Vous êtes sur la page 1sur 19

1. Dalles Pleines .............................................................................................................

2
1.1. Dalle sur appuis Continues ............................................................................................. 2
1.1.1. Les Dalles ...................................................................................................................................... 2
 Méthode de calcul ............................................................................................................................. 2
 Epaisseur minimale ....................................................................................................................... 2
 Section minimale .......................................................................................................................... 2
 Charges à considérer sont déterminées pour la combinaison la plus défavorable ...................... 3
 Calcule des moments .................................................................................................................... 4
1. Panneaux articulé sur leurs contours ....................................................................................... 4
2. Panneau encastrés totalement ou partiellement sur leur contour .......................................... 7
1.1.2. Poutre-dalle ................................................................................................................................. 11
Méthodes de calculs ................................................................................................................................ 11
 Epaisseur « h » des poutres-dalles.............................................................................................. 11
 Armatures de flexion.................................................................................................................. 11
 Armatures d'effort tranchant .................................................................................................... 11
Calcul des Moments ............................................................................................................................ 11
 Méthode forfaitaire (Charge d’exploitation modérées) ......................................................... 11
 Méthode de Calcul dite « Méthode Caquot » ........................................................................ 14

1.2. Dalles pleines sur appuis ponctuels .............................................................................. 19


1. Dalles Pleines

Une dalle pleine est un élément à contour généralement rectangulaire dont les appuis peuvent être
continus (poutres, voiles ou murs maçonnés) ou ponctuels (poteaux).

1.1. Dalle sur appuis Continues

a=Lx/Ly
Ly et Lx sont mesuré entre nus des poutres
- les dalles proprement dites portent
normalement dans deux directions

0,4 ≤ a<1

- les poutres-dalles sont des dalles


particulières qui ne portent que dans une
seule direction

a < 0,4
1.1.1. Les Dalles
 Méthode de calcul
 Epaisseur minimale

Il n’est pas nécessaire de justifier Etat limite de déformation, lorsque les conditions de la déflexion
suivante sont respectées.
𝐿𝑥 𝐿𝑥
≤ℎ≤
50 30
La valeur de « h » doit également permettre de satisfaire aux conditions relatives à :
- la résistance à l'incendie,
- l'isolation phonique,
- la sollicitation d'effort tranchant.

 Section minimale

II convient de calculer d'abord les sections minimales dans chacune des deux directions afin de
s'assurer ensuite que les sections Ax et Ay, déterminées à partir des sollicitations de calcul, sont bien
supérieures à ces valeurs minimales
0,07
𝑉𝑢 ≤ 𝑑. 𝑓𝑐28
𝛾𝑏
Cette dernière condition peut fixer l'épaisseur « h » de la dalle car il faut dans toute la mesure du
possible éviter les armatures d'effort tranchant.

Si ces deux conditions ne sont pas satisfaites, il convient d'appliquer (couture des reprises) et
(armatures d'âme)

 Charges à considérer sont déterminées pour la combinaison la plus défavorable


ELU : 1,35 g + 1,5 q et ELS : g + q
 Calcule des moments
1. Panneaux articulé sur leurs contours
 Calcul des panneaux hourdis rectangulaire uniformément chargé

Moments fléchissant développés au centre du panneau supposé articulé sur son contour

- Sens de la petite portée : Mx = x. p. L²x


- Sens de la grande portée : My = y Mx

Le tableau ci-après diffère quelque peu de celui


figurant dans les Règles BAEL à l’annexe E 3. D’une
part, il est plus précis, toutes les valeurs numériques
ayant été recalculées par ordinateur.
D’autres part, les valeurs de My de la colonne « ELU
» ne sont pas systématiquement prises égales à 0,25
lorsque a < 0,55,

 Charge Localisée P appliquée à la surface de la dalle ou de son


revêtement
La charge P est considérée comme appliquée au niveau du feuillet moyen sur le rectangle ab avec, si
le revêtement est aussi résistant que le béton :
a = a o + h + 2 h1
et b = bo + h + 2 h1
Si le revêtement est moins résistant que le béton : remplacer 2 h1, par 1,5 h1.
Certains tableaux ou abaques (ceux de Pigeaud [2.2], [2.3] sont les plus connus) donnent les
moments Mx et My au centre de la dalle pour une charge localisée centrée.

Exemple 1
Etudions notre plancher constituer d’une dalle continue appuyée sur les poutres en béton armé.

On suppose que la résistance spécifique du béton est égale à fc28 = 25 MPa et fe= 400 MPa

Les distances suivantes sont prises entre nus Lx et Ly

 Epaisseur « h » de la dalle
Lx/50 ≤ h ≤ Lx/30 => 4,74/50 ≤ h ≤ 4,74/30
=> 0,0948 m ≤ h ≤ 0,158 m
Nous optons pour h = 15 cm
 Actions
- Charge permanente g (poids volumique du béton armé = 25 kN/m3)

Dalle en béton : 0,15 x 25 = 3,75 kN/m²

Revêtement (Sol + Plafond) = 0,8 kN/m²

g= 4,55 kN/m²

- Charges d'exploitation :
qb= 4 kN/m² (local accessible au public).

État-limite ultime (ELU) :


pu =4,55 x 1,35 + 4,00 x 1,5 = 12,42 kN/m²
= 0,01242 MN/m²
État-limite de service (ELS) :
pser = 4,55+ 4,00 = 8,55 kN/m² = 0,00855 MN/m²

• Moments de flexion (en MNm/m, avec pu en MN/m²)

Panneau de dalle

Lx =4,74 m et Ly=5,96 m donc a=Lx/Ly=4,74/5,96=0,8


Voir le tableau :
mx = 0,0561 my = 0,5959

Mx = pu x 0,0561 x 4,74² = 1,26 pu


My= 0,5959x1,26 pu = 0,75 pu

a) Sens Lx
Nous prenons dx = 0,150 - 0,02 m = 0,13 m

 Le moment ultime maximal en travée est Mt (voir ci-dessus).

Avec pu =12,42 x 10-3MN/m², on a donc :

 Mu = 1,26 x 12,42 x 10-3 = 1,56 x 10–2 MN m/m (pour une bande de 1 m).

On calcule
1,56 ×10−2 ×1,5 25
𝜇𝑢 = =0,065 < 0,186 avec 𝑓𝑏𝑢 = 0,85 .
1 ×.0,85×0.13²×25 1,5

α = 1,25.( 1 −√1 − 2(0,065)) = 0,084


z = 0,13 (1-0, 4 x 0,084) = 0,125 m

1,56 ×10−2 ×1,15


Ax = = 0,000357 m² = 357 mm²
0,125×400

b) Sens Ly
Nous prenons dx = 0,150 - 0,02 m = 0,13 m

 Le moment ultime maximal en travée est Mt (voir ci-dessus).

Avec pu =12,42 x 10-3MN/m², on a donc :

 Mu = 0,75 x 12,42 x 10-3 = 0,93 x 10–2 MN m/m (pour une bande de 1 m).

On calcule
0,93 ×10−2 ×1,5 25
𝜇𝑢 = =0,04< 0,186 avec 𝑓𝑏𝑢 = 0,85 .
1 ×.0,85×0.13²×25 1,5

α = 1,25.( 1 −√1 − 2(0,065)) = 0,049


z = 0,13 (1-0, 4 x 0,084) = 0,127 m

0,93 ×10−2 ×1,15


Ay = = 0,00021 m² = 210 mm²
0,125×400
2. Panneau encastrés totalement ou partiellement sur leur contour

Ces dalles sont calculées à la flexion sur la base des efforts qui s'y développeraient si elles étaient
articulées sur leur contour.

Les moments de flexion maximaux Mx calculés selon les indications du paragraphe 2.1.1 peuvent
être réduits de 15 à 25 % selon les conditions d'encastrement, ce qui conduit à un moment en
travée:

Les moments d’encastrement sur les grands et les petits côtés sont évalués respectivement au moins
à 40 % et 50 % des moments fléchissant maximaux Mx

Soit Mw et Me les valeurs absolues prises respectivement en compte pour les moments sur les appuis
de gauche (indice w) et de droite (indice e).

L’on doit toujours vérifier que l’on a toujours :

Cette vérification doit être faite dans les deux directions ; pour le sens Ly il suffit de remplacer Mx par
My
Les valeurs des moments sur appuis sont prises égales à :
- 0,15 M0 dans le cas d’un encastrement faible, c’est-à-dire pour une dalle simplement
appuyée (cas d’un panneau de rive de dalle sur une poutre).
- 0,30 M0 dans le cas d’un encastrement partiel (cas d’un panneau de rive de dalle sur un
voile béton).
- 0,50 M0 dans le cas d’une dalle continue (cas d’un panneau intermédiaire de dalle sur une
poutre ou sur un mur).

La condition du BAEL, dans la mesure où les M0 sont sensiblement égaux d’une travée à l’autre, peut
être résumée dans le tableau suivant :
Exemple 2
Etudions notre plancher constituer d’une dalle continue appuyée sur les poutres en béton armé.

On suppose que la résistance spécifique du béton est égale à fc28 = 25 MPa et fe= 400 MPa

Les distances suivantes sont prises entre nus des poutres Lx et Ly

 Epaisseur « h » de la dalle
Lx/50 ≤ h ≤ Lx/30 => 4,74/50 ≤ h ≤ 4,74/30
=> 0,0948 m ≤ h ≤ 0,158 m
Nous optons pour h = 15 cm
 Actions
- Charge permanente g (poids volumique du béton armé = 25 kN/m3)

Dalle en béton : 0,15 x 25 = 3,75 kN/m²

Revêtement (Sol + Plafond) = 0,8 kN/m²

g= 4,55 kN/m²

- Charges d'exploitation :
qb= 4 kN/m² (local accessible au public).

État-limite ultime (ELU) :


pu =4,55 x 1,35 + 4,00 x 1,5 = 12,42 kN/m²
= 0,01242 MN/m²
État-limite de service (ELS) :
pser = 4,55+ 4,00 = 8,55 kN/m² = 0,00855 MN/m²

• Moments de flexion (en MNm/m, avec pu en MN/m²)

Panneau de dalle 1

Lx =4,74 m et Ly=5,96 m donc a=Lx/Ly=4,74/5,96=0,8

Voir le tableau :
mx = 0,0561 my = 0,5959

Mx = pu x 0,0561 x 4,74² = 1,26 pu


My= 0,5959x1,26 pu = 0,75 pu
Panneau de dalle 2

Lx =4,74 m et Ly=7,14 m donc a=Lx/Ly=4,74/7,14=0,66

Voir le tableau :
mx = 0,074 my = 0,37 (interpolations linéaires)

Mx = pu x 0,074 x 4,74² = 1,66 pu


My= 0,37x1,66 pu = 0,61 pu

Panneau de dalle 3

Voire panneau de dalle 1

Pour déterminer les valeurs des moments sur appuis et en travée nous prendrons les coefficients
Suivants :

 Vérification :
0,85 + (0,30+0,50) / 2=1,25 pour la travée 1 2
0,75 + (0,50+0,50) / 2=1,25 pour la travée 2 3
0,85 + (0,30+0,50) / 2=1,25 pour la travée 3 4

 Moment sur appuis et en travées

Moment sur appuis :

Ma1 = Ma4 = 0,30 x 0,75 pu = 0,225 pu

Ma2 = Ma3 = 0,50 x 0,75 pu = 0,63 pu

Moment en travées :

Mt2= 0,75 x 0,61 pu = 0,475 pu

Mt1 = Mt3 = 0,85 x 0,75 pu = 0,637 pu

Toutes ces valeurs correspondent au sens « Ly ».

Dans le sens « Lx » il n'y a pas de continuité ; en travée, les valeurs trouvées pour Mx doivent donc
être conservées sans réduction. Sur appuis, en revanche, on peut s'arranger pour pouvoir
Équilibrer un moment égal à 0,5 pu et 0,6 pu (> 0,15 Mx, BAEL A.8.2,43). D'où :

𝑀𝑎 = 0,5 𝑝𝑢 𝑀𝑎 = 0,6 𝑝𝑢
Pour le panneau de dalle 1 { et Pour le panneau de dalle 2 {
𝑀𝑡 = 1,26 𝑝𝑢 𝑀𝑡 = 1,66 𝑝𝑢
1 + (0,40+0,40) / 2 > 1,25 pour la travée 1

a) Sens Lx
Nous prenons dx = 0,150 - 0,015 m = 0,135 m

 Le moment ultime maximal en travée est Mt (voir ci-dessus).

Avec pu =12,42 x 10-3MN/m², on a donc :

 Mu1 = 1,26 x 12,42 x 10-3 = 1,56 x 10–2 MN m/m (pour une bande de 1 m).

On calcule
1,56 ×10−2 ×1,5 25
𝜇𝑢 = =0,06 < 0,186 avec 𝑓𝑏𝑢 = 0,85 .
1 ×.0,85×0.135²×25 1,5

α = 1,25.( 1 −√1 − 2(0,06)) = 0,077


z = 0,135 (1-0, 4 x 0,077) = 0,093 m

1,56 ×10−2 ×1,15


Ax1 = = 0,000482 m² = 482 mm²
0,093×400

 Mu2 = 1,66 x 12,42 x 10-3 = 2,06 x 10–2 MN m/m (pour une bande de 1 m).
On calcule
2,06 ×10−2 ×1,5 25
𝜇𝑢 = =0,08 < 0,186 avec 𝑓𝑏𝑢 = 0,85 .
1 ×.0,85×0.135²×25 1,5

α = 1,25.( 1 −√1 − 2(0,08)) = 0,104


z = 0,135 (1-0, 4 x 0,104) = 0,129 m

2,06 ×10−2 ×1,15


Ax1 = = 0,000457 m² = 457 mm²
0,129×400

 Le moment ultime maximal sur appuis est Ma (voir ci-dessus)

b) Sens de Ly (Idem)
1.1.2. Poutre-dalle

Pour l'évaluation des


moments de flexion,
certaines dalles
appuyées sur leurs
quatre côtés sont
assimilées à des
poutres-dalles ; il en
est ainsi lorsque :

On applique les méthodes simplifiées de calcul de planchers ».


Méthodes de calculs
 Epaisseur « h » des poutres-dalles.

L étant la portée d’une poutre-dalle, on adopte généralement :


h ≥ L/20 pour une travée indépendante,

h ≥ L/35 pour les travées avec continuité.

(Pour des valeurs inférieures, il faut normalement procéder à une vérification de la flèche)
La valeur de « h » doit également permettre de satisfaire le cas échéant aux conditions relatives à :
- la résistance à l'incendie,
- l'isolation phonique,
- la sollicitation d'effort tranchant,
- l'état-limite de déformation

 Armatures de flexion
Les dispositions indiquées pour les dalles sont applicables mais en donnant à « a » dans les formules
la valeur zéro.

 Armatures d'effort tranchant


Les dispositions sont les mêmes que pour les dalles mais ici, il est recommandé de prévoir un volume
relatif d'armatures d'effort tranchant au moins égal à 0,0001, cette proportion devant être portée à
0,001 au voisinage des bords libres (sur une zone de largeur h/2)

Calcul des Moments


 Méthode forfaitaire (Charge d’exploitation modérées)

L'application de la méthode forfaitaire de calcul implique que les conditions suivantes soient
réunies :
- la charge d'exploitation qB est au plus égale à deux fois la charge permanente g et à 5 kN/m2.
𝑞𝐵 ≤ 2𝑔
{
𝑔 ≤ 5 𝑘𝑁/𝑚²
- l'épaisseur est la même dans les différentes travées,
- les portées successives sont dans un rapport compris entre 0,80 et 1,25,
- la fissuration ne compromet pas la tenue des cloisons ni celle des revêtements de sol.
Soit pour une travée quelconque :
Mo la valeur du moment fléchissant de la travée indépendante de même portée correspondant,
suivant le cas envisagé, à l'ELU ou à l’ELS.

Mt le moment maximal en travée admis en prenant en compte la continuité,


Soit encore
𝑄
 𝐵 
𝐺+𝑄𝐵
On peut choisir arbitrairement les valeurs des moments Mt, Mw et Me mais de manière à respecter
conditions suivantes :

3) La valeur absolue de chaque moment sur appui intermédiaire (du côté de la travée
considérée) ne doit pas être choisie inférieure à :

0,60 Mo s'il s'agit d'une


poutre-dalle à deux
travées,
0,50 Mo sur appuis voisins
des appuis de rive d'une
poutre-dalle à plus de
deux travées,
0,40 Mo pour les autres
appuis s'il s'agit d'une
poutre-dalle à plus de trois
travées.

Lorsque pour un appui, les valeurs des moments aux nus de gauche et de droite de cet appui sont
différentes, on retient pour le calcul des armatures sur appuis la plus grande des valeurs absolues de
ces deux moment

Exemple 3
Données :
Charges permanentes : g = 12,5 kN/m
Charges variables : q = 8,75 kN/m

Les portées sont telles que :


L2 /L1 = 0,875
L3 /L2 = 1,07
L4 /L3 = 1,20

Tous ces rapports sont compris entre 0,8 et 1,25. La méthode forfaitaire est applicable, la condition
q ≤ 2g étant également remplie.

Les moments isostatiques ultimes ((1,35g+1,5q) L² /8) valent respectivement :


M01 = 60 kNm
M02 = 46 kNm
M03 = 52,7 kNm
M04 = 76 kNm

Sur l’appui de rive 1, on retient comme valeur du moment 0,15 M01= 9 kNm

Sur l’appui 2, voisin de l’appui de rive, on peut retenir comme valeur du moment,
Max [0,5 x 60 ; 0,5 x 46] = 30 kNm

D’où, pour la travée 1 : Mw = 9 kNm


Mt = 60 kNm
Me = 30 kNm

Sur l'appui 3 (intermédiaire) on peut retenir comme valeur du moment


Max [0,4 x 46 ; 0,4 x 52,7] = 21,1 kNm

Donc pour la travée 2 : Mw= 30 kNm


Mt = 46 kNm
Me= 21,1 kNm

Sur l'appui 4 (appui voisin de l’appui de rive 5) on peut retenir comme valeur du moment :
Max [0,5 x 52,7 ; 0,5 x 76] = 38kNm
D’où, pour la travée 3 : Mw= 21,1 kNm
Mt = 52,7 kNm
Me= 38 kNm

On suppose que l'appui de rive 5 est organisé de manière à pouvoir équilibrer un moment égal à
15 kNm. (M ≥ 0,15 M04)

 Méthode de Calcul dite « Méthode Caquot »

Il s’agit d’une méthode de continuité simplifiée doit être appliquée chaque fois que l'une quelconque
des conditions de validité de la méthode forfaitaire énoncées ci-dessus n'est pas remplie.

Dans certaines conditions, les moments sur appuis dus aux seules charges permanentes peuvent être
minorés.

Principe du calcul
Les différentes valeurs du moment sur un appui sont déterminées en prenant seulement en compte
les travées adjacentes. La poutre continue est remplacée par une succession de poutres à deux
travées dont les moments sont nuls sur les appuis extrêmes

Dans ce schéma, les portées réelles sont remplacées par des portées fictives L’w et L’e avec
L’= L pour une travée de rive et L’= 0,80 L pour une travée intermédiaire.

 Cas Courant (Dalle continue d’épaisseur constante)

Lorsque les deux travées aboutissant à l'appui étudié, l'expression du moment sur l'appui considéré
est :
- Les charges sont uniformément réparties

- Les Charges sont concentrées


Quelle que soit la travée considérée, les efforts tranchants sont calculés en prenant en compte le
terme de continuité
𝑀𝑒 − 𝑀𝑤
( 𝑀𝑤 𝑒𝑡 𝑀𝑒 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑙𝑒𝑢𝑟𝑠 𝑠𝑖𝑔𝑛𝑒𝑠)
𝐿
Donc

Le moment est maximal au point d’effort tranchant nul dont on nomme x0 , l’abscisse à partir de
l’appui gauche.
Lorsque les charges sont uniformément réparties constante sans charge concertée

 Cas épaisseur variable d’une travée à l’autre


Exemple 4

Soit poutre-dalle à trois travée

Données :
Charges permanentes : g = 4,25 kN/m
Charges variables : q = 8,75 kN/m

Les portées sont telles que :


L2 /L1 = 0,875
L3 /L2 = 1,07
L4 /L3 = 1,20

Tous ces rapports sont compris entre 0,8 et 1,25. Mais condition q ≤ 2g n’étant pas remplie La
méthode Caquot est applicable.

Les moments isostatiques ultimes :


pu=1,35 g + 1,5 q = 1,35 x 4,25 + 1,5 x 8,75 = 18,862 kN/m

 Moment sur Appuis

3 3
M01 = − 18,862 × 5,660 +18,862 × 5,472 = - 68,806 kNm
8,5(5,660+5,472)

3 3
M02 = − 18,862 × 5,472 +18,862 × 5,660 = - 68,806 kNm
8,5(5,472+5,660)

 Effort Tranchant aux appuis

(0+68,806) 18,862 ×5,660


VW1 = − 2
= -41,22 kN
5,66
Ve1 = -41,22 + 18,862 x 5,66 = -147,98 kN
18,862 ×5,472
VW2 = − 2
= - 51,60 kN
Ve2 = - 51,60 + 18,862 x 5,472 = 51,60kN

(68,806+0) 18,862 ×5,660


VW3 = − 2 = -41,22 kN
5,66
Ve3 = -41,22 + 18,862 x 5,66 = -147,98 kN

 Moments en travées

Travée 1
x0 = - 41,22/18,862 = 2,185 m

Mt1 = 41,22 x 2,185 – (18,862 x 2,185²)/2 = 45,054 kNm

Travée 2
x0 = - 51,60/18,862 = 2,735 m

Mt1 = -68,806 + 51,60 x 2,735 – (18,862 x 2,735²) /2 = 53,34 kNm

Travée 3

x0 = - 41,22/18,862 = 2,185 m

Mt1 = 41,22 x 2,185 – (18,862 x 2,185²) /2 = 45,054 kNm


1.2. Dalles pleines sur appuis ponctuels

Lorsque les planchers sont constitués par des dalles continues sans nervures ni poutres sauf
éventuellement sur leurs rives, le long desquelles des appuis continus peuvent exister et que ces
dalles sont supportées directement par des piliers (appuis ponctuels), on a affaire à des planchers-
champignons ou à des planchers-dalles

Les planchers-champignons correspondent au cas où les piliers sont munis à leur partie supérieure de
chapiteaux.

Ces types de planchers portent toujours


dans deux directions. Les méthodes de
calcul et les dispositions constructives font
l'objet de l'annexe E4 des Règles BAEL.

 Méthode de Calcul

On peut utiliser toute méthode de calcul - notamment les méthodes de calcul aux éléments finis -
scientifiquement justifiée et correspondant au fonctionnement réel du plancher, tenant compte en
particulier des liaisons existant entre les poteaux et la dalle.

- Charges à prendre en compte dans les calculs

Aux cas de charges permanentes et de charges d´exploitation uniformément réparties sur un


panneau d´aire Lx Ly (P = p Lx Ly)