Vous êtes sur la page 1sur 2

L’utilisation de la chanson dans l’apprentissage de la langue française

Prof. Mustaţă Nicoleta


Colegiul Tehnic „Gheorghe Balş”, Adjud

Apprendre une langue étrangère, c’est aborder un autre manière de voir le monde,
découvrir un univers culturel et linguistique différent de sa culture d’origine. Elle permet à des
personnes d’échanger des informations, de réagir, d’interagir, d’exprimer des désirs, des
sentiments et des opinions personnelles.
Le succès dans l’apprentissage d’une langue étrangère dépend en grande mesure de
l’habilité de créer une ambiance agréable, attrayante en classe. L’utilisation des documents
authéntiques, des enoncés produits dans des situations réelles de communication et non crées
dans des buts pédagogiques, sont utiles dans l’enseignement d’une langue, grâce à leur force de
renouveler et de diversifier le procès d’apprentissage.
Les évolutions pédagogiques liées aux developpements technologiques des dernières
années placent les apprenants et les enseignants en relation directe avec le présent, l’actualité.
Elles facilitent l’accès diversifié à l’information et mènent logiquement à l’action et l’interaction
immédiate en langue cible.
La chanson est un document sonor, spécial par son élément non-linguistique : la musique.
La chanson est liée au rythme, à la danse et aussi à la fête.
Selon Michel Boiron, les chansons « sont des solicitations affectives et ésthetiques non
verbales ». Elles peuvent générer un accès fructueux à la langue étrangère.
La chanson contemporaine facilite la découverte d’un francais oral dans sa diversité.
C’est pourquoi, j’ai decidé de l’utiliser pour faire plus agréable le passage du premier
bilan à la V-ème unité « Espace . Telecommunication » du manuel de l’éditure Corint, pour la
XI-ème classe, L2.
J’ai proposé de mobiliser et développer aux apprenants du lycée les compétences de
compréhension et d’expression orale et écrite d’un texte. Selon Jean pierre Cuq et Isabelle
Gruca, l’expression ou «la communication orale » est une compétence qui signifie la capacité de
l’apprenant de pouvoir s’exprimer dans des situations diverses de communication.
« La mise en route » ou l’introduction a été faite par une question : Utilisez-vous le
portable pour parler avec les amis et pour faire des déclarations d’amour ? Il y a quelques jours
la fête le Saint Valentin avait eu lieu. La réponse a été afirmative.
La préparation des apprenants pour l’écoute de la chanson a été continué, en leur disant
que le jeune musicien, auteur et interprète Cali ou Bruno Caliciuri, procède comme eux. Ils ont
été informé, en quelques mots, sur sa biographie, ses albums, ses styles préférés.
Je n’ai pas raté l’occasion de leur demander s’ils connaissaient d’autres chanteurs
francais. J’ai rappellé des noms célèbres comme Edith Piaf, Joe Dassin, Patricia Kaas, Céline
Dion, Lara Fabian. Certains d’eux ont fredonné même quelques vers de leurs chansons.
J’ai écrit au tableau-noir le titre de la chanson : « C’est quand le bonheur ? ». J’ai preferé
cette mélodie du chanteur francais Cali, parce qu’il représente un support idéal pour les thèmes
qui devaient être abordés (amitié, amour, moyens de communication). Et aussi pour
l’apprentissage des mots et des expressions familières, l’expression des actes de parole, la
reconnaissance et la fixation des structures grammaticales.
Le titre demandait quelques réponses ; les élèves ont été invités à définir le bonheur, à dire
quand ils se sentent heureux. On leur a été presenté des pensées des personnalités célèbres et des
proverbes.
Pour vérifier les compétences de compréhension orale, ils ont été demandés s’ils ont saisi
la répétition d’un syntagme. J’ai écrit au tableau-noir quelques expressions mises en désordre
qui devaient être associées. Ils ont écouté de nouveau la chanson et je leur ai demandé de les
mettre en bon ordre.
À la fin de cet exercice, ils ont reçu le texte de la chanson. Pour la compréhension detaillée
et la prononciation correcte des vers, les élèves ont lu les vers. Ensuite, on a repéré ensemble les
mots nouveaux qui appartennaient, en géneral, au langage familier. Pour faciliter leur
compréhension, j’ai recouru à un exercice de vocabulaire.
La vérification des compétences de compréhension écrite et de production orale a été
realisée à l’aide des questions concernant le contenu de la chanson : 1. Avez-vous reconnu les
personnages ? 2. Quel est le personnage principal ? 3. Que veut-il faire ? 4. Où se passe l’action ?
Y-a-t il dans la chanson des informations concernant le lieu de l’action ? 5. L’action est
passée/présente/future ? 6. Quel est le mode et le temps des verbes ? 7. Quels sont les mots qui
expriment la recherche du bonheur ? 8. Quelle est la fin de l’histoire presentée ? 9. Quelle
impression dégage la chanson ?
Je leur ai demandé de choisir les réponses correctes, en soulignant les termes convenables
de la grille donnée d’impressions et de sentiments et de les justifier.
Ensuite, on leur a distribué les partitions de cette chanson et les apprenants ont chanté
auprès de Cali « C’est quand le bonheur ? ».
Mon démarche méthodologique a suivi plusieurs étapes : 1. La mise en route ; 2. L’écoute
de la chanson sans texte ; 3. L’écoute de la chanson avec texte ; 4. Le prolongement de l’activité.
Ce dernier étape élargit le champ de réflexion des élèves, fixe leurs connaissances lexicales
et grammaticales, apporte des nouvelles informations des dictionnaires, des albums et d’Internet.
On leur a été proposé, par groupes, deux types d’activités qui misent en valeur leur
creativité : la réalisation d’un essai sur le bonheur et la composition d’un e-mail adressé à une
chère personne.
À l’origine, la chanson n’a pas été créée pour être utilisée en classe. Sa fonction première
est de distraire, de dénoncer, de raconter une histoire, de faire danser, etc. Les pistes
pédagogiques proposées ont été conçues avec la volonté d’enrichir la classe de pratiques
interactives, de conférir à la langue enseignée son statut de langue vivante avec le souci du
respect du travail accompli par les artistes.
Excepté sa qualité sonore, thématique, ce support auditif se distingue par sa qualité
linguistique, en contenant des structures et des expressions qui, aussitôt la chanson assimilée et
apprise, resteront dans la mémoire auditive, en pouvant être utilisées facilement dans la pratique
orale et écrite.
L’objectif pédagogique pourrait se résumer en une seule phrase : donner envie
d’apprendre.
La chanson - moyen ludique, motivant, original - mérite d’être utilisée dans
l’apprentissage des langues étrangères.

Bibliographie

Boiron Michel. Approches pédagogiques de la chanson. Cavilam, Vichy, 2005, p.4


Dragomir Mariana. Puncte de vedere privind predarea – învăţarea limbii franceze ca limbă străină.
Dacia, Cluj-Napoca, 2001, p. 59
Tagliante Christine. La classe de langue. CLE International/VUEF, Paris, 2001, p.29