisant pour la majorité des
problèmes : les translation et rotation
Aux translation correspondant des forces et aux rotation des moments.
Repère local - repère global :
Tout modèle est rattaché à un repère dans lequel sont définis les déplacements des
uds ;

Promotion 2007 71
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

mais pour pouvoir calculer les matrices de rigidité simplement on est amené à définir
un repère local propre à l’élément et dans lequel seront décrits les charges et les
résultats.
Liaisons externes :
On doit préciser, chaque degré de liberté d’un n ud lié avec le milieu extérieur si le
déplacement correspondant est libre ou non. Ces déplacements sont mesurés dans le
repère global de la structure.
Ainsi dans le cas d’une rotule, on bloquera les déplacements en laissant libres les
rotations ;
Dans le cas de notre trémie on a des n uds qui sont liés élastiquement en translation
avec le milieu extérieur, on utilisera alors des ressorts.
Ressorts ou spring :
Un ressort est attaché à un n ud de la structure et le relie au milieu extérieur. Il
agit, en translation (fig.1) ou en rotation (fig.2) dans une des directions du repère
général de la structure, la force F ou le couple C transmis par le ressort étant
proportionnel au déplacement d ou à la rotation du n ud par rapport au milieu
extérieur. Un ressort est donc défini par sa direction et par sa raideur K.

Z
Z
a
d C

Y
0 Y
0
X Fig .1 X Fig. 2

Pour notre structure on utilise un ressort en translation qui correspond à sa déformé


Choix du nombre de n uds :
Les critères permettant de définir le nombre de n uds et d’éléments à utiliser
différent d’un modèle à un autre. Dans le cas général le chargement d’un modèle aux

Promotion 2007 72
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

éléments finis comporte des charges concentrées et des charges réparties


uniformément sur des surfaces d’impact.

Ce sont les positions de ces charges qui impose le plus souvent le maillage : on doit
disposer des n uds au droit des charges concentrées et l’air des élément chargés doit
être comparable à celle des surfaces d’impact.
VIII.4 Modélisation en élément frame :
VIII.4.1 Introduction :
Une barre est un élément de structure dont les dimensions transversales sont petites
par rapport à la longueur ce qui ne travaille qu’en traction-compression le long de
son axe. La section généralement constante, peut néanmoins évoluer lentement en
forme et en taille le long de l’élément.
La barre est un élément à définition linéique, seule la fibre neutre de l’élément
(ligne passant par le centre de gravité de toutes les sections droites) est définie. Bien
que de géométrie uni directionnelle, les barres sont employées dans les modélisation bi
ou tridimensionnelles.
Les déformations dans la section d’une barre soumise à effort axial, induites par
l’effet de poisson, ne sons pas pris en compte. C’est pour cette raison qu’il n’est pas
nécessaire de donner le coefficient de poisson pour caractériser le matériau constitutif
d’une barre. La contrainte et la déformation sont mono-axiales dans le repère propre de
l’élément, reliées par le module de young.
σ = E ⋅ε
Outre la topologie, il faut obligatoirement fournir à un programme d’analyse linéaire
les caractéristiques suivantes :
Module de Young
Section
VIII.4.2 La modélisation :
Un modèle de structure est composé par un assemblage d’éléments, reliant les
différents n uds, afin de représenter le mieux possible le comportement supposé de la
structure.

Promotion 2007 73
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Notre ouvrage est modélisé par une succession d’élément Frame, s’appuient sur des
ressorts dont l’élasticité correspond au module de réaction élastique du terrain
(spring) ;

Elément fini de barre :


L’élément fini de barre utilisé pour notre modélisation est défini par deux n uds,
chacun d’entre eux possédant trois degrés de translation dans l’espace, noté (u , v , w)
(figure 2)
w v

Z Y

Fig3 : Elément finis de barre


X

2
Z
q

h
h :la hauteur. 1
b =1m
L : longueur de la barre b
X
L

Convention de signe pour les efforts interne :

Promotion 2007 74
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

M33
M13 T

P
h M22
2
P : effort normal.
M13 : moment suivant l’axe de chargement (1.3).
T
T : effort tranchant. b
Le logiciel SAP2000 permet d’afficher des vues en deux (02) ou trois (03) dimensions
des entités suivantes:
Forme indéformée de la structure.
Forme déformée de la structure.
Charges appliquées.
Diagramme des forces et des moments.
VIII.5 Calcul de réactions élastiques :
Module de réaction élastique horizontal:
Le module de réaction élastique horizontale du terrain est donné par la
formule :
1 1  αa α 
+ 0.133(9a ) 
a
= 
K h EM  2  Kh
K h : Module de réaction élastique (kn/m2).
E M : Module de déformation de sol.
E M =2000Kn/m2
α : Paramètre rhéologique.
a : Paramètre dépendant de la géométrie de l’ouvrage.
Pour les limons sableux (argile) on prendra =1/3, ce qui est une hypothèse prudente.
Module de réaction élastique vertical:
Le module de réaction élastique vertical du terrain est donné par la formule :
1 1  αb α 
 + 0.133(9b ) 
b
=
K V EM  2 

KV
Promotion 2007 75
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

K V : Module de réaction élastique verticale (kn/m2).


b : Paramètre dépendant de la géométrie de l’ouvrage.

Le module ci-dessus est un module linéique. La raideur des appuis élastiques à prendre
en compte dans le calcule est en fonction de la longueur de la structure affectée à cet
appuis, pour un module de 1m de longueur, le module de réaction horizontale ou
verticale linéique est égal : K '( h ,V ) = K ( h ,v ) ⋅ L
Avec : L = 1m

Tableau- valeurs des modules de réaction :


/ (m) a (m) b (kn/m) K h (kn/m) K V
Mur de soutènement A57 (Les Sources Blida) 1.50 7.50 3529.29 1116.37
Mur de soutènement A25(Les Sources Blida) 5.80 7.50 1366.37 1116.37
Opticadres A53 etA42 (Les Sources-Blida) 5.70 7.20 1384.86 1153.26
Mur de soutènement B01( Bir Mourad Rais-Blida) 1.50 8.94 3529.29 968.91
Opticadres B01 (Bir Mourad Rais Blida) 5.00 8.94 1530.92 968.91

Promotion 2007 76
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

VIII.6 Ferraillage et vérification des contraintes :


Le ferraillage sera calculé à l’ELU et vérifie à l’ ELS en flexion composé pour une
section rectangulaire (La fissuration est jugée préjudiciable)
Les principes généraux du ferraillage en flexion composé sont les suivant ;
On calcul: A= (0.337h-0.81C’)b h fbu
B = NU (d-C’) – Mua
C = (0.5h – C’) b h fbu
Si A B ⇒ S ET
Si B ≥ C ⇒ On aura besoin de AS’ AS
Si B < C ⇒ On aura AS’
VIII.6.1 Exemple de ferraillage :
A titre d’exemple, nous allons effectuer le calcul de ferraillage d’un mur de
soutènement dont les caractéristiques sont indiquées dans le tableau suivant :

B H d d’ M N
(cm) (cm) (cm) (cm) (kN.m) (KN)
35 100 5 5 272.32 551.085

0.85 f c 28
f bu =
θ ⋅γ b
A = (0.337 h − 0.81C ') ⋅ bhf bu
A = (0.337 ⋅ 0.35 − 0.81⋅ 0.05)1 ⋅ 0.35 ⋅14.17
A = 0.384
B = N u (d − C ') − M UA
B = 551.058 ⋅10 −3 (0.315 − 0.05) − 272.32 ⋅10 −3
B = −0.126
A ≥ B ⇒ Section partiellement comprimée (SPC)

Promotion 2007 77
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

 h
M UA = M UG + N U  d − 
 2
M UA = 0.195MN ⋅ m
M UA
uUA =
bd 2 f bu
uUA = 0.139
Calcul u c :

M UA 0.195
γ = =
M SER 0.139
γ = 1.4 et f c 28 = 25MPa ⇒ u c = 0.299 (d’après le tableau de BAEL)
u c ≥ u A ⇒ AS '= 0
1 − 1 − 2u A
α=
0.8
α = 0.188
z = d (1− 0.4α )
z = 0.291
400
u A = 0.139 ≤ 0.186 ⇒ σ S = = 348MPa
1.15
M UA 0.195
AS = = ⋅10 4 AS = 19.25 cm2
z ⋅ σ S 0.291 ⋅ 348

VIII.6.2 Ferraillage :
D’après le listing obtenu par le logiciel SAP2000 V9, les sollicitations maximales
obtenues dans l’élément FRAME sont :

Promotion 2007 78
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Mur de soutènement A57


ELU ELS
M max (k N.m) N (KN) M max (KN.m) N (KN)
Rideau 1 -130.057 -19.08 -104.28 -14.138
Rideau 2 130.57 -19.08 -104.28 -14.138
Radier -169.39 -30.70 -123.48 -23.24
Mur de soutènement A25
Rideau 1 272.32 551.058 183.55 382.72
Rideau 2 -272.32 551.058 -183.55 382.72
Radier -463.22 -41.34 -315.66 -40.36
Opticadre A42
Rideau 1 -1210.50 -1126.91 -896.87 -834.75
Rideau 2 1210.5 -1126.91 896.66 -834.75
Dalle -1210.50 1473.70 -896.66 -1091.63
Radier -148.101 -133.017 -100.20 -98.57
Opticadre A53
Rideau 1 -270.53 653.92 -193.78 455.33
Rideau 2 270.53 653.92 193.78 455.33
Dalle -233.034 -286.98 -159.15 -207.83
Radier -461.199 -448.106 -315.46 -341.85
Mur de soutènement B01
Rideau 1 479.01 597.09 327.71 410.77
Rideau 2 -479.01 597.09 -327.71 410.77
Radier 658.54 451.92 449.51 103.79
Opticadre B01
Rideau 1 -417.59 -558.36 -309.39 413.60
Rideau 2 417.59 -558.36 309.39 -413.60
Dalle -814.19 -408.79 -603.11 -302.93
Radier -289.83 -149.073 -199.22 -115.60

Promotion 2007 79
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

VIII.6.3 Le ferraillage principal :


Pour le calcul du ferraillage nous utiliserons le programme de calcul SOCOTEC

Section type utilisée pour le calcul du ferraillage

Les résultats obtenus par logiciel SOCOTEC, et qui correspondent aux


combinaisons les plus défavorables sont récapitulés dans les tableaux suivants :

Mur de soutènement A57


Ferraillage A L’ELU
FC28=25Mpa Fe E400Mpa b=1.5 s=1.15 ELU

Section B H d d’ M N Coeff. AS1 AS2’


(cm) (cm) (cm) (cm) (kN.m) ( KN) sécur.
Rideau 1 35 100 5 5 -130.057 -19.08 1 0 13.49

Rideau 2 35 100 5 5 130.57 -19.08 1 13.49 0


radier 40 100 5 5 -169.39 -30.70 1 0 14.69

Promotion 2007 80
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Mur de soutènement A25


Ferraillage A L’ELU

FC28=25Mpa Fe E400Mpa b=1.5 s=1.15 ELU

B H d d’ M N Coeff.
Section AS1 AS2’
(cm) (cm) (cm) (cm) (kN.m) (KN) sécur.
Rideau 1 35 100 5 5 272.32 551.058 1 23.31 0
Rideau 2 35 100 5 5 -272.32 551.058 1 0 23.31
radier 40 100 5 5 -463.22 -41.34 1 0 45.53

Opticadre A42
Ferraillage A L’ELU

FC28=25Mpa Fe E400Mpa b=1.5 s=1.15 ELU

B H d d’ M N Coeff.
Section AS1 AS2’
(cm) (cm) (cm) (cm) (kN.m) (KN) sécur.

Rideau1 35 100 5 5 -1210.50 -1126.91 1 34.86 144.35

Rideau2 35 100 5 5 1210.5 -1126.91 1 144.35 34.86


Dalle 40 100 5 5 -1210.50 1473.70 1 51.06 128.15
Radier 40 100 5 5 -148.101 -133.017 1 0 12.75

Promotion 2007 81
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Opticadre A53(s)
Ferraillage A L’ELU
FC28=25Mpa Fe E400Mpa b=1.5 s=1.15 ELU

Section B H d d’ M N Coeff. AS1 AS2’


(cm) (cm) (cm) (cm) (kN.m) (KN) sécur.
Rideau 1 35 100 5 5 -270.53 653.92 1 0 15.80

Rideau 2 35 100 5 5 270.53 653.92 1 15.80 0


Dalle 40 100 5 5 -233.03 -286.98 1 0 20.69

Radier 40 100 5 5 -461.19 -448.106 1 0 45.28

Mur de soutènement B01


Ferraillage A L’ELU
FC28=25Mpa Fe E400Mpa b=1.5 s=1.15 ELU

Section B H d d’ M N Coeff. AS1 AS2’


(cm) (cm) (cm) (cm) (kN.m) (KN) sécur.
Rideau 1 35 100 5 5 479.01 597.09 1 55.32 6.41
Rideau 2 35 100 5 5 -479.01 597.09 1 6.41 55.32
Radier 40 100 5 5 685.54 151.92 1 87.66 21.58

Promotion 2007 82
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Opticadre B01
Ferraillage A L’ELU
FC28=25Mpa Fe E400Mpa b=1.5 s=1.15 ELU

Section B H d d’ M N Coeff. AS1 AS2’


(cm) (cm) (cm) (cm) (kN.m) (KN) sécur.
Rideau 1 35 100 5 5 -417.59 -558.36 1 0 56.15

Rideau 2 35 100 5 5 417.59 -558.36 1 56.15 0


Dalle 35 100 5 5 -814.19 -408.79 1 24.56 95.04

Radier 35 100 5 5 -289.83 -149.073 1 0 32.12

VIII.6.4 Vérification des contraintes :


2
σ st = min( f e: 110 ηf tj ) Mpa avec
3

e=400 Mpa
η = 1.6 donc σ st = 201.63 Mpa

σ b =0.6 c28 =0.6. 25 = 15 Mpa


Il faut alors que :

σ st≤ σ st et σ b≤ σ b

Promotion 2007 83
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Mur de soutènement A57


Vérification A L’ELS
FC28=25Mpa Fe E400Mpa b=1.5 s=1.15 ELS

Section B(cm) H(cm) d(cm) d’(cm) N(KN) M(KN.M) Coeff. σ bc σ st


sécur.
Rideau1 35 100 5 5 14.138 104.28 1 6.86 85.83

Rideau2 35 100 5 5 14.138 104.28 1 6.86 85.83


Radier 40 100 5 5 23.24 123.48 1 7.32 91.60

Mur de soutènement A25


Vérification A L’ELS
FC28=25Mpa Fe E400Mpa b=1.5 s=1.15 ELS

Section B(cm) H(cm) d(cm) d’(cm) N(KN) M(KN.M) Coeff. σ bc σ st


sécur.
Rideau1 35 100 5 5 382.72 183.55 1 10.17 127.20
Rideau2 35 100 5 5 382.72 183.55 1 10.17 127.20
Radier 40 100 5 5 40.36 315.66 1 11.51 143.88

Promotion 2007 84
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Opticadre A42
Vérification A L’ELS
FC28=25Mpa Fe E400Mpa b=1.5 s=1.15 ELS

Section B H(cm) d(cm) d’(cm) N(KN) M(KN.M) Coeff. σ bc σ st


(cm) sécur.
Rideau1 35 100 5 5 834.75 896.87 1 12.57 157.17
Rideau2 35 100 5 5 834.75 896.66 1 12.57 157.17
Dalle 40 100 5 5 1091.63 896.66 1 12.28 153.55
Radier 40 100 5 5 98.57 100.20 1 6.34 79.36

Opticadre A53
Vérification A L’ELS
FC28=25Mpa Fe E400Mpa b=1.5 s=1.15 ELS

Section B(cm) H(cm) d(cm) d’(cm) N(KN) M(KN.M) Coeff. σ bc σ st


sécur.
Rideau1 35 100 5 5 455.33 193.78 1 12.5 156.37
Rideau2 35 100 5 5 455.33 193.78 1 12.5 156.37
Dalle 40 100 5 5 207.83 159.15 1 4.81 60.21
Radier 40 5 5 5 341.85 315.46 1 7.32 91.52

Promotion 2007 85
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Mur de soutènement B01


Vérification A L’ELS
FC28=25Mpa Fe E400Mpa b=1.5 s=1.15 ELS

Section B(cm) H(cm) d(cm) d’(cm) N(KN) M(KN.M) Coeff. σ bc σ st


sécur.
Rideau1 35 100 5 5 410.77 327.71 1 10.71 133.9
Rideau2 35 100 5 5 410.77 327.71 1 10.71 133.9
Radier 40 100 5 5 103.79 449.51 1 11.80 147.60

Opticadre B01
Vérification A L’ELS

FC28=25Mpa Fe E400Mpa b=1.5 s=1.15 ELS

Section
B(c
m)
H(cm) d(cm) d(m) N(KN)
M(KN.M) Coeff.
sécur. σ bc σ st
Rideau1 35 100 5 5 413.60 -309.39 1 10.71 133.92
Rideau2 35 100 5 5 -413.6 309.39 1 10.71 133.92
Dalle 35 100 5 5 -302.9 -603.11 1 13.39 167.13
Radier 35 5 5 5 -115.6 -199.22 1 5.70 71.29

D’après les résultats obtenus par logiciel SOCOTEC les sections considérées sont
SPC (Section Partiellement Comprimée) avec acier tendu néanmoins il sera nécessaire
de prévoir des armatures de montage pour permettre la fixation des armatures
transversales .
VIII.6-5 Condition de non fragilité :
f t 28
A min > 0.23 b(0.9 H )
fe

Promotion 2007 86
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

2.1
A min= 0.23Χ 1(0.9 x 0.4) = 4.34cm
400

En conclusion la section d’acier à prendre en compte est égale à :


Mur de soutènement A57
Section Section d’acier (cm2) Nombres des barres
Rideau 1 AS1= A min = 4.34 8HA14
AS2’=13.49 8HA16
Rideau 2 AS1= 13.49 8HA16
AS2’= A min =4.34 8HA14
Radier AS1= A min = 4.34 8HA14
AS2’= 14.69 8HA16
Mur de soutènement A25
Section Section d’acier (cm2) Nombres des barres
Rideau 1 AS1=23.31 8HA20
AS2’= A min =4.34 8HA14
Rideau 2 AS1= A min = 4.34 8HA14
AS2’= 23.31 8HA20
Radier AS1= A min= 4.34 8HA14
AS2’= 45.53 8HA32
Opticadre A42
Section Section d’acier (cm2) Nombres des barres
Rideau 1 AS1= 34.86 8HA25
AS2’=144.35 16HA32
Rideau 2 AS1= 144.35 16HA32
AS2’= 34.86 8HA25
Dalle AS1= 51.06 8HA25
AS2’= 128.15 16HA32
Radier AS1=A min =4.34 8HA25
AS2’= 45.28 8HA25
Opticadre A53
Section Section d’acier (cm2) Nombres des barres
Rideau 1 AS1= A min= 4.34 8HA14
AS2’=15.80 8HA20
Rideau 2 AS1=15.8 8HA20
AS2’= A min = 4.34 8HA14

Dalle AS1= A min =4.34 8HA14


AS2’= 20.69 8HA20
Radier AS1= A min =4.34 8HA16

Promotion 2007 87
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

AS2’= 45.28 8HA25


Mur de soutènement B01
Rideau 1 AS1= 6.41 8HA20
AS2’= 55.32 8HA32
Rideau 2 AS1=55.32 8HA32
AS2’= 6.41 8HA20
Radier AS1= 87.66 16HA25
AS2’= 21.58 8HA25
Opticadre B01
Rideau 1 AS1= A min = 4.34 8HA20
AS2’=56.15 8HA32
Rideau 2 AS1= 56.15 8HA32
AS2’= A min = 4.34 8HA20

Dalle AS1= 95.04 16HA25


AS2’= 24.56 8HA20
Radier AS1= A min = 4.34 8HA25
AS2’= 32.12 8HA25

VIII.6.6 Vérification au cisaillement:


T max
Nous devrons vérifier la formule suivante : τ= <
bd
τ u= min( 0.10. f cj;3MPa) = 2.5Mpa

(Fissuration préjudiciable)
D’après les listings, l’effort tranchant maximum obtenu pour chaque section
considérée :
Mur de soutènement A57
Section (MPa)τ U
Tmax (KN) (MPa)τ U
Rideau 1 2.5 99.79 0.31
Rideau 2 2.5 99.77 0.31
Radier 2.5 896.50 2.4
Mur de soutènement A25
Section (MPa)τ U
Tmax (KN) (MPa)τ U
Rideau 1 2.5 93.09 0.29
Rideau 2 2.5 93.09 0.29
Radier 2.5 620.77 2.19
Opticadre A42

Promotion 2007 88
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Section (MPa)τ U Tmax (KN) (MPa)τ U


Rideau 1 2.5 769.22 2.44
Rideau 2 2.5 769.22 2.44
Dalle 2.5 740.21 2.35
Radier 2.5 603.45 1.91
Opticadre A53
Section (MPa)τ U Tmax (KN) (MPa)τ U
Rideau 1 2.5 560.061 1.77
Rideau 2 2.5 560.061 1.77
Dalle 2.5 213.76 0.67
Radier 2.5 779.33 2.47

Mur de soutènement B01


Rideau 1 2.5 233.17 0.74
Rideau 2 2.5 233.17 0.74
Radier 2.5 241.29 0.76
Opticadre B01
Rideau 1 2.5 348.45 1.10
Rideau 2 2.5 348.45 1.10
Dalle 2.5 580.82 1.84
Radier 2.5 448.31 1.42

Donc, la condition est vérifiée


Diamètre Øt des armatures d’âme dune poutre est donné par l’inégalité suivant :
 h b 
φ t ≤ min  : 0 :φ l 
 35 10 
 35 100 
φ t ≤ min  : : 1.4  = 10mm
 35 10 

At (τ u − 0.3K ⋅ f t 28 )γ s ⋅ b
L’espacement des armatures transversales ≥
St 0.9 ⋅ f e
At : Sections d’armatures des cadres.
f e : Limite élastique d’acier.
τ u : Contrainte tangente conventionnelle.
VIII.7 Dispositions constructives :
Pour assurer une stabilité meilleure des armatures (transversales et longitudinales),
il est utile de mettre en uvre un ensemble de ferraillage dit de montage.

Promotion 2007 89
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Pour cela, on choisit des barres de 12mm dont l’espacement correspondant est calculé
comme suit :
L’espacement maximum S T = min ≤ (0.9 d ;40cm ) = 20cm

VIII.8 Croquis de ferraillage :


Mur de soutènement A57

8HA16

H=35
8HA14

B=100

Disposition de ferraillage au Rideau droite

8HA14

H=35
8HA16

B=100

Disposition de ferraillage au Rideau gauche

8HA16

H=40
8HA14

B=100

Disposition de ferraillage au radier

Promotion 2007 90
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Mur de soutènement A25

8HA14

H=35

8HA20

B=100

Disposition de ferraillage au Rideau droite

8HA20

H=35

8HA14

B=100

Disposition de ferraillage au Rideau gauche

8HA32

H=40
8HA14

B=100

Disposition de ferraillage au radier

Promotion 2007 91
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Opticadre A42

16HA32

H=35

8HA25

B=100

Disposition de ferraillage au Rideau droite

8HA25

H=35

16HA32

B=100

Disposition de ferraillage au Rideau gauche

16HA32
H=40

8HA25

B=100

Disposition de ferraillage en dalle

8HA25

H=40

8HA25

B=100
Disposition de ferraillage au radier

Promotion 2007 92
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Opticadre A53

8HA20

H=35

8HA14

B=100

Disposition de ferraillage au Rideau droite

8HA14

H=35

8HA20

B=100

Disposition de ferraillage au Rideau gauche

8HA20

H=40
8HA14

B=100

Disposition de ferraillage en dalle

8HA25

H=40

8HA16

B=100

Disposition de ferraillage au radier

Promotion 2007 93
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Mur de soutènement B01

8HA32

H=35

8HA20

B=100

Disposition de ferraillage au Rideau droite

8HA20

H=35

8HA32

B=100

Disposition de ferraillage au Rideau gauche

16HA25

H=40

8HA25

B=100

Disposition de ferraillage au radier

Promotion 2007 94
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Opticadre B01

8HA32

H=35

8HA20

B=100

Disposition de ferraillage au Rideau droite

8HA20

H=35

8HA32

B=100

Disposition de ferraillage au Rideau gauche

8HA20

H=40

16HA25

B=100

Disposition de ferraillage en dalle

8HA25

H=40

8HA25

B=100

Disposition de ferraillage au radier

Promotion 2007 95
Chapitre VIII Calcul des sections de ferraillage de la trémie

Le ferraillage en dessus a été effectué pour chaque type des cadres qui se différent
selon la hauteur du gabarit, la longueur, la largeur, les charges appliquées, …etc. D’où,
et pour des raisons de sécurité et d’économie, nous avons jugé utile d’opter pour un
ferraillage unifié pour l’ensemble des cadres comme il indiqué dans le tableau
suivant :

Réf Diam Nbre Esp (m) Réf Diam Nbre Esp (m)
(mm) (mm)
1 HA12 18 0.20 14 HA20 16 0.16
2 HA32 16 0.20 15 HA32 16 0.16
3 HA20 16 0.16 16 HA25 16 0.16
4 HA32 16 0.16 17 HA25 16 0.16
5 HA25 16 0.16 18 HA32 16 0.16
6 HA25 16 0.16 20 HA20 16 0.16
7 HA32 16 0.16 21 HA12 20 0.20
8 HA20 16 0.16 22 HA25 16 0.06
9 HA32 16 0.16 23 HA25 16 0.16
10 HA12 18 0.20 24 HA20 16 0.16
11 HA12 82 0.20 25 HA32 16 0.16
12 HA12 20 0.20 26 HA12 54 0.20
13 et 19 HA32 16 0.16 27 HA12 12 0.20

Promotion 2007 96
Etude de la trémie de la concorde

IX

ASSAINISSEMENT
DE LA TRÉMIE
Chapitre IX assainissement de la trémie

IX.1 Introduction :

L’assainissement des voies de circulation comprend l’ensemble des dispositifs à


prévoir et à réaliser pour récolter et évacuer toutes les eaux superficielles et les eaux
souterraines, c’est à dire :

l’assèchement de la surface de circulation par des pentes transversales et


longitudinales, par des fossés, caniveaux, cunettes, etc.…

les drainages : ouvrages enterrés récoltant et évacuant les eaux souterraines


(tranchées drainantes et canalisations drainantes).

les canalisations : ensemble des ouvrages destinés à l’écoulement des eaux


superficielles (conduites, chambre, cheminées, sacs, …)

IX.2 Drainage des eaux souterraines :

IX.2.1 Nécessité du drainage des eaux souterraines :

Les eaux souterraines comprennent d'une part, les eaux de la nappe phréatique et
d'autre part, les eaux d'infiltrations. Leurs effets sont nocifs si ces eaux détrempent la
plate-forme, ce qui peut entraîner une baisse considérable de la portance du sol.

Il faut donc veiller à éviter :

La stagnation sur le fond de forme des eaux d'infiltration à travers la


chaussée.

La remontée des eaux de la nappe phréatique ou de sa frange


capillaire jusqu'au niveau de la fondation.

IX.2.2 Protection contre la nappe phréatique :


La construction d'une chaussée modifie la teneur en eau du sol sous-jacent, car le
revêtement diminue l'infiltration et l'évaporation.
Si le niveau de la nappe phréatique est proche de la surface, la teneur en eau du sol
tend vers un état d'équilibre dont dépend la portance finale.
Lorsque cette dernière est faible, on pourra :
soit dimensionner la chaussée en conséquence.

Promotion 2007 97
Chapitre IX assainissement de la trémie

soit augmenter les caractéristiques de portance du sol en abaissant le niveau


de la nappe phréatique.
Le choix de l'une ou l'autre de ces trois solutions dépend :
des possibilités de drainage du sol (coefficient de perméabilité).
de l'importance des problèmes de gel.
de leurs coûts respectifs.
Il n'est pas nécessaire, en général, d'assurer le drainage profond d'une grande
surface car un bon nivellement et un réseau de drainage superficiel convenablement
conçu suffisent à garantir un comportement acceptable des accotements.

IX.3 Définition

Les regards : Ils sont constitués d’un puits vertical, muni d’un tampon en fonte ou en
béton armé, dont le rôle est d’assurer pour le réseau des fonctions de raccordement des
conduites, de ventilation et d’entretien entre autres et aussi à résister aux charges
roulantes et aux poussées des terres.
IX.4 Dimensionnement du réseau de drainage :
On utilise la relation suivante :
Qd = Qs
Qd : débit d’apport provenant du bassin versant (m3/s).
Qs : débit d’écoulement au point de saturation (m3/s).
Le débit de crue pour les bassins versants de superficie inférieure à 2km2 est calculé en
appliquant la méthode rationnelle dont l’expression usuelle est de la forme :

Q=K.C.I.A
Q : Débit maximum d’eau pluviale (m3/s).
C : Coefficient de ruissellement.
I : Intensité de la pluie (mm/h).
K : Coefficient de conversion des unités.
A : Air du bassin d’apport (km²).
Coefficient de ruissellement ‘c’
Le coefficient de ruissellement dépend de l’étendue relative des surfaces

Promotion 2007 98
Chapitre IX assainissement de la trémie

imperméabilisées par rapport à la surface drainée. Sa valeur est obtenue en tenant


compte des trois paramètres suivants : la couverture végétale, la forme, la pente et la
nature du terrain.
Coefficient ‘C’ Valeurs prises
Type de chaussée

Chaussée revêtue ou 0.8 – 0.95 0.9


enrobé
Accotement (sol 0.15 – 0.4 0.4
légèrement perméable)
Terrain naturel 0.0 – 0.2 0.2

Intensité de la pluie I :
La détermination de l’intensité de la pluie, comprend différentes étapes de calcul
qui sont :
Hauteur de la pluie journalière maximale annuelle
Pjmoy
Pj = .exp(u. ln(cv 2 + 1)
cv 2
+1
Pjmoy : pluie journalière moyenne (mm).
CV : Coefficient de variation.
U: Variable de Gauss.
Ln: Log. Népérien.

Fréquence au 50 20 10 5 2 1
dépassement (%)
Période de retour 2 5 10 20 50 100
(années)
Variable de GAUSS (U) 0 0.841 1.282 1.645 2.057 2.327

Pour les ouvrages de drainage, nous adoptons une période de retour de 10 ans.
Calcul de fréquence d’averse :
La fréquence d’averse est donnée par la formule suivante :

Promotion 2007 99
Chapitre IX assainissement de la trémie

tc b
Pt(%) = Pj(%) . ( )
24
Pj : Hauteur de la pluie journalière maximale (mm).
b : Exposant climatique.
Pt : pluie journalière maximale annuelle.
tc : Temps de concentration (heure).
Temps de concentration
La durée t de l’averse qui produit le débit maximum Q étant prise égale au temps
de concentration.
Dépendant des caractéristiques du bassin drainé, le temps de concentration est estimé
respectivement d’après Ventura, Passini, Giandothi, comme suit :

1 - Lorsque A < 5 km² :


A
tc = 0,127 .
P
2 - Lorsque 5km² ≤ A < 25 km² :
3
A .L
tc = 0,108
P
3 - Lorsque 25 km² ≤ A < 200 km² :

4 A +1,5 L
tc =
0,8 H
Tc : Temps de concentration (heure).
A : Superficie du bassin versant (km²).
L : Longueur de bassin versant (km).
P : Pente moyenne du bassin versant (m.p.m).
H : La différence entre la cote moyenne et la cote minimale (m).

L’intensité horaire
P(t)
i=
tc

Promotion 2007 100


Chapitre IX assainissement de la trémie

i : Intensité de la pluie (mm/h).


tc : Temps de concentration (heure).
P(t) : Hauteur de la pluie de durée tc (mm).

Calcul de débit de saturation (Qs) :

Le calcul du débit est déterminé par la formule de MANING STRICLER

Qs=VSu

V = Kst J1/2 R2/3

Kst : coefficient de rugosité

Kst : 30 en terre

Kst : 40 en buses métalliques.

Kst : 50 maçonneries.

Kst : 70 bétons (dalots).

Kst : 80 bétons (buses préfabriquées).

J : pente longitudinale de l’ouvrage.

RH : Rayon hydraulique = section mouillée / périmètre mouillé.

St : Section totale de l’ouvrage.

Su : Section utile de l’ouvrage b*Hu

Hu : hauteur utile.
IX.5 Application au projet :
Les données pluviométriques selon le service d’hydrologie de l’Agence Nationale
de Ressources Hydrauliques de la région de Bir Mourad Rais, sont comme suit :
La pluie journalière moyenne Pj moy = 55 mm
Le coefficient de variation CV = 0.36
L’exposant climatique b = 0.37

Calcul de précipitation :

Promotion 2007 101


Chapitre IX assainissement de la trémie

D’après la formule de GALTON on a :

Pjmoy
Pj = .exp(u. ln(cv 2 + 1)
cv 2 +1
Remarque :
Généralement, pour les routes on prend en compte la fréquence décimale (10 ans),
donc la variable de GAUSS U = 1.28.
La fréquence d’averse Pt (10%) pour une durée t= 0.25 heures est donnée par la
formule :
b
 t 
Pt (10% ) = Pj (10 % ) 
 24 
55 (
1, 28 ln 0.36 2 +1 )
Pj (10%) = e = 80.90 mm
( 0.36 )2 + 1
PJ(10%) =80.90 mm
0.37
 0.25 
Pt (10% ) = 80.90  = 14.94 mm
 24 
Pt(10%) = 14.94mm

L’intensité de l’averse est :

( )
It = I t
24
b −1

Pj (10% )
I=
24
80.90
I= = 3.37 mm/h
24

( )
It = t
24
b −1

0 ,37 −1
 0.25 
It = 3.37  = 59.76 mm/h
 24 

Promotion 2007 102


Trémie les Sourses-Blida :
Partie ouverte (coté Les Sources) L = 48.24m
Surfaced’apport Surface C ff. Intensité Débit total
(m2) ‘C’ (mm/h) (m3/s)
Chaussée 217.08 0.9 59.76 0.0032
Trottoir 96.48 0.4 59.76 0.00064 0.00384
Partie ouverte (coté BLIDA) L =66..32m
Chaussée 298.44 0.9 59.76 0.004 0.00488
Trottoir 132.64 0.4 59.76 0.00088

Trémie Bir Mourad Rais-Blida


Partie ouverte (coté BIR MOURAD RAIS) L = 67.67m
Surfaced’apport Surface C ff. Intensité Débit total
(m2) ‘C’ (mm/h) (m3/s)
Chaussée 473.69 0.9 59.76 0.007 0.0079
Trottoir 135.34 0.4 59.76 0.0009
Partie ouverte (coté BLIDA) L =54.75m
Chaussée 383.25 0.9 59.76 0.0057 0.0064
Trottoir 109.5 0.4 59.76 0.00072

IX.6 Dimensionnement du réseau de drainage :


Le diamètre de la canalisation est fonction du débit maximum à évacuer, ce dernier
est donné par la formule de MANING-STRIKLER.
Qs = Kst R2/3 I1/2 S
Qs: débit maximum
Kst: coefficient de rugosité de canalisation.
I: pente de canalisation. (m/m).
S: section transversale de l’écoulement.
: RH: rayon hydraulique (RH = Sm/Pm).

Promotion 2007 103


Chapitre IX assainissement de la trémie

Sm = π R2 / 2
RH = Sm / Pm
Pm = πR

K = 70 (condition de qualité normale).


Pour une pente moyenne de terrain (2.5%).
On a : Qs = 10.433 (R)8/3

Le débit maximum est trouvé Qamax=0.0064m3/s.


Pour Qs=Qamax ;
R=563.96mm.
On prend 2R=400mm.
Alors le débit est assuré pour un diamètre φ = 400 mm.
IX.7 Conception de réseau d’assainissement :
Pour évacuer rapidement les eaux vers l’extérieur de la chaussée, nous avons jugé :
Nécessaire de prévoir des regards chaque 40 m, liés entre eux par des buses.
Trémie les sources -blida: les Sources – Blida :
Nombre de regards : 11
Nombre de buses : 264
La partie : Bir Mourad Rais – Blida :
Nombre de regards : 6
Nombre de buses : 154

L’accumulation des eaux des deux parties au point bas de la chaussée, sera évacuée
vers l’exutoire de cote plus basse située à proximité de l’entrée de Bir Mourad Rais, et
par la suite le rejet se fait vers un réseau existant.

Promotion 2007 104


Conclusion Générale

Conclusion :
Notre projet de fin d’études dont le thème était ¨Etude de la trémie de la
Concorde ¨, et à l’instar de toutes études des projets qui portent une importance vitale,
tant de point de vue technique que de point de vue économique, nécessite de
l’ingénieur une bonne maîtrise des connaissances et des facteurs qui le règnent tout en
inspectant les différents risques qui le guettent et le compromettent, et qui sont posés
généralement par l’ensemble entourant l’ouvrage y compris ses éléments constitutifs,
et cela dans le but d’atteindre un meilleur niveau de sécurité.
A ce titre, nous avons essayé à travers cette étude, de faire le point de
connaissances en ce qui concerne les grandes lignes d’une étude d’un projet pareil, où
nous avons eu la chance d’appliquer nos connaissances acquises durant notre
formation d’Ingénieur d’Etat, ainsi d’avoir un aperçu sur le monde professionnel.

Promotion 2007 105