Vous êtes sur la page 1sur 224

‫وزارة التعليم العالي و البحث العلمي‬

BADJI MOKHTAR–ANNABA UNIVERSITY


UNIVERSITÉ BADJI MOKHTAR-ANNABA
‫اب‬ - ‫امع با ي م تار‬

Année : 2014

Faculté des sciences de l’ingénieur

Département de Génie Civil

THÈSE
Présentée en vue de l’obtention du diplôme de DOCTORAT 3ème Cycle

CONTRIBUTION DU LAITIER GRANULÉ ET DE LA POUDRE DE


VERRE SUR LES PROPRIÉTÉS D’ÉCOULEMENT ET DE
DURABILITÉ DES BÉTONS AUTOPLAÇANTS ET DE HAUTES
PERFORMANCES

Option

Matériaux innovants et durabilité

Par

Tahar ALI - BOUCETTA

DEVANT LE JURY

Président ACHOURA Djamel Pr Université d’Annaba


Rapporteur BEHIM Mourad Pr Université d’Annaba
Co-directeur MOURET Michel HDR Université Paul Sabatier, Toulouse III
Examinateur BELLOUETAR Redjem Pr Université d’Annaba
Examinateur OUCIEF Hocine Pr Université d’Annaba
Examinateur BENMALEK Mohamed Larbi Pr Université de Guelma
Invité CASSAGNABERE Franck MC Université Paul Sabatier, Toulouse III
RÉSUMÉ

AUTEUR : Tahar ALI-BOUCETTA


TITRE : CONTRIBUTION DU LAITIER GRANULÉ ET DE LA POUDRE
DE VERRE SUR LES PROPRIÉTÉS D’ÉCOULEMENT ET DE
DURABILITÉ DES BÉTONS AUTOPLAÇANTS ET DE HAUTES
PERFORMANCES
DIRECTEUR DE M. Mourad BEHIM, Professeur à l’Université Badji Mokhtar –
THÈSE : Annaba, Algérie
CO- DIRECTEUR M. Michel MOURET, Maître de Conférences HDR à l’Université de
DE THÈSE : Toulouse III – Paul Sabatier, France

Les bétons autoplaçants (BAP) se distinguent par une fluidité extrême, permettant leur mise
en place sans vibration. Ces prouesses accrues à l’état frais sont obtenues indépendamment
des performances à l’état durci.
L'obtention de l’autoplaçance est rendue possible par l'emploi d'une quantité importante de
fines (500 kg/m3 en moyenne) composée de ciment et d’addition minérale, le plus souvent du
filler calcaire. L’Algérie génère de grandes quantités de sous produits industriels et de déchets
ménagers, tels que le laitier granulé et le verre à bouteille coloré, dont la valorisation dans les
matériaux cimentaires pourrait constituer une alternative écologique et économique
intéressante, permettant d’élargir le champ d’emploi du laitier et l’élimination de décharges
encombrantes. Le but de ce travail est la substitution des fillers calcaires par le laitier granulé
de haut fourneau et la poudre de verre dans les BAP avec optimisation des dosages. À cet
effet, une étude comparative a été menée sur un béton de référence sans aucune addition et
des BAP et BAPHP avec additions de filler calcaire, de laitier granulé de haut fourneau et de
poudre de verre.
Les résultats obtenus permettent d’envisager la substitution du filler calcaire par le laitier
granulé et la poudre de verre dans les BAP à des dosages de 45 à 60% par rapport à la masse
du ciment.

Mots clés : béton autoplaçant (BAP), Béton de hautes performances (BHP), laitier granulé,
poudre de verre, rhéologie, durabilité.

i
ABSTRACT

AUTHOR : Tahar ALI-BOUCETTA


TITLE : CONTRIBUTION OF GRANULATED SLAG AND GLASS
POWDER ON FLOW AND DURABILITY PROPERTIES OF
SELF-COMPACTING CONCRETE AND HIGH PERFORMANCE
SELF-COMPACTING CONCRETE
DIRECTOR OF M. Mourad BEHIM, Professeur à l’Université Badji Mokhtar –
THESIS : Annaba, Algérie
CO- DIRECTOR M. Michel MOURET, Maître de Conférences HDR à l’Université de
OF THESIS : Toulouse III – Paul Sabatier, France

Self-compacting concrete (SCC) is characterized by high fluidity that enables placing without
vibration. These performances in the fresh state are achieved independently from the
performances in the hardened state.
The self-compacting ability is possible by using large amounts of fines (500 kg/m3 in average)
composed of cement and mineral addition, and often limestone filler. Algeria produces vast
quantities of industrial by-products and household wastes such as granulated slag and colored
glass bottles, respectively. Their incorporation in cementitious materials could be an
interesting ecological and economical alternative that allows expanding the scope of using the
slag and the elimination of bulky landfills. This work aims to replace the limestone fillers by
granulated blast furnace slag and glass powder in the SCC with optimized dosages. For this
purpose, a comparative study was conducted on a reference concrete without any addition,
and SCC HPSCC incorporating limestone filler, granulated blast furnace slag and glass
powder.
The results obtained allow considering the substitution of limestone filler by the granulated
slag and the glass powder in the SCC at dosages from 45 to 60% rates of the mass of the
cement.

Keywords : self-compacting concrete (SCC), High Performance Concrete (HPC), granulated


slag, glass powder, rheology, durability.

ii
‫ملخص‬

‫‪AUTEUR :‬‬ ‫‪Tahar ALI-BOUCETTA‬‬


‫‪TITRE :‬‬ ‫‪CONTRIBUTION DU LAITIER GRANULÉ ET DE LA POUDRE‬‬
‫‪DE VERRE SUR LES PROPRIÉTÉS D’ÉCOULEMENT ET DE‬‬
‫‪DURABILITÉ DES BÉTONS AUTOPLAÇANTS ET DE HAUTES‬‬
‫‪PERFORMANCES‬‬
‫‪DIRECTEUR DE‬‬ ‫– ‪M. Mourad BEHIM, Professeur à l’Université Badji Mokhtar‬‬
‫‪THÈSE :‬‬ ‫‪Annaba, Algérie‬‬
‫‪CO- DIRECTEUR‬‬ ‫‪M. Michel MOURET, Maître de Conférences HDR à l’Université de‬‬
‫‪DE THÈSE :‬‬ ‫‪Toulouse III – Paul Sabatier, France‬‬

‫تتميز الخرسانات ذاتية القولبة (‪ )PAB‬بميوعة قصوى‪ ،‬تأخذ مكانها بدون أي اهتزاز‪ .‬هذه الخصائص المتحصل عليها في‬
‫الحالة السائلة‪ ،‬يمكن الحصول عليها بشكل مستقل عن الفعاليات في الحالة الصلبة‪.‬‬
‫الحصول على خصائصها‪ ،‬أصبح ممكنا‪ ،‬باستخدام كمية كبيرة من الدقائق ( متوسط ‪ 055‬كغ‪/‬م‪ )3‬متكونة من االسمنت و‬
‫من إضافات معدنية تكون عادة من الحجر الجيري‪ .‬الجزائر تنتج كميات كبيرة من المنتجات الصناعية الثانوية و النفايات‬
‫المنزلية‪ ،‬مثل الخبث و زجاج القارورات الملون‪ ،‬حيث أن إبراز مزاياها في المواد اإلسمنتية يمكن أن يشكل تبادل‬
‫ايكولوجي و اقتصادي هام‪ ،‬يسمح بتوسيع مجال استعمال الخبث و إزالة المفرغات المزدحمة‪ .‬الهدف من هذا العمل هو‬
‫استبدال حشو الحجر الجيري بخبث األفران العالية المحبب و مسحوق الزجاج في الخرسانات ذاتية القولبة بجرعات مثلى‪.‬‬
‫لهذا تمت دراسة مقارنة بين خرسانات مرجعية دون أي إضافة و خرسانات ذاتية القولبة (‪ )BAP‬وآخر ذاتية القولبة عالية‬
‫الفعاليات (‪ )BAPHP‬مع إضافات من حشو الحجر الجيري‪ ،‬خبث األفران العالية المحبب ومسحوق الزجاج‪.‬‬
‫النتائج التي تم ال حصول عليها تسمح باستبدال الحجر الجيري بالخبث المحبب و مسحوق الزجاج في الخرسانات ذاتية‬
‫القولبة بجرعات ‪ 50‬إلى ‪ ٪05‬من كتلة االسمنت‪.‬‬

‫الكلمات المفتاحية ‪ :‬الخرسانات ذاتية القولبة‪ ،‬الخرسانة عالية الفعاليات‪ ،‬الخبث المحبب‪ ،‬مسحوق الزجاج‪ ،‬الريولوجيا‪،‬‬
‫دومومة‪.‬‬

‫‪iii‬‬
Table des matières

Résumé i

Abstract ii

‫ملخص‬ iii

Table des matières iv

Table des figures viii

Liste des tableaux xii

INTRODUCTION GÉNÉRALE 2

CHAPITRE I
ÉTAT DE L’ART DES BÉTONS AUTOPLAÇANTS

1. INTRODUCTION AUX BÉTONS AUTOPLAÇANTS 8

2. PARTICULARITÉ DE LA COMPOSITION D’UN BAP 9


2.1. Un volume de pâte élevé ................................................................................................ 9
2.2. Une quantité de fines (˂ 125 µm) élevée ..................................................................... 9
2.3. Utilisation des superplastifiants .................................................................................... 10
2.4. L’utilisation éventuelle d’un agent de viscosité (rétenteur d’eau) ........................... 10
2.5. Un faible volume de gravillon....................................................................................... 11
3. LES ADDITIONS MINÉRALES 11
3.1. Différents types d’additions minérales ................................................................... 11
3.2. Utilisation des additions minérales en Algérie ....................................................... 14
3.3. Effets des additions minérales sur l’écoulement des matériaux cimentaires ......... 14
3.4. Effets des additions minérales sur les propriétés physico-chimiques des
matériaux cimentaires .............................................................................................. 16
4. APPROCHES DE FORMULATION DES BAP 17
4.1. Approche japonaise basée sur l’optimisation du mortier ....................................... 18

iv
Table des matières

4.2. Approche du LCPC basée sur l’optimisation de la compacité des mélanges


granulaires ............................................................................................................... 19
4.3. Approche basée sur l’association d’une pâte optimisée et d’un squelette
granulaire humide .................................................................................................... 19
5. CARACTÉRISATION DES BAP À L’ÉTAT FRAIS 20

6. RHÉOLOGIE DES BÉTONS AUTOPLAÇANTS 23


6.1. Définition des propriétés rhéologiques ................................................................... 23
6.2. Types de comportements rhéologiques .................................................................. 25
6.3. Corrélation entre les essais empiriques et les mesures rhéologiques ..................... 27
7. EFFETS DES ADDITIONS MINÉRALES SUR LA RÉSISTANCE
MÉCANIQUE ET LA DURABILITÉ DES BAP 31
7.1. Résistance mécanique ............................................................................................. 31
7.2. Porosité ................................................................................................................... 32
7.3. Absorption capillaire .............................................................................................. 33
7.4. Perméabilité au gaz ................................................................................................. 34
7.5. Diffusion des ions chlorure .................................................................................... 35
7.6. Carbonatation ......................................................................................................... 36
7.7. Lixiviation .............................................................................................................. 38
8. SYNTHÈSE DE L’ÉTAT DE L’ART 40

CHAPITRE II
CARACTÉRISATION DES MATÉRIAUX ET PROCÉDURES
EXPÉRIMENTALES

1. MATÉRIAUX UTILISÉS 45
1.1. Ciments................................................................................................................... 45
1.2. Additions minérales ................................................................................................ 46
1.3. Granulats................................................................................................................. 51
1.4. Plastifiant et superplastifiants ................................................................................ 52
1.5. Eau de gâchage ....................................................................................................... 53
2. CONFECTION ET CONSERVATION DES ÉPROUVETTES 53
2.1. Préparation de la pâte ............................................................................................. 53
2.2. Préparation du mortier et confection des éprouvettes ............................................ 54
2.3. Préparation du béton et confection des éprouvettes ............................................... 54
3. PROCÉDURES EXPÉRIMENTALES 55
3.1. Caractérisation microstructurale ............................................................................. 55
3.2. Caractérisation de la pâte........................................................................................ 57
3.3. Caractérisation du mortier ...................................................................................... 64
3.4. Caractérisation des BAP à l’état frais ..................................................................... 64
3.5. Caractérisation mécanique et propriétés de transfert des BAP .............................. 70
4. SYNTHÈSE 81

v
Table des matières

CHAPITRE III
INFLUENCE DES ADDITIONS MINÉRALES SUR L’ÉCOULEMENT DES
SUSPENSIONS CIMENTAIRES

1. DEMANDE EN EAU DES MÉLANGES CIMENTAIRES 86


1.1. Influence de la surface spécifique sur la demande en eau et sur la compacité des
pâtes ........................................................................................................................ 87
1.2. Influence du dosage de l’addition minérale sur la demande en eau et sur la
compacité des pâtes ................................................................................................. 89
2. DEMANDE EN SUPERPLASTIFIANT DES MÉLANGES CIMENTAIRES 91

3. ETUDE RHÉOLOGIQUE DES SUSPENSIONS CIMENTAIRES 94


3.1. Préparation des suspensions cimentaires ............................................................... 95
3.2. Mesure des propriétés rhéologiques des pâtes ....................................................... 96
3.3. Relation entre essais empiriques et mesures rhéologiques ..................................... 102
4. SYNTHÈSE 106

CHAPITRE IV
CONTRIBUTION DES ADDITIONS MINÉRALES À L’ECOULEMENT DES
BÉTONS AUTOPLAÇANTS

1. MÉTHODE UTILISÉE POUR LA FORMULATION DES BÉTONS 112


1.1. Procédure de formulation ....................................................................................... 112
1.2. Détermination du point de saturation ..................................................................... 113
1.3. Formulation des bétons de référence...................................................................... 114
1.4. Démarche expérimentale de l’étude ....................................................................... 116
1.5. Séquence de malaxage des bétons.......................................................................... 116
2. OUVRABILITÉ ET SÉQUENCE D’ESSAI 120
2.1. Essais d’ouvrabilité ................................................................................................ 120
2.2. Séquence de réalisation des essais d’ouvrabilité .................................................... 121
3. RÉSULTATS OBTENUS SUR BÉTONS 121
3.1. Bétons d’ouvrage ................................................................................................... 121
3.2. Béton à hautes performances ................................................................................. 131
4. SYNTHÈSE 137

vi
Table des matières

CHAPITRE V
EFFET DES ADDITIONS MINÉRALES SUR LES RÉSISTANCES
MÉCANIQUES ET LA DURABILITÉ DES BÉTONS AUTOPLAÇANTS ET À
HAUTE PERFORMANCE

1. CARACTÉRISATION MÉCANIQUE DES BÉTONS 142


1.1. Résultats obtenus sur BAP d’ouvrage .................................................................... 142
1.2. Résultats obtenus sur BAP d’ouvrage optimisé ..................................................... 145
1.3. Résultats obtenus sur BAP à hautes performances ................................................ 146
2. PROPRIÉTÉS DE TRANSFERT 147
2.1. Porosité accessible à l’eau ...................................................................................... 147
2.2. Absorption d’eau par capillarité ............................................................................. 151
2.3. Perméabilité à l’oxygène ........................................................................................ 154
2.4. Diffusion des ions chlorure .................................................................................... 156
2.5. Carbonatation accélérée ......................................................................................... 158
2.6. Lixiviation accélérée au nitrate d’ammonium ........................................................ 167
3. SYNTHÈSE 175

CONCLUSION GÉNÉRALE ET PERSPECTIVES 179

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES 184

ANNEXES

Annexe A : Fiches techniques ......................................................................................... 199


Annexe B : Abaque - Tension et durée de l’essai en fonction de l’intensité initiale I30V .. 208
Annexe C : Logiciel d’aide à la formulation des bétons BCN .................................... 209

vii
Table des figures
1.1 Répulsion électrostatique et stérique entre des particules de ciment (Diederich,
10) ........................................................................................................................... 10
1.2 Comparaison entre une composition de BAP et celle d’un BV (Okamura, 03b) ... 11
1.3 Mesure de l’eau retenue par les granulats (Diederich, 10) ...................................... 20
1.4 Différents comportements rhéologiques (Cyr, 99) .................................................. 26
1.5 Différents modèles rhéologiques (Wüstholz, 05) .................................................... 27
1.6 Corrélations entre viscosité et temps d’écoulements .............................................. 28
1.7 Corrélation entre le seuil de cisaillement et l’étalement ......................................... 29
2.1 Courbes granulométriques des ciments ................................................................... 46
2.2 Filler calcaire ........................................................................................................... 47
2.3 Diffractogramme du filler calcaire .......................................................................... 47
2.4 Laitier granulé ......................................................................................................... 48
2.5 Diffractogramme du laitier granulé ......................................................................... 48
2.6 Poudre de verre........................................................................................................ 49
2.7 Diffractogramme du verre ....................................................................................... 49
2.8 Fumée de silice ........................................................................................................ 50
2.9 Diffractogramme de la fumée de silice ................................................................... 50
2.10 Courbes granulométriques des additions ................................................................. 51
2.11 Courbes granulométriques des granulats ................................................................. 52
2.12 Appréciation visuelle de la consistance d’une pâte ................................................ 54
2.13 Essai d’écoulement au cône de Marsh .................................................................... 58
2.14 Essai d’étalement au mini-cône............................................................................... 59
2.15 Mini-cône utilisé pour la détermination de la demande eu eau et la compacité ..... 59
2.16 Relation entre l’étalement relatif et le rapport Ve/Vp .............................................. 60
2.17 Essai rhéologique sur pâte au RhéoCAD ................................................................ 61
2.18 Exemple d’historique de cisaillement d’une pâte à base de poudre de verre à
45%.......................................................................................................................... 62
2.19 Dépouillement des mesures rhéologiques (Diederich, 10) ...................................... 64
2.20 Etalement d’un BAP................................................................................................ 65
2.21 Essai à la boite LCPC sur BAP ............................................................................... 66
2.22 Abaque reliant longueur de cheminement et seuil découlement ............................. 66
2.23 Essai à la boite en L en cours d’écoulement après remplissage de la partie
verticale et ouverture de la trappe ........................................................................... 67
2.24 Essai de stabilité au tamis pendant les deux minutes d’attente ............................... 67

viii
Table des figures

2.25 Séparation des sections après prise pour l’essai de l’indice de ségrégation
statique .................................................................................................................... 69
2.26 Mesure de la teneur en air occlus du béton par la méthode du manomètre ............ 70
2.27 Mesure de la masse volumique du béton frais ........................................................ 70
2.28 Mesure de la masse volumique apparente et de la porosité accessible à l’eau ....... 72
2.29 Schéma du dispositif de mesure d’absorption d’eau par capillarité (AFPC-
AFREM, 97) ............................................................................................................ 73
2.30 Intérieur d’une cellule de perméabilité .................................................................... 74
2.31 Schéma de principe du fonctionnement du perméabilimètre .................................. 74
2.32 Perméabilité en fonction de l’inverse de la pression moyenne d’essai (Rozière,
07)............................................................................................................................ 75
2.33 Schéma de la cellule de migration NT BUILD 492 ................................................ 76
2.34 Essai de migration des ions chlorure ....................................................................... 77
2.35 Méthode de mesure de la profondeur de pénétration des chlorures (NT BUILD
492, 99).................................................................................................................... 77
2.36 Schéma de l’enceinte de carbonatation accéléré (AFPC, 97) ................................... 78
2.37 Essai de dégradation accélérée au dioxyde de carbone ........................................... 79
2.38 Photographie des cuves de dégradation................................................................... 80
2.39 Essai de dégradation accélérée au nitrate d’ammonium ......................................... 81
3.1 Effet de la surface spécifique Blaine sur la demande en eau des différentes
suspensions d’additions minérales .......................................................................... 87
3.2 Effet de la surface spécifique Blaine sur la compacité des différentes suspensions
d’additions minérales .............................................................................................. 88
3.3 Relation entre l’étalement relatif et le rapport Ve/Vs pour les poudres combinées . 90
3.4 Influence du dosage en additions minérales sur la demande en eau des pâtes
combinées ................................................................................................................ 90
3.5 Effet du dosage des additions minérales sur la compacité des suspensions
cimentaires .............................................................................................................. 91
3.6 Temps d’écoulement au cône de Marsh en fonction du dosage en SP.................... 92
3.7 Effet du dosage en additions minérales sur la demande en superplastifiant des
mélanges cimentaires .............................................................................................. 93
3.8 Effet de la nature et du dosage en additions sur le comportement rhéologique des
pâtes ......................................................................................................................... 98
3.9 Evolution de l’exposant n en fonction de l’augmentation du dosage d’additions
minérales ................................................................................................................. 99
3.10 Evolution du seuil statique en fonction des différents dosages en addition
minérale ................................................................................................................... 100
3.11 Viscosités apparentes (à 10 et 29 s-1) en fonction de la concentration volumique
en solides ................................................................................................................. 102
3.12 Corrélation entre les seuils statiques et les étalements mesurés sur suspensions.... 103
3.13 Variation du temps d’écoulement au cône de Marsh en fonction du volume
rempli pour les différents additions ......................................................................... 105
3.14 Corrélation entre les viscosités et les temps d’écoulements au cône de Marsh.
Pour toutes les additions le temps d’écoulement correspond à un volume de 300

ix
Table des figures

ml ............................................................................................................................ 105
3.15 Pertinence du volume choisi sur le coefficient de corrélation entre la viscosité et
le temps d’écoulement au cône de Marsh ............................................................... 105
4.1 Détermination du points de saturation en fonction de l’étalement .......................... 113
4.2 Observations visuelles tirée de l’essai d’étalement ................................................. 114
4.3 Evolution de l’étalement des bétons de références en fonction du rapport G/S ..... 115
4.4 Organigramme de la démarche expérimentale utilisée ........................................... 117
4.5 Influence du dosage en addition sur l’étalement .................................................... 122
4.6 Relation entre l’étalement et le volume de pâte ...................................................... 122
4.7 Influence du dosage en addition sur le temps T500 .................................................. 123
4.8 Influence du dosage en addition sur la longueur d’étalement à la boite LCPC ...... 124
4.9 Relation entre la longueur d’étalement à la boite LCPC et l’étalement au cône
d’Abrams ................................................................................................................. 124
4.10 Effet du dosage en additions sur l’écoulement à la boite en L ................................ 124
4.11 Influence du dosage en addition sur la stabilité au tamis ........................................ 125
4.12 Influence du dosage en addition sur l’indice de ségrégation statique ..................... 126
4.13 Effet du dosage en addition sur le seuil d’écoulement ............................................ 127
4.14 Corrélation entre le seuil d’écoulement obtenue par l’essai d’étalement et celui
obtenue par la boite LCPC ...................................................................................... 128
4.15 Relation entre l’étalement et le seuil déduit du cône d’Abrams et de la boite
LCPC ....................................................................................................................... 128
4.16 Effet du dosage en addition sur les viscosités ......................................................... 129
4.17 Relation entre la viscosité plastique et le temps du T500 ......................................... 129
4.18 Domaine de validité pour l’obtention d’un BAP (Wallevik, 03) ........................... 130
4.19 Effet de la nature de l’addition sur l’étalement des BAPHP ................................... 131
4.20 Effet de la nature de l’addition sur le temps T500 des BAPHP ................................ 132
4.21 Effet de la nature de l’addition sur la longueur d’étalement des BAPHP ............... 133
4.22 Effet de la nature de l’addition sur la capacité de remplissage des BAPHP ........... 133
4.23 Effet de la nature de l’addition sur la stabilité au tamis des BAPHP ...................... 134
4.24 Effet de la nature de l’addition sur l’indice de ségrégation statique des BAPHP ... 135
4.25 Effet de la nature de l’addition sur le seuil d’écoulement des BAPHP................... 136
4.26 Effet de la nature de l’addition sur la viscosité des BAPHP ................................... 136
5.1 Influence du dosage en additions sur la résistance en compression à différents
âges .......................................................................................................................... 143
5.2 Evolution de la cinétique de durcissement en fonction de la nature et du dosage
des additions ............................................................................................................ 144
5.3 Resistance en compression des BAP optimisés à différents âges ........................... 145
5.4 Influence des additions sur la résistance en compression des BAPHP à différents
âges .......................................................................................................................... 146
5.5 Evolution de la porosité ouverte des BAP en fonction du dosage en addition ....... 148
5.6 Relation entre la porosité ouverte et la résistance en compression mesurées à 28
jours ......................................................................................................................... 149

x
Table des figures

5.7 Porosité ouverte des BAP optimisés à différents âges ............................................ 149
5.8 Influence des additions sur la porosité ouverte des BAPHP à différents âges ........ 150
5.9 Perte de masse des échantillons de béton due à leur séchage : a- BAP et b-
BAPHP .................................................................................................................... 151
5.10 Absorption d’eau par capillaire : a- BAP et b- BAPHP .......................................... 152
5.11 Comparaison des courbes de variation de la perméabilité à l’oxygène en fonction
de l’inverse de la pression moyenne d’essai ........................................................... 155
5.12 Coefficient de migration non-stationnaire des BAP d’ouvrage et des BAP à
hautes performances ............................................................................................... 157
5.13 Evolution du front de carbonatation en fonction de la racine carrée du temps ....... 159
5.14 Variation de la masse due à la carbonatation : a- BAP et b- BAPHP ..................... 160
5.15 Thermogrammes de la pâte saine et carbonatée à base de FC ................................ 161
5.16 Thermogrammes de la pâte saine et carbonatée à base de LG ................................ 162
5.17 Thermogrammes de la pâte saine et carbonatée à base de PV ................................ 163
5.18 Thermogrammes de la pâte saine et carbonatée à base de FC et de FS .................. 163
5.19 Thermogrammes de la pâte saine et carbonatée à base de LG et de FS .................. 164
5.20 Thermogrammes de la pâte seine et carbonatée à base de PV et de FS .................. 165
5.21 Lessivage au nitrate d’ammonium : a- BAP et b- BAPHP ..................................... 167
5.22 Variation de la masse due à la lixiviation au nitrate d’ammonium : a- BAP et b-
BAPHP .................................................................................................................... 169
5.23 Thermogrammes de la pâte saine et lixiviée à base de FC ...................................... 170
5.24 Thermogrammes de la pâte saine et lixiviée à base de LG ..................................... 171
5.25 Thermogrammes de la pâte saine et lixiviée à base de PV ..................................... 171
5.26 Thermogrammes de la pâte saine et lixiviée à base de FC et de FS ....................... 172
5.27 Thermogrammes de la pâte saine et lixiviée à base de LG et de FS ....................... 172
5.28 Thermogrammes de la pâte saine et lixiviée à base de PV et de FS ....................... 173

xi
Liste des tableaux
1.1 Utilisation des additions minérales dans les cimenteries algériennes ..................... 14
1.2 Différents essais pour la caractérisation des BAP ................................................... 21
1.3 Corrélations seuil d’écoulement – étalement .......................................................... 30
2.1 Compositions chimiques des ciments (% massique)............................................... 45
2.2 Compositions de Bogue des clinkers ...................................................................... 45
2.3 Composition chimique et caractéristiques physiques du filler calcaire .................. 47
2.4 Composition chimique et caractéristiques physiques du laitier granulé ................. 48
2.5 Composition chimique et caractéristiques physiques de la poudre de verre ........... 49
2.6 Composition chimique et caractéristiques physiques de la fumée de silice ............ 50
2.7 Caractéristiques des granulats ................................................................................. 52
2.8 Caractéristiques techniques des adjuvants (données fournisseur) ........................... 53
2.9 Séquence et durée de malaxage des pâtes (Diederich, 10) ...................................... 53
2.10 Séquence et durée de malaxage du mortier normalisé (EN 196-1, 06) .................. 54
2.11 Séquence et durée de malaxage des bétons ............................................................. 55
2.12 Intervalles de températures associés à la décomposition de phases
(Cassagnabère, 07) .................................................................................................. 57
3.1 Séquane de réalisation des différents essais ............................................................ 94
3.2 Composition des pâtes ............................................................................................. 96
4.1 Composition des bétons de références .................................................................... 115
4.2 Composition des BAP d’ouvrages .......................................................................... 118
4.3 Composition des BAP à hautes performances ........................................................ 119
4.4 Essais d’ouvrabilités utilisées.................................................................................. 120
4.5 Séquence de réalisation des essais à l’état frais ...................................................... 121
4.6 Résultats des essais d’ouvrabilités des BAP optimisés ........................................... 131
5.1 Caractéristiques relatives à l’absorption capillaire des bétons ................................ 153
5.2 Caractéristiques relatives à la perméabilité à l’oxygène des bétons ....................... 156
5.3 Composition des pâtes ............................................................................................. 161
5.4 Récapitulatif des résultats des analyses thermogravimétriques sur des pâtes
saines et carbonatées ............................................................................................... 166
5.5 Récapitulatif des résultats des analyses thermogravimétriques sur des pâtes
saines et lixiviées ..................................................................................................... 174

xii
INTRODUCTION
GÉNÉRALE
INTRODUCTION GÉNÉRALE

Les bétons autoplaçants (BAP) se caractérisent par une grande fluidité. Cette propriété peut
être obtenue par l’emploi de superplastifiant et l’augmentation du volume de pâte pour assurer
une bonne dispersion des gros granulats sans aucune tendance à la ségrégation. Pour garantir
un volume de pâte suffisant deux possibilités sont offertes, la première consiste en
l’augmentation du dosage en ciment, ce qui induit un surcoût sur le plan économique et des
risques de fissuration par une exothermie importante, sur le plan technique. La deuxième voie
consiste en l’emploi du filler calcaire comme addition.
Le laitier granulé d’EL Hadjar (Annaba, Algérie) est utilisé par la cimenterie de Hadjar Soud
pour la production du CEM II 42,5 mais à un faible taux de l’ordre de 20% en moyenne à
cause de son faible pouvoir hydraulique. Alors que le verre à bouteilles coloré n’est pas
recyclé. L’emploi de ces matériaux comme addition au BAP en remplacement du filler
calcaire pourrait constituer une alternative écologique et économique intéressante, permettant
d’élargir le champ d’emploi du laitier et l’élimination des décharges encombrantes et
polluantes en bouteilles de verre.
L’intérêt de la valorisation des sous produits industriels et déchets ménagers, est justifiée par
leurs abondances en quantités importantes, sans l’existence de circuit de récupération, de
recyclage et de valorisation.
En Algérie, la production annuelle du laitier est estimée à 500.000 tonnes/an. Or, la
granulation du laitier se fait en fonction des débouchés en cimenterie qui sont limités et ne
permettent pas d’absorber les quantités produites.
Les estimations faites par les services du ministère de l’environnement font état de la
possibilité de récupération de 50.000 tonnes/an de verre en Algérie. Cependant, en l’absence
de circuit de collecte et de recyclage des bouteilles en verre, celles-ci sont jetées dans les
bennes à ordures ou en décharges sauvages (en bord de mer, le long des routes et dans les
espaces verts), sachant qu’une bouteille en verre met au moins 4.000 ans pour se dégrader.
Le choix de ces matériaux comme addition dans le béton autoplaçant est surtout préconisé en
raison de leur réactivité. Le laitier granulé est caractérisé par un pouvoir hydraulique latent
qui est modéré certes mais suffisant pour cette application. Alors que la poudre de verre à
bouteille est potentiellement pouzzolanique. L'incorporation du filler calcaire dans les BAP a
largement été étudiée par plusieurs auteurs, qui relatent leurs bien faits. Cependant, peu
d’études ont été réalisées sur la faisabilité d’un béton à caractère autoplaçant à base du laitier
granulé et de poudre de verre à bouteilles, par conséquent, plusieurs questions peuvent être
posées quant à la faisabilité d’un BAP à base des ces matériaux :

2
Introduction générale

 La nature, les propriétés physiques et chimiques des additions sont – elles compatibles
avec les exigences du domaine d’emploi proposé ?

 Quels sont les effets, sur les demandes en eau et en superplastifiant, des poudres seules
en fonction de leur finesse et en mélange avec le ciment en fonction de leur nature et
dosage ?

 Est – il possible de substituer le filler calcaire par le laitier granulé ou la poudre de


verre dans la composition d’un BAP et à quel dosage ?

 Quels sont les effets du laitier granulé et de la poudre de verre à bouteille sur les
propriétés mécaniques et de durabilité en particulier des bétons autoplaçants
formulés ? Ces bétons sont-ils conformes aux recommandations normatives en vigueur
(NF EN 206-1) ?

Afin d’apporter des éléments de réponse à ces préoccupations, une compagne expérimentale a
été élaborée et présentée dans ce manuscrit qui comprend cinq chapitres :
Le premier chapitre est consacré à l'étude bibliographique dans lequel il est rappelé les
principaux travaux en relation avec notre travail. Ce chapitre, servira par la suite de base pour
les analyses et les discutions des résultats expérimentaux.
Le deuxième chapitre porte sur la caractérisation des matériaux qui ont été utilisés dans cette
étude et en particulier celle des additions minérales. Les différentes méthodes expérimentales
qui ont servi pour mettre en évidence les différentes propriétés des BAP formulés à l’état frais
et à l’état durci sont exposées.
Il est connu, que l’utilisation des additions minérales, selon leur nature, modifie l’écoulement
des mélanges cimentaires. Avant de s’intéresser à l’incorporation de ces ajouts à l’échelle des
BAP, une étude sur suspension de pâte se révèle nécessaire. Le troisième chapitre traite de la
mise en évidence de l'effet des additions sur l'écoulement des pâtes pures. L'étude de chaque
addition en suspension simple dans l'eau permet d'appréhender la demande en eau de chaque
addition et en suspension cimentaire et d'estimer la demande en superplastifiant. De plus, une
étude rhéologique sur rhéomètre permet de souligner l'influence des additions minérales et
permet de quantifier les paramètres rhéologiques et le comportement des pâtes.
Le quatrième chapitre est consacré à l’étude de la faisabilité autoplaçante vis-à-vis de
l’incorporation du laitier granulé et de la poudre de verre dans les bétons par rapport au filler
calcaire. À cet effet, plusieurs dosages en addition ont été utilisés de 25% jusqu’à 60% par
rapport à la masse du ciment. Pour une plus large gamme de résistance, deux types de bétons
ont été visés, un BAP d'ouvrage (BAP) et un BAP à haute performance (BAPHP)
confectionnés de la même manière en maintenant un squelette granulaire identique. Plusieurs
essais ont servi à la caractérisation des différentes propriétés des BAP, dont la plupart sont
normalisées, les propriétés rhéologiques ont été déduites par application de corrélations les

3
Introduction générale

plus pertinentes reliant le seuil d'écoulement et la viscosité plastique à des paramètres


d'ouvrabilité.
Le dernier chapitre traite des propriétés à l’état durci, dans une première partie il est mis en
évidence l’effet des additions minérales sur les résistances mécaniques en compression des
bétons autoplaçants d'ouvrage (BAP) et à hautes performances (BAPHP). La deuxième partie
de ce chapitre est consacrée aux tests de durabilité des différents bétons formulés. Ces
propriétés sont aujourd’hui des critères incontournables pour valider l’incorporation d’un
nouveau matériau dans une matrice cimentaire. Trois paramètres de transfert dans les milieux
poreux ont été étudiés : la perméabilité aux gaz, la diffusion d’espèces agressives et
l’absorption d’eau.
Le manuscrit s’achève par une conclusion générale rappelant les principaux résultats obtenus
sur la faisabilité de BAP et BAPHP en substituant le filler calcaire par le laitier granulé ou la
poudre de verre à bouteilles.

4
ÉTAT DE L’ART DES BÉTONS
AUTOPLAÇANTS

Chapitre I
CHAPITRE I
ÉTAT DE L’ART DES BÉTONS
AUTOPLAÇANTS

Le premier chapitre est consacré à l'étude


bibliographique, dans lequel il est rappelé les principaux travaux
en relation avec notre travail. Ce chapitre, servira par la suite de
base pour les analyses et les discutions des résultats
expérimentaux.

Sommaire
1. INTRODUCTION AUX BÉTONS AUTOPLAÇANTS 8

2. PARTICULARITÉ DE LA COMPOSITION D’UN BAP 9


2.1. Un volume de pâte élevé ................................................................................................. 9
2.2. Une quantité de fines (˂ 125 µm) élevée ...................................................................... 9
2.3. Utilisation des superplastifiants ..................................................................................... 10
2.4. L’utilisation éventuelle d’un agent de viscosité (rétenteur d’eau) ............................ 10
2.5. Un faible volume de gravillon........................................................................................ 11
3. LES ADDITIONS MINÉRALES 11
3.1. Différents types d’additions minérales ................................................................... 11
3.1.1. Fillers (calcaire et siliceux) .......................................................................... 12
3.1.2. Laitier granulé de hauts fourneaux............................................................... 12
3.1.3. Poudre de verre à bouteilles ......................................................................... 13
3.1.4. Fumée de silice............................................................................................. 13
3.2. Utilisation des additions minérales en Algérie ....................................................... 13
3.3. Effets des additions minérales sur l’écoulement des matériaux cimentaires .......... 14
3.3.1. Effet du filler calcaire .................................................................................. 14
3.3.2. Effet du laitier granulé de hauts fourneaux .................................................. 14
3.3.3. Effet de la poudre de verre ........................................................................... 15

6
3.3.4. Effet de la fumée de silice ............................................................................ 15
3.4. Effets des additions minérales sur les propriétés physico-chimiques des
matériaux cimentaires .............................................................................................. 15
3.4.1. Effet filler ou effet de remplissage ............................................................... 15
3.4.2. Effet chimique ou pouzzolanique ................................................................ 16
3.4.3. Effet physique ou de surface ........................................................................ 16
4. APPROCHES DE FORMULATION DES BAP 17
4.1. Approche japonaise basée sur l’optimisation du mortier ........................................ 18
4.2. Approche du LCPC basée sur l’optimisation de la compacité des mélanges
granulaires ................................................................................................................ 18
4.3. Approche basée sur l’association d’une pâte optimisée et d’un squelette
granulaire humide ................................................................................................... 19
5. CARACTÉRISATION DES BAP À L’ÉTAT FRAIS 20

6. RHÉOLOGIE DES BÉTONS AUTOPLAÇANTS 23


6.1. Définition des propriétés rhéologiques ................................................................... 23
6.1.1. Contrainte de cisaillement ............................................................................ 23
6.1.2. Vitesse de cisaillement ................................................................................. 24
6.1.3. Seuil de cisaillement .................................................................................... 24
6.1.4. Viscosité ....................................................................................................... 24
6.1.5. Concentration volumique en solides ............................................................ 25
6.2. Types de comportements rhéologiques ................................................................... 25
6.2.1. Courbes de comportement linéaires ............................................................. 25
6.2.2. Courbes de comportement non linéaires ...................................................... 25
6.3. Corrélation entre les essais empiriques et les mesures rhéologiques ...................... 27
6.3.1. Corrélation entre viscosité et grandeurs d’ouvrabilité (T500 et Tvf) ............. 28
6.3.2. Corrélation entre seuil de cisaillement et étalement .................................... 29
7. EFFETS DES ADDITIONS MINÉRALES SUR LA RÉSISTANCE
MÉCANIQUE ET LA DURABILITÉ DES BAP 31
7.1. Résistance mécanique ............................................................................................. 31
7.2. Porosité ................................................................................................................... 32
7.3. Absorption capillaire............................................................................................... 33
7.4. Perméabilité au gaz ................................................................................................. 34
7.5. Diffusion des ions chlorure ..................................................................................... 35
7.6. Carbonatation .......................................................................................................... 36
7.7. Lixiviation ............................................................................................................... 38
8. SYNTHÈSE DE L’ÉTAT DE L’ART 40

7
Chapitre I État de l’art des bétons autoplaçants

Nous allons, dans ce premier chapitre, aborder les différents aspects des bétons autoplaçants,
notamment des généralités qui concernent leurs émergences, les avantages et les
inconvénients de leur utilisation ainsi que les différentes approches de formulations et
méthodes de caractérisation. On s’intéressera à la rhéologie de ces bétons et les différentes
corrélations qui existent entre les mesures rhéologiques et les essais empiriques. On exposera
aussi les rôles joués par les différents types d’additions minérales les plus utilisées,
notamment, leur influence sur le comportement rhéologique. Pour finir, on fera la synthèse
des études menées sur la durabilité mettant en évidence l’effet des additions sur les différents
mécanismes de transfert (perméation, diffusion et absorption) dans les BAP.

1. INTRODUCTION AUX BÉTONS AUTOPLAÇANTS

En général, un béton fraîchement mis en place est vibré afin d’enlever l'air emprisonné,
rendant ainsi le matériau plus compact ; on l’appelle communément béton ordinaire vibré
(BOV). Le compactage est l’une des clés de la production d’un béton de bonne qualité avec
une résistance et une durabilité optimales (The Concrete Society et BRE, 05). Toutefois, au
Japon au début des années 1980, en raison des volumes croissants d’armatures avec de plus
petites sections de béton et une réduction de la main d'œuvre qualifiée, un compactage
convenable était difficile à obtenir, conduisant ainsi à une mauvaise qualité du béton.
Okamura et Ouchi (Okamura, 99) ont donc proposé un concept de béton indépendant de la
nécessité d’utiliser la technique du compactage. Ozawa et al. (Ozawa et al., 89) produisent le
premier prototype de béton autoplaçant (BAP) ou Self-Compacting Concrète (SCC en
anglais) à l'Université de Tokyo au Japon en 1988. Par définition, les BAP sont des bétons
très fluides, homogènes et stables, mis en œuvre sans vibration, la compaction s’effectuant par
le seul effet gravitaire (AFGC, 08).
Des lors, les BAP sont passés d'une nouveauté de laboratoire à des applications pratiques dans
le monde entier, mais hélas peu utilisé dans le secteur de la construction en Algérie.
Cependant, le nombre croissant de travaux publiés chaque année qui traitent des BAP, comme
par exemple, l’approche de formulation, l’étude des propriétés et les applications dans la
pratique, la rhéologie, la durabilité, indique que les recherches sur ce matériau sont en plein
essor. Ce qui justifie le passage des recommandations provisoires (AFGC, 08) à la
normalisation AFNOR depuis novembre 2010, (NF EN 206-9, 10).
Avantages et inconvénients des bétons autoplaçants

Par rapport aux bétons ordinaires, les BAP possèdent des propriétés rhéologiques à l’état frais
nettement amélioré et leur utilisation accroît la productivité et facilite les conditions de travail
(de Schutter et al., 08 ; The Concrete Society et BRE, 05).
Puisque le compactage est éliminé, la ségrégation interne entre les particules solides et le
liquide environnant est évitée ce qui se traduit dans les zones de transition par une réduction
de la porosité entre pâte et granulat et l’amélioration de la durabilité (RILEM, 01).
8
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

Pour beaucoup de construction en béton, la performance structurelle est améliorée par des
volumes croissants d’armatures, en limitant la fissuration et en utilisant des petits diamètres
de barres et des coffrages complexes, ce qui accroît la difficulté de compactage (Okamura,
03a ; RILEM, 01). Les BAP répondent aux contraintes précitées en facilitant l’écoulement du
matériaux dans les zones d’architecture complexe et difficilement accessibles. Ils améliorent
également l'efficacité sur le terrain par la réduction du temps de production et le coût de la
main d’œuvre.
Au démoulage, les BAP présentent un état de surface très satisfaisant. En effet, l’utilisation de
fines et la limitation de la taille des granulats permettent l'obtention d'un béton plus lisse et
donne l'impression d'une meilleure finition. Il est donc intéressant d'utiliser les BAP dans des
constructions où l'on ne souhaite pas devoir recouvrir les surfaces.
Les BAP améliorent également l'environnement du travail en réduisant les nuisances sonores
et en éliminant les problèmes de santé liés à l'utilisation du matériel de vibration, tels que la
maladie des « mains blanches » et la surdité (RILEM, 01). Le BAP est donc appelé « la
révolution tranquille dans la construction en béton » (The Concrete Society et BRE, 05).
En conséquence, l'industrie de la préfabrication des produits en béton est devenue la plus
grande utilisatrice des BAP en Europe (Skarendahl, 03).
Contrairement au béton ordinaire, les BAP exigent une quantité importante d’éléments fins
(ciment et fine minérale) et d’adjuvants (en particulier les superplastifiants), ayant pour
conséquence directe, un coût du matériau plus élevé (The Concrete Society et BRE, 05). Il a
été rapporté que, dans la plupart des cas, l'augmentation du coût du BAP produit varie entre
20 à 60% par rapport à un béton ordinaire vibré de même qualité (Nehdi et al., 04 ; Ozawa,
01). Cependant, dans de très grandes structures, l'augmentation du coût des matériaux dus à
l’utilisation des BAP a été compensée par des économies dans les coûts de main d’œuvre et
des délais d’exécution de l’ouvrage (Billberg, 99). Il s’avère qu’un BAP est plus économique
qu’un béton traditionnel si on considère un chantier dans son ensemble, frais direct et indirect
compris, par l’approche globale rapportée par Bethmont (Bethmont, 05).

2. PARTICULARITÉ DE LA COMPOSITION D’UN BAP

2.1. Un volume de pâte élevé

Il est connu que les frottements intergranulaires diminuent l’ouvrabilité des bétons (Kennedy,
40). Afin de permettre une bonne déformabilité des BAP et un remplissage correct des
coffrages, un volume important de pâte doit être maintenu. Son rôle est de couvrir la surface
des granulats afin de diminuer les frictions entre les particules et favoriser la dispersion des
granulats. Selon l’AFGC (AFGC, 08), ce volume doit être compris entre 330 et 400 l/m3.
2.2. Une quantité de fines (< 125 µm) élevée

Afin d’assurer une ouvrabilité suffisante et une résistance à la ségrégation et au ressuage


limitée, les BAP intègrent dans leurs formulations une certaine quantité de fines de l’ordre de
500 kg/m3 (AFGC, 08). La partie liante des BAP est constituée d’un mélange de ciment et
d’addition telle que le filler calcaire, la cendre volante ou le laitier granulé, etc. Le choix de la

9
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

nature et du dosage de l’addition doit tenir compte des exigences prescrites dans le cahier des
charges.
2.3. Utilisation des superplastifiants

L’apparition des BAP est étroitement liée aux avancées technologiques réalisées dans le
domaine des adjuvants et plus particulièrement celui des superplastifiants. Ces derniers sont
composés des polymères à chaînes macromoléculaires qui permettent l’obtention de la fluidité
et la diminution des frottements intergranulaires.
Les superplastifiants réagissent avec les particules du ciment et les additions minérales.
Lorsque l’on introduit un superplastifiant dans une suspension cimentaire, les polymères
viennent se fixer à la surface des particules solides du mélange par adsorption. Cette
adsorption s’effectue sur les phases hydratées du ciment (Bonneau, 97). Les groupes
anioniques du polymère neutralisent les différentes charges et confèrent à la surface des
particules de ciment une charge négative (Jolicoeur, 98). Ceci conduit à une répulsion
électrostatique entre les particules voisines de ciment et contribue à la défloculation et la
dispersion des solides dans la suspension. De plus, la dispersion peut être aussi par effet
stérique, en effet, des chaines secondaires sont griffées sur la chaine principale du polymère et
repoussent les grains de ciment par effet stérique ou entropique (Uchikawa et al., 97). Plus la
longueur de ces chaines est importante est plus l’effet stérique est important (figure 1.1).

Figure 1.1. Répulsion électrostatique et stérique entre des particules de ciment (Diederich, 10)

2.4. L’utilisation éventuelle d’un agent de viscosité (rétenteur d’eau)

L’effet des superplastifiants est double, d’une part il augmente l’ouvrabilité du BAP et il
réduit sa viscosité d’autre part. Afin de remédier à ce dernier point, on a souvent recours à des
agents de viscosité. Ce sont généralement des dérivés cellulosiques, des polysaccharides ou
des suspensions colloïdales. Leur rôle est d’empêcher le ressuage et de limiter les risques de
ségrégation en rendant la pâte plus épaisse. Leur utilisation est justifiée dans le cas des bétons
à fort rapport E/C car les fines n’étant alors pas suffisantes pour fixer l’eau dans le béton. En
revanche, dans le cas des BAP à faible rapport E/C, leur utilisation ne semble pas être
justifiée.

10
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

2.5. Un faible volume de gravillon

L’utilisation des granulats concassés ou roulés est autorisée pour la formulation des BAP.
Concernant les granulats recyclés, actuellement aucune note technique ou norme n’autorise
leur emploi. Les gros granulats sont à l’origine des blocages du béton en zone confinée, c’est
la raison pour laquelle leur volume est limité dans les BAP. En général, on admet un rapport
massique gravillon / sable (G/S) de l’ordre de 1, qui peut être augmenté dans le cas des
ouvrages peu ferraillé ou bien diminué dans le cas contraire. Dans la majorité des cas, le
diamètre maximal Dmax des gravillons dans les BAP est compris entre 10 et 20 mm (AFGC,
08). L’augmentation du Dmax conduit à des risques de blocages.

Conclusion
Les mêmes constituants utilisés pour les bétons vibrés sont utilisés pour les BAP, mais dans
des proportions différentes (figure 1.2). Cependant, la formulation d’un BAP exige
l’utilisation d’une importante quantité de fines et l’incorporation de superplastifiant, voire
parfois même, l’utilisation conjointe d’agents de viscosité.

Figure 1.2. Comparaison entre une composition de BAP et celle d’un BV (Okamura, 03b)

3. LES ADDITIONS MINÉRALES

3.1. Différents types d’additions minérales

Une addition minérale est une poudre d’une finesse supérieure à celle du ciment. Elle peut
être ajoutée et/ou substituée au ciment lors de sa fabrication (ciment composé) ou ajoutée
directement dans le malaxeur lors de la fabrication du béton. Elle permet ainsi d’améliorer
certaines propriétés ou conférer aux matériaux des propriétés particulières. On distingue deux
types d’additions : les additions inertes et les additions réactives. Les données
bibliographiques (AFGC, 08) recommandent l’emploi de quantités importantes de fines dans
un BAP pour assurer sa stabilité à l’état frais et éliminer les risques de ségrégation. Quand ce

11
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

volume est occupé intégralement par du ciment Portland, il fournit au matériau durci, un
niveau de performance excessif par rapport aux spécifications demandées. Cependant, il ne
faut pas perdre de vue que le dégagement de chaleur engendré par les réactions exothermiques
produites lors de l’hydratation du ciment peuvent provoquer des fissurations de l’élément et il
est donc naturel de remplacer une partie de ce volume par des additions minérales, qui sont
moins réactives que le clinker et d’un coût inférieur sur le plan énergétique et
environnemental. On passera en revue dans cette partie, les additions minérales qui seront
utilisées lors de l’étude expérimentale.
3.1.1. Fillers (calcaire et siliceux)

Ce sont des poudres de roche (calcaire ou siliceuse) obtenue par broyage et/ou sélection, dont
les caractéristiques sont définies par la norme NF P18-508 et 509 (NF P18-508, 12 ; NF P18-
509, 12) respectivement pour les fillers calcaires et siliceux. La demande en eau des fines
siliceuse telles que le quartz est supérieure à celle des fillers calcaires d’usage plus courant
dans les bétons. Ceci est dû à la forme anguleuse des particules de quartz. En plus de leur
effet physique, des études sur les fillers calcaires (Bachiorrini, 85 ; Ramachandran, 86), ont
montré qu’ils présentent une certaine activité physico-chimique, qui favorise l’accélération de
l’hydratation du clinker par la création de sites de nucléation (germination) hétérogène,
notamment, lorsque l’addition est finement broyée. Néanmoins, l’effet n'est remarquable que
seulement au jeune âge. D’après les mêmes études, le calcaire réagit avec les aluminates du
ciment pour former des carboaluminates de calcium hydratés, qui sont favorables à la
durabilité du matériau (Bachiorrini, 86). À long terme, les fillers siliceux peuvent contribuer
faiblement à une réaction pouzzolanique (de Larrard, 02).
D’un point de vue industriel, les fillers calcaires présentent de bonnes caractéristiques de
régularité à la production. D’autre part, leur couleur généralement claire les rend favorables à
l’obtention de parements architectoniques.
3.1.2. Laitier granulé de hauts fourneaux

Les minerais de fer sont utilisés pour la fabrication de la fonte ; en plus de leurs phases
ferreuses, ces minerais contiennent aussi des minéraux proches de ceux du cru du clinker.
Lors du processus de fusion du minerai dans les hauts fourneaux à une température allant de
1135 à 1350°C, se produit la séparation gravitaire, la fonte se dépose dans la partie inférieure
du four, tandis que le laitier surnage en partie supérieure dû à sa faible densité par rapport à la
fonte. À la sortie du four, le laitier à une température avoisinant celle de la fusion, est refroidi
brusquement à l’eau (trempe) et le laitier prend l’appellation de laitier granulé défini par la
norme NF EN 15167-1 (NF EN 15167-1, 06). La vitrification du laitier granulé par la trempe
confère au matériau son pouvoir hydraulique latent. Un broyage fin du laitier lui permet d’être
utilisé comme addition dans les ciments et les bétons.
Considéré au début comme un déchet de la sidérurgie, ensuite comme coproduit, l’utilisation
du laitier granulé reste cependant limitée en Algérie au domaine de la cimenterie en raison de
son faible pouvoir hydraulique. Le laitier granulé procure au matériau des performances
mécaniques et une durabilité accrues (Duval, 92 ; Behim, 05), c’est pourquoi les ciments au
laitier sont particulièrement indiqués pour les bétons soumis à des ambiances agressives.

12
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

3.1.3. Poudre de verre à bouteilles

Les verres de silicates auxquels se rapportent les verres utilisés dans cette étude sont
composés d’oxydes formateurs, fondants, stabilisants et colorants.
L’ingrédient de base est la silice (SiO2) qui représente environ 68 à 74% de la masse et
constitue l’élément formateur. Les fondants et les stabilisants sont constitués par (K2O, Na2O,
CaO, MgO). La couleur du verre est obtenue en additionnant aux crus, certains oxydes
métalliques. Ainsi, le Fe2O3 donne la couleur brune, le Cr2O3 la couleur verte, le CuO la
couleur bleue, le MnO2 la couleur rose, et le AgO la couleur jaune. Leur emploi dans le verre
permet de diminuer la température de fusion et d’augmenter la durée de travail du verre lors
du façonnage. Les proportions entre ces trois constituants vont dépendre en grande partie les
caractéristiques d'un verre. On obtient par fusion entre 1400°C et 1500°C une masse
visqueuse, amorphe, homogène et transparente, le verre.
Du fait de sa nature vitreuse et du contenu de certaines quantités relativement appréciables de
silice, le verre est en général considéré comme étant pouzzolanique s’il est broyé finement
(Idir, 09). Ainsi il pourrait être utilisé en remplacement du ciment Portland dans les bétons.
Différentes études ont pu montrer que la couleur du verre, autrement dit sa composition
chimique, joue un rôle conséquent sur les propriétés mécaniques de ce dernier. Des travaux
réalisés par (Karamberi, 05 ; Park et al., 04 et Sobolev et al., 07), affirment que le verre à base
d’oxyde de fer (Fe2O3), est le verre qui possède la plus faible activité pouzzolanique, derrière
le verre à base d’oxyde de chrome (Cr2O3) puis le verre à base d’oxyde de plomb (PbO).
3.1.4. Fumée de silice

Il s’agit d’un sous-produit de la fabrication du silicium métal et de ses alliages, en particulier


du ferro-silicium, la fumée de silice obéit à la norme NF EN 13263-1 (NF EN 13263-1, 09).
Elle se caractérise par un diamètre des particules sphériques ultra fines (entre 0,01 et quelques
micromètres) et par une teneur en silice amorphe de plus de 90%. L'emploi de la fumée de
silice doit se faire conjointement avec un fluidifiant du type superplastifiant afin de remédier à
l’agglomération causée par sa finesse. Une bonne dispersion, permet aux particules de la
fumée de silice de se placer entre les interstices des grains de ciment, diminuant ainsi la
quantité d’eau nécessaire au mélange. L’utilisation de la fumée de silice conduit à des bétons
extrêmement compacts à caractéristiques mécaniques élevées et une résistance nettement
renforcée vis-à-vis des milieux agressifs.
Cependant, le niveau de performances atteint par l’ajout de fumée de silice et leur prix
excessif (entre 5 à 10 fois plus onéreux que le ciment) (Aïtcin, 01), ainsi que l’utilisation
conjointe des superplastifiants, réserve ce produit de luxe à des utilisations bien particulières,
telles que les ouvrages d’art, les grattes ciel, les plates-formes pétrolières, etc.
3.2. Utilisation des additions minérales en Algérie

Bien que l’emploi des additions minérales se soit généralisé dans le monde, il reste très limité
en Algérie. Vu la disponibilité en grande quantité de ces ajouts tels que le laitier granulé, le
calcaire ou la pouzzolane naturelle et leurs coûts relativement réduit par rapport au ciment,
leurs emploi dans le domaine du génie civil n’est pas encore répandu. En effet, de nombreuses

13
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

études ont été réalisées, traitant de l’influence des additions minérales sur plusieurs aspects
des bétons. Actuellement, l’emploi des additions se limite seulement au secteur de l’industrie
cimentaire pour la production du ciment composé. Le tableau 1.1 résume l’utilisation des
différentes additions dans les cimenteries algériennes.

Tableau 1.1. Utilisation des additions minérales dans les cimenteries algériennes
Cimenterie Ajouts utilisés
Ain Touta (Batna)
Ain El Kebira (Sétif) Pouzzolane
Hamma Bouziane (Constantine)
Hadjar Soud (Skikda)
Laitier granulé
Tebessa
Meftah (Alger) Tuf/Calcaire
Raïs Hamidou (Alger) -
Sour EL Ghozlane (Bouira) Calcaire/Tuf
Chlef Calcaire
Laitier granulé
M’sila
Pouzzolane
Beni Saf (Tlemcen)
Zahana (Oran) Pouzzolane
Saida

3.3. Effets des additions minérales sur l’écoulement des matériaux cimentaires

Dans ce qui suit est rapporté l’effet des additions sur l’écoulement et sur les propriétés
rhéologiques notamment la viscosité plastique et apparente, dont les différentes définitions
sont données plus loin dans le texte (§ 6.1.4).
3.3.1. Effet du filler calcaire

Largement employé dans les nouveaux bétons, tels que les BAP et à des dosages élevés, le
filler calcaire se caractérise par de faibles besoins en eau par rapport au ciment. En effet,
plusieurs auteurs (Gallias et al., 00 et Cyr, 03), rapportent que son utilisation influence peu la
demande en eau et peut conduire à une légère diminution de viscosité du mélange cimentaire.
Plusieurs travaux (Zhang, 00 et Yahia et al., 05) révèlent que l’ajout du filler calcaire pour un
dosage constant en ciment, diminue la viscosité d’une pâte de ciment et cela malgré
l’augmentation de la concentration volumique en solides. Cet ajout, entraine une
augmentation du seuil de cisaillement si la concentration volumique en solides de la
suspension augmente (Diederich, 10). Cependant, au-delà d’une certaine valeur critique en
filler calcaire qui tient compte du rapport E/C, on assiste à une augmentation de la viscosité
(Zhang, 00 et Yahia et al., 05).
3.3.2. Effet du laitier granulé de hauts fourneaux

Des études (Ferraris, 99 ; Khayat, 99) montrent que l’ajout du laitier granulé de hauts
fourneaux en substitution du ciment, permet globalement de réduire le seuil de cisaillement et
la viscosité des pâtes de ciment. D’après les travaux de (Shi et al., 98), les laitiers adsorbent le

14
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

superplastifiant, ce qui se traduit par une demande en superplastifiant plus importante pour
obtenir un même étalement ou valeur de seuil de cisaillement. Le laitier granulé favorise
l’écoulement des pâtes, principalement à cause de sa demande en eau qui est moins
importante que celle du ciment (Lange et al., 97 et Cyr, 03), mais aussi à cause de sa
morphologie (Zhang, 00). En effet, Toutou (Toutou, 02), rapporte que l’écoulement du laitier
dépend de deux composantes : une composante physico-chimique liée au potentiel
d’interaction entre les particules et de l’interaction des fines avec le liquide saturant et une
composante granulaire liée aux frottements des particules.
3.3.3. Effet de la poudre de verre

Très peu de données concernant l’effet du verre sur le seuil de cisaillement et la viscosité
existent dans la littérature. Cependant, des essais sur coulis additionnés de poudre de verre de
10 et 20% en substitution du ciment ont été réalisés par Idir (Idir, 09). Les résultats montrent
que le point de saturation des coulis passe de 1,1% pour les coulis témoins sans substitution à
1% pour les deux pourcentages de remplacement. L’auteur rapporte que le verre interagit avec
le superplastifiant, il consomme environ 0,1% de superplastifiant en moins que le ciment et
conclut que le verre a un effet fluidifiant. D’autres essais d’étalement au mini-cône on été
effectués par le même auteur sur des coulis avec 10, 20, 30 et 40% en remplacement du
ciment, il conclut que de forts pourcentages de verre favorisent le maintien de la maniabilité
et qu’il existe une interaction entre le verre et le superplastifiant, ce dernier étant moins actif
lorsqu’il y a du verre.
(Shao et al., 00) rapportent que l’étalement d’un béton diminue avec l’ajout de poudre de
verre pour une taille des particules qui varient entre 38 et 300μm, en raison de la forme
angulaire des particules. Le superplastifiant devrait donc être utilisé lorsque la teneur en verre
en substitution au ciment est supérieure à 30% afin d’éviter le phénomène de ségrégation
(Chen et al., 06).
3.3.4. Effet de la fumée de silice

L’influence de la fumée de silice sur le comportement rhéologique ne fait pas l’unanimité des
auteurs. Des études (Ferraris, 99 ; Khayat, 99), ont montré que la fumée de silice augmente le
seuil de cisaillement et la viscosité, en augmentant la compacité des mélanges. Tandis que
Carlsward et al. (Carlsward et al., 03) rapporte que l’ajout de la fumée de silice ne modifie
pas la viscosité. D'autres études réalisées par (Ferraris et al., 01) révèlent une demande en eau
et en superplastifiant plus importante, due à l’utilisation de la fumée de silice par comparaison
avec un mélange de référence. Cette observation est valable aussi bien pour des pâtes de
ciment que pour des bétons (Ferraris et al., 01).
3.4. Effets des additions minérales sur les propriétés physico-chimiques des
matériaux cimentaires

3.4.1. Effet filler ou effet de remplissage

L’incorporation d’additions au sein d’un matériau cimentaire améliore son squelette


granulaire. En effet, plusieurs études (Baron, 97 ; Lawrence, 00 et Kara-Ali, 02) montrent
l’existence d’une optimisation des propriétés du squelette granulaire par l’ajout d’additions.

15
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

Ces fines particules s’intercalent entre les interstices des grains de ciment remplissant ainsi
une partie du volume des vides. Le résultat de ce remplissage se traduit par une meilleure
maniabilité du mélange et un accroissement des résistances pour un même rapport E/C et des
propriétés de transfert.
3.4.2. Effet chimique ou pouzzolanique

L’effet chimique concerne la capacité des additions, caractérisées par des propriétés
pouzzolaniques et/ou hydrauliques à réagir avec l’eau et les constituants anhydres ou hydratés
du ciment pour former de nouvelles phases minérales qui contribuent à la résistance
mécanique au même titre que les produits hydratés du ciment, mais aussi à l’amélioration de
la durabilité. Cet effet bénéfique est fonction de nombreux paramètres et tient compte de la
composition chimique ou minéralogique de l’addition, de sa surface spécifique et du type de
ciment.
La réaction pouzzolanique concerne principalement la fumée de silice, la poudre de verre, la
cendre volante siliceuse, etc. La silice amorphe contenue dans ces matériaux réagit, en
présence d’eau, avec la portlandite formée pendant l’hydratation des C3S et C2S pour former
des silicates de calcium hydratés C-S-H, mais d’un rapport C/S voisin de 1, donc plus riche en
silice (de Larrard, 02), suivant l’équation 1.1 :

(1.1)

L’activité hydraulique concerne plus particulièrement le laitier granulé, qui développe des
propriétés d’hydraulicité et demande une présence d’eau. Cette réaction est très lente d’où la
nécessité de le broyer finement et de l’activer par ajout d’une base forte. On obtient alors des
C-S-H dont le rapport C/S est plus important que celui des C-S-H issus de la réaction
pouzzolanique (Bessa-Badreddine, 04).
Il est à noter que ces réactions pouzzolaniques et hydrauliques prennent toutes leurs ampleurs
pour des longues échéances (Torben, 90).
3.4.3. Effet physique ou de surface

L’incorporation d'addition inerte ou réactive au sein d’une matrice cimentaire contribue au


développement des résistances à court terme. Il n’est plus à démontrer (Gutteridge, 90 ;
Neville, 00 et Kara-Ali, 02) que les additions jouent le rôle de sites de nucléation préférentiels
au cours des réactions d’hydratation du ciment. L’effet de surface consiste à la création de
sites préférentiels d’hydratation constitués par les surfaces procurées par l’addition minérale.
Par conséquent, l’épaisseur de la couche d’hydrate qui se forme autour d’un grain de ciment
anhydre est réduite, facilitant ainsi l’hydratation du cœur anhydre par phénomène de
diffusion. L’addition entraîne donc une meilleure hydratation du ciment à un instant donné.
La présence d’additions entraine une accélération de l’hydratation du ciment qui se traduit par
un développement des résistances mécaniques au jeune âge. On s’attend donc à ce qu’il y ait
une amélioration des résistances mécaniques avec l’augmentation de la finesse des additions
(Caré et al., 00). Cependant, plus que la surface spécifique, c’est vraisemblablement le

16
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

nombre de particules d’addition par unité de volume de pâte qui est le paramètre essentiel de
ce phénomène (Behim, 05).

4. APPROCHES DE FORMULATION DES BAP

Différentes méthodes de formulation des BAP existent dans la littérature, elles sont basées
pour la plupart sur une méthodologie expérimentale plus ou moins contraignante. La
formulation se fait donc sur la base de l'expérience acquise ces dernières années. Les
fabrications des BAP majoritaires sont fait impérativement en centrales de béton prêt à
l’emploi (BPE) et notamment l’industrie du bâtiment qui utilise principalement des bétons de
25 à 35 MPa. Or, on sait que ces résistances mécaniques sont facilement atteintes dans le cas
des BAP.
Avec le retour d'expérience, l’AFGC (AFGC, 08) recommande des valeurs limites des
constituants des BAP, facilitant ainsi le travail du formulateur :
 Volume de gros granulat limité en prenant un rapport G/S (masse de gravier sur
masse de sable) proche de 1 et un diamètre maximal Dmax compris entre 10 et
20mm,
 Volume de pâte qui varie entre 330 et 400 l/m3,
 Dosage de ciment supérieur ou égal au minimum requis par la norme NF EN 206-1
(NF EN 206-1, 12), soit en général et selon la durée d’exposition entre 300 et 350
kg/m3. En complément, la masse d'addition se situe entre 120 et 200 kg/m3,
 Dosage en superplastifiant doit maintenir une fluidité nécessaire afin d’obtenir un
étalement et une vitesse d’étalement importants.
On distingue deux grandes familles de formulation des BAP suivant leurs compositions :
 La première concerne des formulations fortement dosées en ciment et contenant
une proportion d’eau réduite. La quantité de ciment très importante (450 à 600
kg/m3) est nécessaire pour augmenter le volume de pâte afin d’améliorer la
déformabilité du mortier. Ce volume important de pâte limite par conséquent les
interactions inter-granulats (dont la quantité est parallèlement diminuée).
L’utilisation d’adjuvants tels que les superplastifiants et les agents de viscosité
permettent de contrôler la fluidité et la viscosité. Cette approche de formulation
conduit toutefois à des bétons de hautes performances mécaniques, onéreux et mal
adaptés à des ouvrages courants.

 La deuxième famille de formulations repose sur le remplacement d’une partie du


ciment par des fines minérales. Ces additions, comme les fillers calcaires, les
laitiers granulés, les cendres volantes, les fumées de silices, etc…, permettent
d’obtenir un squelette granulaire plus compact et plus homogène. La quantité
d’adjuvant nécessaire à l’obtention d’une fluidité et d’une viscosité donnée est alors
diminuée. Leur utilisation conduit également à conserver des résistances
mécaniques et des chaleurs d’hydratations raisonnables.

17
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

Plusieurs approches de formulation des BAP ont été élaborées à travers le monde, parmi ces
approches de formulation trouvées dans la littérature, on peut rappeler :
 Approche basée sur l’optimisation du mortier,
 Approche basée sur l’optimisation de la compacité des mélanges granulaires,
 Approche basée sur l’association d’une pâte optimisée et d’un squelette granulaire
humide
4.1. Approche japonaise basée sur l’optimisation du mortier

Considérée comme étant l’une des premières approches proposées pour la formulation des
BAP, elle est développée par des chercheurs japonais (Okamura, 95 ; Ouchi, 99 ; Hayakawa
et al., 95 ; Nagataki, 95). Cette méthode, s’appuie sur un volume de pâte important, composé
principalement d’un fort dosage en ciment et d’un faible volume granulaire. Les bétons qui en
résultent sont économiquement excessifs.
Le principe de base de cette approche s’appuie sur les points suivants :
 La teneur des granulats est limitée à 50% de leurs compacités, réduisant ainsi le
phénomène de blocage,
 Le volume du sable représente 40% du volume total de mortier,
 L’optimisation de la pâte, notamment, du rapport E/L (eau / liant) et du dosage en
superplastifiant se fait d’une manière empirique sur mortier en effectuant des essais
d’étalement au mini-cône et au V-funnel.
Deux grandeurs élémentaires sont reliées à ces essais et ils sont présentés dans les équations
1.2 et 1.3 :

(1.2)

(1.3)

Avec : Γm : Étalement relatif,


D1 et D2 : Diamètres d’étalement dans deux directions perpendiculaires en (mm),
D0 : Diamètre inférieur du cône en (mm),
Rm : Vitesse relative d’écoulement en (sec-1),
t : Temps d’écoulement du mortier en (sec).
Certains auteurs (Sedran, 99 ; Jin, 02 ; Bethmont, 05) conviennent pour qu’un BAP remplisse
les conditions d’autoplaçance, il faudrait que Γm soit égale à 5 et que Rm soit égale à 1.
4.2. Approche du LCPC basée sur l’optimisation de la compacité des mélanges
granulaires

Cette approche est basée sur le modèle d’empilement compressible (MEC) développé par le
LCPC (Laboratoire Central des Ponts et Chaussées) (de Larrard, 99). Il vise à estimer la

18
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

compacité d’un mélange grâce aux caractéristiques du squelette granulaire qui le compose. Le
modèle s’appuie sur les notions de compacité virtuelle et d’indice de serrage définie comme
suit :
 La compacité virtuelle d’un mélange (γ) est définie comme étant, la compacité
maximale qu’on pourrait avoir, en arrangeant au mieux possible la disposition des
différents grains, du plus petit grain des additions aux plus gros granulats. En
pratique, l’empilement des grains se fait de manière aléatoire et la compacité
expérimentale ainsi obtenue, reste toujours inférieure à la compacité virtuelle.

 L’indice de serrage (K) est défini comme une grandeur représentative du degré de
compaction d’une classe granulaire donnée. Ainsi pour chaque classe granulaire de
diamètre moyen di correspond un indice de serrage ki. Plus cet indice est élevé plus
le contact entre les granulats d’une même classe est important et plus le seuil de
cisaillement τ0 est significatif.
Basé sous ces deux précédents concepts, Bétonlab Pro3 est un logiciel d’aide à la formulation
des bétons. Le dernier de sa génération développée par le LCPC en 2008 (de Larrard, 08),
permet de simuler la réalisation de gâchées de laboratoire. Le logiciel intègre le modèle
d’empilement compressible, lui permettant l’optimisation d’une formulation de BAP suivant
un cahier des charges précis comportant les données de compacité des fractions granulaires,
les caractéristiques mécaniques des granulats, la demande en superplastifiant, la demande en
eau du ciment et de l’addition. Il permet aussi la simulation de quelques propriétés des BAP,
notamment, les propriétés rhéologiques (seuil de cisaillement et viscosité plastique), les
résistances mécaniques, ainsi que les déformations différées, etc.
4.3. Approche basée sur l’association d’une pâte optimisée et d’un squelette
granulaire humide

Cette approche de formulation est basée sur l'association d’un squelette granulaire
(gravillon+sable) humide et une pâte dont l'arrangement granulaire à été optimisé (Diederich,
10). Cette approche met en avant un concept classique qui stipule qu'un volume de béton est
la somme d'un volume de pâte, de granulats humides et de vides suivant l’équation 1.4 :

é (1.4)

Où le volume de pâte est composé de ciment, d’addition, de superplastifiant et d'eau. Le


volume du squelette granulaire est composé de granulats associés à une quantité d'eau afin de
satisfaire leur demande en eau.
Pour un dosage fixe en ciment par m3 de béton, l’auteur affirme qu’il serait possible de
formuler des pâtes avec des rapports Addition / Ciment (A/C) et Superplastifiant /
(Ciment+Addition) (SP/(C+A)) définis en utilisant l’équation 1.5 :

(1.5)

19
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

 VEC : volume d'eau compacte correspondant au volume d'eau permettant de remplir


les vides entre les particules solides à compacité maximale. Le VEC résulte de la
connaissance du ratio de vide déterminé à la compacité maximale de la suspension.

 VEX : volume d'eau en excès qui permet la fluidification de la suspension. Il est


défini à partir de l'épaisseur EPEX fixée et de la surface de poudre (ciment+addition)
obtenue à partir des surfaces spécifiques BET de chaque nature de poudre.
Une fois la composition de la pâte déterminée, l’étape suivante consiste à estimer la demande
en eau des granulats. En effet, la connaissance de l’eau retenue par le squelette granulaire est
importante lorsque celui-ci est associé à une pâte. Cette quantité d'eau sera alors logiquement
incorporée afin de ne pas modifier les propriétés d'écoulement de la pâte. La méthode d’essai
est inspirée des travaux de Barrioulet (Barrioulet, 77), l’essai est réalisé par une filtration sous
pression de l’eau contenue dans le squelette granulaire (Figure 1.3-a). Le mode opératoire est
décri en détail dans les travaux d’El Barrak et Diederich (El Barrak, 05 et Diederich, 10).

A'

a- Dispositif de mesure de l’eau retenue b- Exemple de courbe de filtration d’un squelette

Figure 1.3. Mesure de l’eau retenue par les granulats (Diederich, 10)

L’intersection des droites AB et CD (Figure 1.3-b) correspond au volume d’eau retenue par
les granulats au point A'.

5. CARACTÉRISATION DES BAP À L’ÉTAT FRAIS

En plus du pouvoir auto-compactant des BAP, leurs propriétés les plus importantes pour la
mise en œuvre sont la fluidité, la stabilité et l’homogénéité.
Plusieurs essais permettent d’effectuer le contrôle de ces propriétés sur le béton à l’état frais.
Ces essais vont du simple cône servant à la mesure de l'étalement et du T500, jusqu'au
complexe et coûteux rhéomètre à béton. Pratiquement, il est difficile de juger de
l’acceptabilité d’un BAP en se basant uniquement sur un seul essai, jusqu’à présent, il
n’existe aucun test universel qui permet la caractérisation de l’ensemble des propriétés des
BAP (Mouret et al., 04).

20
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

Ces propriétés se regroupent en trois aspects et peuvent être quantifiées à l’aide d’essais
empiriques : la mobilité en milieu non confiné, la mobilité en milieu confiné et la stabilité. Le
tableau 1.2 synthétise les différents essais de caractérisation des BAP les plus répertoriés dans
la littérature.

Tableau 1.2. Différents essais pour la caractérisation des BAP


Plages
Propriétés Essais Schémas
recommandées

Etalement à
l’anneau PJ1 ≤ 100 mm à 12
barres
(J-ring)
PJ2 ≤ 100 mm à 16
(NF EN 12350- barres
12)
Capacité de passage

Ecoulement à
l’entonnoir 0 > VF1 < 9 s
(V-Funnel)
9 ≤ VF2 ≤ 25 s
(NF EN 12350-9)

Essai à la boite
LCPC
_
(LCPC Box)
(Roussel, 07)

21
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

Essai à boîte

en L
PL1 ≥ 0.8 à 2 barres
(L-Box) PL2 ≥ 0.8 à 3 barres
(NF EN 12350-
10)

Essai à la boîte en
U
Hauteur de
(U-Box) remplissage ≥ 30 cm

(Hayakawa, 93)
Capacité de remplissage

Étalement au cône 550 ≤ SF1 ≤ 650 mm


d’Abrams (Slump
660 ≤ SF2 ≤ 750 mm
flow)
760 ≤ SF3 ≤ 850 mm
(NF EN 12350-8)

Temps VS1 < 2 s


d'étalement (T500)
VS2 ≥ 2 s
(NF EN 12350-8)

Essai au caisson
(Kajima test) R > 60 %
(RILEM, 01)

22
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

Essai de stabilité
au tamis SR1 ≤ 20%
(NF EN 12350- SR2 ≤ 15%
Résistance à la ségrégation statique

11)

Essai de la
colonne Ginf – Gsup ≤ 5%
(Otsuki et al., 96)

6. RHÉOLOGIE DES BÉTONS AUTOPLAÇANTS

L'intérêt des BAP s'avère dans leur fluidité extrême qui facilite leur mise en œuvre. Nous
avons vu dans la section précédente quelques méthodes de caractérisation des BAP à l'état
frais qui prédisent le comportement des BAP à différentes phases de la mise en œuvre. Ces
essais, dont la plupart sont normalisés par l'AFNOR, se résument à des essais empiriques peu
coûteux et faciles à reproduire sur le chantier pour le contrôle de la qualité des BAP. La
rhéologie est une science qui traite de l'écoulement de la matière, dans cette partie du chapitre
on s'intéressera à la rhéologie des bétons en phase d'écoulement (état frais du matériau). La
rhéologie apporte des réponses supplémentaires, dans la mesure où on peut déterminer des
propriétés rhéologiques, notamment, le seuil de cisaillement appelé aussi seuil d'écoulement
ou contrainte seuil et la viscosité plastique.
6.1. Définition des propriétés rhéologiques
6.1.1. Contrainte de cisaillement
Couarraze et Grossiord (Couarraze, 83) définissent la contrainte de cisaillement (τ) comme
étant une contrainte tangentielle qui s’exerce à la surface d’une couche de matériaux en
écoulement lors d’un mouvement laminaire de cisaillement. En régime laminaire, en effet, un
mouvement relatif des couches les unes par rapport aux autres est engendré. Elle est exprimée
en pascals (Pa).

23
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

6.1.2. Vitesse de cisaillement

La vitesse de cisaillement, appelée aussi gradient de vitesse ( ), représente la dérivée par


rapport au temps de la déformation de cisaillement. Elle correspond à la vitesse de
déformation de deux couches successives d'un matériau qui a subi un cisaillement (Couarraze,
83). Elle est exprimée par l'inverse du temps (s-1).
6.1.3. Seuil de cisaillement

Le seuil de cisaillement (τ0) est défini comme étant la contrainte de cisaillement minimum à
atteindre pour que le fluide s’écoule. Pour des contraintes en-dessous de ce seuil, le matériau
se comporte comme un solide et ne présente pas de déformation permanente. Il est exprimé en
pascals (Pa). Plusieurs méthodes de mesure du seuil existent dans la littérature (Dzuy, 83 ;
Liddell, 96). Il existe deux types de seuil : le seuil statique et le seuil dynamique.
Le seuil de cisaillement statique (au repos) est le premier seuil à mesurer sur un échantillon
vierge de tout cisaillement ultérieur à l’exception du malaxage et des opérations de mise en
route de l’essai. Il correspond à la contrainte à appliquer pour obtenir le premier signe
d’écoulement. Le seuil statique est déterminé en imposant à la suspension une contrainte
croissante jusqu’à la valeur impliquant son écoulement.
Cependant, le seuil de cisaillement dynamique est obtenu théoriquement par une extrapolation
de la courbe d’écoulement à un gradient de vitesse nul.
L’état vierge de la structure d’une suspension, rend le seuil de cisaillement statique plus élevé
que le seuil dynamique. Certains auteurs (Dzuy, 85 ; Cyr, 99), ont montré que les deux seuils
peuvent présenter une certaine corrélation, malgré le fait qu’ils présentent des phénomènes
physiques différents.
6.1.4. Viscosité

La viscosité (μ), appelée aussi viscosité apparente (Tattersall, 83) est définie par le rapport
entre la contrainte de cisaillement et le gradient de vitesse de cisaillement. Elle est dépendante
du gradient à l'exception des substances Newtoniennes, dans ce cas elle est constante. La
viscosité apparente est égale, pour un point donné de la courbe d'écoulement (τ - ) à la pente
de la droite joignant l'origine au point représentatif considéré. Elle est exprimée en
pascal.seconde (Pa.s).
La viscosité plastique (μpla) est définie comme étant la pente de la courbe d'écoulement à
chaque point. Pour le modèle de Bingham (Bingham et Green, 19), la viscosité plastique (µ b)
est une constante, puisque la courbe d'écoulement est une droite. Cependant, pour le modèle
d'Herschel-Bulkley (Herschel et Bulkley, 26), la viscosité plastique est variable pour chaque
point, elle est la dérivée par rapport au gradient de vitesse de l'équation de la contrainte de
cisaillement, son expression est donnée par l'équation 1.6 :

(1.6)

k et n sont des constantes caractéristiques.

24
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

6.1.5. Concentration volumique en solides

En rhéologie on a recours à exprimer les concentrations en volume plutôt qu’en masse. La


concentration volumique en solides est définie par le rapport entre le volume du solide et le
volume total du matériau (volume solide Vs + volume liquide Ve) (équation 1.7) :

(1.7)

6.2. Types de comportements rhéologiques

La rhéologie est une science qui traite de l’écoulement en phase fluide et de ce fait, elle
permet de prédire le comportement d’un matériau considéré comme un milieu continu pour
lequel les équations de la mécanique des fluides sont applicables. Le principe de base est de
soumettre le matériau à un cisaillement et d’étudier les contraintes et les déformations subies
par ce dernier. En reliant ces paramètres, on arrive à définir des rhéogrammes souvent appelés
courbes d’écoulement qui sont fonction de la contrainte de cisaillement (τ) et de la vitesse de
cisaillement ( ).
On distingue deux types de courbes d’écoulement caractérisant les comportements
rhéologiques des fluides : comportement linéaire et comportement non linéaire. La figure 1.4
regroupe les différents types de comportement rhéologique.
6.2.1. Courbes de comportement linéaires

Les comportements d'écoulement linéaires regroupent les corps Newtoniens exclusivement


visqueux qui ne nécessitent pas d’atteindre une certaine valeur de contrainte de cisaillement
pour pouvoir s'écouler. Leur viscosité apparente est constante (Figure 1.4 – courbe 2a). On
trouve aussi les corps Binghamiens viscoplastiques qui nécessitent une contrainte minimale
appelée seuil de cisaillement (τ0) non nulle, au-delà de laquelle on observe un écoulement de
la matière. Leur viscosité apparente décroît lorsque la vitesse de cisaillement augmente
(Figure 1.4 – courbe 1a).
6.2.2. Courbes de comportement non linéaires

Les comportements d’écoulement non linéaire regroupent les corps complexes exclusivement
visqueux ou viscoplastique, mais ayant des modèles de comportement non linéaires avec et
sans seuil de cisaillement. On distingue deux types de comportement : le comportement
rhéofluidifiant qui correspond à la diminution de la viscosité au fur et à mesure que la vitesse
de cisaillement à laquelle est soumis un fluide augmente. Il apparaît pour un indice n < 1
(Figure 1.4 – courbes 1b et 4b). Le comportement rhéoépaississant correspond à
l’augmentation de la viscosité en fonction de l’augmentation de la vitesse de cisaillement. Il
apparaît pour un indice n > 1 (Figure 1.4 – courbes 2b et 3b). Ces comportements sont
souvent décrits par des modèles obéissant à des lois de puissance, la plus commune étant celle
d’Herschel-Bulkley (Cyr, 99).

25
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

a- Comportement rhéologique linéaire b- Comportement rhéologique non linéaire


Figure 1.4. Différents comportements rhéologiques (Cyr, 99)

Il existe dans la littérature (Ferraris, 99) toute une panoplie de modèles décrivant des
comportements qui obéissent à des lois de puissance, cependant, dans la pratique, les plus
répandus sont les modèles de Bingham et d’Herschel-Bulkley.
Afin de modéliser un comportement rhéologique d’un béton frais ordinaire ou à haute
performance, on a recours généralement au modèle de Bingham (Hu, 96 ; de Larrard, 00a et
Rilem, 01), ce modèle ne comprend que deux paramètres à ajuster (τ0 et μ) (NIST, 00, 01 et
Hu, 95). L’équation 1.8 décrit le modèle de Bingham.

(1.8)
Avec : τ : Contrainte de cisaillement (Pa),
τ0 : Seuil de cisaillement (Pa),
γ : Gradient de vitesse (s-1),
μ : Constante appelée, viscosité plastique de Bingham (Pa.s).
Cependant, certains auteurs (Ferraris, 98 et de Larrard et al., 98) affirment que les BAP
n’obéissent pas forcément aux modèles linéaires de Bingham, ceci est dû à l’extrapolation du
seuil d’écoulement qui peut être négatif. Ce qui est confirmé par d’autres auteurs (Ferraris, 98
; de Larrard, 98 ; Banfill, 03 ; Mouret, 03). Cyr (Cyr, 99) rapporte que les pâtes à base de
superplastifiant convergent vers un comportement non linéaire rhéoépaissisant selon le
modèle d’Herschel-Bulkley, décrit par l’équation 1.9 :

(1.9)
Avec : τ : Contrainte de cisaillement (Pa),
τ0 : Seuil de cisaillement (Pa),
γ : Gradient de vitesse (s-1),
k : Coefficient de viscosité,
n : Indice du modèle.

26
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

De Larrard et al. (de Larrard et al., 98), ont proposé un modèle de Bingham modifié, issu de
l’exploitation des mesures rhéologiques selon le modèle d’Herschel-Bulkley. D’après leurs
études, ils ont montré que les deux paramètres k et n du modèle d’Herschel-Bulkley étaient
liés et de ce fait, le modèle ne contenait que deux paramètres indépendants, facilitant ainsi son
utilisation. La valeur du seuil d’écoulement obtenue par le modèle d’Herschel-Bulkley est
conservée, cependant, la courbe d’écoulement est remplacée par une droite obtenue par une
régression linéaire. La viscosité plastique est fonction des deux paramètres k et n d’Herschel-
Bulkley, son expression est donnée par l’équation 1.10 :

(1.10)

Avec : μ : Viscosité plastique (Pa.s),


: Gradient de vitesse (s-1),
k : Coefficient de viscosité,
n : Indice du modèle.
La figure 1.5 représente les courbes d’écoulement des trois modèles présentés ci-dessus :

Figure 1.5. Différents modèles rhéologique (Wüstholz, 05)

6.3. Corrélation entre les essais empiriques et les mesures rhéologiques

Nous avons vu dans la section précédente que la caractérisation d’un BAP demande un certain
nombre d’essais afin de cerner toutes leurs différentes propriétés à l’état frais. Des essais qui
demandent pour certains, un temps d’attente contraignant comme celui de la stabilité au tamis
(plus de 15 minutes avant d’avoir un résultat) ; à ceci s’ajoute la nécessité de faire l’ensemble
de ces essais en simultané, ce qui se traduit par un volume plus important de béton afin de
couvrir la demande de tous les essais et un nombre plus importants d’opérateurs, sans oublier
les essais rhéologiques qui doivent être entamés en même temps que les essais d’ouvrabilité.
C’est dans cette optique que des travaux de recherches ont été réalisés, aboutissant à des
corrélations qui relient les différentes mesures rhéologiques et d’ouvrabilité et parfois même

27
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

des paramètres de rhéologie ou bien d’ouvrabilité entre eux. Ce genre de corrélation est
intéressant dans la mesure où on pourra réduire le nombre d’essais à réaliser, puisqu'on pourra
déduire un résultat qui a été corrélé au préalable avec un autre résultat.
EL Barrak (El Barrak, 05) rapporte que des études, menées au LMDC de Toulouse, ont
montré une absence ou une faiblesse de corrélation entre les différents essais d’ouvrabilité.
Or, d’après Mouret et al. (Mouret et al., 04), il semblerait y avoir une bonne corrélation entre
l’essai à l’entonnoir et celui de la boîte en L. Il serait plus intéressant de relier des grandeurs
rhéologiques à des propriétés d’ouvrabilité, dans la mesure où on ne dispose pas toujours de
rhéomètre pour la caractérisation rhéologique. Les corrélations obtenues pourraient alors
remplacer à titre indicatif des essais sur rhéomètre.
6.3.1. Corrélation entre viscosité et grandeurs d’ouvrabilité (T500 et Tvf)

Plusieurs auteurs s’accordent sur le fait que la viscosité (plastique ou apparente) est bien
corrélée au temps d’écoulement mesuré à l’entonnoir (Utsi et al., 03 ; Jin, 02) et aussi au T500
(Sedran, 99 ; Emborg, 99). La figure 1.6 présente deux corrélations, entre la viscosité mesurée
au viscosimètre BML et le temps d’écoulement à l’entonnoir (1.6-a) ainsi qu’au T500 (1.6-b).

a- Corrélation entre la viscosité et le temps b- Corrélation entre la viscosité et le temps


découlement au V-funnel (Utsi et al., 03 et Jin, 02) d’étalement T500 (Sedran, 99 et Emborg, 99)
Figure 1.6. Corrélations entre viscosité et temps d’écoulements

Sedran (Sedran, 99), propose une corrélation entre la viscosité plastique et une grandeur
d’ouvrabilité obtenue par l’essai au cône d’Abrams, elle est donnée par l’équation 1.11 :

(1.11)

Avec : µ : Viscosité plastique du matériau (Pa.s),


ρ : Masse volumique du béton (kg /m3),
Sf : Étalement en (mm),
T500 : Temps que met la galette à atteindre un diamètre de 500 mm (en seconde).

28
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

Esping (Esping, 07) a réalisé une compagne d’essais contenant 550 formulations de BAP, qui
s'est conclu par une corrélation entre la viscosité, le T500 et le seuil de cisaillement (équation
1.12). Cependant, le rhéomètre utilisé pour mesurer les grandeurs rhéologiques (μ et τ0) n’a
pas été précisé.

(1.12)

Avec : µ : Viscosité plastique du matériau en (Pa.s),


T500 : Temps que met la galette à atteindre un diamètre de 500 mm (en seconde),
τ0 : Seuil de cisaillement (Pa).
6.3.2. Corrélation entre seuil de cisaillement et étalement

Si la viscosité est bien corrélée à certaines grandeurs d’ouvrabilité, on ne peut pas en dire
autant du seuil de cisaillement et de l’étalement. En effet, les auteurs sont moins unanimes sur
une telle corrélation. En effet, Emborg et Utsi et al. (Emborg, 99 ; Utsi et al., 03) démontrent
une faible corrélation entre le seuil d'écoulement obtenu par une extrapolation du modèle de
Bingham et la mesure d’étalement. Tandis que Ferraris et de Larrard (Ferraris, 98), ont
effectué des essais sur BAP, ils rapportent qu’une bonne corrélation peut être obtenue entre le
seuil de cisaillement extrapolé par le modèle d'Herschel-Bulkley et l’étalement. La figure 1.7
présente les résultats des différents auteurs.

a- Résultats obtenus par Emborg (Emborg, 99) b- Résultats obtenus par Ferraris (Ferraris, 98)
Figure 1.7. Corrélation entre le seuil de cisaillement et l’étalement

Plusieurs études issues de la littérature mentionnent une éventuelle relation entre le seuil de
cisaillement des BAP et leurs étalements, mais elle reste contestable, compte tenu de la
variabilité des résultats obtenus. Contrairement au béton ordinaire vibré (BOV), la relation
entre le seuil d’écoulement et l’affaissement a bien été mise en évidence (Hu, 95 et Sedran,
99). Ceci est dû au seuil des BOV qui est nettement supérieur à celui des BAP et donc moins
proche de la précision des appareils de mesure. Le tableau 1.3 regroupe quelques corrélations
entre seuil et étalement des BAP.

29
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

Tableau 1.3. Corrélations seuil d’écoulement - étalement

Références Corrélations

Kurokawa (Kurokawa et al., 94)

Coussot (Coussot et al., 96)

Sedran (Sedran, 99)

Jin (Jin, 02)

Esping (Esping, 07)

Hadad (Hadad, 07)

Avec : Sf : Étalement,
Ρ : Densité du béton,
g : Accélération de la pesanteur,
τ0 : Seuil de cisaillement,
α, β et γ : Réels positifs.
Roussel et Coussot (Roussel, 06) affirment qu’il ne serait pas possible de relier le seuil de
cisaillement d’un BAP à son étalement, ceci est dû à l’épaisseur finale de la galette après arrêt
de l’écoulement qui est du même ordre de grandeur que le diamètre maximal du plus gros
granulat, rendant ainsi impossible toute corrélation analytique. Ils montrent, pour qu’un essai
d’étalement soit représentatif du comportement rhéologique d’un béton, qu’il faudrait que
l’échantillon soit représentatif du matériau. Ceci implique deux conditions, d’une part le
volume de l’échantillon doit être grand devant le volume élémentaire des plus grosses
particules et d’autre part, les dimensions caractéristiques de l’écoulement doivent être grandes
devant la taille des plus grosses particules composant le béton.
La première condition est remplie puisque le volume du cône d’Abrams est
approximativement de 6 litres, soit 5000 fois la taille des plus grosses particules. Cependant,
la deuxième condition n’est pas toujours facile à satisfaire dans l’essai d’étalement, elle
impose que l’épaisseur maximale soit au moins 5 fois supérieure au diamètre du plus gros
grain (Coussot, 99). Or, l’épaisseur maximale de la galette formée après arrêt de l’écoulement
est nettement inférieure à la limite fixée. Sans cette condition, une bonne corrélation ne serait
pas justifiée et c’est malheureusement le cas des BAP qui montre que l’essai d’étalement doit

30
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

être considéré avec précaution quand on cherche à relier l’étalement au seuil de cisaillement.
Un essai alternatif à celui de l’essai d’étalement et aboutissant à une meilleure corrélation est
proposée par Roussel (Roussel, 07), c’est l’essai à la boîte LCPC, il sera présenté plus en
détail dans le chapitre II (Cf. Chapitre II, §3.4.1.3).

7. EFFETS DES ADDITIONS MINÉRALES SUR LA RÉSISTANCE MÉCANIQUE


ET LA DURABILITÉ DES BAP

La pérennité d’un ouvrage en béton et sa durabilité dans le temps, dépend de plusieurs


paramètres liés d’une part à l'environnement (nature, concentration et renouvellement ou non
des éléments agressifs) et d'autre part au matériau lui-même (nature et dosage des
constituants, conditions de fabrication et de cure). Il est généralement admis qu’un béton
durable est un béton résistant aux agressions. La pénétration de gaz et des différents fluide
dans le béton s’effectue par l’intermédiaire du réseau poreux de la matrice cimentaire, qui
représente une barrière ouverte au milieu extérieur, permettant ainsi le passage des différents
agents agressifs. Les principaux processus qui gouvernent ces transferts sont l’absorptivité, la
perméation et la diffusivité.
 L’absorptivité est définie comme un transfert des liquides dans un matériau poreux
dû à des tensions de surface dans les capillaires.
 La perméation est définie comme étant le transfert de fluides sous l’effet d’un
gradient de pression, elle est généralement assimilée à deux principales grandeurs, la
perméabilité au gaz et la perméabilité à l’eau.
 La diffusion quant à elle est définie comme un transfert ionique sous l’effet d’un
gradient de concentration. La grandeur qui lui est associée est la diffusion des ions
chlorures.
 Dégradation spécifique : la carbonatation et la lixiviation sont des dégradations
accélérées qui traduisent des désordres causés dans le béton par la carbonatation
naturelle et la dégradation en eau pure.
On a vu précédemment, que les BAP se caractérisent par un volume de pâte élevé, ce dernier
est obtenu généralement par l’ajout d’une quantité importante d’additions minérales. Plusieurs
auteurs (Pandey, 00 ; Ramezanianpour, 95 et Hooton, 84) s’accordent sur le fait que les
additions minérales développent une microstructure différente de celle développée par un
ciment Portland ordinaire. Ceci dépend étroitement de la nature de l’addition (inerte ou
réactive) et de sa finesse, mais aussi du mode d’introduction de l’addition par substitution
et/ou ajout.
7.1. Résistance mécanique

Les différentes études de la littérature (Klug, 03 ; Assié, 04 et Domone, 07) qui concernent les
principaux travaux réalisés sur la résistance mécanique des BAP révèlent que pour un rapport
eau/liant similaire, les BAP développent une résistance mécanique en compression égale et
parfois même légèrement supérieure à celle des bétons ordinaires vibrés. La raison à cette
différence est liée à l’utilisation des additions minérale, la prise en compte ou non du concept

31
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

du liant équivalent ainsi qu’un dosage en superplastifiant plus élevé que les bétons vibrés
(Thomas, 99 et Shi et al., 02).
Plusieurs études (Gibbs, 99 et Assié, 04) comparent l'évolution de la résistance mécanique des
BAP contenant des fillers calcaires à celle des bétons vibrés. Ces auteurs observent une
accélération de la résistance au jeune âge et cela jusqu'à 28 jours. Ceci est expliqué par une
hydratation favorisée par une multiplication des sites de nucléation des fines du filler. Pour
Petersson (Petersson, 01), cette résistance augmente d'autant plus que la finesse du filler est
importante.
Bajad et al. (Bajad et al., 11) rapporte que l’incorporation de la poudre de verre en
remplacement du ciment provoque une augmentation de la résistance mécanique des bétons
proportionnellement aux taux de remplacement jusqu’à 20%. Au-delà de 20%, la résistance à
la compression diminuée. Les auteurs attribuent l’augmentation de la résistance à la réaction
pouzzolanique et au remplissage des vides par les nouveaux C-S-H qui ont donné lieu à une
microstructure du béton plus dense.
Les verres contiennent des quantités importantes d’alcalins pouvant entraîner des effets
préjudiciables sur le béton en relation avec les réactions alcali-silice ou alcali-granulat si le
verre est utilisé sous forme granulaire. Cependant, de nombreux auteurs (Shi et al., 05 et Chen
et al., 06) conviennent que le verre entraîne un comportement bénéfique associée à la réaction
pouzzolanique s’il est utilisé sous forme de poudre. Des études menées par (Shao et al., 00)
ainsi que par (Shi et al., 05), rapportent que la cinétique de la réaction du verre est plus rapide
que celle des cendres volantes qui ne réagissent qu’après une à plusieurs semaines, lorsque la
concentration des alcalins dans la solution interstitielle est devenue suffisante. En effet, le
verre apporte lui-même les alcalins nécessaires au déclenchement de la réaction.
Shi et al. (Shi et al., 09) ont étudié l’influence du remplacement du ciment Portland par de la
fumée de silice et du laitier granulé sur la résistance à la compression des bétons à hautes
performances. Les auteurs rapportent que la valeur critique au-delà de laquelle le
remplacement du ciment par les additions n’altère pas les résistances, est fortement
dépendante du rapport eau/liant (E/L). En effet, pour un rapport E/L de 0,25, la résistance à la
compression des bétons à base de fumée de silice augmente avec l'augmentation du taux de
remplacement jusqu'à 30%. Tandis que pour un rapport E/L de 0,30, les bétons à base de
laitier granulé ont un taux de remplacement optimal de 15%. Pour un même rapport E/L, les
auteurs trouvent que la résistance en compression des bétons à base de laitier est beaucoup
plus élevée que celle à base de fumée de silice. Ceci pourrait être attribué à la capacité
hydraulique latente du laitier.
7.2. Porosité

À l’échelle macroscopique, Baron et Ollivier (Baron, 92) définissent une structure poreuse
d’un matériau cimentaire comme un ensemble d’espaces vides plus au moins connectés,
répartis aléatoirement dans un milieu et limités par la présence d’une matrice solide.
Dans le béton, on distingue différents types de pores en fonction de leur rayon moyen qui
varie de l’angström jusqu’au millimètre (Balayssac, 92). Le Comité Euro-International du

32
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

Béton (C.E.B, 96) propose une classification des pores présents dans la matrice cimentaire du
béton :
Porosité relative aux hydrates, dont le rayon moyen est compris entre 20 et 30Å caractérisée
par les vides les plus petits (pores du gel ou micropores), est une caractéristique intrinsèque
des hydrates formés. Ces pores ne sont pas affecté par la variation du rapport E/C. Les pores
du gel de C-S-H se classe dans cette catégorie de pores. D’un point de vue de la durabilité,
cette porosité n’a qu’un rôle secondaire.
Porosité capillaires, dont le rayon moyen est compris entre 0,01 et 100µm correspondent aux
espaces vide de la matrice cimentaire non comblés par les hydrates et sont initialement
occupés par l’eau en formant un réseau continu. Ce sont ces pores qui ont une influence
prépondérante sur les mécanismes de transport de matière dans la matrice cimentaire du
béton. Avec l’avancement de l’hydratation du ciment, les espaces capillaires se remplit
progressivement, ce qui favorise la diminution de la porosité capillaire dont le rapport E/C est
fortement dominent.
Porosité dus à l’air occlus, dont le rayon moyen est compris entre 10µm et plus de 1mm
apparaissent lors du malaxage et se caractérisent généralement par une forme sphérique
(bulles d’air). Leurs dimensions et leur distribution dans matrice cimentaire est liées aux
conditions de mise en œuvre (malaxage et serrage), des propriétés rhéologiques du béton et de
l’introduction ou non d’adjuvant. Ces vides n’évoluent pas au cours de l’hydratation, leur
présence favorise la discontinuité des pores capillaire de la matrice cimentaire lors du transfert
d’un liquide ou d’un gaz.
En ce qui concerne les additions, le réseau poreux du béton dépond de la nature et de
l’intensité de leurs effets physico-chimique, microstructural et éventuellement chimique. En
effet, Buil et Ollivier (Buil, 92) rapportent que les distributions de taille de pores de ciment
CEM I et CEM II à base de filler calcaire, pour la même classe de résistance sont très
voisines. Les pâtes fabriquées avec ajout de laitier granulé ont une porosité plus importante,
aux jeunes âges, du fait de leur réaction hydraulique latente. Par contre sur le long terme,
l’effet chimique peut permettre une évolution notable de la porosité (à condition toutefois que
la réaction puisse se dérouler c’est-à-dire qu’une cure efficace soit mise en œuvre pour le
béton de peau) (de Larrard, 02). L’ajout de fumée de silice permet de réduire de manière
appréciable la porosité, si le rapport E/C est maintenu constant la dimension des plus gros
pores diminue. De plus, l’emploi conjoint de superplastifiants, diminue également le rapport
E/C, on obtient alors un produit de porosité réduite et aux qualités très améliorées (Baroghel-
Bouny, 98).
7.3. Absorption capillaire

L’absorptivité est influencée par le rapport eau/ciment (E/C), le taux de saturation des pores et
la composition du liant, notamment, la nature du ciment et des additions minérales (Bessa-
Badreddine, 04). Dans la suite de cette section, on s’intéressera à la contribution des additions
minérales dans la modification de la structure poreuse.
Les résultats obtenus par Assié (Assié, 04) sur l’absorption capillaire entre des bétons à base
de ciment Portland ordinaire et des BAP à base de filler calcaire à différentes classes de

33
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

résistance ne permettent pas de se prononcer sur la cinétique d’absorption entre les deux types
de bétons. Néanmoins, l’auteur admet qu’il y a une certaine ressemblance entre l’absorption
capillaire des BAP et celle des bétons ordinaires, ce qui a été confirmé par Böel et al. (Böel et
al., 02). Ils rapportent que l’influence du filler calcaire est bénéfique pour l’absorption.
D’autres résultats réalisés par Zhu et al. (Zhu et al., 01) démontrent que l’absorption capillaire
des BAP est inférieure à celle des bétons ordinaires et qu’elle est d’autant plus faible qu’ils
contiennent des fillers calcaires.
A l’échelle des mortiers (Bessa-Badreddine, 04) rapporte que, l’incorporation des additions
minérale en substitution du ciment à une teneur inférieure à 30% conserve la structure poreuse
de la matrice cimentaire et permet de maintenir sa complexité vis-à-vis de la tortuosité et de la
constrictivité indépendamment de la nature de l’addition. Cependant, pour des teneurs
d’addition en substitution supérieure à 30%, l’absorptivité des mortiers diffère en fonction de
la nature de l’addition. L’auteur montre que pour des mortiers à base de fumée de silice à
faible teneur, incorporée conjointement avec un ciment du type CEM I, l’absorptivité est
réduite d’environ 50%. Ceci est dû à la densification de la matrice cimentaire par les C-S-H
produits lors des réactions pouzzolaniques.
L’étude réalisée par Matos et Sousa-Coutinho (Matos, 12) révèle que les mortiers à base de
poudre de verre à 10 et 20% en substitution du ciment présentent une absorption capillaire et
une sorptivité similaires à celles du mortier témoin à base de ciment Portland ordinaire. Les
auteurs expliquent ce résultat par une finesse semblable entre le ciment et la poudre de verre.
Cependant, le mortier à base de 10% de fumée de silice développe de meilleures
performances s’expliquant par une finesse plus étendue des particules qui contribuent à
réduire les pores capillaires. D'autres auteurs, tels que Taha et Nounu (Taha, 08) ont
également montré des résultats similaires.
7.4. Perméabilité au gaz

Il est généralement connu que, d’un point de vue théorique, les additions minérales
augmentent la compacité de la matrice cimentaire, ce qui induit une augmentation de la
résistance mécanique et une diminution de la perméabilité. Cependant, il existe une certaine
divergence autour de cette hypothèse et les résultats trouvés dans la littérature s’avèrent être
contradictoires.
Dans la plupart des cas, les matériaux à base de ciment Portland ordinaire présentent une
perméabilité au gaz plus faible que celle des matériaux à base de ciment composés. D’après
plusieurs auteurs (Mehta, 86 et Day, 88), les pores de diamètre inférieur à 30nm ne
contribuent pas à la perméabilité au gaz. Ce type de transfert est principalement régi par les
plus gros pores. Perlot (Perlot, 05) rapporte que les additions minérales réduisent le diamètre
des pores et multiplient les petits pores, néanmoins, la porosité totale d’un matériau à base
d’addition reste élevée et masque l’effet de densification de la microstructure.
Shi et al. (Shi et al., 09) ont effectué des essais de perméabilité à l'azote sur des bétons à
hautes performances à base de laitier granulé et de fumée de silice avec plusieurs taux de
substitution. Les auteurs rapportent que l'influence de la fumée de silice sur la perméabilité au
gaz est affectée par le rapport E/L, alors que pour le laitier granulé, son influence sur la

34
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

perméabilité au gaz est indépendante du rapport E/L. Les auteurs de l’étude concluent que
pour de faibles rapports E/L, la substitution de 30% de fumée de silice conduit à une légère
amélioration de la perméabilité au gaz. Cependant, pour de forts rapports E/L, la substitution
de la fumée de silice détériore considérablement la perméabilité au gaz proportionnellement
au taux de substitution. La substitution de 30% du ciment Portland par du laitier granulé
réduit le coefficient de perméabilité des gaz, au-delà de ce taux, la perméabilité au gaz
augmente légèrement. Cette dernière diffère peu pour différents rapports E/L. D'autres
résultats de la littérature (McCarthy, 05) révèlent que l'incorporation de fumée de silice et du
laitier granulé peuvent avoir une réduction significative sur la perméabilité au gaz des bétons
ordinaires pour des rapports E/L constants.
Siad et al. (Siad et al., 11) ont réalisé une étude de perméabilité sur un béton vibré à base de
ciment Portland ordinaire et un BAP à base de filler calcaire incorporé par ajout, pour un
même rapport E/L et même classe de résistance des bétons. L’étude a montré que la
perméabilité des bétons ordinaires est de l’ordre de 2 à 3 fois plus importante que celle des
BAP. Bien que le filler calcaire ne développe aucune activité chimique, sa contribution à la
perméabilité est nettement meilleure que celle du béton vibré. Ce résultat a été confirmé par
d’autres auteurs (Zhu, 03 ; Assié et al., 07) qui rapportent, que les bétons à base de filler
calcaire présentent des perméabilités égales ou inférieures aux bétons sans filler. Néanmoins,
Tsivilis et al. (Tsivilis et al., 00 ; Tsivilis et al., 03) montrent que l’incorporation du filler
calcaire au sein d’un béton vibré n’influence pas sa perméabilité.
D’autres études (Zhu et al., 01 ; De Schutter et al., 03) révèlent que la perméabilité des BAP
est inférieure à celle des bétons ordinaires. Les comparaisons ont été réalisées à même
quantité de ciment et rapport eau/ciment (E/C). La diminution de la perméabilité des BAP est
attribuée à l’utilisation des additions minérales.
7.5. Diffusion des ions chlorure

La diffusion est le résultat d’un transfert de matière dans le béton par l’intermédiaire d’un
réseau poreux sous l’effet d’un gradient de concentration. Il existe dans la littérature plusieurs
données qui s’alignent sur le fait que la diffusivité d’un matériau cimentaire est réduite par
l’incorporation d’addition minérale. Cependant, ce postulat ne reçoit pas l’unanimité de tous
les auteurs.
En effet, (Tang et al., 99) ont réalisé une comparaison entre un BAP à base de filler calcaire
en substitution d’une partie du ciment et un béton ordinaire sans addition. Les deux bétons ont
subi un essai de diffusion des ions chlorure sous un champ électrique. Les résultats révèlent
que le coefficient de diffusion du BAP est de 2 à 3 fois supérieur à celui du béton ordinaire et
cela malgré un rapport eau/ciment (E/C) plus faible pour le BAP, qui est de 0,4 contre 0,5
pour le béton ordinaire. Ces coefficients s’expliquent par une mauvaise dispersion des
particules de l’addition. Assié (Assié, 04) rapporte que le coefficient de diffusion effectif des
BAP est semblable à celui des bétons vibrés et cela pour la même classe de résistance.
Plusieurs auteurs s'accordent sur le fait que la diffusivité est conditionnée par la
microstructure. En effet, (Béjaoui, 01) a étudié l'impact des additions minérales sur le
développement de la porosimètrie des pâtes. Pour cela, des pâtes ont été confectionnées à base

35
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

de ciment Portland ordinaire et de ciment composé avec ajout de laitier granulé à différents
rapports eau/ciment (E/C). L'auteur rapporte que la porosité totale développée par les pâtes
comportant des additions est plus importante que celle des pâtes sans additions, cependant, la
distribution des pores se décale vers les petites tailles, ce qui implique une diminution du
coefficient de diffusion. Selon les travaux de Béjaoui, on déduit que la diffusion n'est pas
reliée à la porosité totale mais à la répartition de la taille des pores.
Des travaux ont été réalisés par Niang et al. (Niang et al., 12), sur la diffusion des ions
chlorure des bétons à base de poudre de verre. Les résultats obtenus montrent que,
l’incorporation de la poudre de verre en substitution du ciment Portland diminue de manière
significative la diffusion des ions chlorures du béton. La poudre de verre confère au béton une
meilleure résistance à la pénétration des ions chlorures par rapport à un béton à base de
ciment Portland. Les diffusions sont d’autant plus faibles, que la maturation du béton est
avancée. L’auteur explique cette amélioration par une diminution des pores du béton due à la
réaction pouzzolanique de la silice contenue dans le verre. Les résultats trouvés, confirment
ceux obtenus par d’autres auteurs (Shayan, 06 ; Schwarz et al., 08b et Wang et al., 09).
D’après Nguyen (Nguyen, 06), la porosité se comble avec les nouveaux hydrates formés par
les réactions pouzzolaniques. Cette réaction prend toute son ampleur à long terme. Plusieurs
auteurs (Ampadu et al., 99 ; Audenaert et al., 03) montrent que les additions ne réduisent la
diffusivité d'un ordre de grandeur qu'au-delà de 91 jours, ce qui relie la diffusivité à la
diminution de la porosité due aux réactions pouzzolaniques.
D’autres études (Chalee et al., 09 ; Cheewaket et al., 10) montrent que la cinétique de
pénétration des ions chlorures dans les bétons à long terme est plus faible dans le cas des
bétons contenant des additions minérales par rapport à des bétons à base de ciment Portland
ordinaire. D'après un rapport Andra (Andra, 05), le laitier diminuerait plus la diffusion que la
cendre volante, mais cette hypothèse est liée au rapport eau/liant (E/L), aux conditions de cure
et au mode d'incorporation de l'addition (substitution ou addition). Une combinaison entre
plusieurs additions minérales, notamment, entre une addition inerte et une addition réactive
s’avère plus efficace afin de diminuer la diffusivité.
7.6. Carbonatation

La carbonatation est le résultat de la réaction du dioxyde de carbone (CO2) contenu dans l’air
ambiant et les hydrates du ciment, notamment la portlandite (Ca(OH)2). La carbonatation se
produit lorsque le CO2 diffuse à travers la peau du béton et en présence d’une certaine teneur
d’humidité, résulte alors le carbonate de calcium (CaCO3) selon la réaction 1.13 :
(1.13)

Ce dernier a pour effet bénéfique de réduire la porosité et d’augmenter la résistance à la


surface du béton. En effet, le carbonate de calcium (CaCO3) par son volume molaire supérieur
à celui de la portlandite, occupe un volume plus important, réduisant ainsi la porosité. De
plus, la réaction entre le CO2 et la portlandite Ca(OH)2 produit de l’eau (équation 1.13) qui
peut être réutilisée pour l’hydratation du ciment anhydre.

36
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

Par contre, l’effet néfaste de la carbonatation est la baisse du pH de la solution interstitielle


qui passe d’un pH de 12,5 – 13,5 dans la zone non carbonatée à une valeur inférieure à 9 dans
la zone carbonatée. Si le front de carbonatation atteint les armatures en acier et si l’oxygène et
l’humidité nécessaires sont fournis, la corrosion des barres d’acier peut être amorcée
entrainant une augmentation volumique des produits de corrosion de 2 à 6 fois le volume
initial. Cette détérioration se conclut par l’éclatement du béton autour des armatures corrodées
et à une accélération du phénomène en ambiance atmosphérique.
Plusieurs facteurs influencent le processus de carbonatation, dépendant des conditions
environnementales (teneur en CO2, taux de saturation des pores, l’hygrométrie de
l’environnement extérieur et la température), et aussi et/ou de la composition et des propriétés
des bétons (rapport eau/liant, porosité totale, quantité de portlandite). On s’intéressera dans la
suite de cette partie seulement à l’influence de la composition du liant et en particulier à
l’utilisation des additions minérales dans les bétons et leurs effets sur le développement de la
carbonatation. En effet, les essais pratiqués sont en mode accéléré car la carbonatation
naturelle est un processus différentiel très lent.
Assié (Assié, 04) a effectué une série d'essais sur des bétons à base de ciment Portland et des
BAP à base de filler calcaire et à différentes classes de résistance mécanique, (de 15 à 70
MPa). Il rapporte que les BAP se carbonatent légèrement plus vite que les bétons ordinaires et
ceci pour chaque classe de résistance. L'auteur explique la différence des comportements par
une porosité ouverte (accessible à l'eau) généralement plus élevée pour les BAP. Ces résultats
ont été confirmés par d'autres auteurs (Sakata, 98 ; Audenaert, 03). Audenaert et De Schutter
(Audenaert, 03) ont étudié l'influence du dosage en ciment et de l'ajout de filler calcaire sur la
carbonatation des BAP. Ils démontrent que l'augmentation de la quantité de ciment améliore
la résistance à la carbonatation et que l'addition de filler n'influence pas la profondeur de
carbonatation. Ce dernier point a été observé par Assié (Assié, 04).
Il est connu que l'utilisation d'un liant à base d'additions minérales en substitution du ciment
tels que, le laitier granulé, la fumée de silice ou bien la poudre de verre, diminue la résistance
du béton à la carbonatation par rapport à un béton à base de ciment Portland ordinaire. Une
étude récente a été menée par Matos et Sousa-Coutinho (Matos, 12) sur un mortier témoin à
base de ciment Portland ordinaire et des mortiers à base de fumée de silice à 10%, et de
poudre de verre à 10 et 20% en substitution du ciment. Tous les mélanges présentent une
profondeur de carbonatation plus importante que le mortier témoin. L’auteur constate que la
carbonatation augmente avec l'augmentation de la teneur en poudre de verre, probablement
liée à la réduction de la portlandite par effet pouzzolanique. Le mortier à 10% de poudre de
verre se carbonate presque deux fois moins que le mortier à 10% de fumée de silice. Cela peut
s'expliquer par l’importance de réactivité de la fumée de silice et donc une réduction
supplémentaire de la portlandite, comparativement à la poudre de verre. Un taux de
substitution de 20% de poudre de verre présente une profondeur de carbonatation similaire à
celle de la fumée de silice à 10%, ceci est dû aussi à un effet de diminution du ciment et donc
de portlandite.
Selon les travaux de Sisomphon et Franke (Sisomphon, 07), un béton à base d'un liant
contenant du laitier granulé, présente une carbonatation d'environ 65 % plus qu'un béton au

37
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

ciment Portland en conditions naturelles et accélérées. D'après les études de Bouikni et al.
(Bouikni et al., 09), une substitution de 65 % du ciment Portland par du laitier se carbonate 15
à 30% plus que des bétons à 50% de substitution et cela en conditions naturelles.
La majorité des études (Thomas, 92 ; Osborne, 99 et Shi et al., 09) réalisées sur la
carbonatation des bétons à base de ciment contenant des additions minérales vont dans le
même sens et concluent que la résistance à la carbonatation est d’autant plus faible que le taux
de substitution du ciment Portland par des additions est plus élevé. Cependant, l’utilisation
des additions entraine deux aspects : un aspect chimique qui conduit à des pâtes à faibles
teneurs en portlandite et par conséquent une petite quantité de CO2 arrive à consommer la
totalité de cette portlandite, réduisant ainsi le pH de la solution interstitielle (Neville, 00), et
un aspect physique, par le biais de la réaction pouzzolanique qui densifie la structure de la
pâte de ciment et améliore sa connectivité, ce qui ralentit la diffusion du CO2 (Bier, 86), mais
à condition de garantir une maturation suffisante permettant le déroulement des réactions
pouzzolaniques.
7.7. Lixiviation

Dans les cas extrêmes où les matériaux cimentaires sont exposés aux milieux agressifs, le
matériau est exposé à des substances chimiques véhiculées par l’eau. Il se produit alors un
transport de matière par diffusion, dû à un gradient de concentration entre la solution interne
et la solution agressive et une multitude de réactions chimiques de dissolution et de
précipitation entrainant un échange avec le milieu extérieur. Ces échanges provoquent le
lessivage du béton par la mise en solution de la portlandite (Ca(OH)2) suivi de la
décalcification progressive des C-S-H, de l’ettringite et du monosulfoaluminate conduisant à
des pertes de capacité portantes et ainsi à une réduction de la durée de vie des ouvrages.
Le procédé le plus couramment utilisé pour les essais de lixiviation et cité dans la
bibliographie correspond à une accélération de la diffusion des ions par une augmentation des
gradients de concentration. Le choix de la solution agressive qui a été adopté pour ce genre
d’accélération est une solution concentrée de nitrate d’ammonium (NH4NO3) (Le Bellégo, 01
; Heukamp, 2003 et Kamali et al., 08). C’est le protocole le plus utilisé pour une lixiviation
accélérée. D’après carde (Carde, 96), la cinétique de dégradation est multipliée par 100 par
rapport à une lixiviation simple. De plus, il a montré expérimentalement que la lixiviation au
nitrate d’ammonium est similaire à celle de l’eau dé-ionisée. Cependant, Torrenti et al.
(Torrenti et al., 99) rapportent que la quantité de calcium lixiviée avec le nitrate d’ammonium
est différente de celle obtenue à l’eau dé-ionisée à même profondeur dégradée.
L’avantage d’utiliser le nitrate d’ammonium s’avère dans sa grande solubilité dans l’eau qui
est de 1870g/l à 20°C (Ullmann’s, 85). De plus, l’ammoniaque (NH4OH) qui est la base
correspondante, est une base plus faible que la portlandite (Ca(OH)2) (Lea, 65). En outre, la
dissolution des sels de nitrate d’ammonium génère des ions nitrates ( ) qui se combinent
2+
avec les ions calcium (Ca ) issus de la dissolution de la portlandite (Ca(OH)2) pour former
des sels de calcium (Ca(NO3)2) caractérisés par une grande solubilité. Une fois ces sels de
calcium lixiviés, il ne se forme plus de nouveaux composés à leur place et la porosité ainsi
créées, reste vide. Les réactions qui viennent d’être décrites sont représentées par l’équation
1.14 :
38
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

(1.14)

La dégradation au nitrate d’ammonium commence par la dissolution de ce dernier en ions


et , lorsque ces ions pénètrent dans la solution interstitielle par diffusion, l’ion
réagit avec l’ion et l’ion réagit avec l’ion Ca2+, mais cette consommation amplifiée
du calcium (Ca2+) perturbe l’équilibre chimique local du calcium, provoquant ainsi une
demande permanente en Ca2+, entrainant la dissolution des hydrates de la pâte de ciment en
passant par la portlandite suivie après par les C-S-H, le maillon fort de la chaine d’une pâte
cimentaire. Carde (Carde, 96) a observé que des dégradations au nitrate d’ammonium
provoquent la formation d’une phase expansive conduisant à des tensions internes dans les
pores susceptibles à la fissuration du matériau. Ces expansions sont le résultat d’une
combinaison entre les nitrates présents en solution et le calcium et les aluminates en solution
pour former le nitro-aluminate de calcium (3CaO.Al2O3.Ca(NO3)2.10H2O).
La cinétique de dégradation par la lixiviation est fortement influencée par des paramètres qui
sont liés soit aux protocoles expérimentaux et à l’évolution de la chimie de dégradation, soit
aux paramètres intrinsèques des matériaux tels que la nature du ciment, des ajouts minéraux et
la présence des granulats dans le cas des bétons.
Un BAP à base de filler calcaire et un béton à base de ciment Portland ordinaire à différentes
classes de résistances (entre 15 et 70 MPa) ont été soumis à des tests de lixiviation au nitrate
d’ammonium à une concentration de 500 g/litres (Assié, 04). L’auteur montre qu’il n’existe
pas de différence significative en lixiviation entre les BAP et les bétons à base de ciment
Portland et cela quelles que soient leurs classes de résistance. Il semblerait que l’ajout de filler
calcaire n’influence pas la lixiviation. Cependant, l’incorporation des additions minérale telles
que le laitier granulé ou la fumée de silice dans les ciments modifie les caractéristiques
physico-chimiques de la pâte, du fait qu’il existe moins de portlandite que dans les pâtes à
base de ciment Portland ordinaire. Ceci est principalement dû aux réactions pouzzolaniques
qui consomment la portlandite et produisent des C-S-H (Rozière, 07).
Plusieurs auteurs (Duchesne, 99 ; Richardson, 99 ; Puertas et al., 00) s’accordent sur le fait,
que les additions minérales diminuent le pH de la solution interstitielle. (Harris et al., 02 et
Chen et al., 04) expliquent cette baisse du pH par une consommation de la portlandite et le
rapport (CaO/SiO2) des C-S-H formés. De plus, des études (Ramezanianpour, 95 et Delagrave
et al., 98) montrent que l’incorporation des additions minérales à caractère pouzzolanique ou
hydraulique ne contribue pas à la diminution de la porosité totale, mais augmente la tortuosité,
diminue la taille des pores et leur connectivité. Ce qui se traduit par une diminution du
coefficient de diffusion.

39
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

8. SYNTHÈSE DE L’ÉTAT DE L’ART

En 1988, lorsque le professeur Okamura et ses collaborateurs, ont mis au point le premier
concept d’un béton aux performances indépendantes de la nécessité d’utiliser la technique du
compactage, ils ne savaient pas qu’ils allaient révolutionner le monde de la construction et
celui du génie civil. Et pourtant, l’innovation des bétons autoplaçants (BAP) a fait le tour du
monde et leurs utilisations ne cessent de croître, permettant ainsi à cette nouvelle génération
de béton de remplacer les bétons traditionnels et leurs techniques de vibrations et cela sur une
échelle étendue de performances mécaniques.
Par béton autoplaçant, on désigne des bétons fluides, stables et homogènes, qui ne nécessitent
aucune vibration, leur mise en œuvre étant réalisée par le seul effet gravitaire. L’insertion des
BAP dans le domaine de la construction est rendue possible par les nombreux avantages que
présentent leurs utilisations dans le secteur technique et socio-économique. Les principales
propriétés sont particulièrement visibles à l’état frais et font toute la différence avec les
traditionnels bétons vibrés. Cependant, la particularité d’une composition d’un BAP pourrait
non seulement conférer au béton des propriétés rhéologiques intéressantes, mais aussi lui
procurer des performances mécaniques et une durabilité améliorée.
Un béton autoplaçant doit être assez fluide et avoir une vitesse d’écoulement suffisante pour
permettre un bon remplissage des coffrages. Cependant, être assez fluide n’est pas une
condition suffisante pour un BAP. En effet, pour pouvoir s’écouler dans un milieu confiné et à
travers un ferraillage de plus en plus dense imposé par les prouesses de la construction
moderne et les effets architectoniques, un BAP doit obligatoirement avoir une bonne
résistance à la ségrégation dynamique. Un BAP doit aussi avoir une bonne résistance à la
ségrégation statique, une fois mis en place dans le coffrage jusqu'à sa prise, afin de garder une
bonne homogénéité, garantes de ses propriétés mécaniques à l’état durci. L’autoplaçance peut
être contrôlée par différents essais empiriques, dont la plupart est déjà normalisée.
D’un point de vue rhéologique, les BAP sont généralement assimilés au modèle d’Herschel-
Bulkley, ce qui ne fait pas l’unanimité des auteurs. Ils se définissent par un seuil de
cisaillement (ou seuil d’écoulement) assez faible permettant une facilité de mise en œuvre
sans vibration et une viscosité suffisante pour maintenir un niveau de stabilité et
d’homogénéité correct. Ces propriétés rhéologiques peuvent être obtenues à l’aide de
rhéomètres. Les différentes études bibliographiques qui traitent de l’existence de relations
entre les approches empiriques et physiques révèlent une bonne corrélation entre viscosité et
temps d’écoulement. En revanche, l’existence d’une telle corrélation entre seuil d’écoulement
des BAP et leur étalement semble être difficilement quantifiable.
En phase durcie, les BAP présentent des performances égales ou supérieures à ceux des
bétons ordinaires vibrés. Plusieurs études révèlent que les BAP développent des résistances
mécaniques légèrement plus élevées par rapport aux bétons vibrés. Cependant, il serait
difficile de se prononcer sur les propriétés de durabilité de ces bétons vis-à-vis d'une
amélioration ou d'une diminution de telle ou telle caractéristique par rapport aux bétons
classiques. Et ceci en raison des diversités des protocoles expérimentaux et des différents

40
Chapitre I : État de l’art des bétons autoplaçants

paramètres de comparaison, notamment des propriétés physico-chimiques qui peuvent varier


pour une même nature des additions minérales.
Les propriétés autoplaçantes des BAP sont obtenues par l'emploi des superplastifiants et
l'utilisation d'un volume important de pâte. Par souci technique et économique, on a souvent
recours à des additions minérales, moins réactives que le clinker certes, mais à faible coût.
C'est dans cette optique que notre travail de recherche a été orienté. Cependant, la majorité
des études qui traitent de l’effet des additions minérales sur l’écoulement et la durabilité des
BAP se concentrent, soit à l’étude des fillers calcaires, soit à d’autres additions telles que les
cendres volantes ou les métakaolins, etc. Les études réalisées sur le laitier granulé et en
particulier sur la poudre de verre sont limitées et le peu d’études qui traitent de l’effet du verre
comme addition minérale est réservée à des applications sur des pâtes ou des mortiers, mais
encore moins à l’échelle du BAP.
Les actions à mener dans ce travail de thèse s’inscrivent dans l’approche performantielle de la
norme européenne NF EN 206-1 (NF EN 206-1, 12). La norme prescrit des paramètres
performantiels de formulation pour la durabilité en fonction de la classe d'exposition de
l'ouvrage et qui peuvent être traduits par certaines propriétés du béton durci : résistance à la
compression, à la traction, à la pénétration d'eau, à la carbonatation, etc. Dans l’approche
performantielle, il s’agit de comparer, au travers des propriétés mécaniques et de durabilité,
un béton de référence ne contenant pas les additions à tester avec des bétons qui les
incorporent. Les contributions du laitier granulé et de la poudre de verre seront ainsi mises en
évidence dans le contexte des BAP.
Avant de valider objectivement la performance, il est nécessaire d’obtenir l’autoplaçance avec
les additions testées. Une étude de l’écoulement à l’échelle des suspensions de pâte cimentaire
(chapitre III) permettra de valider les dosages visés des additions utilisées et l’autoplaçance à
l’échelle des bétons (chapitre IV). Enfin, dans le chapitre V, les performances des bétons en
présence des additions à tester seront appréciées.
Avant ces étapes, le deuxième chapitre est consacré à la caractérisation des matériaux d’étude
et à l’exposé des méthodes expérimentales que nous avons utilisées pour faire aboutir notre
travail.

41
CARACTÉRISATION DES
MATÉRIAUX ET PROCÉDURES
EXPÉRIMENTALES

Chapitre II
CHAPITRE II
CARACTÉRISATION DES MATÉRIAUX
ET PROCÉDURES EXPÉRIMENTALES

Le deuxième chapitre porte sur la caractérisation des


matériaux qui seront utilisés dans cette étude et en particulier
celles des additions minérales. On présente également les
différentes méthodes expérimentales sur lesquelles on s’appuiera
pour la caractérisation des effets des fines minérales sur le
comportement des BAP aux états frais et durci.

Sommaire
1. MATÉRIAUX UTILISÉS 45
1.1. Ciments ................................................................................................................... 45
1.2. Additions minérales ................................................................................................ 46
1.2.1. Filler calcaire (FC) ....................................................................................... 47
1.2.2. Laitier granulé de haut fourneau (LG) ......................................................... 47
1.2.3. Poudre de verre (PV).................................................................................... 48
1.2.4. Fumée de silice (FS) .................................................................................... 49
1.3. Granulats ................................................................................................................. 51
1.4. Plastifiant et superplastifiants ................................................................................. 52
1.5. Eau de gâchage ....................................................................................................... 53
2. CONFECTION ET CONSERVATION DES ÉPROUVETTES 53
2.1. Préparation de la pâte .............................................................................................. 53
2.2. Préparation du mortier et confection des éprouvettes ............................................. 54
2.3. Préparation du béton et confection des éprouvettes ................................................ 54
3. PROCÉDURES EXPÉRIMENTALES 55
3.1. Caractérisation microstructurale ............................................................................. 55
3.1.1. Arrêt de l’hydratation ................................................................................... 55

43
3.1.2. Conditionnement des échantillons ............................................................... 56
3.1.3. Analyse par Diffraction des Rayons X (DRX) ............................................ 56
3.1.4. Analyse Thermogravimétrique (ATG) ......................................................... 56
3.2. Caractérisation de la pâte ........................................................................................ 57
3.2.1. Essai d’écoulement au cône de Marsh ......................................................... 58
3.2.2. Essai d’étalement au mini-cône ................................................................... 58
3.2.3. Méthode de mesure de la demande en eau et de la compacité au mini cône 59
3.2.4. Essai rhéologique au RhéoCAD .................................................................. 61
3.2.4.1. Méthode d’essai au RhéoCAD ........................................................... 61
3.2.4.2. Procédure de mesures des propriétés rhéologiques ............................ 62
3.3. Caractérisation du mortier ...................................................................................... 64
3.4. Caractérisation des BAP à l’état frais ..................................................................... 64
3.4.1. Mobilité en milieu non confiné .................................................................... 65
3.4.1.1. Essai d’étalement au cône d’Abrams (Slump flow) ........................... 65
3.4.1.2. Le temps d'étalement (T500) ............................................................... 66
3.4.1.3. Essai à la boite LCPC (LCPC Box) ................................................... 66
3.4.2. Mobilité en milieu confiné ........................................................................... 67
3.4.2.1. L’essai à boîte en L (L-Box) .............................................................. 67
3.4.3. Stabilité ........................................................................................................ 68
3.4.3.1. Essai de stabilité au tamis................................................................... 68
3.4.3.2. Essais de l’indice de ségrégation statique .......................................... 68
3.4.4. Autres essais ................................................................................................ 69
3.4.4.1. Mesure de la teneur en air occlus ....................................................... 69
3.4.4.2. Mesure de la masse volumique sur béton frais .................................. 70
3.5. Caractérisation mécanique et propriétés de transfert des BAP ............................... 70
3.5.1. Essais mécaniques ........................................................................................ 71
3.5.1.1. Essais de traction par flexion et de compression sur mortier ............. 71
3.5.1.2. Essais de compressions sur BAP ........................................................ 71
3.5.2. Propriétés de transfert des BAP ................................................................... 71
3.5.2.1. Détermination de la porosité accessible à l’eau ................................. 71
3.5.2.2. Essai d’absorption d’eau par capillarité ............................................. 72
3.5.2.3. Essai de perméabilité à l’oxygène ...................................................... 74
3.5.2.4. Essai de migration des ions chlorure .................................................. 76
3.5.2.5. Essai de carbonatation accéléré .......................................................... 78
3.5.2.6. Essai de lixiviation au nitrate d’ammonium ....................................... 79
4. SYNTHÈSE 81

44
Chapitre II Caractérisation des matériaux et procédures
expérimentales

Dans ce deuxième chapitre, nous allons nous intéresser dans un premier temps à la
caractérisation des différents matériaux qui seront utilisées dans cette étude. Les différentes
propriétés physico-chimiques et minéralogiques seront présentées. Nous nous intéresserons en
particulier à celles des additions minérales afin de mieux appréhender les rôles apportés par
ces matériaux sur le comportement des bétons d'étude. On s'intéressera par la suite, aux
procédures de fabrication, aux séquences de malaxage, de mise en place et de la conservation
des différentes éprouvettes.
Pour finir, on présentera les différentes procédures expérimentales de caractérisation,
notamment, celles relatives à la microstructure, aux essais empiriques et rhéologiques menés
sur des pâtes adjuvantées et additionnées. Les méthodes de caractérisation des BAP à l'état
frais (propriétés d’ouvrabilité) et à l'état durci (résistance mécanique et propriétés de transfert)
seront exposées.

1. MATÉRIAUX UTILISÉS

1.1. Ciments

Trois types de ciment ont été utilisés au cours de cette étude, dont deux, élaborés à partir d’un
même clinker. Les compositions chimiques des ciments sont données dans le tableau 2.1. La
composition de Bogue (Baron, 97), est donnée dans le tableau 2.2.

Tableau 2.1. Compositions chimiques des ciments (% massique)


Oxydes CaO Al2O3 Fe2O3 SiO2 MgO K2O Na2O Cl- SO3 PAF
C1 60,41 5,19 2,94 21,91 1,60 - 0,16 0,02 2,19 3,83
C2 62,34 5,74 4,11 21,67 1,09 0,60 0,19 0,03 1,75 0,80
C3* 65,40 4,90 1,83 20,43 1,06 0,27 0,19 - 3,60 1,44
* CEM I produit par Lafarge (Le Havre – France)

Tableau 2.2. Compositions de Bogue des clinkers


Teneur calculée (% massique)
Minéraux Désignation
C1 / C2 C3
Silicate tricalcique C3 S 58,2 66,4
Silicate bicalcique C2 S 18,5 5,6
Aluminate tricalcique C3 A 9,3 11,4
Ferro-aluminate-tétra calcique C4AF 8,2 5,4

Le premier ciment C1 de type CEM II/A 42.5 avec ajout de laitier granulé de haut fourneau
de l’ordre de 20% en moyenne et 5% de gypse, conforme à la norme algérienne NA 442 (NA
442, 05), produit par la société des ciments de Hadjar Soud (SCHS) est utilisé pour la
confection des BAP. Le CEM II présente une résistance moyenne en compression à 28 jours

45
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

de 46 MPa, des masses volumiques apparente (ρapp) et absolue (ρabs) respectivement de 1020
kg/m3 et 3000 kg/m3, une surface spécifique Blaine de 3480 cm2/g et un d50 de 20,4µm.
Le deuxième ciment C2 de type CEM I 52.5 sans aucune addition, avec 5% de gypse,
conforme à la norme algérienne NA 442 (NA 442, 05), dont le clinker est produit par la
société des ciments de Hadjar Soud (SCHS) est broyé conjointement avec du gypse par nos
soins. Ce ciment est utilisé pour la formulation des BAPHP. Le CEM I est caractérisé par une
résistance moyenne en compression à 28 jours de 59 MPa, de masses volumiques apparente
(ρapp) et absolue (ρabs) respectivement de 1050 kg/m3 et de 3150 kg/m3, de surface spécifique
Blaine de 5949 cm2/g et un d50 de 13,2µm.
Le troisième ciment C3 est un CEM I 52,5 N sans aucune addition, avec 6% de gypse,
conforme à la norme NF EN 197-1 (NF EN 197-1, 12), produit par la société Lafarge à l’usine
du Havre (France). Il est utilisé pour la confection des pâtes caractérisées à l’état frais
(chapitre III). La masse volumique absolue de C3 est de 3110 kg/m3, sa surface spécifique
Blaine est égale à 3750 cm²/g.
La figure 2.1 présente les courbes granulométriques des ciments C1 et C2, obtenues par
granulométrie laser en dispersion par voie humide (éthanol).

CEM I 52.5 N CEM II/A 42.5


100

80
Valeurs cumulées (%)

60

40

20

0
0,01 0,1 1 10 100 1000

Diamètre des particules (µm)

Figure 2.1. Courbes granulométriques des ciments

1.2. Additions minérales

Dans l'optique d'étudier l'influence de l'incorporation des additions minérales sur les
comportements des BAP aux états frais et durci, plusieurs additions ont été employées au
cours de cette étude. Les additions ont été préparées au laboratoire de Matériaux
Géomatériaux et Environnement. Un broyeur à boulets d'une capacité de 10kg a servi au
broyage. La configuration des boulets ainsi que le temps du broyage ont été maintenus
constants tout au long de la procédure.

46
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

1.2.1. Filler calcaire (FC)

Ce sont des déchets de concassage des roches calcaires composées essentiellement de calcite
CaCO3 avec une teneur supérieure à 80%. Après récupération et broyage à une finesse
supérieure à celle du ciment, on obtient une poudre fine de couleur blanche (Figure 2.2 ci-
dessous). La composition chimique et les propriétés physiques du filler calcaire sont
présentées dans le tableau 2.3.

Tableau 2.3. Composition chimique et caractéristiques physiques du filler calcaire


Analyse chimique Analyse physique
Oxydes % Massique Désignation Unité Valeurs
CaO 55,91 Densité
g/cm3 2,45
Al2O3 0,11 absolue
Fe2O3 0,06 Densité
g/cm3 0,86
SiO2 0,40 apparente
MgO 0,18 S.S.B cm2/g 7581
Na2O 0,05 D10 µm 1,1
K2O 0 D50 µm 4,06
Cl- 0,009
D90 µm 28,67
SO3 0,04
P-A-F 42,68 I28 - 0,74
(1000°C) I90 - 0,76
I28 et I90 – Indices d’activité à 28 et 90 jours
L’analyse par diffraction des rayons X du filler calcaire est présentée sur la figure 2.3. Le
diffractogramme du filler montre qu’il est essentiellement composé de calcite (CaCO3).

6000
Calcite CaCO3
5000
Nombre de coup

4000

3000

2000

1000

0
0 10 20 30 40 50 60 70
2 θ (Kα, Co), °C

Figure 2.2. Filler calcaire Figure 2.3. Diffractogramme du filler calcaire

1.2.2. Laitier granulé de haut fourneau (LG)

Sous-produit de la fabrication de la fonte, le laitier granulé utilisé dans cette étude est produit
par le complexe sidérurgique d’El-Hadjar. De structure vitreuse avec un taux de vitrification
de 97% il présente un faible pouvoir hydraulique (Behim et al., 11). Son hydraulicité est le
résultat d’un traitement par trempe à l’eau. Il se présente sous forme de grains sphériques, de
couleur gris clair (Figure 2.4). Après séchage, le laitier granulé est broyé finement à une

47
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

finesse supérieure à celle du ciment. La composition chimique et les propriétés physiques du


laitier granulé sont présentées dans le tableau 2.4.

Tableau 2.4. Composition chimique et caractéristiques physiques du laitier granulé


Analyse chimique Analyse physique
Oxydes % Massique Désignation Unité Valeurs
CaO 40,69 Densité
g/cm3 2,91
Al2O3 8,17 absolue
Fe2O3 4,15 Densité
g/cm3 1,22
SiO2 34,41 apparente
2
MgO 4,56 S.S.B cm /g 5539
Na2O 0,10 D10 µm -
K2O 0,89 D50 µm -
Cl- 0,01 D90 µm -
SO3 0,36
I28 - 0,88
P-A-F n.d
(1000°C) I90 - 1,13
I28 et I90 – Indices d’activité à 28 et 90 jours
La figure 2.5 illustre le diffractogramme aux rayons X du laitier granulé. Typique d'un
matériau essentiellement vitreux, le laitier granulé présente de faibles quantités de phases
cristallisées sous forme de calcite et de fer métallique.

140

120
Calcite
Nombre de coup

100

80 Fer
métallique
60

40

20

0
0 10 20 30 40 50 60 70 80
2 θ (Kα Co) °C

Figure 2.4. Laitier granulé Figure 2.5. Diffractogramme du laitier granulé

1.2.3. Poudre de verre (PV)

Cette poudre est issue de la récupération des bouteilles en verre dans des décharges sauvages
et dispersées dans la nature (montagne, bord de mer etc.). La poudre de verre est obtenue en
sélectionnant uniquement les bouteilles de même couleur (verte). Celles-ci sont nettoyées afin
d'éliminer les étiquettes en papier et les traces de sucre qui peuvent provoquer un retard de
prise de la pâte, concassées et finement broyées (Figure 2.6). La valorisation du verre de
bouteilles dans les bétons autoplaçants pourrait constituer une alternative intéressante, sur le
plan environnemental, en évitant sa mise en décharge. Cependant, sur le plan technique les
verres de bouteilles contiennent des quantités importantes d’alcalins pouvant entraîner des
effets préjudiciables sur le béton en relation avec les réactions alcali-silice ou alcali-granulats.

48
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

De nombreux auteurs (Wentzell, 06 ; Schwarz, 08a et Idir, 09) conviennent que le verre
entraîne un comportement bénéfique associé à la réaction pouzzolanique s’il est utilisé sous
forme de poudre fine. La composition chimique et les propriétés physiques de la poudre de
verre sont présentées dans le tableau 2.5.

Tableau 2.5. Composition chimique et caractéristiques physiques de la poudre de verre


Analyse chimique Analyse physique
Oxydes % Massique Désignation Unité Valeurs
CaO 9,29 Densité
g/cm3 2,55
Al2O3 1,34 absolue
Fe2O3 1,15 Densité
g/cm3 0,80
SiO2 69,20 apparente
MgO 1,81 S.S.B cm2/g 5661
Na2O 15,60 D10 µm 1,48
K2O 0,26 D50 µm 7,69
-
Cl 0,016 D90 µm 31,75
SO3 0,01
I28 - 0,85
P-A-F 0,30
(1000°C) I90 - 1
I28 et I90 – Indices d’activité à 28 et 90 jours

L’analyse aux rayons X de la poudre de verre présentée sur la figure 2.7 révèle un matériau
essentiellement vitreux. Outre la fraction vitreuse, le verre présente de faibles quantités de fer.

250

200
Nombre de coup

Fer métallique
150
Bosse
100 Vitreuse

50

0
0 10 20 30 40 50 60 70
2 θ (Kα, Co), °C

Figure 2.6. Poudre de verre Figure 2.7. Diffractogramme du verre

1.2.4. Fumée de silice (FS)

Les fumées de silice sont formées de particules sphériques présentant une très forte teneur en
silice (SiO2) amorphe. Elles proviennent de la réduction de quartz de grande pureté par du
charbon dans des fours à arc électrique lors de la production de silicium et d’alliages de ferro-
silicium. Les fumées de silice ont des propriétés pouzzolaniques. La fumée de silice utilisée
dans cette étude est fournie par la société Sika El Djazair conforme à la norme NF EN 13263-
1 (NF EN 13263-1, 09), de dénomination commerciale SIKACRETE HD, sous forme de
poudre fine de couleur grise (Figure 2.8). La composition chimique et les propriétés physiques
de la fumée de silice sont présentées dans le tableau 2.6.

49
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

Tableau 2.6. Composition chimique et caractéristiques physiques de la fumée de silice


Analyse chimique Analyse physique
Oxydes % Massique Désignation Unité Valeurs
CaO 0,02 Densité
g/cm3 2,24
Al2O3 0,03 absolue
Fe2O3 0,05 Densité
g/cm3 0,5
SiO2 99.01 apparente
MgO 0,01 B.E.T m2/g 23
Na2O 0,04
K2O 0,15 I28 - 1,05
Cl- 0,009
I90 - 1,14
SO3 0,001
I28 et I90 – Indices d’activité à 28 et 90 jours
L’analyse aux rayons X par diffraction de la fumée de silice présentée par la figure 2.9 montre
un matériau essentiellement vitreux, contenant de faibles quantités de minéraux cristallisés
sous forme de tridymite et de cristobalite.

500
Tridymite

400
Nombre de coup

300

200
Cristobalite

100

0
0 10 20 30 40 50 60 70
2 θ (Kα, Co) °C

Figure 2.8. Fumée de silice Figure 2.9. Diffractogramme de la fumée de silice

La figure 2.10 présente les courbes granulométriques du filler calcaire et de la poudre de


verre, obtenues par granulométrie laser, en dispersion par voie humide (eau + ultrason).
Cependant, la granulométrie du laitier granulé et de la fumée de silice n’en pas put être
réalisées faute d’une mauvaise dispersion entrainant une agglomération des grains en amas.
De plus, les résultats obtenus ont montré une mauvaise répétabilité.

50
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

FC PV

100

80
Valeurs cumulées (%)

60

40

20

0
0,01 0,1 1 10 100 1000
Diamètre des particules (µm)

Figure 2.10. Courbes granulométriques des additions

1.3. Granulats

Au cours de cette étude, nous avons utilisé quatre fractions granulaires, de même nature à
l'exception du sable de dune. Ces fractions ont servi à la fabrication des différents mélanges
de béton. De plus, un sable normal a été utilisé pour la confection du mortier.
Des deux sables de nature minéralogique différente, le premier est un sable roulé qui provient
des dunes de la localité d'Oum Ali, située au Sud Est de la wilaya de Tébessa. Il s'agit d'un
sable siliceux caractérisé par un module de finesse de 2,03 et de dimensions (0/2) mm. Le
deuxième sable est un sable concassé, de roche calcaire qui provient de la localité d'Aïn Abid,
située à 40 km de Constantine. De granulométrie grossière, caractérisé par un module de
finesse de 3,02 et de dimensions (0/4) mm.
Pour la confection des mortiers, un sable normal conforme à la norme NF EN 196-1 (NF EN
196-1, 06) a été utilisé. Le sable normal est siliceux de forme roulé, de dimensions (0/2) mm
et caractérisé par une absorption d’eau inférieure à 0,2% et une masse volumique réelle égale
à 2680 kg/m3.
Un gravillon et un gravier ont été utilisés, issues de la même roche calcaire et de la même
région que le sable concassé, de granulométrie respectivement 3/8mm et 6,3/16mm.
La figure 2.11 regroupe les différentes courbes granulométriques des granulats.

51
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

100

90

80

70
Tamisâts (%)

60

50

40 Sable 0/2
Sable 0/4
30
Sable normal
20
Gravillon 3/8
10
Gravier 6.3/16
0
0,08 0,8 8 80

Diamètre des tamis (mm)

Figure 2.11. Courbes granulométriques des granulats

Le tableau 2.7 regroupe les principales caractéristiques des quatre fractions granulaires :

Tableau 2.7. Caractéristiques des granulats


Sable Concassé
Caractéristiques Unité
roulé Sable Gravillon Gravier
Masse volumique apparente kg /m3 1440 1375 1450 1500
Masse volumique absolue kg /m3 2500 2500 2590 2590
d/D mm/mm 0/2 0/4 3/8 6,3/16
Module de finesse - 2,03 3,02 - -
Equivalent de sable % 86 89 - -
Coefficient d’absorption % 1,5 2,7 1,4 1,4
Los Angeles % - - - 28
Coefficient d’aplatissement % - - - 14,6
Micro Deval % - - - 12

1.4. Plastifiant et superplastifiant

Dans le cadre de notre étude, trois types de fluidifiant ont été utilisés et qui sont conformes à
la norme NF EN 934-2 (NF EN 934-2, 12). Le premier est un plastifiant réducteur d’eau à
base de polycarboxylate modifié, de dénomination commerciale Sika VISCOCRETE 3045.
Le deuxième est un superplastifiant haut réducteur d’eau polyvalent de nouvelle génération à
base de copolymère acrylique et de dénomination commerciale Sika VISCOCRETE TEMPO
12. Le troisième est un plastifiant réducteur d’eau à base de polycarboxylate modifié et de
dénomination commerciale CHRYSO Fluid Optima 220. Ce dernier a servi à l’étude de la
rhéologie des pâtes (Chapitre III) au sein du Laboratoire de Matériaux et de Durabilité des
Constructions à Toulouse. Le tableau 2.8 résume les données techniques des deux adjuvants.

52
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

Tableau 2.8. Caractéristiques techniques des adjuvants (données fournisseur)


Extrait Teneur en Teneur en Plage
Densité pH
sec ion Cl- Na2O eq d’utilisation*
3045 1,11±0,02 5±1 36,4±1,8% ≤ 0,1 % ≤ 2,5 % 0,25 à 2,5%
TEMPO 12 1,06±0,01 6±1 30,2±1,3% ≤ 0,1 % ≤ 1,0 % 0,2 à 3 %
Optima 220 1,05±0,02 5±1 21,8±1,0% ≤ 0,1 % ≤ 1,0 % 0,3 à 2 %
*se rapporter aux fiches techniques de chaque produit (Annexe A).
1.5. Eau de gâchage

L’eau de gâchage utilisée pour la confection des différents mélanges (pâtes, bétons) provient
du réseau public de distribution d’eau potable.

2. CONFECTION ET CONSERVATION DES ÉPROUVETTES

2.1. Préparation de la pâte

Les pâtes ont été préparées dans un malaxeur dont la capacité de malaxage permet une bonne
homogénéisation pour un volume minimum de 1 litre. L’ensemble des essais a été réalisé à
partir d’une seule gâchée d’un volume de deux litres et demi (2,5 litres).
La séquence de malaxage utilisée est celle décrite dans les travaux de Diederich (Diederich,
10). Le tableau 2.9 résume les différentes étapes du malaxage. La durée totale de préparation
est de 5 minutes pour chaque mélange.

Tableau 2.9. Séquence et durée de malaxage des pâtes (Diederich, 10)


Durée Etape
Introduction de la totalité de l’eau de gâchage dans le bol du malaxeur avec
t0 un tiers (1/3) de la masse du superplastifiant, suivi d’une homogénéisation
rapide de l’ensemble.
Introduction du solide (ciment et addition) progressivement tout en gardant le
t 1min malaxeur en mode marche à une petite vitesse. Cet ordre d’introduction
permet un mouillage progressif des particules fines.
Malaxage à grande vitesse pendant 30s, suivi d’une période de repos de 30s
t 1min
durant laquelle les bords du bol et le fond seront raclés minutieusement.
t 1min Reprise du malaxage à grande vitesse.
Introduction des deux tiers (2/3) restants du superplastifiant en 15s, suivi
t 2min
d’un malaxage à grande vitesse.

L’introduction du superplastifiant en deux temps est réalisée dans le but d’optimiser son rôle
dans le mélange. En effet, Ramachandran (Ramachandran, 95) affirme que l'effet du
superplastifiant ne sera pas optimal si on introduit la totalité de la quantité lors de la première
séquence en même temps que la quantité d’eau, car une grande partie de ce dernier sera
adsorbée par les premiers nuclei formés par le contact de l'eau avec le ciment.

53
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

La consistance de la pâte est jugée acceptable lorsque le mélange présente les caractéristiques
d'un corps fluide, homogène et que la galette formée par son écoulement se fait de manière
continue et non d'un seul bloc et présente une forme circulaire sans signe de sédimentation
visible (Figure 2.12).

a- Ecoulement en un seul bloc b- Absence d’étalement c- Etalement


Figure 2.12. Appréciation visuelle de la consistance d’une pâte

2.2. Préparation du mortier et confection des éprouvettes

Le mortier normal dont la composition est définie par la norme EN 196-1 (EN 196-1, 06) a
été confectionné dans un malaxeur normalisé d'une capacité de cinq litres. La séquence de
malaxage utilisée est celle prescrite par la norme (EN 196-1, 06). Les opérations de mise en
place des éprouvettes ont été réalisées conformément au mode opératoire décrit par la norme.
Le tableau 2.10 présente la séquence de malaxage du mortier normal.

Tableau 2.10. Séquence et durée de malaxage du mortier normalisé (EN 196-1, 06)
Durée Etape
Introduction de l’eau de gâchage dans le bol du malaxeur suivi de la totalité
t0
du ciment.
Malaxage à vitesse lente pendant une période de 30s et introduction
t 1min
progressive du sable pendant les 30s qui suivent, en gardant la même vitesse.
t 30sec Malaxage à une vitesse rapide pendant 30s.
Arrêt du malaxage pendant une durée de 1 min 30s, durant laquelle les bords
t 1min 30
du bol et le fond seront raclés minutieusement pendant 15s.
t 1min Reprise du malaxage à grande vitesse.

2.3. Préparation du béton et confection des éprouvettes

Le malaxage des bétons a été effectué à l’aide d’une bétonnière à axe incliné et à cuve
basculante d’une capacité de 120 litres. L’ensemble des essais a été réalisé à partir d’une seule
gâchée d’un volume de quarante litres (40 litres). La méthode utilisée pour la formulation des
bétons est décrite au chapitre IV (Cf. Chapitre IV, §1). La séquence de malaxage du béton est
décrite dans le tableau 2.11.

54
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

Figure 2.11. Séquence et durée de malaxage des bétons


Durée Etape
Introduction des différentes fractions du squelette granulaire dans la
t 1min 30 bétonnière et malaxage à sec pendant 60s, suivi de l’ajout des fines (ciment et
addition) et un malaxage de 30s
t 2min Introduction de 75% d’eau.
Arrêt du malaxage et raclage de la cuve et des palettes afin de ramener le
t 30sec
mortier collé, dans la masse du béton.
Introduction de 25% d’eau restante dans laquelle la totalité du
t 2min
superplastifiant est diluée.

Le coulage des éprouvettes dans les différents moules destinés aux essais à l’état durci est
réalisé sans vibration ni compactage. Les moules ont été conservés 24 heures à une
température ambiante après leur coulage. Une fois le démoulage effectué, les éprouvettes sont
conservées dans l’eau à une température de 20°C ± 2°C jusqu’aux échéances des différents
essais.
Les différentes formes d’échantillons moulées pour les essais programmés sont les suivantes,
données pour une seule formulation :
 Cubiques 10x10x10 cm : trois éprouvettes pour la résistance mécanique en
compression.
 Cylindriques 11x5 cm :
- Trois éprouvettes pour l’absorption d’eau,
- Trois éprouvettes pour la perméabilité à l’oxygène,
- Trois éprouvettes pour la diffusion des ions chlorures.
 Cylindres 15x5 cm : Trois éprouvettes pour l’absorption capillaire.
 Cylindres 11x22 cm : Deux éprouvettes pour la lixiviation au nitrate d’ammonium.
 Prismatiques 7x7x28 cm : Deux éprouvettes pour la carbonatation accélérée.

3. PROCÉDURES EXPÉRIMENTALES

3.1. Caractérisation microstructurale

L’analyse microstructurale a été réalisée sur des pâtes pures composées de ciment et
d’addition, afin d’éviter les perturbations que pourraient générer les granulats.
3.1.1. Arrêt de l’hydratation

Afin de permettre l’investigation des différentes pâtes et tout en respectant les échéances
données, l’arrêt du processus d’hydratation du ciment s’avère nécessaire. Cependant, la
littérature révèle plusieurs méthodes plus ou moins efficaces, citons à titre d’exemple le
séchage par micro-onde (Cabrera, 00), ou bien au four traditionnel à 105°C pendant 24 heures

55
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

(Ramezanianpour, 88) ou encore le remplacement de l’eau par un liquide organique comme


l’alcool ou l’acétone (Taylor, 87).
Néanmoins, l'efficacité de ces méthodes reste contestable dans la mesure où elles peuvent
provoquer des endommagements des hydrates et/ou un arrêt incomplet ou trop lent de
l'hydratation. Une méthode alternative rapportée par Cassagnabère (Cassagnabère, 07) a été
retenue, c'est la lyophilisation. Cette méthode se résume en trois phases : la congélation, la
sublimation et la dessiccation secondaire. Elle s'appuie sur le fait que lorsqu'on réchauffe de
l'eau à l'état solide à très basse pression, l'eau passe directement de l'état solide à l'état gazeux,
c'est la sublimation. La vapeur d'eau diffusée par le matériau est capturée par congélation à
l'aide d'un condensateur. Cette méthode s'avère intéressante car elle permet de conserver à la
fois le volume et l'aspect du matériau traité.
La réalisation de la lyophilisation commence par la congélation de l'échantillon en le trempant
dans un bain d'azote liquide à -196°C durant 5 min. Les échantillons ainsi congelés, sont
ensuite placés dans un lyophilisateur (Freezone 4-5 Labconco Roucaire) pour une durée de 24
heures à une température de -40°C et un vide de 13,3 Pa. L'eau contenue dans les pores qui
présentent un état solide est sublimée puis capturée, rendant ainsi l'échantillon exempt de
toute eau. Afin d'éviter la réhydratation et la carbonatation due au contact de l'atmosphère
(humidité et CO2 atmosphérique), les échantillons sortis du lyophilisateur sont placés au sein
d'un dessiccateur en présence de silica-gel et de soude.
3.1.2. Conditionnement des échantillons

Après la réalisation de la lyophilisation, les échantillons sont réduits en poudre pour les
besoins de l’analyse thermogravimétrique. Le processus de broyage est réalisé manuellement
au mortier d'Agate (taille des grains inférieure à 63 μm). Ce procédé de broyage,
contrairement à un broyage mécanique classique pouvant détériorer certains hydrates
(l'ettringite) par échauffement, ne génère pas de chaleur importante comme celle générée par
l'échauffement mécanique du broyeur.
3.1.3. Analyse par Diffraction des Rayons X (DRX)

La diffraction des rayons X est une méthode qui permet l’identification des phases cristallines
d'un matériau. Elle permet aussi de réaliser des analyses quantitatives ou semi-quantitatives,
en comparaison avec un échantillon étalon. L'analyse par diffraction des différents
échantillons a été effectuée à l’aide d’un diffractomètre de type siemens D5000 équipé d'un
monochromateur arrière SOLLER et d'une anticathode au cobalt Co.Kα (λ = 1,789 Å). Toutes
les analyses ont été réalisées sur une plage de 10 à 70° (2θ Co. Kα), avec un pas d'avancement
de 0,02° et un temps de comptage de 12 secondes, sur des échantillons préalablement broyés
comme indiqué dans le paragraphe précédent.
3.1.4. Analyse Thermogravimétrique (ATG)

Le principe de base de l'analyse thermogravimétrique consiste à mesurer la perte de masse


générée par la décomposition des hydrates lors d'une élévation de température. À cet effet, un
échantillon de poudre égal à environ 200mg, dont le broyage a été réalisé suivant le mode de
conditionnement présenté dans le paragraphe précédent, est placé dans un creuset cylindrique

56
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

en quartz où il subit une montée en température d'une valeur ambiante jusqu'à 1000°C, avec
un pas de 10°C/min. L'appareil utilisé est un dispositif Netzsch STA 499 F3 couplé au logiciel
Netzsch Proteus Software pour le dépouillement et l'analyse de la courbe dérivée.
L’exploitation de cette analyse est effectuée à l’aide d’intervalles de températures de
décomposition connues présentées dans le tableau 2.12 (Cassagnabère, 07).

Figure 2.12. Intervalles de températures associés à la décomposition de phases (Cassagnabère, 07)

Intervalle des
Décomposition de phases
températures
L’eau évaporable est éliminée. Dans cette étude, on s’affranchit de
30 à 105°C
l’eau évaporable grâce au procédé de lyophilisation.
A partir de 80°C L’ettringite commence à se deshydroxyler.
Les décompositions du gypse, avec une double réaction endothermique
110 à 170°C de l’ettringite, de certains aluminates de calcium hydratés et des
silicates de calcium hydratés (C-S-H pour 100-150°C) interviennent.
La perte d’eau est due à la décomposition d’autre C-S-H et des silico-
180 à 350°C
aluminates de calcium hydratés.
450 à 570°C La déshydroxylation de la portlandite apparaît.
650 à 750°C La décarbonatation de la calcite de carbonatation.
La décarbonatation de la calcite présente dans le ciment ou les
850 à 920°C
granulats.

3.2. Caractérisation de la pâte

Afin de réaliser une première approche de l’effet rhéologique des additions minérales dans les
matériaux cimentaires, trois dosages d’additions de 30, 45 et 60% en masse de ciment ont été
choisies. La formulation des différentes pâtes est décrite au chapitre III (Cf. Chapitre III,
§3.1.2). Nous avons réalisé différents essais préliminaires à partir d'essais empiriques reliant
la consistance à un diamètre d'étalement ou un temps d’écoulement. Les essais empiriques tels
que l'essai d'étalement au mini-cône et l'essai d'écoulement au cône de Marsh ainsi que les
essais rhéologiques au rhéomètre ont été réalisés sur des pâtes adjuvantées et additionnées. La
justification d'une telle approche s'appuie sur le fait que le béton est un matériau poly-
phasique. Ces phases confèrent au matériau une hétérogénéité importante, conduisant à
l'apparition de plusieurs interactions rendant ainsi les mesures rhéologiques délicates à
réaliser et difficilement comparables. De plus, l'écoulement d'un béton autrement dit sa
rhéologie, est régie essentiellement par sa pâte (Legrand, 71 ; Helmuth, 80 ; Tattersall, 83 et
Cyr, 99), notamment dans le cas du BAP qui contient un volume de pâte plus important que
les bétons vibrés. Il est donc important d’apprécier dans une première étape les effets des
dosages visés des additions minérales sur l’écoulement des mélanges cimentaires à l’échelle
des pâtes. Cette étape doit nous permettre de valider ou non ces dosages en vue de la
confection des BAP.

57
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

3.2.1. Essai d’écoulement au cône de Marsh

Le principe de l'essai du cône de Marsh est de mesurer le temps d'écoulement d'un volume
donné d'une suspension à travers un orifice ajustable d’un diamètre qui varie de 5mm à
12,5mm (dans notre cas, on a choisi un orifice d'un diamètre de 8mm) (Figure 2.13-a).
L'écoulement de la matière se fait sous l'effet gravitaire et présente une forme linéaire
d’évolution du temps d’écoulement en fonction du volume rempli sur les 2/3 de l'essai ; au-
delà, la courbe perd de sa linéarité (Figure 2.13-b). Ceci est dû à une diminution du poids de
l'échantillon dans le cône qui entraine la diminution de la force gravitaire.

b- Variation du temps d’écoulement en fonction du


volume rempli. Mise en évidence de la perte de
linéarité (Cyr, 99)

a- Cône de Marsh en phase d’écoulement


Figure 2.13. Essai d’écoulement au cône de Marsh

C'est un essai facile à réaliser et qui ne demande pas un volume de pâte important
(généralement 1 litre). Aussi, il permet une bonne corrélation entre la viscosité apparente et le
temps d'écoulement (Khayat, 98 ; Cyr, 99 et Diederich, 10). Pour cela, il est recommandé
d'utiliser une valeur d'écoulement prélevée dans la partie linéaire de la courbe.

3.2.2. Essai d’étalement au mini-cône

Le principe de l’essai au mini-cône est similaire à celui utilisé pour l’étalement d’un BAP.
L'essai consiste à remplir un mini-cône (Figure 2.14-a) dont les dimensions sont
proportionnelles à celles du cône d'Abrams (Kantro, 80) et de mesurer l'étalement d'une pâte
sur une plaque horizontale après soulèvement du cône. L'étalement correspond à la moyenne
de deux mesures perpendiculaires (Figure 2.14-b).

58
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

D1
D2

a- Dimensions du mini-cône b- Mesure de l’étalement lors d’un essai au cône


Figure 2.14. Essai d’étalement au mini-cône

C'est un essai facile à mettre en place, qui donne des résultats rapides et reproductibles, et qui
demande de faibles quantités de matériaux (volume du cône inférieur à 40ml). De plus, on
trouve généralement une certaine corrélation de l'essai avec le seuil de cisaillement (Cyr 99 ;
Jin, 02 et Schwartzentruber et al., 06).
3.2.3. Méthode de mesure de la demande en eau et de la compacité au mini-
cône

La demande en eau des différents mélanges de pâtes à base d’addition minérale seule et en
mélange avec le ciment et sans superplastifiant a été réalisée à partir d’une combinaison de
mesures d’étalement à des teneurs en eau variables (Domone, 97 et Brouwers, 05). Les essais
d’étalement ont été réalisés à l’aide d’un mini-cône, dont les dimensions sont présentées sur la
figure 2.15-a. Le cône est placé au centre d’une plaque horizontale légèrement humidifiée ;
une fois rempli, le cône est soulevé verticalement laissant ainsi la pâte s’étaler sous l’effet de
son propre poids afin de former une galette plus ou moins, circulaire. L'étalement moyen
(Dmoy) correspond à la moyenne de deux mesures perpendiculaires (D1 et D2) (Figure 2.15-b).

D1
D2

a- Dimensions du mini-cône b- Mesure d’étalement d’une suspension de


filler calcaire lors d’un essai au mini-cône
Figure 2.15. Mini-cône utilisé pour la détermination de la demande eu eau et la compacité

59
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

En fonction des diamètres moyens, on peut déduire l’étalement relatif (Γp) à partir de
l’équation 2.1 tirée des travaux de (Domone, 97 ; Brouwers, 05).

(2.1)

Avec : Γp : étalement relatif (mm),


Dmoy : étalement moyen (mm),
D0 : diamètre de la base inférieure du mini-cône (mm),
D1 et D2 : deux diamètres perpendiculaires de la galette (mm).
Plusieurs mélanges ont été testés en faisant varier la quantité d’eau, autrement dit le volume
d’eau (Ve) exprimé par rapport au volume des poudres (Vp). Okamura et al. (Okamura et al.,
93) démontrent que lorsqu’on varie le volume d’eau d’une pâte à base de poudre seule ou
combinée (ciment + additions minérales), on obtient une relation linéaire entre l’étalement
relatif de la pâte et le rapport entre le volume d’eau et le volume de poudre (Ve/Vp). La
relation linéaire présentée sur la figure 2.16, obtenue par Okamura et al. (Okamura et al., 93)
est décrite par l’équation 2.2.

(2.2)

Avec : βp, le point d'intersection avec l’axe Ve/Vp, Figure 2.16. Ce paramètre correspond au
rapport entre le volume d'eau et celui de la poudre. Il peut être considéré comme
comprenant l'eau adsorbée sur la surface de la poudre en même temps que celle
nécessaire pour remplir les vides intergranulaires de la poudre. La valeur βp renseigne
sur le dosage minimal en eau nécessaire pour fluidifier une pâte.
Ep, la pente de la droite. C’est le coefficient de déformation qui est une mesure de la
sensibilité des caractéristiques de fluidité de la pâte pour une teneur croissante en eau.

1,60

1,40
Ve/Vp

1,20
Ep

1,00

βp
0,80
0 1 2 3 4 5 6 7 8

Etalement relatif (Γp)


Figure 2.16. Relation entre l’étalement relatif et le rapport Ve/Vp

60
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

3.2.4. Essai rhéologique au RhéoCAD

3.2.4.1. Méthode d’essai au RhéoCAD

Afin d'évaluer l’effet de la nature et du dosage des additions minérales sur le comportement
rhéologique des matériaux cimentaires, des essais au rhéomètre sont menés. À cet effet, le
rhéomètre RhéoCAD 200 de CAD Instruments a été utilisé. Ce rhéomètre fonctionne à vitesse
imposée. L'enregistrement des résultats (temps, vitesse de rotation et couple résistant au
cisaillement) est effectué par une chaîne d'acquisition reliée à un ordinateur.
La pâte vierge de tout cisaillement, à l'exception de son malaxage et des opérations de mise en
place, est versée dans un bol cylindrique d'un volume de 2 litres (Figure 2.17-a). Un mobile à
ailettes est immergé complètement au centre du bol. Le mobile est composé de 8 ailettes, de
diamètre 8cm et de hauteur 6cm (Figure 2.17-b), l'entrefer entre le mobile et la paroi du bol
est de 4cm.

a- Bol et mobile du RhéoCAD b- Géométrie du mobile à ailettes utilisé


Figure 2.17. Essai rhéologique sur pâte au RhéoCAD

Le choix d'un mobile à ailettes s’est avéré intéressant dans la mesure où il permet d'éliminer
les problèmes liés au glissement existant entre la paroi d'un cylindre plein et la pâte. En effet,
le mouvement rotationnel du mobile à ailettes entraine un cylindre de pâte équivalant au
volume du cylindre lisse, de ce fait, la surface de cisaillement correspond au matériau lui-
même et le gradient de concentration près des parois du mobile est nul. Ceci a pour
conséquence d'éliminer l'effet de paroi.
L'essai consiste à mesurer l'évolution du couple s'opposant à la rotation du mobile en fonction
du temps. La procédure de mesure de cisaillement est décomposée en trois étapes (figure
2.18) :

61
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

 Application d’une vitesse de cisaillement lente (0.5 tr/min). Cette étape permet la
mesure du couple de cisaillement maximal avant écoulement, qui peut être considéré
comme un seuil statique.

 La deuxième étape consiste à appliquer à la pâte une déstructuration par une montée
rapide jusqu’à 150 tr/min. Le but est de s’affranchir des propriétés de fausse
thixotropie des matériaux cimentaires.

 La troisième et dernière étape correspond à une décroissance de la vitesse par palier.


Les paliers imposés sont 150, 130, 100, 80, 60, 40, 30, 10, 5 et 2 tr/min. Les valeurs de
contrainte et de gradient de vitesse correspondent respectivement à des valeurs
moyennes de couples et de vitesses pour chaque palier de vitesse imposé. Les valeurs
moyennes sont déterminés en régime permanent d’écoulement.

Etape 1 Etape 2 Etape 3

160 12
Vitesse
140 Couple
10
Vitesse de rotation (tr/min)

120
8

Couple (N.cm)
100

80 6

60
4
40
2
20

0 0
0 50 100 150 200 250 300 350 400 450 500

Temps (s)

Figure 2.18. Exemple d’historique de cisaillement d’une pâte à base de poudre de verre à 45%

3.2.4.2. Procédure de mesures des propriétés rhéologiques

Les mesures rhéologiques ont été réalisées sur des suspensions cimentaires adjuvantées.
Ainsi, pour chaque type d'addition minérale, plusieurs concentrations volumiques en solides
sont étudiées, à partir de trois dosages d’addition et deux rapports eau/ciment (E/C) (Cf.
Chapitre III, §3.1.2). Les principaux paramètres rhéologiques exploités au cours de cette étude
sont le seuil de cisaillement statique et la viscosité apparente.
a. Mesure du seuil de cisaillement statique

Pour la mesure du seuil de cisaillement statique, une vitesse de cisaillement lente a été
appliquée pour rester dans des conditions expérimentales que l’on rencontre sur chantier (cas
d'un écoulement sous l'effet gravitaire) et pour réduire les risques de sédimentation ou de

62
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

ségrégation (Cyr, 99). Dans notre cas, nous avons choisi une vitesse de 0,5 tr/min. Cette étape
permet la mesure du couple de cisaillement maximal avant écoulement qui peut être considéré
comme un seuil statique.
Le calcul du seuil de cisaillement statique en configuration Vane s’appuie sur le même
principe qu’en condition de cisaillement en cylindre coaxial. En effet, la surface cisaillée par
le mobile est un cylindre de même diamètre. Le calcul de la contrainte à la paroi d’un cylindre
est donné par l’équation 2.3 :

(2.3)

Avec : M : moment résistant à la rotation du cylindre (N.m),


R et H : sont respectivement le rayon et la hauteur du cylindre (m).
Cependant, dans le cas d'un mobile à ailettes, les surfaces inférieures et supérieures du mobile
participent au moment résistant à la rotation du dispositif. De ce fait, une correction
permettant de prendre en charge l'effet de cisaillement des extrémités du mobile doit être
intégrée à l'équation 2.3. Le moment (M) est la somme des moments des parois latérales (Mp)
et des moments dus aux extrémités (Me), l'effet de la tige étant négligé. On considère que la
répartition des contraintes est linéaire au-delà de la surface latérale du mobile, depuis le centre
du mobile (Cyr, 99). La forme finale de l'expression du seuil de cisaillement statique est
donnée par l'équation 2.4 :

(2.4)

b. Mesure de la viscosité apparente

L'acquisition des données brutes des couples résistants et des vitesses de rotation permet
l'obtention après traitement des données rhéologiques, dont la contrainte (τ) et le gradient de
vitesse de cisaillement (γ). Pour chaque valeur de gradient de vitesse, on calcule la valeur de
la viscosité apparente (μapp) qui correspond au rapport de la contrainte de cisaillement ()
divisée par le gradient de vitesse exprimée en (Pa.s), selon l'équation 2.5.

(2.5)

Dans le cadre de cette compagne expérimentale, dix valeurs de vitesse de rotation ont été
appliquées, pour une plage de consistance qui correspond à deux rapports E/C de 0,36 et 0,42.
Cependant, si certains mélanges ne comportent pas 10 points c'est que leur grande fluidité ne
permet pas la mesure aux faibles vitesses et favorisent la sédimentation de la suspension.
Deux viscosités ont été calculées à partir de deux gradients de vitesse de 10 s-1 et 29 s-1, qui
encadrent les deux limites, inférieure et supérieure de l'ensemble des mélanges cimentaires.
En effet, on rencontre dans des conditions réelles de mise en place du béton des gradients de
vitesse de quelques s-1 au moyen de goulotte sous l'effet gravitaire, qui s'étend à plusieurs

63
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

dizaines de s-1 pour une mise en œuvre par pompage (Toussaint et al., 01 et Saak et al., 01).
La figure 2.19 illustre le calcul de la viscosité apparente.

(Pa)
Contrainte

Gradient de vitesse (1/s)

Figure 2.19. Dépouillement des mesures rhéologiques (Diederich, 10)

3.3. Caractérisation du mortier


Des mortiers ont été confectionnés afin de déterminer l’indice d’activité des différentes
additions minérales par des mesures de résistance mécanique en compression. Le principe de
l’essai consiste à comparer, à une échéance donnée, la résistance mécanique à la compression
de deux mortiers ayant les mêmes proportions de sable et d’eau et fabriqués de la même
façon, suivant la norme EN 196-1 (EN 196-1, 06). Le premier mortier est à base de ciment
Portland ordinaire CEM I 52.5N et le deuxième est un mortier dont le ciment a été substitué
partiellement par une proportion (p) d’additions minérales. On détermine expérimentalement
le rapport (i) qui correspond à l’indice d’activité des additions par l’équation (2.6) :

(2.6)

Avec : : Résistance du mortier avec addition,

: Résistance du mortier sans addition.


 Au sens de la norme EN NFP 18-508 (EN NFP 18-508, 12) qui traite du filler calcaire,
pour E/C = 0,5 et p = 0,25, i est appelé indice d’activité.
 Au sens de la norme NF EN 15167-1 (NF EN 15167-1, 06) qui traite du laitier granulé
de haut fourneau, pour E/C = 0,5 et p = 0,50, i est appelé indice d’efficacité
hydraulique et est noté h.
Cependant, en ce qui concerne la poudre de verre, en l’absence de normes pour ce matériau, le
taux de substitution du ciment a été pris équivalent à celui de la cendre volante (p = 0,25).
3.4. Caractérisation des BAP à l’état frais

La formulation des BAP est une étape délicate nécessitant de trouver un compromis entre
différentes caractéristiques a priori contradictoires. Un BAP doit avoir une grande fluidité lui
64
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

permettant d'avoir comme seul moteur d'écoulement la pesanteur sans présenter des risques de
ségrégation (statique ou dynamique) ou d’instabilité et sans pour autant entraîner une
diminution des résistances mécaniques. Par conséquent, les BAP doivent satisfaire à trois
conditions primordiales : la fluidité, l'homogénéité et la robustesse. Au cours de notre étude,
nous avons choisi trois essais pertinents qui permettent de quantifier :
 La mobilité en milieu non confiné,
 La mobilité en milieu confiné,
 La stabilité.
Nous avons opté pour l'essai à la boîte LCPC qui permet de calculer le seuil de cisaillement
par corrélation analytique fournie par (Roussel, 07).
3.4.1. Mobilité en milieu non confiné

3.4.1.1. Essai d’étalement au cône d’Abrams (Slump flow)

Pour la détermination de l'étalement (Slump Flow) (NF EN 12350-8, 10), on utilise le même
cône traditionnel que celui utilisé pour l'essai d'affaissement. Ce cône est placé au centre d'une
plaque d'étalement, à surface propre et humidifiée et de dimension suffisante (≥ 900mm par
900mm), puis il est rempli de béton. Le cône est ensuite soulevé et le béton en sort en formant
une galette qui s'élargit sous sa propre énergie. À l'arrêt de l'écoulement on mesure la valeur
de l'étalement qui correspond à la moyenne des deux diamètres perpendiculaires de la galette
de béton ainsi obtenue. La tendance à la ségrégation peut être évaluée qualitativement. Les
granulats grossiers devraient être répartis uniformément et aucune concentration ne devrait
apparaître au centre de la galette (Figure 2.20.a). Une auréole à la périphérie de la galette est
un signe d’hétérogénéité du béton (Figure 2.20.b).

a- Etalement d’un BAP homogène, bonne b- Etalement d’un BAP hétérogène présentant un
répartition granulaire, sans signes apparents amoncèlement de granulats au centre de la
de séparation des phases en périphérie de la galette et l’apparition d’une auréole de laitance
galette à la périphérie
Figure 2.20. Etalement d’un BAP

65
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

Selon le diamètre de la galette obtenue, différentes classes de BAP sont définies (NF EN206-
9, 10) :
- Classe SF1 : étalement compris entre 550 à 650mm.
- Classe SF2 : étalement compris entre 660 à 750mm.
- Classe SF3 : étalement compris entre 760 à 850mm.
3.4.1.2. Le temps d'étalement (T500)

L’essai d’étalement peut éventuellement être associé à une mesure du temps écoulé pour
obtenir un étalement de 500mm ou 50cm (T500 ou T50), à partir du moment où on soulève le
cône pour que la galette de béton atteigne un diamètre de 500mm. Pour un même étalement
final, plus la pâte sera visqueuse, plus le béton mettra de temps à s'étaler et plus la valeur T500
sera élevée. On s'attend donc à ce que cette valeur soit reliée à la viscosité du béton (Sedran,
99 ; Emborg, 99). Ce qui fournit une indication sur le caractère visqueux du matériau.
Suivant le T500 obtenu, deux classes de BAP sont définies (NF EN206-9, 10) :
- Classe VS1 : temps d’étalement < 2 secondes.
- Classe VS2 : temps d’étalement ≥ 2 secondes.
3.4.1.3. Essai à la boite LCPC (LCPC Box)

L'essai à la boîte LCPC a été développé par Roussel (Roussel, 07), il consiste à verser
lentement un volume de 6 litres de béton, équivalent à celui utilisé à l'essai d'étalement
classique à une des extrémités de la boîte de telle sorte que la vidange du seau prendra 30
secondes (Figure 2.21).

Figure 2.21. Essai à la boite LCPC sur BAP Figure 2.22. Abaque reliant longueur de
cheminement et seuil découlement

Par comparaison avec l’essai d’étalement, l'essai à la boîte LCPC offre une meilleure
corrélation entre le seuil de cisaillement et la longueur de cheminement atteinte dans la boîte
puisque l'écoulement se fait dans un canal de dimensions 150x200x1200 mm et par

66
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

conséquent, l'épaisseur du matériau après arrêt de l'écoulement est entre 5 et 10cm, soit
nettement supérieure à celle obtenue avec un essai d'étalement au cône d'Abrams (de l'ordre
de quelques millimètres). Cela permet de considérer l'écoulement du béton et son arrêt comme
ceux d'un fluide homogène et ainsi d'établir une corrélation analytique entre le seuil et
l'étalement des bétons fluides (Roussel, 07). Après arrêt de l'écoulement, on mesure la
longueur de cheminement (L) et à l'aide de l'abaque présenté sur la figure 2.22, on pourra
facilement relier cette longueur à un rapport seuil d'écoulement / densité (τ/ρ) et ainsi déduire
la valeur du seuil. C'est un essai rapide, simple, économique et fiable pour mesurer le seuil
des bétons fluides tels que les BAP.
3.4.2. Mobilité en milieu confiné

La mobilité en milieu confiné est caractérisée par l'homogénéité. Lors de la mise en œuvre,
les BAP sont soumis à différentes sollicitations. Dans un premier temps, le matériau doit
s'écouler et passer à travers des armatures plus ou moins denses. Une fois le remplissage
effectué, le matériau est soumis à la gravité jusqu'à la prise et doit rester homogène tout au
long de ces différentes étapes. L'essai de la boite en L se caractérise par un obstacle
d'armatures plus ou moins contraignant en fonction du dispositif utilisé, ce qui permet de
renseigner sur la mobilité du béton en milieu confiné et en présence d'obstacle.
3.4.2.1. L’essai à boîte en L (L-Box)

L’essai consiste à tester la mobilité du béton en milieu confiné et à vérifier que sa mise en
place ne sera pas contrariée par des phénomènes de blocage (NF EN 12350-10, 10). Le
dispositif d’essai est constitué d’une boîte en forme de L, d’où son nom (Figure 2.23).

Figure 2.23. Essai à la boite en L en cours Figure 2.24. Essai de stabilité au tamis pendant
d’écoulement après remplissage de la partie les deux minutes d’attente
verticale et ouverture de la trappe

La partie verticale est séparée de la partie horizontale par une trappe. Des armatures en acier
lisses de 12mm peuvent être intercalées avant la trappe, la distance libre entre les barres est de
41mm dans la configuration à trois barres et de 59mm dans la configuration à deux barres. La
partie verticale du dispositif est remplie de béton (volume nécessaire de l’ordre de 13 litres).
Après arasement, le matériau est laissé au repos pendant 1 min. La trappe est ensuite soulevée

67
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

et on mesure après arrêt de l’écoulement, les hauteurs de béton, de la partie verticale et de


l’extrémité de la partie horizontale (respectivement H1 et H2).
Le taux de remplissage (PL) est calculé à 0,01 prêt à partir l’équation 2.7 :

(2.7)

Suivant le taux de remplissage à la boite en L, deux classes de BAP sont définies (NF EN206-
9, 10) :
- Classe PL1 : taux de remplissage ≥ 0,80 avec deux armatures.
- Classe PL2 : taux de remplissage ≥ 0,80 avec trois armatures.

Un mauvais écoulement du béton à travers le ferraillage et un amoncellement de granulats au


niveau de la grille sont des signes de blocage ou de ségrégation du béton.
3.4.3. Stabilité

La ségrégation peut être nuisible aux résistances mécaniques mais également à la durabilité de
du béton. Or, le plus souvent elle n'est pas visible sur les parements sauf si elle s'accompagne
de ressuage. On distingue deux types de ségrégation, suivant le déroulement de la mise en
œuvre, la ségrégation dynamique qui survient dans le coffrage lors du coulage et qui est la
séparation entre les gros granulats et la phase suspendante du béton, cette dernière peut-être
décelée par l'essai de la boîte en L, tel que nous venons de le présenter, tandis que la
ségrégation statique apparaît une fois que le matériau est en place et jusqu'à la prise. Il est
donc nécessaire de s'assurer en amont de la stabilité des BAP et de disposer d'essais de
vérification avant coulage.
3.4.3.1. Essai de stabilité au tamis

L’essai de stabilité au tamis permet d’évaluer la résistance à la ségrégation statique des BAP
(NF EN 12350-11, 10). Pour cela, un échantillon de 10 litres de béton est mis au repos
pendant 15 min. Il s’agit ensuite de déverser 4,8 kg (tolérance ± 0,2 kg) de l’échantillon sur
un tamis d’ouverture 5 mm à une hauteur de chute de 50 cm ± 5 cm (Figure 2.24 ci-dessus).
Après 2 min d’attente, on calcule le pourcentage en masse de laitance par rapport à la masse
de l’échantillon à 0,01 près, selon l’équation 2.8 :

(2.8)

Suivant le pourcentage de laitance, deux classes de BAP sont définies (NF EN206-9, 10) :

- Classe SR1 : pourcentage de laitance ≤ 20 %.


- Classe SR2 : pourcentage de laitance ≤ 15 %.

3.4.3.2. Essais de l’indice de ségrégation statique

Inspirée des travaux de (Sidky et al., 81), l'essai de l'indice de ségrégation statique (Bensebti
et al., 07) consiste à remplir de béton un tube en plastique PVC d'un diamètre de 11cm et de

68
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

40cm de hauteur. Le tube est préalablement scié en deux sur toute sa hauteur facilitant ainsi
l'extraction du béton, des colliers de serrage sont placés sur la périphérie du moule afin de le
maintenir bien fermé. La colonne est placée verticalement sur une base métallique et un joint
en silicone est appliqué pour garantir une étanchéité parfaite du dispositif. La séparation des
sections se fait après la prise du béton (Figure 2.25), le squelette granulaire est ainsi figé dans
la matrice cimentaire. Ceci offre une grande facilité à l'opérateur étant donné que le béton ne
risque pas de s'écouler, réduisant ainsi les erreurs dues aux pertes de matériau lors des
opérations de séparation et de pesage.
Une fois la colonne démoulée, elle sera séparée en trois parties plus ou moins égales (partie
inférieure, partie médiane et partie supérieure). Chaque partie est pesée puis lessivée sur un
tamis d'ouverture 5 mm afin de ne garder que les gros granulats. Ces derniers, après séchage
superficiel, seront à leur tour pesés. On calcule ainsi la teneur en granulats de chaque partie
(Ginf, Gméd et Gsup) qui correspond au rapport de la masse des granulats secs sur la masse
totale de la partie considérée.
L’indice de ségrégation statique (ISS) est déterminé par l'équation 2.9 :

(2.9)

Avec : Ginf et Gsup, les teneurs en gros granulats dans la partie inférieure et supérieure,
respectivement.

Figure 2.25. Séparation des sections après prise pour l’essai de l’indice de ségrégation statique

3.4.4. Autres essais

3.4.4.1. Mesure de la teneur en air occlus

En plus des essais spécifiques à la caractérisation des BAP à l'état frais, un autre essai a été
réalisé, afin d'estimer la teneur en air occlus emprisonné au sein du béton en phase frais.
L'essai à l'aéromètre a été réalisé sur les BAP selon la norme NF EN 12350-7 (NF EN 12350-
7, 12). Cet essai est basé sur le principe de la compressibilité et présume que l'air occlus dans
le béton est le seul élément à être compressé. Moins le béton contient d'air occlus et plus ses

69
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

performances mécaniques et sa durabilité sont élevées. Expérimentalement, la teneur en air


est réalisée par la méthode du manomètre avec un aéromètre à béton présenté à la Figure 2.26.

Figure 2.26. Mesure de la teneur en air occlus du Figure 2.27. Mesure de la masse volumique du
béton par la méthode du manomètre béton frais

Après l'arrêt du malaxage, un échantillon de BAP d'un volume de 8 litres est versé dans le
récipient de l'appareil. Il est constitué de deux éléments, une cuve recevant l'échantillon de
béton et un couvercle rigide muni d'un cadrant gradué. L'ensemble couvercle-cuve est fixé par
un mécanisme étanche et le tout est rempli d'eau. Une pression est ensuite appliquée sur
l'échantillon en utilisant une pompe à air intégré au dispositif et installée en partie supérieure
du couvercle. Cette pression provoque une baisse du niveau d'eau proportionnelle à la
diminution des vides d'air. La valeur lue sur le manomètre du cadran correspond au
pourcentage apparent d'air.
3.4.4.2. Mesure de la masse volumique sur béton frais

Les mesures de masses volumiques réelles ont été réalisées suivant la norme NF EN 12350-6
(NF EN 12350-6, 12). Cette caractéristique permet de vérifier le rendement volumétrique de
la formulation en la comparant à celle obtenue théoriquement. L'essai a été réalisé dans la
cuve de l'aéromètre dont la capacité volumique est importante (8 litres) de telle sorte que
l'échantillon soit représentatif de l’ensemble du matériau (Figure 2.27). Aucune vibration ou
piquage n'a été appliqué pour la mise en œuvre des BAP dans le récipient. Après pesage de la
cuve, vide et remplie, la différence des deux pesées divisées par le volume du contenant nous
donne la masse volumique des BAP exprimée en kg /m3 et qui doit être plus ou moins égale à
la masse volumique théorique.
3.5. Caractérisation mécanique et propriétés de transfert des BAP

Afin de mettre en évidence les effets apportés par l'incorporation des additions minérales dans
les BAP, une étude sur béton durci s'impose. À cet effet, la partie qui va suivre présente les
différentes procédures expérimentales qui ont servi à la caractérisation mécanique, en
particulier, la résistance à la compression uniaxiale. Ainsi que la résistance en compression et
en traction par flexion réalisée sur des éprouvettes en mortier pour la caractérisation de
l'activité des additions. À ceci, s’ajoutent les principaux processus qui gouvernent les

70
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

transferts dans un milieu poreux cimentaire, notamment, l'absorption, la diffusion et la


perméation. Ces processus conditionnent la durabilité du béton.
3.5.1. Essais mécaniques

3.5.1.1. Essais de traction par flexion et de compression sur mortier

Pour la détermination de l'indice d'activité des additions minérales, des éprouvettes en mortier
de dimensions 4x4x16 cm ont été testées en traction par flexion selon la norme NF EN 196-1
(NF EN 196-1, 06), avec une presse universelle d'une capacité maximale de 250kN. Après
rupture en flexion, les demi-prismes ainsi obtenus ont été testés en compression selon la
même norme et sur la même presse. Les échéances des essais sont 28 et 90 jours. Pour chaque
mortier et chaque échéance d’essai la résistance en traction obtenue est la moyenne issue de 3
résultats, tandis que celle de la compression est la moyenne issue de 6 résultats.
3.5.1.2. Essais de compression sur BAP

L’essai de compression simple a été réalisé sur des éprouvettes cubiques de dimensions
10x10x10 cm conformément à la norme NF EN 12390-3 (NF EN 12390-3, 12), sur une presse
hydraulique de capacité maximale de 2000 kN. Après démoulage à 24 heures, les éprouvettes
sont conservées dans l’eau jusqu’aux échéances des essais qui sont de 7, 28, 90 et 365 jours.
Pour chaque béton et chaque échéance d’essai la résistance obtenue est la moyenne issue de 3
résultats.
3.5.2. Propriétés de transfert des BAP

3.5.2.1. Détermination de la porosité accessible à l’eau

La porosité accessible à l'eau est définie par le rapport du volume total des pores ouverts dans
un corps poreux à son volume apparent. Elle s'exprime en pourcentage du volume apparent.
Pour ce faire, trois échantillons cylindriques de BAP de dimensions 11x5 cm ont été testés
pour chaque formulation et après 28 jours de maturation en suivant les recommandations de
l'AFPC-AFREM (AFPC-AFREM, 97). Il s’agit en réalité de peser les échantillons sous
différents états. Dans un premier temps il faut s’assurer que les échantillons sont saturés en
eau. Pour cela, ont les places dans un dessiccateur à vide, sous une dépression de 25 mbar
pendant 4 heures (Figure 2.28-a), puis on immerge les échantillons dans l’eau, toujours sous
vide, pendant 20heures ± 1heures. Après quoi les éprouvettes subissent une pesée
hydrostatique (Figure 2.28-b).

71
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

a- Dégazage des corps d’échantillons 11x5 cm b- Pesée hydrostatique


Figure 2.28. Mesure de la masse volumique apparente et de la porosité accessible à l’eau

À l’issue de cette pesée on obtient la masse du corps d’épreuve immergée M eau. Toujours
saturées, les éprouvettes sont ensuite pesées à l’air, on obtient alors Mair, la masse du corps
d’épreuve imbibé pesé dans l’air. La troisième pesée nécessite un passage dans un four à
105°C ± 5°C, jusqu’à stabilisation de la masse de l’échantillon qui sera alors supposé sec. La
dernière pesée nous fournit Msec, la masse sèche du corps d’épreuve. On détermine finalement
grâce à ces trois masses la porosité accessible à l’eau Ɛ en % (2.10) et la masse volumique
apparente sèche ρd en g/cm3 (2.11).

(2.10)

(2.11)

Avec : Meau : la masse, en gramme, du corps d’épreuve immergé dans l’eau,


Mair : la masse, en gramme, du corps d’épreuve imbibé pesé dans l’air,
Msec : la masse, en gramme, du corps d’épreuve sec.
3.5.2.2. Essai d’absorption d’eau par capillarité

L'essai d'absorption d'eau par capillarité caractérise la capacité de transfert d'un béton par
remontée capillaire.
L'essai a été réalisée suivant la recommandation de l'AFPC-AFREM (AFPC-AFREM, 97),
sur des échantillons de BAP de forme cylindrique et de dimensions 15x5cm. Trois
échantillons de la même formule ont été testés, après une cure humide de 28 jours à une
température de 20°C. La procédure de préconditionnement des échantillons est la suivante :
 Un suivi de masse à 80°C jusqu’à masse constante (l'état sec est obtenu lorsque deux
pesées espacées de 24 heures, ne diffèrent pas plus, de 0,1%),
 L’étanchéité latérale est assurée à l’aide d’un papier d’aluminium adhésif.

72
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

La figure 2.29 montre un schéma du dispositif expérimental.

support

Figure 2.29. Schéma du dispositif de mesure d’absorption d’eau par capillarité (AFPC-AFREM, 97)

L'essai consiste à suivre par pesée successifs la quantité d'eau absorbée par un échantillon de
béton préalablement séché à des échéances de 0, 15mn, 30mn, 1h, 2h, 4h, 8h et 24h. Ce qui
permet la caractérisation indirecte de la porosité capillaire. Le coefficient d’absorption
capillaire est présenté schématiquement en fonction de la racine carrée du temps.
Théoriquement, si on suppose que le réseau capillaire d’un matériau cimentaire est idéal et
qu’il est composé de pores interconnectées et de section constante, on pourra affirmer que le
coefficient d’absorption capillaire suit une loi linéaire en fonction de la racine carrée du temps
(Powers et al., 59). Or, les mesures expérimentales montrent que la cinétique d’absorption est
une courbe en pente plus ou moins décroissante. Le coefficient d’absorption à 1h (ou 2h)
correspond à l'absorption initiale exprimée en kg/m2, il désigne la phase de remplissage des
plus gros capillaires, pour les bétons il est, entre une heure (Balayssac, 92) et deux heures
(Emerson, 90), en fonction de la densification de la microstructure du béton. L’absorption
entre 1h (ou 2h) et 4h (ou 8h ou 24h) correspond à l’absorptivité qui est la vitesse
d’absorption par remontée capillaire exprimée en kg/m²/h½, c’est la phase de remplissage des
capillaires les plus fins.
À partir des mesures des masses et pour chaque échéance t, on peut déterminer le coefficient
d’absorption capillaire par l’équation 2.12 :

(2.12)

Avec : Cat : est le coefficient d’absorption à l’échéance t (kg/m2),


Mt : est la masse de l’éprouvette à une échéance donnée (kg),
M : est la masse initiale de l’éprouvette (kg),
0

A : est la section de l’éprouvette au contact de l’eau (m²).


La sorptivité est définie par la vitesse d’absorption par remontée capillaire, elle est obtenue
par une régression linéaire de l’ensemble des mesures qui se trouvent dans un domaine
d’évolution linéaire du coefficient d’absorption Cat, généralement, entre 1 et 8 heures. La
sorptivité est donnée par l’équation 2.13, tirée des travaux de (Bessa-Badreddine, 04).

73
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

(2.13)

Avec : S : est la sorptivité (kg/m2/h½),


Ca8 et Ca1 : sont respectivement le coefficient d’absorption à 8 et 1 heures.
3.5.2.3. Essai de perméabilité à l’oxygène

La perméabilité au gaz est une des propriétés qui conditionne le transfert dans le réseau
poreux du béton, elle constitue un indicateur de durabilité dans la mesure où elle permet de
caractériser la capacité d'un béton à laisser passer un gaz à travers son épaisseur. Le but de cet
essai est de mesurer la perméabilité à l’oxygène (gaz inerte vis à vis des matériaux
cimentaires) traversant un échantillon de béton, en fonction de la pression de l'essai.
La perméabilité à l’oxygène a été réalisée suivant la recommandation de l'AFPC-AFREM
(AFPC-AFREM, 97), sur des échantillons de BAP de dimensions 11x5cm. Trois échantillons
ont servi à la caractérisation d'une seule formulation. Les essais ont été réalisés après une cure
humide de 60 jours à une température de 20°C, la préparation des échantillons est la suivante :
 Un séchées à 80°C jusqu’à masse constante (l'état sec est obtenu lorsque deux pesées
espacées de 24 heures, ne diffèrent pas plus de 0,05%),
 L’étanchéité latérale est assurée à l’aide d’un papier d’aluminium adhésif,
 La pression de confinement latéral est établie à 8 Bars (Figure 2.30),
 Les pressions d’essais sont 2, 3 et 4 Bars.
La figure 2.31 résume le principe de fonctionnement du perméamètre.

b
c
d

Figure 2.30. Intérieur d’une cellule de Figure 2.31. Schéma de principe du fonctionnement
perméabilité du perméabilimètre

a. Echantillon de béton c. Chambre à air gonflable


b. Manchon en polyuréthane étanche d. Couvercle avec fixations

La perméabilité apparente (ka) est calculée par la formule de Poiseuille selon l’équation 2.14 :

74
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

(2.14)

Avec : Q : débit volumique mesuré à la pression atmosphérique (m3/s).


P : pression atmosphérique (Pa),
atm

L : épaisseur d'échantillon (m),


A : section d'échantillon (m2),
p : pression appliquée à l’amont (Pa),
1

μ, viscosité de l’oxygène (2,02.10-5 Pa.s, à 20°C).


Les résultats de la perméabilité apparente (ka) sont présentés sur un graphe en fonction de
l'inverse de la pression moyenne d'essai (1/Pm). On obtient ainsi une droite, dont la valeur de
l'ordonnée à l'origine correspond à la perméabilité intrinsèque (kint) selon l'approche de
Klinkenberg (Klinkenberg, 41) par l'équation (2.15).

(2.15)

Avec : kint : perméabilité intrinsèque du milieu (m2),


Β : coefficient de Klinkenberg,
Pm : pression moyenne d’essai, Pm =(P1 +Patm)/2 (Pa).
Le coefficient de Klinkenberg (β) est défini par le rapport entre la pente des courbes
représentatives et leur ordonnée à l'origine (kint), la figure 2.32 présente le modèle empirique
de Klinkenberg.

Figure 2.32. Perméabilité en fonction de l’inverse de la pression moyenne d’essai (Rozière, 07)

75
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

Ce paramètre traduit la manière dont se produit l'écoulement gazeux à travers le matériau


étudié. Il est fonction de la finesse du réseau poreux et de la nature du gaz. Plus ce coefficient
est important et plus l'écoulement de l'oxygène dans l'échantillon est dit moléculaire,
autrement dit le gaz s'infiltre à travers des pores de plus petites dimensions (Picandet et al.,
01). De ce fait, le coefficient (β) pourrait être un indicateur de la structure poreuse.
3.5.2.4. Essai de migration des ions chlorure

Le coefficient de diffusion des ions chlorures constitue un des principaux indicateurs de


durabilité. Dans les milieux exposés aux marées, embruns et sels de déverglaçage, les
chlorures sont susceptibles de diffuser dans la solution interstitielle provoquant ainsi la
dépassivation des armatures en acier et remettant en cause la pérennité de l’ouvrage.
Dans des conditions réelles, la diffusion des ions chlorures demande beaucoup de temps, de
plusieurs jours à quelques mois pour des essais en laboratoire contre plusieurs années pour
des essais in situ. C’est dans cette optique que plusieurs recherches sont menées pour tenter de
mettre en place des méthodes d’essais accélérées permettant d’avoir des conditions
expérimentales représentatives des conditions réelles, tout en obtenant un résultat dans des
délais raisonnables. En effet, un compromis entre rapidité et représentativité semble être
atteint par un essai de migration en régime stationnaire, dont le mode opératoire est décrit
dans la Nordtest method NT BUILD 492 (NT BUILD 492, 99). Cette méthode a fait l’objet
de recommandations dans la synthèse des travaux du projet GranDuBé dirigés par Arliguie et
Hornain (Arliguie, 07).
L'essai de migration des ions chlorures a été réalisé selon le mode opératoire NT BUILD 492
(NT BUILD 492, 99), sur trois échantillons d’une même formule de BAP de dimensions 11x5
cm, après 28 jours de conservation sous eau à une température de 20°C. Une fois la saturation
des échantillons sous vide terminée (avec une solution d'hydroxyde de calcium), l'essai de
migration peut commencer. L'essai a été réalisé dans une chambre régulée à une température
constante de 21°C. Il consiste à appliquer une différence de potentiel entre deux électrodes
placées parallèlement aux faces de l'échantillon, une anode en amont et une cathode en aval.
La figure 2.33 présente un schéma de la cellule utilisée.

a. Manchon en caoutchouc
b. Compartiment amont
c. Anode
d. Echantillon
e. Compartiment aval
f. Cathode
g. Support en plastique
h. Boite en plastique
Figure 2.33. Schéma de la cellule de migration NT BUILD 492

76
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

La tension du champ électrique appliquée aux bornes de l’échantillon, varie en fonction de la


nature du béton. Celle-ci est déterminée en appliquant une tension initiale de 30V. En relevant
l'intensité du courant qui en résulte (I0), la tension de l'essai sera ajustée en fonction d'un
abaque donné par le mode opératoire NT BUILD 492 (NT BUILD 492, 99) présenté à
l’annexe B. La figure 2.34 montre une photographie du montage de l’essai de migration des
ions chlorure.

a- Détail sur le compartiment amont b- Vue d’ensemble du dispositif de migration


des ions chlorures
Figure 2.34. Essai de migration des ions chlorure

La méthode de mesure de la profondeur de pénétration des chlorures est présentée par la


figure 2.35 :

Figure 2.35. Méthode de mesure de la profondeur de pénétration des chlorures (NT BUILD 492, 99)

À la fin de l’essai, l’échantillon est fendu en deux et un indicateur colorimétrique à base de


nitrate d’argent permet de déterminer la profondeur de pénétration des chlorures. Cette
profondeur de pénétration apparaît en couleur claire, tandis que la zone ne contenant pas de
chlorures apparaît en couleur foncée. De cette valeur de profondeur de pénétration est déduit
le coefficient de diffusion apparent (l’équation 2.16).
77
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

(2.16)

Avec : Dnssm : coefficient de migration non-stationnaire (×10-12 m2/s),


U : valeur absolue de la tension appliquée (V),
T : valeur moyenne des températures initiales et finales dans la solution amont (°C),
L : épaisseur de l'éprouvette en mm (mm),
Xd : valeur moyenne de la pénétration des profondeurs (mm),
t, durée d'essai (heure).
3.5.2.5. Essai de carbonatation accéléré

L’essai de carbonatation accéléré a été réalisé suivant les recommandations de l'AFPC-


AFREM (AFPC-AFREM, 97), sur des échantillons de BAP de forme prismatique et de
dimensions 7x7x28 cm, après 60 jours de conservation sous eau à une température de 20°C.
Les échantillons ont subi un séchage à une température de 40°C ± 2°C, pendant une durée de
48 heures.
L'enceinte de carbonatation accélérée dispose d'un système d'injection d’un mélange gazeux
de 50% d’air et 50% de CO2 (Rougeau, 97) et d'un capteur de dioxyde de carbone relié à une
électrovanne permettant d'ajuster la concentration du CO2. L'humidité relative est maintenue à
65 %. La figure 2.36 présente un schéma de l'enceinte de carbonatation accélérée.

Figure 2.36. Schéma de l’enceinte de carbonatation accéléré (AFPC-AFREM, 97)

Les échéances de mesure de l'épaisseur carbonatée et du suivi de masse sont les suivantes : 7,
14, 21, 28, 56 et 365 jours. À chaque échéance, les échantillons sont retirés de l'enceinte et les
épaisseurs de béton carbonaté ainsi que les masses sont mesurées. Un morceau de béton d'une
épaisseur de 3cm ± 2mm est prélevé sur chaque éprouvette et les corps d'épreuve résiduels
sont ensuite replacés immédiatement dans l'enceinte.

78
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

Les mesures de l’épaisseur de béton carbonaté sont réalisées après dépoussiérage et


pulvérisation des surfaces avec la phénolphtaléine. Celle-ci vire au rouge violacé au contact
de matériaux dont le pH est supérieur à 9,2 et demeure incolore pour les faibles valeurs de pH,
c’est-à-dire pour les zones carbonatées (Figure 2.37-a).

NON NON

OK

NON

a- Photographie d’un BAP à base de filler b- Choix des rayons pour la mesure de
calcaire dégradé par la carbonatation l’épaisseur dégradée
accéléré au bout d’une année d’exposition
Figure 2.37. Essai de dégradation accélérée au dioxyde de carbone

Les mesures correspondent aux distances (en mm) entre la surface externe du béton et le front
de coloration, en dehors de zones particulières telles que les coins et les interfaces pâtes
granulats (Figure 2.37-b).
3.5.2.6. Essai de lixiviation au nitrate d’ammonium

Le béton est vulnérable par le pH de sa solution interstitielle qui est fortement basique, de ce
fait, une eau pure exempte de tout agent agressif présente une menace pour le béton dans la
mesure où ce dernier est sujet à des réactions de dissolution et de précipitation de ses
hydrates. Cependant, une cinétique de dégradation pareille prendrait beaucoup de temps avant
qu'un résultat soit quantifiable. L'essai accéléré le plus répondu dans la littérature est celui
réalisé au nitrate d'ammonium, car il permet de simuler un essai de lixiviation à l'eau
déminéralisée avec une cinétique multipliée par un facteur 100.
L'essai de lixiviation au nitrate d'ammonium a été réalisé sur des échantillons de BAP de
forme cylindrique et de dimensions 11x22cm, après 60 jours de conservation sous eau à une
température de 20°C.
L’essai à été réalisé dans une chambre à température contrôlée (20°C ± 2°C). Il consiste à
immerger des échantillons en béton dans une cuve d'un volume de 40 litres remplie d'une
solution de nitrate d'ammonium (NH4NO3) à une concentration de 480 g/l soit d'environ 6
mol/l. Cette concentration est couramment utilisée (Carde, 96 ; Tognazzi, 98 ; Le Bellégo, 01
et Perlot, 05). La solution est renouvelée à moitié tous les 10 jours. Les échantillons sont
disposés sur un porte-échantillon ajouré. Une pompe à eau a été introduite en circuit fermé

79
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

dans le dispositif, afin de maintenir une agitation permanente de la solution. L'efficacité de


cette méthode a été vérifiée par une mesure de pH sur deux échantillons de solutions prélevés
sur deux points de chaque extrémité de la cuve, les mesures présentent une même valeur du
pH à 0.1 près, signe d'une bonne homogénéisation de la solution. D'après Le Bellégo (Le
Bellégo, 01), une agitation se révèle primordiale, il affirme que le manque d'agitation
constitue un facteur de ralentissement de la cinétique de dégradation. Le pH de la solution est
maintenu à 7,0 ± 0,5, ce choix est basé sur les travaux réalisés par Perlot (Perlot, 05). Le pH
de la solution agressive est contrôlé par une électrode de pH combinée, plongée en
permanence dans la solution et reliée à une pompe péristaltique injectant de l'acide nitrique
(HNO3) concentré à 1mol/1 lorsque le pH de la solution augmente au-delà de la valeur
enregistrée (pH de 7,0). Durant les premiers instants qui suivent le lancement de l’essai, le pH
de la solution agressive passe progressivement d’une valeur de pH entre 4 et 5 à une valeur de
pH de 7 suite à l’injection de HNO3. On s’attend donc à ce que la fréquence d’introduction de
HNO3 soit plus importante pendant cette phase. Le réétalonnage des électrodes se fait à
chaque renouvellement pour éviter les dérives du pH d'étalonnage dans le temps. La figure
2.38 présente une photographie de la cuve de dégradation.

Figure 2.38. Photographie des cuves de dégradation

Le suivi de la lixiviation a été effectué à 7, 14, 21, 28, 56 et 365 jours ; à chaque échéance, les
échantillons sont sortis du bac et les épaisseurs de béton lessivées ainsi que les masses sont
mesurées. Pour chaque échantillon, une section du béton d'une épaisseur de 3cm ± 2mm est
prélevée. Les corps d'épreuves restants sont immédiatement replacés dans la solution de
nitrate d'ammonium.
Comme pour l'essai de carbonatation, l'épaisseur de béton lessivé est mesurée après
pulvérisation d'une solution de phénolphtaléine qui permet de révéler l'interface entre la zone
saine et la zone lessivée (figure 2.39-a). Les mesures correspondent aux distances (en mm)
entre la surface externe du béton et le front de coloration. Elles sont effectuées radialement

80
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

sur le front de coloration en dehors des zones où le front de coloration passe par une interface
granulat-matrice (figure 2.39-b).

a- Photographie d’un BAP à base de filler b- Choix des rayons pour la mesure de
calcaire dégradé radialement par le nitrate l’épaisseur dégradée
d’ammonium
Figure 2.39. Essai de dégradation accélérée au nitrate d’ammonium

4. SYNTHÈSE

Afin de mettre en évidence les effets physico-chimiques et mécaniques des additions


minérales sur les propriétés des BAP, une caractérisation complète des matériaux et une mise
en place de procédures expérimentales s’est avérée nécessaire. Ce deuxième chapitre a été
consacré à cet effet, dans lequel, nous avons exposé les différents matériaux utilisés pour la
formulation des suspensions cimentaires (Chapitre III) et des suspensions de BAP (Chapitre
IV) ainsi que leurs propriétés physico-chimiques. Il a été de même des méthodes de
fabrication et des séquences de malaxage des différents mélanges de pâtes, mortiers et bétons
utilisés.
Bien qu'il soit connu que l'ajout d'additions minérales changerait de façon significative le
comportement des matrices cimentaires en phase d'écoulement, ceci est étroitement lié à la
nature de l'addition (inerte ou réactive), à sa finesse et à son dosage (Cyr, 03 ; Yahia et al.,
05 ; Michel et al., 07 et Boudchicha, 07). Tenant compte de ces données, l'effet des additions
à l'état frais du matériau a été effectué en premier lieu sur des pâtes de ciment adjuvantées et
additionnées avec différents dosages. Des essais empiriques au mini-cône et au cône de Marsh
ainsi que des essais rhéologiques au RhéoCAD permettent une première approche de l'effet
fluidifiant ou densifiant des fines minérales. En second lieu, des essais de contrôle spécifique
au BAP, tels que l'étalement, l'écoulement à la boîte en L et la stabilité au tamis seront
réalisés, l'objectif étant d'appréhender la faisabilité des BAP contenant les différentes
additions sélectionnées à des dosages variables.

81
Chapitre II : Caractérisation des matériaux et procédures expérimentales

Pour apprécier les propriétés de durabilité, plusieurs essais ont été définis : certains sont liés
au domaine de la mécanique, tels que la résistance mécanique en compression, d'autres sont
liés à l'investigation microstructurale (analyses thermogravimétriques) et d'autres encore
concernent les domaines physico-chimiques, avec par exemple les essais de caractérisation de
la porosité des bétons par immersion sous vide, de perméabilité au gaz, de diffusion des ions
chlorures, d'absorption capillaire, ou bien encore de carbonatation et de lessivage accéléré (au
nitrate d'ammonium). Tous ces essais doivent permettre de déterminer l’effet des additions
minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert dans le béton.
Après caractérisation des différents matériaux utilisés pour la confection des mélanges et la
mise en place d’un programme expérimental, le chapitre suivant traitera de l’effet des
additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires. Cette approche, va nous
permettre de mieux appréhender le comportement rhéologique des fines minérales avant
d’aborder l’échelle du béton.

82
INFLUENCE DES ADDITIONS
MINÉRALES SUR
L’ÉCOULEMENT DES
SUSPENSIONS CIMENTAIRES

Chapitre III
CHAPITRE III
INFLUENCE DES ADDITIONS
MINÉRALES SUR L’ÉCOULEMENT
DES SUSPENSIONS CIMENTAIRES

Il est connu que l’utilisation des additions minérales


modifie l’écoulement des mélanges cimentaires. Avant de
s’intéresser à l’effet de ces ajouts sur les BAP, une étude sur
pâtes, cimentaires ou non, est utile, notamment pour valider les
dosages visés à l’échelle du béton. Le chapitre présent traite de la
mise en évidence de l'effet de chaque addition en suspension
simple dans l'eau, ce qui permet d'appréhender les propriétés
propres de chaque poudre en matière de demande en eau, et
d'estimer la demande en superplastifiant. Ensuite, le chapitre
présente les résultats de la caractérisation rhéologique des pâtes
cimentaires à l’état frais afin d’apprécier l'influence des
additions minérales sur le comportement rhéologique.

Sommaire
1. DEMANDE EN EAU DES MÉLANGES CIMENTAIRES 86
1.1. Influence de la surface spécifique sur la demande en eau et sur la compacité
des pâtes .......................................................................................................................... 87
1.2. Influence du dosage de l’addition minérale sur la demande en eau et sur la
compacité des pâtes ....................................................................................................... 89
2. DEMANDE EN SUPERPLASTIFIANT DES MÉLANGES CIMENTAIRES 91

3. ETUDE RHÉOLOGIQUE DES SUSPENSIONS CIMENTAIRES 94


3.1. Préparation des suspensions cimentaires .............................................................. 95

84
3.1.1. Fabrication et séquences de malaxage des pâtes ........................................ 95
3.1.2. Formulation des pâtes ................................................................................. 95
3.2. Mesures des propriétés rhéologiques des pâtes ................................................... 96
3.2.1. Comportement rhéologique ........................................................................ 96
3.2.2. Seuil de cisaillement statique ..................................................................... 100
3.2.3. Viscosité apparente..................................................................................... 100
3.3. Relation entre essais empiriques et mesures rhéologiques ................................... 102
3.3.1. Relation entre étalement au mini-cône et seuil de cisaillement ................. 103
3.3.2. Relation entre temps d’écoulement au cône de Marsh et viscosité ............ 103
4. SYNTHÈSE 106

85
Chapitre III Influence des additions minérales sur
l’écoulement des suspensions cimentaires

Ce chapitre traite de l'effet d'incorporation des additions minérales sur l'écoulement des
suspensions à l’échelle des pâtes.
Avant de s'intéresser à l'écoulement du BAP, il serait utile d'étudier l'écoulement de la pâte
qui le compose. En effet, l'écoulement d'un béton n'est pas celui d'un tas de gravillon, c'est
plutôt la pâte qui gouverne en grande partie le caractère autoplaçant d’un béton. Il est connu
également que les aditions agissent sur le comportement à l'écoulement d'un mélange
cimentaire par leur nature, leur dosage, leur finesse et les interaction complexes qu’elles
peuvent avoir avec le ciment et le superplastifiant. Ainsi, en fonction de leur nature, des
dosages ont été étudiés à l’échelle des pâtes pour être validés en vue de leur utilisation à
l’échelle des bétons.
L'étude réalisée dans ce chapitre comporte deux étapes. Pour la première, les propriétés
d'écoulement au moyen du mini-cône et du cône de Marsh sont quantifiées pour déterminer la
demande en eau des additions en suspension dans l’eau et pour déterminer la demande en
superplastifiant en présence de ciment, en fonction de la finesse et du dosage des additions. La
deuxième compagne expérimentale s'appuie sur les résultats de la première étape pour
caractériser l’écoulement de suspensions cimentaires complètes (ciment + addition + eau +
superplastifiant) à travers les essais d’ouvrabilité déjà utilisés (mini-cône et cône de Marsh)
et des mesures de paramètres rhéologiques (seuil statique et viscosités apparentes) à l’aide
d’un rhéomètre (RhéoCAD 200). Les corrélations les plus pertinentes entre mesures
rhéologiques et modèles empiriques sont mises en évidence.

1. DEMANDE EN EAU DES MÉLANGES CIMENTAIRES

Afin d'évaluer la demande en eau des poudres, plusieurs méthodes expérimentales existent
dans la littérature, ce sont des essais simples à mettre en place, qui ne demandent pas un
appareillage spécifique ni de grandes quantités de matériaux. Elles demandent, en revanche,
une bonne métrise du procédé qui doit toujours être réalisé par le même opérateur. Ces
méthodes sont généralement basées, soit sur :
 L’appréciation visuelle du passage de l'aspect boulotté de terre humide vers l'état de
pâte homogène (Sedran , 99),
 Des mesures de masse volumique sur des pâtes (Wong, 08 ; Kwan, 08),
 Des mesures d'étalement des pâtes au mini-cône (Okamura et al., 93 ; Domone, 97 ;
Brouwers, 05),
 Des mesures de consistance à la sonde de Vicat (Sedran et al., 07 ; NF EN 196-3, 09).
Par conséquent, il est primordial de s'intéresser dans un premier temps à la demande en eau
des additions minérales seules. En effet, l’utilisation d'additions peut entrainer une variation
de la demande en eau des mélanges cimentaires et ainsi générés des modifications du
comportement à l’état frais de la suspension (diminution de la consistance et augmentation
86
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

des grandeurs rhéologiques) (Carles-Gibergues, 81 ; Malhotra, 94). Plusieurs paramètres liés


aux additions minérales influencent le besoin en eau des pâtes, notamment, la finesse, la
nature, le dosage de l'addition et le mode d'introduction de l'addition (en substitution ou en
ajout). En l’absence d’une méthode normalisée, nous avons choisi de déterminer la demande
en eau à partir de mesures d’étalement. La méthode correspondante du βp a été décrite au
chapitre II (Cf. Chapitre II, §3.2.3).
1.1. Influence de la surface spécifique sur la demande en eau et sur la
compacité des pâtes

Il est admis que les additions minérales se caractérisent généralement par une grande finesse,
on s'attend donc à ce que leurs surfaces spécifiques contribuent pleinement à l'écoulement.
Afin d'évaluer l'influence de la surface spécifique sur l'écoulement des suspensions à base de
filler calcaire, de laitier granulé et de poudre de verre, plusieurs finesses d’additions ont été
utilisée en ajustant le temps de broyage de celles-ci. Des essais de demande en eau ont été
réalisés à partir de l’essai d'étalement au mini-cône. La figure 3.1 présente l'effet de la surface
spécifique Blaine des trois additions minérales sur l'écoulement.

0,8 FC

0,75 LG
PV
Demande en eau βp

0,7
0,65
0,6
0,55
0,5
0,45
0,4
0 2000 4000 6000 8000 10000
Surface spécifique Blaine SSB (cm²/g)

Figure 3.1. Effet de la surface spécifique Blaine sur la demande en eau des différentes suspensions
d’additions minérales

Dans notre cas, la figure 3.1 montre clairement que plus la surface spécifique est importante et
plus la demande en eau des mélanges est importante. Ce constat a été observé sur toutes les
additions minérales, quelle que soit leur nature. À chaque augmentation de la finesse, la
surface de mouillage des particules de l’addition augmente induisant ainsi une plus grande
quantité d'eau qui est adsorbée par la surface des particules de l’addition et pour remplir les
vides interparticules. En plus de leur distribution granulométrique, les propriétés de
mouillabilité des poudres ainsi que leur charge de surface peuvent également affecter la
demande en eau (Diederich et al., 12).
Plusieurs études ont montré l'effet de la finesse des additions minérales sur l'écoulement des
matériaux cimentaires. Cependant, les résultats sont controversés. El Hilali (El Hilali, 09) qui
a travaillé à l'échelle des suspensions de pâtes montre que plus les particules d'additions sont

87
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

fines, moins la demande en eau nécessaire pour leur écoulement est importante. Néanmoins,
d’autres études (Michel et al., 07 et Boudchicha, 07) menées sur des mortiers, montrent qu'il
existe une relation directe entre la demande en eau et la surface spécifique. Les auteurs
observent une augmentation de la demande en eau liée à l'accroissement de la surface
spécifique.
Afin d’évaluer la compacité des mélanges de pâtes pures composées d’additions, Okamura et
al. (Okamura et al., 95) ont proposés une méthode expérimentale basée sur la demande en eau
minimale (βp) présentée dans l’équation 3.1 :

(3.1)

Avec : βp : renseigne sur le dosage minimal en eau nécessaire pour fluidifier une pâte, il
correspond à l’ordonnée à l’origine de la droite obtenue par la méthode du mini-cône
(Cf. Chapitre II, §3.2.3).
La figure 3.2, obtenue par application de l’équation 3.1, présente la variation de la compacité
des suspensions de filler calcaire, du laitier granulé et de poudre de verre en fonction de la
finesse Blaine. La compacité des pâtes est d’autant plus faible que la finesse des additions est
importante quelle que soit la nature de l’addition en relation avec la demande en eau
croissante. On peut aussi noter que la meilleure compacité est obtenue avec le filler calcaire
par rapport aux autres additions du fait qu’il assure un bon arrangement granulaire ce qui
correspond aux observations réalisées par plusieurs auteurs (Boudchicha, 07 ; Michel et al.,
07 et Diederich, 10).

0,70 FC
LG
0,67 PV
Compacité

0,64

0,61

0,58

0,55
0 2000 4000 6000 8000 10000
Surface spécifique Blaine SSB (cm²/g)

Figure 3.2. Effet de la surface spécifique Blaine sur la compacité des différentes suspensions
d’additions minérales

L’accroissement de la surface spécifique des additions minérales, entraîne une augmentation


des besoins en eau et une diminution de la compacité des suspensions, indépendamment de la
nature minéralogique de l’addition.

88
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

1.2. Influence du dosage de l’addition minérale sur la demande en eau et sur la


compacité des pâtes

La façon par laquelle une poudre minérale est introduite au sein d'un mélange cimentaire
(addition ou substitution) peut conditionner la demande en eau de ce dernier. En effet, pour un
dosage en ciment constant, l'augmentation de l'addition induit une augmentation de la
concentration volumique en solides, impliquant une demande en eau plus importante qui se
traduit par une consistance importante et l’altération des propriétés rhéologiques. Par contre,
pour un dosage en liant (ciment + addition) donné, la substitution du ciment par une addition
minérale peut entrainer une diminution de la demande en eau du mélange à condition que
l'addition présente une demande en eau inférieure à celle du ciment.
Afin d'étudier l'influence de l'augmentation du dosage en additions minérales sur les besoins
en eau des mélanges cimentaires, des essais ont été réalisés sur des pâtes combinées (ciment
et addition). À cet effet, le filler calcaire, le laitier granulé et la poudre de verre, ont été
introduit sous forme d’ajout au ciment à différents dosages de 30, 45 et 60% de la masse du
ciment. Les figures 3.3 (a, b et c) illustrent l'effet de l'augmentation du dosage en solides sur
la demande en eau des pâtes et par conséquent sur l’étalement.
Le dosage en additions minérales influence la demande en eau des mélanges cimentaires. En
effet, pour un taux de 30% d’ajout de filler calcaire et de laitier granulé (Figure 3.3-a et b), la
demande en eau de ces pâtes est inférieure à celle de la pâte de ciment. Tandis que pour la
poudre de verre (Figure 3.3-c), ce dosage ne parvient pas à diminuer la demande en eau du
mélange contrairement aux autres additions. Cependant, pour des taux de plus de 30%
d’ajout, la demande en eau est plus importante que celle du ciment et d’autant plus que le
dosage en additions augmente.

2 CEM I CEM I + 30% FC 2 CEM I CEM I + 30% LG


CEM I + 45% FC CEM I + 60% FC CEM I + 45% LG CEM I + 60% LG
1,8 1,8

1,6 1,6
Ve/Vs

1,4 1,4
Ve/Vs

1,2 1,2

1 1

0,8 0,8

0,6 0,6
0 2 4 6 8 0 2 4 6 8
Etalement relatif (Γ) Etalement relatif (Γ)

a- Pâtes à base de 30, 45 et 60% de filler b- Pâtes à base de 30, 45 et 60% de laitier
calcaire par rapport au poids du ciment granulé par rapport au poids du ciment

89
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

2 CEM I CEM I + 30% PV


CEM I + 45% PV CEM I + 60% PV
1,8

1,6

1,4

Ve/Vs
1,2

0,8

0,6
0 2 4 6 8
Etalement relatif (Γ)

c- Pâtes à base de 30, 45 et 60% de poudre de verre par rapport au poids du ciment
Figure 3.3. Relation entre l’étalement relatif et le rapport Ve/Vs pour les poudres combinées

Des études ont montré que pour un dosage en ciment constant (ou un rapport E/C constant), il
existe une certaine valeur critique qui tient compte du rapport E/C (Zhang, 00 ; Yahia et al.,
05). Ainsi, pour des valeurs inférieures au seuil critique, l'ajout de fine améliore l'écoulement,
malgré l'augmentation de la concentration volumique en solides. Tandis que pour des valeurs
supérieures, l'incorporation d'additions provoque une altération de l’écoulement des mélanges.
Sur la figure 3.4 est rapportée la demande en eau de différentes additions en fonction du
dosage.
1,4
FC

LG
Demande en eau βp

1,2
PV

0,8

0,6
0 15 30 45 60
Dosage en additions (%)

Figure 3.4. Influence du dosage en additions minérales sur la demande en eau des pâtes combinées

Pour de faibles dosages en filler calcaire ou en laitier granulé de l’ordre de 30%, les fines de
l’addition remplace l’eau dans les vides intergranulaires, donc à quantité d’eau constante la
disponibilité d’eau supplémentaire améliore ainsi l’écoulement. Cependant, pour des dosages
supérieurs à 30%, cette eau est vite consommée et l’augmentation du volume en solide
entraine des frottements plus importants entre grains solides, diminuant de ce fait
l’écoulement des suspensions. Néanmoins, dans le cas de la poudre de verre, il semblerait que
le dosage critique au-delà duquel l’incorporation de l’addition détériore les propriétés

90
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

d’ouvrabilité soit inférieur à 30%. Ceci a été constaté par Idir (Idir, 09) qui rapporte qu’un
dosage de 10 à 20% en poudre de verre a un effet fluidifiant.
La compacité des différents mélanges à base de ciment seul et combiné a été déterminée par
application de l'équation 3.1 et présentée sur la figure 3.5 en fonction du dosage en addition.

CEM I + 30% A CEM I + 45% A CEM I + 60% A

0,7

0,6

0,5
Compacité

0,4

0,3

0,2

0,1

0
CEM I FC LG PV

Figure 3.5. Effet du dosage des additions minérales sur la compacité des suspensions cimentaires

L’ajout d’addition au ciment augmente la compacité des pâtes par rapport à une suspension de
ciment seul pour un dosage de 30% d'ajouts de filler calcaire et de laitier granulé. Pour des
dosages supérieurs à cette limite, la compacité diminue en fonction de l'augmentation du
dosage en addition. L’incorporation de la poudre de verre n’améliore pas la compacité par
rapport à une pâte de ciment et cela même pour un dosage de 30%. Certains auteurs (Yahia et
al., 05) expliquent l'augmentation de la compacité d'un mélange par une amélioration de
l'arrangement des particules dans la matrice, dû à un remplissage des vides disponibles dans la
suspension par les fines particules de l'addition minérale. Cependant, au-delà d'un dosage
critique, la compacité des mélanges diminue avec l'ajout de fines. Les auteurs considèrent que
la compacité maximale est atteinte lorsque le dosage critique en addition est atteint ; au-delà
de ce dosage, les frictions entre particules augmentent (Yahia et al., 05).

Le dosage critique, au-delà duquel l’incorporation d’une addition accroit la demande en eau
est variable d’une addition à une autre. Pour un dosage de 30%, l’ajout de filler calcaire ou
de laitier granulé améliore l’ouvrabilité des p tes. Tandis que pour la poudre de verre, ce
dosage est probablement inférieur à 30%.

2. DEMANDE EN SUPERPLASTIFIANT DES MÉLANGES CIMENTAIRES

Afin de mettre en évidence l’influence de la nature et du dosage des additions sur la demande
en superplastifiant, nous avons réalisé un essai au cône de Marsh, qui relie une consistance à
un temps d'écoulement pour différents dosages en superplastifiant exprimé en pourcentage par
rapport à la masse du ciment. Les résultats obtenus sont présentée sur la figure 3.6.

91
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

L'essai au cône de Marsh consiste à mesurer le temps d'écoulement d'une suspension cinq
minutes après sa fabrication en fonction de la variation du dosage en superplastifiant. Un
volume d'un litre de coulis s'écoule sous l'effet gravitaire à travers un orifice d'un diamètre de
8mm. Les essais ont été effectués sur des mélanges de ciment Portland ordinaire et l’une des
additions (filler calcaire, laitier granulé ou poudre de verre) à des dosages variables de 30, 45
et 60%. Le rapport E/C étant fixe et égal à 0,40 additionné en superplastifiant à des teneurs
croissantes par palier de 0,1% en masse du ciment. A titre d’indication l’adjuvant utilisé au
cours de cette étude est le viscocrete 3045.

100 CEM I + 30% FC 110 CEM I + 30% LG


CEM I + 45% FC 100 CEM I + 45% LG
Temps d'écoulement (s)

90

Temps d'écoulement (s)


CEM I + 60% FC 90 CEM I + 60% LG
80
80
70
70
60
60
50 50
40 40

30 30
0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2 1,4 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2 1,4
Dosage en superplastifiant (%) Dosage en superplastifiant (%)

a- Effet de l’augmentation du dosage du filler b- Effet de l’augmentation du dosage du laitier


calcaire sur la demande en SP granulé sur la demande en SP

270 CEM I + 30% PV


CEM I + 45% PV
240
Temps d'écoulement (s)

CEM I + 60% PV
210

180

150

120

90

60
0,4 0,6 0,8 1 1,2 1,4 1,6
Dosage en superplastifiant (%)

c- Effet de l’augmentation du dosage de la poudre de verre sur la demande en SP


Figure 3.6. Temps d’écoulement au cône de Marsh en fonction du dosage en SP

 Détermination du dosage à saturation


Les courbes sont composées de deux parties linéaires avec pour chacune d'entre elles des
pentes différentes. Le croisement de ces parties linéaires correspond au point de saturation.
Par définition, le point de saturation est le point au-delà duquel toute augmentation du dosage
en superplastifiant ne contribue pas à l'amélioration de la rhéologie du mélange cimentaire
92
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

(Aïtcin, 01). Un surdosage en superplastifiant est souvent accompagné de phénomène de


retard de prise sur l'hydratation du ciment (Yamada et al., 00).
Les résultats présentés sur les figures 3.6 (a, b et c) et 3.7 montrent que l'augmentation du
dosage en fine accroît la demande en superplastifiant des mélanges quel que soit le type de
l'addition minérale. D'après Lecomte et al. (Lecomte et al., 06), les additions minérales
consomment une part non négligeable de superplastifiant, variable selon leurs natures. De ce
fait, la quantité de superplastifiant destinée à la défloculation et à la dispersion des grains de
ciment sera mobilisée en partie par des additions minérales, réduisant ainsi la rhéologie du
mélange si on ne tient pas compte de la demande en superplastifiant de l'addition. Autrement
dit, plus le dosage en addition augmente et plus leur demande en superplastifiant augmente
aussi.
Le dosage à saturation d'un mélange cimentaire peut dépendre fortement de la nature et du
dosage de l'addition qui le compose. De plus, certaines additions minérales mobilisent peu de
superplastifiant par rapport à d'autres. La figure 3.7 montre que le filler calcaire présente une
demande en superplastifiant moins importante que celles du laitier granulé et de la poudre de
verre. Ces résultats rejoignent ceux trouvés par Boudchicha (Boudchicha, 07) qui rapporte
que les mélanges avec filler calcaire demandent des quantités de superplastifiant plus faibles
pour un dosage donnée d’addition et une ouvrabilité visée. Shi et al. (Shi et al., 98) affirment
que les laitiers adsorbent le superplastifiant, ce qui se traduit par une demande en
superplastifiant plus importante pour obtenir un même étalement. Enfin, pour des faibles
teneurs de poudre de verre, Idir (Idir, 09) montre un effet fluidifiant du verre qui consomme
moins de superplastifiant que le ciment. En revanche, pour des valeurs importantes d’ajout
(entre 30 et 60%), la poudre de verre consomme une quantité très importante de
superplastifiant.

1,4 CEM I + FC
CEM I + LG
Point de saturation (%)

1,2 CEM I + PV

0,8

0,6
30 45 60
Dosage en additions (%)

Figure 3.7. Effet du dosage en additions minérales sur la demande en superplastifiant des mélanges
cimentaires

Les additions minérales consomment une part non négligeable du superplastifiant selon leurs
natures et leurs dosages. Le filler calcaire présente la plus faible demande en superplastifiant
suivi du laitier granulé. Cependant, la poudre de verre, composée principalement de silice, a
un comportement qui peut être assimilé à celui de la fumée de silice qui se caractérise par

93
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

une demande en superplastifiant supérieure à celle du ciment. La demande en superplastifiant


de la poudre de verre et en particulier pour un fort dosage est la plus importante de toutes les
additions de cette étude.

3. ETUDE RHÉOLOGIQUE DES SUSPENSIONS CIMENTAIRES

Après avoir caractérisé la demande en eau et en superplastifiant des différents types


d'additions minérales, une étude rhéologique est menée. En effet, cette partie est enrichissante
pour notre étude dans la mesure où la rhéologie nous permet de caractériser l'écoulement des
différents mélanges.
L'étude des suspensions cimentaires est conduite dans un premier temps sur des essais
d'ouvrabilité au moyen de l'étalement au mini-cône et l'écoulement au cône de Marsh. Dans
un second temps, l’étude est menée sur une caractérisation de l'écoulement par des essais
rhéologiques aboutissant à la mesure du seuil de cisaillement statique et à la viscosité
apparente. Les essais de cette compagne expérimentale ont été réalisés dans une salle
climatisée à température régulée à 20°C ± 1°C. Les différents matériaux qui ont servi à la
réalisation de nos suspensions ont été stockés dans cette même salle, afin de maintenir la
même température. Pour chaque suspension, trois mesures ont été réalisées successivement
suivant un échéancier prédéfini :
 L’étalement au mini-cône avec observation visuelle de l’aspect de la galette,
 Temps d’écoulement au cône de Marsh,
 Mesures rhéologiques.

Les échéances et les durées de mesure ont été respectées pour tous les mélanges. La procédure
expérimentale réalisée est présentée dans le tableau 3.1 :

Tableau 3.1. Séquence de réalisation des différents essais

Grandeurs
Etape Instant Durée totale Réponses d’étude
mesurées
Malaxage des
t0 * 5 minutes - -
matériaux
Essai
4 minutes et 30
d’étalement au t0 + 30s Etalement Etalement (cm)
secondes
mini-cône
Essai Temps
Temps
d’écoulement t0 + 5min 7 minutes
d’écoulement d’écoulement (s)
au cône Marsh
Mesures Couples résistant Seuil statique
t0 + 12min 15 minutes
rhéologiques Vitesse de rotation Viscosité apparente
* t0 : correspond à la fin du malaxage.

94
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

3.1. Préparation des suspensions cimentaires

3.1.1. Fabrication et séquences de malaxage des pâtes

La procédure de fabrication des pâtes, notamment l'ordre d'introduction des constituants dans
le malaxeur ainsi que la séquence de malaxage ont été les mêmes pour toutes les pâtes. Les
séquences et la durée de malaxage qui ont servi à la confection des différentes pâtes d'études
sont décrites dans le chapitre II (Cf. Chapitre II, §2.1).
3.1.2. Formulation des pâtes

Afin d'étudier l'influence de la nature et du dosage des additions minérales sur l'écoulement
des pâtes, trois types d'additions de nature minéralogique différente ont été utilisées : le filler
calcaire, le laitier granulé et la poudre de verre. Les fines minérales ont été utilisées en
addition et non en substitution, avec trois dosages différents de 30, 45 et 60% par rapport à la
masse du ciment. Les pâtes qui ont servi aux essais de ce programme expérimental, ont été
gâchées avec deux rapports E/C de 0,36 et 0,42, ce qui permet d’encadrer la valeur de 0,4
utilisée lors des essais de dosage à saturation en superplastifiant et d’étudier l’écoulement sur
une plus large gamme de fluidité, et à des rapports E/L variable en fonction des taux d'ajouts
d'additions.
Les pâtes qui ont servi à nos essais se composent de quatre constituants : le ciment, les
additions, l'eau et le superplastifiant. Pour simplifier la tâche de formulation, nous avons opté
pour des rapports massiques entre les constituants au lieu des dosages propres des
constituants.
L'équation 3.2 présente les différents rapports massiques utilisés :

(3.2)

Avec : x : Dosage de l’addition par rapport au ciment, égale à 0,3, 0,45 et 0,6 respectivement
pour 30, 45 et 60% d’ajout,
y : Rapport massique entre l’eau d’apport et le liant,
z : Dosage du superplastifiant par rapport au liant.
y est déduit des valeurs E/C, alors que z est fixée à 1,3% de la masse du liant qui représente
une valeur par défaut ou par excès mais proche du dosage à saturation pour l’ensemble des
pâtes.
Les différents compositions de pâtes sont présentées dans le tableau 3.2.

95
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

Tableau 3.2. Composition des pâtes


Ciment Addition Eau Plastifiant E/C E/L
Unité % g -
30 2834,5 850,3 1192 49,1 0,32
45 2650,2 1192,6 1114,5 45,9 0,42 0,29
Filler 60 2488,7 1493,2 1046,6 43,1 0,26
calcaire 30 3085,4 925,6 1110,7 53,7 0,28
45 2887,4 1299,4 1039,5 50,2 0,36 0,25
60 2713,3 1628 976,8 47,2 0,23
30 2898 869,4 1218,7 50,2 0,32
45 2734,4 1230,5 1149,9 47,4 0,42 0,29
Laitier 60 2588,7 1553,2 1088,6 44,9 0,26
granulé 30 3116,3 934,9 1121,9 54,2 0,28
45 2928,1 1317,7 1054,1 50,9 0,36 0,25
60 2761,4 1656,8 994,1 48 0,23
30 2850 855 1198,5 49,4 0,32
45 2670,6 1201,7 1123,1 46,3 0,42 0,29
Poudre 60 2512,7 1507,6 1056,7 43,5 0,26
de verre 30 3060,7 918,2 1101,9 53,3 0,28
45 2855,1 1284,8 1027,8 49,7 0,36 0,25
60 2675,4 1605,2 963,1 46,5 0,23

3.2. Mesures des propriétés rhéologiques des pâtes

Tous les mélanges cimentaires ont subi le même historique de cisaillement détaillé dans le
Chapitre II (Cf. Chapitre II, §3.2.4.1) et respectent la même procédure expérimentale.
3.2.1. Comportement rhéologique

Les courbes d'écoulement (contrainte de cisaillement – gradient de vitesse) des différentes


suspensions cimentaires sont rapportées sur la figure 3.8. Les suspensions cimentaires
étudiées ont toutes montré un comportement non linéaire, obéissant à une loi de puissance,
répondant au comportement rhéoépaississant décrit par le modèle d'Herschel-Bulkley (Cf.
Chapitre I, §6.2.2). Ces comportements ont été observés par plusieurs auteurs sur des
suspensions cimentaires (Cyr et al., 00 ; Mouret, 03 et Mansour et al., 10).

96
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

90 90
FC 30% LG 30%
80 80
FC 45% LG 45%
70 70
FC 60% LG 60%
Contrainte (Pa)

Contrainte (Pa)
60 60
50 50
40 40
30 30
20 20
10 10
0 0
0 5 10 15 20 25 30 35 0 5 10 15 20 25 30 35
Vitesse de cisaillement (1/s) Vitesse de cisaillement (1/s)

a- Courbes d’écoulement des pâtes à base de b- Courbes d’écoulement des pâtes à base de
filler calcaire à 30, 45 et 60%, E/C = 0,42 laitier granulé à 30, 45 et 60%, E/C = 0,42

90
PV 30%
80
PV 45%
70
PV 60%
Contrainte (Pa)

60
50
40
30
20
10
0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45
Vitesse de cisaillement (1/s)

c- Courbes d’écoulement des pâtes à base de poudre de verre à 30, 45 et 60%, E/C = 0,42
140 140
FC 30% LG 30%
120 FC 45% 120 LG 45%
100 FC 60% 100 LG 60%
Contrainte (Pa)

Contrainte (Pa)

80 80

60 60

40 40

20 20

0 0
0 5 10 15 20 25 30 35 0 5 10 15 20 25 30 35
Vitesse de cisaillement (1/s) Vitesse de cisaillement (1/s)

d- Courbes d’écoulement des pâtes à base de e- Courbes d’écoulement des pâtes à base de
filler calcaire à 30, 45 et 60%, E/C = 0,36 laitier granulé à 30, 45 et 60%, E/C = 0,36

97
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

140
PV 30%
120 PV 45%
100 PV 60%

Contrainte (Pa)
80

60

40

20

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45
Vitesse de cisaillement (1/s)

f- Courbes d’écoulement des pâtes à base de poudre de verre à 30, 45 et 60%, E/C = 0,36
Figure 3.8. Effet de la nature et du dosage en additions sur le comportement rhéologique des pâtes

Des études menées par Cyr (Cyr, 99) sur des pâtes de ciment fluidifiées (sans addition)
montrent que celles-ci ont un comportement rhéoépaississant. L'auteur observe que
l'incorporation de superplastifiant transforme l'allure des courbes d'écoulement des pâtes
pures de ciment adjuvantées d'un comportement rhéofluidifiant à un comportement
rhéoépaississant en fonction de l'accroissement du dosage en superplastifiant (Cyr, 99). Qu'en
est-il alors de l'effet des additions minérales sur le comportement rhéoépaisssissant ?
En faisant varier le dosage de l’addition minérale, des modifications importantes des
paramètres rhéologiques ont été observées, notamment, l'augmentation du seuil de
cisaillement statique et l'évolution de l'exposant n. La figure 3.9 montre l'évolution de
l'exposant n en fonction de l'augmentation du dosage de l'addition minérale.
a. Avec rapport E/C = 0,42

2,5 FC LG PV
rhéoépaississant

1,5
Indice n

1
rhéofluidifiant

0,5

0
0 15 30 45 60
Quantité de fines (%)

98
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

b. Avec rapport E/C = 0,36

2,5 FC LG PV

rhéoépaississant
2

1,5
Indice n

rhéofluidifiant
0,5

0
0 15 30 45 60
Quantité de fines (%)

Figure 3.9. Evolution de l’exposant n en fonction de l’augmentation du dosage en additions


minérales

Aucune des additions minérales utilisées au cours de cette étude, une fois introduite dans une
pâte de ciment en présence du superplastifiant, ne provoque un changement du comportement
rhéoépaississant. L'exposant n caractérise l'aspect rhéoépaississant ou rhéofluidifiant des
différentes suspensions étudiées. En fonction du type et du dosage de l’addition, on relève
plutôt une amplification ou une atténuation du comportement rhéoépaississant.
L'augmentation du dosage en additions minérales amplifie le comportement rhéoépaississant
des suspensions cimentaires pour un taux de 30% d'ajout, au-delà duquel, l'évolution du
caractère rhéologique est différente d'une addition à une autre. Pour des rapports E/C de 0,36
et 0,42 respectivement, l'augmentation du dosage en verre pour des taux de 45 et 60%, atténue
le rhéoépaississement. Des taux élevés en verre entrainent un comportement pratiquement
Binghamien (Figure 3.8-c et f). En effet, Cyr (Cyr, 99) qui a effectué des essais sur des pâtes
de ciment fluidifiées avec ajout de fumée de silice révèle que ces dernières passent
progressivement d'un comportement rhéoépaississant (avec présence de superplastifiants et
sans fumée de silice) à un comportement rhéofluidifiant en fonction de l'accroissement de la
quantité de fumée de silice. Il semblerait que la poudre de verre à des dosages importants, se
comporte de la même façon que la fumée de silice.

L’incorporation d’addition minérale a un effet d'amplification ou d'atténuation du phénomène


rhéoépaississant en fonction de la nature et du dosage de celle-ci. Les pâtes à base de filler
calcaire et de laitier granulé ont un comportement rhéoépaississant quel que soit le dosage en
addition. La poudre de verre atténue le rhéoépaississement pour des taux de 45 et 60%
d'ajout, quels que soient les rapports E/C étudiés (0,36 et 0,42).

99
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

3.2.2. Seuil de cisaillement statique

La figure 3.10 montre l’évolution du seuil statique des différents mélanges cimentaires en
fonction du dosage de l’addition. L’augmentation de la concentration volumique en solides est
accompagnée d’une augmentation du seuil statique. Ces valeurs sont majoritairement
inférieures ou égales à 10Pa, excepté pour le filler calcaire à 60% pour un rapport E/C de
0,36, la poudre de verre à 45% et à 60% respectivement pour des rapports E/C de 0,36 et 0,42.
Cela veut donc dire qu’il est possible d’obtenir des mélanges à faible seuil compatibles avec
le comportement autoplaçant quel que soit le dosage en addition, à condition que le dosage en
superplastifiant soit proche de la saturation et que le rapport E/C ne soit pas trop faible.

E/C = 0,36 E/C = 0,36


E/C = 0,42 E/C = 0,42
20 20
Seuil statique (Pa)

Seuil statique (Pa)


15 15

Seuil d'autoplaçance Seuil d'autoplaçance


10 10

5 5

0 0
15 30 45 60 15 30 45 60
Taux des additions (%) Taux des additions (%)

a- Pâtes à base de filler calcaire b- Pâtes à base de laitier granulé

E/C = 0,36
E/C = 0,42
140
120
Seuil statique (Pa)

100
80
60
40
20 Seuil d'autoplaçance

0
15 30 45 60
Taux des additions (%)

c- Pâtes à base de poudre de verre


Figure 3.10. Evolution du seuil statique en fonction des différents dosages en addition
minérale

3.2.3. Viscosité apparente

La figure 3.11 donne, en fonction de la concentration volumique en solides, la variation de la


viscosité apparente pour deux valeurs de gradients de vitesse (10 et 29s-1) qui sont

100
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

représentatives de la mise en place du béton. L'accroissement du dosage en additions, (30, 45


et 60%), pour un dosage en ciment constant, conduit à l'augmentation de la concentration
volumique et par conséquent favorise généralement l'accroissement de la viscosité du
mélange indépendamment de la nature de l’addition. En effet, il semble que l’encombrement
de particules dans la suspension, agit en augmentant la viscosité apparente, du fait de
l'augmentation des contraintes de frottement (El Barrak, 05).
Il est intéressant de noter que la sensibilité de la viscosité apparente avec la concentration
volumique reste assez faible dans le cas du filler calcaire et du laitier granulé, quel que soit le
rapport E/C. De plus, les valeurs témoignent de suspensions assez fluides. La sensibilité de la
viscosité avec la concentration volumique est nettement plus marquée dans le cas de la poudre
de verre, dès que l’on dépasse le dosage de 45%, notamment pour le rapport E/C de 0,36.

Viscosité à 10 1/s Viscosité à 10 1/s


2,4 Viscosité à 29 1/s 2,4 Viscosité à 29 1/s

2 2
Viscosité (Pa.s)
Viscosité (Pa.s)

1,6 1,6

1,2 1,2

0,8 0,8

0,4 0,4
0,48 0,50 0,52 0,54 0,56 0,58 0,48 0,50 0,52 0,54 0,56
Concentration volumique en solides Concentration volumique en solides

a- Pâtes à base de filler calcaire, E/C = 0,42 b- Pâtes à base de laitier granulé, E/C = 0,42

Viscosité à 10 1/s
2,4 Viscosité à 29 1/s

2
Viscosité (Pa.s)

1,6

1,2

0,8

0,4
0,48 0,50 0,52 0,54 0,56 0,58
Concentration volumique en solides

c- Pâtes à base de poudre de verre, E/C = 0,42

101
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

Viscosité à 10 1/s Viscosité à 10 1/s


3,2 Viscosité à 29 1/s 3,2 Viscosité à 29 1/s
2,8 2,8

Viscosité (Pa.s)
Viscosité (Pa.s)

2,4 2,4

2 2

1,6 1,6

1,2 1,2

0,8 0,8

0,4 0,4
0,52 0,54 0,56 0,58 0,60 0,52 0,54 0,56 0,58 0,60
Concentration volumique en solides Concentration volumique en solides

d- Pâtes à base de filler calcaire, E/C = 0,36 e- Pâtes à base de laitier granulé, E/C = 0,36

Viscosité à 10 1/s
3,2 Viscosité à 29 1/s

2,8
Viscosité (Pa.s)

2,4
2
1,6
1,2
0,8
0,4
0,52 0,54 0,56 0,58 0,60 0,62
Concentration volumique en solides

f- Pâtes à base de poudre de verre, E/C = 0,36


Figure 3.11. Viscosités apparentes (à 10 et 29 s-1) en fonction de la concentration volumique en
solides pour les différents additions minérales

L’augmentation du dosage en filler calcaire et en laitier granulé maintient le caractère


rhéoépaississant des pâtes indépendamment du rapport E/C. Alors que la poudre de verre,
dès qu’elle est incorporée au dosage de 45% pour le rapport E/C de 0,36, et à 60% quel que
soit le rapport E/C semble atténuer ce comportement. En général, l'augmentation du dosage
en addition entraine une augmentation de la concentration volumique en solides, ce qui induit
un accroissement des viscosités apparentes.
3.3. Relation entre essais empiriques et mesures rhéologiques

Un rhéomètre adapté aux pâtes de ciment n'est pas largement disponible dans l'industrie de la
construction en raison de son coût relativement important et au manque de mode opératoire
adéquat et universel. Par conséquent, il est avantageux de pouvoir relier des mesures
rhéologiques à des essais empiriques plus simples et faciles à réaliser (essai d'étalement au
mini-cône et l'essai d'écoulement au cône de Marsh). Une comparaison entre les mesures
rhéologiques et les résultats des essais empiriques sont présentés dans la suite de cette partie.

102
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

3.3.1. Relation entre étalement au mini-cône et seuil de cisaillement

Des essais d’étalement au mini-cône ont été réalisés sur les suspensions cimentaires
adjuvantées et à différents dosages d’additions minérales. Les étalements obtenus varient
entre 10cm et 17cm. L’augmentation de la concentration volumique en solide diminue
l’étalement. La littérature mentionne que le seuil de cisaillement est correctement corrélé à
l’étalement mesuré au mini-cône. La figure 3.12 montre une diminution de l’étalement pour
l’ensemble des additions avec l’augmentation du seuil de cisaillement. Ces résultats
confirment ceux de plusieurs auteurs (Cyr, 99 ; Saak et al., 04 et Schwartzentruber, 06).

20

18

16
Etalement (cm)

14

12

10
R² = 0,725
8

6
0 5 10 15 20 25 30

Seuil de cisaillement (Pa)

Figure 3.12. Corrélation entre les seuils statiques et les étalements mesurés sur suspensions

3.3.2. Relation entre temps d’écoulement au cône de Marsh et viscosité

Après l’essai d’étalement, un essai d’écoulement au cône de Marsh a été réalisé suivant
l’ordre décrit dans le tableau 3.1. Le cône est rempli d’un volume de pâte de deux litres et le
temps de mesure correspond à l’écoulement d’un volume d’un litre par palier de 100ml
exprimé en secondes. L’écoulement de la pâte se fait par effet gravitaire, au fur et à mesure
que l’écoulement atteint 2/3 du volume total. La courbe qui correspond au temps
d’écoulement-volume rempli perd de sa linéarité par la diminution du poids de l’échantillon
dans le cône, d’où la nécessité d’introduire un volume plus important afin de maintenir un
écoulement continu. L'essai d'écoulement a été réalisé sur l’ensemble des suspensions
cimentaires. L'évolution du temps d'écoulement en fonction du volume coulé présente une
relation linéaire. Les résultats obtenus par l'essai d'écoulement au cône de Marsh sont
présentés sur la figure 3.13.

103
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

200 FC 30% 200 LG 30%

175 FC 45% 175 LG 45%


Temps d'écoulement (s)

Temps d'écoulement (s)


FC 60% LG 60%
150 150
125 125
100 100
75 R² = 0,999 75 R² = 0,999

50 R² = 0,998 50 R² = 0,999
25 R² = 0,998 25 R² = 0,999
0 0
0 200 400 600 800 1000 1200 0 200 400 600 800 1000 1200
Volume rempli (ml) Volume rempli (ml)

a- Pâtes à base de filler calcaire à 30, 45 et 60%, b- Pâtes à base de laitier granulé à 30, 45 et 60%,
E/C = 0,42 E/C = 0,42

200 PV 30%
175 PV 45% R² = 0,998
Temps d'écoulement (s)

150 PV 60%

125
100 R² = 0,999
75
50 R² = 0,998
25
0
0 200 400 600 800 1000 1200
Volume rempli (ml)

c- Pâtes à base de poudre de verre à 30, 45 et 60%, E/C = 0,42

300 FC 30% 300 LG 30%


FC 45% LG 45%
Temps d'écoulement (s)

Temps d'écoulement (s)

250 250
FC 60% LG 60%

200 200

150 150
R² = 0,995 R² = 0,996
100 100
R² = 0,995 R² = 0,996
50 R² = 0,995 50 R² = 0,997

0 0
0 200 400 600 800 1000 1200 0 200 400 600 800 1000 1200
Volume rempli (ml) Volume rempli (ml)

a- Pâtes à base de filler calcaire à 30, 45 et 60%, b- Pâtes à base de laitier granulé à 30, 45 et 60%,
E/C = 0,36 E/C = 0,36

104
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

300 PV 30%
R² = 0,99
PV 45%

Temps d'écoulement (s)


250
PV 60%

200

150
R² = 0,993
100
R² = 0,995
50

0
0 200 400 600 800 1000 1200
Volume rempli (ml)

c- Poudre de verre à 30, 45 et 60%, E/C = 0,36


Figure 3.13. Variation du temps d’écoulement au cône de Marsh en fonction du volume rempli pour
les différents additions

L'écoulement des différents mélanges cimentaires présentés sur la figure 3.13 révèle un
comportement linéaire tout au long de la vidange du cône. La littérature montre que la mesure
du temps d'écoulement effectuée au cône de Marsh peut être corrélée à la viscosité obtenue au
rhéomètre (Khayat, 98 ; Cyr, 99). Cyr et Diederich (Cyr, 99 ; Diederich, 10) préconisent un
temps représentatif à 150ml pour un volume de 500ml d'échantillon. Les résultats obtenus sur
la figure 3.14 présentent une bonne corrélation entre la viscosité et le temps d'écoulement au
cône de Marsh pour un volume représentatif de 300ml. Les corrélations obtenues dans notre
étude sont en accord avec les données bibliographiques citées dans ce paragraphe. On s’est
proposé de réaliser plusieurs corrélations reliant la viscosité des différents mélanges à
plusieurs temps représentatifs à différents volumes de 300, 500, 700 et 900ml par rapport à un
volume total d'un litre de pâte.

2,5 1000
R² = 0,815
Volume considéré (ml)

2,0 800 R² = 0,901


Viscosité (Pa.s)

1,5 600

1,0 400

0,5 200

0,0 0
0 10 20 30 40 50 60 0,81 0,82 0,83 0,84 0,85 0,86
Temps d'écoulement (s) Coefficient de détermination (R2)

Figure 3.14. Corrélation entre les viscosités et Figure 3.15. Pertinence du volume choisi sur le
les temps d’écoulements au cône de Marsh. coefficient de corrélation entre la viscosité et le
Pour toutes les additions le temps d’écoulement temps d’écoulement au cône de Marsh
correspond à un volume de 300 ml

105
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

La figure 3.15 présente la pertinence du volume de pâte écoulé sur le coefficient de


détermination (R²) obtenu par les corrélations des viscosités avec les différents temps
d'écoulement correspondant à plusieurs volumes choisis. Quel que soit le volume considéré, le
temps qui en découle permet d'avoir une bonne corrélation à condition d’avoir un écoulement
continu. De ce fait, la recommandation de choisir un temps d'écoulement correspondant à un
volume plus faible que celui introduit dans le cône n'est pas toujours fondée.
Les résultats des viscosités apparentes des différentes suspensions de fines présentées sur les
figures 3.14 et 3.15 ont été déterminées pour un gradient de vitesse de 10s-1. D'autres
viscosités ont été déterminées pour un gradient de vitesse de 29s-1, les résultats obtenus
montrent des corrélations acceptables.

Les résultats des essais d'ouvrabilité présentent une bonne corrélation avec les mesures
rhéologiques. En effet, le seuil de cisaillement peut être corrélé à l'étalement au mini-cône,
tandis que la viscosité apparente obtenue pour un taux de cisaillement donné est relié au
temps d'écoulement au cône de Marsh qui correspond à un volume choisi de pâtes. Quel que
soit ce volume considéré, le temps qui en découle permet d'avoir une bonne corrélation, à
condition d’avoir un écoulement continu.

4. SYNTHÈSE

Avant d'aborder l'influence de l'incorporation des additions minérales sur l'écoulement du


béton, une étude sur pâte nous a permis de mettre en évidence les besoins en eau et en
superplastifiant. Cette étude à aussi permis d’apprécier le comportement rhéologique des
suspensions. À cet effet, plusieurs essais ont été réalisés sur des suspensions cimentaires
adjuvantées et additionnées. L'approche méthodologique utilisée pour cette campagne
expérimentale, consiste :
 Dans un premier temps à déterminer la demande en eau des différentes additions
minérales utilisées sur des suspensions cimentaires non adjuvantées (ciment + addition
+ eau). Ainsi, on a pu déterminer la demande en eau minimale pour chaque mélange.
 Dans un second temps, l'étude s'est portée sur la demande en superplastifiant des
additions au sein d'une suspension cimentaire. Pour cela, plusieurs dosages de
superplastifiant par rapport à la masse du ciment ont été appliqués. Ils ont permis de
conclure à un dosage optimal (à saturation), au-delà duquel l'augmentation du dosage
n'apporte aucune amélioration à la fluidité du mélange.
La première partie de cette étude a été réalisée à l'aide de méthodes empiriques basées sur des
essais d’ouvrabilité tels que le mini-cône et le cône de Marsh, reliant les propriétés de
consistance à des paramètres rhéologiques tels que le seuil de cisaillement et la viscosité
apparente. À ce stade de l'étude, les essais d'ouvrabilité nous ont permis de déterminer
quelques propriétés relatives, impliquant le rôle joué par les additions minérales dans
l'écoulement des pâtes cimentaires. Cependant, pour une étude plus approfondie, l'utilisation
d'un rhéomètre et l'étude des suspensions en écoulement s'est avérée utile. L’étude
rhéologique nous a permis de caractériser le comportement rhéologique de chaque écoulement
et la mesure des différentes propriétés rhéologiques. De plus, des corrélations peuvent être

106
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

déduites des deux approches, empirique et rhéologique. Différents enseignements ont été
tirés.
Sur la demande en eau :
 La surface spécifique Blaine influence la demande en eau et la compacité des
mélanges. En effet, l’accroissement de la surface spécifique des additions minérales
entraîne une augmentation des besoins en eau et une diminution de la compacité des
suspensions d’additions, quelle que soit la nature minéralogique de l’addition.
 Le dosage de l’addition joue un rôle sur la demande en eau des mélanges, plus la
quantité d’addition est importante, plus les besoins en eau se font ressentir. Jusqu’à un
dosage de 30%, le filler calcaire ou le laitier granulé améliorent les propriétés
rhéologiques, se traduisant par une augmentation de l’étalement et de la compacité par
rapport à la suspension de ciment.
Sur la demande en superplastifiant :
 L'augmentation du dosage en fines accroît la demande en superplastifiant des
mélanges quel que soit le type de l'addition minérale. Les essais réalisés sur le cône de
Marsh montrent que les additions minérales consomment une part non négligeable de
superplastifiant, variable selon leurs natures. En effet, la nature de l’addition semble
influencer la demande en superplastifiant. Les résultats montrent que le filler calcaire
présente la moindre demande en superplastifiant suivi du laitier granulé. La demande
en superplastifiant du verre est la plus importante et devient très significative pour des
forts dosages.
Sur le comportement rhéologique :
 L’incorporation d’addition minérale a un effet d'amplification ou d'atténuation du
phénomène rhéoépaississant en fonction de la nature et du dosage de celle-ci. Les
pâtes à base de filler calcaire et de laitier granulé ont un comportement
rhéoépaississant quel que soit le dosage en addition et indépendamment du rapport
E/C. La poudre de verre atténue le rhéoépaississement pour des taux de 45 et 60%
d'ajout qui correspond à des rapports E/C de 0,36 et 0,42 respectivement.
 L'augmentation du dosage en addition entraine une augmentation de la concentration
volumique en solides, ce qui induit un accroissement des propriétés rhéologiques telles
que le seuil de cisaillement statique et la viscosité apparente.
 Les résultats des essais d'ouvrabilité présentent une bonne corrélation avec les mesures
rhéologiques. En effet, le seuil de cisaillement peut être corrélé à l'étalement au mini-
cône, tandis que la viscosité apparente obtenue pour un taux de cisaillement donné est
relié au temps d'écoulement au cône de Marsh qui correspond à un volume de pâte
choisi. Quel que soit ce volume considéré, le temps qui en découle permet d'avoir une
bonne corrélation, à condition d’avoir un écoulement continu.
Si le filler calcaire et le laitier granulé ont un effet fluidifiant par rapport à la poudre de verre
sur l’écoulement des suspensions cimentaires, leur effet s’atténue avec l’augmentation du
dosage. Qu’en est-il alors de leur effet sur l’écoulement des BAP ?
107
Chapitre III : Influence des additions minérales sur l’écoulement des suspensions cimentaires

Les valeurs des paramètres rhéologiques mesurés sur pâte nous permettent de considérer les
dosages de 30, 45 et 60% en masse de ciment, quelle que soit la nature de l’addition, à
condition d’avoir un dosage en superplastifiant qui est proche du dosage à la saturation et
d’avoir un rapport E/C supérieur à 0,36.
Le chapitre IV vise à vérifier la faisabilité autoplaçante avec substitution du filler calcaire
traditionnellement utilisé par le laitier granulé ou la poudre de verre.

108
CONTRIBUTION DES
ADDITIONS MINÉRALES À
L’ECOULEMENT DES BÉTONS
AUTOPLAÇANTS ET À HAUTE
PERFORMANCE

Chapitre IV
CHAPITRE IV
CONTRIBUTION DES ADDITIONS
MINÉRALES À L’ECOULEMENT DES
BÉTONS AUTOPLAÇANTS ET À
HAUTE PERFORMANCE

Si le filler calcaire est traditionnellement utilisé comme


addition dans la confection des bétons autoplaçants, le laitier
granulé et en particulier les déchets de verre le sont moins et
pourtant leur utilisation entrevoit de nombreux avantages.
L’objectif principal du présent chapitre étant de vérifier la
faisabilité autoplaçante des BAP à base de ces additions pour
différents dosages variables allant de 30 à 60%. L’étude a été
menée sur deux types de béton : un BAP d’ouvrage et un BAP à
hautes performances.

Sommaire
1. MÉTHODE UTILISÉE POUR LA FORMULATION DES BÉTONS 112
1.1. Procédure de formulation ............................................................................................. 112
1.2. Détermination du point de saturation .................................................................... 113
1.3. Formulation des bétons de référence .................................................................... 114
1.4. Démarche expérimentale de l’étude...................................................................... 116
1.5. Séquence de malaxage des bétons ........................................................................ 116
2. OUVRABILITÉ ET SÉQUENCE D’ESSAI 120
2.1. Essais d’ouvrabilité ....................................................................................................... 120
2.2. Séquence de réalisation des essais d’ouvrabilité....................................................... 121
3. RÉSULTATS OBTENUS SUR BÉTONS 121

110
3.1. Bétons d’ouvrage .................................................................................................. 121
3.1.1. Fluidité des BAP......................................................................................... 121
3.1.1.1. Etalement au cône d’Abrams ........................................................... 121
3.1.1.2. Temps T500........................................................................................ 123
3.1.1.3. Ecoulement à la boite LCPC ............................................................ 123
3.1.2. Ouvrabilité en milieu confiné ..................................................................... 124
3.1.2.1. Ecoulement à la boite en L ............................................................... 124
3.1.3. Stabilité des BAP ........................................................................................ 125
3.1.3.1. Stabilité au tamis .............................................................................. 125
3.1.3.2. Indice de ségrégation statique .......................................................... 126
3.1.4. Corrélations rhéologiques ........................................................................... 126
3.1.4.1. Seuil d’écoulement des BAP ............................................................ 126
3.1.4.2. Viscosité plastique des BAP ............................................................ 129
3.1.5. Optimisation des différentes compositions de BAP ................................... 130
3.2. Béton à hautes performances ................................................................................ 131
3.2.1. Fluidité des BAPHP ................................................................................... 131
3.2.1.1. Etalement au cône d’Abrams ........................................................... 131
3.2.1.2. Temps T500........................................................................................ 132
3.2.1.3. Ecoulement à la boite LCPC ............................................................ 132
3.2.2. Ouvrabilité en milieu confiné des BAPHP ................................................. 133
3.2.2.1. Ecoulement à la boite en L ............................................................... 133
3.2.3. Stabilité des BAPHP................................................................................... 134
3.2.3.1. Stabilité au tamis .............................................................................. 134
3.2.3.2. Indice de ségrégation statique .......................................................... 135
3.2.4. Propriétés rhéologiques des BAPHP .......................................................... 135
3.2.4.1. Seuil d’écoulement ........................................................................... 135
3.2.4.2. Viscosité plastique............................................................................ 136
4. SYNTHÈSE 137

111
Chapitre IV Contribution des additions minérales à
l’écoulement des bétons autoplaçants et à haute
performance

Le présent chapitre est consacré à l’étude de l'influence des additions minérales sur les
propriétés rhéologiques des bétons autoplaçants à l’état frais. L'une des principales
préoccupations à laquelle est confrontée la présente étude est la faisabilité autoplaçante suite
au remplacement du filler calcaire traditionnellement employé pour la formulation des BAP,
par du laitier granulé de hauts fourneaux et les déchets de poudre de verre à des dosages de 30
à 60% par rapport à la masse du ciment. Pour une large gamme de résistance, deux types de
béton ont été visés, un BAP d'ouvrage et un béton à haute performance (BAPHP avec ajout de
fumée de silice), confectionnés avec le même squelette granulaire. Plusieurs essais ont servi à
la caractérisation des différentes propriétés des BAP, dont la plupart sont normalisés.
Certaines propriétés rhéologiques ont été vérifiées par application de corrélations reliant le
seuil d'écoulement et la viscosité plastique à des paramètres d'ouvrabilité.

1. MÉTHODE UTILISÉE POUR LA FORMULATION DES BÉTONS

Plusieurs formulations ont été élaborées à partir d'une composition de référence exempte de
toute addition minérale. L'ajout des fines minérales est réalisé par addition et non par
substitution du ciment dont le dosage est maintenu constant.
Nous avons travaillé sur deux types de béton de résistance différente :
 Un béton autoplaçant d'ouvrage (BAP), qui se caractérise par une résistance
moyenne à 28 jours de 35 à 40 MPa.

 Un béton autoplaçant à haute performance (BAPHP) de classe II, qui se caractérise


par une résistance de 70 à 80 MPa.
1.1. Procédure de formulation

L'approche de formulation qui a servi à la confection des différents mélanges de cette étude
est empirique basée sur une méthodologie expérimentale s'appuyant sur les recommandations
de l’AFGC (AFGC, 08) :
 Le dosage en ciment est fixé en fonction de la résistance visée des bétons, pour les
deux classes de résistances citées ci-dessus, respectivement 350 kg/m3 pour les
BAP et 450 kg/m3 pour les BAPHP tout en respectant les normes en vigueur (NF
EN 206-1, 12).

 Le volume de pâte retenu est de 330 à 400 litres/m3, permet de favoriser


l’écoulement du béton tout en réduisant les frottements entre les granulats.

112
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

 Le dosage en fluidifiant est déterminé de façon expérimentale, sur la base d’essais


d’étalement sur béton, de telle sorte que lorsqu’on varie le dosage en adjuvant, on
obtient un étalement supérieur ou égal à 600mm.

 Le dosage en additions minérales est pris en compte par rapport à la masse du


ciment. La quantité de particules inférieures à 125µm (ciment compris) doit être
de l’ordre de 500kg/m3.

 L’optimisation du squelette granulaire a été réalisée à l’aide d’un logiciel de


formulation développé par CBAO (Conception de Béton Assistée par Ordinateur).
Elle est basée sur la méthode de Dreux - Gorisse et appliquée aux bétons
autoplaçants avec la prise d’un rapport G/S (proche de 1). Le programme
d’optimisation de la composition granulaire par le CBAO est donné en Annexe C.
1.2. Détermination du point de saturation

La fluidité est l'une des principales propriétés d'un BAP, celle-ci passe obligatoirement par
l'emploi d'un fluidifiant de type plastifiant ou superplastifiant. Deux fluidifiants ont servi à la
confection des bétons d'études, un plastifiant de type viscocrete 3045 a été utilisé pour la
composition des BAP d'ouvrage. Cependant, pour les BAP à hautes performances qui se
caractérisent par un très faible rapport E/L, un superplastifiant de type viscocrete tempo 12
s'est avéré être un choix judicieux du fait de son pouvoir puissant de dispersion qui permet de
réduire l'eau tout en maintenant une fluidité adéquate et un bon maintien de la rhéologie dans
le temps. La figure 4.1 présente l'évolution de l'étalement des deux bétons de références en
fonction de l'accroissement du dosage en superplastifiant.

650 Béton R issu des BAP


Béton R issu des BAPHP
600

550
Etalement (mm)

500

450

400

350

300
0,5 1 1,5 2 2,5 3
Dosage en superplastifiant (%)

Figure 4.1. Détermination du point de saturation en fonction de l’étalement

Pour bien cerner le rôle joué par les additions minérales sur l'écoulement du béton, le dosage
en superplastifiant est déterminé par rapport à la masse du ciment seul et maintenu constant

113
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

tout au long de cette étude. Les deux bétons de références issus des BAP d’ouvrage et ceux à
hautes performances sont formulés sans aucune addition, se caractérisant ainsi par un volume
de pâte assez faible. La forte demande en superplastifiant du Béton R, issu des BAPHP par
rapport à celui issu des BAP est principalement due au faible rapport E/C.
1.3. Formulation des bétons de référence

Dans le but de mettre en évidence l’intérêt du volume de pâte, la partie liante des bétons de
références est composée uniquement de ciment sans additions. Cependant, on s'est limité à
l'essai d'étalement, à l'appréciation visuelle lors du malaxage et à l'aspect de la galette formée
après l'essai d'étalement, comme critères d’adoption de la composition des bétons. Les
observations ont en effet montré un regroupement des granulats au centre de la galette du
béton de référence (Figure 4.2-a) et l’apparition de laitance à sa périphérie (Figure 4.2-b), des
signes révélateurs d'une ségrégation et d'un ressuage d’où l’intérêt d’emploi des additions
pour garantir la stabilité des BAP.
La principale contrainte rencontrée lors de la formulation des bétons de référence a été de
pouvoir concilier la fluidité (correspondant à un étalement minimal visé de l'ordre de 600mm)
avec un volume de pâte composé exclusivement par le ciment à des dosages modérés selon la
norme NF EN 206-1 (NF EN 206-1, 12). Les volumes de pâtes des bétons de références issus
des BAP d’ouvrage et ceux à hautes performances sont respectivement de 312 et 317
litres/m3. Ces volumes de pâtes sont inférieurs aux volumes recommandés par l’AFGC
(AFGC, 08).

a- Amoncèlement d’un tat de granulat au centre b- L’auréole de laitance de plusieurs millimètres


de la galette dépourvue de pâte de largeurs
Figure 4.2. Observations visuelles tirées de l’essai d’étalement

L’une des conditions nécessaires pour l’obtention d’un BAP stable et fluide est la limitation
du dosage et de la grosseur des gros granulats, induisant de ce fait un rapport G/S plus bas par
rapport au béton classique et l’emploi de fines minérales comme addition pour augmenter le
volume de pâte. D’après l’AFGC (AFGC, 08), Le rapport G/S doit être proche de 1. Plusieurs

114
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

formulations préliminaires ont servi à l’obtention des bétons de référence en faisant varier le
rapport G/S. Les résultats des étalements obtenus pour chaque rapport sont présentés sur la
figure 4.3.

610 Béton R issu des BAP 620 Béton R issu des BAPHP

600
590

Etalement (mm)
Etalement (mm)

580
570
560
550
540

530
520

510 500
1,2 1,1 1 0,89 1,2 1,1 1 0,89
Rapport massique (G/S) Rapport massique (G/S)

Figure 4.3. Evolution de l’étalement des bétons de références en fonction du rapport G/S

L’étalement des bétons de référence diminue avec l’augmentation du rapport G/S ce qui peut
être expliqué par l’absence d’un volume de pâte adéquat assurant un écartement suffisant des
gros granulats permettant d’atténuer les frottements intergranulaires. Il s’avère qu’un rapport
G/S égale à 0,89 assure une meilleure fluidité des bétons, ce rapport est retenu pour la suite de
notre étude.
Le tableau 4.1 résume les compositions préliminaires retenues, pour la formulation des bétons
de référence issus des BAP d’ouvrages et ceux à hautes performances.

Tableau 4.1. Composition des bétons de référence


Unité B R issu des BAP B R issu des BAPHP
Sable 0/2 kg/m3 553 540
Sable 0/4 kg/m3 286 279
Gravillon 3/8 kg/m3 205 258
Gravillon 6.3/16 kg/m3 539 525
CEM I 52.5N kg/m3 - 450
CEM II 42.5 kg/m3 350 -
Addition minérale kg/m3 - -
Eau efficace kg/m3 190 162
Viscocrete 3045 kg/m3 6,3 -
Viscocrete tempo 12 kg/m3 - 10,8
E/C - 0,54 0,36
G/S - 0,89 0,89
Volume de pâte l/m3 312 315
Air occlus % 6,4 5,5

115
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

L’emploi de fines minérales comme addition dans les bétons permet de limiter le dosage en
ciment à des valeurs raisonnables (de 350 à 450) kg/m3 de béton et de garantir un volume de
p te suffisant pour atteindre l’autoplaçance.

En dépit du faible volume de p te, l’étalement visé est atteint gr ce en partie à l’optimisation
du rapport G/S et du dosage en adjuvant, cependant le béton présente une instabilité
caractérisée par un amoncellement des gros granulats au centre de la galette et une auréole
de laitance à sa périphérie. Pour augmenter le volume de pâte deux possibilités sont offertes,
la première consiste en l’augmentation du dosage en ciment, ce qui induit un surcoût sur le
plan économique et des risques de fissuration par une exothermie importante sur le plan
technique. La deuxième voie consiste en l’emploi d’additions minérales.
1.4. Démarche expérimentale de l’étude

La démarche expérimentale utilisée au cours de cette étude est schématisée sur la figure 4.4 et
les différentes compositions de BAP et de BAPHP élaborées sont présentées respectivement
dans les tableaux 4.2 et 4.3. Par souci de simplification, on désigne le filler calcaire par (FC),
le laitier granulé par (LG), la poudre de verre par (PV) et la fumée de silice par (FS). Le
numéro qui suit chaque appellation correspond au dosage de l'addition exprimée en pourcent
par rapport à la masse du ciment.
Remarque : pour des raisons de résistances mécaniques et afin de maintenir un volume de pâte
entre 330 et 400 litres/m3, le dosage en addition minérale pour la formulation des BAPHP a
été limitée à 25% du poids du ciment et celui de la fumée de silice à 30 kg/m 3, limite prescrite
par le fabricant.
1.5. Séquence de malaxage des bétons

La procédure de fabrication des bétons, notamment l'ordre d'introduction des constituants


dans la bétonnière ainsi que la séquence de malaxage ont été les mêmes pour tous les
mélanges. La séquence et la durée de malaxage qui ont servi à la confection des différents
bétons d'étude sont décrites dans le chapitre II (Cf. Chapitre II, §2.3).

116
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

Démarche expérimentale

Béton d’ouvrage Béton à haute performance


(BAP) (BAPHP)

Béton R issu des BAP Béton R issu des BAPHP

Pour chaque type d’addition, trois Ajouts des additions minérales pour un taux de 25%
dosages seront étudiés : 30, 45 et 60%
par rapport au poids du ciment
BAPHP FC BAPHP LG BAPHP PV BAPHP FS

BAP FC BAP LG BAP PV Introduction de la fumée de silice en


combinaison aux autres additions
minérales pour un dosage de 30 kg/m3
Après optimisation du dosage de l’addition

BAP FC BAP LG BAP PV BAPHP FC+FS BAPHP LG+FS BAPHP PV+FS

Figure 4.4. Organigramme de la démarche expérimentale utilisée

117
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

Tableau 4.2. Composition des BAP d’ouvrages


Sable Sable Gravillon Gravillon Addition Eau Air
BAP CEM II SP E/C G/S V/pâte
0/2 0/4 3/8 6.3/16 minérale efficace occlus
Unité kg/m3 kg/m3 kg/m 3
kg/m3 kg/m3 kg/m3 kg/m3 kg/m3 - - % l/m3
Béton R 553 286 205 539 350 - 190 6,3 0,54 0,89 6,4 312
BAP FC 30 518 267 190 503 350 105 190 6,3 0,54 0,89 6,3 355
BAP FC 45 498 256 183 484 350 157,5 190 6,3 0,54 0,89 6,4 377
BAP FC 60 478 244 174 467 350 210 190 6,3 0,54 0,89 6,5 398
BAP LG 30 532 276 199 517 350 105 190 6,3 0,54 0,89 5,2 348
BAP LG 45 522 272 198 508 350 157,5 190 6,3 0,54 0,89 4,3 366
BAP LG 60 509 265 191 497 350 210 190 6,3 0,54 0,89 4 385
BAP PV 30 528 273 198 513 350 105 190 6,3 0,54 0,89 5,1 354
BAP PV 45 510 266 192 496 350 157,5 190 6,3 0,54 0,89 5 374
BAP PV 60 497 260 188 486 350 210 190 6,3 0,54 0,89 4,2 395
BAP FC 60 500 258 185 486 350 210 175 7 0,50 0,89 5,4 380
BAP LG 60 529 280 203 515 350 210 175 7 0,50 0,89 2,9 367
BAP PV 60 517 273 199 506 350 210 175 7 0,50 0,89 3,1 376

Bétons de références
Bétons étudiés au 5ème chapitre

118
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

Tableau 4.3. Composition des BAP à hautes performances


Sable Sable Gravillon Gravillon Addition Eau Air
BAP CEM I SP E/C G/S V/pâte
0/2 0/4 3/8 6.3/16 minérale efficace occlus
Unité kg/m3 kg/m3 kg/m 3
kg/m3 kg/m3 kg/m3 kg/m3 kg/m3 - - % l/m3
Béton R 540 279 258 525 450 - 162 10,8 0,36 0,89 5,5 317
BAPHP FC 535 280 204 521 450 112 155 10,8 0,34 0,89 4 356
BAPHP LG 543 286 207 526 450 112 155 10,8 0,34 0,89 3,8 349
BAPHP PV 538 284 208 525 450 112 155 10,8 0,34 0,89 3,6 354
BAPHP FS 547 286 267 531 450 30 155 10,8 0,34 0,89 3,7 324
BAPHP FC+FS 526 276 204 513 450 112 + 30 158 10,8 0,35 0,89 3,2 372
BAPHP LG+FS 532 280 208 519 450 112 + 30 158 10,8 0,35 0,89 3,1 365
BAPHP PV+FS 529 278 206 518 450 112 + 30 158 10,8 0,35 0,89 2,9 371

Bétons de références
Bétons étudiés au 5ème chapitre

119
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

2. OUVRABILITÉ ET SÉQUENCE D’ESSAI

2.1. Essais d’ouvrabilité

Plusieurs tests empiriques conçus spécifiquement pour évaluer le caractère autoplaçant sont
décrits dans le chapitre I (Cf. Chapitre I, §5). Afin de caractériser le comportement
autoplaçant de nos différents mélanges, nous avons choisi pour la suite de ce travail, cinq
essais, dont trois sont normalisés par l’AFNOR. L’ensemble des tests est regroupé dans le
tableau 4.4 avec les grandeurs mesurées et les observations qui peuvent être tirées à travers
l’essai.

Tableau 4.4. Essais d’ouvrabilités utilisées

Essais Grandeurs mesurées Observations


Temps en seconde mis pour L’aspect de la galette après arrêt
atteindre un étalement de 500 de l’écoulement nous renseigne
mm de diamètre (T500). sur des éventuelles anomalies
Etalement au cône Diamètre moyen final de la liées à la ségrégation et au
d’Abrams galette correspondant à la ressuage.
moyenne de deux diamètres
perpendiculaires (Dmoy) en
(mm).
Un amoncellement de granulats
Taux de remplissage de la au niveau des barres est un signe
Boite en L
boite (H2/H1). révélateur d’une ségrégation
dynamique du béton.
Une éventuelle présence d’eau à
la surface du seau après 15
minutes, est un signe de
ressuage du béton.
Pourcentage de laitance qui
Stabilité au tamis passe à travers un tamis La séparation du béton dans le
d'ouverture 5 mm (P). seau (phase suspendant à la
partie supérieure et
l’amoncellement d’agrégats au
fond) est un signe de
ségrégation statique.
L’apparition de laitance dans le
Longueur d’étalement (L) en canal et un dépôt des granulats
Boite LCPC
cm. au fond du seau sont des signes
d'une ségrégation du béton.
ISS < 5 % (béton présentant une
Teneur en granulats de chaque
Indice de ségrégation bonne homogénéité et une
partie, inférieure, médiane et
statique résistance à la ségrégation
supérieure (ISS).
statique).

120
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

2.2. Séquence de réalisation des essais d’ouvrabilité

Par manque d'opérateurs et de quantité assez importante de matériaux, il nous a été impossible
de réaliser l'ensemble des essais en simultané. Pour pallier ce problème, une chronologie
d'essai (présentée dans le tableau 4.5) a été mise au point et appliquée à l'ensemble des
mélanges.

Tableau 4.5. Séquence de réalisation des essais à l’état frais

Délai Essai
Après la fin du malaxage, un échantillon de 10 litres de béton est récupéré de
t0 la bétonnière, recouvert et conservé à l’abri de l’évaporation pendant 15 min
pour l’essai de stabilité au tamis.
t0 + 3min Un essai d’étalement au cône d’Abrams est effectué.
t0 + 7min En parallèle, un opérateur réalise l’essai de la boite LCPC.
Suite aux deux essais précédents, l’ensemble du béton est récupéré, puis
t0 + 15min remalaxé 30 secondes afin de ré-homogénéiser le béton avant de réaliser
l’essai à la boite en L.
t0 + 18min Les 15 minutes de repos finis, on réalise l’essai de stabilité au tamis
t0 + 21min Pour finir, on réalise une mesure de la masse volumique et de la teneur en air.
Une fois tous les essais effectués, on procède à un dernier re-malaxage de 30
secondes, avant la mise en place du béton dans la colonne pour l’essai de
t0 + 30min
ségrégation statique et dans les moules d’éprouvettes pour les essais à l’état
durci.

t0 : correspond à l’arrêt du malaxage.

3. RÉSULTATS OBTENUS SUR BÉTONS

Les essais empiriques cités dans le tableau 4.4 ont été réalisés sur des bétons, dont la gamme
de résistance en compression étudiée couvre une plage allant des bétons d'ouvrage (35 - 40
MPa) aux bétons à hautes performances (70 - 80 MPa).
3.1. Bétons d’ouvrage

3.1.1. Fluidité des BAP

3.1.1.1. Etalement au cône d’Abrams

Les résultats obtenus et présentés sur la figure 4.5 montrent que tous les bétons ont des
valeurs d’étalement qui s’inscrivent dans le domaine des BAP (550 à 850mm) prescrit par la
norme NF EN 206-9 (NF EN 206-9, 10).

121
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

850 850

800 800
Etalement (mm)

Etalement (mm)
750 750
R² = 0,746
700 700

650 BAP FC 650

BAP LG
600 600
BAP PV
550 550
0 15 30 45 60 75 290 310 330 350 370 390 410
Taux des additions (%) Volume de pâte (L)

Figure 4.5. Influence du dosage en addition sur Figure 4.6. Relation entre l’étalement et le
l’étalement volume de pâte

Toutes les additions améliorent de façon remarquable l'étalement par augmentation du volume
de la pâte due à l'introduction des additions. En effet, la littérature révèle l'existence d'une
théorie appelée « théorie de la pâte en excès » proposée par Kennedy (Kennedy, 40). Cette
théorie suppose que l'ouvrabilité d'un béton peut être améliorée si la quantité de pâte est
suffisamment importante pour couvrir la surface des grains. Oh et al. (Oh et al., 99)
rapportent que la couche de pâte qui enrobe les granulats réduits les contacts entre les
particules et minimise les frictions entre eux. De ce fait, plus l'épaisseur de cette couche est
importante, plus l'espace entre les granulats est important et moins les frictions sont
imposantes et par conséquent, l'ouvrabilité du mélange est améliorée. La figure 4.6 illustre
une bonne corrélation entre l'étalement et le volume de pâte, corroborant ainsi les résultats
obtenus sur l’étalement.
Cependant, au-delà d'un dosage optimal de 45% d'addition, l'étalement diminue par effet de
l'augmentation de la concentration volumique en solides, mais reste dans le domaine des BAP
et largement supérieur à celui donné par le Béton R. En effet, Yahia et al. (Yahia et al., 05)
montrent que les fines particules de l'addition s'intercalent dans les vides trouvés entre les
particules du mortier, la compacité est ainsi améliorée par un meilleur arrangement des
particules dans la matrice. De ce fait, la quantité d'eau contenue dans ces vides est dispersée
dans la solution interstitielle et améliore ainsi la fluidité du mélange. Cependant, au-delà d'un
dosage critique, la viscosité du mortier augmente avec l'ajout de l'addition (Yahia et al., 05).
Le FC garantit les valeurs maximales de l’étalement par rapport au LG et à la PV du fait de sa
faible demande en superplastifiant qui est moindre pour une même fluidité (Zhu, 05). En effet,
certaines additions à caractère réactif comme le laitier granulé présentent un écoulement qui
dépend de deux composantes : une composante physico-chimique et une composante
granulaire liée aux frottements des particules (Toutou, 02). Shi et al. (Shi et al., 98) rapportent
que les laitiers de hauts fourneaux adsorbent le superplastifiant, il est donc possible, à dosage
constant en super plastifiant, qu’une diminution de la fluidité soit observée.

122
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

3.1.1.2 Temps T500

Le temps T500 est réalisé conjointement avec l’essai d’étalement, il correspond au temps que
met la galette de béton pour atteindre un étalement de 500mm, il nous renseigne sur la vitesse
de déformation du béton. La figure 4.7 représente l’évolution du T500 des trois BAP pour
différents dosages d’additions.

1,1
BAP FC
BAP LG
0,9 BAP PV
T500 (sec)

0,7

0,5

0,3
0 15 30 45 60 75
Taux des additions (%)

Figure 4.7. Influence du dosage en addition sur le temps T500

Les valeurs du T500 obtenues révèlent que tous les bétons ont des temps d’étalement qui
s’inscrivent dans le domaine des BAP (inférieurs à 2 sec) (NF EN 206-9, 10). D’une part, les
BAP avec additions ont une mise en place plus rapide par rapport au Béton R d’autre part, au-
delà d’un taux de 45% d’ajout, l’effet inverse se produit, la mise en place se fait moins
rapidement, mais reste inférieure au Béton R. Dans un premier temps l’introduction des
additions améliorent la fluidité par la réduction des frottements intergranulaires ce qui permet
un écoulement plus rapide mais au-delà d’un certain dosage la concentration en solide
augmente et provoque le ralentissement de l’écoulement du béton.
3.1.1.3. Ecoulement à la boite LCPC

L'essai à la boite LCPC développé par Roussel (Roussel, 07) permet de caractériser la fluidité
d'un BAP au même titre que l'essai d'étalement au cône d'Abrams. Les résultats obtenus par
l'essai à la boite LCPC sont présentés sur la figure 4.8. On constate que l'allure des courbes
suit presque la même évolution que celle obtenue par l'essai d'étalement au cône. Rappelons
que le volume d'échantillon testé à la boite LCPC est d’environ 6 litres, l'équivalent en
volume du cône d'Abrams, on s'attend donc à ce que les résultats de cette méthode soient
corroborés avec ceux de l'étalement au cône. En effet, la figure 4.9 présente une bonne
corrélation entre les mesures de l'étalement au cône et les longueurs d'écoulement à la boite.
Ces observations ont été confirmées par d’autres auteurs (Yamine, 07).

123
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

120 1200

Longueur d'atalement (mm)


Longueur d'étalement (cm)

1100
100
1000
R² = 0,901
80 900

800
60
BAP FC 700
40 BAP LG
600
BAP PV
20 500
0 15 30 45 60 75 600 650 700 750 800 850
Taux des additions (%) Etalement (mm)

Figure 4.8. Influence du dosage en addition sur Figure 4.9. Relation entre la longueur d’étalement
la longueur d’étalement à la boite LCPC à la boite LCPC et l’étalement au cône d’Abrams

Quelle que soit la méthode de caractérisation, l’augmentation du dosage en additions


améliore la fluidité des BAP, ainsi que leur temps de mise en place pour un dosage optimal de
45%. Au-delà de ce dosage, la fluidité diminue et le temps d’étalement augmente. La plus
grande valeur de fluidité est obtenue par le filler calcaire suivi par la poudre de verre et enfin
le laitier granulé pour les raisons que nous avons exposées et qui concernent essentiellement
leur nature, leur demande en eau et en SP.
3.1.2. Ouvrabilité en milieu confiné

3.1.2.1. Ecoulement à la boite en L

La fluidité pour un béton autoplaçant n'est pas la seule condition à vérifier, en effet, un BAP
doit pouvoir passer à travers un ferraillage plus ou moins dense sous l'effet unique de son
propre poids. Afin de caractériser la capacité de passage, un essai à la boite en L avec une
configuration à trois barres a été appliqué à l'ensemble des mélanges. Les résultats obtenus
sont présentés sur la figure 4.10.

1
Domaine des BAP

0,9

0,8
H2/H1

0,7

0,6 BAP FC
BAP LG
0,5
BAP PV
0,4
0 15 30 45 60 75
Taux des additions (%)

Figure 4.10. Effet du dosage en addition sur l’écoulement à la boite en L

124
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

La plupart des BAP donne des taux de remplissage qui s'inscrivent dans le domaine des
bétons autoplaçants (H2/H1 ≥ 0,8) selon la norme NF EN 206-9 (NF EN 206-9, 10), excepté le
Béton R qui donne une valeur du taux de remplissage de 0,52. Le Béton R se caractérise par
un faible volume de pâte (312 litres), insuffisant pour entraîner les gros granulats et minimiser
les frictions entre eux (d'après la théorie de l'excès de pâte). Ce qui a induit un phénomène de
blocage en amont des barres stoppant ainsi le passage du béton.
Le BAP LG avec un dosage de 30% d'addition, donne une valeur critique du taux de
remplissage de 0,77 traduisant un volume de pâte encore insuffisant ; la densité du LG est
supérieure à celle du FC et de la PV. Ces résultats confirment le taux optimal d'addition de
45%. Au-delà de ce dosage on constate une légère diminution du taux de remplissage quel
que soit le type de l'addition.

L’incorporation du FC, LG et la PV améliore la capacité de passage des BAP pour un taux


de 45%, au-delà duquel on assiste à une légère diminution de la mobilité.
3.1.3. Stabilité des BAP

3.1.3.1. Stabilité au tamis

Les résultats présentés sur la figure 4.11 montrent que le Béton R se caractérise par la plus
grande stabilité. La faible valeur de laitance mesurée est due en fait au manque de pâte dans le
Béton R qui peut rester collée aux granulats, ce qui introduit alors un biais (sous-estimation)
de la mesure. Le volume de mortier est insuffisant pour s'écouler à travers le tamis, ce qui
peut d’ailleurs conduire à une qualité de parement assez mauvaise (Cussigh et al., 03). En
effet, on peut admettre une mesure biaisée car lors de la mise au repos des 10 litres de BAP au
moment de la réalisation de l'essai de stabilité au tamis, après 15 minutes d'attente, une
pellicule d'eau claire est apparue à la surface du béton signe révélateur de ressuage ; de plus,
un dépôt de granulats au fond du seau dû à une ségrégation statique du béton a été observé.

25
Pourcentage de laitance (%)

20
Domaine des BAP

15

BAP FC
10 BAP LG
BAP PV
5
0 15 30 45 60 75
Taux des additions (%)

Figure 4.11. Influence du dosage en addition sur la stabilité au tamis

L’emploi des additions a permis d’absorber l’eau de ressuage en augmentant le volume de


pâte. Cependant, l’augmentation du dosage en addition a réduit la stabilité des BAP, sans être

125
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

critique. On note toutefois un dosage optimal d’addition de l’ordre de 45%, au-delà duquel la
stabilité accroît par augmentation de concentration volumique en solides dans la pâte, le
mortier devient trop visqueux pour s’écouler à travers le tamis.
3.1.3.2. Indice de ségrégation statique

L'essai qui a servi à la vérification de la ségrégation statique des BAP est tiré des travaux de
Bensebti et al. (Bensebti et al., 07). L'approche utilisée a été inspirée des études de Sidky et
al. et ceux d'Otsuki et al. (Sidky et al., 82 et Otsuki et al., 96). L’essai est décrit au chapitre II
(Cf. Chapitre II, §3.4.3.2). Les résultats obtenus sont présentés sur la figure 4.12.

3,5

2,5
ISS (%)

1,5 BAP FC
BAP LG
1
BAP PV
0,5
0 15 30 45 60 75
Taux des additions (%)

Figure 4.12. Influence du dosage en addition sur l’indice de ségrégation statique

Les résultats obtenus à l’issu de l’essai de ségrégation statique, montrent une bonne
répartition granulaire entre les différentes parties de la colonne (supérieure, centrale et
inférieure). Les teneurs en gros granulats correspondant aux parties inférieure et supérieure de
la colonne, n’excèdent pas les 5%, signe d’une bonne distribution des granulats dans la masse
du béton sur toute la hauteur de la colonne. Au-delà de 45% d’ajout une légère diminution de
l’ISS est constaté ce qui traduit une légère amélioration de la stabilité. Bensebti et al.
(Bensebti et al., 07), constate que pour une différence de teneur en granulats n'excédant pas
les 5% dans la colonne (Ginf – Gsup < 5%), aucun signe de ségrégation n’est envisageable. Les
résultats trouvés au cours de cette étude, sont inférieurs à 5%.

Les trois principales caractéristiques normalisées : étalement au cône d’Abrams, capacité de


passage à la boîte en L et la stabilité au tamis qui permettent de garantir la qualité
autoplaçante d’un béton sont pratiquement satisfaites par les additions utilisées mais à des
dosages entre 45 et 60% par rapport à la masse du ciment.
3.1.4. Corrélations rhéologiques

3.1.4.1. Seuil d’écoulement des BAP

Les seuils ont été obtenus par deux méthodes différentes, basées sur des essais d'écoulement à
la boite LCPC à l'aide d'un abaque proposé par (Roussel, 07), reliant longueur d'étalement et

126
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

seuil d'écoulement (Cf. Chapitre II, §3.4.1.3) et ceux de l'étalement au cône d'Abrams en
utilisant l'équation 4.1, proposée par Kurokawa et al. (Kurokawa et al., 94) et rapporté par Jin
(Jin, 02) :

(4.1)

Avec : ρBAP : la masse volumique du béton (kg/m3),


g : l’accélération de la pesanteur en (m/s2),
Vcône : le volume du cône d’Abrams en (m3),
Sf : l’étalement en (mm).
Les résultats obtenus et présentés sur la figure 4.13 illustrent l'évolution du seuil d'écoulement
des BAP en fonction du dosage d'incorporation de l'addition minérale. Quelle que soit la
méthode de détermination du seuil, les résultats montrent un effet fluidifiant pour toutes les
additions minérales, se traduisant par une diminution importante du seuil d'écoulement des
BAP. On relève là aussi un dosage optimal de l'ordre de 45%, au-delà duquel, le seuil
d'écoulement des BAP a tendance à augmenter légèrement.

BAP avec 30 % d'ajout BAP avec 30 % d'ajout


280 BAP avec 45 % d'ajout 280 BAP avec 45 % d'ajout
BAP avec 60 % d'ajout BAP avec 60 % d'ajout
240 240
Seuil d'écoulement (Pa)

Seuil d'écoulement (Pa)

200 200

160 160

120 120

80 80

40 40

0 0
CEM II FC LG PV CEM II FC LG PV

a- seuil déduit de la boite LCPC b- seuil déduit du cône d’Abrams


Figure 4.13. Effet du dosage en addition sur le seuil d’écoulement

Selon Wallevik (Wallevik, 03), le seuil nécessaire pour l'obtention d'un béton suffisamment
fluide ne présentant pas de risque de ségrégation, doit être inférieur à 200Pa. En effet, les
résultats obtenus se situent au-dessous de cette limite à l'exception du Béton R. Les deux
méthodes de détermination du seuil présentent en moyenne un écart de 145Pa. Cependant, la
figure 4.14 montre une bonne corrélation entre le seuil d'écoulement obtenu par l'essai
d'étalement et celui obtenu par la boite LCPC.

127
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

270

Seuil déduit de l'étalement (Pa)


R² = 0,9532
250

230

210

190

170

150

130
0 20 40 60 80 100
Seuil déduit de la boite LCPC (Pa)

Figure 4.14. Corrélation entre le seuil d’écoulement obtenu par l’essai d’étalement et celui obtenu
par la boite LCPC

Les tendances des seuils d'écoulement obtenus par l'essai de la boîte LCPC et celui du cône
d'Abrams, confirment celles trouvées par les différentes additions minérales étudiées lors de
l'essai d'étalement. En effet, la figure 4.15 souligne une relation entre l'étalement des BAP et
les seuils d'écoulement obtenus par les deux approches.

Seuil déduit du test d'étalement


Seuil déduit de la boite LCPC
300 100
Seuil déduit du cône d'Abrams (Pa)

Seuil déduit de la boite LCPC (Pa)

250
80

200
60
150

R² = 0,976 40
100

20
50
R² = 0,876
0 0
600 650 700 750 800 850
Etalement (mm)

Figure 4.15. Relation entre l’étalement et le seuil déduit du cône d’Abrams et de la boite LCPC

Les seuils d'écoulement des BAP diminuent parallèlement à l'augmentation des étalements. La
corrélation entre l'étalement et le seuil obtenu par le cône d'Abrams est bonne. Cependant, la
relation qui relie l'étalement au seuil obtenu par la boîte LCPC montre une bonne corrélation
aussi, révélant la pertinence de cette méthode.

128
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

3.1.4.2. Viscosité plastique des BAP

Le comportement Binghamien à été adopté à l’échelle des bétons. Pour cela la viscosité
plastique, estimée par application de l’équation 4.2 proposée par Sedran (Sedran, 99) est
présentée sur la figure 4.16.

(4.2)

Avec : µ : la viscosité plastique en (Pa.s),


ρBAP : la masse volumique du béton (kg /m3),
Sf : l’étalement en (mm),
T500 : temps que met la galette à atteindre un diamètre de 500 mm (en seconde).
La figure 4.16 montre qu'avec l'augmentation du volume de la pâte, la viscosité diminue, ce
qui explique une plus grande fluidité et un temps T500 plus faible des BAP avec addition.
Cependant, au-delà de 45% d'addition, la viscosité augmente par effet de l'augmentation de la
concentration volumique en solides. Les résultats obtenus sont bien corroborés avec ceux du
temps T500, comme l'illustre la figure 4.17, mais aussi avec les résultats de la stabilité au
tamis. En effet, Umehara et al. (Umehara et al., 94) rapportent que la diminution de la
viscosité du béton s’accorde avec une diminution de la stabilité.

33 BAP FC 1
BAP LG
Viscosité plastique (Pa.s)

28 BAP PV 0,8
R² = 0,862
23 0,6
T500 (S)

18 0,4

13 0,2

8 0
0 15 30 45 60 75 10 15 20 25 30 35
Taux des additions (%) Viscosité plastique (Pa.s)

Figure 4.16. Effet du dosage en addition sur les Figure 4.17. Relation entre la viscosité plastique
viscosités et le temps T500

Wallevik (Wallevik, 03) qui a travaillé sur la rhéologie des BAP, préconise un domaine bien
déterminé dans lequel les paramètres rhéologiques combinés d'un BAP (seuil de cisaillement
et viscosité plastique) doivent figurer afin d'obtenir les propriétés rhéologiques d'un béton
autoplaçant. Les valeurs rhéologiques du domaine acceptable pour les BAP et ceux du
domaine de validité sont portées sur la figure 4.18. Les valeurs rhéologiques obtenues au
cours de cette étude ont été superposées sur le graphique proposé par Wallevik.

129
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

160
Domaine acceptable pour BAP

Domaine de validité d'un BAP


Seuil d'écoulement (Pa)
120
Nos points expérimentaux

80

40

0
0 30 60 90 120
Viscosité plastique (Pa.s)

Figure 4.18. Domaine de validité pour l’obtention d’un BAP (Wallevik, 03)

D'après l'auteur, la viscosité plastique n'est pas le seul paramètre à prendre en compte pour la
résistance à la ségrégation, mais une combinaison des paramètres rhéologiques entre viscosité
et seuil de cisaillement serait à l'origine d'un bon comportement des BAP. L'auteur montre
qu'une viscosité inférieure ou égale à 40Pa.s permet d'avoir un seuil d'écoulement suffisant
pour garantir une bonne résistance à la ségrégation. Cependant, pour une viscosité importante
supérieure à 70Pa.s, le seuil d'écoulement doit être proche de zéro pour permettre un bon
remplissage et des propriétés autoplaçantes satisfaisantes.
La majorité des points expérimentaux se situe à l'intérieur du domaine des valeurs acceptables
et correspondent pour la plupart à des BAP avec un dosage de 60% d’addition ; cependant, le
Béton R et tous les BAP à 45% d'ajout se situent à l'extérieur des domaines ciblés par
Wallevik. En effet, le Béton R avec son faible étalement (610mm), son seuil d'écoulement de
92Pa lui confère des propriétés autoplaçantes insuffisantes. Un dosage en addition de 45%,
procure aux BAP des propriétés rhéologiques assez faibles qui les positionnent aux frontières
du domaine acceptable, néanmoins, ces BAP sont satisfaisants au sens de la norme NF EN
206-9 (NF EN 206-9, 10).

Quelle que soit l’approche employée, l’incorporation du FC, du LG et de la PV réduit le seuil


d'écoulement et la viscosité pour un taux de 45%. Au-delà de ce dosage, une faible
augmentation du seuil et de la viscosité est constatée.
3.1.5. Optimisation des différentes compositions de BAP

Au cours de l'étude présente, une optimisation du dosage en addition minérale a été réalisée
sur les mélanges étudiés. En effet, lors de cette étude on a pu remarquer que l'augmentation du
dosage en fines, améliore les propriétés autoplaçantes des BAP pour un taux optimal de 45%
d'ajout. Au-delà duquel, on constate une diminution peu significative du caractère autoplaçant
sans pour autant atténuer les performances rhéologiques des BAP, qui restent dans le domaine
préconisé par les normes en vigueur (NF EN 206-9, 10), d’ailleurs le domaine de validité pour

130
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

l’obtention d’un BAP préconisé par Wallevik (Wallevik, 03) valide plutôt les BAP avec 60%
d’addition. Les résultats obtenus sur béton durci en termes de gain de résistance (ce point fera
l'objet du chapitre V) militent plutôt pour un dosage en addition de 60%. Tenant compte des
résultats obtenus aussi bien sur les BAP à l’état frais et à l’état durci un dosage en addition de
60% d'ajout se révèle un choix judicieux et à la fois intéressant dans la mesure où il satisfait
les critères d'ouvrabilité et garantit des propriétés mécaniques plus importantes par rapport
aux autres dosages. Le tableau 4.6 résume l'ensemble des résultats obtenus sur BAP
optimisés, dont les compositions sont présentées dans le tableau 4.2.

Tableau 4.6. Résultats des essais d’ouvrabilités des BAP optimisés


Essai Unité BAP FC BAP LG BAP PV
Etalement au cône mm 725 715 690
T500 sec 0,78 1,42 1,72
Boite LCPC cm 88,5 85,5 76
Boite en L % 83 85 86
Pourcentage laitance % 16,76 10,78 6,11
ISS % 9 6,1 5,4
Seuil d’écoulement Pa 25,5 30 40,7
Viscosité plastique Pa.s 31,5 58 63

3.2. Bétons à hautes performances

3.2.1. Fluidité des BAPHP

3.2.1.1. Etalement au cône d’Abrams

La figure 4.19 illustre l'influence de la nature des additions sur l'étalement des BAPHP.

750 BAPHP avec additions minérales


BAPHP avec additions combinés à la FS

700
Etalement (mm)

650

600

550
CEM I FC LG PV FS

Figure 4.19. Effet de la nature de l’addition sur l’étalement des BAPHP

131
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

Tous les bétons ont des valeurs d'étalement qui s'inscrivent dans le domaine des bétons
autoplaçants. Le BAPHP à base de fumée de silice présente un étalement inférieur à celui du
Béton R, ceci est dû à la forte demande en eau de ce dernier. En effet, plusieurs auteurs
rapportent que la fumée de silice a une demande en eau plus importante que celle du ciment,
ce qui se traduit par une réduction des propriétés rhéologiques (Ferraris et al., 01 ; Cyr, 03 et
Yamine, 07). Le même phénomène a été observé pour les BAPHP à base d'additions
minérales combinées avec la fumée de silice, où on note une perte d’étalement.
3.2.1.2. Temps T500

Les résultats des temps d'étalement T500 obtenus sur les BAPHP et présentés sur la figure 4.20
montrent que les BAPHP ont des temps d'étalement plus longs que les BAP. En effet, leur
viscosité est nettement plus importante, ce qui est probablement dû à l'utilisation d’un
superplastifiant différent de celui utilisé pour les BAP et qui garantit une robustesse plus
importante. Les BAPHP additionnés de fumée de silice ont les T500 les plus lents. Il a été
rapporté que l'emploi de la fumée de silice augmente la viscosité en améliorant la compacité
des mélanges (Ferraris et al., 01 ; Cyr, 03 ; El Barrak, 05 et Park et al., 05), autrement dit,
l'augmentation du temps d'étalement. En effet le BAPHP à base de fumée silice enregistre le
T500 le plus lent.

3,5 BAPHP avec additions minérales


BAPHP avec additions combinés à la FS
3

2,5
T500 (Sec)

1,5

0,5

0
CEM I FC LG PV FS

Figure 4.20. Effet de la nature de l’addition sur le temps T500 des BAPHP

3.2.1.3. Ecoulement à la boite LCPC

Les résultats obtenus par l'essai à la boite LCPC présentés sur la figure 4.21, montrent l’effet
de la fumée de silice sur la diminution de la capacité d’écoulement des bétons ce qui
corrobore les résultats obtenus par l’essai d’étalement au cône d’Abrams. Une corrélation
entre les deux méthodes a déjà été évoquée au §3.1.1.3.

132
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

100 BAPHP avec additions minérales


BAPHP avec additions combinés à la FS

Longueur d'étalement (cm) 80

60

40

20

0
CEM I FC LG PV FS

Figure 4.21. Effet de la nature de l’addition sur la longueur d’étalement des BAPHP

Quelle que soit la méthode de caractérisation de la fluidité, celle-ci montre que l’addition de
la fumée de silice réduit la fluidité et augmente la viscosité et le temps d’étalement des
BAPHP.
3.2.2. Ouvrabilité en milieu confiné des BAPHP

3.2.2.1. Ecoulement à la boite en L

La capacité de passage à la boite en L des différents mélanges est présentée sur la figure 4.22.
À l'exception de quelques mélanges, la majorité des BAPHP a un taux de remplissage
supérieur ou égal à 0,8.

1 BAPHP avec additions minérales


BAPHP avec additions combinés à la FS

0,8

0,6
H2/H1

0,4

0,2

0
CEM I FC LG PV FS

Figure 4.22. Effet de la nature de l’addition sur la capacité de remplissage des BAPHP

En effet, pour les mêmes raisons que le Béton R issu des BAP, le Béton R issu des BAPHP
contient un faible volume de pâte (317 litres/m3) favorable au blocage du béton au niveau des

133
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

barres du dispositif, d'où un faible taux de remplissage de l'ordre de 57%. Le BAPHP FS a un


taux de remplissage encore plus faible, aggravé par une demande en eau supplémentaire de la
fumée de silice qui engendre une viscosité importante, rendant la mobilité du béton difficile
en milieu confiné ; de ce fait, le passage de ce dernier à travers la grille est interrompu après
un taux de remplissage de 50%. Cependant, dans certains cas, l'ajout de fumée de silice
améliore la capacité de remplissage des mélanges, on constate que les BAPHP à base de
laitier et de verre combinés à la fumée de silice présentent un meilleur remplissage de la boite,
dû à une augmentation de la résistance à la ségrégation et une réduction du ressuage
(Collepardi et al., 04). En effet, lors de l’écoulement d'un béton fluide à travers un obstacle,
les gravillons cisaillent le mortier et ont tendance à venir en contact les uns avec les autres ; si
le béton a une faible résistance au cisaillement (AFGC, 08). Néanmoins, dans le cas du
BAPHP à base de filler calcaire, l'ajout de fumée de silice réduit légèrement la capacité de
remplissage du béton.

L'ajout de FS réduit la capacité de remplissage lorsqu'elle est utilisée seule avec le ciment,
cependant, utilisée conjointement avec une addition de type LG ou PV, le mélange présente
un meilleur taux de remplissage.
3.2.3. Stabilité des BAPHP

3.2.3.1. Stabilité au tamis

Les résultats des essais sur la stabilité au tamis des BAPHP présentés sur la figure 4.23 se
situent à l'intérieur du domaine prescrit par la norme NF EN 206-9 (NF EN 206-9, 10).

16 BAPHP avec additions minérales


BAPHP avec additions combinés à la FS
14
Pourcentage de laitance (%)

12

10

0
CEM I FC LG PV FS

Figure 4.23. Effet de la nature de l’addition sur la stabilité au tamis des BAPHP

Le Béton R et le BAPHP FS qui ont le volume de pâte le plus faible, se caractérisent par un
faible pourcentage de laitance inférieure ou égale à 5% traduisent un manque de pâte qui reste
collée aux granulats, ce constat a été aussi observé sur le Béton R au §3.1.3.1. Les mélanges à
base de laitier granulé et de poudre de verre se caractérisent par un pourcentage de laitance

134
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

plus important, mais leur stabilité reste dans le domaine acceptable des BAP. Combinés avec
de la fumée de silice, ces mêmes mélanges présentent des pourcentages de laitance assez
faibles et par conséquent une meilleure stabilité. Cette amélioration de la stabilité n'est pas
due au faible volume de pâte mais vraisemblablement à la forte demande en eau de la fumée
de silice.
3.2.3.2. Indice de ségrégation statique

Les résultats obtenus à partir de l'essai de ségrégation statique sont portés sur la figure 4.24.
Tous les BAPHP ont des indices de ségrégation statique (ISS) inférieurs à 2,5% plus faibles
que la valeur préconisée par Bensebti (Bensebti, 08) qui est de 5%. La viscosité importante
engendrée par l'emploi de la fumée de silice contribue pleinement à la stabilité par
épaississement de la pâte. Celle-ci permet de maintenir en suspension les éléments
susceptibles à la ségrégation statique (granulats supérieurs à 5mm). De ce fait, le mortier est
suffisamment visqueux pour maintenir les gros granulats en suspension et par conséquent, la
résistance du béton à la ségrégation statique est améliorée et le ressuage est quasi nul.

3 BAPHP avec additions minérales


BAPHP avec additions combinés à la FS
Indice de ségrégation statique (%)

2,5

1,5

0,5

0
CEM I FC LG PV FS

Figure 4.24. Effet de la nature de l’addition sur l’indice de ségrégation statique des BAPHP

Les BAPHP montrent une très bonne stabilité, essentiellement due à l’utilisation des
additions et de la fumée de silice qui augmente la viscosité et réduit le ressuage.
3.2.4. Propriétés rhéologiques des BAPHP

3.2.4.1. Seuil d’écoulement

Le seuil d'écoulement des BAPHP a été déterminé selon les méthodes décrites au §3.1.4.1 et
présentées sur la figure 4.25.

135
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

BAPHP avec additions minérales BAPHP avec additions minérales


BAPHP avec additions combinés à la FS BAPHP avec additions combinés à la FS
280 280

240 240

Seuil d'écoulement (Pa)


Seuil d'écoulement (Pa)

200 200

160 160

120 120

80 80

40 40

0 0
CEM I FC LG PV FS CEM I FC LG PV FS

a- seuil déduit de la boite LCPC b- seuil déduit de l’essai d’étalement


Figure 4.25. Effet de la nature de l’addition sur le seuil d’écoulement des BAPHP

Les résultats des seuils obtenus corroborent ceux trouvés par l'essai d'étalement et celui de la
boîte LCPC. Cette relation a déjà été soulignée précédemment au §3.1.4.1. En effet, les seuils
les plus importants correspondent aux étalements et aux longueurs d'étalement les plus
faibles. L'incorporation de la fumée de silice entraîne l’accroissement des seuils
d’écoulement, ce qui a été observé par d'autres auteurs (Shi et al., 98 et Park et al., 05).
3.2.4.2. Viscosité plastique

Les résultats de la viscosité, obtenus par application de l'équation 4.2 et présentés sur la figure
4.26, montrent une certaine concordance avec les résultats du temps T500 et celui de la stabilité
au tamis.

100 BAPHP avec additions minérales


BAPHP avec additions combinés à la FS

80
Viscosité plastique (Pa.s)

60

40

20

0
CEM I FC LG PV FS

Figure 4.26. Effet de la nature de l’addition sur la viscosité des BAPHP

136
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

Le Béton R, par manque de pâte, enregistre la plus faible valeur de viscosité, ceci se traduit
sur le plan d'ouvrabilité par une stabilité critique liée à des risques de ségrégation. L'ajout de
fumée de silice a un effet d'épaississement de la pâte qui accroît les viscosités des mélanges.
En effet, l'utilisation de la fumée de silice confère au béton une viscosité plus importante (Shi
et al., 98 et Park et al., 05).

Les différentes méthodes utilisées pour approcher la valeur du seuil d'écoulement montrent
que l'ajout de la fumée de silice accroît le seuil d'écoulement des BAPHP. De plus, la fumée
de silice a un effet d'épaississement de la pâte qui augmente les viscosités des bétons.

4. SYNTHÈSE

L'effet de la nature et du dosage des additions minérales sur les propriétés d'écoulement des
bétons autoplaçants a été étudié. Vingt-et-une compositions de béton autoplaçant d'ouvrage
(BAP) et de béton autoplaçant à hautes performances (BAPHP) ont été étudiées sur la base
d'essais d'ouvrabilité servant à la caractérisation des performances rhéologiques des BAP.
Pour la même classe de résistance, les différents bétons se distinguent par rapport à la
composition du liant et du volume de pâte. L'enjeu principal au quel doit répondre l'étude
consacrée au présent chapitre est la faisabilité autoplaçante vis-à-vis de l'incorporation de
laitier granulé de hauts fourneaux et de poudre de verre jusqu’à des dosages de 60% (cas du
BAP d’ouvrage) par rapport à la masse du ciment, en qualité addition minérale au même titre
que le filler calcaire habituellement utilisé pour la confection des BAP. Les résultats obtenus
au cours de cette étude conduisent aux enseignements suivants :
Sur le volume de pâte :
 Un volume de pâte supérieur à 330 litres/m3 s'avère une condition primordiale pour
l'obtention d'un béton autoplaçant. Cependant, si on admet un dosage modéré en
ciment tout en respectant les normes en vigueur, un tel volume passe obligatoirement
par l'emploi d'addition minérale. Un volume réduit en pâte, autrement dit une faible
quantité de fines ne parvient pas à retenir l'eau en excès et à maintenir suffisamment
en suspension les gros granulats jusqu'à la stabilisation complète du matériau global.
Sur la fluidité des mélanges :
 L'augmentation du dosage en addition améliore l'étalement des BAP par rapport au
béton de référence par augmentation du volume de la pâte. En effet, la couche de pâte
qui enrobe les granulats réduit les contacts entre les particules et diminue les frictions
entre eux. De ce fait, plus l'épaisseur de cette couche est importante et plus
l'ouvrabilité est améliorée.
 La nature de l'addition influence l'étalement des bétons, le LG, la PV ou bien la FS ont
une demande en eau et en superplastifiant plus importante qu'une addition inerte du
type FC.
 L'ajout du FC, du LG ou de la PV réduit le T500 des mélanges pour un taux de 45%,
au-delà duquel l'effet inverse se produit. Tandis que l'ajout de la FS accroît
significativement le temps d'étalement par augmentation de la viscosité.

137
Chapitre IV : Contribution des additions minérales à l’écoulement des bétons autoplaçants

Sur la mobilité en milieu confiné :


 L'incorporation des additions minérales améliorent de façon remarquable la capacité
de passage des bétons pour un taux de 45%, au-delà duquel on assiste à une légère
diminution de la mobilité. L'ajout de FS réduit la capacité de passage lorsqu'elle est
utilisée seule avec le ciment. Cependant, utilisée conjointement avec une addition type
LG ou PV, le mélange présente un meilleur taux de remplissage.
Sur la stabilité :
 L'emploi d'additions minérales permet de fixer l'eau du ressuage par augmentation du
volume de pâte et par conséquent améliore la stabilité des BAP. L'utilisation de fumée
de silice seule ou combinée avec des additions montre une bonne stabilité. La stabilité
des bétons autoplaçants est étroitement liée à la viscosité ; en effet plus la viscosité est
importante et plus le béton développe une meilleure résistante à la ségrégation
statique. Les résultats obtenus par l'essai de stabilité ont été validés par l'essai de
ségrégation statique (ISS).
Sur les propriétés rhéologiques :
 Quelle que soit la méthode utilisée pour approcher la valeur du seuil d'écoulement, les
résultats montrent que l'incorporation du FC, du LG et de la PV réduit le seuil
d'écoulement jusqu'à un taux de 45% d’addition, suivi d'une légère augmentation du
seuil. Tandis que l'ajout de la FS accroît le seuil d'écoulement.
 Les BAP à base de FC, LG et PV voient leurs viscosités diminuer pour un taux de
45%, au-delà duquel on assiste à un léger accroissement de la viscosité due à
l'augmentation de la concentration volumique en solides. De plus, la FS a un effet
d'épaississement de la pâte qui amplifie les viscosités des bétons.

En conclusion, la faisabilité d'un béton autoplaçant à base de laitier granulé ou de poudre de


verre à bouteilles à des dosages importants allant de 45 à 60% est envisageable. Les résultats
obtenus montrent des performances rhéologiques prometteuses et ceci même pour un fort
dosage de 60% par rapport à la masse du ciment. Cependant, l’utilisation de la fumée de silice
doit être justifiée et nécessite un dosage en superplastifiant plus important afin de remédier à
la chute de fluidité occasionnée. Si l'emploi de ces additions s'avère intéressant sur le plan des
caractéristiques rhéologiques, qu’en est-il des performances mécaniques et des propriétés de
durabilité ?
À cet effet, le chapitre V est consacré à l’effet des additions minérales sur l’aspect durci des
bétons autoplaçants.

138
EFFET DES ADDITIONS
MINÉRALES SUR LES
RÉSISTANCES MÉCANIQUES ET
LA DURABILITÉ DES BÉTONS
AUTOPLAÇANTS ET À HAUTE
PERFORMANCE

Chapitre V
CHAPITRE V
EFFET DES ADDITIONS MINÉRALES
SUR LES RÉSISTANCES MÉCANIQUES
ET LA DURABILITÉ DES BÉTONS
AUTOPLAÇANTS ET À HAUTE
PERFORMANCE

L’objet du présent chapitre est de mettre en évidence les


caractéristiques mécaniques et les propriétés de durabilité des
bétons formulés. Ces propriétés sont aujourd’hui des critères
incontournables pour valider la valorisation d’un sous produit ou
déchets dans le domaine des matériaux de construction. C'est
dans cet esprit que plusieurs facteurs de durabilité sont testés.

Sommaire
1. CARACTÉRISATION MÉCANIQUE DES BÉTONS 142
1.1. Résultats obtenus sur BAP d’ouvrage ........................................................................ 142
1.1.1. Effet des additions sur la résistance en compression .................................... 142
1.1.2. Effet du dosage d’addition dans le temps ....................................................... 144
1.2. Résultats obtenus sur BAP d’ouvrage optimisé ........................................................ 145
1.3. Résultats obtenus sur BAP à hautes performances ................................................... 146
2. PROPRIÉTÉS DE TRANSFERT 147
2.1. Porosité accessible à l’eau .................................................................................... 147
2.1.1. Résultats obtenus sur BAP d’ouvrage ........................................................ 147
2.1.2. Résultats obtenus sur BAP d’ouvrage optimisé............................................. 149
2.1.3. Résultats obtenus sur BAP à hautes performances .................................... 150
2.2. Absorption d’eau par capillarité ........................................................................... 151

140
2.2.1. Suivi du séchage ......................................................................................... 151
2.2.2. Coefficient d’absorption capillaire ............................................................. 152
2.3. Perméabilité à l’oxygène ...................................................................................... 154
2.4. Diffusion des ions chlorure ................................................................................... 156
2.5. Carbonatation accélérée ........................................................................................ 158
2.5.1. Profondeur dégradée................................................................................... 158
2.5.2. Suivi de masse ............................................................................................ 160
2.5.3. Evolution des phases de la matrice cimentaire par ATG ........................... 160
2.6. Lixiviation accélérée au nitrate d’ammonium ...................................................... 167
2.6.1. Profondeur dégradée................................................................................... 167
2.6.2. Suivi de masse ............................................................................................ 168
2.6.3. Evolution des phases de la matrice cimentaire par ATG ........................... 169
3. SYNTHÈSE 175

141
Chapitre V Effet des additions minérales sur les
résistances mécaniques et la durabilité des bétons
autoplaçants et à haute performance

Le présent chapitre est consacré dans un premier temps à l’étude des effets des additions
minérales notamment l'effet de la nature et du dosage de l'addition sur les propriétés
mécaniques des BAP et des BAPHP. La deuxième partie de ce chapitre traite de la
caractérisation de la durabilité des bétons formulés. Cependant, étant donné le protocole
expérimental assez lourd de certains essais et la nécessité d'un matériel complexe, un seul
dosage en addition a été retenu. De ce fait, l'étude est limitée seulement à la contribution
minéralogique des additions minérales. À cet effet, la caractérisation de la structure poreuse
des bétons a été étudiée sur la base d'essais couvrant les différents mécanismes de transfert (la
porosité accessible à l'eau, la perméation, la diffusion et l'absorption). L'ensemble de ces
propriétés sont caractérisables à partir de la structure poreuse du béton, par laquelle les
substances agressives sont véhiculées. De ce fait, optimiser le réseau poreux du béton c'est
accroitre la durée de vie du matériau. C'est dans ce sens que l'utilisation des additions
minérales prend toute son importance.

1. CARACTÉRISATION MÉCANIQUE DES BÉTONS

On se propose dans ce paragraphe d'étudier la résistance mécanique en compression des


différents mélanges, dans le but de mettre en évidence la contribution des additions minérales
à l’amélioration des propriétés mécaniques. À cet effet, une comparaison a été réalisée pour la
même classe de résistance entre les propriétés des bétons de référence et celles des bétons
avec additions de 60% du poids du ciment pour la classe des BAP d’ouvrages et 25% du poids
du ciment ainsi que 30kg/m3 de fumée de silice pour la classe des BAP à hautes
performances. Les résultats obtenus ont permis de tracer l’évolution de la cinétique de
durcissement des BAP en fonction de la nature et des dosages des additions.
1.1. Résultats obtenus sur BAP d’ouvrage

1.1.1. Effet des additions sur la résistance en compression

Afin d'étudier l’effet de la nature et du dosage des additions sur les performances mécaniques
des BAP d'ouvrage (classe de résistance de 35 à 40MPa), trois dosages différents de 30, 45 et
60% par rapport à la masse du ciment ont été utilisés pour les trois additions minérales et ceci
pour une plage étendue de maturation allant de 7 jours jusqu'à un an. Les résultats obtenus
pour les différentes échéances sont présentés sur la figure 5.1.
L'introduction des additions minérales entraine une amélioration des résistances mécaniques
par rapport au Béton de référence (sans aucune addition) pour tous les dosages et pour toutes
les échéances. Dès 7 jours (Figure 5.1-a), les meilleures résistances sont obtenues par le BAP
FC et le BAP PV. Cependant, à plus longues échéances, à 28 jours et au-delà (Figure 5.1-b, c

142
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

et d), le BAP LG montre de bien meilleures performances mécaniques suivies par le BAP PV.
Alors que l’accroissement des résistances du BAP FC commence à se stabiliser à partir de 28
jours.

80 CEM II FC LG PV 80 CEM II FC LG PV
Résistance en compression (MPa)

Résistance en compression (MPa)


70 70

60 60

50 50

40 40

30 30

20 20

10 10

0 0
0 30 45 60 0 30 45 60
Taux de l'addition (%) Taux de l'addition (%)

a- 7 jours b- 28 jours

80 CEM II FC LG PV 80 CEM II FC LG PV
Résistance en compression (MPa)
Résistance en compression (MPa)

70 70

60 60

50 50

40 40

30 30

20 20

10 10

0 0
0 30 45 60 0 30 45 60
Taux de l'addition (%) Taux de l'addition (%)

c- 90 jours d- 365 jours


Figure 5.1. Influence du dosage en addition sur la résistance en compression à différents âges

Les additions minérales améliorent les résistances mécaniques par effet de remplissage, par
effet de surface et par effet chimique ou pouzzolanique lorsqu'elles sont réactives. Le laitier et
le verre améliorent les résistances à plus longues échéances par effet chimique (hydraulique
ou pouzzolanique) (Behim, 05 et Schwarz, 08a). L'augmentation du dosage en addition
entraîne une amélioration des résistances mécaniques à tous les âges (Figure 5.1). Ce
phénomène est dû à l'effet du remplissage qui améliore la compacité et à l'effet de surface qui
entraîne une meilleure hydratation du ciment au jeune âge. Les résultats obtenus sont
conformes aux références bibliographiques citées dans ce paragraphe.

143
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

Les gains de résistance des BAP avec addition de poudre de verre et de laitier granulé,
notamment à partir de 28 jours de durcissement, correspondent à l’accroissement des
résistances par effet hydraulique pour le laitier qui se caractérise par une hydratation lente et
par effet potentiellement pouzzolanique pour le verre. En effet, les analyses aux rayons X du
laitier granulé et de la poudre de verre (Cf. chapitre II, §1.2.2 et 1.2.3) ont montré des
matériaux essentiellement vitreux. Par ailleurs, les résistances en compression des BAP avec
addition sont supérieures à celle du Béton de référence. Les résistances à 28 jours ainsi
obtenues sont supérieures à la résistance projetée, en particulier pour les BAP LG et BAP PV.
1.1.2. Effet du dosage d’addition dans le temps

La cinétique de développement des résistances des différents BAP en fonction du dosage


d'ajout pour les trois additions testées, est présentée sur la figure 5.2.

80 80
70 70
60 60
50 50
Rc (MPa)
Rc (MPa)

40 40
30 30
0% 0%
20 30% 20 30%
45% 45%
10 10
60% 60%
0 0
0 100 200 300 400 0 100 200 300 400
Temps (jours) Temps (jours)

a- Filler calcaire b- Laitier granulé

80
70
60
50
Rc (MPa)

40
30
0%
20 30%
10 45%
60%
0
0 100 200 300 400
Temps (jours)

c- Poudre de verre
Figure 5.2. Evolution de la cinétique de durcissement en fonction de la nature et du dosage des
additions

144
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

L'incorporation d'addition minérale accélère la cinétique de durcissement pour tous les


mélanges notamment à court terme par effet de surface ou de nucléation hétérogène (Assié, 04
et Behim, 05), cependant, la cinétique tient compte de la nature de l'addition. En effet, si le
filler calcaire accélère l'hydratation des BAP au jeune âge, son effet a tendance à se stabiliser
à long terme (Zhu, 05 ; Voglis, et al., 05) ; de plus, l'augmentation du dosage en filler ne
semble pas avoir une influence significative sur le développement des résistances, voire
même, une diminution, pour un taux d'ajout supérieur à 45%. Le laitier utilisé est peu réactif,
ce qui explique sa cinétique de durcissement lente (Behim, 05) ; à 7 jours, les résistances
obtenues sont moins importantes que celles développées par les BAP FC et BAP PV. La
cinétique de durcissement des BAP PV au jeune âge est plus rapide que celle du laitier. En
effet, Shao et al. ainsi que Shi et al. (Shao et al., 00 et Shi et al., 05) montrent que l'emploi de
la poudre de verre accélère les résistances mécaniques, en raison de la présence d'alcalins en
quantités importantes. L’accroissement des résistances à plus longues échéances est notable
pour les additions se caractérisant par un potentiel hydraulique ou pouzzolanique,
respectivement comme le laitier granulé et la poudre de verre.
1.2. Résultats obtenus sur BAP d’ouvrage optimisé

Les résultats de la résistance en compression obtenue sur les BAP d'ouvrage optimisé
contenant 60% d’addition selon l’approche d’optimisation présentée au chapitre IV (Cf.
Chapitre IV,§3.1.5) sont présentés en figure 5.3. Pour un même dosage en addition, l'effet
favorable de toutes les additions est clairement établi. On notera en particulier l’action
bénéfique des additions réactives telles que le laitier granulé et la poudre de verre qui
garantissent une augmentation remarquable des résistances particulièrement à long terme.
L’influence du filler calcaire sur les résistances mécaniques est plutôt effective à court terme
par effet physique ou de surface et se stabilise à plus longue échéance.

90 7 Jours
28 Jours
Résistance en compression (MPa)

80
90 Jours
70 365 Jours
60

50

40

30

20

10

0
CEM II FC LG PV

Figure 5.3. Resistance en compression des BAP optimisés à différents âges

145
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

1.3. Résultats obtenus sur BAP à hautes performances

Les résultats de la résistance en compression effectuée sur BAPHP à différentes échéances


sont présentés sur la figure 5.4.

BAPHP avec additions minérales BAPHP avec additions minérales


BAPHP avec additions combinés à la FS BAPHP avec additions combinés à la FS
100 100
Résistance en compression (MPa)

Résistance en compression (MPa)


80 80

60 60

40 40

20 20

0 0
CEM I FC LG PV FS CEM I FC LG PV FS

a- 7 jours b- 28 jours

BAPHP avec additions minérales BAPHP avec additions minérales


BAPHP avec additions combinés à la FS BAPHP avec additions combinés à la FS
100 100
Résistance en compression (MPa)

Résistance en compression (MPa)

80 80

60 60

40 40

20 20

0 0
CEM I FC LG PV FS CEM I FC LG PV FS

c- 90 jours d- 365 jours


Figure 5.4. Influence des additions sur la résistance en compression des BAPHP à différents âges

La tendance de l'évolution des résistances mécaniques est similaire à celle des BAP d'ouvrage.
Toutes les additions minérales assurent des résultats encourageants, du fait que les bétons qui
incorporent les additions présentent de bien meilleures résistances que celles développées par
le béton de référence. Au jeune âge, le BAPHP FC et le BAPHP PV présentent les meilleures
résistances ; cependant, à long terme, ce sont les additions potentiellement réactives qui
assurent le développement des résistances par effet hydraulique pour le laitier et

146
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

pouzzolanique pour le verre et la fumée de silice. On notera aussi l'effet favorable de la


combinaison entre fumée de silice et laitier et entre fumée de silice et verre. À cet effet,
Shayan et Xu (Shayan, 04) rapportent que l'utilisation du verre conjointement à la fumée de
silice est plus intéressante que son emploi seul, en raison de la teneur importante en alcalin
qui joue le rôle de catalyseur des réactions pouzzolaniques.
Néanmoins, les BAPHP sans fumée de silice donnent des résultats équivalents (FC) ou
meilleurs (LG et PV) que ceux avec fumée de silice seule, ce qui entrevoit la possibilité de
formuler des BAPHP sans fumée de silice, étant donné le cout élevé de la fumée de silice par
rapport au coût des additions.

L'emploi des additions en ajout au BAP permet d'améliorer les résistances en compression à
court et long termes. L'accroissement des résistances à court terme est surtout notable pour
les BAPHP avec ajout de fumée de silice ce qui peut justifier son emploi pour les BHP
nécessitant de très hautes résistances à court terme. Cependant, l'augmentation des
résistances à plus longues échéances semble dépendre de la nature de l'addition. En effet les
BAPHP avec addition de laitier granulé qui se caractérise par un pouvoir hydraulique et de
poudre de verre dotée d'un potentiel pouzzolanique, garantissent les meilleurs gains de
résistance à long terme.

2. PROPRIÉTÉS DE TRANSFERT

Étant donné le nombre important d'échantillons à étudier et les différents paramètres à


exploiter, il nous a été difficile de réaliser l'ensemble des essais de durabilité sur la totalité de
nos mélanges à l’exception de l’essai de porosité ouverte. Il faut rappeler que la majorité des
essais destinés à la caractérisation des propriétés de transfert a été réalisée au sein du
laboratoire matériau et durabilité des constructions (LMDC) à l'INSA/UPS de Toulouse. Cette
compagne expérimentale a nécessité l'acheminement des différents corps d'épreuve d'Annaba
vers Toulouse. Afin de remédier à ces contraintes logistiques, nous avons jugé utile d’opter
pour une optimisation des mélanges. En effet, l'étude a porté sur six formulations visant deux
classes de résistances différentes, le paramètre mis en jeu est la nature de l'addition. Le dosage
a été préalablement fixé à 60% du poids du ciment pour la classe des BAP d’ouvrages et à
25% du poids du ciment ainsi qu’à 30 kg/m3 de fumée de silice pour la classe des BAP à
hautes performances. La comparaison est faite sur la base des performances obtenues par
l’ajout de laitier ou de poudre de verre et la fumée de silice (combinée aux autres additions)
par comparaison à l’ajout de filler calcaire.
2.1. Porosité accessible à l’eau

2.1.1. Résultats obtenus sur BAP d’ouvrage

Le suivi de la porosité ouverte des mélanges a été réalisé jusqu'à un an de maturation, les
résultats obtenus par application de la méthode proposée par l'AFPC-AFREM (AFPC-
AFREM, 97), (Cf. Chapitre II, §3.5.2.1) sont présentés sur la figure 5.5.

147
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

18 18
Porosité ouverte (%)

Porosité ouverte (%)


15 15

12 12

BAP FC BAP LG BAP PV BAP FC BAP LG BAP PV


9 9
0 15 30 45 60 75 0 15 30 45 60 75
Taux des additions (%) Taux des additions (%)

a- 7 jours b- 28 jours

18 BAP FC BAP LG BAP PV 18 BAP FC BAP LG BAP PV


Porosité ouverte (%)

Porosité ouverte (%)

15 15

12 12

9 9
0 15 30 45 60 75 0 15 30 45 60 75
Taux des additions (%) Taux des additions (%)

c- 90 jours d- 365 jours


Figure 5.5. Evolution de la porosité ouverte des BAP en fonction du dosage en addition

Les résultats obtenus montrent l’effet favorable de toutes les additions sur la porosité. La
tendance à la diminution de la porosité est fonction du type et du dosage des additions. En
effet le dosage optimal en filler calcaire semble s’établir à 45%, au-delà duquel la porosité à
tendance à se stabiliser. Alors que la porosité des BAP avec addition de laitier granulé ou de
poudre de verre diminue avec l’augmentation du dosage. Ce qui peut être expliqué par les
natures différentes des additions. En effet, le filler calcaire est une addition inerte ne pouvant
avoir qu’un effet de remplissage et de germination hétérogène qui est notable uniquement à
court terme (Figure 5.5-a). Le laitier granulé par son caractère hydraulique latent s’inscrivant
dans le long terme. La poudre de verre par son potentiel pouzzolanique et la présence
d'alcalins en quantités importantes comme catalyseur de réaction pouzzolanique, contribuent à
la diminution de la porosité par la production en plus grande quantité de C-S-H (Schwarz,
08a), mais aussi plus dense (Richardson, 99).
La porosité ouverte peut être directement liée à la résistance mécanique en compression, en
effet, celle-ci est le reflet des caractéristiques intrinsèques du béton qui découlent de sa

148
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

composition. La figure 5.6 présente les valeurs de porosité accessible à l'eau en fonction des
valeurs de résistance en compression à 28 jours. Les porosités sont bien corrélées aux
résistances mécaniques, ce qui confirme la tendance évoquée par les auteurs (de Larrard, 00b ;
Assié, 04).

17

16
Porosité ouverte (%)

15

R² = 0,948
14

13

12
27 30 33 36 39 42 45 48 51 54

Résistance en compression (MPa)

Figure 5.6. Relation entre la porosité ouverte et la résistance en compression mesurées à 28 jours

2.1.2. Résultats obtenus sur BAP d’ouvrage optimisé

Les porosités des BAP optimisés sont rapportées sur la figure 5.7 en fonction de la durée de
leur maturation. Celles-ci diminuent dans le temps par effet de densification de la
microstructure. La diminution de la porosité dans le temps est plus importante pour les BAP
avec additions de laitier granulé et de poudre de verre à cause de la réactivité de ces deux
additions dans le temps (respectivement par effets hydraulique latent et pouzzolanique). La
porosité la plus faible est obtenue pour les BAP avec addition de laitier corroborant ainsi les
résultats obtenus sur les résistances en compression.

20 7 Jours
28 Jours
18
90 Jours
16
365 Jours
Porosité ouverte (%)

14

12

10

0
CEM II FC LG PV

Figure 5.7. Porosité ouverte des BAP optimisés à différents âges

149
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

2.1.3. Résultats obtenus sur BAP à hautes performances

Les résultats de la porosité accessible à l'eau obtenus sur la série des BAPHP sont présentés
sur la figure 5.8. La porosité des BAPHP est inférieure à celle des BAP d’ouvrage, ce qui est
principalement dû au faible rapport E/C. Cependant, la porosité diminue avec l’emploi des
additions seules ou combinées avec la fumée de silice par effet de remplissage, de surface et
chimique lorsque celles-ci sont réactives. En effet, le laitier granulé et la poudre de verre
garantissent les plus faibles porosités, employés seuls ou combinés avec la fumée de silice
confirmant ainsi les résultats obtenus sur les résistances en compression.

BAPHP avec additions minérales BAPHP avec additions minérales


BAPHP avec additions combinés à la FS BAPHP avec additions combinés à la FS
16 16

14 14
Porosité ouverte (%)

Porosité ouverte (%)


12 12

10 10

8 8

6 6

4 4

2 2

0 0
CEM I FC LG PV FS CEM I FC LG PV FS

a- 7 jours b- 28 jours

BAPHP avec additions minérales BAPHP avec additions minérales


BAPHP avec additions combinés à la FS BAPHP avec additions combinés à la FS
16 16

14 14
Porosité ouverte (%)

Porosité ouverte (%)

12 12

10 10

8 8

6 6

4 4

2 2

0 0
CEM I FC LG PV FS CEM I FC LG PV FS

c- 90 jours d- 365 jours


Figure 5.8. Influence des additions sur la porosité ouverte des BAPHP à différents âges

150
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

L’amélioration de la porosité du béton est d'autant plus importante que l'addition est
réactive. Le laitier et le verre réduisent la porosité parallèlement à l’augmentation de la
durée de cure par une densification de la matrice cimentaire due à l'activité hydraulique ou
pouzzolanique des aditions.
2.2. Absorption d’eau par capillarité

2.2.1.Suivi du séchage

Les pertes de masse des échantillons des deux séries présentées sur la figure 5.9 et testés à
l’absorption capillaire sont dues au séchage après une période de cure sous l’eau de 28 jours.
Les différents échantillons ont été conservés dans une étuve à 80°C ± 2°C jusqu’à la
stabilisation de leurs masses. Le suivi de la masse a été effectué à intervalle de temps régulier,
jusqu'à ce que la variation entre deux pesées espacées de 24 heures soit inférieure à 0,1%
conformément à la méthode décrite par l'AFREM (AFPC-AFREM, 97), (Cf. Chapitre II,
§3.5.2.2).

5
Perte de masse (%)

2
BAP FC
1 BAP LG
BAP PV
0
0 2 4 6 8 10
a) Temps (jours)

6 BAPHP FC
BAPHP LG
5
BAPHP PV
Perte de masse (%)

0
0 2 4 6 8 10
b) Temps (jours)

Figure 5.9. Perte de masse des échantillons de béton due à leur séchage : a- BAP et b- BAPHP

151
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

La conservation sous l'eau pendant une durée relativement longue favorise le remplissage
partiel des pores capillaires. Les résultats montrent que la perte de masse est différente d'une
addition à une autre. En effet, les BAP à base de filler calcaire présentent la plus grande perte
de masse par rapport aux BAP LG et PV, ceci traduit l'état poreux qui caractérise ces bétons.
Lorsque le béton est soumis au séchage, ce sont les pores capillaires qui commencent en
premier à se vider graduellement. La nature de l’addition peut avoir une influence sur la
porosité et le diamètre des pores par la formation de C-S-H résultant des réactions
pouzzolaniques. En effet les nouveaux hydrates, en sectionnant les pores, réduisent ainsi leurs
diamètres. Le BAPHP FC se caractérise par une perte de masse nettement inférieure à celle
mesurée sur les BAP FC en raison de l’action de la fumée de silice ajoutée au BAPHP. Les
pertes de masse des BAP et des BAPHP avec addition de laitier granulé et de poudre de verre
sont les plus faibles et ont des valeurs voisines.
2.2.2. Coefficient d’absorption capillaire

La figure 5.10 présente les résultats de la mesure des coefficients d’absorption capillaire en
fonction de la racine carrée du temps, des BAP et BAPHP, après une cure humide de 28 jours.

6 BAP FC
BAP LG
5 y = 1,053x
BAP PV

4
Cat (kg/m²)

2 y = 0,2765x
R² = 0,914

1
y = 0,1809x
R² = 0,784
0
0 1 2 3 4 5
a) Racine carré du temps (heure½)

6 BAPHP FC
BAPHP LG
5 BAPHP PV

4
Cat (kg/m²)

3
y = 0,2817x
2 R² = 0,966

1 y = 0,1928x
R² = 0,927
y = 0,189x
R² = 0,885
0
0 1 2 3 4 5
b) Racine carré du temps (heure ½)

Figure 5.10. Absorption d’eau par capillaire : a- BAP et b- BAPHP

152
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

Le coefficient d’absorption caractérise la capacité d’absorption d’un béton dans le temps. Plus
le réseau poreux est fin, plus la cinétique d’absorption et par conséquent le coefficient
d’absorption sont faibles.
Les résultats présentés sur la figure 5.10, obtenus par application de l’équation (2.12) décrite
au chapitre II (Cf. Chapitre II, §3.5.2.2), montrent que le coefficient d’absorption (Cat) des
bétons aux différentes échéances augmente avec la racine carrée du temps. Toutefois, on
distingue deux allures de courbure différente. En effet, il apparaît, d’une part une évolution
linéaire du coefficient d’absorption en fonction de la racine carrée du temps jusqu’à 24 heures
(fin de l’essai), ce qui correspond au cas du BAP FC. D’après Bessa-Badreddine (Bessa-
Badreddine, 04), plus les pores sont plus gros, plus la pente de la droite est élevée. Cette
hypothèse confirme les différents résultats obtenus par le BAP FC sur l’ensemble des résultats
obtenus aux sections précédentes. D’autre part, certains mélanges présentent une variation du
coefficient d’absorption en fonction de la racine carrée du temps qui correspond à une
succession de segments linéaires caractérisés par une diminution de pentes, tels que les BAP
LG et PV et ceux de la série des BAPHP. Cette diminution est le résultat d’un ralentissement
du phénomène d’absorption. Toujours d’après le même auteur, la régression des pentes est
assimilée à deux causes probables : la première stipule que la remontée capillaire a atteint
toute la hauteur de l’éprouvette, or, nous avons pu remarquer lors de l’essai que la surface
supérieure des éprouvettes n’était pas humide au bout de 24 heures, signe que la durée de
l’essai n’était pas suffisante pour que la remontée capillaire traverse la hauteur de
l’éprouvette. La deuxième cause, qui est la plus plausible, est l’existence de plusieurs familles
de pores. En effet, dès que la remontée capillaire est accomplie dans les plus gros pores
capillaires au bout d’un certain temps, l’absorption se poursuit dans les pores de plus en plus
fins et de ce fait, la cinétique d’absorption de ces bétons est ralentie, ce qui explique la
diminution de la pente.
Néanmoins, dans tous les cas, les coefficients d'absorption aux différentes échéances suivent
une régression linéaire en fonction de la racine carrée du temps entre 1 heure et 8 heures. Ceci
nous mène à caractériser la sorptivité (S) de chaque mélange dans ce domaine d'évolution
linéaire par la relation (2.13), (Cf. Chapitre II, §3.5.2.2).
Les résultats de l'absorption capillaire à 24 heures et ceux de l'absorptivité sont reportés dans
le tableau 5.1.

Tableau 5.1. Caractéristiques relatives à l’absorption capillaire des bétons


BAP BAPHP
FC LG PV FC LG PV
2
Ca24 h, (kg/m ) 5,16 1,47 1,03 1,42 1 1,04
Coef de variation, (%) 1,8 3,9 2,6 4 3,3 3,1
S, (kg/m2/h1/2) 1,06 0,28 0,16 0,30 0,22 0,20
Coef de variation, (%) 1,5 5,6 3,5 6 13 9,1

La sorptivité désigne la vitesse d'absorption par remontée capillaire. La sorptivité est


étroitement liée au développement de la microstructure de la phase liante du matériau
cimentaire et par conséquent, elle est influencée par la nature de l'addition. En effet, la vitesse
153
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

d'absorption des BAP à base de filler calcaire est nettement supérieure à celle des BAP à base
de laitier ou de poudre de verre, ceci pourrait traduire la difficulté à laquelle est confrontée
l'eau lors de sa remontée capillaire. L'absorption capillaire est essentiellement concernée par
les pores capillaires, de ce fait, la courte durée de l'essai (24 heures) ne permet pas un
remplissage des pores de gel qui ont un faible diamètre. L'activité pouzzolanique ou
hydraulique favorise le ralentissement de la vitesse d'absorption des BAP, en effet, la surface
des pores capillaires est tapissée par les C-S-H produits lors des réactions chimiques des
additions. L'utilisation du verre et du laitier réduit significativement la sorptivité par
amélioration de la structure poreuse (Matos et Sousa-Coutinho, 12). La série des BAPHP se
distingue par une cinétique d'absorption plus faible que celle des BAP et en particulier ceux à
base de laitier et de verre, ce qui peut être expliqué par l'emploi de la fumée de silice
conjointement avec le laitier et la poudre de verre, ce qui est validé par d’autres travaux
(Bessa-Badreddine, 04, et Matos & Sousa-Coutinho, 12).

Les BAP FC présente une sorptivité relativement importante par rapport à celles développées
par le BAP LG et le BAP PV. L’effet pouzzolanique de la poudre de verre ou hydraulique du
laitier granulé permet de produire une quantité supplémentaire de C-S-H qui segmente les
pores capillaires en réduisant leurs dimensions.
2.3. Perméabilité à l’oxygène

Les résultats de la perméabilité apparente (Kapp) obtenue par application de l’équation 2.14
(Cf. Chapitre II, §3.5.2.3) à partir de la moyenne calculée sur les valeurs de trois échantillons
pour chaque mélange, sont présentés sur la figure 5.11 en fonction de l’inverse de la pression
moyenne d’essai (Pm) à l’état sec et ceci pour les six types de béton. Les essais ont été réalisés
après une cure humide de 60 jours à une température de 20°C.

0,4
Perméabilité à l'oxygène (10-16 m2)

BAP FC
BAP LG
0,3
BAP PV

0,2

0,1

0
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7
Inverse de la pression moyenne d'essai (bar-1)

a- Effet de la nature de l’addition sur le coefficient de perméabilité des BAP

154
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

0,4

Perméabilité à l'oxygène (10-16 m2)


BAPHP FC
BAPHP LG
0,3
BAPHP PV

0,2

0,1

0
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7
Inverse de la pression moyenne d'essai (bar-1)

b- Effet de la nature de l’addition sur le coefficient de perméabilité des BAPHP


Figure 5.11. Comparaison des courbes de variation de la perméabilité à l’oxygène en fonction de
l’inverse de la pression moyenne d’essai

L’ensemble des résultats montre que la perméabilité reste dans le même ordre de grandeur
pour chaque classe de béton étudiée. Sur la base des dispersions obtenues, nous allons
néanmoins discuter des différences observées en fonction de la nature de l’addition.
Les bétons les moins perméables sont obtenus avec l'ajout de la poudre de verre et de laitier
granulé. Alors que les bétons avec addition de filler calcaire se caractérisent par une
perméabilité importante par rapport aux BAP PV et BAP LG. Ce constat est valable aussi
bien pour les BAP que pour les BAPHP. Le caractère inerte ou réactif d’une addition minérale
influence la perméabilité des bétons. Les meilleurs résultats sont obtenus avec des additions
réactives à caractère pouzzolanique ou hydraulique latent (respectivement, poudre de verre et
laitier granulé). L'utilisation de la fumée de silice, conjointement aux autres additions, confère
aux mélanges une meilleure perméabilité, ceci peut s'expliquer par l’amélioration de la
porosité capillaire engendré par l'hydratation des particules de fumée de silice (Nagataki, 86).
Shayan et Xu (Shayan, 04) rapportent que l'utilisation simultanée du verre et de la fumée de
silice conduit à des meilleures performances par rapport à leur emploi non combiné.
La perméabilité intrinsèque (ki) obtenue à l'état sec par une régression linéaire suivant
l'approche de Klinkenberg, ainsi que le coefficient de Klinkenberg β (Cf, Chapitre II,
§3.5.2.3) sont présentés dans le tableau 5.2. La même tendance que celle de la perméabilité
apparente est notée : des coefficients de perméabilité intrinsèque plus faibles pour les
mélanges à base de laitier et de verre par rapport à ceux mesurés sur BAP et BAPHP avec
addition de filler calcaire. Pour ces compositions, les valeurs du coefficient de Klinkenberg
sont plus importantes que ceux à base de filler calcaire. Le coefficient de Klinkenberg fournit
des informations sur la connectivité et la tortuosité du réseau poreux. Au vu des résultats, on
peut dire que pour les mélanges avec FC, ils présentent des réseaux poreux diffèrent sur les
plans de la tortuosité et de la connectivité en comparaison aux mélanges avec LG et PV. Cela
peut s’expliquer par des vides qui se sont comblés au cours de la formation de nouveaux
hydrates.
155
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

Tableau 5.2. Caractéristiques relatives à la perméabilité à l’oxygène des bétons


BAP BAPHP
FC LG PV FC LG PV
-16 2
Ki, (10 m ) 0,160 0,114 0,106 0,117 0,098 0,081
Coef de variation, (%) 5 9 12 3 10 11
β, (bar) 1,401 1,604 1,560 1,577 1,691 1,829
Coef de variation, (%) 2 3 4 5,5 7 6,4
Qmol/Qtotal, (%) 48 52 51 51 53 55
Coef de variation, (%) 3,5 1,5 1 2,3 2,5 3

Suivant l’approche de Klinkenberg et en fonction du coefficient β on pourra estimer la part


des écoulements moléculaires par rapport au débit total à l’état sec et pour une pression
d’entrée prise à titre d’exemple égale à 2 bars par la relation 5.1.

(5.1)

Avec : Qmol : représente la part du débit moléculaire,


Qtotal : représente la part du débit total,
Pm : pression moyenne d’essai, Pm = (P1 +Patm)/2 (Pa),
coefficient de Klinkenberg (bar).
Les résultats obtenus sont portés sur le tableau 5.2. Ce rapport peut être considéré comme un
indicateur estimatif de la répartition porométrique. En effet, le pourcentage de débit
moléculaire dans les mélanges à base de laitier et de verre est légèrement plus grand que ceux
du filler calcaire. Verdier (Verdier, 01) rapporte que le pourcentage de débit moléculaire
augmente lorsque la taille des pores diminue, ce qui corrobore les résultats obtenus.

Le laitier et le verre permettent de réduire la perméabilité à l’oxygène du béton par rapport


au filler calcaire. Cette réduction est liée à l’amélioration du réseau poreux du béton par le
raffinement et la segmentation de la porosité capillaire survenue lors de la formation de
nouveaux hydrates, en favorisant une microstructure plus tortueuse (Saillio, 12).
2.4. Diffusion des ions chlorure

Le coefficient de diffusion apparent des différents mélanges est évalué à partir d'un essai de
migration en régime transitoire sous une différence de potentiel entre les deux faces de
l'échantillon après une cure humide de 28 jours à une température de 20°C. L'essai est réalisé
selon le mode opératoire NT BUILD 492 décrit au chapitre II (Cf. Chapitre II, §3.5.2.4). Les
résultats expérimentaux du coefficient de migration obtenus pour les différents bétons testés
par application de l'équation 2.16 (Cf. Chapitre II, §3.5.2.4), sont représentés sur la figure
5.12.

156
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

BAP d'ouvrage
18 BAP à haute performance

16 D > 16.10-12 m²/s


14
Dnssm (10-12 m²/s)

12

10

8 D < 8.10-12 m²/s


6

2 D < 2.10-12 m²/s

0
FC LG PV

Figure 5.12. Coefficient de migration non-stationnaire des BAP d’ouvrage et des BAP à hautes
performances

Les résultats obtenus montrent que le coefficient de migration dépend de la nature de


l’addition. En effet, le BAP FC est le seul béton qui présente un coefficient de diffusion
important par rapport aux autres additions. Tange Jepsen et al. (Tange Jepsen et al., 01) ont
apporté des indications sur les niveaux de résistance à la pénétration des ions chlorures
mesurés à 28 jours. Les limites présentées par les auteurs sont rapportées sur la figure 5.12.
Cette classification montre que le BAP FC qui se caractérise par un coefficient de diffusion
supérieur à 16.10-12 m2/s n’est pas adapté à un environnement marin (Tange Jepsen et al., 01).
Les bétons à base de laitier granulé et de poudre de verre développent de bien meilleures
résistances à la pénétration des ions. D'après les classes de résistances définies par les mêmes
auteurs, les BAP LG et BAPHP FC présentent une bonne résistance à la pénétration des
chlorures, correspondant à des coefficients légèrement supérieurs à 2.10-12 m2/s ce qui les
rapproche de la première classe de résistance. Ceci rejoint les résultats trouvés par Saillio
(Saillio, 12) qui rapporte que les bétons au laitier sont plus résistants à la pénétration des ions
chlorure à long terme, en raison de leur structure poreuse plus tortueuse et à des pores plus
petits. Les BAP PV et les BAPHP LG et PV ont des coefficients de diffusion inférieurs à
2.10-12 m2/s ce qui permet de les placer dans la première classe de résistance qui se caractérise
par une résistance accrue à la pénétration des chlorures.
La diffusion dans un béton est fonction du volume poral et des dimensions des capillaires. Or
ces paramètres dépendent de la nature de l’addition qui le compose (Perlot, 05 ; Rozière, 07).
Perlot (Perlot, 05) rapporte que le coefficient de diffusion n'est pas conditionné par la porosité
globale, mais plutôt par la répartition de la taille des pores. Par conséquent la diffusivité est
dépendante du développement de la microstructure qui est à son tour dépendante de l'activité
de l'addition. Les réactions hydrauliques latentes et pouzzolaniques respectivement du laitier
granulé et de la poudre de verre contribuent à l'amélioration de la structure poreuse. En effet,
les BAP LG et BAP PV ont des profondeurs de pénétration des chlorures beaucoup moins

157
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

importantes que celle mesurée sur le BAP FC. Ces résultats confirment ceux trouvés dans la
littérature (Shayan, 06 ; Schwarz et al., 08b et Wang et al., 09).
Les BAPHP se caractérisent par une très bonne résistance aux chlorures et leurs coefficients
de diffusion sont légèrement plus faibles avec des profondeurs de pénétration réduite. Ces
performances sont essentiellement dues à l’incorporation de la fumée de silice, dont l’effet
positif a été montré par plusieurs auteurs (TangeJepsen et al., 01 et Baroghel-Bouny et al.,
04). L’emploi de la fumée de silice est plus avantageux en mélange avec le filler calcaire
qu’avec les autres additions dans le sens où le laitier granulé et la poudre de verre garantissent
aux BAP des coefficients de diffusion performants sans qu’ils soient combinés à la fumée de
silice.

L'emploi du laitier granulé et de la poudre de verre réduit considérablement la pénétration


des ions chlorures dans le béton. L'utilisation du filler calcaire confère au béton une faible
résistance à la pénétration des chlorures qui rend son utilisation inadaptée à un
environnement marin (TangeJepsen et al., 01).
2.5. Carbonatation accélérée

2.5.1. Profondeur dégradée

Les essais de carbonatation accélérée ont été réalisés suivant le mode opératoire de l'AFPC
AFREM (AFPC-AFREM, 97) décrit au chapitre II (Cf. Chapitre II, §3.5.2.5). Les mesures
des profondeurs dégradées sont réalisées périodiquement par pulvérisation de la
phénolphtaléine à des échéances de 7, 14, 21, 28, 65 et 365 jours, après une cure humide de
60 jours à une température de 20°C. Sur l'ensemble des mélanges ayant subi cette
dégradation, seuls deux bétons ont montré des signes de carbonatation. Les résultats de la
première série de BAP sont présentés sur la figure 5.13-a.

18 BAP FC BAP LG BAP PV


16
Profondeur dégradée (mm)

14
12
10
8
6
4
2
0
2 3 4 5 6 7 8 9
Racine carré du temps (jour½)

a- Carbonatation accélérée des BAP d’ouvrage

158
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

18 BAPHP FC BAPHP LG BAPHP PV


16

Profondeur dégradée (mm)


14
12
10
8
6
4
2
0
2 3 4 5 6 7 8 9
Racine carré du temps (jour½)

b- Carbonatation accélérée des BAP à hautes performances


Figure 5.13. Evolution du front de carbonatation en fonction de la racine carrée du temps

L’incorporation des additions au cours de notre étude a été réalisée par ajout, autrement dit, à
dosage en ciment constant. De plus, la cure humide de 60 jours favorise le déroulement des
réactions pouzzolaniques qui consomment une partie de la portlandite. En effet, au bout d'une
semaine d'exposition, les premiers signes de carbonatation commencent à apparaitre sur les
BAP à base de filler calcaire et de poudre de verre (Figure 5.13-a), ce sont les seuls mélanges
qui se sont carbonatés. Toutefois, Le BAP PV présente des profondeurs carbonatées qui ont
tendance à être inférieures à celle du BAP FC. La carbonatation est pratiquement totale au
bout d'une année d'exposition. De plus, la cinétique de carbonatation (qui correspond à la
pente des droites) du BAP PV est plus importante que celle du BAP FC (2.1 et 1.2 mm/jour 1/2
respectivement). La majorité des études (Thomas, 92 ; Osborne, 99 ; Khan, 02 ; Shi et al., 09
et Behim et al., 11), réalisées sur la carbonatation des bétons à base d’additions minérales
vont dans le même sens et concluent que la résistance à la carbonatation est d’autant plus
faible que le taux de substitution du ciment Portland par des additions est plus élevé.
Le BAP LG et les BAPHP n’ont présentés aucune dégradation significative, les profondeurs
carbonatées mesurées au cours du suivi de l’essai sont de l'ordre de l'erreur de la mesure et ne
peuvent conclure à un début de carbonatation (Figure 5.13-b). Ces bétons ont développé une
excellente résistance à la carbonatation et n’ont montré aucun signe de dégradation malgré
une exposition d'une année pour une teneur en dioxyde de carbone de l'ordre de 50%, taux
très élevé et qui ne reflète pas forcément les conditions réelles d'après certains auteurs
(Castellote et al., 09). L'utilisation de la fumée de silice combinée aux autres additions et en
particulier avec le filler calcaire et le verre, conduit à densifier la structure de la pâte de
ciment par effet pouzzolanique, ce qui ralentit la diffusion du CO2 (Bier, 86).

L’emploi du laitier en addition procure au béton une résistance élevée à la carbonatation et


cela même pour une exposition d’une année au CO2 à une concentration de 50%,
contrairement au filler calcaire et au verre, qui provoquent une carbonatation qui augmente
avec la durée de l’exposition.

159
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

2.5.2. Suivi de masse

Parallèlement aux mesures des profondeurs carbonatées, un suivi de masse a été réalisé sur
l'ensemble des échantillons, les résultats obtenus sont présentés sur la figure 5.14.
L’augmentation des masses entre l’introduction des échantillons dans l'enceinte et les
premiers jours de dégradation, est due à une mise en équilibre hygrométrique des échantillons.
Alors que l'augmentation de la masse des BAP à base de filler calcaire et de poudre de verre
au-delà de 7 jours est due à la carbonatation. Nous n’avons décelé aucun signe de
carbonatation sur le BAP LG et la série des BAPHP, en effet, leurs masses se stabilisent
uniquement après leur mise en équilibre hygrométrique.

4 BAP FC BAP LG BAP PV


3,5

2,5
Δm (%)

1,5

0,5

0
0 3 6 9 12 15 18 21
a) Racine carré du temps (jour½)

4 BAPHP FC BAPHP LG BAPHP PV

3,5

2,5
Δm (%)

1,5

0,5

0
0 3 6 9 12 15 18 21
b) Racine carré du temps (jour½)

Figure 5.14. Variation de la masse due à la carbonatation : a- BAP et b- BAPHP

2.5.3. Evolution des phases de la matrice cimentaire par ATG

Une analyse thermogravimétrique (ATG) a été réalisée sur six pâtes issues des six bétons qui
ont subi une carbonatation accélérée. Chaque pâte respecte la même composition que celle de
la matrice cimentaire qui compose le béton à l’exception du rapport E/C qui est nettement

160
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

inférieur à celui du béton. Cela provient du fait que l’on a ajouté la quantité d’eau efficace
afin d’entretenir une hydratation complète (Tableau 5.3). Les analyses thermiques ont été
réalisées sur des poudres de pâtes saines (après 28 jours de cure dans l’eau) et dégradées
(après 210 jours de conservation en enceinte de carbonatation accélérée dans les mêmes
conditions que celles des bétons). Les ATG ont été réalisées suivants la procédure décrite au
chapitre II (Cf. Chapitre II, §3.1). Les résultats des analyses thermiques réalisées sur pâte
saine et carbonatée sont présentés sur le même graphe. Les courbes en pointillés
correspondent aux analyses thermogravimétriques (TG) et les courbes en traits unis à la
dérivée de la perte pondérale dans le temps en fonction de la température (DTG).

Tableau 5.3. Composition des pâtes


Ciment Addition Eau Adjuvant E/C E/L
Unité g -
Pâte FC 350 200 148,5 7
Pâte LG 350 200 148,5 7 0,42 0,27
Pâte PV 350 200 148,5 7
Pâte FC+FS 450 100 / 30 139 9
Pâte LG+FS 450 100 / 30 139 9 0,31 0,24
Pâte PV+FS 450 100 / 30 139 9

Il est à noter que la différence entre le pic des C-S-H de la pâte saine et celui de la pâte
carbonatée relevée sur tous les thermogrammes est due au degré de développement de
l’hydratation dans le temps des pâtes carbonatées.
La figure 5.15 présente les thermogrammes obtenus sur pâte saine et carbonatée à base de
filler calcaire, issues du BAP FC.

Température (°C)
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100
0 100

-0,2 95

-0,4 90
Perte de masse TG (%)

-0,6 85
DTG (%/min)

-0,8 80

-1 75

-1,2 70
FC saine DTG
-1,4 FC carbonatée DTG 65
FC saine TG
-1,6 60
FC carbonatée TG
-1,8 55

Figure 5.15. Thermogrammes de la pâte saine et carbonatée à base de FC

161
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

L’analyse thermique sur pâte à base de filler calcaire saine et carbonatée donne des pertes de
masse totales respectivement de 29,27 et 40,13%, constituées de trois diminutions de masse
pour la pâte saine et de deux diminutions pour la pâte carbonatée. L’absence du pic de
portlandite sur la courbe correspondant à la pâte dégradée traduit sa consommation totale lors
de la carbonatation, ce qui peut expliquer l’épaisseur carbonatée du BAP FC révélée par la
phénolphtaléine.
Les résultats de l’analyse thermique obtenus sur pâte saine et carbonatée à base de laitier
granulé, issue du BAP LG, sont présentés sur la figure 5.16. L’analyse par ATG effectuée sur
pâte à base de laitier granulé saine et carbonatée, présente des pertes totales au feu
respectivement de 20,09 et 21,77 %, formées de trois principales diminutions de masse. La
présence de portlandite dans la pâte exposée au CO2 appuie le résultat obtenu sur le BAP LG
qui ne s’est pas carbonaté.

Température (°C)
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100
0 100

-0,2 95

-0,4 90

Perte de masse TG (%)


-0,6 85
DTG (%/min)

-0,8 80

-1 75

-1,2 70
LG saine DTG
-1,4 LG carbonatée DTG 65

-1,6 LG saine TG 60
LG carbonatée TG
-1,8 55

Figure 5.16. Thermogrammes de la pâte saine et carbonatée à base de LG

Les analyses thermiques sur pâte saine et carbonatée à base de poudre de verre, issue du BAP
PV sont présentées sur la figure 5.17. L’analyse thermique effectuée sur ces pâtes révèlent des
pertes totales au feu de 15,02 et 28,6 % respectivement pour la pâte saine et celle carbonatée.
L’absence de pic de portlandite dans la pâte carbonatée est due à sa consommation lors de la
phase de carbonatation, ce qui peut justifier l’épaisseur carbonatée du BAP PV révélée par la
phénolphtaléine.

162
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

Température (°C)
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100
0 100

-0,2 95

-0,4 90

Perte de masse TG (%)


-0,6 85
DTG (%/min)

-0,8 80

-1 75

-1,2 70
PV saine DTG
-1,4 PV carbonatée DTG 65
PV saine TG
-1,6 60
PV carbonatée TG
-1,8 55

Figure 5.17. Thermogrammes de la pâte saine et carbonatée à base de PV

Les résultats obtenus lors des analyses ATG sur pâte saine et carbonatée à base d’un liant
ternaire contenant du filler calcaire combiné à la fumée de silice, issue du BAPHP FC, sont
présentés sur la figure 5.18. L’analyse thermique sur ces pâtes présente des pertes de masse
totales de 21,73 et 25,54 % respectivement pour la pâte saine et carbonatée, constituées de
trois principales pertes. Aucun signe de carbonatation n’a été visible sur le BAPHP FC ce qui
est justifié par la présence de la portlandite dans la pâte exposée au CO2.

Température (°C)
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100
0 100

-0,2
95

-0,4
Perte de masse TG (%)

90
DTG (%/min)

-0,6
85
-0,8

80
-1 FC+FS saine DTG
FC+FS carbonatée DTG
FC+FS saine TG 75
-1,2
FC+FS carbonatée TG
-1,4 70

Figure 5.18. Thermogrammes de la pâte saine et carbonatée à base de FC et de FS

163
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

Les analyses thermiques réalisées sur pâte saine et carbonatée à base d’un liant ternaire
contenant du laitier granulé combiné à la fumée de silice, issue du BAPHP LG, sont
présentées sur la figure 5.19. Les résultats des analyses ATG révèlent des pertes totales de
18,16 et 21,04 % respectivement sur la pâte saine et carbonatée, composées de trois
principales diminutions de masse. La présence de portlandite dans la pâte carbonatée explique
le bon comportement du BAPHP LG à la carbonatation, validé par l’absence de signe de
carbonatation.

Température (°C)
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100
0 100

-0,2
95

-0,4

Perte de masse TG (%)


90
DTG (%/min)

-0,6
85
-0,8

80
LG+FS saine DTG
-1
LG+FS carbonatée DTG
LG+FS saine TG 75
-1,2
LG+FS carbonatée TG
-1,4 70

Figure 5.19. Thermogrammes de la pâte saine et carbonatée à base de LG et de FS

La figure 5.20 présente les résultats des analyses thermiques obtenus sur pâte saine et
carbonatée à base d’un liant ternaire contenant une poudre de verre combinée à la fumée de
silice, issue du BAPHP PV. L’analyse thermique sur ces pâtes présente des pertes de masse
totales de 16,33 et 19,36 %, respectivement pour la pâte saine et carbonatée, formées de trois
principales diminutions de masse. Le BAPHP PV n’a montré aucun signe de carbonatation
visible, d’où la présence de portlandite dans la pâte carbonatée.

164
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

Température (°C)
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100
0 100

-0,2
95

Perte de masse TG (%)


-0,4
90
DTG (%/min)

-0,6
85
-0,8

80
-1 PV+FS saine DTG
PV+FS carbonatée DTG
PV+FS saine TG 75
-1,2
PV+FS carbonatée TG

-1,4 70

Figure 5.20. Thermogrammes de la pâte saine et carbonatée à base de PV et de FS

Les résultats obtenus par les analyses thermiques corroborent ceux trouvés par la méthode
colorimétrique à la phénolphtaléine. En effet, la disparition du pic de portlandite dans
certaines pâtes telles que celles à base le FC et de PV, correspond aux BAP qui ont été
carbonatés, le BAP FC et le BAP PV. Le BAP LG et les BAPHP LG et PV combinés à la FS
n’ont présenté aucun signe de carbonatation.
Les résultats numériques des différentes pertes de masse sur l’ensemble des pâtes sont
regroupés dans le tableau 5.4.

165
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

Tableau 5.4. Récapitulatif des résultats des analyses thermogravimétriques sur des pâtes saines et carbonatées

Pertes de masse en %
Produits
C+FC C+LG C+PV C+FC+FS C+LG+FS C+PV+FS
C-S-H et Pâte saine 13,88 18,46 13,10 15,27 15,56 13,53
aluminates
hydratés Pâte carbonatée 16,51 18,55 22,31 15,95 17,81 16,20
Pâte saine 1,26 0,70 0,77 1,33 1,30 0,87
Portlandite
Pâte carbonatée 0 0,92 0 0,99 0,94 0,32

Décarbonatation Pâte saine 14,13 0,93 1,15 5,13 1,30 1,93


de la calcite Pâte carbonatée 23,62 2,30 6,29 8,60 2,29 2,84

Pertes de masse Pâte saine 29,27 20,09 15,02 21,73 18,16 16,33
totales Pâte carbonatée 40,13 21,77 28,6 25,54 21,04 19,36

C – ciment
FC – Filler calcaire
LG – Laitier granulé
PV – Poudre de verre

166
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

2.6. Lixiviation accélérée au nitrate d’ammonium

2.6.1. Profondeur dégradée

La décalcification à l'eau déminéralisée est un processus de dégradation très lent qui nécessite
une durée d'exposition importante. Afin d'étudier la contribution des additions minérales à la
résistance à la lixiviation des bétons, le choix d'une solution de nitrate d'ammonium est
justifié par une cinétique de dégradation rapide (Heukamp, 03 et Kamali et al., 08). Le
protocole expérimental adopté est décrit au chapitre II (Cf. Chapitre II, §3.5.2.6). Le suivi de
la lixiviation a été réalisée aux échéances de 7, 14, 21, 28, 65 et 365 jours d'immersion dans
une solution de nitrate d’ammonium après une cure humide de 60 jours à une température de
20°C. La figure 5.21 présente la variation de l'épaisseur dégradée des BAP et des BAPHP en
fonction de la racine carrée du temps.

20 BAP FC BAP LG BAP PV


18
Profondeur dégradée (mm)

16
14
12
10
8
6
4
2
0
2 3 4 5 6 7 8 9
a) Racine carré du temps (Jour½)

20 BAPHP FC BAPHP LG BAPHP PV


18
Profondeur dégradée (mm)

16
14
12
10
8
6
4
2
0
2 3 4 5 6 7 8 9
b) Racine carré du temps (Jour½)

Figure 5.21. Lessivage au nitrate d’ammonium : a- BAP et b- BAPHP

Les BAP à base d'additions réactives, telles que la poudre de verre et le laitier granulé,
développent une meilleure résistance à la lixiviation par rapport à une addition inerte de filler

167
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

calcaire. Ce qui se traduit par une profondeur dégradée plus importante pour les BAP FC que
celle mesurée sur les BAP LG et BAP PV. De plus, la cinétique de dégradation des BAP FC
est plus rapide que celles des autres bétons. En effet, l'épaisseur dégradée progresse de 2,65
mm/jours1/2 pour le BAP FC contre 1,91 et 1,51 mm/jours1/2 respectivement pour le BAP LG
et le BAP PV. La même tendance est relevée pour la série des BAPHP, une avancée du front
de lixiviation pour le BAPHP FC de 1,42 mm/jours1/2 contre 1,29 et 1,35 mm/jours1/2
respectivement pour le BAPHP LG et BAPHP PV.
Kamali (Kamali, 03) rapporte que la présence d'additions à caractère hydraulique ou
pouzzolanique diminue la cinétique de lixiviation indépendamment du rapport E/L. Plusieurs
auteurs (Bessa-Badreddine, 04 et Idir, 09) affirment que les additions réactives, tels que le
laitier granulé, la poudre de verre ou la fumée de silice, parmi leurs effets les plus notables
sont de réduire la proportion de portlandite en raison des réactions pouzzolaniques, pour
former des C-S-H réduisant ainsi le passage d'agents agressifs. De plus, ces C-S-H ont des
rapports C/S généralement plus faibles que les C-S-H provenant de l'hydratation directe du
clinker (Duchesne, 95), donc plus riche en silice (de Larrard, 02).
La diminution de la cinétique de lixiviation des BAPHP est principalement due à l'utilisation
d’un liant ternaire (ciment + additions + fumée de silice) qui permet de réduire la teneur
initiale en calcium de la matrice cimentaire dû à une meilleure densification de la
microstructure (Matte, 99). Anderson et al. (Anderson et al., 02) ont montré que l'utilisation
de la fumée de silice augmente nettement la résistance chimique des matériaux cimentaires
vis-à-vis d'un milieu agressif, telle qu'une solution en nitrate d'ammonium.

L'utilisation du laitier et du verre réduit la cinétique de lixiviation par rapport au filler


calcaire. Cette amélioration est due à la diminution de la taille des pores et des capillaires
réduisant ainsi le passage d'agents agressifs.
2.6.2. Suivi de masse

Le suivi de la perte de masse a été réalisé parallèlement aux mesures des profondeurs
dégradées sur les mêmes échéances. Sur la figure 5.22 sont présentées les pertes de masse en
fonction des temps d’exposition des différents mélanges conservés dans une solution de
nitrate d’ammonium.
La lixiviation d'un matériau cimentaire entraine la dissolution de la portlandite et la
décalcification de certains hydrates notamment les C-S-H. Ces mécanismes de mise en
solution des hydrates créent une porosité supplémentaire et une perte de masse. Les BAP et
BAPHP à base de poudre de verre enregistrent les plus faibles pertes de masse. La relative
bonne tenue de ces bétons en milieu agressif pourrait être expliquée par le caractère réactif de
la poudre de verre qui fixe la portlandite par réaction pouzzolanique, catalysée par la présence
d’alcalin dans le verre. La formation de nouveaux hydrates de C-S-H, améliorant la porosité,
empêcherait ainsi le passage de la solution agressive. Les BAP et BAPHP à base de FC et LG
ont des comportements similaires mais pour des raisons différentes. Le filler calcaire étant
chimiquement inerte ne pourrait pas contribuer à la formation de nouveaux hydrates au même
titre que le laitier granulé, qui se caractérise par un faible pouvoir hydraulique et une cinétique
d’hydratation très lente.
168
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

2,5

2
Perte de masse (%)
1,5

1
BAP FC
0,5 BAP LG
BAP PV
0
0 3 6 9 12 15 18 21
a) Racine carré du temps (jour½)

2,5

2
Perte de masse (%)

1,5

1
BAPHP FC
0,5 BAPHP LG
BAPHP PV
0
0 3 6 9 12 15 18 21
b) Racine carré du temps (jour½)

Figure 5.22. Variation de la masse due à la lixiviation au nitrate d’ammonium : a- BAP et b- BAPHP

2.6.3. Evolution des phases de la matrice cimentaire par ATG

Dans le but de comprendre et d’expliquer les mécanismes de dégradation accélérée des pâtes
exposées à une solution de nitrate d’ammonium, une analyse thermogravimétrique (ATG) a
été réalisée sur des échantillons issus des formulations de béton (Tableau 5.3, §2.5.3). Les
essais ont été réalisés suivant la procédure décrite au chapitre II (Cf. Chapitre II, §3.1) sur des
poudre de pâtes durcies saines après 28 jours de cure à l’eau et dégradées après 210 jours de
conservation dans une solution de nitrate d’ammonium à une concentration de 480 g/l, soit
environ 6 mol/l.
Les analyses thermiques réalisées sur des pâtes saines et lixiviées sont présentées sur le même
graphe. Les courbes en pointillés correspondent aux analyses thermogravimétriques (TG) et
les courbes en traits unis à la dérivée de la perte pondérale dans le temps en fonction de la
température (DTG). Pour la même raison que celle évoquée lors de la carbonatation, la
différence entre le pic des C-S-H de la pâte saine et celui de la pâte lixiviée, est plus
importante pour ce mode de dégradation. La conservation des échantillons de pâtes au sein de

169
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

la solution agressive favorise l'hydratation de ces derniers. Ce qui va générer des différences
de perte de masse importante pour les pâtes lixiviées dues à la décomposition des C-S-H.
Les résultats de l’ATG obtenus sur pâtes saine et lixiviée à base de filler calcaire, issue du
BAP FC, sont présentés sur la figure 5.23. Les résultats obtenus sur ces pâtes montrent des
pertes de masses totales de 29,27 et 39,81 % respectivement pour la pâte saine et la pâte
lixiviée. L’absence du pic de portlandite dans la pâte lixiviée explique sa dissolution complète
lors du processus de lixiviation de la pâte.

Température (°C)

0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100
0 100

95
-0,4
90

Perte de masse TG (%)


-0,8 85
DTG (%/min)

80
-1,2
75

-1,6 70
FC saine DTG
FC lixiviée DTG 65
-2
FC saine TG
60
FC lixiviée TG
-2,4 55

Figure 5.23. Thermogrammes de la pâte saine et lixiviée à base de FC

Les résultats obtenus de l'analyse par ATG sur pâte saine et lixiviée à base de laitier granulé,
issue du BAP LG, sont présentés sur la figure 5.24. Les pertes de masse totales obtenues sur
les pâtes testées révèlent des pertes de 20,09 et 26,96 % respectivement pour la pâte saine et
lixiviée. L’absence de pic de portlandite est remarquée pour la pâte lixiviée, ce qui pourrait
expliquer une dissolution complète de celle-ci au cours de la dégradation au nitrate.

170
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

Température (°C)

0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100
0 100

95
-0,4
90

Perte de masse TG (%)


-0,8 85
DTG (%/min)

80
-1,2
75

-1,6 70
LG saine DTG
LG lixiviée DTG 65
-2
LG saine TG 60
LG lixiviée TG
-2,4 55

Figure 5.24. Thermogrammes de la pâte saine et lixiviée à base de LG

Les courbes des ATG obtenus sur pâte saine et lixiviée à base de poudre de verre, issue du
BAP PV, sont présentées sur la figure 5.25. Les pertes de masse totales obtenues par l’analyse
ATG donnent des valeurs de 15,02 et 29,83 %, respectivement pour la pâte saine et lixiviée.
L’absence de pic de portlandite pour la pâte lixiviée est due à sa dissolution complète dans la
solution de nitrate d’ammonium.

Température (°C)

0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100
0 100

95
-0,4
90
Perte de masse TG (%)

-0,8 85
DTG (%/min)

80
-1,2
75

-1,6 70
PV saine DTG
65
PV lixiviée DTG
-2
PV saine TG 60
PV lixiviée TG
-2,4 55

Figure 5.25. Thermogrammes de la pâte saine et lixiviée à base de PV

Les résultats obtenus sur pâte saine et lixiviée à base de filler calcaire combiné à la fumée de
silice, issue du BAPHP FC, sont présentés sur la figure 5.26. Les pertes de masse totales

171
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

obtenues sur ces pâtes, saine et lixiviée présentent des valeurs de 21,73 et 31,11 %
respectivement. L’intégralité de la portlandite dans la pâte lixiviée a été dissoute lors de la
lixiviation ce qui explique l’absence de pic correspondant.

Température (°C)

0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100
0 100

95
-0,4

Perte de masse TG (%)


90
-0,8
DTG (%/min)

85
-1,2
80

-1,6 FC+FC saine DTG


75
FC+FS lixiviée DTG
-2 FC+FS saine TG 70
FC+FS lixiviée TG
-2,4 65

Figure 5.26. Thermogrammes de la pâte seine et lixiviée à base de FC et de FS

Les analyses thermiques effectuées sur pâte saine et lixiviée à base de laitier granulé combiné
à la fumée de silice, issue du BAPHP LG, sont présentées sur la figure 5.27. Les pertes de
masse totales obtenues lors de l’essai sont estimées à 18,16 et 33,82 % respectivement pour la
pâte saine et lixiviée. La totalité de la portlandite de la pâte lixiviée a été dissoute, ce qui
explique l’absence de pic.
Température (°C)

0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100
0 100

95
-0,4
Perte de masse TG (%)

90
-0,8
DTG (%/min)

85
-1,2
80
LG+FC saine DTG
-1,6
LG+FS lixiviée DTG 75
LG+FS saine TG
-2
LG+FS lixiviée TG 70

-2,4 65

Figure 5.27. Thermogrammes de la pâte saine et lixivié à base de LG et de FS

172
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

La figure 5.28 présente les résultats obtenus sur pâte saine et lixiviée à base de liant ternaire
contenant une poudre de verre combinée à la fumée de silice, issue du BAPHP PV. L’analyse
thermique sur ces pâtes présente des pertes de masse totales de 16,33 et 32,91%
respectivement pour le pâte saine et lixiviée. L’absence de pic de portlandite traduit sa
dissolution totale en présence du nitrate d’ammonium.

Température (°C)

0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100
0 100

95
-0,4

Perte de masse TG (%)


90
-0,8
DTG (%/min)

85
-1,2
PV+FC saine DTG 80
PV+FS lixiviée DTG
-1,6
PV+FS saine TG 75
PV+FS lixiviée TG
-2
70

-2,4 65

Figure 5.28. Thermogrammes de la pâte saine et lixiviée à base de PV et de FS

Les résultats numériques des différentes pertes de masse sur l’ensemble des pâtes sont
regroupés dans le tableau 5.5.

173
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

Tableau 5.5. Récapitulatif des résultats des analyses thermogravimétriques sur des pâtes saines et lixiviées

Pertes de masse en %
Produits
C+FC C+LG C+PV C+FC+FS C+LG+FS C+PV+FS
C-S-H et Pâte saine 13,88 18,46 13,10 15,27 15,56 13,53
aluminates
hydratés Pâte lixiviée 24,21 26,47 29,01 20,66 32,93 31,79
Pâte saine 1,26 0,70 0,77 1,33 1,30 0,87
Portlandite
Pâte lixiviée 0 0 0 0 0 0

Décarbonatation Pâte saine 14,13 0,93 1,15 5,13 1,30 1,93


de la calcite Pâte lixiviée 15,60 0,49 0,82 10,45 0,89 1,12

Pertes de masse Pâte saine 29,27 20,09 15,02 21,73 18,16 16,33
totales Pâte lixiviée 39,81 26,96 29,83 31,11 33,82 32,91

C- ciment
FC – Filler calcaire
LG – Laitier granulé
PV – Poudre de verre

174
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

Les résultats obtenus lors des analyses thermiques vont dans le même sens que ceux trouvés
par la méthode colorimétrique à la phénophtaléine. En effet, l’absence de pic de portlandite
dans toutes les pâtes lixiviées au nitrate d’ammonium explique les profondeurs dégradées
relevées sur les bétons.

3. SYNTHÈSE

Le présent chapitre était consacré à l'étude de l’effet des additions sur les résistances
mécaniques et la durabilité des BAP et BAPHP formulés.
L'étude a été réalisée en deux temps, en premier lieu, on s’est intéressé aux résistances
mécaniques et à la porosité accessible à l’eau. Le suivi de ces deux propriétés a été réalisé sur
une période allant de quelques jours à un an. Vingt-et-une compositions de BAP et BAPHP
ont servi à la caractérisation de l'effet de la nature et du dosage des additions sur la résistance
en compression et la porosité ouverte. En second lieu, l'étude est menée sur les processus de
transfert qui régissent la durabilité d'un béton en milieu agressif, notamment, la perméation, la
diffusion et l'absorption. À la lumière des résultats obtenus au cours de cette étude, plusieurs
enseignements peuvent être fait.
Sur les résistances mécaniques à la compression :
 L'incorporation d'addition améliore les résistances mécaniques par rapport à un béton
de référence uniquement confectionné avec du ciment, cependant, cette amélioration
reste dépendante de la nature et du dosage de l'addition. Si le filler calcaire améliore
les résistances mécaniques à court terme, ces dernières ayant tendance à se stabiliser
au-delà de 28 jours. Le laitier et le verre permettent d'obtenir de bien meilleures
résistances à plus longues échéances, principalement par des effets hydraulique et
pouzzolanique, significatif au-delà de 28 jours. La cinétique de durcissement est
fortement influencée par la nature de l'addition, le laitier a une cinétique très lente,
alors que le verre et sa forte teneur en alcalins active le mécanisme pouzzolanique.
Sur la porosité ouverte :
 Les additions minérales contribuent au remplissage de la porosité en plus de ce que
l'hydratation du ciment seul peut apporter, par la formation d'hydrates lors de la prise
et du durcissement. L’amélioration de la porosité du béton est d'autant plus importante
que l'addition est réactive. Le laitier et le verre réduisent la porosité parallèlement à
l’augmentation de la durée de cure par une densification de la matrice cimentaire due à
l'activité pouzzolanique ou hydraulique des additions.
Sur l’absorption capillaire :
 L'absorptivité est étroitement liée au développement de la microstructure de la phase
liante du matériau cimentaire. Par conséquent, elle est influencée par la nature de
l'addition. Les bétons à base de filler calcaire présente une sorptivité relativement
importante par rapport aux bétons à base de laitier et de verre. Le phénomène
d’absorption capillaire est régi par les pores capillaires (diamètre, répartition et
quantité). Or l’incorporation du LG et de la PV permet de réduire à la fois le volume et

175
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

les dimensions des capillaires par la formation de nouveaux C-S-H résultant de


l’activité hydraulique et pouzzolanique des additions.
Sur la perméabilité à l’oxygène :
 La nature minéralogique de l’addition influence la perméabilité au gaz des bétons.
Plus l’addition présente une activité pouzzolanique ou hydraulique, et plus le
coefficient de perméabilité au gaz est faible. Cette réduction est liée à l’amélioration
du réseau poreux du béton par le raffinement et la segmentation de la porosité
capillaire survenue lors de la formation de nouveaux hydrates, en favorisant une
microstructure plus tortueuse.
Sur la diffusion des ions chlorure :
 L'emploi du laitier et de la poudre de verre comme addition, réduit considérablement
la pénétration des ions chlorure dans le béton, par un meilleur raffinement des pores
dû à la formation de nouveaux C-S-H. L'utilisation du filler calcaire confère au béton
une faible résistance à la pénétration des chlorures, qui rend son utilisation inadaptée à
un environnement marin.
Sur la carbonatation accélérée :
 L’emploi du laitier procure au béton une résistance élevée à la carbonatation et cela
même pour une exposition d’une année au CO2, contrairement au filler calcaire et au
verre qui se carbonatent proportionnellement à la racine carré du temps d’exposition.
En effet, la disparition du pic de portlandite dans certaines pâtes, telles que le FC et la
PV révélée par les analyses thermiques, correspond aux BAP qui ont été carbonatés (le
BAP FC et PV). La FS combinée aux additions améliore nettement leur tenue à
l’action du dioxyde de carbone.
Les bétons avec addition de poudre de verre ont montré des propriétés performantes
vis-à-vis de la durabilité, excepté par rapport à la carbonatation. Le BAP PV s’est
totalement carbonatés au bout d’une année de conservation dans la cellule de
carbonatation, au même titre que le BAP FC, mais vraisemblablement pour des raisons
différentes. Il est envisageable que l’oxyde de soude (Na2O) contenu dans le verre
s’est transformé en carbonate ou bicarbonate de soude par fixation du dioxyde de
carbone, ce qui pourrait expliquer le comportement des BAP PV par rapport à la
carbonatation.
Sur la lixiviation au nitrate d’ammonium :
 La lixiviation des hydrates du ciment est fortement dépendante de la nature du liant et
en particulier de celle de l'addition minérale qui le compose. L'utilisation d'additions
réactives telles que le laitier et la poudre de verre réduit la cinétique de lixiviation par
rapport au filler calcaire. Cet effet est dû à la diminution de la teneur de portlandite en
raison des réactions chimiques qui aboutissent à la formation de C-S-H, entrainant une
réduction de la taille des pores et des capillaires, réduisant ainsi le passage d'agents
agressifs. En effet, l’absence de pic de portlandite dans toutes les pâtes lixiviées au

176
Chapitre V : Effet des additions minérales sur les résistances mécaniques et les propriétés de transfert

nitrate d’ammonium révélée par les analyses thermiques, explique en partie les
profondeurs dégradées relevées sur les bétons.

En conclusion, la faisabilité d'un béton autoplaçant à base de laitier granulé ou de poudre de


verre en substitution du traditionnel filler calcaire est envisageable et cela même pour un
dosage de l'ordre de 60% par rapport au poids du ciment. La durabilité d'un tel béton a été
prouvée par les différents indicateurs qui couvrent l'ensemble des propriétés de transfert, dont
les résultats ont été présentés au cours de cette étude. Les résultats obtenus permettent dans un
premier temps d'envisager l'utilisation de poudre de verre comme addition dans les bétons, un
marché prometteur et en particulier en Algérie où la demande ne cesse de croitre. Cependant,
des études supplémentaires restent à réaliser, notamment, sur la réaction alcali-silice en
relation avec la forte teneur en alcalins contenus dans le verre.

177
CONCLUSION
GÉNÉRALE
CONCLUSION GÉNÉRALE

La substitution du filler calcaire traditionnellement utilisé dans les bétons autoplaçants par le
laitier granulé et la poudre de verre doit non seulement satisfaire les critères d’ouvrabilité du
béton frais (étalement, taux de remplissage et stabilité) et de résistance mécanique du béton
durci, mais également présenter des propriétés de durabilité au moins équivalentes voire
meilleures que celles obtenues par l’emploi du filler calcaire.
Afin de répondre à ces préoccupations, un programme expérimental a été mis en place pour
comprendre et apporter des éléments de réponse aux questions posées qui ont constitué les
objectifs du présent travail. Plusieurs enseignements ont été tirés :

1. Sur les caractéristiques des additions minérales :

 L'analyse par diffraction des rayons X du laitier granulé a donné un diffractogramme


typique d’un matériau vitreux, de composition chimique moyenne présentant
toutefois un faible taux d’alumine. Ces caractéristiques ne constituent nullement un
inconvénient à son emploi comme addition au BAP. L’emploi du laitier granulé dans
les matrices cimentaires a fait l’objet de beaucoup de travaux concluants et appliqués
à l’échelle industrielle.

 Contrairement au laitier granulé, le verre est nouvellement introduit dans les matrices
cimentaires, peu de travaux lui ont été consacrés. Le verre à bouteille est caractérisé
par une structure vitreuse, de composition chimique correspondant à celle utilisée
pour la fabrication des bouteilles, contenant des quantités importantes d’alcalins
pouvant entraîner des effets préjudiciables sur le béton. Cependant les résultats
obtenus montrent plutôt un effet favorable conformément aux résultats de certains
auteurs qui conviennent que le verre entraîne un comportement bénéfique associé à la
réaction pouzzolanique s’il est utilisé sous forme de poudre.

2. Sur l’écoulement des pâtes

Le volume de pâte recommandé pour la formulation d’un BAP doit être de 330 à 400 l/m3 de
béton correspondant à un dosage en poudre (ciment + addition) de l’ordre de 500 kg/m 3 en
moyenne. Une étude apparaissait donc importante afin de caractériser l’effet de l’addition, en
fonction de sa nature et de son dosage, sur l’écoulement de la pâte en tant que phase
prépondérante du BAP. Trois dosages d’addition 30, 45 et 60% en addition au ciment ont été
fixés.

179
Conclusion générale

L’étude préliminaire réalisée sur pâtes pures a permis de tirer les enseignements suivants :

 Les demandes en eau et en superplastifiant des additions dépendent de leur finesse et


de leur nature et dosage. Ainsi le filler calcaire est caractérisé par des demandes en
eau et en superplastifiant modérées par rapport au laitier granulé et la poudre de verre.

 L’incorporation du filler calcaire et du laitier granulé à un dosage de 30% par rapport


à la masse du ciment permet d’améliorer l’étalement des pâtes. Tandis que pour la
poudre de verre, il semblerait que le dosage permettant d’améliorer l’étalement de la
pâte soit inférieur à 30%.

 L'augmentation du dosage en addition entraine une augmentation de la concentration


volumique en solides, ce qui induit un accroissement des propriétés rhéologiques
telles que le seuil de cisaillement statique et la viscosité apparente, se traduisant par
l’amplification du comportement rhéoépaississant des suspensions cimentaires quelle
que soit la nature de l'addition. La poudre de verre atténue le comportement
rhéoépaississant pour des dosages de 45 et 60% en relation avec le rapport E/C.
3. Sur l’optimisation des dosages en addition dans le BAP

L’augmentation du dosage en addition à l’échelle de la pâte, entre 30 et 60% de la masse de


ciment, n’ayant pas montré une altération remarquable de l’écoulement, il a été décidé de
maintenir les trois dosages et de les tester à l’échelle du béton dans le but de déterminer le
dosage adéquat permettant de concilier les exigences en termes de caractère autoplaçant, de
résistance mécanique et de durabilité du béton formulé.

Vingt-et-une compositions de béton autoplaçant d'ouvrage (BAP) et de béton autoplaçant à


hautes performances (BAPHP) ont été testées à l’état frais.
Les résultats obtenus au cours de cette étude conduisent aux enseignements suivants :
 L’incorporation d’une addition dans le béton améliore les paramètres d’ouvrabilité et
de rhéologie des BAP par rapport au béton de référence par augmentation du volume
de pâte.

 La faisabilité d'un béton autoplaçant à base de laitier granulé ou de poudre de verre à


bouteilles en substitution au filler calcaire, à des dosages allant de 45 à 60% est
envisageable.

 Les résultats obtenus sur les paramètres d’ouvrabilité et de rhéologie ne permettent pas
de dégager de façon franche le dosage optimal des additions. En effet les paramètres
d’ouvrabilité que sont le diamètre d’étalement, le temps T500, et la stabilité au tamis
militent pour un dosage optimal en addition qui se rapprocherait plus de 45% que de
60%. Cependant la combinaison des paramètres rhéologiques (seuil de cisaillement et
viscosité plastique) transcrit sur le graphique de Wallevik (Cf. Chapitre IV, §3.1.4.2)
montre clairement que le dosage optimal se situe plutôt à 60%, car les BAP avec un

180
Conclusion générale

dosage de 45% d’addition se trouvent en dehors du domaine préconisé. Pour définir le


dosage en addition adéquat il était intéressant de faire appel à un autre paramètre utile à
notre démarche, il s’agit de la résistance mécanique en compression. Quelques essais
préliminaires sur les résistances mécaniques en compression ont permis d’apporter un
argument supplémentaire validant plutôt un dosage de 60% en addition.

4. Sur les propriétés mécaniques et sur la durabilité

 le filler calcaire améliore les résistances mécaniques à court terme, ces dernières ayant
tendance à se stabiliser au-delà de 28 jours. Le laitier et le verre permettent d'obtenir de
bien meilleures résistances à plus longues échéances, principalement par effet
hydraulique et pouzzolanique, significatifs au-delà de 28 jours. La cinétique de
durcissement est fortement influencée par la nature de l'addition : le laitier a une
cinétique très lente, alors que le verre, par sa forte teneur en alcalins, active le
mécanisme pouzzolanique.

 Les additions minérales contribuent au remplissage de la porosité en plus de ce que


l'hydratation du ciment seul peut apporter, par la formation d'hydrates lors de la prise et
du durcissement. L’amélioration de la porosité du béton est d'autant plus importante
que l'addition est réactive. Le laitier et le verre réduisent la porosité parallèlement à
l’augmentation de la durée de cure par une densification de la matrice cimentaire due à
l'activité pouzzolanique ou hydraulique des additions.

 La durabilité des BAP avec addition de laitier granulé et de poudre de verre est bien
meilleure que celle du BAP avec addition de filler calcaire. Les résultats obtenus sur la
carbonatation montrent une bonne résistance du BAPLG même après une année
d’exposition au CO2, ce qui peut être expliqué par le fait que le laitier granulé est
incorporé au béton par ajout et non pas par substitution du ciment. Les BAPFC et
BAPPV se carbonatent proportionnellement à la racine carrée de la durée d’exposition.
La carbonatation du BAPPV qui a montré une bonne tenue vis-à-vis d’autres milieux
ne pourrait s’expliquer apparemment que par la présence d’alcalins qui se sont
transformés en carbonates ou bicarbonates de sodium sous l’action du CO2.

 L'emploi des additions en ajout au BAP permet d'améliorer les résistances en


compression à court et long termes. L'accroissement des résistances à court terme est
surtout notable pour les BAPHP (FC, LG et PV) avec ajout de fumée de silice ce qui
peut justifier son emploi pour les BHP nécessitant de très hautes résistances à court
terme. Cependant, l'augmentation des résistances à plus longues échéances semble
dépendre des additions. En effet les BAPHP LG, PV et FC, garantissent des résistances
supérieures à celle du BAPHP avec addition de fumée de silice seule, ce qui permet
d’envisager la formulation d’un béton vibré ou autoplaçant de haute performance sans
addition de fumée de silice en optimisant quelques paramètres tels que les dosages en
ciment, en eau, en adjuvant et le rapport eau / liant.

181
Conclusion générale

Perspectives
Le filler calcaire et le laitier granulé sont des produits normalisés et fréquemment utilisés dans
les ciments et les bétons. Le verre à bouteille est un matériau nouvellement introduit dans les
matériaux à matrice cimentaire. Peu de travaux sont conduits sur ce matériau malgré les
multiples avantages qu’il présente notamment économique, écologique et technique.
Sur le plan économique, dans certains pays, comme le Canada par exemple qui dispose de
circuit de tri et de récupération, ce qui n’est pas le cas de l’Algérie, le recyclage du verre à
bouteille coloré n’est pas viable, car son entreposage coûterait moins cher. Sur le plan
écologique, la mise en décharge des bouteilles en verre peut constituer une forte pollution.
Alors que sur le plan technique le verre à bouteilles composé principalement de silice est
potentiellement pouzzolanique, mais contient des quantités importantes d’alcalins pouvant
entraîner des effets préjudiciables sur le béton en relation avec les réactions alcali-silice ou
alcali-granulat mais ces mêmes alcalins peuvent jouer le rôle de catalyseur de la réaction
pouzzolanique.
Les travaux qui ont été réalisés ont permis d’apporter quelques éléments de réponses aux
préoccupations posées, mais ils ont soulevé aussi quelques points intéressants à explorer à
l’avenir.
Analyse des paramètres limitatifs
 Influence de la composition chimique du verre (oxydes colorants),
 Possibilité de combinaison entre plusieurs couleurs de verre.
Durabilité des bétons : effets des alcalins
 Alcali-Réaction,
 Carbonatation,
 Effet catalyseur des alcalins.

182
RÉFÉRENCES
BIBLIOGRAPHIQUES
Références bibliographiques

AFGC. (2008). Association française de Génie Civil, Recommandations provisoires pour l’emploi
des Bétons Autoplaçants, Paris, 2ème édition, AFGC, 64 p.
AFPC-AFREM. (1997). Méthodes recommandées pour la mesure des grandeurs associées à la
durabilité, Compte-rendu des journées techniques AFPC-AFREM « Durabilité des bétons »,
Toulouse.
AÏTCIN, P.C. (2001). Bétons haute performance, Paris, 1er Edition, Eyrolles, 683 p.
AMPADU, K.O., TORII, K. et KAWAMURA, M. (1999). Beneficial effect of fly ash on chloride
diffusivity of hardened cement paste, Cement and Concrete Research, vol.29, n° 4, p.585-590.
ANDERSON, R.G., GASCOIGNE, M.J. et GALLON, M.J. (2002). Ammonium nitrate attack,
Concrete Engineering international, vol.6, n°1, p.57-62.
ANDRA. (2005). Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs, Les matériaux
cimentaires. Référentiel Matériaux, vol.3.
ARLIGUIE, G. HORNAIN, H. (2007). Grandeurs associées à la Durabilité des Bétons
(GRANDUBE), Presses de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, 437 p.
ASSIE, S. (2004). Durabilité des bétons autoplaçants, Thèse de doctorat INSA, Toulouse, France.
ASSIE, S., ESCADEILLAS G. et WALLER, V. (2007). Estimates of self-compacting concrete
potential durability, Construction and Building Materials, vol.21, n° 10, p.1909-1917.
AUDENAERT, K. et DE SCHUTTER, G. (2003). Influence of moisture on the carbonation of self-
compacting concrete, Proceedings of the 6th International Conference on Durability of Concrete,
Greece, ACI SP-212, p.451-465.
AUDENAERT, K., BOEL, K. et DE SCHUTTER, G. (2003). Chloride penetration in self-
compacting concrete, Proceedings of 3rd International RILEM Symposium, Self-Compacting
Concrete (PRO 33), Reykjavik, Iceland, p.818-825.

BACHIORRINI, A. (1985), Interactions physico-chimiques entre l'aluminate monocalcique et


différents carbonates au cours de l'hydratation. Thèse de doctorat de l’Université Claude Bernard,
Lyon 1, France.
BACHIORRINI, A. et CUSSINO, L. (1986). Hydratation du ciment alumineux en présence
d'agrégats calcaires, 8th Proceedings of the International Congress, Chemistry of Cement, RIO DE
JANEIRO, IV, p.383-388.
BAJAD, M.N., MODHERA, C.D. et DESAI, A.K. (2011). Effect of glass on strength of concrete
subjected to sulphate attack, International Journal of Civil Engineering Research and Development
(IJCERD), vol.1, n° 2, p.01-13.
BALAYSSAC, J.P. (1992). Relations entre performances mécaniques, microstructure et durabilité
des bétons, Thèse de Doctorat INSA, Toulouse, France.
BANFILL, P.F.G. (2003). The rheology of fresh cement and concrete - a review, Proceedings of the

184
Références bibliographiques

11th International Congress, Chemistry of Cement, Durban, p.50-63.


BAROGHEL-BOUNY, V. (1998). Texture and moisture properties of ordinary and high-
performance cementitious materials, Proceedings of the International RILEM conference, Concrete
from material to structure, Arles, France.
BAROGHEL-BOUNY, V., GAWSEWITCH, J., BELIN, P., OUNOUGHI, K., ARNAUD, S.,
OLIVIER, G. et BISSONNETTE, B. (2004). Vieillissement des bétons en milieu naturel : une
expérimentation pour le XXIe siècle – IV. Résultats issus des prélèvements effectués sur les corps
d’épreuve de différents sites aux premières échéances de mesure, Bulletin des Laboratoires des Ponts
et Chaussées, n° 249, p.49-100.
BARON, J. et OLLIVIER J.P. (1992). La durabilité des bétons, Collection de l’association
technique de l’industrie des liants hydrauliques, Presses de l’école nationale des Ponts et Chaussées,
Paris, France.
BARON, J. et OLLIVIER J.P. (1997). Les bétons, bases et données pour leur formulation, Paris,
Eyrolles.
BARRIOULET, M. (1977). Contribution à l'étude des rôles respectifs joués par la pâte interstitielle
et par les granulats dans le comportement mécanique du béton avant prise du liant, Thèse de Doctorat
de l'Université Paul Sabatier de Toulouse.
BEHIM, M. (2005). Sous produits industriels et développement durable : Réactivité, rôle et
durabilité des laitiers d’El-Hadjar dans les matériaux à matrice cimentaire, Thèse de doctorat d’état en
cotutelle Université d’Annaba – INSA de Toulouse, France.
BEHIM, M., CYR, M. et CLASTRES, P. (2011). Physical and chemical effects of El-Hadjar slag
used as an additive in cement-based materials, European Journal of Environmental and Civil
Engineering, vol.15, n° 10, p.1413-1432.
BEJAOUI, S. (2001). Etude du comportement des bétons soumis à des sollicitations climatiques de
type gel/dégel. Thèse de Doctorat, INSA, Toulouse, France.
BENSEBTI, S., AGGOUN, S. et HOUARI, H. (2007). Essai de caractérisation expérimentale de la
ségrégation verticale des bétons autoplaçants, Sciences & Technologie - B, n° 25, p.59-64.
BESSA-BADREDDINE, A. (2004). Etude de la contribution des additions minérales aux propriétés
physiques, mécaniques et de durabilité des mortiers, Thèse de doctorat, Université de Cergy-Pontoise,
France.
BETHMONT, S. (2005). Mécanisme de ségrégation des bétons autoplaçants (BAP) – Etude
expérimentale des interactions granulaires, Thèse de doctorat à l’école nationale des ponts et
chaussées, Paris, France.
BIER, T.A. (1986). Influence of the type of cement and curing on carbonation progress and pore
structure of hydrated cement pastes, Materials Research Society Symposium Proceedings, 85, 123
doi:10.1557/PROC-85-123.
BILLBERG, P. (1999). Self-compacting concrete for civil engineering structures – the Swedish
experience, CBI report, vol.2, n° 99, p.80.
BINGHAM, E.C. et GREEN, H. (1919). Paint, a Plastic Material and not a Viscous Fluid ;
Measurement of its Mobility and Yield Value, Proc. Amer. Soc. Testing Materials, 19 (II), p.640-675.
BOEL, V., AUDENAERT, K. et DE SCHUTTER, G. (2002). Pore structure of self-compacting
concrete, First North American Conference on the Design and Use of Self-Consolidating Concrete,
ACBM center, p.837-843.
BONNEAU, O. (1997). Etude des effets physico-chimiques des superplastifiants en vue d’optimiser
le comportement rhéologique des bétons à Ultra-hautes Performances, Thèse de doctorat en cotutelle,
Ecole Normale Supérieure de Cachan, France et Université de Sherbrooke, Canada.
BOUDCHICHA, A. (2007). Utilisation des additions minérales et des adjuvants fluidifiants pour

185
Références bibliographiques

l’amélioration des propriétés rhéologiques et mécaniques des bétons, Thèse de doctorat d’état,
Université Mentouri, Constantine.
BOUIKNI, A., SWAMY, R.N. et BALI, A. (2009). Durability properties of concrete containing
50% and 65% slag, Construction and Building Materials, vol.23, n° 8, p.2836-2845.
BROUWERS, H.J.H. et RADIX, H.J. (2005). Self compacting concrete : Theoretical and
Experimental Study, Cement and Concrete Research, vol.35, n° 11, p. 2116-2136.
BUIL, M. et OLLIVIER, J.P. (1992). Conception des bétons : la structure poreuse. Durabilité des
bétons, sous la direction de Baron. J et Ollivier. J.P., Presse de l’ENPC, p.57-99.

CABRERA, J. et ROJAS, M.F. (2000). Mechanism of hydration of metakaolin-lime-water system,


Cement and Concrete Research, vol.31, n° 4, p.177-182.
CARDE, C. (1996). Caractérisation et modélisation des propriétés mécaniques dues à la lixiviation
des matériaux cimentaires, Thèse de Doctorat INSA, Toulouse, France.
CARÉ, S., LINDER, R., BAROGHEL-BOUNY, V., DE LARRARD, F. et CHARONNAT, Y.
(2000). Effet des additions minérales sur les propriétés d’usage des bétons – Plan d’expérience et
analyse statique, LCPC, Ouvrages d’art OA 33, p.102.
CARLES-GIBERGUES, A. (1981). Les ajouts dans les micro-bétons – Influence sur l’auréole de
transition et sur les propriétés mécaniques, Thèse de doctorat d’état, Université Paul-Sabatier,
Toulouse, France.
CARLSWARD, J., EMBORG, M., UTSI, S. et OBERG, P. (2003). Effect of constituents on the
workability and rheology of selfcompacting concrete, Proceedings of the 3rd International RILEM
conference on SCC, Reykjavik, Iceland, p.143-153.
CASSAGNABÈRE, F. (2007). Produits préfabriqués en béton file : vers l’amélioration des
performances du matériau pour mieux gérer le procédé de production, Thèse de doctorat INSA,
Toulouse, France.
CASTELLOTE, M., FERNANDEZ, R., ANDRADE, C. et ALONSO, C. (2009). Chemical
changes and phase analysis of OPC pastes carbonated at different CO2 concentrations, Materials and
Structures, vol.42, n° 4, p.515-525.
CHALEE, W., JATURAPITAKKUL, C. et CHINDAPRASIRT, P. (2009). Predicting the
chloride penetration of fly ash concrete in seawater, Marine Structures, vol.22, n° 3, p.341-353.
CHEEWAKET, T., JATURAPITAKKUL, C. et CHALEE, W. (2010). Long term performance of
chloride binding capacity in fly ash concrete in a marine environment, Construction and Building
Materials, vol.24, n° 8, p.1352-1357.
CHEN, C.H., HUANG, R., WU, J.K. et YANG, C.C. (2006). Waste E-glass particles used in
cementitious mixtures, Cement and Concrete Research, vol.36, n° 3, p.449-456.
CHEN, J. J., THOMAS, J. J., TAYLOR, H. F. W. et JENNINGS, H. M. (2004). Solubility and
structure of calcium silicate hydrate. Cement and Concrete Research, vol.34, n° 9, p.1499-1519.
COLLEPARDI, M., COLLEPARDI, S., SKARP, U. et TROLI, R. (2004). Optimization of Silica
fume, Fly Ash and Amorphous Nano-Silica in superplasticized High-Performance Concretes,
Proceedings of Eighth CANMET/ACI International Conference on Fly Ash, Silica Fume, Slag and
Natural Pozzolans in Concrete, Las Vegas, USA, p.495-506.
Comité Euro-International du Béton, (1996). A Guide to the Comité Euro-International du Béton,
n° 225, p.82.
COUARRAZE, G. et GROSSIORD, J. L. (1983). Initiation à la Rhéologie, Lavoisier Tec&Doc,
Paris, France.

186
Références bibliographiques

COUSSOT, P. et ANCEY, C. (1999). Rhéophysique des pâtes et des suspensions, EDP sciences.
COUSSOT, P., PROUST, S. et ANCEY, C. (1996). Rheological interpretation of deposits of yield
stress fluids, J. Non- Newtonian Fluid Mech. 66, p.55-70.
CUSSIGH, F., SONEBI, M. et DE SCHUTTER, G. (2003). Project testing SCC-segregation test
method, Proceedings of 3rd International RILEM Symposium on Self-Compacting Concrete,
Reykjavik, Island, p.311-322.
CYR, M. (1999). Contribution à la caractérisation des fines minérales et à la compréhension de leur
rôle joué dans le comportement rhéologique des matrices cimentaires, Thèse de doctorat en cotutelle,
INSA de Toulouse, France et Université de Sherbrooke, Canada.
CYR, M. et MOURET, M. (2003). Rheological characterization of superplasticized cement pastes
containing mineral admixtures : Consequences on self-Compacting Concrete design", Proceedings of
the 7th CANMET/ACI International Conference on Superplasticizers and Other Chemical Admixtures
in Concrete, Berlin, Germany, p.241-255.
CYR, M., LEGRAND, C. et MOURET, M. (2000). Study of the shear thickening effect of
superplasticizers on the rheological behaviour of cement pastes containing or not mineral additives,
Cement and Concrete Research, vol.30, n° 9, p.1477-1483.

DAY, R. L. et MARSH, B. K. (1988). Measurement of porosity in blended cement pastes. Cement


and Concrete Research, vol.18, n° 1, p.63-73.
De LARRARD, F. (2000a). Structures granulaires et formulation des bétons, Ouvrages d’art OA 34,
Études et Recherches des Laboratoires des Ponts et Chaussées.
De LARRARD, F. (2002). Construire en béton, l’essentiel sur les matériaux, Presse de l’école
nationale des Ponts et chaussées, ISBN 2-85978-366-0, Paris, 191 p.
DE LARRARD, F. et BAROGHEL-BOUNY, V. (2000b). Vieillissement des bétons en milieu
naturel. Une expérimentation pour le XXIe siècle. I - Généralités et caractéristiques mécaniques
initiales des bétons, Bulletin des Laboratoires des Ponts et Chaussées n° 225, p.51-65.
DE LARRARD, F. et SEDRAN, T. (1999). Une nouvelle approche de la formulation des bétons,
Laboratoire centrale des ponts et chaussées, Centre de Nantes, France.
DE LARRARD, F. et SEDRAN, T. (2008). BétonLabPro 3, Logiciel de formulation des bétons,
Laboratoire central des ponts et chaussées, Centre de Paris, France.
DE LARRARD, F., FERRARIS, C.F. et SEDRAN, S. (1998). Fresh concrete: a Herschel-Buckley
material, Materials and Structures, vol.31, n° 211, p.494-498.
DE SCHUTTER, G., AUDENAERT, K., BOEL, V. et VANDEWALLE, L. (2003). Transport
properties in self-compacting concrete and relation with durability : overview of a Belgian research
project, Proceedings of 3rd International RILEM Symposium on Self-Compacting Concrete (PRO 33),
Reykjavik, Iceland, p.799-807.
DE SCHUTTER, G., BARTOS, P. J. M., DOMONE, P. et GIBBS, J. (2008). Self-compacting
concrete. Whittles Publishing, p.312.
DELAGRAVE, A., MARCHAND, J. et PIGEON, M. (1998). Influence of microstructure on the
tritriated water diffusivity of mortar. Advanced Cement Based Materials, vol.2, p.43–52.
DIEDERICH, P. (2010). Contribution à l’étude de l’influence des propriétés des fillers calcaire sur
le comportement autoplaçant du béton. Thèse de doctorat INSA, Toulouse, France.
DIEDERICH, P., MOURET, M., DE RYCK, A., PONCHON, F. et ESCADEILLAS, G. (2012).
The nature of limestone filler and self-consolidating feasibility-Relationships between physical,
chemical and mineralogical properties of fillers and the flow at different states, from powder to

187
Références bibliographiques

cement-based suspension, Powder Technology, vol.218, p.90-101.


DOMONE, P. et WEN, C. H. (1997). Testing of binders for High Performance Concrete, Cement
and Concrete Research, vol.27, n° 8, p.1141-1147.
DOMONE, P. (2007). A review of the hardened mechanical properties of self compacting concrete,
Cement and Concrete Composites, vol.29, n° 1, p.1-12.
DUCHESNE, J. et BÉRUBÉ, M. A. (1995). Effect of supplementary cementing materials on the
composition of cement hydration products. Advanced Cement Based Materials, vol.2, n° 2, p.43-52.
DUCHESNE, J. et READON, E. J. (1999). Lime treatment of fly ash : characterization of leachate
composition and solid/water reactions. Waste Management, vol.19, n° 3, p.221-231.
DUVAL, R. et HORNAIN, H. (1992). La durabilité des bétons vis à vis des eaux agressives, in : la
durabilité des bétons, edited by Baron, J. et Olivier, J. P., Presse de l'ENPC, Paris, p.353-391.
DZUY, N. Q. et BOGER, D. V. (1983). Yield stress measurement for concentrated suspensions,
Journal of Rheology, vol.27, n° 4, p.321-349.
DZUY, N. Q. et BOGER, D.V. (1985). Direct yield stress measurement with the vane method,
Journal of Rheology, vol.29, n° 3, p.335-347.

EL BARRAK, M. (2005). Contribution à l'étude de l'aptitude à l'écoulement des bétons autoplaçants


à l'état frais, Thèse de doctorat UPS, Toulouse, France.
EL HILALI, A. (2009). Etude expérimentale de la rhéologie et du comportement des bétons
autoplaçants (BAP) : influence des fines calcaires et des fibres végétales, Thèse de doctorat,
Université de Cergy-Pontoise, France.
EMBORG, M. (1999). Rheology tests for self-compacting concrete-How useful are they for the
design of concrete mix for full-scale production, Proceedings of the 1st International RILEM
Symposium, Stockholm, p.95-105.
EMERSON, M. (1990). Mechanisms of water absorption by concrete, Protection of concrete, Edited
by Dhir, R. K. et Green, J. W., Imprint by Chapman and Hall, p.689-700.
ESPING, O. (2007). Early age properties of self-compacting concrete – effects of fine aggregate and
limestone filler, Thesis of doctor of philosophy, University of Technology Göteborg, Sweden, 204 p.

FERRARIS, C. F. (1999). Measurement of the Rheological Properties of High Performance


Concrete : State of the Art Report, Journal of Research of the National Institute of Standards and
Technology, vol.104, n° 5, p.461-478.
FERRARIS, C. F. et DE LARRARD, T. (1998). Testing and modeling of fresh concrete
technology, Report N° NISTIR 6094, National Institute of Standards and Technology, Gaithersburg,
USA, p.61.
FERRARIS, C. F. et OBLA, K. H. et HILL, R. (2001). The influence of mineral admixtures on the
rheology of cement paste and concrete, Cement and concrete research, vol.31, n° 2, p245-255.

GALLIAS, J. L., KARA-ALI, R. et BIGAS, J. P. (2000). The effect of fine mineral admixtures on
water requirement of cement pastes, Cement and Concrete Research, vol.30, n° 10, p.1543-1549.
GIBBS, J.C. et ZHU, W. (1999). Strength of hardened self-compacting concrete, Proceedings of 1st
International RILEM Symposium on SCC (PRO 7), Stockholm, Suede, p.199-209.
GUTTERIDGE, W. A. et DAZIEL, J. A. (1990). Filler cement: the effect of the secondary

188
Références bibliographiques

component on the hydration of Portland cement, Cement and Concrete Research, vol.20, n° 5, p.778-
782.

HADAD, O. (2007). Contribution au développement d’outils d’aide à la formulation des BAP


relatives à la rhéologie à l’état frais et à la résistance au jeune âge, Thèse de doctorat à l’université de
Cergy Pontoise, France.
HARRIS, A. W., MANNING, M. C., TEARLE, W. M. et TWEED, C. J. (2002). Testing models
of the dissolution of cements-leaching of synthetic CSH gels. Cement and Concrete Research, vol.32,
n° 5, p.731-746.
HAYAKAWA, M., MATSUOKA, Y. et SHINDOH, T. (1993). Development and application of
super-workable concrete, Proceedings of the International RILEM Workshop on Special Concretes:
Workability and Mixing, Paisley, Scotland, p.183-190.
HAYAKAWA, M., MATSUOKA, Y. et YOKOTA, K. (1995). Application of super-workable
concrete in the construction of 70-story building in Japan, 2nd CANMET/ACI on advances in concrete
technology, Las Vegas, ACI 154-20, p.381-397.
HELMUTH, R. A. (1980). Structure and rheology of fresh cement paste, in Proceedings VII
International Conference on the Chemistry of Cement, Paris, Sub-theme VI-0, p.16-30.
Herschel W.M. and Bulkley R. (1926), “Measurement of Consistency as Applied to Rubber-
Benzene Solutions, Proc. Amer. Soc. Testing Materials, 26 (II), p.621-634.
HEUKAMP, F. H. (2003). Chemomechanics of Calcium Leaching of Cement Based Materials at
Different Scales: The Role of CH Dissolution and C-S-H Degradation on strength and Durability
Performance of Materials and Structures. Thesis of doctor of philosophy, Massachusetts Institute of
Technology, USA.
HOOTON, R. D. (1984). Permeability and pore structure of cement pastes containing fly ash, slag,
and silica fume, Blended cements, American Society for testing and materials, Ed Frohnsdorff, G.,
ASTM STP 897, Philadelphia, USA, p.128-143.
HU, C. (1995). Rhéologie des Bétons fluides, études et Recherches des Laboratoires des Ponts et
Chaussées, OA 16, Paris, p.203.
HU, C. et DE LARRARD, F. (1996). The rheology of fresh high-performance concrete, Cement and
Concrete Research, vol.26, n° 2, p.283-294.

IDIR, R. (2009). Mécanismes d'action des fines et des granulats de verre sur la réaction alcali-silice
et la réaction pouzzolanique, Thèse de doctorat en cotutelle, INSA de Toulouse, France – l’Université
de Sherbrooke, Canada.

JIN, J. (2002). Properties of mortar for self compacting concrete, Thesis of doctor of philosophy,
University of London.
JOLICOEUR, C. et SIMARD, M. A. (1998). Chemical Admixture-Cement Interactions :
Phenomenology and Physicochemical Concepts, Cement and Concrete Composite, vol.20, n° 2-3,
p87-101.

KAMALI, S. (2003). Comportement et simulation des matériaux cimentaires en environnement

189
Références bibliographiques

agressif : lixiviation et température, Thèse de doctorat, ENS Cachan, France.


KAMALI, S., MORANVILLE, M. et LECLERCQ, S. (2008). Material and environmental
parameter effects on the leaching of cement pastes: experiments and modeling. Cement and Concrete
Research, vol.38, n° 4, p.575-585.
KANTRO, D. L. (1980). Influence of water-reducing admixtures on properties of cement paste – a
miniature slump test, Cement, Concrete, and Aggregates, vol.2, n° 2, p.95-102.
KARA-ALI, R. (2002). Influence des additions minérales sur le besoin en eau et les résistances
mécaniques des mélanges cimentaires, Thèse de doctorat de Cergy-Pontoise, France.
KARAMBERI, A. et MOUTSATSOU, A. (2005). Participation of colored glass cullet in
cementitious materials, Cement and Concrete Composites, vol.27, n° 2, p.319-327.
KENNEDY, C. T. (1940). The Design of Concrete Mixes, Proceedings of the American Concrete
Institute, vol.36, p.373-400.
KHAN, M.I. et LYNSDALE, C.J. (2002). Strength, permeability, and carbonation of high-
performance concrete, Cement and Concrete Research, vol.32, n°1, p.123-131.
KHAYAT, K. H. (1998). Viscosity-enhancing admixtures for cement-based materials – an overview,
Cement and Concrete Composite, vol.20, n° 2–3, p171-188.
KHAYAT, K. H. (1999). Workability, Testing and performance of self-compacting concrete, ACI
Materials Journal, vol.96, n°3, p346-352.
KLINKENBERG, L. G. (1941). The permeability of porous media to liquids and gases, API
Drilling and production practices, p200-213.
KLUG, Y. et HOLSCHEMACHER, K. (2003). Comparison of the hardened properties of self
compacting and normal vibrated concrete, Proceedings of 3rd International RILEM Symposium on
SCC, Bagneux, France, p.597-605.
KUROKAWA, Y., TANIGAWA, Y., MORI, H. et KOMURA, R. (1994). A Study on the Slump
Test and Slump-Flow test of fresh concrete, Transactions of the Japan Concrete Institute, vol.16, p
25-32.
KWAN, A. et WONG, H. (2008). Packing density of cementitious materials: part 2—packing and
flow of OPC + PFA + CSF, Materials and Structures, vol.41, n° 4, p773-784.

LANGE, F., MÖRTE, H. et RUDERT, V. (1997). Dense packing of cement pastes and resulting
consequences on mortar properties, Cement and Concrete Research, vol.27, n° 10, p.1481-1488.
LAWRENCE, P. (2000). Sur l’activité des cendres volantes et des additions minérales
chimiquement inertes dans les matériaux cimentaires, Thèse de doctorat, Université Paul-Sabatier,
Toulouse, France.
LE BELLÉGO, C. (2001). Couplages chimie-mécanique dans les structures en béton attaquées par
l’eau : étude expérimentale et analyse numérique. Thèse de Doctorat, ENS Cachan, Paris, France.
LEA, F. M. (1965). The action of ammonium salts on concrete, Magazine of concrete research,
vol.17, n° 52, p.115-116.
LECOMTE, A., MECHLING, J. M et DILIBERTO, C. (2006). Indice de ségrégation des pâtes de
consistance normale, 7ème édition des journées scientifiques du Regroupement francophone pour la
recherche et la formation sur le béton, Toulouse, France.
LEGRAND, C. (1971). Contribution à l’étude de la rhéologie du béton frais, Thèse de doctorat,
Université Paul-Sabatier, Toulouse, France.
LIDDELL, P. V. et BOGER, D. V. (1996). Yield stress measurements with the vane, Journal of

190
Références bibliographiques

Non-Newtonian Fluid Mechanics, vol.63, n° 2-3, p.235-261.

MALHOTRA, V. M. et RAMEZANIANPOUR, A. A. (1994). Fly Ash in Concrete, 2nd Edition,


CANMET, Ottawa, Canada, p.307.
MANSOUR, M. S., ABADLIA, M.T. et BEKKOUR, K. (2010). Effet de la pouzzolane sur le
comportement rhéologique des pâtes cimentaires, Revue de mécanique appliquée et théorique, Vol.2,
n° 3, p.255-263.
MATOS, A. M. et SOUSA-COUTINHO, J. (2012). Durability of mortar using waste glass powder
as cement replacement, Construction and Building Materials, vol.36, p.205-215.
MATTE, V. et MORANVILLE, M. (1999). Durability of reactive powder composites: influence of
silica fume on the leaching properties of very low water/binder pastes, Cement and Concrete
Composites, vol.21, n° 1, p.1-9.
MCCARTHY, M. J et DHIR, R. K. (2005). Development of high volume fly ash cements for use in
concrete construction, Fuel, vol.84, n° 11, p. 1423–1432.
MEHTA, P. K. (1986). Concrete – Structure, Properties and Materials, Prentice Hall, INC,
Englewood Cliffs, USA.
MICHEL, F., PIERARD, J., COURARD, L. et POLLET, V. (2007). Influence of physic-chemical
characteristics of limestone fillers on fresh and hardened mortar performances, Proceedings of 5th
International RILEM Symposium on SCC, Ghent, Belgium, p205-210.
MOURET, M. et CYR, M. (2003). A discussion of the paper "The effect of measuring procedure on
the apparent rheological properties of self-compacting concrete", by Geiker M. R. et al., Cement and
Concrete Research, vol.33, n° 11, p.1901-1903.
MOURET, M., SBARTAI, M. et PICOT, J. (2004). Caractérisation des grandeurs rhéologiques et
d'ouvrabilité : recherche de corrélation multi-échelle, Rapport de recherche, Laboratoire Matériaux et
Durabilité des Constructions, Toulouse, p.35.

NA 442. (2005). Ciment, composition, spécifications et critères de conformité des ciments courants.
NAGATAKI, S. et FUJIWARA, H. (1995). Selfcompacting property of highly flowable concrete,
2nd CANMET/ACI on advances in concrete technology, Las Vegas, ACI 154-20, p.301-314.
NAGATAKI, S. et UJIKE, I. (1986). Air permeability of concrete mixed with fly ash and
condensed silica fume”, ACI SP-91, p.1049-1068.
NEHDI, M. L., PARDHAN, M. et KOSHOWSKI, S. (2004). Durability of self-consolidating
concrete incorporating high-volume replacement composite cements, Cement and Concrete Research,
vol.34, n° 11, p.2103-2112.
NEVILLE, A. M. (2000). Propriétés des Bétons, Édition Eyrolles, Paris, 806 p.
NF EN 12350-6. (2012). Essai pour béton frais - Partie 6 : masse volumique.
NF EN 12350-7. (2012). Essais pour béton frais - Partie 7 : teneur en air - Méthode de la
compressibilité.
NF EN 12350-8. (2010). Essai pour béton frais - Partie 8 : béton autoplaçant - Essai d'étalement au
cône d'Abrams.
NF EN 12350-9. (2010). Essai pour béton frais - Partie 9 : béton autoplaçant - Essai d'écoulement à
l'entonnoir en V.
NF EN 12350-10. (2010). Essai pour béton frais - Partie 10 : béton autoplaçant - Essai a la boite en L.

191
Références bibliographiques

NF EN 12350-11. (2010). Essai pour béton frais - Partie 11 : béton autoplaçant - Essai de stabilité au
tamis.
NF EN 12350-12. (2010). Essai pour béton frais - Partie 12 : béton autoplaçant - Essai d'écoulement à
l'anneau.
NF EN 12390-3. (2012). Essais pour béton durci - Partie 3 : résistance à la compression des
éprouvettes.
NF EN 13263-1. (2009). Fumée de silice pour béton - Partie 1 : définitions, exigences et critères de
conformité.
NF EN 15167-1. (2006). Laitier granulé de haut-fourneau moulu pour utilisation dans le béton,
mortier et coulis - Partie 1 : définitions, exigences et critères de conformité.
NF EN 196-1. (2006). Méthodes d'essais des ciments - Partie 1 : détermination des résistances
mécaniques.
NF EN 196-3. (2009). Méthodes d'essais des ciments - Partie 3 : détermination du temps de prise et
de la stabilité.
NF EN 197-1. (2012). Ciment - Partie 1 : composition, spécifications et critères de conformité des
ciments courants.
NF EN 206-1. (2012). Béton – Partie 1 : Spécification, performances, production et conformité.
NF EN 206-9. (2010). Béton – Partie 9 : Règles complémentaires pour le béton autoplaçant.
NF EN 934-2. (2012). Adjuvants pour bétons, mortier et coulis - Partie 2 : adjuvants pour béton -
Définitions, exigences, conformité, marquage et étiquetage.
NF P 18-508. (2012). Additions pour béton hydraulique - Additions calcaires - Spécifications et
critères de conformité.
NF P 18-509. (2012). Additions pour béton hydraulique - Additions siliceuses - Spécifications et
critères de conformité.
NGUYEN, T. S. (2006). Influence de la nature du liant et de la température sur le transport des
chlorures dans les matériaux cimentaires, Thèse de doctorat INSA, Toulouse, France.
NIANG, A., ROY, N., TAGNIT-HAMOU, A. et BENGOUGAM, K. (2012). Comportement en
compression de poteaux en béton armé incorporant de la poudre de verre, Groupes Béton et Structure,
Université de Sherbrooke, Canada.
NIST. (2000-2001). Comparison of concrete rheometers: International tests at LCPC (Nantes,
France), NIST 6819, 147 p.
NT BUILD 492. (1999). Concrete, mortar and cement based repair materials: chloride migration
coefficient from non steady state migration experiments, Nordtest method.

OH, S.G., NOGUCHI, T. et TOMOSAWA, F. (1999). Toward mix design for rheology of self
compacting concrete, Proceedings of the 1st International RILEM Symposium on Self-Compacting
Concrete, Stockholm, Sweden, p.361-370.
OKAMURA, H. et OUCHI, M. (1999). Self-compacting concrete development, present use and
future, In : The 1st International RILEM Symposium on Self- Compacting Concrete, Skarendahl A,
Petersson O, editors, RILEM Publications S.A.R.L, France, p.3-14.
OKAMURA, H. et OUCHI, M. (2003a). Applications of self-compacting concrete in Japan, In: The
3rd International RILEM Symposium on Self-Compacting Concrete, Wallevik, O. H., Nielsson, I.,
editors, RILEM Publications S.A.R.L, Bagneux, France, p.3-5.
OKAMURA, H. et OUCHI, M. (2003b). Self-compacting Concrete, Journal of advanced concrete

192
Références bibliographiques

technology, vol.1, p5-15.


OKAMURA, H. et OZAWA, K. (1995). Mix design for self compacting concrete, Concrete library
of JSCE, n° 25, p107-120.
OKAMURA, H., MAEKAWA, K. et OZAWA, K. (1993). High performance concrete, 1st edition,
(in Japanese) Tokyo, p.323.
OSBORNE, G. J. (1999). Durability of Portland blast-furnace slag cement concrete, Cement and
Concrete Composites, vol.21, n° 1, p.11-21.
OTSUKI, N., HISADA, M., NAGATAKI, S. et KAMADA, T. (1996). An experimental study on
the fluidity of antiwashout underwater concrete, ACI Materials Journal, vol.93, n° 1, p.20-25.
OUCHI, M. et EDAMATSU, Y. (1999). A simple evaluation method for interaction between coarse
aggregate and mortar’s particles in self-compacting concrete, Transactions of the Japan Concrete
institute, vol.21, p.1-6.
OZAWA, K. (2001). Utilization of new concrete technology in construction project - Future
prospects of self-compacting concrete. In The 2nd International RILEM Symposium on Self-
Compacting Concrete, Ozawa, K. et Ouchi, M., editors, p.57-62.
OZAWA, K., MAEKAWA, K., KUNISHIMA, M. et OKAMURA, H. (1989). Development of
high performance concrete based on the durability design of concrete structures, Proceedings of the
2nd East-Asia and Pacific Conference on Structural Engineering and Construction (EASEC-2), vol.1,
p.445-450.

PANDEY, S. P. et SHARMA, R. L. (2000). The influence of mineral additives on the strength and
porosity of OPC mortar, Cement and Concrete Research, vol.30, n° 1, p.19-23.
PARK, C. K., NOH, M. H. et PARK, T. H. (2005). Rheological properties of cementitious
materials containing mineral admixtures, Cement and Concrete Research, vol.35, n° 5, p.842-849.
PARK, S. B., LEE, B. C. et KIM, J. H. (2004). Studies on mechanical properties of concrete
containing waste glass aggregate, Cement and Concrete Research, vol.34, n° 12, p.2181-2189.
PERLOT, C. (2005). Influence de la décalcification de matériaux cimentaires sur les propriétés de
transfert : application au stockage profond de déchets radioactifs, Thèse de doctorat en cotutelle,
université de Toulouse, France et l’université de Sherbrooke, Canada.
PETERSSON, O. (2001). Limestone powder as filler in self-compacting concrete - frost resistance
and compressive strength, Proceeding of 2nd International RILEM Symposium on SCC,Tokyo, Japan,
p.277-284.
PICANDET, V., KHELIDJ, A. et BASTIAN, G. (2001). Effect of axial compressive damage on
gas permeability of ordinary and high-performance concrete, Cement and Concrete Research, Vol.31,
n° 11, p.1525-1532.
POWERS, T. C., COPELAND, L. E. et MANN, H. M. (1959). Capillary Continuity or
Discontinuity in Cement Paste, Journal of Portland Cement Association Research and Development
Laboratories, vol.1, n° 2, p.38-48.
PUERTAS, F., MARTINEZ-RAMIREZ, S., ALONSO, S. et VASQUEZ, T. (2000). Alkali-
activated fly ash/slag cement, Cement and Concrete Research, vol.30, n° 10, p.1625-1632.

RAMACHANDRAN, V. S. (1986). Cement with calcium carbonate addition, 8th Proceedings of the
International Congress, Chemistry of Cement, RIO DE JANEIRO, III, p.109-119.
RAMACHANDRAN, V. S. (1995). Concrete admixtures handbook: Properties, Science and

193
Références bibliographiques

Technology, 2nd edition, p.1180.


RAMEZANIANPOUR, A. A. et MALHOTRA, V. M. (1995). Effect of curing on the compressive
strength, resistance to chloride-ion penetration and porosity of concretes incorporating slag, fly ash or
silica fume, Cement and Concrete Composites, vol.17, n° 2, p.125-133.
RAMEZANIANPOUR, A. et CABRERA, J. G. (1988). The effect of curing condition on the
mortars containing cement, fly ash and silica fume, 2nd International Seminar on Cement and Building
Materials (4), p.181-188.
RICHARDSON, I. G. (1999). The nature of C-S-H in hardened cement, Cement and Concrete
Research, vol.29, n° 8, p.1131-1147.
RILEM. (2001). Self-Compacting Concrete, State-of-the-art report of RILEM Technical Committee
174-SCC, Edited by Skarendahl, A. et Petersson, O., RILEM Publications, France.
ROUGEAU, P. (1997). Les résultats des essais croisés AFREM : Essai de carbonatation accéléré,
dans AFPC-AFREM Durabilité des bétons.
ROUSSEL, N. (2007). The LCPC box : a cheap and simple technique for yield stress measurements
of SCC, Materials and Structures, vol.40, n° 9, p.889-896.
ROUSSEL, N. et COUSSOT, P. (2006). Ecoulements d'affaissement et d'étalement : modélisation,
analyse et limites pratiques, Revue Européenne de Génie Civil, vol.10, n° 1, p.25-44.
ROZIERE, E. (2007). Etude de la durabilité des bétons par une approche performantielle, Thèse de
doctorat, Ecole Centrale de Nantes, France.

SAAK, A. W., JENNINGS, H. M. et SHAH, S. P. (2001). New methodology for designing Self
Compacting Concrete, ACI Materials Journal, vol.98, n° 6, p.429-439.
SAAK, A. W., JENNINGS, H. M. et SHAH, S. P. (2004). A generalized approach for the
determination of yield stress by slump and slump flow, Cement and Concrete Research, vol.34, n° 3,
p.363-371.
SAILLIO, M. (2012). Interactions physiques et chimiques ions-matrice dans les bétons sains et
carbonatés. Influence sur le transport ionique, Thèse de doctorat, Université Paris-est-marne-la-vallée,
France.
SAKATA, K. et AYANO, T. (1998). Durability of self-compacting concrete and low heat high
performance concrete, concrete under severe conditions, CONSEC 98, International Conference,
Tromso, Norway, p.2057-2064.
SCHWARTZENTRUBER, L., LE ROY, R. et CORDIN, J. (2006). Rheological behaviour of
fresh cement pastes formulated from a self-compacting concrete (SCC), Cement and Concrete
Research, vol.36, n° 7, p.1203-1213.
SCHWARZ, N. et NEITHALATH, N. (2008a). Influence of a fine glass powder on cement
hydration: Comparison to fly ash and modeling the degree of hydration, Cement and Concrete
Research, vol.38, n° 4, p.429-436.
SCHWARZ, N., CAM, H. et NEITHALATH, N. (2008b). Influence of a fine glass powder on the
durability characteristics of concrete and its comparison to fly ash, Cement and Concrete Composites,
vol.30, n° 6, p.486-496.
SEDRAN, T. (1999). Rhéologie et Rhéométrie des bétons : application aux bétons autonivelants,
Thèse de doctorat, Ecole nationale des Ponts et Chaussées, France.
SEDRAN, T., DE LARRARD, F. et LE GUEN, L. (2007). Détermination de la compacité des
ciments et additions minérales à la sonde de Vicat, Note technique, Bulletin des laboratoires des ponts
et chaussées, n° 270, p.155-163.

194
Références bibliographiques

SHAO, Y., LEFORT, T., MORAS, S. et RODRIGUEZ, D. (2000). Studies on concrete containing
ground waste glass, Cement and Concrete Research, vol.30, n° 1, p.91-100.
SHAYAN, A. et XU, A. (2004). Value-added utilization of waste glass in concrete, Cement and
Concrete Research, vol.34, n° 1, p.81-89.
SHAYAN, A. et XU, A. (2006). Performance of glass powder as a pozzolanic material in concrete: A
field trial on concrete slabs, Cement and Concrete Research, vol.36, n° 3, p.457-468.
SHI, C., WU, Y., RIEFLER, C. et WANG, H. (2005). Characteristics and pozzolanic reactivity of
glass powder, Cement and Concrete Research, vol.35, n° 5, p.987-993.
SHI, C., WU, Y., SHAO, Y ET RIEER, M. (2002). Comparison of two design approaches for self-
consolidating concrete, First North American Conference on the Design and Use of Self-
Consolidating Concrete, ACBM Center, p.349-354.
SHI, H. S., XU B. W. et ZHOU X. C. (2009). Influence of mineral admixtures on compressive
strength, gas permeability and carbonation of high performance concrete, Construction and Building
Materials, vol.23, n° 5, p.1980-1985.
SHI, Y., TANIGAWA, Y., MORI, H. et KUROKAWA, Y. (1998). A study of effect of superfine
powders on fluidity of cement paste, Transactions of the Japan Concrete Institute, vol.20, n° 2, p.9-
14.
SIAD, H., KAMALI-BERNARD, S., MESBAH, H. A., KHELAFI, H. et ESCADEILLAS, G.
(2011). Influence du type d'addition minérale sur les propriétés de transfert des Bétons Autoplaçants,
Séminaire International, INVACO II, Rabat, Maroc.
SIDKY, M., LEGRAND, C. et BARRIOULET, M. (1981). Influence de la concentration en
granulats et du temps de vibration sur la ségrégation interne dans le béton frais, Matériaux et
Constructions, Réf. ATILH n° 16314.
SISOMPHON, K. et FRANKE, L. (2007). Carbonation rates of concretes containing high volume
of pozzolanic materials, Cement and Concrete Research, vol.37, n° 12, p.1647-1653.
SKARENDAHL, A. (2003). The present - The future. In : The 3rd International RILEM Symposium
on Self-Compacting Concrete, edited by Wallevik, O. H., Nielsson, I., RILEM Publications S.A.R.L,
Bagneux, France, p.6-14.
SOBOLEV, K., TURKER, P., SOBOLEVA, S. et ISCIOGLU, G. (2007). Utilization of waste
glass in ECO-cement : Strength properties and microstructural observations, Waste Management,
vol.27, n° 7, p.971-976.

TAHA, B. et NOUNU, G. (2008). Properties of concrete contain mixed color waste recycled glass as
sand and cement replacement, Construction and Building Materials, vol.22, n° 5, p.713-720.
TANG, L., ANDALEN, A., JOHANSSON, J. O. et HJELM, S. (1999). Chloride diffusivity of
self-compacting concrete, Proceedings of 1st International RILEM Symposium on Self-Compacting
Concrete (PRO 7), Stockholm, Sweden, p.187-198.
TANGE JEPSEN, M., MUNCH-PETERSEN, C. et BAGER, D. (2001). Durability of resource
saving “green” types of concrete, featured at the proceedings FIB-symposium, Concrete and
Environment, Berlin, Germany.
TATTERSALL, G. H. et BANFILL, P. F. G. (1983). The Rheology of Fresh Concrete, Pitman,
p.254-305.
TAYLOR, H. F. W. et TURNER, A. B. (1987). Reaction of tricalcium silicate paste with organic
liquids, Cement and Concrete Research, vol.17, n° 4, p.613-623.
THE CONCRETE SOCIETY, BRE. (2005). Technical report No.62, Self-compacting concrete : a

195
Références bibliographiques

review, Day RTU, Holton IX, editors, Camberley, UK, Concrete Society, Surrey GU17 9AB, UK.
THOMAS, M. D. A. et BAMFORTH P, B. (1999). Modelling chloride diffusion in concrete. Effect
of fly ash and slag. Cement and Concrete Research, vol.29, n° 4, p.487-495.
THOMAS, M. D. A. et MATTHEWS, J. D. (1992). Carbonation of fly ash concrete, Magazine of
Concrete Research, vol.44, n° 160, p.217-228.
TOGNAZZI, C. (1998). Couplages fissuration-dégradation chimique dans les matériaux cimentaires
: caractérisation et modélisation, Thèse de Doctorat, INSA Toulouse, France.
TORBEN, C. H. (1990). Long-term strength of high fly ash concretes, Cement and Concrete
Research, vol.20, n° 2, p.193-196.
TORRENTI, J. M., DIDRY, O., OLLIVIER, J. P. et PLAS, F. (1999). La dégradation des bétons :
Couplage fissuration-dégradation chimique, Edition Hermès Sciences Publication, Paris, France.
TOUSSAINT, F., JUGE, C., LAYE, J. M. et PELLERIN, B. (2001). Assessment of thixotropic
behaviour of self compacting micro-concrete, Proceedings of the 2nd International Symposium on
Self-Compacting Concrete, edited by Ozawa, K., & Ouchi, M., Tokyo, Japan, p.89-98.
TOUTOU, Z. (2002). Rhéologie et formulation des géo-suspensions concentrées : évaluation des
conditions d’extrudabilité, Thèse de doctorat, INSA de Rennes, France.
TSIVILIS, S., BATIS, G., CHANIOTAKIS, E., GRIGORIADIS, G. R. et THEODOSSIS, D.
(2000). Properties and behavior of limestone cement concrete and mortar, Cement and Concrete
Research, vol.30, n° 10, p.1679-1683.
TSIVILIS, S., TSANTILAS, J., KAKALI, G., CHANIOTAKIS, E. et SAKELLARIOU, A.
(2003). The permeability of Portland limestone cement concrete, Cement and Concrete Research,
vol.33, n° 9, p.1465-1471.

UCHIKAWA, H., HANEHARA, S. et SAWAKI, D. (1997). The role of steric repulsive force in
the dispersion of cement particles in fresh paste prepared with organic admixture, Cement and
Concrete Research, vol.27, n° 1, p.37-50.
ULLMANN'S. (1985). Encyclopedia of industrial Chemistry - Ammonium compounds, vol.A 2, 5th
Edition, p.243-253.
UMEHARA, H., UEHARA, T., ENOMOTO, Y. et OKA, S. (1994). Development and usage of
lightweight high performance concrete, Proceedings of International Conference on high performance
concrete (supplementary papers), Singapore. Detroit, USA : ACI. p.339-353.
UTSI, S., EMBORG, M. et CARLSWARD, J. (2003). Relation between workability and
rheological parameters, Proceedings of the 3rd International RILEM conference on SCC, Reykjavik,
Iceland, p.154-164.

VERDIER, J. (2001). Contribution à la caractérisation de l’évolution du taux de fuite des enceintes


de confinement du parc nucléaire, Thèse de doctorat, INSA de Toulouse, France.
VOGLIS, N., KAKALI, G., CHANIOTAKIS, E. et TSIVILIS, S. (2005). Portland-limestone
cements. Their properties and hydration compared to those of other composite cements, Cement and
Concrete Composites, vol.27, n° 2, p.191-196.

WALLEVIK, O. (2003). Rheology - a scientific approach to develop self compacting concrete, 3rd
RILEM Symposium on Self-Compacting Concrete, Chicago, USA.

196
Références bibliographiques

WANG, Z., SHI, C. et SONG, J. (2009). Effect of glass powder on chloride ion transport and alkali-
aggregate reaction expansion of lightweight aggregate concrete, Journal Wuhan University of
Technology, Materials Science Edition, vol.24, n° 2, p.312-317.
WENTZELL, J. (2006). Evaluation of the potential use of glass powder as a pozzolanic material,
Rapport de stage, Sherbrooke, Quebec, Canada.
WONG, H. H. C. et KWAN, A. K. H. (2008). Packing density of cementitious materials: part 1-
measurement using a wet packing method, Materials and Structures, vol.41, n° 4, p689-701.
WÜSTHOLZ, T. (2005). A model approach to describe the fresh properties of self compacting
concrete (SCC), Otto-Graf-Journal, vol.16, p.79-93.

YAHIA, A., TANIMURA, M. et SHIMOYAMA, Y. (2005). Rheological properties of highly


flowable mortar containing limestone filler-effect of powder content and W/C ratio, Cement and
Concrete Research, vol.35, n° 3, p.532-539.
YAMADA, K., TAKAHASHI, T., HANEHARA, S. et MATSUHISA, M. (2000). Effects of the
chemical structure on the properties of polycarboxylate-type superplasticizer, Cement and Concrete
Research, vol.30, n° 2, p.197-207.
YAMMINE, J. (2007). Rhéologie des bétons fluides à hautes performances : relations entre
formulations, propriétés rhéologiques, physico-chimie et propriétés mécaniques, Thèse de doctorat,
Ecole normale supérieure de Cachan, France.

ZHANG, X. et HAN, J. (2000). The effect of ultra-fine admixture on the rheological property of
cement paste, Cement and Concrete Research, vol.30, n° 5, p.827-830.
ZHU, W. et BARTOS, P. J. M. (2003). Permeation properties of self-compacting concrete, Cement
and Concrete Research, vol.33, n° 6, p.921-926.
ZHU, W. et GIBBS, J.C. (2005). Use of different limestone and chalk powders in self-compacting
concrete, Cement and Concrete Research, vol.35, n° 8, p.1457-1462.
ZHU, W., QUINN, J. et BARTOS, P. J. M. (2001). Transport properties and durability of self-
compacting concrete, Proceedings of 2nd International Symposium on Self-Compacting Concrete,
Tokyo, Japan, p.451-458.

197
ANNEXES
Annexes

Annexe – A : Fiches techniques

199
Annexes

200
Annexes

201
Annexes

202
Annexes

203
Annexes

204
Annexes

205
Annexes

206
Annexes

207
Annexes

Annexe – B : Abaque – Tension et durée de l’essai en


fonction de l’intensité initiale I30V pour la méthode
NT BUILD 492

Intensité initiale Tension à appliquer Nouvelle intensité


possible I0 Durée de l’essai
I30V (avec 30 V) U (après ajustement)
(heure)
(mA) (V) (mA)

I0 < 5 60 I0 < 10 96

5 ≤ I0 < 10 60 10 ≤ I0 < 20 48

10 ≤ I0 < 15 60 20 ≤ I0 < 30 24

15 ≤ I0 < 20 50 25 ≤ I0 < 35 24

20 ≤ I0 < 30 40 25 ≤ I0 < 40 24

30 ≤ I0 < 40 35 35 ≤ I0 < 50 24

40 ≤ I0 < 60 30 40 ≤ I0 < 60 24

60 ≤ I0 < 90 25 50 ≤ I0 < 75 24

90 ≤ I0 < 120 20 60 ≤ I0 < 80 24

120 ≤ I0 < 180 15 60 ≤ I0 < 80 24

180 ≤ I0 < 360 10 60 ≤ I0 < 120 24

I0 ≥ 360 10 I0 ≥ 120 6

208
Annexes

Annexe – C : Logiciel d’aide à la formulation des bétons


CBAO - BCN

L’optimisation du squelette granulaire de nos différents bétons a été réalisé à l’aide du logiciel
BCN produit par CBAO (Conception de Béton Assistée par Ordinateur). C’est un logiciel de
formulation des bétons qui intègre la norme NF EN 206-1 et qui s’appuit sur la méthode de
formulation de Dreux-Gorisse avec la possibilité d’ajuster automatiquement les formules à
partir des courbes cibles. Il permet aussi la formulation des bétons autoplaçants avec la prise
en charge des éléments fins inférieurs à 63 µm. L’approche de formulation du logiciel BCN
est la suivante :
 On caractérise l’ensemble des constituants qui seront utilisés pour la confection de nos
bétons. Cette caractérisation couvre : les caractéristiques des granulats (densité
absolue, absorption d’eau et les courbes granulométriques), du ciment (densité
absolue, classe de résistance et les courbes granulométriques), des additions minérales
(densités absolues, l’indice d’activité à 28 et 90 jours et les courbes granulométriques)
et enfin du (super)plastifiant (extrait sec, le dosage à saturation et les teneurs en cl- et
Na+, ce dernier point sert à la détermination du bilan en alcalins et de la quantité totale
de chlorures de la formule).
 On stocke les résultats dans une base de données.
 Ensuite, on peut générer autant de formules que l’on souhaite, en s’approchant des
performances visées.
Les données à introduire dans le logiciel sont les suivantes :
 Le type du béton à formuler.
 La classe d’exposition conformément à la norme NF EN 206-1.
 La classe de consistance du béton (dont notre cas, c’est la classe d’étalement des
BAP).
 La classe des chlorures.
 La classe de densité.
 La classe de résistance projetée du béton.
 Affectation des constituants pour la formulation du béton.
Exemple de capture d’écrans du logiciel avec le tracé de la courbe de référence du béton,
théorique (rouge) et expérimentale (noir).

209
Annexes

210